Issuu on Google+

English inside!

Hommage Ă  Michel Ruel

Interview exclusive

Yves Chauvin explique son projet pour la SHF


Duos de champion sur lit d’herbe du Grand Parquet ! Doubles vainqueurs avec les ex aequo en 4 ans juments et mâles/hongres, mais également deux fois Sébastien Tencé au pied levé, et deux fois Solange Planson en tant que naisseur !

Les championnes des 4 ans femelles : Valimera du Mesnil (SF) par Flipper d’Elle (SF) née chez Daniel Aumont (en haut à droite). Venus de Chalusse (AACR) par Tinka’s Boy (KWPN) née chez Solange Planson. Les champions des 4 ans hongres et mâles : Vulcain de Chalusse (hongre SF) - à gauche sur la photo cidessous -par Lando (DWB) né chez Solange Planson ; à droite Vigo Massuère (mâle SF) par Nervoso (SF) né chez Bruno Chassaing.


Hommage

Michel Ruel, l’homme de Blondel

Après le patriarche de la famille Pignolet disparu début mai, un autre homme de cheval normand, nous a quitté début juillet. Michel Ruel, avec sa silhouette longiligne, laisse derrière lui un grand nombre de performers, et surtout une empreinte forte sur tous ceux qui ont eu l’occasion de travailler avec lui.

une multitude de gagnants qu’il serait difficile de tous citer. Un chiffre pour illustrer ceci : 185 chevaux sont inscrits sur la liste des chevaux de sport de la FFE. Le plus connu actuellement reste Phedras de Blondel (SF), monté par Christian Hermon.

Comme un dernier clin d’œil au monde du cheval, Michel Ruel figure en tête du Top 100 SHF des naisseurs. 41 chevaux portant l’affixe « Blondel » ont participé au circuit cette saison, pour un total de gains de plus de 18,000€. Une performance qui ne compensera pas le vide qu’il laisse dans le paysage normand et français de l’élevage de chevaux de sport. S’il avait un peu diminué son activité dans le sport pour développer son élevage Trotteur, Michel restait l’un des meilleurs éleveurs de France.

Cirka, le révélateur 1999, Finale Coupe du Monde à Göteborg (SWE) : El Campeon’s Cirka Z, alias Cirka de Blondel (SF) termine 11e sous la selle de l’américaine Nicole Shahinian Simpson. Suivirent quatre années de succès au plus haut niveau, avec 2 autres finales Coupe du Monde, un Championnat du Monde et une multitude de Grands Prix. Cirka est issue de Phedra Ratelière (SF), fille de Belphegor IV (SF). Michel et sa femme Eliane n’eurent alors de cesse de capitaliser sur cette souche qui révéla

Un commerçant passionné Les témoignages sont unanimes. Michel Ruel avait le sens de l’entraide. « Il me trouvait toujours le bon cheval pour le bon client » témoigne Gabrielle Flexer, cavalière professionnelle à Nevers (Nièvre). « Il ne me demandait jamais de commission, et faisait ça juste pour rendre service. Tout le monde s’y retrouvait ! ». Gabrielle acheta plusieurs produits « de Blondel » dont la toute bonne Paprika, aujourd’hui en épreuves 140. Même humanisme palpable chez Fabrice Paris. « C’était un passionné d’élevage qui avait trouvé la bonne génétique, le sang… Il était toujours serviable. Lorsque j’avais besoin de faire un transfert et qu’il me manquait une porteuse, il trouvait toujours une solution. Nous étions certes concurrents mais nous savions travailler ensemble. Il était très professionnel et discret, et faisait très bien son travail. » Michel Ruel, toujours volontaire et visionnaire, avait co-fondé avec Jean-François Josserand la SARL HOR Ste Mère (située à Ravenoville, à quelques centaines de mètres du Haras de Blondel), structure collective

réunissant 8 associés, cavaliers, éleveurs, dans le but de valoriser des jeunes chevaux. « Il cherchait à développer la commercialisation et en faire profiter le plus grand nombre » explique Michel Poulain, ancien actionnaire de la SARL. « Ce système nous a permis de débuter nos chevaux sur le circuit SHF et de lancer des ventes aux enchères ». Centre d’insémination et de transfert d’embryon – la spécialité de sa femme Eliane -, le Haras de Blondel accueillait également des étalons en station et distribuait de nombreux autres. Vondéen (SF), Désir du Château (SF), Grain de Voltaire (SF), et surtout le grand Calvaro (Holst) firent les belles heures de la petite ferme normande. Les sabots résonneront longtemps

sur ses pavés, pendant que d’autres poursuivront leur carrière au plus haut niveau, laissant l’empreinte d’un homme de cheval et de conviction.


