Issuu on Google+

Artisan/artisane en conservation du patrimoine culturel b창ti Une formation aux belles perspectives

www.artisanenc.ch


Profil professionnel

Précieux patrimoine culturel La Suisse possède un riche trésor d’édifices de valeur historique. Parmi ces importants témoins de l’histoire comptent de célèbres monuments publics tels que des châteaux, des églises, des ponts, des places et des parcs, mais aussi des maisons d’habitation privées, leurs intérieurs et leurs jardins. Ces précieux biens culturels doivent être entretenus soigneusement et individuellement. A la différence des travaux sur des bâtiments modernes, où le travail sur de grandes surfaces et l’emploi de machines assurent rapidité et précision, les ouvrages anciens exigent un savoirfaire spécifique et une connaissance des outils d’autrefois et des matériaux traditionnels. Afin que ce savoir ne disparaisse pas et que les propriétaires d’édifices de valeur historique puissent avoir recours à des spécialistes compétents en cas de travaux, il existe désormais la formation d’artisan/artisane en conservation du patrimoine culturel bâti. Elle s’adresse aux professionnels de différents métiers du bâtiment, et débouche sur un brevet fédéral.

Le doigté des spécialistes Les artisanes et artisans en conservation du patrimoine culturel bâti sont spécialisés dans les techniques traditionnelles de leur métier de base. Ils sont sollicités pour les travaux sur des édifices historiques. Leur travail est exigeant et extrêmement varié, car chaque ouvrage leur pose de nouveaux défis. Leur activité sur un bâtiment classé monument historique commence en général par des recherches sur la réalisation et le contexte de ce dernier. Ils examinent la composition et l’état des matériaux d’origine avant de développer des solutions artisanales dans le respect de l’histoire antérieure de l’édifice. Souvent, il ne s’agit pas seulement de conserver avec soin l’ancienne substance, mais aussi de marier avec doigté l’artisanat traditionnel et les éléments modernes. Par exemple si un bâtiment doit être agrandi ou changer d’affectation. Ils coopèrent étroitement avec les experts des monuments historiques, de l’architecture, de la conservation et de la restauration, ainsi qu’avec les autres corps de métiers. En outre, avec leurs connaissances professionnelles, ils sont les ambassadeurs des techniques artisanales traditionnelles et du paysage culturel vivant de la Suisse.

Modelage d’un ornement. Photo : L. Fleischer

Charpente du toit de l’église des Jésuites à Lucerne.

Conservation du patrimoine culturel bâti


Groupe cible et bénéfice

Formation

Des aptitudes recherchées

Pratique et modulaire

Le brevet fédéral d’artisane/artisan en conservation du patrimoine culturel bâti s’adresse aux professionnels ambitieux de différents métiers du bâtiment qui s’intéressent aux ouvrages de valeur historique. Cette qualification supplémentaire leur permet de développer leurs connaissances dans un domaine d’activité attrayant et d’exécuter des travaux passionnants. En tant que spécialistes dans une entreprise artisanale ou à leur propre compte, ils jouissent d’excellentes perspectives professionnelles. Car les entreprises avec un personnel ainsi qualifié ont un avantage compétitif évident.

Cette formation en emploi se compose de plusieurs modules et est fortement axée sur l’activité pratique. Les participants choisissent l’une de huit filières ( voir au dos ) et terminent leur formation avec l’examen professionnel pour le brevet fédéral d’artisan/artisane en conservation du patrimoine culturel bâti.

Grâce à ce cours, les participants savent dans leur métier spécifique : • examiner et classifier correctement les monuments historiques, • concevoir des solutions dans le respect du style original et s’accorder avec les autres spécialistes, • exécuter et documenter des travaux de haut niveau sur les édifices avec des techniques, des outils et des matériaux traditionnels. Examen professionnel dans le système de la formation professionnelle Examen professionnel supérieur Ecole supérieure

Haute école spécialisée

Examen professionnel

GRANDS THèMES • Histoire de l’art et architecture • Analyse du bâtiment ( y compris physique et chimie du bâtiment ) • Technique de construction ( y compris communication et documentation ) • Savoir-faire artisanal ( selon la filière ) EXIGENCES Sont admises à l’examen professionnel les personnes : • avec apprentissage accompli ( certificat fédéral de capacité ) dans un métier de la filière choisie, plus deux ans d’expérience professionnelle, dont au moins un an dans le domaine des édifices de valeur historique ; • avec six ans d’expérience professionnelle dans un métier de la filière choisie, dont au moins un an dans le domaine des édifices de valeur historique. DATES ET DURÉE Le cours commence au printemps ou en automne 2012 ( selon la filière ) et dure deux ans. TEMPS NÉCESSAIRE Il faut compter sur 600 à 700 heures : 400 à 600 heures de cours, et 100 à 200 heures de travail autonome chez soi.

EPS

Apprentissage


Filières

Peinture Dans la peinture, les matériaux traditionnels tels que le badigeon à la chaux, la peinture chaux-caséine et la peinture à la colle ainsi que les modes d’application historiques ont été évincés par des produits industriels d’utilisation aisée. Ce sont ces matériaux et ces techniques que les peintres travaillant sur des monuments historiques doivent réapprendre à appliquer, en tenant compte de facteurs tels que la physique du bâtiment ou les matériaux du support.

