Issuu on Google+

1629-­‐1715   Les  rois  absolus  


Introduc)on  

• 

• 

• 

• 

C’est  l’époque  de  la  religion  de  la  seconde  majesté.  Apres   l’époque,   ou   l’on   tuait   au   nom   du   très   haut,   voici   les   guerres   du   roi,   ou   l’on   offre   son   sang   au   nom   du   souverain   devenu,  ou  redevenu  absolu.     L’impérieuse   raison   d’Etat   est   devenue   un   moteur   d’acGon   a   parGr   des   années   1630   au   moment   même   ou,   par   un   étrange   paradoxe,   triomphait   la   reforme   catholique,   ce   «   siècle   des   saints   ».   Mais   c’est   l’esprit   du   chrisGanisme   de   faire   respecter   les   rois   avec   une   espèce   de   religion,   que   Tertullien  appelle  la  religion  de  la  seconde  majesté.     Pourtant  au  même  moment,  c’est  bien  une  monarchie  de   papier   qui   se   met   en   place,   de   plus   en   plus   admiraGve,   technocraGque  est  bureaucraGque.     «  Je  m’en  vais,  mais  l’Etat  demeurera  toujours  ».  Ce  sont  la   parmi   les   dernières   paroles   prononcées   par   le   vieux   Louis   XIV  a  la  veille  de  sa  mort,  en  aout  1715.  


1629-­‐1660:  L’absolu)sme  extraordinaire  

• 

• 

Avec   la   quesGon   du   duché   de   Mantoue,   la   France   et   l’Espagne   s’affrontaient   a   propos   de   la   succession   a   la   couronne   ducale.   L’intervenGon   armée   entrainait   un   peu   plus   la   France   dans   le   conflit   qui,   depuis   1618,   déchirait   l’Europe.     Apres   la   mort   de   Louis   XIII   en   1643,   la   régence   d’Anne   d’Autriche  et  le  ministériat  de  Mazarin  révélèrent  au  grand   jour   les   contradicGons   du   système   de   l’extraordinaire,   incarnée  par  un  roi  trop  jeune  Louis  XIV  (il  avait  5  ans…).  La   majesté  royale  ne  parvenait  plus  a  jusGfier  un  système  qui   reposait  tout  enGer  sur  la  puissance  sacrée  du  souverain,.   La  noblesse  était  rongée  par  le  «  malcontentement  »,  des   révoltes   anGfiscales   surgirent   dans   le   Sud-­‐Ouest   (les   Croquants)  et  en  Normandie  (les  Nu-­‐Pieds).    

Louis  de  Gonzague,  duc  de  Nevers  "Il  était  italien  par  son  père,  le  duc  de  Mantoue,  mais  devint  duc  de   Nevers  par  son  mariage  avec  Henriefe  de  Clèves  qui  avait  hérité  dudit  duché.  Dès  lors,  il  vécut  en   France  et  à  la  cour,  dans  l'entourage  de  Catherine  de  Médicis  et  se  considérant  comme  français,  il  avait   servi  loyalement  Henri  III  et  Henri  IV.  


La  Rochelle  –  un  interlude  avant  le  conflit    avec  l’Espagne  

• 

• 

La   grande   victoire   catholique   sur   La   Rochelle  fut  fêtée  à  Paris  dans  un  triomphe   païen.   Selon   le   gout   allégorique   du   siècle,   Richelieu   exhiba   Louis   XIII   déguise   en   Jupiter   Stator,   tenant   a   la   main   un   foudre   dore.   Le   plus   grand   mal   de   Richelieu   était   encore   le   roi,   qui   d’un   moment   à   l’autre   pouvait   lui   échapper.   L’Espagne,   la   cour,   afendaient   la   mort   de   Louis   XIII.   Sa   femme,   son   frère,   chaque   maGn,   regardaient  son  visage  et  espéraient.  

