Issuu on Google+

Numéro

MRCC

V H F Canal 16 (*) ou A S N (appel sélectif numérique)

1°) Vous êtes en mer et disposez d’une VHF (centre de secours d’Halifax)

2°) Vous êtes à terre et : • vous êtes témoin d’un accident en mer • vous êtes inquiet au sujet d’un proche parti en mer Pôle maritime à Saint-Pierre SNSM

Nancy Skinner, a pris ses fonctions à la cellule comptabilité de la DTAM le lundi 2 avril. Après une affectation de près de cinq ans à la direction interdépartementale des routes du Sud-Ouest à Toulouse, elle revient dans l'archipel.

55.16.16

Il relaie l’alerte (Canada et/ou archipel)

55.55.00

(*) le téléphone portable n’est pas l’outil le mieux adapté pour communiquer en mer

Nouveau matériel à l’Imprimerie administrative Le service de l’Imprimerie administrative vient de s’équiper d’une presse offset numérique 34DI. Première presse quatre couleurs sur l’archipel, son fonctionnement est basé sur la technologie de transition entre l’offset classique et le numérique. Cette technologie qui date des années 90 a connu, grâce notamment au fournisseur américain Presstek, d’importantes évolutions qui ont considérablement augmenté les performances de ce type de matériel.

développeuse de plaques et une presse offset 4 postes), cette presse se caractérise par une technologie associant sur une seule machine la gravure des plaques et l’impression offset réduisant ainsi l’encombrement au sol. 2 - Rapidité et précision :

Grâce à l’automatisation complète du cycle de gravure et de changement des plaques, cette génération de presses met moins de dix minutes pour exposer les quatre plaques à haute résolution dans un registre parfait. Les plaques utilisées sont des plaques polyester qui tiennent les 20 000 exemplaires, ce qui correspond très bien aux travaux réalisés sur l’archipel puisque la majorité des tirages se situent entre 1 000 et 10 000 exemplaires. Les vis d'encrage réglées automatiquement d'après les données numériques fournies par le fichier source, permettent également de réduire le temps de calage. 3 - Un impact moindre sur l’écosystème grâce notamment :

- à l’impression offset sans mouillage. En effet, le système sans mouillage permet de générer moins de déchets et de substances toxiques que l’offset conventionnelle. En ce qui concerne le service de l’Imprimerie cela correspond environ à 50 litres de déchets en moins par mois ; - aux plaques thermiques sans développement. Là aussi, l’impact sur l’environnement est réduit puisque cette évolution permet de supprimer l’utilisation de 30 litres mensuels de produits chimiques pour le développement des plaques par rapport à l’ancien matériel ; - à l’utilisation d’encres végétales. En effet, cette presse nous permet d’utiliser des encres végétales et par le biais, de réduire l’émission de C.O.V (composés organiques volatiles) dans l’atmosphère.

Les principaux atouts de cette presse se déclinent en trois parties :

Cet investissement réalisé par le conseil territorial s’élève à 354 175 euros.

De par sa conception, la presse DI est très compacte. Contrairement au système conventionnel qui nécessite deux machines distinctes (une

Daniel KOELSCH Chef de service de l’Imprimerie administrative

1 - Un encombrement au sol réduit :

Préfecture de Saint-Pierre-et-Miquelon - Place du Lieutenant-Colonel-Pigeaud - B. P. 4200 - 97500 Saint-Pierre-et-Miquelon - www.saint-pierre-et-miquelon.pref.gouv.fr Directeur de la publication : Patrice LATRON, Préfet - Responsable de la rédaction : Jean-Jack FEVE, chef de cabinet du Préfet Conception et impression : Saint-Pierre - Imprimerie administrative

LETTRE D’INFORMATION DES SERVICES DE L’ÉTAT

vous L’État

S aint-P ier r e-e t-Miq ue lo n

et

Éditorial

Agir ensemble pour la santé de tous La réforme de l’administration territoriale de l’État (RÉATE), conjuguée à la révision générale des politiques publiques (RGPP), ont conduit à la création d’une Administration Territoriale de Santé (ATS) à Saint-Pierre-et-Miquelon (SPM).

- Agir ensemble pour la santé de tous - L’ATS en action

sommaire

Qui appeler ?

Nomination

NUMÉRO 54 - AVRIL 2012

Procédure d’alerte pour tout navire en difficulté

En effet, la création, sur le modèle des ARS, d’une administration de la santé spécifique à Saint-Pierre-et-Miquelon était une volonté Le siège de l’ATS au Bd Port en Bessin. locale. Elle s’est concrétisée depuis le Les locaux abritent également la direction adjointe de la 1er janvier 2011. Chargée des missions de DCSTEP et les services administratifs communs aux deux directions. santé publique et de prévention, de veille et de sécurité sanitaire, d’organisation de l’offre de soin et médico-sociale, l’ATS exerce les missions d’une Agence Régionale de Santé (ARS), sous la forme d’un service déconcentré de l’État. La mission de l’État dans le domaine de la santé est de préserver et d’améliorer l’état de santé de la population, notamment en garantissant à tous l’égalité d’accès aux soins. C’est pour cela que l’État exerce des fonctions de conception et de pilotage des politiques de santé et de régulation des dépenses qui y sont associées.

L’exercice de cette compétence repose sur des partenariats incontournables, avec les collectivités locales, les institutions de protection sociale, les établissements et les services chargés de la santé et du médico-social, les associations, les professionnels, les services de l’État. Elle s’inscrit également dans l’environnement géographique à travers des formes de coopérations diverses. Pour tous, il s’agit de répondre à la très forte attente d’un système de santé adapté aux besoins des usagers et du territoire de Saint-Pierre-et-Miquelon. Certaines actions sont déjà engagées en ce sens. C’est le cas, par exemple, de la réorganisation du dispositif de prise en charge des « urgences ». D’autres sont en préparation, comme l’installation des instances qui seront chargées de déterminer les priorités qui guideront la politique de santé pour l’archipel. En mobilisant ainsi les compétences et les énergies locales, en s’appuyant sur les expertises disponibles dans son environnement proche et au niveau national, l’ATS constitue le cadre d’impulsion d’une nouvelle dynamique, celle d'une approche globale de la santé. Elle constitue également une opportunité : construire un système de santé au service des Saint-Pierrais et des Miquelonnais. Raymond DELVIN Chef de service de l’ATS

- L’ATS acteur de la démocratie sanitaire - Paroles d’agents

- Plaisance : quelques rappels avant de prendre la mer - Nouveau matériel à l’Imprimerie administrative - Nomination

- Coopération régionale : une multitude de petites avancées - Résidence préfectorale

- Quelques évènements d’avril

L’État et vous L’ATS en action Dès sa création en 2011, l’Administration Territoriale de Santé de Saint-Pierre-et-Miquelon a contribué localement, à la maîtrise des risques sanitaires, à faire évoluer l’offre de soins et l’offre médicosociale. Quelques-unes de ces actions sont les suivantes :

