Issuu on Google+

Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:32 Page1

LES RAISONS DU CŒUR

LEUR CŒUR BAT POUR AUBAGNE. Dix Aubagnaises et Aubagnais d’horizons divers, avec des parcours personnels et des points de vue bien différents, ouvrent leur cœur pour vous parler d’Aubagne. De l’attachement à la ville où ils habitent, où ils travaillent et où ils vivent parfois depuis toujours. Un attachement d’autant plus profond et exigeant qu’il plonge ses racines dans une histoire partagée, avec une vision claire, sans complaisance, des progrès réalisés comme des insuffisances à combler. Ces dix Aubagnaises et Aubagnais ont accepté d’exprimer, en toute simplicité, ce qu’aucun discours ni aucun programme ne dira jamais à leur place : leur bonheur de vivre à Aubagne. Ils racontent leurs engagements pour qu’Aubagne soit, demain comme aujourd’hui, digne de l’affection qu’ils lui portent,

qu’elle réussisse toujours mieux cette rencontre de culture provençale et d’innovation sociétale qui fait leur fierté. Ils parlent de leurs batailles pour que notre belle commune soit à la hauteur du défi permanent qu’elle doit relever, pour qu’elle construise - librement ! son équilibre et sa qualité de vie hors d’une grande métropole. Pour l’amour d’Aubagne, ils disent ce que vivent et ressentent des milliers d’Aubagnaises et d’Aubagnais. Ils disent l’essentiel. Les élus de la majorité municipale conduite par Daniel Fontaine

AUBAGNE MARS 2014 WWW.POURLAMOURDAUBAGNE.FR


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:32 Page2

Métropole : on lâche rien !

Ce qu’une loi a (mal) fait, une autre loi peut le défaire. Tel est l’état d’esprit après le passage en force, en plein été, d’un projet de loi sur les métropoles qui prévoit, dès janvier 2016, la création d’une Métropole AixMarseille d’1,6 million d’habitants englobant le Pays d’Aubagne et de l’Etoile. Car depuis des mois, sous l’impulsion en particulier de Daniel Fontaine, 109 maires des Bouches-du-Rhône, toutes opinions politiques confondues, sont entrés en résistance. Réunions publiques, points presse, conférence métropolitaine, lettres ouvertes, manifestations à Marseille devant la préfecture et à Paris, devant l’Assemblée, le Sénat et Matignon... Pas question de renoncer ! Les élections municipales de 2014 seront un rendez-vous essentiel pour réaffirmer notre refus de ce projet catastrophique pour les communes. Un référendum contre la Métropole avant l’heure !

Des projets communs pour l’aire métropolitaine

A l’évidence, la Métropole est une mauvaise réponse à une vraie question : celle des partenariats indispensables à l’échelle de l’aire métropolitaine marseillaise pour apporter des réponses communes et concertées aux problèmes de circulation, de logements et d’emploi. La ville et l’agglo y travaillent régulièrement avec tous les élus du département et elles sont bien souvent porteuses de propositions. En février dernier, les intercommunalités des Bouchesdu-Rhône, dont l’agglo, auraient dû créer un réseau de transport unique sur le département… si le président de MPM ne s’y était pas opposé au dernier moment !

Pas d’augmentation des impôts locaux supérieure à l’inflation Le maire de Marseille ne s’en cache pas : l’un des objectifs premiers de la métropole, c’est d’aider financièrement sa ville en ponctionnant les communes voisines. Les Aubagnais, les Aixois, les Martégaux et bien d’autres paieront de nouveaux impôts ! C’est d’autant plus inadmissible que l’engagement pris en 2008 par les élus de la majorité a été tenu : l’augmentation des taux d’imposition est restée inférieure à l’inflation durant les 6 années écoulées, pour qu’Aubagne demeure dans la moyenne départementale. Dans bien des domaines, elle fait même mieux que ça. Ici, le taux de la taxe d’habitation est de 21,68%, bien inférieur au taux communal moyen français (23,83%), à celui de La Ciotat (25,52%) et de Marseille (27,30%).

LGV : succès et vigilance Avec le collectif de citoyens « Tout Aubagne contre la LGV », habitants et élus de la majorité se sont opposés à la création d’une ligne ferroviaire désastreuse pour notre territoire. Ensemble, ils ont dénoncé son inutilité, son coût exorbitant et ses graves conséquences environnementales. Pétitions, débats publics, réunions avec RFF, manifestations... La mobilisation a payé, avec une première et importante victoire le 9 juillet dernier : le Premier ministre a annoncé le renvoi après 2030 du projet de ligne nouvelle (ex-LGV). Le projet n’est donc pas encore enterré, restons vigilants…

C’est à plus de 96%, lors du référendum local du 13 juin 2010, que les Aubagnais ont dit NON à la disparition de leur commune dans un Grand Marseille. Leur volonté doit être entendue et respectée !

2


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:32 Page3

Liliane Gaboreau, professeure d’histoire-géographie

« La métropole, c’est se perdre dans le grand anonymat »

LES RAISONS

DU CŒUR Aussi loin qu’elle s’en souvienne, Liliane Gaboreau a toujours aimé Aubagne. « Depuis toute petite, j’ai des souvenirs d’Aubagne. J’habitais à Saint-Marcel et, avec mes parents, nous prenions le tramway et nous descendions à Aubagne. Nous continuions parfois à pied jusqu’à Cuges-les-Pins, moi juchée sur les épaules de mon père. Aubagne, ce sont des souvenirs d’enfance. Il s’y passait toujours quelque chose, des fêtes, le marché, et nous en parlions à la maison ». De l’enfance à la vie d’adulte, l’histoire d’amour va se poursuivre. En 1977, jeune professeure d’histoiregéographie, elle doit choisir sa ville de mutation. « Mon premier vœu, ce fut Aubagne ! Un poste s’est libéré et je suis arrivée au collège Lakanal, l’ancienne école communale où le père de Marcel Pagnol fut instituteur. Quelle émotion de me retrouver dans ce lieu chargé d’histoire ! ». Elle ne quittera plus Aubagne. « Cela fera 35 ans à la Noël que j’y vis, près de la ville et pas loin de la colline ». Et l’Aubagne d’Aujourd’hui ? Comme hier, lorsqu’elle était enfant, Aubagne est restée pour Liliane Gaboreau cette cité « où il se passe toujours quelque chose. Pour moi, s’il fallait définir Aubagne, je dirais

que c’est une ville dynamique, où ça bouge tout le temps. Ce dynamisme me semble inscrit dans ses gènes ! »

«La bureaucratie prendrait le dessus » Elle apprécie tout particulièrement la vitalité du tissu associatif. Liliane Gaboreau fait, en effet, partie du Conseil Local de la Vie Associative qui émane des associations aubagnaises et dont les membres s’engagent sur la base du volontariat. « L’objectif est de permettre à la vie associative de s’y épanouir dans les meilleures conditions ». Un engagement qui lui a fait mesurer l’importance du contact direct, de la relation de proximité avec le service public, des élus locaux avec qui l’on peut travailler dans la participation et le respect de l’expression de chacun, autre marque de fabrique de la vie aubagnaise. D’où son engagement dans la bataille contre la métropole qui ne date pas d’hier. « Je me souviens avoir participé, il y a trois ans, à une manifestation devant la préfecture à Marseille avec des habitants venus de

3

tout le Pays d’Aubagne et de l’Etoile. Déjà nous protestions contre cette idée d’une super communauté urbaine. Il y avait des CRS comme si nous étions dangereux alors que nous étions simplement des citoyens mécontents ». Pourquoi cet engagement ? Il est dans la logique de son amour pour Aubagne. « Si l’on entre dans une entité comme celle envisagée de plus de 90 communes rattachées à Marseille, nous serons perdus, anonymes, sans aucun lien avec les responsables politiques. Eux aussi seront coupés des citoyens. Cela sera le grand anonymat ! La société actuelle isole de plus en plus, il est donc très important de garder, à Aubagne, cette proximité-là ». Liliane Gaboreau ajoute : « Il n’est pas question d’être de petits résistants comme Astérix mais de rester cette ville dynamique et refuser de devenir une ville dortoir. Car si nous nous perdons dans une grande métropole, l’administration et la bureaucratie prendrait le dessus. Cela va tuer la voix citoyenne. Alors que l’on reproche de plus en plus aux politiques de perdre le sens des réalités du terrain, la métropole va accentuer ce sentiment. Or, ici les élus locaux ont le sens du terrain. »


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:32 Page4

L’Espace Santé Jeunes préservé L’accès aux soins des jeunes est aussi une préoccupation de la Ville prise en compte notamment par son Atelier Santé Ville. Il organise chaque année un Forum Santé dont l’un des partenaires privilégiés est l’Espace Santé Jeunes. Ce dernier a bénéficié du soutien de la commune lorsqu’il a fallu manifester en février 2011 devant l’Agence Régionale de Santé contre la suppression d’une aide de 160 000 € !

Emplois d’avenir : les jeunes en priorité

« Aubagne donne un exemple que je tenais à mettre en valeur ». Le 26 août dernier, le Préfet de région Michel Cadot, était à Aubagne aux côtés de Daniel Fontaine pour accueillir les 25 jeunes Aubagnais, filles et garçons, recrutés par la Ville dans le cadre du dispositif Emplois d'avenir. Au total, ce sont plus de 50 jeunes qui vont renforcer durablement les effectifs de la Ville et de la communauté d’agglomération. Ces recrutements reflètent la volonté de faire de l’emploi des jeunes une grande priorité. Déjà, l’initiative importante du printemps 2013 avait marqué les esprits : plus de 600 participants dans 4 réunions publiques au Pin Vert, au Charrel, à La Tourtelle et à Palissy, pour présenter aux jeunes en recherche d’emploi, avec la participation de plusieurs entreprises, toutes les possibilités offertes pour favoriser leurs recrutements dans les secteurs public et privé.

