Issuu on Google+

POLYFINANCES FONDS D’INVESTISSEMENT ÉTUDIANT DE POLYTECHNIQUE MONTRÉAL

NOTES SECTORIELLES 16 DÉCEMBRE 2013 1


SOMMAIRE Commandes partagées : Embraer et Bombardier  ������������������������������������������������������ 6 Mission impossible: Réduire les coûts en santé  ��������������������������������������������������������� 8 L’agrochimie en pleine expansion  ����������������������������������������������������������������������������� 12 Coup de neuf pour la Grande-Bretagne  ������������������������������������������������������������������� 14 Exposition universelle de 2020   �������������������������������������������������������������������������������� 16 Canadian Solar : Top 2 au Nasdaq   �������������������������������������������������������������������������� 18 Milliardaire russe au TSX  ������������������������������������������������������������������������������������������ 22 Zimbabwe, où sont les diamants ?   �������������������������������������������������������������������������� 24 Vers la fin du protectionnisme en Amérique?  ����������������������������������������������������������� 26 Le pétrole brut, un produit non explosif ?  ����������������������������������������������������������������� 28 Résultat record pour Gildan  �������������������������������������������������������������������������������������� 30 Mastercard augmente ses dividendes de 83%  ��������������������������������������������������������� 32 Facebook rejoint le S&P 500.  ����������������������������������������������������������������������������������� 34 Windows Phone et Windows RT gratuits ?   �������������������������������������������������������������� 36


Polyfinances c’est... le fonds d’investissement étudiant de Polytechnique Montréal qui a été fondé en 2011 conjointement par le professeur Thierry Warin et par un groupe d’étudiants au baccalauréat provenant de l’orientation projets internationaux. PolyFinances a été mis sur pied pour permettre de faire le pont entre les compétences de l’élève-ingénieur et les secteurs industriels dans lesquels ses compétences s’exprimeront. PolyFinances contribue à former une nouvelle génération d’ingénieurs : au sommet de leur art en ingénierie, ils seront aussi capables d’analyser les forces et faiblesses d’une entreprise dans son environnement économique et commercial. En se basant sur des concepts d’économie industrielle, ils étudient des méthodes d’évaluation des entreprises menant à la gestion d’un

portefeuille d’actions boursières d’entreprises technologiques. Les ingénieurs ou futurs ingénieurs souhaitent aussi mettre la technologie au service de la finance. Une équipe d’étudiants de PolyFinances a d’ailleurs remporté un prix lors du Forum Fintech 2013 organisé par Finance Montréal. Ces ingénieurs pourront jouer un rôle prépondérant dans leurs futures organisations en faisant le lien entre les prises de décisions technologiques et leurs conséquences sur la valeur de l’entreprise mais aussi en proposant des solutions technologiques au secteur financier.

PolyFinances c’est un fonds d’investissement étudiant, une formation à l’économie industrielle et à la finance pour les ingénieurs et futurs ingénieurs, des projets technologiques appliqués à la finance, des conférences à Montréal animées par des professionnels de la finance et du monde de l’entreprise technologique et une mission dans une place financière internationale.

4


Pour sa troisième édition, PolyFinances 2014 étudiera le thème : «risques systémiques et risques systématiques». Pour ce faire, l’équipe de PolyFinances a décidé d’établir ses quartiers dans l’une des villes ayant la plus forte concentration d’institutions internationales, soit Washington. Ainsi, suite à la plus grosse crise financière mondiale, les étudiants seront en mesure d’étudier la stabilité financière, les régularisations proposées par les institutions financières pour diminuer leur contribution au risque systémique. Ainsi, PolyFinances envisage rencontrer différents intervenants dans des institutions telles que la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, la Banque interaméricaine de développement, Yahoo Finance, etc. Aussi, la visite de Hedge Funds est dans la mire de l’équipe. À travers le campus Washington, les étudiants espèrent approfondir leurs connaissances du monde de la finance et des institutions internationales. L’équipe travaille donc à la réalisation du campus Washington à la hauteur des précédents ayant eu lieu à New York en mars 2011 et en mars 2012. Au travers de ces campus, l’équipe PolyFinances a eu l’opportunité d’être reçue par Bloomberg, Merill Lynch, Perella Weinberg Partners, BNP Paribas, Moody’s, la Federal Reserve Bank, le département d’ingénierie financière de New York University, Galileo Global Advisors, l’Open Society Foundation, Dishart Communications, la business angel Anne Busquet et la délégation du Québec à New York ainsi que la mission permanente du Canada à l’ONU.


AÉROSPATIAL ET DÉFENSE Commandes partagées : Embraer et Bombardier David St-Jacques Finissant en génie mécanique (16/12/2013) Les entreprises Bombardier et Embraer sont rivaux sur l’ensemble de leurs activités du domaine aéronautique.

de carburant que son prédécesseur. Cette économie présenterait une somme d’environ 500 000 dollars US par avion et par année.

Le dilemme se trouve souvent sur quelle compagnie arrivera à aller chercher le contrat pour tel ou tel transporteur aérien. Bref, cette rivalité va encore plus loin cette semaine, car la société Americain Airlines a passé leur commande de biréacteurs régionaux en la divisant entre ces deux rivaux. Cependant, Americain Airlines a commandé 30 CRJ900 NextGen à Bombardier et 60 E175 à Embraer. Les deux modèles peuvent accueillir jusqu’à 76 passagers.

Pour ce qui est de la société brésilienne Embraer, le contrat de 60 E175 va lui rapporter 2.5 milliards de dollars US en considérant l’achat d’options pour 90 appareils. Malgré le fait qu’Embraer vend plus d’avions que Bombardier sur ce contrat, ce dernier est moins rentable dû au fait que l’entreprise doit reprendre plusieurs vieux avions à travers l’échange. Les premiers appareils d’Embraer seront livrés au premier trimestre de 2015.

Du côté de la firme québécoise, cette commande ferme représente une valeur de 1.42 milliards de dollars US pour les avions auxquels sont rajoutés des options pour 40 avions supplémentaires. Le tout du contrat équivaut donc à une somme de 3.4 milliards de dollars US. La livraison commencera dès ce printemps. Cela est aussi une bonne nouvelle pour la production de l’usine de Mirabel qui attendait ce contrat. Le CRJ900 Next Gen quant à lui est, comme son nom l’indique, la nouvelle version du CRJ900. Il présente des améliorations au niveau de sa masse, de son moteur ainsi que son aérodynamisme. Le tout fait en sorte que ce nouveau modèle consomme 5.5% moins

Enfin, ces commandes d’avions régionaux de la part d’Americain Airlines ont pour but de répondre à la demande croissante de leurs clientèles ainsi que de réduire les coûts d’exploitation de l’entreprise en remplaçant leurs anciens modèles.

