Issuu on Google+


PORTFOLIO Projets d’architecture par Pierre-Luc Morin M. Arch. 2016


c


TABLE DES MATIÈRES Curriculum vitae

01

Projets académiques Bibliothèque Saul-Bellow Canopée urbaine J’ai souvenir encore Centre culturel Saint-James École d’art Viger Entre Homa et Hochelag’

02 08 10 16 22 26

Projets de concours Universitié aux cent clochers Paysages en dialogue Shipping Away

34 36 38


CURRICULUM VITAE

e


CURRICULUM VITAE PIERRE-LUC MORIN

morin.pierreluc@gmail.com 514.779.6007

CURSUS ACADÉMIQUe

PARTICIPATIONS

PRIX ET DISTINCTIONS

2017

Maîtrise en Architecture Université de Montréal

2016

Recomposer le nord Charette interuniversitaire du Centre Canadien d’Architecture

2014

Baccalauréat en sciences, Architecture Université de Montréal

2015

Charette magazine BOUFFE En collaboration avec le RÉA

2016

Bourse DMA Architectes Projet pour la gare Viger Avec Daniel Vinet

2012

DEC en technologie de l’Architecture Cégep André-Laurendeau

2015 Archipelago Charette interuniversitaire du Centre Canadien d’Architecture

2015

Bourse Provencher-Roy Excellence du dossier d’admission à la maîtrise

2010

DEC en sciences de la nature Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption

Médaille académique d’argent Prix du Gouverneur Général du Canada

2015

Liste d’honneur du doyen de la faculté de l’aménagement Baccalauréat en Sciences, Architecture

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

2014 Paysages en dialogue Commission de la capitale nationale du Québec 2014 Anamorphose Noël bleu - Charette multidisciplinaire UdeM

2015

Bourse Yelle-Maillé Projet pour l’Union française de Montréal

2015-16 Gérant - Services culinaires Six Flags Montréal

2013

2015

2010-14 Superviseur - Services culinaires Six Flags Montréal

COMPÉTENCES

2012

Technologue en Architecture Mireille Asselin, architecte

2009

Chef d’équipe - Services culinaires Six Flags Montréal

2010-11 Commis Messageries A.D.P / Salon du livre de Montréal 2006-09 Caissier /cuisinier - Services culinaires Six Flags Montréal

ACTIVITÉS EXTRA-ACADÉMIQUES 2016

Reflet Global Charette interuniversitaire du Centre Canadien d’Architecture

Logiciels de rendu Maxwell Render Vray Render Suite Microsoft Office Microsoft Excel Microsoft Word Microsoft Powerpoint Traitement d’image Mise en page Adobe Photoshop Croquis Adobe InDesign Adobe Illustrator Modélisation Autodesk Autocad Sketchup Revit Architecture Rhinoceros 3D Autodesk 3ds Max Grasshopper

2014 Mention du jury Et si? Charette Réa + La Presse Avec Audrey-Anne Belleau, Andréanne Dumont et Mathilde Laurier 2014 Projet lauréat 1er prix du jury Université aux cent clochers Charette interuniversitaire du Centre Canadien d’Architecture Avec Laurent Bélisle, Maxime Boily et Mathilde Laurier 2014 1er prix bourse BASF-ARQ Projet de logement collectif Avec Andréanne Dumont 2014 1er prix fondation Habitat 67 Projet de logement collectif Avec Andréanne Dumont

EFFA - Exposition des finissants de la Faculté de l’Aménagement Trésorier, coordonateur et coordonateur facultaire

2015 L’union française dévoile son futur Montage de l’exposition 2014 Piazze Organisation de l’exposition de l’atelier hors-les-murs 2014

Atelier Hors-les-murs Voyage d’étude en Italie

Références disponibles sur demande

1


2


01 BIBLIOTHÈQUE SAUL-BELLOW Type de projet Atelier Localisation Tuteur Coéquipier Durée

Institutionnel ARC 2314 - Hiver 2014 Lachine, Montréal Patrick Morand Maxime Boily 8 semaines

