Page 1

Rapport d’activité 2011, la synthèse Le mot de la Présidente << Restons vigilant(e)s ! Les luttes

pour l’égalité, l’accès aux informations, aux soins, à la gratuité de la contraception ne sont pas encore gagnées. Pire, nous constatons avec consternation un recul des droits, comme l’accès à l’avortement sur certains territoires ou le refus de certains pharmaciens de donner gratuitement la « pilule du lendemain » aux jeunes filles mineures. La prévention et les actions pour les droits des femmes ne doivent en aucun cas être bradées. Aujourd’hui comme hier continuons à nous mobiliser, à notre échelle, notre quartier, notre ville, notre département, notre région... Ecouter les plus précaires d’entre nous, leur permettre de retrouver confiance en elles/eux et en leur corps, donner les informations sans jugement ni leçon, accepter les choix de l’autre quand elle/il en a compris tous les enjeux, protéger ou revendiquer quand cela est nécessaire, c’est notre engagement quotidien. >> Fatima Bellaredj Un an au Planning…  Le réseau mariage forcé  La lutte contre le sida et les IST  La Planification  Les accueils personnalisés  Les animations  Les formations  Nos missions  Rejoignez –nous !

Le réseau jeunes filles victimes de violence Interpellé par la violence subie par de jeunes adolescent(e)s, le Planning 34 a fondé et anime un réseau associatif de soutien aux victimes de violences intra-familiales et notamment les mariages forcés. Ce réseau propose un accueil, une écoute, un suivi multimodal (sms, visites, téléphone, mails), des informations juridiques mais aussi un hébergement dans une famille spécialement formée en cas d’urgence. En 2011, 65 situations de mariages contraints ont été « gérées », dont 12 filles mineures et 4 garçons. www.mariageforce.org mariageforce@gmail.org 06 75 23 08 19

Un groupe de parole destiné aux femmes victimes de violence se réunit tous les samedis matin au siège du Planning à Montpellier.

Le Planning, la lutte contre le sida, les IST et les hépatites Il existe encore des poches de résistance dans trois catégories de populations, notamment féminines : les personnes qui ne présentent aucun risque « identifié », les personnes vivant dans des cantons mal desservis et les personnes les plus précarisées. Un travail minutieux de prévention et de dépistage doit être entrepris pour aller jusqu’à elles. Par ailleurs, des cellules d’écoute et d’accompagnement ainsi qu’un groupe de paroles se sont organisées autour des personnes concernées par le VIH. 1er constat : les personnes qui s’impliquent dans des actions de terrain ou dans des associations vivent mieux leur séropositivité. 2e constat : L’ensemble des consultants de la permanence sexologie proposée une fois par semaine présentent une représentation dévalorisée d’eux-mêmes, un sentiment d’usure et une forte mésestime de soi. 3e constat : L’absence de prise en compte de ces difficultés quotidiennes, notamment les effets secondaires des thérapies, peut entraîner un relâchement de la prévention. La gestion de la prévention est en effet le point de cristallisation où mettre un préservatif ou le demander symbolise l’existence même du virus.

 En 2012, le Planning, soutenu par l’ARS et la GCS, mettra en place les tests de dépistage rapide à orientation diagnostique. Un outil de prévention innovant destiné à toucher, dans un espace non médicalisé, les personnes les plus exposées.


La Planification Toutes les consultations médicales sont précédées par un entretien collectif, forum ouvert à tous, espace de paroles et d’écoute, lieu d’accès à l’information et à l’appropriation des outils de prévention des risques sexuels. Que nous disent ces jeunes ?  La confidentialité est un élément majeur pour l’accessibilité à la contraception. Certains sont prêts à ne pas se protéger plutôt que de courir le risque d’être « surpris ». Le médecin traitant n’apparaît pas comme un garant potentiel de cette confidentialité.  Certains pharmaciens refusent la gratuité de la pilule du lendemain aux mineures, malgré les dispositions législatives.  A part la pilule (et ses contraintes), les jeunes connaissent très peu les autres moyens de contraception.  Les pratiques médicales sont très ancrées dans la norme contraceptive actuelle, c'est-à-dire le « tout pilule ». Les jeunes filles ont beaucoup de difficultés à trouver des médecins qui acceptent de leur poser un stérilet, et en particulier si elles sont nullipares. Or, nous savons que ces risques supposés n’existent pas (ANAES 2004).

