Issuu on Google+

POLYFINANCES FONDS D’INVESTISSEMENT ÉTUDIANT DE POLYTECHNIQUE MONTRÉAL

NOTES SECTORIELLES 13 JANVIER 2014 1


SOMMAIRE Leasing aérien : AerCap rachète ILFC  ����������������������������������������������������������������������� 6 Sous-marins allemands dans les eaux de l’Asie  �������������������������������������������������������� 8 Cinq grands défis pour Thales  ���������������������������������������������������������������������������������� 10 Valeant vise le top 5  �������������������������������������������������������������������������������������������������� 12 2014, la course aux acquisitions  ������������������������������������������������������������������������������� 14 Mises en chantier en baisse de plus de 24%  ����������������������������������������������������������� 16 Un moyen de transport innovant pour Londres  �������������������������������������������������������� 18 Un nouvel enjeu : le stockage de l’énergie  ��������������������������������������������������������������� 20 Objectifs renouvelables pour l’Europe?  �������������������������������������������������������������������� 22 Privatisation massive au Pakistan  ���������������������������������������������������������������������������� 24 Alcoa déçoit … et plonge   ����������������������������������������������������������������������������������������� 26 Fini le charbon à la mer  �������������������������������������������������������������������������������������������� 28 Vers un Québec dopé au pétrole ?  ��������������������������������������������������������������������������� 30 Husky en expansion dans le thermique lourd   ���������������������������������������������������������� 32 Jean Coutu tient bon face à la concurrence  ������������������������������������������������������������� 34 Danone se dissocie de Fonterra  ������������������������������������������������������������������������������� 36 Les ventes de PC coulent  ����������������������������������������������������������������������������������������� 38 2013 fut elle l’année du «crowdfunding» ?  ��������������������������������������������������������������� 40 Windows Phone : Sony en pourparlers avec Microsoft   ������������������������������������������� 42 Des processeurs « conflict-free » pour Intel  ������������������������������������������������������������� 44


Polyfinances c’est... le fonds d’investissement étudiant de Polytechnique Montréal qui a été fondé en 2011 conjointement par le professeur Thierry Warin et par un groupe d’étudiants au baccalauréat provenant de l’orientation projets internationaux. PolyFinances a été mis sur pied pour permettre de faire le pont entre les compétences de l’élève-ingénieur et les secteurs industriels dans lesquels ses compétences s’exprimeront. PolyFinances contribue à former une nouvelle génération d’ingénieurs : au sommet de leur art en ingénierie, ils seront aussi capables d’analyser les forces et faiblesses d’une entreprise dans son environnement économique et commercial. En se basant sur des concepts d’économie industrielle, ils étudient des méthodes d’évaluation des entreprises menant à la gestion d’un

portefeuille d’actions boursières d’entreprises technologiques. Les ingénieurs ou futurs ingénieurs souhaitent aussi mettre la technologie au service de la finance. Une équipe d’étudiants de PolyFinances a d’ailleurs remporté un prix lors du Forum Fintech 2013 organisé par Finance Montréal. Ces ingénieurs pourront jouer un rôle prépondérant dans leurs futures organisations en faisant le lien entre les prises de décisions technologiques et leurs conséquences sur la valeur de l’entreprise mais aussi en proposant des solutions technologiques au secteur financier.

PolyFinances c’est un fonds d’investissement étudiant, une formation à l’économie industrielle et à la finance pour les ingénieurs et futurs ingénieurs, des projets technologiques appliqués à la finance, des conférences à Montréal animées par des professionnels de la finance et du monde de l’entreprise technologique et une mission dans une place financière internationale.

4


Pour sa troisième édition, PolyFinances 2014 étudiera le thème : «risques systémiques et risques systématiques». Pour ce faire, l’équipe de PolyFinances a décidé d’établir ses quartiers dans l’une des villes ayant la plus forte concentration d’institutions internationales, soit Washington. Ainsi, suite à la plus grosse crise financière mondiale, les étudiants seront en mesure d’étudier la stabilité financière, les régularisations proposées par les institutions financières pour diminuer leur contribution au risque systémique. Ainsi, PolyFinances envisage rencontrer différents intervenants dans des institutions telles que la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, la Banque interaméricaine de développement, Yahoo Finance, etc. Aussi, la visite de Hedge Funds est dans la mire de l’équipe. À travers le campus Washington, les étudiants espèrent approfondir leurs connaissances du monde de la finance et des institutions internationales. L’équipe travaille donc à la réalisation du campus Washington à la hauteur des précédents ayant eu lieu à New York en mars 2011 et en mars 2012. Au travers de ces campus, l’équipe PolyFinances a eu l’opportunité d’être reçue par Bloomberg, Merill Lynch, Perella Weinberg Partners, BNP Paribas, Moody’s, la Federal Reserve Bank, le département d’ingénierie financière de New York University, Galileo Global Advisors, l’Open Society Foundation, Dishart Communications, la business angel Anne Busquet et la délégation du Québec à New York ainsi que la mission permanente du Canada à l’ONU.


AÉROSPATIAL ET DÉFENSE Leasing aérien : AerCap rachète ILFC Caroline Dietrich Étudiante à la maitrise en génie industriel

(13/01/2014) American International Group (AIG), l’un des leaders mondiaux de l’assurance et des services financiers, a

dans les quinze prochaines années. Ces géants sont devenus les principaux clients pour Airbus et Boeing, totalisant 20% des monocouloirs et

annoncé fin décembre la vente de sa filiale de location d’avions International Lease Finance Corp (ILFC) au néerlandais AerCap Holdings pour 5.4 B$, continuant ainsi son recentrage sur son métier de base qu’est l’assurance. Avec cette méga-fusion dans un secteur aussi discret que lucratif, c’est un véritable monstre de l’aérien qui naît : totalisant presque 1500 appareils, la firme devient la deuxième plus grande compagnie de leasing au monde, derrière la filiale de General Electric, Gecas.

12% des long-courriers sur leurs carnets de commandes. L’essor de la location d’avion vient de la grande flexibilité offerte par ces loueurs : d’abord, ils permettent à des compagnies d’exploiter des avions neufs, alors que ces dernières n’auraient pas forcément les moyens de financer leur achat. Ensuite, ils diminuent les risques financiers des compagnies aériennes en reprenant les appareils en cas de baisse de trafic, ou de difficultés financières, ou de revente d’avion si le prix de location s’effondre. Ils facilitent enfin l’accès aux avions de nouvelle génération qui possèdent une liste d’attente de plusieurs années. Pour ces raisons, la location sur la durée de vie complète d’un avion revient plus chère que l’achat. Par exemple pour le Boeing 777, le bénéfice généré par la location sur 30 ans revient à 360 M$, contre les 320 M$ du prix catalogue (avant les féroces négociations entre l’acheteur et l’avionneur, qui pourrait selon les spécialistes encore diviser le prix de l’appareil par deux). Un marché particulièrement lucratif, dans lequel AerCap devient un acteur majeur.

Avec cette méga-fusion dans un secteur aussi discret que lucratif, c’est un véritable monstre de l’aérien qui naît Encore peu connues du grand public, ces entreprises de location d’avions sont pourtant des incontournables du secteur aérien, détenant aujourd’hui 40% de la flotte mondiale. Leur croissance ininterrompue crée aussi des convoitises : de 150 appareils loués en 1981 à 9000 en 2013, le chiffre devrait encore doubler

Si le secteur est à ce point lucratif, pourquoi


AIG a t’il choisi de vendre sa filiale de crédit-bail aéronautique? Cette décision a été prise suite aux conséquences désastreuses de la crise de 2007, qui a entrainé une perte de 18 B$ sur des dérivés de créances immobilières garanties par AIG. Frôlant alors la faillite, la firme tentait depuis quatre ans au moins de vendre ILFC afin de rembourser l’aide publique reçue de l’État américain en 2008. Un premier acheteur chinois s’était présenté en 2012, mais n’ayant réussi à obtenir de soutien financier suffisant, l’affaire avait été mise en suspens. Enfin, un accord a été signé entre AerCap et AIG pour 5B$ payés en numéraire et en actions nouvellement émises par la société néerlandaise. Au final, AIG détiendra 46% d’AerCap et aura la possibilité d’augmenter sa participation en cas de bonne santé financière. Encore cette semaine, les marchés ont été sensibles à cette acquisition d’AerCap et à la cessation d’actifs stratégiques d’AIG. Diminuant la dette à faible taux contracté avec la Fed, le géant de l’assurance rassure ses investisseurs, mais vient aussi de prolonger de quatre ans son «Tax Asset Protection Plan» qui devait se terminer en mars cette année. AIG est encore loin d’avoir récupéré de la crise des subprimes.

