Page 1

No 1 mai 2013

Votations fédérales du 9 juin,

les positions du PLR

Création par UNE (uneagence.ch)

françois fillion, accueilli chaleureusement, passionne les militants

MAGAZINE DU PLR GENEVOIS Par amour de Genève

THèMES DE CAMPAGNE Transition énergétique Au coeur de la campagne : l’agriculture Le sport, un élément d’intégration pour tous


LE NOUVEAU GENEVOIS – No 1, mai 2013

AGENDA Mai

Juin

SOMMAIRE 14 mai

À 18h30 Conférence de François Longchamp à l’Institut national genevois sur le thème “Aménagement : retrouver l’envie”.

No 1 – mai 2013

15 mai

À 19h Conférence d’Isabel Rochat “Prise en charge de nos aînés, une priorité”, restaurant des Vieux-Grenadiers

21 mai

À midi Conférence d’Anne Héritier-Lachat au Cercle libéral

P. 4

23 mai

À 19h30 Assemblée générale du PLRG, spectacle de Laurent Nicolet, buffet au restaurant du Théâtre de l’Espérance

P. 6-7

3 juin

Soirée “Merci, Monsieur le Maire !” organisée par le PLR Thônex à la Salle Louis-Valencien. Evénement ouvert aux candidats.

4 juin

Conférence de Pierre Maudet sur son bilan au Département de la sécurité, organisée par l’Institut national genevois

5 juin

De 18h30 à 22h30 Soirée électorale à la salle communale de Troinex, organisé par les associations PLR de Genève sud

14 juin

Apéro organisé par les associations PLR de la rive droite (à Chambésy?). Evénement ouvert au candidats.

20 juin

Assemblée des délégués du PLRG pour la prise de position des votations de septembre

P. 8-11

P. 12-17

Objets des votations de juin

Thèmes de campagne -Transition énergétique : le PLR comme moteur ! -Au cœur de la campagne : l’agriculture - Le sport, un élément d’intégration pour tous Actualité du Grand Conseil - Plus de sécurtié, moins de déficit : les efforts finissent par payer

18 juillet

Dès 18h Apéritif PLR sur le Bateau Genève, quai Marchand des Eaux-Vives

P. 19

Août

17 août

Université d’été du PLRG

Septembre

2 sept.

Conférence organisée par les Genevoises PLR, par Isabel Rochat: “les femmes entrepreneur” à Uni mail

18 sept.

À 20h Soirée électorale organisée par l’association PLR de Thônex : présentation des candidats PLR thônesiens et conférence d’Isabel Rochat à la salle polyvalente de l’école Adrien Jeandin

26 sept.

Assemblée des délégués pour prise de position des votations en novembre

Octobre

François Fillon, accueilli chaleureusement, passionne les militants Election du Conseil fédéral par le peuple LAsi

P. 18

Juillet

EDITO

7 oct.

Assemblée des délégués pour désignation des candidats au Conseil d’Etat au 2e tour

10 oct.

Soirée de l’Entente

12 oct.

Assemblée des délégués du PLR suisse

15 oct.

Soirée de l’Entente pour l’élection au 2e tour du Conseil d’Etat

Actualité des Communes - Un enjeu cantonal : Zimeysaver et la mobilité à Vernier

RÉDACTION: Le Nouveu Genevois est l’organe officiel du PLR. Les Libéraux-Radicaux Genève. Les articles ne reflètent toutefois pas nécessairement l’opinion du parti. 13, boulevard Emile-Jaques-Dalcroze 1205 Genève info@plr-ge.ch Tél : 022 310 37 11

ABONNEMENT: Abonnement (1 an) : Fr. 60.– Abonnement de soutien : Fr. 200.– Paraît 10 fois par an CCP : 01-47300-5

MARKETING & PUBLICITÉ: Publi Annonces SA Chemin de la Charpente 3 1219 Le Lignon info@publi-annonces.ch

EDITEUR RESPONSABLE: PLR Genève

CRÉATION ET RÉALISATION: UNE (uneagence.ch)

