Issuu on Google+

CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:14

Page 2

Parc naturel transfrontalier du Hainaut Cahier d’actions


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:14

Page 3

Nos paysages au fil du temps

1

Apprendre à observer notre cadre de vie

Promenons-nous dans les Parcs naturels

2

Des itinéraires de randonnées pour tous les goûts

Vers une écocitoyenneté transfrontalière

3

Eduquer à l’environnement

Une gestion coordonnée de l’eau

4

Un usage diversifié et durable

Appréhendons nos espaces de vie autrement

5

Vers une gestion différenciée du territoire

A la rencontre des agriculteurs

6

Vers des modes de production plus autonomes

Découvrons le territoire sous tous ses angles

7

Sorties découverte, événementiels et festivités au programme

Pour une approche culturelle du territoire

8

Et si, ensemble, nous avions une aventure artistique ?

Vers la structuration d’une filière bois énergie

9

Valoriser les ressources locales

Le retour des vergers

10

Apprenons à planter et à entretenir nos fruitiers

Consommons local et de saison !

11

Pour l’éthique, la qualité et la proximité

La gestion des sites d’intérêt biologique Augmentons la biodiversité locale

12


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

8/11/12

16:20

Page 4

Nos paysages au fil du temps Apprendre à observer notre cadre de vie Les paysages du Parc naturel transfrontalier du Hainaut constituent le cadre de vie attractif de plus de 255 000 habitants et de nombreux visiteurs. Mosaïque de paysages diversifiés, ce territoire forme un bel échantillonnage des caractéristiques régionales, où plaines humides, plateaux agricoles et sites miniers se côtoient. Ces paysages évoluent au fil des saisons, mais aussi du fait des activités humaines. Suivre leur évolution est indispensable pour comprendre comment les gestes quotidiens de tous (élus, acteurs économiques, habitants…) influent sur le territoire, et pour éclairer les choix d’aménagement à venir. Pour cela, entre autres, un outil a été mis en place : l’Observatoire photographique transfrontalier des paysages. Il permet d’observer l’évolution des paysages grâce à la technique de la reconduction photographique dans le temps. Destiné à tous, cet outil invite à la connaissance des paysages du Parc naturel transfrontalier du Hainaut. L’objectif est de sensibiliser et de motiver habitants et usagers pour rendre chacun, à son niveau, « acteur » du paysage. Il s’agit de donner envie d’observer, de connaître, de comprendre et d’agir. Cette sensibilisation passe par l’échange, le partage des expériences, le croisement des regards et la transmission de savoirs. Outil à la fois de connaissance, d’analyse et de mobilisation, l’Observatoire photographique transfrontalier des paysages permet : • une meilleure connaissance des paysages, un suivi des transformations et des évolutions paysagères à travers l’observation de plusieurs sites, afin de pouvoir illustrer le territoire et son devenir. • une participation citoyenne soutenue. • la gestion et l’aide à la décision en matière de politique paysagère. Cet outil est destiné à tous les publics : citoyens désireux de découvrir le paysage, son histoire et son évolution, techniciens, élus, habitants, professionnels, scolaires...

www.observatoire-paysages.pnth.eu

campagnes photographiques Un site internet pour découvrir les arche. Favorisant et comprendre l’ensemble de la dém ore toute l’actualité de l’interactivité, nous y trouvons enc avec les habitants comme l’Observatoire, les actions menées celui qu’on se construit », l’exposition « notre paysage, c’est e », la collecte de documents l’opération « Parrainez un paysag s. anciens et bien d‘autres information

1


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

8/11/12

16:22

Page 5

Promenons-nous dans les Parcs naturels Des itinéraires de randonnées pour tous les goûts Au total, ce sont près de 1 000 km de sentiers qui nous permettent de vagabonder de part et d’autre de la frontière côté belge et côté français. Ce réseau transfrontalier d’itinéraires de promenade et de découverte dispose de multiples attraits, en premier lieu parce qu’il représente une composante locale (le réseau est utilisé par les habitants pour leurs déplacements quotidiens), et il s’enrichit d’une composante touristique (c’est un atout pour la découverte du patrimoine du Parc naturel), mais encore car il dispose d’une fonction écologique (c’est une zone de refuge et un couloir de communication pour la faune et la flore locale) et, enfin, parce que son aspect transfrontalier lui confère une mixité culturelle. Le but aujourd’hui n’est pas de multiplier les itinéraires mais de bâtir un réseau de qualité et de le maintenir en état. En effet, il est important de rendre nos sentiers plus agréables et plus compréhensibles pour un accueil optimal du public. Des éléments d’interprétation fleurissent donc sur le terrain et des carnets de découverte du patrimoine se déclinent autour des atouts majeurs du territoire tels que le patrimoine minier, les arbres remarquables, les multiples marais, étangs et cours d’eau, ou encore les chapelles. Tous les circuits et sentiers de découvertes et de randonnées sont repris sur les cartes de randonnée du Parc naturel transfrontalier du Hainaut auxquelles s’ajoutent des « fiches randos » plus détaillées pour chacun de ces circuits qu’ils soient équestres, pédestres ou VTT, téléchargeables sur www.pnr-scarpe-escaut.fr et www.plainesdelescaut.be

Des randonnées pour tous

ourt © David Delec

© deux joëlettes à Depuis 2010, le Parc naturel met vention aux disposition gratuitement via une con s souhaitant lier ticu par et s communes, association itoire en terr du es rell natu découvrir les richesses © s euil faut des t son s randonnant. Les joëlette ue uniq e rou e d’un nis roulants tout terrain mu ilité réduite (âge permettant à une personne à mob dicap) de partir han es, siqu avancé ou difficultés phy ompagnée par en randonnée sur tout chemin, acc rière). der une ant, deux personnes (une dev

2


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:15

Page 6

Vers une écocitoyenneté transfrontalière Eduquer à l’environnement

© Samuel Dhote

Convaincu que la découverte et le respect de la nature s’apprennent dès le plus jeune âge, le Parc naturel transfrontalier du Hainaut propose dans ses équipements éducatifs, des animations aux scolaires et des stages durant les vacances pour développer la curiosité des enfants ainsi que leur ouverture d’esprit face à l’environnement, dès l’âge de 3 ans. Pour développer l’écocitoyenneté transfrontalière, des journées didactiques « Ecosystèmes sans frontières » ont été imaginées. Elles mêlent activités pratiques et ludiques. Encadrées par des animateurs « nature » belges et français, ces journées réunissent des élèves d’une classe française et d’une classe belge. L’objectif est de leur faire percevoir que des deux côtés de la frontière, les écosystèmes sont semblables et que tout est interconnecté. Une formule qui crée de l’émulation entre les élèves et les enseignants belges et français pour agir en faveur des écosystèmes du territoire.

osent un Chaque année, les deux parcs prop ourager enc r pou es lair appel à projets sco nent à amè qui ses et soutenir les clas , à le lier nta sfro tran e découvrir le territoir ants eign ens Les ! agir comprendre pour et és tivit d’ac , des d’ai peuvent bénéficier ire leur projet de classe. stru con r pou ptés ada es d’outils pédagogiqu e du parc respondant à des enjeux du territoir Deux ou trois thèmes annuels cor sibilisation à exploités dans le cadre de la sen transfrontalier peuvent ainsi être ent durable. l’environnement et au développem t met ainsi à c naturel transfrontalier du Hainau Dans le domaine du paysage, le Par servatoire e ainsi que les outils de l’ob disposition un guide pédagogiqu connaissance r faire participer les enfants à la photographique des paysages pou partagée de nos paysages.

