Issuu on Google+

Le papier recyclé : c’est moche, c’est cher et ça fait baver les couleurs !


Ça c’était hier…

Ben quoi, il est pas beau mon papier recyclé ?


Et aujourd’hui ? Aujourd’hui, votre communication peut être éco-responsable et belle. Et pas plus chère que sur du papier vierge.


Petit guide d’édition éco-responsable ou comment concevoir des supports papier plus respectueux

Le saviez-vous ? • L’industrie papetière fait partie des 5 activités consommant le plus d’énergie au niveau mondial. • La fabrication d’une feuille de papier vierge en format A4 nécessite 10 Wh soit l’équivalent de près de 10 minutes d’éclairage pour une ampoule de 60 watts. • La France a consommé en 2007 pas moins de 11,1 millions de tonnes de papier et de carton… Il ne s’agit pas ici d’alarmer (quoique !) mais bien plutôt de prendre conscience de l’impact de nos activités d’édition sur notre environnement. Conscients de la nécessité de s’engager dans une démarche de développement durable mais aussi conscients du temps et de la mobilisation nécessaire que cela implique, nous avons décidé d’avancer pas à pas, en commençant par traiter avant tout la dimension environnementale de l’édition. En tant qu’agence conseil, nous avons un rôle à jouer, tant dans nos pratiques quotidiennes que dans la sensibilisation de nos clients et partenaires. L’objectif de ce petit guide, conçu d’après Le Guide de l’éco-communication réalisé par l’ADEME, est donc de vous apporter des solutions très concrètes qui vous aideront à formaliser vos exigences environnementales dès la phase de brief, et à créer avec nous, des supports à la fois efficaces, compétitifs et plus respectueux de l’environnement.


de l’environnement

11,1 millions de tonnes de papiers et cartons consommĂŠs en France en 1 an !


Pourquoi choisir un papier recyclé ? Tout produit a un impact sur l’environnement. Il a nécessairement besoin de matière et d’énergie pour être fabriqué, emballé et transporté. Le double avantage des éco-produits est qu’ils ont moins d’impact sur l’environnement tout en conservant leurs performances. Le papier recyclé, qui doit contenir un minimum de 50% de fibres recyclées, consomme 10 fois moins d’eau et 5 fois moins d’énergie que le papier vierge. Sa qualité écologique dépend à la fois de l’origine des matières premières et de sa composition. Il s’agit donc de privilégier les papiers écolabellisés ou, à défaut, les papiers recyclés ou vierges mais issus de forêts gérées durablement.

L’écolabel européen : le chouchou des annonceurs « verts » !


Comment reconnaître les papiers écolabellisés ? En choisissant des papiers qui bénéficient d’un écolabel, vous obtenez des garanties en termes de qualité écologique et de qualité d’usage, ainsi que la prise en compte des impacts environnementaux sur tout le cycle de vie du produit. Cela dit, les papiers répondant aux exigences des écolabels ne garantissent pas une teneur en fibres recyclées. Toutefois sachez qu’il existe des papiers conformes à l’écolabel européen et qui contiennent 100% de fibres recyclées.

L’écolabel européen « copying paper » Les exigences écologiques de cet écolabel constituent un ensemble tout particulièrement cohérent dans une approche environnementale globale puisqu’il prend en compte les impacts environnementaux tout au long du cycle de vie du papier ; à savoir la consommation d’énergie, les rejets gazeux, les effluents liquides, les origines des fibres, la gestion des forêts, l’utilisation de substances chimiques, la gestion des déchets, etc.


L’écolabel nordique (cygne blanc) Cet éco-label reprend les mêmes critères que l'écolabel européen « copying paper ».

NF Environnement Dans la mesure où il existe déjà un label européen pour le papier, la France n’en a pas développé de spécifique. En revanche, NF Environnement s’applique pour les enveloppes, cahiers, bloc-notes…

La boucle de Möbius Ce logo indique la teneur en matières recyclées. Les bonnes pratiques de l'utilisation de ce logo sont régies par la norme ISO 14021 mais il n’est pas contrôlé par une tierce partie.