Le contrôle de la sécurité des dispositifs et des produits de santé par

- la visite de conformité de deux cabinets dentaires de Saint-Pierre-etMiquelon ; - l’organisation du recensement et des actions de dépistage des patients de l’archipel ayant été traités par le Médiator® ou ses génériques contenant du benfluorex. La veille et la contribution à la sécurité sanitaire par

- l’analyse de la qualité sanitaire de l’eau potable, de la piscine et des étangs ; - le contrôle du respect des règles d’hygiène dans la restauration avec la DCSTEP et la DTAM ; - la participation au dispositif de surveillance de l’impact des rejets de l’accident de Fukushima et la contribution au plan de distribution de comprimés d’iode ; - l’information des professionnels locaux de santé et des autorités sanitaires nationales lors d’épisodes de contamination (listéria) ou d’infection (gale, scarlatine). Le pilotage et l’organisation de l’offre de soins et médico-sociale à travers

- la coordination de l’organisation des urgences, des Evasan et de la permanence des soins : un plan d’action portant sur la mise en œuvre du rapport Mantion a été élaboré et plusieurs actions sont engagées avec une forte implication de la CPS, du centre de santé et du CHFD ;

Le nouvel hôpital de SPM, un projet majeur pour l’amélioration de l’offre de soins dans l’archipel et la zone géographique.

- le suivi administratif et financier des travaux liés à l’opération de construction du nouvel hôpital : rédaction du dernier avenant à la convention pour la réalisation des travaux (1,5 M€ pour le financement de la 5e et dernière tranche). Le coût global du projet avait été fixé à 41,5 M€, soit 6 M€ d’autofinancement de l’hôpital et 35,5 M€ de subvention du Fonds de Modernisation des Établissements de Santé Publics et Privés (FMESPP) ; - l’accompagnement de la création de la Maison Territoriale de l’Autonomie : diverses interventions et échanges d’informations auprès du ministère des Solidarités et de la Cohésion Sociale, auront permis qu’une enveloppe budgétaire de 60 000 € soit débloquée pour la contribution directe de l’État au fonctionnement de la MTA.

L’ATS acteur de la démocratie sanitaire

L’Administration Territoriale et de Santé est également l’association des acteurs publics et privés locaux du système de

santé. Ensemble, ils ont à élaborer les projets où figureront les priorités de santé propres à l’archipel. Ces projets seront ensuite arrêtés par le directeur général de l’ATS, sans intervention du niveau national.

Ce travail de coordination et de concertation sera conduit par deux instances qui sont placées auprès de l’ATS/SPM : - la commission territoriale de coordination des politiques publiques de santé (CTCPPS - instance de coordination qui regroupe les décideurs et les financeurs). Elle associe les services de l’État, les collectivités territoriales et les organismes de protection sociale. Elle est chargée, notamment d’élaborer le projet territorial de santé. La CTCPPS comptera 22 membres titulaires et suppléants qui seront répartis en 4 collèges ; - la conférence territoriale de la santé et de l’autonomie (CTSA instance de concertation et d’expression directe de la démocratie sanitaire et médico-sociale). Elle associe dans 7 collèges, les acteurs publics et privés chargés de participer par leur avis, à la définition de la politique de santé pour l’archipel. Elle est chargée, notamment, de donner son avis sur la politique de santé et médico-sociale et d’organiser des débats publics sur les sujets de santé. La CTSA comptera 36 membres titulaires. Ces deux instances seront installées avant la fin du premier semestre 2012. Les moyens d’action de l’ATS Comme les agences régionales de santé, l’ATS dispose d’un outil stratégique pour conduire la politique de santé à SaintPierre-et-Miquelon. Il s’agit du Projet Territorial de Santé (PTS). Il définit les objectifs et les priorités de santé pour SPM, dans un Plan Stratégique Territorial. C’est un projet global qui rassemble des politiques de prévention, d’organisation des soins, de prises en charge médicosociales, de gestion du risque qui figuraient auparavant dans différents schémas t e r r i t o r i a u x e t programmes spécifiques.

Le STOSS actuel de SPM, couvrant la période 2008-2013, a vocation à s’appliquer comme PTS jusqu’à la fin de l’année 2013.

Paroles d’agents Les équipes opérationnelles de l’ATS-SPM se composent d’agents de l’État issus, notamment, des ex-pôles santé et administration générale de l’ex DASS et de cadres techniques (ingénieur d’études sanitaires, pharmacien inspecteur, intervenant en appui et sur des missions spécifiques). Solène SERIGNAT et Linda DETCHEVERRY sont deux jeunes professionnelles de l’archipel qui apportent leurs compétences aux activés de l’ATS. L’État et vous les a rencontrées.

« L’ATS est un acteur important dans le développement du système de santé à SaintPierre-et-Miquelon ». Solène, que représente l’ATS pour vous ?

L’Administration Territoriale de Santé est un acteur important dans le développement du système de santé à Saint-Pierre-et-Miquelon. L’ATS intervient S. SERIGNAT dans de nombreux domaines parmi lesquels figurent la prévention, la promotion et l’éducation à la santé, la veille et la sécurité sanitaire, la santé environnementale, l’organisation de l’offre de soins (autorisation, financement, gouvernance hôpital, soins de ville, établissements pour personnes âgées, établissements pour personnes handicapées …), l’accompagnement, la coordination, l’évaluation de la formation des professionnels (santé et médico-social), les droits des usagers du système de santé (notamment l’accès aux soins), la maîtrise des dépenses à travers la gestion du risque assurantiel en santé. Quel poste occupez-vous et qu’est-ce que l’ATS y a changé ?

En poste depuis 4 ans, je suis chargée de la tarification des établissements de santé et médico-sociaux sur l’archipel. Pour le moment, ma mission est principalement d’ordre budgétaire et concerne la mise en œuvre des financements ainsi que la gouvernance des établissements médico-sociaux et de l’établissement public de santé de Saint-Pierre-et-Miquelon (contrôle budgétaire, suivi des personnels de direction, suivi administratif général et instances internes). A l’avenir, le poste est appelé à évoluer vers les nouvelles missions dévolues à l’ATS, comme l’appui à la performance des établissements. Quelles sont les compétences nécessaires ? Principalement la polyvalence car nous sommes une petite structure. Mais aussi la rigueur et une bonne connaissance de l’organisation et du fonctionnement des établissements et des services qui prennent en charge les personnes dans nos domaines d’intervention. « Développer sur nos îles une politique de santé répondant aux besoins de la population est un des enjeux de l’ATS ».

Linda, que représente l’ATS pour vous ?

Selon moi, l’ATS est un acteur majeur dans le système de santé de l’archipel. Un des enjeux de la mise en place de l’ATS sera de développer sur L. DETCHEVERRY les îles de Saint-Pierre et de Miquelon une politique de santé répondant aux besoins du territoire, sur le court, le moyen et le long terme. Cela se fera en concertation avec l’ensemble des collectivités, des institutions, des associations et des professionnels qui interviennent ou qui sont compétents dans les domaines de la santé et du médico-social. Quelles sont vos fonctions à l’ATS ?

