Issuu on Google+

POLYFINANCES FONDS D’INVESTISSEMENT ÉTUDIANT DE POLYTECHNIQUE MONTRÉAL

NOTES SECTORIELLES 24 FEVRIER 2014 1


SOMMAIRE Gulfstream : Leader pour les jets d’affaires  ���������������������������������������������������������������� 6 Airbus Group achète… une banque  ��������������������������������������������������������������������������� 8 Mexique-Canada : entente sur le transport aérien  ��������������������������������������������������� 10 GlaxoSmithKline inquièt de l’impact des « e-cigarettes »  ����������������������������������������� 12 Pilules électorales  ����������������������������������������������������������������������������������������������������� 14 Des robots pour la construction de bâtiments?  �������������������������������������������������������� 16 Éolien : le potentiel caché de l’autre côté de la méditerranée  ���������������������������������� 18 La progression de l’éolien  ����������������������������������������������������������������������������������������� 20 J’ai une fuite de gaz  �������������������������������������������������������������������������������������������������� 22 Énergie au dépend de l’environnement : et alors ?  �������������������������������������������������� 24 La France se lance dans les mines  �������������������������������������������������������������������������� 26 Un vent de privatisation souffle sur Sinopec  ������������������������������������������������������������� 28 CNQ renforce sa présence dans l’Ouest  ������������������������������������������������������������������ 30 Égypte: plus d’investissement en exploration !  ��������������������������������������������������������� 32 Fracturation : évolution et nouveaux horizons  ���������������������������������������������������������� 34 Uber, de la concurrence déloyale?  ��������������������������������������������������������������������������� 36 Tim Hortons se fait manger ses parts de beignes  ���������������������������������������������������� 38 Facebook casse sa tirelire pour Whatsapp  ��������������������������������������������������������������� 40


Polyfinances c’est... le fonds d’investissement étudiant de Polytechnique Montréal qui a été fondé en 2011 conjointement par le professeur Thierry Warin et par un groupe d’étudiants au baccalauréat provenant de l’orientation projets internationaux. PolyFinances a été mis sur pied pour permettre de faire le pont entre les compétences de l’élève-ingénieur et les secteurs industriels dans lesquels ses compétences s’exprimeront. PolyFinances contribue à former une nouvelle génération d’ingénieurs : au sommet de leur art en ingénierie, ils seront aussi capables d’analyser les forces et faiblesses d’une entreprise dans son environnement économique et commercial. En se basant sur des concepts d’économie industrielle, ils étudient des méthodes d’évaluation des entreprises menant à la gestion d’un

portefeuille d’actions boursières d’entreprises technologiques. Les ingénieurs ou futurs ingénieurs souhaitent aussi mettre la technologie au service de la finance. Une équipe d’étudiants de PolyFinances a d’ailleurs remporté un prix lors du Forum Fintech 2013 organisé par Finance Montréal. Ces ingénieurs pourront jouer un rôle prépondérant dans leurs futures organisations en faisant le lien entre les prises de décisions technologiques et leurs conséquences sur la valeur de l’entreprise mais aussi en proposant des solutions technologiques au secteur financier.

PolyFinances c’est un fonds d’investissement étudiant, une formation à l’économie industrielle et à la finance pour les ingénieurs et futurs ingénieurs, des projets technologiques appliqués à la finance, des conférences à Montréal animées par des professionnels de la finance et du monde de l’entreprise technologique et une mission dans une place financière internationale.

4


Pour sa troisième édition, PolyFinances 2014 étudiera le thème : «risques systémiques et risques systématiques». Pour ce faire, l’équipe de PolyFinances a décidé d’établir ses quartiers dans l’une des villes ayant la plus forte concentration d’institutions internationales, soit Washington. Ainsi, suite à la plus grosse crise financière mondiale, les étudiants seront en mesure d’étudier la stabilité financière, les régularisations proposées par les institutions financières pour diminuer leur contribution au risque systémique. Ainsi, PolyFinances envisage rencontrer différents intervenants dans des institutions telles que la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, la Banque interaméricaine de développement, Yahoo Finance, etc. Aussi, la visite de Hedge Funds est dans la mire de l’équipe. À travers le campus Washington, les étudiants espèrent approfondir leurs connaissances du monde de la finance et des institutions internationales. L’équipe travaille donc à la réalisation du campus Washington à la hauteur des précédents ayant eu lieu à New York en mars 2011 et en mars 2012. Au travers de ces campus, l’équipe PolyFinances a eu l’opportunité d’être reçue par Bloomberg, Merill Lynch, Perella Weinberg Partners, BNP Paribas, Moody’s, la Federal Reserve Bank, le département d’ingénierie financière de New York University, Galileo Global Advisors, l’Open Society Foundation, Dishart Communications, la business angel Anne Busquet et la délégation du Québec à New York ainsi que la mission permanente du Canada à l’ONU.


AÉROSPATIAL ET DÉFENSE Gulfstream : Leader pour les jets d’affaires David St-Jacques Finissant en génie mécanique (24/02/2014) Le poste de leader dans le secteur des avions d’affaires était occupé depuis 10 ans par l’entreprise québécoise

mise en service du CSeries.

Bombardier. En établissant un chiffre d’affaires supérieur de 1G $US à Bombardier, la société américaine Gulfstream occupe maintenant ce poste.

Pour Gulfstream, ce secteur a augmenté de 53% en 2013 pour un total de 144 avions livrés. Enfin, Bombardier a perdu son titre de leader non par son manque de livraison d’appareils, mais plutôt par la faiblesse du marché des jets d’affaires de petite taille pour lesquels cette entreprise est davantage spécialisée, alors que Gulfstream a une plus grande diversification de ces jets d’affaires.

Bombardier s’attendait par contre à ce revirement de situation avec la sortie récente du dernier modèle de Gulfstream, le G650. Cependant, Bombardier entreprend des mesures pour reprendre son titre de leader de court à moyen terme. S’ajoute à cette nouvelle la chute de l’action de Bombardier la semaine dernière dû à l’annonce d’une prévision à la baisse de ses profits en 2014. Cela est en grande partie dû à la forte augmentation des coûts reliés au programme de développement du CSeries. Ce dernier appareil est loin d’être approuvé par Transport Canada, organisme qui régularise tous les projets en aéronautique au pays. Ce dernier attend toujours que le CSeries complète ses heures de vols d’essais et la finalisation des rapports de performances. On se rappelle que ces retards sont majoritairement dus aux différents systèmes de contrôle numériques. Nommés par les termes «fly by wire», ils présentent une innovation dans le domaine et donc une des conséquences du retard de la

Pour revenir aux avions d’affaires, la livraison de ce type d’appareils s’élève à 678 pour 2013.

Bibliographie : «Jets d’affaires : Bombardier perd sa position de leader», dans LaPresse.ca. Publié le 19/02/2014. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/ transports/201402/19/01-4740537-jetsdaffaires-bombardier-perd-sa-position-deleader.php «Avions d’affaires : Gulfstream dépasse Bombardier», dans LaPresse.ca. Publié le 05/02/2014. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/ transports/201308/05/01-4677140-avions-


daffaires-gulfstream-depassebombardier.php

7 7


AÉROSPATIAL ET DÉFENSE Airbus Group achète… une banque Caroline Dietrich Étudiante à la maitrise en génie industriel

(24/02/2014) Ce vendredi 14 février, l’exEADS a annoncé l’acquisition de la banque Salzburg München Bank, filiale du groupe

suite à la tempête financière inédite sur la zone euro, le groupe avait annoncé officiellement en 2012 son intention de détenir une banque

autrichien Raiffeisenverband Salzburg, pour soutenir le financement des activités du groupe. Sous réserve de l’approbation des autorités de la concurrence allemandes, ce projet de banque interne devrait fournir à l’ensemble du groupe une plus grande flexibilité financière et diminuer les risques associés à la crise de la zone euro.

maison. Avant lui, les industriels Siemens, BMW, PSA ou Volkswagen s’étaient déjà dotés d’une banque essentiellement pour proposer des prêts à leurs clients. Le grand concurrent américain Boeing possède lui aussi une société financière, Boeing Capital, qui gère 4 G$ et aide les clients à financer les appareils commandés.