Apur Le logo de l'Association des Producteurs et des Utilisateurs de papiers-cartons Recyclés (APUR) indique que le produit contient des fibres recyclées. Chaque gamme de papier ou carton comporte un numéro d’agrément garantissant l’authenticité de l’information donnée aux acheteurs.


Et les papiers vierges issus de forêts gérées durablement ? FSC Ce logo indique que le bois utilisé est issu de forêts gérées durablement. Le Forest Stewardship Council est une organisation internationale fondée par des associations de défense de l’environnement qui intègre des critères économiques, sociaux et environnementaux dans leur évaluation du respect d’une gestion durable des forêts.

PEFC Ce logo indique que le bois utilisé est issu de forêts gérées durablement. Le Program for Endorsement of Forest Certification Schemes (PEFC) ou Programme de reconnaissance des certifications forestières est un système de certification né d’une initiative européenne des professionnels du bois. Elle regroupe désormais le Canada, les Etats-Unis, la Malaisie…

Que vous choisissiez d’utiliser un papier recyclé ou un papier issu d’une forêt gérée durablement, pensez à valoriser votre démarche en précisant les efforts réalisés : «imprimé sur du papier certifié écolabel européen» ou «imprimé sur du papier 100% recyclé».


Le saviez-vous ? On ne le sait pas assez : la forêt française se porte bien ! Avec plus de 15,5 millions d’hectares dont 4 millions d’hectares déjà éco-certifiés, elle couvre aujourd’hui 28% du territoire métropolitain. Si sa surface a doublé depuis 1827, elle ne cesse de s’accroître d’environ 40 000 hectares par an (source France Bois Forêt). Allez, avouez-le, vous aussi vous pensez que l’industrie papetière détruit la forêt. Pourtant, il n’en est rien ! L’industrie papetière n’utilise que les sous-produits de la forêt, c’est-à-dire les chutes de scieries et les coupes d’éclaircies, lesquelles sont nécessaires à la croissance des arbres (source COPACEL).Autant dire que le papier est une chance pour la forêt. Ce qui ne veut pas dire qu’on peut le gaspiller !


La fabrication du papier fait du bien Ă  nos forĂŞts. Si si !


Monochromie, bichromie ou quadrichromie ? D’abord, il faut savoir que le procédé offset quadrichromie permet d’optimiser la gestion des stocks d’encres et de limiter les opérations de nettoyage. Les procédés en monochromie et bichromie nécessitent quant à eux de changer les encres à chaque cycle de production et de procéder à un nettoyage complet entre deux impressions afin d’éviter les mélanges de couleurs. Par ailleurs, ces deux procédés posent des problèmes de stockage et de péremption des encres. Il est donc conseillé de choisir l’offset quadrichromie qui, à partir de quatre couleurs (cyan, magenta, jaune et noir) permet d’obtenir un vaste panel de teintes.

Pensez aussi à : • Eviter les couleurs à effet métallique qui contiennent des métaux • Limiter les pelliculages quand un simple vernis peut suffire • Limiter les recours aux aplats de couleurs ou, à défaut, les surfaces concernées et la densité de la couleur • Utiliser des encres végétales, plus respectueuses de l’environnement • Réduire autant que possible le format du document, éviter les interlignages superflus


Les 4 couleurs de la quadrichromie : cyan, magenta, jaune et noir.


Comment bien choisir son imprimeur ? logo Imprim’Vert Le must : choisir un imprimeur Imprim’Vert qui présente un bilan carbone neutre. Et à défaut un imprimeur Imprim’Vert ou un imprimeur qui répond à la norme ISO 14001. En privilégiant les imprimeurs Imprim’Vert, vous obtenez ainsi des garanties sur les pratiques sur site en termes d’élimination des déchets dangereux conformément à la réglementation ainsi que de sécurisation des stockages de produits dangereux. Mais pour bien choisir son imprimeur, il faut aussi tenir compte des garanties environnementales qu’ils peuvent offrir en matière de qualité écologique du papier, des encres et des produits associés, comme de la limitation du recours aux substances chimiques.

Les encres végétales : plus écolos et plus brillantes !


