Page 1

Fonds d’investissement étudiant de Polytechnique Montréal

Note Sectorielle Semaine du 12 août2013


Semaine du 12 août

Cette note sectorielle a été réalisée par l’ensemble des étudiants de PolyFinances, le fonds d’investissement étudiant de Polytechnique Montréal. Elle a pour but de vous présenter l’actualité économique, industrielle et de la recherche dans les secteurs associés aux génies enseignés à Polytechnique Montréal. Nous invitons le lecteur qui souhaiterait plus d’information sur un sujet précis à regarder la webographie présente à la fin de chaque article.

Bonne lecture.


Sommaire Aérospatial et Défense Biotechnologies et Pharmaceutiques Energie et Environnement Manufacturier et Services Matériaux et Construction Minier Pétrole et Ressources Naturelles Technologies de l’Information

4 6 8 10 12 14 16 20

3


Aérospatial et Défense

Semaine du 12 août

Un abonnement pour des vols régionaux illimités : le pari de Surf Air

En Californie, un trublion parmi les compagnies aériennes bouscule depuis quelques mois le marché américain des vols régionaux. La startup de 60 employés, dont 25 pilotes et 3 avions d’affaires (Pilatus PC-12, capacité de 6 passagers) propose pour 500$us d’adhésion et 1650$us d’abonnement mensuel des vols entre des villes de la Silicon Valley illimités. Un « all-you-canfly » d’après son directeur, Wade Eyerly. Le concept s’est inspiré de l’insatisfaction grandissante des passagers du transport aérien : des réservations à faire bien avant le vol, une attente importante tout le long du voyage (enregistrement des bagages, contrôles de sécurité, récupération des bagages), des retards provoqués par la grande affluence des aéroports internationaux, … Il s’agit donc de proposer à une clientèle aisée - qui voyage fréquemment mais qui ne peut pas se permettre d’acheter son propre avion - un moyen de transport plus rapide et pratique. Les appareils de la compagnie ne joignent que les aéroports régionaux, plus petits et bien moins fréquentés que les aéroports internationaux, permettant de gagner du temps et d’économiser sur les taxes aéroportuaires. Depuis juin, le service initial joint Burbank et San Carlos ; il est prévu d’ajouter cet été au service Monterey et Santa Barbara. Pour pouvoir mener à terme ce projet, un capital de 11 millions de dollars a dû être levé. Parmi ses investisseurs, on retrouve Velos Partners, Base Ventures et Anthem Ventures, ainsi que l’acteur Jared Leto et le développeur Rick Caruso. Actuellement 300 adhérents ont signé un abonnement avec la compagnie, dont le salaire brut annuel moyen est de 300 000$us. M. Eyerly attend de nombreuses autres souscriptions, si le concept continue à faire ses preuves. Toutefois des critiques s’élèvent contre le concept de Surf Air. Pour une compagnie aérienne, il est difficile de faire des profits étant donné les faibles marges de manœuvre et les prix extrêmement concurrentiels. L’investissement est risqué, car il s’agit de quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant. Wade Eyerly reste optimiste et est prêt à tirer des nouvelles leçons du concept « all-you-can-fly », pour peut-être un jour révolutionner entièrement le secteur du transport aérien. Résumé par Caroline DIETRICH


«All-You-Can-Fly Airline Takes Off», dans CNBC. Publié le 12/06/2013. Tiré de : http://www.cnbc.com/id/100811076

Aérospatial et Défense

«All-You-Can-Fly Airline Plies the California Coast», dans The New York Times. Publié le 05/08/2013. Tiré de : http://www.nytimes.com/2013/08/06/business/airline-banks-on-a-buffet-style-businessmodel.html?pagewanted=2&_r=0&src=me


