Page 1

débat / thème : MIXITÉ DES ENTREPRISES : OSONS LES FEMMES !

46

Mag

Vision et conviction de Denis HENNEQUIN, Président-directeur général du Groupe Accor

septembre - octobre 2012

BIMESTRIEL

LE PRIX PRESS CLUB, HUMOUR ET POLITIQUE QUI SONT LES POLITIQUES LES PLUS DRÔLES ?

Bataille de « petites phrases »

pour le 10 anniversaire du Prix ème

Nos hommes et femmes politiques peuvent avoir de l’humour… …il est souvent involontaire !

PARTENARIAT

Le Press Club partenaire du PRIX BAyEUX-CALVADOS DES CORRESPONDANTS DE GUERRE

dÉbat thème : LES

STRAUSS-KAHN : LE RÉCIT D’UNE CHUTE avec Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin


sommaire | dans ce numéro ... L’édito

ce qu’il faut savoir sur eux ...

De la fourche à la fourchette

Par Olivier Galzi,

………………………………………………………………………………………

I>Télé, Président du Press Club

........................................................................................

p.11

p.5

Grands reporters : journalistes en ligne de mire

10 Prix « Press Club, Humour et Politique » ème

………………………………………………………………………………………

.................................................................................................................................................................................

p.12

p.6

Le Press club partenaire du prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre p.14 … …………………………………………………………………………

Journaliste : un métier en difficulté

Les débats

…………………………………………………………

............................

› Déjeuner Trait d’Union Invité : Bernard de La Villardière

..................................................................................................

p.8 p.8

› Trafiquants de drogue :

............................................

› La franchise : une alternative à la crise !

. ...................

… ……………………………………………………

Mixité dans les entreprises

p.16

p.9

...........................................................

.........................................................................................................

Interview de Sébastien Castex, franchisé Phone House à Marmande p19

p.9

› Les réseaux sociaux ont-ils changé la manière de travailler des journalistes ? p10 › Osons les femmes !

p.15

buzz business … …………………………………………………………………………………………

comment l’Europe se défend-elle ?

… ………………………………………………………………

buzz média

La vie du club

› Les Strauss-Kahn : le récit d’une chute

3ème semaine des entrepreneurs franchisés. Une inititiative pour donner l’envie d’entreprendre p.18

p10

Promouvoir les femmes à des postes clés : question de conviction ? Interview de Mercedes Erra et Denis Hennequin

… ………………………………………………………

p.17

Info + Débats, News, Annuaire.. www.pressclub.fr

Mag

19 rue du Commandant Mouchotte 75014 Paris – Tél. : +33 (0) 1 44 36 44 04 – Fax : +33 (0) 1 44 36 44 01 Site internet : www.pressclub.fr - Directeur de la publication : Olivier Galzi Rédactrice en chef : Isabelle Bourdet

éditeur délégué et publicité : FFE - 15 rue des Sablons - 75116 Paris - Tél. : 01 53 36 20 40 - Fax : 01 49 29 95 99 - Site internet : www.ffe.fr Directeur de la publicité : Patrick Sarfati • Responsable de la publicité : Sophie Duten - Email : sduten@yahoo.fr - Tél. : 06 46 47 24 45 Responsable technique : Aïda Pereira - Email : aida.pereira@ffe.fr • Conception Mandy Vu Van • Maquette Mounier Valérie Imprimé en France. Tous les visuels illustrant la revue sont fournis par la rédaction sous sa responsabilité ou proviennent de la banque d’image thinkstockphotos.

3

Mag


Vous donnent rendez-vous :

7

e

Conférence Internationale pour un développement durable

24, 25 et 26 Septembre 2012 Evian - France

ÂGE DE LA CO-CONSTRUCTION OU TRIOMPHE DE LA COMPÉTITION ? Devenue en quelques années un rendez-vous international incontournable, la Global Conference rassemble chaque année pendant trois jours près de 900 acteurs originaires de plus de 75 pays et impliqués dans le changement pour une société durable. Dans une atmosphère conviviale et unique, les « Planetworkers » se retrouvent chaque année pour échanger et mutualiser leurs bonnes pratiques, proposer des initiatives innovantes et participer à la transformation de nos sociétés.

SAVE THE DATE PREMIÈRE ÉDITION DE LA GLOBAL CONFERENCE – PACIFIC ROUND

Du 12 au 16 Novembre 2012 à Nouméa – Nouvelle Calédonie La Global Conference – Pacific Round permettra de renforcer les liens entre les nations de la région Pacifique et les autres pays du monde. Cette conférence internationale annuelle fédèrera toutes les parties prenantes afin de mettre en place des solutions concrètes pour un développement économique et humain plus équitable. Une journée de réunion intergouvernementale, trois journées de débats, et une restitution des travaux au grand public rythmeront cette première édition de la Global Conference – Pacific Round.

Inscriptions sur

www.planetworkshops.org


éditorial

tweet or not to tweet ?

To

Par Olivier Galzi – I>Télé, Président du Press Club

Quoi que l’on en pense, le tweet s’est imposé comme le nouvel outil de communication du microcosme politico-médiatique *Jury du tweet politique : Christophe Barbier (L’Express), André Bercoff (Journaliste-écrivain), Nicolas Charbonneau (TF1), Renaud Dély (Le Nouvel Observateur) Ruth Elkrief (BFM TV), Olivier Galzi (I>télé) Yves Thréard (Le Figaro),

A

h twitter ! Gazouillis maudits pour les uns, gazouillis modernes pour les autres. Quoi que l’on en pense, le tweet s’est imposé comme le nouvel outil de communication du microcosme politico-médiatique… Il est devenu l’expression numérique de l’initiation moderne, avec son rituel, ses symboles et ses codes. To tweet or not to tweet ? Que l’on soit fan ou rétif, la question se pose désormais pour tous les acteurs du débat public, qu’ils soient d’ailleurs responsables politiques ou journalistes. Fidèle à sa réputation de lieu et de lien dans ce débat, le Press Club de France a donc décidé de mettre en place deux nouveaux prix, qui viendront compléter le déjà célèbre Prix Press Club, Humour et Politique. Nous aurons dès la fin de cette année un « Prix Press Club du tweet politique », décerné par un jury de journalistes, ainsi qu’un «  Prix Press Club du tweet journalistique », décerné par… des personnalités politiques ! Bien sûr, comme pour le prix de l’humour, il y aura des catégories  : le plus pertinent, le plus impertinent, le grand prix du buzz et le tweet qui n’aurait jamais du être envoyé !