said-near-deal-to-sell-aircraft-leasing-unit/?_ r=0 «ILFC, le géant de la location d’avions ne deviendra pas chinois mais hollandais», dans a Tribune. Publié le 16/12/2013. Tiré de : h t t p : / / w w w. l a t r i b u n e . f r / e n t r e p r i s e s finance/industrie/aeronautiquedefense/20131216trib000801200/ilfc-le-geantde-la-location-d-avions-ne-deveindra-paschinois-mais-hollandais.html «American International Group, Inc. New : L’acquisition d’ILFC profitera aussi bien à AIG qu’à AerCap - DG d’Aercap», dans Les Echos. Publié le 16/12/2013. Tiré de : http://bourse.lesechos.fr/infos-conseilsboursiers/infos-conseils-valeurs/infos/lacquisition-d-ilfc-profitera-aussi-bien-a-aig-qua-aercap-dg-d-aercap-937389.php

Bibliographie : «The Next Big Play in Aircraft Leasing», dans The Motley Fool. Publié le 07/01/2014. Tiré de : http://www.fool.com/investing/ general/2014/01/07/the-next-big-play-inaircraft-leasing.aspx «A.I.G. Sells Aircraft Leasing Unit for $5.4 Billion», dans New York Times. Publié le 15/12/2013. Tiré de : http://dealbook.nytimes.com/2013/12/15/a-i-g-

7 7


AÉROSPATIAL ET DÉFENSE Sous-marins allemands dans les eaux de l’Asie Caroline Dietrich Étudiante à la maitrise en génie industriel

(13/01/2014) Un curieux dilemme touche actuellement l’Allemagne : pacifique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale,

2.3 B$. Son constructeur, Thyssenkrupp, est le leader mondial des sous-marins conventionnels avec 70 % de parts de marché. D’après « Der

réticente à intervenir en Libye, au Mali ou au Centrafrique, l’Allemagne est pourtant le troisième exportateur d’armes au monde, derrière les États-Unis et la Russie. Bel exemple de corrélation négative entre la politique internationale et les intérêts industriels, des conflits d’intérêts créent aujourd’hui une controverse au cœur de la politique allemande.

Spiegel », « Construit pour glisser à travers les océans presque sans bruit, [le 218 SG est le] bâtiment le plus silencieux et le plus résistant que tout autre modèle plus conventionnel ». Cet accord n’est qu’une preuve de l’accélération de la course aux armements en Asie du Pacifique. La Chine a de plus inauguré son premier porteavions et dévoilé son premier avion furtif de chasse. Selon certains spécialistes, « la région est en passe de devenir, à côté du MoyenOrient, l’un des principaux marchés pour les ventes d’armes ». Une perspective qui n’a pas échappé au gouvernement allemand qui commence à faciliter les garanties sur les contrats d’export. Ainsi, malgré les nombreuses voix en Allemagne qui s’élèvent contre une politique favorable à la course aux armements, les retombées économiques en terme d’emploi sont incontestables et rendent difficiles les conciliations idéologiques et économiques.

Selon « Der Spiegel », son industrie de la défense a maintenant pour cible l’Asie, où les tensions entre les États-Unis, la Chine, le Japon et la Corée du Sud ne font que croître. En effet, des négociations territoriales commencées à la fin de l’année dernière ont rapidement dégénéré suite au renforcement militaire américain dans la région des mers de Chine du Sud et Orientale. À ce sujet, l’ex-premier ministre australien avait déclaré « Ce ne sont pas des temps ordinaires en Asie orientale. [La] région ressemble de plus en plus à une réédition sur mer au 21e siècle des Balkans il y a un siècle – une poudrière sur l’eau » où toute erreur pourrait entraîner l’explosion. C’est dans un tel contexte que l’industrie de la défense allemande a vendu en novembre dernier à Singapour deux sous-marins 218 SG pour

Bibliographie : «Super Subs: The German Defense Industry Discovers Asia», dans Der Spiegel Online. Publié le 07/01/2014. Tiré de :


http://www.spiegel.de/international/business/ germany-s-defense-industry-turns-to-asia-forbusiness-a-942287.html «Risques d’un conflit et d’une guerre créés par la montée des tensions en Asie orientale: Collision évitée de peu entre des navires américain et chinois», dans Mondialisation.ca. Publié le 19/12/2013. Tiré de : http://www.mondialisation.ca/risques-dunconflit-et-dune-guerre-crees-par-la-monteedes-tensions-en-asie-orientale-collision-eviteede-peu-entre-des-navires-americain-et-chinois/5362146 «Armement : l’Allemagne à l’assaut de l’Asie», dans Les Echos. Publié le 09/01/2014. Tiré de : http://www.lesechos.fr/economie-politique/ presse-etrangere/0203228839124-armement-lallemagne-a-l-assaut-de-l-asie-641617.php «Top 10 des plus gros pays exportateurs d’armes au monde», dans Topito.com. Publié le 11/11/2013. Tiré de : http://www.topito.com/top-plus-gros-paysexportateurs-armes-monde

9 9


AÉROSPATIAL ET DÉFENSE Cinq grands défis pour Thales David St-Jacques Finissant en génie mécanique (13/01/2014) Il y a un an, le groupe Thales, qui se spécialise dans l’électronique dans le domaine aéronautique, sortait d’une impasse pour ce qui est des rapports entre les employés et les dirigeants. Cependant, le nouveau PDG, M. Lévy, est venu sauver la mise juste avant que les tensions au sein de l’entreprise aient des répercussions négatives sur leur réputation. Au ralenti depuis sept ans, les nouveaux dirigeants souhaitent maintenant augmenter considérablement la croissance et la rentabilité de Thales. Pour ce faire, cinq défis de taille sont proposés aux actionnaires de cette compagnie. Le premier est de devenir un «groupe mondial» qui s’établit dans tous les pays émergents tout en ayant comme objectif d’avoir une croissance de 10% par an dans ces pays. Au niveau des pays développés, la croissance espérée est de 4% par an. Cette dernière croissance se trouve par contre plus difficile dans certains pays développés, car les budgets alloués à la défense tendent à diminuer. Le deuxième défi est d’implanter au sein du groupe un programme, ici nommé Ambition Boost, qui permettra d’améliorer leurs bureaux d’ingénierie pour qu’ils soient plus rentables, compétitifs et mieux rationalisés. Le troisième défi a pour but d’accroître l’attractivité du

groupe et de recruter le meilleur personnel possible. Ces nouveaux employés qualifiés de «nouveaux talents» seront principalement pris dans les pays émergents. Le quatrième défi met en place des moyens pour que Thales soit dorénavant perçu comme un «prédateur» et non comme une «proie». Dans les dernières années Airbus Group (anciennement EADS) et Safran ont tentés d’acquérir Thales à plusieurs reprises. M. Lévy prévoit donc renversé la tendance et devenir dirigeant d’une entreprise qui fait des acquisitions structurantes. Enfin, le groupe Thales étudie la question de faire évoluer la gouvernance et l’actionnariat.

Bibliographie : «Thales : Les cinq nouveaux défis de JeanBernard Lévy», dans La Tribune. Publié le [06/01/2014]. Tiré de : h t t p : / / w w w. l a t r i b u n e . f r / e n t r e p r i s e s finance/industrie/aeronautiquedefense/20140106trib000808047/thales-lescinq-nouveaux-defis-de-jean-bernard-levy.html


VOUS NE VOULEZ RIEN MANQUER DES PROCHAINES NOTES SECTORIELLES ? ABONNEZ VOUS DÈS MAINTENANT À LA LISTE DE DIFFUSION EN CLIQUANT ICI

11 11


BIOTECHNOLOGIE ET PHARMACEUTIQUE Valeant vise le top 5 François Marcoux Finissant en génie biomédical (13/01/2014) Cette semaine, J. Michael Pearson, CEO de Valeant Pharmaceuticals, a affirmé qu’il désirait atteindre d’ici 2016 le top 5 mondial des compagnies pharmaceutiques en termes de capitalisation boursière. L’entreprise québécoise est actuellement la plus grosse de l’industrie canadienne. Mondialement, elle se retrouve dans le top 15. Cette ascension au top 5 signifierait une augmentation de la capitalisation boursière de la compagnie de 40G $US à 150G $US, et ce, en 2 ans.

