Page 1


03

ÉCONOMIE

ÉDITO

JEAN-BERNARD BROS PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION DE PARIS DU PRG ADJOINT AU MAIRE DE PARIS

À

l’heure où les Français doutent tant de la politique et de sa capacité à changer la vie, les Radicaux de Gauche aiment à rappeler que l’histoire de leur parti est intimement liée à la construction de la République laïque et sociale. Les valeurs d’humanisme, de progressisme, de libertés, de réformisme, de solidarité et de laïcité ont été inventées et ardemment défendues par les Radicaux d’il y a un siècle, elles demeurent des repères d’avenir pour la majorité des Français. Ainsi les Radicaux ont-ils le devoir de participer selon leurs opinions aux échéances électorales de 2014. À Paris, nous, Radicaux de Gauche, avons contribué aux travaux de l’équipe municipale depuis 2001 sans dogmatisme, sans tabou ni excès, et en veillant à apporter toujours plus d’audace aux orientations de la majorité. Nous avons ainsi œuvré à toute occasion à la réinvention d’une Ville capitale par l’aide aux entreprises, aux commerces, aux associations, aux familles, aux usagers, enfin à tous les citoyens sans distinction. En 2014 comme en 2008 et en 2001, nous tenons plus que jamais à œuvrer pour le développement économique et le rayonnement de Paris et de sa métropole, libérer l’initiative, faciliter les déplacements dans le respect de tous les parisiens, assurer la mixité et la mobilité dans le logement. Nous défendrons également un urbanisme écologique qui investisse tous les espaces de la ville, des toits aux viaducs du métro et bien sûr la Seine. Nous voulons une ville jeune, innovante et connectée, qui bouge la nuit et encourage les cultures populaires. Nous voulons une ville plus sûre, plus solidaire et garantissant l’accès aux soins pour tous, un Paris exemplaire en matière de citoyenneté et de laïcité. C’est le sens des mesures résolument audacieuses présentées dans ce journal, résultat de plusieurs mois de préparation et d’échanges. Des propositions fidèles aux valeurs de Paris que nous vous invitons à porter avec les Radicaux de Gauche pour faire avec nous le Pari(s) de l’avenir !

Paris Metropole : une vision pour la ville

Dynamisme Economique et attractivitE internationale

Les conditions de la réussite de la métropole parisienne

Pour que Paris soit une chance pour les entrepreneurs

L

es enjeux de la réforme de la métropole de Paris sont importants. Derrière la question de la gouvernance, c’est notre vision de la ville qui est en jeu. La frontière physique et psychologique qu’incarne le périphérique doit progressivement être estompée. Ce n’est pas seulement une question d’aménagement et d’attractivité de notre territoire. Ce qui se joue ici, c’est notre capacité collective à construire un nouveau modèle urbain qui mêle dynamisme, innovation et solidarité territoriale. Pour cela, trois valeurs qui nous sont chères devront guider les pouvoirs publics : l’optimisation de l’action publique locale, l’attachement au lien démocratique avec les citoyens et l’équité territoriale avec l’ensemble du territoire régional. Mais la réforme territoriale ne suffira pas. C’est au quotidien, au travers de projets concrets, que cette relation nouvelle entre Paris et sa banlieue doit être éprouvée.

Des projets concrets pour donner du sens au fait métropolitain

L

es Radicaux sont profondément attachés à la notion de service public. Aujourd’hui, l’usager des services publics locaux est profondément métropolitain. Qu’une demande de logement social par exemple soit effectuée selon des procédures et interlocuteurs différents entre communes de la métropole, nous parait inadapté et contre-productif. C’est pourquoi nous voulons construire une véritable Métropole des services publics. Accès aux logements sociaux, politique de l’eau, gestion des déchets, parcours d’accès aux soins et à la prévention, tarification culturelle... etc, notre programme comporte de nombreuses propositions en ce sens. Nous portons également cette ambition au travers de grands projets fédérateurs pour l’ensemble de la Métropole comme l’organisation d’une exposition universelle sur le périphérique.

Le saviez-vous ? Si la subdivision de Paris en 20 arrondissements date de 1859, Paris n’a atteint son périmètre actuel qu’en 1954. En 1925, 1929 et 1930, la Ville de Paris avait ainsi absorbé les Bois de Boulogne et de Vincennes ainsi que certains territoires des communes de Boulogne, Issy-les-Moulineaux, Malakoff, Vanves, Montrouge, Gentilly, Levallois-Perret, Clichy, Saint-Ouen, Saint-Denis, ...

N

otre projet économique pour Paris s’articule autour de trois axes : soutenir l’emploi à travers le développement des PME et des TPE, offrir plus de liberté aux entrepreneurs et aux salariés, valoriser et encourager l’entreprenariat.

Faire Grandir Paris via referendum

NOS PROPoSITIONs

Assister les entreprises étrangères dans leur recherche de logements et de bureaux temporaires adaptés, ainsi qu’un soutien administratif et linguistique

L

04/

Les Parisiens et les Franciliens ont besoin de projets identitaires et structurants. Ainsi, nous proposons que la Métropole et l’État portent un dossier de candidature commun pour l’organisation d’une Exposition Universelle à Paris en 2025. L’Expo se tiendrait sur le boulevard périphérique, partout où il est techniquement possible de le couvrir d’équipements, de logements, de jardins et de monuments. Tous les Franciliens œuvreraient ensemble à la réalisation d’une idée ambitieuse et durable pour le rayonnement de Paris. La réalisation permettrait d’accélérer les calendriers des programmes engagés et de moderniser nos équipements (transports, etc). L’impact pour toutes les entreprises et l’emploi serait non négligeable et le financement de la construction des pavillons et des monuments serait pris en charge par les pays participants.

