Issuu on Google+

Nans-les-Pins - Ollières - Plan d’Aups - Pourcieux - Pourrières - Rougiers - Saint Maximin La revue d’information de la Communauté de communes Sainte Baume - Mont Aurélien

Dan

N° ISSN 1773-9489 - porteduvar.fr

s ce

num

éro.

.. ÉCONOMIE : Le PAMA se dévoile 30 ans du Chemin d’Aix ENVIRONNEMENT : Le tri en fête La Ressourcerie PETITE ENFANCE Crèche de Pourrières

N°16 • Printemps - Été 2012


Pages 2 - 3

Sommaire - Éditorial

Le futur Parc d’Activités économiques du Mont Aurélien est l’un des axes forts de la construction à venir de la Provence Verte dans sa dimension intercommunautaire.

Pages 4 - 7 Économie

Le dernier semestre a été riche en événements politiques majeurs pour notre pays. Élections présidentielles et législatives se sont succédées, apportant une nouvelle gouvernance dont nous ne pouvons mesurer, pour l’instant, l’impact éventuel sur notre collectivité pour l’exécution de ses compétences.

SOMMAIRE

Le Parc d’Activités du Chemin d’Aix

Pages 8 - 15 DOSSIER Économie

En conséquence, nous n’infléchissons pas notre cap et nous conservons les priorités qui étaient les nôtres avant ces changements. Comme vous pourrez le voir dans les différentes rubriques de cette édition, les projets déterminants la vie des habitants de notre territoire sont en bonne voie.

Le Parc d’Activités du Mont Aurélien

Pages 16 - 19 Environnement

Le volet économique tient une place primordiale dans notre action. Les efforts engagés en partenariat avec le Conseil général du Var pour hisser le niveau de qualité du parc d’activités du Chemin d’Aix se traduisent par une transformation du lieu, par l’amélioration des infrastructures (voiries, sécurité, signalétique, paysage, propreté...) qui accompagnent la mutation et le renouveau de l’activité économique. En fêtant récemment ses trente années d’existence, ce pôle a montré à quel point il contribue au dynamisme économique du territoire communautaire.

Trier c’est ma Nature

La journée de restitution 2012

Pages 20 - 23 Environnement

D E E E : le bilan

Conteneur enterrés : les bons usages

Ressourcerie : le projet

Pages 24 - 25 Petite Enfance

Nans-les-Pins : début des travaux

Dans le même temps, le projet du Parc d’Activités du Mont Aurélien (le PAMA) prend corps. Nous avons pris le temps nécessaire pour mener des études précises et aussi exhaustives que possible sur les sujets les plus sensibles en terme de préservation de l’environnement (faune, flore, paysage) et d’énergie en inscrivant notre démarche dans une Approche Environnementale de l’Urbanisme. Les conclusions de ces études qui vous sont présentées ici me confortent dans nos choix. Elles resteront consultables tout au long de l’été dans chacune des communes du territoire. Je suis d’autant plus convaincu par la légitimité et la pertinence de notre action que les orientations qui se dégagent de ce travail préliminaire convainquent les services de l’État concernés et s’inscrivent de façon encore plus nette dans la politique de développement économique des territoires du Conseil général du Var. À ce titre, le ”PAMA” est l’un des axes forts de la construction à venir de la Provence Verte dans sa dimension intercommunautaire.

Pourrières : le projet se précise

Pages 26 - 27 Habitat

Le P I G continue

2 | Porte du Var • N° 16

Nous avons choisi un prestataire respectueux de l’environnement Ce magazine est imprimé sur du papier 100 % écologique. Faites un geste pour l’environnement : après l’avoir lu, ne jetez pas ce document sur la voie publique. Utilisez les conteneurs de tri. Grâce au recyclage, ce magazine pourra être réimprimé 4 fois sur le même papier. ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// PORTE DU VAR Le bulletin d’information de la Communauté de communes SAINTE BAUME - MONT AURÉLIEN, édité par la CCSBMA, 6 rue des Poilus 83470 Saint-Maximin • Tél. : 04 94 59 40 29 • Fax : 04 94 59 42 77 • Site : www.porteduvar.fr Directeur de la publication : M. le président Gabriel RINAUDO • Conception et réalisation : Service Communication • Impression : MARIM Imprimerie Toulon - Tirage : 14 000 exemplaires • Reproduction interdite • Dépôt Légal 2005, n° ISSN 1773-9489 •


ÉDITORIAL

Les autres compétences ne sont pas pour autant occultées et nous continuons à mener les actions et les projets engagés en début d’année. Notre vision à long terme concernant la préservation de notre environnement se traduit par la poursuite de notre politique de traitement des déchets. Le programme d’équipement des communes en conteneurs enterrés suit son cours, tout comme celui des actions de formation à destination des scolaires menées en partenariat avec l’Éducation nationale, pour l’émergence de futurs éco-citoyens. Le projet de la Ressourcerie communautaire apporte de nouvelles perspectives pour aller encore plus loin dans le recyclage et la valorisation. Jeter moins, jeter mieux, dans un esprit solidaire est une motivation suffisante pour en faire une priorité. En matière de Petite Enfance, notre territoire se positionne déjà comme un modèle dans le Département, autant pour la qualité d’accueil que nous avons mis en place et que nous maintenons, que par le développement et l’animation d’un réseau à l’échelle de la Provence Verte. Mais nous ne perdons pas de vue pour autant les besoins de nos administrés. Ainsi, les projets des structures de Pourrières, d’agrandissement de Nans-les-Pins et de Rougiers sont entrés en phase de réalisation et celui de Pourcieux est à l’étude. Cette trêve d’été n’est qu’une accalmie apparente car s’ouvrent devant nous deux années d’un travail intense, pour les élus dans des décisions importantes qu’ils auront à prendre et pour les services qui auront à les mettre en oeuvre. Cette intensité est le signe de notre volonté d’atteindre le seul objectif qui nous tient à coeur : répondre aux besoins de nos populations en garantissant un service public de qualité.


Pour se repérer et trouver facilement Tout est désormais en place pour accueillir de façon agréable, sécurisée et pratique les clients de plus en plus nombreux qui fréquentent le Chemin d’Aix. Des trottoirs permettent maintenant un cheminement des piétons qui peuvent venir aisément des commerces voisins. Toutes les informations pour s’orienter et trouver les entreprises sont facilement disponibles grâce au RIS installé à l’entrée, à côté duquel se trouve un parking poids lourds.

