Issuu on Google+

PAGE 3 : EDITORIAL ET FESTIVITES DE FIN D’ANNEE PAGES 4-5 : DOSSIER : LA CUISINE CENTRALE EN IMAGES PAGES 6-7-8-9-10 : ACTUALITE : VISITE DU PREFET DE POLICE, TRAVAUX A LA PISCINE, INTERVENTIONS ARTISTIQUES DANS LES ECOLES, INAUGURATION DES VITRAUX DE SAINT-MACLOU PAGES 11: VUES D’ICI PAGE 12 : VIE SPORTIVE : L’EXPLOIT D’UN MARIN... WATTRELOSIEN ! PAGES 13-14-15-16-17-18-19-20 : VIE DES QUARTIERS PAGE 21 : QUOI DE NEUF SUR INTERNET ? PAGES 22-23 : RUES DE WATTRELOS/DANS LE RETRO PAGES 24-25 : VIE CULTURELLE/A VOIR PAGES 26-27 : EXPRESSION POLITIQUE.....

BIMESTRIEL D’INFORMATIONS DE LA VILLE DE WATTRELOS www.ville-wattrelos.fr N°65 - Décembre 2002 - 0.61

Y’A COMME UN AIR DE FETES...


... FRIGO FOUTU ? Pour vous en débarrasser, contactez le Mouvement Ecologique du Nord dont la filiale Multicyclages Industrie a repris ses activités (03.20.70.20.20).

BABY-SITTING Les Papillons Blancs de Roubaix-Tourcoing proposent un service de baby-sitting assuré par des étudiants en écoles d'éducateurs, d'infirmières ou de puériculture pour les enfants handicapés mentaux ou polyhandicapés. Adressez vos demandes à Nadine Wattez (03.20.69.11.20).

ETUDIANTS ET LYCEENS EN SALON La 16ème édition du salon de l'étudiant et du lycéen de Lille, organisé par La Voix-L'Etudiant, se tiendra les 23, 24 et 25 janvier à Lille Grand Palais de 9h à 18h sans interruption sur le thème " Les métiers liés aux enfants ". Trois jours d'informations pour les étudiants et les lycéens.

FOLLEREAU A 40 ANS L'association Raoul Follereau Roubaix, Wattrelos et environs fête ses 40 ans en janvier, en coïncidence avec la 50ème Journée mondiale des Lépreux (25 et 26 janvier). Si vous souhaitez agir ou donner, prenez contact avec l'association ou avec ses délégués: André Raepsaedt, 38, rue Magenta ; Michel Letien, 1, rue du Tilleul ; François Decornet, 20, rue du Petit Tournai ; Danièle Cayet ; Christine et Marie-Gilles Lefevre, 15, rue de la Tannerie ; Carole Delehouze, 287, rue J.-Guesde ; Thérèse Pennachio, 110, av. H.-Carette ; Christelle Hennebaut, 153, rue des Poilus; Bruno Delbroëck, 4, rue du Nouveau Riche. Association Raoul Follereau, 110, av. Henri-Carette à Wattrelos, 03.20.75.88.70 ou 03.20.80.48.56.

INFOS PRATIQUES SOMMAIRE EVENEMENT P.3 Marché de Noël, carrousel : une fin d’année pour faire la fête ! DOSSIER P.4,5 Cuisine centrale : un reportage imagé pour tout comprendre ACTUALITE P.6,7,8,9,10 Visite wattrelosienne pour le préfet de police Nouveau calcul pour votre taxe d’habitation Une piscine en travaux, un directeur à la retraite Des artistes dans les écoles Saint-Maclou : les vitraux inaugurés

Directeur de la publication : Dominique Baert Réalisation : Service Presse et Communication (03.20.81.64.25) Mairie de Wattrelos BP 109 59393 Wattrelos Cédex Rédaction : Jacques Mary (03.20.81.64.23), Nazzario Santamaria (03.20.81.64.28), Frédéric Hollebecque (03.20.81.64.26) Photos : Eric Demey Conception graphique : Atelier télescopique Mise en page : Sabine Rysman Photogravure- Impression : Impression Directe - Roubaix Distribution : La Poste tirage : 19 000 exemplaires © Tous droits réservés 2002 Dépôt Légal à parution

VUES D’ICI P.11 VIE SPORTIVE P.12 Jérôme Thiriez sur la route du Rhum : l’exploit d’un marin... wattrelosien ! VIE DES QUARTIERS P.13 : Centre, Saint-Lievin, Houzarde P.14 : Vieille Place, Crétinier, Ballon P.15 : Laboureur, Sartel, Beck P.16 : Mousserie, Martinoire P.17 : Sapin Vert, Tilleul P.18 : Touquet, Mont-à-Leux, Marlière P.19 : Beaulieu P.20 : Plouys QUOI DE NEUF SUR INTERNET ? P.21 RUES DE WATTRELOS / DANS LE RETRO P.22,23 VIE CULTURELLE / A VOIR P.24,25 L’agenda de vos sorties EXPRESSION POLITIQUE P.26,27

ALLO, LA MAIRIE ? 03.20.81.66.66. Site internet : www. ville-wattrelos.fr : - l’info - le service - l’actualité - le dialogue Pour signaler tout problème d’éclairage de voirie, etc. : 0800.05.18.63 Ce numéro vert est également valable si vous souhaitez faire enlever une épave). URGENCES Police Secours : tél 17 Sapeurs Pompiers : tél 18 Urgences EDF : 0810 333 159 Urgences GDF : 0810 433 059 Gendarmerie : 03.20.75.74.21 Hôpital de Wattrelos : 03.20.66.40.00 LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.02


...

EDITORIAL JOYEUSES FETES A TOUS ! Permettez-moi tout d'abord, à l'approche des fêtes de fin d'année, de vous souhaiter à toutes et à tous un joyeux Noël et de vous présenter d'ores et déjà mes meilleurs vœux pour l'année 2003. L'année 2002 s'achève et avec elle, de grands chantiers : Wattrelos compte désormais un groupe scolaire Lavoisier tout neuf, un musée agrandi, beaucoup de rues refaites dont celle du Commandant-Bossut bien sûr, ainsi qu'une cuisine centrale qui garantit qualité et sécurité à notre restauration collective.

A l'occasion des festivités de fin d'année, 36 chalets sont actuellement installés jusqu'au 24 décembre place Delvainquière. 36 chalets pour… 67 demandes ! Les organisateurs ont donc habilement décidé d'effectuer un roulement afin que l'offre de cadeaux divers et de restauration soit constamment renouvelée. Parmi les nombreuses animations, des balades à dos de dromadaires, des promenades en sulkys tirés par des ânes et de nombreux numéros d'artistes très étonnants.

2002 fut aussi l'année de la concrétisation d'autres grands projets : le début des travaux de la dernière tranche du parc du Lion et les bassins d'orage tant attendus par les habitants du Montà-Leux notamment. Nos engagements, nous les tenons également dans d'autres domaines : celui de la démocratie de proximité avec des comités de quartier qui commencent à être installés, celui de la sécurité avec des effectifs de police municipale qui ne cessent d'être renforcés, celui de l'éducation avec des plates-formes informatiques qui profitent désormais aux enfants de toutes les écoles publiques de Wattrelos. L'an prochain, l'une de nos grandes priorités sera l'amélioration des conditions de fonctionnement des services publics municipaux. Double objectif : disponibilité et efficacité accrues. Nous poursuivrons donc nos efforts pour que 2003 soit aussi une année toute en action ! Le maire, Dominique Baert

Bien entendu, le Père Noël descendra comme d'habitude du clocher de Saint-Maclou le 24 décembre à 18h. N'oublions pas non plus le superbe carrousel qui restera présent jusqu'au 12 janvier. Le marché de Noël est ouvert du lundi au vendredi de 15h à 19h et le week-end de 10h30 à 19h30. Joyeuses fêtes !

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.03


... CUISINE CENTRALE : SUIVEZ LE GUIDE ! Les normes d’hygiène y sont très strictes et pour cette raison, la cuisine centrale ne se visite pas. Alors, pour vous livrer quelques images de ce que vous ne verrez jamais, le Journal de Wattrelos a enfilé blouse et masque, histoire de passer incognito...

DOSSIER Une cuisine centrale, c’est une organisation sans faille : sur les “échelles” où sont entreposées les plateaux repas, on trouve à la fois la destination des repas et une fiche technique reprenant toutes les informations utiles du menu... jusqu’au nombre de tranches par personne !

A la réception des produits, le magasinier contrôle tous les bons de livraison avant de décharger. Il les stocke ensuite dans des pièces distinctes et très précisément tempérées (+3° pour les légumes par exemple), puis fournit les collègues en zone légumerie ou en zone déconditionnement.

En déconditionnement, on déballe les produits sous vide et on ouvre les conserves. Tout est constamment noté : la date, la température, la date limite de consommation... Dans la salle d’à côté, on coupe les légumes, on prépare les plats froids et on tranche la viande cuite la veille.

La zone cuisson communique avec la zone froide par un frigo où est entreposé ce qui est à cuire et ce qui est cuit. Dans la salle, on trouve d’énormes marmites, sauteuses et fours mixtes. Après cuisson, les aliments doivent descendre en-dessous de 10° en moins de deux heures avant le conditionnement. Les repas sont ensuite stockés à +3° et sont acheminés dans les trois jours qui suivent dans des camions réfrigérés afin de ne pas briser la chaîne du froid.

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.04


Les repas sont livrés chez les personnes âgées à domicile et dans les cuisines dites “satellites” (celles des écoles et des foyerslogements) où l’on assemble les aliments et où l’on cuit tout ce qui ne peut être réchauffé (les fritures, notamment). Par exemple à Jean-Zay, Elisabeth (photo ci-contre) et Djamila confectionnent 200 repas par jour.

Quatre questions au directeur Gérard Rotsaert, directeur de la cuisine centrale : “ Gagner en qualité et en sécurité alimentaire sont nos objectifs ”.

Ils sont ensuite servis aux enfants de maternelle, primaire et aux adultes. Bon appétit !

Journal de Wattrelos : Gérard Rotsaert, quelle est la raison d’être de la cuisine centrale ? Gérard Rotsaert : " L'objectif est double : d'une part gagner en qualité et en sécurité alimentaire puisque la fabrication des repas est centralisée et totalement maîtrisée ; d'autre part respecter les normes d'hygiène européennes en matière de restauration collective. " J.d.W. : Pour qui fonctionne la cuisine centrale ? G.R. : " Pour toutes les écoles, les quatre foyerslogements, ainsi que 160 personnes âgées servies à domicile et qui ont été équipées d'un microondes. Cela représente 2800 repas par jour. " J.d.W. : Quel est le principe de fabrication ? G.R. : " Celui de la liaison froide : nous travaillons à J+3, c'est-à-dire que la date limite de consommation du repas confectionné puis stocké est fixée à trois jours. De l'arrivée de la marchandise jusqu'à la distribution du repas, la température est systématiquement vérifiée, notée. " J.d.W. : Trois mois et demi après sa mise en service, la machine est-elle bien rodée ? G.R. : " Elle est rodée mais le changement est tel qu'il faudra au moins une année pour qu'elle le soit totalement. Le personnel doit s'adapter tous les jours ! D'autant que pour l'instant, nous ne fonctionnons en liaison froide qu'avec quelques écoles (ndlr : Jean-Zay, Anatole-France et JeanMacé) et quelques structures (M.E.P. et foyerslogements). En attendant les travaux de mise aux normes des cuisines des autres écoles, on pratique la liaison chaude : les aliments refroidis sont alors régénérés à 63° minimum. Sauf pour quatre écoles qui, comme avant, continuent de fabriquer leur repas sur place. Mais d'ici 2005, la liaison froide sera effective pour tout le monde."

