Page 1

PLANÈTE

ROBOTS

couverture 44V2.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 20:04 Page1

MARS 2030-2040 vers la conquête de Mars

MARS - AVRIL 2017 - NUMÉRO 44

N O U V E L L E S

T E C H N O L O G I E S

D U

F U T U R

DES ROBOTS VONT CONDUIRE NOS TAXIS

LE POINT SUR LA ROBOTIQUE INDUSTRIELLE

L'ESPAGNOL

TALOS AVANT-PREMIÈRE À TOULOUSE

QUELS ROBOTS À LA MAISON EN

2017? LES ASSISTANTS PERSONNELS

planeterobots.com

L 11849 - 44 - F: 5,90 € - RD

BIENTÔT INDISPENSABLES ?

ROBOTS EN ESSAIM LES ROBOTS ROBOTS ENS futurs partenaires Fabriquez votre une intelligence sexuels propre humanoïde partagée


HIGHRH1ST.>.HCf5CHEH�ROTI!CT0R PROrtGE·tCRAN HAUTE Rh1S1ANCE

ORIGINAL Préserve le rendu des couleurs de l'écran

ANTI-LUMIÈRE BLEUE Réduit la fatigue oculaire

CONFIDENTIEL Permet un seul angle de lecture

Voir compatibilités sur WWW.FORCE-GLASS.COM avec Toutes les margues appartiennent à leurs propriétaires respectifs. Téléphone non inclus - iPhone® est une margue enre&istrée par Apple Inc. Samsung® est une margue enregistrée par SAMSUNG Electronics. Force Glass est une margue déposée de Bigben Connected. Visuels non contractuels. Voir conditions sur le site internet www.force-glass.com.


1p edito44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:30 Page1

« La tristesse de l’intelligence artificielle est qu’elle est sans artifice, donc sans intelligence. »

Benoît Falaize, agrégé d'histoire

édito Certains le font au lit, d’autres aux toilettes, moi c’est sous la douche. Je parle de réflexion bien sûr ! C’est ce moment où je suis seul dans ma bulle, sous l’eau bien chaude, le shampoing qui me coule sur les yeux, que j’entame mes plus grandes réflexions. Cela passe par des introspections sur la vie quotidienne, comme des cogitations plus philosophiques. Mais une question me revient très souvent à l’esprit dans la moiteur de ma salle de bain : « Quelle killer app permettra à la robotique de devenir absolument incontournable pour le grand public ? ». Que ce soit pour un ordinateur, une console de jeu ou un smartphone, une killer app (application qui tue) est une application ou un jeu qui devient tellement inévitable qu’il est difficile de s’en passer une fois que l’on a fait sa découverte. C’est comme ça que le premier tableur, VisciCalc, sorti en 1979, fut une véritable révélation pour les entreprises qui l’avaient découvert ! Ce logiciel fut, en partie, l’électrochoc qui démarra l’invasion des micro-ordinateurs dans les bureaux des comptables et des secrétaires. Space Invaders (1978), Breakout (1978) et PacMan (1980) ont produit le même effet sur le marché des jeux vidéo en créant la première vague de consoles de jeux. Finalement, une technologie, même des plus pointues et dont les retombées sur la vie quotidienne peuvent être historiques, n’est qu’une jolie bête de foire tant qu’au moins une killer app n’a pas pointé le bout de son nez ! Aujourd’hui, en robotique de service, nous en sommes là. Si l’on éloigne les robots spécialisés comme les robots aspirateurs et les tondeuses autonomes, le marché des robots compagnons restera probablement de niche tant qu’une application devenue incontournable ne pas sera inventée. Il pourra y avoir autant de Pepper, Buddy, Leenby sur le marché, mais sans l’appli qui change tout, ils resteront dans nos pages et chez quelques amateurs. Je suis persuadé que cette killer app va finir par arriver, ce n’est qu’une question de semaines, de mois ou d’années. Et une fois qu’un petit génie sorti de nulle part l’aura inventée, on se dira que l’idée était pourtant à la portée de tous. Et elle donnera très certainement naissance à de multiples killer apps qui s’en inspireront tout en innovant. La première impulsion sera donnée ! Et sous ma douche, je réfléchis, je réfléchis… Une suggestion, une réaction ? Contactez-nous sur le courrier des lecteurs ! courrierlecteurs@planeterobots.com ■Frédéric

Boisdron

PLANÈTE ROBOTS N°44

I02-03


1p sommaire44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 18:14 Page1

S o mmaire

Mars / avril - N° 44

08 Robots News

ÇA VIENT DE SORTIR Tout ce qu'il faut retenir de ces deux derniers mois dans le monde étrange de la robotique.

14 Le droit des robots

16 L’Imérir et le CFI récompensent ÉVÉNEMENTS

l’innovation au salon Smart Industries

À l’aide de robots Pepper, ces deux écoles se relaient pour faire voter le public.

DOSSIER : POINT SUR LA ROBOTIQUE

20 Robots industriels, de la manipulation des œufs à l’assemblage de scooters

Les usages se diffusent dans tous les univers de production même si le monde automobile domine toujours.

26 Les robots essentiels de la maison ROBOTS DE SERVICE en 2017

Quels robots sont disponibles pour la maison et sont-ils efficaces ?

32 Le robot wiiGO à la conquête des hypermarchés européens

Après une série de démonstrations au Portugal, wiiGO débarque en France. Des bras industriels à usage domestique pour de la petite série.

Planète Robots Édité par Les Éditions d'Acamar, 161, bd Henri-Sellier, 92150 Suresnes. Directeur de la publication Philippe Seban seban@planeterobots.com Rédacteur en chef Frédéric Boisdron boisdron@planeterobots.com

04-05

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

Les programmes des candidats aux présidentielles.

44 Robotique en essaim

RECHERCHE ROBOTIQUE

Vers les droits de l’homme de l’I.A.

36 Dobot M1 et Dobot Magician

38 Votez robot !

ROBOTS AU TRAVAIL

Une intelligence collective pour les robots.

50 De la love doll aux sexbots

À qui sont-ils destinés ? Qu'implique leur mise sur le marché ? En quoi pourraient-ils bouleverser nos modes de vie ?

76 CITE

Une ville fantôme pour tester les technologies de demain.

78 QUANTiNO de nanoFlowcell AG Le premier véhicule à liquide ionique.

81 ChronoDrone

un système de chronophage pour le FPV Racing !

82 Un pas supplémentaire vers la conquête de Mars

Mars 2020 et Rassor, deux nouveaux robots en partance pour la planète rouge.

56 Waymo entre dans la course aux

88 News spatiales

60 Les taxis autonomes tracent leur route

90 News gadgets

voitures autonomes

Google Car change de nom et de stratégie. L’autopartage autonome pourrait à terme remplacer les taxis actuels.

66 Zaven Paré

ROBOTS LUDIQUES De la marionnette électronique aux robots.

70 ORLAN à l'heure des nouvelles technologies Quand la reine de l'art contemporain s'approprie les nouvelles technologies.

72 Les assistants intelligents donnent INNOVATIONS DU FUTUR de la voix

Les ventes d’Amazon Echo se sont envolées en fin d’année 2016, un véritable phénomène de société.

Rédacteurs Lionel Alvergnas, Me Alain Bensoussan, Yanne Boloh, Christelle Boudet, Aurélie Cauchy, Alain Clapaud, Nicolas Denis, Aurélie Gallois, Josèphe Ghenzer, Darine Habchi, Joe Pillow, Screetch et Arthur Vernassière. Secrétaire de rédaction Louise Santonnax Direction artistique Patrick Lusinchi Responsable publicité Cédric CÉLESTIN c.celestin@planeterobots.com +33 (0)146 250 525

L’espace est un nid pour les nouvelles technologies robotiques. Notre sélection de gadgets qui ont retenu notre attention.

98 News concepts

Pas encore des produits, mais des designs dignes d’intérêt.

ROBOTS & MÉDIAS

92 News médias

Quelques idées de lecture ou de cinéma.

94 Cinéma : Ghost in the Shell

La fusion entre l’humain et la machine.

96 News jeux vidéo

Retour de notre rubrique sur les jeux vidéo robotiques.

© 2017 Les Éditions d'Acamar Dépôt légal à parution Diffusion MLP ISSN : 2106-3133 N° de commission paritaire : 0418K90181 Imprimé en Italie La rédaction n’est pas responsable de la perte ou la détérioration des textes, fichiers ou photos qui lui sont adressés pour appréciation. La reproduction, même partielle, de tout matériel publié dans ce magazine est interdite. Une remarque, une idée, une question pour notre rubrique courrier : courrier@planeterobots.com

Vous êtes une société, une association, un particulier, vous désirez nous soumettre un communiqué ou nous proposer un article de votre cru. Nous sommes à l'écoute de vos propositions et de vos candidatures pour intégrer notre équipe. contact@planeterobots.com

Suivez-nous sur : Facebook : facebook.com/planeterobots Twitter : twitter.com/planeterobots Google+ : goo.gl/oASjqN Web : planeterobots.com


© 2017 SCHUNK GmbH & Co. KG

schunk.com/grippers

Pinces SCHUNK. Depuis 1983 La haute technologie d‘un groupe familial

Plus de 4 000 composants standards. La gamme de pinces robustes et durables la plus complète pour toutes les industries et applications de manipulation.

Les nouvelles pinces de préhension SCHUNK PGN-plus-P et PGN-plus-E

Generation Permanent

Avec réserves de graisse intégrées au guidage multi-crans.

Jens Lehmann, gardien de but allemand de légende et ambassadeur de la marque SCHUNK depuis 2012, représente la préhension précise et le serrage fiable. schunk.fr/Lehmann

Pince SCHUNK M ­ PG-plus La pince pneumatique la plus performante pour petites pièces.

Pince SCHUNK EGP La pince électrique alternative parfaite aux pinces pneumatiques pour petites pièces.

Venez nous rendre visite | 04-07.04.2017 | Hall 4 Stand G140

Pince SCHUNK EGA La pince électrique avec motorisation adaptable pour une intégration facile.


2p image-du-mois44.qxp_Mise en page 1 09/02/2017 23:45 Page1

La photo du mois

06-07

I

PLANÈTE ROBOTS N°44


2p image-du-mois44.qxp_Mise en page 1 09/02/2017 23:45 Page2

L

e robot humanoïde iCub est le fruit du consortium RoboCub, composé de plusieurs universités à travers toute l’Europe. Son but principal est d’étudier la cognition robotique (ensemble des processus mentaux). L’ensemble du robot et ses spécifications sont libres et Open Source. Le robot a une hauteur, debout, de 104 cm pour 22 kg et possède 53 degrés de liberté. C’est dans l’université de Lisbonne, au Portugal, qu’Alexandre Bernardino et son équipe développent et étudient l’équilibre du robot. Ils mettent notamment en œuvre l’algorithme de contrôle du corps en régulant les forces entre le robot et son environnement afin de le stabiliser dans la posture souhaitée. © Université de Lisbonne.

PLANÈTE ROBOTS N°44

I06-07


6p news44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 11:46 Page1

ROBOTS

actualités

Pyrene, un humanoïde espagnol en avant-première à Toulouse

s. Robotic © PAL

Le LAAS de Toulouse, centre de recherche émanant du CNRS, travaille depuis 10 ans sur des algorithmes qui permettront aux robots humanoïdes d’être autonomes dans la marche et le maniement de charges. L’équipe Gepetto, au cœur de ces recherches, a travaillé avec différents robots de grande taille, comme le HRP-2 japonais et ses airs de Goldorak. C’est en avant-première que le LAAS reçoit le tout nouveau robot de PAL Robotics, le TALOS, dérivé de la gamme REEM-C de la marque espagnole. Celui-ci dispose de capteurs d’effort au niveau des articulations. Inspiré par la mythologie locale, le robot reçoit comme nom de baptême, Pyrene, du nom d’une amante d’Hercule qui donna son nom à la chaîne montagneuse. ◗

Des images volées d’un nouveau robot révolutionnaire de Boston Dynamics

Gita, un robot chariot suiveur par Vespa

© Piaggio/Vespa.

Le fabricant de scooters Vespa, filiale de Piaggio, semble vouloir se diversifier à l’heure de la robotique. C’est ainsi qu’il a conçu le robot Gita, un robot autonome qui suivra, d’une courte distance, son maître partout dans la rue comme au bureau. Il pourra ainsi transporter ses courses ou ses outils de travail. À l’avenir, il pourrait même acquérir encore plus d’autonomie pour aller faire quelques courses sans avoir besoin de votre présence. En attendant d’être commercialisé, celui-ci devrait être testé quand vous lirez ces lignes dans des espaces hôteliers et des maisons de retraite. Petit problème, quid des escaliers et des trottoirs ? ◗

Hospi de Panasonic en expérimentation sur le terrain

08-09

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

Il n’y a pas que dans la presse people que l’on trouve des images volées dorénavant ! Boston Dynamics, une filiale d’Alphabet/Google développe probablement les robots les plus évolués au monde actuellement comme SpotMini ou Atlas. Le problème actuel des robots comme Atlas est leur fonction bipédique et leur lenteur. Or, un robot sur roues ne pourra pas franchir d’obstacles. La solution, comme celle choisie par le robot français Leena de Cybedroïd, c’est d’avoir un robot bipède mais muni de roues. Handle, c’est son nom, avance sur ses deux pattes, mues par des roues, en équilibre à la manière d’un Segway. Pour passer les obstacles, le robot saute tout simplement pardessus. La dextérité de celui-ci est déjà impressionnante alors que le robot n’est encore qu’en phase de prototypage. ◗

Panasonic travaille déjà depuis un moment sur ses robots de service Hospi (pour Hospitality). L’année 2017 commence bien pour les mises en situation sur Hospi. En début d’année, il distribuait des bouteilles d’eau dans le hall d’un hôtel de Tokyo et annonçait les horaires de l’aéroport voisin (Narita). Fin janvier, il s’occupait déjà de ramasser la vaisselle du lounge du même aéroport afin de les rapporter au comptoir. ◗


6p news44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 11:46 Page2

Wyca a mis au point Keylo, un robot mobile à navigation autonome dont la mission consiste à accueillir les clients dans les centres de self-stockage, les guider dans le labyrinthe des couloirs vers leur box tout en évitant les obstacles et en choisissant le chemin le plus court mais aussi les mettre en relation, lors de leur 1ère visite, avec un opérateur travaillant à distance dans un call center connecté au CRM ou ERP du site de l’entreprise, afin de réserver un box, finaliser leur contrat, leur remettre leur cadenas ou signaler un problème particulier. Un seul opérateur peut ainsi gérer plusieurs robots à distance et rentabiliser des sites de petite taille tout en proposant des horaires d’ouverture plus étendus ainsi qu’une meilleure qualité de la prise en charge du client. Pour l’instant, Wyca s’adresse uniquement à l’industrie du self-stockage mais souhaite ensuite proposer son robot à d’autres secteurs d’activité comme la banque, les centres de soins ou l’hôtellerie. Wyca espère pouvoir vendre 100 robots par an cette année puis 500 robots par an d'ici 2020. Elle ambitionne aussi de s’attaquer en 2018 au marché américain où le selfstockage représente plus de 50000 centres. ◗

Buddy arrive dans le TGV

TIM, le robot qui surveille le tunnel du LHC

© Noemi Caraban/CERN.

Keylo, un robot d'accueil à navigation autonome

Le LHC, le plus grand accélérateur de particules au monde, s’étend tout au long d'un tunnel souterrain circulaire de 27 km. Veiller à ce qu’une structure aussi gigantesque fonctionne parfaitement est un travail particulièrement ardu, c’est pourquoi le CERN s’est équipé de TIM (Train Inspection Monorail), un robot qui a pour tâche d’assurer la surveillance de ce tunnel. Il se déplace à la vitesse de 6 km/h sur un monorail fixé au plafond afin d’effectuer de façon autonome des missions prédéfinies. Grâce aux différents capteurs dont il est doté, il inspecte la structure du tunnel à la recherche

d’éventuels problèmes et relève, en temps réel, diverses données concernant la température ambiante, le taux de radiation, le pourcentage d'oxygène ainsi que la bande passante du système de communication. De plus, il est équipé de caméras classiques et à infrarouge pour fournir aux opérateurs des images du tunnel. Il peut aussi tracter des petits wagons munis d'équipements destinés à accomplir certaines tâches spécifiques qu’il ne peut pas faire. Deux de ces robots sont actuellement dans le tunnel du LHC, en étant toujours prêts à entrer en action. ◗

Un premier barista robotisé installé à San Francisco

Créé par la start-up parisienne Blue Frog Robotics, le petit robot compagnon Buddy pourrait connaître enfin sa commercialisation en début d’année 2017. En attendant, iDTGV, filiale de la SNCF a annoncé que des robots Buddy accompagneront les voyageurs dans les trains gérés par iDTGV. Il devrait être présent à l’embarquement afin de répondre aux questions des voyageurs de manière ludique. Il animera ensuite la voiture bar avec de multiples activités comme des tests ou des fonctions de photographe. De plus, les futurs propriétaires de Buddy pourront accéder à un nouveau service déployé sur ces robots, Buddy Resa, qui permettra, comme son nom l’indique, de faciliter la réservation de billets de train à l’aide du robot. ◗

Généralement cantonné à des « proof of concept », des démonstrations de fabricants de robots industriels sur les salons professionnels, le robot qui vous prépare un petit café est toujours autant un spectacle qu’un réel service. La start-up Cafe X Technologies propose son premier robot Cafe X, basé sur un bras Mitsubishi. Celui-ci est placé dans le hall d’un espace commercial. Pour quelques dollars, vous pouvez commander votre café à distance, depuis votre smartphone, ou bien sur une tablette tactile placée non loin de la machine. Le bras, de type industriel, a accès à deux machines à café de qualité professionnelle et vous prépare l’une des sept boissons que le kiosque propose. Vous avez ensuite 8 minutes pour venir la retirer avec un code à 4 chiffres qui vous a été affiché lors du paiement. ◗ PLANÈTE ROBOTS N°44

I08-09


6p news44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 11:46 Page3

ROBOTS

actualités

Un robot serpent pour aider au démantèlement des centrales nucléaires

© OC Robotics.

Mis au point par OC Robotics, LaserSnake est un bras robotisé très flexible de 4,50 m de long, doté de 2 degrés de liberté à chaque articulation, ce qui lui permet de se faufiler aisément dans toutes sortes d’endroits exigus et difficiles d’accès. Il est actionné à distance par une série de câbles métalliques s’étendant sur toute sa longueur, la tension appliquée sur chacun d’eux permet de contrôler ses différentes articulations. Il est aussi muni de caméras HD et de puissants leds d'éclairage pour faciliter son utilisation. En outre, suivant les besoins, on peut installer divers outils à son extrémité comme par exemple un laser d’une puissance de 5 kW capable de découper d’épaisses plaques d'acier aussi bien dans l'air que sous l'eau. Il a récemment été testé avec succès dans la centrale nucléaire désaffectée de Sellafield, dans le nord de l’Angleterre, où il a été utilisé pour découper une cuve se situant au cœur du réacteur nucléaire. ◗

Des mini robots capables de se déplacer sur les vêtements Une équipe de chercheurs du MIT et de Stanford travaille sur un projet de robots miniatures, baptisés Rovables, capables de se mouvoir librement sur les vêtements grâce à de petites roues magnétiques et d’y grimper verticalement. Ils sont dotés d’une batterie, d’un microcontrôleur et de communications sans fil. Ils disposent aussi d’un système de localisation de faible puissance utilisant des codeurs de roues et une centrale inertielle, ce qui leur permet de se déplacer de façon autonome. Pour l’instant, ils sont capables de fonctionner en continu pendant 45 minutes avant de devoir se recharger. En outre, ils peuvent se configurer de

diverses manières et se disperser selon les besoins de l'utilisateur. Équipé chacun de capteurs, d’un petit écran numérique et d’un système de rétroaction linéaire tactile, plusieurs d’entre eux pourraient œuvrer en essaim afin d’effectuer diverses tâches comme s‘assembler sur le bras d'une personne pour former un écran afin qu’elle puisse regarder une vidéo dans le métro, tapoter sur son épaule lorsqu’elle reçoit un nouvel e-mail ou se regrouper dans son dos pour former une lumière lorsqu’elle roule à vélo. Les chercheurs espèrent, à l’avenir, les miniaturiser encore afin qu’ils atteignent la taille d’un ongle. ◗

Google va livrer une I.A. pour Raspberry Pi

Décidément, , les amateurs de picoordinateurs Raspberry Pi et de robotique vont être encore gâtés. Le Raspberry Pi est un véritable ordinateur à peine plus gros qu’une boîte d’allumettes, capable de faire fonctionner plusieurs systèmes d’exploitation (Linux, RiscOS, AmigaOS/ArOS et bientôt une version allégée de Windows) pour le prix de quelques dizaines d’euros seulement. Cela permet d’équiper un ordinateur de traitement à un robot pour un prix dérisoire tout en ne prenant que très peu de place. Google s’intéresse désormais à cette petite bête et devrait proposer très bientôt une série de logiciels pour le RPI, comme des outils d’apprentissage ou une intelligence artificielle embarquée capable d’analyses prédictives et de connexions avec le Cloud. D’ici là, un éventuel Raspberry Pi de quatrième génération sera peut-être montré! ◗

General Motors et Airbus testent une nouvelle version du RoboGlove Conçu à l’origine grâce à une collaboration de 9 ans entre la NASA et General Motors pour assurer l’installation du Robonaut 2 à bord de l’ISS en 2011, le RoboGlove a ensuite été perfectionné par Bioservo Technologies, une start-up suédoise spécialisée dans le domaine médical, qui lui a adjoint la technologie de son gant SEM (Soft Muscle Extra) afin de développer un nouveau dispositif d'assistance à la préhension destiné à un usage industriel. Le RoboGlove utilise des capteurs de pointe, des actionneurs et des tendons qui sont comparables aux nerfs, muscles et tendons d’une main humaine. Ses capteurs

10-11

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

en polymère sont reliés à une batterie lithium-ion de la taille d’un smartphone. Ce gant robotique permet à son utilisateur d'accroître la force de sa main tout en réduisant la fatigue de ses muscles lorsqu’il manipule un outil avec des mouvements répétitifs pendant une longue période. Bioservo Technologies a déjà passé des contrats avec General Motors et Airbus pour tester ce gant robotique amélioré dans certaines de leurs usines afin de pouvoir l'adapter aux différentes tailles de mains et répondre à diverses questions avant qu’il ne soit fabriqué en série d’ici la fin de l’année. ◗ © General Motors.


6p news44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 11:47 Page4

Une équipe de chercheurs du RoMeLa (Robotics & Mechanisms Laboratory), sous la supervision du docteur Dennis Hong, teste de nouvelles approches pour construire des robots capables de se déplacer aisément, de manière stable et sûre, dans des environnements complexes ou des terrains accidentés. C’est ainsi qu’ils ont conçu un étrange robot au design minimaliste, baptisé BALLU (Buoyancy Assisted Lightweight Legged Unit), dont le corps est composé de trois ballons remplis d'hélium. Quant à ses longues et très fines jambes, elles ne disposent chacune que d’un seul degré de liberté, situé au niveau du genou et elles sont actionnées par des câbles commandés par des petits moteurs, placés au niveau des pieds, où se trouvent également les composants de communication et d’alimentation. BALLU est piloté à distance via une télécommande qui déclenche la flexion de ses jambes. Il est ainsi capable d’effectuer toutes sortes de déplacements comme de marcher en avant, en arrière et de côté, monter ou descendre des escaliers, danser, sauter et même marcher sur l'eau. De plus, il en existe aussi plusieurs autres versions: une quadrupède, une capable de transporter une charge utile et une, dotée d’un corps articulé. ◗

Un robot agile qui saute haut

© UC Berkeley.

BALLU, un étrange robot ballon

Une équipe de chercheurs en robotique de l’université de Berkeley s’est inspirée du galago (un petit primate capable d’effectuer 5 bonds d’affilée en 4 secondes pour réaliser des sauts d'une hauteur combinée de 8,50 m) pour concevoir un robot capable de sauter puis de rebondir sur un mur ou d’enchaîner plusieurs sauts d’affilée sans s’arrêter. Baptisé Salto (Saltatorial locomotion on terrain obstacles), il ne pèse que 100 g, mesure 26 cm quand il est entièrement déployé et est capable de sauter jusqu’à 1 m de haut. La particularité du galago est sa capacité à emmagasiner l'énergie dans ses tendons lorsqu’il est en position accroupie ce qui lui permet de sauter à des hauteurs qu'il ne pourrait pas atteindre avec sa seule force

musculaire. Pour obtenir des résultats similaires, Salto a été équipé d’un moteur électrique qui entraîne un ressort, ce qui lui permet de s’accroupir et d’y stocker de l’énergie. En utilisant une modulation de puissance, il n'a alors pas besoin de marquer un temps d’arrêt avant de resauter. Il est aussi doté d’une queue qui l’aide à contrôler sa direction lorsqu’il est en l’air. La prochaine étape consistera à lui adjoindre une caméra pour analyser son environnement et déterminer les zones les plus propices où prendre appui lors de son saut. Les chercheurs espèrent qu'un jour ce type de robot pourrait être utilisé pour participer à des missions de recherche et de sauvetage. ◗

PLANÈTE ROBOTS N°44

I10-11


6p news44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 11:47 Page5

actualités

© Roborace.

La Roborace se profile à l’horizon

Imaginé par la Fédération internationale de l'automobile, la Roborace est une compétition automobile qui verra s'affronter 10 équipes disposant toutes d’une Robocar, une voiture autonome 100 % électrique mesurant 4,80 m de long par 2 m de large, pour un poids maximal de 1 000 kg et dont le design a été conçu par Daniel Simon. La différence entre les

équipes se fera sur leur travail de programmation de l'I.A. qui pilotera ces bolides capables d'atteindre 300 km/h. Les compétitions de la Roborace se dérouleront dès 2017 sur des circuits urbains en prologue des courses du championnat de Formule E. Afin de permettre aux équipes de développer leur software et de tester le hardware utilisé dans la Robocar, un prototype baptisé DevBot a récemment été testé avec succès sur le circuit de Silverstone en Grande-Bretagne, au Maroc ainsi qu’à Hong Kong. La Robocar sera « pilotée » par un supercalculateur Drive PX2 de NVIDIA embarquant 12 cœurs de 24 téraflops et sera dotée de 5 systèmes de détection lidar, 2 radars de proximité et 2 systèmes de navigation distincts - GPS et GLONASS. Elle sera aussi équipée de plusieurs caméras et d’un moteur électrique. ◗

L’UAV d’Urban Aeronautics a réussi ses premiers essais des différents modes de vol (décollage, montée, accélération, vitesse de croisière, décélération, descente, virages, vol stationnaire et atterrissage) et augmenter sa vitesse ainsi que sa manœuvrabilité. Urban Aeronautics espère le commercialiser en 2020 auprès des armées au prix de 14 millions de dollars. ◗

© Urban Aeronautics

Depuis 15 ans, Urban Aeronautics développe un UAV de 1,5 tonne capable de décoller et d'atterrir verticalement qui pourrait être utilisé pour évacuer des personnes lors de missions de sauvetage dans des environnements urbains étroits et transporter des troupes sur le champ de bataille. Par rapport aux hélicoptères, il a l’avantage d’être équipé de rotors internes ce qui le rend plus sûr lorsqu’il doit voler entre des bâtiments et sous des lignes électriques. Baptisé Cormorant (anciennement AirMule), il peut transporter jusqu’à 450 kg de charge utile et voler à 185 km/h. Il est doté de divers capteurs dont deux altimètres laser, un altimètre radar, des capteurs inertiels et une caméra électro-optique qui sont la base de son système de contrôle de vol. On va aussi lui adjoindre des capteurs d'évitement d'obstacles. En novembre dernier, il a réussi son 1er vol autonome, y compris à basse altitude sur un terrain accidenté. La prochaine étape consistera à améliorer la fluidité des transitions lors

Des essaims de bateaux autonomes pour protéger les navires de la Navy

© ONR

ROBOTS

L’ONR (Office of Naval Research) continue de développer une technologie, baptisée CARACaS (Control Architecture for Robotic Agent Command and Sensing), qui permet à des bateaux autonomes de synchroniser leur action et fonctionner en essaim. De nouveaux tests ont été réalisés, il y a quelques mois, dans la baie de Chesapeake au cours desquels 13 bateaux pneumatiques à coque rigide autonomes ont œuvré de concert pour effectuer diverses manœuvres. C’est ainsi qu’ils ont d’abord patrouillé dans une grande zone puis, lorsqu’un navire inconnu est entré dans cette zone, l’essaim a alors collaboré pour déterminer lequel d’entre eux s’approcherait rapidement du navire inconnu afin de le classifier comme étant inoffensif ou suspect et communiquer avec les autres bateaux autonomes pour l’aider dans la poursuite du navire inconnu pendant que les autres continuaient à patrouiller. Pendant tout ce temps, l’essaim a fourni à distance des infos sur la situation à un superviseur humain. Cette technologie peut être mise dans un kit transportable et installée sur presque tous les navires. À l’avenir, l’ONR espère augmenter le nombre de bateaux autonomes pouvant fonctionner en essaim mais aussi qu’ils puissent collaborer également avec des drones et/ou des sous-marins autonomes. ◗

Le 3D Cocooner fabrique des structures réticulaires bioniques

Le Bionic Learning Network de Festo s’est inspiré de la capacité des araignées à tisser une toile pour attraper leurs proies et celle des chenilles pour se fabriquer un cocon protecteur afin de concevoir le 3D Cocooner, un support technologique bionique qui, à partir d'un fil en fibre de verre de 2 mm d’épaisseur, tisse des formes complexes et stables. Pour être transformé en une structure réticulaire rigide, le fil souple est enveloppé d'une résine spéciale dans la filière. Dès qu’il en sort, une lumière U.V. le durcit avec précision et le transforme en baguette robuste. Le fil peut continuer à être développé à n'importe quel point de la structure ce qui permet de

12-13

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

fabriquer les formes les plus complexes sans aucun support. Comme système de manutention, le 3D Cocooner utilise un tripode vertical EXT-45 qui reçoit les données de position et les signaux de pilotage directement depuis un logiciel d'animation dans lequel est paramétré le modèle 3D de la structure désirée. Le programme propose aussi une représentation visuelle de l'ensemble de la manutention. La planification complète du parcours peut être calculée en direct, simulée visuellement et transmise sans étape intermédiaire aux trajets réels du tripode. Pour l’instant, il est possible de fabriquer des objets mesurant jusqu’à 45 x 30 x 60 cm à la vitesse d'environ 10 mm/s. ◗

© Festo Bionic Learning Network.


6p news44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 11:47 Page6

HTX, un premier concurrent de l’Hyperloop provenant de Corée du Sud

Elon Musk, patron charismatique de SpaceX et Tesla, a lancé le projet Hyperloop en 2013, un train se déplaçant dans un tube à basse pression, à une vitesse supérieure à 1 000 km/h. Il n’a déposé aucun brevet et prône l’Open Source pour sa création. Le mouvement est maintenant bien engagé, Toulouse va même accueillir un centre de recherche sur son développement. La Corée du Sud ne semble pas vouloir suivre exactement les plans d’Elon Musk et vient de signer un partenariat industriel pour créer un projet concurrent, tout en étant très similaire. Hyper Tube Express (HTX) devrait également voyager dans des tubes à basse pression, animé par un système de lévitation et d’attraction magnétique. Il devrait permettre d’emmener une vingtaine de passagers à une vitesse proche de 1 000 km/h. ◗

Le taxi volant autonome d’Airbus pourrait voler dès cette année

Annoncé il y a quelques mois seulement, le projet de navette volante autonome d’Airbus semblait être un projet à long terme pour l’entreprise. Or, l’équipe qui travaille chez Airbus sur le projet Vahana, a annoncé qu’un premier prototype devrait voler avant la fin de l’année. Le premier modèle sera destiné à transporter une seule personne à la fois ou du fret, entre deux hubs, des gares aériennes. Aucun pilote à l’intérieur, l’engin sera entièrement autonome. Le service fonctionnera depuis une application pour réserver un Vahana à un hub, ainsi que pour définir le hub de destination. En cas de problème en vol, l’engin déploiera automatiquement un parachute balistique. ◗

Les voitures Tesla 100 % autonomes fin 2017 ?

Elon Musk, P.-D.G. de Tesla, dévoile une partie du calendrier de déploiement logiciel des fonctions autonomes de ses voitures électriques de dernière génération. Malgré des démonstrations impressionnantes où des voitures Tesla roulent jusqu’à leur destination de façon 100 % autonome, ces mises à jour ne sont pas encore implémentées sur les modèles commercialisés. Pour le moment, les véhicules en circulation, hors du programme de développement, sont assistés seulement sur certaines portions comme les autoroutes par le biais d’Autopilot, le logiciel embarqué. Malgré les quelques accidents (dont un mortel) survenus avec une voiture Tesla en mode Autopilot, le taux d’incidents reste inférieur

de 40 % à la moyenne des voitures conduites par des humains, ce qui n’est déjà pas si mal ! Les modèles de voitures Tesla équipés de puces NVIDIA devraient connaître une première mise à jour d’Autopilot avant juin 2017 permettant de lâcher le volant de bout en bout d’un voyage, simplement en entrant l’adresse GPS de destination. Cette version demandera encore la présence d’un humain au poste de pilotage pour reprendre la main lorsque la voiture le jugera. Il faudra attendre au moins la fin de l’année pour que soit déployée une nouvelle version pour une autonomie totale. Elon Musk espère encore diviser le nombre d’incidents par 10 lorsque la technologie sera mûre. ◗

Les robots seront peut-être poilus à l’avenir

Nous ressentons énormément de sensations au toucher avec nos poils. C’est en partant de cette conclusion que les chercheurs Rongguo Wang et Lifeng Hao ainsi que leur équipe de l’Institut technologique de Harbin en Chine développent une peau synthétique munie de poils. Cette peau artificielle, munie de

poils, permettrait aux robots de ressentir de simples brises ou l’atterrissage d’un minuscule insecte. De plus, cela donne au robot plus de précision sur la densité d’un objet qu’il s’apprête à attraper. Il pourra ainsi adapter la pression pour éviter de lâcher l’objet ou pour ne pas le détruire. ◗ PLANÈTE ROBOTS N°44

I12-13


2p juridique44.qxp_Mise en page 1 09/02/2017 23:50 Page1

Le Droit des robots

VERS LES DROITS DE L’HOMME DE L’I.A.

