Issuu on Google+

Z ine


Prise avec une chambre Horseman 970


Numéro Zéro: Si vous venez d’atterir sur ce numéro, sachez qu’il y a un numéro avant celui ci. Ce numéro zéro a plu, me semble t-il, comme prévu le cas Penny a déchainé les foules. Comme d’habitude, quelques menaces, et ça repart de plus belle, en espérant que vous n’aimerez pas tout ce qui est écrit à l’interieur, il faut pas rêver, on est pas Thrasher France. Pour le voir, et ça ne fait pas de mal: http://issuu.com/pnzine/docs/zero


Z ine

Édito Clic clac La Haine Les hipsters L’Héro m’a(r) die. Pourquoi «PN Zine» Freedom of speech de MDV Le Cameraman, Julien Dellion L’interview de Pierre Jean Chapuis L’auto-interview de Bastien Duverdier My Works de Yann Felixain La parole du photographe Delphin Musquet La simulation. Musique


Aux photographes qui ont eu l’amabilité de donner toutes les photos présentes: Rémy Barreyat, Clément LeGall, Yann Félixain, Clément Chouleur, Guillaume Arrieta, Jean Dolhats, Jérémy Hugues, Loic Benoit et Damien Marzocca. À ceux qui ont ont participé à la rédaction de texte et interview, merci Yann Félixain, Clément LeGall, Alexis Jamet et Lucie Puybonnieux pour la correction des textes. Et puis pour changer, à toi pour lire ces pages.

@Jérémy Garcia: pnzine@hotmail.fr


ÉDITO

Steven Faure en Backside Lipslide.

Pour ce second numéro une problématique se posait : comment faire du nouveau dans un même style mais sans refaire la même chose? Vous me suivez je présume. Je ne suis pas directeur artistique, même si le livre 99francs m‘a poussé faire des études pour le devenir, mais ça c’est ma vie, vous vous en foutez, et vous avez raison. Il a été assez dur de respecter une présumée charte graphique, on est pas Soma, ni Sugar, ça je le sais mais bon, PN zine Numéro Un va essayer d’être plus pro, sans fautes d’orthographes cette fois-ci. A bon entendeur. Comme vous avez pu le remarquer, il a fait un temps de merde ces deux derniers mois, surtout celui de février qui ne nous a pas aidé à faire trop de photos, mais surtout nous a gelé toutes nos articulations déjà rouillées et pré-arthrosées.. On a quand même reussi à modifier la tendance grâce avec une belle petite «canicule», j’ai même cru voir certains en short. Ps: Encore un gros photomontage de ma part, digne de MDV lui même.. Qui sait, vous le retrouverez peut être dans les prochaines pages.


Une roue achetée Une roue offerte

FRED Voyage

USA

LE NOUVEAU

Tom PENNY Dans


Moments Skateboardistiques

Le son de ton boitier qui hurle quand mes roues crissent sur le bitum.


Youri Fernandez


Celor

Jean Baptiste 3.6 flip Photo: C.Chouleur


Mathieu

Dupuy Bs Tailslide 270 out


Wissem BENSALEM FS Rock’n’roll

Photo: G.Arrieta


LA HAINE

Et si on parlait de Haine, vous savez les petits pics que tout le monde se lance dans le dos après la session. Faites pas semblant, tout le monde le fait et c’est normal, mais vous appelez ça surement d’une autre manière: «talkshiter», «parler mal» mais il ne faut pas confondre entre la haine gratuite, emmetre son avis et faire une critique constructive. Vous n’avez peut être pas lu l’article sur Penny dans le dernier, mais certains l’ont lu apparement, et il paraitrait que je suis «WANTED» à Bordeaux. Vous y croyez vous?! Moi toujours pas. À ce que je sache, Penny n'habite pas à Bordeaux - même s'il a fait quelques apparitions dans le coin - et ce n'est pas lui qui m'en veut. Alors pourquoi m'en veut-on? J'ai juste émis mon avis sur ce "skateur professionnel" qui va voir son statut professionnel changer en alcooliquee sous drogue et sans abri. Il faudrait arrêter de se prendre la tête sur ce genre de choses! Est-ce que les personnes qui lisent le Canard Enchainé portent plainte ou menacent les journalistes du Figaro car ils ne sont pas d'accord? À ce qu'il parait, nous sommes en démocratie - même si des fois j'en ai des doutes - et chacun est libre de dire ce qu'il pense. Nous ne sommes plus à l'air de Staline où des écrivains et journalistes avaient un couteau sous la gorge à chaque livre publié. Finies les lettres au Dicdateur pour lui demander un exil provisoire pour exercer son métier librement comme a pu le faire Eugene Zamiatine (vous pouvez lire sont livre Nous Autres si le coeur vous en dit). Vous ne trouvez pas que l'on a de la chance? Vous pouvez dire toute les méchancetés contre quiconque, enfin sans témoin gênant… Il faut en profiter, bientôt la petite Pute Nazi de Marine va bientôt entrer à l’Assemblée, et il en sera fini de toutes ces libertés que nous sommes incapables d'apprécier. Alors ces prochaines semaines, servez vous la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et surtout de son article 19 et sans modération . Cette péhène va nous en faire baver. Par J.Garcia


