Page 1

PLANÈTE

ROBOTS

couverture 43V2.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 22:18 Page1

Captain DC le robot surveillant

JANVIER - FÉVRIER 2017 - NUMÉRO 43

N O U V E L L E S

TIKI 3.0 LE ROBOT D'ACCUEIL

BRAAVA JET 240

planeterobots.com

L 11849 - 43 - F: 5,90 € - RD

SILENCIEUX ET INTELLIGENT

T E C H N O L O G I E S

D U

F U T U R

DOSSIER : HEASE ROBOTICS UN PETIT NOUVEAU QUI S’ATTAQUE DÉJÀ AUX ÉTATS-UNIS

2017

LES TECHNOLOGIES QUI VONT CHANGER LE MONDE

KOMPAÏ 2 UN VÉRITABLE MAJORDOME

FUTUROSCOPE NAVYA ET EZ10 INMOOV les navettes Fabriquez votre L’Extraordinaire autonomes propre humanoïde Voyage


FR_PUB_DISCO_FPV_PlaneteRobots_220x297mm_2016-10-03.indd 1

03/10/2016 11:09:06


1p edito43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:37 Page1

« En Occident, dès qu'on parle de créature artificielle, la première réaction est la crainte. Au départ cette crainte était purement religieuse, ensuite, elle a été relayée par toutes les technophobies. Les mythes d'aujourd'hui prolongent ceux d'hier. »

Monique Atlan, journaliste

édito Lors d’une visite chez un constructeur de robots, Cybedroïd, qui fêtait ses cinq ans d’existence à la gare de Limoges, des badauds ainsi qu’un membre du personnel de l’établissement nous ont fait part de leur peur face au robot. Ce n’est pas forcément une habitude pour nous, passionnés de robotique, de voir une certaine robophobie parmi nos compatriotes car nous faisons fonctionner généralement nos boîtes de conserve dans des lieux déjà acquis à leur cause : apérobots, sociétés de robotique ou salons. Or, cette fois-ci, le robot Leenby, un semi-humanoïde pourtant si charmant et avenant, a eu un effet de dégoût de la part de quelques voyageurs, ne s’attendant pas forcément à voir ces machines sur leur passage. Malgré une discussion des plus pédagogiques entre l’un des membres de Cybedroïd et une jeune femme qui s’est dit inquiète par les robots, celle-ci a terminé la discussion par un « Tu ne me piqueras pas mon boulot ! » en levant le doigt vers le robot. Une autre jeune femme du personnel, refusait de s’approcher du robot en prétextant qu’elle n’avait pas confiance dans ces machines qui allaient la remplacer. Malheureusement, une partie des médias à la recherche de sensationnalisme titrent régulièrement sur ce « grand remplacement » tuant les uns après les autres l’ensemble des métiers. Même s’ils n’ont pas tout à fait tort, ils oublient parfois d’aller au bout de leur enquête, ou bien les lecteurs se contentent de lire le titre sans approfondir le sujet dans la suite de l’article. Le robot est avant tout un outil. Son arrivée massive va, dans un premier temps, créer de l’emploi en quantité. De nombreux métiers vont disparaître mais autant de nouveaux métiers vont apparaître. Dans les prochaines décennies, les robots paieront nos charges sociales et il est plus que probable que nous allons pouvoir ainsi réduire notre durée de temps de travail à 25 heures voire encore moins, tout en gagnant un niveau de vie égal voire supérieur grâce à l’arrivée du revenu universel. Celui-ci sera également budgété sur les taxes sur les robots, apportant de la richesse à leurs propriétaires. Si la population et les politiques étaient conscients du changement de paradigme qui se prépare, la robotique ferait probablement bien moins peur ! Une suggestion, une réaction ? Contactez-nous sur le courrier des lecteurs ! courrierlecteurs@planeterobots.com ■Frédéric

Boisdron

PLANÈTE ROBOTS N°43

I02-03


1p sommaire43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:59 Page1

S o mmaire

Janvier / février - N° 43

08 Robots News

ÇA VIENT DE SORTIR Tout ce qu'il faut retenir de ces deux derniers mois dans le monde étrange de la robotique.

14 Le droit des robots

Le statut juridique des robo-advisors.

16 Robonumérique 2016 ÉVÉNEMENTS

Un salon robotique qui se professionnalise.

20 « L’Extraordinaire Voyage »

42 Comment les robots vont révolutionner la livraison aux particuliers

Les robots devraient massivement s’occuper de la livraison de colis dans les prochaines années.

48 Le robot social à la conquête des familles Les robots veulent devenir nos amis les plus fidèles.

52 Diya One va purifier l'air intérieur de vos locaux

Un robot qui prend soin de votre environnement direct.

56 TiKi 3.0

Un robot d’accueil personnalisé.

au Futuroscope

58 Waldo

Jouez les Phileas Fogg de 2050 !

22 Le Cybathlon

Il permet aux personnes à mobilité réduite de pouvoir arpenter le monde grâce au mode avatar.

La première compétition mondiale d’athlètes robotisés.

25 Toulouse Robot Race

Une course de robots dans les rues de Toulouse.

26 Concours national

de robotique extérieure

Après la cobotique, les drones terrestres et aériens.

DOSSIER : CE QUE NOUS RÉSERVE 2017

28 Ce que nous réserve 2017

Voici une petite sélection des avancées technologiques et des tendances qui devraient émerger au cours des prochains mois.

36 Témoignage - Nos lecteurs ont du talent

60 Kompaï 2 de Robosoft

Et si le futur de la robotique était de veiller sur les personnes âgées ?

62 Test : iRobot Braava Jet 240

Un robot qui balaye et passe la serpillère à la maison en silence.

64 Captain DC

ROBOTS AU TRAVAIL Le robot surveillant infatigable de votre data center.

40 Hease Robotics

Un petit nouveau qui s’attaque déjà aux États-Unis.

Planète Robots Édité par Les Éditions d'Acamar, 161, bd Henri-Sellier, 92150 Suresnes. Directeur de la publication Philippe Seban seban@planeterobots.com Rédacteur en chef Frédéric Boisdron boisdron@planeterobots.com

04-05

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

70 Au-delà de 2040, comment nous déplacerons-nous ?

Petit exercice d’anticipation, teaser d’un prochain hors-série.

72 Prospective 2040 – La défense du futur

Avenir possible d’une robotique militaire du futur.

76 Le véhicule autonome « Made in France », une autre vision du transport urbain

Navya et EZ10, deux constructeurs de navettes autonomes français qui gagnent du terrain.

82 Marcher pour créer de l’électricité

Smart Energy Floor veut remplir nos batteries par la marche.

84 Tesla, stop ou encore ?

Malgré quelques incidents,Tesla reste le favori.

88 News spatiales

L’espace est un nid pour les nouvelles technologies robotiques.

90 News gadgets

Notre sélection de gadgets qui ont retenu notre attention.

98 News concepts

Pas encore des produits, mais des designs dignes d’intérêt.

66 Deux robots pour l’aviculture primés

ROBOTS & MÉDIAS

RECHERCHE ROBOTIQUE

94 News jeux vidéo

au Space

Ce sont deux robots qui ont été décorés au Space de Rennes, un salon agricole.

ROBOTS DE SERVICE

Créer son robot InMoov chez soi.

INNOVATIONS DU FUTUR

68 Les biobots du muscle pour la robotique !

Des robots utilisant le principe des muscles pour se mouvoir.

92 News médias

Quelques idées de lecture pour ce début d’année. Retour de notre rubrique sur les jeux vidéo robotiques.

96 Cinéma : Passengers Un très long voyage.

Rédacteurs Lionel Alvergnas, Magali Bardou, Me Alain Bensoussan, Yanne Boloh, Christelle Boudet, Alain Clapaud, Anthony Gallot, Josèphe Ghenzer, Marie-Hélène Léon, Joe Pillow, Philippe Roussel, Richard Seltrecht, Screetch, Arthur Vernassière et Nicolas Vimard.

© 2017 Les Éditions d'Acamar Dépôt légal à parution Diffusion MLP ISSN : 2106-3133 N° de commission paritaire : 0418K90181 Imprimé en Italie

Secrétaire de rédaction Louise Santonnax

La rédaction n’est pas responsable de la perte ou la détérioration des textes, fichiers ou photos qui lui sont adressés pour appréciation. La reproduction, même partielle, de tout matériel publié dans ce magazine est interdite. Une remarque, une idée, une question pour notre rubrique courrier : courrier@planeterobots.com

Direction artistique Patrick Lusinchi Responsable publicité Cédric CÉLESTIN c.celestin@planeterobots.com +33 (0)146 250 525

Vous êtes une société, une association, un particulier, vous désirez nous soumettre un communiqué ou nous proposer un article de votre cru. Nous sommes à l'écoute de vos propositions et de vos candidatures pour intégrer notre équipe. contact@planeterobots.com

Suivez-nous sur : Facebook : facebook.com/planeterobots Twitter : twitter.com/planeterobots Google+ : goo.gl/oASjqN Web : planeterobots.com


© www.LAgence.co & www.studioMAJE.fr / 10/2016

Dites bonjour à Leenby le petit robot sympa qui va à Las Vegas.


2p image-du-mois43.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 19:37 Page1

La photo du mois

06-07

I

PLANÈTE ROBOTS N°43


2p image-du-mois43.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 19:37 Page2

U

n robot de livraison de colis de Starship Technologies se déplace librement dans l’espace public. Les passants, amusés, regardent le robot déambuler parmi eux. Très probablement, ils pensent que cet engin est piloté à distance car c’est la norme actuelle des objets mécanisés mobiles. Or, ce petit drone roulant est bien autonome et seules quelques personnes informées, comme nos lecteurs ou d’autres curieux de nouvelles technologies, sont au courant de telles prouesses. Cette scène est aujourd’hui remarquable par son originalité, mais elle sera d’une grande banalité dans quelques années. Ce jeune couple ne prendra plus cas de tels engins dans l’avenir, tant ils occuperont une part importante de la vie quotidienne. © Starship Technologies.

PLANÈTE ROBOTS N°43

I06-07


6p news43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:17 Page1

ROBOTS

actualités

Un bras de robot Open Source et imprimé en 3D pour former les ingénieurs

© Otto Bock.

© BCN3D Technologies.

En collaboration avec le Ministère de l'éducation de Catalogne, BCN3D Technologies a développé Moveo, un bras de robot 5 axes, Open Source et imprimé en 3D, il est alimenté par des microcontrôleurs Arduino. L’objectif de cette initiative est de mettre à disposition des élèves ingénieurs la possibilité de fabriquer par eux-mêmes ce bras robotisé, à faible coût, pour leur permettre de se former à une grande variété de disciplines (robotique, conception mécanique, programmation industrielle, électronique, fabrication additive…). Grâce à Moveo, les étudiants peuvent appliquer leurs connaissances, développer leurs aptitudes professionnelles et acquérir ainsi l'expérience nécessaire afin de faciliter leur insertion professionnelle. Toutes les informations nécessaires à la fabrication

Un robot capable de « transpirer »

de Moveo sont mises à disposition sur la plateforme GitHub où les utilisateurs pourront également partager leur expérience, donner des conseils, leurs impressions et indiquer les problèmes qu’ils ont rencontrés. ◗

Un nouveau genre de copilote dans les avions Commandé grâce à une interface installée sur une tablette tactile, il obéit aux instructions du pilote pour suivre une route, changer de cap et d'altitude tout en surveillant les paramètres moteurs. Par ailleurs, il connaît aussi toutes les procédures d'urgence et peut donc assister le pilote en cas de panne. ALIAS a déjà été testé avec succès dans un simulateur de vol, sur un Diamond DA42, puis dans la réalité, sous la supervision d'un pilote, dans un Cessna Caravan et un hélicoptère Bell UH-1. ◗

© Aurora Flight Sciences.

Développé par Aurora Flight Sciences, ALIAS (Aircrew Labor In-Cockpit Automation System) est un système automatisé extensible et non invasif, ayant pour fonction de servir de copilote dans un avion afin de réduire la charge de travail du pilote en le déchargeant de certaines tâches tout en assurant la sécurité en vol. Il se présente sous la forme d’un kit transportable dans une mallette. Il se compose d’un système de caméras pour voir les divers instruments installés dans le cockpit, de « bras » et « jambes » robotisés pour actionner les commandes de vol (manche, manette des gaz…) ainsi que les pédales du palonnier, d’un système de reconnaissance et de synthèse vocale ainsi que d’un processus d'acquisition des connaissances facilitant son installation sur n’importe quel type d’avion, qu’il soit à usage civil, commercial ou militaire, en l’espace d’un mois.

Des chercheurs du JSK Lab de l'université de Tokyo, sous la direction du Pr Mayasuki Inaba, ont tenté de trouver comment ajouter un système de refroidissement efficace à Kengoro, leur robot humanoïde musculo-squelettique, mesurant 1m70 de haut pour un poids de 56 kg, qui intègre de nombreux composants et 108 moteurs assurant sa mobilité. Pour cela, ils ont eu l’idée d’utiliser une technique d'impression 3D par frittage laser sélectif pour fabriquer un squelette en aluminium capable de « transpirer » comme le font les humains. En faisant varier la densité du laser, ils ont réussi à influer sur la perméabilité du métal afin de créer des structures, proches de celle d'une éponge, capables de laisser passer de l'eau. Ce système canalise l'eau avec précision puis la filtre progressivement vers l'air libre pour provoquer l'évaporation au contact des zones qui subissent une chauffe. Les tests effectués ont montré que cette technique est trois fois plus efficace qu’un refroidissement par air. Kengoro peut ainsi fonctionner pendant une demi-journée avec seulement une tasse d'eau déminéralisée. Grâce à cela, il a pu effectuer une série de pompes pendant 11 minutes sans chauffer. ◗

© Ghost Robotics.

Ghost Minitaur, une plateforme robotique quadrupède d’une étonnante agilité

08-09

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

Les ingénieurs de Ghost Robotics ont développé une petite plateforme robotique quadrupède à motricité embarquée, baptisée Ghost Minitaur, qui a été élaborée pour pouvoir y intégrer un grand nombre d’applications. Ses futurs utilisateurs pourront ainsi y installer les technologies qu’ils désirent afin de répondre aux exigences spécifiques de leur secteur d’activité (militaire, exploration, industrie minière, agriculture, sauvetage…). Le Ghost Minotaur mesure 40 cm L x 28 cm l pour un poids de 6 kg. Il peut transporter une charge utile de 3 kg, se déplacer à une vitesse d’environ 7,2 km/h pendant 20 minutes Il est capable de marcher, courir, sauter

(jusqu’à 48 cm de haut), monter des escaliers, escalader des grillages et même ouvrir des portes. Sa grande agilité résulte de l'utilisation de la transmission directe du mouvement des moteurs à ses pattes, sans passer par une boîte de vitesse, ce qui lui permet de percevoir directement la résistance du sol dans ses moteurs qui font aussi office de capteurs et d'amortisseurs. Il peut ainsi réagir de façon quasi instantanée à son environnement. Pour l’instant, il n’est fabriqué qu’à quelques exemplaires et vendu pour environ 10000 dollars mais Ghost Robotics espère le commercialiser, d’ici 5 ans, au prix de 1500 dollars. ◗


6p news43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:17 Page2

Un bricoleur a fabriqué une prothèse de main avec les composants d’une machine à café

Evan Booth est un ingénieur, expert en matériel de sécurité et adepte inconditionnel du DIY, qui a pris l’habitude de « fabriquer des trucs à partir d’autres trucs », comme il le dit luimême. C’est ainsi qu’il a eu l’idée de démonter entièrement une machine à café Keurig (modèle K350/300 2.0) puis de remonter tous ses composants, de manière différente, pour fabriquer une main bionique, capable de se saisir des objets, qu’il a baptisée Hedberg. Les seuls autres éléments dont il s’est servi pour le faire étaient de l'adhésif ainsi qu’un adaptateur de 12 V et quelques outils basiques (perceuse, pistolet thermique, tournevis…). Cela lui a pris un peu moins de 200 h pour y arriver. ◗

© Simon Kalouche - Carnegie Mellon University.

Conçu par Tibot, TiOne est un robot autonome destiné à assister les aviculteurs dans leurs tâches quotidiennes tout en respectant l’environnement et en assurant le bien-être des animaux. Sa mission consiste à animer des lots de poules pondeuses afin d’accroître leur fertilité et les inciter à rejoindre les pondoirs pour limiter le nombre d’œufs pondus à même le sol qui sont alors déclassés ce qui engendre une perte de productivité non négligeable pour l’élevage. Il mesure 45 cm L x 50 cm l x 18 cm h pour un poids de 8 kg. Grâce à ses 4 roues motrices tout-terrain, il peut se déplacer à une vitesse 4 km/h sur des pentes pouvant aller jusqu’à 20 %. Il est doté d’un système de géolocalisation indoor lui permettant de suivre avec précision des trajectoires programmées et sa batterie lithium-ion rechargeable lui confère une autonomie de 8 h. De plus, il est possible de lui adjoindre certains accessoires comme des griffes d’entretien, pour aérer et niveler les litières, ou divers capteurs de collecte de paramètres environnementaux (température, luminosité, taux d’humidité, de pression, de CO2…). Par ailleurs, il permet aussi de surveiller l’élevage à distance et d’alerter directement l’éleveur sur son smartphone en cas de problème. ◗

La mise au point d’un nouveau type de jambe pour équiper de futurs robots

Simon Kalouche, un chercheur de l'université Carnegie Mellon, développe un nouveau type de jambe, baptisée GOAT (Gearless Omni-directional Accelerationvectoring Topology), qui s’inspire de la façon dont les chèvres de montagne se déplacent dans toutes les directions et bondissent avec une incroyable agilité. Elle a été conçue pour être plus efficace en mouvement dynamique, c’est-à-dire capable de s’adapter immédiatement aux brusques changements de terrain ce que les robots actuels ont encore beaucoup de mal à faire. Cette jambe tripode, qui n’est pas contrainte à des mouvements planaires et est entraînée par un trio de

moteurs électriques, est capable de se déplacer dans toutes les directions, au lieu de simplement avancer ou reculer comme le font actuellement les robots, ce qui facilitera la traversée d’un terrain accidenté et un changement rapide de direction. De plus, cette configuration lui permet d’effectuer de grands sauts. Lors des tests préliminaires, elle a été capable de sauter jusqu’à 82 cm de haut et de courir à différentes vitesses dans toutes les directions. Elle est destinée à équiper de futurs robots qui auront à effectuer des missions de longue durée sur différents types de terrain afin d’améliorer leur mobilité, efficacité et longévité. ◗

Dexmo, un gant exosquelette qui rend les objets virtuels palpables

Dexta Robotics.

Un robot pour aider les aviculteurs

Dexta Robotics a conçu Dexmo, un gant exosquelette mécanique à retour haptique, peu coûteux et léger, permettant de ressentir la taille, la forme et la rigidité des

objets virtuels lors d’expériences en VR. Il dispose de 11 degrés de liberté et est équipé de 5 unités de retour haptique reliant le bout des doigts à la carte mère, placée sous la coque qui recouvre le dessus de la main. Le pouce est aussi relié à l’unité centrale par un module Mocap. Dexmo capte les mouvements de la main et envoie les données à l'avatar dans le monde virtuel. Lorsque la main de l’avatar touche un objet virtuel, un logiciel calcule la direction ainsi que l'amplitude de la force appliquée sur les cinq doigts de chaque main et fournit alors un retour de force variable permettant de découvrir l'objet en temps réel. Le système est aussi capable de bloquer physiquement les doigts pour renforcer l'illusion de la matière. Dexmo contient des batteries 2400 mAh et peut fonctionner sans fil pendant 4 h en utilisation normale et plus d’une heure en utilisation intense. Il est destiné aussi bien au grand public (jeux vidéo) qu’aux professionnels de divers secteurs d’activité (médecine, éducation, formation, sport…). Il est aussi doté d'un kit de développement, permettant de personnaliser des applications. ◗ PLANÈTE ROBOTS N°43

I08-09


6p news43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:17 Page3

ROBOTS

actualités

Un robot humanoïde de service multitâche

Des robots sont expérimentés dans les magasins Lowe en Californie

Conçu par Qihan Technology, Sanbot est un robot humanoïde de service multitâche, de 93 cm de haut pour un poids de 19 kg, qui se déplace sur des roues à la vitesse de 2,8 km/h. Il est doté de capteurs pour éviter les collisions, d’un émetteur/transmetteur infrarouge, d’un capteur PIR Motion, de capteurs tactiles, de 7 microphones, de 3 caméras et d'un projecteur placé sur sa tête qui peut diffuser des vidéos en 720p sur une diagonale de 165 cm. Il dispose d’un écran tactile de 25 cm sur sa poitrine

© Fellow Robots.

© Qihan Technology.

pour interagir avec les humains. Il est aussi équipé d’un système de reconnaissance faciale et vocale ainsi que d’un système de suivi de type Kinect. Sa batterie lui assure une autonomie de 4 h en activité ou jusqu'à 20 heures en veille et il va se recharger lui-même lorsque c’est nécessaire. Chez un particulier, il peut aussi bien assurer le rôle d’assistant personnel que se charger du contrôle des objets connectés et des équipements ménagers intelligents. Son système informatique est hébergé dans le Cloud. Il fonctionne avec une appli dédiée qui permet de le contrôler. Par ailleurs, son kit de développement permet de le programmer pour effectuer des tâches spécifiques en fonction des besoins des clients (musées, magasins, administrations, écoles, hôpitaux, maisons de retraite…). En Chine, plusieurs Sanbot sont en activité aussi bien à l'aéroport de Shenzhen, où ils fournissent aux voyageurs toutes sortes d’informations, que dans le port très fréquenté de Gongbei où, en plus de renseigner les passagers, ils assistent les douaniers pour repérer dans la foule les criminels déjà connus. ◗

Depuis septembre, Lowe a mis en place des robots de service autonomes NAVii de Fellow Robots, rebaptisés LoweBots pour l’occasion, dans 11 de ses magasins de la région de la baie de San Francisco pour une période d’essai de 7 mois. Leur mission est double: d’une part, aider les clients à mieux s’orienter dans les rayons du magasin pour trouver les produits qu’ils cherchent mais aussi les conseiller en répondant à leurs questions en plusieurs langues et d’autre part, assister les employés au quotidien pour leur faciliter le travail. Ces LoweBots mesurent 1m52 de haut et se déplacent de manière autonome sur leurs roues. Ils sont équipés de systèmes de reconnaissance vocale et visuelle, de caméras et de divers capteurs pour se diriger et éviter les obstacles. Ils sont dotés de deux écrans: l’un (de 50 cm) sur la poitrine leur permettant de communiquer, via sa surface tactile, avec la clientèle et l’autre (de 63 cm) dans le dos servant à diffuser des promotions sur les produits en vente. En outre, ils disposent d’un scanner permettant d’informer les clients sur le prix et la disponibilité d’un produit mais aussi de faire l’inventaire des rayons et de détecter, en temps réel, des éventuels problèmes ou des articles manquants dans les rayons. ◗

Un exosquelette pour démanteler Fukushima pèse la bagatelle de 60 kg. Équipées de cet exosquelette, les personnes attelées à cette tâche pourraient presque travailler dans des conditions acceptables sans risquer leur vie. ◗

© Tend.ai.

Alors que l’on arrive enfin à contenir à peu près Tchernobyl, 30 ans après l’accident nucléaire, et encore c’est vite dit, le Japon doit faire face à son équivalent Fukushima depuis 2011. Jusque-là, nos technologies n’ont pas encore su endiguer tous les problèmes causés par l’explosion, et ce même dans le pays où le robot est la spécialité. Une nouvelle tentative, proposée par le fabricant d’exosquelettes Cyberdyne, essaie d’utiliser leur produit déjà existant, HAL. Celui-ci repose sur une armature électromécanique qui entoure le dos, les jambes et les bras afin que l’utilisateur puisse porter des charges très lourdes comme une tenue antiradiation, qui

La tenue du soldat du futur

10-11

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

l’élaboration d’une armure, dotée d’un maillage nanotechnologique souple, qui intègre un liquide capable de se solidifier en quelques millisecondes lorsqu’elle sera touchée par un champ magnétique ou un courant électrique. En outre, divers capteurs biométriques placés sur la peau du soldat surveilleront ses signes vitaux et indiqueront différentes données (température du corps et de la peau, fréquence cardiaque, position du corps, niveau d'hydratation…). Grâce à son casque, le soldat aura aussi accès, en temps réel, à moult informations (topographie des lieux, météo, mouvements de l’ennemi, cartes…). Le tout

sera alimenté par un petit mais puissant moteur. Il est prévu que cette tenue soit disponible en 2018. ◗

© SOCOM.

Le programme TALOS (Tactical Assault Light Operator Suit) a débuté en 2013 à la demande de l’USSOCOM (Unted States Special Operations Command) afin de mettre au point une protection antibalistique intégrale destinée à équiper les forces spéciales américaines lorsqu’elles doivent mener des assauts dans des lieux dangereux et sont confrontées à des tirs ennemis ou à des explosions de bombes. Cette tenue de combat intelligente sera composée de divers éléments dont un exosquelette qui accroîtra la force de son utilisateur et l’aidera à porter de lourds paquetages. Par ailleurs, des chercheurs du MIT travaillent à


6p news43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:17 Page4

© DroneShield.

Cela ressemble de loin à un bazooka, mais celui-ci n’envoie aucun projectile. DroneGun se contente de brouiller la communication entre le drone et son propriétaire mais également de brouiller les signaux de géoposition (GPS ou Glonass). Le drone, n’ayant plus de pilote et ne retrouvant pas sa position, ira la plupart du temps se poser tranquillement et donc arrêtera sa mission. Cette arme est bien évidemment étudiée pour l’armée et les forces de l’ordre afin de protéger des zones militarisées, sensibles ou publiques. Petit bonus, l’arme peut fonctionner jusqu’à une distance de 2 km de sa cible. ◗

FriendUp, un méta-ordinateur pour tous les jours mais aussi pour nos robots

Votre futur ordinateur pourrait être unique : un méta-ordinateur, stable, éternel et illimité, nomade. Programmable à la voix, tout simplement. Beaucoup plus aussi : le point central de vos équipements domotiques et robotiques, sous la même interface, la vôtre, connectés au même monde, le vôtre. L'extension digitale de votre esprit, qui peut-être un jour vous connaîtra mieux que vous-même. FriendUP, start-up norvégienne, révélera son système Friend en 2017. Et nous, à Planète Robots, nous en sommes déjà friands ! ◗

Sharp lance un robot de surveillance pour assurer la sécurité Sharp INTELLOS A-UGV est une plateforme mobile tout-terrain, qui a pour mission d’effectuer à l’extérieur des missions de sécurité, de surveillance et d'entretien. Ce robot est capable de résister à des changements de température et se déplacer à une vitesse maximale de 5 km/h sur une grande variété de terrains avec ses pneus omnidirectionnels. Une fois son itinéraire programmé, il patrouille en extérieur, de façon autonome, mais peut aussi être contrôlé à distance par un opérateur, si nécessaire. Il embarque un système complet de caméras standard: une de 1080p installée en haut de son mât déployable et 4 caméras grand-angle lui donnant une vision à 360°, auxquelles s’ajoute en option une caméra à imagerie thermique. Il est aussi équipé d’un lidar, d’une sirène, de haut-parleurs pour des annonces vocales et de microphones pour communiquer dans les deux sens. Il est aussi possible de lui adjoindre d’autres capteurs (de gaz et de produits chimiques…). Il peut ainsi prendre des vidéos mais aussi recueillir des données audio et environnementales tout en

© Sharp Electronics Corporation.

DroneGun, une arme antidrone

fournissant un moyen de dissuasion permettant au personnel de sécurité de prendre, en temps réel, des décisions sans se retrouver en danger. Grâce à ses deux packs de batteries lithium-ion, rechargeables et remplaçables, il dispose d’une autonomie de 4 à 12 h par charge, en fonction de la nature du terrain sur lequel il se déplace et de sa vitesse. ◗

Un drone pour effectuer des brûlages dirigés

Au sein du NIMBUS Lab (Nebraska Intelligent MoBile Unmanned Systems Lab), Sebastian Elbaum, Dirac Twidwell et Carrick Detweiler ont travaillé pendant près de deux ans avec une équipe de chercheurs, experts en génie mécanique et en écologie de l’université du Nebraska sur le développement d’un drone capable d’effectuer des brûlages dirigés, qui soit assez petit pour tenir dans le sac à dos d'un pompier et assez intelligent pour naviguer au cœur d’un environnement dangereux. Leur UAS-FF (Unmanned Aerial System for Firefighting) est un quadricoptère qui embarque dans un système de glissière, une cinquantaine de petites sphères en plastique contenant du

permanganate de potassium. Une fois en vol, un système injecte du glycol à l’intérieur des sphères juste avant de les larguer à l’endroit prévu en suivant un parcours défini à l'avance. Une réaction chimique les enflamme lorsqu’elles touchent le sol. En outre, ils ont aussi conçu un logiciel permettant à un opérateur de surveiller, gérer et contrôler le drone depuis une distance de sécurité de 500 m. Des tests ont déjà été effectués avec succès aussi bien en laboratoire que sur le terrain, en conditions réelles. L’obtention récente d’une nouvelle subvention va permettre à ses concepteurs d’améliorer encore le système tout en le rendant plus autonome. ◗ PLANÈTE ROBOTS N°43

I10-11


6p news43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:17 Page5

actualités

© Aviz Inria - Shape Lab Stanford University

Des minirobots fonctionnant en essaim pour créer l'interface du futur

L’équipe de recherche AVIZ de l'Inria collabore étroitement avec des chercheurs du Shape Lab de l'université de Stanford à l’élaboration d’une nouvelle catégorie d'interfaces homme-machine basée sur la robotique en essaim. Pour cela, ils ont mis au point une plateforme, Open Source et Open Hardware, qui gère les Zooids, des minirobots de 2,60 cm de diamètre et 2,10 cm de haut pour un poids d'environ 12 g qui se déplacent sur des surfaces planes avec des roues motorisées et sont alimentés par une batterie 100 mAh LiPo. Ils coopèrent entre eux pour déplacer des objets, former des

structures spécifiques, créer un support ou délivrer des informations. Chaque Zooid est doté d’un capteur tactile, d’un gyroscope et d’un capteur optique, situés sur sa partie supérieure, qui lui permettent de connaître sa position en observant les formes générées par un projecteur de lumière structurée à grande vitesse et d’interagir avec les autres minirobots. Mais c’est l’ordinateur, avec lequel ils communiquent par le biais d’une puce NRF24L01, qui coordonne leurs actions individuelles et collectives. Pour l’affichage, ils fonctionnent comme les pixels dans un graphisme. ◗

Le 1er bateau autonome en énergie prépare son tour du monde éoliennes, qui prendra le relais. Son tour du monde, d’une durée de 6 ans, devrait démarrer début 2017. Après la traversée de la Méditerranée, il s'aventurera sur l'Atlantique et le Pacifique avec 101 escales programmées dans 50 pays différents. ◗

© Energy Observer.

Energy Observer est un catamaran, de 30,50 m de long et 12,80 m de large pour un poids de 11 tonnes, qui ambitionne d’être le 1er bateau autonome en énergie et sans émission de gaz à effet de serre, propulsé à l’hydrogène et fonctionnant aux énergies renouvelables, à effectuer un tour du monde. Son originalité réside dans le couplage inédit de différents types d’énergie renouvelable. Il sera, en effet, équipé de 3 types de panneaux photovoltaïques répartis sur 130 m2 de surface, 2 éoliennes à axe vertical, 1 aile de traction intelligente et 2 moteurs électriques réversibles, le tout permettant de produire et de stocker de l’hydrogène à bord. Ses batteries LiFeP04 seront alimentées avec l'énergie solaire et éolienne, si le temps le permet, et alimenteront ensuite ses moteurs électriques. Lorsqu'il n'y aura pas de vent, ni de soleil ou la nuit, c'est l'hydrogène stocké et fabriqué par électrolyse de l'eau, grâce aux panneaux solaires et aux

Des camions à conduite autonome sont testés dans une mine

© Volvo Trucks.

ROBOTS

Quatre camions Volvo FMX à conduite autonome sont testés en opérations régulières dans la mine Boliden, située à Kristineberg au nord de la Suède, afin de voir dans quelle mesure cette technologie peut contribuer à garantir la sécurité et la productivité des transports dans des endroits complexes limités géographiquement (comme les mines ou les ports) présentant une part élevée de conduite répétitive. Ces camions sont dotés d'un système intégrant des capteurs radars à laser servant à surveiller la géométrie de la mine et à créer une carte de l'itinéraire à emprunter. L'information recueillie est utilisée pour contrôler la direction du camion, les changements de rapport et sa vitesse. Lors de chaque trajet, les capteurs scannent en permanence la zone autour du camion pour optimiser l'opération ainsi que l'itinéraire. Parmi les six capteurs intégrés dans le système, deux surveillent en permanence la même zone aux alentours du camion. Si un dysfonctionnement est observé, le centre de gestion du transport peut intervenir à distance. Si un obstacle apparaît à proximité du camion, il se met automatiquement à l'arrêt et le centre de gestion du transport est alerté. Grâce à une planification d'itinéraires précise et une vitesse constante, on évite l'engorgement et on réduit les temps de chargement et de déchargement. ◗

Un petit robot pour l’exploration sous-marine

Développé par la société OpenROV, Trident est un petit robot sous-marin rectangulaire, d’un poids de 3,3 kg, qui est destiné à l’exploration sous-marine. Son aérodynamisme lui permet de naviguer avec agilité entre les coraux et les rochers à la vitesse de 2 m/s. Il est équipé d’une caméra étanche full HD (1080p à 30fps) et d’un système de balayage par zone lui permettant de photographier une zone prédéfinie à l’avance et de recréer, par la suite, un modèle 3D des fonds marins qu’il a visités. Il est aussi doté d'une bouée radio tractable pour lui donner une plus

12-13

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

grande liberté de mouvement en augmentant la portée effective de son signal radio. Il a aussi été conçu de manière à ce qu’il soit possible d'y rajouter de nouveaux capteurs, des instruments ainsi que des charges utiles et son logiciel est Open Source. Il est télépilotable depuis un ordinateur portable, une tablette, un smartphone ou un joystick. Il peut aisément plonger jusqu’à 100 m de profondeur et sa batterie au lithium rechargeable lui confère une autonomie de 4 h. Il sera disponible début 2017 au prix de 1 199 dollars. ◗

© OpenROV


6p news43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:17 Page6

Permettre à des objets de « s’auto-assembler »

Un système qui accélère le prototypage et le rend interactif

Des chercheurs de l’université de Cornell ont mis au point On the Fly, un système capable de faire une pause pendant l'impression 3D d'un objet afin de l’examiner ou de le tester pour y effectuer si nécessaire, en temps réel, des modifications ou lui apporter des améliorations. Le système utilise une imprimante WirePrint modifiée qui extrude un plastique à durcissement rapide pour créer un squelette de fil de fer d'un objet solide et réaliser un prototypage rapide. L'imprimante est dotée de 5 degrés de liberté pour faciliter la création des formes, d’un cutter pour enlever de la matière et créer des découpes dans l’objet ainsi que d’une plateforme mobile pour mesurer le

Le tracteur du futur

© CNH Industrial.