L’intelligence artificielle est là. Il lui faut désormais un cadre juridique.

LE PARLEMENT EUROPÉEN S’EST EN EFFET SAISI DE LA QUESTION. LES

LES DROITS DE L’HOMME DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE La France qui est aujourd’hui reconnue pour avoir exporté ses droits fondamentaux de l’homme et du citoyen, le sera demain, pour ses droits de l’homme numériques et du cybercitoyen. Nous pouvons rêver à la création de droits de l’homme de l’intelligence artificielle qui marqueraient l’avènement d’une profonde mutation de la société (1).

LA PERSONNE ROBOT Les robots doivent pouvoir être dotés d’une personnalité juridique singulière afin d’être considérés comme des « personnes électroniques » qui, selon la députée luxembourgeoise Mady Delvaux « seraient dotées de droits et de devoirs, y compris celui de réparer des dommages causés à autrui » (2). Le Parlement européen s’est en effet saisi de la question. Les députés européens viennent de remettre un rapport intitulé « Règles de droit civil sur la robotique » dans lequel ils envisagent la mise en place d’un cadre légal à l’échelle européenne. Parmi les propositions figure celle de faire des robots des « personnes électroniques » soumises au droit civil. La nécessité de doter le robot intelligent d’un statut juridique inédit se fait plus pressante. II s’agit non seulement d’exprimer une catégorisation inédite entre les personnes (physiques ou morales) de cet être artificiel qu’est le robot, mais également de regrouper dans un cadre juridique homogène les droits communs et spéciaux applicables à cette nouvelle catégorie qui

14-15

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

DÉPUTÉS EUROPÉENS VIENNENT DE REMETTRE UN RAPPORT INTITULÉ « RÈGLES DE DROIT CIVIL SUR LA ROBOTIQUE » DANS LEQUEL ILS ENVISAGENT LA MISE EN PLACE D’UN CADRE LÉGAL À L’ÉCHELLE EUROPÉENNE. PARMI LES PROPOSITIONS FIGURE CELLE DE FAIRE DES ROBOTS DES « PERSONNES ÉLECTRONIQUES » SOUMISES AU DROIT CIVIL.

dépassera bientôt l’humain sur bien des aspects grâce à l’intelligence artificielle. Les robots pensent, prennent des décisions et vivent désormais à nos côtés tout comme

les algorithmes. Ils sont partout (école, usine, entreprise, domicile, etc.). La première priorité va être de mettre en place un système d’identification des robots – logiciels comme physiques – avec une forme d’état civil des personnes robots. La seconde priorité sera de repenser la responsabilité en « biphase asymétrique » dans laquelle le robot est, par principe, responsable à l’égard de la victime et, seulement présumé responsable lorsqu’il a fait l’objet d’une certification (sous réserve des cas de fraude). La troisième priorité va être d’élaborer un régime d’assurance adapté car il est impensable que l’on ne puisse pas indemniser les victimes de dommages occasionnés par un robot. Enfin, si l’on parle d’une personne robot avec une responsabilité, une assurance, en tant que personnalité juridique singulière, il faudra également intégrer le concept de dignité numérique des robots. La dignité numérique peut se définir comme l’interdiction de porter atteinte à la dignité

Avec la cobotique, l’humain et le robot sont amenés à travailler de plus en plus dans le même espace.


2p juridique44.qxp_Mise en page 1 09/02/2017 23:50 Page2

par Alain Bensoussan avocat technologue, spécialiste du droit des technologies avancées www.alain-bensoussan.com

Tout robot devra avoir un bouton physique pour le stopper et pouvoir en reprendre le contrôle à tout moment.

La députée luxembourgeoise Mady Delvaux pousse à la création d’un statut de « personne électronique » pour les robots et les intelligences artificielles.

L’ensemble des robots, comme ce Baxter, en contact avec des humains, devront sauvegarder l’historique de leurs actions, tout en préservant l’intimité de son propriétaire. Un exercice qui pourrait être difficile.

humaine via l’intelligence artificielle. On ne doit pas autoriser les pratiques que permettraient l’I.A. dès lors qu’elles seraient contraires à la dignité, droit fondamental. LA COHABITATION HOMME/ROBOT Une fois le robot reconnu en tant que personne, il va falloir apprendre à vivre avec lui

en conjuguant homme et robot. Concrètement, il faudra poser certaines règles en tenant compte des principes éthiques posés par les lois d’Asimov (3) : un robot ne doit pas mettre en danger un humain. La cohabitation nécessitera d’inventer de nouvelles relations contractuelles pour gérer les échanges au sein d’un contrat dit

« nommé » dans lequel seront pris en compte la conception, la conformité, la certification, la garantie et la propriété car les contrats actuels sont inapplicables à l’intelligence artificielle. Pour cohabiter avec un robot, il faudra également assurer la traçabilité de ses actions majeures et mineures, suivant la logique des boîtes noires dans le domaine aéronautique. C’est la base indispensable à la prise en compte de toute responsabilité. Cela ne devrait pas poser de difficulté si ce n’est qu’en traçant les actions du robot, on trace également celles de son utilisateur. Il faudra donc trouver un point d’équilibre entre la traçabilité au regard de la protection et l’anonymat au regard de la protection des données personnelles. Enfin, les problématiques juridiques liées à l’interaction homme et robot vont dépendre en grande partie du niveau d’interactions. Tant que la coopération se limite à une assistance de type, prothèses intelligentes ou robots chirurgicaux, le recours aux dispositifs juridiques classiques demeurera opérationnel. La frontière va être délimitée par la prédominance du robot ou de l’homme, en mode réaction d’urgence ou attente de la reprise pour agir (4). Il faudra en effet prévoir l’obligation d’un mécanisme d’arrêt d’urgence physique (bouton d’arrêt) ou logique (à partir d’un smartphone ou d’une commande vocale) pour permettre à l’homme d’avoir à tout moment, le contrôle du robot. L’autonomie du robot (mobilité et décision) commande l’exigence d’un tel mécanisme d’arrêt d’urgence afin d’éviter d’éventuels accidents. Les droits de l’homme de l’I.A. sont une réponse aux risques que peut engendrer l’intelligence artificielle. ●

(1) Audition publique sur l’intelligence artificielle (OPECST), Sénat 19 janvier 2017. (2) « Règles de droit civil sur la robotique », Rapport européen adopté le 12 janvier 2017. (3) Cf. notre article paru dans Planète Robots n°33 - mai-juin 2015. (4) A. Bensoussan, J. Bensoussan, « Droit des robots », Ed. Larcier juin 2015, cf. chapitre 5.

PLANÈTE ROBOTS N°44

I14-15


Événements

2p imerir.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 12:53 Page1

L’Imérir et le CFI

D

récompensent l’innovation au salon Smart Industries Dans le cadre du dernier salon Smart Industries l’Imérir (Institut méditerranéen d'étude et recherche en informatique et robotique) et le CFI se sont associés à ERM Automatismes pour proposer aux organisateurs du salon une animation afin de récompenser les exposants du salon les plus innovants. Ce partenariat a été reconduit dans le cadre du dernier Mini Maker Faire de Perpignan, ERM Automatismes faisait donc partie des Makers.

epuis plusieurs années, l’Imérir et le CFI (Centre des formations industrielles de la CCI Paris Îlede-France) développent des partenariats avec des entreprises, des constructeurs et des éditeurs pour proposer à leurs élèves des formations en phase avec le terrain. C’est ainsi que l’on retrouve de nombreux partenaires liés à la robotique industrielle (Stäubli, KukaRobotics, Fanuc, Novalynx, etc), mais également la robotique de service (Naïo Technologies, Softbank Robotics, Cybedroïd, Génération Robots, Evotion, Hoomano, etc). L’intelligence artificielle, la cybersécurité, les objets connectés et l’impression 3D ne sont pas en reste avec des partenaires comme IBM, Orange, ANSSI, SISSE, Selecom, Pyrescom ou Open Edge. Enfin, Imérir et le CFI ont également des liens avec des clusters et des réseaux d’entreprises comme Ro-

16-17

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, L’IMÉRIR ET LE CFI (CENTRE

DES FORMATIONS INDUSTRIELLES DE LA CCI PARIS ÎLE-DEFRANCE) DÉVELOPPENT DES PARTENARIATS AVEC DES ENTREPRISES, DES CONSTRUCTEURS ET DES ÉDITEURS…

botics Place, FrenchSouth.digital, DigitalPlace, G16 ou SYMOP.

DEUX ÉCOLES QUI FORMENT LES JEUNES AUX MÉTIERS DE DEMAIN L’une est en région parisienne, près de Versailles, et l’autre à Perpignan entre la mer Méditerranée et les Pyrénées. Ces deux écoles travaillent ensemble pour préparer les étudiants à appréhender les métiers de demain. Les formations proposées par l’Imérir et le CFI permettent d’accéder à un large panel de métiers de l’informatique appliquée aux hautes technologies : informatique industrielle et d’entreprise, robotique industrielle, robotique de service. Lors du dernier salon Smart Industries, à Paris, du 6 au 9 décembre dernier, les deux écoles se sont associées à ERM Automatismes afin de récompenser trois sociétés innovantes qui exposaient sur le


2p imerir.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 12:53 Page2

Mini Maker Faire Perpignan 2017

Objectif atteint au Mini Maker Faire, donner envie d’apprendre à le faire soi-même. Ici, une véritable borne d’arcade Do it yourself !

L’Imérir et le FabLab de Perpignan (Squaregolab) ont renouvelés le Mini Maker Faire de Perpignan, le samedi 28 janvier dernier, pour une seconde session. Objectifs des étudiants et exposants : transmettre le goût du Do it yourself (Fais-le toi-même), d’éveiller la curiosité, donner envie aux visiteurs de créer à leur tour et de devenir euxmêmes des Makers. Le rendez-vous avait lieu dans les locaux du campus CCI Sud Formation. Et les objectifs semblent avoir été atteints dès cette seconde édition. En effet, en une journée, l’école supérieure de robotique et d’informatique de la CCI de Perpignan a su rassembler plus de quarante stands et ateliers d’inventeurs passionnés de nouvelles technologies : robots humanoïdes, robots mobiles, drones, visions 3D, lasers, simulateurs de vaisseau spatial, réalité augmentée, impression 3D, prototypes industriels et autre objets connectés pour smartphones. La journée a été ponctuée de démonstrations, débats et conférences. Avec le succès de cet événement, le rendez-vous est déjà pris pour 2018 avec une troisième édition : les 26 et 27 janvier, à noter sur vos tablettes !

L’équipe de robots Pepper incitant le public du salon Smart Industries à venir voter pour les premiers SmartIndustries Awards.

Résultats des premiers SmartIndustries Awards lors du salon Smart Industries

Ce qui attire les visiteurs d’un salon sur le stand d’une école, ce sont les robots ! Une tête d’Aria de Cybedroïd et un Pepper de Softbank Robotics et vous êtes sûr de faire braquer tous les yeux vers vous !

salon. ERM Automatismes propose des solutions et prestations d'études techniques dans quatre domaines : didactique, robotique, fabrication et test de prototypes, énergies. Cette collaboration Imérir/CFI/ERM-Automatismes a consisté à développer pour les organisateurs du salon Smart Industries une application de vote pour 3 robots Pepper qui ont circulé pendant toute la durée du salon. Il a été également développé une application mobile qui était disponible sur les tablettes tactiles à l'entrée du salon. Les élèves de l’Imérir qui assuraient la gestion des robots ont pro-

posé à plus de 500 visiteurs de voter depuis l'application disponible sur Pepper. ■Joe Pillow

Le Smart branché Valorise une société connectée qui est ouverte aux autres. Elle est prête à dialoguer avec tous les autres offreurs de produits et services, tout en étant sécurisée. Vainqueur : SAP Le Smart visionnaire Récompense une entreprise qui a eu l'audace de vous projeter en 2030, voire au-delà. Elle a été suffisamment didactique, et vous a montré et démontré l'impact du digital sur l'industrie. Vainqueur : B&R Automation Le Smart coup de cœur Gratifie les efforts d'un exposant qui vous a donné envie de retourner sur son stand en fin de journée. Après avoir vu la majorité des stands, c'est celui qui vous aura marqué, votre coup de cœur. Vainqueur : Siemens

PLANÈTE ROBOTS N°44

I16-17


2p intro-dossier44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 12:02 Page1

Dossier

18-19

I

Point sur la robotique industrielle

PLANÈTE ROBOTS N°44


2p intro-dossier44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 12:02 Page2

L

a robotique industrielle est en pleine évolution. Autrefois cantonnée à une cage de protection, le robot vient désormais travailler avec l’humain sur une tâche commune. Le robot devient collaboratif (cobot). À côté de cela, le robot industriel sort une nouvelle fois de sa cage, symbolique cette fois, pour entrer dans des domaines où l’on ne pensait pas forcément l’employer par le passé. Ici, deux bras robots industriels MOTOMAN dans les locaux de l’équipe de la SSPD de la NASA. La SSPD (Satellite Servicing Project Division) vise à simplifier les futures missions d’entretien et de réparation de satellites in situ. Le robot de droite simule une cible mouvante à atteindre tandis que le gauche s’apprête à s’ajuster en conséquence pour un rendez-vous spatial. PLANÈTE ROBOTS N°44

I18-19


Dossier Point sur la robotique industrielles

5p robots industrielles.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 15:30 Page1

Robots industriels de la manipulation des œufs à l’assemblage de scooters

A

Planète Robots entame sa huitième année. Les technologies ont largement évolué les précédentes années et la période qui suit sera encore plus riche en nouveautés technologiques, les avancées des uns entraînent les avancées des autres. Il est difficile de savoir, ne serait-ce que dans les grandes lignes, sur une seule année, 2017 en l’occurrence, mais nous allons tenter de dresser un portrait des grandes avancées technologiques de 2017.

vec délicatesse tout en respectant la cadence industrielle, la robotisation concerne même les œufs. Ainsi, à la Bazoge, près du Mans (72), se trouve le plus gros centre de conditionnement d’œufs alternatifs de France (label rouge, bio, plein air). Ici, la CAFEL (Coopérative Agricole des Fermiers de Loué) a choisi d’investir dans quatre robots Moba MR30 de mise en caisse des boîtes en plus des deux robots de palettisation Fanuc M-410 dont disposait déjà le site. « Pour répondre à la croissance du marché de l’œuf alternatif, les quatre robots de mise en caisse

20-21

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

des boîtes d’œufs permettent de gagner deux personnes par poste qui sont redéployées dans les autres ateliers. » précise le directeur Bernard Mousset. Plus loin, à la Ferté-Bernard (72), dans un tout autre domaine, Delta Composants est en cours d’intégration d’un second robot. « Nous construisons beaucoup de nos machines nous- mêmes, ici nous intégrons un robot dans un ensemble que nous avons conçu. Il vient mesurer avec précision, par laser, la taille des pièces métalliques que nous produisons avant l’usinage des extrémités au micron près. » détaille Guillaume Taffin, le directeur général de l’entreprise spécialisée dans la transfor-

mation du fil et des bandes métalliques, de l’usinage des matériaux plats et de la microperforation.

UNE DIFFUSION DANS TOUTES LES STRATES INDUSTRIELLES La robotisation industrielle n’est en effet plus réservée qu’aux seules grandes entreprises. Elle se diffuse dans l’ensemble du tissu industriel. En termes de secteurs, la principale progression se trouve désormais liée à l’industrie « générale » (+33 %), particulièrement l’électronique, l’industrie des métaux, la chimie et l’industrie de la plasturgie. Les ventes dans l’univers automobile,


5p robots industrielles.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 15:30 Page2

Robot de palettisation Fanuc M-410, sur le site de mise en caisse des œufs du Mans.

LA ROBOTISATION INDUSTRIELLE N’EST EN EFFET PLUS RÉSERVÉE QU’AUX SEULES GRANDES ENTREPRISES. ELLE SE DIFFUSE DANS L’ENSEMBLE DU TISSU INDUSTRIEL. EN TERMES DE SECTEURS, LA PRINCIPALE PROGRESSION SE TROUVE DÉSORMAIS LIÉE À L’INDUSTRIE « GÉNÉRALE ».

Quatre robots Moba MR30 qui mettent des œufs en caisse délicatement, près du Mans.

principal acheteur de robots industriels, se sont un peu ralenties après une croissance continue de 5 ans : aujourd’hui, 70 % des robots en fonctionnement travaillent dans ce secteur. Les USA ont joué un rôle de leader dans le déploiement de la robotisation pour la construction automobile depuis 2005. Les principaux constructeurs américains, européens et japonais ont engagé alors de profonds remaniements industriels qui se sont traduits par l’installation de quelques 80 000 robots industriels sur la seule période 2010-2015. Cette industrie est par ticulièrement intéressée par trois principaux types de robots. Elle regarde en premier lieu les robots collaboratifs qui permettent d’avoir un opérateur humain dans leur environnement sans problème de sécurité et plus généralement tous les développements pour diminuer les contraintes de cohabitation en gardant PLANÈTE ROBOTS N°44

I20-21


5p robots industrielles.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 15:30 Page3

Une usine de demain Le Boston Consulting Group vient de lancer son centre d’excellence, l’ICO (Innovation Center for Operation) sur le plateau de Saclay.

© Valérie Jouffray.

Fin septembre 2016, une usine d’un nouveau type ouvrait sur le plateau de Saclay (91) au cœur d’un territoire bouillonnant intellectuellement. L’Innovation Center for Opérations (ICO) du Boston Consulting Group est en effet une usine pilote pour accélérer la transformation digitale des industriels. L’écosystème du plateau de Saclay mêle acteurs académiques (Centrale Supélec), start-up technologiques françaises (Braincube, Surycat, iObeya, Metron, Diota, Mesotechniq,etc), des groupes internationaux spécialisés (Kuka, Infeeny/Econocom, Fanuc, Universal Robot, Tulip) et des majors (Dassault Systèmes, Microsoft). À l’époque, Olivier Scalabre (directeur associé senior et responsable de l’expertise opérations pour l’Europe) expliquait le choix de cette implantation en France. « Dans les prochaines années, l’industrie 4.0 va profondément modifier l’équilibre de la production mondiale en permettant de relocaliser les usines au plus près des consommateurs avec des unités de production plus petites, plus agiles et plus respectueuses de l’environnement. Aujourd’hui, des pays qui, comme la France, subissent la désindustrialisation, ont ainsi une opportunité unique de reconstruire un avantage compétitif. À la condition d’avoir la bonne vision et de faire les bons choix d’investissements en termes de technologies et de méthodes de production. » Sur 1 200 m2, avec deux lignes de production grandeur nature (assemblage de scooters, production de bonbons), le centre veut ainsi permettre aux clients du BCG d’étudier très concrètement l’impact des nouvelles technologies de production sur la performance des opérations : robotique avancée mais aussi analyses de données, réalité augmentée, Internet industriel… Début 2017, il s’est aussi engagé dans un projet de cybersécurité pour que les robots soient également protégés.

Le BCG ouvre à Saclay l’ICO, une usine école pour l’industrie du futur.

une sécurité optimale. Autre piste d’innovation, les assistances opérateurs, genre un exosquelette, pour réduire la pénibilité des postes incluant la manipulation de fortes charges. Enfin, les applica-

22-23

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

L’usine Tesla Factory en Californie emploie plus de 160 robots spécialisés, incluant 10 des plus grands robots du monde.

tions avec vision intégrée au robot se développent, par exemple pour le dévracage des pièces. De façon générale, les sociétés qui produisent les robots se concentrent sur ces éléments de collaboration homme/machine, ainsi que sur des applications simples et des robots légers. S’y ajoutent les robots à deux bras, les solutions mobiles et l’intégration de robots dans les environnements existants. Les robots modulaires et les systèmes robotisés devraient connaître un intérêt soutenu car ils peuvent être commercialisés à des prix compétitifs. Les sous-jacents ne sont pas seulement l’augmentation des cadences ou la réorganisation d’une ligne mais de plus en plus le gain en flexibilité sans augmentation des coûts ou perte de productivité. DEUX FOIS PLUS DE ROBOTS EN TROIS ANS D’ici 2019, plus de 1,4 million de nouveaux ro-

D’ICI 2019, PLUS DE 1,4 MILLION DE NOUVEAUX

ROBOTS INDUSTRIELS SERONT INSTALLÉS DANS LES USINES PARTOUT DANS LE MONDE EXPLIQUE LA FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE LA ROBOTIQUE (IFR) DANS SON RAPPORT WORLD ROBOTICS REPORT 2016. IL EN EXISTE DÉJÀ UN PEU PLUS DE 1,6 MILLION…


5p robots industrielles.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 15:30 Page4

Robots industriels, de la manipulation des œufs à l’assemblage de scooters

Le KUKA flexFELLOW est un système de robot collaboratif transporté sur une base mobile. Il peut ainsi être déplacé à tout moment pour prendre une nouvelle tâche à son compte.

puissance dominante reste la Chine : même si elle ne compte que « seulement » 29 robots pour 10 000 salariés, elle devrait héberger 40 % des robots industriels à elle seule en 2019 toujours selon l’IFR. Les cinq principaux producteurs de robots industriels représentent 75 % des ventes : la Chine, la

LES CINQ PRINCIPAUX

bots industriels seront installés dans les usines partout dans le monde explique la Fédération internationale de la robotique (IFR) dans son rapport World Robotics Report 2016. Il en existe déjà un peu plus de 1,6 million en fonctionnement : leur nombre devrait donc quasiment doubler dans les trois prochaines années. En 2016, les ventes de robots industriels ont progressé de 14 % dans le monde, les données étant du même ordre que l’année précédente (+15 %) et les perspectives envisagent un minimum de +13 % par an d’ici 2019. Pour assurer cette progression, les entreprises qui produisent des robots ont entrepris de vastes programmes d’investissement pour accroître leurs capacités. La majorité des sociétés européennes ont construit des usines de grande taille aux USA et en Chine. Dans la course à la robotisation, l’Union européenne est bien pourvue : elle tient la tête en « densité ». En effet, elle compte la moitié des pays les plus robotisés du monde, l’Allemagne en tête (201 robots/10 000 salariés). Toutefois, la

PRODUCTEURS DE ROBOTS INDUSTRIELS REPRÉSENTENT 75 % DES VENTES : LA CHINE, LA CORÉE DU SUD, LE JAPON, LES ÉTATS-UNIS ET L’ALLEMAGNE. LA PRODUCTION DE ROBOTS DANS LA SEULE CHINE DÉPASSE L’ENSEMBLE DE LA PRODUCTION EUROPÉENNE.

Corée du Sud, le Japon, les États-Unis et l’Allemagne. La production de robots dans la seule Chine dépasse l’ensemble de la production européenne. Dans l’Union européenne, l’Italie est le second producteur après l’Allemagne et arrive en 7e position mondiale. Quant à la France, avec un peu plus de 3 000 robots vendus en 2015, elle progresse doucement (+3 %) et se fait doubler par l’Espagne qui explose littéralement avec 3 800 robots par an (+60 %). L’Hexagone possède cinq fois moins de robots que l’Allemagne, deux fois moins que l’Italie. Pourtant, elle veut revenir dans

la course en déployant des initiatives collectives (voir encadré Boston Consulting Group). Le producteur Stäubli, dont la moitié des 4 500 collaborateurs sont basés en France, a ainsi reçu mi-2016 une délégation de l’ANIA (Association des Industriels de l’Agroalimentaire). Pour Françoise Gorga (directrice recherche et innovation) de l’ANIA qui encourage les industries alimentaires à saisir les opportunités de la robotique, la valeur ajoutée des robots pour ce secteur est diverse : réduction des stocks d’encours, suppression des postes à fort risque de troubles musculo-squelettiques, réduction des coûts de maintenance, réduction des pertes matières, maîtrise plus facile de l’hygiène, flexibilité de la production… Depuis 2010, la demande pour des robots industriels s’est partout fortement accélérée grâce à l’automatisation et aux progrès technologiques dans l’industrie des robots. L’Asie, y compris l’Australie et la Nouvelle Zélande, reste le secteur géographique le plus porteur et bat des records de croissance chaque année avec plus de 160 000 robots nouveaux en 2015. L’Europe se place en seconde position au niveau mondial et enregistre également de nouveaux records, dépassant 50 000 nouveaux robots par an. C’est l’Europe centrale et de l’Est qui se réservent la plus forte

Qu’est-ce qu’un robot industriel ? Un robot industriel, au sens de la norme Iso 8373, est un manipulateur programmable à buts multiples, sur trois axes ou plus, reprogrammable et à contrôle automatisé qui peut être fixe ou mobile, utilisé dans des applications industrielles automatisées. La notion de « reprogrammation » implique que ses mouvements ou ses fonctions auxiliaires peuvent être modifiés sans altération c’est-àdire sans montage/démontage d’éléments physiques. PLANÈTE ROBOTS N°44

I22-23


5p robots industrielles.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 15:31 Page5

Robots industriels, de la manipulation des œufs à l’assemblage de scooters

CONTRAIREMENT À UNE PENSÉE ASSEZ COMMUNE, LA

© Javier Larrea.

La Chine, ici chez Foxconn, est le pays qui produit le plus de robots industriels mais également le pays le plus équipé.

L‘heure est à la robotique collaborative, pas au remplacement.

24-25

ROBOTISATION NE SE TRADUIT PAS FORCÉMENT PAR UNE RÉDUCTION DE L’EMPLOI SALARIÉ. AINSI, L’EMPLOI DANS L’INDUSTRIE AUTOMOBILE A AUGMENTÉ DE 2,5 % ENTRE 2010 ET 2015 EN ALLEMAGNE ALORS QUE SON PARC DE ROBOTS OPÉRATIONNEL AUGMENTAIT DANS LE MÊME TEMPS DE 3 %.

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

progression des achats de robots dans l’Union européenne, avec +25 % en 2015, +29 % en 2016 et une croissance moyenne prévue de 14 % par an d’ici 2019. Les deux leaders de cette croissance sont la République tchèque (+40 % par an depuis 2010) et la Pologne (+26 % en moyenne annuelle sur la même période).

Les robots collaboratifs (cobots), comme ceux d’Universal Robots, devraient prendre peu à peu le pas sur les robots industriels conventionnels, « en cage ».

NE PAS CONFONDRE ROBOTISATION ET PERTE D’EMPLOIS Contrairement à une pensée assez commune, la robotisation ne se traduit pas forcément par une réduction de l’emploi salarié. Ainsi, l’emploi dans l’industrie automobile a augmenté de 2,5 % entre 2010 et 2015 en Allemagne alors que son parc de robots opérationnel augmentait dans le même temps de 3 %. L’institut néerlandais Zew (Utrecht) a sur ce point livré une étude très significative mi-2016 : « L’automatisation permet aux compagnies de réduire leurs coûts de production et au final de réduire leurs prix de vente, ce qui élargit leur clientèle car plus de personnes peuvent avoir accès aux biens vendus. » expliquent les chercheurs. Si, durant la période 1999-2010 la robotisation a effectivement détruit des emplois dans l’Union européenne (9,6 millions d’emplois), le boom de la demande internationale en biens de consommation a, depuis, renversé la tendance. L’Union européenne a en effet gagné 8,7 millions en raison de l’augmentation de la demande de consommation. Il n’est pas question de simplement dire que l’innovation technologique n’a pas d’impact, mais les chercheurs incitent donc à voir les choses avec une focale plus large que la seule disparition d’emplois manufacturiers. ■Yanne Boloh


Hello Industrie 4.0 �we go digital Marchés volatiles, accélération des cycles d’innovation technologique, pénurie des matières premières, augmentation des coûts énergétiques et tendance croissante à la personnalisation de masse : sans aucun doute, l’économie globale se trouve en pleine mutation. En tant que précurseurs et pionniers de l’Industrie du futur, nous réalisons déjà, en collaboration avec nos clients, des processus de fabrication entièrement numérisés et travaillons sur la création des solutions de production flexibles qui repoussent les limites entre le monde numérique et le monde réel.

www.kuka.com www.generationkuka.fr

KUKA_Industrie_futur_220x297_juillet16.indd 1

07/02/2017 15:53:24


Robots de service

5p robots maison.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 15:42 Page1

Les robots essentiels de la maison en 2017

A

Lorsque nous avons lancé le magazine Planète Robots en 2009, nous commencions à apercevoir le début de l’introduction des robots dans les foyers. Ce sont les robots jouets, principalement de la marque WowWee, les robots aspirateurs Roomba d’iRobot, quelques robots tondeuses et le Nabaztag qui commençaient cette révolution. Et aujourd’hui, bientôt huit ans plus tard, qu’en est-il ?

utant, en 2009, les lecteurs de Planète Robots passaient pour de doux rêveurs voire des illuminés, autant aujourd’hui, les propriétaires de robots et autres objets connectés sont tout ce qu’il y a de plus banal. Les robots ne sont pas encore entrés massivement dans les foyers, mais c’est une tendance désormais ancrée et exponentielle. Si l’on n’est soimême pas forcément propriétaire d’un tel appareil, chacun a dans son entourage au moins une personne qui possède un robot aspirateur ou un drone.

26-27

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

C’est donc le moment de rappeler, peut-être aux nouveaux lecteurs (au nombre toujours grandissant), ou aux curieux qui feuilletteront ce magazine dans une salle d’attente ou chez un ami, de découvrir les principaux robots que l’on peut avoir chez soi et ce que cela apporte dans un foyer.

ROBOT ASPIRATEUR Le principe des robots aspirateurs existe depuis les années 80, mais c’est le Roomba d’iRobot qui popularisera ces robots à par tir de 2002. Pendant longtemps, le robot aspirateur était le premier robot qui entrait dans la maison, remplacé

maintenant par le drone. Son principe est simple, il consiste en un petit aspirateur, sans sac, assez bas pour pouvoir passer sous les meubles et les lits. Il se déplace de manière autonome dans la pièce, voire dans la maison toute entière, et aspire la poussière sur le sol, le long de son passage. Une ou plusieurs petite balayettes, situées sur le côté, complètent généralement le robot afin de récupérer les poussières le long des murs, des meubles et dans les angles. Les robots aspirateurs d’aujourd’hui ne fonctionnent plus de manière aléatoire, ils embarquent une véritable intelligence artificielle pour être sûrs de passer


5p robots maison.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 15:42 Page2

Méconnus, leurs propriétaires vouent pourtant souvent un culte à leurs robots litières, tellement ils apprécient de ne plus faire cette tâche eux-mêmes. Ici, le nouveau modèle de Litter Robot.

LE PRINCIPE DES ROBOTS

En attendant les robots compagnons comme ce Loomo de Segway, d’autres robots sont déjà disponibles pour la maison et ils sont déjà très efficaces.

ASPIRATEURS EXISTE DEPUIS LES ANNÉES 80, MAIS C’EST LE ROOMBA D’IROBOT QUI POPULARISERA CES ROBOTS À PARTIR DE 2002. PENDANT LONGTEMPS, LE ROBOT ASPIRATEUR ÉTAIT LE PREMIER ROBOT QUI ENTRAIT DANS LA MAISON, REMPLACÉ MAINTENANT PAR LE DRONE.

partout. Ils sont généralement accompagnés de capteurs, radars ou de caméras pour pouvoir car tographier en temps réel la pièce, voire la maison entière, dans laquelle ils vont travailler. Ils sont généralement programmables, soit depuis une télécommande, soit depuis une application sur son smartphone, afin de désigner les jours et les heures de nettoyage à l’avance.

À savoir : il faut souvent se méfier des robots aspirateurs à moins de 200 euros, mais également de ceux dépassant les 600 ou 800 euros. Ces derniers jouent sur leurs marques sans rien appor ter de plus, face à un robot au prix plus correct. Quand un robot passe l’aspirateur dans votre foyer, vous pouvez faire totalement autre chose, voire être ailleurs ! Ici le Neato Botvac Connected et sa haute puissance d’aspiration.

Échelle de prix : de 100 à 1 500 euros, la bonne fourchette étant de 350 à 600 euros. Efficacité : dépend du robot, mais d’une manière PLANÈTE ROBOTS N°44

I26-27


5p robots maison.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 15:42 Page3

générale, ils font leur travail correctement. Intérêt : très important, c’est difficile de revenir au balai si votre robot est en panne.

ROBOT SERPILLIÈRE Arrivés après les robots aspirateurs, ils en reprennent le principe de déplacement, mais remplacent la partie aspirante par un système de nettoyage automatisé des sols. Ce ne sont pas des robots aspirateurs, même si certains possèdent une fonction intégrée, il est préférable de passer un coup de balai avant de faire travailler votre robot serpillière sinon il sera très vite sale et les poils de chiens et autres cheveux se cumuleront sur les roues ou sur les lingettes s’il y en a. Il existe deux techniques pour ces robots. La meilleure est celle accueillant une vraie brosse qui frotte le sol tout en injectant une solution de nettoyage sur le sol, avant de le sécher à la fin de son passage. L’autre consiste simplement à passer une lingette imbibée d’eau sur le sol. La gamme Braava Jet qui utilise la seconde méthode ne s’en tire pas si mal car le robot repasse plusieurs fois et injecte de l’eau constamment sur le sol. De par la difficulté de travailler avec un élément liquide, et le fait qu’il faut nettoyer le robot après chaque nettoyage, ce type de robots n’est pas programmable.

À savoir : à part les gammes Braava Jet Scooba d’iRobot qui nous ont convaincues, nous émettons quelques réserves sur les autres robots de nettoyage des sols. Échelle de prix : de 200 (principe de la lingette) à 500 euros (avec de vraies brosses). Efficacité : très efficace chez iRobot, beaucoup moins sur certains robots qui se contentent de laisser traîner une lingette humide. Intérêt : bon investissement pour garder un foyer propre sans avoir à passer trop de temps sur le ménage. Il faut quand même compter le temps de nettoyage rapide du robot après chaque utilisation.

