Page 1


Si l’amour embellit les femmes, les femmes, elles, embellissent l’amour.» { Anne Bernard } La chèvre d’or

Editeur : COOL PRINT SOLUTIONS S.L CIF : B65022782 – Tél : 933 193 177 Publication : Thierry Trabarel thierry.cool.print@gmail.com – Tél : 695 593 969 Service Rédaction : Philippe Cusumano philippe.piloteurbain@gmail.com – Tél : 652 654 171 Service Commercial : Charly Trabarel, Alban Drapeau charly.piloteurbain@gmail.com – Tel. 625 251 324 comercial.piloteurbain@gmail.com – Tel. 0033 616 180 611 Ont collaboré à ce numéro : Marie Holweck, Aurélien Le Genissel, Noé Moulin, Céline Kermel, Astrid Ferriere. Photo de couverture : El Bandido del 8 Photographie : Cool Print Solutions S. L, Marie Holweck. Illustrations : Stefgrafix Création graphique : Stefgrafix / Cool Print Solutions SL. Impression : Cool Print Solutions SL. Dépôt légal : A58384959 info@piloteurbain.com www.piloteurbain.com

Musique P.04

Charlie Winston + Festival Cruïlla + Grec 2010 + Mas i Mas Festival + Monegros Desert Festival + Critics disc + Jeux concours festivals

El Bandido del 8 P.18

Le langage des sens, une expérience

Cinéma P. 22

Treme + La vida privada de Pippa Lee + Villa Amalia + El retrato de Dorian Gray + Classement

Littérature P. 26 L’homme d’Aden + L’illusionniste

Agenda P.28

Musique + Cinéma + Exposition + Arts scéniques

Le magazine est imprimé et édité par Cool Print Solutions S.L. Sans Visa n’est pas responsable des opinions, illustrations et articles de ses collaborateurs.

juillet - août 2010 | Sans visa | 3


musique

INTERVIEW CRUILLA

Charlie Winston En attendant sa venue le 17 juillet au festival Cruïlla (Parc del Fòrum), Charlie Winston a bien voulu répondre à nos questions... Tu seras à Barcelone dans quelques semaines... ce sera ton premier concert en Espagne ? Non ce ne sera pas le premier. Mon groupe et moi avons déjà joué en Espagne il y a quelques mois dans un club à Madrid et au festival Womad, à Cáceres. Tes influences, ta formation... ton style de vie jusqu’à maintenant ? J’ai passé beaucoup de temps sur la route, un peu comme un vagabond. J’ai fait beaucoup de concerts depuis un an et demi, surtout en France, mais cette année on a commencé à se produire dans le reste de l’Europe. Tu as grandi dans une famille de musiciens, est-ce une contrainte pour construire sa propre identité musicale ? Pas vraiment. J’ai une forte personnalité et une passion furieuse pour m’exprimer, pas 4 | Sans visa | juillet - août 2010

seulement par la musique mais en utilisant l’art sous toutes ses formes. Ma famille a toujours été un soutien pour cela. Tu as été attiré en premier par la composition ? Oui immédiatement, je pense que je suis un compositeur. Quand as-tu touché pour la première fois un instrument ? Lequel ? Le chant je suppose. Mes parents chantaient, donc j’ai chanté avec eux. Pour mes huit ans, ils m’ont offert une batterie donc on peut dire que c’était mon premier instrument (externe). Tu as étudié très jeune, travaillé comme compositeur, musicien et chanteur. Astu une vocation pour la musique depuis toujours ? Comme je l’ai dit, mes parents ont toujours joué de la musique depuis ma naissance. Je


ne me suis jamais questionné sur l’influence que la musique aurait pu avoir sur moi, elle a toujours fait partie de moi, elle m’est essentielle pour vivre. Dans une dizaine d’années nous pourrons te voir t’exprimer comme un danseur ou un acteur ? Je le fais déjà. Pour l’instant cela est juste vrai pour mon spectacle et mes clips vidéos mais je souhaite également intégrer ces formes d’expression artistiques. D’une certaine manière, je voudrais me centrer sur elles sous une forme plus rigoureuse.

Qu’est-ce que tu fais quand tu ne joues pas ? Je lis des livres, je regarde des films, je vois mes amis et ma famille, j’écris, je nage, je fais du vélo, je marche. Quelle partie de Chaplin et de Churchill serais-tu ? Chaplin – le clown Churchill – le clown Comment tu définirais ta musique ? De trop de façons. Je préfère laisser cela aux journalistes. Qu’est-ce que tu recherches avec ton public ? Le berger, pas le mouton. Les projets Quels sont tes projets pour le futur ? Ecrire la musique pour des films, enregistrer plus de disques pour moi-même et pour d’autres projets. Je voudrais aussi écrire pour un orchestre, danser, faire de l’art et passer une longue période en pratiquant juste le piano, comme quand j’étais à l’université. Tu connais Ben Edwards depuis quelques temps maintenant, comment se caractérise votre collaboration ? Est-ce que vous êtes complémentaires d´une certaine manière ? C’est un grand musicien et un ami. Il est complètement dévoué à sa musique. Il n’arrête jamais de pratiquer un instrument, que ce soit l’harmonica, le dulcimer, la flûte, le piano, la percussion. Il est obsédé. Bonus : Quelle est ta chanson préférée de Ray Charles ? Joues-tu aux échecs ? I got a woman Pas beaucoup ces derniers jours mais j’adore ça. � Texte : Marie Holweck. juillet - août 2010 | Sans visa | 5


val

festi

FESTIVAL CRUÏLLA, SANS FRONTIERES MUSICALES Pour sa troisième édition le Festival de musique urbaine Cruïlla s’installe à Barcelone, au Parc del Fòrum. Entre pop, hip-hop, folk, reggae, jazz, Cruïlla propose un vrai mélange des styles et des influences. Chaque jour, 12 heures de musique sans interruption sur trois scènes différentes avec des groupes venus des quatre coins du monde