4 | Porte du Var • N° 16

Un second point est implanté plus loin, permettant de relayer les informations clés de la vie du parc d’activités.


30 ans de dynamisme Avec près d'un million d’euros (dont 500 000 € en 2012) investis principalement par la Communauté de communes et le Conseil général du Var pour la réfection des voiries, l’enfouissement des réseaux, les aménagements paysagers, la création de places de parking, l’ancienne zone artisanale fête son trentenaire en se hissant au rang d’un pôle d’activités économiques attractif digne d’un territoire en pleine dynamique de progrès.

N° 16 • Porte du Var | 5


Aménagements paysagers L’enfouissement des réseaux aériens EDF, France Télécom, la mise en place d’un éclairage public économe par le SYMIELEC Var et l’aménagement des voiries ont permis la création d’espaces végétalisés. Ces derniers créent des lisières naturelles qui améliorent l’intégration visuelle de l’entrée principale au contrefort du Mont Aurélien. D’autres aménagements paysagers seront réalisés au fil des futurs travaux programmés. Un budget annuel de 15 000 € est alloué à l’entretien.

Le tri s’invite

Pour les professionnels aussi Les différentes activités présentes au Chemin d’Aix génèrent des déchets pour lesquels il existe déjà des dispositifs de collecte et d’élimination. Mais il a semblé nécessaire d’offrir aux professionnels l’opportunité de trier encore plus les déchets recyclables. Pour leur permettre d’effectuer ce tri, la Communauté de communes a mis

en place un point d’apport volontaire (Avenue de l’Aurélienne) pourvu de trappes ”gros producteurs” permettant d’y déposer les gros volumes de verre, d’emballage ou de papier produits quotidiennement par l’activité des entreprises. Pour augmenter encore les volumes collectés, un second point devrait être installé dans le courant de l’année.

Plus accessible et sécurisée L’entrée Sud, côté Chemin des Fontaines, peu utilisée en raison de sa chaussée dégradée, va pouvoir servir pleinement d’accès au parc d’activité. Une voirie sécurisée, des trottoirs et des places de parking ont été aménagés. Une entrée Ouest est en projet avec la création par le Conseil général du Var d’un giratoire sur la RDN7.

6 | Porte du Var • N° 16


30 ans en fanfare

Les élus et de nombreuses associations ont tenu à saluer dignement cet anniversaire qui marque à la fois l’implication des entreprises locales et aussi leurs engagements dans les nouvelles perspectives qui se dessinent. Les investissements consentis par la Communauté de communes (près d’1 million d’euros en 3 ans) apportent une nouvelle image à ce qui devient, non plus une zone artisanale, mais plutôt un pôle d’activités économique à part entière. Une évolution appréciée des nombreux visiteurs, usagers au quotidien des nombreux commerces et services qui désormais étoffent l’offre commerciale du lieu. Le programme d’investissement des collectivités se poursuivra encore dans les années à venir.

Gilbert Chiaroni, heureux président de l’ADPACA, l’association des professionnels de la zone, partenaire du Conseil général du Var et de la Communauté de communes pour la démarche de labélisation et toutes les améliorations qui l’accompagnent. N° 16 • Porte du Var | 7


(Dossier PAMA)

Parc d’Activites du Mont Aurélien Un projet d’aménagement se dessine

Les contraintes prises en compte (environnementales, paysagères, préservation des espèces animales et végétales, patrimoine, énergie...), la Communauté de communes est en mesure aujourd’hui de proposer un projet cohérent. C’est l’objet de la phase de concertation lancée sur tout le territoire. L’ensemble des conclusions vous est proposé dans ce dossier spécial.

Le temps de la concertation en priorité La Communauté de communes met à votre disposition le film de présentation projeté lors la réunion publique qui s’est tenue le 26 juin à Saint-Maximin. Vous y trouverez les commentaires des spécialistes ayant mené les études ainsi que les interviews des principaux acteurs politiques concernés par le projet.

Dans chacune des 7 communes de la communauté sont exposées, sous forme de panneaux, les résultats des études menées ces derniers mois. Pendant tout l’été, le public est invité à inscrire dans les registres mis à leur disposition, leurs remarques, opinions, suggestions... Cette démarche de concertation n’était obligatoire que pour les communes concernées, c’est-à-dire Saint-Maximin et Ollières, mais les élus communautaires ont souhaité que l’information soit portée auprès du plus large public possible dans la mesure où ce projet est porteur d’enjeux pour l’ensemble des populations de notre bassin de vie.

e la d film jet e l ner u pro n o i r vis tation d u o P en s é r p

Rendez-vous sur notre site

www.portduvar.fr 8 | Porte du Var • N° 16


Une démarche communautaire À l’échelle de la Provence Verte Un dynamisme économique à conforter

Le parc d’activités répond à une volonté forte de la Communauté de Communes Sainte-Baume Mont Aurélien (CCSBMA) et du Syndicat Mixte du Pays de la Provence Verte de redéployer l’activité économique et l’offre d’emploi à l’échelle de leur bassin de vie afin de conforter le dynamisme de celui-ci. Cette ambition est relayée par une demande croissante des entreprises pour une implantation sur un territoire perçu comme qualitatif et identitaire.

Une ambition qualitative et durable

Consciente des atouts et des besoins de son territoire, la Communauté de Communes Sainte-Baume Mont Aurélien souhaite accompagner la création du parc d’activités par une démarche d’aménagement durable qui se prolongera tout au long de sa vie.

Un projet bâti sur des expertises et de la concertation

Des études complémentaires ont été lancées afin d’assister la CCSBMA et ses partenaires dans la mise en œuvre qualitative du Parc d’Activités Communautaire ; urbanisme, économie, bio-diversité, topographie, architecture, paysage, technique, montage opérationnel. Dans le cadre de ces études, une place importante est faite à la concertation publique, afin d’informer et d’impliquer les habitants dans ce projet.