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.05


...

ACTUALITE

LE PREFET DE POLICE SUR LE TERRAIN Nommé cet été auprès du Préfet de Région, en charge de la Sécurité et de la Défense, Jean Ambroggiani, Préfet de Police, a répondu à l’invitation du maire pour constater directement les problèmes de sécurité qui se posent à Wattrelos. Accueilli par Dominique Baert, il a visité les équipements et s’est arrêté à Beaulieu et aux Villas. Wattrelos appartient à la circonscription de police de Roubaix et son responsable, le commissaire Briez, a cité des chiffres plutôt satisfaisants à propos de l’évolution de la délinquance dans notre ville. Sur les onze premiers mois de l’année, les actes relevés sont en baisse de 14,96 % par rapport à la même période l’an dernier, alors que sur l’ensemble de la circonscription la baisse se situe autour de 9 %. “Les chiffres vont dans le bon sens, estime Dominique Baert. C’est la conséquence de la bonne coopération entre la Ville de Wattrelos et la police nationale dans le cadre du Contral Local de Sécurité. Cela ne m’empêche pas de critiquer la réduction sensible du nombre d’adjoints de sécurité affectés à la police de proximité”. Première étape de la visite : Beaulieu, un quartier de 9000 habitants. Plus qu’un village, une petite ville qui pourtant de dispose pas d’un vrai bureau de police ; à peine arrivé, M. Ambroggiani sait

maintenant combien la Ville tient à ce que cet engagement du Contrat Local de Sécurité soit tenu ! Rencontre avec des habitants Il est rare qu’un préfet de police discute directement avec des habitants. C’est pourtant ce qui s’est passé ce jour-là dans le secteur des Villas à la limite de Tourcoing. Les riverains sont excédés par l’occupation du parc par des scooters, karts et même voitures qui se livrent à des gymkhanas, chassant du lieu tous ceux qui veulent en profiter paisiblement. A ce propos, la ville va prendre des mesures matérielles (pose de blocs de pierre ou barrières) et le préfet s’est engagé à ce que le secteur fasse l’objet d’une meilleure couverture par la police nationale. Une police nationale, qui, par la voix du commissaire Briez, a déclaré faire de Wattrelos une priorité de la circonscription . Message reçu.

Le préfet de police Jean Ambroggiani et Dominique Baert à la rencontre des habitants du quartier des Villas excédés par les incivilités.

TAXE D’HABITATION : UN NOUVEAU CALCUL QUI MERITE UNE EXPLICATION Vous avez constaté en recevant votre taxe d'habitation deux surprises : un taux communal qui flambe ; la colonne “Communauté Urbaine” qui est vide. Explication : jusqu'en 2001, Wattrelos, la Communauté urbaine de Lille et le Département percevaient chacun une partie de votre taxe d'habitation. En 2002, changement : la Communauté urbaine donne sa part de taxe d'habitation à Wattrelos en échange de la taxe professionnelle (l'impôt des entreprises) qu'elle perçoit désormais seule. D'où une flambée du taux d'imposition de la commune, évidemment ! Augmentation ? C'est exactement le contraire. Faites le calcul : en additionnant la part de Wattrelos en 2001 (19,56 %) et celle de la Communauté (11,96 %), vous obtenez un taux de 31,52 %. Or, il est de 30,66 % en 2002. La raison : la Ville en a profité pour baisser son taux de base (18,70 %). Bonne nouvelle ! Autre précision : comme la Ville est perdante dans ce transfert de perception, la Communauté lui attribue une compensation… et même une prime ! Cette prime, la municipalité vous la reverse : il s'agit de la ligne " Abattement général à la base : 10 % " qui fait baisser votre base nette d'imposition. Attention, cela ne signifie pas forcément que votre impôt a baissé : chaque cas est différent en fonction de l'évolution des valeurs locatives et de la situation familiale !

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.06


PISCINE : UN NOUVEAU COUP DE NEUF A quelques mois de son trentième anniversaire, la piscine de Beaulieu est en chantier jusqu’au 20 janvier, date de sa réouverture. Après la rénovation du système de filtration de l’eau, en 1994, la mise aux normes anti-incendie des plafonds en 1996,

Les travaux sont prévus pour une durée de deux mois ; en janvier, la piscine de Beaulieu aura un tout autre visage !

les travaux en cours depuis le 12 novembre portent sur les douches et les vestiaires qui, hormis les cabines, sont restés en l’état depuis 1973. Cette modernisation de cette partie de la piscine est donc particulièrement bienvenue. Notons qu’à part la grosse maçonnerie, toutes les installations vont être remises à neuf. Au sol, des carreaux anti-dérapants vont être posés. Sur les murs, on donnera la priorité à la variation des couleurs, notamment sous la forme d’une frise. Les douches hommes seront peintes en bleu et celles des femmes en rose. Quant au plafond, il sera en aluminium, une matière qui résiste bien à la corrosion. S’ajoutent à ces travaux de surface, le changement de toute la robinetterie et un effort important pour faciliter l’accès des handicapés et leur circulation. Le coût des travaux, 270 000 TTC, est financé à hauteur de 124 500 notamment par une subvention du Grand Projet de Ville.

Dernières longueurs pour René Depickère René Depickère était directeur de la piscine municipale depuis 1976 ; il sera remplacé par Rémy Ladoë.

C’est décidé : le 31 décembre prochain, René Depickère raccroche. A quelques jours de la retraite, celui qui est directeur de la piscine depuis 1976 - elle a ouvert en 1973 - mesure le chemin parcouru. Né en 1946, René Depickère fut d’abord ouvrier fraiseur avant de devenir maître nageur à l’âge de 18 ans, “ma vraie vocation” déclare-t-il. Il débute à Cambrai puis retourne à Roubaix où il a appris à nager avant de succéder à René Ladoë à Wattrelos. Pendant toutes ces années, il a cumulé plusieurs fonctions : directeur de la piscine bien sûr, mais aussi secrétaire des Dauphins Wattrelosiens et entraîneur. “C’était un boulot à la fois passionnant et prenant, se rappelle-t-il. Les journées débutaient à 8h pour s’achever à 22h”. La piscine est en effet, de tous les équipements sportifs de la ville, le plus fréquenté. C’est aussi un équipement où la responsabilité de directeur est plus lourde qu’ailleurs en raison du risque de noyade : “Aucune à déplorer à Wattrelos en 26 ans” précise-t-il, soulagé. Parmi ses satisfactions, il cite bien sûr la carrière olympique de son fils qu’il a entraîné jusqu’en 1994. Il peut être fier de son Ludo qui a participé aux Jeux de Séoul, Barcelone et Atlanta ! Mais il souligne aussi le titre de champion de France N2 de water-polo gagné il y a deux ans. Enfin, tous ces gosses qu’il a formés, certains devenus comme lui, maîtres nageurs ou professeurs d’éducation physique. Son successeur, Rémy Ladoë, appartient à une grande famille de nageurs puisque son père , on l’a lu plus haut, fut le premier directeur de la piscine de Wattrelos et son grand-père, président du club des nageurs de Roubaix.

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.07


... LES ARTISTES REVIENNENT A L’ECOLE ! Ils ont quitté l’école depuis longtemps pour devenir comédiens, danseuses, peintres, sculpteurs, photographes, écrivains. Aujourd’hui, ils y retournent pour libérer la créativité des enfants. Une action montée en commun par la Ville de Wattrelos et l’Education nationale. Nous avons suivi l’intervention de trois d’entre eux.

ACTUALITE d’abord aux enfants. “Ils apprennent à oser, à prendre des initiatives, poursuit Thierry. Notre but, c’est leur donner envie de faire”. Pour sa part, l’institutrice, Mme Lambray, constate que des élèves en situation d’échec reprennent confiance en eux dans le cadre de cet atelier où ils ont pris conscience de leurs aptitudes.

Photographes en herbe Djanet Aouadi anime dans une classe de CM1 de l’école Pierre et Marie-Curie un stage d’initiation à la photographie. Tout a commencé lors de la semaine du goût : la classe de Mme Georges a Installés sur une étoile menacée d’extinction, les élèves de la classe de Mme Lambray doivent concevoir un vaisseau pour découvrir une planète plus accueillante. Voici le résutat de leur travail : des hélicoptères, des navettes, constitués de bouteilles en plastique, boîtes de camembert et capsules.

Thierry Menet : le plasticien qui récupère Ce touche-à-tout à la fois sculpteur et peintre décorateur intervient à Albert Camus depuis deux ans en utilisant des objets de récupération. En cette année 2002, il fait travailler les élèves de la classe de Mme Lambray sur le thème du voyage interplanétaire. “A partir de là, je les laisse donner libre cours à leur imagination, précise Thierry. Mon rôle consiste à apporter un petit plus sous la forme de conseils techniques”. Au cours de cette séance, l’institutrice continue de gérer la relation pédagogique :à chacun son métier! Cette complémentarité permet une collaboration vraiment fructueuse, une collaboration qui profite

effectué un reportage photos sur l’usine de la chicorée Leroux à Orchies. “Notre objectif, précise Djanet Aouadi, consiste, entre autres choses, à leur apprendre à lire un cliché. Nous leur montrons que, selon le plan utilisé, large ou centré sur un visage, l’angle de vue choisi, horizontal, plongée, contre-plongée, le sens d’une photo dont le sujet est identique varie. L’environnement peut l’emporter sur le personnage ou l’inverse. Une personne peut être mise en valeur ou écrasée”. Le développement du sens esthétique est un autre objectif de cet atelier. Visualisant une photo sur l’écran de l’ordinateur, les enfants sont invités à juger ses qualités comme ses défauts, à dire si elle est bonne ou mauvaise, et à expliquer pourquoi.

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.08


Cette première partie indispensable va être suivie d’une seconde axée sur une création théâtrale, d’après le conte de Perraut, “Le petit chaperon rouge”. C’est plus le rôle de Sandrine Corne, leur institutrice. D’ores et déjà, elle a constaté avec satisfaction que depuis le début de l’atelier, elle a découvert des enfants différents : certains renfermés, effacés, se sont libérés à travers cette activité.

Les rudiments de la photographie exposés par l’animatrice Djanet Aouadi.