Valeant fait partie d’une nouvelle vague d’entreprises pharmaceutiques qui misent sur la production de produits génériques plutôt que l’exploitation de brevets. Est-ce que cet objectif est réalisable? marché semble favorable puisque le prix l’action s’est enflammé suite à l’annonce CEO, passant de 120 $CAN à 140 $CAN

Le de du au

TSE. Dans les dernières années, l’entreprise a misé sur de nombreuses acquisitions plutôt que sa croissance organique afin d’élargir son marché, acquérant notamment Bausch & Lomb l’année dernière pour 8.7G $US. De 2012 à

2013, les revenus de la compagnie on connu une croissance considérable, augmentant de 3.4G $US à 5.9G $US (+74%). Autre fait intéressant, les revenus par actions (EPS) ont aussi augmenté de plus de 35% pour terminer à 6.16$. Valeant possède un avantagé clé sur les géants pharmaceutiques : son modèle d’affaires peu dépendant de la recherche et développement. En effet, plusieurs géants pharmaceutiques sont actuellement touchés par le phénomène de « patent cliff » en raison de leur dépendance aux brevets. Valeant fait partie d’une nouvelle vague d’entreprises pharmaceutiques qui misent plutôt sur la production de produits génériques. Aux États-Unis c’est l’utilisation grandissante de ce genre de produits qui permet actuellement de ralentir la croissance des coûts du système de santé. La sortie prochaine du rapport annuel de Valeant devrait davantage nous éclairer sur les moyens utilisés afin d’atteindre l’objectif fixé. Tout de même, dans les derniers mois, le CEO a plusieurs fois affirmé qu’il était favorable à un « merger of equals ».


Bibliographie : «Valeant a de grandes ambitions», dans Lapresse. Publié le [7/1/2014]. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/ sante/201401/07/01-4726327-valeant-a-degrandes-ambitions.php «Thank pharma’s patent cliff for helping to depress health-spending growth», dans FiercePharma. Publié le [7/1/2014]. Tiré de : http://www.fiercepharma.com/story/thankpharmas-patent-cliff-helping-depress-healthspending-growth/2014-01-07

13 13


BIOTECHNOLOGIE ET PHARMACEUTIQUE 2014, la course aux acquisitions Julie Charron-Latour Étudiante à la maitrise en génie industriel (13/01/2014) Depuis l’échéance des brevets de plusieurs médicaments phares, les géants pharmaceutiques ont perdu au total près de 60 G$ entre 2010 et 2012. Les pertes pour les cinq prochaines années sont quand à elles estimées à 50 G$. Résultat, les entreprises cherchent de nouvelles opportunités et en acquérant d’autres compagnies. Heureusement plusieurs compagnies biopharmaceutiques ont su se démarquer l’an dernier. Résultat, le Nasdaq Biotechnology Index a augmenté de 66%. Les investisseurs sont donc confiants d’une hausse éventuelle des revenues des firmes dans le domaine. Une autre bonne nouvelle les attend, la FDA prévoit approuver beaucoup plus de nouveaux médicaments cette année qu’au courant des deux dernières.

octobre dernier, l’entreprise s’enligne pour vivre de nombreux changements. Depuis l’annonce cette semaine, l’entreprise a vu bondir son

titre de 18%. Celui-ci est sur une bonne voie puisqu’il avait déjà augmenté de 89 % dans les derniers douze mois. L’acquisition est perçue comme un moyen de diversifier ses sources de revenues en acquérant des produits dans des classes thérapeutiques complémentaires (maladies gastrointestinales et la fibrose kystique). L’objectif du CEO est d’apporter à l’entreprise de nouveaux « blockbusters » (traitements réalisant des ventes de plus d’un milliard de dollars). Néanmoins, le titre demeure très spéculatif avec un ratio cours/bénéfice extrêmement élevé, chiffré à 215 (à titre de référence, un titre non spéculatif aurait un ratio inférieur à 10). L’entreprise projette faire d’autres acquisitions dans la prochaine Depuis l’annonce de année toujours selon les mêmes objectifs de diversifications et d’augmentation des l’acquisition, Forest Laboratories Inc. a vu son titre ventes. L’entreprise américaine retrouve donc les mêmes idéaux que ces rivaux bondir de 18% dont l’entreprise canadienne Valeant qui a également annoncé vouloir maintenir sa stratégie d’acquisition et du coup, a elleL’année 2014 débute en force avec l’entreprise aussi vu son titre bondir (voir figure). américaine Forest Laboratories Inc. qui a acquis Aptalis, une entreprise non cotée, pour Finalement, la semaine prochaine, les 2.9 G$. Avec un nouveau CEO au poste depuis investisseurs du secteur pourront rencontrer lors


du rendez-vous annuel du Biotech Showcase à San Francisco des sociétés émergentes. C’est le moment pour plus de 963 entreprises et de nombreux représentants de découvrir de nouvelles opportunités. C’est également la chance pour les géants d’acquérir de nouvelles technologies. L’évènement qui a enregistré une augmentation significative de participants depuis l’an dernier abordera entre autres les thématiques du financement alternatif et de nouveaux traitements à partir de cellules

«Forest Agrees to Acquire Aptalis for $2.9 Billion in Cash», dans Bloomberg.com. Publié le [8/1/2014]. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2014-01-08/ forest-agrees-to-acquire-aptalis-for-2-9-billionin-cash.html

régénératives.

Référence : http://www.bloomberg.com/quote/FRX:US

Bibliographie : «Les stratégies d’investissement en biotechnologie en 2014 représentent le thème clé qui attirera des investisseurs à San Francisco la semaine prochaine, le 13 janvier, pour Biotech Showcase™ 2014», dans BFMTV. Publié le [10/1/2014]. Tiré de : http://www.bfmtv.com/economie/strategiesdinvestissement-biotechnologie-2014representent-theme-cle-attirera-investisseursa-san-francisco-semaine-prochaine-13-janvierbiotech-showcase-and-8482-2014-683542.html

15 15


MATÉRIAUX ET CONSTRUCTION Mises en chantier en baisse de plus de 24% Yahya Diallo Finissant en génie civil (13/01/2014) La SCHL présentait la semaine dernière les résultats du recensement des mises en chantier dans le domaine

Cependant, le marché des logements locatifs n’a pas été concerné puisque son activité est restée stable nous confie Mr. David L’Heureux,

immobilier, exposant le recul du marché par rapport à l’année 2012. Le nombre de chantier est à son plus bas niveau depuis 2001 dans la grande région de Montréal où le marché immobilier (condos, maisons individuelles) a connu un recul de 24%. Cette tendance régressive se poursuit dans une plus faible mesure dans tout le Québec et au Canada.

analyste du secteur pour la grande région de Montréal. D’après lui, ce fort recul du marché de l’immobilier en termes de mise en chantier s’explique par le fait que les constructeurs se soient ajustés à la détente du marché de la revente mais aussi au nombre élevé d’unités neuves présentent sur le marché. Si Montréal a été le plus touché par le recul, Laval et la RiveNord ont mieux résisté avec un recul respectif de 16.4% et 13.7%.

Ce jeudi 9 janvier 2014, la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) a publié les données concernant la mise en chantier dans la région de Montréal en 2013 et les résultats démontrent une baisse de 24% par rapport à l’année d’avant. Selon ces données publiques, il y a eu un peu plus de 15 600 logements dont la construction a débuté en 2013 contre près de 20 600 en 2012. Le recul est plus prononcé dans les régions de la Rive-Sud et dans le secteur de Vaudreuil-Soulanges. Par mises en chantier, on entend, outre les condos, le début de la construction de logement individuel. La régression du marché immobilier a touché le marché de la construction à Montréal ; elle est de 24.3% dans le créneau des condos et 23.2% pour les maisons individuelles.

Au Québec, 38 100 chantiers de construction immobilière ont été engagés l’année dernière. Les chiffres sont également en baisse par rapport à 2012 (-20%). La tendance se poursuit dans le pays entier puisque on note aussi un recul de 12.7% avec les 188 000 logements entamés en 2013. Selon l’économiste Mr. Benoit

La régression du marché immobilier a touché le marché de la construction à Montréal ; elle est de 24.3% dans le créneau des condos et 23.2% pour les maisons individuelles.