Jalousie. Vous ne venez peut être pas tous d’une grande ville comme Bordeaux, ou une ville du même ordre, mais peut être d’une petite ville de quelques milliers d’habitants, et si vous êtes chanceux, d’une ville d’à peine mille habitants. Comme beaucoup de personnes de notre époque, à un certain âge, on veut partir du cocon familial avec ses rituels qui, à force, nous sortent par les yeux. Oui maman, je rentrerai à 19h30 pour le diner. Une fois, l’appartement choisi - que dis-je - le studio insalubre avec comme seule entrée de lumière, un velux qui ne s’ouvre pas - vous vous sentez libre, finit papa maman derrière votre dos. Finie la soupe l’hiver et bonjour les pates carbo à gogo. C’est là qu’arrive le drame. Vous prenez conscience par je ne sais quelle maniere que vous êtes un homme et que finis les sweats à capuche, les baggys camo et la new era de travers. Terminé tout ça, la vie ne fait que commencer, profitez en au maximum. Arrive toujours un pote ou une connaissance, toujours un peu louche et toujours un peu bourré qui vous dit: «tu devrais te faire un tatoo, une hirondelle, une tête de mort ou te faire tout le bras en mode tee shirt trois quart, ça plait au meuf». Ca c’est l’argument qui reste encré pendant des semaines. Au bout de quelque mois, vous sautez le pas, vous voici avec votre croix jesuite tatouée sur le cou, et c’est drame, la spirale infernale. Vous vous rasez la tête, mais seulement les cotés pour laisser une touffe sur le dessus. Une sorte de mix entre la coupe nazi et la coupe des moines qui fabriquent des fromages de qualité superieure en grande surface discount, un peu à l’image de votre look. Vous commencez à acheter des fringues moches en friperies, en pensant que plus les motifs et les couleurs sont chims et à vomir, plus ça sera tendance comme Karl Lagarfeld le dirait. Cela devient une drogue pour vous, des nouvelles chaussures piquées à votre grand père, des nouvelles lunettes usées, des ourlets jusqu’aux tibias pour vos jeans en coton recyclé chanel 1992 fabriqués par une chinoise de 8 ans, des croix chrétiennes un peu partout, des tatoos sur le corps comme si c’etait un brouillon de CM1 attardé. Vous commencez à vous interesser à l’art, à frequenter des bars associatifs tenus par des artistes, des cocainoman en puissance, de la mdma coule dans vos verre à votre insu mais vous vous en foutez vous arrivez à vous faire la meuf avec le crane rasé en kilt sans sous vêtements. Un petit passage dans les chiottes, une leuleu sur les chiottes et vous êtes repartis à faire des slams devant le nouveau groupe de rock-indé-countryslam-psycédelique à la mode. C’est là que l’on intervient. On, enfin moi ou l’ancien pote de lycée resté dans le petit village natal, on ne vous reconnait plus. Une idée du comment vous en êtes arrivé la? La drogue, le trop plein de livres freudien, l’abonnement premium à Youporn, l’absence de cours à la fac, l’air des grandes villes, le coté anonyme des grandes villes? On ne sait pas, mais au moment où l’on croise leurs regards, on sait qu’ils sont differents et pas vraiment fiers de ce qu’ils sont devenus. Cela dit, ils ne peuvent plus revenir en arrière et redevenir le Jean Régis Benard des années lycée. C’est terminé, le tatoo qui prend tout le bras recto verso avec un verset de la bible ne s’effacera pas. Les sequelles de la bière mdma-isée a fait son chemin et vous ne savez plus sortir entre potes sans en prendre et finir camé (cf- Article Tom Penny Numéro Zero). Dommage pour toi, toi qui te sens visé en lisant ces lignes, tu pleures peut être interieurement, ou tu fais mine de ne pas être atteint. Saches que tu le sais, tu en es une. Une victime des grandes villes et de la crise de la vingtaine où tu perds ton innocence dans les soirées où ton seul but est de repartir avec une chica toute fraiche sauf qu’en fin de soirée il ne reste plus que la groupie déguelasse. Oui celle là, tu t’en souviens peut être, ou plutot tu as un pâle souvenir de sa cellulite et des ses boutons dans le dos lorsque vous essayez de simuler un accouplement . Enfin, je te plains, toi et ta machoire musclée.


Photo subversive de Y. FĂŠlixain


L’héros

Si Marty McFly avait été mon voisin, il aurait pu commencer l’overboard sur la piste d’Erromardie pendant que je descendais la plus grosse pente en vélo avec mon père à l’âge de 7ans. Nous sommes 35 ans en arrière, le skate commence a perçer dans toute l’Europe mais aucune infrastructure n’est construite pour la discipline en devenir. L’année 1977 est une date clé pour l’histoire de la planche à roulettes en France.: le skatepark de Saint Jean de Luz ouvre 15 jours avant celui de la Villette à Paris. On rentre dans la DeLorean et nous voici maintenant. Le skatepark est toujours là, mais les buldozers sont passé par dessus, laissant le béton hurler. - JG

Des propos de Fabien Oronos receuillis par J.Garcia. Les photos ont un(des) propriétaire(s), que je ne connais pas, s’il lit ces pages, je m’excuse mais c’est pour la bonne cause. Merci à Jean Marie Deslocques pour le scan de certaines photos et à Fabien pour avoir collecté toutes ces photos..


On a découvert le skatepark d'Erromardie (quartier de Saint Jean de Luz) en voyant une vielle photo sur internet, on a tout de suite su que c'était le premier skatepark de France tout en découvrant qu'il avait été construit 15 jours avant celui de la vilette à Paris qui était lui vraiment un skatepark respectant les techniques de fabrication et de sécurité comme ceux de Californie. Le skatepark à été construit avant l'été 77, et ouvert le 14 Juillet de la même année, par Monsieur Heuty neveu du maire de l'époque sur son terrain privé, mais construit par les services techniques de la mairie, une petite magouille dans l'air… Il enregistre environ 9000 entrées en 6 mois à 10 francs la demi-journée et la piste s'étend sur 3000 mètre carrés.

Selon les types qui y allaient à l'époque, au commencement le bitume était super lisse , mais dès l'été suivant avec la chaleur les gravillons sont ressortis et une des descentes était impraticable ( Elle faisait office de piste de slalom qui n'est plus visible aujourd'hui avec la végétation). Il y avait un bar qui proposait aussi la location de skate et protections - il reste encore des ruines de ce petit bâtiment avec les prix écrits sur le mur lui même - et des sessions nocturnes étaient organisées une fois par semaine. Mais le skatepark devient très dangereux, car ce n'est que du gravier recouvert de bitume alors que dans les autres skateparks ouverts la même année des techniques de constructionns précises sont utilisées. Selon ceux de l'époque un moment il n'y avait pas un jour sans qu'il y ait un poignet cassé.. Très vite, le terrain sur lequel le skatepark est construit devient municipal et redevient gratuit mais le skatepark a très vite peu d'entrées et finit par être délaissé jusqu'à l'été 2010. La nature a reprit ses droits, et la moitié du skatepark était recouverte de ronces, d'herbes sauvage, de terre et de pas mal de carcasse de scoot.


1978

On a voulu le rénover parce que ça nous faisait triper de se dire que c'était le premier en France, que c'était un spot qui existait et qu'il pouvait être exploitable. Nous qui voulions faire du longboard, on a mis 6 mois à le nettoyer complètement en enlevant les plantes et les tapis de terre formés sur le bitume , on a ainsi retouvé le réseau d'égouts. Tous les "anciens" s'arrêtaient et nous encouragaient en nous racontant leurs anecdotes. Quand nous avons fini le nettoyage on a donc acheté des roues adaptées au bitume et la mère d'un pote (Cathy) nous a proposé de nous aider à monter un projet pour le réhabiliter. Ça a duré un an pour savoir à qui appartenait le terrain… Puis des dialogues de sourds avec la mairie jusqu'à qu'ils en interdisent l'accés avec grillages et des barbelés. On a donc pensé demander à la mairie de refaire le bitume pour faire du longboard et de placer les modules du skatepark de Saint Jean de luz sur une surface plane , tout en ayant une asso pour le gérer librement.

