Page 1

Issue N째 79


SOMMAIRE

2


1.

SÉRIE « portrait d’une generation » de David Maurel CRÉATIONS de l’artiste Sjoerd Tegelaers

2.

SÉRIE « eclairages » de Stéphane Charpentier CRÉATIONS de l’artiste Sara Cancellieri

3.

SÉRIE « SKIN PORTRAITS » de June Lee CRÉATIONS de l’artiste Michael Hirschbichler

4.

SÉRIE « THE DORMANT IMAGE » de Cecilia Hurtado CRÉATIONS de l’artiste Diego Berjon

5.

SÉRIE « IN’EM TOWNS » de Clément Fabre/dempsterhighway CRÉATIONS de l’artiste Joachim Waibel

3


DAVID MAUREL www.davidmaurel.tumblr.com

4


PORTRAIT D’UNE GéNéRATION

5


6


7


8


9


10


11


12


13


14


15


16


17


18


19


20


21


22


23


24


25


26


27


28


29


30


31


32


33


SJOERD TEGELAERS www.sjoerdtegelaers.com

34


J’essaye de pousser les gens à penser ; à la vie en général et au fait de vivre dans une société où des choses étranges arrivent. I try to motivate people to think ; about life in general, and about living in a society where strange things happen.

35


36


37


38


39


40


41


42


43


44


45


46


47


48


49


50


51


52


53


STEPHANE CHARPENTIER www.stephane-charpentier.com Représenté par la Galerie Françoise Besson, Lyon

54


eclairages « La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil. » René Char. « Lucidity is the nearest sun injuries. » René Char.

55


56


57


58


59


60


61


62


63


64


65


66


67


68


69


70


71


72


73


74


75


76


77


78


79


80


81


82


83


SARA CANCELLIERI cancellierisara.wix.com/saracancellieri www.facebook.com/sara.cancellieri.3 

84


En réalité, le contact visuel capte l’essentiel de notre attention. Un visage avec les yeux fermés est une énigme : vous pourriez être tenté d’identifier les sentiments, les souvenirs ou les pensées qui se dégagent de ses traits. L’idée de ce travail est née de la difficulté de dessiner un portrait avec les yeux fermés - quand on ne peut plus contrôler son image. À cet instant, il se sent nu et mal à l’aise. Il ne peut exprimer quoi que ce soit ce visage sans ses yeux : c’est alors que son monde intérieur émerge entre rêve et réalité. Collecter des visages est un véritable travail d’archivage que je porte depuis plusieurs années, la prise de photos pour mon projet, et j’ai remarqué que les gens sont vraiment curieux de savoir quelle partie d’eux-mêmes apparaît, comme une sorte de psychanalyse d’où émergent les différentes facettes d’une personnalité. Mais quand les yeux sont fermés, aucun mensonge n’est possible. L’utilisation de l’aquarelle permet d’esquisser les visages avec délicatesse : les traits sont flous sur le papier, parfois ils émergent, parfois ils coulent dans l’obscurité. An eye-contact actually catches most of our attention. A face with closed eyes is an enigma: you may be tempted to identify feelings, memories or thoughts that emerge from its features. The idea for this ​​ work is born from the trouble of a subject portrayed with closed eyes - when it cannot control his image anymore. In that moment it feels naked and uncomfortable. It cannot express anything but its face without its eyes: then its inner world emerges between dream and reality. Collecting faces is a real filing work that I’m carrying on for several years, shooting photos for my project, and I’ve noticed that people are really curious to know which part of themselves will appear: like a kind of psychoanalysis from which emerge the different facets of a personality. But when the eyes are closed no lie is possible. The use of the watercolor allows to sketch faces with delicacy : the features are blurred on the paper, sometimes emerge from it or sink in the dark. 85


86


87


88


89


90


91


92


93


94


95


JUNE LEE www.juneyonglee.com

96


SKIN PORTRAITS La peau est la couche externe qui sépare ou unit notre moi profond au monde extérieur. Skin is the outer layer of us that separates or connects from who we are to the world outside.

