Page 1

POLYFINANCES FONDS D’INVESTISSEMENT ÉTUDIANT DE POLYTECHNIQUE MONTRÉAL

NOTES SECTORIELLES 17 FEVRIER 2014 1


SOMMAIRE Deux projets importants pour MDA   ���������������������������������������������������������������������������� 6 Que fera Sanofi avec son argent?  ������������������������������������������������������������������������������ 8 Rentable, le marché des coccinelles ?  ���������������������������������������������������������������������� 10 Naturex et le quillaja  �������������������������������������������������������������������������������������������������� 12 Montréal : point sur le marché de l’immobilier  ����������������������������������������������������������� 14 Une cimenterie en Gaspésie très controversée.  �������������������������������������������������������� 16 Une cimenterie en Gaspésie très controversée.  �������������������������������������������������������� 18 Lockheed Martin surfe sur la vague   ������������������������������������������������������������������������� 20 La success story de Tesla  ����������������������������������������������������������������������������������������� 22 Rio Tinto repasse au vert en 2013  ���������������������������������������������������������������������������� 24 Le paradoxe du marché de l’aluminium  �������������������������������������������������������������������� 26 Ce que les OPA disent sur le minier  ������������������������������������������������������������������������� 28 Glencore Xstrata, le cuivre et les Chinois  ����������������������������������������������������������������� 30 Majors : entre investissements et rendements  ��������������������������������������������������������� 32 Québec donne enfin son feu vert  ������������������������������������������������������������������������������ 34 L’UAW déclenche une tempête médiatique  �������������������������������������������������������������� 36 Profitabilité à risque pour les épiciers canadiens  ������������������������������������������������������ 38 Nestlé relâche son emprise sur L’Oréal  �������������������������������������������������������������������� 40 Rakuten achète Viber pour 900M$  ��������������������������������������������������������������������������� 42 Microsoft : 200 millions de licences Windows 8 commercialisées   ��������������������������� 44 Apple: du soleil pour recharger sa smartwatch  ��������������������������������������������������������� 46


Polyfinances c’est... le fonds d’investissement étudiant de Polytechnique Montréal qui a été fondé en 2011 conjointement par le professeur Thierry Warin et par un groupe d’étudiants au baccalauréat provenant de l’orientation projets internationaux. PolyFinances a été mis sur pied pour permettre de faire le pont entre les compétences de l’élève-ingénieur et les secteurs industriels dans lesquels ses compétences s’exprimeront. PolyFinances contribue à former une nouvelle génération d’ingénieurs : au sommet de leur art en ingénierie, ils seront aussi capables d’analyser les forces et faiblesses d’une entreprise dans son environnement économique et commercial. En se basant sur des concepts d’économie industrielle, ils étudient des méthodes d’évaluation des entreprises menant à la gestion d’un

portefeuille d’actions boursières d’entreprises technologiques. Les ingénieurs ou futurs ingénieurs souhaitent aussi mettre la technologie au service de la finance. Une équipe d’étudiants de PolyFinances a d’ailleurs remporté un prix lors du Forum Fintech 2013 organisé par Finance Montréal. Ces ingénieurs pourront jouer un rôle prépondérant dans leurs futures organisations en faisant le lien entre les prises de décisions technologiques et leurs conséquences sur la valeur de l’entreprise mais aussi en proposant des solutions technologiques au secteur financier.

PolyFinances c’est un fonds d’investissement étudiant, une formation à l’économie industrielle et à la finance pour les ingénieurs et futurs ingénieurs, des projets technologiques appliqués à la finance, des conférences à Montréal animées par des professionnels de la finance et du monde de l’entreprise technologique et une mission dans une place financière internationale.

4


Pour sa troisième édition, PolyFinances 2014 étudiera le thème : «risques systémiques et risques systématiques». Pour ce faire, l’équipe de PolyFinances a décidé d’établir ses quartiers dans l’une des villes ayant la plus forte concentration d’institutions internationales, soit Washington. Ainsi, suite à la plus grosse crise financière mondiale, les étudiants seront en mesure d’étudier la stabilité financière, les régularisations proposées par les institutions financières pour diminuer leur contribution au risque systémique. Ainsi, PolyFinances envisage rencontrer différents intervenants dans des institutions telles que la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, la Banque interaméricaine de développement, Yahoo Finance, etc. Aussi, la visite de Hedge Funds est dans la mire de l’équipe. À travers le campus Washington, les étudiants espèrent approfondir leurs connaissances du monde de la finance et des institutions internationales. L’équipe travaille donc à la réalisation du campus Washington à la hauteur des précédents ayant eu lieu à New York en mars 2011 et en mars 2012. Au travers de ces campus, l’équipe PolyFinances a eu l’opportunité d’être reçue par Bloomberg, Merill Lynch, Perella Weinberg Partners, BNP Paribas, Moody’s, la Federal Reserve Bank, le département d’ingénierie financière de New York University, Galileo Global Advisors, l’Open Society Foundation, Dishart Communications, la business angel Anne Busquet et la délégation du Québec à New York ainsi que la mission permanente du Canada à l’ONU.


AÉROSPATIAL ET DÉFENSE Deux projets importants pour MDA David St-Jacques Finissant en génie mécanique (17/02/2014) MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd. (MDA) est une firme canadienne qui se spécialise dans la

avec précision et en temps réel la direction et le débit des masses de pétrole qui pourrait circuler sur les côtes littorales suite à une fuite

conception et la fabrication de systèmes de communication et d’information via des satellites positionnés autour de l’orbite terrestre. Certaines industries, autres que celles qui œuvrent dans les explorations spatiales, ont trouvé une autre utilisation intéressante de ces systèmes. Plus particulièrement, on parle ici des entreprises pétrolières et celles qui font la conception et la commercialisation de technologies pour l’internet (i.e. web technologies).

quelconque. Le satellite de MDA va permettre d’avoir ce genre d’information sur un très grand territoire, peu importe la température et l’heure de la journée. Par conséquent, ce système satellite pourra permettre aux compagnies pétrolières d’agir beaucoup plus rapidement et efficacement dans le cas où il y aurait une fuite de pétrole.

MDA a affirmé cette semaine qu’elle a été sélectionnée pour la fabrication de supports pour les activités d’exploration et de production de pétrole sur les côtes du littorale de différentes régions. Deux des trois contrats de ce type proviennent de compagnies internationales qui jouent un rôle majeur dans l’industrie pétrolière. Cependant, les noms des entreprises n’ont pas été révélées. La somme des contrats représenterait une valeur de quelques millions de dollars US. Ces supports aux activités pétrolières seraient faits avec le RADARSAT-2 de MDA qui a déjà fait ses preuves au niveau de la précision de ses données recueillies. Les firmes pétrolières cherchent ici à connaître

Le second projet important pour MDA, plus spécialement pour leur filiale Space Systems/ Loral (SSL), provient de la firme Skybox Imaging qui œuvre dans le domaine des technologies du web et dans l’imagerie satellite de haute définition (l’équivalent de Google Maps). Ce projet consiste en la fabrication de satellites qui seraient positionnés sur une orbite de faible altitude par rapport au centre de la Terre (i.e Low Earth Orbit (LEO)). Cela permet d’obtenir une « image» de la Terre en continue. L’idée est de lancer sur ce type d’orbite 13 satellites qui seront en mesure de prendre des vidéos clips d’une durée de 90 secondes en haute définition en plus d’avoir des captures d’images d’un même point (sur la Terre) à une fréquence de trois fois par jour. Enfin, ce projet sera fonctionnel à partir du milieu de l’année 2015.


Bibliographie : «Skybox Imaging selects SSL to build 13 Low Earth Orbit imaging satellites», dans News Wire.ca. Publié le 10/02/2014. Tiré de : h t t p : / / w w w. n e w s w i r e . c a / e n / story/1303429/skybox-imagingselects-ssl-to-build-13-low-earthorbit-imaging-satellites «MDA awarded multiple contracts to monitor offshore exploration and production activity», dans The Wall Street Journal. Publié le 11/02/2014. Tiré de : http://online.wsj.com/article/PRCO-20140211-912993.html

7 7


BIOTECHNOLOGIE ET PHARMACEUTIQUE Que fera Sanofi avec son argent? François Marcoux Finissant en génie biomédical (15/02/2014) Jusqu’à tout récemment, les analystes croyaient que l’Oréal vendrait ses actions de Sanofi afin de financer l’achat de

compagnie française a aussi l’opportunité d’acquérir de plus petites entreprises fortes en innovation dans le but de renouveler son pipeline

parts dans Nestlé. Par contre, cette semaine, L’Oréal, qui est le plus gros actionnaire de Sanofi avec 9% de la compagnie, a annoncé que l’entente avec Nestlé n’affecterait pas sa position avec Sanofi. En conséquence, Sanofi n’aura pas l’opportunité de racheter une quantité importante de ses actions, ce qui aurait fait augmenter ses profits par action de 6-8%.

de médicaments en développement. Cette dernière option permettrait notamment d’atténuer les pertes de brevets importants subites par Sanofi lors des dernières années. Encore, Sanofi a indiqué dans le passé son intérêt d’augmenter ses parts dans son partenaire américain, Regeneron Pharmaceuticals, avec qui est actuellement développé un potentiel blockbuster contre le cholestérol. Bref, ce ne sont pas les opportunités qui manquent à Sanofi.

Les analystes se demandent maintenant ce que Sanofi effectuera avec son argent.

La compagnie française a aussi l’opportunité d’acquérir de plus petites entreprises fortes en innovation dans le but de renouveler son pipeline de médicaments en développement.

D’un côté, certains croient que Sanofi devrait acquérir des valeurs sûres, soit des compagnies ou des produits qui solidifieraient ses lignes d’affaires actuelles. D’un autre côté, la

La compagnie française a aussi déçu les analystes la semaine dernière après la parution de ses résultats de 2013 et ses prévisions pour 2014. Plus précisément, les prévisions de croissance pour 2014 ont été faiblement évaluées, ce qui a découragé le marché. En conséquence, le prix de l’action a chuté d’environ 4%.

