Page 1

Rapport annuel 2013 | Prévention & Intérim


Rapport annuel 2013 | Prévention & Intérim


Table des matiè

Table des matières

Avant-propos4

1 Fonctionnement interne

7

1.1 Gestion ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  8 1.2 Prévention et Intérim �����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  8 1.3 Personnes de liaison ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  9

2 L’occupation dans le secteur intérimaire

11

2.1 L’occupation en 2013 dans l’ensemble du secteur intérimaire ����������������������������������������������������������������������������  12 2.2 L’occupation de jobistes intérimaires en 2013 �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  13

3 Accidents du travail des intérimaires 2013

15

3.1 Chiffres nationaux accidents du travail dans le secteur intérimaire 2013 �������������������������������������  16 3.2 Accidents du travail 2012-2013 des intérimaires par région �����������������������������������������������������������������������������������  25 3.3 Accidents du travail mortels �����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  26 3.4 Étudiants jobistes-intérimaires ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  27 3.5 Conclusion générale ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  33

2

rapport annuel 2013 •


ères 4 Base de Données Centralisée pour le secteur de l’intérim

35

4.1 Réalisation de la Base de Données Centralisée ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  36 4.2 Collaboration avec les services médicaux ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  36 4.3 Comment utiliser la Base de Données Centralisée ? ����������������������������������������������������������������������������������������������������������  37 4.4 Initiation à la Base de Données Centralisée �����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  38

5 Campagnes de sensibilisation

41

5.1 Campagne 2013 �����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  42 5.2 Projets européens �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  44 5.3 Canaux de communication ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  44 5.4 Produits de sensibilisation �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  48 5.5 Formations ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  52 5.6 Études, informations et activités de formation �����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  53 5.7 Articles de presse ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������  53

6 Plan d’action 2014

55

7 Annexes

59

Table des matières

3


Avant-propos

Avant-propos

En 2013, les intérimaires et les étudiants ont presté ensemble plus de 165 millions d’heures de travail. L’utilisation du travail intérimaire reste importante dans tous les secteurs, même en ces années de ralentissement économique. En 2013 comme en 2012, les intérimaires ont été mis au travail pour l’équivalent de plus de 84.000 temps pleins. Il est positif de constater encore en 2013 une diminution du nombre d’accidents du travail chez les intérimaires, de 8% par rapport à 2012. Cette baisse vaut aussi bien pour les ouvriers que pour les employés. En ce qui concerne les plus de 190.000 étudiants intérimaires, la diminution de la fréquence des accidents dépasse 14%. Indépendamment des souffrances physiques et morales incalculables pour les premiers concernés, les accidents du travail des intérimaires et des travailleurs constituent aussi une perte de productivité pour les employeurs. Le nombre de journées de travail ainsi perdues pour les intérimaires a reculé de 4,6% en 2013. Ces résultats reflètent les efforts constants du secteur de l’intérim pour mettre les intérimaires à disposition chez les utilisateurs pour qui la “sécurité au travail” n’est pas un vain mot. La formation et l’accueil de l’intérimaire sur le lieu de travail commencent par une bonne description du poste de travail et des tâches à effectuer. À cet égard, l’employeur ou client-utilisateur qui souhaite faire appel à un intérimaire a clairement une responsabilité. En 2013, Prévention et Intérim en collaboration avec le secteur de l’intérim a lancé www.fichepostedetravail.be. Ce site est une ressource complémentaire pour les employeurs et leurs conseillers en prévention afin de rédiger des fiches de poste de

4

rapport annuel 2013 •


travail avec une description précise du poste, des tâches et des risques potentiels. Sur la base de ces fiches, les agences d’intérim disposent des informations concrètes qui leur permettront de sélectionner l’intérimaire le plus qualifié. Depuis juin 2013, la Base de Données Centralisée PI-M est prête à fonctionner. Elle sera opérationnelle dès que tous les résultats des examens de santé des intérimaires y auront été transférés par les services médicaux. La Base de Données Centralisée PI-M représente une plus-value pour la protection des intérimaires au travail chez l’utilisateur. Elle donne au secteur de l’intérim et aux services médicaux une vue d’ensemble sur qui est examiné, pour quel risque de santé, et à quelle périodicité. De son côté, le client-utilisateur est assuré que l’intérimaire est médicalement apte pour le poste de travail correspondant dans son entreprise.

Bergie Van den Bossche Président

Marijke Bruyninckx Directeur PI

Avant-propos

5


1

Fonctio


onnement interne Fonctionnement interne 1 Hoofdstuk 1


1.1 Gestion Prévention et Intérim est le service central de prévention pour le secteur du travail intérimaire et compte 162 membres (voir chapitre 7, Annexes). En 2013, le Conseil d’Administration s’est réuni en avril, juin et novembre.

Les membres du Conseil d’Administration de Prévention et Intérim sont les suivants au 31/12/2013 :

1.2

Bergie VAN DEN BOSSCHE (Président)

CSC

Herwig MUYLDERMANS (Vice-président)

FEDERGON

Pascale WIRKEN

FGTB

Virginie CAVERNEELS

FGTB

Kurt MARYSSE

CGSLB

Piet VAN DEN BERGH

CSC

Alain TERMOTE

ADECCO PS sa

Frédéric LAMBEAU

DAOUST INTERIM

Marc BUVE

T BRUSSELS

Marie-José JANSSEN

EQUIP’ sa

Ann CATTELAIN

FEDERGON

Anne-Marie VERSCHETSE-VERVAEKE

KONVERT INTERIM

Linda HENDRICKX

MANPOWER BELGIUM

Marie-Claire CLABOTS

PEOPLE INTERIM sa

Dirk DE CLERCQ

RANDSTAD BELGIUM

Greta DEBAENE

START PEOPLE

Philip CRACCO

ACCENT JOBS FOR PEOPLE sa

Sylvie BRICHARD

TRACE!

Els ROELS

T-GROEP

Prévention et Intérim

La Cellule Centrale se compose des personnes suivantes :

8

rapport annuel 2013 •

Marijke BRUYNINCKX

Directeur Prévention et Intérim

Kris VANHEMELEN

Conseiller en Prévention I

Jonathan GUYOT

Conseiller en Prévention I (en formation)

Inge MERTENS

Conseiller en Prévention II

Carine GRYSPEERD

Collaboratrice Administrative

Nicolas KOZYREFF

Webmaster

Katie DE PAUW

Management Assistant


1.3

Personnes de liaison

1.3.1 Objectifs

Comme prévu dans l’Arrêté Royal du 4 décembre 1997 visant à établir un service central de prévention pour le secteur du travail intérimaire, une personne de liaison est désignée dans chaque entreprise de travail intérimaire. Toutes les personnes de liaison ont suivi une formation de sécurité et forment en collaboration avec Prévention et Intérim le service central de prévention commun pour le secteur du travail intérimaire. En 2013, 162 personnes de liaison possèdent la formation “Connaissances de base en prévention, protection et bien-être au travail”.

1.3.2 Accueil des nouvelles entreprises de travail intérimaire

Les entreprises de travail intérimaire s’affilient obligatoirement au Service Central de Prévention pour le Secteur de l’Intérim. Les nouvelles entreprises de travail intérimaire sont accueillies par un membre de la cellule centrale de Prévention et Intérim. Lors de ce contact personnel, une explication est donnée quant au rôle de la personne de liaison et à la collaboration avec l’équipe de PI. Simultanément une explication est donnée quant à la signification de Prévention et Intérim pour les entreprises de travail intérimaire en matière de prévention et de protection de l’intérimaire.

1.3.3 Réunions

Prévention et Intérim organise chaque année, avec les personnes de liaison, une journée d’étude ainsi qu’un événement, à savoir la “Journée des Personnes de Liaison”. Le 1er février 2013, Prévention et Intérim a choisi la ville d’Anvers pour organiser cet événement de la “Journée des Personnes de Liaison”. Le thème central cette année était la Base de Données Centralisée pour les travailleurs intérimaires. Cet événement fut clôturé par une visite guidée des égouts d’Anvers appelés “Ruien” retraçant l’histoire de ce vaste réseau de canaux.

Chapitre 1 • Fonctionnement interne

9


2

L’occupat

10


tion dans le secte L’occupation dans le secteur intérimaire 2 Hoofdstuk 1


2.1 L’occupation en 2013 dans l’ensemble du secteur intérimaire Prévention et Intérim (PI) collecte chaque année l’ensemble des chiffres des différentes entreprises de travail intérimaire actives en Belgique. L’analyse de ces chiffres débouche sur un aperçu de l’occupation et des accidents du travail des travailleurs intérimaires dans le secteur intérimaire en Belgique. En 2013, 164,47 millions d’heures ont été prestées en Belgique par des travailleurs intérimaires actifs dans tous les secteurs. Cela signifie qu’en 2013, le secteur intérimaire a mis au travail 84.342 équivalents temps plein1 intérimaires, dont 58,8 % comme ouvriers et 41,2 % comme employés.

heures (en millions)

200 180 160 140 120 100 80 60 164,47

165,64

176,57

160,81

141,30

180,91

186,93

171,98

151,08

146,23

128,93

129,14

130,60

137,50

121,90

20

116,30

40

1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

On peut déduire du tableau ci-dessus que l’on n’a pas observé, en 2013, de redressement manifeste de l’occupation de travailleurs intérimaires. Comparativement à 2012, on constate une diminution de 0,7 %. L’augmentation de 2,5 % de l’occupation d’employés n’a pas compensé la baisse de 2,9 % du côté des ouvriers. Pour l’ensemble du groupe des travailleurs intérimaires, cela représente néanmoins un recul moins marqué que l’année précédente, où la baisse était de 6,2 %. Il ressort des chiffres de Federgon que 515.658 travailleurs intérimaires ont effectué au moins une mission en 2013 (dont 191.015 en tant que jobiste intérimaire). Les entreprises de travail intérimaire qui mettent des intérimaires au travail dans le secteur de la construction disposent pour cela d’un réseau d’agences séparé, avec un agrément distinct. L’occupation dans cette niche représente environ 2,3 % de l’ensemble du travail intérimaire en Belgique. 1 - ETP = 1950 heures prestées par an