RÉDACTRICE EN CHEF: Sophie Creffield, secrétaire générale sophie.creffield@plr-ge.ch

CONCEPT COUVERTURE: UNE (uneagence.ch)

3


LE NOUVEAU GENEVOIS – No 1, mai 2013

EDITO Accepter le changement tout en conservant nos valeurs pour gagner. Par Alain-Dominique Mauris, Président du PLR Genève

Comme le disait Héraclite d’Ephèse “rien n’est permanent, sauf le changement.” Voici une belle réflexion pour stimuler la créativité et l’innovation afin d’aller de l’avant tout en modernisant nos projets. Le PLR est un parti qui deux ans après sa naissance continue à se construire avec l’appui de tous ses membres. Régulièrement de nouvelles personnes poussent la porte du parti pour adhérer. Là est notre plus belle satisfaction : celle de la reconnaissance du citoyen à vouloir porter la bannière PLR et s’engager aux côtés des élus du parti. Ce numéro du Nouveau Genevois (NG) du mois de mai s’inscrit dans cette évolution avec son nouveau visuel qui, nous l’espérons, vous plaira. Il s’agit aussi de marquer le départ de la campagne pour les élections de cet autonome. Ce sont 81 candidats pour le Grand Conseil et 3 pour le Conseil d’Etat qui se battent pour être élus. Nous avons tous la responsabilité dès maintenant de les soutenir en invitant un maximum d’électeurs à voter pour eux : tous les suffrages comptent. Vous trouverez dans ce numéro et dans les suivants la présentation des thèmes et projets que nous voulons réaliser lors de la prochaine législature. Nous proposons ainsi aux électeurs d’intervenir pour améliorer la qualité de vie, développer la prospérité pour tous et assurer une croissance durable. Le PLR mise sur le bon sens et l’action responsable pour y arriver. Force est de rappeler que pour gagner nous devons tous jouer à l’unisson dans cette campagne. Il est indispensable de prendre nos responsabilités et de sensibiliser nos proches à prendre les leurs. Soyons acteurs et non plus spectateurs des décisions qui sont prises afin que la Genève de demain soit la réalisation de nos projets et de nos idéaux. Je compte sur vous tous pour y arriver. Bonne lecture !

4


LE NOUVEAU GENEVOIS – No 1, mai 2013

FRANÇOIS FILLON, ACCUEILLI CHALEUREUSEMENT, PASSIONNE LES MILITANTS Par Julien Marquis

“J

’aime la Suisse”. L’ancien Premier ministre français, actuellement député UMP à l’Assemblée nationale, a fait forte impression. Accueilli par un tonnerre d’applaudissements, il a su trouver des mots à la fois simples, drôles et efficaces pour aborder des problématiques pourtant complexes et sensibles: le rôle des Etats dans le monde d’aujourd’hui et de demain, la construction européenne et la place de la Suisse, la situation délicate de la France et les réformes qu’il préconise pour son pays et pour l’Europe. Son expérience politique hors du commun (“je sais désormais ce qu’il faut faire, et surtout tout ce qu’il ne faut pas faire”), son éloquence et sa posture naturelle d’homme d’Etat lui ont permis de capter facilement l’attention de l’auditoire Rouiller, préalablement chauffé par les démonstrations brillantes de Hugues Hiltpold et Pierre Maudet. Selon François Fillon, si les Etats, comme par exemple la France à propos des différends fiscaux, défendent et défendront toujours leurs intérêts - “c’est ce pourquoi ils existent” - le dialogue et une collaboration plus poussée doivent permettre de trouver les meilleures solutions, les plus efficaces, dans l’intérêt de tous. Selon lui, seul un climat de respect mutuel peut permettre d’avancer. Et François Fillon de préciser encore qu’on ne l’a “jamais entendu, contrairement à d’autres responsables politiques, attaquer la Suisse”. Le député de Paris, régulièrement en visite dans notre pays, a noté avec amusement que l’on y “regardait beaucoup la télévision française” puisqu’il ne pouvait pas passer “incognito”, même pendant des vacances en Valais. Plus sérieusement, il a déclaré que notre pays, à défaut d’y adhérer politiquement (ce dont il se réjouirait si l’on changeait d’avis...), pouvait apporter beau6

