Page 1


 



Comme Marie‌ Humble, servante, obÊissante

Carlos Payan


Chapitre 1

Marie, fille d’Israël, fille de Sion L’ange avait dit à Marie : « L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre ». Dans la façon de s’exprimer de l’ange, une telle sobriété, une telle discrétion, a sans doute pour but de préserver l’intimité de Marie en nous interdisant toute curiosité irrespectueuse. Un point cependant doit être relevé dans l’annonce faite à Marie. Un point capital pour notre foi. Avant que Marie ne lui demande : « Comment cela se fera-t-il puisque je n’ai pas de relations conjugales ? », l’ange lui avait dit : « Voici que tu vas être enceinte, tu enfanteras un fils et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père. Il régnera pour toujours sur la famille de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » (Luc 1 : 35 Version TOB) Le point capital pour notre foi, le voici : Jésus est à la fois d’origine divine et d’origine humaine. En lui, se rencontrent le céleste et le terrestre. D’un côté, il est appelé « Fils du Très-Haut », de l’autre, il est reconnu comme inscrit dans la descendance du roi David. Il est donc « vrai Dieu et vrai homme ». C’est la raison pour laquelle il est l’être de communion par excellence ; le seul qui puisse rétablir la communion perdue, depuis la faute en Eden, entre le Créateur et nous (Cf. Genèse 3). Si Jésus était uniquement homme, il ne pourrait pas nous conduire jusqu’au Père. S’il était uniquement Dieu, à cause du péché, il ne saurait franchir l’abîme qui le sépare des hommes. Dans un cas comme dans l’autre, il serait semblable au vieux pont St-Bénezet en Avignon qui ne traverse plus qu’une moitié du Rhône. Marie a su, la première – et


Comme Marie : humble, servante, obéissante évidemment mieux que quiconque – que Jésus est pleinement Dieu et pleinement homme. Elle repassera dans son cœur sans cesse les paroles du Fils de Dieu dont elle est la dépositaire et bénéficiaire. Or, depuis quelques temps, ici et là, on entend dire : « Marie a été une mère porteuse ». La formule fait moderne, « dans le vent ». Elle sonne bien. Mais elle est pernicieuse… et surtout fausse. En effet, qu’appelle-ton « une mère porteuse » ? Dans un pays où la législation le permet, il s’agit d’une femme qui porte l’enfant pour quelqu’un « qui n’a pas connu d’homme ». Mais l’analogie avec Marie s’arrête ici. En effet, la mère dite « porteuse » fait accueil à un ovule fécondé venant d’une autre femme. L’embryon qui va se développer sera bien « en elle » mais ne sera pas « d’elle ». Et l’enfant qui naîtra, au bout de neuf mois, ne lui appartiendra pas. (Elle pourra peut-être l’adopter, mais c’est une autre affaire). Si donc Marie avait été « une mère porteuse », Jésus serait pleinement Dieu, mais pas homme du tout. On aurait alors à faire à « un extraterrestre ». A la différence des Martiens pourvus d’antennes et semblables à des robots comme on en voit dans les films de science fiction, Jésus aurait les traits d’un homme mais ne serait pas un homme « en vrai ». Pas un être de chair et de sang, tiré de la même pâte humaine que vous et moi. Par conséquent, il ne serait pas le médiateur entre Dieu et les hommes qui seul rétablit la communion perdue. (Cf. 1 Timothée 2 : 5). C’est pourquoi Jean l’évangéliste nous dit clairement : « A ceci vous reconnaissez l’Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus Christ venu dans la chair est de Dieu. » Et Jean aussitôt d’ajouter : « Et tout esprit qui divise Jésus n’est pas de Dieu ; c’est l’esprit de l’antéchrist, dont vous avez entendu annoncer qu’il vient, et dès maintenant il est dans le monde. » 1 Jean 4 : 2. Version TOB 14