Le projet de la bibliothèque Saul-Bellow a été développé avec l’idée d’une bibliothèque en lien étroit avec son environnement social et physique. Comme point de départ, un site d’une très grande hétérogénité au niveau des fonctions et des ambiances. La dualité entre le parc Petterson, situé au nord-est et la 32e avenue, et la grande artère commerciale située à l’ouest a été le point de départ du projet pour l’opposition tant programmatique, physique que spatiale qu’il propose. Propice aux activités internes d’une bibliothèque, la forme du projet se déploie comme un repli du parc situé à l’arrière. Formant un parcours public extérieur-intérieur, la bibliothèque s’ancre dans le calme naturel du parc pour ensuite culminer sur l’agitation stimulante de la 32e avenue. Cet espace effervescent a été configuré pour recevoir le programme du troisième lieu, défini dans cette proposition comme un espace multifonctionnel culturel qui profite de son surplond pour s’offrir à l’espace public extérieur animé. Au niveau du programme, la projet propose une multitude d’espaces publics qualifiés tout au long du parcours selon le contexte physique auquel ils se ratachent. Au niveau matériel un grand souci a été porté pour fournir à l’usager une compréhension globale de la forme à travers la promenade architecturale.

Plan d’implantation 1:3000

Calme / Agitation

Multiplicité des parcours

Photographie maquette finale

Effet phare

3


1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

1

ANALYSE DU SITE Lien entre le calme du parc et l’agité de l’intersection urbaine. Sentiment de vitesse perceptible le long de la 32ième avenue qui aura une influence sur le programme et la matérialité du projet.

5

DÉPLOIEMENT DE LA BANDE Déploiement de la bande en relation avec la vitesse et le mouvement présent sur la 32ième avenue. Le programme, tout comme la forme tend à devenir plus légère et moins rigide vers l’intersection.

9

VOLUME VÉGÉTAL Du côté du parc, l’insertion d’une boîte de bois plus végétale renferme des éléments programmatiques associés au calme et à la solitude. Cette boîte est également en dialogue avec le parc apporté sur la façade sud du projet.

2

PARTICIPATION DE LA BIBLIOTHÈQUE AU PARCOURS Nécessité de la conservation et de la mise en valeur de la connexion physique entre le parc Patterson et l’intersection urbaine. Le parcours est créé par une bande déployée dans laquelle s’inscrit la bibliothèque.

6

BRISURE DE LA BANDE Rotation des deux extrémités de la bande pour renforcer la relation avec le contexte immédiat. Ainsi, l’idée d’un signal est créée du côté urbain et une relation avec le parc est créée.

10

PROLONGATION DU PARC Glissement de la végétation du parc sur les surfaces extérieures de la bande. Cette composante permet une filtration des vues et des ambiances sur la façade nord. Cette action permet également du diminuer l’empreinte du site

3

PROLONGATION DU PARCOURS Extension du parcours préexistant dans la forme et dans le programme de la bibliothèque. Un parcours continu a été privilégié afin de multiplier les effets et les relations avec le site tout le long du parcours.

7

POSITIONNEMENT DES GRADINS Le dispositif du gradin est utilisé pour créer et multiplier les relations de la bibliothèque avec son environnement immédiat. Les différents gradins sont orientés de manière à proposer des espaces appropriables variés.

11

DUALITÉ DES ESPACES EXTÉRIEURS Dualité des places publiques entre l’urbain et la naturel. Dans les deux cas, l’espace extérieur entre dans le bâtiment pour amplifier l’idée d’une faille.sur le terrain végétalisé.

4

BASE MINÉRALE Ancrage du site à la nature calme par la création d’un bloc minéral. Cette partie de la bibliothèque renferme les éléments programmatiques plus calmes et nécessitant moins d’apport de lumière.

8

BOÎTE DE DIFFUSION Du côté urbain, l’effet signal est accentué par l’insertion d’une boîte diffuse qui agit comme élément d’appel. Cette boîte tient le rôle d’élément programmatique final dans le parcours de la bande ; un lieu de diffusion polyvalent.

12

VITESSE DE LA CIRCULATION Insertion de deux types de circulation dans le projet dans le but de multiplier les parcours et les expériences possibles. La circulation lente permet un parcours architectural soutenu par la programmatique du tiers lieu.