Un projet nécessaire pour le bassin de vie

Le Parc d’Activités du Mont Aurélien est un des points d’appui indispensables au dynamisme de l’économie et de l’emploi des communes de cette partie du département du Var. Il s’agit d’un projet ambitieux d’environ 40 hectares porté par la CCSBMA, les communes d’Ollières et Saint-Maximin, la Provence Verte, le Conseil Général du Var, la CCI, et les autres partenaires publics et privés impliqués dans sa création. Le Parc d’Activités du Mont Aurélien s’insère dans une stratégie d’offre foncière à l’échelle du SCoT. Pour cela, la taille du projet doit être cohérente avec l’ambition souhaitée et les besoins du territoire.

Un Parc d’Activités durable sans commerces ni logements Un site qui n’accueillera ni logements

ni commerces. Un parc qui ne sera pas orienté vers un type d’activité ou une thématique unique. Un positionnement transversal reposant sur la sensibilité au développement durable des entreprises accueillies. Des filières cohérentes avec l’identité économique et sociale du territoire.

Des activités de loisirs complémentaires qui viendront renforcer l’attractivité du projet. Des demandes d’implantation qui seront évaluées au regard de la qualité du Parc d’Activités. Un projet identitaire qui valorise les atouts du territoire Un programme cohérent avec la vie sociale et économique de la CCSBMA et qui met en place des synergies sur les différentes thématiques porteuses pour l’attractivité et le développement du Parc d’Activités (cohérence entre emploi et formation, offre en logements sur les communes alentours, politique des déplacements,...) Un projet qui s’appuie sur les grands équipements qui structurent cette partie du département (proximité de l’autoroute, RDN7, Canal de Provence, voie ferrée,...) Un programme complémentaire avec celui de Nicopolis et qui s’intègre dans une stratégie économique à long terme sur l’ensemble de la Provence Verte. La création d’une unique implantation logisitique qui répond à un besoin à court terme et permet d’amorcer l’aménagement de la future zone.

Approche Environnementale de l’Urbanisme (AEU) Un projet ancré dans une démarche de développement durable Qu’est-ce qu’une AEU ? Un trait d’union entre projet urbain et environnement.

Objectifs ? La définition d’un projet urbain durable.

L’Approche Environnementale de l’Urbanisme est une méthodologie qui consiste à s’assurer tout au long d’un projet urbain que les aspects environnementaux et énergétiques sont bien pris en compte. Partant d’une analyse fine des atouts et contraintes du territoire, l’AEU va permettre de dégager les enjeux environnementaux et d’orienter les choix stratégiques en matière d’urbanisme.

L’objectif est d’atteindre une qualité environnementale du projet optimale et contextuelle, qui se concrétise par : è une gestion maîtrisée et raisonnée des ressources, è le respect des milieux naturels et des paysages, è La mise en valeur du patrimoine local, è la recherche d’une haute performance énergétique et d’un cadre de vie agréable.

Méthodologie : Les quatres moments clés è D’où partons-nous ? L’identification du diagnostic pour faire émerger les enjeux environnementaux du territoire analysé. è Où veut-on aller ? La proposition conjointe d’objectifs environnementaux et de principes d’aménagement. è Quels moyens veut-on se donner ? La transcription opérationnelle des propositions retenues. è Quels accompagnements souhaite-t-on ? Le suivi et l’animation. N° 16 • Porte du Var | 9


Le site

Un parfait équilibre entre atouts et contraintes Caractéristiques et paysages Une insertion dans le grand paysage

Le choix du site Un lieu de passage et de transition

Le site du Parc d’Activités du Mont-Aurélien est situé sur une butte qui relie le piémont du Mont-Aurélien au massif de la Sainte-Victoire. Ce petit relief sépare le bassin de l’Arc du bassin de l’Argens. Le site est historiquement un lieu de passage et de transition comme en témoignent les nombreuses infrastructures qui le traversent (voie romaine, ancienne route impériale, ancienne RN7, actuelle RDN7, autoroute A8, ligne de chemin de fer, canal de Provence, ligne à haute tension) et les activités pratiquées (carrière ancienne et en activité, centrale à béton, espace de stockage poids lourds Escota, friches agricoles).

Un choix partenarial décliné dans les documents d’urbanisme

Le choix de ce lieu pratiqué par l’homme depuis l’antiquité est le résultat d’une évaluation des différents sites potentiels sur la Communauté de Communes Sainte-Baume Mont Aurélien. Les qualités du site confrontées aux contraintes des autres secteurs ont permis aux communes, à l’intercommunalité, à la Provence Verte et au Conseil Général de valider leur préférence et de la décliner dans les différents documents de planification et d’orientation. Une Zone d’Aménagement Différé validée par les services de l’État a été mise en place sur environ 95 hectares. Après enquêtes publiques, les documents d’urbanisme des communes d’Ollières et de Saint-Maximin la Sainte-Baume ont été adaptés pour préfigurer l’aménagement.

La situation sur le lien physique qui lie le massif de la Sainte-Victoire et le Mont Aurélien rend visible la frange Est du site principalement depuis la plaine agricole et l’autoroute A8 en venant de SaintMaximin. Les éléments qui marquent actuellement le paysage sont la zone en piémont du site située entre la RDN7 et la voie ferrée, les viaducs de la voie ferrée, les pylônes de la ligne à haute tension et l’arrière plan du Mont Aurélien. L’aménagement du site devra tenir compte de cette co-visibilité et garantir une insertion réussie dans le grand paysage de cette partie du territoire.

Une richesse de la biodiversité à préserver

Au pied du Mont Aurélien, le site d’étude est sur une épine dorsale karstique orientée Nord-Ouest / Sud-Est à la côte altimétrique 400 m. Situé sur la ligne de partage des eaux entre les vallées de l’Arc et de l’Argens, le site domine les plaines agricoles en contre-bas et s’ouvre largement à l’Est et à l’Ouest. Bien que fortement entaillé par la coupure de plus de 40 mètres que constitue l’autoroute A8, il est important de préserver la richesse du milieu ainsi que les continuités écologiques le long de cette épine dorsale. Cet enjeu à incité la collectivité à diligenter des études sur la bio-diversité dont les conclusions vont guider les choix retenus pour l’aménagement du futur Parc d’activités

Un aménagement dicté par le site et son environnement

La position dominante du site nécessite : è Une approche fine de l’insertion des volumes dans le grand paysage. è Une réflexion sur la position des bâtiments en fonction de la volumétrie et des gabarits. è Un choix adapté des tonalités et des matériaux. è Un secteur d’étude qui doit être urbanisé par poches en préservant les continuités paysagères et les milieux écologiques sensibles. è Une prise en compte du relief pour mettre en oeuvre un aménagement économe et durable. 10 | Porte du Var • N° 16


