Page 1

PK52_N31_COUV_Casino.indd 1

17/07/12 21:22


PK52_N31_COUV_Casino.indd 2

17/07/12 21:22


PK52_N31_Commun1.indd 1

19/07/12 21:32


PK52_N31_Commun1.indd 2

19/07/12 21:32


PK52_N31_Commun1.indd 3

19/07/12 21:32


PK52_N31_Commun1.indd 4

19/07/12 21:32


PK52_N31_Commun1.indd 5

19/07/12 21:32


PK52_N31_Commun1.indd 6

19/07/12 21:33


PK52_N31_Commun1.indd 7

19/07/12 21:33


PK52_N31_Commun1.indd 8

19/07/12 21:33


ÉDITO

Un rêve éveillé pour Gaëlle Baumann et un deep run de toute beauté

Chers lecteurs, Jusqu’au bout, les World Series nous auront fait vibrer et passer des nuits blanches à suivre l’incroyable destin de Gaëlle Baumann, arrivée aux portes de la finale du plus beau tournoi au monde. Un rêve éveillé pour la dernière recrue du Team W, et un deep run de toute beauté à la tête d’un clan français qui a défendu ses chances tout au long de cette compétition. Si les bracelets n’ont pas été aussi nombreux que lors de l’édition précédente (seul Aubin Cazals, en début des WSOP, aura connu ce moment de gloire), la magie des World Series aura une fois de plus fonctionné, avec notamment la magnifique victoire de Michael Mizrachi lors du Players Championship à 50 000 $, deux ans après son bracelet dans ce même tournoi star. Le champion américain se livre d’ailleurs en exclusivité à Poker52, depuis la salle très privée de la Bobby’s Room du Bellagio, et raconte ses déboires et les coups de gamble fous de ces dernières années… Une vie en montagnes russes qui a forgé ce champion toutes catégories et lui permet de jouer aux tables les plus chères du monde en étant totalement détaché des enjeux. Le mois qui suit la fin des World Series est le rare moment de pause offert aux joueurs pros afin de se ressourcer avant une rentrée très chargée et se remettre en cause après une absence de résultats. Si la saison EPT redémarre dès mi-août à Barcelone, comme c’était le cas lors des premières éditions, le mois de septembre est un véritable marathon de grands événements, avec la finale du PPT, le WPT Grand Prix de Paris et les WSOP-Europe à Cannes. Une période où des destins peuvent se construire, des fortunes se faire ou se défaire, des vedettes se révéler au grand jour. La saison 2012-2013 s’annonce plus que jamais passionnante…

Téléchargez l’application sur App Store

PK52_N31_Commun1.indd 9

19/07/12 21:33


PK52_N31_Commun1.indd 10

19/07/12 21:33


PK52_N31_Commun1.indd 11

19/07/12 21:33


PK52_N31_Commun1.indd 12

19/07/12 21:33


Sommaire 16

ActuAlités

28

rencontre online

34

rePortAGes

34 Journal des WsoP

50 WsoP 2012

58 WPt national series

& AcFPoker tour Mazagan

62 AcF summer series 2012

64 FPs Gujan-Mestras

66

chroniques

66 isabelle Mercier

68 la team PMu au quotidien

Gabriel nassif, serial-perfeur aux WsoP

106 clAsseMents henDonMoB 114 AGenDA - tournois 116 tournois réGuliers online

événeMents online

74

28

50

34

>>> exclusivement en kioSque rencontre

74 Michael Mizrachi

champion parmi les champions

chroniques 82 Fabrice soulier

Des WsoP à oublier

84 Pedro canali

soyez déjà à la river quand votre adversaire est encore au flop !

86 Kara scott

souvenirs des World series

88 Doyle Brunson

« la route du succès est toujours en construction »

technique 90 Jouer short stack

par thibaud Guenegou

92 le temps de la décision par Davidi Kitai

94 limiter la variance en Mtt Plo par elie Payan

96 De retour sur unibet.fr par Basile Yaïche

strAtéGie

98 les phases intermédiaire et tardive d’un Mtt par Pokerstrategy

PK52_N31_Commun1.indd 13

19/07/12 21:33


PK52_N31_Commun1.indd 14

19/07/12 21:33


PK52_N31_Commun1.indd 15

19/07/12 21:33


acTualITÉS // marOc

LE TANGER POKER FESTIVAL CLÔT LE MOIS D’AOÛT

Le casino de Tanger, mondialement connu pour son accueil et l’excellence de son resort, géré par la chaîne d’hôtellerie de luxe Mövenpick, organise du 22 au 16 août le Tanger Poker Festival, sous le parrainage d’Omar Karib. Le Main Event à 7 700 Dhs dispose d’un prizepool garanti d’un million de dirhams et vous pouvez profiter d’un package buy-in + hôtel à seulement 10 500 Dhs (soit 950 €). En parallèle, des tables de cash-game devraient régaler les amateurs du genre, 24h/24. • Mercredi 22 août à 17 heures, Satellite Day 1A - 800 Dhs - 4 000 jetons - re-buy illimité à 400 Dhs + add-on double - 20 min. • Mercredi 22 août à 21 h 30, Side Event 1 - 1 500 Dhs - 5 000 jetons - freezeout - 20 min.

• Jeudi 23 août à 17 heures, Day 1A - 7 700 Dh - 35 000 jetons - reload - 45 min. • Jeudi 23 août à 21 h 30, Satellite Day 1B - 800 Dh - 4 000 jetons - re-buy illimité à 400 Dhs + add-on double - 20 min. • Vendredi 24 août à 17 heures, Day 1B - 7 700 Dh - 35 000 jetons - reload - 45 min. • Samedi 25 août à 16 heures, Day 2 - re-entry - 60 min. • Samedi 25 août à 21 h 30, Side Event 2 - 3 300 Dhs - 10 000 jetons - re-entry - 30 min. • Dimanche 25 août à 16 heures, Final Main Event - 60 mn. Packages : buy-in + hôtel : 10 500 Dhs (950 €) Cash-game 24h/24

// eSpaGNe

l’eurOpeaN pOKer TOur REDÉMARRE À barcelONe C’était une institution des premières saisons de l’European Poker Tour ; c’est redevenu une réalité avec cette neuvième saison de l’EPT qui lance le début de sa nouvelle édition depuis le Gran Casino Barcelona, à partir du 15 août, avec un Main Event débutant le 19 août (5 000 €). avant cela a lieu l’Estrellas Poker Tour, avec sa finale à 1 000 €. Un Super High-Roller à 50 000 €, reloads illimités, est également organisé en table télévisée à partir du 17 août. Une très bonne nouvelle tant les fields sont importants dans cette région de l’Europe et tant le professionnalisme des équipes du Gran Casino n’est plus à démontrer. Une destination poker et vacances idéale.

16 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 16

19/07/12 21:34


PK52_N31_Commun1.indd 17

19/07/12 21:34


acTualITÉS // buSINeSS

ÇA BOUGE DU CÔTÉ DES OPÉRATEURS FRANÇAIS...

Crise économique ou législation trop sévère sur le jeu en ligne ? Le fait est que le quotidien est difficile pour les rooms du .fr et après la disparition de quelques opérateurs du marché français, la rentrée s’annonce agitée dans le monde du jeu online... Côté fusion, Georges Djen (PokerXTrem.fr) et Matthieu Leboucher (MyPok) ont annoncé leur rapprochement afin de joindre leurs activités de poker en ligne. Les deux rooms indépendantes et très actives tant au niveau du sponsoring que de leurs offres intéressantes pour les

// ONlINe

LES WINAMAX SERIES IV SE DÉROULERONT DU 9 AU 16 SEPTEMBRE Winamax organisera en septembre l’un des grands événements de la rentrée. Du 9 au 17 septembre prochains, la room vous invite à participer aux Winamax Series IV. Avec 2,5 millions d’euros de prizepool garantis (contre 2 millions en avril dernier) et 31 tournois prévus (contre 27 lors de la dernière édition), l’action sera au rendez-vous. Une large variété de tournois sera au programme. On retrouvera ainsi des tournois de No Limit Hold’em (Full Ring, 6-Max, 4-Max, Heads-up) en shootout, re-entry et bounty et du Pot Limit Omaha (6-Max, Heads-up) en freezout et avec re-buy. Les buy-in s’échelonneront entre 10 et 1 000 € – pour le High-Roller. Un Main Event à 150 € aura lieu du 16 au 17 septembre avec un prizepool de 200 000 €.

joueurs, seront ainsi plus fortes ensemble pour affronter des mastodontes comme PokerStars ou Winamax... Côté fermeture, Winga, TranchantPoker et Chilipoker ne seront plus du monde du .fr – les rooms n’avaient jamais trouvé leur place dans ce paysage déjà saturé par une offre très complète, malgré la taxation de l’État. Un temps annoncée comme imminente, l’ouverture d’une room Poker Leaders (fondée par Olivier Douce et Éric Haïk) semble être définitivement remise en cause – la faute à un problème technique qui ne se résoud pas. Forte de sa licence, la room représentée par Bruno «Kool Shen» Lopes et Stéphane albertini ne devrait jamais voir le jour. Dommage, au vu des excellents résultats de ses ambassadeurs... Enfin, une rumeur enfle dans le milieu du poker business : un des très gros acteurs du marché français, fortement présent médiatiquement, pourrait bien être absorbé dans les semaines à venir... À suivre, de très près.

// INSOlITe

LE GRAND MAÎTRE KARPOV AFFRONTE LES HABITANTS DE CIAMANNACCIA

Belle initiative que celle du maire du magnifique village corse de Ciamannaccia, qui a récemment invité le Grand Maître d’échecs Anatoly Karpov, véritable légende du noble jeu, à affronter les joueurs amateurs de la région. Mi-juillet, à l’ombre des oliviers et à l’abri du soleil brûlant, ceux-ci ont pu jouer en simultané, à quarante compétiteurs, contre Karpov ainsi que deux autres Grands Maîtres ukrainiens. Un succès sans précédent, avec pas moins de 116 inscrits pour cette deuxième édition qui en appelle beaucoup d’autres.

18 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 18

19/07/12 21:34


PK52_N31_Commun1.indd 19

19/07/12 21:34


PK52_N31_Commun1.indd 20

19/07/12 21:34


PK52_N31_Commun1.indd 21

19/07/12 21:34


acTualITÉS // baNKrOll

COMBIEN PEUT VOUS COÛTER VOTRE RENTRÉE POKER ? La rentrée poker est plus que jamais encombrée, avec pas moins de quatre events incontournables pour les fans de poker : la finale du PPT au Palm Beach à Cannes du 3 au 9 septembre ; le Rendez-vous à Paris (pendant lequel a lieu le WPT Grand Prix de Paris) à l’Aviation Club de France, du 5 au 20 septembre ; les WSOP-E au casino CannesCroisette, du 20 septembre au 4 octobre ; l’EPT San Remo du 3 au 11 octobre. Poker52 a fait les comptes pour vous, afin que vous abordiez ce mois de poker non-stop avec la bonne bankroll : • Main Event PPT (3 septembre) : 8 500 € avec re-entry • High-roller PPT (7 septembre) : 25 000 € • Omaha Cup (Rendez-vous à Paris, 8 septembre) : 5 000 €

2€

• WPT Grand Prix de Paris (10 septembre) : 7 500 € avec re-entry • High-Roller (Rendez-vous à Paris, 15 septembre) : 15 000 €• WSOP-E #1 (6-Max, 20 septembre) : 2 500 € • WSOP-E #2 (NLHE, 22 septembre) : 1 000 € avec re-entry • WSOP-E #3 (PLO, 24 septembre) : 5 000 € • WSOP-E #4 (Shootout, 25 septembre) : 3 000 € • WSOP-E #5 (Split Format, 26 septembre) : 10 000 € • WSOP-E #6 (PLO 6-Max, 27 septembre) : 1 500 € • WSOP-E #7 (Main Event, 29 septembre) : 10 000 € • Majestic High Roller (WSOP-E, 2 octobre) : 50 000 € • EPT San Remo (3 octobre) : 5 000 € Soit un total (hors re-entry) de… 149 000 € !

C’est le coût de la qualification de Fabrice Humbert sur BarrierePoker.fr au Main Event des WSOP. Il aura transformé cette somme en... 38453$ ! D’autres qualifiés sur la room online ont fini ITM, dont alban Juen (128 384 $), David Debue (38 453 $), Marc Bariller et Maxence Dupont (24 808 $). Rendez-vous sur BarrierePoker.fr pour vivre le même rêve aux WSOP-Europe.

// ÉvÉNemeNT

AFFRONTEZ GUILLAUME DARCOURT À PRAVETS C’est dans le cadre désormais connu de tous de la « Darcourt Room » du casino Pravets qu’aura lieu la septième édition des Pravets Poker Masters. La jolie ville de Bulgarie organise en effet un Main Event à 1 130 €, avec possibilité de re-entry, parrainé par le champion de la Team PMU, ainsi que quatre satellites à 110 € pour s’y qualifier. Une bonne occasion pour découvrir, du 28 août au 2 septembre, ce joyau de l’architecture bulgare et ses alentours propices au dépaysement et au repos. Plus d’infos sur www.casinopravets.bg

22 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 22

19/07/12 21:34


PK52_N31_Commun1.indd 23

19/07/12 21:34


ACTUALITÉS // LIVE

CYRILLE THIBEAU REMPORTE LE PARTOUCHE POKER DEEPSTACK D’AIX-EN-PROVENCE Le Partouche Poker Deepstack d’Aix-en-Provence aura, comme prévu, rencontré un immense succès avec 700 inscriptions. Après une journée, ils n’étaient plus que 353 et seuls 72 d’entre eux allaient pouvoir rentrer dans les places payées. En heads-up, Cyrille Thibeau retrouve Yann Hamon. Chip leader en début de rencontre, Yann va subir une succession de mauvais coups avant que Cyrille ne lui assène le coup final. Cyrille Thibeau remporte ainsi 65 000 €.

CLASSEMENT DE LA TABLE FINALE 1er - Cyrille Thibeau : 65 000 € 2e - Yann Hamon : 40 000 €

3e - Adil El Attaoui : 22 100 €

4e - Patrick Azzouzi : 16 000 € 5e - Jean Rigaux : 12 000 €

6e - Jonathan Maisonneuve : 8 480 € 7e - Patrick Assouline : 6 300 €

8e - Nicolas Moreno : 5 200 €

9e - Yohan « mayo69 » Hanys : 4 600 €

// QUALIFICATION

REMPORTEZ VOTRE PACKAGE POUR L’EPT DEAUVILLE AVEC LES HEADS-UP MASTERS DE POKERSTARS.FR

Du 16 au 20 septembre prochains, PokerStars.fr organisera les Heads-Up Masters, la plus grande compétition de poker heads-up online. Une première édition qui s’annonce particulièrement relevée avec la présence de 28 des meilleurs

PK52_N31_Commun1.indd 24

joueurs français (Bertrand « ElkY » Grospellier, Gabriel « yellowhat » Nassif, Arnaud « FrenchKissFR » Mattern…). Le buy-in sera de 1 000 € et la compétition dotée d’un prizepool de 32 000 € ainsi qu’un package EPT Deauville. Le tirage au sort s’effectuera le mardi 11 septembre 2012 à 20 heures en direct sur PokerStars Live. De nombreuses qualifications débuteront en août à partir de 1 €. Répartition des gains : Vainqueur : 16 000 € + Package EPT Deauville PokerStars.fr Runner-up : 8 000 € 3e et 4e : 4 000 €

19/07/12 21:44


PK52_N31_Commun1.indd 25

19/07/12 21:34


PK52_N31_Commun1.indd 26

19/07/12 21:34


PK52_N31_Commun1.indd 27

19/07/12 21:34


GabrIel NaSSIf

SerIal-perfeur aux WSOp

Coach émérite de PokerStrategy et joueur pro de la Team PokerStars.fr, Gabriel Nassif ne se sent jamais aussi bien qu’aux tournois des World Series. Maîtrisant toutes les variantes du poker, il a signé une nouvelle fois cinq places payées lors de l’édition 2012 des WSOP, prouvant une fois de plus sa régularité au plus haut niveau, et dans toutes les formes de tournois. Cet amoureux du PLO en cash-game live et online est l’un des meilleurs représentants du poker tricolore à l’étranger, après des années passées à dominer le field de Magic : The Gathering. Rencontre avec un champion humble et brillant.

Par Jérôme Schmidt / photos Jules Pochy 28 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 28

19/07/12 21:34


reNcONTre ONlINe

Quel regard portez-vous sur vos WSOP 2012 ?

J’ai passé un excellent été en compagnie de tous mes amis présents pour l’occasion à Las Vegas, qu’ils soient américains ou français, et en particulier Aubin Cazals et Johan avec qui je partageais une maison louée pour l’occasion. J’ai aussi pris beaucoup de plaisir à jouer tous ces tournois malgré un bilan financier négatif. C’est souvent le cas aux World Series, même si cela ne m’était pas arrivé depuis deux ans. Le monde des tournois live est très ingrat et je garderai un souvenir mitigé des WSOP 2012 même si j’ai l’impression d’avoir bien joué dans l’ensemble. Dans quel tournoi vous êtes-vous senti le plus à l’aise ? Comment s’est passé le top 10 du 10-Game ? À quoi un tel tournoi se joue-t-il ?

Je ne dirai pas que je me suis plus senti à l’aise dans certains tournois ou variantes mais j’ai clairement senti que mon plus gros edge était dans ceux de Limit, en particulier de Limit Hold’em, où le niveau est globalement plus faible. De par la structure des jeux de Limit, l’atmosphère est généralement plus détendue vu qu’on ne peut pas vraiment perdre son tapis sur un pot ou une erreur. Lors du Day 3 du 10-Game Mixed, on est revenus avec 19 joueurs restants, soit 4 tables (c’est un 6-max) et tout a bien commencé puisque j’ai gagné les six premiers pots de la journée en PLO (tous assez petits, n’allant pas plus loin que le flop) avant que le 19e ne bust et qu’on redraw. Je me suis alors retrouvé à une table assez difficile et j’ai perdu un énorme pot de Badugi (200k soit un poil plus que la moyenne à ce moment-là) face à Vanessa Selbst lorsque j’ai touché un 8643 Badugi après le premier tirage et que Selbst a touché un 863A Badugi au troisième et dernier draw. Cette main m’a fait chuter à 50k et a propulsé Vanessa à plus de 500k. J’ai ensuite trouvé un double-up et quelques bonnes mains, suis remonté à presque 200k pour finalement sortir en 9e position dans le tour de No Limit avec A9o contre ATo chez Julien Renard à tapis pré-flop en bataille de blindes. Je pense que c’est un des tournois dans lesquels j’ai le mieux joué en étant patient et en choisissant bien mes spots. J’ai eu le sentiment de prendre beaucoup de bonnes décisions qui au final ont payé dans les moments où je me suis retrouvé short stack et à tapis. La plupart des jeux du

Mix sont des jeux de Limit donc il n’y a pas souvent de gros choix à faire mais quand on voit que la moyenne en fin de tournoi est souvent de 8 ou 10 big bets, on se rend compte à quel point toutes les mises engrangées ou économisées pendant les jours précédents comptent. J’ai ressenti énormément de frustration après ce tournoi, échouant encore une fois très près de mon premier gros résultat en live, et pas mal de déception aussi. Chose assez rare quand je pense que j’ai bien joué, le résultat m’affectant alors assez peu. Pour répondre précisément à la question, le dénouement d’un tournoi comme le 10-Game se joue finalement un peu comme celui d’un tournoi de No Limit et le coup de Badugi que je perds peut être comparé à un QQ vs AK à tapis pré-flop. Un coup à EV neutre : les deux joueurs ont bien joué leur main et le dénouement était inévitable. C’est spécialement le cas lorsque tous les joueurs restants sont solides et que les tapis sont peu profonds, offrant peu de marge de manœuvre. Ce sont donc souvent les cartes qui décident mais encore faut-il en arriver là et ce n’est pas un hasard s’il n’y avait quasiment plus un seul joueur faible dans le top 10. Que ressentez-vous vis-à-vis du fait de ne pas faire l’argent une année de plus dans le Main Event ?

Ce qui me gêne, c’est la manière dont je suis sorti. Le Main Event a une structure et un prizepool incroyables avec un field composé de joueurs dont la plupart ne seraient pas gagnants dans des tournois online à 10 €. Pourtant, j’ai joué ma dernière main en prenant une ligne très « high variance », sans être trop sûr de ce qu’il y avait en face. Je pense que je m’en souviendrai longtemps et que cela m’aidera à prendre de meilleures décisions à l’avenir. Pourquoi les WSOP vous réussissentelles autant, avec tant d’iTM chaque année ?

Premièrement, le fait de maîtriser la plupart des variantes me permet de jouer un grand nombre de tournois. J’affectionne vraiment l’ambiance des World Series et ne me lasse quasiment jamais du grind quotidien au Rio, ce qui me permet de jouer proche de mon meilleur jeu la plupart du temps. Parfois, on peut jouer plusieurs tournois sans à peine dépasser le stack de départ et au cours d’une telle série, on peut avoir l’impres-

sion qu’atteindre les places payées est irréaliste à moins de faire preuve d’une chance insolente, sans même parler de faire une table finale… Mais je pense que j’arrive à rester motivé dans ces moments et que je continue de bien jouer. Cet été, j’avais commencé par « briquer » mes onze premiers tournois, sans même vraiment me rapprocher des places payées mais je n’ai pas l’impression que ça m’ait vraiment affecté. Je sors également très peu, je garde un bon rythme tout au long des Series, et je fais relativement attention à ce que je mange. Depuis quatre ou cinq ans, j’ai aussi décidé de ne pas rester à l’hôtel, optant plutôt pour l’option location de maison que je trouve plus agréable et qui aide sûrement à ne pas trop saturer. Finalement, l’environnement me convient bien et mon jeu solide paie peut-être plus qu’ailleurs. il vous manque encore une « grosse » performance ; pourquoi selon vous ? De laquelle rêveriez-vous ?

Je pense que je ne prends pas assez de risques par moments et que je ne joue pas de manière assez agressive dans certaines situations, surtout en No Limit. Je n’ai également pas autant d’expérience que les tout meilleurs joueurs de tournois quand il s’agit des trois ou quatre dernières tables. Je n’ose sûrement pas assez dans ces moments-là ; je n’ose pas suivre mon instinct dans certains coups, par exemple, quitte à paraître ridicule quand ma lecture était mauvaise. Concernant « la performance dont je rêve » ? Comme tout joueur, je rêverais de participer à la table finale du Main Event. C’est de loin le tournoi le plus prestigieux et le parcours pour y arriver est une expérience unique et un rêve éveillé en soi. En quoi PokerStrategy accompagne votre carrière poker ?

J’ai rejoint l’équipe de PokerStrategy en tant que coach il y a un peu plus d’un an, et j’ai aussi représenté le site et la communauté lors de plusieurs events majeurs dont les WSOP 2012. Je produis des vidéos de coaching de PLO et de MTT pour eux. D’ailleurs produire ces vidéos m’a aidé à progresser dans mon jeu. Mon partenariat avec PokerStrategy m’aide aussi en termes de visibilité et c’est possiblement l’un des facteurs qui m’a permis d’obtenir une place dans la Team Online de PokerStars.fr.

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 29

29

19/07/12 21:34


Quelle a été votre évolution dans le monde du poker (variantes, limites, CG ou tournoi) ?

J’ai commencé par jouer au Limit Hold’em en suivant l’exemple de mes amis qui m’ont fait découvrir le jeu. C’était de loin la variante la plus populaire à l’époque. J’ai ensuite découvert les tournois, que je jouais principalement le dimanche, et c’est une routine que j’ai plus ou moins gardée depuis : cash-game en semaine et tournois le dimanche, même si je me suis mis à jouer plus de MTTs en semaine cette année. Je n’ai jamais vraiment fait la transition au cash-game No Limit, un de mes plus grands regrets, et c’est la transition au .fr qui m’a forcé à changer de jeu, le Limit n’étant plus vraiment viable. Je me suis alors spécialisé en Pot Limit Omaha, ce qui m’a plutôt bien réussi, même si avant le passage au .fr, j’avais déjà abandonné le LHE et je jouais principalement en 8-Game Mix sur PokerStars, en 20/40 $ et 40/80 $. Aujourd’hui, je joue entre 1/2 € et 5/10 € PLO online ainsi que la plupart des gros tournois sur PokerStars mais j’envisage éventuellement de jouer un peu plus souvent en cash-game live.

Pouvez-vous présenter PokerStrategy ?