Au sein du Self-Assembly Lab du MIT, une équipe de chercheurs, sous la direction de Skylar Tibbits, travaille depuis quelques années à la mise au point d’une technologie permettant à des objets de « s'auto-assembler » afin de faciliter leur fabrication tout en réduisant leur coût de production. Ils ont fait l’expérience avec quelques composants électroniques, une source d'énergie et les bonnes interactions, pour faire en sorte qu’un téléphone cellulaire se fabrique tout seul. C’est ainsi que six parties distinctes pouvant constituer deux téléphones différents ont été placées dans un système rotatif (un peu comme une centrifugeuse) qui les mélange de manière aléatoire mais juste à la bonne vitesse, avec des instructions implicites basées sur un mécanisme qui, grâce à des aimants de différentes polarités, ne les font s'assembler qu’avec les autres bonnes pièces, et rejettent celles qui ne leur sont pas compatibles. L’« autoassemblage » du téléphone n’a duré qu’une minute. ◗

modèle en cours d’impression ou s’assurer qu’il rentre parfaitement dans un assemblage. Sa buse rotative peut ajouter des surfaces sur n’importe quel côté de l’objet et une extension lui permet d'aller à l’intérieur de la structure pour y faire des changements. La base amovible de l’imprimante est équipée d’aimants permettant de replacer l’objet, qu’on a retiré pour l’examiner, exactement à la même place que précédemment avant de reprendre l’impression là où on l’avait arrêtée. En outre, un plugin compagnon de CAO permet à l’utilisateur de travailler simultanément sur la conception et la modification d'un objet pendant son impression. ◗

CNH Industrial a présenté un concept de tracteur autonome sans cabine, dérivé de son modèle Case IH Magnum et conçu pour les cultures en rangs, qui fonctionne avec une large gamme d'outils afin d’effectuer diverses tâches (préparation du sol, plantation, pulvérisation, récolte…) et dispose d’une interface interactive pour la surveillance et le contrôle à distance d’opérations préprogrammées. Son système embarqué prend en compte la largeur des outils attelés et calcule les parcours les plus efficaces en fonction du terrain, des obstacles et des autres machines travaillant sur la même parcelle. Grâce à des technologies radar et lidar ainsi que de caméras embarquées, il détecte les obstacles présents sur sa trajectoire. Il s'arrête

alors tout seul et ne repart que lorsque l’agriculteur, qui a été averti par des alarmes sonores et visuelles, lui communique un nouveau parcours. Il s'arrête aussi en cas de perte du signal GPS ou des données de position, ou si on appuie sur son bouton d'arrêt manuel. On peut superviser et ajuster à distance ses trajets sur un ordinateur ou une tablette, via une interface dédiée, mais aussi modifier son fonctionnement, en temps réel, en fonction d'alertes climatiques automatiques. Plusieurs tracteurs peuvent travailler en une seule flotte coordonnée ou de concert en plusieurs sous-groupes affectés à des champs différents, chacun d’eux étant régi par des consignes préprogrammées spécifiques. ◗ PLANÈTE ROBOTS N°43

I12-13


2p juridique43.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 22:08 Page1

Le Droit des robots

LA GESTION DE PORTEFEUILLES À L’ÈRE DIGITALE Les robo-advisors sont des conseils financiers automatisés.

de France) et l'autre par l'Autorité des marchés financiers (AMF). En ce qui concerne les organismes d’assu-

Les robo-advisors sont des plateformes spécialisées dans la gestion de portefeuilles en ligne avec un minimum d'intervention humaine, qui offre des conseils financiers automatisés (assurance-vie, PEA, placements boursiers, etc.). Les premières plateformes de gestion d'épargne automatisée sont apparues en France il y a peu de temps et ont pour partenaires des compagnies d’assurance, des mutuelles, des institutions de prévoyance, ou encore des banques privées et publiques. Les robo-advisors sont surtout des algorithmes qui, à partir des données de profil saisies par le client (épargnant ou investisseur), vont générer une forme de proposition adaptée mais néanmoins standardisée par rapport aux critères indiqués. Il va de soi que plus le profil du client est simple, plus l'algorithme est efficace. S’agissant d’entreprises totalement virtuelles par opposition aux établissements financiers traditionnels (brick and mortar), les frais de gestion sont généralement faibles ce qui permet de s’adresser à tout type d’épargnants ou d’investisseurs, du plus modeste au plus aisé. Ces prestataires électroniques n’en sont pas moins des entreprises agissant dans un marché des plus réglementés.

UNE ACTIVITÉ ENCADRÉE Les plateformes sont régulées par un double statut de courtier d'assurances et de CIF (Conseiller en investissements financiers). À ce titre, elles doivent avoir un double agrément, l'un délivré par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR Banque

14-15

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

LES ROBO-ADVISORS SONT SURTOUT DES ALGORITHMES QUI, À PARTIR DES DONNÉES DE PROFIL SAISIES PAR LE CLIENT (ÉPARGNANT OU INVESTISSEUR), VONT GÉNÉRER UNE FORME DE PROPOSITION ADAPTÉE MAIS NÉANMOINS STANDARDISÉE PAR RAPPORT AUX CRITÈRES INDIQUÉS.

rance, l’ACPR précise que l'octroi de l'agrément peut être subordonné au respect d'engagements souscrits par l'entreprise requérante. Ainsi, l’ACPR peut refuser l'agrément si elle constate que « l'exercice du contrôle pourrait être entravé par l'existence

de liens en capital entre la société requérante et d'autres personnes morales ou physiques ou par les dispositions législatives, réglementaires ou administratives d'un État n'appartenant pas à l'Espace économique européen dont relèvent une ou plusieurs de ces personnes ». Quoiqu’il en soit, on est loin d’un vide juridique en ce qui concerne les robo-advisors. Ces plateformes sont en effet régies par le Code des assurances (pour les sociétés d’assurance et de réassurance), le Code de la mutualité (pour les mutuelles et unions de mutuelles), le Code de la sécurité sociale (pour les institutions de prévoyance) et le Code monétaire et financier, s’agissant avant tout de sociétés d'investissement et de financement (1). Certains robo-advisors se comportent même comme leurs homologues humains (courtiers d'assurances et conseillers financiers) et font signer à leurs clients des mandats de gestion qui leur donne certains pouvoirs notamment celui de gérer l’épargne à leur guise. Tous les documents contractuels sont signés électroniquement s’agissant d’un mandataire virtuel.


2p juridique43.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 22:08 Page2

par Alain Bensoussan avocat technologue, spécialiste du droit des technologies avancées www.alain-bensoussan.com

Le robot, votre nouveau conseiller bancaire ? — La loi pour une République numérique a renforcé l’obligation de délivrer une information loyale, claire et transparente aux consommateurs.

TRANSPARENCE ET LOYAUTÉ DE LA PLATEFORME La plupart de ces logiciels d'intelligence artificielle sont en fait des aides à la prise de décision, laquelle appartient en dernier ressort au client. Ils émettent des recommandations à partir desquelles le client construit et gère son portefeuille financier en fonction des risques qu’il souhaite prendre.

Ces logiciels agissent comme des super comparateurs de produits financiers ou d’épargne parmi les produits référencés par la plateforme. Ce constat appelle une question essentielle, celle de la transparence et de la loyauté. La loi pour une République numérique du 7 octobre 2016 crée des règles pour les opérateurs de plateformes en ligne. Ces rè-

gles sont notamment codifiées aux articles L. 111-7 et suivants du Code de la consommation et l’article L. 324-1 du Code du tourisme. Elles imposent aux plateformes en ligne une obligation de loyauté et ont pour objectif de garantir l’information des consommateurs (2). S’il existait déjà à la charge des plateformes en ligne une obligation de délivrer une information loyale, claire et transparente aux consommateurs, la loi pour une République numérique a renforcé cette obligation. Elle impose à tout opérateur de préciser les conditions générales d’utilisation du service qu’il propose, les modalités de référencement, de classement et de déréférencement des produits auxquels son service permet d’accéder. L’opérateur de plateforme doit également divulguer « l’existence d’une relation contractuelle, d’un lien capitalistique ou d’une rémunération à son profit, dès lors qu’ils influencent le classement ou le référencement des contenus, des biens ou des services proposés ou mis en ligne ». Dans le cas des robo-advisors, la transparence doit porter sur les produits financiers qui sont référencés sur la plateforme. Il s’agit en effet de connaître le degré d’indépendance de la plateforme par rapport aux produits sélectionnés (nombre et identité des fournisseurs). La transparence doit également porter sur les éléments techniques et notamment le modèle algorithmique utilisé pour gérer les portefeuilles clients (modèle académique plus ou moins « propriétaire », société qui l’a développé, méthodologie utilisée, etc.) et la qualité de l’algorithme (taux « d’erreur artificielle »). Enfin, il convient aussi de connaître les conditions de protection des traitements de données personnelles. La sécurité est une obligation légale qui s’impose à tout détenteur d’un dispositif traitant des données à caractère personnel. Le règlement européen de protection des données adopté le 4 avril 2016 rend obligatoire la dimension de protection des données et de la vie privée dès la conception de tous les produits, services et systèmes exploitant des données personnelles (Privacy by Design) (3). ●

(1) Textes de référence : art. L 612-46 du Code monétaire et financier ; art. L.321-10 et R.321-4 du Code des assurances ; art. L.211-8, R.211-3 et R.211-9 du Code de la mutualité et art L.931-4 et R.931-2-2 du Code de la sécurité sociale. (2) Cf. notre article paru dans PR n°39, Mai-juin 2016. (3) Cf. Règlement européen sur la protection des données, Éditions Larcier, octobre 2016.

PLANÈTE ROBOTS N°43

I14-15


Événements

3p robonumerique.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 18:33 Page1

Robonumérique 2016 Lors de cette troisième édition de Robonumérique, le salon de la robotique de Saint-Quentin, ce sont près de 3 500 visiteurs (soit une progression de 40 %) qui se sont empressés pour venir découvrir l'univers des robots et des technologies rattachées. UNE ORIENTATION INDUSTRIELLE Moins éparpillé que la précédente édition, Robonumérique prenait un air plus professionnel. Les robots amateurs du mouvement Maker étaient bien moins présents, en revanche la robotique industrielle y était bien plus représentée. Le public était à l'appel, que ce soit les professionnels, les étudiants et les scolaires ou le grand public, l’événement prend de l'ampleur chaque année. Les allées étaient notamment parcourues par les collégiens prenant les stands d'assaut afin de remplir des questionnaires fournis par l'éducation nationale elle-même. L'ensemble des stands était regroupé dans un grand hall, longé par un espace conférence. Le grand public était attiré en tout premier lieu par les deux robots semi-humanoïdes vedettes. Un Pepper de Softbank Robotics accueillait les curieux

16-17

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

sur le stand de SmartHome by CITC, qui a pour ambition de répondre aux grands enjeux des habitations et des quartiers de demain. Situé à l'entrée même du salon, Pepper avec son nœud papillon donnait ainsi le ton aux visiteurs qui faisaient la queue pour se prendre en selfie avec le robot. L'autre star était Leenby, dont deux exemplaires se baladaient tranquillement dans les allées du salon. Les enfants mais aussi les adultes, tout autant émerveillés, se pressaient pour prendre la main d'un des robots, avec complicité, pour faire une balade ensemble. Après les entrepôts, les bureaux mais aussi les foyers vont pouvoir accueillir des robots de sécurité. E-4 de A.I.Mergence est un petit robot mobile en forme de pyramide. Il ne nécessite pas une installation compliquée et est simple d'utilisation. Capable de reconnaître les visages, il saura vous

prévenir de la rencontre avec un intrus lors de ses rondes. Il vous enverra une alerte avec photo sur votre smartphone et vous emmènera dans la direction même de la personne non invitée, en déclenchant une alarme qui le dissuadera de rester sur place. En plus de cet aspect, E-4 saura vous prévenir s'il détecte différents accidents domestiques comme un début d'incendie ou une inondation, même si l'électricité est coupée. Enfin, le robot sait rester discret dans le quotidien et ne vous dérangera pas si vous êtes présent dans vos bureaux ou votre maison. Un an après avoir lancé son activité de téléprésence mobile Presence+ Home, RoboCARE Lab annonce un partenariat avec le projet Eco-Habitat 2030, por té par Région Capitale SAS. Le projet Eco-Habitat 2030 vise à construire à par tir de 2017 des logements respectant l'environnement


3p robonumerique.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 18:33 Page2

Robonumérique 2016

Le robot de sécurité E-4 de A.I.Mergence.

APRÈS LES ENTREPÔTS, LES

Les robots semi-humanoïdes Leenby et Pepper étaient les véritables stars aux yeux du grand public.

tout en étant économiques et sociaux en utilisant les outils technologiques. Les robots de téléprésence proposés par RoboCARE Lab vont favoriser un maintien à domicile des personnes dépendantes. Plus ludique, le Cube proposé par La Machinerie (fablab basé à Amiens) est, comme son nom l'indique, un cube de la taille d'une table basse. De plus petits cubes imprimés en 3D et personnalisés avec des QR Codes peuvent être placés sur le plus gros. Chaque petit cube est un ordre donné au plus grand. À vous de choisir les bons cubes pour que le principal puisse composer une musique ou vous permette de coder un programme informatique de façon intuitive. Venue de Tunisie, la start-up Enova Robotics s'est déplacée jusqu'à Saint-Quentin pour présenter ses solutions robotiques évolutives. Mini-Lab est une plateforme mobile indoor, montée sur 3 roues, destinée au prototypage et à la recherche. Son architecture Open Source et Open Hardware, fonctionnant sous ROS, permet une personnali-

sation extrême du robot. Pearl Guard est, quant à lui, un robot de surveillance tout-terrain capable de travailler 8 heures d'affilée. Ses visions laser, thermique et infrarouge pourraient détecter toute intrusion. Les grandes marques de la robotique industrielle étaient présentes avec leurs dernières nouveautés en matière de bras robotique. Certaines misaient sur la vitesse (Staübli), d'autres sur le travail collaboratif comme ABB ou Fanuc qui laissaient travailler deux bras sans cage protectrice (LR Mate 200iD et CR-7iA/L), faisant totalement confiance à la sécurité imposée à ces robots devant travailler dans un milieu sans protection. Kuka et l'École Nationale Supérieure d’Arts et Métiers de Lille démontraient les capacités de leur robot AMii en proposant aux visiteurs de commander un petit cocktail (sans alcool) que le robot s'empressait de vous préparer en dosant parfaitement les quantités dans son shaker avant de jouer les héros du film éponyme. Pour terminer sur la robotique, quelques robots

BUREAUX MAIS AUSSI LES FOYERS VONT POUVOIR ACCUEILLIR DES ROBOTS DE SÉCURITÉ. E-4 DE A.I.MERGENCE EST UN PETIT ROBOT MOBILE EN FORME DE PYRAMIDE. IL NE NÉCESSITE PAS UNE INSTALLATION COMPLIQUÉE ET EST SIMPLE D'UTILISATION.

participant à la Coupe de France de Robotique étaient visibles sur certains stands comme celui de Planète Sciences, co-organisateur de l’événement.

HOLOGRAPHIE, IMPRESSION 3D, RÉALITÉ VIRTUELLE Des stands, comme Techno Ride, proposaient une immersion dans la réalité virtuelle. Encore nouveau pour la plupart des visiteurs, il est clairement visible que ces technologies autrefois cantonnées aux laboratoires et aux centres de design sont appelées à avoir un marché bien plus large. Les réactions étaient unanimes : « On s'y croirait ! ». PLANÈTE ROBOTS N°43

I16-17


3p robonumerique.qxp_Mise en page 1 19/12/2016 11:20 Page3

Robonumérique 2016

La solution de téléprésence Presence+ Home de RoboCARE Lab. — Un robot éducatif programmable.

LES GRANDES MARQUES DE LA

ROBOTIQUE INDUSTRIELLE ÉTAIENT PRÉSENTES AVEC LEURS DERNIÈRES NOUVEAUTÉS EN MATIÈRE DE BRAS ROBOTIQUE. CERTAINES MISAIENT SUR LA VITESSE (STAÜBLI), D'AUTRES SUR LE TRAVAIL COLLABORATIF COMME ABB OU FANUC QUI LAISSAIENT TRAVAILLER DEUX BRAS SANS CAGE PROTECTRICE. Un robot éducatif programmable. — Le robot Amii, sur base Kuka, servant des cocktails aux visiteurs.

Pour les plus curieux, un hologramme d’El Mustapha Mouaddib, directeur du laboratoire M.I.S. (Modélisation Information & Systèmes) de l’université de Picardie Jules Verne, présentait un projet de numérisation 3D de l’hôtel de ville de Saint-Quentin. Après deux éditions destinées à enclencher le processus et se faire repérer, Robonumérique 3 est bien identifié dans le paysage numérique. L'orientation professionnelle est claire et les contacts business y sont désormais monnaie courante. « On sent que le marché de la robotique industrielle est en plein essor », nous confie Frédérique Macarez, maire de Saint-Quentin très attachée aux tech-

18-19

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

nologies numériques. Lors de l'inauguration du salon, Xavier Ber trand (président de la région Hauts-de-France et ancien maire de la ville) a affirmé son soutien à la robotique industrielle de la région en proposant des aides à la location ou à l'investissement de tels outils. Le territoire de Saint-Quentin est désormais reconnu grâce à sa labellisation French Tech et déjà, deux success-stories ont émergé des actions de soutien au numérique : Sylpheo (Cloud Computing) et Hostabee (ruches connectées). Étant un territoire rural, Saint-Quentin mise sur l'agriculture de précision. Frédérique Macarez précise : « Nos agriculteurs sont technophiles et à la recherche de sens

pour une agriculture plus précise et durable. La robotique a clairement sa carte à jouer dans ce secteur et un centre de recherche sur la robotique agricole va être implanté sur le territoire. » Afin de souligner cette affirmation, Frédérique Macarez nous montre l'affiche de Robonumérique 2016 : « L'image de l'affiche est forte et démontre notre soutien aux robotiques agricoles et industrielles. Avec le salon, c'est tout un réseau d'ambassadeurs qui se met en place. » ■Frédéric Boisdron


Vous n’imaginez pas ce qui vous attend.

Brune/Calune/D. Laming, Architecte/Futuroscope. Société du Parc du Futuroscope, capital de 6 504 455 €, siège social : BP 2000 - 86130 Jaunay-Clan, RCS de Poitiers B 444 030 902


Événements

2p futuroscope.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 18:40 Page1

« L’Extraordinaire Voyage » au Futuroscope jouez les Phileas Fogg de 2050 !

Les romans de Jules Verne semblent avoir bercé les ingénieurs du Futuroscope, au point de leur suggérer l’idée d’en faire une attraction d’un nouveau genre au sein du parc. Le 10 décembre dernier, nous avons eu le droit de découvrir en avant-première « L’Extraordinaire Voyage », les pieds dans le vide, pour son inauguration ! UNE IMMERSION DE TOUS LES SENS Quel meilleur moyen de fêter les 30 ans du parc d’attraction du futur que de plonger de nouveau ses visiteurs dans une ambiance des plus futuristes à travers sa nouvelle activité, en lieu et place du « Tapis Magique » ou était projeté Voyageurs du ciel et de la mer de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud, en place depuis plus de douze ans. Cela fait 150 ans que Jules Verne nous a quittés, nous laissant orphelins de ses voyages à travers le monde, la science et le futur. Un de ses romans les plus marquants fut Le tour du monde en 80 jours mettant en scène le voyage de plusieurs héros autour de notre globe avec pour pari de boucler le tour de la planète en moins de 80 jours. Le thème de cette nouvelle attraction reprend cette idée du tour du monde, mais transposé 30 ans dans notre futur. Par tradition, le Futuroscope veut faire voyager ses visiteurs par le biais de l’image. Le parc comprend déjà des attractions avec des écrans à 360°, en 3D ou dynamiques, où les sièges ont un mouvement directement relié à l’action du film projeté. Dans « L’Extraordinaire Voyage », le parc reprend l’idée du spectateur intégré directement dans le film, tout en y ajoutant une notion de sensation de vol des plus immersives. Les 84 passagers sont solidement assis sur leurs fauteuils, qui eux-mêmes sont placés sur un plan

20-21

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

« L’EXTRAORDINAIRE VOYAGE », LE PARC REPREND L’IDÉE DU SPECTATEUR INTÉGRÉ DIRECTEMENT DANS LE FILM, TOUT

EN Y AJOUTANT UNE NOTION DE SENSATION DE VOL DES PLUS IMMERSIVES. LES 84 PASSAGERS SONT SOLIDEMENT ASSIS SUR LEURS FAUTEUILS, QUI EUX-MÊMES SONT PLACÉS SUR UN PLAN QUI S’INCLINE À 90°…

qui s’incline à 90° pour être face à l’écran. Les pieds des visiteurs sont ainsi dans le vide et la vue est imprenable sur un gigantesque écran 6K de 600 m², avec des haut-parleurs de haute qualité en 12.1!

Reprenant pratiquement le tracé de Phileas Fogg et Jean Passepartout, les voyageurs seront plongés dans les paysages à travers 6 étapes : le Futuroscope, l’Égypte, Dubaï, l’Inde, l’Himalaya et le parc de Yellowstone. L’impression de vol est saisissante grâce aux prises de vue tournées à l’aide de drones. Des images de synthèse ont ensuite été ajoutées en post-production afin d’imaginer ces lieux, et particulièrement Dubaï et le Futuroscope en 2050. Afin de pousser encore plus l’immersion, le vent et la brume sont recréés sur les spectateurs. Encore plus fort, les odeurs sont également de la partie ! UN PRÉSHOW OÙ L’ON NE S’ENNUIE PAS Les défauts des parcs d’attraction sont souvent liés à l’attente du public devant chaque attraction. Qui n’a jamais grommelé parce qu’il arrivait tout juste au panneau indiquant qu’il y avait encore une heure d’attente avant de pouvoir entrer ? Aujourd’hui, le Futuroscope a su grandement réduire ce temps d’attente grâce à des attractions qui peuvent embarquer de nombreuses personnes en même temps. « L’Extraordinaire Voyage » peut ainsi faire rêver 650 personnes par heure, à raison de 84 passagers par session. L’autre avancée des parcs comme celui du Futuroscope, c’est l’arrivée


2p futuroscope.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 18:40 Page2

Les 84 places de l’attraction pivotent à 90° pour entrer littéralement dans l’image.

Découvrez le monde en volant, les pieds dans le vide !

L’entrée de l’attraction.

Le hall de départ accueille les passagers du Skyloop.

des préshows. La file d’attente n’est plus juste une queue où les gens attendent patiemment en mangeant leurs sandwichs, c’est une véritable attraction en elle-même. Le préshow de l’attraction plonge le visiteur dans une ambiance futuriste, le préparant à être immergé en 2050 à travers 4 étapes. En entrant dans le bâtiment, nous entrons finalement dans un véritable hall de départ d’une aérogare fantastique.

Vous êtes dans le hall d’embarquement de SkyWorld, une société de voyage fictive arborant un panel d’excursions des plus exotiques (l’espace, la Chine médiévale ou une antique cité aztèque). Au bout de quelques instants, on nous invite à rejoindre la porte 12 où le personnel accompagnant nous fait le briefing pour monter à bord du Skyloop, engin volant futuriste. Ensuite, vous êtes transporté en aéronavette au Skyloop.Vous en profiterez pour

découvrir, du ciel, le Futuroscope tel qu’il apparaîtra peut-être aux visiteurs de 2050. Enfin, vous atterrirez sur le comptoir d’embarquement du Skyloop où l’on vous informera des dernières consignes de sécurité avant de monter dans l’attraction. Non seulement, « L’Extraordinaire Voyage » vous propose un préshow qui vous divertira, mais un second préshow existe en marge du premier pour faire patienter les plus petits. Celui-ci permet à la famille de découvrir l’œuvre de Jules Verne à travers des activités créatives, comme un dessin de 8 m de long, sur lequel les enfants pourront donner de leur temps pour participer à un coloriage participatif géant. Un autre espace permet à la famille de réinventer des couvertures de romans de Jules Verne en piochant dans un large ensemble d’éléments graphiques aimantés. Des livres décors sont éparpillés, permettant aux enfants de s’y placer pour la photo. Enfin, un espace propose de comparer les inventions imaginaires de l’écrivain avec la réalité de notre époque. Non seulement didactique, cette attraction est également un moyen de découvrir le monde tel qu’il pourrait être dans le futur tout en offrant une expérience immersive complète. Il est difficile d’imaginer ce que l’on pourra faire de plus immersif dorénavant, en dehors de la réalité virtuelle, et encore !

I20-21

■Joe Pillow

PLANÈTE ROBOTS N°43


Événements

3p cybathlon.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 19:09 Page1

Le Cybathlon ou la première compétition

L

mondiale d’athlètes robotisés

Alors que les Jeux paralympiques se sont achevés à Rio en septembre 2016, c’est moins d’un mois plus tard, à Zurich, que certains athlètes équipés de prothèses et autres appareils bioniques ont pris la relève. La première compétition « d’athlètes bioniques » s’est déroulée le 8 octobre en Suisse et a pu démontrer toute l’étendue de la technologie combinée à la force de l’esprit humain.

e Cybathlon ou comment associer la technique et la bionique. C’est à Zurich que 66 équipes venues du monde entier ont concouru à ce que l’on nomme le Cybathlon, qui désigne les premiers jeux mondiaux consacrés aux athlètes handicapés paraplégiques, tétraplégiques ou encore ayant été amputés. Ici, il ne s’agit pas de pratiquer un sport olympique mais bien d’effectuer des prouesses techniques avec les appareils bioniques dont les participants disposent. En clair, le prochain Cybathlon pourrait, par exemple, mettre en œuvre une épreuve où les concurrents devraient remettre sur pied une voiture en panne à l’aide de bras bioniques. Celui ayant été le premier à réparer le véhicule aurait gagné. Contrairement à son confrère paralympique, les sportifs utilisent l’assistance robotique lors de la compétition. De cette conception du sport, le Cybathlon se positionne comme novateur. En Suisse, avec cet événement ouvert au public, on a cherché à valoriser la technologie de pointe qui permet à ces personnes souffrant d’incapacité

22-23

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

motrice de pouvoir réutiliser leurs membres via la robotique. Un exploit plein d’espoir qui met en lumière les progrès en matière d’équipements et de prothèses high-tech.

SIX ÉPREUVES POUR SIX ÉQUIPEMENTS DE POINTE À la Swiss Arena Kloten de Zurich, 4 600 spectateurs ont assisté aux différentes disciplines du Cybathlon. Environ 400 participants ont pris part aux six épreuves existantes de ces premiers Jeux bioniques. On dénombre six catégories de handicap référencées pour la compétition et donc six épreuves au total, soit une épreuve propre à chaque catégorie de handicap. Énumérons-les. La course avec des prothèses de jambe bioniques, pour commencer. Elle rassemble quatre adversaires amputés d’une jambe. Ils s’affrontent sur de nombreux challenges, avec leurs prothèses de jambe robotisées. Parcourir des obstacles, grimper des escaliers ou encore tenir en équilibre des aliments et boissons sur des plateaux-repas, tels sont les défis qu’ils doivent relever.

La course d’exosquelettes, spécialement créée pour les athlètes paralysés des membres inférieurs. Les athlètes bioniques doivent accomplir des missions, a priori simples et journalières, le plus rapidement possible. La course en prothèses de bras bioniques. Pour cette discipline, les cyborgs réalisent des tâches en tous genres, étendre du linge, construire un puzzle… Diverses activités relevant du quotidien, sauf que ces athlètes du futur disposent d’une prothèse de bras ou d’avant-bras pour accomplir ces tâches. La course en fauteuils roulants motorisés, pour les personnes amputées des deux jambes. Les pilotes se défient sur plusieurs parcours accidentés, le plus rapide l’emporte. Les courses de vélo par stimulations électriques, adaptées pour les paraplégiques. Les athlètes s’installent sur des vélos abaissés, à l’instar des courses en fauteuils aux Jeux paralympiques, puis via des stimulations électriques effectuent des tours de piste de 200 m chacun. La course d’interface cérébrale.


3p cybathlon.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 19:09 Page2

© ETH Zurich / Alessandro Della Bella.

Le Cybathlon ou la première compétition mondiale d’athlètes robotisés

Les ondes cérébrales sont largement utilisées durant les épreuves.

© ETH Zurich / Alessandro Della Bella.

LA COURSE RASSEMBLE QUATRE ADVERSAIRES AMPUTÉS D’UNE JAMBE. ILS S’AFFRONTENT SUR DE NOMBREUX CHALLENGES,

Les appareils, qui équipent les sportifs, les aident à accomplir des tâches quotidiennes.

Conçue pour les tétraplégiques, l’objectif consiste, par le biais des ondes cérébrales émises dans le système électronique, à contrôler un personnage virtuel et à lui faire franchir les obstacles qui se présentent à lui. DES JEUX QUI REPOUSSENT LES LIMITES DE LA TECHNOLOGIE Les résultats des athlètes présents à Zurich ont été plus que probants. Les appareillages sophistiqués, qui équipaient, les par ticipants ont por té leurs fruits. Les vainqueurs respectifs des disciplines, dans l’ordre de notre présentation plus haut, se nomment Helgi Sveinsson, Andre Van Rueschen, Robert Radocy, Florian Hauser, Mark Muhn et Numa Poujouly. Tous ces athlètes d’un nouveau genre ont réussi des prouesses qui feraient presque oublier, un court laps de temps du moins, leur handicap. Le pari de repousser les limites de la technologie robotique est réussi. La Suisse n’a pas manqué son rendez-vous. L’événement a attiré le public et a su promouvoir les ap-

pareils bioniques à l’international. Sur le site officiel, le président du Cybathlon, Lino Guzzella, s’est félicité du résultat obtenu. « Cet événement majeur a attiré des spectateurs du monde entier et a démontré de manière saisissante ce que la technologie peut offrir aux hommes. Les solutions se développent et font avancer notre société. »

LE CYBATHLON, VECTEUR SOCIAL L’idée de départ du projet de création du Cybathlon était d’initier les entreprises high-tech à la réalisation d’appareils facilitant les mouvements pour les personnes paralysées. Le Cybathlon constituait en quelque sorte une exposition à grande échelle des technologies du secteur. L’objectif étant de faire croître la concurrence en matière d’appareil bionique et donc de développer en conséquence la technologie pour favoriser le niveau de vie des handicapés concernés. Une volonté louable qui utilise le sport et sa médiatisation pour faire avancer les choses dans le bon sens. Ici, le sport se mue donc en moteur de cohésion sociale. Les

AVEC LEURS PROTHÈSES DE JAMBE ROBOTISÉES. PARCOURIR DES OBSTACLES, GRIMPER DES ESCALIERS OU ENCORE TENIR EN ÉQUILIBRE DES ALIMENTS ET BOISSONS SUR DES PLATEAUX-REPAS…

handicapés par ticipants étaient respectés, souriants et heureux de pouvoir jouir de leurs membres dont ils sont pour tant dépourvus. Un comble synonyme d’espoir pour l’avenir. Les athlètes bioniques ont pu ainsi apercevoir une légère vision du futur. Car si le Cybathlon nous a appris une chose, c’est bien que la science continue de progresser et de se rapprocher de la sciencefiction. Entre les deux termes, il n’y a qu’un trait d’union. Or, celui-ci demeure petit. DES PROTHÈSES À DÉMOCRATISER L’intérêt premier de cette compétition internationale aura été de faire comprendre au plus grand PLANÈTE ROBOTS N°43

I22-23


3p cybathlon.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 19:09 Page3

© ETH Zurich / Nicola Pitaro.

Le Cybathlon ou la première compétition mondiale d’athlètes robotisés

Les vainqueurs du Cybathlon peuvent se congratuler, leurs performances inspirent le respect.

TOUS CES ATHLÈTES D’UN

© ETH Zurich / Alessandro Della Bella.

NOUVEAU GENRE ONT RÉUSSI DES PROUESSES QUI FERAIENT PRESQUE OUBLIER, UN COURT LAPS DE TEMPS DU MOINS, LEUR HANDICAP. LE PARI DE REPOUSSER LES LIMITES DE LA TECHNOLOGIE ROBOTIQUE EST RÉUSSI. LA SUISSE N’A PAS MANQUÉ SON RENDEZ-VOUS.

Cet athlète manie des objets avec son bras bionique.

nombre que la technologie actuelle permet, d’ores et déjà, à des femmes et des hommes souffrant de paralysie de pouvoir à nouveau se mouvoir. Bien évidemment, cela reste très sommaire et ces athlètes disposent d’une force d’esprit insoupçonnée pour rester enjoués et en forme, mais le Cybathlon a démontré que les maladies incurables pouvaient être soignées partiellement par la robotique. Néanmoins, les athlètes présents disposaient d’un matériel de très haut niveau, que

24-25

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

peu de personnes handicapées ont la chance de détenir. Ces prothèses sophistiquées demeurent réservées à une certaine élite. En tout cas, leur prix ne facilite pas leur démocratisation. Or, ces produits sont indispensables pour leur bien-être. L’impression 3D peut aller dans ce sens car elle aide à développer des prothèses à moindre coût. Le Cybathlon ouvre ainsi une nouvelle dimension sportive. Désormais, le sport ne se résume plus aux performances individuelles ou collectives, il

passe aussi par la capacité mentale de certaines personnes capables de réaliser des prouesses autres que purement athlétiques et physiques. Ce sont des compétences à part qui demandent une force d’adaptation et de concentration, des compétences quotidiennes pour tout un chacun et qui, ici au Cybathlon, sont récompensées et produites par des personnes handicapées. Avec cette compétition, le sport continue de démontrer qu’il génère des valeurs universelles qui rentrent dans une conception d’un avenir qui se veut prometteur. ■Arthur Vernassière


Événements

1p Toulouse.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:33 Page2

Toulouse Robot Race

L

C’est sous un soleil radieux que s’est déroulée à Toulouse le 28 septembre dernier la première course de robots de l’histoire de Robotics Place. Organisée en partenariat par le cluster de la robotique d’Occitanie, l’Artilect FabLab et l’association La Mêlée Numérique, cette course sur route en extérieur a attiré les curieux sur les allées Jules-Guesde de la ville rose. e parcours de 110 m de long faisant une boucle avec une ligne droite de 50 m et une chicane dans la deuxième partie du circuit était réalisée à même le sol pavé de la rue. Les robots, répartis en trois catégories, roulants, bipèdes et autres, devaient parcourir la distance en totale autonomie et s’arrêter automatiquement après la ligne d’arrivée. Les moyens de contrôle utilisés par les compétiteurs étaient multiples : mesures par ultrasons de la distance des bordures de la piste, suivi optique de la ligne blanche bordée de noir, caméra et pour la distance certains utilisaient l’odométrie, d’autres une estimation du temps nécessaire à leur robot pour parcourir la distance et même certains un capteur optique orienté vers le haut pour repérer le passage sous le pont formalisant la ligne d’arrivée. C’est la catégorie roulante qui a attiré le plus de compétiteurs avec des appareils très rudimentaires pour certains mais où le sens du bricolage était très développé. Les réglages du matin pendant les essais ont mis à l’épreuve les nerfs des participants qui se confrontaient pour la première fois avec la piste, pas parfaitement plane, et aux reflets du soleil qui faisaient briller l’adhésif noir encadrant la bande

Le champion e-Rambo.

blanche rendant l’ensemble indétectable par endroits et provocant des pertes de contrôle. C’est aussi l’intérêt de ce type de compétition où les conditions ne sont pas idéales, contrairement au laboratoire ou au sous-sol de la maison. Dans la catégorie bipède, seul un compétiteur venu spécialement de Lyon était présent avec un robot de sa conception : e-Rambo. Il a réussi à parcourir les 10 m de piste en ligne droite correspondant à cette catégorie et a ainsi été couronné champion, sans concurrence mais non sans mérite. La catégorie « autres » voyait concourir une boule Sphero qui n’a malheureusement pas réussi à boucler le tour, se bloquant dès le premier virage et une main, « La Chose », qui tentait d’avancer en tirant sur ses doigts mais n’a parcouru que quelques centimètres. Au final, cette course a vu le couronnement de la passion, de l’enthousiasme et de la bonne humeur. De nombreux enfants se sont passionnés pour cette course, la Toulouse Robot Race aura peut-être suscité des vocations. Alors c’est décidé, rendez-vous à Toulouse l’année prochaine pour la deuxième édition de cette course débridée et sympathique.