À priori, Airbus ne se dote pas d’une banque Après la transaction, la banque bavaroise, pour accorder des prêts, mais pour sécuriser qui emploie 50 personnes pour 530 M$ ses financements et ceux de ses investisseurs. d’actifs, sera renommée Airbus Group Bank. En effet, suite à la nouvelle règlementation Le prix d’acquisition n’a pas été dévoilé par le bancaire « Bâle 3 » en 2011, les grandes banques européennes qui financent l’aéronautique À priori, Airbus ne se dote pas – Société Générale, Royal Bank of d’une banque pour accorder Scotland et BNP Paribas – avaient réduit des prêts, mais pour sécuriser leurs activités de financement aérien. ses financements et ceux de Pour continuer à financer le lancement ses investisseurs. ses grands projets, le constructeur aéronautique ne pouvait plus reposer que sur les aides gouvernementales et constructeur aéronautique, mais cette dernière prêts préférentiels d’États européens. Avec les ne devrait pas plomber les résultats financiers longueurs administratives et tensions politiques du géant au 8.3 milliards d’euros (12.5 G$) de que cela inclut : le gouvernement allemand cash. ferait sourde oreille face aux demandes du constructeur, qui souhaite récupérer les 750 M$ Airbus Group souhaite finaliser l’opération dans promis pour la construction de l’A350 (voir la NS les meilleurs délais en 2014. Intéressé dès 2010


du 2 septembre 2013). D’autre part, le fait de détenir une licence bancaire permettra au groupe d’accéder aux financements de la Banque centrale européenne avec les mêmes conditions que les grands groupes bancaires européens. Particulièrement consommateur de capitaux, le secteur aéronautique nécessite des financements importants, qui s’annoncent à la hausse compte tenu des carnets de commandes d’avions civils très

transports/201402/14/01-4738777airbus-group-aura-sa-proprebanque-de-financement.php «Airbus Group devient aussi une banque, comme Siemens, PSA, Renault, VW...», dans L’Usine Nouvelle. Publié le 14/02/2014. Tiré de : http://www.usinenouvelle.com / article/airbus-group-devient-aussiune-banque-comme-siemens-psarenault-vw.N240952

fournis. La banque d’Airbus sera consacrée au financement de projets internes voire de soutien aux fournisseurs cruciaux pour le groupe. Un bel exemple de l’importance des finances dans les entreprises internationales.

Bibliographie : «Airbus kauft sich eine Bank», dans börse.ARD.de. Publié le 14/02/2014. Tiré de : http://boerse.ard.de/aktien/airbuskauft-sich-eine-bank100.html «Pourquoi Airbus Group va devenir banquier», dans Challenges. Publié le 14/02/2014. Tiré de : h t t p : / / w w w. c h a l l e n g e s . f r / entreprise/20140214.CHA0503/ quand-airbus-rachete-une-banqueallemande.html «Airbus Group aura sa propre banque de financement», dans Challenges. Publié le 14/02/2014. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/

9 9


AÉROSPATIAL ET DÉFENSE Mexique-Canada : entente sur le transport aérien Caroline Dietrich Étudiante à la maitrise en génie industriel

(24/02/2014) Mardi dernier, Ottawa et le Mexico ont signé une entente visant à augmenter le trafic aérien entre les deux pays. Profitant de

Mexique avait plus que doublé depuis 2009. En 2012, les importations depuis le Mexique se sont élevées à 25.5 G$, contre 5.4 G$

la visite du premier ministre Stephen Harper au Mexique pour le sommet nord-américain, la signature de cet accord devrait « faciliter cet énorme mouvement de personnes et de marchandises entre le Mexique et le Canada ». Un premier pas dans une relation historiquement déséquilibrée, mais la question de l’immigration fait encore débat.

d’exportations vers ce pays. Vingt ans après l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange nord-américain, l’ALENA, le Canada veut combler son déficit commercial vers le Mexique et signe deux ententes avec Exportation et développement Canada et Banco Nacional de Comercio Exterior.

Pour comprendre les raisons de cette controverse, il faut revenir cinq années en arrière. Entre 2003 et 2009, le nombre de demandeurs d’asile du Mexique avait plus que triplé, faisant de ce pays le plus représenté dans les demandes au Canada. Afin de lutter contre cette hausse, le gouvernement conservateur avait voté l’obligation, pour les voyageurs mexicains, d’obtenir un visa avant d’entrer au Canada. Lors de la conférence de presse avec son homologue Enrique Peña Nieto, Stephen Harper a indiqué que ces exigences étaient une question de « sécurité nationale » contre les fausses demandes d’asile, mais qu’il est ouvert aux pourparlers avec Mexico pour « faciliter le commerce et les voyages légitimes ». Les statistiques d’Industrie Canada ont révélé que le déficit commercial du Canada avec le

Cette annonce au eu lieu la veille de la rencontre annuelle des dirigeants nord-américains, à laquelle les a rejoint Barack Obama. À l’occasion de ce sommet nord-américain, l’épineux projet de la construction d’une extension de l’oléoduc Keystone XL - devant servir à acheminer du pétrole depuis la province d’Alberta, dans l’ouest canadien, vers les raffineries américaines du golfe du Mexique, au Texas – a été abordé. Histoire à suivre dans les notes du secteur pétrolier…

Bibliographie : «Transport aérien: le Canada et le Mexique renforcent les liens», dans LaPresse.ca. Publié le 17/02/2014. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/ transports/201402/17/01-4739749-transport-


aerien-le-canada-et-le-mexique-renforcent-lesliens.php «Le Canada et le Mexique vont élargir leur entente sur le transport aérien», dans Les Affaires. Publié le 17/02/2014. Tiré de : http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/ general/le-canada-et-le-mexique-vont-elargirleur-entente-sur-le-transport-aerien/566384 «Ottawa et Mexico signent des ententes bilatérales», dans canoe.ca. Publié le 18/02/2014. Tiré de : h t t p : / / f r. c a n o e . c a / i n f o s / quebeccanada/politiquefederale/ archives/2014/02/20140218-095059.html

11 11


BIOTECHNOLOGIE ET PHARMACEUTIQUE GSK inquiet de l’impact des « e-cigarettes » François Marcoux Finissant en génie biomédical (24/02/2014) Les dernières années ont vu naître les « e-cigarettes », ou cigarettes électroniques, visant à aider les fumeurs à

que les cigarettes électroniques devraient être traitées comme les aux autres produits dont la fonction est la cessation de la consommation

arrêter leur consommation. Ces appareils, qui ne contiennent généralement aucune nicotine, entre en compétition avec les produits pharmaceutiques qui en contiennent. Par contre, vu leur nature, ils sont moins affectées par la règlementation. Plusieurs compagnies pharmaceutiques, dont GlaxoSmithKline (GSK) qui commercialise les gommes Nicorette aux États-Unis, s’inquiète de cette tendance, et ont entamé du lobbysme afin de la contrer.

de cigarettes. Actuellement, seules les cigarettes électroniques qui contiennent une quantité de nicotine supérieure à 20 mg/mL doivent être autorisées comme médicament. L’enjeu de cette bataille menée par GSK est considérable puisque les analystes estiment que les cigarettes électroniques vont générées environ 7G $US en ventes d’ici la fin de l’année. Plusieurs autres compagnies ont aussi intérêt à ce que la règlementation change, dont Johnson & Johnson et Novartis, qui commercialisent plusieurs produits contenant de la nicotine.

En effet, en Europe, GSK tente de faire renforcer

Malgré cet accroc qui marque le début L’enjeu de cette bataille menée de l’année de GSK, celle-ci a affiché des bons résultats au début du mois. par GSK est considérable En conséquence, le cours de l’action a puisque les analystes gagné environ 10% durant les 2 dernières estiment que les cigarettes semaines. Ces bons résultats peuvent électroniques vont générées en partie être attribués aux succès de 2 environ 7G $US en ventes d’ici médicaments pulmonaires nouvellement la fin de l’année. approuvés : Breo et Anoro. Pour 2014, une des priorités de l’entreprise sera de reconstruire sa réputation en Chine, où la règlementation concernant les produits reliés a eu lieu un scandale de corruption touchant à la consommation de tabac. À cet effet, des plusieurs employés de GSK, faisant ainsi exécutifs de la compagnie anglaise affirment diminuer les ventes de vaccins de plus de 60%


durant le 3e quartile de 2013.

