Page 1

NUMÉRO 4, 20 NOVEMBRE 2013

AIR FRANCE EN ZONE DE TURBULENCES CHINE: LA FAMILLE S’AGRANDIT

PAPE FRANÇOIS

CIBLÉ PAR LA MAFIA ?

L’INTERVIEW. AU NIVEAU LOCAL, LE PS PAIE-T-IL LES POTS CASSÉS ?

© REUTERS

PRISME


ret rStang ©Gautie

ÉDITO LES ABSENTS ONT TOUJOURS RAISON

O

Il y a à peine deux ans, on me disait que Nicolas Sarkozy était le pire président de la République qu’on n’ait jamais vu. Que François Hollande allait tout changer. Aujourd’hui on me dit que François Hollande est le pire président de la République qu’on n’ait jamais vu. Que seul Nicolas Sarkozy peut sauver mon pays de la faillite. Mais alors, qu’a-t-il fait, Nicolas Sarkozy, pour que l’on pense ça de lui ? Rien. Il se contente d’être absent. Et de s’arranger pour que l’on diffuse un spot publicitaire vantant son humanité pendant une heure et demie à 20h50, accessoirement. Mais attention, Nicolas Sarkozy n’est pas le seul à être absent avec autant de talent ! Même au sein du parti socialiste, on commence à lâcher la carte de l’absence. Elle avait disparu au fin fond de Lille. Elle rafle maintenant 88% d’opinion favorable chez les sympathisants de gauche. 63% d’entre eux la réclament comme Premier ministre. Elle est bien là, elle est bien absente Martine Aubry ! Adorés par les gens de leur bord, mais encore exécrés par ceux d’en face, les deux anciennes gloires de leur parti ne suscitent la nostalgie qu’au sein de leur camp. Alors la question est : comment conquérir le reste des Français ? Faut-il être encore plus transparent, plus absent ? Après tout, François Hollande avait usé de la même tactique. Un an avant les primaires à l’élection présidentielle, qui aurait imaginé qu’il deviendrait candidat PS et président de la République ? Il aura suffi qu’il soit absent. Et que son principal concurrent sombre dans une sordide affaire de mœurs dans un Sofitel de New York, accessoirement. Comme quoi finalement, les absents ont toujours raison. ©GautierStangret

y

Charna Kévin

n m’a toujours répété que les absents avaient toujours tort. Alors j’y ai cru. Et puis je me suis intéressé à la vie politique française. Et là, je me suis rendu compte qu’on m’avait menti.

MENTIONS LÉGALES PRISME, 47 RUE SERGENT MICHEL BERTHET CP606 LYON CEDEX 09 SITES WEB : WWW.TWITTER.COM/PRISMEMAGAZINE HTTPS://WWW.FACEBOOK.COM/PRISMEMAGAZINE?FREF=TS RÉDACTEUR-EN-CHEF : KÉVIN CHARNAY SECRÉTAIRE DE RÉDACTION : ELISA BOUVET MAQUETTISTE : ELISA BOUVET JOURNALISTES : LÉA CARDINAL, ELISA BOUVET, IRCHADE KARI, LÉNA AILLOUD, ROMARIC HADDOU, GAUTIER STANGRET, ALEXANDRE FESTAZ, LORENZO CALLIGAROT, KÉVIN CHARNAY, ANTOINE DE LONGEVIALLE.


© Airfrance.com

SOMMAIRE 4 Economie. Les difficultés financières d’Air France.

Facs: un avenir tiré 5 Education. au sort.

© 20minutes.fr

4

© infocatho.be

8

9

Quels changements 6Interview: pour la vie du PS à Lyon ?

7 SYRIE Un pays désormais dans l’oubli. Trafic d’organes au Liban. Le Pape dans le viseur 8 Religion. de la mafia calabraise.

9 Société. Évolution de la loi

sur l’enfant unique en Chine.

10

LA SEMAINE PRISME.


AIR FRANCE EN PLEINES TURBULENCES

Le PDG Alexandre de Juniac diminue les dépenses de sa compagnie © l’Humanité.fr

4

FRANCE

Le PDG de la compagnie Air France, Alexandre de Juniac, s’est lancé dans un plan de réduction des dépenses.

Entre préavis de grève et demande de renflouement de la compagnie Alitalia, Air France continue tant bien que mal son plan de réduction des coûts. Objectif : 2015.