Une occupation du sol témoin des anciens usages

La zone d’étude se compose : è d’espaces de garrigue, plutôt situés sur la partie Nord avec une végétation moins dense et moins haute. La garrigue se retrouve également sous le tracé de la ligne THT. è d’une végétation plus dense et plus haute au Sud (zone de piémont du mont Aurélien). è La présence de quelques arbres présentant un intérêt paysager (essentiellement des pins, et quelques chênes). è L’absence de terres agricoles bien que quelques une soient présentes en périphérie. è L’existence de carrières. La couverture végétale importante est une caractéristique fondamentale du site. Elle offre des garanties par rapport à l’érosion et au ruissellement et préserve pleinement le dernier grand corridor biologique. Dans le cadre de l’aménagement de la zone, il s’agira de limiter la « déforestation » et de préserver les arbres les plus anciens afin d’offrir une intégration immédiate et de limiter l’impact visuel.

Un relief chahuté

Le site se caractérise par : è Une situation en promontoire du fait de la rupture de pente entre la plaine et le plateau supérieur ; è La présence d’un plateau à l’Ouest de la zone faisant office de limite de partage des eaux entre les deux grands bassins versants ; è Un relief relativement escarpé sur la partie Est et Sud ; è Un point bas situé au Sud-Est. Le site de la station de pompage constitue le point le plus bas mais est situé sous la voie ferrée et hors périmètre. è La prégnance du réseau hydrographique qui a fortement marqué la zone d’étude (ruissellement) ; Ce relief a pour conséquence de rendre particulièrement visible la frange Est de la zone d’étude du fait d’un relief plus escarpé et d’une situation en promontoire.

Des ambiances paysagères homogènes

Du fait de l’omniprésence d’une végétation plutôt basse et dense, le paysage du site apparait comme fermé et ménage peu de vues sur le grand paysage. Les rares espaces ouverts sont des poches de respiration et d’ouverture. Des éléments anthropisés viennent nous rappeler la présence ancienne de l’homme (carrière, ancienne RN…) sans que celleci soit très forte. C’est une zone de transition avec le milieu plus naturel du Mont-Aurélien.

Un diagnostic complet Une prise en compte exhaustive de la faune et de la flore

Le secteur d’étude a fait l’objet d’inventaires pour la faune et pour la flore en 2011 et 2012. Un diagnostic précis des espèces présentes sur le site a été établi. Le site est occupé principalement de chênaies dont certains sujets assez âgés sont de véritables arbres, réservoirs de bio-diversité. Les autres milieux, globalement ouverts, ne présentent pas d’enjeux excepté les zones de prairies en friche, le long des cheminements et sous la ligne à haute tension. Pour la flore, la variété qui constitue le principal enjeu avéré est la luzerne agglomérée. Les petites zones humides,situées en contrebas et en dehors du projet ont un faible enjeu local de conservation. Pour les insectes, il a été relevé dans les espaces ouverts : è une espèce protégée à très fort enjeu de conservation : le criquet hérisson, è Trois espèces d’enjeu local modéré de conservation ; la proserpine, la magicienne dentelée, la zygène de la gesse. Pour les amphibiens, une espèce à enjeu local de conservation modérée (Pélodyte ponctué), un inventaire complémentaire est en cours et confirmera sa présence. Pour les reptiles, cinq espèces présentent un enjeu local de conservation. Pour les oiseaux, le site constitue une zone d’alimentation pour certaines espèces et un habitat de reproduction pour d’autres. Pour les mammifères, aucune espèce protégée n’a été identifiée. La zone est favorable aux mammifères diurnes et nocturnes La présence de vieux arbres le long de la route d’Ollières est un site potentiel d’abri de chauvessouris.

Criquet Hérisson

Zygène de Gesse

Pelodyte Ponctué

Larve de Magicienne Dentelée

N° 16 • Porte du Var | 11


Un scénario réfléchi

Scénario préférentiel

Mettre en valeurs les atouts, respecter l’environnement Les différentes poches aménagées sont délimitées par des zones de protections naturelles, respectant les effets du relief et les habitats écologiques. Des liens avec le parc naturel de loisirs sont assurés par la mise en place d’une voirie légère.

A l’Est du site, le long de la voie ferrée, un secteur belvédère accueillera des activités de service et de loisirs et sera composé de petits bâtiments intégrés dans le paysage.

Le scénario 1 propose :

Le scénario 2 s’articule autour :

Le scénario 3 envisage :

Une adaptation aux contraintes du site ;  Une desserte par une voirie en boucle, à partir d’une voie pénétrante centrale ;  Un aménagement des activités par poches ;  Des voies de secours vers la RDN7.

Un système viaire en ”bouclage” ;

Les zones d’activités s’organisent de façon circulaire, de part et d’autre des voiries.

Ce scénario, dit préférentiel, propose un site structuré par une voirie "en bouclage" qui permet une grande mobilité.

Autres scénarios

D’une voie transversale Est/Ouest et d’une pénétrante Nord/Sud, desquelles se détachent des voies en impasse ;  Un effet vitrine de part et d’autre de la RDN7 ;  Les zones d’activités sont desservies par ces voies en impasse.

ZA Avignon (agence Fradin-Weck)/84

ZA Avène (source: CAUE du 34) 12 | Porte du Var • N° 16


Approche Environnementale de l’Urbanisme Enjeux L’Approche Environnementale de l’Urbanisme a fait l’objet de 5 ateliers, durant lesquels les élus, les techniciens locaux, les techniciens du département et ceux de l’Etat ont défini 7 enjeux majeurs pour le projet.

Objectifs Ils se déclinent en plusieurs objectifs,

qui eux-même se concrétisent par des actions.

Actions Elles ont un but opérationnel et interviennent en amont, durant et en aval du projet d’aménagement.

BIODIVERSITE Préservation des espèces protégées et implantation intégrée dans le milieu naturel Objectif 1 : Préserver les espèces proté-

gées (maintien d’une zone naturelle centrale, sauvegarde des vieux arbres le long de la RD203,...). Objectif 2 : Concevoir l’aménagement de ce secteur en intégrant des continuités (préservation de continuités à l’Ouest et au Sud, gestion des lisières entre espace naturel et parc d’activités).