Tous les oiseaux, de bonne ou de mauvaise augure, seront observés par nos ornithologues numériques choisis sur un seul critère : Un jury qui travaillera sérieusement… sans jamais se prendre au sérieux* !

Jury du tweet journalistique : Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-Vincent Placé, Guillaume Peltier, Najat Vallaud-Belkacem. Les jury sn

. plet e sont pas encore au com

5

Mag


La vie du Club | événement

Crédits photographiques © Marie-Lan Nguyen - Jean-François Benard - MEDEF - Furound - DR

10ème PRIX « PRESS CLUB, HUMOUR ET POLITIQUE » 1

2

3

4

5

6

7

9

8

10

Pour la dixième année, le jury du Prix « Press Club, Humour et Politique » s’est réuni sous la présidence de Jean MIOT. Ce Prix récompense l’auteur de la phrase la plus hilarante de l’année, qu’il s’agisse indistinctement d’humour volontaire ou involontaire.

Les trois premières sélections (une quatrième aura lieu le 11 septembre avant la remise du Prix 2012 – date à confirmer) ont permis au jury de retenir les meilleures « petites phrases » de l’année :

Nora BERRA 1 , alors Secrétaire d’Etat en charge de la Santé, qui conseillait sur son blog au plus fort de l’hiver : « Je recommande aux personnes les plus vulnérables (sans-abri, nourrissons et personnes âgées) d’éviter de sortir ».

6

Mag

Bernard CAZENEUVE, Député-maire de Cherbourg, porte-parole de François Hollande : « L’heure d’été aura surtout un avantage : c’est une heure de moins de Nicolas Sarkozy ». Pierre CHARON, Sénateur de Paris: « Eva Joly, c’est un pour tous, tous pour un et deux pour cent ». Daniel COHN-BENDIT 2 , Député européen s’adressant à Eva Joly : « Si tu te retires, ça crée un vide. Si tu continues, tu tombes dans le vide ».


La vie du Club | événement

› LE jury 2012 André BERCOFF, Isabelle BOURDET (Press Club), Nicolas CHARBONNEAU (TF1), Hubert COUDURIER (Le Télégramme), Pierre DOUGLAS, Olivier GALZI (I>Télé, Président du Press Club), Laurent GERRA, Thierry GUERRIER, Anita HAUSSER (LCP Assemblée Nationale), Bernard de LA VILLARDIERE (M6), Gérard LECLERC (LCP Assemblée Nationale), Jacques MAILHOT, Sylvie MALIGORNE (AFP), Jean MIOT (Président du Jury), Dominique de MONTVALON (francesoir.fr), Catherine NAY (Europe 1), Philippe REINHARD, et Dominique Verdeilhan (France 2).

François GOULARD 3 , Président du Conseil Général du Morbihan : « Être ancien Ministre, c’est s’asseoir à l’arrière d’une voiture et s’apercevoir qu’elle ne démarre pas ». Brice HORTEFEUX 4 , Député européen, conseiller de Nicolas Sarkozy : « Passer de rien à chef de l’Etat, Hollande va souffrir… ». Christian JACOB 5 , Député de Seine-etMarne : « Le socialisme c’est vraiment une île au milieu des terres ». Chantal JOUANNO 6 , Sénatrice UMP de Paris : « La droite à Paris, c’est la guerre des boutons avec des bazookas ». Jean-Christophe LAGARDE 7 , Vice-président du Nouveau Centre : « 0% pour un fromage c’est bon pour la santé mais pas pour un sondage présidentiel ». Jack LANG alors Député du Pas-de-Calais : « Je ne voulais pas être parachuté d’en haut ». 8,

Thierry MARIANI, alors Ministre des Transports : « C’est plus facile de pacifier la Libye que l’UMP ».

Thierry MANDON, nouveau Député PS de l’Essonne, qui a battu le Député sortant Georges Tron : « Ca lui fera les pieds ! ». Nadine MORANO, ancien Ministre : « Me faire passer pour quelqu’un de raciste, je trouve cela choquant… Ma meilleure amie est tchadienne, donc plus noire qu’une arabe ». Philippe POUTOU, ancien candidat NPA à la Présidentielle : « Je n’ai pas l’habitude d’être seul : on arrive chez le patron en groupe, on séquestre en groupe ». Ségolène ROYAL 9 , Présidente de la région Poitou-Charentes, à la veille des primaires socialistes : « Ce n’est pas plus mal que ce soit une femme qui soit élue pour faire le ménage ». En prime deux « Raffarinades » : Jean-Pierre RAFFARIN Nicolas Sarkozy : « Travaille tes silences, baisse d’un ton ». Et une autre prononcée au Press Club entre les deux tours de la Présidentielle : « La gravité de la crise, c’est la crise de la gravité ». 10 s’adressant à

7

Mag

Rappelons que le 9ème Prix Press Club, Humour et Politique a été attribué en juin 2011 à Laurent FABIUS, ancien Premier Ministre, pour sa déclaration : « Mitterrand est aujourd’hui adulé, mais il a été l’homme le plus détesté de France. Ce qui laisse pas mal d’espoir pour beaucoup d’entre nous  ». Daniel FIDELIN, Député de Seine-Maritime qui avait déclaré « Vu de la Chine, le port du Havre ne travaille pas » a reçu le Prix Spécial du Jury. Les internautes ont, quant à eux, donné leur prix à JeanLouis BORLOO, Président du Parti Radical pour la phrase : « Nous sommes tous des immigrés ; seule notre date d’arrivée change  ». Un Prix de l’encouragement  a été décerné à  Frédéric LEFEBVRE, Secrétaire d’Etat au commerce, à l’artisanat et au tourisme, pour sa réponse à la question « Quel est votre livre de chevet ?  » : « Zadig et Voltaire  ». Et une mention spéciale a été donnée au Député de l’Eure François LONCLE, champion des questions écrites à l’Assemblée Nationale, restées sans réponse mais publiées au J.O.