12

rapport annuel 2013 •


2.2

L’occupation de jobistes intérimaires en 2013

Jusqu’en 2010, Prévention et Intérim récoltait les données de mise au travail des jobistes intérimaires pendant les mois d’été. Depuis 2011, les heures de travail intérimaire des jobistes sont comptées sur toute l’année. Comme on le voit dans le tableau ci-dessous, les 16,6 millions d’heures enregistrées en 2011 indiquent qu’au moins un quart des heures prestées tombent en dehors de la période estivale (plus de 4 millions d’heures au-delà des 12,5 millions durant les mois d’été de 2010). Depuis le 1er janvier 2012, les étudiants peuvent travailler 50 jours tout au long de l’année à un taux réduit en matière de cotisations sociales. En conséquence, on observe une nette augmentation de l’occupation en 2012 par rapport à 2011, ceci en dépit de la crise économique. Comme le montre le graphique ci-dessous, cette progression se confirme en 2013. L’effet de 2012 se poursuit, avec une légère augmentation de 1,3 %, à 21,09 millions d’heures. C’est néanmoins une performance remarquable si l’on tient compte de la légère baisse de 0,7 % au niveau des chiffres d’occupation pour l’ensemble des travailleurs intérimaires.

heures (en millions)

22 20 18 16 14 12 10 8 6 12,50

16,60

20,82

21,09

2007

12,56

2006

11,91

13,21

2005

14,03

12,83

2

11,81

4

2008

2009

2010

2011

2011

2012

2013

é t é

Cela signifie que le marché des jobistes intérimaires représente actuellement 12,8 % du secteur intérimaire global. En 2011, la catégorie des jobistes intérimaires ne représentait encore que 9,4 % du total. Ces 21,09 millions d’heures ont été prestées, en 2013, par 191.015 jobistes intérimaires. Le nombre de jobistes a légèrement augmenté (+2.593), tout comme le nombre d’heures d’occupation. Il en résulte que le nombre d’heures prestées individuellement tout au long de l’année civile est resté stable.

Chapitre 2 • L’occupation dans le secteur intérimaire

13


3

Accidents

14

rapport annuel 2013 •


s du travail des int Accidents du travail des intĂŠrimaires 2013 3 Hoofdstuk 1

Chapitre 3 • Accidents du travail des intÊrimaires 2013

15


3.1 Chiffres nationaux accidents du travail dans le secteur intérimaire 2013 3.1.1 Aperçu des accidents du travail des intérimaires 2013 En 2013, il y a eu 6.791 accidents du travail (sur le lieu de travail) avec au moins un jour d’incapacité (le jour de l’accident non compris), dont : •• 6 accidents du travail mortels, et •• 631 accidents avec incapacité de travail permanente. Ces accidents représentent ensemble un total de 139.592 jours d’incapacité de travail. En 2013, 13 intérimaires sur 1.000 ont été victimes d’un accident du travail avec au moins un jour d’incapacité de travail et 1,2 intérimaire sur 1.000 a eu une incapacité permanente suite à un accident sur le lieu de travail. Cette proportion est inférieure à la moyenne de l’ensemble des travailleurs du secteur privé, dans lequel environ 34 travailleurs sur 1.000 ont chaque année un accident avec au moins un jour d’incapacité de travail (chiffres FAT 2012). Les intérimaires sont mis au travail de manière flexible et, contrairement aux travailleurs fixes, ils ne travaillent pas, pour la plupart, une année complète en tant qu’intérimaire (la durée varie entre un jour et une année entière). Pour une bonne interprétation des chiffres d’accidents du travail, ceux-ci sont convertis de manière à obtenir des coefficients qui tiennent compte du nombre d’heures prestées par tous les travailleurs intérimaires concernés pendant l’année civile en question. Ces coefficients sont le taux de fréquence, le taux de gravité réel et le taux de gravité global.

16

rapport annuel 2013 •


Tableau 1 : Explication des coefficients des accidents du travail Coefficient

Définitions

Signification

Tf

Tf= mesure pour le nombre d’accidents du travail.

Tf = 100 signifie :

Taux de fréquence

Le nombre d’accidents du travail (avec minimum 1 jour d’incapacité) multiplié par 1.000.000, divisé par le nombre d’heures prestées durant une année calendrier par tous les travailleurs intérimaires.

Un travailleur à plein temps sur 6 est victime chaque année d’un accident du travail.

Tf =

Tgr Taux de gravité réel

Taux de gravité global

nombre d’heures prestées

Tgr= mesure des dommages corporels consécutifs à tous les accidents. Le nombre total de jours d’incapacité de travail (de tous les intérimaires réunis) multiplié par 1.000, divisé par le nombre d’heures prestées durant une année calendrier par tous les travailleurs intérimaires.

Tgr =

Tgg

∑ accidents du travail x 1.000.000

1,5 jour d’incapacité du travail pour chaque travailleur (temps plein) sur une année.

∑ journées d’incapacité de travail x 1.000 nombre d’heures prestées

Tgg= mesure de la totalité des dommages corporels consécutifs à tous les accidents Le nombre total de jours (calendrier) d’incapacité de travail PLUS le nombre de jours forfaitaires multiplié par 1.000, divisé par le nombre d’heures prestées durant une année calendrier par tous les travailleurs intérimaires.

Tgg =

Tgr = 1 signifie :

Nombre de jours forfaitaires1 pour : • La perte d’une main : 4.450 jours • La perte d’un œil : 2.800 jours • La perte d’un doigt : 825 jours • Accident du travail mortel2 : 7.500 jours

(∑ journées d’incapacité de travail + ∑ journées forfaitaires) x 1.000 nombre d’heures prestées

Tableau 2 : Taux de fréquence et taux de gravité 2013 pour l’ensemble du secteur intérimaire Pour 2013, les chiffres suivants ont été calculés pour l’ensemble du secteur belge du travail intérimaire Taux de fréquence

41,29

Taux de gravité réel

0,85

Taux de gravité global

2,67

Remarques : Le taux de gravité global tient compte des accidents du travail mortels et des accidents du travail ayant entraîné une incapacité permanente ou invalidité. Ceci est établi pour chaque accident du travail séparément. Pour les accidents du travail mortels et ceux avec invalidité, un certain nombre de jours forfaitaires est ajouté afin de tenir compte de la gravité. Formellement, un accident du travail mortel ne donne pas lieu à des jours perdus. Lorsque l’on parle ici d’“incapacité permanente”, il s’agit du pronostic de l’assureur à la fin de l’année (surtout important pour les invalidités “non visibles”) et non d’une incapacité permanente reconnue définitivement. 1 - Le nombre de jours forfaitaires tient compte de l’incapacité permanente et des accidents du travail mortels. 2 - Ou 100 % d’incapacité de travail.

Chapitre 3 • Accidents du travail des intérimaires 2013

17


3.1.2 Évolution des chiffres des accidents du travail pour le secteur des intérimaires depuis 2000 jusqu’à 2013

Taux de fréquence (Tf) Évolution Tf : ouvriers Tf

140 120 100 80 60

61,5

65,3

72,5

76,2

76,5

89,1

95,4

95,4

91,9

99,9

110,3

124,6

134,7

20

136,0

40

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

Évolution Tf : employés Tf

50 40 30 20

12,5

14,1

14,5

17,2

17,3

17,5

17,4

16,3

15,4

13,8

16,7

15,0

13,5

15,8

10 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

Évolution Tf : ouvriers + employés Tf

120 100 80 60

41,3

44,9

50,5

53,4

51,9

61,8

67,8

68,5

65,9

71,4

79,6

87,8

94,3

20

99,6

40

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

18

rapport annuel 2013 •


Taux de gravité réel (Tgr) Évolution Tgr : ouvriers Tgr

3,0 2,5 2,0 1,5

1,29

1,34

1,47

1,49

1,50

1,74

1,80

1,77

1,77

1,94

2,15

2,41

2,67

0,5

2,49

1,0

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

Évolution Tgr : employés Tgr

0,8 0,6 0,4

0,22

0,23

0,26

0,32

0,34

0,30

0,28

0,26

0,25

0,20

0,27

0,25

0,22

0,25

0,2 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

Évolution Tgr : ouvriers + employés Tgr 2,5

2,0 1,5 1,0

0,85

0,89

1,01

1,03

1,02

1,19

1,26

1,26

1,25

1,38

1,54

1,68

1,85

1,81

0,5 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

Chapitre 3 • Accidents du travail des intérimaires 2013

19


Taux de gravité global (Tgg) Évolution Tgg : ouvriers Tgg

8

6

4

4,11

3,85

4,51

4,54

4,54

4,75

4,72

5,12

5,25

4,94

5,45

6,48

6,78

5,77

2

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

Évolution Tgg : employés Tgg

2,0

1,5

1,0

0,61

0,61

0,65

0,86

0,74

0,83

0,64

0,61

0,69

0,66

0,61

0,67

0,55

0,57

0,5

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

Évolution Tgg : ouvriers + employés Tgg

7 6 5 4 3

2,67

2,56

3,04

3,12

2,96

3,25

3,27

3,59

3,70

3,56

3,86

4,53

4,70

1

4,19

2

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

20

rapport annuel 2013 •


3.1.3 Aperçu des données des accidents du travail des intérimaires

3.1.3.1 Chiffres des accidents du travail de 2000 à 2013

Le tableau ci-dessous donne un aperçu de l’évolution des chiffres d’accidents du travail de 2000 à 2013. En 2011 et 2012, le taux de fréquence et le taux de gravité des accidents du travail ont diminué, tant chez les ouvriers que chez les employés. Cette tendance s’est poursuivie en 2013 pour le taux de fréquence et le taux de gravité réel. Le taux de gravité global, par contre, ne suit pas la même courbe et montre une légère augmentation.

