Page 1

1180-­‐1328 L’âge  d’or  des  capé5ens    


Introduc)on

• 

• 

• 

Le long  XIIIème  siècle,  qui  conduit  de  1180  a  1328,  cons5tue  une  étape  majeure  dans  le  développement   du  territoire  soumise  aux  rois  capé5ens.  Il  prend  le  nom  générique  de  «  France  »  dans  la  5tulature  royale,   alors  que  se  meIent  en  place  les  premières  structures  d’un  Etat  qui  le  surplombe.  CeIe  vaste  révéla5on   de  la  France,  elle  commence  au  Xème  siècle,  à  l’avènement  des  Capets.  Chaque  province  a  des  lors  son   histoire  ;  chacune  prend  une  voix,  et  se  raconte  elle-­‐  même.   Une   fois   passées   les   terreurs   de   l’an   Mil,   l’humanité   se   réveille   et   se   redresse.   Une   sorte   d’explosion   d’énergie   se   produit   en   Occident,   s’élevant   en   cathédrales,   se   déployant   en   conquêtes.   Les   croisades   réunissent   les   deux   faits   dominants   du   Moyen-­‐Age,   esprit   guerrier   et   foi.   Le   Moyen-­‐Age   se   conclut   par   saint  Louis,  incarna5on  paradoxale  de  l’idéal  de  la  foi  médiévale  et  de  sa  fin.   Les  cathédrales  cristallisent  et  illustrent  magnifiquement  toutes  les  données  essen5elles  du  temps.  Elles   témoignent   de   l’essor   de   l’économie,   qui   favorise   des   inves5ssements   locaux,   de   la   modernité   des   techniques   qui   en   permeIent   la   construc5on   et   du   rôle   majeur   de   la   religion   et   de   la   foi,   absolument   consubstan5elles  au  quo5dien  des  individus  et  de  la  société.  En  outre,  la  cathédrale  enregistre,  dans  son   architecture   et   son   décor,   l’affirma5on   de   la   monarchie.   L’art   gothique   s’avère   au   premier   chef   un   art   royal.    


Introduc)on

• 

• 

• 

S’ouvre vers   1260/1270   une   crise   qui   marque   les   limites   du   système   féodal,   totalement   contradictoire   avec   l’inves5ssement   produc5f.   Bien   des   paysans   sombrent   dans   la   misère,   le   revenu   des   pe5ts   seigneurs   s’affaiblit.     Le   pouvoir   a   besoin   d’ennemis:   la   guerre,   en   Flandre   ou   bien   en   Aquitaine,   jus5fie   les   débuts   d’une   fiscalité   d’Etat.   De   plus,   la   luIe   contre   le   pape,   les   héré5ques,   les   Templiers   et   les   sorciers   permet   de   mobiliser  l’opinion  en  faveur  de  la  royauté.     Roi  embléma5que,  a  la  fois  preux,  sage  et  pieux,  porte  rapidement  sur  les  autels,  saint  Louis  est  devenu  en   quelque  sorte  le  patron  de  la  monarchie  française,  notamment  au  temps  de  Louis  XIV.    

Saint-­‐Louis, Louis  IX,  par   le  Greco.  


Tableau de  la  France  

• 

L’histoire de   France   commence   avec   la   langue   française.   La   langue   est   le   signe   principal   d’une   na5onalité.   Le  premier  monument  de  la  notre  est  le  serment  dicte  par  Charles-­‐le-­‐chauve  a  son  frère,  au  traite  de  843.  

Serments de  Strasbourg.  En  840,  à  la  mort  de  Louis  le  Pieux,  la  guerre  commence   immédiatement  entre  ses  fils.  Charles  s'unit  à  Louis  le  Germanique,  contre  Lothaire  Ier   leur  frère  aîné,  qui  veut  les  exclure  du  partage  de  l'empire.  Ensemble,  ils  remportent  en   841  la  bataille  de  Fontenoy-­‐en-­‐Puisaye,  en  Bourgogne.   Le  14  février  842,  ils  renforcent  leur  alliance  en  prononçant  réciproquement  les   serments  de  Strasbourg,  prononcés  en  langue  romane  et  en  langue  tudesque  afin   d'être  compris  par  les  troupes  de  l'ouest  comme  de  l'est  de  la  Francie.  

   


La Bretagne  

• 

La Bretagne,  âpre  et  basse,  simple  quartz  et  granit,  grand  écueil  place  au  coin  de  la  France  pour  porter  le   coup  des  courants  de  la  Manche  ;  d’autre  part,  la  verte  et  rude  Auvergne,  vaste  incendie  éteint  avec  ses   quarante  volcans.  La  Bretagne  bretonnante,  pays  devenu  tout  étranger  au  notre,  justement  parce  qu’il  est   reste   trop   fidele   a   notre   état   primi5f   ;   peu   français,   tant   il   est   gaulois.   A   ses   deux   portes,   la   Bretagne   a   deux  villes  :  Saint-­‐Malo  et  Nantes,  la  ville  des  corsaires  et  celle  des  négriers.  

Saint-­‐Malo.  

Nantes.  


L’Auvergne

• 

• 

L’Auvergne est  un  pays  froid  sous  un  ciel  déjà  méridional,  ou  l’on  gèle  sur  les  laves.  Les  Limousins,  plus   laborieux  qu’industrieux,  ils  ont  beau  émigrer  tous  les  ans  des  montagnes,  ils  rapportent  quelque  argent,   mais  peu  d’idées.   La   chèvre,   c’est   l’animal   de   celui   qui   ne   possède   rien,   bête   aventureuse,   qui   vit   sur   le   commun,   animal   niveleur,  fut  l’instrument  d’une  invasion  dévastatrice,  la  Terreur  du  désert.  


Les Ardennes  

• 

Ardennes :  manufactures  d’armes,  tanneries,  ardoisières,  tout  cela  n’égaye  pas  le  pays.  Mais  la  race  est   dis5nguée   :   quelque   chose   d’intelligent,   de   sobre,   d’économe,   la   figure   un   peu   sèche   et   taillée   a   vives   arrêtes.  


Flandre

• 

Flandre: sur   ces   grasses   et   plantureuses   campagnes,   uniformément   riches   d’engrais,   de   canaux,   d’exubérante   et   grossière   végéta5on,   herbes,   hommes   et   animaux,   poussent   a   l’envi,   grossissent   a   plaisir.   Le   bœuf   et   le   cheval   y   gonflent,   à   jouer   l’éléphant.   La   Flandre   est   une   Lombardie   prosaïque,   a   qui   manquent  la  vigne  et  le  soleil.  

Rijsel, hoofdstad  van  Vlaanderen  -­‐  Lille,   capitale  de  la  Flandre.  


La guerre  contre  l’Anglais  

• 

La guerre   des   guerres,   le   combat   des   combats,   c’est   celui   de   l’Angleterre   et   de   la   France,   le   reste   est   épisode.  La  luIe  contre  l’Angleterre  a  rendu  à  la  France  un  immense  service.  Elle  a  confirme,  précise  sa   na5onalité.  A  force  de  se  serrer  contre  l’ennemi,  les  provinces  se  sont  trouvées  un  peuple.  C’est  en  voyant   de   près   l’Anglais   qu’elles   ont   sen5   qu’elles   étaient   France.   La   Seine   marche   et   porte   la   pensée   de   la   France,  de  Paris  vers  la  Normandie,  vers  l’Océan,  l’Angleterre,  la  lointaine  Amérique.  

Marquis de  Montcalm.  

Statue de  Du  Guesclin  


La conquête  normande  de  l’Angleterre   • 

• 

• 

Avant de  prendre  les  armes,  Guillaume  déclara  qu’il   s’en   rapportait   au   jugement   du   pape.   L’invasion   de   l’Angleterre   prit   le   caractère   d’une   croisade,   une   foule   d’hommes   d’armes   affluèrent   de   toute   l’Europe  près  de  Guillaume.  Les  Saxons  combaIaient   a   pied   avec   de   courtes   haches,   les   Normands   a   cheval   avec   de   longues   lances.   Les   Saxons   ne   construisaient   pas   de   châteaux,   ainsi   une   bataille   perdue,  tout  était  perdue.   L’Angleterre   tout   en5ère   fut   mesurée,   décrite;   soixante   mille   fiefs   de   chevaliers   y   furent   créés   aux   dépens   des   Saxons,   et   le   résultât   consigne   dans   le   livre  noir  de  la  conquête,  le  Doomsday  book,  le  livre   du  jour  du  Jugement.     Le   roi   d’Angleterre   5ra   de   la   noblesse   même   un   impôt,   sous   l’honorable   nom   d’escuage.   C’était   une   dispense   d’aller   à   la   guerre.   Les   barons,   fa5gues   d’appels  con5nuels,  aimaient  mieux  donner  quelque   argent   que   de   suivre   leur   aventureux   souverain   dans   les   entreprises   où   il   s’embarquait   ;   et   lui,   il   s’arrangeait   fort   de   cet   échange.   Au   lieu   du   service   capricieux   et   incertain   des   barons,   il   achetait   celui   des   soldats   mercenaires,   Gascons,   Brabançons,   Gallois  et  autres.  

Doomsday Book.  


La France    

• 

Pousse donc   ma   belle   et   forte   France,   pousse   les   longs   flots   de   ton   onduleux   territoire   au   Rhin,   à   la   Méditerranée,  à  l’Océan.  JeIe  a  la  dure  Angleterre  la  dure  Bretagne,  la  tenace  Normandie  ;  a  la  grave  et   solennelle   Espagne,   oppose   la   dérision   gasconne,   a   l’Italie   la   fougue   provençale   ;   au   massif   empire   germanique,  les  solides  et  profonds  bataillons  de  l’Alsace  et  de  la  Lorraine  ;  a  l’enflure,  a  la  colère  belge,  la   sèche   et   sanguine   colère   de   la   Picardie,   la   sobriété,   la   réflexion,   l’esprit   disciplinable   et   civilisable   des   Ardennes   et   de   la   Champagne.   L’Angleterre   est   un   pays,   l’Allemagne   est   un   empire,   la   France   est   une   personne.  


Temps nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  

• 

• 

• 

• 

• 

La grande  époque  de  l’architecture  gothique  correspond  au  règne  de   Philippe   Auguste.   Alors   s’achèvent   les   cathédrales   de   Laon   et   de   Paris   et   commence   la   construc5on   des   cathédrales   de   Chartres,   Bourges,   Soissons,  Rouen,  Amiens  ou  Reims.     La  dynamique  de  la  France  du  nord,  qui  voisine  avec  la  Flandre  et  la   Champagne,   les   poles   majeurs   de   l’ar5sanat   et   du   commerce   en   Occident,   favorise   la   poussée   capé5enne   vers   l’ouest   et   le   sud.   Le   règne   de   Philippe   Auguste   permet   la   levée   de   l’hypothèque   Plantagenet   et   s’avère   celui   de   la   plus   forte   dilata5on   du   domaine   royal   au   cours   du   Moyen   Age.   Avec   lui   débute   l’âge   d’or   capé5en,   car   aucun  pouvoir  ne  se  peut  désormais  comparer  a  la  royauté  française.   En   1204,   Philippe   II   choisit   une   5tulature   nouvelle.   Au   5tre   de   «   roi   des   Francs   »,   il   subs5tue   celui   de   roi   de   France:   l’autorité   royale   a   dorénavant   pour   base   un   territoire,   elle   ne   par5cipe   plus   des   liens   d’homme  a  homme.     Héritages:   Suger,   abbé   de   Saint-­‐Denis,   sanctuaire   fondamental   de   la   monarchie,  a  développe  l’idée  qu’il  existe  une  pyramide  féodale,  qui,   de   fief   en   fief,   conduit   a   son   sommet,   occupe   par   le   roi,   qui   n’est   le   vassal  de  quiconque  et  ne  prête  hommage  a  personne.     Louis   VII   laisse   son   fils   face   a   un   conten5eux   redoutable.   D’un   part,   le   conflit   avec   le   Plantagenet,   dont   les   domaines   sont   immenses   compares  au  domaine  royal,  demeure  latent.  D’autre  part,  les  maitres   des   deux   régions   les   plus   riches   du   royaume,   la   Flandre   et   la   Champagne,  tendent  a  l’autonomie  dans  leurs  terres  et  cherchent  par   ailleurs  a  contrôler  le  pouvoir  royal.    


Temps nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  

• 

• 

Louis VII   laisse   son   fils   face   a   un   conten5eux   redoutable.   D’un   part,   le   conflit   avec   le   Plantagenet,   dont   les   domaines   sont   immenses   compares  au  domaine  royal,  demeure  latent.  D’autre  part,  les  maitres   des   deux   régions   les   plus   riches   du   royaume,   la   Flandre   et   la   Champagne,  tendent  a  l’autonomie  dans  leurs  terres  et  cherchent  par   ailleurs  a  contrôler  le  pouvoir  royal.     Une   décennie   difficile   (1180-­‐1190):   Les   vic5mes   principales   des   guerres   médiévales   sont   les   paysans,   dont   on   pille   les   biens   et   ravage   les   cultures.   Les   belligérants   évitent   les   sièges   longs   et   les   batailles   rangées.   L’expulsion   des   juifs,   décrétée   en   avril   1182,   qui   s’accompagne   de   la   saisie   de   leurs   biens,   apparaît   en   premier   chef   comme   un   moyen   de   financer   en   par5e   l’effort   de   guerre   développée   au  cours  de  la  première  décennie  du  règne.     Le  roman  des  rois.   C’est  une  chronique   de  la  monarchie   capéYenne  rédigée  a   Saint-­‐Denis.  

Gisant de  Richard  Cœur  de  Lyon  a  l’abbaye  de  Fontevrault.  Le  traite  de  Gisors  (1180)  renouvèle  la  paix  entre  les  rois  de   France  et  d’Angleterre,    qui  concluent  une  alliance  offensive  et  défensive.    


Temps nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  

• 

• 

Henri Plantagenet   avait   élargi   l’empire   familial   par   son   mariage   avec   Aliénor   d’Aquitaine,   5tulaire   du   domaine   des   comtes   de   Poi5ers,   juste   divorcée   de   Louis   VII.   Il     se   fait   ensuite   reconnaître   roi   d’Angleterre   en   1154,   avant   d’amorcer   la   conquête   de   l’Irlande   et   d’étendre   encore   de   son   emprise   con5nentale,   par   la   prise   de   contrôle   de   la   Bretagne   et   l’affermissement   de   son   autorité   sur   les   pays   charentais.  Le  vassal  paraît  ainsi  beaucoup  plus  puissant  que   son   seigneur,   le   roi   capé5en,   confine   toujours   aux   vielles   terres  de  son  domaine.     Les   bonnes   manières   de   table,   l’art   de   la   danse,   toujours   pra5quée  en  groupe,  et  la  courtoisie  illustrent  la  cour  d’Henri   II.   C’est   le   moment   ou   surgissent   les   premiers   mé5ers   du   luxe,   notamment   celui   des   émailleurs,   que   Limoges   rassemble.     Gisants  d’Henri   II  et  d’Aliénor   d’Aquitaine.   Abbaye  de   Fontevrault.    


Temps nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  

• 

•  • 

Philippe aIaque,   assure   qu’Henri   II   ne   parviendra   pas   bien   longtemps   a   contrôler   les   lionceaux   des   flancs   d’Aliénor   d’Aquitaine  –  Richard,  Geoffroy,  le  comte  de  Bretagne  et  Jean,  le  maitre  d’Aquitaine,  trois  frères  qui  de  plus  se  jalousent.   Philippe  Auguste  noue  des  rela5ons  privilégiées  avec  Richard,  inquiet  de  voir  son  père  sembler  lui  préférer  Jean  et  peut-­‐être   songer  a  le  déshériter.     En   novembre   1188,   ce   même   Richard   rompt   avec   son   père   et   porte   son   hommage   a   Philippe   pour   la   Normandie   et   l’Aquitaine…  qu’il  lui  reste  néanmoins  a  saisir  et  contrôler.     En   Terre   Sainte,   Saladin   a   écrasé   les   La5ns   a   la   bataille   de   Hayn   en   juillet   1187.   La   nécessité   d’organiser   une   contre-­‐ offensive  sous  la  forme  d’une  croisade  pour  sauver  ce  qui  reste  des  Etats  la5ns  d’Orient.  Richard  a,  le  premier  répondu  a   l’appel  du  «  saint  voyage  »  prenant  la  croix,  a  Tours,  en  novembre  1187.  Le  roi  de  France  en  profite  pour  faire  approuver,  en   mars,  par  une  assemblée  de  barons  et  de  prélats,  une  taxe  a  l’effet  de  couvrir  les  frais  de  l’expédi5on.  Elle  doit  être  levée  sur   les  biens  meubles  et  les  revenus  de  ceux  qui  ne  prennent  pas  la  croix.     •  La   première   cons5tu5on   écrite   de   la   monarchie   capé5enne:  Le  Trésor  est  confie  aux  Templiers  et  les   clés   en   sont   remises   a   Pierre   le   Marechal   et   a   6   notables   parisiens,   qui   ont   également   la   garde   du   sceau  royal.     •  Les   villes   dotées   du   régime   communal   avec   l’appui   du   roi   se   trouvent   ensuite   sous   le   patronage   de   la   couronne,   ce   qui   élargît   l’influence   royale.   Philippe   Auguste   y   trouve   des   avantages   militaires,   puisque   les   villes   avec   leurs   remparts   puissants   et   leurs   milices   nombreuses   représentent   points   d’appui   et   réserves   d’effec5fs.   Enfin,   il   5sse   des   liens   poli5ques   Geoffroy,  comte   Richard  cœur  de   solides  avec  les  bourgeoises  citadines,  tant  dans  les   de  Bretagne   Lion   domaines  que  dans  les  fiefs  de  ses  barons.    


Temps nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  

• 

• 

• 

Fleurs de   Lis   contre   léopards:   le   printemps   de   l’Etat   monarchique   (1190-­‐1200):  Pour  l’heure,  la  rivalité  entre  les  deux  maisons  royales  paraît   comme  suspendue.     Capture   par   les   séides   du   duc   d’Autriche   auquel   l’opposait   un   différend   Richard   Cœur   de   Lion   se   voit   bientôt   transféré   dans   les   geôles   de   l’empereur   de   Germanie,   Henri   IV.   Durant   sa   cap5vité,   Philippe   a   traite   avec   Jean   sans   Terre   et   s’est   empare   de   la   Normandie   septentrionale,   du   Vexin,   d’Evreux,   et   de   la   Touraine.   Richard   débarque   en   mai   1194   et   les   hos5lités  commencent.     Il   a   dans   son   camp   Guillaume   le   Marechal,   jouteur   émérite,   le   meilleur   chevalier   du   siècle,   mais   la   guerre   féodale   est   en   train   de   muter.   Elle   devient   un   conflit   de   puissances,   dont   l’argent   est   le   nerf.   Richard   fait   édifier   en   deux   années,   de   1196   a   1198,   un   temps   record,   la   formidable   forteresse  qui  prend  le  nom  de  Château  Gaillard.  

Jean sans  Terre.  

Guillaume le   Marechal.  


Temps nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  

• 

• 

• 

•  • 

• 

La période   des   années   1190-­‐1200   paraît   défavorable   au   roi   de   France.   Le   roi   d’Angleterre,   appuyé   par   les   grands   féodaux,   comme   le   comte   de   Flandre,   le   duc   de   Bretagne,   et   des   seigneurs   moins   importants,   comme   Renaud  de  Boulogne  ou  Guillaume  de  Thouars,  a  pris  l’avantage.   Cependant   la   monarchie   se   construit:   les   offices   de   cour   ne   sont   plus   confies   a   des   hauts   barons,   mais   a   des   hommes   nouveaux,   jeunes   et   de   rang  modeste.     La  chute  de  la  maison  Plantagenet:  Jean  sans  Terre  n’a  pas  la  personnalité   flamboyante   de   son   frère,   Richard   Cœur   de   Lion.   Il   a   de   la   difficulté   a   s’entendre   avec   ses   vassaux.   Philippe   Auguste   envahit   la   Normandie   et   lance   Arthur   de   Bretagne   a   la   conquête   du   Poitou.   Il   s’aIaque   a   Mirebeau,   clé  du  Poitou,  ou  se  sont  enfermes  la  reine  Aliénor  et  Jean  sans  Terre.     Arthur   de   Bretagne   est   fait   prisonnier   par   Jean   sans   Terre.   Emprisonne   a   Falaise,  Arthur  disparaît  dans  des  circonstances  mal  élucidées.     Philippe  Auguste  met    le  siège  devant  la  formidable  forteresse  de  Château   Gaillard   en   1203.   Jean   sans   Terre   préfère   passer   en   Angleterre,   abandonnant   la   place   a   son   des5n:   Château   Gaillard   capitule   en   1204.   La   totalité   du   duché   Normand   bascule   alors.   Ce   processus   d’intégra5on   paisible  se  repère  presque  a  l’iden5que  dans  la  comte  d’Anjou.     L’autonomie  du  roi  vis-­‐à-­‐vis  du  pape:  Innocent  III,  le  nouveau  pape,  entend   a   faire   prévaloir   le   pouvoir   spirituel   sur   les   pouvoirs   temporels.   La   résistance   du   roi   aux   demandes   d’Innocent   III,   s’exprime   dans   l’affaire   albigeoise.   Ce   conflit   provoque   finalement   la   première   des   croisades   intérieures   a   la   chré5enté.   Cependant,   le   roi   refuse   obs5nément   d’intervenir  en  Languedoc  quand  Innocent  III  le  sollicite.    


Temps nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  

• 

• 

• 

• 

La croisade  contre  les  Albigeois  est  donc  pon5ficale  et  féodale;  a  l’instar  de   la  première  croisade  en  Orient,  elle  rassemble,  sous  l’autorité  du  souverain   pon5fe,   une   large   part   de   la   chevalerie   occidentale,   mais   le   roi   de   France   n’y  par5cipe  pas  et  ne  l’a  pas  souhaitée.     Le   dimanche   de   Bouvines:   Une   formidable   coali5on   an5   capé5enne   s’organise,   cimentée   par   les   rancunes   de   plusieurs   puissants   féodaux   a   l’encontre  de  Philippe  et,  surtout,  par  les  subsides  anglais  que  Jean  promet   a  foison  et  verse  a  profusion.     La   bataille   décisive,   la   seule   que   Philippe   Auguste   ait   jamais   engagée,   a   donc   lieu   a   proximité   de   Lille,   au   gue   de   Bouvines,   le   dimanche   27   juillet   1214.   Le   choc   est   violent,   mais   assez   bref,   entre   l’ost   du   roi   de   France   et   l’armée  des  coalises.  Au  terme  de  quelques  heures  de  combat,  les  coalises   sont  défaits  et  sont  mis  en  fuite.  Les  conséquences  de  ceIe  journée  sont   immenses.   Un   long   et   enthousiaste   triomphe   marque   de   véritables   noces   entre  le  souverain  et  la  na5on  enfin  enclose.   Le  crédit  de  Jean  sans  Terre  paraît  ruine  pour  de  bon  auprès  de  ses  sujets   qui  s’interrogent  sur  les  fluctua5ons  déconcertantes  de  sa  poli5que.  

La Bataille de Bouvines oppose les troupes royales françaises de Philippe Auguste, renforcées par les milices communales et soutenues par Frédéric II de Hohenstaufen, à une coalition anglo-germano-flamande menée par Otton IV.


Temps nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  

• 

• 

• 

La monarchie   dans   sa   plénitude:   la   fin   du   règne   et   ses   prolongements:   Peu   leIre,   c’est   un   bon   vivant.   Moins   brillant   chevalier   que   son   compé5teur   Richard   Cœur   de   Lion,  il  sait  cependant  combaIre  s’il  le  faut.     Les  services  de  la  monarchie  ont  cesse  d’être  ambulatoires.   Et  le  roi  réside  le  plus  souvent  dans  son  palais  de  l’ile  de  la   Cite.  Philippe  Auguste  fait  enfermer  la  ville  dans  un  rempart.   Paris   est   devenu   une   ville   ac5ve   et   peuplée,   au   cœur   d’un   réseau  de  routes  importantes  et  voies  d’eau.  La  ville  abrite   le  centre  du  pouvoir,  elle  est  une  capitale,  la  première  est  la   plus  importante  d’Occident.     Bouvines   a   libère   la   monarchie   capé5enne   des   pressions   qu’elle   subissait   au   nord.   Elle   se   trouve   désormais   en   capacité  de  passer  a  l’offensive.  Par  ailleurs,  en  Angleterre,   la   plupart   des   barons,   des   ecclésias5ques   et   des   villes   d’Angleterre  entre  en  rébellion  contre  Jean  sans  Terre.  Le  15   juin  1215,  le  roi  doit,  par  la  Magna  Carta,  la  Grande  Charte,   admeIre  la  limita5on  et  le  contrôle  de  son  pouvoir.     Le sceau de Philippe Auguste. Le lys est l’emblème d’élection céleste..

La Magna Carta.


Temps nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  

• 

• 

• 

• 

En aout  1222,  Louis  VIII  est  sacre  a  Reims    il  a  36  ans.  En  décembre,  le  pape  sollicite  son  concours  au  Languedoc,  il  lui  offre  la   terre   conquise.   Le   Poitou,   l’Aunis,   le   Saintonge   sont   annexes   au   domaine   royal.   La   monarchie   capé5enne   a   conquis   une   façade   sur   l’Atlan5que.   Louis   VIII   décide   alors   d’accomplir   une   promenade   militaire   dans   le   Languedoc.   Il   meurt   en   novembre  a  Montpensier.  Louis  IX  est  couronne  le  même  moi.     Blanche  de  Cas5lle  exerce  la  régence  en  son  nom.  Le  comte  de  Toulouse  poursuit  la  luIe  durant  quelques  temps,  mais  les   pressions   de   la   bourgeoisie   toulousaine,   son   principal   appui   jusqu’à   la,   l’obligent   a   traiter   au   printemps   de   1229.   Le   souverain   dispose   désormais   d’une   puissance   qui   éclipse   et   écrase   toutes   les   autres   dans   le   royaume   et   incite   a   la   soumission  plus  qu’a  la  révolte.     Une  image  religieuse  apparaît  dans  la  plupart  des  cathédrales  –  il  s’agit  du  couronnement  de  la  Vierge.  CeIe  représenta5on   rappelle  que  Marie,  en  coopérant  a  l’œuvre  de  Dieu  par  sa  foi,  son  espérance  et  sa  charité,  est  devenue  la  mère  féconde   symboliquement  rassembles  dans  sa  personne,  elle  compose  la  figure  de  l’Eglise  mys5que  et  de  son  achèvement  dans  les   siècles  des  siècles.     Il  est  certain  qu’avec  le  règne  de  Philipe  Auguste,  débute  un  âge  d’or  capé5en  qui  redonne  a  la  monarchie  l’éclat  qu’elle  est   supposée  avoir  connu  a  l’époque  du  premier  empereur  d’Occident.    

Couronnement de  la  Vierge.   Portail  nord  de  la   cathédrale   Notre-­‐Dame  de   Paris.  

Blanche de   CasLlle.    


Roi de  France  et  roi  d’Angleterre  

• 

• 

• 

Pendant la  seconde  croisade,  celle  de  Louis  VII  et  de  l’empereur  Conrad,  les   Allemands   étaient   en   grand   nombre   ceIe   fois.   La   femme   de   Louis   VII   est   Éléonore   d’Aquitaine   –   elle   demande   le   divorce   et   se   marie   avec   Henri   Plantagenet,   duc   d’Anjou,   pe5t   fils   de   Guillaume   le   Conquérant,   duc   de   Normandie,   et   bientôt   roi   d’Angleterre.   En   épousant   Éléonore,   il   épouse   avec  elle  la  France  occidentale,  de  Nantes  aux  Pyrénées.   Saladin  avait  frappe  deux  coups  sur  les  ennemis  de  l’islamisme.  D’une  part,   il   envahit   l’Egypte,   détrôna   les   Fatemites.   De   l’autre,   il   renversa   le   pe5t   royaume  de  Jérusalem,  dé{t  et  prit  le  roi  Lusignan  à  la  bataille  de  Tibériade   et  s’empara  de  la  ville  sainte.   La   France   avait,   presque   seule,   accompli   la   première   croisade.   L’Allemagne   avait   puissamment   contribue   a   la   seconde.   La   troisième   fut   populaire,   surtout  en  Angleterre.  

Saladin par  Gustave  Dore.    


Richard et  le  siège  de  saint  Jean  d’Acre  

• 

Richard était  le  mauvais  fils  d’Henri  II,  le  fils  de  la  colère,  dont  toute  la  vie   fut   comme   un   accès   de   violence   furieuse,   s’acquit   parmi   les   Sarrasins   un   renom  impérissable  de  vaillance  et  de  cruauté.  Lorsque  la  garnison  d’Acre   eut  été  forcée  de  capituler,  Saladin  refusant  de  racheter  les  prisonniers,  il   les   fit   tous   égorger   entre   les   deux   camps.   CeIe   valeur   et   tous   ces   efforts   produisirent   peu   de   résultats.   Toutes   les   na5ons   de   l’Europe   étaient   représentées   au   siège   d’Acre,   mais   aussi   toutes   les   haines   na5onales.   Chacun  combaIait  comme  pour  son  compte  et  tachait  de  nuire  aux  autres,   bien   loin   de   les   seconder.   Il   y   avait   dans   le   camp   deux   rois   de   Jérusalem,   Guy  de  Lusignan  soutenu  par  Philippe  Auguste  et  Conrad  de  Tyr  appuyé  par   Richard.   Le   long   siège   de   Jérusalem   est   pour   le   Moyen   Age   comme   le   siège   de  Troie.   Saint  Jean  d’Acre.     Guy  de  Lusignan.    

Conrad de  Tyr.    


La France  dans  les  Croisades  

• 

De toutes  parts,  l’Eglise  triomphait  dans  l’Europe  par  l’épée  des   Français.  En  Sicile  et  en  Espagne,  en  Angleterre  et  dans  l’empire   grec,   ils   avaient   commence   ou   accompli   la   croisade   contre   les   ennemis  du  pape  et  de  la  foi.  L’Europe  ne  pouvait  se  croire  une   et   le   devenir   qu’en   se   voyant   en   face   de   l’Asie.   L’Allemagne   avait   sa  croisade  en  Italie,  l’Espagne  chez  elle-­‐même.  La  guerre  sainte   de  Jérusalem,  résolue  en  France  au  concile  de  Clermont,  prêchée   par   le   Français,   Pierre-­‐l’Ermite,   fut   accomplie   surtout   par   des   Français.  Il  appartenait  à  la  France  de  contribuer  plus  que  tous  les   autres  au  grand  évènement  qui  fit  de  l’Europe  une  na5on.   La   lourde   féodalité   s’est   mobilisée,   déracinée   de   la   terre.   Elle   allait   et   venait,   elle   vivait   sur   les   grandes   routes   de   la   croisade,   entre   la   France   et  Jérusalem.  Le  roi  seul  restait  fidele   au   sol   de   la   France,   plus   grand   chaque   jour  par  l’absence  et  la  préoccupa5on   des   barons.   Telle   fut,   après   la   première   croisade,   la   résurrec5on   du   roi  et  du  peuple.   L a   c r o i s a d e   c o r r e s p o n d   à   l’affranchissement  du  peuple  dans  les   communes,   affranchissement   de   la   femme,   affranchissement   de   la   philosophie,  de  la  pensée  pure.  

Les fabuleux  desYns  de  Robert  de  Guiscard   et  de  Tancrède  de  Hauteville  servirent   comme  une  émulaYon  aux  autres   Seigneurs  normands.  


La Croisade   • 

Dieu est   Dieu,   voilà   l’Islamisme,   c’est   la   religion   de   l’unité.   Ce   Dieu   serait   jaloux   de   ses   propres   symboles.   Il  veut  être  seul  à  seul   avec   l’homme.   Ils   ont   enferme   la   femme   au   sérail,   mais   elle   les   y   enferme   avec   elle   :   ils   n’ont   pas   voulu   de   la   vierge,  et  ils  se  baIent   depuis   1.000   ans   pour   Fa5ma.   Les   Arabes,   peuple   commerçant,   a c c u e i l l a i e n t   b i e n   d’abord   les   pèlerins.   Tout   changea   lorsque   le   calife   Hakem,   fils   d’une   chré5enne,   se   donna   lui-­‐même   pour   une   incarna5on.   Il   maltraita   cruellement   l e s   c h r é 5 e n s   q u i   prétendaient   que   le   M es s i e   ét a i t   d éj à   venu,   et   les   juifs   qui   s ’ o b s 5 n a i e n t   à   l’aIendre  encore.  


