Page 1

PIERRE LEFÈVRE Portfolio 2013


SOMMAIRE: -TRAVAUX SCOLAIRES PROJET DE FIN D’ETUDES, LE QUARTIER DE LA BRICHE

1

La Briche, Epinay-sur-Seine, Saint-Denis, 2012 - 2013 Projet suivi par J.Harari, G.Gribbe, A.Cohen, V.Lavergne, V.Cornu, B.Gaudin

180 LOGEMENTS SUR PARC

2

P.14

Zac Clichy Batignolles, 2011 Projet suivi par X. Gonzalez et G. Le Pentuel

EXTENSION DU CAMPUS UNIVERSITAIRE UPC

3

P.4

P.18

Castelldefels, Barcelone 2010 - 2011 Projet suivi par A. Barcelo et G. Gili

-EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE CONCOURS COLOCATION NEXITY

4

Projet lauréat (1er prix), Paris 2013

BECKMANN N’THÉPÉ ARCHITECTES

5

P.28

P.32

4 mois de stage à Paris 2012

-RECHERCHES TRAVAUX PERSONNELS

6

2010 - 2013

P.34


PIERRE LEFEVRE pierre_lefevre@hotmail.fr 06 65 73 30 39

FORMATION 2012 - 2013 - Master 2 Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris la Villette Mémoire en cours Projet de fin d’études, sous la direction de Jean Harari et Albert-Gilles Cohen Séminaire itinérant d’art territorial, Workshops à Chalon sur saône et à Nijnii Novgorod, Russie 2010 - 2011 - Master 1 échange ERASMUS à Barcelone, sous la direction de Gustav Gili et Antonio Barcelo Escola Tecnica Superior d’Arquitectura de Barcelona 2007 - 2010 - Licence d’architecture, sous la direction de Vincen Cornu et Bruno Gaudin Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris la Villette décembre 2006 - Baccalauréat Scientifique : spécialité physique-chimie, option arts plastiques, mention bien.

EXPÉRIENCE PROFESIONELLE septembre-décembre 2012 - Stage au sein de l’agence d’architecture Beckmann N’Thépé, Paris Participation à des concours pour des logement et une bibliothèque juin-juillet 2010 - Stage au sein de l’agence d’architecture KIOL Architecte, Paris Participation à des projets de réhabilitation de logements février 2009 - Stage ouvrier au sein de l’entreprise Arbé, Nouméa Nouvelle-Calédonie juillet 2008 - Stage au sein de l’agence d’architecture Archi 13, Nouméa Nouvelle-Calédonie

COMPÉTENCES INFORMATIQUE Autocad Autocad 3D SketchUp ( V-Ray ) Rhinoceros Artlantis render Photoshop, Indesign, Illustrator (bases) Série office Mac et Windows

LANGUES Français : langue maternelle Anglais : très bon niveau (Diplôme de l’IELTS mai 2007 - Diplôme du Cambridge “First certificate in English” grade B juin 2007) Espagnol : bon niveau Italien : notions


1

PROJET DE FIN D’ETUDES, LE QUARTIER DE LA BRICHE La Briche, Epinay-sur-Seine, Saint-Denis, Paris, 2012 - 2013

Travail à deux Projet suivi par J.Harari, G.Gribbe, A.Cohen, V.Lavergne, V.Cornu, B.Gaudin