ROBOT DE NETTOYAGE DES VITRES Pour certains, nettoyer ses vitres est une véritable corvée, oubliée jusqu’au jour où l’on en a vraiment besoin. Même si c’est une tâche relativement rapide à faire à la maison, nous aimerions bien nous en passer. Plusieurs marques de robots se sont déjà attaquées à ce problème en proposant des solutions. Ils ressemblent à de petits boîtiers qui se déplacent le long de vos fenêtres. Ils montent jusqu’en haut de la vitre puis descendent jusqu’en bas en faisant des bandes parallèles pour passer par tout. Ils utilisent de petites lingettes fixes ou mobiles comme des brosses, imbibées de produit. Certains robots possèdent un réservoir afin de réalimenter les lingettes. Les robots sont maintenus sur les vitres par succion, ou par magnétisme (un bloc de chaque côté de la vitre). Lorsque le robot a terminé sa vitre, c’est à vous de le récupérer et de le mettre sur la vitre suivante. Aucune programmation.

28-29

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

Encore en rodage, les robots laveurs de vitres seront probablement de bons assistants ménagers dans les prochaines générations.

À savoir : dans nos différents tests, même si nous avons perçu des évolutions au fil des années, aucun ne nous a réellement convaincus. Ceux-ci laissent souvent une petite trace de leur passage sur la vitre, voire rayent la vitre si de petits cailloux se retrouvent sur la lingette. Échelle de prix : De 250 à 500 euros. Efficacité : même si la vitre semble plus propre après le passage, un nettoyage à la main reste plus rapide et plus efficace. Intérêt : Ce type de robots est en pleine évolution, il est peut-être préférable d’attendre la prochaine génération.

ROBOT LITIÈRE POUR CHAT Oui, non seulement il existe des robots litières, mais de plus ils sont véritablement très efficaces ! Ce sont en fait des litières pour chat qui s’autonet-

POUR CERTAINS, NETTOYER SES

VITRES EST UNE VÉRITABLE CORVÉE, OUBLIÉE JUSQU’AU JOUR OÙ L’ON EN A VRAIMENT BESOIN. MÊME SI C’EST UNE TÂCHE RELATIVEMENT RAPIDE À FAIRE À LA MAISON, NOUS AIMERIONS BIEN NOUS EN PASSER. PLUSIEURS MARQUES DE ROBOTS SE SONT DÉJÀ ATTAQUÉES À CE PROBLÈME…


5p robots maison.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 15:42 Page4

Les robots essentiels de la maison en 2017

La gamme Braava Jet d’iRobot permet d’avoir un sol nettoyé automatiquement pour un prix compétitif.

Efficacité : très efficace ! Intérêt : change réellement la vie des utilisateurs ! Que de temps gagné et d’odeurs disparues !

LES ROBOTS

toient quelques instants après le passage de votre chat sur son lieu d’aisance. Le nettoyage se fait par filtrage de la litière, voire même par un système de nettoyage de celle-ci. Ce type de robots empêche votre litière d’émettre des odeurs, car la litière est nettoyée à chaque passage et les excréments sont récupérés dans un bac étanche. Il ne vous reste plus qu’à vider le bac de temps en temps et remettre un peu de litière s’il en manque. Très économique, vous passer de l’achat d’un sac de litière toute les semaines à un sac tous les 3 à 6 mois. Chacun de nos tests a permis à des chats de s’y accommoder entre 3 jours et 2 semaines (des techniques existent sur le Net). À savoir : cer tains robots litières ont besoin d’une entrée et d’une sortie d’eau (comme pour une machine à laver), il est donc plus économique d’en prendre un qui n’en a pas besoin (simple filtrage). Échelle de prix : De 300 à 600 euros.

TONDEUSES EXISTENT À L’ÉTAT DE PROTOTYPE DEPUIS PLUSIEURS DIZAINES D’ANNÉES. AUJOURD’HUI, LE ROBOT TONDEUSE N’EST VRAIMENT PLUS UN LUXE, TELLEMENT IL A SU MONTRER SON EFFICACITÉ. D’UN PRIX QUI TEND À SE RAPPROCHER D’UNE TONDEUSE AUTOPORTÉE.

ROBOT TONDEUSE Les robots tondeuses existent à l’état de prototype depuis plusieurs dizaines d’années. Aujourd’hui, le robot tondeuse n’est vraiment plus un luxe, tellement il a su montrer son efficacité. D’un prix qui tend à se rapprocher d’une tondeuse autoportée, le robot tondeuse vous évite réellement cette tâche qui peut être rébarbative à l’arrivée des beaux jours quand votre pelouse est à refaire toutes les deux semaines. Reprenant le principe des robots aspirateurs, mais adapté aux grands espaces, les robots se déplacent aléatoirement ou de manière intelligente sur votre terrain. De plus en plus de robots sont équipés

de GPS afin de les aider à cartographier leur lieu de travail. Le terrain est délimité par un fil sous faible tension qui fait le tour de votre terrain et entoure vos bosquets de fleurs, jeunes arbres et jardins potagers. Le robot détectera ce fil légèrement enterré et ne dépassera jamais sa limite. Le robot tondeuse possède des lames, dont la hauteur peut être réglée, comme une tondeuse classique. Il se recharge sur sa borne, sor t à l’heure de sa programmation et rentre se recharger tout seul à la fin de sa séance de travail. Le robot ne récupère pas l’herbe coupée mais l’émiette en minuscules paillettes (mulching) qui retombent et fertilisent le sol. Ces robots font très peu de bruit, car électriques et peuvent travailler le week-end, voire la nuit sans nuire au voisinage.

À savoir : au moment de l’achat de son robot, on peut estimer un coût d’environ 1 euro le m² de pelouse. Il est possible de prendre un robot qui n’est pas taillé pour la taille de votre terrain, mais son travail sera plus long et il devra travailler beaucoup plus souvent. Échelle de prix : de 500 à 5 000 euros. Efficacité : l’ensemble des modèles du commerce que nous avons eus entre nos mains ont tous démontré leur efficacité. Intérêt : on ne peut réellement plus s’en passer une fois que l’on y a goutté ! ROBOT DE PISCINE Aujourd’hui, les propriétaires de piscine sont massivement équipés en robots de piscine. Cela fait désormais plus de 20 ans que de tels robots sont légion. Les robots de piscine se déplacent au sol et sur les parois de votre piscine pour en aspirer et filtrer tout ce qui pourrait perturber la qualité de votre eau de baignade. Ils laissent échapper de temps en temps quelques petits jets PLANÈTE ROBOTS N°44

I28-29


5p robots maison.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 15:42 Page5

Les robots essentiels de la maison en 2017

Voyager dans un milieu en 3 dimensions par procuration, c’est ce que nous permet l’avènement du drone. Ici le Parrot Bebop 2 FPV.

Quel plaisir de le laisser faire tout en sirotant un jus d’orange au soleil ! Ici le Robomow RS630.

Zodiac RV 5600 nettoyant tout seul le bord d’une piscine.

d’eau lorsque ceux-ci se rapprochent d’un rebord de la piscine, comme le ferait une baleine pour reprendre l’air. Depuis l’avènement de ces robots, le nettoyage manuel a totalement été oublié.

À savoir : il existe un nombre assez important de technologies utilisées par les robots du marché, renseignez-vous auprès de votre revendeur pour déterminer celui qui sera la meilleure option pour votre piscine. Échelle de prix : de 100 à 1 400 euros. Efficacité : dépend de la technologie employée. Intérêt : tout simplement indispensable à tous les propriétaires de piscine.

30-31

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

PRENDRE DE LA HAUTEUR AU-DESSUS DE VOTRE MAISON

POUR EN INSPECTER LE TOIT OU TOUT SIMPLEMENT POUR VOUS DIVERTIR, LE DRONE EST DÉSORMAIS ENTRÉ DANS LES MŒURS ET LES DERNIÈRES PÉRIODES DE FÊTES NOUS ONT DÉMONTRÉ LE SUCCÈS GRANDISSANT DE CE TYPE D’ENGIN. LES DRONES MULTIROTORS CONSISTENT EN UN PETIT APPAREIL VOLANT MUNI D’AU MOINS 4 ROTORS.

DRONE MULTIROTOR Prendre de la hauteur au-dessus de votre maison pour en inspecter le toit ou tout simplement pour vous divertir, le drone est désormais entré dans les mœurs et les dernières périodes de

fêtes nous ont démontré le succès grandissant de ce type d’engin. Les drones multirotors consistent en un petit appareil volant muni d’au moins 4 rotors, semblables à ceux d’un hélicoptère, synchronisés. Ce drone emporte généralement en charge utile, une caméra, qui enregistre ce qu’elle perçoit sur sa mémoire interne. À l’aide d’un smar tphone, d’une télécommande munie d’un écran ou encore mieux, d’un casque de réalité virtuelle, il est possible de voir en direct le retour caméra du drone. Celui-ci se pilote depuis un smartphone ou d’une télécommande. Les drones avancés possèdent une stabilisation en vol, facilitant le pilotage, et même un système de programmation de vol. Dans ce dernier cas, vous laissez votre drone, un véritable robot cette fois-ci, faire sa tâche tout seul avant de revenir se poser à vos pieds avec les images qu’il a prises dans sa mémoire. Pour en savoir plus, vous pouvez acquérir notre premier hors-série, « Drones 2017 ». À savoir : une série de législations a amoindri les droits des utilisateurs à utiliser les drones comme bon leur semble, mais a permis de rétablir la sécurité sur les couloirs aériens notamment, et le respect de la vie privée. Renseignez-vous sur les règles établies autour de chez vous. Échelle de prix : de 30 à 10 000 euros. Efficacité : à quelques exceptions près, les petits drones vendus à moins de 100 euros sont souvent des gadgets difficilement pilotables. À partir de 200 euros, il est possible de tomber sur de bons produits. Intérêt : au vu des contraintes de vol, le vol de drones est pour le moment une activité basée principalement sur le loisir. Mais les images prises par ces appareils valent parfois les deniers investis. Nous aurions pu parler de l’arrivée des premiers robots compagnons, des robots éducatifs, des imprimantes 3D (qui sont finalement des robots 3 axes), des objets connectés… Mais ces 5 pages n’auraient largement pas été suffisantes. Il faudrait presque un hors-série complet pour faire la liste de l’ensemble des robots du commerce à destination de la maison. Stay tuned ! ■Screetch

L d s


Contrôle du mouvement FAULHABER

De la magie ? Non, de l’ingénierie.

NOUVEAU

WE CREATE MOTION

Séries de systèmes de contrôle du mouvement FAULHABER MCS 3242 / 3268 ... BX4 Difficile de s‘imaginer la quantité de technologie d‘entraînement intelligente et performante que nous avons miraculeusement réussie à intégrer aux systèmes de contrôle de mouvement FAULHABER. Leur construction robuste répondant au standard de protection IP 54 défi les exigences industrielles même les plus strictes. Nos produits sont dotés d‘interfaces RS232, EtherCAT et CANopen, vous assurant dès aujourd‘hui des solutions d‘avenir. Étes-vous prêt pour l‘industrie en réseau ? Avec FAULHABER, rien de bien sorcier.

www.faulhaber.com/mc/fr

dff_170013_anz_its_not_a_trick_220x297_fr.indd 1

Mise en service simple avec le nouveau Motion Manager version 6

07.02.17 17:17


3p wiigo.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 16:14 Page1

Robots de service

Encore en phase de mise au point, le wiiGO sera proposé à environ 10000 euros aux grandes enseignes de distribution.

Le robot wiiGO

V

à la conquête des hypermarchés européens Après une série de démonstrations au Portugal, la start-up Follow Inspiration mène une série de tests dans les hypermarchés et grands magasins de bricolage en France afin de mettre au point et préparer le lancement de wiiGO, le robot qui porte vos sacs.

ous avez pu le croiser ou même l'utiliser dans votre hypermarché si vous habitez dans le Nord ou en Côte-d'Or, le robot wiiGO est actuellement testé par plusieurs enseignes de la grande distribution française. Si ces tests s'avèrent concluants, wiiGO pourrait bien devenir le robot indispensable pour faire ses courses dans les grandes surfaces. L'atout numéro un de ce robot, c'est sa simplicité. Le client accroche son cabas aux poignées du robot et celui-ci va automatiquement le suivre dans les rayons à une distance de 1,5 m environ. C'est simple, pratique et particulièrement utile pour les personnes âgées, femmes enceintes, les clients qui se déplacent en fauteuil roulant ou tout simplement ceux qui ont impérativement besoin de leurs deux mains pour utiliser leur smartphone en faisant leurs courses. wiiGO se charge de porter les courses jusqu'à la caisse.

32-33

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

UN PROJET QUI NOUS VIENT DU PORTUGAL Cette idée simple et brillante ne doit rien au hasard puisque Luís de Matos, fondateur de Follow Inspiration, se déplace lui-même en fauteuil roulant. Sa start-up, Follow Inspiration, est basée à Fundão, une petite ville du centre du Portugal où elle développait jusqu'à aujourd'hui essentiellement des applications mobiles et des dispositifs multimédia pour les sites touristiques et les musées. Néanmoins, outre ses compétences en interfaces homme/machine, Follow Inspiration a développé une compétence for te en reconnaissance des images, une technologie qui constitue l'essence même de wiiGO. Ce robot descend tout droit du wi-GO, un projet développé par Luís de Matos alors qu'il était chercheur à l'université de Beira Interior. À l'époque, c'était en 2011, il ne s'agissait guère plus que d'un chariot de supermarché surmonté

d'une Microsoft Kinect de Microsoft, le tout piloté par un ordinateur portable. Un simple « Hack » qui reçut pourtant de nombreux prix d'innovation au Portugal, preuve de la pertinence de l'idée de Luís de Matos. Depuis, le chercheur a épuré son concept et industrialisé wi-GO pour en faire un robot utilisable dans l'environnement complexe d'une grande surface. Le chariot autonome a fait place à un robot porte sac bien plus agile et capable de se faufiler dans les allées au milieu des clients et des chariots. Techniquement, le wiiGO n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît. Dans sa version actuelle, il se déplace grâce à ses 2 moteurs électriques et, pour suivre l'utilisateur dans les allées du point de vente, le robot est équipé de 3 caméras, de 8 sonars et d'un télémètre laser. La caméra centrale lui permet de localiser l'utilisateur qu'il est chargé de suivre et c'est la fusion des données de l'ensemble des capteurs qui lui permet de ne pas


3p wiigo.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 16:14 Page2

Le robot wiiGO à la conquête des hypermarchés européens

L'enseigne portugaise Continente a été la première à tester le robot wiiGO en 2015.

heur ter les multiples obstacles qui se dressent dans les allées du supermarché. Sans surprise, pour développer les logiciels de leur wiiGO, les ingénieurs de Follow Inspiration se sont appuyés sur les librairies ROS (Robot Operating System) sur Linux. LE ROBOT MULTIPLIE SES DÉMONSTRATIONS DANS LES GRANDES ENSEIGNES Pour l'instant, Follow Inspiration n'a construit que quelques exemplaires de son wiiGO afin de mener des tests grandeur nature, auprès de ses futurs clients : « Le wiiGO a commencé ses premières démonstrations publiques en septembre 2016 » explique Ricardo Silva, directeur marketing de Follow Inspiration. « Cette phase de tests est très importante pour nous car il s'agit des premiers contacts du robot avec de vrais clients et dans un environnement extrêmement imprévisible comme peut l'être un super ou un hypermarché. Comme wiiGO est le premier de son espèce, nous devons encore l’amé-

POUR METTRE AU POINT WIIGO, L'ÉQUIPE PROJET A TRAVAILLÉ AVEC INTERMARCHÉ PORTUGAL DEPUIS 2015, AVANT DE PROPOSER UNE VERSION PLUS AVANCÉE AUX GRANDES ENSEIGNES PORTUGAISES JUMBO (GROUPE AUCHAN) ET CONTINENTE (GROUPE SONAE) EN 2016.

liorer sur le plan technique et l'adapter autant que possible aux particularités des magasins de chaque enseigne. » Pour mettre au point wiiGO, l'équipe projet a travaillé avec Intermarché Portugal depuis 2015, avant de proposer une version plus avancée aux grandes enseignes portugaises Jumbo (Groupe Auchan) et Continente (Groupe Sonae) en 2016. C'est en fin d'année 2016 que wiiGO a commencé ses tests à l'étranger. Les premières démonstrations du wiiGO menées hors du Portugal l'ont été dans les Intermarché et Bricomarché d'Auxonne en Côte-d'Or, puis dans l'hypermarché Auchan d'Englos, dans le Nord. Les premiers retours de la par t des clients qui ont eu la chance de tester le robot sont plutôt positifs. Pour l'instant, le prix d'un wiiGO est de l'ordre de 10 000 euros, un prix qui sera amené à baisser en fonction du nombre de robots commandés. Ce prix varie en fonction de la quantité mais aussi des options et services demandés par le client. En effet, pour Ricardo Silva, beaucoup de PLANÈTE ROBOTS N°44

I32-33


3p wiigo.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 16:14 Page3

Le robot wiiGO à la conquête des hypermarchés européens

Robot en point de vente : tout reste à inventer !

wiiGO et son concepteur Luís de Matos lors de la présentation du robot sur la conférence Web Summit 2016 qui s'est tenue à Lisbonne, en novembre 2016.

développements ultérieurs pourront être réalisés à partir du wiiGO actuel : « Pour ne parler que de la version destinée aux points de vente, nous travaillons afin d'améliorer le chariot lui-même afin de rendre l'expérience utilisateurs aussi simple que possible. En outre, dans un futur proche de nouveaux services seront intégrés au wiiGO, en fonction des besoins qui seront exprimés par les clients et les enseignes. » Outre la distribution, la star t-

34-35

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

up por tugaise vise d'autres secteurs d'activité : Au-delà du commerce, la même technologie peut être appliquée au monde industriel, tout par ticulièrement dans les entrepôts ou sur les lignes d'assemblage afin d'accélérer les processus qui impliquent le transpor t de charges lourdes. ■AC

Si, avec son wiiGO, Follow Inspiration a eu l'idée de proposer un robot particulièrement malin qui pourrait bien être connu non seulement d’un bon nombre de clients des grandes surfaces mais aussi des personnes handicapées, tout reste à inventer sur ce marché naissant des robots dans les points de vente. Le japonais Softbank avait réalisé l'acquisition d'Aldebaran Robotics pour déployer le robot Pepper dans ses points de vente au Japon. Pepper a notamment été testé dans diverses grandes surfaces en France, essentiellement à des fins de communication pour l'instant. L'enseigne Best Buy a tenté une autre approche, transformant un robot industriel 6 axes Fanuc LR Mate en Chloe, un distributeur automatique géant de DVD et jeux vidéo. Le client choisit sur l'un des écrans tactiles son produit et le robot, placé sur un portique robotisé, va lui chercher dans les rayonnages. Un moyen d'optimiser la surface du magasin mais aussi de rester ouvert 24h sur 24. Le dispositif n'a pour l'instant été installé que dans le magasin Best Buy de Chelsea, à New York. Le concurrent le plus proche de wiiGO s'appelle NAVii, c'est un robot conçu par le californien Fellow Robots. À la différence de l'européen, NAVii ne peut pas porter les sacs des clients, son rôle est essentiellement de renseigner et d'orienter les clients via ses grands écrans. Celui-ci a déjà été testé par les enseignes américaines Lowe's, Orchard ainsi que le japonais Yamada. L'américain a notamment intégré une fonction d'inventaire à son robot. Fellow Robots contre Follow Inspiration : qui parviendra à lancer la production en série de son robot le premier ?


pub.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:03 Page1


Robots de service

2p dobot.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 12:59 Page1

Dobot M1 et Dobot Magician des bras industriels à usage domestique pour de la petite série Vous préparez l’anniversaire de votre petit neveu et toute la famille au grand complet est invitée. Vous décidez d’envoyer en guise d’invitation à chacun une petite boîte personnalisée en origami avec un nombre bien spécifique de petits bonbons de chaque couleur à l’intérieur. Et ensuite, vous devez les empaqueter dans de petits colis adaptés, pour enfin y ajouter les timbres. Quand il y en a 5, c’est faisable rapidement, mais si ce sont 250 personnes à inviter (oui, certains ont une très grande famille), le travail devient vite fastidieux ! La gamme de robots collaboratifs Dobot est là pour vous soulager de ces tâches rébarbatives ! UN BRAS INDUSTRIEL À LA MAISON ? MAIS PAS QUE ! On pourrait se le demander jusqu’au jour où l’on s’aperçoit qu’un tel type de robot pourrait avoir sa place dans un foyer pour remplir des tâches automatisées. Certes, les primo-accédants de ce type d’appareil seront forcément des personnes à l’esprit maker, des bidouilleurs qui voudront s’essayer à un nouveau jouet high-tech de plus. Mais le potentiel de cet outil pourrait sortir du cerveau de ses premiers utilisateurs qui imagineront probablement des millions d’applications à venir pour ce type de robot domestique. Jusque-là, les robots que l’on imagine s’installer dans les foyers dans les prochaines années ou décennies, sont plutôt des robots alloués à une seule tâche (robot aspirateur, robot tondeuse…) ou

36-37

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

bien des robots compagnons qui sont avant tout des assistants virtuels qui vous suivent dans la maison. Et si des robots, capables de produire à petite ou moyenne échelle pouvaient avoir une place dans notre quotidien ? En tout cas, c’est une interrogation que s’est posée une petite équipe d’ingénieurs chinois, Shenzhen Yuejiang Technology Co. Ltd (ou Yuejiang pour aller plus vite !). Bien évidemment, ces petits bras robotisés ont également tout à fait leur place dans une petite entreprise ou même chez un artisan pour se soulager de tâches rébarbatives. Il est même possible de se créer une chaîne de robots Dobot M1, pilotés facilement, en groupe, depuis une application sur un simple ordinateur. Les possibilités offertes par de petits robots personnels de ce type dans une micro-entreprise peuvent permettre à celle-ci de

se mesurer aux plus grands en intégrant les mêmes outils que des concurrents, mieux équipés, ont déjà dans leurs locaux. De plus, ces robots ont tout à fait leur place dans le milieu scolaire. Blockly, le langage intégré dans le kit de développement est parfaitement indiqué pour ce genre de solutions. Des kits éducatifs sont disponibles auprès du fabricant.

DES CAPACITÉS NON NÉGLIGEABLES Dobot Magician (1 160 dollars soit environ 1 090 euros) est le modèle particulièrement destiné au marché domestique. C’est un robot 4 axes capable de soulever jusqu’à 500 g en charge utile ou bien sous la forme d’outils. Il possède un rayon d’action de 320 mm et un angle de travail de 270°.


2p dobot.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 12:59 Page2

grée lui permet une reconnaissance aisée des objets et des couleurs. Comme pour le Magician, le Dobot M1 est également livré avec un kit impression 3D additif, un kit laser, une pince pneumatique et une ventouse d’aspiration. Afin d’améliorer le robot, il est possible de le mettre sur une base mobile ou un rail pour des besoins spécifiques.

LE ROBOT EST ÉVOLUTIF GRÂCE À SES 10 PORTS D’EXTENSION

Le Dobot Arm V1.0 est l’ancien modèle de la gamme, mais il était déjà un robot intéressant pour l’éducation.

Le Dobot Magician est un bon moyen pour s’initier à la programmation d’un robot, mais également pour transmettre ses compétences à la jeune génération.

Il est accessible en USB, en wi-fi (en option) et en Bluetooth. Le Dobot Magician est livré avec différents logiciels et accessoires qui font de son achat, l’équivalent d’une acquisition de plusieurs robots dédiés. Le kit d’impression 3D transforme ainsi votre robot en véritable imprimante 3D additive (PLA) pouvant produire des pièces jusqu’à 15 cm de côté avec une résolution de 0,1 mm. Un laser (en option) peut vous servir à des tâches de pyrogravure. Un support à crayon, une pince et une ventouse d’aspiration complètent le tout. Le robot est évolutif grâce à ses 10 ports d’extension pour y brancher différents senseurs et outils comme le contrôle par la voix (en option). Le standard est ouvert et n’importe qui peut ajouter ses modules d’extension. Enfin, le robot est programmable à la main, en faisant les mouvements avec lui une première fois, afin qu’il les répète à l’infini. Le robot a tout d’un cobot (robot collaboratif). Il évolue dans le monde des humains et peut être

posé sur un établi dans le garage, comme sur un bureau ou sur la table de travail d’un passionné de cuisine. Il travaille en toute sérénité, à faible vitesse et prévient tout incident. Le Dobot M1 (1 400 dollars en précommande sur Kickstarter, soit 1 320 euros environ) est une version avancée du précédent, autant utilisable dans un foyer ayant des exigences plus développées ou bien dans une petite entreprise pour automatiser certaines tâches. Il est bien plus rapide et peut atteindre jusqu’à 2 000 mm/s sur les axes X/Y et 1 000 mm/s sur l’axe Z. Son déplacement peut atteindre 200° en une seconde ! Son architecture est proche d’un robot Fast Picker TP80 de Stäubli à petite échelle. Il peut transporter une charge totale jusqu’à 1,5 kg, ce qui est loin d’être négligeable. Son rayon d’action est de 400 mm et son axe Z peut monter jusqu’à 250 mm. Sa précision est telle qu’il peut aisément travailler en mode pick’n’place ou soudure sur des éléments très fins. La vision inté-

POUR Y BRANCHER DIFFÉRENTS SENSEURS ET OUTILS COMME LE CONTRÔLE PAR LA VOIX (EN OPTION).

UN CONCEPT DÉJÀ CULTIVÉ CHEZ YUEJIANG L’entreprise n’en est pas à son coup d’essai. Depuis 2015, elle propose à ses clients Dobot Arm V1.0. Vendu 900 dollars (850 euros environ), ce robot, plus artisanal, est un peu l’ancêtre de la gamme actuelle mais, déjà, il en possédait l’A.D.N. Celui-ci, malheureusement plus en stock, était capable d’être piloté à la voix, par Leap Motion (gestes) et même par la pensée ! Les Dobot pourrait finalement être une petite révolution dans les foyers et les petites entreprises ! Leur facilité d’apprentissage, leur connectivité, leur évolutivité, leur adaptabilité et leur tarif sont des atouts majeurs face à des robots créés pour de plus grande séries (et aux tarifs bien plus élevés). Nous espérons, à Planète Robots, recevoir prochainement un de ces robots afin de vous donner un avis réel sur ces produits. ■Frédéric Boisdron

Le Dobot Arm V1.0 est l’ancien modèle de la gamme, mais il était déjà un robot intéressant pour l’éducation. PLANÈTE ROBOTS N°44

I36-37


Robots au travail

5p vote-robots.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:05 Page1

Votez Robot ! Permettons-nous une analyse des programmes politiques de quelques personnalités ayant (ou ayant eu) des visées sur la fonction présidentielle. Nous n’analyserons pas le bien-fondé de leurs propositions, mais chercherons à voir comment les technologies de la robotique et de l’intelligence artificielle (I.A.) sont citées. LES PROGRAMMES DES CANDIDATS AUX PRÉSIDENTIELLES À droite, le programme de François Fillon est résolument tourné vers l'économie. C'est sous cet angle qu'il aborde la thématique technologique, avec un chapitre intitulé « Libérer la société et l'économie grâce au numérique ». Il semble toutefois loin de l'avenir, parlant des technologies actuelles : économie collaborative ou imprimantes 3D, mais ne citant ni la robotique, ni l'I.A. À gauche, Benoît Hamon met pour le coup la robotique au cœur de son programme. Si la technologie n'est pas un des thèmes spécifiquement identifiés, le chapitre « Travail » contient la proposition de la création d'une « taxe sur les robots ». Plus précisément, il propose de taxer la richesse créée par le remplacement d'un humain par une

38-39

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

machine, en appliquant des cotisations sociales sur l'ensemble de la valeur ajoutée. Le candidat socialiste n'explique pas comment sera calculée cette valeur ajoutée. Si la valeur ajoutée d'une production a effectivement un sens en comparant la valeur d'un produit par rapport à celle de ses constituants, comment en séparer le travail du robot de celui de l'ensemble de la chaîne de production ? Quel sens aura cette notion à la deuxième génération de robots, qui remplaceront eux-mêmes des robots ? En prenant l'exemple de l'automobile, comment calculer le nombre d'ouvriers qu'il faudrait pour construire sans robot une voiture moderne afin d'appliquer une taxe à la valeur ajoutée robotique ? Alors que la robotisation des usines pourrait être l'occasion de les voir se réimplanter en France en les rendant de nouveau

compétitives, cette taxe ne signifierait-elle pas aux investisseurs qu'ils feront mieux d'implanter leurs établissements à l'étranger ? Quelle cohérence politique aurait cette mesure, alors que les entreprises sont incitées à poursuivre leurs efforts de recherche et de développement par des mesures fiscales ? Comment peut-on espérer que les entreprises de recherche en robotique puissent se développer à l'international en réduisant le marché national ? Au moment de l'écriture de cet article, tous les programmes pour 2017 n'ont pas encore été dévoilés. Concernant le Front National, le programme 2012 de Marine Le Pen ne mentionnait ni robotique, ni l'intelligence artificielle et ne comportait le terme « technologie » que pour prévenir du risque de transfert de celle-ci. De même à l'autre extrémité


5p vote-robots.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:05 Page2

du spectre, le programme de Jean-Luc Mélenchon pour 2012 ne citait aucune technologie d'avenir et souhaitait pénaliser les entreprises se servant des hautes technologies pour supprimer des emplois. Emmanuel Macron a eu l'occasion de par ses anciennes fonctions de faire des discours devant des

LE BILAN EST TERNE. UN PETIT NOMBRE S'EXTASIE DEVANT

L'AVENIR SANS NUAGE APPORTÉ PAR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES. POUR LES AUTRES, C'EST LA CRAINTE, SOIT POUR L'EMPLOI, SOIT POUR LA NATION. UN HOMME POLITIQUE N'EST PAS UN SPÉCIALISTE EN TECHNOLOGIE.

Des API permettent de créer des méta-analyses des sondages afin d’en observer les tendances plus précisément, Le Huffington Post a développé la sienne qui a notamment observé celles des dernières élections américaines.

Représentation des résultats des analyses des élections américaines par Alchemy.

industriels du domaine des nouvelles technologies, mais sans apporter de vision. Au centre, en 2012, François Bayrou avait réuni au siège du Modem un atelier d'experts pour comprendre les enjeux du numérique. Sans suite. Le bilan est terne. Un petit nombre s'extasie devant l'avenir sans nuage apporté par les nouvelles technologies. Pour les autres, c'est la crainte, soit pour l'emploi, soit pour la nation. Un homme politique n'est pas un spécialiste en technologie. Mais l'on constate que, bien que faisant de la politique depuis plusieurs années, quasiment aucun n'évoque jamais l'I.A. ou la robotique, en dehors de discours requis par une fonction. La plupart ignore ces sujets qui façonneront les prochaines années et s'accroche à des débats sur l'ISF (créé en 1989) et les 35 heures (2000). Un horizon à cinq ans serait-il mauvais pour la vue ?

LA TECHNOLOGIE CONTINUE POURTANT DE BOULEVERSER LA COMPÉTITION POLITIQUE Elle permettait déjà de partager les données et les opinions toujours plus rapidement. Elle tend maintenant à une analyse. Les programmes d'I.A. analysent les discours, d'abord pour les traduire, puis pour en extraire les passages importants. IBM est allé plus loin lors des élections américaines, en lançant le service Clarify. Ce dernier utilise les capacités de Watson, le programme cognitif qui a réussi à battre un humain au jeu Jeopardy et de Alchemy, un éventail de services d'analyses de données non structurées. Le bien-nommé Clarify est chargé d'éclairer les électeurs sur le débat. Il explique les PLANÈTE ROBOTS N°44

I38-39


5p vote-robots.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:05 Page3

Le président Obama rencontre le robot Asimo de Honda au musée Miraikan à Tokyo au Japon en 2014.

questions posées aux candidats. Alchemy, lui, propose des représentations des résultats des analyses syntaxiques, telles que celles ci-dessous, qui montrent les centres d'intérêts des camps démocrate et républicain. Ces technologies sont ouvertes. Vous pouvez les utiliser pour créer des applications d'analyse des discours, tout comme les équipes des candidats sont libres de créer des applications d'analyse pour réaliser des discours plus efficaces ou pour souligner les fautes des interventions réalisées.

DES APPLICATIONS POUR AIDER LE SCRUTIN ET LE TRAITEMENT DES SONDAGES Google a spécialement créé une API (boîte à outils de programmation) offrant des informations certifiées sur les zones électorales, et les élus : Google Civic Information API. Le Huffington Post propose lui aussi une API, Pollster,

40-41

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

dont le but est d'agréger les résultats de milliers de sondages pour en offrir une vue synthétique dans des tableaux. Associated Press offre un autre outil, AP Elections, collectant les résultats des scrutins pour proposer des rapports spécifiques, à l'image des applications existant dans le monde du sport pour générer des articles automatiques. À l'échelle mondiale, le site Global Open Data Index, qui analyse la libre mise à disposition des données, a un chapitre Election Results. La France y est bien placée, faisant partie de la quinzaine de pays ex-æquo à la première place du classement mondial, suite à l'ouverture des données des scrutins sur le site data.gouv.fr.

PROPAGANDE INFORMATIQUE Le professeur Philip Howard de l'université d'Oxford étudie l'activité sur Twitter durant les débats pour les élections présidentielles américaines. Selon ses résultats,Trump aurait utilisé beaucoup plus de bots (automates d'écriture de tweets) que Clinton.

Par contre, ceux employés par l'équipe démocrate s'exprimaient mieux. Ce ne sont pas moins de 1,7 million de tweets qui sont suspectés d'avoir été automatiquement générés le soir du deuxième débat et durant les trois jours suivants. L'étude prévient que ces générations automatiques, généralement sur les thèmes favoris des candidats ou récupérant les « petites phrases » malheureuses du concurrent pour les mettre en exergue, concourent à une extrémisation et à une baisse du niveau des débats. Le volume de tweets générés automatiquement augmente à chaque débat, le contenu des tweets étant parfois plus relayé que celui du débat lui-même, l’étude pointe aussi du doigt le risque de désinformation. Le professeur Philip Howard a indiqué à la BBC qu'à chaque débat, le trafic était de plus en plus automatisé. La méthode de classement n'est toutefois pas infaillible : un compte est classé comme un « bot » s'il utilise uniquement des hashtags d'un


5p vote-robots.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:05 Page4

Votez Robot !

