Page 31

Dalle en béton armé avec déformations supérieures à la limite admissible (couverture récente des ruines de Festo sur l’île de Crète)

Elancement admissible léq / h

32 28

q [kN/m2] 2.0

24

5.0

20 16

w < l / 300

12

w < l / 500

8 4 0 0

2

4

6

8

10

12

Portée équivalente léq [m] Elancement admissible pour respecter les critères de résistance et d’aptitude au service pour une dalle d’épaisseur constante sur appuis simples. Les courbes donnent deux niveaux de déformation admissible (l/300 et l/500) et de charge (2 et 5 kN/m2). Le poids propre de la dalle ainsi que celui des éléments non porteurs (2,5 kN/m2) ont été considérés.

Pour le choix de l’épaisseur des dalles en béton armé, c’est presque toujours le critère de l’état limite de service qui est déterminant. L’épaisseur doit être suffisante pour limiter les déformations des structures sous l’effet des charges utiles mais aussi des charges permanentes, dans la mesure où le matériau a un comportement visqueux. Des déformations trop importantes peuvent en effet causer des dommages aux structures secondaires, comme par exemple les parois non porteuses, rendre problématique le fonctionnement des portes et fenêtres, être visibles au point de compromettre l’esthétique, ou bien encore empêcher l’écoulement de l’eau dans les toits plats, comme cela s’est produit pour la toiture ci-contre. On exprime habituellement la déformation admissible comme une fraction de la portée. Généralement, la déformation causée par les charges permanentes et par les charges variables ne devrait pas être supérieure à 1/300 de la portée. Pour une dalle en béton armé, avec une portée de six mètres, on tolère donc une déformation maximale de 600/300 = 2 cm. Si les déformations de la structure peuvent causer des dommages à des éléments fragiles, comme par exemple les parois et les fenêtres, la limite doit être plus prudente. Dans ces cas, on peut considérer de façon indicative une déformation admissible égale à environ 1/500 de la portée, et qui doit de toute façon être comparée à la capacité de déformation de l’élément non porteur. Si cette limite se révélait être trop contraignante, il est préférable de prévoir un joint de dilatation entre la dalle et l’élément fragile. Evidemment, la déformation dépend aussi des charges. Les charges permanentes sont composées du poids propre de la dalle et du poids des éléments non porteurs. Les charges utiles considérées dans le dimensionnement varient généralement entre 2 et 5 kN/m2, mais elles peuvent atteindre des valeurs bien plus élevées.

1550

LES PLANCHERS NERVURÉS, LES GRILLES DE POUTRES ET LES DALLES

207

Art structures 6  

Ce livre en ligne constitue le compagnon indispensable des cours en ligne (MOOCs) du même nom, que le lecteur pourra suivre au travers des...

Art structures 6  

Ce livre en ligne constitue le compagnon indispensable des cours en ligne (MOOCs) du même nom, que le lecteur pourra suivre au travers des...