Les mondes  français  au  XIIIème  siècle  

• 

• 

• 

• 

• 

 

A la   cour   de   Londres,   comme   a   celle   de   Saint-­‐Jean   d’Acre   en   Syrie   Pales5ne,   un   temps   même,   a   celle   de   Constan5nople,   et   plus   durablement   au   palais   de   Famagouste  a  Chypre,  les  élites  parlent  et  écrivent  la  langue  française  et  leurs  noms   rappellent  «  la  douce  France  ».     Une   limite   franche   –   les   rivages   marins:   A   Marseille,   quatre   ou   cinq   équipages   s’unissent  afin  de  cerner  les  bancs  de  thons  rouges  lors  de  leur  passage  au  large  des   calanques;  ils  les  déroutent  en  les  affolant,  les  acculent  dans  des  nasses  de  plus  en   plus   étroites   et,   finalement,   les   hommes   tuent   les   poissons   incapables   de   fuir,   emprisonnes   comme   ils   le   sont   dans   une   étroite   poche   poche   terminale.   Toujours   en  Méditerranée,  le  lamparo,  un  fanal  allume  de  nuit  sur  la  proue  des  embarca5ons   afin   que   sa   lumière   ayre   les   sardines   –   donne   son   nom   a   un   type   de   pèche   très   pra5que  du  cote  de  Marseille.       Des  1199,  Jean  sans  Terre  récompense  son  gouverneur  de  Guyenne  en  le  gra5fiant   de  50  livres  angevines  prises  sur  la  vente  des  deux  premières  baleines  péchées  par   des  Basques.     Dans  les  eaux  plus  froides  de  la  mer  du  Nord  et  de  Manche  orientale,  la  harengaison   devient   la   grande   affaire.   C’est   que   le   hareng   fait   vivre   toute   une   popula5on   de   matelots  miséreux.     Le   sel,   u5lise   comme   an5sep5que,   a   des   usages   ar5sanaux.   Il   sert   notamment   au   tannage  des  peaux.  En  outre,  il  demeure  le  seul  moyen  de  prolonger  la  conserva5on   des  vivres,  et  la  demande  en  sel  ne  cesse  de  s’accroitre.    

Sceau des  poissonniers  de  Bruges.     A   Bruges,   comme   dans   toutes   les   villes   du  Nord  du  royaume,  le  hareng  est  roi!  

Il s’agit  d’abord  augmenter   progressivement  la  concentraYon  de  sel   en  conduisant  l’eau  de  mer  d’un  bassin  a   l’autre.     Les  Marais  Salants  de  Guérande.  


Les mondes  français  au  XIIIème  siècle  

• 

• 

• 

• 

• 

La marqueterie   des   terroirs   agricoles:   Selon   Marc   Bloch,   il   y   a   trois   civilisa5ons   agraires:  i)  les  grands  espaces  emblaves  du  centre  parisien  et  de  l’Est  de  la  France,   aux   villages   groupes,   ii)   le   bocage   et   l’habitat   disperse   des   régions   de   l’Ouest,   iii)   l’indétermina5on   paysagère   du   Midi,   ou   l’individualisme   paysan   prévaudrait   en   dépit  des  fortes  contraintes  posées  par  le  relief.  Mille  nuances  viennent  tempérer   ceIe  distribu5on  schéma5que  et  contribuent  a  a  l’infinie  marqueterie  des  paysages   tradi5onnels.     Dans  le  grand  Sud-­‐Ouest  se  mul5plient  les  créa5ons  de  villages  neufs,  castelnaus  a   l’ombre   d’un   château   et   surtout   bas5des   ,   celles-­‐la   dépourvues   de   forteresse   seigneuriale.     La   marqueterie   des   terroirs   agricoles:   Selon   Marc   Bloch,   il   y   a   trois   civilisa5ons   agraires:  i)  les  grands  espaces  emblaves  du  centre  parisien  et  de  l’Est  de  la  France,   aux   villages   groupes,   ii)   le   bocage   et   l’habitat   disperse   des   régions   de   l’Ouest,   iii)   l’indétermina5on   paysagère   du   Midi,   ou   l’individualisme   paysan   prévaudrait   en   dépit  des  fortes  contraintes  posées  par  le  relief.  Mille  nuances  viennent  tempérer   Castelnaus,  sauvetés  et  basYdes  du  Sud-­‐Ouest.   ceIe  distribu5on  schéma5que  et  contribuent  a  a  l’infinie  marqueterie  des  paysages   tradi5onnels.     Un  universel  ou  presque  -­‐  le  vignoble:  La  vin  est  d’abord  la  boisson  eucharis5que,   et   donc   nul   ne   s’étonnera   que   les   ecclésias5ques   y   aient   apporte   de   tout   temps   un   soin  jaloux.  La  treille  mobilise  beaucoup  l’énergie  des  moines,  c’est  non  seulement   parce   qu’il   leur   est   indispensable   dans   la   liturgie,   mais   aussi   parce   qu’il   s’agit,   au   contraire  de  l’eau  souvent  pollue  et  malsaine,  d’une  boisson  saine,  car  fermentée   même  si  le  degré  d’alcool,  autour  de  6  a  8  degrés,  demeure  faible,  faute  d’apports   de  sucre.     Le   transport   se   révèle   être   le   facteur   essen5el   de   la   réussite   d’un   cru   médiéval.   Les   vins   du   Midi   méditerranéen   en   pâ5ssent   gravement,   faute   de   voies   fluviales   aisément  pra5cables  vers  Paris  ou  la  Flandre.     Moine  goutant  du  vin.  


Le vin  

• 

• 

• 

Le raisin  est  un  fruit  de  passage.  La  taille  sèche  (ou  taille  dʼhiver)  pra5quée   de  décembre  a  mars,  est  dite  “longue”  ou  “courte”,  selon  le  nombre  dʼyeux   (bourgeons)   conserves   appelés   a   porter   des   grappes.   Des   ceIe   phase   ini5ale,  le  vigneron  doit  arbitrer  entre  une  produc5on  abondante  dʼun  vin  de   qualité  courante  et  la  grande  qualité  exigeant  des  rendements  moindres.   La   longue   diges5on   de   la   fermenta5on...   Le   contrôle   de   lʼindividu   pensant   sur  la  nature:  Dionysos  conquiert  la  maitrise  du  vin  sur  les  géants,  symbole   de  la  nature  bes5ale.     Le  succès  du  monachisme  bénédic5n  contribua  a  lʼexpasion  du  vin:  la  regle   de   saint   Benoit,   installant   le   vin   en   boisson   supérieure   aux   autres   et   permeIant   aux   moines   de   boire   une   ra5on   quo5dienne,   a   précipité   la   planta5on   de   vignes   dans   chaque   abbaye.   Thomas   dʼAquin:   “Le   vin   réconforte,  le  sang  du  Christ  assure  la  rédemp5on.”  

l'Abbaye de  Saint  André  de  Sorède.  

C'est en  1115    que  les  moines  de  Cîteaux  construisent  le  château  du  Clos  de  Vougeot  afin  d'exploiter  la  vigne  qu'ils  ont  plantée  aux  alentours.  


Les mondes  français  au  XIIIème  siècle   • 

• 

• 

Des niches   écologiques   diversement   appréciées:   On   transforme   les   étangs   en   viviers   naturels   ou   le   poisson   g r a n d i t   e n   t o u t e   q u i é t u d e :   pra5quement   toutes   les   retenues   d’eau   des5nées   a   ac5onner   la   roue   d’un  moulin.     Philippe   Auguste   publie   en   1219   la   p r e m i è r e   o r d o n n a n c e   c o n n u e ,   règlementant   les   coupes   fores5ères   connues,   règlementant   les   coupes,   la   glandee   des   porcs,   le   ramassage   du   bois   mort   –   on   peut   y   voir   l’acte   fondateur   de   l’administra5on   des   Eaux   et   Forets.   Ce   patrimoine   sylvicole   présente  en  effet  pour  le  roi  un  double   intérêt:  i)  il  s’y  adonne  a  sa  distrac5on   favorite,   la   chasse,   ii)   il   lui   rapporte   beaucoup   ,   d’autant   que   le   cours   du   bois  est  a  la  hausse  sur  tout  le  siècle.   Le   breuil   est   un   enclos   ferme   par   des   haies   vives,   puis,   de   plus   en   plus,   par   un   mur   de   maçonnerie:   c’est   une   authen5que   réserve   de   chasse   –   on   parle   aussi   de   garenne   ou   de   parc   –   facile   a   surveiller,   ou   les   bêtes   sauvages  se  reproduisent  sans  pouvoir   s’échapper.    

Sceau des  poissonniers  de  Bruges.     A   Bruges,   comme   dans   toutes   les   villes   du  Nord  du  royaume,  le  hareng  est  roi!  

Cabanes en  pierre  sèches  du  Breuil  (Dordogne)  


Les mondes  français  au  XIIIème  siècle  

• 

• 

• 

• 

 

Diversité du   royaume   et   de   ses   marges:   Une   ligne   courant   du   Poitou   au   lac   Léman  partage  l’espace  français,  sur  les  plans:    -­‐    linguis5que  (les  parlers  d’oc  et  d’oïl),    -­‐  juridique  (les  pays  de  coutume  au  Nord,  ceux  de  droit  écrit  au  Sud),    -­‐    ethnologique  (la  tuile  rouge  ronde  ou  canal  et  le  souvenir  de  l’apport   romain  dans  le  Midi,  l’ardoise  et  le  chaume  au  Nord),      -­‐  ar5s5que  (la  fin  amors  des  troubadours  d’un  cote,  les  chansons  de  geste  a   et  l’épopée  arthurienne  des  trouvères  septentrionaux  de  l’autre).     A   l’écrit,   presque   tous   les   notables   du   nord   du   royaume   lisent   et   comprennent   le   français   du   roi,   même   s’ils   ne   le   prononcent   pas   exactement   comme  lui;  s’adressant  a  des  méridionaux  de  la  langue  d’oc  –  un  nom  invente   pour   designer   les   provinces   du   Sud   au   parler   si   étrange   –   la   chancellerie   capé5enne  emploie  le  la5n,  langue  universelle  et  gage  qu’elle  sera  compris,   au  moins  des  élites.     Un   provincialisme   bien   tempéré:   En   ville,   le   luxe   tapageur   ou   simplement   l’aisance  affichée  de  certains  heurtent  la  sensibilité  d’un  siècle  qui  réfléchît  a   la   pauvreté   du   Christ   –   Louis   IX   reprend   a   son   compte   et   durcit   la   tradi5onnelle  législa5on  prohibant  l’étalage  d’un  luxe  indécent.  Le  roi  et  son   entourage  doivent  en  imposer  par  une  apparence  digne  de  leur  rang,  tout  en   affichant  une  retenue  de  bon  aloi  devant  Dieu  et  les  pauvres.     La   ques5on   flamande:   La   ques5on   linguis5que   ne   se   pose   pas   comme   aujourd'hui   en   Flandre.   Le   fond   du   problème   résulte   de   la   réussite   excep5onnelle   de   toute   la   région   et   plus   par5culièrement   de   l’industrie   tex5le  des  villes  de  Flandre.    


Les mondes  français  au  XIIIème  siècle  

• 

• 

• 

• 

   

Le comte  de  Flandre  est  vassal  du  royaume,  mais  aussi  de  l’empereur,  ce  qui   lui  ménage  une  certaine  liberté  d’ac5on:  a  Bouvines,  Ferrand  se  bat  aux  cotes   d’OIon  de  Brunschwick.     Tant   que   le   comte   ne   sera   pas   un   Capé5en   fidele,   le   roi   n’hésitera   pas   a   miner  de  l’intérieur  le  pouvoir  de  ce  grand  seigneur  en  soutenant  le  par5  des   riches  marchands  urbains  –  a  l’inverse  de  ce  qu’il  pra5que  sur  ses  terres!  Le   comte   s’appuie,   lui,   sur   le   menu   peuple,   exploitant   ses   récrimina5ons   a   l’encontre  du  patriciat.     A  par5r  de  1286,  les  mé5ers,  le  patronat  de  l’ar5sanat,  se  dressent  contre  les   patriciens   mis   en   difficulté   par   le   début   du   retournement   de   la   conjoncture   économique.   Ces   derniers   se   réconcilient   avec   le   comte,   entrainant   l’interven5on   puis   la   déroute   de   l’ost   du   roi   de   France,   renverse,   par   les   milices   urbaines   dans   la   boue   de   Courtrai,   11   juillet   1302:   suprême   humilia5on  pour  Philipe  le  Bel…  On  se  moquera  longtemps  de  ceIe  bataille   des   éperons   d’or,   accessoires   de   la   gloriole   chevaleresque   tombes   entre   les   mains  de  leurs  rudes  vainqueurs.     L’aIrac5on  française  hors  les  fron5ères:  Aix  devient  la  véritable  capitale  de  la   Provence,  ou  réside  le  juge  mage  qui  remplace  le  comte  de  Provence  durant   ses   absences.   Partout   l’autorité   royale   et   la   paix   s’imposent   aux   sujets.   Les   ul5mes   velléités   de   résistance   des   grands   nobles   provençaux   ont   été   vite   balayes.   Mais   le   modèle   capé5en   s’impose   dans   le   mode   de   gouvernement   du   comte,   la   civilisa5on   provençale   demeure   plutôt   tournée   vers   l’Italie,   plus   proche  culturellement,  moins  agressive  dans  ses  manières  aussi.    

Roi de  France  

Patriciat   Marchands  

Comte de  Flandre  

Peuple Ouvriers  

Charles d’Anjou,  comte  de  Provence.  


La bataille  de  Courtrai  

• 

• 

 

Les combaIants   des   Flandres   contre   les   Français   de   Philippe   le   Bel   :   comme   ils   ne   pouvaient   tous   recevoir   l’eucharis5e,   chaque   homme  se  baissa,  prit  la   terre   et   la   mit   dans   sa   bouche.     Quatre   mille   éperons   dores   furent   pendus   dans   la   cathédrale   de   Courtrai.   CeIe   terrible   défaite,   qui   avait   tout   extermine  toute  l’avant-­‐ garde   de   l’armée   de   France,   c’est-­‐a-­‐dire   la   plupart   des   grands   seigneurs,   ceIe   bataille   qui   ouvrait   tant   de   successions,   qui   faisait   tomber   tant   de   fiefs   a   des   mineurs   sous   la   tutelle  du  roi.  


Les mondes  français  au  XIIIème  siècle   • 

• 

• 

•  • 

• 

Le cas   par5culier   de   la   Navarre:   Ce   pe5t   royaume   s’étend   sur   35.000   kilomètres  carres  environ.  Escomptant  profiter  du  vide  du  pouvoir,  en  1276,   les   Cas5llans   voudraient   l’annexer.   En   1285,   Philippe   le   Bel   devient   roi   de   Navarre   en   épousant   Jean,   et   ses   trois   fils   le   sont   a   sa   suite   au   début   du   XIVème  siècle.     Philippe  le  Bel  n’a  jamais  visite  son  royaume  d’outre-­‐Pyrennees;  le  futur  Louis   X   le   Hu5n   consent   a   se   faire   couronner   a   Pampelune   fin   1307,   mais   ne   s’aIarde   pas;   ses   frères   n’y   viennent   jamais.   La   Navarre   se   trouve   donc   administrée   par   des   gouverneurs   qui   sont   en   fait   des   officiers   de   la   couronne   de  France.     Le  pape  prend  ses  quar5ers  en  Avignon:  Rome  n’est  plus  le  centre  du  monde,   même   pas   le   cœur   de   l’Italie   dont   les   cites   de   Lombardie   et   de   Toscane   animent   de   leurs   incessantes   rivalités   la   croissance   économique   et   les   innova5ons  ins5tu5onnelles.   Rome  fait  en  outre  l’objet  d’une  perpétuelle  rivalité  entre  ses  grands  lignages   princiers   qui,   Colonna   ou   bien   Orsini,   essaient   chacun   a   son   tour,   d’en   prendre  le  contrôle.     Innocent   IV   organise   un   premier   concile   œcuménique   a   Lyon   en   1245.   il   rompt  ainsi  avec  la  tradi5on  des  conciles  œcuméniques  romains.  Ce  concile   généralise  le  principe  de  la  confession  obligatoire  des  ses  péchés  a  un  prêtre   au  moins  une  fois  l’an  pour  chacun  des  bap5ses  adultes.     L’archevêque   de   Bordeaux,   Bertrand   de   Got,   un   Gascon,   sujet   du   roi   d’Aquitaine,   prend   son   chemin   vers   l’Italie   (1305).   A   Lyon,   l’aIend   Philippe   IV,   et   l’on   procède   sans   plus   aIendre   au   sacre   pon5fical;   puis   le   nouveau   pape  hésite  devant  le  guêpier  romain,  l’affronte  un  temps,  le  quiIe  en  mars   1309,  songe  alors  a  se  fixer  a  Vienne,  mais  s’arrête  en  Avignon  qui  appar5ent   a  Charles  II  d’Anjou,  roi  de  Naples  et  comte  de  Provence.        

Charles II  d’Anjou,  roi  de  Naples  et  comte  de   Provence.    


Les mondes  français  au  XIIIème  siècle  

• 

• 

• 

• 

Jean XXII  entame  un  pon5ficat  de  18  ans  (1316-­‐1334).  Couronne  a  Lyon,  c’est   lui  qui  va  établir  de  façon  durable  le  siège  pon5fical  a  Avignon.  Avignon  est   une   terre   d’Empire   mais   se   situe   a   a   une   encablure   du   royaume,   dont   le   Rhône  les  sépare  seul.   Avignon   cons5tue   une   place   financière,   ar5sanale   et   commerçante   de   première   grandeur,   puisque   les   sommes   collectées   pour   la   Chambre   pon5ficale  (le  Trésor  du  pape)  y  affluent  puisque  les  dignitaires  de  l’Eglise  y   entre5ennent  un  train  de  vie  majestueux.     Le   français   par   delà   les   monts:   De   longue   date,   des   Francos   ont   franchi   les   monts  pour  aller  se  baIre  dans  les  Espagnes,  soit  comme  mercenaires,  soit   comme  volontaires  de  la  guerre  contre  les  musulmans  d’Andalousie.     Prépondérance   également   du   français   en   Italie   qui   s’explique   par   au   moins   trois  phénomènes  concomitants:     -­‐   il   fait   office   de   langue   commune   pour   tous   les   Occidentaux   établis   ou   trafiquant  dans  le  bassin  oriental  de  la  Méditerranéen,  et  parmi  ceux-­‐ci,  les   Italiens,  marins  ou  marchands.       -­‐   les   rela5ons   commerciales   entretenues   avec   la   Flandre   (ou   le   français   est   la   langue   des   affaires)   et   les   foires   de   Champagne,   l’importance   du   marche   parisien   mo5vent   chez   l’appren5   marchand   un   appren5ssage   précoce   de   l’idiome  de  ses  futurs  clients.    -­‐  Enfin,  l’aIrac5on  de  l’université  de  Paris  force  a  apprendre  le  dialecte  des   logeurs  et  des  passants.        

Avignon –  cite  des  papes.  

Jean  XXII.  


Les mondes  français  au  XIIIème  siècle  

• 

• 

• 

• 

La France   d’outre   mer:   La   Syrie   franque.   La   prise   de   Jérusalem   le   15   juillet   1099  par  les  croises  parvenus  au  terme  de  leur  pèlerinage  arme  posait  plus   de   problèmes   qu’elle   n’en   résolvait:   tandis   que   les   conquérants   de   la   Ville   sainte,  pour  la  plupart,  reprenaient  leur  chemin  vers  l’Occident,  il  fut  décidé   d’occuper  «  l’héritage  du  Christ  ».     Des   1144,   la   principauté   d’Edesse   s’effondre,   puis   en   1187   Saladin   inflige   aux   Francs   a   Hayn   une   terrible   défaite,   qui   décapite   le   royaume   et   entraine   la   perte   de   Jérusalem   avec   de   nombreuses   autres   villes   et   places   fortes   de   la   Pales5ne,   y   compris   Acre   qui,   une   fois   reprise,   devient   la   capitale   d’un   royaume  la5n  atrophie,  jusqu’à  sa  chute  défini5ve  en  1291.     Les  Francs  installes  en  terre  sainte  sont  dans  leur  grande  majorité  originaire   de  la  moi5e  septentrionale  du  royaume  ou  des  comtes  romans  de  l’Empire,  a   l’image  de  Godefroy  de  Bouillon,  fils  du  comte  de  Boulogne  et  héri5er  de  la   Basse  Lorraine.     Dans  les  quatre  Etats  francs,  un  clergé  la5n  se  surimpose  a  ceux  des  Eglises   grecques   et   orientales   en   place   depuis   des   siècles,   ses   prélats   étant   le   plus   souvent  recrutes  en  France.    

   

Saint-­‐Jean d’Acre.  Elle  fut  prise  en  1104  par  les  croises  et  devint  la  capitale  mariYme  du   royaume  de  Jérusalem,  grâce  a  son  port  en  eau  profonde.  Les  Hospitaliers  y  installèrent   leur  quarYer  général.  Il  comportait  des  salles  goYques  imposantes.    


Les mondes  français  au  XIIIème  siècle  

• 

•  • 

 

  Apres   le   désastre   de   Hayn,   Philippe   Auguste   et   Richard   Cœur   de   Lyon   prennent   la   croix   et   débarquent   en   Syrie   avec   leurs   armées:   Philippe   q u i I e   n é a n m o i n s   c e   t e r r a i n   d’opéra5on   des   la   reprise   d’Acre   en   1191,  après  deux  années  de  siège.   Saint   Louis   s’aIarde   quatre   années   en   Pales5ne   dont   il   relève   les   défenses.     Toutes   ces   croisades   ont   donc   échoue,   et   l’aytude   belliqueuse   indiscriminée   des   pèlerins   venus   un   temps   servir   sous   les   armes   en   Terre   sainte,   a   souvent   inquiété   les   poulains,  les  Francs  établis  a  demeure   en   Orient.   En   effet,   ces   croises   fougueux  marquent  une  propension  a   aIaquer   i ndi s5nctement   tout   Oriental  qui  se  présente  a  leurs  yeux.   De   façon   paradoxale,   Frédéric   II,   l’empereur   excommunie   pour   avoir   Le  krak  des  chevaliers.  Le  nom  de  Krak  dérive  d’un  terme  syriaque  signifiant  forteresse.   trop   retarde   son   départ   pour   la   Ce  château  a  été  édifié  par  les  Hospitaliers  a  parYr  de  1170.   croisade,   réussît   mieux   que   le   roi   de   France   en   obtenant   la   res5tu5on   de   Jérusalem   aux   La5ns   par   le   traite   de   Jaffa  en  1229.  


Les mondes  français  au  XIIIème  siècle  

• 

• 

Des la   première   croisade,   après   1905,   une   espérance   eschatologique   a   soulevé   les   masses   de   l’occident   chré5en.   L’idée   de   la   réalisa5on   a   Jérusalem  d’un  monde  de  perfec5on,  après  l’élimina5on  des  ennemis  du   Christ,  juifs  et  mahométans,  a  provoque  un  élan  religieux  extraordinaire   et  lance  sur  les  route  des  milliers  de  pauvres,  derrière  des  prédicateurs,   dont  Pierre  l’Ermite  cons5tue  la  figure  la  plus  marquante.   En   1212,   le   pape   Innocent   III   ordonne   des   processions   générales   pour   obtenir   du   Ciel   la   paix   de   l’Eglise   universelle   et   le   succès   des   chré5ens   contre   les   héré5ques   occitans   et   contre   les   Sarrasins   de   le   péninsule   ibérique   ou   de   l’Orient.   Ce   message   rencontre   un   écho   immédiat   parmi   ceux   que   les   chroniqueurs   dénomment   «   pueri   »   -­‐   ce   sont   en   fait   tous   ceux  qui  se  trouvent  en  situa5on  de  dépendance,  sont  mal  intégrés  dans   la   société,   en   posi5on   précaire   ou   marginale:   domes5ques,   servantes,   bergers  des  campagnes,  d’ou  le  nom  de  pastoureaux.  Dans  le  royaume  de   France,   ceIe   vague   messianique   met   a   sa   tête   un   berger,   E5enne   de   Cloyes.   Les   pastoureaux   apparaissent   bientôt   comme   des   fauteurs   de   troubles   compromeIant   l’ordre   public   et   sont   considérés   comme   des   suppôts  de  Satan.  Avec  leur  chef  charisma5que,  le  «  Maitre  de  Hongrie  »,   un  Cistercien  en  rupture  de  monastère,  ils  sont  massacres  et  pendus  dans   les  environs  de  Bourges.    

Les  Pastoureaux.  Ils  traversèrent  d’abord  la  Flandre  et  la  Picardie  et  airaient,  comme  l’aimant  aire  le  fer,  a  travers  les  villages  et  les  champs  

par leurs  appels  trompeurs  ,  les  bergers  et  les  plus  simples  des  pécheurs.  Les  bergers  abandonnaient  leurs  troupeaux  et  sans  averYr  leurs     familles.  La  reine  Blanche  de  CasYlle  qui,  seule  gouvernait  alors  le  royaume  de  France  avec  une  merveilleuse  habileté,  les  laissait  faire,  parce   qu’elle  espérait  qu’ils  porteraient  secours  a  son  fils,  le  saint  roi  Louis  IX  en  terre  sainte.  Parvenus  a  Orléans,  ils  ajaquèrent  les  clercs  de   l’université  et  en  tuèrent  beaucoup  –  ils  envahissent  les  synagogues  et  dépouillèrent  des  Juifs.      


Les mondes  français  au  XIIIème  siècle  

• 

• 

Le royaume   de   Chypre:   Richard   Cœur   de   Lion   enlève,   en   mai   1191,   l’ile   de   Chypre   –   il   transfère   sa   conquête   aux   Templiers   qui   la   vendent   a   l’un   de   ses   vassaux   poitevins,   Guy   de   Lusignan.   Nombre   de   Francs  d’Orient,  chasses  de  leurs  domaines  par  l’avancée  de  Saladin  après  Hayn  (1187)  trouvent  refuge   a  Chypre.     La  Chypre  la5ne  est  une  société  coloniale  dominée  par  une  minorité  franque.  La  cour  de  Nicosie  parle   français.  Et  l’importance  stratégique  de  Chypre  est  bien  mis  en  évidence  lors  de  la  première  croisade  de   Louis  IX:  il  y  établît  une  base  de  ravitaillement  qui  provoque  l’étonnement  de  tous  les  contemporains.   Mais   les   Francs   de   cet   extrême   poste   avance   de   la   Chré5enté   la5ne   se   meridionalisent   tout   naturellement,  avant  de  s’italianiser  pour  de  bon  au  XIVème  siècle.    

   

Le retour  du  croise.  Hughes  de  Vaudémont  est   accueilli  a  son  retour  de  terre  sainte  par  son   épouse,  Anne  de  Bourgogne.  Renouant  avec   les  origines  spirituelles  de  la  marche  vers   Jérusalem,  le  croise  est  figure  non  en  militaire   mais  en  pèlerin.  La  longue  barbe  qu’il  arbore   souligne  la  sagesse  du  revenant.         Louis  IX  arrive  a  Chypres.  La  nef  royale   bénéficie  d’une  innovaYon  capitale:  le   gouvernail  axial,  dit  d’étambot,  mis  au  point   dans  les  mers  du  Nord  de  l’Europe,  assure   désormais  une  bien  meilleure  gouverne  aux   grosses  unîtes.    


Les mondes  français  au  XIIIème  siècle  

• 

   

Poussières d’Empire:   Ourdis   par   les   Véni5ens,   armateurs   et   patrons   de   la   floIe   qui   porte   les   croises,   le   détournement   de   la   quatrième  croisade,  la  prise  et  le  saccage  de  Constan5nople  en  1204  sont  finalement  entérinés  par  le  pape  Innocent  III  qui   espère  parvenir  de  ceIe  manière  a  l’union  des  Eglises  la5ne  et  grecque  sous  l’autorité  éminente  du  trône  de  saint  Pierre.   Apparu  dans  ces  circonstances  tumultueuses,  l’empire  la5n  d’Orient  contrôle  d’abord  une  par5e  de  la  Grèce  con5nentale  et   de  l’Asie  mineure  byzan5ne.    


Les mondes  français  au  XIIIème  siècle  

• 

• 

• 

• 

• 

Retour en  Sicile:  La  Sicile  normande  avait  vu  éclore  une  société  pluriculturelle   fort   originale:   dominée   par   une   aristocra5e   occidentale,   elle   juxtaposait   apports   arabo-­‐musulmans,   grecs   byzan5ns   et   français.   Le   Saint   Siege,   en   conflit   permanent   avec   Frédéric   II,   dans   la   première   moi5e   du   XIIIème   siècle,   cherche,  après  sa  dispari5on  en  1250  a  subs5tuer  a  ses  héri5ers  un  prince  qui   serait  tout  dévoué  a  la  papauté.     Charles  d’Anjou,  frère  de  Louis  IX,  reçoit  de  Clément  IV  (un  pape  «  français  »)   l’inves5ture  du  royaume  de  Sicile  en  1265.  il  prend  en  personne  la  tête  de  la   croisade  dirigée  contre  Manfred,  le  fils  de  Frédéric  II.  Charles  implante  dans   son   royaume   les   méthodes   de   gouvernement   appliques   en   France.   L’autorité   souveraine   se   trouve   concentrée   dans   les   cours   de   Palerme   ou   de   Naples,   ou   les  Français  et  Provençaux  reçoivent  les  offices  principaux.   La  conquête  du  royaume  de  Sicile  ouvre  de  larges  possibilités  aux  ambi5ons   de   Charles   d’Anjou.   Il   envisage   même   un   temps   de   restaurer   l’empire   la5n,   reconquis  par  les  Grecs  en  1261.  il  incarne  en  Méditerranée  un  impérialisme   capé5en,   que   rendent   possible   l’acquisi5on   par   le   roi   de   France   d’une   façade   Clement  IV  invesLt  Charles  d'Anjou  du  royaume   sur  le  liIoral  du  Languedoc  et  la  mainmise  par  mariage  sur  la  Provence.     de  Sicile.     Cependant,   les   entreprises   et   les   ambi5ons   angevines   dressent   contre   elles   de   nombreux   adversaires:   l’empereur   byzan5n,   Michel   VIII   Paléologue,   puis   Gênes  et  Barcelone,  ports  sans  arrière  pays  comme  base  d’appui.     Le   13   mars   1382,   un   accident   survenu   a   Palerme,   entre   un   groupe   de   sergents   français   et   des   Siciliens   provoque   une   émeute.   La   foule   cerne   les   hommes   du   détachement   et   les   massacre,   tandis   que   sonnent   les   Vêpres.   Apres   les   Vêpres,   Charles   d’Anjou   se   replie   sur   Naples   et   la   Terre   ferme,   ou   il   meurt  en  janvier  1285.  