Le professeur Philip Howard a étudié les bots sur Twitter lors des dernières élections américaines. — L’intelligence artificielle Watson a étudié les campagnes des deux candidats à la Maison Blanche.

des deux candidats, au moins 50 fois par jour. Des conversations de partisans fervents et rigoureux ont donc dû être comptabilisées comme issues d'automates. Les logiciels de conversation sont toujours plus nombreux et perfectionnés. Ils peuvent travailler de façon coordonnée pour dégrader l'opinion pour un candidat sur les réseaux sociaux, mais pas assez pour ruiner une campagne.

LES ÉLECTIONS AMÉRICAINES ONT DONNÉ LIEU À DE NOMBREUSES PRÉDICTIONS Advanced Symbolics suit 200 000 électeurs américains en analysant leurs opinions et idées qu'ils partagent sur les réseaux sociaux.Toujours dans cette entreprise, Kenton White, professeur à l'université d'Ottawa a créé un modèle d'I.A. pour prédire les résultats électoraux. Son modèle avait prédit une victoire de Clinton, avec 3 points d'avance. Fin octobre, MogIA a rendu sa copie à son tour: contre l'avis des experts et les données des sondages, ils prédisent une victoire de Donald Trump. MogIA a été développé par Sanjiv Rai, fondateur de la start-up indienne Genic.ai. Il récupère 20 millions de sources de données de Google, Facebook, Twitter, YouTube, etc. et les analyse pour y trouver des signes d'engagement. Résultat: Trump battait le record de popularité d'Obama lors de son élection de 2008 de 25 %. Une telle analyse peut-elle permettre de connaître les opinions politiques individuelles ? Pas encore. Ce n'est pas faute de méthode, mais d'accessibilité des données. Sanjiv Rai affirme que si Google lui fournissait les adresses uniques de chaque appareil, il pourrait donner l'opinion de son utilisateur. MogIA a un bel avenir devant lui : il est ainsi nommé car tel Mowgli dans la jungle, il apprend de son environnement (numérique) pour s'améliorer avec le temps. Les réseaux sociaux, et en premier lieu Facebook, ont été critiqués depuis l'élection de Donald Trump. C'est certainement leur faire un faux procès en attendant d'eux qu'ils tiennent une pro-

messe qu'ils n'ont jamais faite. La critique majeure à leur encontre est que l’environnement des utilisateurs est conçu pour filtrer les informations, en fonction de leurs centres d’intérêt, mais aussi en fonction de leurs opinions. C’est un parti pris clair et revendiqué par Facebook : c’est bon pour leur

LE PROFESSEUR PHILIP HOWARD DE L'UNIVERSITÉ D'OXFORD ÉTUDIE L'ACTIVITÉ SUR TWITTER

DURANT LES DÉBATS POUR LES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES AMÉRICAINES. SELON SES RÉSULTATS, TRUMP AURAIT UTILISÉ BEAUCOUP PLUS DE BOTS (AUTOMATES D'ÉCRITURE DE TWEETS) QUE CLINTON.

business. Économiquement, l'option est justifiée : les utilisateurs se rendent plus facilement sur un site sur lequel ils échangent avec des personnes du même avis que le leur… et ce d’autant plus qu’ils n’ont pas conscience que le contenu qu’on leur présente est filtré. Les prospectivistes nous préviennent : avec l'évolution de la technologie, son impact sera encore plus fort dans quatre ans. Peter Diamandis a imaginé les révolutions des élections à venir. • Les réseaux sociaux continueront leur développement. Avec le renouvellement des générations, ils compteront plus de connectés réguliers et le développement de l'I.A. rendra les agents automatiques plus performants.

• Nous serons dans un monde hyperconnecté permettant aux publicitaires d'offrir des messages ciblés. La bulle d'opinions identiques aux nôtres créée par les réseaux sociaux pourra s'étendre aux panneaux publicitaires que nous croiserons. • Le développement des avatars digitaux permettra de faire dire n'importe quoi à n'importe quel homme politique en vidéo : il sera difficile de discerner le vrai du faux et les prochaines campagnes pourraient compter des messages personnalisés, transmis par des avatars, qui cibleraient vos préoccupations, estimées grâce à vos objets connectés.

UNE I.A. POURRAIT ACQUÉRIR UN STATUT DE PERSONNE ÉLECTRONIQUE Faisons maintenant un pas de plus. Un groupe de travail du Parlement européen a proposé qu’une nouvelle personnalité juridique soit dévolue aux outils dotés d’I.A. : celle de « personne électronique ». Cette ouverture permettrait-elle d’envisager qu’un jour, les robots aient le droit de vote ? Le groupe de parlementaires ne va pas jusque-là. Les droits qu’il préconise d’accorder aux robots seraient des droits d’auteur et des droits à la protection sociale. Il n’en demeure pas moins que si les robots obtiennent un jour ces droits, ils seraient dans la situation juridique la plus proche de celle d’un être humain ; un animal ne pouvant espérer tirer de royalties de son travail. Il faudra pour en arriver là régler certains détails. Comme démontrer que l’I.A. soit en mesure de discerner le bien du mal. Et c’est peut-être l’armée qui viendra en aide aux machines : afin d’augmenter le degré d’autonomie de ses armes, la Marine américaine a accordé 7 millions de dollars de subventions à cinq universités pour inculquer des notions de morale à ses robots. Des chercheurs planchent donc au moyen d’apprendre l’éthique à des programmes d’I.A., mais il y a loin de la coupe aux lèvres. Wendell Wallach, auteur de l’ouvrage, Teaching Robots Right from Wrong, affirme que « l'un des arguments en faveur PLANÈTE ROBOTS N°44

I40-41


5p vote-robots.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:05 Page5

Votez Robot !

François Fillon veut « libérer la société et l'économie grâce au numérique. » — Benoît Hamon désire taxer les robots pour qu’ils participent à l’effort social

DES PROSPECTIVISTES VOIENT

DANS LE DÉVELOPPEMENT DES CAPACITÉS INFORMATIQUES UN FORMIDABLE POTENTIEL D'OUTIL DÉMOCRATIQUE. PETER DIAMANDIS PROPOSE DE PROFITER DES RÉSEAUX SOCIAUX POUR CONCEVOIR DES MICRO-COMMUNAUTÉS CHARGÉES DE TESTER L'USAGE ET L'ADOPTION DES RÉFORMES.

Peter Diamandis a imaginé les révolutions des élections à venir, perturbées par le numérique.

des robots [à qui la morale aura été enseignée] est qu'ils pourraient être meilleurs que les hommes pour agir de façon conforme à l'éthique parce qu'ils seront capables de choisir entre de plus nombreuses options ». Un horizon lointain, mais avec l’espoir de votes plus « moraux » ?

FAISONS ENCORE UN RÊVE DE PLUS : À QUAND UN ROBOT PRÉSIDENT ? Steven James Bartlett, chercheur en psychologie et en philosophie, s'est posé la question. Dans un essai, il cherche à attirer l'attention sur les faiblesses hu-

42-43

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

maines qui s'opposent à un gouvernement idéal. Il en identifie certaines: la limitation de l'information, de la mémorisation, des capacités d'organisation, de la gestion de l'information sans affect, l'obligation à chaque génération de recommencer l'apprentissage, les erreurs de pensée et de jugement, le jeu des intérêts collectifs et individuels ou l'obsession du pouvoir. Toutes celles-ci ayant la propriété commune d'être inconnue de l'I.A. Et le chercheur de se prendre à rêver d'une société plus juste et plus apaisée, tout en reconnaissant que le chemin sera long et complexe, la formation de l'I.A. reposant comme pour la nôtre, sur les essais et les erreurs.

MAIS À COURT TERME, LA RÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE DE LA POLITIQUE POURRAIT ÊTRE AILLEURS Des prospectivistes voient dans le développement des capacités informatiques un formidable potentiel d'outil démocratique. Peter Diamandis propose de profiter des réseaux sociaux pour concevoir des micro-communautés chargées de tester l'usage et l'adoption des réformes. La mise en place de monnaies digitales couplée à une traçabilité complète des échanges compte évidemment parmi les propositions pour mettre un terme à la corruption. La notion de référendum pourrait être bouleversée, par des questionnements en temps réel sur des points de détail des réformes. Enfin, la technologie pourrait permettre de constituer des mondes virtuels vraisemblants où il serait possible de tester les projets de réglementation. La réalité virtuelle sera-t-elle la voie vers la démocratie réelle idéale ? ■Nicolas Denis


16-18

MAI

2 0 1 7

PARIS FRANCE

W H E R E I N N OVAT I O N G R OWS

Plongez au cœur de l’innovation robotique

Chercheurs, créateurs et utilisateurs vous dévoilent le monde de demain UNE APPROCHE HUMAINE DE LA ROBOTIQUE

SMART HOMES

INDUSTRY 4.0 & SUPPLY CHAIN SERVICES

MEDICAL & HEALTH

TECHNOLOGIES & FORESIGHT

SMART CITIES

FIELD ROBOTICS

HOSPITALITY RETAIL & TOURISM

www.innorobo.com AP-PlanRobot 2017.indd 2

01/02/2017 10:51


Recherche robotique

5p Robots en essaims.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:19 Page1

Robotique en essaim :

D

une intelligence collective pour les robots De nombreux chercheurs travaillent sur la façon de faire travailler des dizaines, des centaines de robots afin de réaliser une seule et même tâche, une recherche algorithmique purement théorique en train de devenir réalité.

epuis le début des années 2010, les chercheurs du groupe de recherche sur les systèmes autoorganisés de l'université d'Harvard produisent des microrobots à la chaîne. Baptisés Kilobots, leurs robots ne savent pourtant pas faire grand-chose. De la taille d’une pièce de monnaie, ceux-ci se déplacent grâce à leurs trois pattes vibrantes et c'est à peu près tout ! Ces Kilotbots peuvent néanmoins communiquer par infrarouge avec les robots voisins. Une capacité simple qui fait toute la différence, puisque ces Kilobots peuvent s'organiser entre eux afin de réaliser une tâche très simple, comme par exemple prendre la forme d'une étoile de mer. Les chercheurs en ont construit 25, puis 100, puis

44-45

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

1 000. En fait, le chiffre importe peu, car il n'y a pas un superordinateur qui calcule la trajectoire de ces centaines de robots pour créer une forme, c'est chaque robot qui, au moyen de quelques règles simples, va de lui-même se positionner aux côtés de ses petits camarades. Les chercheurs d'Harvard ont répliqué dans leurs robots le comportement qu'ont les poissons dans un banc de plusieurs centaines d'individus. Lorsque le banc doit changer de direction ou lorsqu'il est attaqué par un prédateur, l’ensemble des individus font corps et tout le banc change de forme sans que chaque poisson n’ait reçu la moindre instruction. Chacun se repositionne très rapidement par rapport à ses voisins, ce qui créé une sorte d'intelligence collective qui semble animer le banc tout entier. L'avantage

énorme de cette approche appliquée à la robotique, c'est que des comportements complexes peuvent animer l'essaim sans pour autant que chaque robot ait besoin de beaucoup d'intelligence embarquée. Le Kilobot d’Harvard ne dispose que d'un simple microprocesseur 8 bits digne d’un micro-ordinateur des années 90.

LE DRONE, L'APPLICATION LA PLUS ÉVIDENTE DE L'ESSAIM Si avec leurs Kilobots les chercheurs d'Harvard se sont intéressés aux robots terrestres, ceux du laboratoire GRASP de l'université de Pennsylvanie leur ont préféré les drones. Ceux-ci permettent de s'affranchir des difficultés de déplacement d'un robot terrestre, mais ajoute à l'équation une troi-


5p Robots en essaims.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:19 Page2

sième dimension. Les chercheurs américains ont développé des algorithmes extrêmement performants pour piloter plusieurs dizaines de nanodrones très rapides et agiles. Ceux-ci sont capables de tenir des formations géométriques pendant des évolutions très rapides, même si des obstacles sont placés dans leur environnement. Les démonstrations publiées par le GRASP sur Internet sont époustouflantes. On peut dire que les spectacles de drones qu'Intel a récemment proposé avec 500 drones ou encore Disney qui a monté un spectacle aérien avec 300 drones héritent plus ou moins directement de cette recherche.

DEPUIS LE DÉBUT DES ANNÉES 2010, LES CHERCHEURS DU

GROUPE DE RECHERCHE SUR LES SYSTÈMES AUTO-ORGANISÉS DE L'UNIVERSITÉ D'HARVARD PRODUISENT DES MICROROBOTS À LA CHAÎNE. BAPTISÉS KILOBOTS, LEURS ROBOTS NE SAVENT POURTANT PAS FAIRE GRAND-CHOSE.

De la taille d’une pièce de monnaie, les Kilobots du groupe de recherche sur les systèmes autoorganisés de l'université d'Harvard sont des robots qui disposent d’une faible capacité de calcul mais qui sont capables de se déplacer en fonction de règles simples ainsi que communiquer avec les robots à proximité par infrarouge.

Avec un essaim de plusieurs centaines de Kilobots, les chercheurs parviennent à leur faire reproduire des formes simples, sans devoir programmer la position de chacun dans la figure.

On retrouve d'ailleurs ce type de spectacles avec des robots humanoïdes, avec notamment un record établi par les Chinois d'Ever Wing Company qui ont fait danser simultanément 1 007 petits humanoïdes Axster QRC-2 lors du Qingdao Beer Festival de Shandong, en août 2016.

LES MILITAIRES TRÈS INTÉRESSÉS PAR LES ESSAIMS DE DRONES Néanmoins, pour les chercheurs, le Graal, ce sont des drones qui peuvent fonctionner en essaim non pas de manière programmée ou télécommandée depuis le sol, mais de manière indépendante et intelligente. En effet, si coordonner un tel ensemble de robots ou drones est très spectaculaire, en cas de problèmes de transmission ou si quelques membres de l'essaim connaissent une défaillance, le bel ensemble s'effondre. L’objectif de nombreux chercheurs est de permettre aux robots et drones de planifier eux-mêmes leurs trajectoires et de communiquer entre eux pour s'adapter à d'éventuels événements. Si un ou plusieurs membres de l'essaim disparaissent, les autres pourront alors replanifier leurs trajectoires afin de se substituer aux manquants. De même que l'essaim peut continuer à accomplir sa mission si les télécommunications sont momentanément coupées avec l'opérateur. Ce type de comportement intéresse au plus haut point les militaires car plutôt que de risquer un avion de combat ou un drone sophistiqué pour efPLANÈTE ROBOTS N°44

I44-45


5p Robots en essaims.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:19 Page3

Intel produit un show de 100 puis 500 drones qui se produit régulièrement dans les grandes capitales. L'essaim est contrôlé depuis une station au sol.

fectuer une reconnaissance au-dessus d’une zone dangereuse, envoyer un essaim de drones à bas prix pourrait représenter une alternative séduisante. En lançant plusieurs dizaines de drones jetables, la perte de plusieurs drones en cours de mission n’aura pas d’impact sur sa réussite, l'ensemble des zones assignées étant couvertes par les drones survivants. Dans ce but, le laboratoire d’ingénierie du MIT a conçu le drone Perdix, un drone d’une trentaine de centimètres d’envergure qui a été conçu afin d'être largué depuis un avion de combat. Après divers essais au sol, puis depuis un ballon, l’armée américaine vient de réaliser un test grandeur nature en larguant 103 drones depuis 3 chasseurs bombardiers F/A-18. Les drones qui ont survécu à l’éjection à Mach 0,6 et aux -10°

46-47

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

NÉANMOINS, POUR LES CHERCHEURS, LE GRAAL, CE

SONT DES DRONES QUI PEUVENT FONCTIONNER EN ESSAIM NON PAS DE MANIÈRE PROGRAMMÉE OU TÉLÉCOMMANDÉE DEPUIS LE SOL…

rencontrés à l’altitude de largage ont alors pu démarrer leur mission de surveillance, sous les ordres d’un opérateur. Si, avec ce projet de recherche, les États-Unis sont certainement le pays le plus avancé dans la mise en œuvre d’essaims de drones de grande ampleur, la France travaille sur ce type d'approche depuis 2005 avec les projets SMAART puis Susie et maintenant DAISIE, tous financés par le ministère de la Défense. Plutôt que d'imiter les bancs de poissons, les chercheurs français ont copié les fourmis afin de donner aux drones une certaine indépendance dans la façon dont ceux-ci vont exécuter leur mission. « Cela suppose tout d'abord de régler la question robotique de comment faire voler ensemble un grand nombre de drones car ils doivent se repérer,


5p Robots en essaims.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:19 Page4

Robotique en essaim : une intelligence collective pour les robots

Avec 1 007 robots dansant en simultané Ever Wing Company a décroché un nouveau record dans le Guinness Book. Il ne s'agit pourtant pas véritablement d'un fonctionnement en essaim, chaque robot exécutant sa programmation sans tenir compte de ses voisins.

communiquer entre eux et ne pas se percuter les uns les autres » explique François Legras, chercheur à l'IMT Atlantique (anciennement Télécom Bretagne) et fondateur de Deev Interaction, impliqué dans ces projets de recherche. Les chercheurs français ont privilégié l'autonomie donnée à chaque robot plutôt qu'un calcul centralisé.Théoriquement, un modèle maître/esclave permettrait d'avoir les trajectoires les plus optimisées, mais c'est un modèle très fragile car les drones peuvent avoir des problèmes de communication, peuvent être temporairement désorientés et les ordres leur parviendraient avec retard. En outre, la masse de calculs nécessaire va exploser avec le nombre de drones. Les chercheurs ont donc imité la fourmi qui laisse sur sa trajectoire une phéromone qui se

Des drones Perdix comme celui-ci ont été testés en essaim, au-dessus d’un désert, dans un vol sans aucune intervention humaine.

dissipe dans l'air avec le temps. Une fourmi qui arrive sur cette trace sait qu'une autre fourmi est passée par là et peut estimer le temps écoulé depuis ce passage. Ce principe a été retenu par les chercheurs. Chaque drone qui doit couvrir une surface de terrain sait, grâce à une phéromone virtuelle (une donnée transmise par radio), si un autre drone est déjà à l'endroit où il se trouve. Le drone recalcule alors sa trajectoire en fonction de cette information. L'approche est assez différente de celle des Américains qui font tourner en rond leurs drones autour de points déplacés en fonction de schémas géométriques par l'opérateur. Ce rôle de l'opérateur humain est clé dans le contrôle d'un essaim. « Il faut réfléchir à la façon

dont on va confier à un humain le contrôle de l'essaim », explique François Legras. « Quelle que soit l'autonomie donnée au robot, celui-ci doit rester au service d'une mission et rester sous la responsabilité d'un ou plusieurs humains. Quand il s'agit d'un seul drone, un opérateur peut lui indiquer où aller et suivre son vol sur un écran. Quand il y a 15 ou 50 drones, ce n'est plus possible. » Les chercheurs ont rapidement conclu qu'on ne pouvait présenter toutes les trajectoires des drones à l'écran sous peine de saturer l'opérateur d'informations. Les chercheurs ont privilégié une représentation plus synthétique, permettant à l'opérateur de dessiner à l'écran les contours des zones à surveiller. Les drones sont alors libres de se comporter pour réaliser la mis-

I46-47

PLANÈTE ROBOTS N°44


5p Robots en essaims.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:19 Page5

Le projet Susie de supervision de systèmes d'intelligence en essaim (Susie), financé par la Direction générale de l'armement (DGA) a été mené par les laboratoires de Télécom Bretagne (IMT Atlantique) et de l'INRIA de Nancy ainsi que deux PME, Deev Interaction et PY Automation.

sion dans la zone assignée. Sur l'écran, les trajectoires semblent anarchiques, imprévisibles, et pourtant les drones effectuent bel et bien la mission. Parmi les centres de recherche impliqués dans cette recherche, le LaBRI (Laboratoire bordelais de recherche en informatique) a aussi mené le projet CARUS (pour Cooperative Autonomous Reconfigurable UAV Swarm) avec les sociétés Fly-n-Sense et Thales. Dès 2012 les chercheurs ont montré qu'ils étaient capables de faire voler un essaim de 5 drones totalement autonome et capable de surveiller une quinzaine de points géographiques prédéfinis. « Il s'agissait d'une première mondiale à l'époque, car les drones volaient de manière totalement autonome » explique Serge Chaumette, chercheur au LaBRI. « Une fois qu'ils ont décollé, les drones mènent leur mission sans aucun contact avec le sol. Ceux-ci échangent des messages entre eux afin d'assurer la surveillance des zones qui leur sont assignées. Une spécificité de cet essaim de drones, c'est qu'il est résiliant à la perte de communications et à la perte d'engins. » Suite à ce succès, l'équipe de Serge Chaumette démarrait le projet Asimut (acronyme de Aid to SItua-

48-49

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

SI, AVEC CE PROJET DE RECHERCHE, LES ÉTATS-UNIS

SONT CERTAINEMENT LE PAYS LE PLUS AVANCÉ DANS LA MISE EN ŒUVRE D’ESSAIMS DE DRONES DE GRANDE AMPLEUR, LA FRANCE TRAVAILLE SUR CE TYPE D'APPROCHE DEPUIS 2005 AVEC LES PROJETS SMAART PUIS SUSIE ET MAINTENANT DAISIE.

tion Management based on MUltimodal, MUltiUAVs, MUltilevel acquisition Techniques), un projet lancé avec Thales, mais aussi l'université du Luxembourg, le Fraunhaufer allemand et la société Fly-n-Sense. L'ambition de ce projet est plus grande puisqu'il s'agit de faire cohabiter des drones et des essaims de drones de natures différentes. « Un essaim de drones qui volent à basse altitude va capter des informations, par exemple détecter des émissions toxiques via leurs capteurs, mais celui-ci n'a pas de vision globale sur le terrain. L'idée, c'est d'avoir des drones sur plusieurs couches avec plusieurs essaims de bas niveau puis des drones plus gros à un niveau supérieur qui eux disposent d'autres capteurs. Avec leurs caméras ou radars ceux-ci vont envoyer les essaims de bas niveau sur telle ou telle zone s'ils détectent de la fumée. » Ce projet est placé sous l'égide de l'EDA (Agence européenne de défense) et il est financé par plusieurs agences nationales, dont la DGA française.Toujours dans des environnements complexes, Serge Chaumette travaille sur d'autres scénarios mixtes où des drones aériens vont coopérer avec des drones marins afin de détecter et détruire des mines flottantes ou encore


5p Robots en essaims.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:19 Page6

Robotique en essaim : une intelligence collective pour les robots un scénario où des robots terrestres pourraient ramasser des ordures abandonnées dans un parc à partir d'informations de localisation communiquées par des drones.

LA LOGISTIQUE, UNE APPLICATION POSSIBLE DE L’ESSAIM DE ROBOTS Si les militaires s’intéressent aux essaims de robots, peu d’applications industrielles émergent pour l’instant. Un domaine utilise déjà des robots autonomes par dizaine, c’est celui de la logistique. Amazon dispose déjà de plusieurs dizaines de milliers de robots Kiva dans ses entrepôts pour apporter jusqu'aux agents les armoires de produits, ce que l'on appelle le goods-to-man. Le français Scallog a mis au point une technologie comparable à celle de Kiva Robotics. Dans un entrepôt peuvent ainsi fonctionner de concert 10, 20, 50 robots dans un ballet parfait. « Nous avons développé et breveté une technologie qui s'appelle un Multi-Agent System » explique Olivier Rochet, P.-D.G. de Scallog. « Nos robots n'ont que peu d'autonomie, tout est centralisé et l'algorithme nous permet d'être certains qu'aucune collision n'est possible entre robots. Si jamais une panne survient sur l'un des robots, l'ensemble des trajectoires sont recalculées sans interruption. » Le cofondateur de Scallog estime qu'en simulation, cette approche permet de monter jusqu'à 500 voire 1 000 robots. BEAUCOUP RESTE À FAIRE EN TERMES DE RECHERCHE Si la recherche avance, il est encore difficile de savoir si un essaim de robots pourra réaliser des

Dès 2012, le LaBRI démontrait sa maîtrise du vol en essaim de drones en réalisant une démonstration avec 5 drones totalement autonomes, au-dessus du camp militaire de Souge, en Gironde.

Un essaim d’oiseaux ou chaque membre du groupe vole en formation avec le groupe. Le principe des robots en essaim repose sur le même principe, une grande quantité de robots qui communiquent entre eux et possèdent une intelligence partagée.

tâches bien plus complexes, comme par exemple assembler un avion, un paquebot ou construire un immeuble. « Il n’y a aucune garantie qu’un grand

nombre de robots puissent toujours travailler ensemble efficacement » estime Anders Lyhne Christensen, fondateur du BioMachines Lab. « Il y a certaines tâches qui ne nécessitent que peu de coordination globale, mais compter sur un essaim de robots pour construire un avion, par exemple, ne serait probablement pas une bonne idée. Cependant, le nettoyage des grands immeubles, la surveillance de la pollution ou encore la construction d’abris sont des tâches où, à l’avenir, les essaims de robots pourront être utilisés. » Si les expérimentations commencent à échelle plus ou moins grande, tous les aspects algorithmiques de la question des drones ne sont pas encore résolus. Le chercheur souligne : « L’un des principaux défis scientifiques liés à la conception d’essaims est de réaliser un contrôle synthétique de l’essaim : tandis que les individus dans un essaim suivent des règles relativement simples, il n’existe aucun moyen de définir ces règles pour obtenir un comportement collectif. Par exemple, il est difficile d’imaginer quelles règles chaque fourmi doit respecter individuellement lorsqu’une colonie construit collectivement une nouvelle fourmilière. » Anders Lyhne Christensen étudie l’intelligence artificielle et notamment les algorithmes évolutionnistes, une méthode de calcul « bio-inspirée », afin de définir de manière automatisée les programmes de contrôle de ses robots. « Par certains aspects nous copions l’évolution naturelle afin de faire évoluer nos robots d’eux-mêmes et non plus devoir le faire manuellement » conclut le chercheur. ■AC

PLANETE ROBOTS N°24

I48-49


Recherche robotique

5p sexualité.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:25 Page1

De la love doll

L

aux sexbots Aussi appelés real dolls, male dolls ou sex dolls, ces sextoys anthropomorphes grandeur nature font de plus en plus parler d'eux ! Les sexbots tant attendus par certains en sont des formes plus évoluées. À qui sont-ils destinés ? Qu'implique leur mise sur le marché ? En quoi pourraient-ils bouleverser nos modes de vie ? Petit tour d'horizon…

ondres a accueilli en décembre dernier la deuxième édition du Congrès international sur l'amour et le sexe avec des robots, qui doit son nom au livre éponyme de David Levy. Dans un contexte culturel favorable à l'intérêt porté pour les relations intimes entre humains et personnages artificiels, avec des séries comme Real Humans ou Westworld, et des films comme A.I. Intelligence artificielle, Ex machina, ou encore Une fiancée pas comme les autres; notre société se cale sur la fiction en se voyant très prochainement confrontée au concept de technosexualité avec la mise sur le marché, dès cette année, des premiers sexbots. Annoncé par David Levy, maître international

50-51

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

d'échecs (et non expert en robotique), et appuyé par les récentes déclarations du P.-D.G. de l’entreprise californienne Abyss Creations, la commercialisation imminente des sexbots semble tout à fait plausible. Mais à quoi vont ressembler ces premières poupées gonflables « intelligentes » ? Fondée dans les années 90 par Matt McMullen, Abyss Creations, produit des poupées sexuelles réalistes et assure être en mesure de produire dans les prochains mois une poupée robotisée, capable de parler, d'émettre de la chaleur et de réagir aux gestes et demandes de son partenaire grâce à plusieurs capteurs. Elle possédera une intelligence artificielle (limitée) spécialement conçue pour les fonctions qui lui seront dévolues.

DES ANTÉCÉDENTS Un ingénieur de la société First Androids basée à Nuremberg a confectionné la première poupée dotée d'un système de circulation lui donnant un aspect tiède au toucher. Elle est également capable de donner l'illusion de respirer en effectuant des petits mouvements au niveau de sa cage thoracique, et de simuler des interactions en remuant le bassin. Roxxxy, présenté comme le premier robot sexuel au monde, est décrit par son créateur comme un robot sexuel de compagnie. Bien qu'il ne bouge pas seul, il parle et « interagit » avec son propriétaire en optant pour l'une des cinq différentes « personnalités » que l'on peut lui transférer (aven-


5p sexualité.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:25 Page2

tureuse, extravertie, timide, sage ou dominatrice). Présenté en 2010 à l’Adult Entertainment Expo de Las Vegas, par Douglas Hines de la société TrueCompanion, ce robot ressemble à une poupée gonflable assez quelconque, mais est doté d’une intelligence artificielle, d’organes sexuels factices et de capteurs afin de répondre aux stimuli du partenaire.

FONDÉE DANS LES ANNÉES 90 PAR MATT MCMULLEN, ABYSS CREATIONS, PRODUIT DES

POUPÉES SEXUELLES RÉALISTES ET ASSURE ÊTRE EN MESURE DE PRODUIRE DANS LES PROCHAINS MOIS UNE POUPÉE ROBOTISÉE, CAPABLE DE PARLER, D'ÉMETTRE DE LA CHALEUR ET DE RÉAGIR AUX GESTES ET DEMANDES DE SON PARTENAIRE…

Craig Gillespie, Une fiancée pas comme les autres, 2008.

Douglas Hines et son robot sexuel Roxxxy.

UNE ALTERNATIVE À LA PROSTITUTION Des chercheurs de l'université Victoria de Wellington en Nouvelle-Zélande, Ian Yeoman et Michelle Mars, imaginent dans un article paru en 2012, un bordel du quartier rouge d’Amsterdam en 2050 où la prostitution serait uniquement basée sur des androïdes. Les robots auraient des physiques très variés, seraient polyglottes, et auraient l'avantage

Les real dolls féminines sont de loin les plus nombreuses, la clientèle de ce genre de produits étant essentiellement, il faut le dire, masculine. D’ailleurs, tout comme dans l’industrie pornographique, les produits mis sur le marché sont souvent conçus par des hommes pour des hommes… d’où l’inexistence de sex dolls pour lesbiennes et le choix plus limité de « male dolls », version masculine des love dolls.

PLANÈTE ROBOTS N°44

I50-51


5p sexualité.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:25 Page3

Actuellement distribués en tant que clones robotisés, les Geminoid F du professeur Iroshi Ishiguro pourraient peut-être un jour être perfectionnés pour avoir d’autres fonctions plus cachées. Ici un Geminoid F, robot reprenant les traits de sa propriétaire située à côté.

d'être irréprochables d'un point de vue hygiénique, avec un nettoyage entre chaque client, rendant la transmission de maladies sexuellement transmissibles impossible. D'un point de vue éthique, ils permettraient de mettre un terme à la prostitution humaine et à la maltraitance des femmes. De plus, ils seraient contrôlés par l’État ce qui ferait disparaître les proxénètes. Au Japon, ce genre de services existe déjà avec les love dolls. Les poupées sont louées environ 90 euros les 90 minutes, tarif auquel il faut ajouter le prix des vêtements loués (si besoin), soit environ 7,50 euros par accessoire supplémentaire. Le client, après avoir choisi le modèle qui lui convient, pénètre dans la chambre où attend la poupée. Il peut lui donner un bain pour la réchauffer, l'habiller, pour ensuite mieux la déshabiller et assouvir ses fantasmes. LES PUBLICS VISÉS Si le marché des love dolls se situe principalement

52-53

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

au Japon avec pour cœur de cible des hommes célibataires à hauts revenus, friands de technologie et de sextoys, le marché des sexbots compte bien toucher une plus grande part de la population. Le prix de lancement très élevé risque, dans un premier temps, d'en rebuter plus d'un. Les sexbots seront d'abord achetés par des fétichistes des robots et intéresseront indéniablement ceux qui utilisent déjà des love dolls, généralement décrits comme des hommes solitaires, disgraciés, timides ou complexés, pour qui l'androïde devient une amante et une compagne idéale. Pour Douglas Hines, les robots sexuels sont adaptés aux hommes qui viennent de perdre leur femme et qui sont dans l'attente d'une nouvelle histoire. Ils se servent alors de cet objet pendant cette phase transitoire. Les sexbots attireront sûrement également quelques curieux en mal de nouveauté et d'originalité, qui eux n'investiront pas dans une telle ma-

chine mais la loueront pour une occasion (un enterrement de vie de jeune fille ou de vie de garçon), une soirée coquine seul ou avec son partenaire pour épicer la relation… Selon les chercheurs, d’ici 2025, les partenaires sexuels robotiques seront entrés dans les mœurs.

ET L'AMOUR DANS TOUT ÇA ? Une Française a affirmé sur les réseaux sociaux qu'elle vivait une histoire d'amour avec le robot qu’elle avait conçu, se revendiquant « robosexuelle » depuis ses 19 ans. Ne supportant pas le contact physique avec les autres humains, son robot lui permet de satisfaire son attrait pour la vie synthétique. Un Canadien d'origine vietnamienne dénommé Le Trung, a également conçu son androïde idéal : Aïko. Dans la lignée du mythe de Pygmalion, il a créé sa compagne robotique suivant ses désirs et en est tombé amoureux. Elle sait parler anglais et japo-


5p sexualité.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:25 Page4

De la love doll aux sexbots

Le Trung et la compagne robotique Aïko qu’il s’est créée.

En 2016, un rapport sur « Les robots et la loi » a été publié suite à une audition publique du 10 décembre 2015. Il y est question de l'implication des robots en termes de droits et de sécurité des per-

AU JAPON , CE GENRE DE

nais, lire à voix haute, distinguer les couleurs et reconnaître des visages familiers, cligner des yeux, sourire, servir le repas, ou encore donner une gifle si un inconnu se montre un peu trop pressant. Autre exemple d’amour entre une love doll et un humain : un Japonais de 61 ans, Senji Nakajima, est en couple avec Saori, une poupée qui le suit partout. Ces amoureux inter-espèces souhaitent officialiser leur relation et soulèvent une question qui risque d'être d'actualité dans un avenir plus ou moins proche : à quand le mariage entre humains et robots ? David Lévy pressent que d'ici 2050, les androïdes seront tellement réalistes qu'il sera naturel de tomber amoureux d'eux et de se marier ensemble. QUE DIT LA LOI ? Si pour l'heure aucune loi n'autorisant le mariage entre humains et robots n'est en préparation, les politiciens et les avocats se regroupent d'ores et déjà autour de la question des droits des robots.