coup à l’Europe, notamment de par “son système démocratique particulièrement avancé”. François Fillon milite pour une “Confédération renforcée” en Europe, autour de l’Allemagne et de la France, afin de pouvoir compter dans un monde “que l’Europe, qui a amorcé un déclin, ne domine plus”, malgré “un mode de vie probablement le plus abouti”. La formule parle d’elle-même: “certains gèrent leur futur, pendant que nous gérons notre héritage”. Quant à la France, qu’il estime se trouver dans une situation “très grave”, à l’instar de la plupart de ses compatriotes d’ailleurs, il a expliqué qu’elle ne pourra plus faire l’économie de réformes en profondeur si elle entend pouvoir préserver ses traditions et son mode de vie. Ces réformes devront intervenir très tôt durant le prochain quinquennat, “dans les quatre premiers mois”. Sur les 35 heures par exemple, il reconnaît que la droite elle-même a pour l’instant renoncé à une réforme en profondeur, préféré la défiscalisation des heures supplémentaires, mais dû finalement faire face à la crise mondiale. Une crise qu’il estime responsable des échecs du quinquennat précédent, de Nicolas Sarkozy, qui a pourtant “mis la France sur la voie des réformes, du changement, même si les Français n’ont pas pu en percevoir les effets”. Dans une ambiance chaleureuse, François Fillon a ensuite répondu aux questions des militants et élus PLR, rejoints d’ailleurs par des membres de l’UMP pour l’occasion. De très nombreux jeunes étaient présents à cette soirée, ce dont le PLR se réjouit. Alain-Dominique Mauris, président du PLR Genève, a conclu la soirée en soulignant l’importance de l’engagement des militants, de leur action et de leur générosité. 7


LE NOUVEAU GENEVOIS – No 1, mai 2013

ELECTION DU CONSEIL FEDERAL PAR LE PEUPLE, UNE FAUSSE BONNE IDEE Remplacer le mode d’élection actuel du Conseil fédéral par les Chambres fédérales et organiser un vote populaire, au scrutin majoritaire ? Changer un mode d’élection qui n’est, certes, pas parfait mais qui a malgré tout fonctionné depuis la création de la Confédération ?

Par Hugues Hiltpold

O

n pourrait de prime abord se réjouir que le peuple ait davantage de droits démocratiques et puisse influer directement la composition du gouvernement. A plus forte raison pour les minorités linguistiques latines qui se verraient dotées de deux sièges. Imaginons pourtant un instant les conséquences.

dans la plupart des autres pays, qui n’a rien à voir avec la Suisse et qui nie notre identité. L’une des grandes forces de notre pays, c’est la stabilité de son système politique. Pas de grands bouleversements, mais des évolutions progressives.

Les membres du Conseil fédéral seraient en campagne électorale permanente et deviendraient les têtes de pont de leur parti.

Oui, notre système prend du temps. Mais quand une décision est prise, on n’y revient pas au bout de six mois. Cela s’appelle la sécurité du droit. C’est une richesse extraordinaire.

Oui, l’élection du Conseil fédéral par le peuple serait compatible avec un système majorité-opposition. Le peuple élit une majorité gouvernementale pour une législature, qui gouverne seule, contre une opposition qui passe son temps à la contester.

Autre richesse de notre pays, celle du préambule de notre Constitution qui rappelle que la “force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres ” soit, à l’attention portée, au respect dû à chaque canton, aussi modeste soit-il.

Mais dans un système comme le nôtre, un système gouvernemental majoritaire conduirait rapidement à une nouvelle paralysie. On prendrait également le risque de diviser notre pays en deux à chaque élection.

Ce souci de l’équilibre, qui a conduit notre pays à créer le Conseil des Etats, c’est aussi ce qui nous distingue des autres Etats.

