Page 8

M1

L’ARCHITECTURE AU SERVICE DU TERRITOIRE PÉRIURBAIN

A LA DÉCOUVERTE DU PÉRIURBAIN/

Longtemps délaissé par les architectes au profit des constructeurs, peu considéré par ses résidents qui le sillonnent quotidiennement sans forcément le regarder, le paysage périurbain cache pourtant un territoire chargé de ressources. Ces ressources se révèlent dès qu’on prend son temps pour le parcourir, dès qu’on adopte une démarche qui se rend attentive aux usages, aux solidarités, aux inventions portées par les habitants et par les acteurs de ce territoire. Je me suis appuyé sur ces découvertes pour élaborer mes projets, et le contact direct avec le territoire par la pratique de la marche a largement contribué à inverser mon regard sur l’espace périurbain. Partis du préjugé communément répandu qui associe le périurbain à un territoire à l’architecture standard, aux formes répétitives, où les équipements et infrastructures publics sont rares, l’arpentage m’a permis de découvrir,

coupe paysagere

au-delà de cette façade, un territoire riche en initiatives, offrant des réserves d’espaces à densifier et à intensifier, offrant surtout une alternative d’avenir au centres historiques saturés. Ce projet se résume ainsi : Il s’agit de l’ouverture d’un parcours piétonnier afin de créer du lien entre le bourg et la zone pavillonnaire de la commune de Lumbin. Ceci à moindre frais puisque il suffit de transformer un terrain en friche constituant aujourd’hui un bouchon, en square public. Le point de départ du parcours prend sa source dans le centre-bourg avec un équipement public en relation avec l’école de l’autre coté de la départementale traversant le commune. Il fini sa course en plein tissu pavillonnaire en reconstruisant une façade urbaine en s’appuyant sur l’initiative des propriétaires.

Mini book Lorenzo QUACCIA architecte D.E  

lorenzo-quaccia.fr