Repenser la carte des zones touristiques et autoriser l’ouverture des magasins 12 dimanches PAR an

Une bourse des boutiques éphémères : place aux jeunes créateurs

Permettre aux jeunes créateurs de s’installer temporairement dans les locaux vacants, après paiement d’un loyer symbolique, et dans l’attente d’une occupation pérenne de ces locaux

Définir des plans de création dans les quartiers les moins pourvus de Paris, notamment en périphérie, par la pratique de loyers à prix réduits

“ Souhaitez-vous que votre commune devienne un des nouveaux arrondissements de la ville et du département de Paris ? ”

Une exposition Universelle à Paris

Redynamiser les commerces de quartier

05/

L’an 3 des entreprises

Création d’un dispositif de conseil stratégique et d’accompagnement personnalisé (RH, recrutement, comptabilité, …) à destination des entreprises entrant dans leur 3ème année d’exercice, étape décisive de leur croissance

Un “ Welcome desk ” pour aider les entreprises étrangères à s’implanter à Paris

01/

a Métropole est en passe de devenir un espace de coordination et de mutualisation des politiques publiques à l’échelle du Grand Paris. Pour aller plus loin, les Radicaux de Gauche proposent que soit organisé un cycle de débats et de conférences publiques, conclu par des référendums locaux dans toutes les communes limitrophes de Paris avec pour question :

02/

07/

03/

Instaurer un droit de préférence au locataire commerçant

Instaurer ce droit en cas de vente des locaux par le propriétaire, avec une obligation de proposition de vente au commerçant afin de maintenir des activités commerciales de proximité

Maintenir une fiscalité attractive pour les entreprises Maintenir le taux actuel de la CFE (Cotisation Foncière des Entreprises) et ses niveaux d’imposition

Repenser la carte des zones touristiques (qui permet l’ouverture de commerces le dimanche dans certains quartiers, aujourd’hui au nombre de sept), en respectant le dialogue social constitue une étape incontournable pour renforcer l’attractivité touristique de la Capitale. Cette réflexion devra prendre en compte la place des petits commerces et organiser les contrôles auprès

06/

Création de clusters thématiques pour les PME Création d’une autorité coordinatrice incitant les PME à se rassembler en groupements occasionnels afin de pouvoir répondre ensemble à des appels d’offres trop lourds pour des PME isolées

08/

Une journée de l’entreprenariat

Sensibiliser les plus jeunes à la création d’entreprise

des établissements qui ne respecteraient pas la loi. Par ailleurs, les magasins situés en dehors de ces zones ont aujourd’hui la possibilité d’ouvrir 5 dimanches par an. Ce n’est pas assez. Nous proposons ainsi que l’ensemble des commerces parisiens hors zone touristique puissent ouvrir un dimanche par mois, soit 12 dimanches par an.

LE TOURISME 1er pilier de l’économie parisienne

8%

du PIB de Paris

1/10 Pour une capitale mondiale attractive et dynamique

P

aris est la première destination touristique mondiale avec 30 millions de visiteurs. Plus de 13% des Parisiens vivent du tourisme de manière directe ou induite, ce qui fait de l’industrie touristique le premier poste d’emploi et de création de richesse de la capitale. Face à une concurrence mondiale de plus en plus agressive, nous entendons maintenir notre position de ville leader dans ce secteur.

NOS PROPoSITIONs

01/

Un hôtel gros porteur

Paris doit faire face aujourd’hui à une forte concurrence pour l’organisation des congrès internationaux. Il manque sur son territoire un hôtel gros porteur de 2000 chambres

02/

Créer un espace d’accueil sous la Tour Eiffel

Création, sur l’exemple du Musée du Louvre, d’un vaste espace situé en «sous-sol» de la Tour Eiffel afin d’améliorer l’accueil des visiteurs

03/

Un guichet pour le droit aux vacances

Instaurer un guichet unique pour l’aide au départ en vacances afin de dispenser une information plus visible à destination des Parisiens concernés par ces dispositifs

Parisiens travaille pour ou grâce au tourisme

8 milliards

d’euros de retombées économiques globales


04

TRANSPORTS

TRANSPORTS

ameliorer LES deplacementS de tous les Parisiens

05

NOS PROPoSITIONs

Quelle est la position des Radicaux de gauche concernant la politique des déplacements en 2014 ?

C’

est d’abord une question de philosophie : penser les moyens de transport comme n’étant pas concurrents mais complémentaires et leurs usagers non pas comme des adversaires mais plutôt comme des partenaires. Connaissezvous un scootériste qui ne soit jamais piéton ou un cycliste qui n’ait jamais été conducteur ou passager d’une automobile ?

04/

En fonction des usages, des périodes de la vie, des circonstances ou des exigences de la vie professionnelle ou des loisirs, chacun de nous est amené à être usager de tous les modes de transport. C’est pourquoi nous pensons qu’il est inutile d’opposer les usagers entre eux.

Un “ Paris-Phérique ” au-dessus de la métropole

01/

Mais comment réguler le trafic et améliorer la mobilité de chaque usager ?

D

epuis 2001, les couloirs de bus, les pistes cyclables, de nouveaux modes de transports en commun (tramway, etc.) ou individuels mais partagés (autolib’, vélib’, etc.) mais aussi la fermeture des voies sur berges, ont dessiné un nouveau partage de l’espace public, jusqu’alors monopolisé par l’automobile. Nous devons convaincre les automobilistes de moins utiliser leur voiture mais sans les contraindre.

Nous devons aussi initier une négociation avec les entreprises sur la mobilité des salariés et leurs horaires, ainsi que sur les livraisons. Aujourd’hui, la mobilité dans l’agglomération parisienne est multimodale (y compris fluviale) et la politique des transports de Paris doit ainsi mieux prendre en compte l’avis de ses multi-usagers pour leur offrir des alternatives adaptées.

Un téléphérique urbain, le « Paris-Phérique » sera un symbole fort pour Paris Métropole et un moyen innovant pour relier, au-dessus du périphérique ou des nœuds ferroviaires, une zone touristique dense, un quartier comme la Porte de Versailles ou les nouvelles ZAC et les communes limitrophes

02/

06/ 05/

SUPER PASS

LE PASS NAVIGO UNIVERSEL Créer

Un seul Pass Navigo permettra aux abonnés d’utiliser partout les métros, bus RER, Vélib’, Autolib’ et Scootlib’

03/

Scootlib’, un service de scooters électriques

Créer Scootlib’, un service de scooters électriques non polluants en libre-service à location de courte durée avec un réseau de stations dans les gares et les parkings parisiens et en proche banlieue

I

Pour cela, il est nécessaire de prendre en compte la modification des usages depuis 2001, notamment la forte hausse des deux-roues motorisés parallèlement à la baisse du nombre d’immatriculations automobiles. Nous devons réduire les risques et les nuisances. Cela passe par des mesures qui ne sont pas spectaculaires mais indispensables comme la rénovation de la chaussée ou du mobilier urbain.

Nous devons également encourager les dispositifs de partage des modes de transport en allant plus loin avec la création de Scootlib’, un dispositif de scooters électriques en libre-service, sur le même modèle que Vélib’ et Autolib’. Le principe en a déjà été testé par la SNCF et peut être très utile pour toutes les personnes amenées à se déplacer fréquemment et rapidement dans Paris pendant leur journée de travail. Par ailleurs, il convient de pour suivre le plan de stationnement des scooters et de le rationaliser avec des marquages au sol.