Tableau 3 : Aperçu 2000-2013 2000

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2013/2012

2013/2000

tous les intérimaires Tf

99,60

65,96

68,42

67,85

61,78

51,86

53,38

50,50

44.86

41,29

-8,0   %

-58   %

Tgr

1,81

1,25

1,26

1,26

1,19

1,02

1,04

1,01

0.89

0,85

-4,6   %

-53   %

Tgg

4,19

3,74

3,61

3,27

3,25

2,96

3,11

3,04

2,56

2,67

+4,3   %

-36   %

ouvriers Tf

135,79

91,92

95,47

95,48

89,12

76,54

76,20

72,5

65,32

61,53

-5,8   %

-54   %

Tgr

2,49

1,77

1,77

1,80

1,74

1,50

1,49

1,47

1,34

1,29

-4,0   %

-48   %

Tgg

5,77

5,31

5,16

4,72

4,75

4,54

4,53

4,51

3,85

4,11

+6,9   %

-29   %

employés Tf

15,77

15,39

16,29

17,44

17,48

17,32

17,17

14,54

14,09

12,47

-11,5   %

-21   %

Tgr

0,25

0,25

0,26

0,28

0,30

0,34

0,32

0,26

0,23

0,22

-2,2   %

-10   %

Tgg

0,57

0,69

0,62

0,64

0,83

0,74

0,86

0,65

0,61

0,61

+0,0   %

+7   %

Chapitre 3 • Accidents du travail des intérimaires 2013

21


3.1.3.2 Aperçu des données des accidents du travail des intérimaires 2000-2012-2013

Tableau 4 : Aperçu 2000 - 2012 - 2013 2000

2012

2013

Ouvriers + employés 137.520.266

165.644.431

164.467.479

Nombre d’accidents

Nombre d’heures prestées

13.697

7.431

6.791

Nombre d’accidents avec incapacité temporaire

12.943

6.788

6.154

Nombre d’accidents avec incapacité permanente

751

639

631

Nombre d’accidents du travail mortels

3

4

6

Nombre de jours d’incapacité de travail

249.077

147.878

139.592

Nombre de jours forfaitaires

327.598

275.549

299.470

Taux de fréquence

99,6

44,86

41,29

Taux de gravité réel

1,81

0,89

0,85

Taux de gravité global

4,19

2,56

2,67

70

60,06

58,75

95.913.964

99.487.183

96.625.938

Ouvriers Pourcentage des heures prestées Nombre d’heures prestées Nombre d’accidents

13.041

6.499

5.945

Nombre d’accidents avec incapacité temporaire

12.323

5.918

5.380

Nombre d’accidents avec incapacité permanente

715

577

559

Nombre d’accidents du travail mortels

3

4

6

Nombre de jours d’incapacité de travail

238.580

132.899

124.333

Nombre de jours forfaitaires

314.473

250.349

273.265

Taux de fréquence

135,97

65,32

61,53

Taux de gravité réel

2,49

1,34

1,29

Taux de gravité global

5,77

3,85

4,11

30

39,94

41,25

41.606.302

66.157.248

67.841.541

Employés Pourcentage des heures prestées Nombre d’heures prestées

22

Nombre d’accidents

656

932

846

Nombre d’accidents avec incapacité temporaire

620

870

774

Nombre d’accidents avec incapacité permanente

36

62

72

Nombre d’accidents du travail mortels

0

0

0

Nombre de jours d’incapacité de travail

10.497

14.979

15.259

Nombre de jours forfaitaires

13.125

25.200

26.205

Taux de fréquence

15,77

14,09

12,47

Taux de gravité réel

0,25

0,23

0,22

Taux de gravité global

0,57

0,61

0,61

rapport annuel 2013 •


3.1.4. Explications sur les accidents du travail des intérimaires

3.1.4.1 Constats

• En 2013, le nombre total d’heures prestées est comparable à celui de 2012. On observe un léger recul de -2,9 % chez les ouvriers, lequel a été compensé par une légère augmentation de +2,5 % du côté des employés. • Tout comme en 2012, le taux de fréquence (Tf) diminue en 2013, cette fois de -5,8 % pour les ouvriers et -11,5 % pour les employés. Alors qu’en 2012, les ouvriers affichaient les meilleurs chiffres (-9,9 % pour les ouvriers contre -3,1 % pour les employés), ce sont à présent les employés qui enregistrent la plus forte progression. Pour l’ensemble du secteur intérimaire (ouvriers et employés confondus), on observe une baisse significative de -8 % (voir tableau 3 : Aperçu 2000-2013). • Pour le secteur intérimaire dans son ensemble, le taux de gravité réel (Tgr) s’établit à -4,6 %. Alors qu’en 2012, les employés avaient enregistré une avancée de -11,5 %, le gain n’est plus que de -2,2 % en 2013. Les ouvriers, par contre, affichent la plus forte progression en 2013, avec -4,0 %. • Le taux de gravité global (Tgg) enregistre pour la première fois depuis 2010 une légère régression (+4,3 %). Cette perte est attribuable, cette année, à une augmentation du taux de 6,9 % chez les ouvriers, alors que les employés maintiennent le statu quo. Dans la mesure où le Tgg avait baissé de -15,8 % en 2012, ce taux s’établit encore à 2,67 en 2013 malgré le recul, ce qui reste un bon résultat par rapport aux années précédentes (p. ex. 3,04 en 2011).

Chapitre 3 • Accidents du travail des intérimaires 2013

23


3.1.4.2 Conclusion

Tant en 2012 qu’en 2013, la baisse de l’occupation a été plus marquée chez les ouvriers que parmi les employés. Après un recul de 9,1 % en 2012, les ouvriers ont enregistré une nouvelle baisse de 2,9 % en 2013. En cas de crise économique, les ouvriers sont les premiers à en ressentir les effets. Du côté des employés, après un tassement de -1,3 % en 2012, on observe à nouveau une légère augmentation de 2,5 % en 2013. Malgré ces deux années plus faibles sur le plan économique, le taux de fréquence et le taux de gravité réel ont tous deux connu une évolution favorable. Après un recul notable de -11,2 % en 2012, le taux de fréquence a une nouvelle fois baissé de -8,0 % en 2013. En 2012, la plus forte baisse est à mettre à l’actif des ouvriers avec -9,9 %, tandis qu’en 2013, ce sont les employés qui affichent le gain le plus important avec -11,5 %, même si les ouvriers, cette année-là, ont encore enregistré un beau résultat avec -5,8 %. Le taux de gravité réel a suivi une évolution similaire : une baisse significative de -11,9 % en 2012 et une poursuite de la tendance en 2013 (-4,6 %). Pour le taux de gravité global, on observe cette année une petite ondulation dans le graphique par rapport à l’année 2012, durant laquelle une baisse de -15,8 % avait été enregistrée. En 2013, une augmentation de 4,3 % est constatée. Si toutefois on compare le taux de gravité global d’il y a 5 ans et celui de 2013, on obtient encore une diminution de -18 %. Il y a eu six morts des suites d’un accident en 2013. Cette donnée influence le taux de gravité global, mais n’explique que partiellement la hausse de celui-ci. Les baisses persistantes, année après année, du taux de fréquence et du taux de gravité réel, confirment que le climat s’améliore sur le lieu de travail. Le statut d’employé a fortement progressé au cours de la décennie écoulée. En 2000, les employés ne représentaient que 30 % des travailleurs intérimaires. Ce pourcentage n’a cessé d’augmenter chaque année par rapport au nombre d’intérimaires avec le statut d’ouvrier. Cette tendance est la même que dans l’ensemble de la population active. En 2013, la proportion d’ouvriers a encore diminué de 1,35 % au profit des employés, si bien que ces derniers sont aujourd’hui 41,25 %. Par le passé déjà, on avait remarqué que des travailleurs intérimaires recevaient parfois le statut d’employé alors qu’ils exerçaient en réalité une fonction au profil ouvrier, avec les risques qui s’y rattachent. L’employé logistique qui conduit aussi des chariots élévateurs en est un exemple classique. Ceci peut expliquer en partie le fait que les employés, sur une période de 10 ans, n’ont jamais affiché une progression similaire à celle des ouvriers au niveau des chiffres d’accidents du travail.

24

rapport annuel 2013 •


3.2 Accidents du travail 2012-2013 des intérimaires par région Aperçu des accidents du travail des intérimaires en 2012-2013 pour la Flandre, la Wallonie et Bruxelles.