Le jury a tenu à saluer le Premier ministre David Cameron pour son humour très britannique : « Quand la France instituera un taux de 75 % pour la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu, nous déroulerons le tapis rouge aux entreprises françaises ». 


THEME

Les Strauss-Kahn : le récit d’une chute © Tina Merandon

THEME

débats du club | agenda

Déjeuner Trait d’Union

Nouveau

Dans le cadre de ces nouveaux rendez-vous nous vous proposons de faire plus ample connaissance avec un membre du Conseil d’Administration du Press Club et d’évoquer avec lui son actualité.

Invitées : Raphaëlle Bacqué et Ariane CHEMIN – Le Monde, auteures du livre « Les Strauss-Kahn » Ed. Albin Michel

Animé par André Bercoff – journaliste, écrivain

Invité : Bernard de LA VILLARDIÈRE – M6, Président de Ligne de Front et Vice-président du Press Club

11 septembre de 18h45 à 20h00

Animé par Isabelle Bourdet – Press Club

« La Femme fatale », livre qu’elles avaient consacré à Ségolène Royal en 2007 avait déjà fait beaucoup de bruit en franchissant la frontière entre politique et vie privée. Cette année, les deux journalistes reviennent avec la saga Dominique Strauss-Kahn. Sur « Une histoire folle, une histoire vraie, un roman politique et social » comme il est écrit sur la dernière de couverture du livre. Une histoire qui a mis fin à toutes les ambitions politiques du protagoniste qui était, il y a tout juste un an, l’un des favoris pour la présidentielle. C’était avant Nafissatou Diallo, Tristane Banon et le scandale du Carlton de Lille.

17 septembre de 12h45 à 14h30

Bernard de La Villardière fait partie de ces journalistes qui se remettent en question. En 24 ans de carrière, il a participé à la création de France Info avant de rejoindre RTL où il partage son temps entre la présentation des journaux et le reportage (révolution roumaine, guerre du golfe …). Il rejoint ensuite LCI pour y assurer la présentation des journaux et du « Journal du monde ». Après un passage à France 2 et à Europe 1, il rejoint en 1997 M6 pour assurer la rédaction en chef et la présentation de « Zone Interdite », de « Ça me révolte » et aujourd’hui d’ « Exclusive Exclusive », magazine d’investigation pour lequel il a choisi de retourner sur le terrain, diffusé le dimanche soir en 2ème partie de soirée. En 2003, il ajoute une corde à son arc ; celle de producteur en créant la société de production « Ligne de front ».

Nous allons avec Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin remonter le fil de cette chute vertigineuse. Essayer de comprendre comment Dominique Strauss-Kahn a pu atteindre de tels sommets en politique pour sombrer aussi vite. Certains y ont vu un complot, une machination politique, les auteures disent que « lorsqu’on recolle les morceaux du puzzle, ce qui surprend, c’est plutôt de découvrir les protections dont il a profité ». Et que dire d’Anne Sinclair, qui a fait preuve d’un soutien indéfectible à son mari depuis 20 ans. Pouvoir, argent et sexe, nous allons plonger dans l’histoire d’un couple qui est passé de l’ascension à la descente aux enfers politico-médiatique.

Rencontre avec celui que Yann Barthès appelle dans son Petit Journal sur Canal + « l’homme qui marche à travers la planète ». Forfait de participation : 50€ (paiement par chèque uniquement)

8

Mag


débats du club | agenda

Pour vous inscrpreirsscelubau.frx débats :

Trafiquants de drogue : comment l’Europe se défend-elle ?

La franchise : une alternative à la crise ! © C.Amar

THEME

THEME

info@

Invités : René Prévost, Président de la FFF aux côtés d’un franchisé et d’un franchiseur adhérent à la FFF, qui présenteront les avantages de ce modèle économique. Animé par Isabelle Bourdet – Press Club

Invité : Maître Edouard DE LAMAZE, membre du Conseil Economique et Social Européen Animé par Paul Lefèvre – W9

18 septembre de 18h45 à 20h00

L’Europe rencontre beaucoup de difficultés pour lutter contre les trafics de stupéfiants. La première de ces difficultés est la multiplicité des réglementations à l’intérieur des 27, une autre est la porosité de certaines frontières. Il reste encore à créer une politique d’ensemble de lutte contre les trafiquants de drogue. L’un de ces moyens est la saisie, sur tout le territoire de l’Union, des biens de ces trafiquants, mesure qui réclame une uniformisation des réglementations et une mutualisation des moyens. Le Conseil Economique et Social Européen étudie les mesures à proposer à l’examen et au vote du   Parlement Européen. Rapporteur des travaux en la matière du CSSE, M° Edouard de Lamaze, délégué interministériel français, est favorable à une saisine plus sévère et plus immédiate des biens des trafiquants. 

20 septembre

de 8h45 à 10h00

Dans ce contexte économique difficile, l’année 2011 aura été marquée par des indicateurs positifs pour la franchise. Les fondamentaux du modèle - savoir-faire, assistance et dialogue - se révèlent efficaces dans la période de turbulence que nous traversons. L’évolution du nombre de réseaux et de leurs points de vente est en constante augmentation, on enregistre pour l’année 2011 plus de 62 000 franchisés, soit une augmentation de 6 % par rapport à l’année précédente. Autre indicateur, l’emploi, les points de vente se sont étoffés, passant en moyenne de 7 salariés en 2010 à 9 salariés en 2011 et la moitié des franchisés ont créé au moins un emploi depuis juin 20111. La franchise n’attire plus seulement d’anciens salariés en quête de reconversion (70 % des franchisés)1, mais de plus en plus d’anciens commerçants ou chefs d’entreprise (24 % des franchisés)1, qui voient dans la franchise un moyen de soutenir leur activité. Que des professionnels du commerce se tournent vers la franchise est signe que, dans le contexte extrêmement concurrentiel du commerce aujourd’hui, s’associer à une enseigne est devenu un passage obligé pour rester dans la course. Nous vous proposons de mieux connaître ce concept économique qui représente de réelles opportunités professionnelles, d’évolution et de reconversion, avec nos invités, ainsi que la mise en avant d’une opération de communication nationale sur la franchise, initiée par la FFF, « la Semaine des entrepreneurs franchisés ». 1 : Source : enquête annuelle de la franchise Banque Populaire/FFF/CSA

9

Mag


débats du club | agenda

Pour vous inscrpreirsscelubau.frx débats :

Les réseaux sociaux ont-ils changé la manière de travailler des journalistes ?