Pour lutter contre l’accidentologie, notamment des deux roues, mais aussi pour limiter les nuisances, la chaussée parisienne doit être rénovée avec de nouveaux revêtements atténuant les niveaux sonores du trafic et favorisant une meilleure adhérence des véhicules

Faire des taxis métropolitains à couleur unique et augmenter le nombre de taxis de 19 400 à 25 000 (avec la mise en place d’un fond d’indemnisation pour les chauffeurs de taxis selon la date d’achat de leur licence)

10/ 08/

Faut-il interdire la circulation des véhicules de plus de 10 ans ?

N

on, car cela pénaliserait d’abord nos concitoyens les plus modestes. Mieux vaut inciter à la conversion du parc en véhicules électriques par exemple. La création d’un péage urbain est également à proscrire car interdire Paris à nos voisins de quelque manière que ce

soit, à l’heure même où nous voulons faire tomber les frontières du périphérique, serait une erreur. Il faudra aussi offrir la possibilité de circuler en soirée dans notre Ville, dans de bonnes conditions, en transports en commun ou en taxis, pour limiter l’usage des véhicules privés.

09/

UNE CONFÉRENCE PERMANENTE DES DÉPLACEMENTS DANS LE CADRE DE PARIS MÉTROPOLE

Cette conférence étudiera les mesures nécessaires pour faciliter la circulation des Parisiens et des Franciliens, la sécurité et le stationnement ainsi que la réduction de la pollution. Elle réunira notamment Paris et les communes membres de Paris Métropole, la Région Île-de-France et le STIF, les associations des usagers des transports en commun et de l’automobile, la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC), les associations de cyclistes, les représentants de salariés et d’entrepreneurs

UNE PETITE CEINTURE “ VERTE ”

La petite ceinture doit être consacrée aux circulations douces, piétonnes et cyclistes, aménagée en coulée douce, végétalisée, parsemée d’équipements sportifs, d’établissements de loisirs et de lieux de convivialité, à la discrétion des arrondissements

INTENSIFIER LE TRANSPORT FLUVIAL DE MARCHANDISES

La Seine accueillera une flotte de bateaux électriques et de petits véhicules électriques pour livrer quotidiennement les commerçants et les artisans des produits nécessaires à leur activité

UNE CHAUSSÉE RÉNOVÉE ET SÉCURISÉE

07/

DES TAXIS MÉTROPOLITAINS, PLUS NOMBREUX ET PLUS VISIBLES

concrètement quelles sont ces alternatives ? l faut améliorer la qualité du transport des usagers des métros et RER, accroître et sécuriser la cadence, la desserte, les amplitudes horaires, y compris nocturnes. Nous devons proposer à chaque fois que cela est possible des alternatives à la circulation automobile mais nous devons rendre celle-ci la plus fluide possible lorsqu’elle est indispensable.

Une prime à la casse devra inciter à abandonner les véhicules les plus polluants. À horizon 2020, une voie du boulevard périphérique et des autoroutes franciliennes seront réservées aux voitures circulant avec 3 personnes minimum, aux taxis et aux véhicules propres

Des métros la nuit

Ouvrir le réseau de métro jusqu’à 2h du matin 7 jours sur 7 sur toutes les lignes et toute la nuit sur les lignes principales (14, 1 et 7) les jeudi, vendredi et samedi, dans le cadre d’un dialogue constructif sur les conditions de travail

Une prime à la casse et voie réservée aux véhicules non polluantS

PROMOUVOIR L’accessibilité À VENIR des stations de métro AUPRÈS DES personnes en situation de handicap

11/

Publication par la RATP du calendrier prévisionnel de mise en accessibilité des stations de métro pour permettre aux personnes en situation de handicap de planifier leur emménagement


06

le logement

le logement

logement : priorite a la mobilite et a la mixite

attribution de logements : efficacité et transparence

L’

attribution des logements sociaux se fait aujourd’hui via des commissions d’attribution. Les élus, excepté pour signaler les dossiers les plus compliqués, n’interviennent pas dans le mécanisme de désignation.

L’accès à un logement digne à un coût raisonnable, qui puisse répondre aux évolutions de chaque situation personnelle et familiale, constitue l’une des préoccupations majeures des Parisiens. Malgré un volontarisme certain et des moyens déployés considérables, une marge de progression importante demeure quant à la production de logements, la qualité et la diversification de l’offre, la nécessaire mixité sociale à sauvegarder dans certains quartiers, ou encore l’accès au logement public.

Pourtant, l’ensemble des élus, qu’ils soient Conseillers d’arrondissement, Adjoints, Conseillers de Paris, Maires ou parlementaires, consacrent une très grande partie de leur activité à recevoir des demandes de logement et à les signaler aux commissions. Nous proposons un dispositif de « scoring » ainsi que la fusion des Commissions d’attribution (Arrondissement, Ville, Préfecture et Région) au sein d’une seule commission, pour une meilleure lisibilité et une répartition géographique plus équilibrée des attributions.

mobiliser le parc de bureaux vides

LE LOGEMENT en chiffres

70%

20%

Pour une autorité organisatrice du logement à l’échelle régionale

de la densité géographique, des types de logement ou de leur répartition sur le territoire. L’absence de démarche commune aboutit à une répartition du logement en Île-de-France qui n’est pas optimale. Comment fonctionnerait cette structure ?

c’est la part de logements sociaux que Paris atteindra en 2014 avec 6 ans d’avance sur l’objectif fixé par la loi SRU.

des parisiens sont éligibles au logement social.

Comment améliorer la production et la répartition des logements à Paris ?

Le délai d’attente moyen pour un logement social à Paris est de

7,8 % de logements

vacants à Paris

La question du logement ne peut plus aujourd’hui être traitée à l’échelle stricto parisienne. Les seuls 72 km2 que compte la capitale doivent être dépassés afin que des objectifs ambitieux soient portés et qu’une offre de logement adaptée soit proposée.

6 ans

Depuis plusieurs années, nous plaidons pour la mise en place d’une Autorité régionale organisatrice du logement. Aujourd’hui, Paris et les communes voisines construisent, sans réelle vision globale, que ce soit sur la question

NOS PROPoSITIONs

01/

Inciter à la mobilité dans les logements du parc social

en favorisant la création de bourses d’échange d’appartements au sein d’un même bailleur social et dans un second temps, entre les différents bailleurs sociaux via une politique volontariste d’incitation aux échanges

03/ 02/

07

Mise en place.... d’un dispositif de “ scoring ”

qui classe anonymement chaque demande par ordre d’urgence en prenant en compte les critères de revenu, d’éloignement du lieu de travail, de situation familiale et d’ancienneté de l’inscription

Elle sera chargée de la programmation et de la territorialisation des 70 000 logements annuels inscrits dans la loi du Grand Paris, en coordination avec le SDRIF (Schéma directeur de la Région Île-de-France). Elle sera notamment destinataire des prélèvements versés au Fonds d’aménagement urbain, au titre des sanctions financières que payent les communes lorsqu’elles ne respectent pas leurs obligations de construction de logements sociaux. Elle serait ainsi un opérateur en capacité d’agir massivement et concrètement aux côtés de la Ville de Paris. Ce sera à la nouvelle majorité municipale d’initier la dynamique.