Au sud de Villetaneuse, à l’ouest de Saint-Denis, et à l’est d’Epinay-sur-Seine, fendu par le faisceau des voies ferrées, le fort de La Briche regarde avec nostalgie la Seine et les trois avenues qu’il protégeait jadis. La situation intercommunale des environs du fort et la prégnance des réseaux ferrés semble expliquer un désintérêt visible pour le site. Des activités industrielles et tertiaires ainsi qu’une station de prétraitement des eaux usées gérée par le SIAAP (Service public de l’assainissement francilien) occupent aujourd’hui la plupart des terrains. D’autres sont en friches et les rares occupations résidentielles laisse entrevoir un bâti isolé et parfois dégradé. Faire un projet urbain sur ce site c’est avant tout renouer avec un paysage d’exception à l’abandon. La Seine est l’élément incontestablement fédérateur de la région parisienne et la Briche se trouve au point d’inflexion extérieur du méandre. Cette situation exceptionnelle offre des vues sur le lit du fleuve vers le sud en regardant Paris et sur le soleil couchant vers l’ouest. Le Fort de la Briche, qui donne son nom au quartier, est l’autre élément singulier de ce site qui à ce jour ne dévoile que peu sa réelle envergure. Non loin se trouve le tracé de l’enceinte du centre historique de Saint-Denis. La ville aurait pu s’étendre à l’ouest vers la Briche si la construction du faisceau ferré Nord de la région Parisienne n’avait pas obstrué sa croissance. La contrepartie des difficultés introduites par les lignes ferroviaires est que le site se trouve à proximité de la Gare de Saint-Denis, de ce fait à quelques minutes de la gare du Nord. Réconcilier paysage et tissu urbain, mettre en avant la dimension monumentale du Fort et remédier à la rupture entre les trois communes sont les leitmotive de ce projet urbain. En premier lieu, nous envisageons la mise en place deux polarités d’échelle métropolitaine : la gare et le parc du Fort de la Briche. Lors du Projet urbain à grande échelle, nous avions posé la nécessité stratégique de l’implantation d’une gare à la Briche. Elle doit être traitée comme un élément polarisant de notre site, car elle offrirait une nouvelle accessibilité à la Briche. En retour elle accélère la mutation des terrains environnants et oriente la constitution d’un nouveau tissu urbain. Le Fort, constitue l’autre polarité majeure du site. Sa dimension lui donnerait une capacité à accueillir de rassemblements de milliers de personnes (fête de la musique, meeting politique, concerts, festivals, etc.).

STRUCTURE VIAIRE DU SITE. LES VOIES PROJETÉES SONT EN ROUGE.

ESPACE PUBLIC, GRANDES HIERARCHIES ET CENTRALITÉS.

Parmi les autres polarités à moindre échelle nous proposons deux bâtiments : - Le marché de la Briche. Nous proposons donc de le placer sur un site entre le Fort de la Briche et la Gare. En effet ces deux polarités seraient mises en tension par cette troisième qui a pour nécessité fonctionnelle de disposer d’un parvis minéral. Cette structure de grande portée pourrait également accueillir d’autres usages. - La « Boîte à son » de la Briche : cet équipement culturel permettrait d’accueillir des évènements musicaux tels que des concerts, spectacles et autres. Il devrait disposer d’une grande salle ainsi que des salles de répétitions et des locaux associatifs. Se trouvant sur la berge, sa relation à cet espace public lui permettrait d’accueillir des évènements en plein air.

RÉPARTITION DES ACTIVITÉS ET DES INFRASTRUCTURES URBAINES.


CI-DESSUS: PHOTO DE LA SEINE À L’EMPLACEMENT DU FRANCHISSEMENT PROJETÉ. CI-CONTRE: VESTIGE DU FORT DE LA BRICHE.

PLAN D’INSERTION TERRITORIALE.

PLAN DU PROJET URBAIN


PROJET DE FIN D’ETUDE, LE QUARTIER DE LA BRICHE

2012 / 2013 - Saint-Denis

Sur notre site nous prévoyons : UNE NOUVELLE USINE DE PRÉTRAITEMENT DES EAUX USÉES ET DE TRAITEMENT DES SABLES Moderniser cet équipement lui permettrait de se tourner vers des méthodes de dépollution par boue activée et système racinaire des plantes (méthode prévue pour la nouvelle station d’épuration de l’agglomération lilloise). Un tel bâtiment serait donc doté de serres, qui pourraient servir également au traitement des déchets organiques. Pour cette raison l’implantation d’un centre de tri des déchets permettrait de mutualiser des ressources et de remplacer celui qui se trouve actuellement rue de l’Yser. À ces équipements techniques nous couplerions le centre de recherche du développement durable en milieu urbain de la plaine commune. Ces bâtiments s’implanteraient sur les terrains enclavés par la bifurcation des voies ferrées et le viaduc profitant ainsi de la grande emprise dégagée par le réseau ferroviaire et offrant de mitoyennetés qui permettront la constitution d’un tissu ordinaire.

VUE DU FRONT DE SEINE ET DES BERGES AMÉNAGÉES DEPUIS LE PONT.