4


5


REZ-DE-CHAUSSÉE

1.016

1.001 1.002 1.003 1.004 1.005 1.006 1.007 1.008 1.009 1.010 1.011 1.012 1.013 1.014 1.015 1.016 1.017 1.018 1.019 1.020

1.018 1.019

1.010 1.011 1.012

1.015

1.013

1.017

1.020

1.014

Hall d’entrée Acceuil et postes d’auto-prêt Espace d’exposition et d’interprétation Postes de recherche Espace de lecture / coin actualités Collection générale et périodiques Collection jeunesse Coin enfants Espace repas / café Salle mécanique / rangement Toilettes hommes Toilettes femmes Vestiaire Café Salle de traitement Salle de réunion Cafétéria Bureau du gestionnaire Bureaux du personnel Bureau de la secrétaire

1.009

2E ÉTAGE

1.006

1.003

1.007

1.001 1.004

1.005

1.002

1.008

2.001 2.002 2.003 2.004 2.005 2.006 2.007 2.008 2.009 2.010 2.011 2.012 2.013 2.014

Espace de création multimédia Salle de travail / 6 personnes Salle de travail / 6 personnes Salle de travail / 4 personnes Salle de travail / 4 personnes Salle de travail / 4 personnes Salle de reprographie Comptoir d’aide / référence Espace de travail silencieux Collection générale Espace adolescents Espace repos silencieux Postes de travail individuels Postes de lecture

3E ÉTAGE 3.001 3.002 3.003 3.004 3.005 3.006 3.007 3.008 3.009 3.010 3.011

Plan du rez-de-chaussée 1:300

Élévaiion 32e avenue 1:300

Coupe transversale 1:300

Salle polyvalente / espace de diffusion Toilettes Toilettes Rangement (bar) Comptoir bar Hall d’entrée de la salle polyvalente Espace d’exposition Postes de recherche Tables de travail / 4 personnes Collection générale Places assises

6


2.01

4

2.01

3

2.01

0 2.01

1

2.01

2

2.003

2.002

2.004

2.005

2.006

2.00

2.007

8

2.00

9

2.001

Plan du 2e étage 1:300

3.005

3.001

3.011

3.007

3.006

3.008

3.010

3.004 3.002

3.003

3.009

Plan du 3e étage 1:300

Coupe technique 1: 50

7


8


02 CAnopée urbaine Type de projet Atelier Localisation Tuteur Coéquipier Durée

Installation ARC 2314 - Hiver 2014 Lachine, Montréal Patrick Morand Maxime Boily 2 semaines

Le projet de résille solaire, en continuité avec le projet de la bibliothèque Saul-Bellow, permet de relier deux ambiances urbaines distinctes. Inscrite de façon sensible dans la logique du site, la résille permet la création d’une présence physique qui amène l’usager à sentir son environnement se transformer. Cette résille sert donc à réveller les logiques internes du site en accompagnant l’usager dans le contraste omniprésent entre le calme du parc Patterson et l’agitation de l’intersection urbaine de la ville de Lachine.

Montage photographique conceptuel

Détail d’assemblage 1 : 40

Itération I Équinoxe

Itération II Équinoxe

Élévation rue Saint-Antoine 1:400

9


10


03 J’AI SOUVENIR ENCORE Type de projet Institutionnel / Patrimonial Atelier ARC 3017 - Automne 2014 Localisation Montréal Professeur Nicholas Roquet Production Individuelle Durée 10 semaines

Rapprochement des espaces extérieurs

« J’ai souvenir encore d’une vieille maison Que l’on dut démolir, rongée par les saisons » Claude Dubois Le parti architectural choisi propose une intervention minimale sur le bâtiment actuel en privilégiant une implantation arrière et souterraine afin de conserver les relations spatiales du bâtiment à travers le temps avec son environnement bâti. La projet propose de recréer des relations spatiales et programmatiques, souvenirs du passé pour les matérialiser dans la nouvelle réalité du bâtiment afin d’assurer la pertinence physique et sociale de l’organisme communautaire à travers le temps. Se basant sur le programme de l’incubateur d’entreprise, le concept architectural propose de multiplier les espaces de contacts sociaux entre les deux programmes distincts. Déclinées en différents types d’espaces, ces zones de croisements permettent au bâtiment d’accueuillir des programmes qui s’adressent à des populations avec différents rapports de proximité. Un volume vertical, qui comprend une extrusion programmatique de l’espace social fait écho à la typologie des grands bâtiments industriels du port. Cette volumétrie, marquée par une grande transparence et expression matérielle permet de créer dans le quartier en manque de définition, une signature visuelle forte.