Bibliographie : «Americain Airlines divise une commande entre Bombardier et Embraer», dans La Presse. Publié le 13/12/2013. Tiré de : http://affaires.lapresse. ca/economie/transports/201312/13/014720562-american-divise-une-commandeentre-bombardier-et-embraer.php


«Americain Airlines : Bombardier et Embraer se partage une commande», dans La Presse. Publié le 12/12/2013. Tiré de : http://affaires.lapresse. ca/economie/transports/201312/12/014720221-american-airlines-bombardier-etembraer-se-partagent-une-commande.php

7 7


BIOTECHNOLOGIE ET PHARMACEUTIQUE Mission impossible: Réduire les coûts en santé Julie Charron-Latour Étudiante à la maitrise en génie industriel (16/12/2013) Suivant la publication du CIRANO cette semaine, la situation est claire. La hausse des dépenses en santé

Comment peut-on évaluer ses coûts structuraux et surtout, comment peuventils être si importants? Le CIRANO explique

est non seulement inévitable mais elle est spectaculaire. Alors qu’aujourd’hui la santé représente déjà 42,9% (31,3 G$) des dépenses publiques totales du gouvernement du Québec, le scénario le plus plausible estime que d’ici 2030 ce pourcentage sera à 68,9% (61,1 G$). Au total, on parle d’une augmentation de près de 30 G$ (tous les chiffres sont en dollars constants) distribuée ainsi : 14,4 G$ proviendrait de l’effet du vieillissement de la population, 3,8 G$ de l’accroissement de la population par l’immigration et le reste, 18,2 G$, de la croissance des coûts structuraux.

qu’à défaut de pouvoir évaluer l’impact des prochaines technologies et de l’offre de service des hôpitaux, la simulation a été basée sur les données antérieures les plus récentes (les données de 2004 à 2012). En regardant les données historiques entre 2004 et 2010, ils ont établis à 2,1% le taux de croissance des coûts structuraux annuels moyens. En enlevant les données de 2008 et 2009 où la croissance a été très élevée, le taux retombe plutôt à 1,7%. Dans tous les cas, cette prévision est beaucoup plus élevée que celle présentée par le gouvernement. (voir figure) Le gouvernement prévoyait déjà une augmentation du budget d’environ 16 G $.


Toutefois, avec les estimations proposées par le CIRANO (taux de croissance de 2,1%), il faudra beaucoup plus pour éponger toutes les dépenses. Le budget actuellement chiffré à 72,8 G$ devra atteindre 142,3 G$ d’ici 2030. Le tout équivaut à une hausse des impôts de 60%. La situation serait similaire dans la plupart des pays de l’union européenne. En effet, des pays comme l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne pourraient mettre en doute la viabilité d’un système de santé universel. De leur côté, il explique cette situation par deux problématiques majeures : l’augmentation des maladies chroniques (comme le diabète) et le vieillissement de la population. En plus, les analyses démontrent que cette croissance des maladies chroniques pourrait réduire le nombre de salariés (en raison de l’augmentation de l’absentéisme) et du coup, les revenus imposables.

L’Allemagne, l’Italie et l’Espagne pourraient mettre en doute la viabilité d’un système de santé universel. Quelles sont les solutions envisageables pour réduire les dépenses? La firme PwC propose de miser sur les technologies mobiles, mHealth. Selon elle, ces investissements dans la technologie tout au long du parcours patient aideront à réduire les coûts de 99 G€. Ces technologies sont déjà présentes quand on pense aux systèmes informatisées qui rappellent les rendez-vous médicaux ou la prise de médicaments. Comment des gains si importants sont possibles? D’abord, ces technologies pourront mieux supporter les activités liées à la prévention. Par exemple en mettant en place des dispositifs pour aider la population à suivre un meilleur régime alimentaire ou sportif. Puis, les systèmes mHealth pourraient aider au niveau de la fréquence des diagnostics et du coup, à faire des suivis plus

9 9


rapprochés des patients. Finalement, elle aiderait les communications entre les différents corps de métier dans le secteur médical. L’adoption massive de technologies dans le secteur de la santé demeure un défi de taille. En effet, ce marché possède plusieurs barrières à l’entrée. Premièrement, les systèmes informatiques devront assurer que les données soient suffisamment sécurisées. Deuxièmement, le système de santé actuel n’est pas un marché de prédilection pour les entreprises en raison des mécanismes de paiements qui sont souvent lents. Troisièmement, d’un point de vue technologique, il est difficile de transposer les pratiques du secteur à un système standard et homogène. En plus, très peu de médecins sont enclins à ces changements et alors, ils sont peu nombreux à participer à ces démarches. Pourquoi? Principalement parce que ces derniers sont rémunérés à l’acte et ils ne voient pas comment ils pourraient être rémunérés si les soins sont administrés à distance. Finalement, pour bénéficier de tous les avantages d’un système mobile, il faudrait que les entreprises sur le marché s’unissent ou alors que le gouvernement harmonise les choix technologiques à la grandeur du territoire. Ce contexte, qui semble similaire à celui du Québec, nous permet de douter qu’il sera facile de modifier de façon substantielle les prévisions de la récente étude faite par le CIRANO. En effet, si le gouvernement du Québec ne mise pas rapidement sur des solutions technologiques, comme le dossier patient électronique, sur l’implication de son personnel médical et qu’il ne s’assure pas que le tout soit chapeauté par des nouvelles règlementations et une ligne de pensée homogène, il devient difficile d’envisager la viabilité d’un service public à long terme.

Bibliographie : « Le mur des dépenses en santé », dans Lapresse.ca. Publié le [10/12/2013]. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/opinions/chroniques/ stephanie-grammond/201312/10/01-4719384le-mur-des-depenses-en-sante.php « Les dépenses en santé du gouvernement du Québec, 2013-2030 : projections et déterminants» Clavet, Nicholas-James; Duclos, Jean-Yves; Fortin, Bernard; Marchand, Steeve; Michaud, Pierre-Carl. Déc. 2013. Publié par le CIRANO « Communiqué de presse : La m-Santé pourrait permettre à l’Union européenne d’économiser 99 milliards d’euros de dépenses de santé en 2017 » dans PwC.fr Publié le [27/09/2013]. Tiré de : http://www.pwc.fr/la-m-sante-pourraitpermettre-a-lunion-europeenne-deconomiser99-milliards-deuros-de-depenses-de-santeen-2017.html


11 11


BIOTECHNOLOGIE ET PHARMACEUTIQUE L’agrochimie en pleine expansion François Marcoux Finissant en génie biomédical (16/12/2013) Utilisation de microorganismes ou d’insectes pour protéger les cultures et modification des phénotypes

insecticides et pesticides généralement utilisés par les fermiers. Puisque Novozymes possèdent déjà plusieurs infrastructures pertinentes au

des plantes. Voilà deux des applications principales de l’agrochimie. Cette branche de la biotechnologie connait des taux de croissance à deux chiffres depuis plusieurs années et devient de plus en plus importante pour l’industrie agroalimentaire. Dernièrement, les mouvements du marché financier témoignent du grand développement du secteur.

biocontrôle, Mosanto payera 300M $US à la compagnie danoise afin de concrétiser l’alliance. La somme des capitalisations boursières des deux entreprises alliées atteint plus de 100G $US, ce qui égal celle d’un des leaders actuel du marché, Bayer.