Bibliographie : «Glaxo Memo Shows Drug Industry Lobbying on E-Cigarettes», dans Bloomberg. Publié le [19/02/2014]. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2014-02-19/ glaxo-memo-shows-drug-industry-lobbying-one-cigarettes.html «Glaxo Sees 2014 Profit, Sales Rising on New Products», dans Bloomberg. Publié le [5/02/2014]. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2014-02-05/ glaxo-sees-2014-profit-sales-rising-on-newproducts.html

13 13


BIOTECHNOLOGIE ET PHARMACEUTIQUE Pilules électorales Julie Charron-Latour Étudiante à la maitrise en génie industriel (24/02/2014) Le gouvernement de Pauline Marois profite de sa vague d’annonces électorales et promet 62,5 M$ dans le secteur

ARTERIA qui permettra de personnaliser les diagnostics et les thérapies cardiovasculaires. Ces maladies sont la première cause

des sciences de la vie qui entraineront un investissement total de 140 M$ au Québec. Sept projets sont mis de l’avant en nous promettant un partenariat entre les entreprises privées, les universités et les centres de recherches.

d’hospitalisation et de décès sur la planète. Conscientes de l’ampleur du marché, plusieurs entreprises se portent volontaires pour le financement dont l’entreprise suisse Hoffman-La Roche Ltd accompagnée de partenaires publics dont l’Institut de Cardiologie de Montréal. Puis, environ 20% des sommes seront remis pour Regardons de plus près certains de ces projets favoriser des recherches sur des médicaments phares. Ils ont été choisis principalement parce plus durables dans le milieu de l’immunologie qu’ils soutiennent les disciplines où le Québec et de la cancérologie. Les partenaires sont les se démarque comme les neurosciences, firmes Bristol-Myers Squibb et Merck. Cette l’infectiologie et l’oncologie. Le comité de dernière n’a pas su remplir les attentes lors de la sélection a également considéré les prochains publication de ses résultats trimestriels. Malgré enjeux de la province soit le vieillissement de tout, les investisseurs et les analystes demeurent confiants sachant que la firme Le comité de sélection a souhaite se concentrer en cancérologie, également considéré les ce qui est tout à fait en lien avec les prochains enjeux de la province projets annoncés.

soit le vieillissement de la population et l’octroi de soins personnalisés.

la population et l’octroi de soins personnalisés. D’abord, nous retrouvons, pour près de 30% des investissements ministériels, le programme

Finalement, l’un des projets de plus petites envergures, environ 2,3 M$, qui pourraient intéresser plusieurs ingénieurs concernent le diagnostic et le traitement de l’arthrose du genou. Sachant qu’au Québec, près de 500 millions de personnes sont atteintes et que ce serait la 2e condition la plus onéreuse à traiter au États-Unis, il n’est


pas surprenant de voir des géants de l’industrie comme Sanofi s’y intéresser. En plus de cette dernière, ces recherches seront principalement réalisées avec l’École de Technologie Supérieur (ETS) et Emovi. Concrètement il s’agit d’un moyen de soutenir l’outil Technologie KneeKG qui permet d’analyser en temps réel en 3D le genou en mouvement. De cette manière, il sera possible de comprendre les causes, personnaliser le diagnostic, suivre la progression et éviter les complications. Une deuxième vague de projets est en cours et les résultats seront connus au courant de l’été.

Bibliographie : « Investissement de 140 M$ dans les sciences de la vie », dans Pharmabio Développement. Publié le [14/02/2014]. Tiré de : http://www.pharmabio.qc.ca/nouvelles/emploiset-main-duvre/investissement-de-140-m-dansles-sciences-de-la-vie « Un investissement majeur dans le programme MonArthrose.ca », dans MonArthrose.ca. Publié le [14/02/2014]. Tiré de : http://www.monarthrose.ca/13-nouvelle-uninvestissement-majeur-dans-le-programmemonarthrose-ca.html « Merck & Co., Inc. : Le résultat de Merck déçoit, les partenariats sur le cancer salués», dans ZoneBourse. Publié le [05/02/2014]. Tiré de : http://www.zonebourse.com/MERCK--COINC-13611/actualite/Merck--Co-Inc--Leresultat-de-Merck-decoit-les-partenariats-surle-cancer-salues-17900107/

15 15


MATÉRIAUX ET CONSTRUCTION Des robots pour la construction de bâtiments? Yahya Diallo Finissant en génie civil (24/02/2014) Ce n’est pas une rumeur! Une équipe de la faculté d’ingénierie et des sciences de Harvard a présenté une équipe de

système de construction entièrement géré par des robots. En effet l’École d’ingénierie et des Sciences Appliquées de l’Université de Harvard a

robots constructeurs dont le fonctionnement est inspiré des termites bâtisseuses. Ils sont capables de suivre tout un plan de projet sans communiquer et sans le besoin que leurs activités ne soient coordonnées par un chef de projet. Actuellement, aucune application n’est envisagée pour la construction d’infrastructure mais si un jour cette technologie devait être utilisé sur les chantiers, cela représenterait une évolution majeure du domaine de la construction.

présenté une équipe de robots bâtisseurs dont le fonctionnement est similaire à celui des termites! Dans la construction traditionnelle, un chef de chantier supervise et dirige les travaux. Avec ces robots révolutionnaires baptisés « Termes », aucune communication n’est nécessaire entre travailleurs. Ils sont programmés pour répondre à un jeu d’instruction concernant les chemins à prendre et pour pouvoir suivre naturellement un plan directeur car, l’ensemble du projet est divisée en séquences d’activités et une fois lancée, les braves robots sont en mesure de l’exécuter jusqu’à la clôture du projet.

Depuis toujours, l’être humain en sa qualité de « paresseux » à toujours utiliser des machines ou robots pour travailler à sa place. La robotique profite chaque jour d’avancées significatives tant matérielles que logicielles. Aujourd’hui elle nous donne un aperçu de ce que pourrait donner un

Actuellement, aucune application concrète n’est envisagée, mais le système se présente comme une piste à étudier même si les chercheurs indiquent qu’un moyen de communication entre les robots pourrait se révéler plus sécurisant s’il venait à être utilisé sur des chantiers urbains.

On voit souvent des ventes de condos à 3 ou 4 millions, mais c’est la première fois que le haut de la pyramide est occupé Bibliographie : par des condos. «The TERMES Project

», dans Harvard

education. Tiré de : http://www.eecs.harvard.edu/ssr/projects/


cons/termes.html «Des robots termites pour la construction de bâtiments », dans Génération Nouvelles Technologies. Publié le 22/02/2014. Tiré de : h t t p : / / w w w. g e n e r a t i o n - n t . c o m / robots-termites-pour-constructionbatiments-actualite-1851802.html «Des robots bâtisseurs inspirés du comportement des termites », dans Le Point. Publié le 18/02/2014. Tiré de : http://www.lepoint.fr/ innovation/des-robots-batisseursinspires-du-comportement-des-termit es-18-02-2014-1793437_1928.php

17


ENERGIE ET ENVIRONNEMENT

Éolien : le potentiel caché de l’autre côté de la méditerranée Ilias Tihani Finissant en génie industriel (21/02/2014) Dans son analyse de la progression du marché éolien, Ivan Beltran explique la régression récente par de

éolien algérien. Avec une bonne stratégie, le coût actualisé du kWh se situerait entre 6.5 ct€/ kWh et 8.5 ct€/kWh. Si on ajoute à cela des

mauvaises politiques de gestion de cette ressource ainsi qu’une possible saturation du marché. Mais les produits fournis par les grands constructeurs d’éoliennes sont loin d’être médiocres. La recherche et développement ne cesse de surprendre. Ainsi, on voit les Gamesa, Goldwind, Suzlon et autres quitter petit à petit leur marché local pour conquérir l’international.

coûts de transport vers l’Europe, on arrive à 9 ct€/kWh et 10 ct€/kWh, ce qui est toujours très compétitif par rapport au marché de gros italien.