Interview - Yves Chauvin « La SHF adapte son offre au marché » Yves Chauvin vit sa seconde édition de la Grande Semaine en tant que Président de la Société Hippique Française. Parti écouter les professionnels de toutes les régions à l’occasion d’une grande tournée, il poursuit son travail de consolidation et de développement de la sociétémère, aidé par le conseil d’administration de la SHF. Evolution règlementaire, normalisation européenne, commerce, il aborde tous les sujets avec conviction et pragmatisme. demanderons des efforts afin qu’ils placent ces épreuves Cycle Libre le week-end à des heures adaptées pour les amateurs, afin d’éviter les vendredis début d’après-midi ou C’est une conséquence directe les samedis trop tôt le matin. de la volonté actuelle de la SHF de redynamiser le circuit Cycle Pourquoi porter cette attention Libre. Nous avons dès 2013 pris particulière aux amateurs ? des mesures pour encourager les organisateurs de concours afin de Nous avons le devoir de les motiver à organiser de plus en faciliter la formation de jeunes plus d’épreuves de Cycle Libre. Ces chevaux par des cavaliers mesures dans un premier temps ont amateurs sur un circuit consisté à les aider financièrement. jeunes chevaux qui suit leur demande et qui soit adapté Quelle sera la seconde étape de cette aux évolutions actuelles. Il ne faut pas oublier que ce réforme ? réservoir de consommateurs Le second volet verra le jour en est très important afin d’offrir 2014. Nous travaillons sur les un débouché à la production objectifs suivants : d’une part baisser de nos jeunes chevaux de le coût d’engagement pour les sport. C’est l’une des missions cavaliers, et d’autre part simplifier de la SHF. De plus, on se rend l’organisation pratique elle-même. compte que ce circuit demande de De plus, afin que les organisateurs plus en plus l’appui technique de puissent bénéficier de conditions professionnels très compétents qui financières motivantes, nous leurs accompagnent leurs clients sur ce Le premier week-end de cette Grande Semaine a montré un net engouement pour les finales Cycle Libre. A quoi cela est-il dû ?

circuit. Vous pensez que cela peut entrainer des ventes plus précoces ? Certainement. Le cavalier amateur

qui forme lui-même son jeune cheval permet au monde de l’élevage de trouver un débouché et de vendre un jeune cheval de trois ans accompagné d’un circuit de formation qui lui est spécialement


dédié. L’objectif est d’inciter les amateurs à acheter des 3 ans, ou tout du moins le plus tôt possible, pour permettre aux éleveurs de limiter le coût de valorisation qui, dans les circonstances économiques actuelles, représentent pour lui un investissement qu’il n’a pas toujours les moyens d’assumer. On a remarqué pendant ces finales que de nombreux échanges commerciaux sont intervenus car ces chevaux formés par des cavaliers amateurs correspondent à une demande du marché produits finis. La SHF a voulu aussi que ces finales soient une fête conviviale

Nous nous adaptons à la situation économique actuelle. La consommation sport-loisirs représente 80-90% du débouché des chevaux naissant chaque année. C’est donc le devoir de la société-mère de développer cet axe. Qu’en est-il des changements de règlement 2013 ? J’ai ressenti une certaine inquiétude de la part des professionnels. Les gens s’interrogeaient peut-être sur la séparation SF/AA d’un côté, autres stud-books de l’autre. En réalité, nous sommes revenus à un système de valorisation par studbook. Et globalement, tout semble s’être bien passé. Les utilisateurs du circuit intègrent progressivement le nouveau format. Nous avons fait très attention à la fluidité du déroulement des épreuves. Chaque catégorie a eu droit à sa remise des prix. Quid des rumeurs entendues ici ou là ?

et l’apéritif sur le Grand parquet offert à cet effet a rencontré un succès dépassant nos espérances. En résumé, la SHF adapte son offre au marché ?

