Gghghbbhh

Page 1

NUMÉRO COLLECTOR

D ECOR ATIO N ®

LE NOUVEL ESPRIT CAMPAGNE ÉLOGE DE LA COURBE

SPÉCIAL TENDANCES

LA PASSION DES TABLES CHICS LES TAPIS

RETOUR À LA TERRE

LE RENOUVEAU DE LA MARQUETERIE

300

VIVE LA VIE DE CHÂTEAU ! L 14126 - 284 - F: 4,90 € - RD

N°284 NOVEMBRE 2020

FRANCE MÉTROPOLITAINE 4,90 € / A : 7,90 € / AND : 5,60 € / BEL : 5,80 € / CAN $ : 8,50 CAD / CH : 9 CHF/ D : 8,10 € / DOM : 5,90 € /ESP : 5,70 € / FIN : 7,90 € / GR : 5,90 € / IT : 5,90 € / LUX : 5,90 € / MAR : 69 MAD / NL : 6,90 € / PORT. CONT : 5,70 € / POLY A : 2000 CFP / NC A : 1850 CFP / TUN : 8,50 TND

PAGES DE NOUVEAUTÉS




Services conseil dÊcoration et conception 3D en magasin French : français

Aqua. Table de repas, design Fabrice Berrux. Steeple. Chaises et bridge, design Enrico Franzolini. Equinoxe. Tapis, design Elizabeth Leriche.


French Art de Vivre Photo Michel Gibert, non contractuelle. Herdade Do Freixo.


Tissus, Papiers-peints, Tapis, Mobilier & Accessoires

FRANCE 01 - LES INTERIEURS STEPHANE BERGER 01170 Cessy 0450416364 01 - ATELIER PIA 01710 Thoiry 0450208810 06 - SARL JPA DECORATION 06570 Saint Paul De Vence 0609834092 12 - MAUVERTEX N.B.M. SARL 12000 Rodez 0565674088 13 - SARL COTE MAISON 13210 Saint Remy De Provence 0432620911 14 - OPTION AMEUBLEMENT 14000 Caen 0231857575 14 - VUES D’INTERIEURS 14500 Vire 0231591051 16 - VENT D’EST 16000 Angouleme 0545384804 17 - IN DESIGN & LIFESTYLE 17640 Vaux Sur Mer 0546055714 20 - L’ ADRESSE DECORATION 20000 Ajaccio 0495229201 22 - CASSIOPEE DECORS SARL 22500 Paimpol 0296205519 24 - ETS LASCONJARIAS SARL 24570 Le Lardin St Lazare 0553513302 27 - MARIE DE BIASIO 27400 Acquigny 0232403292 29 - IDEES 29930 Pont Aven 0298060378 30 - PRISM DESIGN 30015 Nimes Cedex 1 0466648330 31 - FLANELLE DECORATION 31000 Toulouse 0561213220 31 - DESIGN & MATIERES SARL 31110 Toulouse 0624861217 31 - ROGER DELAI 31800 Saint Gaudens 0561952336 33 - FORNIAUX 33000 Bordeaux 0556814152 33 - ATELIER MICHEL FEILLE 33000 Bordeaux 0556969494 33 - ATELIER DU FAUTEUIL - TISSUTHEQUE 33000 Bordeaux 0556982222 33 - FREDERIQUE FOURNIER 33000 Bordeaux 0556449404 33 - CHRISTOPHE ROY DECORATION 33120 Arcachon 0556225444 35 - FOUGERAY CHRISTIAN 35400 Saint Malo 0299818657 35 - LA MAISON GENERALE 35400 Saint Malo 0299408137 35 - V.B.A DECORATION 35760 Montgermont 0299231741 37 - ATELIER DU DECOR SARL 37270 Montlouis / Loire 0247508272 38 - MLM 38920 Crolles 0476009113 41 - BOURGOIN LES ATELIERS 41000 Blois 0254506506 41 - OLIVIER SIMONIN / SCARLETT DECORATION 41100 Vendome 0254731646 41 - ERIC MORAND 41210 Montrieux En Sologne 0254982596 44 - AD.2S 44115 Haute Goulaine 0240062748 44 - MON ARTISAN TAPISSIER 44210 Pornic 0240829014 44 - L’ ATELIER DE CECILE 44500 La Baule 0240241280 44 - MICHEL DENIS DECORATION 44780 Missillac 0240883391 45 - LE VOLTAIRE 45800 St Jean De Braye 0238215565 49 - L’ HARIDON 49100 Angers 0241883979 49 - MIGNOT BERTY EURL 49700 Doue La Fontaine 0241590268 50 - MAISON POUTAS AS 50700 Valognes 0233401815 51 - BOULEY DECORATION 51100 Reims 0326499970 53 - SARL MURY 53500 Ernee 0243058373 54 - NICOLE LHOTTE 54000 Nancy 0383364840 56 - CONCEPT’HOME 56860 Sene 0297543589 59 - REMY MOTTE 59491 Villeneuve D’Ascq 0320898891 59 - FAYOLLE TAPISSIER 59670 Cassel 0328405691 59 - DEMEURE DE FAMILLE 59910 Bondues 0320760077 61 - ATELIERS GORON 61000 Alencon 0233289248 62 - DELCROIX DECORATION 62000 Arras 0321596847 64 - ATELIER LEICEAGA 64122 Urrugne 0559262945

69 - TOSCANE 69002 Lyon 0472402392 69 - MURMURE - VOTRE INTERIEUR 69002 Lyon 0687063370 74 - DELETRAZ DECORATION 74100 Annemasse 0450383139 74 - SARL DECORATION TISSOT NAVARRO 74120 Megeve 0450589838 74 - DESIGN D’AZUR 74410 St Jorioz Lac Annecy 0450680399 75 - MAISON HUGON-JEANNIN 75014 Paris 0145398860 75 - GARNERO 75015 Paris 0145314056 75 - DECO D’AME 75017 Paris 0155379053 77 - SARL A.J.I.D LA MAISON BELLIFONTAINE 77300 Fontainebleau 0160700859 82 - ESPACE DECO SAINT LOUIS 82000 Montauban 0563631156 83 - DECORATION RIVIERA COLLECTION 83120 Sainte Maxime 0646042812 84 - MME CATHERINE AUFFRET / SARL CBA 84800 L’Isle Sur La Sorgue 0675374924 85 - L’ESTAMPILLE 85100 Les Sables D’Olonne 0251211228 86 - DIDIER BERGER 86000 Poitiers 0549880890 86 - S.E.R YVES ROBERT 86100 Chatellerault 0549931472 92 - LA MAISON DE CELINE 92210 Saint Cloud 0147091882 92 - GALEO 92700 Colombes 0147845590 94 - IMAGINE DECORATION 94210 La Varenne Saint Hilaire 0148834593 98 - FASHION FOR FLOORS 98000 Monaco 37792161216

BELGIQUE BENEDETTI INTERIEUR 2235 Hulshout 015222753 BOJOLI by Josephine de Wild 2900 Schoten 0496234568 BURIGAT DECORATIE 9000 Gent 092339575 EMENTE 2000 Anvers 032331891 GERALD WATELET Interiors 1180 Bruxelles 0476975235 HUYGHE DECORATIE 9100 Sint Niklaas 037767026 INGRID DEJANS INTERIEUR 8310 Brugge 050346081 L DECORATION INTERNATIONALE 7500 Tournai 0479596498 LES TISSUS DU SABLON 1000 Bruxelles 025024860 NEOO SELON NEO 9000 Gent 092650765 OVS DECORATIE by Olivier Van Speybroeck 8300 Knokke 050627860 REBECCA VERSTRAETE 2018 Antwerpen 033347394 TRENDSON INTERIORS 2800 Mechelen 015210260

GRAND DUCHE DU LUXEMBOURG LEMOGNE RIDEAUX 7240 Bereldange 003522633651 LUCIEN SCHWEITZER 1930 Luxembourg 003522361621

SUISSE RDECO SARL 1226 Thonex-Genève 0223483233 CHEVALLEY PIERRE 1224 Chene-Bougeries 0223491610 GALLI DECORATION SA 1211 Genève 0228183999 CAMILLE ARYEH INTERIORS & ARCHITECTURE 1207 Genève 0228102555 DUPIN 1820 1227 Les Acacias/Genève 0223044464

pierrefrey.com


Broderie BEAU MONDE


Le groupe BSH est titulaire d’une licence pour la marque Siemens, marque protégée par Siemens AG.

Créez l’atmosphère parfaite. Combinant une table à induction ultra-moderne et une puissante hotte intégrée, inductionAir Plus garantit un air frais dans votre cuisine et une flexibilité maximale pour faire de vous le meilleur des hôtes. siemens-home.bsh-group.fr Le futur s’installe chez vous.

Siemens Electroménager


Table de cuisson aspirante inductionAir Plus de Siemens : la pureté est dans l’air... et dans le design. Votre maison ne fait pas de distinction entre l’espace de vie et la cuisine ? Siemens non plus. La nouvelle table de cuisson aspirante inductionAir Plus est idéale pour les cuisines ouvertes. Servie par un design minimaliste, elle se fond dans le plan de travail jusqu’à se faire oublier.

Mais il vous suffit de vous mettre en cuisine pour mesurer l’efficacité de la hotte et vous émerveiller de sa capacité à purifier l’air. Son secret ? Un moteur à induction puissant et silencieux, associé à des capteurs qui ajustent automatiquement la performance de la hotte pour aspirer dès leur apparition, odeurs, vapeurs et particules de graisse. Côté cuisson, libérez-vous des contraintes grâce aux zones flexInduction qui vous permettent de cuisiner quelle que soit la taille ou la forme de vos plats. La table de cuisson inductionAir Plus est bien sûr compatible avec l’application Home Connect qui en facilite l’usage à chaque instant. Vous n’avez pas prévu de refaire votre cuisine ? Ne renoncez pas aux performances de la table aspirante InductionAir Plus : cette dernière s’encastre dans tous les meubles standards. Et si vous êtes en train de concevoir la cuisine de vos rêves, pensez-la autrement ! La table de cuisson InductionAir Plus peut habiller élégamment un îlot, trouver place à côté d’une fenêtre ou même sous une pente de toit.

Téléchargez et installez l’application Home Connect.

Siemens inductionAir Plus EX875LX67E



Collage “Equilibrismos”, 2011.

EDITO

MOT DE PASSE

« ANTIFRAGILE » Par Danièle Gerkens, directrice de la rédaction

Nassim Nicholas Taleb, professeur en ingénierie des risques et chercheur iconoclaste, est un essayiste aussi impertinent qu’influent, publié en France par Les Belles Lettres (1). Parmi sa contribution au monde des idées, il y a la popularisation de la notion de « cygnes noirs » : des événements aléatoires, hautement improbables, quasiment impossibles à prévoir, et ayant une influence considérable sur nos vies. Il serait tentant de voir dans la crise du Covid-19 et ses conséquences un de ces cygnes noirs… Si Taleb n’approuve pas cette vision, il propose cependant une piste passionnante pour réagir à cette crise : celle de l’antifragilité, soit l’exact contraire de la fragilité. A le lire, il s’agit de l’art de tirer profit des craintes, de la volatilité, de l’imprévisible, autrement dit du hasard. Car, à bien y penser, le hasard rend meilleur, même lorsqu’il peut initialement donner le sentiment de nous fragiliser terriblement. Après tout, l’histoire de la vie n’est-elle pas qu’une longue suite de hasards qui a abouti à notre existence contemporaine ? La solution selon Taleb ? « Small is beautiful », dit-il, estimant qu’« à partir d’un certain niveau, ce qui est grand devient fragile et ne tolère plus les chocs » (2). Quelles seront les conséquences de cette « multicrise » aux répercussions économiques, sociales, politiques, sanitaires et diplomatiques sur l’univers de la décoration ? Nul ne le sait tant la situation est floue. Reste que l’incertitude chère à Taleb commence déjà à produire ses effets.

Pour ce numéro Spécial Tendances, nous avons ouvert nos pages à de nouvelles formes d’expression décoratives. Première d’entre elles, un retour à la terre, via un rêve de campagne 2.0 mettant à l’honneur des décors champêtres pleins d’esprit, à l’image de la maison du décorateur Tristan Auer (p. 190), le nouveau paradis que sont les Sources de Cheverny (p. 52) ou la passion contemporaine pour la terre crue (p. 114). Les tables se redressent aussi (p. 152), portées par une envie d’embellir le quotidien comme l’exceptionnel. Il y a également les écritures modernes dans les arts décoratifs (p. 176) et la marqueterie (p. 122), bousculés par de jeunes générations décidées à se faire entendre… Quant à demain, il est déjà bien là. Un indice ? Celui des extraordinaires décors 3D imaginés par de talentueux graphistes (p. 68), irréellement réels et extraordinairement évocateurs. Leurs points communs ? L’agilité, la souplesse, l’inventivité, l’esprit d’aventure, la réactivité, l’instinct. Autant de vertus qui les font résonner avec Taleb, persuadé que « l’antifragilité a la rare vertu de nous permettre (…) de faire des choses sans les comprendre, et de bien les faire ». Un credo pour demain Q (1) Coffret “Incerto”(aux éditions Les Belles Lettres), rassemblant : “Le Hasard sauvage”, “Le Cygne noir” suivis de “Force et fragilité”, “Le Lit de Procuste”, “Antifragile” et “Jouer sa peau”. (2) Interview parue dans “Le Point” n°2505, le 27 août 2020.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 11


Suivez-nous sur les réseaux sociaux elledecorationfr elledecofr elledecorationfr elledecofrance

PRÉSIDENTE-DIRECTRICE DE LA PUBLICATION CLAIRE LÉOST DIRECTRICE DE LA RÉDACTION DANIÈLE GERKENS RÉDACTRICE EN CHEF Clémence Leboulanger DIRECTION ARTISTIQUE Mari Pietarinen SECRÉTAIRE GÉNÉRALE DE LA RÉDACTION Pascaline Verdun RÉDACTION

MAQUETTE

Océane Algaron 1846, Maud Pilat detto Braïda 1523, Audrey Schneuwly, chef de rubrique 1521

Alizée Demetz et Sandrine Derouault

COLLABORATION

Sandrine Hess, chef de service 1526 Claire Saadi, photothèque 1516

PHOTO

Iris Bennett, Soline Delos, Marie Godfrain, Stéphanie Huré, Bettina Lafond, Clara Le Fort, Laetitia Møller, Ian Phillips, Sandrine Place, Lisa Sicignano, Philippe Trétiack

Sylvie Burban, 1re secrétaire de rédaction

ASSISTANTE DE RÉDACTION

RÉDACTEUR EN CHEF TECHNIQUE

Judith Elias-Johnson 1524

SECRÉTARIAT DE RÉDACTION

Philippe Gautrand / Louis Hini, adjoint

ELLE DÉCORATION EST ÉDITÉ PAR CMI PUBLISHING, FILIALE DE INTERNATIONAL MEDIA INVEST A.S. Siège : Immeuble Sextant, 3-9, avenue André-Malraux, 92300 Levallois-Perret. RCS Nanterre 324286319. Pour joindre votre correspondant, composez 01 87 15 suivis des quatre chiffres figurant à la suite de chaque nom, et par mail : initiale prénom + nom@cmimedia.fr

ELLEDECORATION.FR DIRECTRICE DU PÔLE MÉDIAS SOCIAUX Lucia Lagarrigue-Aumonier 1541 DIRECTRICE DE LA COMMUNICATION ET PROMOTION Stéphanie Videau-Aphatie 1923

Directrice adjointe partenariats, promotion et évènements Fanny Bellet 1921 Directrice ajointe relations publiques et relations presse Ludivine Chaussegros 1971 DIFFUSION Pascal Mouilley, directeur des ventes 2044, assisté de Florence Colbert 2050 et de Nathalie Sacher 2047 MARKETING ABONNEMENTS Karine Chevallet, responsable, et Maxime Brochet, assistés de Arlette Kebreau FABRICATION Alain Bonis 1574, Eve Malheurty 1577, chefs de fabrication Tous droits de reproduction réservés. Télex : Edisept 611 462 F. Edi 7 1989. Commis. Parit. : 0222 K 81358. Membre inscrit à l’O.J.D. N° ISSN 0988-1476. Imprimé en France par Imaye Graphic 53000 Laval. Dépôt légal : novembre 2020. © CMI Publishing 2020. ELLE® et ELLE Décoration® sont utilisées sous licence du propriétaire de la marque, Hachette Filipacchi Presse.

PUBLICITÉ / CMI MEDIA PRÉSIDENTE Valérie Salomon DIRECTEUR COMMERCIAL Patrick Robin 1806 DIRECTRICE DE PUBLICITÉ Delphine Minor 1811 DIRECTRICES DE CLIENTÈLE Catherine Benoit 1808 et Elise Alezra 1807

assistées par Helena Calvao 1801 Pour joindre votre correspondant, composez 01 87 15 suivis des quatre chiffres figurant à la suite de chaque nom.

Le papier se recycle, pensez au tri sélectif

PUBLICITÉ RÉGIONALE/CMI MEDIA RÉGIONS Tél. : 01 74 85 85 85.

Directrice générale adjointe Amélie Pouradier Duteil ELLE INTERNATIONAL, une entité de LAGARDÈRE NEWS CEO Constance Benqué CEO Licences Internationales ELLE François Coruzzi SVP/Directrice internationale ELLE DECORATION Valeria Bessolo Llopiz

SVP/Directeur Licences médias internationales et Syndication Mickael Berret Directrice de la création ELLE DECORATION Linda Bergmark Responsable marketing ELLE DECORATION Morgane Rohée Chef de projet digital senior ELLE DECORATION Moda Zere

Ce magazine est imprimé sur du papier certifié PEFC (pages foliotées)

Syndication ELLE DECORATION / Responsable adjointe Marion Magis Coordination Johanna Jegou, Responsable droits d’auteur Séverine Laporte Responsable gestion base de données Pascal Iacono RÉGIE PUBLICITAIRE INTERNATIONALE/LAGARDÈRE GLOBAL ADVERTISING SVP/Directeur commercial international Julian Daniel (jdaniel@lagarderenews.com) Immeuble Sextant, 3-9, avenue André-Malraux, 92300 Levallois-Perret

JOINDRE LE SERVICE ABONNEMENTS. Un problème ou une question sur votre abonnement ? Contactez-nous : O

Par e-mail : elledecoration@jemabonne.fr O Par téléphone : 01 75 33 70 37 (France). Etranger : 00 33 01 75 33 70 37. O Par courrier : ELLE Décoration Abonnements CS 50002 – 59 718 Lille Cedex 9 O Toutes les informations sur votre abonnement dans votre espace client sur jemabonne.fr BESOIN D’UN ANCIEN NUMERO ? Commandez-le au 01 75 33 70 37.

Tarifs abonnements (1 an, 10 numéros) : France : 36 € ; étranger : nous consulter au 00 33 01 75 33 70 37. Label, tél. : 01 40 88 64 24 ou 60 14. Anciens numéros, tél. : 01 75 33 70 37 (4,90 € le numéro, 1,70 € de port, par chèque). Diffusion, service des ventes, tél. : 01 87 15 13 00. Promotion/Relations extérieures, tél. : 01 87 15 13 00. ELLE DÉCORATION, publication mensuelle de CMI Publishing, immeuble Sextant, 3-9, avenue André-Malraux, 92300 LEVALLOIS-PERRET, France. Pour la Suisse : Dynapresse, 38, avenue Vibert, CH-1227 Carouge. Tél. : 022 308 08 08. Site : dynapresse.ch. E-mail : abonnements@dynapresse.ch. Les indications de marques et les adresses qui figurent dans les pages rédactionnelles de ce numéro sont données à titre d’informations sans aucun but publicitaire. Les prix peuvent être soumis à de légères variations. La reproduction, même partielle, des articles et illustrations parus dans ELLE Décoration est interdite. ELLE Décoration décline toute responsabilité pour les documents remis. Les manuscrits non insérés ne sont pas rendus. IMPRIMÉ EN FRANCE / PRINTED IN FRANCE ELLE Décoration, ISSN 1120-4400, is published monthly 10 times per year (except February and July) by EDIF c/o Distribution Grid. at 900 Castle Rd Secaucus, NJ 07094, USA. PeriodicalsPostage paid at Secaucus, NJ. POSTMASTER : send address changes to ELLE Décoration c/o Express Mag, P.O BOX 2769, Plattsburgh,NY 120901-0239.

Papier provenant majoritairement de Finlande, 0 % de fibres recyclées, papier certifié PEFC. Eutrophisation : Ptot 0,010 kg/T.


#MolteniGroup NOUVELLE OUVERTURE MOLTENI&C | DADA PARIS FLAGSHIP STORE 22, RUE DES SAINTS-PÈRES

Molteni@Home CONSEILS EN CONCEPTION VIRTUEL MOLTENI.IT


Marine Vactch porte la teinte B30.

La Ligne de CHANEL - TĂŠl. 0 800 255 005 (appel gratuit depuis un poste fixe).


NOUVEAU FOND DE TEINT LES BEIGES TEINT BELLE MINE NATURELLE Une mine reposée, éclatante de fraîcheur toute la journée. Une texture fondante et imperceptible. Une formule hydratante qui protège et laisse respirer la peau.

LES BEIGES le naturel est un style

disponible sur CHANEL.COM


AD Beatrice Rossetti - Photo Federico Cedrone


EN COUVERTURE

Dans son refuge normand, l’architecte d’intérieur Tristan Auer mêle avec brio héritage du passé et écriture décorative singulière. Au centre de la salle à manger habillée d’un papier peint fleuri (Braquenié) trône une imposante table ayant appartenu à Alberto Pinto. Aux murs, service en faïence fine aux allures de bestiaire (Manufacture Creil et Montereau). Reportage p. 190. Réalisation Maud Pilat detto Braïda. Photo Vincent Leroux.

NUMÉRO COLLECTOR

D ECOR ATIO N ®

Retrouvez

elle decoration sur iPad *

LE NOUVEL ESPRIT CAMPAGNE ÉLOGE DE LA COURBE

LA PASSION DES TABLES CHICS

SPÉCIAL TENDANCES

LES TAPIS

RETOUR À LA TERRE LE RENOUVEAU DE LA MARQUETERIE

VIVE LA VIE DE CHÂTEAU !

DE 300 PAGES NOUVEAUTÉS

60. 40.

Vive la Pompadour ! Quand papiers peints et parfums dialoguent chez Antoinette Poisson.

Spatiale Suspension “Orbit” en laiton signée Workstead (Galerie Triode).

SOMMAIRE

N°284 novembre 2020

11

MOT DE PASSE

L’édito par Danièle Gerkens

23 Elle déco News TOUTE L’ACTU

88

PORTRAIT

144

SECRET DE FABRICATION

148

98

SHOPPING LIST

152

106

REPÉRAGE

162

BIBLIOTHÈQUE

166

PROMENADE

176

TENDANCE

182

SHOPPING

96

de la déco et du design

50 52

Romain Ricard ; presse

60 68 76

COLLABORATION

Trudon et Balmain, une rencontre flamboyante

REPÉRAGE

Les Sources de Cheverny, hôtel au cœur d’un vignoble

EN VUE

Les parfums de la Marquise par Antoinette Poisson

PHÉNOMÈNE

Des lieux fantasmés réalisés en images 3D

INSPIRATION

Les décors féeriques des palais perdus du Chettinad

Le décorateur Luke Edward Hall, prodige de la couleur Hermès, quand le luxe tient à un fil… de tapis Des œuvres d’art ? Non, des tapis !

Effervescence créative au château de la Haute Borde

114

PHÉNOMÈNE

122

EN VUE

134

La terre crue, le retour d’un matériau ancestral La marqueterie : nouveaux artistes, défis inédits

SYSTÈME DÉCO

SHOPPING LIST

Du mobilier sacrément boudiné !

PORTRAITS CROISÉS

Guy Bareff et Elsa Oudshoorn, libres comme la terre

DÉCRYPTAGE

Les arts de la table, une passion renouvelée Sélection de beaux livres La vie au naturel sur la côte ouest du Costa Rica Les arts décoratifs, la nouvelle avant-garde Quand la mode inspire la déco

L’art de prendre la porte ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 17


Rimadesio

Modulor boiserie, Self bold meuble conteneur.

rimadesio.com

Design Giuseppe Bavuso

PPCM Sarl +33 381403600 rimadesio@ppcmsarl.fr


Vincent Leroux ; Yves Duronsoy ; Jérôme Galland

202.

Inspiration nature pour shopping de luxe éclectique.

204. Premier rôle L’œuvre de Miquel Barceló prend toute sa mesure dans la chambre de ce pied-à-terre parisien.

190.

Qui part à la chasse Dialogue de l’ancien et du contemporain dans une demeure début XXe.

189 Elle déco Style

243 Elle déco Idées

NOUVEAUX REFUGES

190

204

CONTE CHAMPÊTRE

Dans sa maison normande, l’architecte d’intérieur Tristan Auer noue deux histoires de famille : la sienne et celle des précédents propriétaires + Notre sélection shopping

ELOGE DE LA COURBE

Les lignes arrondies sont les reines de cet appartement de collectionneurs repensé par Pierre Yovanovitch + Notre sélection shopping

LES TISSUS

216

228

Les étoffes font leurs gammes et rhabillent nos intérieurs pour l’hiver.

SOMBRE & LUMIÈRE

Un esprit du milieu du XXe souffle en rafale chez Daniele Daminelli, designer italien au style « romantique futuriste » + Notre sélection shopping

ODE AU MINÉRAL

Gamme chromatique subtile et jeu de textures raffiné dans un écrin germanopratin revisité par l’architecte Félix Millory + Notre sélection shopping

260 262

NOS ADRESSES INTERVIEW HORS CADRE

Mathieu Lehanneur, designer du futur

La rédaction précise que les dates des expositions et événements annoncés dans ce numéro sont susceptibles d’être annulées ou reportées en raison de la crise sanitaire.

Ce numéro comporte : insérées entre les pages 254-255 et dans les départements concernés, une édition de 12 pages numérotées de I à XII (Paris/Ile-de-France), une édition de 12 pages numérotées de I à XII (Provence/Côte d’Azur/Corse), une édition de 8 pages numérotées de I à VIII (Alsace/Lorraine/Champagne-Ardenne), une édition de 8 pages numérotées de I à VIII (Aquitaine), une édition de 4 pages numérotées de I à IV (Bourgogne/Franche Comté), une édition de 4 pages numérotées de I à IV (Bretagne), une édition de 12 pages numérotées de I à XII (Grand Rhône/Alpes), une édition de 4 pages numérotées de I à IV (Languedoc-Roussillon), une édition de 8 pages numérotées de I à VIII (Midi-Pyrénées), une édition de 4 pages numérotées de I à IV (Picardie/Normandie/Hauts-de-France), une édition de 8 pages numérotées de I à VIII (Pays de Loire), une édition de 4 pages numérotées de I à IV (Val de Loire/Centre). Posé sur la 4e de couverture, un chéquier Sélect’ Presse + une enveloppe retour (abonnés/France métropolitaine) ; un échantillon “Les Beiges/Chanel” collé sur la double page Chanel en page 15 (France métropolitaine/kiosques/diffusion partielle pour les abonnés), un encart abonnement Multititres Féminins Dynapresse (Suisse Romande). Un encart abonnement de 4 pages jeté à une coupure de cahier. Un cahier belge de 32 pages sous couverture et des envois de correspondance sur la France métropolitaine + Dom-Tom.

Le prochain numéro de ELLE DECORATION sera mis en vente le 25 novembre 2020. SERVICE LECTEURS : elle.decoration@cmimedia.fr RELATION ABONNÉS. Rendez-vous sur elledecoabo.com ou par mail : elledecoration@jemabonne.fr ou par tél. : 01 75 33 70 37.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 19


13 35 42 57 69 75 92

AIX-EN-PROVENCE AU FIL DES MATIÈRES - 13 MARSEILLE SÉRIÈS DÉCORATION - 16 L’ISLE D’EPAGNAC NUANCES UNIKALO - 22 MINIHY-TREGUIER AR DÉCO - 30 NIMES THEROND DÉCORATION - 31 TOULOUSE FLANELLE DÉCORATION - 35 FOUGÈRES PINTO ET FILS RENNES / MONTGERMONT VBA DÉCORATION - 35 SAINT-MALO FOUGERAY - 36 CHATEAUROUX BARRAUD - 37 CHAMBRAY-LÈS-TOURS DÉCOR 37 - 38 ECHIROLLES CAP COLOR - 42 SAINT-ETIENNE CAPAROL CENTER SAGRA 2 - 42 SAINT-ETIENNE SIGNE INTÉRIEUR SAINT-GENEST-LERPT EPARVIER - 42 SAVIGNEUX CAPAROL CENTER SAGRA - 45 ORLÉANS CPPO BCL DÉCOR - 51 REIMS HALL DU PAPIER PEINT - 53 CRAON STÉPHANE COTTEVERTE - 53 LAVAL COLORISME - 53 LAVAL/CHANGÉ INFINI LEGNO - 54 NANCY NICOLE LHOTTE FAMECK P.P.M - 57 SARREBOURG MILDÉCOR - 59 LA MADELEINE ORMERAY - 60 BEAUVAIS VA DÉCORATION - 62 ARRAS DELCROIX DÉCORATION - 62 SAINT-OMER LIONET DÉCOR - 64 BIARRITZ ITOIZ DÉCOR - 65 TARBES PÉLEGRY PEINTURES - 67 SELESTAT PROJART LYON SOLMUR CITY - 69 LYON/CALUIRE ATELIER BITSCH - 69 VILLEURBANNE SOLMUR DISTRIBUTION - 73 CHAMBÉRY-VOGLANS COULEURS DE REV - 74 ANNEMASSE L’ATELIER DES PEINTRES - 75 PARIS AU FIL DES COULEURS - 75 PARIS BHV MARAIS PARIS INFINI LEGNO PARIS - 75 PARIS RECA DÉCORATION - 75 PARIS VANDENBROUCKE - 76 BIHOREL LES ROUEN SOLMUR - 83 FRÉJUS LES DÉCORATEURS DU SUD - 85 LA CHÂTAIGNERAIE LOGIDÉCOR - 85 LE POIRÉ-SUR-VIE DÉCOR PEINT ANTONY MARIETTE DFD - 92 NEUILLY-SUR-SEINE LA MAISON BINEAU - 94 MAISONS ALFORT INFINI LEGNO MAISONS ALFORT - 98 MONACO FASHION FOR FLOORS

collection KAMI dessin KOI


Showrooms

London

Par is

Culemborg

arte-inter national.com

Los Angeles



E L L E DÊCO

Feu rouge La céramiste Gabrielle Thomassian tape dans le mille. Applique “Belvédère” en faïence mate, Ø 24 cm, 140 €, VILLA AREV.

Epi d’or

Alessio d’Aniello ; presse

Le temps des moissons est venu ! Miroir “Phoenix” en bronze, patine légère, design Franck Evennou, h. 104 x l. 65 cm, 8 exemplaires, 8 200 €, GALERIE AVANT-SCÈNE.

Eminence grise Le fauteuil “Times Lounge” assied son style en majesté. Collection “Future of Heritage”, en tissu et frêne massif, design Simone Spalvieri et Valentina Del Ciotto, l. 83 x p. 85 x h. 77 cm, à partir de 4 620 €, POLTRONA FRAU. PAR MAUD PILAT DETTO BRAÏDA ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 23


ELLE DÉCO NEWS

1. Temples de verdure Tables d’appoint, colonnes et boule en poussière de polyuréthane et résine, à partir de 835 €.

2

A suivre Charlotte Kidger

BEAUX DÉCHETS

1 2. Orange mécanique Stèle “Browns Fashions” en pousssière de polyuréthane et résine, h. 80 x p. 60 x l. 60 cm, à partir de 5 000 €.

Transformer les déchets en pièces de design, c’est le pari que s’est lancé la designer britannique Charlotte Kidger (photo). Fraîchement diplômée de la très sélective Central Saint Martins College of Art and Design en 2018, elle écume les usines de Londres pour récupérer leurs déchets industriels. Grâce à une technique pointue qu’elle a mise au point, elle coule les poussières de mousse de polyuréthane (matériau difficilement recyclable) dans des moules avec de la résine qu’elle teinte. Une manière efficace et esthétique de sensibiliser les professionnels du secteur sur la problématique des déchets. Et un joli tour de magie O charlottekidger.com

Malabar Un rose bubble gum et des dossiers inclinables individuellement, le canapé “Pandarine” d’Inga Sempé distille de la fantaisie. En tissu, mousse et chêne massif teinté, l. 255 x p. 98 x h. 94 cm, à partir de 4 199 €, HAY.

Cap sur la Grèce avec la coupe “Time/Less” aux motifs inspirés des colonnes ioniques. En marbre Nero Marquina, design Dan Yeffet, Ø 60 x h. 26 cm, prix sur demande, COLLECTION PARTICULIÈRE.

24 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

La lampe “Dueppo” fait rimer allure sage avec chic fou. En marbre de Carrare, coton et chintz, design Mathieu Delacroix, h. 42 x Ø 30 cm, 615 €, LIGNE ROSET.

Francis Amiand ; presse

Coupe nette

Jupe plissée



ELLE DÉCO NEWS Bonne figure Assiette “Milan” en céramique, Ø 26 cm, 6,99 €, MONOPRIX.

Coups de crayon Papier peint intissé “Jako”, à partir de 58 € le lé en 63 x 220 cm, MADURA.

Gironde Vase marocain “Malhem” en terracotta de la vallée de l’Ourika, fabriqué et décoré à la main, h. 26 cm, 165 €, CARAVANE.

En pointillé Tasse en grès, 45 cl, 9,50 €, YLIADES aux GALERIES LAFAYETTE.

Maxi-tendance Coup de bec Carafe “Lättsald” en grès, h. 14 cm, 9,99 €, IKEA.

NOIR & BLANC, DUO STAR Ovni Lampadaire “Haro” en acier inoxydable et laiton, design Space Copenhagen, h. 140 x Ø 37 cm, 472 €,

L’iconique contraste chromatique continue encore et toujours à rythmer une déco trop sage. C’est la touche qui lie les nuances et autorise toutes les audaces.

Ethnique Coussin “Tribal 5” en velours et lin lavé, 40 x 60 cm, 115 €, BÉRENGÈRE LEROY.

Cinétique Tissu “Small Surprise”, coll. Optimism, en velours de coton, design Liz Roache, 210 € le m en 134 cm de large, PIERRE FREY.

26 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Colliers de perle Bougie “Othoniel Rosa”, 190 g, design Othoniel Studio, 60 €, DIPTYQUE.

Studio Collet ; Sébastien Huruguen ; Patrick Parchet ; Xavier Imbert ; presse

STELLAR WORKS.


SYSTÈME D’ASSISES CONNERY | DESIGN RODOLFO DORDONI FAUTEUIL TORII | DESIGN NENDO PETITE TABLE BOTECO | DESIGN MARCIO KOGAN / STUDIO MK27 DÉCOUVREZ-EN PLUS DANS MINOTTI.COM/CONNERY


ELLE DÉCO NEWS

Good vibes Le tissu “Jolie Joséphine” fait vibrer les ondes. Collection Promesse d’Ailleurs en viscose et coton, 209 € le m en 140 cm de large,

Micro-tendance TOP MOUMOUTE Cet hiver, la matière que l’on préfère, c’est la bouclette.

MISIA.

L’appoint Pouf “Babylone” en tissu bouclette (Dedar) et socle en chêne clair satiné, Ø 42 x h. 45 cm, à partir de 1 800 €, LAURA GONZALEZ.

TÉLEX/Fine Arts, c’est LE rendez-vous de l’automne pour les amoureux des beaux-arts ! Au cœur de la cour du Dôme des Invalides, une structure éphémère en aluminium accueille 70 marchands d’art pour une session d’exception. (Du 19 au 22 novembre. finearts-paris.com)

Totem Empilement géométrique en grès blanc pour une touche néo-égyptienne. Objet décoratif “Béatrice”, h.27 x Ø 13 cm, 39,90 €,

Street Art Sac “Lady Dior Art #5” en cuir d’agneau brodé de fils de laine noués, charms en métal couleur crème et en métal émaillé. Collaboration avec l’artiste suisse Mai-Thu Perret, prix sur demande, DIOR.

BLOOMINGVILLE chez FLEUX.

GALLOTTI & RADICE.

28 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Boules de charme Fauteuil “Peonia”, collection Empreinte, en hêtre massif laqué et tissu laine bouclée, l. 60 x p. 55 x h. 70 cm, à partir de 6 170 €, LE BERRE VEVAUD.

Michael Bay ; presse

Bouton d’or Tout le raffinement de la table “Manto” se niche dans les détails. En bois et laiton brossé, design Pietro Russo, Ø 150 x 73 cm, à partir de 1990 €,


CABINET O F C UR IOSI TI E S


ELLE DÉCO NEWS

C’est quartz ?

Téléphone maison

C’est le stupéfiant lustre “Goliath” du designer Christopher Boots. En cristal de roche et quartz fumé, h. 100 x l.50 x p. 65 cm, prix sur demande,

Un portable vintage oublié dans son assiette ? Non, un plat ! Collection “04.91 Cellphone” en porcelaine, 22 x 33 cm, 120 €, MARION MAILAENDER.

GALERIE ARMEL SOYER.

Maison Matisse

PALETTE ITALIENNE Pour sa seconde collection permanente, Maison Matisse, quatrième génération de la famille de l’illustre peintre, plonge une fois de plus dans l’héritage de son glorieux bisaïeul. Cette saison, c’est l’incontournable designer italienne Cristina Celestino qui signe une collection diablement réussie, inspirée du tableau “Intérieur aux aubergines”. Une collaboration qui frise la perfection tant la palette de couleurs de Matisse sied à la brillante Italienne. Farandole de motifs, lignes empreintes des toiles du maître, la designer s’en donne à cœur joie. Brava ! MAISON MATISSE & CRISTINA CELESTINO.

1

2. Vase “Septembre “ en métal et bois, h. 20 x Ø 13 cm, 450 €. 3. Canapé “Colette” en rotin et tissu “Belle Epoque”, l. 165 x p. 60 x h. 60 cm, 9 850 €.

3

Majordome Encore plus chic qu’un valet de chambre ! “Amiral” doté d’un miroir et de rangements en frêne massif, revêtement en cuir, inserts et entretoises en métal peint finition étain, design Leonardo Dainelli, l. 105 x p. 88 x h. 188 cm, 9 442 €, GIORGETTI. 30 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Franck Verdier ; Fabrice Gousset ; presse

1. Tapis “Paysage au soleil” en laine de l’Himalaya et soie chinoise, noué main, 170 x 240 cm, existe en 3 dimensions, à partir de 8 200 €.

2



ELLE DÉCO NEWS

Ceci n’est pas une horloge Mais la clef des songes ! Un boîtier nomade contenant plus de 200 sons de la nature, des exercices de méditation et de relaxation pour accompagner le marchand de sable. Hors connexion, évidemment. Coque en hêtre, h. 10 x Ø 7 cm, 79 €, MORPHÉE.

TÉLEX/Pour tout connaître de la scène artistique asiatique, rendez-vous à Asia Now !, un salon qui réunit galeries internationales, performances et conférences. (Du 21 au 24 octobre, 9, av. Hoche, Paris-8e. asianowparis.com)

Phénomène VERRE CATHÉDRALE Loin d’être lisse, le verre gagne en volume et assume ses capitons.

Granuleux Vase “Arura”, l. 34 x Ø 26 cm, 199 €, AYTM.

Artisanat d’exception Colonnes à la une Ne pas remettre aux calendes grecques ce coup de cœur pour le papier peint “Palladio”. Collection Columns, design Robert Nicholson, prix sur demande, ZOFFANY.