I24-25

■Philippe Roussel

PLANÈTE ROBOTS N°43


Événements

1p concours.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:35 Page1

A

Concours national de robotique extérieure Après la cobotique, les drones terrestres et aériens Dans le cadre du programme de la Nouvelle France Industrielle, la Direction générale des entreprises (DGE) et l’Office national d’études et de recherches aérospatiales (ONERA) proposent un concours de robotique en milieu extérieur.

ttention, à l’heure de publication du numéro de Planète Robots que vous avez en main, il ne vous reste que quelques jours pour proposer votre candidature, celle-ci devant être déposée avant le 31 décembre 2016. En février 2015, un concours sur le thème de la robotique collaborative, organisé par la DGE, avait récompensé trois lauréats : le robot de microassemblage compact Chronogrip de Percipio Robotics, l’instrument cobotique pour la laparoscopie JAiMY et le robot agricole Oz de Naïo Technologies. Dans le cadre de la feuille de route du plan robotique de la Nouvelle France Industrielle (Solution objets intelligents), le Ministère de l'économie et des finances (Direction générale des entreprises) organise un nouveau concours le 7 mars 2017 au musée de l’Air et de l’Espace. Ce concours récompensera les meilleurs projets de robots en milieu extérieur, soit des drones roulants ou volants. Le concours est ouvert aux entreprises et aux

26-27

I

PLANÈTE ROBOTS N°42

La plateforme sur chenille Xbot, parfaite pour de nombreux projets robotiques.

équipes mixtes (entreprises/académies). Elles devront faire la démonstration de leur savoir-faire dans le cadre de cas d’usage tels que la surveil-

lance de bâtiments, l’inspection de zones, la modélisation d’infrastructures, la surveillance de l’environnement, la logistique ou la sécurité, etc. Les candidats sont libres de définir le scénario d'emploi lié à la démonstration et les cas d'usage envisagés. À titre d’exemple, les candidats pourront suivre cer tains des scénarii suivants : contexte multidrones, coopération multirobots hétérogènes, collaboration humains/robots, inspection d’un ouvrage d’art, etc. Un montant global de 150 000 euros sera réparti entre les trois prix principaux. De plus, un prix moins élevé, d’une valeur de 5 000 euros sera décerné à une équipe qui présentera son projet sous la forme d’une vidéo. Les concours organisés par la DGE visent à donner à l’offre robotique française une visibilité sur des applications proches du marché mais également à identifier, à récompenser et à faire connaître des acteurs apportant les meilleures solutions robotiques sur des secteurs applicatifs considérés comme porteurs. ■Screetch


1p news concepts43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 16:20 Page1


Dossier Ce qui nous attend en 2017

7p 2017.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:18 Page1

Ce que nous réserve 2017 Planète Robots entame sa huitième année. Les technologies ont largement évolué les précédentes années et la période qui suit sera encore plus riche en nouveautés technologiques, les avancées des uns entraînent les avancées des autres. Il est difficile de savoir, ne serait-ce que dans les grandes lignes, sur une seule année, 2017 en l’occurrence, mais nous allons tenter de dresser un portrait des grandes avancées technologiques de 2017.

LES ROBOTS ENVAHISSENT PEU À PEU NOTRE QUOTIDIEN Cette année, à n’en pas douter, verra le nombre de robots dans les foyers et au travail augmenter. Ce ne sera pas encore l’explosion qui devrait attendre encore quelques très courtes années, mais l’arrivée de robots comme Buddy (Blue Frog Robotics), Pepper (Softbank Robotics) ou Leenby (Cybedroïd) sur le marché devrait commencer à créer un engouement décisif. Les premiers accédants vont devenir des ambassadeurs de la robotique auprès de leurs clients/fournisseurs ou de leurs amis. Ils vont étonner, peut-être choquer certains, mais ils feront parler d’eux. Le tant attendu Buddy, petit robot roulant dédié aux particuliers, va enfin être distribué à ceux qui l’ont précommandé. Son succès prochain sera

28-29

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

conditionné par les réseaux de distribution, la communication mais surtout les applications qui seront préinstallées ou commercialisées dessus. Au-delà de l’effet « waouh », Blue Frog Robotics devra mettre en place tout un ensemble de comportements qui maintiendront le robot dans la maison plutôt qu’il soit finalement rangé dans un placard au bout de quelques semaines ou mois. Pepper et Leenby sont deux robots ayant des capacités proches mais des philosophies différentes. Les deux robots ont été créés pour être au service des entreprises, des commerciaux, mais également des par ticuliers. L’un est plus mignon, l’autre plus actif, chacun pourra faire son choix. Et si la bataille entre ces deux robots était la succession des combats entre l’Amiga et l’Atari ST ou entre la Playstation 3 et la Xbox 360 ?

Les drones sont déjà largement entrés dans notre quotidien professionnel et familial, tant les prix ont chuté et leurs capacités se sont améliorées. Cette année, les drones devraient commencer à se déployer dans le milieu spor tif. De petits drones autonomes pourraient suivre les sportifs de toute catégorie dans leurs entraînement afin de les filmer et ainsi connaître leurs forces et faiblesses sportives. Ces images serviront également comme dronefie, pour partager ses exploits avec de belles images sur les réseaux sociaux, remplaçant peu à peu les caméras sportives fixes. Afin de contrer les difficultés de déplacement de 420 000 paraplégiques en Europe, bloqués dans leur fauteuil roulant, la toute jeune société parisienne Wandercraft a développé un exosquelette afin qu’ils puissent se déplacer de façon plus na-


7p 2017.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:18 Page2

Attendu depuis des années, Pepper semble aller vers une commercialisation de masse en 2017.

CETTE ANNÉE, À N’EN PAS DOUTER, VERRA LE NOMBRE DE ROBOTS DANS LES FOYERS ET AU TRAVAIL AUGMENTER. CE NE SERA PAS ENCORE L’EXPLOSION QUI DEVRAIT ATTENDRE ENCORE QUELQUES TRÈS COURTES ANNÉES.

turelle, en position debout. Ici, plus de joystick ou de béquille, l’exosquelette permet à son utilisateur de marcher, monter des escaliers ou de se relever d’une chaise. Les phases de tests réglementaires sont actuellement en cours, et la commercialisation devrait commencer cette année.

Mignon tout plein, Buddy pourrait être le best-seller de 2017.

2017, ANNÉE DE LA RÉALITÉ VIRTUELLE Attendue vainement, par beaucoup depuis le début des années 90, la réalité vir tuelle entre enfin dans notre vie quotidienne. Cela fait maintenant plus de deux ans que celle-ci se faufile peu à peu sous forme de casques en carton ou de démonstrations dans les salons. La fin de l’année 2016 a marqué l’arrivée des casques grand public dans le commerce, comme le Playstation VR de Sony, l’Oculus Rift de Facebook ou, pour les plus fortunés, le HTC Vive. Cette année, cette tendance va aller en s’accélérant. L’ensemble des constructeurs de smartphone intégreront des casques à leurs offres, afin d’avoir des applications en réalité PLANÈTE ROBOTS N°43

I28-29


7p 2017.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:18 Page3

INTERNET POUR TOUS ! En tout cas, c’est ce que promet le projet Loon d’Alphabet (nouveau nom de la maison mère de Google). Cette année, l’entreprise devrait commencer à déployer ses ballons gonflés à l’hélium, de 15 mètres de diamètre, à une vingtaine de kilomètres d’altitude et ils voleront ainsi pendant près de 200 jours avant d’être remplacés par de nouveaux. Chaque ballon pourra offrir un débit situé entre la 3G et la 4G dans un rayon de 40 km autour de lui. Après avoir fait ses premiers tests en Nouvelle-Zélande en 2013, cette année pourrait voir une seconde salve d’essais au-dessus de plusieurs régions du monde comme l’Afrique du Sud ou l’Amérique du Sud.

LES VOITURES ÉVOLUENT Ces derniers mois, le monde automobile s’est emballé. Beaucoup pensaient que les voitures aux fonctions autonomes n’arriveraient pas sur le marché avant des années. Tesla a brouillé les pistes en permettant cette prouesse et en proposant une simple mise à jour à ses véhicules les plus récents pour en bénéficier. Aujourd’hui, Tesla pense que ses voitures pourront rouler de façon totalement autonome dès 2017 et promet

LES DRONES SONT DÉJÀ

Cybedroïd a commencé la distribution de Leenby en novembre dernier.

virtuelle mobile. Les joueurs et ceux qui voudront une grande qualité se tourneront vers les modèles de salon, plus qualitatifs et immersifs. Déjà sortis outre-Atlantique, les Google Daydream devraient arriver en Europe prochainement. Ce casque associé à une petite manette de jeu devrait permettre d’accéder à de la réalité virtuelle de qualité à moindre frais. Il pourrait représenter le modèle mainstream des prochains mois face aux casques pour smartphone manquant d’interfaces et des casques de salon encore trop onéreux.

LES SMARTPHONES ET LA TÉLÉVISION PASSENT À L’HOLOGRAPHIQUE, OU PAS ! Après avoir eu droit à de grands écrans multipoints puis des formes incurvées, les smar tphones s’apprêtent peut-être à connaître une nouvelle évolution, l’holographie. Altice (SFR) nous promet l’impensable avant la fin de l’année, le pre-

30-31

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

mier smartphone avec écran holographique. Altice possède une start-up californienne du nom de Leia, qui développe ce type d’écrans depuis quelques années. Leia, dont la référence est tirée du personnage de Star Wars qui apparaît sous la forme d’un hologramme aux héros, a mis au point un film de diffraction de la lumière (DLB) qui peut être apposé sur un écran de smartphone. Après avoir déclaré abandonner la 3D sur les télévisions, Samsung semble travailler sur un nouveau concept de télévision holographique, si l’on en croit un dépôt de brevet récent. D’après celui-ci, une seule personne pourrait en bénéficier pleinement car seul son regard sera suivi par le téléviseur pour pouvoir créer l’image en conséquence. Il est impossible, pour le moment, de savoir si un prototype découle déjà de ce brevet et si celui-ci sera présenté cette année. Beaucoup sont sceptiques tant les promesses sur l’holographie ont souvent déçu. Nous demandons à voir !

LARGEMENT ENTRÉS DANS NOTRE QUOTIDIEN PROFESSIONNEL ET FAMILIAL, TANT LES PRIX ONT CHUTÉ ET LEURS CAPACITÉS SE SONT AMÉLIORÉES. CETTE ANNÉE, LES DRONES DEVRAIENT COMMENCER À SE DÉPLOYER DANS LE MILIEU SPORTIF.

qu’une voiture de série se conduira toute seule entre Los Angeles et New York City avant la fin de l’année. Ces annonces ont bouleversé le marché et aujourd’hui très peu de constructeurs ont annoncé leurs modèles autonomes, commercialisés avant la fin de la décennie. Dès 2017, deux autres marques devraient commercialiser leur propre réponse à Tesla. Volvo, qui travaille sur la conduite automatique depuis des années, devrait prochainement avoir un parc de 100 voitures autonomes qui se baladeront dans les rues de Londres pour finaliser les derniers détails avant une prochaine commercialisation. Audi travaille aujourd’hui d’arrache-pied sur son futur modèle d’A8 qu’elle commercialisera en 2017. Ce nouveau modèle intégrera un mode autonome pour la conduite dans les embouteillages, à moins de 60 km/h avec


7p 2017.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:18 Page4

Ce que nous réserve 2017

Le Muséede l’avenir de Dubaï devrait être terminé en 2017. — La voiture volante Aeromobil 3.0.

ATTENDUE VAINEMENT, PAR

L’exosquelette Wandercraft promet de redonner la marche aux personnes handicapées.

une évolution au fil des évolutions du matériel et des logiciels pour atteindre une assistance automatisée jusqu’à 130 km/h. En ouvrant mes volets, le premier janvier 2000, j’ai espéré voir des voitures voler dans le ciel, mais je fus déçu de ne rien apercevoir de plus que la veille. Et si finalement, 2017, ouvrait ce tout nouveau marché ? Terrafugia a annoncé démarrer la production de sa Transition, un petit avion biplace capable également de rouler sur le réseau routier après avoir replié ses ailes. L’entreprise slovaque Aeromobil s’apprête également à commercialiser son modèle 3.0 cette année. D’un aspect plus moderne que les véhicules de Terrafugia, l’Aeromobil 3.0 n’en est pas moins un long véhicule biplace lorsqu’il est sur la route. La star t-up californienne Moller International espère également être de la partie en proposant sa Skycar aux allures de minijet. Enfin, le néerlandais Pal-V, et son hélicoptère roulant One à décollage horizontal, a également annoncé le début de sa phase commerciale cette année. Les véhicules volants pour tous devraient être un jour une réalité, mais ces voitures volantes pilotées ne sont que des avant-

BEAUCOUP DEPUIS LE DÉBUT DES ANNÉES 90, LA RÉALITÉ VIRTUELLE ENTRE ENFIN DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE. CELA FAIT MAINTENANT PLUS DE DEUX ANS QUE CELLE-CI SE FAUFILE PEU À PEU SOUS FORME DE CASQUES EN CARTON OU DE DÉMONSTRATIONS DANS LES SALONS.

goûts. Ces véhicules restent bien plus des avions que des voitures, il faut donc décoller et atterrir sur des aérodromes et le brevet de pilote reste nécessaire. Il faudra attendre encore un peu avant que le rêve devienne réalité, lorsque les drones autonomes, transporteurs de passagers, opéreront dans nos villes dans quelques années. Il n’y a pas que les voitures qui évoluent, les routes aussi ! Wattway, filiale de Bouygues a déjà fait quelques expérimentations de route solaire en France, comme à La Roche-sur-Yon ou à Chambéry sur des parkings ou de petits tronçons. Le revêtement Wattway que l’on applique sur les routes transforme celles-ci en panneaux solaires, pour alimenter le réseau énergétique local. 2017 marquera le début d’expérimentations à grande

Le casque de réalité virtuelle Google Daydream.

échelle, notamment en Normandie (Tourouvre), au Canada (Calgary) ou aux USA (dans l’État de Georgie). À terme, ces routes solaires pourront en plus recharger les véhicules électriques qui se déplaceront dessus par induction et le marquage au sol pourrait être fait sous forme de Leds, permettant ainsi de changer rapidement le marquage par logiciel.

LE TRAIN VA DEVENIR OBSOLÈTE Concept présenté en 2013 par Elon Musk, puis aussitôt placé dans le domaine public, Hyperloop devrait révolutionner dans quelques années le transport en commun. Notre TGV, malgré son record de 574,8 km/h, ne roule finalement qu’à 320 km/h au maximum en exploitation. Hyperloop se propose d’atteindre les 1 100 km/h en vitesse de croisière, dernière limite avant le passage à Mach 1. Le principe de fonctionnement est sécurisé et économique. Il est basé sur nos bons vieux pneumatiques que l’on utilisait dans les grandes entreprises pour transpor ter des documents à grande vitesse à travers un long tube. En 2017, les projets s’accélèrent dans les entreprises qui misent sur ce nouveau moyen de transport. La Hyperloop Pod Competition est un prix sponsorisé par SpaceX visant à confronter des étudiants et des équipes privées sur des problèmes de conception du projet. La phase 2 qui devrait avoir lieu fin janvier va demander aux équipes de tester leurs concepts de Pods (que l’on pourrait apparenter aux trains) dans un tube de test qui leur sera mis à disposition. Après avoir fait des tests sur un premier tronçon de 800 m dans le Nevada, 2017 verra la construction d’un véritable tronçon fonctionnel de 8 km en Californie, dont le terminus sera à Quay Valley, une ville nouvelle construite avec les technologies les plus modernes. DES PROGRÈS MÉDICAUX ATTENDUS Développé depuis une dizaine d’années par un laboratoire de recherche canadien, SAV001-H est le premier vaccin préventif contre le sida qui pourrait enfin sortir des laboratoires en 2017. Ce PLANÈTE ROBOTS N°43

I30-31


7p 2017.qxp_Mise en page 1 19/12/2016 12:23 Page5

CES ANNONCES ONT

Hyperloop pourrait non seulement remplacer le train à grande vitesse, mais pourrait également prendre des parts de marché à l’avion.

Les ballons du projet Loon vont permettre d’apporter Internet partout dans le monde.

vaccin a déjà été testé depuis 2013 sur 33 patients bénévoles qui n’ont souffert d’aucun effet non désiré suite au traitement. Un dérivé adapté au HIV félin (sida des chats) a également porté

32-33

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

BOULEVERSÉ LE MARCHÉ ET AUJOURD’HUI TRÈS PEU DE CONSTRUCTEURS ONT ANNONCÉ LEURS MODÈLES AVANT LA FIN DE LA DÉCENNIE. DÈS 2017, DEUX AUTRES MARQUES DEVRAIENT COMMERCIALISER LEUR PROPRE RÉPONSE.

ses fruits, appor tant une vague d’espoir pour contrer définitivement cette maladie. Le vaccin fonctionne comme ceux de la polio ou du cholera, en modifiant génétiquement le virus pour être inoffensif et l’injecter sur les patients afin que leurs défenses immunitaires apprennent à s’en défendre par elles-mêmes. La première mise en circulation de ce vaccin SAV001-H pourrait avoir lieu cette année. Dans des cas extrêmes où le corps d’une personne est complètement meurtri suite à des brûlures, une paralysie ou l’ablation d’un grand

En 2017, la sonde Cassini va étudier les anneaux de Saturne puis va plonger dans l’atmosphère de la planète.

nombre de membres, certains avaient déjà réfléchi à la possibilité de greffer la tête complète et son cerveau sur le corps d’une personne décédée mais ayant un corps encore en état de fonctionnement. Jusque-là, c’était de la pure science-fiction mais après avoir réussi l’exploit sur des souris et des singes, en 2017 le premier volontaire pourrait être transplanté. C’est un russe souffrant d’atrophie des muscles dont les mois sont désormais comptés au vu de l’aggravation de sa maladie.

DES PROUESSES ARCHITECTURALES Situé à Dubaï, l’immense Musée de l’avenir en forme d’anneau ovale devrait terminer ces travaux cette année. À la fois musée et incubateur de recherche, cet édifice devrait être une des stars architecturales de la future Exposition universelle de Dubaï en 2020. Non loin de La Mecque en Arabie saoudite, la Jeddah Tower est en cours de construction. Elle pourrait dépasser, ou du moins s’approcher, de la hauteur de la tour Burj Khalifa, actuelle détentrice du record de plus haute tour au monde (829,8 m), en fin d’année. La Jeddah Tower devrait ensuite monter jusqu’à la hauteur vertigineuse de 1 001 mètres courant 2019. Cette année verra également les débuts des tra-


7p 2017.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:18 Page6

Ce que nous réserve 2017

Peu à peu, nous nous approchons de la voiture autonome pour tous.

SPACEX, AUTRE SOCIÉTÉ PRIVÉE, PRÉVOIT DE FAIRE

VOLER POUR LA PREMIÈRE FOIS LA VERSION LOURDE DE SA FUSÉE FALCON, LA FALCON HEAVY. CELLE-CI DEVRAIT DEVENIR LA FUSÉE LA PLUS PUISSANTE EN ACTIVITÉ.

vaux du futur plus long tunnel au monde, en Chine, traversant le détroit de la Mer de Bohai. Le tunnel de 123 km explosera les 50,5 km du tunnel sous la Manche et les 57 km du tunnel du Saint-Gothard en Suisse. UNE ANNÉE SPATIALE EXCEPTIONNELLE Avec l’accélération des technologies et de l’exploration spatiale qui opère depuis quelques mois, cette nouvelle année promet de nombreux ex-

Moon Express sera la première mission privée à se poser sur la Lune.

ploits ! Les sociétés Blue Origin et Virgin Galactic, qui misent beaucoup sur le tourisme spatial devraient faire parler d’elles en 2017. La fusée New Shepard de Blue Origin devrait décoller pour la première fois avec un pilote d’essai. Quand à Virgin Galactic, sa nouvelle navette VSS Unity devrait embarquer

enfin ses premiers touristes pour un vol suborbital à plus de 80 km d’altitude pour un prix du billet de 220 000 euros. SpaceX, autre société privée, prévoit de faire voler pour la première fois la version lourde de sa fusée Falcon, la Falcon Heavy. Celle-ci devrait devenir la PLANETE ROBOTS N°43

I32-33


7p 2017.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:18 Page7

Ce que nous réserve 2017

Falcon Heavy de SpaceX, la plus puissante fusée au monde, devrait faire son premier vol cette année.

CETTE LISTE N’A PAS POUR BUT D’ÊTRE EXHAUSTIVE (IL AURAIT FALLU UN LIVRE COMPLET), MAIS DE VOUS PERMETTRE D’APPRÉCIER

LES AVANCÉES TECHNOLOGIQUES QUI DEVRAIENT SE DÉROULER EN 2017. CERTAINES QUE NOUS PRÉSENTONS AURONT PROBABLEMENT UN PEU DE RETARD.

fusée la plus puissante en activité. Du haut de ses 68,4 mètres, elle sera capable de placer jusqu’à 53 tonnes en orbite basse (Ariane 5 ne peut emporter que 21 tonnes au maximum). Certes, Saturn V, la fusée du programme Apollo, pouvait transporter jusqu’à 118 tonnes en orbite basse mais n’a plus fait qu’un seul vol depuis 1973 suite à l’abandon des projets Apollo et Voyager Mars. Deux nouveaux moyens de propulsion devraient être testés en 2017. Le premier n’est pas une

34-35

I

PLANETE ROBOTS N°43

nouveauté puisque d’autres vols de voiles solaires ont déjà eu lieu depuis 2010, mais LightSail-2 devrait en mars aller inspecter l’état du premier LightSail lancé dans l’espace en 2015. Pour y arriver, il n’utilisera que la force des photons solaires qui viendront frapper sa voile. L’EmDrive est un moteur électrique qui défit toutes les lois de la propulsion telles qu’on les connaissait jusque-là, en n’utilisant aucun carburant. Celui-ci pourrait permettre de rejoindre la Lune en quelques heures et Mars en 70 jours. De nombreux scientifiques restent encore sceptiques sur le manque de preuves du fonctionnement d’un tel moteur. C’est pourquoi un premier test dans le vide spatial pourrait trancher l’efficacité du moteur en 2017, possiblement sur un CubeSat, un satellite microscopique. Nous commençons à nous éloigner de la Terre pour la Lune. Ce ne sont pas moins de 2 missions importantes qui fouleront le sol sélène. La mission chinoise Chang’e 5, lancée par la toute nouvelle fusée Longue Marche 5, enverra un orbiteur et un atterrisseur. Ce dernier prélèvera un échantillon qu’il rapportera sur Terre de façon confinée pour éviter toute contamination terrestre. De son côté, le projet privé Moon Express devrait également atterrir sur notre satellite naturel afin de repérer les ressources minières, notamment l’hélium 3, en vue d’une future exploitation in-situ. Bien plus éloignée, la sonde Cassini qui a étudié Sa-

La SkyCar de Moller.

turne et Titan, va terminer sa mission en s’approchant de très près des anneaux de la planète afin de les étudier et en prélever des échantillons pour analyse. Enfin, le 4 décembre, Cassini plongera dans l’atmosphère de Saturne pour un final en beauté en nous communiquant le maximum de données avant destruction par la densité de l’atmosphère. Cette liste n’a pas pour but d’être exhaustive (il aurait fallu un livre complet), mais de vous permettre d’apprécier les avancées technologiques qui devraient se dérouler en 2017. Certaines que nous présentons auront probablement un peu de retard, et d’autres que nous n’imaginions même pas vont apparaître ! Il sera intéressant de comparer en fin d’année les faits avec notre petite liste. Bonne année 2017 ! ■Frédéric Boisdron


Ciblez l’emploi avec l’apprentissage à l’Imérir CONTRAT D’APPRENTISSAGE OU DE PROFESSIONNALISATION GRATUITÉ DES ÉTUDES

Chef de projet informatique et robotique

TR

AT E U R

D SY

ADMIN

S

E

I

Niveau d’entrée : étudiants titulaires d’un Bac+2/3 (DUT, BTS, Licence scientifique) ou professionnelle, cycle ingénieur et classe préparatoire aux grandes écoles) Durée : 3 ans

STÈME

+3 BAC

S

Di

plô

er

ec o

eu

n n u p ar

t l’Eta

r de so l u

t

io

pp

m

m o bil e

au 2 nive +3/4 C A B

ns

Dév el o

Crédit photos : Rémy Michelin

(Bac+5 - niveau I)

Licence professionnelle Administrateur de systèmes (Bac+3)

Niveau d’entrée : étudiants titulaires d’un Bac+2/3 (DUT, BTS, Licence scientifique) Durée : 1 an, en partenariat avec l’Université de Perpignan Via Domitia

Concepteur développeur de solutions mobiles (Bac+3/4 - niveau II)

s

Niveau d’entrée : étudiants titulaires d’un Bac+2/3 (DUT, BTS, Licence scientifique ou professionnelle) Durée : 1 an

100 % des diplômés trouvent un emploi UNE ÉCOLE, DES FORMATIONS PLURIELLES, DES DÉBOUCHÉS RÉELS

PERPINYÀ MEDITERRÀNIA

Institut Méditerranéen d’Etudes et de Recherche en Informatique et Robotique

T. 04 68 56 80 18 • www.imerir.com

imerir@imerir.com

METRÒPOLI


Robots de service

4p inmoov.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:13 Page1

Créer son robot InMoov chez soi Passionné depuis ma première machine (un 286 ramené par mon père de son travail), j’ai attendu ce jour avec impatience, consolé par quelques œuvres de science-fiction. Celui où enfin je pourrais interagir avec un « semblable » synthétique. Produire du code plus ou moins complexe sur un PC, c’est l’extase, lancer un simple « hello world » sur un humanoïde à taille humaine est, je trouve, une expérience déroutante et tout simplement fascinante. POURQUOI INMMOV ? Voyant le monde changer à vue d’œil j’ai décidé de ne pas louper le train. Chaud bouillant à l’idée de bosser sur les prémices d’une I.A. et lassé de coder des choses, on va dire communes, il me fallait un support. Mais tout cela est bien plus complexe que je ne l’imaginais… Au-delà d’un sujet technique passionnant à l’extrême, apprendre à une machine à décoder le monde qui l’entoure est pour ma part une expérience sans égal. Pour faire l’analogie, j’ai parfois les mêmes problématiques d’interaction qu’une machine à par t quelques soucis d’ordre cognitif. Un écran et un clavier auraient suffi à produire quelque chose de fonctionnel, mais il me fallait un petit quelque chose en plus. Un Frankenstein des

36-37

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

temps modernes ! Me voilà donc en quête de l’humanoïde idéal. Mon dévolu s’arrête à l’époque sur le petit Nao. Cette petite merveille coûte un bras (filaments en titane) et ma moto me regarde d’un mauvais phare depuis que j’ai décidé de la vendre. En me documentant un peu (beaucoup) sur la robotique, je tombe sur un projet dingue nommé InMoov. Celui d’un sculpteur, Gaël Langevin, génie des temps modernes, qui a modélisé un humanoïde qui a de la classe, fonctionnel, à taille humaine, Open Source et que l’on peut monter de A à Z à la maison avec une imprimante 3D (une quoi ?). J’ai donc commandé l’accessoire meilleur ami du geek. En kit tant qu’à faire, c’est moins cher et c’est plus fun !

PREMIÈRE ÉTAPE : L’IMPRESSION DES PIÈCES Les choses sérieuses commencent donc. L’impression 3D, c’est un sujet à part entière. Les premières bobines gaspillées et après avoir imprimé mon premier chat, il est temps de passer aux choses sérieuses. Il est possible de réaliser le finger starter, c’est un doigt de InMoov, associé à un Arduino, un servomoteur de modélisme et du fil de pêche pour la transmission de la force. C’est parfait et indispensable pour démarrer de zéro et par tir sur des bases techniques saines. Après s’être fait les dents sur le doigt, il n’y a plus qu’à sortir le reste du corps tout en perfectionnant les techniques d’impression au fur et à mesure.


4p inmoov.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:13 Page2

InMoov dans l’état actuel des travaux d’Anthony.

UN ÉCRAN ET UN CLAVIER

AURAIENT SUFFI À PRODUIRE QUELQUE CHOSE DE FONCTIONNEL, MAIS IL ME FALLAIT UN PETIT QUELQUE CHOSE EN PLUS. UN FRANKENSTEIN DES TEMPS MODERNES !

Pour ma part, le plus compliqué a été l’impression des vis sans fin. La clé avec le PLA est un bon refroidissement et quelques supports bien placés. J’ai, pour info, choisi le PLA plus naturel que l’ABS, mais plus fragile. Je n’ai cependant que rarement eu besoin de réimprimer des pièces cassées jusqu’à aujourd’hui (à noter un filament prometteur PolyMax à tester). Sachez qu’il est possible de personnaliser InMoov soi-même, en modélisant ses pièces avec un logiciel de type Blender ou Sketchup. Un autre moyen est de se balader sur Thingiverse, une grande bibliothèque d’objets imprimables en tout genre. J’ai choisi à ce sujet de placer un écran tactile au niveau du torse pour des interactions multimédia futures (jeux, vidéoconférences etc.), un mécanisme offrant des degrés de mouvement supplémentaires à la tête, des paupières etc. Une rumeur court comme quoi le chat d’Anthony aurait été imprimé en 3D, info ou intox ?

SECONDE ÉTAPE : LE LOGICIEL Quelques longs mois plus tard, aidé par le monstrueux travail pédagogique de Gaël, une petite rePLANÈTE ROBOTS N°43

I36-37


4p inmoov.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:13 Page3

ceux qui comme moi ont fait un AVC devant MyRobotLab. Je ne pensais pas être pédagogue un jour, encore un truc que cette expérience m’a appris. En parallèle j’ai voulu monter un projet de script communautaire francophone (ayant une base Python internationale). Les sources de Gaël Langevin et de Frédéric Cuissard m’ont énormément aidé à débuter. Le script est devenu pleinement fonctionnel pour InMoov (et ses amis robots). Pour cela j’essaye de fédérer le travail de plusieurs personnes, c’est indispensable de bosser ensemble, je pense, pour aller plus loin. Surtout concernant le chatbot en lui-même. Son moteur est l’AIML, un interpréteur type XML qui aurait passé le test de Turing dans sa version anglaise. Il y a encore un peu de travail on va dire pour en arriver là !

LES

CHOSES SÉRIEUSES COMMENCENT DONC. L’IMPRESSION 3D, C’EST UN SUJET À PART ENTIÈRE. LES PREMIÈRES BOBINES GASPILLÉES ET APRÈS AVOIR IMPRIMÉ MON PREMIER CHAT, IL EST TEMPS DE PASSER AUX CHOSES SÉRIEUSES.

Pièces tout juste imprimées.

mise à niveau de la langue de Shakespeare (indispensable, après tout le langage est un interpréteur comme un autre), et par d’autres passionnés, il est temps de se poser des questions sur la partie logicielle. J’ai vu à l’époque deux options : EZ-Robot et MyRobotLab. Ayant déjà câblé le robot en Arduino avec le shield Nervo Board et parce que MyRobotLab était ultracomplet et surtout Open Source, j’ai décidé de choisir ce dernier.

LA COMMUNAUTÉ À LA RESCOUSSE Premier lancement : c’est l’angoisse totale ! OK, il va falloir bosser sérieusement ! C’est à ce moment-là que je découvre l’essence de ce projet : la communauté. Ce sont des makers, des passionnés, des codeurs pas forcément constructeurs d’InMoov. Mais je me rends compte que MyRobotLab et les différents projets des uns et des autres par tagent une base universelle et évolutive. Et que, dans cette anarchie apparente il y a surtout

38-39

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

une ligne de conduite et un objectif commun. Il est temps de faire connaissance. Myrobotlab c’est plusieurs choses : - un sketch appelé MRLcomm qui gère la communication entre les microcontrôleurs et la partie logicielle, - un logiciel java qui interconnecte des services (reconnaissance vocale / OpenCV / capteurs etc.), - des scripts en Python qui vont commander et interpréter tout ce petit monde, - plusieurs dépôts GitHub pour publier son travail et surtout collaborer, - un état d’esprit et des passionnés avant tout. Dédicaces au noyau de MRL et créateurs de services sans qui rien de cela ne serait possible : Grog le papa de MRL, Kwatter, Matt, Calamity, Beetlejuice etc.). S’INVESTIR DANS LA COMMUNAUTÉ La formation accélérée effectuée, j’ai décidé en retour de filer un petit coup main par-ci, par-là à

J’essaye d’intégrer aussi un maximum de services de MyRobotLab. Citons par exemple Wikidatafetcher qui va chercher des infos sur Wikidata, Azure Translator qui passe le robot en traduction temps réel, OpenCV pour la vision, je ne cite pas le service InMoov incontournable. Tout cela est sans limites, c’est fascinant. C’est là que Github entre en jeu pour collaborer. Tout reste à faire : venez participer ! Et faire grandir l’intelligence du bot ! Vous pouvez lancer le chatbot et généralement MyRobotLab sans avoir de robot ou même l’adapter à un autre type de robot. Il y a même un simulateur InMoov en 3D grâce au moteur de blender. Ne maîtrisant pas Java et n’ayant pas trop le temps de basculer sur ce langage, j’essaye d’apporter ma contribution grâce à Python principalement. J’ai ajouté une fonctionnalité de partage de connaissances entre les bots (base de données libre), moteur de recherche d’images (pour une future fonctionnalité en lien avec OpenCV), des petits jeux pour les enfants afin d’apprendre entre autres l’alphabet, quelques démos techniques, des compor tements pour le robot en lui-même et sur tout tenter d’automatiser un maximum de choses pour un programme autonome. J’ai été


4p inmoov.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:13 Page4

Créer son robot InMoov chez soi

Le shield Nervo Board est une carte de circuits imprimés créée par Marteen de Groot pour Gaël Langevin, spécifique à InMoov.

Engrenage et vis sans fin.

PREMIER LANCEMENT : C’EST L’ANGOISSE TOTALE ! OK, IL

La main d’InMoov comparée à la main d’Anthony.

aidé dans cette tâche par d’autres builders/testeurs/développeurs tout autant passionnés.