Bibliographie : «Sanofi use of cash scrutinized as L’Oreal stake buyback fades», dans Reuters. Publié le [11/02/2014]. Tiré de :


http://www.reuters.com/article/2014/02/11/ sanofi-cash-idUSL5N0LG1ZM20140211 «Sanofi under pressure to divulge plans for its cash stash», dans FiercePharma. Publié le [12/02/2014]. Tiré de : http://www.fiercepharma.com/story/sanofiunder-pressure-divulge-plans-its-cashstash/2014-02-12

9 9


BIOTECHNOLOGIE ET PHARMACEUTIQUE Rentable, le marché des coccinelles ? Julie Charron-Latour Étudiante à la maitrise en génie industriel (15/02/2014)L’accord stratégique entre Monsanto et l’entreprise danoise Novozymes avait donné lieu à une note

du secteur des biocontrôles en France ont un chiffre d’affaires de moins de 2 M€. La France, pour qui ces technologies constituent un secteur

sectorielle intéressante en décembre dernier de la part de mon collègue. Alors que ces deux entreprises souhaitaient développer davantage les biocontrôles, c’est-à-dire utiliser des microorganismes comme des insectes, des champignons ou des bactéries pour protéger les végétaux de façon naturelle, l’une d’entre elles envisagent d’acquérir des firmes françaises.

d’importance, environ 4000 emplois et 20% des PME actives en Europe, craint toutefois qu’un géant comme Monsanto engloutisse tout le marché et réduisent du même coup le nombre d’innovation.

Conscient de l’ampleur et de la force des entreprises du secteur chimique qui offrent des solutions moins « propres », il devient inévitable que le marché actuel des biocontrôles,

Vu l’engouement pour le secteur, il devient intéressant d’en connaître davantage les produits de ces entreprises françaises : • Biotop : Développe des insectes auxiliaires comme des coccinelles, larves ou des acariens, qui conviennent aux plantes d’ornements, potagères ou arboricoles, capables de contrer les pucerons et les insectes ravageurs.

Concrètement, en 2013, 46% des entreprises du secteur des biocontrôles en France ont un chiffre d’affaires de moins de 2 M€. principalement constitué de petites et moyennes entreprises, cherche à se réinventer en accueillant des firmes bien établies. Concrètement, en 2013, 46% des entreprises

• Goëmar : Utilise des algues pour créer des engrais afin de protéger les plantes et les céréales. Elle offre ainsi une solution aux fongicides traditionnels.

• Agrauxine : Développe des bio-fongicides et des champignons « nutritifs » qui améliorent la reprise, le développement et la croissance des plantes. Finalement, le ministère de l’agriculture en France a annoncé que les agriculteurs avaient


réduit de 5,7% leurs recours en pesticide. Ces nouvelles encouragent non seulement les investisseurs mais aussi le secteur des biotechnologies à poursuivre ses recherches et la mise en marché de produits innovateurs.

Bibliographie : « Biocontrôle : des fleurons français convoités par les multinationales », dans Bio-marché.info. Publié le [04/02/2014]. Tiré de : http://www.bio-marche.info/web/Nouvelles_en_ bref/France/Biocontr+ocirc;le/356/293/0/16170. html « Pesticides : les utilisations ont baissé pour la première fois en France », dans LesEchos.fr. Publié le [14/12/2013]. Tiré de : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/ grande-consommation/actu/0203178904584pesticides-les-utilisations-ont-baissepour-la-premiere-fois-en-france-635843. php?xtor=RSS-2005

11 11


BIOTECHNOLOGIE ET PHARMACEUTIQUE Naturex et le quillaja Julie Charron-Latour Étudiante à la maitrise en génie industriel Naturex, issue de la ville d’Avignon en France, a annoncé vouloir se positionner une fois de plus à l’extérieur du territoire européen.

Depuis sa création, la croissance de Naturex est équitablement répartie entre une série de 13 acquisitions et une importante croissance

Suivant ses premiers déploiements au Brésil et au Mexique, cette fois-ci elle se rend au Chili pour y vendre ses ingrédients naturels d’origine végétal.

interne. En effet, elle a multiplié par 25 son chiffre d’affaires en 12 ans. En 2014, le PDG, Thierry Lambert, a indiqué vouloir privilégier ce second type de croissance tout en restant attentif aux opportunités.

Un arbre, le quillaja, et la possibilité d’investir 3 M€ dans une société locale, Chile Botanics, sont les raisons de ce nouvel intérêt pour ce pays. Le tout permettra à l’entreprise de se positionner sur le marché comme étant une entreprise spécialisée dans certaines catégories

Finalement, l’entreprise qui vit quelques ralentissements dus à la baisse de la consommation alimentaire en Europe de l’Ouest a tout de même vu son revenu augmenté de 7% au courant de l’année 2013. De plus, les effets de la devise lui ont coûté près de 2.7% de sa réelle croissance (estimé à 9.7%) Un arbre, le quillaja, et la si on utilise un taux de change et des possibilité d’investir 3 M€ périmètres comparables. Par conséquent, dans une société locale, Chile les gains proviennent plutôt des marchés Botanics, sont les raisons de ce du continent américain (+11.4%) et celui nouvel intérêt pour ce pays. de l’Asie-Océanie (+14.7%). Aujourd’hui, les analyses sont partagées face au titre puisque la valorisation de celui-ci a atteint d’ingrédients naturels. L’écorce séché du un sommet. Plusieurs croient que le potentiel quillaja, autrefois utilisée pour leur propriété « commence à s’épuiser depuis que le ratio cours/ nettoyante », joue un rôle de stabilisant dans bénéfices avoisine 20. les boissons gazeuses et peut être intégré à des produits cosmétiques ou agro-alimentaires. Bibliographie : Celui-ci vient s’ajouter au catalogue de 500 « Naturex : La valorisation commence à plantes de Naturex.


être tendue », dans ABCBourse. Publié le [13/02/2014]. Tiré de : h t t p : / / w w w. a b c b o u r s e . c o m / a n a l y s e s / naturex_la_valorisation_commence_a_etre_ tendue-3767.aspx « Naturex : Un chiffre d’affaires qui rassure » », dans LesEchos.fr. Publié le [05/02/2014]. Tiré de : http://bourse.lesechos.fr/infos-conseilsboursiers/infos-conseils-valeurs/avis-experts/ un-chiffre-d-affaires-qui-rassure-948667.php « Produits naturels : Naturex se renforce en Amérique latine » », dans LesEchos.fr. Publié le [21/01/2014]. Tiré de : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/ grande-consommation/actu/0203246519813produits-naturels-naturex-se-renforce-enamerique-latine-644362.php

13 13


MATÉRIAUX ET CONSTRUCTION Montréal : point sur le marché de l’immobilier Yahya Diallo Finissant en génie civil (17/02/2014) En 2013, une transaction de plus de 9M$ a été conclue pour la vente d’une copropriété en plein cœur du centre-

vente la plus élevée dans la région de Montréal est celle d’un condo à 9M$ au Ritz Carlton, en plein cœur du centre-ville. Le 2e prix revient

ville de Montréal, c’est l’arrivée d’un nouveau joueur dans le marché des condos de luxe. Cependant, le marché du condo et de l’immobilier en général s’est stabilisé en janvier 2014 dans la région de Montréal et les prix sont également au point mort. On note cependant une hausse de 6% pour les plex de 2 à 5 étages.

à un appartement vendu à Westmount pour 4.5M$. «Habituellement, on voit des ventes de condos à 3 ou 4 millions, mais c’est la première fois que le haut de la pyramide est occupé par des condos» souligne un des acteurs de l’étude immobilière. En 2013, les acheteurs de condos de luxe ont fait du centre-ville de Montréal « the place to be » et plus particulièrement dans les zones proches du Centre Bell indique RE/MAX.

Dans la région de Montréal, la transaction immobilière la plus chère enregistrée en 2013 ne concerne pas, comme on pourrait le penser, une belle villa du quartier Westmount, même pas à un manoir de rêve mais à une copropriété du centre-ville. En effet, selon une étude de RE/MAX (l’entreprise américaine immobilière et internationale) publiée en janvier dernier, la

Cependant, le marché immobilier des condos est stable depuis le début de l’année avec des ventes en baisse de 2% et quant aux prix de ces demeures, la tendance montre aussi une stabilisation malgré l’abondance des propriétés. Début février, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) a indiqué que le prix moyen d’un condo était évalué à 220 000$ en janvier 2014 dans la région de Montréal, On voit souvent des ventes de soit la même valeur qu’en janvier 2013. À condos à 3 ou 4 millions, mais titre de comparaison, les prix des maisons c’est la première fois que le unifamiliales et des plex de deux à cinq haut de la pyramide est occupé logements ont tous deux progressé de 1 % par des condos. et 6 % respectivement. Le prix médian des maisons unifamiliales a ainsi atteint 272 000 $ et celui des plex, 428 000 $.