Ici, le travail de l’artiste appuie celui de l’institutrice dans la mesure où elle incite les enfants à exprimer un point de vue puis à le soutenir en l’argumentant. On le voit : l’intervention de Djanet ouvre des perspectives qui dépasse le cadre strict de la photographie.

Sur scène pour l’Enfance de l’Art Le festival Jeune Public qui se déroule l’an prochain en mai juin, va être l’occasion pour les élèves de Sandrine Corne de conclure en apothéose l’atelier. Oui, ils vont monter sur scène comme de vrais acteurs et jouer une adaptation en trois parties du fameux conte. Trois séquences donc : d’abord “Le petit chaperon rouge”, ensuite “Le procès du loup”, enfin une version contemporaine utilisant le mime, la musique et se terminant par l’inévitable morale de l’histoire. Auparavant, répartis en petits groupes, les élèves vont assimiler les textes, les personnages, élaborer les dialogues puis les mémoriser à partir d’un questionnaire sur ordinateur laissant des blancs à remplir. L’étape suivante consistera à mettre au point la synthèse entre l’expression orale et l’expression corporelle. Il restera enfin à distribuer les rôles. Nous n’en sommes pas encore là. L’aventure artistique ne fait que commencer...

Arlette Dupilet, inspectrice de l’Education nationale : “Une contribution précieuse” L’atelier théâtre de Sylvaine Dorvillers fonctionne depuis une demi-heure maintenant. Les enfants sont plein d’entrain et hyper motivés !

Viens voir les comédiens ! Un mardi après-midi de novembre à l’école Condorcet. Debout, au milieu de ses camarades assis en cercle, un élève de CE1, pianote sur le fond d’une chaise en déplaçant sa main de façon verticale, un autre tourne autour en rampant, un troisième fait passer sa main devant la chaise de façon horizontale. Leurs camarades intrigués se demandent ce qu’ils veulent signifier. Comment interpréter leurs mimes ? Ca y est, ils ont trouvé, les doigts se lèvent, les réponses fusent : c’est un accordéoniste, un chat qui tourne autour d’une souris, un violoniste. “Pour l’instant, je familiarise les enfants aux techniques de base, déclare Sylvaine, utiliser son corps, sa voix pour incarner un personnage, exprimer un sentiment, une émotion. Je leur apprends aussi à se concentrer, à contrôler leur respiration à vaincre le trac, ou la pudeur et la peur du ridicule.

“ L’intervention des artistes apporte un savoirfaire technique que ne possède pas forcément l’enseignant(e). Cependant, au cours des différentes séances, l’enseignant continue de jouer son rôle de pédagogue, car lui seul connaît bien les élèves, leur niveau, ce qu’on peut attendre d’eux en fonction de leur âge. Nous procédons de la manière suivante : un projet commun est élaboré par l’intervenant et l’instituteur (trice) à partir des attentes de ce dernier. Je précise à ce propos que l’intervention des artistes en classe est conditionnée par le volontariat des enseignants. Pour l’essentiel, ces différentes interventions apportent une ouverture culturelle aux élèves. A côté de l’apprentissage intellectuel, elles font appel à d’autres intelligences : sensorielle, corporelle, manuelle qui permettent à certains enfants de se découvrir, à tous de s’enrichir ”.

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.09


... SAINT-MACLOU DANS SON HABIT DE LUMIERE

ACTUALITE eaux de condensation et de pluie vers l'extérieur. Enfin, les vitraux inférieurs ont été protégés des actes de vandalisme par un grillage en inox très fin. N’hésitez pas : allez visiter Saint-Maclou !

Emblématique édifice wattrelosien, l'église SaintMaclou dispose à présent de 65 vitraux neufs inaugurés fin novembre. Une lumineuse rénovation qui s'inscrit dans un programme débuté en… 1977 ! Que d'interventions pour préserver cette monumentale pièce du patrimoine wattrelosien qu'est l'église Saint-Maclou… Tenez, ces dix dernières années, la charpente, le clocher, les cloches, la façade et les portes ont été réparés ou changés, tandis que l'installation électrique et le chauffage étaient mis aux normes et qu'un nouvel éclairage extérieur mettait en valeur l'édifice. Quant aux vitraux… ils étaient dans un piteux état, ce n'est rien de l'écrire ! Sur certains, détruits à 90 %, on distinguait à peine les contours. De toute façon, aucun n'était sans défaut. Ce n’est plus le cas et pour fêter leur rénovation, confiée à deux maîtres verriers, MM. Hemrold et Rouillard (le vitrail est un savoir-faire français), une inauguration officielle a eu lieu fin novembre en présence du maire Dominique Baert, de Pierre Gadonneix, Président de Gaz de France (principal mécène de cette rénovation), de Gonzague Mulliez, Président de Tapis Saint-Maclou (également contributeur), mais aussi de l’évêque de Lille Mgr Defois et du doyen Bernard-Pierre Catteau. Un puzzle parfois compliqué… Voici l’histoire de cette rénovation : après le transfert des vitraux dans leur atelier, les maîtres verriers les ont lavés, copiés pour modèle, puis les ont démontés pièce par pièce. Les carreaux manquants ou trop abîmés ont alors été remplacés par des éléments dont les maîtres verriers disposent en stock: borne, losange, chapiteau, fond, personnages, tête, main, drapé, etc. La reconstitution a alors été effectuée, exactement comme un puzzle. Les choses se sont compliquées en présence de vitraux dont les motifs et les personnes avaient disparu. Alors, les maîtres verriers ont donné libre cours à leur imagination et recréé une œuvre. Des travaux de ferronnerie étaient également au programme : traitement anti-rouille des vieux fers, remplacement des ferrures trop abîmées par des pièces en inox, mais aussi pose sur les soubassements de feuilles de plomb pour détourner les

Saint-Maclou dans l'Histoire… L'église précédente, qui datait de 1621, fut démolie en 1878 pour être remplacée par une église plus grande, correspondant à l'accroissement de la population wattrelosienne : la première pierre de Saint-Maclou fut posée en 1877 et la bénédiction eut lieu cinq ans plus tard. L'édifice, bâti en forme de croix grecque dans un style néo-romain compte, outre les vitraux, de nombreuses œuvres d'art, notamment le chœur du maître-autel, en marbre blanc et bronze, du sculpteur Verlinde qui reçut deux médailles d'or à l'exposition universelle d'Anvers en 1885. Méritent aussi d'être citées deux fresques : la multiplication des pains et la pêche miraculeuse.

Montant des travaux : 278 152 (dont 76 615 pour la Ville). Subventions : Fondation Gaz de France 137 204 ; Ministère de la Culture: 56 711 ; Tapis Saint-Maclou : 7 622 .

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.10


...

VUES D’ICI

JULIE, SOURIRE DE L’ANNEE 2003

SOUVENIRS DE FERMES

C'est la nouvelle reine de beauté wattrelosienne : Julie Vandewele a été couronnée Miss Wattrelos 2003 à l'issue d'une soirée suivie par un très nombreux public, salle Salengro. Ses deux dauphines sont Jessica Piette et Jessica Kowal.

Dépêchez-vous, il vous reste jusqu’au 21 décembre pour découvrir au musée l’exposition consacrée aux fermes de Wattrelos. Le passé rural wattrelosien y est ressuscité (il y a un siècle, la commune comptait 120 fermes) et les souvenirs familiaux foisonnent : qui, dans son enfance, n’est pas allé chercher ses oeufs ou son lait “à l’cense ?” D’ailleurs, si vous possédez des documents sur le sujet, le musée les consultera avec joie !

UN JARDINIER HORS PAIR Cela fait plus de 40 ans que Daniel Ruhland cultive avec passion fruits et légumes - plusieurs dizaines de variétés - à Wattrelos. D’abord au Sapin Vert, ensuite à la Martinoire, enfin au Plouys. Celui qui est sans nul doute l’un des plus anciens jardiniers de la ville a donc reçu logiquement, fin novembre, la Croix de Chevalier du Mérite Agricole. Cette décoration, décidée par le Ministre de l’Agriculture, distingue aussi le bénévole qu’il n’a jamais cessé d’être. Un hommage auquel son épouse Nicole fut légitimement associée.

SAINTE-CECILE : L’UNION MUSICALE A LA HAUTEUR DE SA REPUTATION ! L’audition de la SainteCécile donnée fin novembre à Salengro par l’Union Musicale (avec une première partie remarquée de l’orchestre à vents junior de l’école de musique) fut exemplaire cette année encore. A l’issue du concert, Alain Faugaret, au nom du Conseil général, a offert deux instruments à la société présidée par Donat Subts.

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.11


... JEROME THIRIEZ : UN WATTRELOSIEN DANS L’ATLANTIQUE Et voilà que Wattrelos compte un héros de la mer à présent ! Jérôme Thiriez, chef d'entreprise, vient en effet de réaliser un authentique exploit de marin en participant à la Route du Rhum. Son épouse Laetitia évoque l'incroyable pari de son champion de mari… Journal de Wattrelos : Laetitia Thiriez, votre mari dirige l'entreprise Thiriez Literie installée depuis le début de l'année à la Martinoire. Et on se souvient que lors de l'inauguration, il avait annoncé sa participation à la Route du Rhum… Pas banal comme projet ! Laetitia Thiriez : " C'est que mon mari a deux facettes : d'un côté, le chef d'entreprise, un homme de la terre par tradition familiale ; de l'autre, l'homme de la mer qui s'est toujours senti mieux sur l'eau, qui a acheté un bateau avant d'acheter une voiture… C'est une passion qui remonte à l'enfance. " J.D.W. : Pourquoi avoir choisi cette course, la Route du Rhum ? L.T. : " C'est la plus belle, c'était son rêve. Il a toujours dit que s'il avait les moyens financiers, il y participerait avant d'avoir 50 ans. Et il a… (elle réfléchit) 48 ans ! "

VIE SPORTIVE J.D.W. : Et vos trois enfants, ils en pensent quoi de l'aventure de leur papa ? L.T. : " Ils sont aussi sereins que moi. La période de stress a surtout été la période de préparation : penser aux détails techniques, pratiques… Mais cinq minutes avant le départ, nous étions sur son bateau et il affichait un tel sourire, il était tellement heureux, que ce sourire nous a tous portés. " J.D.W. : Comment avez-vous communiqué durant la course ? L.T. : " Par mail essentiellement. Heureusement, les moyens modernes sont un peu plus rassurants qu'il y a 20 ans : à l'époque, on avait des nouvelles de Tabarly lorsqu'il arrivait à Pointe-àPitre ! Le téléphone ? Oui, ça fonctionne aussi : j'ai eu Jérôme trois fois au bout du fil mais je n'ai pas aimé. J'ai ressenti beaucoup plus fortement l'absence, toutes les émotions sont remontées… " J.D.W : Vous même, vous avez reçu beaucoup de messages d'encouragement à transmettre à votre mari ? L.T. : " Oui, énormément. D'autant que la presse locale nous a très bien suivis, insistant sur le fait que Passion Entreprendre était le plus petit bateau de la course. Je crois qu'à travers cette aventure, Jérôme a donné du rêve aux gens et surtout, a su transmettre à tout le monde, aux jeunes, aux salariés de l'entreprise, sa passion d'entreprendre quel que soit le domaine : professionnel, sportif… Ça aussi, c'est une très grande réussite ! "

Durant l’absence de son mari, Laetitia Thiriez a mené la barque de l’entreprise Thiriez Literie, située dans la zone industrielle de la Martinoire. “Mon Rhum à moi” dit-elle...

