Issuu on Google+

santé

Ne compromettez pas les tests de glycémie si essentiels ! Les derniers développements dans le traitement du diabète en Suisse compromettent la qualité de ­l’auto­gestion du diabète et peuvent, à long terme, entraîner une hausse considérable des coûts de la santé.

PJA. Au cours des deux dernières années, les montants maximaux remboursés pour les bandelettes réactives et les appareils ont été réduits de 30 % et plus. A court terme, cela se traduit par un effet certain sur la qualité de prise en charge des patients, et à moyen et long terme, cela risque de provoquer une augmentation massive des frais de traitement du diabète. Faut-il vraiment que cette prise en charge, qui est d’excellente qualité en Suisse, se dégrade en raison de l’augmentation des frais à la charge et du patient et du matériel servant aux autocontrôles de la glycémie ?

poussées à changer d’appareil afin de permettre au point de distribution de réaliser la marge souhaitée. Certaines caisses-maladie conseillent à leurs assurés atteints du diabète de passer à un « produit bon marché », souvent sans formation adéquate. Des économies à court terme pour l’assurance de base : tel est l’argument principal employé pour inciter les assurés à changer d’appareil. A première vue, c’est l’effet souhaité : les marchés bougent, la concurrence joue aussi pour tout ce qui touche au diabète.

La concurrence joue

Une réflexion à trop ­ court terme

Dans certains points de distribution, les personnes atteintes du diabète se voient contraintes de payer de leur poche les hausses de prix, ou sont

Ce n’est que lorsque l’on y regarde de plus près, et que l’on tient compte du long terme, que l’on remarque les conséquences négatives : cette atti-

tude incite les diabétiques à renoncer aux tests de glycémie pourtant si importants. Ils veulent faire des économies ou n’arrivent pas à se servir correctement du nouvel appareil, qui leur a été remis sans formation adéquate. Ainsi, ils contrôlent moins souvent, voire plus du tout. Ce jeu des économies à court terme, qui a pour conséquence que les personnes concernées se voient remettre, pour des raisons de coûts, un système inadapté, est contreproductif. D’autant plus que la part des frais d’autocontrôle de la glycémie ne représente que 1,6 % des frais totaux occasionnés par le diabète.1

Une formation complète est capitale Les études scientifiques ont révélé que les diabétiques mesurant régu-

Mesurer régulièrement la glycémie ? Abonnez-vous maintenant à l’eNewsletter et gagnez : www.accu-chek.ch/eNewsletter

1 Swiss Med Wkly 2007; 137545-550; Cost impact of blood glucose self-monitoring, Christian Weber, Berthold Schneider, Volker Lodwig, Majbrit V. Holmc, Kurt Neeser

4

santé


Astuces pour diabétiques : 1. Une caisse-maladie exige que vous choisissiez un appareil donné Parlez de l’offre avec votre médecin ou professionnel du diabète. La caisse-maladie ne peut pas vous forcer à changer. 2. Un point de distribution exige que vous payiez un supplément de votre poche ou vous conseille une alternative sans supplément Demandez-en la raison au vendeur. Parlez d’abord de l’offre avec votre médecin ou professionnel du diabète, qui connaît votre situation et vos besoins. Ne vous laissez pas forcer.

Votre avis nous intéresse ! Quelles ont été vos expériences, ces derniers mois, avec les caisses-maladie et les points de ­distribution ? Quelle importance accordez-vous au fait de recevoir des services complets ? Préférez-vous un vendeur discount ou acheter vos tests de glycémie directement auprès du fabricant ? Sur notre site Internet prisma-online.ch vous avez la possibilité de nous faire part de votre opinion.

lièrement leur taux de glycémie engendrent des frais liés au diabète d’environ 30 % inférieurs aux autres.2 Mais les taux de glycémie qui ne peuvent pas être compris par les personnes atteintes de diabète, ou qui ne peuvent pas être analysés par le médecin traitant, sont inutiles. C’est alors qu’intervient normalement la formation et le conseil aux diabétiques, ce qui a permis, au cours des dernières années, aux médecins, aux

6

La qualité du traitement, une gamme de produits innovants, un soutien et des conseils adaptés valent beaucoup plus que des économies à court terme.

points-conseil pour diabétiques, aux points de distribution et aux fabricants de mettre en place, ensemble, un système d’autogestion du diabète, qui représente aujourd’hui un pilier majeur dans la prise en charge du diabète.

Attention à la qualité de la prise en charge du diabète Pour consolider l’autogestion du diabète, qui est compromise par ces derniers développements, cinq fabricants de lecteurs de glycémie se sont réunis au sein de l’association de la branche, FASMED, pour créer un groupe de travail sur l’autogestion du diabète et se sont engagés, dans une déclaration commune, sur les points suivants : Ils sont prêts à investir dans la formation du personnel spécialisé et de

personnes atteintes du diabète, afin de renforcer l’autocontrôle. Ils travaillent activement à ce que soient introduits en Suisse des systèmes innovants pour la lecture de la glycémie, qu’un ensemble de services et de prestations complet soit offert, et que des investissements soient réalisés en matière de prévention. Les fabricants, qui procèdent tous à des recherches et développent des solutions innovatrices pour l’autogestion du diabète, se voient comme des partenaires à long terme dans la prise en charge du diabète.

Vous trouverez plus d’infor­ mations sur ce thème, ainsi que les communiqués de presse de FASMED sur Prisma-Online.ch

2 ROSSO Study Group 2005; Self-monitoring of blood glucose in type 2 diabetes and long-term outcome: an epidemiological cohort study, S. Martin, B. Schneider, L. Heinemann, V. Lodwig, H.-J. Kurth, H. Kolb, W. A. Scherbaum


Prisma_01-2012-F-HA