Bibliographie : « Immobilier de luxe: le condo domine à Montréal », dans Les Affaires. Publié le 07/02/2014. Tiré de : http:// a ff a i r e s . l a p r e s s e . c a / e c o n o m i e / immobilier/201401/29/01-4733473immobilier-de-luxe-le-condo-dominea-montreal.php « Immobilier résidentiel: les prix se stabilisent à Montréal », dans Les Affaires. Publié le 07/02/2014. Tiré de : http://www.lesaffaires.com/secteursd-activite/immobilier/immobilierresidentiel-les-prix-se-stabilisent-amontreal/566099 « Le prix des maisons monte à un nouveau sommet en janvier », dans Les Affaires. Publié le 12/02/2014. Tiré de : http://www.lesaffaires.com/ secteurs-d-activite/immobilier/le-prixdes-maisons-monte-a-un-nouveausommet-en-janvier/566235

15


MATÉRIAUX ET CONSTRUCTION Une cimenterie en Gaspésie très controversée. Léa Faggio Étudiante à la maitrise en génie civil (17/02/2014) Une nouvelle cimenterie devrait voir le jour à Port-Daniel, en Gaspésie, d’ici 2015; les travaux débuteraient au printemps. Un investissement de prés d’1G$ afin d’extraire des centaines de millions de tonnes de calcaire du sous-sol pendant près de 100 ans, avec une capacité annuelle de 2.2 millions de tonnes. Le promoteur de ce projet est Ciment McInnis, une société basée à Montréal, détenue à 67% par Beaudier inc, la société d’investissement privée de la famille Bombardier-Beaudoin.

dans une région où les investissements et les nouveaux emplois se font rares. La municipalité bénéficiera notamment de retombées

économiques importantes par l’entremise de taxes foncières issues des immobilisations qui seront construites sur la carrière à des fins de transformation de ciment. De plus, la grande qualité du calcaire de la région, qui permettrait de produire un ciment exceptionnel, et la proximité des voies maritimes, donneraient un avantage concurrentiel à l’entreprise. Il est en effet prévu que la majorité du ciment produit soit exporté aux États-Unis en raison de la Ce projet est extrêmement controversé et forte demande liée à la reprise du marché de la construction. Pour toutes ces raisons, la Ces surcapacités de production cimenterie sera financée à prés de 70% par des fonds publics. Si la holding de la diminuent durablement la rentabilité du secteur puisqu’au famille Beaudoin, Beaudier inc, investirait 165M$ et si 165M$ seraient apportés par niveau mondial, le taux moyen des investisseurs privés, en contrepartie, d’utilisation des capacités la Caisse de dépôt investirait 100M$ de production a baissé tout et Investissement Québec, 100M$, en au long de l’année 2013 pour s’établir à 74.2% en décembre plus de garantir un prêt de 250M$, soit 450M$ déboursé par le gouvernement 2013 provincial. Quant au gouvernement fédéral, un prêt de 250M$ serait accordé en coopération avec une institution financière, plusieurs camps s’affrontent. Les partisans du soit au total 700M$ d’investissements, de prêts projet et le gouvernement Marois défendent et de garanties de prêts publics pour un projet les avantages socio-économiques en jeu


privé de 1G$. Plusieurs acteurs de l’industrie du ciment, notamment les membres de l’ACC (Association Canadienne du Ciment), composée au Québec de Ciment Québec, Colacem Canada, Holcim Canada et Lafarge Canada, ont critiqué l’aide financière gouvernementale accordée à ce projet, qu’ils qualifient de concurrence déloyale et qui, selon eux, pourrait menacer d’autres emplois dans la province. De plus, tout le monde n’est pas convaincu de la pertinence du projet, notamment,

dans les installations existantes. De plus, le projet se trouvant « en terres privées », cette exploitation ne sera pas soumise à la Loi sur les mines et donc à son Règlement sur les substances minérales autres que le pétrole, le gaz naturel et la saumure. Par ailleurs, les substances minérales de surface, tel que le calcaire, étant exemptées de la Loi sur l’impôt minier, la cimenterie n’aura pas à verser à l’État québécois des redevances représentant 16 % de ses profits nets. Enfin, en réalisant la transformation

Power Corporation, la société de la famille Desmarais, qui possède une participation de 21% dans la multinationale française Lafarge. Mais quels sont réellement les besoins du marché du ciment ?

du calcaire en ciment directement sur le site, l’exploitation n’aura pas à verser de redevances (54 ¢ la tonne extraite) à la municipalité dans le cadre d’une mesure d’imposition des droits aux exploitants de carrières et sablières.

Si la consommation de ciment devrait rebondir aux États-Unis en raison des énormes besoins en infrastructures, besoins estimés à 3600 G$ d’ici 2020 selon le président de la Caisse de dépôt et placement du Québec, le marché nord-américain est en surcapacité de production selon une étude de l’ACC. C’est notamment le cas au Québec où certaines cimenteries n’opèrent qu’à 60% de leur capacité. Le marché local étant déjà saturé, les cimenteries de la région sont également obligées de vendre aux États-Unis pour s’en sortir. Ainsi, selon les membres de l’ACC, l’ajout d’un grand groupe de ciment avec de telles capacités de production déstabiliserait le marché québécois et se traduirait par des pertes d’emplois

D’un point de vue écologique, l’avis du projet ayant été déposé par son promoteur avant le 22 juin 1995, date à laquelle les normes environnementales ont été resserrées par Québec (le projet n’ayant jamais abouti par manque de financement), le projet ne sera pas soumis au processus complet d’analyses et de consultations en matière environnementale (BAPE). La quête de nouveaux investissements sera-t-elle fatale aux entreprises existantes ? Affaire à suivre.

17


MATÉRIAUX ET CONSTRUCTION Une cimenterie en Gaspésie très controversée. Léa Faggio Étudiante à la maitrise en génie civil

Bibliographie : « Investissement de 1 milliard $ en Gaspésie pour un projet de cimenterie à Port-Daniel », dans Le Huffingtonpost. Publié le 31/01/2014. Tiré de : http://quebec.huffingtonpost. ca/2014/01/31/investissement-de-1-milliard-en-gaspesie-pour-un-projet-de-cimenterie-aport-daniel_n_4702742.html « Cimenterie de Port-Daniel : l’association du ciment fulmine », dans Les Affaires. Publié le 30/01/2014. Tiré de : h t t p : / / w w w. l e s a ff a i r e s . c o m / s e c t e u r s - d activite/transport/cimenterie-de-port-daniel-lassociation-du-ciment-fulmine-/565830 « Cimenterie de Port-Daniel : l’association du ciment fulmine », dans Le Devoir. Publié le 30/01/2014. Tiré de : http://www.ledevoir.com/economie/actualiteseconomiques/372334/une-cimenterie-seraexemptee-de-redevances-et-de-l-impot-minier « Une cimenterie sera exemptée de redevances et de l’impôt minier », dans Le Devoir. Publié le 02/03/2013. Tiré de : http://www.ledevoir.com/economie/actualiteseconomiques/372334/une-cimenterie-seraexemptee-de-redevances-et-de-l-impot-minier


19


ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Lockheed Martin surfe sur la vague Benoit Thibault Finissant en génie civil (16/02/2014) Non, je ne fais pas une incursion dans le secteur aérospatial, c’est plutôt Lockheed Martin qui se diversifie

terre ferme.

dans le secteur de l’énergie. En effet, le constructeur américain, connu pour ses avions de chasse, a signé une entente pour concevoir un projet produisant 62.5 MW à partir de la houle présente sur les côtes australiennes. Il s’agirait de la plus grande puissance électrique provenant de la force des vagues.

juste suffisante pour satisfaire les producteurs commerciaux, ainsi que d’améliorer l’efficacité et diminuer les coûts de fabrication. Ces objectifs sont communs à toutes les énergies renouvelables, mais les systèmes alimentés par la houle ont l’avantage de ne pas être trop imposants dans le paysage, comparativement aux éoliennes, ni dans le milieu marin, comme d’autres systèmes hydrauliques alimentés par les marées ou les courants.

Cette entente l’associant à Victorian Wave Partners Ltd. profitera de l ’ e n t r e p r i s e ayant initié ce partenariat, Ocean Power Technologies (OPT), dont le système breveté PowerBuoy offre un point de départ intéressant. Il s’agit du premier système alimenté par les vagues à avoir été connecté au réseau aux ÉtatsUnis, en 2010. Quel endroit chez nos voisins du Sud offrait des conditions intéressantes pour implanter ce projet pilote? Le paradis des surfeurs, Hawaii, fait aussi le bonheur d’OPT. D’autres projets y avaient d’ailleurs lieu depuis 2003. Ce PowerBuoy incarne bien son nom : une bouée monte et descend suivant le mouvement des vagues, ce qui actionne le convertisseur et le générateur sur la structure. L’électricité produite est ensuite transportée par câble jusque sur la

Le défi de Lockheed sera maintenant d’agrandir le système existant, dont la taille actuelle est tout

Pour finir, cette diversification de Lockheed Martin pourrait lui permettre d’adoucir son image militaire.

Bibliographie : «Lockheed Martin Cranks Up World’s Largest Wave Energy Project », dans Clean Technica. Publié le 15/02/2014. Tiré de : http://cleantechnica.com/2014/02/15/worldslargest-wave-energy-project-set-for-australiancoast/?utm_source=feedburner&utm_ medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+IMcleantechnica+%28CleanTechnica%29


21


ENERGIE ET ENVIRONNEMENT La success story de Tesla Ilias Tihani Finissant en génie industriel (14/02/2014) Cette semaine, le constructeur américain de voitures électriques Tesla est sous le feu des projecteurs. Alors que le prix

demande, ni le premier à proposer des voitures électriques. L’avantage que propose Vukee c’est l’abolition de l’abonnement mensuel et faire

de l’action vient de battre un nouveau record positif, d’autres compagnies ont annoncé des collaborations avec Tesla.

payer ainsi par utilisation, mais surtout offrir une Tesla, chose qui ne s’est jamais faite. Avec leur performance et allure sportive, les modèles de Tesla se démarquent du reste du peloton des voitures électriques; ce qui explique d’ailleurs leur prix. Vukee offre donc à ses utilisateurs de prêter et emprunter des modèles de Tesla, le tout avec une simple application sur téléphone intelligent. Le lancement est prévu pour le printemps prochain.