Que donne la rencontre entre Humbert & Poyet et Pouenat, artisan ferronnier et éditeur d’art ? Des chefs-d’œuvre ! La preuve avec la chaise” Hug” en métal martelé laqué noir, laiton patiné à chaud, laiton poli et velours (Pierre Frey), l. 55 x p. 52 x h. 75 cm, 6 250 €, POUENAT.

Bombé Lampe à poser “Bonfire”, design Studiopepe, 33 x 20 x 30 cm, à partir de 680 €, GALLOTTI & RADICE.

Sylvain Claire ; Christian B/Yellows Studio ; presse

Moulé Table “Pina” en verre, acier et laiton, design Sebastian Herkner, Ø 34 x h. 52 cm, à partir de 985 €, PULPO.



ELLE DÉCO NEWS

Test de Rorschach Paysage fantasmé ? cratère ? visage ? A vous de voir. Plateau “Pinot Combined Dots”, collection Translucent Layers, en verre et bois, design Dawn Sweitzer, Ø 92 cm, 359 €,

Le bon angle Ne pas se fier à sa rectitude : la lampe “Oblique” éclaire en biais. En alliage d’aluminium, design Vincent van Duysen, h. 35 x Ø 16 cm, à partir de 348 €, FLOS.

ETHNICRAFT.

Organique Tout en volutes et en volume, la table basse “Splash” évoque la plage et ses dunes mouvantes. En bois usé et métal, design Daniel et Michel Bismut, l. 159 x p. 87 x h. 39 cm, 22 200 €, BISMUT & BISMUT.

1. Sous les tropiques Couverture “Garden at night” en coton et polyester, 127 x 92 cm, 126 €. 2. Voir double Housse de coussin “Double face” en coton et polyester, 43 x 43 cm, 76 €.

Nom à connaître Les trois passions de cette jeune artiste designer américaine basée à Los Angeles ? Le basket-ball, le vintage Nike et Matisse ! De ces miscellanées d’inspirations, elle fonde sa marque BFGF afin d’injecter de l’art dans les objets fonctionnels du quotidien. Beauté, bonne humeur et couleurs sont les maîtres mots de tableaux qu’elle peint pour ensuite les décliner sur coussins, plaids et accessoires décoratifs. Une vision réjouissante pour des collections abordables et une manière sans complexe de dédramatiser l’art O bfgf-shop.com 34 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Presse

LILIAN MARTINEZ, ALIAS BFGF


Pour connaître tous les détails du produit, rendez-vous sur www.farrow-ball.com/modern-emulsion/claims.

farrow-ball.com

Tu te souviens que nous avons utilisé de la peinture Farrow & Ball pour redécorer ? Oui Et qu’elle est essuyable? Oui Plus de raison donc de s’inquiéter que des enfants l’abîment? En effet… Je pense donc que nous devrions avoir un bébé !

MODERN EMULSION I R R É S I S T I B L E M E N T R É S I S TA N T E


ELLE DÉCO NEWS

HOMMAGE Deux grands noms de la décoration ont tiré leur révérence en septembre dernier. Christian Liaigre, décorateur à l’élégance française chevillée au corps, et Sir Terence Conran, le trublion britannique qui révolutionna l’économie du design.

2

1

CHRISTIAN LIAIGRE

3

Elégance, raffinement, épure sont les mots qui viennent à l’esprit lorsque l’on évoque le « style Liaigre ». Car c’est

là tout le génie de Christian Liaigre : avoir créé au fil de ses réalisations un style reconnaissable entre tous. Dès 1985, avec l’ouverture de sa première adresse, rue de Varenne, à Paris, il impose son écriture à contre-courant. Jamais ostentatoire, ultramoderne, il contredit les tendances de l’époque, encore engluées sous le plastique. Son travail avec des artisans d’art est une constante. Sa recherche du minimalisme chic, son mantra. Reconnu internationalement, ce sont ses créations qui parlent le mieux de cet homme discret, en quête d’équilibre et de justesse. En plus de trente ans, il réussit le tour de force d’apposer une signature convoitée sur tout ce qu’il touche, marquant à jamais l’école française décorative.

1. Triplex signé Christian Liaigre pour le magnat de la presse Rupert Murdoch (New York, 2000). 2. Fauteuil “Saint Germain”, 2008, en bronze patiné. Sophistication et minimalisme : les deux faces d’une même pièce pour le designer. 3. “Nagato” en chêne, 1986. Tabouret, console, bout de canapé ? Peu importe, le brutalisme élégant vient de trouver son maître.

The Conran Shop ouvre sa première adresse parisienne, dans l’entrepôt historique du Bon Marché à Saint-Germain-des-Prés.

Lampe “Hector Bibendum”, dessinée par Terence Conran pour le 21e anniversaire de la marque Original BTC. Elle rend hommage à la toute première boutique Conran Shop, dans la Michelin House, à Londres.

SIR TERENCE CONRAN En 1964, il lance le premier magasin Habitat à Londres avec, en tête, une idée révolutionnaire : démocratiser le design grâce à des meubles en kit. Dans la foulée, il ouvre en 1971, encore à Londres, le premier Conran Shop et, dès lors, son nom n’a cessé d’être associé au design de bon goût. Précurseur, inventif, son engagement envers le design ne s’est jamais démenti. En 2003, il reçoit le Prince Philip Designers Prize, la plus prestigieuse distinction britannique, pour sa contribution nationale à l’architecture et au design. Une consécration bien méritée. 36 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Luc Boegly ; presse

Pionnier, architecte, designer, restaurateur et même écrivain, Sir Terence Conran était de ces hommes qui ont voué leur vie entière à leur passion. La sienne ? Le design, of course !



ELLE DÉCO NEWS

Livre

UNE PAGE D’HISTOIRE

La première monographie consacrée à la célèbre maison de boiserie Féau & Cie révèle l’étendue de son savoir-faire d’exception et ses audacieuses créations contemporaines. Depuis 1875, celle-ci perpétue la tradition du beau décor à la française, se spécialisant dans les répliques de pièces historiques de boiserie et leur adaptation contemporaine. Cet ouvrage dévoile son talent incomparable, son expertise et sa capacité à accompagner les décorateurs les plus célèbres et les plus exigeants dans le monde entier.

1

O “Féau & Cie, boiseries du XVIIe siècle à aujourd’hui”,

préface de Michael S. Smith et introduction d’Olivier Gabet, textes d’Axelle Corty. Avec les photographies exclusives de Robert Polidori, 65 €, Editions Rizzoli.

Guano Une nuance chaude et terreuse pour des carreaux qui rappellent des écailles. “Ronda”, design Adeline PithoisGuillou, 14,50 x 10,50 cm, à partir de 250 € le m2, NORMANDY CERAMICS.

2 1. Création du décorateur Emile Jacques Ruhlmann et Louis Pierre Rigal (pour les bas-reliefs), cet ensemble complet en palissandre des Indes provient de l’appartement parisien de Lord Harold Rothermere. 2. Collection d’ornements en plâtre appartenant aux archives de la maison Féau et Cie.

Arty La table basse “Square 04” joue brillamment sur tous les tableaux : le fond et la forme. En médium peint à la main, design Nort Studio x Studio Proba, 60 x 60 x h. 35 cm, 1 350 €,

Rallumer la flamme Inspiration Art Déco pour la bougie “Cashmere” et ses motifs précieux. A partir de 92 €, BAOBAB.

38 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Jesus Sauvage ; presse

STUDIO PROBA.


*


ELLE DÉCO NEWS

Flower power Rhabillé d’émaux de Longwy, le tabouret iconique d’India Mahdavi conte fleurette. “Bishop Prima Donna” en céramique émaillée, h. 60 x Ø 40 cm, 8 exemplaires, 12 000 €, EMAUX DE LONGWY.

Coup de cymbale Pleins feux sur la suspension “Orbit” et son système solaire. En laiton, design Workstead, l. 59 x p. 48 x h. 41 cm, 4 440 €,

L’ŒIL D’HÉLÉNE AGUILAR

Chaque semaine, Hélène Aguilar reçoit les acteurs du Beau au micro de son podcast. Prochainement, Camille Walala. « Rencontre ensoleillée avec cette artiste française installée à Londres qui n’a qu’une idée en tête : réenchanter nos balades citadines et créer de l’émotion ! A la façon d’un street artist, elle surprend avec ses motifs et ses couleurs vives. Un parcours atypique, beaucoup d’audace et des anecdotes incroyables qui ne cessent de ponctuer ses projets. Le Salt Boutique à Maurice, son premier hôtel désormais signature, est lui aussi le fruit d’une belle rencontre qu’elle nous raconte dans le podcast. » OA

écouter en avant-première sur le site de ELLE Décoration (le mardi 13 octobre), puis dès le 15 octobre sur les plates-formes Apple podcasts, Deezer, Spotify… Un épisode chaque mardi sur elledecoration.fr

House of dots Camille Walala a utilisé deux millions de briques LEGO® pour créer cette maison aux couleurs vives, de deux étages, au cœur de Londres (photo de gauche). Elle est composée de cinq chambres réparties dans huit conteneurs.

40 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Charles Emerson ; John Phillips/Getty Images for the Lego Group ; presse

GALERIE TRIODE.


Le meilleur collagène ? Le vôtre. Boostez-le.

N°1

de l’anti-âge en France *

Nouveau brevet Collagène Vegan Peau raffermie 95%**

EN PHARMACIES, PARAPHARMACIES ET SUR CAUDALIE.COM *

IQVIA - PharmaOne - Marché des soins anti-âge et yeux en pharmacie en France - CMA Mars 2020 - en valeur

**

Etude clinique : % de satisfaction, 42 femmes, 56 jours.


ELLE DÉCO NEWS

Cadre de vie Le lit “Christo” promet des nuits plus belles que nos jours. En noyer américain noir massif, finition à l’huile claire, design Russell Pinch, l. 148 x p. 199 x h. 200 cm, 10 920 €, PINCH.

A la source Avec la lampe “Ion”, la lumière coule à flots. En laiton, design Lara Bohinc, Ø 24 x h 29 cm, 2 856 €, BOHINC STUDIO.

Armani Casa

LES CODES DE L’ÉLÉGANCE Pour ses vingt ans de création, Armani Casa met en scène ses pièces emblématiques dans un intérieur fantasmé de collectionneurs qui auraient le bon goût de mêler des classiques à des pièces d’art et de design. Ça donne une série de clichés au chic incontestable, signés du photographie italien Beppe Brancato. Inspirant ! O armani.com

Joli flacon

Ci-dessous, bureau à tiroirs “Euclide” en érable noir, pieds et poignées en acier peint noir brillant (édition 2011).

Délicatesse et transparence pour un épi joliment mis en carafe par le designer Sam Baron. Collection “Croisière 2021”, en verre soufflé bouche, h. 32 x Ø 12 cm, prix sur demande,

James Merrell ; Alioth ; presse

DIOR MAISON.

42 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


Sunbrella Design + Performance™ est une marque commerciale et Sunbrella® est une marque déposée de Glen Raven, Inc. | Crédit photo : Studio Tekhné et Dickson Constant

DÉPERL ANT

FAC I L E D ’ E N T R E T I E N

R É S I S TA N T A U X U V E T À L A D É C O L O R AT I O N

D E S I G N .. . BU T N OT ONLY.*

Durables, esthétiques et faciles à nettoyer, les tissus Sunbrella® résisteront à tous vos moments de vie en intérieur et en extérieur. S U N B R E L L A .C O M

*Design… mais pas seulement.


ELLE DÉCO NEWS

Paravent “Course dans la forêt” d’Armand Albert Rateau, vers 1930, Paris.

Exposition

“LUXES” AU MAD

Sablier “The Hourglass”, en verre borosilicate et nanobilles en acier inoxydable plaqué or, créé en 2015 par Marc Newson.

Plus de cent œuvres témoignant d’une certaine idée du luxe à travers le temps et l’espace, c’est la nouvelle exposition du musée des Arts décoratifs, dont la scénographie est signée Nathalie Crinière. Véritable odyssée anthropologique et culturelle, “Luxes” s’écrit bien au pluriel tant le foisonnement des pièces présentées rend compte de l’étendue et de la variété des arts décoratifs. La préciosité et la définition du luxe sont en évolution constante, reflètant les enjeux économiques de chaque maison. Une histoire qui s’écrit au pluriel. O Jusqu’au 2 mai 2021, 107, rue de Rivoli, Paris-1er. madparis.fr

Flaque acoustique Motifs graphiques et couleurs irrésistibles, certes. Mais le papier peint “Echeresque” a un atout caché : son isolation phonique car il est en liège. “Collection Anthology 07”, 185 € le m en 134 cm de large, ANTHOLOGY POUR STYLE LIBRARY.

Clin d’œil à la lagune vénitienne, la table “Torcello” ondoie avec son plateau en verre coulé. Collection Vignole et Torcello, édition limitée, l. 130 x p. 80 x h.32 cm, 15 000 €, YALI GLASS.

Ludique Une touche ultravitaminée pour booster les jours gris. Vase “Rikkio” en grès, h. 35 x Ø 20 cm, 69 €, HABITAT.

Christophe Delliere ; Philippe Joner ; Patrick Burban ; Enrico Fiorese ; Elle Dunn ; presse

Malle, collection “Métiers d’Art, New York Look 84”, signée Karl Lagerfeld, Chanel, 2018.


pilar sveva


ELLE DÉCO NEWS

Brutalisme La lampe “Sonia” joue dans la catégorie poids lourds. En bronze à patine blanche, fondu en France, 8 exemplaires, l. 35 x h. 57 cm, 6 200 €, FRANCOIS MASCARELLO.

Quilt ou double Collection Sandra Benhamou

LE NEW YORK SEVENTIES

Ou comment se rouler nonchalamment dans le style folk. Courtepointe “Mondeuse” en coton et viscose, design Jean Touitou et Jessica Ogden, 140 x 160 cm, 440 €, A.P.C.

Première collection de mobilier pour l’architecte d’intérieur Sandra Benhamou ! Baptisée “Ginger”, sa ligne s’inspire de l’Amérique des années 70 et des ambiances du cinéaste Martin Scorsese, déclinant des fauteuils, des tables basses, un miroir et un bar. Des mariages réussis entre le laiton et le verre, l’Inox et le velours, le miroir et la laque, tous travaillés par des maîtres artisans français. On se croirait dans un film… Fauteuil “Mia” en placage Inox poli, assise matelassée et traversins en velours avec surpiqûres, l. 93 x p. 80 x h. 71 cm, prix sur demande.

Bouchée multiple Imaginée par des designers pour accompagner des dîners gastronomiques expérimentaux, la collection des arts de la table de Jouw nous laisse baba. Ici, cuiller “Playful” en olivier et laiton, design Laia Ribas Valls, l. 15 cm, 194 €, JOUWSTORE.

Imbriqués Christophe Delcourt unit, pour le meilleur, pierre de lave émaillée et palissandre. Table “Isa”, collection Give me Shelter, l. 140 x p. 120 x h. 75 cm, prix sur demande, CHRISTOPHE DELCOURT.

46 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Vincent Leroux ; Yves Duronsoy ; Nicolas Louis ; Pierre Even ; Alfredo Piola ; presse

O sandrabenhamou.com


making places

* habiter les lieux

*

usm.com

Dimensions, couleurs, aménagements : les meubles USM s’adaptent à vos envies en permanence et de manière unique.

Créez votre propre meuble USM Haller sur notre configurateur en ligne ! Showroom : 23, rue de Bourgogne 75007 Paris – +33.1.53.59.30.37– info.fr@usm.com


ELLE DÉCO NEWS

Clair de lunes

Toucher du bois

Les planètes s’alignent. Suspension “Starburst” en acier, globes (Ø 25 cm) en verre marbré, l. 120 x h. 60 cm, 4 450 €,

Conçue pendant la Seconde Guerre mondiale pour pallier la pénurie de métal, la célébrissime chaise “Standard” de Jean Prouvé est rééditée entièrement en bois. “Tout Bois”, existe en chêne foncé ou naturel, l. 42 x p. 49 x h. 82 cm, 709 €, VITRA au BON MARCHÉ RIVE GAUCHE.

CASSINA.

Tout feu, tout flamme La carafe “Taches” déploie son feu ardent. En verre, h. 24 x Ø 17 cm, 22,99 €, BOUCHARA.

Exposition

LES TRÉSORS CACHÉS DE NADIA CANDET Pour sa neuvième édition, la collectionneuse Nadia Candet, conceptrice de la galerie éphémère et secrète Private Choice, lève le voile sur sa sélection d’art et de design, dont des pièces inédites. Au cœur d’un appartement parisien, plus d’une cinquantaine d’artistes dialoguent et questionnent la thématique “Voyage intérieur”. Une matière à explorer, plus actuelle que jamais, pour découvrir et continuer de faire vivre l’art autrement. 19 au 25 oct., Private Choice “Voyage Intérieur”. Inscription sur privatechoice.fr 2 1 1. Vase en grès émaillé de Marlène Mocquet. 2. Fauteuil capitonné “Matrice” dessiné par le duo Tawla, édité par Plumbum. 3. Lithographie “Vue de fenêtre sur le Palais de la Découverte, 2.VI.2020” de Christelle Téa. 48 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

3

Rebecca Fanuele ; Samuel Cortès ; presse

O Du


Green Une collection de couleurs authentiques du National Trust comprenant les teintes originales des maisons de Winston Churchill, Georges Bernard Shaw et Beatrix Potter. Disponible Maintenant.

Showroom Little Greene 21 rue Bonaparte 75006 PARIS Tel: 01 42 73 60 81 paris@thelittlegreene.com « Conseils couleurs à domicile : nos experts couleurs se déplacent chez vous » Demandez un nuancier gratuit, ou trouvez le revendeur le plus proche sur littlegreene.fr


COLLABORATION

BALMAIN X TRUDON

Chic, une bougie ! NOTES BOISÉES ET FLEURIES, POUDRE À CANON ET ROSE NOIRE, VERRE PARÉ DE BANDES D’OR… PASSIONNÉ PAR LES BOUGIES TRUDON, OLIVIER ROUSTEING, DIRECTEUR DE LA CRÉATION DE LA MAISON BALMAIN, A IMAGINÉ SA PROPRE DÉCLINAISON. L’OCCASION D’UN DIALOGUE OUVERT AVEC JULIEN PRUVOST, DIRECTEUR ARTISTIQUE DU CIRIER, OÙ IL EST QUESTION DE PARFUM, D’ORIGINE ET DE MODERNITÉ. PROPOS RECUEILLIS PAR DANIÈLE GERKENS PHOTOS PHILIPPE QUAISSE

Comment cette collaboration a-t-elle vu le jour ? Olivier Rousteing. De manière naturelle. J’ai beaucoup de bougies Trudon chez moi et au bureau, au point que mes assistants disent qu’il leur faudrait une pièce dédiée ! Je fais rarement des collaborations, sauf lorsque j’admire le travail, la création et la qualité des produits. Quel est le rôle du parfum dans votre processus créatif ? O. R. La bougie parfumée est ambivalente. Lorsque je dessine, elle me transporte, me fait voyager, un peu comme la musique. Elle me permet aussi d’emmener d’autres personnes dans un voyage sensoriel.

D’un point de vue neurologique, on sait que l’odorat est le sens qui « ancre » les souvenirs. Quels sont les parfums qui vous sont chers ? O. R. Chanel N° 5, le parfum que ma grand-mère portait le matin quand j’allais prendre le petit-déjeuner chez mes grandsparents. Celui de l’herbe coupée de mon enfance à Bordeaux. Et puis, il y a l’odeur du crayon fraîchement taillé, attachée à la rentrée des classes et au début des collections. Enfin, les bougies semées partout dès l’enfance : près de la cheminée, dans ma chambre, sur la terrasse en été… Julien Pruvost. Chez l’être humain, l’odorat est le premier sens qui s’active à la naissance. Et c’est le seul directement relié au cerveau. Il nous permet de nous protéger et de nous projeter.

Make-up : Delphine Goichon ; © Marion Leflour

Duo créatif Boiseries classiques, sol en marbre, rampe en ferronnerie d’art… Julien Pruvost et Olivier Rousteing dans le showroom Balmain.


Dans “Wonder Boy”, le documentaire d’Anissa Bonnefont diffusé fin 2019, vous dites que votre vie est une alternance de bruit et de silence, que la solitude est votre compagne. Le parfum joue-t-il le rôle d’une présence ? O. R. Ma vie est paradoxale, comme ma personnalité. Si être entouré me nourrit, j’aime être seul pour m’évader. Chez moi, j’allume d’abord mes bougies, et lorsque leur parfum s’exprime, je me sens apaisé. Julien m’a beaucoup parlé de cette solennité et il a raison. La bougie me rassemble, me recentre, tel un rituel.

Ultra collector Avec 5 000 exemplaires de la bougie classique et les 500 de la version XXL, la bougie Balmain x Trudon fait la joie des collectionneurs.

Opéra Garnier, hôtel de ville de Paris ou châteaux classiques… Vous placez vos défilés dans des lieux à l’esprit très « français ». Trudon est elle-même une maison historique. Est-ce important ? O. R. Ma collaboration avec H&M, par exemple, a été l’occasion de donner accès au luxe à la jeune génération. Avec Trudon, j’ai pu travailler avec le patrimoine français car c’est une institution depuis 1643 – ses bougies ont éclairé Versailles… Je viens d’un orphelinat, je suis mi-éthiopien mi-somalien, adopté par des parents bordelais. Je suis fier d’être français et je souhaite que le monde comprenne la nouvelle génération. Travailler avec Trudon est un hommage et une consécration ! J. P. Le patrimoine français est une histoire vivante. Trudon est devenue Entreprise du Patrimoine Vivant en février 2020 et il est important de faire évoluer notre héritage en échangeant avec d’autres maisons de caractère, ayant su s’inscrire dans le présent, à l’image de Balmain. Cuir, tabac, notes florales… La bougie Balmain x Trudon est inclassable. Comment la définiriez-vous ? O. R. Emilie Bouge de la maison Robertet, le nez derrière cette bougie, et Trudon ont d’abord dû comprendre l’univers Balmain. Une maison inclassable, masculine et féminine, glamour et unique, inclusive et intemporelle. Autant de notes difficiles à traduire, mais le résultat est hors du temps, fluide, doux et fort. C’est la senteur du paradoxe comme Balmain est la maison du paradoxe. L’homme et la femme en 2020 n’ont plus rien à voir avec l’homme et la femme à l’époque où M. Balmain a lancé ses premiers parfums. Nous avons le devoir d’accompagner ces changements de société. J. P. Le point de départ est la bougie “Ernesto”, une note souvent qualifiée de masculine qu’Olivier adore. L’objectif a été de l’ouvrir sur une facette florale sans pour autant la rendre féminine : la « rose noire » la bouscule en la fluidifiant. Cela n’a pas été simple car la bougie “Balmain” a été élaborée durant le confinement. Certains échantillons envoyés par voie postale ont été perdus, les échanges se sont faits à distance... Mais le résultat est là ! Cette bougie est aussi un objet particulier qui bouscule les codes Trudon. Or et noir, c’est la signature Balmain ? O. R. Le motif de la marinière, déjà travaillé par M. Balmain, a su défier le temps avec des notes d’humour et de glamour. Pour donner une « identité Balmain » à cette bougie, j’ai décidé de l’habiller de rayures. J. P. Avec l’aide de notre maître verrier, on a tenté l’impossible : rayer à la feuille d’or chaque verre, puis laquer l’intérieur de noir. Un travail incroyable et entièrement manuel. O. R. Cela m’évoque les mains dans les ateliers. Acquérir une bougie Trudon, c’est acheter l’expression d’un savoir-faire, une de ces pièces qui rendent fiers tant les concepteurs que les acheteurs. Ce sont des objets de culture au sens premier du terme.

J. P. La marinière est un vêtement de travail, mais la rayure évoque aussi l’abeille, industrieuse et laborieuse. Quand j’ai vu ce projet, cela m’a fait sourire car la devise de Trudon, « Deo regique laborant », signifie : « Elles (les abeilles) travaillent pour Dieu et le roi ». Lancer une bougie, est-ce une manière de penser la mode autrement, de donner une nouvelle dimension à Balmain ? O. R. La mode va devoir changer. Certes, on fera toujours des vêtements et des défilés, mais il va falloir imaginer des expériences « lifestyle » qui ouvrent sur l’univers de la maison. Cette bougie est l’occasion d’accueillir Balmain chez soi. Y a-t-il une part de votre âme dans cette bougie ? O. R. Oui. Ceux qui l’allument ont une part de moi chez eux. Sur Instagram, mes followers disent souvent que c’est une sorte de rêve car la bougie est plus intime que le vêtement.

Diriez-vous que le parfum diffusé par une bougie est la touche finale d’un décor, comme le parfum parachève une silhouette ? O. R. Totalement. La première fois que j’ai allumé une bougie “Ernesto” chez moi après mon déménagement, j’ai enfin eu l’impression que ma maison était finie. Dans les boutiques Balmain, il y a aussi des bougies car le parfum amène les gens à comprendre intuitivement l’univers. Allumer une bougie, c’est donner vie à un espace Q Rens. p. 260. ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 51


REPÉRAGE

Noble allure Entre vignes et forêt, le château du Breuil dresse sa façade XVIIIe en tuffeau, une pierre crayeuse blanche typique de la région. Accolé à l’arrière du bâtiment, le spa en bois noir a été réalisé par l’architecte Yves Collet sur le modèle des anciens séchoirs à tabac.

HÔTEL LES SOURCES DE CHEVERNY

La vie de château AU CŒUR DE LA SOLOGNE ET AU MILIEU DES VIGNES, CET HÔTEL RÉVEILLE UNE DEMEURE OUBLIÉE DU XVIII E , ASSOCIANT MOBILIER DE STYLE ET CONVIVIALITÉ D’UNE MAISON DE CAMPAGNE. UNE APPROCHE DU LUXE VERSION NATURE. PAR LAETITIA MØLLER PHOTOS YANNICK LABROUSSE


Entrée en matière Dans le hall d’accueil du spa, l’artiste Claire Basler a peint in situ ce saisissant décor inspiré des étangs de Sologne. Création astucieuse du studio Be-Poles, la table basse a été réalisée à partir d’un tronc d’arbre du domaine, débité en planches posées sur des tasseaux. Appliques “Mantis BS5” de Bernard Schottlander (DCW éditions).

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 53


REPÉRAGE HÔTEL LES SOURCES DE CHEVERNY

Mise en boîte Sous la haute charpente, la réception est matérialisée par une grande boîte verte, à mi-chemin entre le kiosque à journaux et le wagon-lit. Les hôtesses habillées de tweed par la créatrice Delphine Manivet semblent tout droit sorties de l’OrientExpress au siècle dernier.

Avant d’apercevoir la fière silhouette du château du Breuil, il faut progresser sur une longue allée bordée de tilleuls, de charmes et de chênes centenaires. Une immersion dans les trente hectares boisés du domaine, pensée comme un sas préalable invitant à se déconnecter. Bienvenue aux Sources de Cheverny, la nouvelle adresse viticole de Jérôme et Alice Tourbier. Vingt ans après les Sources de Caudalie, dans le Bordelais, ils poursuivent leur collection d’hôtels dans les grands vignobles français. Entre Chambord et Chenonceau, dans le Val-deLoire, ils ont investi un château d’agrément du XVIIIe siècle, un ancien chai et plusieurs corps de ferme, auxquels ils ont adjoint un spa, une piscine aux reflets émeraude s’enfonçant sous les

54 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

frondaisons, et un hameau de cabanes contemporaines en bois grisé, réalisées par l’architecte Yves Collet. « A partir de cet ensemble varié de bâtiments, nous avons composé un lieu multiple, retrace Alice Tourbier. Tout ne se découvre pas du premier coup d’œil, le visiteur évolue de surprise en surprise. » C’est elle, en châtelaine des temps modernes, qui a imaginé les différentes ambiances de l’hôtel, épaulée par Antoine Ricardou et les équipes du studio Be-Poles – à qui l’on doit notamment l’hôtel Le Barn dans les Yvelines. « Le défi était de trouver une unité sans uniformisation », poursuit-elle. Résultat : ils écument les grands déballages des antiquaires aux quatre coins de la France pour chiner tables de chevet, u


Relais de campagne Avec sa grande cheminée, ses tables alignées et ses suspensions en laiton et verre opalin (Berliner Messinglampen), le restaurant L’Auberge cultive l’esprit bistrot. Au menu : cochon Roi Rose de Touraine laqué, volailles et gibiers rôtis à la broche...


REPÉRAGE HÔTEL LES SOURCES DE CHEVERNY

Pièces iconiques Dans ce lobby alignant du mobilier design – fauteuils et poufs “Togo” de Michel Ducaroy (Ligne Roset), fauteuils en cuir et tables basses en travertin des années 50, céramiques « faux bois » de Vallauris –, Les Sources de Cheverny mixent les héritages.

56 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


Salon d’automne Au premier étage, la suite Anne-Julie évoque avec son décor “Jaune trop cuit” (peinture Emery & Cie) les feuillages brûlés de l’automne. Deux bergères de style Louis XV et un kilim ancien (Kilims ADA) dialoguent avec, sur la cheminée, une lampe créée par Be-Poles à partir d’une carotte de ciment et d’un abat-jour en lin. Rideau en lin mordoré (Pierre Frey).

fauteuils, têtes de lit, trumeaux, mixant en toute liberté le style Louis XV et l’épure scandinave, les kilims anciens et les pièces de designers contemporains. « On ne voulait pas faire du château un élément de prestige, commente Antoine Ricardou. On l’a abordé dans la simplicité d’une maison de campagne à l’orée de la forêt. » En témoignent notamment les tonalités de “Jaune trop cuit”, de bronze doré, de guano et d’ocre sombre qui évoquent les feuillages au fil des saisons. Aux Sources de Cheverny, tout repose sur un équilibre subtil, un luxe discret et savamment dosé, attentif aux détails et aux belles matières. Côté château, les chambres monochromes s’habillent de lourds rideaux, tandis que les cabanes déploient un décor couleur craie, du bois clair et de larges baies ouvrant sur l’extérieur. Au cœur du domaine, une vingtaine de vélos s’alignent devant le lobby, ancienne maison du gardechasse, où des hôtesses habillées de tweed proposent de vous réserver un soin au spa, une cueillette de baies sauvages dans les bois ou un atelier de dégustation de vins. u

Classique revisité Posée sur une table de chevet chinée, la lampe-soliflore “Amalgame” de la designer Pia Chevalier en laiton massif accroche l’œil et twiste le classicisme de la chambre Ex-Voto. Tête de lit cannée (Xavier Favaro), rideau en laine (Edmond Petit) et plaid (Pendleton).


REPÉRAGE HÔTEL LES SOURCES DE CHEVERNY

Haut perché Suspendue sur pilotis au-dessus de l’étang, la suite du Baron Perché imaginée par l’architecte Yves Collet s’inspire des observatoires à oiseaux de Sologne. A l’intérieur, un vaste espace décloisonné de 47 m2 décline les verts, offrant un panorama imprenable sur le domaine.

Au printemps, Les Sources devraient également ouvrir Le Favori, un restaurant gastronomique qui vise déjà l’étoile. En attendant, le chef Frédéric Calmels – ex de La Réserve, du Lancaster et de la Tour d’Argent – manie la broche et les braises devant la grande cheminée de L’Auberge, la table conviviale de l’hôtel. Bientôt, sept hectares de vignes seront replantés pour produire la cuvée du domaine et renouer avec le passé viticole du château. Un authentique retour aux Sources Q Rens. p. 260.

Paradis blanc Ambiance nordique dans le Hameau du Marais ! Ici, le bois clair, la laine bouclée (tapis Toulemonde Bochart) et les chaises “Traîneau” vintage (Baumann) composent une cabane stylée. Œuvres “Grandeur Nature” de Mathilde Papapietro. Lampe “Greta” en chêne et jute de Gabriel Teixidó (Carpyen), rideaux en coton et laine (Pierre Frey) et plaid (The Socialite Family).

Bains toniques Avec ces grands carreaux de terrazzo évoquant l’argile rouge du domaine, la salle de bains offre une percée graphique sur le vert des feuillages. Et joue les contrastes avec la robinetterie classique.



EN VUE

Un tandem inventif Depuis presque dix ans, Vincent Farelly (à gauche) et Jean-Baptiste Martin font revivre le papier dominoté et ses motifs. Jusqu’à la chemise portée par JeanBaptiste (à droite), issue de leur collection mode, en vente chez Monoprix à partir du 2 décembre.

“A PARIS CHEZ ANTOINETTE POISSON”

Les parfums de la Marquise NOUVEAU TERRAIN DE JEU POUR LE SURDOUÉ DU PAPIER DOMINOTÉ QUI LANCE SA PREMIÈRE COLLECTION DE PARFUMS. LE PITCH ? TROIS FRAGRANCES INSPIRÉES ≈ DE LA MARQUISE DE POMPADOUR EN ÉCHO À UNE SÉRIE DE PAPIERS PEINTS. A DÉCOUVRIR DANS LA BOUTIQUE ET DANS LE PIED-À-TERRE PARISIEN DU DUO FONDATEUR. PAR CLÉMENCE LEBOULANGER PHOTOS ROMAIN RICARD


Sur un piédestal Nouvel écrin velouté dans la boutique pour mettre en scène le flacon. « Nous avons fouillé dans les archives de la cristallerie Waltersperger, dans la vallée de Bresle, pour trouver ce modèle aux arêtes biseautées, en vogue au XVIIIe siècle. Petit supplément d’âme : le décor en arabesque gravé, comme à l’époque », se réjouit le duo. Au fond, vitrine avec maquette de décor en 3D réalisée avec le papier peint “Joli Bois” découpé et collé. Magique.

Promenons-nous dans les bois Façon verdure du XVIIIe siècle, le papier peint “Joli Bois”plante le décor ! Sur les murs, bien sûr, mais également en abat-jour sur une structure en métal recouverte d’une matière végétale signée José Esteves, et en housse de coussin (disponibles chez A Paris chez Antoinette Poisson). Tableau signé Jean-Pierre Pincemin. Tapis “Normandie” (Casa Lopez).

“A Paris chez Antoinette Poisson” n’en finit pas de mettre nos sens en éveil ! Après avoir ravi nos yeux en tirant de l’oubli les papiers dominotés en vogue au XVIIIe siècle et enchanté nos papilles avec la confiture “Puits d’amour” (d’après la recette d’un savoureux gâteau conçu à l’époque de Louis XV), Vincent Farelly et Jean-Baptiste Martin charment désormais nos nez. Le duo lance trois fragrances inspirées de la marquise de Pompadour, née Jeanne-Antoinette Poisson. A cette occasion, ils ont mis leur pied-à-terre parisien au diapason. Car à chaque parfum correspond un papier peint. « Cela fait un moment que l’univers olfactif nous attire. Quoi de plus chic que de commencer par une eau de parfum ! s’amusent-ils. Nous avons donc imaginé trois parfums pour trois périodes de la vie de cette femme, l’une des plus u ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 61


EN VUE A PARIS CHEZ ANTOINETTE POISSON


Dans le salon, le papier peint aux notes végétales évoque la fraîcheur d’un sous-bois romantique

Forêt fantasmée A la manière d’un panoramique, “Joli Bois” donne l’illusion de pénétrer dans un décor sans raccord ni répétition. Il est rehaussé de touches de rose avec les rideaux, la banquette et le fauteuil chinés tendus de velours. Coussins en velours (Home Beddings & Curtains). Table basse en métal, de José Esteves. Dans le coin, la cuisine prolonge la même palette chromatique.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 63


EN VUE A PARIS CHEZ ANTOINETTE POISSON

Recette parisienne Les couleurs font des merveilles ! Dans cette cuisine de poche aux tomettes d’origine, Vincent et Jean-Baptiste ont choisi le bleu “Porte cochère” (Ressource) en résonance avec le papier peint du salon, également invité dans la niche au-dessus de l’évier. Carrelage métro (BHV Marais). Suspension en porcelaine d’Alix D. Reynis. Chaise verte (Ailleurs).

influentes du XVIIIe siècle. » Le premier, “Joli Bois”, évoque sa rencontre avec Louis XV dans la forêt royale de Sénart : « Les notes végétales rappellent les sous-bois et symbolisent la jeunesse, la fraîcheur, l’amour naissant », détaillent-ils. Le second, “Bien Aimée”, correspond à sa vie à la Cour, une fois devenue marquise et maîtresse officielle du roi (dit le « BienAimé »). « C’est une brassée de fleurs aux arômes intenses, une invitation à la flânerie dans les allées des jardins du château de Versailles, symbole de passion et de frivolité. » Le troisième, 64 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

“Tison”, se réfère à la fin de sa vie, retirée de la Cour : «L’odeur évoque un intérieur du XVIIIe, à base de bois ciré, d’encens, de cire d’abeille. Des notes boisées et fumées, qui inspirent quiétude et sérénité. » Trois parfums mixtes mis au point avec Lyn Harris, nez londonien, et que le duo songe déjà à décliner en brûle-parfum, en bougie ou en papier parfumé. Fidèle à son savoir-faire, A Paris chez Antoinette Poisson a imaginé un motif pour chaque jus. Pour le packaging, bien sûr, mais également déployé sur des coussins, boîtes, papiers peints. u


Chaque papier peint dessine le contour d’une pièce pour mieux en raconter l’histoire

En coulisses A chaque pièce son papier peint : “Joli Bois” dans le salon et “Tison” dans la chambre qui prend des allures de coulisses. Au premier plan, tabouret Louis XIII et bureau chinés avec une collection d’ex-voto, de plâtres et d’objets chinés. Au mur, bougie (La Boutique de Frédérique). Lampe à poser signée José Esteves. Au fond, fauteuil des années 1960 tendu d’un velours jaune coordonné aux rideaux. Photo de Julien Drach.


EN VUE A PARIS CHEZ ANTOINETTE POISSON

Trois parfums mixtes créés avec Lyn Harris, un nez londonien Pour habiller les murs de leur pied-à-terre parisien, Vincent et Jean-Baptiste en ont choisi deux. “Joli Bois”, le plus époustouflant et le plus innovant pour la maison, au décor arborescent inspiré des tapisseries d’Aubusson du XVIIIe, donne la sensation de pénétrer dans une verdure fantastique. En all-over dans leur salon, on s’y sent comme dans une forêt fantasmée. Plus sage, “Tison” reprend la tradition du papier dominoté avec rayures et petits dessins répétés de bois enflammés. Ils l’ont choisi pour la chambre. “Bien-Aimée”, quant à lui, s’inspire des fleurs brodées du siècle des Lumières pour créer un grand semis de fleurs sur fond jaune, évoquant le rayonnement de madame de Pompadour à la Cour. A Paris chez Antoinette Poisson, les meilleurs ambassadeurs de la Marquise ! Q Rens. p. 260.

Dame Nature Comme les papiers dominotés traditionnels, le modèle “Tison” décline à l’infini une rayure et un petit motif (des bûches et une flamme). Il donne le ton à la chambre parée d’un lit habillé de lin foncé (Merci). Clin d’œil au salon attenant, le coussin “Joli Bois”. Au mur, applique végétale signée José Esteves. Chaise chinée et nécessaire de toilette Napoléon III.

Douche froide Changement d’ambiance dans la salle de bains, où le carrelage d’origine a disparu sous un enduit effet béton (“Masqu’carrelage” chez Maison Déco). Lavabo inspiré des années 1930 (Leroy Merlin). Etagère chinée. Miroir à parclose du XIXe siècle chiné.

