Page 1

O’lib

Un projet porté par l’atelier volant


MANIFESTE Longtemps relégué hors des villes ou toléré de façon très maîtrisée, le monde végétal est aujourd’hui fortement courtisé, à la faveur d’une époque où l’attention au cadre de vie est devenue moteur de la fabrique de nos villes. Ce besoin irrépressible de nature nous engage à modifier notre regard sur la place et les formes de sa réintroduction en ville ainsi que sur la ville elle-même. Si cette dernière devient le refuge de nouvelles formes de nature, elle devient aussi le garant de ses « ressources naturelles ». Depuis trop longtemps la ville ignore son formidable potentiel de réservoir et gaspille l’eau pour entretenir une nature contrainte et maintenue sous perfusion. La coproduction des espaces urbains doit désormais anticiper l’introduction de nouvelles formes de nature en y intégrant l’optimisation des ressources et la gestion des espaces ainsi créés. Le monde végétal, dans sa grande majorité, nécessite pour se développer et s’épanouir, ancrage au sol et apport en eau. Le paysage lui-même commence à se dessiner dès lors que sont pris en compte ces deux éléments géographiques essentiels: topographie et hydrographie. L’implantation des villes et leur organisation suivent la même logique, ou suivait... Dans certaines villes aujourd’hui, le sol s’est mué en simple support. Elles ont quitté la référence horizontale pour passer à la verticale. L’espace public ne tient plus sur un plan mais se déploie en feuillets successifs reposant sur un ‘massif bâti’ qui prend en charge le développement d’un milieu sur la ville.


PARTI PRIS O’LIB propose une intervention ponctuelle et expérimentale d’ une nouvelle forme de nature en ville. Grâce à son plug, il court-circuite, filtre et se réapproprie les eaux pluviales qu’on destinait au caniveau. Par ce simple geste, il met fin à une situation ubuesque et révèle une ressource gratuite et disponible jusque là ignorée au profit d’une ressource payante qui de plus se raréfie.

le CONCEPT : récupérer les eaux de pluie Enjeux : se nourrir des pluies abondantes et permettre d’amortir les carences en eau périodiques. S’adapter au bâti pour investir de nouveaux lieux. Nous proposons un dispositif en « kit », un dispositif de « plombier » dont l’aspect modulable de l’assemblage des matériaux permet l’adaptation aux potentiels du massif bâti et aux accidents géographiques. Ce dispositif propose de « s’ancrer », « se brancher », ou encore « court-circuiter » le réseau d’eau pluviale pour assurer une alimentation en complément du recueil direct des eaux de pluie. Il cherche à rendre visible le parcours de la ressource en eau et à lui ajouter des étapes pour la valoriser : il prend en charge sa récupération, sa purification, son stockage, et sa distribution en fonction du besoin de chaque plante (apport d’eau constant, goutte à goutte...), ainsi que l’évacuation du trop plein. Le dispositif se remplit d’eau quand il pleut et la restitue quand elle est absente pour favoriser l’émergence d’un véritable « milieu » qui s’auto-alimente et la création d’un outil de mesure pluviométrique.


UNE APPLICATION : LAUSANNE JARDINS 2014

Nous avons proposer la mise en place du dispositif O’LIB dans le cadre d’un concours d’installation de jardins éphémères. Le thème de ce concours était porté sur les jardins mobiles implantés dans l’espace public. Dans cette optique pour la conception d’un dispositif O’LIB transportable et le plus léger possible, les réserves d’eau ont été constitué par des poches plastique souples.

Stockage : Le Kit de stockage (kit grappe) des eaux collectées est un ensemble de poches à eau flexibles et transparentes qui stockent un volume d’eau ensuite distribué aux plantations. La distribution se fait par comptegoutte, via des tuyaux PVC transparent pour que le trajet soit visible.