Biotechnologies et Pharmaceutiques Onyx dans la mire d’Amgen

Le succès du Kyprolis, maintenant approuvé par la FDA et connaissant des ventes phénoménales, augmente l’intérêt des acheteurs potentiels d’Onyx Pharmaceuticals (NASDAQ : ONXX). En effet, il y a maintenant plus d’un mois, Tony Coles, CEO d’Onyx, confirmait que sa compagnie spécialisée en oncologie était en vente, tout en refusant une première offre d’Amgen chiffrée à 10 milliards, faisant par le fait même bondir le cours boursier des actions de l’entreprise de plus de 50%. Le Kyprolis, nouveau produit vedette d’Onyx, est un des attraits importants de l’entreprise californienne. Visant à guérir les myélomes multiples des os (un cancer prenant source dans les cellules de la moelle osseuse), cette molécule mise sur le marché entièrement par Onyx pourrait atteindre des ventes de plus de 1.5 milliards d’ici 2018 selon une analyse de J.P. Morgan. Depuis cette première offre d’Amgen, plusieurs autres noms de compagnies, dont Pfizer, Novartis, AstraZeneca et Bayer, ont circulé dans les rumeurs d’achat d’Onyx. Possiblement découragés par la valeur boursière élevée d’Onyx, aucun de ces géants n’a toutefois fait parvenir d’offre officielle à Coles. Par contre, on apprend cette semaine que l’intérêt d’Amgen est revivifié. Souffrant d’une gamme de produits vieillissants qui pourraient bientôt faire face à une vague de génériques des compétiteurs, Amgen pourrait être intéressé à ajouter les innovations d’Onyx à son éventail de médicaments d’oncologie. En parallèle, Coles affirme qu’Amgen n’est pas l’unique compétiteur dans la course, sans commenter davantage. Sachant que les médicaments contre le cancer sont généralement synonymes de croissance, il ne serait pas surprenant de voir d’autres joueurs se joindre aux discussions… Résumé par François MARCOUX

Semaine du 12 août

«Amgen deal for Onyx possible within week», dans Reuters. Publié le 7/8/2013. Tiré de : http://www.reuters.com/article/2013/08/07/onyx-amgen-idUSL1N0G817720130807 «Onyx staffs up for Kyprolis’ assault on myeloma market », dans FiercePharma. Publié le 23/7/2012. Tiré de : http://www.fiercepharma.com/story/onyx-staffs-kyprolis-assault-myeloma-market/2012-0723 «A long lineup of potentiel buyers crowds Onyx picture », dans FiercePharma. Publié le 2/7/2013 Tiré de : http://www.fiercebiotech.com/story/analysis-long-lineup-potential-buyers-crowds-onyxpicture/2013-07-02 «Onyx Potential Sale Involves Multiple Parties, CEO Says », dans Bloomberg. Publié le 9/8/2013 Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2013-08-08/multiple-parties-involved-in-potential-onyxsale-ceo-says-1-.html


7

Biotechnologies et Pharmaceutiques


Énergie et Environnement Greater Gabbard entre officiellement en fonction, mais l’Allemagne sème le doute

Greater Gabbard (504 MW), alias le deuxième plus grand parc éolien off-shore au monde, est officiellement entré en fonction cette semaine au large de la côte est britannique. Capable d’alimenter jusqu’à 500 000 foyers de la région londonienne, le projet de 1.3 milliard de livres avait débuté en mai 2008. Cette ouverture survient un mois après que le ruban du plus grand parc ait été coupé, le London Array (630 MW), confirmant la Grande-Bretagne comme meneur de l’industrie, aux côtés de Siemens qui, en plus de ces 2 projets, a fourni les turbines de cinq autres parcs du top dix. Cet optimisme britannique est évidemment partagé par la European Wind Energy Association (EWEA) qui dans son récent rapport fait l’éloge de l’éolien off-shore et prévoit 40 GW installés en Europe d’ici 2020. Malgré tout, un certain scepticisme plane quant à cette ressource très irrégulière, qui doit être opérer en parallèle avec un excellent réseau de stockage ou combiné à des ressources stockables, comme c’est le cas au Danemark avec les barrages hydroélectriques. En effet, l’expérience allemande met en évidence des problèmes potentiels, notamment l’escalade des prix suivant l’éloignement des parcs pour les rendre invisibles de la côte. Cette hausse des prix a été transmise aux consommateurs, au point où des rumeurs de prix plafond pour l’électricité circulaient. Même si cette idée ne s’est pas concrétisée, les investisseurs ont été effrayés, et les contrecoups n’ont pas tardés : ralentissement, licenciements et faillite pour certains manufacturiers. Le projet prévoit un fonctionnement à 43% annuellement, alors nous verrons si l’intégration se fait de façon adéquate dans le réseau londonien.