Insertion d’un espace de diffusion

Plan d’implantation 1: 1500

Effet lanterne

Photographie maquette finale

L’incubateur : dispositif urbain

11


0.015

0.013

0.014

0.012

0.011 1.009 1.010 1.008

1.012 1.011

1.007

0.010

0.003

0.004

0.002

1.005

0.007 0.009

0.001

0.004

0.005

1.001

1.004

1.002

Plan du sous-sol

Plan du 1ER étage

Élévation avenue Viger

Coupe rue Berri

1:400

1.003

0.006 0.008

1: 400

1.006

1: 400

1:400

12


2.011

2.012 2.013

2.009

2.010

3.007

3.008

2.017

2.014

2.015 2.016

2.018

3.014

3.015

3.011

2.019

3.016

3.006

2.007

2.005

3.009

3.010

2.008

3.004

2.006

3.016

3.013

3.005

2.004

2.001

2.002

2.003

3.001

Plan 2 e ĂŠtage

Plan 3e ĂŠtage

Coupe transversale

Coupe longitudinale

1: 400

1:400

3.002

3.003

1: 400

1:400

13


4.008 4.009

4.011

4.011 4.011

4.011

4.011

4.011

4.011 4.011

4.011

4.011

4.007 4.010 4.006

4.004

4.001

4.005

4.001

4.001

Plan du 4e étage 1: 400

SOUS-SOL 0.001 0.002 0.003 0.004 0.005 0.006 0.007 0.008 0.009 0.010 0.011 0.012 0.013 0.014 0.015

2E ÉTAGE Toilettes hommes Rangement Archives Union française Salle d’interprétation Toilettes femmes Vestiaire / Acceuil Bar Vestibule Hall / Foyer Salle fonctionelle Rangement / Scène Espace traiteur Toilettes hommes Toilettes femmes Espaces techniques

1ER ÉTAGE 1.001 1.002 1.003 1.004 1.005 1.006 1.007 1.008 1.009 1.010 1.011 1.012

2.001 2.002 2.003 2.004 2.005 2.006 2.007 2.008 2.009 2.011 2.017 2.018 2.019

4E ÉTAGE Salle du conseil Bureau du président Bureau du directeur Rangement Atelier communautaire Espace social Espace café Salle de reprographie Toiletttes mixtes Bureaux locatifs Zone silencieuse Postes locatifs individuels Espace social

4.001 4.004 4.005 4.006 4.007 4.008 4.010 4.011

Bureaux locatifs Espace corporatif commun Espace social Zone café Salle d’impression Toilettes mixtes Espace social Bureaux locatifs

3E ÉTAGE Bar Vestibule Union française Hall d’entrée Union française Réception Espace bar Espace social Hall d’entrée secondaire Atelier communautaire Toilettes mixtes Toilettes mixtes Espace lunch Café public

3.001 3.002 3.003 3.004 3.005 3.006 3.007 3.008 3.010 3.012 3.014 3.016

Salle de conférence Bureaus services juridiques Bureaux services financiers Bureaux services sociaux Espace social Salle d’impression Salle des services Toilettes mixtes Espace café Salles de conférence Salles multimédia Espaces de détente

Coupe-perspective technique 1: 30

14


15


16


04 SAINT-JAMES OF THE APOSTLE Type de projet Atelier Localisation Tuteur Coéquipier Durée

Institutionnel ARC 6812 M1 - Automne 2015 Arr. Ville-Marie, Montréal Alain Carle Andréanne Dumont 8 semaines

Le projet du centre culturel Saint-James s’inscrit dans le contexte social et physique diversifié de l’arrondissement Ville-Marie. Comme prémisse du projet, la démocratisation d’un projet public qui se veut le plus inclusif possible devient un vecteur formel et programmatique et spatial. Alimenté par un programme fondé sur des interrelations potentielles, le projet se caractérise par une composition d’espaces déterminés et indéterminés, rejetant toute distinction entre les activités de la bibliothèque, du centre culturel et des logements étudiants. À l’image de la ville, résultante directe d’une matérialisation démocratique, le projet provoque des possibilités d’échange et met de l’avant le principe de collectivité dans un concept global d’interactions citoyennes. En réafirmant le langage des espaces indéterminés et déterminés dans le contexte urbain, on assiste à une verticalisation du principe de la ville. Ainsi, le projet est une extension infinie, intemporelle et inclusive de l’espace public et propose une nouvelle typologie urbaine à investir : l’espace pluriel.