Pourquoi choisir des encres végétales ? Les encres traditionnelles sont composées de pigment, de solvant et d’adjuvants (diluant, gélifiant, tensioactifs…). Elles contiennent des substances dangereuses pour la santé qui se diffusent dans l’air lors de la phase d’impression. Les encres végétales, quant à elles, sont moins toxiques, et ce n’est pas là leur seul avantage. Obtenues à partir de ressources renouvelables (huile de tournesol, colza, soja, lin…), elles réduisent les émissions de CO2, sont biodégradables (sauf les pigments) et apportent plus de brillance et d’intensité aux couleurs ainsi que davantage de constance dans la qualité d’impression.


www.macomsurle

Le choix du support de communication, un choix stratĂŠgique !


Pourquoi ne pas dématérialiser votre support ?

enet.fr

Le saviez-vous ? Un CD-Rom peut contenir autant d’informations que 500 grammes de papier inprimé. Si le CD-Rom a des impacts sur l’environnement (il est recouvert d’aluminium, de colorants et de vernis qui ont des impacts sur l’eau, l’air et le sol), son élimination avec les déchets ménagers ne cause pas de pollution particulière. La dématérialisation des documents (CD-Rom, site Internet, mini site, mailing…) peut, dans certains cas, être une bonne alternative. TOUT DÉPEND DE VOS OBJECTIFS !

…ou mieux maîtriser l’impact de la diffusion ? • Evitez les stocks ! N’imprimez que le juste nécessaire. • Privilégiez les formats standard (A4 ou A5) plutôt que les formats découpe afin de réduire les rognes et donc la consommation de papier. • Pensez au volume et au poids de votre support ! Plus votre document est volumineux, plus l’emballage et le transport seront chers et consommateurs d’énergie. • Attention à la robustesse du support ! S’il est trop fragile, vous aurez besoin d’un emballage plus robuste, et donc de plus de matières premières. • Utilisez des emballages recyclables et des matériaux écologiques pour protéger vos colis fragiles (ex : flocons de maïs, chutes de papier). • Et après ? Demandez-vous si vos supports et vos emballages peuvent être recyclés. Encouragez les lecteurs au tri (« Donnez une nouvelle vie à votre imprimé, triez le papier ! »). Car tous vos efforts méritent bien d’être suivis !


L’éco-com, ça commence au bureau ! Selon une enquête Ipsos et Lexmark réalisée en 2006 sur le gaspillage au bureau, nous sommes 94% à avoir conscience de l’impact économique et environnemental du gaspillage de papier. Mais nous ne savons pas toujours les bonnes pratiques à adopter. Voici quelques gestes simples à suivre au quotidien : 1°) Utilisez du papier écolabillisé ou recyclé pour vos impressions bureau. Pour connaître la liste des papiers écolabillisés, rendez-vous sur www.ecolabel.com 2°) Imprimez en recto verso. Pensez à paramétrer cette option par défaut. L’impression recto verso vous permet d’économiser environ 30% de votre consommation papier, et de diminuer la consommation d’énergie et le volume de papier à traiter en fin de vie. Avantages non négligeables, l’impression recto-verso rend vos dossiers moins épais, moins lourds, et vos archives moins volumineuses. 3°) Imprimez en réseau et réduisez ainsi votre parc d’imprimantes. 4°) Utilisez un logiciel de gestion des impressions. Le logiciel Watchdoc conçu par Doxense pour limiter le gaspillage de papier et d’encre, permet aux utilisateurs de vérifier l’adéquation entre leurs besoins et les moyens mis en œuvre en matière d’impression. On estime en moyenne que 20% des volumes imprimés peuvent être ainsi économisés. 5°) Utilisez des cartouches d’encre re-manufacturées ou, pour les impressions laser, des cartouches répondant aux exigences NF Environnement « Cartouche d’impression laser ». 6°) Dématérialisez vos réunions de travail. Les conférences téléphoniques ou en visioconférence vous font économiser du temps, de l’argent et réduisent les impacts sur l’environnement.


Utiliser du papier recyclé, c’est bien. Si on pense aussi à limiter les impressions !


L'agence conseil heureuse en communication durable 2, rue Jacques Lemercier • 31000 Toulouse • Tél. : 05 34 45 63 56

www.poolcom.fr

Imprimé sur papier Cyclus, avec des encres végétales.

Et si on concevait ensemble une communication plus responsable ?


L'ECOLOMAG de POOL//