Louis  XII  et  Richelieu  a  La  Rochelle  


La  France  ne  peut  sauver  Mantoue  

• 

• 

• 

Il  y  avait  trois  ou  quatre  marches  de  soldats,  des  comptoirs  militaires  ou  un   homme   désespère,   et   qui   ne   voulait   plus   que   tuer,   pouvait   se   vendre.   1.   L’ancien   marche   de   l’Est   ou   la   Hongrie.   Le   Danube   était   la   grande   école,   le   grand   enrôlement   de   la   cavalerie   légère.   2.   Exactement   contraire   en   tout   était  le  peGt  marche  de  la  Hollande.  Peu  d’hommes,  et  très  choisis,  très  bien   payes  et  très  bien  nourris.  Une  guerre  lente  et  savante.  3.  Le  vaste  théâtre  de   la   Pologne   et   de   la   Russie.   4.   Enfin,   le   grand,   l’immense,   le   monstrueux   marche  d’hommes  était  l’Allemagne.   Waldstein  :  Si  j’ai  quelques  soldats,  je  puis  être  bafu  ;  mais  si  je  les  ai  tous,  je   ferai  la  guerre  a  coup  sur,  n’ayant  affaire  qu’aux  non  soldats,  aux  paysans  mal   aguerris,   aux   moutons..   Waldstein   était   un   grand   homme   maigre,   de   mine   sinistre,   de   douteuse   race.   Pour   rien   il   faisait   pendre   un   homme,   mais   pour   rien   il   le   faisait   riche.   Et   voila   pourquoi   tout   le   monde   allait   à   son   armée.   Chacun  voulait  savoir  sa  chance.  Il  a  été  le  plus  fameux  condo%ere  au  service   de   l'Empire   pendant   la   guerre   de   Trente   Ans,   devenu   généralissime   des   armées  impériales,  duc  de  Friedland  et  de  Mecklembourg.   L’éclipse  de  la  France,  pendant  deux  ans  qu’elle  passa  au  maçonnage  à  murer   La   Rochelle,   profita   à   nos   ennemis.   Waldstein   avait   160.000   hommes   les   plus   aguerris  du  monde  et  s’agitait  aux  fronGères.  Cefe  fois,  le  roi  resta  au  Nord,   et   Richelieu,   nomme   son   lieutenant,   alla,   connétable   en   soutane   et   généralissime,  frapper  encore  un  peGt  coup  aux  Alpes.  

Albrecht  von  Wallenstein   le  plus  fameux  condo%ere  au  service  de   l'Empire  pendant  la  guerre  de  Trente  Ans  


Siècle  de  Fer  plutôt  que  siècle  d’Or  

• 

• 

Cefe   guerre   calamiteuse   que   représente   la   guerre   de   Trente   Ans   ravagea  l’Europe  de  1618  a  1648.  Elle  avait  débute  en  Bohême  par   la   révolte   des   protestants   contre   l’autorité   des   Habsbourg.   En   1648,   le   traite   de   Westphalie   rétablît   la   paix   dans   l’Empire   exsangue.   Cependant   la   guerre   se   poursuivit   entre   la   France   et   l’Espagne   jusqu’au  traite  des  Pyrénées  en  1659.   Siècle   de   fer   et   non   d’or   que   le   XVIIème   siècle   !   On   assiste   a   une   brutalisaGon  des  sociétés  européennes  pendant  la  Guerre  de  Trente   Ans.   Mais   les   guerres   sont   toujours   des   accoucheuses   d’Etat   :   les   guerres   ont   effet   pour   répercussion   une   emprise   plus   grande   de   l’Etat   sur   la   société   civile.   Le   temps   de   Richelieu   et   de   Mazarin   est   «   une   époque   pâlissante   ou   l’homme,   de   moins   en   moins   esGme   et   compte,  semble  s’anéanGr  dans  la  centralisaGon  poliGque.  »  