97


98


99


100


101


102


103


104


105


106


107


108


109


MICHAEL HIRSCHBICHLER www.atelier-hirschbichler.com

110


Images omniprésentes de guerre. Le crime et la propagande transmis par les médias sont surexposés par la peinture, pour tenter de les apprivoiser symboliquement, pour occulter le négatif, le laid et la violence. Il les place ainsi dans un étrange état de suspension, entre indifférence blanche et violence latente. Omnipresent images of war, crime and propaganda as communicated by the media are overexposed through the act of painting, thus trying to symbolically tame them, to push the negative, the ugly and the violent aside and hereby placing them in a strange condition of suspension, between white indifference and latent violence.

111


112


113


114


115


116


117


118


119


120


121


122


123


124


125


126


127


128


129


130


131


132


133


cecilia hurtado cecilia-coleccionistadesecretos.blogspot.mx

134


THE DORMANT IMAGE Le dénominateur commun de mon langage photographique est un effort constant pour lier l’image avec un désir de comprendre le temps, la perte et l’absence, l’identité et la mémoire, couplé avec un jeu esthétique sur les relations cachées entre une œuvre donnée et le spectateur. The common denominator of my photographic language is a constant effort to tie the image in with a desire to comprehend time, loss and absence, identity and memory, coupled with an aesthetic play on the hidden relationships between a given work and the spectator.

135


136


137


138


139


140


141


142


143


144


145


146


147


148


149


150


151


152


153


154


155


DIEGO BERJON diegoberjon.com

156


Rien qu’une ligne noire. It all comes down to a black line.

157


158


159


160


161


162


163


164


165


166


167


168


169


170


171


172


173


174


175


www.laurenceguenoun.me 176


177


CLEMENT FABRE/ dempsterhighway www.microcultures.fr/fr/project/view/in-em-towns dempsterhighway.bandcamp.com

178


IN’EM TOWNS Occupé à sillonner les parcs naturels et l’acétate noir des vinyles, Dempster Highway est un projet musical et graphique qui raconte les villes et le « hors la ville ». « [...] Il semblerait qu’il n’y ait plus personne pour nous enseigner quels lieux furent jadis considérés comme « sacrés » dans ce paysage - bien qu’avec du temps et de l’attention, je pense que nous serons à nouveau capables de les ressentir et de les retrouver. » Gary Snyder, The practice of the Wild, North point press, New York, 1990. Busy long playing both natural parks and vynils, Dempster Highway is a music and graphic design oriented project narrating cities and beyond. «|...| It seems there is no one left to teach us which places in this landscape were once felt to be «sacred»though with time and attention, I think we will be able to feel and find them again.» Gary Snyder, The practice of the Wild, North point press, New York, 1990.

179


180


181


182


183


184


185


186


187


188


189


190


191


192


193


JOACHIM WAIBEL (1959) www.joachimwaibel.com

194


La vie n’a pas de symétries parfaites Mais d’agréables réflexions de la chaotique perfection.......... Life has no Perfect Symmetries But Pleasant Reflections Of Chaotic Perfection..........

195


196


197


198


199


200


201


202


203


204


205


206


207


208


209


210


211


212


213


214


215


216


217


218


219


220


221


222


223


224


225


226


227


228


229


230


231


232


233


234


235


236


237


Ours Laurence Guenoun — Directrice de Publication / Curator Bechra Dominguez — Rédactrice en Chef Agathe Vuachet — Directrice Artistique Candice Nguyen — Communication & Partenariats Mathieu Drouet — Contremaitre & Webmestre Colette Blanc — Responsable Linguistique Marie-Caroline Dony — Traduction Camille Flesselles — Traduction Nicolas Hansen — Traduction Jessica Milandou — Traduction Allison Walsh — Traduction Photo Couverture © Hélène Desplechin PLATEFORMAG Copyright 2015 Tous droits réservés Toutes les images, photos diffusées sur PLATEFORMAG appartiennent à leurs auteurs respectifs.


Issue 79  
Issue 79