Pokerstrategy est une école de poker 100 % gratuite basée sur un système et une communauté qui en fait sûrement le meilleur moyen de se lancer dans le monde du poker online. En créant un compte sur leur site puis en s’inscrivant sur l’une des nombreuses rooms online avec lesquelles PokerStrategy a des accords, un nouveau joueur peut disposer d’un contenu stratégique pour débutant assez complet ainsi que d’un capital de départ de 40 € pour jouer au poker, sans avoir à déposer d’argent. En jouant sur les rooms partenaires, un joueur accumule des points sur PokerStrategy qui à leur tour donnent accès à des contenus stratégiques de plus en plus poussés (articles, vidéos, séances de coaching, etc.). Quelle interaction les membres ont-ils avec des coachs comme vous ?

J’ai tenu un blog dans la section française du forum de PokerStrategy ces deux dernières années aux WSOP ainsi que lors des WSOP-E l’automne dernier, que j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire. Ce n’est pas toujours évident de trouver la motivation après un énième bust-out consécutif, cependant le soutien de la commu-

nauté et le fait que le blog soit apprécié me renforce dans l’idée de faire partager mon environnement et mon entourage. J’ai aussi participé à leur émission radio plusieurs fois, récemment en direct de Las Vegas lorsqu’ils ont souhaité avoir Aubin au micro après la victoire de son premier bracelet un peu plus tôt cet été. J’essaie également de poster mon avis dans la section stratégique du forum lorsqu’il y a des mains intéressantes de PLO ou de MTT, mais je ne le fais pas très souvent. Les membres peuvent aussi laisser leurs commentaires et critiques sur mes vidéos de coaching afin que je puisse améliorer ma pédagogie et créer des contenus à la demande. Y croise-t-on beaucoup d’anciens joueurs de jeux vidéos ou de Magic comme vous ? Quel lien existe-t-il entre Magic et le poker en termes de compétences ?

Tout d’abord, les deux sont des jeux de cartes. Ça semble bête de prime abord mais c’est important lorsqu’on remarque que les joueurs de cartes le sont un peu éternellement. Ensuite, ces deux jeux sont des jeux où la stratégie est omniprésente et où l’objectif est de réduire la part de chance en utilisant ses compétences techniques et son savoir. Enfin, il y a tout un travail d’adaptation au jeu de l’adversaire. En fonction de chacune de ses actions, vous devez adapter les vôtres. Je sais que la communauté française de PokerStrategy compte plusieurs anciens joueurs de Magic. En ce qui concerne les jeux vidéos, je ne suis sûr de rien mais j’imagine que c’est également le cas, vu le nombre de joueurs de Warcraft/Starcraft, Counterstrike et autres qui se sont mis au poker. Que change pour vous le fait d’être un joueur sponsorisé par Pokerstars France ?

C’est un certain sentiment de fierté d’être reconnu par le plus grand site de poker au monde. Être associé à tous ces grands joueurs présents au sein de leur Team, c’est déjà une satisfaction en soi. Je travaille plus sur mon image, m’occupe plus de ma communication et suis sollicité un peu plus par les médias. Je n’ai pas spécialement perçu de différence à table mais peut-être cela a-t-il aussi une influence que je ne mesure pas véritablement. Concernant mon quotidien, en tant que Team Online, je ne « grind » plus

que sur leurs tables désormais, ce qui me pousse à me trouver de nouveaux challenges, tel qu’obtenir le plus haut statut de fidélité actuellement. Le niveau étant globalement élevé, je pense que j’ai dû faire progresser mon jeu pour garder un certain niveau de rentabilité. Par ailleurs, je joue plus de tournois qu’auparavant. J’espère désormais avoir l’opportunité de rentrer au sein de leur Team Pro et que mes nouveaux ITM aux WSOP finiront de les convaincre. Comment organisez-vous votre quotidien poker ? Online ? Offline ? Comment choisissez-vous vos tables et tournois ? Limites ?

Je joue énormément en cash-game PLO, et je lance souvent plusieurs tournois en soirée. Je ne joue que très rarement en live mais c’est peut-être quelque chose qui va changer dans les semaines à venir car je suis tenté par les parties de PLO de l’ACF, peut-être commencer tranquillement en 5/10 € et voir comment cela se passe. Lorsqu’il y a beaucoup de tables de PLO qui tournent sur PokerStars, je vais privilégier les 2/4 € et les 5/10 € mais je joue aussi régulièrement en 1/2 €. Quant aux tournois, je joue toutes les grosses garanties aux buy-in de 20 € ou plus en soirée, avec parfois les gros 10 € comme le Classico ou le French Kiss. Comment vous sentez-vous au sein de la communauté poker française ? Beaucoup d’amis ? D’entraide ?

La communauté poker française s’est vraiment développée ces dernières années et elle compte aujourd’hui beaucoup de très bons joueurs, que ce soit en cash-game ou en tournois, alors qu’à mes débuts, ce n’était vraiment pas le cas. Je suis devenu bon pote avec la plupart d’entre eux et il règne en général une bonne ambiance entre Français. Côté stratégie, je discute pas mal via Skype. Je suis sur deux « chans », celui des degen4l, essentiellement des joueurs de cash-game et celui de la « mif » (Tristan, Ilan, Hugo, Clément, Basou, etc.), plutôt des joueurs de tournois donc, même si ça parle plus souvent de tout et de rien que de poker que ce soit sur l’un ou sur l’autre. J’échange aussi avec Aubin contre qui je joue souvent sur les tables de PLO. Lors des events live, ça ne parle quasiment que poker pendant les pauses et on passe notre temps à se raconter les coups intéressants, ce qui aide aussi. n

30 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 30

19/07/12 21:34


palmarÈS

2012

29 juin

16 juin

2011

Tournoi WSOP 2 500 $ - 10 Game Six Handed (Event #52) 43rd World Series of Poker (WSOP) 2012, Las Vegas WSOP 1 500 $ No Limit Hold’em (Event #31) 43rd World Series of Poker (WSOP) 2012, Las Vegas Tournoi

résultat

9

42

résultat

WSOP 10 000 $ World Championship - No Limit Hold’em 42nd World Series of Poker (WSOP) 2011, Las Vegas

189

15 juin

WSOP 2 500 $ No Limit Hold’em Six Handed 42nd World Series of Poker (WSOP) 2011, Las Vegas

28

11 juin

WSOP 2 500 $ Limit Hold’em Six Handed 42nd World Series of Poker (WSOP) 2011, Las Vegas

7 juillet

2010

5 juillet

Tournoi WSOP 10 000 $ - World Championship - No Limit Hold’em 41st World Series of Poker (WSOP) 2010, Las Vegas

Gains ($)

16 186

8 mai

WPT 10 000  WPT Grand Prix de Paris - WPT Rendez-Vous à Paris 2010 , Paris

22

31 217

8 fév.

1 000  No Limit Hold’em Championship d’aRGENT Euro Finals of Poker 2010, Paris

3

28 067

2009

47 107

22

33 171

9 juin

WSOP 3 000 $ H.O.R.S.E. 40th World Series of Poker (WSOP) 2009, Las Vegas

7

38 947

2007

2006 14 juil.

6

résultat

73

27 720

Gains ($)

Gains ($)

31 août

10 juin 16 489

résultat

PPT 7 750  Main Event - No Limit Hold’em Partouche Poker Tour II - Grand Final, Cannes

12 599

Gains ($)

Tournoi

2005 24 juin

Tournoi

résultat

WSOP 5 000 $ World Championship Limit Hold’em 38th World Series of Poker (WSOP) 2007, Las Vegas Tournoi

9

résultat

WSOP 2 000 $ No Limit Hold’em 37th World Series of Poker (WSOP) 2006, Las Vegas Tournoi

34 résultat

WSOP 2 500 $ No Limit Hold’em 36th World Series of Poker (WSOP) 2005, Las Vegas

30

Gains ($)

21 742

Gains ($) 10 058 Gains ($) 8 500

94 942 Total des gains 2012 : $ 46 317 Total des gains (carrière) : $ 454 401

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 31

31

19/07/12 21:34


PK52_N31_Commun1.indd 32

19/07/12 21:34


PK52_N31_Commun1.indd 33

19/07/12 21:34


repOrTaGe

JOurNal DeS WSOp

15

15 juin : Les légendes ne meurent (presque) jamais

Hier, dans le froid climatisé d’une Amazon Room désertée, Scotty Nguyen avait rendez-vous, une fois de plus, avec l’histoire du poker. Le champion du monde 1998, déjà titulaire de cinq bracelets, n’avait plus qu’à franchir un dernier obstacle après avoir largement contribué à l’élimination en troisième position de Phil Ivey lors de ce tournoi de PLO-8 à 5 000 $. Mais son adversaire du jour, Joe Cassidy, ne l’entendait pas de cette oreille-là : assis à la table télévisée, mais sans caméras pour filmer cette variante décidément pas assez médiatique, ce sérial-perfeur du circuit américain depuis près de 10 ans ne comptait pas laisser Nguyen s’emparer d’un bracelet plus symbolique que réellement lucratif ; avec moins de 300 000 $ à la gagne et 200 000 $ au second, le différentiel ne signifiait certainement pas grand-chose pour un Nguyen qu’on imagine forcément ruiné.

par Jérôme Schmidt

Cela fait près de 20 ans que Scotty est sur le circuit du poker, et celui qui s’est fait appeler « Le Prince du poker » ou « Le Prince noir » n’est plus qu’une caricature de lui-même : habits voyants auxquels il ne semble même plus croire depuis une décennie, tics langagiers envahissants (son « baby », à tout bout de champ, qui sature ses phrases, mécanique mal huilée), cohorte de fans limitée à deux backers hier après-midi et deux vieux railbirds de Vegas, bière mexicaine (Dos Equis ou Corona, au choix) toujours à portée de main. Nguyen avait pourtant réussi à choquer le monde trop policé du poker il y a quelques années lors de sa finale (remportée) du H.O.R.S.E. 50 000 $ : totalement ivre, il s’était livré à un exercice de style digne des grands alcooliques, de Bukowski à Gainsbourg, tour à tour abject, colérique, doux, touchant et tout simplement au bord du gouffre. Tout cela devant les caméras d’ESPN la puritaine, pour une victoire que beaucoup avaient jugée « honteuse » dans la forme mais pas dans le fond.

34 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 34

19/07/12 21:35


Car derrière le déguisement d’ivrogne qu’il endosse au quotidien, Nguyen reste toujours un joueur doté d’un extrême talent. Chaque année, il arrive à briller ainsi dans des variantes autres que le Hold’em, revenant épisodiquement au-devant de la scène, boitillant toujours un peu plus et laissant des cadavres de bouteilles de bière dans son sillage. Hier, le seul pro qui avait fait le déplacement pour le heads-up final n’était autre qu’Erik Seidel. L’exact négatif de Nguyen : Seidel est poli, brillant mais totalement invisible médiatiquement, pondéré et discret. « Il joue bien », me confiait-il à la première pause, « mais il n’a pas de profondeur, ça va se jouer sur deux ou trois pots. Les blindes sont trop hautes pour pouvoir faire quelque chose, ce sont les cartes qui vont parler, et Joe ne se laissera pas faire aussi facilement. » Pour Nguyen, gagner un sixième bracelet, c’est aussi assurer une certaine survie symbolique, mettre à nouveau les projecteurs sur son personnage. Lui qui squatte le haut des classements de la All Time Money List n’est plus depuis bien longtemps ce « Prince du poker » flamboyant. Ces dernières années, depuis sa victoire lors du H.O.R.S.E. en 2008 et les 2 000 000 $ qui allaient avec, Nguyen n’a pas fait une grosse performance, frôlant les tables finales sans jamais entrer dans les meilleures places payées. Son palmarès 2009-2011 traduit assez fidèlement ce qu’est la vie d’une légende qui ne produit plus que du mythe : tournois à 200 $ en Australie, passages télévisés contre quelques milliers de dollars, places payées dans des 500 $ PLO à Las Vegas, apparitions financées par des backers dans des variantes PLO ou Stud, majoritairement en Hi-Lo, lors des WSOP. Hier, lorsque la dernière carte a scellé son sort et que de maigres applaudissements ont accueilli la victoire sans passion de Joe Cassidy, Nguyen a donné un billet d’un dollar au serveur venu lui amener une nouvelle bière, a serré la main du vainqueur puis s’est dirigé vers son « rail » clairsemé. Celui qui le félicite le plus longuement le suivra à quelques mètres pendant les

18

minutes à venir, sur le chemin menant à la cage des payouts : un bon backer récupère l’argent à sa source. Et la légende de Scotty, un peu plus écornée, affadie par le temps, pourra vivre dans l’illusion qu’elle ne mourra presque jamais.

18 juin : Porté disparu

Chaque jour à Vegas, des gens disparaissent, dans l’anonymat le plus total. La ville et son agglomération, forte de près de 2 millions d’habitants, est une formidable machine à disparition, les quidams se fondant dans la masse du million de touristes qui atterrissent sans cesse à l’aéroport de McCarran. La géographie aplatie de la ville confère à l’endroit une surface gigantesque, indifférenciée, où les repères n’ont plus guère de sens. On y disparaît volontairement, pour fuir les réalités du quotidien, pour parfois ne jamais revenir. Chaque semaine, la chaîne locale de KTV-New (via Fox 5) distille ce genre d’histoires : un mari volage, qui ne voulait pas payer de pension, s’était fait porter disparu pendant 30 ans, jusqu’à ce que son ancienne épouse (depuis présumée veuve) vienne jouer pour son 60e anniversaire quelques dollars au vieux casino Sunset Station. Pas de chance, le croupier était l’époux tant chéri, muni de faux papiers ; les retrouvailles se sont faites menottes aux poignets. De telles histoires sont légion à Vegas, où les fantômes hantent les rues désertées du North Vegas. Dès la nuit tombée et l’effervescence de Fremont Street absorbée dans les litres d’alcool bon marché et sucrés offerts par les casinos du vieux Downtown, les rues se dépeuplent, les touristes vont se coucher et une vie nocturne bien organisée se met en place : dealers de crystal-meth et de crack au coin des rues, braquages au hasard dans les 7-Eleven ou les Mini-Marts ouverts toute la nuit et tenus, derrière des barreaux de protection, par la diaspora coréenne, prostituées aux gestes décomposés qui arpentent nerveusement la Motel Alley, entre le Par-a-Dice Motel, le Blue Angel ou l’Oasis. Des établissements qui ont

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 35

35

19/07/12 21:35


repOrTaGe fait la gloire du Vegas des années 1950, à une époque où le motel était le fer de lance de la culture américaine du fun. Quelques années plus tard, les gigantesques complexes du Strip, puis l’idée de « resort » (un tout-en-un hôtel, casino, spa, cinéma, etc.) s’imposaient, reléguant les motels à de vulgaires hôtels de passe ou des refuges « long stay » à 100 $ la semaine, payables d’avance et en liquide, merci. Ceux qui habitent ces établissements ont, eux, disparu depuis longtemps de toute cartographie. Ce sont des anciens du Vietnam ou de l’Irak que l’US Army a abandonnés en plein désert, calmant leurs angoisses par tous les médicaments et les drogues possibles, ce sont des retraités dont les fonds de pension n’ont que faire, des épouses bafouées et quittées sans le moindre sou, des adolescentes qui ont trop grandi et ont prostitué leur désir de liberté au premier venu, des rock-stars qui ne sont pas montées une fois sur scène depuis une décennie, des artistes du Cirque du Soleil aux membres cassés par le travail, des croupiers accros à leur propre jeu, des schizophrènes abrutis par des années de suivis médicamenteux, des dealers ou des maquereaux qui traversent une mauvaise passe. Ce sont dans ces rues tristes du North Las Vegas, vers Glitter Gulch et « Zombie Alley », comme la surnomment les locaux, que l’on meurt sans que la moindre sirène de police ne retentisse pendant des heures. Que l’on disparaît sans qu’aucune enquête ne soit vraiment menée. Que l’on croise des mères de familles obèses et percluses par le chagrin qui cherchent leurs enfants jamais revenus d’un love-trip dans la capitale du jeu. Glendene Grant est l’une d’elles : depuis 7 ans, elle n’a plus de nouvelles de sa fille, Jesse Foster. Jesse était une jeune fille banale, avec les problèmes classiques d’une post-adolescente, élevée dans une famille moyenne. Elle est partie à Las Vegas rejoindre un garçon qu’elle aimait, rencontré à Kamloops, au Canada, près de sa ville natale d’Augusta. Un jour, elle n’est pas rentrée dans son pavillon branlant de North Las Vegas,

prétend-il. Ils s’étaient disputés le soir d’avant, elle voulait rentrer chez ses parents. Mais Glendene n’a jamais revu Jesse. Et l’amoureux a vite disparu lui aussi, sans laisser d’adresse. La seule trace de son passage à Vegas ? Deux condamnations pour prostitution forcée : il « gérait » une dizaine de filles, dont Jesse. « Où est passée Jessie ? » rumine Glendene Grant, traînant difficilement son corps alourdi par les années sur El Cortez Way et Civic Center Parkway. Elle porte haut une pancarte pour hurler l’injustice de la police, qui ne veut pas enquêter : Jesse était majeure et tous les jours, des filles de son âge disparaissent à tout jamais à Las Vegas. Depuis, Glendene passe un week-end par mois dans la capitale du jeu. Elle y regarde, nauséeuse, les milliers d’âmes naïves qui se pressent, perdus dans le miroir de leurs rêves. Des filles comme Jesse qui pensent trouver amour, gloire et argent. Certaines finiront dans des Gentlemen’s Clubs, d’autres écumeront les bars des casinos 5 étoiles du Strip. Certaines, la plupart, connaîtront la rue et les matins blêmes des addictions en masse qui font vivre sous perfusion les travailleurs du sexe de North Vegas, lumpen-prolétariat d’une ville qui ne mélange pas les genres et les couches sociales. Dans l’obscurité tombante de Main Street, la silhouette de Glendene Grant disparaît un peu plus, faiblement éclairée par les néons vacillants des motels proposant « Free XXX Porn » à leurs clients. Elle aussi aimerait se fondre à tout jamais dans ces rues qui ont aspiré sa fille ; mais personne, pour le moment, n’a encore voulu s’occuper de son cas.

20

20 juin : La loi des séries

« Running good, right, Phil ? » éclate de rire un géant au crâne rasé assis à côté d’Ivey, en demi-finale du H.O.R.S.E. 10 000 $. Ivey ramasse les jetons et lui rend son rire sonore. Pour ceux qui connaissent Ivey, une telle émotion est rarement visible chez le champion américain. Mais son interlocuteur est un de ces joueurs de l’ombre qui ont le respect des plus

36 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 36

19/07/12 21:35


Ce sont dans ces rues tristes du North Las Vegas, vers Glitter Gulch et “Zombie alley”, comme la surnomment les locaux, que l’on meurt sans que la moindre sirène de police ne retentisse pendant des heures. grands gamblers. John Hennigan, personne ne le connaît du côté du vieux continent. Et pourtant, avec deux bracelets WSOP, un titre WPT et plus de 3 millions de gains à son actif, Hennigan aurait pu percer dans les médias. Formé à l’ancienne – il a fait ses classes en tant que « pool hustler », joueur de billard professionnel plumant les pigeons de tous les États –, Hennigan est un parieur hors pair : donnez-lui une cote et un sujet sur lequel parier, il sera partant. Ivey, que beaucoup disent prétentieux et hautain, n’a finalement de respect que pour une seule valeur : l’action. Seuls ceux qui peuvent lui procurer ce juice existent dans ce monde de millionnaire où des sommes à sept chiffres passent chaque semaine de l’autre côté de la ligne de mise de la table de craps. Jusqu’à l’élimination d’Hennigan, Ivey a un visage solaire, détendu, et passe son temps à noter sur une feuille partagée avec Hennigan tous les side-bets qu’ils ont en cours. Cette année, tout sourit à Ivey. Ce « good run » dont Hennigan fait mention lui colle à la peau depuis le début des World Series. « C’est incroyable, j’ai joué à sa table, il joue extrêmement bien, mais il a aussi une chance assez dingue », me confie un pro français qui l’a croisé dans de nombreux tournois auxquels Ivey s’inscrit frénétiquement. C’est que l’action, justement, que lui ont donnée les nombreux parieurs, motive encore plus Ivey ; on parlait jusqu’ici de près de 900 000 $ de gains potentiels en divers paris si Ivey décroche une victoire pendant les World Series. Alors depuis, Ivey fait tous les tournois, multi-tablant jusqu’à plus soif pour multiplier les occasions de faire sauter la banque. Lors de la finale du 10 000 $ H.O.R.S.E., alors que Jack Effel, le directeur des tournois, accordait 20 courtes minutes de break aux huit derniers joueurs en course, Ivey a couru jusqu’à la salle attenante, dans la Brasilia Room, pour jouer sa première main du 5 000 $ PLO, avec 4 heures de retard. Ses blindes lui ont déjà mangé le tiers de son tapis. Ivey ne prend même pas le temps de s’asseoir, soulève ses quatre cartes, relance à hauteur de pot, se fait payer deux fois. Au flop, les tapis volent entre lui et un joueur assis depuis plus de 5 heures de jeu. Ivey double à la river. Un grand sourire aux lèvres, il repart nonchalamment sans même rejouer une autre main pour sa finale dans le vaisseau mère de l’Amazon Room. Deux jours plus tard, Ivey n’est plus en course pour ce tournoi de PLO short-handed. Mais il a eu le temps de s’inscrire à un Mixed Hold’em (Limit/No Limit) à 2 500 $, au field assez réduit et au prizepool insignifiant pour un joueur high roller comme

lui. Sauf qu’avec ses side-bets en ligne de mire, les sommes en jeu sont quasiment décuplées… Comme frustré par ses mois d’absence l’année dernière, Ivey dévore avec boulimie ses adversaires. L’ancien champion de Pacman (cela ne s’invente pas), l’adolescent encore mineur qui s’était fait de faux papiers sous le surnom de « Jerome » pour écumer les tables d’Atlantic City, celui qui a eu les « couilles d’acier » (comme le disait un journaliste américain) ou la pleutrerie (comme l’ont analysé, avec le temps, de nombreux observateurs) de boycotter les World Series suite au scandale FullTilt du Black Friday, va ainsi aborder sa cinquième finale. Les World Series n’en sont qu’à leur moitié, et Ivey semble impossible à arrêter. Pendant ce temps, les champions qui l’entourent doutent : Daniel Negreanu ? Zéro pointé ; Erik Seidel ? À la recherche du rush de l’année 2011 avec lequel il semble ne pas pouvoir renouer ; David Benyamine ? Celui qui est désormais présenté comme « américain » multiplie les départs canon, pour s’effondrer à quelques places du « vrai » argent ; Fabrice Soulier ? Miné par ses busts à quelques places de l’argent et une finale qu’il a ratée de très peu en début de Series, il s’accroche car il sait que la traversée du désert fait partie du quotidien du joueur pro. La loi des séries, elle, ne se pose guère de questions et semble avoir choisi ses héros et ses victimes.