Distribution : Le Kit de distribution et d’irrigation (kit guirlande) se compose des même poches et tuyaux que le Kit de stockage des eaux collectées. Il achemine l’eau aux plantations non adjacentes au le Kit de stockage des eaux collectées. Son usage n’est pas de stocker. Le Kit de distribution et d’irrigation intègre également un système d’éclairage par LED. Utilisant la diffraction de la lumière dans l’eau, les poches d’eau pleines se comportent comme des abats-jours. La lumière faiblit lorsque la poche se vide.


le pavillon d’eau // lausanne jardins 2014


le pavillon d’eau // lausanne jardins 2014


Présentation du projet d’expérimentation et d’évaluation

description du projet Court-circuiter : le mode de collecte des eaux du dispositif O’LIB se base sur le courtcircuit des descentes d’eaux pluviale. Le dispositif comprend un élément qui se positionne sur les descente d’E.P. comme un parasite. Il la décante et/ou la filtre suivant les situations. Puis l’eau est stockée pour être distribuer à différents débits contrôlés vers les plantations. Si les précipitations sont trop abondantes, la réserve d’eau sera équipée dans tous les cas d’un trop-plein qui ré-injectera les eaux excédentaires dans le réseau normale de collecte des eaux pluviales, sous l’élément court-circuit.


Extrapolation : Dans une alternative de projet, dans le cas d’un manque de précipitation, nous envisageons un dispositif qui puisse retenir l’eau de pluie sur les toits plats des édifices adjacents. Le but est d’augmenter considérablement la surface de stockage de l’eau en amont du dispositif en répartissant au maximum son poids. L’eau, conservée en toiture, est libérée vers les descentes d’eaux pluviales sur demande. Une réserve d’eau plane sur une surface carrée de 10 m par 10 m, permet de stocker 4 m² d’eau pour une masse de 40 kg/m². Ce qui est une réserve considérable. Ce système utilise des matériaux basiques : tasseaux de bois, bâche plastique, tuyau PVC et un peu de technologie : électrovanne, panneau solaire de poche.

E.P.

E.P.

E.P.

Mode d’épuration des eaux pluviales : Nous sommes en mesure de fournir différent types de filtration, selon les éléments présents dans l’eau. Feuilles, résidus de toitures, déchets organiques...

FILTRATION DECANTATION

Tuyau flexible d’évacuation

t3 Filtre

t2 t1 t0

Décantation progressive : dépot des éléments polluants

t4

DISTRIBUTION

FILTRATION DECANTATION

t4

DISTRIBUTION

t3 t2 t1 t0

DISTRIBUTION FILTRATION DECANTATION

Raccord aux descentes EP : Tube PVC du diamètre de la descente EP

t4

t3 t2 t1 t0

Le dispositif peut également être équipé de filtres spéciaux dans le cas d’une pollution plus sévère. Cela grâce aux filtres commercialisés tels que filtre à charbon ou filtre à sable.


kit de collecte des eaux

1. Kit Plug

Gouƫère existante de 100 mm. Gouttière existante de 100 mm. Connecteur 100 mm pour se raccorder Connecteur 100à mm pour se la gouƫère.à la gouttière. raccorder Connecteurs 10 mm Connecteurs 10 mm pour brancher pour brancher les les Kits de stockage Kits Grappe et Kits Guirlande. Tuyau 100 TuyauPlexyglass Plexyglass mm transparent. transparent.

100

mm

Maille métallique Maille métallique pour ltrer l’eau pour filtrer l’eau récupérée. récupérée.

Tuyaux PVC 25 mm Tuyaux PVC 25 mm pour faire le pour fairedu le décanteur. troptrop-lein lein du décanteur.

Connecteurs 10 mm pour brancher les trop-pleins des10 Kits Connecteurs mm pour brancher les trop-pleins Grappe et Kits Guir- des kits de stockage. lande. Connecteur 100 mm Connecteur 100 mm pour pour se raccorder à raccorder à la gouttière. la gouƫère.