A

ir France dit non à Alitalia. La compagnie aérienne franco-hollandaise (depuis sa fusion avec KLM en 2004) refuse de participer à l’augmentation du capital de l’entreprise italienne, comme elle l’a signifié le vendredi 15 novembre. Air France, qui possède déjà 25% d’Alitalia, refuse de mettre plus d’argent au pot tant que la dette de la compagnie transalpine ne sera pas réduite. Cette décision intervient alors même qu’Air France-KLM est en proie à un plan de réduction des dépenses entrepris par le PDG, Alexandre de Juniac. Plan « Transform 2015 » La compagnie aérienne, encore détenue à 17% par l’Etat français, s’est lancée dans un plan de restructuration pour diminuer de 20% ses coûts de fonctionnement d’ici à 2015. Cette baisse des dépenses passe entre autre par une diminution des effectifs de 10%. En tout, l’entreprise espère faire 2 milliards d’économies et ramener sa dette à 4,5 milliards d’euros, contre 6 aujourd’hui. Il faut dire que l’entreprise est dos au mur. Depuis six ans, la compagnie ne gagne plus d’argent. Avec 300 millions de perte d’exploitation en 2012, Air France peine à redresser la barre. Suite à l’arrivée des compagnies low-cost il y a quelques années, le marché de l’aviation européen s’est trouvé complètement chamboulé, et d’autres compagnies comme British Airways ou Lufthansa ont dû elles aussi se remettre en question. Pour faire repartir la maison

Air France sur de bonnes bases, le PDG a réussi à faire accepter de lourds sacrifices aux salariés, avec l’accord des syndicats, ce qu’aucun président n’avait réussi à faire jusqu’à maintenant. Sur un effectif de 106 000 personnes, plus de 12 000 devront avoir quitté la compagnie d’ici deux ans, ce que 3 000 ont déjà fait. Les salaires, les primes et les promotions ont été gelées, ce qui devrait rapporter au bas mot plus de 500 millions d’euros. Autre source d’économies, la hausse du temps de travail pour le personnel navigant, qui devrait passer de 530 à 650 heures de vol par an, et à 730 sur les vols long-courrier. Le nombre d’hôtesses et de stewards diminuera pour le même nombre de passagers, ce qui équivaut par exemple à un salarié en moins pour les vols long-courrier. Pour contrer les compagnies low cost, Air France prévoit d’augmenter les capacités de vol de sa compagnie à bas coûts « Transavia », qu’elle détient à 60%. Le nombre d’avions de sa filiale low-cost passera de 8 à 22 en 2015. Un manque de compétitivité Si Air France peine à faire face à la concurrence, c’est que les autres compagnies, et pas seulement low-cost, font mieux qu’elle en terme de productivité. Par exemple, Lufthansa et British Airways affichaient en 2012 des coûts salariaux nettement inférieurs, 24% pour la compagnie allemande et 23% pour la britannique, contre 31% pour la compagnie franco-hollandaise.

De même, Lufthansa a une dette trois fois moins élevée que celle d’Air France, à 1,6 milliard d’euros. Dans les aéroports, Air France emploie 12 000 personnes pour les escales, contre 4 500 pour Lufthansa, qui sous-traite en grande partie cette activité. Bien que les pilotes de la compagnie Air France ne soient pas mieux payés, ils pilotent en moyenne 15% de temps en moins que chez nos voisins allemand et anglais, et encore moins si l’on compare aux compagnies à bas coûts. Pour une même heure de travail, un pilote français coûte 34% de plus que son collègue de Lufthansa et 57% de plus que celui de l’Italien Alitalia. Pour monter en gamme et concurrencer le train, Alexandre de Juniac a proposé de changer les fauteuils de la classe affaire, car les sièges d’Air France ne s’inclinaient pas complètement à l’horizontale, contrairement à ceux de la concurrence. Problème : ceuxci ont déjà été changés en 2010, pour la modique somme de 110 millions d’euros. A 35 000 euros le siège, la décision pourrait choquer. Après avoir différé ses prévisions budgétaires d’un an, le groupe envisage l’équilibre financier en 2014. Mais en attendant, changement de ton du côté des syndicats. UNSA aérien a lancé un préavis de grève du 20 au 24 novembre à l’attention des hôtesses et des stewards, pour protester contre les dernières suppressions de postes. Un tournant chez Air France ?

Antoine DE LONGEVIALLE


Le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, vient d’annoncer qu’il sera candidat aux élections européennes, organisées en juin 2014. «Nous nous engageons dans cette campagne et elle est formidablement importante.» Il précise son souhait de rester ministre. Accompagné du secrétaire général du PS, Harlem Désir, il sera en tête de liste.