Jardins du château de Meggenhorn. Photo : K. Paro

Horticulture Les artisans et artisanes en horticulture dans la conservation du patrimoine veillent à ce que les jardins et espaces verts d’édifices de valeur historique constituent une unité avec les bâtiments, les chemins et les murailles. Ils déterminent l’idée de la conception initiale et savent quelles plantes et formes décoratives s’y associent. Ils remettent en état d’anciens jardins négligés, cultivent les plantes traditionnelles correspondantes et entretiennent les espaces verts.

Construction en bois Le bois est utilisé depuis des millénaires comme matériau de construction. Dans le domaine de la conservation du patrimoine, les menuisiers évaluent l’état de colombages, de charpentes et d’autres constructions en bois. Ils élaborent des variantes pour la réparation, la conservation et le renouvellement de structures porteuses. Ils travaillent sur les anciens ouvrages de bois tant avec des outils traditionnels tels que la scie à deux mains ou le rabot manuel qu’avec des machines modernes comme la scie à chaîne.

Assainissement du colombage d’une ancienne maison paysanne à Hettlingen. Photo : U. Fritschi

Maçonnerie/enduit

Dans les anciens ouvrages de maçonnerie, les spécialistes détectent les assises et les parpaings, en vérifient l’état et en tiennent compte pour leurs interventions, afin de ne pas nuire à la statique. En cas de besoin, ils éliminent les joints défectueux et les comblent ou les calent. En outre, ils protègent la maçonnerie par des procédés traditionnels tels que l’enduit absorbant.


Pavage/murs en pierre sèche Les outils et méthodes des paveuses et paveurs n’ont guère changé au fil des siècles passés. Malgré cela, le travail sur des sites historiques exige de ces professionnels des connaissances particulières. Ils analysent les pavages des rues, des places ou des cours intérieures, puis sélectionnent les matériaux et les modes de pose qui correspondent au caractère des vieilles pierres et des alentours. Souvent, il s’agit de dégager et de remplacer des pierres ou des segments individuels seulement, par un minutieux travail manuel.

Fabrication d’une fenêtre historique. Photo : Schreinerei Meier AG

Meubles/menuiserie Dans la filière meubles et menuiserie, les artisanes et artisans réparent et complètent des lambris, des boiseries, des portes, des balustrades et des meubles dans des édifices historiques. Ils évaluent le mode de construction et les matériaux des ouvrages, et en reconnaissent la fonction et le style. Ils les réparent et les complètent dans le respect du détail au moyen de procédés traditionnels. Cela comprend également les traitements de surface, tels que le polissage à la gomme-laque.

Stucs L’art de la stucature est une technique importante pour l’aménagement d’intérieurs et de façades. Dans la conservation du patrimoine, les plâtrières et plâtriers examinent les décorations historiques, préparent des mortiers et des enduits fins selon des formules traditionnelles pour réparer ou compléter les décorations des murs et plafonds. Ils maîtrisent les techniques de la structuration d’enduits historiques, de la construction de base au support de l’enduit et à la couche de surface. Le sgraffite et d’autres techniques décoratives artisanales viennent compléter leur expertise.

Pavage décoratif devant l’abbaye de Fischingen. Photo : A. Högger

Pierre naturelle Dans la filière pierre naturelle, les artisanes et artisans assainissent et complètent des murs, des éléments structurants de façades, des ornements et des panneaux de façade d’édifices historiques tels que des églises, des abbayes, des hôtels particuliers et des villas. Lorsque la réparation n’est plus possible, ils créent de nouveaux éléments et les intègrent aux ouvrages existants.


Organismes participants

Une base solide Cette formation a suscité un vif intérêt parmi nombre d’associations et d’entreprises dans le domaine des monuments historiques. Les 15 organismes ci-après participent au nouvel examen professionnel : • Groupe de travail protection du patrimoine • Société suisse des entrepreneurs de la région de Zurich-Schaffhouse • Association suisse des entreprises de construction en bois • Conseil international des monuments et des sites, section nationale suisse • Jardin Suisse • Conférence suisse des conservatrices et conservateurs des monuments • Centre de formation Ballenberg • Centre national d’information pour la conservation des biens culturels • Fédération suisse de la pierre naturelle • Association suisse des entreprises en plâtrerie-peinture • Association suisse de conservation et restauration • Producteurs suisses de pierres naturelles • Fédération suisse des maîtres tailleurs de pierre et marbriers • Fédération suisse des maîtres paveurs • Association suisse des maîtres-menuisiers et fabricants de meubles Le cours bénéficie du soutien financier de l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie et de la Fondation pour l’encouragement de la conservation du patrimoine. PRÉINSCRIPTION DÈS MAINTENANT Le site Internet des organismes participants fournit des renseignements complémentaires sur le cours. Les personnes intéressées peuvent s’enregistrer en ligne dès à présent afin de recevoir le moment venu l’annonce définitive du cours avec les contenus, les dates et les sites concrets. www.artisanenc.ch


Artisan/artisane en conservation du patrimoine culturel bâti