On a eu donc un rendez vous avec le maire de Saint Jean de Luz qui ne voulait pas, (encore une) question de normes etc.. en nous disant de laisser tomber et de ne plus y aller, alors que le directeur des services techniques de la mairie était à fond dans le projet.. Depuis on y allait de moins en moins souvent jusqu'à ce qu'on le trouve un jour détruit..


Épreuve de saut en hauteur (78) Surement Patrice Almuzara tentant de battre le record de France à 1m25

14 Juillet : Ouverture du skate park d’Erromardie 25 et 26 Février : Étape Championnat de France

26 Août: Première Démonstration au skatepark avec en tête d’affiche Thierry Dupin

Abandon du site avec l’introduction du’un skatepark de type modulaire dans le centre ville de la ville.

Slalom Geant : 1er: Patrice Almuzara 2nd: Gérard Almuzara 3ème: Dominique Ruhin Saut en Hauteur : 1er: Patrice Almuzara 2nd: Gérard Almuzara 3ème : Dominique Ruhin Figures Libres : 1er: Dominique Ruhin 2nd: Patrice Almuzara 3ème: Michel Gaucher Slalom Spécial : 1er: Patrice Almuzara 2nd: Gérard Almuzara 3ème : Dominique Ruhin

Destruction du skatepark de 1977 sur ordre du maire Peyuco Duhart.


SĂŠbastien Daurel en Boneless drop in, une photo de LoĂŻc Benoit.


PN Zine?

On m’a souvent demandé pourquoi je l’avais appelé comme ça, d’ailleurs ce n’est pas moi qui ai eu l’idée de le nommer comme ceci. Est-ce si primordial de connaitre la signification de quelque chose? Pourquoi le sucre s’appele t-il le «S.U.C.R.E» ou même pourquoi on appele un Ollie un «O.L.L.I.E» et pas un «L.A.K.R.C.T.F.S» (pensez à Duchamps et sa joconde). Cest comme ça et on y peut rien, ni vous ni moi. PN Zine. J’ai la signification mais je ne vais pas vous la dire. Mais je peux vous indiquer la voie. Paix/Haine, deux mots qui se contredisent. Pute Nazi qui selon Bastien Duverdier ferait un bon nom de mag (c’est bien une idée d’Original Man ça.. ). Police Nationale en hommage aux forces de l’ordre qui font si bien leur travail en préférant verbaliser des petits skateurs en street qu’à aller faire leur boulot face à des adultes comme eux qui font véritablement des délits. Roi Heenok. Mais est ce que quelqu’un a vraiment cherché sur internet? On m’a dit qu’il y avait un petit article sur Wikipédia, à bon entendeur. -JG

Petite pub PN Zine par Youri Fernandez


Image d’Eric Drooker

Salut les rageux Je suis allé voir un documentaire de type intéressant "les nouveaux chiens de garde", qui parle de la collision entre les medias, les politiques et les patrons de grands groupes industriels (souvent proprietaires de journaux,tv,ect.. ). Je vous le conseille ça vaut le déplacement au cinéma ou sur le canapé d'angle en cuir pleine fleur en téléchargement illégal. Sinon vous pouvez vous procurer le bouquin. Dans les médias du fun aujourd'hui c'est exactement la même chose. Avant l'avènement d'internet au milieu des années 90, lorsque le business du skate commençait à remonter, les marques n'avaient qu'un seul média pour être vu: les mags; ils n'avaient pas le choix et étaient obligés de supporter la critique. Aujourd'hui, les annonceurs ont l'embarras du choix et les mags n'ont plus à se plier à leur exigence pour survivre. D'ailleurs Soma il y a quelques temps nous expliquaient qu'ils préféraient parler des choses positives du skate monde plutôt que de polémiquer sur des sujets négatifs tels que redbull, monstre, nike, addidas.. J'ai pas mal d'anecdotes à ce sujet à vous conter depuis le temps que je traine dans le milieu du skate, mais je vous fais un petit florilège des plus sympas avec toujours le même but: la mise en avant de leur image. Toutes ces histoires m'ont été racontées par des jet skateurs, il se peut que les faits soient un peu

déformés, mais le fond est vrai. J'invite donc les personnes concernées à faire un démenti le cas échéant. 1/ Un certain magazine europeen sortait un numéro avec une video d'une marque assez connue par chez nous, et la couverture était un skateman qui n'avait rien avoir avec cette marque. Jusque là rien de choquant sauf pour la marque qui sortait la video: pour eux c'etait inadmissible qu'il n y ait pas un de leur riders en couverture du magazine sous pretexte qu'ils jouaient le jeu en donnant leur video! (enfin en se faisant encore plus de promo avec leur publicité video diffusée via le mag) du coup ils ont foutu la pression au mag mais je crois que le mag a tenu bon! Vive la liberté de la presse tant qu'elle va dans le sens de ses mécenes.. 2/ Encore le même genre d'histoire avec un magazine français qui avait chroniqué une video d'une marque que l'on connait tous, la chronique était un peu piquante mais c'etait super soft. Enfin quelqu'un de normalement constitué n'aurait rien vu d'insultant, sauf un des boss qui a donc fait un scandale au magazine sous pretexte de passer des pubs dans le mag.