ote © Samuel Dh

Regards d’enfants sur nos paysages

3


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:16

Page 7

Une gestion coordonnée de l’eau Un usage diversifié et durable Les milieux naturels et les paysages du Parc naturel transfrontalier du Hainaut sont largement façonnés par la présence de l’eau, sous ses multiples formes. Si l’Escaut et la Scarpe constituent l’épine dorsale du territoire, les nombreux cours d’eau (dont certains déterminent la frontière), anciennes coupures, canaux, fossés, marais et zones humides confèrent au territoire transfrontalier une grande part de ses richesses patrimoniales. Ils abritent une faune et une flore spécifiques des milieux aquatiques et associés (poissons, invertébrés, amphibiens, algues, mousses, oiseaux…). En matière de paysage, le relief et les vallées ont été sculptés par ce réseau hydrographique particulièrement dense. Les plans d’eau sont utilisés pour les sports nautiques et de loisirs, ainsi que pour la pêche et la chasse. Et les cours d’eau navigables ont une fonction importante sur le plan économique pour le transport fluvial commercial et touristique.

ote © Samuel Dh

Cet ensemble, s’il est géré et aménagé en tenant compte de ses différentes fonctions, forme une continuité biologique appelée trame humide et aquatique dans la Charte du Parc. Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut s’y investit fortement, que ce soit en matière de gestion et de restauration de milieux, d’inventaires de zones humides, de création de mares, de promotion de la gestion différenciée… Il participe activement aux outils de planification créés en droite ligne de la directive-cadre européenne sur l’eau dont les objectifs sont la prévention et la réduction de la pollution, la promotion d’une utilisation durable de l’eau, la protection de l’environnement, l’amélioration de l'état des écosystèmes aquatiques et l’atténuation des effets des inondations et des sécheresses. Ainsi, le SAGE (Schéma d’aménagement et de gestion des eaux) Scarpe Aval (F) et le Contrat de Rivière EscautLys (B) rassemblent l’ensemble des acteurs concernés et mobilisés autour de ces objectifs.

histoire… Nos cours d’eau racontent notre x

© Album de Cro ÿ

ue sur deu Hainaut a engagé une étude historiq Le Parc naturel transfrontalier du nde Traitoire nde Ruisselle en Belgique et la Gra cours d’eau de leur territoire : la Gra en France. lisés au cours de Les différents aménagements réa territoire l’histoire pour assécher et gérer un d’autre de la et t par de és humide se sont influenc de mieux met per ue oriq hist frontière. Ce parcours poser les comprendre le paysage actuel et de nnée. rdo coo tion ges jalons d’une meilleure

4


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

8/11/12

16:23

Page 8

Appréhendons nos espaces de vie autrement Vers une gestion différenciée du territoire La gestion différenciée consiste à maintenir et entretenir différemment le territoire. Elle concerne à la fois les milieux naturels (zones humides, forêts,…), les milieux anthropiques comme les espaces verts au niveau des communes (bordures de routes, ronds-points, jardins, parcs…) et les jardins des particuliers. Il s’agit de gérer durablement ces zones dans un souci écologique, économique et social en fonction des besoins requis. Plus respectueuse de l’environnement, la gestion différenciée favorise certaines pratiques. Celle de la fauche tardive en est l’exemple le plus connu. Il s’agit de laisser la végétation se développer bien après la fin du printemps, voire de l’été. Elle est souvent effectuée sur des zones ne nécessitant pas d’entretien régulier et n’étant que très peu empruntées. D’autres exemples peuvent faire référence à : • la mise en place de prairies fleuries, • la récupération d’eau de pluie, • le ramassage des produits de fauche, • le désherbage mécanique (en alternative de désherbage chimique), • le paillage des massifs afin de limiter le développement des « mauvaises herbes » … La gestion différenciée contribue ainsi à favoriser la diversité floristique et faunistique des milieux entretenus et côtoyés par l’homme et une meilleure qualité de l’eau. Au niveau du Parc naturel, l’ambition est de renforcer les actions de gestion différenciée sur le territoire, notamment par l’expérimentation. L’idée étant d’amener les services techniques des communes, des gestionnaires et la population à changer d’état d’esprit progressivement.

ote © Samuel Dh

si par les vieux La gestion différenciée passe aus sans pesticides, rel natu murs, les jardins privés au tion de nichoirs, lisa l’uti , les vergers conservatoires tribuer, chez con t peu d’abris à insectes… Chacun er d’une verg son ou soi, à entretenir son jardin itants et hab ses r ilise « autre façon ». Afin de mob veau nou un es, tiqu d’apporter des réponses pra du s rdin réseau, baptisé « les écos-ja é ; il PNTH », s’est récemment structur rti ave r, inie ouvre ses portes à tout jard ou amateur.

te uel Dho © Sam

Et si nous devenions « éco-jardinier » ?

5


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:16

Page 9

A la rencontre des agriculteurs Vers des modes de production plus autonomes Comment aller vers des systèmes de production plus autonomes et plus économes ? Peut-on reconstruire un système fourrager efficace basé sur l’herbe de nos prairies ? Est-il possible d’améliorer son autonomie en protéines ? Ces questions sont au cœur des préoccupations agricoles du Parc naturel transfrontalier du Hainaut. Afin d’apporter quelques réponses, une large réflexion est menée dans le cadre des « Journées techniques autour de l’herbe ». Le maintien et la valorisation des prairies sur le territoire est un enjeu majeur pour le Parc naturel transfrontalier du Hainaut. Des initiatives montrent que leur optimisation permet de concilier à la fois préservation de l’environnement et rentabilité économique. Pour sensibiliser les éleveurs aux atouts du système herbager et les accompagner dans leur réflexion, en partenariat avec la Chambre d’agriculture du Nord et le GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants), le Parc naturel organise des demi-journées thématiques autour de la valeur nutritive de l’herbe, l’optimisation des prairies, l’autonomie en protéines, le séchage en grange… L’objectif de ces demi-journées est de permettre aux éleveurs d’aller à la rencontre de professionnels de la santé animale et des techniques agricoles mais aussi d’autres agriculteurs pour se former, partager compétences et connaissances et identifier ensemble les bases d’une gestion optimale des praires. A n’en pas douter, les informations échangées et les transferts d’expérience évoqués au cours des séances de ce groupe de travail ne pourront qu’enrichir les pratiques de chacun. Dans le Parc naturel transfrontalier du Hainaut, agriculteurs, associations, élus et techniciens travaillent ensemble pour sensibiliser à l’agriculture durable. Celle-ci permet de maintenir une économie rurale dynamique tout en réduisant notre impact sur l’environnement. Nous maintenons ainsi un environnement de qualité qui privilégie en outre le contact humain.

Afin d’initier le grand public à ces tons nos thématiques, le programme « Goû jectif est L’ob 0. 201 en prairies » a vu le jour mation som con la à de sensibiliser chacun lité qua la ter gou e de produits locaux, fair de et s, irie pra des produits issus de leurs montrer aux consommateurs que notre eler mod t ven choix alimentaires peu es, ferm de tes visi : e paysage. Au programm us men s, irie pra randonnées autour des ateurs… spéciaux proposés par les restaur

6

ote © Samuel Dh

Goûtons nos prairies


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:16

Page 10

Découvrons le territoire sous tous ses angles Sorties découverte, événementiels et festivités au programme Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut est présent sur de nombreuses manifestations de son territoire. En effet, lors de fêtes locales, le Parc naturel dispose de stands d’exposition et d’animation mis à la disposition des organisateurs et des communes. Si ces supports se présentent sous forme d’expositions, les techniciens et animateurs du parc naturel s’investissent également et proposent de nombreuses activités. Habitants et visiteurs de passage découvrent ainsi de plus près les missions et les actions menées sur le territoire. Les partenaires s’associent aux experts et prodiguent leurs conseils tout en étant volontiers ouverts aux échanges d’expériences. Alors que les enfants apprécient de « jouer aux grands » en utilisant du matériel scientifique (microscopes, loupes binoculaires,…) et bricoler avec de multiples matériaux (branchages, papier, feuilles d’arbres,…), les adultes profitent de ces moments et engrangent trucs et astuces à appliquer chez soi. Des contes, de la musique, de la photographie, des dégustations à la ferme, de la peinture, de la cuisine, il y en a pour tous les goûts ! Les sorties proposées par le Parc naturel transfrontalier du Hainaut se plaisent à allier nature et culture durant la belle saison. Une dizaine de sorties sont ainsi proposées sur chacun des territoires des deux parcs naturels belge et français qui traversent allègrement la frontière. Elles rejoignent ainsi le panel d’activités de rayonnement européen qui comprend notamment la nuit de la chouette et la nuit de la chauvesouris.