P. Durocher de Desjardins, la construction résidentielle ralentira encore en cette nouvelle année au Canada ; il devrait se rapprocher d’avantages du nombre de ménages qui se forme par an, soit 185 000. La firme immobilière Royal LePage a montré en parallèle que le prix moyen d’un logement a augmenté de 1.2% à 3.8% au Canada fin 2013.

Bibliographie : « Les mises en chantier à leur plus bas depuis 2001 à Montréal», dans Les Affaires. Publié le 09/01/2014. Tiré de : http://2913.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/ immobilier/les-mises-en-chantier-a-leur-plusbas-depuis-2001-a-montreal/565127

17


MATÉRIAUX ET CONSTRUCTION Un moyen de transport innovant pour Londres Léa Faggio Étudiante à la maitrise en génie civil (12/01/2014) L’architecte anglais Norman Foster, réputé pour ces conceptions « high tech », avec par exemple le fameux immeuble «Gherkin», la passerelle du Millenium sur la Tamise ou encore l’hôtel de ville de la capitale britannique en forme de casque de moto, a dévoilé cette semaine son projet incroyable de pistes cyclables aériennes sur pilotis au-dessus des lignes de métros londoniennes.

rouges, des automobilistes et des piétons, mais surtout, ils gagneraient énormément en terme de sécurité. On peut se demander comment un

tel projet est réalisable ? Sur le plan technique, le projet, construit à l’aplomb des lignes de métro, profite de l’infrastructure ferroviaire déjà présente. Les pistes cyclables, d’une quinzaine de mètres de large, seraient maintenues audessus des rails par des pylônes et l’accès des cyclistes se ferait soit par des rampes en pente Ce projet pourrait permettre la circulation de près douce, soit par des ascenseurs publics. Sur le de 6 millions de personnes depuis la périphérie plan financier, malgré l’infrastructure ferroviaire londonienne jusqu’au centre de manière rapide déjà existante, le budget serait colossal. Selon et écologique tout en désengorgeant les rues le Guardian, une piste d’essai de 6.5 km reliant de la capitale puisque chacune des dix pistes Stratford à Liverpool Street Station pour tester le prévues pourraient accueillir 12 000 usagers concept, si les études de faisabilité s’avéraient par heure. En effet, grâce à plus de 220 km concluantes, coûterait près de £220 millions. de pistes, uniquement réservées aux vélos, et Toutefois, nous ne sommes pas sans rappeler bénéficiant de près de 200 points d’accès, les que le gouvernement britannique a récemment cyclistes pourraient gagner jusqu’à 30 minutes de lancé une vaste Plan National de £375G temps de transport par rapport à une circulation consacré aux infrastructures dans l’objectif de habituelle; en raison notamment des feux devenir le pays le plus peuplé d’Europe dès 2045. Une vingtaine d’années étant Ce projet pourrait permettre nécessaire à la construction du SkyCycle, la circulation de près de 6 il n’est donc pas improbable que l’on millions de personnes depuis puisse un jour traverser la manche à la périphérie londonienne vélo, comme le rêve déjà les initiateurs jusqu’au centre. du projet.


Bibliographie : « SkyCycle : le projet de pistes cyclables aériennes au cœur de Londres dévoilé », dans le Huffington Post. Publié le 03/01/2014. Tiré de: http://quebec.huffingtonpost. ca/2014/01/03/pistes-cyclables-aerienneslondres_n_4537023.html « Norman Foster unveils plans for elevated SkyCycle bike routes in London », dans The Guardian. Publié le 02/01/2014. Tiré de : http://www.theguardian.com/artanddesign/ architecture-design-blog/2014/jan/02/normanfoster-skycycle-elevated-bike-routes-london « Londres rêve de pistes cyclables aériennes », dans Le Figaro. Publié le 04/01/2014. Tiré de : h t t p : / / w w w . l e f i g a r o . f r / international/2014/01/04/0100320140104ARTFIG00278-londres-reve-depistes-cyclables-aeriennes.php

19


ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Un nouvel enjeu : le stockage de l’énergie Ivan Beltran Étudiant à la maitrise en génie industriel ((13/01/2014) Aujourd’hui, nous assistons à la montée en puissance de l’ensemble des énergies renouvelables dans la production

Dans la mesure où la production énergétique découle de manière négligeable des ressources renouvelables, cela ne cause pas

électrique mondial. Avec cette solution pour lutter contre la pollution, une nouvelle problématique fait surface : le stockage massif et efficace de l’énergie.

de problème. Cependant, dans l’état actuel, l’Agence Internationale de l’Énergie met en évidence un développement accru des énergies renouvelables d’ici 2035. Dans 20 ans, les énergies renouvelables répondront à près de 50% des nouveaux besoins liés à la croissance de la production électrique (AIE). L’augmentation de la production énergétique provenant des ressources renouvelables engendrent donc un nouveau risque : le contrôle de la production électrique. En effet, contrairement aux énergies fossiles, l’énergie renouvelable (éolienne, solaire, hydrolienne, etc.) est entièrement dépendante de la météorologie, chose dont l’humain n’a pas le contrôle. Par conséquent, des creux ou des pics de production énergétique peuvent entrainer un effondrement du réseau de distribution énergétique.

Dans un premier temps, il est nécessaire de comprendre que l’énergie, de manière intrinsèque, n’a pas pour finalité d’être stockée. Par conséquent, il est nécessaire d’anticiper la production énergétique nécessaire et d’être en mesure d’ajuster la production é n e r g é t i q u e en fonction de la demande. Ceci n’est pas un problème lorsque l’on travaille avec des sources d’énergies fossiles tel que le charbon, le pétrole ou le gaz naturel. Toutefois, la production découlant des énergies renouvelables est moins stable et par conséquent plus difficile à contrôler.

Dans 20 ans, les énergies renouvelables répondront à près de 50% des nouveaux besoins liés à la croissance de la production électrique (AIE).

L’un des meilleurs exemples pour illustrer cela a eu lieu le 5 décembre dernier. L’Allemagne a été soumise à la tempête Xaver et les vents violents ont causé un pic de production : la production en énergie éolienne a été 50 fois supérieure à celle de la moyenne journalière de novembre; en d’autres mots, il y avait assez d’énergie


produite pour assurer 40% de la consommation électrique outre-Rhin. La production électrique étant largement supérieure à la demande, il a été nécessaire de fermer en catastrophe des centrales thermiques! Ainsi, les chercheurs s’attaquent en 2014 à un nouveau défi; celui du stockage massif de l’énergie. Tout récemment, Alstom a présenté une solution faisant appel à un convertisseur de puissance. D’autres technologies voient le jour et il sera donc très intéressant de suivre des entreprises tel que Alstom dans ce nouveau marché.

Bibliographie : «Le stockage massif de l’énergie : un enjeu majeur», dans Notre-planete.info. Publié le 10/01/2014. Tiré de : http://www.notre-planete.info/actualites/3913stockage-energie-hydrogene «Quand les éoliennes allemandes s’emballent», dans Le Télégramme. Publié le 08/12/2013. Tiré de : http://www.letelegramme.fr/ig/generales/francemonde/europe/tempete-xaver-les-eoliennesallemandes-s-emballent-08-12-2013-2330682. php

21


ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Objectifs renouvelables pour l’Europe? Benoit Thibault Finissant en génie civil (13/01/2014) 2013 vient de se terminer, et la distance psychologique à 2020 diminue, alors plusieurs ministres de l’énergie

à investir dans des projets à plus long terme et de plus grande ampleur.

européens jugent opportun de maintenant fixer des objectifs pour 2030. Pour compléter les cibles carbones existantes, ces ministres proposent d’établir un pourcentage de la production d’énergie devant provenir de sources renouvelables.

le 22 janvier prochain par une annonce de la Commission Européenne, qui vise elle aussi à identifier des objectifs d’énergies renouvelables, et qui lancera officiellement le débat législatifs. D’ici la confirmation, les médias tablent sur 30% de la production considérée renouvelable en 2030, ainsi que 40% de réduction de émissions. Ces objectifs font suite à ceux de 2020, soit 20% pour les sources renouvelables, 20% de réduction d’émissions et 20% de réduction de consommation.

Plus spécifiquement, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Portugal, le Danemark, l’Irlande, l’Autriche et la Belgique, ont signé une déclaration conjointe adressée au c o m m i s s a i r e de l’énergie de l’Union Européenne, eux qui rassemble pratiquement la moitié du parlement européen (329/736 élus).