Réguler le marché de la location meublée touristique et de courte durée en délivrant aux propriétaires un agrément limité à deux appartements maximum, soumis à une taxe de séjour

05/

04/

Développer un dispositif d’ anonymat

Développer un dispositif assurant l’anonymat des dossiers de demandes de logement social afin de prévenir toute politique potentiellement clientéliste ou discriminatoire

L

es bureaux et espaces vides constituent une réalité inacceptable dans une ville où la demande en logements et en espaces commerciaux est aussi forte. Ils sont souvent vétustes et inadaptés mais constituent un parc de logements potentiels. La rénovation de ces bureaux, que ce soit pour de la transformation en logements ou de la modernisation, doit être fiscalement et réglementairement incitée. Ainsi, la responsabilisation du propriétaire doit être totale.

Le saviez-vous ? Le prix du m2 à Paris est en moyenne de

Nous interpellerons le Gouvernement afin qu’il inscrive à l’ordre du jour du Parlement un projet de loi intensifiant des mécanismes incitatifs, comme des exemptions fiscales, pour les propriétaires qui rénoveraient leurs bureaux ou les transformeraient en logements. Parallèlement, les Radicaux de Gauche (qui ont soutenu au Sénat l’alourdissement de la taxation des logements vacants), vont promouvoir la création d’une taxe foncière graduelle applicable aux baux commerciaux dont la vacance est supérieure à un an.

Modifier le dispositif de surloyer

afin que le loyer plafond se rapproche davantage de celui du marché local privé

Afin de détacher au maximum la question des attributions de logement de l’action politique des élus, nous demandons la création d’un “Guichet unique d’information et de réception des demandes” par mairie d’arrondissement, sur le modèle de ce qui est fait pour les pièces d’identité en Préfecture.

07/ 06/

imposer aux promoteurs de s’engager sur un prix maximum de vente

et sur un pourcentage de logements à moins de 20 euros le m² dans tous les programmes immobiliers privés neufs dans Paris

Une SEM metropolitaine du logement social

Chargée d’affecter des logements selon des procédures unifiées et coordonnées à l‘échelle métropolitaine

8 260 € par m2

vente à la découpe : la ville peut agir

L

es ventes à la découpe sont violentes. Ces projets créent des situations très compliquées pour la municipalité, amenée de plus en plus à intervenir pour remédier aux situations les plus difficiles. La vente à la découpe consiste pour les investisseurs immobiliers à acheter des immeubles entiers puis à les revendre, appartement par appartement, en vue d’en retirer une plus-value. Cette pratique a été favorisée par une défiscalisation des ventes de biens immobiliers votée en 2002 grâce à la suppression de l’impôt sur les bénéfices. Le propriétaire s’appuie sur le dispositif du congé-vente afin que, 6 mois avant la fin du bail, le locataire reçoive une notification de congé pour vente  : son bail ne sera pas renouvelé. Prioritaire pour acquérir le bien, le locataire se voit proposer de racheter son logement. Mais, du fait des prix actuels du marché, les familles en sont le plus souvent incapables et se retrouvent alors évincées d’un habitat occupé parfois depuis des années. Aujourd’hui, la préemption, bien que très coûteuse pour la municipalité, représente le seul outil efficace dont dispose la Ville de Paris pour lutter contre cette spéculation. Les Radicaux de Gauche proposent que la Ville de Paris intervienne auprès de l’État pour légiférer afin d’encadrer les « congés-ventes », principal mécanisme suscitant des ventes à la découpe.

08 /

Augmenter de 25% le montant du prêt à taux 0% de la ville de Paris

en proposant une modification des conditions d’obtention. Nous proposons d’augmenter de 25 % le montant du prêt à taux zéro afin de compenser la diminution de l’amplitude des prêts bonifiés ministériels et de faciliter l’accession à la propriété. De plus, nous souhaitons l’ajout d’une condition en matière d’optimisation énergétique (réserver l’obtention du prêt à l’achat de logements classés entre le niveau A et le niveau D)

09/

Développer la colocation intergénérationnelle en renforcant le soutien aux associations de colocation intergénérationnelle et en initiant une campagne de communication sur leurs actions et dispositifs


08

ÉCO-URBANISME

SÉCURITÉ

L’urbanisme de demain s’Ecrit dEs aujourd’hui Construire le Paris de l’avenir, c’est savoir trouver le juste équilibre entre la mise en valeur d’un patrimoine architectural exceptionnel et une transformation urbanistique ambitieuse. En axant notre réflexion sur la qualité environnementale, la préservation du charme de notre Ville et l’audace architecturale qui la redessine, nous souhaitons promouvoir un urbanisme innovant.

Lancer un vaste “ Plan Lumière ”

A

ujourd’hui, Paris doit de nouveau être pionnière en matière de mise en valeur nocturne et de maitrise énergétique et esthétique de son éclairage. Un vaste plan lumière doit être initié pour permettre une meilleure mise en valeur des sites les plus prestigieux mais aussi des quartiers et des grands axes. Véritable réflexion sur l’évolution de l’éclairage fonctionnel, le plan lumière donnera un nouveau visage à la Cité en s’appuyant sur les nouvelles technologies. Dynamiser la création autour de la mise en lumière des bâtiments ou monuments, intégrer les nouvelles possibilités techniques en matière électrique, améliorer l’utilisation de la lumière dans un souci de développement urbain et social, réduire les consommations énergétiques des lampes et les pollutions nocturnes constituent les principaux défis à relever en la matière. Matériau proprement dit et composante d’urbanisme, la lumière n’est plus uniquement sécuritaire. Ainsi l’utilisation de la lumière est désormais tournée vers la mise en scène du bâti et du patrimoine. Cette tendance démontre l’intérêt d’une approche différente de l’espace urbain à travers une nouvelle forme d’art comme en témoigne les événements de type nuit blanche.

“ Horizons viaducs ” : valoriser un patrimoine remarquable et atypique

A

u même titre que l’anomalie que représentaient les berges de Seine, souvent considérées comme une véritable autoroute urbaine, les espaces situés au-dessous du métro aérien ne sont aujourd’hui pas suffisamment entretenus et mis en valeur. Ils sont parfois même laissés à l’abandon au profit de parkings et de campements sauvages. La réappropriation de ces passages situés sous les viaducs des métros aériens doit constituer une priorité de l’action municipale. Nous souhaitons ainsi que la Ville initie une grande concertation avec l’ensemble des acteurs concernés en vue de l’aménagement de ces allées situées sous le métro aérien dans l’optique d’ «Horizon Viaducs », plan ambitieux de mise en valeur et d’homogénéisation de ces espaces au profit de lieux de création, de pistes cyclables, d’espaces sportifs, d’espaces végétalisés, de commerces originaux ou encore de commerces éphémères.