Carl-­‐Gustave,  le  vrai  héros  du  XVIIème  siècle  

• 

• 

• 

• 

Michelet  a  besoin  d’un  héros  pour  rabaisser  par  comparaison  Richelieu.  Le  roi   de   Suède   est   la   vraie   figure   révoluGonnaire   du   XVIIème   siècle.   Gustave   devient   chez   Michelet   le   champion   de   la   liberté   de   l’Europe   face   à   l’impérialisme  catholique  de  Ferdinand  II.  Ce  «  bon  géant,  calme  et  serein  »   est  sans  doute  autant  le  fils  spirituel  de  Rabelais  que  de  Luther.  En  disposant   ses   bataillons   non   en   carres   comme   les   tercios   espagnols,   mais   en   «   ordre   mince   »,   c’est-­‐a-­‐dire   en   longues   lignes   de   trois   ou   quatre   hommes   de   profondeur  seulement,  Gustave  gagne  en  souplesse  de  manœuvre,  les  lignes   s’écartent  et  se  reforment.   «   Gustave   Adolphe   c’est   le   créateur   de   la   guerre   moderne.   Il   était   le   représentant   du   principe   opprime,   le   protestanGsme,   celui   de   la   liberté   de   l’Europe.  La  Suède  parut  quelque  temps  irrésisGble.  Elle  reprit  Calmar  sur  le   Danemark.  Elle  conquit  la  Finlande,  imposa  la  paix  à  la  Russie.  Elle  conquit  la   Courlande,  la  Livonie,  la  Prusse  polonaise,  imposa  la  paix  à  la  Pologne.   Bien   loin   de   faire   des   carres   épais   comme   ceux   des   Espagnols,   qui   une   fois   rompus,  s’embrouillaient  de  plus  en  plus,  il  mit  ses  hommes  en  files  simples   et   du   vide   derrière,   disant   :   «   Si   la   cavalerie   vous   rompt,   laissez   passer,   et   reformez-­‐vous   a   deux   pas.   »   Gustave   crut   que   le   vrai   mur,   c’est   l’homme   ferme   et   que   cefe   fermeté   mobile,   dégagée   des   armures   de   limaçon   sous   lesquelles  on  trainait,  est  le  secret  de  la  victoire.   Gustave   aux   princes   allemands   :   «   Votre   Allemagne   est   un   vieux   corps   malade  ;  il  faut  des  remèdes  héroïques.  S’ils  sont  un  peu  forts  ayez  paGence.   »   Richelieu,   en   entravant   Gustave,   profita   de   ses   victoires,   exploita   habilement   la   terreur   de   son   nom   et   grappilla   sur   sa   conquête.   L’Espagne,   bafue  sur  le  Rhin  par  un  peGt  parG  suédois,  tombait  dans  le  ridicule.  

Gustave  II  


Richelieu  –  «  chef  du  parJ  protestant  »  

• 

Les   protestants   qu’étaient-­‐ils   en   substance   ?   La   transiGon   du   chrisGanisme   a   la   liberté,   la   liberté   naissante,   sous   forme   encore   chréGenne.   La   liberté,   c’est   la   variété   spontanée   du   génie   humain.   En  1634,  Richelieu  avait  pris  enfin  deux  grandes  décisions  :  rupture   ouverte  avec  l’Espagne,  renvoi  de  la  reine  espagnole.  Cefe  dernière   mesure   eut   été   un   grand   coup   en   Europe.   Il   y   avait   bientôt   40   ans   que   la   France   n’avait   pas   fait   la   grande   guerre.   Et   personne   ne   la   savait  plus.  Nos  genGlshommes  duellistes  n’étaient  pas  du  tout  des   soldats.   On   peut   dire   que   la   France   s’était   sauvée   elle-­‐même.   Ce   gouvernement   fort,   dur,   pesant,   s’était   vu   désarme,   et   loin   de   se   protéger,  c’est  lui  qui,  dans  la  crise,  fut  protège  par  la  naGon.  

