Page 1

1914-­‐1945 Les  grandes  guerres  


Introduc)on

• 

• 

• 

Ce1e période   correspond   a   une   série   de   défis   majeurs   pour   une   na:on   qui   semble   perdre   peu   a   peu   la   capacité   a   maitriser   seule   son  propre  des:n.     La   démographie   stagne   –   la   France   reste   encore   un   pays   a   dominante   rurale   jusqu’en   1931.   Mais   le   pays   connaît   aussi   une   p é r i o d e   d ’ i n n o v a : o n s   industrielles   dans   l’automobile   ou   l’aéronau:que,   de   progrès   scien:fiques   qui   touchent   aussi   bien   la   physique   atomique   que   l’historiographie.     Ce1e   nouvelle   guerre   de   Trente   ans   fut   la   dernière   séquence   guerrière   de   l’histoire   de   France   ou  les  combats  se  déroulèrent  sur   le   territoire   métropolitain.   Apres   1 9 4 5 ,   l e s   g u e r r e s   s e r o n t   d é s o r m a i s   c o l o n i a l e s   e t   lointaines.    


La France  en  1914:  la  puissance  par  la  République  

• 

• 

• 

En 1918,   la   paix   est   certes   négociée   mais   seulement   entre   les   puissances   alliées.   Sur   le   plan   intérieur,   le   modèle   républicain   semble   sor:r   renforce   du   conflit:   l’armée   des   citoyens   de   la   République   a   vaincu   l’armée   des   sujets   de   l’empereur   d’Allemagne.       Le   prix   de   la   victoire   est   très   élevé   et   chaque   Français   a,   d’une   manière   ou   d’une   autre,   du   le   payer.   Alors   que   la   France   célèbre  sa  victoire  en  1918  puis  en  1919,  les  Français  ressentent  que  celle-­‐ci  est  endeuillée  et  que  le  pays  ne  peut  plus  vivre   que  dans  la  han:se  du  déclin.     Une   puissance   retrouvée   et   réaffirmée:   Pour   profond   que   fut   le   changement   de   régime,   la   République   était   aussi,   nolens   volens,  une  héri:ère.  Elle  profita  ainsi,  par   exemple,   de   la   dynamique   de   la   modernisa:on   urbaine   et   économique   et   des   conquêtes   coloniales   entreprises   sous   le   Second   Empire.   La   France   de   1914   était   présente  sur  tous  les  con:nents,  comptant   plus  de  55,5  millions  d’habitants  hors  de  la   Métropole,   et   s’étendant   sur   plus   de   10,5   millions  kilomètres  carres.    


La France  en  1914:  la  puissance  par  la  République  

•  • 

Et la  France  dirigeait  le  deuxième  empire  colonial  du  monde.   L’isolement   diploma:que   rompu:     En   rupture   avec   la   «   realpoli:k   »   de   Bismarck,   inquiétante   pour   les   Russes,   les   Britanniques,   voire   les   Italiens,   l’a`tude   de   Guillaume  II  favorisa  des  rapprochements  avec  une  France  républicaine  longtemps   tenue  en  suspicion  et  a  l’écart.     Boite  a  musique  illustrant  l’alliance  franco-­‐russe.   Bismarck  avait  soigneusement  veille  a  maintenir  l’isolement   diplomaNque  de  la  France  après  sa  défaite.  Son  renvoi  en  1890  par  le   jeune  empereur  Guillaume  II,  qui  mène  alors  une  poliNque  étrangère   agressive,  permet  a  la  France  de  mulNplier  les  iniNaNves  diplomaNques   brisant  son  isolement:  c’est  tout  d’abord  vers  la  Russie  qu’elle  se   tourne.  L’empire  tsariste  était  également  a  la  recherche  d’un  allie   européen,  au  moment  ou  ses  rivaux  en  Europe  centrale,  l’Allemagne  et   l’Autriche  Hongrie  resserraient  leurs  liens.  Une  convenNon  militaire   secrète  avec  la  Russie  fut  signée  des  1892.    

Palais de  l’électricité  de  l’exposi4on   universelle  de  1900.   Elle  aJra  50  millions  de  visiteurs.   Affiche  publicitaire  de  l'exposi4on  coloniale  de  Marseille  en  1906.   Elle  fut  la  première  a  être  exclusivement  consacrée  aux  colonies.   Chacune  des  colonies  françaises  y  était  représentée  par  un  pavillon  qui   entendait  démontrer  les  bienfaits  et  les  bénéfices  de  l’œuvre  coloniale   française.  Les  frère  Lumière,  inventeurs  du  cinématographe  en  1895,   avaient  déjà  eu  l’idée  d’envoyer  leurs  operateurs  a  travers  le  monde   pour  en  rapporter  des  images  documentaires.    


La France  en  1914:  la  puissance  par  la  République  

• 

• 

Une armée   de   citoyens:     Apres   la   conquête   défini:ve   du   pouvoir   en   1877-­‐1879,   les   républicains   s’employèrent   a   républicaniser  ce1e  armée  rénovée.  Le  :rage  au  sort  fut  défini:vement  aboli  ainsi  que  les  dispenses,  la  durée  du  service   ramenée  a  deux  ans  pour  tous.  En  1913,  suite  a  d’intenses  débats,  le  service  fut  a  nouveau  porte  a  3  ans.     Une   république   implantée,   prospère:   La   France   était   alors  la  quatrième  puissance  industrielle  et  mondiale.   En   1914,   l’industrie   automobile   française   était   la   première   d’Europe   et   la   deuxième   mondiale   après   celle   des   Etats-­‐Unis.   Les   capitaux   français   représentaient   20%   des   capitaux   inves:s   dans   le   monde   a   ce1e   époque,   loin   sans   doute   derrière   la   Grande   Bretagne   (44%),   mais   en   deuxième   place,   devant  l’Allemagne  et  les  Etats-­‐Unis.    

Panneau mural  pour  la  classe   civilisa4on  contemporaine.   Lavisse:  «  La  France  est  le  condense   de  l’Europe.  »  

Revue du  14  juillet  1909.   Le  défilé  militaire  du  14  juillet  est  une  invenNon   de  la  IIIème  République.  Le  premier  défilé  a   Longchamp  eut  lieu  le  29  juin  1871,  alors  que  la   France  venait  d’être  vaincue.  Dans  les  années   1900-­‐1914,  il  devint  un  véritable  spectacle,   comprenant  des  scénographies  de  combat.    


Le grand  basculement  de  1914  

• 

• 

• 

• 

Pécher par  impuissance:  La  France  joua  son  rôle  dans  l’engrenage  du   conflit,   notamment   par   l’assurance   que   le   président   Poincaré   donna   la  la  Russie  de  son  sou:en  sans  faille  dans  la  crise  de  l’été  1914.     En  1911,  les  jeunes  Etats  balkaniques,  la  Bulgarie,  la  Serbie,  la  Grèce   et   le   Monténégro,   jeunes   états   eux-­‐mêmes   issus   des   territoires   occidentaux   perdus   par   l’homme   malade   de   l’Europe,   profitent   de   l’occasion   (déclara:on   de   guerre   de   l’Italie   a   la   Turquie)   pour   s’agrandir  au  détriment  de  leur  ancien  maitre.  Soutenus  par  la  Russie,   alliée   avec   la   France,   ils   se   liguèrent   et   déclarèrent   a   leur   tour   la   guerre   a   la   Sublime   Porte.   Malgré   ses   efforts   diploma:ques,   la   France   échoua  a  maintenir  la  paix.     Le   28   juin   1914,   un   groupe   de   jeunes   na:onalistes   bosniaques   emmenés  par  Gavrilo  Princip,  échappa  au  contrôle  de  la  Main  Noire,   organisa:on   secrète   na:onaliste   serbe,   et   perpétra   l’a1entat   de   Sarajevo   qui   causa   la   mort   de   l’archiduc   François   Ferdinand,   héri:er   du  trône  impérial…  La  double  monarchie  bénéficiait  d’un  prétexte,  du   sou:en   de   son   opinion   publique   et   de   «   l’en:er   appui   de   l’Allemagne   »   en   cas   d’escalade   –   pour   infliger   une   leçon   a   la   Serbie   a   la  faveur  d’un  conflit  rapide  et  localise.     Quand   Poincaré   arriva   en   France,   de   retour   de   sa   visite   officielle   en   Russie,   sa   marge   de   manœuvre   était   étroite   en   raison   du   traite   qui   liait  la  France  a  la  Russie.  De  surcroit,  pour  Poincaré,  l’Allemagne  était   fondamentalement   de   mauvaise   foi   et   voulait   la   guerre,   de   toute   façon  et  quoi  qu’on  fasse.    


Le grand  basculement  de  1914   • 

• 

• 

• 

Résolus: Si   l’hos:lité   a   l’Allemagne   pouvait   se   réveiller   lors   des   crises  marocaines  de  1905-­‐1906  et  de  1911  et  si  le  souvenir  de  la   défaite   de   1871   et   de   l’amputa:on   de   l’Alsace-­‐Lorraine   restait   vif,   la   France   confrontée   a   la   crise   de   1914   n’était   pas   un   pays   revanchard  et  agressif.     La   mort   de   Jean   Jaurès,   assassine   le   31   juillet   1914   par   Raoul   Villain   fut   perçue   autant   comme   un   évènement   de   poli:que   intérieure   que   comme   découlant   de   la   crise   interna:onale   en   cours…   Jaurès   et   ses   amis   se   trouvaient   bloques   entre   leur   hos:lité   fondamentale   a   la   Russie   tsariste   qui   représentait   tout   ce   qu’ils   abhorraient   leur   volonté   de   paix   et   leur   sou:en   au   gouvernement.     Le  1er  aout,  l’Allemagne  déclara  la  guerre  a  la  Russie,  alliée  de  la   France  qui,  elle,  mobilisa.  Le  lendemain,  les  troupes  allemandes   entraient  déjà  au  Luxembourg  et  le  Reich  lançait  un  ul:matum  a   la   Belgique,   la   sommant   de   laisser   passer   ses   troupes   sans   comba1re.  On  comprend  alors  que,  une  fois  la  guerre  déclarée,   le  sen:ment  dominant  fut  la  surprise.  Elle  fut  accentuée,  par  le   fait   que,   dans   un   France   majoritairement   rurale,   la   préoccupa:on  première  et  fondamentale  en  ce1e  période  était   l’urgence  de  la  moisson.     C’est   globalement   la   résolu:on   a   défendre   le   pays   qui   s’installa   et   non   un   enthousiasme   délirant.   Le   célèbre   discours   du   secrétaire   général   de   la   CGT,   Léon   Jouhaux,   prononce   lors   des   obsèques   de   Jaurès   le   4   aout   1914,   en   a1este:   «   Accules   a   la   lu1e,   nous   nous   levons   pour   repousser   l’envahisseur,   pour   sauvegarder   le   patrimoine   de   civilisa:on   et   d’idées   généreuse   que   nous   a   lègue   l’histoire.   »   Ce   meme   jour,   le   généreuse   Poincaré  u:lisait  l’expression  d’Union  Sacrée.  

La une  de  la  guerre  sociale  le  1er  aout  1914.   Fonde   par   Gustave   Herve,   le   journal   était   a   l’origine   anNpatrioNque,   proche   du   syndicalisme   révoluNonnaire   et   favorable   a   une   insurrecNon   en   cas   de   guerre.   A   l’instar   de   la   plupart  des  organes  socialistes  et  syndicalistes,  il  se  rallie  a  la  cause   patrioNque  et  a  l’Union  Sacrée.   Marc  Bloch  sur  la  mobilisa4on.   «   Les   hommes   pour   la   plupart   n’étaient   pas   gais.   Ils   étaient   résolus,  ce  qui  vaut  mieux.  »  


Le grand  basculement  de  1914  

• 

• 

Le désastre   d’aout   1914:   Le   mois   d’aout   1914   fut   sans   doute   l’un   des   moments   les   plus   désastreux   de   toute   l’histoire   militaire     de   la   France,   et   aussi   l’un   des   plus   meurtriers…   Pourtant   en   quelques   jours,   en   bon   ordre   et   dans   les   délais   prévus,   plus   de   de   3,5   millions   d’hommes   avaient   été   mobilises.  Avec  27.000  morts,  le  23  aout  est  la  journée  la  plus  meurtrière  de   ce1e  guerre  pour  la  France.     Vae   Vic:s:   Épuisées,   excédées   par   la   résistance   des   soldats   belges   ou   français,   nourries   du   souvenir   de   la   guerre   de   1870-­‐71,   du   mythe   d’une   levée  en  masse  des  popula:ons  et  d’une  guerre  de  francs-­‐:reurs  tout  a  fait   imaginaire,   les   troupes   allemandes   commirent   de   très   nombreuses   exac:ons.    