 Certaines pilules ne sont pas remboursées alors qu’elles présentent un réel bénéfice en termes de santé et de sécurité. Les autres moyens de contraception hormonaux tels que le patch et l’anneau vaginal ainsi que les méthodes barrières ne sont pas non plus pris en charge même s’ils représentent des alternatives possibles pour une meilleure observance, une meilleure tolérance et une meilleure efficacité.  La prescription de contraceptifs où le jeune n’est pas acteur débouche sur des difficultés d’observances voire d’échec.  Apparaissent les signes d’une dégradation des conditions sociales et d’une précarisation économique, en particulier chez les jeunes sans emploi et/ou salariées précaires, mais aussi chez les étudiantes. Un facteur de vulnérabilité auquel se rajoute souvent celui de la domination.

La planification en chiffres  5588 personnes reçues en entretien dont 46% de mineurs. 91% de filles pour 9% de garçons.  21 conseillères conjugales et familiales (bénévoles, stagiaires ou salarié(e)s + 13 médecins + 3 agents assurant l’accueil et l’orientation + 1 réseau de médecins libéraux dans les Hauts-Cantons

 En 2012, faute de financement, nous devrons cesser nos activités d’information et de prévention dans les HautsCantons… Un territoire de plus en plus déserté, une situation inacceptable.

Les accueils individualisés Agréé « Etablissement d’information et de conseil conjugal », nous proposons des espaces individuels d’écoute et d’accompagnement, gratuits et confidentiels. Les entretiens servent souvent de point d’entrée pour d’autres thématiques et notamment les violences. En effet, les personnes victimes de violences sont particulièrement exposées aux conséquences des risques sexuels. Les facteurs de risque sont effectivement renforcés par la précarité, l’isolement, les ruptures familiales, les discriminations et les difficultés d’accès aux droits. Pour les femmes en particulier, les situations de violences conjugales sont aggravées par des situations de dépendance par rapport à leur partenaire. La violence liée au genre est un facteur qui augmente l’exposition aux risques de grossesses non prévues et à l’infection VIH. Souvent, elles n’ont pas les moyens de négocier des pratiques sexuelles sûres ou de refuser les rapports sexuels non désirés. Les accueils individuels en chiffres  4176 personnes reçues, dont 86% de femmes  46% concernaient l’interruption volontaire de grossesse  34% portaient sur les violences, notamment conjugales et intra-familiales  20% s’interrogeaient sur leur relation de couple et/ou sur la sexualité.


Les « animations » Porté par le vent de l’éducation populaire qui préconise la prévention et l’information, le Planning, ses bénévoles et ses salarié-e-s, multiplient les interventions partout où sa parole est souhaitée, forums, établissements scolaires, établissements médicaux-sociaux, autres associations. Zoom sur deux programmes originaux : Femmes Santé Citoyenneté

Handicap et alors ?

Depuis plusieurs années, les militant-e-s du planning sont interpellé-e-s par les appels de détresse autour de la question de la virginité (réfection d’hymen, certificats de virginité) provenant en majorité de très jeunes femmes.

Dans la continuation des partenariats déjà mis en place avec une trentaine d’institutions du secteur médico-social, des groupes de paroles ont été proposés à des personnes en situation de handicap physique, psychique ou mental.

Pour avancer avec ces jeunes femmes et petit à petit être en mesure d’apporter des réponses, le Planning 34 a mis en place un projet à deux entrées : - création de groupes de paroles ponctuels ou réguliers dans des structures à caractère éducatif, culturel ou social accueillant des femmes - travail avec les professionnel-le-s.

Pour la majorité des participants, le handicap « porté » - qu'il soit physique, mental ou psychique – est présenté comme une composante importante de l'identité, qui permet d'expliquer et de comprendre ce que l'on est, en relation avec ce que l'on vit. La solitude, la difficulté à faire des rencontres amoureuses ou même des traits de personnalité comme la timidité sont reliés à la situation de handicap.

Auprès de ces derniers planent encore beaucoup de clichés, notamment celui, tenace, qui voudrait que « la sexualité des migrant-e-s serait forcément autre ». Or, la réponse est la même pour toutes les femmes. Toutes vivent dans une société inégalitaire qui fonde les rapports entre les sexes sur la domination du masculin sur le féminin. Cette représentation différenciée et stigmatisante ne peut que parasiter et masquer les demandes, renforçant ainsi les traitements inégalitaires.

Pourtant, la plupart des expériences et vécus relatés ne sont, en eux-mêmes, pas « réservés » aux personnes en situation de handicap. Par exemple, deux femmes handicapées physiques racontent avoir subi des attitudes machistes et sexistes de la part de leurs collègues masculins dans des ESAT où elles étaient les seules femmes. « Quand je suis arrivée à l'APF, j'étais la seule femme en fauteuil ; j'ai ressenti que je n'étais pas à ma place ».