51%, et vous gouvernez le pays. 49%, et vous êtes exclus de l’exercice du pouvoir. C’est le modèle que nous voyons à l’oeuvre 8

Si la Confédération n’a plus connu de Sonderbund, c’est à ce souci de l’équilibre qu’elle le doit. C’est un radical genevois, James Fazy, qui a eu l’idée de la création de ce Conseil des Etats en s’inspirant du modèle américain, première véritable démocratie libérale au monde. Ce souci de l’équilibre, cette représentation des cantons au collège gouvernemental, serait mis à mal par l’élection par le peuple. Les cantons fortement peuplés se trouveraient avantagés et les plus petits cantons avec quasiment aucune chance d’être représentés. Le système actuel, bien que perfectible, a fait ses preuves. Il a permis de garantir la représentation des principaux partis, régions et groupes linguistiques et jouit d’une reconnaissance au sein de la population. Il faut donc refuser cette initiative !

Cette construction date d’un moment crucial pour notre pays. Il s’agissait de le doter d’institutions susceptibles d’éviter de nouvelles tentatives sécessionnistes, une nouvelle guerre entre cantons. 9


LE NOUVEAU GENEVOIS – No 1, mai 2013

RÉVISION DE LA LOI SUR L’ASILE: EFFICACITÉ ET CRÉDIBILITÉ Le 9 juin prochain, nous devrons nous prononcer sur la modification urgente de la Loi sur l’asile (LAsi). Les deux mesures principales que contient cette révision sont la mise en place de centres fédéraux réunissant tous les acteurs compétents pour le traitement des demandes d’asile et la possibilité de créer des centres sécurisés pour requérants récalcitrants.

Par Pierre Maudet

L

a première mesure permettra d’accélérer le traitement des dossiers, dans l’intérêt de tous. Car laisser traîner les procédures, c’est plonger les requérants dans des mois voire des années d’incertitude, rendant d’autant plus pénible leur retour en cas de décision négative, pour eux comme pour les autorités qui doivent procéder à leur renvoi. La possibilité de mettre sur pied des centres sécurisés permettra, quant à elle, d’apporter de la crédibilité à notre système d’asile, en séparant du reste des requérants ceux qui, de par leur comportement, ne respectent pas les règles de conduite de base. A Genève, il s’agit de quelque 250 personnes qui nuisent directement à leurs coreligionnaires ainsi qu’à la population riveraine des centres, par une attitude à tout le moins agressive, s’adonnant souvent au deal et nécessitant des interventions quotidiennes de la police. 10

Il ne s’agit donc pas là de durcir notre politique d’accueil comme une fin en soi, mais d’y apporter un surplus d’efficacité et de crédibilité, de mieux maîtriser les processus, tout en protégeant davantage les plus faibles du comportement d’un petit nombre. Cette modification sur laquelle le peuple est appelé à se prononcer porte également sur la fin du dépôt des demandes dans les ambassades et les consulats, ainsi que sur le fait que la désertion ne sera plus acceptée comme un critère valable de demande d’asile.

Dans ce contexte, désireux que notre canton participe à l’effort confédéral et prenne sa part de responsabilité, Isabel Rochat et moi-même avons proposé en janvier dernier, lors de la Conférence nationale sur l’asile, que Genève accueille, sous certaines conditions, un centre sécurisé. Au final, cette révision de la LAsi, mesurée et responsable, permettra de lutter contre certains abus, tout en en permettant aux cantons et à la Confédération de se doter de structures plus efficaces. Nous nous devons de la soutenir !