LA PLATEFORME LOGISTIQUE MULTIMODALE DE LA BRICHE Elle se situe au croisement du canal Saint-Denis et de la voie ferré, sur le terrain en face de la ZAC gare-confluence. Son rôle principal est d’assurer une connexion entre le transport fluvial de conteneurs et le fret ferroviaire. En effet ce site se trouvant à 5 km du Port autonome de Gennevilliers par voie navigable et à 1 km de la gare de triage par train, le Hub permettrait de relier le faisceau nord aux voies navigables de la Seine sans passer par les routes. Le transport ferroviaire s’appuie sur le viaduc existant pour desservir la gare de triage Nord, le centre de tri des déchets et la Plateforme multimodale. Ce programme se couplerait à une Ecole Supérieure des Transports, Logistique et génie industriel (ESTLGI) ainsi qu’à un Bibliothèque Publique d’Information (BPI). Ce bâtiment s’adresse sur le Cour du boulevard Foch et de l’écluse de la Confluence pour assurer une connexion avec un tissu ordinaire. LE FRONT DE SEINE, UN TISSU ORDINAIRE La constitution d’un tissu urbain des terrains de la Briche passe par un maillage secondaire permettant la création d’îlots rectangulaires découpés ensuite en parcelles. La position des voiries tient compte du découpage parcellaire actuel, permettant de conserver les bâtiments accueillant les activités le temps de leur déplacement. En effet nous pensons que faire ville aujourd’hui, ne doit plus consister à se libérer des emprises du secteur secondaire pour les repousser à plus grande distance de la ville. Ce secteur d’activité est une source d’emploi, apporte une diversité d’usage, fait se côtoyer des personnes de milieux sociaux différents, et de surcroit ne produit plus forcément les mêmes nuisances qu’aux prémices de la révolution industrielle. Rompre avec le zoning fonctionnel des années passées s’avère être une nécessité pour la restructuration de certains quartiers périurbains autant que pour promouvoir une conception durable de la ville.

VUE DE LA RUE DE L’YSER AVEC SUR LA DROITE LA VOIE FERRÉE EN VIADUC.


VUE D’ENSEMBLE DU PROJET URBAIN. EN ROSE LES CENTRALITÉS PROJETÉES (ÉQUIPEMENT ET INFRASTRUCTURES URBAINES)


PROJET DE FIN D’ETUDE, LE QUARTIER DE LA BRICHE

2012 / 2013 - Saint-Denis

LA PLATEFORME LOGISTIQUE MULTIMODALE DE LA BRICHE. PLMB Dans la suite de notre travail nous avons voulu approfondir une des Polarités du projet Urbain. La PLMB, n’est pas une polarité urbaine au sens conventionnel du terme. Son programme principal évoque plutôt celui d’une polarité économique et industrialoportuaire, généralement dépolarisant pour l’urbain. Dans l’idée d’une combinatoire programmatique nous avions couplé ce Hub à une Ecole Supérieure des Transports, Logistique et génie industriel ainsi qu’à un Bibliothèque publique d’information. L’objectif de ce projet architectural est donc de concilier polarité industrialo-portuaire et polarité urbaine, tout en maintenant la continuité de l’espace public de la berge du canal Saint-Denis. LE SITE Border par deux des voiries majeures de la Briche et pincer entre le canal Saint-Denis et la voie ferrée, ce terrain de projet souffre d’une position étriquée malgré des orientations solaires et sur le paysage de grande qualité. Actuellement on y trouve des entrepôts et autres petits bâtis dégradés occuper par un collectif d’artisans et d’artistes, le long de la voie ferrée. Un concessionnaire et un réparateur automobile occupent les parties en contact avec les voiries. Un bidonville s’est niché entre la berge du canal et un ruisseau pollué qui se déverse dans la Seine: la vieille mer prenant sa source au parc départemental de la Courneuve. La subsistance de ces logements de fortune souligne clairement le désintérêt et l’enclavement de ce site. INTENTIONS  Le site se trouve à 5 km du Port autonome de Gennevilliers par voie navigable et à 1 km de la gare de triage par train. D’une part la tendance mondiale actuelle de l’économie portuaire est à la conteneurisation. Le Port autonome de Gennevilliers vient d’achever l’extension du terminal à conteneurs avec 400 ml de quais construits. Une des forces majeures de cette infrastructure portuaire est sa multimodalité (contact avec la A86 et à la A15, et proximité d’une gare de triage). Cependant la connexion ferrée ne paraît pas suffisante, le faisceau desservant le port ne s’oriente que vers le nord-ouest de la France. D’autre part, le transport fluvial et ferré devrait se développer à l’avenir compte tenu du prix de l’essence, de son augmentation inéluctable et d’une probable taxation croissante de l’empreinte carbone des transports. À titre indicatif, pour évaluer la consommation d’énergie, une unité de référence utilisée est “l’équivalent charbon” consommé pour transporter une tonne de marchandise sur un kilomètre. Alors que l’indice pour le transport fluvial est de 1, il est de 2.3 pour le fer et de 27 pour la route. Ajoutons que de plus en plus d’entreprise de distribution grand public se tourne vers le transport fluvial. Pour n’en citer qu’une « Franprix », approvisionne ses magasins parisiens, en déchargeant des péniches quai de la Bourdonnais, dans le 7e arrondissement de Paris.