30% de la production considérée renouvelable en 2030, ainsi que 40% de réduction de émissions La raison mise de l’avant par le groupe : une stabilité accrue qui renforcerait le secteur des énergies propres et qui accélèrerait sa croissance. Cela profiterait d’abord aux entreprises du secteur, comme Vestas, Siemens, Acciona, qui seront moins hésitantes

Cette initiative des 8 ministres sera appuyer

De l’autre côté, certains pays s’y opposent, notamment le Royaume-Uni, ainsi que certaines association industrielle, revendiquant plus de flexibilité avec une cible unique de réduction des émissions, ouvrant la porte au nucléaire et à des mesures d’efficacité énergétique. De plus, ils prévoient une réduction de l’efficacité du marché du carbone récemment mis en place. Ces critiques sont légitimes, surtout que le Royaume-Uni vient de lancer plusieurs projets de centrales nucléaires et y investira plusieurs milliards, dont 16G £ pour le projet d’Hinkley Point C. Il faut rappeler que le pays est sous la menace d’un blackout, car plusieurs centrales


thermiques et nucléaires devront cesser leurs activités d’ici 2015. Donc, malgré leur effort dans l’éolien offshore, les Britanniques ont senti le besoin de se rabattre sur le nucléaire. Donc, le mois de janvier devrait contribuer à augmenter la confiance envers le solaire et l’éolien et à stabiliser leur secteur en bourse, même si la majorité de la croissance provient maintenant de l’Asie et des États-Unis, dont la Californie qui a connu une année 2013 record.

Bibliographie : «EU urged to set 2030 renewable energy target by ministers», dans The Guardian. Publié le 07/01/2014. Tiré de : http://www.theguardian.com/environment/2014/ jan/07/eu-2030-renewable-energy-targetministers «UK nuclear power plant gets go-ahead», dans BBC News. Publié le 21/10/2013. Tiré de : http://www.bbc.co.uk/news/business-24604218

23


ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Privatisation massive au Pakistan Ilias Tihani Finissant en génie industriel (13/01/2014) Dans son plan de redressement du pays, Islamabad a annoncé vendredi dernier l’approbation de la privatisation de

pays cherche à doper ses caisses en monnaies étrangères qui sont estimées pour le moment à 3.2 G$. Cela est également vu comme une

31 entités du secteur public. La commission qui s’en charge, The Cabinet Committee on Privatisation (CCOP), prévoit l’écoulement de toutes ces sociétés durant l’année fiscale 2013-2014.

continuité du plan de privatisation adopté en 1991. Les entreprises du secteur public avaient alors une part très importante, et la politique des prix décourageait les investissements dans les sous-secteurs. De plus, le besoin est urgent de réduire le poids des entreprises qui affichent de gros déficits. Leur vente aurait donc un impact budgétaire positif. Ce sont des entreprises comme Pakistan International Airlines et Islamabad Electricity Supply Company. Elles sont proposées pour un partenariat et non une vente totale. Quant à Pakistan Steel Mills, c’est une restructuration totale qu’on recherche.

Aucun secteur ne sera épargné, production et distribution énergétique, banque, assurance, chaînes de vente, transport et bien d’autres. Même les plus grands joueurs de l’économie pakistanaise verront la part de l’état à la baisse. C’est le cas de la Oil and Gas Development Company (OGDCL) dont l’état est actionnaire à 75%, société d’exploitation des hydrocarbures. D’après la firme de courtage pakistanaise Arif Habib, la vente d’actions d’OGCDL rapporterait un 1 G$. Les chiffres concernant Pakistan Petroleum n’ont pas encore été dévoilés. Aussi, 20% de la plus grande institution financière du pays, Habib Bank, sera vendu sur le marché national et international. Il existe plusieurs raisons qui poussent le premier ministre Nawaz Sharif à prendre ces mesures. Premièrement, les mesures d’austérité imposées au Pakistan par le Fonds Monétaire International (FMI) prévoient cette privatisation massive, contre un chèque de 6.7 G$. Aussi, le

La privatisation au Pakistan vise donc à créer un nouvel environnement économique concurrentiel en plus d’un apport considérable dans les caisses de l’état. Le premier ministre espère encourager les investissements étrangers et réduire les subventions.

Bibliographie : «Le Pakistan en route vers une privatisation partielle de sociétés d’état », dans Les Echos Publié le [10/01/2014]. Tiré de : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/


energie-environnement/actu/afp-00576025-lepakistan-en-route-vers-la-privatisation-partiellede-societes-d-etat-642129.php «Government to privatise 31 public sector units», dans The Nation Publié le [4/10/2013]. Tiré de : h t t p : / / w w w. n a t i o n . c o m . p k / n a t i o n a l / 0 4 Oct-2013/government-to-privatise-31-publicsector-units

25


MINIER Alcoa déçoit … et plonge Guillaume Vergne Étudiant à la maitrise en génie industriel (13/01/2014) Comme le veut la tradition, c’est Alcoa qui a ouvert la présentation des résultats du 4e trimestre de 2013. Le géant

vin à des responsables de Bahreïn dans le but de vendre de l’aluminium à l’entreprise publique Aluminium Bahrain (Alba) et ce

américain de l’aluminium a annoncé jeudi une perte de 2.3 G$ (USD). En dehors d’une charge de 1.7 G$ pour dépréciation d’actifs acquis en 1998 et en 2000, c’est la faiblesse du prix de l’aluminium qui a le plus fortement impacté les résultats d’Alcoa au cours de l’année.

de 1989 à 2009. Alcoa règlera 161 millions de dollars tandis que sa coentreprise Alcoa World Alumia créée avec Alumina Ltd of Australia et détenue à hauteur de 60% par Alcoa devra régler les 223 millions restants. Au total, il s’agit du quatrième versement le plus important aux États-Unis pour clore une enquête commune du DoJ et de la SEC.

La minière maintient une prévision de croissance de la demande mondiale d’aluminium de 7% en 2014. Alcoa a également annoncé ce jeudi avoir mis fin à des poursuites aux États-Unis pour des faits de corruption. La minière a accepté de verser 384 millions de dollars pour clore les accusations du département de la justice (DoJ) et de l’autorité des marchés financiers (SEC). L’accord met fin aux poursuites civiles et pénales qui avaient été engagées à l’encontre d’Alcoa et d’une de ses coentreprises. Il était reproché aux deux entreprises d’avoir participé à des versements de pots-de-

Au final, Alcoa a réalisé une perte nette de 2.34 G$ (ou 2.19$ par action) en 2013 contre un profit net de 242 millions (ou 0.21$ par action) un an plus tôt. Les ventes sont passées de 5.90 G$ à 5.59 G$ sur cette même période. Une note positive toutefois dans les résultats présentés : la division des produits transformés (coulage d’aluminium) a affiché des profits en hausse de 19% à 726 millions de dollars. La minière maintient une prévision de croissance de la demande mondiale d’aluminium de 7% en 2014, en ligne avec la croissance réalisée en 2013. Selon Alcoa, le secteur aéronautique devrait croitre de 7 à 8%, le secteur de l’automobile de 1 à 4% et la construction de 4 à 6%. Après ses annonces, le cours d’Alcoa a


chuté jeudi soir lors des échanges après la fermeture du marché. À la clôture vendredi, l’action d’Alcoa était à la baisse de -5.43% (10,11$) dans un marché globalement à la hausse (+0.23% pour le S&P500). miniers dans le bassin d’Athabasca Saskatchewan (NS du 02/12/2013)

en

Au final, 2013 a été une année difficile pour le secteur minier. Le Financial Times note une diminution des introductions à la bourse canadienne des compagnies minières : 62 en 2013, 129 en 2012 contre plus de 200 en 2010 et 2009. Les compagnies juniors ont eu

09/01/2014. Tiré de : http://www.nytimes.com/2014/01/10/business/ alcoa-to-pay-384-million-to-settle-briberycharges.html?ref=alcoainc «USA: Alcoa va payer 384 millions de dollars pour clore des poursuites pour corruption», dans La Presse. Publié le 09/01/2014. Tiré de : h t t p : / / w w w. l a p r e s s e . c a / l e - n o u v e l l i s t e / economie/201401/09/01-4727032-usa-alcoava-payer-384-millions-de-dollars-pour-cloredes-poursuites-pour-corruption.php

énormément de mal à se financer durant les 12 derniers mois et le nombre de fusion et acquisition a fortement baissé. 2014 pourrait voir la situation des minières s’améliorer avec la croissance économique qui repart aux États-Unis et en Chine ce qui devrait augmenter la demande et pousser les prix des commodités à la hausse. En plus des situations précédemment citées, 2014 sera l’occasion de faire le point sur de nombreux dossiers dont nous nous sommes fait l’écho comme le gisement de terres rares en Corée du Nord (NS du 09/12/2013), l’aluminium australien (02/12/2013) ou encore le développement de mines au Groenland (NS du 4/11/2013).