Un calendrier transfrontalier de découvertes du Parc !

© Samuel Dhote

dans le Retrouvez l’ensemble des sorties ties sor des ier ntal sfro calendrier tran ntalier découvertes du Parc naturel transfro web du Hainaut, disponible sur le site r ut.f sca e-e www.pnr-scarp

7


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:17

Page 11

Pour une approche culturelle du territoire Et si, ensemble, nous avions une aventure artistique ? Porter un autre regard sur le territoire… En partenariat avec les acteurs transfrontaliers de la Culture, le Parc naturel transfrontalier du Hainaut souhaite aider au développement et à la diffusion d’une création artistique impliquant les habitants, valorisant les patrimoines et les ressources durables du territoire par la mise en œuvre d’une démarche d’accompagnement des porteurs de projets. Elle prend la forme des « Aventures artistiques » qui s’appuient à la fois sur les compétences et les savoir-faire des acteurs culturels locaux et des élus, et la capacité de médiation du Parc naturel. Elles s’adressent aux associations, communes, intercommunalités et groupes d’habitants et concernent les projets culturels relevant des arts plastiques et visuels, des spectacles vivants ou encore de la lecture publique élaborés avec un artiste ou une compagnie professionnelle. © Samuel Dhote

Le parc naturel crée et diffuse des expositions. Qu’elles soient itinérantes ou temporaires, les expositions sillonnent le territoire. L’accès est gratuit et les thématiques mettent en lumière le patrimoine. Elles peuvent être intégralement réalisées en interne ou émaner d’autres artistes. Dans ce dernier cas, le Parc naturel prend en charge l’assurance de l’installation et le démontage de l’exposition. L’organisation du vernissage et la communication (l’envoi des invitations, des affiches, des cartons,…) autour des œuvres présentées figurent également dans la convention signée avec l’artiste. La volonté de base est de marier les genres : photographie, peinture, œuvres plastiques, sculptures… et d’inviter chacun à entrer dans de nouveaux univers.

ven (dess © Jean-Jacques Sten

in)

n « Saules » de Jean-Jacques Stenve

8

Le Parc naturel transfrontalier du ue Hainaut a proposé un regard artistiq du if ntat rése rep sur cet arbre, ste territoire. Nés du crayon de cet arti en hes Râc lesesFlin originaire de 1950, les dessins présentés dévoilaient différentes facettes du ue saule dont la silhouette emblématiq et ides hum es strie les paysag t campagnards de nos régions, de par e. tièr fron la et d’autre de


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:17

Page 12

Vers la structuration d’une filière bois énergie Valoriser les ressources locales Adopter des énergies renouvelables permet de valoriser des ressources locales (le bois, le vent, le soleil, les coproduits agricoles...) et d'éviter d'importer des combustibles. Par rapport aux autres sources d'énergie, leur utilisation génère un impact limité sur l'environnement, notamment sur l’effet de serre. Dans le cas de la biomasse (ensemble des matières organiques d'origines végétales et animales), le bilan des émissions de CO2 de sa combustion est compensé par l’absorption de CO2 de la plante durant toute sa vie. Le Parc naturel a installé une chaudière automatique à bois (plaquettes) à la Maison du Parc à Bon-Secours. Entre 2010 et 2012, le parc naturel a consommé 20 à 30 tonnes de plaquettes de bois provenant de saules têtards du territoire. Cette opération a permis d’économiser l’utilisation de gaz 2 fois plus cher que le bois au kWh. Il souhaite par ailleurs mettre en place une filière locale de valorisation des saules têtards. Tout bon pour la biodiversité, l’entretien des paysages, la facture énergétique dans une certaine mesure, et même pour le maintien d’emplois locaux. Ainsi, l’association d’agriculteurs et adhérents à la CUMA du Jard a démontré, avec le Parc naturel transfrontalier du Hainaut, en lien avec la fédération régionale des CUMA (Coopératives d’Utilisation de Matériel Agricole), qu’il est possible, localement, de structurer une filière bois-énergie. Des saules têtards ont été taillés et leur bois transformé en plaquettes pour alimenter une chaufferie collective. Temps de travail, coûts, volume, qualité… le rendement de ce projet expérimental a été mesuré sur plusieurs mois afin d’évaluer la rentabilité économique d’une prochaine filière locale. D’autres projets de chaufferie collective pourront s’inspirer de cette démarche et devraient ainsi émerger prochainement. Cette filière prend sa vitesse de croisière avec le projet de structurer une Société Coopérative d'Intérêt Collectif pour regrouper partenaires publics et privés et d’essaimer sur le territoire des chaudières collectives mais aussi des plates-formes de stockage.

© Matthieu Fra

nquin/PNRSE

Le saule têtard remis à l’honneur

le Véritable emblème du parc naturel, e », fair tout à re arb « un est saule têtard providentiel dans nos zones rurales. Ainsi, il fournit du bois pour le piquets, de manches chauffage, il permet la création de constitue un pour la vannerie ou le tressage et d’outils, il peut encore être utilisé mène rel natu c par le , locale. Par ailleurs véritable refuge pour la biodiversité de saules e taill de et n tatio programme de plan depuis de nombreuses années son ent à tinu con et nes pag réinvestissent nos cam afin que ces arbres si particuliers forger le paysage du Parc naturel.

9


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:17

Page 13

Le retour des vergers Apprenons à planter et à entretenir nos fruitiers Outre le fait d’offrir le plaisir à chacun de consommer sa propre production, les vergers sont de véritables lieux de vie pour la faune et la flore locale ainsi qu’un véritable patrimoine et un savoir-faire. Une multitude d’oiseaux, généralement inféodés aux forêts et aux bocages comme le pinson des arbres, la mésange charbonnière, le rouge-queue, l’étourneau sansonnet, le verdier, le moineau friquet nichent fréquemment dans les vergers. Des espèces même rares et protégées sont également présentes, comme la Cétoine noble (coléoptère), le Pique-prune (scarabée) ou la Chouette chevêche (rapace nocturne). Les cavités et sillons des troncs de ces vieux arbres fruitiers sont aussi convoités par d’autres animaux comme les chauves-souris, le lérot… mais encore par une faune beaucoup plus petite : celle des insectes ou des myriapodes (comme le mille-pattes) qui sont aussi une riche source de nourriture pour les oiseaux du verger. La riche diversité fruitière attire également, à la floraison, de nombreux insectes pollinisateurs comme les abeilles, les papillons, les bourdons… Afin de valoriser ces précieux alliés de la biodiversité, le Parc naturel forme à la création et à l’entretien des vergers ou d’un simple arbre fruitier isolé. Depuis quelques années, de nombreuses formations gratuites ont lieu à travers tout le territoire du Parc naturel transfrontalier du Hainaut. Des particuliers ont ainsi ouvert les portes de leurs vergers afin d’enrichir le programme et de montrer des cas concrets aux participants. Ces formations sont destinées à tous, habitants, novices comme avisés, aux propriétaires comme aux simples passionnés. Elles mettent également en évidence les variétés anciennes et locales et invitent à découvrir des fruits qui ont longtemps désertés nos tables.

ote © Samuel Dh

Enfin, c’est aussi l’occasion de recréer du lien social avec la mise en place de vergers communaux accessibles au plus grand nombre.