Louis IX  devient  saint  Louis  

•  • 

• 

L’Eglise perdant  son  caractère  de  sainteté,  ce  caractère  va  passer  a  un  laïque,  a  un  roi,  a  un  roi  de  France.  Les  peuples  vont  transporter   leur  respect  au  sacerdoce  laïc,  à  la  royauté.  Le  pieux  Louis  IX  porte  ainsi,  a  son  insu,  un  coup  terrible  a  l’Eglise.   Et  le  pape  n’a  vaincu  le  mys5cisme  indépendant  (les  Albigeois)  qu’en  ouvrant  lui-­‐  même  de  grandes  écoles  de  mys5cisme,  les  ordres   mendiants.   Les   ordres   de   saint   Dominique   et   de   saint   François,   sur   lesquels   le   pape   essaya   de   soutenir   l’Eglise   en   ruine,   eurent   une   mission  commune  la  prédica5on.  Le  premier  âge  des  monastères,  l’âge  du  travail  et  de  la  culture,  ou  les  bénédic5ns  avaient  défriche  la   terre  et  l’esprit  des  barbares,  cet  âge  était  passe.  Celui  des  prédicateurs  de  la  croisade,  des  moines  de  Cîteaux  et  de  Clairvaux  avaient   fini   avec   la   croisade.   Mais   les   moines   sédentaires   et   reclus   ne   servaient   plus   guère,   lorsque   les   héré5ques   couraient   le   monde   pour   répandre  leurs  doctrines.  Contre  de  tels  pécheurs,  l’Eglise  eut  ses  prêcheurs,  c’est  le  nom  même  de  l’ordre  de  saint  Dominique.   Ces   apôtres   effrénés   de   la   grâce   couraient   partout   pieds   nus,   jouant   tous   les   mystères   dans   leurs   sermons,   trainant   après   eux   les   femmes  et  les  enfants  ,  riant  a  Noel,  pleurant  le  Vendredi  saint,  développant  sans  retenue  tout  ce  que  le  chris5anisme  a  d’éléments   drama5ques.   Tout   puissant   génie   drama5que   qui   poussait   saint   François   a   l’imita5on   complète   de   Jésus.   Une   dévo5on   sensuelle   embrassa  la  chré5enté.  Jamais  ceIe  cinquième  croisade  n’avait  été  plus  nécessaire  et  plus  légi5me.  Agressive  jusque  la,  elle  devenait   défensive.  On  aIendait  dans  tout  l’Orient  un  grand  et  terrible  évènement,  c’était  comme  le  bruit  des  grandes  eaux  avant  le  déluge,   comme  le  craquement  des  digues,  comme  le  premier  murmure  des  cataractes  du  ciel.  Les  Mongols  s’étaient  ébranles  du  Nord  et  peu  a   peu  descendaient  par  toute  l’Asie.  L’empereur  la5n  de  Constan5nople  venait  exposer  à  saint  Louis  son  danger,  son  dénuement  et  sa   misère.  Les  Mongols  avaient  pris  Jérusalem  abandonnée  de  ses  habitants  ;  ces  barbares,  par  un  jeu  perfide  ;  ces  barbares,  par  un  jeu   perfide,   mirent   partout   des   croix   sur   les   murs,   les   habitants   trop   crédules,   revinrent   et   furent   massacres.   Ce   n’était   pas   une   simple   guerre,   une   simple   expédi5on   que   saint   Louis   projetait,   mais   la   fonda5on   d’une   grande   colonie   en   Egypte.   Saint   Louis   crut   les   Mongols   favorables  au  chris5anisme  d’après  leur  haine  pour  les  Musulmans  et  se  ligua  avec  eux  contre  les  deux  papes  de  l’islamisme  que  sont   les  califes  de  Bagdad  et  du  Caire.  Rien  ne  manquait  au  malheur  et  à  l’humilia5on  de  saint  Louis.  Les  Arabes  chantèrent  sa  défaite,  et   plus   d’un   peuple   chré5en   en   fit   des   feux   de   joie.   Il   resta   pourtant   un   an   a   la   terre   sainte   pour   aider   a   la   défendre,   au   cas   que   les   mameluks  poursuivissent  leur  victoire  hors  de  l’Egypte.  Il  releva  les  murs  des  villes,  for5fia  Césarée,  Jaffa,  Sidon,  Saint  Jean  d’Acre.  La   plus  grande  par5e  de  l’armée  resta  sous  le  soleil  d’Afrique,  dans  la  profonde  poussière  soulevée  par  les  vents,  au  milieu  des  cadavres  et   de  la  puanteur,  des  morts.  Tout  autour  rodaient  les  Maures  qui  enlevaient  toujours  quelqu’un.  En  huit  jours,  la  peste  avait  éclate.  La   croisade  de  saint  Louis  fut  la  dernière  croisade.  Le  Moyen  Age  avait  donne  son  idéal,  sa  fleur  et  son  fruit,  il  devait  mourir.  En  Philippe  le   Bel,  le  pe5t  fils  de  saint  Louis,  commencent  les  temps  modernes.  


Le roman  des  rois  

• 

• 

• 

• 

• 

Moine de   la   pres5gieuse   abbaye   royale,   Primat   entame   dans   les   années   1260,  a  la  demande  expresse  de  saint  Louis,  la  transla5on  en  français  du   texte   la5n   des   Chroniques   de   Saint-­‐Denis:   il   présente   en   defini5ve   le   Roman  aux  Rois  a  Philippe  III  le  Hardi  en  1274.       Le   royaume:   un   France   inabou5e:   Des   fron5ères   héritées   d’un   autre   temps   –   Depuis   le   traite   de   Verdun,   auquel   étaient   parvenus   les   fils   de   Louis   le   Pieux   en   843:   quatre   rivières   bornent   le   royaume   de   France   occidentale   en   passe   de   devenir   la   France:   L’Escaut,   la   Meuse,   la   Saône   et   le  Rhône.     L’empereur  se  trouve  donc  être  le  voisin  du  roi  capé5en  (d’autant  qu’il  est   également   roi   d’Italie)   mais   tout   une   couronne   de   comtes   est   de   langue   romane   et   se   trouve   vite   travaillée   par   la   civilisa5on   française   et   même   par  le  pres5ge  du  roi  de  Paris.     Philippe   Auguste   et   Louis   VIII   ont   considérablement   réduit   l’emprise   des   Plantagenet  dans  l’Ouest  de  la  France.  Toutefois  ces  derniers  conservent   l’Aquitaine,  ce  qui  ne  laisse  pas  de  poser  problème.  Fidele  a  son  aspira5on   d’incarner  le  roi  garant  de  l’équité  et  faiseur  de  paix,  Louis  IX  entreprend   de  vider  pour  de  bon  le  conten5eux    entretenu  depuis  deux  généra5ons   avec   son   cousin   d’Angleterre.   Par   le   traite   de   Paris,   paraphe   en   1259,   il   res5tue   le   Limousin,   le   Quercy   et   le   Périgord   a   Henri   III   contre   le   renoncement  défini5f  de  ce  dernier  a  la  Normandie.       D’une   façon   générale,   toute   la   noblesse   anglaise   ou   presque   porte   es   noms   d’origine   française,   elle   se   targue   de   parler   le   français   (en   réalité   plutôt  un  dialecte  franco  normand).    

Queribus. En   1239,   le   régent   du   royaume   d’Aragon   vend   Queribus   a   Louis   IX   –   Le   château   sert   longtemps   de   refuge   aux   chevaliers   en   rupture   de   ban   et   aux   «   bons   hommes   »   de   la   dissidence   religieuse.   Ce   dernier   sanctuaire   de   l’hérésie   tombe   en  1255.  


Le roi  de  France  et  le  roi  d’Angleterre  

• 

Pendant la  seconde  croisade,  celle  de  Louis  VII  et  de  l’empereur  Conrad,   les  Allemands  étaient  en  grand  nombre  ceIe  fois.  La  femme  de  Louis  VII   est  Éléonore  d’Aquitaine  –  elle  demande  le  divorce  et  se  marie  avec  Henri   Plantagenet,   duc   d’Anjou,   pe5t   fils   de   Guillaume   le   Conquérant,   duc   de   Normandie,   et   bientôt   roi   d’Angleterre.   En   épousant   Éléonore,   il   épouse   avec  elle  la  France  occidentale,  de  Nantes  aux  Pyrénées.  

Gisant d’Aliénor  d’Aquitaine.    


Le roman  des  rois  

• 

• 

•  • 

• 

Le mystère  du  sacre:  La  personne  du  roi  est  sacrée.  Un  mode  sans  roi  sombrerait   dans  l’anarchie,  pensait-­‐on.  Heureusement,  un  roi  pieux,  juste  et  pacifique  devient   le  garant  d’un  royaume  prospère.     L’aura   de   sainteté   qui   vient   nimber   la   personne   de   Louis   IX   incarne   parfaitement   ceIe   réussite   conjointe   du   juste   qu’il   incarne   parmi   les   hommes   et   du   croyant   auprès  du  Seigneur.  Tel  un  prêtre  consacre,  le  roi  communie  en  ceIe  occasion  sous   les   deux   espèces.   Il   demeure   cependant   laïc.   La   personne   du   roi   échappe   a   la   sphère  profane  et  acquiert  un  statut  sacerdotal  inédit.  En  conséquence  de  quoi,  le   roi  de  France  a  la  don  de  guérir  la  maladie  royale  –  les  écrouelles.     Les  Capé5ens  se  succèdent  de  père  en  fils  jusqu’à  la  crise  ouverte  en  1328,  par  la   dispari5on  sans  héri5er  male  de  Charles  IV,  le  dernier  fils  de  Philippe  le  Bel.     Retour  a  la  lignée  de  Charlemagne:  Maire  du  Palais  depuis  déjà  longtemps,  Pépin  le   Bref   avait   choisi   finalement   de   chasser   du   trône   le   dernier   roi   fantoche   merovingien,  descendant  dégénéré  de  Clovis,  selon  les  dires  de  sa  propagande.  Son   coup   d’Etat,   perpétré   en   751,   fut   aussitôt   entérine   par   la   la   papauté.   Son   fils   Charles   reçut   la   couronne   impériale   des   mains   du   pape   la   Noel   de   l’an   800   et   le   pres5ge  du  grand  conquérant  acheva  de  dissiper  les  derniers  doutes  que  certains   pouvaient   entretenir   sur   la   légi5mité   de   la   dynas5e.   Un   pa5ent   travail   généalogique  permet  aux  clercs  des  premiers  rois  capé5ens  d’affirmer  que  le  trône   de  France  est  revenu  a  la  lignée  de  Charlemagne  –  «  Redditus  ad  s5rpem  Karoli  ».   La  monarchie  capé5enne  dispose  assurément  d’un  mode  successoral  plus  sur  que   celui   d’une   couronne   devenue   élec5ve.   Le   Capé5en   ne   se   trouve   pas   non   plus   astreint  a  effectuer  une  expédi5on  toujours  risquée  a  travers  les  Alpes  et  la  plaine   du   Po,   dominée   par   Milan   et   les   remuantes   communes   de   la   Ligue   Lombarde,   a   seule  fin  d’honorer  la  tradi5on  du  couronnement  romain.    

L’arbre de   Jesse.   Une   telle   figuraYon   établît   un   lien   étroit   entre   la   royauté   (que   Dieu   établît  pour  gouverner  le  premier  peuple  élu)   et   le   Christ,   que   le   souverain   capéYen   approche   par   l’oncYon   reçue   lors   de   son   sacre.  La  présence  des  lys,  meuble  des  armes   de  France,  porte  son  sens.    


Le roman  des  rois  

• 

• 

• 

Un changement  de  nature  dans  la  rela5on  entre  la  monarchie  et  ses  sujets  se   manifeste   avec   le   choix   fait   par   Philippe   Auguste,   en   1204,   a   l’heure   de   ses   succès   décisifs   en   Normandie,   de   se   dire   Rex   Franciae,   roi   de   France,   et   non   plus  Rex  Francorum,  roi  des  Francs.   Louis   IX   encourage   l’abbé   de   Saint-­‐Denis,   Mathieu   de   Vendôme,   a   entreprendre,   a   par5r   de   1262,   un   vaste   programme   de   réorganisa5on   de   l’espace   intérieur   de   son   abba5ale:   au   sud,   il   regroupe   les   tombeaux   merovingiens   et   carolingiens,   jusqu’à   la   disperses   au   hasard   de   leur   inhuma5on  originelle,  au  nord,  les  tout  premiers  capé5ens.     Et   comme   deux   rois   ne   sauraient   coexister,   le   roi   régnant   n’assiste   jamais   a   l’enterrement   de   son   prédécesseur   auprès   de   leurs   ancêtres.   L’abbaye   de   Saint-­‐Denis,   plus   que   la   cathédrale   de   Reims   fréquentée   le   temps   du   sacre   seulement,  est  le  véritable  cœur  spirituel  de  la  monarchie  capé5enne.    

L’Oriflamme   a   la   Cathédrale   de   Chartres.   L’oriflamme   est   une   bannière   de   soie   rouge,   conservée   a   Saint-­‐Denis,  que  le  roi  vient  chercher   quand  il  entre  en  guerre  et  rapport  a   la  clôture  des  hosYlités.       Gisants   de   la   dynasLe   merovingienne   a   l’abbaye   de  Saint-­‐Denis.      


Le roman  des  rois  

• 

• 

• 

• 

• 

L’image présentée   a   ses   sujets:   Sous   Louis   VIII,   l’aumônerie   royale   connaît   plus   de   trois   cents   établissements   de   ladres   (lépreux)   repar5s   a   travers   le   Domaine   (avec   Saint-­‐ Lazare   notamment).   Le   roi   veille   avec   aIen5on   sur   l’équipement   hospitalier   de   sa   capitale:   l’Hôtel-­‐Dieu,   bien   soutenu   par   le   Trésor,   propose   des   condi5ons   d’accueil   et   de   soins   excep5onnelles,   en   par5culier   pour   les   femmes   près   d’accoucher;   et   saint   Louis   fonde   en   1254   l’hôpital   des   Quinze-­‐Vingts,   des5ne   a   accueillir,   leur   vie   durant,   trois  cents  aveugles  sans  ressources.     Le  peuple  se  trouve  associé  aux  grandes  heures  ponctuant  la  montée  en  puissance  de  la   monarchie:  la  mémoire  na5onale  a  retenu  le  cortège  d’enthousiasme  qui  accompagne   Philippe  Auguste  sur  son  chemin  de  retour  vers  Paris  après  son  triomphe  de  Bouvines.   Autre  vecteur  de  communica5on  certes  plus  sélec5f  par  le  public  touche,  la  monnaie  et   les   empreintes   qu’elle   diffuse.   Louis   IX   par5cipe   a   la   réintroduc5on   en   Occident   du   bimétallisme  or/argent.       Le   roi   en   son   royaume:   Les   premiers   Capé5ens   avaient   tous   vécu   dans   une   ambiance   très   familiale,   sans   grand   décorum,   entoures   d’un   personnel   domes5que   réduit   en   nombre  et  dans  le  cadre  architectural  austère  des  châteaux  forts  sans  aucun  confort.     Vers   1190,   en   parallèle   aux   travaux   d’extension   de   l’enceinte   de   sa   capitale,   Philippe   Auguste   entreprend   l’édifica5on   du   Louvre.   Le   nouveau   château   se   présente   comme   une  formidable  forteresse,  de  plan  rectangulaire,  d’environ  70  mètres  sur  70.    

Ecu d’or  de  Louis  IX.    

PeLt royal  d’or  de  Philippe  le  Bel.    


Le roman  des  rois   •  • 

• 

• 

• 

• 

En fait,  Philippe  Auguste  con5nue  d’occuper  le  palais  de  la  Cite  a  Paris.   A  ce  dernier,  Louis  IX  adjoint  la  Sainte-­‐Chapelle,  entreprise  en  1243  et   achevée  en  1248.     L’atmosphère   demeure   longtemps   encore   bon   enfant.   Les   gens   du   peuple  peuvent  entrer  dans  le  palais,  voir  le  roi  qui  s’y  déplace,  parfois   même   lui   adresser   la   parole:   armes   de   leur   verge,   les   huissiers   ont   un   rôle   essen5el,   car   ils   doivent   faire   respecter   un   minimum   d’ordre   et   assurer  la  sécurité  du  roi  et  des  des  Grands  présents  a  la  cour.     La  muraille  ordonnée  par  Philippe  Auguste  enclot  Paris,  a  l’intérieur  de   laquelle   les   indispensables   travaux   d’u5lité   publique   achèvent   un   premier   équipement:   pavage   des   rues   principales,   construc5on   des   halles,  clôture  du  cime5ère  des  Saints  Innocents.     Les  services  centraux:  Les  documents  financiers  font  défaut  totalement   pour   le   XIIème   siècle.   Le   rôle   du   Temple   s’affirme   de   façon   durable   –   l’ordre   militaire   fonde   a   Jérusalem   en   vue   de   la   défense   de   la   Terre   sainte   a   acquis   une   solide   expérience   financière.   Le   Temple   de   Paris   gère  donc  le  Trésor  du  roi  jusqu’à  la  fin  du  siècle  ou  presque.     Sur   une   jus5fica5on   spirituelle   –   la   défense   de   la   foi   en   Orient   ou   la   luIe  contre  l’hérésie  –  l’Eglise  peut  officiellement  depuis  le  quatrième   concile   tenu   au   Latran   concéder   aux   souverains   une   frac5on   de   ses   revenus.     A   compter   des   années   1250,   Louis   IX   transfère   les   charges   de   l’administra5on   courante   a   une   bourgeoisie   ministérielle   issue   de   son   entourage   domes5que,   ou   les   nouveaux   promus   exerçaient   des   fonc5ons  de  valets  ou  de  fournisseurs:  apparaissent  successivement,  un   chevalier  du  guet,  en  charge  de  la  police  diurne  et  nocturne  de  la  cite,   un  prévôt  des  marchands,  représentant  des  gros  intérêts  économiques.     Rempart  de  Philippe  Auguste  a  Paris  


Le roman  des  rois  

•  • 

• 

• 

• 

Les moyens   du   gouvernement:   Les   terres   possédées   en   propre   par   le   roi   lui   procurent  l’essen5el  de  ses  ressources  selon  l’adage  «  Le  roi  doit  vivre  du  sien  ».     Les   baillis   sont   des   officiers   détachés   de   la   cour,   accables   de   taches   mul5ples:   outre   le   contrôle   des   prévôts,   ils   doivent   tenir   des   assises   mensuelles   afin   de   rendre  la  jus5ce  au  nom  du  roi  et,  a  l’occasion,  convoquer  et  mener  les  assujeys   au   service   militaire   a   l’ost,   en   prenant   la   tête   de   leur   con5ngent   jusque   sur   le   champ  de  bataille  au  besoin.     Les   baillis   doivent   faire   valider   leur   comptabilité   deux   fois   l’an   par   la   Chambre   des   comptes   de   Paris.   Le   bailli   du   roi   doit   être   incorrup5ble   et   irréprochable   dans  sa  conduite  envers  les  sujets  qui  lui  sont  confies.     Apanages  et  comtes  capé5ens:  Le  principe  de  l’apanage  est  simple.  Le  roi  cède   une  frac5on  des  territoires  a  un  prince  du  sang  pour  assurer  sa  subsistance  (ad   panem).  Ce  dernier  le  gouvernera  en  son  nom  et  la  transmeIra  a  ses  héri5ers   légi5mes  –  l’apanage  ne  peut  être  démembré;  s’il  y  a  défaut  de  successeurs,  il   fait  retour  au  souverain.     CeIe   pra5que   du   démembrement   contrôle   du   Domaine   royal   présente   au   moins  trois  avantages:    -­‐  Elle  sa5sfait  les  ambi5ons  des  frères  et  des  fils  cadets  du  roi.    -­‐  Elle  sa5sfait  les  nobles  présents  dans  une  province  éloignée,  de  raIachement   récent,  flaIes  de  voir  porter  a  leur  tête  un  suzerain  d’extrac5on  illustre,  garant,   pensent-­‐ils,  de  la  sauvegarde  de  leurs  privilèges  et  des  «  libertés  »  aIachées  a   leur  terre.       -­‐   Enfin,   il   s’agit   d’une   forme   de   décentralisa5on   du   pouvoir   dans   des   espaces   périphériques   qu’un   prince   délègue   est   mieux   a   même   de   contrôler   que   des   bureaux  lointains  ou  des  officiers  anonymes.    

Le paradis  et  l’enfer.  Ceje  image  oppose  le  ciel   et   l’enfer.   Des   anges   remejent   a   Abraham   les   âmes  des  bienheureux,  représentés  par  de  peYts   personnages.  Des  démons  torturent  les  damnes,   avant   de   les   jeter   dans   une   chaudière,   ou   ils   brulent   sans   se   consumer,   du   fait   de   la   fournaise   infernale.      


Des peuples  mis  sur  le  droit  chemin  

• 

• 

•  • 

• 

L’éradica5on de  l’hérésie:  La  doctrine  divergente  n’est  plus  connue  qu’au  travers  d’écrits   hos5les…  Lorsque  Bernard  de  Clairvaux  vient  prêcher  au  village  de  Verfeil  en  1145,  il  se   heurte  au  bruyant  charivari  des  cents  seigneurs  du  lieu.     Les   prêtres   de   la   dissidence   méridionale   se   nomment   plutôt   «   les   bons   chré5ens   »   -­‐   le   terme   «   cathare   »   demeurant   inconnu   dans   le   Midi   médiéval.   En   fait,   il   s’agit   d’une   simplifica5on   radicale   du   chris5anisme,   inspire   notamment   par   l’Evangile   de   Jean,   alors   qu’ils   rejeIent   très   largement   l’Ancien   Testament   –   Deux   êtres   divins,   Satan   et   l’Esprit,   s’opposent   depuis   la   créa5on   du   monde,   la   terre   étant   le   domaine   créé   par   le   Dieu   du   mal,   le   ciel   celui   du   Dieu   du   bien.   Les   croyants   peuvent   escompter   sauver   leur   âme   en   recevant   a   la   fin   de   leur   vie   le   seul   sacrement   délivré   par   les   «   bons   hommes   »   -­‐   le   consolament.     La  consola5on  est  aussi  le  sacrement  d’ordinant  des  officiants,  seuls  astreints  a  un  mode   de  vie  draconien,  proche  des  habitudes  du  monachisme  primi5f.   L’un  des  moyens  les  plus  surs  de  détecter  leurs  par5sans,  vite  découvert  par  l’Inquisi5on,   sera   d’exiger   des   suspects   qu’ils   prêtent   serment   de   dire   la   vérité,   parce   que   les   «  cathares  »  5ennent  en  abomina5on  cet  usage  social  consistant  a  engager  sa  parole  et   s’y  refusent  conformément  aux  préceptes  évangéliques.     A   la   charnière   du   XIIème   et   du   XIIIème   siècles,   deux   frac5ons   très   minoritaires   de   la   popula5on   du   Midi   se   montrent   récep5ves   au   discours   hétérodoxes   des   «   bons   hommes  »,  la  pe5te  noblesse  rurale  et  les  élites  citadines:       -­‐   la   pe5te   noblesse   est   en   proie   a   appauvrissement   souvent   drama5que   avec   la   pulvérisa5on  des  héritages  lignagers  partages  a  égalité  entre  tous  les  fils  survivant  a  leur   père.     -­‐   la   bourgeoisie   enrichie   des   cites   prospères   se   trouve   en   buIe   au   blocage   idéologique   que  lui  impose  une  ins5tu5on  ecclésiale  condamnant  radicalement  ses  ac5vités  usuraires.    


La croisade  contre  les  Albigeois  

• 

• 

L’élément sémi5que,  juif  et  arabe  était  fort  au  Languedoc.  Narbonne  avait   été   longtemps   la   capitale   des   Sarrasins   de   France.   Les   juifs   étaient   innombrables.   Ils   formaient   le   lien   entre   les   chré5ens   et   les   mahométans,   entre   la   France   et   l’Espagne.   Au   centre,   il   y   avait   la   grande   cite   de   Toulouse,   république  sous  un  comte.   La   croisade   contre   Constan5nople   avait   habitue   les   esprits   a   l’idée   d’une   guerre  sainte  contre  les  chré5ens.  On  offrait  le  paradis  a  celui  qui  aurait  ici-­‐ bas  pille  les  riches  campagnes,  les  cites  opulentes  du  Languedoc.  Simon  de   Mon„ort,   le   véritable   chef   de   guerre   des   Albigeois,   était   déjà   un   vieux   soldat  des  croisades,  endurci  dans  les  guerres  a  outrance  des  Templiers  et   des  Assassins  -­‐  Sac  de  Béziers  :  Tuez  les  tous,  le  Seigneur  connaitra  bien  ceux   qui  sont  a  lui  (abbé  de  Cîteaux).  

Chute de  Carcassonne.    


Des peuples  mis  sur  le  droit  chemin  

• 

• 

• 

• 

• 

Donc, d’une  part,  des  notables  ruraux  en  grand  danger  de  déclassement   social   –   de   l’autre,   des   notables   citadins   a   l’ascension   bridée,   déçus   dans   leurs   ambi5ons,   inquiets   car   laisses   sans   gages   spirituels   d’un   avenir  pérenne.     De  plus  les  «  bons  hommes  »  sont  peu  regardants  quant  aux  pra5ques   ayant  le  profit  comme  fin,  étant  donne  que,  de  toute  façon,  le  monde   d’ici-­‐bas   est   mauvais   par   nature   et   qu’aucune   ac5vité   professionnelle   ne  saurait  y  être  pire  qu’une  autre.     La  dissidence  vaudoise:  Elle  est  d’une  tout  autre  nature  et  ne  risque  pas   de   se   confondre   avec   un   «   catharisme   ».   Pierre   Valdès   veut   rompre   avec  le  laxisme  de  l’Eglise  militante  afin  de  mieux  vivre  l’Evangile  dans   sa   plénitude.   Il   rejeIe   donc   les   richesses   accumulées,   se   dépouille   de   tout   apparat   luxueux   et   va   solliciter   auprès   des   autorités   religieuses   l’autorisa5on   de   prêcher   la   Parole   révélée   auprès   des   déshérités,   les   pauvres   de   Lyon.   Poursuivi   par   l’Inquisi5on,   il   trouve   avec   sa   suite   refuge  dans  les  hautes  vallées  alpines  ou  ils  se  main5ennent  a  travers  la   suite  du  Moyen  Age.     Au   luxe   affiche   sans   vergogne   par   les   prélats,   a   leur   orgueil   al5er,   a   leur   morgue,  répond  l’indignité  de  vie  du  bas  du  clergé  catholique,  inculte  le   plus  souvent,  incapable  de  se  poser  en  modèle  respectable.     Le  pape,  Innocent  III,  autoritaire,  mul5plie  les  rappels  a  l’ordre  et  finit   par  déléguer  en  1204,  Arnaud  Amalric,  l’abbé  de  Cîteaux,  en  Languedoc.    

Abbaye cistercienne  de  Sénanque.  Les  abbés  cisterciens   furent  les  premiers  prédicateurs  a  combajre  l’hérésie   grâce  a  leur  culture  théologique  et  a  leur  éloquence  de   grands  seigneurs,  une  tache  qui  les  faisait  quijer,  pour  un   temps  bref,  ces  havres  de  paix  que  sont  les  monastères  de   leur  ordre,  toujours  ruraux  et  isoles  du  commun  des   hommes.  


Des peuples  mis  sur  le  droit  chemin  

•  • 

• 

• 

•  • 

L’assassinat du   légat   du   pape,   Pierre   de   Castelnau,   près   de   Saint-­‐Gilles-­‐Du-­‐Gard,   représente  un  défi  direct  porte  a  l’Eglise.   Innocent   III   assure   aux   guerriers   qui   combaIront   en   pays   albigeois   la   rémission   plénière   de   leurs   péchés,   soit   le   privilège   accorde   aux   Croises   du   Proche   Orient.   Incarna5on  du  bras  séculier  de  l’Eglise,  ceIe  armée  inédite  inaugure  son  périple  par  le   massacre  de  Béziers  («  Tuez  les  tous,  Dieu  reconnaitra  les  siens!’).   L’affaire   de   la   foi   se   transforme   insidieusement   en   un   conflit   pour   la   domina5on   poli5que   de   la   région,   avec   d’autant   plus   de   facilite   que,   même   pour   les   nobles   méridionaux   demeures   bons   catholiques,   les   croises   sont   vite   ressen5s   comme   des   agresseurs  étrangers,  avides  et  dangereux.     Raimond   VI   se   trouve   accule.   Il   inflige   aux   Français   un   premier   échec   en   reprenant   Beaucaire,  en  aout  1216.  En  voulant  reconquérir  Toulouse,  Simon  est  tue  en  juin  1218   sous  ses  murs  et  sa  mort  accélère  le  processus  de  délitement  de  sa  conquête.   Mais  Louis  VIII  revient  dans  le  Midi  a  la  tête  d’une  puissante  armée  en  1226,  assiège   et  prend  Avignon.     L’inquisi5on   en   ses   œuvres:   Le   concile   de   Toulouse   de   1229   élargît   la   répression   de   l’hérésie  en  s5pulant  que  ceux  qui  donneraient  asile  aux  «  bons  hommes  »,  perdraient   leurs   biens   et   que   les   maisons   des   héré5ques   convaincus   seraient   rasées.   Pour   les   relaps,   les   héré5ques   pardonnes   une   fois   puis   ensuite   retombes   dans   l’hérésie,   la   remise  au  bras  séculier  puis  la  mort  s’imposent.  L’ordre  dominicain  reçoit  la  charge  de   l’Inquisi5on.     Un  acte  de  Philippe  Auguste.  Il  invesYt  Simon   de  Montort  du  duché  de  Narbonne  et  du  comte   de  Toulouse.    


Des peuples  mis  sur  le  droit  chemin  

• 

• 

• 

• 

Les Inquisiteurs   travaillent   sur   fiches:   ainsi   les   meilleures   instruments   intellectuels   de   l’époque,   fondes   sur   les   no5ons   d’ordre,   de   classement   ra5onnel,   de   raisonnement   dialec5que   pousse   jusqu’à   son   terme   logique,   trouvent-­‐il  la  un  emploi  fort  en  avance  sur  les  techniques  usuelles  de  la  jus5ce   du   temps.   Bref,   les   techniques   inquisitoriales   sont   rodées   et   mises   au   point   dans  le  Midi,  comme  en  Italie,  a  compter  du  deuxième  5ers  du  XIIIème  siècle.     Mais   l’effacement   progressif   de   la   dissidence   religieuse   en   Languedoc   ne   s’explique  pas  seulement  par  la  répression  inquisitoriale.  Assouplissement  de   la  doctrine:  le  Purgatoire  promet  aux  prêcheurs  éventuels  un  possible  rachat   et  ouvre  a  tous  l’espoir  du  salut.  En  outre,  a  la  différence  des  congréga5ons   monas5ques   antérieures,   réservées   a   l’aristocra5e,   les   ordres   mendiants   rassemblent  les  fils  des  élites  de  la  naissance  et  ceux  des  élites  du  savoir  et  de   la  richesse.     La   normalisa5on   catholique:   En   ville,   émergent   de   nouvelles   pra5ques   fes5ves  qui  ménagent  toutes  des  respira5ons  périodiques  a  travers  le  temps   chré5en   –   la   fête   des   fous   –   élec5on   d’un   abbé   ou   d’un   évêque   des   fols   au   sein   des   enceintes   monas5ques   ou   canoniales,   classique   rite   d’inversion   temporaire  ou  bien  le  carnaval  et  ses  excès  s’insèrent  dans  le  très  rigoureux   carême  d’avant  Pâques.     Partout,  «  on  plante  le  mai  »,  et  les  jeunes  filles,  couronnées  de  fleurs  pour   l’occasion,   de   danser   autour   de   cet   arbre,   symbole   de   la   renaissance   de   la   végéta5on  après  l’hiver  et  de  toutes  les  montées  de  sève  printanière.    

Vierge a  l’enfant  du  XIIIème  siècle.  Auvergne.   Avec  les  siècles,  Marie  noue  une  véritable   relaYon  avec  son  fils,  s'étend  près  de  lui   (période  romane),  le  regarde  (début  du  XIIIème   siècle),  le  prend  dans  ses  bras  (XIVème  siècle).    


Des peuples  mis  sur  le  droit  chemin  

• 

• 

• 

Le baptême   –   un   rite   universel   d’intégra5on:   L’Eglise   impose   sa   marque   sur   toutes   les   ar5cula5ons   importantes   de   la   vie.   Le   baptême   se   confond   pra5quement   avec   la   naissance.   Semblable   au   geste   de   saint   Jean   Bap5ste   quand   il   versa   sur   le   Christ   de   l’eau   du   Jourdain,   le   baptême   lave   l’âme   du   pèche   originel   commis   par   Adam   et   sa   compagne,   il   signifie   l’entrée   dans   la   communauté  des  chré5ens.  Le  XIIIème  siècle  voit  l’abandon  définît  du  rituel   du   baptême   par   immersion   et   l’administra5on   de   ce   sacrement   le   plus   tôt   possible  dans  la  vie,  toujours  fragile,  du  nouveau  ne.     Jusque   vers   la   douzième   année   de   leur   âge,   les   enfants   morts   sont   enterres   dans  un  carre  spécial  du  cime5ère,  le  plus  éloigné  possible  de  l’église,  comme   si   leur   état   ne   paraissait   pas   défini5vement   assure   –   certaines   de   ces   âmes   floIantes  pourraient  même  se  manifester  sous  la  forme  de  revenants.     Le  mariage  et  les  funérailles  –  deux  rites  de  passage  chris5anises:  Le  concile   de   Latran   organise   par   Innocent   III     en   fait   l’un   des   sacrements   de   l’Eglise.   Jusque-­‐la,   il   demeurait,   pour   l’essen5el,   une   affaire   conclue   entre   laïcs.   Désormais   l’union   du   nouveau   couple   se   voit   solennisée   par   le   prêtre   qui   l’accueille   sous   le   porche   de   l’église,   juste   avant   la   célébra5on   de   la   grande   messe  dominicale.  Le  mariage  est  devenu  une  cérémonie  solennelle  publique,   il   doit   être   annonce   –   ce   sont   les   bans   –   une   union   clandes5ne   n’aurait   aucune  valeur  et  tomberait  même  sous  le  coup  de  la  loi  humaine  puisqu’elle   serait   un   rapt,   étant   perpétrée   sans   l’accord   des   parents.   Latran   réaffirme   enfin   un   point   tradi5onnel   de   la   doctrine   de   l’Eglise   –   la   prohibi5on   de   plusieurs   unions   matrimoniales   simultanées.   La   bigamie   est   mo5f   d’excommunica5on.    