THEME

THEME

info@

Osons les femmes !

InvitéS : Sandra AMMARA, consultante senior à l’Agence Noir sur Blanc. Yves CRESSON, Président de MediaRay Animé par Isabelle Bourdet – Press Club

27 septembre

Invités : Denis HENNEQUIN, Président-directeur général du Groupe Accor, Mercedes ERRA, Fondatrice de BETC, Directrice générale d’Havas et Présidente Executive d’Euro RSCG Worldwide, Jean-Paul BAILLY, Président-directeur général du Groupe La Poste.

de 18h45 à 20h00

Les réseaux sociaux sont aujourd’hui présents partout et sont devenus en très peu de temps un réel outil stratégique pour la communication et les relations presse et publiques des entreprises.

Animé par Sandrine Duten, SD Opportunities

On parle d’ailleurs de plus en plus de « médias sociaux » car, après avoir émergé comme des réseaux, utilisés par les gens à titre personnel, les Facebook et Twitter, s’apparentent de plus en plus à des médias. Les entreprises ont rapidement compris qu’il s’agissait de bons véhicules pour rejoindre leur public. Mais face à la vitesse avec laquelle ces réseaux se modifient tous les jours,  évoluent, disparaissent ou naissent, il n’est pas toujours aisé pour les entreprises de s’y adapter et d’élaborer la meilleure manière d’y être actif et d’y mener une stratégie de relations presse efficiente.

2 octobre de 18h45 à 20h00

Toute entreprise est confrontée aux défis de l’hyper-compétitivité : comment concilier performance et pérennité ? Une solution se profile : la mixité des équipes. La place des femmes est au cœur de toutes les attentions. Alors s’agit-il d’un effet de mode, de communication ou d’un changement de mentalité ?

Les relations presse ont été obligées d’évoluer au rythme des innovations technologiques, de s’y adapter et d’innover à leur tour.

Nos invités n’ont pas attendu pour passer à l’action et s’engagent au quotidien à relever le défi « Osons les femmes ! ». Ils partageront avec vous les nouvelles perspectives de management, source de création de valeur. Nous découvrirons ensemble :

Y-a-t-il une recette miracle à appliquer pour faire des relations presse sur les réseaux sociaux  ou plutôt avec les réseaux sociaux ? Hélas non ! Chaque stratégie est différente et se traite au cas par cas ! Mais il y a des écueils à connaître et donc à éviter et des « trucs » à savoir pour débuter dans les meilleures conditions ses relations presse sur les réseaux sociaux.

› leurs visions : quelle évolution concernant la présence de la femme au sein de l’entreprise ? › leurs convictions : quels arguments pour mobiliser la hiérarchie et les équipes ?

Nous verrons avec nos invités comment repérer les réseaux sociaux que les journalistes surveillent (47 % des journalistes utilisent Twitter comme source d’information), quelles informations donner, sous quelle forme, et comment elles circulent.

› leurs vécus : quelles actions simples à mener au sein de l’entreprise ? › leurs conseils : quel comportement adopter pour évoluer ? 10

Mag


ce qu’il faut savoir sur eux ... Par Isabelle Bourdet

DE LA FOURCHE À LA FOURCHETTE

V

ous êtes Présidente du Club de la Table Française, pouvez-vous nous présenter ce club et son activité ?

Un temps fort annuel Tous les ans, le Club de la Table Française organise, à l’occasion du Salon International de l’Agriculture, un repas gastronomique qui rassemble plus de 300 invités, venus de tous horizons. Se retrouvent ainsi, partenaires et membres du Club, responsables politiques, chefs cuisiniers, agriculteurs, industriels, représentants des arts de la table et du tourisme ainsi que des journalistes. Le franc succès de l’événement tient lieu, à la fois de l’ambiance chaleureuse qui règne au cours de la soirée, de la qualité des plats et produits proposés aux convives et surtout au mélange entre les différents publics. Ce temps de partage est alors une bonne occasion pour le Club de soulever les enjeux liés au secteur. Ainsi, la dernière édition a permis de rappeler l ‘importance de la formation et de l’éducation dans le secteur de la Table.

pour cette reconnaissance. C’est essentiel pour tous les acteurs qui contribuent à faire vivre et transmettre cet héritage culturel que représente la Table et la convivialité qui y est liée. La dynamique du secteur doit être encouragée. C’est pourquoi nos partenaires et nousmêmes, accordons une grande importance à la transmission du savoir et savoir-faire, à travers la formation et l’apprentissage.