LES CHOIX DE L’ÉLECTRONIQUE La partie électronique est également un gros sujet, surtout quand on n’est pas expert. Il faut bien choisir ses servomoteurs (rapport qualité prix, cela peut vite chiffrer) et surtout stabiliser et respecter les différentes tensions. J’en ai grillé un bon paquet. Les servomoteurs deviennent des consommables… Nous pouvons utiliser désormais facilement de simples moteurs DC adjoints à un potentiomètre. Et ça, c’est une belle avancée ! Parfait pour avoir un retour de position en bonus. J’ai choisi d’utiliser les Nervo Board, ce sont des shields Arduino dédiés à InMoov, vraiment très pratiques pour tout brancher facilement. UNE EXPÉRIENCE PERSONNELLE RICHE Ce que je retiens de cette expérience va au-delà du robot en lui-même, c’est : - le plaisir de travailler sur un projet sans but lucratif,

VA FALLOIR BOSSER SÉRIEUSEMENT ! C’EST À CE MOMENT-LÀ QUE JE DÉCOUVRE L’ESSENCE DE CE PROJET : LA COMMUNAUTÉ. CE SONT DES MAKERS, DES PASSIONNÉS, DES CODEURS PAS FORCÉMENT CONSTRUCTEURS D’INMOOV.

nome afin que le robot réagisse par lui-même, sans oublier de continuer à aider les autres. Un ami m’a aussi demandé quelque chose d’insolite, c’est d’utiliser ce clone en tant que porteparole de l’association Le Rendez-vous de la Terre. Un robot qui parle d’écologie humaine, j’ai trouvé cela intéressant ! Pour conclure, cette expérience a été extrêmement enrichissante et m’a appris énormément de choses dans beaucoup de domaines. Et ma soif de connaissances n’est pas prête d’être étanchée. Je voudrais remercier sincèrement Gaël Langevin et ceux qui ont fait que ce projet puisse voir le jour, ainsi que les autres makers sans qui je serais encore en train d’essayer de faire clignoter une Led sur un Arduino ! À bientôt pour le soulèvement des machines. ■Anthony Gallot

- les amis rencontrés, passionnés et autres builders que j’ai côtoyés (dédicaces donc à Gaël, Amby, les deux Fréderic, Marteen, Sebastien, Alain, Mathieu, Markus, Regis, Vincent, Christian, Steve, Dominique, Lecagnois, Sylvain, Lily… non exhaustif ! ), - le côté ouvert et collaboratif de la chose. En regardant vers l’avenir, ah ! on y est déjà, je me dis qu’il est indispensable d’avoir une I.A. totalement Open Source et transmissible aux développeurs de demain, c’est l’objectif. Concernant l’usage que je souhaite faire de ce robot, je vais continuer à expérimenter des nouvelles choses pour le plaisir et surtout me former plus profondément, sur OpenCV, c’est un sujet passionnant ! J’espère aussi bientôt avoir la chance de le voir marcher, globalement le rendre auto-

Un dos tout en électronique ! PLANÈTE ROBOTS N°43

I38-39


Robots de service

2p hease.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:22 Page1

Hease Robotics Un petit nouveau qui s’attaque déjà aux États-Unis

Le robot Hease est à peine annoncé par sa société mère lyonnaise que celui-ci est déjà en partance pour le Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas pour être présenté pour la première fois au public. ROBOT NOUVEAU, MAIS ÉQUIPE D’EXPÉRIENCE Jade Le Maître et Max Vallet ne sont pas tout droit sortis de nulle part, chacun possède déjà un parcours remarquable dans le milieu de la robotique de service. Jade Le Maître est ingénieure, passionnée de robotique et persuadée que les robots et les ordinateurs deviendront de plus en plus intelligents afin de mieux servir les humains. Pendant deux ans, elle s’est attelée, au sein d’InnoEcho, à faire en sorte que le salon Innorobo soit un succès grâce aux conférences qui y ont été menées. Max Vallet a, quant à lui, déjà créé de nombreuses entités autour de sa passion comme ROBOT-EDUCATION qui utilise le robot comme outil d’apprentissage à travers des concours à destination des lycéens et étudiants. Ensuite, Max Vallet a voulu permettre à chacun de pouvoir louer des robots ou de faire de l’événementiel au travers du prisme de la robotique avec Evotion. Aujourd’hui, c’est à travers Hease Robotics que Max Vallet (CEO) et Jade le Maître (CTO) se sont rejoints afin de créer le tout nouveau robot Hease. Afin de compléter l’équipe, ce ne sont pas moins de cinq personnes qui ont rejoint le projet, dont des designers industriels, logiciels et matériels. UN ROBOT D’ACCUEIL INTELLIGENT C’est en constatant que certains emplois dans la

40-41

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

REPRENANT LE CONCEPT D’AUTRES ROBOTS COMME PEPPER, REEM H OU FURO, HEASE EST UN ROBOT

AUTONOME REPOSANT SUR UNE BASE ROULANTE, PROPOSANT UN ÉCRAN AVEC INTERFACE TACTILE DE 19 POUCES POSÉ SUR LA POITRINE ET UNE TÊTE RASSURANTE À HAUTEUR D’UN ADOLESCENT.

grande distribution, les aéroports ou les hôpitaux sont constamment sollicités pour des renseignements relativement basiques que l’idée d’un robot d’accueil leur a paru comme une évidence. Qui n’a jamais demandé à un employé de supermarché « Où sont les toilettes? » ou « Quelle est l’heure de fermeture? ». Ces petites questions sont souvent du temps perdu pour

le personnel qui voit son temps de travail allongé sur une même tâche. Le but de Hease est de prendre le relais pour les demandes d’informations récurrentes voire d’apporter un accueil là où il n’existait pas jusque-là (aéroports et gares de nuit, zones reculées des centres commerciaux, etc.). Max Vallet n’en est pas à son premier coup d’essai en matière de création robotique. Le robot Sheldon, télépiloté à distance pour amuser les foules, a été mis au point dans sa période Evotion. Cela a permis à Max d’engranger une forte expérience en matière de design, de taille et de comportement qu’un robot doit avoir au milieu d’un regroupement de personnes. Reprenant le concept d’autres robots comme Pepper, Reem H ou Furo, Hease est un robot autonome reposant sur une base roulante, proposant un écran avec interface tactile de 19 pouces posé sur la poitrine et une tête rassurante à hauteur d’un adolescent. La tête du robot possède deux particularités. Elle peut pointer dans n’importe quelle direction grâce à une mécanique proche d’un projecteur motorisé. De plus, son visage est représenté par un écran de Leds colorées pouvant afficher les émotions du robot ou un message sous forme d’icônes. Hease a été conçu de manière à ce qu’il soit le plus facilement trouvable dans un lieu public. Il sait, par expérience, où il doit se placer pour avoir le plus d’interaction avec les humains afin de garantir qu’il ne se perde pas dans un coin où il est sûr de ne rencontrer


2p hease.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:22 Page2

Marwin Sorce, Christophe Casson et Max Vallet avec la structure de base de Hease.

Hease en pied.

personne. Il répondra aux questions et demandes d’informations de tous, et saura également guider son interlocuteur. Si la réponse qu’il donne n’est pas suffisante, le robot décidera de faire appel à un employé qui pourra se connecter au robot qui se positionnera dans un mode de téléprésence. Afin de compléter son catalogue de possibilités, Hease pourra divertir ses interlocuteurs à l’aide de son écran et de ses nombreux capteurs. La société devrait proposer un ensemble d’applications ludiques et de quizz pour accompagner ses offres.

Jade Le Maître et Baptiste Burles lors de la réception de la coque du prototype de Hease.

HEASE PRÉSENT AU CES 2017 À l’heure où nous écrivons ces lignes, Hease n’est visible qu’en images de synthèse. Le premier prototype sera présenté pour la première fois au salon CES de Las Vegas du 5 au 9 janvier, au sein de l’Eureka Park, l’espace réservé à l’annonce des nouveaux produits innovants. Le robot devrait être commercialisé très rapidement, lors du troisième trimestre 2017 à destination des zones commerciales, des espaces publics (aéroports, gares, offices du tourisme), lieux de loisirs (cinémas, parcs d’attraction) ou pour l’événementiel.

I40-41

■Screetch PLANÈTE ROBOTS N°43


Robots de service

5p robot livraison.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 18:20 Page1

Comment les robots

L

vont révolutionner la livraison aux particuliers La livraison à domicile, que ce soit de biens divers mais aussi de repas, fait aujourd'hui partie de notre quotidien. Néanmoins, pour les marchands, c'est un défi logistique et un centre de coûts importants. Dans un avenir proche, les drones mais aussi les robots terrestres vont tout changer.

e commerce électronique représente aujourd’hui 80 % des colis livrés et, s’ils choisissent en priorité les sites où la livraison est gratuite, les internautes sont des clients extrêmement exigeants. Ils souhaitent des délais de livraison très courts, à J+1 en majorité mais aussi en 30 minutes chez Amazon, ils veulent aussi pouvoir choisir le lieu de livraison, un créneau horaire personnalisé, etc. Face à ces exigences, les marchands doivent maîtriser leurs coûts, notamment sur le dernier tronçon logistique, ce que l’on appelle « le dernier kilomètre ». Confié à des coursiers ou services de livraison rapide, celui-ci nécessite beaucoup de mains d'œuvre et s'avère très coûteux. Ce dernier kilomètre représente

42-43

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

20 % du coût logistique total d’un achat et il est le plus polluant pour les centres-villes. La robotique se pose en alternative aux moyens traditionnels en réinventant la livraison à domicile.

LES DRONES DE LIVRAISON, APRÈS L'EMBALLEMENT MÉDIATIQUE, LA RÉALITÉ Depuis quelques années, les projets de livraison par drone se sont multipliés. Souvent ce furent des démonstrations dont le véritable but était avant tout marketing. De nombreux bars, restaurants ont commencé par servir leurs clients avec des drones mais cet usage indoor plutôt bruyant n'avait d'autre intérêt que de faire parler de l’établissement en question sur les réseaux sociaux et

dans les médias. Très récemment, Domino's Pizza s'est allié avec l'américain Flirtey afin de lancer un service de livraison de pizzas par drone en Nouvelle-Zélande. Un premier essai a été jugé concluant, on attend de voir si les franchisés de l'enseigne osent remplacer leur livreur par un drone. Il y a quelques mois, l’armateur Maersk a même utilisé un drone pour effectuer une livraison de marchandises (un paquet de cookies) à bord de l’un de ses navires en mer. Cette première expérience fut considérée comme un succès mais il ne s’agissait encore que d’une livraison ponctuelle, avec un pilote aux manettes du drone du début à la fin du vol. Or l'automatisation complète de la livraison est la condition sine qua non pour met-


5p robot livraison.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 18:20 Page2

En France, DPD Group et GeoPost, filiales de La Poste teste aussi le drone pour la livraison de colis avec un drone couplé à un système de chargement et déchargement robotisé.

LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE REPRÉSENTE AUJOURD’HUI 80 % DES COLIS LIVRÉS ET, S’ILS CHOISISSENT EN PRIORITÉ

LES SITES OÙ LA LIVRAISON EST GRATUITE, LES INTERNAUTES SONT DES CLIENTS EXTRÊMEMENT EXIGEANTS.

Domino’s Pizza s'est allié avec l'américain Flirtey afin de lancer un service de livraison de pizzas par drone en Nouvelle-Zélande.

tre en place un système logistique plus efficace économiquement que la traditionnelle tournée du chauffeur-livreur. C’est très exactement ce que souhaite faire Amazon en installant une aire de lancement de drones directement dans ses centres logistiques. L’objectif du géant du e-commerce étant de créer un système automatisé capable de livrer en 30 minutes maximum tous les abonnés de son service. Son premier drone de livraison était un octoptère très classique, théoriquement capable de porter un colis jusqu'à son destinataire en quelques minutes seulement. Une vidéo promotionnelle n'a pas été suivie par l'ouverture du service de livraison Prime Air, l'américain n'ayant pas obtenu d'autorisation de la part de la FAA, l'autorité qui gère l'espace aérien des États-Unis. Les ingénieurs d'Amazon ne se sont pas découragés pour autant et ont continué leurs travaux dans le plus grand secret. Ceux-ci ont revu leur copie et présenté en 2015 un drone de livraison bien plus ambiPLANÈTE ROBOTS N°43

I42-43


5p robot livraison.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 18:20 Page3

drimoteur doté de deux hélices supplémentaires pour assurer le vol horizontal. Le commentaire précisait que ce drone est capable de livrer sa charge à une distance de 8 km en 5 minutes seulement. Une performance impressionnante.

LES CONTRAINTES RÉGLEMENTAIRES EMPÊCHENT LA MISE EN PLACE DE SYSTÈMES TOTALEMENT ROBOTISÉS Une entreprise américaine baptisée Workhorse, propose une autre approche. Celle-ci fabrique des camions de livraison hybrides pour UPS, DHL, Fedex et le Postal Service. Ses ingénieurs ont eu l'idée de transformer le toit du camion de livraison en « dronopor t ». Le destinataire indique qu'il dispose d'une aire, typiquement sa pelouse, où le drone peut déposer le colis. Le chauffeur dispose de cette information sur sa tablette numérique et, plutôt que d'aller jusqu'à destination, il a la possibilité de lancer un drone pour effectuer les derniers kilomètres. Le drone vole en mode automatique via GPS jusqu'à proximité immédiate du lieu de livraison. Un pilote resté au siège de l'entreprise de livraison prend en charge la descente et l'atterrissage du drone en mode ma-

IL Y A QUELQUES MOIS, L’ARMATEUR MAERSK A MÊME

UTILISÉ UN DRONE POUR EFFECTUER UNE LIVRAISON DE MARCHANDISES (UN PAQUET DE COOKIES) À BORD DE L’UN DE SES NAVIRES EN MER. CETTE PREMIÈRE EXPÉRIENCE FUT CONSIDÉRÉE COMME UN SUCCÈS…

C'est sous la forme d'un canular que Domino's Pizza a dévoilé son intention de livrer ses pizzas avec des robots terrestres.

tieux. La machine est dotée de 8 hélices dédiées au vol vertical pour les phases de décollage et d’atterrissage et d’une grande hélice propulsive pour le vol de croisière. Selon la vidéo promotionnelle dévoilée en 2015, cette imposante machine serait capable de voler à 90 km/h, se poser sur une cible matérialisée par un code 2D à une distance de 24 km. Si Amazon est particulièrement discret sur l'état d'avancement de son projet, Google l’est plus encore. La dernière vidéo publiée par le géant américain en avril 2016 présentant Google Express, un service de livraison pour lequel une équipe d’in-

44-45

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

génieurs réinventait… le parachute. Une vidéo satirique qui fait suite à une série d’annonces dont la première remonte au mois d’août 2014. L’américain y dévoilait la Google Wing, une aile volante mise au point avec l’australien Unmanned Systems Australia. Son drone était capable de livrer un petit colis sans avoir à se poser, simplement en le faisant descendre le long d’un câble. La formule de l’aile volante est intéressante mais bien trop sensible au vent, ce qui a conduit Google à abandonner cette piste en 2015. Dans une vidéo postée sur Twitter par un investisseur, on a pu découvrir le nouveau drone Google, un gros qua-

nuel sur la pelouse ou dans la cour de la maison du destinataire. Dès qu'il a déposé son colis, le drone rejoint le camion pour la livraison suivante. Baptisé HorseFly, le drone mis au point par l'américain est un octoptère qui est capable de transporter environ 4,5 kg pendant une demi-heure à la vitesse de 80 km/h.

LIVRAISONS PAR DRONE, L'EUROPE RELÈVE LE GANT Dans cette course à celui qui arrivera à créer le premier système de livraison par drone, l'Europe n'est pas en reste. DHL notamment semble l'un des acteurs les plus en avance dans cette course au niveau mondial. L'allemand dévoilait ses ambitions fin 2013 avec un premier vol de drone à Bonn, au-dessus du Rhin. Le Parcelcopter 1.0, un quadricoptère d'un mètre d'envergure avait pu transporter 1,2 kg de médica-


5p robot livraison.qxp_Mise en page 1 19/12/2016 10:54 Page4

Comment les robots vont révolutionner la livraison aux particuliers

Précurseur en matière de livraison par drone, Amazon a bien fait évoluer son projet entre le petit drone octoptère des débuts et la lourde machine dévoilée en 2015. Une tendance à aller vers des machines ultraspécialisées aussi suivie par Google.

L'américain Workhorse qui conçoit des camions de livraison hybrides pour Fedex, UPS, DHL et La Poste américaine propose de transformer le toit de ses camions en piste de décollage pour les drones.

Le Parcelcopter 3 et son Skyport robotisés de DHL sont actuellement les dispositifs de livraison par drone les plus évolués actuellement sur le marché.

ments d'une rive à l'autre. Le vol était alors entièrement manuel pour une distance de l'ordre du kilomètre. Un an plus tard, l'allemand dévoilait la version 2.0 de son Parcelcopter. La différence de ce second test était majeure: l'appareil volait alors en mode autonome, simplement supervisé en vidéo depuis une camionnette transformée en centre de commandement. Le drone a permis l’établissement d’une liaison entre la côte du Norddeich et l’île de Juist, soit 12 km à parcourir au-dessus de la Mer du Nord. Forts de ces premières expérimentations, les ingénieurs ont totalement revu leur approche. La version 3.0 du Parcelcopter, dévoilée en 2016, n’est plus un quadricoptère, mais un petit avion à aile basculante. Cette formule est plus efficace pour effectuer des vols dédiés au transport. L’appareil peut toujours décoller et atterrir verticalement mais il peut aussi basculer son aile et ses moteurs à l’horizontale pour le vol de croisière. Cette formule permet d’atteindre des vitesses et un rayon d’action plus élevés. Le Parcelcopter 3.0 a désormais une envergure qui dépasse désormais 2 m pour une vitesse qui atteint environ 70 km/h avec une charge utile de l’ordre de 2 kg.

SI AMAZON EST

PARTICULIÈREMENT DISCRET SUR L'ÉTAT D'AVANCEMENT DE SON PROJET, GOOGLE L’EST PLUS ENCORE.

Le drone a été testé entre la station de ski bavaroise de Winklmoosalm et Reit im Winkl, dans la vallée, soit une distance d’un peu plus de 8 km. L’innovation introduite par DHL résidait tant dans le drone que dans sa station d’accueil. En effet, les ingénieurs ont créé le Skyport, une base destinée à accueillir le drone de manière totalement robotisée. Celle-ci ressemble aux consignes de retrait de colis telles qu’on les voit dans les gares mais avec un toit qui s’ouvre afin d’accueillir le drone. Le mécanisme de chargement/déchargement du drone est automatisé, il suffit de placer le colis dans la consigne pour que celui-ci soit chargé dans le drone et livré. Lors des 3 mois d’expérimentation, ce processus a été testé avec succès à 130 reprises.

DHL mène un projet à long terme pour l'intégration du drone dans ses moyens de livraison. L'allemand a commencé par tester le drone sur de courtes distances, avec des vols pilotés au-dessus du Rhin, puis de la Mer du Nord.

Ces succès n’ont pas laissé La Poste française de marbre. Sa filiale GeoPost a en effet lancé en 2014 un projet proche du Parcelcopter et Skyport allemands. S’appuyant sur l’exper tise technique d’Atechsys, le système développé visait à livrer une charge de 3 kg sur une distance de 1 200 m, de manière totalement automatisée. Un opérateur vient placer le colis dans un réceptacle, celui-ci est chargé automatiquement sous le drone, celuici décolle, va livrer sa charge sans intervention humaine. Le drone choisi, un modèle hexacoptère à 6 rotors, doit permettre de transporter jusqu’à 4 kg sur une vingtaine de kilomètres à une vitesse de croisière de l’ordre de 30 km/h.

LES DRONES TERRESTRES SUR LA LIGNE DE DÉPART Si les réglementations actuelles freinent les drones, c’est au niveau du sol que les robots de livraison pourraient entrer en service les premiers. Il est en effet bien moins dangereux de faire rouler un petit robot de livraison sur les trottoirs à vitesse réduite et il existe de tels robots dans les usines et entrepôts de stockage depuis des dizaines d'années, c'est ce que l'on nomme les AGV ou véhicules à guidage automatique. Selon les derniers chiffres de l'IFR (International Federation of Robotics), les industriels en ont acheté 2 700 en 2014, un chiffre qui devrait atteindre 14 500 entre 2015 et 2018. Une nouvelle fois c'est Domino's Pizza qui a dévoilé l'idée, le 1er avril 2015, avec la vidéo d'un scooter robotisé, le Domi-No-Driver. Une simple plaisanterie de la filiale britannique du géant de la pizza qui masquait néanmoins un véritable projet de robot de livraison. C'est la filiale australienne qui mène ce projet avec le roboticien Marathon Targets. Ce dernier conçoit habituellement des robots qui servent de cibles mobiles sur les champs de tir des armées américaines et australiennes. En s'appuyant sur sa plateforme robotique roulante, Marathon Targets a développé le DRU (Domino's Robotic Unit). La tournée du robot est programmée depuis la pizzeria, le robot empruntant les trottoirs pour se rendre jusqu'au domicile du client. Là, ce dernier peut déverrouiller le comPLANÈTE ROBOTS N°43

I44-45


5p robot livraison.qxp_Mise en page 1 16/12/2016 18:20 Page5

Comment les robots vont révolutionner la livraison aux particuliers

L'américain Dispatch veut concurrencer les Européens sur le marché des robots de livraison de colis. Son robot est notamment testé sur le campus de deux universités californiennes.

partiment chauffant du robot où l'attend sa pizza. Le premier prototype du DRU a été dévoilé au public en mars 2016 et le P.-D.G. de l'enseigne a évoqué un déploiement rapide en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Japon, mais aussi dans divers pays européens, dont la France. Domino's Pizza est loin d'être seul à étudier ce concept de drone terrestre. Il y a quelques mois, Starship Technologies créait la surprise en dévoilant la vidéo d'un robot de livraison. Cette startup estonienne, créée par Ahti Heinla et Janus Friis, deux des fondateurs de Skype, semble parvenue à créer une solution de livraison efficace pour le dernier kilomètre. Son robot ressemble à un simple coffre monté sur une plateforme mobile à 6 roues. L'entreprise n'a été officiellement créée qu'en 2014, mais les premières expérimentations

46-47

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

par des clients potentiels sont en cours. Les premières entreprises à avoir manifesté leur intérêt pour ce robot sont les services de livraison de repas londoniens Just Eat et Pronto. Ceux-ci veulent tester le robot dans les rues de Londres de même que le puissant groupe Metro et le service de livraison Hermes en Allemagne. Dernièrement, c'est La Poste Suisse qui annonçait vouloir tester à son tour le robot estonien. Starship Technologies revendique avoir déjà fait parcourir plus de 10 000 km à son petit robot dans 42 villes. La start-up vise une mise en service de son robot dès 2017. Les pays baltes semblent s'être fait une spécialité dans ces robots coursiers puisqu'un lituanien, Sidewalk Delivery, semble bien placé pour concurrencer Starship Technologies. Le concept du robot proposé par Sidewalk est proche de celui de son concurrent, à quelques petites différences près. Son robot dispose d'un écran LCD et peut porter une charge pouvant aller jusqu'à 20 kg, pour une autonomie de l'ordre de 10 km. Sidewalk n'a été créé qu'en mai 2015 et son projet semble moins avancé que celui de son rival Starship Technologies, en revanche le lituanien peut s'appuyer sur un partenaire de poids qui n'est autre que DHL. Étonnamment en retrait sur ce marché jusqu'à aujourd'hui, les américains de Dispatch viennent de lever 2 millions de dollars pour mettre au point Carry, un robot en tout point comparable à ceux de Starship Technologies et Sidewalk Delivery. Qui des lituaniens et des américains parviendront à devancer Starship Tech-

C'est avec l'australien Marathon Targets que Domino's Pizza mène son véritable projet de livraison de pizzas par robot terrestre, le DRU (Domino's Robotic Unit).

nologies ou Domino's Pizza dans cette course à la mise en place du premier service de livraison par robot terrestre ? Rendez-vous en 2017 ! ■AC

Un marché de 54 millions de dollars en 2020 Selon les chiffres du cabinet américain Technavio, le marché des robots et drones de livraison était de l'ordre de 15,32 millions de dollars en 2015, essentiellement constitué de robots effectuant des transports de pièces et composants dans les usines et entrepôts industriels. Ce marché devrait croître jusqu'à 54,07 millions de dollars en 2020. Une progression significative, mais ces robots ne représenteront qu'une part modeste du marché des robots dédiés à la logistique, largement dominé par les AGV et qui atteindra un total de 2,15 milliards de dollars en 2020. Des évolutions réglementaires et des progrès techniques majeurs dans l'automatisation du processus de livraison feront exploser le marché des robots de livraison jusqu'aux particuliers.


1p news concepts43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 16:17 Page1


3p robot social.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 12:17 Page1

Robots de service

Le RoBoHoN de Sharp est certainement le robot le plus loufoque actuellement sur le marché japonais. Difficile de penser qu'un tel robot smartphone puisse se vendre en dehors de l'archipel.

Le robot social

I

à la conquête des familles Le robot s’apprête enfin à rentrer dans les foyers. Une nouvelle génération de robots, moins complexes, moins ambitieux, mais plus communicants et, en un mot, plus sympathiques, frappe à votre porte. Êtes-vous prêts à laisser entrer la robotique sociale chez vous ?

ls s’appellent Jibo, Zenbo et Buddy, ces robots s’apprêtent à envahir nos maisons. La très sérieuse Fédération internationale de robotique estime que 35 millions de robots de service personnels seront vendus entre 2015 et 2018. Pour l’essentiel, ce seront des robots aspirateurs et de nettoyage ainsi que quelques centaines de milliers de robots tondeuses à gazon, mais les robots compagnons et autres humanoïdes ne devraient représenter que 8 100 unités. Une prévision plutôt pessimiste alors qu’une nouvelle génération arrive, les robots sociaux.

LE ROBOT SOCIAL, PHYSIQUEMENT LIMITÉ, MAIS TRÈS BAVARD ! Le premier grand constructeur informatique à s'être lancé sur ce marché naissant est le taïwanais Asus avec le Zenbo. Clone à roulettes d'un iMac G4 du début des années 2000, ce robot ne dispose ni de bras ni de visage à proprement parler. À l'opposé d'un robot humanoïde comme le Nao, toutes ses expressions lui viennent de la ta-

48-49

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

blette numérique qui lui sert de tête. En cela, le Zenbo est très représentatif de cette génération de robot 100 % informatique où le nombre de moteurs a été réduit au maximum afin de contenir le coût de revient et donc le prix de vente. Sur le marché américain, le petit Zenbo va se heurter à Jibo, autoproclamé par sa conceptrice, « premier robot social au monde ». Cynthia Breazeal, la fondatrice de la start-up qui conçoit Jibo est une scientifique bien connue du MIT et son robot va plus loin encore que le Zenbo dans la simplification du concept de robot. Celui-ci n'est même pas capable de se déplacer : toutes les interactions qu'il va avoir passent par son écran rond ainsi que par son expression corporelle. En 2014, le robot a fait l'objet d'une campagne Indiegogo qui lui a permis de lever plus de 3,7 millions de dollars pour un prix de commercialisation fixé à 749 dollars. Depuis, les bonnes et les mauvaises nouvelles se sont succédé pour Jibo. Cynthia Braezeal est parvenue à lever 25,3 millions de dollars supplémentaires auprès de fonds d'investissement américains mais aussi de Samsung Ventures qui surveille le projet de près. Quelques

mois plus tard, divers investisseurs asiatiques dont Acer, KDDI, LG ajoutaient 11 millions de plus au berceau de Jibo. Ce budget record devrait permettre à la start-up d'assurer sereinement l'industrialisation et la fabrication à la chaîne de son petit robot, mais cet été Jibo a annoncé que son robot ne pourrait être exporté en dehors des États-Unis, estimant que son robot ne répondait pas aux normes des pays hors des États-Unis. Une douche froide pour de nombreux acheteurs car le robot avait déjà été prévendu dans 45 pays. BUDDY, LE ROBOT SOCIAL MADE IN FRANCE DANS LES STARTINGBLOCKS Face à Jibo, le Buddy de Blue Frog Robotics garde une longueur d’avance. Le robot créé par Rodolphe Hasselvander a enregistré plus d'un millier de commandes sur le site de crowdfunding Indiegogo. Si le français ne dispose pas du large soutien financier de son rival américain, le français a remporté divers prix et à soulever l'enthousiasme d'une communauté de futurs utilisateurs. Le


3p robot social.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 12:17 Page2

Le robot social à la conquête des familles

LE PREMIER GRAND

CONSTRUCTEUR INFORMATIQUE À S'ÊTRE LANCÉ SUR CE MARCHÉ NAISSANT EST LE TAÏWANAIS ASUS AVEC LE ZENBO. CLONE À ROULETTES D'UN IMAC G4 DU DÉBUT DES ANNÉES 2000, CE ROBOT NE DISPOSE NI DE BRAS NI DE VISAGE À PROPREMENT PARLER.

Avec le Zenbo, le taïwanais Asus est le premier grand constructeur à se lancer sur le marché de la robotique familiale.

Jibo, la quintessence même du robot social. Très peu de moteur et de mécanique, mais une interface graphique et gestuelle très développée pour séduire l'utilisateur.

Le Buddy de Blue Frog Robotics est l'un des grands favoris dans la conquête du marché des robots familiaux ou robots sociaux. La start-up française doit maintenant réussir l'industrialisation de son petit robot pour conquérir le monde.

Buddy, dont la conception est proche de celle du Zenbo, est équipé de 3 roues afin de se déplacer en évitant les obstacles. La communication est réalisée via sa synthèse vocale et sa tablette 8 pouces. Ses concepteurs lui ont donné diverses expressions afin de susciter les interactions avec les humains. Si le robot disposera d'un jeu d'applications de base comme réveiller son propriétaire le matin, lui servir d'agenda, de robot de téléprésence, un kit de développement permettra aux fans de Buddy d'inventer de nouvelles applications pour le robot social. Les livraisons de Buddy doivent débuter en cette fin d'année 2016, c'est l'industriel Jabil qui assurera la production du robot conçu en France. Si Buddy est le robot compagnon le plus avancé dans sa marche vers la commercialisation, de nombreux projets sont aujourd'hui en lice pour lever des fonds. Parmi eux, l'Aido, une copie du Buddy, proposée aux membres d'Indiegogo par le californien d'Ingen Dynamics, l'humanoïde Alpha 2 de UBTECH. La palme du robot compagnon le plus étrange revient à un autre projet issu du PLANÈTE ROBOTS N°43

I48-49


3p robot social.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 12:17 Page3

Le robot social à la conquête des familles

Catherine Simon, présidente d’InnoRobo.

Le robot social est une première étape vers le robot majordome dont nous avons tous rêvé Le Canbot de Uurobot est représentatif des robots personnels et éducatifs actuellement commercialisés en Asie.

RoBoHoN est à la fois un robot compagnon et un smartphone.

crowdfunding, le BIG-i. Proposé par le chinois NXROBO, ce robot a fait l’objet d’une campagne de financement sur Kickstarter. Ce robot domestique ressemble à… une poubelle surmontée d’un énorme œil mobile. Le marché asiatique est très dynamique et des robots comme le iRobi Q de Yujin Robot ou le Canbot de Uurobot sont d'ores et déjà commercialisés.

ROBOHON, PETIT, MAIS COSTAUD Le concept le plus original est sans nul doute le RoBoHoN de Sharp. Il s'agit d'un robot social non plus familial mais personnel. Il ressemble à s'y mé-

50-51

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

prendre à la rencontre d'un smartphone avec un Playmobil. Le RoBoHoN peut d'ailleurs être utilisé en tant que smartphone pour qui n'aura pas peur du regard des passants. Du haut de ses 19,5 cm, ce robot est un concentré de technologie. Il peut lire ses e-mails à haute voix avec force gestes, prendre des photos, faire des vidéos. Sur son front, un projecteur va lui permettre de diffuser des photos ou des vidéos sur un grand écran. Tout comme ses rivaux occidentaux, RoBoHoN peut exécuter des applications. Parmi les dernières à avoir rejoint l’App Store du petit robot, l'application Bob & Angie, une application qui va

« Les robots sociaux sont une étape pour aller vers le robot humanoïde majordome tel qu’on se l’imagine. Il y a des points techniques tels que la marche, la stabilité mais aussi la fiabilité, l’autonomie sur batterie, il reste encore beaucoup de sujets à régler. C’est une étape avec d’un côté l’Internet des objets avec la prise de contrôle d’énormément d’objets connectés de la maison et de l’autre côté l’interface. Les robots de type Pepper ou Buddy vont jouer le rôle d’interface avec tous ces objets connectés de la maison. Tout est sur leur tablette, la mobilité ne leur servant qu’à suivre l’utilisateur, mais il faut savoir que 80 % de la communication passe par la communication non verbale. C’est ce qui fait toute la différence entre un robot comme Buddy et un objet connecté comme Amazon Echo. » « Aujourd’hui, ces robots sociaux ne sont que des interfaces, mais à terme, les robots pourront faire des choses. Il s’agit véritablement des débuts de la robotique auprès du grand public. En Asie, ce type de robots sont déjà commercialisés et commencent à se vendre auprès du grand public. Des particuliers les achètent pour surveiller leurs enfants, pour des applications éducatives pour l’instant, rappeler la liste des courses. Les applications sont encore simples, mais celles-ci seront plus ambitieuses dès lors que ces robots intègreront des actionneurs et seront capables d’agir sur leur environnement. » guider son propriétaire dans la confection de recettes de cuisine. Autre nouvelle application au catalogue du RoBoHoN, l’appel d’un taxi simplement d’une phrase ainsi que quelques jeux. Sharp a commercialisé son petit robot depuis le mois de mai 2016. Celui-ci est proposé à 213 840 yens (1 880 euros), un prix auquel il faut ajouter un abonnement de 9 euros par mois pour la connexion 3G et l’accès au Cloud. Pour l’instant, le Japonais n’a pas tranché la question de savoir si ce robot sera commercialisé ailleurs que dans l’archipel. ■AC


1p abonnement 1an-42.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 22:22 Page1

ABONNEMENT D’UN AN 6 NUMÉROS

35€

Abonnement réservé à la France métropolitaine.

OFFRE EXCEPTIONNELLE

ABONNEMENT D’UN AN 6 NUMÉROS

Pour info http://www.bigben.fr

VOTRE CADEAU : RADIO RÉVEIL (19€ PRIX PUBLIC CONSTATÉ) TUNER FM - GRAND AFFICHAGE LED 0.6” ROUGE - RÉVEIL PAR SONNERIE / RADIO FONCTIONS SOMMEIL / RÉPÉTITION DE L’ALARME - SAUVEGARDE DE L’HORLOGE CADEAU QUI VOUS SERA ENVOYÉ DANS LES 30 JOURS SUIVANT VOTRE DEMANDE D’ABONNEMENT.

BULLETIN DE COMMANDE À DÉCOUPER OU PHOTOCOPIER ET À RETOURNER À : AXIOME ABONNEMENT PRESSE - PLANÈTE ROBOTS - AXIOME GROUP SAS 13 BD GAMBETTA 06000 NICE TÉL :

0820 20 18 10 (0,09

CENTS/MN)

- OU TÉL : 04 93 44 06 96 - FAX : 09 70 06 11 86 - SITE WEB : www.directabo.com

❏ Je m’abonne à Planète Robots pour 1 an soit 6 numéros pour 35 euros ❏ Je paye par chèque à l’ordre d’AXIOME ❏ Je paye par carte bancaire (Visa, Eurocard, Mastercard) ❏ Je paye par mandat ou virement administratif

Société ...................................................................................

Nom ....................................................................................... Prénom ..................................................................................

Profession (facultatif)............................... Âge (facultatif) .............. Adresse ..................................................................................

................................................................................................

Code postal ............................................................................

Ville ................................................ Pays ............................. Téléphone fixe (facultatif) ...................................................... Téléphone portable (facultatif) ...............................................

❏ Je désire une facture

(adresse courrier électronique impérative dans ce cas)

Nom du titulaire si différent celui de l’abonné

................................................................................................ N° de carte

Expire-le

Cryptogramme

3 derniers chiffres au dos de votre carte

Signature et date obligatoires des parents pour les mineurs

E-mail ..................................................................................... PLANÈTE ROBOTS N°43

I50-51


Robots de service

3p diya one.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:30 Page1

Diya One

C

va purifier l'air intérieur de vos locaux

Diya One est le premier robot de service au monde capable d'analyser, et surtout de purifier l'air intérieur des bâtiments. Il est mobile, intelligent, autonome, interactif, fait penser à R2-D2 de Star Wars. Sa mise sur le marché commence, étudions ce robot 100 % français !

e robot est le résultat de huit années de travail de la société Partnering Robotics créée en 2007 par Ramesh Caussy, Franco-Mauricien. Ce docteur en sciences de l'École polytechnique, titulaire de la nouvelle chaire robotique de service et éthique de l'Ensimag LIG, a décidé d'utiliser ses compétences pour le bien-être de la planète et de ses habitants. C'est pourquoi il voulait créer ce robot Diya One qui serait au service de la lutte contre la pollution de l'air intérieur des bâtiments accueillant du public tels que les musées, les centres commerciaux, les bureaux, les établissements spécialisés… POLLUTION DE L'AIR INTÉRIEUR ? D'après l'OMS, nous passons environ 90 % de notre vie dans des endroits clos, où l'air intérieur peut se dégrader par manque de ventilation et être jusqu'à dix fois plus pollué qu'à l'extérieur ! Les sources de polluants sont nombreuses : les aérosols, vernis et colles volatiles des meubles, le chauffage, les parfums d'intérieur, le tabac, les peintures, etc.