PLAN DE SITUATION. IMPLANTATION À LA SORTIE EST DE SAINT-DENIS, SUR LA BERGE NORD DE LA CONFLUENCE.

SCHÉMA SITUANT LA CONNEXION SEINE, CANAL, FAISCEAU FERRÉ.


2012 / 2013 - Saint-Denis

PROJET DE FIN D’ETUDE, LE QUARTIER DE LA BRICHE LE FONCTIONNEMENT DE LA PLMB Toutes ces raisons, nous amène à envisager la création de la PLMB, dans ce site particulièrement propice à une connexion Fer-Fleuve-Route. Le transfert de conteneur se ferait par des ponts roulants rotationnels sur bâti fixe. Le transport ferroviaire s’appuie sur la voie en viaduc existante pour desservir la gare de triage Nord, le centre de tri des déchets et la PLMB. Ainsi le centre de tri des déchets est accessible par voie navigable, le transport fluvial étant le plus adapté aux charges élevées et les déchets n’étant pas périssable, le problème du temps de transport ne se pose pas. Les navettes ferroviaires peuvent porter jusqu’à 12 conteneurs assurant ainsi la liaison. Elles circulent sur une plateforme à 8 m de hauteur par rapport au quai, libérant le sol et permettant le raccord à niveau du viaduc. Le transport fluvial tire parti de l’écluse pour contrôler le niveau de l’eau sur le quai et du bassin élargi existant sur le canal pour la manœuvre des péniches. La création de darses d’une soixantaine de mètre de long et de 16 m de large, permet d’accueillir simultanément six péniches portant chacune 6 conteneurs.

VUE DU CANAL SOUS LA VOIE FERRÉE.

Le transport routier se fait le long de la voie ferré, en longeant la voie navette pour le chargement et sous la voie navette pour la sortie. Les poids-lourds entre et sorte par le boulevard Foch, et font demi-tour dans la cour au bout du bâtiment. La PLMB n’a pas pour vocation le stockage de conteneurs, les surfaces pour ce type d’activité dépassent totalement celles de ce site. La technologie mise en place permettant un transfert rapide des marchandises. De plus, le Port autonome de Gennevilliers dispose d’une capacité suffisante, et le projet urbain envisage la création de d’une surface de stockage supplémentaire au niveau de la gare de triage nord. Cependant pour des nécessités de roulement, un stock de 130 conteneurs est prévu dans le programme. Ce stock permet le chargement direct des camions et de la navette ferroviaire. LE TRAVAIL DE LA BERGE La création des darses permet de libérer le quai du déchargement des conteneurs. Ainsi une passerelle avec un tirant d’air nécessaire permet de restaurer la continuité de la berge. Le ruisseau de la Vieille Mer suit un tracé depuis le parc départemental de la Courneuve qui passe par des espaces publics. Dans notre projet urbain nous avons créé un mail planté qui reprend son tracé entre Saint-Denis et la bifurcation Nord-est de la voie ferrée. Il s’agit de dévier son lit en le faisant toujours par le biais d’espaces publics. Dans l’éventualité de sa dépollution, la Vieille Mer pourra ainsi être remise à l’air libre, sur l’ensemble de son tracé devenant alors un élément important de continuité urbaine.