Deuxièmement, la compagnie israélienne Evogene s’est lancée sur le marché boursier américain à la fin du mois de novembre dernier, faisant ainsi considérablement L’agrochimie connait des taux de augmenter le cours de son action. croissance à deux chiffres depuis Monsanto, qui est le principal actionnaire plusieurs années et devient de d’Evogene, a acheté la majorité des plus en plus importante pour parts lors de cet IPO américain. La firme israélienne utilise la génétique l’industrie agroalimentaire. afin d’insérer des caractéristiques Premièrement, cette semaine, un des gros particulières dans les différentes plantes joueurs de l’industrie, la compagnie américaine utilisées en agriculture. Via ce financement, elle Monsanto, a annoncé qu’il formait une alliance vise entre autre à se positionner sur d’autres stratégique avec le Danois Novozymes. marchés, tel le biodiesel. Actuellement, l’opinion L’objectif de cette alliance nommée « The BioAg des analystes sur le titre est favorable, ce qui Alliance » est de développer ce qu’on appelle est prometteur pour la compagnie. des technologies de « biocontrôle », c’est-àdire l’utilisation des insectes ou des microBibliographie : organismes pour protéger les cultures. Ce «Shares of agrticultural biotech Evogene genre de technologie vise donc à remplacer les


rise after Israeli company’s US IPO prices at $73.8M», dans Yahoo. Publié le 21/11/2013. Tiré de : http://ca.news.yahoo.com/shares-agriculturalbiotech-evogene-rise-israeli-companys-us161737044--finance.html «Monsanto se lance dans le biocontrôle», dans Lapresse. Publié le 11/12/2013. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/ agroalimentaire/201312/11/01-4719800monsanto-se-lance-dans-le-biocontrole. php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_ c o n t e n u i n t e r n e = l a p r e s s e a ff a i r e s _ L A 5 _ nouvelles_98718_accueil_POS9 «Evogene IPO Sprouts Higher», dans The Street. Publié le 11/22/2013. Tiré de : http://www.thestreet.com/video/12120929/ evogene-ipo-sprouts-higher.html

13 13


MATÉRIAUX ET CONSTRUCTION Coup de neuf pour la Grande-Bretagne Léa Faggio Étudiante à la maitrise en génie civil (16/12/2013) Comme nous en parlions la semaine dernière, le gouvernement britannique a récemment mis en place

d’une centrale nucléaire au pays de Galles, la rénovation de la gare de l’aéroport de Gatwick et probablement l’extension de la ligne

Plan National consacré aux infrastructures dans le but de réhabiliter et de moderniser le réseau d’infrastructure vieillissant de Grande-Bretagne. Ce vaste plan se place au cœur des projections du Royaume-Uni visant à dépasser l’Allemagne en tant que pays le plus peuplé de l’Union européenne dès 2045.

nord du métro de Londres. Les compagnies d’assurance anglaises vont donc jouer un rôle phare dans l’économie du Royaume-Uni au cours des prochaines années, puisqu’en fournissant du capital à long-terme pour des projets d’infrastructures nationales, elles participeront à l’élaboration d’une économie plus concurrentielle et plus durable.

Une campagne de financement est donc en cours et devrait permettre au gouvernement britannique de réaliser £375G d’investissements publics et privés d’ici à 2030, dont £100G provenant d’investissements publics. Ainsi, il a été annoncé la semaine dernière que les plus grandes compagnies d’assurance du RoyaumeUni investiront de manière collective près de £25G au cours des cinq prochaines années. Il s’agit principalement de Legal and General Group Plc, Prudential Plc, Aviva Plc, Standard Life Plc, Friends Life, possédé par Resolution Plc, et Scottish Widows. Pour ces assureurs et fonds de pension, ces investissements contribueront à préserver des rendements qui ont été érodés par des taux d’intérêt extrêmement bas ces derniers temps. Plusieurs projets ont déjà été mentionnés, tels que le développement

Bibliographie : « British Insurers to Invest $41 Billion in Infrastructure » dans Bloomberg. Publié le 04/12/2013. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2013-12-04/ biggest-u-k-insurers-to-invest-41-billion-ininfrastructure.html


15


MATÉRIAUX ET CONSTRUCTION Exposition universelle de 2020 Léa Faggio Étudiante à la maitrise en génie civil (16/12/2013) Grâce à sa situation géographique stratégique et à son réseau d’infrastructures bien développé, Dubaï

pouvoir attirer environ 25 millions de visiteurs, dont près de 70 % d’étrangers. La région est donc en pleine croissance, de nombreux projets

a remporté la compétition pour accueillir l’exposition universelle de 2020. Ce sera la première fois qu’une Exposition Universelle se tient dans la région du Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie du Sud (MENASA). Cet évènement s’inscrit parfaitement dans la stratégie de développement de Dubaï. En effet, les réserves d’or noir s’amenuisant, la ville compte sur les projets touristiques pour stimuler son économie. Plus de 
277 000 emplois seraient créés au cours des sept années à venir et pour chaque emploi directement lié au site de l’Exposition Universelle, environ 50 emplois supplémentaires seraient créés dans l’espace économique Moyen-Orient/Afrique du Nord. Les retombées économiques directes liées à l’évènement s’élèveraient à US$23G.

d’envergure sont dans la ligne de mire de la ville. Le nouvel aéroport de Dubaï, dont elle a l’ambition de faire le plus grand du monde, avec une capacité annuelle pouvant atteindre les 160 millions de passagers et son réseau de transport, l’un des plus modernes de la région, avec notamment un système de métro, le premier du genre dans les pays arabes du Golfe, en sont des parfaits exemples. Maintenant que Dubaï a été sélectionnée pour accueillir l’un des plus importants évènements de la planète, l’Autorité des routes et des transports de Dubaï, la RTA, a mis en avant le projet de prolongement de la ligne rouge du métro de Dubaï afin de pouvoir accueillir l’ensemble des visiteurs. L’expansion du métro de Dubaï comprend la construction d’un nouveau tronçon de ligne à partir du terminus existant à Jebel Ali pour rejoindre l’aéroport international Al Maktoum, qui se trouve à proximité du site proposé de l’Exposition au Dubai World Centre. Mattar Al Tayer, le président de l’Autorité des routes et des transports et membre du Haut Comité d’organisation de l’Exposition universelle 2020 a indiqué que les travaux prendraient entre trois et quatre ans et qu’ils constitueraient l’unique

Si la construction de la plus haute tour du monde, Burj Khalifa, qui culmine à 828 mètres, ou de l’île artificielle en forme de palmier a permis à Dubaï d’accueillir près de 10 millions de visiteurs par an, elle compte bien profiter de l’Exposition Universelle pour doubler ce nombre. La ville de la démesure affirme en effet


investissement majeur en termes de transport pour l’Exposition Universelle.