Flandre

heures prestées

Wallonie

Bruxelles

National

2012

2013

2012

2013

2012

2013

2012

2013

68,99  %

69,02  %

22,11  %

21,60  %

8,90  %

9,38  %

100  %

100  %

63,24

60,16

75,47

66,61

56,28

51,06

65,32

61,53

ouvriers Tf Tgr

1,22

1,18

1,66

1,61

1,47

1,14

1,34

1,29

Tgg

3,38

3,62

5,22

5,79

4,46

3,41

3,85

4,11

13,62

12,58

17,36

15,18

9,21

6,85

14,09

12,47

employés Tf Tgr

0,22

0,22

0,32

0,31

0,15

0,15

0,23

0,22

Tgg

0,60

0,54

0,72

0,88

0,46

0,50

0,61

0,61

44,75

42,35

56,61

46,73

22,58

17,94

44,86

41,29

tous Tf Tgr

0,85

0,82

1,18

1,11

0,53

0,40

0,89

0,85

Tgg

2,34

2,47

3,61

3,90

1,60

1,23

2,56

2,67

La Flandre présente de meilleurs chiffres d’accidents du travail comparativement à la Wallonie. L’année 2013 ne fait pas exception. On observe néanmoins un mouvement de rattrapage en Wallonie. En 2012, en Flandre, le taux de fréquence est tombé pour la première fois sous les 70 % parmi les ouvriers et sous les 50 % pour l’ensemble du groupe ouvriers/employés. Cette année, une évolution similaire est constatée en Wallonie. Les taux de gravité, par contre, restent sensiblement plus élevés en Wallonie qu’en Flandre, sans doute en raison du fait qu’il y reste toujours une part d’industrie lourde. En Flandre, le taux de fréquence descend presque sous les 60 % chez les ouvriers et se rapproche des 40 % pour l’ensemble du groupe. Par ces résultats remarquables, alliés à son poids économique prépondérant (69 %) dans le secteur du travail intérimaire, la Flandre détermine dans une large mesure la tendance positive au niveau national. Comme le montre le tableau, la Région de Bruxelles-Capitale affiche, pour la deuxième année consécutive, les taux de fréquence et de gravité les plus bas. Le rapport employés/ouvriers est ici bien plus élevé que dans les autres régions, à savoir 75/25 à Bruxelles contre 41/59 au niveau national. Ces fonctions d’employés sont principalement des emplois de bureau, avec des risques plus limités. Les ouvriers affichent eux aussi des chiffres assez bas dans cette région, mais comme ils ne représentent qu’un nombre limité d’intérimaires, ils ne sont pas déterminants d’un point de vue statistique.

Chapitre 3 • Accidents du travail des intérimaires 2013

25


3.3

Accidents du travail mortels

En 2013, 6 travailleurs intérimaires ont été victimes d’un accident du travail mortel sur le lieu de travail. Les circonstances de ces accidents sont les suivantes : •• brûlure avec issue mortelle suite à une explosion lors du tamisage d’une poudre inflammable ; •• brûlures fatales dans une explosion lors d’une collision avec un camion-tampon de travailleurs de la route ; •• blessure mortelle lors de l’explosion du compartiment batterie d’une bouée marine ; •• écrasement dans un espace clos en raison du fonctionnement non optimal des procédures ; •• écrasement sous un chariot élévateur suite à un basculement ; •• écrasement entre une bande transporteuse et un mur. Prévention et Intérim suit avec attention chaque accident du travail d’un intérimaire. L’étude des rapports circonstanciés des accidents graves de travailleurs intérimaires permet à Prévention et Intérim d’élaborer pour le secteur intérimaire des actions ciblées et des propositions visant à améliorer la protection des intérimaires.

26

rapport annuel 2013 •


3.4

Étudiants jobistes-intérimaires

3.4.1 Analyse des accidents du travail des jobistes intérimaires en 2013

En 2013, 1,85 jobistes intérimaires sur 1.000 ont été victimes d’un accident du travail.

Tableau 5 : Aperçu 2011 - 2012 - 2013 été 2010

2011

2012

2013

Taux de fréquence

23,91

22,46

19,65

16,74

Taux de gravité

0,22

0,20

0,19

0,16

150.967

182.516

188.422

191.015

Nombre de contrats d’étudiants jobistes Nombre d’heures prestées

12.503.842

16.604.415 20.820.665 21.092.318

82,83

90,97

110,50

110,42

301

373

407

353

Nombre total de jours d'incapacité de travail

2.444

3.369

3.943

3.301

Nombre de jobistes sur 1000 victimes d’un accident du travail

1,99

2,04

2,16

1,85

Nombre d’heures prestées par contrat Nombre total d’accidents du travail avec incapacité

Depuis 2011, Prévention et Intérim demande les données d’accidents du travail de toute l’année écoulée, les jobistes étant de plus en plus actifs tout au long de l’année scolaire. Les baisses constatées de 2000 à 2010 se sont poursuivies les années suivantes, de 2011 à aujourd’hui. En 2012, le taux de fréquence avait déjà sensiblement diminué, passant pour la première fois sous les 20 %. En 2013, il a continué à descendre pour s’établir à 16,74. L’occupation d’étudiants jobistes est restée comparable en 2013 par rapport à 2012. Le nombre de jobistes n’a guère augmenté. Le nombre moyen d’heures prestées par contrat est resté stable durant l’année écoulée, à 110,42 heures.

Chapitre 3 • Accidents du travail des intérimaires 2013

27


3.4.2 Évolution des chiffres d’accidents du travail pour les jobistes 1999-2013

Taux de fréquence 1999 à 2013 Tf

75,0 62,5 50,0 37,5

16,74

19,65

22,46

23,91

25,79

29,23

30,07

40,86

37,10

41,98

60,94

12,5

71,70

25,0

1999 2000 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2011 2012 2013 é t é

Taux de gravité de 1999 à 2013

Tgr

0,6 0,5 0,4 0,3

0,16

0,19

0,20

0,22

0,28

0,30

0,27

0,32

0,37

0,32

0,51

0,1

0,62

0,2

1999 2000 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2011 2012 2013 é t é

Le tableau 6 compare les chiffres d’accidents du travail des jobistes intérimaires pour la période allant de 1999 à 2013. Ces données de base englobent la totalité du marché de l’intérim des jobistes intérimaires. L’avant-dernière colonne reprend la différence, exprimée en pourcentage, entre 2013 et 2012. Tant le taux de fréquence que le taux de gravité diminuent en 2013, respectivement de 14,8 % et 15,8 %. Alors que le résultat de 2012 était déjà remarquable, celui de 2013 est encore meilleur. La dernière colonne reprend la différence, exprimée en pourcentage, entre l’été 1999 et l’année 2013 : une baisse de 76 % du taux de fréquence et de 74 % du taux de gravité.

28

rapport annuel 2013 •


Tableau 6 : Comparaison des chiffres d’accidents du travail des jobistes intérimaires 1999-2013 été

t o u t e l’a n n é e

1999

2006

2013 vs 2012

2013 vs 1999

Taux de fréquence

71,7

37,10 40,86 30,07 29,23 25,79 23,91 22,46 19,65 16,74 -14,8  %

-76  %

Taux de gravité réel

0,62

0,37

-74  %

2007

0,32

2008

0,27

2009

0,30

2010

0,28

2011

0,22

2011

0,20

2012

0,19

2013

0,16

-15,8  %

3.4.3 Chiffres par catégories d’âges

Jusqu’en 2000, la répartition des heures prestées entre -18 ans et +18 ans était plus ou moins constante, soit 30/70. Les 10 années suivantes, la part des moins de 18 ans est descendue jusque 20 % en raison, vraisemblablement, d’un renforcement de la réglementation concernant les activités autorisées pour ce groupe d’âge. Depuis quelques années, et en particulier depuis l’assouplissement intervenu en 2012 pour les règles concernant les cotisations sociales avantageuses, les +18 ans augmentent par rapport aux plus jeunes. Répartition des jobistes intérimaires selon la catégorie d’âge <18 ans

≥ 18 ans

100 90 80 70 60 50

69,9  %

78,3  %

79,3  %

79,5  %

77,1  %

82,7  %

82,6  %

85,3  %

30,1  %

21,7  %

20,7  %

20,5  %

22,9  %

17,3  %

17,4  %

14,7  %

2000

2005

2009

2010

2011

2011

2012

2013

40 30 20 10

é t é

En 2013, la proportion de jeunes de moins de 18 ans continue à se réduire, avec seulement 14,75 % de jobistes intérimaires de moins de 18 ans. Plusieurs arguments peuvent être invoqués pour expliquer cette évolution : les jobistes plus âgés ont probablement plus de possibilités de travailler durant l’année, leurs besoins financiers sont plus importants et en outre, la durée moyenne des études - pour diverses raisons - ne cesse de s’allonger.

Chapitre 3 • Accidents du travail des intérimaires 2013

29


évolution du taux de fréquence selon la catégorie d’âge Tf

60

Tf < 18 ans 50

Tf ≥ 18 ans

40 30

2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 é t é

22,37 15,97

22,65 18,85

31,43 20,90

24,72 23,90

26,80 24,73

30,04 27,00

39,10 26,20

51,90 41,76

48,90 34,48

10

45,60 39,00

20

2011 2012 2013

évolution du taux de gravité selon la catégorie d’âge Tgr

0,6

Tgr < 18 ans

0,5

Tgr ≥ 18 ans

0,4 0,3

0,20 0,15

0,21 0,18

0,36 0,17

0,27 0,19

0,37 0,26

0,38 0,28

0,37 0,24

0,45 0,32

0,46 0,35

0,1

0,34 0,31

0,2

2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2011 2012 2013 é t é

Le net recul, en 2013, des taux de fréquence et de gravité pour l’ensemble du groupe des jobistes intérimaires est principalement attribuable au groupe des jeunes de +18 ans. Chez les jeunes de -18 ans, on observe une amélioration limitée : -1,2 % pour le taux de fréquence et -4,8 % pour le taux de gravité. Le groupe des +18 ans a enregistré un bon résultat en 2013. Après une avancée significative en 2012, le taux de fréquence a encore diminué de -15,3 % pour s’établir à 15,97. La même évolution est observée pour le taux de gravité (-16,7 % à 0,15). La stagnation enregistrée en 2012 dans ce groupe pour ce paramètre (0,18) est ainsi entièrement annulée.