se


problématiques concernées Notre projet entend répondre à des problématiques liées à l’eau, à la raréfaction de cette ressource et à la recherche de nouveaux modes de gestion locaux et micro-locaux de cette carence. C’est une manière de créer une autonomie en eau pour des micro-jardins implantés dans les espaces résiduels souvent exiguës du tissu urbain. Ces espaces demandent souvent un traitement spécifique des ressources en lumière, en eau, en substrat. Les aménageurs de ces espaces rivalisent d’ingéniosité et d’originalité, nous voulons travailler dans cette dynamique, avec les problématiques de ces espaces. Problématiques traitées par le projet : Raréfaction des ressources pollution de l’eau évolutions climatiques et microclimatiques (concentré sur l’absorption des variations de précipitations) Mode de gestion écologiques Participation à la trame verte et bleue Gestion de l’eau : récupération des eaux de pluie, économie d’eau potable et développement de l’usage du réseau d’eau brute parisien. Valorisation des surfaces (murs, dents creuses, recoins,…) et la requalification de l’espace public, des interstices, des pieds d’immeuble, des façades et des délaissés urbains. La raréfaction des sols naturels. En matière de sensibilisation, notre projet participe à l’autonomisation de projets issu d’initiatives d’ habitants. C’est un appui pour que les jardinier-citoyens acteurs de ces espaces puissent gérer leurs ressources en eau. La sensibilisation se fait dans ce cadre. Lorsque le dispositif est mis en place, il est accompagné d’une formation/ sensibilisation sur la récupération et la purification des eaux de pluies.


impact du projet sur son environnement L’impact au sol est minimal. D’une part pour libérer au maximum l’espace au sol pour les cultures ; mais aussi pour anticiper une implantation dans l’espace public qui requiert que le projet ne soit pas accessible par le public. Pour ce faire, le dispositif est aérien. Pour supporter le dispositif nous installons des pitons en façade et tendons des câbles pour l’acheminement de l’eau. Le dispositif étant en réseau, son impact visuel est minimal puisqu’on ne peut pas identifier un gros dispositif regroupant toutes les fonctions mais plusieurs petits éléments se déployant sur l’intégralité du lieu d’expérimentation.

innovations Ce dispositif s’inscrit dans une nouvelle façon de penser la ville. Nous proposons une forme innovante de gestion des espaces dits «verts» visant autant à l’économie de la ressource en eau qu’à l’évolution des mentalités par rapport à ces espaces. C’est aussi l’occasion d’une nouvelle façon de penser ces espaces et de dessiner ces espaces. En S’adaptant au plus près des besoins en eau de chaque plante, de nouvelles associations végétales peuvent s’imaginer.


intérêt de l’expérimentation in situ Effectuer des mesures. Le plus de relevés possibles sur la pluviométrie, le volume de stockage par rapport au m² de jardin permettant d’absorber les carences de pluviométrie. Une granulométrie des eaux collectées en fonction de la nature des toits. Ceci pour mettre en adéquation le type d’épuration des eaux en fonction du lieu. (décantation, filtration...) L’expérimentation permettra de comprendre comment répondre le plus près possible au besoin en eau de chaque plante. Cela de permettra la mise en place d’un mode opératoire pour les futurs installations des dispositifs O’LIB (techniques de stockage, débits et mode d’irrigation en fonction des espèces...).

expérimentation antérieure Nous avons fait des expérimentations dans le cadre de nos recherches pour Lausanne Jardins 2014, utilisation des poches d’eaux souples et des tuyaux PVC. Ces expérimentations visaient à connaître les capacités de stockage de ces poches et la vitesse de remplissage d’un volume choisi.

type de lieux recherché Nous souhaitons travailler sur des lieux tels que jardins partagés, potagers urbains, jardins gérés par des collectifs d’habitants. Sur des surfaces de production alimentaire de petite envergure. Ceci afin de travailler avec des personnes qui ont une connaissance de leurs besoins en eau, tant le volume que le débit. Les surfaces de production alimentaire bénéficient d’un atout pour notre projet, la géométrie. Souvent organisées en bandes plantations identiques. Notre système est plus efficace s’il une certaine linéarité tant dans son implantation que dans la distribution de eaux (une bande avec des plantes de la même espèce permet d’avoir une distribution homogène des eaux sur cette bande).


attentes vis-à-vis du (des) lieu(x) d’expérimentation Nous souhaitons expérimenter sur un petit espace dont la surface se situe entre 30 et 300m². Cet espace doit être nécessairement inséré dans le massif bâti, c’est-à-dire cerné ou proche de bâtiments pour nous raccorder à leurs descentes d’eaux pluviales et avoir des supports verticaux pour mise en place du réseau aérien d’irrigation. Par exemple une dent creuse entre deux bâtiments transformée en potager. Nous serons plus performants si nous pouvons intervenir sur plusieurs lieu en même temps. Expérimenter différentes technologies de purification des eaux et d’irrigation.

moyens mis en œuvre pour la maintenance Nous assurons une maintenance de fréquence mensuel à hebdomadaire selon les compétences et l’implication des jardiniers responsables du(des) lieu(x) d’expérimentation. Nous organiserons des « temps forts » de l’expérimentation suivant l’évolution de nos techniques et nos connaissances statistiques du(des) lieu(x) d’expérimentation.