21

21 juin : Le cimetière des caravanes

Cette semaine, le feu a encore brûlé dans les trailer-parks du North Vegas. À quelques mètres du marché populaire de Broad Acres, rendez-vous hebdomadaire incontournable de la communauté latino de Las Vegas où se croisent toutes les « petites mains » du casino business, les flammes sont montées haut dans le ciel pendant plusieurs heures. Deux enfants sont morts dans les flammes, incarcérés dans l’acier brûlant de la vieille caravane qui les abritait, eux et leurs parents. Les camions de pompiers, arrivés au bout de plus d’une demi-heure, n’ont rien pu faire contre la tragédie. Dans ces grands ensembles décatis qui peuplent tout le Nord de Las Vegas, la vie et la mort n’ont guère plus de valeur. Les trailer-parks constituent un pan important de la culture « whitetrash » américaine, et reflètent parfaitement l’idéal américain de mobilité et sa réalité économique actuelle, aux confins du quart-monde dans ses quartiers les plus défavorisés. Ces gigantesques terrains poussiéreux concentrent toute la misère de Vegas : des caravanes le plus souvent immobilisées (trop vieilles, trop rouillées, démunies de leurs roues volées par des voisins mal intentionnés), des familles décimées et sans le sou, une

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 37

37

19/07/12 21:35


repOrTaGe

insécurité permanente. « La ville et le comté forcent les propriétaires de ces terrains à les mettre aux normes ; les prix des terrains explosent ; les promoteurs et les investisseurs proposent aux familles propriétaires des millions de dollars pour racheter leurs terrains. Il semble assez logique pour eux de les revendre », rapporte un habitant du La Jolla, un grand ensemble situé au nord-est de la ville. « Selon la loi, les propriétaires doivent payer le coût de déplacement de la caravane dans un rayon de 80 kilomètres. Et lorsque le mobile-home ne peut être déplacé, les habitants touchent 20 % de la valeur d’achat. Avec cela en poche, ils doivent dénicher un endroit à Las Vegas qui acceptera leurs enfants en bas âge et leurs animaux, un endroit où soulager leur pauvreté. Un tel lieu n’existe pas sous le soleil brûlant de Las Vegas. Personne, politiciens ou travailleurs sociaux, n’a de réponse à ce problème. Que faire, se plaignent-ils ? Tout propriétaire a le droit de vendre son terrain. C’est la libre entreprise. C’est même la preuve que le système fonctionne correctement. La main passe aux grandes entreprises – les promoteurs, les investisseurs, les fonds de pension, les casinotiers. Ils ont tous de l’argent à se faire. Ils font partie de la communauté. Qui pourrait bien les empêcher d’en profiter ? » « La silhouette lourde de la caravane, pataude, horizontale, fait tache dans un paysage qui s’étale désespérément à la verticale, un peu plus haut vers le soleil », résume un journaliste local, O’Brien. Son plus célèbre représentant était un joueur de poker de l’ancienne école, Puggy Pearson. Ancien champion de backgammon, il était proche des rounders à l’ancienne, Chip Reese, Stu Ungar, Doyle Brunson et Amarillo Slim. La génération suivante a été formée à la dure par ces joueurs aux règles parfois mouvantes : « J’étais joueur pro de backgammon », se souvient Erik Seidel, « et j’ai croisé Pearson, Ungar et Reese. Ils m’ont tellement impressionné qu’ils m’ont persuadé de venir tenter ma chance contre eux, alors que j’étais à Vegas pour un tournoi. Je me suis assis à leur table au Dunes, c’était un autre monde. » Pearson est un enfant du trailer-park, une icône libertaire du rêve américain. Né dans les montagnes du Tennessee, il

connaît l’extrême pauvreté de l’après-crise de 1929 : « Nous étions si pauvres que nous devions déguerpir chaque mois, quand le loyer du terrain de notre caravane allait tomber », se souvenait-il pour les caméras d’ABC. Formé à la dure, Pearson est un joueur itinérant, sans attaches, sans foi non plus. Un rounder qui n’aura jamais lâché, de toute sa vie, sa caravane. Surnommé par lui-même le « roving gambler » (le gambler sur roues), il écume tous les États-Unis dans sa caravane-maison, cartographiant les villages du Texas à l’Ohio en passant le Kentucky. Sur le bord du bus, un slogan en guise d’avertissement : « I’ll play any man from any land any game he can name for any amount he can count » (« Je jouerai contre n’importe qui, pour n’importe quelle somme, tant qu’il les a sur lui »). Et en plus petit : « Provided I like it » (« Enfin, si ça me plaît »). Pearson est mort à quelques semaines des World Series 2006 ; sa caravane, à moitié démembrée, repose à tout jamais dans un jardin abandonné d’Henderson.

22

22 juin : Jouer pour vivre ; vivre pour jouer Au poker, les gloires d’aujourd’hui sont souvent les boucs émissaires de demain, et les millionnaires du jour font les meilleurs des joueurs en banqueroute absolue. Combien de noms ont ainsi disparu à la surface de la planète poker ? Combien de corps désormais anonymes peuplent les forums online et les colonnes de la presse ? Combien de réputations, de vies entières sont passées de la lumière de la gloire éphémère à la lueur blafarde d’une vie endettée à tout jamais ? Dans ce cimetière des éléphants hanté par joueurs high stakes et middle stakes de toutes nationalités, Erick « E-Dog » Lindgren est le dernier des pénitents. Joueur professionnel sous les couleurs Full Tilt, meilleur ami de Daniel Negreanu, E-Dog a connu la gloire du sponsoring et les joies d’un chèque mensuel de 250 000 $. Uniquement pour porter haut et fort les couleurs de l’entreprise Bitar/Lederer/Ferguson, avec à la clé un pourcentage de la compagnie. Good old times. Devant cette frénésie

38 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 38

19/07/12 21:35


d’argent, cette folie de cash-flow continuel, E-Dog est devenu un des enfants chéris des médias : voiture de sport allemande à six chiffres, villa de plus d’un million de dollars. Keep the cash flowin’, semblait railler chacune de ses représentations publiques. Et avec près de 9 millions de dollars de gains en tournoi au total (plus d’un million chaque année, métronomiquement, entre 2004 et 2008 inclus), Erick Lindgren pouvait voir venir. Et pourtant. Tout part il y a quelques semaines d’un simple post sur le forum Two Plus Two : un jeune joueur online se plaint de réclamer depuis plusieurs mois une dette de 2 800 $ à E-Dog. Une paille, à priori, pour un joueur high stakes comme lui ; une somme, au moins symbolique, pour le prêteur. Sauf qu’entre-temps, la manne supposée infinie du trésor de guerre de Full Tilt s’est tarie à tout jamais, le Black Friday marquant un changement total de paradigme pour ses stars sponsorisées : plus d’argent mensuel, valeur nulle de leurs actions et impossibilité de multiplier les prêts de cash en avance comme de nombreux joueurs le faisaient (Ivey en premier mais aussi Benyamine, Dwan, etc.). Malgré son mariage avec une ancienne professionnelle du poker, Erica Schoenberg (elle-même ex-membre d’une équipe de joueurs de blackjack pro du MIT, et ancienne petite amie de David Benyamine), l’apparence de bonheur absolu n’a pas résisté à l’épreuve du temps. Et lorsque hier E-Dog a sauté à la bulle du 5 000 $ PLO 6-Handed, il y avait plus que de la détresse dans son regard. Une incompréhension totale. Car Lindgren est « un putain d’optimiste », résume le pro Brandon Adams, « qui croit toujours que ça va s’arranger ». Une sorte de théorie de l’autruche pathologique, idéale pour les gamblers en tous genres. Derrière l’image du père de famille aimant et du joueur respecté, Lindgren cache d’autres blessures. Celles d’un action-junkie, comme seul la planète poker en connaît. Un type qui stacke Mortensen lors de sa victoire au Main Event du WSOP et récupère 3 millions dès le soir-même en stacking sur son poulain. Sauf que 48 heures plus tard, tout est déjà parti en fumée. Un joueur de « fantasy league », à mi-chemin entre le pari sportif et le jeu vidéo de sélectionneur/coach, qui peut parier des millions. « Un pigeon », fait remarquer un de ses prêteurs bafoués. « J’ai menti pendant des années », avoue le pro Haralobos Voulgaris, high roller devant l’éternel et énorme parieur sportif. « J’ai menti pour me protéger, pour m’assurer que E-Dog me paierait avant les autres. En 2007, il me devait une somme de plus de 7 chiffres. Et malgré ses 250 000 $ mensuels et ses gains au poker, il ne m’a toujours pas tout remboursé… Il me doit près de 20 % de cette somme. » « Tout le monde savait », surenchérit Brandon Adams. « Ivey savait, d’autres bookmakers le savaient, je le savais. Negreanu le savait, bien sûr. » Mais que faire ? Que dire ? Lindgren paie mal, en retard toujours, mais règle au final. En tout cas, à l’époque de Full Tilt. « Il n’est pas malhonnête », souligne Negreanu, « il est dans une mauvaise passe et veut faire au mieux. » Combien doit réellement Lindgren ? Au-delà des 4 millions dus au fisc américain pour impôts sur le revenu non payés, on parle de plusieurs millions à Ivey, Negreanu, Voulgaris et des dizaines d’anonymes sur internet. Sans parler d’un mortgage sur une maison qui a perdu 5 fois sa valeur en

quelques années, crise immobilière oblige. Comment peut-il alors s’en sortir ? « La seule façon d’honorer ses dettes de jeu, c’est de jouer », résume un pro américain, sourire ironique aux lèvres. Alors Lindgren joue, sûrement stacké par ses rares amis qui ne s’estiment pas encore trahis. Et pourquoi, finalement, ne pas prêter 10 000 $ à quelqu’un qui vous en doit 50 fois plus, si c’est la seule façon de vous rembourser ? Comme si, même acculé, scared-money, gambler dégénéré (un terme à prendre avec distance), un présumé bon joueur avait un edge sur un field. Lindgren joue, et gagne. Enfin, presque. Sa première place payée de l’année ? Une cinquième place lors du Deuce-to-Seven à 2 500 $ pour… 19 000 $. Depuis le début des WSOP, Lindgren s’est acquitté de plus de 30 000 $ de buy-in, pour un gain inférieur à 20 000 $. Lindgren joue pour vivre, mais pour combien de temps encore ?

24 24 juin : Hangover

Au croisement d’Eastern Avenue et Fremont Street, dans les faubourgs latinos de Las Vegas, les « Bail Bonds » déversent leurs solutions miracles à chaque mall. Les « Bail Bonds » ? Des micro-agences qui mélangent habilement les genres, entre prêteurs sur gage et avocats commis d’office. Leurs tenanciers détiennent un commerce juteux, prenant un pourcentage sur la misère humaine : lorsque les nuits blanches de Vegas se finissent au poste de police de Clark County, la seule solution pour faire sortir son fils, son mari ou ses amis est le paiement d’une caution. Et comme la plupart du temps, la délinquance touche les classes les plus défavorisées, passage obligatoire par la case « emprunt ». Les « Bail Bonds » sont faits pour ça : en costume d’avocat, le réceptionniste négocie la caution avec les autorités ; dans celui de prêteur sur gages, il avance l’argent à la famille désemparée, à des taux élevés, n’hésitant pas à mettre au clou les rares biens encore sauvés. Les agences usent et abusent de panneaux gigantesques vantant leur efficacité : « Goodfellas Bail Bond » (référence aux Affranchis de Scorsese), « Chicas Latinas Bail Bond » (pour les filles, donc, et latinos de préférence), « Godfather Bail Bond », « DUI Bond For Everyone » (pour les alcooliques au volant), etc. Le dimanche matin, alors que la ville a la gueule de bois, les mères latinos se pressent récupérer leurs enfants, font la queue au-dehors sous le soleil écrasant, et laissent leurs clés de voiture aux responsables des « Bail Bonds » pour pouvoir faire sortir leur progéniture à tout prix. Et si l’attente est trop longue, l’officine a pensé à tout : des machines à sous sont disposées à l’entrée. John, lui, n’est pas passé par la case prison, mais il pourrait bien y atterrir très vite. Habillé de son plus beau costume rayé fait par un tailleur à New York, il est venu à Las Vegas oublier le décès de sa mère, une semaine auparavant. Les cheveux encore gominés, le front couvert de sueur et de poussière, la chemise débraillée, sortie du pantalon et aux boutons arrachés, il déambule hagard dans les rayons climatisés d’un énorme hypermarché 99cent – tout à moins d’un dollar. John est fébrile. On lui a tout volé, hurle-t-il, en pleine crise de delirium tremens. « Et personne, pas une putain de personne, ne veut me filer 5 dollars. 5 dollars, mec, juste 5 dollars que je me casse de cette ville. » Les familles latinos qui peuplent le magasin ne

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 39

39

19/07/12 21:35


PK52_N31_Commun1.indd 40

19/07/12 21:35


PK52_N31_Commun1.indd 41

19/07/12 21:35


repOrTaGe comprennent pas un mot de cet homme aux allures de mafieux italien, les dents blanches entièrement refaites et une lourde gourmette en or au poignet. « Tu me comprends, mec ? Ce type, tout à l’heure, je lui demande 5 dollars et il me fout son flingue sous le nez. Enculé. J’ai failli le frapper, mec, moi on m’a appris à me faire respecter d’où je viens. Je suis un tough guy, tu vois. De Chicago. On ne va pas se laisser faire. 5 dollars, mec, 5 putain de dollars », s’agrippe-t-il. Sa mère, affirme-t-il, est morte et il a voulu venir à Vegas pour tout oublier. Mais sa première rencontre avec une prostituée a mal fini, et il s’est retrouvé face à face avec le souteneur, couteau en main. « Mec, plus jamais je referai ça. File-moi 5 dollars, il me manque juste ça pour me casser de cette putain de ville. » 5 dollars, pour repartir à New York ? « Ouais mec, j’en peux plus. Tu vois bien, si je reste ici, je vais faire une connerie. Moi aussi je peux sortir mon flingue et tous les buter mec. » John s’accroche au bras des gens, comme si sa vie en dépendait. Dans quelques minutes, au mieux quelques heures, il croisera sûrement un vrai tough guy, qui a encore moins à perdre que lui, et même pas son temps. John finira peut-être à New York, chez lui, à pleurer sa mère et sa ruine instantanée, si seulement il a bien perdu sa mère, qu’il habite New York et qu’il a jamais eu de l’argent. Il échouera aussi probablement dans les buissons secs qui bornent Industrial Road, pour chercher quelques heures à s’abriter du soleil, ce fléau qui traque ceux qui n’ont d’autre choix que la rue. John ne se souviendra même peut-être de rien, placé en cellule de dégrisement, sans la moindre personne pour s’acquitter de sa caution. Peut-être que John, même, ne s’appelle pas ainsi. Peut-être est-il, chaque jour, dans le même magasin, errant sans autre but que de chercher une embrouille qui animera sa journée. Il y a fort peu de chances, pourtant, que John ne sorte véritablement vivant de Las Vegas. Il y aura au mieux laissé sa santé mentale et quelques milliers de dollars. « Que veux-tu que je fasse mec ? Je dois me casser de cette ville, non ? Dis-moi, putain ? Cette ville est une saloperie, mec. Une putain de saloperie. Il faut que je me casse, et vite. Autrement je vais tous les buter. Mais pas toi, mec, toi t’es un mec bien. On a rien à faire ici, faut qu’on se casse avant que ça dégénère. Putain, 5 dollars mec et je me casse à tout jamais. »

25

est plus détendu : runner-up d’une précédente édition aux côtés de son ami de toujours Freddy Deeb, il s’est inscrit au dernier instant car « il se sent bien ». Il a fait deux jours de break après une poignée de tournois effectués à la sortie de l’avion, avec plusieurs Day 2, et une place payée dans un mixed-games justement. Ce tournoi est spécial pour lui : il y a signé sa plus belle performance à ce jour, et il représente un défi technique hors pair. Si les premières éditions du H.O.R.S.E puis du Mixed-Games à 50 000 $ avaient été placées sous haute surveillance (tables très éloignées les unes des autres, sécurité doublée) et grand intérêt médiatique (avec une table finale télévisée), cette année, les World Series semblent l’avoir un peu délaissé : pour l’œil non expert, cela pourrait être un énième tournoi NLHE à 1 500 $. Sauf qu’à chaque table, des millions de gains et des dizaines

25 juin : Le vrai Big One

Une excitation semble enfin avoir saisi la communauté des joueurs : à l’abri de l’Amazon Room, dans un coin d’une douzaine de tables seulement, tout au fond de la salle, le Mixed-Games Players Championship 50 000 $ a débuté ce dimanche. Le field ? Tout juste au-dessus d’une centaine de joueurs, 20 % de participants en moins. Côté France, David Benyamine, ElkY et Bruno Fitoussi, bien sûr, et un nouvel arrivant pour ce tournoi au prestige incontestable, Antony Lellouche. Si le pro Winamax a été plutôt discret lors de ce début de World Series, ce Mixed-Games semble le motiver plus que jamais. Sur les réseaux sociaux, il apparaît intraitable quant à son tapis, et joue plus concentré que jamais. « Je ne lâcherai aucun jeton », twitte-t-il ironique, et à le voir jouer en cette fin d’après-midi, on comprend bien que ce tournoi revêt une importance spéciale pour lui. Bruno Fitoussi, lui,

de bracelets WSOP sont présents. À la table de Bruno Fitoussi, David Singer, Allen Cunningham, Michael Mizrachi, Lyle Berman, Richard Ashby, Barry Greenstein ou Phil Hellmuth ; du côté d’Antony Lellouche, Andy Bloch, Alex Kravchenko (« cette serrure internationale », résume le Français), Shaun Deeb et Chris Lee ; chez ElkY, John d’Agostino (que l’on ne voit plus que dans des compétitions du genre), Scott Clements, Huck Seed, Todd Brunson, Mike Matusow et Jeff Lisandro ; pour David Benyamine, Daniel Negreanu, Shawn Buchanan, David Baker, Eugene Katchalov et Éric Cloutier. La moyenne d’âge est plus élevée que dans les autres tournois, bien sûr, et aucune dead money ne peut plus exister à ce niveau. Ce tournoi est surtout l’occasion de vérifier, chaque année, que le poker pendant les World Series ne se résume pas à un gigan-

42 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 42

19/07/12 21:35


tesque marathon où se font et se défont des fortunes fragiles, et où le seul intérêt de l’organisation consiste à multiplier les events et les possibilités de rêve prémâché. Aucun grand joueur ne se permet de manquer ce tournoi : on s’y croise comme au Big Game du Bellagio, on y croise des absents remarqués (Antonius, Hansen), des gloires historiques (Doyle Brunson) et tout ce qui se fait de mieux sur la planète poker. Lorsque Brunson a évoqué l’éventualité de son absence, Hellmuth a immédiatement répliqué que ce serait une « énorme tristesse de ne pas voir Brunson » à ce tournoi qui porte le nom de l’ami de toujours, le regretté Chip Reese. Dans les allées, le directeur de tournoi Jack Effel vient discuter avec chacun, l’air détendu. Les tapis ne vont pas voler très vite, puisque l’organisation donne 5 jours entiers à la compétition pour se dérouler, et qu’avec 150 000 jetons et une late-registration

business : 111 111 $ pris sur le buy-in sont reversés à l’association parrainée par Guy Laliberté, association qui œuvre à assurer une ressource d’eau aux plus démunis. One Drop ressemble à une survivance ennuyeuse des pires moments du charity-business des années 1990 : on y fait parler mécaniquement des joueurs inscrits, face caméra, qui expliquent en quasi-playback combien la cause leur est importante, que cela donne à leur tournoi une raison d’être encore plus forte. En off, les mêmes ou presque sourient largement car le One Drop est l’empire de la dead money, avec des hommes d’affaires richissimes qui ont été convaincus de s’inscrire par Guy Laliberté. Le milliardaire québécois, fondateur du Cirque du Soleil, a ainsi fait le tour de la planète poker, hedge funds et autres fortunes faites rapidement, parfois aux limites de la loi, afin de convaincre tout ce beau monde de s’asseoir à la

ouverte jusqu’au Day 2, les masses ne bougent pas énormément dans les premiers levels. Le seul éliminé de la journée sera David Singer, par Bruno Fitoussi ; le tapis moyen en fin de journée sera ainsi de… 151 200 jetons. Pour cette édition 2012, le Poker Player’s Championship se pose plus encore que jamais comme le garant d’un certain poker, technique, historique et respecté par ses meilleurs représentants : savoir maîtriser toutes les variantes du jeu, accepter de jouer contre les meilleurs pour pouvoir se dépasser, batailler longtemps sans laisser trop de place à la variance. C’est surtout l’exact contraire du plus gros tournoi de l’année, qui se tiendra dans une semaine dans la même salle : le Big One for One Drop. Un tournoi cappé à 48 joueurs, au buy-in absurde d’1 000 000 $. Avec une excuse, celle du charity-

même table. Et comme les joueurs de poker n’ont en aucun cas la bankroll nécessaire pour s’asseoir à la table d’un tel tournoi, les swaps et stacking se sont multipliés. Laliberté lui-même aurait mis la main à la poche pour convaincre les plus gros joueurs de participer et des hommes d’affaires de l’ombre ont ressorti les liasses de cash pour permettre à des joueurs pros à la bankroll plus démunie de jouer en leur nom. Une situation win/win : ils n’apparaissent pas publiquement et n’ont pas à justifier de leur argent ; ils donnent leurs cartes à des joueurs qui s’y connaissent mieux en la matière. Mais quel intérêt, alors, d’un tel tournoi ? Alors que le MixedGames promeut une certaine idée pure du poker (s’il en est), le One Drop se résume à un vulgaire spectacle plaqué or : des joueurs qui n’ont pour enjeu que 10 ou 20 % de leur main, au

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 43

43

19/07/12 21:35


repOrTaGe mieux ; une structure de paie où 12 joueurs repartiront dans l’argent (25 % du field) afin de ne pas faire trop mal aux finances des participants ; un rake de 11,1 %, supérieur à l’habitude bien sûr, qui va à une « bonne cause » sous le feu des caméras télévisées ; une opération de communication assez peu coûteuse pour les World Series qui, pour l’occasion, n’auront qu’à avoir une douzaine de croupiers sous le coude pour animer les rares tables de ses 48 participants, et auront clé en main un show parfaitement ficelé pour ESPN, son partenaire média. Et au final, quelques millions versés à une association caritative : une goutte d’eau.

27

27 juin : Dans la zone de confort

À la pause dîner du troisième jour du Poker Players Championship, deux Français sont encore en course. Antony Lellouche, du Team Winamax, a déjà été au mieux dans le tournoi, mais il reste concentré. Légèrement fatigué – le moindre écart de nutrition se paye cash, avec les intérêts, dans les couloirs sur-climatisés du casino Rio où l’on sert à prix d’or de la nourriture grasse et écœurante –, Antony passe un mauvais moment, avec l’envie d’être ailleurs. Mais ce tournoi à 50 000 $, il l’a attendu tout l’été, et depuis plus longtemps sûrement puisque c’est sa première participation. Le Français en a largement le niveau et les ambitions, mais chaque table est dure, avec très peu d’erreurs et des coups de Limit qui coûtent cher, très cher. À quelques mètres de lui, Bruno Fitoussi défend les couleurs d’ACFPoker.fr. Il a passé une demi-journée en eaux relativement calme. À 14 heures, il confiait vouloir atteindre le million en fin de journée, si la bulle était proche, afin d’aborder les places payées en position confortable. Mais si le rythme des éliminations s’est ralenti, le tapis de Bruno a monté progressivement, par paliers de 50 000 à 100 000 jetons, redescendant parfois d’un cran, pour mieux repartir vers le haut. À 19 h 30, il a devant lui plus de 700 000 jetons. Encore essoufflé par la course inhérente à la relative brièveté de la pause dîner (1 heure, pour un tournoi à 50 000 $, dans un casino où le moindre déplacement prend 10 minutes au moins), il est conscient de la bonne position dans laquelle il se trouve. Deuxième ou troisième en jetons, il sait également que le vent peut tourner vite : « Chaque coup te coûte 100 000 jetons minimum en Limit, et pour peu que tu ailles jusqu’au bout… » Bien évidemment, Bruno a une table difficile. Mais quelle table est facile à jouer dans un tournoi de ce niveau ? « Le problème, ce sont des types comme Alaei, Hennigan ou Mizrachi. Avec eux, tu ne sais jamais où te situer. Tu commences par coucher des mains plutôt bonnes, et puis tu les prends en flagrant délit de vol ou de tirage quelques coups après… » S’il a Ivey à sa droite, Hennigan est situé à seulement deux sièges de Bruno Fitoussi, et Alaei à trois, tous à droite. Un beau « virage » qu’il faut savoir maîtriser. « Alaei paie tout, impossible de lui faire coucher une main. Bet ? Call. Bet ? Call. Et ainsi de suite. Très dur de savoir quelle est la force de sa main. Pour Hennigan, c’est différent, il relance juste absolument tout. Bet ? Raise. Bet ? Raise. Avec tout et n’importe quoi, avant le flop, après le flop, etc. » Hennigan, Bruno Fitoussi le connaît bien, même s’il reste très peu connu du grand public.