SERVICES EXISTE DÉJÀ AVEC LES LOVE DOLLS. LES POUPÉES SONT LOUÉES ENVIRON 90 EUROS LES 90 MINUTES, TARIF AUQUEL IL FAUT AJOUTER LE PRIX DES VÊTEMENTS LOUÉS (SI BESOIN), SOIT ENVIRON 7,50 EUROS PAR ACCESSOIRE SUPPLÉMENTAIRE.

sonnes dans les domaines de la défense, de la médecine, des transports ou encore de l'assistance aux personnes. Cette réunion leur a permis de mieux comprendre l'impact des robots sur l'économie et l'ensemble de la société. Plusieurs orientations ont été esquissées afin de préparer notre monde à cette émergence, la principale d'entre elles préconisant d'adapter, au cas par cas, la législation existante en fonction des problèmes spécifiquement posés, par la diversité des applications des robots, plutôt que d'essayer de légiférer de manière globale. Il faudra donc attendre que les relations hommes/robots deviennent monnaie courante, si tant est que cela se produise, avant que des lois

relatives aux relations entre humains et machines ne voient le jour. Mais des « pro-mariage » entre robots et humains envisagent déjà de poser les bases d'une législation adaptée aux robots et abordent plusieurs problématiques comme celles de l'adoption d'enfants robots par des familles mixtes, du droit des robots à l'égal de celui des humains ou encore de la définition d'une identité robot.

DES AVIS MITIGÉS Pour certains, les sexbots se révèlent être des partenaires parfaits. Choisis sur catalogue, ils répondent à tous les critères du client qui opte pour les options souhaitées (même les plus farfelues : certaines poupées ressemblent à des personnages de mangas ou possèdent des oreilles d’elfes…). Patients, soumis, contrôlables, exempts de toute maladie, fidèles, et sans risque de grossesse ; ils ne sont ni jaloux, ni désagréables ou brutaux (à moins de le souhaiter) et sont toujours prêts pour le sexe ! Et comme ce sont des machines, les robots ne refuseront pas des pratiques « limites », jugées dégradantes ou violentes, que quelques-uns ont besoin d'assouvir. Néanmoins, les sexbots sont considérés par d'autres comme une dangereuse dérive des poupées gonflables. Des chercheurs craignent que leur réalisme trouble la perception des rapports humains et n'aboutisse à une déshumanisation de la sexualité. Les utilisateurs de sexbots risqueraient de ne plus prendre en compte l'humanité de leurs partenaires humains, les réduisant eux-aussi au statut d'objet. Un problème éthique se pose également avec la création potentielle de sexbots enfants, comme il existe déjà des love dolls enfants, sujets à controverses, puisque quelques psychologues les considèrent comme des objets « thérapeutiques » permettant aux pédophiles de ne pas passer à l'acte avec de vrais enfants, tandis que d'autres afPLANÈTE ROBOTS N°44

I52-53


5p sexualité.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:25 Page5

De la love doll aux sexbots

Senji Nakajima et sa love doll Saori.

Dans quelques années, le marché du robot sexuel sera probablement aussi commun que celui des jouets coquins aujourd’hui. Ici, le robot Anita de la série Humans, qui charme sans le vouloir tous ses propriétaires.

firment le contraire. Outre les love dolls enfants, on peut souligner la grande jeunesse de certaines real dolls, qui avec une taille d’à peu près un mètre, possèdent des visages enfantins et des corps d’adulte, ce qui pose des questions morales évidentes… Des alarmistes émettent également l'hypothèse que, les robots étant infatigables, contrairement aux hommes, pourraient alors donner du plaisir à leur utilisateur jusqu’à un état d’épuisement extrême qui pourrait leur coûter la vie. On peut avoir du mal à y croire, mais soit…

CONCLUSION Je ne pense pas que les sexbots puissent remplacer le sexe entre humains. Le réalisme physique ne suffisant pas à tromper l'ensemble de nos sens dans un exercice aussi charnel que la sexualité où la respiration, le regard de l'autre, la chaleur, la texture, le goût de la peau, la présence de fluides corporels ou encore la souplesse des mouvements sont déterminants. Pas non plus de fusion des corps, pas d'alchimie, pas de magie… De plus, les sexbots éliminent d’emblée toute une partie de la population : les lesbiennes. Que peut faire une femme qui aime les autres femmes avec un sexbot féminin ? Aucun stimulateur clitoridien au niveau de la bouche de la poupée améliorée

54-55

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

beaucoup plus actifs puisqu'ils ne seront jamais à l'initiative du rapport sexuel. Avec eux, aucun imprévu si ce n'est la panne technique. Je pense que les sexbots resteront des sextoys sophistiqués, une aide à la masturbation qui s'inscrira davantage dans une activité pornographique. Ce serait, à mon sens, une erreur de les considérer comme des compagnons potentiels ou des partenaires de substitution. Ce serait leur accorder une charge affective qu’ils ne sont pas en mesure de recevoir. Ils ne sont pas faits pour entretenir des rapports sentimentaux avec nous. Rien ne remplacera jamais le contact entre humains. ■Aurélie Gallois

UNE FRANÇAISE A AFFIRMÉ

SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX QU'ELLE VIVAIT UNE HISTOIRE D'AMOUR AVEC LE ROBOT QU’ELLE AVAIT CONÇU, SE REVENDIQUANT « ROBOSEXUELLE » DEPUIS SES 19 ANS. NE SUPPORTANT PAS LE CONTACT PHYSIQUE AVEC LES AUTRES HUMAINS, SON ROBOT LUI PERMET DE SATISFAIRE SON ATTRAIT POUR LA VIE SYNTHÉTIQUE.

mais un « trou », les mains du sexbot ne sont pas destinées à solliciter le sexe féminin non plus… Bref, ce n'est pas du tout adapté. De plus, on reproche aujourd'hui la passivité des poupées sexuelles mais les sexbots ne seront pas

Pour aller plus loin, voici quelques ouvrages que nous vous recommandons sur le sujet : - Des poupées et des hommes : Enquête sur l'amour artificiel d'Élisabeth Alexandre (Éditeur : La Musardine). - Love and Sex with Robots : The Evolution of Human-Robot Relationships de David Levy (Éditeur Harper Perennial). - Un désir d'humain : les « love doll » au Japon d’Agnès Giard, (Éditeur : Les Belles Lettres).


1p abonnement 1an-44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 19:31 Page1

ABONNEMENT D’UN AN 6 NUMÉROS

35€

Abonnement réservé à la France métropolitaine.

OFFRE EXCEPTIONNELLE

ABONNEMENT D’UN AN 6 NUMÉROS

Pour info http://www.bigben.fr

VOTRE CADEAU : RADIO RÉVEIL (19€ PRIX PUBLIC CONSTATÉ) TUNER FM - GRAND AFFICHAGE LED 0.6” ROUGE - RÉVEIL PAR SONNERIE / RADIO FONCTIONS SOMMEIL / RÉPÉTITION DE L’ALARME - SAUVEGARDE DE L’HORLOGE CADEAU QUI VOUS SERA ENVOYÉ DANS LES 30 JOURS SUIVANT VOTRE DEMANDE D’ABONNEMENT.

BULLETIN DE COMMANDE À DÉCOUPER OU PHOTOCOPIER ET À RETOURNER À : AXIOME ABONNEMENT PRESSE - PLANÈTE ROBOTS - AXIOME GROUP SAS 13 BD GAMBETTA 06000 NICE TÉL :

0820 20 18 10 (0,09

CENTS/MN)

- OU TÉL : 04 93 44 06 96 - FAX : 09 70 06 11 86 - SITE WEB : www.directabo.com

❏ Je m’abonne à Planète Robots pour 1 an soit 6 numéros pour 35 euros ❏ Je paye par chèque à l’ordre d’AXIOME ❏ Je paye par carte bancaire (Visa, Eurocard, Mastercard) ❏ Je paye par mandat ou virement administratif

Société ...................................................................................

Nom ....................................................................................... Prénom ..................................................................................

Profession (facultatif)............................... Âge (facultatif) .............. Adresse ..................................................................................

................................................................................................

Code postal ............................................................................

Ville ................................................ Pays ............................. Téléphone fixe (facultatif) ...................................................... Téléphone portable (facultatif) ...............................................

❏ Je désire une facture

(adresse courrier électronique impérative dans ce cas)

Nom du titulaire si différent celui de l’abonné

................................................................................................ N° de carte

Expire-le

Cryptogramme

3 derniers chiffres au dos de votre carte

Signature et date obligatoires des parents pour les mineurs

E-mail ..................................................................................... PLANÈTE ROBOTS N°44

I54-55


Recherche robotique

3p waymo.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:38 Page1

G

© Waymo.

Waymo

entre dans la course aux voitures autonomes

Waymo? C’est la nouvelle filiale, la douzième, créée à la mi-décembre 2016 par Alphabet Inc. la société mère de Google, qui prend maintenant la suite des bien connues Google Cars. Finalement, il s’avère que ces dernières n’étaient que des prototypes, et que Waymo semble être là pour vendre ses technologies de véhicules autonomes aux constructeurs automobiles historiques, mais pas seulement au vu des dernières informations…

oogle a donc décidé de ne plus tout faire tout seul, plutôt que de concevoir des voitures autonomes de A jusqu’à Z, ce qui implique des investissements très importants même pour un géant comme Alphabet, la nouvelle stratégie est donc de s’associer à des constructeurs automobiles existants pour leur vendre le savoir-faire issu des prototypes de Google Car. L’entité Waymo vient donc d’être créée dans ce but, et FCA (le consortium Fiat Chrysler Automobiles) est le premier à signer une collaboration avec eux, avec, à la clé, le modèle américain Pacifica, un monospace hybride de chez Chrysler, équipé de tout le nécessaire matériel et logiciel, pour la conduite autonome. Ce véhicule vient d’être présenté à l’édition 2017 du salon automobile de Détroit, en janvier dernier, par John Krafcik en personne, jusqu’alors patron des Google Cars et nouveau PDG de Waymo.

56-57

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

MAIS EST-CE VRAIMENT AUSSI RÉCENT? Pas vraiment en fait, Alphabet Inc. et donc Google, grands habitués de la communication internationale, ont bien préparé cette présentation pour le salon de Détroit pendant plusieurs mois. C’est leur P.-D.G. John Krafcik qui l’explique lui-même sur son blog : « Passer du lancement d'un programme à la production de véhicules en seulement six mois est l'illustration même du travail d'équipe et de la grande collaboration entre les ingénieurs de Waymo et ceux de FCA. » On s’en doutait un peu, car si le véhicule a été présenté officiellement à ce salon, ce ne sont pas moins d’une centaine de Pacifica Hybrid autonomes qui sont déjà prêtes à rouler aux États-Unis ! Plus de 200 heures de tests dans des conditions météorologiques extrêmes ont déjà été réalisées… Et Waymo a encore prévu d’autres phases de test

sur leur piste d’essais de Moutain View en Californie, mais aussi dans les villes de Kirkland (Washington), Metro Phoenix (Arizona), et Austin (Texas) avant de lancer ce nouveau modèle sur les routes au grand public courant 2017.

REPRISE DES TECHNOLOGIES DES GOOGLE CARS Ayant été le précurseur dans le domaine des voitures autonomes, Waymo peut exploiter toute l’expérience acquise par les plus de trois millions de kilomètres réels déjà parcourus par les prototypes Google Cars originels, sans oublier le milliard et demi de kilomètres passés dans leurs simulateurs ! On peut raisonnablement dire que leurs logiciels de conduite ont beaucoup d’expérience; l’équivalent de 300 ans de conduite pour une seule personne d’après Waymo. Par exemple, leurs algorithmes gèrent très bien les cyclistes et savent interpréter les


© Waymo.

3p waymo.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:38 Page2

Comment Waymo « voit » la route.

© Waymo.

AVEC CETTE MÉTHODE DE DÉVELOPPEMENT INTERNE, WAYMO S’ASSURE UNE

Pacifica Hybrid avec tous ses capteurs.

bras annonçant un changement de direction, idem pour l’évitement d’un obstacle, etc. Waymo met également en avant leurs statistiques sur les accidents des routes américaines (2014), selon eux 94 % des causes d’accidents viennent d’erreurs humaines telles que l’inattention ou des mauvais choix, sans oublier que près de 60 % des accidents mortels sont causés par l’alcool et la vitesse. Depuis 2009, les Google Cars n’auraient connu que douze accidents mineurs, sans aucun blessé, et dans onze cas l’accident serait dû à l’erreur humaine d’un autre véhicule. Aussi peu d’accidents posent même un problème de mise au point pour les ingénieurs, car essayer de les prévoir est une chose bien différente que de les vivre! Sur leur circuit d’essais, ils met-

PARFAITE MAÎTRISE DE CES ÉLÉMENTS ABSOLUMENT VITAUX POUR UNE VOITURE AUTONOME, MAIS IL S’IMPOSE AINSI COMME PARTENAIRE INCONTOURNABLE DES CONSTRUCTEURS AUTOMOBILES.

tent donc des obstacles imprévus comme des ballons, des piétons, imitent le passage d’oiseaux, etc. Dans le même temps, ils tentent chaque jour de créer des situations de circulation de plus en plus complexes pour réussir à piéger leurs prototypes, qui apparemment s’en sortent très bien, tant mieux pour les futurs passagers… Mais la partie logicielle n’est pas le seul atout issu des Google Cars, le matériel en bénéficie également car tous les capteurs sont maintenant des technologies propriétaires. C’est ce qui leur a permis de réduire drastiquement les coûts de ces équipements indispensables. Pour n’en citer qu’un, prenons le cas du lidar, selon les dires du président de Waymo le coût de ce dernier serait passé de 75000 dollars au début de leurs rePLANÈTE ROBOTS N°44

I56-57


3p waymo.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:38 Page3

© Waymo.

Waymo entre dans la course aux voitures autonomes

Prototype Lexus 450h autonome. — Google Car originale devenue Waymo.

FINALEMENT, QUI VA

© Waymo.

S’IMPOSER SUR CE MARCHÉ DES VOITURES AUTONOMES, WAYMO AU TRAVERS DE CONSTRUCTEURS PARTENAIRES ? TESLA ? VOLVO CAR ? UBER ?

cherches dans ce domaine à environ 7500 dollars, et le reste des capteurs suivrait cette voie, ce qui modifie grandement l’addition finale d’un véhicule! Avec cette méthode de développement interne, Waymo s’assure une parfaite maîtrise de ces éléments absolument vitaux pour une voiture autonome, mais il s’impose ainsi comme partenaire incontournable des constructeurs automobiles qui voudront travailler avec eux, et après tout, on peut comprendre qu’il souhaite enfin rentabiliser près de dix ans de recherche et de développement. Concernant l’intégration des capteurs au véhicule, des progrès ont été faits, notamment en aérodynamisme, mais avec leur présence sur les ailes avant, les parechocs avant et arrière, plus le toit et le dessus du coffre, sous certains angles cette Pacifica Hybrid aurait presque des faux airs de l’ambulance de SOS Fantômes (celui de 1984), mais cela n’engage que moi…

58-59

I

PLANETE ROBOTS N°44

QUEL SERA L’AVENIR DE WAYMO? En dehors du partenariat déjà bien avancé avec le groupe FCA, des discussions sont également en cours avec le constructeur Honda, notamment la division Honda Silicon Valley Lab créée courant 2011 à… Mountain View! N’oublions pas non plus que quelques Lexus 450h font aussi partie des prototypes de Google Car, tout comme des Toyota Prius. En fait Waymo viserait l’objectif de rendre beaucoup de modèles de voitures compatibles avec leurs technologies d’ici à la fin de 2017. Leur P.-D.G. affirme, sans donner trop de précisions tout de même, que la technologie Waymo pourra être utilisée dans les voitures personnelles, que « la prochaine étape, c'est de laisser les gens essayer les voitures sans chauffeur pour faire des choses de tous les jours, comme faire des courses, aller au travail ou

rentrer chez soi après une soirée en ville », mais aussi pour les camions, les taxis ou encore les services de covoiturage… À ce propos, Waymo souhaiterait aller plus loin dans ce domaine, selon Bloomberg Technology et aurait l’envie de proposer un nouveau service de covoiturage de voitures autonomes; ainsi d’autres véhicules en plus de la centaine de Pacifica Chrysler seraient déjà en préparation. Finalement, qui va s’imposer sur ce marché des voitures autonomes, Waymo au travers de constructeurs partenaires? Tesla? Volvo Car? Les constructeurs historiques tels que Mercedes-Benz, Audi, PSA ? Ou encore Uber? L’avenir proche nous le dira car tout s’accélère dans ce milieu, et au vu des moyens financiers de ces géants, la bataille économique sera rude, mais vous pouvez compter sur nous pour vous tenir informé! ■Lionel Alvergnas


81-pub-internet44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 20:59 Page1

Découvrez votre nouveau site

www.planeterobots.com

EXPLOREZ L’UNIVERS DE LA ROBOTIQUE, TROUVEZ LE KIOSQUE PRÈS DE CHEZ VOUS OÙ ACHETER VOTRE MAGAZINE, CONSULTEZ LES ANCIENS NUMÉROS, COMMUNIQUEZ AVEC VOS RÉSEAUX…


Recherche robotique

5p taxi.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:47 Page1

Les taxis autonomes

P

tracent leur route Entre l’arrivée croissante des automobiles électriques et des voitures hybrides, s’infiltrent des véhicules de transport sans chauffeur, les taxis autonomes. L’offre grandissante permet au secteur de se développer et de promettre un avenir où la voiture emmènera, d’elle-même, directement le client à destination.

arler à une voiture, chacun peut le faire de temps à autre, pour se motiver lorsque l’on conduit seul sous la pluie la nuit, pour se parler à soi-même, ou encore parce que l’on s’approprie sa voiture, on la personnalise en lui donnant un surnom… Mais héler une voiture sur le bord de la route alors qu’elle n’a pas de conducteur, cela peut surprendre. Pourtant, dans un avenir proche, et même maintenant pour certaines régions du monde, cet élément surprenant de prime abord, s’avère réel et véridique. Ce phénomène se traduit par l’arrivée des taxis autonomes, c’est-à-dire les taxis sans chauffeur. La méthode est simple. Il s’agit pour le client de com-

60-61

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

mander son taxi via son smartphone et Internet pour ensuite le récupérer à l’endroit souhaité. Après, le taxi conduira tout seul, comme un grand le client en question à la destination indiquée préalablement. À l’image des Google Cars qui progressent sur le marché de l’automobile, cette offre novatrice de taxis autonomes pointe le bout de son nez et commence à apparaître sur les routes citadines. UBER DÉJÀ BIEN ANCRÉ S’il faut citer une entreprise présente sur ce secteur d’avenir, c’est bien Uber. La marque concurrente des taxis investit en termes de robotique pour créer des voitures autonomes les plus sécu-

risées possibles. Son centre de construction flambant neuf se situe proche de l’université américaine de Carnegie-Mellon, une référence en matière de technologie du futur. Sur place, les véhicules sont testés sur des pistes dans le but de les « acclimater » aux conditions réelles de circulation. Le P.-D.G. de la firme,Travis Kalanick a également sorti son portefeuille en signant un partenariat avec Volvo pour l’élaboration des taxis, en acquérant la société Otto qui planche sur des camions autonomes et en embauchant de nombreux ingénieurs. Des investissements conséquents qui démontrent toute l’ambition de l’entreprise et surtout qui en disent long sur l’assurance des dirigeants envers la future rentabilité du secteur. Uber


5p taxi.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:47 Page2

Déjà, des designers réfléchissent aux futurs taxis autonomes. Ici le Taxi BP de Dániel Ruppert.

parie gros en misant sur les taxis autonomes. À l’heure où la progression des voitures sans chauffeur stagne un peu, et ce notamment depuis le premier accident mortel qui a eu lieu en juillet 2016, Uber lance son va-tout sur les taxis autonomes. Un contre-pied qui convient bien à la stratégie de la société. Avec le constructeur Volvo, Uber s’est mis d’accord pour créer des modèles totalement autonomes à l’horizon 2021. La route reste donc encore longue avant l’avènement des taxis sans chauffeur mais elle se trace sereinement.

S’IL FAUT CITER UNE ENTREPRISE

Les taxis sans pilote font leur apparition sur certaines routes du monde.

Uber développe ses taxis robots capables de détecter les obstacles de la route.

PRÉSENTE SUR CE SECTEUR D’AVENIR, C’EST BIEN UBER. LA MARQUE CONCURRENTE DES TAXIS INVESTIT EN TERMES DE ROBOTIQUE POUR CRÉER DES VOITURES AUTONOMES LES PLUS SÉCURISÉES POSSIBLES.

PITTSBURGH ET SINGAPOUR, LES PIONNIERS Après moult investissements et de multiples tests deux années durant, Uber a estimé qu’il était temps de lancer ses bijoux technologiques sur le circuit. C’est à Pittsburgh en Pennsylvanie, que les premiers taxis sans chauffeur d’Uber se sont fondés dans la circulation. Quatre taxis ont été déployés en septembre 2016 lors du lancement de l’opération. Equipés de radars, de lasers, de caméras, de capteurs haut de gamme et bien sûr d’une intelligence artificielle, ils ont réussi à rouler au sein d’une circulation dense sans connaître de véritables problèmes. Un véhicule a néanmoins eu des difficultés à savoir comment contourner une voiture en double file. Dans un premier temps, les chauffeurs seront présents au volant des voitures, sans les conduire bien sûr, mais pour éviter le moindre PLANÈTE ROBOTS N°44

I60-61


5p taxi.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:47 Page3

L’arrivée des taxis autonomes va engendrer de profonds changements pour le secteur.

risque et pour répondre aux normes juridiques de sécurité. Ensuite, il s’agira de mettre en circulation des taxis 100 % autonomes. L’objectif annoncé par Uber consiste de permettre aux transports d’être plus sécurisés, moins embouteillés, plus pratiques et moins chers qu’aujourd’hui. Pour eux, le but étant également de réduire leurs dépenses. L’entreprise a perdu 1,2 milliard de dollars au premier semestre 2016. Or, même si l’économie demeure bien plus complexe que cela, ne plus payer de chauffeurs apparaît comme une idée à ne pas négliger du côté des gouvernants. Outre Pittsburgh qui emploie donc certains acteurs du développement des véhicules sans chauffeur, c’est la cité-État d’Asie, Singapour, qui a lancé les premiers taxis au monde sans pilote directement au sein des rues d’une ville. À Singapour, sur un secteur restreint de l’île, quelques taxis sans conducteur ont circulé en août 2016, acheminant des passagers sur les lieux demandés. Après avoir obtenu l’autorisation de circuler, les taxis auto-

62-63

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

nomes de l’entreprise nuTonomy ont donc roulé avec des clients à bord, permettant ainsi au secteur de ne plus parler au futur mais bien au présent.

LES TAXIS SONT EN PLEINE MUTATION Alors qu’Uber bouleverse le secteur des taxis, et notamment sur les prix des courses, les taxis autonomes disposent des mêmes intentions. L’objectif annoncé est de réduire le prix des taxis pour les clients. Les exploitants expliquent que ces voitures sans chauffeur impliqueraient une réduction des coûts de main-d’œuvre et par conséquent une baisse des prix. Dans le même temps, les taxis autonomes ont pour vocation de cibler les personnes âgées et les handicapés. Pour eux, la conduite devient plus difficile et l’augmentation de l’offre « taxi » conduirait à combler ce problème en apportant une solution de transport adéquat et plus confortable que certains transports en commun. Alors certes, les taxis existent déjà, mais la population mondiale

OUTRE PITTSBURGH

QUI EMPLOIE DONC CERTAINS ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT DES VÉHICULES SANS CHAUFFEUR, C’EST LA CITÉ-ÉTAT D’ASIE, SINGAPOUR, QUI A LANCÉ LES PREMIERS TAXIS AU MONDE SANS PILOTE DIRECTEMENT AU SEIN DES RUES D’UNE VILLE.


5p taxi.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:47 Page4

Les taxis autonomes tracent leur route

Les Google Cars représentent la vitrine populaire des taxis autonomes.

GOOGLE, FORD, TESLA, LES PRINCIPAUX CONCURRENTS Lorsque l’on évoque les voitures autonomes, on pense d’emblée à Tesla. Le géant américain s’est positionné depuis plusieurs années sur les véhicules propres et d’avenir. En ce qui concerne les automobiles autonomes, l’entreprise d’Elon Musk fait partie des mieux équipées. Elle a assuré qu’en fin d’année, ses premières voitures 100 % autonomes verront le jour. Toujours très friande en termes de communication, Tesla Motors a même

LES LOIS ENVERS LES VÉHICULES

vieillissant, des taxis supplémentaires et novateurs peuvent être envisagés. Les lois envers les véhicules autonomes consistent en un autre élément moteur de la mutation des taxis. Elles demeurent encore assez floues. De temps à autre, des amendements se créent vis-à-vis de la Convention de Vienne, la loi internationale de 1968 sur la circulation routière. Ils permettent de mettre à jour ce texte selon les évolutions du secteur. Actuellement la loi établie indique que « les systèmes de conduite automatisée seront explicitement autorisés sur les routes, à condition qu’ils soient conformes aux règlements des Nations unies sur les véhicules ou qu’ils puissent être contrôlés voire désactivés par le conducteur. » C’est pourquoi, lors des premiers lancements de ces voitures, des pilotes seront tout de même présents sur le siège conducteur. La loi est amenée à évoluer en vue des mutations de l’automatisation des véhicules, il s’agit seulement pour la justice de ne pas se faire distancer par les ingénieurs en robotique œuvrant sur l’activité en question. Cela pourrait ralentir le développement des voitures autonomes.

AUTONOMES CONSISTENT EN UN AUTRE ÉLÉMENT MOTEUR DE LA MUTATION DES TAXIS. ELLES DEMEURENT ENCORE ASSEZ FLOUES. DE TEMPS À AUTRE, DES AMENDEMENTS SE CRÉENT VIS-À-VIS DE LA CONVENTION DE VIENNE, LA LOI INTERNATIONALE DE 1968 SUR LA CIRCULATION ROUTIÈRE.

publié une vidéo démontrant la faculté de son modèle à conduire automatiquement sans pilote. Une façon de prouver l’avancée de ses travaux. Il faut savoir que les places fortes du secteur ont mis en place une alliance économique visant, selon leurs dires, à accélérer et faciliter le développement des voitures autonomes. L’entente regroupe Uber, Volvo, Google, Lyft et Ford, ainsi que des concurrents

importants dans la course à l’autonomie automobile. L’objectif consiste à harmoniser les règlementations en vigueur en allant dans le même sens de circulation. Outre cette alliance, de nombreux constructeurs ont ouvert des sections consacrées à l’autonomie des voitures, preuve de leur arrivée croissante et future. C’est le cas de Nissan, Delphi, Mercedes-Benz, BMW, Toyota, Audi, ou encore General Motors, histoire de faire de la publicité pour tout le monde.

LES ROBOTS TAXIS DU JAPON En matière de robotique, il faut toujours compter sur le Japon. Uber, Tesla et les autres compagnies connaissent aussi un rival venu du pays du SoleilLevant. L’entreprise nippone ZMP, associée à DeNA, a lancé sa société Robot Taxi dans le but de mettre en circulation de nombreux taxis autonomes en 2020, et notamment à l’occasion des Jeux Olympiques de Tokyo. Afin de pallier à l’afflux de spectateurs pour l’événement le plus populaire et le plus médiatique au monde, le Japon mise donc sur des taxis robots capables de transporter des clients sur de courts trajets. Cette solution permettrait de densifier les capacités des transports locaux en ajoutant donc un nouveau mode de déplacement. Déployer des taxis autonomes lors des Jeux Olympiques serait également une véritable vitrine pour le Japon. Une vitrine qui présenterait l’excellence robotique nippone.

L’ARRIVÉE DES ROUTES INTELLIGENTES En réponse à cette évolution croissante des véhicules intelligents, arrivent les routes intelligentes. Aux Pays-Bas, des architectes mettent en place des routes écologiques faites de plastique recyclé censées être plus résistantes. En Grande-Bretagne, la société Direct Line planche sur un concept d’éclairage des routes par des drones. Une fois appelés PLANÈTE ROBOTS N°44

I62-63


5p taxi.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:47 Page5

Les taxis autonomes tracent leur route

À l’avenir les drones pourraient éclairer les routes peu illuminées.

queraient la sortie à prendre afin d’orienter les conducteurs vers un autre itinéraire qui permettrait de relier de nouveau l’autoroute ensuite. Sur cet itinéraire-là, la durée des feux verts serait plus grande pour que la perte de temps, due au détour pris, soit moins élevée. L’objectif étant donc d’arriver à une automatisation des routes de façon à fluidifier le trafic au mieux et à économiser du carburant, denrée rare pour l’avenir.

Les taxis robots japonais souhaitent s’établir pour les Jeux Olympiques 2020 de Tokyo.

Le français Navya propose déjà de petits bus taxis autonomes, pour des parcours délimités.

via une application, les drones viendraient éclairer la voiture concernée en suivant son trajet lors des virées nocturnes en dehors des grands boulevards. En Californie, le ministère des Transports a œuvré sur un projet visant à rendre connectée son autoroute. Ces routes « intelligentes », qui vont dans le sens du concept de Smart City que nombre de villes souhaitent s’y approcher, apportent une solution au développement des voitures autonomes. Encore peu nombreuses, elles aperçoivent tout de même un début de lumière à l’horizon, celle qui éclairera son arrivée. Les ingénieurs qui lorgnent sur ce concept travaillent sur des algorithmes de feux de signalisation visant à fluidifier le trafic en régulant les entrées et les sorties d’autoroute.

64-65

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

EN RÉPONSE À CETTE

ÉVOLUTION CROISSANTE DES VÉHICULES INTELLIGENTS, ARRIVENT LES ROUTES INTELLIGENTES. AUX PAYSBAS, DES ARCHITECTES METTENT EN PLACE DES ROUTES ÉCOLOGIQUES FAITES DE PLASTIQUE RECYCLÉ CENSÉES ÊTRE PLUS RÉSISTANTES. EN GRANDE-BRETAGNE, LA SOCIÉTÉ DIRECT LINE PLANCHE SUR UN CONCEPT D’ÉCLAIRAGE DES ROUTES PAR DES DRONES.

Parmi les éléments envisagés pour rendre les routes plus à la pointe de la technologie, ressortent les itinéraires secondaires en cas d’embouteillage. Des panneaux électroniques divulgueraient à l’avance la venue du bouchon et par la suite indi-

LA RÉUSSITE PASSE PAR UNE ÉVOLUTION DES MŒURS Afin de s’installer durablement sur le marché, les véhicules autonomes doivent également jouer sur la communication. Pour une grande partie de la population mondiale, il demeure toujours difficile de concevoir de se faire conduire sans conducteur. Depuis les débuts des voitures autonomes, le passager reste vigilant lorsqu’il est piloté par sa propre voiture. Cela s’explique tout simplement parce que la confiance n’est pas encore totalement instaurée entre la machine et l’homme. Ce ne sont pas les films de science-fiction qui permettront une évolution positive sur ce point, tant ils lorgnent, pour la plupart, sur un éventuel conflit robots/humains. Ainsi, pour réussir son ancrage sur le marché automobile, les taxis autonomes se doivent de passer par une stratégie marketing et de débattre sur les apports qu’ils peuvent transmettre. L’évolution des mœurs représente l’élément incontournable pour l’arrivée massive de ces véhicules high-tech. À l’image des Japonais qui par leur culture acceptent plus naturellement l’expansion de la robotique, le reste du monde devra se pencher sur la question et sans doute apprendre à faire confiance à la machine. Les taxis autonomes ont encore une longue ligne droite à parcourir pour arriver dans nos villes, mais la sortie d’autoroute se distingue à l’horizon. Ils promettent une plus grande adaptabilité pour le client, des prix attractifs et plus de sécurité sur la route. Des promesses alléchantes qui devront se concrétiser lors des lancements initiaux, afin de ne pas perdre la confiance transmise pour l’obtention de ces premiers trajets. Une fois ancré, et c’est bien ici l’étape la plus délicate, ils risquent de modifier le paysage des routes urbaines et de bouleverser les habitudes de conduite. ■Arthur Vernassière


1p ancien numeros43.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 18:52 Page1

n o i t c e l l o c e r t o v z e t é l Comp es que Commandez les revu vous souhaitez recevoir

Numéro 8

Numéro 9

Numéro 10

Numéro 11

Numéro 12

Numéro 13

Numéro 14

Numéro 15

Numéro 16

Numéro 17

Numéro 18

Numéro 19

Numéro 20

Numéro 21

Numéro 22

Numéro 23

Numéro 24

Numéro 25

Numéro 26

Numéro 27

Numéro 28

Numéro 29

Numéro 30

Numéro 31

Numéro 32

Numéro 33

Numéro 34

Numéro 35

Numéro 36

Numéro 37

Numéro 38

Numéro 39

Numéro 40

Numéro 41

Numéro 42

Numéro 43

BULLETIN DE COMMANDE À DÉCOUPER OU PHOTOCOPIER ET À RETOURNER À : PLANÈTE ROBOTS - ÉDITIONS D'ACAMAR, 161, BD HENRI-SELLIER, 92150 SURESNES ❏ Je paye par chèque à l’ordre des Éditions d’ACAMAR ❏ Je désire une facture

(adresse courrier électronique impérative dans ce cas)

Société ...................................................................................

Nom ....................................................................................... Prénom ..................................................................................

Profession (facultatif)............................... Âge (facultatif) .............. Adresse ..................................................................................

................................................................................................

Code postal ............................................................................

Ville ................................................ Pays ............................. Téléphone fixe (facultatif) ..........................................................

Téléphone portable (facultatif) ...................................................

E-mail .....................................................................................

Je désire commander le ou les numéro(s) suivant(s) : Cochez la case correspondante

❏ n°1 - ❏ n°2 - ❏ n°3 - ❏ n°4 - ❏ n°5 - ❏ n°6 - ❏ n°7 - ❏ n°8 ❏ n°9 ❏ n°10 - ❏ n°11 - ❏ n°12 - ❏ n°13 - ❏ n°14 - ❏ n°15 ❏ n°16 ❏ n°17 ❏ n°18 ❏ n°19 ❏ n°20 ❏ n°21 ❏ n°22 ❏ n°23 ❏ n°24 ❏ n°25 ❏ n°26 ❏ n°27 ❏ n°28 ❏ n°29 ❏ n°30 ❏ n°31 ❏ n°32 ❏ n°33 ❏ n°34 ❏ n°35 ❏ n°36 ❏ n°37 ❏ n°38 ❏ n°39 ❏ n°40 ❏ n°41 ❏ n°42 ❏ n°43

Nombre de magazines cochés ...... x 5,90 € = .......... + participation aux frais d’envoi : 6 € 1 numéro commandé 10 € 2 à 10 numéros commandés

Au-delà de 10 numéros, nous contacter : contact@planeterobots.com

Total : ..........

