Page 1

2016 Pierre-Yves Bossé

architecte diplômé d’état+HMONP, urbaniste


Pierre-Yves Bossé ArchitecteHMONP, Urbaniste J’ai contribué à mener à bien les projets et études qui m’ont été confiés, dans des contextes et échelles variés, tant en urbanisme qu’en architecture. Je suis polyvalent, rigoureux et entreprenant. Les Petits Moulins 3, imp. Benjamin Franklin 44.400 Rezé - FRANCE 09.50.26.55.55 06.88.79.99.62 pierreyves.bosse@gmail.com http://pierreyvesb.carbonmade.com

FORMATION 2014 - École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes (ENSAN) Habilitation à exercer la Maîtrise d’OEuvre en son Nom Propre - félicitations du jury 2013 - Gep Atlantique Appliquer la RT2012 2012 - Institut Negawatt - O. Siedler Conception des bâtiments à très faibles besoins en énergie 2010 - ENSA Nantes Diplôme d’État en architecture Projet de fin d’études : requalification urbaine du site Beghin Say, à Nantes 2006 - Pôle Atlantique de Formation Formation continue l’Approche Environnementale en Urbanisme 2001 - Centre d’Études Supérieures en Aménagement (CESA), Tours Master en Aménagement du Territoire DEA en Aménagement du Territoire


EXPÉRIENCES PROFESSIONNELLES 2008 à aujourd’hui agence d’architecture ProfilArchi, puis création de la Scop d’architecture SoléCité Architecte, chef de projets - conception (CAO/DAO) et suivi clientèle (compris économie de la construction) ; - élaboration technique (compris Descriptifs Quantitatifs, CCTP, chiffrage) ; - consultation des entreprises , marchés, conduite de chantier, réception ; - interventions en conférences et formations (Dréal, Pole Atlantique, Gep Atlantique) concernant l’habitat groupé. Dernièrement, j’ai initié et organisé une démarche d’amélioration de notre pratique, de notre organisation, au profit de la qualité des projet, de la satisfaction de nos clients et de la réduction des coûts d’études.

2004 | 2007

agence d’urbanisme Ville Ouverte Urbaniste, chargé d’études, collaborateur d’architecte - renouvellement urbain : Châtellerault (Anru), Cherbourg, Pointe-à-Pitre, Niort, Poitiers ; - études transport : Dijon (porte Est de l’agglo), Gennevilliers (intégration du tramway) ; - grand paysage : plan vert de Champhol ; - aménagement de Zones d’Activés : Sedan, Chartres.

2002 | 2004

agence d’urbanisme de l’agglomération de Tours Assistant chargé d’études - urbanisme réglementaire et planification territoriale (Plu, Scot, Pdu) ; - composition urbaine et embellissements de centres-villes ;

COMPÉTENCES COMPLÉMENTAIRES logiciels

langues

Maîtrise : AutoCad, Sketchup, V-Ray, Office, Creative Suite (Indesign, Photoshop, Illustrator). Bonnes notions : MapInfo, Access, Revit, Archicad, Artlantis, Archiwizard. anglais [très bon, TOEIC 2010 : 840] allemand, espagnol [notions]

CENTRES D’INTÉRÊTS Sportif et intéressé par l’écologie en général, j’essaie de réunir les deux à travers mes itinérances. Habitant «groupé», je pratique le débat jusque dans mon quotidien. Enfin, j’aime (dans l’ordre) jardiner, cuisiner, déguster, savourer... 3


ĂŠtudes concours

a


5


Accolés au puits d’extraction n°3 et surplombés de son chevalement d’acier, les vestiaires de la mine de fer de Bois II paraissent bien maigres.

audacieux, adapté, et tout aussi exceptionnel. Volontairement, nous nous sommes contraints à analyser, en premier lieu, les qualités intrinsèques des bâtiments dont nous étions subitement devenus responsables.