J’ai effectivement entendu certaines rumeurs à propos de la baisse importante du nombre de chevaux à la Grande Semaine. C’est une fausse information. Cela ne correspond absolument pas à la

réalité et les chiffres doivent être analysés par catégorie d’âge. En effet, sur l’ensemble des épreuves cycle libre, nous observons une hausse de 9,1%. Concernant le cycle classique, nous notons une baisse sensible des 4 ans, qui est grandement compensée par une augmentation à la hausse des 5 et 6 ans. Au total, nous enregistrons une baisse de 2,45% qui n’est pas véritablement significative. Elle correspond à une diminution que nous avons ressentie sur le circuit tout au long de l’année de l’ordre de 5%. Cela va nous obliger à faire évoluer certainement notre circuit correspondant à la génération des 4 ans. Avez-vous remarqué des évolutions sur le marché des 4 ans ? A ce jour, le marché des 4 ans était complexe, ce qui peut du reste expliquer la baisse des engagements de ceux-ci à notre Grande Semaine. Paradoxalement, la réalité 2013 semble différente à Fontainebleau, où beaucoup de 4 ans semblent avoir changé de mains ou être en négociation. Cela veut dire que notre marché est très fluctuant et qu’il est essentiel de ne pas tirer des conclusions trop hâtives. Il n’empêche que participer à la finale des 4 ans à Fontainebleau représente un investissement supplémentaire pour les propriétaires et on peut


comprendre que les circonstances économiques actuelles les fassent différer leurs investissements. On peut aussi noter que, de plus en plus, les écuries très professionnelles participent aux finales des 4 ans avec principalement des étalons à approuver et à montrer aux éleveurs présents.

adaptés. La SHF doit se rapprocher de la FFE afin d’optimiser les chances de fabriquer les futurs champions dont notre fédération et notre équipe de France ont tant besoin.

La Grande Semaine intègre les 6 ans en est-on mais aussi les 7 ans. Ces derniers Où l’évolution font-ils partie des prérogatives de la dans des réformes SHF ? règlementaires ? Je considère que les chevaux de 6 et 7 ans, voire 8 ans, sont toujours des jeunes chevaux en formation, et doivent faire partie 2013 est une année de transition. du cycle d’élevage. La preuve en Je pense que le système est que d’autres pays d’Europe en d’organisation des concours va pointe organisent des épreuves encore évoluer. Nous allons vers réservées aux 8 ans ! C’est une une ‘euro-compatibilité’ totale tant tendance qui semble irréversible dans l’organisation que dans les et logique. Notre système français dotations. Mon tour de France des doit s’adapter à cette évolution et se régions et les discussions avec de trouver ainsi dans le même schéma nombreux acteurs professionnels de formation de nos voisins de la filière m’ont montré que nous européens. Concernant les 7 ans, pouvions améliorer le système de le niveau d’investissement actuel transition que nous avons mis en pour permettre à cette génération place en 2013. Je reste un ardent de se former reste très onéreux. Les défenseur des valeurs de l’élevage chevaux ont la capacité de se former français, du respect du travail sur le circuit Future Elite financé de nos aînés, et de ce qui porte par la SHF, mais cette formation haut l’image de l’élevage national. reste limitée à certains cavaliers La SHF regroupe dorénavant et de chevaux. Beaucoup de 7 l’ensemble du monde de l’élevage ans ont besoin encore de répéter français et doit rester dans cette leurs gammes sur des parcours ligne politique.

La SHF permet une catégorisation de l’ensemble des races de chevaux et poneys de sport. Cette catégorisation fait partie intégrante des programmes d’élevage des stud-books français de chevaux et poneys de sport (les indices de performances, le système d’encouragement PACE, la catégorisation des futurs poulinières, l’agrément des étalons). Ce n’est pas le cas des stud-books d’origine étrangère qui utilisent notre circuit pour leur valorisation. Nous voyons alors que l’intérêt des uns et des autres est différent; nous devons en tenir compte.


Interview - Yves Chauvin

Extract in English

ÂŤ The SHF adapts its service to the market Âť What about the rule changes in year of approximately 5%. This 2013? will certainly require us to change our system corresponding to the I felt some anxiety on the part generation of 4 years. of professionals. People may wondered on the separation SF / Have you noticed any changes in the AA on one side, other studbooks on market for four years? the other one. In fact, we went back to a system of valorization of the To date, the market for four studbooks. And overall, everything years was complex, which may seems to have gone well. Users of explain the decrease in the rest of our circuit gradually integrated the these entries to our Great Week. new format. We were very careful Ironically, the reality seems to be to the fluidity of the classes. Each different in 2013 in Fontainebleau, category was entitled to his prize where many four years seem to have giving ceremony. changed hands or being negotiated. This means that our market is very What about the rumors heard here volatile and it is important not to or there? draw hasty conclusions. I actually heard some rumors about the significant drop in the number of horses in the Great Week. This is false information. This does not correspond to reality and figures must be analyzed by age group. Indeed, of all the Cycle Libre finals, we observe an increase of 9.1%. On the Cycle Classique, we note a significant drop in four years, which is largely offset by an increase in the rise of 5 and 6 years. In total, we recorded a decrease of 2.45% which is not really significant. It corresponds to a decrease we felt on the season throughout the