D

e l’Afrique (Femi Kuti, Alpha Blondy, Daara J Family) à l’Amérique du Nord (Ben Harper and Relentless7), du Sud (Moyenei), et la Jamaïque (The Wailers) en passant par l’Australie (Xavier Rudd), Cruïlla revendique son ouverture aux musiques du monde et sa recherche de compositeurs et mélodies authentiques. La scène européenne est également bien représentée (Charlie Winston, Vinicio Capossela, Terrakota, Bandabardò…) comme le sont les groupes locaux (Macaco, Love of Lesbian, Albert Pla, Roger Mas…). Ce festival « sans frontières musicales » privilégie la qualité de la musique et du spectacle. Avec des têtes d’affiches et de fortes personnalités scéniques, Cruïlla assure deux journées de plaisir et de fête ! Parmi tous ces artistes on peut souligner la

6 | Sans visa | juillet - août 2010

présence du grand Ben Harper, venu présenter son nouveau projet avec le groupe Relentless7 et leur album White lies for dark times . The Wailers, qui accompagnèrent Bob Marley durant plusieurs années, nous feront partager leurs bonnes vibrations. Une très bonne sélection britannique avec des artistes confirmés comme DJ Woody ou Charlie Winston qui assurent un son et des performances de haute qualité. La fureur Ebony Bones ! Cette artiste vibrante à l’énergie communicative offre, partout où elle passe, des concerts explosifs de rythmes et de couleurs. Et une des révélations et voix du moment de la folk britannique, Jon Allen. Ce jeune compositeur aux textes d’une grande sensibilité sait lui aussi conquérir son public sur scène. Le reggae africain sera représenté par Alpha Blondy, qui chante dans plusieurs langues les réalités sociales et politiques du continent africain. La scène catalane est aussi à l’honneur. On retrouvera avec plaisir des groupes locaux dont le succès a dépassé les frontières ibériques, tels Macaco et Love of Lesbian. Le festival nous permet aussi de découvrir de jeunes talents comme Maria Coma ou encore Maria Rodés.


Cruïlla, à l’image de sa sélection de chanteurs engagés, porteurs de messages sociaux, collabore avec plusieurs associations : Amnesty International, Intermon Oxfam, Intervida, Fundacio Catalana d’Esclerosi Lateral Amiotrofica (Elacat) et la Croix Rouge. Des aires de repos et des espaces de restauration seront mis à la disposition du public pour profiter pleinement de ces deux journées de diversité musicale. Venez découvrir et redécouvrir les talents de la musique urbaine, sous le soleil de Barcelone ! �

Infos pratiques  Horaires Chaque jour, ouverture des portes à partir de 16h. Les concerts commencent à 17h . Comment accéder au Parc del Fòrum Rambla Prim, 1 – 08019 Barcelona Métro L4 (parada El Maresme/Forum) Tramvia L4 (Fòrum Estacio) Bicing : Rambla Prim, Selva de Mar con Pallars, Plus d’informations : www.cruillabarcelona.com Tél. 93 798 36 32

Texte : Astrid Ferriere juillet - août 2010 | Sans visa | 7


val

festi

événements musique

GREC 2010 Festival de Barcelona

P

as d’été sans festival Grec ! Avec plus de 65 spectacles (cirque, théâtre, musique et danse contemporaine) et une affiche peu conventionnelle, le plus ancien festival de Barcelone (il s’agit de la 34ème édition) risque comme chaque année, de nous surprendre. Parmi la multitude de propositions, ne ratez pas le cycle Panorama Japó qui présentera les œuvres de quelques-uns des meilleurs chorégraphes, comédiens et danseurs japonais : Fast Forward 10 et 11 juillet / CCCB Avant-garde ! Vous y rencontrerez pêle-mêle les instruments imaginaires de Maywa Denki, les sons magiques du Stingraphy Ensemble, les danses magnétiques de Masako Yasumoto ou encore les happenings musicaux de l’extravagant Fuyuki Yamakaga. Miror and Music 17 et 18 juillet / TNC Danse contemporaine ! Réflexion chorégraphique sur le caractère à la fois tangible et intangible de la musique et l’image que nous en donnent les miroirs qui entourent les danseurs.

Ko Murobushi 11 et 11 juillet / Teatre Lliure Butó ! Deux pièces et deux visions de la danse Butó (danse du corps obscur), un genre unique qui s’inspire de la mort et des croyances shintô. Les mélomanes s’intéresseront quant-à-eux au cycle Nits de Música de la fondation Miró qui accueillera tous les jeudis de juillet quelques grands noms de la musique contemporaine, du jazz ou de l’improvisation (Sophie Agnel & Olivier Benoit, Sons-Nús, La Banda d’Improvisadors et Saadet Türköz & Hans Koch) ou aux concerts audio-visuels des artistes japonais AVVA, Sawako, et Ryoichi Kurokawa qui se dérouleront au MACBA les 1, 8 et 15 juillet sous l’appelation Àudio_pantalla MACBA. Enfin, n’oubliez pas que le Sifó monte un popup restaurant dans les jardins du Théâtre Grec pendant toute la durée du festival et propose un menu inspiré par les saveurs méditerranéennes à déguster sous le ciel étoilé. � www.bcn.cat/grec www.telentrada.com Réservation restaurant restaurantgrec@sifo.es

Textes : Noe Moulin 8 | Sans visa | juillet - août 2010


El Disbarat Grácia Situé à Grácia, près de la station de métro Fontana, ce restaurant qui est une ancienne bodega est l’endroit parfait pour les amoureux de la cuisine méditerranéenne, des plats traditionnels catalans ou tout simplement pour ceux qui aiment une viande exquise ou des légumes à la braise. Les desserts sont faits maison et la carte des vins est très variée. El Disbarat est une authentique taberna-braseria entièrement décorée de bois et de miroirs de diverses époques. Un endroit idéal pour se retrouver entre amis.

� C/ Montseny 14, <M> Fontana Ouvert du lundi au dimanche de 20h30 à 00h / également samedi et dimanche de 13h30 à 16h. � 93 237 11 13

BIG J’S Raval Intrigant et assez atypique à Barcelone, ce lieu contraste fortement du classique Fast Food que nous avons l’habitude de voir à chaque coin de rue. Le Big J’s Burger est un échantillon intact de la vraie culture américaine du Burger et de ses incontournables Milkshakes. Un espace uniforme aux allures contemporaines qui laisse néanmoins transparaître largement les influences d’un style rétro. Laissez-vous surprendre par l’originalité du lieu et de son décor, mélangez-vous aux restes d’une vieille cadillac et autres vespas... profitez des meilleures années de la culture américaine.