L’Officialité. La  dispariYon  du  mari  en  Orient,   suivie  du  remariage  de  sa  veuve  présumée,  puis   du  retour  du  disparu,  consYtue  un  cas  typique   de  ces  affaires  matrimoniales  dont  les  tribunaux   d’Eglise  se  réservent  le  jugement  au  XIIIème   siècle.  


Des peuples  mis  sur  le  droit  chemin  

• 

• 

• 

• 

• 

Expulses de  chez  elles  ou  devenues  incapables  de  gagner  leur  vie,  beaucoup   de   personnes   âgées   malades,   invalides,   égrotantes,   se   retrouvent   prises   en   charge  par  une  structure  hospitalière.     Apres   la   veillée   mortuaire,   le   corps   passe   par   l’église   pour   une   ul5me   bénédic5on,  avant  d’être  inhume  soit  dans  le  cime5ère  adjacent  –  un  terrain   normalement   clôture,   un   sol   jadis   béni   par   l’évêque   qui   l’a   consacre   a   cet   usage  –  soit,  pour  les  plus  favorises,  a  l’intérieur  même  du  bâ5ment  cultuel.     Le  purgatoire  est  invente  a  ceIe  époque  –  la  durée  de  séjour  dans  cet  enfer   modère   peut   être   raccourcie   grâce   aux   suffrages   qui   militent   en   faveur   des   âmes  en  peine,  c’est  a  dire  des  bonnes  ac5ons  permises  sur  terre  par  le  biais   des   dons   opérés   par   le   défunt   et,   surtout,   les   prières   qu’assurent   a   ce   dernier   les  legs  aux  communautés  religieuses,  incontestables  spécialistes  des  chants   d’implora5on   au   Seigneur,   au   premier   rang   desquelles   figurent   de   plus   en   plus  dans  la  France  du  XIIIème  siècle  les  couvents  des  ordres  mendiants.     Une   parole   nouvelle,   celle   des   ordres   mendiants:   Les   vedeIes   de   l’actualité   sont  désormais  les  ordres  mendiants.  On  sait  comment  Dominique  a  Prouille   et   a   Fanjeaux   puis   a   Toulouse,   et   François   d’Assise   ont   mis   au   point   une   formule  inédite,  fondée  sur  le  refus  des  richesses  matérielles,  inspirée  de  leur   volonté  d’un  retour  a  la  vie  évangélique  sur  les  pas  des  apôtres.     Ils   deviennent   vite   les   grands   spécialistes   de   la   parole   de   masse.   Ils   vont   partout   porter   la   parole   de   Dieu   –   le   réseau   de   leurs   couvents   devient   vite   assez   dense   pour   autoriser   un   quadrillage   systéma5que   des   contrées   a   parcourir.    

Le modèle  monasLque  cesse  de  dominer  à  la   fin  XIIème  siècle.  Le  pape  Innocent  IIII  favorise   de  nouveaux  groupes  religieux  qui  se  vouent  à   la  vie  dans  les  villes.  Les  moines  sont  relégués   dans  un  monde  clos,  désolidarises  du  reste  de  la   société,  alors  que  leur  image  de  seigneurs  de  la   terre  suscite  de  plus  en  plus  la  criYque.  De   l’Italie  à  l’Angleterre,  les  ordres  monasYques   tradiYonnels  traversent  une  grave  crise  au   XIVème  siècle.  Et  a  parYr  de  ceje  époque,  le   monachisme  se  féminise  :  les  couvents  de   femmes  conYnuent  d’offrir  aux  filles  une   alternaYve  au  mariage  et  aux  familles  un   déversoir  au  trop-­‐plein,  au  grand  avantage  de   la  collecYvité  qui  voit  baisser  la  pression  sur  les   patrimoines.  


Les moines  d’Occident  

• 

• 

Des hommes  et  des  femmes  en  procession  innombrable  a  travers  les  siècles.  Affranchis  des  liens  de  parente,  insouciants  des   enchevêtrements  de  la  condi5on  charnelle,  indifférents  au  changement  de  nos  sociétés  ;  ils  outrepassent  le  temps  commun.   Non  qu’ils  échappent  au  temps  –  ils  meurent  comme  un  chacun.  Ils  vivent  et  passent  d’un  monde  à  l’autre.  A  l’origine,  en   Orient,  le  moine  est  anachorète,  ermite  –  En  Occident,  il  devient  cénobite,  vivant  en  communauté.  Contradic5on,  tension,   indécision,  entre  la  solitude  et  la  vie  en  communauté.   Tout   aurait   commence   par   la   solitude.   Les   chré5ens   avaient   de   bonnes   raisons   pour   s’abandonner   au   désert.   Jean   le   bap5ste  s’était  re5re  sur  une  rive  déser5que  du  Jourdain  et  prouvant  son  refus  de  la  société  contemporaine  en  vivant  a  la   manière  des  bêtes.  Jésus  voulut  également  éprouver  dans  le  désert  la  tenta5on  des  démons.  La  solitude  purge,  elle  arme   contre   les   puissances   maléfiques,   elle   donne   la   victoire   sur   celles-­‐ci.   Théodose   et   plus   tard,   Jus5nien   condamnent   les   ermites  et  les  anachorètes  en  privilégiant  la  forme  communautaire  du  chris5anisme.  Malgré  cela,  les  ermites  ont  foisonne   sans  aIendre  Simon  le  stylite  (390-­‐459)  qui  vécût  en  cigogne  au  sommet  d’une  colonne.  Mais  très  vite,  la  communauté  a   pris  le  dessus  sur  l’érémi5sme.  

La  figure  de  saint  Antoine.  Le  défi  résume  la   vocaYon  du  moine.  Antoine  l’EgypYen  montre  la   voie  à  tous  les  moines  d’Occident.  Le  saint  ermite   va  défier  les  démons  au  désert  et  triomphe  par   l’indifférence  devenue  vertu.  Antoine  est  donc  un   moine,  mais  on  le  dit  ermite.  Or,  qu’est  ce  qu’un   moine  et  qu’est  ce  qu’un  ermite  ?  L’usage   aujourd’hui  les  oppose  :  le  moine  vit  en   communauté,  l’ermite  en  solitaire.  


Les moines  d’Occident  

•  • 

• 

• 

• 

Quatre hommes  ont  construit  les  premiers  monuments  liIéraires  du  monachisme  en  Occident  :  Jérôme,   Sulpice  Sévère,  Jean  Cassien  entre  le  IV  et  Vème  siècle,  le  quatrième,  Benoit  de  Nursie  vit  au  VIème  siècle.     Saint   Jérôme   écrit   trois   pe5ts   ouvrages,   trois   Vies,   qui   dressent   la   figure   du   moine   pour   des   siècles.   Il   voulait  s’iden5fier  à  ses  modèles  monas5ques  en  se  re5rant  a  Bethleem.  Les  réformateurs  catholiques  du   XIVème   siècle   canonisent   Jérôme   dont   s’emparent   tous   les   grands   peintres   et   sculpteurs.   La   cite   des   moines   lui   apparaît   a   l’image   d’une   fourmilière   ou   le   travail   est   au   centre   ou   rien   n’appar5ent   a   quiconque,  parce  que  tout  est  a  tous.     Sulpice   Sévère   :   la   figure   du   martyr,   athlète   de   Dieu,   ne   répond   plus   aux   besoins   des   communautés   installées   dans   un   Empire   qui,   peu   a   peu,   adopte   la   religion   des   chré5ens.   Le   moine   se   glisse   dans   les   habits   du   martyr,   mais   il   subs5tue   plus   qu’une   performance   spor5ve   a   un   autre:   il   illustre   le   triomphe   de   l’exemplarité  sur  l’inimitable.     Jean   Cassien,   c’est   l’ins5tuteur   :   par   lui,   l’Egypte   entre   dans   la   légende   par   ses   ascètes.   Voilà   la   vraie   source   de   l’orientalisme   occidental,   Cassien   a   visite   les   ascètes   de   la   Thébaïde   (les   Peres   du   désert).   Pauvreté,   chasteté,   obéissance,   voilà   trois   lois,   les   seules   peut-­‐être,   qui   marquent   le   monachisme   et   l’exilent   hors   du   temps.   La   règle   en   effet   de   la   pauvreté   dissuade   le   moine   de   penser   l’inves5ssement   économique   :   parier   sur   l’avenir   reste   une   incongruité.   La   loi   de   la   chasteté   isole   et   protège   le   moine   des   rêves   de   reproduc5on   :   il   ne   lui   est   pas   permis   non   plus   de   s’inventer   une   progéniture   autre   que   spirituelle.   La   loi   enfin   de   l’obéissance   limite   les   capacités   de   l’homme   ou   de   la   femme   à   développer   autonomie  et  esprit  d’ini5a5ve.     Saint  Benoit,  c’est  le  législateur  :  le  peu  que  l’on  connaît  de  Benoit  vient  tout  en5er  des  dialogues  écrits   par  le  pape  Grégoire  le  Grand  dans  les  années  580,  40  ans  après  sa  mort.  Il  règlemente  l’effet  monas5que   et   introduit   trois   préceptes   qui   caractérisent   la   voie   bénédic5ne   :   la   stabilité,   par   quoi   le   moine   s’oblige   a   rester  moine  du  monastère  ou  il  a  pris  l’habit,  le  travail  manuel  et  le  discernement  ou  la  pondéra5on,  qui   prône  la  recherche  de  l’équilibre  plus  que  l’exploit  athlé5que.  Longtemps  les  moines,  en  Orient  comme   en   Occident,   résistent   a   l’assimila5on   aux   ecclésias5ques   et   se   perçoivent   dans   une   classe   par5culière   de   laïcs.  


Les moines  d’Occident  

• 

Pour les  Cisterciens  du  XIIIème  siècle,  le  travail  est  adven5ce  et   demeure   accessoire   par   rapport   à   la   prière   et   à   l’office   des   heures.   Le   XIIIème   siècle   marque   une   apogée   de   la   trajectoire   suivie   par   les   sociétés   monas5ques   de   l’Ouest   européen.   Les   moines  ont  inves5  les  circuits  économiques  tradi5onnels  et  ils  y   brillent.   S’agit-­‐il   de   produc5on   céréalière   ou   d’élevage,   ils   dé5ennent   les   terres   les   plus   riches,   les   plus   produc5ves,   et   se   posent  comme  les  ges5onnaires  les  plus  surs  parce  qu’ils  vivent   dans   l’indépendance   absolue   a   l’égard   des   aléas   et   des   faillites   auxquels   sont   soumis   les   patrimoines   familiaux   et   que   leur   temps   ne   leur   est   pas   compte.   Ils   représentent   pour   cela   le   modèle  le  plus  performant  de  société  qui  se  puisse  penser  dans   l’Occident  médiéval.  

Le monastère  Cistercien  de  Poblet  en  Catalogne  représente  la  forme  la  plus   achevée  de  l’ordre.  Présentée  comme  exemplaire,  l’ordre  interne  au   monastère  devrait  émousYller  la  société  du  dehors  et  l’airer  par  une   capillarite  merveilleuse.  Pas  d’avantage  que  les  moines  du  Mont  Athos,  les   moines  de  l’Ouest  n’ont  pas  cherche  l’indépendance  économique.  Les   Cisterciens  ont  caresse  au  XIIIème  siècle  le  rêve  d’une  autarcie  économique.   Ils  ont  été  rajrapes  par  les  réalités  :  le  décollage  de  l’économie  européenne   au  XIIème  siècle  a  valorise  leur  invesYssement  collecYf  ;  leur  travail  leur  a   enrichis.  


Les moines  d’Occident  

• 

5 traits  suffisent  à  expliquer  la  posi5on  extraordinaire  des  moines  :  

• 

1. Intercesseurs:  leur  proximité  favorise  cet  échange  inouï  avec  le  sacre   et   fait   d’eux   des   interlocuteurs   privilégies,   indispensables   pour   les   sociétés  tradi5onnelles.       2.   Visionnaires:   quelles   que   soient   sa   qualifica5on   et   sa   place   dans   son   groupe,  il  exerce  une  fonc5on  de  visionnaire.  En  vertu  de  sa  distance  a   l’égard  des  souillures  du  monde  terrestre,  il  est  prédisposé  a  capter  et   a  clarifier  les  signes  dis5llés  par  Dieu  et  les  puissances  d’en  haut.   3.  Réformateurs  :  il  a  le  soin  de  la  cri5que  et  de  l’appel  a  la  reforme.   L’exigence  primordiale  de  purifica5on  met  en  demeure  le  religieux  de   refuser  l’assoupissement  et  la  perte  de  vigilance  (Luther).  Les  moines   5ennent  toujours  les  premiers  rangs  de  la  reforme  en  Occident  et  en   sont  les  premiers  acteurs.     4.   Maitres   de   l’écriture   :   les   moines   ont   acquis   très   tôt   des   compétences  de  copistes  qui  font  d’eux  les  spécialistes  de  l’écriture.   5.  Le  monastère,  c’est  la  cite  parfaite  :  la  contribu5on  du  monachisme   a   l’imaginaire   de   la   cite   parfaite.   Le   groupe   monumental   forme   par   l’église  orientée  (a  l’est,  vers  Jérusalem)  et  le  cloitre  qui  s’y  adosse  au   cote  sud.  

• 

• 

•  • 


Gouverner c’est  servir  

• 

• 

Au XIIème  et  XIIIème  siècles,  les  frères  et  les  sœurs  des  communautés  d'Assise,  de   Fontevraud  ou  du  Paraclet,  inventent  collec5vement  de  nouvelles  façons  d'exercer   le   pouvoir   et   de   concevoir   l'autorité.   De   véritables   préfigura5ons   de   nos   démocra5es.  On  retrouve  le  même  schéma  dans  toutes  les  expériences  religieuses   innovantes   de   ceIe   époque.   Une   personne   charisma5que,   débordant   de   valeurs   évangéliques,  lance  un  appel:  c'est  l'image  déterminante  du  pasteur  qui  se  lève  et   cons5tue   autour   de   lui   son   troupeau.   Un   troupeau,   on   ne   plus   ouvert   d'ailleurs:   dans   les   premières   communautés,   on   trouve   des   pauvres,   des   riches,   des   bien   portants,   des   malades,   des   hommes   et   des   femmes.   Les   communautés   religieuses   veulent  être  dirigées.  Mais  elles  opèrent  un  renversement  radical:  non  seulement  le   supérieur   est   élu,   mais   il   va   se   définir   lui-­‐même   comme   être   inférieur   à   ceux   qui   l'ont   porte   au   pouvoir.   Il   sera   leur   serviteur.   Le   pape   n'était-­‐il   pas,   serviteur   des   serviteurs  de  Dieu,  "servus  servorum  Dei".  Le  supérieur  doit  de  montrer  encore  plus   humble   que   les   gens   qu'il   dirige.   Pourtant   la   société   féodale   fonc5onne   sur   la   domina5on.     Mais   les   ordres   religieux   s'imposent   de   choisir   leur   supérieur   dans   les   catégories   sociales   que   la   société   médiévale   jugeait   les   plus,   indignes...   Ce   renversement   démocra5que  à  des  effets  pervers,  il  est  impossible  de  se  révolter  contre  celui  qui   se  prétend  votre  serviteur.  Tout  le  Moyen  Âge  est  traversé  par  ceIe  ambiguïté.  Ce   qui   me   fait   dire   que   la   Croix   est   à   la   fois   la   charpente   et   l'écharde   des   sociétés   médiévales:   charpente   car   tout   repose   sur   le   Christ,   et   le   chris5anisme   est   évidemment   l'idéologie   dominante   de   l'époque   -­‐   mais   aussi   car   ceIe   idéologie   dominante   sème   le   doute   sur   l'ordre   qu'elle   légi5me,   en   renversant   la   hiérarchie   des   valeurs,   en   posant   la   pyramide   sur   la   pointe.   Le   chris5anisme   n'est   pas,   une   idéologie  tranquille.  C'est  une  pensée  inquiète  et  inquiétante.  

Saint François  d’Assise  par  Zurbaran.   Une  ceinture  aux  trois  nœuds  est  son   signe  disYncYf.  


Des peuples  mis  sur  le  droit  chemin  

• 

• 

• 

• 

Leur ac5vité   débordante   fait   que   les   frères   Mineurs   (franciscains)   ou   Prêcheurs  (dominicains)  se  heurtent  souvent  a  la  jalousie  du  clergé  paroissial,   inquiets  de  voir  baisser  le  produit  de  ses  quêtes  et  surtout,  de  l’engouement   montre   par   les   fideles   a   l’élec5on   des   sépultures   dans   les   cime5ères   conventuels,  ce  qui  prive  leur  cure  d’une  par5e  de  son  casuel.  Car  les  frères   ne   sont   pas   des   anges   immatériels   tels   que   les   avait   rêves   sans   doute   saint   François  d’Assise:  ils  font  payer  leurs  services,  y  compris  leur  talent  oratoire,   au   moins   en   ville   puisque   les   autorités   municipales   doivent   les   défrayer   de   leur  peine.     Des   tensions   maintenues   sous   le   boisseau:   Dans   la   visée   d’obtenir   des   Juifs   une   conversion   sincère   en   leur   démontrant   leur   «   erreur   »,   le   pouvoir   organise   des   controverses   religieuses   bâ5es   sur   le   modèle   des   «  disputa5ones  »  universitaires,  durant  lesquelles  les  théologiens  ne  prennent   pas  forcement  le  dessus  sur  des  rabbins  meilleurs  connaisseurs  de  la  Bible.   Jusqu’en  1230,  le  prêt  sur  gages  aux  pe5tes  gens  était  la  seule  ac5vité  tolérée   aux  manieurs  d’argent  juifs,  facilement  rapproches  ensuite  par  leurs  vic5mes   de  l’apôtre  Judas  qui  avait  vendu  le  Christ  pour  trente  deniers…   Loin   d’être   dénoncé   par   les   autorités   religieuses   et   civiles,   l’an5judaïsme   populaire   se   trouve   instrumentalise   par   la   royauté   capé5enne.   Philippe   le   Bel   va  jusqu’a  décréter  leur  expulsion  hors  du  royaume  en  1289,  ordre  renouvelé   et   double   de   la   confisca5on   de   leurs   biens   en   1306,   entrainant   peut-­‐être   la   sor5e  de  100.000  israélites.    

La fameuse  rouelle.  Le  juif  est  désigne  a   l’ajenYon  de  ses  concitoyens  par  un  signe   voyant  cousu  sur  ses  vêtements  –  un  cercle   d’étoffe  de  couleur  tranchante,  une  marque   d’infamie  proclamée  obligatoire  par  les  conciles   et  dont  le  port  s’impose  lentement  en  France   sous  le  règne  de  saint  Louis.    


Des peuples  mis  sur  le  droit  chemin  

• 

• 

• 

• 

• 

Faveur du   prince   et   défaveur   sordide:   En   l’absence   de   toute   règle   posée   en   principe   du   recrutement   aux   hautes   charges   de   l’Etat   royal,   la   faveur   du   prince  assure  seule  la  promo5on  des  heureux  élus.  La  promo5on  par  le  talent   heurte   de   front   une   noblesse   frustrée   par   ce   qu’elle   ressent   comme   une   marque  outrageante.     La  violence,  bridée  mais  pas  éradiquée:  Le  heurt  des  ambi5ons  personnelles,   le   choc   des   haines   recuites   entre   clans,   les   sordides   querelles   d’intérêt   n’entachent   pas   que   le   proche   entourage   royal   –   des   hommes   d’armes   se   disputant  une  terre,  les  plus  faibles,  chasses  de  leur  héritage,  versant  dans  le   bandi5sme.     La   gabegie   financière   et   les   privilèges   indus   des   cour5sans   scandalisent   d’autant  plus  l’opinion  que  la  monarchie  s’est  efforcée  de  limiter  tout  ce  qui   cons5tuait  l’essence  même  de  la  noblesse  dans  son  esprit,  ses  libertés  et  sa   fierté,  dont  le  libre  recours  a  la  violence  pour  régler  ses  différends.     Le   roi   s’efforce   de   subs5tuer   sa   jus5ce   aux   hasards   du   soi-­‐disant   jugement   de   Dieu.   Le   souverain   capé5en   traque,   après   1278,   ces   jeux   violents   et   dangereux  que  sont  les  tournois,  et  il  est  soutenu  dans  ce  projet  par  l’Eglise.     Le  pilori  ruine  la  réputa5on  de  qui  s’y  trouve  expose  aux  railleries  du  public,  il   vise   en   par5culier   les   blasphémateurs.   La   castra5on   s’applique   a   celui   qui   s’est   rendu   coupable   d’homosexualité   ou   de   bes5alité,   dans   le   meilleur   des   cas   est   transforme   en   eunuque   par   l’abla5on   de   ses   tes5cules.   Avec   la   pendaison,  le  cadavre  du  pendu  est  expose  des  jours  et  des  jours  au  gibet  afin   d’aver5r  les  éventuels  délinquants  du  sort  pitoyable  qui  les  aIend.    

La gueule  du  Léviathan,  entrée  de  l’Enfer.  


La France    a  son  op)mum  médiéval  

•  • 

• 

L’intensifica5on des  pra5ques  agricoles:  Les  XIème  et  XIIème  siècles  sont  les  temps  d’un   grand  élan  de  la  reconquête  puis  de  l’extension  des  terroirs.     La  foret  a  été  auparavant  la  principale  vic5me  de  la  soif  des  terres  neuves  qui  habitait  la   paysannerie.   L’effort   se   poursuit   et   s’intensifie   pourtant   sur   les   zones   humides   (les   premières  levées  de  la  Loire)  et  le  liIoral  atlan5que  fait  l’objet  d’aménagement  (marais   de  Guérande,  marais  poitevins).     Un  sol  mieux  cul5ve:  Le  travail  a  la  main,  effectue  avec  une  houe  ou  une  bèche  ferrée,   reste  indispensable  pour  casser  les  moIes  de  terre  –  le  défonçage  précède  le  charruage.   Deux  grands  types  d’instruments  aratoires  se  partagent  la  France  du  XIIIème  siècle:     -­‐   l’araire,   plutôt   méditerranéen,   trace   un   sillon   en   égra5gnant   la   surface   de   la   terre,   adapte  a  des  sols  légers  et  pauvres  en  défini5ve,  mais  peu  couteux;     -­‐   la   charrue,   plutôt   nordique,   munie   du   coutre,   un   grand   couteau   ver5cal   qui   pénètre   la   terre  en  traçant  la  ligne  du  sillon  qui  va  ouvrir  le  soc,  et  d’un  versoir  qui  le  rejeIe  sur  un   cote,  assurant  ainsi  un  véritable  labour  profond.    

Scène de  moisson.  L’usage  de  la   faucille  est  déjà  ancien  et  n’évolue   guère.  Sa  lame  est  en  métal  et  elle   permet  de  cisailler  les  blés  environ  a   mi-­‐hauteur  –  les  bêtes  viendront   pâturer  la  paille  restant  sur  pied,   après  le  passage  des  glaneuses  qui   récupèrent  les  grains  tombes  par   terre  lorsque  le  moissonneur  rejeje   derrière  lui  les  gerbes  chargées  d’épis.  

Scène de  bêchage.  

Scène de  fenaison.  InvenYon   médiévale,  la  faux  représente  une   amélioraYon  considérable.  La  faux   permet  de  couper  a  ras  l’herbe  venue   a  maturité,  fournissant  plus  de  foin   aux  animaux,  dont  les  déjecYons  vont   ensuite  engraisser  les  champs  et  dont   dont  la  viande  ou  le  lait  nourrissent   les  hommes.    


La France    a  son  op)mum  médiéval  

•  • 

• 

• 

• 

• 

• 

Le four   commun   tend   a   se   généraliser   au   fur   et   a   mesure   que   les   pra5ques   alimentaires   se  modifient  en  s’améliorant  –  on  passe  de  la  bouillie  de  céréales  au  pain  cuit.     La  foret  tend  a  devenir  un  lieu  de  tensions  sociales  tant  son  exploita5on  est  intense  et   reflète  des  intérêts  contradictoires,  de  la  simple  survie  pour  les  plus  pauvres  jusqu’aux   profits  spécula5fs  escomptes  par  ses  possesseurs  (ramassage  de  bois  morts,  chasse  dans   les  espaces  interdits).     L’impression  se  fait  jour  que  les  ressources  de  la  nature  sont  désormais  surexploitées  –   les   Français   prennent   peu   a   peu   confusément   conscience   qu’ils   sont   entres   dans   un   monde  plein.     Des  limites  infrangibles:  Tout  se  passe  comme  si  l’agriculture  française  avait  aIeint  un   plafond   qu’elle   est   dorénavant   incapable   de   crever,   faute   de   science.   L’absence   de   sélec5on  de  semences,  simplement  puisées  sur  le  stock  de  l’année  passée,  comme  des   espèces  animales,  cons5tue  une  insuffisance  grave.     La   médiocrité   des   procédés   de   conserva5on   n’arrange   rien:   la   place   du   chat   dans   la   défense   du   grain   contre   les   rats,   souris   et   mulots,   n’est   pas   bien   établie.   Les   aliments   carnes   ne   peuvent   se   conserver   que   sales   ou   fumes,   a   condi5on   encore   que   les   paysans   disposent  d’une  cheminée  ou  qu’ils  puissent  se  procurer  le  sel  a  un  prix  abordable.     Le   XIIème   siècle   voit   clairement   s’affirmer   l’éclatement   des   sociétés   villageoises   partagées   aux   extrêmes   entre   de   rares   coqs   de   paroisse   disposant   d’un   bon   train   de   culture   et   la   masse   des   brassiers   dépourvus   de   terre,   formant   une   société   campagnarde   étranglée  par  le  crédit  de  détresse.     La  valorisa5on  du  travail  ar5sanal:  La  mécanique  des  taches  répé55ves  progresse  grâce   a   la   révolu5on   de   l’arbre   a   came:   ce   disposi5f   ingénieux   permet,   en   effet,   la   transforma5on  d’un  mouvement  en  rota5on  perpendiculairement  a  son  axe:  a  chaque   tour  de  l’arbre,  la  came  soulève  ou  abaisse  le  levier  d’un  pilon.    

La charrue.  Le  collier  d’épaule  permet  a  la   bête  de  donner  son  maximum  d’effort  sans   risque  de  s’étrangler.  La  charrue  ouvre  un   sillon,  dont  le  versoir  dissymétrique  rejeje   une  parYe  de  la  terre  sur  le  cote.  

L’arbre a  came.    


La France    a  son  op)mum  médiéval   • 

• 

• 

• 

• 

Le tex5le,   secteur   clef:   La   meilleure   laine   provient   d’Angleterre.   Trois   a   quatre   mille   tonnes   proviennent   d’Outre-­‐Manche   chaque   année.   Les   achats   de   laine   brute   sont   compensées   par   les   ventes   de   draps   (avec   une   énorme   plus   value   –   10   a   15%   de   la   laine   anglaise  reviendrait  dans  l’ile  sous  forme  de  produits  faits)  et  par  l’importa5on  d’épices,   le  plus  souvent  méditerranéennes.     Le  principal  aliment  de  la  teinturerie  médiévale  est  la  guède  ou  pastel,  spécialité  de  la   Picardie  –  c’est  a  la  fois  un  mordant  et  une  teinture  bleue,  depuis  le  bleu  pastel  jusqu’au   presque  noir  selon  la  densité  et  le  nombre  des  bains  dans  lequel  on  plonge  la  pièce  de   drap.     Les  techniques  de  l’industrie  drapière  s’ar5cule  autour  de  quelques  grandes  étapes:    -­‐  1.  La  prépara5on  de  la  laine  –  une  étape  féminine,  en  par5e  rurale.    -­‐  2.  Le  5ssage  et  son  mé5er.    -­‐  3.  Le  foulage  qui  s’effectue  pieds  nus  dans  l’urine  fermentée  pour  resserrer  le  5ssu  et   lui  donner  une  consistance  de  drap.    -­‐  4.  Le  partage  qui  consiste  a  couper  avec  de  grands  ciseaux,  les  forces,  les  derniers  fils   excédentaires  du  drap.    -­‐  5.  La  teinture.   La   valorisa5on   du   travail   ar5sanal:   Le   travail   fait   l’objet,   des   le   XIIème   siècle,   d’une   réhabilita5on  certaine.  La  reconnaissance  du  travail  qualifie  est  entérine  par  l’Eglise  qui   accepte  avec  empressement  que  les  corps  de  mé5ers  offrent  des  vitraux  a  leurs  saints   protecteurs  dans  l’enceinte  des  cathédrales  nouvelles  (Chartres,  Bourges,  etc.).  La  par5e   basse  de  ces  verrières  représente  alors  des  ar5sans  au  travail.     Les   membres   des   corpora5ons   se   repar5ssent   en   fonc5on   de   leur   âge   et   de   leur   compétence.   Le   garçon   est   un   appren5   et   beaucoup   d’appren5s   vont   devenir   maitres.   Les  ouvriers  suscitent  plus  d’interroga5ons  –  sont  ils  des  maitres  contraints  a  s’employer   chez  leurs  collègues?  Des  travailleurs  a  la  qualifica5on  non  reconnue  ou  non  vérifiable,   s’agissant,  par  exemple,  d’étrangers  a  la  ville?  

Vitraux de  la  Cathédrale  de  Chartes.  Le   Boulanger.  


La France    a  son  op)mum  médiéval  

• 

• 

• 

• 

• 

L’éthique des  mé5ers  est  dans  la  main  des  gardes  de  la  corpora5on  a  Paris.  Le   travail  doit  se  faire  sans  tricherie,  dans  les  ateliers  ouverts  a  la  vue  de  tous,  les   ouvroirs   –   de   jour   si   possible   (prohibi5on   du   travail   a   la   chandelle)   en   respectant  les  interdits  calendaires.     Une   offre   de   transport   plus   efficace:   Les   transports   a   dos   d’homme   sont   réservés  a  l’acheminement  de  leurs  ballots  par  les  humbles  vendeurs  i5nérants   parcourant  les  campagnes.     Le   réseau   rou5er   hérite   des   Gallo-­‐Romains   pose   plus   de   problèmes   qu’il   n’en   résout   –   l’entre5en   des   voies   semées   d’ornières   et   de   nids   de   poule   reste   aléatoire,   et   surtout,   se   font   jour   des   problèmes   de   compa5bilité   du   trace   an5que   avec   les   besoins   nouveaux   de   l’ac5vité   médiévale.   CeIe   situa5on   explique   que   les   animaux   de   bat   sont   les   véritables   moteurs   de   l’économie   d’échange  rou5ère,  animée  par  des  convois  de  mulets  et  d’ânes  (le  cheval  n’est   guère  u5lise  pour  les  transports  a  longue  distance).     Une  forme  par5culière  de  spiritualité  apparaît,  c’est  «  l’œuvre  des  ponts  »:  les   «   frères   pon5fes   »,   des   ermites,   quêtant   pour   leur   construc5on,   ensuite   pour   leur  entre5en,  tout  en  tenant  un  pe5t  hôpital  a  leur  issue.     Les   transports   fluviaux   sont   sans   aucun   doute   beaucoup   plus   importants   en   volume  que  les  transports  rou5ers,  en  dépit  de  leur  inconvénients  propres.  Les   transports   par   mer   se   développent   également   massivement   grâce   a   la   boussole   empruntée  aux  Arabes  et  l’usage  de  cartes  marines  ou  «  portulans  ».  Le  navire   permet   le   développement   de   trafics   de   masse   –   les   Hanséates   descendent   chaque   année   en   convoi   charger   du   sel   dans   la   baie   de   Guérande   par   centaines   de   muids,   la   laine   passe   d’Angleterre   en   Flandre   par   milliers   de   tonnes,   le   vin   quiIe  la  Rochelle  par  dizaine  de  milliers  de  tonneaux.    