Catherine Dumas : Le Club de la Table Française, que je préside avec Alain Suguenot, Député de Côte d’Or et Gérard Miquel, Sénateur du Lot, a vocation à soutenir et favoriser un pan entier de notre patrimoine culturel et économique qui va « de la fourche à la fourQuels sont les enjeux du Club chettes  » et qui participe pour les années à venir? à l’identité de nos régions et de notre pays. Il réunit CD  : En lançant le Club de la 330 parlementaires, ainsi Table Française nous nous que de nombreux acteurs sommes fixé comme objectif économiques, fédérations, de promouvoir un secteur interprofessions, entre­prises, qui incarne l’essence même qui contribuent et collabode notre pays. La cuisine, le rent à nos travaux. Le club Catherine Dumas, ancienne vin, les produits du terroir, rassemble et mutualise les Sénatrice de Paris, Conseillère les arts de la table participent forces vives d’un secteur qui de Paris, et Présidente du Club à l’identité française et nous foisonne d’initiatives. Il crée de la Table Française voulons mettre en avant ce des outils de communication (membre du Club). secteur sur les plans éconopermettant de s’adresser aux miques, culturels et éducatifs. pouvoirs publics et offre à ses membres des occasions de dialogue avec les Nous donnons à travers le club un moyen aux élus locaux et nationaux. Enfin, il organise un professionnels et fédérations du secteur de certain nombre de rencontres, d’événements s’adresser aux pouvoirs publics. A ce titre le et informe les décideurs publics. Défendre Club compte sur la prochaine législature pour et promouvoir la table française auprès des faciliter le dialogue et faire avancer ce secteur pouvoirs publics avec le concours des élus, essentiel à notre économie. Nous entendons c’est défendre et promouvoir les particularités aussi nous tourner vers les élus locaux qui et la richesse de notre alimentation et de tout travaillent au quotidien pour développer les territoires. Enfin, le secteur de la table est ce qui l’accompagne. dynamique et fortement contributeur de notre Quel regard portez-vous sur la gastronomie balance commerciale mais il peut encore se développer, et nous devons aider les PME à française ? trouver de nouveaux marchés. CD  : Aujourd’hui le «  Repas Gastronomique Mathieu la Fay, des Français » est inscrit au patrimoine culturel Secrétaire général du Club de la Table Française immatériel de l’UNSECO et le Club s’est battu 10 rue de Sèze 75009 Paris - 01 44 18 70 63

11

Mag

1

2

3 1 (de g. à d.) Henri Charvet, (président honoraire d’EuroToques), Jean-Luc Baucherel (alors Président de Groupama), François Hollande et Gérard Miquel (Sénateur du Lot) lors du dîner organisé au Salon International de l’Agriculture. 2 Les trois Présidents du Club : Catherine Dumas, Gérard Miquel et Alain Suguenot, aux côtés de Frédéric Mitterrand, alors Ministre de la Culture et de la Communication. 3 Le Club de la Table Française s’est engagé pour défendre le vin rosé, de tradition française, contre la fabrication de vin rosé en coupant du rouge avec du blanc.


buzz média | actualité

GRANDS REPORTERS : JOURNALISTES EN LIGNE DE MIRE A l’occasion du 80ème anniversaire de la disparition d’Albert Londres, le pionnier du grand reportage, le Press Club a organisé un débat consacré aux grands reporters. L’occasion pour nous de rendre hommage à celui qui reste une référence pour de nombreux journalistes français et à tous ces journalistes qui arpentent le monde et les zones de conflits pour nous permettre d’accéder à sa réalité. Compte-rendu par Isabelle Bourdet

12

Mag


buzz média | actualité

Les intervenants

Dominique Gerbaud, Président de Reporters sans Frontières et Patricia AllÉmoniÈre, grand reporter à TF1,

Christian BRINCOURT, grand reporter,

C

améra à l’épaule, appareil photo en bandoulière et carnet en poche, ces journalistes de terrain veillent à informer le monde sur les zones de conflits. Parfois au péril de leur vie. Comme ce fut le cas pour Gilles Jacquier à Homs en Syrie. Ils sont de plus en plus souvent en ligne de mire alors qu’ils étaient auparavant respectés et tolérés au même titre que la Croix-Rouge et les ONG.

Pourquoi devient-on grand reporter ? « Pour faire ce métier, il faut aimer les gens » a immédiatement répondu Patricia Allémonière. « Et s’intéresser aux forces qui s’opposent dans le monde ». « C’est une aventure humaine, c’est vrai, mais le grand reportage c’est aussi la recherche d’une dose d’adrénaline » a avoué Georges Malbrunot.

Un métier de plus en plus dangereux ?

Georges Malbrunot, grand reporter au Figaro, ancien otage en Irak.

Dominique Gerbaud a dressé un bilan alar­ mant. « Ce métier est de plus en plus risqué » a-t-il dit. «  Car par définition, les zones de guerres sont des lieux imprévisibles, instables où il est facile de prendre un journaliste en otage ». Tout en rappelant que « la violence n’est pas seulement étatique ou militaire. Elle peut venir des milices et même de la foule comme cela a été le cas place Tahrir au Caire ». Il y a plusieurs façons de couvrir un conflit. « Dans la clandestinité, en suivant des groupes, ou en suivant l’armée dont nous devenons des hôtes  » a répondu Patricia Allémonière. En dehors de ce cadre, exercer son métier est-il possible  ? «  On ne peut pas arriver seul sur une ligne de front… car sinon on n’en revient pas ! » a-t-elle insisté. Dominique Gerbaud a complété en disant que les « rédactions n’envoient pas toujours des jour-

13

Mag

nalistes sur zone et que se sont des free lance, qui ne connaissent pas toujours les règles du métier, qui y vont ». « Le jeune freelance qui arrive à Homs, prend un risque que je ne prendrais pas » a ajouté Georges Malbrunot.

Les conditions de l’exercice du métier ont-elles changé ? Christian Brincourt, qui pendant 40 ans a couvert les principaux conflits du monde a confirmé que oui en nous racontant comment il avait couvert la guerre du Vietnam. « On était pris en charge par l’armée américaine qui nous prenait nos empruntes, nous donnait un casque, une carte du Pentagone et le grade de major. A l’époque nous choisissions le reportage que nous voulions faire, il n’y avait pas de censure. Lorsque nous l’avions fait, notre préoccupation était de l’expédier. Nous donnions nos films au commandant de bord d’un avion Air France ou à une hôtesse. Nous passions à l’antenne avec des pièces dans les mains et un taxiphone  ».

Les journalistes ont-ils peur ? «  On ressent la peur dés l’aéroport  » a répondu Dominique Gerbaud. «  Il y a une forme d’excitation professionnelle et en même temps cette peur  ». «  Mais une peur qui est bonne conseillère car elle nous évite d’aller au delà du risque ». «  On a souvent peur avant    » a précisé Patricia Allémonière mais paradoxalement «  au moment ou se passe l’action dangereuse, on n’a pas le temps d’avoir peur  ». Georges Malbrunot a rappelé que vu de Paris « on en fait des tonnes sur le danger, mais notre peur de journaliste est infinitésimale par rapport à celle des populations en zone de conflit. Il faut relativiser tous ces événements qui arrivent aux journalistes », a-t-il dit.


buzz média | actualité

Du 8 au 14 octobre 2012 LE PRESS CLUB PARTENAIRE DU PRIX BAYEUX-CALVADOs DES CORRESPONDANTS DE GUERRE Le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre est un hommage rendu au journalisme de terrain. Celui qui consiste à aller voir, à prendre le risque pour témoigner.