L’Escale : 12 000 spectateurs par an

La gratuité des bus, un bol d’air aussi pour le pouvoir d’achat ! La gratuité des bus en 2009, c’est une augmentation de la fréquentation des voyageurs de près de 180%. C’est donc une diminution de 5 000 déplacements quotidiens en voiture sur le territoire et autant de places de stationnement libérées. Une vraie bouffée d’oxygène… Mais c’est aussi un sacré coup de pouce au pouvoir d’achat ! Selon l’enquête réalisée en mars 2012 auprès de 800 usagers des bus de l’agglo, la gratuité permet 60 € d’économie mensuelle pour une famille de 4 enfants. Et bien plus pour certains usagers qui ont vendu leur deuxième voiture.

Un nouveau service jeunesse Des ateliers, des clubs pour s’initier ou se perfectionner à des pratiques artistiques et techniques, des spectacles et tout un dispositif d'accompagnement des jeunes artistes… C’est le programme de la MJC-L’Escale qui accueille 12000 spectateurs par an. Eveiller et former à la musique, à la pratique d’instruments, de la danse classique, contemporaine ou de l’art dramatique, c’est la vocation du conservatoire municipal. Six Maisons de quartier proposent également des activités culturelles, artistiques et même sportives, ainsi que des moments conviviaux à partager. Une équipe d’éducateurs socio-sportifs est également à la disposition des jeunes pour des activités qui associent des animations sportives à l’apprentissage de la citoyenneté et à des actions de prévention autour de la santé.

Depuis 2011 les jeunes d’Aubagne disposent d’un nouveau service municipal jeunesse. Il réunit le Point Information Jeunes (PIJ) et l’Espace Central Jeunes (ECJ). Le PIJ, on le connaissait bien avec ses espaces de documentation, numérique, d’exposition ; ses dispositifs d’aides via la carte jeunesse et le chéquier loisirs, le système Ecobus, les projets des jeunes majeurs, les offres de logement ; ses événements annuels comme le forum des jobs d’été, Foot Pied d'Immeuble, le pot de bienvenue aux étudiants ; sa participation à la semaine des Cultures Urbaines ; son animation du groupe des délégués culturels… Désormais, il faudra rajouter l’Espace Central Jeunes, que ces derniers sont appelés à animer. Plusieurs projets ont déjà été réalisés : journée de la glisse urbaine, scène musicale lors de la fête de la musique, atelier d’anglais, débat sur l’emploi, rencontres intergénérationnelles et partages de repas avec les seniors…

4

Emplois d’avenir créés par la Ville et par L’agglo.


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:32 Page5

Jérémy Travers, passager quotidien des bus gratuits

« Personne n’y croyait, maintenant c’est la routine… »

LES RAISONS

DU CŒUR Vingt-trois ans qu’il habite le Charrel, après une infidélité de six mois place Joseph Rau dans le centreville juste après sa naissance, puis de quelques années dans le quartier des Passons, exceptés les week-ends… toujours au Charrel. Vingt-trois ans qu’ « (il) vit avec les grands et les moins grands de la cité ». « Ici, je me sens bien. La gratuité des bus, c’est plus de liberté pour nous les jeunes, pour les mamans et leurs minots aussi. Faut voir les jours de marché, les bus sont bondés… ». Jérémy Travers emprunte la ligne 1 des « bus de l’agglo » au moins deux fois par jour. Direction le centre-ville, le centre commercial. Sortie avec les potes. Sans bourse délier…

d’autres personnes… « Maintenant, c’est fini. Nous sommes tous à égalité », observe-t-il fièrement. « Pour moi, la gratuité relevait de l’impossible. C’était presque normal de payer ou de faire attention aux contrôles. J’ai toujours été étonné par cette idée ; j’étais encore plus étonné quand, pour la première fois de ma vie, je suis monté dans le bus sans payer et sans chercher à frauder ».

Son cousin de Montpellier est toujours « bouche bée » quand ils en parlent. « Il paie jusqu’à 2,20 euros par trajet ; il nous envie tous les jours ». Et dire que « personne n’y croyait à cette gratuité. C’était juste écrit ici ou là ». Une promesse électorale de 2008 transformée en réalité un an plus tard… « Aujourd’hui, c’est la routine. Un soulagement. Avant, il nous fallait surveiller les contrôleurs, donner des sous au chauffeur ou lui présenter un ticket. Fallait demander des aides pour avoir droit à des réductions ». Montrer qu’on avait moins d’argent que

Dans quelques mois, il sera « heureux de monter dans le tramway. Ce sera tout neuf, plus beau, plus confortable, plus moderne », s’emballe-t-il. « Même les personnes qui rouspètent contre les travaux en cours seront contentes », prédit ce jeune homme passionné de foot et de musique. Le rap et le hip hop le conduiront d’ailleurs, en novembre, sur la scène de la Maison des Jeunes et de la Culture. Sur les hauteurs du centre-ville d’Aubagne, pas très loin de l’appartement qui l’a accueilli à sa naissance.

« Je serai heureux de monter dans le tramway »

5

Depuis la gratuité des bus en 2009, leur fréquentation a augmenté de 176%


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:32 Page6

Le tramway arrive !

La symbolique première soudure des rails du tramway d’Aubagne a eu lieu le 14 juin 2013. Depuis, les aménagements progressent et la ville se transforme peu à peu pour accueillir le premier tramway gratuit au monde ! Il reliera en 10 minutes les quartiers du Charrel et de La Tourtelle au centre-ville et à la gare d’Aubagne. Il poursuivra sa route à l’Est jusqu’au futur quartier des Gargues et la zone industrielle des Paluds, puis à l’Ouest, vers La Penne-sur-Huveaune et Marseille.

Le tram-train de Valdonne est sur les rails Valdonne, c’est parti ! Un grand pas vient d’être franchi avec l’inscription du projet de tram-train au contrat de développement de la Région. Que ce soit les services de l’Etat, de la Région, du Département, de la SNCF ou de RFF, tous soulignent l’intérêt métropolitain de la voie de Valdonne et travaillent en concertation sur sa réouverture. 14km, 5 communes traversées, 8 stations prévues pour une arrivée en gare d’Aubagne : les études techniques avancent et affinent le projet. Dans le même temps, ce projet fait l’objet d’une demande de financement auprès de l’Etat dans le cadre du 3e appel à projets du Grenelle de l’environnement. En 2012, le tramway d’Aubagne avait reçu une subvention de 14 millions d’euros !

La 3e voie SNCF, encore une victoire !

Grains de sel en plein centre Depuis 2011, le Festival du livre de jeunesse est devenu Grains de sel, le Festival du livre et de la parole d'enfant. Un Festival qui a pris place en plein centreville. Parmi les 30 000 visiteurs accueillis en 2012, 6 000 élèves des écoles élémentaires, collèges et lycées des départements des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse venus à la rencontre d’une cinquantaine d’éditeurs. Grains de sel est aussi, comme son nom le précise, un salon qui donne la parole aux enfants, en lien étroit avec les actions menées toute l’année par l’équipe du Pôle Enfance dans le cadre d’Aubagne Ville Amie des Enfants, d’Aubagne Ville Educatrice et d’Aubagne Ville Lecture.

Plus pour l’accueil des petits

Lancés fin 2009, les travaux d'aménagement d’une 3e voie ferrée entre la gare d’Aubagne et celle de SaintCharles à Marseille s’achèveront fin 2014. Forte d’une gare d’Aubagne reliée au tramway, aux bus de l’agglo, aux Cartreize et à la voie de Valdonne, la SNCF augmentera ses cadences avec un train TER toutes les dix minutes. Après une longue bataille, la voix des Aubagnaises et des Aubagnais a été entendue…

Depuis 2008, la Ville propose aux familles 190 places d’accueil supplémentaires pour leurs enfants de moins de 3 ans. Un engagement de l’équipe municipale concrétisé par l’aménagement et l’extension des haltes-garderies publiques de La Delphine et de La Tourtelle, par la trentaine de places offertes en août à la halte-garderie des Bergeronnettes. Un engagement soutenu par les 70 places ouvertes dans deux nouvelles crèches d’entreprise et associative aux Paluds et à Napollon.

L’ère numérique à l’école Un vaste plan informatique a été développé dans les écoles d’Aubagne. Les 13 écoles élémentaires sont désormais connectées à Internet et équipées d’une

6

armoire mobile dotée d’ordinateurs portables, d’un vidéoprojecteur et d’un tableau blanc interactif. Connexions filaires pour le câblage des salles de classe ou des salles informatiques. Ce dispositif représente un investissement de 650 000 €.

La défense de la carte scolaire La Ville n’a cessé de soutenir le combat des enseignants et des familles pour le maintien de la carte scolaire. Elle défend l’école maternelle à la française, obtenant notamment cette année l’ouverture d’une classe maternelle à Valriant et d’une classe élémentaire à La Pérussonne. En outre, la Ville s’est donné les moyens d’ouvrir de nouvelles classes, comme à l’école de La Pérussonne en 2009, où une nouvelle classe a été construite.

classes de découvertes pour les enfants d’Aubagne : multimédia, classes rousse et verte à Saint-Vincent-les-Forts, patrimoine, sciences et environnement, goût, images animées. Une nouveauté en 2012 : argile, multimédia et sciences aux Espillières.