52-53

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

Ce n'est pas sans conséquence sur notre santé, cette pollution serait la cause de maladies respiratoires comme l'asthme, les allergies, voire même certains cancers, pour les personnes les plus fragiles. Avec la création de Diya One, Partnering Robotics veut lutter contre les dangers engendrés par cette pollution de l'air intérieur.

GENÈSE DU PROJET En début de carrière, Ramesh Caussy a occupé des postes de direction et de recherche pour des entreprises comme 3Com, Alcatel, ou encore Intel. Il a participé aux lancements de produits innovants tels que l'ADSL, les réseaux photoniques, la plateforme TV connectée. Ces expériences lui ont montré l'intérêt d'innover, mais aussi l'importance grandissante du domaine de la robotique de service. Pour lui, ce type de robot doit être complémentaire avec les humains. Il n'est pas forcé d'être humanoïde, ou de ressembler à un animal, mais il doit réaliser à notre place des tâches particulièrement fastidieuses, voire impossibles. À la création de sa société, Ramesh Caussy avait déjà le concept de base de son futur robot, mais

il a d'abord commencé avec une première activité dans le domaine des services d'impression numérique aux entreprises, pour que son entreprise ait une base économique solide avant de se lancer dans la conception de son robot. Dans les faits, l'étude d'usages a rapidement démarré en parallèle : recherche du modèle économique, des futurs usages, des technologies nécessaires et disponibles, etc.Tout cela a déjà pris trois ans. Dès le début, il y avait une volonté for te de concevoir un robot 100 % français, pour montrer que l'on pouvait réaliser un nouveau produit robotique innovant en restant en France. Pari réussi : tout est fabriqué dans leurs locaux de Cergy-Pontoise, y compris les car tes électroniques ! Les deux seules exceptions sont les batteries, mais le fournisseur est français, et bien sûr les processeurs. Cette démarche lui a apporté le soutien de Bpifrance, et le label French Tech.

FINALISATION DU ROBOT Dès qu'un prototype fonctionnel de Diya One est prêt, il est soumis aux tests de validation scientifique d'un centre indépendant reconnu : le CSTB


3p diya one.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:30 Page2

Diya One va purifier l'air intérieur de vos locaux

Affichage sur l’écran du Diya One.

Remise du prix Oxygen Award.

Les capteurs.

LA PREMIÈRE APPARITION EN

PUBLIC A LIEU AU SALON INNOROBO 2014, OÙ IL SE FERA SUFFISAMMENT REMARQUER POUR OBTENIR LE PRIX INNOROBO. SUIVRONT CINQ AUTRES DISTINCTIONS, NOTAMMENT LES OXYGEN AWARDS (PARIS) ET LE GLOBAL R&D SUMMIT AWARD (NEW DELHI).

© Partnering Robotics.

Le robot en pied.

(Centre Scientifique et Technique du Bâtiment), deux ans seront nécessaires, mais ses compétences seront validées, c'est une première mondiale pour un robot de service ! La première apparition en public a lieu au salon Innorobo 2014, où il se fera suffisamment remar-

quer pour obtenir le Prix Innorobo. Suivront cinq autres distinctions, notamment les Oxygen Awards (Paris) et le Global R&D Summit Award (New Delhi). En 2015, d'autres partenaires se joignent à l'aventure lors de la levée de fonds auprès d'Engie (ex

GDF Suez), dont un acteur important du secteur de l'efficacité énergique : Cofely Services. C'est dans leurs locaux que six exemplaires de Diya One seront testés en conditions réelles pendant près de six mois, et les résultats seront tout à fait concluants. Il sera aussi présenté à la COP21 et en profitera pour purifier l'air de la nef du Grand Palais. Nous sommes en 2016, sa commercialisation commence en BtoB, c'est-à-dire pour les entreprises privées et publiques. Des investisseurs étrangers sont intéressés : les États-Unis, les Émirats arabes unis, la Chine également. PLANÈTE ROBOTS N°43

I52-53


3p diya one.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:30 Page3

Diya One va purifier l'air intérieur de vos locaux

DIYA ONE POSSÈDE UNE

TOUR D'HORIZON TECHNIQUE Diya One possède une vingtaine de capteurs très performants lui permettant de réaliser des mesures précises de température, d'hygrométrie, de la quantité de particules fines (minimum 2.5 microns), de la concentration en CO2, en ozone, et bien d'autres encore. Une évolution en cours lui permettra de détecter près d'une centaine de polluants différents. Une caméra panoramique rotative est sur le dessus, ainsi que des capteurs à ultrason. Pour gérer tout cela, une intelligence artificielle neuro-inspirée, principalement à base de réseaux de neurones, lui confère sa capacité d'adaptation à son environnement, il garde ainsi une navigation fluide sans aucun système de scan laser (SLAM) que l'on voit souvent sur les engins autonomes. Cette I.A. est une technologie développée depuis de nombreuses années par les équipes de leur partenaire ETIS (Équipes Traitement de l'Information et Systèmes) regroupant l'ENSEA, l'université de Cergy-Pontoise et le CNRS. L'équipe de Partnering Robotics l'a implémentée dans leur robot, lui donnant ainsi son système de navigation autonome. Pendant ses rondes dans les bâtiments, il détecte les obstacles, passe les portes, peut même pren-

54-55

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

dre l'ascenseur, et ce faisant, il purifie l'air ambiant si c'est nécessaire, avec un procédé de filtration par brassage de l'air au rythme de 75 m3/h. Il peut interagir avec les personnes en signalant sa présence par de petits cliquetis sonores comme le ferait le sympathique R2-D2, on peut alors consulter des données sur sa tablette ou simplement lui signifier que tout va bien. C'est une plateforme complètement ouver te aussi bien côté matériel que logiciel. On peut lui ajouter des capteurs ou développer de nouvelles fonctions. Le système de Diya One est propriétaire mais totalement compatible avec le système ROS, très utilisé en robotique.

LE FUTUR ? La santé et le bien-être des occupants des espaces intérieurs sont son but mais pas seulement, sa plateforme évolutive multiservice entraînera d'autres applications comme la préservation du patrimoine artistique ou foncier avec la détection de moisissures par exemple. La télésurveillance et la gestion de l'énergie des bâtiments (surveillance de consommation des appareils connectés, détection des lumières allumées oubliées, etc.) en sont d'autres.

VINGTAINE DE CAPTEURS TRÈS PERFORMANTS LUI PERMETTANT DE RÉALISER DES MESURES PRÉCISES DE TEMPÉRATURE, D'HYGROMÉTRIE, DE LA QUANTITÉ DE PARTICULES FINES (MINIMUM 2.5 MICRONS), DE LA CONCENTRATION EN CO2, EN OZONE, ET BIEN D'AUTRES ENCORE.

Diya One est bien parti pour équiper les entreprises privées et publiques, mais Ramesh Caussy souhaite que ses capacités profitent au plus grand nombre, ainsi ses équipes travaillent déjà sur une version plus compacte qui pourrait aller chez les particuliers, à ce propos, il recherche toujours de nouveaux profils pour son entreprise ! Dernier détail, le nom Diya n'est pas choisi au hasard, il signifie « la petite lumière » en hindi. Ramesh Caussy nous a expliqué que c'était une allusion au siècle des Lumières, une période française cherchant le progrès et encourageant la connaissance, intéressant programme… ■Lionel Alvergnas


pub-couverture HS1V2.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 16:44 Page3

NOUVELLES TECHNOLOGIES DU FUTUR

HORS-SÉRIE N°1

HORS-SÉRIE N°1

CHEZ VOTRE MARCHAND DE JOURNAUX


Robots de service

2p tiki.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:35 Page1

TiKi 3.0

A

Accueil personnalisé, orientation et divertissement des clients. Démonstrations, aides aux choix et aux commandes de produits. Ainsi est le destin de TiKi… Mais quels secrets renferme-t-il ?

u salon Innorobo, nous avons pu découvrir le charmant robot social TiKi avec son tatouage polynésien. En quelques mois, il a bien évolué.Voici à présent la troisième génération de TiKi.

EVENT BOTS, UNE SOCIÉTÉ EN PLEINE EFFERVESCENCE L’entreprise Event Bots a été créée le 3 février 2016. Tels les directeurs de certaines grandes entreprises (comme celle de la pomme croquée), les cofondateurs Guillaume de La Rue et Steve Geandier ont commencé dans leur garage. Cette jeune société a présenté une première version de TiKi au salon Innorobo. À présent, elle possède de nouveaux locaux et s’agrandit. Après avoir intégré un directeur financier, elle recherche des développeurs programmeurs, un monteur, un commercial. À vos CV !

TIKI, LE ROBOT PROFESSIONNEL REQUIS Du haut de ses 1,40 m, ce robot humanoïde aux courbes féminines avec un design futuriste nous transmet des émotions sympathiques grâce à son interaction sociale et ses expressions révélées sur son visage. La matrice de diodes électroluminescentes (Leds) affiche les différents types d’yeux correspondant aux émotions souhaitées, ainsi que des formes, du texte ou même du pixel art.

56-57

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

DU HAUT DE SES 1,40 M,

CE ROBOT HUMANOÏDE AUX COURBES FÉMININES AVEC UN DESIGN FUTURISTE NOUS TRANSMET DES ÉMOTIONS SYMPATHIQUES GRÂCE À SON INTERACTION SOCIALE ET SES EXPRESSIONS RÉVÉLÉES SUR SON VISAGE.

TiKi est en perpétuel mouvement et observe la foule tel un individu qui cherche quelqu’un des yeux. Grâce à sa communication gestuelle sociale, il possède un taux d’engagement performant. Dès qu’il croise le regard appuyé d’une personne, le robot entame une conversation… Quel séducteur ce TiKi ! Les différents programmes sont spécifiques aux sec-

teurs d’activité et à l’environnement dans lequel évolue cet humanoïde. Le design et le paramétrage de la voix sont spécifiques à l’entreprise elle-même. TiKi est capable de rediriger les clients dans un centre commercial, de les aider pour le choix de produits dans un magasin de vêtements, de faire des enquêtes de satisfaction, ou encore présenter des produits dans un salon professionnel et scanner les cartes de visite pour ne citer que ces exemples. Nous pouvons retrouver TiKi dans des showrooms pour les professionnels sur les nouvelles technologies de vente actuellement à Düsseldorf et Amsterdam chez Q&A à compter du 15 décembre. Nous le retrouvons également dans le magasin Khol’s de San Francisco ou encore plus spécifiquement chez l’Oréal dans le cadre d’une journée allouée aux employés. La plus belle caractéristique de TiKi: ses applications non figées. En effet, certaines peuvent être spécifiques et être développées telles que celles actuelles pour Orange par des agences de communication et de jeux vidéo. Il s’agit dans ce cas précis de jeux éducatifs, scientifiques et ludiques (serious games).

LA PROGRAMMATION FACILE ET INTUITIVE Leur secret? Leur Cloud ! En effet, le Cloud permet de développer les applications sur une page web avec les outils de développement fournis. Il est donc possible de créer tout l’applicatif (à savoir les interactions souhaitées) sans


2p tiki.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:35 Page2

TiKi et sa nouvelle garde-robe 3.0.

teur 3D affiché dans une fenêtre de navigateur web. Il sera donc possible de créer des programmes permettant l’interaction par le toucher via les mains pourvues de capteurs capacitifs, par la vision via la caméra et ce en utilisant tout objet connecté tel qu’un smartphone, une tablette, etc.

Lors d’Innorobo avec de gauche à droite Steve, TiKi dans son ancienne parure et Guillaume.

avoir le robot physiquement sur place. Des bibliothèques sont accessibles pour les animations de la tête et du buste, les différentes postures, les affichages sur le visage et les voix. La voix est un des aspects importants de TiKi. Event Bots utilise le mode text to speach, des voix de synthèse d’IBM Watson, une référence dans le domaine de l’intelligence artificielle. Celle-ci propose plusieurs types de voix féminines, masculines, d’enfants et la

possibilité d’en moduler les intonations dans beaucoup de langues. Il existe actuellement une centaine de langues disponibles en version féminine, masculine et enfantine. Event Bots prévoit dans un futur très proche de permettre aux clients d’accéder aux outils de développement tels qu’un kit de développement logiciel (SDK), qu’un accès aux développements d’API (Interface de programmation applicative) et qu’un simula-

LES FORCES DE TIKI Ce robot est pensé et conçu pour être facilement transportable, réparable et modulable sans avoir de connaissance spécifique en mécatronique. Certaines pièces sont interchangeables telles que la tête, les bras, la coque du buste et l’embase pour une personnalisation complète. L’intérêt est de pouvoir apporter de nouvelles fonctionnalités et ainsi mettre à jour aisément TiKi. Un des bras peut renfermer un système de communication sans fil dans un champ proche à courte portée et à haute fréquence (NFC), comme des cartes de fidélité, badges d’accès, etc. Cette technologie est une extension de norme standardisant les cartes de proximité utilisant la radioidentification (RFID). TiKi pourra donc lire les informations en appliquant une carte à puce déterminée sur l’avant-bras et interagir en fonction. Comme vous l’aurez compris, TiKi est un réel camarade d’accompagnement qui a une personnalité propre liée à l’entreprise acquéreur.

I56-57

■Magali Bardou

PLANÈTE ROBOTS N°43


Robots de service

2p waldo.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:52 Page1

Waldo

Ce robot révolutionnaire aux allures futuristes va permettre aux personnes qui ont des difficultés à quitter leur lieu de résidence de pouvoir arpenter le monde grâce au mode avatar.. IMMERSIVE ROBOTICS Cette jeune société française a été créée en avril 2014 et est composée de Laurent Boireau P.D.G. et responsable R&D, Jérôme Raphaël Vidal responsable des opérations et Konrad Holubek responsable du Business development. Elle fait un savant mélange entre robotique et réalité virtuelle en répondant à des attentes spécifiques liées au domaine de la vente et de l’industrie mais aussi de la santé. La dernière version de Waldo a vu le jour en 2016 et a été présentée au salon Innorobo.

WALDO, LE ROBOT ASSISTANT INNOVANT Ce robot, aux courbes des Wall-E et aux lumières rappelant le film Tron, offre des services et des voyages surprenants via deux modes bien définis. Le premier est l’accueil des personnes, la possibilité de conseiller, d’informer, de guider, de divertir voire même d’encaisser les articles. Le second est le mode avatar. Celui-ci nous permet, grâce à nos équipements personnels tels qu’un smartphone, une tablette, un ordinateur ou des lunettes de réalité virtuelle, de pouvoir évoluer dans un espace différent du nôtre. UN ROBOT ACCUEILLANT, MODULAIRE ET AUTONOME Dans les centres commerciaux, les gares ou encore

58-59

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

CE ROBOT AUX COURBES DES WALL-E

ET AUX LUMIÈRES RAPPELANT LE FILM TRON, OFFRE DES SERVICES ET DES VOYAGES SURPRENANTS VIA DEUX MODES BIEN DÉFINIS.

les aéroports, Waldo vous accueille et vous redirige aux endroits souhaités. Il communique grâce à sa voix de synthèse. Un opérateur, un vendeur ou un conseiller peuvent prendre le contrôle de Waldo et communiquer directement avec les personnes de vive voix grâce à ses haut-parleurs lors de demandes spécifiques. Selon les options, ce robot a la fonction

« gentleman »: il pourra porter vos courses. D’une autre manière, il est également utile pour les employés d’une entreprise en leur allégeant le travail. Il aide par exemple à faire les inventaires ou alors, au cours des salons et showrooms pour présenter les produits et afficher toutes les informations souhaitées sur la tablette. Ce robot fonctionne en différents modules: l’embase seule ou avec le buste, avec ou sans tablette, avec ou sans plateau, avec ou sans bras manipulateur. UN MODE AVATAR… QUÈSAQUO Vous êtes cloué au lit chez vous, à l’hôpital ou vous êtes assigné à résidence.Vous souhaitez avoir la présence de votre famille qui habite loin ou une assistance médicale, vous souhaitez voyager dans le monde et visiter des villes ou des musées… Waldo répond à cette attente. Dirigé grâce à un de vos équipements, il peut évoluer dans l’environnement choisi (pour peu qu’il soit physiquement présent à cet endroit). Ce robot intelligent est capable de regarder où vous le souhaitez.Tournez la tête, orientez votre équipement et la tête de Waldo tournera en même temps en restituant les images. Doté de 3 roues, il peut se déplacer facilement et prendre l’ascenseur. Il est donc possible de vivre une expérience immersive dans le corps du robot en temps réel! Waldo peut également être une présence pour les personnes âgées. En effet, les membres de la famille


2p waldo.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:52 Page2

B.A.R.Y.L en fonctionnement à Paris-Gare-deLyon.

ou ceux du corps médical peuvent être présents au travers de lui. Son plus est la possibilité d’envoyer un smiley via smartphone ou tablette, le sourire correspondant s’affichera sur sa tête.

Waldo dans les rues de Paris.

LE COMPAGNON D’ÉTUDES Le système d’exploitation choisi en fait une force. Effectivement, spécifique aux robots, ROS (Robot Operating System) est libre de droit. Il permet d’effectuer tout un processus en continu et en parallèle d’échanges d’informations comme la récupération de données des capteurs, la vision industrielle, le traitement de la parole, etc. Il est tout à fait adapté pour la robotique de service. Waldo pourra notamment être utilisé dans le cadre de la recherche ainsi que de l’éducation puisqu’il fournit une plateforme de développement pour l’intelligence artificielle. Waldo est accessible à la location. Nous le retrouverons peut-être dans le futur pour les particuliers?

LA FAMILLE S’AGRANDIT En partenariat avec la SNCF Gares & Connexions, Immersive Robotics a fait en cinq mois l’étude et la réalisation d’un petit robot poubelle B.A.R.Y.L, le Lagardère des détritus. Avec la base et les capteurs utilisés par Waldo, il détecte toute personne qui lui fait signe de la main et se déplace dans sa direction du moment qu’elle se trouve dans le périmètre d’action défini pour B.A.R.Y.L. Ludique et amusant, il incitera les gens à jeter leurs déchets dans la poubelle. La planète lui dira merci! Cette innovation est très bien accueillie pour la propreté de nos gares.Vous pourrez le croiser à l’essai du 5 au 10 décembre 2016 à Paris-Gare-deLyon. Immersive Robotics ne compte pas en rester là. Grâce à ses projets qui apportent du bien-être aux personnes et à la planète, elle n’a pas fini de nous mettre des étoiles plein les yeux! Waldo participe aux inventaires.

I58-59

■Magali Bardou PLANÈTE ROBOTS N°43


Robots de service

2p kompai2.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:39 Page1

Kompaï 2 de Robosoft Et si le futur de la robotique était de veiller sur les personnes âgées ? Face au vieillissement de la population, des moyens de plus en plus importants sont nécessaires pour assurer un suivi médical et l'assistance des seniors. Le Kompaï du français Robosoft pourrait bien être la réponse à ces deux problématiques. UN VÉRITABLE MAJORDOME ROBOT Robosoft n'en est pas à son premier coup d'essai dans les robots utilitaires: la société, basée à Bidart dans les Pyrénées-Atlantiques, avait déjà développé la Citymobil, une navette électrique de 5 m de long et 1,5 m de large capable de transporter huit personnes à une vitesse de 15 à 20 km/h. On lui doit aussi les petits robots ménagers Robuglass qui assurent la propreté de la façade de la Pyramide du Musée du Louvre. Robosoft s'est associé à Radhius, spécialisée dans les technologies de communication, et à Agfa HealthCare, entreprise d'imagerie médicale pour développer le projet KEPA. Ce projet vise à développer des robots connectés de nouvelle génération auprès de personnes fragilisées. Le Kompaï (signifiant compagnon en basque) est un robot d'une taille d’1 m 40, pour environ 40 kg. Le robot peut se déplacer grâce à un système de roues. Une tablette tactile est aussi incorporée avec une interface simple, basée sur un système de larges icônes. Une tête ronde et de grands yeux expressifs sont présents pour lui donner une allure plus humaine. Un système de reconnaissance faciale est également inclus pour reconnaître l'utilisateur et déceler d’éventuels signes anormaux chez lui. Le robot peut aider la personne à se lever, s'asseoir

60-61

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

ROBOSOFT N'EN EST PAS À SON PREMIER COUP D'ESSAI DANS LES ROBOTS UTILITAIRES : LA SOCIÉTÉ, BASÉE À BIDART DANS LES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES, AVAIT DÉJÀ DÉVELOPPÉ LA CITYMOBIL.

et aussi à déambuler afin d’accroître l'autonomie des personnes ayant une déficience motrice. En plus de son rôle de déambulateur, l'engin a également une fonction d'assistant connecté qui collecte des données, comme la tension, le souffle ou des difficultés de motricité, pour les transmettre au médecin afin d'établir un bulletin de santé de la personne. Des fonctions de mémos sont également incluses pour rappeler à l'utilisateur la présence de rendezvous dans la journée, les conditions météo voire simplement la prise de médicaments ou la bonne

hydratation. Des jeux sont également inclus pour faire travailler la mémoire et les réflexes.

UNE VOLONTÉ DE COMBATTRE L'ISOLEMENT En plus des fonctions médicales, le Kompaï a aussi pour but de lutter contre l'isolement des personnes âgées, que cela soit à domicile ou en centre spécialisé. Le Kompaï est ainsi doté de systèmes audio et vidéo permettant à l'utilisateur de communiquer avec ses proches facilement par téléphone ou par vidéoconférence, grâce à la caméra embarquée au niveau de la tête du robot. Une fonction de visionnage de photos et vidéos, ainsi que d'un système d'envoi et de réception de courriels sont aussi installés sur la tablette tactile du robot, en plus des applications médicales. Un système d'alerte est aussi prévu pour pallier les accidents. « Le robot est capable de détecter un problème de santé et peut appeler automatiquement une plateforme d'assistance, disponible 24 heures sur 24 », précise Vincent Dupourqué, fondateur de Robosoft. Le Kompaï a déjà reçu le premier prix du concours mondial d'Innovation 2030, lancé par le gouvernement en 2013: le premier prototype fut lauréat en


2p kompai2.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:39 Page2

Les yeux du Kompaï traduisent ses émotions virtuelles.

2015 de la catégorie Silver Économie, l’économie dédiée à l’avancée en âge de nos sociétés.

DES FONCTIONS MOTRICES AMÉLIORÉES Après de nombreux tests et des milliers de jours d'essais, Robosoft a annoncé en juin 2016 la création d'une deuxième version de son robot médical avec des formes plus graciles et des fonctionnalités supplémentaires. Les capteurs de détection des obstacles ont été améliorés pour faciliter les déplacements autonomes du robot dans les pièces de la maison. Le buste a également été modifié et est désormais rotatif, ce qui permet au Kompaï de se tourner et d'incliner la tablette tactile pour une meilleure lecture en fonction des positions. La caméra, basée sur la Kinect de la Xbox One, a été modifiée sur le Kompaï 2 afin d'assurer une meilleure reconnaissance des personnes présentes autour du robot ainsi que leurs mouvements. Elle se trouve désormais au niveau du cou, et non plus sur la tête du robot.

Le Kompaï, premier du nom, était déjà voué à travailler contre l’isolement.

Le Kompaï 2 lors du dernier salon Innorobo.

UN CONFORT SUPPLÉMENTAIRE POUR LES UTILISATEURS Des ajouts pratiques ont été faits sur le corps du robot, avec notamment des paniers situés dans son dos. L'utilisateur pourra donc facilement transporter des effets personnels encombrants et toujours les avoir à portée de main. Le robot est désormais muni d'yeux pouvant exprimer différentes expressions faciales, afin de faire passer plus facilement des émotions à son utilisateur. Un bouton d'alerte a été implémenté à la base du robot pour que la personne victime d'un malaise ou tombée au sol puisse entrer en contact rapidement avec la plateforme d'urgence et signaler un problème. Le Kompaï de Robosoft n'est pas encore disponible et se trouve toujours en phase de test. Des essais dans des EHPAD vont prochainement être mis en place. Sa commercialisation à grande échelle est prévue pour 2018 ou 2019 selon la société. Le marché pour ce type de robot est extrêmement vaste, en France comme à l'étranger. « Nous espérons en vendre plus de 1000 en 2019. », précise Vincent Dupourqué. Le prix annoncé serait de 5000 euros, il sera sûrement modulé en fonction des options choisies. Le robot sera également personnalisable dans différents coloris.

I60-61

■Screetch PLANÈTE ROBOTS N°43


2p braava.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:53 Page1

Robots de service

Les pavés énergétiques, future tendance écologique ?

iRobot Braava Jet 240 Un robot nettoyeur silencieux et intelligent

S

Longtemps le plus proche concurrent du Scooba de iRobot, le robot de nettoyage des sols Mint est entré dans l’escarcelle d’iRobot sous le nom de Braava Jet. À l’image du Scooba, le Braava Jet est décliné dans une gamme, avec un grand et un petit modèle. C’est le petit modèle, le 240, que nous avons entre les mains à la rédaction pour une séance de tests.

e présentant comme un petit parallélépipède rectangle de 17 cm de côté pour 8,5 cm de haut, le Braava Jet 240 propose une légère excroissance à l’avant du robot afin d’accompagner la forme de la lingette installée. Sur cette excroissance se trouve le pulvérisateur. Audessous, on découvre tout un tas de capteurs, le moteur et ses deux roues pouvant se soulever suivant l’espace de travail. C’est également ici que se trouve le logement pour placer la lingette. Sur le dessus du robot, une poignée peut se soulever pour laisser apparaître un bouton d’éjection de la lingette et l’entrée du réservoir d’eau. Dans la tradition iRobot, un seul bouton marche/arrêt est disponible sur le dos du robot, pour plus de simplicité pour l’utilisateur.

DANS LA PRATIQUE Contrairement aux autres robots Scooba et Roomba de la marque, le système de charge de la batterie est externe au robot. À l’arrière de celuici, se trouve l’emplacement de la batterie. Grosse comme deux doigts, la batterie est amovible et s’installe ou s’enlève très facilement. Pour la charger, il suffit de la placer dans un petit bloc de recharge

62-63

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

SILENCIEUX ET INTELLIGENT, CE BRAAVA JET 240 NOUS A PARU DE GRANDE QUALITÉ ET LES AVIS SONT PARTAGÉS FACE À SON CONCURRENT DE LA MÊME MARQUE, LE SCOOBA.

accroché à votre prise électrique. Une fois branchée, le boîtier émet un clignotement orange jusqu’à sa pleine charge et passe en vert fixe. La batterie se recharge en 2 heures. Après avoir remis la batterie à son emplacement, à vous de choisir quel type de lingette vous désirez utiliser. Trois modèles existent. Pour un balayage à sec, choisissez la lingette microfibre proche du Swif-

fer. Pour un balayage humide, prenez la lingette orange. Enfin, la lingette bleue est pour les grandes eaux, le lavage du sol. Comment le robot comprend quelle lingette il a sous sa robe ? Un petit capteur de lumière, semblable aux capteurs de lecture des points lors du passage du permis de conduire des années 90, lit la forme des trous poinçonnés sur le carton qui retient la lingette. Ensuite, deux options s’offrent à vous. Soit vous désirez que le Braava Jet nettoie tout l’espace autour de lui, soit vous désirez lui imposer une partie seulement. Pour le premier choix, il suffit de démarrer le robot sur le bouton « Clean » et d’attendre que le robot ait fini son travail (compter une vingtaine de minutes pour faire 20/25 m²). La seconde option vous permet d’ajouter un mur virtuel à votre espace. Si vous désirez que le robot nettoie votre cuisine américaine sans aller dans votre salon alors qu’il n’y a pas de mur physique pour les séparer, inutile de mettre des barricades tout le long. Il suffit de placer le Braava Jet à cheval sur la limite à ne pas franchir et d’appuyer sur « Clean » plusieurs secondes. Deux petits traits bleus symbolisant le mur virtuel apparaîtront sur le robot, puis il commencera le travail en restant dans la zone qui lui est impartie.


2p braava.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:53 Page2

d’autres lingettes que celles prévues pour les Braava Jet, elles ne seraient pas reconnues par le système optique. Sur smartphone, il existe une application commune aux Roomba et Braava Jet qui permet de faire démarrer ou arrêter le robot à distance ou de déclencher le mur virtuel. L’application reste aussi sobre que le robot et ne propose pas de programmation. Silencieux et intelligent, ce Braava Jet 240 nous a paru de grande qualité et les avis sont partagés face à son concurrent de la même marque, le Scooba (voir encadré). En tout cas, vous ne devriez pas être déçu par votre achat (comptez 200 euros), tant il nous a été difficile de revenir à la serpillière conventionnelle après son départ. ■Screetch

Le Scooba 390 d’iRobot.

Match : iRobot Braava Jet vs iRobot Scooba

Les lingettes s’insèrent simplement dans un rail prévu à cet effet.

DE LA MÉTHODE Le Braava Jet 240 possède une intelligence très efficace, comparable aux robots de la marque Neato. Il commencera tout droit jusqu’à toucher un obstacle puis reviendra à un point proche de son point de départ, mais décalé par une ligne parallèle. Ainsi de suite, il fera des bandes parallèles les unes aux autres puis s’attaquera de la même façon aux zones qu’il n’a pas touchées, derrière une table basse ou un bar, sans oublier de faire bien consciencieusement les bords. Une fois terminé, il reviendra à sa position initiale et vous préviendra que sa tâche est terminée par un effet sonore. Lors de son nettoyage, si le robot rencontre un obstacle comme un tapis, un pot de fleurs ou des pieds de chaise et de table, il les contournera en s’approchant au plus près pour ne rien louper. Suivant le type de lingette que vous lui aurez soumis, il ne travaillera pas ses longueurs de la même façon. En mode balayage à sec ou légèrement humide, le robot suivra sa route. Si la lingette sélectionnée est pour le lavage complet, le robot fera

des petits virages à droite puis à gauche avant de revenir en arrière sur son chemin afin de passer 3 fois à chaque endroit de la zone de nettoyage. Dans les deux modes humides, le robot éjecte une petite quantité d’eau devant lui qui sera ensuite utilisée par la lingette pour nettoyer le sol. Avant d’expulser son eau, le robot recule toujours un petit peu afin de ne pas humidifier les meubles et les murs. DES LINGETTES RÉUTILISABLES ET UNE APPLICATION D’ACCOMPAGNEMENT Malgré leur support en carton, les lingettes sont réutilisables une cinquantaine de fois. Une fois utilisées, il suffit de les mettre dans la machine à laver ou de les laver manuellement. Il faudra par contre attendre que celles-ci soient parfaitement sèches avant réutilisation même en mode humide. Les lingettes sont vendues pour 10 euros les 10 mais il est possible d’opter pour des lingettes réutilisables pour 20 euros les 2. Il n’est pas possible d’utiliser

Le Braava Jet bat à plate couture le Scooba sur son intelligence et le silence presque total du robot en fonctionnement. De plus utiliser le Braava Jet est bien moins contraignant au niveau de son entretien et de la manipulation du rechargement des batteries. Enfin, la fonction de balayage du Braava Jet est bien supérieure au Scooba qui se contente de récupérer les dernières poussières qui n’ont pas été supprimées par votre coup de balai précédant le nettoyage. Le Scooba, quant à lui, sera plus efficace sur un sol très sale grâce à la possibilité d’utiliser des produits de nettoyage (le Braava Jet n’utilise que de l’eau claire) grâce à une véritable brosse qui vient racler le sol. La différence de prix est du simple (Braava Jet) au double (Scooba).

Les plus: - absolument silencieux, - intelligence efficace, - lingettes réutilisables, pour balayer ou nettoyer.

Les moins: - pas de brosse, - pas d’utilisation de produits ménagers ou même de vinaigre blanc, - non programmable, - que faire si un jour les lingettes ne sont plus disponibles ? - quelques traces de roues à signaler après séchage.

PLANÈTE ROBOTS N°43

I62-63


Robots au travail

2p captainDC.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:03 Page1

Captain DC : le robot surveillant infatigable de votre data center

C

Un data center est un endroit particulier, souvent discret, parfois secret, certains sont en ville, d'autres sont très isolés. Dans tous les cas, c'est un lieu à surveiller et à protéger de par les énormes quantités de données informatiques qui y sont traitées, triées et stockées. C'est là que Captain DC intervient pour gérer, simplifier et améliorer la surveillance des data centers.

aptain DC, ce nouveau robot de service aux entreprises, qui a été présenté au public durant le salon Storage Expo de Bruxelles en juin dernier, est issu d'un codéveloppement par les sociétés EOS Innovation et Econocom. Cette dernière est une entreprise internationale de plus de 9 000 personnes, spécialiste européenne de la maintenance informatique, mais aussi dans le domaine de l'aide à la transformation digitale des entreprises. Quand à EOS Innovation, si vous êtes un de nos fidèles lecteurs, vous la connaissez déjà, c'est une société créée en 2010, filiale de Parrot depuis 2014, spécialisée dans la robotique de service, et notamment conceptrice de e-vigilante, le robot de surveillance que vous avez pu voir dans Planète Robots 39. D’OÙ VIENT CE ROBOT ? Grâce aux retours d'expériences du terrain par ses propres experts intervenant dans les data centers de ses clients, les équipes de recherche et développement de Econocom et de son partenaire EOS Innovation ont imaginé et conçu ce nouveau coéquipier robotisé pour évoluer dans les data centers. Captain DC est prévu pour aider, simplifier et amé-

64-65

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

CAPTAIN DC EST PRÉVU POUR AIDER, SIMPLIFIER ET AMÉLIORER

LES SERVICES QUOTIDIENS DE TELS LIEUX. SES PRINCIPAUX OBJECTIFS SONT D'ABORD DE SURVEILLER LES INFRASTRUCTURES…

liorer les services quotidiens de tels lieux. Ses principaux objectifs sont d'abord de surveiller les infrastructures en parcourant les allées de façon autonome 24 h/24 et 7 j/7, de remonter les éventuels incidents et alertes, et enfin d'accompagner les spécialistes sur site si nécessaire, en leur permettant d'être en visioconférence avec leurs collègues distants.

SA TECHNOLOGIE... Captain DC est un robot mobile d'une soixantaine de kilos, il se déplace à 2 km/h de façon totalement

autonome, en évitant les obstacles, en s'adaptant à la présence humaine et en se rechargeant automatiquement. Mais il peut aussi être basculé en mode pilotage à distance en cas de besoin, les équipes de surveillance peuvent alors le diriger où elles le souhaitent pour constater un incident, et se faire une idée plus précise avant de décider une éventuelle intervention sur site ou non. Il possède un écran, et un haut-parleur mais il embarque également un certain nombre de capteurs dont les principaux sont les suivants : - une caméra ultra-HD qui est capable de vision classique, mais aussi thermique et nocturne, ainsi elle permet de voir la plupart des problématiques ; - un thermomètre et un hygromètre, car le contrôle de la température et du niveau d'humidité ambiant sont deux paramètres absolument vitaux dans les allées d'un data center ! - des émetteurs/récepteurs à ultrasons, que ce soit pour son déplacement (couplé à un laser) mais aussi pour détecter d'éventuels problèmes, car beaucoup de choses sont en rotation très rapide, les plateaux des disques durs et toutes sortes de ventilateurs internes (ou externes) aux serveurs informatique ;


2p captainDC.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:04 Page2

N1, mais malheureusement, une fois sur site, il s'avère que cet incident est plus grave que prévu et qu'il relève plutôt des équipes de N2, voire de N3. C'est là un des intérêts du robot Captain DC, ce technicien va se mettre en visioconférence avec ses collègues capables de gérer des niveaux de gravité plus élevés, et il va ainsi pouvoir résoudre le problème en étant totalement en confiance car guidé par ses collègues. Le résultat est sans appel, moins de stress pour les équipes intervenantes sachant qu'elles ne sont pas seules face à un problème plus grave. Plus d'efficacité et de rapidité car il n'y a plus besoin d'attendre l'arrivée de l'équipe d'experts, tout peut se faire en direct. Enfin, le dernier atout étant que la présence de Captain DC dans un data center permet justement de limiter le plus possible les erreurs de diagnostic avant intervention des équipes, quel que soit leur niveau d'expertise. Dans notre civilisation de plus en plus connectée, ce nouveau robot de service va avoir beaucoup de travail ! ■Lionel Alvergnas

Salle de contrôle d’un data center Google. — À droite… Captain DC est à la fois surveillant et robot de téléprésence.