Parmi les plus grandes d e s t i n a t i o n s du moment, qui offrent une grande capacité exploitable : le sud de la méditerranée. Des montagnes du Maroc et côtes du Sahara Occidental jusqu’en Arabie Saoudite, ce sont 20 GW d’installations qui sont prévues d’ici 2020. Les pays du MENA (Middle-East and North Africa) en sont conscients, et les investissements suivent. Même si la puissance actuelle n’est que de 1.4 GW, il faut savoir que 22% de cette puissance a été installée en 2013. Selon le rapport « Desert Power: Getting Started » de Dii, la compagnie prône que l’énergie éolienne pourrait satisfaire 50% des besoins énergétiques de la région. Dans un autre rapport plus détaillé ciblant l’Algérie, le fournisseur d’électricité Sonelgaz et Dii a estimé le potentiel

Malheureusement, certaines barrières risquent de ralentir le développement de cette énergie, des barrières qui ne sont pas forcément d’ordre économique. Premièrement, la couverture du réseau électrique n’est pas irréprochable pour bon nombre de régions. Cependant, si l’infrastructure suit le vent du progrès, des régions isolées et en altitude bénéficieront des retombées économiques et d’un accès à l’électricité. Encore faut-il que l’accès au terrain et au réseau soit garanti, que les contrats de rachat soient transparents et que l’octroi des permis bénéficie aussi aux coopératives aidant des personnes vivant en situation précaire. Ne reste qu’à souhaiter que des entreprises de chez nous profitent elles aussi de cette vague, par exemple WPred, une jeune entreprise montréalaise spécialisée dans les prévisions météorologiques pour les parcs éoliens.

Bibliographie : «La rive sud méditerranéenne dispose d’un


potentiel énorme en éolien», dans Energize. Publié le 21/02/2014. Tiré de : http://www.enerzine.com/3/16954+la-rivesud-mediterraneenne-dispose-dun-potentielenorme-en-eolien+.html «Moyen Orient et Afrique du Nord», dans Dii. Tiré de : http://www.dii-eumena.com/fr/regions-detravail/moyen-orient-et-afrique-du-nord.html

19


ENERGIE ET ENVIRONNEMENT La progression de l’éolien Ivan Beltran Étudiant à la maitrise en génie industriel (20/02/2014) Depuis une décennie, l’éolien ne cesse de prendre davantage de place dans la vie de tous les jours, particulièrement

Si l’éolien semble avoir pris du recul, ceci est aussi fortement du à la fin du crédits d’impôts alloué aux nouvelles installation aux Etats-Unis

dans les médias. Ceci n’a rien de surprenant lorsque l’on sait que la capacité en énergie éolienne installée annuellement a connu une augmentation exponentielle depuis 2002 pour atteindre 500% plus de capacité en 2012.

en 2013. Ces derniers n’ont par conséquent contribué qu’à 2.8% des nouvelles installations à la fin de cette année. De plus, le recul est aussi causé par de nombreuses politiques non favorables aux énergies éoliennes, particulièrement en Europe.

Cependant, est-ce que l’intérêt pour l’éolien continuera sur sa lancée? En effet, pour la première fois de son histoire, l’éolien a connu une régression en ce qui c o n c e r n e l’augmentation de la capacité mondiale annuelle installée. Comme l’illustre le figure ci-dessous, en 2013 l’augmentation de la capacité éolienne a connu une hausse inférieure à celles que l’on avait depuis 2009.

Cependant, ceci ne signifie pas nécessairement le déclin de l’éolien. En effet, il est à noter que l’énergie éolienne est encore la technologie la plus active du monde, nettement supérieure aux technologies vertes concurrentes. Parmi les nouvelles installations énergétiques réalisées à travers le monde en 2013, 72% proviennent des énergies renouvelables, et 32% proviennent de l’éolien (l’éolien représente donc 44% des nouvelles installations vertes). Finalement, un autre élément intéressant à remarquer est que la Chine prend dorénavant les devant en terme de premier installateur de technologie éolienne au monde en 2013. Ainsi, sur les 35 GW installés à travers le monde, 45% provient de l’industrie chinoise. La Chine a donc été nettement plus dynamique que les autres pays.


Finalement, il faut considérer divers facteurs afin d’affirmer que l’industrie n’en est pas pour autant affaiblie. Dans un premier temps, la Chine investit massivement dans les énergies vertes telles que l’éolien et le solaire. Ce dernier compte donc accroitre davantage sa capacité de production d’ici l’année prochaine. Sur l’autre continent, les États-Unis promettent plus de 12 GW cette année, ce qui serait un record chez eux. Ce sont donc ces types de transactions qui seront à surveiller! .

Bibliographie : «Statistiques mondiales sur l’énergie éolienne en 2013 : une croissance en déclin, notamment en Europe», dans notre-planète.info. Publié le 14/02/2014. Tiré de : http://www.notre-planete.info/actualites/3949declin-energie-eolienne-monde «Global Wind Statistics 2013», dans GWEC. net. Publié le 05/02/2014. Tiré de : h t t p : / / w w w. g w e c . n e t / w p - c o n t e n t / uploads/2014/02/GWEC-PRstats-2013_EN.pdf

21


ENERGIE ET ENVIRONNEMENT J’ai une fuite de gaz Benoit Thibault Finissant en génie civil (2014/02/22) Sans repasser toute la chronologie gazière de la dernière décennie, parce que tout le monde en a

entachent fortement le bilan. Rappelons le ratio : le méthane (CH4) est 37 fois plus puissant que le CO2 pour réchauffer l’atmosphère, et les

marre d’entendre parler de gaz de schiste, rappelons qu’en dix ans, les projets de port méthanier, initialement prévus pour importer du gaz naturel, n’ont même pas eu le temps de tomber à l’eau qu’on reprenait la construction pour en exporter!.

bonnes mamans comme Sophie sont là pour nous avertir que chauffer dehors, ce n’est pas très efficace.

Il y a deux semaines, aux rendez-vous leadership Bell, la PDG de Gaz Metro, Sophie Brochu, enfilait son costume de maman bien intentionnée pour justifier l ’ u t i l i s a t i o n du gaz naturel. Logiquement, elle privilégie la réduction de la consommation et le recours aux énergies renouvelables, mais présente le gaz comme la meilleure solution pour les cas où les solutions précédentes ne s’appliquent pas. Cette affirmation semble légitime, le gaz naturel est souvent présenté comme économique, et écologique. Malheureusement pour Gaz Metro, certaines études récentes en arrivent à un constat différent. C’est-à-dire que théoriquement, le gaz naturel brûlé produit moins de CO2 que les autres combustibles fossiles pour une même quantité d’énergie, mais comme le gaz naturel est majoritairement composé de méthane, les fuites lors de la production et le transport

Pour faire une histoire courte, le pourcentage de fuite ne fait pas consensus, l’industrie et le gouvernement pro-gaz publient des chiffres bien inférieurs à ceux de la communauté scientifique, dont les études sur le sujet s’accumulent. Mettant notre intuition de côté, prenons un résultat très conservateur, 4% (Intervalle de leurs études : 3.6% à 7.6%), cela signifierait une absence de bénéfice environnemental pour les 25 prochaines années, ce qui nous amène en 2039. Difficile de se projeter aussi loin dans le futur énergétique, mais parions que les technologies renouvelables auront progressé suffisamment pour supplanter économiquement l’utilisation des combustibles. Les résultats plus alarmistes font état de plus d’un siècle sans bénéfice environnemental net… aussi bien dire aucun, nous aurons épuisé les réserves de gaz naturel à ce moment. Ces résultats sont basés sur le remplacement des centrales thermiques américaines fonctionnant au charbon pour des centrales à cycle combiné au gaz naturel. Dans le cas de


l’industrie automobile, il n’y aurait aucun avantage écologique à utiliser le GNL, de quoi remettre en perspective les efforts du Groupe Robert de transformer sa flotte de camion de l’essence vers le GNL.

nos-collaborateurs/pierre-olivierpineau/201401/30/01-4734150-legaz-a-la-rescousse-dhydro.php

Pour conclure, je relativiserais mon négativisme envers le gaz, car certaines pistes peuvent être intéressantes, notamment au Québec où nous nous chauffons à l’électricité, conséquence du prix absurdement bas, alors qu’il serait beaucoup plus rentable de l’exporter et de se chauffer au gaz, plutôt que de laisser nos voisins du sud tout faire au gaz, chauffage et électricité.