Le jeudi 13 février, le prix de l’action de Tesla dépassait la barre symbolique de 200$ pour atteindre 202.72$ pour finalement se stabiliser à 198$. On remarque que la croissance a été fulgurante en 2013, mais les marchés n’ont pas été cléments en Novembre 2013. Même si l’action avait atteint les 180$, les résultats financiers du troisième trimestre n’ont pas répondu aux attentes des investisseurs, expliquant la chute du prix de l’action. Quand à l’envolée récente, elle ne peut être expliquée que par l’anticipation des résultats financiers du quatrième trimestre. Il faut savoir que la compagnie connaît un grand essor présentement, même si le marché de la voiture électrique est difficile. Avec ses modèles oscillant entre 70 000$ et 100 000$, Tesla peine à gagner les particuliers. Ainsi, en Silicon Valley, la compagnie Vukee Car a eu l’idée de partager ces modèles, et veut offrir le service de gestion des voitures Tesla. Reconnaissons que ce n’est pas une révolution dans le marché. Ce n’est ni le premier à offrir un service de location à la

Finalement, une annonce peu commune a lié le marché immobilier à celui de l’automobile. Toujours aux États-Unis, mais cette fois à Miami, le développeur de condo de luxe Property Markets group a décidé d’offrir le modèle S de Tesla aux acheteurs des appartements les plus luxueux. Il ne s’agit que d’une trentaine de voitures, mais cela reste une très bonne publicité, renforçant ainsi l’image de marque de Tesla.

Bibliographie : «Ouverture du deuxième aéroport de Dubaï», «Tesla Stock Hits New Milestone Of $200 A Share, & Breaks Record Again On Thursday»,


dans Clean Technica. Publié le [14/02/2014]. Tiré de : http://cleantechnica.com/2014/02/14/teslastock-hits-new-milestone-200-dollars-share/ «Tesla car sharing !», dans Clean Technica. Publié le [14/02/2014]. Tiré de : http://cleantechnica.com/2014/02/13/anotherway-enjoy-tesla-cars-car-sharing/

23


MINIER Rio Tinto repasse au vert en 2013 Guillaume Vergne Étudiant à la maitrise en génie industriel (17/02/2014) Après une année 2012 où Rio Tinto avait vu rouge pour la première fois depuis 1995, avec des pertes de 2.2 G$

et de recentrage de l’activité, Rio Tinto a aussi massivement freiné ses investissements. Ils ont cumulés à 12.9 G$ en 2013, en baisse de 26%,

(USD), l’année 2013 marque le retour des bénéfices. Le géant anglo-australien a en effet dégagé un bénéfice net de 2.70 G$. La minière va donc relever son dividende de 15 cents à 1.92$.

et devraient continuer à baisser pour atteindre 8 G$ en 2016. Enfin, la minière a produit en 2013 5% de fer de plus que l’année précédente.

C’est donc une première réussite pour Sam Walsh, le PDG de Rio Tinto arrivé il y a un an à la tête de l’entreprise. Sous sa responsabilité, la minière s’est engagée dans une cure

Tout n’est pas encore rose chez Rio Tinto cependant, le groupe a dû conserver dans son portefeuille ses activités diamantifères faute d’offres assez élevées. De plus, il connait toujours des problèmes dans sa branche aluminium et or (mine de Oyu Tolgoi en Mongolie) qui l’ont conduit à réaliser une nouvelle dépréciation de 3.4 G$ de ses actifs (contre une dépréciation de 10.3 G$ en 2012).

La minière s’est engagée dans une cure d’économies drastiques : 4 000 employés ont été licenciés et 3.5G$ d’actifs non stratégiques ont été vendus. d’économies drastiques : 4 000 employés ont été licenciés et 3.5G$ d’actifs non stratégiques ont été vendus. Ce plan a permis à Rio Tinto de se recentrer sur son cœur de métier : le fer, le charbon, le cuivre et le pétrole. Le groupe s’est même permis le luxe de surpasser de 2G$ son objectif initiaux de réduction de coût. En dehors de ce plan de réduction des coûts

Au final, la situation dans laquelle s’est retrouvé le géant n’est pas unique. Beaucoup de minières qui avaient réalisés des acquisitions au prix fort lors de la bulle des matières premières se sont retrouvées dans la même situation. C’est ce qui a conduit à la vague de dépréciation, de vente d’actifs, de réduction des coûts et de baisse des investissements que l’on a pu observer depuis un an et demi. Aujourd’hui, beaucoup de grands groupes ont ainsi pu renforcer leurs comptes et assainir les bilans. Ils se sont ainsi préparés à la possibilité


que les coûts des matières premières restent bas dans les années à venir.

Bibliographie : «Rio’s Walsh delivers: 15% dividend hike on higher than expected second-half profit», dans Mining. Publié le 13/02/2014. Tiré de : http://www.mining.com/rios-walsh-delivers15-dividend-hike-on-higher-than-expectedsecond-half-profit-10637/ «Retour aux profits pour Rio Tinto en 2013», dans La Presse. Publié le 13/02/2014. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/energie-etressources/201402/13/01-4738375-retour-auxprofits-pour-rio-tinto-en-2013.php «Rio Tinto relève son dividende», dans La Presse. Publié le 13/02/2014. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/resultatsfinanciers/201402/13/01-4738707-rio-tintoreleve-son-dividende.php

25


MINIER Le paradoxe du marché de l’aluminium Guillaume Vergne Étudiant à la maitrise en génie industriel (17/02/2014) Le marché de l’aluminium présente plusieurs signes contradictoires. Alors que mi-janvier, les stocks cumulés

métal pour répondre à un niveau plus élevé de consommation, mais il continue d’être retiré du marché par ceux qui bénéficient des

dans les entrepôts du London Metal Exchange (LME) ont atteint un niveau record de 5.49 millions de tonnes (Mt), les primes de livraison sur le marché nord-américain ont franchis la barre des 457 $/tonne soit un gain de 150 $ en deux semaines.

arrangements financiers et de la hausse des primes ».

Ce paradoxe est la preuve, selon les analystes, du dysfonctionnement du marché de l’aluminium. En décembre, les commandes sur le marché américain ont bondi de 7% et les livraisons

Pour essayer d’enrayer ce phénomène, une nouvelle règlementation a été adoptée au LME : les gestionnaires de stock sont maintenant dans l’obligation de faire sortir une plus grande quantité d’aluminium que la quantité entrante dans les entrepôts. Cela devrait permettre de lentement rééquilibrer le marché selon Hamilton.

Le marché de l’aluminium continue de progresser d’environ 5% par année, La décision de Ford d’utiliser soutenu par la demande chinoise et par 97% d’aluminium dans le futur le secteur automobile. En effet, les efforts F-150 constitue un « game entrepris aux États-Unis pour réduire de changer » pour l’industrie de moitié la consommation des véhicules d’ici l’aluminium. 2025 pousse les constructeurs à recourir à l’aluminium. Ford a ainsi annoncé que la carrosserie du prochain F-150, véhicule des stockistes de 10%. Selon Colin Hamilton le plus vendus en Amérique du nord, sera de Macquarie, il s’agit là de la preuve que le constituée à plus de 97% d’aluminium. Selon marché est en déficit. Le plus grand acheteur Novelis, l’annonce du constructeur américain mondial d’aluminium, Novelis, dénonce quant a provoqué une véritable ruée vers l’aluminium à lui des pénuries « organisées » qui serait « en feuille, à tel point que Ford semble avoir temporaires et artificielles ». Le responsable de monopolisé l’offre. Selon le PDG de l’Association l’approvisionnement de la firme, Nick Madden, de l’aluminium du Canada, Jean Simard, la souligne ainsi « qu’il y a largement assez de décision de Ford constitue un « game changer


» pour l’industrie de l’aluminium (la décision de Ford d’utiliser 97% d’aluminium dans le futur F-150 constitue un « game changer » pour l’industrie de l’aluminium) avec le marché des feuilles d’aluminium pour l’automobile qui est appelé à prendre une taille considérable. En effet, il indique que les autres manufacturiers automobiles semblent vouloir suivre le pas dès que le marché sera capable de répondre à une plus grosse demande. De plus, le secteur aéronautique utilise également de plus en plus le métal léger à l’image de bombardier dans sa Cseries. Avec la conclusion de l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union Européenne, il serait naturel de penser que le Canada tirera parti de cet engouement pour l’aluminium. Cependant, Jean Simard affirme que le Québec pourrait passer à côté de la reprise de l’aluminium. Les gaz de schistes aux États-Unis ont en effet complètement changés la donne! Le coût de l’électricité pour les alumineries aux États Unis a chuté à 2.5 cents le kilowattheure contre 4.7 cents pour le tarif L d’Hydro-Québec. Pourtant, estime Jean Simard, tous les ingrédients sont là pour que ça marche : les investissements du gouvernement et du secteur privé devraient permettre de doubler la transformation d’ici dix ans. Il ajoute que le tarif L d’Hydro-Québec serait le seul frein pour l’industrie québécoise de l’aluminium avec un tarif qui est l’un des plus chers au

monde. Le principal concurrent du Québec en dehors des États-Unis serait en fait le Moyen-Orient où les ressources énergétiques permettent de produire à très faible coût dans des installations gigantesques. Au final, le marché de l’aluminium est complexe et peut sembler paradoxale. La nouvelle règlementation du LME devrait néanmoins permettre au marché de retrouver un équilibre. Le secteur de l’aluminium va connaitre une grande transformation avec l’utilisation massive de feuilles d’aluminium dans l’industrie automobile et aéronautique. Aux pays maintenant de créer l’environnement nécessaire pour bénéficier des retombées économiques.