Vitraux de  la  Cathédrale  de  Chartes.  Le   Tonnelier.  


La France    a  son  op)mum  médiéval  

• 

• 

Le progrès  en  cours  des  arts  appliques:  L’Eglise  abandonne  de  façon  délibérée  la  cure  des  corps  souffrants  aux  laïcs,  au  point   que   les   clercs   se   trouvent   désormais   interdits   de   cet   art,   a   l’inverse   des   moines   guérisseurs,   grands   u5lisateurs   de   «  simples  »,  durant  le  haut  Moyen  Age.  Par  chance,  les  épidémies  sérieuses  restent  peu  nombreuses  au  XIIIème  siècle.     Elan   de   l’ingénierie   militaire:   Très   tôt,   les   plans   types   élaborés   par   les   ingénieurs   se   répètent   d’un   lieu   a   l’autre.   Pour   éliminer   les   angles   morts   que   présentaient   les   donjons   résiden5els   carres   de   l’époque   précédente,   ces   construc5ons   adoptent  une  forme  ronde,  offrant  a  leurs  défenseurs  des  possibilités  de  5rs  tous  azimuts  –  elles  sont  précédées  par  des   fosses  profonds  de  13  a  20  mètres,  protégées  par  des  contrescarpes  pavées.  Ces  formidables  forteresses  n’ont  qu’un  défaut,   leur  cout,  fort  élevé,    malgré  les  avantages  d’une  construc5on  standardisée.  Désormais,  les  simples  châteaux  féodaux  –  pour   ne   rien   dire   des   moIes   castrales   résiduelles   –   sont   assurément   surclasses   et   tombent   des   qu’une   armée   déterminée   les   aIaque.  Les  seigneurs  de  moindre  envergure  n’ont  plus  les  moyens  financiers  de  soutenir  ceIe  course  aux  armements.    

Carcassonne.  


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

• 

• 

• 

Le savoir  et  la  chaire:  L’université  de  Paris  est  la  plus  ancienne  en  France  et   demeure  presque  la  seule…  avec  celle  de  Toulouse.  L’alma  mater  parisienne   hérite  des  écoles,  placées  sous  le  patronage  de  cathédrale  et  déjà  implantée   sur  la  montagne  sainte  Geneviève  au  XIIème  siècle.     La   méthode   scolas5que   a   pour   objet   de   discuter   selon   les   règles   de   la   logique  un  thème  impose  –  L’intellectuel  qui  use  de  la  scolas5que  n’est  plus   un   simple   exégète   mais   un   créateur   de   problèmes   qui   sollicitent   sa   réflexion,   excitent   sa   pensée   et   la   conduisent   a   une   prise   de   posi5on.   La   compa5bilité   de   la   révéla5on   divine   avec   la   méthode   aristotélicienne   interroge   tous   les   grands   esprits   du   siècle,   qui   produisent   de   vastes   synthèses   –   ce   sont   les   Sommes   comme   la   fameuse   Somme   Théologique   de   Thomas  d’Aquin.     La   ma5ère   enseignée   aux   facultés   demeure   livresque   et   abstraite   par   essence.  Elle  consiste,  une  fois  acquise  une  maitrise  suffisante  du  la5n  des   écoles,   a   entendre   commenter   les   livres   fondamentaux   reçus   des   Anciens,   puis   a   s’adonner   a   des   joutes   intellectuelles   ordonnées,   formatées,   ar5ficielles.     En   marge   des   salles   de   cours,   les   besoins   des   étudiants,   et   ceux   des   gens   d’Eglise   tenus   de   disposer   d’un   missel,   suscitent   l’éclosion   d’ateliers   de   copie,   capables   de   reproduire   rapidement   et   en   très   grand   nombre   d’exemplaire  les  livres  les  plus  demandes  grâce  au  système  de  «  la  pecia  »   ou   partage   du   travail   entre   plusieurs   scribes,   charges   plus   spécialement   chacun   d’un   cahier.   Etudiants   besogneux   et   clairs   en   aIente   d’une   prébendé  survivent  souvent  grâce  a  ces  humbles  taches  a  façon.    

Acte de   donaLon   de   l’emplacement   du   collège   de   Sorbonne,   Par   cet   acte,   Louis   IX,   en   1257,   déclare   avoir  donne  au  chanoine  Robert  de  Sorbon.    

Quadrivium

Trivium

Astronomie

Grammaire

Musique

Rhétorique

Géométrie

Logique

Arithmé5que


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

• 

• 

• 

La raison  appliquée  au  gouvernement  des  hommes:  L’université  de  Paris  est   la   plus   ancienne   en   France   et   demeure   presque   la   seule…   avec   celle   de   Toulouse.   L’alma   mater   parisienne   hérite   des   écoles,   placées   sous   le   patronage   de   cathédrale   et   déjà   implantée   sur   la   montagne   sainte   Geneviève  au  XIIème  siècle.     La   méthode   scolas5que   a   pour   objet   de   discuter   selon   les   règles   de   la   logique  un  thème  impose  –  L’intellectuel  qui  use  de  la  scolas5que  n’est  plus   un   simple   exégète   mais   un   créateur   de   problèmes   qui   sollicitent   sa   réflexion,   excitent   sa   pensée   et   la   conduisent   a   une   prise   de   posi5on.   La   compa5bilité   de   la   révéla5on   divine   avec   la   méthode   aristotélicienne   interroge   tous   les   grands   esprits   du   siècle,   qui   produisent   de   vastes   synthèses   –   ce   sont   les   Sommes   comme   la   fameuse   Somme   Théologique   de   Thomas  d’Aquin.     La   ma5ère   enseignée   aux   facultés   demeure   livresque   et   abstraite   par   essence.  Elle  consiste,  une  fois  acquise  une  maitrise  suffisante  du  la5n  des   écoles,   a   entendre   commenter   les   livres   fondamentaux   reçus   des   Anciens,   puis   a   s’adonner   a   des   joutes   intellectuelles   ordonnées,   formatées,   ar5ficielles.     En   marge   des   salles   de   cours,   les   besoins   des   étudiants,   et   ceux   des   gens   d’Eglise   tenus   de   disposer   d’un   missel,   suscitent   l’éclosion   d’ateliers   de   copie,   capables   de   reproduire   rapidement   et   en   très   grand   nombre   d’exemplaire  les  livres  les  plus  demandes  grâce  au  système  de  «  la  pecia  »   ou   partage   du   travail   entre   plusieurs   scribes,   charges   plus   spécialement   chacun   d’un   cahier.   Etudiants   besogneux   et   clairs   en   aIente   d’une   prébendé  survivent  souvent  grâce  a  ces  humbles  taches  a  façon.    

Les Trompeaes   de   Jéricho.   Saint   Louis   entreYent   un   atelier   d’enluminures,   dont   la   producYon   manifeste   une   qualité  extraordinaire.  


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

•  • 

• 

• 

•  • 

Toutefois, l’appari5on  d’un  nouveau  support  de  l’écrit  –  le  papier  –  une  inven5on  arabe  –  ne  semble  pas  avoir  eu  d’effets   immédiats  ni  facilite  au  siècle  de  saint  Louis,  la  produc5on  de  livres  bon  marche.     L’administra5on   de   la   chose   publique:   Lorsque   Philippe   le   Bel   décidé,   en   1295,   de   re5rer   aux   Templiers   la   garde   de   son   Trésor  et  de  le  transférer  au  Louvre,  il  parachève  le  mouvement  tendant  vers  la  créa5on  d’un  service  central  spécialisé  dans   les  affaires  financières  de  la  monarchie.     Louis  IX  interdit  le  recours  a  l’ordalie  ou  combat  de  Dieu  entre  champions  des  deux  par5es  affrontées.  En  corollaire  de  la   promo5on  de  la  preuve  raisonnable,  la  France  capé5enne  enregistre  un  très  gros  effort  de  rédac5on  des  coutumes  locales   et  provinciales.     Sous   l’influence   incidente   du   droit   romain,   les   coutumiers   se   meIent   a   revendiquer   l’idée   de   l’exemplarité   du   châYment   du   crime,  qui  relevé  désormais  du  droit  public  et  non  plus  de  la  sphère  du  prive  ou  les  conten5eux  pouvaient  se  régler  entre  les   par5es  par  une  simple  transac5on,  facilitée  par  leurs  amis  communs.     Le   sous-­‐encadrement   du   royaume   s’affirme   patent,   même   si   d’autres   pouvoirs   seigneuriaux,   municipaux   ou   princiers   –   coordonnent  plus  ou  moins  bien  leur  ac5on  avec  celle  des  chevaliers  la  loi.     Louis   IX   s’efforce   d’imposer   le   principe   de   son   autorité   universelle   et   valable   pour   tous   ses   sujets,   quels   que   soient   leur   condi5on  ou  leur  rang:  on  se  rappelle  qu’a  la  suite  de  la  pendaison  de  trois  jeunes  Flamands  pour  un  mo5f  fu5le,  Louis  IX   fait  jeter  en  prison  le  sir  de  Coucy,  pourtant  son  parent.    

Amiens, façade  occidentale  –  la  galerie  des  rois  de  Juda.   Les  rois  de  Juda  composent  la  généalogie  terrestre  et   humaine  de  la  Vierge  et  du  Christ  et  exaltent  la  royauté  de   ce  dernier.  L’habitude  de  les  présenter  en  rangée  vient  de   la  façade  de  la  cathédrale  de  Notre  Dame.    


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

• 

• 

Triomphes du  Gothique:  L’art  gothique  se  développe  d’abord  en  France,   c’est   a   dire   en   Ile-­‐de-­‐France.   Ce   sont   bien   sur   les   chapitres   et   les   évêques   qui   décident   de   reconstruire   leur   cathédrale   et   qui   financent   l’entreprise,   essen5ellement   avec   le   produit   des   dimes,   hors   de   toute   interven5on   directe   du   souverain.   Mais   ces   édifices   embléma5ques   entre5ennent   aussi  des  liens  étroits  avec  l’affirma5on  de  la  royauté.     Une   cathédrale   est   avant   tout   un   temple   de   la   couleur.   Les   vitraux   rendent  encore  ce  fait  sensible.  Ils  actualisent  le  surnaturel  –  ils  sont  eux-­‐ mêmes  révéla5on,  apocalypse.     Dans   les   fenêtres   basses,   les   vitraux   légendaires   racontent   la   vie   des   saints   ou   narrent   des   épisodes   de   l’Ancien   ou   du   Nouveau   Testament;   dans   les   fenêtres   hautes,   ils   montrent   des   personnages   isoles   et   de   grande  taille:  prophètes,  évangélistes.     Notre  Dame  de  Chartres  –   IlluminaLons  polychromes  du   portail.  Les  moyens  modernes   permejent  de  resYtuer  les  couleurs   de  la  statuaire  médiévale  et  de   montrer  comment  elle  apparaissait   aux  chréYens  du  Moyen  Age.    

Notre Dame  de  Chartres  –  Rose  du  Transept  Sud.  Elle  présente   un  Christ  en  gloire.    


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

•  • 

• 

• 

• 

• 

La travée  classique  se  définît  a  Notre-­‐Dame  de  Chartres.   Des   1240   débute   la   période   du   gothique   rayonnant,   qui   pousse   a   leur   paroxysme   les   poten5alités   majeures   de   l’architecture   développée   depuis  1190.    S’affirment  alors  le  linearisme  des  membres  structurels,   la  minceur  de  supports,  la  ver5calité  des  nefs  et  l’ampleur  des  baies   vitrées.   Le   gothique   rayonnant   élimine   les   maçonneries   inu5les   et   s’impose  partout  dans  le  seconde  moi5e  du  XIIIème  siècle.     Les   cathédrales   s’inscrivent   dans   l’ordre   du   colossal.   Notre-­‐Dame   de   Paris  couvre  5500  mètres  carres,  Notre-­‐Dame  de  Reims  6650,  Notre-­‐ Dame   d’Amiens   7700.   Extraordinaire   acte   de   foi,     les   cathédrales   témoignent  d’une  religion  solide,  paisible  et  conquérante.     A   la   base,   le   souci   d’économiser   des   matériaux,   des   frais   de   charroi,   de  la  main  d’œuvre  et  du  temps,  donc  de  l’argent.  En  effet,  au  XIIIème   siècle   un   transport   par   terre   de   18   km   double   le   prix   de   revient   de   matériau.   On   a   donc   intérêt   a   réduire   le   cout   du   transport   de   la   carrière   au   chan5er.   Un   moyen   est   de   ne   pas   charrier   des   pierres   brutes,   non   dégrossies.   La   taille   s’opère   donc   loin   du   chan5er,   et   il   convient  de  la  normaliser.   On   doit   prefabriquer   et   standardiser   tous   les   éléments   des5nes   a   l’édifice   en   construc5on.   Le   style   gothique   le   permet,   puisque   les   claveaux  d’un  arc  brise  ont  la  même  courbure.     Et  si  les  chan5ers  trainent  parfois  en  longueur,  cela  5ent  avant  tout  a   des  problèmes  de  financement.    


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

La révolu5on   gothique   correspond   a   une   révolu5on   technique   dans   l’art  de  bâ5r:  introduc5on  du  dessin  et  des  épures,  division  du  travail   poussée,   standardisa5on   et   taille   en   série   des   éléments   de   la   construc5on.    

Extraits des  Carnets  de  Villard  de   Honnecourt.  Comme  les  compagnons  de   son  temps,  il  fait  son  apprenYssage  en   allant  de  ville  en  ville  et  de  chanYer  en   chanYer.  Il  deviendra  plus  tard  magister   latomus,  c'est-­‐à-­‐dire  maître  d'œuvre,   profession  qui  englobe  le  méYer   d'architecte.  Son  acYvité  professionnelle   couvre  les  années  1225  à  1250.  


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

En parallèle,   se   développe   dans   le   Midi   toulousain   une   architecture   originale,   contrastant   fortement   avec   le   style   rayonnant   adopte   a   Carcassonne.  Les  principes  construc5fs  en  sont  pleinement  gothiques,   mais   le   matériau   en   est   la   brique!   Le   style   gothique   trouve   son   achèvement   a   la   cathédrale   Sainte   Cécile   d’Albi,   édifiée   a   par5r   de   1277.  

Labyrinthe de  la  cathédrale   d’Amiens  Sur  le  pavement  des   cathédrales,  un  labyrinthe  au  centre   duquel  on  découvre  les  noms  et   figures  de  ceux  qui  ont  contribue  a   édifier  le  monument,  pour  la  gloire   de  Dieu.  


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

Cathédrale de  Bourges,  le   jugement  dernier  ,  vers  1250   Au  registre  supérieur,  le  Christ   juge,  qui  montre  ses  plaies   dans  un  geste  qui  exprime   également  l’accueil.  Auprès  de   lui,  des  anges  portent  les   instruments  de  la  Passion:  la   couronne  d’épines,  la  croix,  les   clous,  la  lance.  Ensuite  a   genoux,  les  intercesseurs,  la   Vierge  et  Jean.  Au  deuxième   registre,  saint  Michel  pèse  les   âmes.  


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

Dans son   imagerie,   la   cathédrale   classique   cherche   a   incarner   la   totalité   du   savoir   chré5en,   théologique,   naturel   et   historique,   en   meIant   chacun   a   sa   place.   L’iconographie   des   cathédrales   répond   assurément  a  une  pensée  d’ordre.    

Christ enseignant  –  Notre-­‐Dame  de   Chartes.  Jésus  Christ  apparaît  a   Chartres  entoure  de  ses  disciples.  Il   n’est  plus  le  Dieu  lointain  des  portails   romans,  le  Seigneur  inaccessible  de   l’Apocalypse.  Il  s’est  fait  homme.  Il   présente  le  livre  de  son  existence   terrestre  et  de  son  enseignement,   celui  des  Evangiles.     Son  visage  apparaît  empreint  de   noblesse  et  de  douceur.  Ceje  œuvre,   qui  traduit  une  spiritualité  nouvelle   ou  l’accent  est  mis  sur  l’incarnaYon,   a  été  sculptée  par  un  «  imagier  »  de   grand  talent.    

Saint Remi  –  Portail  des  saint  a  la  cathédrale  de  Reims.  L’évêque  de  Reims  figure  en  habits  épiscopaux  avec  la  mitre  et  le  pallium.  Près  de  sa  tête,  la  colombe  qui  apporta  la   sainte  ampoule  lors  du  baptême  de  Clovis.  La  sculpture  gothique  ajeint  la  son  classicisme,  marque  par  un  réalisme  serein  et  l’engagement  total  des  volumes  dans  l’espace.  


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

L’iconographie met  l’accent  sur  l’Incarna5on.  Dieu  s’est  fait  homme,  parmi  les  hommes.  Les  corps  en  volume  et  gagnent  en   stabilité.   La   raideur   et   la   frontalité   hiéra5que   s’aIénuent   progressivement   au   profit   d’aytudes   vivantes   et   les   visages   s’individualisent.   Le   jugement   dernier,   partout   figure,   a   quant   a   lui   très   largement   perdu   sa   tonalite   apocalyp5que.   A   Bourges,   notamment   l’insistance   st   mise   sur   la   résurrec5on   de   la   chair,   promesse   des   béa5tudes   dans   la   beauté   d’une   forme  qui  ne  doit  plus  périr.    

Cathédrale de  Bourges  –  La  résurrecLon  des  morts.  Les  morts  ressuscitent  avec  des  corps  jeunes  et  beaux,  dans  la  perfecYon  de  la  jeunesse  et  de  la  plénitude  de  la  vie.  Les   morts  renaissent  a  l’âge  parfait  de  trente  ans,  ou  Jésus  Christ  triompha  de  la  mort.    


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

• 

La théma5que   d’ensemble   des   images   expose   l’histoire   du   salut   et   de   l’Alliance  de  Dieu  avec  l’humanité.  Marie,  qui  enfante  l’humanité  a  Dieu  en  se   soumeIant  a  la  volonté  de  ce  dernier,  cons5tue  l’icône  de  l’Eglise  mys5que,   corps  du  Christ.     Au-­‐delà   de   ceIe   théma5que   officielle,   très   rassurante,   les   images   des   cathédrales  gothiques  offrent  l’expression  d’une  pastorale  situant  les  fideles   au   cœur   de   l’histoire   du   salut,   qui   leur   est   rendue   proche   et   familière,   en   même  temps  que  d’une  piété  tranquille  et  apaisee.     Vue  de  l’élévaLon  de  la  nef  de  la   Cathédrale  Notre-­‐Dame  de  Laon.    

Vierge a  l’enfant.  Musée  du  Louvre,   provenant  de  la  sainte  Chapelle.  


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

• 

Les cathédrales  sont  nées  d’un  désir  de  lumière.  Les  murs  de  pierre  se  sont   habilles   de   verre   et   se   sont   élancés   vers   les   cieux.   En   moins   de   deux   cents   ans,   des   dizaines   d’édifices   monumentaux   s’érigent   au   nord   de   la   Loire.   Les   évêques   les   veulent   toujours   plus   hautes,   plus   imposantes...   Jusqu’à   la   catastrophe  finale  de  la  cathédrale  de  Beauvais  qui  marque  la  fin  de  la  course   au  gigan5sme.     Les   cathédrales   gothiques   sont   nées   dans   une   abbaye   a   quelques   lieux   de   Paris:  l’abba5ale  de  Saint-­‐Denis  n’est  pas  une  abbaye  comme  les  autres,  c’est   la  nécropole  des  rois  de  France.  Son  abbé  Suger  veut  faire  de  son  architecture   un  symbole  poli5que  –  créer  des  lieux  mul5ples  dans  un  espace  commun  en   faisant   entrer   la   lumière   –   en   faisant   disparaître   les   mur…   Pourtant   les   hommes  de  la  Renaissance  vont  qualifier  ceIe  architecture  de  barbare…  en  la   nommant  Gothique.    

Maqueae de  l’abbaye  de  Saint  Denis.    


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

Le déambulatoire   dessert   des   chapelles   rayonnantes   sous   des   voutes   d’ogives…   L’architecture   se   qualifie  par  trois  aIributs:      -­‐  L’arc  brise,  apparu  un  siècle  plus  tôt  en  Bourgogne,  permet  au  mur  de  prendre  de  la  hauteur.      -­‐  La  voute  d’ogives,  venues  de  Normandie,  repar5t  mieux  les  forces  des  ogives  et  permet  a  l’édifice   de  prendre  de  la  largeur.     -­‐   L’arc-­‐boutant,   venu   lui   aussi   de   Bourgogne,   cet   arc   de   maçonnerie   permet   de   contre-­‐buter   les   poussées   des   arcs.   Il   est   l’élément   le   plus   visible   de   l’architecture   gothique   avec   ses   longues   volées   latérales.  Pourtant,  les  premières  cathédrales  furent  construites  a  l’origine  sans  arcs-­‐boutants.    

La Cathédrale  de  Chartres.  C’est  la   Cathédrale  la  mieux  conservée  de  France.  


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

La Cathédrale  représente  la  Jérusalem  céleste.  L’objec5f  est  de  produire  une  idéalité.    

La Cathédrale  de  Chartres.  C’est  la  Cathédrale  la  mieux  conservée  de  France.  


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

Les marques  lapidaires  sont  très  visibles  dans  les  Cathédrales…  Elles  sont  les  premières  marques.  Et   la  pierre  calcaire  est  la  principale  ma5ère  première  des  Cathédrales.      

• 

C’est Villard   de   Honnecourt   qui   témoigne   le   mieux   de   la   standardisa5on   de   la   taille   et   des   gabarits   dans  les  carrieres  de  pierre  medievales.    


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

La cathédrale   d’Amiens   est   la   cathédrale   de   tous  les  superla5fs.  200.000  mètres  cubes…  Elle   pourrait  contenir  deux  Notre-­‐Dame  de  Paris,  42   mètres  de  hauteur  sur  voute.  

• 

Elle souffre   cependant   d’importants   défauts   structurels.   Elle   est   construite   comme   toutes   les   cathédrales   sur   un   schéma   de   croix   la5ne   –   A   l’est   en   direc5on   de   Jérusalem,   le   chœur   –   A   l’ouest   la   nef.   Et   perpendiculaire   a  cet  axe,  les  bras  du  transept.  Et  au  centre,  la  croisée  du   transept,   le   point   structurel   le   plus   fragile   d’une   cathédrale   gothique,   mais   son   plus   bel   élément   esthé5que.    


Les cathédrales  Notre-­‐Dame  de  Coutances  et  de  Reims  


Le siècle  de  la  raison  médiévale  

• 

•  • 

La cathédrale   de   Beauvais   est   la   cathédrale   pour  laquelle  le  fer  a  été  le  plus  u5lise  pendant   la   période   gothique.   Construite   a   par5r   de   1235,  saint  Pierre  de  Beauvais  est  la  plus  haute   cathédrale  du  monde,  et  avec  des  baies  de  110   mètres   carres,   elle   est   la   plus   immatérielle…   Folie  des  grandeurs?   Les   voutes   d’ogives   sont   renforcées   de   structures  en  fer.  Elles  les  rigidifient.     Contrairement  a  Amiens,  ceIe  cathédrale  n’est   pas  sor5e  indemne  de  sa  course  vers  les  cieux.   Elle   s’élancé   vers   le   ciel.   La   tour   lanterne   a   la   croisée   du   transept   s’est   effondrée   au   XIIIème   siècle.   Cet   effondrement   fut   si   spectaculaire   que  la  nef  gothique  ne  fut  jamais  construite.    


A l’ombre  du  château  nobles  et  manants   • 

•  • 

• 

• 

Les nobles  ont  engendre  une  noblesse:  Le  roi  en  Ile-­‐de-­‐France,  les  princes  ou  les  barons   ailleurs,  tous  les  grands  entendent  faire  régner  la  paix  a  l’intérieur  de  leurs  Etats  –  l’Eglise,   première   vic5me   des   violences   débridées,   y   incite   d’ailleurs   depuis   longtemps   la   chevalerie  en  promouvant  la  paix  puis  la  trêve  de  Dieu,  en  lui  interdisant  sous  peine  des   plus  terribles  sanc5ons  spirituelles  d’opprimer  «  les  pauvres  ».   Henri  II  Plantagenet,  devenu  duc  d’Aquitaine  par  son  mariage  avec  Aliénor,  l’héri5ère  du   duché,  entreprend  de  meIre  a  la  raison  ses  vassaux  de  Bretagne,  du  Poitou  ou  des  pays   de  la  Charente,  au  prix  d’in5midantes  expédi5ons  guerrières.     Cependant,   l’empire   Plantagenêt   est   plus   qu’a   demi   anéan5   au   nord   en   1204   par   les   offensives   du   roi   capé5en   contre   Jean   sans   Terre   –   mais   le   souverain   d’Angleterre   5ent   toujours  au  XIIIème  siècle  Bordeaux  et  la  Gascogne.  Pour  parvenir  a  ses  fins,  Henri  II  fut  le   premier  a  employer  a  grande  échelle  des  soldats  mercenaires,  des  rou5ers.  Ces  terribles   professionnels   du   combat   ne   reçoivent   ni   même   ne   recherchent   le   qualifica5f   de   chevaliers.   Le  vassal  doit  aide  a  son  seigneur  dans  quatre  cas:    -­‐  contribu5on  a  ses  frais  pour  la  croisade,    -­‐  paiement  de  sa  rançon.    -­‐  contribu5on  pour  la  chevalerie  de  son  fils,      -­‐  contribu5on  au  mariage  de  sa  fille,   Bientôt   les   chevaliers   se   disent   nobles   eux-­‐mêmes   et   forcent   ainsi   l’entrée   dans   une   nouvelle   classe   sociale,   la   noblesse.   Celle-­‐ci   se   reconnaît   a   un   certain   nombre   de   rituels   agréga5fs,   le   plus   significa5f   étant   celui   de   l’adoubement   –   un   coup   porte   du   plat   de   l’épée   sur   son   épaule   afin   d’aIester   sa   résistance   physique   –   c’est   la   «   colée   ».   CeIe   noblesse   partage   des   valeurs   que   l’on   qualifie   désormais   de   «   courtoises   »,   en   opposi5on   a  la  grossièreté  supposée  des  rustres  paysans.  Elle  se  caractérise  par  le  refus  obs5ne  du   travail   manuel   et   le   rejet   de   toute   ac5vité   tenue   pour   vile,   le   commerce   de   détail   par   exemple.        

Bertrand de  Born.  Il  a  fière  allure,  le   troubadour,  Bertrand  de  Born,  qui  se  fit  le   chantre  de  l’allégresse  ressenYe  au  combat!       .  

Cérémonie d’adoubement.  


Ruine de  Jean  sans  terre  

• 

• 

Voilà le  pape  vainqueur  de  l’empire  grec  malgré  lui.  La  réunion  des  deux  églises  est  opérée.  Innocent  est  le  chef  spirituel  du   monde.   L’Allemagne,   la   vieille   ennemie   des   papes,   est   mise   hors   combat   ;   elle   est   déchirée   entre   deux   empereurs   qui   prennent  le  pape  pour  arbitre.   Jean  mangeait  a  son  aise  les  biens  ecclésias5ques,  violait  les  filles  nobles,  achetait  des  soldats,  et  se  moquait  de  tout.  De   l’argent,   il   en   prenait   tant   qu’il   en   voulait   aux   prêtres,   aux   villes,   aux   juifs   :   il   enfermait   ceux-­‐ci   quand   ils   refusaient   de   financer,  et  leur  arrachait  les  dents  une  a  une.  En  1212,  Innocent  III,  rassure  du  cote  du  midi,  prêche  la  croisade  contre  Jean,   et   chargea   le   roi   de   France   d’exécuter   la   sentence   apostolique.   Une   floIe,   une   armée   immense   furent   assemblées   par   Philippe.  De  sa  cote,  Jean  réunît  à  Douvres  60.000  hommes.  Le  légat  du  Pape  qui  avait  passe  la  Manche,  lui  fit  comprendre   son  péril.  Jean  se  soumit  et  fit  hommage  au  pape.  Au  cœur  de  l’hiver  1214,  Jean  passa  la  mer  et  débarqua  à  La  Rochelle.  Il   devait   aIaquer   Philippe   par   le   Midi,   tandis   que   les   Allemands   et   les   Flamands   tomberaient   sur   lui   du   cote   du   Nord.   La   bataille   de   Bouvines,   si   fameuse   et   si   na5onale,   ne   semble   pas   avoir   été   une   ac5on   fort   considérable.   Jean   repassa   en   Angleterre,  vaincu,  ruine,  sans  ressource.  

Bataille de  Bouvines.  Elle  a  lieu  le  dimanche  27  juillet  1214  .   Elle  oppose  les  troupes  royales  françaises  de  Philippe   Auguste,  renforcées  par  les  milices  communales  et   soutenues  par  Frédéric  II  de  Hohenstaufen,  à  une  coaliYon   anglo-­‐germano-­‐flamande  menée  par  Ojon  IV.    Le   vainqueur  est  le  roi  de  France.     .  


A l’ombre  du  château  nobles  et  manants  

• 

• 

• 

• 

• 

Une chevalerie   protéiforme   et   menacée:   Les   chevaliers   voient   leur   nombre   augmenter  rapidement,  au  point  qu’il  s’en  repère  un  au  moins  dans  a  peu  près  tous   les   villages   de   France.   Nombre   de   ces   nouveaux   chevaliers   sont   en   fait   de   simples   hobereaux   de   village,   plus   chanceux   mais   guère   plus   fortunes   que   leurs   anciens   homologues  paysans  demeures  aIaches  a  la  glèbe.     Le   XIIIème   siècle   est   traverse   par   une   con5nuelle   course   a   l’adapta5on   puis   a   la   survie   de   la   pe5te   noblesse,   dont   la   marque   la   plus   spectaculaire   consiste   au   renoncement,  pour  beaucoup,  a  la  cérémonie  de  l’adoubement.  Moins  prévoyants   ou  plus  malchanceux,  nombre  de  pauvres  chevaliers  de  village  se  voient  condamnes   au   fil   des   années   a   mendier,   ou   presque,   leur   pain   en   échange   de   presta5ons   militaires   qui   retrouvent   celles   exigées   aux   siècles   précédents   des   hommes   de   garnison,  les  milites  castri.     Le   nombre   des   seigneurs   explose   ensuite   pour   aIeindre   environ   50   vers   1300.   Ils   s’organisent   sous   la   forme   de   lignages   ver5caux,   a   l’extrac5on   plus   ou   moins   obscure.   Comme   tous   les   fils   héritent   a   égalité   selon   la   vieille   loi   successorale   franque,   le   patrimoine   paternel   risque   d’éclater   en   plusieurs   unités   a   chaque   généra5on.  La  précau5on  la  plus  courante  prescrit  que  l’aine  d’une  fratrie  recevra  la   meilleure  part.     Les  vassaux  meIent  leurs  châteaux  «  jurables  et  rendables  »  que  leur  occupant  doit   ouvrir  et  meIre  a  la  disposi5on  de  leurs  seigneurs,  et  cela  des  la  première  demande   –  en  somme,  ils  sont  ravales  au  rang  de  simple  chef  de  garnison  sur  le  domaine  tenu   en  franchise  par  leurs  pères!   La   France   (dans   ses   limites   actuelles)   représente   environ   un   bassin   humain   d’environ   20   millions   d’habitants   et   un   pourcentage   extrapole   d’environ   2%   de   noblesse  vers  1300,  soit  340.000  personnes.    

Un château  et  son  bourg  subordonne:  Penne   d’Albigeois.  Le  château  paraît  symboliser   l’oppression  seigneuriale,  mais  il  ne  faut  pas   oublier  qu’il  protège  également.  Il  offre  aux   dépendants  du  seigneur  un  abri  contre  les   agressions  extérieures,  il  leur  fournit  du  travail   et,  en  cas  de  diseje,  des  subsistances.  Des  le   XIème  siècle,  des  bourgs  se  développent  donc   au  pied  des  forteresses.       .  