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page7

Zorha Guerroumi, assitante maternelle

« C’est une ville faite pour les enfants »

LES RAISONS

DU CŒUR Aubagnaise Zohra Guerroumi ? Pas de naissance, mais de cœur assurément. Venue il y a plus de 25 ans d’Algérie, déjà pour l’amour de son mari, la suite est pour elle sans ambiguïté : « Pour rien au monde, j’irais vivre ailleurs, et mes enfants aussi ». Trois enfants qui disent par leurs parcours la fierté d’une maman. Une grande fille en formation à Marseille pour être auxiliaire puéricultrice, un garçon à la faculté d’Aix-en-Provence et enfin un adolescent qui savoure son tout nouveau collège Nathalie Sarraute. « C’est super ! » confirme-t-il en prenant le temps de lever les yeux de son ordinateur. Transports gratuits, équipements sportifs – ah le privilège de courir sur la piste bleue du stade d’athlétisme - fêtes de la ville qui rythment la vie de la famille tout au long de l’année… Dans le quartier du Petit Canedel, à deux pas de l’hôpital, Zohra Guerroumi connaît son bonheur. « On peut tout faire à pied, on se connaît, les magasins sont à proximité, les services publics aussi. Et puis, ça fait campagne aussi, tout n’est pas bétonné ». Si la maman mesure ce qu’une ville peut apporter aux enfants, c’est aussi en tant que professionnelle de la question. C’est au quotidien, que cette assistante maternelle agréée, promène les enfants des autres à la

bibliothèque, au parc Jean Moulin,… « Grâce à la municipalité et au relais des assistantes maternelles, je ne suis jamais seule pour faire mon métier. Je peux me tenir au courant des dernières réglementations, et des animations sont régulièrement organisées, comme les fêtes de Noël. » Elles sont 280 assistantes maternelles sur Aubagne à offrir une alternative à la crèche en proposant des services plus adaptés à certains parents. Ce qui fait dire à Zohra Guerroumi « qu’Aubagne est une ville pour les enfants ».

que c’est plus compliqué ». En fait, pour Zohra, il ne manque qu’une chose à Aubagne : la mer… « Et encore, elle n’est pas loin », reconnaît-elle. Et, à l’écouter, c’est bien la seule mer qui semble manquer aux petits Aubagnais…

« Ce sont mes enfants, et ceux que j’ai gardés, qui m’ont donné mes racines dans cette ville » Oui mais demain ? Vivement la troisième voie pour se rendre plus facilement à Marseille pour les jeunes qui y poursuivent leurs études, vivement aussi la fin des travaux du tram qui rallongent aujourd’hui le trajet pour aller au collège – « mais après, ça va embellir la ville », il faudrait aussi que la municipalité s’occupe des jeunes comme elle s’occupe des enfants – « je sais

7


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page8

La Boussole, pour mieux s’orienter

Ce mois de septembre, La Boussole a ouvert ses portes avenue des Sœurs Gastine. Ce nouveau bâtiment, exemplaire sous l’angle du développement durable, regroupe une grande diversité d’acteurs pour favoriser la formation tout au long de la vie et sécuriser les parcours professionnels . On y trouve la Mission locale jeunes, de l’information sur les métiers et diverses permanences (création d’entreprises, insertion des publics handicapés, suivi des bénéficiaires du RSA, financeurs de formations… ) et des activités formation. Centre associé de la Cité des Métiers de Marseille, La Boussole sera un espace permanent d’éducation populaire.

Les Paluds : le nombre d’entreprises a été multiplié par trois

Une extension sur 17 hectares Aubagne séduit : la demande de terrains est forte de la part des entreprises déjà installées sur la zone d’activités des Paluds et de celles qui souhaitent s’y installer. Dernièrement Sartorius Stedim, fournisseur d’équipements et de services pharmaceutiques, a pu trouver 11 000 m2 pour s’agrandir avec plusieurs dizaines d’emplois à la clé. Afin de répondre à la demande, l’Agglo, en partenariat avec le syndicat des Paluds, a lancé une étude sur la requalification de ce secteur et son extension sur 17 ha. L’ambition est d’en faire l’un des dix sites productifs durables de référence dans la région .

Le soutien aux salariés en lutte Défendre l’emploi, c’est d’abord le préserver pour éviter le chômage. C’est pourquoi la Ville d’Aubagne et l’Agglo soutiennent les salariés de l’usine Fralib qui produisait, à Gémenos, la célèbre marque provençale « Thés de l’Eléphant ». Un soutien jamais démenti depuis le début de leur lutte contre la multinationale Unilever et pour leur projet de reprise de l’entreprise sous forme de SCOP.

Entre 2000 et 2010, le site des Paluds a vu le nombre des entreprises multiplié par trois, grâce en particulier au dynamisme de son économie productive (79 entreprises industrielles aujourd’hui, contre 37 en 1990, alors qu’en France on perd des industries). Résultat : une augmentation des effectifs salariés de 23 % sur la période, alors qu’elle est seulement de 11% pour les Bouches-du-Rhône et de 13% en PACA. Actuellement, on compte 58 salariés à l’hectare aux Paluds contre 40 pour Athélia II (La Ciotat), 38 à Gémenos et 31 à Rousset.

8

Des chantiers créateurs d’emplois pour les Aubagnais Les chantiers ouverts depuis 2008 sur le territoire (tramway, réhabilitation du Charrel, Espace des Libertés, Collège Nathalie Sarraute…) permettent de proposer aux chômeurs des heures d’insertion professionnelle dans les entreprises titulaires des marchés publics concernés. Pour faciliter le lien entre les entreprises qui recrutent sur ces chantiers et les habitants en recherche d’emploi, la communauté d’agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Etoile, le Pôle emploi, le Pôle d’insertion du Conseil général et la Mission locale ont même mis en place une cellule spécifique. En 2012, 78000 heures de travail ont été réalisées via la clause d’insertion. Ce qui donne 42 équivalents temps plein et 170 salariés passés par ce dispositif, dont 68% ont moins de 30 ans et 72% sont des habitants du Pays d’Aubagne et de l’Etoile.


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page9

Serge Girardot, chef d’entreprise

« Pour que Janot reste à Aubagne, la Ville et l’Agglo ont trouvé un nouvel espace aux Paluds ».

LES RAISONS

DU CŒUR Les Basses-Alpes ne s’appelaient pas encore les Alpes de Haute-Provence. Serge Girardot habitait à Digne. Il était petit, mais il s’en souvient. Un jour, son grand-père paternel, Pierre, lui demande ce qu’il veut faire plus tard. Sans hésiter, il lui répond : diriger une entreprise. Le petit garçon d’alors a réalisé son vœu. Agé de 50 ans, cela fait plus d’une vingtaine d’années qu’il est chef d’entreprises… au pluriel ! L’une d’elles fait partie intégrante du patrimoine aubagnais : la distillerie Janot, fondée par Alfred Maunier en 1928. Une entreprise familiale connue notamment pour son pastis et son sirop Gambetta, qu’il a reprise en 2007. « L’entreprise connaît quelques difficultés de positionnement commercial », cependant son identité aubagnaise et provençale représentent encore une sacrée force… de vente ! « Mais en 2008, nous avons été obligés de quitter l’ancien site de la zone des Paluds où c’était devenu trop complexe de rester ». Afin que l’entreprise emblématique ne quitte pas Aubagne, la Ville, la communauté d’agglomération et leurs services réussissent à trouver, non sans difficulté, un nouvel espace, toujours dans la zone des Paluds. « Cette implantation nous a apporté une grande qualité de travail avec une meilleure ergonomie ». Actuellement, Janot emploie 28 personnes sur le site d’Aubagne plus 66 représentants commerciaux en France. « Un personnel fier de travailler pour la distillerie,

auquel nous exposons les axes de stratégie, si bien qu’une véritable culture d’entreprise s’est installée. En témoigne le taux d’absentéisme proche de zéro. Malgré un contexte de crise économique, 6 ans après sa reprise, Janot continue de développer son activité. « Nous avons tenu nos objectifs en renforçant notre présence régionale et faisant de l’ensemble des marques principales (Janot, Gambetta, Garlaban, Auguste Mattei Cap Corse, Sorrentini) des marques nationales voire internationales. L’export représente 20% de notre chiffre d’affaires. Nous avons créé une gamme de spiritueux bio avec 18 références, qui sont une alternative à plus de 70% des spiritueux traditionnels ; des nouveaux formats « bag in box » ou fontaine destinés aux professionnels ».

Liquoristerie de Provence de Venelles dont les produits sont distribués dans les épiceries fines et les caves. « Je défends tous les jours Aubagne, le Pays d’Aubagne et la Provence, grâce à l’activité de notre entreprise, qui apporte ainsi sa contribution à l’économie locale et à l’emploi. Le territoire a beaucoup d’atouts de par sa situation géographique, ses infrastructures routières, autoroutières, ferrées et aéroportuaires. J’aime l’équilibre que l’on sait préserver ici entre les zones d’activités et les sites naturels… comme le Garlaban qui nous domine et nous protège ».

« Ce territoire a beaucoup d’atouts » Chaque année, l'usine étoffe un peu plus sa gamme de produits. Elle en fabrique aujourd’hui près de 300 : pastis et autres apéritifs, liqueurs, long drinks, sirop et boissons sans alcool… « 98% de la production sont réalisés sur place et nous vendons du 1er janvier au 31 décembre, de zéro heure à minuit, plus de 7 bouteilles par minute ». Cette année, Janot a racheté la

9

Les effectifs salariés ont progressé de 23% sur le site des Paluds.


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page10

Piscine Alain-Bernard : encore plus belle et plus agréable

L’animation culturelle d’Aubagne est unanimement reconnue et enviée. Tout au long de l’année, les manifestations s’enchaînent, pour beaucoup dans l’espace public et donc gratuitement : la fête de la musique, Chaud Dehors, Danse temps 1 et 2, le Festival International du Film, Grains de sel, Festimôme… Le théâtre Comoedia, l’Escale et la Distillerie permettent à l’ensemble des Aubagnais de bénéficier des meilleurs spectacles. Les 3 scènes travaillent en complémentarité pour favoriser la diversité de l’offre.