Bibliographie : «Le Québec pourrait rater la reprise dans le domaine de l’aluminium», dans La Presse. Publié le 13/02/2014. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/ fabrication/201402/13/01-4738621le-quebec-pourrait-rater-la-reprisedans-le-domaine-de-laluminium.php «Le marché de l’aluminium toujours déséquilibré», dans L’Usine Nouvelle. Publié le 28/01/2014. Tiré de : http://indices.usinenouvelle. com/metaux-non-ferreux/lemarche-de-l-aluminium-toujoursdesequilibre.4964 «Le secteur automobile contribue à maintenir la demande d’aluminium»,

27


MINIER Ce que les OPA disent sur le minier Camille Matte Finissante en génie industriel (17/02/2014) Il semble que les grandes entreprises souhaitent profiter de la situation morose pour prendre possession

le même type d’offre sur Osisko, en offrant 2.6 milliards pour la minière québécoise en vue de mettre la main sur le gisement que l’entreprise

d’entreprises à court de capital à coup d’OPA (et peut être faire mousser l’intérêt pour le minier). Espèrent-elles que les offres d’achat hostiles redonnent vie au secteur minier canadien?

possède à Malartic au Québec. Cette offre, qui devait se clore le 19 février prochain, a été prolongée jusqu’au 10 mars la semaine dernière. Depuis l’annonce de l’offre, les actions d’Osisko se sont transigées au-dessus du 5.95$ par action qu’offre Goldcorp pour les parts d’Osisko, l’entreprise estime donc se faire léser et a fait une demande à la Cour Supérieure du Québec pour bloquer l’offre d’achat.

On apprenait cette semaine qu’HudBay Minerals Inc., une entreprise de Toronto a fait une offre de 428 millions sur Augusta Resource Corp., compagnie d’exploration minière basée à Vancouver. Cela fait plusieurs mois que les offres se succèdent pour l’entreprise qui détient les droits de ce qui pourrait bientôt être la 3éme plus grande mine de cuivre des États-Unis, Rosemont, en Arizona. La future mine, un projet évalué à 1.2 millions, détiendrait des réserves de 5.9 milliards d’onces et pourrait avoir une durée de vie de 20 ans. HudBay avance qu’elle serait en meilleure position qu’Augusta pour mener à bien ce projet, puisque l’accès au capital de la junior est limité. On attend maintenant de voir la surenchère des entreprises rivales, parmi lesquelles Teck Resources Ltd., Lundin Mining Corp., ou encore la société de Vancouver Ross Beaty, qui possède déjà 9.3% d’Augusta et a plusieurs expériences dans le cuivre. Rappelons qu’en janvier, GoldCorp avait fait

Ces deux évènements ont attiré l’attention des investisseurs, qui semblent s’être éloignés du secteur minier à cause des faibles performances des entreprises et de la dépréciation des prix des commodités. Ils en disent cependant beaucoup sur la réalité du secteur : après les offres d’achat, les deux entreprises ont vu leur valeur monter en flèche, mais il reste que cela ne représente qu’une fraction de ce qu’elles valaient l’année dernière. L’offre actuelle sur Augusta, par exemple, fixe un prix de l’action à 2.96$, alors qu’elle était échangée à 6$ et plus l’an dernier. Si la stratégie de l’offre d’achat publique hostile est discutable (on fait une offre d’achat non sollicitée à un prix donné pour obtenir un certain pourcentage des actions de l’entreprise), il semble que ce soit le dernier


recours pour les gros joueurs pour mettre la main sur les juniors dont le profil est intéressant : les équipes de direction ne sont pas ouvertes à vendre l’entreprise au prix actuel, alors les acheteurs y vont de façon hostile pour être sûr de mettre la main sur l’entreprise convoitée. Traditionnellement, ce n’est pas une stratégie très développée chez HudBay, mais on sait depuis un certain temps déjà que l’entreprise était en quête d’une acquisition et la firme (qui est déjà propriétaire de 16% des parts d’Augusta) avait investi 30 millions dans la compagnie en 2010. HudBay vient de terminer la construction de deux mines au Manitoba et prévoit la fin de ses travaux de sa plus récente mine, à Constancia, au Pérou. Le pôle de projet était donc vide. L’entreprise aurait aussi pu choisir d’attendre la fin de ses travaux à Constancia avant de faire l’offre d’achat. Selon l’analyste de titres chez TD, cette annonce prématurée pourrait signifier deux choses : que l’entreprise est confiante de respecter ses délais au Pérou, on encore qu’elle avait peur de perdre ses chances sur Augusta. Devant cette offre non-sollicitée (et jugée trop basse), les dirigeant d’Augusta ont enjoint leurs actionnaires de ne pas réagir, toutefois l’entreprise n’est pas en très bonne posture. Elle attend toujours son permis d’exploitation pour le site de Rosemont (qui devrait être délivré en 2014) et les délais dans l’obtention mettent de la pression sur ses

finances. L’entreprise a actuellement une dette de 115$ million due en octobre et toujours aucun actif pour générer des flux de trésorerie. Si le permis devait être délivré dans les temps, on prévoit que l’exploitation devrait commencer en 2016. Une indication que le prix offert par le géant torontois est trop bas, c’est qu’on s’attend à ce que l’émission du permis d’exploitation fasse grimper la valeur d’Augusta de 18%. Comme on pouvait s’y attendre, l’offre d’HudBay n’est pas passée inaperçue en Bourse : l’action d’Augusta est grimpée de 29.4% lundi, pour un prix final de 2.95$, tandis que celle d’HudBay chutait de 6.1% à 7.96$.

Bibliographie : « HudBay’s $428-million hostile bid for Augusta provides jolt to Canadian mining sector”, dans Financial Post. Publié le 09/02/2014. Tiré de : http://business.financialpost. com/2014/02/09/hudbay-makes-540million-hostile-bid-for-augusta/ « HudBay’s offer for Augusta aims to get a hold of US third largest copper mine”, dans Mining.com. Publié le 10/02/2014. Tiré de: http:// www.mining.com/hudbays-offer-foraugusta-aims-to-get-a-hold-of-usthird-largest-copper-mine-70425/ « Bigger Canadian mining company wants to buy Rosemont’s parent », dans Arizona Daily Star. Publié le 11/02/2014. Tiré de : http://azstarnet. com/business/local/bigger-canadian-

29


MINIER Glencore Xstrata, le cuivre et les Chinois Camille Matte Finissante en génie industriel (17/02/2014) Le ralentissement de la Chine, qui devrait cette année atteindre son plus bas taux de croissance depuis 1990, vient encore

ses mines congolaises et à sa mine Collahuasi, au Chili. On peut toutefois se questionner sur la rentabilité finale de l’opération, compte tenu

une fois miner les perspectives futures pour les métaux industriels, dont le cuivre. Les données sur l’industrie manufacturière qui démontraient le ralentissement en Chine et aux États-Unis ont amené une baisse continue du prix du métal depuis le mois de janvier.

des prix actuels et des prévisions pessimistes entourant le cuivre en 2014.

Pour 2014, les analystes de Bloomberg voit le cuivre à 7.078$ la tonne, soit 3.7% plus bas que ce qu’il valait l’an dernier. Les nouvelles pourraient toutefois s’améliorer si l’état chinois concrétisait son plan d’agrandissement du réseau électrique de State Grid Corp., ce qui contribuerait largement à soutenir la demande mondiale. C’est une mauvaise nouvelle pour Glencore Xstrata, dont 30% des profits sont tirés de ce métal. L’entreprise annonçait cette semaine une augmentation majeure de sa production de cuivre en 2013 (26% plus que l’année précédente). (L’entreprise annonçait cette semaine une augmentation de 26% de sa production de cuivre en 2013). Au total ce sont donc 1.5 millions de tonnes de cuivre que la compagnie aura sorti du sous-sol cette année. Cette performance exceptionnelle, Glencore la doit à

L’annonce a malgré tout eu de quoi réjouir les dirigeants du géant minier et sur la base de ces résultats encourageant, l’entreprise pourrait être tentée de revenir sur ses démarches avec MMG (filiale du chinois Minmetals) pour la vente du projet Las Bambas au Pérou. La vente du site péruvien faisait partie du contrat que Glencore et Xstrata avaient signé avec les autorités anti-trust chinoises l’an dernier pour que celles-ci autorisent la fusion des deux géants des mines. Les ingénieurs de Glencore avancent cependant être en mesure d’opérer la mine à un coût moindre que celui qu’avait estimé Xstrata et, peu soucieux des prévisions négatives pour l’année à venir, ils prévoient un prix du cuivre à la hausse sur le long terme, ce qui leur permettraient de dégager des marges intéressantes. Actuellement, la Chine doit chiffrer son offre pour Las Bambas et bien que cela ne soit pas le scénario le plus probable, il est possible que le conglomérat anglo-suisse choisisse de retenir son actif. Si l’offre chinoise était en deçà du « prix de réserve » (évaluation indépendante


de la valeur de la mine par deux banques d’investissement, ce prix serait de plus de 5 milliards), Glencore Xstrata pourrait en effet refuser l’offre et Beijing devrait alors choisir une autre mine à acheter parmi les actifs de Glencore Xstrata. Cette vente serait toutefois l’occasion pour l’entreprise de rembourser ses dettes, opérer un rachat d’action ou encore augmenter son dividende. Garder Las Bambas signifie en plus de trouver des fonds pour financer le projet, de risquer de froisser les Chinois.

Bibliographie : « Glencore plays deal or no deal with China on prize copper asset », dans Financial Times. Publié le 09/02/2014. Tiré de : http://www. ft.com/intl/cms/s/0/ab138856-9010-11e3-aee900144feab7de.html#axzz2tJ2XjT28 « African, Chilean copper mines growth lift Glencore Xstrata output by 32%”, dans Mining. com. Publié le 11/02/2014. Tiré de: http:// www.mining.com/african-chilean-coppermines-growth-lift-glencore-xstrata-outputby-32-43019/ “2014 forecasts not looking good for copper producers”, dans Mining.com. Publié le 09/02/2014. Tiré de: http://www.mining. com/2014-forecasts-not-looking-good-forcopper-producers-45637/

31


PÉTROLE ET RESSOURCES NATURELLES Majors : entre investissements et rendements Lucas Picci Étudiant à la maitrise en génie industriel (17/02/2014) Les investissements en exploration-production des majors ont explosé au cours des dernières années,

L’envolée de ces investissements s’explique notamment par les coûts mirobolants et parfois incontrôlés de certains projets. Par exemple,

mais les derniers résultats des majors restent aujourd’hui en berne. Le temps est venu pour ces entreprises de reconsidérer certaines stratégies.

le projet d’exploitation du gisement Kashagan au Kazakhstan (dans lequel sont impliquées plusieurs des majors) a vu ses coûts exploser : d’un budget initialement chiffré à 10 G$, ils arrivent aujourd’hui au montant astronomique de 50 G$. Malheureusement, ce projet n’est pas le seul dans ce cas de figure : les budgets d’autres programmes d’envergure ont eux aussi été dépassés, faisant baisser la rentabilité des projets.