Le Dieu  Thor,  la  plus  barbare  des  divinités  de  la   Vieille  Germanie.   La  «  barbarie  allemande  »  découlerait  du  fait   qu’Outre-­‐Rhin  le  chrisNanisme  ne  serait  qu’un   vernis  que  la  guerre  fit  craquer.    

La guerre  du  2  aout  au  5  septembre  1914  

Monument pour  les  martyrs  civils  de  Nomeny.  


Le grand  basculement  de  1914  

•  •  • 

• 

• 

Dans l’ensemble,   le   récit   d’atrocités   furent   l’un   des   plus   puissants   ressorts   de   la   construc:on  de  l’image  de  l’ennemi  très  rapidement  bap:se  «  Boche  »  en  France.     Devant   l’avance   allemande,   les   troupes   françaises   ba1ent   presque   partout   en   retraite  sous  un  soleil  de  plomb.       Vers   le   «   miracle   de   la   Marne   »:   Apres   6   semaines   de   conflits,   les   Français   déploraient   déjà   environ   100.000   morts,   les   Allemands   sans   doute   presque   autant.   Et   c’est   surtout   le   hiatus   entre   la   guerre   représentée   dans   les   états-­‐majors   sur   le   plan   stratégique   et   les   effets,   sur   le   champ   de   bataille,   au   niveau   tac:que,   des   armes  modernes,  qui  fut  a  l’origine  des  pertes  énormes  des  premières  semaines.     Le   plan   Schlieffen   s’avère   inadéquate   comme   le   plan   français.   Datant   de   1905,   il   reposait,   comme   le   plan   français,   sur   le   postulat   d’une   guerre   courte   et   rapide,   rapidité   d’autant   plus   nécessaire   que   l’Allemagne   allait   devoir   se   ba1re   sur   deux   fronts.  Son  second  postulat  est  aussi  remis  en  cause:  transposer  sur  un  champ  de   bataille   de   plusieurs   centaines   de   kilomètres   des   schémas   opéra:onnels   qui   avaient   été   mis   en   œuvre   dans   les   guerres   napoléoniennes   –   sur   des   champs   de   bataille  de  quelques  kilomètres  de  front.  Ce  plan  se  fondait  également  en  grande   par:e  sur  un  troisième  postulat:  l’absence  supposée  de  résistance  des  Belges.  Or,   ces   derniers   résistèrent   farouchement,   arrêtant   une   par:e   des   troupes   allemandes.     Les  Allemands  remportèrent  des  victoires  éclatantes  qui  ouvraient  les  portes  de  la   France   aux   armées   allemandes.   Ces   dernières   s’enfoncent   alors   dans   le   pays,   a   marche  forcée,  a  plus  de  40  kilomètres  par  jour.  Cependant,  si  l’avance  allemande   paraissait  remarquable  et  irrésis:ble,  elle  avait  été  aussi  couteuse  en  hommes  et   en  énergie  et  de  nombreux  facteurs  se  conjuguent  pour  l’affaiblir.  De  plus,  l’état-­‐ major   allemand   avait   du   dégarnir   une   par:e   du   front   Ouest   car   l’avancée   des   Russes  a  l’Est  avait  été  plus  rapide  que  prévue.  

Le Dieu  Thor,  la  plus  barbare  des  divinités  de  la   Le  Plan  Schlieffen  

Bataille de  Charleroi  


Le grand  basculement  de  1914  

• 

• 

Le choc  de  la  bataille  de  la  Marne  opposa  des  forces  gigantesques:  750.000   hommes   du   cote   allemand   et   un   million   environ   pour   les   troupes   franco-­‐ britanniques.   La   bataille   a   sauve   Paris,   mais   elle   ne   suffisait   pas,   loin   s’en   faut,  a  me1re  les  allemands  en  déroute.  Chacun  des  belligérants  faisant  le   siège  de  l’autre,  ils  se  retrouvaient  dans  une  situa:on  de  pat  stratégique.  A   la  différence  qu’aux  échecs,  lorsque  les  joueurs  reconnaissent  la  situa:on  de   pat,  la  par:e  s’arrête.  En  novembre  1914,  la  guerre,  elle,  ne  faisait  encore,   malheureusement  que  commencer.   Trois  France:  A  par:r  de  la  mi-­‐  automne,  la  guerre  traversa  li1éralement  le   pays  telle  une  cicatrice  rouge.  Au  centre  de  la  guerre,  se  dessina  une  mince   bande   de   5   a   10   kilométrés   de   large,   de   la   Somme   aux   Vosges,   c’est   la   France  de  l’avant  qui  s’ajoute  aux  deux  autres  France,  la  France  de  l’arrière   et  la  France  envahie  –  une  tripar::on  que  le  pays  subit  pendant  trois  ans.  A   La  montée  au  front  avec  les  bus  et  les  taxi  de  Paris.     terme,  ce1e  tripar::on  engendra  des  iden:tés  sociales  nouvelles,  fondées   sur  les  expériences  vécues  de  1914  a  1918.     Le  vengeur  de  1870,  poignard  des   tranchées.  Sans  devenir  une  arme   règlementaire,  il  fut  pourtant  distribue   en  masse  par  par  l’armée  aux   combaaants  de  1916.  Il  était  desNne   principalement  aux  coups  de  mains  et   au  neaoyage  des  tranchées.    

Notre Joffre.  Notre  père  patrioNque  illustre  bien  la   glorificaNon  des  chefs  militaires.    


La France  de  l’avant   •  • 

• 

• 

Entre 1914  et  1918,  ils  sont  près  de  7,9  millions  de  Français  appelés  sous   les  drapeaux.  Parmi  eux,  plus  de  4,2  millions  sont  blesses,  plus  de  500.000   sont  faits  prisonniers,  environ  1.375.000  sont  tues.     La  guerre  quo:dienne:  La  vie  du  comba1ant  était  avant  tout  celle  d’une   existence   au   jour   le   jour,   harassante,   faite   de   marches   très   longues,   de   durs  labeurs.  Ce1e  vie  était  aussi  faite  de  longues  périodes  d’inac:on,  de   cafard  et  d’ennui,  comblée  en  par:e  par  la  lecture,  l’écriture  du  courrier,   la  fabrica:on  d’objets  d’ar:sanat  de  tranchée.     Comba1re:   Environ   21   millions   de   soldats,   tous   belligérants   confondus,   furent   blesses,   pendant   la   guerre.   La   violence   infligée   au   corps   par   l’armement   moderne   est   extrême.   Les   projec:les   dilacèrent   les   corps,   broient   les   membres,   détruisent   les   visages.   Ils   provoquent   aussi   la   rupture  des  barrières  anatomiques  protectrices.     Prisonniers:   La   guerre   de   masse   provoqua   des   foules   de   prisonniers,   alors   qu’aucune   structure   adaptée   n’avait   été   prévue   pour   les   accueillir   en   si   grand   nombre.   Les   hommes   de   troupes   et   sous-­‐officiers   furent   souvent   mis   au   travail   dans   le   pays   qui   les   détenait   –   les   officiers   échappèrent   Evolu4on  du  front  français.   cependant  a  ce  sort.    

Le fort  de  la  Malmaison  dans  le  secteur  du   Chemin  des  Dames.   Apres  l’échec  de  l’offensive  Nivelle  au   printemps,  Pétain  engagea  les  troupes  contre     le  fort.  L’objecNf  n’était  plus  comme   auparavant  de  percer  le  front  mais  seulement   de  remporter  un  succès  tacNque,   géographiquement  limite,  pour  se  rendre   maitre  du  Chemin  des  Dames  et  assurer   ensuite  aux  Français  des  meilleurs  posiNons   défensives.    

« Et  ce  sont  les  cadavres  raidis,  les  cadavres  aux  mains   crispées,   aux   yeux   vitreux,   aux   joues   blêmes   mangées   par   des   barbes   sales,   couverts   de   linges   sanglants,   des   torchons   infects,   empesés   par   un   caillis   de   sang   noirâtre,   les   cadavres   a   moiNe   ensevelis   couverts   d’insectes  voraces,  assiégés  par  un  remous  de  vers  et  de   mouches.  »   «  La  bas,  le  ciel  n’est  plus  qu’une  trame  de  sillages,  un   Nssu   de   trajectoires,  une  espèce  de  voie  gigantesque  ou   s’acheminent,   circulent,   roulent   et   glissent   les   milliers   de   projecNles   sorNs   de   l’immense   et   fébrile   usine   de   la   mort.  »    


La France  de  l’avant  

•  • 

• 

• 

En Allemagne,  des  dizaines  de  milliers  de  «  Kommandos  »  de  travail  furent   ainsi  mis  en  place.     Déviances,   refus   de   guerre   et   mu:neries:   On   assiste   d’abord   a   des   fraternisa:ons  des  Noel  1914.  En  fait,  le  calendrier  religieux  joua  un  rôle   important   –   les   trêves   s’inscrivaient   dans   des   pra:ques   chré:ennes   et   militaires  anciennes  qui  firent  leur  appari:on  dans  la  Grande  Guerre.     Les  mu:neries  éclatèrent  au  printemps  1917,  après  l’échec  de  l’offensive   du  Chemin  des  Dames,  ou  était  concentrée  près  de  la  moi:e  des  effec:fs   de   l’armée   française,   dans   le   but   de   percer   le   front   par   une   offensive   a   outrance.   Les   comba1ants   qui   espéraient   que   ce1e   offensive   était   la   dernière   se   retrouvèrent   confrontes   a   un   échec   qui   tourna   au   carnage.   Le   bilan   fut   sans   doute   de   près   de   40.000   morts,   14.000   disparus,   125.000   blesses.   Ce   fut   le   signe   de   départ   des   mu:neries   et   certaines   unîtes   de   mu:ns  souhaitaient  même  marcher  sur  Paris.  Mais  la  plus  caractéris:que   des  formes  de  mu:neries  fut  finalement  le  refus  de  monter  en  ligne.    Les   es:ma:ons   du   nombre   de   mu:ns   sont   donc   très   difficiles   a   réaliser   et   varient  de  25.000  a  90.000  soldats.     Même  si  Pétain  n’abandonna  pas  l’idée  de  mener  des  offensives,  il  avait   tout   de   même   fondamentalement   abandonne   la   stratégie   de   son   prédécesseur,  qui  était  celle  d’une  offensive  a  outrance  devant  a  tout  prix   percer  le  font,  très  couteuse  en  hommes  et  très  hasardeuse.  Il  lui  préférait   une   alternance   de   défense   des   posi:ons   acquises   et   d’offensives   localisées   aux   objec:fs   limites,   tout   en   s’appuyant   sur   son   aura,   acquise   l’année  précédente  a  Verdun,  pour  reconquérir  avec  succès,  la  confiance   des  hommes.     Un  train  sanitaire  allemand  a  Cambrai.  

« Le   maNn   vint.   Ceux   qui   auront   vu   les   aubes   de   la   guerre,   après   des   nuits   employées   a   combaare   ou   consumées   dans   la   sanglante   besogne   des   ambulances,   ceux-­‐là   connaitront   une   des  plus  grandes  tristesses  du  monde.   Pour   ma   part,   je   n'oublierai     jamais   ceae   lumière   avare   et   verte,   cet   aspect   découragé   des   lampes   et   des   visages,   ceae   odeur   suffocante   des   hommes   envahis   par   la   pourriture,   ce   frisson   du   froid   maNnal,   pareil   au   dernier   souffle   glace   de   la   nuit  dans  les  frondaisons  engourdies  des  grands  arbres.»    