Encore une fois la presse se fait sermoner par ses annonceurs et ça fonctionne.. Trouvez moi une seule chronique de video qui critique vraiment au lieu de sucer l'oignon du fabricant de produit estampillé skateboard.. 3/ Un mag que l'on connait tous a fait un article sur un évènement d'une marque de type équipementier sportif tout public et particulièrment apprécié des jeunes qui portent des survètements et fument des joints à l'arrêt de bus le samedi soir en écoutant Kamel l'Ancien sur leur telephone portable 3g+ au un son haut de gamme. Le texte était un peu critique sur une partie de leur évenement , un des salarié de la boite n'a pas kiffé et a donc demandé des explications au mag en parlant de stopper les pubs.. Résultat, la presse du fun s'autocensure pour éviter ce genre de problèmes et pouvoir continuer à payer ses salariés (photographes, rédacteurs,etc.) et vivre tout simplement. Je me demande quand même si ça vaut le coup de faire un mag si c'est pour se faire chier à juste faire des publireportages pour les annonceurs. Vous ne croyez quand meme pas qu'ils payent des tours uniquement pour envoyer des shitoss à l'autre bout du monde fumer des joints dans des hotels bas de gamme et finir leurs soirées aux putes! 4/ Même avec notre modeste blog j'ai eu droit aux pressions de certains tenors du skate français notamment d'une marque qui se dit européene mais qui fabrique en chine et appartient à un groupe americain. Un jour j'ai reçu un appel téléphonique d'une personne de cette marque pour me dire que j'allais trop loin, que j'avais pas le droit de chroniquer des videos (selon lui il faut être skateur professionnel pour le faire), que je n'avais pas le droit de dire du mal de leur marque, etc.. S'en est suivie une longue discution inutile de 45 minutes qui s'est soldée par un rendez vous sur un spot pour une explication entre "hommes" ( je vous raconterai cet episode une autre fois, promis). Forcément son coup de pression n'a servi à rien, le blog n'avait pas besoin de pub. Un blog c'est pas pour

faire des sous mais pour raconter des conneries et faire rire les amis. "Ils" sont quand même revenus à la charge en essayant de me faire virer de chez VANS en les appellant : un post sur le blog critiquait la marque. Encore une fois ils ont echoué. Heureusement il reste internet et tous les blogs et autres forums qui permettent une certaine liberté d'expression qui a disparue des medias traditionnels du fun. Aujourd'hui on trouve mille fois plus de trucs interessants dans un fanzine créé par des jeunes férus de skate qu'un mag comme Sugar qui va nous pondre des textes asceptisés sur la pratique du skate dans la rue ou bien des chroniques video de type brownosantes où tout le monde est beau et gentil.. Mais le skate c'est quand même plus "bête et méchant ". Ca aurait dû rester un truc de "mauvais garçon" au regard un peu aiguisé sur la societé dans laquelle nous vivons. Enfin c'est peut être plus ma génération qui a vécu le skate comme ça. Si je devais commencer le skate en 2012 je me dirais "non c'est un truc de beauf de france qui boit du monstre, porte des nike edition limitée et se prend pour un rebelle car il n’a pas de guidon sur sa trotinette". J'vous laisse je vais acheter un tshirt de Joy Divison et l'arborer fierement tel un blason sur mon profil facebook en me prenant pour un vrai punk engagé contre le pain à l'envers sur la table. Peace.


Julien Dellion l e

c a m é r a m a n

Julien fait partie du peu de cameraman de skate que compte le Pays Basque ces derniers temps, et c’est pas plus mal comme ca, il filme super bien et le fait avec bonne humeur. Tout ça, vous le saviez presque, un cameraman qui filme des skateurs. À priori, vous vous en doutiez. La suite par contre est inédite, et c’est du Lelionvideo.com, tout en humour comme à son habitude. - JG

Salut Julien, ça va? Ça te dit de faire l'interview maintenant ou t'es occupé (sur Mégaporn)? Ça va super et toi ? C'est bon j'ai du temps à te consacrer et puis je vais plus trop sur ce genre de sites, j'ai ce qu’il faut à la maison ! Mais je le connaissais pas celui là j'irai peut être faire un tour dessus à l'occas’ ! Ça farte, merci. Donc t'es cameraman «professionnel», vu que tu es à ton propre compte. Est ce que tu arrives a en tirer des sous un peu? J'aime pas trop le montrer ou en parler mais je suis devenu multimilliardaire grâce au skate, je croule sous la thune que les marques lâchent pour les vidéos ! C'est un filon en or ! Foncez les jeunes ! Trève de plaisanterie filmer du skate est une passion je le ferai même si il n'y avait pas d'argent mais je m'en sors pas mal. Mais si c’est ce que tu veux savoir je fais pleins de choses à coté du skate. Je te pose cette question car maintenant avec tout ces 7D, 550D ou GoPro qui filment en full HD à un prix raisonnable, il y a beaucoup de mec, même moi qui ont en un et qui se prennent pour des Fred Mortagne. Du coup tu voudrais pas aller dans un domaine qui paye plus comme filmer dans le porno, ou tu te vois plutôt à l'affiche de "Deux lions et une gazelle fraiche?" par Rocco Sifreddi lui même? Ah ah je l'attendais le petit jeu de mot et je suis pas deçu on me l'avait jamais fait celui là ! On va dire que le jour ou tu lances ta carrière de pornographe je veux bien être ton cameraman personnel.

Je savais que je ne t’étais pas indifferent. En parlant d’âme soeur je t'ai vu avec Jérémy Hugues au BASE pour le contest entre shops pour filmer, vous faites une bonne équipe à ce que je vois! Ouais ça se passe bien ! On est pacsé depuis 8 mois maintenant, on a un Espace, un chat, des poissons et on a adopté une petite fille Marie elle est géniale ! Tu l’as peut être déjà rencontrée à la maison ! Enfin voilà quoi, c'est la vraie vie ! T'as peut être un petit projet de vidéo en prévision, si tu veux que ça reste top secret c'est trop tard. C'est quoi? On a pas mal d'idée et de projet avec Jérémy, faire une vidéo de skate en fait partie mais c'est encore flou. On a pas mal d'images de coté et on filme beaucoup, donc un jour peut être qu'une vidéo verra le jour.. On a une réelle envie de faire une vidéo mais pour le moment on a pas mal de projet en cours chacun de notre coté. Mais promis le jour ou un projet est lancé tu seras le premier au courant. Ca sera peut etre une vastag 3.


Son Matos Une panasonic HVX200 Un appareil photo Canon 550D (avec un fisheye samyang 8mm, un objectif 18-55mm et un 5Omm à 1.8. )

Parle nous de la Anagram dont tu as filmé les parts de Bastien, Benat, Ludo et Manu et Pierre-Jean ? La dead-line est passée, le montage avance bien et la sortie est pour très bientôt.. En vérité c'est le bordel! On a pas une image, la moitié du team ne skate plus et on croule sous les procès. Du coup les boss d'Anagram ont décidé d'arrêter le skate et de se consacrer entièrement a un sport d'avenir la trottinette ! ! Tu filmes avec deux cameras, tu comptes te séparer d'une d’entre elles ou tu comptes les garder? Je compte bien les garder pour le moment mais je changerai plus tard, le matos évolue sans cesse. Elles ont peut être des usages différents? ou même des qualités différentes, peut être sur le formats, sur la qualité HD ? J'utilise les mêmes réglages avec les deux pour avoir justement la même qualité et le même format après c'est qu'une question de préférence. J'aime la Pana pour ça maniabilité et son zoom manuel, et avec le 550D j'aime pouvoir jouer avec les différents objectifs et les focales.