Jérôme Thiriez a mené à bien son projet à bord de son monocoque classe 3 Passion Entreprendre. Pendant un mois, il a navigué en solitaire dans l’Atlantique entre SaintMalo et Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe. Un sacré défi !

J.D.W : Savoir que son mari se trouve seul au milieu de l'Atlantique, ça se vit comment ? L.T. : " Très sereinement. Du moins, en ce qui me concerne parce que la première semaine, quelle pression : les amis, les fournisseurs, tout le monde était complètement stressé ! Moi, je sais qu'il est capable d'anticiper, d'être prudent… De toute façon, un marin s'attend toujours à rencontrer la tempête et de grosses vagues ! Et puis Jérôme est un très bon amateur : il fait corps avec son bateau, réagit au moindre bruit suspect, sait réparer au besoin… " J.D.W : Allez, ne nous dites pas que vous n'avez jamais été inquiète pour lui… L.T. : " Si, une fois : quand j'ai su qu'il avait dû monter en tête de mât. Là, j'ai vécu dans l'angoisse. Mais c'était une fausse info ! "

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.12


...

DANS VOS QUARTIERS

CENTRE SAINT-LIEVIN HOUZARDE SILVA’S : VIVE LES CADENCES INFERNALES !

Commerce : Marielle présidente Au-delà de sa nouvelle responsabilité, Marielle espère avant tout faire vivre un collectif riche d'une centaine de commerçants et artisans (la Vieille Place étant rattachée à l'A.C.C.W.).

Depuis peu, Marielle Wyts, artisan tapissier garnisseur (“ Atelier Marielle “, 88, rue Carnot) est la nouvelle présidente de l'association des commerçants du Centre, succédant ainsi à Bruno Dhainaut. Elle compte améliorer la communication et poursuivre les animations mises en place par l’association, comme le jeu des anomalies qui vient de s’achever par exemple.

Nouveau coiffeur rue Carnot

Fernando Da Silva aux commandes de son minilab : à l’impression, vos photos sont débarrassées de leurs éventuelles rayures ou poussières et la lumière est parfaitement équilibrée.

C'est une machine révolutionnaire qui trône désormais derrière le comptoir de Silva's, magasin de photo et de vidéo bien connu de la rue Carnot : un minilab numérique qui permet de traiter les films traditionnels ou les cartes mémoire d'appareils numériques à une cadence infernale ! Pour les clients, c'est tout bonus : gain de temps (développement en une heure), pas de retard de livraison (auparavant, il fallait un délai de trois jours minimum), pas de perte de pochettes, une qualité irréprochable, des images archivées par la machine afin de parer à toutes les étourderies… Finies les photos sombres ! De quoi faire la fierté de son propriétaire, Fernando Da Silva, qui a consenti un gros investissement afin de s'offrir ce petit laboratoire ultramoderne, unique aux alentours. " Du format 9x13 au 24x30, je suis désormais complètement autonome, explique-t-il. Ce minilab m'assure une souplesse que même les labos n'ont pas : après avoir scanné le négatif, je contrôle à l'écran les photos une à une, je corrige les dominantes, j'efface les rayures, les poussières, je peux recadrer si l'auteur le souhaite, j'équilibre la lumière aussi. Finies les photos trop sombres ou trop claires ! " Et puis, cerise sur le gâteau, les tarifs n'ont pas augmenté pour autant : pour les photographes amateurs, c'est Noël avant l'heure !

Un salon de coiffure vient de s'ouvrir à la place de l'ancien magasin Coconuts, 48, rue Carnot. François Debue y a en effet installé l'enseigne US Hair Coiffure qui mettra à votre disposition trois coiffeuses placées sous la responsabilité de Bruno Fontana. US Hair Coiffure, ouvert du mardi au vendredi de 9h à 19h, et le samedi de 8h à 18h.

Le Vendôme remet le couvert !

Djamel Zeggagh va faire revivre Le Vendôme Un projet d’ampleur !

Le prestigieux restaurant Le Vendôme, situé rue Denis-Pollet, s’apprête à revivre grâce à la volonté de Djamel Zeggagh, ex-délégué général adjoint de l’Office de la Jeunesse. Après des travaux d’ampleur, on pourra y savourer, dans un cadre prestigieux et restauré, des plats de cuisine traditionnelle française, ou profiter du bar-brasserie auquel on accèdera par la rue Pierre-Catteau. Le Vendôme, ouvert tous les jours (même fériés), midi et soir, à partir de cette fin d’année 2002. Réservations : 06.79.02.27.35.

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.13


...

DANS VOS QUARTIERS

VIEILLE PLACE CRETINIER BALLON PASSION DANOISE RUE NADAUD Difficile de passer par la petite rue Nadaud sans remarquer cette maison pavoisée aux couleurs du Danemark. Non, ce ne sont pas des Danois exilés à Wattrelos. Juste des Wattrelosiens amoureux fous de ce pays depuis dix ans… Pottier, on ne vous fera pas croire que c'est un nom danois. C'est un nom de famille bien de chez nous, que portent les membres d'une famille bien de chez nous aussi. Et pourtant… Jean-Paul Pottier, le papa, n'est pas peu fier de nous sortir une fiche familiale d'état civil : ses trois filles se prénomment Viktoria, Søren et Gøtilda ! C'est que dans cette petite maison de la rue Nadaud, on se sent à moitié français et à moitié danois, comme l'atteste la façade décorée à la mode nordique, ce grand drapeau rouge et blanc qui flotte les jours où le vent n'est pas trop fort, et cette voiture probablement toute blanche à l'origine et qui ressemble désormais à s'y méprendre à celle du directeur sportif de l'équipe cycliste du Danemark tant elle est " décorée "… Le coup de foudre remonte à 1991. Jean-Paul raconte : " Depuis toujours, les pays de l'Europe du Nord nous attirent. On avait donc décidé d'aller en Suède en faisant étape au Danemark. Finalement, le voyage était hors budget, alors on est restés au Danemark. Et depuis, on y retourne tous les ans…" Une vie tellement différente… Parce que la destination n'est pas courante, on n'a pas trop idée de la distance qui nous sépare de la frontière danoise. Réponse de Jean-Paul : 800 km, pas plus. C'est-à-dire moins que lorsqu'on descend dans le sud de la France ! " Ce qui nous a séduit là-bas ? Les gens, leur façon de vivre, de respecter, de faire confiance, ajoute Jean-Paul. Par exemple, si on souhaite acheter des légumes, il suffit de se servir sur les étals disposés le long des routes et de glisser ses couronnes (ndlr: la monnaie nationale) dans un sac prévu pour ça. Impensable chez nous ! " Effectivement… Malgré la fréquence de ses voyages, la famille Pottier ne s'est pas mise à la langue danoise (imprononçable, paraît-il…) et ne compte pas vrai-

La famille Pottier devant la façade de sa maison : le drapeau danois est hissé, comme souvent !

ment d'amis sur place : elle s'arrange plutôt pour louer un chalet et visiter le pays, notamment le Jütland, situé au sud. De ses visites, elle ramène des souvenirs, des tas de photos soigneusement compilées dans de gros albums et un sentiment d'attachement de plus en plus fort, au fil du temps, pour ce superbe pays. Pour preuve, cette dernière confidence de Jean-Paul qui avoue, un peu gêné, supporter l'équipe de foot du Danemark, même quand elle joue contre l’équipe de France…

Et si on mangeait turc ? C'est ce que vous proposent Zilal et Mehmet Boydere, restaurateurs spécialistes de la cuisine de Turquie, pays dont ils sont originaires. " Au Gaziantep " (du nom de la ville où ils sont nés) est ouvert depuis le début du mois de novembre au Crétinier, à l'angle des rues de Calais et Henri-Briffaut, c'est-à-dire pratiquement sur la place de l'Humanité. On y déguste des kebabs, des pizzas turques, des chaussons aux épinards, du blé concassé… Sept tables sont installées dans ce petit restaurant qui propose également de la vente à emporter. " Au Gaziantep " est ouvert tous les jours de 11h30 à 14h30 et de 17h30 à 23h (1h du matin les samedis et dimanches).

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.14


LABOUREUR SARTEL BECK LE COMITE DE QUARTIER EST NE ! Le comité de quartier officiellement installé le 21 novembre à l’école Jean-Macé couvre, en fait, un territoire plus vaste puisqu’il comprend aussi le Crétinier. Une trentaine de personnes ont participé à cette première réunion : habitants, directeurs d’écoles, bailleurs sociaux, présidents d’associations, élus du quartier...

“La chance de ce quartier, a souligné Dominique Baert, est d’être intégré au Grand Projet de Ville. Cela nous permet d’en faire plus, grâce aux financements importants que nous allons chercher”. A titre d’exemple, la reconstruction du groupe scolaire Lavoisier a été financée par le Grand Projet de Ville à hauteur de 50 %. “Faire plus mais aussi faire mieux, a poursuivi le maire. Pour cela, il faut écouter les habitants. Dans une ville aussi étendue que la nôtre, tout ne peut être décidé depuis l’Hôtel de ville. Etre proche des habitants permet d’être plus efficace ; voilà pourquoi le temps passé à les écouter n’est jamais perdu”. Une écoute qui n’a rien de formel puisque les différents projets seront dorénavant tous présentés en comité de quartier. Des commissions spécifiques La charte des comités (JdW N°64) prévoit que des commissions ouvertes aux habitants, puissent se créer sur des problèmes particuliers. Au cours de la réunion, il a été proposé d’en créer deux : l’une consacrée aux problèmes du Beck-Avelin et l’autre à la vie quotidienne. Une meilleure connaissance des attentes des habitants était bien sûr à l’ordre du jour de cette réunion et la réalisation d’un questionnaire fut envisagé. Toujours dans le même but, une vision plus claire des besoins peut être obtenue à partir des résultats du recensement. D’une façon générale, les membres du comité furent invités à transmettre les attentes de leurs voisins.

Le maire a procédé à l’installation officielle ; il ne reviendra plus... à moins qu’il ne soit invité bien sûr ! Aux partenaires de faire vivre leur comité à présent...

Le Beck, le Sartel, le Laboureur et le Crétinier ont une histoire commune. A la fin du XIXème siècle et au début du XXème, ils ont été marqués par le grand mouvement d’industrialisation qui s’est traduit notamment par l’implantation, à la lisière de Roubaix, de La Lainière, du peignage Amédée Prouvost, des filatures du Sartel. Autant d’entreprises réduites désormais à l’état de friches avec les conséquences que l’on sait sur le quartier dans lequel elles étaients implantées. A l’heure actuelle, cette partie de Wattrelos est confrontée à un énorme défi et trois priorités doivent être traitées en même temps : - le renouvellement urbain, notamment l’habitat ancien, pour lequel une opération de rénovation est en cours ; - la réduction des écarts sociaux dans l’accès à l’éducation, la culture et la santé ; - le développement économique.