Calle del Carme, 74 – Tél : 934 438 067 - Ouvert juillet de -18h à| Sans 02h août 2010 visa | 9


val

festi

événements musique

MAS i MAS Festival

Un été placé sous le signe de l’éclectisme

Quel style de musique ressemble le plus à l’été ? Les notes légères et fraîches d’une sonate pour piano ? Les rythmes enjoués d’un groupe de flamenco ? Les beats envoûtants d’un bon DJ house ? Laissant chacun faire son choix, Mas i Mas propose pour la 8ème année consécutive un cycle de plus de 140 concerts pendant tout le mois d’août dans 7 lieux uniques de la capitale catalane (Auditori, Palau de la Música, Jamboree, Pedrera, Luz de Gaz, Tarantos et Moog) 29 juillet – Rokia Traoré / l’Auditori D’origine malienne, la chanteuse Rokia Traoré a vécu dans de nombreux pays comme l’Algérie, l’Arabie Saoudite ou la France où elle a pu s’imprégner de différentes cultures et musiques. Depuis un premier album (Mouneissa) qui lui valut le prix de la Découverte Afrique en 1997, cette héritière de l’afro-beat est devenue une valeur incontournable de la world musique ; elle nous donne rendez-vous le 29 juillet à l’Auditori pour un concert qui gravitera autour de Tchamantche, son dernier album en date. � 31 août – Mozart en Jazz / Palau de la Musica Llibert Fortuny - Saxo, Manel Camp – Piano S’il était encore parmi nous, Mozart aurait sans doute apprécié cette touche jazzy que Camp et

Fortuny ont greffée à quelques-unes de ses œuvres. Ce duo catalan revisitera des classiques tels que La Marche Turque, Petite Musique de nuit, Les Noces de Figaro ou encore La Flûte enchantée. Rigoureux et libertins, tout comme Mozart l’était en son temps, Manel Camp i Llibert Fortuny ont une vision unique de la musique qu’ils partageront avec le public du Mas I Mas lors de ces trois concerts (18h30/19h30/20h30) au Palau de la Musica. �

Mas I Mas festival /Moog Au grand plaisir des noctambules, pendant le festival, le Moog accueillera tous les mercredis quelques-uns des meilleurs dj’s et producteurs de la scène électronique européenne. Le 4 août, le club de l’Arc del Teatre reçoit Hardfloor, duo considéré comme l’un des piliers de la scène acide techno. Le 11, c’est le label Rephlex qui sera à l’honneur avec le live de Dmx Crew. Le mercredi 18, on reste dans les sons barrés et saccadés, mais cette fois de la main de Mike Dred et Kosmik Kommando qui débarquent en force avec leurs machines. Enfin, pour la dernière soirée (27 août), le Moog invite I-F, référence underground de l’electro old school et auteur du fameux Space Invaders are Smoking Grass. � Mas I Mas festival Du 29 juillet au 1er septembre. www.masimas.com/festival www.codetickets.com/home/index.html Textes : Noe Moulin

10 | Sans visa | juillet - août 2010


val

festi

événements musique

Monegros Desert Festival/Huesca

La Musique à l’état pur ! Plus qu’un festival, le Monegros est un pèlerinage pour des milliers de fêtards qui font le déplacement chaque année pour vivre cette longue messe de la musique électronique. Planté au milieu du désert de Huesca, le festival ouvre ses portes le samedi sur le coup de 17h et c’est parti pour près de 24 heures de musique et de fête non stop dans 7 espaces différents. Qu’ils soient issus de la scène minimale, house, hiphop ou dubstep, les artistes qui fouleront le sol du désert de Huesca cette année sont, pour la plupart d’entre-eux, considérés comme les plus importants représentants de leur style respectif. Parmi les nombreux invités, ne manquez pas le show énervé de Pendulum, la house baléarique du chilien Luciano ou le cocktail détonnant électro-rock concocté par les 2ManyDj’s. Les fans de hip-hop pourront se délecter du flow de Busta Rhymes ou des rythmiques sucrées de la Mala Rodriguez. Enfin, les techno-heads seront comblés par les sets de DJ Rush, Richie Hawtin, Laurent Garnier ou Jeff Mills. � 17 juillet / 17h00 http://www.monegrosfestival.com 70 € / www.ticketmaster.com Textes : Noe Moulin 12 | Sans visa | juillet - août 2010


SÓ-LÓ bar Poble sec Só-Ló, le bar « débanaliseur » international, vous propose fusion de saveurs et musiques influencées par l’Amérique Latine et l’Afrique. Ici le rhum est le roi de la nuit et vous vous laisserez probablement tenter par les rhums arrangés au mojito de maracuja. Vous aurez également le plaisir de retrouver les meilleures bières internationales et le fameux Picon bière. Les amoureux du rugby ont trouvé leur repère, retransmission du Tournoi des six nations sur grand écran.

� C/ Margarit, 18 Ouvert du mercredi au dimanche de 18h à 2h, fin de semaine et veille de jour férié jusqu’à 2h30. <M> Paral.lel � 933 29 76 18 DESBANALIZANDO DESDE 2007 DESCONCERTANDO DESDE 2010


critiques disques

dOP – Watergate 06

Watergate Records / Wordandsound Après avoir accueilli Ellen Allien, Sebo K ou Konrad Black, c’est au surprenant trio français dOP que le Watergate a remis les clés de son dancefloor. Aux antipodes de cette scène French touch 2.0 en version fluo qui se meurt peu à peu, dOP nous sert un mix frais et novateur enregistré à la manière d’une jam session entre amis (Nôze, Seuil, Mathias Kaden ou encore Catz & Dogz sont de la partie). Sons chaloupés, paroles lubriques et groove implacable se lovent sur cette compilation qui nous donne envie de crier House is not Dead ! �

Trentemøller Into The Great Wide Yonder In My Room Depuis ses premières productions deep house sur le label Naked Music, le Danois Anders Trentemøller s’est positionné comme l’un des représentants majeurs d’une nouvelle scène électronique. Il a su effacer peu à peu les frontières entre sons organiques et machines. Sur ce deuxième Long Player (remix) au titre évoquant de lointaines contrées, le producteur réussit à nous fasciner, tout en suivant la voie qu’il avait empruntée sur The Last Resort. Que

l’on le définisse comme mélancolique, cinématographique ou encore introspectif, Into The Great Wide Yonder est l’un de ces rares disques, inspirant et captivant à la fois que l’on placera aux côtés du Mezzanine de Massive attack ou encore des premiers Unkle. �

Araceli Aiguaviva Deixa

Independiente , 2010 Araceli, chanteuse catalane de jazz, accompagnée de ses musiciens habituels, nous présente son 3eme disque intitulé Deixa. Une fois de plus l’artiste ne tombe pas dans la facilité, elle se risque à un mélange des genres peu commun. Araceli va puiser dans les mélodies de l’époque dorée de la Bossa Nova pour les emmener et les introduire dans le monde du jazz et de l’improvisation. Elle nous propose de revisiter le répertoire qu’elle affectionne le plus, les chansons qu’elle avait en tête ou bien celles qu’elle a redécouvertes. Une expérience musicale qui dresse à l’instant le portrait d’une artiste difficilement classifiable ! � Textes : Noe Moulin

14 | Sans visa | juillet - août 2010


Local bar Born Idéalement situé dans le Born, le Local Bar fait partie de ces lieux qui mélangent les ambiances. Disposant d’une salle cosy, il vous sera très agréable de vous retrouver entre amis autour d’un verre, dans l’intimité d’un bar qui vous laisse l’opportunité de vous entendre parler. Pour ceux qui aiment les ambiances plus animées, la seconde salle du Local Bar vous est dédiée avec la diffusion des matchs de la Liga et de la Champions. WIFI gratuit..

� C/ Ases 7 Fossar de les Moreres � 93 319 13 57 Ouvert tous les jours de 9h00 à 2h30, vendredi et samedi 9h à 3h. www.localbar.es / www.myspace.com/ localbarbarcelona


Jeu concours

Festival Cruïlla

2 entrées individuelles à gagner pour chaque soir du Festival Cruïlla 16 et 17 juillet au Fòrum de Barcelone. Ecrivez-nous à : sansvisa@piloteurbain.com Objet : Cruïlla

Festival Monegros Vivez une expérience unique au Monegros Desert Festival 2 entrées individuelles à gagner

Gagnez la possibilité de vivre une expérience unique. Le gagnant pourra assister au festival et aura accès à la zone VIP et terrasse. 17 juillet - www.monegrosfestival.com Ecrivez-nous à : sansvisa@piloteurbain.com

16 | Sans visa | juillet - août 2010

Objet : Monegros


montjuca"

11:30-12:30h dels infants per l'accio sortida espectacle social als av. paral ' lel"reboooombori" ludo- barris c de sant pau animacio

mati 10-13h

17 - 18h

teca mostra de de jocs puntaires a del carrec de vol mon i Boixet

taller 19:45 - 20:45h Ballet "danza basket beat, dels nois i clasica de &mostra musical noies del casal f lamenco" tallers dels infants

mayumana, a carrec

batukadatar "unidos de da montjuca"

batukada "unidos de

casal

boqueria la ramblac de sant pau i junta de comerc

accio social als 20:30 - 21:30h barris teatre clown "la maga que la caga" assoc. cultural la ciutat de les paraules

sopar

popular del carrer st.pau i

infantil

i c junta de comerc 12:30-14h

musica de ball amb el grup

aura

21:30-24h espectacle de tango flamenco

24 - 01h

junta de comerc actuacio del de veins es comerciants grup i amics gues

nit

"el tumbao de juana" 01 - 02h actuacio de

tullis rennie dj

disseny: www.sonjapoehlmann.com

10:30-11h

amb orxata per tot els nens i nenes

& concert de interrap 18 - 19:30h presentacio cultural

www.barcelonaciclotour.com

www.barcelonarentabike.com


El Bandido del 8 Epopée d’un illustrateur à la conquête de Barcelone Rencontre avec Miguel Avecilla alias El Bandido del 8 qui ouvre à Sans Visa, les portes de son expérimentation de la matière.

L

e côté épique du farwest et l’esprit touche à tout de l’homme araignée donne à Miguel, une double identitée de personnage de bandes dessinées, celui de Lucky Luke et de Spider Man. Arrivé à Barcelone pour y tisser sa toile d’artiste, il y a quelques mois non pas en santiagues ou en costumes de super héro mais avec une paire d’Asics. Son lasso, un simple crayon, « outil de son cerveau ». Ses proies, les matières et les textures qu’il kidnappe, travaille au corps et tatoue de son trait.

sourire aux lèvres, ses samedis matins lorsqu’il s´inventait des scénarios. Des études d’Histoire de l´Art et de communication visuelle pendant 5 ans lui ont permis de concrétiser ses talents. D e la c o ns t r u c t io n d e prestigieux châteaux de sable avec fumée, il est passé à l´élaboration de d e ssins au x pay sa ge s surréalistes. De même que sa revue vendue à 30 pesetas dans la cour de l’école primaire a cédé la place à la publication de ses illustrations dans la revue Rojo.

C´est depuis son enfance que Miguel a créé un monde dans lequel il plonge et explore le langage de ses mains. Il raconte

Son surnom « El Bandido » sort de la bouche d’un vieil ami. Le « 8 » représente pour lui, une forme de cycle infini et deux boucles Texte : Marie Holweck

18 | Sans visa | juillet - août 2010


mars - avril 2010 | Sans visa | 19


mystérieuses similaires à des yeux qui obser vent son jeu avec la matière qu’il travaille pendant des heures ou après un flash. Le plus grand dilemme de cet artiste, le rythme. Et plus encore le dernier coup de crayon. Pour être convaincu de sa composition, son exigence lui impose d’en tomber littéralement amoureux. Un temps qu’il doit aussi consacrer à se détacher définitivement du papier, de l´ordi, du tissu ou de l’objet. Attiré par tous les supports, il n’hésite pas à mélanger les styles, les ma-

20 | Sans visa | juillet - août 2010

tériaux et les outils les plus variés, dont le résultat est un patchwork visuel. C’est dans un univers « bizarre et fascinant », marqué par le surréalisme du roman de l´écrivain polonais Jean Potocki « Manuscrit trouvé à Saragosse », que Miguel aime se projeter. Dans ses dessins il mélange personnages du Moyen-Âge et gens du cirque, et oppose nature et machine. Ces pointes romanesques sont d´autant plus intrigantes lorsqu´elles sont comparées à un autre dessin (couverture de ce numéro) où les


épées sont des lasers et les personnages des robots. Un dessin d’une fleur peut dégager un lyrisme abondant, un design à vocation publicitaire, une vive froideur. Autre élément récurrent de ses dessins, l’écriture qu’il compare à un « nuage de formes » qui lui permet de compléter son dessin et d´en faire « une mécanique vivante ». Influencé lors de ses études en Hollande par le DROOG, un mouvement de design conceptuel des années 90 et fan de groupes anglo-saxons comme Yeasayer ou The Sonics, c’est dans la langue de Shakespeare qu’il écrit.