Une scène  d’hommage.  Le  vassal,  revêtu  de  son   armure,  se  Yent  agenouille  devant  son  seigneur,   en  habit  de  cour.  Les  mains  des  deux  hommes   sont  entrelacées  tandis  que  le  premier  jure   fidélité  au  second.  


A l’ombre  du  château  nobles  et  manants   • 

• 

•  • 

• 

Une paysannerie  soulagée  du  servage:  Le  très  haut  Moyen  Age  avait  longtemps  vécu  sur   un  clivage  simple:  d’un  cote,  il  y  avait  le  peuple  des  hommes  libres,  qu’ils  fussent  des   pe5ts  propriétaires  alleu5ers  ou  des  comtes  familiers  de  la  cour  royale;  de  l’autre,  des   esclaves,   reçus   au   nombre   des   chré5ens   grâce   au   baptême   qui   garan5ssait   qu’ils   avaient   bien   une   âme   au   contraire   des   animaux,   mais   dont   le   corps   ne   leur   appartenait   pas,   astreints   comme   ils   l’étaient   a   un   service   illimite,   qu’il   fut   domes5que,   ar5sanale   ou  agricole.     Le   besoin   de   bras   nombreux   se   fait   ressen5r   dans   les   zones   de   colonisa5on   et   incite   les   entrepreneurs   de   peuplement   a   accorder   des   concessions   pour   ayrer   de   nouvelles   recrues,   concessions   que   leurs   voisins,   proches   ou   lointains,   doivent   consen5r   a   leur   tour,   bon   gré   ou   mal   gré,   afin   de   parer   la   fuite   de   leurs   propres   hommes,   ayres   par   un   régime  qu’ils  savent  plus  clément  ailleurs.     Dans  certaines  régions  de  la  France  septentrionale,  les  pouvoirs  nobiliaires,  soucieux  de   montrer   leur   bienveillance,   accordent   des   chartes   de   franchise   aux   villages   qui   le   demandent  ou  qu’ils  fondent.     Eleveur  de  bétail,  céréaliculteur  ou  vigneron,  le  paysan  du  XIIIème  siècle  doit  acquiIer   trois  types  principaux  de  versements:     -­‐   Envers   l’Eglise,   il     se   trouve   être   redevable   de   la   dime   –   dont   le   principe   se   jus5fie   par   l’Ancien  Testament  –  l’évêque  la  partage  avec  le  desservant  de  la  paroisse.       -­‐   Envers   les   détenteurs   des   droits   pesant   sur   les   parcelles   qu’il   met   en   valeur,   l’exploitant   doit   acquiIer   des   loyers,   un   cens   désormais   minime   puisque   fixe   nominalement  alors  que  la  monnaie  ne  cesse  de  se  dévaluer.      -­‐  Enfin,  il  reste  astreint  au  paiement  de  diverses  taxes  recogni5ves  de  sa  dépendance,   écrasantes   en   cas   de   dispari5on   du   tenancier   sans   héri5er   direct,   puisqu’alors   le   seigneur  s’approprie  l’essen5el  de  la  succession,  au  détriment  de  parents  éloignés.     Sans   être   totalement   absente   des   campagnes,   la   fiscalité   royale   ou   princière   s’abat   encore   au   premier   chef   sur   les   villes,   frappant   les   transac5ons   qui   s’y   concluent,   imposant  les  fortunes  immobiliers  des  citadins,  plus  faciles  a  es5mer.    

Un agent  seigneurial  dirige  et  surveille  le   travail  des  ouvriers  agricoles  embauches   pour  les  moissons.    

Cuve a  fouler.  


A l’ombre  du  château  nobles  et  manants  

• 

• 

• 

• 

• 

Les difficultés  rela5onnelles  ont  tôt  incite  les  seigneurs  a  se  décharger  du  plus  clair  de   leurs  soucis  de  percep5on  en  transférant  en  bloc  a  la  communauté  la  responsabilité  des   prélèvements  désormais  en  transférant  en  bloc  a  la  communauté  la  responsabilité  des   prélèvements.   CeIe   communauté   choisit   «   quatre   prud’hommes   qui   diront   ce   que   chacun  peut  payer  sans  avoir  a  vendre  son  héritage.  »   Le  devenir  des  pouvoirs  collec5fs:  Dans  les  villages  qui  ne  bénéficient  pas  de  franchises,   le   seigneur   demeure   le   maitre   absolu   des   lieux.   Les   incidents   trop   prévisibles   obligent   a   recourir  a  un  agent  de  surveillance  spécialisé,  le  messier,  qui  protège  les  cultures  contre   les  prédateurs,  y  compris  les  troupeaux.     Le   village   et   la   paroisse:   Les   origines   de   la   paroisse   plongent   dans   la   nuit   des   temps   chré5ens   en   Occident   et   l’époque   capé5enne   marque   la   stabilisa5on   a   peu   près   défini5ve  de  leur  réseau,  qui  perdure  ensuite  jusqu’à  l’aube  de  la  Révolu5on.     La  paroisse  procure  a  l’administra5on  l’unité  de  percep5on  qui  fonde  ses  calculs  fiscaux   –   en   dépit   des   chevauchements   ou   des   partages,   elle   se   confond   avec   la   seigneurie   rurale.   Dans   la   sphère   sociale,   trois   poles   résument   la   paroisse   et   l’essen5el   de   la   vie   spirituelle     des   popula5ons   médiévales   puis   modernes:   les   fonts   bap5smaux,   sur   lesquels   le   nouveau-­‐né   reçoit   l’aspersion   de   l’eau   régénérant   qui   l’agrège   a   la   communauté   des   croyants;   le   cime5ère   qui   accueille   sa   dépouille   au   terme   de   son   pèlerinage   terrestre;   l’église,   enfin,   qui   abrite   la   cuve   bap5smale   et   jouxte   l’âtre   mortuaire.   Le   bâ5ment   cultuel   procure   a   son   environnement   villageois   le   seul   monument  remarquable.     Normalement,  résident  et  stable  au  XIIIème  siècle,  le  prêtre  se  dis5ngue  de  plus  en  plus   du   commun   des   villageois   par   son   habit:   il   vit   seul   ou   avec   une   servante   âgée,   sa   parente   si   possible,   dans   une   maison   de   bon   aloi,   accolée   a   un   pe5t   jardin.   Il   est   un   homme  respecte  par  son  état,  et  il  peut  se  faire  le  porte-­‐parole  de  ses  ouailles  auprès   du  seigneur  ou  des  autorités  supérieures.  

Village ecclésial  de  Bram  dans  l’Aude.  


A l’ombre  du  château  nobles  et  manants  

• 

• 

• 

• 

Malgré la   modes5e   rela5ve   de   sa   condi5on   dans   les   pe5tes   paroisses  rurales,  le  prêtre  fait  figure  de  privilégié  pour  se  voisins,   se   situant   au   niveau   des   agriculteurs,   dont   il   est   d’ailleurs   bien   souvent    issu.     Quelquefois,  le  seigneur  du  lieu  a  choisi  a  l’intérieur  du  temple  de   Dieu   l’emplacement   de   sa   sépulture,   marque   par   une   dalle   plate   gravée  de  ses  armoiries,  ou  un  enfeu,  un  gisant  sous  un  arc,  loge   dans  la  maçonnerie  d’un  bas-­‐côté,  de  façon  excep5onnelle,  il  peut   aussi  s’y  ménager,  pour  lui  et  sa  famille,  une  chapelle  priva5ve.   Les   non   agriculteurs   au   village:   Le   pe5t   seigneur   campagnard,   maitre  du  foncier  d’une  paroisse  ou  d’une  frac5on  de  sa  paroisse,   peut  y  imposer  son  ordre  en  parcourant  ses  terres,  autant  pour  le   plaisir   de   donner   de   l’exercice   a   son   cheval   que   pour   surveiller   l’ac5vité  de  ses  vassaux.  Les  délits  fores5ers  ont  de  tout  temps  été   nombreux,   et   il   importe   au   maitre   de   la   foret   de   défendre   ses   arbres   contre   les   coupes   de   branches   plus   vertes   que   mortes,   de   préserver   les   jeunes   pousses   des   aIaques   des   animaux   domes5ques   recherchant   leur   pâture,   de   protéger   les   bêtes   sauvages  qu’il  réserve  a  sa  chasse.     La   réputa5on   du   meunier   est   par5culièrement   détestable:   les   fabliaux   l’accusent   de   gruger   sa   clientèle   sur   la   qualité   de   la   marchandise  qu’il  lui  res5tue,  de  profiter  de  la  longue  sta5on  des   femmes   en   aIente   de   la   mouture   pour   les   saouler   de   belles   paroles.   D’autres   ar5sans   existent   dans   les   campagnes:   on   pense   bien  sur  a  l’indispensable  forgeron  qui  répare  les  ou5ls,  maitre  du   feu  a  la  carrure  de  colosse.    

Cathédrale de  Chartres.  Le  forgeron.  


Les villes  

• 

• 

• 

• 

• 

• 

Les fruits   de   l’histoire:   En   dehors   de   Marseille   et   de   Nice   fondées   par   des   colons  grecs,  les  plus  anciens  centres  de  popula5on  agglomérée  apparus  dans   ce  qui  était  encore  la  Gaule,  sont  issus  de  la  volonté  des  Romains  d’appliquer   a   leur   nouvelle   province   les   cadres   habituels   d’une   administra5on   organisée   autour  de  la  civitas.     La  plupart  de  ces  cites  ont  du  s’entourer  de  remparts  en  raison  des  incursions   barbares   du   IIIème   siècle   et,   par   la   suite,   certaines   ont   sombre,   balayées   en   même   temps   que   la   civilisa5on   dont   elles   étaient   la   vitrine.   La   plupart   des   villes  moyennes  ou  importantes  de  la  France  doivent  en  fait  leur  main5en  a  la   résidence  en  leurs  murs  d’un  évêque,  5tulaire  de  l’église  cathédrale.     La   géographie   des   implanta5ons   mendiantes   permet   de   déterminer   l’importance   rela5ve   des   villes.   En   1330,   on   abou5t   pour   la   France   dans   ses   limites  actuelles  a  une  de  226  villes  comportant  des  couvents  de  Mendiants.   L’enceinte:   Capitale   du   royaume,   Paris   dispose   d’une   muraille   modèle,   celle   de   Philippe   Auguste,   précédée   d’un   fosse   de   dix   mètres   de   largeur   et   d’une   profondeur   presque   similaire.   Les   fonc5ons   de   la   muraille   sont   autant   symboliques  que  pra5ques  en  un  siècle  ou  règne,  pour  l’essen5el,  la  paix.     La   ville   étend   souvent   son   ban   (son   pouvoir   de   commander)   sur   un   rayon   d’une   lieue   (4400   km)   et   est   en   droit   de   mobiliser   les   habitants   de   ce   «   circuit   »   soumis   par   ailleurs   a   sa   loi   (sa   coutume).   C’est   sa   banlieue.     Des   dizaines  de  mé5ers  sont  charges  par  roulement  de  la  surveillance  des  portes   et  de  la  luIe  contre  les  incendies.     Le  château  devient  le  lieu  de  garnison  d’une  troupe  de  soldats  professionnels,   charges   sous   les   ordres   d’un   capitaine   de   surveiller   la   cite   et   d’y   assurer   le   respect  de  l’autorité.    

Aigues-­‐Mortes. Le  domaine  capéYen  ne  possède  qu’une   fenêtre  étroite  sur  la  Méditerranée.  C’est  la  que  saint   Louis  fonde  un  port  nouveau  que  les  alluvions  du  Rhône   envasent  rapidement.    


Les villes  

•  • 

• 

• 

• 

Derniers venus,   les   ordres   mendiants   s’implantent   dans   un   premier   temps   a   l’extérieur  des  murailles,  puis  essaient  de  se  retrouver  au  cœur  de  la  ville.     En   rupture   radicale   avec   les   pra5ques   de   l’An5quité   qui   rejetait   ses   morts   hors  de  la  cite,  le  Moyen  Age  chré5en  favorise  l’inhuma5on  de  ses  défunts   dans  le  cadre  paroissial  qui  fut  le  leur  durant  leur  vie.     Les   rue   médiévales   sont   en   général   étroites   (de   simples   sentes   souvent),   tortueuses,   dégénérant   en   impasses,   mutant   en   escaliers   de   pierre.   Le   pavage   urbain   ne   commence   a   se   répandre   qu’a   par5r   du   règne   de   Louis   IX,   en   1251.   Apres   la   muraille,   la   halle   (la   cohue   en   Bretagne…)   représente   le   premier  inves5ssement  monumental  laïc,  même  si  la  place  de  marche  n’est   souvent  qu’un  simple  élargissement  de  la  rue  principale.     La  prison  n’ayant  pour  le  moment  qu’une  fonc5on  technique  non  afflic5ve,   celle   de   retenir   et   garder   a   la   disposi5on   de   la   jus5ce   délinquante   et   prévenus,   elle   n’a   donc   pas   de   bâ5ment   qui   lui   soit   vraiment   propre   dans   le   paysage  urbain.     La   texture   des   villes:   La   ville   demeure   assez   indifférenciée   dans   son   expression   spa5ale:   des   pauvres,   comme   des   riches,   se   côtoient   un   peu   partout.   Une   ségréga5on   sociale   existe   pourtant   –   elle   s’affirme   selon   l’étage  occupe  dans  l’immeuble  au  moins  dans  les  plus  grandes  villes.  Au  rez   de  chaussee,  des  ouvroirs,  a  la  fois  ateliers  et  bou5ques  donnent  sur  la  rue,   puis   vient   l’etage   noble   réservé   aux   plus   fortunes;   ensuite,   au   fur   et   a   mesure  que  l’on  grimpe  vers  les  combles,  le  niveau  de  revenu  des  locataires   s’affaisse   tandis   qu’augmente   leur   densité.   Durant   des   siècles,   la   ville   de   Paris  s’est  construite  sur  elle-­‐même.    

Moulins sous  un  pont  de  Seine.  Entre  les  piles  d’un  pont   de  Paris,  la  ou  le  courant  est  le  plus  fort,  des  barques  sont   solidement  amarrées:  elles  portent  chacune  la  mécanique   d’un  moulin,  qu’acYonne  la  grande  roue  dont  les  pales   plongent  dans  le  fleuve.    

L’hôtel de  ville  et  la  halle  de  Ypres,  avant  leur   destrucLon  en  1914.  


Les villes   • 

• 

• 

• 

• 

La ques5on  du  feu  et  de  l’eau:  Rouen  brule  10  fois  entre  1200  et  1225.  En   1244,  c’est  au  tour  de  Limoges,  puis  en  1297  de  Toulouse.  Plus  lancinants,   mais   moins   spectaculaires,   les   problèmes   de   salubrité   publiques,   dont   les   contemporains   se   montrent   tout   a   fait   conscients.   On   peut   puiser   directement   l’eau   a   la   rivière,   puis   la   porter   a   la   domicile,   une   ac5vité   qui   assure  la  survie  économique  de  nombreux  gagne-­‐pe5t.     La  ville  comme  siège  de  pouvoir:  Pour  prévenir  tout  risque  de  contesta5ons   et   de   désordres,   le   désarmement   intérieur   des   villes   est   entrepris   avec   fermeté  et  constance.  La  grande  tour  du  Louvre  devient  le  coffre-­‐fort  du  roi   et  le  siège  de  ses  comptables.     La  ville  comme  pole  produc5f:  Le  tex5le  est  au  Moyen  Age  l’industrie  reine.   D’une   façon   générale,   les   draps   français   sont   un   ar5cle   fort   prise   sur   le   marche   européen.   La   présence   permanente   ou   le   passage   d’une   clientèle   aisée   alimente   une   produc5on   de   luxe,   pour   laquelle   Paris   affirme   son   avance  grâce  aux  commandes  de  la  cour.     Dans   un   monde   plein   ou   l’espace   est   désormais   limite,   l’alimenta5on   accorde   une   place   mesurée   a   la   viande:   la   grande   époque   des   bouchers   vient   plus   tard,   après   les   catastrophes   démographiques   du   XIVème   siècle.   Tavernes   et   auberges   donnent   a   boire   plutôt   qu’a   manger   et   leur   receIes   culinaires  demeurent  mal  connues.     La   ville   comme   pole   commercial:   Le   développement,   dans   le   courant   du   XIIème   siècle,   de   la   doctrine   du   Purgatoire   amorce   une   5mide   tolérance   pour   cet   intermédiaire   qu’est   le   marchand,   jusqu’à   la   condamne   par   principe.   La   différence   entre   les   acteurs   de   l’économie   d’échange   sont   énormes.   Les   gagne-­‐pe5t   («   pieds   poudreux   »   ou   colporteurs   des   campagnes,   pe5ts   bou5quiers   des   villes).   A   un   niveau   supérieur,   apparaissent   des   marchands   i5nérants   au   long   cours.   Les   négociants   agissent  a  un  niveau  encore  supérieur.    

La bouLque  des  drapiers.  Cathédrale  de  Chartes.  

La bouLque  du  pelleLer.  Cathédrale  de  Chartes.  


Les villes  

• 

•  • 

A Paris,   en   1290,   on   compte   107   feux   de   Lombards,   dont   une   trentaine   de   compagnies.   A   ces   dernières,   les   gros   profits,   mais  aussi  des  risques  énormes  a  cause  des  emprunts  obligataires,  des  «  dons  »  gracieux  extorques  par  les  princes,  jamais   rembourses   qui   provoquent   des   faillites   reten5ssantes.   Ces   compagnies   sont   des   sociétés   de   droit   prive,   associant   des   hommes   d’affaires   apportant   chacun   une   part   de   capital.   Des   1291,   les   Lombards   de   Paris   ont   été   arrêtés,   dépouilles   de   leurs  biens,  puis  relâchés.  Comme  les  juifs,  les  Lombards  servent  d’éponge  a  finances  au  prince.     Les  hanses  marchandes  sont  des  associa5ons  strictement  professionnelles  réservées  a  une  élite  de  la  fortune,  et  ayant  pour   voca5on  la  défense  du  pouvoir  économique  de  ceIe  élite  par  l’imposi5on  d’un  monopole  de  droit.     L’air  de  la  ville  rend-­‐t’il  libre?:  On  devient  bourgeois  (cives  en  la5n)  sous  certaines  condi5ons  d’honorabilité,  de  résidence   (en   général   une   année   suffit),   de   fortune,   même   si   le   seuil   minimal   du   droit   d’entrée   apparaît   assez   bas.   Par   la   suite,   le   bourgeois  dépend  de  la  jus5ce  de  sa  ville,  celle  de  la  municipalité  comme  celle  du  ou  des  seigneurs  pour  ce  qui  est  de  leur   ressort  territorial.   • 

• 

Les classes  dominantes:  A  compter  des  années  1250,   la   noblesse   ancienne   a   tendance   a   se   ruraliser,   se   voyant  peu  a  peu  exclue  du  gouvernement  de  la  cite   et  menacée  dans  ses  privilèges  tradi5onnels.     L’Eglise  demeure  le  premier  propriétaire  citadin.  Son   patrimoine  est  ancien,  inaliénable  en  droit.    

Leare du  roi  Philippe  (le  Bel)  accordant  à  la  ville  de   Cahors  la  permission  de  lever  et  recevoir  barre  ou   passage  pour  la  construcYon  du  Pont  Neuf.  


Les villes  

• 

• 

• 

• 

• 

Nouveaux venus   et   marginaux:   L’immigra5on   cons5tue   une   donnée   structurelle   de   l’histoire   urbaine   a   travers   les   âges:   elle   assure   la   croissance   de   la   popula5on   des   villes,  soit  par  la  venue  des  ruraux,  soit  par  celle  de  gens  issus  de  moindres  cites.  Pour   ces  personnes  souvent  isolées,  sans  grandes  ressources,  n’appartenant  pas  vraiment   a   une   paroisse   citadine   et   encore   moins   a   une   confrérie,   les   couvents   des   ordres   mendiants   proposent   une   première   forme   d’intégra5on   et   leur   assurent   au   moins   un   enterrement  décent.     En   l’absence   d’un   milieu   organise,   la   délinquance   bénéficie   de   la   première   ostenta5on   de   l’argent,   mais   surtout   de   la   complexité   du   découpage   juridic5onnel   entre   les   territoires   des   différentes   seigneuries   imbriquées   les   unes   dans   les   autres   comme  a  Paris,  de  la  mul5plicité  des  mo5fs  d’exemp5on  et  de  trop  nombreux  lieux   d’immunité  tels  qu’églises  et  hôpitaux,  ou  les  sergents  ne  peuvent  procéder  a  aucune   arresta5on.     Quand   ils   arrivent   a   interpeller   un   malfaiteur,   la   jus5ce   se   montre   bien   plus   dure   contre  les  voleurs  (surtout  ceux  ayant  opéré  de  nuit)  qu’envers  les  violents  –  sur  30   personnes  jugées  pour  vol,  22  sont  condamnées  a  mort  et  jugées  sans  délai.     Il  n’est  pas  ques5on  avant  1350  d’enfermer  les  pros5tuées  dans  un  pros5bulum  (une   maison   close)   place   sous   la   responsabilité   des   autorités   municipales.   Le   mé5er   demeure   libre,   aux   risques   et   périls   de   leur   âme,   pourvu   que   leur   ac5vité   soit   discrète,  a  défaut  d’être  secrète.     La   charité   et   le   réseau   hospitalier:   La   charité   ins5tu5onnelle   est   le   fait   des   aumôneries  de  couvents,  des  maisons  de  Templiers  et  d’Hospitaliers  de  Saint-­‐Jean.  La   distribu5on   des   reliefs   de   repas   des   évêques   et   des   seigneurs   passe   pour   une   pra5que   pieuse,   celle   des   vivres   revient   a   des   jours   fixes,   surtout   le   vendredi,   en   mémoire  de  la  passion  du  Christ.    

Enluminure du   XIIIème  siècle.  

La synagogue   vaincue.  


Les villes   • 

• 

• 

• 

• 

On décèle  un  réseau  hospitalier  dense,  mais  compose  d’établissements  d’importance   fort  inégale,  d’une  efficacité  thérapeu5que  médiocre,  fondée  sur  la  suralimenta5on   des  malades,  plutôt  que  sur  l’administra5on  de  soins  cura5fs.  En  1328,  Paris  dispose   d’une  soixantaine  d’hôpitaux,  au  premier  rang  desquels  vient  l’Hôtel-­‐Dieu    établi  sur   l’ile  de  la  Cite  depuis  l’époque  franque.     Le   gouvernement   de   la   cite:   A   l’origine   de   la   renaissance   urbaine   en   Occident,   le   seigneur   de   la   ville   (l’évêque   en   par5culier)   recherche   une   simple   aide   pour   sa   ges5on  quo5dienne  des  affaires  courantes  de  la  cite  auprès  des  »  boni  homines  »  qui   agissent   de   concert   avec   lui   et   se   recrutent   dans   les   milieux   sociaux   dominants   (noblesse,   bourgeoisie).   Le   peuple   des   assemblées   de   ville,   «   l’universitas   »   des   bourgeois,  est  en  pra5que  très  peu  convoque  et  demeure  sans  grand  pouvoir.     Si   les   rivalités   entre   familles   pour   l’exercice   du   pouvoir   citadin   sont   restées   fameuses   en   Italie,   elles   ne   sont   toutefois   pas   réserves   a   la   Péninsule.   Des   règlements   de   comptes   entre   clans   se   répètent   aussi   en   Flandre   a   travers   la   guerre   des   amis.   De   même,  les  villes  provençales  font  appel  a  un  étranger  rémunéré  pour  les  gouverner,   souvent   un   Italien,   un   podestat   –   professionnel   de   la   ges5on   des   villes,   lui-­‐même   juriste  expérimenté,  entoure  d’une  équipe  rodée  aux  taches  de  police  et  de  ges5on.   Ce   magistrat   sans   aIache   locale   prend   en   mains   les   affaires   pour   un   mandat   a   durée   déterminée,  non  renouvelable.     Les   villes   et   les   pouvoirs   supérieurs:   Le   roi   est   représenté   par   un   prévôt   dans   ses   bonnes   villes   du   domaine   royal   tandis   que   les   autres   cites   sont   dominées   par   le   clergé.  En  1262,  saint  Louis  prescrit  que  désormais  chaque  commune  de  France  et  de   Normandie   présente   l’état   annuel   de   ses   finances,   et   il   rend   les   édiles   personnellement  responsables  de  leur  endeIement.     Pour   entériner   la   condamna5on   des   Templiers,   et   a   Paris   en   1314   encore,   dans   la   perspec5ve  de  la  guerre  contre  les  Flamands,  les  villes  sont  ainsi  reconnues  comme   l’un  des  trois  ordres  du  royaume  a  l’occasion  de  la  tenue  de  ces  Etats  généraux.    


Doulce France? • 

• 

• 

• 

Un credo   simple:   Une   lente   évolu5on   a   permis   de   passer   au   siècle   précédent   de   la   croyance   en   des   «   feux   purgatoires   »   indécis   dans   lesquels   l’âme   pècheresse   subissait   les   tourments   quasi   eternels   appelés   par   ses   fautes,   a   celle   d’un   lieu   spécifique   inscrit   dans   la   géographie   de   l’au-­‐delà,   le   Purgatoire   qui   accueille   le   plus   grand   nombre   des   âmes   en   peine.   L’enfer   se   trouve   réservé   aux   pécheurs   irrécupérables,   païens,   héré5ques   endurcis,   et   spécialement   aux   ennemis   de   la   foi   qui   ont   refuse   ou   rejeté   la   Révéla5on   divine.   Et   presque   personne   non   plus   ne   pénètre   directement   au   Paradis   des   justes,   hormis   quelques   saints   et   une   poignée   d’âmes   d’élite   signalées   par  leurs  vertus  et  une  vie  sans  tache.     Le  purgatoire  diffuse  un  message  plutôt  op5miste,  car  il  représente  un   sas  ouvrant  a  terme  sur  le  salut,  un  temps  d’expia5on  nécessaire.  La   piété   infléchît   le   courroux   du   Seigneur   (l’Eglise   accorde   des   «  indulgences  »  en  retour  de  certains  actes  volontaires,  de  dévo5on,   le  pèlerinage  en  par5culier).     La   dévo5on   a   Marie,   mère   du   Dieu   incarne,   a   connu   une   large   expansion   au   cours   du   XIIème   siècle   (tous   les   monastères   cisterciens   et   la   plupart   des   cathédrales   gothiques   lui   sont   consacres).   Marie   intègre   de   plus   en   plus   la   configura5on   divine:   les   Franciscains   commencent   a   développer   l’idée   de   son   Immaculée   Concep5on,   laquelle   accorde   a   la   mère   du   Fruit   divin   un   statut   éminent   parmi   toutes  les  femmes.   Désormais,  Dieu  est  amour.  L’humanité  glorieuse  du  Christ  se  trouve   partout   exaltée:   la   période   suivante   insistera   sur   les   affres   de   sa   Passion  plus  douloureusement  ressen5e  au  milieu  des  troubles  et  des   calamites.    

La Vierge  dorée.  Cathédrale  d’Amiens.  Elle  est   légèrement  hanchée,  le  poids  du  corps  portant  sur   une  seule  jambe.  C’est  la  première  des  vierges   hanchées.      


Doulce France? • 

• 

• 

• 

• 

La religion  se  confond  toujours  avec  le  respect  scrupuleux  des  rites  appliques  a  la   leIre  plutôt  que  compris  ou  vécus.  L’assistance  a  la  messe  dominicale  suppose  en   effet  aucune  par5cipa5on  ac5ve  a  l’office  par  le  chant,  la  prière,  la  communion,  ni   même  un  véritable  suivi  des  gestes  liturgiques  accompli  par  le  prêtre,  d’autant  que   celui-­‐ci   officie   en   la5n,   le   dos   tourne   a   l’assemblée,   et   qu’il   se   trouve   neIement   ségrégé  d’elle  par  l’emplacement  de  l’autel  isole  dans  le  chœur.     Le  socle  de  la  famille:  La  cellule  familiale  étroite  s’affirme  bien  comme  le  socle  de   la   société,   a   tous   les   niveaux   de   celle-­‐ci:   dans   l’aristocra5e   et   la   noblesse,   elle   s’incarne   dans   la   lignage   –   chez   les   paysans,   l’essen5el   est   pour   eux   d’assurer   a   l’unité  de  produc5on  qu’est  le  foyer  domes5que  la  main  d’œuvre  nécessaire  a  sa   bonne  marche.   Dans   tous   les   cas,   le   couple   parental   et   ses   enfants   cons5tue   a   lui   seul   la   famille   étroite:   les   grands   parents   survivent   rarement   assez   longtemps   pour   voir   grandir   leurs   pe5ts   enfants   –   saint   Louis   est   le   premier   roi   de   France   a   garder   quelque   souvenir   de   son   grand   père,   Philippe   Auguste.   Le   fondement   légal   de   la   famille   est   l’ins5tu5on   du   mariage,   promu   en   sacrement   de   l’Eglise   catholique.   Les   unions   trop   précoces   sont   désormais   interdites   –   il   faut   aIendre   que   la   fille   soit   nubile   (soit   vers   12   ans   selon   la   coutume   la   plus   usuelle)   pour   la   donner   en   mariage   et   que  le  garçon  ait  aIeint  ses  14  ans.     Cellule  de  base  de  la  produc5on  ar5sanale  et  paysanne  plutôt  que  cadre  douillet   de   l’épanouissement   d’un   bonheur   in5me,   le   foyer   est   perçu   par   les   théologiens   comme  un  mal  nécessaire:  a  leurs  yeux,  il  vaut  mieux  vivre  dans  l’état  conjugal  que   bruler  de  passions  dangereuses  pour  l’âme.     Des   que   l’épouse   est   enceinte,   son   mari   ne   doit   plus   la   connaître:   lorsqu’elle   a   La  sainte  Chapelle  a  Paris.  Elle  a  pris  la   forme  d’un  reliquaire.     accouche,   la   jeune   mère   demeure   impure   durant   une   période   de   40   jours,   au   terme   desquels   une   cérémonie   par5culière   de   réconcilia5on,   les   relevailles,   lui   permet   de   retrouver   une   vie   sociale   normale   et   de   fréquenter   a   nouveau   l’église   paroissiale.    


Doulce France?

• 

• 

• 

• 

• 

L’éduca5on des   enfants:   Une   pra5que   éduca5ve   volon5ers   ludique   vise   a   ini5er   tôt   l’enfant   a   l’appren5ssage   des   leIres,   gravées   sur   des   pe5ts   cubes   qu’il   rassemble   en   jouant.     L’éduca5on  morale  et  sociale  demeure  au  centre  des  préoccupa5ons  des  parents  comme   des   maitres.   Il   convient   d’ancrer   les   contenances,   les   manières   de   table,   les   règles   de   politesse  en  général,  le  respect  du  aux  adultes  comme  aux  supérieurs,  dans  l’esprit  des   jeunes  en  les  convainquant  qu’ils  y  trouveront  plus  tard  leur  intérêt.     Chez  les  plus  aises,  les  garçons  sont  enlevés  vers  6-­‐7  ans  au  milieu  strictement  féminin   qui   entoure   la   pe5te   enfance.   Les   fils   de   la   noblesse   servent   vers   12-­‐14   ans   dans   la   mesnie  (la  maison)  du  seigneur  de  leur  père.     La  morale  des  fabliaux:  Récits  brefs,  de  quelques  dizaines  a  quelques  centaines  de  vers,   les  fabliaux  narrent  par  le  menu  des  situa5ons  paradoxales  greffées  sur  un  fond  de  vie   quo5dienne   très   stylise   et   archétypal,   largement   urbain   donnant   la   vedeIe   aux   bons   tours   et   exclama5ons   joyeuses.   Un   5ers   des   fabliaux   verse   dans   la   grivoiserie   et   la   scatologique   –   les   autres   se   veulent   simplement   amusants   et   instruc5fs   aux   dépens   de   personnages   types,   le   paysan   niais   et   roublard,   le   vieux   mari   riche   et   cocufie   par   son   tendron  d’épouse,  le  cure  trousseur  de  jupons  ou  porte  sur  la  mangeaille,  le  noble  imbu   de  sa  personne,  le  frère  mendiant  obsédé  par  ses  confesses.       Les   plaisirs   du   corps:   Festoyer   avec   ses   amis   charnels,   ses   compagnons   de   travail,   ses   voisins,   ses   confrères,   représente   l’un   des   moments   les   plus   importants   de   la   vie   de   chacun,  des  qu’il  le  peut  et  que  l’occasion  ou  l’obliga5on  rituelle  s’en  présente.  La  société   d’abondance,   la   simple   sécurité   alimentaire   sont   encore   a   venir   pour   le   plus   grand   nombre.   Comme   toujours   au   Moyen   Age,   les   viandes   sont   servies   bouillies   plutôt   que   rô5es   –   ce   qui   donne   une   grande   importance   aux   sauces   et   aux   épices   qui   les   accompagnent.    