Au cours des dix dernières années, les investissements en exploration-production ont quadruplé pour atteindre près de 700 G$ en 2013. Trop faibles au début des années 2000, les investissements dans le secteur de l’exploration-production -le moteur de ces firmes pétrolières- ont commencé à augmenter de manière importante au cours des années 2006 et 2007. Ces hausses importantes s’expliquent par l’accroissement de la complexité technologique des projets. Avec un pétrole toujours plus difficile à extraire, les défis que doivent relever les équipes d’ingénierie des compagnies pétrolières sont de taille. Entre forage en eaux profondes, exploitation dans des zones reculées, les challenges sont aussi bien technologiques que logistiques. La production de brut des gisements historiques des pétrolières s’épuisent peu à peu et les nouveaux projets son bien plus couteux, puisqu’ils concernent un pétrole bien moins accessible.

Tout ceci explique que les derniers résultats présentés par Shell, ExxonMobil, Chevron, Total ou encore BP sont décevants et les investisseurs commencent à s’impatienter. En effet, ils considèrent que ces investissements considérables n’apportent pas les rentabilités escomptées. Les firmes pétrolières de leur côté appellent à la patience, rappelant qu’il s’agit d’investissements à long terme. Face à ce marasme, les entreprises se sont engagées à diminuer leurs investissements et ont pour la plupart annoncé une augmentation des dividendes versés aux actionnaires. Par ailleurs, elles désirent à l’avenir s’imposer davantage de rigueur financière, notamment en effectuant une meilleure sélection de leurs


projets. Alors que la production actuelle est déjà en déclin pour la plupart des majors, l’abaissement de ces financements ne risque-t-il pas de compromettre la viabilité à long terme des réserves de brut ? L’avenir nous le dira.

Bibliographie : «Suncor hausse son dividende de 15%», dans «Pétrole : ces projets géants qui partent à la dérive», dans Les Echos. Publié le 10/02/2014. Tiré de : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/ energie-environnement/actu/0203301317934petrole-ces-projets-geants-qui-partent-a-laderive-649102.php «Pétrole : les majors réduisent leurs dépenses», dans Les Echos. Publié le 12/02/2014. Tiré de : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/ energie-environnement/actu/0203312276189petrole-les-majors-reduisent-leursdepenses-649941.php

33


PÉTROLE ET RESSOURCES NATURELLES Québec donne enfin son feu vert Alexandre Jumelle-Kouakou Finissant en génie civil (17/02/2014) Quelques semaines après le manifeste du 8 Janvier prônant l’exploitation du pétrole au Québec (cf. Note sectorielle

Saint-Laurent.

du 13 Janvier), le gouvernement québécois investit 115 M$ dans deux programmes, pour de possibles retombées de 45 G$ sur 30 ans sur l’île d’Anticosti. De quoi faire bénéficier quatre compagnies présentes dans la zone : Junex, Pétrolia, Corridor Ressources ainsi que la multinationale française Maurel & Prom.

multinationale française Maurel & Prom implique l’investissement de 100 millions de dollars dont 57 investis par le Trésor public qui détiendra une participation de 35%.

Le débat relancé par le manifeste du 8 janvier a sans doute permis au gouvernement québécois d’analyser le sujet plus en profondeur, menant ainsi à l’annonce faite par la première ministre

La première entente entre Ressources Québec, Pétrolia, Corridor Ressources ainsi que la

La seconde entente a également été signée avec Junex ainsi qu’un exploitant qui n’a pas encore été choisi. Les détails de cette entente n’ont pas encore été négociées, cependant, il s’agirait d’un programme d’exploration de 90 millions de dollars, dont la moitié serait investi par le gouvernement; ce qui lui permettrait d’obtenir une participation de 40%. En se basant sur un prix de 100$ le baril pour le pétrole sur les marchés internationaux, le gouvernement québécois s’attend à recevoir un total de 45 G$ de redevances, d’impôts et des profits sur 30 ans. En contrôlant près de 50% des permis sur l’île d’Anticosti et obtenant 60% des bénéfices liés à l’exploitation pétrolière, le gouvernement péquiste vise l’indépendance énergétique. En effet, l’importation de pétrole étranger a un coût de 14 milliards $ par année pour la province.

Le gouvernement ougandais signe un accord avec des compagnies pétrolières étrangères afin de lancer la production de pétrole brut dans le pays. Pauline Marois ce jeudi 13 février. Cette annonce porte sur deux ententes sur des programmes d’explorations sur l’île d’Anticosti afin de confirmer l’éventuelle présence de 46 milliards de barils d’or noir dans cette île du

Côté boursier, les graphiques suivants explicitent


les rendements suites à cette annonce.

Bibliographie : «Québec investit 115 M$ pour l’exploration pétrolière sur Anticosti», dans Les Affaires. Publié le 13/02/2014. Tiré de : http:// www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/ ressources-naturelles/quebec-investit115-m-pour-l-exploration-petroliere-suranticosti/566322

35


MANUFACTURIER ET SERVICES L’UAW déclenche une tempête médiatique Matthieu De Nadai Étudiant à la maitrise en génie industriel (17/02/2014) Depuis peu, une usine de voitures de l’allemand Volkswagen, située au Tennessee, s’est retrouvée au cœur

une levée de bouclier par les politiciens locaux, notamment Bob Corker, sénateur républicain, ancien maire de Chattanooga. Ce dernier est

d’une tourmente médiatique lorsque the United Auto Workers (UAW), un syndicat, a voulu s’implanter auprès des travailleurs de l’usine de Chattanooga.

également soutenu par le gouverneur de l’état, Bill Haslam, déclarant que l’implantation du syndicat dans l’état en dégraderait la réputation de «business friendliness».

Les syndicats sont puissants aux États-Unis, mais ils sont toutefois plus implantés au Nord qu’au Sud, les régions sudistes étant en général opposées à ceux-ci. C’est cette réalité historique qui a été ravivée par Bob King, actuel président de l’UAW, quand il est parvenu à ouvrir le dialogue sur l’entrée du syndicat dans l’usine auprès de Volkswagen, aidé en cela par la pression de l’union allemand IG Metall. Le syndicat est même parvenu à la mise en place d’un vote auprès des 1500 ouvriers de l’usine. En cas de victoire, l’usine serait devenue la première usine d’un constructeur étranger à accueillir un syndicat américain dans ses murs.

Il s’en est alors suivi une bataille médiatique à travers tous les médiats disponibles, journaux, affiches, internet. Les détracteurs liant le syndicat à la chute de Détroit, annonçant que l’entrée de ce dernier signerait la fin de leurs emplois et laissant entendre que la victoire du syndicat risquerait de faire échapper à l’usine l’opportunité de la construction d’un nouveau modèle au profit du Mexique. La campagne de communication des républicains était à tel point véhémente que même Barack Obama s’est exprimé sur le sujet vendredi en disant que les Républicains étaient plus concernés par les actionnaires allemands que les travailleurs américains. Le vote fut clos vendredi, le résultat est le rejet du syndicat à 712 voix contre 626.

Il est important de noter que l’UAW est en perte de vitesse, il a été fortement ébranlé par la chute de Detroit. Cette occasion, en plus d’être un précédent historique, pourra galvaniser le syndicat qui a perdu 75% de ses membres depuis 1979. L’annonce d’un tel vote, qui s’est déroulé entre mercredi 12 et vendredi 14 février, a suscité

Bibliographie : «Union Foes Tie Chattanooga Volkswagen Vote to Detroit Woe», dans Bloomberg. Publié le 14/02/2014. Tiré de :


http://www.bloomberg.com/news/2014-02-14/ union-foes-tie-chattanooga-volkswagen-voteto-detroit-woe.html «Union recognition would benefit VW US plant, leader says», dans The Financial Times. Publié le 11/02/2014. Tiré de : http://www.ft.com/intl/cms/s/0/140995e29 2 7 f - 11 e 3 - 8 0 1 8 - 0 0 1 4 4 f e a b 7 d e . html?siteedition=intl#axzz2tJ4JqFmI «Loss at Volkswagen plant upends union’s plan for U.S. South», dans Reuters. Publié le 12/02/2014. Tiré de : http://www.reuters.com/article/2014/02/15/ autos-vw-election-idUSL2N0LJ17N20140215

37


MANUFACTURIER ET SERVICES Profitabilité à risque pour les épiciers canadiens Marie-Pier Dufort Finissante en génie industriel (13/02/2014) Dans une étude réalisée par BMO marchés financiers, l’auteur Peter Sklar a annoncé que la profitabilité des épiceries

le moins cher est présentement détenu par Walmart, suivi de près par Maxi. Ainsi, puisque les marges de profits traditionnelles des

canadiennes est à risque et que le bénéfice par action de celles-ci pourrait chuter de 20-30 % d’ici la fin 2015. Plusieurs facteurs expliquent cette nouvelle, soit l’expansion de la compétition, la faiblesse du dollar canadien et l’offre surabondante vis-à-vis de la demande. Les prédictions de cette étude visent les épiceries canadiennes Loblaw (Provigo, Maxi et Loblaw), Metro (Super C, Metro, Food Basics) ainsi que le groupe Empire (Provigo, Sobeys, Safeway) .