Le saviez-vous ? Le saviez-vous ? « Ville Lumière », Paris doit ce titre pour avoir été la première capitale à équiper ses rues de l’éclairage au gaz au XIXe siècle.

Les viaducs parisiens sur lesquels passent les lignes de métro aérien s’étendent sur 7,2 km, traversant notamment des quartiers aussi divers que Stalingrad, La Motte Picquet Grenelle ou Bercy.

Moins de publicité dans la ville pour une qualité de vie améliorée

L

a lutte contre la place toujours grandissante de la publicité dans la cité est un combat historique des Radicaux de Gauche, notamment sur la base du principe de laïcité. La Ville de Paris doit porter une politique exigeante et ambitieuse, comme elle l’a fait via l’adoption de son règlement local de publicité en 2011. Elle doit également

NOS PROPoSITIONs

être en capacité de saisir l’État, les autres collectivités et institutions, afin d’avancer concrètement sur cet objectif de réduction de la publicité dans notre ville. La RATP par exemple, partenaire incontournable en la matière, assure une mission de service public dont le seul objectif doit être le transport des voyageurs dans les meilleures conditions. Les publicités dans le métro ajoutent une pression supplémentaire sur l’ensemble des usagers et c’est en ce sens que la Ville de Paris doit faire preuve d’exigence.

Les questions liées à la prévention et à la sécurité font partie des préoccupations majeures des habitants des grandes villes. Même si elle n’est pas une prérogative municipale mais nationale, la sécurité des Parisiennes et des Parisiens reste au cœur des politiques déployées par la Ville de Paris.

04/

Interdire l’installation de bâches publicitaires sur les monuments historiques

05/

Supprimer tous les panneaux publicitaires de plus de 2 m² dans l’espace public

A

fin de trouver des solutions aux problèmes de sécurité, il convient de bien connaître le type de délinquance, son évolution et le nombre des faits relevés. Actuellement ces données ne sont pas toujours accessibles ou connues.

De nouveaux pouvoirs de Police pour le Maire de Paris

P

Nous proposons la refonte du service de l’Observatoire de la tranquillité publique vers un « Observatoire de la délinquance parisienne et métropolitaine », véritable outil au service de la décision publique. Il serait capable d’utiliser les données des différentes institutions et de publier une production statistique fiable et performante.

lacer les questions de stationnement, de circulation et le règlement de petites nuisances sous la responsabilité du Maire.

Le saviez-vous ? Allo 75 : un numéro vert pour mieux prendre en charge les demandes des habitants

L

es Parisiennes et les Parisiens sont confrontés chaque jour à de nombreuses incivilités, conflits de voisinage, dégradations de voirie… Leur répétition peut favoriser un climat et un sentiment d’insécurité, tout particulièrement dans les quartiers difficiles de la capitale. Nous proposons la création d’un numéro vert « Allo 75 », ouvert toute la nuit à partir de 18h jusqu’à 6h, pour relayer les demandes du public vers les services de la Ville : voirie, propreté, protection, médiation ainsi que vers la Police Nationale.

03/

Un Observatoire de la délinquance parisienne et métropolitaine

Les contours du partenariat avec l’ensemble des acteurs mobilisés sur le sujet, et en tout premier lieu l’État, devront en ce sens être réinterrogés et redéfinis.

Réglementer l’usage des panneaux Écrans à Cristaux liquides LCD et limiter leur installation dans les transports publics parisiens

Redistribuer 50 % des panneaux des réseaux de transport public au profit de nouveaux espaces d’expression artistique, mais aussi de l’affichage municipal, de l’information associative et culturelle, de la publicité commerciale à caractère local (commerces ou services de proximité)

Travailler avec le STIF (Syndicat des transports d’Île-de-France) à l’interdiction au sein de son réseau de transport, des publicités pour des marques de boissons alcoolisées

Une politique de sEcuritE et de pREvention renouvelEe

02/

01/

09

À Paris, le Préfet de Police détient un pouvoir de police général et exerce les fonctions dévolues aux maires des communes de plein exercice. Il dispose d’un pouvoir de police administrative générale (délivrance des titres administratifs, Carte Nationale d’Identité, passeport, carte grise) et de pouvoir de police dans les domaines de la circulation et du stationnement notamment.

Il faut aujourd’hui clarifier ce fonctionnement afin que le Maire récupère certaines compétences de police et que la Police nationale puisse se consacrer pleinement à ses missions. La Ville pourrait ainsi répondre directement, et par ses propres moyens, aux demandes quotidiennes des Parisiens. Nous proposons de transférer les 2 000 Agents de Surveillance de Paris de la Préfecture de Police sous la responsabilité du maire de Paris afin de donner davantage de cohérence aux actions déployées sur le terrain.

Création d’une Police Touristique aux effectifs dédiés, qualifiés et spécialisés

F

ace aux problèmes de sécurité que rencontrent les visiteurs dans leur séjour à Paris, surtout sur des sites touristiques de forte affluence, sera crée une « brigade touristique » au sein de la police, à l’instar de ce qui existe déjà dans certaines destinations européennes. Cette brigade serait constituée d’agents de police spécialement formés à l’accueil et à la sécurité des touristes, notamment des étrangers, et disposerait d’une formation spécifique : langues étrangères (dont chinois, japonais, russe, arabe), connaissance pointue des pratiques des filières et réseaux mafieux de pickpockets, travail en réseau avec les professionnels du tourisme, la Ville de Paris et la Préfecture de Police.


10

Petite Enfance - ÉDUCATION

Santé/SPORT

Adapter Paris aux besoins des familles

L’innovation educative au service de la reussite de tous les Parisiens

La garde des enfants est une préoccupation majeure des familles parisiennes. Nous militons pour un service public de la petite enfance ambitieux, adapté à leurs besoins et répondant à l’exigence d’équité sociale.

10 Relais d’Assistantes Maternelles supplémentaires

NOS PROPoSITIONs 6000 nouvelles places en crèches

01/

en priorisant des places en horaires décalés ou élargis

03/

Doublement du nombre de Relais d’Assistantes Maternelles (de 10 à 20)

02/

Une charte d’accueil des auxiliaires parentaux pour mieux appréhender leur champ d’intervention

05/

L’école doit être au cœur de la promesse républicaine d’égalité des chances. Aux côtés de l’Éducation Nationale en charge des contenus pédagogiques, la Ville de Paris doit concourir à une offre d’activités périscolaires favorisant la réussite et l’émancipation de tous les jeunes Parisiens.