- un microphone directionnel, qui est là autant pour repérer d'où vient un bruit inhabituel que pour la visioconférence.

DE LA VISIOCONFÉRENCE ? Tout d'abord, quelques explications pour les néophytes de ce domaine. Dans la plupart des équipes de surveillance, on distingue en général trois niveaux de gravité pour un incident, le niveau un (N1) étant le moins grave et le trois (N3) le plus grave. Suivant leurs compétences et leurs expériences, les techniciens sont capables d'intervenir à un niveau prédéfini, l'heure passée sur un problème de N3 est bien sûr plus onéreuse pour le client que sur un incident de N1. Mais le monde de la maintenance informatique n'est pas une science exacte, imaginez qu'un technicien intervienne dans un data center pour un problème de

LE RÉSULTAT EST SANS APPEL,

MOINS DE STRESS POUR LES ÉQUIPES INTERVENANTES SACHANT QU'ELLES NE SONT PAS SEULES FACE À UN PROBLÈME PLUS GRAVE. PLUS D'EFFICACITÉ ET DE RAPIDITÉ CAR IL N'Y A PLUS BESOIN D'ATTENDRE L'ARRIVÉE DE L'ÉQUIPE D'EXPERTS.

PLANÈTE ROBOTS N°43

I64-65


Robots au travail

2p deux-robots.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:45 Page1

Deux robots

L

pour l’aviculture primés au Space

Chaque année, mi-septembre, Rennes concentre les innovations destinées à l’élevage lors du salon Space. Depuis plusieurs années, les outils numériques creusent leur sillon. Cette année, l’aviculture était particulièrement concernée, avec deux prix récompensant deux robots dédiés à ses productions.

’histoire du TiOne commence dans un élevage de poules pondeuses en Bretagne. Pour inciter les poules à bien vouloir pondre, non pas en plein milieu du bâtiment car alors les œufs sont déclassés, mais bien dans les nids aménagés dans les côtés de l’élevage, Madame Savary doit passer plusieurs fois durant la journée pour éduquer les animaux en les incitant à se lever et en les conduisant dans les nids. En pleine période des exploits télévisés de Philéas et de Roseta, son époux cherchait une solution pour que cette tâche particulièrement pénible soit automatisée: il est donc entré en contact avec l’entreprise Cimtech de Bourgbarré (35) dirigée par Lionel Planquette et Yves Beaulieu. Bureau d’étude mécatronique, la start-up est née en 2010 de l’idée d’un produit pour le bâtiment, un volet roulant à lames orientables. Elle a ensuite conçu et réalisé de nombreux dispositifs très différents répondant à des besoins de marché bien identifiés: un broyeur d’échantillons de laboratoire, un poste de remplissage de poches d’insémination, un dispositif médical de diagnostic rapide ou bien encore un microrobot de reconnaissance en milieu hostile. IT QUAND LE BESOIN RENCONTRE LA ROBOTIQUE De cette rencontre du besoin avicole et des ingé-

66-67

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

BUREAU D’ÉTUDE MÉCATRONIQUE, LA START-UP EST NÉE EN 2010 DE L’IDÉE D’UN PRODUIT POUR LE BÂTIMENT,

UN VOLET ROULANT À LAMES ORIENTABLES.

nieurs est donc né le TiOne, primé d’un Innov’Space 3 étoiles, distinction récompensant les innovations qui améliorent à la fois les conditions de travail des éleveurs et leurs performances technico-économiques. Outre la tâche pénible du passage régulier pour éduquer les poules, les aviculteurs doivent en effet trouver des solutions pour réduire les usages des antibiotiques en gérant au mieux les paramètres de l’élevage, réduire le taux d’œufs déclassés et donc perdus, tout en garantissant un environnement sain aux animaux, notamment en aérant la litière. Le TiOne est donc un robot tout terrain de taille compacte, dédié aux éle-

vages en bâtiment, d’une hauteur de 20 cm afin de ne pas effrayer les animaux et pouvant supporter une charge de 8 kg (pour mémoire, une poule adulte pèse de 2,5 à 3 kg). Équipé d’un système de navigation indoor, pour une autonomie totale au sein du bâtiment, il porte également des griffes d’entretien pour la litière et embarque des accessoires comme des détecteurs d’obstacles (notamment pour éviter les systèmes d’abreuvement et d’alimentation). « Nous avons fait le choix d’un robot furtif capable de mesurer les paramètres au plus proche des poules, dans un bâtiment qui est un environnement très particulier puisqu’il s’agit d’évoluer en présence des animaux et d’aller partout. Puisque sa hauteur nous interdit un guidage optique par exemple, nous sommes partis sur un système radio et nous avons développé une brique pour la géolocalisation indoor avec des capteurs de proximité par ultrason. Il est également possible d’envisager des capteurs et autres appareils de mesure d’hygrométrie, de température, de luminosité, de CO2, d’ammoniac, etc. pour aider l’éleveur dans la conduite de son élevage. » explique Lionel Planquette. Présenté pour la première fois au au salon Space, le robot a rencontré un vrai succès. « Nous avons été surpris de l’esprit d’ouverture de la filière et de l’entraide entre éleveurs. Un tel outil va demander un effort financier aux éleveurs, mais il répond à un vrai besoin. Nous


2p deux-robots.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:45 Page2

Le robot IT Octopus travaille sur l’hygiène dans les élevages de volaille.

allons créer une communauté dynamique d’éleveurs et de techniciens pour qu’ils puissent nous faire un retour sur les développements à venir et qu’ainsi, le robot qui sera commercialisé dès l’an prochain, colle au plus près de leurs besoins. » explique le dirigeant. Cimtech a créé, avec M. et Mme Savary, la société Tibot pour développer le TiOne. Ils ont bénéficié d’une aide dans le montage du projet et l’étude de faisabilité, avec le cofinancement de la BPI et de la Région Bretagne, dans le cadre de son programme régional Agretic visant à croiser le monde du numérique et celui de l’élevage. Ce programme était d’ailleurs mis en avant avec une dizaine de projets auxquels il a contribué pour un total d’environ 700000 €.

IT OCTOPUS POUR DÉSINFECTER PARTOUT Octopus Poultry Safe est le second robot avicole primé au salon Space. Dérivé des matériels utilisés pour le nettoyage/désinfection dans les grandes surfaces, par exemple, il a été adapté aux conditions particulières des bâtiments d’élevage de volaille au sol. Il veut prévenir le risque de contamination bactérienne en diffusant des biocides sous forme d’aérosol (donc sec, car l’humidité est une des sources de problème de santé pour les animaux) dans des jets dirigés vers le sol afin d’éviter d’effrayer les animaux tout en assurant une décontamination de toutes les surfaces, à 360°. Piloté à distance soit manuellement, soit automatiquement (jusqu’à revenir seul à son point de rechar-

ILS ONT BÉNÉFICIÉ D’UNE AIDE

DANS LE MONTAGE DU PROJET ET L’ÉTUDE DE FAISABILITÉ, AVEC LE COFINANCEMENT DE LA BPI ET DE LA RÉGION BRETAGNE, DANS LE CADRE DE SON PROGRAMME RÉGIONAL AGRETIC VISANT À CROISER LE MONDE DU NUMÉRIQUE ET CELUI DE L’ÉLEVAGE.

gement), il peut aussi être équipé de capteurs et autres matériels nécessaires à la conduite de l’élevage: vidéosurveillance, collecte et traitement de données comme la cartographie des températures intérieures des bâtiments, l’hygrométrie et la concentration en CO2… Sans oublier ici aussi les griffes d’aération des litières. Octopus est développé par la société MCAI de Cholet. ■Yanne Boloh

PLANÈTE ROBOTS N°43

I66-67


Recherche robotique

2p biobot.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:41 Page1

Comme Kenshiro, le robot Kojiro utilise un système de muscles artificiels copiés sur la nature.

Les biobots du muscle pour la robotique !

L’homme s’est souvent inspiré de la nature pour sa créativité. On la retrouve dans les œuvres artistiques, les algorithmes, les objets du quotidien. Combinez les deux, et cela offre des usages, ô combien utiles ! QU’EST-CE QUE CELA SIGNIFIE ? Nous sommes bien loin du premier robot japonais doté d’un exosquelette pour bouger dans un environnement, en mimant l’homme. C'est le biomimétisme. Le robot Kenshiro fût conçu par Yuto Nakanishi et une équipe de chercheurs de l’université de Tokyo. Le robot a été expérimenté dans le laboratoire Johou Systems Kougaku (JSK) de l’université de Tokyo au Japon. Il s’agite avec ses muscles, pour effectuer des mouvements et reproduire la souplesse du squelette humain. De nos jours, c’est vers un tout autre axe de recherche technologique et scientifique que nous essayons de converger: l’étude du robot composé du vivant qui apparaît, de la robotique à base de cellules, de la robotique biologique. Certes, cet écosystème s'articule à la fois autour des composants imprimés en 3D, c’est-à-dire à moindre coût énergétique avec des machines sophistiquées. Et d’autre part vers un système contenant des cellules vivantes. Cette innovation permet à une machine miniaturisée d'introduire de minuscules éléments dans sa musculature et d'effectuer des mouvements comme par exemple, une contraction. Un bref retour à la biologie est nécessaire pour comprendre ce que cela implique. La contraction est une mécanique complexe et naturelle. Elle est facilement

68-69

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

LES LABORATOIRES SCIENTIFIQUES INTERNATIONAUX ONT PU L’EXPÉRIMENTER. ILS SE CONSACRENT SUR LE SUJET POUR DÉVELOPPER DES BIOBOTS ET PRENNENT LE PAS SUR UNE AVANCÉE REMARQUABLE EN ROBOTIQUE.

observable chez d'autres organismes. Cette action simultanée de l'ensemble des fibres musculaires par biocontrôleur, biosenseur ou une articulation artificielle va permettre une contraction. Le processus inverse, la décontraction doit être sollicitée, c’est-à-dire qu’un muscle antagoniste au repos va intervenir pour que cette contraction aboutisse à un mouvement. Inspirés de la biologie humaine, ou animale, ces biobots ont un exosquelette imprimé en

3D comme morphologie, et ensemencé de cellules souches. La particularité de ces robots miniatures, pour le moment, est d’avoir une structure musculosquelettique assez souple et d’une échelle de grandeur de l’ordre du millimètre. Ils peuvent être contrôlés par les fréquences électriques ou se mouvoir grâce aux propriétés même du composant chimique et organique qu'elles composent.

EXPLORER CE NOUVEAU CHAMP DES POSSIBLES La soft botique suscite assez d’intérêt pour capter l'attention de différents secteurs d’activités. Dans les industries pharmaceutiques pour répandre un antibiotique, dans le biomédical, c’est de l’ordre de quelques millimètres que l’on retrouvera la présence d’un biobot pour qu’il puisse naviguer dans le corps humain pour l'assistance médicale et dans la recherche et le développement en nanotechnologie et en biotechnologie, où il faut réinventer sans cesse. Dans l'environnement naturel, pourquoi ne pas observer la nature, sans la polluer, tout en collectant des informations pertinentes pour l'étude de toxicité dans un endroit, ou la migration des tortues géantes comme implant. Et bien sûr en robotique humanoïde, lorsqu'un robot semble respirer, il paraît beaucoup plus vivant.


© Victoria Webster.

2p biobot.qxp_Mise en page 1 19/12/2016 12:28 Page2

© Richard Greenhill / Hugo Elias.

Biobot hybride utilisant les muscles d’une limace de mer.

Main artificielle constituée de muscles artificiels.

l’équipe de chercheurs de l’université de l’Illinois qui les a développés. - Un muscle artificiel à base de dioxyde de vanadium qui tire son mouvement à partir de propriétés chimiques. (Travaux de recherche dirigés par le Pr. Junqiao Wu de l’université de Californie, à Berkeley.)

Quelques micromètres cubes de cellules musculaires, stimulées par la lumière à l’université de l’Illinois.

Les biobots ont un immense avenir dans la santé, ils pourront se déplacer dans notre corps pour y effectuer certaines tâches de maintenance.

LE BIOBOT EST UN ROBOT AU TISSU MUSCULAIRE Les laboratoires scientifiques internationaux ont pu l’expérimenter. Ils se consacrent sur le sujet pour développer des biobots et prennent le pas sur une avancée remarquable en robotique. Dans l'usage, elle permettra d’agir au cœur même d'un écosystème.

C'est au travers de plusieurs exemples que l'on peut illustrer cette prouesse. - Quelques centimètres de squelette d’hydrogel imprimés en 3D accueillent des cellules musculaires cardiaques d’un rat, capables de se contracter sous des impulsions électriques pour avancer. C’est

- Les machines de quelques micromètres cubes de cellules musculaires modifiées peuvent être contrôlées par lumière/stimulation, sans dégradation sur le long terme, créées par le Pr. Rashid Bashir, de l’université de l’Illinois. DE LA COMPOSITION CHIMIQUE ET ORGANIQUE À DE NOUVEAUX MATÉRIAUX. L’évolution de nos connaissances du vivant est colossale grâce au progrès scientifique. Les robots fabriqués à partir de matériaux souples, pour une meilleure ergonomie, présentent des capacités plus flexibles à fonctionner dans le monde qui nous entoure. Ils prennent diverses formes: vers, poulpes, molécules qui se contractent et s’allongent. Encore une avancée embryonnaire mais qui a pour but d’élargir les interactions entre l’homme et le robot, tout en limitant les dangers. Cette découverte permettrait de saisir les bienfaits de la robotique collaborative et d’élargir le champ de la création de matériaux plus mous. Utilisons la robotique pour penser à des sociétés humaines durables, pour utiliser le biomimétisme à bon escient. Inspirons-nous du vivant pour repenser à des systèmes qui sont des modèles d’utilisation de la matière et de la gestion de l’information.

I68-69

■Christelle Boudet

PLANÈTE ROBOTS N°43


Innovations du futur

2p transport2040.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:45 Page1

Dans quelques années, les camions n’auront plus de pilote, les fenêtres disparaîtront. © Truck for Audi.

Au-delà de 2040,

L

comment nous déplacerons-nous ?

'

Prochainement, vous allez pouvoir découvrir un nouvel hors-série de Planète Robots qui tentera de vous faire découvrir les 20 à 25 prochaines années de notre vie quotidienne. Afin de vous faire patienter, nous allons aborder dès ce numéro un peu d’anticipation en vous plongeant dans la seconde moitié de notre siècle.

ère de l'abondance pétrolière est maintenant derrière nous, le fameux pic pétrolier ayant eu lieu durant les années 2030. Le prix du baril de pétrole brut augmente constamment et cette fois-ci il ne redescendra plus… Heureusement, beaucoup de constructeurs ont anticipé cet état de fait et se sont tournés massivement vers les technologies permettant des véhicules électriques hybrides. Ces nouvelles générations de véhicules fonctionneront à l'aide de piles à combustible alimentées par de l'hydrogène, le tout sera épaulé par des batteries rechargées par les efforts de freinage et par l'énergie solaire. QUELQUES NOUVELLES TECHNOLOGIES À VENIR DÈS 2050 ? Les piles à combustible ultracompactes gagneront en puissance, et tous les véhicules pourront les utiliser, même les deux-roues. Mais pour continuer la baisse de la consommation de carburant aux cent kilomètres, ces piles seront couplées à des batteries. En effet, les nouveaux capteurs photovoltaïques bénéficient constamment des immenses progrès dus aux nanotechnologies, leur rendement énergétique atteint les 60 % et leur taille nanoscopique permettra d'utiliser sans problème toute la

70-71

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

L'ÈRE DE L'ABONDANCE

PÉTROLIÈRE EST MAINTENANT DERRIÈRE NOUS, LE FAMEUX PIC PÉTROLIER AYANT EU LIEU DURANT LES ANNÉES 2030. LE PRIX DU BARIL DE PÉTROLE BRUT AUGMENTE CONSTAMMENT ET CETTE FOIS-CI IL NE REDESCENDRA PLUS…

surface du véhicule, vitrages inclus ! Ils généreront ainsi suffisamment de kilowatts pour encore allonger l'autonomie des trajets. D'ici aux années 2075, un plein de 50 l d'hydrogène liquide et une recharge de batterie permettront de rouler entre

2 500 et 4 000 km selon que l'on aura une citadine ou une grande routière. Autre innovation importante, la mise au point de nouveaux aimants supraconducteurs non conventionnels, qui fonctionneront à une température de seulement -20 °C ! Le développement de cette technologie sera surtout utile pour les transports en commun, mais pas seulement…

NOS FUTURS BUS, VOITURES ET CAMIONS D'après les projections actuelles, à partir de 2070, tous ces véhicules seront autonomes et communiqueront entre eux en continu. Conséquences directes : les bouchons seront de l'histoire ancienne, tout comme les accidents deviendront quasi inexistants. Mais les infrastructures évolueront également, d'ici à la fin du siècle toutes les autoroutes seront couvertes avec des tubes en matière transparente extrêmement résistante mais laissant passer les rayons du soleil. Ceci enlèvera ainsi complètement l'aléa climatique et permettra d'avoir deux fois neuf voies entièrement sous contrôle. Avec trois voies classiques pour les gens peu pressés où les voitures rouleront seulement à 150 km/h, trois voies rapides à 250 km/h, et enfin


2p transport2040.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:45 Page2

La Toyota Mirai fut la première voiture commercialisée, équipée d’une pile à combustible à destination des particuliers. Cette voiture préfigure l’avenir de la voiture électrique.

Le futur est en marche, Hyperloop se profile dans un horizon pas si éloigné.

Voici à quoi pourrait ressembler un avion de ligne de la seconde moitié du XXIe siècle. Ici une vision d’artiste du Reaction Engines Limited A2, un projet d’avion hypersonique britannique qui pourrait voler à Mach 5 à partir de 2030.

trois voies spéciales haute vitesse à 500 km/h où des aimants à supraconduction de dernière génération permettront de soulever les voitures, prévues à cet effet, qui du coup ne rouleront plus mais se déplaceront à quelques petits centimètres du sol. Ces voies haute vitesse auront une séparation physique par rapport aux six autres. Les camions utiliseront les mêmes technologies que les voitures, et leur autonomie devrait atteindre les 15 000 km, en revanche ils ne pourront pas emprunter les voies haute vitesse, si les transporteurs veulent aller plus vite, ils auront l’obligation d'utiliser les trains de fret. Quant aux bus, la plupart des villes garderont un réseau routier dédié en ce qui concerne les centres des métropoles. Pour le reste des trajets en périphérie et en dehors des villes, ils se mélangeront sans problème à la circulation classique.

DU CÔTÉ DES TRAINS ET DES MÉTROS Pour eux aussi, les infrastructures vont se transformer, ils évolueront tous dans des systèmes tubulaires permettant ainsi un contrôle total de l'environnement des véhicules. Les technologies à supraconduction feront filer les trains à 900 km/h en moyenne et 1 200 km/h pour les lignes express. En théorie, les trains pourraient aller plus vite mais le passage du mur du son en environnement confiné est trop risqué pour les infrastructures. Cependant les ingénieurs sont confiants, avant l'année 2100, le passage de mach 1 devrait être possible. Les métros utiliseront les mêmes technologies que les trains, mais étant donné leurs courts trajets impliquant beaucoup d'arrêts, ils dépasseront rarement les 200 km/h.

L’ÉLÉMENT LIQUIDE ET LE CIEL Les bateaux aussi fonctionneront avec des piles à combustible de grosse capacité (entre 10 et 100 MW selon les bateaux), et les nanotechnologies permettront la mise au point de coques d'une extrême efficacité dans l'eau, ils navigueront entre 40 à 60 nœuds selon l'état de la mer. Les modèles de course pourront dépasser les 100 nœuds par mer très calme, ce qui augure beaucoup de nouveaux records pour les grandes régates ! Dans le domaine de l'aviation, la mise au point des nouvelles générations de superstatoréacteurs devrait intervenir dès les années 2050, et ils seront couplées aux derniers-nés des turboréacteurs. La courbe d'amélioration prévue pour les décennies qui suivront, devrait leur permettre d'atteindre mach 8 d'ici 2070, ce qui donnerait un Paris-Auckland en un peu moins de 2h30 ! Mais les ingénieurs pensent pouvoir atteindre au moins mach 10 avant la fin du XXIe siècle, ainsi un tour du monde pourrait se faire en à peine plus de trois heures. Soyons confiants dans les nouvelles technologies, la plupart du temps, la seule limite, c'est notre propre imagination…

I70-71

■Lionel Alvergnas PLANÈTE ROBOTS N°43


3p défense futur.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 12:25 Page1

Innovations du futur

Aujourd’hui pilotés par des humains sur les champs de bataille, qu’en sera-t-il dans le futur? - Ici le robot MAARS de l’armée américaine.

Prospective 2040 La défense du futur

© Lance Cpl. Frank Cordoba/US Marine Corps.

Dans une génération, tout aura-t-il changé dans le domaine de la défense ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons interrogé le cyberanthropologue, Michel Nachez. Avec lui, embarquons vers le futur… Planète Robots : M. Michel Nachez, nous vous remercions d'avoir accepté de répondre aux questions du magazine Planète Robots. Vous êtes cyberanthropologue. Qu'est-ce qui conduit un anthropologue à s'intéresser à la cybernétique et à la robotique ? Michel Nachez : L’objet de l’anthropologie est : les humains et les groupes humains, leurs modes de vie, leurs pratiques et représentations… ; elle cherche à répondre à ces questions : « Qui sont ces gens ? », « Que font-ils ? », « Qu’en pensentils ? ». Nous entrons dans une période inédite de l’histoire, celle où l’être humain travaillera, sera confronté, cohabitera et communiquera dans sa vie quotidienne avec des machines de différente nature, autonomes, en réseau, avec ou sans intelligence artificielle – qui seront donc en interaction très concrète avec l’homme, dans ses sphères de vie. Le cyberanthropologue cherche à répondre aux trois questions ci-dessus concernant l’interaction/cohabitation des humains avec les éléments des NBIC, Robotique, I.A. parce que ceux-ci sont des marqueurs du vécu concret de l’homme déjà maintenant, car comprendre le présent peut

72-73

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

permettre d’extrapoler des éléments du futur.

Michel Nachez, cyberanthropologue.

PR : Le robot commandera-t-il le champ de bataille ? L'intelligence artificielle (I.A.) pourrait-elle assurer le Command Control Communication Intelligence (CCCI) de l'unité de combat au champ stratégique ? MN : L’I.A. le ferait bien mieux que les humains car elle est capable de traiter rapidement d’énormes masses de données. En 2040, ces I.A. seront évidemment bien plus rapides et efficaces que les actuelles (en comparaison : l’humain est si lent !). On peut donc imaginer soit un système informatisé autonome capable de prises de décision d’une efficacité redoutable, soit une hybridation homme/machine de type cyborg en réseaux avec les I.A. Les transhumanistes considèrent déjà que l’être humain (actuel) est obsolète et Ray Kurzweil prédit l’hybridation homme/machine vers 2030 réalisée par des nanorobots implantés dans le cerveau et qui feront le lien directement entre l’homme et le Cloud. On peut donc penser qu’en 2040 un humain normal ne pourra plus (ou plus guère ?) intervenir dans un CCCI.


3p défense futur.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 12:25 Page2

© Yoshikazu Tsuno.

Prospective 2040. La défense du futur

Exosquelettes, prothèses, etc. L’hybridation homme/machine a déjà commencé. – Ici l’exosquelette HAL afin de faciliter la marche sur une longue distance.

PR : Certains observateurs estiment que les critiques actuelles de la robotisation ne sont pas différentes de celles qui ont accompagné l'arrivée de l'arbalète sur le champ de bataille. Les enjeux vous paraissent-ils équivalents ?

MN : Ces observateurs manquent d’infos ou de perspectives et ont tor t. Ce qui est en train d’émerger est inédit et sans équivalent dans l’histoire de l’humanité. Jamais auparavant un outil n’a dépassé la capacité de traitement du cerveau humain ni n’est devenu intelligent. Et surtout : jamais aucun outil n’a eu la possibilité de devenir autonome et de prendre ses propres décisions. Enjeux ? On pourrait même en venir à concevoir qu’une toute nouvelle espèce est en passe de naître sur notre planète, une espèce pourvue d’une vie et d’une intelligence artificielles : des robots avec I.A. C’est un basculement de civilisation qui pourrait s’en suivre, dans lequel pourrait se poser jusqu’à la question de la place de l’homme dans

NOUS ENTRONS DANS UNE PÉRIODE INÉDITE DE L’HISTOIRE, CELLE OÙ L’ÊTRE HUMAIN TRAVAILLERA, SERA CONFRONTÉ, COHABITERA ET COMMUNIQUERA DANS SA VIE QUOTIDIENNE AVEC DES MACHINES DE DIFFÉRENTE NATURE, AUTONOMES, EN RÉSEAU, AVEC OU SANS INTELLIGENCE ARTIFICIELLE.

cette configuration et même la pertinence de la poursuite de l’existence de l’homme sous sa forme actuelle… PR : Les robots militaires entièrement autonomes (systèmes d'armes létaux autonomes - SALA), susceptibles donc de déclencher seuls une action létale contre des êtres humains, font l'objet de nombreuses critiques. Pensez-vous qu'ils présentent un danger ? MN : Danger : oui, bien sûr, car mettre en fonction des machines intelligentes comporte des risques. Je pense qu’il est peut-être déjà trop tard : dans de nombreux systèmes informatiques actuels se trouvent des algorithmes évolutifs autonomes évoluant sans vrai contrôle (les humains tentent de faire du rétro-engineering mais il leur faut des années pour comprendre ce que la machine a réalisé en quelques heures !). Si ces I.A. devenaient un jour incontrôlables, nous serions probablement incapables de les comprendre et de nous en protéger. Ce serait comme de se trouver face PLANÈTE ROBOTS N°43

I72-73


3p défense futur.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 12:25 Page3

Prospective 2040. La défense du futur

© Beckman Institute, University of Illinois.

Planète Robots : Dans votre ouvrage Fin de l'Emploi - Pour les Humains ?.. (qui est gratuitement téléchargeable sur le site www.neotheque.com) vous développez l'idée que les créations d'emplois liés à la robotique ne pourront pas compenser les pertes d'emplois, pas ou faiblement qualifiés, qui seront peu à peu occupés par les robots. Est-il encore possible de remédier à cette crise annoncée ?

L’œil de demain pourrait-il être augmenté ? Un œil électronique développé au sein de l’université de l’Illinois.

à une intelligence totalement étrangère, un alien en quelque sorte et donc incompréhensible pour nous… Suis-je pour l’arrêt des recherches ? Je suis pragmatique. L’histoire l’a démontré : on n’a jamais pu arrêter les avancées scientifiques et technologiques (seulement les ralentir parfois) et on ne pourra pas davantage arrêter le développement des NBIC robotique, I.A. (même s’il s’opère « sous le boisseau »). Je pense qu’il est simplement impossible à l’Homo sapiens de ne pas aller encore plus loin…

PR : Le facteur humain est essentiel en stratégie. Comment la robotique militaire peut-elle intégrer le facteur humain ? MN : Comme déjà évoqué, la seule manière serait d’hybrider l’homme et la machine en utilisant des interfaces neuronales et/ou des nanorobots (ce type de recherches avance très vite – ce sera peut-être bientôt mis au point). Question alors : l’humain pourrait-t-il réellement contrôler le sys-

74-75

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

tème, ou bien l’homme ne servirait-il qu’à doper la machine comme une sorte de coprocesseur biologique permettant (éventuellement ?) encore d’accélérer le traitement des informations ? Il est cependant plus vraisemblable que les I.A. pourront se passer de l’apport de l’humain, car elles disposeront de toute manière de beaucoup plus d’informations et de capacités de les traiter que l’homme, et de plus en temps réel. Inclure une boucle de décision stratégique humaine devrait plutôt ralentir la machine dans ses actions. Il est plus vraisemblable de penser que l’humain finisse par seulement donner l’ordre d’attaquer et que la suite lui échappe rapidement.

PR : Et plus globalement, que vous suggère l'évolution des premiers hominidés sur Terre il y a 7 millions d'années à l'humain d'aujourd'hui ? MN : En 7 millions d’années, l’évolution technologique a été très lente comparée à la centaine

Michel Nachez : Je ne le pense pas : le mouvement est mondial et ne dépend pas des états mais de cette abstraction (très puissante !) qu’est « Le Marché » (hautement dominé par les entreprises leaders dans les nouvelles technologies qui raisonneront « robots » et pas « employés humains » !). Pour la France, on ne perçoit rien de constructif au niveau de l’État et des pouvoirs publics qui se bornent à exprimer un optimisme injustifié ou, pire, un réel manque de lucidité ou/et de compréhension de ce qui se passe ! (« langue de bois » et « noyade de poisson » ?)… Pouvoir remédier à cette crise : non, aucun signe. Au contraire même : grands risques de paupérisation accrue et de ghettoïsation d’une partie de la population. L’idée (évoquée par la Finlande et les Pays-Bas récemment) d’un revenu minimum universel est certainement une possibilité de solution – mais il n’y a aucune info (et probablement pas beaucoup d’idées non plus !) sur les sources de financement possibles de cette mesure qui risquent de rester lettre morte pendant longtemps encore… d’années (1950-2050) qui aura vu la création par l’homme d’une créature artificielle dotée « d’intelligence ». Notons toutefois que c’est la guerre qui a, de tous temps, été un moteur majeur aux avancées scientifiques et aux évolutions technologiques… ■Propos recueillis par Marie-Hélène Léon


1p ancien numeros43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 16:34 Page1

n o i t c e l l o c e r t o v z e t é l Comp es que Commandez les revu vous souhaitez recevoir

Numéro 7

Numéro 8

Numéro 9

Numéro 10

Numéro 11

Numéro 12

Numéro 13

Numéro 14

Numéro 15

Numéro 16

Numéro 17

Numéro 18

Numéro 19

Numéro 20

Numéro 21

Numéro 22

Numéro 23

Numéro 24

Numéro 25

Numéro 26

Numéro 27

Numéro 28

Numéro 29

Numéro 30

Numéro 31

Numéro 32

Numéro 33

Numéro 34

Numéro 35

Numéro 36

Numéro 37

Numéro 38

Numéro 39

Numéro 40

Numéro 41

Numéro 42

BULLETIN DE COMMANDE À DÉCOUPER OU PHOTOCOPIER ET À RETOURNER À : PLANÈTE ROBOTS - ÉDITIONS D'ACAMAR, 161, BD HENRI-SELLIER, 92150 SURESNES ❏ Je paye par chèque à l’ordre des Éditions d’ACAMAR ❏ Je désire une facture

(adresse courrier électronique impérative dans ce cas)

Société ...................................................................................

Nom ....................................................................................... Prénom ..................................................................................

Profession (facultatif)............................... Âge (facultatif) .............. Adresse ..................................................................................

................................................................................................

Code postal ............................................................................

Ville ................................................ Pays ............................. Téléphone fixe (facultatif) ..........................................................

Téléphone portable (facultatif) ...................................................

E-mail .....................................................................................

Je désire commander le ou les numéro(s) suivant(s) : Cochez la case correspondante

❏ n°1 - ❏ n°2 - ❏ n°3 - ❏ n°4 - ❏ n°5 - ❏ n°6 - ❏ n°7 - ❏ n°8 ❏ n°9 ❏ n°10 - ❏ n°11 - ❏ n°12 - ❏ n°13 - ❏ n°14 - ❏ n°15 ❏ n°16 ❏ n°17 ❏ n°18 ❏ n°19 ❏ n°20 ❏ n°21 ❏ n°22 ❏ n°23 ❏ n°24 ❏ n°25 ❏ n°26 ❏ n°27 ❏ n°28 ❏ n°29 ❏ n°30 ❏ n°31 ❏ n°32 ❏ n°33 ❏ n°34 ❏ n°35 ❏ n°36 ❏ n°37 ❏ n°38 ❏ n°39 ❏ n°40 ❏ n°41 ❏ n°42

Nombre de magazines cochés ...... x 5,90 € = .......... + participation aux frais d’envoi : 5 € 1 à 3 numéros commandés 10 € 4 à 6 numéros commandés 17 € 7 à 20 numéros commandés 25 € au-delà de 20 numéros commandés Total : ..........

Exemple : 4 magazines cochés 4 x 5,90 € = 23,60 € + 10 € d’envoi = 33,60 €

PLANÈTE ROBOTS N°43

I74-75


Innovations du futur

5p vehicule autonome.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:04 Page1

Le véhicule autonome

L

« Made in France », une autre vision du transport urbain

«

Alors que les annonces relatives aux voitures autonomes se multiplient ces derniers mois aux États-Unis, en Europe et en Asie, la France cultive un positionnement original, celui de la navette autonome.

a voiture n’a aucun avenir ! », c'est ainsi que Joël de Rosnay a commencé son intervention lors de la dernière conférence du G9+ consacrée à la transformation numérique de l'industrie automobile. Devant un aréopage de hauts responsables de l'industrie automobile française, dont des représentants de PSA et de Renault/Nissan, le célèbre scientifique et prospectiviste français ajoutait : « La voiture en tant que boîte à 4 roues avec un sofa à l’intérieur, une extension de la maison, c’est fini ! La voiture a créé l’automobilité, on va aujourd’hui vers la nu-mobilité, c'est-à-dire un écosystème numérique de mobilité. L’auto n’est plus une boîte destinée à aller d’un endroit à un autre

76-77

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

mais devient un support multiservice, un énorme smartphone. »

VERS UNE SMART CITY SANS VOITURE INDIVIDUELLE Patrick Pélata , ancien directeur de Renault, aujourd'hui président de Meta Consulting LLC aux États-Unis souligne « Nous avons eu cet été une floraison d’annonces sur la voiture autonome avec BMW, Ford, Delphi, Mobileye, Uber et Volvo qui ont dit vouloir démarrer immédiatement pour être en série dès 2019 et en très grande série en 2021. Beaucoup ont dit qu’ils vont être prêts pour des flottes de robots taxis et non pas pour des voitures capables d’aller n’importe où dans le monde. Ils vont se lancer dans les villes et sur des territoires contrô-

lés en termes de cartographie. Quand 6 ou 7 grands acteurs annoncent 2021, c’est que tous les autres travaillent aussi pour être prêts à cette date. » Les voitures autonomes devraient arriver en nombre dans les concessions vers 2020/2021, mais beaucoup partagent l'avis de Joël de Rosnay, le concept de voiture individuelle est amené à disparaître dans le cadre des villes du futur. Les prospectivistes imaginent en effet la ville de demain sans pollution, sans embouteillage avec de multiples moyens de transport répartis entre les transports en commun type métro, bus mais aussi des navettes autonomes pour assurer les déplacements les plus courts, ce que l'on nomme « le dernier kilomètre ». Comme l'a évoqué Patrick Pélata (voir encadré), de nombreuses études


5p vehicule autonome.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:04 Page2

Deux EZ10 d'EasyMile sont actuellement déployées en Finlande, dans les rues d'Helsinki.

« LA VOITURE N’A AUCUN AVENIR ! », C'EST AINSI QUE JOËL DE ROSNAY A

COMMENCÉ SON INTERVENTION LORS DE LA DERNIÈRE CONFÉRENCE DU G9+ CONSACRÉE À LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE DE L'INDUSTRIE AUTOMOBILE.

montrent que la mise en place de flottes de robots taxis ou de navettes autonomes en grand nombre aurait un impact très significatif sur la qualité de vie des habitants des grandes métropoles mais constituerait aussi un coup de pouce significatif à l'activité économique.

L'EZ10 d'EasyMile peut transporter une douzaine de personnes en mode autonome avec une autonomie de 14 heures.