La France  de  l’avant  

• 

• 

• 

• 

• 

La plupart  des  mu:neries  ne  durèrent  tout  au  plus  que  quelques  jours  et   souvent   la   fin   en   est   négociée   par   les   officiers   de   troupe   restées   au   contact  avec  les  hommes.     Endurance  et  ténacité:  Comprendre  pourquoi  et  comment  les  soldats  ont   tenu   pendant   la   grande   guerre   reste   aujourd’hui   l’une   des   ques:ons   les   plus  complexes  et  les  plus  disputées.     Les  comba1ants  sont  par:culièrement  sensibles  a  toute  forme  d’injus:ce   dont  l’embusquage  cons:tue  le  climax.  Les  mu:ns  eux-­‐mêmes  dénoncent   les  embusques.     Le   deuxième   facteur   expliquant   ce1e   ténacité   est   l’inscrip:on   du   comba1ant   dans   un   «   groupe   primaire   ».   Les   moments   de   repos   perme1ent   de   cul:ver   les   liens   entre   les   hommes.   Les   moments   de   combat  les  me1ent  a  l’épreuve.  On  voit  émerger  l’autonomie  de  groupes   de  neuf  comba1ants  qui  deviennent  a  par:r  de  1917  l’unité  élémentaire  a   la  place  de  la  sec:on.     Le   troisième   facteur   explica:f   est   la   percep:on   défensive   de   la   guerre.   Pe:t   a   pe:t,   défense   de   la   patrie   et   libéra:on   des   territoires   envahis   tendent   a   se   confondre   dans   un   meme   objec:f,   celui   de   la   nécessaire   victoire.   Si   les   soldats   français   font   les   frais   d’illusion   de   leurs   propres   généraux,   a   leur   manière,   les   soldats   partagent   les   illusions   des   généraux.   Ils   sont   pris,   eux   aussi,   dans   l’engrenage   d’un   avenir   qui   semble   passer   implacablement   par   la   grande   offensive   libératrice.   Le   journal   des   tranchées,   l’Argonaute   d’avril   1918,   écrit:   «   nous   serons   vainqueurs   car   nous   aurons   la   force   de   souffrir   le   fameux   quart   d’heure   de   plus…   Et   meme  davantage.  »  

Destruc4on de  Craonnelle  de  1917.  Les  montées  en   ligne  étaient  parNculièrement  anxiogènes  pour  les   combaaants.  Le  paysage  détruit  renforçait  encore  la   sourde  angoisse  qui  s’emparait  d’eux.  

Abus de  confiance  –  caricature  d’un  embusque.  


La France  de  l’avant  

Soldats français  dans  un  abri.  Les  cagnas,  abris   creuses  sous  les  tranchées,  étaient  les  principaux  lieux   de  repos  des  soldats  de  première  et  de  seconde  ligne.  

Art des  tranchées.  Douilles   d’obus  sculptées.  


Deux autres  fronts  

• 

• 

•  • 

Le front  occupe:  En  France,  ce1e  occupa:on  concerne  peu  ou  prou  une  dizaine  de  départements  et  environ  2,5  millions  de   personnes.  Les  territoires  occupes  sont  places  sous  le  régime  d’une  occupa:on  strictement  militaire.  C’est  donc  l’armée  qui   administre  et  exploite  économiquement  ces  territoires.     Ce1e   situa:on   est   vécue   comme   scandaleuse.   Et   meme   doublement   scandaleuse   –   d’abord   du   fait   des   mesures   spectaculaires   prises   par   l’occupant:   prises   d’otages,   déporta:ons,   exécu:ons,   mise   au   travail   force   –   mais   aussi   scandaleuse   du   fait   de   l’invasion   du   quo:dien   par   les   conséquences   de   l’occupa:on:   passage   des   montres   a   l’heure   allemande,   restric:on   de   circula:on,   réquisi:ons,   logement   de   l’occupant   chez   l’habitant,   hausse   des   prix,   dégrada:on   des   condi:ons  d’existence.     La   résistance   civile   s’ar:culait   autour   de   trois   axes:   la   publica:on   des   journaux   clandes:ns,   l’hébergement   et   le   transfert   vers  des  zones  non  occupées  de  soldats  allies  et  de  civils  et  le  renseignement.     Le   front   de   l’arrière:   Croyant   a   la   guerre   courte,   rassures   par   l’Union   Sacrée   et   surtout   «   ayant   intériorisé   l’an:parlementarisme   qui   avait   fortement   progresse   avant   la   guerre   »,   les   p a r l e m e n t a i r e s   v o t è r e n t   l e u r   p r o p r e   «   ajournement   »   et   abandonnèrent   toute   préten:on   a   contrôler   les   dépenses   de   guerre,   mais   n’accordèrent   pas   de   pouvoirs   spéciaux   au   gouvernement.   Le   pouvoir   passa   néanmoins   entre   les   mains   de   l’exécu:f   et   de   l’armée   qui   allaient  chacun  lu1er  pour  la  prééminence  et  les   préroga:ves.    

Prise d'armes   allemande   a   la   grande   place   de   Lille.   Parfois   les   occupants   faisaient   meme   défiler   les   prisonniers   français   dans   les   villes  et  les  villages  afin  de  démoraliser  la  populaNon.  


Deux autres  fronts   •  •  • 

• 

• 

• 

 

Les étrangers  ennemis  furent  effec:vement  très  rapidement  rassembles,  tries  puis   internes  –  60.000  a  70.000  personnes  furent  concernées.     Dans  le  domaine  économique  et  financier,  on  prit  également  très  vite  des  mesures   excep:onnelles.  Les  premières  concernèrent  la  monnaie  dont  la  conver:bilité  en   or  fut  suspendue  et  les  cours  bloques.     Des  le  7  aout  1914,  le  président  du  Conseil  René  Viviani  lançait  a  l’arrière,  et  en   par:culier   aux   femmes,   l’appel   suivant:   «   Debout   femmes   française,   jeunes   enfants,  filles  et  fils  de  la  Patrie.  Remplacez  sur  le  champ  du  travail,  ceux  qui  sont   par:s  sur  le  champ  de  bataille.  »   Inventer  une  normalité  de  la  guerre:  Informes  et  légi:més  par  la  présence  au  front   d’une   frac:on   non   négligeable   des   leurs,   les   parlementaires   tentèrent   de   retrouver   une   par:e   de   leurs   préroga:ves,   tout   en   par:cipant   pleinement   a   l’effort  de  guerre.  Malgré  la  reprise  économique  des  débuts  de  l’année  1915,  les   temps   étaient   durs.   Priva:ons   et   infla:on   dominèrent   rapidement   le   quo:dien   des   civils.   L’essence   et   le   pétrole   étaient   inaccessibles,   les   économies   d’énergie   étaient  a  l’ordre  du  jour.     L’inégalité   de   l’accès   a   certains   produits   de   base   comme   la   viande,   le   lait   ou   le   sucre   s’accrut   très   fortement.   Et   la   charge   de   travail   était   écrasante:   60   a   70   heures   de   travail   hebdomadaire   dans   des   condi:ons   souvent   exécrables.   A   la   dureté  du  travail,  s’ajoutait  le  sen:ment  de  travailler  pour  des  entreprises  et  des   patrons  qui  «  profitaient  »  de  la  guerre.     Cependant,   la   priorité   donnée   au   ravitaillement   de   l’armée   ne   se   traduisit   pas,   comme   en   Allemagne,   par   la   négligence   des   popula:ons   civiles.   En   France   et   en   Grande   Bretagne,   les   doits   lies   a   la   citoyenneté   ont   contribue   a   préserver   les   communautés   en   guerre   grâce   a   la   mise   en   place   d’une   répar::on   équilibrée   entre  demandeurs  civils  et  militaires  de  vivres.    

Nous saurons  nous  en  priver.  En  1918,  le  ministère   de  l’InstrucNon  publique  organise  un  concours  dans   les  écoles  pour  la  réalisaNon  d’une  série  des  affiches   relaNves   au   raNonnement   et   aux   privaNons   dues   a   la  guerre.  


Deux autres  fronts  

• 

• 

L’avant et   l’arrière:   répulsion,   fascina:ons   et   liens:   Les   comba1ants   ne   se   reconnaissaient   pas   dans   les   portraits   que   la   presse   faisait   d’eux   et   du   front   et   englobaient  bien  souvent  dans  leur  détesta:on  de  «  ce  bourrage  de  crane  »  ceux   qui,   a   l’arrière   y   succombaient,   car   ils   renvoyaient   aux   soldats   du   front   l’image   déformée  qu’ils  en  avaient.     La  permission  –  fort  rare:  7  jours  tous  les  quatre  mois  en  théorie  a  par:r  de  1916  –   illustre   bien   toute   l’ambivalence   de   liens   qui   ne   sont   pas   rompus.   Le   retour   au   front   après   une   permission   était   le   plus   souvent   domine   par   le   cafard,   non   seulement   de   devoir   retourner   au   front   mais   aussi   de   ne   pas   avoir   refuse   a   pleinement  rétablir  le  contact.  

 

La permission.   Suspendue   au   début   de   la   guerre,   car   on   pensait   la   guerre   courte,   les   permissions   furent   progressivement   rétablies   a   parNr  de  décembre  1914.   Robert  Mahias  –  le  permissionnaire.  


Le processus  de  totalisa)on   • 

• 

•  • 

• 

Qualifiée souvent   de   guerre   totale,   la   Grande   Guerre   est   traversée   par   une   dynamique   de   totalisa:on   débouchant   elle-­‐même   sur   une   «   dynamique   de   destruc:on   »   allant   jusqu’à   la   guerre   d’anéan:ssement   mécanique   ou   industrielle   sur   un   front   largement   sta:que   en   Europe   de   l’Ouest,   qui   trouva   son   plein   accomplissement   sous   la   forme   de   «   la   bataille   du   matériel   ».   La   dynamique   de   destruc:on   prit   d’autres   formes   sur   le   front   de   l’Europe   de   l’Est   et   notamment   celle  d’une  guerre  de  dévasta:on  et  de  dépeuplement.     Vers   les   batailles   de   matériel:   La   TSF   fut   de   plus   en   plus   u:lisée.   En   France,   le   canon  de  75mm  était  un  canon  léger,  maniable,  a  :r  rapide,  tout  par:culièrement   adapte   a   la   guerre   de   mouvement.   Un   véritable   culte   autour   de   ce1e   arme   se   développa.   Cependant,   il   ‘s'avéra   peu   efficace   pour   me1re   a   mal   les   réseaux   de   tranchées  allemandes.  Son  calibre  était  trop  pe:t  et  son  :r  trop  tendu.     Dans  ce  but,  sur  la  ligne  de  front  proprement  dite,  on  u:lisa  de  plus  en  plus  les   mor:ers  légers  ou  lourds  au  :r  courbe.  Le  «  crapouillot  »,  un  mor:er  de  tranchée,   prit  alors  le  relai  du  75  parmi  les  armes  fé:ches  de  la  Grande  Guerre.     La  second  arme  la  plus  létale  de  la  Grande  Guerre,  c’est  la  mitrailleuse.  L’alliance   du   barbelé   et   des   nids   de   mitrailleuses   crachant   des   rafales   de   600   coups   a   la   minute   rendait   en   effet   infranchissable   le   no   man’s   land   qui   séparait   les   deux   premières  lignes  de  tranchées.     Toujours   pour   briser   la   résistance   ennemie   avant   l’assaut   et   réduire   au   silence   les   nids   de   mitrailleuses,   la   Grande   Guerre   pose   pour   la   première   fois   l’u:lisa:on   massive  des  gaz  de  combat.  C'est  a  Ypres,  le  22  avril  1915,  que  le  palier  décisif  fut   franchi  avec  la  première  u:lisa:on  massive  des  gaz  de  combat.  L’escalade  culmina   en   juillet   1917   avec   l’u:lisa:on   par   les   Allemands   d’un   gaz   vésicant,   le   gaz   L’ar4llerie.   Plus   de   80%   des   soldats   de   toute   moutarde.  Il  avait  la  par:cularité  d’agir  non  seulement  par  les  voies  respiratoires   naNonalité   tues   durant   la   Grande   Guerre   sont   mais   par   la   peau.   Les   gazes   furent,   tous   belligérants   confondus,   sans   doute   au   morts  du  fait  de  l’arNllerie.     nombre  de  500.000.    