04/

Développer des “ Cafés Associatifs ” pour LES parents avec des espaces de jeux et des activités ludo-éducatives réservés aux tout petits

Réussir la réforme des rythmes scolaires dès 2013

NOS PROPoSITIONs

02/ 01/

03/ 07/

Création d’un espace petite enfance

9/

pour les tout-petits dans les bâtiments publics et parcs municipaux

Des visuels “ accessibilité poussettes ” sur les vitrines des restaurants et commerces concernés

Automatisation de l’ouverture des portes d’accès poussettes

Garantir un plafond de 14 élèves

des stations de métro parisiennes (nécessite actuellement l’intervention d’un agent RATP)

05/

par animateur d’activité périscolaire

Constituer une équipe d’animateurs remplaçants

pour éviter que les élèves ne se retrouvent sans encadrement

Un Parcours Musées parisiens

pour que chaque collégien puisse visiter les principaux musées de la ville au cours de sa scolarité

Si elle reste une compétence d’État, la politique publique de santé doit trouver dans l’action municipale l’impulsion nécessaire pour assurer sa proximité et son efficacité.

42% des Français ont déjà renoncé aux soins chez un spécialiste en raison d’un coût élevé

NOS PROPoSITIONs Création d’un “ répertoire santé et Accès aux soins ”

01/

02/

recensant les praticiens n’effectuant pas de dépassement d’honoraires. Il sera décliné par arrondissement et couplé avec un comparateur de prix fonctionnant par géolocalisation

L’accès aux soins pour tous constitue pour nous une question citoyenne, sociale et environnementale de premier ordre. C’est également dans le cadre de cette politique que nous défendons depuis plusieurs années l’expérimentation d’une salle de consommation à moindre risque (SCMR), l’accès à une contraception gratuite ou encore un volet Santé ambitieux dans l’Agenda 21 parisien.

Le saviez-vous ?

Redéfinition des territoires parisiens prioritaires

04/

création d’une journée parisienne de la prévention

création d’un incubateur “ m-Santé ” parisien

05/

07/

Un Pacte local contre le décrochage scolaire dans chaque arrondissement

associant Ville, Rectorat, Région, associations, parents d’élèves et enseignants pour prévenir les situations d’échec scolaire au collège et au lycée et accompagner les décrocheurs. Ce Pacte consistera en un contrat associant ses signataires sur des financements et des objectifs chiffrés

SPORT : une ambition capitale Le sport est un facteur de cohésion sociale et un véritable outil de politique publique. Cette nouvelle mandature doit voir l’amélioration de l’accès aux équipements sportifs et s’ouvrir aux nouvelles pratiques sportives.

LE SPORT EN CHIFFRES

développer l’hébergement médicalisé

via le maintien d’un pourcentage d’appartements de coordination thérapeutique dans les ensembles de logements sociaux et une augmentation des logements médicalisés d’urgence type Lits Halte Soins Santé

NOS PROPoSITIONs Des États généraux du sport

01/

L’ensemble des acteurs du sport seront invités à participer sur l’ensemble des enjeux (aspirations des usagers sur l’accessibilité, attributions de créneaux, subventionnement, pratiques amateurs, politiques de prévention, animations périscolaires, etc.)

04/

Le développement – de la pratique sportive aquatique sur la Seine

02/

> Accorder des dérogations à l’interdiction de baignade dans la Seine pour certaines compétitions sportives comme la Nage libre.

& clubs 2000 Associations 260 équipements 28 Piscines de sports sportifs municipales

03/

La création de nouvelles zones sportives

en sous-sols des jardins publics, sur les toits de bâtiments publics et sur les nouvelles zones permises par la reconquête des berges de Seine ou de la petite ceinture

> Créer des compétitions sportives internationales sur la Seine

De nouveaux Jeux parisiens de la jeunesse

Création d’un événement sportif européen fédérateur dédiés aux jeunes

création d’un chèque santé séniors

permettant aux résidents de 65 ans et plus sous conditions de ressources de bénéficier d’une aide supplémentaire annuelle de 200 € à l’acquisition d’une complémentaire santé

06/

spécialisé dans la mise en place d’applications, de plateformes et d’objets médicaux connectés

Repenser la cartographie de l’offre de soins de proximité

03/

pour informer dès le plus jeune âge sur les questions de prévention et santé en collaboration avec les centres de santé parisiens

Valoriser l’innovation éducative en promouvant dans chaque école des activités qualitatives et originales primées par un concours

Prendre en compte l’impact des nouveaux rythmes pour les professeurs

en leur facilitant l’accès aux structures de garde pour leurs jeunes enfants le mercredi

06/

au sein de chaque ludothèque parisienne

08/

Création d’un prix des meilleurs ateliers

04/

dans chaque arrondissement pour financer les projets pédagogiques et culturels des crèches et relais d’assistantes maternelles

Développer l’équipement en espaces de change et de toilette

Garantir un programme d’activités diverses et variées dans chaque école et assurer une vraie liberté de choix des élèves en les associant systématiquement aux programmations

Création d’un fonds d’initiative petite enfance

06/

À

partir de 2013, les enfants de primaire et maternelle bénéficieront de nouveaux rythmes scolaires leur permettant de réaliser des activités péri-scolaires gratuites de 15h00 à 16h30 les mardi et vendredi.

des initiatives nouvelles Pour la sante des parisiens

11

05/

Un soutien pour les clubs et équipes sportives féminines

en leur facilitant l’accès aux équipements et en renforçant le soutien financier

& 6 millions

06/

L’ouverture aux nouvelles pratiques sportives libres

Mise en place d’une Charte d’accompagnement des pratiques sportives urbaines libres (comme le Street Work out ou sports de glisse urbains)

d’entrées à la piscine par an équipements municipaux les plus usités


12

Culture

ATTRACTIVITÉ NOCTURNE

POUR UNE CULTURE DE PROXIMITE

DEmocratiser la nuit a Paris : c’est possible !

Les enjeux artistiques et culturels de demain trouveront forcément leurs sources dans le développement d’initiatives culturelles de proximité et le soutien aux professionnels du secteur.

Les Radicaux de Gauche proposent un ensemble de mesures visant à réveiller les nuits parisiennes.

Les cultures numériques devront également être traitées de manière centrale dans le cadre de la stratégie culturelle à venir.