66 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


SLEEP BETTER LIVE BETTER


PHÉNOMÈNE

IMAGES 3D

Au-delà du réel DES MAISONS PLUS VRAIES QUE NATURE, DES PAYSAGES À COUPER LE SOUFFLE, DU MOBILIER COMME ON EN RÊVE… NE VOUS FIEZ PAS AUX APPARENCES, DE PLUS EN PLUS DE COMPTES INSTAGRAM METTENT EN LIGNE DES LIEUX FANTASMÉS. DÉCRYPTAGE. PAR OCÉANE ALGARON

La Maison Terre idéale Pour Benjamin Guedj, elle serait au Japon, bâtie sur l’eau, dotée d’une grande terrasse abritée, d’un mobilier organique, de teintes terracotta, d’un cerisier et d’une vue sur un paysage rocheux.

Quel est le point commun entre la maison sur l’eau de Benjamin Guedj et la villa troglodyte signée Charlotte Taylor, repérées sur Instagram ? Ces lieux n’existent pas. Sauf dans l’imagination de leurs concepteurs. Depuis quelques mois, des images virtuelles de maisons de rêve fleurissent sur les réseaux sociaux. Aux manettes, des graphistes, des artistes, des designers d’objets, des architectes d’intérieur rompus aux techniques de la 3D, qui conçoivent des endroits imaginaires hyperréalistes. Confinement oblige, l’envie d’évasion a pris une nouvelle tournure. « Il y a eu un engouement ces derniers mois pour les visuels 3D. La crise sanitaire du Covid-19 y est pour quelque chose, c’est certain. Toute la journée, on était tous penchés sur nos téléphones », rapporte Stefano Giacomello, basé à Montréal, dont le compte Instagram (@stefo_rotolo) compte plus de 25 000 followers. Même son de cloche avec Benjamin Guedj (@oursroux), 18 000 followers au compteur : « Les gens ont besoin de s’échapper vers un ailleurs, explique-t-il. La 3D permet de créer des images virtuelles qui font rêver. » Ces magiciens 3.0 gagnent leur vie en créant des visuels pour des marques ou en modélisant des intérieurs pour des studios 68 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

d’architecture. Par ailleurs, ils conçoivent des espaces idylliques juste pour le plaisir. Leurs inspirations ? Ce qui les entoure, des éléments du réel (paysage, mobilier, matière…) ou d’autres sortis tout droit de leur imagination. Au point de susciter parfois de la confusion ! « Je me suis retrouvé dans une situation cocasse, raconte Benjamin Guedj. Il y a quelques semaines, un architecte d’intérieur a proposé un de “mes” canapés à l’un de ses clients et a donc voulu passer commande. Il a été un peu déçu quand je lui ai dit qu’il n’existait qu’en pixels ! » Résultat, Benjamin est en discussion avec un éditeur de mobilier pour donner vie à certaines de ses créations virtuelles. Au-delà de faire rêver les scrollers, ces comptes Instagram « ont permis de briser la barrière entre l’artiste et le client », se réjouit Charlotte Taylor, directrice artistique et créatrice du compte @maison_de_sable, qui comptabilise 165 000 abonnés. Et de décrocher des contrats ! « La crise sanitaire a normalisé l’idée du travail à distance, analyse Stefano Giacomello. Faire appel à un designer de l’autre côté de la planète est maintenant envisageable. » Preuve qu’à toute chose, malheur est bon Q


Isolé dans son petit appartement parisien pendant le confinement, Benjamin, 30 ans, s’évade grâce à la 3D : il imagine la Maison Terre comme un endroit de paix situé au Japon, avec beaucoup d’espace et de nature (photo de gauche), pour lequel il crée des meubles et des objets organiques. Dans la foulée, il relève le défi “Empilement challenge” (ci-dessus) lancé par le compte Instagram @ouestlebeau, où il compile tous les objets dessinés pendant l’année écoulée dans un intérieur hautement désirable. Lui qui définit son style comme « pop minimaliste » débute chaque projet par une envie de couleur ou de matière. Sa passion ? La décoration bien sûr, le design des années 1960, en particulier. A suivre.

“Empilement challenge” Défi relevé sur Instagram : créer un lieu qui compile toutes les créations (objets et mobilier) imaginées pendant l’année 2019. Ici, celui de Benjamin Guedj.

Presse

BENJAMIN GUEDJ @oursroux / Clients : Polène, Goodmoods, Netflix, Twitter…

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 69


PHÉNOMÈNE IMAGES 3D

ANDRES REISINGER @reisingerandres Clients : Apple, Microsoft, Nike, Samsung… Naviguant entre l’art, le design de produit et l’aménagement intérieur, ce touche-à-tout argentin de 30 ans a été sélectionné par le magazine “Forbes” dans son top des “30 under 30” qui consacre le parcours de trentenaires créateurs, artistes et sportifs insufflant un vent nouveau dans des domaines en pleine mutation technologique. Pour ce salon chaleureux (photo) aux poutres apparentes et aux meubles inédits, Andres Reisinger a été fortement influencé par l’architecte mexicain Mauricio Rocha et plus largement par l’architecture moderne. Il aborde ses recherches expérimentales comme un espace de liberté absolue, lui permettant de tester, explorer, faire et défaire à l’infini et de manière rapide, ne dépendant que de lui.

CHILD STUDIO @child.studio Clients : c’est leur premier projet en 3D !

Presse

Alors que le duo britannique Che Huang et Alexy Kos, alias Child Studio, 26 ans tous les deux, travaille sur l’aménagement de la future boutique de la marque de beauté Plenaire, le Covid-19 fait son apparition. Au lieu d’appuyer sur pause, il décide de créer un espace fictionnel dans lequel mettre en scène l’univers de la marque et ses produits en y mêlant certaines de leurs pièces de design favorites (signées Pierre Paulin, Eero Aarnio ou Greta Van Nessen). Surgit ainsi une maison au bord de la mer, à l’architecture ondulatoire, invitant à la contemplation et célébrant le bien-être ainsi que la connexion à la nature. « Pendant cette période d’incertitude où nous étions enfermés chez nous, résume le duo, nous avons tous rêvé de destinations lointaines. Cette maison, fabriquée de toutes pièces, a convoqué notre collection personnelle de souvenirs et de désirs. »

70 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


*ma vie, mon style.

my life, my style.

calligaris.com

Calligaris Flagship Store PARIS 45 rue du Bac, 75007 • Calligaris Stores BESANÇON Geneuille - 45, Lyautey • CESSY 5 Route Nationale • LYON CENTRE VILLE 2 Rue Rabelais, Angle Cours de la Liberté • MARSEILLE 179, rue de Paradis • MULHOUSE Kingersheim, 81 Rue de Guebwiller • NANTES 176 Route de Vannes • PARIS 15eme - 145 rue St Charles • RENNES 12 Rue Edison, Zone Décoparc • STRASBOURG 4 Rue du Chemin de Fer, Lampertheim • TOULON La Garde C.C. Grand Ciel 1215 - Chemin des Plantades • TOULOUSE Portet sur Garonne - 46 Route d’Espagne


PHÉNOMÈNE IMAGES 3D

MASSIMO COLONNA @m.a.s.s.i.m.o.c.o.l.o.n.n.a Clients : Mut Design, The Cool Hunter, ELLE Decor Italie… La plupart du temps, l’Italien Massimo Colonna, 34ans,travailleencollaborationavecdesmarques. Ici, l’enjeu était de scénographier les tables de l’Atelier Avéus, studio pluridisciplinaire de design d’intérieur et d’ameublement. Sa source d’inspiration ? Les œuvres de l’artiste néerlandais MC Escher (1898-1972), connu pour ses lithographies et ses gravures architecturales surréalistes où la loi de la gravité ne semble pas s’appliquer. Le résultat ? Une image impossible à réaliser en photo traditionnelle. Massimo en est convaincu : la 3D devrait devenir une nouvelle façon de s’exprimer, à la manière de la peinture ou du dessin.

STEFANO GIACOMELLO @stefo_rotolo Clients : Lambert & fils, Sight Unseen, Field Tiles…

Presse

L’Italo-Suisse Stefano Giacomello, 34 ans, tour à tour designer d’intérieur, directeur artistique et set designer, le revendique : la Casa Colledomus, du studio italien Arkimera, à Rimini, a été sa source d’inspiration. Pour ce projet, il réalise le rêve d’une maison adossée à une falaise, bercée par la lumière si spécifique du désert d’Arizona. Dans le salon, uniquement des objets inventés (à l’exception du vase et de la table en bois). Baptisés “Tubo Collection”, ils n’existent qu’en images virtuelles… pour le moment ! Car, il le confesse : « L’idée de pouvoir un jour m’asseoir sur l’une de mes chaises me fait totalement rêver. »

72 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


14 | CAEN SWEET HOME - 17 | SAINT-MARTIN-DE-RÉ LE JARDIN DE L’ÎLE DE RÉ - 29 | QUIMPER AU CHARME DU LOGIS - 31 | LABÈGE IN EX TOO - 31 | TOULOUSE IN EX TOO - 33 | MERIGNAC DU COTÉ DE CHEZ SOI - 35 | DINARD SUITE 13 - 41 | SAINT GERVAIS LA FORÊT GILLES DARNAULT - 44 | REZÉ LABEL MAISON - 56 | PLUVIGNER MEUBLES LE DU - 64 | ANGLET MEUBLES JEAN SABLÉ - 64 | BIDART EHIA MOBILIER & DESIGN - 64 | SAINT-JEAN-DE-LUZ MEUBLES PAVIOT - 64 | SAINT-PÉE-SUR-NIVELLE EHIA MOBILIER & DESIGN - 75 | PARIS LE CÈDRE ROUGE PARIS MIROMESNIL - 78 | PARIS LE CÈDRE ROUGE PARIS OUEST - 85 | LA ROCHE SUR YON VILLA D’AZUR - 92 | RUEIL MALMAISON BOGOTA - 94 | VINCENNES EN VILLE

W W W.V I N C E N T S H E P PA R D.C O M


PHÉNOMÈNE IMAGES 3D

CHARLOTTE TAYLOR @charlottetaylor et @maison_de_sable Clients : Maserati, Beni rugs, Bzippy… La jeune illustratrice britannique Charlotte Taylor, 26 ans, cherchant à élargir ses horizons, se tourne vers l’image 3D dont elle connaît les bases, mais réalise rapidement que ce n’est pas son point fort. Ni une ni deux, elle s’improvise directrice artistique et travaille main dans la main avec des artistes 3D plus chevronnés qui, à chaque nouveau projet, apportent leur vision et leur touche stylistique. Mélange d’inspirations et de projets collaboratifs, son compte Instagram est l’un des plus courus. VICTOR ROUSSEL @vic.rou

Ci-dessus. De retour d’un voyage à Lanzarote, Charlotte Taylor rêve de créer une série de six images présentant une villa dans un désert vallonné, inspiré des paysages rocheux de cette île des Canaries. Victor Roussel, artiste 3D, 26 ans, est l’homme qui tombe à pic. A partir de photos, il crée l’architecture du lieu, partant de bâtiments et d’intérieurs existants. Sensible à la photo d’architecture et au design d’intérieur, il travaille la composition de son image à la manière d’un cliché. Un monde pas tout à fait imaginaire, donc. Bulles conçu par l’architecte Antti Lovag (1920-2014), à Théoule-sur-Mer. Avec le directeur artistique 3D Hugo Fournier, 24 ans, elle conçoit un intérieur fictionnel avec des vases et des bols en verre de Murano tout en intégrant des meubles iconiques de Pierre Paulin, Charlotte Perriand et Gerrit Rietveld. 74 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Presse

HUGO FOURNIER @hugo.fournier Ci-contre, Charlotte Taylor rend hommage au Palais



INSPIRATION

Il était une fois le Chettinad QUELQUE PART AU MILIEU DE L’ÉTAT DU TAMIL NADU, EN INDE DU SUD, DES MILLIERS DE PALAIS ENDORMIS ÉVOQUENT LES SPLENDEURS PASSÉES D’UNE CASTE DE MARCHANDS ET DE BANQUIERS, LES CHETTIARS. PARFAITE MÉTAPHORE DE LA PREMIÈRE MONDIALISATION, LEURS DÉCORS FÉERIQUES VALENT LE VOYAGE. PAR DANIÈLE GERKENS PHOTOS LUCY LAUCHT

L’heure rose Dans le village de Kothamangalam, le coucher du soleil est enchanteur. A perte de vue, les toits en tuiles rouges signalent autant de palais plus ou moins marqués par le climat tropical.

76 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Ici, la campagne a longtemps des airs d’Inde éternelle. Le long des routes, une végétation sèche, brûlée par le soleil, percée de quelques palmiers ; des buffles alanguis aux grands yeux qui semblent bordés de khôl ; quelques enfants qui sautent dans des bassins de retenue d’eau pour se rafraîchir ; des paysans à vélo, dhotis remontés, pédalant vigoureusement vers une destination inconnue ; de petits autels fleuris semés au bord des routes et sous les arbres ; des maisons toutes simples où se mêlent torchis, palmes et tôles… Puis, tout à coup, les choses changent comme si l’on avait franchi une frontière invisible. Le village suivant aligne un plan en quadrillage et des maisons extraordinaires. Des maisons ? Plutôt des palais, tant les proportions sont énormes. Sur les façades s’amoncellent encorbellements, sculptures, pilastres, chapiteaux, parfois soulignés de couleurs qui claquent ou, au contraire, rongés par l’humidité tropicale. Sublimes ou décatis, ces palais racontent une époque révolue, celle des riches marchands chettiars qui façonnèrent cette région avant de disparaître dans les soubresauts de l’histoire. u


Teinté d’or Spectaculaire, le hall principal du palais Lakshmi dans le village d’Athangudi foisonne de détails : colonnes en granit, marbres de Belgique et d’Italie, carrelages du Japon et de GrandeBretagne, médaillons peints présentant les lieux illustres de l’Etat du Tamil Nadu…


INSPIRATION LES PALAIS PERDUS DU CHETTINAD

Montée au paradis Immaculé, le Palais du Raja de Kanadukathan est rehaussé de rouge, de bleu, de vert, de jaune, ainsi que d’un magnifique escalier ouvragé en fonte, importé du Royaume-Uni à la fin du XIXe siècle.


L’heure calme Posées sur des socles en métal, les colonnes en bois précieux de la cour d’honneur du palais Murugappa Chettiar datent de la fin du XIXe siècle. Aux murs, d’anciennes photos de famille racontent la fortune d’autrefois.

Sublimes sols Dans les palais du Chettinad, les carreaux de ciment regorgent de motifs et de couleurs. Une tradition artisanale toujours vivace dans la région.

LES MARCHANDS DE L’EMPIRE D’où viennent-ils ? Nul ne le sait très bien. Certains récits font remonter l’histoire de cette communauté de marchands à 2898 avant J.-C. Vrai ou faux ? Aucun indice ne le confirme. Ce qui est certain, c’est qu’à la fin du royaume Chola (vers le XIIIe siècle après J.-C.), ils transportent déjà du sel entre la côte du Golfe du Bengale et les terres centrales, l’échangeant contre du riz, des noix de coco, du coton, des graines de cumin ou des tamarins. Le tout en s’implantant durablement dans une région située au nord-est de Madurai, entre les districts de Pudukkottai et de Sivagangai, qui sera baptisée Chettinad. Au début du XIXe siècle, les voilà à Madras, Calcutta et Ceylan, développant un système financier très élaboré : prêts à court et long terme à leurs clients (agriculteurs, politiques, chefs militaires, etc.), lettres de change… Les marchands de sel se sont mués en une caste de banquiers et commerçants avisés bien au-delà de leur région. Mais leur période de gloire devra tout aux conquérants du sous-continent indien : les Britanniques. C’est en effet l’expansion coloniale de la Grande-Bretagne qui fera l’immense fortune des Chettiars. Dans la foulée des troupes britanniques, ces pragmatiques se déploient dans toute l’Asie du Sud-Est, de la Birmanie à la Malaisie, établissant également des bureaux en Thaïlande, à Singapour, en Indonésie, et même en Indochine. Partout, ils jouent les intermédiaires entre les financiers occidentaux et les populations locales, prêtant de l’argent à ceux qui ne peuvent solliciter les établissements bancaires européens, tout en exportant bois de teck ou d’acajou, caoutchouc, étain… Dès 1870, leur influence est considérable, tout comme les fortunes qu’ils amassent, matérialisées à travers la construction de demeures palatiales dans leurs villages d’origine. Car, comme pour les autres castes indiennes, la vie des Chettiars doit tout aux traditions : aux hommes les voyages lointains et le commerce, aux femmes la vie quotidienne dans le palais familial. u

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 79


INSPIRATION LES PALAIS PERDUS DU CHETTINAD

Splendeur Art Déco Typique des années 40, ce palais situé dans le village de Kanadukathan expose une façade en béton, sculptée de motifs géométriques.

Souvenirs d’Europe Chez les antiquaires de Karaikudi, des milliers de pièces de vaisselle en métal émaillé, importées au début du XXe siècle de Suède et de Tchécoslovaquie.

LA RÉGION AUX DIX MILLE PALAIS Aujourd’hui, le Chettinad compte 73 villages et deux villes, regroupant entre 10 000 et 15 000 palais construits entre 1850 et 1940. Visiter ces lieux revient à un voyage troublant qui télescope l’Inde contemporaine et l’Empire disparu… Car, tout ici évoque l’Inde, mais avec un pas de côté. Loin des villages grouillants qui semblent nés du hasard, les agglomérations des Chettiars, qui se font aussi appeler Nagarattars (les « citadins »), suivent un plan précis, en damier, aux rues principales toujours orientées sud-nord, révélant une véritable vision urbanistique : planification des différents quartiers, aménagement de systèmes de drainage, innovations techniques assurant une ventilation optimale des bâtiments, etc. 80 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Au fil des décennies, la fortune croissante des Chettiars leur permet de penser très grand. Le village de Kanadukathan, qui abrite le Palais du Raja, se voit par exemple doté d’un aérodrome et d’une gare. Indispensable pour ces hommes d’affaires se déplaçant en Mercedes et en avion privé. Rien n’est trop beau ou trop cher pour les richissimes marchands ! Y compris ces demeures qui devaient incarner la puissance et la richesse de leurs propriétaires, souvent absents. Loin de la subtilité moghole du Rajasthan, la richesse s’y exprime frontalement, résolument, les façades étant l’occasion de toutes les excentricités, superposant à l’infini statuettes et stucs dans une débauche de motifs. A l’intérieur, marbres antiques importés d’Italie, miroirs de Belgique, piliers de granit finement ouvragés,


carrelages du Japon, lustres vénitiens, plaques ouvragées en métal de Grande-Bretagne, colonnes en teck de Birmanie ou en citronnier de Ceylan exprimaient la mode de l’époque, réinterprétée à la sauce tamoule, composant un décor fabuleux et coloré, rehaussé de fresques. C’était à qui éblouirait le plus sa parentèle à coups de matériaux rares venus de l’autre bout du monde ! Dans ces bâtiments dotés de tout le confort moderne (électricité, téléphone, etc.) et comptant plusieurs dizaines de pièces, les générations cohabitaient avant que le temps passe, emportant les fastes d’antan, balayant les richesses passées. Victimes de la crise de 1929, puis de la Seconde Guerre mondiale suite à l’invasion de l’Asie du Sud-Est par les Japonais, les Chettiars ont vu leurs revenus se tarir. Le coup fatal leur sera porté par la décolonisation. Repli sur Chettinad et fin de la fête. Les derniers palais du Chettinad en attestent, immenses vaisseaux de béton à l’allure Art Déco…

L’art de la délicatesse Magnifiquement sculptée, cette porte d’entrée en teck associe poignées Art Déco et motifs indiens revisités, illustrant parfaitement la fusion des styles du Chettinad.

Le temps d’hier Dans une des cours de Sundra Vilas, le vert bleuté du plafond répond aux carrelages géométriques du sol. Seul le gardien de ce palais anime encore les lieux.

SPLENDEURS PASSÉES, INSPIRATION PRÉSENTE A Kothamangalam, l’un de ces villages chettiars, la promenade matinale débute, comme partout en Inde, par un arrêt chez le marchand de thé. Là, les hommes lisent le journal, sirotent leur « chaï » (thé épicé au lait) en discutant, tandis que quelques chèvres alentour ruminent les herbes sèches. Rares sont les traces contemporaines de richesse… Tout autour de la cahute, des palais plus ou moins abîmés affichent encore sur leur façade une plaque avec le nom de leur bâtisseur. Y pénétrer nécessite une introduction et quelques roupies. Aujourd’hui, les vastes espaces nus de ces bâtiments, alignant halls de réception et cours intérieures, ne sont animés que par le passage furtif d’une silhouette. Les gardiens sont souvent un vieux couple de descendants, repliés dans la dernière cour autrefois réservée aux domestiques, qui veillent sur le palais familial, dorénavant seulement animé lors des mariages quelques jours par an. Les décors intérieurs sont pourtant toujours aussi beaux. Turquoise, vert, rose, jaune, bleu… Les couleurs claquent encore, rafraîchies lors des cérémonies. Les murs recouverts de poudre de coquillages et de blancs d’œuf sont aussi doux qu’une joue de bébé, mais tout est nu. Si fenêtres et portes sont toujours renforcées de barreaux de fer, tandis que les cours sont surmontées de treillages métalliques, souvenirs des richesses passées, les pièces sont vides. Pas de meubles, pas de tapis, pas de tableaux. Rien. Il ne reste que les murs, les sols et les toits, sorte de superbes coquilles rendant le vide encore plus présent. Chaque regard suscite l’émotion, chaque détail se révèle inspirant, grâce à des espaces qui osent allier subtilité des pierres et explosion des couleurs, magnificence des bois sculptés et naïveté des fresques, flamboyance des sols en carreaux de ciment et élégance des lignes architecturales… u


INSPIRATION LES PALAIS PERDUS DU CHETTINAD Monter sur les toits est une expérience fabuleuse. A perte de vue s’étend une mer de tuiles rouges ondulant vers les cours intérieures, où volettent les perroquets et les hirondelles dans le poudroiement d’un coucher de soleil. Au loin, près d’un temple, l’eau du bassin du village danse sous la brise du soir. UN PATRIMOINE EN DANGER Où sont passés les Chettiars ? Eux-mêmes ne semblent pas le savoir, se contentant de sourire lorsqu’on les interroge. Certes, il y a encore des membres richissimes dans la communauté, généralement exilés à Mumbai ou Delhi, descendants des marchands de fortune du XIXe siècle. Mais ils sont rares. Que deviennent alors les palais ? Si certains sont bien entretenus, la plupart se désintègrent lentement mais sûrement, soumis aux aléas d’un climat tropical qui use la pierre et les hommes. D’autres sont détruits car trop coûteux à entretenir. Véritables « mines » à ciel ouvert de colonnes, de marbres, de carreaux et de portes anciennes, leurs éléments d’exception sont vendus via les marchands de Karaikudi, l’une des deux villes de Chettinad et véritable plaque tournante du commerce des antiquités où viennent s’approvisionner les antiquaires du sous-continent indien. Au fil des années, de plus en plus de ces palais disparaissent ainsi, remplacés par des villas modernes de béton… Pour sauver ce patrimoine extraordinaire en péril, u

Esprit vintage L‘incontournable du palaishôtel de charme Saratha Vilas ? L’Ambassador 1961, voiture indienne mythique, parfaitement restaurée avec laquelle on sillonne les rues des villages du Chettinad. Télescopage des styles Sous un somptueux plafond à caissons sculptés, le hall d’apparat de Saratha Vilas à Kothamangalam accueille lustres en verre soufflé coloré, pavement de marbre, antiquités asiatiques et gravures anciennes.

82 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020



INSPIRATION LES PALAIS PERDUS DU CHETTINAD

Paix intérieure Reprenant les plans des maisons du Tamil Nadu, les palais du Chettinad sont articulés autour de grandes cours intérieures coiffées de grilles pour se défendre des singes et des voleurs. A Saratha Vilas, cette cour encadrée de piliers sculptés accueille sièges de rotin et vasques traditionnelles.

Chettinad a eu la chance d’une belle rencontre. Venus en Inde pour des vacances, Bernard Dragon et Michel Adment, deux architectes français, découvrent par hasard cette région en 2003. Fascinés par ces palais endormis, ils changent de vie, restaurent une des plus belles demeures de la région, construite dans les années 1900, la transformant en un hôtel de charme : Saratha Vilas. Trois cours intérieures, des antiquités semées partout, un décor subtil, dix chambres, un jardin avec une piscine, une table excellente… Tout n’y est qu’élégance et authenticité. Non contents d’avoir sublimé ce palais, tous deux lancent une ONG rassemblant les forces vives locales et internationales, parvenant à faire inscrire trois villages sur la liste indicative de l’Unesco, tout en soutenant un projet de recensement des bâtiments en péril dans la région. Leur plus grand plaisir ? Accueillir des hôtes sur la route de Pondichéry (à 4 heures de route de Kothamangalam), partager avec eux les trésors cachés du Chettinad, découvrir les temples dravidiens et rêver à un avenir, peut-être moins flamboyant que le passé (on n’imagine guère de « palais » contemporains poussant dans la plaine carnatique), mais infiniment plus durable... Loin des circuits touristiques traditionnels, Chettinad rassemble un cocktail inouï de patrimoine, d’artisanat, d’histoire et d’art de vivre. S’y égarer, c’est goûter à une Inde différente, surprenante et inspirante, célébrant hier, Guide pratique p. 261. aujourd’hui et demain ■ 84 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Rêves de rani Dans une des chambres de Saratha Vilas, un étonnant lit indien en bois de mahogany tourné du XIXe siècle permet d’imaginer la richesse des intérieurs du Chettinad. Coussins (Jamini), miroir chiné.


FONCTION. ÉLÉGANCE. HARMONIE.

www.leicht.com




PLEIN CADRE Personnalité détonnante Lunettes jaunes, pull à rayures colorées… L’artiste britannique, assis dans un canapé léopard à l’hôtel Les Deux Gares, à Paris, son premier projet de décoration intérieure.

LUKE EDWARD HALL

TOUCHE-À-TOUT, CET ARTISTE ET DÉCORATEUR LONDONIEN A LA JOIE CONTAGIEUSE. VIREVOLTANT DE LA MODE AU DESIGN AVEC UNE DÉCONTRACTION TOUTE BRITISH, IL VIENT DE SIGNER À PARIS SON PREMIER PROJET D’HÔTEL : LES DEUX GARES. ITINÉRAIRE D’UN RÊVEUR, JEUNE PRODIGE DE LA COULEUR. PAR LISA SICIGNANO

Benoit Linero

Le Petit Prince de la couleur


On lui prête le trait délicat de Cocteau, l’univers kitsch des films de Wes Anderson, la palette fraîche de David Hockney… Suranné, nostalgique, éclectique : les qualificatifs manquent pour esquisser le portrait de ce dandy de 30 ans à qui tout sourit depuis la création de son studio il y a cinq ans. Il faut dire qu’avec sa gueule d’ange à la Harry Potter, ses looks warholiens et ce sens du mix, Luke Edward Hall réenchante tout ce qu’il touche – coussins pour Habitat, décor de défilé pour Lanvin, vaisselle pour la manufacture Ginori 1735… Rien ne l’arrête et tout l’inspire : l’antiquité gréco-romaine, la dolce vita, Palm Springs et la campagne anglaise où lui et son compagnon, le designer Duncan Campbell, filent régulièrement se mettre au vert. « Plus qu’un artiste, je suis un rêveur, dit-il. Je m’inspire sans cesse de mes voyages, des endroits que je visite ou que j’imagine. J’ai besoin de me raconter des histoires. » u

Coup de théâtre Télescopage de styles dans le salon de l’hôtel où Luke Edward Hall ose une toile de Jouy (“Greuze” de Charles Burger), des murs vert émeraude et une banquette bleue affublée de franges rouge framboise. Au-dessus, deux appliques en plâtre semblant sorties d’un film de Wes Anderson.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 89


PLEIN CADRE LUKE EDWARD HALL Accords dissonants Murs bleu piscine, plafond rose saumon, corniche twistée de terracotta… Les couleurs swinguent à pleins tubes dans les chambres de l’hôtel Les Deux Gares. Dans chacune, Luke Edward a tapissé les têtes de lit de rayures « parasol ».

Logique donc, que l’hôtelier Adrien Gloaguen, à la tête du groupe Touriste (Panache, Bienvenue), et son comparse Antoine Raccat aient pensé à lui pour signer le nouvel hôtel Les Deux Gares – entre les gares de l’Est et du Nord – et son petit café-bistrot. Dans ce Paris de carte postale avec vue sur les rails, Luke fait le choix de nous téléporter dans « la maison d’un collectionneur excentrique, qui aurait amassé des meubles, des objets et des œuvres à différentes époques et endroits ». Dès le lobby, le décorateur dépareille les styles, frôlant le mauvais goût sans jamais trébucher. Toile de Jouy, banquette léopard, consoles rococo, moquettes seventies façon David Hicks, chevets Empire… les styles s’entrechoquent, les époques se télescopent, tandis que Luke dégaine ici son arme fétiche : la couleur. Mandarine, jaune citron, rose Malabar, vert olive, menthe à l’eau, autant de tons pop qui explosent en all-over, des salles de bains aux têtes de lit rayées, des moquettes aux plafonds. « Dans cette chambre, je crois que j’en ai utilisé… sept ! », pouffe-t-il en comptant sur ses doigts à la façon d’un enfant qui aurait fait un bon coup. « Ma passion pour la couleur et les motifs est intimement liée à mon besoin d’optimisme, d’échapper au gris et à l’ordinaire. »

Bulle « Malabar » Carrelage rose, jaune ou vert et damier de marbres noir et blanc électrisent les salles de bains. Dans le ton, un lavabo lilas réalisé en Angleterre et un miroir style Art Déco laqué de rouge lipstick, signé Luke Edward Hall.


Flash-back. Après des études de mode masculine à la Saint Martins School de Londres, et un passage éclair dans l’univers des magazines, Luke bifurque vers la décoration et intègre pendant deux ans l’agence de l’architecte d’intérieur Ben Pentreath dont il partage le sens du chic à l’anglaise maximaliste. L’expérience le convainc de créer son studio et, à 26 ans, c’est le coup de théâtre : Burberry l’invite à signer les illustrations de sa campagne printemps-été 2016, et à transposer son univers dans ses boutiques à Londres. « J’ignore encore comment ils ont trouvé mon numéro de téléphone ! », s’amuse le jeune Britannique, dès lors lancé. Les projets pleuvent aussi fort qu’il pleut à Londres : ligne de papeterie pour la Royal Academy of Arts, accessoires de mode pour différents hôtels, expositions, décors éphémères… Le très (lucky) Luke jongle et se met à transposer ses inspirations sur des pièces uniques. Avec un potier écossais, il conçoit ses premières céramiques ornées de profils d’éphèbes grecs, éclabousse des coussins de motifs seventies à la gouache, et dessine une série u

Pied égyptien Sa nouvelle collection de chaussons vénitiens brodés pour Stubbs & Wootton revisite l’iconographie de l’Egypte ancienne.

Buste grec Toute la fascination du décorateur pour l’Antiquité se profile sur cette lampe en céramique et son abat-jour peints à la main.

Benoit Linero ; presse

Coup de bambou Son guéridon tripode pour The Lacquer Company associe librement un motif ornemental grec aux couleurs pop et un piètement glossy façon cannes de bambou.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 91


Presse

PLEIN CADRE LUKE EDWARD HALL

92 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

W

Terre inspirante Une fontaine à Naples, une piscine à Capri… L’art de vivre méditerranéen infuse l’imaginaire du Britannique et ses céramiques peintes à la main.

Pop culture Sa collection pour The Rug Company en 2019, composée de coussins délirants, d’un tapis seventies et de deux tentures murales réalisées en fine laine d’Aubusson.



PLEIN CADRE LUKE EDWARD HALL

Presse

de tables en collaboration avec The Lacquer Company. Des créations que s’arrachent aussitôt les boutiques Liberty à Londres et Bergdorf Goodman à New York et qui ont suscité, l’an dernier, l’intérêt de grandes maisons – Habitat, The Rug Company, Svenskt Tenn ou encore la manufacture Ginori 1735, avec qui il poursuit une collaboration autour d’une ligne de vaisselle inspirée de la mythologie grecque. « J’aime jongler avec les projets, je ne peux pas m’en empêcher. Je me calmerai peut-être en vieillissant, mais j’en doute ! », poursuit l’infatigable créateur. Entre sa chronique hebdomadaire pour le “Financial Times” et sa première monographie “Greco Disco”, il prépare une collaboration avec Diptyque et une exposition personnelle à Athènes. « Je réfléchis aussi à lancer des parfums pour la maison. Et je rêve surtout de réaliser d’autres projets d’hôtels. Un petit cottage au bord de la mer en Angleterre, par exemple ! Je le vois déjà : un bâtiment blanc style Régence, avec des terrasses jusqu’aux falaises. A l’intérieur, il y aurait de la couleur, douze ou quinze chambres, pas plus, des livres, une cuisine locale, un honesty bar, et des cheminées partout. Un jour, j’espère ! » Et nous donc ! Q Rens. p. 260. Epopée fantastique “Greco Disco”… Ainsi se définit Luke Edward Hall qui compile dans cette première monographie (éditions teNeues) croquis, photos de voyage, dessins d’enfant et anecdotes personnelles.

Arts & Crafts Une exposition de ses œuvres et céramiques à la boutique Svenskt Tenn à Stockholm, en 2019, à l’occasion de la sortie de sa collection de coussins et plateaux inspirés des années 20.

Porcelaine divine Coquillages, chevaux marins, dieux de la mer… Sa collection des arts de la table « Il Viaggio di Nettuno » pour la manufacture italienne Ginori 1735 égrène les clins d’œil aux mythes gréco-romains.


Rideau et coussin Gianni, coussin Castiglione, fauteuil Jorel

m a d u ra . f r


SECRET DE FABRICATION

La clé

des sols BEAUX COMME DES ŒUVRES D’ART, LES TROIS TAPIS AUX MOTIFS ULTRAGRAPHIQUES LANCÉS CET AUTOMNE PAR HERMÉS CÉLÈBRENT L’ARTISANAT D’EXCEPTION. RENCONTRE AVEC FLORENCE LAFARGE, DIRECTRICE DE CRÉATION TEXTILE DE LA MAISON. PAR MAUD PILAT DETTO BRAÏDA

1

2

Julie Blanc ; Carole Bellaïche

Comment est née la collection de tapis “Cordélie” ? Florence Lafarge. Le savoir-faire et la mise en valeur du geste artisanal ont été les déclencheurs. C’est l’ADN d’Hermès ! Pour cette aventure, car il s’agit à chaque fois d’une aventure tant humaine que technique, nous avons utilisé une technique de broderie du siècle dernier, réinventée par nos équipes et nos artisans. Ensuite, j’ai voulu une collection très architecturée, soutenue par des lignes aussi fortes que simples. Un peu comme des vues en coupe ou en perspective. En quoi consiste cette technique ? F. L. C’est un peu comme « dessiner » avec des crayons de couleur ! Sur un tissu en lin tendu sur un métier, l’artisan vient appliquer une cordelette de 2 mm de diamètre, teinte dans la masse, à l’aide d’un crochet de broderie. La cordelette est alors fixée par trois points au cm2. C’est un travail extrêmement minutieux et très long.


Ligne de mire 1. 3. “Escalator” et “Tremplin”, d’après des dessins de Gianpaolo Pagni. 2.“H Vibration”, dessin du Studio Hermès. Ces trois tapis sont en coton, fabriqués manuellement en Inde, 200 x 300 cm (adaptation possible en demi-mesure), prix sur demande.

3

Pour un tapis de 200 x 300 cm, il faut compter des centaines d’heures de travail ! Près de dix-huit mois d’expérimentations et d’essais avec nos ateliers ont été nécessaires pour tester la robustesse, la résistance des couleurs à la lumière, le fait que le tapis reste « droit » une fois tombé du métier… Mais le résultat est là. C’est un langage nouveau pour la maison Hermès qui porte haut ce geste artisanal. A tel point que l’envers du tapis n’est pas « caché » par un autre tissu. Nous avons volontairement laissé le dos à nu car c’est très émouvant de voir les milliers de points nécessaires. Comment avez-vous choisi les motifs ? F. L. Là encore, c’est la technique qui a influencé le choix de nos dessins. Nous avions

dans notre documentation deux dessins de Gianpaolo Pagni, artiste italien contemporain, qui avait déjà travaillé pour nous (tapis “Escalator” et “Tremplin”). Il imprime toutes ses œuvres à la main au tampon, avec la précision du geste d’un artisan. Il est extrêmement attentif à chaque irrégularité et à chaque nuance, qui, pour lui, constituent des détails essentiels à l’œuvre finale. Que ses dessins se retrouvent sur nos tapis était alors une évidence. Il s’agissait de la même vision artistique mais avec un médium inédit. Le dessin du tapis “H Vibration”, lui, est issu des archives Hermès. Désormais, le tapis dans la maison n’est plus juste là pour marquer la spatialité, il est le fruit d’un parti pris fort et assumé, une réelle œuvre d’art Q ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 97


SHOPPING LIST

Tous au tapis ! BEAUX COMME DES TABLEAUX, LES TAPIS DÉJANTÉS, GRAPHIQUES ARTY OU ABSTRAITS S’EXPOSENT ET S’IMPOSENT. MANIFESTES ASSUMÉS, ILS REFUSENT DE FAIRE TAPISSERIE. PAR MAUD PILAT DETTO BRAÏDA

2

1

3

4

5

98 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


DES TOILES AU PARQUET 1/Carré d’or. “Tamara” en laine et coton, 200 x 300 cm, 4 285 €, NOBILIS. 2/Lames de fond. “Patcha Runner Standard” en laine et soie recyclée, design Patricia Urquiola, 120 x 350 cm, 5 229 €, CC-TAPIS. 3/Ode à Sonia Delaunay “Kubb” en laine, collection Zoe, design Daria Zinovatnaya, 208 x 240 cm, 3 150 €, GAN RUGS. 4/Collage. “Brigitte” en laine française et coton, design Garug, 60 x 90 cm, 650 €, GARUG. 5/Jeu de formes “Puzzle nuageux” en laine et viscose, design Vincent Darré, existe en 3 formats, 1 230 € en 170 x 240 cm, TOULEMONDE BOCHART.

6/Solaire. “Selce - Marcasite Yellow” en laine de Nouvelle-Zélande, lin et Tencel®, design Studio Salaris, 250 x 350 cm, 4 988 €, CARPET EDITION. 7/La vague. “Outre-mer” en laine française, design Maxime Mouroux, 200 x 300 cm, prix sur demande, MAXIME MOUROUX.

6

Hervé Goluza ; presse

7

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 99


SHOPPING LIST LES TAPIS TENDANCE 1/Coloriage. “Disappearing Spectrum” en laine, design Clémentine Chambon, 210 x 202 cm, 2 928 €, NODUS. 2/Protéiforme. “Tutti Frutti” en laine, collection Bombom, design Joana Vasconcelos, 350 x 250 cm, 4 590 €, ROCHE BOBOIS. 3/Un peu, beaucoup... “Bloom 1” en laine, collection Flora, design Santi Moix, 150 x 156 cm, 1 440 €, NANIMARQUINA. 4/Monstre joyeux. “Monster Garden” en laine velours coupée, design Marcel Wanders, 263 x 345 cm, prix sur demande, PIERRE FREY.

5/Chimérique. “Chœur” en laine, design Mathilde Mercier, 130 x 170 cm, 170 x 220 cm et 220 x 290 cm, à partir de 2 300 €, MATHILDE MERCIER.

6/Serpentin. “Opulence” en laine, design Victor Cadène, collect. Victor Cadène & Pinton, 247 x 260 cm, 3 964 €, PINTON. 7/Patchwork. “Three Foxes” en laine et soie, design Christophe Hefti, 315 x 250 cm, prix sur demande, MANIERA GALLERY.