30

rapport annuel 2013 •


3.4.4 Explications sur les chiffres d’accidents du travail 2013 des jobistes intérimaires

3.4.4.1 Constats

• En 2013, 191.015 étudiants ont exercé un travail de jobiste par l’intermédiaire d’une agence d’intérim et ont presté ensemble 21.092.318 heures. Ceci représente pratiquement un statu quo par rapport à 2012 (à peine 1,3 % d’augmentation), ce qui correspond bien à la tendance générale pour l’ensemble du groupe des intérimaires, qui affiche lui aussi un nombre d’heures prestées en stagnation en 2013 (avec une baisse minime de -0,7 %). • En 2013, par rapport à 2012, le taux de fréquence des accidents du travail des jobistes a diminué de 14,8 % et le taux de gravité de 15,8 %. • Si l’on compare à 1999, bien que le nombre de jobistes ait plus que doublé en 2013, le taux de fréquence a baissé de 76 % et le taux de gravité de 74 %. • Le nombre d’heures prestées par contrat, et donc par jobiste, est resté stable en 2013 (110,42 heures). Les années précédentes, ce nombre n’avait cessé d’augmenter, passant de 80 heures par contrat en 2010 à 110,5 en 2012, soit une hausse remarquable. Cette évolution favorable en 2012 est sans aucun doute liée à l’assouplissement de la législation permettant aux jobistes de travailler 50 jours par an en bénéficiant de cotisations sociales avantageuses. Ce changement a immédiatement produit un effet positif maximal, lequel ne s’est plus renforcé en 2013. • 1,85 étudiants-jobistes sur 1000 ont eu un accident du travail en 2013 (depuis 2011, on tient compte des accidents avec au moins 1 jour d’incapacité, soit le même mode de calcul que pour les autres intérimaires et travailleurs). • Entre les différents groupes d’âge, les grandes différences dans le taux de fréquence et de gravité n’ont cessé de s’estomper au cours des dernières années. Il arrive qu’une catégorie se démarque temporairement. On observe ainsi une légère dégradation en 2011 parmi les -18 ans, mais les chiffres se sont entièrement rétablis en 2012 et sont restés stables en 2013. Les +18 ans ont affiché des résultats un rien supérieurs et ont enregistré en 2013 une baisse des taux de fréquence et de gravité de -15,3 % et -16,7 % respectivement.

Chapitre 3 • Accidents du travail des intérimaires 2013

31


3.4.4.2 Conclusion

Tant pour 2012 que pour 2013, les chiffres d’accidents du travail parmi les étudiants jobistes intérimaires sont positifs. En 2013, les taux de fréquence et de gravité ont encore sensiblement diminué. Le taux de fréquence baisse ainsi de -14,8 % à 16,74 et le taux de gravité de pas moins de -15,8 %, à 0,16. Le nombre d’heures d’occupation, qui a stagné en 2013, n’a pu exercer aucune influence sur ces chiffres ! La différence entres les groupes d’âge -18 et +18 sur le plan des accidents du travail n’a cessé de se réduire au fil des ans. En 2012, cette différence avait presque entièrement disparu. En 2013, la catégorie -18 a encore progressé, mais ce sont les jobistes intérimaires +18 ans qui ont enregistré les meilleurs chiffres. Grâce à ce résultat pour les +18 ans et à leur poids prépondérant au niveau de l’occupation, l’ensemble du groupe des jobistes intérimaires a affiché des résultats positifs en 2013. Prévention et Intérim constate que, depuis tout un temps, le taux de fréquence des jobistes intérimaires est inférieur à la moitié du taux enregistré par l’ensemble du groupe des intérimaires (2013 : Tf 16,74 contre Tf 41,29). En 2008, cela s’est vérifié pour la première fois de justesse (Tf 30,07 contre Tf 61,8) pour ensuite descendre de plus en plus nettement sous les 50 %. La progression chez les travailleurs intérimaires est donc encore plus marquée dans le groupe des jobistes. Un paramètre qu’il faudra tenir à l’œil. Le nombre de jobistes sur 1000 ayant été victimes d’un accident du travail est en baisse et repasse, avec un chiffre de 1,85, sous la barre de 2 pour la première fois depuis le dernier recensement d’été, en 2011. Ces éléments permettent d’affirmer que les jobistes intérimaires n’ont pas été exposés, pendant l’année, à des risques plus élevés. Si l’on compare à l’ensemble du groupe des intérimaires, cette donnée est encore plus impressionnante. En 2013, 13 intérimaires sur 1000 ont encore eu un accident du travail (ce qui, pour cette catégorie, est déjà une amélioration par rapport à 2012). Toutes les actions de prévention menées via les écoles, les agences d’intérim et les entreprises à l’attention des jeunes montrent clairement leur utilité. Ces efforts ne seront pas relâchés. Prévention et Intérim reste clairement visible avec toutes ses campagnes de sensibilisation. PI va ainsi poursuivre ses séances d’information relatives à la réglementation sur la protection des jeunes, tandis que le site www.jesuisjobiste.be restera accessible toute l’année, comme en 2013. Il est très important de développer une bonne attitude chez les jeunes dès leur première mise au travail. Les jeunes sont en effet les travailleurs de demain. Tous les résultats obtenus dans cette catégorie d’âge resteront acquis dans la suite de la carrière professionnelle. Ce qui représente une source d’amélioration évidente dans l’ensemble du groupe des travailleurs et des intérimaires ! À cet égard, le site www.jesuisjobiste.be reste un soutien important pour les jeunes !

32

rapport annuel 2013 •


3.5

Conclusion générale

Après les bons chiffres de 2012, l’année 2013 affiche à nouveau des résultats positifs. La deuxième année de crise consécutive dans le secteur du travail intérimaire n’affecte pas la progression au niveau de la sécurité et du bien-être. En 2012, trois seuils avaient déjà été franchis : le taux de fréquence pour l’ensemble des intérimaires était descendu pour la première fois en dessous de 50, le taux de gravité réel en dessous de 1 et le taux de gravité global en dessous de 3. En 2013, la tendance se confirme. Le taux de fréquence a encore diminué de -8,0 % et semble se rapprocher de la barre des 40. Le taux de gravité réel a lui aussi diminué de -4,6 % pour s’établir à 0,85. Le seul bémol est le taux de gravité global, en légère hausse, mais qui reste néanmoins bien en dessous de 3 (2,62). Notons également que pour la première fois, la part des ouvriers descend sous les 60 %. En 2013, les jobistes ont réalisé la percée la plus significative au niveau des chiffres d’accidents du travail, avec respectivement -14,8 et -15,8  % pour le taux de fréquence et le taux de gravité. Dans l’optique de maîtriser les chiffres des accidents du travail chez les intérimaires, PI continue à insister sur l’importance d’une fiche de poste de travail correctement remplie. Celle-ci constitue un instrument pratique pour assurer une bonne communication en matière de sécurité sur le lieu de travail. À cet effet, Prévention et Intérim a développé et lancé en 2013 le site internet www.fichepostedetravail.be. Cet outil améliore la collaboration entre les entreprises de travail intérimaire et les utilisateurs, ceci au bénéfice des intérimaires. L’utilisateur est encouragé à remplir les fiches de postes de travail dans l’optique du résultat à atteindre et à se baser pour cela sur des analyses de risques correctes. Il peut télécharger des exemples de fonctions types, compléter en ligne une fiche de poste de travail et l’imprimer avec le logo de son entreprise. Prévention et Intérim a l’intention, avec le secteur du travail intérimaire et tous les intervenants concernés, de continuer à améliorer les chiffres d’accidents du travail des intérimaires dans les années à venir.

Chapitre 3 • Accidents du travail des intérimaires 2013

33


4 34

rapport annuel 2013 â&#x20AC;˘

Base de


Données Centrali Base de Données Centralisée Hoofdstuk 1 pour le secteur de l’intérim 4 Chapitre 4 • Base de données centralisée pour le secteur de l’intérim

35


4.1

Réalisation de la Base de Données Centralisée

En juin 2013, la Base de Données Centralisée était prête à démarrer pour le secteur intérimaire. Vous retrouverez dans cette base de données tous les résultats des examens de santé des intérimaires. Celle-ci émane d’une demande des partenaires sociaux et présente de nombreux avantages. Elle permet de consulter une base de données regroupant les visites médicales et empêche les répétitions inutiles d’examens médicaux des intérimaires. Elle présente également un gain de temps considérable pour le secteur de l’intérim, pour les consultants et une disponibilité plus rapide des intérimaires qualifiés et expérimentés chez le client-utilisateur. La Base de Données Centralisée porte les initiales PI-M avec logo Prévention et Intérim et l’ajout de la lettre M pour médical.

avec PI-M pour

Le développement de cette Base de Données Centralisée a été défini dans l’article 14 de l’arrêté royal du 15 décembre 2010 fixant les mesures concernant le bien-être au travail des travailleurs intérimaires. Dans cet article 14, on y précise également que la base de données doit être gérée par Prévention et Intérim, le service central pour la prévention du secteur de l’intérim. La Base de Données Centralisée répond à toutes les exigences en ce qui concerne les données privées des intérimaires.

4.2

Collaboration avec les services médicaux

Prévention et Intérim a informé tous les services médicaux en juin 2013 que la Base de Données Centralisée avait été développée et leur a demandé de collaborer à celle-ci comme il est prévu à l’article 8 § 3 de l’arrêté royal de 2010 sur le travail intérimaire. Les résultats des évaluations de santé des intérimaires concernant les risques pour la santé sont transférés dans la Base de Données Centralisée, conformément à la décision de la commission paritaire du secteur de l’intérim. Il est évident que la Base de Données Centralisée ne peut pas fonctionner totalement sans que les résultats des examens de santé de tous les travailleurs intérimaires ne soient transférés vers cette base de données.