des vergers qui a Afin de palier la disparition massive ers débuté dans les années 50, des verg et font la part ion arit app conservatoires ont fait leur Le Parc les. loca et es belle aux variétés ancienn i récemment ains a t nau Hai naturel transfrontalier du a été Il gy. Ron à ire planté un verger conservato herches Rec de tre Cen le c élaboré en partenariat ave les ), A-W (CR x Agronomiques de Gemblou tre régional de pépiniéristes de Lesdain et le Cen ve d’Ascq, neu Ville Ressources Génétiques de cieux. pré e fair perpétuant ainsi un savoir-

10

© PNPE

Un patrimoine local à conserver…


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:17

Page 14

Consommons local et de saison ! Pour l’éthique, la qualité et la proximité Consommer local et en circuit court permet notamment de réduire les transports, d’offrir une meilleure rémunération au producteur puisque les intermédiaires sont réduits et de créer une relation de confiance. En achetant directement chez le producteur, nous apprenons à mieux connaître les produits et les méthodes de culture et de fabrication, nous soutenons efficacement l’économie locale et nous contribuons au respect de l’environnement. Le territoire du Parc naturel compte de nombreux producteurs et, parmi eux, beaucoup de petits producteurs qui ont à cœur de conserver un savoir-faire et des traditions ancestrales. Ainsi, tous types de produits peuvent être rencontrés, des produits de tous les jours comme les laitages, le beurre, les jus de fruits, la viande et les légumes, aux produits les plus spécifiques comme la bière, la charcuterie, les gaufres, les confitures, les chocolats, etc. Afin de valoriser ces ressources et d’encourager à une consommation de proximité et de saison, le Parc naturel accompagne la mise en place de différentes actions proposées par les producteurs, la population, et les autres acteurs du territoire : Marchés à la ferme, partenariats avec des épiceries, espace saveur, animations scolaires, ateliers de cuisine, visites sur les lieux d’exploitation, participation à « la quinzaine du goût », partenariats avec des cantines, etc. La liste d’actions et d’initiatives est longue et, bien entendu, le Parc naturel applique au quotidien ses préceptes en proposant des produits locaux lors de chacune de ses manifestations. L’optique est de vraiment considérer les produits locaux comme des produits de « chez nous » ! Au même titre qu’un patrimoine historique ou naturel, le patrimoine agroalimentaire et culinaire doit être préservé.

Un carnet pour guider nos pas

ote © Samuel Dh

fromages… autant de produits du Viandes, yaourts, fruits, légumes, er x pas de chez nous, sans nous ruin quotidien que nous trouvons à deu pour autant ! Afin de nous guider dans nos achats, le Parc naturel a édité une carnet des producteurs qui reprend de nombreuses (bonnes) adresses de producteurs, s d’agriculteurs ou de transformateur le qui ont un point de vente sur territoire.

11


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:18

Page 15

La gestion des sites d’intérêt biologique Augmentons la biodiversité locale N’attendons pas d’avoir des espèces animales et végétales au statut menacé pour agir ! Il ne s’agit pas de vouloir revenir au passé, ni de ne plus vouloir « bouger » sous prétexte que la nature doit être préservée… Aujourd’hui, les milieux naturels doivent être appréhendés avec l’Homme, au-delà des frontières. Découvrons que la préservation est en fait synonyme d’action… Gérer un site naturel consiste à restaurer, mettre en valeur, aménager un milieu naturel grâce à l’action de l’Homme, tout en respectant l’évolution spontanée du site. Cela permet notamment de préserver, voire d’enrichir, un patrimoine naturel local (des zones humides,…), remarquable (des saules têtards, des terrils,…) ou classé (des réserves naturelles, des sites Natura 2000,…), Le Parc naturel possède en gestion de nombreux sites sur son territoire. Ces derniers portent souvent le nom du lieu-dit ou le nom du propriétaire. En effet, il a été jugé important de conserver la tradition orale de termes parfois en dialecte, pour caractériser « l’âme » de ces espaces et leur appartenance locale.

La plupart des sites appartiennent à des collectivités, des particuliers ou des entreprises qui ont souhaité mettre en gestion leurs parcelles ; une convention est alors signée entre chacune des parties. Ces « cœurs de biodiversité » sont la pierre angulaire de la trame écologique du Parc naturel transfrontalier du Hainaut .

Un chantier transfrontalier à Hergnies

© PNRSE

ergnies, et Si la rivière Vergne sépare Wiers d’H chantier de fait la Belgique de la France, un riverains, transfrontalier mêlant bénévoles, ens a effacé membres d’associations et technici participants les frontières. Durant la journée, les site et ont ont été répartis en deux endroits du êtage de effectué des travaux de fauche, d’ét afin de saules et de profilage d’une falaise rivage. de lles nde hiro des il favoriser l’accue

12

© L. Mignaux/MEEDDM

Ces lieux disposent de richesses naturelles patrimoniales remarquables. Grâce à l’action du Parc naturel, des espèces rares ont pu être inventoriées à nouveau et se trouvent ainsi préservées.


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:19

Page 16


CAHIER MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:14

Page 1

Parc naturel des Plaines de l'Escaut

Parc naturel régional Scarpe-Escaut

31, rue des Sapins B - 7603 Bon-Secours Tél. + 32 (0)69 77 98 10 Fax + 32 (0)69 77 98 11 parcnaturel@plainesdelescaut.be www.plainesdelescaut.be

357, rue Notre Dame d'Amour F - 59230 Saint-Amand-les-Eaux Tél. + 33 (0)3 27 19 19 70 Fax + 33 (0)3 27 19 19 71 contact@pnr-scarpe-escaut.fr www.pnr-scarpe-escaut.fr

Réalisation : Parc naturel transfrontalier du Hainaut / Direction : Michel MARCHYLLIE, Reinold LEPLAT, Isabelle MATYKOWSKI / Coordination : Juan LLORET / Conception graphique : Gilles VIDAL / Photographies : David DELECOURT, Samuel DHOTE, PNPE, PNRSE / Impression : Qualit’Imprim. Imprimé avec encres végétales sur un papier composé de 60% de fibres recyclées et 40% issues de forêts FSC / Octobre 2012.


FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

11:59

Page 1

Patrimoines et enjeux du territoire transfrontalier Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut est un territoire de 750 km2 composé de deux Parcs naturels qui travaillent ensemble depuis une vingtaine d’années : le Parc naturel régional Scarpe-Escaut situé dans le Nord de la France entre Douai et Valenciennes, et le Parc naturel des Plaines de l’Escaut situé en Wallonie, entre les villes belges de Mons et Tournai. Cette collaboration re��oit le soutien de programmes européens, notamment Interreg. Ce territoire est un grand réservoir de biodiversité et de richesses naturelles reconnues à l’échelle européenne : En effet, presque un tiers de la superficie du parc est classé dans le réseau européen d'espaces protégés Natura 2000 et constitué principalement par des forêts, marais, prairies, étangs et cours d'eau. C’est aussi un territoire à forte densité de population (255 000 habitants et une densité de 340 habitants/km2) qui fait face à la pression urbaine des métropoles en périphérie. Les enjeux pour concilier environnement, économie et qualité de vie sont donc multiples. Ils concernent notamment la protection de la ressource en eau (les nappes phréatiques du territoire alimentent également les métropoles voisines en eau potable de qualité), la restauration du réseau écologique (dit aussi trame écologique pour désigner les espaces nécessaires à la circulation et à la vie des espèces animales), la pérennisation d’une agriculture dynamique, le maintien de paysages typiques et diversifiés, le développement d’un tourisme de nature ou encore la mobilisation des habitants et de leurs pratiques éco-responsables.

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi


FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

8/11/12

16:18

Page 2

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut au cœur de l’Europe

La Fédération des Parcs naturels de Wallonie

• Représente les intérêts collectifs des Parcs naturels régionaux auprès des instances nationales et internationales • Participe à la définition et à la mise en œuvre de la politique en faveur des espaces ruraux français • Diffuse et fait connaître l’éthique des Parcs naturels régionaux et leurs actions, en France et à l’international.