1

2

3

100 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


6

LES ÉTENDARDS DE L’ANTICONFORMISTE

7

Marco Moretto ; Matthieu Gadoin ; presse

4 5


SHOPPING LIST LES TAPIS TENDANCE

POINT À LA LIGNE ! 1/Ruissellement. “Valencia” tufté main, en laine et soie végétale, 200 x 300 cm, prix sur demande, RUG’SOCIETY. 2/Face to face. “Balance” en laine, tufté main en Inde, design Cecilie Manz, 103 x 130 cm, 547 €, FRITZ HANSEN. 3/Cinétique. “Madame C.” en laine de Nouvelle-Zélande, collection Roquebrune, design Alquati + Corso, 160 x 310 cm, 1 984 €, CARPET EDITION.

4/Angle droit. “Moab” en laine, collection Four Corners, design Jason Miller, 210 x 280 cm, 10 500 €, MANUFACTURE COGOLIN. 5/Petits carreaux. “Ray” en laine et coton, 170 x 240 cm, 399 €, HABITAT. 6/Effet d’optique. “Céleste” en velours de laine, réalisé selon la technique du point noué, dit « de Turquie » (mis au point par la Manufacture de la Savonnerie), design Nicolas Aubagnac, 450 x 350 cm, 25 000 €, PARSUA - GALERIE CHEVALIER. 7/Le fond et la forme. “Tramato” tufté main, en velours imprimé, design Gumdesign, 300 x 170 cm, prix sur demande, ANTONIO LUPI. 4

3

1 2

102 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


CFrancis Amiand ; Sonya Winner ; presse

CrĂŠdit photos

5 6

7


SHOPPING LIST LES TAPIS TENDANCE

1

2

3

4


5

5

6

Egon Gade ; Francis Amiand ; Jérémie Beylard ; presse

7

LES MOTIFS PASSÉS AU MICROSCOPE 1/Emulsion. “Come” en laine et Tencel®, tufté main, 250 x 350 cm, à partir de 950 € le m2, J.D. STARON. 2/Agrégats. “Jardin de Rocaille#2” en laine et soie, design Clément Vuillier, 170 x 240 cm, 3 000 €, MAISON DADA. 3/Relevé sismique. “Epoca Uno” en laine de Nouvelle-Zélande, design Alissa + Nienke Studio, 150 x 200 cm, à partir de 3 170 €, PORTEGO. 4/Bois de cœur. “Tree Trunk” en laine du Népal et soie, tufté main, 190 x 240 cm, 8 151 €, SONYA WINNER.

5/Ecume. “Océan” en laine de Nouvelle-Zélande et soie végétale, noué main, design Frédérique Lepers, 170 x 240 cm, 2 346 €, SERGE LESAGE. 6/Minéral. “Marble” en laine et soie végétale, velours coupé, 250 x 300 cm, 8 100 €, FADINI BORGHI - PIERRE FREY.

7/Sel rose. “Lineynaya” en soie, collection Land, série “Signature”, noué main (350 000 nœuds tibétains/m2), design Raphael Navot, 382 x 236 cm, 39 929 €, GALERIE DIURNE. Adresses p. 260.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 105


REPÉRAGE

CHÂTEAU DE LA HAUTE BORDE

Arts en résidence AU CŒUR DE LA VALLÉE DE LA LOIRE, LE CHÂTEAU DE LA HAUTE BORDE VIENT DE TERMINER SA MUE. OUVERT À LA NATURE ET À L’ART, IL REÇOIT DÉSORMAIS HÔTES DE PASSAGE ET JEUNES ARTISTES QUI LAISSENT LIBRE COURS À TOUTES LEURS FANTAISIES CRÉATIVES. PAR IRIS BENNETT PHOTOS MARIE-PIERRE MOREL

Regards croisés Les trois associées, Cécile Simon (à gauche), Céline Barrère (assise sur une chaise de Francis Jourdain) et Violette Platteau, prennent la pose autour d’un bureau de Jean Royère.

« Céline, contrairement à moi, a une approche minimaliste de la collection », s’amuse le grand antiquaire d’art asiatique Jacques Barrère en posant son regard d’expert sur l’installation des œuvres d’art disséminées dans le vaste espace épuré. Ce collectionneur compulsif a parié avec raison sur l’avenir en laissant les clés de la propriété familiale à sa fille. Ce château XIXe, dans le goût « pâtisserie néo-gothique », avait été transformé en hôtel-restaurant dans les années 70 jusqu’à ce que la famille Barrère l’investisse pour en faire sa résidence secondaire. Quinze années plus tard, Céline Barrère et son associée Cécile Simon – cofondatrices du Studio Barrère & Simon – ont une idée très précise de la façon dont elles vont faire revivre la Haute Borde. Les deux photographes trentenaires, également directrices artistiques et réalisatrices u 106 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


Folie douce Le Château de la Haute Borde a été construit en 1816 pour Berthe Josselin, amoureuse des arts. Au coucher du soleil, ses murs clairs se teintent délicatement de rose.


REPÉRAGE LE CHÂTEAU DE LA HAUTE BORDE

de campagnes de publicité, souhaitent recevoir des artistes en résidence et ouvrir cinq chambres d’hôtes dans cette grande demeure. Elles associent à leur projet Violette Platteau, experte en communication, qui gère la présélection des artistes postulant sur le site de la Haute Borde. Si l’idée de créer un lieu créatif en harmonie avec la nature a germé bien avant la crise sanitaire du Covid-19, le confinement a permis au trio de finaliser le projet sur lequel il travaillait depuis deux ans. C’est l’agence MPM Architecture qui prend en main le chantier. Le cahier des charges est limpide : privilégier des matériaux durables et écologiques, sans sacrifier à l’esthétique et au luxe. Et faire travailler des artisans locaux, appelés à venir régulièrement au château pour le suivi des travaux. Les architectes Charles Marmion, cofondateur de l’agence, et Jeanne Lefrand dessinent pour chaque chambre une salle de bains cloisonnée mêlant briques brutes laissées apparentes et marbre de récupération. La designer Erin Korus et la chineuse Julie Barrau sélectionnent les luminaires et les accessoires. u


Un décor résolument blanc pour laisser la place aux œuvres

Moutarde soft La grande pièce de réception est structurée en plusieurs coins salons. Au premier plan, une sculpture de l’artiste chinois Wang Keping a trouvé sa place près de fauteuils cannés des années 50 appartenant depuis de longues années à la famille. Tableau rouge de Hiroshi Harada. Au fond, dans la petite chambre, un pingouin en bronze du chocolatier Patrick Roger contemple un grand paysage de forêt photographié par le Coréen Bae Bien-U.

Blanc de blanc Le grand canapé en cuir du designer néerlandais Martin Visser voisine avec un fauteuil de Francis Jourdain posé devant la cheminée. Les boiseries du château ont été entièrement passées au blanc pour ne pas voler la vedette aux œuvres exposées.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 109


REPÉRAGE LE CHÂTEAU DE LA HAUTE BORDE

L’art et la nature en harmonie

1

2

Dans l’air du temps Une sculpture spectaculaire de l’artiste vietnamien Danh Vo rythme l’espace dans le salon de musique. Fauteuil en bois et corde tressée de Francis Jourdain, années 30.

1. Brut de nature La piscine en béton poncé, réalisée sur mesure par MPM Architecture, est prolongée par une pool house en béton brut dont les aménagements sont en acier galvanisé. Tout le mobilier de jardin est made in France (Fermob).

110 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

2. Ton sur ton Chinés aux Pays-Bas, ces sièges Arts & Crafts meublent le salon de musique où artistes et hôtes du château aiment se retrouver. Au mur, plusieurs vues anciennes de la Haute Borde retrouvées par hasard. Plaid tissé au Maroc (Atelier Mendil).


* Vivre l’extraordinaire.

Nouvelle GÉNÉRATION 7000 de produits encastrables pour la cuisine R E D É F I N I R L A P E R F E C T I O N AV E C M I E L E

Pour en savoir plus, rendez-vous sur miele.fr/generation7000 #LifeBeyondOrdinary*


REPÉRAGE LE CHÂTEAU DE LA HAUTE BORDE Simplicité inspirante Dans les chambres d’hôtes, le parti pris décoratif concentre épure et sobriété. A l’image de ce banc de lit, tous les meubles en épicéa, réalisés sur mesure, sont démontables et destinés à être recyclés. Sculptures en bois de l’artiste chinois Wang Keping détournées en chevets. Suspension chinée.

Le mariage spectaculaire de la brique nue et du marbre Récup’ chic Coup de maître du studio d’architecture : les salles de bains sont construites en briques brutes laissées nues associées à des chutes de marbre trouvées en Italie. Chaque lavabo (Bleu Provence) repose sur un piètement en marbre. Les sols sont en « cocciopesto », un mélange de briques pilées, de marbre concassé, de chaux et de ciment. Tous les produits de toilette sont fabriqués au château.

112 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Céline Barrère, qui a grandi au milieu des œuvres d’art, puise dans les collections familiales les meubles des grands décorateurs du XXe siècle ainsi que les pièces d’art asiatique qu’elle aime, puis le trio part chiner en Europe le reste du mobilier. Une des ailes du domaine est réservée aux artistes en résidence. Parmi les premiers invités : le peintre Antoine Carbonne, exposé dernièrement à la Villa Noailles. A l’occasion de son séjour, il s’est invité sur les murs du château en peignant une grande fresque dans le salon blanc. Pendant qu’artistes et hôtes de passage prennent possession des lieux – les chambres d’hôtes sont ouvertes jusqu’à fin novembre –, la ferme du château se transforme en ateliers, dont un dédié à la céramique. Plus loin, le jardin potager en permaculture produira à l’automne les premiers légumes qui seront mitonnés dans la vaste cuisine de la Haute Borde. Le rêve utopique est devenu réalité Q Rens. p. 260.



PHÉNOMÈNE Archi manifeste Bâtie entre 2005 et 2008 sur les coteaux du village de Schlins en Autriche, la maison de l’artiste et entrepreneur Martin Rauch est entièrement construite en terre crue. Ce spécialiste de la construction en pisé a contribué à relancer l’intérêt pour cette technique.

Terres promises ENDUITS TEXTURÉS, MURS ÉPAIS EN PISÉ, MOBILIER SCULPTURAL... LA TERRE CRUE STIMULE L’IMAGINATION DES ARCHITECTES ET DES DESIGNERS. APRÈS DES DÉCENNIES D’HÉGÉMONIE DU BÉTON, ELLE S’INVITE DANS LES PROJETS LES PLUS AUDACIEUX. ENQUÊTE SUR LE REVIVAL D’UN MATÉRIAU ANCESTRAL. PAR LAETITIA MØLLER


C’est simple, tout le monde semble avoir un projet en terre crue ! A Minorque, l’architecte Anne-Cécile Comar, cofondatrice de l’Atelier du Pont, dessine un hôtel écologique aux aménagements intérieurs en pisé. Au premier étage de la tour Eiffel, le designer belge Ramy Fischler prévoit de recouvrir les murs de la nouvelle brasserie de Thierry Marx de panneaux de terre, tandis que, sur les hauteurs de Marseille, la jeune architecte parisienne Marine Bonnefoy construit une maison de 120 mètres carrés en briques de terre compressée aux teintes roses. Côté urbanisme, les projets de bâtiments publics et de logements collectifs intégrant ce matériau sont de plus en plus nombreux. Après des années d’expérimentations, d’autoconstructions et de chantiers participatifs, « le matériau terre est sorti de la marginalité en France et dans le monde depuis environ dix ans », explique Dominique Gauzin-Müller, critique d’architecture et professeure honoraire de la chaire Unesco/ Architecture en terre. Depuis 2016, elle coordonne u

Beat Bühler ; Scau Architecture / Anna Saint Pierre ; presse

Tour de pisé Composés de terre crue (compressée ou stabilisée au ciment), ces blocs seront transformés en enduit, dalles de sol et mobilier pour un grand complexe sportif, réalisé par l’agence d’architecture SCAU, à Clamart.

Ornement brut Pour cette installation baptisée “Grande Ornament”, l’artiste et céramiste italien Manuel Canu façonne à la main – ici sur le site même de l’exposition (aux Halles de la Fonderie, à Carouge, en Suisse) – l’argile crue d’une sculpture éphémère. En séchant, la matière évolue et change de couleur, avant d’être recyclée en une autre œuvre.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 115


PHÉNOMÈNE LA TERRE CRUE

aussi les prix TERRA et FIBRA Award, récompensant des constructions contemporaines en terre et en fibres végétales, dont la prochaine édition sera lancée cet automne. Bâtir en bauge, adobe, pisé ou torchis (1) – avec de la terre qui sèche à l’air libre sans cuisson – ne date pourtant pas d’hier. « Les premières techniques sont apparues au Néolithique en Mésopotamie, précise la professeure. Lorsque les nomades se sont sédentarisés, ils ont utilisé les matériaux qu’ils avaient sous leurs pieds ou à portée de main. Le pisé (2), plus sophistiqué, a émergé au IXe siècle avant J.-C. et constitue une part de notre patrimoine architectural, notamment à Lyon où des centaines de bâtiments sont construits en terre crue. » 116 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Ecrin ocre Pour la nouvelle adresse de la marque de cosmétiques bio Avril, l’agence d’architecture Atelier du Pont a recouvert les murs d’un enduit de terre crue auquel des fibres de lin ont été ajoutées pour un effet légèrement irisé. Résultat : une boutique conçue comme un abri troglodyte aux teintes sourdes et organiques.

(1) Correspondent à différentes techniques de construction utilisant la terre crue. (2) Mode de construction consistant à compacter des couches de terre dans des coffrages.


Néo-grotte Conçue par l’agence d’architecture chinoise HyperSity pour une star d’Internet, cette maison troglodyte reprend les techniques de construction vernaculaires de la province de Shanxi, déployant d’épais murs en pisé dans un décor épuré. Une sobriété parfaitement en accord avec la nature environnante.

Bien briquée Composée de briques de terre crue agencées en quinconce, cette tour pigeonnier est l’une des œuvres de l’exposition “Qui es-tu, brique ?”, présentée en 2017, par l’atelier d’expérimentation et de formation Amàco, à la Biennale d’architecture de Lyon.

Daphné Lejeune ; Amàco.org ; presse

L’ANTI-BÉTON Matériau ancestral, délaissé au profit du béton, comment la terre est-elle redevenue si attrayante ? C’est d’abord l’œuvre d’un plasticien autrichien, Martin Rauch, la référence incontournable du pisé. Grâce à des expérimentations, notamment sur sa propre maison en 2005, il améliore les techniques de construction et renouvelle l’esthétique de la terre, dont les belles strates compactées éveillent l’intérêt des architectes. « Ce matériau a une grande force d’évocation. Il nous renvoie à la géologie, au temps qui passe et à l’origine du monde », s’enthousiasme Zoé Tric, architecte et coordinatrice du pôle design d’Amàco, un atelier de conception, de recherche et de formation, dédié aux matières naturelles. Résultat : après des décennies d’hégémonie du béton, de plus en plus de projets d’envergure – centres culturels, médiathèques, groupes scolaires ou logements collectifs – misent désormais sur la terre crue. Et la déclinent en murs porteurs, parements de briques ou revêtements intérieurs pour ses qualités de confort – elle offre une très bonne inertie thermique ainsi qu’une régulation hygrométrique optimale – mais aussi pour son incontestable valeur ajoutée écologique. u


PHÉNOMÈNE LA TERRE CRUE Art vivant Avec cette installation “Où le désert rencontrera la pluie”, l’artiste Julia Gault interroge la fragilité de nos bâtis. Elle moule différents récipients – jerrycans, arrosoirs, bonbonnes – en terre crue avant de les remplir d’eau pour générer leur effondrement progressif sur de rigides étagères d’acier, évoquant la volonté de maîtrise de l’homme.

Comptoir massif Elément central du nouveau restaurant écoresponsable Grand Beau, à Paris, ce bar circulaire au parement de pisé a été imaginé par l’architecte d’intérieur Delphine Sauvaget comme une référence à la terre nourricière. C’est l’artisan Timur Ersen, formé aux côtés du grand maître Martin Rauch, qui l’a réalisé. Une véritable prouesse !

Entre 2015 et 2030, 400 millions de tonnes de terre seront excavées dans le cadre des chantiers du Grand Paris Express instaurant le nouveau réseau de transports urbains. Soit autant de déblais à stocker, traiter et recycler. De cette problématique est née l’ingénieuse idée d’en faire un matériau de construction. D’ici septembre 2021, la fabrique Cycleterre, conçue par l’agence Joly & Loiret à Sevran, retraitera près de 8 000 tonnes de terre par an, les transformant en briques, panneaux et enduits. Autres grands chantiers : ceux de la visionnaire agence d’architecture SCAU. A Clamart, elle réutilisera près de 200 000 m3 de déblais dans un vaste complexe sportif de la ville. Elle vient également de remporter le grand projet de l’Arena-Porte de la Chapelle, qui prévoit l’utilisation de briques en terre crue d’Ile-de-France. Du recyclage à grande échelle !

118 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

« Le secteur du bâtiment représente 40 % des émissions mondiales de C02. A lui seul, le béton en génère 7 %, tempête Serge Joly, cofondateur de l’agence d’architecture Joly & Loiret. La terre, associée jusque-là à un matériau de pays pauvres et de paysans, est non seulement devenue désirable mais constitue aussi une réponse aux enjeux environnementaux actuels. » Non transformée, disponible partout, recyclable à l’infini, elle s’impose aujourd’hui comme une ressource du futur. Et les deux associés de l’agence Joly & Loiret, considérés il y a à peine cinq ans comme des doux dingues avec leur projet de tour en terre crue en plein Paris, sont désormais très demandés. Après un groupe scolaire à Villepreux dans les Yvelines cet automne, puis une centaine d’habitats collectifs à Biganos en Aquitaine, ils attaqueront un chantier pharaonique à Ivry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne : un village de 30 000 mètres carrés composé de 300 logements en terre crue, dans le cadre d’un vaste projet d’urbanisme prévu pour 2025-2030. Une première mondiale, très attendue. « Nos sociétés ont subi une très forte dénaturation depuis l’ère l’industrielle, commente Serge Joly. Il y a aujourd’hui une nécessité absolue à réancrer l’homme dans un environnement sensible et naturel. » u

Laurent Ardhuin ; Philippe Billard

DÉBLAIS EN STOCK


k-line.fr

Avec son design épuré et ses grandes dimensions, K LINE repousse les limites du coulissant pour offrir un maximum de lumière naturelle et une vue panoramique sur l’extérieur. Plus de lumière mais aussi plus de confort grâce à une conception mécanique brevetée qui facilite l’ouverture et la fermeture par tous les temps. Avec la Baie de Lumière K LINE, l’ extérieur s’invite enfin à l’intérieur.

QUAND L’ EXTÉRIEUR S’INVITE À L’ INTÉRIEUR, ÇA FAIT TOURNER LA TÊTE


PHÉNOMÈNE LA TERRE CRUE

Décor tellurique A la Design Parade Toulon de 2018, la jeune designer Laura Fournier marquait les esprits du jury présidé par Pierre Yovanovitch, avec “Gaïa”, un aménagement intérieur déclinant la terre crue et cuite. Au programme : bancs massifs en pisé, carreaux de céramique en terre locale et console en briques noires émaillées. La designer a également présenté une table réalisée en terre crue, calcaire et marbre à la Paris Design Week, en septembre dernier.

Galeries d’art, décoration intérieure et foires de design... la terre crue s’invite désormais partout. « Il y a sans conteste un engouement esthétique et plastique pour ce matériau, confirme Anna Saint-Pierre, designer et chercheuse doctorante à l’agence d’architecture SCAU et au laboratoire de recherche de l’Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs de Paris. De plus en plus d’étudiants s’y intéressent et les workshops sur ce thème se multiplient. » Récemment diplômée de l’Ensad, la jeune artiste Julia Gault interroge le cycle du vivant avec ses installations de terre de faïence crue, qui se délitent et redeviennent matière sous l’action de l’eau. Quant au céramiste italien Manuel Canu, il laisse sécher, se craqueler et parfois s’écrouler ses pièces en argile crue pour évoquer la fragilité de nos identités. Contrairement au béton et autres matériaux transformés, la terre n’est pas figée, elle se modifie au fil du temps. Pour le designer Ramy Fischler, « réutiliser ce matériau brut dans 120 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

l’architecture intérieure, c’est réintroduire la notion de vivant dans les sphères domestique et professionnelle. » Depuis septembre, ses assises et comptoirs d’accueil en terre compactée agrémentent le rez-de-chaussée de l’immeuble de bureaux Curve, réalisé par l’agence Chartier Dalix. Signe des temps, parmi les lauréats de la très réputée Design Parade Toulon 2018, figurait le projet “Gaïa” de Laura Fournier, élégant aménagement intérieur déclinant deux magnifiques bancs en pisé et argile rouge. Restaurants branchés, boutiques à la mode... la terre tape dans l’œil des décorateurs ! On la retrouve sous la forme d’enduits ocre aux murs de la nouvelle adresse de la marque de cosmétiques Avril, conçue par l’Atelier du Pont, ou d’un imposant comptoir, pièce maîtresse du restaurant Grand Beau, aménagé par Delphine Sauvaget. La designer prépare également le lancement d’une collection de mobilier en pisé au printemps prochain. Une terre crue, décidément très hot ! Q

Luc Bertrand

RENOUER AVEC LE VIVANT


PHILIPPE SAIT SI BIEN VOUS RÉCHAUFFER… Savoir-faire, authenticité et performance au service de votre confort intérieur : depuis 60 ans, le groupe Philippe conçoit et fabrique des poêles, cheminées et inserts, dans ses ateliers des Hauts-de-France.

www.cheminees-philippe.com

Cheminées Philippe - RCS Arras 301 942 090

Nous sommes fiers de contribuer à faire de votre maison un endroit chaleureux, agréable et inspirant.


EN VUE

Les nouveaux paris

de la marqueterie COUP DE PROJECTEUR SUR LA NOUVELLE GÉNÉRATION D’ÉBÉNISTES, DE DESIGNERS ET D’ARTISTES QUI FONT BASCULER LA MARQUETERIE DANS UNE ÈRE INÉDITE. TOUT EN ASSUMANT UN STYLE DÉCOMPLEXÉ, ILS PERPÉTUENT UN GESTE ARTISANAL MINUTIEUX ET POINTU, FAISANT HABILEMENT FLIRTER ART DÉCORATIF SÉCULAIRE ET ESTHÉTIQUE PIXÉLISÉE. PAR MAUD PILAT DETTO BRAÏDA

ADAM GOODRUM & ARTHUR SEIGNEUR, ALIAS A&A L’UNION SACRÉE

Quand le Parisien Arthur Seigneur, artisan en marqueterie de paille, débarque à Sydney en 2015, il s’installe par hasard à une rue du studio du designer australien Adam Goodrum. De cet heureux hasard naît rapidement une collaboration, comme une évidence. S’ensuit une riche conversation esthétique entre le designer industriel multiprimé (il signe des pièces pour Cappellini ou Alessi, entre autres) et l’artisan qui a fait ses armes de marqueteur de paille chez Lison de Caunes (portrait p. 132). Ensemble, ils imaginent la collection “Cadavre exquis” qui sublime les effets kaléidoscopiques de la marqueterie de paille. Immédiatement plébiscitée par la critique, chacune de leurs pièces uniques explore inlassablement la géométrie 3D avec un plaisir et une audace jubilatoires. O A&A, rens. sur adamandarthur.com

Photo de famille Adam Goodrum (à gauche) et Arthur Seigneur devant le cabinet “Talleo” issu de leur dernière collection 2020, “Exquisite Corpse”. En bouleau, marqueterie en paille de seigle teinte sur mesure et laiton, 180 x 85 x 36 cm, A&A.


Jennifer Chua ; Nathan Jenkins ; presse

Marqueterie qui roule... Après de nombreuses recherches, Emma Wood a mis au point une technique très pointue pour allier la marqueterie traditionnelle à des formes et supports contemporains. Ici, longboards (100 cm) en bouleau baltique laminé et teinté, dotés de roues Mindless (Woodpop).

EMMA WOOD LA MARQUETERIE DU XXI E SIÈCLE Le coup de génie de cette artisane britannique qui slalome entre le pays de Galles et Mexico ? Mixer marqueterie de bois et étendards de la culture pop, abolissant du même coup les frontières entre les genres. D’une enfance passée dans l’atelier de ses parents antiquaires et ébénistes, elle a gardé le goût des arts décoratifs et une dextérité indéniable ! Influencée par la culture underground et éclectique de Mexico, elle s’exprime d’abord par des dessins de Pop Art, tout en travaillant pour le musée Madame Jojo’s (premier club-cabaret burlesque au monde), et ensuite dans l’industrie de la musique, toujours à Londres. Elle décide alors de lancer son propre studio de marqueterie, Woodpop, où elle crée désormais des objets contemporains mâtinés de marqueterie. Planches de surf et skateboards se retrouvent ainsi à la croisée de deux cultures. C’est la profession de foi assumée de la designer, témoignant ainsi d’une société futuriste, mais empreinte d’un certain classicisme O WOODPOP, woodpop.co.uk ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 123


EN VUE LES NOUVEAUX MARQUETEURS

FERNANDO LAPOSSE UN GRAIN MILITANT

A peine diplômé de Central Saint Martins, section Designer produit, Fernando Laposse, d’origine mexicaine, s’installe à Londres. Cet ancien assistant de la designer Bethan Laura Wood se spécialise dans la transformation de matériaux naturels dits « humbles », souvent négligés comme le sisal, la luffa (courge éponge) et les feuilles de maïs. Son dernier projet “Totomoxtle” est l’illustration parfaite de son design, qu’il veut endémique. A partir de cosses de maïs anciens du Mexique, il développe un éco-matériau permettant de travailler cette fibre en marqueterie. Une manière d’interpeller sur la régénération de pratiques agricoles traditionnelles, de garantir un revenu aux agriculteurs les plus précaires et de lutter afin de conserver une biodiversité alimentaire sécurisante pour le futur. Ou quand le design est aussi beau que vertueux ! O fernandolaposse.com

Pointilliste Revêtement mural, lampe, vase... la collection “Totomoxtle” explore la gamme chromatique des cosses de maïs anciens, allant du violet profond au crème. Chaque enveloppe est soigneusement découpée, puis collée à plat sur une pâte de papier avant d’être utilisée pour la marqueterie. Le travail de Fernando Laposse fait partie des collections permanentes du Victoria & Albert Museum et du MoMA de San Francisco.


CHELSEA VIVASH

DU PINCEAU AU CISEAU

© Emilio Diaz ; James Sims Williams ; presse

L’artiste britannique explore la technique de la marqueterie pour enrichir son travail de dessin. Après des études aux beaux-arts d’Edimbourg, section Peinture, Chelsea Vivash installe son atelier dans l’est londonien. Elle délaisse alors les pinceaux pour le ciseau à filet, le couteau à marquer et la scie de placage. Depuis, elle n’a de cesse de composer, travailler, réfléchir à la relation entre forme, matière, texture et couleur. Son travail esquisse un univers poétique évoquant une nature morte à la Morandi, le Cubisme ou l’Art naïf. Dans sa prochaine collection, elle intègre une dimension fonctionnelle à ses objets puisqu’elle travaille sur une ligne de miroirs et de vases. A suivre. O chelseavivash.co.uk

Nature morte à la Morandi “Line up Pots”, marqueterie de chêne, merisier, érable, hêtre, bouleau et placage en iroko, 30 x 21 cm, signée Chelsea Vivash.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 125


EN VUE LES NOUVEAUX MARQUETEURS

ANNA LE CORNO, ALIAS FAROUCHE ECRITURE SINGULIÈRE

Le passé d’architecte de l’ébéniste Anna Le Corno transparaît indéniablement dans son travail. Points de tension, structure architecturale, variations d’énergie, son approche de la marqueterie est teintée d’une réflexion engagée qui interpelle. Après quelques années parisiennes en agence d’architecture, elle suit une formation d’ébénisterie à l’Ecole Boulle. Fraîchement diplômée, elle lance le studio Farouche en 2014, enchaînant depuis projets sur mesure, pièces d’exception et collaborations (notamment avec le concepteur automobile français DS Automobiles pour un tableau de bord marqueté en sycomore teinté). Avec en filigrane, l’obsession de la matière ainsi qu’une alliance subtile et très maîtrisée entre la découpe laser et la marqueterie traditionnelle. Un mariage heureux qu’elle mène à la baguette. En bois précieux, forcément. O farouche-paris.fr

Antoine Liepens ; Larissa Ambachtsheer ; presse

Inventaire à la Prévert Porte “Paz” en loupe de madrona, tulipier teinté bleu et noir, bouleau, ébène de macassar, chêne fumé et noyer français, l. 240 x h. 120 cm.


SARAH ANNE ROOTERT

TRANSCENDANCE DE L’HÉRITAGE Installée à La Haye, la jeune designer Sarah Anne Rootert ne fait pas que de la marqueterie, elle lance aussi des ponts entre le passé et le présent. Son projet de fin d’études à la Royal Academy of Art à Londres l’a amenée à entrelacer son amour des styles Art Déco et De Stijl avec ses origines indonésiennes. Depuis, elle a lancé la collection “Amboina”, des pièces uniques mixant l’artisanat et les symboles de la culture des îles Moluques transmise par sa famille. Chaque motif marqueté représente – par sa hiérarchie, sa couleur, sa taille et sa forme – les thèmes du lien familial, de l’histoire politique, de la faune et de la flore. Persuadée que « le passé a encore beaucoup à partager avec nous », elle travaille à cette recherche d’équilibre entre ce qui a été et une interprétation personnelle plus moderne. Un esprit de famille dans le vent ! O sarahannerootert.com

Arbre généalogique Table basse “Amboina”, marqueterie de bronze, merisier, acajou, chêne, teck, érable, meranti, noyer, wengé et zebrano, 70 x 100 x h. 33 cm, pièce unique de Sarah Anne Rootert.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 127


EN VUE LES NOUVEAUX MARQUETEURS

FLAVIA DE LAUBADÈRE & MANON BOUVIER L’ART ET LA MANIÈRE

Duo magique Quand la sensibilité et l’œil artistique de Flavia de Laubadère croisent le chemin de la talentueuse artisane Manon Bouvier, cela donne un paravent d’exception ! “Triptyque” en marqueterie de paille et de bambou laqué, 163 x 33 x 148 cm.

128 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Cyrille Robin ; Frederic Lucano ; Jean-Pierre Vaillancourt ; presse

L’architecte d’intérieur et designer Flavia de Laubadère (ci-contre) est depuis toujours fascinée par la trace de la main de l’artisan. Un soir, en sortant du cinéma parisien La Pagode, elle tombe en arrêt devant la beauté des feuilles de bambou qui jonchent le sol et décide immédiatement d’en faire quelque chose. C’est chose faite grâce à sa rencontre avec Manon Bouvier (ci-dessous), artisane spécialisée en marqueterie de paille, à la tête de l’atelier Paelis. Cette dernière, auréolée du titre de Meilleur Ouvrier de France en 2019, saisit l’occasion pour travailler ce médium. Flavia dessine et Manon réalise. De ce duo porté par l’amour des belles choses naît un paravent marqueté en feuilles de bambou et paille de seigle. Jeu graphique entre les nuances chromatiques des deux végétaux, ligne moderne, c’est ainsi que se concrétise l’accord parfait entre artisanat d’exception et sens aigu du style. O flaviadelaubadere.com ; paelis.com


COLLECTION ROCKAFRICA

SHOWROOM Serge LESAGE PARIS / 09 67 43 05 03 BOUTIQUES Serge LESAGE : 01 / ORNEX / L’HABITATION / 04 50 41 75 57 • 06 / NICE / CHAIX DECORATION / 04 93 88 52 02 • 13 / MARSEILLE / QUINCAILLERIE GRIGNAN / 04 91 33 07 08 • 14 / CAEN / DESIGN CONTEMPORAIN / 02 31 74 76 90 • 18 / BOURGES / MEUBLES GORDET / 02 48 24 17 72 • 44 / GUERANDE / LES INTERIEURS STER / 02 51 76 98 51 • 44 / NANTES / VIA JULIO / 02 28 16 08 32 • 64 / IDRON OUSSE SENDwRAIN / 03 88 32 78 02 • 67 / STRASBOURG / PIERRE SEILLER-REVE D’INTERIEUR / 03 88 27 89 49 • 75 / PARIS / BOUTIQUE SERGE LESAGE BHV MARAIS / 01 42 74 05 48 • 76 / ROUEN / OKXO LA SUITE / 02 35 71 78 02 • 84 / AVIGNON / INOVE CINNA / 04 90 86 48 10

www.sergelesage.com


EN VUE LES NOUVEAUX MARQUETEURS Néo-Street Art Table de salle à manger “New Paintings 1” en marbre, aluminium et métal, l. 240 x p. 110 x h. 73 cm, édition limitée à huit exemplaires, signée Robert Stadler (Carpenters Workshop Gallery).

ROBERT STADLER Designer autrichien mais Parisien d’adoption depuis plus de vingt ans, Robert Stadler continue de brouiller les pistes entre art et design. Soucieux d’en gommer les clivages, il explore depuis de nombreuses années le rapport entre préciosité et humilité, élégance et vulgarité, sérieux et absurde. Son travail “New Paintings” en est l’illustration parfaite. Les motifs qu’il crée numériquement avec la très reconnaissable trace de pinceau Photoshop® sont ensuite incrustés sur un plateau de marbre selon l’une des techniques lapidaires, réputée la plus ardue artisanalement : la marqueterie de pierre dure. Les motifs sont découpés au jet d’eau dans des marbres de différentes couleurs avant d’être incrustés sur la table. Une passerelle entre hier et demain, gravée dans le marbre. O robertstadler.net 130 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Julien Labrosse ; presse

CŒUR DE PIERRE


Plus que des hôtels, des histoires mémorables.

Hôtel de la Cité Carcassonne – France

Hôtel Papadopoli Venise – Italie

Hôtel Rotary Genève - Suisse

Hôtel Bastille Boutet Paris – France

INK Hotel Amsterdam – Pays-Bas

Les Cures Marines Trouville – France

Nos hôtels sont plus que des adresses, ce sont aussi des histoires. Des récits uniques qui méritent d’être vécus et racontés. La collection MGallery compte plus de 100 hôtels, tous façonnés par la culture locale et l’esprit des lieux. Ils sont représentés ici dans une série d’objets iconiques. Pour en savoir plus et réserver votre séjour, rendez-vous sur mgallery.com

MGALLERY. STORIES THAT STAY

*

*MGALLERY. ENTREZ DANS NOS HISTOIRES


EN VUE LES NOUVEAUX MARQUETEURS

LISON DE CAUNES & INDIA MAHDAVI PASSION PARTAGÉE

Dans les années 70, Lison de Caunes est la pionnière qui remet sur le devant de la scène la marqueterie de paille, dont l’artisanat était alors menacé d’oubli. Têtue et passionnée, la petite-fille du décorateur André Groult décide alors en autodidacte d’en faire sa spécialité. Depuis, elle n’a jamais cessé de magnifier cet art, mue par une volonté intacte et un amour des artisans. Devenue maître d’art en 1996, elle partage dès lors son temps entre ateliers, restaurations et surtout créations exclusives. Au fil du temps, elle voit le retour en grâce de la marqueterie de paille auprès des décorateurs et des designers. Pour preuve, sa dernière collaboration avec India Mahdavi, via la table “That’s all folks” lancée en mars dernier, lors de l’inauguration du troisième showroom de la designer. O lisondecaunes.com ; india-mahdavi.com

Philippe Quaisse ; Philippe Chancel ; Thierry Depagne courtesy of India Mahdavi ; presse

Rouge passion Fruit de la collaboration entre India Mahdavi (à gauche) et Lison de Caunes (à droite), table “That’s all folks” en marqueterie de paille, édition limitée à huit pièces, Ø 110 x h. 35 cm.

LAURENT ROUZEAU, ALIAS AGLOLINO ARTE POVERA Ebéniste et menuisier de formation depuis plus de vingt ans, Laurent Rouzeau décide un jour de ne plus jeter ses chutes de bois. Par jeu et amour de l’esthétisme, il commence à assembler et à marqueter entre elles ces lamelles destinées au rebut. Pris au jeu, il construit des robots en bois pour son fils puis enchaîne avec des modules, des boîtes, des plateaux de table et même des bagues. Entre ses mains, et grâce à son regard poétique, naissent des objets marquetés mêlant bois massif et médium teinté, sous sa marque Aglolino. La poésie du quotidien s’écrit aussi grâce à des artisans comme lui, qui valorise la récupération de matériaux O aglolino.com 132 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Trio gagnant Pour révéler la beauté de bois massifs, Laurent Rouzeau les entremêle à des chutes de médium teinté. Résultat, un mariage alliant noblesse de matériaux et peps coloré.“Triptyque” en chêne, noyer et médium, 15 x 24 cm.


NOUVELLE CITROËN C3

AVEC 97 COMBINAISONS DE PERSONNALISATION**

7 couleurs de carrosserie et 4 couleurs de toit* 3 décors de toit* et 4 packs color* Sièges Advanced Comfort* 12 aides à la conduite*

LA VIE EST PLUS BELLE EN COULEURS Citroën préfère Total *équipements de série, en option ou non disponibles selon les versions.

CONSOMMATIONS MIXTES ET ÉMISSIONS DE CO2 DE NOUVELLE CITROËN C3 (SOUS RÉSERVE D’HOMOLOGATION) : WLTP DE 4,4 À 5,9 L/100 KM ET DE 116 À 135 G/KM.


SYSTÈME DÉCO

Droit de passage PLUS QU’UNE SIMPLE OUVERTURE, LA PORTE RECÈLE DE MULTIPLES TALENTS : DISCRÈTE, ASTUCIEUSE, VOIRE HAUTEMENT DÉCORATIVE. PRENDRE LA PORTE ? TOUT UN ART ! PAR AUDREY SCHNEUWLY

LIGNE DE CRÊTE Porte à la pointe La découpe asymétrique de cette porte intérieure fait écho aux massifs montagneux alentour. L’architecte Vaughn McQuarrie a d’ailleurs développé ce même concept de construction pour l’enveloppe extérieure afin que la maison se fonde dans la nature environnante typique de l’Ile du Sud néo-zélandaise. Côté salon, la paroi en contreplaqué a été peinte en noir pour contraster avec la chambre attenante restée, elle, dans sa teinte naturelle. Une façon de délimiter chaque espace et de créer une sensation de profondeur lorsque la porte est ouverte. Le lien entre les deux pièces se fait via un sol en béton ciré peint en noir. O Table en hêtre réalisée sur mesure, chaises “Tangerine” en chêne

de Simon James (Resident) et suspension “Gregg” en verre soufflé bouche de Ludovica et Roberto Palomba (Foscarini).

134 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


FAUX-SEMBLANT Porte secrète

© Simon Devitt ; © Mikkel Tjellesen

Joli jeu de contrastes dans cet appartement d’un immeuble fin XIXe à Copenhague ! Afin de structurer le grand salon et y créer un coin bibliothèque, les architectes du Studio Djernes & Bell ont élevé une cloison en contreplaqué résineux traité à l’huile de lin, qui vient chahuter le classicisme ambiant. Une fois fermée, la double porte se fond dans la paroi habillée de tasseaux qui ajoutent du relief à l’ensemble. Et pour parfaire l’esprit nordique, le parquet en pin d’origine a été traité à la lessive et au savon pour se rapprocher de la teinte dorée satinée de la boiserie.