Ces deux aspects, certes discutables de prime abord, sont toutefois essentiellement dictés par une harmonisation des pratiques au plan européen et sont contrebalancés par des cautèles solides au niveau des garanties en termes de droits humains. Dans le domaine sensible de l’asile, cantons et Confédération travaillent désormais main dans la main à la recherche de solutions justes, équitables et efficaces. 11


LE NOUVEAU GENEVOIS – No 1, mai 2013

TRANSITION ENERGETIQUE : LE PLR COMME MOTEUR ! La commission E + E a participé à la consultation lancée par le DETEC dans le cadre de l’élaboration de la politique énergétique 2050.

de l’évolution observée depuis 10 ans : poids des panneaux - 50% ; production par m2 + 100% ; coût de l’investissement et prix du kWh - 80% ; durabilité observée >25 ans avec rendement >95%. Le soleil n’est plus une utopie, mais bien le début d’une nouvelle épopée qui va créer, sans nouvelle emprise au sol, sans risque ou désagrément et avec le réseau existant, 150 km2 de toiture solaire produisant 26 TWh électrique et 15 TWh thermique par an. Le prix du kWh produit a atteint la parité réseau en Allemagne et l’atteindra avant 5 ans en Suisse. Quant à la fourniture de l’énergie de base elle restera gratuit pendant encore 4.500.000.000 années. Le PLR peut adhérer sans arrière-pensée à ce scénario qui consiste à remplacer la fission nucléaire de l’uranium (avec les déchets) par la fusion nucléaire du soleil (sans les déchets). Il est conforme à nos valeurs et nos valeurs sont nécessaires à son succès.

Par Jean-François Bouvier, Président de la Comission Energie et Environnement

L

a commission E+E a opté pour la variante fixant l’arrêt des centrales nucléaires à des dates fixes basées sur la durée d’exploitation; elle a par ailleurs contesté la description très pessimiste du Conseil Fédéral quant aux conséquences qui découleraient du choix de cette variante. L’évolution récente des technologies disponibles et les possibilités économiques liées à cette situation permettent en effet de définir un scénario différent et cohérent avec les valeurs du PLR. En matière d’évolution énergétique les objectifs doivent être: la prospérité du pays, le bien-être de la population, la compétitivité des entreprises, la stabilité de l’approvisionnement et la diminution de la facture énergétique pour le pays, les entreprises et les particuliers. Ces objectifs peuvent être atteints par la mise en œuvre de nos valeurs de base que sont : l’économie de marché, l’esprit d’entreprise, le respect de la population, de la biodiversité et du patrimoine et la répartition entre les consommateurs d’énergie des investissements, des coûts et des profits. Ce n’est en effet pas à l’Etat d’investir, ni 12

de subventionner cette évolution. Son rôle est d’inciter, d’assurer la prévisibilité des politiques et des objectifs, de sensibiliser, de former, de faciliter et de contrôler la sécurité. Le scénario est connu : 1. Economies d’énergie ; 2. Energies renouvelables. Les économies se déclinent en sobriété (sensibilisation, formation, actions) et en efficacité (produits, processus, services réalisés et commercialisés par l’économie de marché). Les énergies renouvelables possibles dans notre pays sont dans l’ordre le solaire thermique et photovoltaïque, l’hydraulique, la géothermie de surface (pompes à chaleur), la biomasse, l’éolien. L’énergie nucléaire qui a contribué à la prospérité du pays est maintenant en déclin, rattrapée par des problèmes dont les solutions ne sont pas évidentes (coûts réels, sécurité, gestion des déchets, approvisionnement, acceptabilité). En regard de cette situation, l’électricité solaire apparaît clairement comme la solution compétitive de remplacement au vu 13


LE NOUVEAU GENEVOIS – No 1, mai 2013

AU CŒUR DE LA CAMPAGNE : L’AGRICULTURE Qualité de vie, prospérité, durabilité de notre développement: l’agriculture réunit à elle seule l’ensemble des objectifs visés par le programme PLR.

Par Simone de Montmollin

L’