• Représente l’intérêt des Parcs naturels auprès du pouvoir politique ; • Etablit un partenariat et des échanges entre les différents Parcs naturels ; • Défend le point de vue des Parcs naturels au sein de différents groupes d’avis ; • Représente les Parcs naturels wallons lors de séminaires internationaux ; • Développe la visibilité et l’image des Parcs naturels en Belgique et à l’étranger.

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi

Conception graphique : Gilles VIDAL / Photographies : David DELECOURT, Samuel DHOTE, PNPE, PNRSE / Impression : Qualit’Imprim. Octobre 2012.

La Fédération des Parcs naturels régionaux de France


FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:01

Page 3

L’organisation du Parc Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut est doté d’une gouvernance en évolution constante. Sans structuration juridique, elle s’appuie actuellement sur une convention de partenariat et est essentiellement basée sur la mise en place d’une concertation régulière organisée à partir des organes suivants : - Le Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional Scarpe-Escaut : Il s’agit de l’instance de décision du parc français. Composé à parité d’élus du Conseil régional du Nord-Pas de Calais, du Conseil général du Nord, des Etablissements Publics de Coopération communale et des communes, il associe aussi le Président du Parc naturel des Plaines de l’Escaut. - La Commission de gestion du Parc naturel des Plaines de l’Escaut : Elle représente l’instance décisionnelle du Parc wallon. Celle-ci est composée principalement par des élus des communes du Parc, de la Province du Hainaut et par des représentants des associations de conservation de la nature et du secteur de l’économie, de l’artisanat, du tourisme et des loisirs. Le Président du Parc naturel régional Scarpe-Escaut est membre à part entière de cette Commission. - Le Bureau transfrontalier : Il rassemble au moins trois fois par an les membres du Bureau de la Commission de gestion du Parc belge, du Bureau du Syndicat mixte de gestion du Parc français, ainsi que du Bureau du Syndicat des communes intéressées (instance de les contacts Au niveau technique, proposition et de concertation du Parc naturel régional Scarpe-Escaut). x parcs entre les équipes des deu - L’Assemblée plénière transfrontalière des élus : organisée en s’organisent en : moyenne une fois par an, elle réunit l’ensemble des élus des deux n - Réunions de directio parcs afin de débattre et réfléchir sur les orientations d’avenir du is), mo (1/ ère ali nt fro ns tra Parc naturel transfrontalier du Hainaut. ipe qu d’é e - Réunion plénièr ), an (1/ ère ali transfront tion par - Réunions de coordina ), an pôles et missions (2/ otidiens » qu « ges an - Réunions et éch on des deux entre chargés de missi parcs.

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi


FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:01

Page 4

Des élus engagés pour le territoire Bureau du Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional Scarpe-Escaut

Daniel MIO (président)

Marielle CUVELIER (Vice-présidente)

Erick CHARTON (vice-président)

Roland REVEL (vice-président)

Raymond ZINGRAFF (vice-président)

Frédéric CHEREAU (Secrétaire)

Michel DEWITTE

Serge VAN DER HOEVEN

Luc COPPIN (président)

Moïse LETIENNE (vice-président)

Jean LEGROS (vice-président)

Thomas DEVILLERS (secrétaire)

Françoise PETIT

Murielle SCHERER

Isabelle DUBRULLE

Francis VEZILIER

Jean-Pierre VIENNE

Bureau de la Commission de gestion du Parc naturel des Plaines de l’Escaut

Charles PICQ (président)

Léon PICQ (vice-président)

Alain QUINTART (secrétaire)

Jean-Pierre DECUBBER

Paul DE BOM

Roger VANDERSTRAETEN

Michel DESTREBECQ

Jean-Pierre RENAUT

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi

Daniel WESTRADE

Conception graphique : Gilles VIDAL / Photographies : David DELECOURT, Samuel DHOTE, PNPE, PNRSE / Impression : Qualit’Imprim. Octobre 2012.

Bureau du Syndicat des Communes Intéressées du Parc naturel régional Scarpe-Escaut


FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:01

Page 5

Lexique FRANCE

BELGIQUE

Le conseil municipal

Le conseil communal

• Les conseillers municipaux sont élus tous les 6 ans au suffrage universel direct. Leur nombre varie en fonction du nombre d’habitants : 9 dans les communes de moins de 100 habitants, 69 ou plus dans les communes de plus de 300 000 habitants…

• Les conseillers communaux sont élus tous les 6 ans selon le système de vote proportionnel (les sièges à pourvoir sont attribués aux listes proportionnellement au nombre de votes qu'elles ont obtenu). Leur nombre varie en fonction de la taille des communes : de 7 pour les communes de moins de 1 000 habitants à 55 pour les communes de plus de 300 000 habitants.

• Pour les communes de moins de 3 500 habitants les candidats peuvent se présenter seuls ou sur une liste incomplète. L’électeur peut rayer des noms ou inscrire un nom d’une liste sur une autre (panachage). • Pour les communes de plus de 3 500 habitants l’électeur doit voter pour l’ensemble d’une liste et les sièges au conseil municipal seront attribués proportionnellement au nombre des voix. Ainsi les candidats qui figurent en tête de liste ont plus de chances d’être élus.

• Les candidats doivent se présenter sur une liste avalisée par un parti et avec un nombre de signatures minimum. • Les électeurs peuvent voter soit pour une liste (vote de tête de liste) soit pour un ou plusieurs candidats d’une même liste.

• Le conseil municipal doit se réunir au moins une fois par trimestre.

• Le conseil se réunit toutes les fois que l’exigent les affaires comprises dans ses attributions, et au moins dix fois par an.

Le maire

Le bourgmestre

• Le maire est élu pour 6 ans au scrutin secret et à la majorité absolue par le conseil municipal lors de sa première réunion. Si aucun candidat n’a obtenu la majorité absolue après deux tours de scrutin, un troisième tour est organisé et l’élection a lieu à la majorité relative. En cas d’égalité des suffrages, c’est le candidat le plus âgé qui est choisi.

• Le bourgmestre est le candidat qui a obtenu le plus de voix sur la liste à la plus forte majorité.

• Il perçoit une indemnité dont le montant varie avec l’importance de la commune (environ 1 600 euros pour une commune entre 1 000 et 3 500 habitants et 2 000 euros brut pour une commune entre 3 500 et 10 000 habitants).

• Le salaire du bourgmestre est variable suivant le chiffre de la population de sa commune. Cela va de 1 140 euros brut par mois pour une commune de 300 habitants à 6 700 euros brut par mois pour une commune de plus de 150 000 habitants.

Les adjoints au maire

Les échevins communaux

Le conseil municipal élit des adjoints pour seconder le maire. Le nombre des adjoints varie en fonction de la taille de la commune. Les adjoints perçoivent une indemnité (environ 800 euros brut pour une commune entre 1 000 et 3 500 habitants).

Les échevins communaux sont désignés par le conseil communal. Le nombre varie en fonction du chiffre de la population (de 3 à 10). Leur salaire est proportionnel (de 60 à 75%) à celui du bourgmestre.

Les intercommunalités

La coopération entre les communes

La coopération entre communes peut prendre la forme de plusieurs types d’établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) : syndicats de communes, syndicats mixtes, communautés urbaines, communautés de communes, communautés d’agglomération… On distingue généralement deux types d’EPCI : - une forme souple ou associative dite sans fiscalité propre - une forme fédérative dite à fiscalité propre.

Les communes pourront choisir entre la formule de l'intercommunale, de la convention entre communes et de l'association de projet, selon le but et la nature de l'opération envisagée.

Les groupements sans fiscalité propre

sont financés par les contributions des communes qui en font partie. Ils permettent de gérer ensemble des activités ou des services publics. Il s’agit de : - SIVU (Syndicat intercommunal à vocation unique) tels que les syndicats intercommunaux à vocation scolaire, les syndicats intercommunaux d'alimentation en eau potable ou d'électrification ; - SIVOM (Syndicat intercommunal à vocations multiples).