Bibliographie : «It Will Be Too Late Before Natural Gas Provides A Net Climate Benefit », dans Clean Technica. Publié le 22/02/2014. Tiré de : http://cleantechnica.com/2014/02/22/ will-late-natural-gas-provides-netclimate-benefit/#ISzI2M1oojdjIT8Y.99 «Study Finds Methane Leaks Negate Benefits of Natural Gas as a Fuel for Vehicles», dans le NY Times. Publié le 13/02/2014. Tiré de : http://www.nytimes.com/2014/02/14/ us/study-finds-methane-leaksnegate-climate-benefits-of-naturalgas.html?_r=0 «Le gaz à la rescousse d’Hydro», dans La Presse. Publié le 31/01/2014. Tiré de : http://www.lapresse.ca/debats/

23


ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Énergie au dépend de l’environnement : et alors ? Ilias Tihani Finissant en génie industriel (22/02/2014) En Énergie et Environnement, nous traitons fréquemment du développement d’énergies renouvelables comme le solaire

2013, le PSI du pays (pollution standards index) a atteint le record de 401. L’Organisation mondiale de l’environnement stipule qu’un

et l’éolien, qui sont des solutions aux effets néfastes du développement humain sur notre écosystème, et non pas des solutions à l’origine de ces effets.

indice de 300 est considéré comme dangereux pour la santé.

Il ne faut pas voir ici un autre discours alarmiste, mais plutôt un appel à cogiter un sujet qui nous concerne tous. Il est naturel que nos notes sectorielles traitent habituellement d’opportunités économiques et financières vues d’un œil énergétique, c a r l’environnement est souvent perçu comme étant un coût, une contrainte. La raison est simple, je l’ai citée précédemment, la nature – source d’énergie – nous est commune. Le coût de l’exploitation ou destruction de cette dernière, est une sorte de dédommagement à l’autre qui n’a pas choisi cette option. Pour mieux expliquer mon point, je prendrais un exemple de mon vécu. Ayant habité récemment à Singapour, j’ai constaté un phénomène bien connu des habitants. Chaque année en Indonésie et en Malaisie, des milliers d’hectares sont brûlés par Mère nature, mais aussi pour défraîchir les terres réservées à l’agriculture. Résultat, Singapour sombre sous une brume brunâtre communément appelée Smog. En

Pour deux pays qui ont de très bonnes relations économiques et diplomatiques, le bon sens voudrait qu’il y ait un accord pour l’adoption de lois règlementant la pollution de l’air. L’air qui, je le rappelle, est une ressource gratuite commune est donc traitée d’un point de vue juridique. Le marché carbone a donc été créé, une sorte de marché de droit à polluer, rendant l’air comme étant un bien marchand. Or comme le dit le philosophe Raphaël Enthoven, « l’homme n’est pas le maître ou le possesseur de la nature, alors s’il le fait, c’est à ses dépens ». Et c’est là l’introspection que je voudrais faire dans ce secteur, où l’homme souhaite souvent se positionner comme artisan régissant la nature. Traiter la nature d’un point de vue juridique c’est se prendre pour le créateur de cette dernière. L’exemple a été donné pour l’air, il peut l’être pour l’eau aussi. Il faut savoir que 60% des océans sont sans juridictions ce qui laisse place à toutes sortes de violations environnementales, tant qu’il n’y a personne à dédommager. L’homme ne peut donc prendre la place lui permettant de gérer la nature comme un sujet juridique, cette


option est donc à écarter. Il faudrait changer de paradigme et changer le regard qu’on pose sur nous-même – et non pas celui sur la nature – et accepter une certaine humilité : comme quoi l’homme n’est pas le centre du monde ni maître ou possesseur de la nature pouvant la régir. La gestion des biens communs pose donc deux questions fondamentales. La première est celle de la non patrimonialité du bien commun. Un bien est commun car il n’est à personne, et c’est justement le fait qu’il ne soit à personne qu’il est à tout le monde; et c’est ce qui lui confère sa valeur et rareté. Cependant, à qui de le protéger? La deuxième question qui se pose est celle d’une croissance durable. Dans un monde où le modèle repose sur deux concepts irréfutables : la consommation et la croissance, on commence à penser de plus en plus à une croissance durable. Or cette croissance peut être durable sans être équitable pour autant, car non pensée parallèlement. Subséquemment, à long terme c’est une durabilité d’un développement non équitable qui risque de se produire.

Bibliographie : «Singapore haze hits record high from Indonesia fires», dans BBC. Tiré de : h t t p : / / w w w. b b c . c o . u k / n e w s / w o r l d asia-22998592 «Sur les épaules de Darwin», de Jean Claude Ameisen. «Quel Monde prépare-t-on ?» dans Les grandes questions

25


MINIER La France se lance dans les mines Camille Matte Finissante en génie industriel (24/02/2014) Après plus de 10 ans sans grande intervention de l’état français dans une industrie particulière, le gouvernement

notamment). Fin juin 2013, le Bureau des recherches géologiques minières (BRGM) a lancé une étude qui vise à pallier à ce retard.

français annonçait cette semaine la création d’une compagnie minière nationale. Une toute nouvelle direction pour le gouvernement dans ce secteur économique : les dernières annonces dans le secteur minier avaient été la fermeture des dernières mines de fer, de charbon et d’ardoise en France pour manque de rentabilité.

L’entreprise aura également pour mission d’encadrer l’industrie minière dans les territoires outre-mer, qui pourraient avoir des sous-sols intéressant. La Guyane, par exemple, présente d’importantes réserves d’or actuellement exploitées de façon peu respectueuse. Selon le ministre français responsable du projet, les anciennes colonies françaises en Afrique pourraient aussi être intéressées à collaborer avec la France, ainsi que certains pays en Asie centrale et en Amérique du Sud.

À travers divers organismes, l’État investira entre 200 et 400 millions d’euros dans l ’ e n t r e p r i s e qui aura pour mandat premier l’exploration et l’exploitation du sous-sol français, avec en tête le souci de l’environnement et les inquiétudes des citoyens français. On espère que l’entreprise nationale fera mieux que les grandes entreprises dans ce domaine, celles-ci n’étant généralement pas reconnues pour leurs aptitudes éthiques. La future entreprise, identifiée jusqu’ici comme « Compagnie nationale des mines de France » (CMF), sera donc principalement présente sur le sol français. Les ressources du territoire national sont toutefois encore mal connues, les dernières études pour les évaluer ne portant que sur 20% du territoire de l’Hexagone et n’étant pas nécessairement orientées sur les métaux prioritaires aujourd’hui (les terres rares

Parmi les métaux recherchés, on compte le lithium (utilisé dans les batteries de voiture électrique) et du germanium (fibre optique, pour laquelle plusieurs projets sont en cours dans le pays). C’est donc principalement pour soutenir son industrie que la France se met à fouiller le sous-sol, afin d’augmenter son indépendance vis-à-vis d’autres pays qui ont déjà investi dans le secteur minier. La Chine, par exemple, est en situation de quasi-monopole pour l’approvisionnement mondial des terres rares. L’Allemagne et le Japon ont également lancé des initiatives semblables à celle de la France dans les dernières années. Le gouvernement français espère donc que ce projet permettra


à son secteur industriel d’être moins soumis aux aléas du marché, tant en terme de quantité que de prix.

arnaud-montebourg-la-renaissanced-une-compagnie-nationale-desmines-21-02-2014-3611305.php

Selon lui, les grands groupes miniers qui existent actuellement en France sont trop spécialisés dans un type de minerai spécifique, il croit qu’il est temps de diversifier son approvisionnement. L’objectif de la CMF ne serait cependant pas de faire une compétition direct à Xstrata et autres BHP, mais plutôt de se concentrer à faire de l’exploration et divers co-investissements avec ces grandes sociétés minières.