Le processus  de  totalisa)on  

• 

• 

• 

« Les   batailles   totales   »:   C’est   lors   des   offensives   de   Champagne   au   début   de   l’année   1915,   puis   en   Artois,   que   le   feu   domina   tout   pour   la   première   fois.   C’est   notamment   lors   de   ces   batailles   que   se   généralisa   la   «   prépara:on   d’ar:llerie   »   puis   le   «   feu   roulant   »   qui   devait   perme1re  d’avancer  sous  la  protec:on  de  l’ar:llerie  en  empêchant  les  Allemands  de  prendre   leurs  positons  défensives.     Erich  von  Falkenhayn,  qui  avait  remplace  Moltke  a  la  tête  des  armées  allemandes,  encourage   par  ses  succès  offensifs  sur  le  front  oriental  en  1915  et  par  la  solidité  des  troupes  allemandes   lors   des   offensives   françaises,   souhaitait   reme1re   en   mouvement   le   front   occidental.   C’est   Verdun.  Apres  la  prise  du  fort  de  Douaumont  le  25  février,  la  défense  de  Verdun  fut  confiée  a   Pétain   qui   décida   de   défendre   la   ville   a   tout   prix.     A   Verdun,   les   Français   comprirent   a   juste   :tre   qu’il   s’agissait   de   les   obliger   a   qui1er   le   terrain   de   façon   humiliante   a   moins   de   prolonger   le  combat  par  une  terrible  boucherie.  Les  Français  optèrent  pour  la  boucherie.     6000  a  8000  véhicules  empruntèrent  chaque  jour  la  voie  sacrée,  70  des  95  divisions  de  l’armée   française  par:cipèrent  de  ce1e  façon  a  la  bataille  de  Verdun.  Verdun  ne  tomba  pas,  le  front  ne   fut  pas  perce  et  si  Falkenhayn  avait  bel  et  bien  saigne  l’armée  française,  il  avait  pareillement   saigne  sa  propre  armée.  Les  pertes  furent  en  effet  comparables,  avec  160.000  tues  et  disparus   du  cote  français  et  plus  de  140.000  du  cote  allemand.  S’y  ajoutaient  plus  de  200.000  blesses  de   part  et  d’autre.     La  voie  sacrée  de  Verdun  (mars  1916).   90.000  hommes  et  50.000  tonnes  de   matériel  par  semaine  au  plus  fort  de  la   bataille  empruntèrent  ceae  route.    

Camouflage cubiste.  Les  peintres  mirent   a  profit  les  techniques  cubistes  pour   dissimuler  les  pièces  d’arNllerie  et  les   postes  d’observaNon.  

Masque a  gaz,  modèle  ARS  de  1917.  

Guynemer. Dans  une  guerre  sale,  les   duels  entre  aviateurs  s’apparentaient  a   des  joutes  au  caractère  chevaleresque.  


Le processus  de  totalisa)on  

• 

• 

• 

• 

Pendant la  bataille  de  la  Somme  –  en  une  seule  journée,  près  de  20.000  soldats  des  armées  de   l’Empire  britannique  trouvèrent  la  mort  et  un  peu  moins  de  40.000  furent  blesses.  Le  bilan  fut   finalement  encore  plus  lourd  qu’a  Verdun  puisqu’en  moins  de  6  mois  les  pertes  furent  sans   doute  de  près  de  1,2  million  de  tues,  blesses  et  disparus.     La   totalisa:on   de   l’arrière:   Meme   si   le   cout   de   la   guerre   est   très   difficile,   on   l’es:me   généralement  pour  la  France  a  140  milliards,  ce  qui  représente  3,8  fois  son  produit  intérieur   brut  de  1913.  Pour  faire  face  a  ces  dépenses  énormes,  la  plupart  des  gouvernements  eurent   recours   a   des   stratégies   similaires   –   la   créa:on   monétaire   –   notamment   par   l’émission   des   bons   du   Trésor   a   court   terme   transformes   en   «   bons   de   la   Défense   na:onale   »   et   l’ende1ement…  Les  Etats  en  guerre,  et  notamment  la  France,  empruntent  aussi  bien  auprès   de  leurs  popula:ons  qu’auprès  de  créditeurs  étrangers,  notamment  les  Etats-­‐Unis.     Les   Etats   –   dont   la   France   –   recoururent   également   pendant   la   guerre   a   des   hausses   d’impôts   voire   au   développement   de   nouveaux   impôts,   comme   l’impôt   sur   le   revenu.   Le   principal   ar:san   de   la   mise   en   place   d’un   système   d’imposi:on   sur   le   revenu   fut   Jean   Caillaux,   sur   le   modèle  de  l’income  tax  britannique.  Il  y  a  eu  également  la  mise  en  place,  le  1er  juillet  1916,   d’un   impôt   de   50%   sur   les   bénéfices   de   guerre.   Mais   par   choix   autant   que   par   nécessité,   la   guerre   totale   fut   totalement   –   ou   presque   –   faite   a   crédit,   ce   qui   sera   lourd   dans   l’après   guerre.     Une   révolu:on   industrielle   pilotée   par   l’Etat:   La   nomina:on   d’Albert   Thomas,   ministre   de   l’armement   en   décembre   1916,   cons:tue   une   vraie   rupture.   Il   dota   son   ministère   d’une   équipe  d’inspecteurs  et  de  contrôleurs  toujours  plus  nombreuse  qui  lui  perme1ait  d’avoir  une   idée   juste   de   la   réalité.   Son   ministère   planifiait   les   produc:ons,   se   chargeait   de   repar:r   les   ma:ères  premières  et  s’assurât  que  l’Etat  avance  les  fonds  nécessaires  aux    industriels.  Paris   et   sa   banlieue   accrurent   considérablement   leur   capacité   industrielle   pendant   la   Grande   Guerre.   Le   symbole   de   cet   accroissement   industriel,   c’est   l’usine   Citroën   du   quai   de   Javel   a   Paris.   Alors   qu’avant   la   guerre,   environ   50.000   ouvriers   travaillaient   dans   le   secteur   de   l’armement,  ils  étaient  1,7  million  en  1918.  Parmi  ceux-­‐ci,  il  y  avait  420.000  ouvrières.  

Atelier d'usinage  et  de  montage  a  l'usine   Citroën  du  quai  de  Javel,  1915.  La  photo   illustre  la  pénétraNon  du  fordisme  et  des   techniques  de  producNon  moderne  en  France.   Ceae  usine  compta  jusqu’à  13.000  ouvrières.  

Les muni4onnedes.    


Le processus  de  totalisa)on  

• 

• 

• 

• 

Marie Curie   par:cipa   a   la   créa:on   de   18   unités   de   radiologie   mobiles   surnommées  les  «  Pe:tes  Curies  »  et  par:t  avec  sa  fille  Irène  a  proximité  du   front.     Les   tensions   de   la   totalisa:on:   L’année   1915   fut   marquée   par   l’entrée   en   guerre   de   l’Italie   du   cote   de   l’Entente   en   mai   1915.   Les   détroits   turcs   étaient   restes   sous   le   contrôle   des   O1omans   qui   interdisait   de   ce1e   manière   tout   contact   mari:me   par   la   Méditerranée   et   la   Mer   Noire   entre   les  Russes  et  leurs  allies  occidentaux.  Le  principal  par:san  d’une  opéra:on   pour  prendre  le  contrôle  de  ces  détroits  était  le  Premier  Lord  de  l’Amirauté,   Winston   Churchill.   L’offensive   navale   conjointe   britannique   et   française   se   solda   par   un   échec.   Les   Allies   se   résolurent   alors   a   organiser   un   débarquement   terrestre.   L’opéra:on   fut   un   échec,   le   front   s’enlisa   rapidement.  Le  relief  par:culièrement  escarpe  de  certaines  plages,  le  climat   très   dur,   mais   également   la   résistance   tenace   de   l’armée   o1omane   et   sa   bonne   organisa:on   défensive,   notamment   sous   les   ordres   du   colonel   Mustapha  Kemal,  eurent  finalement  raison  de  ce1e  tenta:ve  de  percer  le   front   en   Orient   –   elle   se   solda   par   au   moins   220.000   morts   et   blesses   du   cote  des  allies,  dont  30.000  soldats  de  l’armée  française.     La   date   du   24   avril   1915   est   habituellement   retenue   comme   marquant   le   début  du  génocide  arménien.  Sur  1,2  a  1,5  millions  d’Arméniens  massacres,   environ  100.000  a  150.000  furent  tues  sur  place,  au  moins  700.000  périrent   en  déporta:on  ensuite.     Mondialisa:on  du  conflit:  La  France  fut  le  pays  en  guerre  ou  comba`rent   des   hommes   d’origines   les   plus   diverses.   C’est   en   France   meme   que   la   guerre  fut  effec:vement  mondiale.    


Le processus  de  totalisa)on   • 

• 

• 

• 

La guerre   sous-­‐marine   a   outrance   poussa   les   sous-­‐marins   allemands   a   a1aquer   tout   ce   qui   flo1ait,   y   compris   les   navires   civils   des   neutres.   Les   pertes   infligées   dépassèrent   les   prévisions   les   plus   op:mistes   de   l’état-­‐major   de   la   la   marine   allemande.     Le  régime  tsariste  avait  cesse  d’être,  laissant  la  place  a  deux  pouvoirs  provisoires   qui   n’allaient   pas   tarder   a   être   concurrents,   le   gouvernement   et   le   soviet   de   Petrograd.  Afin  de  stopper  l’hémorragie  intérieure  et  de  s’assurer  le  sou:en  des   allies  comme  de  l’état-­‐major,  le  ministre  de  la  guerre,  Alexandre  Kerenski,  décida   de   la   reprise   des   opéra:ons   et   procéda   a   une   reforme   de   l’armée,   reposant   sur   une   déclara:on   des   droits   du   soldat   et   sur   le   limogeage   des   généraux   les   plus   réac:onnaires.  L’offensive,  longuement  expliquée  préalablement  aux  soldats,  fut   lancée  le  18  juin.  Mais  la  contre-­‐offensive  allemande  balaya  l’armée  russe.  Celle-­‐ci   donnait  raison  aux  Bolcheviques  qui  étaient  pacifistes.  Sous  la  menace  du  putsch   Greve  des  midinedes,  place  Vendôme,  mai  1917..   militaire  de  Kornilov,  Kerenski  fit  appel  aux  bolcheviques  et  les  réarma.     Dépression   et   dissensions   en   France:   Si   l’opinion   ne   devenait   pas   pacifiste,   elle   était   entrée   dans   une   sorte   de   «   morosité   patrio:que   ».   L’impasse   sur   le   front   mais   plus   encore   l’infla:on,   la   dégrada:on   des   condi:ons   de   vie   et   l’hiver   rigoureux,  nourrissent  en  fait  un  fort  mécontentement.  La  pénurie  se  traduisit  par   une   forte   hausse   des   prix   au   début   de   l’année   1917.   en   hiver,   le   mouvement   commença   dans   les   ateliers   de   couture.   En   mai,   les   midine1es   se   déclarent   en   grève.   Elles   réclamaient   une   indemnité   de   vie   chère   et   le   paiement   du   repos   le   samedi   après-­‐midi   (la   semaine   anglaise).   Les   grèves   s’étendirent   d’abord   aux   autres   professions   féminines   puis   aux   ouvrières   et   ouvriers   de   la   métallurgie   et   des  usines  de  guerre.     L’immense   majorité   des   ouvriers,   comme   l’ensemble   de   la   na:on,   con:nuait   de   croire   qu’il   n’était   pas   de   son   intérêt   de   perdre   ce1e   guerre.   C’est   sur   ce   sen:ment   qu’a   pu   s’appuyer   Clemenceau   lorsqu’il   s’avéra   nécessaire   produire   l’ul:me  effort.    