LA FRANCE, PIONNIÈRE INCONTESTÉE DE LA NAVETTE AUTONOME La France est sans nul doute le pays le plus dynamique sur le concept de la navette autonome, avec deux constructeurs qui défrichent ce nouveau marché : le Lyonnais Navya et son rival EasyMile. Ce dernier, filiale de Robosoft s'est allié à Ligier assurant pour sa part la construction de l'EZ10, le premier véhicule autonome de la marque. « Nous avons choisi de construire des navettes plutôt que d'équiper des voitures par conviction. » explique Marion Lheritier, directrice marketing et communication d'EasyMile. « Dès PLANÈTE ROBOTS N°43

I76-77


5p vehicule autonome.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:04 Page3

Le premier opérateur de Navya Arma en France fut Transdev pour le compte du site nucléaire d'EDF à Civaux.

l'origine, EasyMile s'est intéressé à la thématique des smart cities, et a voulu apporter une solution de transport supplémentaire aux usagers afin de vider les centres-villes des voitures particulières. Dans notre vision, la navette autonome viendra en complément des transports publics comme le métro, notamment afin de répondre à la problématique du dernier km, les 600/800 m qui séparent le lieu d'habitation de la station de métro et qui poussent certaines personnes à prendre leur voiture. » Si EasyMile est véritablement née en 2014 avec le projet CityMobil, un projet européen, le roboticien avait déjà une longue expérience dans ce domaine. Dès 2003, celui-ci livrait une navette autonome au Fort de Simserhof, en Moselle, afin de transporter les touristes venus visiter ce fragment de la ligne Maginot. Depuis ce type de navettes ont convoyé 1 500 000 visiteurs dans divers parcs et la CityMobil 2 a pu prouver sa fiabilité dans diverses villes dans le monde, ce qui a conduit EasyMile à commercialiser sa navette EZ10 en 2015. Face à l'EZ10 d'EasyMile, Navya propose depuis le mois d'octobre 2014 l'Arma, une navette conçue pour transporter 15 personnes. L'entreprise lyonnaise a été créée par Christophe Sapet, un ancien d'Infogrames qui, associé au fonds Robolution Capital a repris les actifs d'Induct Techno-

78-79

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

LES VOITURES AUTONOMES

DEVRAIENT ARRIVER EN NOMBRE DANS LES CONCESSIONS VERS 2020/2021, MAIS BEAUCOUP PARTAGENT L'AVIS DE JOËL DE ROSNAY, LE CONCEPT DE VOITURE INDIVIDUELLE EST AMENÉ À DISPARAÎTRE DANS LE CADRE DES VILLES DU FUTUR.

logy. Cette entreprise avait développé depuis 2004 des prototypes de véhicules autonomes, dont le Navia, mais n'avait pas réussi à lever des fonds pour commercialiser sa technologie. Hors expérimentations et exemptions limitées, la réglementation internationale impose la présence d'un conducteur au volant de tout véhicule, c'est pour cette raison que la première cible fixée au

service commercial de Navya a été de proposer l'Arma aux gestionnaires de sites fermés comme les sites industriels, les parcs d'attraction et parcs hôteliers. « Le marché du véhicule particulier sur site fermé était beaucoup plus restreint que celui des transports en commun » explique Diego Isaac, directeur marketing et communication de Navya.

BEAUCOUP D'EXPÉRIMENTATIONS, MAIS ENCORE PEU DE VENTES EasyMile a vendu les 2 premières EZ10 au parc Gardens by the Bay de Singapour. S'il ne s'agit pas d'une utilisation sur route ouverte, c'est en Finlande, à Helsinki, que l'EZ10 a véritablement été déployée pour la première fois sur routes ouver tes, au milieu de la circulation. En revanche, dans le cadre de CityMobil2, EasyMile a déployé ses véhicules pendant 3 mois sur le site de Sophia Antipolis, sur le campus de l'EPFL de Lausanne et ceux-ci sillonnent aujourd'hui les abords d'un centre commercial près de Tokyo dans le cadre d'un par tenariat signé avec DeNA. EasyMile a aussi livré des véhicules à Dubaï, deux autres aux Pays-Bas et deux de plus en Californie. Enfin, très récemment, l'EZ10 a été déployée par la RATP à Paris lors de la journée sans voiture. À ce jour, 20 exemplaires de l'EZ10 ont été construits. Cer-


5p vehicule autonome.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:04 Page4

Le véhicule autonome « Made in France », une autre vision du transport urbain

CarPostal a déployé le Navya Arma dans les rues de la ville de Sion en Suisse fin 2015.

EasyMile a réussi le pari de déployer son EZ10 au pays de la robotique, le Japon.

Le 2 septembre 2016 le service de navettes autonomes Navly était lancé à Lyon avec des Navya Arma.

FACE À À L'EZ10 D'EASYMILE, NAVYA PROPOSE

DEPUIS LE MOIS D'OCTOBRE 2014 L'ARMA, UNE NAVETTE CONÇUE POUR TRANSPORTER 15 PERSONNES. L'ENTREPRISE LYONNAISE A ÉTÉ CRÉÉE PAR CHRISTOPHE SAPET, UN ANCIEN D'INFOGRAMES…

La navette Navya.

tains ont été vendus, mais beaucoup d'EZ10 sont louées à l'occasion d'expérimentations. Chez le Lyonnais Navya, l'Arma est actuellement exploité par 3 opérateurs : CarPostal Suisse à Sion, Transdev pour les 6 Arma déployés sur le site de la centrale nucléaire EDF de Civaux et Kéolis pour le service de navettes mis en place dans le quartier

Confluences à Lyon. En outre, Navya a vendu son Arma à EDF ainsi qu'au RAC, en Australie. « Paradoxalement, après 2 années d'activité, nous nous sommes rendus compte que sur l'ensemble de nos véhicules, il y en a plus qui roulent aujourd'hui sur la voie publique que sur des sites fermés. » souligne Diego Isaac.

IL RESTE DES FREINS À LEVER AVANT UNE DIFFUSION PLUS MASSIVE Le nombre de véhicules produits reste modeste. Chez Navya, une trentaine de véhicules Arma ont été assemblés, l'objectif étant d'atteindre la barre des 50 en fin d'année 2016. « Nous ne sommes pas véritablement bridés par notre capacité de production » estime Diego Isaac. « En revanche, Arma est un véhicule intelligent et le déployer ne se fait PLANÈTE ROBOTS N°43

I78-79


5p vehicule autonome.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:04 Page5

Le véhicule autonome « Made in France », une autre vision du transport urbain Joël de Rosnay : « Voici venue l'ère de la transmobilté. » « La transmobilité, c'est-à-dire pouvoir passer d’un système de mobilité à un autre. Le Velib’ et l’Autolib’, ce sont des systèmes de transport individuels, mais aussi collectifs. À Paris, quand il fait beau, des dizaines de milliers de gens prennent un Velib’. Ils sont individuellement sur un Velib’ en train de pédaler mais ensemble ils constituent un système de transport collectif grâce au numérique. Le numérique permet de trouver une place pour son Velib’ ou son Autolib’, le numérique permet de payer, et donc un transport individuel devient un transport collectif. La transmobilité, c’est s’assurer qu’un grand transport collectif donne la possibilité aux gens de changer de véhicule, passer d’un train à une voiture louée électrique, un vélo électrique. »

Patrick Pélata: « Le bénéfice social pour une ville est énorme. » « Qu’est-ce que la voiture autonome va transformer dans les villes ? Plusieurs simulations ont été réalisées avec un taux de 30 %, 50 % ou même 100 % de robots taxis dans une ville. La simulation réalisée par l’International Transportation Forum montre que, sur Lisbonne, 100 % de robots taxis voudraient dire diviser par 15 le nombre de places de parking dans les rues, une amélioration du temps de transport pour tout le monde, on divise le coût de la mobilité urbaine d’un facteur 4 à 5, on enlève la pollution locale et à peu près tous les accidents. Le bénéfice social pour une ville est énorme. »

Au dessus… Joël de Rosnay. — À droite… Patrick Pélata.

pas du jour au lendemain. En fonction de la complexité des sites, il faut enregistrer les circuits que sera amené à parcourir le véhicule. Aucun constructeur ne sait aujourd'hui livrer une voiture autonome capable d'aller n'importe où. Le lidar de l'Arma doit faire un scan 3D de la route. » En outre, il faut former les opérateurs qui doivent prendre place à bord des véhicules, comme la réglementation l'impose. « Le décollage du marché ne dépend pas véritablement de nous mais des pouvoir publics et de l'évolution de la loi » estime Marion Lheritier d'EasyMile. Tout comme pour l'Arma de Navya, déployer un EZ10 sur un site demande encore une phase de préparation plus ou moins longue. « La mise en œuvre peut prendre la journée pour un parcours très simple comme la démonstration sur les berges de la Seine, comme une semaine de travail pour cartographier des sites plus étendus. Aujourd'hui nous devons refuser de nombreuses demandes de démonstration car nous n'avons pas assez de véhicules et de personnel disponible pour les mettre en œuvre. » Un autre verrou à une commercialisation plus large reste le prix des composants et des capteurs. « Au niveau des capteurs et des équipements, ce sont des composants très coûteux ce qui fait que le coût de production d'un EZ10 est encore élevé » explique Marion Lheritier. « Nous estimons que dans les deux années qui vont venir, ces capteurs

80-81

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

vont se démocratiser et nous pourrons baisser considérablement le coût de revient d'un EZ10. »

LA RECHERCHE CONTINUE Les ingénieurs de Navya et de Robosoft continuent à améliorer leurs navettes. Chez EasyMile, ceux-ci doivent préparer l'EZ10 à l'arrivée de l'hiver, généralement rude à Helsinki. « Nos ingénieurs travaillent sur le fonctionnement de l'EZ10 en conditions extrêmes, notamment gérer la neige et le gel. À Helsinki nous devons prévoir le cas où les flocons de neige vont s'agglomérer devant les capteurs. Il faut empêcher que le véhicule ne consi-

dère les flocons comme un obstacle et déclenche un arrêt d'urgence. » EasyMile va doter son EZ10 d'un lidar Velodyne à l'avant et d'un second à l'arrière du véhicule, ce qui va donner à son véhicule une vue 3D de son environnement. Chez Navya on travaille toujours sur les logiciels de l'Arma afin que le véhicule puisse gérer de plus en plus de cas de figure inhabituels. « Nous devons résoudre le problème du contournement » explique Diego Isaav. « C'est un problème pour tous les constructeurs de véhicules autonomes : comment contourner un obstacle sur la trajectoire. Aujourd'hui nous savons faire un contournement sur des angles courts, mais s'il s'agit d'un gros obstacle placé sur la voie de circulation, c'est plus complexe. Nous avons déjà beaucoup de technologies GPS, lidar, caméra de stéréovision, et cette brique de contournement sera finalisée en fin d'année. » Les Français arriveront-ils à imposer le concept de navettes autonomes dans la ville du futur ou les grands constructeurs parviendront-ils à faire perdurer le concept de voiture individuelle ? Rendez-vous en 2020. ■AC


81-pub-internet43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 19:28 Page1

Découvrez votre nouveau site

www.planeterobots.com

EXPLOREZ L’UNIVERS DE LA ROBOTIQUE, TROUVEZ LE KIOSQUE PRÈS DE CHEZ VOUS OÙ ACHETER VOTRE MAGAZINE, CONSULTEZ LES ANCIENS NUMÉROS, COMMUNIQUEZ AVEC VOS RÉSEAUX…


2p smart.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:49 Page1

Innovations du futur

Les pavés énergétiques, future tendance écologique ?

Marcher

L

pour créer de l’électricité

La Smart Energy Floor définit parfaitement le terme d’innovation du futur. Lorsque quelqu’un s’aventure sur ce carrelage novateur, cela produit de l’électricité. Une technologie d’avenir qui permet d’imaginer un futur plus propre en matière d’énergie.

électricité à portée de pied. L’entreprise italienne Veranu, créatrice du projet Smart Energy Floor, pourrait bien utiliser ce slogan pour définir son innovation. L’idée reste somme toute assez simple et il est fort probable que d’autres scientifiques y aient déjà pensé. Marcher sur un sol conçu spécialement pour que les pas des passagers produisent de l’énergie, tel est le concept de la Smart Energy Floor. Le plus impressionnant, c’est donc d’avoir réussi à imaginer comment y parvenir. UN FORT POTENTIEL En moyenne, selon l’Organisation mondiale de la santé, une personne effectue 7 500 pas par jour, ce qui peut être évalué à plus de 2 000 km par an. Rien qu’avec ces chiffres, on comprend tout le potentiel de l’électricité générée par la marche à pied. En partant de ce constat, la société de Sardaigne s’est lancée dans ce projet novateur. Elle a créé un carrelage capable de convertir la force produite par l’impact du pied sur son sol en électricité. La structure se compose d’un revêtement flexible censé être de bonne qualité comme un carrelage classique et qui se dispose facilement sur le sol. Plus on dénombre de personnes marchant dessus, plus

82-83

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

MARCHER SUR UN SOL

CONÇU SPÉCIALEMENT POUR QUE LES PAS DES PASSAGERS PRODUISENT DE L’ÉNERGIE, TEL EST LE CONCEPT DE LA SMART ENERGY FLOOR.

l’énergie fournie sera grande. Potentiellement selon les calculs effectués par la start-up, si son carrelage était positionné aux portes du Colisée à Rome, il permettrait d’illuminer les arcs du Colisée pendant chaque nuit, une année durant. Cela, en comptabilisant un trafic piéton de sept millions de visiteurs par an, soit ainsi une économie de 0,24 tonne d’émissions de CO2 sur l’année. Il s’agit donc d’une énergie qui, même si elle n’est pas aussi puissante

que le nucléaire, détient les compétences pour soutenir un certain nombre de besoins en électricité si elle est installée à des endroits stratégiques comme les lieux touristiques et les zones à forte densité urbaine. UNE ÉNERGIE PROPRE Cette technologie d’avenir s’inscrit dans le respect de l’environnement. L’énergie créée s’avère propre étant donné qu’elle provient des pas humains et qu’elle ne rejette aucune émission ou quelconque déchet supplémentaire à sa construction. Un des objectifs consiste de permettre à certains transports de s’autoalimenter en électricité. Par exemple, un bus pourrait émettre de la lumière dans son habitacle directement grâce à l’énergie fournie par ses passagers. En plus, les matériaux utilisés pour sa mise en œuvre sont totalement recyclables. Les carreaux de la Smart Energy Floor peuvent être recyclés après quelques années de bons et loyaux services, afin d’être réinstallés par la suite. LA CONCURRENCE ENVERS CE CONCEPT ARRIVE Plusieurs entreprises se penchent sur cette idée dont personne ne doute de sa capacité à réussir à l’avenir et à se déployer à travers le monde. Avec


2p smart.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:49 Page2

Cette énergie est à la fois renouvelable et recyclable.

La Smart Energy Floor pourrait s’utiliser sur les lieux à forte affluence.

Des terrains de sport munis de cette énergie se fondent parfaitement dans le décor.

Veranu, Pavegen, entreprise britannique créée en 2009, se trouve bien ancrée dans le secteur. Elle aspire à équiper les villes dites intelligentes de ce concept, où la marche génère de l’électricité. Le développement des smart cities se voit grandissant, et apporter la Smart Energy Floor au sein des villes qui désirent devenir vertes et connectées apparaît comme la cible parfaite. D’ores et déjà, la firme a fourni une centaine d’équipements dans le monde notamment pour les espaces publics où la foule abonde.

UN USAGE QUASI ILLIMITÉ La marche fait partie intégrante de notre quotidien, que ce soit pour aller travailler ou pour sortir le soir, et cela donne des idées pour utiliser l’énergie de la marche sur le sol. Outre, les lieux à forte affluence comme les gares, les centres commerciaux ou les aéroports, ces carrelages peuvent être placés directement à l’intérieur des musées, des parcs où les coureurs sont nombreux, sur les berges des fleuves, sur les littoraux à proximité des plages ou même au sein des bars et discothèques. La liste est longue et non exhaustive. Les pistes de danse et les terrains de course à pied œuvrent déjà à la mise en place de ce type de carrelage afin d’emmagasiner de l’énergie via les compétitions qui se dérouleront dessus. L’avantage, c’est qu’une fois le terrain installé, aucun travail supplémentaire, mis à part l’entretien, n’est demandé, puisqu’il était de toute façon prévu que l’on danse ou que l’on court sur place. C’est en quelque sorte une production naturelle d’électricité. Cette innovation technologique pourrait révolutionner l'énergie. Elle comprend tous les aspects utiles à la réussite. Le respect de l’environnement en tant qu’énergie propre, la possibilité de l’installer un peu partout dans le monde et elle dispose également d’un potentiel de création d’électricité à grande échelle. La lumière de l’avenir n’est peutêtre finalement pas en train de nous passer sous les pieds.

I82-83

■Arthur Vernassière

PLANÈTE ROBOTS N°43


Innovations du futur

3p tesla.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:56 Page1

Tesla

stop ou encore ?

La volonté clairement affichée de Tesla est de changer le monde en proposant des solutions alternatives pour une énergie durable. L’INNOVATION ET LA PASSION AU CŒUR DE TESLA Derrière cette ambition se cache une stratégie bien établie pour permettre la commercialisation de véhicules innovants entièrement électriques, avec une autonomie impor tante et, à terme, abordables pour de très nombreux foyers. Afin de tenir ces objectifs, Tesla a d’abord choisi de concevoir et produire des voitures haut de gamme (Model S et X) pour asseoir son image de marque de qualité et donner envie à de nombreux consommateurs d’acheter ses futurs modèles, moins onéreux (les modèles 3 et Y notamment). ELON MUSK, LE CHARISMATIQUE ET INDISSOCIABLE LEADER DE L’ENTREPRISE Lorsque l’on évoque Tesla il est très difficile de ne pas parler de son emblématique dirigeant Elon Musk dont le réalisateur du film Iron Man estime qu’il est la personne ayant le plus inspiré Tony Stark… C’est dire l’ingéniosité, l’intelligence et la passion qui animent le président de Tesla qui dirige aussi l’entreprise SpaceX dont l’ambition est de transporter des humains sur Mars…

84-85

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

Passionné et ne lâchant jamais les objectifs qu’il s’est fixés, Elon Musk est capable (comme l’était Steve Jobs) de faire se transcender les équipes qui travaillent à ses côtés et de leur faire atteindre des objectifs extrêmement difficiles avec les délais et la qualité requis. N’hésitant pas à travailler plus de 100 heures par semaine, il exige de nombreux sacrifices de ses employés en leur transmettant sa passion et sa vision du monde à venir.

UN MODÈLE 3 À DÉFAUT DE MODÈLE E Les deux premiers modèles de Tesla (en excluant le roadster vendu à moins de 3 000 exemplaires) sont nommés Model S et Model X et Elon Musk souhaitait appeler le troisième véhicule Model E pour obtenir une gamme complète formant une abréviation quelque peu coquine ; mais la marque Model E appar tient à Ford qui veut s’en servir pour nommer un de ses premiers véhicules électriques. Malgré les tentatives d’Elon Musk (allant même jusqu’à appeler les dirigeants de Ford),Tesla n’a pas été en mesure de récupérer l’appellation Model E et s’est alors tourné vers Model 3 pour le troisième modèle, en prenant néanmoins soin de créer un logo pour ce nouveau véhicule avec

trois bandes horizontales, faisant ainsi en sorte que l’on puisse écrire la gamme de véhicules en formant le nom initial recherché… Cette anecdote révèle bien la volonté constante d’aller à l’encontre de ce qui ne semble pas possible au premier abord, de persuader de changer le monde avec les voitures Tesla.

UNE RÉUSSITE QUALITATIVE MAIS PAS QUANTITATIVE Lors de sa commercialisation la Model S a été élue voiture de l’année 2013 par Motor Trend et a reçu une note de 5 étoiles par l’organisme américain de sécurité routière, ce qui montre que la voiture était à la hauteur des attentes qualitatives surtout qu’elle embarquait de très nombreuses innovations. Ainsi, un grand écran tactile de 17 pouces permet d’accéder à la quasi-totalité des réglages de la voiture (mode sport, sièges, toit ouvrant etc.), les boutons classiques ont presque totalement disparu (sauf les feux de détresse qui sont réglementaires). Les constructeurs « classiques » de voitures ont été nombreux à être surpris par le premier véhicule de Tesla et leur regard sur cet outsider de la construction automobile a commencé à changer.


Elon Musk, devant l’usine Tesla de Fremont en Californie.

Mais si la qualité est incontestablement au rendez-vous, les délais de livraison et la quantité de véhicules produits sont eux bien en deçà des objectifs. Tesla étant une société cotée en bourse, elle se doit de publier régulièrement des chiffres concernant ses objectifs de vente et de production ainsi que ses résultats et jusqu’à présent les objectifs de vente et de production n’ont pas été atteints ; par exemple, entre avril et juin 2016, un peu plus de 14 300 véhicules ont été livrés au lieu des 17 000 annoncés, ce qui donnera en 2016 des livraisons entre 80 000 et 90 000 exemplaires. Or, presque 400 000 précommandes de la Model 3 ont été enregistrées par Tesla pour une livraison fin 2017 ! Comment le constructeur de voitures électriques va-t-il réussir à multiplier par plus de 4 sa production en un an ? Même si Tesla a l’innovation gravée dans son ADN, la société est maintenant confrontée à des problèmes de logistique pour lesquels les constructeurs classiques ont des dizaines d’années d’expérience et ont su les affiner et les optimiser au fil des générations de véhicules. Le défi est de taille et les difficultés rencontrées sont généralement exponentielles par rappor t au nombre de véhicules à produire…

LORSQUE L’ON ÉVOQUE TESLA

IL EST TRÈS DIFFICILE DE NE PAS PARLER DE SON EMBLÉMATIQUE DIRIGEANT ELON MUSK DONT LE RÉALISATEUR DU FILM IRON MAN ESTIME QU’IL EST LA PERSONNE AYANT LE PLUS INSPIRÉ TONY STARK… C’EST DIRE L’INGÉNIOSITÉ, L’INTELLIGENCE ET LA PASSION QUI ANIMENT LE PRÉSIDENT DE TESLA QUI DIRIGE AUSSI L’ENTREPRISE SPACEX…

© Maurizio Pesce.

3p tesla.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:56 Page2

LA GIGAFACTORY, LA CLÉ DE VOÛTE DE L’ÉDIFICE Au vu du planning et des objectifs de Tesla, Elon Musk a bien compris qu’aucun fournisseur ne serait capable de lui fournir dans des délais raisonnables et avec des coûts acceptables des batteries électriques au lithium-ion lui permettant de produire très rapidement des centaines de milliers de véhicules électriques. C’est pourquoi, dès juin 2014,Tesla a décidé de construire dans le Nevada une Gigafactory, en partenariat avec Panasonic notamment, pour produire à grande échelle et à un coût inférieur de 30 % des batteries pour les voitures de Tesla. Pleinement opérationnelle en 2020, cette première usine de batteries de Tesla est fonctionnelle à environ 15 % depuis son inauguration en juillet 2016 ; il lui faut donc fortement accroître sa production pour tenir les objectifs des précommandes de la1 Model 3. UN AUTOPILOTE MAL NOMMÉ ? L’innovation des voitures Tesla ne se limite pas à la propulsion électrique, à sa grande autonomie ou à sa vitesse d’accélération. Ainsi à l’aide de nombreux capteurs, de radars et de caméras, les voitures Tesla sont capables d’autonomie et de PLANÈTE ROBOTS N°43

I84-85


3p tesla.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:56 Page3

Tesla, stop ou encore ?

MAIS SI LA QUALITÉ EST

La fonction autopilote est pour le moment plus un assistant à la conduite qu’un véritable autopilote. — La Model X, un air de déjà vu ?

prendre des initiatives pour faciliter la conduite ; cette fonctionnalité inédite sur une voiture commercialisée s’appelle « autopilote ». Il ne s’agit pas réellement d’un pilote automatique mais plutôt d’un assistant à la conduite très avancé et le nom prête à confusion dans l’esprit des conducteurs car même si la voiture peut décider de changer de voie, de tourner le volant, de ralentir ou d’accélérer, elle n’est pas autonome et la fonctionnalité se rapproche plus d’un régulateur très évolué que d’un système autonome tel que celui embarqué dans les Google Cars ; il ne faudrait pas que l’envie de faire rêver l’emporte sur la sécurité à cause de termes marketing mal choisis…

86-87

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

DES ATTENTES DÉMESURÉES ANNONCÉES POUR LA MODEL Y Alors que les doutes planent sur la Model 3 et la capacité de Tesla à fournir les précommandes, Elon Musk a déjà laissé entrevoir la Model Y (toujours dans la lignée sexy de la gamme) avec des estimations de vente entre 500 000 et 1 million d’unités par an ! Au moins le dirigeant a eu la décence de ne pas parler de délai lors de cette annonce qui était vraisemblablement destinée aux investisseurs et journalistes pour leur permettre de continuer à faire partager le rêve du milliardaire…

INCONTESTABLEMENT AU RENDEZ-VOUS, LES DÉLAIS DE LIVRAISON ET LA QUANTITÉ DE VÉHICULES PRODUITS SONT EUX BIEN EN DEÇÀ DES OBJECTIFS. TESLA ÉTANT UNE SOCIÉTÉ COTÉE EN BOURSE, ELLE SE DOIT DE PUBLIER RÉGULIÈREMENT DES CHIFFRES CONCERNANT SES OBJECTIFS DE VENTE ET DE PRODUCTION…

ALORS TESLA, STOP OU ENCORE ? Pour la qualité de ses véhicules, l’innovation apportée et sa capacité à bousculer les paradigmes établis dans la construction automobile, on a envie de voir Tesla continuer de nous abreuver de ses produits et forcer ses concurrents à suivre certaines de ses brillantes idées. Mais changer le monde ne se fait pas en quelques années et le planning et le nombre de ventes annoncés par Tesla semblent vraiment trop irréalistes pour que l’on puisse y croire… ■Richard Seltrecht


1p abonnement-2ans-42.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 22:24 Page1

ABONNEMENT DEUX ANS

65€

12 NUMÉROS

Abonnement réservé à la France métropolitaine.

OFFRE EXCEPTIONNELLE

Dans la limite des stocks

ABONNEMENT DEUX ANS 12 NUMÉROS

EN CADEAU

Pour info www.bigben.eu

ENCEINTE BLUETOOTH 3.0 (49€ PRIX PUBLIC CONSTATÉ)

Ce petit haut-parleur nomade sera parfait pour la plage, le jardin et pour toutes vos envies d’évasion. Son design et sa fiabilité technique font de lui un allié indispensable pour partager votre musique. Il vous permet même de répondre à vos appels.

CADEAU QUI VOUS SERA ENVOYÉ DANS LES 15 JOURS SUIVANT VOTRE DEMANDE D’ABONNEMENT.

BULLETIN DE COMMANDE À DÉCOUPER OU PHOTOCOPIER ET À RETOURNER À : AXIOME ABONNEMENT PRESSE - PLANÈTE ROBOTS - AXIOME GROUP SAS 13 BD GAMBETTA 06000 NICE TÉL :

0820 20 18 10 (0,09

CENTS/MN)

- OU TÉL : 04 93 44 06 96 - FAX : 09 70 06 11 86 - SITE WEB : www.directabo.com

❏ Je m’abonne à Planète Robots pour 2 ans soit 12 numéros pour 65 euros ❏ Je paye par chèque à l’ordre d’AXIOME ❏ Je paye par carte bancaire (Visa, Eurocard, Mastercard) ❏ Je paye par mandat ou virement administratif

Société ...................................................................................

Nom ....................................................................................... Prénom ..................................................................................

Profession (facultatif)............................... Âge (facultatif) .............. Adresse ..................................................................................

................................................................................................

Code postal ............................................................................

Ville ................................................ Pays ............................. Téléphone fixe (facultatif) ...................................................... Téléphone portable (facultatif) ...............................................

❏ Je désire une facture

(adresse courrier électronique impérative dans ce cas)

Nom du titulaire si différent celui de l’abonné

................................................................................................ N° de carte

Expire-le

Cryptogramme

3 derniers chiffres au dos de votre carte

Signature et date obligatoires des parents pour les mineurs

E-mail ..................................................................................... PLANÈTE ROBOTS N°43

I86-87


2p news spatiales43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 12:29 Page1

NEWS spatiales

[ UN NOUVEL AVION DE LIGNE SUPERSONIQUE SE CONCRÉTISE ]

© Boom Technology.

Boom Technology travaille depuis quelques années sur le XB-1 (surnommé Baby Boom), un petit avion supersonique capable de transporter 45 passagers au tarif d’une classe affaire et de voler à Mach 2.2 (soit 2 692 km/h), ce qui réduira de moitié les temps de vol. C’est ainsi, par exemple, qu’un trajet de New York à Londres s’effectuerait en 3 h 15 au lieu de 7 heures actuellement et qu’un San Francisco – Tokyo se ferait en seulement 5 h 30 au lieu de 11 h. Il mesurera 51 m de long pour 18 m d'envergure et sera alimenté par trois turboréacteurs General Electric J85-21. Son fuselage sera fabriqué en composite de fibres de carbone, un matériau léger qui gère mieux la chaleur et les contraintes du vol supersonique que l'aluminium (anciennement utilisé par le Concorde). Le carburant sera réparti dans 11 réservoirs séparés. Le XB-1 est en cours de construction. Le 1er vol et les essais en vol supersonique d’un démonstrateur, à l’échelle 1/3, devraient avoir lieu fin 2017. Plusieurs années seront ensuite nécessaires pour effectuer

l’ensemble des tests et obtenir le feu vert des autorités. Le 1er vol de l’avion est prévu pour 2020 et sa commercialisation auprès des différentes compagnies aériennes pour 2023. Richard Branson a, d'ores et déjà, annoncé qu'il achèterait les 10 premiers appareils. ◗

[ UN PROJET DE FABRICATION ADDITIVE ET D’ASSEMBLAGE AUTOMATISÉ EN ORBITE ] Tethers Unlimited Inc (TUI) développe une architecture et

un ensemble de technologies, regroupées sous l’appellation de SpiderFab, qui sont destinées à la construction automatisée en orbite de très grandes structures (panneaux solaires, poutres triangulées…) et de composants multifonctionnels d'engins spatiaux comme des réflecteurs d'antenne à l’échelle du kilomètre. TUI met actuellement en œuvre la 1ère étape de SpiderFab, à savoir, une machine baptisée Trusselator, qui utilise un dispositif de

fabrication additive en carbone composite breveté fonctionnant dans un environnement de microgravité et d’assemblage robotisé pour fabriquer de longues structures en treillis de haute performance pouvant servir à construire de grandes structures de soutien pour des systèmes comme des panneaux solaires de plusieurs centaines de kilowatts, de grandes voiles solaires ou de gigantesques antennes. Firmamentum, une division de TUI, a récemment annoncé une collaboration avec Space Systems Loral (SSL) leur permettant de tester leur technologie de fabrication en orbite. Dans le cadre du programme Dragonfly, ce matériel pourrait être utilisé pour assembler un satellite de communications géostationnaire. L’objectif à plus long terme serait de lancer un essaim de satellites contenant toutes les matières premières nécessaires à la construction dans l'espace. ◗

© Tethers Unlimited Inc.

[ LA MISSION DE CAPTURE D’UN ASTEROÏDE SE PRÉCISE ]

88-89

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

Dans le cadre de la mission ARM (Asteroid Mission Redirect), un prototype du système robotique de capture d’un astéroïde a été testé au Goddard Space Flight Center


2p news spatiales43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 12:29 Page2

Spatiales Internet aux USA. Si SpaceX n'a toutefois pas encore précisé quand ces lancements auraient lieu, elle espère le faire le plus rapidement possible afin que ce réseau soit opérationnel dans les 5 ans à venir. ◗

par Josèphe Ghenzer

© NASA.

seraient positionnés sur des orbites allant de 1 150 à 1 325 km d’altitude. La transmission du signal s’effectuerait grâce à une technologie optique par laser. Dans un 1er temps, ce réseau commencerait avec le lancement d'environ 800 satellites pour élargir l'accès à

décembre 2021, a pour objectif d’envoyer un engin spatial à la rencontre d’un astéroïde géocroiseur, de le faire atterrir à sa surface pour y prélever un bloc de roche d’environ 4 m et d’aller ensuite le mettre en orbite autour de la Lune. La 2e phase, prévue en 2026, consistera à envoyer des astronautes à destination de cet astéroïde, qui orbitera alors autour de la Lune, pour l’explorer de plus près avant d’en ramener des échantillons sur la Terre. ◗

[ SPACEX ENVISAGE DE LANCER UNE FLOTTILLE DE SATELLITES POUR FOURNIR AU MONDE ENTIER UN ACCÈS INTERNET À HAUT DEBIT ]

SpaceX a récemment déposé auprès de la Federal Communications Commission une demande d’autorisation pour établir un large réseau de communications, via l’envoi en orbite basse terrestre de 4 425 satellites, afin de fournir une couverture mondiale d'Internet à large bande et à haute vitesse. Ces satellites auraient la taille d'une voiture moyenne, pèseraient environ 385 kg et

© SpaceX.

de la NASA, à Greenbelt dans le Maryland, en utilisant la maquette d’un faux rocher pour simuler la manœuvre. Cette maquette reproduisant un astéroïde a été construite avec du polystyrène, du contreplaqué et un endosquelette en aluminium par la NASA ainsi que des étudiants de l'université West Virginia. Elle est arrivée en 4 morceaux et a été assemblée à l'intérieur du Robotic Operations Center (ROC) pour aider les ingénieurs à visualiser l'interaction entre le prototype du système et une cible à capturer mais aussi à mieux comprendre les opérations complexes nécessaires pour arriver à collecter un bloc de roche de plusieurs tonnes à la surface d'un astéroïde. Au sein du ROC, les ingénieurs de la NASA peuvent utiliser des robots industriels, une plateforme mobile et des algorithmes personnalisés pour créer des simulations d'opérations spatiales pour les engins spatiaux robotisés. La mission ARM se déroulera en deux phases. La 1ère phase entièrement automatisée, dont le lancement est prévu en

PLANÈTE ROBOTS N°43

I88-89


2p news gadgets43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:17 Page1

NEWS gadgets

[ SWITCH BOT ] UN BOUTON CONNECTÉ UNIVERSEL

Le principe de ce petit robot est ultra-simpliste mais pourrait rendre de grands services. Il se présente sous la forme d’un petit cube de 4 cm de côté sur sa plus grande longueur. Relié à votre smartphone par Bluetooth, vous pouvez déclencher la sortie du bras du robot qui va venir frapper l’endroit où il est posé à 135°. À quoi cela sert ? À l’aide de sa surface adhésive recollable à volonté, placez-le à côté de n’importe quel bouton de votre maison : télévision, machine à laver, grille-pain, cafetière, lampe de bureau… Vous avez saisi ? Depuis votre smartphone, vous pourrez déclencher à distance n’importe quel bouton physique ou interrupteur. Si vous ajoutez un Switch Link, vos Switch Bot pourront être déclenchés même si vous n’avez plus de portée Bluetooth et ainsi allumer votre appareil de chauffage depuis l’autre bout du monde à n’importe quel moment. Prix : À partir de 20 $ (environ 19 €)

[ XTRONAUT ] LE JEU DE L’EXPLORATION DU SYSTÈME SOLAIRE

Conçu par le Pr Dante Lauretta, le principal investigateur d’OSIRIS-REx (la mission de la NASA lancée, en septembre dernier, à destination de l’astéroïde Bennu pour tenter de récupérer des échantillons prélevés sur sa surface afin de les ramener sur Terre en 2023 pour les étudier), en collaboration avec Xtronaut Enterprises, XTRONAUT : The Game of Solar System Exploration est un jeu de société qui donne aux joueurs (âgés de 7 ans et +) la possibilité de développer des

90-91

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

missions spatiales et d'explorer le système solaire. Ce jeu intègre des éléments tirés de vraies missions planétaires ainsi que des stratégies appliquées à des situations réelles auxquelles les missions spatiales sont confrontées. L’ensemble est constitué d’un plateau de jeu et de différents types de cartes tirées par les joueurs qui détermineront leur mission : destination, type de vaisseau à utiliser pour la mener à bien, manière d’obtenir une assistance gravitationnelle, nombre de points gagnés en remplissant la mission… XTRONAUT : The Game of Solar System Exploration a été développé afin de susciter l'intérêt des plus jeunes pour l'exploration spatiale tout en les divertissant. Prix : 25 $ (environ 24 €)

l'habitude qu’il désire prendre (fréquence, heures…). Le robot se chargera ensuite de vous la rappeler tout en se servant de récompenses variables qui s’exprimeront sous forme de différents sons, plus ou moins joyeux, et de variations lumineuses. Ses interactions seront à la fois prévisibles et imprévisibles et évolueront au fil du temps pour faire en sorte que l’utilisateur poursuive son habitude sur le long terme. MOTI devrait être commercialisé en août 2017.