Bibliographie : « Arnaud Montebourg, à la conquête des mines », dans Le Nouvel Observateur. Publié le 20/02/2014. Tiré de : http://tempsreel.nouvelobs. com/economie/20140220.OBS7117/ arnaud-montebourg-a-la-conquetedes-mines.html « Arnaud Montebourg annonce « la renaissance » d’une Compagnie nationale des mines », dans Les Échos. Publié le 21/02/2014. Tiré de : http://www.lesechos.fr/ entreprises-secteurs/industrielourde/actu/0203331972404arnaud-montebourg-annonce-larenaissance-d-une-compagnienationale-des-mines-652170.php « Arnaud Montebourg : « La renaissance d’une compagnie nationale des mines » », dans Le Parisien. Publié le 21/01/2014. Tiré de : http://www.leparisien.fr/economie/

27


PÉTROLE ET RESSOURCES NATURELLES Un vent de privatisation souffle sur Sinopec Lucas Picci Étudiant à la maitrise en génie industriel (24/02/2014) Le géant China Petroleum & Chemical Corporation, plus connu sous le nom de Sinopec, a annoncé cette semaine

du groupe et surtout favoriser une meilleure compétitivité sur un marché où deux gros joueurs se partagent le marché. A l’heure actuelle, ce

sa volonté de s’ouvrir aux investissements privés.

duopole formé par Sinopec et PetroChina est à l’origine d’un lobby pétrolier très fort en Chine. Le pays n’étant pas doté de ministère dédié à l’énergie, les deux firmes dépendent de plusieurs institutions gouvernementales éparses et elles se retrouvent donc souvent en position de force lors de prises de décision dans le secteur de l’énergie.

La nouvelle est tombée mardi 18 février, lorsque le groupe a officiellement communiqué sa décision de privatiser 30% de son activité de vente de détail. C’est là un marché immense qui s’ouvre aux investisseurs. En effet, Sinopec est le plus gros raffineur d’Asie et contrôle plus de 30 000 stations-services. A titre de comparaison, PétroChina, son rival direct, en opère à peine 20 000. Ainsi, cette division de distribution et de transport constitue un élément clé de Sinopec, puisqu’elle représentait 71% des ventes du groupe en 2012. Cette annonce officielle, provenant d’une des plus importantes entreprises d’état, représente la première caractérisation concrète des annonces faites par le gouvernement chinois à la fin 2013. En effet, Pékin avait annoncé en novembre dernier sa décision d’ouvrir davantage ses grandes entreprises aux marchés. Cette annonce avait marqué un réel tournant dans le modèle économique chinois. Plusieurs raisons semblent expliquer ce virage dans la stratégie de Sinopec. L’arrivée de capitaux privés devrait aider à la croissance

Il n’a pas été précisé si des investisseurs étrangers seraient en mesure de profiter de ces opportunités. Toutefois, il est certain que ceci devrait déjà rendre plus facile l’accès au marché chinois pour les compagnies étrangères, notamment l’utilisation des oléoducs possédés par la firme.

Bibliographie : «Sinopec Jumps on Private Investment Plan: China Overnight», dans Bloomberg News. Publié le 19/02/2014. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2014-02-19/ sinopec-jumps-on-private-investment-planchina-overnight.html «Sinopec plans to open its China oil distribution networks», dans Financial Times. Publié le


19/02/2014. Tiré de : http://www.ft.com/intl/cms/s/0/99eca2b69 9 8 8 - 11 e 3 - 9 1 c d - 0 0 1 4 4 f e a b 7 d e . html?siteedition=intl#axzz2tyg5Cyce «Pétrole : après les promesses de privatisations, la Chine passe aux actes», dans Les Echos. Publié le 21/2014. Tiré de : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/ energie-environnement/actu/0203329463949petrole-apres-les-promesses-de-privatisationsla-chine-passe-aux-actes-652072. php?xtor=RSS-2007

29


PÉTROLE ET RESSOURCES NATURELLES CNQ renforce sa présence dans l’Ouest Alexandre Jumelle-Kouakou Finissant en génie civil (24/02/2014) Canadian Natural Resources (CNQ), entreprise canadienne qui extrait, transforme et commercialise le pétrole à

défaire de certains de ses actifs non stratégiques afin de se concentrer sur ses activités principales. Ainsi, cette entente opportuniste

partir des sables bitumineux de l’Athabaska, investit 3 milliards de dollars dans le but d’acquérir les actifs de pétrole et de gaz naturel conventionnels de Devon Canada.

permet à la compagnie canadienne d’acquérir des actifs dans une région lui permettant d’accroître immédiatement sa production, ses flux de trésorerie et ses bénéfices, et ce, à un prix raisonnable. Bien que les perspectives pour les prix du gaz naturel pourraient être baissières à moyen terme, CNQ s’assure d’augmenter ses actifs afin de profiter de la remontée des prix à plus long terme.

Décidé en Mars dernier à vendre ou à constituer un partenariat afin d’exploiter ses actifs dans la région riche en gaz naturel de Montney, Canadian Ressources annonce plus tôt cette année vouloir garder ces actifs, et ce, malgré la faiblesse des prix du gaz naturel. De surcroît, ce mercredi 19 février, l’entreprise canadienne annonce la conclusion d’une transaction avec

En plus de l’acquisition d’actifs, l’entente comprend également l’acquisition de plus de deux millions d’acres de terrains non développés et près de trois millions d’acres de terrains avec redevances de Devon.

Le gouvernement ougandais signe un accord avec des compagnies pétrolières étrangères afin de lancer la production de pétrole brut dans le pays. Devon Canada lui permettant de renforcer sa position dans le pétrole et le gaz naturel conventionnel dans l’ouest canadien. En concluant cette transaction, Canadian Natural Ressources profite du fait que Devon veuille se

Comme le montre les figures suivantes, les stratégies des deux compagnie ont bien été reçue par les investisseurs. Le cours de l’action de ces compagnies a bondit depuis l’annonce de cette transaction.


Bibliographie : «Canadian Natural pays $3.1B for Devon gas and oil assets», dans CBC. Publié le 19/02/2014. Tiré de : http://www.cbc.ca/news/ business/canadian-natural-pays-3-1b-fordevon-gas-and-oil-assets-1.2543197

31


PÉTROLE ET RESSOURCES NATURELLES Égypte: plus d’investissement en exploration ! Isabelle Fotsing Étudiante au doctorat en génie des matériaux (24/02/2014) Le gouvernement égyptien a annoncé le 13 Février dernier la signature d’un contrat d’exploration de pétrole et gaz avec 3 nouvelles pétrolières : Dana Gas (Émirats Arabes Unis), Petroceltic International (Irlande), et Edison (Italie). Le contrat implique le forage de 8 puits dans le Nord dans les régions de la péninsule du Sinaï, Gulf de Suez, mer méditerranée et delta du Nil, et devrait requérir un investissement minimum de 265 M$. Les 3 compagnies font ainsi suite à 9 autres compagnies majeures – incluant Shell – qui s’engageaient en Octobre 2013 à investir un minimum de 470 M$ en exploration dans le pays, et démontrent que l’investissement en Égypte présente encore un intérêt pour les compagnies étrangères. Et cela tombe à pic. En effet, compte tenu de la décroissance de sa production couplée à l’augmentation de sa consommation domestique, le plus large producteur de pétrole hors OPEP d’Afrique fait face à la nécessité d’augmenter ses réserves. C’est d’ailleurs dans cet ordre d’idée que s’inscrit l’appel d’offres lancé en Décembre dernier pour l’octroi de 15 nouveaux blocs d’exploration d’ici Mai 2014. Les sondages géologiques semblent révéler des ressources importantes en Égypte, notamment

en gaz naturel et les compagnies qui s’engagent dans l’exploration pourraient se révéler intéressantes à étudier pour un investissement.

Bibliographie : «Egypt Signs Oil, Gas Exploration Deals Dana, Edison, Petroceltic», dans rigzone.com. Publié le 13/02/2014. Tiré de : h t t p : / / w w w. r i g z o n e . c o m / n e w s / o i l _ gas/a/131605/Egypt_Signs_Oil_Gas_ Exploration_Deals_Dana_Edison_Petroceltic «Egyptian oil ministers looking for investors for upcoming bid round», dans fuelfix.com. Publié le 03/02/2014. Tiré de : http://fuelfix.com/blog/2014/02/03/egyptian-oilministers-looking-for-investors-for-upcomingbid-round/ «Egypt Awards 9 Oil and Gas Exploration Contracts, Ministry Says», dans bloomberg. com. Publié le 31/10/2013. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2013-1031/egypt-awards-9-oil-and-gas-explorationcontracts-ministry-says.html


33


PÉTROLE ET RESSOURCES NATURELLES Fracturation : évolution et nouveaux horizons Isabelle Fotsing Étudiante au doctorat en génie des matériaux (24/02/2014) Entre opportunités économiques immenses et impacts environnementaux, la fracturation hydraulique est certainement

texane ecorpStim présentait la fracturation à l’heptafluoropropane comme une alternative également viable. Le gaz est déjà utilisé dans les

un des sujets les plus controversés dans l’actualité récente du secteur pétrolier.

extincteurs et les inhalateurs pour asthmatiques, et aurait une empreinte environnementale moins importante.