CONNEXIONS FLUVIALES ET FERRÉES

6

3

6

8

PENICHES CONTENEURS CHACUNE

NAVETTES CONTENEURS CHACUNE

STOCK 130

CONTENEURS

SCHÉMA DES TRANSPORTS CONNECTÉS PAR LE PONT ROULANT, ET DE LEUR CAPACITÉ EN CONTENEURS.


PLAN DU R+2

PLAN DU REZ-DE-CHAUSSテ右


2012 / 2013 - Saint-Denis

PROJET DE FIN D’ETUDE, LE QUARTIER DE LA BRICHE LES AUTRES PROGRAMMES À l’instar d’autres infrastructures portuaires le PLMB fonctionne en plein air. Ce fonctionnement peut être représenté par un volume utile. Ce « vide fonctionnel » induit l’implantation des bâtiments qui accueillent les différents programmes : -Les hôtels d’activités À l’image des ports qui proposent des surfaces à louer pour des entreprises, ce sont des plateaux libres destinés à accueillir des entreprises ayant intérêt à s’implanter à proximité de la PLMB. Ces surfaces d’activité peuvent être livrées par l’un des trois modes de transports. Des quais de déchargement reliés à des monte-charges sont prévus à cet effet. Ces surfaces représentent près de 10 000 m², dispersés sur trois bâtiments. L’un deux est accessible au public permettant d’accueillir des activités commerciales.

ETAT EXISTANT DU SITE.

-L’École Supérieure des Transports, Logistique et génie industriel (ESTLGI). Juchée au-dessus du « vide fonctionnelle » de la PLMB et des hôtels d’activités, le grand paysage s’ouvre aux étudiants. Les toitures des hôtels d’activités deviennent les espaces extérieurs de l’école. Elle peut accueillir de 500 à 600 étudiants avec une surface totale de 12 000 m². -Bibliothèque Publique d’Information (BPI) d’une surface de 4000 m². Tourner vers le cour de l’écluse et la berge, cet équipement ouvert au public dispose d’un fond courant, de salles d’étude et est équipée de matériel informatique. La BPI et le l’ESTLGI sont accessibles entre autre par un escalator desservant l’ensemble des niveaux.

CONTINUITÉ DE LA BERGE, ESPACE PUBLIC ET OCCUPATION DES REZ-DE-CHAUSSÉES.

-Restaurant universitaire d’une surface de 2500 m². S’adressant principalement sur la berge où il jouit de terrasse extérieure, il est également accessible par l’une des circulations de l’école. Les livraisons s’effectuent à l’arrière par la cour du PLMB. RÉPARTITION DU PROGRAMME.

PLAN SCHÉMATIQUE DU REZ-DE-CHAUSSÉE.

LOGEMENTS

LE HUB

PLAN SCHÉMATIQUE DU R+3.

LES ACTIVITES

LA BPI

L’ESTLGI

PLAN SCHÉMATIQUE DU R+6.


2

Travail à deux Projet suivi par X. Gonzalez et G. Le Pentuel

180 LOGEMENTS SUR PARC Zac Clichy Batignolles, 2011

Située dans la ZAC de Clichy-Batignolles, la parcelle bénéficie d’une position privilégiée sur le grand parc. Entourée à bonne distance par un macro lot de logements au nord ouest, une parcelle mélant logements et école maternelle au nord est, et finalement un hôtel existant au sud est, la parcelle adjacente à seulement une route évoque un îlot urbain en dérive sur le vide spatial généré par le parc. Cette observation nous a ainsi amené à travailler sur le thème du seuil entre l’urbain et le parc avec une mixité programmatique conciliatrice du contexte varié. La possibilité de toucher les 50m de hauteur a orienté la volonté de travailler le contact au sol du projet, ainsi la première strate la plus publique constitue le rez-dechaussée ouvert de jour une cinémathèque évolue en nappe topographique, assurant la continuité du parc jusqu’à l’école maternelle. Au dessus le bâti unifié un anneau dont émerge une tour de logement en accession et deux plots de logements sociaux où la différenciation n’est pas marquée, chacun appartient au même ensemble. L’implantation s’est faite dans une logique d’ensoleillement et de vue proches et lointaines. L’anneau accueille des logements étudiants sur le parc au sud et des ateliers d’artstes avec leur espace d’exposition en double hauteur au nord. La toiture de l’anneau, génère une nouvelle strate semi collective pour les habitants de toute la parcelle où se mêlent espaces verts terrasses potagers et jardins privatifs. L’ensemble est coupé au couteau sur la périphérie de la parcelle, les façades lisses révélant la lecture urbaine. A l’intérieur évolue plus librement une façade plissée uniforme aux volets amovibles en loggias permettant le contrôle des vis-à-vis.