Plage minérale, jeux d’eau, nouveau cheminement bordé de palmiers et de plantes… Les aménagements réalisés sur les espaces extérieurs, à la piscine AlainBernard, augmentent la capacité et l’offre d’accueil du complexe aquatique. Ils seront encore améliorés après la mise en place de la voie du tramway, avec la plantation d’une prairie rustique, d’arbustes méditerranéens comme le Callistemon aux jolies fleurs rouges, et l’installation de tables de pique-nique…

Une école municipale des sports L’École municipale des sports est ouverte depuis 2010. Elle propose des initiations à de nombreux sports pour les enfants âgés de 3 à 12 ans. Grâce aux inscriptions trimestrielles, ils peuvent s’essayer à différentes disciplines. L’EMS est encadrée par des professionnels du service des sports et des clubs sportifs de la ville.

Aubagne au cœur de Marseille-Provence 2013 Dès l’annonce de la candidature de Marseille pour la capitale européenne de la culture, Aubagne a répondu présent. Le succès des événements organisés sur notre territoire depuis La Grande Clameur de l’ouverture est d’ailleurs salué par le président de l’association MP2013, Jacques Pfister : « Aubagne offre à MP2013 sa plus belle réussite en termes de mobilisation populaire ».

Espace des Libertés : un équipement majeur

Le boulodrome et le stade L’audace de ses lignes et de son béton brut vaut à L’Espace des Libertés et à Aubagne le Grand Prix départemental d’architecture 2013, obtenu face à 85 concurrents ! « Peu de communes de cette échelle ont du courage en matière architecturale » a déclaré l’architecte Matthieu Poitevin lors de la remise du prix, en saluant l’heureuse exception aubagnaise. Les Aubagnais et les associations de la commune découvrent ce nouvel équipement au gré des événements festifs et des mariages. Et ils vérifient les possibilités offertes par ses grands volumes et sa superbe salle de spectacle. L’Espace des Libertés ne ressemble pas à une salle polyvalente ordinaire, c’est évident, mais il va vite devenir l’un des lieux de rendez-vous majeur de la vie associative et citoyenne d’Aubagne.

Coup de jeune pour la médiathèque !

Un pôle artistique et culturel L’acquisition des établissements Luna permet aujourd’hui d’envisager le pôle artistique et culturel comme l’addition de plusieurs lieux de recherche et de création. Spectacle vivant, danse, musique, arts plastiques et visuels, toutes les disciplines artistiques pourront ainsi s’exprimer. Plus qu’un lieu, le pôle est un carrefour de rencontres des artistes qui propose d’ailleurs chaque année une création.

Un sacré coup de jeune et une salle adultes entièrement rénovée pour la médiathèque Marcel-Pagnol ! Un équipement digne de tout ce que développe Aubagne en faveur de la lecture.

10

Une superbe piste d’athlétisme tout de bleu revêtue et un boulodrome semi-couvert. En arrivant à Aubagne, le ton sportif est donné !


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page11

Jean-François Rouillé, dirigeant associatif

« Le sport à Aubagne, c’est le top ! »

LES RAISONS

DU CŒUR « Nous nous déplaçons partout en France, nous voyons les problèmes que les clubs rencontrent, nous pouvons comparer les installations, écouter les différents élus partout où nous passons. Alors moi je le dis, Aubagne c’est le top ! » Et si Jean-François Rouillé souligne son affirmation d’un large sourire, force est de constater que les plus hautes autorités de l’athlétisme national partagent son point de vue. Après le succès des championnats de France Espoirs et Nationaux de juillet 2013, la Fédération Française d’Athlétisme a ainsi choisi le stade de Lattre de Tassigny et sa superbe piste bleue pour accueillir, en juin 2014, les jeunes athlètes (moins de 23 ans) de 27 pays du pourtour méditerranéen, lors des premières Olympiades de la Méditerranée. Cheville ouvrière de ces grandes manifestations, Jean-François Rouillé ne cache pas son plaisir devant la notoriété acquise par sa ville dans le monde du sport. « C’est vrai, j’ai la fibre aubagnaise ! Lorsque, sur les stades de Reims, de Bordeaux ou de Paris, je vois des athlètes avec des tee-shirts + Aubagne Championnat de France 2012 + je suis heureux et fier… » Rien ne prédisposait pourtant ce biterrois d’origine, technicien de Sollac Fos devenu chef d’une entreprise d’automatisme et d’informatique industrielle dans la vallée de l’Huveaune, à se reconvertir dans la direction d’un club sportif et à s’investir, l’âge de la retraite venu, dans la vie associative aubagnaise.

Rien, sauf toute une jeunesse chez les scouts, de 9 ans à 21 ans, « où j’ai appris des choses simples comme la débrouillardise et le plaisir d’aider les autres ». Dès lors, Jean-François Rouillé, qui se définit volontiers comme un chrétien social, s’est très vite reconnu dans la gestion originale d’Aubagne - « ce côté participatif » découvert dès les premières rencontres avec la municipalité.

« J’aime ce côté participatif » « Moi, je venais de l’entreprise et je ne connaissais pas le fonctionnement d’une commune. J’ai participé aux réflexions sur le projet sportif de la ville et j’ai vraiment apprécié. On arrive à discuter avec tout le monde et le projet s’est réalisé. Comment ne pas dire bravo ? » Alors « on peut toujours trouver que les poubelles ne sont pas bien ramassées, râler contre les travaux du tramway, mais franchement, ça pèse peu face au dynamisme d’ensemble. Je suis fier de pouvoir dire à tous ceux qui se plaignent que grâce à des événements comme ces compétitions d’athlétisme (plus de 2000 personnes) , on remplit les hôtels, les cafés, et on fait tourner l’économie du centre-ville ».

11

Co-organisé par la Ville et le Conseil Local de la Vie Associative, Rentrez en fête ! réunit en centre-ville début septembre, depuis 2009, la Fête des associations et la Fête du Sport. Pour l’édition 2013, plus de 200 associations aubagnaises ont accueilli 6000 visiteurs.


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page12

La Morochita, un lieu de mémoire ouvert au public Route d’Eoures, le domaine de La Morochita est le site pressenti par la municipalité pour y installer un lieu de mémoire patrimonial, dont la vocation sera de sauvegarder et transmettre le patrimoine historique, architectural, écrit et oral d’Aubagne. Un atelier participatif s’est penché sur les contenus et les fonctions du futur équipement : espace muséographique, conservation et valorisation des archives, parc paysager, résidence d’artistes… Les Journées du patrimoine ont été l’occasion d’ouvrir le site au public et de lui présenter l’étude effectuée autour du projet. Une convention a déjà été signée avec le Conservatoire botanique méditerranéen de Porquerolles qui a effectué la prospection des espèces protégées et leur localisation sur la propriété.

La Font de Mai, porte du Garlaban

Ouvert au public au pied du massif du Garlaban, le domaine de la Font de Mai, vieux de trois siècles, avec sa ferme à l’ancienne, ses dépendances, ses cultures, ses ruches et ses sentiers, théâtre de nombreux ouvrages et décors des films de Marcel Pagnol, est devenu l’outil le plus naturel pour mettre en valeur les collines du Garlaban et sensibiliser les promeneurs à sa préservation : écomusée, point de départ des randonnées pédestres, sentier d’interprétation sur la géologie, la faune, la flore et l’agriculture traditionnelle, animations gratuites qui font la part belle à la nature et à l’écologie.

Santonniers et céramistes : un showroom en centre ville Aubagne Capitale du santon et de la céramique. L’édition 2013 d’Argilla, « le plus grand marché de la terre », le confirme avec ses 100 000 visiteurs. Mais la vie de la terre ne se limite pas à Argilla et à la Biennale de l’art santonnier : santonniers et céramistes ont leur marché tous les ans à Noël et en été. Ils auront très prochainement un showroom en centre-ville, représentatif de tout ce qui se fait sur le territoire.

Le nouveau Petit Monde de Pagnol En février dernier, les santons sont revenus sur les collines du Petit Monde, après la rénovation intérieure de l’ancien kiosque à musique qui figure toujours au Top 10 des lieux les plus fréquentés des Bouches-duRhône. Une rénovation confiée à l’Association des céramistes et santonniers et aux Ateliers Thérèse-Neveu.

La nouvelle vie des Pénitents noirs

Un musée du santon Les Ateliers Thérèse Neveu accueilleront, dès cette année, l’espace santonnier patrimonial. Parmi les œuvres des grandes anciennes, Thérèse Neveu et les sœurs Gastine, des animations pour les scolaires et les touristes pourront y être organisées. Un lieu vivant, aux antipodes d’un musée sentant la poussière. Rendez-vous à la fin de l’année.

La Bourse d’aide à la création Une fois par an, les dossiers des créateurs aubagnais se retrouvent devant un jury composé d’élus, de techniciens, de responsables culturels et d’artistes. Théâtre, musique, cinéma, arts visuels, danse. Toutes les disciplines peuvent bénéficier de la bourse d’aide à la création.

Enfin une cité de l’argile ! La chapelle des Pénitents Noirs est devenue le centre d’art d’Aubagne, salué en 2008 par les Rubans du patrimoine et mis à l’honneur cette année par l’exposition Picasso. D’autres rénovations ont également marqué, depuis 2008, la vie patrimoniale aubagnaise : La Morochita, la réfection de l’église SaintSauveur et de la chapelle de l’Observance, celle des Pénitents Gris, la restauration de la croix et de la table d’orientation au sommet du Garlaban. Un beau projet est en cours : la reprise de la façade de l’Hôtel de Bausset.

12

Trois ensembles distincts et complémentaires composeront la structure prévue au marché de gros à La Tourtelle. Une pépinière permettra aux jeunes céramistes tout juste sortis de l’école de céramique d’Aubagne de disposer pendant deux ans de conditions d’accompagnement à moindre coût, afin d’y apprendre leur autre métier. Un espace de 3000 m2 sera dédié à la création d’entreprises dans des activités connexes afin de créer des synergies. Des locaux relais seront aménagés pour accueillir des artistes en résidence. Le hall central conservé intact accueillera de l’événementiel, des activités avec les scolaires ou les associations du quartier.