Marie, fille d’Israël, fille de Sion Voilà qui donne froid dans le dos. Nous sommes mis en garde de ne pas considérer Jésus comme « vrai Dieu et faux homme ». Oui, Jésus est pleinement homme tout en restant pleinement Dieu. Ceci étant posé, nous avons maintenant à approfondir ce que contient la formule : « Jésus venu dans la chair ». Les Ecritures nous montrent que, lorsque Dieu porte ses regards sur les hommes, il ne voit ni des individus séparés les uns des autres, ni des êtres fondus dans une foule compacte et sans visage. Il voit des personnes en lien les unes avec les autres. Son regard est toujours en va-et-vient de la personne à la communauté. Ainsi, considère-t-il Marie et Jésus son fils comme inséparables de la communauté humaine à laquelle ils appartiennent : le peuple d’Israël (appelé aussi le peuple hébreu ou le peuple juif). Il va de soi que nous devons calquer notre façon de voir sur celle de Dieu. En l’occurrence, ce n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît. En effet, le credo que nous récitons par cœur, presque machinalement, déclare : « Il a été conçu du Saint-Esprit. Il est né de la Vierge Marie ». C’est exact, mais un peu court. Aucune allusion, aussi minime soit-elle, n’est faite à l’appartenance de Marie au peuple d’Israël. De ce fait, beaucoup perçoivent Marie comme un être presque exclusivement céleste, sans enracinement sur le plan terrestre. Mais non, Marie ne saurait être coupée de ses racines. Elle est une fille d’Israël et fille de Sion. Bien plus, l’Evangile de Jean ne la désigne jamais par son nom mais toujours par l’expression « la mère de Jésus ». Voyons dans cette appellation aussi du respect pour la mère du Seigneur. Ce qui fait dire à plusieurs érudits en matière biblique que Marie est implicitement reconnue ici comme « la fille d’Israël par excellence », celle qui représente, en sa personne, le peuple par lequel le Messie (le Christ) est engendré. Par ailleurs, ellemême assume son appartenance à ce peuple d’Israël. Dans son chant de louange à Dieu, que nous appelons le Magnificat, elle termine par ces mots dits avec foi et enthousiasme : 15


Comme Marie : humble, servante, obéissante « Il est venu en aide à Israël son serviteur en souvenir de sa bonté, comme il l’avait dit à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa descendance pour toujours. » Luc 1 : 54. Version TOB Pour beaucoup d’entre nous, cette déclaration est quelque peu hermétique. Et nous glissons, ne nous sentant concernés ni par le lointain, Abraham, ni par sa descendance. Et pourtant ! Il y a là, dans la déclaration de Marie, un point fondamental pour notre foi que nous ne devrions pas ignorer. Essayons de l’expliquer en quelques mots. Afin que soit rétablie la communion perdue entre lui et les hommes, Dieu a conçu un plan de Salut (de rédemption) en faveur de toute l’humanité. Il a décidé de réaliser ce plan en s’appuyant sur un peuple particulier. Pour cela, il a choisi non pas d’appeler un peuple parmi tous les autres peuples, mais d’appeler à l’existence un peuple qui jusque là n’existait pas : le peuple d’Israël, forgé progressivement à partir d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Or, avec ces patriarches et leurs descendants, Dieu a fait une Alliance qu’il a lui-même déclarée « éternelle ». La venue de Jésus au sein du peuple d’Israël n’a pas abrogé cette Alliance. Sur le cours de celle-ci, elle a déterminé un « avant Jésus » que nous appelons rétrospectivement « l’Ancienne Alliance », et un « à partir de Jésus » appelé « la Nouvelle Alliance » (Alliance « signée » par le sang de Jésus à la Croix). La Nouvelle Alliance est donc une nouvelle phase de l’Alliance éternelle de Dieu avec Israël (Cf. Jérémie 31 : 31 et Hébreux 8 : 8). Par fidélité à sa parole, Dieu reste en Alliance avec Israël. Cela étant posé, à un moment donné (Cf. Actes 10), l’Evangile est annoncé aux non-Juifs, hommes et femmes de toutes tribus, de toutes nations, de toutes langues. Ceux qui le reçoivent sont ipso facto intégrés par Dieu dans son Alliance « nouvelle formule » avec Israël. Et là, avec leurs frères juifs dans la foi en Jésus, ils bénéficient du même amour du Père, du même sang rédempteur et protecteur, de la même plénitude du Saint-Esprit. Alors, en Christ, les deux – Juifs et croyants des nations – 16