Un soin singulier a pourtant été porté sur la modénature de l’enveloppe extérieure : les ouvertures sont ourlées de bandeaux, sur les pignons comme Le travail sur l’existant implique de penser le bâtiles côtés. Les rebords de toitures sont soulignés, à ment dans son contexte historique et géographila façon de frontons. que. A mon sens, sans langue de bois, l’exercice de Ces références à un style classique largement assagi l’architecture patrimoniale doit d’abord consister sont contre-balancées par les proportions allongées dans le fait de poser quelques questions : des ouvertures, inspirées d’un mouvement Moder- - Qu’est-ce qui rend ce bâti singulier ? ne balbutiant. - Quels en sont les éléments, les adaptations indispensables à son nouvel usage ?, Si ces bâtiments n’ont qu’une valeur patrimoniale mesurée, techniquement ou architecturalement - Quels sont ceux qui lui deviennent incompatibles ? parlant, celle-ci se pare ici, au contraire, d’une com- A travers le projet esquissé, je développe une apposante sensible et humaine d’une toute autre im- proche duale : portance. A nul autre endroit, en effet, on ne res- - respectueuse de l’existant et de l’esprit du lieu : à sent la présence des mineurs eux-mêmes. On est travers les techniques constructives employées, la ici confronté au quotidien laborieux et pénible des revalorisation de matériaux (carreaux de ciment) ouvriers. A ce titre, la salle des pendus impose le et de savoirs-faires (artistes) présents sur place ; respect, invite au silence. - innovante : à travers des ré-interprétations de forPar ailleurs, les volumes et le programme originels mes (toiture à deux pentes de la salle de danse, de ces bâtiments étaient particulièrement adaptés par exemple) mais aussi par une conceptualisaau programme projeté. tion nouvelle du site... L’étape initial de notre réflexion consistait à pro- Parce que l’Histoire d’un lieu ne s’arrête pas. jeter, sur ce site hors du commun, un programme


7


9


11


L’onde de Love est découverte en 1911 par Augustus E. H. Love, mathématicien anglais qui la modélisera et la baptisera de son nom. Elle appartient à la famille des ondes sismiques de surface, c’est-à-dire qu’elles sont guidées par la surface de la Terre.

b

La cohérence entre le contenant et le contenu doit toujours faire l’objet d’une reflexion d’ensemble. Elle intègre des problématiques d’échelles (espace, temps) plurielles, un contexte singulier (géographie, topographie, environnement bâti et paysager). Mes premières recherches sur le projet m’ont amené à réfléchir sur la pérennité de l’architecture : nous prenions la place d’immeubles vieux d’à peine plus de soixante-dix ans... Pour combien d’année construit-on aujourd’hui ? La formation d’architecture nous apprend à construire. Bien. Mais dans de telles conditions, ne devrions-nous pas aussi apprendre à envisager la déconstruction de nos projets ? Dans la même veine, quelle est la place accordée aux vestiges, aux traces ? Quelles continuités historiques nous accordons-nous ? Jusqu’à quel point l’avenir balaie-t-il le passé ?


13


plan masse - 1/2000

e

les ondes de Love - pô les ondes de Love - pô De fil en aiguille, je me suis intéressé aux univers de Gilles Clément, Gaël Chauvel, Pierre Lafon, ces paysagistes dont on peut tant apprendre. La lecture de Philippe Clergeau (écologue) m’a rappelé les principes de corridors, favorables au maintien d’une biodiversité, y compris en ville. J’ai alors développé cette notion de continuité pour l’ensemble du projet. Il me semble, en effet, que les recommandations pour promouvoir la biodiversité en ville semblent pouvoir s’appliquer à l’urbanisme et l’architecture dans son ensemble : construire la ville doit permettre, à toutes les échelles, de relier les hommes, de garantir plus de perméabilités que de clôtures, de favoriser la synergie, la mise en résonnance et la richesse des échanges plutôt que les juxtapositions stériles.


ôle climat & biodiversité ôle climat & biodiversité

f

f

f

f

15


17


A travers l’ensemble des ses grandes composantes, le projet a fait l’objet d’une réflexion d’ensemble, regroupant des problématiques multi-scalaires, des questions urbaines, paysagères, architecturales, techniques. Il s’agissait, quelque part, de fédérer des champs pluridisciplinaires autour d’idées, de valeurs communes. A travers lui, j’ai souhaité transmettre certaines valeurs : l’écologie humaine, la communion citoyenne, l’équilibre. Enfin, parce que l’architecture doit s’éloigner d’une science de l’empaquetage, j’ai cherché à développer, à chaque phase du processus de création, une nécessaire dimension sensorielle, pour concevoir un projet sensuel, tactile... expressif et singulier.