PLAN D’INSERTION DU PROJET DANS LE PROJET DE LA ZAC CLICHY-BATIGNOLLES.

PLAN MASSE DU PROJET.

SCHÉMA D’INTENTIONS EXPRIMANT LE RAPPORT AU PARC ET L’HABITABILITÉ DE LA GRANDE TERRASSE.


PLAN D’ÉTAGE COURANT SÉJOURS CUISINES CHAMBRES


180 LOGEMENTS SUR PARC

RÉPARTITION DES TYPOLOGIES DES DIFFÉRENTES TYPOLOGIES DE LOGEMENTS

2011 - Zac Clichy Batignolles, Paris


VUE DEPUIS LE PARC.

ELÉVATION SUD-EST

ELÉVATION SUD-OUEST


3

Travail à deux Projet suivi par A. Barcelo et G. Gili

EXTENSION DU CAMPUS UNIVERSITAIRE UPC Castelldefels, Barcelone 2010 - 2011

BARCELONE Extension d’un campus universitaire en banlieue ouest de Barcelone à Casteldefelds, ce projet mené sur un an s’est effectué en deux temps, d’une part une salle polyvalente de sport de 4000m2 et dans un second temps un immeuble de bureaux de recherche universitaire. Le site est positionné entre une autoroute au nord, la place du campus à l’est, un étang et des espaces verts à l’ouest se retournant au sud, et constituant un tampon végétal avec le tissu pavillonnaire de la ville de Castelldefels.

Castelldefels LOCALISATION DE CASTELLDEFELS PAR RAPPORT À LA VILLE DE BARCELONE.

La première intention fut de construire un point de focale à la croisée des trois grandes géométries du site sur la place, à partir duquel nous avons tracé une ouverture visuelle sur le lac, tout en conservant la forte centralité déservant en broche les édifices existant. Dans un second temps, il convenait de relier le sol de la place à celui au pied du lac 4,5 mètres plus bas. Ainsi le niveau haut s’est étendu jusqu’aux accès des deux édifices et rampes et gradins en courbe crééent une accroche au sol naturel existant. Concernant l’implantation des deux bâtiments, l’intention fut la suivante, la salle au nord protégeant des nuisances sonores et lui faisant face, les bureaux reprenant l’orthoganilité du site au sud et à l’est au contact du campus construit, et vibrant au nord et à l’ouest dans la zone plus sauvage du lac.

LOCALISATION DU SITE ET DES SES TISSUS URBAINS ALENTOURS.


PLAN D’INSERTION DU PROJET DANS LE CAMPUS.


EXTENSION DU CAMPUS UNIVERSITAIRE UPC

2010 / 2011 - Castelldefels, Barcelone

LA SALLE POLYVALENTE DU CAMPUS UNIVERSITAIRE 4000 m2 Volumetriquement la salle est faite d’une pliage successif de plans répondant à des fonctions données. La toiture reposant sur des portiques en L se retourne au sol pour contrer le bruit de l’autoroute, la découpe de deux plans soulevés évoquant des branchies permet d’illuminer le grand espace. Une équerre en plan dessine la place et guide l’usager sur l’extension du sol haut jusqu’à l’équerre en coupe cadrant le lac. Cette dernière contient tout le volume d’entrée, de descente dans la salle, les vestiaires et la cafétéria au niveau bas, qui s’ouvre sur une terrasse au sud au bord de l’eau. les bureaux reprenant l’orthoganilité du site au sud et à l’est au contact du campus construit, et vibrant au nord et à l’ouest dans la zone plus sauvage du lac.

PLAN MASSE.

PLAN DU NIVEAU D’ACCÈS HAUT DE LA SALLE, RACCROCHÉ AU PARVIS DU CAMPUS.


MAQUETTE DE LA STRUCTURE DE LA TOITURE.

ELÉVATION EST DEPUIS LE PARVIS.


