Page 34

Finance

Point de mire | 34

Private Equity Par

Investissement à impact social et rentabilité financière Dans le monde actuel, les points de vue sont souvent très tranchés, et le consensus est de plus en plus difficile à atteindre.

Anton Sussland CEO Sussland & Co Expert-comptable diplômé, analyste et gestionnaire de fortunes diplômé, Anton Sussland est le fondateur de Sussland & Co S.A., société de gestion de fortune basée à Genève. Avant d’avoir créé sa société, Anton a travaillé une quinzaine d’années dans des banques à Genève comme analyste financier puis conseiller en investissement pour la clientèle basée en Suisse. Auparavant Anton a travaillé dans l’audit.

Ceci se voit dans plusieurs domaines. Dans le monde politique, les discours sont de plus en plus durs avec une polarisation à laquelle même la Suisse n’échappe pas. Dans le monde du travail, les relations entre syndicats et patrons sont plus compliquées avec, en toile de fond, des dislocations profondes qui affectent non seulement les modes de consommation mais aussi les besoins de compétences et de connaissances des employés. Pour de nombreux investisseurs, il faut aujourd’hui trouver des investissements qui, non seulement, permettent d’espèrer une rentabilité financière à court et long terme, mais aussi qui puissent avoir un impact positif sur l’environnement au sens des parties prenantes de l’entreprise (stakeholders) au sens large. On connaît bien les limites en matière de gouvernance des sociétés cotées en bourse : concrètement elles sont pour la plupart incontrôlables. En effet, à part les sociétés contrôlées par un actionnaire de référence (p.ex. Berkshire Hathaway), une famille fondatrice (p.ex. Hermès) ou un fondateur (p.ex. Microsoft), la plupart des sociétés ont un actionnariat tellement fragmenté qu’au final les dirigeants des entreprises font ce qu’ils veulent, surtout si cela les enrichit ! Et

dans la valse des managers, le court terme prend le pas sur le long terme et la politique de la terre brûlée est communément appliquée. A contrario, dans le Private Equity, les actionnaires prennent un rôle actif dans la supervision de la marche des affaires. C’est ainsi que le Private Equity peut prendre une vue à long terme des choses, et privilégier les investissements aux seuls résultats financiers du trimestre à venir. Toutefois, il faut regretter que la plupart des investisseurs de Private Equity de notre pays soient passifs. Généralement, ils se contentent d’investir dans les grands fonds, truffés de frais excessifs, des grands noms américains comme Blackstone ou KKR dont le rendement est davantage fait par l’effet de levier financier que par le savoir-faire des gérants. Ces grands investissent les fonds récoltés dans le monde entier, mais on le devine aisément, peu en Suisse et encore moins en Suisse Romande où les grandes cibles sont très peu nombreuses. Ceci laisse des opportunités immenses pour faire du Private Equity sur le plan local, avec des petites et moyennes entreprises qui ne demandent qu’à se développer. Parfois, il leur faut un coup de pouce financier. Parfois ce sont des conseils pour mieux organiser ou moderniser leur appareil de production. Parfois, c’est la transmission de l’entreprise et du savoirfaire par les « vieux » aux « jeunes » qui pose problème. Bref, il y a matière à faire sur le plan de l’économie locale et les

Profile for Point de Mire

Point de Mire no.76 - mai 2019  

A son 25ème anniversaire, Point de Mire a réglé son horloge sur celle de son temps pour vous offrir le premier e-magazine dédié aux professi...

Point de Mire no.76 - mai 2019  

A son 25ème anniversaire, Point de Mire a réglé son horloge sur celle de son temps pour vous offrir le premier e-magazine dédié aux professi...

Advertisement