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page13

Claude Valentin, passionné d’histoire locale

« La restauration prochaine de l’Hôtel de Bausset est une grande satisfaction »

LES RAISONS

DU CŒUR Ses ancêtres ont vécu à Aubagne la Révolution française, « des gens de la terre, qui ne furent jamais propriétaires de leur sol ». Son père est né dans la maison réservée au personnel, à l’entrée du domaine de La Morochita. « Ma grand-mère paternelle m’a confié un jour qu’elle y avait vécu les plus belles années de sa vie. » Claude Valentin, lui, a grandi rue Laget, « ma rue, celle de mon enfance et de mon adolescence. Mes grands-parents vivaient au 13, mes oncles et tantes au 9 ». D’où son affection pour Aubagne, dont les racines plongent profond dans l’histoire de la ville. Cet attachement est devenu le moteur d’un engagement patrimonial et la source de ses ouvrages. Il a recueilli moult témoignages pour écrire Mille ans d’Aubagne en 2005, puis Gens d’ici et Femmes aubagnaises. Aussi Claude Valentin s’est-il investi avec passion dans la configuration d’un lieu de mémoire patrimoniale. « Dès que l’atelier des Grands rendez-vous a ouvert ses portes, en octobre 2008, j’ai tout de suite voulu y participer. Mon intérêt a été conforté. J’ai intégré le comité de pilotage. Notre rôle était d’orienter les recherches du cabinet Harmattan et d’examiner, de

manière constructive, le fruit de leurs travaux. Ce travail collectif a été extrêmement porteur. Porteur d’avenir, de perspectives nouvelles sur la mise en valeur de notre patrimoine. Car notre ville est fière de la richesse de son passé. Sa population a un réel besoin aujourd’hui d’un lieu qui concentre le plus de références possibles à la mémoire de ses richesses culturelles et humaines.»

« Ce travail collectif a été extrêmement porteur » Un autre projet lui tient particulièrement à cœur : la réhabilitation de la façade aux décors en gypserie de l’Hôtel de Bausset, « l’hôtel du complot » où se décida au XVIe siècle le sort de Marseille. « C’est une grande satisfaction, un grand réconfort, de savoir que les travaux de restauration vont démarrer au début de l’année prochaine. » Cette dynamique patrimoniale, Claude Valentin souhaite qu’elle s’amplifie, « qu’on aille plus loin ». Vers l’inventaire des lieux qui méritent d’être protégés,

13

comme les belles portes de la rue de Guin, les vestiges des remparts d’Aubagne devant lesquels s’est construite ce qu’on appelait « la ville basse », le clocher triangulaire de l'Observance … Une sorte de veille patrimoniale qui pourrait bien être l’une des missions du futur lieu de mémoire installé à La Morochita.


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page14

Deux équipes de nettoiement supplémentaires

Le Forum propreté a non seulement produit 10 mesures concrètes pour améliorer la propreté en centre-ville mais a aussi donné naissance à un collectif de veille chargé d’assurer le suivi des décisions. Pendant plusieurs mois, dix ateliers thématiques se sont penchés sur les problèmes des déjections canines, fientes de pigeons, dépôts sauvages des déchets encombrants, etc. Deux équipes de nettoiement supplémentaires sont depuis le forum venues en renfort de l’équipe de nettoiement du centre ancien, une vingtaine de corbeilles ont été installées, 10 sanisettes seront remplacées et accessibles au personnes à mobilité réduite, des conteneurs enterrés sont installés sur des sites choisis au sein des conseils de quartier.

L’embellissement des cours L’atelier Tramway qui a réfléchi depuis 2008 sur les options à privilégier en allant visiter plusieurs villes

Une police municipale renforcée Quatre nouveaux recrutements ont porté à 35 , cette année, les effectifs de la police municipale. La municipalité a également proposé à l’Etat, en charge de la sécurité des biens et des personnes, d’affecter le foncier nécessaire à la construction d’un commissariat digne d’une ville de 47000 habitants. Ces efforts sont complémentaires de la vigilance citoyenne développée dans les Ateliers de veille civique comme au sein de la commission opérationnelle locale de sécurité où les habitants et les commerçants d’Aubagne sont représentés.

Une nouvelle maison de quartier en centre-ville Stationnement et circulation : 3 M€ pour 125 décisions et en recevant les avis des techniciens poursuit ses travaux. Ses membres s’attèlent à la réflexion sur la requalification et l’embellissement des cours et notamment le cours Foch.

Le chemin de Ruissatel Lorsqu’on se rend rue Jeanne d’Arc à la maison de quartier centre-ville, née d’un atelier participatif, on a l’impression qu’elle a toujours existé. Les soirées festives, les rendez-vous cuisine, les ateliers rap, le loto des anciens ou les Hors les murs des Pénitents s’y sont multipliés pour les habitants du centre ancien, toutes générations confondues.

Le chemin de Ruissatel a été entièrement reconstitué, après plusieurs effondrements qui avaient nécessité la fermeture de la voie.

14

Stationnement, vitesse, piétons, voirie, transports publics. Pas moins de 125 décisions concrètes sont sorties du Forum Circulation tenu tout au long de l’année 2012 dans les quartiers de la ville. Choisir, prioriser, budgétiser pour un coût de 3 millions d’euros ont été les trois actions du temps des décisions pour organiser une ville partagée entre les transports publics, les véhicules et la marche à pied. Un travail mené entre citoyens, élus et techniciens avec comme décision première d’agir contre la vitesse excessive.


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page15

Jean-Claude Gagnon, retraité de la marine nationale

« La police dans la rue vaut mieux que des caméras de surveillance »

LES RAISONS

DU CŒUR Jean-Claude Gagnon est retraité de la marine nationale. Mais, comme il dit, « je n’ai pas les mains sur la couture du pantalon ». Autrement dit : quand il n’est pas d’accord, il le fait savoir. « Je suis centriste, affirme-t-il, plus humaniste que libertaire ou libéral ». Entré en politique avec l’UDF, il y a une vingtaine d’années, il soutient aujourd’hui l’équipe municipale emmenée par Daniel Fontaine. « Il a opéré un changement, constatet-il, une ouverture politique aux personnes de bonne volonté. Aujourd’hui cette équipe est multicolore, amicale, à l’écoute de la population, collabore pour se mettre à son service et faire progresser Aubagne. C’est une ville active, il y a toujours des idées nouvelles, quelque chose à l’ordre du jour. Nous sommes sur une terre d’innovation, dans un laboratoire humain. Nous sommes des précurseurs. Cette activité me plaît. Bien sûr, tout coûte de l’argent. Et on pourrait ne pas avoir de dette, mais alors la ville mourrait » . Jean-Claude Gagnon a observé les progrès de la municipalité en matière de logement, de social, de transport, de propreté, de sécurité... Il remarque, par exemple, que « la police nationale est en manque d’effectifs depuis plusieurs années et que la police municipale est bien équipée », mais il souhaiterait cette dernière « un peu plus mobile et plus disponible ». Selon lui, « la présence humaine vaut mieux que celle, électronique, des

caméras de surveillance, qui ne peuvent être qu’un complément ». Pour lui, le mieux serait que l’on revoie, « dans la rue, la police de proximité, qui joue notamment un rôle préventif en organisant, par exemple, des activités sportives avec les jeunes ». Au sujet de la propreté, il juge inadmissible les incivilités des Aubagnais et note que « le centre-ville est nettoyé correctement », tout en demandant

« Il y a des incivilités inadmissibles » « plus de rigueur à longueur d’année et partout dans la commune ». En matière de déplacement et de stationnement, RAS pour l’ancien militaire, si ce n’est qu’il relève « des places parking en nombre et moins chères qu’à Marseille auxquelles on peut accéder facilement à pied ou en transports en commun, d’autant plus qu’ils sont gratuits ». Jean-Claude Gagnon avoue attendre avec impatience le tram et son raccordement au tram-train de la voie de Valdonne : « Aujourd’hui, on subit les travaux, mais après, dans une ville embellie, on devrait mieux circuler et les activités commerciales reprendre de plus belle ».

15

Avec quatre nouveaux recrutements en 2013, les effectifs de la police municipale ont été portés à 35.


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page16

Une croissance maitrisée Aubagne maitrise sa croissance (moins de 50000 habitants) et veille à la qualité environnementale de ses espaces. 2013 a été une année clé pour le développement durable de la ville et du territoire communautaire : adoption de l’Agenda 21-Plan Climat, finalisation du Schéma de cohérence territoriale. Le tout au service d’une démarche offensive et novatrice en matière de déplacement, d’efficacité économique, d’énergies nouvelles, d’agriculture, de traitement des déchets…

Bio et circuit court dans la restauration municipale Signée en 2011, la nouvelle Charte agricole confirme

L’Huveaune retrouvée l’engagement d’Aubagne dans la préservation de l’agriculture périurbaine. Dans son sillage, l’introduction de produits bio ou issus des circuits courts dans la restauration municipale, l’évolution de la marque des Jardins du Pays d’Aubagne, un projet à la pointe de la solidarité citoyenne aux Jonquiers avec l’achat d’une ferme et de ses terres adjacentes.

Des moutons dans nos collines

Aux Défensions et avenue Antide-Boyer, les aménagements paysagers ont mis en valeur l’attrait du fleuve et de ses berges. Sur l’Ilot des Berges, le nouvel espace vert de proximité a métamorphosé 6 000 m2 laissés libres lors de la construction du quartier. De la même façon, la reconfiguration de l’entrée ouest d’Aubagne a pris le parti du fleuve, dégageant les abords à proximité de l’Espace des Libertés, sur le belvédère du boulodrome, ou encore le long du cheminement piétonnier qui descend vers le complexe sportif Mésonès. Mais l’Huveaune est aussi un fleuve dont il faut prendre soin, préserver le cours, la faune et la flore. C’est l’objectif du contrat de rivière pour lequel Aubagne se mobilise au sein du Syndicat intercommunal de l’Huveaune.