Doulce France? • 

• 

• 

•  • 

• 

Les dames   ne   s’autorisent   aucun   décolleté,   mais   affichent   de   modestes   parures,   et   toujours   une   coiffure,   de   simple   voile   des   paysannes   ou   des   religieuses   a   des   composi5ons  déjà  savantes.  La  mode,  en  quelque  sorte  «  unisexe  »,  se  contente  d’une   coupe  des  habits  assez  uniforme:  seule  la  qualité  des  5ssus  employés,  leur  teinture  plus   ou  moins  franche  et  durable  (elle  dépend  de  la  qualité  et  du  nombre  de  passages  dans   les  bains  colorants),  leur  état  d’usure  permeIent  de  situer  leur  porteur  dans  la  société.     L’Eglise   reproche   a   la   danse   non   pas   de   se   tenir   en   des   lieux   qui   nous   semblent   inappropriés  –  on  danse  dans  le  cime5ère  a  l’occasion,  comme  les  marchands  forains  y   installent   leurs   tréteaux   lors   de   la   foire   –   mais   plutôt   de   venir   distraire   de   leurs   obliga5ons   les   fideles   le   dimanche,   une   journée   qui   devrait   être   tout   en5ère   réservée   au   Seigneur.     Contrairement  a  ce  que  voudrait  une  déplorable  légende  noire,  les  gens  du  Moyen  Age   se   lavent   aussi   souvent   que   possible,   entre5ennent   avec   soin   leurs   habits   et   ils   ont   un   souci  certain  de  leur  présenta5on  –  en  ville,  de  nombreuses  étuves  sont  a  la  disposi5on   du  public.   Les  sports  et  l’esprit  de  compé55on:  Les  ac5vités  spor5ves  sont  réservées  aux  garçons  et   aux  hommes  faits.  Le  cheval  d’arçon  est  déjà  la  pour  apprendre  a  sauter  sur  un  cheval.     La  compé55on  entre  deux  «  conrois    »,  deux  équipes,  voit  se  restreindre  peu  a  peu  son   champ   de   bataille,   désormais   clôture   par   des   lices   ou   palissades   –   le   tranchant   ou   la   pointe  des  armes  sont  aussi  émoussés  «  a  plaisance  »  tandis  que  les  protec5ons  du  corps   se  renforcent.  Les  pères  assembles  en  conciles  œcuméniques  condamnent  régulièrement   ceIe   pra5que   du   tournoi   –   Jean   XXII   ne   fera   que   les   autoriser   au   prétexte   de   la   prépara5on  a  la  croisade.     Les  diver5ssements:  Une  distrac5on  se  trouve  blâmée  par  les  autorités,  qu’elles  quelles   soient:   le   jeu   de   hasard,   le   jeu   de   des.   D’abord   parce   que   le   hasard   du   jet   des   des   insulte   la  majesté  divine  en  niant  la  parcelle  d’intellect  que  Dieu  a  infusée  a  l’homme.  Louis  IX   fait   la   police   dans   son   entourage.   D’autres   jeux   de   table   sont   tolérés,   le   trictrac,   sinon   encourages,  tel  le  jeu  des  échecs,  car  ils  se  pra5quent  au  calme,  loin  des  auberges  mal   famées  ou  des  postes  de  garde  bruyants.    

Le fils  prodigue  joue  aux  des.  Cathédrale   de  Chartes.  


Doulce France? •  • 

• 

• 

La chasse   représente   une   distrac5on   véritable:   le   sceau   secret   (personnel)   de   Philipe   IV   le   Bel,   figure   un   cerf   courant,   et   ce   souverain   décédé   des   suites   d’un   accident  de  chasse,  un  plaisir  auquel  il  s’était  adonne  aussi  souvent  qu’il  l’avait  pu.     Les  Français  et  leur  liIérature:  Les  contes  de  Bretagne  se  résument  en  large  part   aux  romans  arthuriens,  dont  Chré5en  de  Troyes  (après  1181)  a  fonde  la  renommée   sur  le  con5nent  –  il  s’y  adjoint  l’amour  impossible  liant  Tristan  a  Iseult,  que  Thomas   d’Angleterre   et   Béroul   ont   introduit   dans   les   mêmes   années   auprès   du   public   français.   Il   s’agit   de   contes   merveilleux   qui   se   déroulent   dans   un   monde   et   une   humanité   parallèles,   que   chaque   auteur   enrichit   a   sa   guise   des   fruits   de   son   imagina5on  et  des  fantasmes  qui  plaisent  a  son  public.   Enfin,  la  ma5ère  de  France  représente,  en  théorie  au  moins,  le  suc  de  la  na5on  en   construc5on,   la   Chanson   de   Roland,   dont   le   premier   état   du   texte   est   date   des   alentours   de   1100,   avait   ouvert   la   voie   a   la   mise   par   écrit   de   la   geste   na5onale   des   Francs.     La   diversifica5on   des   LeIres   françaises:   Trois   domaines,   essen5els,   demeurent   interdit  au  français:  la  théologie,  le  droit  romain  et  la  science,  tous  trois  réserves   par   essence   au   la5n,   la   seule   langue   de   la   connaissance   supérieure,   la   langue   universelle,   celle   du   savoir   théorique   et   de   l’université.   Pour   le   reste,   le   recours   au   français   progresse   a   l’écrit.   La   France   capé5enne   a   légué   au   patrimoine   liIéraire   universel   quelques   œuvres   d’excep5on   –   notamment   le   Roman   de   la   Rose.   Il   installe   le   «   fin   amor   »   dans   la   proximité   de   Paris   et   des   rudes   chevaliers   de   Bouvines   qui   ont   tombe   l’armure   dans   le   jardin   de   Liesse,   ou   Jeunesse   rencontre   différentes   allégories   qui   l’ini5ent   au   joies   de   l’amour   dans   un   espace   onirique,   dont  l’accès  est  interdit  aux  non-­‐valeurs  du  dehors  (Vieillesse,  Pauvreté,  Jalousie)   et   même   au   clergé.   Une   sensualité   paisible   déborde   de   tout   le   poème,   songe   incarne   d’un   idéal   de   courtoisie   rêvée:   «   Il   n’est   pas   plus   grand   paradis   que   disposer  de  sa  mie.  »   IllustraLons  du  Roman  de  la  Rose.    


L’ours –  histoire  d’un  roi  déchu • 

• 

• 

Pour les   Germains,   combaIre   et   tuer   un   ours   représente   le   passage   oblige   pour   accéder   au   monde  des  guerriers  adultes.  Lʼours  est  non  seulement  le  roi  de  la  foret  mais  aussi  une  créature   intermédiaire   entre   le   monde   des   bêtes,   celui   des   hommes   et   des   dieux.   Cʼest   en   léchant   longuement   ses   oursons   moribonds   que   lʼourse   les   ramène   a   la   vie,   les   réchauffe,   leur   donne   forme  et  vigueur  (légende  médiévale).     Lʼours   en   vieux   slavon,   cʼest   «   medvedev   ».Les   ennemis   des   ours   ne   sont   alors   pas   tant   Charlemagne  et  ses  troupes  que  les  prélats  et  les  clercs  qui  les  entourent.  Ce  sont  eux  qui  ont   déclare   la   guerre   au   plus   fort   de   tous   les   animaux   présents   sur   le   sol   européen   et   décide   son   extermina5on,  du  moins  en  terre  germanique.  A  cela,  une  raison  précise  :  en  ceIe  fin  du  VIIIème   siècle,   dans   toute   la   Saxe   et   les   régions   circonvoisines,   lʼours   est   parfois   vénéré   comme   un   véritable   dieu   et   fait   lʼobjet   de   cultes   qui   peuvent   prendre   des   formes   fréné5ques   ou   démoniaques.   Les  ménageries  médiévales  sont  des  instruments  poli5ques.  Longtemps,  seuls  les  rois,  les  princes   et  les  grands  seigneurs,  laïques,  ecclésias5ques,  étaient  suffisamment  riches  pour  en  posséder.   Lʼours   male   passe   pour   être   ayre   par   les   jeunes   femmes   et   les   désirer   charnellement   :   il   les   recherche  souvent,  les  enlève  parfois,  puis  les  viole  et  donne  naissance  a  des  êtres  mi-­‐hommes   mi-­‐ours   qui   sont   toujours   des   guerriers   indomptables,   voire   des   fondateurs   de   lignées   pres5gieuses.   A   lʼepoque   féodale,   le   Diable   devient   omniprésent.   Partout   il   exerce   ses   méfaits   et   étend   son   empire.   Lʼours   est   son   déguisement   favori.   Lʼours   fait   également   par5e   de   son   bes5aire.  Entre  le  mois  de  novembre  et  celui  de  février,  lʼours  ne  reste  pas  dans  sa  tanière  mais   se   rend...   en   enfer.«   Faire   lʼours   »,   ce   nʼest   pas   seulement   se   déguiser   en   ours,   cʼest   aussi   manifester  un  désir  sexuel  incontrôlé,  comme  dans  les  lupercales  de  la  Rome  an5que.  Partout,   ou  presque  des  Alpes  a  la  Bal5que,  lʼours  se  pose  en  rival  du  Christ.  Pour  lʼEglise,  il  convient  de  lui   déclarer  la  guerre,  de  le  combaIre  par  tous  les  moyens,  de  le  faire  descendre  de  son  trône  et  de   ses   autels.   Apres   avoir   dompte,   puis   diabolise   lʼours,   les   prélats   et   les   cherchèrent   a   lʼhumilier   et   a  le  ridiculiser.  On  assiste  alors  a  la  promo5on  du  lion,  la  créa5on  du  léopard,  la  dévalorisa5on  de   lʼours.  Prive  de  tout  pres5ge,  transforme  en  une  bête  de  foire  ou  de  cirque,  souvent  humilie  ou   ridiculise,   lʼours   con5nue   néanmoins   au   Moyen   Age   dʼoccuper   une   place   de   premier   plan   dans   lʼimaginaire  des  hommes.  

Le bateleur  et  son  ours.    


Le cochon  –  histoire  d’un  cousin  malaimé • 

• 

• 

le cochon  est  l’un  des  animaux  dont  l’élevage  s’est  propage  le  plus  vite  et  le  plus  abondamment  a   par5r  de  l’appari5on  de  l’agriculture.  La  facilite  a  le  nourrir  (il  mange  a  peu  près  n’importe  quoi),   l’abondance  de  sa  viande  et  de  sa  graisse,  et  sa  reproduc5on  rapide  expliquent  ceIe  extension   précoce  dans  de  larges  zones  de  l’Ancien  Monde.   Partout   la   part   la   plus   importante   de   l’alimenta5on   carnée   est   fournie   par   le   cochon.   Dans   les   calendriers  médiévaux,  décembre  est  le  mois  ou  l’on  tue  le  cochon.  C’est  un  moment  essen5el   de   la   vie   rurale,   marquant   symboliquement   l’entrée   dans   l’hiver   et   procurant   des   réserves   de   viandes.   On   fait   en   général   jeuner   le   cochon   un   ou   deux   jours   avant   l’abaIage   afin   que   ses   boyaux  soient  vides  au  moment  de  la  mort.  Le  vol  des  jambons  est  du  reste  un  thème  liIéraire   fréquent  par  exemple  dans  les  différentes  branches  du  Roman  de  Renart,  véritable  roman  de  la   faim.   Au   début   du   XIVème   siècle,   élever   des   porcs   cons5tue   parfois   déjà   une   véritable   ac5vité   professionnelle  et  non  plus  seulement  une  nécessite  de  la  vie  rurale,  qu’elle  soit  villageoise  ou   monas5que.   A   la   fin   du   Moyen   Age   cependant,   le   paysage   agraire   se   modifie   de   nouveau.   La   guerre,   les   épidémies   et   la   crise   démographique   entrainent   l’arrêt   des   défrichements.   La   foret   et   la  lande  regagnent  le  terrain  perdu  sur  les  terres  emblavées,  et  les  troupeaux,  ceux  de  moutons   comme  ceux  de  porcs,  bénéficient  davantage  d’espace.  Tous  les  porcs  d’un  village  sont  réunis  en   troupeau   et   places   sous   la   houleIe   d’un   porcher   commun   qui   les   mène   au   paisson   ou   a   la   glandee.  Ce  porcher,  sorte  de  fonc5onnaire  villageois,  est  souvent  un  simple  d’esprit  ou  bien  un   jeune  garçon,  par5culièrement  pauvre...  Les  trois  personnages  –  le  porcher,  le  charbonnier  et  le   bucheron  –  qui  vivent  solitaires  au  fond  des  bois,  suscitent  le  mépris,  la  crainte  ou  la  suspicion   des  paysans.   Le  porc  en  ville.  Dans  la  cite,  le  porc  joue  un  rôle  d’éboueur.  Il  se  nourrit  de  déchets  et  d’ordures.   Au  début  du  XIIIème  siècle,  Philippe  Auguste  dut  faire  entourer  le  cime5ère  des  Innocents  à  Paris   d’un  mur  suffisamment  haut  pour  empêcher  les  porcs  d’aller  y  déterrer  les  cadavres.  Nombreux   sont  les  procès  qui  meIent  en  scène  des  porcs  ayant  visite  une  bou5que,  dévaste  un  jardin,  pille   une   réserve   ou   un   charroi,   blesse   voire   dévore   un   enfant.   A   par5r   de   la   fin   du   XIIème   siècle,   toutes  les  villes  d’Europe  prennent  des  décisions  règlementaires  pour  limiter  des  porcs  dans  les   rues.  


L’empire du  roi  

• 

• 

Le règne   de   Philippe   le   Bel   (1285-­‐1314)   demeure   déterminant.   L’âge   moderne   commence   avec   Philippe   le   Bel,   avec   l’abaissement   de   la   papauté.   Son   entourage   de   légistes   bâ5t   et   met   en   œuvre   une   doctrine   qui   ruine   la   théocra5e   pon5ficale.   En   parallèle,   la   guerre   permet   a   la   monarchie   de   se   jus5fier   l’établissement   d’une   fiscalité   nouvelle,   sans   toutefois  que  la  tenta5ve  abou5sse  vraiment.  De  façon  très  moderne,  Philippe  IV  s’appuie  sur  une  opinion  publique  que  son   entourage  contribue  a  façonner  et,  a  travers  tout  une  série  de  procès  reten5ssants,  il  se  donne  comme  le  premier  défenseur   de  la  foi  et  du  salut  de  ses  sujets.     Une  monarchie  de  droit  divin:  La  chapelle  du  palais  royal,  la  sainte  Chapelle,  cons5tue  le  manifeste  le  plus  fort  et  le  plus   abou5   du   caractère   sacral   de   la   monarchie   capé5enne.   Le   sacre   rappelle   l’élec5on   divine   du   lignage   royal   que   le   miracle   de   la  Sainte  Ampoule  a  confirme,  mais  la  présence  de  la  Couronne  d’épines  dans  le  palais  du  roi  capé5en,  dont  l’insigne  majeur   du  pouvoir  réside  dans  une  couronne,  introduit  d’évidence  une  homologie  entre  le  Christ  et  saint  Louis.  Ce  dernier  affecte   une  posture  chris5que  du  reste,  quand,  le  jeudi  saint,  il  lave  les  pieds  des  lépreux.  La  Sainte  Chapelle  5ent  donc  une  place   centrale  dans  la  sacralisa5on  de  l’ins5tu5on  monarchique.    

Choeur sainte  chapelle  avec  la  chasse  des  reliques.  Précieux   flacons  renfermant  le  sang  du  Christ,  le  lait  de  la  Vierge,  la   Sainte  Eponge  et  le  reliquaire  de  la  couronne  d’épines  avec   un  fragment  de  la  vraie  croix.      


L’empire du  roi   • 

• 

• 

L’invasion du   droit   et   l’évolu5on   de   la   suzeraineté   a   la   souveraineté   du   roi:   Le   XIIIème   siècle   correspond   a   l’enseignement   du   droit   a   Orléans,   Montpellier,   et   Toulouse.   Les   «   légistes   »   deviennent   avocats,   juges,   administrateurs,   conseillers,   officiers   des   seigneurs   et   des   princes.   La   jus5ce  devient  alors  affaire  des  spécialistes  –  ils  peuplent  en  par5culier  le   Parlement,   déserté   par   les   barons   et   les   prélats   qui   ne   peuvent   siéger   en   permanence.  Apres  1250,  le  droit  envahit  la  pensée  poli5que  et  devient  un   instrument   essen5el   de   la   progression   du   pouvoir   royal.   La   suzeraineté   féodale  est  en  passe  alors  de  céder  le  pas  a  la  souveraineté  royale.  Le  roi   est  empereur  dans  son  royaume  «  rex  imperator  est  in  regno  suo  ».  Le  roi   qui  ne  5ent  que  de  Dieu,  dispose  par  la  même  de  préroga5ves  iden5ques  a   celles  du  pape  et  prétend  a  une  auctoritas  et  a  une  potestas.     Le  prince  se  dit  assez  souvent  roi  de  France,  rex  Franciae,  et  non  plus  rex   Francorum.  Le  pouvoir  royal  s’applique  encore  a  des  hommes,  mais  sur  une   base   territoriale,   celle   du   royaume,   et   non   plus   a   travers   la   média5on   de   plusieurs  échelons  de  seigneurs  divers.  Souverain  d’un  territoire,  le  roi  est   celui  de  tous  les  hommes  qui  l’habitent  et  sa  juridic5on  s’étend  a  tous  sans   restric5on.  Le  pouvoir  royal  ne  cesse  de  s’étendre  au  fil  du  XIIIème  siècle.   Saint   Louis   interdit   le   recours   au   duel   judiciaire,   c’est   a   dire   l’ordalie,   au   jugement   de   Dieu,   pour   laisser   la   place   a   l’enquête   et   a   la   preuve   par   témoins.  Cependant,  l’assen5ment  du  Conseil  semble  nécessaire  aux  choix   législa5fs   du   roi.   La   maxime   «   quod   principi   placuit   legis   habet   vigorem  »  (ce  qui  a  plu  au  prince  a  force  de  loi)  n’est  pas  encore  totalement   passée  dans  les  faits.     Mais  la  coutume  impose  partout  le  respect  de  «  libertés  »,  c’est  a  dire  de   privilèges   spécifiques,   de   droits   acquis,   dont   chaque   communauté   se   prévaut.   De   plus,   la   géographie   seigneuriale   présente   une   extraordinaire   complexité,   mul5pliant   chevauchements   et   enclaves   que   délinquants   et   procéduriers  pra5quent  avec  maitrise.  


L’empire du  roi   • 

• 

• 

• 

Le roi   de   guerre:   Le   règne   de   Philippe   III   se   couronne   par   une   offensive   désastreuse   en   Catalogne.  En  effet,  après  les  vêpres  véni5ennes,  le  pape  lance  une  croisade  contre  l’Aragon,   coupable   d’avoir   annexe   la   Sicile,   par5e   du   royaume   vassal   du   Saint   Siege.   L’expédi5on   connaît  un  échec  total  et  fait  retraite.     Le  conte  Guy  de  Dampierre  envoie  son  défi  a  Philippe  le  Bel  en  janvier  1297.  De  1294  a  1314,   durant   20   années,   tant   en   Aquitaine   qu’en   Flandre,   se   déroulent   donc   12   campagnes   et   l’ost   royal   est   convoque   autant   de   fois.   L’ac5vité   guerrière   se   répète   avec   régularité.   Elle   cesse   d’être   épisodique,   comme   a   l’époque   féodale,   pour   devenir   consubstan5elle   au   pouvoir   monarchique.   Fait   essen5el:   puisque   les   campagnes   sont   longues,   il   devient   nécessaire   de   solder   les   par5cipants.   La   guerre   de   Gascogne   s’avéré   un   gouffre   financier.   Pourtant   c’est   un   conflit  sans  combat.  Mais  beaucoup  de  pe5ts  nobles  affluent  a  ce  premier  ost  solde.     La   victoire   de   la   monarchie   sur   la   papauté:   Il   existe   une   contradic5on   entre   le   caractère   universel   de   l’Eglise,   qui   nourrit   les   préten5ons   du   pape   a   régir   les   princes   temporels,   et   l’affirma5on   territoriale   des   monarchies.   Celles-­‐ci   ne   peuvent   en   effet   accorder   une   autonomie  très  large  a  l’Eglise  dans  leur  royaume,  d’abord  parce  que  l’Eglise  pourrait  devenir   un  lieu  redoutable  de  contesta5on,  ensuite  parce  qu’elle  dé5ent  une  fortune  foncière  et  une   puissance  temporelle  considérable.  Au  temps  de  Philippe  le  Bel,  se  trouve  posée,  sans  avoir   été  tranchée,  la  ques5on  de  savoir  si  l’Etat  est  dans  l’Eglise  ou  si  l’Eglise  est  dans  l’Etat.     La   libre   disposi5on   des   bénéfices   ecclésias5ques   et   la   taxa5on   des   revenus   temporels   de   l’Eglise  sont  d’une  importance  vitale  pour  la  monarchie.  Déjà  pour  la  croisade,  saint  Louis  et   Philippe  III  ob5ennent  des  papes  des  subsides  importants,  prélevés  sur  les  revenus  temporels   de  l’Eglise  de  France.  Philippe  le  Bel  joue  l’autonomie  de  l’Eglise  de  France  et  s’approprie  la   collecte   et   le   produit   de   la   décime.   Mais   Boniface   VIII   pense   que   l’ordre   voulu   par   Dieu   en   vue   du   salut   soumet   les   princes   temporels   a   l’autorité   de   l’Eglise   et   a   celle   de   son   chef,   le   vicaire   du   Christ,   disposant   de   la   «   plenitudo   potesta5s   »,   un   pouvoir   absolu,   puisque   de   source  divine.  Il  prétend  donc  a  la  domina5on  universelle  et,  en  tout  cas,  a  une  autorité  sans   partage  sur  toutes  les  Eglises.    

Sceau de  Guy  de  Dampierre   comte  de  Flandre.  Il  se  heurte  au   patriciat  urbain  et  au  Roi  de   France,  mais  s’appuie  sur  les   méYers.  


Philippe le  Bel  contre  Boniface  VIII   • 

Le roi   frappa   sur   l’Eglise   un   coup   hardi.   Il   limita,   ralen5t   ceIe   terrible   puissance   d’absorp5on   qui,   peu   a   peu,   eut   fait   passer   toutes   les   terres   du   royaume   aux   gens   de   mainmorte.   Ces   légistes   qui   avaient   gouverne   les   rois   anglais   des   le   XIIème   siècle,   au   XIIIème   saint   Louis,   Alphonse  X  et  Frédéric  II  furent,  sous  le  pe5t-­‐fils  de  saint  Louis  les  tyrans  de  la  France.  Ces   chevaliers   en   droit,   ces   âmes   de   plomb   et   de   fer,   les   Plasian,   les   Nogaret,   les   Marigini,   procédèrent   avec   une   horrible   froideur   dans   leur   imita5on   servile   du   droit   romain   et   de   la   fiscalité   impériale.   Ces   cruels   démolisseurs   du   Moyen-­‐Age   organisent   la   centralisa5on   monarchique.   Ils   jeIent   dans   les   provinces   des   baillis,   des   sénéchaux,   des   prévôts,   des   auditeurs,   des   tabellions,   des   procureurs   du   roi,   des   maitres   et   peseurs   de   monnaie.   Ce   droit   laïque  est  surtout  ennemi  du  droit  ecclésias5que.L’immense  machine  du  gouvernement  royal   qui   subs5tue   son   mouvement   complique   aux   mille   mouvements   naturels   et   simples   du   gouvernement  féodal  ;  ceIe  machine,  l’argent  seul  peut  lui  donner  l’impulsion.  La  guerre  se   faisait  ainsi  sans  bruit  ni  bataille.  C’était  une  luIe  de  corrup5on,  une  bataille  d’argent,  à  qui   serait   le   premier   ruine.   Le   roi   se   mit   pour   la   première   fois   à   altérer   la   monnaie,   triste   moyen   si   employé   au   XIVème   siècle.   C’était   un   impôt   facile   et   tacite,   une   banqueroute   secrète   au   moins  dans  les  premiers  temps.  L’Eglise  apparaissait  de  plus  en  plus  comme  ce  pe5t  peuple   heureux,   obese   et   reluisant,   au   milieu   du   grand   peuple   affame   qui   commençait   a   le   regarder   de  travers.  La  confisca5on  de  l’Eglise  fut  la  pensée  des  rois  depuis  le  XIIIème  siècle,  la  cause   principale  de  leurs  luIes  contre  les  papes.Boniface  VIII  délia  les  sujets  de  Philippe  le  Bel  de   leur  serment  de  fidélité  a  leur  roi  et  fulmina  contre  lui  ses  célèbres  bulles  contre  le  pouvoir   temporel  du  roi.  Il  fut  enlevé  par  les  Français  avec  la  complicité  des  Colonna.  Il  mourut  des   suites  de  sa  cap5vité.  C’est  son  successeur,  un  Français,  Clément  V  qui  va  installer  la  papauté   en  Avignon  et  fut  ensuite  le  pape  du  procès  des  Templiers.  Neuf  pon5fes  allaient  lui  succéder   pendant  plus  d’un  siècle.  Les  combaIants  des  Flandres  contre  les  Français  de  Philippe  le  Bel  :   comme  ils  ne  pouvaient  tous  recevoir  l’eucharis5e,  chaque  homme  se  baissa,  prit  la  terre  et   la   mit   dans   sa   bouche.   Quatre   mille   éperons   dores   furent   pendus   dans   la   cathédrale   de   Courtrai.   CeIe   terrible   défaite,   qui   avait   tout   extermine   toute   l’avant-­‐garde   de   l’armée   de   France,   c’est-­‐a-­‐dire   la   plupart   des   grands   seigneurs,   ceIe   bataille   qui   ouvrait   tant   de   successions,  qui  faisait  tomber  tant  de  fiefs  a  des  mineurs  sous  la  tutelle  du  roi.  

Boniface VIII.    


L’empire du  roi   • 

• 

• 

• 

Boniface VIIII   enjoint   aux   ecclésias5ques   de   refuser   toute   taxe   indue   et   menace   le   souverain   d’excommunica5on.   Philippe   le   Bel   réagit   vivement   –   il   interdit   toute   exporta5on   d’or   et   d’argent  hors  de  France.  Mais,  mis  en  difficulté  par  ses  mauvaises  rela5ons  avec  les  Colonna,   Boniface  VIII  est  contraint  de  transiger.  Il  prononce  la  canonisa5on  de  saint  Louis,  conférant  a  la   monarchie  française  un  lustre  religieux  accentue.     Boniface   VIII   place   le   siège   apostolique   au-­‐dessus   des   rois:   il   n’y   a   qu’une   seule   Eglise,   seule   voie  de  salut,  seul  corps  mys5que  du  Christ.  Ce  corps  vivant  ne  peut  avoir  qu’une  tête,  le  Christ,   ou   bien,   ici   bas,   son   représentant,   le   pape.   C’est   alors   que   les   légistes   de   Philippe   le   Bel   renversent  les  rôles:  ils  sou5ennent  que  le  pouvoir  royal  est  l’égal  du  pouvoir  pon5fical,  car  il   procède   de   Dieu,   mais   ils   proclament   que   le   roi   se   trouve   en   posi5on   d’exercer   lui-­‐même   un   magistère  spirituel.  Il  a  la  charge  de  garder  la  foi  et  l’Eglise  face  a  un  pape  défaillant.  Guillaume   de   Plaisians   accuse   le   pape   d’hérésie,   de   simonie,   de   sodomie   et   de   commerce   avec   les   démons.  Et  il  conclut  en  appelant  a  un  concile  universel  qui  le  jugera.     En   juin   1305,   Bertrand   de   Got,   un   Aquitain,   accède   au   souverain   pon5ficat   sous   le   nom   de   Clément  V.  En  1308,  Philippe  le  rencontre  a  Poi5ers  et  le  presse  de  régler  le  sort  des  Templiers.   Entre   temps,   Clément   V   lève   toutes   les   condamna5ons   pon5ficales   portées   antérieurement   contre  Philippe  le  Bel  et  ses  officiers.  En  1312,  il  supprime  l’ordre  des  Templiers.  Et  deux  ans   plus  tard,  c’est  le  Conseil  royal  qui  envoie  au  bucher,  comme  relaps,  le  grand  maitre,  Jacques   de  Molay  et  précepteur  de  Normandie,  Geoffroy  de  Charnay.     La   victoire   de   la   monarchie   sur   la   papauté:   Il   existe   une   contradic5on   entre   le   caractère   universel   de   l’Eglise,   qui   nourrit   les   préten5ons   du   pape   a   régir   les   princes   temporels,   et   l’affirma5on   territoriale   des   monarchies.   Celles-­‐ci   ne   peuvent   en   effet   accorder   une   autonomie   très   large   a   l’Eglise   dans   leur   royaume,   d’abord   parce   que   l’Eglise   pourrait   devenir   un   lieu   redoutable   de   contesta5on,   ensuite   parce   qu’elle   dé5ent   une   fortune   foncière   et   une   puissance  temporelle  considérable.  Au  temps  de  Philippe  le  Bel,  se  trouve  posée,  sans  avoir  été   tranchée,   la   ques5on   de   savoir   si   l’Etat   est   dans   l’Eglise   ou   si   l’Eglise   est   dans   l’Etat.   Il   est   désormais   acquis   que   le   roi,   chef   de   son   royaume,   est   protecteur   naturel   de   son   Eglise.   En   parallèle,  les  légistes  reconnaissent  au  roi  un  droit  de  propriété  sur  tous  les  biens  du  territoire   sur  lequel  il  règne.  

Clement V.    


L’or et  les  Templiers   • 

• 

• 

Christophe Colomb:   «L’or   est   une   chose   excellente.   Avec   l’or,   on   forme   des   trésors.   Avec   de   l’or,  on  fait  tout  ce  qu’on  désire  dans  ce  monde.  On  fait  même  arriver  les  âmes  en  paradis.  »   Tant   que   la   richesse   fut   immobile,   l’homme   raIaché   par   elle   à   la   terre   et   comme   enracine,   n’avait  guère  plus  de  locomo5on  que  la  glèbe  sur  laquelle  il  rampait.  L’or  suit,  facile  et  fluide,   toute  circula5on  commerciale  et  administra5ve.  La  créa5on  soudaine  d’un  pouvoir  central,  au   début  du  XIVème  siècle,  créé  un  besoin  subit  et  infini  en  argent  et  en  or.  Sous  Philippe  le  Bel,  ce   monstre,  ce  géant  nait,  altéré,  endente,  affame  -­‐  ceIe  intronisa5on  de  l’or  à  la  place  de  Dieu.    Au  Moyen-­‐Age,  celui  qui  sait  ou  est  l’or,  le  véritable  alchimiste,  le  vrai  sorcier,  c’est  le  juif,  ou  le   demi   juif,   le   Lombard.   Pendant   tout   le   Moyen-­‐Age,   persécutes,   chasses,   rappelés,   ils   ont   fait   l’indispensable   intermédiaire   entre   le   fisc   et   la   vic5me   du   fisc,   entre   l’agent   et   le   pa5ent,   pompant   l’or   d’en   bas,   et   le   rendant   au   roi   par   en   haut   avec   laide   grimace.   L’or   que   prêté   le   meurtrier  du  fils  de  l’homme  ne  peut  être  qu’un  or  meurtrier,  an5humain.  Le  soldat  a  la  gloire,   le   moine   le   repos.   Le   Templier   abjurait   l’un   et   l’autre.   L’idée   du   Temple,   plus   haute   et   plus   générale,  que  celle  même  de  l’Eglise,  planait  en  quelque  sorte  par-­‐dessus  toute  religion.  Il  était   naturel   que   le   relâchement   s’introduisit   parmi   des   moines   guerrières,   des   cadets   de   la   noblesse,  qui  couraient  les  aventures  loin  de  la  chré5enté,  souvent  loin  des  yeux  de  leurs  chefs,   entre  les  périls  d’une  guerre  a  mort  et  les  tenta5ons  d’un  climat  brulant,  d’un  pays  d’esclaves,   de  la  luxurieuse  Syrie.  Soldats  délaisses,  sen5nelles  perdues,  faut-­‐il  s’étonner  si,  au  soir  de  ceIe   bataille  de  deux  siècles,  les  bras  leur  tombèrent.     A   mesure   que   la   ferveur   des   guerres   saintes   diminuait   en   Europe,   a   mesure   qu’on   allait   au   moins  a  la  croisade,  on  donnait  davantage  au  Temple  pour  s’en  dispenser.  Cependant  la  terre   sainte   avait   été   défini5vement   perdue   en   1191,   et   la   croisade   terminée.   Les   chevaliers   revenaient   inu5les,   formidables,   odieux.   Qu’allaient-­‐ils   faire   en   pleine   paix   de   tant   de   forces   et   de  richesses  ?  Ne  seraient-­‐ils  pas  tentes  de  se  créer  une  souveraineté  dans  l’Occident,  comme   les  chevaliers  teutoniques  l’ont  fait  en  Prusse,  les  Hospitaliers  dans  les  iles  Méditerranéennes,   et  les  Jésuites  plus  tard  au  Paraguay.  Indica5on  sommaire  des  accusa5ons  :  reniement,  trahison   de   la   chré5enté   au   profit   des   infidèles,   ini5a5on   dégoutante,   pros5tu5on   mutuelle;   enfin   le   comble  de  l’horreur,  cracher  sur  la  croix  !  