La parole de tous, femmes et hommes, est primordiale pour collectiviser les problèmes, construire les revendications et les réponses collectives et sociales aux injustices, aux violences et aux inégalités.

Un témoignage pour nous rappeler que, quand on est « en situation de féminité », il ne suffit pas d'être en fauteuil pour avoir une place dans le monde du travail ! Les animations en chiffres  392 interventions soit 881 heures de face à face  5 420 jeunes de moins de 25 ans rencontrés  1 216 majeurs et 459 professionnels rencontrés

La formation au Planning Trois types d’actions de formation ont été mises en œuvre cette année : - sur-mesure pour des institutions ou collectivités territoriales qui financent les projets - « auto-financées » pour les formations de base du Planning, Education à la Vie et Conseil Conjugal et Familial - indispensables, mais plus difficiles à monter, pour former bénévoles, salariés et tous ceux qui souhaitent comprendre les enjeux des thématiques portées par le Planning. La formation en chiffres  189 stagiaires  13 formations représentant 89,5 jours  6 formateurs bénévoles ou salariés

L’expérimentation PRODAS 1ere

La expérience de ce programme de développement affectif et social auprès des 16 écoles primaires s’est achevée avec une évaluation externe très positive. La 2e est en cours auprès de plusieurs classes en collège. A terme, nous souhaitons créer les outils nécessaires à la diffusion de ce programme. Les objectifs sont ambitieux et nécessitent implication et engagement de la part des acteurs : un accompagnement égalitaire des filles et des garçons en matière de socialisation, avec un travail de fond sur les questions d’identité, de représentations sociales du féminin et du masculin et de prévention des violences sexistes et sexuelles.  En 2012, le Planning 34 organisera une nouvelle expérimentation auprès d’un nouveau public, les lycéens, grâce au soutien de la Région.


Notre objet social Le Planning familial est un mouvement d’éducation populaire qui œuvre pour le droit à l’information et à l’éducation permanente. Le Planning 34, organisé en association, est membre actif de la Confédération nationale et de la Fédération régionale. Il se donne pour objectif de créer les conditions d’une sexualité vécue sans répression ni dépendance dans le respect des différences, de la responsabilité et de la liberté des personnes. Sa lutte s’inscrit dans le combat contre les inégalités sociales et les oppressions.

Le Planning agit pour le changement des mentalités et des comportements en vue de développer les conditions d’une prise de conscience individuelle et collective pour que l’égalité des droits et des chances soit garantie à toutes et à tous. Il défend le droit à la contraception et à l’avortement, combat contre l’oppression spécifique des femmes et contre toutes formes de discriminations et de violences, notamment sexuelles, dont elles sont l’objet et participe aux luttes qui ont pour but de favoriser l’autonomie des femmes et la promotion de leurs droits. Le Planning familial est un mouvement féministe.

Nos missions  Promouvoir l’accès à l’information pour tous, en situant la sexualité sous tous ses aspects culturels, sociaux, économiques, législatifs et relationnels.

 Créer des lieux d’écoute et de rencontre, afin de diminuer les relations de dépendance dues au savoir, à la hiérarchie et la conformité aux modèles, en favorisant la remise en cause des images sexistes et des stéréotypes sexuels.

 Promouvoir l’accès aux soins en matière de contraception, de prévention et d’interruption volontaire de grossesse.  Participer à la formation de toutes et tous, en particulier de celles et ceux qui sont confrontés dans leur vie professionnelle aux questions liées à la sexualité, en vue de créer des relais d’information.

 Mobiliser et intervenir partout où nous avons la parole pour faire reculer les inégalités. Nos agréments Association nationale d’Education Populaire - Jeunesse et Sport Formation Conseil Conjugal Cohésion Sociale Associations Educatives complémentaires de l’enseignement public Education Nationale

Rejoignez-nous !  Vous souhaitez devenir famille d’accueil pour des jeunes femmes victimes de violences ?  Habitant(e) de Béziers ou Sète, vous êtes partant(e) pour aider à constituer une antenne du Planning dans votre ville ?  Vous êtes résolument féministe ou, tout simplement, vous souhaitez connaître les enjeux du féminisme d’aujourd’hui ?  Vous souhaitez vous impliquer dans les actions de formation et d’information du Planning ?  Vous avez envie d’être informé(e) régulièrement des activités du Planning ?

Contactez-nous !

Le Planning 34 48 bd Rabelais 34000 Montpellier 04 67 64 62 19 leplanning@planning34.org

Permanence régionale d’écoute et d’orientation Contraception & IVG 04 67 99 33 33

www.leplanning34.org

Le rapport d'activité 2011, en 4 pages  

RA 2011 version courte

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you