Bibliographie : « L’Exposition universelle de 2020 aura lieu à Dubaï » dans Le Monde. Publié le 27/11/2013. Tiré de : http://www.lemonde.fr/proche-orient/ article/2013/11/27/l-exposition-universelle-de 2020-aura-lieu-a-dubai_3521336_3218.html « Des partenariats pour le progress » dans Expo2020Dubaï.ae. Publié le 06/2013. Tiré de : http://expo2020dubai.ae/fr/news/article/ winning_world_expo_2020_will_fast_track_ dh5_billion_dubai_metro_expansion « Remporter l’Expo universelle de 2020 permettra d’accélérer l’expansion du métro de Dubaï de 5 milliards Dh» dans Expo2020Dubaï.ae. Publié le 06/2013. Tiré de : http://expo2020dubai.ae/fr/ hello_2020/article/partnering_for_progress

17


ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Canadian Solar : Top 2 au Nasdaq Ivan Beltran Finissant en génie mécanique (16/12/2013) Canadian Solar a connu son premier trimestre rentable depuis plus de deux années. L’entreprise, qui a connu une

compagnie Canadian Solar, ceci est une belle opportunité et cela annonce des perspectives très avantageuses. Ce n’est pas pour rien que

hausse de son action de 800%, doit le tout à un virage effectué vers la vente aux centrales électriques générant un revenu de 333.5M $US (177% de plus qu’en Q3-2012).

l’entreprise a la majorité de ses manufactures en Chine, où elle participe à de nombreux projets de ferme solaires. Récemment, Canadian Solar a signé un accord commercial avec Zhenfa New Energy Science & Technology. L’accord place donc l’entreprise comme fournisseur principal de matériel photovoltaïque (PV) pour des projets totalisant une puissance de 100 MW; soit deux projets dans la province de Gansu et un dans la région de Mongolie. En fait, en Asie, l’entreprise prévoit compléter la construction de 40 MW de projet d’ici la fin du trimestre en Chine et finaliser des projets de 278 MW au Japon.

En fait, cette année se termine pour le mieux pour l’entreprise canadienne qui se classe parmi les plus performantes entreprise au Nasdaq. Canadian Solar Inc. (CSIQ : US) décroche ainsi le titre de la seconde meilleure entreprise en terme de performance sur le marché d’actions du Nasdaq. L’entreprise doit cet exploit aux nombreux projets de fermes solaires dans lesquelles elle est impliquée. Ces projets représentent plus de 41% des revenus (27.7 M$CAN) du troisième trimestre de la compagnie; au Canada, cela représente une augmentation de 22% comparativement à l’année précédente. Nombreuses de nos Notes Sectorielles ont fait référence aux restrictions exigées par l’Union Européenne à l’égard des panneaux solaires chinois. Des prix très compétitifs voire trop compétitifs par rapport au marché européen, des productions offshore permettant une réduction du coût de production difficile à égaler; bref plusieurs mauvaises nouvelles pour nos cousins européens. Cependant, pour la

Canadian Solar ne se limite pas à des projets offshores, mais à de nombreux projets onshores particulièrement en Ontario. En effet, suite à l’introduction d’un programme national de tarification incitative, l’Ontario est devenu un marché très intéressant avec une augmentation de la demande en énergie solaire depuis 2009. Ainsi, cela assure des taux concurrentiels sur le marché de l’électricité pour celle produite à partir des panneaux PV et d’autres sources renouvelables. C’est d’ailleurs cette incitative qui a permis à l’entreprise d’accroitre ses profits et d’accéder à des projets s’élevant jusqu’à 4$


le Watt, soit deux fois plus que le prix chargé en Chine. À la fin du 3e trimestre, l’entreprise signait un contrat pour deux centrales solaires en Ontario avec TransCanada Corporation pour 95M $.

Canadian Solar voit son action en hausse de 810% par rapport à l’année précédente. D’un point de vue plus général, il est à noter que le marché du solaire a connu une belle remontée depuis la chute survenue il y a deux ans. Rappelons que cette chute a été causé par une diminution des coûts de production et particulièrement du prix de ventes des produits PV causant par le fait même une nette diminution des profits générées par les entreprises du secteurs et se reflétant sur le cours de l’action de ces nombreuses firmes. En ce qui concerne Canadian Solar Inc., cette dernière réalise ainsi son premier trimestre à profit depuis deux ans. Elle voit aussi son nombre de contrat augmenter et particulièrement ses ventes de produits solaires s’accroitre. Son action a donc clôturé à 28.03 $US vendredi dernier, une hausse de 810% par rapport à l’année précédente. Il est à noter que c’est toute l’industrie solaire qui connaît une telle vague. En effet, l’index de l’industrie (Solar Large Index) a plus que doublé cette année, particulièrement grâce à Canadian Solar Inc., mais aussi grâce à deux autres entreprises qui ont connu des augmentations supérieures à 400% de leurs prix initial cette année : SunPower Corp. et JinkoSolar Holding Co. Finalement, les perspectives sont intéressantes pour l’entreprise. Cette dernière prévoit ainsi finir l’année fiscale avec des ventes atteignant 480500MW en panneaux solaires PV. L’entreprise expédiera ainsi aux alentours de 1.75-1.77 GW cette année. De plus, comme l’illustre le troisième graphique, après la Chine et l’Amérique, c’est vers

19


l’Europe que l’entreprise se tournera en 2014. Il est à noter que le troisième trimestre est le premier à voir le nombre de vente augmenter en direction de l’Europe. Il sera intéressant de suivre les éventuels projets européens à venir notamment suite à l’accord de libre-échange Canada-Europe qui pourrait jouer à l’avantage de l’entreprise.

Bibliographie : «Canadian Solar stock emerges as Nasdaq’s second best-performer with 687% surge this year», dans Financial Post. Publié le 12/12/2013. Tiré de :

«Canadian Solar Surging on Sales of Power Projects», dans Bloomberg. Publié le 12/12/2013. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2013-12-12/ canadian-solar-surging-on-sales-of-powerprojects.html «Canadian Solar to supply PV modules for Zhenfa», dans CTBR. Publié le 13/12/2013]. Tiré de : http://solar.cleantechnology-business-review. com/news/canadian-solar-to-supply-pvmodules-for-zhenfa-131213-4145194

http://business.financialpost.com/2013/12/12/ canadian-solar-stock-emerges-as-nasdaqssecond-best-performer-with-687-surge-thisyear/?__lsa=b63e-2ddc

Source : Canadian Solar Report (2012-2013)


Source : Bloomberg

Source : Canadian Solar Report (2012-2013)


MINIER Milliardaire russe au TSX Camille Matte Finissante en génie industriel (12/12/2013) La minière canadienne Mercator Mineral doublait le prix de son action jeudi après l’annonce de son rachat par le

à cause de son endettement. De son côté, l’entreprise de Vancouver profitera du capital du groupe russe pour faire des investissements

milliardaire russe Mikhail Prokhorov en vue d’une fusion avec une entreprise minière lui appartenant. C’est une bonne nouvelle pour l’entreprise productrice de cuivre dont l’action s’échangeait à Toronto à 9 cents en fin de journée et pour les projets miniers de Mr. Prokhorov, qui était à la recherche d’un partenaire canadien dans ce secteur depuis plusieurs années.

dans sa mine d’Arizona et lancer la production à El Pilar. Les revenus de ces deux projets seront eux-mêmes la source de capital qui devrait permettre à ONEXIM de mettre en production sa mine Ak-Sug.