agriculture figure dans la section “économie” de la nouvelle Constitution. Ainsi lui est (re)confirmée sa vocation première “produire pour nourrir”. Un défi qui ne saurait ignorer les exigences environnementales ou paysagères, sans pour autant en faire son but ultime. Les dérives normatives actuelles relèguent de plus en plus nos paysans au rôle de “jardinier du paysage”. Il est pourtant une réalité à laquelle nous devons des réponses concrètes et pragmatiques : quelle agriculture pour demain ? QUALITÉ DE VIE Des études de marché1 le confirment : 80% de la population genevoise souhaite une plus grande disponibilité de produits alimentaires locaux. Un nouveau luxe urbain ? Les récents scandales agroalimentaires révèlent l’extraordinaire complexité des flux internationaux et la difficulté de garantir le respect des normes sanitaires, sociales et environnementales élémentaires. Mais il est une explication plus fondamentale. La question agricole renvoie au lien particulier de l’Homme avec la Terre. Elle est une des dimensions essentielles de la vie humaine. Manger pour vivre, mais pas seulement. Dans la vie quotidienne, ce sont les sens qui ouvrent la voie à une relation équilibrée entre la pensée et le monde, entre l’Homme et la nature. Le plaisir subjectif de manger y conduit spontanément. Reconnaître la nécessité d’une agriculture de proximité diversifiée et de qualité, conforme au respect de son écosystème, 14

n’est pas contradictoire avec les besoins de développements économiques. Elle y contribue de multiples manières. PROSPÉRITÉ ET DURABILITÉ 2050 : 9 milliards d’habitants. Trop mettre l’agriculture au service de l’entretien paysager non productif, c’est prendre le risque de perdre des motivations et du dynamisme, avec comme corollaire, l’abandon des exploitations, un appauvrissement du savoir faire et le démantellement des filières. Si le mythe de l’autosuffisance est depuis longtemps enterré, les agriculteurs, viticulteurs et maraîchers restent des entrepreneurs volontaires, conscients de leur responsabilité. Ces secteurs économiques

“L’agriculture nous oblige à dépasser nos paresses, ne serait-ce que pour une raison : elle est multiple” Erik Orsenna. offrent des emplois variés à tous les niveaux de formation ainsi que des prestations à l’ensemble de la population (produits frais et transformés, vente directe et livraisons à domicile, approvisionnement des collectivités, programmes éducatifs, loisirs…). La recherche et les innovations techniques contribuent au maintien et au développement de filières régionales diversifiées (production – transformation – distribution). Pour stimuler

les initiatives individuelles, les producteurs ne doivent pas être noyés sous un déluge normatif disproportionné. FAIRE NAÎTRE UN NOUVEAU MODÈLE AGRICOLE En conclusion, l’agriculture de demain sera multiple ou ne sera pas. Les agriculteurs ne gèrent plus de simples techniques mais des processus globaux. Nous avons un devoir envers ces professionels à haute responsabilité sociétale et environnementale. De ce constat doit résulter un nouveau contrat social entre la société et ses agriculteurs, c’est notre responsabilité. Évaluation des usages et attitudes à l’égard de l’agriculture genevoise. Demoscope, 2008 et 2011.

1

Gérard Baezner & Cie Sa Gérance immobilière

17, bd des Philosophes C.P. 165 - 1211 Genève 4 t. +41 (0) 22 707 03 50 f. +41 (0) 22 707 03 55 w. www.regiebaezner.ch Régisseur depuis 1938

AL RSONMPANY E P R YOU NING CO A 90 E CL 39 60 a.ch rlis 22 8 Tél 0 .cmesse www

Membre USPI Genève


LE NOUVEAU GENEVOIS – No 1, mai 2013

LE SPORT, UN ÉLÉMENT D’INTÉGRATION POUR TOUS

Par Serge Hiltpold

D

ans une société tendant de plus en plus au “tout écran” et à l’individualisme, la pratique du sport reste chez les jeunes un élément d’intégration sociale important et suscite le dépassement de soi. Qu’il soit pratiqué en individuel ou en collectif, en amateur ou en élite, il tisse des liens entre les habitants des communes et des quartiers et représente un lien associatif indispensable entre les générations. Du président à l’entraineur, du trésorier aux joueurs, l’implication de tous est nécessaire au bon fonctionnement du collectif et donne un sens à l’engagement citoyen et au bénévolat, librement consenti. Du cadre à l’apprenti, de l’employé à l’étudiant. Mettant en scène des “gladiateurs des temps modernes” et donneurs de spectacle aux cheveux gominés dans certaines disciplines, il est en quelque sorte le miroir de notre société avec ses excès et ses injustices, mais démontre aussi cette capacité de rassemblement autour d’un événement ou d’un tournoi dans la liesse populaire. On entend le “Cé qu’é lainô” au stade et à la patinoire plus que le jour de l’Escalade ! Une identité et une certaine fierté se dessinent à travers l’équipe … Au-delà du plaisir de l’activité sportive à proprement dit, et pour obtenir les résultats désirés, s’ajoutent indéniablement des notions de discipline et de rigueur pour tenir les objectifs fixés. Véritable école de vie, 16