Semaine du 12 août

Résumé par Benoit THIBAULT «Official opening for Greater Gabbard wind farm», dans Energy Voice. Publié le 07/08/2013. Tiré de : http://www.energyvoice.com/2013/08/official-opening-for-greater-gabbard-wind-farm/ «European Offshore Wind: Germany Points To Possible Trouble On The Horizon», dans Forbes.com. Publié le 08/08/2013. Tiré de : http://www.forbes.com/sites/peterdetwiler/2013/08/08/european-offshore-wind-germanypoints-to-possible-trouble-on-the-horizon/


Énergie et Environnement


Manufacturier et services Invensys appartient désormais à Schneider Electric

Nous vous en parlions dans la note sectorielle du 15 juillet, Schneider Electric avait annoncé sa volonté de racheter le groupe d’ingénierie britannique Invensys. C’est chose faite depuis le 31 juillet, Schneider Electric va devoir débourser 3.4 milliards de livres (5.4 milliards de dollars canadiens) dans l’opération. Le groupe français a annoncé de possibles suppressions d’emplois chez Invensys dans le cadre d’un plan visant à sauver 122 millions de livres par an. C’est la dernière acquisition en date d’une série d’achat d’entreprises britanniques par des compagnies étrangères, parmi lesquelles on peut citer le rachat de Tomkins par le conglomérat canadien Onex Corporation ou encore l’acquisition par l’américain Emerson Electric de la compagnie Chloride. Résumé par Matthieu DE NADAI « Invensys agrees takeover by France's Schneider », dans The Guardian. Publié le 31/07/2013. Tiré de : http://www.theguardian.com/business/2013/jul/31/invensys-takeover-france-schneider? INTCMP=SRCH

Semaine du 12 août

« Invensys to join foreign legion in £3.4bn takeover by Schneider », dans The Financial Times. Publié le 01/08/2013. Tiré de : http://www.ft.com/intl/cms/s/0/92712f20-f9e7-11e2-b8ef00144feabdc0.html#axzz2bTA3e8PO


Une des entreprises de restaurations canadiennes les plus connues enregistre un bénéfice net en hausse de 14.5% avec $CAD 123.7 millions au deuxième trimestre. Une belle performance car son chiffre d’affaires n’a progressé que de 1.9% passant de $CAD 785.6 millions l’année dernière à $CAD 800.1 millions cette année. Tim Hortons devance ses concurrents ici aussi puisque la hausse des ventes du secteur s’élève à 1.5% au Canada. Ce résultat positif est dû à la partie canadienne de l’activité de Tim Hortons, la branche américaine ayant accusé un recul de $CAD 1.5 millions à $CAD 2.6 millions. Parallèlement, Tim Hortons a réussi jeudi dernier à obtenir l’autorisation réglementaire de racheter 10% de ses parts. L’entreprise s’étant déclarée prête à emprunter jusqu’à $CAD 900 millions pour compléter ce rachat de capital. L’entreprise se veut rassurante et déclare que cet investissement maintiendra sa flexibilité et sa capacité à créer de la valeur. Résumé par Matthieu DE NADAI

Manufacturier et services

Hausse des profits pour Tim Hortons

«Canada’s Tim Hortons to Reduce U.S. Capital Spending», dans Bloomberg. Publié le 08/08/2013. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2013-08-08/tim-hortons-profit-tops-estimates-on-same-storesales.html «Tim Hortons voit son profit net augmenter», dans La Presse. Publié le 08/08/2013. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/commerce-de-detail/201308/08/01-4678146-tim-hortonsvoit-son-profit-net-augmenter.php

11


Matériaux et Construction

Semaine du 12 août

Le groupe français Vicat développe un ciment plus « vert »