36

rapport annuel 2013 •


4.3

Comment utiliser la Base de Données Centralisée ?

La Base de Données Centralisée est accessible à partir d’un navigateur web via un login et un mot de passe. Une simple connexion Internet suffit pour consulter cette base de données. Donc chaque agence d’intérim, petite ou grande, aura accès à cette base de données. En outre, les développeurs du site Internet ont prévu en plus une communication via webservice pour le transfert des données entre les services médicaux et la Base de Données Centralisée. Et ce pour chaque service médical. En fonction des permissions liées au profil de l’utilisateur, celui-ci pourra : •• Le consultant pourra rechercher les résultats d’aptitude médicale des intérimaires qui correspondent aux aptitudes attendues pour le poste de travail pour lequel ils seront employés ; •• Le médecin du travail introduira les résultats des visites médicales ; •• La possibilité d’obtenir l’impression d’un extrait sur les résultats de la visite médicale qui devra être transféré au client-utilisateur. La consultation de la Base de Données Centralisée se fait toujours en fonction des données présentes dans la fiche de poste de travail créée par l’utilisateur. Dans celle-ci, nous retrouvons les risques pour la santé qui ont été identifiés pour le poste de travail spécifique. Pour une recherche dans la base de données, il faut introduire le numéro de registre national de l’intérimaire ainsi que le numéro d’identification de la fiche de poste de travail pour lequel l’intérimaire est candidat. Dans la Base de Données Centralisée, le numéro d’identification de la fiche de poste de travail se définit comme suit : N° BCE utilisateur/numéro interne du poste de travail/date de création//risques pour la santé Prévention et Intérim a développé en parallèle à la Base de Données Centralisée le site www.fichepostedetravail.be où les agences d’intérim et les clients-utilisateurs peuvent trouver de l’information sur les fiches de postes de travail et créer leur fiche de poste et le numéro d’identification de la fiche de poste de travail.

Chapitre 4 • Base de données centralisée pour le secteur de l’intérim

37


4.4

Initiation à la Base de Données Centralisée

Au cours de l’année 2013, Prévention et Intérim a rencontré tous les services externes de prévention et de protection au travail et a expliqué en détail la Base de Données Centralisée. Les bureaux d’intérim ont reçu des formations sur le contenu et l’utilisation de la Base de Données Centralisée dans le courant de 2012 et 2013. Cette formation a été donnée pour 70 personnes de liaison d’entreprises qui représentent 90 % du marché du secteur de l’intérim. Il est possible d’accéder à un “e-learning” pour découvrir le fonctionnement de la Base de Données Centralisée. Pour consulter ceci, rendez-vous sur la page d’accueil de notre site internet et cliquez sur l’onglet PI-M. Nous nous sommes attelés à développer une aide complète autour de cette base de données. En partenariat avec une entreprise de communication, nous avons créé pour la base de données vidéos, manuels et FAQ’s. dans la page d’accueil sur notre Vous pouvez retrouver ces vidéos sous l’onglet site www.p-i.be. Ces vidéos sont destinées aux futurs utilisateurs de cette Base de Données Centralisée : les entreprises de travail intérimaire et les services externes pour la prévention et la protection au travail. Sur le site de Prévention et Intérim ( www.pi.be ), une page web est à la disposition des futurs utilisateurs où il peuvent s’informer sur les avancées de la Base de Données Centralisée. Cette page web est accessible via le bouton PI-M.

38

rapport annuel 2013 •


Un site Internet www.PI-M.be a été créé pour accueillir la Base de Données Centralisée. Le développement de ce site web se poursuivra en 2014. Nous avons développé en 2013 une carte de vaccination pour les intérimaires. Cette carte de vaccination qui sera distribuée dans un futur proche permettra aux différents acteurs médicaux (médecin traitant, médecin du travail) de compléter ou de vérifier si les vaccinations indispensables pour certain type de poste de travail sont en ordre.

Chapitre 4 • Base de données centralisée pour le secteur de l’intérim

39


5

Campagn


nes de sensibilisati Campagnes de sensibilisation 5 Hoofdstuk 1


5.1

Campagne 2013

5.1.1  Action pour les jobistes 2013

Le site Internet dédié aux jeunes leur propose informations et conseils pour travailler en sécurité. La législation relative au bien-être au travail des jeunes travailleurs est également abordée (par exemple les tâches autorisées ou non) ainsi que des informations utiles concernant les contrats et les salaires. L’organisation du site pour les jeunes www.jesuisjobiste.be a été revue dans le sens d’une plus grande interactivité. Un concours a été organisé, dans lequel les jeunes étaient invités à télécharger une photo originale sur le site web. Les participants pouvaient tester leurs connaissances en matière de sécurité avec un quiz interactif. Le jeu se poursuivait avec des points que les photos des participants pouvaient récolter grâce aux “likes” de leurs amis. Des affiches et des dépliants invitant à découvrir le site Internet et le concours ont été distribués via les agences d’intérim.

42

rapport annuel 2013 •


PI est également présent sur Facebook (PIjob), le média social de prédilection des jeunes, pour mieux faire connaître son site Internet. Le concours lui-même se présente comme une porte d’entrée attrayante vers le site Internet.

5.1.2  Action dans les écoles

En 2013, Prévention et Intérim a de nouveau entrepris une campagne de visites d’écoles dans toute la Belgique dans le cadre de son action pour les jobistes. Les écoles ont répondu positivement à cette initiative visant à lutter contre les accidents du travail chez les jeunes. Grâce à ces présentations informatives et éducatives, les élèves peuvent prendre conscience de risques liés à certaines activités. De plus, le site Internet pour les jeunes offre toutes sortes d’informations et de matériels aux enseignants pour continuer à approfondir le thème de la sécurité. Au total, 28 présentations ont été données.

Chapitre 5 • Campagnes de sensibilisation

43


5.2

Projets européens

Au cours de l’année 2013, Prévention et Intérim a été impliqué en tant que partenaire dans deux projets européens. Contracteranto : cette plateforme en ligne lancée en décembre 2013 est un lexique terminologique en rapport avec le travail pour différentes langues : turc, bulgare, néerlandais, anglais, français, portugais et espagnol. Contracteranto couvre tous les secteurs de l’industrie, toutes les fonctions à haut risque et tous les sujets liés à la sécurité. TOOLBOXLAB : un projet en cours de développement qui propose des réunions de formation aux équipes de chantier dans le secteur de la construction. Ces formations adaptées se focalisent sur la façon de mettre en place un système de toolbox meetings efficace, de mener à bien ces réunions, de motiver les travailleurs à y participer et de bien communiquer sur les questions de santé et de sécurité.

5.3

Canaux de communication

5.3.1 Site Internet de Prévention et Intérim – www.p-i.be

Le site Internet constitue un moyen important pour réaliser et soutenir les missions de sensibilisation de Prévention et Intérim. Les fonctions du site web sont principalement de •• fournir des informations et des explications concernant les derniers développements de la législation sur le bien-être et la sécurité au travail ; •• sensibiliser, former et donner des avis sur tous sujets en rapport avec la santé et la sécurité au travail des intérimaires ; •• développer des outils d’information sur mesure sur ces sujets et les mettre gratuitement à disposition. Le site Internet de PI est complété par les sites d’information www.fichepostedetravail.be, www.jesuisjobiste.be et www.pi-m.be.

5.3.1.1

www.jesuisjobiste.be

Le site www.jesuisjobiste.be reprend toute l’information concernant le bien-être au travail des jeunes travailleurs. Tant les étudiants jobistes que les consultants en intérim ou les enseignants pourront trouver cette information utile. Le site a été complètement rénové en 2013. Un concours photo a également été lancé pour attirer les jeunes vers le site web, avec des appareils photos et des places de cinéma à la clé.

44

rapport annuel 2013 •


5.3.1.2

www.fichepostedetravail.be

La construction du site Internet www.fichepostedetravail.be a été achevée en 2013. Les agences d’intérim et leurs clients-utilisateurs y trouveront des explications détaillées sur la législation et sur l’analyse des risques préalable à la rédaction d’une fiche de poste de travail. Un guide d’utilisation est aussi disponible ainsi que des aides pour l’utilisateur dans la composition d’une fiche de poste pour un intérimaire. Les agences d’intérim qui reçoivent des fiches de poste incomplètes pourront orienter utilement leurs clients vers ces pages. Les utilisateurs y trouveront entre autres des modèles à télécharger ou à compléter en ligne, ainsi que des exemples de fonctions types, de descriptions de postes et de fiches de poste pour quelque 80 métiers dans une douzaine de secteurs.

Chapitre 5 • Campagnes de sensibilisation

45


5.3.1.3 www.PI-M.be Le site Internet www.pi-m.be propose des informations sur le développement de la Base de Données Centralisée PI-M à l’intention des parties concernées.

5.3.2 PI News

Le PI News paraît trois fois par an et est diffusé auprès des agences d’intérim, conseillers en prévention, assureurs, pouvoirs publics, services externes de prévention et protection au travail et grandes entreprises de Belgique.

46

rapport annuel 2013 •


Le PI News, diffusé à 3.000 exemplaires, propose une sélection d’informations importantes et utiles pour les consultants en intérim. À travers ce média, PI informe les agences d’intérim sur ses activités et reprend les acualités du secteur. Le site Internet de PI est également renseigné pour trouver un complément d’information.

5.3.3 PI Mail

Prévention et Intérim envoie chaque semaine par e-mail un PI Mail destiné aux personnes de liaison. Cet e-mailing a pour objectif de rapporter les actualités dans le domaine de la prévention et de la sécurité au travail. Les personnes de liaison sont ainsi mises au courant des différents projets et événements portés par Prévention et Intérim.