Cardinal  de  Richelieu  par   Philippe  de  Champaigne  


Richelieu  –  LuLe  contre  les  deux  reines  

• 

Tous  étaient  pour  la  paix.  Richelieu  avait  tous  les  gouts  d’un  prince  italien  de  la   décadence,  bon  musicien  et  même  compositeur  passable,  peintre.  Il  n’avait  pas   beaucoup   de   cœur,   était   sec,   dur,   parfois   cruel.   Il   ne   se   fiait   qu’a   une   parente,   sa   nièce,   madame   de   Combalet.   Ce   ne   fut   que   peu   avant   sa   mort   qu’il   fit   tout   un   coup  sa  fortune,  la  fit  duchesse  d’Aiguillon.  La  reine  qui  avait  tant  d’intérêt  à  être   grosse,  le  devint  en  effet.  

Marie  de  Médicis  

Madame  de  Combalet   Duchesse  d’Aiguillon.  

Anne  d’Autriche  


De  la  guerre…  

• 

• 

• 

Lorsque   le   guerre   de   Trente   ans   s’achève   en   1648   avec  le  traite  de  Westphalie,  on  ne  peut  voir  que  la   détresse   d’un   royaume   parcouru   par   les   soldats,   décimé   par   le   retour   de   la   peste   et   étranglé   par   le   tour  de  vis  fiscal.     Paix   a   l’intérieur,   guerre   a   l’extérieur:   L’édit   de   Nîmes   en   juillet   1629   mit   un   terme   définiGf   aux   guerres  de  Religion  qui  avaient  commence  en  1562.   L’édit  de  Nîmes  sancGonnait  une  victoire  militaire  du   roi,   ce   qui   n’était   pas   le   cas   de   l’édit   de   Nantes.   Ainsi,  la  poliGque  des  places  de  sureté  était  abolie  au   profit   de   la   soumission   totale.   Le   désarmement   des   places   fortes   protestantes   représentait   un   jalon   capital   dans   le   processus   d’unificaGon   territoriale   du   royaume.     La   poliGque   de   «   la   ceinture   de   fer   »   systémaGsé   a   parGr   des   années   1670   par   Vauban   trouve   ici   son   fondement  et  son  origine.    


De  la  guerre…  

•  • 

• 

• 

• 

La  menace  espagnole:  La  France  convoitait  l’alliance  de  la  Savoie  et  de  la   Lorraine  –  ce  qui  la  plaçait  en  concurrence  directe  avec  les  Habsbourg.     Devenu  le  défenseur  des  intérêts  du  duc  de  Nevers  dans  la  succession  de   Mantoue,  le  roi  de  France  chercha  a  s’établir  en  Savoie  afin  de  préserver   une  voie  de  passage  a  travers  les  Alpes  qui  lui  permit  ensuite  d’intervenir   en  Italie.     Et   malgré   un   contexte   défavorable   –   la   peste,   les   émoGons   populaires   –   le   roi   et   son   ministre   choisirent   de   défier   l’Espagne.   Cela   passait   par   un   rapprochement   avec   les   ennemis   de   l’Espagne.   L’ulGme   étape   de   ce   processus   fut   franchie   en   novembre   1634,   avec   le   traite   de   Paris   qui   unissait   la   France   et   la   Suède   dans   la   défense   des   princes   protestants   de   l’Empire.   Le   roi   de   France   se   voyait   insGtue   en   défenseur   des   libertés   poliGques  et  religieuses  menacées  par  l’impérialisme  des  Habsbourg.     Fortunes   et   infortunes   de   guerre   :   En   un   an,   entre   septembre   1631   et   novembre  1632,  Gustave  Adolphe  s’était  impose  comme  le  défenseur  des   protestants  allemands  et  il  s’était  révélé  un  habile  stratège  en  introduisant   de  profondes  mutaGons  dans  l’art  de  la  guerre.  Apres  le  traite  de  Paris,  la   France  prit  le  relais  de  la  Suède.     A  Rocroi,  le  jeune  duc  d’Enghien,  futur  prince  de  Conde,  aligna  son  armée   pour   proposer   a   l’ennemi   une   bataille   rangée   décisive.   Le   terrain   était   favorable   au   déploiement   des   tercios   espagnols.   Grace   a   une   manœuvre   brillante  et  audacieuse  de  sa  cavalerie,  il  remporta  une  victoire  pleine  de   panache  et  célébrée  comme  telle.  