le sport transmet des valeurs de travail et d’engagement, et cultive le goût de l’effort. Qui n’a pas subi le “banc” pour de mauvais entraînements ou performances voire dans certains cas un comportement déplacé ? Que dire des efforts et de la volonté pour revenir d’une blessure pour faire ses preuves et réintégrer sa place ? La force mentale a donc une grande importance chez l’athlète et les revers subis peuvent le placer dans le doute, et dans une sacrée réalité. Une leçon d’humilité qui remet l’ouvrage sur le métier dans une perspective à long terme.

Les titres et premières places se gagnent au prix de réels efforts et ne sont le fruit que d’un travail de longue haleine impliquant bien souvent un milieu plus large que celui de l’athlète lui-même. Dans ce contexte, et avec l’évolution du “sport spectacle”, il apparaît donc plus que nécessaire de développer une structure de formation flexible pour les jeunes élites et de soutenir la relève sportive avec les valeurs de citoyenneté et d’humanisme, parallèlement à ceux de la pure performance.

Le bonheur d’une naissance

www.grangettes.ch 17


LE NOUVEAU GENEVOIS – No 1, mai 2013

LE NOUVEAU GENEVOIS – No 1, mai 2013

PLUS DE SÉCURITÉ, MOINS DE DÉFICIT : LES EFFORTS FINISSENT PAR PAYER

UN ENJEU CANTONAL: ZIMEYSAVER ET LA MOBILITÉ À VERNIER

Genève a un budget. Et il reflète les priorités du PLR : moyens renforcés pour la sécurité, la justice et la formation notamment, déficit réduit de 315 à 31 millions, pas de nouveaux impôts. Le PLR, qui en mars appelait à la responsabilité des partis gouvernementaux, est donc satisfait du résultat obtenu. Un compromis efficace, soutenu par une députation PLR unanime.

L’adoption du Plan directeur cantonal 2030 constitue pour les collectivités publiques une nouvelle donne à intégrer dans leur planification de développement urbain.

Par Julien Marquis PRIORITÉ ET COHÉRENCE Concrètement, les principaux avantages du budget adopté ce jeudi sont les suivants : moyens renforcés pour la police, la justice et le pénitentiaire, permettant à Pierre Maudet et Olivier Jornot de poursuivre et de renforcer leur action visant à restaurer l’ordre public ; mise en place de la réforme du cycle d’orientation en 11e année et rentrée scolaire assurée dans les meilleures conditions ; déficit réduit de 315 à 31 millions (-284 millions par rapport à septembre 2012) ; probabilité élevée de comptes équi-

librés, qui permettraient d’éviter l’application du frein à l’endettement. Les choix budgétaires s’inscrivent dans la droite ligne des engagements pris en 2012 par le PLR : la sécurité, au sens large, est la politique publique qui se voit réellement renforcée. Elle est la première des priorités. BALANCE DES INTÉRÊTS Le budget 2013 de l’Etat n’est certes pas idéal. Le PLR souhaitait l’équilibre. Sa députation a d’ailleurs travaillé dans ce sens depuis le mois de septembre, et obtenu au

CHOUILLY GENEVE AOC

final une réduction substantielle du déficit : 284 millions de moins ! Le PS a de son côté consenti à retirer son projet de suspension de la protection contre l’impôt confiscatoire (pour rappel, l’impôt peut déjà atteindre 71,5% en l’état actuel du droit), qui a envenimé les débats en mars. Enfin, un déficit ramené à 31 millions pourrait permettre de terminer l’année avec des comptes équilibrés, et d’éviter ainsi le mécanisme de frein à l’endettement, qui aboutirait automatiquement à des hausses d’impôts ou des baisses de prestations, alors que le déficit est d’ordre structurel. Après analyse, le PLR a jugé que les avantages l’emportaient sur l’inconvénient que représente un déficit, en l’occurrence fortement réduit. Le budget a donc pu être adopté par une large majorité de 69 députés des partis gouvernementaux, et en particulier de l’Entente PLR-PDC.