Plan d’implantation 1:10000

1.

2.

3. 1. ESPACES DÉTERMINÉS

Espace perceptible Matérialisation culturelle Espaces hiérarchisés Espaces rigides Programme défini

2. ESPACES INDÉTERMINÉS

Paysage sensible Matérialisation intemporelle Espaces démocratiques / libres Espaces maléables

Implanté en tête d’îlot, le projet établi un dialogue formel et programmatique entre l’église Saint-James of the Apostle en introduisant un parvis destiné au débordement de l’activité publique de la rue SainteCatherine.

3. ESPACES PLURIELS

Perceptible et sensible Modularité temporelle Démocratique et encadrant Flexibilité potentielle Espace domestique

Axonométrie éclatée 1:1000

17


10 14

12

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

13

11

10

4

5

6

7

7

7

8 18

3

8

9

15

3

17

16

18

9

2

6

2

1

4

Centre culturel / création et diffusion 1:300 7 8 9 10 11 12

Zone des nouveautés (bibliothèque) Gradin multifonctionnel Salle multifonctionnelle Salle de toilettes Aire de livraison et manutention Salle mécanique

13 14 15 16 17 18

Rangement Local d’entretien Aire d’accueil (OSBL) Salle de repos (OSBL) Salle de réunion (OSBL) Bureau (OSBL)

1 2 3 4 5 6

Salle d’exposition 7 Salle de toilettes Espace cocktail 8 Local de rangement (salle de spectacle) Zone de détente 9 Salle mécanique Ateliers de création Espace immersif Espace bar (vernissages)

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

Espace public / accueil 1:1000 Salle flexible (marchés, expositions, etc.) Entrée principal du centre culturel Entrée secondaire du centre culturel Entrée des résidences Zone café / périodiques Vestiaire

5

Plan du niveau -1

Plan du niveau 0 1 2 3 4 5 6

1

18


PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

9

8 7 7

7

9 9

1

9

10

7 12

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT 10 9 10

8

12 7 10

11

11 1

11 11

6

12 6

5 4

4 2

2

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

3

5 3

Plan du niveau 2

Plan du niveau 3

1 2 3 4 5 6

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

Plan du niveau 5

Plan du niveau 8

Plan du niveau 12

Plan du niveau 7

Plan du niveau 11

Plan du niveau 14

Bibliothèque / informatique et multimédia 1:1000

Bibliothèque / zone des adultes Étage accessible aux étudiants 1:1000

Zones communes des résidences 1:1000

7 8 9 10 11 12

Bornes d’emprunt Bureau de la bibliothécaire Salle de traitement Bureau administratif Salle de réunion Salle des employés

Chambres et zones communes des résidences 1:1000

Chambres et zones communes des résidences 1:1000

Coupe technique 1:200

19 PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

Bibliothèque / salles et zone des adolescents 1:1000

Espace de médiation Zone d’exposition Espace cocktail Salle de spectacle (niveau haut) Régie technique Scène

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

Loge Salon des artistes Salle de toilette Rangement Salle de réunion (OSBL) Bureau (OSBL)

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

7 8 9 10 11 12

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

Espace de médiation Zone d’exposition Salle de répétition Salle de spectacle (niveau bas) Scène Arrière-scène

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

1 2 3 4 5 6

Centre culturel et bibliothèque / médiation et diffusion 1:1000

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

PRODUCED BY AN AUTODESK EDUCATIONAL PRODUCT

Centre culturel / médiation et diffusion 1:1000


20


21


22


05 ÉCOLE D’ART VIGER Type de projet Atelier Localisation Tuteurs Coéquipier Durée

Institutionnel - Patrimonial ARC 6813 M1 - Hiver 2016 Gare Viger, Montréal Jacques Lachapelle Richard de la Riva Daniel Vinet 8 semaines