Création d’un Festival parisien de la culture de proximité

L

a création d’un festival culturel annuel de proximité permettrait de créer du lien social dans les quartiers. Ainsi, ce festival pourrait s’étendre aux équipements culturels de la Ville. Sur le modèle de la dotation culturelle, nous proposons que la Ville alloue 1€ supplémentaire par habitant aux mairies d’arrondissement afin qu’elles organisent un événement culturel de proximité dans leurs quartiers, animé par des associations locales et des structures culturelles partenaires. Dans ce cadre, chaque arrondissement permettrait à ses artistes et à ses associations culturelles de se faire connaître en proposant aux habitants des animations gratuites ou à tarif préférentiel.

Un label “ équivalent Conservatoire ”

L

es conservatoires de la Ville sont saturés. L’inscription d’un nouvel élève relève chaque année du parcours du combattant pour les parents. De plus, les professeurs en nombre insuffisant, de même que les locaux souvent trop exigus ne permettent pas un accueil optimal des élèves. Nous proposons que, dans l’attente de la construction ou de l’agrandissement des conservatoires, la Ville aide au développement d’associations enseignant la musique en partenariat avec les professeurs des conservatoires et des centres d’animations. Ces dernières bénéficieraient d’un label « Équivalent Conservatoire ».

CR É A

T

O N I

À E MP O R T E R

L

es industries culturelles sont créatrices d’emplois et jouent un rôle fondamental dans la démocratisation de la culture.

Une ligne budgétaire doit être dédiée aux industries culturelles parisiennes au travers de : > la mise en place d’un centre de ressources pour les industries culturelles (pôle information, conseil aux entreprises et aux associations, bourses de locaux, etc.). > la création de pépinières d’entreprises culturelles à l’échelle de Paris Métropole, notamment dans le domaine du numérique et du design.

Promouvoir des structures culturelles innovantes : l’artothèque

L’

artothèque est une bibliothèque d’œuvres d’art. Les œuvres y sont prêtées pour un temps limité aux abonnés qui déposent à cet effet une caution. Nous proposons la création d’un réseau d’artothèques municipales, fonctionnant sur le fonds municipal d’art contemporain (FMAC).

Encourager le mécénat populaire culturel des “ Master class ” pour les scolaires

D

es institutions culturelles de la Ville, tel que le Forum des images, ont développé le système de «master class» afin de permettre aux Parisiennes et Parisiens qui le désirent d’assister à des cours particuliers dispensés par un professionnel du cinéma (réalisateur, comédien, producteur etc.). Ces «master class» connaissent un très grand succès mais s’adressent généralement à des adultes déjà avertis. Un partenariat liant les écoles et collèges aux institutions culturelles de la Ville permettra aux scolaires d’assister aux «master class» qu’elles accueillent. Certaines d’entre elles pourraient être dématérialisées et visionniées à distance par les personnes ne pouvant y assister.

Il faut accorder la priorité à l’installation d’établissements nocturnes sur les bords de Seine et tout particulièrement dans le cadre de l’aménagement des voies sur berges, pour favoriser une mixité des usages et des pratiques. Les lieux qui seront préssentis pour une future reconversion comme les Pavillons des Célestins Rive droite ou la culée du pont Alexandre III, devront être réservés à des projets centrés sur l’activité nocturne. Cela permettra de réduire le problème des nuisances sonores et d’offrir un cadre unique aux noctambules. Des « bateaux spectacles » pourront également y amarrer de manière ponctuelle ou à l’année.

Création de la fonction de “ Maire dE Nuit ”

C

hargé du dialogue avec les acteurs et les professionnels du secteur, la Préfecture de Police, les associations de riverains ou les organisateurs d’événements liés à la nuit.

ouvert 7/7 jusqu’à 2H

extension des horaires d’ouverture des établissements municipaux

N

ous proposons d’identifier des bibliothèques municipales situées à proximité d’universités ou dans des quartiers fréquentés en soirée. Nous en faciliterons l’ouverture nocturne certains soirs de la semaine. L’effort déjà initié sur les horaires d’ouverture des piscines doit quant à lui s’intensifier.

À E MP O R T E R

À E MP O R T E R

Faire des Bords de Seine, des “ zones franches ” de la nuit

Soutenir la création d’un centre de ressources, d’un cluster et de pépinières d’entreprises culturels

> la création d’un «Cluster culturel généraliste» sous la forme d’un pôle de compétitivité et incubateurs d’entreprises culturelles.

À E MP O R T E R

Paris doit pouvoir rivaliser, notamment avec Berlin ou Londres, en terme d’attractivité de sa vie nocturne. Les efforts entrepris suite aux États généraux de la Nuit doivent ainsi être poursuivis et amplifiés.

L

es Parisiens constatent que de plus en plus d’édifices culturels ou de lieux du patrimoine arborent des publicités géantes sur leurs façades durant leurs travaux de rénovation. Les Radicaux de gauche ont eu l’occasion, à différentes reprises, de demander une modification du code de l’urbanisme ou de s’opposer à l’omniprésence publicitaire dans les espaces publics. Toutefois, les besoins de financement des rénovations demeurent. Nous proposons que le prochain monument culturel municipal nécessitant une rénovation, fasse l’objet d’un « crowfunding » culturel. Cet appel au mécénat populaire culturel (financement participatif) serait effectué avec, en contrepartie, des visites privées et des invitations à des événements organisés sur le site rénové à destination des donateurs.

L’

Ouvrir le réseau de métro jusqu’à 2h du matin 7 jours sur 7 sur toutes les lignes et une toute la nuit sur les lignes principales (14, 1 et 7) les jeudi, vendredi et samedi, permettrait à la fois aux travailleurs concernés de regagner leur domicile et aux noctambules de bénéficier d’un réseau de transport nocturne adapté à leur rythme de sorties.

Mise à disposition nocturne des jardins municipaux

Favoriser l’insonorisation de lieux de diffusion musicale

N

P

ous favoriserons la mise à disposition de Parcs et jardins pour des soirées d’été en plein air animées par des associations parisiennes.

extension de l’offre de transports nocturnes : Des métros la nuit emploi de nuit n’est pas marginal : il concerne 1/3 des emplois et la moitié des Actifs parisiens.

13

Augmenter la fréquence des soirées nocturnes dans les musées

S

ur l’exemple du Palais de Tokyo ouvert en nocturne jusqu’à minuit tous les soirs, l’ouverture nocturne des musées doit se généraliser jusqu’à minuit voire au-delà, comme cela se fait dans le cadre des expositions à fort succès.

ar la mise en place d’un soutien financier pour la réalisation d’études des nuisances sonores effectuées par Bruit Parif, l’Observatoire du bruit en Île de France.