épiciers canadiens se situent entre 6.9 et 9 %, leur compétitivité est fortement à risque en comparaison aux épiceries américaines avec une marge de profit typiquement autour de 5 %. Métro, Loblaws et autres se doivent donc de diminuer leurs prix afin de demeurer compétitifs, dans un marché où le prix est critique dans la décision du consommateur.

En effet, il faut comprendre que les épiceries traditionnelles canadiennes ont beaucoup souffert de l’arrivée de supercentres détenus par Target, Walmart et Costco. Puisque ces compagnies américaines désirent s’implanter rapidement au Canada, l’expansion en sol canadien de ces supercentres se chiffre à un taux annuel de 3 % en pieds carrés. Afin de répondre à la compétition, Metro et autres font de même en ajoutant des épiceries à un taux annuel de 1-2 %. Or, la croissance de la population augmente seulement de 1 % chaque année, ce qui crée une offre surabondante pour la demande réelle des consommateurs. De plus, en ce moment, le titre de panier d’épicerie

D’une autre part, la faiblesse du dollar canadien touche énormément les commerçants canadiens, forcés de réaliser certains achats en dollars américains. En raison de l’importation de produits plus exotiques, Metro a affirmé réaliser jusqu’à 25 % de ses achats en dollars américains. Ce phénomène fait en sorte que la profitabilité de ces épiceries est davantage amoindrie pour tenir tête aux géants américains. Ainsi, en tenant compte de la diversification des actifs détenus par ces entreprises canadiennes, Sklar chiffre la diminution du cours de l’action de Métro à 30 %, Empire -39 % et Loblaw -24 %. Ces résultats sont donc bien inquiétants pour le futur de ces entreprises qui devraient envisager de réaliser des acquisitions ou entrées de marché stratégiques afin de rester compétitives.


Bibliographie : «La rentabilité des épiciers est en péril», dans La Presse Affaires. Publié le 13/02/2014. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/ commerce-de-detail/201402/13/01-4738383la-rentabilite-des-epiciers-est-en-peril. php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_ c o n t e n u i n t e r n e = l a p r e s s e a ff a i r e s _ L A 5 _ nouvelles_98718_accueil_POS7 «Canada’s grocery giants faces prospect of eroding margins that could lead to double-digit stock declines, report says», dans Financial Post. Publié le 13/02/2014. Tiré de : http://business.financialpost.com/2014/02/12/ canadas-grocery-giants-face-prospect-oferoding-margins-that-could-lead-to-doubledigit-stock-declines-report-says/

39


MANUFACTURIER ET SERVICES Nestlé relâche son emprise sur L’Oréal Marie-Pier Dufort Finissante en génie industriel (15/02/2014) Suite à la spéculation importante des derniers mois, la semaine dernière a donné lieu à des nouveaux développements

stagné. Cette dernière désire d’ailleurs investir dans un nouveau marché en relation à la santé, afin de toucher près d’un milliard de nouveaux

à propos de l’entente de Nestlé et L’Oréal. En effet, comme mentionné dans une note sectorielle précédente, Nestlé détient depuis 1974 une part importante de l’entreprise, soit près de 32 %.

clients.

Ce partenariat avait eu lieu afin de prévenir la nationalisation de la compagnie française dans les années 1970. Or cette semaine, Nestlé a annoncé qu’elle était prête à laisser partir 8 % de ses parts, selon les désirs de ses investisseurs. Elle renonce aussi à un siège sur trois qu’elle détenait sur le conseil d’administration de l’entreprise de cosmétiques française. Ainsi, L’Oréal réalisera le rachat de ses parts pour un montant de 9 G$, en finançant le rachat en argent et parts dans la compagnie Galderma, dont elle est copropriétaire avec Nestlé. Depuis 2011, les investisseurs demandent la vente des parts de L’Oréal, afin d’utiliser ces montants pour payer des dividendes ou financer des rachats d’actions. Or, par une entente en vigueur depuis 1974, Nestlé n’avait pas le droit de se départir de ses parts de L’Oréal avant 2014. L’annonce de cette nouvelle arrive à un moment critique pour Nestlé, suite à l’annonce du résultat du dernier trimestre où les ventes de Nestlé ont

Déjà détenteur de la majorité des actions de L’Oréal, la part de la famille Bettencourt passera de 30.6 % à 33.1 %. Le pourcentage de 8 % revendu par Nestlé a été choisi de manière stratégique, afin que la part de la famille Bettencourt ne dépasse pas le pourcentage historique de 33.3 %. En effet, afin de détenir davantage d’actions, la famille devrait réaliser une offre supplémentaire pour posséder une part encore plus importante.

Bibliographie : «Nestlé’s 40 years with L’Oréal said to turn on investor demand», dans Bloomberg. Publié le 15/02/2014. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2014-02-13/ nestle-s-40-years-with-l-oreal-said-to-turn-oninvestor-demand.html «L’Oréal to buy 8% of its shares from Nestlé», dans Globe & Mail. Publié le 11/02/2014. Tiré de : http://www.theglobeandmail.com/report-onbusiness/international-business/europeanbusiness/loreal-to-buy-8-per-cent-of-its-shares-


from-nestle/article16794549/

41


TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION Rakuten achète Viber pour 900M$ Arthur Claire Étudiant à la maitrise en génie industriel (14/02/2014)Le géant japonais de l’ecommerce Rakuten Inc. (4755) a annoncé le jour de la Saint Valentin, son « mariage »

Naver Corp. (035420) et le service WeChat de Tencent Holdings Ltd. (700).

avec Viber Media pour la somme de 900M$.

téléphonie, à l’instar de Twitter (TWTR) n’a pas généré le moindre profit depuis sa création fin 2010, mais ce concurrent de Skype et de WhatsApp affirme gagner, en moyenne, 700 nouveaux utilisateurs par jour, pour atteindre aujourd’hui quelques 300 millions de fidèles. Son modèle d’affaires est basé notamment sur la vente de produits dérivés tels des « stickers », et base son expansion à court terme sur le développement de ses produits en Asie.

Le groupe nippon, qui a simultanément fait état d’un doublement de son bénéfice net continue donc son expansion vers des nouveaux marchés afin d’élargir encore sa palette d’activités. Rakuten a en récemment fait état de plusieurs acquisitions, dont des galeries marchandes, comme PriceMinister en France, ainsi que des prestataires de services comme le canadien Kobo, fabricant de liseuses et gérant de librairies virtuelles. En 2012, Rakuten avait investi 100 millions de dollars dans Pinterest.

Quant à Viber, la société de messagerie et de

Par ailleurs, Viber se démarque de ses concurrents par sa volonté de développer des accords avec les opérateurs téléphoniques traditionnels, très L’ambition de Rakuten est de réticents aux acteurs comme Viber qui devenir « le numéro un mondial lorgne de plus en plus sur leur poule des services Internet ». aux œufs d’or. Notamment, le cabinet d’études Ovum estime que 27 000 milliards de messages ont été envoyés en 2013 par le biais des grandes Selon son PDG et fondateur Hiroshi Mikitani, applications de messagerie gratuite et que cela l’ambition de Rakuten est de devenir « le numéro pourrait plus que doubler en 2014. Ainsi, l’an un mondial des services Internet ». Cette dernier, Viber avait par exemple signé un contrat acquisition va notamment permettre à Rakuten avec l’indonésien Axis, permettant, en échange de concurrence les services correspondants d’un petit abonnement mensuel, une utilisation de ses concurrents, comme le service Line de sans limite des services de Viber.


Rakuten espère donc profiter de la base d’utilisateurs de Viber afin de développer son emprise sur les services Internet.

Bibliographie : «Le groupe Rakuten rachète Viber», dans Le Monde. Publié le 14/02/2014. Tiré de : h t t p : / / w w w. l e m o n d e . f r / t e c h n o l o g i e s / article/2014/02/14/le-groupe-rakuten-racheteviber_4366357_651865.html «Le géant japonais de l’e-commerce Rakuten change de dimension», dans Les Echos. Publié le 14/02/2014. Tiré de : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/ tech-medias/actu/0203317692117-le-geantjaponais-de-l-e-commerce-rakuten-change-dedimension-650648.php «Rakuten to Acquire Viber Internet Messaging App for $900 Million», dans Bloomberg. Publié le 14/02/2014. Tiré de : http://www.bloomberg.com/news/2014-0214/rakuten-to-buy-viber-internet-messagingservice-for-900-million.html

43


TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION Microsoft : 200 millions de licences Windows 8 Ludovic Deumaga Finissant en génie informatique (15/02/2014) Tami Reller, vice-présidente du marketing de Microsoft, a expliqué que la société avait jusqu’à présent, commercialisé

licences en 12 mois. Ce ralentissement peut être imputé à la chute du marché des PC au courant de l’année dernière, alors que les tablettes et

200 millions de licences de son système Windows 8. Bien qu’impressionnant, le chiffre reste cependant en deçà de celui des versions précédentes, notamment Windows 7.

les appareils mobiles ne cessent de monter en puissance, et de gagner du terrain.

Malgré des premiers avis mitigés, les ventes de Windows 8 avaient plutôt bien démarré. Un mois après sa disponibilité au 26 octobre 2012, le système Windows 8 se targuait même d’enregistrer un taux de croissance plus important que celui de son prédécesseur, Windows 7. À titre de comparaison, alors que Windows 7 s’était écoulé à 60 millions d’exemplaires en deux mois, Microsoft a réussi à faire encore mieux avec Windows 8. La compagnie de Redmond a distribué 40 millions de son nouveau système d’exploitation, un mois après la sortie de ce dernier. En se basant sur ces chiffres, les ventes de Windows 8 étaient à peu de choses près 30% plus importantes que Windows 7. Cependant, les ventes de Windows 8 ont perdu de leur embellie au cours de l’année, les licences s’écoulant finalement écoulées à 200 millions d’exemplaires après 14 mois, lorsque Windows 7 passait la barre des 240 millions de

Il faut noter que Windows 8 a été justement conçu dans le but de conquérir le marché des tablettes dominé par Android et IOS. Alors que les tablettes Windows 8 peinent à décoller, c’est peut être cette forme hybride de Windows 8 qui lui joue un mauvais tour sur le marché des PC. Microsoft entend cependant remédier à ces défauts. En effet, après la première mise à jour Windows 8.1 qui a vu le retour du bouton démarrer, l’entreprise américaine se prépare à déployer la mise à jour Windows 8.1 Update 1 qui saura ravir les adeptes du PC, tout en continuant son expansion sur les tablettes et les machines hybrides.