Le Garlaban sanctuarisé

La transhumance inverse est à l’image de l’attachement d’Aubagne à son célèbre et magnifique massif, situé en zone Natura 2000. Depuis 2010, près de 500 brebis investissent de janvier à mai le Garlaban. En complément des éclaircies forestières, le pâturage contribue à la protection contre les incendies, tout en favorisant la multiplication du petit gibier, des insectes et des oiseaux. Quant aux promeneurs, ils disposent de sentiers de randonnées, entretenus et remis à jour. Au sommet, la blanche croix et sa table d’orientation ont été rénovées.

entreprises du territoire s’engagent dans l’écologie industrielle.

16


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page17

Sébastien Pioli et Marie Moyat, agriculteurs

« Dans notre région, Aubagne est l’exception qui confirme la règle »

LES RAISONS

DU CŒUR « Lorsque l’on est un jeune agriculteur et que l’on souhaite s’installer en zone périurbaine, c’est le parcours du combattant ! Il n’est pas du tout évident de trouver des terres agricoles », expliquent en cœur Marie et Sébastien. Pour ce jeune couple, la décision de vivre et de travailler à Aubagne n’est pas le fruit du hasard. « Pour avoir prospecté à Marseille et dans sa périphérie immédiate, je peux dire qu’Aubagne c’est l’exception qui confirme la règle », analyse Sébastien Pioli, qui ne s’est pas lancé sans réfléchir dans cette activité, puisqu’il est ingénieur agronome. Originaire de la cité phocéenne, le jeune Sébastien a marché très tôt dans les sillons tracé par son grand-père, exploitant agricole à La Valentine, avec qui, minot, il passait toutes ses vacances. « Impossible d’agrandir mon exploitation à Marseille, où je ne dispose que d’un hectare », déplore-t-il. « Mais je suis un enfant du pays et bien sûr je connaissais Aubagne. Je me suis informé et j’ai vu que la municipalité avait une véritable volonté de développer l’agriculture périurbaine ». Contact est alors pris avec les services municipaux et une opportunité se fait jour. « On me propose alors un terrain de 2 hectares à la Fenestrelle appartenant à la commune. C’était exactement ce que je recherchais ». Aujourd’hui, Sébastien, qui a toujours souhaité

s’installer à son compte, peut déjà tirer les premiers enseignements de son activité. « Je savais très précisément ce que je voulais faire : du circuit court, de la vente directe de légumes et quelques fruits. Ce qui permet de maitriser l’ensemble de la chaîne et à l’arrivée, tout le monde s’y retrouve : le consommateur qui a accès à des produits de qualité et le paysan qui peut gagner sa vie correctement. »

« Impossible d’agrandir mon exploitation à Marseille… » Et à raison d’une soixantaine de paniers par semaine, l’équilibre économique de l’exploitation semble satisfaisant aux yeux de Sébastien. Sa compagne, Marie, originaire de la région toulousaine ne regrette pas le choix d’Aubagne, bien au contraire. « Enfant, je passais mes vacances à Carnoux et je connaissais donc Aubagne. Nous y vivons depuis deux ans et on peut dire que c’est une ville vivante, à taille humaine, avec une vraie qualité de vie et le souci du bien-être des habitants ». Marie, qui finalise son projet d’installation sur un

17

terrain de 4000 m2 appartenant à la commune, rêverait d’un développement encore plus audacieux des terres agricoles. « Si un jour on pouvait fournir les cantines des écoles en légumes et fruits du Pays d’Aubagne, ce serait fantastique ! »


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page18

L’épicerie sociale : une solidarité innovante

Quarante à cinquante bénéficiaires par trimestre, un encadrement assuré par les travailleurs sociaux et les bénévoles d’ateliers divers : l’«Atelier de mai» a pris sa place, depuis octobre 2010, parmi les outils municipaux au service de la solidarité. Cette épicerie sociale, née d’un atelier participatif où une trentaine d’Aubagnais ont activement collaboré dès 2008, est gérée par le centre communal d’action sociale et approvisionnée en grande partie par la banque alimentaire, mais aussi par des grandes surfaces et des producteurs locaux. Les bénéficiaires (allocataires de minima sociaux, mais aussi travailleurs pauvres, jeunes, retraités) y font leurs courses comme dans n’importe quel autre commerce, sauf qu’ils payent un produit 10 à 20% de sa valeur marchande.

Un autre regard sur le handicap

Une maison pour les femmes victimes de violences Situé dans un parc arboré, l’Habitat d’Urgence Femmes d’Aubagne peut accueillir quatre femmes avec leurs enfants. Elles bénéficieront du soutien humain et des compétences nécessaires à la reconstruction de leur parcours de vie. Aux côtés de cet habitat d’urgence, un réseau Violences Femmes a été créé en vue de favoriser le maillage des différents acteurs du territoire pour la prise en charge des femmes victimes de violence.

Dans la lutte contre les discriminations, Aubagne sait également se montrer innovante. A l’image du défilé de mode Handifashion qui invite à un autre regard sur le handicap.

Seniors : un réseau contre l’isolement Aubagne met en place un réseau d’aide aux personnes âgées isolées. Piloté par le pôle seniors avec l’implication du Centre Local d’Information et de Coordination Gérontologique, ce réseau réunira médecins, organismes de prévoyance, sécurité sociale, entreprises d’aide à domicile, associations, notamment caritatives, personnel du CCAS, structures municipales…Objectif : croiser les informations pour repérer les personnes en souffrance. Notamment en constituant un vivier de bénévoles formés par les associations pour effectuer des visites chez les personnes âgées.

Alzheimer : le Cantou partagé Vallon des Gavots Le Cantou partagé a son terrain, ou plutôt ses terrains, puisque ce projet pilote de la municipalité dans le soutien aux personnes atteintes par des troubles importants de la mémoire (Alzheimer notamment) et à leurs familles, sera réalisé au Vallon des Gavots. Ce cantou (coin du feu en provençal) devrait comprendre 120 à 150 logements, dont la moitié locatifs sociaux, un centre d’accueil de jour et un appartement protégé (Alzheimer), une salle polyvalente, des commerces sous réserve d’une étude de marché préalable, un lieu d’animation qui permette la mixité générationnelle et une résidence service pour les seniors non dépendants.

Le Pôle solidarité Début 2014, Les Restos du cœur, Le Secours Populaire et La Maison du Partage s’installeront dans les locaux neufs réalisés au rez-de-chaussée de l’ancien centre de secours des sapeurs-pompiers, au croisement de l’avenue Marcel-Pagnol et de l’avenue du Garlaban. Un emménagement synonyme de confort supplémentaire pour les bénévoles et d’accueil amélioré pour les personnes en difficulté.

18

Un service public de dépannage à domicile Briser l’isolement. C’est dans cet esprit également que depuis décembre dernier, un service municipal de petits travaux de dépannage intervient au domicile des personnes seules.


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page19

Odette Vitiello, du collectif Femmes en marche

« Aubagne m’a permis de me libérer »

LES RAISONS

DU CŒUR Odette Vitiello a le regard qui pétille dès qu’elle évoque « son Aubagne ». Un coup de cœur qu’elle revendique avec passion parce qu’il est intimement lié à une histoire d’amitié et de solidarité. « Aubagne m’a permis de me libérer : j’y ai rencontré des femmes formidables qui m’ont aidée et ne m’ont jamais lâchée, encore aujourd’hui, je sais qu’elles sont là. » Sa rencontre avec le collectif « Femmes en marche » qui réunit des citoyennes d’horizons divers, a en effet été décisive. « Je me dis souvent que sans ce collectif, sans ces rencontres, je ne m’en serais pas sortie ». Le parcours d’Odette, c’est une histoire personnelle, avec ses souffrances intimes, qui a cheminé, petit à petit, vers une liberté retrouvée grâce à la force du collectif puis, tout naturellement, vers un engagement citoyen. « J’ai décidé de m’impliquer dans le collectif,en particulier en faisant du théâtre forum». Aujourd’hui, Odette participe à la vie d’Aubagne, « parce que je n’y trouve

que des avantages avec la quasi-totalité des services gratuits. J’apprécie de plus en plus Aubagne : ici, nous avons tout ce qu’il faut ; c’est un peu la ville à la campagne et ce qui s’y fait est formidable sur le plan sportif, festif. Bref, il fait bon vivre à Aubagne ! » Aussi, elle ne cache pas sa « colère » lorsqu’elle entend des critiques qu’elle estime « injustes ». « D’accord, tous les problèmes ne sont pas réglés, mais il y a vraiment la volonté de les traiter et de faire le maximum pour les Aubagnais ».

« Je pouvais compter sur le collectif » Pour Odette, « il y a encore du travail à faire pour aider les femmes. Il faut se battre sans cesse car si les femmes sont moins soumises, il y a beaucoup de choses à faire. On doit faire connaître les actions qui

19

existent. Moi, je suis certaine que si je n’avais pas vécu à Aubagne, je n’y serais pas arrivée. Je pouvais compter sur le collectif 24h sur 24. Dans quelle autre ville on trouve cette présence et cette solidarité aujourd’hui ? ».


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page20

Des logements pour les Aubagnais

Sur Aubagne petits et grands chantiers se sont multipliés pour y parvenir. Terre de Garance (Rousselot), Le Pistachier, Les Bastides, Le République, Les Bérangers, demain Les Gargues avec ses 800 logements programmés… Autant de noms bientôt synonymes de foyers pour des familles d’Aubagnais. Sur 148 logements attribués en 2013, 124 (près de 84%) l’ont été à des familles aubagnaises.