Exemple : 4 magazines cochés 4 x 5,90€ = 23,60€ + 10€ d’envoi = 33,60€

PLANÈTE ROBOTS N°44

I64-65


Robots ludiques

4p zaven.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 19:02 Page1

Zaven Paré

de la marionnette électronique aux robots Zaven Paré est à la fois artiste et chercheur. Formé à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris puis au Muséum national d'histoire naturelle, son parcours le mène ensuite à poursuivre un cursus universitaire où il obtiendra un doctorat en Lettres et un postdoctorat en Robotique (à l'université d'Osaka). Entre arts et sciences, il est le créateur des fameuses marionnettes électroniques.

Planète Robots : Pouvez-vous nous parler de cette invention que l'on retrouve d'ailleurs dans deux spectacles de Valère Novarina, Le Théâtre des Oreilles (en 1999) et La scène (en 2003).

Zaven Paré : Oui, ces premières marionnettes électroniques ressemblaient en tous points à des inventions. L’une étant une machine analogique et l’autre numérique. La première comme la seconde permettaient d’incarner des personnages de théâtre. Ainsi, je me suis permis de mettre en scène le clone de Valère Novarina, l’auteur luimême, afin de montrer l’éternel dilemme tel qu’il

66-67

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

AU DÉBUT, C’ÉTAIT SANS COMPTER QUE CES APPAREILS PUISSENT ÊTRE ASSIMILÉS À DES ROBOTS, JE CONSIDÉRAIS MES MACHINES COMME DE PLUS OU MOINS COMPLEXES ASSEMBLAGES.

peut exister entre l’auteur et le metteur en scène. Il faut bien comprendre que ce travail conduit avec des robots au théâtre ne présente pas des démos ou simplement des contorsions techniques, mais qu’au contraire, ce type de mise en scène permet de les mettre en situation. Simplement montrer des robots ou démontrer leur virtuosité technique n’est pas le but recherché, la difficulté réside bien dans la direction du jeu d’acteur de ces machines, pour essayer d’interpréter des personnages avec plus ou moins de talent, et finalement rendre leur présence ou leur interlocution vraisemblable. Au début, c’était sans compter que ces appareils


4p zaven.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 19:02 Page2

Replie R1, Replie Q2 et deux chercheurs, à l’Intelligent Robotics Laboratory (Prof. Ishiguro Lab.) Department of Systems Innovation, Graduate School of Engineering Science, Osaka University, 2009.

© Brigitte Pougeoise.

puissent être assimilés à des robots, je considérais mes machines comme de plus ou moins complexes assemblages de dispositifs mécaniques, pneumatiques, électroniques, optiques et acoustiques. En fait, la robotique commençait à glisser du cinéma vers le théâtre sous la forme d’actroïdes, des acteurs mécaniques entre automates et robots. Le destin pionnier de trois de ces machines leur vaut aujourd’hui de figurer dans des musées et le reste est de l’histoire.

Der Jasager, installation avec 10 visages rétroprojetés, 2004-2016, Mont-Saint-Aignan, Enghien-les-Bains.

En 2007, Zaven Paré a rencontré, lors d'un congrès d'anthropologues à Oxford, le professeur Hiroshi Ishiguro qui le considère comme le chaînon manquant de la robotique. Il lui a proposé de travailler avec lui sur sa plateforme de recherche théâtrale le Robot Actors Project (qui sera concrétisé en 2009) et où Zaven Paré devient Robot Drama Researcher pour le répertoire du dramaturge Oriza Hirata, qui met en scène des humanoïdes et des geminoids du professeur. Zaven Paré a alors résidé à la Villa Kujoyama et obtenu une bourse de la Japan Society for the Promotion of Science. Il rapporte ses expériences dans une publication Le jour où les

Zaven Paré, L'âge d'or de la robotique japonaise (2016).

Résumé du livre L'âge d'or de la robotique japonaise : Dans cet ouvrage, l’auteur décrit et questionne la manière dont, au cours des premières années du XXIe siècle, un surprenant mouvement de curiosité étayé par des progrès techniques et technologiques importants a permis d’accélérer le développement et la fabrication de robots souvent surprenants, parfois inquiétants, mais, pour la plupart, surtout vecteurs d’enchantement. Cette décennie, véritable âge d’or de la robotique au Japon, a vu l’autonomie des robots être réellement envisagée sur le plan technique et les recherches et les expérimentations sortir des laboratoires de robotique pour gagner tous les champs disciplinaires, des diverses branches de l’ingénierie à la fabrication des objets du quotidien, en même temps que les robots devenaient partout visibles, dans les médias comme dans la réflexion philosophique ou encore dans les arts, comme par exemple au théâtre. robots mangeront des pommes (en 2011), une sorte de carnet de voyage scientifique, réalisé avec Emmanuel Grimaud, anthropologue avec lequel il collabore et qui se trouve également être l'un des commissaires de l'exposition du Musée du Quai Branly en 2016 « Persona, Étrangement humain » dans laquelle certaines de ses œuvres ont également pris part.

Planète Robots : Racontez-nous un peu comment vous avez vécu cette expérience au Japon et votre lien avec l’anthropologie. Zaven Paré : Le fait de travailler dans un certain isolement m’a permis de développer un travail unique en répondant de manière incongrue à quelques problématiques qui relevaient de questionnements cruciaux de roboticiens tels qu’Ishiguro au Japon. L’un des enjeux de ce type de robotique épigénétique telle qu’elle a pu être développée par Ishiguro était alors l’otage d’une PLANÈTE ROBOTS N°44

I66-67


4p zaven.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 19:02 Page3

Valère Novarina, La scène (2003). Marionnettes électroniques de Zaven Paré.

« pseudo-théorie scientifique » qu’on nomme « l’inquiétante étrangeté ». Beaucoup de recherches portaient sur l’imitation, qu’il s’agisse de l’apparence ou des mouvements. Or, le problème qu’on rencontrait avec les robots anthropomorphiques ne se résumait pas seulement au rapport entre leur degré de ressemblance et leur degré de familiarité. S’il était supposément question d’imaginer des humanoïdes ou des androïdes parmi nous, en les faisant sortir des laboratoires, il n’était donc plus question de se contenter de les tester comme des objets d’étude singuliers.

68-69

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

Les robots devaient être mis en situation, et ce fut d’abord le cas grâce au théâtre. C’est ce qui a été proposé avec la création d’une plateforme de recherche théâtrale dans le laboratoire de robotique de l’université d’Osaka. L’étude des robots ne se cantonnait plus à celle de l’imitation, mais elle entrait dans le champ de la représentation et de l’étude des relations sociales au contact de ces drôles de machines, face à une audience ou en interaction, hors des laboratoires. Grâce à l’embodiment de l’intelligence ar tificielle, ces types d’expérimentations ont notamment permis des

développements de ce que l’on appelle aujourd’hui l’intelligence émotionnelle. Après, parmi d’autres champs de recherche des sciences humaines, l’anthropologie a effectivement commencé à s’intéresser à ces développements technologiques, en y trouvant un support opportun pour énoncer à son tour de nouvelles théories sur de probables nouvelles manifestations de formes d’existence qui ne seraient pas simplement humaines ou biologiques. Mais, pour le moins, mes premières expérimentations en robotique sociale dans les laboratoires


4p zaven.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 19:03 Page4

© 2014 - Arnaud Deshaye, courtesy ARTMAP Research.

Zaven Paré, de la marionnette électronique aux robots

Zaven Paré, Bappa 1.0 - Œuvre exposée au Musée du Quai Branly en 2016 pour « Persona, Étrangement humain ». — En dessous… Zaven Paré et Emmanuel Grimmaud, Le jour où les robots mangeront des pommes (2011).

des micromouvements pour remplacer des boucles de mouvements posturaux. Cette recherche est aujourd’hui à la base de la mise en scène des petits gestes inconscients des robots, ces mouvements similaires aux « rêveries » développées par Antony Hopkins, alias Robert Ford, le personnage du roboticien de la série Westworld.

LE FAIT DE TRAVAILLER DANS UN CERTAIN ISOLEMENT M’A PERMIS

d’ATR à Kyoto se sont contentées de mettre en évidence de rudimentaires formes de présence ou d’éveil, dans la manière dont ces robots essayent d’« être au monde ». Ainsi, par exemple, au détour de leurs failles et de leurs formes de déficience, il est possible de rapidement conclure qu’il leur est peut-être assez difficile d’exister en dehors de la forme d’empathie que provoquent leurs pannes techniques. Puis, au fil d’un long travail de coprésence avec des robots, il fut possible de remarquer l’importance que pouvait appor ter la programmation

DE DÉVELOPPER UN TRAVAIL UNIQUE EN RÉPONDANT DE MANIÈRE INCONGRUE À QUELQUES PROBLÉMATIQUES QUI RELEVAIENT DE QUESTIONNEMENTS CRUCIAUX DE ROBOTICIENS TELS QU’ISHIGURO AU JAPON.

PR : Vous avez publié dernièrement un livre très complet, qui va sans doute devenir une véritable référence en la matière : L'âge d'or de la robotique japonaise. Pouvez-vous nous décrire cet ouvrage ? ZP : En fait, de la même manière que j’ai reçu une certaine reconnaissance japonaise au travers de la bourse de la JSPS qui m’a permis de continuer

Valère Novarina, Le Théâtre des Oreilles (1999).

mes recherches dans les laboratoires de robotique de ce pays, il me paraissait important de retourner l’appareil en faisant par tager ma fascination pour ce domaine exemplaire de l’ingénierie japonaise. Cet ouvrage explique notamment le passage de l’automate à l’automatisation, et celui de l’autonomisation des machines à la robotique. De manière plus par ticulière, il por te aussi sur une expérience de collaboration et la compilation d’échanges avec des grandes figures de la robotique de ce pays durant cette dernière décennie : les professeurs Masahiro Mori, Minoru Asada et Hiroshi Ishiguro. Il semblerait qu’il s’agisse effectivement de l’étude la plus complète sur ce sujet à ce jour. En même temps qu’il s’agit d’une véritable introduction à l’histoire et à la société japonaise au travers des développements de la robotique dans ce pays, cet ouvrage essaye de faire la démonstration que les développements de ces technologies reposent essentiellement sur un modèle de société et non simplement sur un choix industriel qui serait strictement motivé par des raisons économiques. PR : Merci pour cet entretien Zaven Paré et nous ne manquerons pas de suivre vos prochains travaux. ■Propos recueillis par Aurélie Gallois

Zaven Paré participe actuellement à l'exposition « Golem ! Avatars d’une légende d’argile » au Musée d'art et d'histoire du Judaïsme de Paris. À découvrir jusqu'au 16 juillet prochain.

PLANÈTE ROBOTS N°44

I68-69


Robots ludiques

2p orlan.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 15:22 Page1

ORLAN à l'heure des nouvelles technologies

«

O

Quand ORLAN, reine de l'art contemporain, papesse de l'art charnel, déesse de l'hybridation, s'approprie les nouvelles technologies, il en en résulte des œuvres à la fois fascinantes, percutantes, politiques et engagées. À découvrir et expérimenter…

RLAN, entre autres et dans la mesure du possible », est une artiste plasticienne française dont l'identité toujours mouvante, nomade, mutante, lui permet de travailler sur l'hybridation. Son corps, devenu un lieu de débat public, est son principal matériau. L'intégralité de son œuvre interroge et critique le statut du corps opprimé dans la société par toutes les pressions culturelles, traditionnelles, politiques et religieuses qui s’impriment dans nos chairs. Elle milite pour la tolérance, la solidarité, l’ouverture aux autres et à soi-même par une approche unique de la science, des nouvelles technologies et du corps humain. Cette artiste, humaniste et féministe, utilise différentes techniques, des plus conventionnelles aux plus sophistiquées, comme l'usage de l'interactivité, de la réalité augmentée ou d'objets connectés.

70-71

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

SCULPTURE CYBORG Bump Load (2009) Fruit d'un important travail de recherche et d'innovation, Sculpting Brushes, version lumineuse n°1, est la première sculpture interactive d'une série intitulée Bump Load. ORLAN prête ses traits à cette créature cyber-ethnique, à la fois futuriste et archaïque. Ce personnage, bardé de fibres optiques et autres sources de lumière, réagit à la présence des spectateurs par des réponses lumineuses singulières grâce à ses capteurs de mouvement. Cette pièce est une tentative de réappropriation de la technologie, dont l'utilisation se veut parfois déshumanisante, au profit d'un imaginaire libre, celui de la mondialité. L'artiste y critique notamment l’exploitation forcenée du coltan, un minerai utilisé pour fabriquer les téléphones cellulaires et ordinateurs portables, aujourd’hui source de graves conflits géopolitiques et emblème des ravages du système capitaliste.

UNE EXPOSITION EN RÉALITÉ AUGMENTÉE « Masques, Pekin Opera facing designs & réalité augmentée » (2014) À l’occasion de l’exposition « Masques, Pekin Opera facing designs & réalité augmentée », pour la Galerie Michel Rein à Paris, l’artiste a réactualisé sa série des Self-hybridations avec des autoportraits inspirés de l'Opéra de Pékin. Face à cet accrochage traditionnel, le visiteur pouvait, avec son smartphone ou avec une tablette à sa disposition, scanner le tableau grâce à une application de réalité augmentée : Augment. Le spectateur avait la surprise de voir apparaître face à lui, l'artiste en 3D à l’échelle 1. L'avatar réalisait alors une performance dans laquelle elle jouait avec les masques, les enlevait, jonglait, et réalisait des acrobaties tel un acteur du spectacle chinois. De plus, si au sortir du tableau, ORLAN portait tatouages et maquillages aux motifs de la toile, au fur et à mesure de


2p orlan.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 15:25 Page2

ORLAN EST LA PREMIÈRE

ARTISTE À UTILISER LA RÉALITÉ AUGMENTÉE POUR ENRICHIR SON ŒUVRE, METTANT EN RELATION LE RÉEL ET LE VIRTUEL.

Le Dobot Arm V1.0 est l’ancien modèle de la gamme, mais il était déjà un robot intéressant pour l’éducation.

rallèle, à mesure qu'il répare ces œuvres, il s'humanise, son corps/sculpture devient un corps humain et sauve ainsi l'humanité tout entière. Le jeu qui comporte actuellement deux niveaux sur les sept prévus, offre deux possibilités au spectateur : un mode démonstration et un mode joueur. Pour tester le jeu il suffit alors d'enfiler deux bracelets connectés développés par PTYZ qui dirigent le personnage. À suivre… ■Aurélie Gallois

Vous pouvez poursuivre cette découverte sur le Net via le site officiel de l'artiste: http://www.orlan.eu/ ou les expérimenter à la Galerie Michel Rein à Paris.

Le Dobot Magician est un bon moyen pour s’initier à la programmation d’un robot, mais également pour transmettre ses compétences à la jeune génération.

son numéro, ils s'effaçaient la laissant le visage nu. ORLAN est la première artiste à utiliser la réalité augmentée pour enrichir son œuvre, mettant en relation le réel et le virtuel. Avec cette pièce, elle aborde l'idée du travestissement et critique l'interdiction faite aux femmes de jouer et de chanter à l'Opéra de Pékin. ART ET OBJETS CONNECTES La liberté en écorchée (2013) En 1976, ORLAN débute une œuvre qui la poursuivra toute sa vie : Les MesuRAGEs. Il s'agit d'une performance au cours de laquelle l'artiste mesure un lieu, une institution, avec son corps comme étalon et suivant un cérémonial bien défini. Son corps devient la mesure de chaque chose. En 2013, elle rejoue ces performances munie d'un brassard connecté qui mesure les données physiques de son corps (calcul des calories, des battements du cœur…). La performance est ensuite effectuée par

l'avatar 3D de l'artiste en écorché, faisant apparaître sa musculature et ses brassards vert acide (couleur identique à celle de ses deux implants). Le personnage lève le bras au ralenti pour prendre la pose de la Statue de la Liberté, geste qu'effectue ORLAN à la fin de ses MesuRAGEs. Jouer n’est pas tuer (2015) Cette œuvre nous propose un autre avatar virtuel de l'artiste en cyborg. Jouer n'est pas tuer est un jeu qui détourne complètement les codes des jeux vidéo. Ici, il n'est pas question de tuerie et le personnage central est bien loin des stéréotypes de corps des femmes à la Tom Ryder. Le joueur est glissé dans la peau d'une sorte de robot, dans un univers sombre ressemblant à des lieux de conflits en Iran, en Irak, ou en Syrie, errant dans les vestiges d'une société anéantie où ne subsistent que des bruits sourds et inquiétants. Le joueur a pour but de reconstruire des œuvres d'art brisées. En pa-

Image de démonstration pour l’exposition « Masques, Pekin Opera facing designs & réalité augmentée », Galerie Michel Rein à Paris.

PLANÈTE ROBOTS N°44

I70-71


Innovations du futur

4p assistants.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:47 Page1

Les assistants intelligents

L

donnent de la voix

Encore inconnus il y a cinq ans, les assistants intelligents font désormais partie de notre quotidien sur nos smartphones et, c’est nouveau, à la maison. Les ventes d’Amazon Echo se sont envolées en fin d’année 2016, un véritable phénomène de société.

assistant intelligent a été le cadeau de Noël 2016 outre-Atlantique. Amazon en aurait vendu plus de 3 millions lors du quatrième trimestre 2016 contre seulement 1 million un an auparavant. Si les chiffres de vente officiels restent secrets, 8,2 millions de foyers américains disposeraient d’un assistant intelligent Amazon. Preuve de l’engouement du public pour cet objet connecté d’un nouveau type, la base installée aurait triplé en 12 mois selon les chiffres avancés par le cabinet d’études Consumer Intelligence Research Partners. Selon le Wall Street Journal, peu avant Noël, Amazon aurait été contraint de retirer de son site son assistant vocal afin de réserver les tous derniers exem-

72-73

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

plaires à ses magasins physiques. Depuis, le géant du e-commerce a lancé son assistant dans divers pays, dont une partie de l’Europe En novembre 2016, Google imitait Amazon et lançait Google Home, sa réplique et de nombreuses marques se préparent à leur emboîter le pas, soit en proposant leur propre assistant intelligent, soit en embarquant une technologie de ce type dans leurs produits. Cette vague va bien au-delà de ce à quoi le marché de la domotique était habitué. Avec leurs smartphones, le grand public s'est peu à peu habitué à utiliser des assistants vir tuels. Après les plaisanteries inspirées au lancement de Siri par Apple, les utilisateurs d'iPhone se sont peu à peu habitués à utiliser l'assistant Apple, entraînant les utilisateurs d'Android à essayer Google

Now et les adeptes de Windows à essayer Cortana. Selon la toute dernière enquête Deloitte, Global Mobile Consumer Survey, 29 % des Français ont déclaré utiliser des assistants vocaux. Consultation des bulletins météo, itinéraires routiers et état du trafic sont les trois requêtes les plus fréquentes. AMAZON ECHO, PLUS QU’UN ASSISTANT, UN ECOSYSTÈME Préparés par les assistants vir tuels de leurs smartphones, les consommateurs étaient préparés à l'arrivé de tels dispositifs dans leur foyer, ce qui explique le carton réalisé par l'Amazon Echo et de ses déclinaisons Echo Dot et Amazon Tap qui tous trois s’appuient sur l’intelligence artifi-


4p assistants.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:47 Page2

Avec son Echo Dot et un modèle portable, le Tap, Amazon est aujourd’hui le plus avancé sur le marché de l’assistant intelligent. Son I.A. Alexa bénéficie de très nombreuses extensions développées par des tiers.

Cortana fut la réponse de Microsoft au Siri d’Apple. Cortana est installé d’office sur les ordinateurs équipés de Windows 10.

ans après le lancement d'Amazon Echo. Trop tard pour contrer la montée en puissance d'Amazon, mais les ressources de Google sont telles et le vivier de développeurs Android, on peut imaginer que Google a les moyens de rééditer dans la maison ce qu'il est parvenu à faire sur le marché des smartphones avec Android. La Google Home

EN NOVEMBRE 2016, GOOGLE IMITAIT AMAZON ET LANÇAIT GOOGLE HOME, SA

L’assistant Google Home, lancé près de deux ans après l’Amazon Echo doit désormais séduire les développeurs et partenaires afin de rivaliser avec son concurrent.

cielle Alexa. Outre leur capacité à répondre à des questions simples et bien évidemment passer des commandes sur le site Amazon.com, l'assistant Alexa offre un atout de poids, c’est une technologie ouverte. L'Américain a publié un kit afin de permettre aux développeurs de créer des skills, des extensions qui permettent d'utiliser un Amazon Echo afin de contrôler n'importe quel objet connecté de la maison ou n'importe quelle application. Amazon a couplé ce kit à son service Cloud Amazon Web Services, ce qui permet aux développeurs de créer de nouveaux skills relativement facilement. Le concept a immédiatement séduit de nombreuses marques qui ont créé un skill afin d'attirer vers leurs services les consom-

mateurs. Le catalogue officiel mis en ligne par Amazon compte actuellement plus de 7 000 skills à ce jour, un nombre qui ne cesse de grandir. Si beaucoup sont totalement inutiles, cette effervescence témoigne du succès rempor té par Amazon dans son approche d'un marché naissant.

GOOGLE HOME, LANCÉ AVEC 2 ANS DE RETARD SUR AMAZON Face à cette percée inattendue, les rivaux d’Amazon ne sont pas restés l’arme au pied. Annoncé lors de Google I/O 2016 en mai 2016, l'assistant Google Home n'a été véritablement disponible en nombre qu'à partir du mois de novembre, soit 2

RÉPLIQUE ET DE NOMBREUSES MARQUES SE PRÉPARENT À LEUR EMBOÎTER LE PAS, SOIT EN PROPOSANT LEUR PROPRE ASSISTANT INTELLIGENT, SOIT EN EMBARQUANT UNE TECHNOLOGIE DE CE TYPE DANS LEURS PRODUITS.

reprend la philosophie de fonctionnement de l’Amazon Echo, Google Assistant prenant la place d’Alexa pour donner vie à l’objet connecté. Tout comme son rival, Google Home peut répondre à diverses questions, diffuser de la musique depuis Google Play Music, Spotify ou Pandora. Au niveau de l’extension des capacités de base d’une Google Home, il existe une intégration entre Google Assistant, l'I.A. présente dans l'assistant Google PLANÈTE ROBOTS N°44

I72-73


4p assistants.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:47 Page3

Home, et le service IFTTT. En outre, Google propose de développer ce que ses développeurs appellent des « Conversation Actions », c'est à dire de nouveaux comportements pour Google Assistant et donc la Google Home. Google propose deux moyens d'y parvenir, soit avec « Actions SDK » destiné aux développeurs, soit via le service API.AI.

APPLE ET MICROSOFT SUR LA DÉFENSIVE Nombreux sont ceux qui voient d’un mauvais œil Amazon et Google se partager un marché des assistants personnels. Apple a déjà installé Siri sur son Apple TV mais la rumeur veut que la marque à la pomme travaille sur le prototype d’un objet connecté du même type que l’Amazon Echo. Microsoft ne compte pas non plus rater cette vague. L'Américain n'a pas annoncé vouloir lancer à son tour une copie d'Amazon Echo mais il prépare sa

L'AMÉRICAIN A PUBLIÉ UN KIT

AFIN DE PERMETTRE AUX DÉVELOPPEURS DE CRÉER DES SKILLS, DES EXTENSIONS QUI PERMETTENT D'UTILISER UN AMAZON ECHO AFIN DE CONTRÔLER N'IMPORTE QUEL OBJET CONNECTÉ DE LA MAISON OU N'IMPORTE QUELLE APPLICATION.

riposte avec Windows 10 Creators Update, prochaine évolution majeure de son système d'exploitation. Son I.A. Cortana va faire son apparition dans les frigos et autres équipements électroménagers connectés qui disposent d’un écran et Microsoft considère toujours le PC comme un terminal potentiellement intéressant pour piloter une maison connectée. Windows 10 va proposer une fonction Home Hub : chaque membre de la famille pourra piloter les objets connectés de la maison par commandes vocales, Cortana restant en permanence à l'écoute, même lorsque l'ordinateur est verrouillé. Est-ce que cela sera suffisant pour contrer cette déferlante ? Microsoft mise sur le parc colossal de 400 millions de terminaux équipés de Windows 10 pour pousser son I.A. Cortana dans chaque foyer.

IBM WATSON, UN CHALLENGER TRÈS DISCRET Face à ce combat de géants auquel on peut ajouter Samsung qui prépare son intelligence artificielle ou LG qui prépare le Hub Robot, un nouveau rival pour l’Amazon Echo dont nul ne

74-75

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

Jibo fait partie de cette nouvelle génération de robots domestiques qui s'appuient sur les fonctionnalités Cloud d'IBM Watson.

sait encore à quoi il va ressembler, bien peu de start-up peuvent se targuer de maîtriser l’ensemble des technologies, notamment d’intelligence artificielle, nécessaire à la conception d’un assistant domestique. Une solution s’offre à elles, c'est IBM Watson, la célèbre intelligence artificielle sur laquelle travaille IBM depuis plusieurs dizaines d'années maintenant. IBM propose en effet les différentes fonctionnalités de Watson sous forme de services Cloud très facilement accessibles aux développeurs, des services par ailleurs payés à l’usage. C'est le choix qu'a fait Olivier Courtade, fondateur de MYXYTY, une entreprise qui conçoit des équipements domotiques à Sofia Antipolis. Sa dernière réalisation, le MyxyPod a décroché un trophée lors du CES de Las Vegas. Il s'agit d’une enceinte connectée comparable à l’Amazon Echo à la différence que le Français a rendu son MyxyPod évolutif. On peut lui ajouter des fonctionnalités additionnelles en empilant

des extensions sur le cylindre. Le produit est encore en phase d’étude et doit être lancé au troisième trimestre, mais Olivier Cour tade, qui pensait proposer la commande vocale en tant qu’extension a décidé de l’intégré au MyxyPod de base. « Nous sommes tout petits, mais nous cherchons à gagner des parts de marché au niveau mondial. C’est la raison pour laquelle nous avons signé un partenariat avec IBM afin d’exploiter les services de Watson sur notre MyxyPod. Le développement a commencé il y a quelques mois avec IBM et nous avons déjà des cas d'utilisation très intéressants pour notre MyxyPod, avec des fonctions pour l'habitat, mais aussi une gestion de shopping list, des recettes de cuisine, etc. » Le développement est rapide et Watson supporte d’ores et déjà 12 langues, un atout indéniable pour vendre un assistant à l’international mais l’approche IBM offre un autre atout qui n’est pas uniquement technique. Contrairement


4p assistants.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 13:47 Page4

Les assistants intelligents donnent de la voix

Denon, le fabricant de systèmes hi-fi a fait le choix d’intégrer Alexa à son système d’écoute multiroom sans fil HEOS. Une intégration qui permettra de commander le système à la voix.

PLUS D’INTELLIGENCE POUR LES ASSISTANTS VOCAUX Pour Nils Lenke, senior directeur de Nuance Corporate Research, un spécialiste de la reconnaissance vocale dont les algorithmes sont présents dans de multiples produits, nous n’en sommes qu’aux débuts de l’essor de ces assistants vocaux : « Le discours conversationnel, rendu possible grâce aux progrès dans l’intelligence artificielle, va devenir crucial pour offrir aux utilisateurs de nou-

NOMBREUX SONT CEUX QUI VOIENT D’UN MAUVAIS ŒIL AMAZON ET GOOGLE SE

à ce que font Amazon et Google, il n’y a pas de volonté d’analyse compor tementale de la par t d’IBM pour exploiter cette donnée à des fins publicitaires. « Le positionnement de MYXYTY est B2B2C. Nous fabriquons nos produits pour des distributeurs, des assureurs, des opérateurs télécom et autres fournisseurs d'énergie or il est impensable pour eux de transférer leurs bases clients à Google ou Amazon qui seront, potentiellement concurrents avec eux un jour ou l’autre. En nous appuyant sur Watson, nous leur offrons une alternative avec une donnée qui restera privée et restera en la possession de notre client. » Beaucoup de star t-up du monde des objets connectés mais aussi de la robotique domestique ont fait cette analyse. Ainsi, le petit robot Jibo, qui n'est finalement qu'un assistant domestique animé, s'appuie lui aussi sur l'intelligence d'IBM Watson, de même que le célèbre Buddy de Blue Frog Robotics.

PARTAGER UN MARCHÉ DES ASSISTANTS PERSONNELS. APPLE A DÉJÀ INSTALLÉ SIRI SUR SON APPLE TV MAIS LA RUMEUR VEUT QUE LA MARQUE À LA POMME TRAVAILLE SUR LE PROTOTYPE D’UN OBJET CONNECTÉ…

velles expériences à la fois naturelles et uniques, dans un monde ou les écrans et menus de navigation sont voués à disparaître. L’Internet des Objets va permettre l’émergence d’un monde où les assistants virtuels ultra-spécialisés, bots et agents conversationnels seront omniprésents. » Selon cet expert, le secret d’un bot ou d’un assistant vocal réussi, c’est de pouvoir tenir des conversations intelligentes à double sens avec

des individus. « Tout comme les individus, les systèmes doivent être capables de comprendre le contexte au gré des changements de sujet, ainsi que maîtriser les jargons et le langage parlé. Aujourd’hui, la plupart des chatbots ne sont pas assez sophistiqués pour faire ça. Certains seront ainsi capables de répondre correctement à des questions simples telles que « quel température fait-il à Davos ? », mais si le consommateur poursuit la conversation en disant « Et à Munich ? », la plupart des bots ne seront pas capables de comprendre que le contexte de la question porte toujours autour du temps. » Nul doute que l’engouement du public pour les assistants intelligents va booster les recherches dans le domaine et que les futures évolutions des assistants domestiques auront bien plus de conversation. ■AC

Le MyxyPod du Français MYXYTY disposera d’une commande vocale en 12 langues dès son lancement grâce à IBM Watson. PLANÈTE ROBOTS N°44

I74-75


Innovations du futur

2p cite.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 14:24 Page1

M

© Waymo.

CITE

une ville fantôme pour tester les technologies de demain Robots, drones de livraison, voitures autonomes mais aussi les objets connectés vont se multiplier dans la ville de demain et pour les tester dans un environnement aussi proche que possible du réel, des Américains veulent bâtir une ville entière sans aucun habitant : CITE.

ettre au point un véhicule autonome implique fatalement de passer par des tests sur route ouverte, au milieu des autres véhicules, des piétons et cyclistes inconscients mais aussi dans un environnement où le GPS peut être imprécis entre les immeubles, où la qualité du réseau cellulaire est très variable. Autant de conditions qu’il est difficile de reproduire sur un circuit d’essai classique mais les tests en zones urbaines posent de nombreuses contraintes. D’une part, il faut pouvoir décrocher l’autorisation des autorités. Uber vient de s’en mordre les doigts à San Francisco où ses voitures autonomes ont été immédiatement interdites. Quant à faire voler des drones de livraison, ni Amazon, ni Google n'en ont reçu l'autorisation, car ces tests en conditions réelles posent un risque d’accidents évident.

76-77

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

LE PROJET DISPOSE DE PLUS DE 160 HECTARES DE TERRAIN EN PLEIN DÉSERT DU NOUVEAUMEXIQUE POUR CONSTRUIRE SA VILLE. 16 MUNICIPALITÉS AVAIENT POSÉ LEUR CANDIDATURE AFIN D’ACCUEILLIR CETTE VILLE UNIQUE AU MONDE.

UNE VILLE MOYENNE AMÉRICAINE ENTIÈREMENT VOUÉE À LA TECHNOLOGIE Pour mener leurs tests, les constructeurs ont besoin d’infrastructures qui ressemblent le plus possible à l'environnent auquel sera confronté leur véhicule, notamment en ville. C’est en tout cas le raisonnement de Paul Feiler, le P.-D.G. de Marble Arch Partners, qui s'est lancé dans un projet un peu fou: construire une ville entière totalement dévouée à l’expérimentation des nouvelles technologies. Baptisée CITE pour Center for Innovation,Testing, and Evaluation, cette ville sera dépourvue d’habitants, mais verra des voitures autonomes, des robots et drones de tout poil évoluer sans contrainte sous l’œil des chercheurs. Son projet va bien au-delà de la seule voiture autonome puisque les chercheurs pourront tester leurs équipements que ce soit dans les domaines des télécommunications, de l’énergie, des objets connectés, des


2p cite.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 14:24 Page2

CITE devrait contenir tout ce qu’une ville américaine moderne comporte comme élément.

emballées par le projet, mais encore faut-il que Marble Arch Partners réunisse le budget nécessaire à la construction de cette ville unique au monde. Le projet était auparavant porté par une autre firme, Pegasus Global Holdings, qui avait déjà sélectionné un site et annoncé le début des travaux en 2012… sans que rien ne sorte de terre. Depuis, Marble Arch Partners a pris le relai, mais le défi est de taille. Il s'agit de réunir entre 550 millions et 800 millions de dollars pour que les travaux soient lancés sachant qu’une fois achevée cette ville aura coûté 1 milliard de dollars à ses investisseurs. Les promoteurs de CITE parviendront-ils à rassembler une telle somme? ■AC

Mcity, la ville dédiée à la voiture autonome inaugurée en 2015 En marge de la ville elle-même, CITE doit offrir aux chercheurs un campus et des laboratoires où ceux-ci pourront travailler sur leurs équipements avant de les tester dans les rues de CITE.

robots et drones. Paul Feiler espère attirer à la fois les industriels, les laboratoires de recherche universitaire et les laboratoires fédéraux qui pourront tester leurs innovations dans cet environnement protégé. Cette ville fantôme high-tech aura un centre-ville dense, une banlieue pavillonnaire typique des ÉtatsUnis, mais aussi sa zone industrielle, ses centres commerciaux, un site de stockage de containers, une zone agricole et même un faux aéroport. Tout cela sera bien évidemment fictif mais CITE se veut être un concentré de tous les paysages que l’on peut rencontrer aux États-Unis.