L’HEURE BLEUE Porte accordéon Au Miramare Sea Resort & Spa sur l’île d’Ischia (Italie), hôtel des années 30 rénové par l’architecte napolitain Giuliano Andrea dell’Uva, les portes se pavanent. La preuve dans l’une des suites où elles déclinent le bleu de la Méditerranée en verre trempé et se plient complètement grâce aux huisseries métalliques noires. Une fois fermées, elles laissent filtrer une lumière délicieusement teintée, créant un tableau ultra-graphique. O Fauteuil bas canné “Lehnstuhl” en hêtre courbé de Nigel Coates (Gebrüder Thonet Vienna).

136 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

© Montse Garriga Grau / Photofoyer

© Matthieu Salvaing / Réalisation Rosaria Zucconi

SYSTÈME DÉCO DROIT DE PASSAGE


VITRAUX ART DÉCO Porte arty Avec son dessin sophistiqué déclinant des formes géométriques, cette porte-cloison coulissante en vitrail, réalisée sur mesure par des artisans de Tolède (Espagne), confère à l’espace cuisine-salle à manger de cet appartement madrilène un pouvoir hautement décoratif. Imaginée par le Studio Patricia Bustos à Madrid, la composition décline des verres texturés aux teintes chaudes et acidulées formant une véritable œuvre d’art. Une fois la porte fermée, la cuisine se fait totalement oublier. O Table en noyer dessinée par le Studio Patricia Bustos et réalisée par le Studio Majalasna. Chaises vintage (Rue Vintage 74) avec assise en poils de chèvre. Bar en marbre, tabouret haut chiné (Odalisca à Madrid).


© Stephen Johnson / Réalisation Robert Rufino ; presse

SYSTÈME DÉCO DROIT DE PASSAGE

EN TOUTE TRANSPARENCE Porte d’atelier L’enjeu de cet appartement sous les toits niché au cœur de la Norvège ? Multiplier les astuces pour faire circuler la lumière au maximum. Pari réussi avec des portes vitrées coulissantes sur mesure qui disparaissent dans l’épaisseur des murs et les grandes fenêtres de toit (Velux). Une jolie façon de jouer avec les volumes, de créer un coin cosy ou, au contraire, de fusionner les deux espaces pour bénéficier d’une grande pièce à vivre.

PASSION CHEVAL Porte de box Conserver l’esprit du lieu, l’actrice Amanda Seyfried en a fait son cheval de bataille pour la rénovation de sa maison dans les Catskills Mountains, à deux heures de New York. Dans la grange attenante à la bâtisse principale, avec la complicité de la décoratrice d’intérieur Sarah Zames, les chambres d’amis se ferment avec les anciennes portes des box à chevaux trouvées sur place. O Ilot de cuisine recouvert d’un enduit béton ciré

(teinte “Overcoat” de Benjamin Moore).


GODIN le spécialiste de la fonte Modèle présenté: Bagu a - Corps de ch ffe en fo e - C sse: A •Oh! mo GODIN


SYSTÈME DÉCO DROIT DE PASSAGE HABITAT TRADITIONNEL Porte festonnée C’est par une magnifique porte ancienne chinée à Casa Barata (les Puces de Tanger) que l’on entre dans la salle de bains de la maison marocaine de Frédéric Winkler, l’éditeur de DCW éditions. Le charme de cette pièce sculptée en bois permet de renouer délicatement avec les caractéristiques de l’habitat traditionnel et d’apporter un supplément d’âme à un lieu de vie, que l’on habite au Maroc ou ailleurs ! O Au mur, une plaque circulaire en pierre de rêve (marbre

chinois en provenance de Dali, Chine).

SECRETS D’ALCÔVE Portes ouvertes Dans cette petite maison de village de la Costa Brava (Espagne), l’architecte d’intérieur Serge Castella a séparé la chambre du salon à l’aide d’une porte catalane en bois datant de la fin du XVIIe siècle. La cloison a été découpée de façon à épouser le dessin en arabesque de la double porte apportant un supplément décoratif lorsqu’elles sont ouvertes. Audace anachronique avec les panneaux de part et d’autre, peints dans les années 70 pour les toilettes d’un restaurant bordelais et qui dissimulent ici des placards. O Au fond, bronze de Lucien Gibert (Galerie Yves Gastou),

© Nicolas Mathéus / Réalisation Laurence Dougier ; © Nicolas Mathéus / Réalisation Geneviève Dortignac

ancienne jarre catalane (Ceràmica de La Bisbal).


Chez Habitat, nous sommes convaincus que bien vivre, c’est avant tout vivre à sa façon. C’est en s’affranchissant des carcans de styles et de pensées que nous concevons un quotidien inspirant, vivant et généreux. Fidèle à cet héritage, la vaisselle Racine, création du Studio de Design Habitat, apporte gaieté, optimisme et poésie à votre table.

RACINE

VAISSELLE EN GRÈS

PACK DE 4, À PARTIR DE 19,90€

habitat.fr


SYSTÈME DÉCO DROIT DE PASSAGE

FAIRE LE MUR Porte trompe l’œil Dès l’entrée de cet appartement parisien, les architectes de l’atelier Daaa ont souhaité que le regard soit happé par le décor végétal du papier peint “Bellewood“ (Rebel Walls) qui dissimule habilement, derrière les deux portes, les toilettes et la buanderie. Les murs adjacents ont été peints avec une des teintes piochée dans le papier peint pour apporter une unité à la pièce.

A LA DÉROBÉE Lorsqu’elle est close, la porte à fleur de mur s’efface au profit du panoramique tropical à la végétation luxuriante (Ananbô). Un trompe-l’œil savamment orchestré par le cabinet d’architecture et de design Studio Gum dans cet appartement sicilien et une bonne façon de cultiver son jardin intérieur... O Carreaux de ciment

d’origine.

142 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

© Bertrand Fompeyrine ; © Filippo Bamberghi / Photofoyer

Porte de jardin



SHOPPING LIST 1

Les tubes

de l’hiver IMAGINER DES TABLES, DES FAUTEUILS, DES LUMINAIRES ET DES OBJETS BOUDINÉS, LE PARTI PRIS EST GONFLÉ ! PAR OCÉANE ALGARON

2

3

4


Mario Simon Lafleur ; Sean Davidson ; Dan Arnold Photo ; Aino Huhtaniemi ; presse

5

1/Fers à cheval. Miroir “Zodiac” en céramique, design Jean-Baptiste Fastrez, l. 55 x h. 110 cm, 1 200 €, MOUSTACHE. 2/Forestier. Canapé “Rose” en mousse et velours côtelé, l. 320 x p. 125 x h. 82 cm, 16 500 €, JORIS POGGIOLI. 3/Bien campé. Fauteuil “Kosa”, revêtement en alpaga péruvien, l. 112 x p. 112 x h. 74 cm, prix sur demande, IAN FELTON. 4/A spirale. Vase “B5” en verre soufflé bouche, Ø 15 x h. 19 cm, 69,90 €, ENO STUDIO. 5/Replet. Fauteuil “Rhea”, structure en frêne, revêtement en alpaga bouclette “Rogers and Goffigon”, l. 92 x p. 81 x h. 79 cm, environ 4 360 €,

6

7

6/Bibendum. Boîte “Beebee” en chêne, Ø 18 x h. 16 cm, 390 €, HANNA ANONEN. 7/Crépitant. Tabouret “Moor” en grès chamotté, Ø 32 x h. 36 cm, prix sur demande, LISA ALLEGRA. 8/Recroquevillée. Chaise “7M” en métal et mousse, recouverte de tissu, l. 31 x p. 46 x h. 76 cm, environ 2 820 €, ARA THOROSE. 9/Rembourré. Canapé “Solomon”, structure en épicéa, tissu en viscose, polyester, lin et coton, l. 200 x p. 95 x h. 75 cm, 1 599 €, WESTWING. 10/Circulaire. Bougeoir “Loop” en céramique, l. 15 x h. 13 cm, 41 €, BOCONCEPT.

8

CASEY MCCAFFERTY.

9

10

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 145


SHOPPING LIST LES OBJETS BOUDINÉS

1 2

Afficher et revendiquer ses formes 3 1/Arches suspendues. Lampe “TRN C1” en céramique et laiton, Ø d’un tube 5 cm x h. 35 x l. 27,50 cm, 536 €, PANI JUREK. 2/Bauhaus. Chaise “Gropius CS1” en bois et tissu, design Kateryna Sokolova, l. 75 x p. 75 x h. 71 cm, à partir de 920 €, NOOM. 3/Monolithe. Bougeoir en marbre, Ø 4,50 x h. 10 cm, 39,95 €, &KLEVERING. 4/Fauve. Table “Scala” en cuir de veau, Ø 60,50 x h. 26 cm, disponible en différentes hauteurs, à partir de 1 476 €,

5/Siamois. Vase “Kink” en porcelaine, design Earnest Studio, h. 27 cm, 179 €, MUUTO. 6/Equilibriste. Lampe “Treble” en porcelaine, pièce unique, l. 38 x h. 20 x p. 33 cm, environ 2 080 €, ANA BUITRAGO. 7/Pansu. Fauteuil “Huggy” en bois et revêtement en velours, l. 93 x p. 84 x h. 64 cm, environ 985 €, SARAH ELLISON. Adresses p. 260.

STÉPHANE PARMENTIER X GIOBAGNARA.

5

6

7

146 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Paul Grozyan ; presse

4



PORTRAITS CROISÉS

GUY BAREFF & ELSA OUDSHOORN

A quatre

mains

LA RENCONTRE ENTRE LE CÉRAMISTE GUY BAREFF ET L’ARTISTE ELSA OUDSHOORN EST UNIQUE EN SON GENRE. ENSEMBLE, ILS LIVRENT UNE SÉRIE DE PIÈCES MONUMENTALES EN TERRE CUITE, ISSUE D’UNE COLLABORATION INTENSE, À HUIS CLOS. PAR CLARA LE FORT PHOTOS HERVÉ HÔTE

En fusion Guy Bareff et Elsa Oudshoorn devant l’atelier du céramiste à Maillane, au cœur des Alpilles. Pendant 28 jours d’affilée, ils auront physiquement œuvré à la production de trois pièces colossales, que ni l’un ni l’autre n’aurait créées individuellement.

148 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


Assemblage hors norme Entre maquettes, dessins et pièces grandeur nature, le duo a repoussé les limites de son savoir-faire pour imaginer des ensembles, baptisés “Rendez-vous”.


PORTRAITS GUY BAREFF & ELSA OUDSHOORN

1 2

Ils ont tous les deux une intensité qui fascine : regards déterminés, mains qui agrippent, chevelures sauvages, une forme de gémellité de surface… Si Guy Bareff et Elsa Oudshoorn se sont instantanément reconnus sous bien des aspects, tout pourtant les oppose. L’âge, d’abord ; l’approche de la matière, ensuite. Autodidacte, la jeune femme aime la terre depuis sa tendre enfance : elle la creusait avant de se construire, adolescente, en dehors des bancs de l’école, autour de ce besoin physique « d’avoir les mains dans la terre ». Elsa Oudshoorn peint des grandes toiles, souvenir des paysages de Namibie qu’elle affectionne, ode à tout ce que le sol porte en lui de tellurique, d’érodé et d’immuable. Un atelier, elle en a toujours eu un, refuge ultime au cœur de l’exploitation florale de ses parents, au bord de la Méditerranée. Non loin de là, Guy Bareff, figure incontournable des années 70, cache ses nombreux talents de sculpteur et céramiste dans un atelier à Maillane, dont il a récemment rallumé les fours. Ce sont ses sculptures lumineuses, entre brutalisme et minimalisme, tour à tour sensuelles et anguleuses, qui l’ont fait connaître dès 1968 : le jeune homme expose pour la première fois à Marseille des pièces avant-gardistes qui marient art abstrait et architecture. Des années plus tard, le sculpteur autodidacte et ses pièces échappent toujours à l’emprise du temps : mieux, Guy semble vouloir le défier, et sa rencontre avec Elsa Oudshoorn le permet ! Ils s’étaient repérés mutuellement sur Instagram, coup de foudre instantané, et nourrissaient le rêve fou d’un travail à quatre mains. La Villa Benkemoun, à Arles, est la première à présenter le sculpteur. En toute logique. « Je connaissais les lampes de Guy Bareff depuis longtemps », lance Brigitte Benkemoun, propriétaire de la villa érigée par Emile Sala dans les années 70, aujourd’hui labellisée Patrimoine du XXe siècle. « Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, dans les légendes d’un exemplaire du magazine “Art & Décoration” de 1975, que le pourtour de la cheminée de la villa avait été réalisé quelques années plus tôt par Guy Bareff », dit-elle. De fil en rencontre, l’artiste visite la villa pour la première fois en août 2019 : « Il était ému de voir les pièces in situ. Il avait travaillé sur plans à l’époque, via une commande originale du sculpteur et designer Max Sauze. » Vient alors l’envie d’une exposition à l’automne 2020 : Guy Bareff accepte et impose un projet avec Elsa Oudshoorn. Le rendez-vous est pris avant l’été et la carte blanche qui leur est donnée, totale. « Je leur ai juste demandé que la maison soit une source d’inspiration », précise Brigitte Benkemoun. Au regard des pièces créées par le duo, difficile de dire que les volumes architecturaux visionnaires de la villa ne le sont pas. Brutes, soyeuses, anguleuses, abstraites, sculpturales, les œuvres “Rendez-vous” – nom donné par Elsa et Guy à ces pièces monumentales qui s’assemblent – sont le produit d’une rencontre au sommet entre deux personnalités absolues. 1. 2. Work in progress La préparation des pièces a nécessité des semaines de travail en amont. Ci-dessus, Guy Bareff tenant une maquette à la main. Ci-contre, au premier plan, l’un des trois modules de l’un des “Rendez-vous” se découvre comme une architecture grandeur nature.


Energie tellurique Elsa Oudshoorn ci-contre et, ci-dessous, devant l’atelier. Guy Bareff dit d’elle qu’elle a une force physique, une détermination et une liberté de penser rares.

Jeu de construction Pour deux d’entre elles, les pièces “Rendez-vous” sont composées de trois éléments qui s’imbriquent. Ici, l’une des terres cuites, rythmée de montants géométriques.

« Au-delà d’un rapport commun à l’architecture et à la construction, Elsa et moi partageons le même univers, raconte Guy Bareff. Lors de notre première rencontre, nous avons comparé nos carnets de croquis et sommes restés stupéfaits : ils contenaient exactement les mêmes dessins. Face à ce mystère absolu, il nous fallait creuser, nous confronter à la matière ! » Ils se retrouvent au début de l’été 2020 et passent 28 jours à créer sans lever le nez. De cette aventure émanent une esthétique nouvelle, des objets colossaux que ni l’un ni l’autre n’aurait créés individuellement. « Elsa travaille avec une liberté d’esprit totale, une surprise absolue : elle n’est ni impressionnable, ni impressionnée, ce qui pose les bases d’un rapport d’alter ego. C’est une surdouée de la matière : elle comprend intuitivement les matériaux et possède une force physique – et mentale – supérieure », lance Guy Bareff. A la détermination et l’entrain d’Elsa, le sculpteur apporte cinq décennies d’expertise. Derrière sa crinière grise, l’homme avance en méditant, pas à pas : il conçoit le montage des pièces, anticipe les aspects techniques comme la cuisson. Résultat ? Les pièces donnent l’impression d’une grande maîtrise. Et Guy de conclure : « Collaborer avec Elsa est formidable, elle avance comme un étalon. Elle est pressée de vivre ! » Q Rens. p. 260. O Exposées en avant-première à la Villa Benkemoun (Arles)

jusqu’à mi-octobre, les pièces “Rendez-vous” devraient ensuite gagner des galeries parisiennes et internationales. ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 151


DÉCRYPTAGE

Quand les tables se (re)dressent ! UNE INCURSION DE LA MODE DANS L’UNIVERS DE LA MAISON, DES ARTISTES ET DES DESIGNERS QUI S’ATTELLENT À CRÉER DES SERVICES D’EXCEPTION, UNE ENVOLÉE DES VENTES PENDANT LE CONFINEMENT… PLUS QUE JAMAIS, LES ARTS DE LA TABLE S’EMBALLENT. PAR SOLINE DELOS

1

3

2

1. Love. Assiette en porcelaine, coll. “Le Cœur de la mamma” par l’artiste Amélie Barnathan (Maison Fragile). 2. De l’art à table. Création de l’artiste américaine Judy Chicago pour Dior Maison (collaboration pour le défilé haute couture printemps-été 2020). 3. Légendaire. Soucoupe à café en porcelaine, collection “Oriente Italiano” imaginée à l’origine par Gio Ponti et revisitée par Alessandro Michele, le directeur artistique de Gucci (Ginori 1735).

Une ruée sur les arts de la table ! Le terme n’est pas exagéré pour raconter comment, pendant le confinement, nombreux sont ceux qui, temps libre oblige, ont redécouvert leur sweet home. Avec l’envie de s’occuper l’esprit, la plupart se sont transformés en chefs cuisiniers, mettant en scène sur les réseaux sociaux leurs agapes dans des plats, assiettes et nappes fraîchement acquis. Durant ce temps si particulier, Pierre Sauvage, à la tête de Casa Lopez, confesse avoir multiplié ses ventes en ligne par dix, alors qu’Usha Bora, fondatrice de la marque Jamini, a vu ses nappes indiennes partir comme des petits pains. Bref, les arts de la table, déjà en retour de grâce depuis un moment, ont fait l’objet d’un engouement frénétique. Preuve en est parmi tant d’autres, le compte u

Ambroise Tézenas ; presse

UN ENGOUEMENT FRÉNÉTIQUE


A TABLE ! DANS LE TRÈS BEAU LIVRE “CHEZ EUX”*, IMAGINÉ PAR LE DÉCORATEUR PIERRE SAUVAGE, PLUSIEURS PERSONNALITÉS DÉVOILENT LEUR ART DE RECEVOIR. L’OCCASION DE DEMANDER À TERRY DE GUNZBURG, JACQUES GARCIA ET PATRICK PERRIN COMMENT ILS DRESSENT LA TABLE. PROPOS RECUEILLIS PAR SOLINE DELOS

Un goût pour le dépareillé Chic intemporel à la table de Terry de Gunzburg, dressée dans la salle à manger de son appartement parisien.

TERRY DE GUNZBURG FONDATRICE DES COSMÉTIQUES BY TERRY Dressez-vous souvent la table ? T. de G. Autant que possible ! L’art de la table est une passion absolue, je m’y exprime comme avec une palette de fards. J’ai des pièces entières remplies de nappes, de vaisselle, de verres chinés. J’adore mettre en scène, et ce, depuis toujours, puisque ma mère me racontait qu’enfant, je dressais déjà ma place à table. Il y a aussi dans cet art une générosité à laquelle je suis très sensible. Vous êtes plutôt nappe ou sets ? T. de G. Les deux, je peux mettre une nappe pour un dîner à deux, ou choisir des sets de paille que je mélangerai à une vaisselle XVIIIe et des verres Baccarat. Un indispensable pour une jolie table ? T. de G. De la fantaisie, de la créativité, qui peuvent se manifester de mille manières : une harmonie des couleurs, des combinaisons provocatrices… Seul impératif, derrière l’arrangement, on ne doit sentir ni affectation, ni effort. Un twist qui change tout ? T. de G. Des serviettes de très belle qualité, par exemple en lin brodé très finement, toujours de couleur différente. Idem pour les verres : je ne mets jamais les verres à eau et à vin d’un même service. Cela pique toujours la curiosité de mes amis et permet de jouer sur une harmonie déstructurée. Déco chargée ou épurée ? T. de G. Cela dépend de mon humeur. Je peux dresser un jardin opulent de fruits et légumes ou dépouillé avec quelques brins de fleurs et une vaisselle minimaliste. D’ailleurs, faire simple sans faire « bâclé » s’avère souvent le plus compliqué. Ce qu’on ne trouvera jamais sur votre table ? T. de G. D’énormes bouquets pompeux qui isolent les convives les uns des autres. Pas de timbales à cigarettes, ni de bouteilles de soda. Quand je reçois des amis qui en boivent, je les mets en carafe ! Dîners collés-serrés ou convives au large ? T. de G. J’aime que l’on soit à l’aise et qu’en même temps, on puisse se parler sans se héler. Pour cela, les tables rondes ou ovales sont parfaites. Et quand nous sommes très nombreux, je dresse plusieurs petites tables Q * A lire, “Chez eux”, par Pierre Sauvage, texte Olivier Roland, photographies Ambroise Tézenas (aux éditions Flammarion). ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 153


DÉCRYPTAGE LES ARTS DE LA TABLE

Faste et fantaisie A la table du décorateur Jacques Garcia au château du Champ-de-Bataille en Normandie.

1

1. Main dans la main Des dessins du Corbusier parent cette tasse à café avec soucoupe en porcelaine, rééditées par Cassina en collaboration avec Ginori 1735 et la Fondation Le Corbusier. 2. Couleur et gourmandise Plat à gâteau de la collection signée India Mahdavi pour Monoprix. 3. 4. Flower power La maison La DoubleJ a fait réaliser sa collection “Wildbird” aux motifs opulents par le célèbre fabricant italien de porcelaine Ancap. 5. Vintage Assiettes en céramique, peintes à la main, de la collection “Artichaut”, une des dernières-nées de la maison Casa Lopez.

JACQUES GARCIA, ARCHITECTE D’INTÉRIEUR Dressez-vous souvent la table ? J. G. Oui, systématiquement, que l’ont soit six, huit, dix, et même deux ! C’est une manière de transformer chaque jour en un jour exceptionnel. Pour ce faire, je dresse souvent le couvert dans un vestibule, un salon, une chambre, comme on le faisait avant l’apparition de la salle à manger au XVIIIe. C’est moins formel. Vous êtes plutôt nappe ou sets ? J. G. Cela dépend des lieux. Evidemment dans la salle à manger au château du Champ-de-Bataille, la nappe est plus appropriée. Un indispensable pour une jolie table ? J. G. Les convives ! Si la table est divine, mais les invités ennuyeux, je n’aurai qu’une hâte, filer au plus vite. Un twist qui change tout ? J. G. La variété ! Avec l’habitude de recevoir les mêmes amis, il est important de les surprendre par la table. Cela peut passer un jour par une nappe parsemée de pétales de roses, un autre par de très grands branchages installés dans des pieds de parasol enrobés de papier aluminium froissé.

Je fais cela parfois à Champ-de-Bataille où les plafonds sont très hauts mais cela peut aussi être merveilleux sur une table dressée en terrasse à la campagne. Récemment à Paris, j’ai accroché au lustre de la salle à manger des branchages au bout desquels j’ai suspendu des masques en étain achetés au marché chinois. Comme un manège. Déco chargée ou épurée ? J. G. L’important est surtout la charge émotionnelle que procure le décor. En même temps, je ne suis pas pour le minimalisme misérabiliste. Ce qu’on ne trouvera jamais sur votre table ? J. G. Du plastique, qu’il s’agisse de bouteilles, de verres, d’assiettes, de couverts. Je préfère boire à la bouteille et manger une omelette à même la poêle. Dîners collés-serrés ou convives au large ? J. G. Collés-serrés ! Ce n’est pas pour rien que j’ai placé les tables à trente centimètres les unes des autres quand j’ai conçu les hôtels-restaurants des Costes ! J’aime la convivialité qui, pour moi, passe par le geste et le toucher Q

2

3


5

Instagram @Wawwlatable lancé en juin dernier par Péri Cochin et Arabelle Reille, deux adeptes des grandes tablées : en trois mois, ses followers sont passés de 500 à 12 000. Son propos : orchestrer un concours où chacun est invité à poster des photos de sa plus belle table. Pour le premier prix décerné par un jury de choix, des cadeaux de grandes maisons (Baccarat, Christofle, Dior Maison…). Un succès alimenté aussi par les tutoriels de personnalités – le décorateur Vincent Darré, l’architecte Charles Zana… – qui dévoilent leur art de recevoir fantaisiste et inspirant. Comme le souligne Vincent Grégoire, tendanceur chez NellyRody, « aujourd’hui, les arts de la table ne sont plus seulement réservés aux grandes occasions, ils se sont rafraîchis, désempesés. Les goûts ont évolué, portés entre autres par le

regain d’intérêt pour la céramique et la créativité de marques comme Serax ou Jars qui parlent à une clientèle de trentenaires et de quadras sensibles au design, mais aussi par de jeunes éditeurs très créatifs ». Parmi ces derniers, Maison Fragile fondé par Mary Castel, ex-commerciale au sein d’une agence de communication qui, depuis trois ans, twiste avec succès la porcelaine de Limoges en donnant carte blanche à des artistes, plasticiens, photographes et calligraphes. Et Vincent Grégoire d’ajouter : « Il y a une nouvelle clientèle qui a envie de joie de vivre et de qualité. » Difficile d’en douter au vu du carton plein de la dernière collection de vaisselle tout en couleurs de l’architecte designer India Mahdavi pour Monoprix, dévalisée en quelques jours. u

Ambroise Tézenas ; Jean-Baptiste Guiton ; presse

4

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 155


DÉCRYPTAGE LES ARTS DE LA TABLE Partie de campagne A table comme ailleurs, l’architecte Laura Gonzalez déploie tout son art des mélanges. Ici, dans son jardin, au cœur du Vexin normand. Quand la mode inspire la vaisselle Les assiettes de Maison Dior se sont emparées du motif à carreaux de la collection automnehiver 2019/20 signée Maria Grazia Chiuri.

Si les arts de la table se sont largement dépoussiérés, c’est aussi à la faveur d’un mantra déco qui s’est imposé sur toutes les tables : la créativité et le mélange à tout prix ! Ainsi, plus que jamais, il est de bon ton de mixer la vaisselle vintage chinée aux Puces, quelques créations artisanales et l’argenterie de famille. Le grand règne du mix and match qu’une des précurseurs en la matière, Laura Gonzalez, exerce avec gourmandise. Sur ses nappes indiennes – « j’en ai toute une collection car elles sont intemporelles et se gardent une vie », confesse-t-elle –, elle n’hésite pas à disposer terrines en terre cuite chinées dans des brocantes, assiettes délicates peintes à la main et verres rapportés du Maroc. D’ailleurs, s’amuse-t-elle : « A chaque fois que je pars à l’étranger, je reviens avec des valises pleines de vaisselle. » Un art du mélange auquel Pierre Sauvage se prête aussi, notamment à travers ses collections, expliquant au passage : « Les gens n’ont pas envie d’acheter un nouveau service tous les deux ans, mais plutôt de le compléter avec d’autres éléments qui matchent ensemble. » Il vient ainsi de lancer deux services, “Artichaut” et “Châtaigne”, dans les mêmes tonalités avec l’idée, dit-il, « qu’on puisse les mixer, comme dans la mode ». 156 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

DES COLLECTIONS SAISONNIÈRES Et de la mode aux arts de la table, il semblerait qu’il n’y ait plus qu’un pas, franchi par un nombre grandissant de griffes. Parmi elles, La DoubleJ, qui habille la jet-set italienne avec des robes de soie aux imprimés vintage, et dont la créatrice J.J Martin inaugurait il y a trois ans “House wife”, une collection d’arts de la table dans les mêmes motifs chatoyants ; Paul & Joe qui vient de sortir une première série d’assiettes, plats, saladiers, mugs créés avec la maison italienne Ceramica Assunta ; ou encore les grands noms de la mode comme Hermès ou Dior, pionniers en la matière. Signe de ce renouveau, Dior Maison initie depuis deux ans des collections saisonnières de vaisselle inspirées des défilés et de l’univers de Maria Grazia Chiuri, mais aussi de plus en plus des collaborations avec des designers et des artistes. Parmi les plus récentes, et les plus glamour, celle avec l’artiste américaine Judy Chicago, figure phare du féminisme. La créatrice italienne lui a demandé d’imaginer le décor du défilé haute couture printemps-été 2020 et, dans la foulée, Judy Chicago a conçu un set de quatre assiettes en édition limitée. Des presque œuvres d’art. Comme si après la mode, les arts de la table s’imposaient comme le nouvel eldorado du luxe. u

Brigitte Baudesson ; Morgan O’ Donovan ; presse

L’ART DU MÉLANGE


AUTHENTIQUE

ELLE DÉCORATION X LA LAITIÈRE BIO COMMUNIQUÉ

GOURMANDE ET ENGAGÉE DÉCOUVREZ LA GAMME BIO LA LAITIÈRE

LA GAMME BIO DE LA LAITIÈRE EST COMPOSÉE DE YAOURTS À LA FOIS GOURMANDS ET SAVOUREUX. DES PRODUITS QUI SONT AUSSI PORTEURS DE VÉRITABLES ENGAGEMENTS !

M

© CMI M ED IA/G E T T Y IM AG ES/ISTO C K PH OTO

ickaël est agriculteur bio dans une petite commune de Mayenne. C’est ici qu’il élève des vaches laitières dans le respect du cahier des charges de l’agriculture biologique. Pour Mickaël, le bio est bien plus qu’un label : une véritable philosophie. « Savoir être à l’écoute et respecter le vivant, voilà sans doute les bases de notre travail. Prendre soin de la terre, du végétal, de l’animal, c’est aussi assurer un lait à l’onctuosité, à la typicité et aux saveurs uniques », explique-t-il. L’éleveur travaille main dans la main avec La Laitière dans un objectif commun : produire du bon lait. « La Laitière fait ensuite en sorte que le lait garde sa structure, son empreinte, son terroir », ajoute l’agriculteur. Ce bon lait bio, La Laitière le transforme pour créer des recettes authentiques réalisées à partir des meilleurs ingrédients. Des yaourts bio nature, au citron ou à la vanille qui développent leur

texture ferme et fondante lors de la fermentation lente à l’étuve, puis conditionnés dans de petits pots en verre. Avec son bon lait bio 100 % français, ses emballages 100 % recyclables et ses recettes emblématiques et gourmandes, la gamme La Laitière Bio a tout bon ! RETROUVEZ LES ENGAGEMENTS SUR LALAITIERE.FR

DÉLICE À LA VANILLE Le secret de la texture ferme et fondante du yaourt bio de La Laitière, c’est du bon lait entier bio français et une fermentation lente à l’étuve. Un plaisir gourmand préservé dans un petit pot en verre.

MIEUX QUE BIO : BIO ET PLUS RESPECTUEUX Le lait que La Laitière utilise pour fabriquer les desserts et yaourts de sa gamme bio n’est pas seulement bio: il est le fruit d’une relation durable nouée avec ses éleveurs partenaires. Des hommes et des femmes dont La Laitière partage l’engagement et les valeurs, et qui sont très soucieux du bien-être de leurs vaches. Des animaux qui profitent du plein air dès que le temps le permet et qui bénéficient d’une alimentation bio produite majoritairement à la ferme. Pour leur plus grand plaisir... comme pour le vôtre !

POUR VOTRE SANTÉ, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE. WWW.MANGERBOUGER.FR


DÉCRYPTAGE LES ARTS DE LA TABLE LE NOUVEL ELDORADO DU LUXE

Table estivale dans la maison de Patrick Perrin à Comporta, au Portugal.

L’histoire de Richard Ginori 1735, manufacture de porcelaine italienne dont Gio Ponti fut directeur artistique, en atteste. En 2013, elle est rachetée par Gucci. Aussitôt, Alessandro Michele, son directeur artistique, revisite la mythique ligne “Oriente Italiano” de Ponti dans dix nouveaux coloris. En 2018, le groupe Kering reprend l’enseigne sous son aile (baptisée Ginori 1735 en septembre 2020) avec un but : redonner à cette maison au passé mythique sa place de référence dans le monde. « Les arts de la table, c’est une entrée dans le monde du luxe par une autre porte, explique Alain Prost, récemment nommé aux commandes du porcelainier. Aujourd’hui, le consommateur a envie de défricher de nouveaux champs. Avant, on achetait un vêtement ou un sac pour se démarquer, affirmer sa personnalité, maintenant, on le fait aussi avec de la vaisselle, une bougie, un vase. C’est une manière d’exprimer son côté créatif. » Mais aussi une marque de reconnaissance sociale. Ainsi, à l’heure où le luxe rime avec exception, rien de tel que de faire appel à des designers et artistes de renom pour réinterpréter l’ADN d’une marque. Aussi, après avoir demandé au jeune artiste britannique en vogue, Luke Edward Hall (lire son portrait p. 88), d’imaginer le service “Le Voyage de Neptune”, une collection destinée à la génération u

Dressez-vous souvent la table ? P. P. Oui, même si c’est pour un simple dîner avec mes enfants, j’aime que le moment soit beau. Dernièrement, ils avaient mis la table en utilisant des couverts différents, je leur ai demandé de changer. Je peux être assez maniaque avec les détails… Vous êtes plutôt nappe ou sets ? P. P. Sets de table pour la simple raison que j’ai demandé au designer Valentin Loellmann de me dessiner une table de salle à manger sur mesure en chêne naturel et noyer noirci. Ça serait dommage qu’elle soit dissimulée sous une nappe. Un indispensable pour une jolie table ? P. P. De très beaux verres. C’est un toc qui remonte à mon enfance et mes déjeuners chez mes grands-parents où l’eau était servie dans des verres en cristal Baccarat. D’ailleurs, je viens d’acheter aux Puces un service de gobelets en verre de Murano aussi fin que du cristal. 158 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Un twist qui change tout ? P. P. Un chemin de table. J’aime son côté chic à l’ancienne. D’ailleurs pour moi, la notion de belle table est reliée aux traditions passées. Déco chargée ou épurée ? P. P. Chargée. Sur ma table, il y aura toujours de belles carafes à eau en verre, des assiettes à pain, des portecouteaux, des fleurs que je dispose dans des soliflores. Ce qu’on ne trouvera jamais sur votre table ? P. P. Des serviettes en papier ou des serviettes de table trop petites. Les miennes font 60 sur 80 cm, jamais moins. Dîners collés-serrés ou convives au large ? P. P. Je préfère que nous soyons un peu serrés, c’est plus sympathique mais pas Covid-19 compatible. La forme idéale de la table pour un dîner réussi : ronde-petite ou rectangulaire-étroite Q

Ambroise Tézenas

PATRICK PERRIN, FONDATEUR DU PAD ART AND DESIGN



DÉCRYPTAGE LES ARTS DE LA TABLE 1

2

4 Les artistes de la Manufacture de Sèvres 1. Annabelle d’Huart signe le service de table “Atlantide” en porcelaine et or 24 carats (1999-2000). 2. Françoise Pétrovitch, le service “Fables” en porcelaine (2011). 3. Philippe Apeloig, le service “Diane Galaxie” en porcelaine et or 24 carats (2017). 4. “Le repas tout un art” Affiche de l’exposition “A Table !” réalisée par Nicolas Buffe.

des « millennials », la maison Ginori 1735 a sollicité Constance Guisset pour concevoir un service pour sa collection “Aria”, destinée à la haute cuisine. Le résultat : “Ether”, un décor vaporeux comme un entrelacs d’ombre et de lumière qui, explique la designer, « transforme les assiettes en une toile sur laquelle les chefs peuvent s’amuser ». Travailler avec les artistes, la Manufacture de Sèvres s’y emploie depuis sa création en 1740, même si les années 2000 ont vu les collaborations se multiplier. « Aujourd’hui, nous invitons entre dix et quinze artistes par an à se pencher sur un projet – sculpture, vase, service de table… Cette dynamique s’inscrit aussi dans le regain d’intérêt des artistes pour la porcelaine et la céramique », commente Romane Sarfati, à la tête de la Manufacture de Sèvres. Dans un timing qui

n’était pas prémédité mais qui tombe à pic, elle inaugurera “A table ! Le repas, tout un art”(1), une exposition fleuve qui raconte l’évolution de la gastronomie et des arts de la table ainsi que leur cheminement main dans la main depuis la nuit des temps. On y découvrira aussi la dernière grande commande passée par L’Elysée, un service de table très conceptuel, créé par l’artiste contemporain français Evariste Richer et étrenné lors du dernier G7 en 2019. Au menu, le fameux bleu de Sèvres et un dessin graphique où le plan du palais de l’Elysée est fractionné en trois cents pièces. Un signe de plus, qu’en matière des arts de la table, la modernité n’a pas fini d’ébouriffer la tradition Q Rens. p. 260. (1) Du 18 nov au 16 mai 2021, à Sèvres-Manufacture (2, place de la Manufacture, Sèvres. sevresciteceramique.fr).

Gérard Jonca / Sèvres - Manufacture et Musée nationaux

3

160 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


P O U R V O T R E S A N T É , É V I T E Z D E G R I G N O T E R E N T R E L E S R E P A S . w w w . m a n g e r b o u g e r. f r


BIBLIOTHÉQUE

Belles pages

Presse

PAR PHILIPPE TRÉTIACK

LOUISE BOURGEOIS, FEMME MAISON Photographies de Jean-François Jaussaud (éditions Albin Michel, 192 pages, 34,90 €). Du travail magnifique de Louise Bourgeois (1911-2010), le photographe Jean-François Jaussaud donne à voir le meilleur : son atelier et sa maison. Si dans cette « brownstone » de Chelsea, maison de briques new-yorkaise où elle vécut de 1962 à sa mort, les reliques et les sculptures s’accumulent, un esprit les transcende. Car l’artiste fut une femme d’intérieur pour qui âme et foyer ne faisaient qu’un. La voici donc immortalisée dans ce très beau livre, saisie dans l’architecture friable de ses tanières, « home sweet home » de Manhattan comme atelier de Brooklyn. Louise Bourgeois savait bien que toute image risquait de la « ratiboiser » et, pourtant, elle joua le jeu. En 1994, elle laissa Jean-François Jaussaud la suivre dans le dédale de ses antres. Alors, au creux d’un désordre où tout a sa place, l’immense humanité de l’artiste rencontre celle du photographe. De leur télescopage naît un ouvrage qui est une œuvre en soi. 162 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

DUVELLEROY, TRÉSORS DE L’ÉVENTAIL COUTURE PARISIEN Par Marie-Clémence Barbé-Conti (éditions In Fine, 248 pages, 45 €). Maison fondée en 1827, Duvelleroy deviendra « l’éventailliste des reines » en fournissant les cours d’Europe. Destiné à accompagner les sacs, l’éventail connut ses heures de gloire. Il eut son langage et ses codes que les séducteurs saisissaient d’un coup d’œil. Style frou-frou, Art Déco, agrémenté de plumes et de dentelles, il papillonna sur toutes les scènes d’Europe. Relancée après la Seconde Guerre mondiale, la maison renaît aujourd’hui sous l’impulsion de deux jeunes femmes ambitieuses, Eloïse Gilles et Raphaëlle Le Baud. Au menu, des séries limitées dont le but est de trouver place dans un univers désormais régenté par une climatisation généralisée. Toujours chic et sans faux plis, l’éventail s’offre alors comme un bol d’air et d’élégance.