Les activités de la minière c a n a d i e n n e et d’Intergeo MMC, propriété de ONEXIM Group appartenant à Mr. Prokhorov, seront rassemblées pour former une seule nouvelle compagnie d’extraction de cuivre : Intergeo Mining Ltd. Grâce à cette fusion-acquisition, qui nécessitera un investissement de 100 millions, l’homme d’affaire russe prendra le contrôle de 85% des actions d’Intergeo Mining. Le parc minier rassemblera la mine Ak-Sug d’Intergeo en Russie ainsi que le site américain Park Mine en Arizona et le projet El Pilar au Mexique de Mercator. Pour ONEXIM, c’était l’occasion de poursuivre sa croissance. La minière canadienne a en effet de très bonnes perspectives de croissance, malgré un bilan en difficulté à court terme

Parmi les actifs du milliardaire, on compte l’achat à la fin du mois de novembre dernier de 21.75% des actions d’Uralkali (géant russe de la potasse) à son ancien actionnaire principal et une part importante de Norilsk Nickel. L’homme d’affaire pourrait d’ailleurs profiter des faiblesses du marché minier actuel, ayant les capacités financières pour faire d’autres acquisitions de minière dont la valeur a baissé ces dernières années, mais qui constitueraient des actifs intéressant lors de la reprise dans le secteur.

Bibliographie :

« Russian billionaire buys Canadian miner », dans Mining.com. Publié le 12/12/2013. Tiré de : http://www.mining.com/russian-billionaire-buys-canadian-miner-58128/ « Russian billionaire buys copper producer


Mercator Minerals Ltd to enter Canadian market », dans Financial Post. Publié le 12/12/2013. Tiré de: http://business.financialpost.com/2013/12/12/mikhail-prokhorov-mercator-minerals/

23


MINIER Zimbabwe, où sont les diamants ? Guillaume Vergne Étudiant à la maitrise en génie industriel (16/12/2013) Le Zimbabwe, actuellement l’un des dix premiers pays producteurs de diamant, pourrait connaitre une chute brutale

minières, elles doivent creuser toujours plus profond pour trouver de nouvelles pierres précieuses. Cependant, la faiblesse des prix

de son activité d’extraction de diamants dans les années à venir… faute de diamants!

des diamants fait que les opérations deviennent de moins en moins rentables.

Depuis leur découverte en 2006, les gisements Anjin Investments ltd, une minière diamantifère de diamants alluviaux ont été abondamment au Zimbabwe a annoncé cette semaine vouloir se exploités au Zimbabwe. Ces diamants sont séparer d’un quart de ses effectifs. Le directeur présents dans les terres à de faibles profondeurs, de la compagnie, Munyaradzi Machacha, rendant leur extraction aisée. Cette facilité explique au journal Bloomberg que la faiblesse d’extraction des diamants a conduit en 2008, à des prix des diamants et la transformation que l’invasion du gisement de Marange par 20 000 mineurs qui ont ensuite é t é Aujourd’hui, après moins violemment expulsés par l’armée. Selon d’une décennie d’extraction à les OGN présentes sur place, plus de marche forcée, les diamants les 200 personnes auraient trouvé la mort plus faciles à atteindre ont été au cours de l’évacuation. Cette exploitation intense a permis d’apporter à l’économie zimbabwéenne, dévastée par des années de mauvaise gouvernance et de corruption, des flux d’argents non négligeables. Seulement aujourd’hui, après moins d’une décennie d’extraction à marche forcée, les diamants les plus faciles à atteindre ont été récoltés. Selon le journal officiel du Zimbabwe (Herald), les mineurs n’ont ni les compétences ni les ressources pour aller chercher les diamants sous la surface de la terre. Quant aux compagnies

récoltés.

doit entreprendre la société pour faire face à la pénurie de diamants en surface imposent une plus grande maitrise des coûts. Il prévoit de pouvoir connaître d’ici quelques mois la meilleure méthode pour extraire les diamants en dessous de 40m. Le Zimbabwe risque ainsi de se retrouver coincé avec d’un côté une absence de diamants dans les zones facilement exploitables et de l’autre des diamants présents en profondeur, mais


dont l’extraction n’est pas viable aux prix actuels.

Bibliographie : «Zimbabwe may have to stop producing diamonds», dans Mining. Publié le 10/12/2013. Tiré de : http:// www.mining.com/zimbabwe-may-have-to-stopproducing-diamonds-11834/ «Zimbabwe’s diamonds fast depleting», dans The Africa Report. Publié le 09/12/2013. Tiré de : http://www.theafricareport.com/Southern-Africa/ zimbabwes-diamonds-fast-depleting.html «Zimbabwe Diamond Mine Anjin to Fire 190 Workers as Prices Slump», dans Bloomberg. Publié le 11/12/2013. Tiré de : http://www.bloomberg.com/ news/2013-12-11/zimbabwe-diamond-mine-anjinto-fire-190-workers-as-prices-slump.html

25


PÉTROLE ET RESSOURCES NATURELLES Vers la fin du protectionnisme en Amérique? Isabelle Fotsing Étudiante au doctorat en génie des matériaux (16/12/2013) Malgré les fortes critiques que son application soulève, le protectionnisme est depuis de nombreuses années une

d’importations et exportations et la limitation des capitaux privés et/ou étrangers devaient alors – entre autres mesures – accélérer le

pratique solidement ancrée dans l’industrie du pétrole et des ressources naturelles. Le système a toutefois démontré ses limites dans plusieurs pays, et sous l’impulsion de la nouvelle abondance résultant de l’exploitation des ressources non conventionnelles, il semblerait que la donne soit en train de changer – du moins sur le continent américain (l’accès aux ressources non conventionnelles modifie le paysage règlementaire et pourrait signer la fin du protectionnisme sur le continent américain). L’actualité récente le confirme : le congrès mexicain a adopté Jeudi dernier un changement de législation qui devrait, si il est adopté à la majorité des 32 états mexicains, mettre fin à 75 ans de monopole étatique. Aux États-Unis, l’abrogation de la loi interdisant l’exportation du pétrole domestique fait depuis quelques temps la une des débats.

développement économique des états et maintenir la stabilité des industries nationales et la sécurité des emplois. Dans la pratique, les résultats peuvent s’en éloigner ; le manque de compétition et les politiques plus axées sur l’exploitation que l’exploration rendent plusieurs compagnies nationales moins efficaces que les compagnies privées, et il en résulte une diminution à long terme de la production et des capacités de production globales.

Dans la majorité des pays producteurs de pétrole, le protectionnisme fait suite à la grande dépression des années 30’s et/ou au choc pétrolier des années 70’s. L’adoption de barrières tarifaires, l’imposition de quotas

Le Mexique semble être un cas d’échec du protectionnisme : possiblement dû à un manque d’investissement de l’État, la production de pétrole brut de la compagnie nationale Pemex a diminué à 2.5 millions de barils par jour, partant de 3.4 millions en 2004. La compagnie aurait besoin de capitaux pour se revitaliser : à titre illustratif, Pemex estime à environ 30 milliards d’euros les fonds nécessaires au cours des 6 prochaines années pour relancer les activités de raffinage seulement. C’est ce besoin intensif en capitaux qui justifie en partie la décision du congrès mexicain d’ouvrir le secteur de l’énergie aux investissements privés et étrangers. Et le rôle du boom en ressources non conventionnelles dans tout ça ? Malgré un potentiel important


des réserves en eaux profondes et en schiste, la limitation de l’expertise technique du Mexique est telle que le pays tire peu de bénéfices de ses ressources non conventionnelles : seulement 25 puits ont été forés en eau profonde à date, et environ 20% du gaz naturel du pays est importé. Pemex estime à 68 millions de dollars par année (environ 2.5 fois plus que le budget annuel actuel de la compagnie) et entre 3 et 7 ans les investissements et le temps que ça couterait à la compagnie d’explorer et d’exploiter les ressources. L’ouverture aux compagnies et aux capitaux étrangers devrait permettre d’accélérer le processus.