Près de 84% des logements sociaux livrés en 2013 ont bénéficié à des familles aubagnaises.

Rousselot : 450 logements en construction

L’écoquartier des Gargues, et ses 800 logements C’est parti ! Le conseil communautaire de L’Agglo va désigner dès octobre l’aménageur de la ZAC des Gargues. Situé sur une aire de 42 ha, entre le centreville d’Aubagne, la zone de la Martelle-Pastré et la zone d’activités des Paluds, le projet vise à transformer des terrains essentiellement constitués d'anciennes friches agricoles en un écoquartier, desservi par le futur tramway. Sont prévus 800 logements (dont 70% de logements sociaux), un pôle commercial d'environ 80 000 mètres carrés, un parc d'activités tertiaires d'environ 25 000 mètres carrés, des équipements de loisirs dont un cinéma multiplex, un parc urbain public, des équipements publics socio-éducatifs (crèche, école, maison de quartier), un pôle d'échange avec parc relais et du stationnement.

Une IRM obtenue de haute lutte ! L’action du comité Agir pour l’hôpital pour le développement du centre hospitalier Edmond-Garcin n’a pas faibli depuis 2008 : mobilisations publiques, organisation d’une chaîne humaine autour de l’établissement, d’une rencontre spécifique sur l’avenir de ce dernier, accueil de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, recueil de 12 000 signatures d’une pétition demandant l’obtention d’un appareil d’IRM… En 2012, le centre hospitalier Edmond-Garcin modernisait ses unités de réanimation et de surveillance continue et l'Agence régionale de santé (ARS) lui accordait l'autorisation d’installer une IRM. Opérationnelle en 2014, elle devrait permettre 8 000 à 10 000 examens par an.

L’eau bien public des Aubagnais L’idée est venue lors des Grands rendez-vous d’octobre 2010, baptisés « Vive les services publics en Pays d’Aubagne et de l’Etoile ». Une Société publique locale, L’Eau des collines, assurera les services d’eau potable et d’assainissement à Aubagne, en lieu et place de la Société des Eaux de Marseille. Objectif : réduire les factures, en maîtrisant les coûts de production et de distribution et en préservant ainsi la gestion de l’eau des lois des marchés financiers. Une nouvelle avancée dans le développement durable.

La résidence Terre de Garance et ses 450 logements (360 locatifs sociaux et 90 en accession à la propriété) occuperont bientôt l’ancienne friche Rousselot à La Tourtelle. La construction démarre cet automne. Plus de 3000 m2 accueilleront commerces et services de proximité.

On réhabilite, du Charrel au centre ancien

Un Observatoire local des services publics

Construire c’est bien, mais réhabiliter l’ancien participe aussi de la résolution de la crise du logement ! Une opération programmée d’amélioration de l’Habitatrenouvellement urbain est engagée dans le centre ancien. Dans les quartiers, le Verger des Passons, le Savoie, les Arpèges et le Charrel ont également bénéficié ou sont en cours de réhabilitation par les bailleurs.

Cet observatoire permettra un diagnostic de l’état des services publics sur le territoire de l’agglomération et l’élaboration de propositions novatrices pour des services publics répondant aux besoins d’une société plus égalitaire, plus solidaire et respectueuse du cadre de vie.

20


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page21

Christian Lecas, manipulateur en électrocardiologie au centre hospitalier Edmond-Garcin

« Je n’oublierai jamais la chaîne humaine autour de l’hôpital … »

LES RAISONS

DU CŒUR Depuis la fenêtre du bloc opératoire, entre deux interventions, il aime regarder la vieille ville se découper dans le ciel de Provence. Chistian Lecas est manipulateur en électroradiologie médicale et syndicaliste au centre hospitalier Edmond-Garcin. « La ville est magnifique par tous les temps », observe-t-il, en montrant les photos prises sur son smartphone. Aubagne, on dirait un gros village ». J’aime traîner entre les étals du marché, réclamer un peu de bada, si je vois que la personne est prompte à discuter… Plus pour le folklore que pour le bada lui-même ! Le centreville est vivant avec de nombreux commerces et en même temps paisible. J’y vois de grands cours lumineux et spacieux. Il y a de nombreuses manifestations culturelles, du théâtre, des concerts, une belle fête de la musique et un feu d’artifice qui n’a pas à rougir de la comparaison avec celui, par exemple, d’Aix-en-Provence, ville d’où je suis originaire ». Christian Lecas languit le tram-train de la voie de Valdonne dont il sera l’un des futurs passagers, pour aller de Châteauneuf-le-Rouge où il habite jusqu’à La Bouilladisse. « Ce sera très pratique, à condition de prévoir des parkings relais. Mais j’ai confiance, car je trouve qu’ici, il existe un dynamisme local, avec des

gens qui essaient de faire du mieux possible ». Mais pour cet « homme en blanc », Aubagne c’est d’abord son hôpital. Avant d’y arriver, il est resté 9 ans au CHU de La Timone. « A Marseille, on ne faisait que se croiser comme dans une grande ville où chacun vit séparément dans son quartier, chez soi… A Aubagne, au bout d’un mois je connaissais tout le monde. Les relations humaines sont vite devenues chaleureuses.

« Tout le monde doit pouvoir accéder aux soins » Depuis son inauguration en 1971, l’hôpital n’a cessé de grandir jusqu'à qu’il soit menacé par un plan de rigueur. En 2008, en tant qu’agent et syndicaliste, j’ai apprécié le soutien du comité de défense de l’hôpital qui nous a donné des moyens de lutte nettement supérieurs. Je n’oublierai jamais la chaîne humaine autour de notre établissement ! Compte tenu des moyens dont il dispose et par rapport à ses missions, l’hôpital d’Aubagne, grâce à la mobilisation de son personnel, remplit des prestations de très bonne qualité ».

21

Aujourd’hui, le centre hospitalier Edmond-Garcin a obtenu une nouvelle réanimation, le regroupement des deux maternités aubagnaises sur le site de l’hôpital et l’installation de l’IRM en 2014, avec le changement du scanner… « Mais, il reste toujours 17 millions de déficit. Malheureusement, le comité de défense de l’hôpital a encore du travail devant lui. Je constate que le service public en général est mal en point, matraqué de tous côtés depuis plusieurs années, afin d’être remplacé par des entreprises privées. Pour moi, le service public est pourtant ce qu’il y a de mieux dans les domaines où il a été mis en place depuis longtemps, surtout celui de la santé où tout le monde doit pouvoir accéder aux soins. Défendons-le ! »


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page22

2008 2014

LA SINCÉRITÉ D’

COMMERCE ET ARTISANAT

TRANSPORTS

SPORT

Soutien aux commerçants et à leurs associations/Installation d’un marché d’artisans plusieurs fois par an/Analyse foncière des locaux occupés/vacants/Renforcement des partenariats entre commerçants sédentaires et non sédentaires/Développement des marchés provençaux/ Indemnisation du préjudice subi par les professionnels riverains du tram (plafonnée à 90%, soit 30% de plus qu’à Marseille) et mise en place du Fisac (1,6 Me) pour optimiser l’attractivité des services, du commerce et de l’artisanat/

Réalisation d’un parking au pôle d'échange/Engagement d’un Plan de Déplacement Interentreprises aux Paluds/Encouragement au covoiturage/Mise en place d’un prêt de vélo/Action auprès d’Escota pour obtenir la gratuité de l’autoroute vers Aix et La Ciotat/

Réalisation d’un dojo, d’un boulodrome couvert, d’un terrain synthétique au Charrel, d’une piste d’athlétisme au stade de Lattre, d’un parcours sportif et de découverte faune et flore au parc de la Coueste, d’une base de loisirs aux Espillières et à la Coueste (VTT, randonnée, escalade ) aménagement du terrain extérieur à la piscine AlainBernard/Rénovation des gymnases/Adaptation des installations pour les sportifs handicapés/Création d’une école municipale des sports/

ENTREPRISES

Veille foncière pour accueillir de nouvelles entreprises/Intervention sur les baux de location en ZI pour freiner la dérive commerciale/Soutien à l’adaptation des entreprises aux mutations économiques et réorganisation de l’aide à la création des TPE/Soutien aux associations d’industriels et artisans et aide à la création d’une association des industriels sur la ZI de St Mitre/ EMPLOI ET FORMATION

Mise en place d’actions pour favoriser l’emploi : développement des clauses d’insertion, recrutement d’emplois d’avenir, création d’une cellule grands chantiers/Mise en place d’une formation dans le domaine du tourisme/Création d’une bourse à l’emploi et d’un salon de la formation. Première édition à Auriol en 2013/

TOURISME

Augmentation de l’offre d’hébergement local (hôtelleries, gîtes eté cogîtes)/Ouverture d’un camping route d’Eoures/Promotion du territoire pour capter la clientèle des croisiéristes et des touristes étrangers/ Mise en place de randonnées équestres, visites nocturnes de la ville.../Mise en place d’un petit train découverte en été/ Organisation de “nocturnes” en centre ville autour de Pagnol et du bien vivre en Provence/Valorisation des randonnées théâtrales/ URBANISME

Maintien de 60% du territoire inconstructible/Confortement des hameaux et des liaisons avec le centre-ville/Maîtrise du foncier pour éviter les dérives spéculatives/ Refus de l’étalement pavillonnaire/Elaboration collective du Schéma de Cohérence Territorial (SCOT)/ Ouverture d’ateliers urbains dans les quartiers, en 2012, lors de la 2e Journée du projet de ville/ Travaux d'adduction d'eau au quartier Saint Pierre/ JEUNESSE