VERSAILLES, SAVOIR-FAIRE ET MATÉRIAUX Collectif sous la direction de Hugues Jacquet (éditions Actes Sud, 450 pages, 65 €). Versailles sans cesse recommencé, inépuisable réservoir de connaissances et de rêves, resserre de passions et de savoirs… Cette fois, l’histoire de ce monument national est abordée par le vulgaire : la plomberie, la maçonnerie, les matériaux. Bois, verre, terre, pierre, voilà les témoins d’une épopée et leurs récits sont enivrants. Car quelle splendeur tout de même que ces savoir-faire additionnés ! Que d’audace dans les partis pris, les décors, les atmosphères ! Loin de n’être qu’un recensement de tous les éléments d’une architecture et d’un paysage qui transcendent les siècles, cet ouvrage nous dit tout des artisans, des lieux de production, des corporations, des carrières. Il dresse ainsi le tableau raisonné d’une entreprise gigantesque qui, justement, défia la raison. Versailles ou comment faire d’un chantier un véritable enchantement…



Presse

BIBLIOTHÉQUE BELLES PAGES

LES SCULPTURES DE MARC NUCERA Par Elisabeth Couturier et Françoise Bertaux, photos de Bruno Suet (éd. Actes Sud, 160 pages, 32 €). Marc Nucera aime à dire qu’il n’a « pas fait les Beaux-Arts mais les beaux arbres ». Depuis, il les taille, les incise, les fend, les tourmente. Les blessures d’un cyprès, d’un chêne, d’un platane, le guident et, sous ses mains, la moindre branche morte reprend vie. Son père menuisier aimait la marqueterie, lui a choisi la matière brute. Il y a du Giuseppe Penone dans son travail, de l’Arte Povera, mais aussi du classicisme et de la colonne dorique ou corinthienne. Ses ondulations, ses sculptures anthropomorphes, ses baisers, ses buis énigmatiques, taillés en boule, sont autant d’hommages aux artistes dont il se sent si proche : Brancusi, Jean Arp, Arthur Rimbaud… Dans son atelier provençal, il dénoue avec passion les nœuds des troncs pour mieux les nourrir de ces frissons qui les rendront respectables. Alors, une fois tues ses scies circulaires, le silence imprégnera les paysages dont il est le pygmalion. Et si chacune de ses pièces nous percute c’est que Marc Nucera, homme de sève et d’écorce, sait faire flèche de tout bois.

164 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

LIAIGRE CRÉATION Par Françoise-Claire Prodhon (éditions Rizzoli, 360 pages, 300 photos, 69,50 €). 75 DESIGNERS POUR UN MONDE DURABLE Par Geneviève Gallot, préface de Cynthia Fleury (Editions de La Martinière, 272 pages, 32 €). Créer de manière responsable, ne plus encombrer le monde d’un fatras d’objets, penser la durée, refuser le superflu et tout cela sans rien perdre de l’esthétique qui réenchante le monde, voilà quelques-uns des défis que les designers doivent désormais relever. Dont acte !, dit cet ouvrage qui le prouve 75 fois. Au programme, le gratin des artisans et des artistes, tous pros des formes et des usages, tous engagés, militants, inventifs, tous préoccupés d’environnement comme de décoration, de solidarité comme de bien-être. De François Azambourg à Mi Zhang, de la France à la Chine en passant par tous les continents, voici exposée, pardelà les objets, une révolution. Celle de notre rapport au temps. Autant dire que dans ce livre voué au recyclage comme à l’innovation, il n’y a aucun déchet. Tout est utile et réutilisable car si les objets ont une âme, elle se doit d’être pure.

Aux somptueuses images d’intérieurs saisis à Delhi, en Bavière, au Japon, dans les Alpes ou bien encore à Paris, on préférera les quelques pages sur lesquelles chacun de ces projets s’organise et s’anime. Une peau d’éléphant, un marbre craquelé, une demi-papaye, un coupon de soie sauvage, des copeaux de bois, une esquisse… presque rien d’où tout semble naître. Le talent comme une épure, de la force brute mais sophistiquée. Dès ses premiers pas, dans les années 60, l’architecte d’intérieur Christian Liaigre, disparu en septembre dernier (lire p. 36), sut faire de l’harmonie sa palette. En refusant l’ostentatoire, en se soumettant avec volonté aux accords de teintes terreuses mais réconfortantes, en privilégiant toujours la simplicité et la fluidité des espaces, il a fait œuvre. De sa retenue légendaire surgissent ici, au fil des pages, cinq projets menés à bien par ses équipes. Cinq univers comme les cinq doigts d’une main de maître.


Centre Pompidou

Henri Matisse : La Blouse roumaine, 1940, Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Don de l’artiste à l’État, 1953 - © Succession H. Matisse, photo © Centre Pompidou, Mnam / Cci / G. Meguerditchian / Dist. Rmn-Gp - © Centre Pompidou, Direction de la communication et du numérique, conception graphique : Ch. Beneyton, 2020

En partenariat média avec

Matisse

Exposition | 21 octobre 2020 – 22 février 2021

Comme un roman

Avec le soutien de

Réservation obligatoire sur centrepompidou.fr

Grand mécène

Grand mécène


PROMENADE

COSTA RICA LA PURA VIDA !

DES PLAGES SAUVAGES, DES GOLFES PRÉSERVÉS, L’OMNIPRÉSENCE DE LA CULTURE SURF ET UNE CRÉATIVITÉ FAISANT L’APOLOGIE DU NATUREL… DÉPART IMMÉDIAT POUR LA CÔTE PACIFIQUE DU COSTA RICA ET SA VIE EN OSMOSE AVEC LES ÉLÉMENTS. PAR CLARA LE FORT PHOTOS PIERRE BAELEN

Seul au monde S’ouvrant sur une plage privée dans une anse préservée du golfe de Papagayo, l’écolodge de luxe Kasiiya est un modèle d’immersion et de respect d’une nature sauvage, dessiné par l’agence AW2 (voir page suivante).

166 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


Au cœur de la nature L’espace ouvert d’un des restaurants du Kasiiya reprend l’architecture vernaculaire locale où une grande table artisanale en bois recyclé, des assises et des suspensions en rotin dialoguent avec la faune et la flore alentour.


PROMENADE AU COSTA RICA

GOLFE DE PAPAGAYO 1. KASIIYA, ECOLODGE DE LUXE Situé dans la province du Guanacaste, l’écolodge développé par l’agence parisienne AW2 a un goût de paradis avec ses trois plages privées. Réparti sur 50 hectares et totalement dissimulé des regards extérieurs, il abrite une poignée de suites, deux restaurants (dont un panoramique, photo ci-dessus) et un beach bar qui font idéalement le lien entre nature sauvage et luxe durable. Recouvertes de toiles de tente, les suites permettent d’admirer chaque jour les lever et coucher de soleil.

1 2

O Rens. sur kasiiya.com

SANTA TERESA 2. PIA PALMAS, ARTISTE DÉBRIDÉE Etablie sur les hauteurs du village de Santa Teresa, l’artiste argentine (photo) a suivi son mari trompettiste de jazz pour se consacrer à sa passion, les arts plastiques. Peinture, couture, graphisme, installations… les talents de la trentenaire, souvent exposés dans des foires d’art contemporain à Miami et New York, sont multiples. Pia Palmas a par ailleurs cofondé la marque de mode Dos Unicas avec la galeriste Johanna Van Parijs (voir n°4). O Rens. sur @aip.arte et @dosunicas et au (+ 506) 8433 9390.

3. STUDIO COLECTIVA, ART IN SITU Studio Colectiva fait le lien entre Brooklyn et le Costa Rica. Stylée, la créatrice de mode Kristin Louise quitte la vie urbaine pour monter un concept-store où les matières naturelles priment. In situ, des exemplaires de “The Surfers Journal” côtoient des maillots de bain smockés, des T-shirts en chanvre de la marque Jungmaven et des objets créatifs pour la maison comme les céramiques poissons de l’artiste Pez Cocinado ou les peintures abstraites d’Allegra Pacheco (au mur, “Imaginary American Landscape Series”, 2019). O Rens. sur @studiocolectiva et au (+ 506) 8668 8318.

168 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

3


4 5 6

4. GALLERY VAN PARIJS, JEUNES TALENTS Créative touche-à-tout, la galeriste Johanna Van Parijs partage sa vie entre New York et le Costa Rica où elle mène des projets de décoration d’intérieur, réalise des œuvres d’art, confectionne des accessoires pour la maison et propose des massages dans une pièce attenante à sa galerie. Sur les murs, tirages, collages, toiles grand format et petites peintures sur bois se multiplient. L’espace regorge de talents. O Rens. sur @vanparijs.gallery et au (+ 506) 8434 2207.

5. CEIBA DESIGN COLLECTIVE, BOIS EXOTIQUES Disponibles dans la boutique Opam fondée par Pamela Choukroun, les objets du collectif Ceiba sont réalisés par des artisans régionaux avec un but noble : produire en petites quantités, préserver des savoir-faire, recycler bois flottés et anciennes poutres, tout en jouant la carte de l’intégration sociale. Planches, ustensiles de cuisine, coupelles, brosses et bouchons sont réalisés à partir de bois exotiques denses et colorés – quebracho, tempisque, taranjito, ojoche et guayacan. O Rens. sur @opam_conceptstore et au (+ 506) 8467 9673.

6. MINT SANTA TERESA, ESPRIT SCANDINAVE Petit bijou d’hôtel situé face au Pacifique, Mint Santa Teresa est l’histoire d’un couple suédois, Jonas et Johanna, comme on les appelle ici. Fiers d’avoir troqué une vie de cadres pour cette « pura vida » costaricaine, ils ont conçu un hôtel de quatre chambres avec la complicité de Studio Saxe (voir p. 174). Dans ces espaces ouverts, ils déclinent leurs origines scandinaves au grand air : matières naturelles et belles patines, objets chinés et mobilier réalisé sur mesure… O Rens. sur mintsantateresa.com


PROMENADE AU COSTA RICA

1 2

3 NOSARA

végétation. Ici, on organise cours de surf ou de yoga, et trekking en montagne.

1. 2. NALU NOSARA OASIS DE BIEN-ÊTRE New-Yorkais, Nomel et Mariya Libid s’installent à Nosara avec leurs deux enfants où ce lieu, Nalu Nosara, devient leur projet de vie (nalu signifie « vague » ou « flow » en hawaïen). Ils en font un espace dédié aux retraites de yoga et au bien-être sous toutes ses formes. Construites au cœur d’une végétation luxuriante, les quatre villas se doublent d’un immense studio de fitness où l’on pratique boxe thaïlandaise, kickboxing ou yoga vinyasa. Une petite guérite en bois, au milieu du jardin, présente une alimentation saine à base de produits frais accompagnés de jus détox.

O Rens. sur thegildediguana.com

O Rens. sur nalunosara.com

3. THE GILDED IGUANA CENTRE NÉVRALGIQUE Ce « surf hotel » est le cœur battant de Nosara : tout en part et y converge. Complexe composé de structures simples à l’architecture signée Studio Saxe, il privilégie une approche écoclimatique. Lauréat de nombreux prix hôteliers, ce boutique hôtel rend hommage à l’ancien centre du village avec ses allées de bungalows et maisons de plage, ponctuées de placettes, piscines et massifs de

4. LOVE NOSARA CULTURE SURF Ce projet créatif lancé par Susana Brown ouvre sur la rue comme un abri en bois sans façade : en prise directe avec la nature, l’espace intérieur-extérieur présente des objets locaux qui font écho à la culture surf. T-shirts aux motifs graphiques, sacs en cuir, paquets de café costaricain en chanvre, poteries… La panoplie est complète pour vivre une vie de surfeur nomade. O Rens. sur @lovenosara

et au (+ 506) 8326 8652.

5. CAFÉ SOCIAL BRUNCHS & DJ, LE BON MIX Promoteur de soirées branchées, Café Social a beaucoup fait parler de lui à Santa Teresa avant d’essaimer à Nosara, dans un espace plus grand. Imitant l’atmosphère d’une hacienda, son patio intérieur accueille des tables face à un bar-comptoir en bois, installé à l’ombre d’arches. L’influence coloniale y est palpable. On y déjeune à toute heure, avant de venir écouter un DJ en fin de journée, dès le milieu de la semaine. O La Casa, rens. au (+ 506) 8389 3981.


6 4 5

6. YAXA NOSARA, PARADIS BOHÈME Après seize années passées à Los Angeles en tant que directrice artistique et graphiste, Lisa Baehni s’établit à Nosara avec ses quatre enfants surfeurs. A son goût sûr pour les couleurs, les textiles et les produits de saison vient s’ajouter le talent de créer un hôtel de 5 chambres qui brouille les pistes entre beach-life et art de vivre. Des canapés chinés côtoient un banc aux motifs folkloriques, une table basse d’Isamu Noguchi s’invite face à la piscine. Un lieu convivial par excellence, dont l’on repart en s’étant fait des amis. O Rens. sur yaxanosara.com

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 171


PROMENADE AU COSTA RICA

1

Côte sauvage Entre Santa Teresa, Nosara et Las Catalinas, la côte Pacifique n’est qu’une succession de plages, anses et falaises rocheuses.

LAS CATALINAS 1. SENTIDO NORTE RESTAURANT DÎNER SUR LE PONT Situé à l’aplomb d’une falaise, le restaurant Sentido Norte (« sentier nord », en vf) revisite les influences culinaires de la côte de Guanacaste. Protégé par des persiennes de bois faisant office de brise-soleil, on prend place comme sur le pont d’un bateau pour commander un ceviche de cœurs de palmier, un crudo de thon à la caribéenne ou des pâtes à la huancaina. Une halte de choix entre playa Del Coco et playa Flamingo. O Rens. sur sentidonorterestaurant.com

2. LA PULA SHOP GALERIE CRÉATIVE Fraîchement rentrés de Barcelone, Iván Lasheras Zubiate et Mhairi McLauchlan Fournier ouvrent un espace atypique à Las Catalinas où ils présentent leurs coups de cœur. Tour à tour galerie, espace à vivre, studio de création et boutique, ils y exposent de l’art contemporain (ci-contre, une toile de l’artiste costaricain Sergio Leiva Gallardo), des pièces de mobilier vintage ou des marques locales indépendantes – La Pacifica ou CueroPapel & Tijera. O Rens. sur @lapulashopandstudio et

au (+ 506) 8380 5302. 172 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


3

2

3. SANTARENA HOTEL INFLUENCE COLONIALE Pièce maîtresse de Las Catalinas – ville balnéaire sans voitures s’étendant sur près de 485 hectares, fondée par l’entrepreneur américain Charles Brewer en 2006 –, l’hôtel Santarena se dresse au cœur du village, face à l’océan Pacifique. Développée dans un style colonial, son architecture est inspirée des édifices de la Havane ou de Carthagène à l’instar des patios couverts de magnifiques carreaux aux motifs géométriques colorés. Ici, le restaurant Ponciana mêle références basques et saveurs d’Amérique centrale. O Rens. sur santarenahotel.com

4

4. D’AQUI DESIGN STUDIO NULLE PART AILLEURS Costaricaine d’origine, l’architecte Andrina Fonseca travaille dès 2000 avec Steve Jobs sur le prototype de l’Apple Store – et les déclinaisons qui suivirent. De retour au pays, elle se consacre à des projets durables d’architecture intérieure et prend la direction artistique des villas de Las Catalinas. Dans sa boutique-showroom, elle présente de nombreux matériaux naturels et savoir-faire locaux. O Rens. sur d-aquidesign.com


PROMENADE AU COSTA RICA

5

2 3

1 SAN JOSÉ 1. STUDIO SAXE, UNE ARCHITECTURE ÉPURÉE Auteur de la Jungle Frame House (photo) à Nosara, construite en 2018, Benjamin Saxe (ci-dessus) est l’architecte star du Costa Rica. Après des études aux Etats-Unis, il rejoint l’équipe de Richard Rogers à Londres où il supervise de nombreux projets internationaux. En 2010, une maison qu’il dessine en hommage à sa mère reçoit le prix de “Best Private House in the World” du World Architecture Festival. La même année, il rentre au pays pour une année qu’il imagine sabbatique : les demandes privées affluent. Il établit son agence en 2012 dans la capitale. Auteur des plus belles résidences et boutiques-hôtels du pays, l’architecte réconcilie volumes contemporains, lumière naturelle et respect de la nature. O Rens. sur studiosaxe.com

2. PÍA POTTERY TEXTURES UNIQUES Architecte de formation et céramiste de cœur, Pía Paulsen Urdangarín lance Pía Pottery en 2016. Passionnée par les objets utilitaires uniques, elle réalise des pièces de manière artisanale. Authenticité et imperfections sont au cœur de son langage. Plateaux émaillés, vases texturés et services entiers, le talent de la jeune femme essaime à travers toutes les belles adresses du pays. O Guayabos de Curridabat. Rens. sur piapottery.com

174 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

3. NA LAKALÙ, MOBILIER CONSCIENT Fabricant de mobilier, Na Lakalú est implanté dans le pays depuis plus de trente ans. Exemplaire en matière d’engagement écologique, la marque soutient des projets de reforestation, s’oppose aux monocultures pour préserver la biodiversité naturelle et privilégie des essences alternatives comme les bois de laurier, cèdre ou acacia pour créer des assises et tables qui se distinguent par leurs patines et leurs couleurs. Un travail artisanal de grande facture. O Rens. sur nalakalu.com


5

PARC NATIONAL DU VOLCAN ARENAL NAYARA TENTED CAMP SAFARI TROPICAL Situées dans la province d’Alajuela, les vingt-neuf tentes de luxe du Nayara Tented Camp ont été imaginées par Luxury Frontiers, en adaptant le concept des tentes de safari à la jungle tropicale. Constructions sur pilotis, immersion végétale, séparations en bambou, douches extérieures, bassins de nage remplis d’eau thermale puisée dans les flancs du volcan, hamacs en terrasse, Nayara Tented Camp est une vraie robinsonnade de luxe ! O Rens. sur nayaratentedcamp.com

Guide pratique p. 261.


Luc Bertrand ; Michael Huard

Le beau retour

des arts décoratifs UNE NOUVELLE GÉNÉRATION D’ARTISTES ET DE DESIGNERS RAFRAÎCHIT LES ARTS DÉCORATIFS. MIEUX, CETTE DISCIPLINE HYBRIDE QUI PUISE SES RACINES DANS LE MOYEN ÂGE EST AUJOURD’HUI LA VEDETTE D’EXPOSITIONS ET DE DÉCORS DANS DES LIEUX PUBLICS. PAR MARIE GODFRAIN


Crédit photos

1

2

Autrefois un peu triste, le centre-ville de Toulon a repris cet été des couleurs grâce aux pinceaux d’Alexandre Benjamin Navet. Le designer de formation a égayé de ses traits enjoués la façade néo-classique de l’Hôtel des Arts et le patio de l’ancien évêché. Une offensive chromatique qui prend tout son sens dans cette ville qui a largement fait appel à des artistes pour sa reconstruction après la Seconde Guerre mondiale. Cette proposition originale a été orchestrée par l’équipe de la Villa Noailles, à Hyères, qui avait déjà invité l’année dernière l’artiste Pierre Marie à exposer son travail d’ornementation (tapis, émaux, vitraux…) dans le cadre du festival Design Parade. Dernier opus en date pour l’ornemaniste qui collabore avec Hermès et Diptyque : les riches volutes décorant le restaurant Tortuga conçu par l’architecte Franklin Azzi sur le toit des Galeries Lafayette. Toujours à Paris, Florence Lopez a convié des artistes à réaliser avec elle Mon Square, un restaurant devenu une véritable ode aux arts décoratifs, car tout a été conçu sur mesure pour le lieu. Quant au plasticien Fabrice Hyber, il a investi le nouveau restaurant Supu Ramen de Guy Savoy, en recouvrant les murs de dessins street art et le sol d’une laque fluo. Décoiffant ! u

Artiste multifacette Grand Prix de la Design Parade Toulon 2017 organisée par la Villa Noailles, Alexandre Benjamin Navet (2) égaye jusqu’à la fin de l’année la façade néoclassique de l’Hôtel des Arts de Toulon de ses œuvres en trompe l’œil (1). Ici, il pose dans la cour de l’ancien évêché de la ville dont il s’est aussi emparé et qu’il a peinte d’une série de dessins reprenant des scènes de la vie quotidienne sur un fond bleu Majorelle.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 177


TENDANCE LE RENOUVEAU DES ARTS DÉCORATIFS

Jardin haut en couleur L’architecte d’intérieur Florence Lopez s’est muée en chef d’orchestre du restaurant Mon Square pour lequel elle a convié plusieurs artistes à réaliser des œuvres décoratives sur mesure. Ainsi, l’artiste Sacha Floch Poliakoff signe les fresques florales, la céramiste Bela Silva a imaginé la cheminée, les appliques et la cage à oiseaux géante qui habille le bar, et le créateur Mathias Kiss livre le salon privatisable tout en miroir et ciel de plafond.

« Ce renouveau s’explique par un rejet de la standardisation et de la production industrielle » (Olivier Gabet)

La tapisserie version contemporaine La galerie Chevalier exposait jusqu’à mi-octobre la jeune garde des arts décoratifs comme Aurélie Mathigot. La plasticienne détourne des objets usuels de leur fonction ou, comme ici, réalise des dessins pour des tapisseries.


Matthieu Salvaing ; presse

Autant de signes prouvant que les arts décoratifs sont en plein essor, portés par une nouvelle génération qui défriche cette tradition ancestrale pour en proposer une version contemporaine. Parmi ses principaux acteurs, on retrouve la spécialiste du textile Aurélie Mathigot, le céramiste Maximillien Pellet ou la curatrice Emmanuelle Luciani. Avec son collectif Southway, cette dernière a récemment réalisé fresques et céramiques pour l’hôtel Tuba, tout juste ouvert dans les calanques marseillaises. Nés au Moyen Age, les arts décoratifs sont le fruit du travail d’artistes qui créent des fresques, des œuvres en céramique, des moulures, des vases, des objets utiles ou simplement esthétiques pour embellir un bâtiment. L’artiste délaisse dès lors sa liberté absolue pour se fondre dans un contexte et ses contraintes. Cet aspect concret, loin de l’art conceptuel et immatériel, séduit de plus en plus. La nouveauté, c’est que les arts décoratifs contaminent

les univers connexes. « Le luxe ou le design sont vampirisés. Notre époque amatrice de petites séries se passionne pour la technique, le matériau et le travail de l’artisan, souligne Olivier Gabet, directeur du musée des Arts décoratifs, à Paris. Ce renouveau s’explique par un rejet de la standardisation et de la production industrielle. » Mais aussi par le fait que des artistes acceptent désormais de travailler en collectif et de se rapprocher de l’artisanat. Les tapisseries renaissent ainsi, portées par une jeune génération et des expositions comme “10 ans de création contemporaine” qui s’est tenue jusqu’à fin septembre au Centre culturel et artistique Jean Lurçat, à Aubusson. A Paris, la galerie Chevalier organisait une exposition autour du noir et blanc qui a réuni la jeune garde des arts décoratifs comme Yentélé ou Aurélie Mathigot. L’art contemporain y succombe aussi. « Les prix sont tellement élevés que les amateurs se tournent désormais vers u ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 179


TENDANCE LE RENOUVEAU DES ARTS DÉCORATIFS

Atelier Jamot ; Matthieu Salvaing

Redorer le blason du dessin L’ornemaniste Pierre Marie imprime son style exotico-baroque sur des médiums très différents, collaborant avec des artisans tapissiers, des spécialistes des vitraux, des faïenciers...

Destabilisant Pour ses vases, Benjamin Poulanges est parti de formes classiques qu’il a surdimensionnées et auxquelles il donne mouvement et instabilité.

le “collectible design”, ces objets décoratifs à mi-chemin entre le design et l’art », décrypte Olivier Gabet. « On assiste à un divorce entre l’art contemporain et l’espace public, renchérit la commissaire d’exposition Emmanuelle Luciani. L’art doit être un lien social, et les arts décoratifs, plus accessibles, s’engouffrent dans cette brèche. Je rêve, par exemple, de faire une fontaine publique… » Relais indispensables, les galeristes portent cette discipline avec ferveur. Sophie Negropontes propose ainsi des pièces purement décoratives comme les immenses jarres aux formes tourmentées de Benjamin Poulanges, mais aussi parfois teintées de fonctionnalisme comme les installations lumineuses d’Eric de Dormaël. « Tous ces artistes ont l’humilité de créer, pour un contexte précis, des œuvres qui peuvent s’adapter à un client. Du sur-mesure dans des matériaux nobles », explique la galeriste. Ce travail est désormais porté par des salons comme le PAD Paris où des décorateurs en quête de belles pièces diffusent le travail de ces artistes dans le monde entier. « On peut dire qu’il n’y a plus d’art mineur et d’art majeur. Ces catégories ont explosé à la fin du XIXe siècle, avance Olivier Gabet.

On a longtemps cru que la modernité du XXe siècle s’était détournée des arts décoratifs alors que c’est le contraire ! Ces derniers sont à l’œuvre dans tous les mouvements d’avant-garde. » C’est ce qui est montré dans l’exposition “Toulon, c’est canon !”, dédiée aux arts décoratifs entre 1950 et 1970 dans la préfecture du Var (jusqu’au 30 octobre). Y sont présentées une immense fresque composée de triangles en céramique qui figurent plusieurs formes semblant exploser au soleil, signée Jean-Gérard Mattio et Christiane Carielle, et deux tapisseries monumentales représentant la ville, qui avaient été créées pour la Caisse d’Epargne toulonnaise dans les années 60. Des œuvres totalement connectées à leur contexte, ce qui fait – encore aujourd’hui – la force des arts décoratifs. Dans sa résidence marseillaise, Emmanuelle Luciani développe avec Southway Studio une multitude d’objets, allant de carreaux de décoration peints à la main jusqu’à des œuvres monumentales… Toutes ces pièces réalisées par des artistes sont produites dans la maison : des fresques jusqu’à la cuisine, en passant par la poterie. En somme, une œuvre d’art totale ! Q


Hervé Hôte

« Les arts décoratifs, plus accessibles, créent du lien social » (Emmanuelle Luciani)

Défricheuse de talents L’artiste et curatrice Emmanuelle Luciani vient d’ouvrir à Marseille le pavillon Southway Studio, une maison de famille redécorée et réaménagée par des artistes.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 181


SHOPPING

1

Fashion

déco

DES CATWALKS À NOS CANAPÉS, IL N’Y A QU’UN PAS ! DÉMONSTRATION EN TROIS SILHOUETTES QUI DONNENT LE TON. PAR STÉPHANIE HURÉ

2 6

5 3

7

4

8

9


LES TARTANS AFFICHENT DES TONALITÉS ROCK 1/Constructiviste. Suspension “Milano Kinetic Chandelier”, finition bronze patiné, 78 x 73 cm, 1 750 €, JONATHAN ADLER. 2/Ecossais. Tissu “Checks Edward” en acrylique, déperlant et anti-UV, 73 € le m en 140 cm de large, SUNBRELLA sur ETOFFE.COM 3/Quadrillage fluo. Tissu “Bright Grid” en coton, polyester et Nylon, 245 € le m en 137 cm de large, KVADRAT sur ETOFFE.COM 4/Bagué. Mug “Rubis” en verre, h. 9 cm, 6,50 €, HABITAT. 5/Tradi revisité. Coussin “Mac Lindell” en laine brodée main au point de chaînette, dos en toile de coton, design Gabrielle Soyer, 40 x 40 cm, 240 €, LINDELL & CO. 6/Taillé. Tapis “Diamond” en plastique recyclé (PET), design Charlotte Lancelot, 170 x 220 cm, 650 €, GANG RUG sur ETOFFE.COM 7/En diagonale. Coussin “Striped” en velours et coton, 40 x 60 cm, 34,90 €, HK LIVING chez FLEUX. 8/Dandy. Canapé “Charles”, structure en hêtre et cannage, recouvert du tissu “Viggo” finition passepoil, l. 128 x p. 70 x h. 72 cm, 2 006 € (hors coussins et tissu), PIERRE FREY. 9/Psychédélique. Vase “Palma” en papier étanche, Ø 26,50 x h. 29 cm, 19,50 €, OCTAEVO. 10/Solo par cinq. Vase “Puyi” en céramique émaillée, design Roderick Vos, Ø 29 x h. 34 cm, environ 195 €, POLS POTTEN. 11/Tiercé gagnant. Peintures acryliques : bleu électrique “Voyage au bout de la nuit“, coll. India Mahdavi, 102 € les 2,5 litres, MÉRIGUET-CARRÉRE ; “Pitch Black”, 94 € les 2,5 litres, FARROW & BALL, “Persian Turquoise”, 119 € les 2,5 litres, RESSOURCE.

10

SILHOUETTE YVES SAINT LAURENT

11

Saint Laurent par Anthony Vaccarello.; presse

Résolument sexy, l’écossais des Highlanders (automne-hiver 2020-21).

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 183


SHOPPING FASHION DÉCO

2

3

1

1

4

5

6

7

GÉOMÉTRIE ET FAUNE, LA BELLE ALLIANCE 1/Equidé. Coussin “Zèbre” en lin, brodé main, 30 x 40 cm, 180 €, VIS-À-VIS PARIS. 2/Bauhaus. Housse de coussin “Normandie” en coton tissé, 50 x 50 cm, 80 €, JOHANNA GULLICHSEN. 3/Chapeau pointu. Suspension “Keglen” en aluminium, design Big Ideas, Ø 65 x h. 27 cm, 940 €, LOUIS POULSEN chez SCANDINAVIA-DESIGN. 4/Répétitif. Carreaux de ciment “N° 24”, coll. Céleste Mogador, 20 x 20 cm, 149 € le m2, BEAUREGARD STUDIO. 5/Elliptique. Table “Planet” en bois massif avec un plateau rotatif en marbre gris colombien (Lazy Susan), Ø 180 x h. 75 cm, prix sur demande, ARMANI CASA. 6/Pois blancs. Plat “Grille” en faïence décorée à la main aux oxydes sous couverte, 50 x 60 cm, 520 €, ATELIER BUFFILE. 7/Félin. Tapis “Léopard 26” en laine, noué main, design Madeleine Castaing, 170 x 240 cm, 2 564 €, CODIMAT sur ETOFFE.COM 8/Terre d’Afrique. Peintures acryliques mates “Chocolate Color” et ocre “Heat”, 99 € les 2,5 L, LITTLE GREENE ; Modern Emulsion “India Yellow”, 94 € les 2,5 L, FARROW & BALL. 9/Brut versus émaillé. Vase “Rougeur” en grès, Ø 11 x h.23cm, 89 €, HABITAT. 10/Brodé. Tissu “Cosma” en lin, acrylique et fil métallisé Lurex, 320 € le m en 134 cm de large, FADINI BORGHI. 11/Z comme... Fauteuil “Kangourou” en teck massif, cannage en paille de Vienne, hommage à Pierre Jeanneret, l. 58 x p. 74 x h. 61 ou 34 cm, 1 955 €, CASSINA.

184 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

8


SILHOUETTE MISSONI

Motifs animaliers et dessins géométriques s’animent dans des teintes incandescentes (automne-hiver 2020-21).

9

11

Presse

10

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 185


SHOPPING FASHION DÉCO

SILHOUETTE ALBERTA FERRETTI

Rose, fuchsia et rouge, un mariage électrique (automne-hiver 2020-21).

1

2

186 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


3 4

5

6

7

8

COLOR BLOCK, LE BON TRIO 1/La touche gloss. Peintures acryliques, mat soyeux, “Rose poudré” et “Raspberry”, 119 € les 2,5 litres, RESSOURCE ; acrylique mate, rouge “Darling”, collection India Mahdavi, 102 € les 2,5 litres, MÉRIGUET-CARRÈRE. 2/Envolée de corolles. Plateau “Coquelicot” en bouleau stratifié, design studio Oiseaux Muses, Ø 45 cm, 55 €, BENSIMON CONCEPT STORE. 3/Effet d’optique. Tissu “Cubic Bumps” en viscose et lin, 127 € le m en 132 cm de large, KIRBY DESIGN sur ETOFFE.COM 4/Gourmand. Tissu “Flora” en coton, design Véronique Villaret, 40 € le m en 140 cm de large, THEVENON 1908. 5/Douillet. Plaid en mohair, 140 x 180 cm, 268 €, BRUN DE VIAN-TIRAN.

6/Effet irisé. Tapis “Trichroic Dalston/Shapes” en polyamide, design Rive Roshan, 289 x 400 cm, 3 220 €, MOOOI. 7/Gigognes. Plateaux “Trays” en plastique, design Jasper Morrison, Ø 40, 29 et 18 cm, 89 € le set, VITRA sur CONNOX.FR 8/Alvéolé. Canapé “Bubble” habillé d’un tissu extensible “Techno 3D”, design Sacha Lakic, l. 236 x p. 113 x h. 77 cm, 4 220 €, ROCHE BOBOIS. 9/L’art de la répétition. Coussin “Sarakajsa” en coton à grosses rayures, 30 x 50 cm, 3,99 €, IKEA. 10/Halo. Lampe “Neptune” imprimée en 3D en thermoplastique biodégradable, design UAU Project, h. 27 cm, 90 €, FOLKS. Adresses p. 260.

10

Alberto Maddaloni ; presse

9


Stephan Balkenhol Le prévu et l’imprévu — Exposition 17—30 Oct 2020 Palais d’Iéna

Palais d’Iéna — Siège du Conseil économique, social et environnemental — 9, Place d’Iéna, 75016 Paris


E L L E DÊCO

Vincent Leroux

Mise en scène Dans la maison normande de Tristan Auer, le vitrail dessiné par le décorateur diffuse une lumière chaleureuse dans la cage d’escalier. Sur le palier, fauteuil début XXe habillé d’une couverture pour cheval.

A PARIS, EN NORMANDIE ET EN ITALIE, PLONGÉE DANS DES APPARTEMENTS COCONS ET UNE DEMEURE OUBLIÉE EN RASE CAMPAGNE. DES ÉCRINS ÉVOCATEURS AUSSI INSPIRANTS QUE SURPRENANTS.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 189


CONTE CHAMPÊTRE MÊLER DEUX HISTOIRES DE FAMILLE, LA SIENNE ET CELLE DES ANCIENS PROPRIÉTAIRES, C’EST LE PARI QUE S’EST LANCÉ TRISTAN AUER DANS SON NOUVEAU REFUGE NORMAND. ENTRE HÉRITAGE DU PASSÉ ET VISION DÉCORATIVE ULTRA-PERSONNELLE, L’ARCHITECTE D’INTÉRIEUR N’A PAS TRANCHÉ. BIEN AU CONTRAIRE, IL LIVRE UNE DÉMONSTRATION MAGISTRALE SUR L’ART D’ENTRELACER LES RÉCITS. INSPIRANT. PAR MAUD PILAT DETTO BRAÏDA PHOTOS VINCENT LEROUX

190 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


Belle pêche Détail de la salle à manger qui s’ouvre sur des pièces en enfilade baignées de lumière. Au mur, une peinture réalisée par l’ancienne propriétaire et marquée du nom de la rivière, Eira, où le poisson a été pêché. Tristan Auer reprendra ce nom pour baptiser sa « maison de pêcheur ». Service en faïence “Rousseau” (Manufacture Creil et Montereau), papier peint “Le Paravent chinois” (Braquenié), peinture “Vert cendre” (Argile), banquette Art Nouveau chinée.



Dès l’entrée, un monde aquatique et naturaliste plante le décor

Bulle onirique Une fresque spectaculaire, réalisée in situ par le peintre Matthieu Cossé, confère une fantastique personnalité à l’entrée. Tristan Auer a rencontré l’artiste lors d’une collaboration commune avec la Poterie Ravel. Fasciné par son travail, il lui commande un décor narratif et théâtral. Truites, écureuils, hirondelles et renards naissent alors sous son pinceau et colonisent les murs. Banquette dessinée par l’architecte d’intérieur et couverte de tissu (Le Manach), fauteuil tapissé et rideaux (les deux, Pierre Frey), travertin d’origine au sol.


Lorsqu’il se met en quête d’une maison de campagne, Tristan Auer ne sait pas encore qu’il va tomber amoureux d’une belle endormie. Maison d’apparat dans les années 60, cette dernière a accueilli fêtes et réceptions pendant des décennies mais se meurt d’ennui depuis. L’architecte d’intérieur la découvre un peu par hasard, au cours d’un week-end chez des amis. Immédiatement, le décorateur en voit le potentiel, le scénographe imagine le décor, l’homme écoute l’histoire du lieu. Les anciens propriétaires, fous de pêche et d’art, ont parcouru le monde entier au fil de rivières et de lacs où ils pouvaient assouvir leur passion. Elle, peintre naturaliste, sème des dizaines et des dizaines de peintures sur les murs, célébrant les prises remarquables du couple. Elle réalise aussi des plâtres, des sculptures sur bois, des bronzes, des décors à la feuille d’or sur mobilier qui témoignent à la fois de son talent et de sa fascination pour le monde aquatique. C’est là le trésor découvert par Tristan Auer lors de sa première visite. Il décide alors d’acheter le tout et de lui restituer son âme et son histoire. u 194 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Carte postale La demeure, bâtie en 1902, affiche les standards de la maison bourgeoise normande. Avec ses parements en silex, pierre typique de la région, elle arbore des façades graphiques et rythmées. Au fond du parc planté de platanes bicentenaires serpente l’Andelle, rivière vive et poissonneuse.


Mise en perspective. Démonstration grandiose du mélange des genres dans le salon où se côtoient le canapé et la chauffeuse “Togo” de Michel Ducaroy (Ligne Roset), un fauteuil retapissé avec le tissu “Catwalk” (Kravet) et une table basse chinoise déjà présente dans la maison. Comme un écho aux briques de la cheminée, le tapis de Tristan Auer (J.D. Staron) répond aussi à la lampe “Tube blanche” de Thierry Lemaire. Sur le mur au premier plan, la teinte “Jaune Buxy” (Argile Peinture) mâtinée de vernis brillant dessine un motif aléatoire. Tels des maîtres d’hôtel, deux tableaux d’un quadriptyque de 1910 de Théodore Scaramanga Ralli montent la garde.

Des trophées de chasse à courre dialoguent avec du mobilier contemporain


Cuisine au cordeau Ambiance rustique assumée grâce à la cheminée d’époque qui a été conservée et dans laquelle un piano de cuisson bleu de Prusse (Godin) a trouvé sa place. Sous la table Henri II chinée, les carreaux de ciment (Couleurs & Matières) répondent aux tasseaux du plafond peints en “Argile de Chypre” (Argile). Le détail subtil ? Pour créer une mini-crédence en faïence derrière le plan de travail, Tristan Auer a commandé à l’atelier Faïence Ponchon des carreaux peints à la main qui reprennent le motif de ceux tapissant la cheminée.

196 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


Inspiration début du XXe siècle pour un bestiaire qui ne s’en laisse pas conter

Il façonne un écrin pour cette « maison de pêcheurs », comme il la surnomme, en mêlant son écriture décorative si singulière au passé de la demeure. Surgit ainsi, après quatorze mois de travaux, une maison de famille qu’il baptise “Eira” et qui se conjugue au pluriel : celle des anciens propriétaires et la sienne. De la contrainte qu’il s’impose comme un exercice de style – l’utilisation du mobilier, des objets et œuvres des précédents hôtes –, Tristan Auer se régale. Avec audace et panache, il se réapproprie le lieu, sans jamais tomber dans l’écueil d’un passéisme attendu. Ce « raconteur d’histoires humaines », comme il aime à se définir, remet en scène le passé avec finesse et humour. Son sens des couleurs, des matières et des motifs l’amène à flirter avec un style presque anglais. Mix and match d’imprimés audacieux, couleurs pop ou teintes sourdes, il décorsète les poncifs u

Mise au vert Total look et inspiration début du XXe siècle avec le papier peint “Le Paravent chinois” (Braquenié) et les soubassements passés en “Vert Cendre” (Argile). Trouvé parmi les trésors de la maison, le service “Rousseau” en faïence fine de la Manufacture Creil et Montereau grimpe aux murs. Au centre, une imposante table ayant appartenu au décorateur Alberto Pinto joue la maîtresse de maison. Soupière (Manufacture Creil et Montereau), pichet coq en céramique (Bordallo Pinheiro), banquette Art Nouveau chinée.


Retour à la terre En guise de tête de lit, l’architecte d’intérieur a fait réaliser des carreaux de terre mêlée sur mesure (Cottovietri). Une idée qu’il avait déjà expérimentée à l’hôtel Sinner. Leurs nuances terracotta s’allient à merveille avec le mur couleur “Terre de Sardaigne” (Argile). Sur la table de chevet provenant de la maison, une lampe dont l’abat-jour a été restauré par l’atelier Impromptu, situé à Paris. Taies d’oreiller, drap plat et plaid (le tout, Society Limonta).