Un gros joueur de cash-game, énorme parieur sportif, qui traîne son short et ses sandales en plastique des millions de dollars en poche. Ivey l’adore et s’esclaffe à tout moment avec lui à table. Un action-junkie ? Assurément. « Hennigan, c’est un des plus gros joueurs de cash que je connaisse. Un très bon joueur, mais qui a sauté pendant deux ou trois ans. On ne le voyait plus. Il est revenu cette année, on ne sait pas comment, et il est toujours aussi dingue. » « C’est comme Michael Mizrachi », enchaîne Bruno, « ces types sont incontrôlables, ils relancent tout sans même parfois regarder leurs cartes, il faut vraiment adapter son jeu. Il a fait un coup de No Limit à Cunningham au Day 1, pour son tapis sur un bluff absolu… Il aurait pu aussi bien sauter, et perdre ses 50 000 $ de buy-in au Level 2… » Est-ce que tous ces joueurs, si craints aux tables, sont pour autant gagnants à terme ? « Le problème n’est pas de savoir si ce sont de bons joueurs », résume Bruno. « À ce niveau, ils sont tous bons et ce qui est certain c’est que contre eux, quand tu joues en ligne, tu n’es pas dans ta zone de confort, ils peuvent te faire dérailler avec eux à tout moment. Rien que de nous faire quitter cette zone de confort, c’est quelque chose de brillant. » Mais les héros du jour sont aussi souvent les perdants du lendemain. Que vaut, à long terme, cette hyperagressivité ? Cache-t-elle autre chose qu’une maîtrise du jeu ou un ascendant psychologique ? Bien sûr, il y aura toujours un one-outer rivière pour sauver quelque temps encore ces gamblers de l’extrême, comme hier soir Viktor qui joue son tournoi (et le chip lead) sur un tel coup, qu’il remporte. Dans un mixed-games où ont été insérés le No Limit et le Pot Limit sur trois jeux sur huit, la variance entre un peu plus en jeu, dénaturant légèrement l’esprit initial du jeu mixte. À quelques places d’une bulle à 100 000 $, les Français visent en tout cas mieux qu’un simple ITM. Pour Bruno, runner-up d’une des premières éditions de ce Poker Players Championship, c’est aussi un retour au plus haut niveau de son poker, après des mois difficiles, minés par ses activités professionnelles et une sortie horrible lors de la demi-finale de l’EPT Deauville, en 2010. Mais le temps a passé et lui et Antony Lellouche sont aux portes d’un achèvement, le plus beau bracelet des WSOP.

30

30 juin : Pour quelques dollars de plus

En quelques minutes, jeudi, la table finale du Players Championship à 50 000 $ s’est dénouée. En faisant un « strike » de deux joueurs, Bill Chen et Bruno Fitoussi, Michael Mizrachi s’est propulsé encore un peu plus dans les chipcounts. La finale ne durera que trois heures et demie, une exception à ce niveau de la compétition, surtout dans des variantes où le pot est parfois splitté. Rien ne pouvait arrêter le grinder, comme le veut l’expression consacrée. Même pas tous les spécialistes de mixed-games présents ce jour à sa table ; le « clan » Mizrachi, venu en masse pour soutenir son meilleur représentant, sentait déjà la victoire arriver après le tournoi en roller-coaster de Michael : chip leader au jour 3, il était redescendu à 300 000 unités en Day 4, deux fois le tapis de départ, pour finir la journée à près de 4 000 000… Un chemin qui souligne bien le jeu extrêmement agressif de Mizrachi, qui prend tous les risques, et même un peu plus.

44 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 44

19/07/12 21:35


L’important au poker est de jouer à la limite de sa zone de confort : le gain doit signifier quelque chose et la perte doit faire mal À quelques centaines de mètres du casino Rio, on ne joue pas pour 2 millions de dollars, chèrement acquis au bout de 5 journées de tournoi, à suer sang et eau sur toutes les plus belles variantes du poker. Le Big Game de Las Vegas est devenu un VERY Big Game pour quelques semaines : il a abandonné la Bobby’s Room du Bellagio pour s’installer dans la Ivey’s Room de l’Aria, qui appartient au même groupe MGM. Là-bas, pas question de Limit, Scoop, Split et autres étrangetés lexicales. On y joue en No Limit Hold’em, en blindes 2 000-4 000-8 000 $. Six mois de SMIC en grosse blinde, en somme. Le buy-in pour s’y asseoir a été fixé à 1 000 000 $. Les swings sont énormes, avec des masses globales autour d’une table qui frisent les 30 000 000 $. Jamais une partie de NLHE aussi chère n’a été jouée depuis longtemps à Las Vegas. Et pourtant, aucun joueur pro ne s’y risque : à ces prix-là, la variance coûte plusieurs bankrolls, surtout en NLHE. Le flip AK contre QQ ? Plus cher que les 2 millions de gains de Mizrachi. Le bluff qui ne passe pas ? La valeur de 3 ou 4 années de buy-in sur le circuit poker… Seuls les hommes d’affaires amateurs peuvent se permettre de jouer à de telles limites. Comme toujours, on retrouve Guy Laliberté, l’initiateur du One Drop, qui ne trouve du plaisir qu’à jouer à de très hautes limites. Lyle Berman, l’homme derrière le WPT et beaucoup de projets du monde du gaming, est sûrement le plus chevronné à cette table. L’important au poker, a compris Laliberté, est de jouer à la limite de sa zone de confort : le gain doit signifier quelque chose et la perte doit faire mal. À ces limites-là, même pour des milliardaires, la défaite laisse un goût amer au petit matin. Comme à l’époque des plus grosses parties de Vegas, celles de Nick le Grec ou Larry Flint, c’est une seule personnalité qui concentre toutes les attentions. En organisant le One Drop, Laliberté est cette « whale » (surnom donné aux plus gros joueurs de casinos) gigantesque qui attire toutes les convoitises. Et, dans son sillage, se multiplient les milliardaires en dollars et les millionnaires en cash. Le casting « bigarré » du One Drop à un million de dollars, qui vient d’être finalisé aujourd’hui, exemplifie bien le phénomène : des joueurs pros attirés par l’odeur de l’argent facile, massés autour des dizaines de riches amateurs aux fortunes plus ou moins justifiées. Une réalité bien différente de l’excuse caritative avancée pour organiser le tournoi le plus cher au monde.

1

1er juillet : Another day at the office

Qu’est-ce qui ressemble le plus à un tournoi de No Limit Hold’Em qu’un autre tournoi de No Limit Hold’Em ? C’est à cette question profondément philosophique que Jason Mercier vient de répondre par Twitter interposé. Alors que la plupart de ses autres camarades inscrits au One Drop à 1 000 000 $ se gargarisaient du caractère exceptionnel de la compétition, le jeune pro américain twittait un ravageur « another day at the office ». Il évoquait alors le caractère presque guindé de la compétition, avec 46 joueurs sur 48 habillés en jean au pire, ce qui est déjà assez rare sur la planète poker américaine. Mercier, lui, n’avait pas dérogé à sa traditionnelle tenue sandales de sport et short large, suivi dans sa décontraction par Sam Trickett en tongs et short également. Des millionnaires en short, c’est ainsi que résumait ironiquement un journaliste américain, au milieu des années 2000, pour décrire la jeune génération internet qui commençait à pointer son nez aux grosses tables de poker. Une époque où, déjà, aux alentours de la Bobby’s Room, on voyait débarquer Antonius en peignoir et claquettes, un rack de jetons de 25 000 $ en main ; Gus Hansen avec deux ou trois « conquêtes », en tenue de tennis, pour s’asseoir à la même table ; des jeunes pros online depuis disparus comme Erik « Erik123 » Sagström en caleçon de bain rouge, les liasses de 10 000 $ débordant littéralement de ses poches. Depuis, de l’eau a coulé et le Black Friday a frappé de plein fouet ces destins éclairs, en laissant quelques-uns sur le carreau, plus encore qu’à l’habitude. Les millionnaires en short ont connu l’angoisse des poches vides, pour revenir sur le devant de la scène pour certains, Mizrachi en tête, après ses victoires quasiment back-to-back dans le Players Championship. Peu de grands noms du poker old school ont d’ailleurs fait le déplacement pour le One Drop : la « value » prônée par les jeunes joueurs n’est peut-être pas aussi intéressante… Doyle Brunson ? Trop fatigué, et sûrement lassé de perdre autant sur un coinflip en No Limit Hold’Em. Sam Farha ? Ravagé par les nuits à la table de blackjack, on l’a croisé pour la dernière fois achetant un iPad pour sa femme, dans les faubourgs de Las Vegas. Gabe Kaplan ? Trop cher, pour un joueur semi-pro qui n’est même plus dans le poker. Amarillo Slim ? Décédé, quelques jours avant le début des World Series. T. J. Cloutier ? Vous aurez plus de chances de le trouver dans un Daily 185 $ Tournament au casino Orleans, sur Tropicana. Phil Laak ? Il n’en a même jamais eu la bankroll. Devilfish ? Invisible aux World Series cette année. Lindgren ? Broke. Bellande ? Il n’aurait réuni que 800 000 $ au total. Ferguson, Duke, Lederer ? Terrés dans une villa, en attendant que l’orage passe un jour, si cela est encore possible… Dans le line-up final, des surprises tout de même comme Roland de Wolfe, que l’on n’avait plus croisé depuis un certain temps à ce niveau financier de la compétition ; Haralabos Voulgaris, qui avait mis de côté le poker pour se consacrer à sa manne principale, les paris sportifs pratiqués à des prix d’or ; Jens Kyllönen, qui a dû ratisser large pour se faire stacker à cet âge et sa moindre expérience en tournois live. Et Dwan dans tout ça ? Plus qu’un « another day at the office » pour celui qui vient juste d’arriver de Macao. Attiré par la

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 45

45

19/07/12 21:35


repOrTaGe

très grosse partie qui a lieu en privé à l’Ivey’s Room de l’Aria, où les swings peuvent frôler plusieurs millions de dollars en une nuit, voire en un pot, il a fait une nuit blanche intégrale à cette table avant de commencer le One Drop. Il y a même fort à parier qu’il y retourne dès le Day 1 achevé, puisque sa vie n’est qu’une partie de cash-game en continu dont il ne semble jamais décaver.

4

4 juillet : Une goutte d’eau

Aujourd’hui, il pleut sur Las Vegas. Des torrents d’eau qui se sont déversés dans la nuit précédant les cérémonies de la fête nationale américaine du 4 juillet, mettant en péril les centaines de célébrations par feux d’artifice. Des trombes orageuses qui remplissent les « arroyos », ces longs tunnels d’évacuation des eaux qui trouent le sous-sol de Vegas. À chaque été, au début de la « saison des pluies » (qui consiste en deux semaines environ de ciel gris et d’orages violents, début juillet), les sansdomicile qui peuplent ce labyrinthe puant et fangeux craignent un peu plus pour leur vie. Le seul danger d’être seriné pour quelques grammes de crystal-méthamphétamine est bien loin quand grondent au loin les orages et s’accumulent les nuages contre le mont Charleston. Car si les arroyos accueillent une population de plus de 10 000 personnes sans abri, ils peuvent également s’engorger de torrents d’eau en quelques minutes seulement, véritables tsunamis du désert qui emportent tout sur leur passage : campements de fortune, réchauds rouillés, cuillères rongées par les drogues chauffées, draps maculés, nourriture éventée. Des masses d’objets brisés se déversent alors dans les parties à ciel ouvert des arroyos, derrière les

grands bâtiments d’UNLV, le campus universitaire de Las Vegas, à l’arrière du Strip au niveau du casino Orleans, ou vers l’ancien casino désaffecté du Key Largo. Chaque matin, les pompiers de la LVFP découvrent les corps boursouflés de sans-abri noyés, flottant dans le peu d’eau qui ne s’est pas évaporé au soleil. À quelques mètres de là, des millionnaires se sont affrontés toute la journée d’hier pour la finale du One Drop – ce tournoi à un million de dollars à vertu caritative afin d’assurer un accès à l’eau partout dans le monde. Son vainqueur ? Antonio Esfandiari, ancien magicien professionnel et comparse de toujours de Phil Laak. Un « outlaw » qui aura battu en finale, outre des responsables d’hedge funds, un ancien plombier (Sam Trickett) et un ancien cracheur de feu de rue (Guy Laliberté). Esfandiari ? Sûrement pas le meilleur joueur de la compétition, d’après l’avis de ses pairs, mais un joueur régulier de MTT qui a su rebondir ces dernières années en revisitant son jeu. La diffusion en léger différé d’ESPN a permis à toute l’Amérique de regarder la compétition, finalement très courte, puisque la finale à 8 joueurs n’a duré que sept heures, pour finir par un duel entre Esfandiari et Sam Trickett. L’Anglais, stacké à 100 % comme à son habitude par James Bord (qui finance également ses gros cash-games de Macao), était l’un des favoris de la compétition depuis longtemps. Mais la variance en a fait autrement, accordant plus de 10 % de « premium hands » à Esfandiari pendant la finale tandis que Trickett plafonnait à 2 % et Phil Hellmuth, sorti quatrième, à… 0 %. Une sensation étrange se dégageait de ce tournoi qui s’est vite transformé en show télévisé bien ficelé : des millionnaires détendus qui jouent plusieurs millions sur un coinflip (le « one time ! » de Laliberté, avec ses Dames contre l’As-Roi d’Esfandiari, pour un saut de palier de payout de près d’un million de dollars) ; des joueurs qui font semblant de jouer pour la victoire de leur vie alors que la majeure partie de leurs parts a été cédée à des investisseurs divers ; des participants qui mettent un nez de clown à chaque tapis, comme pour dédramatiser le fait de jouer des fortunes au nez et à la barbe d’une Amérique en crise. Doyle Brunson lui-même, croisé ce matin dans la Bobby’s Room, avait des mots durs sur le One Drop : « c’est un tournoi qui fait de l’ombre aux autres compétitions des WSOP ; ce n’est que du spectacle, et je ne lui trouve aucun intérêt. »

8

8 juillet : Dernière danse

Pour beaucoup, le Main Event qui vient de débuter aujourd’hui a le goût amer d’une dernière danse. Avec l’obligation de réussir, à tout prix. Loin est le temps des tournois de « rattrapage » qui permettaient de clore en douceur un été de World Series : en marge du Main Event, les WSOP organisaient un ou deux tournois à faible buy-in pour accueillir les éliminés des premières journées du Main à 10 000 $. Une occasion de « se refaire » ou de perdre encore un peu plus, selon le point de vue. C’est ainsi qu’en 2006, alors que nous suivions Fabrice Soulier dans le cadre d’un documentaire pour Arte, le champion français avait balayé un été de malchance et de poisse qui colle au corps en finissant dans les premières

46 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 46

19/07/12 21:35


places du dernier tournoi des Series. Comme un rappel dans un concert, qui fait oublier tous les soucis techniques qui ont émaillé la performance principale. Toujours annoncé à 10 000 $, le Main Event est un invariant des World Series. C’est le Graal absolu, le tournoi dont l’élimination fait encore plus mal que les autres. Demandez à n’importe quel joueur quel est le tournoi le plus important de l’année, et la réponse sera invariable : le Main Event et ses dizaines de millions de dollars de prizepool. Mais le combat est long et âpre. Paul McGuire, journaliste poker américain, avait coutume de décrire l’Amazon Room pendant le Main Event comme un gigantesque champ de bataille recouvert de cadavres de joueurs égorgés en direct à coups de bad beats. « Seat Open ! » hurlent les croupiers à chaque instant, scellant ainsi le destin de chacun des nouveaux éliminés, pétri de déception d’avoir échappé une fois encore au rêve du gain qui change la vie, à tout jamais. Ce changement, cette vie de millionnaire dans l’insouciance absolue, tous en ont rêvé. Mais ceux qui l’ont décrochée n’en sont pas tous revenus. Parmi les vainqueurs, rares sont ceux qui arrivent à vivre normalement par la suite. Pius Heinz, le vainqueur allemand de la précédente édition ? Quelques rares places payées après une année passée à écumer le circuit. Jonathan Duhamel, le Canadien de 2011 ? Sûrement l’un des rares à avoir réussi son passage au statut de joueur pro. Joe Cada, le jeune Américain qui a raflé la victoire en 2009 au nez d’Ivey ou Saout ? Une récente place de runnerup dans un crapshoot à 1 500 $ pendant les WSOP 2012, après trois années assez mornes. Peter Eastgate, le Danois de 2008 ? Plus jeune retraité du poker après avoir beaucoup perdu, il est revenu, en catimini et sans sponsor, retenter sa chance. Jerry Yang, l’absolu amateur de 2007 ? Le seul qui aura eu la clairvoyance de s’arrêter, tout de suite, fort de ses 8 250 000 $, guidé « par Dieu », dit-il. Jamie Gold, le plus gros vainqueur de l’histoire du Main Event, en 2006 ? Il n’a pas pu toucher l’intégralité de ses 12 000 000, après avoir essayé d’arnaquer ses backers, et passera une année à jouer le rôle de « fish » des tables de cash-game high stakes, dilapidant ses gains jusqu’à la ruine absolue ; on l’a même annoncé en poker-host au Tropicana, vieux casino du Sud du Strip qui a tenté, comme lui, un come-back poussiéreux. Cette année encore, la table finale du Main Event fera des néomillionnaires dont la vie sera bouleversée à tout jamais ; mais le rêve a un prix : 10 000 $.

9

9 juillet : Zombie Apocalypse

À quelques centaines de mètres des portes de sortie de secours du Rio, au croisement de Spring Mountain West et Sirius South, un magasin ouvert nuit et jour, le Zombie Apocalypse Store. Surfant sur le succès d’édition des « Zombie survival guides », manuels semi-fantastiques, semi-humoristiques décrivant comment survivre face à une attaque de zombies généralisée, ce magasin n’est autre que la survivance d’un banal « Weapon & Ammo Store », ces boutiques qui fleurissent à tous les coins de blocs à Las Vegas, destinés aux fanatiques des armes et du Deuxième Amendement améri-

cain. Derrière les lettrages gothiques et les stands de shoot anti-zombies très bon enfant est tapie une idéologie bien plus claire que le simple fun : des journaux d’extrême droite prônant la guerre de néo-croisés, des tracts « gratuits et à distribuer autour de vous » caricaturant Obama comme au meilleur temps de la presse racialiste. À votre entrée, un géant white-trash vous accueille d’un vibrionnant « Are you ready to do anything to survive ? » sans le moindre sourire. Derrière le mot « Zombie », vous pourrez, selon votre bord politique et vos obsessions sécuritaires, plaquer tous les clichés qui hantent votre territoire paranoïaque : dealers afro-américains, terroristes arabes, milliardaires juifs, cannibales asiatiques. Ne reste plus qu’à vous armer pour être paré à toute éventualité : couvertures de survie, rations de nourriture lyophilisée de l’US Army, armes en libre-service, milliers de barillets, lunettes de vision nocturne, flash-ball en solde à 50 %, cibles pour s’entraîner dans votre basement. Dehors, alors que le soleil se couche – tôt, il fait nuit à 19 heures à Las Vegas pendant les World Series – sur les grandes montagnes du désert du Mojave qui bordent la capitale du jeu, les ombres qui errent dans les rues encore brûlantes ont la démarche anonyme, mécanique et inquiétante de troupes zombies en pleine déroute. Mendiants éreintés, joueurs abrutis par la perte, corner boys esseulés, prostituées en manque, livreurs de dope latinos, croupiers désargentés, adolescents livrés à eux-mêmes : tous rasent les murs de cette ville-oasis qui leur a tout pris, sans le moindre état d’âme. À quelques blocs de là, les joueurs qui quittent le Main Event ont cette même démarche mécanique de ceux qui n’ont plus rien. À 10 000 $ le ticket d’entrée, le droit au rêve n’a parfois pas duré très longtemps. Les journalistes noircissent leurs coverages de faire-part de décès électroniques, commençant leur billet horaire par un lapidaire « Ils nous ont quittés… », reprenant le champ lexical des colonnes nécrologiques des journaux quotidiens plutôt que celles des pages techniques des magazines de poker. En quelques heures, l’Amazon Room a déjà rasé des centaines de joueurs, dépouillés peut-être de leurs derniers dollars, désabusés surtout d’avoir cru une fois de plus à leur bonne étoile dans ce désert de cartes peuplé de joueurs éreintés. À ce jeu-là, personne n’est épargné. Tom Dwan, qui twittait avec bravache participer à son deuxième tournoi des World Series 2012 quelques heures après le début du Day 1B, aura tenu à peine deux heures. Sûrement ailleurs, trop occupé à penser aux pots à 7 chiffres qui s’échangent dans l’Ivey’s Room à la grosse table de NLHE 2/4/8 000 $ qui tourne depuis plus d’une semaine, Dwan aura balancé son tournoi avec la désinvolture qu’on lui connaît. À quoi bon s’escrimer pendant deux semaines pour, au mieux, quelques millions de dollars alors que l’on peut tutoyer ces sommes chaque heure dans ces tables à haute variance ? Et parmi la troupe de zombies aux pas décharnés qui quittent hagards les couloirs du Convention Center du Rio, une seule démarche souple et lunaire : celle de Dwan, éternel adolescent au visage baigné de lumière, les yeux fixant un point à l’horizon, attiré irrémédiablement par le rush d’adrénaline de l’action, pure.

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 47

47

19/07/12 21:35


PK52_N31_Commun1.indd 48

19/07/12 21:36


PK52_N31_Commun1.indd 49

19/07/12 21:36


repOrTaGe

World SerieS of Poker 2012

Gaëlle baumaNN

au bOuT De SON rêve

Gaëlle Baumann

50 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 50

19/07/12 21:36


Si le contingent français a fait vibrer un pays entier lors de l’édition 2011 des WSOP avec pas moins de quatre bracelets à la clé, les joueurs pros et amateurs hexagonaux n’auront pas réussi à faire aussi bien lors de la cuvée 2012. Malgré les tables finales de quelques grinders online, la place de runner-up de Jérémy Quehen lors d’un crapshoot à 2 500 $ NLHE, le bracelet en début de Series d’aubin Cazals et la très belle 8e place lors du Players Championship de Bruno Fitoussi, rien qui n’équivaut aux bracelets de Soulier, ElkY, Payan et Teisseire. Seule satisfaction lors de ces World Series dominées massivement par les joueurs américains, le deep run incroyable de Gaëlle Baumann, pro Winamax, lors du Main Event. Elle échoue à la bulle de la finale d’octobre, les larmes aux yeux. Retour sur un mois et demi de poker de très haute volée.

L

Par Jérôme Schmidt / photos Jules Pochy

Les World Series se suivent et ne se ressemblent pas. Si l’édition 2012 avait bien débuté avec la victoire d’Aubin Cazals lors du tournoi Mixed-Max à 5 000 $ de fin mai, elle n’aura pas toujours été sous les meilleurs auspices du côté du clan français. Les champions tricolores, pourtant venus en nombre pour le plus beau mois et demi poker de l’année, n’auront pas brillé : ElkY, Antony Lellouche, Ludovic Lacay, Fabrice Soulier, David Benyamine, Nicolas Lévi, Lucille Cailly, Pedro Canali, Guillaume Darcourt, Philippe Ktorza, Jean-Paul Pasqualini ou les jeunes grinders online n’auront signé que quelques places payées tout au mieux, se privant des feux des projecteurs.