Les dossiers à traiter Parmi les sujets évoqués au cours de cette réunion, figurent : - au Sartel, l’initiative de construire un collège avec une salle de sport en remplacement du collège Pablo-Neruda et l’avenir du site industriel des ex-Filatures. - Au Laboureur, la rénovation du Centre social. - Au Crétinier, le devenir du stade AmédéeProuvost qui devrait conserver une vocation sportive, ainsi qu’un dossier très délicat : que faire des bâtiments de La Lainière ? - Et puis, sur l’ensemble des quartiers, la desserte des transports en commun doit être améliorée. Sur ces points et sur les autres, les projets structurants seront à l’ordre du jour de la prochaine réunion.

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.15


... MOUSSERIE MARTINOIRE SOEUR EMMANUELLE : UNE GRANDE DAME A LA REDOUTE La Redoute lance une grande opération de solidarité : en achetant l'ours Baptiste, vous favorisez la scolarisation d'enfants en Inde grâce à l'association de Sœur Emmanuelle. Pour l'occasion, la grande dame est passée par la Martinoire...

DANS VOS QUARTIERS Baptiste, le retour C'est précisément pour aider cette association que La Redoute a imaginé remettre au catalogue printemps/été 2003 son ours en peluche fétiche, Baptiste, qui avait déjà permis de soutenir Médecins Sans Frontières il y a de cela quelques années. Une excellente idée qui a bien évidemment recueilli les faveurs de Sœur Emmanuelle, laquelle est venue en personne, fin novembre, signer la convention sur le site de la Martinoire. Cette signature est une nouvelle étape dans la glorieuse liste d'actions de solidarité mises en place par La Redoute depuis quelques années en direction de l'insertion sociale et professionnelle, l'enfance et l'éducation. Grâce à Baptiste, l’ourson fétiche que La Redoute a remis au catalogue printemps été 2003, l’association de Soeur Emmanuelle va pouvoir aider des enfants en Inde. Inutile de préciser que la grande dame était ravie !

Elle a aujourd'hui 94 ans. Mais d'évidence, l'amour a entretenu sa jeunesse, son sourire, sa joie de vivre. Rencontrer Sœur Emmanuelle est un privilège rare qui vous rapproche de l'essentiel, un souffle d'humanité, de sagesse et d'enthousiasme. " J'ai vécu avec les chiffonniers dans les bidonvilles du Caire les années les plus chantantes et les plus vraies de mon existence, dit-elle. Au milieu de femmes et d'hommes sans masques, qui n'avaient que la solidarité pour survivre… " Cette vie dédiée aux plus démunis en Egypte, mais aussi en Turquie ou en Tunisie, Sœur Emmanuelle continue de la savourer pleinement aujourd'hui au travers de son association baptisée Aide Sociale et Médicale A l'Enfance (A.S.M.A.E.).

L'ours Baptiste, habillé par Kenzo, Lulu Castagnette, Puma ou Eric Bergère, sera mis en vente au prix de 20 , dont 10 au profit de l'association de Sœur Emmanuelle en vue de développer un programme de scolarisation des enfants dans deux provinces d'Inde.

Mousserie : Noël au centre social Pour la deuxième année, le comité d'usagers et les salariés du centre social de la Mousserie organisent un marché de Noël le vendredi 20 décembre de 9h à 19h sans interruption. Au menu : objets de décoration, créations d'enfants de la halte-garderie, petite restauration, chants et lecture de contes de Noël à 17h30.

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.16


SAPIN VERT TILLEUL JOUETS CLUB A L’ECOLE JEAN-ZAY Tout à leur affaire, c'est à peine s'ils remarquent qu'on entre dans la pièce. Concentrés, les enfants de l'école Jean-Zay ! C'est que jouer n'est pas une activité à prendre à la légère, surtout si les jeux sont nouveaux et de première qualité grâce à une convention dont Wattrelos est l'une des rares bénéficiaires dans le Nord…

nent dans le cadre du Contrat Educatif Local ", explique Myriam Bride, la directrice. Mais ce " jouets club " n'est pas animé par des enseignants afin de ne pas porter un regard trop pédagogique sur l'action qui est néanmoins évaluée à chaque séance : Kamel Bouachra et Nawel Kebaili, aides-éducateurs qui interviennent le midi, et Sonia Sacagna, dame de service qui intervient durant la garderie, notent dans un cahier les noms des enfants qui y ont participé, les jeux auxquels ils ont joué et la relation entretenue avec ces jeux. " Malheureusement, nos aides-éducateurs nous quittent en juin 2004, signale la directrice. Comment fera-t-on alors ? " Mais on n'en est pas là et pour l'heure, deux groupes de 11 enfants volontaires (les groupes changent chaque semaine) s'amusent avec leurs nouveaux jouets, tandis que leurs camarades participent à d'autres ateliers (dans la salle informatique, à la bibliothèque, etc.) afin que personne ne s'ennuie dans la cour en attendant la reprise de la classe. Voilà une bien efficace manière de lutter contre l'oisiveté, mère de tous les vices…

Les toutous aux petits soins

Maison des Services, rue de l’Union, ouverte du mardi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 18h (8h-12h le samedi) Tél : 03.20.28.44.44 Bureau de Police de Wattrelos Ouest : du lundi au vendredi de 8h30 à 19h Tél : 03.20.68.53.20

Il y a là un vrai baby foot, un grand château Playmobil, des poupées à la mode, des jeux de société... Gâtés, les enfants de l'école Jean-Zay. Ils bénéficient en effet de jouets offerts par la fédération française des industries jouet puériculture dans le cadre d'une convention que le Nord a ��té le premier département à signer. Une convention en faveur de quatre écoles seulement, situées à Radinghem-en-Weppes, Roubaix, Tourcoing et Wattrelos donc, mise en oeuvre à titre expérimental puisque la démarche vise à occuper les enfants de manière intelligente pendant leur temps libre à l'école, à leur apprendre à échanger, partager, et partant, à canaliser agressivité et violence.

Le 2 janvier, Marie-Jeanne Szewczyk, se lancera dans une activité originale : le toilettage canin à domicile. " Allo ! Toutou Services " proposera une hygiène complète de votre animal accompagnée d'une tonte ou d'une coupe aux ciseaux selon que vous possédez un caniche, un bichon, un cocker, un fox-terrier, etc. Marie-Jeanne, qui demeure rue Serpentine, a suivi une formation de huit mois afin d'apprendre son nouveau métier qu'elle a eu envie d'exercer par passion pour le monde animal. Pour un tarif très compétitif (de 32 à 40 ), elle se déplacera chez vous du lundi au samedi (9h-19h) avec tout le matériel nécessaire, sachant qu'une séance dure en moyenne deux heures. Pour tout contact : 06.62.36.98.46 ou 03.20.36.81.20.

Séances animées et évaluées " L'école Jean-Zay a été choisie parce qu'elle dispose d'une salle libre, ainsi qu'une garderie (7h-8h20 et 16h30-19h) et des ateliers du midi qui fonction

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.17


...

DANS VOS QUARTIERS

TOUQUET MONT-A-LEUX MARLIERE L’ESTAMINET DU TEMPS JADIS... " Au Bon Vieux Temps ", tout est affaire de partage, à commencer par la porte à deux ouvrants, une vraie porte de Copé in deux ! On y partage surtout un bon moment autour d’un verre ou d’un repas très convivial... Visiblement, le temps s'est arrêté à la frontière. Il a dû voir de la lumière et a " muché " à l'intérieur de ce petit estaminet de la Marlière il y a au moins 150 ans pour ne plus en ressortir. De l'ambiance d'autrefois, il reste le principal, l'âme, et de nombreux éléments de décor : des vieilles réclames, un feu flamand avec la cafetière qui fume par dessus, un carrelage d'avant la guerre 14, un bar en bois massif sculpté par un ancien propriétaire… " Au Bon Vieux Temps " porte son nom et son âge à merveille. Intelligemment préservé par Sophie et Denis Dutilleul, c'est une authentique pièce du patrimoine wattrelosien, le dernier estaminet flamand de Wattrelos. Causer, jouer, manger… On vient y raconter le compte en dégustant une bonne Leffe et en s'essayant à un jeu de table traditionnel. On y échange de bonnes histoires rapportées de Wattrelos bien sûr, mais aussi de Tourcoing, en face, ou de Mouscron, à 100 mètres à peine. On peut même casser la graine puisque Sophie et Denis, propriétaires depuis 1996, ont choisi de transformer la cave en cuisine (surélevée et aux normes, rassurez-vous) et une pièce inexploitée en salle de restaurant qui complète la salle du bistrot et qui fonctionne le midi du mardi au samedi, ainsi que le vendredi et le samedi soir. " On y propose une cuisine familiale, des plats du terroir, explique Sophie. La clientèle est très variée, mais la place volontairement limitée afin de préserver la convivialité et de pouvoir s'occuper de tout le monde. Il est donc prudent de réserver en nous passant un petit coup de fil. " Question tarifs, pas de mauvaise surprise : le plat du jour est à 7 et le menu à 12,50 . " Au Bon Vieux Temps ", 303, rue des Trois Pierres, ouvert du mardi au samedi à partir de 10h30 le matin et de 17h le soir. Tél. 03.20.01.88.20.

Denis et Sophie Dutilleul vous reçoivent du mardi au samedi dans un authentique estaminet flamand. Comme au bon vieux temps. Ça tombe bien, c’est précisément le nom de leur établissement.

Comité de quartier : les projets sur la table " Dans ce quartier, on regarde aussi facilement vers Tourcoing ou vers la Belgique que vers Wattrelos… " L'avis du maire, tous les habitants du Touquet, Mont-à-Leux et Marlière le partagent : leur quartier est excentré, enclavé par le pont des 44, tellement étendu qu'il en devient distendu. Dans ces conditions, nul doute qu'il leur sera fort précieux, ce comité de quartier destiné à faire entendre leur voix, mis en place fin novembre. Parmi les projets déjà évoqués : faire de la mairie annexe un vrai guichet de services publics ouvert toute la semaine, construire une salle de sport, un équipement pour les jeunes, discuter de la future voie Habitat-Travail pour laquelle il va falloir élargir le pont des 44 et le réorienter, repenser le pôle d'activités autour de Saint-Gérard… " Mais attention : tout ce qui se fait ici, hors périmètre Grand Projet de Ville, c'est plein pot pour la municipalité, a prévenu le maire. Ce qui n'empêche pas d'agir : durant le dernier mandat, c'est au Touquet qu'elle a le plus dépensé ; c'est aussi ici que la Communauté urbaine investit le plus avec la construction des bassins d'orage. Le Touquet n'est donc pas un quartier " d'oubliés "…"

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.18


BEAULIEU ET HAMEAUX COMITE DE QUARTIER : UNE REUNION TRES ATTENDUE ! Beaulieu a mal vieilli, c’est évident. Il y a 30 ans, le quartier était agréable ; ce n’est plus le cas, d’où l’urgence d’une rénovation qui engage l’Etat, la Communauté Urbaine, la Ville, Logicil et à laquelle les habitants seront associés. Le maire le leur a dit lors de la première réunion du comité de quartier. Trois grands maux touchent le quartier : un ensemble de logements mal entretenus et dégradés ; l’absence d’une vraie liaison avec le centre-ville ; un manque flagrant de commerces et de services publics. “Rénover Beaulieu est un enjeu formidable, a annoncé Dominique Baert. Les besoins sont colossaux. Certes, l’appartenance du quartier au Grand Projet de Ville est un atout mais ce G.P.V. existera-t-il encore dans 5 ans ?”.