Si la technique promet à plusieurs l’accès à l’autosuffisance énergétique par l’exploitation des réserves de schiste, son application dans de nombreux pays est contrainte par les risques environnementaux ; on cite notamment les émissions de méthane, la contamination des eaux, mais surtout l’utilisation d’énorme quantité d’eau (50 milliards de galons en 2012 aux États-Unis) en général et d’eau douce en particulier. Dans une perspective de durabilité, la viabilité de l’exploitation du schiste est donc conditionnée par la capacité des compagnies à trouver des alternatives permettant de limiter les impacts environnementaux de la fracturation ou en améliorer l’efficacité. Et en termes d’alternatives, il est certain que le domaine est en pleine évolution. Dans la note sectorielle du 25 Novembre dernier, nous reportions la mise au point d’un procédé de recyclage et réutilisation qui avait permis à Apache Corp d’éliminer complètement sa dépendance en eau douce dans des champs bitumineux à l’Ouest du Texas. Dans

l’actualité

récente,

la

compagnie

Encore plus récemment (20 Février), Schlumberger annonçait l’introduction de la technique de fracturation Broadband Sequence, qui, d’après les résultats de tests sur plusieurs puits au Texas, permettrait d’accroître de jusqu’à 20% la production, tout en diminuant de jusqu’à 46% le temps nécessaire au forage des puits situés dans les réservoirs non conventionnels. Nous mentionnons également ici la compagnie canadienne Gasfrac, qui a mis au point un procédé – prometteur, mais pour l’instant non économiquement viable – de fracturation utilisant du gel de gaz de pétrole liquéfié pour la fracturation. Comment ces avancées ouvrent de nouveaux horizons et de nouveaux marchés à la fracturation? En mettant de l’avant la fracturation à l’heptafluoropropane, le ministre de l’industrie de France a appelé jeudi dernier (19 Février) à une réévaluation du dossier de la fracturation, qui avait été interdite dans le pays relativement


à l’exploitation du gaz naturel. En somme, l’évolution des techniques de fracturation présente un intérêt certain pour l’industrie, et plusieurs firmes innovant dans les techniques alternatives – notamment Apache Corp, ercorpStim, Schlumberger, Gasfrac – pourraient être des actions intéressantes à surveiller.

Bibliographie : «En Corée, la joint-venture Samsung Total «France mulls clean fracking method – Waterless process prompts request for reassessment», dans tcetoday.com. Publié le 19/02/2014. Tiré de : http://www.tcetoday.com/latest%20news/2014/ february/france-mulls-clean-fracking-method. aspx#.Uwfif3lTM6I «Schlumberger introduces new fracturing technique», dans digitalenergyjournal.com. Publié le 20/02/2014. Tiré de : h t t p : / / w w w. d i g i t a l e n e r g y j o u r n a l . c o m / n / Schlumberger_introduces_new_fracturing_ technique/c7d801de.aspx «Editorial: States must contain fracking’s enormous thirst for water», dans The Register Citizen News. Publié le 21/02/2014. Tiré de : h t t p : / / w w w. r e gi sterci ti zen .co m/ge ner alnews/20140221/editorial-states-must-containfrackings-enormous-thirst-for-water

35


MANUFACTURIER ET SERVICES Uber, de la concurrence déloyale? Matthieu De Nadai Étudiant à la maitrise en génie industriel (24/02/2014) La firme californienne Uber défraie la chronique avec son modèle économique qui vient bouleverser le marché

villes dans le monde, l’année dernière, elle n’en couvrait que 45. Valorisée selon les estimations à 3.5 G$, la firme est parvenue à lever 361

des taxis dans les plus grandes villes.

M$ d’investissement dont 258 M$ de Google. « On veut encore accélérer en 2014 », précise M. Gore-Coty, responsable d’Uber France, l’entreprise qui dispose actuellement de 550 salariés envisage de passer à 1000 voire 2000 personnes d’ici la fin de l’année.

Uber n’est pas une entreprise de taxi, elle fournit à ses conducteurs partenaires l’accès à leur réseau. L’entreprise a mis au point un système informatique permettant de mettre en relation les clients en demande de mobilité et les chauffeurs. Le premier service lancé se voulait haut de gamme avec voiture de qualité, conducteur en livrée, ponctuel avec rafraichissement à disposition. La firme développe maintenant de nouveaux services pour accroitre ses parts de marché avec le service UberX qui se veut plus low-cost et même maintenant UberPOP un service de covoiturage entre particuliers. Jusque-là, la démarche semble anodine mais là où le bât blesse est qu’Uber n’est pas soumis aux règlementations qui touchent les entreprises de taxi traditionnel. L’entreprise n’a pas besoin de licences et ses tarifs ne sont pas régulés. En effet, les prix pratiqués par Uber son flexible et peuvent varier du simple au sextuple en fonction de la demande et de l’heure. Malgré des prix souvent plus élevés que les taxis ordinaires, l’entreprise a connu une croissance exponentielle. Elle a débuté en 2009 en Californie et couvre actuellement 70

Les raisons du succès? Un marketing agressif, avec notamment l’utilisation des réseaux sociaux. La cible du groupe est clairement la population entre 20 et 30 ans en tirant partie de leur application mobile, domaine dans lequel les compagnies de taxi traditionnelles sont à la traine. Uber n’est d’ailleurs pas la seule entreprise à s’être placée dans ce créneau, on peut également citer Lyft et SnapCar. Bien entendu, les réponses de la part des taxis ne se sont pas fait attendre. S’insurgeant contre ce qu’ils estiment être de la concurrence déloyale, ils ont notamment effectué une grève à Paris et ont intenté des actions en justice. Le gouvernement français avait lancé un décret visant à obliger les services de taxi en ligne à attendre 15 minutes avant de pouvoir récupérer leurs clients, mais cette décision a été rejetée par le Conseil d’État, considérant que cela allait à l’encontre de la liberté de commerce et


d’industrie. Des protestations similaires se sont élevées dans de nombreuses villes qui ont vues s’implanter de tels services. Pour le moment la stratégie de Uber est de faire profil bas vis-à-vis des politiques locales et de compter d’une part sur l’opinion publique pour faire pression en leur faveur et d’autre part de laisser ses concurrents manœuvrer à sa place comme ce fut le cas pour SnapCar en France.

Bibliographie : «Comment Uber bouscule le transport urbain», dans Le Monde. Publié le 18/02/2014. Tiré de : h t t p : / / w w w. l e m o n d e . f r / e c o n o m i e / article/2014/02/18/comment-uber-bouscule-letransport-urbain_4368405_3234.html «Court victory for French online taxi operators», dans The Financial Times. Publié le 05/02/2014. Tiré de : http://www.ft.com/intl/cms/s/0/260d22b0-8e6811e3-98c6-00144feab7de.html#axzz2tyhWxI2U «Taxis-VTC : sur les réseaux sociaux, y’a pas match !», dans Les Échos. Publié le 14/02/2014. Tiré de : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/ auto-transport/actu/0203318136800-lematch-taxis-vtc-transpose-sur-les-reseauxsociaux-650679.php

37


MANUFACTURIER ET SERVICES Tim Hortons se fait manger ses parts de beignes Marie-Pier Dufort Finissante en génie industriel (24/02/2014)Malgré le fait que le café Tim Hortons demeure le chouchou des consommateurs canadiens, la compagnie

la solution d’un programme de fidélisation a aussi été proposée, afin de conserver la loyauté des consommateurs. Ainsi, ces changements

ressent de plus en plus la pression de ses compétiteurs avec des ventes diminuant chaque année.

proposés pourraient venir grandement modifier l’identité de la chaîne de restauration telle qu’on la connaît aujourd’hui. Tim Hortons doit donc garder sa place de leader dans le secteur en faisant la promotion de son image de marque, tels le concours « Déroule le rebord » qui distribue jusque 47 M$ en prix. Il sera donc très important de surveiller le cours de l’action suite à l’annonce de ce plan stratégique.