EXTENSION DU CAMPUS UNIVERSITAIRE UPC

2010 / 2011 - Castelldefels, Barcelone

BUREAUX DE RECHERCHE UNIVERSITAIRE 6000 m2 Cet édifice en L aux façades bien déterminées de par son implantation, s’articule autour d’un grand patio couvert central, véritable coeur de l’édifice il favorise les liens entre les usagers assure toutes les circulations, régularise l’équilibre thermique avec un puit canadien et amène une lumière diffuse nécessaire au programme. Le bâtiment se découpe en plusieurs strates, un socle topographique au niveau bas avec le programme plus publique comme l’auditorium, propose une entrée secondaire faisant rentrer la végétation dans le fond de l’atrium, et réconcilie la différence de niveaux. Au dessus le rez-de-chaussée au niveau de la place d’où se fait l’entrée principal, étend le sol haut au dessus de l’étang avec une grande terrasse pour la cafétéria au sud avec vue sur le paysage. Du R+1 au R+3 le L est posé sur sa base et sa petite “branche” créé un porche libérant la vue sur l’étang depuis le parvis et génère une sous-face signalant l’accès principal. La partie soulevée se divise programmatiquement de la sorte, un L orthogonal de salles de réunions moyennes et grandes, la partie plus vibrante et l’attique pour tous les bureaux et la direction.

PLAN MASSE DES BUREAUX DE RECHERCHE.


CONTRÔLE THERMIQUE DU PUIT CANADIEN ET DE L’ATRIUM EN HIVER.

CONTRÔLE THERMIQUE DU PUIT CANADIEN ET DE L’ATRIUM EN ÉTÉ.

AXONOMÉTRIE ÉCLATÉE DE LA RÉPARTITION DU PROGRAMME.

COUPE LONGITUDINALE DE L’ATRIUM EN REGARDANT AU NORD.

ELÉVATION SUD.


EXTENSION DU CAMPUS UNIVERSITAIRE UPC

COUPE DE LA FAÇADE SUD

2010 / 2011 - Castelldefels, Barcelone

VUES INTÉRIEURES DE L’ATRIUM.


PLAN DU R+3

PLAN DU R+2

PLAN DU REZ-DE-CHAUSSテ右


EXTENSION DU CAMPUS UNIVERSITAIRE UPC

PHOTOS DE LA MAQUETTE COUPE AU 100ÈME

DÉTAILS DE LA FAÇADE SUD.

2010 / 2011 - Castelldefels, Barcelone


4

CONCOURS COLOCATION NEXITY Projet lauréat (1er prix), Paris 2013

Ce concours proposé par Nexity consistait en la conception de trois typologies d’appartements (T3, T4, T5) destinées à la colocation. L’enjeux fut d’innover en proposant un logement répondant au mieux aux problématiques que peut engendrer la vie en groupe, tout en imaginant des solutions réalistes d’un point de vue économique et architectural. Il s’agissait également de prendre en compte la notion de réversibilité (revente du bien) pour des familles classiques. Le projet s’appuie sur une réflexion entre communauté et individualité, et met en avant la gradation depuis l’espace public jusqu’à la sphère intime (chambres et pièces humides). Cette dernière fonctionne en autonomie grâce au meuble central, le foyer, qui permet également de partitionner un espace de vie optimisé. Nous avons pris le parti de desservir les logements par une coursive, sur laquelle s’affichent les espaces de vie. Ainsi l’exposition privilégiée, bénéficie d’espaces extérieurs généreux se prolongeants sur la coursive. Nous voyons pour cet espace un véritable potentiel de convivialité, agrémenté de percées et de doubles hauteurs aux multiples jeux de regards.

VUE DEPUIS LA TERRASSE D’ACCÈS DU T4

SUGGESTION D’UN CONTEXTE DENSE MITOYEN


CHAQUE LOGEMENT POSSÈDE SON ESPACE EXTÉRIEUR PRIVATIF

EXEMPLE DE RÉPARTITION TYPOLOGIQUE

INSERTION DES TYPOLOGIES DANS UNE TRAME STRUCTURELLE RÉGULIÈRE / EXEMPLE D’IMBRICATION POUR UN BATI LINÉAIRE

T3 / T4 / T5

TERRASSES ET COURSIVE / ORIENTATION DES ACCÈS SUR LES ESPACES DE VIES, HABITER LA COURSIVE, LIEU DE CONVIVIALITÉ DES PALIERS