On a compris que tu filmais avec un Canon 550D, avant de l'avoir tu faisais de la photo? Ou ça t'as permis de t'y mettre, et de faire la couv du numéro zéro du zine ? Plus jeune je faisais pas mal de photo mais la vidéo a pris le dessus. C'est vrai que d'avoir le 550D m’a redonné envie de faire de la photo, et m’a meme donné un regard nouveau sur la vidéo mais ça m’a surtout permis de faire la couv du numéro zéro et c'est une très grande fierté pour moi ahah Tu n'as jamais pensé faire un court métrage? Et sans rapport avec le skate, une vraie histoire, des petits acteurs amateurs, une intrigue et un bon scénario? Un peu comme spike jones (mas lui a fait un film: Max et les maximonstres?) Si si j'en ai déja fait quelques uns qui sont restés dans mais tiroirs je les sortirai peut etre un jour? Cool, merci Julien pour tout ça! Merci à toi.


20ans

Pau/Bordeaux Deux dents en moins

Local Hero de St Michel Chill massif

Tee Shirt XXL

Sponsors:

Anagram Fraiche Kiss

Jump Skateshop Haze Wheels

s i u p a h C n a e J e r Pier Des photos de Remy Barreyat


Pour bien commencer cette petite interview, voici une annecdote d’Alexis Jamet sur PJ PJ et la dent Cette anecdote est vraiment des plus banales et classiques car elle repose sur une base simple : la baston de soirée. Cela commence par un apéro à Hossegor, entre potes, plutôt arrosé, tout le monde est chaud de sortir faire les fous, checker les zoulettes (à l'époque PJ était célibataire), et comme en hiver à Hossegor (c'etait en plein mois de décembre), il y'a pas vingt milles solutions, on est donc allé à l'endroit le plus classe que je connaisse (c'est ironique): «La Centrale», qui en fait est loin d'avoir la moindre classe, car cet endroit regroupe tous les plus gros beaufs et touristes du surf que j'ai eu l'occasion de voir, arborant fièrement New Era siglé monster, boardshort à damier rose, montre Nixon en latex vert et je vous passe les lunettes VZ et autre accessoires trop "fun". Un fois donc arrivé à La Centrale, prêt à aller dépenser notre argent dans de la bière de qualité inférieure, ou des wisky coca sans wisky, une bande de surfers locaux, supra "stylé", mais alors pas du tout "fun" et encore moins "peace", viennent nous accoster comme des cailleras, mais déguisés en mecs "smooths" c'etait donc un traquenard ! Les mecs nous demandent ce qu'on fait là d'où on vient etc.. On essaye alors d'expliquer qui on est, mais alors que PJ commence à peine à dire qu'il vient de Pau, un énorme coup de boule lui surgit dans la bouche, tellement énorme qu'il en perd une des dents de devant et décroche sa voisine. Je vous laisse imaginer la panique totale, les mecs en question se barrent à moitié en courant, et nous on cherche la dent de PJ, rien à faire. On va aller dans le bar chercher le coupable pour s'expliquer. Arrivés devant ce bar génial, ou les démons de minuit et Linkim Park se mélangent à merveille, l'ambiance n'est pas vraiment là, en effet les surfers de l'extrême sont trois fois plus nombreux et ont l'air chaud de se la mettre, mais dans ce tas de connards, il manque justement le responsable de la perte dentaire de PJ, j'esquive alors l'embrouille, et me dirige dans le bar le retrouver, où je me fais recaler par le responsable du bar, qui est pote avec tous les surfers (logique). Je reviens alors sur mes pas, et là tout le monde gueule et ça finit qu'on se fait entre guillemets "dégager" par une vingtaine de "mecs funs", avec des petits mots gentils tels que "ne revenez plus jamais ici sales touristes !", nous partons donc bredouille avec un pote en sang, en laissant dernière nous quelques "consanguins, vieux chauvins, ou le classique fdp" Pour conclure cette anecdote, je n'ai qu'une chose à dire "local only maaan"..


Backside Tailslde


Switch Heel par dessus le rail.

Je veux savoir ce que tu fais en dehors du skate, ton IUT que tu prépares et peut être tes projets pour le futur? Te mettre au rap français histoire de remonter le niveau parce que la Fouine et Booba, à ce que tu m'as fait écouter, c'est pas fameux… Bin ouais je devais « bosser » mon IUT, j’ai redoubé ma deuxième année, du coup là j’avais pas le choix… Tu vois cette année fallait être sérieux… Du moins un minimum ! Et puis aussi j’ai redoublé en partie à cause de mes absences donc c’est impossible de sécher plus que le minimum légal (3 absences par semestre). Apres je suis pas du tout du matin donc ça plus les 8 heures de cours, je rentrais chez moi tout fané… Plus l’hiver … Là ça va aller un peu mieux vu que je suis en vacances jusqu'à septembre, héhé! Le rap français, jamais je m’y mettrai. C’est juste que ça me fait rire… Après voilà, maintenant le rap français est connu pour 1995 et sexion d’assaut (oui sexion avec un X en tant que bon français…). Après, c’est dans le rap en général, mais ce que j’aime c’est les instrus et en particulier les instrus très grasses. Tout ce que tu aimes non ? Un peu de haine jéjé ?!