19


21


23


25


27


De la nécessité de créer à une échelle citoyenne des manières alternatives et reproductibles de vivre en ville, prenant en compte les empreintes sociales, économiques et écologiques, est né le projet de l’éco-hameau des Petits Moulins, à Rezé (44).

projets

a

Le projet se compose de douze logements, dont six gérés par un bailleur social. Il répond ainsi à la recherche d’une nécessaire mixité sociale, pour une répartition spatiale plus juste. La conception architecturale du bâti contribue à diversifier le paysage urbain, tout en respectant les typologies du quartier. Les matériaux et les couleurs participent néanmoins à l’animer visuellement, dans le respect de l’identité rezéenne. Les aménagements extérieurs et construits seront conçus dans le souci d’une accessibilité maximale. Cet innovant mode d’«habiter ensemble» encourage des relations intergénérationnelles, basées sur l‘entraide et le respect mutuel. Cette sociabilité est facilitée par la mitoyenneté et l’usage d’espaces partagés : extérieurs (le verger, le potager, la placette) ou construits (la buanderie, l’atelier et la salle


Les Petits Moulins - RezĂŠ (Loire-Atlantique) ma mission : ESQ+PC+PRO+ACT+DET+AOR 2011

29


polyvalente, potentiellement ouverte aux habitants du quartier), ils sont autant de lieux propices à la rencontre, à l’échange. De petits jardins privatifs non clos préservent des espaces d’intimité. Situé en coeur d’îlot, à l’abris des circulations motorisés, un square public lie l’éco-lotissement à l’ensemble du quartier. Point de ralliement entre les résidants, il est accessible par des cheminements doux rayonnants. L’optimisation des apports solaires et la grande attention portée sur l’isolation des logements répondent à une double attente écologique et économique. Ainsi, le bâti ne nécessitera dans son ensemble qu’une très basse consommation d’énergie. La mutualisation de certains équipements (buanderie, salle polyvalente, chambres d’hôtes, automobiles) dispense les résidants de redondances coûteuses.


31


La Plaine d’Ozon, à Châtellerault (86), est intégrée aux opérations nationales de rénovations urbaines. L’agence Ville Ouverte a été sélectionnée pour monter le dossier Anru et élaborer l’étude préopérationnelle.

Pour redonner une attractivité à un quartier stigmatisé et délaissé, nos propositions visent à définir de nouvelles urbanités : limites, voisinage, connexions,...

b

Les rives de la Vienne sont réaménagées et rendues plus accessibles, depuis le quartier. Les formes urbaines sont mixées, graduées, de sorte qu’une meilleure occupation du foncier offre aussi et paradoxalement des espaces non-bâtis mieux affectés. Encadrée par une trame végétale enrichie, la place de la voiture est repensée, en concertation avec les habitants et les commerçants du quartier.


33


L’agglomération de Chartres étant doté de la compétence du développement économique, une étude de définition simultanée est confiée à l’agence d’urbanisme Ville Ouverte. Nous sommes chargés d’explorer des orientations possibles pour l’aménagement de la future ZA «Pôle Ouest».

c

Localisée sur le plateau agricole ouest de l’agglomération, le périmètre d’étude nous met en prise avec le paysage de la Petite Beauce et questionne naturellement sur la notion de «limite». Entouré de Sarah Sainsaulieu, paysagiste, et de Paul Chemetov, notre discours est volontairement et radicalement orienté sur une échelle de temps longue. La maîtrise foncière, la gestion de l’eau et des espaces naturels, le mitage agricole sont autant de pistes explorées. Plus que tout, nous plaidons une réversibilité des aménagements.


35


Conçu par l’agence «Erdre Architecture», M. B. Fonteneau missionne l’agence SoléCité pour son expertise technique et son savoir-faire en matière d’acessibilité et d’ERP. Ainsi, sous la direction de M. Fonteneau, j’organise et prends entièrement en charge la conception technique et l’élaboration du Dossier de Consultation des Entreprises.

d

La résidence de tourisme du Val Saint-Martin, à Pornic (44) regroupe sur plus de 5.500 m² de plancher, 100 places de stationnement, 88 suites 4*, deux plateaux de bureaux et une brasserie. ERP de 3ème catégorie, ce dossier s’est singularisé par sa complexité technique et la gestion d’un passage obligé de la RT2005 vers la RT2012. mission : élaboration technique (PRO + DCE), février à avril 2014 budget prévisionnel des travaux : 7,1 M€ht


37


pierreyves.bosse@gmail.com

Pierre-Yves Bossé  

Architecte, urbaniste, conducteur de travaux

Pierre-Yves Bossé  

Architecte, urbaniste, conducteur de travaux

Advertisement