G

illes Jacquier, Remi Ochlik, Marie Colvin et Shoukri Ahmed Ratib Abu Bourghoui sont morts en Syrie au nom du droit d’informer. Reporter de guerre, plus qu’un métier, c’est un choix de vie. Celui de vouloir raconter la réalité de la guerre en partageant les dangers avec ceux qui la subissent ou ceux

qui la font. Sans eux, que saurions-nous des massacres de civils, des bombardements incessants, du manque d’eau, d’électricité, de la réalité du quotidien des habitants de Homs ? Gilles Peress, photographe de l’agence Magnum Photos sera cette année le président du jury.

A côté des travaux du jury et de la remise des prix, le Prix Bayeux-Calvados c’est aussi une semaine de rendez-vous autour de l’actualité internationale. Echanges, témoignages, décryptage de l’actualité, expositions, salon du livre, soirées débats, projections de documentaires, il est une fenêtre ouverte sur un monde en perpétuelle turbulence.

Plus d’infos : www.prixbayeux.org

BIO EXPRESS

Le visuel 2012 du prix reprend une photo de Yuri Lozyrev du collectif de photographes Noor, issue de son reportage « Dépêches de Libye » réalisé en février/mars 2011. 14

Mag

Gilles Peress débute dans la photographie en 1970, après des études de sciences politiques et de philosophie à Paris. Il a couvert les événements en Irlande du Nord, au Liban, en Palestine, en Iran, dans les Balkans, au Rwanda, en Afghanistan et en Irak. Le projet sur lequel il travaille actuellement, intitulé Hate Thy Brother (Hais ton frère) est un cycle de documentaires narratifs sur le thème de l’intolérance et de la réémergence des nationalismes dans le monde.


buzz média | actualité

JOURNALISTE : UN MÉTIER EN DIFFICULTÉ L’Observatoire des métiers de la presse a publié son rapport annuel sur les journalistes détenteurs de la carte de presse. L’étude s’appuie sur les données statistiques de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP).

Rapport complet sur le site de l’Observatoire des métiers de la presse : www.metiers-presse.org

la baisse tendance à Effectif : la ur la deuxième année conséPo se poursuit. journalistes « encartés » e de br m no e l e, tiv cu oins, la baisse se (-0,35%). Néanm diminue en 2011 2010 (-1,31%). celle observée en révèle inférieure à clusivement omène touche ex én ph ce e, bl ta Fait no esse, ce qui laisse ts de cartes de pr en m le el uv no re s le t la profession. journalistes quitten augmensupposer que des des premières deman En revanche, les rapport à 2010. tent (+4,2%) par

Une précarisation des emploi s.

La situation des journalistes se dégrade, marquée par une précarisation des emplois : un journaliste sur cinq (20,5%) est en CDD ou pigiste. Ce sont principalement les CDD qui augmentent (+57, 8% de 2008 à 2011). Les jeunes sont particuliè rement touchés : près des deux tiers (63,2%) des moin s de 26 ans sont en CDD ou pigistes (contre 60% en 2010 et à peine 50% en 2009).

Presse écrite : une baisse régulière La presse écrite constitue toujours le premier secteur d’activité des journalistes. Cependant, elle accuse une baisse régulière, notamment parmi les premières demandes (63,1% des journalistes «encartés» pour la première fois), alors que ce taux augmente en radio et en télévision.

Plus de femmes, mais largement minoritaires aux postes de décision

Plus nombreuses à faire une première demande de carte de presse que les Une population plus âgée s » hommes (55,9% contre La moyenne d’âge des journalistes « encarté re 42,3 ans 44,1%, soit +7,4 points en s’élève légèrement : 42,7 ans en 2011, cont d’âge he tranc la nt titue 10 cons ans), les femmes sont ans 9 45-4 Les . en 2010 Quant à majoritaires parmi les jeunes la plus importante (35% des journalistes). carte, il journalistes (56,5% des l’âge moyen d’obtention de la première re cont 2011 en ans (30,2 ans moin 30 s de 26 ans et 53,4% des l franchit le seui des 26-3 ). 4 ans). Elles restent 2010 en 29,8 ans davantage concernées par les emplois précaires Cursus rec et leur rémunération on une hausse nus : dem eure inférieure à significativ Représentant 16 e celle des hommes. Autre % des journalis tes « encartés », les constat, leur pourcentage journalistes issus d’un cursus reconnu prog resse faiblement parmi par la profession voient leur nombre augmen les fonc tions de direction ter de manière sig nificative (+3,8 points). Pa (32,5% de rédactrices en chef rmi les CDI, ils ga gnent en moyenne 12% de en 2011). plus que leurs co ngénères non diplômés d’ une filière reconn ue.

15

Mag


buzz business | actualité

MIXITÉ DANS LES ENTREPRISES Osons les femmes ! Par Sandrine Duten, Présidente de SD OPPORTUNITIES

« L’entreprise gagnante est celle qui mobilise les hommes et les femmes par le partage d’une vision commune. »

S

elon l’étude de McKinsey & Company « Women Matter 2012 : Making the Breakthrough », 53% des entreprises européennes ont intégré la mixité parmi leurs dix priorités stratégiques. Les études sont nombreuses et connues pour souligner la performance des entreprises mixtes. Pourtant, la mise en œuvre opérationnelle des actions tarde. Serait-il plus facile pour nos entreprises de déployer des systèmes d’information que de s’atteler à faire évoluer les mentalités ?

L’entreprise gagnante sera celle qui mobilise les hommes et les femmes par le partage d’une vision commune. La féminisation des équipes est donc une évolution organisationnelle indispensable pour la compétitivité de nos entreprises. Toute Direction Générale est confrontée à la question suivante : comment rester ou devenir une entreprise performante dans un contexte hyper-compétitif ? La conquête de nouveaux marchés, essentielle à la survie de l’entreprise, découle de la mobilisation des équipes. Les entreprises qui ont une plus grande proportion de femmes dans leurs comités de direction sont celles qui sont les plus performantes . (source : Etude Women Matter 2012 réalisée par McKinsey & Company).