J’ai été recrutée par l’ATS le 3 octobre 2011, à la suite de mon retour sur l’archipel et après une expérience diversifiée en matière de santé publique dans différentes structures de métropole notamment. Chargée de projets transverses à l’ATS, j’ai pour mission principale d’assurer auprès du chef de service, la conduite et la coordination de projets à fort enjeu pour le système de santé à Saint-Pierre-et-Miquelon. C’est une fonction qui permet de traiter différents sujets qui touchent à toutes les activités de l’ATS. Ils ont surtout un impact très important pour aider à construire une politique de santé durable pour nos îles. Quelles sont les compétences nécessaires ?

Mon expérience me conduit à penser que, tout autant que les compétences qui restent indispensables, ce sont surtout l’écoute, le dynamisme et la rigueur qui me paraissent importants dans ce travail.

Plaisance : quelques rappels avant de prendre la mer ...

Dans quelques jours commencera la saison de plaisance sur l’archipel. Aussi pour passer de bons moments en mer, il est important de rappeler que sur un navire, tranquillité et sérénité riment avec sécurité. Voici donc quelques règles de sécurité avant de « larguer les amarres » :

1 - Étudier les prévisions météorologiques avant chaque départ ; 2 - Prévenir un proche à terre de votre départ et de votre heure probable de retour ; 3 - Être équipé de différents moyens de vous signaler en cas d'avarie ou de problème : fusées non périmées, VHF, GPS, corne de brume, téléphone portable... etc ; 4 - Chaque personne embarquée doit porter un gilet de sauvetage. Il en existe maintenant des peu encombrants et néanmoins très efficaces ; 5 - Vérifier les niveaux, notamment en carburant. La panne sèche est l'une des raisons d'intervention les plus courantes des MRCC (Maritime Rescue Coordination Center). Ne pas oublier qu'en fonction du temps et du courant, la consommation peut varier du simple au double ; 6 - Détenir à bord les outils indispensables et un fond de pièces de rechange courantes : bougies, serre-joints, durites... etc ; 7 - S'habiller chaudement et prendre de quoi boire et manger afin de « durer » ; 8 - Vérifier la qualité et la solidité du mouillage, et prévoir une longueur suffisante (afin d'attendre les secours en limitant la dérive).

Enfin, se rappeler qu'en mer, on ne force pas le destin, et que le meilleur atout du marin en terme de sécurité reste le simple « bon sens ». A toutes fins utiles, il existe une association de plaisanciers dans l'archipel (président : René MICHEL, téléphone : 55 31 83, mail : plaisancespm@cheznoo.net). Il est rappelé aux professionnels et aux plaisanciers qu'en matière de communication maritime : la VHF est toujours préférable au téléphone portable.

Elle permet une localisation rapide par les secours et d'alerter tous les navires croisant à proximité. Le téléphone portable n'est qu'un « appoint » car il ne passe pas partout et se décharge vite (cause de beaucoup d'accidents). Bonne navigation à tous !

Guillaume de BEAUREGARD Adjoint au chef du pôle maritime

L’alerte

L'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon est inclus dans la zone de sauvetage canadienne. En cas de problème, les centres de coordination de secours maritimes (MRCC) de Saint-Jean et d'Halifax assurent une veille 24h/24 sur le canal 16 de la VHF. Le centre de Saint-Jean devrait déménager à Halifax avant l'été 2012. Le point de contact sur l'archipel demeure le pôle maritime de la DTAM (ex affaires maritimes), joignable au 55.16.16 qui relayera en cas de nécessité l'alerte au Canada. La SNSM peut également être contactée au 55.55.00.

L’État et vous L’ATS en action Dès sa création en 2011, l’Administration Territoriale de Santé de Saint-Pierre-et-Miquelon a contribué localement, à la maîtrise des risques sanitaires, à faire évoluer l’offre de soins et l’offre médicosociale. Quelques-unes de ces actions sont les suivantes :

Le contrôle de la sécurité des dispositifs et des produits de santé par

- la visite de conformité de deux cabinets dentaires de Saint-Pierre-etMiquelon ; - l’organisation du recensement et des actions de dépistage des patients de l’archipel ayant été traités par le Médiator® ou ses génériques contenant du benfluorex. La veille et la contribution à la sécurité sanitaire par

- l’analyse de la qualité sanitaire de l’eau potable, de la piscine et des étangs ; - le contrôle du respect des règles d’hygiène dans la restauration avec la DCSTEP et la DTAM ; - la participation au dispositif de surveillance de l’impact des rejets de l’accident de Fukushima et la contribution au plan de distribution de comprimés d’iode ; - l’information des professionnels locaux de santé et des autorités sanitaires nationales lors d’épisodes de contamination (listéria) ou d’infection (gale, scarlatine). Le pilotage et l’organisation de l’offre de soins et médico-sociale à travers

- la coordination de l’organisation des urgences, des Evasan et de la permanence des soins : un plan d’action portant sur la mise en œuvre du rapport Mantion a été élaboré et plusieurs actions sont engagées avec une forte implication de la CPS, du centre de santé et du CHFD ;

Le nouvel hôpital de SPM, un projet majeur pour l’amélioration de l’offre de soins dans l’archipel et la zone géographique.

- le suivi administratif et financier des travaux liés à l’opération de construction du nouvel hôpital : rédaction du dernier avenant à la convention pour la réalisation des travaux (1,5 M€ pour le financement de la 5e et dernière tranche). Le coût global du projet avait été fixé à 41,5 M€, soit 6 M€ d’autofinancement de l’hôpital et 35,5 M€ de subvention du Fonds de Modernisation des Établissements de Santé Publics et Privés (FMESPP) ; - l’accompagnement de la création de la Maison Territoriale de l’Autonomie : diverses interventions et échanges d’informations auprès du ministère des Solidarités et de la Cohésion Sociale, auront permis qu’une enveloppe budgétaire de 60 000 € soit débloquée pour la contribution directe de l’État au fonctionnement de la MTA.

L’ATS acteur de la démocratie sanitaire

L’Administration Territoriale et de Santé est également l’association des acteurs publics et privés locaux du système de

santé. Ensemble, ils ont à élaborer les projets où figureront les priorités de santé propres à l’archipel. Ces projets seront ensuite arrêtés par le directeur général de l’ATS, sans intervention du niveau national.

Ce travail de coordination et de concertation sera conduit par deux instances qui sont placées auprès de l’ATS/SPM : - la commission territoriale de coordination des politiques publiques de santé (CTCPPS - instance de coordination qui regroupe les décideurs et les financeurs). Elle associe les services de l’État, les collectivités territoriales et les organismes de protection sociale. Elle est chargée, notamment d’élaborer le projet territorial de santé. La CTCPPS comptera 22 membres titulaires et suppléants qui seront répartis en 4 collèges ; - la conférence territoriale de la santé et de l’autonomie (CTSA instance de concertation et d’expression directe de la démocratie sanitaire et médico-sociale). Elle associe dans 7 collèges, les acteurs publics et privés chargés de participer par leur avis, à la définition de la politique de santé pour l’archipel. Elle est chargée, notamment, de donner son avis sur la politique de santé et médico-sociale et d’organiser des débats publics sur les sujets de santé. La CTSA comptera 36 membres titulaires. Ces deux instances seront installées avant la fin du premier semestre 2012. Les moyens d’action de l’ATS Comme les agences régionales de santé, l’ATS dispose d’un outil stratégique pour conduire la politique de santé à SaintPierre-et-Miquelon. Il s’agit du Projet Territorial de Santé (PTS). Il définit les objectifs et les priorités de santé pour SPM, dans un Plan Stratégique Territorial. C’est un projet global qui rassemble des politiques de prévention, d’organisation des soins, de prises en charge médicosociales, de gestion du risque qui figuraient auparavant dans différents schémas t e r r i t o r i a u x e t programmes spécifiques.