MIXITE D’ESPACES Création d’une zone avec diversité de fonctions et d’usages Objectif 1 : Créer deux parcs : un parc

d’activités et un parc de nature pour générer du lien fonctionnel et social.

BASSIN DE VIE Positionnement économique en adéquation avec le bassin de vie de la CCSBMA Objectif 1 : Créer des emplois et des for-

mations cohérentes avec les caractéristiques socio-professionnelles du bassin de vie Objectif 2 : Anticiper l’offre de logements correspondant à l’augmentation des actifs. Objectif 3 : Raccorder les offres d’emplois au bassin de vie pour conforter l’emploi local et limiter les déplacements domicile – travail Objectif 4 : Envisager l’accueil d’un organisme de formation en adéquation avec le positionnement économique du bassin d’emploi de la Provence Verte

Scénario environnement

Les études préalables s’étant accompagnées d’une démarche AEU (Approche Envi-

ronnementale de l’Urbanisme), les choix font l’objet de remises en question régulières. A chaque phase de l’élaboration, des enjeux sont redéfinis. La présence d’un habitat écologique de criquets hérisson, de reliefs escarpés, de boisements denses parsemés ont justifié la place importante des espaces naturels au coeur du projet. Suite aux inventaires faune et flore et à la rencontre avec la DREAL (Direction Régional de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) le schéma d’aménagement a été affiné en maintenant une zone centrale préservée avec une circulation possible des espèces vers l’ouest.

DEPLACEMENTS ET MOBILITES Site très accessible en favorisant les modes doux (piétons, transport en commun... notamment à l’intérieur de la zone) Objectif 1 : Faciliter l’accès du futur

parc en minimisant les nuisances (créer des liaisons bus, réalisation de l’échangeur de Pourrières, politique de stationnement, plan de déplacement inter-entreprises...). Objectif 2 : Favoriser les déplacements doux à l’intérieur du parc d’activités (cheminement doux, parking vélo...).

PAYSAGE Cohérence qualitative du secteur avec le grand paysage, le paysage proche et le paysage intrinsèque Objectif 1 : Préserver les perceptions

lointaines de qualité. Objectif 2 : Amorcer la présence du parc

d’activités par une approche de qualité paysagère (maintien d’espaces naturels entre la RN7 et la voie ferrée, opter pour une qualité architecturale à l’entrée du parc...) Objectif 3 : Maintenir des coupures vertes pour une meilleure intégration du projet. Objectif 4 : Valoriser les points forts du paysage depuis le site et créer une qualité paysagère du secteur aménagé.

ENERGIE Conception bioclimatique du parc d’activités et limitation des consommations de ressources Objectif 1 : Limiter les consommations

énergétiques (favoriser les orientations sud, favoriser un éclairage public des voiries économe en énergie…). Objectif 2 : Valoriser les énergies renouvelables présentes localement (énergie solaire, réalisation d’une étude d’opportunités des énergies renouvelables…).

GESTION DE L’EAU Gestion des eaux en prenant en compte le site et les moyens existants sur le territoire Objectif 1 : Raccordement au réseau

d’alimentation d’eau potable, tout en favorisant une politique d’économie d’eau (espace vert adapté au climat local…). Objectif 2 : Raccordement des eaux usées du parc d’activité à la station d’épuration de Saint-Maximin. Objectif 3 : Gestion des eaux pluviales au niveau du site. Le débit de rejet des eaux pluviales lié au projet d’aménagement sera égal au débit actuel (bassin de rétention paysagé, noues, limitation de l’imperméabilisation du site...).

N° 16 • Porte du Var | 13


(Dossier PAMA)

Le scénario pressenti

(en résumé)

Un aménagement de 35 ha sous forme de poches. 60 ha de zones naturelles préservées et mises en valeur

Zone naturelle : retrait le long de la RD 203 pour la sauvegarde des vieux arbres

Aménagement paysager du secteur longeant la RND7

Zone naturelle conservée pour préserver le paysage et maintenir les continuités biologiques entre les espaces agricoles P

Zone naturelle : pour la préservation des espèces protégées

P

P

P

P

Aménagement de stationnements mutualisés

Aménagement d’une voirie privilégiant les modes doux de circulation

14 | Porte du Var • N° 16

Zone naturelle tampon de préservation du Mont Aurélien

Aménagement d’une zone de services et de loisirs sur le secteur en belvédère, constituée de petits bâtiments de qualité insérés dans le paysage

Aménagement d’un parc naturel de loisirs pour les usagers et habitants du Territoire


Saint-Maximin

La voie de contournement ouvre de nouvelles perspectives

Avec l’ouverture du dernier tronçon de la voie de contournement de la ville se profilent de nouvelles habitudes de déplacements mais aussi des incidences positives sur l’activité touristique et économique en général en reliant directement les pôles d’activités entre eux.

En ouvrant le dernier barreau de la déviation, le Conseil général du Var offre avec la D560A un atout supplémentaire au territoire communautaire. Outre les bienfaits pour la qualité de vie des saint-maximinois, c’est avant tout un axe structurant qui vient compléter un réseau routier essentiel dans les perspectives de développement du bassin de vie. L’impact direct sur l’activité touristique, avec la création d’une nouvelle entrée de ville au Nord, est évident. Mais c’est surtout que l’ensemble de cette déviation met en cohérence les pôles d’activités existants, même des territoires voisins, et les projets à venir, comme le PAMA. D’autres aménagements devraient voir le jour pour conforter cette vision (création d’un giratoire à l’entrée Ouest du parc d’activités du Chemin d’Aix, d’un giratoire pour le PAMA entre les communes de Saint-Maximin et d’Ollières sur la RDN7 et ESCOTA prévoit le doublement de l’échangeur de Pourrières)

N° 16 • Porte du Var | 15


Trier c’es

C’est le cadre prestigieux du pôle culturel de Saint Maximin, L tution des classes ayant participé au programme de sensibilisa avec l’Éducation nationale. Près de 700 élèves se sont retrouv

s n o i it s o p Ferrage de Nans-les-Pins, Puits de Marie elader x g e a Rougiers) se sont retrouvées pour t s r échanger, à travers des exposia De p tions, aussi variées et imaginatives r u que colorées, le résultat des proo p Après le jardin de l’Enclos l’an dernier, c’est le tout nouveau bâtiment du pôle culturel que la mairie de Saint-Maximin et le Conseil général du Var ont gracieusement offert comme cadre aux élèves des classes de CP au CM2 du territoire communautaire pour y présenter les fruits de leur travail. 25 classes (6 écoles : Paul Barles, Jean Moulin, Jean Jaurès, Ste Marie Madeleine de Saint-Maximin,