UN SYSTÈME DE SÉLECTION À REVOIR

FRANCE

5

Quand l’entrée à la fac se joue au hasard

© Bernard Monasterolo

PEILLON, CANDIDAT AUX EUROPÉENNES

COPÉ FAIT MONTER LA PRESSION Jean-François Copé a décidé de recevoir, hier, une centaine de maires UMP. Ensemble, ils souhaitent un report de la réforme des rythmes scolaires, s’appuyant sur leur mécontentement commun. Dans les Échos, un proche du président de l’UMP assure qu’ils seront entre 600 et 700 participants.

RÉFORMER LE STATUT DES ENSEIGNANTS Les concertations sur la redéfinition du statut des enseignants ont débuté le 18 novembre. Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, rappelle vouloir « valoriser les personnels » pour assurer « la réussite des élèves, de tous les élèves ». Ces conversations ont pour but de mettre en place une reconnaissance par indemnisation de l’implication de certains professeurs, ainsi que la diffusion de « bonnes pratiques » pour enseigner.

C’était la semaine du... 20 NOVEMBRE 1783: Premier vol en montgolfière.

1890: Naissance de Charles de Gaulle à Lille.

1952 : Election du maréchal Alphonse Juin à l’Académie française.

L’UNEF accuse la plateforme admission post-bac de tirer au sort les candidats

Depuis plusieurs années les universités françaises subissent un taux d’inscriptions accru pour des structures qui ont de plus en plus de mal à accueillir les nouveaux bacheliers. Un système de sélection à revoir ? En France, la demande de place dans les universités est devenue tellement supérieure à l’offre que celles-ci se voient dans l’obligation de refuser l’entrée à certains élèves. Pour faire leur choix en évitant la sélection élitiste, le système est simple : la plateforme Admission Post-Bac (APB) tire au sort. Une sélection par ordinateur Plusieurs critères rentrent en compte tels que la hiérarchisation des choix sur le site APB ainsi que la situation des étudiants, à savoir s’ils sont issus de l’académie. Malheureusement, même si vous habitez dans la ville où se trouve la faculté qui vous intéresse, il se peut que vous n’y rentriez pas. En juillet 2013, l’Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) a publié un rapport sur le non-respect de la loi par les universités françaises. Il en ressort que la filière STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) est une des plus touchées par la sélection aléatoire. En cause, le nombre de places de plus en plus restreint mais aussi les manques de moyens. Les différentes universités limitent de plus en plus leurs capacités d’accueil. Selon le rapport de l’UNEF, ce sont environ 23 400 bacheliers qui ne pourront pas

s’inscrire à l’université à cause de la dégradation des conditions d’inscriptions depuis 2005. D’autres systèmes de sélection selon les pays En Angleterre, chaque université est indépendante et sélectionne ses élèves sur dossier. Pour certaines, un entretien individuel est de mise tant la sélection y est sévère. De l’autre côté du Rhin, les frais d’inscription sont peu élevés voire inexistants en fonction des Länder. L’accès aux universités allemandes y est libre sauf pour certaines filières (médecine, pharmacie…) où un système de sélection est mis en place. Il s’agit d’un numerus clausus, soit un nombre de places limité, décidé au préalable par une autorité compétente et qui reste fixe peu importe le nombre de candidats. En revanche, aux Etats-Unis, les facultés sont autonomes. Le coût d’entrée dans certaines d’entre elles est tellement élevé que la sélection se fait d’elle-même. Il faut parfois compter jusqu’à 50 000 dollars de frais d’inscription, dès la première année. Audelà du prix, la sélection s’y fait aussi par le biais de deux dossiers, l’un académique, l’autre extracurriculaire. Cela peut donner lieu à des faveurs spéciales pour l’élève, si celui-ci

est issu d’une minorité raciale, ou de parents précédemment étudiants dans cette même université… Enfin, au Japon, un concours d’entrée avec numerus clausus est mis en place pour chaque université, publique ou privée. La France devrait-elle devenir plus sélective ? Pour combler les problèmes d’inscription dans les universités, la France a plusieurs possibilités. La sélection par dossier semble être le consensus le plus exploité dans le monde et celui prôné par l’Uni (Union Nationale Interuniversitaire). Les concours d’entrée, quant à eux, possèdent des lacunes. On remarque qu’en Finlande, pays plébiscité pour son système éducatif, les concours d’entrée pour les 16 universités discriminent les étudiants issus d’établissements moyens. Selon un rapport d’information fait au nom de la commission de la culture en 2010, seuls 26 à 30% des bacheliers rentrent à l’université à l’issue des concours d’entrée. Pour l’UNEF « Le tirage au sort n’est pas une solution ! Il faudrait qu’il y ait des moyens pour accueillir les étudiants bien-sûr, mais surtout des moyens pour les orienter ».