Forza America

La compétition et ses 61 tournois auront en tout cas été quasi exclusivement arrogés aux Américains. Les statistiques ne mentent pas : 46 bracelets aux USA, contre 3 aux Canadiens, 2 aux Allemands, 1 aux Britanniques, aux Français, aux Russes, aux Italiens, aux Belges, aux Hollandais, aux Japonais, aux Ukrainiens, aux Bulgares et aux Tchèques. Côté ITM, les USA comptabilisent pas moins de 5 820 ITM, devant les Canadiens (509), les Anglais (315) et les Français en quatrième position (195). Idem en termes d’argent comptabilisé, avec 132 491 101 $ pour les USA, 16 197 680 $ pour l’Angleterre, 10 846 905 $ pour le Canada, 4 362 299 $ pour la France et 3 584 402 $ pour l’Allemagne. Avec pour pire pays parmi les 87 compétiteurs, l’Équateur et ses 2 079 $ de gains cumulés…

Hellmuth tutoie les sommets

Comme chaque année, les plus grands champions s’affrontent à distance, à coup de side bets énormes. Cette année, Ivey avait parié 900 000 $ sur sa victoire lors d’un event, et malgré ses cinq tables finales (dont une deuxième, une troisième et une cinquième place…), le champion de retour dans le circuit des tournois n’aura pas réussi à transformer ses essais. Une année exceptionnelle, donc, pour Ivey, mais sûrement très perdante dans le circuit des side bets ; des rumeurs le disent même assez proche de la banqueroute, même si personne ne s’inquiète pour lui au vu de sa constance aux tables de poker…

Phil Hellmuth

Daniel Negreanu aura quant à lui vécu une année encore pire, jouant à tous les tournois possibles, multi-tablant presque chaque jour, pour seulement cinq petites places payées et un joli Day 5 lors du Main Event, sa plus grosse victoire de l’été pour 50 000 $. Hellmuth, par contre, confirme son retour en force depuis un peu plus d’un an : douzième bracelet lors d’une épreuve de Razz, et deux quatrièmes places à deux gros tournois, le H.O.R.S.E à 10 000 $ (remporté en 2011 par Fabrice Soulier) et le One Drop à 1 000 000 $…

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 51

51

19/07/12 21:36


repOrTaGe Le One Drop éclipse tout

Le grand événement de cette édition était sans conteste le « Big One for One Drop », un tournoi à 1 000 000 $ organisé par les WSOP et le milliardaire canadien Guy Laliberté. Le concept ? 48 places maximum, 1 000 000 $ de buy-in, 111 111 $ reversés à la fondation One Drop du Canadien, et des milliardaires du monde entier face à des joueurs pros stackés par de riches financiers… Le line-up, bien sûr, réunissait la plupart des très grands noms du poker, avec tout de même quelques absents de marque. Parmi les inscrits : Bobby Baldwin, Tom Dwan, Roland De Wolfe, Jonathan Duhamel, Phil Galfond, Antonio Esfandiari, Phil Ivey, Eugene Katchalov, Jens Kyllönen, Ben Lamb, Tom Marchese, Jason Mercier, Michael Mizrachi, Daniel Negreanu, Vivek Rajkumar, Andrew Robl, Tobias Reikenmeier, Noah Schwartz, Nick Schulman, Erik Seidel, Mike Sexton, Dan Shak, Justin Smith, Brian Rast, Haralabos Voulgaris, Gus Hansen, Sam Trickett et Phil Hellmuth. Côté français, deux seuls représentants : ElkY, bien sûr, et un homme d’affaires émigré aux USA, Frédéric Banjout. Au final, les hommes d’affaires s’en sortent plutôt bien puisque Baldwin, Richard Yong, Laliberté et David Einhorn finissent dans les neuf places payées, tandis que Sexton se rembourse en neuvième place, qu’Hellmuth finit quatrième pour plus de 2 600 000 $ (son plus gros gain à ce jour), et que Trickett et Esfandiari bataillent pour les 18 000 000 $ réservés au gagnant. Un heads-up rapide, remporté par Esfandiari, porté par ses supporters au ciel, tandis que l’Anglais qui martyrise déjà les gros cash-games de Macao touche 10 000 000 $ pour sa très belle deuxième place.

Antonio Esfandiari

Sam Trickett , Guy Laliberté et Antonio Esfandiari

52 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 52

19/07/12 21:36


Bruno Fitoussi

Les Français loupent le coche

Côté français, quelques belles saillies, mais rien d’historique : c’est sur cette tonalité que s’achèvent les World Series avant le début du Main Event. Côté table finale, on retrouve Aubin Cazals, bien sûr, et sa victoire lors du Mixed-Max, mais aussi Jérémy Quehen, runner-up d’un NLHE 2 500 $ pour 429 535 $ ; Bruno Fitoussi, finaliste et huitième du prestigieux Players Championship pour 170 000 $ ; Hugo Lemaire, quatrième du Heads-Up à 10 000 $ pour 162 443 $ ; ElkY et son total de trois ITM pour 112 256 $ ; Manuel Bevand, le pro Winamax finaliste de l’Event 17, et qui finit cinquième pour 110 000 $ ; Damien Lhommeau, avec deux belles places dont une finale, pour 101 880 $ ; François Dur, huitième de l’Event 43 pour « seulement » 63 459 $ ; David Benyamine et ses quatre places payées pour un total de 58 000 $ ; Jean-Louis Santoni, septième de l’Event 21, pour 56 500 $ ; Ilan Boujenah avec quatre min-cash qui totalisent 44 000 $ ; Sylvain Gonon, dixième de l’Event 53, avec 43 000 $ ; Fabrice Soulier et deux places payées (dixième et treizième de deux tournois, pour 42 000 $) ; Gabriel Nassif, toujours serial-perfeur avec cinq ITM pour 40 000 $ ; Jean-Marc Thomas, quinzième de l’Event 31 pour 30 000 $.

Dernière chance dans le Main Event

Avec près de 6 600 participants, le Main Event étalé sur seulement trois Day 1 avait de quoi faire rêver tout le field. Même Doyle Brunson, fatigué par ces tournois interminables, avait décidé de late-register lors du Day 1C devant l’importance du prizepool – plus de 62 000 000 $ à se partager, dont 8 527 982 $ réservés au vainqueur, qui sera déterminé à la toute fin d’octobre. Très vite, les têtes de série tombent au combat : le Main Event ne fait pas de cadeaux, et même si la

Aubin Cazals

bulle aura éclaté en une seule main, à 669 joueurs restants pour 666 places payées – avec un « strike » de quatre joueurs d’un seul coup –, les cadavres de joueurs semblaient joncher les allées de l’Amazon Room : seulement 10 % d’élus pour ce tournoi qui offre la plus belle value de toute l’année… Negreanu y sauve son été désastreux, tandis que chez les Français, on remarque très vite deux têtes de série avec de gros tapis : les membres du Team Winamax, Tristan Clémençon et Gaëlle Baumann. Parmi les joueurs moins médiatisés, de nombreux joueurs qualifiés sur BarrierePoker.fr, qui aura qualifié énormément de joueurs français au Main Event ! Un record absolu qui a permis à la France de faire bonne figure… Lors du Day 4, 36 Français sont encore en course pour affronter la bulle… et 34 font l’argent. Parmi les premiers éliminés, pour 19 227 $, on croise Jérôme Naye, Fabien Perrot, Josep Teanotogo, Benjamin Saada, Alexis Bouchiouane, Thibaud Guenegou, Stéphane Bénadiba, Marc Negron puis Édouard Mignot-Bonnefous, Bruno « Kool Shen » Lopes, Maxence Dupont, Marc Bariller, Nazim Guillaud, Pacôme Chavignon, Giuseppe Zarbo, Olivier Chubilleau, Johan Guilbert, Fabrice Bachellez, Fabrice Humbert. Lors du Day 5, c’est au tour de Patrick Khayat, David Debue, Rémy Cucak, Sébastien Clot, Gilbert Diaz, François Tosques, Mesbah Guerfi et Klaus Patrot de sauter, pour une somme allant de 40 000 à 50 000 $ de gains. Peu de têtes de série sont encore en lice, à part Vanessa Selbst que Doyle gratifie par Twitter interposé d’un bruyant : « Elle est aussi forte qu’Ivey »…

Baumann vire en tête

Gaëlle Baumann fait beaucoup parler d’elle : très gros tapis, elle est sous le feu des projecteurs d’ESPN, autant pour son joli minois que son poker, excellent. Avec Clémençon, son coéqui-

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 53

53

19/07/12 21:36


REPORTAGE

pier de chez Winamax, ils ne lâchent rien, en compagnie d’Alban Juen, Éric Legoff et Gwennaël Grandmougin. Le Day 6 sera fatal aux quatre joueurs, tandis que Baumann navigue en eaux agitées avec un petit tapis suite à un hero-call au mauvais moment. Le Goff saute 60 e (128 000 $), suivi par Juen juste après lui, puis Clémençon en 46 e place (156 000 $) et Grandmougin, qui frise les 200 000 $ en 42 e place. Baumann peut aller jusqu’au Day 7, le dernier avant la finale d’octobre… Elle y mène un poker parfait, short stack laissant les autres joueurs s’affronter et jouer des dizaines de milliers de dollars de gains sur des coinflips hasardeux. Elle passe ainsi de nombreux paliers… Harper, le reporter chargé du coverage Winamax pendant le Main Event, raconte ainsi cette dernière folle journée : « À quelques minutes du coup d’envoi de cette septième journée de tournoi, Gaëlle fait la moue : elle est à nouveau en table télévisée secondaire, elle qui préfère le calme et la sérénité d’une table feutrée. C’est pourtant avec un grand sourire qu’elle reviendra une seconde fois vers nous : “J’ai mal compté mon tapis hier soir, j’ai un million de plus que ce que je croyais !” Une différence de 20 % non négligeable. Derrière, l’éternel débat s’engage : faut-il jouer le tournoi comme un satellite pour la table finale, ou tenter de monter des jetons au risque de sauter prématurément ? Tout le clan français conseille à Gaëlle de viser la finale, quitte à y arriver short stack. Privée de bonnes cartes, la Française n’a de toute façon que très peu d’autres alternatives, et c’est avec un sentiment de frustration difficilement imaginable qu’elle voit son tapis fondre de moitié sans même pouvoir lutter. Gaëlle parvient pourtant à atteindre les deux dernières tables sans trop lutter, bien aidée par un rythme d’éliminations rapide. C’est avec le sourire qu’elle se tourne vers son clan : de 27 joueurs sur le coup d’envoi à 13 heures, ils ne sont déjà plus que 18 et elle est d’ores et déjà assurée d’empocher 369 026 $ ! Aubin Cazals la raisonne rapidement :“Dans trois places, il y a un nouveau palier de 70 000 $, reste patiente, il n’y a aucun mal à tomber à huit voire sept blindes.” […] Avec quinze blindes, il lui fallait doubler…

Et c’est un spot rêvé qu’elle allait se voir offrir : As-9 contre As-7 pour sortir de la zone rouge ! “NINE !” hurle le clan français dans une ambiance digne des plus grands après-midi à Roland Garros. Un 9 tombe au flop. Puis un autre sur le turn. Libération. Explosion. Délivrance. La pro Winamax vient de s’offrir un billet pour intégrer les douze derniers joueurs du tournoi, s’assurant ainsi un prix de 590 442 $ et réalisant à coup sûr la meilleure performance de l’histoire de l’équipe sur le Main Event. […] Alors que les Français poussent de plus en plus dans les tribunes, Gaëlle trouve un spot inespéré pour revenir dans la partie : une paire de Rois à tapis contre Valet-9. Malgré l’apparition d’un Valet au flop, la main d’“O RLY” tient et lui permet d’espérer à nouveau. Elle fait alors tapis dès la main suivante avec As-3 sans être payée puis pousse encore celle d’après, cette fois avec As-9. Au moment d’avancer ses jetons depuis le cut-off, elle se rend compte de son erreur : Gaëlle était remontée à 18 blindes, un tapis suffisant pour se montrer plus patiente… Andras Koroknai décide d’engager la somme avec As-Valet. Andras Koroknai. Son nom ne vous est sûrement pas inconnu. En fin de Day 4, Gaëlle s’était retrouvée empêtrée dans une affaire d’arbitrage contre ce joueur. N’ayant pas vu la relance première de parole de Gaëlle, il avait poussé son tapis depuis la petite blinde et jeté sa main à la défausse derrière un passe de la grosse blinde. La direction du tournoi n’avait alors pas décidé de l’éliminer, mais simplement de le condamner à payer le montant de la relance de Gaëlle qui était prête à payer avec une paire de Rois ! Effet papillon. Ironie suprême, un point final en forme de pied de nez à un parcours qui restera dans l’histoire du poker français. » Les neuf survivants – dont huit Américains – se retrouveront fin octobre, à partir du 28, pour la finale qui peut changer leur vie. Aucun grand nom n’est présent, même si Greg Merson est le plus connu, au grand désespoir des pros américains qui rêvaient de voir une femme en finale. Le vainqueur touchera plus de 8 000 000 $ et son malheureux runner-up plus de 5 000 000 $…

LES OCTOBER NINE 1er - Russell Thomas : 24 800 000 $ 2e - Jacob Balsiger : 13 115 000 $

3e - Jeremy Ausmus : 9 805 000 $

4e - Steven Gee : 16 860 000 $

5e - Greg Merson : 28 725 000 $ 6e - Jesse Sylvia : 43 875 000 $

7e - Robert Salaburu : 15 155 000 $

8e - Andras Koroknai : 29 375 000 $

9e - Michael Esposito : 16 260 000 $

54 NUMÉRO 31 // AOÛT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 54

19/07/12 21:46


PK52_N31_Commun1.indd 55

19/07/12 21:46


PK52_N31_Commun1.indd 56

19/07/12 21:36


PK52_N31_Commun1.indd 57

19/07/12 21:36


repOrTaGe

WPT NaTioNal SerieS & aCfPoker Tour MazagaN

HaIrabeDIaN eN paTrON

Belle affluence au magnifique resort 5 étoiles de Mazagan pour un double événement poker : l’étape du WPT National Series sponsorisé par PartyPoker.fr, assortie de celle de l’aCFPoker Tour. Deux tournois middle stakes qui ont attiré joueurs locaux ainsi que pros et amateurs français dans un cadre de rêve propice aux vacances (quad, golf, jet-ski, piscine, hammam) et à des tournois de dimension internationale. au final, c’est un habitué des tables marocaines et hexagonales, l’incontournable Roger Hairabedian, qui s’est imposé lors du WPT National Series, tandis que Léo Truche finissait runner-up de l’aCFPoker Tour. Reportage. Par Matthieu Sustrac

PK52_N31_Commun1.indd 58

19/07/12 21:36


A

Avec son format re-entry qui permettait aux joueurs de tenter leur chance lors de deux Day 1 consécutifs, l’étape marocaine du WPT National Series à Mazagan a permis d’offrir un très beau prizepool grâce aux 158 inscriptions comptabilisées pour ce tournoi à 1 500 €. Autour de Léo Truche, ex-pro Everest et désormais ambassadeur du casino Mazagan, une flopée de joueurs pros français s’étaient rassemblés : Bruno Fitoussi (ambassadeur ACFPoker.fr), David Jaoui, Lucien Cohen (vainqueur de l’EPT Deauville), Paul Guichard (finaliste à Deauville en 2012), Roger Hairabedian (que l’on ne présente plus…) et Sébastien Compte (3 e du WPT Marrakech en 2010). Parmi les amateurs passionnés de poker, un étrange duo : David Hagenbach et sa fille, Valentine, qui s’était qualifiée comme son père sur BWin. fr pour la compétition. Petite précision : la jolie Française venait d’avoir tout juste 18 ans…

Les pros prennent des risques

Prenant plus de risques que les amateurs grâce à ce format re-entry mené de main de maître par le Tournament Director Thomas Gimié, toujours aussi impeccable, les pros ont tous participé au Day 1A, sachant qu’il leur restait une seconde chance en Day 1B si la première journée se passait mal… À l’issue du Day 1A, les chip leaders étaient ainsi majoritairement des joueurs locaux, mais Roger Hairabedian arrivait à tirer son épingle du jeu, en montant le troisième tapis de fin de journée. Seul Paul Guichard arrivait quant à lui à passer le Day 1A sans s’envoyer en l’air, finissant avec le tapis de départ…

Un Day 1B bien fourni

Re-entry oblige, tous les pros éliminés du Day 1A sont passés faire un tour par le Day 1B, ouvert à tous jusqu’à la pause dîner, permettant des late-registrations à ceux qui voulaient profiter de l’excellence du resort de Mazagan. Lucien Cohen a ainsi pu faire son show désormais connu de tous, entre bonne humeur permanente et montées soudaines d’adrénaline, déstabilisant souvent ses adversaires.

claSSemeNT De la Table fINale TOP 10 WPT national Series Mazagan

1er - Roger Hairabedian : 702 500 Dirhams* 2e - Hicham Zaakour : 450 000 Drh 3e - Kamal Sefrioui : 290 000 Drh

4e - Philippe Barouk : 210 000 Drh

5e - Karim Bennani Smires : 158 000 Drh

6e - Mohamed Benboubker : 125 000 Drh 7e - Rachid Arbaoui : 105 000 Drh

8e - Philippe Garet : 84 000 Drh 9e - Cyril Coville : 62 290 Drh

10e - Fahd Bennani Smires : 45 000 Drh * soit environ 64 000 € incluant un ticket d’entrée au WPT Grand Prix de Paris à 7 500 €

ACFPoker Tour

1er - Ouaeb Benchaa : 151 500 Drh* 2e - Léo Truche : 92 050 Drh

3e - Sébastien Ta : 60 000 Drh 4e - Cédric Rossi : 46 975 Drh

5e - Richard Ekert : 36 000 Drh

6e - Pierre Drochon : 28 150 Drh * plus un ticket pour la finale de l’ACFPoker Tour d’une valeur de 1 500 € compris

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 59

59

19/07/12 21:36


repOrTaGe

Le large chip leader, Kamal Sefrioui, finit avec 240 000, soit plus de 100 000 que son premier poursuivant, Fahd Bennani ! 64 joueurs accèdent au Day 2, dont Bruno Fitoussi, Lucien Cohen, David Jaoui, Paul Guichard (tous short stack) ainsi que Bruno Benveniste, Philippe Barouk et Roger Hairabedian.

Un long Day 2

Avec 18 joueurs payés, la bulle a duré longtemps, personne ne voulant lâcher l’affaire. C’est un semi-pro local, Houssam Mohamed Ali (le sosie d’ElkY) qui saute en dix-neuvième position ; ensuite, tout s’accélère (dont l’élimination en seizième place de la charmante Valentine Hagenbach) et le Day 2 s’arrête à 11 left. Parmi eux, Roger Hairabedian, impérial dans la maîtrise de son jeu, tout en finesse, avec le quatrième tapis pour une dernière ligne droite dominée par le tapis de Philippe Barouk.

Hairabedian au finish

Après être retombé très short stack lors de la finale télévisée, Roger Hairabedian réussit à faire son retard sur Barouk (chip leader) et le duo Sefrioui/Zaakour, placés juste derrière le joueur parisien. Ce sont ces trois joueurs que l’on retrouve dans le dernier carré avec Hairabedian. Tandis que Zaakour s’occupe d’éliminer Barouk avec paire de 10 contre l’As-7 de trèfle de Barouk, c’est au tour d’Hairabedian de sévèrement attaquer Sefrioui avec un tapis pré-flop Roi-10 contre

Dame-10, sorti quelques minutes plus tard par Zaakour. Le heads-up final, interminable, sera très technique, avec un Hairabedian qui ne lâche rien, trop avide de victoire après ces quelques mois de disette. Un magnifique retour au-devant de la scène pour un des meilleurs ambassadeurs du poker hexagonal…

Truche runner-up de l’ACFPoker Tour Du côté de l’ACFPoker Tour, sponsorisé par ACFPoker.fr, 57 joueurs se sont acquittés des 750 € d’inscription pour un field très relevé, majoritairement constitué des éliminés des premiers jours du WPT National Series. Léo Truche, l’ambassadeur du casino Mazagan, dominait largement le tournoi pendant ces jours, abordant le heads-up final en tête face à Ouaeb Benchaa. Mais ce dernier ne se laissait pas faire pour autant, doublant avec un brelan au flop contre un flush-draw chez Truche. À la river, Truche touche la couleur, tandis que Benchaa a son full… Il abordait pourtant le HU avec 615k contre 250k chez son adversaire. Benchaa lui donne ensuite le coup de grâce quelques dizaines de minutes plus tard, s’adjugeant ainsi son premier titre de rang. Prochaine étape : la finale à 1 500 € à l’Aviation Club de France, pendant les Rendez-vous à Paris, les 18, 19 et 20 septembre.

60 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 60

19/07/12 21:36


PK52_N31_Commun1.indd 61

19/07/12 21:36


repOrTaGe

aCf SuMMer SerieS 2012

paul JacOb-maTHON S’ImpOSe à l’avIaTION club De fraNce

Les Summer Series, l’un des plus anciens festivals de poker en Europe, se sont tenues à l’aviation Club de France du 8 au 24 juin, pour 11 tournois qui ont réuni de nombreux participants tout au long de ces deux semaines entièrement consacrées au poker. Si abderazak Zaghdoud s’imposait dans le 500 € NLHE et Laurent Elkabbac remportait le 500 € PLO, Franck Kalfon sortait vainqueur de la troisième étape de l’aCFPoker Tour (750 €) après avoir dominé ses 127 adversaires (pour 21 945 €), et Paul Jacob-Mathon décrochait quant à lui le titre dans le Main Event à 1 000 €, pour 46 890 €, après avoir devancé Suat Uyanik en heads-up. Retour sur les deux plus gros événements de ces Summer Series.

L’

Par Antoine Salvi

L’Aviation Club de France célébrait l’arrivée de l’été, avec ses traditionnelles Summer Series, qui marquent chaque année la fin de la saison régulière du célèbre cercle parisien. La nouveauté de cette édition 2012 était le passage de l’ACFPoker Tour, qui tenait là sa troisième étape, juste avant celle du Maroc. 128 joueurs se sont présentés au début du Day 1 de ce tournoi à 750 € de buy-in, et ils n’étaient plus que 25 survivants après les 12 premiers niveaux de jeu. Sébastien Cavaiotti se retrouvait en tête devant Olivier Chubilleau et Philippe Bernanose, et parmi les qualifiés figuraient également Isabelle Mercier, Franck Kalfon et Laurent Polito.

vants, et Franck Kalfon prenait les devants en remportant tout d’abord un gros pot contre Dali Chouki, avant de sortir, en deux coups, Sébastien Cavaiotti. La sortie de Dali Chouki à la 3e place mettait alors Franck Kalfon en bonne position dans son duel face à Patrice Boudet, qui se concluait au bout de 10 minutes seulement, sur une confrontation hauteur 10 contre hauteur 6. En plus des 21 945 € promis au vainqueur, Franck Kalfon repartait avec un ticket d’une valeur de 1 500 € pour la finale de l’ACFPoker Tour, et nous le retrouverons en septembre lors du Rendez-vous à Paris.

Franck Kalfon champion de l’ACFPoker Tour

L’autre grand moment de ces Summer Series était bien entendu le Main Event à 1 000 € de droit d’entrée, qui offrait des tapis de départ de 30 000 jetons. Sur les 111 joueurs qui entraient dans le Day 1A, 47 parvenaient à terminer la journée avec des jetons devant eux, et Darko Stojanovic menait la course, loin devant Didier Scelves et Julien Jolivet. 121 joueurs supplémentaires les rejoignaient dans le Day 1B, et 67 nouveaux rescapés se qualifiaient pour le Day 2, avec Vincent Devauchelle et Paul Jacob-Mathon en tête. Les 108 joueurs se disputaient alors dans cette avant-dernière journée l’une des 25 places payées et la guerre faisait rage jusqu’à la fin de la journée. Isabelle Mercier, Bruno Benveniste, Céline Bastian, Marc Isman et Stéphane Benadiba sortaient tous avant l’argent, tandis que le trio de tête des 19 survivants était composé de Benjamin Nicault, Khalid Ayadi et Costa Bataille, alors que Franck Kalfon et Suat Uyanik étaient toujours en course.

Seuls 15 d’entre eux pouvaient espérer entrer dans les places payées, et Laurent Polito, qui s’inclinait face aux Rois du chip leader, sortait avant la bulle. Olivier Chubilleau prenait ensuite le chip lead, et Isabelle Mercier doublait grâce à une paire de Valets contre As-Roi chez le Russe Nikolay Karman. Ce dernier sortait peu avant la table finale, ouverte par la double élimination de Denis Zerbib et Olivier Chubilleau, le premier par Dali Chouki avec As-7 contre 8-8, le deuxième par Sébastien Cavaiotti avec paire d’As contre double paire As-Roi. Cavaiotti et Chouki entraient en table finale en tête, mais c’était Patrice Boudet qui s’occupait d’éliminer les premiers finalistes, en l’occurrence David Pagnard et Isabelle Mercier. Philippe Bernanose et Céline Bastian étaient les sui-

232 participants dans le Main Event

62 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 62

19/07/12 21:36


Suat Uyanik

Franck Kalfon

Paul Jacob-Mathon

Benjamin nicault, en tête dans la table finale Julien Jolivet entrait très fort dans ce Day 3, et Khalid Ayadi comptait parmi les premiers sortants, après une confrontation face au chip leader Benjamin Nicault. La table finale approchait, et Suat Uyanik profitait de la tension ambiante pour revenir avec un stack confortable, qui lui permettait de tenir jusqu’à la dernière table, ouverte après l’élimination de Franck Kalfon à la 10e place, avec As-9 contre As-8 pour Éric Qu qui touchait une couleur. Uyanik éliminait directement Sébastien Coriat à la 9e place, avec As-Roi qui touchait une paire d’As contre Dame-Dame, et Benjamin Nicault se chargeait de sortir Julien Jolivet avec As-Dame contre Valet-Dame. Jonathan Guez rejoignait ensuite Éric Qu sur les rails, suivi par Jérémy Routier, également éliminé par Paul Jacob-Mathon. À quatre joueurs left, Nicault conservait la tête, et il confortait son avance en bustant Costa Bataille à la 4e place avec As-8 contre Roi-10.