Le processus  de  totalisa)on   • 

• 

• 

• 

Produire l’ul:me   effort:   Pour   Clemenceau,   il   fallait   arrêter   de   subir   la   guerre   totale   qu’il   appela   «   la   guerre   intégrale   ».   Il   reme1ra   en   cause   l’inamovible   ministre   de   l’Intérieur  Louis  Malvy.  Il  nomma  un  gouvernement  resserré  qui  lui  était  en:èrement   dévoué  et  se  réserva,  en  plus  de  la  présidence  du  Conseil,  le  ministère  de  la  Guerre.     Il  avait  propose  aux  socialistes  de  par:ciper  a  son  gouvernement  mais  ces  derniers  qui   venaient  de  qui1er  l’Union  Sacrée  et  détestaient  en  Clemenceau  «  le  premier  flic  de   France  »,    lui  refusèrent  la  confiance.    Président  de  la  République,  il  se  montra  sans   pi:é   a   l’égard   de   Malvy   et   meme   de   Caillaux,   dont   le   seul   crime   avait   été   d’être   par:san   d’une   paix   de   compromis.   Il   les     fit   arrêter   et   poursuivre   par   la   Haute   Cour   de   Jus:ce.     La   remobilisa:on   culturelle:   La   popularité   de   Clemenceau   mit   5   a   6   semaines   a   s’installer.   Ensuite   elle   ne   fit   qu’augmenter.   La   majorité   des   Français   voyaient   en   lui   l’homme   de   la   situa:on.   Pourtant,   au   printemps   1918,   les   grèves   reprirent   de   l’ampleur   avec   surtout   une   extension   géographique   de   plus   en   plus   importante   et   une   tonalite  de  plus  en  plus  révolu:onnaire  et  pacifique.  Les  grandes  grèves  du  printemps   1918   s’arrêtèrent   quand   le   danger   allemand   se   fit   sen:r   au   début   de   l’été.   La   remobilisa:on  connut  une  seconde  phase  après  la  rupture  de  l’équilibre  en  faveur  des   allies,  quand  la  paix  victorieuse  tant  a1endue  devint  enfin  une  horizon  accessible.     La  rupture  des  équilibres  et  l’armis:ce:  Au  début  de  l’année  1918,  la  situa:on  militaire   de   l’Allemagne   était   encore   favorable.   Ludendorff   et   Hindenburg,   le   duumvirat   a   la   tête   des   armées   allemandes   depuis   aout   1916,   avaient   pu   transférer   43   divisions   du   front   de   l’Est   vers   celui   de   l’Ouest.   En   revanche,   a   l’intérieur,   l’usure   de   la   guerre   se   faisait  sen:r  encore  bien  davantage  en  Allemagne  que  chez  les  puissances  alliées.  La   conjugaison   du   blocus   impose   par   les   allies   et   de   la   militarisa:on   a   l’extrême   de   l’économie  allemande,  qui  négligeait  ouvertement  les  besoins  des  civils,  provoqua  en   Allemagne  sans  doute  500.000  a  700.000  morts  civils.  L’avantage  numérique  allemand   sur  le  front  (199    divisions  allemandes  contre  171)  risquait  de  disparaître  avec  l’arrivée   des  Américains.  La  fenêtre  temporelle  était  donc  étroite  pour  l’état-­‐major.    

Rien que  la  guerre.  «  Ces  Français  que   nous  fumes  contraints  de  jeter  dans  la   bataille,  ils  sont  des  droits  sur  nous.  Ils   veulent  qu’aucune  de  nos  pensées  ne  se   détourne  d’eux,  qu’aucun  de  nos  actes  ne   leur  soit  étranger.  Nous  leur  devons  tout.   Tout  pour  la  France  saignante  dans  sa   gloire.  Plus  de  campagnes  pacifistes,  plus   de  menées  allemandes.  Ni  trahison,  ni   demi-­‐trahison:  la  guerre,  rien  que  la   guerre.  »  


Le processus  de  totalisa)on   • 

• 

Le 21   mars   1918,   Ludendorff   lança   sa   grande   offensive   en   Picardie.   Il   y   appliquait  les  principes  qui  avaient  été  déjà  en  par:e  expérimentés  en  Italie   et   en   Lituanie.   La   «   tac:que   de   rupture   »   visait   a   exploiter   l’effet   de   surprise.  La  prépara:on  d’ar:llerie  fut  limitée  dans  le  temps  et  les  groupes   d’assaut  avaient  pour  instruc:on  d’avancer  et  de  demeurer  en  mouvement   le   plus   possible   en   contournant   et   en   enveloppant   les   nœuds   de   résistance   sans   essayer   de   les   réduire   a   tout   prix.   En   deux   jours,   les   troupes   allemandes   avaient   progresse   de   15   kilomètres   et   balaye   les   troupes   britanniques.     Un   million   de   soldats   américains   étaient   arrives   en   Europe   en   juillet.   Ils   étaient  presque  deux  millions  en  novembre.  La  supériorité  numérique  avait   donc  ne1ement  change  de  camp.     Pétain  «  J’aaends  les  chars  et  les   américains.  »  

Tank français  (1917).  Les  tanks  ne  furent   véritablement  employés  en  masse  –  500   –  que  lors  de  la  bataille  de  Cambrai.  

On ne  passe  pas  (1918).  Ceae  affiche  date  des   semaines  qui  suivirent  la  seconde  bataille  de  la   Marne,  contre  offensive  qui  eut  lieu  en  juillet  1918   et  mit  un  coup  d’arrêt  a  l’offensive  allemande.    


Le processus  de  totalisa)on  

Les grandes  contre  offensives  alliées  de  1918.    


Les reconstruc)ons    

• 

• 

La recons:tu:on   progressive   de   la   France   se   fait   a   des   rythmes   différenciés  –  «  elle  est  rapide  et  efficace  »  -­‐  malgré  des  heurts  et   des   difficultés     -­‐   dans   le   cas   des   infrastructures,   plus   lente,   incomplète,  et  entravée  par  la  crise  dans  le  domaine  économique   et   financier   et,   enfin   très   par:elle   seulement   et   a   peine   entamée   dans  le  domaine  démographique.     Soudain,   du   jour   au   lendemain,   ce   n'était   plus   les   enfants   qui   enterraient   leurs   parents   mais   les   parents   qui   portaient   le   deuil   de   leurs   enfants.   La   majorité   des   familles   devait   tout   de   meme   plusieurs  centaines  de  kilomètres  pour  se  rendre  sur  les  champs  de   bataille  pour  récupérer  le  corps  ou  tout  simplement  se  rendre  sur   un  lieu  de  sépulture  militaire.     Veuves   de   guerre,   La   Grande   Guerre   laissa   en  France  derrière  elle   600.000   veuves   et   p r è s   d ’ u n   m i l l i o n   d’orphelins.    


Les reconstruc)ons    

• 

• 

• 

• 

Les dynas:es   familiales   étaient   brisées   laissant   place,   chez   les   parents,   en   plus   du   chagrin,   a   l’angoisse   quant   a   l’avenir   de   la   ferme,   de   l’atelier,   de   la   bou:que   ou   de   l’entreprise,   dévolus   normalement  aux  héri:ers  males.     Hommage   aux   morts:   Le   soldat   inconnue   devait   perme1re   aux   familles   qui   ne   savaient   pas   ou   se   trouvait   la   dépouille   de   leur   proche  tue  a  la  guerre  d’avoir  un  lieu  pour  se  recueillir.  A  lui  seul,  il   assumait   a   la   fois   la   dimension   individuelle   et   collec:ve   de   l’hommage  aux  morts.     Apres   les   manifesta:ons   spontanées   du   11   novembre   1918   ,la   première  grande  manifesta:on  d’hommage  na:onal  eut  lieu  le  14   juillet  1919.  La  veille  du  grand  défilé,  le  jour  meme  ou  Joffre,  Foch   et  Pétain,  étaient  faits  maréchaux.  A  par:r  du  11  novembre  1923   commence   un   rituel   funèbre.   Tous   les   jours,   la   flamme   sur   la   tombe  du  soldat  inconnu  est  ranimée.     Au   village,   le   monument   signalait   pour   sa   part   les   absents   en   meme   temps   qu’il   transférait   l’émo:on   du   deuil   du   corps   vers   le   nom.     Dans   la   première   moiNe   des   années   1920,   l’immense   majorité   des   communes   de   France   se   dote   d’un   monument   aux   morts   desNne  a  honorer  la  mémoire  des  enfants  du   pays  morts  a  la  guerre.  

Cérémonie du  17  septembre  1927  a  Verdun.  

Transforma4on du  cime4ère  provisoire  de  Tracy-­‐le-­‐Mont  en  1915  en   nécropole   militaire   en   1920,   A   la   fin   de   la   guerre,   un   vif   débat   traversa   la   société   française   –   Fallait-­‐il   autoriser   les   familles   a   récupérer  les  dépouilles  des  combaaants    


Les reconstruc)ons    

• 

• 

• 

• 

• 

• 

Comme le   soldat   inconnu   qui   occupe   également   une   posi:on   centrale   dans   la   capitale,   ils   sont   un   lien   tangible   entre   les   vivants   et   les   morts,   entre   les   soldats   et   les  civils,  entre  le  temps  de  la  guerre  et  celui  de  la  paix.     Retour  a  la  normale  et  reconstruc:on  matérielle:  le  retour  des  hommes  au  foyer   et  au  travail,  malgré  les  conflits  sociaux  de  1919  et  les  crise  de  1920-­‐1921,  se  fit  en   général  sans  heurts.     Avant   meme   la   naissance,   en   1920,   du   Par:   communiste   qui   portait   une   revendica:on   révolu:onnaire   plus   radicale   que   les   socialistes   dont   il   était   issu,   ces   années  furent  emmaillées  de  nombreuses  grèves,  parfois  très  longues  et  dures.     Le  retour  au  foyer  n’était  pas  nécessairement  synonyme  ni  de  retour  au  bonheur   conjugal,   ni   de   retour   au   travail.   Bien   des   couples   et   des   familles   avaient   été   détruits  par  la  guerre  et  la  situa:on  économique  n’était  pas  toujours  florissante.     La   journée   de   8   heures   accordée   en   1919   et   le   retour   des   femmes   au   foyer   devaient,  dans  l’esprit  des  gouvernants,  servir  de  variable  d’ajustement,  facilitant   la   réinser:on   économique   tout   en   calmant   les   revendica:ons   ouvrières   qui   s’exprimaient  avec  virulence  a  la  sor:e  de  guerre.   Le   sinistre   restait   maitre   de   ses   choix:   il   pouvait   choisir   de   relever   les   ruines   détruites   ou   bien   construire   des   bâ:ments  nouveaux.    

Marche de  Lens  au  milieu  des  ravages  laisses  par  la  guerre.  