Alexandre FESTAZ


6

INTERVIEW

VALENTIN FAURE

MEMBRE DU MJS (MOUVEMENT DES JEUNES SOCIALISTES) DE LA 5ÈME SECTION DE LA FÉDÉRATION DU RHÔNE.

PS: Quand le gouvernement handicape le parti Valentin Faure évoque les difficultés actuelles du Parti Socialiste et du gouvernement. Des 15% d’opinions favorables pour François Hollande, aux dissensions internes à la fédération du Rhône, il revient sur la crise politique nationale du PS qui déteint sur l’échelle locale. Avec 15% d’opinions favorables, François Hollande bat le record d’impopularité d’un président sous la Vème République. Le gouvernement ne cesse d’être critiqué et enchaîne les polémiques: l’affaire Léonarda, l’écotaxe, etc. Mais malgré tout cela, le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, a réaffirmé son soutien au gouvernement. Est-ce que l’engagement du PS aux côtés du gouvernement est un handicap pour la vie locale du parti?

une volonté de dissocier la politique gouvernementale de la politique du maire et candidat à sa succession Gérard Collomb. Il y a des dissensions visibles au PS au niveau national comme au niveau local. C’est le cas en ce moment à Rilleux-la-Pape avec le conflit qu’a déclenché l’investiture de Renaud Gauquelin. Ce dernier, maire sortant de Rilleux-la-Pape, a été investi par le PS, et il est candidat à sa propre succession. Mais Jean-

il ne s’agit que d’une guéguerre politique pour obtenir le pouvoir. David Kimefeld, le secrétaire fédéral du PS, a tenté de le ramener à la raison, en vain. Même si nous aimerions qu’il soutienne le candidat socialiste Renaud Gauquelin, nous ne comptons pas céder à ses exigences, parce qu’il s’agit d’intérêts personnels. Depuis l’accession du PS au pouvoir, on note une forte progression du Front National dans les sondages. Cette émergence nationale du FN est représentée localement par Christophe Boudot, candidat FN aux municipales. Il est crédité de 11% d’après un sondage Ifop pour Mag2lyon. C’est le seul, avec Gérard Collomb, à augmenter dans les sondages avec 3 points de plus que lors des dernières élections. Le FN peut-il mettre en difficulté Gérard Collomb lors des municipales ? © DR

Le parti d’où est issue la majorité présidentielle se doit de le soutenir. Évidemment, lorsque certaines décisions prises ne sont pas en accord avec l’idéologie du parti, un débat peut avoir lieu. Mais il ne faut pas systématiquement critiquer l’action du gouvernement. Il faut faire avancer le débat, tout en apportant son soutien. Il est sûr que lorsque l’institution que l’on soutient publiquement Gérard Collomb est bien et auquel on associe son nom Gérard Collomb et François Hollande à Vaulx-en-Velin en avril 2012. placé pour remporter les est impopulaire, on risque de municipales en 2014, mais l’être aussi, et nous ressentons ça Christophe Darne, adjoint PS aux Christophe Boudot est un danger. aujourd’hui. finances, a décidé de se présenter Même si nous sommes confiants, contre le candidat socialiste officiel nous ne crions pas victoire. Nous Avez-vous noté des conséquences en raison « des dérives imputées à essayons de rester réalistes. En ce directes de ce désaveu national de sa mairie ». Ceci n’est-il pas le reflet qui concerne la responsabilité du PS la politique gouvernementale sur le d’une rupture au PS ? dans l’émergence du FN, elle est plus plan local ? qu’évidente. Le PS comme l’UMP ont Il est vrai que le PS connaît une crise participé depuis 30 ans à la montée Oui, aujourd’hui lorsqu’on dit « je suis politique actuellement. Les débats du FN. Aucun des deux partis n’a fait socialiste », les critiques fusent. Nous qui opposent l’aile gauche à la partie son autocritique après avoir quitté le essayons de dissocier la politique plus réformiste ont toujours existé. pouvoir. De plus, Nicolas Sarkozy, en nationale de la politique locale pour Mais maintenant qu’un gouvernement chassant sur les terres du FN tout au les prochaines municipales. Nous ne socialiste est au pouvoir, les long de son quinquennat, n’a fait que verrons pas le visage de François discussions s’intensifient sur ce qu’il promouvoir ce parti extrémiste. Hollande sur les tracts comme c’était faut faire en priorité. Dans le cas de la Irchade KARI le cas pour les législatives. Il y a dissidence de Jean-Christophe Darne,