Mairie annexe, 10 bis, rue du Pdt Coty du mardi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 18h (8h-12h le samedi) Tél : 03.20.02.28.00.

Les habitants sauront tout ! Le maire, qui déplore les rumeurs et la désinformation, veut au contraire pratiquer une transparence absolue : “Vous en saurez autant que moi et vous aurez votre mot à dire” a-t-il promis aux membres du comité, car à l’heure actuelle, rien n’est figé. Justement, ces derniers ne souhaitent pas rester les bras croisés et à leur initiative, des commissions seront créées : - sécurité, notamment routière, car selon un habitant, “la rue Leruste devient une autoroute à poids lourds !”. Ce n’est pas le seul problème bien sûr ; - commerce et artisanat, dans la perspective de la création d’un centre commercial ; - habitat, avec la participation de Logicil pour une meilleure communication avec les locataires ; - cadre de vie et urbanisme, car c’est à la fois l’un des points forts de la rénovation et un sujet d’actualité avec le maintien autour des immeubles des grilles. A ce sujet, Dominique Baert n’a pas mâché ses mots : “Là où elles ne sont pas indispensables, elles doivent disparaître ! L’image du quartier est une nouvelle fois cassée. Le préfet de police, aussi choqué que moi, s’est engagé à agir auprès de Logicil”. Voilà donc le comité installé ; dès la prochaine réunion, avant Noël, les dossiers seront sur table, pour une vraie concertation.

Rénover Beaulieu est une nécessité. Pour l’heure, rien n’est figé, la concertation sur le projet démarre. Le maire l’a dit aux membres du comité de quartier.

Les Trois Cinq de Beaulieu s'offrent " Un petit coin tranquille "… Elle nous revient tous les ans avec le même bonheur pour faire travailler nos zygomatiques, la joyeuse troupe des Trois Cinq de Beaulieu. Après un " Kilt ou Double " de très heureuse mémoire l'an dernier, voici qu'elle nous emmène découvrir " Un petit coin tranquille ", comédie de Maurice Fostier ; gageons qu'il ne sera pas si tranquille que cela, ce fameux petit coin ! Les dix membres de la troupe (dont sept acteurs) ont mis en scène collectivement cette nouvelle pièce qui prend pour cadre une résidence secondaire isolée en Sologne prévue pour abriter les roucoulades d'un couple d'amoureux le temps d'un week-end. Mais voilà que le couple se transforme en quatuor et que les catastrophes pleuvent comme à Gravelotte… A voir le dimanche 16 février 2003 à 15h30 au C.S.E., ainsi que les dimanches 9 et 16 mars à 15h30 au cercle Saint-Marcel de Beaulieu. Adultes : 7 / enfants de moins de 12 ans : 4,50 . Location des places au 03.20.80.63.21.

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.19


... PLOUYS ET ALENTOURS LUCIANO, VENDEUR DE PERLES... " La perle du Grimonpont ", c'est l'endive façon Luciano Rossi : presque vendue avant d'avoir été récoltée ! Un maraîcher à l'ancienne, installé dans un champ en bordure de la rue de Leers depuis plus de 30 ans et dont l'activité cessera cet hiver.

DANS VOS QUARTIERS Prix, fraîcheur et… disponibilité Luciano les cultive avec passion sur place, ou pas très loin : des bouts de lopins qui, assemblés, forment environ 3,7 hectares lui laissant très peu de répit puisqu'il est seul à s'en occuper. Mais les nombreux habitués le savent : les légumes de Luciano, c'est tout de même autre chose ! " J'ai des clients qui viennent de Wattrelos bien sûr, mais aussi de Leers et très souvent de Belgique, explique-t-il avec un savoureux accent italien. Je pratique souvent des prix inférieurs à ceux des marchés, les légumes sont récoltés le jour même et en plus, je suis ouvert toute la journée d'octobre à avril. "

C’est en empruntant la rue de Leers vers le Grimonpont qu’on tombe sur la cabane de Luciano Rossi et ses trésors : de vraies perles de culture... maraîchère !

Quand on lui demande ce qu'il fera de son temps libre une fois à la retraite, l'œil malicieux de Luciano Rossi pétille : " Pas compliqué : je vais continuer à faire l'andouille ! " Une pirouette humoristique pour ne pas avouer, par pudeur, qu'il lui manquera sacrément ce métier de maraîcher qu'il exerce dans ce champ depuis 1970. Oh, vous n'avez pas pu la manquer en passant devant, cette cabane qui n'a l'air de rien, et surtout pas d'une boutique, mais où l'on trouve pourtant la fameuse et unique " perle du Grimonpont ", comme indiqué sur le panneau au bord de la route, ainsi qu'un tas de légumes de saison soigneusement empilés dans des bacs.

Mais cette année, la saison sera plus courte que d'habitude : avec l'aménagement du parc d'activités du Beck, la cabane de Luciano disparaîtra du paysage et notre maraîcher, la soixantaine sonnée, remisera bottes et chapeau pour faire valoir un droit à la retraite bien mérité, avec pour tout témoignage de ces années de labeur de grandes mains abîmées et un visage buriné par la vie au grand air. Mais une vie qu'il aura choisie, en homme libre : " J'ai travaillé à l'usine au début. Mais j'avais l'impression d'être un singe en cage, là-dedans… " Dans la boue et le vent, c'est là que Luciano était heureux. A façonner des perles dans de grandes coquilles de plastique…

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.20


... www. ville-wattrelos.fr : - l’info - le service - l’actualité - le dialogue

INTERNET

EN LIGNE SIT’OYENS !

UN LIEN AVEC LEO C'est indéniable, en matière d'informatique les enfants sont bien plus réceptifs que les adultes. Exemple : le site www.lagrange-wos.org conçu par les élèves de l’école primaire Léo-Lagrange et réalisé avec Thomas Pimmel, leur instituteur. Remarquable de professionnalisme, il n’a pourtant été construit qu’avec des logiciels gratuits librement téléchargeables sur la Toile (Netscape Composer, Open Office,…). Les belles réussites ne sont pas forcement une question de moyens ! Mais que peuvent bien mettre en ligne les élèves d'une école primaire ? Une multitude de choses. A commencer par la plus importante au monde lorsque l'on a dix ans, les dates des vacances scolaires et les samedis vaqués. Parents, désormais vous n'aurez plus d'excuse lorsque vous enverrez votre enfant à l'école en ignorant un larmoyant “ Mais y'a même pas classe d’abord... “ Lagrange-wos.org est également une formidable fenêtre ouverte sur la production des enfants. Les plus beaux dessins sont affichés dans une galerie virtuelle. On peut découvrir le fonctionnement des muscles et des nerfs avec la leçon " on line " de sciences naturelles et l'aimable concours de la grenouille qui a prêté ses cuisses (qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour avoir sa photo sur Internet !). Les plus belles productions théâtrales écrites par les enfants à l'occasion des différents festivals de " L'Enfance de l'Art " sont aussi en ligne pour le plaisir des amateurs de beaux textes et de belles histoires. Il reste beaucoup de pages et de rubriques à découvrir sur lagrange-wos.org. Alors, n'hésitez pas à vous connecter, même si votre enfant ne fré-

quente pas cette école : ça peut donner de bonnes idées ! 350 ASSOCIATIONS EN LIGNE Le site Internet de la ville de Wattrelos, on le sait, a une vocation résolument utile et informative. C'est dans ce but que les associations wattrelosiennes sont recensées dans la rubrique " vie associative ". Celles-ci sont classées en trois catégories : associations diverses, culturelles et sportives. Chaque catégorie ouvre une base de données dans laquelle sont classées par ordre alphabétique les différentes sociétés. Un moteur de recherche interne permet de cibler des thèmes et affiner sa demande. Chaque association enregistrée par un chiffre et un nom ouvre une fiche détaillée dans laquelle sont mentionnées toutes les informations utiles : nom du responsable, numéro de téléphone, adresse, mail, but de l'association… Si l'on tape " football " dans " associations sportives ", on voit apparaître les fiches correspondant aux deux clubs locaux avec tous les renseignements nécessaires pour rejoindre les rois du crampon. Wattrelos est riche de près de 350 associations. La plupart ont été enregistrées sur le site. Cependant les " assos " évoluent, bougent, vivent. Il se peut que certaines infos soient erronées ; c'est pourquoi il est important que les dirigeants et membres d'associations contribuent à la mise à jour de ces fichiers. Lorsqu'un président change, qu'un numéro de téléphone n'est plus valable ou que vous créez une nouvelle association, FAITES-LE SAVOIR ! Contact : service Presse et Communication (03.20.81.64.25) ou presse-communication@villewattrelos.fr.

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.21


...

RUES DE WATTRELOS

LA RUE DU MONT-A-LEUX Curieux tracé que celui de cette très longue rue qui traverse trois quartiers pour rejoindre la frontière en serpentant sous la voie ferrée. Suivons le guide, c'est-à-dire l'association de recherches historiques de Wattrelos… La rue du Mont-à-Leux, dont le nom existe déjà sur le cadastre de 1908, fut dénommée officiellement le 3 juillet 1925. D'abord chemin d'intérêt communal 112, du Moulin Tonton à la douane, puis en mai 1879 classé chemin vicinal n°5, dit du Mont-à-Leux, il s'agit de l'ancienne rue du Touquet du Pick, du Plich ou Pile. Le 16 février 1906, le conseil municipal demanda le pavage de cette route. En 1566, pendant les guerres de religion, des Gueux ou Hurlus périrent brûlés dans l'église de Wattrelos; on prétend qu'ils furent ensuite ensevelis en cet endroit, d'où le surnom de " Mont des Hurlus ". En juin 1989 fut démolie la rotonde des locomotives de la S.N.C.F. A l'endroit de cette rotonde se trouvait un moulin à vent appelé " Moulin Lézy” ou “du Sapin Vert " ; il existait au moment de la Bataille de Tourcoing en mai 1794 (moulin de la motte du Plich) visible sur un tableau en mairie de Tourcoing et sur les gravures représentant les scènes de la bataille. Un panneau de la porte se trouve exposé au Centre d'Histoire Locale de Tourcoing. Meetings pour les Belges Le quartier belge du Mont-à-Leux, très excentré, a joui longtemps d'une certaine autonomie. Jusqu'à la première guerre mondiale, un bureau de poste y fonctionnait, bien distinct de celui de Mouscron, duquel il ne dépendait d'aucune façon. A la fin du siècle dernier, Edouard Anseele et Edmond Van Beveren, ne pouvant se rendre en France, y tenaient des meetings à l'intention des Belges travaillant dans le textile à RoubaixTourcoing, introduisant par là le syndicalisme, comme pouvait le faire, côté français, Henri Lefebvre. Extrait de l'ouvrage " Balade dans Wattrelos " (Jean Debucois et Daniel Delcroix). En vente à l'office de tourisme (16 ).