CALENDRIER PRéVISONNEL

Juillet 2013 à Mars 2014 Recherche de mécénat // Amélioration du concept, notamment sur la fonction pluviométrique à intégrer au dispositif et l’invention d’un arrêt du système en cas de pluies. Temps estimé: 70h Mars 2014 Achat de matériaux // Construction de plusieurs prototypes (3 à 4). De tailles variés, ils permettront de tester différents systèmes de filtration, différents types de réservoirs... Temps estimé: 40h Avril 2014 Pose des prototypes et formation des usagers. (association, particuliers..?) Elaboration avec eux d’un protocole de maintenance et de mesures pluviométriques. Temps estimé: 40h Mai 2014 Suivi du processus Préparation du temps fort n°1 Temps estimé: 20h Juin 2014 Suivi du processus et nouveaux tests (changement des volumes de stockages?, amélioration des systèmes aux vues des observations) Temps fort n°1, l’ été: Evènement festif et pédagogique sur le(s) lieu(x) d’expérimentation. Temps estimé: 30h


CALENDRIER PRéVISONNEL

Juillet 2014 Suivi du processus Temps estimé: 10h Août 2014 Suivi du processus Préparation du temps fort n°2 Temps estimé: 20h Septembre 2014 Suivi du processus Temps fort n°2, l’automne: Evènement festif et pédagogique sur le(s) lieu(x) d’expérimentation. Temps estimé: 30h Octobre 2014 Suivi du processus Recherche de nouveaux lieux/évènements/ pour intégrer le concept. Temps estimé: 30h Novembre 2014 Suivi du processus Préparation du temps fort n°3 Temps estimé: 20h Décembre 2014 Suivi du processus et nouveaux tests Temps fort n°2, l’hiver: Evènement festif et pédagogique sur le(s) lieu(x) d’expérimentation. Temps estimé: 30h Janvier 2014 Suivi du processus Temps estimé: 10h Février 2013 Suivi du processus préparation du temps fort n°4 Temps estimé: 20h Mars 2014 Temps fort n°4: Résultat de l’expérience Evènement festif et pédagogique sur le(s) lieu(x) d’expérimentation. Temps estimé: 50h


modèle économique Notre projet sera financé par le mécénat auprès d’entreprises partageant nos valeurs et désireuses de soutenir notre engagement écologique et expérimental. Nous sommes un collectif d’architectes et paysagistes, notre force motrice est l’intérêt que nous portons sur les espaces de vie et sur les questions contemporaines qui les concernent. Sur ce projet, notre but est de pouvoir expérimenter le dispositif afin d’en perfectionner la mise en œuvre. Par la suite notre objectif est de permettre à des regroupement de citoyen-jardiniers, souvent moteurs de l’agriculture urbaine, d’utiliser efficacement, sainement et dans une logique écologique cette ressource qu’est l’eau de pluie. Nous ne sommes pas garants de l’industrialisation de ce produit, seulement de sa reproductibilité. Son intérêt réside dans son adaptabilité aux lieux d’implantation, aux techniques que nous maîtrisons et aux matériaux dont nous disposons.


Impact sur les lieux d’ expérimentation et modalité d’ implantation L’impact au sol est minimal. D’une part pour libéré au maximum l’espace au sol pour les cultures ; mais aussi pour anticiper une implantation dans l’espace public qui requiert que le projet ne soit pas accessible par le public. Pour ce faire, le dispositif est aérien. Le dispositif O’LIB a pour vocation d’être autonome. Il nécessite un paramétrage progressif durant les débuts de l’expérimentation. Ceci pour avoir les plus justes débits d’irrigation et volumes de stockage en fonction des besoins en eau des plantations. Le but étant que l’arrosage soit autonome, le jardinier n’ayant qu’à faire quelques variations de débits en fonction de ses observations sur l’état des plantations. Moyens à mettre en œuvre : Raccordement, court-circuit de gouttière, volume de stockage. Différent selon les lieux. Cela ira de la cuve PVC rigide à un assemblage de réservoirs souples. Tendre des câbles, supports du réseau d’irrigation.