Sublimée, la salle de bains a pris place dans une ancienne pièce de réception

L’heure du bain En plaçant une baignoire à pattes de lion chinée devant la cheminée, Tristan Auer détourne une pièce de réception en salle de bains. Sur le manteau, une sculpture réalisée par l’ancienne propriétaire. Robinetterie (Axor), rideaux (Pierre Frey), tringle (Houlès), linge de bain (Society Limonta).

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 199


Tel un mantra, Tristan Auer se plaît à glisser des éléments du passé dans chaque pièce

du genre et insuffle une vision élégante et bien sentie. Celui qui a signé l’hôtel du Crillon et le Sinner, entre autres, connaît l’importance de l’effet coup-de-poing d’une pièce, qui sera la signature du lieu. Son approche décorative quasi cinématographique lui souffle l’idée de faire appel à l’artiste Matthieu Cossé. Ce dernier inonde l’entrée d’une fresque spectaculaire qui se déploie des murs au plafond. Une ode aux plaisirs simples, un retour empreint d’humilité à la nature et une joie presque enfantine dans la démarche. Hommage aux arts décoratifs et clin d’œil irrévérencieux bourré d’humour, c’est là la preuve même de la réussite de ce projet. Savoir concilier héritage et modernité, tout en se libérant du poids d’un passé. Y puiser une force pour continuer d’écrire, encore et encore, une histoire vivante vouée à perdurer Q Rens. p. 260. 200 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Cabinet de curiosités Féru de matériaux, le décorateur a improvisé une matériauthèque dans un placard de son bureau avec des bas-reliefs en plâtre, des moulages, des dessins et des maquettes hérités de l’ancienne propriétaire. Peinture “Terre d’Orient” (Argile).


Millefiori. Des fleurs par milliers dans la chambre à l’esprit british ! La tête de lit peinte en “Vert antique” (Argile) matche à merveille avec le papier peint “Bird & Pomegranate” (Morris & Co). Pour lier l’ensemble, le plafond en “Beige limon” et le réchampis en “Ocre Havane” (le tout, Argile) soulignent avec délicatesse le volume de la pièce. La bonne idée : utiliser une console à jupe (Pierre Frey) en guise de table de chevet. Linge de lit (Society Limonta) et édredon (Pierre Frey).


SHOPPING

PARTIE DE CAMPAGNE ESPRIT MAISON DE FAMILLE OU SOUVENIRS DE LA FERME, LES JOIES D’UN LUXE ÉCLECTIQUE.

1

RÉALISATION SANDRINE PLACE PHOTO YVES DURONSOY

3

2

5

6

7

4

202 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Assistante shopping Marion di Rodi


1/Envolée. Assiettes en céramique émaillée, illustrations John Derian, Ø 24 cm, 95 € l’une, ASTIER DE VILLATTE. 2/10/Sauvages. Pichets canard en céramique, h. 40 cm, 106 € l’un, BORDALLO PINHEIRO au BHV MARAIS. 3/Familiale. Soupière “Filet vert” en faïence fine peinte à la main, 368 €, FAÏENCERIE DE GIEN. 4/Résille. Bouts de canapé en acier galvanisé laqué vert, collection “Jardin public”, design Marion Mailaender, Ø 62 x h. 55 cm, 850 €, et 50 x h. 43 cm, 650 €, MARION MAILAENDER.

5/Raffinés. Verre et carafe en cristal, décorés à la main, motifs de Tatiana de Nicolay, 200 € et 380 €, DIPTYQUE PARIS.

6/Bergère. Fauteuil “Bergierio” en chêne massif et paille naturelle, l. 64 x p. 64 x h. 76 cm, 2 200 €, MIDI. 7/Patchwork. Coussin en tartan et tweed, 50 x 50 cm, 75 €, TWEEDMILL au BON MARCHÉ RIVE GAUCHE. 8/Galbée. Lampe “Palma” en terre cuite vernissée, h. 30 cm, 328 € et 220 € l’abat-jour plissé, CASA LOPEZ. 9/14/Artisanaux. Pichets en grès émaillé “Cerf”, coloris Glaçon, et “Feuille”, coloris Vert-de-gris, 88 € l’un, LA MANUFACTURE DE DIGOIN chez AM. SAM.GRAM. 11/Emblématique. Cruche provençale “Gargouleto” en terre cuite vernissée, Ø 14 x h. 41 cm, 450 €, MIDI.

12/Traditionnelle. Terrine poisson en grès émaillé, 95 €, LA MANUFACTURE DIGOIN chez AM. SAM.GRAM. 13/Immaculés. Bougeoir “Peggy”, h. 28 cm, et coupe en céramique, 145 € et 200 €, ASTIER DE VILLATTE. 15/British. Pouf “Joyce” à franges, en hêtre laqué, Ø 46 x h. 45 cm, 1 620 €, MOISSONNIER. 16/Napoléon III. Guéridon en hêtre blanc, rechampis en doré, l. 80 x p. 55 x h. 70 cm, 2 800 €, MOISSONNIER. 17/Iconique. Chauffeuse “Togo”, design Michel Ducaroy, l. 87 x p. 102 x h. 70 cm, 1 490 €, LIGNE ROSET. 18/D’époque. Grands plats “Roses” (collection “Dominoté”, en collaboration avec Antoinette Poisson) et “Monogrammes” (coll. “Les Dépareillés Vert”), en faïence, Ø 61,50 cm, 710 € l’un, FAÏENCERIE DE GIEN. 19/Plaid “LA 240” en mérinos d’Arles Antique, design réalisé en collaboration avec l’école Ensci de Paris, 240 x 240 cm, 615 €, BRUN DE VIAN-TIRAN. 20/Housse de coussin “Magnoli”, en coton, 40 x 55 cm, 45 €, CARAVANE. O Peintures “Deep Celadon” au mur et “Sung Green”

au sol, RESSOURCE. Adresses p. 260. 11

10 8

12

9

13 14

15

16

17

18

19

20


ÉLOGE DE LACOURBE UNE SENSUALITÉ TOUT EN ONDES IMPRÈGNE CET APPARTEMENT PARISIEN IMAGINÉ PAR L’ARCHITECTE D’INTÉRIEUR PIERRE YOVANOVITCH UN COUPLE DE COLLECTIONNEURS. UN DÉLICE. TEXTE SOLINE DELOS PHOTOS JÉRÔME GALLAND

204 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


Une harmonie sensuelle Dans le salon habillé de boiseries et de bibliothèques en chêne, tout a été imaginé par Pierre Yovanovitch, y compris le canapé en métal finition bronze patiné et la console-feuille en métal insérée dans le bois. L’harmonie est totale avec la chambre décorée d’une immense toile de l’artiste espagnol Miquel Barceló. Elle est séparée du

salon par de grandes portes en laiton patiné dont les tonalités flirtent avec celle de la table basse au plateau en grès émaillé réalisé par la céramiste Armelle Benoit. A gauche, une série de miroirs en céramique des Argonautes (Vallauris, vers 1960) avec, au centre, un miroir en céramique émaillée de Juliette Derel, vers 1965 (le tout Galerie Anne-Sophie Duval).


Métamorphose magistrale du salon où l’angle droit laisse place à la courbe


Pierre Yovanovitch excelle dans l’art d’allier l’infinie sophistication à l’extrême simplicité. Perché au cinquième étage d’un immeuble avec la Seine et le ciel en toile de fond, cet appartement réalisé pour un couple d’étrangers amoureux de Paris en est la quintessence absolue. « En général, j’aime préserver les éléments architecturaux anciens, mais là, il n’y avait rien d’intéressant à garder », souligne l’architecte d’intérieur qui raconte comment, une fois n’est pas coutume, tout a été cassé avant qu’il ne reparte de zéro, dessinant au passage une grande partie du mobilier. Premier geste magistral : cet amoureux des courbes et des volumes a arrondi tous les murs de la pièce d’angle pour imaginer un salon en rotonde habillé de chêne massif où se nichent des bibliothèques, mais aussi un placard et un minibar dissimulés derrière les boiseries. Rotonde dont il sublime la courbe enveloppante à travers le mobilier réalisé sur mesure : une console, simple feuille de métal prise dans la boiserie et qui semble flotter dans l’espace, un canapé cintré en bronze patiné qui épouse parfaitement le galbe du salon, une table basse en céramique à l’ovale anguleux dont le bleu opalin diffuse un éclat doux. « Les formes s’épousent, mais je veille à ce qu’il existe toujours une dissonance. Sinon c’est trop ennuyeux », précise-t-il. Cette vibration chahutée est aussi à l’œuvre dans la salle à manger où, rompant avec le calme enjôleur du salon et de la chambre habitée par une immense peinture de l’Espagnol Miquel Barceló, Pierre Yovanovitch a apporté une touche décoiffante. « J’ai cassé la zénitude avec un côté rock », s’amuset-il. Pour ce faire, l’architecte d’intérieur a misé sur u

Cocon enveloppant Complètement restructuré, le salon déploie ses rondeurs. Face au canapé, le fauteuil “Asymétrie” (à gauche) de Pierre Yovanovitch et le fauteuil “Dalila II”, 1992, en polyuréthane de Gaetano Pesce (Galerie Downtown/Laffanour). Astucieux, un placard et un bar ont été dissimulés dans les boiseries en chêne massif, de chaque côté de la cheminée en métal. Sur la table basse d’Armelle Benoit, coupe ovale en sycomore d’Alexandre Noll, vers 1950. A droite, lampadaire “9608” en laiton de Paavo Tynell (édition Taito Oy, vers 1940). A gauche, “Saffa”, une des pochettes d’allumettes géantes de Raymond Hains, 1970 (galerie Max Hetzler). Tapis en mohair noué main de Pierre Yovanovitch.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 207


Au Pays des Merveilles Dans la breakfast room attenante à la cuisine, l’architecte d’intérieur a opté pour sa couleur fétiche, le bleu, déclinée sur la banquette suspendue (P. Yovanovitch) et les chaises “Clay furniture” en métal et résine de Maarten Baas (2006, Tools Gallery). Table de Pierre Yovanovitch au plateau en grès d’Irak (réalisation Armelle Benoit)

et au piètement en fer forgé (Ateliers Bataillard). Suspension en verre et métal peint d’Ettore Sottsass Jr (Venini, 2001). Théière et verseuse anthropomorphes en argile rouge de Valentine Schlegel, vers 1955 (galerie Anne-Sophie Duval). Au fond, un œil en verre laisse passer la lumière et permet d’apercevoir le salon de musique.


Ambiance étrange et féerique dans la salle à manger

Un brin de folie Couleurs gaies dans la salle à manger avec le bleu des chaises en rotin de Jean Royère, vers 1935 (Galerie Jacques Lacoste) et celui des portes en acier laqué du buffet en chêne (Pierre Yovanovitch) qui viennent s’entrechoquer avec le jaune soleil de “Taula de Peixo”, œuvre de Miquel Barceló, et le rose du triptyque “Drosera” de la Brésilienne

Adriana Varejão. Sur la table au piètement en chêne massif et plateau en granit du Zimbabwe (une réalisation de Matteo Fogale et Laetitia de Allegri), sculpture “N°6” en grès de Mireille Moser (Meubles et Lumières). A gauche, lampes en verre opalin et métal de Ben Swildens, vers 1970 (Meubles et Lumières). Suspensions en laiton de Paavo Tynell (éd. Taito Oy, 1951). ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 209


Un tableau à la mesure Dans la chambre, les tonalités ocre et terre de Sienne, apaisantes, dominent avec, en vedette, l’œuvre “Dogon 1” de Miquel Barceló (2008) que l’on croirait créée sur mesure. Le lit en chêne a été dessiné par Pierre Yovanovitch. Ambiance nordique avec la table d’appoint en palissandre et céramique de Jens H. Quistgaard pour Kronjyden (édition Nissen Langa, vers 1960), entourée d’une paire de fauteuils d’Otto Schultz pour Boet (vers 1930, galerie Modernity), et d’un lampadaire en laiton et métal peint de Tapio Wirkkala (édition Idman, 1958). En tête de lit, applique en laiton, verre dépoli et verre opalin, France, vers 1950 (galerie Edouard Demachy).

le bleu qui pare une longue enfilade aux portes en acier laqué et des chaises en rotin de Jean Royère. Sa couleur de prédilection tranche avec une deuxième œuvre de Miquel Barceló dont le jaune irradie, telle une explosion de joie et d’énergie. Son appétence pour les matières dont il ménage des contrastes subtils imprègne aussi tout l’appartement. La céramique avec des carreaux peints à la main qui viennent sublimer la salle de bains et la crédence de la cuisine, le bois massif et chaud des boiseries du salon, des sols et de la tête de lit de la chambre, le métal qui multiplie ses nuances, le laiton des portes qu’on dirait patiné par le temps, le verre noir texturé qui habille le couloir… « Pour chacune des matières, j’ai besoin que l’on sente la main de l’artisan », dit-il. On la sent, comme on perçoit sa remarquable vision d’esthète Q Rens. p. 260.


Pièces vintage et œuvres contemporaines dans un jeu d’égal à égal

Le chant du hibou Face à un recoin plein de charme, l’architecte d’intérieur a placé un de ses bureaux au piètement acier et plateau en chêne ainsi que sa chaise “Monsieur Oops” en chêne et tissu bouclette. Lampe en laiton “9208” de Paavo Tynell (édition Taito Oy, vers 1940). Dessin au charbon bois, “Hibou” (2016) d’Adel Abdessemed. Au fond, miroir en céramique des Argonautes, 1950.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 211


En avant la musique Confortablement installé dans le fauteuil “Papa Ours” de Pierre Yovanovitch, le propriétaire mélomane peut s’adonner à sa passion dans ce salon de musique habillé d’une fresque murale de Pierre Roy-Camille. En arrière-plan, la chambre d’amis où, sur le chevet en céramique réalisé par Armelle Benoit, est posée une lampe en laiton de Paavo Tynell (vers 1940).


« Pour chaque matière, on doit sentir la main de l’artisan » (Pierre Yovanovitch) Nuances de gris Sol en pierre, étagères en métal patiné, vasque en onyx, applique “Gregg” de Ludovica et Roberto Palomba (Foscarini), verre soufflé satiné à l’acide et métal verni… la salle de bains joue la partition préférée de Pierre Yovanovitch : un mélange d’infinie sophistication et d’extrême simplicité.

Le culte du geste précis Dans la salle de bains de la chambre d’amis, chaque carreau en céramique a été peint par l’artiste Armelle Benoit avant d’être passé au four. Vasque et baignoire en pierre sur mesure.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 213


SHOPPING

TOUT EN DOUCEUR DES ANGLES ARRONDIS, DES MATIÈRES CHALEUREUSES, DES FORMES SENSUELLES… OU L’ART DE CRÉER UNE BULLE. 1

2

RÉALISATION SANDRINE PLACE PHOTO YVES DURONSOY

3

4 5

6 7


1/Balises. Suspensions “Taeli” en verre recyclé ambré, 12 x 22 cm, 125 € l’une, CARAVANE. 2/Ondulé. Canapé “Yumi”, taillé dans une seule pièce de bois, revêtu d’un tissu Métaphores, design Laurène B. Tardrew et Romain Jourdan, l. 240 x p. 113 x h. 70 cm, prix sur demande, PHILIPPE HUREL. 3/Gourmandise. Chaise “Baba” en chêne massif et tissu bouclette, l. 47 x p. 62 x h. 88 cm, 3 360 €, EMMANUELLE SIMON. 4/Trident. Sculpture “Bird Vessel 2” en argile non émaillée de l’artiste Yoon-Young Hur, l. 30,50 x h. 21,50 cm, 1 200 €, AMÉLIE MAISON D’ART.

5/Elliptique. Guéridon “Décomplexé” en pierre de Magny, design Frédéric Saulou, 10 exemplaires, Ø 20 x p. 38 x h. 50 cm, prix sur demande, 8

SAVANNAH BAY GALLERY.

9

10

6/Bombée. Carafe “Pakora” en verre borosilicate bleu, Ø 15 x h. 22 cm, 40 €, CFOC. 7/Organique. Table d’appoint “Tribu” en pierre ciment, design Fabrice Imbert, coloris à la demande, l. 23 x p. 35 x h. 46 cm, 2 376 €, GALERIE JAG. 8/Tribale. Bibliothèque “Primordial” en polyuréthane moulé recouvert d’un enduit effet pierre, design Raphael Navot, l. 131 x h. 157 x p. 42 cm, 4 190 €,

9/Sculpturaux. Bougeoirs “Winter” en céramique, design Valeria Vasi, h. 32 cm, 25 exemplaires, 150 € la paire, PIÈCE À PART.

10/11/Cobalt. Vases en céramique à l’émail bleu unique, design Moïo Studio, série limitée, à partir de 145 €, THE CONRAN SHOP.

12/Replié. Tabouret “Osselet” en celloderme, coll. Corps Creux, design Elise Gabriel et Bertrand Gravier, l. 50 x p. 28 x h. 48 cm, 1 300 €, GALERIE GOSSEREZ.

13/Rebondi. Fauteuil “Achille”, couvert de tissu en laine et alpaga (Pierre Frey), cube miroir cuivré, pièce numérotée et signée, design Pool, l. 110 x p. 90 x h. 75 cm, 9 960 €, THÉORÉME EDITION au BON MARCHÉ RIVE GAUCHE.

14/Quadripode. Vase “Pillars” en fibrociment, Ø 16 x h. 30 cm, 119 €, BOCONCEPT. O Coussin

en lapin, coloris tourterelle, MAISON DE VACANCES. O Peintures “Couleurs de terre”, et “Ombre brûlée” sur les murs, “Ombre”, finition Mat velouté, au sol, le tout ARGILE. Adresses p. 260.

ROCHE BOBOIS.

11

12

Assistante shopping Marion di Rodi

13

14 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 215


SOMBRE &LUMIÉRE DANS SON NOUVEL APPARTEMENT DE TREVIGLIO, PETITE VILLE SITUÉE À QUARANTE KILOMÈTRES DE MILAN, LE DESIGNER ITALIEN DANIELE DAMINELLI FAIT REVIVRE UN ESPRIT ANNÉES 30 MÂTINÉ D’UN SOUFFLE CONTEMPORAIN. RÉALISATION ALBERTO ZORDAN PHOTOS SILVIA RIVOLTELLA / PHOTOFOYER TEXTE SOLINE DELOS

216 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


Chinoiserie florale du XVIIIe Dans l’entrée, Daniele Daminelli a recouvert les murs du papier peint “Le Paravent chinois” (Braquenié). « Cela m’a rappelé un papier peint qui ornait les murs d’une propriété d’Yves Saint Laurent », explique-t-il.


Les teintes sombres des murs et des boiseries révèlent un mobilier hétéroclite du XXe


Le style « romantique du futur » Encadrées des boiseries d’origine, les grandes fenêtres du salon ouvrent sur une rue arborée de Treviglio. Dans la pièce nimbée du vert sombre “Harley Green” (Little Greene) qui habille la totalité de l’appartement, Daniele Daminelli déploie son style « romantique du futur ». Son mode d’emploi ? Faire coexister un mobilier XXe trié sur le volet et hétéroclite : les fauteuils “516” de Gio Ponti, 1958 (Cassina), les canapés “Mantilla” dessinés par Kazuhide Takahama (1974), un tapis chinois des années 20 estampillé Walter Nichols, des tables d’appoint suédoises des années 40 et, à droite, une bibliothèque italienne des années 50.


Une cuisine en clair-obscur , enveloppée d’un vert profond

Acier miroitant Réalisée sur mesure, la cuisine affiche une crédence et un plan de travail en acier sur lequel est posée une collection de plateaux peints rapportés de voyage, notamment en Asie.

Depuis la création de son bureau d’architecture intérieure, Studio 2046, il y a deux ans, le designer italien Daniele Daminelli a multiplié les projets. Il faut dire que ce trentenaire qui présentait sur le stand de la galerie Nilufar quelques pièces de sa collection “Supermobile 2046” pendant le Salon de Milan en 2018 a été à bonne école. Entré en 2009 chez Dimorestudio comme collaborateur d’Emiliano Salci et Britt Moran, il y est resté huit ans avant de se lancer en solo. Depuis, il a décliné dans nombre de résidences privées et quelques boutiques son sens virtuose des couleurs, son goût du mobilier d’architectes italiens et sa manière d’allier passé et présent avec un chic imparable. En témoigne son 220 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


nouvel appartement situé à Treviglio, au cœur d’un bâtiment rationaliste des années 30 imaginé par l’ingénieur et architecte Elio Frisia, compagnon de route de maîtres italiens tels Gio Ponti, Luigi Caccia Dominioni ou Piero Portaluppi. C’est d’ailleurs la fameuse Villa Necchi Campiglio, construite à Milan par ce dernier entre 1932 et 1935 et ouverte sur la nature, qui a inspiré Daniele pour y créer un esprit années 30 mâtiné d’un souffle contemporain. Un style « romantique du futur », comme il se plaît à le formuler. Comme à son habitude, le designer a d’abord cherché à retrouver et conserver l’âme du lieu en préservant tous les éléments d’origine dont les grandes fenêtres bordées u

A la table de Saarinen et Ponti Un petit coin salle à manger a été aménagé dans la cuisine : table “Tulip” d’Eero Saarinen, années 1960, entourée de chaises de Gio Ponti, l’une dessinée dans les années 40 et deux “Superleggera” en noyer et corde, 1957 (Cassina). Le meuble-bar “Bramante” laqué rouge à pans biseautés, signé Kazuhide Takahama en 1974-75 (SimonCollezione de Cassina), apporte sa touche graphique et contemporaine. Murs et sol en résine de couleur “Harley Green” (Little Greene).


Plongée dans les années 1940 et 1950 avec des pièces iconiques et du mobilier chiné

de boiseries et les parquets en noyer. Parti pris audacieux, il a aussi choisi un vert profond qui enrobe tout l’appartement. « Cette couleur est comme un écho aux arbres environnants et se pare de mille variations selon la lumière et le soleil, mettant en valeur le moindre meuble, objet ou tableau », commente le designer. D’autant qu’elle nimbe les murs, les plafonds et même les sols (quand ces derniers sont en résine) de toutes les pièces, à l’exception de l’entrée tapissée d’un papier peint à l’ancienne –« l’idée de ce motif fleuri m’est venue en feuilletant le livre “The Private World of Yves Saint Laurent & Pierre Bergé”, de Robert Murphy. Il y avait dans une de leurs maisons un papier peint similaire. » Des choix assumés et réfléchis qui font de l’ensemble un écrin précieux et inspiré Q Rens. p. 260.


Nuances bleu-vert Dans la chambre, sous l’effet du soleil, le vert au mur tend vers le bleu décliné aussi sur le linge de lit. Un parfum napolitain se diffuse par touche grâce à la tête de lit provenant du Royal Continental Hôtel à Naples dont Gio Ponti dessina le mobilier en 1954. Face à la fenêtre, bureau d’Osvaldo Borsani, années 1960 (Tecno) et chaise de Gio Ponti. Applique “V-324” et lampes signées Hans-Agne Jakobsson.

L’art du rangement Une armoire italienne des années 40 en bois et verre donne l’effet d’une boîte précieuse pour ranger les vêtements. Au-dessus, un piétement de table basse trouvé dans un marché aux Puces.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 223


Un air suranné Dans l’entrée, les motifs floraux du “Paravent chinois” (papier peint Braquenié) reprennent ceux d’un paravent détenu par le célèbre décorateur américain John Derian. A droite, le designer Daniele Daminelli s’est amusé à accrocher différents tableaux de nature morte, dont un cadre vide où le papier peint devient lui-même tableau ! Au plafond, un luminaire dessiné par Hans-Agne Jakobsson en 1959. A l’arrière-plan, on aperçoit l’entrée de la salle de bains décorée d’une carapace de tortue.

Un papier peint fleuri inspiré d’un intérieur d’Yves Saint Laurent twiste le décor 224 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


Bien compartimentée Tout en longueur, la salle de bains dotée de grands placards accueille, en arrière-plan, une double vasque qui fait face à la baignoire et, à droite, une cabine de douche en marbre conçue comme celle d’un bateau. Luminaires dessinés par l’architecte suédois Peter Celsing en 1966 pour le centre culturel Kulturhuset à Stockholm et édités par Falkenbergs Belysning.


SHOPPING 1/Météorite. Applique “Map 1” en laiton verni brossé, design Eric de Dormaël, l. 17 x p. 7 x h. 33 cm, 615 €,

LUMIÈRE SCULPTURALE

DCW ÉDITIONS.

2/Filaire. Lampadaire “Amande” en bronze martelé patiné noir, abat-jour en papier aquarelle, h. 140 cm, 7 215 €, LIAIGRE. 3/Alvéolée. Lampe “Nida” en aluminium aéronautique et Inox finition dorée (or 24 carats), design Vincent Poujardieu, édition limitée à 8 exemplaires, l. 42 x p. 60 x h. 75 cm, 4 200 €, GALERIE GOSSEREZ. 4/A ailettes. Lampe “Biny” en acier et aluminium, dessinée en 1957 par Jacques Biny, l. 33 x p. 19 x h. 33 cm, 372 €, DCW ÉDITIONS.

RÉÉDITIONS, PIÈCES INTEMPORELLES OU INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES, LES LUMINAIRES NE FONT PAS QU’ÉCLAIRER, ILS CRÉENT LE DÉCOR. RÉALISATION SANDRINE PLACE PHOTO YVES DURONSOY

O Chaise triangulaire “Archetype” en

acier, design Sofie Osterby, KOLKHOZE.

1

2

3

4

226 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


5/Acrobatique. Suspension “Light Object 018” en laiton brossé, design Naama Hofman, l. 81 x h. 68 cm, 1 100 €, BOON. 6/Italienne. Lampe “Atollo” en métal, créée en 1977 par Vico Magistretti, 1 293 €, OLUCE au BON MARCHÉ RIVE GAUCHE. 7/Epurée. Lampe de bureau dessinée par Jean Prouvé en 1930, réédition limitée, 249 €, VITRA chez THE CONRAN SHOP. 8/Rieuse. Lampe de bureau “Agrafée”, double rotule, en acier, laiton et aluminium, 1958, h. 67 cm, 2 047,20 €, ÉDITIONS SERGE MOUILLE. 9/Hypnotique. Lampadaire “China 07” en laiton cannelé, globe en verre gris opale soufflé bouche, h. 160 cm, 3 261,60 €, MAGIC CIRCUS ÉDITIONS.

10/Plissée. Lampe de chevet “Matin” en laiton poli, abat-jour en coton, design Inga Sempé, Ø 38 x h. 58 cm, 219 €, HAY chez THE CONRAN SHOP. 5

O Fauteuil Régence XIXe en hêtre et bronze,

tissu tartan Kvadrat, MOISSONNIER. O Peintures “Inchyra Blue” et “De Nimes”, finition Estate Emulsion, FARROW & BALL. Adresses p. 260.

7

8

9

6

10

Assistante shopping Marion di Rodi


ODE AU MINÉRAL EN DÉPLOYANT UN JEU RAFFINÉ DE TEXTURES ET UNE GAMME CHROMATIQUE SUBTILE, L’ARCHITECTE PARISIEN FÉLIX MILLORY A TRANSFORMÉ CET APPARTEMENT AU CŒUR DE SAINT-GERMAIN-DES-PRÉS EN VÉRITABLE HAVRE DE PAIX. PAR IAN PHILLIPS PHOTOS STEPHAN JULLIARD

228 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


Sous bonne garde Placé devant un mur habillé de chêne fumé et brossé, un impressionnant totem en céramique du sculpteur français Laurent Dufour veille sur l’entrée.


Douce rigueur Les formes courbes du mobilier adoucissent les lignes droites architecturales du salon. La preuve avec les tables gigognes “Oreus” en manguier (AM.PM) et le canapé “Twins” (Green Apple). Dans la niche de gauche, une sculpture murale en grès de Daniel Dewar et Grégory Gicquel dialogue avec la lampe “Dome” en laiton et bois (Allied Maker) et un piquet de tente touareg (Maison Intègre). Celle de droite rassemble plusieurs sculptures de Tim Orr (galerie Aurélien Gendras), une flûte (ethnie Lobi du Burkina Faso), un bracelet africain en bronze et des poulies de puits en bois du Niger. Les deux fauteuils sont des rééditions du modèle “Kangourou”, dessiné par Pierre Jeanneret pour Chandigarh dans les années 50. A droite, guéridon en bois massif (Hamilton Conte) et jarre en terre cuite du Burkina Faso.


Ecrin sobre et monochrome pour mobilier ouatĂŠ et souvenirs africains


Axes forts Le passage entre les différents espaces est marqué par une série d’encadrements en travertin. Au premier plan, la table d’appoint en bronze et travertin, ainsi que le tapis en laine néo-zélandaise et soie ont été dessinés sur mesure. Plaid et coussin (Madura).


« La recherche de la simplicité n’est pas du tout un détail » (Félix Millory)

Accord de tons L’architecte Félix Millory aime jouer sur des contrastes, mais pour ce projet, il a opté pour une palette extrêmement harmonieuse. Dans la cuisine, association de tonalités marron et grises avec un parquet en chêne naturel, des plans de travail en marbre Grigio Billiemi et des façades de meubles en chêne fumé et brossé. Les trois tabourets de bar en bois noir ont été créés sur mesure, tandis que le trio de bougeoirs en bronze est l’œuvre de Pia Chevalier (Maison Intègre). Robinet (RVB) et bols (Mud Australia).

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 233


Jeu de symĂŠtrie presque parfait autour de la table de salle Ă manger


Si vous ne connaissez pas Félix Millory, vous avez sûrement entendu parler de quelques-uns de ses clients, parmi lesquels la chanteuse et actrice Vanessa Paradis qui, avec la rénovation de son appartement dans le Marais à Paris, a lancé la carrière de l’architecte en 2011. Il a également remanié une maison contemporaine à Aix-en-Provence pour le fondateur des boutiques L’Eclaireur, Armand Hadida. Quelle que soit la réalisation, son approche reste constante. « Il y a toujours un concept architectural succinct, mais évident, rehaussé de détails, précise-t-il. C’est la simplicité qui n’est pas du tout un détail. » Diplômé de l’Ecole spéciale d’Architecture, il est passionné par l’idée de donner une deuxième vie aux lieux en sublimant leurs éléments patrimoniaux, citant, parmi ses inspirations, le designer italien Vincenzo De Cotiis, l’architecture traditionnelle japonaise et la réhabilitation du Neues Museum à Berlin par David Chipperfield – « c’est lui qui est à l’origine de mon obnubilation pour le laiton patiné que je mets partout », plaisante-t-il. Sauf dans cet appartement de 170 mètres carrés au cœur de Saint-Germain-des-Prés que l’architecte a métamorphosé pour un financier rentré en France après de nombreuses années passées en Afrique du Sud. A la place, il a choisi de célébrer le chêne fumé et le travertin qu’il apprécie surtout pour sa porosité – « c’est ce qui lui donne sa beauté, dit-il. Le travertin me fait penser à la roche en bord de mer complètement érodée par l’eau. » Avec des lignes pures, une palette douce et quelques touches ethniques (une flûte Lobi du Burkina Faso, une serrure antique du peuple Dogon au Mali…, autant d’objets rapportés par le propriétaire), l’intervention de Félix Millory est empreinte d’un sentiment ineffable de calme et de bien-être. « Pour moi, la chambre est le paroxysme de l’intimité, déclare-t-il. On y est hors du temps, hors de tout. On a juste envie de passer la journée au lit. » Q Rens. p. 260.

En toile de fond L’architecte voit un coucher de soleil africain dans le tableau du Malgache Joël Andrianomearisoa. Sous la suspension en laiton de la collection “Voyager” (Allied Maker), une céramique de Tim Orr (galerie Aurélien Gendras) posée sur la table “Moon” en chêne de Space Copenhagen (Gubi). A droite, la sculpture “La Naissance de l’air” de Christian Lapie veille sur les chaises “300” de Joe Colombo (Karakter), tapissées du tissu bouclé “Serafino” (Dedar). ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 235


Magistrale haie d’honneur Depuis l’entrée de l’appartement, des ouvertures sans porte et un couloir en forme de L mènent vers la chambre du propriétaire. Sur le mur du fond est accroché un autre tableau de Joël Andrianomearisoa, réalisé à partir de morceaux de tissus.


Investir le couloir pour travailler en coulisses

Lieu de passage studieux Un espace de travail a été intégré dans la deuxième partie du couloir, avec un bureau et une bibliothèque en chêne fumé brossé et le fauteuil “Anathème” en métal et velours (AM.PM). Sculpture en céramique de Laurent Dufour.

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 237


Théâtral ! Des panneaux imitant le travertin mettent la chambre en scène

Cocon ouaté Imaginée comme un espace hors du temps, la chambre est structurée autour de deux alcôves imitant le travertin, peintes par Redfield & Dattner, duo parisien d’artistes décoratifs. De chaque côté du lit “Stay“ de Space Copenhagen (Gubi), la lampe “Studio” de Laura Bilde (Handvärk) est posée sur le chevet “Onda” de Paolo Piva en chêne (Poliform). Banquette réalisée sur mesure et recouverte d’un tissu chenille “Belsuede” (Dedar). Linge de lit (Yves Delorme).


Sobriété luxueuse Le travertin est associé à un jeu de lignes en marbre Grigio Billiemi dans la salle de bains. Sur la console “Taxco” de l’architecte Fabián Pellegrinet Conte (Hamilton Conte) se dressent un masque de la confrérie Kono (Mali) et deux céramiques (101 Copenhagen). Robinetterie (Graff) et appliques “Pelikan” en aluminium moulé (Hamilton Conte). ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 239


SHOPPING

TOTAL TOTEM

OBJETS SCULPTÉS, CHAISES ET TABOURETS INCARNÉS REVENDIQUENT LEUR ESPRIT DE CLAN. RÉALISATION SANDRINE PLACE PHOTO YVES DURONSOY

1

3

2

4

5


1/Brillant. Paravent en marqueterie de paille et de bambou laqué, design Flavia de Laubadère, l. 163 x p. 33 x h. 148 cm, 13 000 €, AMÉLIE MAISON D’ART. 2/6/7/Poésie naturelle Totems sculptés en chêne, h. maxi 2,40 m, prix sur demande, FRANCK EVENNOU. 3/Puissante. Table d’appoint “Petra” en travertin Navona, pièce numérotée, design Joris Poggioli, 32 x 32 x h. 52 cm, 4 500 €, KOLKHOZE. 4/Tribal. Siège “Sculptural Chair I” en chêne, Rooms Design, l. 45 x p. 45 x h. 90 cm, 3 000 €, KOLKHOZE.

6

5/Fétiches. Vases en céramique, design Bobbie Specker, h. de 27 à 55 cm, à partir de 450 €, BOON PARIS. 8/Ondulé. Lampadaire “2020.01“ en bronze poli patiné noir, design Studio Haos, h. 175 cm, prix sur demande,

11/Belle assise. Tabouret “Monolog” en frêne massif teinté noir, design Pieter Maes, l. 54 x p. 46 x h. 46 cm, 966 €, LIGNE ROSET. 12/Sablés. Vases “The Sand” et “Conran” en grès, design Mari Masot, h 17 cm, 70 € l’un, PIÈCE À PART. O Carafe en verre recyclé et verre ballon, CARAVANE. O Peintures “Light Bronze Green”, “Invisible Freen“ (fond) et “Obsidian Green” (podiums), LITTLE GREENE.

GALERIE JAG.

9/Invocation. Chaise “Lia” en châtaignier sculpté à la main, cannage de roseaux, design Chiara Andreatti, 47 x 48 x h. 117 cm, 1 690 €, BOON PARIS. 10/Abstrait. Vase “Shogi” en céramique vernissée, h. 34 cm, 130 €,

Adresses p. 260.

THE CONRAN SHOP.

7 8

9

10

11

12

Assistante shopping Marion di Rodi ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 241



E L L E DÊCO

HABILLÉS POUR L’HIVER Pile dans le ton Des tissus Hermès, Armani/Casa, Dedar, Lelièvre, Casamance, Kvadrat, RubellI et Misia (références dans les pages suivantes).

LES ÉTOFFES FONT LEURS GAMMES ! CETTE SAISON, LES CAMAÏEUX BIEN PENSÉS JOUENT AVEC LES MATIÈRES ET LES MOTIFS DISCORDANTS. EN BONUS, DES PALETTES DE PEINTURE COORDONNÉES,HISTOIRE DE METTRE NOS INTÉRIEURS AU DIAPASON… PAR OCÉANE ALGARON PHOTO CHIARA SANTARELLI

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 243


ELLE DÉCO IDÉES LES TISSUS

COUP DE BLUES KLEIN, CÉRULÉEN OU MAJORELLE, LE BLEU, REHAUSSÉ ÇÀ ET LÀ D’HYPNOTISANTS MOTIFS VÉGÉTAUX, RÉVÈLE SA NATURE PROFONDE.

1

2

3

A

B

C

D

E

F

CÔTÉ PEINTURES A/“Yves Klein”, à partir de 27,60 € le litre, RESSOURCE. B/“Boxington”, 47 € le litre, LITTLE GREENE. C/“Oxford Gray”, 30 € le litre, BENJAMIN MOORE. D/“Bleu Paon”, 49,90 € les 2,5 litres, LIBÉRON. E/“Hydrangea”, à partir de 19,90 € le litre, TOLLENS. F/“Rhapsody”, 85 € les 2,5 litres, GRAHAM & BROWN.


4 1/“Silas” en Nylon et coton, design Raf Simons, 11 coloris, 333 € le mètre en 140 cm de large, KVADRAT. 2/“Wakamé” en viscose, polyester et acrylique, 212 € le mètre en 135 cm de large, CHRISTIAN LACROIX chez ETOFFE.COM 3/“Ikebana Bayou” en acrylique teinté dans la masse, collection Bahia, 101,34 € le mètre en 140 cm de large, SUNBRELLA. 4/“Blitz” en coton et polyester, design Bodo Sperlein London et Nya Nordiska, 147 € le mètre en 140 cm de large, NYA NORDISKA.

6

5

7

5/“Fandango” en polyester et coton, 256 € le mètre en 145 cm de large, DEDAR. 6/“Vicky” en coton, 40 € le mètre en 140 cm de large, THEVENON 1908. 7/“Riga” en polyester Trevira, collection Contract 24, 130,90 € le mètre en 141 cm de large, LELIEVRE. ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 245


ELLE DÉCO IDÉES LES TISSUS

HAUTS EN COULEUR VELOURS, SATINS ET BRODERIES PRÉCIEUSES AFFICHENT TEINTES FLAMBOYANTES ET MOTIFS GRAPHIQUES. L’AUDACE ? LES MIXER SANS TABOU ! 1/“Felicia” en viscose et polyester, 3 coloris, 167 € le mètre en 136 cm de large, OSBORNE & LITTLE. 2/“Nuées” en polyester et coton, collection Manifesto, 5 coloris, 148 € le mètre en 145 cm de large, NOBILIS. 3/“Ndebeles” en acrylique, lin et coton, broderie artisanale, 395 € le mètre en 130 cm de large,PIERRE FREY. 4/“Hudson” en polyamide, coton, polyester, , lin et viscose, collection Hudson, 3 coloris, 79 € le mètre en 140 cm de large, CAMENGO.

1 2

A

B

C

D

E

CÔTÉ PEINTURES A/“Monte Carlo”, à partir de 27,60 € le litre, RESSOURCE. B/“Bleu d’Iroise”, 49,90 € les 2,5 litres, LIBÉRON. C/“Ultra marine blue”, 91 € les 2,5 litres, FARROW & BALL. D/“Bryce”, à partir de 26,70 € le demi-litre, MERCADIER. E/“Terre jaune”, à partir de 32,20 € le 0,75 litre, ARGILE.