Je te prépare une petite playlist critique pour la prochaine fois que tu montes dans ma voiture ? Bien remplie de son que seul Duppanloup reconnait T’inquiètes pas, j’oublierai pas mon mp3 la prochaine fois. Vis à vis des études t'aimes ça ou c'est juste pour se trouver un boulot sûr et après faire le tour du monde une deuxième fois? Ou tu préfères rester à Pau après tes études? Bin c’est de la gestion mais sa tourne beaucoup trop autour de la comptabilité. Du coup, on a l’impression de faire que ca et c’est vraiment pas ce qui m’intéresse. Après ça servira toujours, si jamais je veux enregistrer dans ma future compta une augmentation de capital ou l’amortissement de ma machine outils…. Bref, une passion. Je ne compte pas travailler de suite. Je pense que les études sont importantes. T'es là depuis 3ans bientôt, mais on te voit pas trop skater? tu fais quoi a coté? Bin comme je te l’ai dit j’ai pas mal bossé en quelque sorte et puis chillé ! Et puis j’ai pas


Backside Tailslide

forcément le besoin de skater tout le temps. Et après des journees trop longues pourries de cours j’ai un peu la flemme… Et puis bin sinon je rentre à Pau revoir les potos et la famille quoi ! Pour la vidéo Anagram, tu as filmé entre Pau, Bordeaux et le Pays Basque? ça se passait comment et avec qui? Ouais la majorité des images sont vers le Pays Basque vu que j’ai tout filmé avec Julien (Dellion). Il y a quelques images sur Pau et Bordeaux. Sur bordeaux j’ai filmé avec Mathieu Giabiani. T'as un pote photographe, Remy qui a pris toutes les photos de cette interview? Tu peux nous en parler? Les spots ont l'air assez rugueux et pas évidents, c'est toujours comme ça à Pau?

Bin c’est difficile de parler de Remy… A la base il faisait des photos de snow et les choses ont fait que nous nous sommes rencontrés à Pau. Après je l’ai plus vu en soirées qu’en sessions ! Quand il est disponible il refusera jamais d’aller shooter donc c’est cool et il n’est pas « contraignant » on va dire.. Ouais pour le coup les spots sont bien cagneux et rugueux. Ce sont des spots de Pau pour la plupart, et tu sais que cette ville n’est pas réputée pour des spots parfaits… Là bas les spots sont assez gros en général et au top du top le sol est en goudron … Mais le centre ville est bon pour chiller !


bastien Duverdier

Foot Plant capturĂŠ par J.Garcia


Salut Bastien, pas trop stréssé par l'interview de toi même? Euh, un peu, je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre! Par quelles activités est animé ton cerveau tous les jours? Skateboard - Guitare - Fumer - Blues - Ecrire - Se reproduire - mes potes Pourquoi tu continues le skate, ça fait 15 ans que tu en fais, t'as pas un peu l'impression de tourner en rond? Parfois oui, mais dans l'ensemble je prends toujours autant de plaisir. Mais mon skate a évolué avec les années, j'ai l'impression d'avoir trouvé le mien, celui qui me correspond le mieux, ça m'a quand même pris 15 ans. Mais ce dont je ne me suis jamais lassé, c'est de chercher des spots, des idées, se creuser la tête. Et avec ta guitar,e c'est l'amour fou, non? Ah ouai, je suis un peu barjo, comme les mecs qui sont amoureux de leur bagnôle! Non mais là je suis en train de faire un groupe, avec un pote, il joue la guitare, et moi je m'occupe d'une autre guitare, l'harmonica, la grosse caisse et le chant, c'est trés bien parti. C'est du blues-décape-four, en gros c'est rugeux, sans effet, sans fioriture. Je compose tout, il n'y aura pas de reprise. La vidéo Anagram était prévue pour mai 1998, qu'est ce que vous foutez? Anagram, c'est une petite marque, la vidéo a le mérite d'être complètement indépendante. Je pense qu'elle va être vraiment bien, ils ont de l'humour, et ce n'est pas forcement trés commun dans le monde du skateboard. Sinon ta grand mère va bien? Ca va je vais la voir souvent, vu que je répète chez elle, c'est une personne que j'aime beaucoup. Tu te prends pour un journaliste depuis peu, qu'est ce que c'est que ça? Je sais pas, j'aime bien, en fait à tous mes voyages je fais des roads books, pas du tout ambiance journal intime, du coup mes textes sont trés inspirés de ces carnets. D'ailleurs tu voyages beaucoup mon salaud, où est ce que tu es allé? Dans une trentaine de pays, en asie, europe de l'est, amérique du nord.. Depuis que j'ai arrêté les cours à 17ans, je n'ai pas loupé un seul tour ou voyage, 4 étoiles ou camping sauvage, organisé ou indépendant, 3 jours ou 3 mois, j'ai tout donné pour le plus important à mes yeux: Vivre mon rêve. Et aprés? Je voudrais être musicien, blues man, cela parait un peu utopique, mais quand j'avais 11 ans, je disais à mes parents que je voulais être skateur pro. Alors je me dis finalement, pourquoi pas. Il y a toujours des gens autour de toi qui te découragent, dénigrent, mais c'est parce qu'ils ont peur de réaliser leurs rêves.


félixain

YANN «My Work»


Bordeaux, 2011, argentique Blink Musclés, bronzés et éco-friendly. Cheveux délavés par le sel, Les surfeurs de plage ont indéniablement la côte auprès des vacancières. Les surfeurs du béton devraient être envieux.

Mieux que les estivantes en bikini, Lycéennes, en manque de sensations fortes, en bas âge sont irréfutablement dans le milieu, avec leurs bières Les skateurs de ville devraient être heureux. A son domaine, sa groupie. Avec des années de retard, arborant fièrement son tatouage. Elle attend on ne sait quoi. Deviner.


Bilbao, argentique, 2011 Vertical Limit

Nous nous sommes tous posé la question une bonne centaine de fois avant de partir. Est-ce le bon weekend pour partir skater en Espagne? Etant donné que la météo annonce du mauvais temps pour l'ensemble du Sud-Ouest. A peine passé la frontière, le miracle se produit ! Il fait beau en Espagne. Le mythe est bel et bien vrai. Nous trouvons rapidement la célèbre plaza près de Bilbao. Ensuite direction le satané rail rouge du stade. Une board explosée de colère, une line et un over the rail. La nuit tombe et les très jeunes espagnols apparaissent comme des vampires avec leurs cochonneries de pipas et autres energy drinks. Les rues se remplissent comme un été sur la côte, sauf que nous sommes en plein hiver. Notre contact local est une fille sympathique, elle nous entraine dans les bons bars. L'équipe dite la plus efficace rentre aux voitures sur les coups des 6h du matin. Pendant notre courte et insuffisante nuit de "sommeil", nous nous sommes fait réveiller par une belle jeune femme qui tape à nos vitres pour qu'on aille continuer la fête avec elle.. Puis pour finir un xénophobe basque est venu partager, sur l'arrière du monospace, son urine bien chaude. Avant de disparaitre.. A notre réveil nous sommes loin d'avoir une forme Olympique. Un seul membre de notre équipage est survolté. Retour à la réalité, une engueulade avec des passants plus tard, il est temps de se perdre autour de la ville. C'est gagné on finit par tourner en rond dans la banlieue. On finit par tomber sur ce skatepark, avec une rampe bien raide. On se dispute plus ou moins pour une histoire d'argent concernant l'essence. La limite de notre seuil de tolérance en discussion se mesure à notre fatigue Certain veulent déjà rentrer et d'autres veulent encore profiter du pays et de sa douceur.