Evitant de tomber dans la répétition lors du processus de création, el Bandido cherche l´expression unique. Même s´il choisit de travailler sur des supports qui permettent une diffusion massive comme la sérigraphie. Selon lui, l’unique se reconnaît lorsqu’il est répété (exemple : le street art). Néanmoins, il cherche à tout prix à éviter la standardisation et à jouer les contrastes de contenus et contenants pour aller toujours plus loin dans la création. � + d´infos : http://www.behance.net/duke8

juillet - août 2010 | Sans visa | 21


Treme

L

’été arrive et les salles de cinéma semblent se vider de bons films à un rythme inversement proportionnel à celui qui remplit les plages de gens et de touristes. C’est pour cela, qu’au lieu de parler de La saga Crepúsculo, Eclipse ou de Shrek, Felices para siempre, notre première page ciné sera consacrée, pour une fois, à une nouvelle série télévisée. Les après-midi chaleureuses et le temps libre aidant, cela permet tra de mieux profiter des 10 épisodes de la première saison de Treme, le dernier petit bijou de David Simon. Et c’est qui David Simon ? L’un des grands maîtres de HBO, la chaine de qualité du câble américain, et le père de The Wire, celle que beaucoup considèrent comme la meilleure série de tous les temps. Mais pas seulement. C’est aussi le responsable de Generation Kill, une minisérie de 7 épisodes qui retrace le quotidien parfois usant, parfois excitant, souvent ennuyeux, des soldats envoyés par les Etats- Unis pour envahir l’Irak. Simplement l’une des meilleures radio graphies de l’envers de la guerre.

Pour son nouveau projet, Simon change complètement de genre. Plus de mitraillettes, plus de grenades, plus de trafic de drogues à Baltimore. Mais toujours la vie quotidienne, la trivialité des petites choses, l’usure des faits ordinaires. Dans ce cas, celui d’un quartier de la Nouvelle-Orléans où les habitants doivent apprendre à reconstruire leur vie après le passage de l’ouragan Katrina. Et pour cela, ils vont surtout utiliser la joie et l’énergie de la musique (jazz, soul et toute la tradition de la musique noire américaine), l’un des sujets principaux de Treme. Toute une palette de curieux personnages, comme Ladonna, propriétaire d’un bar, Antoine Batiste, excellent trompettiste ou l’avocate Toni Bernette, qui vont se retrouver dans des situations dramatiques mais toujours mêlées d’humour et d’une poignante proximité. Ça va être lent, ça va être alambiqué, ça va être contemplatif, ça va être le contraire du cinéma efficace, rapide et saccadé d’Hollywood. Ça va vous prendre, vous émouvoir, vous transporter. Ça va être bien. � Texte : Aurélien Le Genissel

22 | Sans visa | juillet - août 2010


Podium La vida privada de Pippa Lee

L

’histoire est aussi simple et complexe qu’une vie peut bien l’être : Pippa Lee, interprétée par la magnifique Robin Wright Penn, est une femme d’une quarantaine d’années qui s’installe dans une ville résidentielle et tranquille de la côte Est des EtatsUnis pour profiter de la retraite que son mari, un grand éditeur, vient de prendre. Mais sous le masque du couple idéal et de la femme aimante et attentive, se cache une angoisse refoulée qui va finir par prendre le dessus après une série d’événements qui vont bousculer la vie tranquille du couple. Car Pippa Lee n’a pas toujours été aussi sage et c’est ce que la réalisatrice Rebecca Miller, fille du célèbre écrivain Henry Miller, va nous montrer grâce à une série de flashback symboliques qui expliquent la jeunesse de la jeune femme et les raisons qui l’ont poussées à devenir ce qu’elle est. Le film surfe sur cette mode des productions, plus ou moins indépendantes, qui veulent montrer les souffrances d’une classe moyenne qui se rend compte que les rêves de la société de consommation ne sont pas suffisants pour être heureux. L’éternel débat entre les espoirs de jeunesse et le temps qui passe. Ou la crise de la quarantaine de Pippa Lee. �

Villa Amalia

I

l y a 50 ans sortait, sous les huées du public cannois, L’Aventura, le premier volet de la trilogie de Michelangelo Antonioni qui allait changer l’idée qu’on se faisait du cinéma. Comme une espèce d’hommage inversé, Villa Amalia semble reprendre, tout en la réactualisant, la problématique du chef-d’œuvre du cinéaste italien. Antonioni se centrait sur la disparition d’Anna et les conséquences que cette absence pouvait avoir sur le (futur et probable) couple Sandro-Claudia. Benoit Jacquot fait à peu près le contraire. Il propose une sorte de phénoménologie de la disparition à une époque où il est presque impossible de passer inaperçu. Cette fois-ci, la caméra suit le lent, progressif et méthodique effacement qu’Anna, interprétée par Isabelle Huppert, essaye de mettre en place après avoir aperçu son mari en train d’embrasser une autre femme. Une tentative de fuite qu’elle va réussir grâce à l’aide de Georges, un ami d’enfance, et qui va l’emmener à la recherche de son petit coin de paradis. Une belle façon de renouer avec un grand maître et de rappeler que le cinéma n’est jamais aussi beau que quand il flirte avec les non-dits, le vide, le fantasme et la suggestion. �

El retrato de Dorian Gray

expliquer de plus sur le El retrato de Dorian Gray, le chef d’œuQ uevrepeut-on d’Oscar Wilde ? Pas grand-chose, à vrai dire, si ce n’est qu’il continue d’être, aujourd’hui plus que jamais, d’une poignante actualité. Oliver Parker nous en offre ici une plaisante adaptation qui réussit à divertir le spectateur sans vraiment le transporter dans les profondeurs du style et des pensées, toujours aiguisées, du poète anglais. On ne lui en voudra pas trop car son casting est très correct et sa mise en scène ne tombe pas dans un excès visuel toujours tentant. Une version sérieuse et académique dont les atouts et les défauts sont justement… son sérieux et son académisme. � Textes : Aurélien Le Genissel

24 | Sans visa | juillet - août 2010


Classement Le plus attendu : Sexo en Nueva York 2 Carrie Bradshaw et ses copines sont de retour dans ce deuxième volet de l’adaptation cinématographique de la fameuse série d’HBO. Et tout le cortège des fans va se déplacer pour aller les voir. Une pérégrination qui sera sûrement décevante tellement le format, les blagues et les privates jokes sont usés. Glamour, copinage, potins et luxe loin de New York. Un peu comme Friends au Texas, quoi. L’OVNI : Mr. Nobody Il n’y a plus de bon film (ou de bonne série) sans sa dose thérapeutique de paradoxes temporels, coïncidences jouissives ou jeu métadiscursif. C’est cela qu’offre ce film, en plus d’un casting étincelant (Jared Leto, Diane Kruger…) et d’une esthétique léchée. Le problème c’est qu’à force de vouloir compliquer l’histoire on finit par ne pas y comprendre grand-chose. Une espèce de Lost version destin personnel et sentimental. Soit on accroche soit on sort au bout de 5 minutes.

Coup de coeur : Air Doll On avait beaucoup aimé Nobody Knows et Still Walking, les deux films chocs et franchement émouvants du japonais Hirokazu Kore-Eda qui sont arrivés sur les écrans européens. On le retrouve dans un registre surréaliste et lyrique complètement différent mais qu’il domine aussi de main de maitre. Une nouvelle réussite pour un (autre) réalisateur asiatique qu’il va falloir suivre de très près. La bonne surprise : Un refugio Un film de François Ozon c’est comme la boîte de chocolat de Forrest Gump, « on ne sait jamais sur quoi on va tomber ». Après l’affligeant Ricky, revoilà le prolifique réalisateur français au mieux de sa forme. Car il n’est jamais aussi bon que quand il propose un film intimiste, sensible et dépouillé. Il faut dire que c’est la fin de sa trilogie commencée par les non moins justes Le Temps qu’il reste et Sous le Sable.

A voir sans risque : Gainsbourg (Vida de un héroe) On connait tous la vie tumultueuse de Serge Gainsbourg, son attrait pour la provocation et les scandales et tous les potins que l’on raconte sur sa vie amoureuse. On aura le droit qu’à la revue de presse de ce dernier aspect dans ce film lisse et commercial. Joann Sfar nous offre plus une vision édulcorée, onirique et pressée de la vie du chanteur qu’un vrai biopic bien ficelé. De la BD politiquement correcte, tape à l’œil et efficace.

Le navet : Un regalo para ella Recommandable pour tous ceux qui amènent leur chien (ou leur mascotte) dans des centres de beauté, lui achètent une entrecôte à diner et l’habille avec un gilet dernière tendance. Ou pour ceux qui connaissent quelqu’un comme ça. Pour le reste, il y a deux ou trois blagues à sauver dans le film et une certaine tendresse pour Alain Chabat, ce grand comique qui culmine son rôle avec une crotte de chien sur le costard.

juillet - août 2010 | Sans visa | 25


Littérature L’Homme d’Aden Envoûtants regards du Yémen u fil des pages de L’Homme d’Aden, l’écrivaine espagnole Clara Janés plonge le lecteur dans une expérience troublante : celle d’une femme occidentale confrontée au regard des hommes du Yémen. Le récit s’ouvre par un épisode troublant, le viol de cette femme «aux yeux bleus» par Amal, cet homme du bout de la péninsule Arabique. Par ce geste, la femme occidentale devient sa possession, incapable de réagir dans un monde dominé par la force mâle. Roman d’introspection, l’action se déploie dans l’esprit de la narratrice, entre sa douleur, sa soumission et son émerveillement. Cruelle réalité que celle d’une femme occidentale envoûtée par le mystère de la femme voilée, de la «mariée de Sanaa». L’œuvre est une invitation à découvrir les subtilités du paysage du Yémen, son immense steppe, son silence, ses mélodies et sa ville festive. Quelques parcelles poétiques s’imprègnent à l’œuvre, telle une louange à l’amour qui naît à Aden, malgré l’éternelle dichotomie Orient-Occident : «Cette nuit à Aden je boirai sur ses lèvres la première gorgée de vie, je me laisserai porter par son haleine jusqu’à mon dernier souffle». Récit de

A

la lenteur où s’entrecroisent les regards, L’Homme d’Aden se déguste comme un thé à la menthe, autour d’un feu dans le désert… � L’Homme d’Aden de Clara Janés, Délit Éditions, 128 pages Texte : Hélène Boucher

26 | Sans visa | juillet - août 2010


L’Illusionniste A la recherche d’une identité é de l’improbable rencontre d’un garde forestier anglais et d’une jeune Indienne, Pran Nath grandit à Agra dans la vaste demeure d’un riche avocat cachemire. Sa jeune vie bascule le jour où, excédée par son libertinage quand c’est sa propre fille qui en fait les frais, une servante de la maison révèle à son maître les circonstances de sa conception. Il est déshérité et échoue alors dans la maison close d’un proxénète. Drogué, battu et prostitué, il est finalement vendu au souverain du royaume de Fatehpur, avant d’être offert en guise de cadeau à un officiel britannique pris dans les complots du palais. Pran s’enfuit à Bombay où il devient un petit caïd débrouillard qui finit par usurper l’identité d’un jeune An-

N

La Central est un ensemble de librairies spécialisées en sciences humaines et littérature et dotées d’un fond riche et varié tant en espagnol et catalan qu’en français. La Central porte une attention particulière à l’édition française en proposant les dernières parutions de littérature et d’essai en langue originale. Elle met à disposition de ses clients un service de commande pour tout ouvrage spécifique qui ne figurerait pas dans son fond. Les librairies La Central accueillent régulièrement des auteurs et proposent de nombreux ateliers liés au monde du livre.

glais, et embarque pour l’Angleterre... Une fable complexe et pleine d’humour sur la construction et la quête identitaire, et en même temps un récit de la résilience d’un jeune garçon face à l’adversité. � Texte : Céline Kermel

L’Illusionniste de Hari Kunzru, Edition de poche, 566 pages.