5.3.4 Groupes de travail

Pour développer les interactions entre les personnes de liaison et Prévention et Intérim, des groupes de travail sont mis en place sur des thèmes essentiels pour le secteur. Trois groupes ont poursuivi leur travaux en 2013. Groupe de travail “fiche de poste de travail” : ce groupe a travaillé sur les contenus informatifs du site www.fichepostedetravail.be. Groupe de travail “cas de violence et de harcèlement” : en 2013 ce groupe a rédigé un protocole d’action et développé une affiche de sensibilisation. Le groupe s’est réuni deux fois en 2013.

Chapitre 5 • Campagnes de sensibilisation

47


Groupe de travail “jeunes” : ce groupe a été réuni une seule fois, pour évaluer la campagne 2013 pour les jobistes. 15 jeunes ont participé à cette réunion.

5.3.5 Journées d’étude

Une “journée des personnes de liaison” a été organisée le 1er février 2013 sur le thème important de la Base de Données Centralisée des intérimaires.

5.4

Produits de sensibilisation

5.4.1 Agenda 2014

L’agenda est l’un des outils de sensibilisation les plus importants à destination des intérimaires.

48

rapport annuel 2013 •


L’agenda se compose de : •• un calendrier classique par mois / jour qui permet en particulier de comptabiliser les jours de travail ; •• des conseils pratiques et des messages de sensibilisation à la santé et la sécurité au travail, chaque intérimaire y trouve matière à réflexion ainsi que des idées à appliquer au travail comme chez soi ; •• un outil de planning personnel. L’agenda renseigne en outre l’intérimaire sur des ressources comme www.contracteranto.com, un lexique de sécurité en ligne avec des traductions dans 7 langues de toute la terminologie en rapport avec la sécurité au travail. Fin 2013, Prévention et Intérim a distribué 129.000 exemplaires dans toutes les agences d’intérim, ainsi que lors de formations et diverses rencontres professionnelles.

5.4.2 Bouchons d’oreilles et pansements

En 2013, Prévention et Intérim a produit des bouchons d’oreilles marqués aux couleurs du site Internet pour les jobistes afin de mieux faire connaître celui-ci. Les bouchons ont été distribués dans les agences d’intérim et dans les écoles. De la même manière, des pansements marqués aux couleurs de PI ont été distribués dans les agences d’intérim.

Chapitre 5 • Campagnes de sensibilisation

49


5.4.3 Affiches

PI a mis à la disposition des agences d’intérim une nouvelle affiche sur le thème de la prévention des agressions. Cette affiche a été développée dans le cadre du groupe de travail sur les cas de violence et de harcèlement. Des affiches de la campagne pour les jobistes intérimaires ont également été mises à la disposition des agences (et des écoles), de même que des affiches pour faire connaître le projet Contracteranto.

50

rapport annuel 2013 •


Prévention et Intérim propose encore des affiches avec des consignes de sécurité simples et directes (au format 40 x 60 cm). Ces affiches étant rééditées depuis plusieurs années. Le choix d’affiches disponibles peut être visualisé sur le site Internet de PI. Les messages concernent des métiers comme nettoyeur industriel, employé de logistique, élingueur, aideménagère, chauffeur ou pontier, ou encore la signalisation des produits dangereux.

Chapitre 5 • Campagnes de sensibilisation

51


5.5 Formations

5.5.1 Formation pour les personnes de liaison

En 2013, Prévention et Intérim a encore proposé aux personnes de liaison sa formation de conseiller en prévention au niveau de base, formation organisée en collaboration avec un partenaire. L’objectif est de fournir aux personnes de liaison des entreprises d’intérim et à leurs collaborateurs une formation adaptée qui fait le tour des exigences de la législation sur le bien-être au travail, en tenant compte des spécificités du secteur de l’intérim. Les matières abordées couvrent la législation sur le bien-être, la sécurité incendie, l’ergonomie et les charges psychosociales de même que les thèmes spécifiques au secteur de l’intérim. Les accidents du travail et le travail étudiant sont également exposés de manière détaillée. Les personnes de liaison peuvent être confrontées avec divers sujets et secteurs, de même qu’avec d’autres intervenants comme les utilisateurs, les services externes ou l’inspection du travail. Elles doivent donc être bien préparées pour guider les intérimaires dans cet environnement complexe et les préserver des accidents du travail et des maladies professionnelles. Cette formation procure aux personnes de liaison les connaissances nécessaires pour transmettre aux intérimaires et aux entreprises les informations utiles concernant les risques auxquels ils peuvent être exposés ainsi que les directives en rapport avec la prévention.

5.5.2 Cours de droit social pour les consultants en intérim

En complément au cours de droit social organisé par Federgon, Prévention et Intérim aborde la partie “politique de prévention et travail intérimaire”. Au cours de l’année 2013, 10 formations ont été dispensées dans les deux langues pour un total de 588 personnes. Lors de ces sessions, les futurs consultants peuvent prendre conscience du fait que la sécurité fait partie intégrante du processus de sélection d’un intérimaire. La législation est parcourue en attirant l’attention sur des sujets comme la loi sur le bien-être au travail, la fiche de poste de travail, les examens de santé, la qualification VCA et la répartition des rôles entre utilisateur et société d’intérim. En conclusion, des sessions d’examen sont prévues en français et en néerlandais pour le volet “politique de prévention et travail intérimaire”. En 2013, 1.103 candidats y ont participé.

52

rapport annuel 2013 •


5.6

Études, informations et activités de formation

Dans le domaine du bien-être au travail, Prévention et Intérim participe régulièrement à des journées d’étude et à des formations en collaboration avec divers organismes comme le CRESEPT, PREBES, PREVENT, VYDIAS, AMS, KLUWER, etc.

5.7

Articles de presse

En 2013, Prévention et Intérim a publié les articles suivants : Septembre 2013 Mai 2013 Avril 2013

“ Engager des étudiants : oui mais pas sans précautions!” “Baisse de 11 % des accidents de travail chez les intérimaires en 2012” Communiqué de presse “Un travailleur intérimaire au sein de l’entreprise”

Lettre d'information : La Sécurité au travail Belga Lettre d'information : La Sécurité au travail

Chapitre 5 • Campagnes de sensibilisation

53


6

P


Plan d’action 2014 Plan d’action 2014 6 Hoofdstuk 1


Plan d’action 2014 Site Internet de PI Dans le courant de 2013 le site pour jeunes de Prévention et Intérim, www.jesuisjobiste.be, a été réécrit et relié à student@work. En 2014, Facebook et Twitter seront développés davantage. Simultanément on examinera si Twitter peut être un canal intéressant pour les travailleurs intérimaires et Prévention et Intérim.

Produits de sensibilisation Les principaux produits sont : PI News (3x par an), affiches, Rapport annuel PI, agenda de l’intérimaire, outils techniques, PI-mail aux personnes de liaison. En 2014, une carte de vaccination sera conçue avec le logo de la Base de Données Centralisée PI-M pour les travailleurs intérimaires.

Statistiques des accidents du travail En 2014 on examinera la possibilité d’obtenir les statistiques par secteur et par fonction. D’autre part, la réalisation éventuelle d’un outil en ligne pour l’introduction de statistiques d’accidents du travail sera abordée concrètement. En 2014, une étude sur les accidents du travail graves parmi les travailleurs intérimaires sera lancée.

Jobistes En 2013, l’action dans les écoles a été lancée et se poursuivra en 2014. Lors d’une réunion de concertation entre Prévention et Intérim et une dizaine de jeunes (en octobre 2013), il est clairement apparu que les jeunes ont une vision pertinente concernant la prévention et la protection au travail. Un groupe de travail “Jeunes” sera mis en place afin d’examiner, avec les écoles et les personnes de liaison (en tant qu’experts de terrain), sous quelle forme les informations sur la sécurité doivent être diffusées parmi ce groupe cible.

Base de Données Centralisée Le développement de la Base de Données Centralisée a été réalisé en 2013. En 2014, la Base de Données Centralisée sera utilisée par toutes les parties concernées. Pour soutenir la base de données, un outil de e-learning a été développé et sera intégré dans la base de données.

56

rapport annuel 2013 •


Législation En 2014, toutes les circulaires existantes seront actualisées et retravaillées en fonction de la législation publiée.

Groupes de travail Prévention et Intérim a créé, avec les personnes de liaison un groupe de travail “Agression et cas de violence de la part de tiers”. Ce groupe de travail a rédigé un protocole qui peut servir comme guide dans les différentes entreprises de travail intérimaire. À partir de 2014, ce groupe de travail se réunira au moins une fois par an. En 2013, le groupe de travail pour la fiche de poste de travail a lancé le site www.fichepostedetravail.be. Le site est une source d’information pour tous ceux qui travaillent avec des fiches poste de travail comme les utilisateurs des travailleurs intérimaires, les consultants des entreprises de travail intérimaire, les conseillers en prévention et les médecins du travail. En 2014, ce site sera relié à la Base de Données Centralisée PI-M.

Formation En 2014, des formations sur la manière d’utiliser les fiches de poste de travail seront organisées, ceci en combinaison avec le site fichepostedetravail.be développé par Prévention et Intérim. Le but ici est d’atteindre avant tout les consultants des entreprises de travail intérimaire.