Ainsi, les communes s’associent en intercommunale pour gérer un intérêt local qui s’étend sur un territoire transcommunal (ex. : intercommunale de déchets ou de gestion de l’eau). Ainsi, l’intercommunale IDETA (Intercommunale de Développement des arrondissements de Tournai, d’Ath et de communes avoisinantes) est active dans le domaine des équipements économiques, l’accompagnement des entreprises, le service aux communes et aménagement, le tourisme, les énergies vertes et les services aux citoyens. IPALLE est l’intercommunale de la Wallonie picarde active dans la collecte et la gestion des déchets ménagers et dans le traitement des eaux usées.

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi


2/11/12

12:01

Les groupements à fiscalité propre ont le droit de prélever l'impôt sous forme de fiscalité additionnelle à celle perçue par les communes ou, dans certains cas, à la place des communes. Il s'agit des : - communautés de communes, - communautés d'agglomération (si elles regroupent entre 50 000 et 450 000 habitants), - communautés urbaines (si elles regroupent plus de 450 000 habitants, sauf pour celles créées avant 1999). Ces structures intercommunales se caractérisent aussi par l’existence de compétences obligatoires. Par exemple, les communautés d'agglomération ont 4 compétences obligatoires (aménagement de l'espace communautaire, développement économique, politique de la ville et équilibre social de l'habitat sur le territoire communautaire) et doivent choisir 3 compétences parmi 6 compétences optionnelles (voirie, eau, assainissement, cadre de vie, action sociale, équipements culturels et sportifs). En Scarpe-Escaut, on compte : - 3 communautés d’agglomération • La Communauté d’agglomération de la Porte du Hainaut (CAPH) • La Communauté d’agglomération de Valenciennes Métropole (CAVM) • La Communauté d’agglomération du Douaisis (CAD) - Et 4 communautés de communes : • La Communauté de communes Cœur d’Ostrevent (CCCO) • La Communauté de communes rurales de la Vallée de la Scarpe (CCRVS) • La Communauté de communes du Cœur de Pévèle (CCCP) • La Communauté de communes Espace en Pévèle (CCEP) Le cadre d'intervention de la Région Nord-Pas de Calais est régi par la loi. Parmi ses actions, certaines relèvent de compétences obligatoires et d'autres de compétences facultatives : • les compétences obligatoires sont directement fixées par la loi (ex : aménagement du territoire, formation, économie, transport...) ; • les autres compétences pouvant être exercées par les collectivités sont également fixées par la loi, mais il revient à ces dernières de les choisir en fonction de leur projet de territoire (ex : démocratie participative, recherche, santé...). Enfin, la « clause générale de compétence » permet à la Région d'intervenir sur tout sujet qu'elle juge d'intérêt régional. Le champ d'intervention de la Région est ainsi très vaste. Elle déploie son action sur l'ensemble du Nord-Pas de Calais, en cohérence avec les politiques menées par les autres acteurs publics locaux. Le Département du Nord articule ses actions autour de dix "piliers" : 1. L’économie au service de l’emploi 2. L’accès au logement 3. L’accès à la santé 4. L’avenir de la jeunesse 5. Le bien vieillir ensemble 6. L’égalité réelle pour les personnes en situation de handicap 7. Le mieux vivre par la culture et le sport 8. L’éco-performance 9. Amélioration constante de la mobilité par tous les modes de transport 10. Le développement équilibré de nos territoires

Page 6

La commune peut également créer des régies pour telle ou telle mission bien spécifique qui nécessite des modalités de gestion proches de celles usitées dans le secteur privé : l’exemple le plus connu reste la régie foncière qui s’occupe des biens immobiliers communaux. Fréquemment, la commune participe à la création d’associations sans but lucratif (asbl) qui géreront une piscine, un centre culturel, un centre sportif,… avec une majorité de représentants communaux. Comme autres structures para-locales partenaires des communes, on peut citer le CPAS dans le domaine social et la société de logement de service public pour le logement social. La fusion des communes a conduit à la réduction de leur nombre entre 1975 et 1983, les faisant passer de 2 739 communes à 589.

La Wallonie picarde Créé en juin 2006 autour d’une soixantaine de représentants des forces vives du territoire (milieux socio-économiques, culturels, de l’enseignement, du tourisme, des médias, et mandataires politiques), le Conseil de Développement de Wallonie picarde porte le projet de création d’une communauté de communes devant permettre de fédérer les acteurs autour du projet de région, de structurer leur participation et de renforcer le dialogue.

La Région wallonne La Région wallonne, communément appelée Wallonie, est l'une des trois Régions de la Belgique (avec la Région flamande et la Région de Bruxelles-Capitale). La Région couvre une superficie de 16 844 km² avec près de 3 millions et demi d'habitants. La Région wallonne ne recouvre que partiellement le territoire de la Communauté française de Belgique (qui inclut aussi la population francophone de la Région de Bruxelles-Capitale) mais entièrement celui de la Communauté germanophone. La Région wallonne exerce, par son Parlement et son Gouvernement, des compétences souveraines pour la politique économique, l’aménagement du territoire, l’énergie, le logement, l’emploi, les pouvoirs locaux, les travaux publics, les transports régionaux (bus, tram, métro), l’environnement et l’agriculture.

La Communauté française La Communauté française, renommée « Fédération WallonieBruxelles »; est l'entité fédérée qui a autorité sur Bruxelles-Capitale et la partie francophone de la Région wallonne en matière d'enseignement, de culture, de sport et de contrôle des médias publics. Un nouveau processus de transfert de compétences entre l’Etat fédéral et les entités fédérées est en cours.

La Province de Hainaut La Région wallonne est divisée en cinq provinces. La province gère tout ce qui est d'intérêt provincial, c'est-à-dire ni fédéral, communautaire ou régional, ni communal. Les provinces peuvent agir dans une série assez large de domaines (liste non exhaustive) : enseignement, infrastructures sociales et culturelles, médecine préventive, politique sociale, environnement, routes, cours d'eau et transport, économie, travaux publics, logement, emploi des langues. La Province de Hainaut a une superficie de 3.786 km², pour 1.309.880 habitants et compte 69 communes.

La Belgique compte 589 communes, 3 régions, 3 communautés et 10 provinces.

La France compte plus de 36.600 communes, 101 départements et 27 régions. Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi

Conception graphique : Gilles VIDAL / Photographies : David DELECOURT, Samuel DHOTE, PNPE, PNRSE / Impression : Qualit’Imprim. Octobre 2012.

FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1


FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:01

Page 7

Missions du Parc naturel régional Scarpe-Escaut Selon le décret n°94-765 du 1er septembre 1994, un Parc naturel régional a pour objet : • de protéger le patrimoine naturel et culturel notamment par une gestion adaptée des milieux et des paysages ; • de contribuer à l’aménagement du territoire ; • de contribuer au développement économique, social, culturel et à la qualité de la vie ; • d’assurer l’accueil, l’éducation et l’information du public ; • de réaliser des actions expérimentales ou exemplaires dans les domaines cités ci-dessus et de contribuer à des programmes de recherche.

Missions du Parc naturel des Plaines de l’Escaut Selon le décret wallon du 3 juillet 2008, un Parc naturel vise à : • assurer la protection, la gestion et la valorisation du patrimoine naturel et paysager du Parc naturel ; • contribuer, dans les limites du périmètre du Parc naturel, à définir et à orienter les projets d’aménagement du territoire suivant les principes du développement durable ; • encourager le développement durable sur le territoire du Parc naturel, en contribuant au développement local, sur les plans économique et social, ainsi qu’à l’amélioration de la qualité de la vie ; • organiser l’accueil, l’éducation et l’information du public ; • participer à l’expérimentation de nouveaux modes de gestion de l’espace rural, au test de processus et méthodes innovants de planification, ainsi qu’à la mise en œuvre de programmes européens et de coopération territoriale européenne ; • rechercher la collaboration entre les Parcs naturels et, le cas échéant, la collaboration transfrontalière avec les zones similaires des régions ou pays limitrophes ; • susciter la mise en œuvre d’opérations de développement rural dans les communes qui le composent et veiller à ce que la cohérence des projets transcommunaux dans le cadre des programmes communaux de développement rural soit assurée.