16 | Porte du Var • N° 16

jets pédagogiques menés par les enseignants, accompagnés en cela par les animateurs du CPIE d’AIx et les ambassadrices du tri de la communauté. Instruments de musique, inventions, textes et poèmes, chansons, reportages photo...Tout a été prétexte pour laisser libre cours à l’imagination des bambins. Cette grande fête est l’aboutissement d’une volonté commune des élus communautaires et des


st ma nature

La Croisée des Arts, qui a servi d’écrin pour la seconde édition de la journée de restiation aux gestes de tri mis en place par la communauté de communes, en partenariat vés pour une journée ludique mais instructive.

inspecteurs d’Académie des circonscriptions de Saint-Maximin et de Garéoult, d’œuvrer dans le cadre des programmes scolaires, à former les éco-citoyens de demain. La campagne sur le tri des déchets ménagers, lancée par la collectivité en 2008, a ainsi très vite trouvé un écho favorable auprès des enfants, finalement très sensibles et attentifs aux questions sur la préservation de l’environnement. Outre les expositions de travaux des élèves, un parcours avait été mis en place sur le parvis afin de rappeler, aussi bien aux enfants qu’aux enseignants et parents accompagnateurs, tous les

s d n a t r s e m s De infor s’ r pou dispositifs disponibles sur le territoire pour bien trier leurs déchets. Ont été ainsi passés en revue les bien connues colonnes aériennes, les nouveaux conteneurs enterrés, qui sont chaque jour plus présents dans le paysage urbain. Une halte par les composteurs individuels a permis de rappeler qu’ils permettent de réduire de 35 % supplémentaires le volume de votre poubelle en retirant les déchets fermentescibles pour en faire un compost réutilisable dans votre jardin... Rien n’avait été oublié.

N° 16 • Porte du Var | 17


Trier c’est En point d’orgue de cette journée ludique, les représentations données par la compagnie ETOSHA, spécialisée dans la création de spectacles pédagogiques sur l’environnement. La superbe salle de spectacle de la Croisée des Arts de Saint-Maximin était une découverte pour la grande majorité des enfants présents. Leur enchantement allait être encore plus grand lorsque la troupe d’Etosha les embraqua dans une aventure de plus d’une heure pour découvrir une histoire tellement d’actualité et surtout si proche d’eux. Les péripéties de Néo (voir encadré), entouré de sa famille, burlesque mais ô

cle in a t ec lo p s s u Un ir pl vo r pou

18 | Porte du Var • N° 16

combien ressemblante à la leur dans les mauvaises habitudes quotidiennes, ont captivé les bambins. Servis par des acteurs de talents investis des messages sur l’environnement qu’ils avaient à faire passer, le spectacle, à la fois visuel et musical, était une vraie leçon de vie. Tout y passe. Économie d’énergie et d’eau, pollution, habitudes de consommation, déplacements, déchets, tri... Et aucune pitié pour ces gestes ”anodins” et pourtant si lourds de conséquences.

Le spectacle, créé en 2008, a déjà été joué plus de 200 fois auprès de toute sorte de publics, mais particulièrement auprès des scolaires, pour son caractère éducatif sur les thèmes environnementaux.

Néo, un jeune garçon de 11 ans, vit avec sa mère et sa soeur dans un appartement modeste. Un matin comme les autres, alors qu’il s’apprête à partir pour l’école, il reçoit la lettre déchirante d’un enfant du futur qui lui dresse le bilan catastrophique de le Terre en 2050. Devant cet appel au secours, Néo se sent désemparé : il se dit qu’à son échelle, il ne peut rien faire pour sauver ce jeune garçon et l’avenir de la planète. Il décide alors d’oublier ce message. Mais la lecture de la lettre a déclenché un processus irréversible. En effet, Néo a 24 heures pour changer ses habitudes et celles de sa famille : se déplacer, consommer, gérer l’eau et l’énergie différemment...


ma nature

Animations scolaires 2012 La mobilisation continue

arades petits cam n et r u le r u o té p casio nt interpré revisitée pour l’oc ” l Barles o s u e a ! é P !! s l ly le a o s -É c s Champs cès colo es de l’é Des class e Joe Dassin ”Aux alle comble et suc S n d déchets”. la chanso rions nos ”T e é s ti p reba

N° 16 • Porte du Var | 19


Trier pour recy votre contribution

Mise en place en 2007, d’abord dans les déchetteries de Saint-Maximin et de Pourrrières, la collecte des appareils électriques et électroniques à usage quotidien (DEEE) a été étendue depuis 2010 aux communes du Plan d’Aups et de Rougiers.

Passée dans les usages quand vous achetez un appareil électrique, l’éco-taxe que vous payez en même temps est pourtant un geste important pour l’écologie. Elle permet le financement des filières de recyclages. Mais cette contribution n’est rien sans un autre geste important : le dépôt de vos appareils usagés ou défectueux en déchetterie. La Communauté de communes a signé une convention avec l’éco-organisme en charge de cette collecte en 2007. Cette filière agréée des D3E

quantité de DEE TRAITÉS

20 | Porte du Var • N° 16

est chargée de collecter, dépolluer et recycler les appareils usagés. Que faire d’un appareil usagé ? Ne le mettez plus à la poubelle ni sur le trottoir ! : 1. Apportez-le dans nos déchetteries, elles sont équipées pour le recevoir. 2. Vous achetez un appareil neuf, le distributeur est tenu de vous reprendre l’ancien à l’achat ou la livraison. 3. Votre appareil est en bon état. S’il peut encore servir ou être remis en état vous pouvez le donner à une association spécialisée, même en panne.