Les reconstruc)ons    

• 

• 

• 

La reconstruc:on  et  la  prospérité  des  années  1920:  Pendant  la  guerre,  par  mesure   de   solidarité,   le   taux   de   change   entre   les   monnaies   des   Allies   avaient   été   maintenues   ar:ficiellement   a   leur   niveau   de   1913.   La   Grande-­‐Bretagne   et   les   Etats-­‐Unis   décident   de   me1re   fin   a   la   suspension   des   changes   en   mars   1919.   Ce   faisant,   ils   entendent   a   terne   revenir   a   un   étalon-­‐or.   Dans   la   cas   du   franc,   ce   réajustement   est   d’autant   plus   brutal   qu’il   s’agissait   d’une   monnaie   forte   en   1914.   Du   fait   du   gel   des   changes   de   1914,   puis   du   gonflement   de   la   masse   monétaire   en   circula:on,  l’étalonnage  sur  l’or  de  la  monnaie  était  devenu  une  pure  fic:on  et  le   retour   au   statu   quo   impossible   dans   l’immédiat.   En   fait,   alors   que   les   Britanniques   et   les   Américains   limitèrent   le   recours   a   l’émission   monétaire   et   s’efforçaient   de   contrôler   leur   de1e   flo1ante,   la   France   u:lisa   tous   les   moyens   pour   financer   sa   guerre.  Le  déblocage  provoqua  un  effondrement  brutal  du  franc,  évalue  a  l’aune   de   la   situa:on   réelle   de   l’économie   française   et   de   la   masse   monétaire   en   circula:on.  Il  perdit  en  quelques  mois  60%  de  sa  valeur  d’avant  guerre.     Persuades  que  «  l’Allemagne  paiera  »  et  contribuera  a  financer  la  reconstruc:on,   couvrir  la  de1e  et  donc  rétablir  la  monnaie,  les  gouvernements  commencèrent  a   dépenser  généreusement  les  répara:ons  de  1919,  avant  meme  d’avoir  touche  le   moindre   pfennig.   Ces   poli:ques   contribuent   a   largement   a   fragiliser   le   franc   d’autant   plus   que   le   mark   chute,   lui   aussi,   du   fait   du   chaos   poli:que   et   économique  qui  règne  en  Allemagne,  faisant  s’effondrer  la  valeur  poten:elle  des   répara:ons.     Les   habitudes   budgétaires   héritées   des   lendemains   de   la   victoire   perdurent.   L’ex:nc:on   progressive,   a   par:r   de   1922-­‐1924,   de   la   relance   engendrée   par   la   reconstruc:on,   le   main:en   des   de1es   de   guerre   a   un   niveau   élevé   et   le   non-­‐ règlement  des  répara:ons  fragilisent  le  franc  de  manière  structurelle,  le  me1ant   constamment  a  la  merci  des  a1aques  sur  le  marche  des  changes.    

Affiche de   l’emprunt   na4onal   de   1920,   Ces   emprunts   étaient   desNnes   a   financer   les   réparaNons,   la   poliNque   d’indemnisaNon   et   la   mise   en   place   de   pensions   pour   les   anciens   combaaants   et   a   favoriser   également   le   redémarrage   du   pays,   dans   le   contexte   économique  difficile  d’après  guerre.  


Les reconstruc)ons     • 

• 

Les prix  étaient  de  décembre  1920  étaient  quatre   fois   plus   élevés   que   ceux   d’avant   guerre.   Ces   heurts   économiques   n’empêchent   pas   cependant   le   pays   de   connaître,   de   manière   générale,   une   croissance,   sur   la   durée,   et   un   développement   économique   remarquable,   notamment   au   cours   des   années   1924-­‐1930.   La   croissance   de   la   produc:on  industrielle  est  alors  de  5%  par  an  et  la   croissance   de   la   produc:vité   de   3%   avec   de   surcroit   le   retour   du   plein   emploi.   La   mainmise   de   la   France   sur   les   mines   de   la   Sarre   permet   en   outre  de  profiter  de  la  bonne  intégra:on,  héritée   de   l’empire   allemand,   entre  la  sidérurgie  lorraine   et  le  mines  de  charbon  sarroises.     Cependant,  la  part  de  la  France  dans  le  commerce     mondial   demeure   faible   (6%   environ   a   la   fin   des   années  1920),  et  cela  malgré  un  rééquilibrage  de   la   balance   commerciale   de   la   France.   Ce1e   performance  toute  modérée  est  liée  a  la  faiblesse   numérique   de   ces   grosses   PME   qualifiées   de   «   Mi1elstand   »   en   Allemagne.   La   France   est   restée   malheureusement   depuis   la   Révolu:on   sous   un   règle   de   pe:tes   entreprises   disséminées,   dont  les  efforts  se  neutralisent  souvent  au  lieu  de   s’addi:onner.  De  plus,  l’idéal  d’une  démocra:e  de   pe:ts   propriétaires   travailleurs,   entretenu   par   l’idéologie   officielle   favorise   les   pesanteurs   et   consolide  la  France  des  pe:ts.    

Affiche d’un   candidat   de   gauche   pour   les   élec4ons   législa4ves   de   1928,   Arrive   au   pouvoir   en   1924,   le   Cartel   des   Gauches   se   heurte   rapidement   a   des   difficultés   économies   et   financières,  a  la  spéculaNon  boursière  et  a  la  fuite   des  capitaux.  


Les reconstruc)ons    

•  • 

•  • 

• 

• 

La double  dualité  du  système  économique  français:     1.  Il  existe  une  opposi:on  entre  les  grandes  firmes,  poursuivant  dans  les  années   1920   la   concentra:on   industrielle   entamée   avant   puis   poursuivie   pendant   la   guerre,   et   les   pe:tes   entreprises.   Celles-­‐ci   prônent   souvent   un   autre   modèle   produc:f   plus   tradi:onnel   et   moins   innovant,   tout   en   recherchant   des   protec:ons  juridiques  auprès  des  pouvoirs  publics.     2.  D’autre  part,  il  existe  un  dualisme  sectoriel,  entre  des  secteurs  dynamiques  et   innovants  et  d’autres  plus  ré:fs  a  l’innova:on,  malthusiens.     La   France   industrielle   et   la   France   commerciale   restent   numériquement   dominées   par   les   très   pe:tes   structures   que   sont   l’atelier   et   la   bou:que.   Tendanciellement,   la   proposi:on   des   personnes   employées   dans   les   pe:tes   structures  a  tendance  a  diminuer,  mais  de  manière  très  lente.     La   sidérurgie   voit   se   con:nuer   un   processus   de   concerta:on     et   de   modernisa:on  commence  avant,  puis  poursuivi  pendant  la  guerre.  Apres  s’être   mise  au  service  de  l’effort  de  guerre,  ‘industrie  de  l’acier  et  de  la  fonte  profite   également   du   retour   des   provinces   perdues,   des   besoins   en   matériaux   de   la   reconstruc:on.     Les  banques  sur  la  selle1e:  Les  banques  furent  accusées  non  seulement  de  ne   pas   assez   inves:r   dans   l’économie   na:onale   mais   de   bien   d’autres   maux.   A   travers  le  contrôle  exerce  par  ses  ac:onnaires  et  les  régents  sur  la  Banque  de   France   (les   200   familles),   elles   auraient   dresse   un   «   mur   d’argent   »   face   a   la   poli:que  de  gauche  du  gouvernement  Herriot.  Les  banques  ont  été  sans  cesse   accusées   et   leur   exécu:on   est   intervenue   avec   les   na:onalisa:ons   de   1945,   celle   de   la   Banque   de   France,   trop   inféodée   aux   banques,   et   celle   des   quatre   grandes  banques  de  dépôt  parisiennes.    

Aménagement des   fleuves   au   début   des   années   1930,   Barrage   de   Kembs   –   le   barrage   est   considéré   comme   l’un   des   exemples   caractérisNques   de   l’architecture  industrielle  du  début  des  années  1930.  

Souscrip4on a   l’emprunt   na4onal   dans   les   années   1930..  


Les reconstruc)ons    

• 

• 

• 

• 

La lente   mise   en   place   des   poli:ques   familiales:   La   ques:on   de   la   popula:on   préoccupe   de   plus  en  plus  associa:ons  et  par:s  poli:ques.  Le  projet  de  vote  «  familial  »  donnant  autant  de   voix  que  d’enfants  au  père  de  famille,  est  examine  mais  rejeté  en  1916.     En  1922,  le  législateur  intervient,  obligeant  «  chaque  employeur  des  professions  industrielles,   commerciales,  agricoles  ou  libérales,  a  s’affilier  a  une  Caisse  de  compensa:on  en  vue  d’assurer   a  son  personnel  le  bénéfice  des  alloca:ons  familiales.  »     Il   faut   a1endre   1938   pour   que   le   gouvernement   Daladier   me1re   en   place   une   véritable   poli:que   familiale.   Ses   décrets   lois   créaient   notamment   des   alloca:ons   familiales   a   taux   uniforme  en  fonc:on  de  la  taille  de  la  famille  et  non  plus  des  revenus  et  étendaient  le  système   aux  travailleurs  non  salaries,  comme  les  agriculteurs  ou  les  ar:sans.     Controverse,   fortement   poli:se   et   marque   a   droite,   objet   de   débat,   le   natalisme   devient   de   plus   en   plus   consensuel.   L’Etat   s’empare   peu   a   peu   de   la   ques:on.   Les   reconstruc:ons   cons:tuent   dans   la   toile   de   fond   de   l’histoire   de   France   des   années   1919-­‐1939   –   et   meme   des   années  de  la  seconde  guerre  mondiale  –  et  pas  uniquement  des  premières  années  de  l’après   guerre.  Elles  forment  les  linéaments  de  la  longue  sor:e  de  la  grande  guerre.     Plan   de   la   cité-­‐jardin   Ungemash   de   Strasbourg   (1923)   Aux   lendemains   de   la   grande   guerre,   l’industriel   Ungemash,   le   propriétaire   d’une   société   d’alimentaNon   qui   avait  réalisé  des  bénéfices  de  guerre  alors  que   l’Alsace   était   allemande,   décide   de   créer   avec   ces   profits   une   cite   jardin.   Son   projet   est   fortement   inspire   d’une   idéologie   fortement   nataliste.   Les   habitaNons   sont   spécialement   conçues   pour   accueillir   des   jeunes   couples   désirant  fonder  des  familles  nombreuses.    

Affiche pour   l’Alliance   na4onale   pour   l’accroissement   de   la   popula4on   française   de   1925,   La   France  était  le  premier  pays  a  être   e n t r e   d a n s   l a   t r a n s i N o n   d é m o g r a p h i q u e .   S i   l a   préoccupaNon   nataliste   est   alors   très   largement   partagée,   les   p o l i N q u e s   p u b l i q u e s   e n   c e   domaine   restent   toutefois   encore     limitées   –   les   mesures   répressives   –   notamment   contre   l’avortement   –   étant   préférées   alors   aux   mesures  incitaNves.    


Expériences et  groupes  sociaux   • 

• 

• 

•  • 

Appartenir a   la   classe   moyenne,   travailler   la   terre   ou     pointer   a   l’usine     demeurent  des  marqueurs  fondamentaux  .  Ils  sont  cependant  soumis  a  la  fois  a   des  évolu:ons  et  a  des  muta:ons  lentes  enracinées  longtemps  avant  la  grande   guerre.     Le   monde   rural   entre   adapta:on   et   muta:on   lente:   La   France   reste   encore   un   pays   majoritairement   rural,   d’une   très   grande   diversité   de   terroirs,   de   types   de   culture  et  d’exploita:ons.  La  France  des  villages  se  couvre  d’un  blanc  manteau  de   mairies-­‐écoles   et   d’un   maillage   serre   de   routes   et   de   voies   de   chemins   de   fer.   La   poli:que   des   républicains   a   l’égard   des   campagnes,   ce   vaste   mouvement   de   désenclavement  grâce  aux  réseaux  ferroviaires  et  rou:ers  ne  demeura  pas  sans   succès.     D’une   manière   générale,   le   monde   rural   sort   de   la   guerre   dans   une   situa:on   contrastée.   Les   milieux   paysans   ont   énormément   souffert.   Pra:quement   la   moi:e   des   comba1ants   français   étaient   des   paysans.   Les   ont   donc   été   lourdes   dans   les   villages.   Entre   1911   et   1921,   la   popula:on   rurale   de   la   France   a   diminue   de   8,7%.   D’un   point   de   vue   économique,   en   revanche,   l’agriculture   a   moins   souffert   d’une   guerre   que   d’autres   secteurs,   hormis   dans   les   zones   de   front   les   fermes   et   les   prairies.   De   plus,   les   besoins   énormes   de   l’armée   en   vivre   et   produits  de  toutes  sortes,  notamment  le  vin,  et  la  hausse  des  prix  ont  profite  au   secteur  agricole.  La  guerre  a  cependant  mis  en  relief  les  faiblesses  structurelles   du   secteur   agricole.   Des   1915,   il   fallut,   en   effet,   recourir   massivement   aux   importa:ons  notamment  de  blé  et  de  viande.     L’exode   rural   reprend   après   guerre   a   un   rythme   constant.   Dans   les   années   1920,   la  popula:on  rurale  diminue  en  moyenne  de  plus  de  100.000  personnes.     Dans   la   campagne   abandonnée,   celle   de   la   montagne   et   des   hauts   plateaux,   a   mesure   que   la   montagne   était   érigée   en   place   forte   de   la   conserva:on   des   valeurs  d’a1achement  au  sol  et  a  sa  mise  en  valeur  tradi:onnelle,  ses  habitants   ne  pensaient  qu’a  la  fuir.  