Chapitre 6 • Plan d’action 2014

57


7


Annexes Annexes 7

Hoofdstuk 1

Chapitre 7 â&#x20AC;¢ Annexes

59


Membres de Prévention et Intérim au 31/12/2013 A CONCEPT INTERIM AB SERVICE LIMBURG bv ABSOLUTE WORK SPRL ABSOLUTE CONSTRUCT ACCENT JOBS FOR PEOPLE ACCENT CONSTRUCT ACTA INTERIM sa ACTIEF CONSTRUCT ACTIEF INTERIM AD INTERIM ADCOR CONSTRUCT sprl ADCOR INTERIM sprl ADECCO CONSTRUCT sa ADECCO PS ADMB AGO CONSTRUCT sprl AGO INTERIM BELGIE sa AGRO-SERVICES ALLO INTERIM sa APPRO sprl ARTEC Group Belgique ARTEMIS NETWORK sa ASAP.BE sa AVANCE HASSELT sprl AXIS sa AXXICOM sa BAKKER & PARTNERS sa BELGIUM TECHNICAL SUPPORT sa BIK INTERIM BLC sa BOSTONAIR Ltd. BTS INTERIM sa CARE TALENTS sa CN BELGIUM CONSELLT CONSTRUCT INTERIM SA CONTRACTAIR Ltd DAOUST DAXXA BELGIE sprl DIAMANT-A-GO//OPUS Interim E + sa EMS-CONSTRUCT bv EQUIP sa ERGOFLEX sa ETAPE INTERIM sprl EUROP INTERIM sa

60

rapport annuel 2013 •

2000 6049 GZ 8200 8200 8800 8800 4800 3560 3560 1000 8900 8900 1702 1702 8000 8500 8500 2500 1060 2830 2000 1050 3600 3500 2000 2000 2600 2100 1070 2490 UK-HU178DA 2070 8500 2610 8800 1000 24 8 WD UK 1050 2910 8500 3530 6603 4000 2800 8500 1060

ANVERS ROERMOND-HERTEN BRUGES BRUGES ROESELAERE ROESELAERE VERVIERS LUMMEN LUMMEN BRUXELLES YPRES YPRES GRAND-BIGARD GRAND-BIGARD BRUGES COURTRAI COURTRAI LIER BRUXELLES WILLEBROEK ANVERS BRUXELLES GENK HASSELT ANVERS ANVERS BERCHEM DEURNE ANDERLECHT BALEN EAST YORKSHIRE UK ZWIJNDRECHT COURTRAI ANVERS ROESELAERE BRUXELLES BASTINGSTOKE UK IXELLES ESSEN COURTRAI HOUTHALEN-HELCHTEREN WIJCKEN LIEGE MALINES COURTRAI BRUXELLES


EUROSTAR 25 BELGIUM sprl EXARIS INTERIM EXCEL INTERIM sa EXPERZA EXPRESS MEDICAL sa FLEX-IN LOGISTICS bv FLEXPOINT sprl FLEXTRA INTERIM sa FOCUS HR GROUP sa FORUM JOBS sa FRIDAY EUROTECH CONSTRUCT sa GO TEMP sprl GREENPOL INTERIM sprl H & L PEOPLE sa HARVEY NASH HAYS sa HET INTERIMPALEIS scrl HUMAN CONSTRUCT HUMAN SUPPORTS IMPACT CONSTRUCTION SA IMPACT sa IN PERSON BOUW bv INFORMATIC BENELUX sa INTELECT sprl INTERIM PARTNER sprl INTERIM@WORK INTERPASS sa INTERTIME sa JOB TALENT sa JOBCONCEPT sa JOBCONNECTION SA JOBS CONSTRUCT sprl JOBS scrl JUST WORK sa KELLY SERVICES INTERIM sa KEYWORKS sprl KONVERT INTERIM sa KONVERT INTERIM VLAANDEREN KONVERT INTERIM WALLONIE KONVERT KONSTRUKT SA 1A4 (KOPMAN INTERIM) LAB SUPPORT sa LEADER INTERIM sa LEM INTERIM sa LIB (Logistiek Interim Bedrijf) sa LINK2EUROPE sa

2321 1000 1050 8700 2000 4836 LG 3520 1730 2850 8800 2970 8500 2990 2000 1702 8520 1060 6000 6000 3500 3500 1013 AS 1050 2600 1050 3730 9450 2440 3000 8790 3000 3620 2600 8500 1160 3560 8500 8500 8500 8500 2000 2018 F-95604 4030 8500 2870

MEER BRUXELLES BRUXELLES TIELT ANVERS BREDA - NL ZONHOVEN ASSE BOOM ROESELAERE SCHILDE COURTRAI WUUSTWEZEL ANVERS GRAND-BIGARD KUURNE BRUXELLES CHARLEROI CHARLEROI HASSELT HASSELT AMSTERDAM NL BRUXELLES BERCHEM BRUXELLES HOESELT HAALTERT GEEL LOUVAIN WAREGEM LOUVAIN LANAKEN BERCHEM COURTRAI BRUXELLES LUMMEN COURTRAI COURTRAI COURTRAI COURTRAI ANVERS ANVERS EAUBONNE - F GRIVEGNEE (LIEGE) COURTRAI PUURS

Chapitre 7 â&#x20AC;¢ Annexes

61


LOSFELD CONSULT sprl M INTERIM sa MAANDAG BELGIE MANPOWERGROUP BELGIUM sa MERIDIAN BUSINESS SUPPORT Ltd MERVEILLE PLUS INTERIM sa MISE EN PLACE BELGIE sa MON INTERIM sprl MUNDO INTERIM sprl NOVA ENGINEERING sa (Procareer Solutions) OK PEOPLE ORANJEBUILD ORION ENGINEERING SERVICES Ltd PACK INTERIM SPRL PAGE INTERIM sa PEPS INTERIM sa PLUS UITZENDKRACHTEN sa QUALITAIR AVIATION HOLLAND BV QUALITAIR ENGINEERING SERVICES Ltd QUALITY sprl QUALITY@CONSTRUCT QUALITY@WORK RANDSTAD BELGIUM sa RANDSTAD CONSTRUCT sa REAL INTERIM REAL CONSTRUCT INTERIM sa REFLEX INTERIM RITMO INTERIM sa ROBERT HALF sprl ROBERT WALTERS PEOPLE SOLUTIONS sa RUNTIME sa SAFETEC INTERIM sprl SAMENWERKING TECHNIEK ORGANISATIE BELGIE sprl SEAWORKS.BE sprl SECRETARY PLUS MANAGEMENT SUPPORT SA SEGERS SELECT sprl SELECT HUMAN RESOURCES sa SELEXIS sa SKILLFLEX sa START PEOPLE CONSTRUCT sa START PEOPLE sa STEGMANN BELGIUM SUIVI TECHNIQUE ORGANISATION SYNERGIE BELGIUM sa SYNERGIE CONSTRUCT T BRUSSELS TALENTUS TEAM ONE TEMPO-TEAM

62

rapport annuel 2013 â&#x20AC;¢

7500 1000 2930 1050 WA17 PT 7950 3000 1160 3620 3500 6060 NL-3011 IV2 6AA 7100 1050 7000 2000 1437 EJ UK-CB85TE 8790 3900 3900 1853 1853 8630 8630 1050 2000 1702 1050 2221 2000 8670 2000 2000 3500 8500 3500 2800 2000 2000 2000 F-59380 2018 2018 1000 8790 4500 1020

TOURNAI BRUXELLES BRASSCHAAT BRUXELLES ALTRINCHAM CHESHIRE CHIEVRES (LADEUZE) LOUVAIN AUDERGHEM LANAKEN HASSELT GILLY XZ ROTTERDAM NL INVERNESS UK LA LOUVIERE BRUXELLES MONS ANVERS ROZENBURG-SCHIPHOL NL CAMBRIDGE UK WAREGEM OVERPELT OVERPELT STROMBEEK-BEVER STROMBEEK-BEVER FURNES FURNES BRUXELLES ANVERS GRAND-BIGARD BRUXELLES BOOISCHOT ANVERS COXYDE ANVERS ANVERS HASSELT COURTRAI HASSELT MALINES ANVERS ANVERS ANVERS QUAEDYPRE (FR) ANVERS ANVERS BRUXELLES WAREGEM HUY BRUXELLES


TENTOO sa T-GROUP; DIVISION T-INTERIM THE CREW FLEX sa THG-INTERIM AG TOBASCO sa TRACE ! sa TRACE CONSTRUCTION sa UNIQUE sa USG FINANCIAL FORCES VALESTA sa VCARRE AND PARTNERS VDET sa VIAVERA (VERA INTERIM) VIND sa VIND sa (Construction) VIO INTERIM VIVALDI'S CONSTRUCT VIVALDI'S INTERIM sa XTRA INTERIM Z - PROJECT STAFFING ZANTEO INTERIM Sp.zo.o

1930 2800 2000 4700 3500 6000 6000 2000 2000 2800 1082 3500 1930 8800 8800 9080 2850 2000 2100 3583 60-541

ZAVENTEM MALINES ANVERS EUPEN HASSELT CHARLEROI CHARLEROI ANVERS ANVERS MALINES BRUXELLES HASSELT ZAVENTEM ROESELAERE ROESELAERE BEERVELDE BOOM ANVERS DEURNE PAAL POZNAN-POLEN

Chapitre 7 â&#x20AC;¢ Annexes

63


64

rapport annuel 2013 â&#x20AC;˘


E.R. : Marijke Bruyninckx | Prévention et Intérim | Tour & Taxis, av. du Port 86C, Bte 302, B-1000 Bruxelles | Design : as@habilis.be

Service Central de Prévention pour le Secteur du Travail Intérimaire asbl

Tél 02 204 56 80 Fax 02 204 56 89

Info@p-i.be www.p-i.be

Numéro gratuit : 0800 23 999

Rapport annuel Prévention et Intérim 2013  

Le Service Central de Prévention pour le Secteur Intérimaire

Rapport annuel Prévention et Intérim 2013  

Le Service Central de Prévention pour le Secteur Intérimaire

Advertisement