concern-over-dated-oil-export-restrictions. html?_r=0 «The pitfalls of protectionism shown by Brazil and Mexico», dans The China Post. Publié le 28/08/2009. Tiré de : http://www.chinapost.com.tw/commentary/ the-china-post/special-to-the-chinapost/2009/08/28/222380/The-pitfalls.htm

La nouvelle abondance résultant de l’exploration des ressources non conventionnelles est également à l’origine du débat récent sur la viabilité de la loi interdisant l’exportation du pétrole domestique aux États-Unis. L’augmentation anticipée de la production en brut est telle que les producteurs auraient besoin de nouveaux débouchés. Sous la pression de l’organisation mondiale du commerce et des différents lobbys, il se pourrait bien que les États-Unis suivent l’exemple du Mexique dans un avenir proche.

Bibliographie : «Mexico Congress passes historic bill ending oil monopoly», dans CTVnews.com. Publié le 11/12/2013. Tiré de : http://www.ctvnews.ca/business/mexicocongress-passes-historic-bill-ending-oilmonopoly-1.1590654 «Energy Secretary Calls Oil Export Ban Dated», dans New York Times. Publié le 13/12/2013]. Tiré de : http://www.nytimes.com/2013/12/14/business/ energy-environment/energy-secretary-voices-

27


PÉTROLE ET RESSOURCES NATURELLES Le pétrole brut, un produit non explosif ? Alexandre Jumelle-Kouakou Finissant en génie civil 16/12/2013) Ottawa va bientôt classer le pétrole brut comme matière hautement dangereuse et imposer des mesures plus

évident de normes de sécurité plus élevés qui doivent être mises en place afin de faire face à la croissance massive des transports de brut

strictes pour son transport par train.

par chemin de fer.Transports Canada prévoit également de poursuivre les expéditeurs de pétrole qui ne testent pas correctement le brut avant de l’expédier.

Dans une entrevue au quotidien The Globe and Mail, la ministre fédérale des Transports, Lisa Raitt, a déclaré que, pour la première fois, le gouvernement fédéral désignera le pétrole brut comme substance très dangereuse et introduira de ce fait des mesures de sécurité et des essais plus sévères pour l’expédition par chemin de fer.

Ainsi, trois groupes de travail créés par le fédéral ont été mandatés pour examiner les normes de sécurité entourant le transport ferroviaire des carburants et déterminer, d’ici janvier 2014 un Plan d’Intervention d’Urgence (PIU) pour le pétrole brut. Ces mesures qui devraient être mises en place d’ici Mai Jusqu’à présent, le 2014 placeront le brut comme matière gouvernement considère le brut dangereuse. comme matière inflammable,

mais non explosive.

Jusqu’à présent, le gouvernement considère le brut comme matière inflammable, mais non explosive. Cependant, une enquête réalisée à la suite de la pire catastrophe ferroviaire de l’histoire canadienne survenue au LacMégantic, révèle que de nombreux signes avant-coureurs sur la volatilité, la corrosivité et le contenu du brut ont été ignorés avant la catastrophe. Cette enquête pousse donc le gouvernement à réaliser qu’il y a un besoin

Ces nouvelles règles obligeront entre autres les compagnies ferroviaires et les importateurs d’avoir des plans d’urgence spécifiques pour le pétrole brut, en ayant, par exemple, des équipes d’intervention spécialisées disponibles le long de l’itinéraire en cas d’incident. De plus, les franchises d’assurance minimum imposées aux sociétés transportant du pétrole seront augmentées. Transports Canada décidera quelles formes de brut devront être munies d’un PIU et si les règles diffèreront selon le volume transporté. Ces mesures sont d’autant plus importantes en


regard du contexte canadien actuel; au cours des cinq dernières années, une pénurie de pipelines a entraîné une augmentation sans précédent des quantités de pétrole se déplaçant par chemin de fer.

Bibliographie : «De nouvelles normes pour le transport de matières inflammables», dans Journal de Montréal. Publié le 13/12/2013. Tiré de : http:// www.journaldemontreal.com/2013/12/13/denouvelles-normes-pour-le-tansport-de-matiereinflammable «Canada: le pétrole brut bientôt classé matière dangereuse», dans Les affaires. Publié le 13/12/2013. Tiré de : http://www.lesaffaires. com/secteurs-d-activite/ressources-naturelles/ canada-le-petrole-brut-bientot-classe-matieredangereuse/564667#.UquAFPQ3DEk

29


MANUFACTURIER ET SERVICES Résultat record pour Gildan Matthieu De Nadai Étudiant à la maitrise en génie industriel (16/12/2013) Le producteur de vêtements et sous-vêtements en coton montréalais Gildan (T.GIL) vient de publier ses résultats

de coton dans ses entrepôts soit 60 % des stocks mondiaux. Cette accumulation est due à une politique protectionniste du gouvernement

de l’année fiscale 2013 qui s’est finie le 29 septembre dernier.

chinois qui rachète le coton local à des prix avantageux.

Les analystes tablaient sur un chiffre d’affaires de 604 M$US pour le quatrième trimestre et celui-ci s’est établi en fin d’exercice à 626 M$US, une progression de 11.4%. Sur l’année complète, le chiffre d’affaires s’élève à 2 184.3 M$US, 12.1% au-dessus du résultat de 2012. Le bénéfice net est en hausse de 8.7% à 320 M$US.

Les bons résultats de Gildan sont également dus à l’acquisition de la compagnie Anvil Knitwear le 3 mai dernier pour 88 M$. Les acquisitions dans le domaine de l’habillement revêtent une grande importance car elles donnent accès à de nouveaux canaux de distribution pour la marque comme ce fut le cas lors de l’acquisition du producteur de chaussettes Gold Toe Moretz Holdings Corp. pour 350 M$ en 2011, où WalMart Stores Inc., Target Corp., J.C. Penney Co. Inc. et Kohl’s Corp. sont devenus des distributeurs pour Gildan.

Ce résultat est notamment dû à la baisse du prix du coton. Le prix du coton est actuellement très volatil. Selon les analystes, ces mouvements sont essentiellement spéculatifs car ni de bonnes récoltes en Inde, ni une hausse de la production

L’entreprise prévoit une croissance comprise entre et 15.2% en 2014 américaine ne parviennent à les expliquer. Cependant l’augmentation des stocks de coton chinois contribuent à l’incertitude du marché, la Chine détiendrait près de 12.6 millions de tonnes

Gildan souhaite tirer profit de ses bas coûts de production en continuant à investir dans l’amélioration de ses usines à hauteur de 1 G$ sur les cinq prochaines années. 11.5% Ces usines sont situées principalement au Honduras et en République Dominicaine. Les liquidités dégagées ont permis à l’entreprise de renflouer l’ensemble de ses dettes. M. Chamandy, président de Gildan, a déclaré que d’autres acquisitions étaient prévues pour l’année prochaine et l’entreprise prévoit une


croissance comprise entre 11.5% et 15.2% en 2014. Gildan a enregistré sa plus haute valeur historique à la bourse de Toronto le 9 décembre dernier à 55.15 $CAN. La trésorerie de la firme a augmenté, se portant à 97.4M $US ce qui l’a poussé à accroitre ses dividendes de 20% à 0.108$ par action.