Protéger nos paysages, faire honneur à nos cépages.

René et Laurent DESBAILLETS ,Choully Bienvenue à “CAVE OUVERTE” samedi 16 mai 18

Quant à la députation PLR, elle poursuivra son travail sur des réformes structurelles pouvant améliorer le fonctionnement de l’Etat, au service de la population, et permettre un retour durable à l’équilibre. Le désendettement est la seule solution permettant d’éviter une crise grave, d’assurer le financement à long terme des prestations ainsi que de tendre vers une fiscalité plus modérée.

Par Gilles-Olivier Bron

L

a volonté du Canton d’assurer l’avenir économique et industriel de Genève implique ainsi d’accueillir 300 logements et 10 000 emplois supplémentaires dans les zones industrielles de Vernier, Meyrin et Satigny (projet ZIMEYSAVER, sur 380 hectares). Ce projet ne doit cependant pas se faire au détriment de la qualité de vie de la population locale, subissant déjà de nombreuses nuisances dues à l’aéroport, au trafic ou aux dépôts pétroliers. Il doit donc inclure des zones “tampons” entre le village historique de Vernier et la ZIMEYSAVER. De plus, le développement envisagé par le Canton doit s’accompagner d’un plan d’action en matière de mobilité, plan qui aujourd’hui n’est pas en adéquation avec les potentiels de création de logements et d’installation de nouvelles entreprises. Il est évident qu’aucune extension n’est possible avant que les infrastructures routières soient adaptées à la demande future, ce d’autant que Vernier souffre actuellement d’une saturation quasi permanente de ses voies d’accès.

Outre l’amélioration du réseau de transports publics, dont le réseau ferré, il apparaît nécessaire d’élargir l’autoroute de contournement, avec la création d’une nouvelle jonction autoroutière au lieu-dit Canada, située entre le viaduc sur le Rhône et le tunnel de Vernier. Son objectif premier, fluidifier la circulation à proximité, est louable. Toutefois, n’est-ce pas prendre le risque de congestionner encore plus VernierVillage, après la décision de la DGM de fermer partiellement la route de Vernier en direction du centre-ville ? En mars dernier, le Conseil municipal de Vernier, unanime, s’est déclaré en faveur d’une jonction autoroutière souterraine,

faisant cependant de la préservation de la qualité de vie des Verniolans, notamment en matière environnementale et paysagère, un impératif. Quelle que soit la solution retenue pour l’autoroute, une étude globale de la circulation vers, et dans, la ZIMEYSAVER est primordiale. Pour cela, le groupe PLR de Vernier espère avoir le plein appui de la députation lorsqu’il faudra voter les crédits de ces projets, ne serait-ce que parce qu’une circulation fluide aux abords de la ZIMEYSAVER est un enjeu capital pour toute la rive droite, voire l’ensemble du Grand-Genève.

MAISON V. GUIMET FILS S.A. ENTREPRISE DE VIDANGE HYDRAULIQUE

Fondée en 1873

Urgences 24 h. sur 24

Canalisations – Travaux publics Transports de matières dangereuses Nettoyage de colonnes de chute Contrôle des canalisations par T.V.

Rue du Buis 12 – 1202 Genève – Téléphone 022 906 05 60 – Fax 022 906 05 66

19


le déménagement en douceur

17-19 rue Baylon - 1227 Carouge - Tél. 022 308 88 00 - www.balestrafic.ch

Le Nouveau Genevois, mai 2013  

Magazine du PLR Genève

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you