Bibliographie : «Alcoa posts $2.3-billion loss after impairment charge», dans The Globe And Mail. Publié le 09/01/2014. Tiré de : http://www.theglobeandmail.com/report-onbusiness/industry-news/energy-and-resources/ alcoa-posts-23-billion-4q-loss/article16271427/ «Alcoa to Pay $384 Million to Settle Bribery Charges», dans The New York Times. Publié le

27


MINIER Fini le charbon à la mer Camille Matte Finissante en génie industriel (13/01/2014) Mercredi, la minière américaine Drummond recevait de bien mauvaises nouvelles. Le gouvernement de la Colombie

portuaires de charbon. L’autre grand exploitant du charbon en Colombie, une coentreprise formée d’Anglo-American, de BHP Billiton et

vient de mettre son veto sur les exportations de charbon de l’entreprise. Celle-ci ne pourra plus exporter son charbon jusqu’à ce qu’elle se conforme aux nouvelles lois environnementales sur le chargement du minerai. Celles-ci prévoient un chargement sur les cargos via des convoyeurs plutôt que par les barges actuellement utilisées afin d’éviter les accidents et les renversements du chargement dans la mer des Caraïbes.

de Xstrata, utilise quant à lui des convoyeurs depuis de nombreuses années déjà, l’entreprise pourra donc continuer ses activités.

La minière avait déjà reçu une amende et un interdit d’exportation d’un mois l’an dernier pour avoir lâché un chargement de minerai dans la mer au cours d’une opération de sauvetage d’une barge qui coulait. La nouvelle prend toutefois les marchés par surprise puisque le gouvernement colombien avait été rassurant en décembre dernier, affirmant que l’entreprise pourrait poursuivre ses activités à condition de payer une amende quotidienne pour le chargement illégal du minerai. La minière Colombian National Resources, détenue par le géant Goldman Sachs a également été forcée d’arrêter ses opérations d’exportation parce qu’elle ne remplissait pas les critères environnementaux pour les envois

Drummond exportant autour de 80 000 tonnes de charbon par jour à partir de la Colombie, l’arrêt subit de ses activités aura un impact certain sur les royalties que l’entreprise paie au pays, 4e producteur mondial de charbon. On estime une perte d’environ 2.17 millions $US par jour, c’est donc une mesure qui se révèlera coûteuse pour le gouvernement colombien, d’autant que cela devrait prendre environ 3 mois avant que l’Américaine ne soit en mesure de se plier à la nouvelle réglementation. Les Colombiens ne seront d’ailleurs pas les seuls touchés par cette nouvelle, les grands consommateurs de charbon (principalement en Europe où 70% du charbon colombien est dirigé) devront aussi s’accommoder de la décision du ministère colombien de l’Environnement. À Rotterdam, premier port européen, le charbon coûtait 81.50$ US la tonne mercredi, en hausse de 3.2%, une mauvaise nouvelle pour l’Allemagne notamment. L’an dernier, l’utilisation de charbon pour produire de l’électricité y a atteint son plus haut sommet en 24 ans, avec


45.5% de l’énergie consommée provenant du charbon (et ce malgré l’annonce d’un « virage vert » prévu pour 2022). C’est donc environ un tiers des exportations de charbon qui sont clouées au pays jusqu’à ce que Drummond ne mette à jour ses installations, à moins qu’elle ne trouve un nouveau port d’où elle pourrait envoyer son minerai.

Bibliographie : « Coal use in Germany the highest in 24 years », dans Mining.com. Publié le 08/01/2014. Tiré de: http://www.mining.com/coal-use-in-germanythe-highest-in-24-years-48776/ « Colombia blocks Drummond loading coal », dans Financial Times. Publié le 09/01/2014. Tiré de: http://www.ft.com/intl/cms/s/0/b94f0978-78d111e3-831c-00144feabdc0.html?ftcamp=crm/ email/201419/nbe/EnergyMining/ product&siteedition=intl#axzz2q2Pyd7jY « Goldman Sachs miner halts coal exports from Colombia”, dans Reuters. Publié le 09/01/2013. Tiré de: http://www.reuters.com/article/2014/01/09/ us-colombia-coal-cnr-exclusiveidUSBREA081CO20140109

29


PÉTROLE ET RESSOURCES NATURELLES Vers un Québec dopé au pétrole ? Lucas Picci Étudiant à la maitrise en génie industriel (13/01/2014) Le Québec ne peut plus se permettre de dire non à l’exploitation de son pétrole. Voilà la thèse défendue par un

Du côté des signataires, on retrouve des politiciens, notamment Monique Jerôme-Forget, ancienne ministre des Finances du Québec, ou

manifeste paru cette semaine et signé par un panel de personnalités politiques ainsi que d’importants acteurs économiques.

encore Bernard Landry, ancien Premier Ministre. On peut également y trouver le président du Conseil du Patronat du Québec, Yves-Thomas Dorval, mais aussi d’autres titulaires de postes stratégiques dans l’économie québécoise.

Le « Manifeste pour tirer profit collectivement du pétrole », explique qu’une exploitation raisonnée du pétrole présent dans les sols québécois pourrait apporter un sérieux coup de pouce à l’économie de la Belle Province. En effet, les retombées fiscales de cette exploitation permettraient au Québec de lutter contre la hausse de sa dette déjà importante et de se préparer pour face au vieillissement de la population. Par ailleurs, une telle action permettrait aussi de faire basculer la balance commerciale de la province, qui dépense actuellement entre 11 et 14 G$ par an pour importer du brut afin d’approvisionner ses raffineries.

Le rapport préconise de s’inspirer de la Norvège, dont l’industrie pétrolière a fait des merveilles depuis qu’elle existe. En effet, en plus d’exploiter le brut sous la contrainte d’importants standards écologiques, l’industrie pétrolière a permis au pays de se constituer un fonds souverain doté d’une coquette somme, d’environ 650 G$. De quoi assurer l’avenir de plusieurs générations de norvégiens et laisser les québécois rêveurs…

Les réactions d’Equiterre et Greenpeace – principaux groupes écologistes– n’ont pas tardées à se faire entendre. Ils rappellent que le miracle norvégien n’est pas nécessairement reproductible, puisque l’exploitation dans le Une exploitation raisonnée du golfe du Saint-Laurent serait bien différente pétrole présent dans les sols de celle qui est faite par Statoil en Mer du québécois pourrait apporter Nord. Ils suggèrent plus d’investissements gouvernementaux dans les énergies un sérieux coup de pouce à l’économie de la Belle Province. vertes, qui d’après eux pourraient compenser une partie des revenus que pourrait offrir le pétrole, puisque selon


eux, elles présentent une meilleure rentabilité. Patrick Bonin, le porte-parole de Greenpeace, ajoute que «L’avenir économique n’est pas dans ce qu’on développait au 20e siècle. Nous sommes au 21e (siècle).» Le monde de la finance a également réagi à la nouvelle, comme peuvent en témoigner Petrolia et Junex, deux pétrolières québécoises, dont les titres ont bondit dans les jours qui ont suivis la publication du manifeste. Des hausses de 19% pour Petrolia et 16% pour Junex confirment la confiance que semblent manifester les investisseurs dans ces deux sociétés, qui possèdent d’importantes concessions sur l’ile d’Anticosti ou encore en Gaspésie mais demeurent tout de même spéculatives. Toutefois, comme le rappelle Eric Forest, maire de Rimouski et signataire du manifeste, il est nécessaire d’obtenir davantage d’informations quant aux retombées économiques et écologiques exactes de ces activités. Le manifeste aspire donc à lancer un débat sociétal à ce sujet.