Marie, fille d’Israël, fille de Sion forment « un seul homme nouveau », selon l’expression de Paul (Cf. Ephésiens 2 : 15) et surtout selon le dessein d’amour de Dieu. Comprenons bien que « le lieu » où cette communion s’établit est l’Alliance éternelle de Dieu avec Abraham, Isaac et Jacob. Un terrain parfaitement stabilisé car reposant sur l’absolue fidélité de Dieu envers ses promesses. C’est à cette Alliance éternelle que Marie faisait allusion dans le Magnificat lorsqu’elle chante la fidélité de Dieu envers Israël son peuple. Ainsi nous indique-t-elle « le point de rencontre » où, en Christ, Juifs et croyants des nations, catholiques, orthodoxes, protestants, évangéliques sont appelés à se reconnaître pour que soit manifestée au monde l’Eglise chère au cœur de Dieu. Les disciples de Jésus-Christ fils de Marie ne sont jamais rentrés en conflit à propos de la place de sa mère1 ou du rôle qu’elle avait auprès d’eux. Dans la tradition juive, le respect de la mère est primordial. À nous aussi de manifester ce respect et de montrer un autre visage à ceux qui nous regardent. N.B. : Ce texte a été écrit en commun et à ma demande avec Robert Blancou, auteur du livre « Enfin j’y vois clair. Jésus – les Juifs – l’Eglise » Emeth Editions. Un spécialiste sur le sujet.

1

A ce propos, je vous livre deux réflexions de mon amie Michèle Longis : 1.

Marie était parente d'Elisabeth, dont Luc nous dit (Luc 1, 5) qu'elle était descendante d'Aaron. Donc Marie était de la même famille. Ainsi Jésus était de lignée royale par Joseph et de lignée sacerdotale par Marie.

2.

La sainte Famille, Jésus, Marie et Joseph, comprenait en outre quatre garçons (Jacques, Joset ou Joseph, Jude et Simon), et au moins deux filles (Luc 6, 3 et Mt 13, 55-56). Tout en essayant d'éviter la discussion de savoir si ces frères et sœurs étaient enfants de Marie et/ou de Joseph… on peut conclure que Marie a élevé une famille nombreuse : 5 garçons et 2 ou 3 filles (Matthieu parle de toutes les sœurs de Jésus). Cela change notre vision de Marie, mère juive d'une nombreuse famille. Evitons donc les pièges soit d'une adulation, soit d'une banalisation de la mère de Jésus.

17


Comme Marie : humble, servante, obéissante Pour terminer ce chapitre, il me semble important de citer un extrait de l’intervention prononcée par le pasteur Paul Bechdolff de l’Eglise Réformée de France au cours du rassemblement de la Communauté du Chemin Neuf, le 15 août 1986 en Ars (publiée dans « Timothée » n°63 – Déc. 1997). Il apporte un éclairage complémentaire au texte précédent. « Mais je dois confesser qu’en préparant et en me remémorant tout ce que j’ai déjà dit, j’ai découvert que je ne pourrais pas le dire… parce que chaque fois que je dirais quelque chose, il me faudrait pour être honnête ajouter un « mais » ou un « mais non pas » ; et que l’enseignement que j’allais donner, s’il était honnête, serait encore une fois terriblement confessionnel. Et vous n’êtes pas venus ici pour entendre un débat théologique sur la Vierge Marie… Oui, j’aurais pu parler de Marie, mère de Dieu, car je crois que Marie est mère de Dieu comme le disent les conciles, mais j’aurais dû dire un « mais »… Oui, j’aurais pu parler de Marie « figure de l’Eglise » car je crois que Marie est figure de l’Eglise, mais j’aurais dû dire un « mais »… Oui, je peux parler de Marie comme modèle des croyants, car je crois qu’elle est modèle des croyants, mais j’aurais encore dû vous dire un « mais »… Et j’aurais pu vous parler comme Luther de Marie notre mère, puisqu’elle est la mère de Jésus, mais j’aurais encore dû vous dire un « mais »… Et voilà ce que je voulais partager avec vous, c’est quelque chose sur l’identité de Marie. Marie apparait au seuil de l’Evangile dans un groupe de six personnes : Elisabeth et Zacharie, Joseph et 18