Bordeaux, 2011, argentique Cascade Des choses sont plus évidentes à certains moment.s Ce jour-là, ce fut évident. Dropper. Pourtant avant, ça ne le fut pas le cas. Une sacrée paire était recommandée ou se sortir définitivement les doigts. L'envol depuis la barrière, un suicide. Le lancement à partir du bloc, une cascade. Une tentative, une roulade. Un deuxième essai, l'acrobatie est faite.


au

photographe

Mr.

Portrait de D. Marzocca

La parole

Clément

LeGALL Parfois le hasard fait bien les choses.. Je m'explique : ce jour là j'ai presque du supplier Xan pour qu'il fasse ce transfert de courbe à courbe. Il n'avait vraiment pas envie de s'y coller et trouvait le tricks presque nul.. J'ai donc tenté de le convaincre en lui expliquant qu'avec mon super fisheye hasselblad et mes flashs de compet ça pourrait faire une belle image, que la lumière était belle, blablabla, le topo habituel des photographes.. Je prépare donc mon matériel, fais mes réglages, Xan s'impatiente, tout va bien.. Je suis prêt. Comme bien souvent il rentre le tricks du premier coup. Etant donné que je shoote à la pellicule je ne vois pas le résultat et mieux vaut avoir pris la photo au bon moment. Je ne suis sûr à 100%, donc je lui demande d'en refaire un. Pas très pro mais bon Xan est sympa et il accepte. Je me concentre, il repasse et le recolle à nouveau. Cette fois ci je pense avoir le bon timing. Je fais signe à Xan qu'on est bon et je lui assure une belle photo. Quelques jours plus tard je fais développer la pellicule et à première vue sur le négatif c'est un échec ! Xan est tout noir car je ne sais pour quelle raison mes flashs de compet n'ont pas fonctionné. En regardant de plus près la photo je m'aperçois qu'en fait ce n'est pas aussi raté que je le pensais. Sans le vouloir j'ai obtenu un joli contre jour qui on va dire, donne du charme à la photo. Sur ce coup là je peux dire que j'ai vraiment eu de la chance. Heureusement, ce n'est pas tout les jours qu'on réussit une photo ratée.


Des propos recueillispar Yann FĂŠlixain.


Le rendez-vous est donné au skateshop à 16h. Delphin arrive avec de l’avance, il va devoir patienter un instant que j’aille jusqu’à la Poste. A mon retour on décide de se poser au calme et comme avec Ludo dans la précédente ITW on va à l’étage dans l’ancien bureau qui est en travaux aujourd’hui. Yohan (Caunègre) nous rejoint aussi. Delphin, tu crois que tu peux te présenter en 2-3 mots? J’ai 20ans et là je viens d’avoir une mauvaise nouvelle aujourd’hui, j’ai raté le permis. Je suis blaze. Sinon j’avais un peu arrêté le skate à cause d’une blessure et là je recommence à fond. Et autrement cette année, c’était une année sabbatique. Tu peux mettre un VDM à la fin de cette réponse ! (rires) Tu peux nous dire quoi sur les photos que tu as faites avec Alex Magné ? Le gap Tourny, c’est simple on est passés devant, et là maintenant il n’y a plus d’arbres. Donc c’est un nouveau spot dans Bordeaux. C’est assez chiant avec le trottoir avant le gap mais j’ai réussi. Plutôt cool. Pour les autres photos, peut-être celles sous la neige, à ce moment-là il faisait genre -10C°. Je ne suis pas trop au courant de la sélection des photos faite par Alex, mais on va essayer d’en faire une dernière pour la route ! Comment tu connais Alex ? On était ensemble au lycée à St Genès, en BEP électronique pendant 2ans, j’ai commencé à lui apprendre vite fait le skate et on chillait ensemble entre midi et deux au skatepark de Bergonié. Ensuite chacun à changé d’orientation, mais on se voit toujours au lycée et en soirée. J’avais un peu arrêté le skate pour plus de soirées.


Ollie


On arrive au sujet! Bon alors les soirées, t’es assez un pro pour ça non? J’ai des cicatrices de soirées! (rires) J’ai vu un gap à la Salabanzi, j’ai voulu le descendre en disant il y a moyen, j’ai fait une grosse replaque jambes tendues, bien bourré en plus donc résultat un talon fissuré. VDM again. Sinon un mardi soir, chez des meufs, il restait deux bouteilles de vin pleines, j’étais déjà saoul d’avant et j’ai décidé d’en boire une cul-sec avant de tracer. Ce qui m’a valu de tomber la tête sur l’angle d’un trottoir… Résultat direction les urgences, j’ai vomi sur 3 internes, et je suis arrivé juste à temps avant de perdre mon œil et d’avoir 2 plaques en titane et 6vis à la place du front… VDM. Je suis aussi interdit d’Iboat… car j’ai déclenché l’arme incendie… Quand tu ne bois pas, tu fais du skate, t’es plutôt quel style, tu vas où, tu skates avec qui? J’aime le skate vite, longueur & hauteur, pas trop dans la technique. Faut que ça aille vite. Je skate avec les locaux de Bordeaux, Vincent et Yohan, Alex, puis les « parkeurs » des quais. Sinon après tout ça entre le skate et les soirées, tu chill ? Oui je chill dans des bars ! (rire) Non on va me prendre pour un alcoolique… Comme tout le monde je chill chez des potes, et au skateshop Riot. Tu as pleins de tatouages sur toi, parles en ? J’aime bien les tatouages, ça n’a pas de signification, il y a les dessins que j’aime bien et des phrases. J’ai commencé à 17ans et là j’ai 11 tatoos sur moi. Je ne compte pas m’arrêter. Je les kiffe tous. C’est fait par différent tatoueurs. Sinon j’aime bien les sapes dans un autre registre ! Ça plait aux filles ? Oui à fond, on ne va pas se mentir. Et du coup c’est quoi ton style de zik ? Rap et rock, en principal: 3-6 Maffia, Booba, Black Sabbath, Earthless… Sinon on a fini par parler de Jacquie & Michel, du porno amateur sur internet où on voit beaucoup de filles de Bordeaux, c’est assez halucinant. On vous conseille d’aller voir si votre voisine ou même votre petite amie ne figure pas dans la liste interminable de chaudasse du coin ! On discute aussi des meufs de 18ans qui font du porno, on hallucine. L’interview se finit et en fait on a juste envie d’aller en soirée.