MATIÈRES OBTENUES


ycler VOS DEEE compte

Horaires des déchetteries www.porteduvar.fr/dechets_dechetterie.htm

Été Matin

Hiver

8h00 - 12h00

Après-midi 14h00-17h00

13h30-16h30

N° 16 • Porte du Var | 21


Conteneurs enterrés OUI ! Mais encore faut-il en avoir le bon usage

L’arrivée de nouveaux dispositifs demande toujours un temps d’adaptation. Les dysfonctionnements constatés sont souvent le résultat d’habitudes qu’il faut changer ou simplement de précisions à apporter aux usagers. Voici quelques conseils pour mieux utiliser vos conteneurs enterrés. Ensemble nous contribuerons ainsi à une meilleure qualité de collecte et de traitement de vos déchets et au final à la préservation de notre environnement.

La collecte sélective Le bon sac Verre

Emballages

JRM

MAXI 80 L De trop gros sacs bloquent le mécanisme du tambour, obligeant un dépannage et provoque une tournée inutile, donc des coûts supplémentaires NE METTEZ PAS DE DÉCHETS À CÔTÉ DES CONTENEURS

Seulement les contenants alimentaires ou de produit d’hygiène Pas d’appareil électrique Pas de bidons d’huile moteur, ou de peinture

Encombrants La Communauté de communes met à la disposition des particuliers un service GRATUIT de ramassage de vos encombrants. Sur simple appel au numéro indiqué, vous pouvez prendre rendez-vous. En dehors des jours de collecte indiqués. NE METTEZ PAS VOS ENCOMBRANTS SUR LA VOIE PUBLIQUE

Le verre se recycle à l’infini Pas de vaisselle, de terre cuite Pas d’ampoules, de débris de verre

Le Tri

Papier, journaux, magazines Pas de cartons, de classeurs, d’agenda, de sacs cartonnés. Les annuaires sont acceptés

z nos e r t on Renc sadrices s amba

Les ambassadrices du tri seront présentes dans vos communes sur les manifestations d’été suivantes : Dimanche 8 juillet de 9 h à 18 h Plan d’Aups : marché métiers d’art Vendredi 20 juillet à partir de 18 h POURRIÈRES: marché nocturne

ENLÈVEMENT GRATUIT

Les jours de collecte Saint-Maximin 1er mardi - 3e lundi Pourrières 1er vendredi Nans-les-Pins 3e mercredi

Vendredi 3 août à partir de 10 h POURRIèRES : marché nocturne Samedi 1er Septembre de 14 h à 18 h POURRIÈRES : Forum associations Samedi 8 Septembre de 10 h à 18 h St-Maximin : Forum associations

Plan d’Aups 3e mardi Pourcieux 4e lundi Ollières / Rougiers 2e et 4e mardi

22 | Porte du Var • N° 16

Dimanche 9 Septembre de 10 h à 18 h NANS-LES-PINS : Forum associations Dimanche 9 Septembre de 10 h à 18 h ROUGIERS : Fête des pois chiches


Une façon solidaire de valoriser

Le projet communautaire prévoit au quartier de la Courtoise, près de la Déchetterie principale de Saint-Maximin, la création d’un nouveau centre de collecte et de bâtiments techniques en partie dédiés à l’activités des déchets.

© Tecto Architectures

Qu’est-ce que c’est ? Une ressourcerie est un lieu où sont collectés les objets dont vous souhaitez vous débarrasser mais qu’il est possible de réutiliser en les réparant. La ressourcerie est écologique parce que les objets que l’on y trouve sont fabriqués à partir d’objets donnés ou abandonnés. Ainsi, leur production ne nécessite pas de nouvelles matières premières et évite l’accumulation de déchets. Cette activité n’a pas un but lucratif. Elle est donc équitable car pour donner cette seconde vie aux objets elle crée des emplois et investit tous ses revenus pour développer des services souvent reconnus d’intérêt général. Le partenariat avec les collectivités locales en fait filière professionnelle de collecte de traitement et de gestion des déchets réemployables.

La ressourcerie Il est prévu à proximité de la déchetterie, un bâtiment de plus de 1000 m2 avec des zones de déchargement, de tri, de stockage, des ateliers de valorisation, de ”relooking”, des parkings et un magasin de 300 m2 où seront remis en vente les matériels réhabilités. La ressourcerie communautaire aura recours à l’insertion sociale et professionnelle. La Communauté de communes qui réalise l’investissement (1 M d’€), participe à la création de l’association qui sera en charge du fonctionnement. Cette dernière pourra créer à terme des emplois pérennes.

Les bâtiments techniques Parallèlement à la réalisation de la ressourcerie, la Communauté de communes va réaliser un ensemble de bâtiments qui devront accueillir les services techniques communautaires ainsi aussi un quai de lavage des véhicules de collecte des ordures ménagères, une zone de stockage. Ces derniers équipements seront loués au prestataire de collecte.

Un modèle qui fonctionne depuis 20 ans

Située à Gap (05), la ressourcerie de la Petite Ousre œuvre depuis 20 ans sur le territoire des Alpes-de-Haute-Provence. Elle emploie aujourd’hui 13 personnes à temps complet et près de 45 autres (en CAE) dans le cadre de son programme d’insertion. Sur plus de 1600 m2 se trouvent les aires de stockage et

les ateliers spécialisés (bois-menuiserie, petit électro...) dont notamment celui de la tapisserie et de l’ameublement qui a fait sa réputation. 4 véhicules de 18 m3 sillonnent les routes pour aller directement chez les particuliers. 1300 tonnes sont récupérées annuellement et près de 70 % sont valorisées. Un magasin

de 300 m2 accueille chaque année plus de 35 000 acheteurs qui trouvent dans des ”rayons” bien achalandés et à des prix plus qu’abordables, l’essentiel des équipements nécessaires à l’équipement de la maison ou au loisir.

N° 16 • Porte du Var | 23


Début des travaux à Nans-les-Pins Le projet d’agrandissement de la crèche de Nans-les-Pins se concrétise avec le début des travaux. Après les premiers coups de pioches, les fondations ont été coulées pour une date d’achèvement des travaux prévue fin septembre prochain. Le Relais Assistantes Maternelles et la crèche pourront ainsi profiter pleinement d’un espace supplémentaire de 70 m2 vaste, sécurisé et chaleureux. Ce lieu a pour objectif de faciliter les échanges entre les modes d’accueil collectifs et individuels, des projets pédagogiques pourront ainsi éclore entre les différents partenaires. La construction a été pensée en ce sens avec une implantation en continuité de la crèche et un jardin extérieur commun ombragé par une tonnelle en acier laqué.