Bibliographie : «Windows 8 passes 200 million license sales», dans TheVerge. Publié le 13/02/2014. Tiré de : http://www.theverge.com/2014/2/13/5408666/ windows-8-200-million-license-sales «Microsoft : 200 millions de licences Windows 8 commercialisées», dans clubic. Publié le 14/02/2014. Tiré de :


http://www.clubic.com/windows-os/windows-8/ actualite-618888-microsoft-200-licenceswindows-8-commercialisees.html

45


TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION Apple: du soleil pour recharger sa smartwatch Ludovic Deumaga Finissant en génie informatique (15/02/2014) Alors que la concurrence s’intensifie, et après des années sans réelles innovations, Apple a décidé de monter au

et rallonger quelque peu la durée de vie de la batterie. Cette voie ne serait pas nouvelle pour Apple: un ancien cadre dirigeant de l’entreprise,

créneau. L’entreprise dirigée par Tim Cook semble avoir entrepris de s’attaquer à l’un des problèmes majeurs des appareils mobiles connectés : celui des batteries.

cité par le New York Times, explique que des recherches ont déjà été menées depuis plusieurs années pour équiper iPhone, iPod et iPad de capteurs et chargeurs solaires. Sans succès probant jusque-là. Mais la miniaturisation nécessaire des composants pour la montre connectée relance cette piste.

En effet, nous assistons à une course du mobile, que ce soit des téléphones intelligents, ou encore des montres intelligentes. Pour ces types d’appareils, la problématique et la même : il est difficilement possible de terminer une journée entière sans avoir à recharger son appareil. Les constructeurs, conscients de ce problème essaient d’y remédier en augmentant la taille des batteries. Cependant, ce qui est valable pour les téléphones intelligents et les tablettes l’est difficilement pour les montres intelligentes, qui devraient se démocratiser au cours des prochaines années. Il semblait donc indispensable de remédier à ce problème et trouver une parade afin de ne pas obliger l’utilisateur à défaire sa montre du poignet plusieurs fois par jour pour la recharger. L’une des solutions pourrait bien venir de l’énergie solaire. Selon le New York Times, les ingénieurs de Cupertino envisageraient d’intégrer un capteur photovoltaïque à la montre pour profiter des périodes de lumière du jour

Malgré les progrès réalisés par les fabricants de cellules photovoltaïques, il semble compliqué d’imaginer qu’un capteur de quelques cm2 avec une exposition aléatoire puisse apporter un volume d’énergie significatif. Une autre piste repose sur une recharge par induction magnétique, à l’instar de la technologie déjà mise en service sur certains smartphones de la dernière génération Nokia: la proximité d’un appareil de charge suffirait à réalimenter la batterie, sans nécessiter de brancher l’iWatch via un câble. Mais la solution la plus simple et sans doute privilégiée par Apple en ce moment reste le développement d’équipements moins énergivores, afin de préserver au maximum la batterie.


Bibliographie : «Apple’s smartwatch could use solar power and wireless charging: NYT», dans TheVerge. Publié le 02/02/2014. Tiré de : http://www.theverge.com/2014/2/2/5372732/ apple-iwatch-may-use-wireless-charging-orsolar-power «La smartwatch d’Apple alimentée à l’énergie solaire? », dans Bilan.ch. Publié le [14/02/2014]. Tiré de : http://www.bilan.ch/techno-les-plus-de-laredaction/la-smartwatch-dapple-alimenteelenergie-solaire «Apple songerait au soleil pour recharger l’iwatch », dans Itespresso. Publié le [04/02/2014]. Tiré de : http://www.itespresso.fr/apple-songerait-soleilpour-recharger-iwatch-72306.html

47


TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION Le plus grand aéroport du monde sera dubaïote Ludovic Deumaga Finissant en génie informatique L’aéroport Al Maktoum International de Dubaï a inauguré la semaine dernière son premier vol commercial. Prévu pour être

au monde. Grâce à sa position stratégique entre l’Europe, l’Asie et l’Australie, l’émirat devrait dépasser 65 millions de passagers en 2013 et

terminé en 2020, il est appelé à devenir le plus grand aéroport du monde, capable à terme d’accueillir 160 millions de passagers par an. Presque le double du numéro un actuel, le Hartsfield-Jackson à Atlanta avec 95 millions de passagers en 2012.

vise 100 millions en 2020. Il ne fallait pas plus pour lancer un projet pharaonique d’aéroport.

Dubaï est un émirat des Émirats-Arabes-Unis, dont la capitale porte le même nom. Entré de plein fouet dans la modernité au milieu du XXème siècle, l’émirat a connu une évolution fulgurante et a encore aujourd’hui des projets à l’envergure de ses ambitions. Dubaï possède de plus une position géographique stratégique qui fait de cet émirat du golfe, placé entre l’Europe, l’Afrique et l’Asie, un haut lieu des échanges internationaux, aussi bien commerciaux que touristiques. Il est aujourd’hui la première destination du MoyenOrient et 7e la plus visitée au monde, avec 10 millions de visiteurs par an. Al Maktoum International vient ainsi compléter la capacité du premier aéroport dubaïote, Dubaï International, qui avec ses plus de 57 millions de passagers en 2012 arrivera bientôt à saturation. Celui-ci est aussi le hub d’Emirates, la compagnie aérienne qui est devenue en une vingtaine d’années parmi les dix plus grandes

Le nouvel aéroport est situé à une cinquantaine de kilomètres au sud du centre de la ville de Dubaï, à mi-chemin entre la ville de Dubaï et Abu Dhabi (la capitale des Émirats Arabes Unis). Le premier atterrissage de la compagnie à bas coûts hollandaise, Wizz Air, a été le point fort de la cérémonie d’ouverture officielle. Ouvert en 2010 pour le fret, l’aéroport Al Maktoum International de Dubaï accueille déjà 36 compagnies aériennes de transport de marchandises. Ce projet fait partie d’une immense structure, le «Dubai World Central», qui s’étendra sur 140 km² devrait inclure rien de moins qu’une cité logistique, un pôle de l’aviation, une zone commerciale et résidentielle et une cité du golf. Initialement prévue pour 2017, la livraison du mégaprojet a été il y a quelques mois retardée de plusieurs années, à cause de la crise financière. Attendue pour 2027, le coût total de la structure devrait avoisiner les 32 G$. Mais cette nouvelle médiatisée fait aussi partie d’un plan stratégie de Dubaï, qui a multiplié les annonces sur des projets de construction


grandioses. En effet, ce candidat pour l’organisation de l’Exposition universelle en 2020 cherche à mettre an avant sa capacité d’accueil et ses ambitions sans limites. En lice avec le Brésil (Sao Paulo), la Thaïlande (Ayutthaya), la Turquie (Izmir), et la Russie (Ekaterinburg), le verdict devra être officialisé le 27 novembre.

Bibliographie : «Ouverture du deuxième aéroport de Dubaï», dans Bloomberg. Publié le 27/10/2013. Tiré de : http://affaires.lapresse.ca/economie/ transports/201310/27/01-4704191-ouverturedu-deuxieme-aeroport-de-dubai.php «World’s latest mega-airport finally opens to passengers», dans CNN.com. Publié le 28/10/2013. Tiré de : http://www.cnn. com/2013/10/28/travel/dubai-new-airport/ «Dubaï ouvre son nouvel aéroport, conçu pour être le plus grand du monde», dans France24. Publié le 28/10/2013. Tiré de : http://www. france24.com/fr/20131028-dubai-al-maktoumaeroport-international-record

49


Le comitĂŠ


Aérospatiale et Défense Caroline DIETRICH, étudiante à la maitrise en génie industriel David ST-JACQUES, finissant en génie mécanique

Biotechnologie et Pharmaceutiques Julie CHARRON-LATOUR, étudiante à la maitrise en génie industriel François MARCOUX, finissant en génie biomédical

Énergie et Environnement Ivan BELTRAN, étudiant à la maitrise en génie industriel Benoit THIBAULT, finissant en génie civil Ilias TIHANI, finissant en génie industriel

Manufacturier et Services : Matthieu DE NADAI, étudiant à la maitrise en génie industriel Marie-Pier DUFORT, finissante en génie industriel

Matériaux et Construction Yahya DIALLO, finissant en génie civil Léa FAGGIO, étudiante à la maitrise en génie civil

Minier Camille MATTE, finissante en génie industriel Guillaume VERGNE, étudiant à la maitrise en génie industriel

Pétrole et Ressources Naturelles Isabelle FOTSING, étudiante au doctorat en génie des matériaux Alexandre JUMELLE-KOUAKOU, finissant en génie civil Lucas PICCI, étudiant à la maitrise en génie industriel

Technologie de l’Information Arthur CLAIRE, étudiant à la maitrise en génie industriel Ludovic DEUMAGA, finissant en génie informatique


Pour nous joindre Adresse postale PolyFinances Case postale 6079, succursale Centre-ville MontrĂŠal, QuĂŠbec, H3C 3A7

Courriel info@polyfinances.ca

Site web www.polyfinances.ca

Coordonnateur Ivan Beltran Santillan Francisco ivan.beltran@polymtl.ca

PolyFinances - Note Sectorielles - Semaine du 17 février 2014  

Note sectorielle du comité de PolyFinances de la semaine du 17 février 2014

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you