Marie, fille d’Israël, fille de Sion Marie, Anne et Syméon. Et ces six personnes sont entièrement typées, elles appartiennent toutes au même milieu en Israël. A cette époque en Israël, il y avait toutes sortes de courants religieux, spirituels et politiques, des partis et des courants, des ordres religieux et des groupements. Les uns pour le statu quo comme les Sadducéens, les autres pour une obéissance parfaite à la Loi comme les Pharisiens, d’autres pour une séparation du monde comme les Esséniens, d’autres pour reprendre le pouvoir comme les Zélotes. Tous espéraient le Messie. Mais dans tous ces groupes, il y en avait un qui n’était même pas structuré, un groupe d’hommes et de femmes qui n’étaient pas un groupe, ils étaient des hommes et des femmes ayant assimilé toute la portée, toute la force de leur foi israélite. C’étaient les pauvres d’Israël. Des gens simples : un charpentier, un prêtre de dernière classe, des veuves, des gens très simples… qui selon Luc sont simplement dans la « justice » c’est-à-dire dans l’obéissance à la Loi… On fait ce que Dieu demande… Des gens simples qui sont dans la piété et la prière : c’est-à-dire la prière des psaumes, dans l’accrochage aux paroles des prophètes, des paroles d’espérance et des paroles de rappel à l’obéissance. Ils attendaient la consolation d’Israël. Ils ne voulaient pas la faire, ni par leur obéissance religieuse, ni par la politique. Ils l’attendaient, comme des pauvres, de Dieu. Et Marie, avec Joseph, Elisabeth, Zacharie, Anne et Syméon, est l’une d’entre eux. Et cela se voit tout de suite. Si vous n’étiez pas habitués depuis votre enfance à chanter, à réciter le Magnificat comme un cantique chrétien, mais si on vous le mettait dans la main à brûle-pourpoint un jour, que diriez-vous ? Que c’est un cantique chrétien ?

19


Comme Marie : humble, servante, obéissante C’est un cantique que les chrétiens chantent, mais c’est un magnifique cantique d’Israël : c’est un psaume, construit comme beaucoup de psaumes de louange, démarrant à partir de la grâce particulière que Dieu a fait à quelqu’un pour éclater dans la louange pour l’œuvre et le projet de Dieu à travers toute l’histoire d’Israël. Le Magnificat est le cantique d’une enfant d’Israël, d’une jeune fille juive pauvre, juive écrasée par l’oppression romaine. Vivre à Nazareth, c’était vivre comme des pauvres, dans des grottes, au milieu d’une population mélangée où il y avait des païens et des Juifs, dans un lieu méprisé par les Juifs qui ont du poids et de la considération, qui sont fidèles et qui savent qui ils sont… « Il a renvoyé les riches les mains vides, il a relevé les pauvres… » Il a donné aux affamés, chassé l’ennemi, relevé l’écrasé. Mais surtout : il a tenu sa promesse, l’Alliance faite à Abraham notre père, envers Israël. Voyez-vous quand, au catéchisme, je demande perfidement à mes catéchumènes : « au fait quelle était la religion de Jésus ? », il y a quelques bons petits de nos églises qui répondent tout de suite : « protestant ! » ou au mieux « chrétien ». Maintenant que j’ai posé la question comme cela, vous savez qu’il y a un piège. Qu’est-ce que vous auriez répondu spontanément ? Quelle était la religion de Jésus et de Marie ? Juive ! Et ce n’est pas innocent… Est-ce quelque chose que Dieu a effacée depuis que Jésus est ressuscité ? Dans le ciel où elle se trouve, j’en suis sûr, au cœur de l’Eglise du ciel, le centre de l’Eglise du ciel, c’est Marie et les douze et tous les Juifs qui faisaient le reste d’Israël et qui se sont attachés à Jésus. Et ils ne deviennent pas chrétiens en n’étant plus juifs ou Israël. Ils sont toujours Israël. 20