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi


FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:01

Page 8

Une Charte à dimension transfrontalière La stratégie du territoire du Parc naturel régional Scarpe-Escaut est formalisée dans sa Charte, un contrat collectif entre les acteurs du territoire classé qui exprime le projet partagé que chacun porte en fonction de ses compétences. La Charte est déclinée en vocations, orientations et mesures dans lesquelles les engagements particuliers des signataires sont précisés. Le rôle du Syndicat mixte de gestion du Parc est de piloter la mise en œuvre de la Charte en tant qu’animateur-fédérateur, initiateur-accompagnateur ou opérateur, en fonction de la mesure déployée. En 2005, à l’occasion de la révision de la Charte du Parc naturel régional Scarpe-Escaut, les deux Parcs frontaliers ont délibéré en faveur de l’élaboration d’un nouvelle charte à dimension transfrontalière avec les limites suivantes : les actions seront déclinées en fonction des cadres juridiques de chaque pays et le classement en jeu ne concerne que le territoire français. Un diagnostic du territoire a été élaboré en transfrontalier, et les enjeux et axes stratégiques de la Charte ont été définis en concertation avec l’ensemble des acteurs de chaque côté de la frontière. Les quatre axes établis, sur lesquels chaque niveau de partenariat est proposé sont : 1. Terre de solidarité où s’invente entre ville et campagne une nouvelle manière de vivre son territoire. 2. Terre de nature et de patrimoine où l’eau, le bâti, le minier, forgent le caractère rural et les identités du territoire. 3. Terre d’un développement réfléchi où les ressources locales et les valeurs du Parc transfrontalier sont créatrices d’activités économiques. 4. Terre de mobilisation où les individus s’investissent en faveur de leur territoire.

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi

Conception graphique : Gilles VIDAL / Photographies : David DELECOURT, Samuel DHOTE, PNPE, PNRSE / Impression : Qualit’Imprim. Octobre 2012.

tion En 2010, une Conven née sig de partenariat a été rcs entre les deux Pa robation parallèlement à l’app alière nt fro ns tra e art de la Ch . valable jusqu’à 2022


FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

8/11/12

16:17

Page 9

1983-2010 : la construction d’une stratégie commune La trajectoire transfrontalière des deux Parcs naturels n’a eu de cesse de se construire, avec une constance indéfectible, pour aujourd’hui poser les fondations d’un véritable projet de territoire transfrontalier. Depuis les premiers échanges transfrontaliers entre clubs de randonnées à la gestion commune du territoire, la coopération transfrontalière d’il y a quelques années a fait des petits ! Aujourd’hui, les deux Parcs naturels sous l’intitulé du « Parc naturel transfrontalier du Hainaut » mènent une stratégie commune sur la base d’un diagnostic de territoire partagé et un partenariat spécifique. L’ambition est d’aller plus loin encore dans les prochaines années avec la mise en place d’une nouvelle organisation.

2011-2013 : vers une nouvelle gouvernance transfrontalière Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut engage avec le soutien de l’Europe un nouveau projet Interreg IV intitulé « Vers une nouvelle gouvernance du Parc naturel transfrontalier du Hainaut ». Ce projet permettra, jusqu’à début 2014, d’étudier la faisabilité de la coopération transfrontalière par la mise en place : • d’une nouvelle organisation technique et politique avec les équipes techniques et les élus • de l’étude opérationnelle d’un organe de gouvernance ou d’une structure juridique, administrative et politique portant la dynamique commune aux deux Parcs.

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi


FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:02

Page 10

1968

2006

2010

• Création entre la Scarpe et l’Escaut du premier Parc naturel régional français sous le nom de Parc naturel régional Saint Amand les Eaux-Raismes.

• 2 juin : 1ères Rencontres du Transfrontalier - « Partageons nos paysages… » (élus). • 2 juillet : 1ère édition de la Fête du Parc naturel transfrontalier du Hainaut (Bon-Secours/Condé surEscaut) à l’occasion du 10ème anniversaire du parc franco-belge.

• 8 janvier : Signature officielle d’une convention de partenariat entre le Parc naturel régional Scarpe-Escaut et le Parc naturel des Plaines de l’Escaut. • 4 juillet : 3ème édition de la Fête du Parc naturel transfrontalier du Hainaut (Bon-Secours). • 30 août : Décret de classement pour la nouvelle charte du Parc naturel régional Scarpe-Escaut (2010-2022) pour un projet de territoire à dimension transfrontalière.

1983 • Protocole d’accord entre la Wallonie et le Nord-Pas de Calais pour la création d’un parc naturel « suprafrontalier ».

1991 • Premier dossier Interreg de coopération transfrontalière dans les plaines de la Scarpe et de l’Escaut.

1996 • Création du Parc naturel des Plaines de l’Escaut (Belgique) par arrêté du Gouvernement wallon.

2005 • 29 avril : Signature de la convention de partenariat transfrontalier entre le Parc naturel régional Scarpe-Escaut, le Parc naturel des Plaines de l’Escaut, le Conseil scientifique de l’environnement Nord-Pas de Calais et la Faculté polytechnique de Mons en lien avec l’association belge « La Malogne » pour une meilleure connaissance scientifique des sous-sols et sols. • 14 juin : Le Parc naturel régional Scarpe-Escaut officialise son engagement pour marquer l’ambition transfrontalière de son nouveau projet de territoire à l’occasion de la procédure de renouvellement de sa charte pour la période 2010-2022. • 12 décembre : Le Parc naturel des Plaines de l’Escaut délibère et marque son accord pour s’inscrire dans cette démarche.

2008 • 26 février : A l’occasion d’un débat sur le devenir de son territoire, la Commission de gestion du Parc naturel des Plaines de l’Escaut partage vocations et enjeux transfrontaliers. • 27 mai : 2èmes Rencontres du Transfrontalier – « Notre passé industriel et minier en reconquête » (élus). • 3 juillet : Nouveau décret wallon relatif aux Parcs naturels : les Parcs naturels wallons ont notamment pour rôle de promouvoir la coopération transfrontalière. • 6 et 7 septembre : 2ème édition de la Fête du Parc naturel transfrontalier du Hainaut (Lesdain/Rumegies).

2011 • 2 décembre : Assemblée plénière des élus du transfrontalier - « Le transfrontalier est-il un plus ? ».

2011-2013 • Un nouveau plan de gestion à coconstruire pour le Parc naturel des Plaines de l’Escaut à l’horizon 2012-2022. • Structuration de la nouvelle gouvernance du Parc naturel transfrontalier du Hainaut et réflexions pour la création d’une structure juridique commune.

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi

Conception graphique : Gilles VIDAL / Photographies : David DELECOURT, Samuel DHOTE, PNPE, PNRSE / Impression : Qualit’Imprim. Octobre 2012.

