Page 49

Siège de l’UNESCO à Paris, sollicitations des cadres aux étages supérieurs

Revenons maintenant à l’étude de la partie supérieure du bâtiment de l’UNESCO à Paris, en nous concentrant sur son fonctionnement en présence de charges horizontales provoquées par le vent. La structure est composée d’une série de cadres à piédroits verticaux superposés. Si nous commençons notre étude par l’élément au dernier étage, nous avons un cadre simple sans aucune articulation. Le schéma ci-contre propose une solution possible avec les résultantes de la zone comprimée sous le vent et de la zone tendue au vent, ainsi que les sollicitations reportées dans les sections. La même construction peut être dessinée pour les cadres des étages inférieurs, tous caractérisés par le même schéma structural. Nous pouvons aussi interpréter la structure comme la composition de deux gros piliers, constitués par les piédroits des cadres et sollicités par les actions des poutres de liaison. En effet les poutres, avec leurs efforts de traction et de compression exercés transversalement (moments d’encastrement), permettent de limiter les excentricités des efforts dans les piliers, augmentant ainsi sensiblement leur efficacité structurale.

Les cadres superposés

1642

Siège de l’UNESCO à Paris, sollicitations dans les piliers sous le vent

LES CADRES

191

Art structures 5  

Ce livre en ligne constitue le compagnon indispensable des cours en ligne (MOOCs) du même nom, que le lecteur pourra suivre au travers des...

Art structures 5  

Ce livre en ligne constitue le compagnon indispensable des cours en ligne (MOOCs) du même nom, que le lecteur pourra suivre au travers des...