Le choix des matériaux est également étudié avec l’architecte pour offrir un bâtiment sain et respectueux de l’environnement : peintures sans solvant, ni C.O.V. (Composés Organiques Volatils), sol souple en caoutchouc choisi pour son confort d’utilisation et ses performances acoustiques aux bruits de choc, charpente en

bois « eco certifiée » bénéficiant d’un label de type FSC ou PEFC. À l’issue des travaux, cette extension sera mise à disposition de l’Association « La Maison de l’Enfance » qui gère à la fois les crèches du territoire et le Relais Assistantes Maternelles, dans cette volonté de lien entre les différents professionnels de la petite enfance.

Rencontres délocalisées Les 12e rencontres de la petite enfance se sont tenues le 6 juin dernier pour la première fois à Seillons Source-d’Argens. Au programme, cette fois, une matinée d’échange de pratiques sur la thématique du « partage d’information confidentielle » permettant de dresser le cadre réglementaire des échanges mais surtout de créer des liens entre professionnels d’horizon très variés La pluridisciplinarité et le partage des cultures institutionnelles a rendu la matinée particulièrement riche et intéressante.

Bernard Debosgelin, président de la CCPAV, a rappelé aux participants : ”la mission confiée aux acteurs de la petite enfance revêt une responsabilité particulière parmi les intervenants auprès du public, à l’image des pédagogues ou des thérapeutes. Au-delà des qualités d’écoute et d’accompagnement requises, elle exige retenue et discrétion car située au cœur de ce qui constitue notre intimité : la famille”. Pour Bernard Giner, directeur de l’association les Francas : « l’objectif de ces rencontres est d’échanger, d’apprendre, de créer un lien et, au final, d’améliorer l’accueil éducatif des enfants ». 24 | Porte du Var • N° 16


Crèche de Pourrières Le projet se précise

Le projet de la nouvelle structure d’accueil des jeunes enfants de Pourrières est entré dans sa phase de concrétisation. Parents et professionnels peuvent désormais se projeter dans ce qui sera la future crèche communautaire. Le projet prévoit 685 m2 de surface intérieure avec 4 unités d’accueil bénéficiant chacune d’un jardin extérieur. Les grandes baies vitrées coulissantes et les deux patios intérieurs permettent d’amener de la lumière naturelle jusqu’au cœur du projet. Le confort thermique a été étudié avec des claustras brise-soleil, auvents et pergolas judicieusement disposés pour éviter toute surchauffe en été. L’architecte missionné sur le projet (Cabinet Arc’h) travaille en concertation avec la Communauté de communes sur une approche du bâtiment par ambiance : choix des couleurs intérieures et extérieures, confort sonore (cloisons thermo-acoustiques pour les dortoirs), type d’éclairage indirect… Une attention est portée à chaque détail : traitement des espaces extérieurs avec des plantations méditerranéennes et essences locales, jardin pédagogique proposé aux enfants, parking constitué de dalles éco-végétales et bassin de rétention paysagé permettant de drainer les eaux de pluie.

Le projet communautaire de création d’une crèche se greffera au projet urbain de la commune (création de logements, aménagements piétonniers...).

Le permis de construire est en cours d’instruction. Les travaux devraient débuter en fin d’année pour une ouverture prévisionnelle attendue pour janvier 2014.

Un large parvis dessert l’entrée de la crèche et du RAM. À terme cet espace piétonnier fera également le lien avec l’école maternelle à proximité facilitant les trajets des parents.

N° 16 • Porte du Var | 25


Une préoccupation communautaire toujours d’actualité Parce que l’habitat est au cœur de nos préoccupations, la Communauté de communes Sainte-Baume Mont Aurélien a mis en oeuvre une politique de l’habitat volontariste et ambitieuse. Celle-ci a démarré dès 2009 par le lancement du premier Programme d’Intérêt Général d’amélioration de l’habitat. Puis en 2011 nous nous sommes engagés dans la rédaction d’un Programme Local de l’habitat, document de référence qui fixe les orientations de la politique communautaire dans ce domaine. Fort du succès du premier PIG, avec l’ensemble de nos partenaires, (l’Etat, l’Agence Nationale de l’Habitat Anah), le Conseil Général, le Conseil Régional, nous avons décidé de renouveler ce dispositif pour 3 ans. En mobilisant des aides diverses, le PIG est destiné à soutenir les propriétaires pour la réalisation de travaux d’amélioration dans leur logement, tout en confortant l’activité des entreprises et artisans locaux. L’enjeu est considérable puisqu’il s’agit d’adapter le parc de logement de notre territoire aux exigences actuelles et aux besoins futurs. Économies d’énergies, adaptation face au vieillissement de la population, prise en compte accrue du handicap, résorption de l’habitat indigne, droit au logement pour tous…

26 | Porte du Var • N° 16


N° 16 • Porte du Var | 27


COMPOSTEZ, c’est natureL

VOS MAIRIES

Les derniers composteurs sont disponibles

age

t pos

com e d 0€ kit 1 e r r Vot pou

Nans-les-Pins Tél. : 04 94 37 21 41

Ollières Tél. : 04 94 78 02 33

@ Pour retirer votre composteur, il vous suffit de vous munir d’une pièce d’identité, d’un justificatif d’adresse, d’un chèque à l’ordre du Trésor Public de 10 € et de vous rendre à la Communauté de communes au 6 rue des Poilus, 83 470 à Saint-Maximin.

Plan d’Aups Tél. : 04 42 04 50 10

04 94 69 69 75

l’information pratique dans votre boîte mail

Depuis sa refonte, le site Internet de la Communauté de communes connaît un regain de fréquentation. Plus ergonomique et fonctionnel, les rubriques s’efforcent de dispenser les informations utiles aux usagers.

Une nouveauté est apparue. La newsletter est maintenant en place. Vous pouvez recevoir directement dans votre courrier électronique une page d’informations pratiques condensée. Libre ensuite à vous de cliquer sur les liens pour en savoir plus.

Pourcieux Tél. : 04 94 78 02 05

Pourrières Tél. : 04 98 05 11 70

Rougiers Tél. : 04 98 05 93 30

Il vous suffit de vous inscrire sur notre site pour recevoir périodiquement cette lettre électronique.

inscrivez vous sur notre site Internet

www.porteduvar.fr 28 | Porte du Var • N° 16

Saint-Maximin Tél. : 04 94 72 93 00


Bulletin n°16