Bibliographie : «Le Manifeste en faveur du pétrole québécois fait bondir les écologistes», dans Les Affaires. Publié le 08/01/2014. Tiré de : http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/ ressources-naturelles/le-manifeste-enfaveur-du-petrole-quebecois-fait-bondir-lesecologistes/565109 «Manifeste pour l’exploitation du pétrole au Québec», dans Radio-Canada. Publié le 08/01/2014. Tiré de : http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/ societe/2014/01/08/001-petrole-quebecmanifeste.shtml «Pétrolia et Junex jaillissent en Bourse», dans La Presse. Publié le 08/01/2014. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/ bourse/201401/10/01-4727363-petrolia-etjunex-jaillissent-en-bourse.php

Image tirée de l’article de Radio-Canada (voir bibliographie)

31


PÉTROLE ET RESSOURCES NATURELLES Husky en expansion dans le thermique lourd Isabelle Fotsing Étudiante au doctorat en génie des matériaux (13/01/14) Husky Energy Inc. (TSE:HSE) poursuit sa stratégie d’expansion dans la production thermique de pétrole lourd

traitement thermique (drainage par gravité assisté à la vapeur ou stimulation cyclique par la vapeur) s’oppose à la récupération à froid et

avec l’annonce jeudi dernier de 2 nouveaux projets au Saskatchewan. Edam East et Vawn devraient débuter leurs opérations en 2016 et délivreront environ 20 000 barils par jour de pétrole lourd. Avec les projets Sandall et Rush Lake déjà en cours de construction, c’est un total de 33 500 barils par jour que Husky rajoutera à son parc de production thermique d’ici 2016. La compagnie serait ainsi un an en avance sur son objectif 2012 de déploiement de 55 000 nouveaux barils par jour.

facilite la récupération du pétrole par réduction de sa viscosité. D’un point de vue investissements, les actifs en production thermique sont caractérisés par une longue durée de vie utile (50 ans et plus) et une volatilité/niveau de risque un peu plus élevée que la moyenne du marché.

Du côté de la bourse, l’action de Husky a clôturé jeudi dernier à $33.19, soit 3 cents de moins qu’à l’ouverture, et après avoir enregistré une baisse de 47 cents dans la journée. Sur la dernière année, la tendance moyenne de l’action a été de croître. Avec l’augmentation de production annoncée dans les prochaines Avec les projets Sandall et années, la présence de la compagnie Rush Lake déjà en cours de dans les gisements stratégiques de mer construction, c’est un total méridionale de Chine, les partenariats de 33 500 barils par jour que avec Statoil dans l’atlantique canadien et Husky rajoutera à son parc BP sur le projet Sunrise, Husky Energy de production thermique d’ici Inc. présente certainement un potentiel 2016. d’investissement intéressant à étudier.

La production thermique représente actuellement environ 20% de la production de pétrole lourd de Husky. En matière d’extraction pétrole non conventionnel, la production par

Bibliographie : «Husky approves pair of heavy oil projects in Saskatchewan», dans canadianmanufacturing.


com. Publié le 09/01/2014. Tiré de : http://www.canadianmanufacturing.com/ general/husky-approves-pair-of-heavy-oilprojects-in-saskatchewan-129018 «Husky steps on heavy oil accelerator – Calgary company approves two new Saskatchewan projects», dans Calgary Herald. Publié le 09/01/2014. Tiré de : http://www.calgaryherald.com/business/ Husky+steps+heavy+accelerator/9368265/ story.html «Canada Heavy Oil Producers Positioned for Big Payoffs: Interview with Alistair Toward», dans Theenergycollective.com. Publié le 04/09/2013. Tiré de : http://theenergycollective.com/ streetwiser/264156/canadas-heavy-oilproducers-are-positioned-big-payoffs-alistairtoward

33


MANUFACTURIER ET SERVICES Jean Coutu tient bon face à la concurrence Matthieu De Nadai Étudiant à la maitrise en génie industriel (13/01/2014) Une fin d’année marquée par la concurrence féroce, mais devant laquelle Jean Coutu (PJC) tient bon. L’année 2013

l’année dernière. Le bénéfice par action atteint donc 0.30$ contre les 0.28$ annoncé par les analystes. Bénéfices qui pourraient être portés

se solde sur un recul des ventes de 0.06% à 712.5 M$ pour le groupe.

à 0.33$ du fait du rachat de 22 millions de titres par l’entreprise pour un montant de 407.5 M$ en novembre dernier.

La concurrence s’est durcie au cours des derniers trimestres de l’année 2013 notamment du fait de l’acquisition de Shoppers Drug Mart/ Pharmaprix par Loblaws pour un montant de 12.4 G$ cet été. Cette intégration va permettre aux deux firmes d’économiser près de 300 M$ notamment en marketing et grâce aux économies d’échelle à l’issue de l’intégration. En outre, cette année a vu l’arrivée sur le marché canadien de Target, un joueur de plus dans la grande distribution qui vient renforcer la concurrence avec sa stratégie agressive. Le paysage de la grande distribution a donc énormément changé au cours de l’année passée et la concurrence fait rage. Chaque enseigne y va de sa promotion avec des cartes de fidélité comme la carte Optimum chez Pharmaprix ou au travers des circulaires et des marques de distributeurs. Malgré tout, Jean Coutu est parvenu à générer des bénéfices supérieurs aux prévisions en dépit du recul de ses ventes. Ainsi au troisième trimestre l’entreprise enregistrait un bénéfice net de 62.5 M$, en hausse de 15% par rapport à

Afin de conserver ses parts de marché, Jean Coutu est obligé d’adopter une stratégie plus dynamique. L’entreprise va entre autres étendre son réseau de pharmacies dans des communautés plus petites passant d’un minimum de 10 000 personnes à 5 000 personnes pour des superficies de 5 000 à 7 000 pieds carrés contre 10 000 auparavant. La compagnie compte également relancer ses marques propres avec le lancement d’une nouvelle gamme de 100 produits à bas coûts. Le grand défi pour l’année à venir sera de conserver et fidéliser sa clientèle. Du côté financier, Jean Coutu présente de bons résultats avec des flux trésoriers positifs et une bonne croissance de son chiffre d’affaire. Son titre a gagné 25% pendant l’année 2013 pour s’établir à 18.49$ le 9 janvier.

Bibliographie : «L’effet Target frappe Jean Coutu», dans La Presse. Publié le 09/01/2014. Tiré de :


http://affaires.lapresse.ca/economie/ commerce-de-detail/201401/09/01-4726962leffet-target-frappe-jean-coutu.php «Jean Coutu: bénéfice supérieur aux prévisions, malgré un recul des ventes», dans Les Affaires. Publié le 09/01/2014. Tiré de : http://www.lesaffaires.com/bourse/nouvelleseconomiques/jean-coutu-benefice-superieuraux-previsions-malgre-un-recul-desventes/565121 «Jean Coutu feels heat in tough market, but doesn’t see immediate acquisitions», dans The Globe and Mail. Publié le 09/01/2014. Tiré de : http://www.theglobeandmail.com/report-onbusiness/jean-coutu-beats-forecasts-even-asdrug-price-cap-hits-revenue/article16252144/ «Loblaw-Pharmaprix : une transaction majeure pour faire face à la concurrence», dans Radio Canada. Publié le 15/07/2014. Tiré de : h t t p : / / w w w. r a d i o - c a n a d a . c a / n o u v e l l e s / Economie/2013/07/15/001-loblaw-pharmaprixshoppers-drug-mart.shtml

35


MANUFACTURIER ET SERVICES Danone se dissocie de Fonterra Marie-Pier Dufort Finissante en génie industriel (10/01/2014) Danone, le plus grand fabricant de yogourts au monde, a annoncé cette semaine son intention de poursuivre son

français poursuit Fonterra en Nouvelle-Zélande, pour un montant qui n’est pas disponible pour le moment, tout comme les montants associés

ancien fournisseur, Fonterra Cooperative Group Ltd. Ce partenariat lui a coûté cher depuis l’annonce de la contamination de ses stocks par une bactérie causant le botulisme, une annonce qui s’est avérée infondée par la suite.

au contrat d’approvisionnement. Danone a annoncé sa décision de mettre fin à tout contrat avec Fonterra tant que l’entreprise n’était pas en mesure d’améliorer ses contrôles de salubrité et de qualité.