" Pont des 44 " : y'a erreur ! La voie ferrée allant de Tourcoing vers la Belgique, créée au milieu du XIXè siècle, coupait la rue du Mont-à-Leux par un passage à niveau et se continuait vers Mouscron, en la longeant au sud. Vers 1880, ce parcours fut changé après l'élargissement de la voie ferrée. La rue fut modifiée et déplacée telle que nous la voyons aujourd'hui, en passant sous le pont de la voie ferrée qui usurpa le nom de " pont des 44 ". En effet, ce " pont des 44 " correspondait à un pont enjambant la voie ferrée TourcoingMouscron carrière Cocheteux, appelé ainsi parce que de chaque côté du pont, un escalier de 22 marches permettait l'accès à la voie.

Au loup ! Pourquoi ce nom, " Mont-à-Leux " ? Tout simplement parce qu'à l'origine, le mont situé sur le territoire de Mouscron était un repère de loups (leux en picard).

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.22


... C’ETAIT EN 2002...

DANS LE RETRO Refermons le grand livre de l’année 2002 avec les images des évènements festifs ou culturels qui ont rythmé la vie wattrelosienne durant ces douze derniers mois. Un p’tit coup d’oeil dans le rétro avant de tourner les premières pages de 2003... Bonne année !

De la fête nationale, très Zouk, au Salon du Commerce en passant par la fête des Berlouffes, le forum des associations, le carnaval, la Semaine Bleue, l’hilarant duo Shirley & Dino ou l’Enfance de l’Art, l’année fut vivante, très vivante !

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.23


... AZ-ART FAIT BIEN LES CHOSES !

VIE CULTURELLE graphie étant confiée au saxophoniste Gilles Cassot. " Transes Lucides " est une métaphore évoquant une quête intérieure éclairée, amusante, spectaculaire, abordable pour tous les publics surtout. Vous vous laisserez donc certainement tenter par l'idée lumineuse de lui consacrer votre soirée du 14 février prochain…

" Transes Lucides ", vendredi 14 février à 20h30 au centre socio-éducatif. Tarif : 6,10 / 4,50 . E-mail : www.az-art.com

La compagnie de danse contemporaine Az-Art joue la transparence avec un tout nouveau spectacle intitulé " Transes Lucides ". A découvrir prochainement à Wattrelos... Laissons à la compagnie le soin de se définir ellemême : " Az-Art, c'est l'art de A à Z, dans tous ses états ! " Pour sûr : tous ceux qui avaient assisté à son dernier spectacle présenté au printemps dernier dans le cadre du festival de l'Enfance de l'Art, " L'âme à l'envers ", en sont déjà convaincus. Un sens étonnant du contre-pied humoristique caractérise cette compagnie de danse contemporaine dont les spectacles sont chorégraphiés par la talentueuse Marie Lecocq, qui assure également la bande originale et participe au jeu de lumières (avec Frédéric Noteau) : par exemple, " L'âme à l'envers " débutait par des applaudissements et se terminait par les trois coups d'ouverture ! Quête éclairée, amusante Depuis, la troupe s'est enrichie d'un acrobate et d'une chanteuse de rock afin de faire vivre une toute nouvelle représentation baptisée " Transes Lucides ", habile jeu de mots qui révèle le désir des artistes de la compagnie de " briller à travers ", c'est-à-dire en utilisant plusieurs sortes de matériaux translucides pour exprimer leur créativité : une tenture éclairée en ombres chinoises, une boule de cristal, de la tôle ondulée en plastique… On le voit, Az-Art conçoit la danse contemporaine comme une source d'étonnement perpétuel où se mêlent en bonne harmonie numéros de cirque, poésie, chant, musique, arts plastiques... Sa quatrième création " Transes Lucides " met en scène Bénédicte Delplanque et Marie Lecocq, danseuses, Sébastien Jolly, acrobate, Caroline Hembise, chanteuse de rock, ainsi que Thierry Sellier, batteur et percussionniste. Mais Az-Art, c'est aussi toute une équipe qui travaille dans l'ombre - savoureux paradoxe quand on monte un spectacle " translucide " - et qui assure une indispensable cohérence d'ensemble : les costumes sont façonnés par un ancien assistant de Thierry Mugler, Stéphane Laverne, les deux chansons sont composées par Eric Karoléwicz, la scéno-

Théâtr'Euphorie : un festival Pour sûr, on risque de rire de bon coeur ! Parce que quand Culture Plurielle et Théâtr'Eux la Compagnie mettent le paquet, ça vous décoince les rictus les plus figés ! Pour preuve, ce festival de théâtre organisé du 11 au 25 janvier 2003 dont le but ultime sera qu'on se tienne les côtes aussi souvent que possible à l'occasion de six spectacles très divers. L'un des temps forts sera assurément l'hommage rendu en deux temps à Ronny Coutteure, biérologue trop tôt disparu (photo ci-contre), mémorable animateur de soirées hautes en mousse au C.S.E. il y a quelques années. Voici , sans plus attendre, le programme des réjouissances : - " La leçon " : le drame comique d'Eugène Ionesco vu par Théâtr'Eux la Compagnie le samedi 11 janvier à 20h30 au C.S.E. (10 / 7 ). - " Les histoires de Ronny ", un spectacle présenté par Dianne Van den Eijnden le dimanche 12 janvier

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.24


...

A VOIR

Saison culturelle : le programme

Machin Truc et Compagnie : à Salengro les 4 / 5 janvier.

Exposition : 20 ans d'Histoire à Wattrelos Pour ses 20 ans, l'association de recherches historiques de Wattrelos expose au musée des arts et traditions populaires. Exposition rétrospective de ses activités visible du 11 janvier au 9 février, du mardi au samedi (9h-12h et 14h-18h), ainsi que le dimanche (15h-18h). Rens. 03.20.45.19.09. Entrée libre. Théâtre : " Machin, Truc… " fait la fête ! La compagnie de théâtre " Machin, Truc et Cie " organise une fête les 4 et 5 janvier salle Salengro. Samedi 4 janvier, de 10h à 12h et de 14h à 16h, venez vous initier au théâtre grâce à deux ministages (à partir de 15 ans ; tarif : 5 ). A 18h, représentations de fins de stages animés au C.S.E. pendant les petites vacances. Dimanche 5 janvier (16h), " L'homme objet ", création de la compagnie. Tarif : 5 (gratuit pour les moins de 12 ans). Musique : Silmarils à la B.A.M. Une master classe section rythmique est proposée aux adhérents de la Boîte à Musiques avec le batteur et le bassiste des Silmarils, avec rencontre musicale en fin d’après-midi. L’aubaine ! Master classe de 9h à 12h et de 14 à 17h ; rencontre musicale tout public à 19h. Evénement prévu en février 2003 (plus d'infos au 03.20.02.24.71 ou sur boiteamusiques@ville-wattrelos.fr).

de théâtre rien que pour rire ! à 15h30 au C.S.E. (12 / 10 ) ; - " Hommage à Ronny Coutteure " par Théâtr'Eux la Compagnie qui complètera cet hommage par une soirée lecture théâtralisée sur des textes de l'ami Ronny, le samedi 25 janvier à 20h30 à la Boîte à Musiques (7 / 10 ). - " Le comte Hélas " : Pyerrot Prest, alias Monsieur le Comte Hélas, veut sauver son château en montrant sa vie pour la gagner ! Le vendredi 17 janvier à 20h30 à la Boîte à Musiques (10 / 7 ). - " Jamais trop star " : Bernard Debreyne viendra nous présenter la suite des aventures de Ben, déjà passé par Wattrelos en 1998 avec " Voilà ". L'imitateur de Jacques Brel se retrouve tout seul, sans Mathilde… Le problème avec les histoires d'amour, c'est qu'il y a parfois plus d'histoires que d'amour ! Le samedi 18 janvier à 20h30 à la Boîte à Musiques (10 / 7 ). - Les frères Taloche : les deux Belges nous embarquent dans leur délire avec, en bouquet final, l'hilarante parodie de la chanson " J'ai encore rêvé d'elle…". Le dimanche 19 janvier à 15h30 au C.S.E. (12 / 10 ). Abonnez-vous : 3 spectacles pour le prix de 2, ou 6 spectacles pour le prix de 4 ! Renseignements et réservations à l'office de tourisme de Wattrelos, 189, rue Carnot, 03.20.75.85.86. ou sur www.ville-wattrelos.fr > accueil > services en ligne > action culturelle > agenda et réservations.

Hé, les enfants, on pense à vous ! La programmation jeune public est une constante de l'action culturelle. Deux nouveaux spectacles pour ce début 2003… avant beaucoup d'autres !

" Les p'tits boulots de Julo Padpo "

C'est l'histoire d'un p'tit gars employé dans un cirque qui se retrouve un jour à chercher du boulot parce que le cirque a fait faillite. Au guichet des embauches, rien de bien folichon : on propose à Julo des métiers idiots, inutiles. Mais Julo a de la ressource et de l'imagination : pour chaque métier, il s'imagine faire des prouesses et s'en sortir brillamment… avec l'aide des enfants bien sûr ! Une comédie théâtrale et musicale de Yannick Nedelec, par le Théâtre de la Valise. A voir au C.S.E. le mardi 21 janvier à 19h (à partir de 5 ans, durée : 1h).

" Le carnaval des extraterrestres " Sur la planète Ding-Dong, ça s'agite drôlement : même si ses habitants ne nous ressemblent pas, ils sont tout de même bagarreurs, tendres, gourmands, vaniteux… comme nous ! Et quand ils débarquent sur la Terre, emmenés par le vieux Shnok, ça devient carrément le carnaval, " la fête du monde à l'envers " ! Un spectacle de marionnettes de table de la compagnie Baba Yago, animé par Véronique Cenevet. A découvrir à la Maison de l'éducation permanente le mercredi 12 février à 15h (à partir de 4 ans, durée : 50 mn).

Tarif : gratuit pour les enfants / 1,52 pour les plus de 18 ans. Réservations : office de tourisme.