Le groupe français Vicat, cimentier international et troisième cimentier français, se lance dans l'exploitation souterraine de sa mine de bauxite "des Usclades", à Villeveyrac dans le sud de la France, dans le cadre du développement d'un nouveau ciment bas carbone plus « écologique », l'Alpenat, qui provoquerait moins d'effet de serre. Ce gisement de bauxite est l'un des derniers en Europe et les réserves de ces mines à la fois à ciel ouvert et souterraines sont estimées entre 10 et 25 millions de tonnes. En 2008, le groupe avait pris une participation minoritaire au capital de Sodicapei, Société de Développement Industriel et de Commercialisation de l'Association de Parents d’Enfants Inadaptés basée dans la région française du Languedoc-Roussillon qui exploite actuellement les mines à ciel ouvert "des Usclades", souhaitant à la fois pérenniser un projet social important et rare dans ce secteur d’activités puisque près d'un tiers des 40 salariés employés sur le site de Villeveyrac ont un handicap et valoriser les ressources du gisement de bauxite. Afin d'accroître la production de ce gisement, Vicat prépare aujourd'hui un dossier de permis d'exploitation souterraine de la mine, après que Sodicapei ait obtenu en 2012 une nouvelle concession de vingt-cinq ans. La bauxite étant un produit indispensable à la fabrication du ciment puisqu’elle fait partie des quatre principales molécules entrant dans sa composition, le groupe sécurise ainsi son accès à une matière première stratégique en maîtrisant son prix de revient sur le long terme. Les nouvelles galeries souterraines pourraient être opérationnelles dans le courant de 2015, le temps de mettre l'Alpenat, encore en attente de certification après huit années de recherche en laboratoires, sur le marché des ciments destinés aux ouvrages d'art, autoroutes ou pistes d'aéroport. Ce nouveau ciment très gourmand en bauxite permet de réduire de 30 % les émissions de gaz carbonique au cours du processus de dé-carbonatation et de sa fabrication, en raison d'une cuisson à plus faible température et d'une moindre composition en calcium, sans toutefois altérer ses performances mécaniques équivalentes à celles de produits plus classiques. Ce produit innovant s’inscrit au cœur de la stratégie du groupe Vicat, inventeur du ciment artificiel, et permettra certainement de relancer l'activité du groupe en France puisque 100 000 à 150 000 tonnes pourraient être produites pour le marché français à terme. Résumé par Léa FAGGIO


«Vicat va tester la production d’un nouveau ciment "vert"», dans Le Moniteur. Publié le 20 juin 2013. Tiré de : http://www.lemoniteur.fr/141-industrie-negoce/article/actualite/21548161-vicat-va-tester-laproduction-d-un-nouveau-ciment-vert «Prise de participation de Vicat dans SODICAPEI pour l’exploitation d’une mine de bauxite», dans www.vicat.fr. Publié en juillet 2008. Tiré de : http://www.vicat.fr/fr/Groupe-Vicat/Actualites-Groupe/Prise-de-participation-de-Vicat-dansSODICAPEI-pour-l-exploitation-d-une-mine-de-bauxite «Vicat lance un test de production industrielle de l’Alpenat, son nouveau ciment bas carbone», dans www.vicat.fr. Publié en juin 2013. Tiré de : http://www.vicat.fr/fr/Groupe-Vicat/Actualites-Groupe/Vicat-lance-un-test-de-productionindustrielle-de-l-Alpenat-R-son-nouveau-ciment-bas-carbone

Matériaux et Construction

«Vicat veut exploiter une mine souterraine dans l’Hérault», dans les Echos. Publié le 06 août 2013. Tiré de : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/industrie-lourde/actu/0202932406509-vicat-veutexploiter-une-mine-souterraine-dans-l-herault-593148.php

13


Minier Rio Tinto, toujours en difficulté, renonce à vendre Pacific Aluminium faute de repreneurs

Rio Tinto a annoncé un résultat en baisse de 18% pour le premier semestre à $4.23 milliards contre $5.15 milliards l’année précédente. Néanmoins, la compagnie minière va augmenter sa dividende de 15% à $0.83. Le groupe souligne en outre qu’il a déjà atteint une réduction de $1.5 milliard de ses couts opérationnels, en accord avec son plan de réduction des couts de $5 milliards en cinq ans. Mais au-delà de ces résultats contrastés, l’évènement majeur de cette semaine est la reconnaissance par Rio Tinto de l’échec de la vente de Pacific Aluminium. Cette filiale a été rattachée à Rio Tinto lors de l’achat d’Alcan en 2007 pour $38 milliards. Cette acquisition continue de couter très cher à Rio Tinto qui a déjà dû déprécier son investissement de $30 milliards dans un contexte de baisse de la demande d’aluminium. Pacific Aluminium était en vente depuis 2011 pour somme comprise entre $2 et 3 milliards selon le Crédit Suisse. La transaction devait permettre à Rio Tinto de réduire sa dette nette ($22 milliards) pour conserver sa note de crédit AAA. La filiale mise en vente regroupe cinq fonderies d’aluminium, une mine de bauxite et une raffinerie d’aluminium en Australie et en Nouvelle-Zélande. Selon Rio Tinto, la vente de la filiale avec une plus value est impossible dans le contexte actuel. La société va donc être réintégrée à Rio Tinto Alcan. Cependant, Sam Walch, directeur général du groupe, prévient : « faire marcher deux affaires avec une même organisation … ça ne va pas être très productif ». Selon les analystes, les actionnaires des grandes compagnies leur demandent présentement de réduire leurs actifs et de diminuer leurs couts de fonctionnement pour faire face à la crise que connait actuellement le secteur minier due aux faibles prix des commodités et à l’incertitude concernant la croissance dans le monde et principalement en Chine.