Bibliographie : «Gildan veut prendre de l’expansion en 2014», dans Les affaires. Publié le 21/11/2013. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/resultatsfinanciers/201311/21/01-4713039-gildan-veutprendre-de-lexpansion-en-2014.php «Gildan Gains by Challenging Buffett’s Fruit of the Loom», dans Bloomberg. Publié le 16/10/2013. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2012-10-16/ gildan-challenges-buffett-s-fruit-of-the-looms. html «La Chine fait trembler le marché du coton», dans Le Figaro. Publié le 23/11/2013. Tiré de : http://bourse.lefigaro.fr/devises-matierespremieres/actu-conseils/la-chine-fait-tremblerle-marche-du-coton-538018

31


MANUFACTURIER ET SERVICES Mastercard augmente ses dividendes de 83% Marie-Pier Dufort Finissante en génie industriel (13/12/2013) Cette année, le titre de la compagnie de crédit a bondi de près de 60 %, en raison de la progression constante

avec un prix de 207.36 $. La différence de prix avec l’action de Mastercard est explicable par plusieurs facteurs, soit la différence importante

du nombre de consommateurs utilisant leur carte de crédit pour régler leurs achats. En date du 12 décembre, le titre était le 3e plus cher du marché, derrière Google et Priceline. com, avec un cours de 787 $.

entre le montant de capitalisation boursière, qui est beaucoup plus important pour Visa. Or, Mastercard possède des bénéfices par action beaucoup plus importants, ainsi qu’un taux de croissance estimé et retour sur investissement plus élevés. D’ailleurs, les deux compagnies ont finalement réussi à conclure une entente concernant la poursuite judiciaire les opposant à plusieurs centaines de détaillants américains. Ce recours collectif accusait Visa et Mastercard de fixer les prix associés à l’utilisation des cartes de crédit, une pratique illégale et qui occasionne des coûts importants pour les détaillants. En effet, suite à un premier recours collectif en 2004 pour les mêmes raisons, ces deux entreprises ont dû se dissocier des banques américaines afin de devenir des entités propres et publiques. Par cette dissociation, ces compagnies ne devraient pas être en mesure de fixer des prix d’utilisation de carte de crédit avec les banques, qui avoisinent aujourd’hui généralement un pourcentage de 2 à 3 % par transaction. Il faut comprendre que ces frais d’utilisation conjoints pour Visa

En date du 12 décembre, le titre de Mastercard était le 3e plus cher du marché, derrière Google et Priceline.com, avec un cours de 787 $. Mastercard a donc annoncé son intention de réaliser un « stock-split de 10-1 ». Cette nouvelle annonce donc la remise de 9 nouvelles actions aux détenteurs courants. Cette décision a été réalisée afin de rendre l’achat des actions plus accessibles aux investisseurs. De plus, cette annonce a été accompagnée de la décision de rachat de 3.5 G$ d’actions par rapport à la capitalisation boursière de près de 100 G$, autre démonstration de prospérité de la compagnie En comparaison, Visa qui est le plus grand marchand de cartes de crédit au monde, a obtenu une progression de 37 % cette année


et Mastercard ont représenté des revenus de 26 G$ en 2012. Selon plusieurs, il s’agit d’une pratique anticoncurrentielle qui permet de fixer un prix beaucoup plus élevé que nécessaire et qui représente une charge supplémentaire pour les détaillants qui ne peuvent pas surcharger les consommateurs.

le 11/12/2013. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2013-12-10/ mastercard-s-raises-dividend-83-announces10-for-1-split-1-.html

L’entente hors cours initialement évaluée à 7.25 G$ a finalement été conclue pour 5.7 G$, en raison du retrait de plusieurs compagnies du recours, qui comprend d’ailleurs Apple, Amazon et Wal-Mart. Alors que le montant peut sembler important pour Visa et Mastercard, il s’agit quand même d’une victoire pour les deux entreprises. En effet, l’entente empêche ces détaillants de réaliser des poursuites futures contre ces deux entreprises, ce qui inquiète plusieurs des détaillants concernés et qui n’empêcherait pas l’augmentation future de ces coûts. Afin de réaliser un compromis, les compagnies de cartes de crédit ont d’ailleurs levé l’interdiction de charger de manière supplémentaire les consommateurs pour l’utilisation d’une carte de crédit. Or, il ne s’agit pas d’une victoire pour les détaillants, car ceux-ci ne désirent pas pénaliser les clients et ainsi risquer la perte de ventes. En conclusion, Wal-Mart, Best-Buy et 7-Eleven ne s’estiment pas satisfaits de l’entente et projette de porter la décision en appel, en raison des clauses de l’entente et du montant insuffisant.

Bibliographie : «Swipe-fee Settlement Cleared with Visa, Mastercard Cleared », dans Wall Street Jounal. Publié le 13/12/2013. Tiré de : http://online.wsj.com/news/articles/SB1000142 4052702304477704579256364168095226 «Mastercard Raises Dividend 83%, Announces 10-for-1 Stock Split », dans Bloomberg. Publié

33


TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION Facebook rejoint le S&P 500. Arthur Claire Étudiant à la maitrise en génie industriel (16/12/2013) Facebook Inc. (FB) est en train de prendre sa revanche envers ceux qui moquait sa chute vertigineuse après

banques introductrices. Il a fallu attendre cet été pour que Facebook repasse au-dessus de son cours d’introduction, ce qui n’était pas arrivé

son entrée en bourse il y a un an et demi. depuis le premier jour de cotation. Aujourd’hui En effet, Facebook va rejoindre la semaine prochaine le S&P 500 Aujourd’hui la capitalisation (SPX), et deviendra une des plus boursière de Facebook atteint jeunes sociétés cotées à rejoindre 120G$, soit une progression de l’indice de référence.

30% par rapport à son cours

Moins de 19 mois se sont écoulés d’introduction de 38$. entre sa cotation et l’entrée dans le S&P 500, l’indice qui regroupe 500 grandes sociétés cotées sur les bourses la capitalisation boursière de Facebook atteint américaines. A titre de comparaison, Google 120G$, soit une progression de 30% par avait mis près de deux ans à intégrer le S&P rapport à son cours d’introduction de 38$, et 500 (entre l’été 2004 et le printemps 2006), alors en augmentation de près de 95% au cours de que d’autres groupes comme Amazon, eBay l’année. ou Yahoo avaient mis, eux, au moins trois ans pour intégrer l’indice. Néanmoins, Facebook ne Depuis qu’elle avait publié pour la quatrième battra pas le « record » de MetLife, qui détient fois d’affilée un résultat trimestriel dans le vert, la palme de la plus rapide entrée au S&P 500, en octobre, Facebook était pressenti pour après son IPO en 2000 (7 mois). rejoindre l’indice. Il s’agit en effet d’un critère pour être éligible. Avec cette entrée dans le Cette introduction est une véritable consécration S&P 500, Facebook gagne en visibilité, en pour le réseau social américain, qui avait notoriété. Mais surtout, le réseau social gagne connu des débuts en bourse très difficiles en automatiquement de «  amis  », puisqu’il sera mai 2012, qui ont fait perdre à FB près de la inclus dans les portefeuilles de fonds indiciels moitié de sa capitalisation. L’opération avait qui répliquent l’indice américain. Plus de 5140 subi de vives critiques, visant entre autres les milliards de dollars suivent le S&P 500, d’après problèmes techniques du Nasdaq et le rôle des


le site de l’indice. A la suite de cette annonce, l’action de Facebook a augmenté de 5%, clôturant à 51.83$ à New York. Le changement sera effectif dans les échanges lundi 23 décembre à l’ouverture.