Le STOSS actuel de SPM, couvrant la période 2008-2013, a vocation à s’appliquer comme PTS jusqu’à la fin de l’année 2013.

Paroles d’agents Les équipes opérationnelles de l’ATS-SPM se composent d’agents de l’État issus, notamment, des ex-pôles santé et administration générale de l’ex DASS et de cadres techniques (ingénieur d’études sanitaires, pharmacien inspecteur, intervenant en appui et sur des missions spécifiques). Solène SERIGNAT et Linda DETCHEVERRY sont deux jeunes professionnelles de l’archipel qui apportent leurs compétences aux activés de l’ATS. L’État et vous les a rencontrées.

« L’ATS est un acteur important dans le développement du système de santé à SaintPierre-et-Miquelon ». Solène, que représente l’ATS pour vous ?

L’Administration Territoriale de Santé est un acteur important dans le développement du système de santé à Saint-Pierre-et-Miquelon. L’ATS intervient S. SERIGNAT dans de nombreux domaines parmi lesquels figurent la prévention, la promotion et l’éducation à la santé, la veille et la sécurité sanitaire, la santé environnementale, l’organisation de l’offre de soins (autorisation, financement, gouvernance hôpital, soins de ville, établissements pour personnes âgées, établissements pour personnes handicapées …), l’accompagnement, la coordination, l’évaluation de la formation des professionnels (santé et médico-social), les droits des usagers du système de santé (notamment l’accès aux soins), la maîtrise des dépenses à travers la gestion du risque assurantiel en santé. Quel poste occupez-vous et qu’est-ce que l’ATS y a changé ?

En poste depuis 4 ans, je suis chargée de la tarification des établissements de santé et médico-sociaux sur l’archipel. Pour le moment, ma mission est principalement d’ordre budgétaire et concerne la mise en œuvre des financements ainsi que la gouvernance des établissements médico-sociaux et de l’établissement public de santé de Saint-Pierre-et-Miquelon (contrôle budgétaire, suivi des personnels de direction, suivi administratif général et instances internes). A l’avenir, le poste est appelé à évoluer vers les nouvelles missions dévolues à l’ATS, comme l’appui à la performance des établissements. Quelles sont les compétences nécessaires ? Principalement la polyvalence car nous sommes une petite structure. Mais aussi la rigueur et une bonne connaissance de l’organisation et du fonctionnement des établissements et des services qui prennent en charge les personnes dans nos domaines d’intervention. « Développer sur nos îles une politique de santé répondant aux besoins de la population est un des enjeux de l’ATS ».

Linda, que représente l’ATS pour vous ?

Selon moi, l’ATS est un acteur majeur dans le système de santé de l’archipel. Un des enjeux de la mise en place de l’ATS sera de développer sur L. DETCHEVERRY les îles de Saint-Pierre et de Miquelon une politique de santé répondant aux besoins du territoire, sur le court, le moyen et le long terme. Cela se fera en concertation avec l’ensemble des collectivités, des institutions, des associations et des professionnels qui interviennent ou qui sont compétents dans les domaines de la santé et du médico-social. Quelles sont vos fonctions à l’ATS ?

J’ai été recrutée par l’ATS le 3 octobre 2011, à la suite de mon retour sur l’archipel et après une expérience diversifiée en matière de santé publique dans différentes structures de métropole notamment. Chargée de projets transverses à l’ATS, j’ai pour mission principale d’assurer auprès du chef de service, la conduite et la coordination de projets à fort enjeu pour le système de santé à Saint-Pierre-et-Miquelon. C’est une fonction qui permet de traiter différents sujets qui touchent à toutes les activités de l’ATS. Ils ont surtout un impact très important pour aider à construire une politique de santé durable pour nos îles. Quelles sont les compétences nécessaires ?

Mon expérience me conduit à penser que, tout autant que les compétences qui restent indispensables, ce sont surtout l’écoute, le dynamisme et la rigueur qui me paraissent importants dans ce travail.

Plaisance : quelques rappels avant de prendre la mer ...

Dans quelques jours commencera la saison de plaisance sur l’archipel. Aussi pour passer de bons moments en mer, il est important de rappeler que sur un navire, tranquillité et sérénité riment avec sécurité. Voici donc quelques règles de sécurité avant de « larguer les amarres » :

1 - Étudier les prévisions météorologiques avant chaque départ ; 2 - Prévenir un proche à terre de votre départ et de votre heure probable de retour ; 3 - Être équipé de différents moyens de vous signaler en cas d'avarie ou de problème : fusées non périmées, VHF, GPS, corne de brume, téléphone portable... etc ; 4 - Chaque personne embarquée doit porter un gilet de sauvetage. Il en existe maintenant des peu encombrants et néanmoins très efficaces ; 5 - Vérifier les niveaux, notamment en carburant. La panne sèche est l'une des raisons d'intervention les plus courantes des MRCC (Maritime Rescue Coordination Center). Ne pas oublier qu'en fonction du temps et du courant, la consommation peut varier du simple au double ; 6 - Détenir à bord les outils indispensables et un fond de pièces de rechange courantes : bougies, serre-joints, durites... etc ; 7 - S'habiller chaudement et prendre de quoi boire et manger afin de « durer » ; 8 - Vérifier la qualité et la solidité du mouillage, et prévoir une longueur suffisante (afin d'attendre les secours en limitant la dérive).

Enfin, se rappeler qu'en mer, on ne force pas le destin, et que le meilleur atout du marin en terme de sécurité reste le simple « bon sens ». A toutes fins utiles, il existe une association de plaisanciers dans l'archipel (président : René MICHEL, téléphone : 55 31 83, mail : plaisancespm@cheznoo.net). Il est rappelé aux professionnels et aux plaisanciers qu'en matière de communication maritime : la VHF est toujours préférable au téléphone portable.

Elle permet une localisation rapide par les secours et d'alerter tous les navires croisant à proximité. Le téléphone portable n'est qu'un « appoint » car il ne passe pas partout et se décharge vite (cause de beaucoup d'accidents). Bonne navigation à tous !

Guillaume de BEAUREGARD Adjoint au chef du pôle maritime

L’alerte

L'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon est inclus dans la zone de sauvetage canadienne. En cas de problème, les centres de coordination de secours maritimes (MRCC) de Saint-Jean et d'Halifax assurent une veille 24h/24 sur le canal 16 de la VHF. Le centre de Saint-Jean devrait déménager à Halifax avant l'été 2012. Le point de contact sur l'archipel demeure le pôle maritime de la DTAM (ex affaires maritimes), joignable au 55.16.16 qui relayera en cas de nécessité l'alerte au Canada. La SNSM peut également être contactée au 55.55.00.