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.25


... UNION DES ELUS SOCIALISTES DEMOCRATES ET RADICAUX : UNE PRESENCE EFFICACE A LA COMMUNAUTE URBAINE Lille Métropole Communauté Urbaine joue un rôle de plus en plus décisif dans la vie quotidienne des habitants des 87 communes qui la composent. Avec une population supérieure à un million d'habitants, c'est la troisième de France après Paris et Lyon. Voirie, transports en commun, développement économique, environnement, habitat, aménagement urbain, urbanisme commercial, etc., ses champs d'intervention sont multiples et se sont accrus ces dernières années. Ainsi, les décisions qui intéressent Wattrelos et concernent ses habitants au premier chef sont dans une proportion non négligeable prises par le conseil de la Communauté. L'avenir de Wattrelos se joue autant à son siège, rue du Ballon, que place JeanDelvainquière à la mairie.

EXPRESSION POLITIQUE interventions de la Communauté urbaine, figurent notamment la couverture de l'Espierre entre la rue du Rivage et celle du Sartel (pour 58 millions de francs, pris en charge par la Communauté !) et la pose d'un collecteur d'eaux usées et pluviales carrière Desmettre. Sans oublier, en matière économique, le soutien au développement d'une entreprise de la zone industrielle de la Martinoire : BEIMO Usinage. Sans oublier non plus le soutien à des clubs sportifs, à des manifestations culturelles ou associatives dont nous défendons les dossiers. Tout cela est le fruit d'un travail discret mais opiniâtre, résolument concret, orienté vers l'intérêt de tous. Nous continuerons dans cette voie. Henri Gadaut

GROUPE COMMUNISTE ET CITOYEN : JOYEUSES FETES ! BONNE ANNEE 2003 !

Des élus actifs et présents Dans cette instance, notre groupe dispose de cinq représentants : Dominique Baert, Jean Destaerke, Gilbert Desmettre, Henri Gadaut et Danièle Brunin. Cinq élus répartis dans TOUTES les commissions, actifs, défendant au mieux les intérêts de Wattrelos et ce n'est pas toujours facile dans une assemblée comptant 177 membres, 87 maires, je l'ai dit plus haut, chaque ville ayant bien entendu des objectifs et des façons de voir particuliers, distincts, parfois contradictoires. C’est pour cela que nous voulons être attentifs... et présents ! Des résultats probants La voirie est une des principales compétences de la Communauté urbaine et, sur ce point, on peut constater une accélération des programmes de travaux. L'exemple le plus significatif est la rénovation, terminée cette année, de la rue du Commandant-Bossut. Mais on pourrait également citer : - l’aménagement devant le lycée Zola d’un espace piétonnier qui vient de débuter, - des travaux de modernisation de la voirie (chaussée, trottoirs ou parkings) intervenus en de multiples endroits : rues Balzac, Belle Promenade, Béthune, Ferdinand Buisson, Haugedé, La Fontaine, Philippot, de la Teinturerie, Vallon, des Trois Pierres, Winston Churchill, square Beethoven (en cours), - la rénovation de cinq courées : Bourlet, Catteau, Duthoit, Jonville, Liagre. Tous ces travaux facilitent et sécurisent les déplacements, améliorent la vie quotidienne. Pour obtenir cette accélération, il a fallu se battre. D'autres chantiers vont s'ouvrir. Il n'y a pas de panne dans l'action de la Communauté urbaine à Wattrelos. Lors de la dernière réunion du conseil municipal, Dominique Baert a annoncé la décision prise par la Communauté urbaine de réaménager pour accroître la sécurité le carrefour formé par les rues Chopin, Delecourt et Wagner. Parmi les autres

A quelques jours de la nouvelle année, les élus communistes et citoyens du Conseil Municipal de Wattrelos souhaitent à toute la population wattrelosienne et ses associations de joyeuses fêtes et une bonne année 2003. Certes, les difficultés assaillent nos concitoyens car nous vivons une période marquée par des bouleversements de tous genres, particulièrement économiques, sociaux et éducatifs. La municipalité de gauche et de progrès ne ralentira pas ses efforts pour que chaque habitant de notre cité puisse mieux vivre sa ville... Depuis de très longues années, Wattrelos a appris à conjuguer la réalisation dynamique d’équipements pour tous et la solidarité d’une cité chaleureuse, conviviale et humaine, malgré des problèmes en suspens qui dépendent de l’Etat, de certaines collectivités territoriales et de bailleurs peu scrupuleux (voir dernier Journal de Wattrelos). Cette solidarité s’est largement tournée vers les familles en difficultés, les personnes âgées, les chômeurs,pour qu’elles vivent au mieux leur dignité de citoyen... mais aussi vers l'école publique, la culture, le sport, la vie associative... Mais les moyens d’une municipalité sont douloureusement dérisoires, autant elle peut fournir des équipements et aides diverses, autant elle ne peut pas magiquement fournir un emploi, régler les problèmes de la jeunesse, rectifier la société dite “libérale” de Raffarin et Chirac. Il faut absolument trouver de nouvelles pistes pour mettre nos villes en conformité avec les besoins de notre temps. On ne peut imaginer qu’une grande partie de la population et sa jeunesse continue à vivre sans espérance, à la recherche d’un emploi, des moyens d’existence. En vous renouvelant nos meilleurs voeux de bonheur et de santé pour 2003, pour vous et avec vous, le groupe communiste et citoyen fera en sorte que cette année soit aussi porteuse d’espoir, de progrès et de justice sociale.

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.26


GROUPE UNION POUR WATTRELOS : BEAULIEU : UNE INDISPENSABLE CONCERTATION A MENER Nous le savons tous : le quartier de Beaulieu se caractérise par un habitat dégradé qui rend nécessaire et prioritaire une réhabilitation d’importance. Progressivement, nous sommes arrivés dans une situation d’urgence et il est grand d’agir ! N’oubliez jamais que ceux qui appellent à manifester aujourd'hui sont à l’exécutif municipal depuis de nombreuses années et les états d'insalubrité et de détériorations leur sont connus depuis longtemps ! Mais, ce qui peut nous être profitable est que le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin met en oeuvre un plan quinquennal, sans précédent, de rénovations des logements collectifs... ce qui n’a pas été mis en oeuvre par le précédent gouvernement. Profitons-en, et notre groupe U.P.W., avec des positions précises sur ce sujet, a déjà attiré l’attention du Ministre de la Ville sur le dossier de Beaulieu. Elles passent forcément par la concertation de la population car, en partageant tout un travail de fond, sans oublier le social, il faut donner au projet de réhabilitation et de rénovation une cohérence d’ensemble immobilière. Egalement, l’un de nos soucis est que le caractère immobilier des transformations puisse éloigner des locataires de leur lieu de vie, parce que les loyers deviendraient trop chers. C’est pourquoi la majorité municipale doit prendre position, rapidement, et qu’elle soit un élément moteur de la concertation, mais aussi celui de la recherche de moyens financiers complémentaires pour ne pas pénaliser les habitants du quartier. C’est notre conception de la Démocratie de proximité et de Solidarité. Egalement, dans ce même quartier, nous sommes inquiets du futur du collège Neruda. Dès mars 2002, quand nous avons découvert, au hasard d’une délibération municipale, le projet de construction d’un collège au Sartel, nous avons exprimé les plus vives réserves. Aussitôt, d’importantes interrogations ont été posées au Maire, à savoir : que va devenir le collège NERUDA ? Où vont être transférés les élèves ? Quelle concertation est prévue avec l’Education Nationale et les Parents d’élèves ? N’y at’-il pas une menace de voir disparaître tout un travail pédagogique effectué avec des moyens appropriés par l’ensemble de la communauté éducative ? Pourquoi ce choix d’implantation à proximité d’axes de circulation dense et, maintenant, d’un centre de tri sélectif ? A ce jour, nos questions restent sans réponse... A nouveau, ne pas engager le dialogue sur des projets aussi importants et intéressants toute une population, c’est inacceptable ! Michèle Platteau, Jean-François Buyck, Jean-Luc Delommez. Tél pour Rendez-vous : 03.20.80.40.70

WATTRELOS FORCE NOUVELLE Les traditionnelles manifestations du 11 novembre ont une fois de plus été l’occasion pour le maire de Wattrelos de cracher son venin. Alors que depuis les attentats de septembre 2001, les politiques de tous bords dénoncent avec raison l’amalgame fait entre islamisme et terrorisme, le maire de Wattrelos a fran-

chi un pas de plus vers l’absurde en assimilant nationalisme et intolérance. Le choix du lieu pour ce type de déclaration était pour le moins mal choisi. En effet, quelles valeurs autres que l’amour de leur pays et la volonté de conserver une identité nationale, c’est-àdire le nationalisme, ont conduit les Anciens Combattants à prendre part à cette guerre ? Cette idée est sans doute difficile à appréhender pour le maire de Wattrelos qui depuis quelques mois est confronté à son pire ennemi : son incompétence. Alain Faugaret l’avait désigné comme dauphin en 2000 afin de garantir à son poulain une élection facile lors des élections municipales de 2001. Celle-ci ne fut pas à la hauteur des espérances, l’abstention étant le grand vainqueur. Depuis 2001, ce ne sont que chamailleries entre majorité et opposition fréquentable (dont ne fait évidemment pas partie le Front National), voire au sein de la majorité elle-même. Le bien-être des wattrelosiens est en permanence négligé. Que la Droite s’offusque de ne pas être associée aux projets municipaux soit ! C’est leur droit. Mais le plus important n’est pas là. L’essentiel se situe justement dans l’inaction qui caractérise le comportement de l’équipe Baert. Insécurité, chômage, fiscalisme, rien n’évolue. On se refuse à écouter le message des électeurs. Il ne servira à rien de créer des comités de quartier si l’opinion qui y sera exposée par les habitants de la commune sera sans effet sur les décisions finales. Alors de grâce Messieurs, posez vos pelles et vos seaux. Il est plus que temps de travailler ! Sylvie Langlois, Gilles Morice, Yvonne Chaussois, conseillers municipaux de Wattrelos. Tél : 03.20.51.69.78 pour rendez-vous.

LUTTE OUVRIERE : OUI AUX RENOVATIONS, NON AUX AUGMENTATIONS DE LOYERS ! Pour la ZUP de Beaulieu, Logicil, la société HLM propriétaire des immeubles, parle d’un projet de rénovations, mais avec une augmentation des loyers. Logicil explique que ces augmentations seraient compensées par l’APL, ce qui est loin d’être le cas pour tous les locataires. De nombreux locataires refusent ces augmentations. A juste titre, comment peut-on supporter une hausse des loyers qui s’élèvent déjà en moyenne à environ 460 euros (3 000 F) ! Du coup, Logicil en tire argument pour refuser d’effectuer l’entretien des logements, ce qui est pourtant à sa charge. Les plafonds sont fissurés, les installations électriques vétustes et dangereuses... Cela fait des dizaines d’années que ces logements sont construits et que les habitants payent des loyers où sont inclus les coûts d'entretien. Locigicil a amassé suffisamment d’argent pour financer ces travaux. Aussi, les locataires ont-ils le droit d’exiger de Logicil les rénovations nécessaires, sans augmentation des loyers et des charges. Et ils auraient mille fois raison de l’imposer collectivement par la lutte. Marc Dubrul, Anne-Claire Lescouffe. (Contact : 03.20.02.08.96)

LE JOURNAL DE WATTRELOS \ P.27



Jdw65