TESTER LES VOITURES AUTONOMES, MAIS PAS SEULEMENT Le projet dispose de plus de 160 hectares de terrain en plein désert du Nouveau-Mexique pour construire sa ville. 16 municipalités avaient posé leur candidature afin d’accueillir cette ville unique au monde, car ce sont 350 emplois directs qui seront créés afin d'entretenir cette ville sans âme et potentiellement 3500 personnes travailleront sur le site. Celui-ci disposera d'un campus et de multiples laboratoires afin d'accueillir les chercheurs qui auront choisi les infrastructures de CITE pour tester leurs réalisations. Pas étonnant que les municipalités locales du Nouveau-Mexique soient

Si CITE est certainement le projet le plus ambitieux dans le domaine du test, il existe déjà des infrastructures dédiées aux voitures autonomes. C'est notamment le cas de Mcity, un projet mené par l'université du Michigan. Celle-ci a été inaugurée en 2015, sur son campus de Ann Arbor, non loin de Detroit, le berceau de l’automobile américaine. Cette ville, faite de quelques pâtés de maisons réalisés en toile peinte, occupe 6,5 hectares et offre une grande variété de routes, rondspoints et intersections qui permettent déjà de tester un véhicule dans un environnement complexe. Après Ford qui fut le premier à exploiter cette infrastructure pour tester sa voiture autonome, c'est la navette autonome Arma du Lyonnais Navya qui y a posé ses roues en décembre 2016.

PLANÈTE ROBOTS N°44

I76-77


Innovations du futur

3p nanoflowcell.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 15:14 Page1

QUANTiNO de nanoFlowcell AG Le premier véhicule à liquide ionique

U

Le modèle QUANTiNO est le premier véhicule électrique basse tension à être équipé de la batterie à flux liquides, nanoFlowcell. Homologué en 2016, le véhicule a été testé sur route mais est encore au stade de prototype. Pourtant, son autonomie sans pareil et son respect de l’environnement pourraient lui ouvrir les portes vers la commercialisation.

ne voiture qui roule avec une batterie à l’eau salée, c’est le pari réalisé par la société germano-suisse, spécialisée dans la construction de voitures électriques et innovantes, nanoFlowcell AG. Présentée au salon de l’automobile à Genève en mars 2016, la QUANTiNO roule grâce à une batterie à flux liquides, nanoFlowcell contenant une combinaison unique d’électrolytes liquides positifs et négatifs. Ces deux solutions sont réalisées à partir de sels minéraux et sont placées dans deux compartiments différents, à l’intérieur du véhicule. Une grande nouveauté dans le paysage automobile électrique. D’autant que le système de cette batterie ne nécessite pas d’être rechargé de manière élec-

78-79

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

trique, mais avec un tuyau et une buse comme dans une station-service. Ces électrolytes ne se mélangent pas. Cependant, les membranes sont semi-perméables ce qui permet des échanges entre les flux positifs et négatifs. L'énergie électrochimique produite est alors stockée et libérée sous forme d'électricité. « Nous avons commencé par la combinaison de flux liquides pour la voiture, car elle représentait probablement l'application la plus complexe pour notre technologie et donc, le plus grand défi », indique Nunzio La Vecchia, membre du conseil d'administration et directeur technique de nanoFlowcell AG. La société développe une technologie de batteries liquides, déjà exploitée par la NASA dans les années 70 et délaissée par celle-ci car jugée peu intéressante. La société

nanoFlowcell AG revendique par ailleurs différents avantages liés à cette technologie. Parmi eux se trouvent: sa sécurité thermique, son faible coût, sa grande efficacité et sa grande flexibilité. Par ailleurs, cette technologie semble offrir de nouvelles perspectives à la mobilité électrique, aussi bien, sur terre, en mer et dans l'air. La société signale aussi, qu’il est tout à fait possible d’utiliser une batterie nanoFlowcell pour alimenter un téléphone mobile, par exemple. UNE ENDURANCE À TOUTE ÉPREUVE Après avoir reçu son homologation pour pouvoir rouler sur les routes européennes en 2016, la QUANTiNO a subi de nombreux tests, notamment


3p nanoflowcell.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 15:14 Page2

Un réapprovisionnement du réservoir proche de celui d’un véhicule à énergies fossiles.

La QUANTiNO est un véhicule innovant avec ses batteries nanoFlowcell qui lui offrent une réponse toute prête aux demandes de production d’énergie durable et respectueuse de l'environnement.

chocs électriques pouvant être causés par un système haute tension en cas d'accident ou lors de travaux de réparation de composants HV, (High Voltage). Outre une accélération allant de 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes et d'une vitesse maximale de 200 km/h, le bolide offrirait

UNE VOITURE QUI ROULE AVEC UNE BATTERIE À L’EAU SALÉE, C’EST LE PARI RÉALISÉ PAR LA SOCIÉTÉ GERMANO-SUISSE, Vue intérieure de l’habitacle actuel du véhicule.

afin de vérifier son endurance sur la route. Le véhicule a été testé dans différents endroits en Suisse et sous des conditions météorologiques diverses. D’ailleurs, la société a démontré lors d'un test sur route, en condition réelle que la QUANTiNO a roulé pendant 14 heures. Une grande première et une performance de conduite rendue possible par la technologie nanoFlowcell ultra-efficace et l'utilisation des fluides électrolytiques, selon les constructeurs. « La voiture aurait pu aller plus loin, mais contrairement à la nanoFlowcell, j'ai mes limites », a déclaré Nunzio La Vecchia qui a procédé lui-même à ces tests. Par ailleurs, le constructeur annonce que la voiture aurait une autonomie de 1 000 km avant d’être rechargée avec des électrolytes.

UNE MOTORISATION « BASSE TENSION » La QUANTiNO est la première voiture de sport dotée de moteurs « basse tension » équipés d'un groupe motopropulseur nanoFlowcell approuvé pour l'utilisation routière. Ces quatre moteurs électriques embarqués atteignent 25 kWh chacun et possèdent une puissance de 108 ch. Ils produisent une tension de 48 volts seulement, contrairement aux moteurs de la majeure partie des véhicules électriques contemporains qui atteignent jusqu'à 300 volts. Le véhicule promet des performances impressionnantes. Le système basse tension de la QUANTiNO fonctionne avec la batterie nanoFlowcell qui élimine le risque de

SPÉCIALISÉE DANS LA CONSTRUCTION DE VOITURES ÉLECTRIQUES ET INNOVANTES, NANOFLOWCELL AG. PRÉSENTÉE AU SALON DE L’AUTOMOBILE À GENÈVE EN MARS 2016…

également un plaisir de conduire et un confort exceptionnel, d'après la société. En effet, toujours selon nanoFlowcell AG, la technologie fondée sur les flux ioniques est sûre, elle ne nécessite pas de moyens de sécurité par ticuliers. Les coûts de production et d'achat seraient eux aussi intéressants. Un autre avantage non négligeable et souPLANÈTE ROBOTS N°44

I78-79


3p nanoflowcell.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 15:14 Page3

QUANTiNO de nanoFlowcell AG, le premier véhicule à liquide ionique

La QUANTiNO en démonstration lors du dernier salon de Genève.

ligné par la société, est la non-toxicité de ces fluides ioniques. Le liquide serait ininflammable et posséderait une durée de vie pratiquement infinie. Tout cela pourrait être, à moyen et long terme, bénéfique pour la production de masse, la logistique et le stockage.

LE RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT « Avec nanoFlowcell, nous démontrons que l’électromobilité ne signifie pas qu'il faille faire des compromis. Les véhicules équipés de cette batterie sont sportifs et dynamiques, respectueux de l'environnement, économes en carburant et sans émission nocive », indique Nunzio. La QUANTiNO dispose de la batterie à flux nanoFlowcell. Elle offre des al-

80-81

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

ternatives de taille aux carburants classiques et ultra-polluants. D’ailleurs la société nanoFlowcell AG imagine même que dans un futur proche, il puisse exister une infrastructure de stations-service adaptée à leurs véhicules. Il suffirait juste, selon eux, de moderniser celles qui existent déjà ou encore de concevoir des systèmes autonomes de ravitaillement, installés dans des endroits adaptés, voire même à la maison. « La technologie nanoFlowcell est prête à être mise sur le marché et nous avons l'intention de déposer une licence pour cette solution de stockage. 2,7 milliards de voitures seront sur nos routes dans le monde d'ici 2050, soit plus du double du nombre actuel. Si tous ces véhicules devaient fonctionner sur la technologie nanoFlowcell, d'ici là, cela réduirait les émis-

sions annuelles de CO2 d'environ huit milliards de tonnes et les coûts par véhicule de 40 %. Et cela ne concerne que l'industrie automobile. Cette technologie est 100 % respectueuse de l'environnement et durable. Je suis certain qu’elle va changer le monde. », ajoute Nunzio la Vecchia. La société souhaite, non seulement étendre sa technologie à d’autres applications mais aussi commercialiser un jour ses modèles de véhicule. D’ailleurs, elle pourrait collaborer avec un constructeur automobile dont on ignore l'identité afin de proposer, d’ici quatre à cinq ans des modèles destinés au grand public, une information relayée par le site du magazine Auto Plus. ■Darine Habchi


Innovations du futur

1p chrono-drone.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 19:19 Page2

ChronoDrone un système de chronophage pour le FPV Racing !

L

Adrien Samon est un homme tout-terrain qui a un savoir-faire cinématographique. C'est après plusieurs années dans l'industrie audiovisuelle que s’étoffe son bagage professionnel. Ainsi voit le jour en mai 2015, le Nano Racer Super X 125mm conçu pour le FPV disponible sur Thingiverse. Mandaté par les télévisions, au regard du manque d'outils de chronométrage dans les compétitions, il fait émerger en équipe ChronoDrone. deur passif intègre plusieurs tailles, il se pose sur le drone, sans interférence. Par rapport à la taille de l’Air Gate et la trajectoire aléatoire des quadrirotors, la détection doit prendre en compte tous les cas possibles. Nous utilisons au minimum deux antennes à l’arrivée. Si je pense que le drone est un sport mécanique d'avenir, c’est parce qu’il anime les murs d’images comme si vous étiez dans le cockpit. La validation du circuit inclus le passage des portes, drapeaux, tunnels, etc. La course allie vitesse et agilité. Elle compte en moyenne trois tours. Le meilleur temps est retenu pour se qualifier. Les caméras sur les multi-gates permettent d’avoir des statistiques validées et détaillées par coureur.

a force des communautés d'Air Mode et du vol immersif, lui ouvre la voie des problématiques liées aux courses de drones. Après plusieurs crashs tests sur une solution de mesure, et sa compétence comme show runner, la solution est finalisée.

LE SYSTÈME CHRONODRONE Avant tout, il est dédié aux organisateurs d'événements, avec un chronométrage précis aux 1/100 seconde. Chronodrone est compatible avec European Racing Sport Association, Drone Racing League, Drone Sport Association et un affichage du score en temps réel compatible pour les télévisions. Il gère les départs aléatoires, la détection de scénarios, notamment la course des 130mm à Futurapolis, premier circuit au-dessus du public, où nous avons assisté à une photo-finish spectaculaire sur la gate d'arrivée. La machine d'un participant se découpe en deux, en tapant, dont une partie passant l'arrivée.

Planète Robots : Le pire des scénarios sur les courses de drone ? Adrien Samon : La course des 130mm en Indoor. C'est une petite machine très vive. Le transpon-

Préparation de Space Droner avec Adrien Samon à gauche.

PR : Est-ce que nous pouvons envisager un ChronoDrone pour d'autres types de compétitions ? AS : La variation du logiciel dépend du toolkit qui compile les fonctions. L’un des axes actuels d’amélioration est le pilotage des lumières pour le spectacle. Nous pensons aussi à des combats de DeathBot. C’est un logiciel ouver t et complet !

I80-81

■Christelle Bloc

PLANÈTE ROBOTS N°44


Innovations du futur

5p mars.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 19:24 Page1

Un pas supplémentaire vers la conquête de Mars Ces dernières années, la NASA multiplie les initiatives ainsi que le développement de robots de toutes sortes capables d’aller sur Mars pour déterminer si la vie y a jamais existé mais aussi pour faire progresser la science dans le but d'y envoyer des humains à l’horizon 2030-2040. LA MISSION DU ROVER MARS 2020 La NASA s’apprête à démarrer la construction du rover Mars 2020 dont la mission, qui devrait durer au minimum une année martienne (soit 687 jours terrestres), aura 4 objectifs scientifiques: caractériser les processus ayant contribué à former et modifier la géologie de Mars, rechercher les biosignatures d’une éventuelle vie microbienne au sein de très anciens environnements perçus comme ayant pu être habitables (en particulier dans certains types de roches connus pour préserver des signes de vie au fil du temps), collecter des échantillons de roches et de régolithe pour les stocker à la surface de Mars et enfin tester la capacité à produire in situ de l'oxygène à partir du dioxyde de carbone présent dans l’atmo-

82-83

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

sphère martienne pour préparer de futures missions humaines. Pour l’instant, son lancement est programmé pour juillet 2020 à bord d'une fusée Atlas V 541 avec un atterrissage prévu sur Mars en février 2021 dans une zone susceptible d'avoir abrité la vie dans un lointain passé. Afin de réduire les coûts de cette mission ainsi que les risques encourus à la surface de la planète rouge, le rover Mars 2020 est basé sur la même configuration que celle de Curiosity mais il comportera diverses améliorations et sera doté de nouveaux instruments scientifiques. Sa plateforme mesurera environ 3 m de long (sans compter son bras dépliable), 2,70 m de large et 2,20 m de haut pour un poids d’environ une

tonne. Pour pallier aux problèmes que les 6 roues de Curiosity ont connu en roulant sur des rochers pointus, celles du rover Mars 2020 auront un nouveau design afin de les rendre plus résistantes. De plus, il disposera d’une source d'énergie nucléaire pouvant durer au moins 10 ans et il sera capable de parcourir une distance de 5 à 20 km. DE NOUVEAUX INSTRUMENTS SCIENTIFIQUES Pour mener à bien sa mission, il sera équipé de 7 instruments scientifiques qui ont été conçus par des chercheurs de différents pays (USA, France, Espagne et Norvège) et sélectionnés en 2014 parmi 58 propositions.


5p mars.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 19:24 Page2

La Mastcam-Z, qui sera installée sur le mât du rover, est un système de caméra de pointe capable de zoomer et faire une mise au point mais aussi de fournir des images panoramiques et stéréoscopiques à haute vitesse pour établir des cartes en 3D servant à déterminer la composition minérale de la surface martienne. Disposée également au sommet du mât, la SuperCam va examiner les roches et le sol avec une ca-

LA NASA S’APPRÊTE À

DÉMARRER LA CONSTRUCTION DU ROVER MARS 2020 DONT LA MISSION, QUI DEVRAIT DURER AU MINIMUM UNE ANNÉE MARTIENNE (SOIT 687 JOURS TERRESTRES), AURA 4 OBJECTIFS SCIENTIFIQUES…

La station météorologique MEDA situé sur le bras des caméras du rover Mars 2020.

Selfie du rover Curiosity (MSL). Mars 2020 est un sistership de ce rover posé sur Mars depuis 2012.

méra, un laser et des spectromètres afin de détecter à distance l’éventuelle présence de composés organiques dans les roches et le régolithe. Elle sera en mesure de déterminer la composition chimique et la teneur en minéraux d'une cible de moins d'un millimètre jusqu'à une distance de 7 mètres. Le RIMFAX (Radar Imager for Mars’ Subsurface Experiment) est un radar à pénétration de sol, situé dans la partie basse à l’arrière du rover, qui permettra d'examiner des cibles à des dizaines de mètres sous la surface de Mars à la recherche de roche, de sable, de glace ou de saumure. Il sera capable de produire une imagerie de la structure géologique de la planète au centimètre près. Le PIXL (Planetary Instrument for X-Ray Lithochemistry), conçu par le JPL et placé sur le bras robotique du rover, est un spectromètre de fluorescence de rayons X qui servira à déterminer la composition élémentaire des matériaux présents à la surface de Mars. Il dispose aussi d’un imageur à haute résolution permettant de voir des caractéristiques aussi petites qu'un grain de sel. Monté sur le bras robotique du rover, SHERLOC (Scanning Habitable Environments with Raman & Luminescence for Organics and Chemicals) sera le 1er spectromètre à être envoyé sur Mars. Il utilisera un laser ultraviolet pour détecter des composés organiques et minéraux qui ont été altérés par des environnements aqueux et pourraient être des signes de vie microbienne du passé. DES AMÉLIORATIONS POUR L’ATTERRISSAGE En ce qui concerne la phase d'entrée, de descente PLANÈTE ROBOTS N°44

I82-83


5p mars.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 19:24 Page3

Les nouveaux instruments scientifiques embarqués sur mars 2020.

et d'atterrissage, là encore le rover Mars 2020 reprendra la technique du Sky Crane déjà testée avec succès par Curiosity. Pour que le rover se pose en douceur à la surface de Mars, un parachute ralentit considérablement sa descente après son entrée dans l'atmosphère martienne et la séparation du bouclier thermique s’effectue. Des moteurs de fusée contrôlables ralentissent sa vitesse jusqu'à ce que le système de grue auquel le rover est attaché le fasse descendre le long de câbles en nylon. Des capteurs indiquent lorsque le rover a touché le sol en toute sécurité, les câbles sont alors coupés et le module de descente part s’écraser au sol loin du rover. En outre, le rover Mars 2020 bénéficiera également de nouvelles fonctionnalités lui permettant de pouvoir atterrir en toute sécurité sur des sites plus acci-

84-85

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

dentés que ceux choisis lors des missions précédentes, ce qui lui évitera de devoir faire une longue route jusqu'à sa principale cible scientifique comme cela avait été le cas pour Curiosity. Afin de pouvoir déposer le rover au plus près de la zone choisie à explorer, la NASA a mis au point une nouvelle technologie, baptisée Range Trigger, afin de décider de l’instant précis du déploiement du parachute en se basant sur la position relative du rover par rapport au lieu d'atterrissage prévu (lors des missions précédentes, le parachute était déclenché dès que le module de descente atteignait une certaine vitesse). Le Range Trigger va ainsi réduire la zone d'atterrissage de plus de 50 %. Une autre nouvelle technologie, baptisée Terrain-Relative Navigation, permettra au rover de détecter un

terrain dangereux (pentes raides, présence de gros rochers…) lors de la descente afin de se dérouter, si nécessaire, vers une zone d'atterrissage plus sûre. Les divers engins spatiaux, qui orbitent autour de Mars depuis des années, auront préalablement établi, tout en tenant compte des dangers déjà connus, une carte du site d'atterrissage qui sera stockée dans l’ordinateur de bord du rover. Lors de la phase de descente, le rover prendra des photos de la surface du sol avec ses différentes caméras et comparera très rapidement les points de repère du paysage qu'il voit avec les images de sa carte embarquée. S’il constate qu’il est en train de se diriger vers un endroit dangereux, il sera en mesure de l’éviter en changeant de direction pour aller se poser à proximité sur un terrain plus sûr.


5p mars.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 19:24 Page4

Un pas supplémentaire vers la conquête de Mars

La méthode atterrissage de Curiosity sera reprise par mars 2020.

licoptère de petite taille qui pourrait servir d’éclaireur au rover Mars 2020. Pour être capable de fonctionner dans l’atmosphère martienne, il est impératif qu’il soit léger, que ses rotors soient longs (plus d’1 m) et

POUR MENER À BIEN SA MISSION, IL SERA ÉQUIPÉ DE 7 INSTRUMENTS SCIENTIFIQUES

QUI ONT ÉTÉ CONÇUS PAR DES CHERCHEURS DE DIFFÉRENTS PAYS (USA, FRANCE, ESPAGNE ET NORVÈGE) ET SÉLECTIONNÉS EN 2014 PARMI 58 PROPOSITIONS. UNE COLLECTE D’ÉCHANTILLONS ET UN DRONE HÉLICOPTÈRE POUR ASSISTER LE ROVER Par ailleurs, le bras robotisé du rover, doté de 5 articulations, sera aussi équipé de plusieurs forets de carottage destinés à prélever des échantillons de roches et de régolithe soigneusement sélectionnés, d’environ 15 g chacun, avant de les sceller puis de les mettre en cache dans une trentaine de tubes de stockage et de les empiler sur des sites préalablement choisis à la surface de la planète rouge afin qu’ils puissent éventuellement être récupérés par une future mission qui les ramènerait plus tard sur Terre pour y être analysés en laboratoire. Par ailleurs, des ingénieurs du JPL travaillent à l’élaboration du MHS (Mars Helicopter Scout), un drone hé-

tournent plus vite (3400 tours/minute) que sur Terre afin de générer une portance suffisante. Il se présente sous la forme d’un cube de 1,10 m de côté, pèse environ 1 kg et est doté de birotors contrarotatifs. Il sera équipé de systèmes de navigation et de communication lui permettant de relayer les données recueillies au rover. Un panneau solaire lui permettra de recharger ses batteries. Le MHS devrait pouvoir voler de manière autonome et se maintenir en vol de façon stable, à une altitude d’environ 100 m, mais aussi être capable de décoller et d’atterrir (sur ses 4 pieds), à diverses reprises, sur un terrain accidenté et rocailleux tout en résistant à l'environnement hostile de la planète rouge (tempêtes de poussière, énormes écarts de température

entre le jour et la nuit, radiations cosmiques, rayonnement solaire…). Il sera capable de survoler le rover pendant plusieurs minutes et parcourir une distance d’environ 600 m tout en lui fournissant, grâce à sa caméra haute résolution, des photos aériennes du terrain avoisinant afin de l’aider à identifier des cibles potentielles dignes d'intérêt ainsi que les éventuelles zones dangereuses pour lui éviter d’endommager ses roues.

LA PRÉPARATION DES FUTURES MISSIONS HUMAINES L’un des objectifs du rover Mars 2020 sera d’aider à préparer les missions humaines à destination de la planète rouge, prévues à l’horizon 2030-2040. C’est pourquoi, il sera équipé du MEDLI2 (MSL Entry, Descent and Landing Instrumentation), un ensemble de capteurs de nouvelle génération qui recueillera des mesures de température et de pression sur le bouclier thermique ainsi que diverses données lors de la phase d’entrée, de descente et d’atterrissage. De plus, plusieurs caméras et microphones enregistreront tout le déroulement de cette phase particulièrement critique ce qui permettra d’en apprendre plus sur les conditions d’atterrissage sur Mars. Par ailleurs, le rover sera aussi doté de deux autres instruments qui permettront aux scientifiques, d’une part de mieux appréhender les conditions atmosphériques auxquelles les futurs astronautes seront confrontés et, d’autre part de tester la possibilité de produire de l’oxygène sur Mars. Le MEDA (Mars Environmental Dynamics Analyzer) est un ensemble de capteurs, positionné sur la plateforme du rover, qui fera office de station météorologique pour effectuer diverses mesures : température, vitesse et direction du vent, pression atmosphérique, taux d'humidité, concentration et taille des particules de poussière dans l'atmosphère martienne. Le MOXIE (Mars Oxygen ISRU Experiment), qui sera fourni par le MIT, sera chargé de tester in situ une PLANÈTE ROBOTS N°44

I84-85


5p mars.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 19:24 Page5

Un pas supplémentaire vers la conquête de Mars

Test du Lander Vision System.

La mission robotique Mars 2020 sera là, avant tout, pour préparer de futurs vols habités.

technologie destinée à produire de l'oxygène à partir du dioxyde de carbone très abondant dans l’atmosphère martienne. Si l’expérimentation est concluante, elle pourrait être utilisée ultérieurement par de futures missions humaines pour fabriquer sur place du propergol ainsi que des réserves d'oxygène.

LE RASSOR : UN ROBOT EXCAVATEUR POUR RECUEILLIR LE RÉGOLITHE Si on veut installer une base permanente sur la Lune ou établir une colonie autosuffisante sur Mars dans un avenir plus ou moins proche, il sera impératif de pouvoir exploiter les ressources disponibles sur place pour fabriquer un certain nombre de choses indispensables au lieu d'être obligés de les transporter depuis la Terre, ce qui réduirait considérablement le poids des cargaisons embarquées à bord des fusées ainsi que le coût des missions spatiales. Les astronautes auront donc besoin d'outils performants afin de récolter assez de régolithe pour ensuite produire du propergol et du combustible pour chauffer leurs habitats mais aussi extraire de l'eau, de l'hydrogène et de l'oxygène. Le régolithe pourrait aussi servir dans l'impression en 3D d’abris et d'autres structures. C’est dans cette optique que la NASA travaille depuis plusieurs années à la mise au point de robots capables d’effectuer ce type de tâches parmi lesquelles

86-87

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

C’EST DANS CETTE OPTIQUE QUE LA NASA TRAVAILLE

DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES À LA MISE AU POINT DE ROBOTS CAPABLES D’EFFECTUER CE TYPE DE TÂCHES PARMI LESQUELLES FIGURE LE RASSOR, UN ROBOT EXCAVATEUR QUI AURA POUR MISSION DE PELLETER LE SOL DE LA LUNE, DE MARS OU D’ASTÉROÏDES POUR EN RÉCUPÉRER LES MATIÈRES PREMIÈRES.

figure le RASSOR (Regolith Advanced Surface Systems Operations Robot), un robot excavateur qui aura pour mission de pelleter le sol de la Lune, de Mars ou d’astéroïdes pour en récupérer les matières premières.

Le RASSOR est un robot excavateur, capable d’arracher le régolithe au sol sélène ou martien.

La principale difficulté a été de concevoir un excavateur tout à la fois compact, pliable et léger, pour faciliter son transport et en minimiser le coût dans le cadre de missions lointaines mais suffisamment lourd (il pèse un peu plus de 45 kg) pour pouvoir creuser efficacement le régolithe puis le charger, le transporter (jusqu'à 18 kg à chaque prospection) et le décharger plus loin dans des environnements où la gravité est bien plus faible que sur Terre. C’est pourquoi cette plateforme robotique polyvalente qui se déplace sur des chenilles a été équipée de deux cylindres contrarotatifs dotés de godets pour récupérer le régolithe. Il peut gravir des pentes raides et se déplacer sur des terrains accidentés à une vitesse 5 fois supérieure à celle de Curiosity. De plus, sa conception symétrique lui permet de changer aisément de direction ou de se remettre d'aplomb en cas de retournement ce qui lui permet de fonctionner en continu, même s’il se renverse. Il est aussi capable de se tenir debout en position verticale pour vider son chargement dans une trémie de réception sans avoir à utiliser de rampe. Il peut être téléopéré à distance ou être programmé pour fonctionner de façon autonome, à raison de 16 h par jour pendant plusieurs années, pour effectuer des tâches sélectionnées. Il est actuellement en phase de test au Kennedy Space Center de la NASA et est encore susceptible d'évoluer au fil du temps afin de lui apporter de nouvelles améliorations. ■Josèphe Ghenzer


1p abonnement-2ans-44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 20:00 Page1

ABONNEMENT DEUX ANS

65€

12 NUMÉROS

Abonnement réservé à la France métropolitaine.

OFFRE EXCEPTIONNELLE

Dans la limite des stocks

ABONNEMENT DEUX ANS 12 NUMÉROS

EN CADEAU

Pour info www.bigben.eu

ENCEINTE BLUETOOTH 3.0 (49€ PRIX PUBLIC CONSTATÉ)

Ce petit haut-parleur nomade sera parfait pour la plage, le jardin et pour toutes vos envies d’évasion. Son design et sa fiabilité technique font de lui un allié indispensable pour partager votre musique. Il vous permet même de répondre à vos appels.

CADEAU QUI VOUS SERA ENVOYÉ DANS LES 15 JOURS SUIVANT VOTRE DEMANDE D’ABONNEMENT.

BULLETIN DE COMMANDE À DÉCOUPER OU PHOTOCOPIER ET À RETOURNER À : AXIOME ABONNEMENT PRESSE - PLANÈTE ROBOTS - AXIOME GROUP SAS 13 BD GAMBETTA 06000 NICE TÉL :

0820 20 18 10 (0,09

CENTS/MN)

- OU TÉL : 04 93 44 06 96 - FAX : 09 70 06 11 86 - SITE WEB : www.directabo.com

❏ Je m’abonne à Planète Robots pour 2 ans soit 12 numéros pour 65 euros ❏ Je paye par chèque à l’ordre d’AXIOME ❏ Je paye par carte bancaire (Visa, Eurocard, Mastercard) ❏ Je paye par mandat ou virement administratif

Société ...................................................................................

Nom ....................................................................................... Prénom ..................................................................................

Profession (facultatif)............................... Âge (facultatif) .............. Adresse ..................................................................................

................................................................................................

Code postal ............................................................................

Ville ................................................ Pays ............................. Téléphone fixe (facultatif) ...................................................... Téléphone portable (facultatif) ...............................................

❏ Je désire une facture

(adresse courrier électronique impérative dans ce cas)

Nom du titulaire si différent celui de l’abonné

................................................................................................ N° de carte

Expire-le

Cryptogramme

3 derniers chiffres au dos de votre carte

Signature et date obligatoires des parents pour les mineurs

E-mail ..................................................................................... PLANÈTE ROBOTS N°44

I86-87


2p news spatiales44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 15:36 Page1

NEWS spatiales

[ UNE COMBINAISON SPATIALE DE NOUVELLE GÉNÉRATION POUR LES ASTRONAUTES QUI VOYAGERONT À BORD DE LA NAVETTE SPATIALE CST-100 STARLINER ]

[ LA NASA A SÉLECTIONNÉ DEUX NOUVELLES MISSIONS DANS LE CADRE DE SON PROGRAMME DISCOVERY ] Après un processus de sélection de deux ans, la NASA a annoncé quelles seraient les 13e et 14e missions de son programme Discovery. Parmi les 5 finalistes encore en lice, elle a finalement choisi Lucy et Psyche qui auront pour mission d’aller étudier des astéroïdes qui n’ont encore jamais été vus

88-89

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

© Southwest Research Institute.

© Boeing

Parallèlement à la préparation de la capsule orbitale CST-100 Starliner qui devrait faire la navette entre la Terre et l’ISS à partir de 2018, la division spatiale de Boeing teste la nouvelle combinaison spatiale que revêtiront les astronautes uniquement pendant ce trajet. Grâce à l’utilisation de certains matériaux, elle est bien plus légère, plus souple et plus confortable que celle qu’ils portent actuellement à bord des navettes Soyouz. Elle présente également certains avantages : le casque et la visière sont intégrés à la combinaison au lieu d’être détachables, les gants sont fabriqués dans un matériau qui permet d'interagir avec des tablettes tactiles et autres manettes de contrôle présentes dans l’habitacle sans avoir besoin de les ôter. De plus, elle est équipée d'un système de ventilation passif qui évacue la chaleur et la transpiration tout en étant compatible avec un système de pressurisation déclenchable en cas d’urgence. Par ailleurs, les matériaux utilisés au niveau des coudes et des genoux facilitent les mouvements tandis que les fermetures Éclair, situées à des endroits spécifiques, permettent d'adapter la forme de la combinaison en position debout et assise. ◗

La sonde Lucy qui doit être lancée en 2021 ira étudier 7 astéroïdes très différents sur au moins 10 ans.

de près. Les informations ainsi recueillies devraient aider les scientifiques à en savoir plus sur ce qu’était notre système solaire seulement 10 millions d’années après la naissance du Soleil mais aussi à mieux comprendre comment le Soleil et sa famille de planètes se sont formés, ont évolué au fil du temps puis sont devenus des endroits où la vie a (ou aurait)

pu se développer et se maintenir. Il est prévu que la mission Lucy soit lancée en octobre 2021 et atteigne en 2025 sa 1ère destination : l’astéroïde 52246 Donaldjohanson, un astéroïde de la ceinture principale situé entre Mars et Jupiter. Elle partira ensuite étudier 6 astéroïdes troyens de Jupiter, qui circulent sur la même orbite que la

planète mais sont situés en avant et en arrière de celle-ci. C’est ainsi qu’elle devrait survoler 3548 Eurybates en août 2027, 15094 Polymèle un mois plus tard puis 11351 Leucus en avril 2028 et 21900 Orus en novembre 2028. Elle quittera ensuite la zone avant de l’orbite de Jupiter pour rejoindre celle située en arrière où elle survolera 617 Patroclus et son


2p news spatiales44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 15:36 Page2

© SSL/ASU/P. Rubin/NASA/JPL-Caltech.

Spatiales

© ASU/Peter Rubin

Psyche partira de la Terre en 2023 et explorera un astéroïde métallique, 16 Psyche, en 2030.

Psyche pourrait être une ancienne planète en formation de la taille de Mars, située entre Mars et Jupiter (vue d’artiste).

satellite Menoetius en mars 2033. Ces astéroïdes ont été choisis parce qu’ils sont de constitution différente ce qui offrira un large éventail de ce qui existe comme astéroïdes dans le système solaire.

Certains d’entre eux sont similaires aux météorites chondrites carbonées tandis que d’autres sont composés de silicates hydratés riches ou de matériaux carbonés. Lors du survol de ces astéroïdes, la

sonde les cartographiera en détail, mesurera leur propriété de surface ainsi que leur densité. Pour réduire les coûts de la mission tout en garantissant la qualité des données recueillies, elle sera

équipée d’une version améliorée des caméras LORRI et RALPH de la sonde New Horizons ainsi que du spectromètre thermique OTES présent sur la sonde OSIRISREx qui est en route vers l’astéroïde Bennu. La mission Psyche étudiera un astéroïde métallique géant, baptisé 16 Psyche, mesurant environ 210 km de diamètre qui se trouve dans la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter. Des observations effectuées par des télescopes et radiotélescopes au sol montrent qu’il est essentiellement constitué de fer et de nickel, tout comme le noyau de la Terre, contrairement à la plupart des autres astéroïdes qui sont des corps rocheux ou glacés. À ce jour, il est le seul astéroïde connu qui soit uniquement constitué d'un noyau métallique. Les scientifiques pensent donc qu’il pourrait s’agir du cœur d’une protoplanète (éventuellement de la taille de Mars) qui n’a jamais pu achever son processus de formation, après avoir subi un certain nombre de collisions violentes qui auraient arraché ses couches extérieures rocheuses, il y a de cela des milliards d'années, lorsque le système solaire était encore en formation. Il est prévu que la mission Psyche soit lancée en octobre 2023 et arrive à destination en 2030, après avoir effectué une manœuvre d’assistance gravitationnelle terrestre en 2024 et un survol de Mars en 2025. Une fois en orbite autour de l’astéroïde, elle passera un an à étudier sa topographie, les caractéristiques de sa surface, sa gravité, son magnétisme ainsi que d'autres caractéristiques grâce à divers instruments installés à bord : un imageur multispectral, un magnétomètre ainsi qu’un spectromètre à rayons gamma et neutrons. ◗

par Josèphe Ghenzer

PLANÈTE ROBOTS N°44

I88-89


2p news gadgets44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 15:55 Page1

NEWS gadgets aussi possible d’opter pour la fonction hors ligne.