Paul Jacob-Mathon devance Suat Uyanik en heads-up Mais Jacob-Mathon renversait la tendance quelques mains plus tard, en se faisant payer son tapis avec deux paires 8-3 par Nicault, qui ne détenait que la top paire de 10. Le même Nicault faisait ensuite doubler Suat Uyanik, qui touchait une paire d’As, et s’inclinait à la 3e place quelques minutes plus tard, toujours à l’avantage d’Uyanik, qui commençait le headsup avec un désavantage de 2 contre 1. Il réussissait pourtant à renverser la tendance dans la première heure du tête-à-tête, mais Paul Jacob-Mathon parvenait à reprendre le dessus grâce à un brelan de 2 floppé qui dominait la paire de Dames de Suat Uyanik, puis grâce à une paire de Rois qui battait la main As-Valet de son adversaire. Sur la dernière main, Uyanik faisait tapis avec As-9, payé par Jacob-Mathon avec As-Roi, et le board 9-5-Roi-Dame-5 donnait la victoire au plus jeune des deux joueurs, qui signait ici la plus grande performance

de sa carrière, pour 46 890 €. Suat Uyanik inscrivait quant à lui une nouvelle ligne à son beau palmarès, et repartait avec 32 710 €. Ainsi s’achevaient les Summer Series 2012 à l’Aviation Club de France, dont le prochain grand événement sera le Rendez-vous à Paris, du 5 au 20 septembre.

claSSemeNT De la Table fINale ACFPoker Tour

1er - Franck Kalfon : 21 945 € * 2e - Patrice Boudet : 15 800 € 3e - Dali Chouki : 10 535 €

4e - Sébastien Cavaiotti : 7 900 €

5e - Céline Bastian : 6 585 €

6e - Philippe Bernanose : 5 265 €

7e - Isabelle Mercier : 4 390 €

8e - David Pagnard : 3 510 €

9e - Olivier Chubilleau : 2 640 € * + 1 ticket à 1 500 € pour la finale de l’ACFPoker Tour

Summer Series Main Event 1er - Paul Jacob-Mathon : 46 890 € 2e - Suat Uyanik : 32 710 €

3e - Benjamin Nicault : 20 720 €

4e - Costa Bataille : 17 445 €

5e - Jérémy Routier : 14 175 €

6e - Jonathan Guez : 12 000 € 7e - Éric Qu : 9 810 €

8e - Julien Jolivet : 7 630 €

9e - Sébastien Coriat : 6 540 €

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 63

63

19/07/12 21:36


repOrTaGe

FrAnCE POKEr SEriES GUJAn-MESTrAS

vIcTOIre à DOmIcIle pOur

flOrIaN DeSGOuTTeS Le casino de Gujan-Mestras, situé dans le Sud du bassin d’arcachon, accueillait du 27 juin au 1er juillet la cinquième et dernière étape des France Poker Series 2012, pour un Main Event à 1 100 € de buy-in. 172 joueurs au total se sont présentés pour ce tournoi, dont de nombreux membres de la team de l’organisateur, ainsi que des qualifiés online, et c’est au final le joueur local Florian Desgouttes qui s’est imposé au terme d’un heads-up qui l’opposait à Guillaume Wilhelm, récoltant la belle somme de 43 000 € pour la meilleure performance de sa jeune carrière. Résumé de ces 4 jours de jeu dans le Sud-Ouest de la France. Par Antoine Salvi 64 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 64

19/07/12 21:36


P

Pour la première fois de son histoire, le casino du lac de la Magdeleine, situé non loin de la dune du Pilat à Gujan-Mestras, accueillait une étape d’un circuit national, et les joueurs locaux et autres habitués des France Poker Series ont répondu présent, puisqu’ils étaient 82 à s’acquitter des 1 100 € de buy-in au début du Day 1A. Quatre TV stars, Céline Bastian, Nicolas Lambert, Cathy Serrat et Marion Nedellec, entraient en jeu lors de cette première journée, mais seuls les deux premiers d’entre eux parvenaient à se qualifier pour le Day 2, aux côtés de 33 autres joueurs, menés par les chip leaders Antony Neto et Povilas Leskaulas.

Guillaume Wilhelm, en tête dans le Day 1B…

Les 90 joueurs supplémentaires à rejoindre les tables lors du Day 1B ont généré un prizepool total de 165 120 €, à répartir entre les 18 meilleurs concurrents, avec un minimum de 2 250 €. Le joueur pro Julien Brécard était de la partie, mais il ne parvenait pas à conserver ses jetons jusqu’à la fin de la journée, et ne comptait pas parmi les 32 rescapés à atteindre le Day 2. Ce petit groupe de survivants était alors dominé par Guillaume Wilhelm, connu des joueurs parisiens habitués du cercle Cadet, où il officie en tant que croupier, qui devançait très largement ses plus proches adversaires, Baptiste Lac et le joueur allemand Lars Hoops. 67 joueurs revenaient ainsi aux tables pour le Day 2, l’avant-dernière journée du tournoi, qui devait voir éclater la bulle et qui devait se conclure sur la composition de la table finale. Si Isabel Baltazar, Céline Bastian ou encore Guillaume Roiron, le runnerup de l’étape d’Amnéville, sortaient avant l’argent, Stevens Verrier parvenait à décrocher la première place payée suite à l’élimination de Guillaume Garcia à la bulle, tout comme Antony Neto, 15e pour 2 740 €, et Nicolas Lambert, 13e pour la même somme, qui se voyait busté par Julien Gauthier et sa paire de Rois. La sortie de Laurent Higonel à la 9e place marquait la fin de cette journée, et les 8 finalistes devaient attendre le lendemain pour se disputer le titre.

… s’incline face à Florian Desgouttes en heads-up Julien Gauthier entrait dans cette finale en position de chip leader, et il parvenait à garder un stack confortable malgré un

FrAnCE POKEr SEriES GUJAn-MESTrAS

rÉSulTaTS De la Table fINale

1er - Florian Desgouttes : 43 000 €

2e - Guillaume Wilhelm : 27 000 € 3e - Julien Gauthier : 17 500 €

4e - Igor Merlière : 13 300 €

5e - Kim De Fay de la Roche : 11 300 €

6e - Mikael Azoulay : 9 400 € 7e - Lars Hoops : 7 600 €

8e - Olivier Giraudon : 6 000 €

rythme soutenu. Les sorties s’enchaînaient très rapidement sur cette dernière table : Olivier Giraudon sortait à la 8e place, suivi par Lars Hoops et Mikael Azoulay, rejoints par la suite par Kim De Fay de la Roche et Igor Merlière. Mais Julien Gauthier ne parvenait pas à résister au retour de Guillaume Wilhelm et de Florian Desgouttes, un joueur local, et il s’inclinait à la troisième place, pour 17 500 €, laissant ainsi ses deux derniers concurrents s’affronter en heads-up. Wilhelm commençait ce tête-à-tête avec une très large avance, puisqu’il possédait quatre fois plus de jetons que Florian Desgouttes. Pourtant, ce dernier parvenait à remporter de nombreux pots, et il réussissait même à prendre la tête, mettant Guillaume Wilhelm en grande difficulté. Avec près de 10 fois moins de jetons que son adversaire, il faisait tapis avec 8-3 de cœur, payé par Florian Desgouttes avec 10-6 de pique. Le board 7-10-Dame-5-7 donnait la paire de la victoire à ce joueur qui a débuté le poker dans ce casino. Desgouttes remportait officiellement 43 000 € pour sa performance, son plus gros gain après sa deuxième place lors du tournoi à 2 000 € de l’EPT Snowfest 2011, et Guillaume Wilhelm rentrait à Paris avec 27 000 €, pour son deuxième cash dans les FPS, après sa 17e place à Mazagan en décembre dernier.

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 65

65

19/07/12 21:36


” y c r emercIer

ISabelle o M “N

CHRONIQUE ISABELLE MERCIER

eN DIrecT De la Salle DeS ÉTOIleS Jeudi 26 avril, Jour 1B de l’EPT et day off pour moi en attente du Jour 2… J’en profite donc pour participer à l’apéro des entrepreneurs de Beaulieu, sur invitation de Monaco Telecom, pour qui je suis ambassadrice en Principauté. Nous travaillons sur les nouvelles technologies, entre autres comment les appliquer et les utiliser au profit des jeux en ligne. J’ai été fascinée lors de la conférence de découvrir tout ce qui est déjà possible, notamment dans le domaine médical, et surtout d’imaginer les nouvelles technologies qui en émergeront… Le cœur de ma mission est bien sûr leur application au monde du poker online ! Mais pour le moment, c’est du poker live dont il s’agit, puisque je me rends le vendredi à la Salle des Étoiles de Monaco pour le Jour 2 du Main Event de l’EPT. Après une première journée complètement « dry », je me dis que les bombes atomiques devraient me tomber entre les mains all day long ! Ça démarre bien d’ailleurs, réussissant dans la première demiheure de jeu à re-booster mon tapis jusqu’à la barre initiale des 30K. Changement de table au bout d’une heure ; j’aime le look général de ma nouvelle table et de mes adversaires, et en prime, je suis assignée au siège 9, après avoir passé l’intégralité de ma première journée au siège 1. J’adore ces positions à la table où l’on a généralement beaucoup d’espace… Je reçois enfin ma première belle main de la journée, avec As-Roi au bouton. Le joueur en UTG relance à 2K, ce qui est payé par un joueur en milieu de position. J’aime ma main et ma configuration dans ce coup, je décide donc de sur-relancer à 5,2K. Il est bien possible que je remporte les quelques milliers

de jetons qui traînent au milieu sans avoir à toucher mon flop… Mais non, le poker n’est pas toujours si simple… Le joueur en UTG renvoie la sauce avec 11K au total ! Le joueur en milieu de position jette sa main, et je considère la hauteur de mon tapis, la structure qui continue d’augmenter et la moyenne actuelle… Les 28K qu’il me resterait si j’abandonnais le coup maintenant et les 17K qu’il me resterait si je décidais de payer et jeter au flop ne me semblent pas être les options les plus judicieuses. J’opte donc pour envoyer mon tapis tout de suite, d’autant plus qu’il n’est pas absolument certain que mon adversaire ne va pas jeter ses cartes suite à ce tapis qui implique tout de même 17K de plus à injecter au centre… Encore une fois non, ils y sont illico ! Il paie avec une paire de Dames et je dois gagner ce « race » pour rester en course dans le tournoi… Bonne journée pour moi, je touche un Roi et propulse mon tapis à plus de 60K ! Je me réjouis d’autant plus de ma sur-relance pré-flop, par opposition à caller simplement la relance du joueur UTG, lorsque le joueur en milieu de position nous annonce,

66 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 66

19/07/12 21:36


Je suis impressionnée par le nombre de joueuses – près d’une cinquantaine au total ! Very glamour dans ce coin de la Salle des Étoiles… fou de rage, qu’il a jeté sa petite paire, avec laquelle il touchait un brelan au flop ! Toute une différence de résultat à ce stade du tournoi pour moi… Quoique, aux vues du résultat final, la différence n’est qu’une question de temps… En effet, les heures suivantes se sont constituées d’une accumulation de coups perdants dont j’épargne les détails, car le simple fait de relire mes notes me donne la nausée… Résultat, ma plus belle main de départ en deux jours de tournoi arrive enfin lorsque je reçois une paire de Valets et qu’il ne me reste plus que 21K de tapis… Un joueur ultra-agressif relance à 3 200 en milieu de position, et j’envoie aussitôt la boîte ! Quand même un petit 18K à rajouter de sa part suite à sa relance de 3 200… Pas de problème ! Insta-payé du haut de ses (petits) 50K de tapis… avec As-Dame ! Wow, un poil risqué quand même, sachant qu’il va se retrouver à la barre des 30K s’il perd ce coup… Mais non, bien senti, la première carte qui sort est un As. Je sors en 200e position, sur les 665 entrants au départ. Mais 200e ou 600e, c’est la même ! Jamais happy de ne pas me retrouver in the money.

mon arrivée, je suis impressionnée par la structure des blindes qui augmentent aux 50 minutes, avec un tapis de départ de 10K ! Et surtout, je suis impressionnée par le nombre de joueuses – près d’une cinquantaine au total ! Very glamour dans ce coin de la Salle des Étoiles… Melanie Weisner est assise à ma table, et j’aperçois aussi Vicky Coren dans le field, les deux finalistes du tournoi Heads-Up de l’EPT, et incidemment, la toute première fois de l’histoire que deux femmes se retrouvaient en finale en tête-à-tête d’un tel événement ! Encore une belle inspiration pour les femmes… Et c’est Léo Margets qui sortira championne de ce Ladies à Monaco, un gros bravo et vivement le retour de l’EPT en Principauté en 2013 ! n Isabelle Mercier joue au Sun Casino de Monaco et offre des séminaires coaching poker.

Dernière chance de percer dans cet EPT, je participe le lundi au tournoi Ladies à 1 000 € l’inscription. Dès

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 67

67

19/07/12 21:37


la Team pmu au quOTIDIeN

DeS WSOp quI NOuS laISSeNT Sur NOTre faIm…

CHRONIQUE TEAM PMU

Nous avions quitté Vegas en juillet 2011 après des WSOP qui nous avaient presque comblés avec le deep run de Guillaume Darcourt dans le Main Event, et avec une formidable envie d’y revenir pour revivre cette année d’encore plus belles émotions. Malheureusement pour la Team PMU, cette édition 2012 ne nous aura pas procuré autant de joie. Tous nos pros et qualifiés restent en effet sur leur faim, et même si nous avons enregistré quelques ITM dans les différents events de ces World Series (5 au total), le Main Event que tous attendaient avec impatience a été cauchemardesque.

Philippe Ktorza, qui restait sur sa formidable seconde place au WPT Championship en mai était revenu à Vegas en pleine forme (3 ITM dans des events à 1 500 $ et 1 000 $) et espérait vraiment inscrire une 13e ligne en 2012. Après un Day 1 assez tranquille, il se heurtait aux As à la quatrième main du Day 2, avec les Valets sur un flop As-Valet-2. Cette quatrième main était également fatale à Rebecca Gerin, short après un Day 1 difficile, et qui trouvait enfin le bon spot pour espérer doubler avec As-Roi face à As-6, mais là aussi un 6 au flop venait mettre fin à ses espoirs. Ce Day 2 fut également fatal à Émile Petit qui avait pourtant décidé de ne faire aucun tournoi avant ce Main Event pour y arriver en pleine forme et super motivé. Paullepoulpe avait réussi à survivre durant toute cette deuxième journée avec moins de 20 grosses blindes et lui aussi pensait enfin pouvoir se relancer dans ce tournoi en ouvrant une paire de Rois. La configuration semblait même parfaite face au As-Dame de son adversaire, jusqu’à l’apparition de l’As à la river qui venait lui aussi mettre fin à ses espoirs. Jean-Philippe Rohr pour sa part n’a pas eu la chance d’atteindre ce deuxième jour. Il avait pourtant vaincu le signe indien, inscrivant quelques jours plus tôt une première ligne en 4 participations aux WSOP (une 35e

place pour 11 567 $ de gains dans l’Event 54, un 1 000 $ qui avait rassemblé 3 221 joueurs) mais son parcours s’arrêtait brutalement en plein milieu du Day 1. Ce fut également le cas pour notre Pink Boa, Guillaume Darcourt, qui avait marqué l’édition précédente avec sa 35 e place. Après avoir doublé son stack en 2 niveaux, Guillaume sera mis KO en 3 coups sur lesquels la river lui aura été doublement fatale : tout d’abord avec un brelan de 7 floppé face à un adversaire qui fera flush, puis avec double paire As-Roi floppée contre un joueur qui ne lâchera pas sa paire de 5 pour trouver son brelan de 5 river… Ce Main Event a d’ailleurs été à l’image de tous ces WSOP pour notre Boa qui avait pourtant bien commencé avec une 64 e place lors de l’Event 3, un 3 000 $ No Limit Hold’em/Pot Limit Omaha Heads-Up. Mais la suite fut une succession de bad beats pour notre capitaine avec un scénario presque toujours identique : devant au f lop et au turn avant d’être mis KO par la river. Son dernier tournoi, la Bellagio Cup, s’est d’ailleurs conclu de la même manière : brelan de 4 floppé pour Guillaume, contre brelan de 10 floppé d’un joueur américain et brelan d’As floppé pour Olivier Busquet ! Comme le dit le proverbe : tout ce qui ne tue pas rend plus fort, et nous sommes convaincus que nous retrouverons notre capitaine plus motivé que jamais à la ren-

68 NUMÉRO 31 // aOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun1.indd 68

19/07/12 21:37


Comme le dit le proverbe : tout ce qui ne tue pas rend plus fort, et nous sommes convaincus que nous retrouverons notre capitaine plus motivé que jamais à la rentrée trée, après quelques semaines de vacances qui vont lui permettre d’oublier le plus vite possible ces 43e WSOP. Du côté de nos qualif iés et inv ités enfin (Yoann Bernard, Loïc Bobillier, Loris Courco et Kevin Mahé) tous nos espoirs reposaient sur Valentin Messina (qui avait remporté son package sur le dernier super-satellite de PMU.fr). Auteur de trois premiers jours de très haut niveau où il avait toujours été au-dessus de la moyenne, le champion de France 2010 fut éliminé à moins de 40 places de la bulle lors du Day 4 dans une confrontation à tapis pré-f lop avec As-Roi contre les As, une très grosse déception pour Valentin si près de l’argent.

Nous retrouverons nos Team Pro après quelques semaines de vacances à l’EPT Barcelone fin août avant d’enchaîner par presque deux mois pleins de tournois de très haut niveau avec notamment le Partouche Poker Tour et le WPT Grand Prix de Paris à l’ACF en septembre et les WSOP Europe en octobre à Cannes. Ils seront renforcés sur certains de ces tournois par les lauréats de notre challenge Pro Dream qui s’est déroulé en mai dernier sur PMU.fr : Suat Uyanik, vainqueur d’un contrat de 20 000 € de buy-in, Alban Pothet qui a remporté un contrat de 10 000 € de buy-in, tout comme Aurélien Leroy et Jonathan Layani qui aura un contrat de 5 000 € de buy-in. D’ici là, nous vous souhaitons d’excellentes vacances ! n

POKER 52 // aOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun1.indd 69

69

19/07/12 21:37


NUMÉRO 31 // AOÛT 2012 Photos de couverture :

Kiosque : © Jules Pochy Casino : © PokerStars.fr

Offre exceptionnelle d’abonnement

est édité par Game Prod 14, rue de Berri 75008 PARIS 01 53 89 14 00 contact@poker52.fr www.poker52.fr Directeur de la publication :

Bruno Benveniste 01 53 89 14 08 brunobenveniste@poker52.fr Assistante de direction :

Samantha Delmas samantha@poker52.fr

1 an 12 numéros

RÉDACTION Rédacteur en chef :

Jérôme Schmidt jerome@poker52.fr Rédacteurs :

Julien Morello, Antoine Salvi, Tommy Mandel, Philippe Lemaire, Matthieu Sustrac, Philippe Aronson Service Diffusion Kiosque :

Boost Media www.boostmedia.pro Denis Rozes denis.rozes@boostmedia.pro Tél. : 06 43 73 16 37 (réservé aux marchands de journaux) Contact Publicité :

Magali Bienvenu 01 53 89 14 03 magali@poker52.fr Ont collaboré à ce numéro :

Isabelle Mercier, Tony G., Pierre Canali, Elie Payan, Loïc Sabatte, Thibaud Guénégou, Ludivic Lacay, Doyle Brunson, Basile Yaïche. Fondateur :

Bruno Fitoussi Contact abonnement :

abonnement@poker52.fr PK52_N14_COUV_Kiosque_6e90.indd 1

PK52_N12_COUV_Kiosque_3euros.indd 1

PK52_N11_COUV_Kiosque.indd 1

16/02/11 18:25:00

17/12/10 12:51:15

PK52_N13_COUV_Kiosque_6e90.indd 1

14/01/11 19:35:20

16/11/10 17:42:43

RÉALISATION Directeur artistique :

Frédéric Hallier Maquettiste-graphiste :

Jennifer Bouvard Secrétaire de rédaction :

Mathilde Helleu Photos et illustrations :

Jules Pochy, Caroline Darcourt, Neil Stoddart, XDR

Vous pouvez aussi vous abonner directement sur www.poker52.fr

Impression :

Imprimerie Clément Rue des Pommiers 30120 Le Vigan 40 000 exemplaires ISSN édition Kiosque : 2106-8356 ISSN édition Gratuite : 2109-1382 CPPAP : 0212 K 90200

PK52_N31_Commun1.indd 70

19/07/12 21:39


Tarif exceptionnel ! Spécial été 29 au lieu de 35 habituellement soit une économie de 25 sur le prix de 12 numéros

Abonnez-vous dès aujourd'hui à retourner avec votre règlement à Game Prod - 14, rue de Berri - 75008 PARIS

Oui !

je m'abonne pour

1 an

Nom : .................................................................................. Prénom : .............................................................................

à Poker52 soit 12 numéros pour seulement 29 €

Adresse : ............................................................................

2 ans à Poker52

Code postal :

soit 24 numéros pour seulement 55 €

Ci-joint mon règlement par : Chèque bancaire ou postal à l’ordre de Game Prod Je désire recevoir une facture acquittée

............................................................................................

Ville : ................................................................................... E-mail : ..................................... @ ..................................... Date et signature :

Pour la Belgique, la Suisse et les DOM-TOM : *43 € (1 an) et **80 € (2 ans)

PK52_N31_Commun1.indd 71

19/07/12 21:39


excluSIvemeNT eN KIOSque • RENCONTRE mIcHael mIZracHI cHampION parmI leS cHampIONS 74

par Jérôme Schmidt

P.74

• CHRONIQUES fabrIce SOulIer Des WSOP à oublier

peDrO caNalI 82

Soyez déjà à la river quand votre adversaire est encore au flop !

Kara ScOTT

Souvenirs des World Series

DOYle bruNSON

« La route du succès est toujours en construction »

86

P.84 P.86 P.88

• TECHNIQUE JOuer SHOrT STacK Par Thibaud Guenegou

le TempS De la DÉcISION Par Davidi Kitai

lImITer la varIaNce eN mTT plO Par Elie Payan

90

P.82

De reTOur Sur uNIbeT.fr Par Basile Yaïche

P.90 P.92 P.94 P.96

• STRATÉGIE leS pHaSeS INTermÉDIaIre eT TarDIve D’uN mTT par PokerStrategy

P.98

94

PK52_N31_Commun1.indd 72

19/07/12 21:40


Connectez-vous à thehendonmob/database afin de découvrir dès aujourd’hui nos nouvelles fonctionnalités gratuites.

Si le monde du poker online est dans la tourmente, une chose reste inébranlable : la base de données de The Hendon Mob, la meilleure qui existe pour les médias et les joueurs, amateurs ou pros. Un outil exceptionnel gratuit et accessible à tous.

Quelle est votre réussite ? Où en sont vos adversaires ? Dans le creux de la vague ? Renseignez jusqu’où vous êtes prêts à voyager, et notre nouvel outil de recherche de tournois vous proposera les événements poker incontournables à venir, carte à la clé. Et si vous ne voulez jouer qu’en Omaha, pas de souci, nous pouvons filtrer les résultats à l’envie.

En 2004, lors de son lancement, The Hendon Mob disposait d’une base de données de 20 000 joueurs. En 2011, nous sommes arrivés à quasiment 200 000 joueurs, et nous proposons chaque mois de nouveaux outils, comme des graphiques afin de comparer jusqu’à 10 joueurs qui ont joué ensemble dans les années et les tournois passés.