budget

Kit de distribution et d'irrigation au mètre

kit de collecte des eaux

Kit de stockage des eaux collectées

Frais d'investissement Objet

Usage

Poche à eau pliable 10L Tuyau PVC 10 mm Câble 6 mm Serre câble 6 mm Mousqueton à vis Pitons Connecteurs PVC tuyaumembrane Connecteurs T 10 mm

Stockage verticale de l'eau. Acheminement de l'eau. Suspension des poches. Serrage des câbles. Attache des câbles Ancrage mural. Connexion des tuyaux PVC aux poches à eau Connexion des tuyaux PVC

Serrage des connexions des Collier de serrage 15 mm tuyaux PVC TOTAL Tube Plexiglas Tube à insérer à la place de transparent 100mm la gouttière. Maille métal 85cm Filtre Tube flexible transparent Gouttes à Gouttes 25mm Plaques de PVC Compartimentation du tube Scotch de plombier Etanchéité Connecteurs de tubes Raccord avec la gouttière PVC transparent Etanchéité des Mastic compartiments Maintient des Petites vis perforantes compartiments Serrage des connexions des Collier de serrage 30 mm tuyaux PVC TOTAL Poche à eau pliable 10L Stockage verticale de l'eau Serre câble 6 mm Serre câbles Mousqueton à vis Attache des câbles Connecteurs PVC tuyau- Connexion des tuyaux PVC membrane aux poches à eau Tuyau spiral PVC 10 mm Alimentation en eau Pitons Ancrage mural LEDs Eclairage nocturne. Piles Alimentation de l'éclairage Connexion des poches d'eau Connecteurs Y 10 mm aux tuyaux spiral Serrage des connexions des Collier de serrage 15 mm tuyaux PVC Connexion des poches d'eau Tuyau PVC 10 mm aux tuyaux spiral Câble 6mm Support de la guirlande TOTAL TOTAL irrigation d'un jardin

Distribution de l'eau du stockage aux plantations sur un jardin de 50m²

Qté

Unité PU (€)

PT (€)

5,00 3,00 3,50 7,00 6,00 4,00

pcs m m pcs pcs pcs

7,99 1,78 5,70 0,22 2,00 8,00

39,95 5,34 19,95 1,54 12,00 32,00

5,00

pcs

1,60

8,00

1,00

pcs

0,87

0,87

30,00

pcs

0,50

15,00 119,65

3,00

m

29,06

22,00

cm

2,00

44,00

85,00

m

4,86

413,10

1,00 1,00

pcs rouleau

1,00 10,00

1,00 10,00

2,00

pcs

3,00

6,00

1,00

tube

4,00

4,00

10,00

pcs

0,10

1,00

12,00

pcs

0,50

6,00

0,63 0,13 0,00

pcs pcs pcs

7,99 0,22 2,00

566,28 4,99 0,03 0,00

0,38

pcs

1,60

0,60

2,75 0,10 0,33 0,33

m pcs pcs pcs

8,00 8,00 0,3475 2

22,00 0,80 0,11 0,66

0,25

pcs

0,87

0,22

20,00

pcs

0,50

10,00

0,13

m

1,78

0,22

1,25

m

5,70

7,13 46,76

30,00

m

46,76

1402,83

TOTAL MATERIEL

87,18

2088,76

Frais de personnel Compétences

Action

Assembler les kits en vue du Assemblage du dispositif montage et intervention sur et pose du dispositif la gouttière Location d'une Transport du lieu de camionnette pour la stockage au site livraison du matériel d'irrigation sur site Démontage du dispositif, Remise en état du site éventuels nettoyages et après projet remise en état après détériorations Aller-retour hebdomandaire Déplacement annuels Lille-Paris en TGV TOTAL

Qté

Unité PU (€)

PT (€)

2,00

j

300,00

600,00

150,00

j

0,50

75,00

2,00

j

300,00

600,00

52,00

pcs

50,00

2600,00 3875,00

TOTAL GENERAL Objet Frais d'investissement Frais de personnel TOTAL GENERAL

PT (€) 2088,76 3875,00 5963,76

O'lib  

Appel à projet de la ville de Paris 2013 VEGETALISATIONS INNOVANTES

Advertisement