En effet, les consommateurs canadiens se tournent de plus en plus vers certaines alternatives comme McDonald qui offre des produits de qualité égale à un prix inférieur ou d’autres détaillants de luxe comme Starbucks ou Second Cup. Afin de remédier au problème, le nouveau CEO Marc Caira compte proposer mardi prochain un plan stratégique aux investisseurs afin d’amorcer une nouvelle stratégie pour la viabilité du pilier canadien. En ce moment, plusieurs aspects de la gestion de la chaîne alimentaire doivent être améliorés dans un futur rapproché. En effet, l’aménagement physique de ses franchises est complètement à revoir afin d’offrir une expérience plus conviviale à ses clients et ainsi améliorer leur satisfaction suite à leur expérience. On peut penser à la rénovation de plusieurs restaurants McDonald pour accueillir des Mcafé. Plusieurs analystes estiment aussi que le menu devra être complètement révisé afin de segmenter l’offre de nourriture plus longue à préparer en opposition à la vente de breuvages. Finalement,

Cette semaine, Tim Hortons a aussi annoncé sa dissociation du fabricant de crème glacée Cold Stone. Le partenariat en place depuis 5 ans a pris fin en raison des différences en terme de produits et clients visés par ces deux entreprises. Tim Hortons devra débourser 19 M$ afin de mettre fin au partenariat inhabituel. Malgré la fin du partenariat entre Tim Hortons et Cold Stone au Canada, l’entente stratégique sera maintenue aux États-Unis, où elle opère près de 817 franchises en comparaison à 4350 au Canada. Or même si l’entreprise doit implanter des changements rapidement, la compagnie bénéficie d’une hausse dans ses ventes par rapport à l’an dernier et souhaite augmenter les dividendes versés lors du prochain trimestre .


Bibliographie : «Tim Hortons met fin à son mariage avec la crème glacée Cold Stone au Canada», dans Les Affaires. Publié le 21/02/2014. Tiré de : http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/ commerce-de-detail/tim-hortons-met-fin-a-sonmariage-avec-la-creme-glacee-stone-cold-aucanada/566538 «Tim Hortons to unveil new strategy», dans The Financial Post. Publié le 17/02/2014. Tiré de : http://business.financialpost.com/2014/02/17/ t im-ho r t o n s - s et-to -un ve i l -ne w -strategyrevamps-roll-up-the-rim-to-take-on-rivals/

39


TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION Facebook casse sa tirelire pour Whatsapp Arthur Claire Étudiant à la maitrise en génie industriel (24/02/2014)19G de messages de 315M d’utilisateurs quotidien valent-il 16G$? C’est l’équation de la semaine alors que

50M$ selon les estimations. L’entreprise aura été très convoitée, puisqu’il se raconte que Larry Page, le patron de Google (GOOG), aurait

le réseau social en ligne Facebook (FB) a annoncé mercredi l’achat de l’application de messagerie instantanée pour smartphone WhatsApp, alors que les analystes s’accordaient sur une valorisation à hauteur de 1G$.

rencontré la semaine dernière les fondateurs de la société, aujourd’hui milliardaires, en vue de leur faire une offre de rachat. C’est sa base de données d’utilisateurs extrêmement active et croissante qui a fait augmenter la valeur de l’application, avec près de 315M d’utilisateurs journaliers et 450M mensuels, échangeant près de 19G messages par jour (soit le volume entier des SMS des opérateurs téléphoniques mondiaux), avec une augmentation du nombre de membres de 1M par jour.

Cette acquisition est la plus grande jamais effectuée par le premier réseau social mondial, qui vient de fêter ses dix ans. Sur ce total, 4 milliards de dollars seront versés en numéraire et les 12 milliards restant en actions Facebook. Le groupe prévoit en outre de verser 3 milliards

Ce montant hors normes met surtout en avant la stratégie défensive adoptée par Facebook. Il y a quelques semaines, C’est sa base de données le réseau social avait déjà fait une offre d’utilisateurs extrêmement active (refusée) de 3 milliards de dollars pour et croissante qui a fait augmenter acquérir Snapchat, dont le nombre la valeur de l’application. d’utilisateurs est au moins dix fois inférieur à celui de WhatsApp. Mais de dollars en actions aux fondateurs et aux Facebook prend suffisamment au sérieux la salariés de Whatsapp sur une période de quatre menace d’une désaffection - notamment chez ans après le bouclage de l’opération. les jeunes, qui raffolent des WhatsApp, Line ou Snapchat - pour y mettre le prix. Mais l’opération Après Viber, WhatsApp est la dernière ne peut se réduire à un simple mouvement application de messagerie acquise, alors que défensif. Facebook va ainsi se constituer une l’entreprise ne compte que 55 salariés et dont le base de données inégalable de 450 millions de chiffre d’affaires en 2013 ne devrait pas excéder


numéros de téléphone, et notamment dans des régions où il avait encore des parts à prendre et où WhatsApp est déjà fort, comme l’Inde ou l’Amérique latine. Et les données de WhatsApp vont pouvoir alimenter le flux d’informations que le réseau social possède déjà sur ses utilisateurs et ainsi améliorer le ciblage publicitaire. Le tout pour des coûts réduits : WhatsApp a grandi sans dépenses marketing et compte à peine une cinquantaine de salariés. Au final, Facebook aura anéanti un des concurrents de son Facebook Messenger, en ajoutant un des réseaux avec les utilisateurs les plus dynamiques du monde. Avec l’acquisition de WhatsApp, Facebook fait le pari également d’une croissance de ses utilisateurs dans des régions où la société américaine était moins présente. Ou peut-être est-ce pour Facebook le prix à payer afin de rester « jeune »?.

Bibliographie : «Facebook rachète la messagerie instantanée Whatsapp pour 16 G$», dans Les Affaires. Publié le 19/02/2014. Tiré de : http://www.lesaffaires.com/techno/internet/ facebook-rachete-la-messagerie-instantaneewhatsapp-pour-16-g-us/566503 «Pourquoi Facebook a cassé sa tirelire pour s’offrir WhatsApp», dans Les Echos. Publié le 21/02/2014. Tiré de : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/ medias/actu/0203329423607-pourquoifacebook-a-casse-sa-tirelire-pour-s-offrirwhatsapp-651971.php

41


Le comitĂŠ


Aérospatiale et Défense Caroline DIETRICH, étudiante à la maitrise en génie industriel David ST-JACQUES, finissant en génie mécanique

Biotechnologie et Pharmaceutiques Julie CHARRON-LATOUR, étudiante à la maitrise en génie industriel François MARCOUX, finissant en génie biomédical

Énergie et Environnement Ivan BELTRAN, étudiant à la maitrise en génie industriel Benoit THIBAULT, finissant en génie civil Ilias TIHANI, finissant en génie industriel

Manufacturier et Services : Matthieu DE NADAI, étudiant à la maitrise en génie industriel Marie-Pier DUFORT, finissante en génie industriel

Matériaux et Construction Yahya DIALLO, finissant en génie civil Léa FAGGIO, étudiante à la maitrise en génie civil

Minier Camille MATTE, finissante en génie industriel Guillaume VERGNE, étudiant à la maitrise en génie industriel

Pétrole et Ressources Naturelles Isabelle FOTSING, étudiante au doctorat en génie des matériaux Alexandre JUMELLE-KOUAKOU, finissant en génie civil Lucas PICCI, étudiant à la maitrise en génie industriel

Technologie de l’Information Arthur CLAIRE, étudiant à la maitrise en génie industriel Ludovic DEUMAGA, finissant en génie informatique


Pour nous joindre Adresse postale PolyFinances Case postale 6079, succursale Centre-ville MontrĂŠal, QuĂŠbec, H3C 3A7

Courriel info@polyfinances.ca

Site web www.polyfinances.ca

Coordonnateur Ivan Beltran Santillan Francisco ivan.beltran@polymtl.ca


PolyFinances - Note Sectorielle - Semaine du 24 février 2014