DESCRIPTION DES TYPOLOGIES / UNE FAÇADE LISSE AU NORD POUR LES CHAMBRES, UNE FAÇADE CRÉNELÉE AU SUD POUR LES ESPACES DE VIE. L’ABSCENCE DE SUPERPOSITION DE CES ESPACES ÉVITE LES CONFLITS DE VOISINAGE. SÉJOUR

CHAMBRE

CUISINE

PIÈCES HUMIDES

TERRASSES / COURSIVE

MEUBLE PIVOT : LE FOYER


CONCOURS COLOCATION NEXITY

APPARTEMENT T3 60m2

Projet lauréat (1er prix), Paris 2013

APPARTEMENT T4 80m2


APPARTEMENT T5 DUPLEX 80m2

UN MEUBLE CENTRAL, MODULABLE DANS CHAQUE LOGEMENT, LE FOYER

COUPE PERSPECTIVE


5

BECKMANN N’THÉPÉ ARCHITECTES 4 mois de stage à Paris 2012

LOGEMENTS BLD DE LA VILLETTE 27 Logements / local d’activités Paris 10ème concours Maître d’ouvrage : Paris habitat Surface: 2 320m² SDP + espaces extérieurs Participation à la conception du projet. Dessins techniques Modélisation du projet et du site pour les vues et les schémas (render des vues réalisés par Artefactorylab, perspectivistes).

PLAN D’INSERTION

ELÉVATION EST

ELÉVATION NORD


IMPLANTION PAR RAPPORT À L’EMPRISE MAXIMUM

VUE DES VOISINS, RÉCUPÉRATION DES EAUX, ÉNERGIE SOLAIRE

ENSOLEILLEMENT ET ORIENTATION DES LOGEMETNS

MATÉRIAUX


BECKMANN N’THÉPÉ ARCHITECTES

BIBLIOTHÈQUE La maison du livre et du patrimoine. Lausanne, Suisse concours En association avec Moussafir architectes (mandataire) Susanna Fritscher, artiste Maître d’ouvrage : caisse de pension de la commune de Lausanne SHON: 8 800 m²

FLUX DE CIRCULATION

Participation à la conception du projet. Modélisation de l’ensemble du projet pour les vues et les schémas (render des vues réalisés par Luxigon, perspectivistes)

RÉPARTITION PROGRAMMATIQUE

PLAN D’INSERTION

4 mois de stage 2012 - Paris


VUE DE L’ENTRÉE DEPUIS L’EXTÉRIEUR

COUPE LONGITUDINALE

ELÉVATION NORD


BECKMANN N’THÉPÉ ARCHITECTES

ENTRÉE CIRCULATION ESPACE PUBLIC

TRANSPARENCE, ENCAISSEMENT

JARDIN VERTICAL FILTRE LUMINEUX

NOYAUX, STRUCTURE

PLATEAUX

4 mois de stage 2012 - Paris


ENVELOPPE DES SALLES ET SOUS-ESPACES EN FEUILLES DE VERRE

VUE INTÉRIEURE DEPUIS L’ENTRÉE


5

TRAVAUX PERSONNELS 2010 - 2013

Les 3 doubles pages suivantes présentent une séléction de recherches plastiques et graphiques. Ci-dessous, il s’agit d’un essai d’assemblage irrégulier de tasseaux d’un projet de structure proliférante à l’occupation spatiale poreuse. Ci-contre, un projet plastique interrogeant les intéractions entre volume lumière et surface. La “balle” lorsqu’elle contient une source lumineuse, voit sa structure projetée sur les surfaces alentours, démultipliant ainsi ses dimensions et son impact spatial. La planche suivante est un photomontage de dessins effectués pour la plupart durant mon année à Barcelone. La dernière planche fait partie d’une série de recherches graphiques et géométriques sur la création de motifs. Sept dessins à la main ont servis de modules de base pour ce collage photoshop. Une fois numérisé chacun a subi différentes opérations de duplications et de symétries. Différents thèmes sont traités ici, tels que le rapport main et outil informatique, la propagation géométrique, la création protocolaire par itérations et la profusion visuelle.


Pierre lefèvre - architecture portfolio 2013  

ENSA de Paris la Villette / Escola Tècnica Superior d'arquitectura de Barcelona / Beckmann N'Thépé architectes / Concours / travaux personne...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you