Numéro

MRCC

V H F Canal 16 (*) ou A S N (appel sélectif numérique)

1°) Vous êtes en mer et disposez d’une VHF (centre de secours d’Halifax)

2°) Vous êtes à terre et : • vous êtes témoin d’un accident en mer • vous êtes inquiet au sujet d’un proche parti en mer Pôle maritime à Saint-Pierre SNSM

Nancy Skinner, a pris ses fonctions à la cellule comptabilité de la DTAM le lundi 2 avril. Après une affectation de près de cinq ans à la direction interdépartementale des routes du Sud-Ouest à Toulouse, elle revient dans l'archipel.

55.16.16

Il relaie l’alerte (Canada et/ou archipel)

55.55.00

(*) le téléphone portable n’est pas l’outil le mieux adapté pour communiquer en mer

Nouveau matériel à l’Imprimerie administrative Le service de l’Imprimerie administrative vient de s’équiper d’une presse offset numérique 34DI. Première presse quatre couleurs sur l’archipel, son fonctionnement est basé sur la technologie de transition entre l’offset classique et le numérique. Cette technologie qui date des années 90 a connu, grâce notamment au fournisseur américain Presstek, d’importantes évolutions qui ont considérablement augmenté les performances de ce type de matériel.

développeuse de plaques et une presse offset 4 postes), cette presse se caractérise par une technologie associant sur une seule machine la gravure des plaques et l’impression offset réduisant ainsi l’encombrement au sol. 2 - Rapidité et précision :

Grâce à l’automatisation complète du cycle de gravure et de changement des plaques, cette génération de presses met moins de dix minutes pour exposer les quatre plaques à haute résolution dans un registre parfait. Les plaques utilisées sont des plaques polyester qui tiennent les 20 000 exemplaires, ce qui correspond très bien aux travaux réalisés sur l’archipel puisque la majorité des tirages se situent entre 1 000 et 10 000 exemplaires. Les vis d'encrage réglées automatiquement d'après les données numériques fournies par le fichier source, permettent également de réduire le temps de calage. 3 - Un impact moindre sur l’écosystème grâce notamment :

- à l’impression offset sans mouillage. En effet, le système sans mouillage permet de générer moins de déchets et de substances toxiques que l’offset conventionnelle. En ce qui concerne le service de l’Imprimerie cela correspond environ à 50 litres de déchets en moins par mois ; - aux plaques thermiques sans développement. Là aussi, l’impact sur l’environnement est réduit puisque cette évolution permet de supprimer l’utilisation de 30 litres mensuels de produits chimiques pour le développement des plaques par rapport à l’ancien matériel ; - à l’utilisation d’encres végétales. En effet, cette presse nous permet d’utiliser des encres végétales et par le biais, de réduire l’émission de C.O.V (composés organiques volatiles) dans l’atmosphère.

Les principaux atouts de cette presse se déclinent en trois parties :

Cet investissement réalisé par le conseil territorial s’élève à 354 175 euros.

De par sa conception, la presse DI est très compacte. Contrairement au système conventionnel qui nécessite deux machines distinctes (une

Daniel KOELSCH Chef de service de l’Imprimerie administrative

1 - Un encombrement au sol réduit :

Préfecture de Saint-Pierre-et-Miquelon - Place du Lieutenant-Colonel-Pigeaud - B. P. 4200 - 97500 Saint-Pierre-et-Miquelon - www.saint-pierre-et-miquelon.pref.gouv.fr Directeur de la publication : Patrice LATRON, Préfet - Responsable de la rédaction : Jean-Jack FEVE, chef de cabinet du Préfet Conception et impression : Saint-Pierre - Imprimerie administrative

LETTRE D’INFORMATION DES SERVICES DE L’ÉTAT

vous L’État

S aint-P ier r e-e t-Miq ue lo n

et

Éditorial

Agir ensemble pour la santé de tous La réforme de l’administration territoriale de l’État (RÉATE), conjuguée à la révision générale des politiques publiques (RGPP), ont conduit à la création d’une Administration Territoriale de Santé (ATS) à Saint-Pierre-et-Miquelon (SPM).

- Agir ensemble pour la santé de tous - L’ATS en action

sommaire

Qui appeler ?

Nomination

NUMÉRO 54 - AVRIL 2012

Procédure d’alerte pour tout navire en difficulté

En effet, la création, sur le modèle des ARS, d’une administration de la santé spécifique à Saint-Pierre-et-Miquelon était une volonté Le siège de l’ATS au Bd Port en Bessin. locale. Elle s’est concrétisée depuis le Les locaux abritent également la direction adjointe de la 1er janvier 2011. Chargée des missions de DCSTEP et les services administratifs communs aux deux directions. santé publique et de prévention, de veille et de sécurité sanitaire, d’organisation de l’offre de soin et médico-sociale, l’ATS exerce les missions d’une Agence Régionale de Santé (ARS), sous la forme d’un service déconcentré de l’État. La mission de l’État dans le domaine de la santé est de préserver et d’améliorer l’état de santé de la population, notamment en garantissant à tous l’égalité d’accès aux soins. C’est pour cela que l’État exerce des fonctions de conception et de pilotage des politiques de santé et de régulation des dépenses qui y sont associées.

L’exercice de cette compétence repose sur des partenariats incontournables, avec les collectivités locales, les institutions de protection sociale, les établissements et les services chargés de la santé et du médico-social, les associations, les professionnels, les services de l’État. Elle s’inscrit également dans l’environnement géographique à travers des formes de coopérations diverses. Pour tous, il s’agit de répondre à la très forte attente d’un système de santé adapté aux besoins des usagers et du territoire de Saint-Pierre-et-Miquelon. Certaines actions sont déjà engagées en ce sens. C’est le cas, par exemple, de la réorganisation du dispositif de prise en charge des « urgences ». D’autres sont en préparation, comme l’installation des instances qui seront chargées de déterminer les priorités qui guideront la politique de santé pour l’archipel. En mobilisant ainsi les compétences et les énergies locales, en s’appuyant sur les expertises disponibles dans son environnement proche et au niveau national, l’ATS constitue le cadre d’impulsion d’une nouvelle dynamique, celle d'une approche globale de la santé. Elle constitue également une opportunité : construire un système de santé au service des Saint-Pierrais et des Miquelonnais. Raymond DELVIN Chef de service de l’ATS

- L’ATS acteur de la démocratie sanitaire - Paroles d’agents

- Plaisance : quelques rappels avant de prendre la mer - Nouveau matériel à l’Imprimerie administrative - Nomination

- Coopération régionale : une multitude de petites avancées - Résidence préfectorale

- Quelques évènements d’avril

La résidence préfectorale Le saviez-vous ?