Les dates clés


FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:02

Page 11

Pour approfondir la découverte du territoire Documents disponibles en mairies et Maisons de Parc Dans les communes, les habitants peuvent disposer de documents grand public pour mieux connaître le territoire. Sont ainsi disponibles 5 numéros de la collection « Découverte et patrimoine ». Ces guides pratiques emmènent les randonneurs et les visiteurs sur des sentiers d’interprétation où ils peuvent découvrir les patrimoines miniers, naturels ou architecturaux. Un de ces guides, transfrontalier, est praticable à vélo ou en voiture et permet d’admirer des arbres remarquables du Parc naturel transfrontalier du Hainaut. Très demandées, les cartes de randonnées cyclo/VTT et pédestres sont régulièrement mises à jour et proposent quantité d’informations nécessaires à la visite du territoire. Fromages, yaourts, lait, beurre, miel, confitures, fruits du verger, légumes de saison… mais aussi gaufres, chocolats, pains, viande de lapin, de porc, de bœuf ou bières… Un petit livret intitulé « Carnet de producteurs » invite chacun à franchir les portes des fermes ou des points de vente du territoire transfrontalier. On y trouve toutes les bonnes adresses.

Documents en ligne L’ensemble de la documentation des Parcs naturels est téléchargeable sur les sites de Parcs. Ces sites internet sont très riches et vous y trouvez même des informations non publiées sous format papier, tel que le document « Découvrons le site de la Grande Bruyère ».

www. pnr-scarpe-escaut.fr www. plainesdelescaut.be

.eu www.observatoire-paysages.pnth

allant sur le site de Suivez l’évolution des paysages en sfrontalier et participez tran ique l’Observatoire photograph parrainant celui de à la protection d’un paysage en votre choix !

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi


FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:02

Page 12

Prêt d’expositions et de matériel du Parc Pour valoriser le territoire, le Parc naturel transfrontalier du Hainaut met à disposition différents éléments pouvant servir de support aux manifestations des associations ou des communes du parc.

Exposition « Arbres remarquables »

Bâches d’infos « Parc naturel transfrontalier »

Arbres de légendes et de croyances, témoins de notre histoire, ces arbres sont extraordinaires. Un jury d’habitants les a élevés au titre d’arbres remarquables. L’exposition nous dresse le portrait de quelques sujets parmi les 150 arbres remarquables du Parc naturel transfrontalier du Hainaut. Un livret d’accompagnement est également disponible. Une invitation au voyage dans le temps et l’avenir.

Biodiversité, économie locale, cadre de vie, ressource en eau... Sur chacun de ces thèmes, un panneau donne des exemples d’actions menées par le Parc naturel transfrontalier du Hainaut.

Exposition « Notre paysage, c’est celui qu’on se construit » Photographiés par Samuel Dhote, 20 habitants témoignent de l’évolution de leurs paysages. Réalisée dans le cadre de l’Observatoire photographique transfrontalier des paysages, cette très belle exposition est composée de 20 panneaux à présenter ensemble ou individuellement.

Gobelets réutilisables Le Parc met à disposition de ses partenaires qui souhaitent s’engager dans une démarche "écoévénement" des gobelets réutilisables, marqués Parc naturel transfrontalier du Hainaut (moyennant la signature d'une convention). Ces gobelets prêtés pour la manifestation devront être restitués à la fin de celle-ci. Sont également disponibles des affiches A3 plastifiées "Les gobelets réutilisables, un geste pour l’environnement !" et "Les gobelets réutilisables, comment ça marche ?"

Les 20 panneaux (rigides) de 1m x 0,8m peuvent être suspendus sur grilles.

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi

Conception graphique : Gilles VIDAL / Photographies : David DELECOURT, Samuel DHOTE, PNPE, PNRSE / Impression : Qualit’Imprim. Octobre 2012.

Les 11 bâches de 1,80 m x 2m sont réalisées sur des structures autoportées.

4 bâches de 1,80 m x 2m sont réalisées sur des structures autoportées.


FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:02

Page 13

Les équipements pédagogiques du Parc naturel transfrontalier La Maison du Parc naturel des Plaines de l’Escaut Installée depuis 2002 en lisière de Forêt domaniale à Bon Secours, la Maison du Parc a pour vocation d’être une véritable porte d’entrée sur le territoire des Plaines de l’Escaut. Son bâtiment à l’architecture audacieuse abrite un parcoursspectacle sur la faune et la flore forestière, l’Escale forestière, un espace d’accueil et d’information du public, un espace gourmand, des animations, des expositions… ainsi que les services administratifs du Parc naturel des Plaines de l’Escaut. Le site se veut également le reflet des actions menées en faveur du développement durable : matériaux de construction naturels, mare pédagogique, pré fleuri, chaudière à bois… Maison du Parc naturel des Plaines de l’Escaut 31, rue des Sapins 7603 BON-SECOURS (Belgique) Tél. : + 32 [0]69 77 98 10 Fax : + 32 [0]69 77 98 11 accueil@plainesdelescaut.be

La Maison de la Forêt

Une porte d’entrée sur le territoire

À la journée ou la demi-journée

Construite en pleine forêt domaniale de Saint Amand-Raismes-Wallers et à proximité de la base de loisirs de Raismes, la Maison de la Forêt accueille les groupes scolaires et les centres de loisirs pour des animations sur la journée ou la demi-journée. Sur place, les jeunes sont encadrés par des animateurs nature professionnels pour des animations construites sur mesure à la demande des enseignants ou des responsables des centres de vacances et de loisirs. Ils profitent des expositions permanentes et temporaires sur les milieux boisés et bénéficient d’un environnement naturel très riche, au coeur du site de Sabatier, un espace de 173 hectares constitué d’une zone forestière, d’un terril plat, d’un terril conique (le plus haut du Valenciennois) et de trois étangs issus d’affaissements miniers. D’avril à octobre, la Maison de la Forêt propose également au grand public des sorties guidées le dimanche matin sur la diversité forestière, les grenouilles, les chauves-souris, les hiboux, les champignons, etc, ainsi que la visite de son espace muséographique et de son hall d’information. Maison de la Forêt Etoile de la Princesse - Site de Sabatier 59590 Raismes (France) Tél. : + 33 (0)3 27 36 72 72 maison-de-la-foret@pnr-scarpe-escaut.fr

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi


FICHES PARC MODE D'EMPLOI PNTH:Mise en page 1

2/11/12

12:03

Page 14

Le Centre d'éducation à l'environnement d'Amaury Au bord de l’étang d’un ancien site minier et sur un Espace naturel sensible départemental, le Centre d’éducation à l’environnement d’Amaury est spécialisé dans l’accueil des séjours de pleine nature pour les scolaires de la maternelle au lycée et les centres de vacances et de loisirs. Après un échange avec les responsables éducatifs d’un projet, le Centre propose un programme adapté aux objectifs pédagogiques, à la tranche d’âge et à la durée du séjour. Sur place, les groupes d’enfants et leurs accompagnants sont hébergés en pension complète ou animés à la journée sur plusieurs jours consécutifs ou non. Le Centre d’Amaury propose également une sortie nature mensuelle encadrée pour le grand public.

Des séjours éducatifs de plusieurs jours

Centre d’Amaury 59199 Hergnies (France) Tél. : + 33 (0)3 27 25 28 85 centre-amaury@pnr-scarpe-escaut.fr

A côté de la Maison du Parc naturel Régional Scarpe-Escaut, dans la forêt de Saint-Amand, le Gîte de groupe du Luron est un hébergement de groupe labellisé "Panda" par le WWF (World Wildlife Fund). Par sa capacité d’accueil (24 lits), le gîte est adapté aux séjours des scolaires, des centres de loisirs et des associations qui, en toute autonomie, construisent leur programme de découvertes grâce, notamment, à la malle "Panda" (documentations scientifiques, fiches de randonnée, paires de jumelles, etc.).

L’autonomie

Gîte Panda du Luron 357 rue Notre Dame d’Amour 59230 Saint-Amand-Les-Eaux (France) Tél. : + 33 (0)3 27 48 01 21 gite-du-luron@pnr-scarpe-escaut.fr

Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut - Mode d’emploi

Conception graphique : Gilles VIDAL / Photographies : David DELECOURT, Samuel DHOTE, PNPE, PNRSE / Impression : Qualit’Imprim. Octobre 2012.

Le Gîte de groupe le Luron


Parc naturel transfrontalier du Hainaut : Mode d'emploi