Le projet du centre d’art Viger s’inscrit dans une logique urbaine qui évoque un passé perdu, celui d’une figure urbaine identitaire en dialogue complet avec son site. L’état actuel du site témoigne d’une reprise du vide urbain laissé par les rails disparus par un tissu urbain résidentiel plus serré qui a pour effet de limiter au bâtiment de la gare Viger son rôle de figure urbaine. La prémisse du projet était donc de renforcer la figure institutionnelle collective du site par l’insertion d’un campus d’art qui redonne un sens au bâtiment de la Gare Viger en s’assurant d’offrir des espaces de qualité et évocateurs. L’extérieur du nouvel ensemble urbain propose une unité matérielle qui consolide le vide urbain tout en proposant à l’intérieur un langage industriel qui rappelle l’esprit du lieu. L’activité interne des nouveaux bâtiments est exposée afin d’animer visuellement et au niveau du programme la place publique. De plus, un souci a été porté afin de conférer à ces espaces un langage machinal qui évoque fortement la logique ferroviaire du site. Une salle polyvalente, complètement transparente, permet de relier, comme un gare programmatique, la circulation piétonne du viaduc Notre-Dame et le cœur du projet en plus d’animer, par ses façades ouvrantes, mobiles et modulaires l’espace central de la cour par une extériorisation potentielle de ses activités. Un tracé au sol, rappelant le mouvement des rails permet d’évoquer ce passé disparu et devient un dispositif d’ancrage pour plusieurs activités potentielles. C’est donc dans une logique de continuité et de contraste, caractéristique du site de la gare Viger que le projet a été développé dans ses détails, articulations formelles et programmatiques.

1890 Création du vide

1951 Expansion du vide

2016 Consolidation du vide

Reconsolidation urbaine

Prolongation du Square Dalhousie

Évocation du passé disparu

23


24


Plan du niveau 0

Plan du niveau 2

1:1500

1:1500

Coupe AA 1:1000

Coupe BB 1:1000

25


26


27


28


06 ENTRE HOMA et HOCHELAG’ Type de projet Atelier Localisation Tuteur Production Durée

Urbain - Patrimonial ARC 6814 M2 - Automne 2016 Hochelaga-Maisonneuve Sergio Morales Individuelle 8 semaines

Le quartier Hochelaga-Maisonneuve est témoin de changements démographiques importants avec l’arrivée massive d’un nouveau type de population qui bouscule la façon d’habiter et de construire la ville. Désirant intégrer cette grande discussion sur la transformation de la ville, le projet propose le site de le friche linéaire Notre-Dame comme moyen d’évoquer et d’inclure le patrimoine industriel, souvent oublié dans la redéfinition du tissu urbain. Le projet consiste en un condensateur social plurifonctionnel réunissant au sein d’un même ensemble des fonctions diverses reliées à l’activité communautaire qui se déploie sur l’ensemble de la friche linéaire NotreDame, longue de 2500 mètres par 50 mètres de largeur. Cette friche, autrefois témoin d’une mixité et d’une hybridité programmatique à la base de l’identité du quartier est aujourd’hui un dispositif urbain servant à distancer physiquement et visuellement les bâtimentsmachines du quartier ouvrier. Cette transformation symbolise la rupture qui s’est opérée entre le quartier et son industrie, entre le quartier et son histoire.

Plan d’implantation 1:10000

Machine programmatique

Qualification des rythmes urbains

Le projet du centre communautaire Hochelaga se définit comme un projet qui propose une implication plus active du citoyen dans l’établissement des facteurs qui régissent son patrimoine bâti en évoquant de manière active le tissu urbain passé, présent et futur dans sa forme. Il fait de l’histoire sa matière et de son résultat un processus entre l’idée de Homa et l’idée d’Hochelag’.

Reconsolidation du tissu urbain

29


Croquis des intentions urbaines

Croquis de composition de la machine urbaine

Croquis de composition formelle

PROGRAMMES CULTURELS SALLE MULTIFONCTIONNELLE SALLES D’EXPOSITION * ATELIERS TECHNIQUES * MÉDIATION CULTURELLE AGORA EXTÉRIEUR MICRO-BILIOTHÈQUE MÉDIATHÈQUE LABORATOIRES CRÉATIFS