14

CITOYENNETÉ ET NUMÉRIQUE

laïcité

Un nouveau cap pour l’engagement citoyen Les Radicaux de Gauche souhaitent offrir à chacun les conditions de son émancipation et de sa participation à la vie de la cité, pour que tous s’y sentent respectés et intégrés. Après avoir concrétisé le chantier de la démocratie participative, la Ville de Paris doit engager celui de la démocratie délibérative. En effet, la démocratie de demain doit mieux partager le savoir, l’expertise et l’initiative, préalable à la décision publique. Ainsi nos propositions visent à la valorisation d’une démocratie numérique permettant à chacun de participer au débat public local et d’enrichir la réflexion municipale.

NOS PROPoSITIONs

01/

Un grand plan en faveur du service civique

> Expérimenter un service civique pour les jeunes Parisiens de 16 à 25 ans via la mise en place d’une convention associative pour accompagner les jeunes Volontaires > Création d’une bourse annuelle du service civique pour que les services de la Ville et les associations présentent leurs missions sur le parvis de l’Hôtel de Ville.

03/

Une démocratie numérique à construire

> Simplifier l’accès aux archives du Conseil de Paris et des conseils d’arrondissement

> Développer les consultations citoyennes en s’appuyant sur des applications mobiles dédiées et sur un réseau de bornes numériques > Inscription à l’ordre du jour du Conseil de Paris de toute question et proposition ayant recueilli 20 000 signatures sur un site Internet dédié

Des conseils de quartiers modernisés et légitimés

02/

> Création d’une web TV et d’une web radio municipales, des Conseils de quartier et des instances de démocratie locale. > Présentation annuelle en conseil d’arrondissement des bilans d’activité et de la programmation de chaque conseil de quartier > Création d’un site collaboratif par conseil de quartier.

04/

@ charte d’engagement au principe laïque

Mise en service de bornes interactives dans les stations de bus permettant un accès facilité à des informations relatives aux services publics et aux activités touristiques. Ce nouveau mobilier urbain permettra aux Parisiens de transmettre signalements et remarques à leur mairie d’arrondissement

La Ville de Paris doit :

> inciter les syndicats de copropriétaires n’ayant pas engagé les démarches administratives, pourtant gratuites, à permettre l’accès à la fibre optique de tous les locataires. > organiser le déploiement de la 3G et 4G dans les rames du métro et du RER et poursuivre le déploiement du WiFi dans l’espace public dans le respect de la charte d’exposition aux ondes électromagnétiques

02/

Accélérer la libération La des données Open Data

Mise en ligne généralisée des données Open Data et lancement d’appels à projets publics visant à imaginer de nouvelles applications et services utilisant ces données

03/

Déployer un réseau de bornes interactives

04/

Le fibreLa optique pour tous

> Développer des appels à projets pluriannuels pour sécuriser les financements associatifs

La Ville de Paris et ses élus doivent aussi s’inscrire dans une démarche d’exemplarité : diffusion en direct et en différé des séances du Conseil de Paris et des Conseils d’arrondissement, contrôle de l’assiduité des élus, limitation du cumul des mandats feront émerger une plus grande proximité entre les Parisiens et leurs élus.

En ce sens, le PRG Paris proposera à l’ensemble des membres des éxécutifs, en arrondissement et au Conseil de Paris, de signer une “Charte d’engagement au principe laïque. ”

NOS PROPoSITIONs

> Renforcer les mécanismes de dialogue civil grâce à une conférence annuelle de la vie associative à Paris

> Faciliter l’utilisation des locaux publics libres le week-end et en soirées (écoles particulièrement) aux associations

La prochaine mandature devra par ailleurs assainir les rapports qu’entretient la municipalité avec le fait religieux.

Déjà engagée avec des projets tels que la Halle Freyssinet ou le Grand Lieu d’Innovation Intégrée, la politique numérique doit constituer un élément moteur du développement économique métropolitain ainsi qu’un facteur d’égalité entre tous les citoyens.

01/

05/

La formation numérique pour tous

Mise en place de formations initiales et continues et de cours d’initiation aux outils numériques en particulier dans le cadre de son action intergénérationnelle

Chaque service public de la Ville de Paris doit s’équiper d’un bouquet de médias sociaux permettant d’échanger en permanence avec les usagers

06/

01/

Ne pas voter les subventions aux crèches confessionnelles qui n’assurent pas un service public continu et qui ne respectent pas le principe de laïcité (signes religieux au sein de crèches, non-participation aux commissions d’attribution de places en crèche, fermeture lors des fêtes religieuses)

04/

Ne participer à aucune cérémonie ou office religieux à l’intérieur ou à l’extérieur d’établissements cultuels en tant qu’élu de la République

05/

Mettre en place une Charte d’usage laïque dans tous les établissements sportifs publics

02/ Voter contre les subventions aux

établissements cultuels pour lesquels la Ville n’est pas tenue légalement de participer

06/

S’opposer aux reports de séances des Conseils d’arrondissement ou du Conseil de Paris en raison de fêtes religieuses

03/

Un plan d’accessibilité sociale du numérique

Des guichets 2.0

Faire Respecter le principe de laIcitE A Paris Fervents défenseurs de la Laïcité, les Radicaux de Gauche parisiens ont obtenu la création de l’Observatoire parisien de la laïcité en 2012. Son rôle : assister l’éxécutif parisien dans la mise en pratique du principe de laïcité, dans le respect de la loi de 1905.

PARIS, CAPITALE NUMERIQUE

Un soutien au monde associatif repensé

Transparence et exemplarité Pour que chaque citoyen soit en mesure de comprendre le processus de décision et comment il peut y participer, les dispositifs d’information et de formation (ateliers citoyens et numériques, universités populaires) seront primordiaux et participeront d’une démocratie locale plus ambitieuse.

www

15

Participation financière à l’équipement informatique et aux frais de connexion des structures d’accompagnement des publics en difficulté, notamment les structures relais telles que les bagageries. Le raccordement à la fibre optique du parc HLM ancien sera également accéléré

S’opposer aux baisses de loyer injustifiées, aux aides financières ou ventes de terrain et aux prêts de salles municipales au profit d’ associations et établissements scolaires confessionnels

07/ Célébrer les baptêmes républi-

cains lorsque cela est demandé par des familles parisiennes (certaines mairies le refusent encore aujourd’hui)


‹‹QUAND ON EST JEUNE, C’EST POUR LA VIE››

contact@prgparis.org Retrouvez l’ensemble de nos propositions sur

prgparis.org

conception graphique : www.lesfilles-atelier.fr

Georges Clemenceau Radical Visionnaire

Faire le Pari(s) d'avenir projet prg paris2014  
Faire le Pari(s) d'avenir projet prg paris2014  

Les propositions de la Fédération de Paris du Parti Radical de Gauche pour les élections municipales de #Paris2014

Advertisement