INTERNATIONAL

SYRIE

Une guerre aux oubliettes? « La ligne rouge c’est l’utilisation d’armes chimiques, si le régime de Bachar en fait usage, la communauté internationale prendra des dispositions pour une intervention directe ». Ces mots prononcés par François Hollande il y a 3 mois, sonnent aujourd’hui étonnamment faux. Les attaques chimiques ont eu lieu, elles ont été prouvées à plusieurs reprises par l’ONU mais aussi par le journal Le Monde, entre autres. Pourtant rien ne s’est passé et l’idée même d’une intervention semble anéantie, enfouie depuis le 27 septembre. Ce fameux vendredi de septembre, John Kerry et Sergueï Lavrov s’accordent pour un projet de démantèlement des armes chimiques syriennes. Moscou jusque-là esseulé, dédaigné

par les médias internationaux, gagne sa première bataille. Une bataille qui aura finalement suffi pour gagner la guerre de la communication. L’opinion internationale devient de plus en plus laxiste au niveau de l’image de Bachar el-Assad. Les 115 000 morts liés à ce conflit n’y changeront rien. Dès lors, le peu de rayonnement qui sera offert aux massacres Syriens ne servira qu’à inverser l’opinion publique. Oubliée par l’Occident La place du conflit syrien dans la presse française ne cesse de diminuer, moins 70% par rapport au début de l’année. Seul exemple de la semaine, « le démantèlement d’une cellule Djihadiste dans le Val

7

de Marne », qui envoyait des français combattre sur place. Les rebelles à qui François Hollande et Barack Obama avaient demandé de former un gouvernement, deviennent également tous des Djihadistes aguerris, futurs instaurateurs de la Charia en Syrie. C’est cette peur d’une nouvelle Libye, d’un nouveau Mali avec toutes ses armes tombées du ciel pour ces « Djihaterroristes » qui font trembler l’Occident et qui leur a fait faire demitour. Bachar El Assad prépare donc avec sérénité la prochaine échéance présidentielle de 2014, l’Occident cautionnant de plus en plus sa politique. Lorenzo CALLIGAROT

Organes syriens, un marché noir de monde Alors que la guerre se poursuit dans leur pays, un million de Syriens ont déjà trouvé refuge au Liban. Sur place, les trafiquants d’organes profitent de leur extrême précarité pour faire fonctionner leur business. Une dramatique marée humaine. Chaque jour, l’enclave sunnite d’Ersal à l’est du Liban voit affluer des milliers de réfugiés syriens. Cette semaine, le mouvement s’est même accentué à mesure que les combats s’intensifiaient entre rebelles et forces du régime. Malheureusement, les problèmes n’ont que faire des frontières humaines, surtout lorsqu’ils sont financiers ou psychologiques. Ainsi, on ne compte plus le nombre de réfugiés endettés, prêts à tout pour obtenir de l’argent dès qu’ils arrivent au Liban. Le constat n’a pas échappé aux groupes de trafiquants établis dans la région. Par le biais d’intermédiaires qui se rendent dans les camps, ils recrutent ceux qui sont prêts à vendre leurs organes. Et ils le savent, au vu de l’omniprésente précarité, ils n’ont

même pas besoin de gonfler les prix. Avec 7000 dollars, ils peuvent acheter un rein qu’ils revendront deux fois plus cher. Un marché en plein essor Plus la situation est dramatique, plus le business est juteux. Opérés dans des cliniques clandestines, les vendeurs sont de plus en plus jeunes (parfois moins de 15 ans) et les prix chutent, tant l’offre devient supérieure à la demande. A tel point que, sur le marché, les Syriens viennent faire de l’ombre aux leaders du secteur, les Palestiniens. Si les catastrophes humanitaires s’accompagnent de ce genre de dérives, elles n’en ont pas le monopole. En Asie du sud, beaucoup de personnes pauvres ont recours à la

vente d’organes. Au Bangladesh, elle n’est d’ailleurs interdite que depuis 1999. En Egypte, les bédouins s’en sont fait une spécialité. Ils kidnappent et torturent des réfugiés subsahariens dans le but de rançonner leur famille ou de vendre leurs organes. Moins touchés, les pays occidentaux ne sont pas épargnés pour autant. Il y a tout juste un an, une chômeuse espagnole avait mis en vente un rein puis ses cornées, un poumon et un morceau de foie par le biais d’une annonce sur Internet, pour sauver son toit. Les médias avaient largement relayé son action. Des modalités différentes mais un dénominateur commun : la détresse. Tous ont compris que, lorsqu’on ne possède rien, le corps conserve, lui, sa valeur marchande. Romaric HADDOU