PHOTOGRAPHIE AÉRIENNE 1949

PROGRAMMES SOCIAUX

PROGRAMMES RÉCRÉATIFS 250 M2 75-100 M2 100 M2 25 M2 50 M2 15 M2 35 M2 100 M2 650 M2

SALLES DE JEUX CENTRE DE JOUR / ENFANTS MODULES DE JEUX JARDINS COMMUNAUTAIRES SKATEPARK PROMENADE LINÉAIRE

50 M2 75 M2 15 M2 150 M2 35 M2

275 M2

LOGEMENTS SOCIAUX LOCAUX OSBL AIDE JURIDIQUE CENTRE RÉINSERTION SOCIALE CENTRE DE JOUR SALLES DE FORMATION CUISINE COLLECTIVE SALLES DE TRAVAIL *

PROGRAMMES COMMERCIAUX 7500 M2 225 M2 25 M2 25 M2 100 M2 50 M2 50 M2 50 M2 8025 M2

COMMERCES DE PROXIMITÉ CAFÉ ESPACES DE TRAVAIL COLLECTIF ESPACES LOCATIFS *

250 M2 50 M2 25 M2 250 M2

575 M2

Objets industriels réappropriés

30


Plan du niveau 0 1:1000

Plan du niveau +1 1:1000 NIVEAU +1 1. SALLE MULTIFONCTIONNELLE +1COLLECTIVE 2.NIVEAU CUISINE 3. SALLE DE RÉUNION 4. LABORATOIRE OSBL 5. LOCAUX OSBL 6. COIN ADOLESCENTS 7. POSTE D’INFORMATION 8. SALLE DE LECTURE SILENCIEUSE 9. SALLE DE RÉPÉTITION 10. LOGES COMMUNES 11. LOGES INDIVIDUELLES 12. SALON CORPORATIF 13. COMPTOIR DE SERVICE 14. LOGES COMMUNES 15. LOGES INDIVIDUELLES 16. FOYER HAUT 17. LOGEMENTS 3 CHAMBRES 18. LOGEMENT 1 CHAMBRE

Plan du niveau +1 1:1000

REZ-DE-CHAUSSÉE 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17. 18. 19. 20. 21.

CAFÉ ESPACES ADMINISTRATIFS SALLES COMMUNAUTAIRES SALLES DE FORMATION / AIDE DEVOIRS FOYER CENTRE COMMUNAUTAIRE ACCEUIL / INFORMATION SALLES DE RÉUNION / LECTURE SALLE DE LECTURE SILENCIEUSE ESPACE JEUNESSE LOCAL COMMERCIAL COMMUNAUTAIRE ATELIER DE FABRICATION DES DÉCORS ACCÈS LIVRAISON SALLE DE SPECTACLE LOFTS POUR ARTISTES BALCON SALLE DE SPECTACLE SALON CORPORATIF BILLETERIE / VESTIAIRE FOYER DE LA SALLE DE SPECTACLE LOFTS POUR ARTISTES LOGEMENTS 3 CHAMBRES LOGEMENT 1 CHAMBRE

NIVEAU -1 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12.

LOCAL DE RANGEMENT ESPACE TECHNIQUE SALLES D’EXPOSITION ATELIERS CRÉATIFS SALLES DE PRÉSENTATION SALLE DE LECTURE SILENCIEUSE VESTIAIRE SALLE DE RÉUNION DE GROUPE SALLE DE SPECTACLE / PARTERE SALLE DE RÉPÉTITION ESPACES TECHNIQUES CENTRE D’INTERPRÉTATION / CHIVES

31

AR-


32


Élévation de la ruelle 1:1000

Élévation boulevard Pie-IX

Coupe foyer salle de spectacle

1:1000

1:1000

Coupe hall salle d’exposition

Coupe salle de spectacle et loges

1:1000

1:1000

Coupe longitudinale du bâtiment-machine 1:1000

33


34


A UNIVERSITÉ AUX CENT CLOCHERS Type de projet Concours Organisation Centre canadien d’architecture Réalisation Hiver 2014 Coéquipiers Laurent Bélisle Maxime Boily Mathilde Laurier

Université de Montréal Université du Québec à Montréal Université de Montréal Université Mcgill Université Mcgill