Louis  XII,  couronne  par  la  victoire  Philippe   de  Champaigne  


L’étonnant  succès  du  Cid  en  1636  

• 

• 

• 

La   quesGon   du   siècle,   c’est   la   mariage   espagnol,   redoute   d‘Henri   IV,   accompli   par   sa   femme,   presque   brise   de   Richelieu.   Une   grossesse   miraculeuse   met   dans   le   trône   de   France   le   sang   de   Charles-­‐Quint,   Louis   XIV,   lequel   ne   combafra   l’Espagne   que   pour   prendre   son   rôle   et   le   conGnuer  par  la  ruine  de  la  Hollande  et  de  la  France  protestante.   Le  Cid  et  son  succès  naGonal  furent  un  évènement  énorme,  d’une  portée   qui   n’a   jamais   été   senGe   jusqu’ici.   En   1636,   au   lendemain   de   l’invasion,   quand   la   France   entamée   douta   du   génie   du   ministre   et   l’accusa   d’imprévoyance,  l’Espagne  éclata  au  théâtre  et  y  fut  glorifiée.   «  Dans  un  si  grand  revers  que  vous  reste-­‐t-­‐il  ?  –  Moi  Moi,  dis-­‐je,  et  c’est   assez.  »  (Médée)  Le  sort,  la  pensée  de  la  France  et  son  état  moral  étaient   dans   cefe   formule.   Le   10   juillet   1637,   au   moment   ou   Richelieu   recommençait   encore   contre   l’Espagne   une   campagne   laborieuse,   au   moment   ou   la   cour   l’entourait   de   complots,   son   âme   liféraire,   plus   occupée   encore   du   succès   de   Corneille,   éclata   toute   dans   une   solennelle   ouverture   qu‘il   fit   chez   lui   de   l’Académie   Française,   contre   le   Cid   et   le   public.  Sur  Richelieu  planait  Corneille.  La  Chimène,  ce  fut  la  reine.  Avec  ses   37  ans,  notre  reine  espagnole,  oubliée,  peu  comptée,  un  peu  moquée  pour   ses  couches  douteuses,  refleurit,  jeune  et  pure  par  la  vertu  du  Cid.   La  première  EdiFon  du  Cid  qui  parut  alors  même   que  la  pièce  se  jouait  encore  devant  la  cour.  


De  la  guerre…  

• 

• 

• 

La   prépondérance   française:   Le   24   octobre   1648,   la   paix   de  Westphalie  est  signée.  Elle  consacre  la  reconnaissance   de   l’indépendance   des   cantons   suisses   et   des   Provinces-­‐ Unies.     Plus   que   le   prince,   c’est   l’Etat   inscrit   dans   sa   réalité   territoriale,     qui   s’affirmait   comme   le   principe   d’organisaGon   de   la   religion.   En   ce   sens,   la   paix   de   Westphalie  contribua  a  l’émergence  du  principe  étaGque.     L’Espagne   avait   tente   de   profiter   du   désordre   intérieur   provoque   par   la   Fronde   pour   menacer   a   nouveau   la   France.   Le   ralliement   du   prince   de   Conde,   qui   prit   le   commandement   de   l’armée   espagnole,   ne   suffit   pas   cependant   a   la   monarchie   de   Philippe   IV,   ruinée   et   épuisée  par  plusieurs  décennies  de  guerre.    