8

INTERNATIONAL

PRESSIONS PALPABLES SUR LA PAPAUTÉ

Le Pape François serait menacé par la mafia calabraise

« Le pape François gêne la mafia. Si les parrains en ont le pouvoir, ils tenteront de l’arrêter. Le souverain pontife est en danger.» C’est en ces termes alarmistes que Nicola Gratteri, procureur de Reggio de Calabre, exprimait son inquiétude mercredi dernier au quotidien italien il Fatto Quotidiano. En cause, la politique de transparence du Pape, visant à lutter contre la corruption au sein de l’Eglise. Affecté par l’affaire Vatileaks* qui a ébranlé le Vatican en mai 2012, François a nommé fin juin plusieurs commissions chargées de passer en revue les dépenses de l’Institut des Oeuvres de Religion (IOR), la banque papale. L’accentuation des contrôles financiers a notamment conduit à l’arrestation de Mgr Nunzio Scarano, prélat de l’administration du Saint-Siège, soupçonné de fraude fiscale et de blanchiment d’argent.

Le Pape rendrait la mafia «nerveuse» en luttant contre la corruption au sein de l’Eglise.

« Ndrangheta et religion vont de pair »

la légitimité dans leurs discours de messe.

des bombes dans deux églises romaines.

Mais si cette mesure est vue d’un bon œil par les nombreux fidèles, elle a le don de froisser les mafias locales. Avec en tête de liste, la Ndrangheta. La mafia calabraise, réputée comme la plus dangereuse d’Italie, se servait auparavant de l’IOR pour blanchir des fonds. Ce qui aurait notamment permis à l’institution financière d’enregistrer un bénéfice net de 86,6 millions d’euros en 2012, quatre fois supérieur à celui de 2011. Mais les relations entre le Vatican et l’organisation criminelle ne se résument pas qu’au domaine financier. En octobre 2009, le précédent Pape Benoît XVI avait créé la polémique en envoyant sa bénédiction au mariage de la fille d’un parrain de la Ndrangheta à Reggio de Calabre. « Les rites d’initiation des nouveaux mafieux ont des références à la religion et les «picciotti» (jeunes mafieux) prient avant de commettre un assassinat, explique le magistrat Gratteri. Ndrangheta et religion vont de pair. » C’est pourquoi les relations entre hommes d’Eglise et hommes d’honneur sont complexes. Par exemple, de nombreux prêtres du Sud de l’Italie acceptent, par conviction partagée ou sous pression, d’écouter les confessions des mafieux. Certains allant même jusqu’à leur donner de

Une invitation à se repentir

La sécurité du Pape en question

Mais quand d’autres mènent des combats sociaux pour lutter contre ce fléau qui les touche au premier plan, ces mouvements de protestation se terminent généralement en bain de sang. Pour preuve, le père Pino Puglisi fut assassiné en septembre 1993 après avoir pris part à la lutte antimafia en Sicile et avoir inauguré un centre accueillant des jeunes désœuvrés, victimes de l’influence des parrains. Depuis ce grave incident, l’omerta est de mise. Du moins, jusqu’au mois de mai dernier. Lors d’un discours critiquant ouvertement la corruption dans la société et au sein même de l’Eglise, le Pape François a dénoncé le rôle des organisations mafieuses italiennes. « Mes pensées vont aux femmes, aux hommes et aussi aux enfants exploités par les mafias, lesquelles les réduisent en esclavage, par la prostitution, par de nombreuses pressions sociales » a déclaré le souverain pontife, tout en encourageant les mafiosi à se repentir. Près de 20 ans plus tôt, son prédécesseur Jean Paul II avait tenu les mêmes propos. Propos ayant conduit Cosa Nostra, mafia sicilienne, à riposter en posant