Université Concordia

Le savoir n’est plus réservé à la Montagne, il est partout dans la ville. Dans ce chaos organisationnel et urbanistique, la question demeure : l’université est-elle toujours l’élément catalyseur de la société qui l’entoure, ou s’est-elle peu à peu distancée de l’essence même de son existence, un modèle social prônant le bien commun plutôt que l’individualisme. D’un autre côté, une autre institution est confrontée à une problématique diamétralement opposée. Alors que les églises proposent les qualités tant recherchées par les universités, on assiste à une baisse drastique de leur fréquentation. Ces legs porteur de notre fierté collective, situés au cœur des quartiers et chargés d’histoire, de culture et de souvenirs, sont toutefois voués à un abandon certain ou à des reconversions dénaturantes. Une autre question se pose alors : Que faire de toutes ces églises? Quel est avenir pour la ville aux cents clochers? Le projet propose l’insertion d’espaces ludiques dans les églises afin d’en faire des lieux qui évoquent le savoir collectif, tant pour la population locale que pour la communauté universitaire. Cette association permet de réanimer la vocation collective des églises afin d’en assurer la pérénité dans le temps.

35


36


B PAYSAGES EN DIALOGUE Type de projet Concours Réalisation Automne 2014 Organisation Commission de la capitale nationale Coéquipiers Audrey-Anne Belleau Andréanne Dumont Mathilde Laurier Durée 2 jours

« Ainsi, je touche le paysage Je touche ce que je vois Ce que je voix donne l’équilibre À tout mon être qui s’y appuie. »

Jean Aubert Loranger – 1920

Le projet Paysages en dialogue pour la région de la Capitale nationale a été élaboré pour créer une réelle introspection des spectateurs et provoquer un lien entre l’individu et le paysage. Les installations permettent de marquer les différentes tensions qui dessinent le paysage et les émotions que celles-ci peuvent créer. Pour ce faire, le réseau s’articule en plusieurs dispositifs s’implantant selon les caractéristiques et les tensions exprimées par le paysage. Chaque point de vue est aménagé afin de redonner le paysage aux habitants, par la création de parcs linéaires perpendiculaires au fleuve, rappelant le découpage parcellaire, et reliant les belvédères aux municipalités. Pour créer une image unificatrice parmi la multitude de points de vue offerts, un lien conceptuel est créé par l’emploi d’une plaque de cuivre qui exprime les particularités du paysage et les accentue, les mettant en relief pour le spectateur.

LA JETÉE

LA BATTURE

Jean Aubert Loranger, Le retour d’un enfant, 1922

Félix Leclerc, Le tour de l’île, 1975

LE PRÉCIPICE

LA CANOPÉE

« Mon sang se vide Laissant l’équilibre au bord du précipice. » Mara Tremblay, Tu m’intimides, 2009

« Les arbres comme autant de vieillards rachitiques Flanqués vers l’horizon sur les escarpements. » Émile Nelligan, Paysage fauve,1925

« Un jour, au bout d’une jetée … Partout j’ai cherché l’Introuvable. »

« Et en juillet, Le fleuve est tiède Sur les battures. »

37


38


C SHIPPING AWAY Type de projet Concours Organisation Centre canadien d’architecture Réalisation Automne 2016 Coéquipiers Mathilde Laurier Andréanne Dumont Durée 3 jours

Shipping away architectural colonialism from the Great North of Quebec by giving Inuits an architectural canevas issued from a local reality. Every week, several air links are provided between southern Quebec and the Inuit communities of Nunavik. Through these flights, various goods are transported to the inhabitants of the Great White North. Resources are a necessity to the people of Nunavik. They are rare and therefore precious for collectivity living in such extreme climatic conditions. That is why the plywood crates used to transport goods are reused in several ways, as are many other available resources. Once disassembled, their components are used to construct new habitable, functional or recreational structures. From these structures was born a new vernacular architecture visible on the entire Inuit territory. The project uses the strengths of the mechanisms already rooted in northern communities. It is a matter of rethinking the functionality of the processes. Rather than considering shipping crates and architecture as two different systems, they are bound together. The wooden boxes used for transportation are redesigned for the construction of pavilions, buildings or shelters. Although they are still dependent on the South’s resources for the construction, the design and function are entirely assumed by the local communities, so that they can adapt their uses to their particular needs. Therefore, they can become anything from the range of a shed to a housing annex or a community infrastructure. The system does not pretend to solve the complex question of housing in Nunavik, however, it proposes a sensible solution that allows Inuits to easily reclaim their architecture.

39


PIERRE-LUC MORIN morin.pierreluc@gmail.com

+1 514.779.6007


TEST-PL