Semaine du 12 août

Résumé par Guillaume VERGNE «Rio chief avoids talk of aluminium spin-off», dans The Australian. Publié le 10/08/2013. Tiré de : http://www.theaustralian.com.au/business/companies/rio-chief-avoids-talk-of-aluminium-spin -off/story-fn91v9q3-1226694531196 «Rio Tinto annonce des résultats en baisse au 1er semestre», dans Les Echos. Publié le 08/08/2013. Tiré de : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/industrie-lourde/actu/reuters-00541560-rio-tintoannonce-des-resultats-en-baisse-au-1er-semestre-593912.php

«Rio Tinto scraps Pacific Aluminium unit sale», dans The Financial Times. Publié le 08/08/2013. Tiré de : http://www.ft.com/intl/cms/s/0/ffcdfab6-ffec-11e2-9c4000144feab7de.html#axzz2bVV9HOWI


15

Minier


Pétrole et ressources naturellles

Semaine du 12 août

De nouvelles estimations pour la demande en brut

Dans son rapport mensuel sur les produits pétroliers publié vendredi 9 août, l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) revoit à la baisse ses estimations concernant la demande de brut pour 2013 et 2014. La tendance à la hausse reste bien évidemment confirmée pour les années à venir, cependant l’augmentation prévue par l’AIE a été réévaluée en dessous de ce qui était prévu par les rapports mensuels précédents. Ce nouveau scénario a été réalisé en tenant compte des derniers chiffres publiés par le Fond Monétaire International (FMI) au sujet des perspectives économiques mondiales. En effet, le FMI a également diminué ses estimations de la croissance de l’économie mondiale pour les années 2013 et 2014. Cette dernière est maintenant estimée à 3,1% pour l’année 2013 (contre 3,3% dans les estimations réalisées par le FMI en avril 2013) et 3,8% pour l’année 2014 (contre 4% dans les chiffres d’avril 2013). De fait, l’AIE qui prévoyait une hausse de 930.000 barils de la demande journalière de pétrole a réévalué à seulement 895.000 barils cette hausse, ce qui portera la demande journalière à un total de 90,8 millions de barils par jour en 2013. De même, la demande estimée pour 2014 sera de 92 millions de barils par jours selon ce nouveau scénario. Quant à elle, l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) revoit à la hausse ses estimations de la demande de brut pour la fin 2013 et l’année 2014. Selon elle, la demande de brut pour l’année 2014 sera de 90,75 millions de barils par jour (ce qui semble converger vers les estimations de l’AIE). Ces augmentations des prévisions sont basées sur des données provisoires pour le premier semestre 2013 meilleures qu’attendues et aussi sur la hausse de la demande de brut en Amérique du Nord provoquée par la reprise aux Etats-Unis. Toutefois, ces nouvelles évaluations n’apportent pas de changements majeurs dans les observations de l’AIE : ce sont toujours les pays en développement qui tirent la demande vers le haut alors que les pays développés tendent à diminuer leur consommation. L’agence souligne que « les pays hors OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économique) resteront le moteur de la demande pétrolière mondiale, tandis que la consommation des pays de l’OCDE continue à décliner ». Par ailleurs, l’AIE ajoute que « la demande hors OCDE devrait dépasser celle de l’OCDE au 3e trimestre 2013 ». Résumé par Lucas PICCI Pétrole : l’AIE revoit ses prévisions à la baisse», dans Les Echos. Publié le 09/08/2013. Tiré de : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0202942847709petrole-l-agence-internationale-de-l-energie-revoit-ses-previsions-a-la-baisse-594235.php

«Opep: la demande mondiale de brut revue à la hausse», dans La Presse. Publié le 09/08/2013. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/energie-et-ressources/201308/09/01-4678432-opep-lademande-mondiale-de-brut-revue-a-la-hausse.php