16

Mag


buzz business | actualité

promouvoir les femmes à des postes clés : QUESTION DE CONVICTION ? Interview Sandrine Duten

Q

uelles évolutions avez-vous constatées concernant la présence des femmes au sein des entreprises ?

Denis Hennequin : Chez Accor, plus de 4 000 hôtels sont exploités sous les enseignes du Groupe. Quand nous regardons nos directions d’hôtel, nous constatons qu’il y a un déséquilibre dans l’accès aux postes de responsabilités. La question qui se pose est comment l’encourager, comment le faciliter pour avoir une véritable pépinière. Certaines études démontrent que les entreprises ayant réussi cette intégration culturelle et le rééquilibrage homme-femme, sont plus performantes que celles qui sont Franco Françaises et plutôt masculines. Au final, cela commence par l’exemplarité et la prise de risque en quelque sorte, avec des personnes, des femmes, des minorités qui sont moins visibles et donc auxquelles on pense moins pour certaines fonctions. Il est important que cette démarche soit portée par le management et par son plus haut dirigeant. La prise de conscience est de plus en plus importante. Il y a une partie contrainte avec l’établissement de quota. Je trouve cela un peu dommage mais nécessaire pour créer un électrochoc, un mouvement pour aller plus vite. Mais je pense que l’on est moins performant dans la contrainte que dans l’envie. Pourquoi ne pas accompagner cette démarche d’un « Women Leadership Network », un réseau social au sein de l’entreprise afin de mettre en valeur les femmes qui sont moins exposées, en plus de la nécessaire concertation avec les partenaires sociaux pour faciliter l’émergence de candidatures et les rendre possible. Mercedes Erra : L’enjeu étant celui des talents, je ne vais pas me priver de 50% de la population ! Cela me semble une folie. Dans mon secteur, les qualités requises mixent un haut niveau d’analyse, de rigueur, de l’intuition et de la créativité. Les femmes ont en fait des résultats assez exceptionnels dans la communication. Mais curieusement cela continue à bloquer au top niveau, où

les femmes sont beaucoup plus rares qu’au bas de l’échelle. Nous ne sommes qu’au début de la montée des femmes aux postes à responsabilité. Si on n’y met pas un peu de volontarisme, la parité mettra un temps infini à s’installer, c’est pourquoi je suis favorable aux quotas dans les conseils d’administration. C’est une saine mesure d’accélération.

Le regard de

Mercedes Erra, Fondatrice de BETC, Directrice Générale d’Havas et Présidente Exécutive d’Euro RSCG Worldwide et Denis Hennequin, Président-directeur général du Groupe Accor.

Les chiffres du travail mondial me sidèrent toujours : dans le monde 2/3 du travail est effectué par les femmes mais elles ne perçoivent que 10% du revenu mondial et ne possèdent qu’1% de la propriété foncière (source : UNICEF, Gender Equality, The Big Picture).

Tous les profils existent chez les femmes comme chez les hommes. Mais je dirais que l’histoire a créé quelques différences : en particulier dans le rapport au pouvoir. L’appétit du pouvoir n’est pas situé au même endroit. Les femmes sont plus dans le pouvoir du faire, de l’action que dans la logique du pouvoir en général. Ce que je trouve intéressant, c’est que les entreprises de demain seront des entreprises mixtes. Il me semble que BETC est la plus belle agence de France. La mixité est la plus belle définition de l’agence. Ce n’est pas un élément anodin,

17

Mag

c’est un facteur explicatif de sa performance. J’entends par mixité : les hommes ET les femmes. Car nous avons des quotas masculins du fait de notre secteur d’activité (sinon l’agence serait très féminisée). Les métiers sont rendus plus riches par la mixité. Quels sont les arguments pour con­vaincre les dirigeants de féminiser leurs équipes ? ME : Le premier est rationnel, nous allons manquer de talents. Il faut donc puiser dans le large vivier des femmes. Le deuxième, c’est l’évolution de nos sociétés. Nous allons vers des organisations plus équilibrées, collaboratives, qui définissent un vrai pouvoir différemment. Les femmes apportent beaucoup dans le travail en équipe. Elles sont une source de travail et de rigueur extrêmement fortes. Une entreprise mixte s’assure ainsi d’une puissance de frappe, d’une forte efficacité. La façon de faire d’une femme d’aujourd’hui conduit à un enrichissement au sein de l’entreprise et est une source de modernité. DH : En s’intéressant factuellement aux entreprises les plus performantes, on voit que le rôle des femmes est clé. Les entreprises machistes ont peu d’avenir ! Il y a les échanges, les réseaux sociaux, la participation aux forums. Il me semble important d’élargir le sujet au thème plus fédérateur de la diversité, de ne pas rester uniquement sur le rapport homme-femme pour ne pas polariser les esprits. Pour les conseils d’administration, il est nécessaire d’anticiper la parité exigée à horizon 2020 et de faire des recherches de talents. Je suis moimême mentor, sponsor d’une jeune femme chef d’entreprise, pour lui donner plus de visibilité pour la recommander. C’est une responsabilité que chacun peut initier pour accompagner un talent féminin. Il n’y a pas de recette miracle. C’est une question de conviction. Première parution en Juin 2012 dans la lettre Offensif & Stratégie pour une stratégie offensive ! de Ludovic Emanuely.


buzz business | actualité

3ÈME SEMAINE DES ENTREPRENEURS FRANCHISÉS

UNE INITIATIVE POUR DONNER L’ENVIE D’ENTREPRENDRE Le désir de devenir son propre patron est un sentiment largement partagé par les Français, néanmoins ils sont encore peu nombreux à franchir le pas. Entreprendre, c’est oser prendre un risque… Un risque qui peut être mesuré grâce à la franchise.