Marie, fille d’Israël, fille de Sion Marie prophétesse d’Israël. Marie jeune femme graciée parce que Dieu veut faire à travers elle son œuvre de Salut comme il l’a fait à travers Sara la stérile en donnant Isaac, à travers Rébecca la stérile en donnant Jacob et Esaü ; en donnant Joseph à Rachel la stérile ; comme il l’a fait à travers Anne la stérile en donnant Samuel, à travers Élisabeth en donnant Jean. Marie, témoin que le Salut vient de Dieu, de lui, de lui tout seul, dans nos vies, dans le monde, de son initiative complètement gratuite. Il a choisi le petit, celui qui n’existait pas, pour manifester sa gloire et son amour, en Marie comme en Abraham. Marie la croyante, la croyante fidèle d’Israël car elle croit ce que les prophètes ont dit, elle croit ce que la Loi demande, elle croit de la piété des pauvres dans l’amour du Dieu fidèle. Elle croit ce que Dieu lui dit, même si c’est totalement nouveau. Elle croit comme une israélite sans fraude. Marie la pratiquante. Il nous est montré qu’elle fait circoncire son fils, qu’elle va au temple pour la présentation. Elle y va encore pour les pèlerinages. Elle vit pleinement cette foi d’Israël que Dieu a préparé depuis deux mille ans pour que Jésus vienne y naître et témoigner et sauver le monde. Cela me paraît très important. Cela me paraît formidable aujourd’hui. Il est vrai que l’incarnation, c’est Dieu fait homme, et que du coup chaque peuple créant une crèche de Noël peut y présenter l’enfant Jésus sous les traits de ses enfants : ici Africain, là Chinois… Mais cet usage légitime pour exprimer la foi en la proximité de Dieu fait homme a un inconvénient, il gomme le caractère historique essentiel : l’incarnation a eu lieu dans le peuple d’Israël. Cela était voulu de Dieu et non accidentel ! Cela n’est pas effaçable. Le lieu de l’incarnation, c’est Israël, le peuple 21


Comme Marie : humble, servante, obéissante israélite, la terre d’Israël : Galilée, Judée, Bethléem, Nazareth, Jérusalem. Marie est l’Israélite sans fraude. C’est pourquoi nous ne pouvons pas penser qu’Israël ne serait plus dans le cœur de Dieu, ni sa place au cœur du peuple de Dieu qui s’étend au monde entier. C’est pourquoi nous devons relire attentivement les chapitres 9 à 11 de l’épître de Paul aux Romains. Tout d’abord Romains 9 : 15 qui énumère les dons irrévocables que Dieu a fait à Israël – « de qui est issu le Christ ». Jésus a dit lui-même à la Samaritaine : « Le salut vient des Juifs » (Jean 4 : 22). Ensuite dans le chapitre 11, Paul dit aux chrétiens de Rome d’origine païenne (v. 16 à 18) : « Ne va pas te glorifier aux dépens des branches… ou si tu veux te glorifier, ce n’est pas toi qui portes la racine, c’est la racine qui te porte ». Pensez à Marie. Je voudrais que vous ne pensiez plus jamais à Marie sans penser qu’elle est étroitement liée à cette racine d’Israël, sans penser qu’elle est juive, enfant d’Israël et qu’elle souffre certainement comme Paul souffrait de l’éloignement de la plus grande partie d’Israël par rapport à Jésus. Je voudrais que vous ne pensiez plus jamais à Marie sans entrer dans une prière pour que l’Alliance avec Abraham (qui ne tombera pas, c’est Dieu qui l’a faite) se réalise et que tout le peuple de Jésus reconnaisse en Jésus son Messie et qu’ainsi vienne le Royaume de Dieu. »

22


Sommaire

Ce que les femmes pensent du livre « Comme Marie » ................. 5 Préface de Monseigneur Léonard Archevêque de MalinesBruxelles ............................................................................................................7 Introduction ..................................................................................................... 9 Chapitre 1 Marie, fille d’Israël, fille de Sion ..................................... 13 Chapitre 2 Marie dans l’Evangile de Luc .......................................... 23 Chapitre 3 Une épée ................................................................................ 63 Chapitre 4 Le OUI de Marie ................................................................... 81 Chapitre 5 Deux volontés.....................................................................103 Chapitre 6 Les « comme » de Jésus ..................................................109 Marie dans la Bible...................................................................................119 Bibliographie ..............................................................................................121 L’association Paris Tout est Possible en quelques mots ............123

125


Carlos Payan "Comme Marie ... Humble, servante, obéissante"  

Qu’y a-t-il de plus audacieux qu’un livre sur Marie écrit par un pasteur protestant évangélique ? Carlos Payan nous propose dans cet ouvrage...

Carlos Payan "Comme Marie ... Humble, servante, obéissante"  

Qu’y a-t-il de plus audacieux qu’un livre sur Marie écrit par un pasteur protestant évangélique ? Carlos Payan nous propose dans cet ouvrage...

Advertisement