Après le succès mitigé et les vives réactions d’opposition rencontrées par Keystone XL aux ÉtatsUnis et Northen Gateway en Colombie britannique, TransCanada confirme son intérêt d’aller de l’avant avec le projet Oléoduc Énergie Est, un autre immense pipeline qui permettrait d’acheminer les produits issus de l’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta vers les raffineries de l’Est du Canada, et ensuite vers le marché asiatique – à travers le Québec. Le projet de 12 milliard de dollars qui a été lancé officiellement en fin Juillet devrait permettre d’acheminer environ 1.1 millions de barils par jour de pétrole saskatchewannais et albertain vers les raffineries de l’Est du Canada, notamment celles du Québec et du Nouveau Brunswick. Les phases du projet incluent principalement la conversion de l’actuel gazoduc transcanadien en oléoduc, la construction d’un nouvel oléoduc de 1 400 km (pour une longueur totale de 4 400 km de pipeline) et la construction de nouvelles installations connexes, dont trois terminaux avec installations maritimes en Saskatchewan, au Québec et au Nouveau Brunswick. Le tracé final du pipeline devrait être déterminé après les consultations publiques, qui détermineront aussi la viabilité sociale du projet. Au Québec, les opinions sont partagées. Tout comme le PLQ et la CAQ, le gouvernement du Québec semblerait s’aligner comme celui du Canada en faveur au projet, compte tenu des retombées économiques, des perspectives de création d’emplois, et de sécurité énergétique qui seraient garanties. De l’autre côté, les environnementalistes dénoncent le retour à la dépendance au pétrole, et les émissions et résidus importants associés au pétrole lourd. Le débat du pétrole bitumineux s’ouvre de nouveau, cette fois au Québec. Le processus de consultations publiques est maintenant enclenché, avec des rencontres citoyennes ont déjà été planifiées dans plusieurs municipalités. C’est en milieu d’année 2015 que l’Office Nationale de l’Énergie devrait rendre une décision finale sur le projet Oléoduc Énergie-Est.

Pétrole et ressources naturellles

TransCanada: Projet d’oléoduc Énergie-Est pour acheminement du pétrole albertain à travers le Québec

Résumé par Isabelle FOTSING «L'oléoduc Énergie Est sera profitable pour la côte est, soutient Harper», dans Radio Canada. Publié le 08/08/2013. Tiré de : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/08/08/006-oleoduc-energie-est-defensestephen-harper.shtml «Québec et le pipeline», dans Huffington Post. Publié le 05/08/2013. Tiré de : http://quebec.huffingtonpost.ca/donald-charette/quebec-et-le-pipeline_b_3709199.html? utm_hp_ref=politique «TransCanada veut bâtir un pipeline à travers le Québec», dans Radio Canada. Publié le 01/08/2013. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/energie-et-ressources/201308/01/01-4675990transcanada-veut-batir-un-pipeline-a-travers-le-quebec.php

17


Pétrole et ressources naturellles 720 millions de dollars de participation vendues par ConocoPhillips !

ConocoPhillips, le géant américain spécialisé dans l'extraction, le transport et la transformation du pétrole, a annoncé qu'il a conclu un accord d’environ 720 millions de dollars (751 millions de $CAD) avec Imperial Oil ainsi qu’ExxonMobil Canada dans l’objectif de vendre son entière participation dans un projet canadien de sable bitumineux. Ainsi, grâce à la vente de ses 226 000 hectares dans la région de Clyden, ConocoPhillips enregistrera un gain après impôts de 450 millions de dollars. Du coté d’Exxon Canada, la transaction leur permettra de détenir une participation de 72,5% dans le pays, alors que le reste sera contrôlé par la compagnie Imperial Oil. Cette transaction rentre dans la nouvelle stratégie de ConocoPhillips, qui est de vendre ses actifs non stratégiques dans le but réduire sa présence dans le secteur des sables bitumineux et d’investir dans des projets à rendements plus élevés. En effet, depuis 2012, l’entreprise a vendu l’équivalent de 13,5 milliards de dollars de projets aux Etats-Unis, en Australie, au Nigéria ainsi qu’en Algérie afin de se concentrer sur son pétrole de schiste américain et sur ses opérations sur le gaz naturel. Suite à cette annonce, les actions de Conoco ont augmenté de 0,6% pour terminer à 66,91 $. Pour sa part, Exxon a ajouté 0,4% au prix de ses actions, portant celui ci à 91,66$, tandis que les actions d’Imperial Oil ont chuté de 0,1$. Résumé par Alexandre JUMELLE-KOUAKOU