Expériences et  groupes  sociaux  

• 

• 

Adapta:ons, travailleurs   étrangers,   machines,   engrais   et   coopéra:ves:   La   popula:on   ac:ve   dans   l’agriculture   perd   1,8   million   d’individus   entre   1921   et   1936.   Ce1e   chute   n’est   que   par:ellement   compensée   par   un   recours   de   plus   en   plus   important   a   l’emploi   de   main   d’œuvre   étrangère.   Mais   le   manque   de   main   d’œuvre   agricole   explique   en   par:e   la   diminu:on  du  total  des  surfaces.     L’autre   muta:on   importante   est   le   mécanisa:on   rela:ve   de   l’exploita:on   agricole.   Il   s’agit   bien   davantage   d’une   mécanisa:on   que   d’une   motorisa:on.   A   la   mécanisa:on,   s’ajoute   un   recours   croissant   aux   engrais   chimiques   qui   augmentent   les   rendements.   Ce1e   faible   augmenta:on   de   surface   est   néanmoins   en   par:e   compensée   par   le   développement   du   mouvement   coopéra:f   qui   s’accélère   a   par:r   de   1918   et   par:cipe   de   ce1e   adapta:on   du   monde   rural.   Le   Crédit   Agricole   est   inséré   dans   la   disposi:f   en   alimentant   la   trésorerie   des   coopéra:ves   et   des   exploitants   par   des   prêts   a   court   terme   qui   jouent   de   fait   le   rôle   d’avances   de   paiement   sur   les   récoltes   a   venir.   Les   effets   ne   tardent   pas   a   se   faire   sen:r   –   on   passe   de   650   coopéra:ves   céréalières   en   1935   a   1100   en   1939.   Avant   la   guerre,   près   de   90%   du  blé  produit  l’est  dans  le  cadre  des  coopéra:ves.    

Publicité pour  la  potasse  d’Alsace   de  Hansi.     Ferme   dans   les   années   1930   par   Albert  Harlingue.   Scène   des   champs   dans   les   années  1930  par  François  Kollar.  


Expériences et  groupes  sociaux  

•  •  • 

• 

Une nouvelle  culture  poli:que  rurale?  L’implanta:on  du  communisme  dans  les  campagnes  –  comme  l’avait  été  aussi  celle   du  socialisme  –  restent  limitées  quan:ta:vement  et  géographiquement.     En   Bretagne,   s’affrontent   un   courant   catholique   conservateur,   regroupe   autour   des   notables,   et   un   courant   démocrate   chré:en.     La   crise   provoque   la   créa:on   du   Par:   Agraire   et   Paysan   Français   (PAPF).   A   la   fin   janvier   1933,   leur   manifesta:on   parisienne   dégénère  en  pugilat  lorsque  le  cortège  veut  bifurquer  de  son  trajet  vers  la  Chambre  des  députés.  Les  Comites  de  Défense   des   paysans   d’Henri   Dorgeres   apparaît   alors.   Deux   ans   plus   tard,   Dorgeres   adosse   a   ses   comites,   «   les   jeunesses   paysannes   »,   qui   servent   de   groupe   de   protec:on   et   défilent   en   chemises   vertes.     Parfois   assimile   rapidement   a   un   «  fascisme  vert  »,  le  posi:onnement  poli:que  des  chemises  vertes  s’avère  plus  complexe.     La  faiblesse  rela:ve  du  fascisme  français  s’explique  en  grande  par:e  par  l’absence  d’une  composante  importante  dans  les   mouvements   fascistes   français   et   par   leur   incapacité   a   récupérer   le   mouvement   protestataire,   ambigu   sur   le   plan   poli:que,   d’un  Dorgeres.  En  Italie  ou  en  Allemagne,  au  contraire,  le  fascisme  et  le  nazisme  parvinrent  a  capter  une  grande  par:e  du   mécontentement  paysan  a  leur  profit.  

Publicité  pour  les  tracteurs  Renault  pendant   l’entre  deux  guerres.  L’expérience  acquise   dans  la  fabricaNon  des  chars  est  reconverNe   par  Renault  dans  la  fabricaNon  de  tracteurs   agricoles  des  le  lendemain  de  la  guerre.  Mais   malgré  une  fabricaNon  «  en  grande  série  »,  la   pénétraNon  du  tracteur  et  la  motorisaNon  des   campagnes  sont  donc  indéniablement  un   processus  lent.       .  


Expériences et  groupes  sociaux   •  •  • 

•  • 

• 

Le Par:   Social   Français   du   colonel   de   La   Rocque   cons:tua   avant   la   guerre   une   ul:me   tenta:ve   pour   séduire   les   masses   paysannes   aux   cotes   des   classes   moyennes.     Le  monde  ouvrier  dans  les  années  1920  –  expansion,  muta:on,  division:  Le  %  de   salaries   du   secteur   secondaire   passe   d’un   :ers   environ   de   la   popula:on   ac:ve   a   près  de  40%.   La  grande  industrie  qui  prend  son  essor  pendant  le  conflit,  puis  dans  la  phase  de   croissance   des   années   1920,   voit   émerger   un   nouveau   type   d’ouvrier   :   au   manœuvre   et   a   l’ouvrier   qualifie   s’ajoute   désormais   l’OS,   l’ouvrier   spécialisé   travaillant   a   la   chaine   ou   a   la   machine,   produit   de   la   ra:onalisa:on   fordiste   ou   tayloriste.   La  loi  des  8  heures  de  travail  journalier  est  adoptée  a  l’unanimité  de  la  Chambre  en   juin  1919.     Les   profondes   divisions   poli:ques   du   monde   ouvrier:   Sous   l’effet   conjugue   de   dynamiques   intérieures   et   d’impulsions   extérieures,   l’encadrement   poli:que   et   syndical   du   monde   ouvrier   se   fracture   profondément   en   1919-­‐1921.   en   1914,   la   CGT   pouvait   légi:mement   revendiquer   un   quasi-­‐monopole   de   la   représenta:on.   La  charte  d’Amiens,  en  1906,  prévoyait,  au-­‐delà  de  la  défense  des  revendica:ons   immédiates,   une   transforma:on   sociale   a   visée   révolu:onnaire   et   an:éta:que.   Elle  défendait  jalousement  son  pré  carre  et  son  indépendance  a  l’égard  de  la  SFIO.   La   fin   de   l’année   1920   est   marque   par   un   intense   débat   quant   a   l’opportunité   d’adhérer   a   la   IIIème   Interna:onale,   cons:tuée   a   Moscou   sous   la   férule   des   bolcheviques.   Deux   par:s   opposes   revendiquent   désormais   de   représenter   les   intérêts   de   la   classe   ouvrière:   la   SFIO   et   la   SFIC   (Sec:on   française   de   l’Interna:onale   Communiste).   Les   deux   par:s   ouvriers   se     comba1ent   –   souvent   avec  férocité  –  jusqu’au  milieu  des  années  1930  en  revendiquant  une  hégémoniste   poli:que   sur   le   monde   ouvrier.   La   SFIC,   sor:e   majoritaire   du   Congres   de   Tours,   adopte  les  statuts  voulus  par  l’Interna:onale  communiste  et  devient  alors  le  PCF.  

Les usines  Renault  sur  l’ile  Seguin  en  1935  par  Robert   Doisneau.  Elle  devient  rapidement  la  plus  grande  usine   automobile  du  monde,  employant  jusqu’à  30.000   ouvriers.  Ceae  «  usine  monde  »  qu’était  Renault   Boulogne  Billancourt  devint  également,  notamment   pendant  le  Front  Populaire,  un  basNon  des  luaes   ouvrières  et  du  syndicalisme.    


Expériences et  groupes  sociaux  

• 

• 

• 

• 

• 

Les trois   premières   années   d’existence   du   nouveau   par:   sont   rythmées   par   les   lu1es   et   épura:ons   internes.  Elles  voient  fondre  ses  effec:fs  de  moi:e.  Les  élec:ons  de  1924,  qui  se  soldent  par  la  victoire   du  Cartel  des  gauches,  sont  un  double  échec  pour  le  PCF:  le  par:  n’a1eint  pas  la  barre  des  10%  et  son   grand  rival  socialiste  appar:ent  au  camp  des  vainqueurs.     Le  par:  s’ouvrierise…  A  la  veille  de  la  crise  de  1929,  60%  des  adhérents  du  PCF  sont  d’origine  ouvrière.   Seuls   la   crise,   puis   les   évènements   du   6   février   1934   perme1ent   au   PCF   de   sor:r   de   l’ornière.   Le   par:   profite  alors  de  l’efficacité  de  son  appareil,  du  dévouement  incondi:onnel  de  ses  cadres  et  militants   de  son  enracinement  local  pour  se  relancer.  Contrairement  a  sa  rivale,  les  effec:fs  de  la  SFIO  croissent   plus   ou   moins   régulièrement   au   cours   des   années   1920,   pour   a1eindre   le   chiffre   de   140.000   adhérents   en   1932.   Par   le   jeu   des   vases   communicants,   la   SFIO   profita   de   facto   des   crises   et   épura:ons   successives   du   PCF.   Si   la   SFIO   se   veut   elle   aussi   un   par:   marxiste   de   la   classe   ouvrière,   elle   est  en  fait  un  par:  rassemblant  classes  populaires  et  classes  moyennes.     La   division   par:sane   issue   du   congres   de   Tours   eut   également   des   conséquences   syndicales.   Mais,   contrairement  au  cas  du  congres  de  Tours,  les  «  révolu:onnaires  »  restent  ce1e  fois  minoritaires  par   rapport   a   une   direc:on   qu’ils   jugent   trop   réformiste.   La   réaffirma:on   des   principes   de   la   charte   d’Amiens  vise  en  premier  lieu  a  empêcher  toute  inféoda:on  de  la  confédéra:on  de  la  SFIC.     L’échec   des   grèves   et   la   division   syndicale   ont   eu   raison   du   mouvement   massif   d’adhésion   des   lendemains  de  guerre,  le  réduisant  a  un  feu  de  paille.  Ce1e  déprise  syndicale  n’est  pas  sans  effet  sur   les  condi:ons  de  vie  du  monde  ouvrier  et  des  classes  populaires.   Une   période   de   prospérité   inégalement   partagée:   Le   nombre   des   grèves   et   des   grévistes   reste   a   un   niveau  rela:vement  bas  jusqu'en  1926.  Pourtant,  les  ouvriers  profitent  moins  que  les  autres  classes   sociales   de   la   prospérité   économique   des   années   1920.   La   grande   guerre   et   l’exode   d’environ   deux   millions  de  refugies  favorisent  le  brassage  des  popula:ons  ouvrières.  Les  ouvriers  qualifies  subissent   moins   la   concurrence   des   travailleurs   immigres   et   sont   aussi   bien   mieux   traites   par   le   patronat.   Ce   sont  eux  qui  bénéficient  de  la  construc:on  des  cites-­‐jardins,  des  primes,  des  mesures  paternalistes.       Affiche  pour  le  par4  communiste  de  Jules  Grandjouan.    