Une photo de Jérémy Hugues Hurricane transfert d’Anthony Boudard


Tricks rentrés et simulations en tous genres . . Vous ne vous êtes jamais jeté sur un gap en flip ou une tricks du genre, et au bout de quarante mille essais, vous n’y êtes toujours pas arrivé? Tout ça à cause de la cuite prise la veille au bar du coin avec vos scrabs et des putains de flashs du photographe montant qui vous aveuglaient pile au moment où vous catchez la board? Cette photo, parce que vous êtes le local hero ou le gapman de la ville et que vous êtes récemment passé chez Taureau rouge et Oxelo, se retrouve dans un mag. Alors que vous ne l’avez même pas rentrée, vous la voyez dans le mag, devant votre visage. Comment cela se fait -il ? On ne nous a jamais rabaché dans tout les magazines que c’était un péché mortel que de publier une telle chose? Préparez vos gousses d’ail et vos pieux bien aiguisés pour tuer le photgraphe ! Qui est le mec qui a dit «Il ne faut surtout pas mettre des photos de tricks pas collés dans les magazines» ? Certes, d’un point de vue tout à fait comprehensible, le tricks n’est pas collé, c’est une simu, n’importe qui peut se jeter d’en haut d’el toro en Mc Twist, faire une bonne pause pour la photo et hop, c’est dans le boitier du photographe. Et si on se mettait du coté du skateur, celui qui se fait chier pendant une après-midi à essayer de rentrer son putain de tricks qui lui prend la tête. On sait tous qu’au bout de 20 essais il commencera à devenir schizophrène, à se parler tout seul, à se taper la tête, à jeter sa board un peu partout, et parler à sa planche alors que ses potes au fur et à mesure se moquent ouvertement de lui en le traitant de simulateur? On ne pense pas souvent à ce mec, qui sue pour la gloire. Je pense que la constitution devrait ajouter un article proclamant qu’a partir de 50 essais et 3 heures de lutte contre son propre corps et son propre cerveau en pleine crise - oui parce qu’au bout de trois heures, on est plus deux dans son esprit mais une bonne dizaine- il faudrait accepter la photo, car il en faut du mérite et de la percévérance. Et puis, si on bataillle plus d’une demie après-midi une même figure «artistique», que ce soit sur un rail, un curb, ou en flat, on a plutôt envie de le rentrer non? De voir le moment ou la board finit par se coller sous les pieds en l’air et se sentir rouler juste apres. C’est ça le skate ! De batailler, alors si vous voyez, un tricks sur un rail, ou un gap, demandez vous d’abord si vous oseriez vous jeter en Back Noseblunt comme le gonz qui est sur la photo et qui c’est ruiné son jean fraichement acheté à H&M en soldes, et qui a perdu la moitié de son tatouage en toile d’araignée sur son coude. Qui plus est, dites vous qu’en faisant ça on lui met une presion supplementaire: il devra à tout pris le rentrer une prochaine fois s’il ne veut pas se justifier auprès de la Terre entière car il n’y pas la figure qui a fait la couv du dernier Freestyler dans sa dernière street vidéo part 2012 . . La honte quoi ! J’aimerais pas que ça m’arrive. Et puis au final, c’est de la faute du photographe. C’est lui qui a envoyé la photo au redac en chef du magazine, qui ne lui a rien dit, Il a surtout encaissé le cash pour la photo publiée. Je vous parlais des pieux affutés, et des gousses d’ail. C’est le moment de les sortir. Il parait que certains magazines en sont gorgés, mais au final, on s’en fiche non? D’ailleurs, pour ceux qui ont un iPhone ou autre téléphone multifonction, il y a Alex Magné qui a fait un petit numéro sur les tricks non rentrés de certains Bordelais. Il faut juste flash-coder le QR en bas et vous y tomber ou sinon cherchez sur Gogole.com. - JG


TOP

Musique

2 - IAM, FF, 3eme Oeil Le Retour du shit squad 3 - Notorious B.I.G 1 - Mobb Deep Juicy Shook Ones part II 4 - Tupac All eyes on me 5 - Dilated People Love And War 6 - Method Man & Redman da Rockwilder 7 - Tayyib Ali Do It 8 - Mac Miller Nikes on my feet 9 - Gangstarr The Anthem 10 - Nas Represent aka Gaetan

Kamal

Allez, c’est reparti pour une selection de son assez hétéroclites, du lourd encore une fois, par nos amis Gaétan Kamal, Geoffrey Nicolet,Youri fernandez et de tout les beaufs de France qui achètent leurs musique sur iTunes. Merci infiniment de nous faire rire, on vous aimes. Comme toujours le zine une fois en ligne, vous pourrez y acceder facilement et copier/collant le texte..

aka

Youri

Fernandez

1 - The Raconteurs The switch and the spur

2 - Pink floyd Summer 68 3 - Sly and the family stone Que sera, sera 4 - The Bucket feat. Gil Iramuno Farmer blues 5 - Lou Reed How do you think it feels 6 - King crimson I Talk to the Wind 7 - Jethro Tull Bourée 8 - Télévision Elevation 9 - Adam Green Festival Song 10 - Imperial kikiristan Shutarine Kidgrada


aka de France.

1 - Michel Teló Ai Se Eu Te Pego (Live) 2 - Lana Del Rey Video Games (Remastered) 3 - Madonna Give Me All Your Luvin' (feat. Nicki Minaj & M.I.A.) 4 - Shakira Je l'aime à mourir (Studio Version) 5 - Irma I Know 6 - David Guetta & Sia Titanium (feat. Sia) 7 - Pitbull International Love (feat. Chris Brown) 8 - ADELE Someone Like You 9 - Sexion d'Assaut Avant qu'elle parte 10 - LMFAO Sexy and I Know It

Goeffrey Nicolet

1 - Rancid Back Up Against The Wall 2 - The Flatliners This Respirator 3 - The Rabble Seeking 4 - Flatfoot 56 Loaded Gun 5 - Far From Finished Heroes And Ghosts 6 - The Briggs Maritime Tragedies 7 - Strawberry Blondes Social Control 8 - Angel City Outcasts Doghouse Blues 9 - Street Dogs Punk Rock And Roll 10 - Dead To Me Don't lie


Nouveau


Numéro Un