Bibliographie : «Facebook va entrer dans le S&P 500», dans Les Echos. Publié le 12/12/2013. Tiré de : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/ finance-marches/actu/0203186751740facebook-va-entrer-dans-le-s-p-500-636740. php «L’action de Facebook entre dans l’indice S&P 500 à Wall Street», dans Les Affaires. Publié le 11/12/2013. Tiré de : http://www.lesaffaires.com/bourse/nouvelleseconomiques/l-action-de-facebook-entredans-l-indice-setp-500-a-wall-street/564622#. UqtV6vTuIrU «Facebook Will Replace Teradyne in S&P 500 Index Next Week», dans Bloomberg. Publié le 12/12/2013. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2013-12-11/ facebook-to-replace-teradyne-in-s-p-500-indexnext-week.html

35


TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION Windows Phone et Windows RT gratuits ? Ludovic Deumaga Finissante en génie informatique (16/12/2013) Alors qu’Android continue sa croissance, notamment sur le marché des tablettes, Microsoft n’arrive toujours pas à

d’une nouvelle source de revenus. Selon The Verge, la firme de Redmond entend concentrer sa stratégie sur ses applications, ses services

trouver la stratégie idéale pour rattraper le train. En mal de parts de marché, la firme de Redmond considèrerait une nouvelle stratégie commerciale pour accélérer l’adoption de ses systèmes d’exploitation : Windows RT et Windows Phone.

et la publicité au travers de son moteur de recherche Bing. Elle pousserait aussi les clients à souscrire aux services payants de SkyDrive, Skype ou encore Office.

La firme de Redmond entend Alors que les constructeurs devaient concentrer sa stratégie sur ses jusqu’à présent payer une licence à applications, ses services et l’éditeur pour chacun de leur appareil la publicité au travers de son commercialisé (tablette, Smartphone), les deux OS pourraient bientôt être moteur de recherche Bing. gratuits. Ainsi, Huawei, HTC ou Samsung doivent actuellement payer à Microsoft un coût unitaire de quelques dizaines En adoptant cette nouvelle stratégie, Microsoft de dollars sur chaque téléphone vendu (ce vise clairement Android sont le modèle est coût variant en fonction du partenaire et des relativement semblable. Microsoft et Nokia accords croisés avec Microsoft). La majorité sont les seules entreprises qui conçoivent des revenus de Windows sont issus de ce des appareils fonctionnant sous Windows RT. modèle commercial. Cependant, ce modèle a Les autres fabricants préfèrent Android, ou reçu plusieurs coups durs depuis le rachat de Windows 8. Des versions gratuites de Windows Nokia qui représente environ 80% du marché RT pousseraient donc les fabricants à produire des Smartphones sous Windows Phone. Cette plus de produits équipés de ces licences, ce acquisition les prive donc de leur plus grande intéresserait aussi les développeurs dont les source de revenu potentielle sur le marché. applications sont nécessaires à la survie de l’OS. Toutefois il n’est pas question pour Microsoft de Puisque Microsoft ne génère plus de revenu distribuer les sources de ses OS, contrairement sur l’OS, la firme serait donc à la recherche


à ce que fait Google avec Android. Ce changement de direction opéré par Microsoft reste cependant encore assez flou, il se pourrait que les licences soient supprimées d’ici 2015 pour le mobile. Est-ce que cette stratégie leur permettra de rattraper leur retard sur le marché des tablettes et du mobile copieusement dominé par Apple et surtout par Android ? Cela sera très intéressant à suivre dans le futur, d’autant plus qu’il ne faut pas oublier que Microsoft génère environ 3.3 milliards $ par an grâce à Android; soit près de cinq fois plus que Windows Phone. Ce chiffre ne devrait pas cesser d’augmenter avec l’essor d’Android, que Microsoft cherche cependant à endiguer.

Bibliographie : «Windows RT et Windows Phone bientôt gratuits pour les fabricants?», dans Clubic. Publié le 12/12/2013. Tiré de : http://www.clubic. com/windows-os/windows-rt/actualite-606702windows-rt-windows-phone-gratuit-fabricant. html «Microsoft considers free versions of Windows Phone and Windows RT to battle Android», dans TheVerge. Publié le 11/12/2013. Tiré de : http://www.theverge.com/2013/12/11/5199446/ microsoft-considers-free-versions-windowsphone-windows-rt «Interesting Number, Microsoft Makes Five Times More Out of Android Than It Does Windows Phone», dans Forbes. Publié le 11/07/2013. Tiré de : http://www.forbes.com/ sites/timworstall/2013/11/07/interesting number-microsoft-makes-five-times-more-outof-android-than-it-does-windows-phone/

37


Le comitĂŠ


Aérospatiale et Défense Caroline DIETRICH, étudiante à la maitrise en génie industriel David ST-JACQUES, finissant en génie mécanique

Biotechnologie et Pharmaceutiques Julie CHARRON-LATOUR, étudiante à la maitrise en génie industriel François MARCOUX, finissant en génie biomédical

Énergie et Environnement Ivan BELTRAN, étudiant à la maitrise en génie industriel Benoit THIBAULT, finissant en génie civil Ilias TIHANI, finissant en génie industriel

Manufacturier et Services : Matthieu DE NADAI, étudiant à la maitrise en génie industriel Marie-Pier DUFORT, finissante en génie industriel

Matériaux et Construction Yahya DIALLO, finissant en génie civil Léa FAGGIO, étudiante à la maitrise en génie civil

Minier Camille MATTE, finissante en génie industriel Guillaume VERGNE, étudiant à la maitrise en génie industriel

Pétrole et Ressources Naturelles Isabelle FOTSING, étudiante au doctorat en génie des matériaux Alexandre JUMELLE-KOUAKOU, finissant en génie civil Lucas PICCI, étudiant à la maitrise en génie industriel

Technologie de l’Information Arthur CLAIRE, étudiant à la maitrise en génie industriel Ludovic DEUMAGA, finissant en génie informatique


Pour nous joindre Adresse postale PolyFinances Case postale 6079, succursale Centre-ville MontrĂŠal, QuĂŠbec, H3C 3A7

Courriel info@polyfinances.ca

Site web www.polyfinances.ca

Coordonnateur Ivan Beltran Santillan Francisco ivan.beltran@polymtl.ca


PolyFinances - Note Sectorielle - Semaine du 16 décembre 2013