PK52_N31_Commun2.indd 105

19/07/12 21:21


CLASSEMENT FRANÇAIS

Classement Des Joueurs par Gains

DU 01/01/2012 AU 15/07/2012

Si beaucoup attendaient la grosse performance française pendant les World Series, performance qui aurait permis aux joueurs concernés de prendre la tête du classement HendonMob, seuls Aubin Cazals (6e) et Gaëlle Baumann ont réussi à tirer leur épingle du jeu. Mais le bracelet et les ITM du premier, ainsi que le deep run au Main Event et au Ladies de la seconde ne leur suffisent pas pour doubler le Top 5 désormais bien installé en tête : Cailly-ElkY-Ktorza-GuichardGuigon. Le mois d’août ne devrait en rien bouleverser la donne, mais au mois de septembre, avec la multiplication des tournois à fort buy-in, tout est possible…

Lucille Cailly

Classement

Joueur

Philippe Ktorza

Bertrand Grospellier

Gains (en $)

Classement

Joueur

Gains (en $)

1

Lucille Cailly

1 401 352

21

Philippe Clerc

163 928

2

Bertrand Grospellier

1 378 321

22

Jérôme Naye

150 276

3

Phillippe Ktorza

878 303

23

Guillaume Darcourt

149 412

4

Paul Guichard

744 209

24

Laurent Polito

144 495

5

Bernard Guigon

728 368

25

Alban Juen

129 968

6

Aubin Cazals

700 312

26

Éric Le Goff

128 384

7

Gaëlle Baumann

623 227

27

Manuel Bevand

123 935

8

Bruno Lopes

501 826

28

Grégory Benac

120 811

444 926

29

Damien Lhommeau

116 085

30

Alain Roy

115 426

31

Nicolas Lévi

114 522

32

Pierre Calamusa

107 071

9

Jérémy Quehen

10

Fabrice Soulier

443 711

11

Vuong Than Trong

431 369

12

Yorane Kerignard

372 564

13

Éric Sfez

369 396

14

Bruno Jais

263 030

15

Tristan Clemençon

243 893

16

Sébastien Comel

233 564

17

Ludovic Sultan

217 912

18

Bruno Fitoussi

195 282

19

Gwennaël Grandmougin

192 284

20

Hugo Lemaire

174 439

33

Christophe Benzimra

106 912

34

Franck Boyer

102 010

35

Laurent Michot

100 790

36

Jean-Philippe Rohr

100 586

37

Yann Brosolo

38

Michel Kirchner

39

Jean-Noël Thorel

94 675

40

Suat Uyanik

94 440

99 252 96 006

106 NUMÉRO 31 // AOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun2.indd 106

19/07/12 21:21


Classement

Joueur

Gains (en $)

Classement

Joueur

Gains (en $)

41

Amaury Legait

92 943

93

Arnaud Mattern

42

Jean-Paul Pasqualini

90 208

94

Marc Inizan

47 152

43

Louis Gorostis

88 317

95

François Tosques

47 025

44

Xavier Carruggi

86 873

96

Albert Bernardo

46 376

45

Antoine Saout

84 624

97

Johan Guilbert

46 348

46

Sébastien Guidez

82 774

98

Gabriel Nassif

46 317

47

Quentin Lecomte

82 647

99

Franck Blanc

46 209 46 029

47 203

48

Jean-Pierre Petroli

81 360

100

Guillaume Wilhelm

49

Gilbert Diaz

80 528

101

Barbara Martinez

45 453

50

Samir Choubani

79 696

102

Basile Yaïche

45 379

51

Robert Giordano

78 260

103

Jean-Jacques Mars

52

Alexandre Reard

76 419

104

Pierre Antona

45 008 44 858

45 193

53

David Lichentin

75 215

105

Pacôme Chavignon

54

Pascal Willemin

70 235

106

Costa Bataille

44 293

55

Julien Leloire

69 353

107

William Saad

44 226

56

Steven Moreau

69 297

108

Yann Migeon

44 120

57

Jean-Louis Santoni

69 120

109

Thomas Fonce

44 018

58

Florian Desgouttes

68 389

110

Ludovic Lacay

43 907

59

Fayez Bourgi

66 627

111

Omar Karib

43 439

60

Paul Chapelle

65 757

112

Khalid Ayadi

43 425

61

Benjamin Dadon

65 724

113

David Debue

43 108

62

Adam Cédric

65 193

114

Yoni Houri

63

Elie Payan

64 351

115

Sylvain Gonon

42 656

64

Brian Benhamou

64 338

116

Harry Loria

42 229

65

Michel Dubert

64 278

117

Benjamin Saada

41 585

66

François Dur

63 459

118

Stéphane Albertini

41 186

67

Yves Hallague

63 034

119

Karim Bekkouche

41 113

68

Yannick Massa

60 713

120

Hervé Clerc

39 988

69

Paul Jacob-Mathon

58 959

121

Bruno Launais

39 608

42 717

70

Franck Kalfon

58 535

122

Mathieu Gabouleaud

39 603

71

Pierre Picherit

58 310

123

Jean-Marc Thomas

39 249

72

David Benyamine

58 021

124

Fabrice Humbert

38 453

73

Sasha Novitskij

57 797

125

Rémy Cucak

38 453

74

Guillaume Roiron

57 473

126

Anthony Giangrasso

38 251

75

Karim Lehoussine

57 196

127

Jean-Jacques Zeitoun

38 067

76

Nicolas Cardyn

56 846

128

Philippe Abdoul

38 042

77

Jonathan Khalifa

56 706

129

Adrien Allain

37 692

78

Raymond Santucci

56 525

130

Brahim Oubella

37 562

79

Jimmy Gillot

56 316

131

Alexis Bouchiouane

37 239

80

Mikaël Azoulay

56 257

132

Maxence Dupont

36 943

81

Mesbah Guerfi

55 675

133

Julien Ehrhardt

36 568

82

Roger Hairabedian

54 739

134

Nicolas Cieutat

36 464

83

Antonin Teisseire

54 553

135

Benoit Albiges

36 354

84

Julien Duveau

53 972

136

Steve Berdah

36 307 36 266

85

Dan Abouaf

52 810

137

Éric Sadoun

86

Klaus Pautrot

52 718

138

Olivier Chubilleau

36 191

87

Thibaud Guenegou

52 479

139

Gilles Haddad

35 920

88

Vincent Devauchelle

51 473

140

Claude Amar

34 999

89

Paul Testud

50 822

141

Patrick Uzan

34 974

90

Christophe Pereira

49 608

91

Sébastien Clot

49 446

142

Imad Aboukhalil

34 928

92

Lucien Cohen

47 821

143

Marie-Louis Seguela

34 897

144

Gaëtan Balleur

34 310

POKER 52 // AOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun2.indd 107

107

19/07/12 21:21


Classement Des Joueurs par Gains

All timE mOnEy list - FRAncE En remportant le One Drop, Antonio Esfandiari se fait une place au soleil dans la All Time Money List et dépasse pour la première fois de l’histoire du poker la barre symbolique des 20 millions de dollars de gains, loin devant Seidel et ses 17 millions. Les trois premiers du One Drop semblent indétrônables au classement 2012, même si Hellmuth (4e) et Ivey (5e) pourraient bien revenir à leur niveau en cas de belle performance aux WSOP-Europe. L’Amérique squatte en tout cas le Top 10, à l’exception de Trickett, preuve s’il en fallait encore que le contingent nord-américain domine très largement la compétition.

Bertrand Grospellier

Classement

Joueur

1

Bertrand Grospellier

3

Fabrice Soulier

2 4 5

David Benyamine

Antoine Saout

David Benyamine

Gains (en $)

Fabrice Soulier

Classement

Cédric Rossi

1 066 732

4 033 513

28

Angelo Besnainou

1 022 208

Jérôme Zerbib

1 009 224

6 247 203

3 948 059

27

29

30

Jean-Paul Pasqualini

2 580 834

32

9

Alain Roy

2 297 897

34

11

Ludovic Lacay

2 009 113

36

13

Paul Testud

1 790 168

38

6 7

8

10 12 14

Bruno Fitoussi

Antony Lellouche

Arnaud Mattern

Nicolas Lévi

19

1 539 199

Éric Haik

909 769

37

Arnaud Esquevin

39

Marc Inizan

Éric Qu

Yorane Kerignard Bernard Guigon

Hervé Costa

1 234 094

46

Antoine Amourette

Phillippe Ktorza

Thomas Bichon Patrick Bueno

1 224 205 1 159 925

1 093 907 1 091 898

947 459

35

44

Raphaël Kroll

1 005 907 934 690

1 356 189

1 322 586

1 013 686

Christophe Benzimra

Adrien Allain

1 450 166

1 026 611

33

42

108 NUMÉRO 31 // AOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun2.indd 108

Christophe Savary

1 496 833

Lucien Cohen

Tristan Clémençon

25

Rémy Biechel

Lucille Cailly

22 23

Patrick Bruel

40

Hugo Lemaire

24

1 807 227

31

Guillaume Darcourt

1 549 198

20 21

2 151 928

Jan Boubli

17

18

2 551 175

1 676 646

Antonin Teisseire

16

2 604 753

Pascal Perrault

15

Gains (en $)

26

3 443 705

Roger Hairabedian

Joueur

10 024 924

41

43

45 47

48

49 50

Michel Abécassis Eli Marciano

Paul Guichard Aubin Cazals

Bruno Lopes

Jean-Philippe Rohr

921 294

893 933

858 565 856 182 831 025 817 375

782 241

767 889 743 326

738 752

724 496 712 231

711 724

David Tavernier

709 686

Benjamin Pollak

672 015

Xavier Detournel

682 816

Découvrez les 1 000 premiers du classement chaque jour sur www.poker52.fr

19/07/12 21:22


CLASSEMENT INTERNATIONAL

Classement Des Joueurs par Gains

DU 01/01/2012 AU 15/07/2012

Antonio Esfandiari

Classement 1

2 3

4 5

6 7

8

9

10 11

12 13

14 15

16 17

18

19

20 21

22 23

24 25

26 27

28

29

30 31

32 33

34 35

36 37

38

39

40

pays

Joueur Antonio Esfandiari

Sam Trickett

Gains (en $) 18 584 813

David Einhorn

Classement 41

Sam Trickett

10 167 001

42

Phil Hellmuth Jr

3 020 854

44

2 586 435

46

2 174 343

48

David Einhorn Phil Ivey

Justin Bonomo Kyle Julius

Dan Smith

4 352 000 2 834 590 2 196 561

Michael Mizrachi

1 986 104

Patrik Antonius

1 945 242

Guy Laliberté

1 834 666

Gregory Merson

1 978 125

43

45 47

49 50 51

1 843 385

52

1 823 579

54

John Dibella

1 786 653

56

Allan Le

1 678 219

58

1 602 127

58

Mohsin Charania Gus Hansen Brian Rast

Oliver Speidel

1 810 242 1 767 371

Marvin Rettenmaier

1 656 078

Tobias Reinkemeier

1 465 148

Daniel Negreanu

53

55 57

58 58

Viktor Blom

1 456 683

62

Jonathan Duhamel

1 424 842

64

1 401 352

66

Igor Kurganov

Robert Baldwin Lucille Cailly

1 447 882

1 408 000

63

65 67

Sean Jazayeri

1 400 182

Thomas Marchese

1 376 961

69

1 268 579

71

Bertrand Grospellier Vadim Kursevich Leonid Bilokur Richard Yong Shaun Deeb

Mike Sexton

1 378 321

1 357 964

72

1 137 544

74

1 076 783

76

1 043 638

78

1 086 899

Davidi Kitai

1 054 006

Andrew Chen

1 039 693

Ken Wong

Devan Tang

70

1 237 333

1 179 533

Moon Kim

Daniel Shak

68

998 589

73

75

pays

Joueur

Gains (en $)

Tommy Vedes

Chris Klodnicki Peter Vilandos Faraz Jaka

Jannick Wrang David Sands

Andrew Robl

956 225 912 319

888 446

886 827 878 755

Phillippe Ktorza

878 303

David Baker

827 775

John Dolan

Jeremy Ausmus

837 719

820 942

Ashkan Razavi

799 560

Jesse Sylvia

760 543

Michael Esposito

759 006

Steve Gee

754 798

Neil Willerson Daniel Kelly

Jacob Balsiger

Andras Koroknai Robert Salaburn Russell Thomas Paul Guichard

Charles Keith Lehr Greg Ostrander

776 350

759 256

758 682 754 798 754 798 754 798

744 209 743 865 743 529

Bernard Guigon

728 368

Carter Phillips

726 975

Jason Somerville Frederik Brink Jensen

727 593

726 258

Vanessa Selbst

723 005

Roland Israelashivili

720 507

Jan Peter Jachtmann

719 696

Aubin Cazals

700 312

Joseph Serock Andy Bloch

Joey Weissman

Noah Schwartz

77

Dominik Nitsche

79

Tomas Junek

80

979 365

966 569

Mikhail Smirnov Scott Seiver

722 554

720 162 708 122

688 362 676 916 675 943

661 022

659 664

POKER 52 // AOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun2.indd 109

109

19/07/12 21:22


Classement 81

82 83

pays

Joueur Jackqueline Glazier Henry Lu

Rocco Palumbo

Gains (en $) 656 043

Classement 139

654 380

140

650 456

John Juanda

640 899

142

86

Xuan Liu

629 985

144

Olivier Busquet

624 237

146

623 227

148

87

88

89

90 91

92 93

94 95

96 97

98

99

100 101

102 103

104 105

106 107

108

Mile Krstanoski Scott Abrams

Stephen O'Dwyer Gaëlle Baumann

Kevin Vandersmissen

609 819

Dung Nguyen

607 200

Allyn Jaffrey Shulman

Anthony Gregg

596 722

Joe Cada

Obaid Habib

John Edward Monnette Elisabeth Hille

Amanda Musumeci Galen Hall

Nick Schulman

Stephen Chidwick Brent Hanks

Sergio Castelluccio

115

116 117

118

119

120 121

122 123

124 125

126 127

128

129

130 131

132 133

134 135

136 137

138

599 153

596 189 593 667

592 203

590 442

Masaaki Kagawa Michael Gathy

Andy Frankenberger Will Jaffe

Samuel Chartier

Andrei Stoenescu

149

Morten Lihn Christensen

150

Vuong Than Trong

434 525 433 177

432 912

431 390 431 369

TOP 30

ALL TIME MONEY LIST Classement

pays

Joueur

Gains (en $) 23 270 636

584 868

3

Phil Ivey

16 694 534

575 551

4

Sam Trickett

16 471 099

5

Daniel Negreanu

16 252 686

6

Phil Hellmuth Jr

16 119 301

7

Michael Mizrachi

14 069 765

8

John Juanda

12 458 281 12 245 468

578 837

574 982

572 851 571 353

549 946

Oleksii Kovalchuk

Kenni Nguyen

147

437 255

435 861

16 968 220

Shannon Shorr

Wilfried Harig

Mohamad Kowssarie

439 379

Erik Seidel

554 896

Naoya Kihara

Andrew Brown

443 711

2

588 134

Timothy Adams

Vladimir Mefodichev

440 662

Antonio Esfandiari

565 435

Joe Kuether

Shawn Cunix

1

Clifford Goldkind

Jason Koon

444 926

Yong Seng Chen

145

452 926

Jérémy Quehen Fabrice Soulier

143

Gains (en $)

607 353

605 980

Sheng Sun

Erik Cajelais

114

618 529

Joshua Mancuso

111

113

623 574

620 529

Andrew Badecker

Simon Charette

112

625 619

Ryan Eriquezzo

109 110

632 875

Joueur Emanuel Failla

141

84 85

pays

565 235

9

Jamie Gold

553 802

10

Joe Hachem

11 742 845

11

Scotty Nguyen

11 649 921

535 559

12

Allen Cunningham

11 302 978

13

Gus Hansen

11 210 073

14

Peter Eastgate

15

Jonathan Duhamel

16

Carlos Mortensen

10 811 436

17

Men Nguyen

10 439 730

18

Bertrand Grospellier

10 024 924

533 138

533 044 527 429

523 980 521 908

517 158

508 818 508 791

19

T.J. Cloutier Joe Cada

11 127 554 11 028 785

9 898 749

Joseph Cheong

506 950

20 21

Pius Heinz

8 893 098

Philipp Gruissem

500 208

22

Johnny Chan

8 578 464

Marc-Andre Ladouceur

494 418

23

David Pham

24

Erick Lindgren

483 266

25

Jerry Yang

8 408 683

26

David Williams

8 329 269

27

Chris Ferguson

8 281 926

Bruno Lopes

Mickey Petersen David Baker

Craig McCorkell Max Steinberg

Brendon Rubie Matt Matros

Isaac Haxton

501 826

495 760

487 669 479 246 472 394

469 638 469 117

Mark Drover

468 000

Dan Perper

455 669

Danny Wong Rodrigo Dos-Santos Caprioli

465 159

454 401

9 312 211

8 571 373 8 497 253

28

Justin Cuong Van Tran

8 267 369

29

Freddy Deeb

7 964 247

30

Mike Matusow

7 911 611

Découvrez les 1 000 premiers du classement chaque jour sur www.poker52.fr

110 NUMÉRO 31 // AOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun2.indd 110

19/07/12 21:22


> 1 DVD au choix au prix de 7,90 € > 3 DVD au choix au prix de 16,90 € au lieu de 23,70 > INTÉGRALE 14 DVD, plus de 36 heures de poker au prix exceptionnel de 59 € au lieu de 110,60

Commandez vos DVD dès aujourd'hui à retourner avec votre règlement à Game Prod - 14, rue de Berri - 75008 PARIS

Oui !

Nom : .................................................................................. Je commande :

1 DVD au choix au prix de 7,90 €

Prénom : .............................................................................

3 DVD au choix au prix de 16,90 €

L’intégrale 14 DVD au prix de 59 €

Adresse : ............................................................................ ............................................................................................ Code postal :

FPS Divonne-les-Bains Saison 1

EPT Monte-Carlo Saison 5

FPS Lyon Saison 1

EPT Dortmund Saison 5

FPS Paris - Grande finale et High Roller Saison 1

EPT Pokerstars Carribean Adventure Saison 5

EPT Barcelone Saison 5

EPT Kiev Saison 6

Ville : ................................................................................... EPT Londres Saison 6 E-mail : ..................................... @ ..................................... EPT Londres High Roller Saison 6 Date et signature : EPT PCA High Roller Saison 6 EPT Pokerstars Carribean Adventure Saison 6

EPT San Remo Saison 5

EPT Barcelone Saison 6

L’intégrale 14 DVD

Ci-joint mon règlement par : Chèque bancaire ou postal à l’ordre de Game Prod Je désire recevoir une facture acquittée Frais de port offerts (nous consulter pour tout envoi à l’international - abonnement@poker52.fr)

PK52_N31_Commun2.indd 111

19/07/12 21:25


PK52_N31_Commun2.indd 112

19/07/12 21:26


PK52_N31_Commun2.indd 113

19/07/12 21:26


aGenDa Des tournois aoÛt

10-15 septembre

4-7 octobre

1er-12 août

WPT Grand Prix de Paris

Irish Poker Tour

WPT Merit Cyprus Classic

Aviation Club de France, Paris

Crowne Plaza Dublin, Irlande

Merit Casino, Kyrenia (Chypre)

13-16 septembre

4-7 octobre

10-12 août

European Masters Of Poker

DSO Malta, Malte

Gran Casino Barcelona, Barcelone

12-15 octobre

16-20 septembre

FPS Sunfest

WPT Malta

Mazagan, Maroc

Portomaso Casino, Malte

12-27 octobre

16-21 septembre

Festa Al Lago Festival

Borgata Poker Open

Bellagio, Las Vegas

Borgata Casino, Atlantic City

13 octobre

18-20 septembre

Catalunya Poker Tour

ACFPoker Tour Finale

Gran Casino Barcelona, Espagne

Gran Casino Barcelona, Barcelone

Aviation Club de France, Paris

14-21 octobre

15-25 août

21 septembre-4 octobre

GUKPT

EPT Barcelona

WSOP-Europe

Luton, Grande-Bretagne

Gran Casino Barcelona, Barcelone

Casino Cannes Croisette et Hôtel

17-21 octobre

19-26 août

Majestic, Cannes

Marrakech Poker Open

APT Mauritius

26-30 septembre

Ti Vegas Casino, île Maurice

Casino Es Saadi, Maroc

Winamax European Short-Handed

17-21 octobre

Poker Championship

Mega Poker Series

Dublin, Irlande

Opatjia, Croatie

oCtoBre

22-26 octobre

3-7 octobre

WPT Johannesburg

UK Poker Tour

Emperors Palace, Afrique du Sud

Manchester, Grande-Bretagne

25-29 octobre

3-7 octobre

WPT National Series

German Poker Tour

Gran Casino Barcelona, Barcelone

Newcastle casino, Newcastle

Hamburg Casino, Allemagne

25 octobre-3 novembre

7-9 septembre

3-11 octobre

CAPT European Poker Championship /

Barrière Poker Tour

EPT San Remo

Poker EM

Casino Barrière Lille

Casino San Remo, Italie

Baden, Autriche

Barrière Poker Tour Casino Barrière Deauville

11-20 août Macau Poker Cup Red Dragon Casino, Macao

13-19 août Irish Poker Classic Cork, Irlande

15-19 août Estrellas Poker Tour

22-26 août Tanger Poker Festival Casino de Tanger, Maroc

septemBre 3-9 septembre Partouche Poker Tour Finale Palm Beach Casino, Cannes

6-10 septembre UKIPT

114 NUMÉRO 31 // AOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun2.indd 114

19/07/12 21:26


TOURNOIS RÉGULIERS CERCLES DE JEUX PARISIENS aviation Club de France tournois de l’après-midi à 14h30 • Mardi et mercredi Super-Satellite pour le mercredi soir Texas Hold’em No Limit 50 € Re-buy + Add-on pour le mercredi soir • Jeudi Satellite pour le WPT Grand Prix de Paris en septembre 2012 (Buy-in 7 500 €). Les 5 premiers de chaque satellite se qualifient avec leurs jetons pour le satellite finale organisé le lundi 3 septembre. Un joueur se qualifiant plus d’une fois accumulera ses jetons pour la finale. - 100 € Re-buy + Add-on • Vendredi Texas Hold’em - No Limit - 100 € - Sans recave • Dimanche Deepstack Texas Hold’em - No Limit - 200 € - Sans recave tournoi de l’après-midi à partir de 14h30 • Samedi Satellite - Single Table - pour le samedi soir Texas Hold’em No Limit - 80 € - Sans recave tournois du soir à 20h00 • Lundi Satellite pour le WPT Grand Prix de Paris en septembre 2012 (Buy-in 7500 €). Les 5 premiers de chaque satellite se qualifient avec leurs jetons pour le satellite finale organisé le lundi 3 septembre. Un joueur se qualifiant plus d’une fois accumulera ses jetons pour la finale. - 100 € - Recaves 1h + 1 Add-on • Mardi Bounty Killer - Bounty 150 € Texas Hold’em No Limit - 200 € Sans recave • Mercredi Texas Hold’em - No Limit - 500 € - Sans recave • Jeudi Texas Hold’em No Limit Double Chance - 250 € - Sans recave • Vendredi Texas Hold’em - No Limit - 150 € - Sans recave • Samedi Texas Hold’em - No Limit - 300 € - Sans recave • Dimanche Satellite pour la finale de l’ACFPoker Tour. Les gagnants remportent 1 ticket pour la finale de l’ACFPoker Tour en septembre 2012 (Buy-in 1 500 €) - 100 € Re-buy ou Add-on

Cercle Cadet tournois de l’après-midi à 15h30 • Du lundi au jeudi Tournois Freezeout 30 € - 3 000 jetons - Texas Hold’em No Limit • Vendredi, samedi et dimanche à 15h00 Tournois Freezeout 50 € - 4 000 jetons - Texas Hold’em No Limit

• Dimanche 200 € Freezeout « Cadet Deepstack » 10 000 en jetons tournois du soir à 21h00 • Mardi Tournoi EveryBounty : Buy-in 70 € incluant un Bounty Knockout de 30 € pour tous, avec un seul Add-on (30 €) autorisé à tout moment • Mercredi 100 € Freezeout 8 000 en jetons • Vendredi 15 000 € garantis 150 € Freezeout 10 000 en jetons

Cercle Clichy-montmartre • Lundi à 21h 60 € Freezeout (5 500 jetons, rounds 20 min) • Mardi à 21h 50 + 50 € Bounty (5 500 jetons, rounds 20 min) • Mercredi à 21h 100 € Freezeout (7 500 jetons, rounds 25 min) • Jeudi, vendredi, samedi et dimanche à 15h30 50 € Freezeout (4 500 jetons, rounds 20 min) • Vendredi à 21h 150 € DeepStack (12 500 jetons, rounds 30 min)

Cercle Gaillon • Lundi à 19h30 Double Impact Deepstack THNL 300 € Freezeout • Jeudi à 18h30 Double Chance - THNL 120 € Freezeout • Vendredi à 16h Triple Chance THNL - 90/120/150 € Freezeout • Dimanche à 17h Lucky Sunday - THNL 200 € Freezeout

POKER 52 // AOûT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun2.indd 115