Si la menace est « bien réelle » pour Gratteri, le Vatican se veut rassurant. « Il n’y a aucun motif de préoccupation et il ne faut pas alimenter l’alarmisme » a tempéré son porte-parole, le père Federico Lombardi. Même son de cloche du côté de Fabrice Rizzoli, spécialiste de la criminalité organisée et des mafias interrogé par D8, qui ne craint pas pour la sécurité du Pape : « On pourrait surtout assister à une campagne de diffamation. La mafia est capable de sortir dans les médias une image du Pape soutenant l’ex-dictature argentine. Cette affaire serait fausse, mais le croche-pied serait intelligent. » Toujours est-il que le Pape n’est pas à l’abri d’un attentat le visant directement. Depuis le début de son pontificat, François a laissé sa « papamobile » au garage pour aller au contact des milliers de fidèles. Quitte à préférer le « risque » de l’agression d’un déséquilibré à « la folie » de l’isolement des fidèles. De quoi rendre la place Saint-Pierre encore plus dangereuse que le 13 mai 1981, jour où Jean-Paul II fut blessé par trois balles dans le corps. Avec déjà à l’époque, une probable participation de la mafia locale.

Gautier STANGRET * Vatileaks : Scandale qui a révélé l’existence d’un large réseau de corruption et de favoritisme au sein du Vatican lié à des contrats signés à des prix gonflés avec des partenaires italiens.


Selon un document publié le 15 novembre par le Parti Communiste, la Chine prévoit d’abolir son système de « rééducation par le travail ». Introduit en 1957, cette mesure permet à la police d’envoyer les délinquants dans un camp pour une durée de 4 ans maximum, sans procès. D’après un rapport de l’ONU en 2009, il y aurait 190 000 détenus.

LA CHINE ASSOUPLIT SA LOI

LA CHINE, PREMIER FOURNISSEUR DE L’ALGÉRIE Depuis les neuf premiers mois de l’année, la Chine est devenue le premier fournisseur de l’Algérie, devant la France. Les douanes algériennes ont révélé que la France représente 11,37% des importations du pays, contre 11 ,98% pour la Chine. Cela n’était jamais arrivé depuis la décolonisation du pays en 1964. L’ancienne colonie entretient toujours des relations étroites avec la France, et en particulier au niveau commercial. Ces chiffres prouvent encore la capacité de la Chine à investir le commerce mondial.

C’était la semaine du... 20 NOVEMBRE 1815: Signature du second traité de Paris.

1936 : Parution du premier

numéro du magazine américain «Life».

2005 : Angela Merkel devient chancelière d’Allemagne.

9

La politique de l’enfant unique modifiée

DES SANCTIONS POUR ABUS DANS LA FONCTION PUBLIQUE Utilisations abusives de véhicules de fonction, voyages à l’étranger sans raison… En tout, 16 699 Chinois ont été sanctionnés pour avoir violé les règles du Parti communiste chinois, d’après Chine Nouvelle, paru le 18 novembre. En décembre 2012, le bureau politique du PCC lançait une ambitieuse chasse au gaspillage, pour sanctionner tous les excès commis par les responsables du parti.

INTERNATIONAL

55% des Chinoises déclarent avoir avorté au moins une fois. Lors du 18ème comité central du Parti Communiste, ayant pour objectif de « fixer le cap d’un nouveau train de réorientations économiques », une mesure sort du lot : assouplir la politique de l’enfant unique. « Chine Nouvelle » rapporte que les couples dont un membre est enfant unique pourront désormais avoir deux enfants. Une chose impensable il y a quelques années. En 1979, la République populaire de Chine veut contrôler la croissance démographique et interdit aux couples Chinois d’avoir plus d’un enfant, sous peine de sanctions économiques. Cette politique s’inscrit dans le cadre des « quatre modernisations » souhaitées par Deng Xiaoping, « selon lesquelles l’État chinois devait trouver sa légitimité dans l’amélioration concrète du niveau de vie ». Au départ, les minorités ethniques et les couples issus de milieux ruraux qui mettaient d’abord au monde une fille, n’étaient pas concernés. Stigmatisées, les filles deviennent rapidement une cible pour la société. Les assurances vieillesse quasi inexistantes à la campagne, contribuent à cette préférence pour les hommes. Dans le but de ralentir l’accroissement naturel du pays, la Constitution chinoise va limiter les mariages en imposant l’âge minimal de 22 ans pour les hommes, et de 20 ans pour les femmes. En retardant la création des foyers,