� La Central (C/ Mallorca, 237), La Central del Raval (C/ Elisabets, 6), La Central del Macba (Plaça dels Ángels, 1), La Central del MUHBA (C/ Baixada de la llibreteria, 7). www.lacentral.com

juillet - août 2010 | Sans visa | 27


Razzmatazz

C/ Almogavers, 122

A partir du 08/07  Intervención en fachada-nido de verano Du mar. au dim. de 11h à 21h.

20h30

Arts Santa Mònica

La Rambla, 7

4/07  Andreina Casanova (folk)

19h30

Niu (Poble Nou)

C/ Almogàvers 208

10 €

5/07 The X + Shiva Sound (rock)

21h

BeCool

Pl. Joan Llongueras, 5

TBA

Heliogabal Sala Montjuïc

C/ Ramón y Cajal, 80 Jardines del Castillo de Montjuïc

5€ 5€

7/07  El Gos Binari (indie) 22h  La teta asustada, Claudia Llosa, Perú, 2009 20h30

Du 7 au 18/07  La venus de Willendorf

à confirmer

8/07  Gomez (indie)  Sawako (ambient / audiovisuel)  Ryoichi Kurokawa presenta Rheo (ambient / audiovisuel) Du 8 au 11/07 GREC 2010 : David Ymbernon

Plaça de les Arts, 1

11/17€

20h30 21h 21h

Bikini MACBA MACBA

Av. Diagonal, 547 Pl. Àngels 1 Pl. Àngels 1

22 € 6€ 6€

21h

Mercat de les Flors

C/ Lleida, 59

16 €

10/05 The Strange Boys (indie) 22h30 Lun. à ven. de 10h à 21h, sam. de 10h à 14h et 16h à 20h. Jusqu’au 10/07  Mostra Fire - festival international à confirmer du cinéma gay et lesbien

C/ Ramón y Cajal, 80 Jardines del Castillo de Montjuïc

6€ 5€

Sidecar

Plaza Reial

12 €

Institut Français Barcelone

C/ Moià, 8

5€

C/ Lleida, 59

22 €

Jardines del Castillo de Montjuïc

5€

à confirmer Mercat de les Flors

12/07  RocknRolla, Guy Ritchie, EEUU, 2009 20h30 Sala Montjuïc  Morcheeba (trip-hop) 21h30 Apolo Du 13 au 18/07  VIII Festival Shakespeare

À confirmer

Mataró

14/07  La naranja mecánica, 20h30 Sala Montjuïc Stanley Kubrick, Regne Unit – EEUU, 1971 28 | Sans visa | juillet - août 2010

gratuit

Teatre Nacional de Catalunya

9/07  Pony Bravo (indie) 22h Heliogabal  El verdugo, Luis García Berlanga, 20h30 Sala Montjuïc España, 1963

Jusqu’au 11/07  GREC 2010: Yukio Mishima

25 €

C/ Nou de la Rambla, 113

30 €

www.festivalshakespeare.com à confirmer

Jardines del Castillo de Montjuïc

5€

Musique Cinéma Exposition Arts scéniques

Agenda

6/07  Alice in Chains (rock)


Agenda

C/ Lleida, 59

25 €

15/07  El diván

C/ Riereta, 7

à confirmer

21h

Café Teatro Llantiol

A partir du 15/07  Barceló antes de Barceló, 1973-1982 à confirmer Arts Santa Mònica La Rambla, 7 gratuit Du mar. au dim. de 11h à 21h.  Miquel Barceló Du lun. au dim. de 10h à 20h, Sam. de 10h á 22h. CaixaForum Av. Marqués de Comillas, 6 gratuit 17/05  Mark Lanegan (rock)

20h30

Sala Bikini

Av. Diagonal, 547 20/24 €

16/07  CruillaBCN A confirmer Parc del Fòrum Rambla de Prim 2-4  Mi vecino Totoro, Hayao Miyazaki, 20h30 Sala Montjuïc Jardines del Castillo Japón, 1988 de Montjuïc 17/07  CruillaBCN  Festival Monegros

A confirmer Parc del Fòrum Rambla de Prim 2-4 A confirmer Huesca Desert de Huesca

19/07  GREC 2010: Agustí Fernández & Barry Guy 21h Mercat de les Flors C/ Lleida, 59  Vals con Bashir, Ari Folman, Israel, 2008 20h30 Sala Montjuïc Jardines del Castillo de Montjuïc  Silk Flowers + Espanya (electro-pop) 21h Heliogabal C/ Ramón y Cajal, 80 21/07  Déjame entrar, Tomas Alfredson, 20h30 Sala Montjuïc 22/07 El diván

21h

Café Teatro Llantiol

23/07  Mark Knopfler 22h Pavelló Olímpic Du lun. au sam. de 10h à 19h. de Badalona  Las vacaciones del señor Hulot, 18h00 Sala Montjuïc Jacques Tati, Fra, 1949 24/05  Dee Dee Bridgewater

22h

Teatre Grec

37 € 5 €

37 € 70 € 22 € 5€ 5€

Jardines del Castillo de Montjuïc

5€

C/ Riereta, 7

10 €

Badalona

gratuit

Jardines del Castillo de Montjuïc

5€

Montjuic

25 €

Jusqu’au 25/07  Ashton Brothers El Teatre Victòria Av. del Paral.lel, 67-69 A partir de 25 € 26/07  Despedidas, Yojiro Takita, Japó, 2008 20h30 Sala Montjuïc 28/07  Pink Martini 22h Auditori  La Clase, Laurent Cantet, Fra, 2008 20h30 Sala Montjuïc 30 | Sans visa | juillet - août 2010

Jardines del Castillo de Montjuïc

80 €

C/ Lepant, 150 22/38 € Jardines del Castillo 5€ de Montjuïc

Musique Cinéma Exposition Arts scéniques

Du 14/07 au 25/07  GREC 2010: Pep Bou / Jorge Wagensberg A confirmer Mercat de les Flors