De  la  guerre…   • 

•  • 

•  • 

• 

L’état   a   l’épreuve   de   la   guerre:   Ajoutée   au   fléau   endémique   de   la   déserGon,   la   présentaGon   de   faux   soldats   (les   passe-­‐ volants)  lors  des  revues  créait  un  écart  considérable  entre  es   effecGfs  théoriques  et  l’état  réel  des  troupes.     La   dignité   de   connétable   de   France   s’était   éteinte   en   1626   au   profit  de  l’affirmaGon  du  collège  des  maréchaux  de  France.     Richelieu:  «  Il  se  trouve  en  l’Histoire  beaucoup  plus  d’armées   péries   par   faute   de   pain   et   de   police,   que   par   l’effort   des   armes   ennemies   ».   L’accroissement   des   effecGfs   et   la   nécessite  de  lufer  sur  plusieurs  fronts  imposèrent  a  Richelieu     d’envisager   l’approvisionnement   des   troupes   a   une   vaste   échelle.   Les   intendants   d’armée   furent   ainsi   charges   d’organiser  le  déplacement  des  soldats  a  travers  le  royaume   en   organisant   des   «   étapes   »   ou   ils   pouvaient   trouver   des   magasins  pourvus  de  vivres.   Le   difficile   contrôle   de   l’appareil   militaire:   Le   roi   n’exerçait   un   contrôle   direct   que   sur   le   nombre   restreint   des   unités   appartenant  a  sa  maison  militaire.     Les   gardes   françaises   et   suisses   formaient   le   cœur   des   disposiGfs  de  bataille,  tandis  que  les  célèbres  mousquetaires   étaient   souvent   employés   en   «   enfants   perdus   »   dans   des   acGons  périlleuses.     La   hiérarchie   militaire   était   un   enchevêtrement   de   droits   et   de  dignités,  ou  le  statut  social  des  officiers,  le  presGge  de  leur   unité,   l’ancienneté   de   leurs   services   modulaient,   a   l’infini,   l’étendue   de   l’autorité   conférée   par   leur   grade.     A   la   violence   de   guerre   s’ajoutait   ainsi   celle   des   duels   insGtues   en     procédure  d’arbitrage,  malgré  les  interdicGons  royales.  

La  forteresse  de  Salses  a  été  édifiée  entre  1497  et  1502.   Ses  murailles  et  ses  ouvrages  avances  lui  donnent  un   aspect  intermédiaire  entre  un  château  et  une  citadelle   basFonnée    


De  la  guerre…  

•  •  •  • 

Lorsque  le  roi  s’engageait  dans  une  guerre,  il  devait  compléter  l’effecGf  de  son  armée  permanente  par  la  levée  de  nouvelles   troupes.  La  levée,  puis  l’entreGen  d’une  compagnie  ou  d’un  régiment,  s’effectuaient  sur  le  mode  de  l’entreprise.     Responsables   de   l’uGlisaGon   des   deniers   royaux   places   entre   leurs   mains,   les   capitaines   ou   colonels   devaient   en   rendre   compte  lors  des  revues  d’inspecGon  –  les  «  montres  »  qui  vérifiaient  l’équipement  des  soldats  et,  surtout,  leur  nombre.   Pour  pallier  les  insuffisances  de  ce  système,  le  souverain  devait  faire  appel  a  des  capitaines  étrangers  avec  lesquels  il  passait   des  capitulaGons.     L’inorganisaGon   et   l’indiscipline   de   la   cavalerie   française   avaient   persuade   Richelieu   de   la   nécessite   des   recours   aux   étrangers,   qui   contribuèrent   au   redressement   spectaculaire   des   années   1640.   Ces   troupes   expérimentées   consGtuèrent   l’armature  de  la  cavalerie  victorieuse  a  Rocroi.    