elle espère réduire la période de fécondité. Les filles, cibles de trafic humain en tous genres En 2002, l’Etat instaure une réforme qui oblige les foyers à verser 510 euros pour permettre la naissance légale d’un deuxième enfant. Cette politique crée un déséquilibre important entre les sexes. Les autorités chinoises vont infliger des avortements à des femmes dont la grossesse est très avancée. Les avortements de filles demeurent très fréquents chez les Chinoises, 55 % d’entre elles déclarent avoir avorté au moins une fois. L’an dernier, 118 garçons sont nés pour 100 filles. En parallèle, un trafic humain, notamment dans le cadre de la prostitution, se développe. Toujours en 2002, dans la région de Guangxi, un homme est condamné à mort pour avoir enlevé et vendu plus de cent femmes. Chaque année en Chine, 30 000 à 60 000 enfants disparaissent. On ignore toutefois s’il s’agit de trafic humain. En août 2009, le ministère chinois de la sécurité publique met en place un « programme pilote », visant à informer les populations migrantes de ce trafic. La Chine, vieille avant d’être riche Selon une étude publiée en août dernier, « 2 à 3 chinois

sur 10 auront la charge d’une personne dépendante en 2035 ». Les experts ont depuis longtemps tiré la sonnette d’alarme, estimant que la Chine pourrait bien devenir vieille avant d’être riche. 34 ans après la mise en place de la loi, le pays s’inquiète de voir sa population vieillir, et par conséquent, sa main d’œuvre diminuer. L’an dernier, les effectifs des entreprises chinoises ont reculé de 3,45 millions de personnes. Pourtant en 2009, le statut de la République populaire n’a jamais été aussi important : La Chine est devenue la 2ème puissance économique mondiale. Or, en continuant sur cette voie, la Chine risque de perdre son moteur économique. Des démographes comparent la Chine au « tournant de Lewis », moment où le déclin de la population active à l’usine lui fera perdre ses avantages comparatifs, et où le dividende démographique (bénéfices de la réduction de la population) devient alors dette démographique, en raison du fardeau que représentent les personnes âgées. En attendant, selon le Ministère de la santé, « la politique de l’enfant unique, c’est 281 millions d’avortements comptabilisés et 516 millions d’opérations contraceptives et de stérilisation… »

Léa CARDINAL

© huffingtonpost.fr

FERMETURE DES CAMPS DE « RÉÉDUCATION PAR LE TRAVAIL »


10

LA PHOTO DE LA SEMAINE ©Stringer Russia. Reuters

LA SEMAINE PRISME

Pyotr Pavlensky sur la Place Rouge devant le Kremlin le 11 novembre dernier.

RUSSIE : L’ART DE CONTESTER de Léna Ailloud

Il s’appelle Pyotr Pavlensky. Il est russe. Il se revendique artiste. Sur cette photo, il est nu et assis au sol. Le 10 novembre dernier, il a manifesté en Russie. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la contestation est insolite : «du jamais vu». Pour montrer son désaccord avec le gouvernement russe, qui devient selon lui un «État policier», l’homme s’est cloué les testicules aux pavés de la Place Rouge, devant le Kremlin. Des passants étonnés et des policiers intervenant de suite, le jeune homme de 29 ans sera emmené à l’hôpital pour avoir des soins. Il ne rentrera pas chez lui pour se reposer, mais au commissariat. Il passera la nuit là-bas, avant d’être présenté devant le tribunal le lendemain. On lui annonce qu’il risque jusqu’à 5 ans de prison. Les raisons ? Accusé de hooliganisme motivé par la haine. Pour le même motif, deux membres des Pussy Riots purgent leur peine dans des camps de travail, pendant deux ans. Mais Palvenski, lui, a eu de la «chance», après avoir été finalement libéré par le tribunal, jugeant le rapport de police «imprécis». Une chance terrible oui, à l’observation des conditions de détentions dans les prisons russes. Violences pénitentiaires, humiliations, rackets, pressions, passage à tabac, Palvenski vient d’échapper au pire. 700 000 détenus seraient enfermés dans ces colonies et feraient l’objet de tortures. L’homme n’en est pas à son premier coup extrême : en juillet 2012, il s’était cousu les lèvres, en soutien aux mêmes Pussy Riots, après leur prière punk anti-Poutine. Vingt ans après la chute de l’URSS, le goulag a changé de nom mais ses usages perdurent. C’est sans doute ce qui fait de Poutine, un super tsar.

Numero 4 - Prisme Magazine  
Numero 4 - Prisme Magazine  

Numéro 4 de Prisme, magazine d'actualité nationale et internationale créé par 10 étudiants en deuxième année de journalisme à l'ISCPA Lyon.

Advertisement