Nevertheless participate in the 4yo final at Fontainebleau represents an additional investment for owners and it is understood that the current economic circumstances make different investments. We also note that more highly professional stables take part to the 4yo finals with mainly stallions to approve and show to breeders. The Great Week integrates six years but also 7 years. These are they part of the prerogatives of the SHF? I believe that 6 and 7yo horses, or even 8yo, are still young horses in

training, and should be part of the breeding cycle. The proof is that other European countries organize such events dedicated to 8yo! This is a trend that seems irreversible and logic. Our French system must adapt to these changes and thus in the same training regimen of our European neighbors. About 7yo, the current level of investment to enable the generation to be well trained is very expensive. Horses have the ability to form on the Future Elite system funded by the SHF, but is still limited to some riders and horses. Many 7yo still need to repeat their lines on suitable courses. The SHF should be close to the FFE to maximize the chances of producing future champions with our federation and our French team so desperately need.


Cheval Liberté se plaît à la Grande Semaine Le célèbre fabricant de vans s’associe depuis maintenant 5 ans à l’événement n°1 de la filière des chevaux de sport. Grégory Rulquin, son directeur, prend un vrai plaisir à venir féliciter lui-même les lauréats. « J’ai monté ma première finale Cycle Libre ici même en 1985 ! » tient-il à rappeler. « La Grande Semaine, c’est la rencontre de Cheval Liberté avec son public, les éleveurs, les cavaliers, y compris les amateurs. Ceux-ci sont les plus gros utilisateurs de nos vans. Ils trouvent leur bonheur dans notre gamme. » Cheval Liberté offre ainsi chaque année un van deux places au Champion Cycle Libre 2ème année, un cadeau d’une valeur de 5,000€.

La marque vosgienne profite de l’affluence record du premier week-end pour aller au contact de sa clientèle. « Il y a clairement plus de monde que l’an dernier. 250 chevaux en plus, cela fait évidemment plus de spectateurs, et c’est bon pour le commerce. » Cheval Liberté réalise 45% de son chiffre d’affaires grâce aux vans, le reste se répartissant sur la fabrication et la location de boxes, le matériel d’écurie et la location de chapiteaux. « Nous intervenons même en dehors du monde équestre via notre filiale Liberté Events. » Cheval Liberté reste évidemment très attaché à la Grande Semaine et à la SHF, tant que la société est partenaire cette année pour la

première fois du Critérium des chevaux de 7 ans, dont la finale se dispute samedi 7 septembre après-midi. C’est l’occasion d’offrir un second van et de ravir les participants.

Equistro pour prendre soin de vos chevaux La marque Equistro figure parmi les plus connues des cavaliers pour ses compléments alimentaires pour chevaux. Mais derrière cette gamme de produits se cache le 10e laboratoire vétérinaire mondial, Vetoquinol. L’entreprise, basée à Lure (Haute Saône), fête ses 80 ans et affiche un succès grandissant ! Présent à la Grande Semaine depuis 2009, Equistro a renouvelé son partenariat en 2012 pour 3 ans. Avec Equistro, le « made in France» devient réalité : les produits sont développés et fabriqués en France à Tarare. L’expérience de Vétoquinol sur le niveau d’exigence des médicaments sert à la marque Equistro. En plus de cette réputation de sérieux, leurs produits sont distribués partout en Europe, Russie, et désormais Hong Kong, Brésil, Mexique,…

Une gamme à 5 portées La force d’Equistro : proposer une gamme complète de produits répondant à tous les besoins des professionnels et des amateurs : locomotion, avec en produit phare le Flexadin UCII au succès incontestable ; les pathologies respiratoires (produit Respadril) ; les muscles et la récupération après l’effort, (électrolytes, vitamines, etc.) ; le stress ; et enfin la gamme élevage, dont des exemplaires seront remis aux huit premiers éleveurs de la finale des 5 ans.

Les vétérinaires, au cœur du dispositif Ils sont primordiaux dans la stratégie de développement d’Equistro. Les produits sont distribués uniquement auprès des vétérinaires. Ils sont les mieux placés pour savoir ce qui est bon pour les chevaux qu’ils traitent. Equistro

s’appuie pour sa communication sur des ambassadeurs historiques, rejoints en 2013 par Kevin Staut. D’autres cavaliers à travers le monde sont sous contrat en écho au réseau commercial international comme Ingrid Klimke. Grâce à ces relations privilégiées, Equistro fait évoluer sa gamme et ses formulations, et profite d’événements comme la Grande Semaine pour se rapprocher des utilisateurs finaux.


La Lettre de la Grande Semaine - Samedi 7 septembre 2013