Musique Cinéma Exposition Arts scéniques

29/07  Limbo (indie) 22h Heliogabal C/ Ramón y Cajal, 80  Sophie Agnel et Olivier Benoit (Improvisation) 20h30 Fundació Miró Montjuic  El diván 21h Café Teatro Llantiol C/ Riereta, 7 30/07  Social Disco Club (Hot/Porto) 22h30 Bar premier  La Quimera del Oro, C.Chaplin, 20h30 Sala Montjuïc EUA, 1925 + BSO en directe 31/07  BARNA SOUNDMACHINE (OCSID/bcn)  Rokia Traoré

22h30 21h

5 € 10 € 10 €

Provença 236 gratuit Jardines del Castillo 5 € de Montjuïc

Bar premier Auditori

Provença 236 C/ Lepant, 150

gratuit 30 €

Jusqu’au 01/08  Fora de joc de Sergi Belbel à confirmer Club Capitol (Sala 2) Rambles, 138 à confirmer  Expo Jazzs Galeria Esther Montoriol C/ Diputació, 339 gratuit du mar. au ven. de 11h à 14h. et sam. de 17h à 20h30 T de Teatre Delicades à confirmer Teatre Poliorama La Rambla dels Estudis, 115 A partir de 24 €  Almuerzo en casa de los Wittgenstein Teatre Romea C/ Hospital, 51 17/28€ Mar. à ven. 21h30, sam. 18h30 à 22h, dim. 18h30  Eva Hesse. Treballs de l’estudi 21h Fundació Antoni Tàpies C/ Aragó, 255 7€ Mar. à dim. de 10h à 20h. 02/08  Revolutionary Road, Sam Mendes, 20h30 Auditori EUA, 2008 03/08  Striptease 6-9

23h

5€

C/ Riereta, 7

10 €

Café Teatro Llantiol

04/08  Gomorra, Matteo Garrone, 20h30 Sala Montjuïc Itàlia, 2008 06/08  Cloenda Sala Montjuïc, pel·lícula sorpresa 20h30

Jardines del Castillo de Montjuïc

Jardines del Castillo de Montjuïc

5 €

Sala Montjuïc

C/ Ocata, s/n

08/08  La revelación (flamenco) 20h30 Palau de la Música

Plaça Palau de la música

10/08  Striptease 6-9

23h Café Teatro Llantiol

C/ Riereta, 7

10 €

21/08  Manuel González

21h

C/ Riereta, 7

18 €

Palau de la Música

Jusqu’au 22/08  Benvinguts al nostre museu. La Capella Si us plau, passeu i oloreu les flors Mar. à sam. de 12h à 14h et de 16h à 20h, dim. de 11h à 14h.

C/ Hospital, 56

27, 28/08  De Porter a Satie (classique) 20h30 Palau de la Música Plaça Palau de la música, 4 – 6

gratuit 8 €

gratuit

8 €

juillet - août 2010 | Sans visa | 31


29/08  Cuba Entre Clàssics Doña Inés (Cuba)

20h30 Palau de la Música Plaça Palau de la música, 4 – 6

Jusqu’au 29/08  Isabel Muñoz. Infancia Du lun. au dim. de 10h à 20h, Sam. de 10h a 22h.

CaixaForum

24 €

8 €

Av.Marqués de Comillas, 6 gratuit

31/08  Mozart en Jazz (classique) 20h30 Palau de la Música Plaça Palau de la música, 4 – 6

8 €

Jusqu’au 31/08  Henry Dunant à confirmer Castell de Montjuïc à confirmer Primer nobel de la paz Patio de Armas  Partit amistós Fundació Joan Miró Parc de Montjuïc s/n 4 sentiments electrònics Mar. à Sam. de 10h à 19h, jeu. de 10h à 21h30, dim. de 10h à 14h30. Amb la probabilitat de ser vist. MACBA Pl. dels Àngels, 1 5 € Dorothee i Konrad Fischer. Arxius d’una actitud Du lun. au ven. de 11h à 20h, jeu. et ven. jusqu’à 24h, sam. de 10h à 20h, dim. 10h à 15h. Fermé mardi.  Paral·lel Benet Rossell MACBA Pl. dels Àngels, 1 5 € Du lun. au ven. de 11h à 20h, jeu. et ven. jusqu’à 24h, sam. de 10h à 20h, dim. 10h à 15h. Fermé mardi.  Latifa Echakhch. La ronda MACBA Pl. dels Àngels, 1 6€ Du lun. au ven. de 11h à 20h, jeu. et ven. jusqu’à 24h, sam. de 10h à 20h, dim. 10h à 15h. Fermé mardi.  Gil J Wolman. Sóc immortal i estic viu MACBA Pl. dels Àngels, 1 6€ Du lun. au ven. de 11h à 20h, jeu. et ven. jusqu’à 24h, sam. de 10h à 20h, dim. 10h à 15h. Fermé mardi.  Barcelona – València – Palma CCCB C/ Montalegre, 5 4,50 € Una història de confluències i divergències  Impresiones y comentarios Fundació Julián Romea 6, D2 3€ Fotografía contemporánea portuguesa Foto Colectania Du lun. au sam. de 11h à 14h et de 17h à 20h30.  Un mòn flotant, fotografies de CaixaForum Av. Marqués de Comillas, 6 gratuit Jacques Henri Lartigues (1894-1986) Du lun. au dim. de 10h à 20h, Sam. de 10h a 22h  Picasso vs. Rusiñol Museo Picasso C/ Montcada 15-23 5,80 € Du mar. au dim. de 10h à 20h 32 | Sans visa | juillet - août 2010

Musique Cinéma Exposition Arts scéniques

Agenda

28/08  Manuel González 21h Palau de la Música Plaça Palau de la música, 4 – 6


rock this way Present this ad and receive a free souvenir with a 30€ purchase.* *Expires 31/12/2010 - Not valid with any other offers One ticket per person per visit - Valid only at Barcelona.

barcelona PLAÇA CATALUNYA 21 93 270 23 05 • HARDROCK.COM/BARCELONA the official food of rock.


sans visa-Nº14  

agenda culturel de barcelone

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you