DestrucLon de  l’ordre  du  Temple  

• 

Comme il  n’y  avait  pas  plus  de  sureté  pour  le  pape  Clément  V  sur  les  terres  du  roi.  Il  parvint  a   sor5r  de  Poi5ers,  et  se  jeta  dans  Avignon  (1309).  Le  procès  prenait  une  tournure  fâcheuse  pour   ceux   qui   l’avaient   commence   avec   tant   de   précipita5on   et   de   violence.   Les   accusateurs   tombaient  peu  a  peu  a  la  situa5on  d’accuses.  Chaque  jour  les  dépos5ons  de  ceux-­‐ci  révélaient   les   barbaries,   les   turpitudes   de   la   première   procédure.   Cinquante-­‐quatre   templiers   furent   brules   a   la   porte   sainte   Antoine.   Dans   tous   les   Etats   de   la   chré5enté,   on   supprima   l’ordre   comme  inu5le  et  dangereux.  Les  rois  prirent  leurs  biens  et  les  distribuèrent  aux  autres  ordres.   Mais  les  individus  furent  ménagés.  Les  traitements  les  plus  sévères  furent  d’être  enfermes  dans   des  monastères,  souvent  leur  propre  couvents.  C’est  l’unique  peine  a  laquelle  on  condamna  en   Angleterre  les  chefs  de  l’ordre  qui  s’obs5naient  a  nier.  L’ordre  qui  avait  représente  au  plus  haut   degré  le  génie  symbolique  mourut  d’un  symbole  non  compris,  avec  la  monstrueuse  accusa5on   d’avoir  renie  et  cracher  sur  la  croix.  


L’empire du  roi   • 

• 

• 

• 

L’extraordinaire –   débuts   d’une   fiscalité   d’Etat:   Les   imposi5ons   qui   apparaissent   durant   le   règne   de   Philippe   le   Bel   ressor5ssent   a   l’extraordinaire.   L’impôt   est   couple   avec   la   guerre.   C’est  en  1292  que  prend  place  une  première  expérience  de  fiscalité  indirecte  –  on  instaure   une   taxe   sur   les   transac5ons   commerciales   (0,41%)   a   payer   a   la   fois   par   l’acheteur   et   le   vendeur.  Extraordinaire  innova5on  mais  mal  reçue  et  appliquée.  On  passe  alors  a  des  impôts   directs   requérant   un   peu   moins   de   technicité:   on   lève   un   impôt   direct   sur   le   capital   immobilier.  Sa  quo5té  s’élève  a  1%.  Les  biens  nobles  échappent  a  la  taxe,  ainsi  que  ceux  du   clergé.     Faute  que  l’extraordinaire  se  normalise,  les  revenus  de  la  monarchie  s’avèrent  insuffisants  et   les  dépenses  ne  peuvent  être  soldées  que  grâce  a  des  expédients  de  natures  diverses:  taxes   catégorielles  pesant  sur  les  juifs,  les  Lombards  et  les  marchands  italiens.  Figurent  enfin  dans   ce  compte  les  profits  que  le  roi  5re  de  sa  monnaie.     La   monnaie   du   roi:   L’autorité   du   souverain   confère   a   la   monnaie   son   pouvoir   libératoire:   elle   garan5t   sa   valeur   et   son   caractère   d’instrument   de   paiement   et   d’échange.   Il   existe   cependant  deux  monnaies  royales:  la  monnaie  tournoise  (celle  de  Tours)  et  monnaie  parisis   (celle  de  Paris).     L’essor   économique   de   l’époque   féodal   a   entraine,   en   poids   de   métal   fin,   une   dévalua5on   considérable   de   la   monnaie   de   compte,   livres,   sous   et   deniers.   Il   a   requis   en   effet   l’accroissement   des   espèces   monétaires   en   circula5on.   CeIe   infla5on   progressive   a   considérablement  réduit  la  quan5té  d’argent  pur  contenue  dans  les  espèces  les  plus  usuelles,   comme  le  denier.  Les  besoins  propres  du  royaume  et,  principalement,  ceux  de  la  monarchie   concourent  a  l’infla5on.  Philippe  le  Bel  n’est  pas  un  faux-­‐monnayeur,  contrairement  a  ce  que   Dante  lui  reproche  –  il  s’efforce  seulement  de  meIre  en  circula5on  la  quan5té  des  monnaies   requises  par  le  fonc5onnement  des  finances  monarchiques.  Tout  cela  fait  grimper  la  valeur   marchande  de  l’argent  et  une  logique  mécanique  veut  que  la  valeur  de  l’argent  monnaye  soit   aligne   sur   le   cours   du   métal   non   monnaye:   si   ce   dernier   monte,   la   teneur   des   espèces   monétaires  en  argent  fin  doit  baisser,  sinon  l’émeIeur  travaille  a  perte.    

Masse d’or  de  Philippe  le  Bel  


L’empire du  roi  

• 

• 

•  • 

• 

Mais le  souverain  impose  en  effet  a  la  monnaie  frappée  dans  ses  ateliers  au  cours  légal  supérieur  au  cours  commercial  du   métal  précieux  que  ceIe  monnaie  con5ent.  Ce  bénéfice  est  dit  le  seigneuriage.  Il  s’agit  la  d’une  dévalua5on  consciente  de   ceIe  dernière,  puisqu’a  chacune  de  ses  unités  correspond  un  poids  moindre  de  métal  fin.     Les   muta5ons   monétaires   cons5tuent   a   ce   moment   une   forme   de   prélèvement   général,   propor5onnel   a   la   richesse   en   numéraire,   dont   ni   les   clercs   ni   les   nobles   ne   peuvent   s’exempter.   Elles   représentent   un   impôt   qui   n’occasionne   aucune   difficulté   de   percep5on   et   qui   procure   un   gain   rapide   et   substan5el.   Les   muta5ons   monétaires   forment   le   pallia5f   et   le   subs5tut  d’une  fiscalité  balbu5ante  et  défaillante.  Toutefois,  la  dévalua5on  de  la  monnaie  de  compte  a  ses  limites.  Elle  joue   a  l’encontre  des  seigneurs,  des  ren5ers,  des  préteurs,  et  des  propriétaires,  dont  le  cens,  les  loyers,  les  baux,  les  rentes,  ont   été   libellées   en   monnaies   de   compte.   Les   élites   sociales   veulent   donc   une   monnaie   forte.   Or   le   roi   et   ses   porte-­‐paroles   jouent  a  l’inverse,  promeIant  le  retour  de  la  bonne  monnaie  contre  l’établissement  d’une  fiscalité  substan5elle.     Philippe   le   Bel   promet   un   renforcement   de   la   monnaie.   Ce   renforcement   gène   salaries   et   débiteurs,   car   il   provoque   une   réduc5on  des  salaires  en  valeur  nominale,  tandis  que  prix  et  loyers  ne  baissent  pas  dans  la  même  propor5on.     Fama  publica  –  Manipula5ons  et  cristallisa5on:  La  jus5ce  inquisitoire  qui  s’instaure  en  France  dans  l’Eglise  et  les  juridic5ons   laïques   au   XIIIème   siècle   permet   au   juge   de   se   saisir   lui-­‐même   en   se   fondant   sur   la   rumeur   ou   l’opinion   publique   (fama   publica).   Les   mécanismes   de   persécu5on   appliques   aux   héré5ques,   aux   marginaux,   aux   étrangers,   renforcent   la   cohésion   sociale  et  le  pouvoir  des  princes.  Les  Lombards  connaissent  également  un  sort  misérable:  ils  sont  vic5mes  de  confisca5on  et   d’expulsion.     Le  10  avril  1302  se  réunît  a  Notre  Dame,  sur  convoca5on  du  roi,  l’assemblée  des  barons,  des  prélats  et  des  représentants   des   villes   –   elle   compte   environ   1000   par5cipants.   C’est   dans   le   royaume   la   première   consulta5on   directe   de   l’opinion   publiques   sans   intermédiaire.   Ces   assemblées   sont   des5nées,   non   pas   a   discuter   les   affaires   qu’on   leur   expose,   mais   a   enregistrer    et  par  la  suite  a    diffuser.    


Des temps  incertains • 

• 

• 

• 

L’essoufflement de   l’épopée   des   cathédrales   en   premier   lieu.   Apres   1270,   l’innova5on  architecturale  se  tarit.  Et,  fait  symbolique,  le  chœur  de  saint  Pierre   de  Beauvais  s’effondre  en  1284.  Non  du  reste  parce  que  l’art  de  bâ5r  a  franchi   ses  limites,  mais  parce  que  la  par5e  construite  avait  besoin  d’être  épaulée  par   de  nouvelles  travées,  qui  ne  sont  pas  venues,  faute  de  financement.     Dégrada5on   de   la   conjoncture   après   1270:   Une   famine   très   brutale   frappe   l’Europe   du   Nord-­‐Ouest,   de   1315   a   1317.   Elle   s’accompagne   d’une   grande   mortalité.   La   répé55on   des   famines   et   des   mortalités   révèle   une   disjonc5on   entre   la   produc5on   des   subsistances   et   la   popula5on.   Depuis   1250,   toutes   les   terres   cul5vables   sont   occupées.   Les   défrichements   se   bloquent   en   gros   vers   1250   –   il   faut   respecter   l’équilibre   ager-­‐saltus:   la   nécessite   de   conserver,   a   cote   de   l’espace   mis   en   culture,   des   friches   et   des   bois,   qui   sont   indispensables   pour   servir  de  pâture  aux  animaux  et  fournir  le  bois  u5le  aux  instruments  aratoires  et   autres,  au  chauffage  et  au  feu  de  cuisine,  aux  habita5ons  aussi;  on  reste  alors   dans  une  civilisa5on  du  bois.     En   conséquence,   pour   que   la   produc5on   progresse,   l’agriculture   doit   devenir   intensive  –  ainsi  chaque  exploita5on  doit  diversifier  sa  produc5on.  Mais,  dans  le   royaume   de   France,   a   ceIe   époque,   domine   la   micro   exploita5on,   souvent   inférieure  a  deux  hectares.     Misère  paysanne:  Le  moindre  incident  clima5que  place  les  micro  exploita5ons   paysannes   dans   une   situa5on   très   difficile.   La   pe5te   paysannerie   doit   donc   souvent   s’endeIer   pour   solder   les   prélèvements   auxquels   elle   se   trouve   soumise.   L’endeIement   rural   se   généralise   au   fil   du   temps.   Les   paysans   parcellaires   et   les   manouvriers   ne   doivent   leur   survie,   en   période   ordinaire,   qu’au   travail   qu’ils   effectuent   au   manoir   ou   chez   leurs   voisins   aises.   Encore   sont-­‐ils  contraints  de  vendre  leurs  bras  a  bon  marche,  en  raison  de  la  pression   démographique  et  de  l’infla5on  qui  écrête  les  salaires.    

L’ange au  sourire.  Cathédrale  de  Reims.  


Des temps  incertains

• 

•  • 

• 

Les prélèvements   opérés   de   diverses   manières   sur   le   revenu   paysan   et   le   sur   prélèvement   qui   résulte   de   l’infla5on,   des   bas   salaires,   de   l’endeIement   et   de   l’impôt   monarchique   entraient   la   détériora5on   de   la   condi5on   paysanne,   causent   en   par5e   les  crises  de  subsistances  en  interdisant  tout  inves5ssement  produc5f  a  la  plupart  es  tenanciers.     La  décroissance  de  la  produc5on  agricole,  masquée  par  les  hausses  des  prix  (phénomène  de  stagfla5on),  commence  assez   tôt,  des  1270.     Crises  et  révoltes  urbaines:  Les  éléments  surnuméraires  du  monde  agricole  gagnent  les  faubourgs  des  villes  avec  l’espoir  de   trouver  du  travail  dans  les  ateliers  ou  sur  les  chan5ers.  Malheureusement,  les  villes  ne  sont  plus  guère  en  état  d’absorber  ce   trop  plein  démographique.   L’Italie   du   Nord   et   la   Flandre,   les   deux   espaces   les   plus   avances   de   l’Europe   entrent   longtemps   en   communica5on   par   l’intermédiaire  des  foires  de  Champagne,  mais  en  1297,  s’effectue  la  première  liaison  mari5me  entre  Genès  et  Bruges  par   Gibraltar.   Très   vite,   Véni5ens   et   Génois   meIent   chaque   année   sur   pied   plusieurs   convois,   reliant   leurs   ports   a   ceux   d’Angleterre  ou  de  la  Flandre.  Il  en  résulte  le  déclin  des  foires  de  Champagne.    

Provins Les  remparts.  Une  des  villes  ou  se  tenaient  les  foires  de  Champagne,  elle  a  Yre  profit  de  sa  prospérité  pour  édifier  des   remparts  consYtuant  un  des  ensembles  les  plus  remarquables  de  l’architecture  militaire  des  XIIème  et  XIIIème  siècles.    


Des temps  incertains

• 

• 

Certaines villes   cherchent   a   se   libérer   d’un   tutelle   seigneuriale   qui   reste   pesante.   En   Flandre,   des   soulèvements   se   produisent   durant   l’été   1280:   5sserands   et   foulons   sont   a   la   pointe   de   la   luIe.   Ils   protestent   contre   l’exploita5on   économique   a   laquelle   les   soumeIent   les   marchands,   qui   leur   vendent   les   ma5ères   premières   a   un   prix   élevé   et   leur   achètent   a   bas   prix   le   produit  et  le  travail.     Les   extrêmes   de   la   fortune   se   renforcent,   écrasant   les   classes   moyennes.   Désormais,   la   pauvreté   est   en   passe   de   devenir   une   réalité   de   mass,   contre   laquelle  il  n’existe  aucun  amor5sseur  social  efficace.  Mendiants  et  désœuvrés   envahissent  rues  et  places,  car  ils  savent  d’expérience  qu’en  ville,  a  défaut  d’un   travail   convenablement   rémunéré,   les   aumônes   individuelles   comme   les   distribu5ons  charitables  sont  plus  conséquentes  qu’a  la  campagne.    

ELenne Marcel  sur  la  place  de  l’Hôtel  de  Ville.  Le  mécontentement  inhérent  à  la  crise  et  l’exemple  des  cités  flamandes,  italiennes   ou  de  la  Hanse  donnent  a  EYenne  Marcel  l’occasion  d’essayer  de  montrer  que  les  villes  seraient  plus  à  même  de  gérer  la  société  et   de  répondre  aux  nouveaux  impéraYfs  économiques  de  plus  en  plus  centrés  sur  le  commerce  et  moins  sur  la  propriété  foncière.  Le   grand  patriciat  commerçant  possède  des  ressources  financières  très  abondantes  qu’il  prête  aux  princes  et  aux  ecclésiasYques  :  il   devient  un  acteur  incontournable.  À  l’époque,  plutôt  que  d’entretenir  une  coûteuse  administraYon,  les  souverains  ont  pris   l’habitude  de  faire  prélever  les  taxes  par  de  riches  parYculiers  qui  leur  cèdent  le  montant  souhaité  et  se  remboursent  en  percevant   les  impôts  pour  leur  compte,  ce  qui  assure  de  confortables  bénéfices.   En  Angleterre,  les  revers  de  Jean  sans  Terre  contre  Philippe  Auguste  avaient  conduit  les  barons  anglais  à  lui  imposer  en  1215  la   Magna  Carta,  la  Grande  Charte,  qui  insYtuait,  entre  autres,  la  liberté  des  villes  et  le  contrôle  de  la  fiscalité  par  le  Parlement.  En   France,  Philippe  le  Bel  instaure  des  États  généraux  où  la  noblesse,  le  clergé  et  les  villes  sont  représentés,  pour  avoir  une  légiYmité   à  lever  des  impôts  y  compris  sur  les  terres  d’Église  et  rassembler  la  naYon  naissante  pour  faire  bloc  contre  le  pape.  


Les Etats  Généraux

• 

Depuis Philippe   le   Bel   les   souverains   recourent   à   des   muta5ons   monétaires   qui   affaiblissent   le   cour   de   la   monnaie   et   entraînent   une   forte   infla5on   mais   qui   permeIent  d’importantes  receIes.  L’État  est  bien  le  seul  à  en  5rer  bénéfice.  La   noblesse,   le   clergé   et   la   grande   bourgeoisie   qui   sont   propriétaires   fonciers   voient   fondre   la   valeur   des   rentes   et   loyers.   Les   dévalua5ons   pèsent   sur   les   échanges  pénalisent  le  commercé.  É5enne  Marcel  évolue  dans  ce  contexte  de   crise  où  les  villes  deviennent  la  force  poli5que  principale  et  en  par5culier  Paris,   qui   est   de   très   de   loin   la   première   aggloméra5on   d’Occident.   Vers   1328,   la   popula5on  parisienne  est  es5mée  à  200  000  habitants,  ce  qui  en  fait  la  cité  la   plus   peuplée   d’Europe.   La   famille   Marcel   est   l’une   des   plus   puissantes   de   la   bourgeoisie   parisienne.   Pierre   Marcel   est   un   familier   de   Saint   Louis   qu’il   accompagne   en   croisade.   CeIe   famille   de   drapiers   est   très   étendue   et   forme   un  réseau  solidaire.  Les  Marcel  importent  des  5ssus  de  Flandre  et  de  Brabant,   ils  sont  fournisseurs  de  la  cour  et  du  roi  auxquels  ils  prêtent  aussi  de  l’argent.   Après  les  chevauchées  du  Prince  noir  en  Languedoc  et  du  duc  de  Lancastre  en   Artois,   les   Etats   généraux   ont   conscience   de   la   nécessité   de   lever   une   armée,   mais  plus  encore  de  financer  des  garnisons  pour  défendre  les  ville.  Ils  acceptent   la  levée  d’une  taxe  sur  les  transac5ons  commerciales.  


Des temps  incertains • 

• 

• 

• 

La crise   de   la   noblesse   et   la   réac5on   féodale:   La   pe5te   aristocra5e   connaît   des   problèmes   de   fortune   et   l’ensemble   des   nobles  souffre  des  aIeintes  que  la  monarchie  porte  a  ses  privilèges  coutumiers.  La  pe5te  noblesse  n’a  de  salut  que  dans  les   offices  royaux  ou  princiers  et  dans  le  service  du  roi,  d’ou  sa  ruée  a  l’ost.  La  crise  de  la  noblesse  nourrit  parmi  ses  membres   un   vif   regret   du   passe   et   elle   suscite,   a   l’automne   de   1314,   un   mouvement   de   protesta5on   contre   la   monarchie.   Dans   le   domaine  militaire,  le  monopole  et  la  supériorité  de  la  chevalerie  sont  baIus  en  brèche:  l’essor  économique  et  monétaire  a   permis  le  recrutement  de  soudoyers  et  d’arbalétriers,  professionnellement  efficaces,  mais  issus  de  la  roture  la  plus  vile.     Suite  a  la  rupture  avec  la  Flandre,  le  roi  doit  requérir  de  ses  sujets  une  aide  nouvelle.  Marigny  ob5ent  de  l’assemblée  des   barons,  d’évêques  et  de  bourgeois  des  villes  du  royaume  la  levée  d’une  taxe.  Voilà  qui  fournit  le  prétexte  de  la  rébellion   nobiliaire.   La   colère   des   hobereaux   se   cristallise   et   ils   se   groupent   en   ligue.     Les   ligueurs   prennent   le   nom   d’Allies.   Ils   réclament  que  les  anciens  usages  de  la  noblesse  soient  rétablis  :droit  de  se  faire  la  guerre  les  uns  les  autres,  de  chevaucher,   d’aller   et   venir,   de   porter   les   armes,   sans   être   contraintes   de   donner   trêve:   ils   ne   veulent   plus   être   ajournes   et   juges   par   les   officiers  du  roi  –  «  Les  nobles  ne  doivent  avoir  d’autres  juges  que  les  nobles.    »   Le  frère  du  roi  de  France,  Charles  de  Valois  intervient  militairement  a  Lyon  pour  affirmer  la  tutelle  du  roi  de  France  sur  la   ville.   C’est   un   prince   fastueux,   qui   a   conduit   beaucoup   de   campagnes   pour   son   frère   en   Aquitaine   et   Flandre.   Il   met   a   profit   la   mort   du   roi   pour   opérer   une   purge   parmi   ses   conseillers.   Sa   première   vic5me   est   Marigny,   le   chambellan   du   roi.   Il   est   pendu  en  1315  au  gibet  de  Mon„aucon.     Finalement,  les  ligues  tournent  court,  même  si  elles  se  poursuivent  quelque  peu  sous  Charles  IV.    

Tête du  gisant  de  Charles  de  Valois  a  Saint  Denis.    


Des temps  incertains •  • 

• 

•  • 

• 

Les Pastoureaux:   Les   nobles   ne   sont   pas   les   seuls   a   vivre   un   malaise   a   ceIe   époque.  La  renaissance  du  mouvement  des  Pastoureaux  montre  l’ébranlement   psychologique  et  religieux  qui  saisit  les  masses  populaires.     Leur  croisade  commence  a  l’occasion  de  Pâques  1320.  ils  rassemblent  très  vite   une   troupe   importante,   ce   qui   souligne   la   disponibilité   d’un   grand   nombre   de   jeunes   ruraux   et   l’impact   de   la   religiosité   apocalyp5que   chez   les   humbles.   Animes  d’une  espérance  millénariste,  ces  pauvres  partent  vers  Jérusalem,  dans   le  projet  d’y  connaître  l’âge  d’or,  les  mille  années  de  béa5tudes  annoncées  par   saint  Jean.     Le   mouvement   des   Pastoureaux   de   1320   apparaît   donc   comme   un   mouvement   de   marginaux   des   campagnes,   de   jeunes   sans   travail,   qui   trouvent   un   emploi,   une  u5lité  dans  la  croisade  par  le  Christ.  Ils  se  dirigent  vers  l’Aquitaine,  tuant  les   juifs  qu’ils  rencontrent  et  pillent  leurs  biens.     Les   officiers   royaux   traitent   des   lors   les   Pastoureaux   en   criminels,   car   les   juifs   sont   sous   la   sauvegarde   du   souverain,   mais   le   peuple   fait   cause   commune   avec   eux.     Les   Lépreux:   Ils   sont   longtemps   présentés   comme   des   pécheurs   légi5mement   punis  et  souffrent  d’horreur  et  de  mépris.  Ils  sont  assimilables  et  assimiles  a  des   ennemis   de   la   chré5enté,   et   associes   dans   ce   registre   aux   juifs   et   aux   mahométans.     La   crise   dynas5que   –   la   fin   des   capé5ens   directs:   Louis   VII   a   régné   47   ans,   Philippe   Auguste   43   ans,   Louis   IX   44   ans,   Philippe   le   Bel   29   ans   –   la   longueur   de   ces   règnes   a   contribue   de   manière   importante   a   stabiliser   la   monarchie.   L’absence  d’héri5ers  males  5ent  de  l’adultère  des  belles  filles  de  Philippe  le  Bel,   qui  a  contraint  ses  fils  a  se  remarier,  ce  qui,  du  fait  de  leur  vie  écourtée,  ne  leur   a  pas  laisse  le  temps  d’engendrer  des  enfants  en  suffisance.  

Les Pastoureaux  a  Verdun  sur  Garonne.  L’excès   de  misère  exaltant  les  esprits,  un  grand   mouvement  lieu  avait  dans  le  peuple.  Comme  au   temps  de  saint  Louis,  une  foule  de  pauvres  gens,   de  paysans,  de  bergers  ou  pastoureaux  ,  comme   on  les  appelait,  s’ajroupent  et  disent  qu’ils   veulent  aller  outre-­‐mer,  que  c’est  par  eux  qu’on   doit  recouvrer  la  terre  sainte.  Ils  s’en  allèrent  vers   le  Midi,  égorgeant  partout  les  juifs,  que  les  gens   du  roi  tachaient  en  vain  de  défendre.    


Des temps  incertains

• 

• 

• 

• 

• 

L’adultère publiquement   dévoile   fait   courir   un   risque   énorme   a   la   monarchie.   Non  seulement,  s’il  en  résulte  des  naissances,  il  rompt  une  lignée,  qui  remonte   aux  Carolingiens,  mais  il  menace  d’engendrer  des  conflits.     Philippe   le   Bel   sévit   avec   la   rigueur   qui   s’impose…   Les   frères   d’Aunay   (les   amants   des   épouses   de   ses   fils)   sont   tortures,   émasculés   puis   décapités.   Marguerite  de  Bourgogne,  l’épouse  de  Louis  le  Hu5n,  est  emprisonnée  et  meurt   de  froid  a  Château-­‐Gaillard.     Mais  a  sa  mort,  Philippe  le  Bel,  qui  a  perdu  tous  ses  fils,  n’a  pas  également  de   pe5ts  fils  pour  lui  succéder.  Philippe  de  Poi5ers,  frère  puîné  de  Louis  le  Hu5n,   fait   admeIre   après   le   décès   de   ce   dernier   qu’il   est   l’héri5er   légi5me   de   la   couronne.   Or   Louis   le   Hu5n   avait   eu   de   Marguerite   de   Bourgogne   une   fille,   Jeanne,  qui  se  trouve  écartée  du  trône.     Les   Lépreux:   Ils   sont   longtemps   présentés   comme   des   pécheurs   légi5mement   punis  et  souffrent  d’horreur  et  de  mépris.  Ils  sont  assimilables  et  assimiles  a  des   ennemis   de   la   chré5enté,   et   associes   dans   ce   registre   aux   juifs   et   aux   mahométans.     La   crise   dynas5que   –   la   fin   des   capé5ens   directs:   Louis   VII   a   régné   47   ans,   Philippe   Auguste   43   ans,   Louis   IX   44   ans,   Philippe   le   Bel   29   ans   –   la   longueur   de   ces   règnes   a   contribue   de   manière   importante   a   stabiliser   la   monarchie.   L’absence  d’héri5ers  males  5ent  de  l’adultère  des  belles  filles  de  Philippe  le  Bel,   qui  a  contraint  ses  fils  a  se  remarier,  ce  qui,  du  fait  de  leur  vie  écourtée,  ne  leur   a  pas  laisse  le  temps  d’engendrer  des  enfants  en  suffisance…  Philippe  le  Bel  a   bien  un  pe5t  fils  mais  il  s’agit  du  fils  d’isabelle  –  sa  fille  mariée  en  1308  au  roi   Edouard   II   d’Angleterre.   Il   s’agit   d’Edouard   III   et   la   parente   est   incontestable   en   termes  de  parente  pure.    

La famille  de  Philippe  le  Bel.  Edouard  II   et  son  épouse,  Isabelle  de  France,  étant   venus  a  Paris,  la  famille  royale  se  trouve   au  complet.      


Des temps  incertains

• 

• 

• 

L’arrivée des  Valois:  Le  choix  de  Philippe  de  Valois  par  les  barons  ne   repose   sur   aucune   règle   écrite   et   c’est   seulement   50   ans   plus   tard,   sous  le  règne  de  Charles  V,  que  la  loi  salique  (celle  des  anciens  Francs   saliens   du   très   haut   Moyen   Age),   excluant   les   femmes   de   la   succession   au   trône,   est   sor5e   de   l’oubli   pour   jus5fier   ce   coup   de   force  dynas5que.     Philippe  VI  accède  au  trône  en  avril  1328:  couronne  a  Reims,  il  lève   l’oriflamme   a   Saint-­‐Denis,   deux   jours   plus   tard   et   en   septembre,   avec   l’aide   de   la   noblesse   flamande,   il   met   en   déroute   et   extermine   les   milices   peu   structurées   des   paysans   flamands   au   Mont   Cassel.   Dieu   a   rendu   son   jugement   contre   eux   et   pour   la   légi5mité   de   Philippe   de   Valois.     Cependant,   la   ques5on   de   Flandre,   ni   celle   de   Gascogne   ne   sont   défini5vement  tranchées.    

Philippe VI  de  Valois.    


Le dimanche  de  Bouvines

• 

• 

Les chevaliers   de   Bouvines   étaient   mus   par   leur   propre   code   de   l’honneur,  leur  concep5on  de  la  bravoure  et  courage.  Mais  ils  étaient   aussi   confrontes   en   permanence,   et   de   plus   en   plus   déjà,   aux   exigences  de  l’argent,  qu’ils  affectaient  de  mépriser  par  ailleurs,  et  a   la   montée   en   puissance   des   souverainetés   (le   roi,   l’Eglise),   qui   menaçaient   de   rabaisser   les   fiers   combaIants   rassembles   et   de   ruiner   leurs   descendants   en   leur   ôtant   leur   autorité   sur   leurs   dépendants,  jusqu’à  la  jugée  naturelle,  voulue  par  Dieu.     Finalement  deux  morts  sont  a  déplorer…  «  Tous  les  autres  cadavres,   ce   fut   le   bas   peuple   qui   les   fournit   ».   Par   sa   brièveté   (trois   grosses   heures)   comme   par   sa   sélec5vité   sociale,   Bouvines   appar5ent   a   un   univers   d’excep5on.   «   La   bataille   n’est   pas   la   guerre…   Elle   est   une   procédure  de  paix.  »  Son  rôle  est  de  forcer  le  ciel  a  se  déclarer  et  a   manifester   ses   desseins,   a   montrer   une   fois   pour   toutes,   et   de   manière  éclatante,  incontestable,  de  quel  cote  se  situe  le  bon  droit.    


Saint Louis  fait  prisonnier  en  Egypte  en  avril  1250

• 

CeIe image  met  en  exergue  et  en  scène  le  roi  souffrant,  iden5té  du  Christ.   Prisonnier  des  Sarrasins  en  Egypte,  Louis  IX  souffre  de  maladies  terribles.  La   scène   ici   représentée   évoque   une   peu   celle   qui   montrait   l’arresta5on   de   Jésus   après   le   baiser   de   Judas.   Les   Sarrasins   barbus,   ont   la   trogne   aussi   menaçante  que  celle  des  sbires  des  grands  prêtres  d’Israël.    


Les signes  personnels  du  passe

• 

• 

La vogue   des   tournois   dans   la   France   du   nord   est   un   puissant   facteur   de   développement   des   armoiries.   Dans   leur   jeunesse,   les  combaIants  de  Bouvines  se  sont  amuses  a  tournoyer  lors  des  fréquentes  rencontres  que  les  grands  seigneurs  se  doivent   d’organiser  afin  de  tenir  leur  rang.     Ces  armoiries  n’ont  en  elles-­‐mêmes    aucune  valeur  ni  significa5on  propre:  leurs  «  meubles  »,  les  figures  dessinées  sur  le   blason,  sont  soit  des  mo5fs  géométriques,  soit  une  un  silhoueIe  très  stylisée  représentant  un  animal,  une  tour  de  château,   une  fleur,  etc.  Rares  sont  les  armoiries  dites  parlantes  qui  jouent  sur  le  nom  du  lignage.    

Age d'or des capetiens