Le bâtiment fut construit vers 1885. Seul le corps central existait. Les deux ailes furent ajoutées à celui-ci de nombreuses années plus tard. Il était la propriété du service de l’inscription maritime et logeait l’administrateur, qui présidait alors aux destinées de ce service. Le 20 octobre 1934, un terrible incendie détruisit l’hôtel gubernatorial (résidence actuelle du secrétaire général de la préfecture) situé près du conseil territorial.

Quelques événements d’avril 11 avril 1713 Signature du traité d'Utrecht : Terre-Neuve et les îles

2 avril 1885

adjacentes (dont Saint-Pierre-et-Miquelon) sont cédées à l’Angleterre. Les français sont chassés et s’installent pour la plupart dans l’île du Cap Breton. Un timbre de SaintPierre-et-Miquelon devrait être émis et ce tricentenaire pourrait donner lieu à des festivités particulières.

Décret portant institution d'un conseil général aux îles Saint-Pierre-et-Miquelon (promulgué par arrêté du 8 juin).

13 avril 1900 Arrivée à Saint-Pierre-et-Miquelon de Monseigneur 8 avril 1904 2 avril 1928

LEGASSE, préfet apostolique, successeur de Monseigneur TIBERI. La France abandonne à l'Angleterre les droits qui lui avaient été concédés par le traité d'Utrecht sur la côte de Terre-Neuve, appelée French Shore. Arrêté gubernatorial instituant à partir de ce jour l'heure d'été.

17 avril 1962 Première escale à Saint-Pierre-et-Miquelon de l'AvisoImmédiatement après le sinistre, l’administrateur des affaires maritimes, M. SMITH mit sa résidence à la disposition du gouverneur, M. Georges BARRILOT. Celui-ci accepta l’offre tandis que l’administrateur bénéficia de l’hospitalité que lui offraient ses beaux-parents, M. et Mme Albert ARNAUD, alors gérants de l’hôtel Robert. Depuis cette année 1934, cet hôtel de la résidence est resté demeure gubernatoriale et préfectorale. En 1941 et 1942 elle a hébergé durant plusieurs mois l’amiral Muselier, le capitaine de vaisseau Héron de Villefosse, puis M. Alain Savary. Au cours de l’année 1957, la rénovation intérieure et complète de l’immeuble fut décidée par le gouverneur SICAUD. Le service des travaux publics fut chargé d’effectuer les rénovations. Elles furent menées à bien grâce à la compétence et à la valeur d’un cadre du service précité, M. Jean YON dont la conscience professionnelle fut hautement appréciée par le gouverneur SICAUD et le chef du service des travaux publics.

3 avril 1965

Escorteur « Commandant Bourdais » (surveillance des pêches sur les Bancs de Terre-Neuve).

Un avion (DC3) de la Compagnie Eastern Provincial s’abîme à l'atterrissage. Les occupants sortent indemnes de l'appareil détruit.

21 avril 1982 Visite à Saint-Pierre-et-Miquelon de M. Pierre MAUROY, Premier Ministre.

18 avril 1984 Première escale à Saint-Pierre-et-Miquelon d'un grand bâtiment de la marine militaire la « Jeanne d'Arc ».

13 avril 1988 Le chalutier « Croix de Lorraine » quitte Saint-Pierre pour

aller pêcher dans les eaux canadiennes avec à son bord : le sénateur-maire Albert PEN, le député Gérard GRIGNON, le président du conseil général Marc PLANTEGENEST et le conseiller économique et social Victor REUX. Les saintpierrais veulent forcer les canadiens à reconnaître l’accord de 1972.

14 avril 1988 Le « Croix de Lorraine » est arraisonné au large de Terre-

Neuve par la marine canadienne. Le bateau est ramené à Saint-Jean de Terre-Neuve. Les 21 membres d’équipage (marins et élus) sont arrêtés et conduits en prison.

18 avril 1991 Départ

définitif pour la France du chalutier océanographique « Cryos » qui était à Saint-Pierre-etMiquelon depuis vingt ans.

24 avril 2010 La Jeanne d’arc quitte pour la dernière fois un territoire français d’outre-mer avant son démantèlement.

La rénovation intérieure terminée, la décision fut prise de procéder à la réfection des murs d’enceinte en pierres du pays. Elle eut lieu sous l’autorité de la direction d’un excellent carrier, d’origine iltalienne, M. Jean TONUSSI. Depuis 1957, la résidence préfectorale a subi d’autres rénovations.

Nathalie DETCHEVERRY Chef du bureau du cabinet du préfet

Coopération régionale : une multitude de petites avancées Le comité administratif de la 14e commission mixte de coopération régionale s’est tenu en Nouvelle-Ecosse, le 3 avril dernier, à GrandPré, lieu emblématique de mémoire pour la communauté acadienne. Le comité administratif, coprésidé par M. Patrice LATRON, préfet de Saint-Pierre-et-Miquelon et M. Michel TETU, directeur général commerce et investissement de l’Agence de Promotion Economique du Canada Atlantique (APECA), a pris connaissance des projets proposés pour 2012 ainsi que de l’évolution des dossiers en cours. Plus de 30 projets ont été proposés par les 6 sous-comités de travail parmi lesquels on peut citer :

• Éducation : le programme a permis le placement de 23 stagiaires du lycée Emile-Letournel au Nouveau-Brunswick mais également en Nouvelle-Ecosse ; • Aquaculture : mise en œuvre du projet d’identification génétique des naissains de pétoncles captés pour accroître les rendements des élevages dans l'anse de Miquelon ; • Relations économiques : organisation par la volontaire internationale en entreprise de la CACIMA basée à Saint-Jean de Terre-Neuve (action co-financée par la coopération régionale) d’une journée consacrée au Canada Atlantique et Saint-Pierre-etMiquelon afin d’informer les entreprises d’Ile-de-France ; • Santé publique : intégration de Saint-Pierre-et-Miquelon au sein des réseaux fédéraux canadiens de veille et de prévention des risques ; promotion au Canada Atlantique de l’offre de soins offerte par l’archipel en matière d'hospitalisation à la journée dans le futur centre hospitalier local ; • Protection de l’environnement : Propositions de coopérations concernant la surveillance de la forêt boréale et la lutte contre les espèces marines invasives ; • Tourisme : La visite des directeurs des associations touristiques du Canada Atlantique, intervenue en janvier dernier, a ouvert de nombreux débouchés pour l’archipel : - Dans le domaine des croisières, le Comité Régional du Tourisme (CRT) a obtenu, avec le concours des provinces de Terre-Neuve et Labrador et de la Nouvelle-Écosse, l'accueil de 6 navires de croisière en 2012 ; - La 1ère participation du CRT à l’Atlantic Trade Show de TerreNeuve en 2012 permettra à l’archipel de proposer ses produits touristiques aux tours opérateurs ; - Le CRT travaille sur une promotion de la péninsule de Burin, lieu de passage obligé de la majorité des touristes se rendant sur SaintPierre-et-Miquelon et il propose une collaboration avec le soutien de l’APECA ; - Participation à des formations canadiennes en matière de création et de promotion de produits touristiques basés sur la participation du touriste ;

• Culture : projet de coopération entre les stations de radios Rafale à TNL et RADIO Atlantique à Saint-Pierre-et-Miquelon pour diffuser les programmes d’une radio française de métropole sur l’archipel et le Canada ; • Sécurité : outre la coopération approfondie entre la gendarmerie nationale et la gendarmerie royale canadienne, la coopération s’accroît sur le sauvetage en mer entre la garde côtière canadienne et les services de l'action de l'État en mer de Saint-Pierre-et-Miquelon et se traduit par

des contacts réguliers et des exercices communs comme celui qui est programmé en septembre 2012 à l'occasion du 50e anniversaire de la garde côtière canadienne.