Ouverture d’un lieu ressources pour les projets des jeunes majeurs/

LOGEMENT

Publication mensuelle du nombre de logements attribués par contingent et pourcentage d’Aubagnais concernés)/Appel à tous les propriétaires pour favoriser la colocation/Réalisation d’au moins 30% de logements sociaux, en locatif et en accession à la propriété, dans les futurs programmes immobiliers de plus de 20 logements et dans les opérations publiques d’aménagement/Priorité à un premier logement pour les jeunes dans ces nouveaux programmes/Maîtrise des loyers et des charges dans toutes les constructions à caractère social, grâce à une implication financière de la communauté d’agglomération/ Mutualisation des interventions des acteurs du logement et de l’accompagnement social au sein du service logement et de l’Espace Habitat/Encouragement aux énergies renouvelables dans les

22

constructions et réhabilitations du parc locatif social/ VIE ASSOCIATIVE

Création d’un observatoire de la vie associative/ Participation au réseau national des maisons des associations/Mise en place de formations pour les responsables associatifs/Développem ent du centre de ressources de la Maison de la vie associative/Mise en ligne du Guide des associations et création d’une banque de données sur le mouvement associatif local/Partenariats nouveaux entre la Ville et les associations dans le cadre des contrats urbains de cohésion sociale (CUCS)/Mise à disposition de locaux communs résidentiels/Incitatio n à la coopération des associations/ EGALITÉ HOMME FEMME

Ouverture du groupe Femmes en marche à des représentants d’institutions, d’associations /Inscription de la lutte contre les violences faites aux femmes dans les politiques contractuelles (CLS, Contrats de ville )/ SANTÉ

Maintien à domicile des personnes âgées, préservation de leur autonomie, prise en compte de la dépendance/Dépistage annuel des élèves de maternelle pour les troubles auditifs, visuels, buccodentaires et initiatives favorisant une meilleure hygiène alimentaire/Soutien du “centre provençal de médecine du sport”/ Prévention des addictions avec le “centre de soins

d’accompagnement et de prévention en addictologie”/Organisa tion du forum santé annuel par l’atelier santé ville/Prise en charge des personnes en difficulté, en souffrance psychologique par une équipe mobile de psychiatrie/Renforcement de l’éducation alimentaire pour les enfants et les jeunes/Prévention et prise en charge des troubles de l’apprentissage/Inscri ption du pôle “mèreenfant” dans le projet de l’Hôpital d’Aubagne/ CULTURE DE PAIX ET DIALOGUE INTERCULTUEL Développement du travail des éducateurs et enseignants pour la Culture de Paix dans les écoles, les centres aérés, les Maisons de Quartiers, l’interclasse/Promotion de la Culture de Paix (organisation de moments de fête et de rassemblement, soutien de projets concernant le travail de mémoire, développement des partenariats internationaux, participation aux campagnes pour l’abolition de l’arme nucléaire...)/ NOUVELLE CHARTE AGRICOLE

Recensement et remise en culture des friches agricoles/Développement des projets de coopération décentralisée/Développement de l’agritourisme/Nouvell e signalétique pour les Jardins du Pays d’Aubagne, le “carré producteurs” sur le marché/Développement des partenariats agriculteurs-écoles/ Soutien à l’association des arrosants de la plaine agricole/


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page23

D’UN ENGAGEMENT CIRCULATION ET STATIONNEMENT Développement de zones à 30 km\heure/ Aménagement de parc relais pour le stationnement en lien avec le tram/Piétonisation plus large du centreville/Poursuite des opérations “Marchons vers l’école”/Mise en place d’un plan de prévention “risques routiers”/Poursuite des actions de sécurité routière/Mise en place d’une signalétique des équipements publics et privés/Réaménagement du chemin de Ruissatel/Travaux de voirie: chemin de la Vallée, chemin de Longuelance, chemin du Ruissatel, élargissement de l’avenue des Sœurs Gastine/ ENVIRONNEMENT

Mise en place du dispositif “Arbre dans la ville”/Développement des modes d’assainissement plus écologiques (filtration par roseaux)/ Développement du Plan Propreté Proximité/ Poursuite de l’intégration des conteners de tri sélectif dans les nouvelles constructions collectives/Promotion des éco-composteurs/ Création de Jardins partagés à La Tourtelle/ DÉVELOPPEMENT DURABLE

Mise en place d’un Plan Local Energie Environnement dans les domaines de l’énergie, des déplacements et des déchets/Etude pour la création d’un observatoire du développement durable (qualité de l’air, émissions de CO2 )/ Etude pour la création d’une recyclerieressourceries/Recherche de nouvelles filières de valorisation/Mise en place d’une politique d’achats publics

intégrant des critères développement durable/Multiplication des points d’apport volontaire et amélioration de la déchèterie de SaintMitre/Optimisation des tournées de collecte, renouvellement du parc de conteners/Mise en place d’un Plan Climat/

ment de l’entraide scolaire pour les collégiens/Développement de classes de découvertes/Prise en compte des enfants allergiques/Education des élèves aux enjeux écologiques/Construction d’une nouvelle classe à l’école de La Pérussonne/

SERVICES PUBLICS

SÉNIORS

Développement du service public communal par le maintien du niveau de compétence et de professionnalisme des agents (formation, recrutement) /Modification des horaires de plusieurs services municipaux pour les rendre plus accessibles/

Développement des activités culturelles et de loisirs/Création d’un “Chéquier Activités Seniors”/Edition d’un “Guide seniors”/ Renforcement du portage de livres à domicile/Diagnostic pour l’adaptation des logements aux personnes âgées dans le parc immobilier ancien/Ouverture du Pôle Aubagne seniors qui accueille un groupement de coopération médicosocial consacré aux malades Alzheimer/

ENFANCE, PETITE ENFANCE,FAMILLE

Consultation publique pour l’organisation des temps scolaires, et périscolaires/Aménagement en 2014 du centre aéré des Espillières/Création de 2 CLEA supplémentaires/Aménagement d’aires de jeux/Ouverture du domaine de SaintVincent-les-Forts en hiver/Promotion de la convention internationale des droits de l’enfant/Extension du cimetière de Fenestrelles/Reconstruction de la maison de quartier Palissy/Réalisation d’une nouvelle cuisine centrale/Extension du multi-accueil de La Tourtelle/Recrutement d’agents qualifiés pour l’accueil de la petite enfance/ EDUCATION

Développement des actions “Ville éducatrice”/Ouverture du nouveau collège NathalieSarraute/Intégration des enfants porteurs de handicaps dans les structures éducatives/Développe-

PRÉVENTION ET SÉCURITÉ

Développement du Conseil Intercommunal de Prévention de la Délinquance et pérennisation du Contrat Intercommunal de Sécurité/Exigence d’un renforcement des effectifs de la Police Nationale/Renforcement de l’équipe d’éducateurs spécialisés/Organisation d’une semaine de lutte contre les discriminations en partenariat avec plusieurs associations /Consolidation de l’Observatoire des Ruptures Scolaires et pérennisation d’un réseau prévention/ Prévention des violences dans le milieu sportif/ Valorisation de la Maison de la Justice et du Droit/ VIE CULTURELLE

Développement de la lecture/Création sur le marché d’un lieu

23

d’échange de livres/ Développement du cinéma : reconnaissance du FIFA, programmation de films de Pagnol lors des soirées d’été, multiplication des tournages à Aubagne, ouverture d’un multiplex aux Gargues/Réalisation de travaux à “La Distillerie” en 20132014/Prise en compte des cultures urbaines/ Diversification des lieux d’accueil de l’Université du Temps Libre et amélioration de l’accès à tous par des tarifs indexés sur les revenus/Rénovation de la chapelle des Pénitents gris. ACTION SOCIALE ET SOLIDARITÉ Prévention des expulsions de logement/Création d’une équipe au CCAS pour accompagner les bénéficiaire du RSA/ Création d’une “Maison Relais” pour les plus démunis/ Constitution d’une équipe pour intervenir auprès des Sans Domicile Fixe/Renforcement de l’alphabétisation et de la lutte contre l’illettrisme/Aide aux personnes touchées par les discriminations à l’emploi/ DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE

Mise en place de pratiques participatives dans de nombreuses réunions de travail/ Installation de lieux de démocratie participative dans tous les quartiers de la ville/Développement de la participation citoyenne des enfants et des jeunes/ Mise en réseau avec les autres villes engagées dans la démarche participative/ Elaboration concertée de temps forts citoyens et festifs avec les élus, les habitants, les services, les syndicats, les associations/

TECHNOLOGIES DE COMMUNICATION

Mise en service du nouveau site internet de la Ville d’Aubagne et modernisation du parc informatique pour la réalisation en ligne des démarches administratives/Equipement numérique des écoles et création d’Espaces Publics Numériques dans les quartiers, accompagnement aux usages de l’internet et promotion des logiciels libres/ ACCESSIBILITÉ Mise en place depuis 2010 d’un Plan d’accessibilité voirie et espace public (PAVE) comportant quatorze itinéraires destinés aux personnes à mobilité réduite/ Amélioration de l’accessibilité sur plusieurs lignes de bus (points d’arrêt et véhicules) depuis 2008/Obligation d’adaptabilité des nouveaux appartements à tous les handicaps/ Poursuite des aménagements de voiries pour les personnes à mobilité réduite/Accès facilité aux équipements culturels et à la formation artistique des personnes handicapées/

VOUS POUVEZ CONTRIBUER À LA CAMPAGNE, EN ADRESSANT VOS DONS, PAR CHÈQUE AU MANDATAIRE FINANCIER : LILIANE BOUDIA, CERCLE DE L’HARMONIE 12, COURS BEAUMOND 13400 AUBAGNE


Projet ok_Mise en page 1 20/09/13 10:33 Page24

R U O AM ’ L E R N U PO BAG

U A ’ D NT FR POI

Directeur de la publication : Daniel Fontaine Impression : Imprimerie CCI Marseille Papier certifié PEFC issu de forêts gérées durablement


Pour l'amour d'Aubagne - Les raisons du coeur