115

19/07/12 21:26


TOURNOIS RÉGULIERS ONLINE Nom Destination ACF 250

aCFpoker.fr

Destination ACF 1000 Destination ACF 500 Destination ACF 300

Barrierepoker.fr

Classic Deepstack Vie de Palace 100 ans Le Majestic

Crazy Night

BetClic.fr

Saturday Side Event Le King Step

everestpoker.fr joa-online.com

partypoker.fr

21h30

100+9 €

Jeudi 1

21h30

50+5 €

Mardi

21h30

10+1 €

Vendredi

21h30

100 €

Dimanche et lundi

21h00

5€

Mercredi

21h00

50 €

Dimanche Quotidien

00h00

134+10 €

Samedi

20h00

20+2 €

134+10 €

Dimanche

18h00

22h00

20 €

Dimanche

18h00

Super Lundi

40 000 €

150 €

Lundi

Sunday Poker Hero Le Prime Big Six

10 000 €

15 000 €

4 000 € & 7 500 € selon jours 4 000 €

50 €

100 € 40+3 €

Dim-Mar-Mer-Jeu

21h00

Dimanche

20h00

Du lundi au samedi

20h00

Dimanche

21h00

19h00

King Step

8 000 €

134+10 €

Dimanche

22h00

Tournoi hebdomadaire

5 000 €

50 €

Dimanche

21h00

PLO LTD du programme PLO

500 €

9+1 €

Jeudi

Tournoi hebdomadaire

TNL LTD du new program TNL

TNL LTD du new program TNL

2 500 €

1 000 €

1 000 €

2 500 €

10 €

18+2 €

10 €

25 €

Vendredi

Lundi

Mercredi

Mardi

21h00

20h30

20h30

20h30

20h30

TNL LTD du new program TNL

500 €

5€

Vendredi

20h30

Garanti mon Mardi

7 500 €

94+6 €

Mardi

21h00

Le 7500

10 000 €

7 500 €

94+6 €

94+6 €

Lundi

Samedi

21h00

21h00

L'Enfer du Dimanche

20 000 €

282+18 €

Dimanche

21h00

10K Garantis

10 000 €

55 €

Quotidien

21h00

100K Garantis

100 000 €

200+15 €

Dimanche 1

21h00

La Ferveur du Dimanche

50 000 €

100+9 €

Dimanche

21h00

Les Masters

10 000 €

100 €

Dimanche 5

18h00

Dimanche 2,3,4,5

21h00

poker.pmu.fr

Le Jack

1 000 €

100 000 €

25 000 €

10 000 €

10 €

215 €

109 €

45 €

Mercredi

Dimanche 1

Du mardi au samedi

Le Week Starter

20 000 €

22 €

Lundi

Summer Warm-Up

50 000 €

50 €

Dimanche

Summer Special Le Classico

Fast Lunch

100 000 € 50 000 €

150 €

100 € 10 €

3,3 €

18h00

Quotidien

Samedi

350 Garantis

350 €

9+1 €

Quotidien

Super Lundi

40 000 €

Super Week-end

3 000 € 60 000 € garantis + lot d'exception 15K € garantis en semaine, 25K € le lundi et 40K € le dimanche De 18 000 € à 30 000 € garantis le dimanche 100 000 €

Dimanche Deepstack Sunday Surprise

Xtase L'Afterwork 100K Garantis

10 000 €

10 000 €

3€

21h00

21h00

Dimanche

10 €

2,7 € par joueur éliminé

21h00

20h00

500 €

Xtrem Knockout

18h45

Dimanche

Saturday Night Fever

Super 9

Wpt.fr

Mercredi

10 000 €

Le King

Winamax.fr

25+2 €

Dimanche Deepstack

La Queen

unibet

Heure

20h00

pKr.fr

pokerXtrem.fr

Jours

Dimanche

Open Bounty

pokerstars.fr

1 000 € tickets 1 600 € pour un tournoi live au choix 10 000 €

Buy-in

100+9 €

Lundi c'est permis

partouche.fr

1 package garanti Tournoi Live 250 € 2 packages garantis Tournoi Live 1000 € 1 package garanti Tournoi Live 500 € 1 package garanti Tournoi Live 300 v 10 000 € 3 000 € garantis + 5 smartbox 200 € added 20 000 €

66 000 €

PLO LTD du programme PLO

mypok.fr

Garanties

Big Prime Super 9

Bwin

avec

18h00 13h00 23h30

Quotidien

22h00

Mar-Mer-Je-Di

21h00

18+2 €

Dimanche

18h00

10 €

Dimanche

20h30

100 €

Quotidien

20h15

20 €

Quotidien

20h15

200+15 €

Dimanche 1

21h00

45+5 €

140+10 €

27+3 €

Lundi

Vendredi et Samedi

18h30

21h00

21h00

116 NUMÉRO 31 // AOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun2.indd 116

19/07/12 21:26


avec

ACFPoker.fr

BarrierePoker.fr

EverestPoker.fr

Poker.PMU.fr

PokerStars.fr

Unibet

Winamax.fr

WPT.fr

ÉVÉNEMENTS ONLINE

Événements

Garanties

Buy-in

Jours

Heure

Step 2 Finale ACF Poker Tour

2 tickets Destination Finale ACF Poker Tour garantis

16+2 €

12, 19 et 26/08/12

21h30

RDV High Rollers PLO

Table Finale filmée

235+15€

06/08/12

21h30

RDV High Rollers NLHE

Table Finale filmée

475+25 €

06/08/12

22h30

Destination Finale ACF Poker Tour

1 ticket 1 500 € Finale live de l'ACF garanti

150+10 €

13, 20 et 27/08/12

21h30

Sat. WPT Malte

1 package WPT Malte garanti

250+25 €

05, 12, 19 et 26/08/12

20h50

Sat. WPT Grand Prix de Paris

Packages WPT Grand Prix de Paris

500+35 €

05, 12 et 19/08

20h10

Super Sat. WSOPE Event 2

6 packages 2 000 € garantis

100 €

13 et 20/08/12

20h30

Super Sat. WSOPE Main Event

5 packages Main Event WSOPE 12 000 € garantis

750€

06/08/12

20h00

50 K Garantis

50 000 € garantis

91+9 €

05/08/12

20h00

PPT Side Event 2

Packages 2 500 € garantis

134+10 €

Lundi

20h00

PPT Side Event 1

Packages 1 300 € garantis

12+2 €

Dimanche

19h00

En attendant le JT

3 000 € garantis

1,8+0,2 €

Jeudi

21h00

Sub Qualifier Speed WPT Grand Prix de Paris

Tickets Sat. Qualifier WPT Grand Prix de Paris

5,8+0,7 €

Quotidien

-

Sub Qualifier Speed WPT Grand Prix de Paris (Re-buy)

Tickets Sat. Qualifier WPT Grand Prix de Paris

2€

Quotidien

-

Sat. Qualifier WPT Grand Prix de Paris

Tickets Sat. WPT Grand Prix de Paris

53,5+4,5 €

Quotidien

20h10

Sat. Qualifier WPT Grand Prix de Paris (Turbo)

Tickets Sat. WPT Grand Prix de Paris

53,5+4,5 €

Dimanche

17h50

Sat. WPT Grand Prix de Paris

Packages WPT Grand Prix de Paris 10 000 € garantis

500+35 €

Dimanche

20h10

Qualifications FPS à la carte

3 sièges + cash

100 €

Dimanche

21h30

Sat. EPT Saison 8

3 packages garantis

500 €

Dimanche

18h00

Freestyle Unibet Open Londres

25 tickets Step 1 UO garantis

freeroll

Quotidien

19h00/ 20h30

Unibet Open Step 1 Londres

1 ticket Step 2 UO garanti

1,8+0,2 €

Quotidien

20h45

Unibet Open Step 2 Londres

1 ticket Step 3 UO garanti

9+1 €

Tous les 2 jours

21h00

Unibet Open Step 3 Londres

1 tickets UO Qualifier garanti

45+5 €

Dimanche

21h00

Qualifier Unibet Open Londres

1 pacakge UO garanti

250+25 €

06/08/12

21h00

Le Main Event

200 000 € garantis (tournoi sur 2 jours)

150 €

Dimanche 1

21h00

Super Freeroll

Tickets Sit&Go - 3 stades qualificatifs pour la Grande Finale du 03/11/12

à partir de 0€

Quotidien

-

L'Eldorado

10 000 € garantis (jour 2 Dimanche 18h00)

10 €

Du lundi au samedi

21h00

Tournoi Bronze SuperStars

Accès au classement Bronze SuperStars de l'été à 2,5K

250 €

Quotidien

19h30

Tournoi Argent SuperStars

Accès au classement Argent SuperStars de l'été à 5K

500 €

Quotidien

20h30

Tournoi Or SuperStars

Accès au classement Or SuperStars de l'été à 7,5K

1 000 €

Quotidien

21h30

Retrouvez tous les détails et les structures de ces tournois dans l’application Poker Finder : http://ipokerfinder.fr/

POKER 52 // AOÛT 2012 // NUMÉRO 31

PK52_N31_Commun2.indd 117

117

20/07/12 08:44


OÙ tROUVER nOtRE ÉDitiOn cAsinO GRAtUitE ? ÉtaBlissements FranÇais

Casino de Neris-les-Bains Parc du Casino 03310 Neris-les-Bains

Casino de Briançon

7, avenue Maurice Petsche 05100 Briançon

Casino Ruhl

1, promenade des Anglais 06000 Nice

Sofitel Royal Casino

605, av. du Général-de-Gaulle 06210 Mandelieu La Napoule

Casino Les Princes

50, boulevard de la Croisette 06400 Cannes

Casino Le Croisette

1, Espace Lucien-Barrière – BP 284 06414 Cannes Cedex

Casino de Menton

2, bis avenue Félix-Faure – BP 107 06503 Menton Cedex

Casino des Sables d’Or (Aupiais ) Boulevard de la Mer Sables-d’Or-les-Pins 22240 Frehel

Casino de Saint-QuayPortrieux

6, boulevard Général-de-Gaulle 22410 Saint-Quay-Portrieux

Casino de Perros-Guirec Plage de Trestraou 22700 Perros-Guirec

Casino du Parc

2, avenue Carnot 25000 Besançon

Casino de Roscoff

Port du Bloscon – BP 81 29682 Roscoff

Casino de Bénodet

Corniche de la Plage 29950 Benodet

Casino du Grau-du-Roi 3, avenue du Centurion 30240 Le-Grau-du-Roi

Casino La Siesta

Casino - Théatre de Toulouse

Casino Terrazur

Casino de CazaubonBarbotan-les-Thermes

Route du Bord-de-Mer 06600 Antibes 421, avenue de la Santoline 06800 Cagnes-sur-Mer

18, chemin de la Loge 31400 Toulouse

Casino d’Ax-les-Thermes

Rue d’Albret - BP 16 32150 Barbotan-les-Thermes

Casino Barrière de Leucate

Rue du Cardinal Richaud 33300 Bordeaux

Promenade Paul-Salette 09110 Ax-les-Thermes Avenue du Roussillon Port-Leucate 11370 Leucate

Casino de Bordeaux Casino du Lac de la Magdeleine

Casino Le Phoebus

Chemin du Loup 33470 Gujan Mestras

Casino de Cassis

Route du Baganais 33680 Lacanau Océan

Casino de Carry-le-Rouet

1, avenue El Burgo-de-Osma 33780 Soulac-sur-Mer

Boulevard de La Sagne 11430 Gruissan Avenue du Prof. René-Leriche 13260 Cassis Route Bleue - BP1 13620 Carry-le-Rouet

Casino de Ouistreham Place Alfred-Thomas 14150 Ouistreham

Casino de Trouville

Place du Maréchal Foch 14360 Trouville-sur-Mer

Casino de Luc-sur-Mer 20, rue Guynemer 14530 Luc-sur-Mer

Casino de Villers-sur-Mer Place Fernand-Fanneau 14640 Villers-Sur-Mer

Casino de Saint-Aubin 128, rue Pasteur 14750 St-Aubain-sur-Mer

Hôtel Normandy Barrière 38, rue Jean Mermoz 14800 Deauville

Hôtel Royal Barrière

Boulevard Eugène Cornuché 14800 Deauville

Casino de Deauville

2, rue Edmond Blanc – BP 32400 14802 Deauville Cedex

Casino de La Rochelle Esplanade du Mail 17000 La Rochelle

Casino de Royan

Esplanade de Pontaillac 17200 Royan Cedex

Casino de Fouras Place Bujeau 17450 Fouras

Casino de Santenay

9, avenue des Sources 21590 Santenay

Casino de Cherbourg

Casino Impérial Annecy

Cameo Palace Quévy

Casino de Granville

Casino de Megève

Golden Palace Quévy

18, Quai Alexandre III 50100 Cherbourg Place Maréchal-Foch 50400 Granville

Casino Bourbonne-les-Bains

Casino de Saint Julien en Genevois

41, avenue des Salines – BP 165 56343 Carnac Cedex

Casino de Saint-Gervais

Casino de Carnac

Route d’Annecy 74160 Saint-Julien-en-Genevois

Casino Port Crouesty

Route de l’Artisanat «Le Fayet» 74190 Saint-Gervais-les-Bains

Rond point du Crouesty 56640 Arzon

Casino d’Amnéville

Bois de Coulange 57360 Amneville-les-Thermes

Casino de Pougues

23, Avenue Conti 58320 Pougues-les-Eaux

Casino de Dinard

4, Bd Wison 35,802 Dinard Cedex

6, avenue Robert Cousin 61140 Bagnoles-de-l’Orne

Casino du Palais

Place de l’Hermitage 62520 Le Touquet

Casino de Pau

Parc Beaumont 64000 Pau

Casino Barrière de Biarritz Casino La Pergola

Casino de Bagnères-de-Bigorre Casino d’Argelès Gazost Casino de Canet Plage

Casino de Fécamp er

Casino de Veulettes-sur-Mer Casino du Treport

Esplanade Louis-Aragon 76470 Le Tréport

Casino d’Etretat

1, rue Adolphe-Boissaye 76790 Etretat

Casino du Golfe de Cavalaire Rue du Port 83240 Cavalaire-sur-Mer

Casino de Saint-Raphaël Square de Gand 83700 Saint-Raphaël

Casino des Pins

Casino Barrière du Jura

Sur Haute Rive 1 - BP 57 CH-2830 Courrendlin - Suisse

Suisse Casino de Berne Postfach 488 3000 Berne 25 - Suisse

Place du Casino - MC 98000 Principauté de Monaco

Flughafenstrasse 225 CH 4025 - Suisse

6 Haldenstrasse 6002 Lucerne - Suisse

Route d’Espagne 66160 Le Boulou

Casino de Vittel

158, avenue de la Bouloumié 88800 Vittel

Moods

Casino d’Enghien-les-Bains

Sun Casino

ÉtaBlissements ÉtranGers

Casino Terrou-Bi

Casino du Boulou

Casino d’ Argelès-sur-Mer Allée des Pins 66700 Argelès-sur-Mer

Casino de Saint-Cyprien

Résidence Le Neptune Boulevard Desnoyers 66750 Saint-Cyprien Plage

3, avenue de Ceinture 95880 Enghien-les-Bains

Nouveau Casino d’Aix

Casino de Montrond

Casino Grand Cercle

Casino de Saint Brévin

Le New Castel Casino

24, esplanade Lucien Barrière – BP 108 44503 La Baule Cedex

9, rue du Théâtre 1820 Montreux - Suisse

Café de Paris

Casino Cesar Palace

Casino de La Baule

Casino Montreux

3, avenue Ville-de-Vichy 88400 Gerardmer

Casino de Luxeuil

55, boulevard de l’Océan 44250 Saint-Brevin-Les-Pins

Casino de Tanger

Route de Malabata Baie de Tanger 90000 Tanger - Maroc

Casino de Gerardmer

Casino de Dax

Rue de Roanne 42210 Montrond-les-Bains

Route de Casablanca, km 10 - Haouzia 24 000 El Jadida - Maroc

10, promenade de la Côte Vermeille 66140 Canet-en-Roussillon

Cameo Palace Bruxelles

Lac de Christus 40990 St-Paul-les-Dax

Av. Bab Jdid - BP 292 Médina Marrakech - Maroc

Casino de Lucerne

Casino de Ribeauvillé

8, avenue Milliés-Lacroix – BP 257 40106 Dax Cedex

Rue Ibrahim El Mazini Hivernage Marrakech - Maroc

3, boulevard Franklin Roosevelt – BP 276 85107 Les Sables D’Olonne

Casino des Atlantes

Casino de Lons-le-Saunier 795, boulevard de l’Europe 39100 Lons-le-Saunier

Casino de Marrakech Es Saadi Gardens & Resort

Grand Casino Basel

Grand Casino Brussels

Palais de la Source 38410 Uriage-les-Bains

Oosthelling 12 8400 Ostende - Belgique

14, avenue Rhin et Danube 85100 Les Sables D’olonne

Casino de Niederbronn

Casino d’Uriage

Casino d’Ostende

Bourg 76450 Veulettes-Sur-Mer

Casino de Lamalou-les -Bains

2, chaussée du Sillon 35400 Saint-Malo

Rue de Rodange 55B 6791 Athus - Belgique

Casino de Bagnoles de l’Orne

2, avenue Adrien-Hébrard 65400 Argeles-GazosT

Casino de Saint-Malo

Casino de Yport

Golden Palace Athus

Mazagan Beach Resort Kerzner International

40, Place du Casino 59240 Dunkerque

Casino de la Corniche

4, avenue des Elysées 34350 Valras-Plage

Quai du baron de Blonay – BP 8 74501 Evian-les-Bains Cedex

Rue Grand Central, 33 6000 Charleroi - Belgique

Bd Albert 1 76400 Fecamp

Place des Thermes 65200 Bagnères-de-Bigorre

Casino de Valras

Casino d’Evian

Golden Palace Grand Central

Casino de Dunkerque

Casino de Soulac

Ile des Loisirs 34300 Cap D’agde

Place HB de Saussure – BP 30 74400 Chamonix

Route de Mons-Maubeuge 2A 7040 Quevy - Belgique

La Mamounia Le Grand Casino

Allée Safed Centre Atrium Eurolille Nord 59000 Lille

Rue Dalbarade 64500 Saint-Jean-de-Luz

Casino du Cap d’Agde

Casino de Chamonix

Route de Mons-Maubeuge 8 7040 Quevy - Belgique

Promenade Roger-Denouette 76111 Yport

Casino de Lille

Casino de Lacanau Cogit

26, avenue Charcot 34240 Lamalou-les-Bains

199, rue Charles-Feige 74120 Megève

1, Place des Bains – BP 26 52400 Bourbonne-les-Bains

1, avenue Edouard VII – BP 226 64205 Biarritz

Place Edouard-Herriot 34200 Sète

Allée de l’Impérial 74000 Annecy

10, place des Thermes BP 8 67110 Niederbronn-les-Bains Guémar - Rte départem. 106 68151 Ribeauvillé 16, rue des Thermes 70300 Luxeuil-les-Bains 1, avenue Daniel Rops 73100 Aix-les-Bains 200, rue du Casino 73100 Aix-les-Bains

229, avenue Domenget 73190 Challes-les-Eaux

Casino de Brides-les-Bains Esplanade des Thermes 73570 Brides-les-Bains

Boulevard Anspach 30 1000 - Belgique

Rue Fossé-aux-Loups 10-12 1000 Bruxelles - Belgique

Place du Casino - MC 98000 Principauté de Monaco 12, avenue des Spélugue MC 98000 Principauté de Monaco Boulevard Martin Luther King BP 1179 - Dakar - Sénégal

CerCles De JeuX Aviation Club de France

104, av. des Champs-Élysées 75008 Paris

Brussels Zénith

Cercle de l’Avenir

Golden Palace Waterloo

Cercle Cadet

Golden Palace Tubize

Cercle Clichy Montmartre

Place De Bouckère, 33 1000 Bruxelles - Belgique

Chaussée de Bruxelles 200F 1410 Waterloo - Belgique Rue de Bruxelles, 75 1480 Tubize - Belgique

Casino de Spa

15, rue du Cloître 13200 Arles 14 rue Cadet 75009 Paris

84, rue de Clichy 75009 Paris

Cercle Gaillon

4, rue Royale 4900 Spa - Belgique

11, rue Berri 75008 Paris

1, avenue Baron de Moreau 5000 Namur - Belgique

17, rue Lesage 51000 Reims

Casino de Namur

Multicolore

118 NUMÉRO 31 // AOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun2.indd 118

19/07/12 21:27


PK52_N31_Commun2.indd 119

19/07/12 21:27


LE POKER, CÔTÉ LÉGAL

Par Olivier Karsenti

lEs JOUEURs ÉtRAnGERs Et HORs DE FRAncE

PEUVENT-ILS JOUER SUR LES SITES DE POKER EN « .FR » ?

Olivier Karsenti, KAZA AVOCATS, avocat aux barreaux de Paris et New York

La question est récurrente. L’ouverture et la régulation plus récente des marchés des jeux d’argent et de hasard dans la majorité des pays européens, dont l’Espagne, la Belgique, l’Allemagne, le Danemark ou encore la refonte du poker en ligne en Italie et l’ouverture prochaine du poker en ligne au Nevada rendent la question d’autant plus pertinente. Les joueurs étrangers (ou situés hors de France) sont-ils autorisés à jouer sur les sites en .fr d’opérateurs agréés en France, et, donc, à priori, réservés aux joueurs français ? La loi n° 2010-476 du 12 mai 2010 (la Loi) relative à l’ouverture à la concurrence et la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne, dispose au terme de son article 24 : « L’opérateur de jeux ou de paris en ligne est tenu de mettre en place, en vue des jeux ou paris en ligne faisant l’objet de l’agrément prévu à l’article 21, un site dédié, exclusivement accessible par un nom de domaine de premier niveau comportant la terminaison .fr. Toutes les connexions établies, par l’intermédiaire d’un service de communication au public en ligne, à une adresse d’un site de l’opérateur ou de l’une de ses filiales et qui soit proviennent d’un terminal de consultation situé sur le territoire français, soit sont réalisées, après identification du joueur, au moyen d’un compte de joueur résidant en France, sont redirigées par l’opérateur vers ce site dédié. » Dès lors, la loi prévoit que les joueurs se connectant de France ou par l’intermédiaire d’un compte de joueur résidant en France soient automatiquement redirigés vers un site en .fr de l’opérateur agréé par l’ARJEL. En d’autres termes, les sites en .com ne peuvent être accessibles de France par les joueurs, sous peine de lourdes sanctions pénales pour les opérateurs responsables. À l’inverse, et conformément au principe de territorialité des lois selon lequel la loi française s’applique sur le territoire français exclusivement, la réglementation française (i) n’interdit pas l’accès aux sites en .fr de l’étranger par des joueurs situés hors de France, dès lors que ceux-ci acceptent de se soumettre aux contrôles et obligations prévus par ladite réglementation, ni (ii)

ne réserve l’accès aux sites agréés aux seuls joueurs se connectant de France. Aussi, au regard des lois et règlements européens, il pourrait s’avérer compliqué de refuser l’accès d’un site de poker agréé en France par un ressortissant de l’Union européenne se connectant d’un État de l’Union européenne. Enfin, d’un point de vue purement commercial, l’attrait des joueurs étrangers permet d’améliorer la liquidité des sites, donc leur offre. En conséquence, des joueurs étrangers, souvent plus expérimentés, se connectant hors de France, sur les sites agréés en France, cohabitent avec les joueurs français, parfois à la recherche de « fish » sur les marchés nouvellement ouverts. Aujourd’hui, les régulateurs de plusieurs pays européens envisagent l’ouverture prochaine de tables partagées afin que les joueurs d’un pays régulé puissent prendre part aux jeux avec les joueurs d’autres pays dans lesquels l’opérateur dispose également d’une licence ou d’un agrément pour offrir des jeux de poker payant en ligne. Cette avancée, à laquelle l’ARJEL semble favorable, si elle voyait le jour, permettrait de doper la liquidité des tables des opérateurs agréés, d’améliorer leur offre, donc d’accroître la compétitivité des opérateurs français, et, sans doute, leur rentabilité. Aussi, la mutualisation des liquidités des opérateurs agréés dans plusieurs États européens (disposant de réglementations comparables) consacrerait en quelque sorte textuellement la cohabitation des joueurs français et étrangers sur un site en .fr agréé en France.

120 NUMÉRO 31 // AOûT 2012 // POKER 52

PK52_N31_Commun2.indd 120

19/07/12 21:27


120 pages + le DVD chaque mois en kiosque

seulement

Également disponible sans DVD au prix de 4,50 PK52_N31_COUV_Casino.indd 3

17/07/12 21:23


PK52_N31_COUV_Kiosque4E50.indd 4

17/07/12 21:33


Poker52 N°31_aout2012_ed.casino  

Découvrez gratuitement la dernière édition casino du magazine Poker52

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you