Semaine du 12 août

«Conoco in $720M oil sands deal with Exxon, Imperial », dans Business News Network. Publié le 08/08/2013. Tiré de : http://www.bnn.ca/News/2013/8/8/Conoco-in-720M-oil-sands-deal-with-Exxon-Imperial.aspx

«ConocoPhillips Announces Agreement to Sell Clyden Oil Sands Asset», dans europetrole. Publié le 08/08/2013. Tiré de : http://www.euro-petrole.com/conocophillips-announces-agreement-to-sell-clyden-oil-sands-asset-n-i-8104


19

PĂŠtrole et ressources naturellles


Technologies de l’information BlackBerry menacé de disparition explore la piste d’une possible vente

Rien ne va plus pour BlackBerry. Après la démission de Prem Watsa de son poste au conseil d’administration de l’entreprise et suite aux ventes décevantes des nouveaux téléphones mobiles notamment le Z10 et le Q10, l’entreprise a annoncé réfléchir à des stratégies alternatives incluant une possible vente. Un comité spécial composé de cinq des huit membres restant du conseil d’administration, dont le directeur general Thorsten Heins a ainsi été mis sur pied. L’entreprise est en totale perte de vitesse et ne représente plus que 3% du marché mondial des téléphones, se faisant au passage dépassé par Windows Phone de Microsoft. De ce fait, son action a perdu plus de 19% depuis de le début de l’année. La capitalisation boursière est quant à elle passée de 84 milliards de dollars en 2008 contre 4.8 milliards de dollars en 2013. Malheureusement ces chiffres n’attirent pas les investisseurs mais cela n’est pas le seul point noir. Comparé aux autres entreprises dans le domaine, la gamme de produits de BlackBerry est très peu diversifiée et l’entreprise jouit d’une mauvaise réputation depuis l’interruption à grande échelle de ses services en 2011 dû à une panne. Tous ces éléments mettent ainsi la compagnie dans l’impasse. Des rumeurs veulent que Facebook, désireux de se lancer dans le marché des téléphones intelligents pourrait être intéressé mais pour le moment il y’a absolument rien de concret. BlackBerry, autrefois pionner dans le marché du téléphone intelligent et fleuron de l’industrie canadienne est donc menacé de disparition, chose encore inimaginable il y’a quelques années.

Semaine du 12 août

Résumé par Ludovic DEUMAGA «blackberry will consider sale of company with formation of special committee», dans TheVerge. Publié le 12/08/2013. Tiré de : http://www.theverge.com/2013/8/12/4613464/blackberry-will-consider-sale-of-companywith-formation-of-special-committee «blackberry to exploration of strategic alternatives including a sale»,dans mobilesyrup.com. Publié le 12/08/2013. Tiré de : http://mobilesyrup.com/2013/08/12/blackberry-to-exploration-of-strategic- alternativesincluding-a-sale/


21

Technologies de l’information


Réalisation Aérospatiale et Défense :

Caroline DIETRICH David ST-JACQUES Biotechnologies et Pharmaceutiques : François MARCOUX Julie CHARRON-LATOUR Energie et Environnement : Benoit THIBAULT Ilias TIHANI Ivan BELTRAN Manufacturier et Services : Marie-Pier DUFORT Matthieu DE NADAI Matériaux et Construction : Léa FAGGIO Yahya DIALLO

Semaine du 12 août

Minier : Camille MATTE Guillaume VERGNE Pétrole et Ressources Naturelles : Alexandre JUMELLE-KOUAKOU Isabelle FOTSING Lucas PICCI

Technologies de l’Information : Arthur CLAIRE Ludovic DEUMAGA


Nos partenaires

Le comitĂŠ est fier de remercier ses partenaires !

23


Adresse postale Case postale 6079, succursale Centre-ville MontrĂŠal, QuĂŠbec, H3C 3A7

Courriel info@polyfinances.ca

Site web www.polyfinances.ca

PolyFinances-Note Sectorielle-Semaine du 12 août  

Note sectorielle du comité de PolyFinances de la semaine du 12 août 2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you