L’an dernier, Danone a annoncé le rappel de centaines de milliers de ses produits après la nouvelle de la contamination de la poudre de lait approvisionnée par Fonterra. Cette annonce a causé la diminution du titre de l’entreprise de près de 18 % ainsi qu’une perte estimée à près de 400 M$ en cash flows pour l’entreprise. Il ne faut pas oublier l’image de marque de Danone qui a été sévèrement impactée par l’annonce ainsi que la perte de confiance des consommateurs. Il faut comprendre que Fonterra approvisionnait le géant français pour environ 16% de ses produits laitiers pour le segment de marché de la nourriture pour bébés, soit près de 20% des revenus de Danone. Néanmoins, selon Fonterra, le montant de sa responsabilité légale dans l’affaire se situe plutôt autour de 14 M$. Ainsi, le fabricant

Pour le plus grand exportateur de produits laitiers au monde, les conséquences de l’annonce de

Le rappel de Danone a causé la diminution du titre de l’entreprise de près de 18% ainsi qu’une perte estimée à près de 400 M$ en cash flows pour l’entreprise la contamination de ses stocks se sont avérées assez limitées. Malgré le retrait de quelques clients ainsi que des arrêts temporaires des exportations de ses produits, le fournisseur de Nouvelle-Zélande a réussi à conserver tous les clients affectés par le rappel, sauf Danone. En effet, en modifiant les termes des contrats tels le rallongement de la période ou l’augmentation des volumes fournis, la compagnie a réussi à


limiter les dommages. Le titre a baissé de 2.7% depuis l’annonce de la poursuite. De plus, selon plusieurs, il serait fort possible que Fonterra obtienne gain de cause dans la bataille juridique l’opposant à Danone.

Bibliographie : «Danone seeks compensation from Fonterra over recall», dans Bloomberg. Publié le 09/01/2013. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2014-01-09/ danone-seeks-compensation-from-fonterraover-recall.html «Danone to sue New Zealand’s Fonterra over baby formula recall», dans The Globe & Mail. Publié le 09/01/2013. Tiré de : http://www.theglobeandmail.com/reporton-business/international-business/ european-business/danone-to-sue-newzealands-fonterra-over-baby-formula-recall/ article16252369/

37


TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION Les ventes de PC coulent Arthur Claire Étudiant à la maitrise en génie industriel (10/01/2014)Les livraisons de PC sont passées de 351 millions de livraisons en 2012 à 315,9 millions en 2013, soit donc une baisse de près de 10%, selon les chiffres du cabinet d’études Gartner. A l’échelle des différents fabricants, la baisse ne se reflète pas de la même manière pour tous. En effet, pour Lenovo, les expéditions ont augmenté de 2%. C’est le seul acteur majeur à engendrer une croissance au cours de l’année écoulée, voyant même ses parts de marché bondir pour passer de 14% en 2012 à 16.9% en 2013. A l’inverse, Acer enregistre lui une chute de ces expéditions de près de 28%, enregistrant du même coup un repli de ses parts de marchés

Ces chutes constantes depuis quelques années des expéditions de PC ont pour source principale l’essor du marché des tablettes. Cependant, l’introduction en 2014 d’appareils hybrides pourrait permettre aux marchés des PC d’avoir atteint son point bas.

Bibliographie : «Les ventes de PC ont continué de s’effondrer en 2013», dans La Tribune. Publié le 10/01/2014. Tiré de : http://www.latribune.fr/technos-medias/ informatique/20140110trib000808844/lesventes-de-pc-ont-continue-de-s-effondreren-2013.html

Acer enregistre lui une chute de ces expéditions de près de 28%, de plus de 2 points, de 10.2% en 2012 à 8.1%. Les autres constructeurs ne font pas mieux. HP perd ainsi la première place du classement des expéditions avec une baisse de 9.3%. En revanche, ses parts de marché augmentent légèrement (de 16.1% à 16.2%). Asus (-17.7%) et, dans une moindre mesure, Dell (-2.2%) voient eux aussi leurs envois refluer.

«PC Shipments Mark Steepest Decline With 10 Percent Drop», dans Bloomberg. Publié le 10/01/2014. Tiré de :

h t t p : / / w w w. b l o o m b e r g . c o m / news/2014-01-09/pc-shipments-drop-6-9percent-in-weak-holiday-shopping.html


39


TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION Windows Phone : Sony en pourparlers avec Microsoft Ludovic Deumaga Finissant en génie informatique (11/01/2014)Le constructeur Sony a confirmé être en discussion avec Microsoft afin d’évaluer la fabrication de prochains smartphones

.

accueillant Windows Phone. .

.

Bibliographie : « Windows Phone : Sony discute avec Microsoft», dans journal du geek. Publié le 10/01/2014. Tiré de : http://www.journaldugeek.com/2014/01/10/ windows-phone-sony-discute-avec-microsoft/ «Sony in discussions with Microsoft about a Windows Phone, says ‘we don’t want to be a single OS manufacturer’», dans Mobilesyrup. Publié le 10/01/2014. Tiré de : http://mobilesyrup.com/2014/01/10/sony-indiscussions-with-microsoft-about-a-windowsphone-says-we-dont-want-to-be-a-single-osmanufacturer/ «Sony might launch a Vaio Windows Phone in 2014», dans Mobilesyrup. Publié le 02/01/2014. Tiré de : http://mobilesyrup.com/2014/01/02/sony-mightlaunch-a-vaio-windows-phone-in-2014/


40


TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION Des processeurs « conflict-free » pour Intel Ludovic Deumaga Finissant en génie informatique (11/01/2014) Suite à une loi américaine promulguée par l’administration Obama en 2010, Intel s’est récemment mis à communiquer sur l’origine de ses matières premières, et certifie notamment qu’elles ne proviennent pas de zones de conflit.

Kzranich a donc annoncé qu’après quatre années de travail pour identifier la provenance des matériaux livrés à ses usines, Intel était dorénavant en mesure de garantir qu’aucun de ses processeurs n’utilisent des minerais en provenance des mines pouvant alimenter

Intel était dorénavant en mesure de garantir qu’aucun de ses processeurs n’utilisent des minerais en provenance des mines pouvant alimenter ou financer des conflits en Afrique. .

Visiblement très engagé sur le sujet, Brian

ou financer des conflits en Afrique. La compagnie américaine ne compte cependant pas déserter complètement la République Démocratique du Congo, car cela entrainerait surement un effet de masse qui sera suivi par d’autres entreprises américaines. Cela entrainera ainsi une mort économique certaine pour cette région déjà très pauvre. Intel continuera donc de s'approvisionner en minerais depuis cette région, tant que le fondeur aura la certitude que les mines sont entre de bonnes mains.


Bibliographie : «CES: Intel CEO makes conflict-free minerals challange to the industry », dans ElectronicsWeekly. Publié le 07/01/2014. Tiré de : http://www.electronicsweekly.com/news/ business/ces-intel-ceo-makes-conflict-freeminerals-challange-to-the-industry-2014-01/ «Intel s’engage pour des processeurs «ConflictFree»», dans PcWorld. Publié le 09/01/2014. Tiré de : http://www.electronicsweekly.com/news/ business/ces-intel-ceo-makes-conflict-freeminerals-challange-to-the-industry-2014-01/

41


Le comitĂŠ


Aérospatiale et Défense Caroline DIETRICH, étudiante à la maitrise en génie industriel David ST-JACQUES, finissant en génie mécanique

Biotechnologie et Pharmaceutiques Julie CHARRON-LATOUR, étudiante à la maitrise en génie industriel François MARCOUX, finissant en génie biomédical

Énergie et Environnement Ivan BELTRAN, étudiant à la maitrise en génie industriel Benoit THIBAULT, finissant en génie civil Ilias TIHANI, finissant en génie industriel

Manufacturier et Services : Matthieu DE NADAI, étudiant à la maitrise en génie industriel Marie-Pier DUFORT, finissante en génie industriel

Matériaux et Construction Yahya DIALLO, finissant en génie civil Léa FAGGIO, étudiante à la maitrise en génie civil

Minier Camille MATTE, finissante en génie industriel Guillaume VERGNE, étudiant à la maitrise en génie industriel

Pétrole et Ressources Naturelles Isabelle FOTSING, étudiante au doctorat en génie des matériaux Alexandre JUMELLE-KOUAKOU, finissant en génie civil Lucas PICCI, étudiant à la maitrise en génie industriel

Technologie de l’Information Arthur CLAIRE, étudiant à la maitrise en génie industriel Ludovic DEUMAGA, finissant en génie informatique


Pour nous joindre Adresse postale PolyFinances Case postale 6079, succursale Centre-ville MontrĂŠal, QuĂŠbec, H3C 3A7

Courriel info@polyfinances.ca

Site web www.polyfinances.ca

Coordonnateur Ivan Beltran Santillan Francisco ivan.beltran@polymtl.ca


PolyFinances - Note Sectorielles - Semaine du 13 janvier 2014