3

5

4

6

7

5/“Ingo” en polyester et coton, 278 € le mètre en 127 cm de large, FADINI BORGHI chez PIERRE FREY. 6/“Parioli” en viscose, polyester et coton, collection Mont Palatin, 6 coloris, 119 € le mètre en 140 cm de large, CASAMANCE. 7/“Iggy” en coton, pour rideaux et tapisseries, 67 € le mètre en 136 cm de large, JANE CHURCHILL chez MANUEL CANOVAS. ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 247


ELLE DÉCO IDÉES LES TISSUS

1

2

3

248 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

4


CRÈME ANGLAISE LES BEIGES CRÉMEUX ET LEURS GOUTTES D’OR CÉLÈBRENT MATIÈRES PRÉCIEUSES ET TOUCHERS VELOUTÉS.

5

6

1/“Scala” en viscose, polyester et coton, collection Manifesto, 6 coloris, 156 € le mètre en 146 cm de large, NOBILIS. 2/“Le Train Bleu”, velours de viscose et coton, collection Promesse d’Ailleurs, 3 coloris, 179 € le mètre en 138 cm de large, MISIA. 3/”Galactica” en polyester et lin, collection Effigie, 216 € le mètre en 128 cm de large, ELITIS. 4/“Coriandoli” en polyester et polyuréthane, 189 € le mètre en 140 cm de large, DEDAR. 5/“Pivoine” en viscose et coton, design Kenzo Takada et Engelbert Honorat, 169 € le mètre, K3. 6/“H losange” en coton et acrylique, design Anne Roussel et Veronika Wildgruber, 220 € le mètre en 138 cm de large, HERMÉS. 7/“Bergamo” en bouclette de laine, 129 € le mètre en 130 cm de large, BISSON BRUNEEL.

8/“Abaca grillage naturel” en abaca, pour store, paroi coulissante ou inclusion sous verre, 59 € le mètre en 90 cm de large, CMO.

A

7 B

8

C

D

E CÔTÉ PEINTURES A/“Bouquet de Pampa”, 38,90 € le litre, HYPNOTIK X ASTRID EUDELINE. B/“Jaune étourdi”, 15,90 € le demi-litre, ALGO. C/“Jaune Calisson”, 49,90 € les 2,5 litres, LIBÉRON. D/“Skimmed Milk”, 91 € les 2,5 litres, FARROW & BALL. E/“Terre de Sardaigne”, à partir de 32,20 € le 0,75 litre, ARGILE.


ELLE DÉCO IDÉES LES TISSUS

3 1

2

NOUVEAU PALAZZO TARTAN RÉINTERPRÉTÉ ET VELOURS RAS, CÔTELÉ OU MARTELÉ, LA BELLE ALLIANCE !


1/“Mouflon Check” en laine, polyamide mohair et alpaga, 2 coloris, 199 € le mètre en 131 cm de large, OSBORNE & LITTLE. 2/“Pythagorum” en coton et polyester, 141 € le mètre en 132,80 cm de large, HARLEQUIN sur STYLELIBRARY.COM 3/“Phlox” en coton et polyester, design Raf Simons, 17 coloris, 200 € le mètre en 138 cm de large, KVADRAT. 4/“Sangle en Tartan” en coton, polyester et rayonne, design Nigel Peake, quadrillé de

rubans et passementeries, 3 coloris, 608 € le mètre en 133 cm de large, HERMÈS. 5/6/Chouchou” en polyacrylique et polyester, 35 coloris, 73 € le mètre en 140 cm de large, ELITIS. 7/“Bruyère” en viscose et coton, collection Jardin d’Hiver, 3 coloris, 144,10 € en 137 cm de large, CASAMANCE. 8/“Porto” en polyester, lin, coton et viscose, 310 € le mètre en 130 cm de large, ARMANI/CASA BY RUBELLI.

4

5

6 7

A

B 8

C

D

CÔTÉ PEINTURES A/“Jean”, 95 € les 2,5 litres,

E

THE SOCIALITE FAMILY X MÉRIGUET-CARRÈRE.

B/“Orchidées douces de Bonifacio”, 15,90 € le demi-litre, ALGO. C/“Carrot Cake”, à partir de 19,90 € le litre, TOLLENS. D/“Buxton Blue”, 30 € le litre, BENJAMIN MOORE. E/“Mid Azure Green”, 47 € le litre, LITTLE GREENE. F/“Lioness”, 85 € les 2,5 litres, GRAHAM & BROWN.

F


ELLE DÉCO IDÉES LES TISSUS

NOTE BUCOLIQUE

A

B

C

MOTIFS FLORAUX IMPRIMÉS OU JACQUARDS GÉOMÉTRIQUES ? ICI, LES CONTRAIRES S’ATTIRENT ET SE SUBLIMENT. 1/“Khan” en polyester, coton et viscose, collection Signature Himalaya, 91,30 € le mètre en 142 cm de large, LELIEVRE. 2/“Queens” en polyester, polyamide et coton, collection Hudson, 45,10 € le mètre en 140 cm de large, CAMENGO. 3/“Lophura” en coton et Nylon, 75 € le mètre en 141 cm de large, SANDERSON sur STYLELIBRARY.COM 4/“Michelle” en viscose, coton et soie, coloris “Rosa”, 244 € le mètre en 135 cm de large, RUBELLI. 5/“Oleander” en lin, 124 € le mètre en 140 cm de large, COLEFAX AND FOWLER chez MANUEL CANOVAS. 6/“Melino” en acrylique, polyamide, mohair et alpaga, design Bodo Sperlein et Nya Nordiska, 159 € le mètre en 320 cm de large, NYA NORDISKA.

1

2

5

3 4

6

CÔTÉ PEINTURES A/“Straw Colour”, à partir de 27,60 € le litre, RESSOURCE. B/“Praliné Rose”, 49,90 € les 2,5 litres, LIBÉRON.

C/“Golden Hour”, 38,90 € le litre, HYPNOTIK X ASTRID EUDELINE.

Adresses p. 260. 252 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020


ABONNEZ-VOUS À

1 AN

La théière d’inspiration japonaise et ses quatre gobelets en céramique. L’idéal pour servir et savourer vos thés les plus délicats dans les règles de l’art !

9 NUMÉROS & 1 HORS-SÉRIE (49,10 €)

+

LE SERVICE À THÉ (30 €) pour

45,10 €

D ’ÉCO

34 €

N OM

IE !

DR

SEULEMENT au lieu de 79,10 €

Plus simple, plus rapide, abonnez-vous aussi sur Internet : www.the.elledecoabo.com

BULLETIN D’ABONNEMENT A compléter et à renvoyer sous enveloppe non affranchie à : ELLE DÉCORATION - Libre réponse n°20171 - 59789 Lille Cedex 9

NUMÉRO COLLECTOR

D ECOR ATIO N ®

LE NOUVEL ESPRIT CAMPAGNE ÉLOGE DE LA COURBE

SPÉCIAL TENDANCES

LA PASSION DES TABLES CHICS LES TAPIS

RETOUR À LA TERRE LE RENOUVEAU DE LA MARQUETERIE

DE 300 PAGES NOUVEAUTÉS

VIVE LA VIE DE CHÂTEAU !

Oui, je profite de l’offre PLAISIR :

1 an 9 numéros + 1 hors-série (49,10 €) + le service à thé (30 €) pour 34 € seulement au lieu de 79,10 €. Soit 45,10 € d’économie !

Ou

l’offre DÉCOUVERTE : 1 an, 9 numéros + 1 hors-série au prix de 29 € seulement au lieu de 49,10 €, Soit plus de 41 % de réduction Je ne recevrai pas le service à thé.

Je joins mon règlement de 34 € ou 29 € par : Chèque bancaire ou postal, à l’ordre de ELLE Décoration

Mme Nom : Mlle Prénom : M.

N°/Voie : Cplt adresse : Code postal :

Ville :

Je laisse mon adresse EMAIL pour recevoir toutes les informations liées à mon ABONNEMENT, LA RÉCEPTION DE MON CADEAU et pour CONSULTER MA VERSION NUMÉRIQUE

E-mail : Je souhaite être informé(e) des offres commerciales de ELLE Décoration Je souhaite être informé(e) des offres commerciales des partenaires de ELLE Décoration

Tél. :

HFM LDBG5

N° Expire fin :

M M A A

Date et signature obligatoires

Votre date de naissance : J ELLE DÉCORATION Service Abonnement CS 50002 59718 Lille cedex 09

J M M A A A A NOUS CONTACTER 01 75 33 70 37 - Lundi au vendredi de 8h30 à 19h et le samedi de 9h à 13h. Hjap \ mf Yhh]d dg[Yd

elledecoration@jemabonne.fr

* Prix de vente en kiosque. ELLE Décoration est édité par CMI Publishing. Offre valable 2 mois, réservée aux nouveaux abonnés de France métropolitaine. Après enregistrement du règlement, réception du 1er numéro sous 4 semaines maximum. L’envoi de votre bulletin vaut prise de connaissance et acceptation des CGV, accessibles sur www.jemabonne.fr. Vous pouvez acquérir séparément chaque numéro de ELLE Décoration au prix de 4,90 €, le hors-série ELLE Décoration au prix de 5 €. Abonnement résiliable à tout moment (remboursement des numéros non reçus). En cas de litige, vous pouvez saisir le médiateur de la consommation (MEDICYS, 73, bd de Clichy, 75 009 Paris ou formulaire sur www.medicys.fr). Vous disposez d’un droit de rétractation pendant 14 jours après réception du 1er numéro, sauf offre 100 % numérique (cf. formulaire de rétractation à adresser sur www.jemabonne.fr). Retour des numéros déjà reçus à vos frais. Ces données sont destinées à CMI Publishing et à ses prestataires techniques afin de gérer votre abonnement et, si vous y consentez, à ses partenaires commerciaux, à des fins de prospection. Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition, à la limitation et portabilité de vos données, ainsi qu’au sort de celles-ci après la mort à l’adresse suivante : CMI Publishing, 3-9, avenue André-Malraux, 92 300 Levallois-Perret. Tél. : 01 75 33 70 37 ou par email elledecoration@jemabonne.fr. Voir notre charte de données personnelles (www.jemabonne.fr). CMI Publishing - RCS Nanterre B324 286 319-TVA FR 88 324 286 319.


BLOC-NOTES

PORCELANOSA Le grès cérame “XTONE” du fabricant espagnol de céramique Porcelanosa est disponible dans 14 nouveaux coloris, en monochrome ou imitant le marbre, la pierre naturelle et le bois. Ce carrelage ultrarésistant aux chocs, aux températures extrêmes et aux taches est composé de minéraux 100 % naturels et recyclables. Son format XXL (jusqu’à plus de 3 mètres de long) peut être utilisé pour toutes sortes de surfaces : revêtements muraux, sols, mais aussi tables et plans de travail sur mesure. www.porcelanosa.com/tél. : 01 69 90 90 90.

ROCHE BOBOIS A l’occasion des 60 ans de la marque, l’artiste plasticienne portugaise Joana Vasconcelos a imaginé la collection “Bombom” : un ensemble de canapés aux formes fluides, organiques et gourmandes qui se complètent à l’envi. On retrouve dans la gamme colorée de la ligne l’optimisme et la créativité de la créatrice : des teintes franches, fraîches et acidulées, liées par une touche de couleur noire. Les dossiers, tous mobiles et indépendants, viennent librement ponctuer chaque canapé, permettant de concevoir et d’optimiser son propre confort. Plus d’infos sur www.roche-bobois.com et en magasin.

LANCÔME

DECOTEC Esthétique et ergonomique, la gamme de meubles de salle de bains “Illusion” de Decotec permet de composer un univers à la fois subtil et cohérent. L’association de façades en laque « blanc extra-mat » à un plateau en chêne massif confère une élégance intemporelle, renforcée par la finition chêne blond des poignées intégrées aux formes courbes. Avec 30 teintes de laque, quatre largeurs, deux hauteurs, quatre vasques au choix, sans compter des meubles bas et des colonnes de rangement assortis, “Illusion” répondra à toutes les configurations d’espaces et à toutes les envies. www.decotec.fr

254 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Lancôme écrit une nouvelle page de l’histoire de son sérum phare “Advanced Génifique”. Sa formule enrichie d’un complexe breveté de 7 fractions de pré et probiotiques renforce le microbiome cutané ainsi que l’ensemble des micro-organismes bénéfiques présents à la surface de l’épiderme. Quand le microbiome est fort et équilibré, la peau se défend mieux contre les agressions extérieures. La texture du sérum, fluide et légère, pénètre rapidement et, dès sept jours d’application du concentré activateur de jeunesse, les ridules sont réduites, la peau apparaît plus lisse, plus éclatante, repulpée et plus jeune. www.lancome.fr


BLOC-NOTES

© Fred Pieau

PETIT BILLY

EUROPISCINE

Frais, goûteux et digeste, le lait de chèvre apporte des quantités intéressantes de vitamines du groupe B et de vitamine A, des minéraux indispensables au développement (calcium, phosphore, magnésium, sodium, potassium) ainsi que certains oligo-éléments. Petit Billy, leader sur le marché du fromage de chèvre frais depuis 1982, élargit sa gamme avec un nouveau produit 100 % naturel : il associe la douceur du Petit Billy à la fraîcheur du basilic, avec un procédé de fabrication totalement inédit par infusion, sans aucun ajout d’arôme, ni de colorants. Petit Billy, chèvre frais au basilic infusé, 1,95€ les 100 g. www.petit billy.com

Que vous disposiez d’un grand terrain ou d’un petit jardin, le label EuroPiscine permet de concevoir des projets sur mesure en agençant l’environnement minéral et végétal de votre piscine selon l’esprit qui vous anime. Les matières se coordonnent, les couleurs se combinent, les décors se sculptent et habillent votre espace bien-être pour créer une symbiose entre piscine et jardin. Une plongée dans une harmonie parfaite, indispensable à une piscine paysagée et parfaitement intégrée ! www.piscinagiste.com

K•LINE Avec son design épuré et ses grandes dimensions, la nouvelle baie vitrée K•LINE repousse les limites du coulissant pour offrir un maximum de lumière naturelle et une vue panoramique sur l’extérieur. Répondant aux tendances actuelles favorisant les grandes surfaces vitrées, cette baie en aluminium (disponible jusqu’à 2,70 m de haut x 5,40 m de large) affiche des lignes très fines, soulignées par une nouvelle poignée à l’esthétique discrète et raffinée. Disponible en version motorisée et pilotable à distance, via l’application K•LINE Smart Home. Informations sur www.k-line.fr

LA LAITIÈRE Découvrez les yaourts BIO de La Laitière ! Savoureux, produits localement et conçus dans un emballage recyclable, ils sont élaborés avec du lait bio français collecté auprès d’éleveurs partenaires situés dans la région Grand-Ouest, comme la laiterie de Laval. Soucieux du bien-être de leurs vaches, les éleveurs leur permettent de profiter du plein air dès que le temps le permet et les nourrissent avec une alimentation bio majoritairement produite à la ferme. Yaourts Bio nature, à la vanille et au citron La Laitière (1,99 € les quatre pots vanille).

ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020 255


Les Frères Karamazov

La Réponse des Hommes

d’après Fédor Dostoïevski mise en scène Sylvain Creuzevault

texte et mise en scène Tiphaine Raffier

création

19 mars – 18 avril / Odéon 6e

---------

---------

2021

2 – 20 mars / Berthier 17e

2020

12 novembre – 6 décembre / Odéon 6e

Le Ciel de Nantes

1er – 13 décembre / Berthier 17e

un spectacle de Christophe Honoré

texte et mise en scène Alexander Zeldin

---------

en anglais, surtitré en français

---------

6 – 17 janvier / Berthier 17e

Que ta volonté soit Kin de Sinzo Aanza mise en scène Aristide Tarnagda ---------

15 janvier – 17 février / Odéon 6e

Comme tu me veux de Luigi Pirandello mise en scène Stéphane Braunschweig création

---------

29 janvier – 20 février / Berthier 17e

Entre chien et loup d’après Dogville de Lars von Trier une création de Christiane Jatahy en français et en portugais, surtitré en français

---------

saison

Faith, Hope and Charity

création

30 mars – 24 avril / Berthier 17e

La Double Inconstance de Marivaux mise en scène Galin Stoev ---------

27 avril – 5 juin / Odéon 6e

La Ménagerie de verre de Tennessee Williams mise en scène Ivo van Hove ---------

7 mai – 5 juin / Berthier 17e

Antoine et Cléopâtre de William Shakespeare mise en scène Célie Pauthe ---------

12 – 27 juin / Odéon 6e

Berlin mon garçon de Marie NDiaye mise en scène Stanislas Nordey ---------

abonnez-vous theatre-odeon.eu


Pour communiquer dans cette rubrique, contactez Media Marketing - Nathalie Marié : 01 41 38 86 11

INFOS DÉCO

18 rue de Chartres - 92200 NEUILLY sur seine

bea-factory.com

bea_factory

ENSEMBLE, ON A TANT À SE RACONTER

RCS NANTES - 345185151

S t o r y vo u s c o n s e i l l e , vous inspire, vous aide à imaginer votre intérieur idéal. Bons moments, petits plaisirs ou grandes émotions, nous partageons vo t re g o û t p o u r l e s belles histoires !

s t o r y. f r


INFOS DÉCO

FIN DE SÉRIE Venez découvrir des prix d’exception sur fin de série et modèles d’exposition

Pour communiquer dans cette rubrique, contactez Media Marketing - Nathalie Marié : 01 41 38 86 11

Goûtez à l’authentique

RN 20 – 104 av Aristide Briand – 92220 Bagneux 01 45 47 84 84 – paris.bagneux@cinna.fr

LES PIANOS GASTRONOMES ASC. Lacanche - 6 rue Hubert Coste - 21230 Lacanche Tél. 03 80 90 35 00 - www.lacanche.fr


INFOS DÉCO

6, RUE DE L’ODEON 7 5 0 0 6 PA R I S T. + 33 1 55 42 92 10 SERIERARE@SERIERARE.COM W W W. S E R I E R A R E . CO M

1252

Pour communiquer dans cette rubrique, contactez Media Marketing - Nathalie Marié : 01 41 38 86 11

LUMINAIRES D’ART Plus de 1000 références dans notre nouveau showroom et sur Perzel.com • visualisation 3D de tous les modèles. Créateur fabricant depuis 1923 3, rue de la Cité Universitaire 75014 Paris • tél. 01 45 88 77 24 • fax. 01 45 65 32 62 mardi au vendredi : 9h -12h/13h -18h • samedi : 10h -12h /14h -19h catalogue 128 p. 20 € remboursé au 1er achat


ELLE DÈCO ADRESSES EDITIONS SERGE MOUILLE,

antoinettepoisson.com

sergemouille.com

ALGO, peinture-algo.fr AMÉLIE MAISON D’ART,

ELITIS,

elitis.fr

&KLEVERING,

jonathanadler.com

klevering.nl

JORIS POGGIOLI,

NYA NORDISKA, nya.com

jorispoggioli.com K3, k-3.com

OCTAEVO,octaevo.com OSBORNE & LITTLE,

EMMANUELLE SIMON,

KOLKHOZE, kolkhoze.fr

osborneandlittle.com

emmanuellesimon.com

KVADRAT, kvadrat.dk

PANI JUREK, panijurek.pl

ENO STUDIO,

LA DOUBLEJ, ladoublej.com

PAUL & JOE, paulandjoe.com PHILIPPE HUREL,

amelie-paris.com

ELSA OUDSHOORN,

AM.SAM.GRAM, amsamgram.com ANA BUITRAGO,

ana-buitrago.com

JONATHAN ADLER,

artiste, Instagram : @elsaoudshoorn

ANTONIO LUPI, antoniolupi.it ARA THOROSE,

enostudio.fr

instagram.com/arathorose

etoffe.com

LE BON MARCHÉ RIVE GAUCHE, 24S.com

ARGILE,

FADINI BORGHI,

argile-peinture.com

pierre frey.com

LELIÈVRE, lelievreparis.com

ARMANI CASA,

FARROW & BALL,

armani.com

farrow-ball.com/fr

LIBÉRON, liberon.fr

ASTIER DE VILLATTE,

FÉLIX MILLORY,

LIGNE ROSET, ligneroset.fr

astierdevillatte.com ATELIER BUFFILE,

buffile-ceramiste.com

LAURA GONZALEZ, lauragonzalez.fr

ETOFFE,

LIAIGRE, liaigre.fr

architecte, rens. sur felixmillory.com

LINDELL & CO,lindellandco.com

FLEUX,

fleux.com

LISA ALLEGRA,lisaallegra.fr

BALMAIN, balmain.com BEAUREGARD STUDIO,

FOLKS,

LITTLE GREENE, littlegreene.fr LUKE EDWARD HALL,

BENJAMIN MOORE,

franck-evennou.com

benjaminmoore.com

FRITZ HANSEN,

beauregard.paris

folks-folks.com FRANCK EVENNOU,

BENSIMON CONCEPT STORE,

fritzhansen.com

bensimon.com

GALERIE CHEVALIER,

BHV MARAIS, bhv.fr BISSON-BRUNEEL,

bisson-bruneel.com BOCONCEPT,

boconcept.com BOON, boonparis.com BRUN DE VIAN-TIRAN,

brundeviantiran.com CAMENGO, camengo.com CARAVANE, caravane.fr CARPET EDITION,

carpetedition.com CASA LOPEZ,

casalopez.com

galerie-chevalier.com GALERIE DIURNE,

diurne.com GALERIE GOSSEREZ,

galeriegosserez.com GALERIE JAG,

roche-bobois.com/fr

MAISON DE VACANCES,

RUBELLI,

maisondevacances.com

rubelli.com

MAISON DIGOIN,

RUG’SOCIETY,

manufacturededigoin.com

rugsociety.eu

MAISON FRAGILE,

SARAH ELLISON,

maniera.be

GARUG, garug.be

MANUEL CANOVAS,

GIEN, gien.com GINORI 1735,

MANUFACTURE COGOLIN,

manuelcanovas.fr manufacturecogolin.com MARION MAILAENDER,

marionmailaender.com MATHILDE MERCIER,

CASEY MCCAFFERTY,

sculpteur, Instagram : @bareff_

maximemouroux.com

casey-mccafferty.com

HABITAT, habitat.fr HANNA ANONEN,

MERCADIER,

CFOC,cfoc.fr CHÂTEAU DE LA HAUTE BORDE,

6, hameau de la Haute Borde, Rilly-sur-Loire. c-h-b.fr CMO, cmoparis.com CONNOX.FR, connox.fr DANIELE DAMINELLI,

designer, Studio2046, studio2046.com DCW EDITIONS,

dcw-editions.fr DEDAR, dedar.com

mercadier.fr

hannaanonen.com

MÉRIGUET-CARRÉRE,

HERMÈS,hermes.com HÔTEL LES SOURCES DE CHEVERNY,

MIDI, editions-midi.com MISIA, misia-paris.com MOISSONNIER,

HYPNOTIK,

moissonnier.com MONOPRIX, monoprix.fr

IAN FELTON,

ianfeltonstudio.com IKEA, ikea.com INDIA MAHDAVI,

NANIMARQUINA,

nanimarquina.com

J.D. STARON, jdstaron.com JOHANNA GULLICHSEN,

DIPTYQUE, diptyqueparis.com

johannagullichsen.com

ABONNEZ-VOUS Â

EDECORATION lle

SCANDINAVIA- DESIGN,

scandinavia-design.fr SERAX, serax.com SERGE LESAGE,

sergelesage.com SÉVRES MANUFACTURE,

sevresciteceramique.fr SONYA WINNER,

sonyawinner.com STUDIO BARRÈRE & SIMON,

barrereandsimon.com STUDIO HAOS,

studiohaos.com STYLELIBRARY.COM,

stylelibrary.com SUNBRELLA, sunbrella.com THE CONRAN SHOP,

conranshop.fr THEOREME ÉDITIONS,

thevenon1908.com

MUUTO, muuto.com

jarsceramistes.com

savannah-bay.com

MOUSTACHE, moustache.fr MPM ARCHITECTURE,

JAMINI,

JARS CERAMISTES,

SAVANNAH BAY GALLERY,

theoremeeditions.com

agence, mpm-architecture.tumblr.com

jaminidesign.com

sarahellison.com.au

MOOOI, moooi.com

india-mahdavi.com

DIOR MAISON, dior.com

260 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

meriguet-carrere.fr

Chemin du Breuil, Cheverny (02 54 44 20 20). sources-cheverny.com les-peintures-hypnotik.com

POLS POTTEN,

ROCHE BOBOIS,

MAXIME MOUROUX,

ceramicassunta.com

pinton1867.com

maisondada.com

GUY BAREFF,

CERAMICA ASSUNTA,

PINTON,

MAISON DADA,

casamance.com

cc-tapis.com

architecte d’intérieur, rens. sur pierreyovanovitch.com

ressource-peintures.com

butincolorsandshapes.com

CC-TAPIS,

PIERRE YOVANOVITCH,

RESSOURCE,

grahambrown.com

cassina.com

pierre frey.com

magic-circus.fr

CASAMANCE,

CASSINA,

PIERRE FREY,

MAGIC CIRCUS EDITION,

GAN RUGS, gan-rugs.com

GIOBAGNARA, giobagnara.com GRAHAM & BROWN,

piece-a-part.fr

artiste et décorateur, lukeedwardhall.com

MANIERA GALLERY,

ginori1735.com

PIÈCE À PART,

polspotten.nl PORTEGO, portego.it

maisonfragile.com

galeriejag.com

philippe-hurel.com

THEVENON 1908, TOLLENS, tollens.com TOULEMONDE BOCHART,

toulemondebochart.fr TRISTAN AUER,

architecte d’intérieur, tristanauer.com

NOBILIS, nobilis.fr

TRUDON, trudon.com

NODUS, nodusrug.it

VIS-À-VIS PARIS, visavisparis.com

NOOM, noom-home.com

WESTWING, westwing.fr

NUMÉRO COLLECTOR

D EC OR AT IO N ®

LE NOUVEL ESPRIT CAMPAGNE ÉLOGE DE LA COURBE

LA PASSION DES TABLES CHICS

SPÉCIAL TENDANCES

LES TAPIS

RETOUR À LA TERRE

LE RENOUVEAU DE LA MARQUETERIE

VIVE LA VIE DE CHÂTEAU !

PAGES DE

300 NOUVEAUTÉS

EN PROFITANT D OFFRES EXCLUSIVES SUR ’

elledecoabo.com

Pierre Baelen ; Lucy Laucht

A PARIS CHEZ ANTOINETTE POISSON,


ABONNEZ-VOUS Ă‚

EDECORATION lle La meilleure pÊriode pour y aller ? De dÊbut dÊcembre à mars-avril. L’agence Voyageurs du Monde, spÊcialiste du voyage à la carte, propose de dÊcouvrir la côte pacifique au dÊpart de San JosÊ, la capitale, avec un vÊhicule de location et un service de conciergerie sur-mesure qui permet de modifier son sÊjour sur place à tout instant. On pourra choisir une traversÊe en ferry Paqueras/Puntarenas, une halte sur Isla Chiquita, la dÊcouverte des plages de Santa Teresa, une balade en kayak dans les canaux de la rÊserve Êcologique de Nosara avec un guide naturaliste et, pour finir, un sÊjour à Kasiiya Papagayo, Êcolodge composÊ de tentes de luxe (photo) imaginÊes par AW2, un site parfaitement sauvage. Un circuit à dÊcliner selon ses envies. O Voyageurs du Monde, renseignements au 01 83 64 79 38 et sur voyageursdumonde.fr

Romain Ricard

EN ROUTE POUR LE COSTA RICA (p. 166)

et retrouvez chaque mois le meilleur de la DÉCO !

BULLETIN D’ABONNEMENT A complĂŠter et Ă retourner avec votre règlement Ă : ELLE DÉCORATION, Service Abonnements CS 50002 - 59718 Lille Cedex 9

NUMÉRO COLLECTOR

D ECOR ATIO N ÂŽ

OUI, je m’abonne à ELLE DECORATION pour 1 an (9 numÊros +1 hors-sÊrie) :

LDBB6 France : 29,95 â‚Ź (soit 39 % de rĂŠduction*).

LE NOUVEL ESPRIT CAMPAGNE ÉLOGE DE LA COURBE

SPÉCIAL TENDANCES

LA PASSION DES TABLES CHICS LES TAPIS

RETOUR À LA TERRE LE RENOUVEAU DE LA MARQUETERIE

Autres pays : (hors Suisse, Belgique, USA, Canada) nous consulter au 01 75 33 70 37.

DE 300 PAGES NOUVEAUTÉS

VIVE LA VIE DE CHĂ‚TEAU !

Mode de règlement choisi : Chèque bancaire ou postal Ă l’ordre de ELLE DÉCORATION N° Expire fin :

EN ROUTE POUR LE CHETTINAD ET SES PALAIS (p. 76) Quand partir ? D’aoÝt à mars avant les fortes chaleurs. Comment y aller ? Prendre un vol pour Paris/Chennai, puis un autre pour Madurai. Compter deux heures de route pour atteindre Kothamangalam. OÚ loger ? Dans l’hôtel de charme Saratha Vilas (photo), situÊ idÊalement pour dÊcouvrir le patrimoine architectural de la rÊgion. Soigneusement restaurÊ, ce palais construit en 1900 par un marchand tamoul tÊmoigne du riche passÊ de la communautÊ Chettiar. Chambre double à partir de 110 ₏. O Infos et rÊservation par mail sarathavilas@gmail.com et sur sarathavilas.com

ELLE DÉCORATION PRÉCISE Suite Ă la parution de l’article intitulĂŠ “Jardins d’Êdenâ€? dans notre n° 282 (p. 71), nous prĂŠcisons qu’à l’ouverture de l’hĂ´tel Mandarin Oriental, Paris, en 2011, c’est l’agence Neveux-Rouyer qui a conçu le jardin intĂŠrieur et les espaces extĂŠrieurs. Depuis, le paysagiste Christophe Gautrand a repensĂŠ les terrasses de deux des suites signature, imaginĂŠ un comptoir d’herbes aromatiques sur le toit et crĂŠĂŠ la terrasse de la toute nouvelle suite signature, l’Appartement Parisien.

M

M

A

A

Date et signature obligatoires

Mme Nom : Mlle Mr N°/Voie :

PrĂŠnom :

Cplt adresse : Code postal :

Ville :

Je laisse mon adresse email pour recevoir toutes les informations liĂŠes Ă mon abonnement Email : <R b^dVMWcR ĹšcaR W]S^a\Ĺ˜ R QRb ^ĹŞ aRb P^\\RaPWMZRb QR 6ZZR 5Ĺ˜P^aMcW^] <R b^dVMWcR ĹšcaR W]S^a\Ĺ˜ R QRb ^ĹŞ aRb P^\\RaPWMZRb QRb _MacR]MWaRb QR 6ZZR 5Ĺ˜P^aMcW^]

N° TÊl.

Pour tout renseignement concernant votre abonnement, appelez-nous au 01 75 33 70 37 TARIFS ABONNEMENTS ÉTRANGER : • Suisse 9 nos + 1 hors-sĂŠrie : 75 CHF - Bulletin d’abonnement et règlement Ă renvoyer Ă : DYNAPRESSE MARKETING SA, 38 avenue Vibert, CH - 1227 Carouge. TĂŠl : 022 308 08 08 - e-mail : abonnements@dynapresse.ch. • Belgique 9 nos + 1 hors-sĂŠrie : 50 â‚Ź - Bulletin d’abonnement et règlement Ă renvoyer Ă PARTNER PRESS - 11 rue Charles ParentĂŠ 3adgRZZRb TĂŠl : (02) 556 41 40. Par chèque bancaire ou virement bancaire compte - N°: 210-0980879-67. • USA 9 nos + 1 hors-sĂŠrie. Nous consulter Ă : ELLE DECORATION - USACAN Media Corp. 123A Distribution Way Building H-1, Suite 104 Plattsburgh, NY 12901 - TĂŠl : 1 800 363-1310. • Canada 9 nos + 1 hors-sĂŠrie. Nous consulter Ă : ELLE DECORATION PΧ^ 6g_aRbb ?MU

adR >MaaRh 2]X^d CdĹ˜ORP : < > TĂŠl : (514) 355 33 33 - e-mail : Rg_b\MU̓Rg_aRbb\MU P^\ BaWg QR eR]cR R] YW^b`dR 6>>6 5Ĺ˜P^aMcW^] Rbc Ĺ˜QWcĹ˜ _Ma 4?; BdOZWbVW]U AĹŞ aR eMZMOZR \^Wb aĹ˜bRaeĹ˜R Mdg ]^deRMdg MO^]]Ĺ˜b QR 7aM]PR \Ĺ˜ca^_^ZWcMW]R 2_aĹ?b R]aRUWbcaR\R]c Qd aĹ?UZR\R]c aĹ˜PR_cW^] Qd er ]d\Ĺ˜a^ b^db bR\MW]Rb \MgW\d\ > R]e^W QR e^caR OdZZRcW] eMdc _aWbR QR P^]]MWbbM]PR Rc MPPR_cMcW^] QRb 48H MPPRbbWOZRb bda fff XR\MO^]]R Sa 2O^]]R\R]c aĹ˜bWZWMOZR ÄĽ c^dc \^\R]c aR\O^dabR\R]c QRb ]d\Ĺ˜a^b ]^] aRĹ‘db 6] PMb QR ZWcWUR e^db _^deRj bMWbWa ZR \Ĺ˜QWMcRda QR ZM P^]b^\\McW^] ?65;4KE O^dZReMaQ QR 4ZWPVh BMaWb ^d S^a\dZMWaR bda fff \RQWPhb Sa H^db QWb_^bRj Q d] Qa^Wc QR aĹ˜caMPcMcW^] _R]QM]c X^dab M_aĹ?b aĹ˜PR_cW^] Qd er ]d\Ĺ˜a^ bMdS ^ĹŞ aR Í„ ]d\Ĺ˜aW`dR PS S^a\dZMWaR QR aĹ˜caMPcMcW^] ÄĽ MQaRbbRa bda fff XR\MO^]]R Sa H^Wa ]^b 48H fff XR\MO^]]R Sa DRc^da QRb ]d\Ĺ˜a^b QĹ˜XÄĽ aRĹ‘db ÄĽ e^b SaMWb 4Rb Q^]]Ĺ˜Rb b^]c QRbcW]Ĺ˜Rb ÄĽ 4?; BdOZWbVW]U Rc ÄĽ bRb _aRbcMcMWaRb cRPV]W`dRb MĹŹ ] QR UĹ˜aRa e^caR MO^]]R\R]c Rc bW e^db h P^]bR]cRj ÄĽ bRb _MacR]MWaRb P^\\RaPWMdg ÄĽ QRb ĹŹ ]b QR _a^b_RPcW^] H^db _^deRj RgRaPRa e^b Qa^Wcb Q MPPĹ?b QR aRPcWĹŹ PMcW^] Q RĹŞ MPR\R]c Q ^__^bWcW^] ÄĽ ZM ZW\WcMcW^] Rc _^acMOWZWcĹ˜ QR e^b Q^]]Ĺ˜Rb MW]bW `d Md b^ac QR PRZZRb PW M_aĹ?b ZM \^ac ÄĽ Z MQaRbbR bdWeM]cR 4?; BdOZWbVW]U MeR]dR 2]QaĹ˜ ?MZaMdg >ReMZZ^Wb BRaaRc FĹ˜Z

^d _Ma R\MWZ ÄĽ MO^]]R\R]cbRZZRQRP^aMcW^]̓POM Sa H^Wa ]^caR PVMacR Q^]]Ĺ˜Rb _Rab^]]RZZRb fff XR\MO^]]R Sa 4?; BdOZWbVW]U D4E @M]cRaaR 3 FH2 7D


INTERVIEW HORS CADRE

MATHIEU LEHANNEUR

Un œil sur le futur Premier choc esthétique ? Dans la cour de mon école maternelle, un dôme de plusieurs mètres de diamètre abritait une lunette astronomique et nous étions invités parfois à y observer les étoiles. J’avais quatre ou cinq ans et je me souviens encore de Saturne, de la beauté de cette bille flottante entourée d’anneaux formant un disque.

Une source d’inspiration inépuisable ? Le temps. En manquer constitue le plus grand risque pour l’inspiration. Les idées en ont besoin pour éclore et se développer, c’est un cycle naturel de gestation. Avec du temps et une tête fertile, les idées pousseront toujours !

PROPOS RECUEILLIS PAR SOLINE DELOS

Le souvenir marquant de la maison de votre enfance ? La vigne vierge qui la couvrait, du sol au toit. Elle n’était jamais la même : vert tendre au printemps, vert foncé en été, puis elle opérait sa plus belle transformation à l’automne en enchaînant le jaune et le rouge en quelques semaines. C’était comme un tableau vivant.

Ce que vous rêvez systématiquement de changer quand vous arrivez chez quelqu’un ? La lumière. Il me faudrait une télécommande universelle pour ajuster toutes les luminaires au fil de la journée. La lumière du jour varie sans cesse alors que la majorité de nos lumières artificielles se contentent du « on/off ». J’ai toujours besoin de pouvoir contrôler les intensités en fonction des ambiances et de mes humeurs.

Si vous étiez un objet ? Je serais un airbag. J’apparaîtrais comme un éclair dans un souffle d’air et je sauverais des vies. Le livre d’art ou de design qui traîne sur votre table de nuit ? Il en traîne beaucoup. Si j’en prends quelques-uns au hasard, j’y trouverai des monographies de l’architecte designer Mario Bellini et de l’artiste suisse Urs Fischer ou un ouvrage sur les objets mathématiques. Vous faites un casse dans un musée, quel tableau emportez-vous ? Je commencerais par un tableau du Caravage, “Le Jeune Bacchus malade”, exposé à la Villa Borghèse à Rome. Il m’a toujours paru assez facile de voler dans cet endroit.

Un indispensable pour créer ? Un cerveau et des paupières pour fermer les yeux. Le compte Instagram que vous suivez ? @interestingengineeering, un compte sur l’art et les dérives de l’ingénieur. Une faute de goût assumée ? Les tissus à fleurs. Votre définition du beau ? Le beau, c’est le joli débarrassé du mièvre, le bon débarrassé de la morale, l’émouvant débarrassé du sentimental. * Jusqu’au 15 novembre 2020, rens. sur designiscapital.com

262 ELLEDECORATION.FR NOVEMBRE 2020

Votre toc déco ou design ? Glisser dans un projet une œuvre ou un objet de « pure civilisation » : un silex, une colonne antique, une tablette à l’écriture cunéiforme... Qu’importe le style, l’important est de toujours garder un œil sur nos origines.

Votre folie du moment ? Vous la découvrirez bientôt. Votre mentor ad vitam ? L’Américain Richard Buckminster Fuller (1895-1983). Un pur esprit, avec les deux mains dans le cambouis du monde. Il fut à la fois ingénieur, inventeur, penseur, designer, enseignant. Il est celui qui inventa les dômes géodésiques comme celui de ma cour de maternelle Q Ann Ray

A L’HONNEUR DANS L’EXPOSITION “DESIGNER(S) DU DESIGN” DANS LE CADRE DE “LILLE, CAPITALE MONDIALE DU DESIGN 2020”*, CET EXPLORATEUR VIENT D’OUVRIR DEUX ESPACES À NEW YORK.



dior.com – 01 40 73 73 73 – Photographie retouchée

COLLECTIONS ROSE DES VENTS ET MIMIROSE Or jaune, diamants, émeraudes, nacre et malachite.