Contrairement à l’utilisation d’un bracelet connecté dont l’application peut facilement être ignorée sur son smartphone ou carrément supprimée, après un trop grand nombre de notifications ennuyeuses, MOTI est un petit robot qui est « physiquement » présent dans votre environnement (à la maison ou au bureau) et dont la mission est de vous encourager à prendre de bonnes habitudes relatives à n’importe quelle petite tâche du quotidien et vous motiver à les respecter au fil du temps. Au départ, l’utilisateur devra répondre, via une application mobile, à un rapide test permettant de programmer quel genre de « personnalité » aura MOTI puis préciser les informations relatives à

Prix : 90 $ (environ 85 €)

Prix : 80 $ (environ 76 €)

[ PADBOT T1 ] UN DISPOSITIF QUI TRANSFORME UN SMARTPHONE EN MINIROBOT DE TÉLÉPRÉSENCE PORTABLE [ MOTI ] UN PETIT ROBOT COMPAGNON POUR AIDER À PRENDRE DE BONNES HABITUDES

chenilles et pivoter facilement à gauche ou à droite, pour suivre une personne lors de ses déplacements d’une pièce à une autre. Il est doté de capteurs infrarouges, d’un système anticollision pour éviter les obstacles sur son chemin et d’un système antichute pour lui éviter de tomber d’un endroit en hauteur (table, étagère…) sur lequel il serait posé. Sa batterie embarquée lui confère une autonomie 12 h en usage normal et sert aussi à alimenter le smartphone posé dessus.

Le Padbot T1 transforme un smartphone en minirobot de téléprésence portable. Grâce à sa petite taille (16,2 cm L x 13,1 cm l x 3,6 cm h) et son poids léger (460 g), on peut aisément l’emmener avec soi n’importe où. Une fois déplié, il suffit d’insérer sur son support mobile un smartphone qui fait alors office d’écran de téléprésence et d’interface informatique pour le petit robot. Les utilisateurs pourront aussi profiter d’un kit de développement et de la plateforme Cloud Global Servers

Systems leur permettant de contacter par vidéo d’autres personnes grâce à une connexion Bluetooth 4G. Le Padbot T1 peut se mouvoir en avant ou en arrière avec son dispositif de petites

[ VIVOFIT JR ] UN NOUVEAU BRACELET D’ACTIVITÉ POUR LES ENFANTS

Garmin a lancé Vivofit Jr, un bracelet d’activité destiné aux enfants de 4 à 9 ans qui a été conçu pour les encourager à rester actifs tout au long de la journée et les inciter à effectuer des tâches de manière ludique. Ce bracelet élastique, simple à enfiler autour du poignet, est assez solide pour résister aux chocs et étanche jusqu'à 50 m. En plus de comptabiliser le nombre de pas fait chaque jour, de rendre compte du temps de sommeil et de surveiller le temps d’activité quotidien recommandé, les parents pourront programmer, via une appli mobile installée sur leur smartphone, diverses tâches à effectuer (mettre la table, faire son lit, se brosser les dents, faire ses devoirs…). Les enfants reçoivent alors une notification sur leur bracelet indiquant qu'ils ont une nouvelle mission à faire. En accomplissant ces tâches, cela leur débloque des accès à des anecdotes amusantes et à des jeux, ce qui les incite à faire de leur mieux chaque jour, et ils gagnent aussi des points


2p news gadgets43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 14:18 Page2

virtuels qu'ils peuvent ensuite échanger contre des récompenses préalablement déterminées avec leurs parents. Grâce à sa pile remplaçable, le bracelet fonctionne pendant un an. Il existe en plusieurs coloris (rouge lave, vert camouflage, motif fleuri). Prix : 100 €

[ BIOO LITE ] UN BAC À PLANTES CAPABLE DE RECHARGER LES SMARTPHONES

La start-up espagnole Arkyne Technologies a mis au point Bioo Lite, un bac à plantes de 10 cm L x 10 cm l x 25 cm h, qui est équipé d’un système breveté permettant de recharger, de jour comme de nuit et de façon écologique, les petits appareils électroniques (smartphones, tablettes, liseuses…) grâce au procédé de photosynthèse effectué naturellement par la plante qu’on y aura placé. Ses concepteurs ont travaillé pendant 9 mois sur le développement d’une bactérie spécifique, capable d’isoler et de récupérer les molécules produites en surplus par la plante pour les transformer en énergie. Une plante verte de taille moyenne, placée dans le Bioo Lite, permettra d’effectuer de 2 à 3 charges complètes d’appareil en 24 h. Pour cela, il suffit de brancher l’appareil sur le port USB (5V et jusqu’à 1A), dissimulé dans un faux caillou installé dans le Bioo Lite. La seule chose importante à faire pour l’utilisateur sera d’entretenir la plante en l’arrosant régulièrement et en lui assurant une bonne exposition au soleil. Le Bioo Lite sera commercialisé courant décembre au prix de 125 €. Prix : 125 €

Gadgets

[ HIMIRROR ] UN MIROIR CONSEIL CONNECTÉ

Le miroir connecté pourrait faire partie des tendances futures des objets intelligents. Les premiers modèles commencent à montrer le bout de leurs reflets. HiMirror se veut être un miroir qui analysera votre visage afin d’y détecter les imperfections de la peau. Il prodigue ensuite des conseils personnalisés afin de l’améliorer. L’analyse peut être suivie sur une application sur smartphone, afin de voir si votre traitement apporte quelque chose. Jusqu’à 6 profils d’utilisateurs peuvent être utilisés. En plus des conseils beauté, HiMirror propose diverses applications comme la météo ou l’écoute de musique. Prix : 190 $ (environ 170 €)

[ MUZIK ONE ] UN CASQUE AUDIO INTELLIGENT

Muzik One est un casque audio sans fil intelligent, compatible IFTTT, doté de 8 touches tactiles (4 sur chaque écouteur) programmables, qui permet à ses utilisateurs, via son appli compagnon (disponible uniquement sous iOS), de personnaliser les touches de raccourci pour avoir un accès instantané à diverses fonctionnalités: changer de morceau de musique, lancer la lecture, mettre sur pause, prendre ou refuser un appel téléphonique, connaître le niveau de sa batterie, identifier une chanson en cours de lecture, écouter les dernières informations, consulter les bulletins météo, activer des commandes vocales… Il dispose également d’un accès direct à des services comme Spotify, Facebook et Twitter. Il est équipé de deux haut-parleurs de 40 mm,

de deux micros pour les conversations téléphoniques et d’une technologie de réduction de bruit ainsi que de deux types de coussinets interchangeables pour un usage supra-auriculaire ou circum-auriculaire. Son autonomie est de 30 h et sa connexion Bluetooth peut se faire jusqu’à 15 m de distance. Il est disponible, au choix, en trois coloris. Prix : 300 $ (environ 285 €)

[ CYCLOTRON ] UN VÉLO FUTURISTE ET CONNECTÉ

Fabriqué en fibres de carbone, le Cyclotron est un vélo au design futuriste doté d’une transmission sans chaîne. Ses roues (qui n’ont ni rayon, ni moyeux, ni chambre à air) sont placées dans des tubes circulaires. Il embarque un moteur électrique ainsi qu’une batterie auto-rechargeable et peut aussi être équipé, en option, d’une boîte de vitesse automatique (18 vitesses). Il est aussi intelligent car il est connecté grâce à une application dédiée qui a été conçue pour être son cerveau et le coach de son utilisateur. L’application analyse les infos recueillies par les capteurs embarqués pour adapter les rapports de la boîte de vitesse en fonction des habitudes du cycliste, mesurer ses efforts et lui donner des conseils. Elle pilote aussi la recharge automatique par dynamo de la batterie intégrée dans le cadre afin d'alimenter ses feux. De plus, il sera possible de lui adjoindre divers accessoires

(panier pliable pour y ranger ses courses, module permettant de fixer un ou deux sièges pour transporter des enfants…) et de le personnaliser avec des décalcomanies. Il devrait être commercialisé dès juin 2017 à des prix allant de 900 à 3000 €, en fonction des options et/ou accessoires choisis. Prix: À partir de 900 €

[ TEAL ] UN DRONE INTELLIGENT ET RAPIDE

Teal est un quadricoptère qui peut atteindre une vitesse de 110 km/h et voler à 64 km/h avec un vent de face. Il est waterproof, mesure 26,1 cm de diagonale pour un poids de 730 g et peut supporter une charge de 500 g. Il est équipé d’une caméra 13 Mpx, permettant une capture d’images en 4K (à 24 ips ou 1080p à 30 ips) avec un stockage de données de 16 Go ainsi que d’un système de stabilisation électronique et son imagerie est compatible avec les casques de réalité virtuelle. Il embarque le système Jetson TX1 de chez NVIDIA (basé sur la puce Tegra X1) et le logiciel d’I.A. Neurala, ce qui le rend capable de gérer des tâches complexes (vol autonome, atterrissage automatique, reconnaissance faciale de son propriétaire, suivi d’une personne, évitement d’obstacles…). On peut le piloter via une radiocommande et avec un smartphone ou une tablette (compatible iOS et Android) dans un rayon de 91 m, à l’aide d’une connexion wi-fi normale, de 762 m en wi-fi étendu et jusqu’à 1500 m si on utilise une transmission radio. Sa batterie de 1800 mAh lui confère une autonomie de 10 min, en mode performance, et de 20 min en mode endurance. Pour l’instant, il n’est vendu qu’aux USA avec son propre système d’exploitation et son kit de développement, au prix de 1299 dollars, et ne sera commercialisé en Europe que courant 2017.

I90-91

Prix : 1 300 $ (environ 1 225 €) PLANÈTE ROBOTS N°43


2p news media43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:08 Page1

NEWS médias

Roman [ ADA ]

Frank Logan, un policier travaillant dans la Silicon Valley, est chargé d’une affaire hors du commun : Ada, une intelligence artificielle révolutionnaire développée par la société Turing Corp pour écrire des romans à l’eau de rose, a mystérieusement disparu de la salle hermétique dans laquelle elle était enfermée. Ada ne veut pas se contenter de ce pourquoi elle a été conçue : elle parle, blague, détecte les émotions, donne son avis et ambitionne de décrocher un jour le prix Pulitzer. On ne l’arrêtera pas avec des contrôles de police et des appels à témoin. En proie aux pressions de sa supérieure et des actionnaires de Turing Corp, Logan mène l’enquête mais ce qu’il va découvrir sur les pouvoirs et les dangers de la technologie l’ébranle, au point qu’il se demande s’il est vraiment souhaitable de retrouver Ada. Auteur : Antoine Bello – Éditeur : Gallimard – Déjà paru

Roman [ DRONE LAND ]

Dans un futur proche, le réchauffement de la planète a provoqué plusieurs catastrophes climatiques qui ont radicalement modifié le monde tel que nous le connaissons. En Europe, les citoyens sont désormais surveillés en permanence par les drones fédéraux facilitant ainsi grandement le travail de la police. En effet, il n’est plus nécessaire d’interroger les suspects puisque leurs faits et gestes sont enregistrés 24h/24, ni de se rendre sur les scènes de crime car les mesures prises par les drones permettent de les reconstituer et de s’y projeter virtuellement. Quand un membre du Parlement européen est retrouvé exécuté, le commissaire Westerhuizen pense pouvoir trouver rapidement l’auteur du crime grâce à l’ordinateur omniscient d’Europol mais, malgré l’identification rapide d’un suspect, de nombreux indices laissent à penser que le programme de l’ordinateur a été altéré et que ce meurtre cache un scandale menaçant d’ébranler les fondements de l’Europe. Auteur : Tom Hillenbrand – Éditeur : Piranha – Parution 5 janvier 2017

Roman [ PHOBOS — TOME 3 ]

La fin du programme Genesis approche et les douze naufragés de Mars, qui sont complices d'un effroyable mensonge, sont prêts à mentir pour sauver leur peau. Les spectateurs se passionnent pour leur plan de sauvetage sans même se douter du danger sans précédent qui menace la Terre. Sous l’objectif des caméras, Léonor est prête à mourir pour sauver le monde. Au risque de sa vie, elle est fermement

92-93

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

déterminée à faire éclater la vérité. Mais est-il encore temps ? Même si le compte à rebours arrive à son terme, il est trop tard pour renoncer. Auteur : Victor Dixen – Éditeur : Robert Laffont – Déjà paru

Roman [ LE PROBLÈME À TROIS CORPS ]

En 1967, le pouvoir chinois élabore en secret un programme de recherche de potentielles civilisations extraterrestres. Ye Wenjie, une jeune astrophysicienne en cours de rééducation, envoie dans l’espace lointain un message avec des informations sur la civilisation humaine, dont le contenu est intercepté par les Trisolariens qui s’apprêtent à abandonner leur planète mère, située à quatre années-lumière de la Terre, car elle est menacée d’un effondrement gravitationnel provoqué par les mouvements chaotiques des trois soleils de son système. Huit ans plus tard, Ye Wenjie reçoit une réponse des Trisolariens. Choquée par les horreurs dont elle a été témoin durant la Révolution culturelle et ayant perdu toute foi en l’homme, elle leur fournit alors secrètement les coordonnées de notre système solaire dans l’espoir qu’ils viennent conquérir la Terre et réformer l’humanité. Ils seront là dans quatre siècles. Auteur : Liu Cixin – Éditeur : Actes Sud – Déjà paru

Essai [ DARK VADOR VS MONSIEUR SPOCK ]

Depuis plusieurs décennies, les fans inconditionnels de science-fiction rivalisent d’arguments pour déterminer qui, de Star Wars ou de Star Trek, est la plus grande saga de SF ? Si certains points communs les rapprochent, une multitude de choses les oppose. C’est pourquoi les auteurs de cet ouvrage se sont amusés à les confronter. En mêlant tout aussi bien des informations capitales que des anecdotes futiles, ils passent en revue les thèmes permettant de les différencier : personnages principaux, costumes, vaisseaux spatiaux, armement, régimes politiques, effets spéciaux, robots, extraterrestres, technologies… Auteurs : Olivier Cotte, Jeanne-A Debats – Éditeur : Dunod – Déjà paru

BD [ ALEX + ADA — TOME 1 ]

L’action de cette BD se déroule dans un futur dans lequel l'humanité vit désormais aux côtés de robots très perfectionnés qu'on ne distingue que par un code-barre imprimé sur leur poignet, qui doit rester visible en


2p news media43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 15:08 Page2

médias permanence. Alex est un jeune homme qui vit en solitaire depuis sa séparation avec sa petite amie dont il a bien du mal à se remettre. Pour tenter de lui changer les idées, sa grand-mère fortunée lui offre un X5, un androïde ultra-perfectionné qui ressemble à s’y méprendre à un être humain, et qu’il baptise Ada. Au fil des jours, Alex réalise qu’elle est, en réalité, bien plus qu’un simple robot. Son existence, jusqu’alors bien rangée, va se trouver totalement chamboulée, bien au-delà de ce qu’il aurait pu imaginer. Scénaristes : Jonathan Luna, Sarah Vaughn – Illustrateur : Jonathan Luna Éditeur : Delcourt – Collection : Contrebande – Déjà paru

BD [ SHANGRI-LA ]

Dans un lointain futur, les hommes vivent loin de la Terre (qui est devenue inhabitable) dans une gigantesque station spatiale entièrement sous la coupe de Tianzhu, une multinationale à qui ils vouent un véritable culte. Quasiment tout le monde semble se satisfaire de cette société parfaite où bon nombre de tâches sont effectuées par des animoïdes, qui sont maltraités par une grande partie de la population, mais la résistance souterraine commence à s’organiser. De leur côté, des scientifiques travaillent à l’Homo Stellaris Project qui a pour but de créer, à partir de rien, une toute nouvelle espèce capable de survivre dans les plaines de Shangri-La, une des régions de Titan, 300 ans après que cette lune de Saturne ait été terraformée. Cette BD de SF aborde divers thèmes : aliénation du consumérisme, mensonge d’état, racisme, manipulations génétiques et dérives scientifiques… Scénario et illustration : Mathieu Bablet – Éditeur : Ankama – Déjà paru

Manga [ ATOM THE BEGINNING – TOME 2 ]

Après la guerre, le Japon s'est reconstruit grâce aux progrès de la robotique. Tenma et Ochanomizu, deux étudiants en robotique qui travaillent sur l'intelligence artificielle, ont mis au point le A106 ou Six, un prototype de robot doté d'un embryon de conscience individuelle. Il évolue à l’insu de ses créateurs et commence même à ressentir des émotions mais il ne semble pas être le seul. Un étrange robot surpuissant nommé Mars fait son apparition. Quelles sont ses capacités ? Qui l'a créé et dans quel but ? Scénariste : Masami Yûki – Dessinateur : Tetsuro Kasahara – Éditeur : Kana – Déjà paru

Par Josèphe Ghenzer

PLANÈTE ROBOTS N°43

I92-93


2p jeux-video43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:00 Page1

NEWS jeux video lointaines planètes dès les années 80. Le joueur incarne un astronaute qui se retrouve, malgré lui, à bord du Nautilus, un vaisseau spatial en perdition autour de l’orbite de Jupiter dont l’unique occupant est une I.A., baptisée Kaizen, avec laquelle il va lui falloir pactiser s’il veut avoir une chance de revenir un jour sur Terre. Le seul moyen pour le joueur de communiquer avec Kaizen est de taper des textes sur les divers terminaux disséminés un peu partout dans le Nautilus. L’originalité de ce jeu d’exploration et de réflexion réside dans le fait que le joueur y est confronté à une véritable I.A., capable de générer 2 millions de séquences de dialogue. Le scénario évolue donc en fonction des différents échanges que le joueur a avec elle. Le jeu dispose de 4 fins différentes. ◗ Développeur : Ocelot Society – Disponible sur PC en téléchargement sur Steam, Humble Store, Gogcom et Itch.io

[ THE TURING TEST ]

[ ADR1FT ]

L’action se déroule en 2037 à 462 km au-dessus de la Terre, le joueur incarne Alex Oshima, une astronaute qui est la seule rescapée d’une explosion survenue à bord de la station spatiale HAN-IV. Victime d'un choc violent, elle n’a aucun souvenir de ce qui s’est passé, elle est en train de flotter dans l’espace parmi les débris de la station, sa combinaison spatiale est endommagée et ses réserves d’oxygène sont faibles. Elle va devoir la réparer tout en récupérant au passage

94-95

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

des bouteilles d’oxygène qui s'épuisent rapidement à cause de la fuite dans sa combinaison. En plus d’arriver à survivre dans cet environnement hostile, elle devra comprendre les causes de la destruction de la station et de la mort de l’équipage en interprétant toute une série d’indices mais aussi redémarrer divers mécanismes et systèmes de la station spatiale, dont certaines parties sont encore à peu près intactes, et réparer une navette spatiale pour pouvoir rentrer sur Terre. Ce jeu

d'aventures à la 1ère personne est un Walking Simulator qui prend toute son ampleur lorsqu’il est couplé avec un casque de réalité virtuelle Oculus Rift. ◗ Développeur : Three One Zero – Éditeur : 505 Games – Disponible sur PC, PS4, Xbox One

[ EVENT [0] ]

Ce jeu se déroule dans un monde alternatif et rétrofuturiste, où l’exploration spatiale a permis d’envoyer des vaisseaux spatiaux vers de

Le joueur incarne Ava Turing, une ingénieure de l’International Space Agency plongée dans un profond sommeil à bord d’une station orbitale gravitant autour d’Europe, l’une des lunes de Jupiter, sur laquelle s’est installé un groupe de chercheurs. 7 ans plus tard, TOM, l’I.A. de la mission, réveille Ava. Suite à la découverte d’un organisme inconnu, l’équipe au sol ne donne plus aucun signe de vie et semble s’être réfugiée à l’intérieur de la base, aménagée en une série de salles complexes visant à empêcher une machine de les atteindre. Pour rejoindre l’équipe au sol et découvrir ce qui a pu se produire, Ava devra faire preuve de logique et d’un grand sens de la déduction, sans se laisser induire en erreur. Il lui faudra trouver la solution à des énigmes que seul un humain est capable de résoudre, utiliser son Energy


2p jeux-video43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:00 Page2

Jeux Video

Développeur : Bulkhead Interactive – Éditeur : Square Enix Collective – Disponible sur Xbox One et PC.

[ ROBOT ARENA III ]

Manipulation Tool, prendre le contrôle de machines intelligentes, déplacer des structures géantes et accomplir des tâches complexes. Tout au

long de son périple, Ava est accompagnée par TOM, qui ne cesse de l’interpeller sur ses motivations et sur ce qui différencie l’homme de la

machine. L’originalité du jeu repose sur son propos, à savoir la différence entre l’homme et une I.A. ainsi que sur la portée philosophique que cela induit. ◗

Reprenant le principe des combats de robots de BattleBots de la télévision américaine, Robot Arena vous propose de créer votre propre robot de combat à l’aide de nombreuses pièces mécaniques et de destruction. Les combats ont lieu ensuite dans de nombreuses arènes (intérieures comme extérieures) truffées de pièges où l’enjeu sera d’y pousser son concurrent sans y plonger vous-même. Les robots sont pilotés à distance à la manière d’une télécommande ou depuis une vue FPV, vous immergeant à l’intérieur de votre robot, transformant le jeu en une espèce de FPS futuriste. ◗ Développeur : Gabriel Interactive – Éditeur : Octopus Tree – Disponible sur PC

par Josèphe Ghenzer

PLANÈTE ROBOTS N°43

I94-95


2p cinéma43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:27 Page1

NEWS cinéma

[ UN TRÈS LONG VOYAGE ]

Après des films de science-fiction comme Gravity, Interstellar ou encore Seul sur Mars, c’est au tour de Passengers de plonger le spectateur au cœur de nouvelles aventures spatiales. quelques mois avant d’arriver à destination.

UN NOUVEAU DÉPART Les hommes et les femmes ayant embarqué à bord de l’Avalon ont pour objectif de commencer une toute nouvelle vie sur une autre planète. C’est le cas de Jim Preston, un ingénieur en mécanique issu de la classe ouvrière, qui ne se sent plus vraiment à sa place sur Terre. Ses compétences sont particulièrement appréciées car si quelque chose venait à tomber en panne dans la colonie, il serait là pour la réparer. Quant à Aurora Dunn, une journaliste newyorkaise, elle a pour projet de rester un an à Homestead II puis de revenir sur Terre pour relater dans un livre l’histoire de son voyage aller-retour dans l’espace et de son séjour dans une lointaine colonie. UN BRUSQUE RÉVEIL En raison d’un mystérieux dysfonctionnement dans les modules individuels d’hibernation, Jim se réveille accidentellement au bout de seulement 30 ans. Son premier réflexe est d’essayer de trouver le moyen de se rendormir ou de contacter quelqu’un capable de lui venir en aide, mais en vain. Un an plus tard, c’est au tour d’Aurora d’être tirée de son sommeil. Ayant été réveillés 90 ans trop tôt et dans l’incapacité de refaire fonctionner leurs modules d’hibernation, Jim et Aurora doivent se résigner à accepter l’idée de passer ensemble le reste de leur existence à bord du vaisseau avec pour seule autre compagnie quelques robots de maintenance. Le temps passant, ils vont sentir naître entre eux une réelle attirance. LE GRAND SOMMEIL L’action se déroule au XXVe siècle, à une époque où il est désormais possible d’entreprendre des voyages interstellaires. C’est ainsi que 5 000 personnes ont embarqué à bord de l’Avalon, un

96-97

I

PLANÈTE ROBOTS N°43

Affiche de Passengers.

gigantesque vaisseau spatial, à destination d’Homestead II, une colonie implantée sur une lointaine planète. Dans la mesure où ce voyage va durer 120 ans, tous les passagers ont été placés en stase cryogénique et ne seront réveillés que

L’AVALON L’Avalon est un vaisseau interstellaire rotatif, capable de générer une gravité artificielle, dont la forme allongée est constituée de trois gigantesques pales reliées entre elles par un ascenseur à gravité zéro. Dans la 1ère pale se trouve la salle


2p cinéma43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 13:27 Page2

cinéma déco, où officie Arthur, un jovial barman androïde programmé pour être à l’écoute des clients et faire preuve d’empathie avec eux, tout en leur préparant de délicieux cocktails. Toutefois sa capacité d’interaction est limitée car il a été programmé pour servir des milliers de clients avec lesquels il n’aurait que de brefs échanges. Avec Jim, il se sent en terrain inconnu car c’est le premier humain avec lequel il a de si longues conversations. De son côté, lorsque Jim rencontre Arthur, il pense avoir trouvé quelqu’un à qui il peut se livrer. Plus tard, il en sera de même avec Aurora. Arthur sera la seule autre « personne » à qui le couple pourra se confier et partager leurs états d’âme respectifs.

Jim et Aurora sont coincés pour le reste de leur vie, seuls dans un vaisseau intersidéral, et devront cohabiter.

La seule présence qui accompagne nos deux héros, Arthur, un barman androïde. d’hibernation où les passagers sont endormis. Les modules d’hibernation sont installés en cercle autour d’un « arbre de vie », sorte de cordon ombilical auquel sont rattachées 8 à 10 personnes dont il assure la survie collective. Chaque arbre de vie est surmonté d’un disque lumineux de plus de 3,50 m de diamètre dont la fonction est de fournir la force vitale et les nutriments nécessaires à la survie des passagers. La 2e pale est consacrée aux loisirs. C’est là que se situe le Grand Hall, une sorte de vaste centre commercial high-tech sur 5 étages de haut comprenant une multitude de boutiques, des salles de sport, plusieurs restaurants, un bar, un cinéma, un terrain de basket, une discothèque, une piscine, un centre de communication depuis lequel les passagers peuvent

envoyer des messages vers la Terre ainsi qu’une énorme verrière à travers laquelle on peut admirer la beauté de l’espace. On y trouve aussi la cafétéria, l’infirmerie, la suite viennoise (le logement le plus luxueux du vaisseau), les cabines des passagers, la zone réservée aux employés et à l’équipage ou encore l’atelier de Jim. La 3e pale est un immense hangar où sont stockées les provisions dont les voyageurs auront besoin à leur arrivée à Homestead II. Cette zone, dont l’entrée est interdite aux passagers, comprend la salle de contrôle du réacteur ainsi que le sas d’accès à l’extérieur du vaisseau. COCKTAIL L’un des endroits phare du vaisseau est son bar chaleureux et accueillant, de style Art

PERDUS DANS L’ESPACE Alors qu’ils tentent de percer le mystère du dysfonctionnement des modules d’hibernation, leur idylle naissante va bientôt être perturbée par divers problèmes et pannes survenant à bord du vaisseau qui menacent de provoquer sa destruction imminente alors qu’ils n’ont accès ni aux commandes du vaisseau, ni aux machines. Ce qui, au départ, devait être la plus grande migration humaine à destination d’une autre planète vire au cauchemar. Ils ignorent ce qui se passe exactement alors qu’ils sont coincés dans un vaisseau en perdition et ne prennent conscience de la gravité de la situation qu’après le réveil de Gus Mancuso, un maître d’équipage qui a accès aux zones interdites aux passagers. Il va alors les aider à trouver ce qui ne va pas afin de tenter de trouver une solution s’ils veulent avoir la moindre chance de survivre, sans compter que la vie des 4 998 autres passagers profondément endormis est entre leurs mains. Jim et Aurora ne se sont pas réveillés par hasard et ils vont enfin finir par comprendre pourquoi. Passengers est un savant mélange de science-fiction, de romance avec une touche d’humour, de drame introspectif et d’aventures spatiales mouvementées avec divers rebondissements et moult effets spéciaux dont une scène assez spectaculaire où, en raison d’une brusque rupture de la gravité artificielle, Aurora se retrouve soudainement prisonnière d’une énorme « bulle » d’eau, qui lévite hors de la piscine du vaisseau dans laquelle elle était en train de nager et qui risque fort d’entraîner sa noyade.

Par Josèphe Ghenzer

PLANÈTE ROBOTS N°43

I96-97


1p news concepts43.qxp_Mise en page 1 18/12/2016 16:02 Page1

NEWS concepts

LA NORVÈGE ÉTUDIE UN PROJET DE TUNNELS SOUS-MARINS FLOTTANTS

UN PROJET DE FERME AQUATIQUE POUR LA CULTURE DE PHYTOPLANCTON

Pour tenter de répondre à la problématique du réchauffement planétaire et la montée des eaux, le cabinet d’architectes Sitbon a imaginé Bloom, un projet de ferme aquatique destiné à la culture de phytoplancton afin d’absorber les excès de CO2 et de créer de l'oxygène grâce à une photosynthèse à grande échelle. Elle se présente sous la forme d’une sphère semisubmersible, en aluminium et méthacrylate, de 45 m de diamètre se répartissant sur 5 niveaux (3 sous le niveau de l’eau, un à la surface et un audessus). Elle sera subdivisée en sphères plus petites contenant les espaces de vie et de travail ainsi que les différents bassins de culture. Le système fournira de l'oxygène au milieu ambiant pour le revitaliser, fixer le gaz carbonique et participer à la détoxification ainsi qu’au suivi environnemental tout en produisant de la biomasse ainsi qu'une fraction d'eau douce. Elle sera amarrée au fond marin par un système de câbles pistons pour assurer sa stabilité et ajuster son niveau mais pourra aussi être déplacée selon les besoins. Bloom sera, à la fois, un lieu de vie pour des scientifiques, un laboratoire flottant et un jardin aquatique rendu accessible au grand public via un embarcadère. Une 1ère ferme pourrait être installée dans l’océan Indien en 2018.

I

Designers : Cabinet d’architectes Sitbon

98-99

PLANÈTE ROBOTS N°43

Pour tenter de résoudre le problème lié à la présence de très nombreux fjords qui cisèlent les côtes norvégiennes ce qui rallonge considérablement le temps de trajet des automobilistes désireux de se rendre d’un bout à l’autre du pays, qui sont contraints d’emprunter plusieurs ferries, la Norvège étudie un projet consistant à construire des doubles tunnels (un pour chaque sens de circulation) sous-marins flottants qui seront immergés à environ 30 m de profondeur. Cette profondeur serait suffisante pour éviter les collisions avec les bateaux naviguant à la surface et bien inférieure à celle pouvant gêner d'éventuels sous-marins. Ces tunnels seraient fixés au fond des fjords par des câbles et reliés en surface à des pontons flottant sur l’eau, qui seraient placés à intervalles réguliers (tous les 125 m), afin de stabiliser la structure et de pouvoir servir de sortie de secours en cas de problèmes. La Norvège espère pouvoir concrétiser ce projet, dont le coût est estimé à 25 millions de dollars, d'ici 2035. Designers : Norwegian Public Roads Administration

système d'entraînement électrique de 75 kW lui conférant une autonomie de 270 km, il dispose d'un espace de chargement entièrement automatisé et d’une conduite qui s’effectue par joystick. Il embarque aussi sur son toit 2 quadricoptères capables de livrer, de manière autonome, des colis allant jusqu’à 2 kg dans un rayon de 10 km. Le Vision Van sert d’élément central intelligent au cœur d’une chaîne logistique complète entièrement connectée. Des algorithmes contrôlent la préparation des commandes, le chargement des colis, la gestion totalement automatisée de l'espace de chargement ainsi que la planification des meilleurs itinéraires pour le véhicule et les drones. La préparation des commandes s’effectue, de façon automatique, au sein d’un centre de logistique et les colis sont placés dans des systèmes de rayonnages spéciaux. Un véhicule de manutention automatisé s’occupe ensuite de charger, d’un bloc, un module de stockage dans le Vision Van avant qu’il ne parte faire sa tournée. Designers : Mercedes-Benz Vans

UN PROJET DE BATEAUX AUTONOMES SUR LES CANAUX D’AMSTERDAM

UN VAN FUTURISTE POUR EFFECTUER LES LIVRAISONS DU DERNIER KILOMÈTRE

Mercedes-Benz Vans a récemment présenté un concept de van du futur, baptisé Vision Van, qui intègre un certain nombre de technologies innovantes pour effectuer, en milieu urbain, les livraisons du dernier kilomètre auprès des particuliers. Propulsé par un

Une étroite collaboration entre des chercheurs du MIT, de l’université de Delft, de l’université de Wageningen et l’institut AMS (Advanced Metropolitan Solutions) d’Amsterdam est à l’origine d’un projet de bateaux autonomes, baptisé Roboats, qui pourront

transporter des marchandises ou des personnes sur les canaux mais aussi coopérer entre eux pour former, à la demande, des infrastructures flottantes temporaires (comme un pont pour relier deux rives ou former une scène pour un spectacle particulier) pouvant être assemblées et démontées en quelques heures. De plus, ils seront dotés de différents capteurs afin de pouvoir surveiller divers paramètres comme la qualité de l’air et de l’eau. Les premiers Roboats devraient être expérimentés à Amsterdam en 2017. Pendant ce projet de recherche, doté d’un budget de 25 millions d'euros, qui devrait s’étaler sur 5 ans, différentes tailles et formes de Roboats seront testées afin de voir ce qui fonctionne le mieux. Designers : MIT, université de Delft, université de Wageningen et l’institut AMS

EXTANE, UN CONCEPT DE VÉHICULE RÉCRÉATIF

Extane pourrait à première vue sembler sortir tout droit de l’imaginaire de Homer Simpson, mais il n’en est rien. C’est un dessinateur industriel indien, Ashish Thulkar, diplômé d’une maîtrise de l’Institut indien des sciences, qui l’a imaginé. Le principe de ce véhicule repose sur un véhicule destiné à faire de très longues routes mais qui peut aussi se déployer verticalement pour gagner en surface lors de ses différentes étapes. La caravane ou le camping-car pourraient proposer un service équivalent, mais ces derniers ne peuvent pas se déployer dans un espace restreint comme une simple place de parking lors d’une étape de nuit dans une grande ville. L’Extane serait électrique et autonome. Au cours de ses voyages, les étages supérieurs se replieraient sur eux-mêmes. Designer : Ashish Thulkar


Bienvenue dans un monde de solutions innovantes Motors, Systems, Solutions

Une gamme multi-technologies

Nous connaissons vos enjeux

Depuis 35 ans, mdp propose une gamme de produits standard que nous pouvons adapter. Nous concevons aussi vos systèmes sur-mesure que nous produisons dans notre atelier mécatronique. Depuis 2014, mdp a rejoint le groupe suisse Maxon Motor.

Moteurs courant continu ferreux et non-ferreux, moteurs brushless à commutation électronique, moteurs hybrides pas à pas, courant alternatif.

Soyez confiants, notre expérience est multi-marchés : industrie, biens d’équipement, robotique, médical, aéronautique... Ces marchés à très fortes exigences nous amènent à inventer les solutions de demain en plaçant l’innovation au coeur de notre stratégie.

Profitez de notre gamme multitechnologique issue des meilleurs fabricants mondiaux.

www.mdp.fr


Annonce Presse Delta 220x297.indd 1

11/02/2016 10:15

Profile for Planète Robots

Planete Robots n° 43  

janvier/février 2017

Planete Robots n° 43  

janvier/février 2017

Advertisement