Pour les bateaux de transport de passagers effectuant la liaison SaintPierre Fortune, le préfet a entrepris les démarches nécessaires pour harmoniser et assouplir les procédures administratives afin d'accroître le trafic de passagers sur l'année. Par ailleurs, le préfet a demandé que soit engagée une action d'identification d’une tombe anonyme à Saint-Laurent qui pourrait être la sépulture d’un des marins disparus du Ravenel. En complément, le comité administratif a suivi l’évolution des projets en cours :

1 - La reconnaissance du statut sanitaire de l’archipel par l’agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) est le dossier prioritaire de Saint-Pierre-et-Miquelon avec le double objectif : - de permettre l’exportation de produits à base de viande vers le Canada ; - de poursuivre le processus visant à obtenir un amendement législatif autorisant l’exportation de déchets ménagers.

Parallèlement au comité administratif, les coprésidents se sont entretenus avec la direction de l’ACIA qui a enregistré la 1ère phase de l’évaluation zoo-sanitaire de l’archipel. Elle soumettra au préfet des questions complémentaires en mai prochain et elle visitera les sites locaux dédiés à la santé des animaux et aux techniques d’abattage.

2 - Le dossier du protocole d’entente entre l’ACIA et les services de l’État sur l’exportation du buccin au Canada : ce dossier a des implications scientifiques et économiques directes pour l’archipel et le Canada Atlantique. L’ACIA, chargée de mener l’évaluation sur l’exportation du buccin, s’est montrée confiante sur une finalisation rapide du dossier. D’ailleurs, le pôle alimentation de la DTAM peut lancer sa campagne de tests préliminaires visant à classer la zone de pêche. 3 - Le 1er séminaire sur l’intelligence économique, organisé en octobre 2011 à Saint-Pierre-et-Miquelon par la CACIMA et soutenu par les fonds de la coopération régionale, fait l'objet de trois suivis:

a - l’organisation d’un 2e séminaire dans la péninsule acadienne du Nouveau-Brunswick ; b - la mise en place d’une cellule de veille régionale ; c - la mise en place d'un observatoire économique local.

Ces 3 initiatives constituent des outils de développement économique durable pour l’archipel. Un engouement pour cette matière se développe sur le Canada Atlantique. La CACIMA et son réseau national développent une offre de service en matière d'intelligence économique qui consiste notamment en une exploitation de l'information en vue de dégager des opportunités pour les entreprises et les pouvoirs publics.

Tous ces projets peuvent obtenir un soutien financier de la part du comité qui est abondé par l’État et l’APECA qui disposent d'un budget commun total de 230 000 €. Dans les prochaines semaines le préfet de Saint-Pierre-et-Miquelon et le directeur général de l'APECA décideront de concert quels projets pourront bénéficier d’aides financières. Nicolas LOREAL Chargé de mission coopération régionale

La résidence préfectorale Le saviez-vous ?

Le bâtiment fut construit vers 1885. Seul le corps central existait. Les deux ailes furent ajoutées à celui-ci de nombreuses années plus tard. Il était la propriété du service de l’inscription maritime et logeait l’administrateur, qui présidait alors aux destinées de ce service. Le 20 octobre 1934, un terrible incendie détruisit l’hôtel gubernatorial (résidence actuelle du secrétaire général de la préfecture) situé près du conseil territorial.

Quelques événements d’avril 11 avril 1713 Signature du traité d'Utrecht : Terre-Neuve et les îles

2 avril 1885

adjacentes (dont Saint-Pierre-et-Miquelon) sont cédées à l’Angleterre. Les français sont chassés et s’installent pour la plupart dans l’île du Cap Breton. Un timbre de SaintPierre-et-Miquelon devrait être émis et ce tricentenaire pourrait donner lieu à des festivités particulières.

Décret portant institution d'un conseil général aux îles Saint-Pierre-et-Miquelon (promulgué par arrêté du 8 juin).

13 avril 1900 Arrivée à Saint-Pierre-et-Miquelon de Monseigneur 8 avril 1904 2 avril 1928

LEGASSE, préfet apostolique, successeur de Monseigneur TIBERI. La France abandonne à l'Angleterre les droits qui lui avaient été concédés par le traité d'Utrecht sur la côte de Terre-Neuve, appelée French Shore. Arrêté gubernatorial instituant à partir de ce jour l'heure d'été.

17 avril 1962 Première escale à Saint-Pierre-et-Miquelon de l'AvisoImmédiatement après le sinistre, l’administrateur des affaires maritimes, M. SMITH mit sa résidence à la disposition du gouverneur, M. Georges BARRILOT. Celui-ci accepta l’offre tandis que l’administrateur bénéficia de l’hospitalité que lui offraient ses beaux-parents, M. et Mme Albert ARNAUD, alors gérants de l’hôtel Robert. Depuis cette année 1934, cet hôtel de la résidence est resté demeure gubernatoriale et préfectorale. En 1941 et 1942 elle a hébergé durant plusieurs mois l’amiral Muselier, le capitaine de vaisseau Héron de Villefosse, puis M. Alain Savary. Au cours de l’année 1957, la rénovation intérieure et complète de l’immeuble fut décidée par le gouverneur SICAUD. Le service des travaux publics fut chargé d’effectuer les rénovations. Elles furent menées à bien grâce à la compétence et à la valeur d’un cadre du service précité, M. Jean YON dont la conscience professionnelle fut hautement appréciée par le gouverneur SICAUD et le chef du service des travaux publics.

3 avril 1965

Escorteur « Commandant Bourdais » (surveillance des pêches sur les Bancs de Terre-Neuve).

Un avion (DC3) de la Compagnie Eastern Provincial s’abîme à l'atterrissage. Les occupants sortent indemnes de l'appareil détruit.

21 avril 1982 Visite à Saint-Pierre-et-Miquelon de M. Pierre MAUROY, Premier Ministre.

18 avril 1984 Première escale à Saint-Pierre-et-Miquelon d'un grand bâtiment de la marine militaire la « Jeanne d'Arc ».

13 avril 1988 Le chalutier « Croix de Lorraine » quitte Saint-Pierre pour

aller pêcher dans les eaux canadiennes avec à son bord : le sénateur-maire Albert PEN, le député Gérard GRIGNON, le président du conseil général Marc PLANTEGENEST et le conseiller économique et social Victor REUX. Les saintpierrais veulent forcer les canadiens à reconnaître l’accord de 1972.