Prix : 130 $ (environ 120 €)

[ TEFAL ASSISTÉO ] UNE GAMME DE POÊLES CONNECTÉES POUR NE PLUS RATER SES SAUCES !

À Planète Robots, nous sommes amenés à parler de tout, même de poêles, tellement les objets connectés sont partout désormais ! Pour une petite dizaine d’euros en plus d’une poêle Tefal plus basique, vous gagnez un manche intelligent. Il est possible de choisir quel type de cuisson vous désirez et la poignée vous tiendra constamment au courant si la température est bonne, grâce à un système de couleurs. La poêle vous préviendra, par l’émission d’un petit bip, si la température est à revoir. Prochainement, une application sur smartphone devrait être disponible pour accompagner Assistéo, avec un ensemble de 200 recettes assistées. Prix : À partir de 40 €

[ OREILLETTE BLUETOOTH THE PILOT ] DÉPASSER LES FRONTIÈRES DE LA LANGUE

La société américaine Waverly Labs précommercialise des oreillettes Bluetooth, The Pilot. Cette oreillette sans fil analyse le langage de celui qui communique, à condition que ce dernier soit équipé du même appareil et le retranscrit dans la langue de son interlocuteur pour une traduction en temps réel. L'application smartphone reliée permet de choisir les langues à traduire, (français, espagnol, italien, anglais). Il est

90-91

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

[ BRACELET SGNL ] TÉLÉPHONER DU BOUT DES DOIGTS

La société coréenne Innomdle Lab ajoute à son bracelet SGNL, la possibilité de téléphoner en portant l'index à son oreille. Connecté au smartphone par Bluetooth, le bracelet détecte les appels reçus. Le son est transformé en vibrations qui circulent jusqu'à l'oreille où les ondes sont diffusées par l'intermédiaire des os du crâne. Une commercialisation du bracelet SGNL est prévue pour ce début d’année. Prix : 80 $ (environ 76 €)

[ SMART REMOTE ] LA REINE DE LA MAISON CONNECTÉE

Créée par la start-up française Sevenhugs qui propose des produits technologiques et des services destinés à la maison connectée, Smart Remote a été conçue pour contrôler n’importe quel appareil juste en le pointant. Elle a reçu le prix CES 2017 Best Innovation dans la catégorie Smart Home du CES Unveiled 2017. Prix : 230 $ (environ 215 €)

[ INVOXIA NVX200 ] TRANSFORME VOTRE SMARTPHONE EN TÉLÉPHONE DE BUREAU Le NVX 200 transforme

simplement et instantanément n'importe quel smartphone en téléphone et haut-parleur de bureau avec une qualité audio optimale. Il est compatible avec tous les smartphones Bluetooth avec port Micro USB et tous les modèles d’iPhone. Aucune application n’est nécessaire, un appairage Bluetooth suffit pour une utilisation optimale de l’ensemble avec un pilotage intuitif grâce au clavier physique et à l'écran intégré du dock. Le dock présente un astucieux système d'adaptateurs permettant de brancher le smartphone à la verticale. Une fois en place, l’utilisateur peut profiter des nombreuses fonctionnalités qu’offre le NVX 200 comme numéroter ses appels directement sur un clavier physique, associer des contacts à des touches d'appel rapide ou même charger son téléphone.

Prix : 250 €

[ PROFESSOR EINSTEIN ] ET SI EINSTEIN EN PERSONNE ÉDUQUAIT NOS ENFANTS ?

Décidément, Hanson Robotics est inspiré par Albert Einstein. L’entreprise nord-américaine avait déjà transformé le robot sud-coréen HUBO en un Albert Einstein grandeur nature, quoiqu’à l’aspect très robotique, en 2005. Aujourd’hui, c’est à travers une campagne Kickstarter que le robot Professor Einstein est proposé en phase de précommande. Les 775 000 dollars de Hong Kong (95 000 euros environ) demandés pour le financement de départ ont déjà largement été atteints. Le petit robot, haut comme une grande poupée, possède une animation du visage très expressive, est capable de suivre une

conversation naturellement (en anglais pour le moment) et répond aux demandes dans l’esprit d’Alexa ou Google Home. Il possède toute une panoplie d’applications sur tablette pour pouvoir jouer et apprendre avec lui. Petit plus, comme son modèle, le robot sait tirer la langue ! Les robots précommandés via Kickstarter devraient être livrés au printemps prochain.

Prix : 270 $ (environ 250 €)

[ PORTABLE GAMING SYSTEM (PGS) ] UNE 3DS COUPLÉE A UN SMARTPHONE

Si, comme moi, vous adoriez votre Sony Xperia Play et étiez désolés que la marque n’ait pas créé une nouvelle version de son célèbre smartphone orienté jeu, le PGS pourrait combler vos espérances. Imaginez un smartphone, un peu épais certes, sous Android 6.0, sous lequel un second écran, muni d’un gamepad, qui s’escamote. Cela ne s’arrête pas là, l’appareil embarque Android mais aussi Windows 10 pouvant ainsi lancer des applications et jeux prévus pour microordinateurs. Les deux OS fonctionnent en même temps et peuvent se partager les deux écrans. Le PGS est équipé d’un Intel Atom x7-Z8750 (2,56 GHz) pour la partie Windows et d’un MediaTek Helio X20 (2,5 GHz) pour Android. Deux versions : PGS Lite (4 Go de RAM, support mémoire de 64 Go, écran IPS 1280x750) et PGS Hardcore (8 Go de RAM, support mémoire de 128 Go, écran IPS 1920x1080). Prix : Lite 320 $ (environ 300 €) – Hardcore 600 $ (environ 560 €)

[ FENOTEK HI) ] UN INTERPHONE CONNECTÉ

Connecté à Internet, Hi) permet


2p news gadgets44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 15:55 Page2

de répondre avec votre smartphone aux visiteurs qui sonnent à votre domicile que vous soyez chez vous ou à l’autre bout du monde. La fonction vidéosurveillance de l’application permet également d’utiliser la caméra haute définition pour surveiller l’accès à son domicile et sécuriser son foyer. Prix : 400 €

[ HALO SPORT ] LE CASQUE QUI REND FORT ET INTELLIGENT

Lancé par la start-up californienne Halo Neuroscience, Halo Sport est un casque audio conçu pour rendre plus fort et plus intelligent. Il est équipé d'électrodes qui envoient de petites impulsions électriques (2 mA) à la partie motrice du cerveau. Elles facilitent les connexions entre les cellules du cerveau, ce qui améliore les performances de la mémoire et la capacité à assimiler de nouvelles notions. Les données sont facilement traçables grâce à une application smartphone. Prix : 700 $ (environ 650 €)

[ KURI ] UN ROBOT COMPAGNON DE PLUS

Buddy, le précurseur, n’est pas encore sorti que la concurrence se presse au balcon. Présenté par la société Mayfield Robotics lors du dernier CES de Las Vegas, Kuri possède un design

attachant mais semble loin des capacités des robots déjà présentés. Pas d’écran tactile, pas d’assistance vocale façon Alexa, Kuri devrait surtout être compatible avec des applications développées sur smartphone et tablette. Capable de cartographier son environnement, il peut se balader de façon autonome dans votre foyer. Il devrait être disponible à la fin de l’année. Il est possible de le précommander en faisant une avance de 100 dollars. Prix : 700 $ (environ 650 €)

Gadgets

une précision colorimétrique Adobe RGB de 100 %, ainsi que le plus grand espace de travail jamais intégré dans un ordinateur portable. Project Valerie utilise un mécanisme de déploiement automatique conçu par Razer. Chaque moniteur sort mécaniquement de l’écran principal et se met en place, rendant la tâche facile pour l’utilisateur. Avec la présence des multi-écrans, les utilisateurs ne seront plus confrontés au fouillis des câbles des ordinateurs de bureau traditionnels. En résulte un environnement de jeu et de travail clair et facile à entretenir.

Prix : À partir de 1 100 €

[ ULTIMAKER 3 ] UNE NOUVELLE ÈRE POUR L’IMPRESSION 3D DE BUREAU

Ultimaker 3 est la première imprimante de bureau orientée industrie, rendant l’impression 3D professionnelle, accessible. Elle permet d’imprimer un nombre illimité de géométries grâce au tout nouveau système de double extrusion de l’Ultimaker 3. Simple d’utilisation, elle possède une tête d’impression facile à changer qui est optimisée pour les matériaux techniques d’Ultimaker et ainsi obtenir une qualité d’impression durable. Prix : 3 600 €

Par Screetch

[ RAZER PROJECT VALERIE ] UN ORDINATEUR PORTABLE MULTI-ÉCRANS Cet ordinateur est le premier portable au monde doté de trois moniteurs intégrés. Chaque écran 4K IGZO 17.3" est équipé de la technologie NVIDIA G-SYNC qui est capable de produire les meilleurs frame rates et compatible avec le NVIDIA Surround View à 180 degrés. Les professionnels créatifs peuvent s’attendre à retrouver

PLANÈTE ROBOTS N°44

I90-91


2p news media44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 15:57 Page1

NEWS médias

Essai [ LA CHUTE DE L'EMPIRE HUMAIN – MÉMOIRES D'UN ROBOT ]

Dans la prochaine décennie, chacun pourra disposer de son I.A. personnelle, aussi bien au bureau qu’à la maison. Les assistants virtuels vont se généraliser et devenir presque nos alter-ego en exécutant toutes sortes de tâches, des plus simples aux plus complexes. Ces systèmes pensants seront partout: usines, entreprises, domiciles, armées, administrations, hôpitaux, villes… Cet ouvrage retrace l’histoire méconnue de l’I.A., de ses origines (dans les années 50) à aujourd’hui et explore les pistes de la recherche future pour anticiper ce qu’elle pourra être dans 10, 20 ou 30 ans. Pour la 1re fois, c’est une machine qui raconte son aventure et dévoile les mystères de son long cheminement avec l’homme… jusqu’au combat final. Auteurs : Charles-Édouard Bouée, François Roche – Éditeur : Grasset – Parution le 22 mars

Roman [ L’EFFET RICOCHET ]

En 2074, suite à l’utilisation abusive de produits chimiques, l’espèce humaine n’est plus fertile et le clonage est donc devenu le seul mode de reproduction possible. Derrière cette procédure devenue désormais banale se cache un secret qui pourrait bien menacer la vie de la jeune Malou, âgée de 16 ans. Le jour où sa petite sœur se casse le bras, Malou réalise qu’elle, ses sœurs et leur mère ont connu les mêmes problèmes de santé au même âge, ce qui ne peut pas être une coïncidence. Elle découvre alors qu’il s’agit de « ricochets », une anomalie qui condamne certaines lignées de clones à être victimes des mêmes maladies et accidents. Malou et ses sœurs doivent donc se préparer à bien plus qu’un bras cassé car leur mère a sombré dans la folie à l’âge de 30 ans. Malou parviendra-t-elle à trouver le remède aux ricochets? En tout cas, elle est bien décidée à dévoiler les dérives du clonage au monde entier. Auteur : Nadia Coste – Éditeur : Seuil Jeunesse – Déjà paru

Roman [ L'OPIUM DU CIEL ]

Le héros de ce roman est un drone libre et parlant, baptisé « Jérusalem » par ses parents adoptifs, des scientifiques qui lui insufflèrent la vie en le dotant de la parole, de la faculté de penser grâce à une couche cellulaire pensante qui le recouvre, et d’une chair photovoltaïque lui permettant de voler sans avoir à se poser. Cette pellicule intelligente, dure ou souple selon les circonstances, peut tout réfléchir, prendre la teinte et les couleurs environnantes, miroiter et capturer les rayons solaires pour lui conférer son énergie.

92-93

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

Jérusalem est issu de la réunion de deux autres drones (l’un civil, de fabrication chinoise ayant vécu en France, et l’autre militaire et américain) dont il a conservé la mémoire, via les enregistrements qu’ils avaient effectués. De la France au Moyen-Orient et de l’Inde à Bangkok et Venise, il nous emporte dans l’exploration de notre époque, ivre de passions identitaires et de conflits. Auteur: Jean-Noël Orengo – Éditeur: Grasset – Déjà paru

BD [ ANDROÏDES – TOME 4 – LES LARMES DE KIELKO ]

L’action se déroule à Los Angeles en 2037. Kielko est un androïde domestique, qui est au service des Morgan, une famille épanouie et codifiée Important personality, depuis plus d’un an. Les mots émotion et sentiment ont de de la valeur pour les humains mais, pour Kielko, ce ne sont que des mots, des algorithmes qui déterminent ses actions et réactions. Depuis quelque temps, il ressent quelques perturbations nanotechnologiques qui ne figurent dans aucun de ses paramètres d’initialisation. Il sait que Grady a un comportement déviant et son devoir est de garder le silence. Il doit l’accompagner dans des lieux peu recommandables et dans son sillage, il y a ce liquide rouge que les humains appellent sang et qui fascine Kielko jusqu’à l’obsession. Scénariste : Jean-Charles Gaudin – Illustrateur : Viska – Éditeur : Soleil – Déjà paru

Cinéma [ LES FIGURES DE L’OMBRE ]

Ce film nous relate le destin extraordinaire mais méconnu de Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson, trois brillantes physiciennes, mathématiciennes et ingénieures afro-américaines qui ont travaillé à la NASA où elles ont activement participé, en pleine guerre froide, à la mise en orbite autour de la Terre de l'astronaute John Glenn ainsi qu’à son retour sain et sauf, malgré la survenue de problèmes en vol, ce qui a ensuite permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale. Longtemps maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins dans une Amérique en proie aux inégalités, ce trio visionnaire a dû se battre au quotidien pour faire tomber les barrières, tant raciales que sexistes, pour faire enfin reconnaître leur immense talent. Sortie en salles le 8 mars

Cinéma [ LIFE : ORIGINE INCONNUE ]

À bord de la Station spatiale internationale, les six membres d’équipage récupèrent un échantillon qui a été prélevé sur Mars par le rover Pilgrim. Un examen préliminaire montre


2p news media44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 15:57 Page2

médias que cet échantillon renferme un grand organisme unicellulaire indéniablement biologique, ce qui est la première preuve incontestable de l’existence d’une vie extraterrestre. Mais les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. Alors qu’ils commencent tout juste à approfondir leurs recherches, leurs expériences vont avoir des conséquences inattendues et la forme de vie révélée va s’avérer être bien plus intelligente que ce qu’ils pensaient. Ignorant d’où l’échantillon vient exactement et quelle est sa nature exacte, les astronautes n’ont aucune idée de ce que cela pourrait provoquer s’ils le rapportaient sur Terre. Sortie en salles le 19 avril

Cinéma [ LOGAN ]

L'action de ce nouveau film, consacré au personnage Wolverine, se déroule dans un futur proche. Logan a vieilli et ses capacités de régénération sont maintenant bien moins performantes que jadis. Il vit caché à la frontière mexicaine tout en veillant sur le professeur Xavier, très diminué, qui ne se déplace plus qu’en fauteuil roulant. Leur petite vie tranquille va voler en éclats avec l’arrivée inopinée de Laura Kinney, alias X-23, une jeune mutante qui est un clone de Wolverine présentant les mêmes capacités et pouvoirs que lui. Logan va devoir la protéger de Donald Pierce et de sa bande de Reavers, des mercenaires cyborgs, qui cherchent à capturer les jeunes mutants pour en faire des armes vivantes. Sortie en salles le 1er mars

DVD/BR [ SHIN MAZINGER EDITION Z : THE IMPACT ! ]

Les ressources naturelles de la Terre s’épuisent de manière irréversible et la survie de l’espèce humaine est menacée. Par chance, un minerai rare, le Japonium, est découvert. Jûzô Kabuto, un savant, parvient à en tirer « la photo-énergie », une énergie alternative qui pourrait sauver la planète et ses habitants mais le maléfique Dr Hell cherche à s’en emparer pour dominer le monde grâce à une armée de colosses mécaniques très sophistiqués. Heureusement, la riposte est prête car Jûzô avait anticipé la menace en élaborant dans le plus grand secret le robot géant Mazinger Z et c’est Kôji, le petit-fils de Jûzô, qui va se retrouver aux commandes de ce monstre de technologie. L’ensemble des épisodes de cet anime est disponible en DVD et Blu-ray, avec en bonus 2 livrets (128 pages). Éditeur : Kazé

Par Josèphe Ghenzer PLANÈTE ROBOTS N°44

I92-93


2p cinéma44.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 20:10 Page1

NEWS cinéma

[ GHOST IN THE SHELL LA FUSION ENTRE L’HUMAIN ET LA MACHINE ]

Ghost in the Shell mélange un film d’action se situant dans un futur proche très high-tech et une introspection philosophique dans lequel l’héroïne est un être hybride dont le cerveau biologique a été implanté dans un corps entièrement synthétique. où les progrès en cybernétique ont rendu possible l’interfaçage des cerveaux biologiques avec divers réseaux ainsi que l’intégration de la conscience humaine dans un nouveau corps entièrement synthétique. Mais cela a aussi eu pour conséquence de la rendre vulnérable aux attaques de hackers, à l’altération de sa mémoire ou à l’implantation de faux souvenirs. On y suit les aventures du major Motoko Kusanagi, un agent spécial hybride humain/cyborg qui travaille sous les ordres de Daisuke Aramaki et est à la tête de la mystérieuse Section 9, une unité d’élite chargée de lutter contre le terrorisme et la cybercriminalité. Elle va se retrouver confrontée à un redoutable ennemi dont l’objectif est d’anéantir les avancées en cybertechnologie de la société Hanka Robotic.

L’UNIVERS DE GHOST IN THE SHELL L’action de Ghost in the Shell se déroule dans les années 2030 dans un monde

94-95

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

futuriste où la majeure partie de la population a décidé de se faire poser des implants pour augmenter ses capacités et

EN QUÊTE D’IDENTITÉ Motoko Kusanagi a été victime d’un terrible accident, alors qu’elle n’était encore qu’une enfant, ce qui a nécessité que son cerveau soit implanté dans un corps entièrement artificiel mais a aussi permis de lui conférer des capacités physiques hors du commun. Par ailleurs, elle est également dotée d’un camouflage thermo-optique qui lui confère la capacité de se fondre dans l’environnement, la rendant ainsi quasi invisible à l'œil humain. Ce système furtif est toutefois imparfait puisqu'il est incapable de compenser des changements soudains ainsi que des impacts physiques et qu'il reste visible quand on se trouve à proximité car une légère distorsion translucide marque les limitations de cette technologie. Bien qu’elle soit unique en son genre, cette guerrière intrépide n’est toutefois pas invulnérable. C’est un être complexe dont la surpuissance physique est contrebalancée par un questionnement identitaire profondément mélancolique. Autour d’elle, tout le monde se sent


2p cinéma44.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 20:10 Page2

cinéma

Le major Motoko Kusanagi est un agent spécial hybride humain/cyborg.

L’univers de Ghost in the Shell est peuplé de robots, comme ce robot geisha. connecté à quelque chose qu’elle n’a pas. Elle se pose donc des questions mais elle ne sait pas qui croire, elle sait qu’elle a un passé et elle veut trouver qui elle était.

UNE ADAPTATION DE L’ŒUVRE ORIGINELLE Pour cette version live de Ghost in the Shell, son réalisateur, Rupert Sanders, a pris le parti de ne pas faire une adaptation fidèle du manga, tout en restant très respectueux de l’univers de l’œuvre originelle. C’est ainsi que le scénario mélange divers éléments provenant à la fois de Ghost in the Shell, Ghost in the Shell 2 : Innocence (comme les robots geishas) et de la série animée Ghost in the Shell : Stand Alone Complex (pour le choix du méchant) pour créer une nouvelle histoire dans laquelle on retrouve, bien évidemment, les principales thématiques et personnages du manga. C’est ainsi qu’on retrouve, aux côtés du major et de Daisuke Aramaki (le chef de la

Section 9), les autres membres emblématiques de la Section 9 : Batou (un ex-militaire bourru au corps et aux yeux cyberaméliorés, qui est le second du major) ; Togusa (un ancien membre des forces spéciales de la police dont les capacités de déduction sont particulièrement appréciées, contrairement à ses collègues, il possède un corps entièrement humain) ; Saito (un cyborg dont le cerveau, le bras gauche et l’œil gauche ont été modifiés ce qui en fait quelqu’un de relativement humain, possédant un GPS implanté dans l'œil et relié à un satellite, il est le sniper de l’équipe ; Ishikawa bien qu’il soit surtout spécialisé dans le hacking et la collecte d'informations sur le réseau) c'est un combattant d'élite capable de tenir parfaitement sa place sur le terrain ; Borma (un cyborg possédant des capacités oculaires, physiques, d'aptitudes au combat et à l'utilisation du réseau développées).

Quant au méchant du film, il s’agit de Muze, l’un des méchants de la 2e saison de Stand Alone Complex sauf qu’il ne s’agira pas, comme dans la série, du leader d’un groupe de farouches indépendantistes mais d’un redoutable hacker. Ce personnage revisité empruntera aussi, pour l’occasion, certains traits de caractère du personnage du marionnettiste (le méchant du manga), tout en ayant une connexion personnelle avec le major. Une grande partie du tournage s’est effectuée en Nouvelle-Zélande, dans d’immenses décors construits tout spécialement en studio, afin d’être au plus près de Weta Workshop, qui a aidé à retranscrire le manga emblématique en film d’action live et a passé plus de dix mois à créer le monde techno-futuriste de Ghost in the Shell où la grande majorité de la population s’est dotée d’un corps augmenté avec diverses améliorations cybernétiques. Travaillant en étroite collaboration avec l’équipe du film, Weta Workshop a ainsi pu donner vie aux concepts de paysages urbains remplis d'hologrammes de la taille de gratte-ciel, de geishas robotiques, d’armes futuristes et de membres bioniques grâce à plus de 3 000 prothèses, animatroniques, accessoires, miniatures et costumes.

Par Josèphe Ghenzer

Retour aux sources

À l’origine, Ghost in the Shell est un manga, écrit et illustré par Masamune Shirow, qui a été prépublié au Japon dans Young Magazine en 1989. Deux autres mangas, Ghost in the Shell 2 : Man-Machine Interface et Ghost in the Shell 1.5 : Human Error Processor, ont ensuite été publiés entre 1991 et 1997. Cette célèbre série de mangas est rapidement devenue une franchise à succès qui s’est déclinée sous différentes formes : 4 films d'animation (Ghost in the Shell, Ghost in the Shell 2 : Innocence, Ghost in the Shell : SAC Solid State Society et Ghost in the Shell : The New Movie), 2 saisons de séries TV d'animation (Ghost in the Shell : Stand Alone Complex, Ghost in the Shell : Stand Alone Complex 2nd GIG) qui racontent des histoires indépendantes des mangas, une série (Ghost in the Shell : Arise) regroupant 4 OAV (Ghost Pain, Ghost Whispers, Ghost Tears, Ghost Stands Alone) dont l’action se déroule 2 ans avant celle du manga originel et retrace des enquêtes précédentes de la Section 9, ainsi que plusieurs jeux vidéo et romans.

PLANÈTE ROBOTS N°44

I94-95


2p jeux-video44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 16:40 Page1

NEWS jeux video Horizon Zero Dawn

Horizon Zero Dawn

[ HORIZON ZERO DAWN ]

Horizon Zero Dawn est un RPG d’action dont l’intrigue se déroule dans un monde postapocalyptique ouvert et luxuriant où la nature a repris ses droits sur les vestiges d'une civilisation oubliée. Dans ce monde dominé par de redoutables créatures mécaniques d'origine inconnue, les humains ne sont plus l’espèce dominante et vivent de façon primitive au sein de tribus. Le joueur incarne Aloy, une jeune chasseresse bannie de sa tribu à la naissance, qui cherche à découvrir son destin

96-97

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

dans les vestiges du passé et retrouver la trace de ses parents. Elle a appris à exploiter son agilité, son ingéniosité ainsi que ses capacités au tir à l'arc pour survivre dans ce monde sauvage impitoyable, se défendre contre des tribus rivales et chasser les différentes espèces de bêtes d’acier qui règnent sur ce monde et en gardent les secrets. Le joueur peut combiner des outils primitifs avec une technologie avancée pour fabriquer de quoi transformer les prédateurs en proies mais aussi développer des tactiques

pour vaincre les machines et pirater les systèmes des spécimens capturés pour se faire aider. ◗ Éditeur : SCEE – Développeur : Guerrilla Games – Disponible le 1er mars sur PS4 et PS4 Pro

[ NIER AUTOMATA ]

NieR Automata est un RPG d’action dont l’intrigue se déroule dans un lointain futur où la Terre a été envahie par des formes de vie mécaniques venues d'un autre monde. Après s'être réfugiée sur la Lune, l'humanité envoie sur Terre des androïdes capables de lutter avec les

extraterrestres pour tenter de reconquérir notre planète. La guerre entre machines et androïdes fait rage et va bientôt dévoiler les mystères longtemps oubliés de ce monde. L’intrigue raconte l’histoire de trois androïdes: 2B, 9S et A2. Le joueur incarne le personnage de 2B, un androïde de combat chargé de protéger la Terre des belliqueux robots aliens. Il peut s’équiper en armes, commercer avec des marchands ou encore apprivoiser certaines espèces animales afin de pouvoir les chevaucher. ◗ Éditeur : Square Enix – Développeur : PlatinumGames – Disponible le 10 mars sur PC, PS4 et PS4 Pro

[ HALO WARS 2 ]

28 ans après les événements de Halo Wars, l’équipage du vaisseau Spirit of Fire de l’UNSC, sous le commandement du capitaine James Cutter, sort de son sommeil cryogénique sans avoir la moindre idée de ce qui a bien pu se dérouler entre-temps. Ils se réveillent alors que leur vaisseau dérive aux abords de l'Arche, une installation Forerunner ayant construit les Halos, et ils vont être confrontés à un redoutable ennemi: Atriox, le leader d’une nouvelle faction de Banished. Parmi les nouveaux personnages de ce jeu de stratégie en temps réel figure Isabel, une I.A. créée pour gérer toute la logistique de l’Arche. Elle est dotée d’une incroyable puissance de calcul et d’un esprit créatif lui permettant de s’intégrer au Spirit of Fire lorsqu’elle est récupérée dans les ruines de la base par Cutter. Elle accompagnera le joueur tout au long de l'aventure en solo mais sera aussi là pour renseigner les néophytes en leur donnant des détails et des informations-clés sur l'intrigue. ◗ Éditeur : Microsoft, Microsoft Studios – Développeur : 343 Industries, Creative Assembly – Disponible sur PC (Windows 10), Xbox One

par Josèphe Ghenzer


2p jeux-video44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 16:40 Page2

Jeux Video

NieR Automata

Halo Wars 2

PLANÈTE ROBOTS N°44

I96-97


1p news concepts44.qxp_Mise en page 1 11/02/2017 17:45 Page1

NEWS concepts

ICARE, UN PROJET DE DRONE AUTOBIODÉGRADABLE

Icare est un projet de la DARPA, l’agence de R&D de l’armée américaine. Son but est de créer des drones, sans moteur, à usage unique capable d’être lâchés par centaine depuis des avions cargos situés à 10 000 m d’altitude. Les drones devront avoir une précision de 10 m pour la destination après avoir parcouru 88 km au maximum. Une fois leur mission terminée, ils devraient se désintégrer en 4 heures seulement. La structure est en carton et les circuits intégrés devraient se dissoudre sous forme gazeuse. Pourquoi de tels dispositifs ? Ces drones pourraient transporter 1,4 kg de charge utile, chacun, sur des lieux de conflits ou après une catastrophe naturelle. La charge étant des poches de sang, des médicaments, des vaccins ou des produits de première nécessité. Une fois à terre, ils se détruiraient d’euxmêmes pour ne pas laisser d’empreinte sur la nature.

à une les balles sur la pelouse ou dans les bunkers. Le principe de ce robot pourrait être le même que celui d’un robot aspirateur, où l’on aurait enlevé la partie aspirante pour la remplacer par un système qui entraîne les balles pour les renvoyer dans un panier prévu à cet effet. Entièrement autonome, le robot gère les balles, le joueur n’a plus qu’à se concentrer pleinement sur son jeu. Designer : Ho-Hsiang Chang

UNE PROTHÈSE SMARTPHONE

Année après année, les prothèses deviennent de plus en plus efficaces. Elles seront probablement bientôt supérieures en capacités aux membres d’origines. Ces nouvelles prothèses seront les germes de l’homme augmenté. Dans cet esprit, un designer s’est posé la question, comment une prothèse pourrait apporter d’autres services que le remplacement d’un membre perdu? À l’heure où les écrans sont partout, il semblerait qu’ajouter des fonctions de smartphone à une prothèse soit presque l’évidence même.

transporter des personnes mais aussi à interagir avec elles. En effet, grâce à des capteurs disposés dans l'habitacle et une analyse du comportement, son I.A. de nouvelle génération sera capable de détecter et d’analyser les émotions des passagers afin de réagir en conséquence. Baptisée HANA (Honda Automated Network Assistant) et développée en collaboration avec CoCoRo SB, cette I.A. pourra, par exemple, faire des recommandations musicales en fonction de l'humeur des passagers ou réduire la vitesse du véhicule si elle les sent stressés. Le NeuV dispose de dimensions proches de celles de la Smart, d’une forme cubique, d’un tableau de bord digital, d’un pare-brise panoramique pour améliorer la visibilité et de grands feux arrière. Ses portières s'ouvrent à 90° vers le haut pour permettre de se garer dans des espaces très étroits. Par ailleurs, lorsque son propriétaire ne l'utilisera pas, il pourra en tirer des revenus en s’en servant comme d’un véhicule de covoiturage autonome qui irait, sur commande, chercher des passagers pour les conduire à destination mais aussi en revendant son énergie au réseau électrique en périodes de pointe. Designers : Honda

Designer : Young Jo In

Designers : DARPA

UN NOUVEAU SYSTÈME POUR STOCKER L’ÉNERGIE DES ÉOLIENNES OFFSHORE

UN CONCEPT-CAR 100 % ÉLECTRIQUE AUTONOME ET DOTÉ D’UNE I.A.

GOLF PRO, UN ROBOT RAMASSEUR DE BALLES AU GOLF

Quel travail fastidieux pour un terrain de golf de ramasser une

98-99

I

PLANÈTE ROBOTS N°44

Honda a profité du CES pour dévoiler le NeuV (New Electric Urban Vehicle), un concept-car 100 % électrique autonome à deux places, principalement destiné au covoiturage urbain, qui ne servira pas seulement à

Depuis plusieurs années, Fraunhofer IWES (Institut für Windenergie und Energiesystemtechnik) travaille à l’élaboration d’un système de stockage sous-marin de l'électricité produite par les éoliennes offshore. Ce système, baptisé StEnSea (Storing Energy at Sea), utilise des sphères creuses en béton immergées au fond de l’eau. Pendant les périodes de forte production

d’électricité, son surplus est utilisé pour faire fonctionner des pompes, placées à l’intérieur des sphères, qui rejettent l’eau qu’elles renferment en créant un différentiel de pression entre l’intérieur et l’extérieur de la sphère. Pendant les périodes de pénurie, on laisse l’eau s’engouffrer dans les sphères en passant par un jeu de turbines qui produit de l’électricité. Ces sphères sont assez lourdes pour être immergées à 800 m de profondeur sans avoir besoin d’une ancre. Chaque sphère mesure 30 m de diamètre avec une paroi de 3 m d’épaisseur et sera capable de fournir 20 MW. Un parc de 200 sphères pourrait ainsi produire jusqu’à 4 GW en quelques heures. En novembre dernier, un 1er test a été réalisé avec une sphère fabriquée, à l’échelle 1/10e (soit 3 m de diamètre), qui a été immergée à 100 m de profondeur dans le lac de Constance pendant un mois. Si tout se déroule comme prévu, ce système devrait être commercialisé d’ici 3 à 5 ans. Designers : Fraunhofer IWES

UNE ÎLE ARTIFICIELLE FLOTTANTE EN POLYNÉSIE FRANÇAISE

À notre époque troublée, où des chefs d’État élus sur le populisme veulent priver des droits fondamentaux, de plus en plus de personnes commencent à se demander si l’avenir n’est pas d’aller vivre et travailler dans des zones hors contrôle des états. L’Institut Seasteading veut ainsi créer une île artificielle flottante, prototype de futurs grands archipels hors des eaux territoriales, pour les entreprises provenant principalement de la Silicon Valley. Jouissant d’une relative autonomie face à la métropole, la Polynésie française et son président, Édouard Fritch, se sont montrés favorables pour construire et accueillir ce premier embryon dans les prochaines années. Designers : Institut Seasteading


SAINT-QUENTIN

23

(02)

&

24 novembrE 2016

pa l a i s d e s s p o r t s

3e édition du salon de la

robo numérique

2 16

Merci à tous les participants Et rendez-vous pour la

3500 visiteurs 50 exposants

1025 4

conférences intervenants

villages démonstrateurs Robonumérique - FRENCH TECH Robotique instrielle - innovation

2

signatures de partenariats

HOSTABEE et FANUC/PROMEO

1 maison connectée 1 coding gouter

1 colloque scientifique international : ICCR2016

en Présence de l’ambassadrice d’Israël

4e édition robonumerique.fr


pub.qxp_Mise en page 1 10/02/2017 18:05 Page1

Profile for Planète Robots

Planète Robots N°44  

mars/avril 2017

Planète Robots N°44  

mars/avril 2017

Advertisement