Expériences et  groupes  sociaux  

• 

• 

• 

Les salaires   ouvriers   tendent   a   rester   bas   malgré   la   pénurie   de   main   d’oeuvre:   ils   stagnent   ou   ne   progressent   que   lentement,   notamment   par   comparaison   avec   les   autres  pays  industrialises.     Les  corons  et  courées  ,  les  rares  habita:ons  a  bon  marche  (HBM),  les  garnis,  les  hôtels   sordides,   les   taudis   insalubres   et   les   bidonvilles   représentent   souvent   les   seules   possibilités  d’habita:on  pour  les  classes  populaires  et  ouvrières.     Des   classes   moyennes   de   plus   en   plus   frac:onnées:   Les   classes   moyennes   représentent  un  groupe  social  intermédiaire  es:me  en  1931  a  environ  12  millions  de   Français   sur   42.   Les   «   ren:ers   »   qui   n’étaient   pas   tous,   loin   s’en   faut,   de   grands   bourgeois   ,   virent   leurs   revenus   et   par   conséquent   leur   mode   de   vie   entames   par   l’infla:on.    

Taudis de  la  zone  des  For4fs  par  Albert  Harlingue  

Publicité pour  Renault    par  Robert  Doisneau  


A l’ombre  du  château  nobles  et  manants  

• 

Les nobles  ont  engendre  une  noblesse:  Le  roi  en  Ile-­‐de-­‐France,  les  princes  ou  les  barons  ailleurs,   tous   les   grands   entendent   faire   régner   la   paix   a   l’intérieur   de   leurs   Etats   –   l’Eglise,   première   vic:me   des   violences   débridées,   y   incite   d’ailleurs   depuis   longtemps   la   chevalerie   en   promouvant   la  paix  puis  la  trêve  de  Dieu,  en  lui  interdisant  sous  peine  des  plus  terribles  sanc:ons  spirituelles   d’opprimer  «  les  pauvres  ».  

• 

Henri II  Plantagenet,  devenu  duc  d’Aquitaine  par  son  mariage  avec  Aliénor,  l’héri:ère  du  duché,   entreprend  de  me1re  a  la  raison  ses  vassaux  de  Bretagne,  du  Poitou  ou  des  pays  de  la  Charente,   au  prix  d’in:midantes  expédi:ons  guerrières.     Cependant,  l’empire  Plantagenêt  est  plus  qu’a  demi  anéan:  au  nord  en  1204  par  les  offensives  du   roi   capé:en   contre   Jean   sans   Terre   –   mais   le   souverain   d’Angleterre   :ent   toujours   au   XIIIème   siècle   Bordeaux   et   la   Gascogne.   Pour   parvenir   a   ses   fins,   Henri   II   fut   le   premier   a   employer   a   grande   échelle   des   soldats   mercenaires,   des   rou:ers.   Ces   terribles   professionnels   du   combat   ne   reçoivent  ni  même  ne  recherchent  le  qualifica:f  de  chevaliers.   Le  vassal  doit  aide  a  son  seigneur  dans  quatre  cas:    -­‐  contribu:on  a  ses  frais  pour  la  croisade,    -­‐  paiement  de  sa  rançon.   Bertrand  de  Born.  Il  a  fière  allure,  le    -­‐  contribu:on  pour  la  chevalerie  de  son  fils,     troubadour,  Bertrand  de  Born,  qui  se  fit  le   chantre  de  l’allégresse  ressenNe  au  combat!      -­‐  contribu:on  au  mariage  de  sa  fille,     Bientôt   les   chevaliers   se   disent   nobles   eux-­‐mêmes   et   forcent   ainsi   l’entrée   dans   une   nouvelle   .   classe  sociale,  la  noblesse.  Celle-­‐ci  se  reconnaît  a  un  certain  nombre  de  rituels  agréga:fs,  le  plus   significa:f   étant   celui   de   l’adoubement   –   un   coup   porte   du   plat   de   l’épée   sur   son   épaule   afin   d’a1ester  sa  résistance  physique  –  c’est  la  «  colée  ».  Ce1e  noblesse  partage  des  valeurs  que  l’on   qualifie   désormais   de   «   courtoises   »,   en   opposi:on   a   la   grossièreté   supposée   des   rustres   paysans.   Elle  se  caractérise  par  le  refus  obs:ne  du  travail  manuel  et  le  rejet  de  toute  ac:vité  tenue  pour   vile,  le  commerce  de  détail  par  exemple.    

• 

• 

• 

  Cérémonie  d’adoubement.  


Les villes  

• 

• 

• 

• 

• 

• 

Les fruits   de   l’histoire:   En   dehors   de   Marseille   et   de   Nice   fondées   par   des   colons  grecs,  les  plus  anciens  centres  de  popula:on  agglomérée  apparus  dans   ce  qui  était  encore  la  Gaule,  sont  issus  de  la  volonté  des  Romains  d’appliquer   a   leur   nouvelle   province   les   cadres   habituels   d’une   administra:on   organisée   autour  de.   La  plupart  de  ces  cites  ont  du  s’entourer  de  remparts  en  raison  des  incursions   barbares   du   IIIème   siècle   et,   par   la   suite,   certaines   ont   sombre,   balayées   en   même   temps   que   la   civilisa:on   dont   elles   étaient   la   vitrine.   La   plupart   des   villes  moyennes  ou  importantes  de  la  France  doivent  en  fait  leur  main:en  a  la   résidence  en  leurs  murs  d’un  évêque,  :tulaire  de  l’église  cathédrale.     La   géographie   des   implanta:ons   mendiantes   permet   de   déterminer   l’importance   rela:ve   des   villes.   En   1330,   on   abou:t   pour   la   France   dans   ses   limites  actuelles  a  une  de  226  villes  comportant  des  couvents  de  Mendiants.   L’enceinte:   Capitale   du   royaume,   Paris   dispose   d’une   muraille   modèle,   celle   de   Philippe   Auguste,   précédée   d’un   fosse   de   dix   mètres   de   largeur   et   d’une   profondeur   presque   similaire.   Les   fonc:ons   de   la   muraille   sont   autant   symboliques  que  pra:ques  en  un  siècle  ou  règne,  pour  l’essen:el,  la  paix.     La   ville   étend   souvent   son   ban   (son   pouvoir   de   commander)   sur   un   rayon   d’une   lieue   (4400   km)   et   est   en   droit   de   mobiliser   les   habitants   de   ce   «   circuit   »   soumis   par   ailleurs   a   sa   loi   (sa   coutume).   C’est   sa   banlieue.     Des   dizaines  de  mé:ers  sont  charges  par  roulement  de  la  surveillance  des  portes   et  de  la  lu1e  contre  les  incendies.     Le  château  devient  le  lieu  de  garnison  d’une  troupe  de  soldats  professionnels,   charges   sous   les   ordres   d’un   capitaine   de   surveiller   la   cite   et   d’y   assurer   le   respect  de  l’autorité.    

Aigues-­‐Mortes. Le  domaine  capéNen  ne  possède  qu’une   fenêtre  étroite  sur  la  Méditerranée.  C’est  la  que  saint   Louis  fonde  un  port  nouveau  que  les  alluvions  du  Rhône   envasent  rapidement.    


Douce France? • 

• 

• 

• 

Un credo   simple:   Une   lente   évolu:on   a   permis   de   passer   au   siècle   précédent   de   la   croyance   en   des   «   feux   purgatoires   »   indécis   dans   lesquels   l’âme   pècheresse   subissait   les   tourments   quasi   éternels   appelés   par   ses   fautes,   a   celle   d’un   lieu   spécifique   inscrit   dans   la   géographie   de   l’au-­‐delà,   le   Purgatoire   qui   accueille   le   plus   grand   nombre   des   âmes   en   peine.   L’enfer   se   trouve   réservé   aux   pécheurs   irrécupérables,   païens,   héré:ques   endurcis,   et   spécialement   aux   ennemis   de   la   foi   qui   ont   refuse   ou   rejeté   la   Révéla:on   divine.   Et   presque   personne   non   plus   ne   pénètre   directement   au   Paradis   des   justes,   hormis   quelques   saints   et   une   poignée   d’âmes   d’élite   signalées   par  leurs  vertus  et  une  vie  sans  tache.     Le  purgatoire  diffuse  un  message  plutôt  op:miste,  car  il  représente  un   sas  ouvrant  a  terme  sur  le  salut,  un  temps  d’expia:on  nécessaire.  La   piété   infléchît   le   courroux   du   Seigneur   (l’Eglise   accorde   des   «  indulgences  »  en  retour  de  certains  actes  volontaires,  de  dévo:on,   le  pèlerinage  en  par:culier).     La   dévo:on   a   Marie,   mère   du   Dieu   incarne,   a   connu   une   large   expansion   au   cours   du   XIIème   siècle   (tous   les   monastères   cisterciens   et   la   plupart   des   cathédrales   gothiques   lui   sont   consacres).   Marie   intègre   de   plus   en   plus   la   configura:on   divine:   les   Franciscains   commencent   a   développer   l’idée   de   son   Immaculée   Concep:on,   laquelle   accorde   a   la   mère   du   Fruit   divin   un   statut   éminent   parmi   toutes  les  femmes.   Désormais,  Dieu  est  amour.  L’humanité  glorieuse  du  Christ  se  trouve   partout   exaltée:   la   période   suivante   insistera   sur   les   affres   de   sa   Passion  plus  douloureusement  ressen:e  au  milieu  des  troubles  et  des   calamites.    

La Vierge  dorée.  Cathédrale  d’Amiens.  Elle  est   légèrement  hanchée,  le  poids  du  corps  portant  sur   une  seule  jambe.  C’est  la  première  des  vierges   hanchées.      


Des temps  incertains • 

• 

• 

• 

L’essoufflement de   l’épopée   des   cathédrales   en   premier   lieu.   Apres   1270,   l’innova:on  architecturale  se  tarit.  Et,  fait  symbolique,  le  chœur  de  saint  Pierre   de  Beauvais  s’effondre  en  1284.  Non  du  reste  parce  que  l’art  de  bâ:r  a  franchi   ses  limites,  mais  parce  que  la  par:e  construite  avait  besoin  d’être  épaulée  par   de  nouvelles  travées,  qui  ne  sont  pas  venues,  faute  de  financement.     Dégrada:on   de   la   conjoncture   après   1270:   Une   famine   très   brutale   frappe   l’Europe   du   Nord-­‐Ouest,   de   1315   a   1317.   Elle   s’accompagne   d’une   grande   mortalité.   La   répé::on   des   famines   et   des   mortalités   révèle   une   disjonc:on   entre   la   produc:on   des   subsistances   et   la   popula:on.   Depuis   1250,   toutes   les   terres   cul:vables   sont   occupées.   Les   défrichements   se   bloquent   en   gros   vers   1250   –   il   faut   respecter   l’équilibre   ager-­‐saltus:   la   nécessite   de   conserver,   a   cote   de   l’espace   mis   en   culture,   des   friches   et   des   bois,   qui   sont   indispensables   pour   servir  de  pâture  aux  animaux  et  fournir  le  bois  u:le  aux  instruments  aratoires  et   autres,  au  chauffage  et  au  feu  de  cuisine,  aux  habita:ons  aussi;  on  reste  alors   dans  une  civilisa:on  du  bois.     En   conséquence,   pour   que   la   produc:on   progresse,   l’agriculture   doit   devenir   intensive  –  ainsi  chaque  exploita:on  doit  diversifier  sa  produc:on.  Mais,  dans  le   royaume   de   France,   a   ce1e   époque,   domine   la   micro   exploita:on,   souvent   inférieure  a  deux  hectares.     Misère  paysanne:  Le  moindre  incident  clima:que  place  les  micro  exploita:ons   paysannes   dans   une   situa:on   très   difficile.   La   pe:te   paysannerie   doit   donc   souvent   s’ende1er   pour   solder   les   prélèvements   auxquels   elle   se   trouve   soumise.   L’ende1ement   rural   se   généralise   au   fil   du   temps.   Les   paysans   parcellaires   et   les   manouvriers   ne   doivent   leur   survie,   en   période   ordinaire,   qu’au   travail   qu’ils   effectuent   au   manoir   ou   chez   leurs   voisins   aises.   Encore   sont-­‐ils  contraints  de  vendre  leurs  bras  a  bon  marche,  en  raison  de  la  pression   démographique  et  de  l’infla:on  qui  écrête  les  salaires.    

L’ange au  sourire.  Cathédrale  de  Reims.  

Les grandes guerres  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you