14 avril 1988 Le « Croix de Lorraine » est arraisonné au large de Terre-

Neuve par la marine canadienne. Le bateau est ramené à Saint-Jean de Terre-Neuve. Les 21 membres d’équipage (marins et élus) sont arrêtés et conduits en prison.

18 avril 1991 Départ

définitif pour la France du chalutier océanographique « Cryos » qui était à Saint-Pierre-etMiquelon depuis vingt ans.

24 avril 2010 La Jeanne d’arc quitte pour la dernière fois un territoire français d’outre-mer avant son démantèlement.

La rénovation intérieure terminée, la décision fut prise de procéder à la réfection des murs d’enceinte en pierres du pays. Elle eut lieu sous l’autorité de la direction d’un excellent carrier, d’origine iltalienne, M. Jean TONUSSI. Depuis 1957, la résidence préfectorale a subi d’autres rénovations.

Nathalie DETCHEVERRY Chef du bureau du cabinet du préfet

Coopération régionale : une multitude de petites avancées Le comité administratif de la 14e commission mixte de coopération régionale s’est tenu en Nouvelle-Ecosse, le 3 avril dernier, à GrandPré, lieu emblématique de mémoire pour la communauté acadienne. Le comité administratif, coprésidé par M. Patrice LATRON, préfet de Saint-Pierre-et-Miquelon et M. Michel TETU, directeur général commerce et investissement de l’Agence de Promotion Economique du Canada Atlantique (APECA), a pris connaissance des projets proposés pour 2012 ainsi que de l’évolution des dossiers en cours. Plus de 30 projets ont été proposés par les 6 sous-comités de travail parmi lesquels on peut citer :

• Éducation : le programme a permis le placement de 23 stagiaires du lycée Emile-Letournel au Nouveau-Brunswick mais également en Nouvelle-Ecosse ; • Aquaculture : mise en œuvre du projet d’identification génétique des naissains de pétoncles captés pour accroître les rendements des élevages dans l'anse de Miquelon ; • Relations économiques : organisation par la volontaire internationale en entreprise de la CACIMA basée à Saint-Jean de Terre-Neuve (action co-financée par la coopération régionale) d’une journée consacrée au Canada Atlantique et Saint-Pierre-etMiquelon afin d’informer les entreprises d’Ile-de-France ; • Santé publique : intégration de Saint-Pierre-et-Miquelon au sein des réseaux fédéraux canadiens de veille et de prévention des risques ; promotion au Canada Atlantique de l’offre de soins offerte par l’archipel en matière d'hospitalisation à la journée dans le futur centre hospitalier local ; • Protection de l’environnement : Propositions de coopérations concernant la surveillance de la forêt boréale et la lutte contre les espèces marines invasives ; • Tourisme : La visite des directeurs des associations touristiques du Canada Atlantique, intervenue en janvier dernier, a ouvert de nombreux débouchés pour l’archipel : - Dans le domaine des croisières, le Comité Régional du Tourisme (CRT) a obtenu, avec le concours des provinces de Terre-Neuve et Labrador et de la Nouvelle-Écosse, l'accueil de 6 navires de croisière en 2012 ; - La 1ère participation du CRT à l’Atlantic Trade Show de TerreNeuve en 2012 permettra à l’archipel de proposer ses produits touristiques aux tours opérateurs ; - Le CRT travaille sur une promotion de la péninsule de Burin, lieu de passage obligé de la majorité des touristes se rendant sur SaintPierre-et-Miquelon et il propose une collaboration avec le soutien de l’APECA ; - Participation à des formations canadiennes en matière de création et de promotion de produits touristiques basés sur la participation du touriste ;

• Culture : projet de coopération entre les stations de radios Rafale à TNL et RADIO Atlantique à Saint-Pierre-et-Miquelon pour diffuser les programmes d’une radio française de métropole sur l’archipel et le Canada ; • Sécurité : outre la coopération approfondie entre la gendarmerie nationale et la gendarmerie royale canadienne, la coopération s’accroît sur le sauvetage en mer entre la garde côtière canadienne et les services de l'action de l'État en mer de Saint-Pierre-et-Miquelon et se traduit par

des contacts réguliers et des exercices communs comme celui qui est programmé en septembre 2012 à l'occasion du 50e anniversaire de la garde côtière canadienne.

Pour les bateaux de transport de passagers effectuant la liaison SaintPierre Fortune, le préfet a entrepris les démarches nécessaires pour harmoniser et assouplir les procédures administratives afin d'accroître le trafic de passagers sur l'année. Par ailleurs, le préfet a demandé que soit engagée une action d'identification d’une tombe anonyme à Saint-Laurent qui pourrait être la sépulture d’un des marins disparus du Ravenel. En complément, le comité administratif a suivi l’évolution des projets en cours :

1 - La reconnaissance du statut sanitaire de l’archipel par l’agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) est le dossier prioritaire de Saint-Pierre-et-Miquelon avec le double objectif : - de permettre l’exportation de produits à base de viande vers le Canada ; - de poursuivre le processus visant à obtenir un amendement législatif autorisant l’exportation de déchets ménagers.

Parallèlement au comité administratif, les coprésidents se sont entretenus avec la direction de l’ACIA qui a enregistré la 1ère phase de l’évaluation zoo-sanitaire de l’archipel. Elle soumettra au préfet des questions complémentaires en mai prochain et elle visitera les sites locaux dédiés à la santé des animaux et aux techniques d’abattage.

2 - Le dossier du protocole d’entente entre l’ACIA et les services de l’État sur l’exportation du buccin au Canada : ce dossier a des implications scientifiques et économiques directes pour l’archipel et le Canada Atlantique. L’ACIA, chargée de mener l’évaluation sur l’exportation du buccin, s’est montrée confiante sur une finalisation rapide du dossier. D’ailleurs, le pôle alimentation de la DTAM peut lancer sa campagne de tests préliminaires visant à classer la zone de pêche. 3 - Le 1er séminaire sur l’intelligence économique, organisé en octobre 2011 à Saint-Pierre-et-Miquelon par la CACIMA et soutenu par les fonds de la coopération régionale, fait l'objet de trois suivis:

a - l’organisation d’un 2e séminaire dans la péninsule acadienne du Nouveau-Brunswick ; b - la mise en place d’une cellule de veille régionale ; c - la mise en place d'un observatoire économique local.

Ces 3 initiatives constituent des outils de développement économique durable pour l’archipel. Un engouement pour cette matière se développe sur le Canada Atlantique. La CACIMA et son réseau national développent une offre de service en matière d'intelligence économique qui consiste notamment en une exploitation de l'information en vue de dégager des opportunités pour les entreprises et les pouvoirs publics.

Tous ces projets peuvent obtenir un soutien financier de la part du comité qui est abondé par l’État et l’APECA qui disposent d'un budget commun total de 230 000 €. Dans les prochaines semaines le préfet de Saint-Pierre-et-Miquelon et le directeur général de l'APECA décideront de concert quels projets pourront bénéficier d’aides financières. Nicolas LOREAL Chargé de mission coopération régionale


Le journal de l'Etat et vous - avril 2012