L

a 3ème édition de la Semaine des entrepreneurs franchisés, créée par la Fédération française de la franchise (membre du Club), aura lieu du 8 au 14 octobre. Cette opération de communication d’envergure nationale, propose des rencontres avec des chefs d’entreprise franchisés et des conférences organisées en partenariat avec des CCI et des agences Pôle Emploi qui permettront au grand public de se renseigner sur le modèle de la franchise.

« L’objectif de cette opération est de susciter des vocations d’entrepreneurs en franchise par le biais de l’exemplarité de ceux qui se sont déjà lancés » Chantal Zimmer, Déléguée générale de la FFF.

bénéficier de la force d’un réseau (16 %) et l’augmentation des chances de succès (12 %)*. Dans le cadre de la Semaine, des franchisés se feront ambassadeurs en partageant leur expérience avec le grand public dans leurs points de vente. Il y aura également la possibilité de suivre des conférences** pour s’informer sur l’entreprenariat en franchise (dans les Chambres de Commerce et d’Industrie et dans les agences Pôle Emploi, en partenariat avec le cabinet d’expertise-comptable Fiducial). A Paris la conférence se déroulera le 10 octobre dans le cadre du Salon des Micro-entreprises.

La Fédération française de la franchise et les partenaires de l’opération (LCL, Banque Populaire, Caisse d’Epargne, Fiducial et Gan Assurances) se tiendront à la disposition des futurs créateurs d’entreprise pour répondre à toutes leurs interrogations sur la création d’entreprise en franchise.

Une Semaine pour susciter des vocations d’entrepreneurs ! Ils sont désormais plus de 62 000 sur le territoire français à avoir franchi le pas de la création d’entreprise et créé ainsi leur point de vente en franchise. Ces chefs d’entreprise emploient aujourd’hui plus de 310 000 salariés. Et pourtant si la franchise est connue du grand public elle n’est pas forcément perçue comme de l’entreprenariat indépendant. Un statut que la FFF souhaite valoriser pour redonner aux français le goût d’entreprendre. Une des motivations principales pour se lancer dans la création d’entreprise en franchise, précisent les organisateurs de la Semaine, est la recherche de la sécurité : pour 26 %, ils évoquent l’importance de la réputation d’une enseigne et 20 % apprécient le suivi et l’assistance, viennent ensuite l’avantage de 18

Mag

A propos de la FFF Depuis sa création en 1971, la FFF a une ambition : faire de la franchise le meilleur outil de développement du commerce moderne. Avec plus de 160 réseaux adhérents sélectionnés sur des critères déontologiques, représentant 45 % des franchisés français, la FFF est une interface essentielle entre pouvoirs publics, créateurs de réseaux, entrepreneurs et investisseurs. Elle dialogue avec les pouvoirs publics et les élus locaux sur l’indispensable modernisation du commerce et des services marchands, dont la franchise est l’un des vecteurs les plus puissants. Le secteur de la franchise en France, c’est aujourd’hui 310 265 salariés et un CA de plus de 49 milliards d’euros. Plus d’informations sur www.franchise-fff.com * Enquête annuelle 2011 sur la franchise Banque Populaire/FFF/CSA ** Retrouvez les dates et les villes sur www.franchise-fff.com


buzz business | actualité

Sébastien CASTEX, franchisé Phone House à Marmande :

« J’AI FAIT LE BON CHOIX ! » Interview Isabelle Bourdet

Q

uel est votre parcours professionnel ?

Sébastien CASTEX : J’ai débuté mon expérience professionnelle dans une chaîne de restauration rapide, au poste de manager. Puis après quelques expériences dans le secteur informatique et médical, j’ai exercé le poste de responsable de rayon multimédia dans une enseigne de grande distribution pendant 6 ans. Je me suis lancé en tant que franchisé chez Phone House il y a 3 ans et demi. Pourquoi et comment avez-vous choisi la franchise ? SC : Je m’interrogeais depuis un long moment pour me lancer dans le secteur de la téléphonie mobile et la franchise a tout de suite été une évidence. En effet, je ne me voyais pas ouvrir une boutique indépendante isolée

sur ce marché concurrentiel. J’ai rencontré plusieurs franchiseurs via mon réseau de connaissances ainsi qu’au salon Franchise Expo Paris. J’ai choisi Phone House car ce réseau me semblait très bien structuré et qu’il apporte tout l’accompagnement nécessaire pour le développement d’une boutique franchisée. Quels avantages voyez-vous à la franchise ? SC : Les avantages sont multiples : faire partie d’un réseau, bénéficier de la notoriété de l’enseigne, profiter de l’expérience du franchiseur et de son concept, disposer d’une gamme cohérente avec des prix d’achats négociés par le groupe. Choisir la franchise aujourd’hui, c’est aussi s’assurer une certaine sécurité, en bénéficiant d’un vrai accompagnement commer19

Mag

cial, d’un réel échange avec le franchiseur permettant d’exercer son activité dans des conditions optimales. Dans le cadre de la Semaine des entrepreneurs franchisés, quels conseils donneriez-vous à un candidat à la création d’entreprise en franchise ? SC : Le marché de la franchise est très dense aujourd’hui. Avant de se lancer, il faut bien comprendre le fonctionnement du concept de franchise et la Semaine des entrepreneurs franchisés est l’opportunité d’assister à des conférences et de rencontrer des franchisés. En effet, le contact avec le franchiseur est nécessaire pour récolter des données sur son réseau, mais recueillir des informations auprès de divers franchisés permet d’avoir une vision concrète de la réalité, du statut d’entrepreneur et des actions à mener.


NOUVEAU

Le meilleur robot sur socle KitchenAid ® dans sa catégorie L’Artisan® à bol relevable de 6,9 litres N° vert gratuit

Y 0800 600120

www.kitchenaid.fr ®/™ Marque déposée/La forme du robot sur socle est une marque déposée de KitchenAid, Etats Unis. © 2012. Tous droits réservés. KitchenAid Europa, Inc. – Nijverheidslaan 3, Box 5 – B-1853 Strombeek-Bever – TVA: BE0441 626 053 – RPR: Brussels

Press Club Mag #46  

Press Club Mag #46 : Le magazine du Press Club daté septembre / octobre - 2012 LE PRIX PRESS CLUB, HUMOUR ET POLITIQUE : QUI SONT LES POLITI...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you