Le  duc  d’Enghien  a  la  bataille  de  Rocroi  


La  bataille  de  Rocroi  

• 

• 

La  régente  espagnole  ouvre  son  règne  de  quinze  ans  par  un  chemin   de  fleurs.  Sans  qu’on  sache  pourquoi  ni  comment,  cefe  étrangère  est   adorée.  En  afendant,  tout  tourne  a  son  profit.  Les  favoris  du  dernier   règne,   les   Conde,   gagnent   une   bataille   a   point   pour   elle,   et   font   a   Rocroi   la   brillante   préface   du   règne   emphaGque   de   Louis   XIV.   Les   Espagnols  se  sentaient  couverts  de  tous  cotes  par  ces  bois  infinis  de   peGts   chênes,   qu’on   appelle   la   foret   des   Ardennes.   Restait   la   vraie   Espagne,   la   fameuse   infanterie,   comme   un   gros   hérisson   de   piques,   ou  on  ne  mordait  pas.   C'est  au  cours  du  siège  de  Rocroi  par  les  Espagnols,  commandés  par   le  comte  de  Fuentès,  qu'eut  lieu  la  fameuse  bataille  de  Rocroi,  le  19   mai   1643,   qui   vit   la   victoire   des   Français   sur   les   Espagnols.   Le   chef   de   l'armée  française,  le  duc  d'Enghien,  plus  tard  appelé  le  Grand  Condé,   révéla   ici   tout   son   génie   militaire,   alors   qu'il   était   seulement   âgé   de   22   ans.   Cefe   victoire   fut   décisive   dans   la   guerre   de   Trente   Ans   (1618-­‐1648)   :   elle   marqua   le   retour   de   la   France   sur   la   scène   internaGonale  après  un  siècle  de  défaites  et  de  guerres  civiles.  

Le  duc  d’Enghien,  futur  prince  de  Conde.  


De  la  guerre…  

• 

• 

•  • 

Le   royaume   a   l’épreuve   de   la   guerre:   Lorsque   la   menace   se   fit   plus   pressante   a   la   suite   du   désastre   de   Corbie,   Louis   XIII   étendit   l’obligaGon   du   service   militaire   aux   communautés   de   méGers,   qui   furent   invitées   a   fournir   leurs   apprenGs   puis   leurs   ouvriers.   Les   étudiants   reçurent   la   promesse   d’être   dispenses   de   frais   de   récepGon   a   la   maitrise   s’ils   s’engageaient   dans   l’armée.       Les   modestes   dimensions   de   l’armée   de   Louis   XIII   et   du   jeune   Louis   XIV   limitèrent   l’impact   démographique   du   prélèvement   effectue  sur  les  communautés.  La  guerre  ne  décima  pas  parGculièrement  la  classe  des  hommes  âgés  de  20  a  40  ans,  mais  la   société  tout  enGère,  car  elle  entrainait  derrière  elle  un  cortège  de  fléaux:  les  destrucGons  et  les  pillages,  qui  laissent  sans   ressource  des  villages,  voire  des  provinces  enGères,  la  famine  et  aussi  la  peste.     Le  logement  des  gens  de  guerre  était  un  véritable  impôt  double  d’une  menace  physique  permanente.  A  tous  les  niveaux,  les   moindres  détenteurs  d’une  autorité  militaire  négociaient  et  monnayaient  leur  clémence.     .  

Peste  d’Ashdod,  ou  les  PhilisFns  frappes  par  la  peste.   Nicolas  Poussin.  


De  la  guerre…  

• 

• 

Guerre  et  misère:  La  guerre  jetait  sur   les   routes   les   paysans   qui   fuyaient   l’avancée   des   soldats.   La   hausse   des   impôts   étranglaient   progressivement   les   paysans   qui   accumulaient   une   defe   exigible   en   numéraire.   Les   arriérés   de   taille   devenaient   alors   considérables.   L’existence   d’une   pauvreté   massive   est   un   caractère   dominant   de   la   société   d’Ancien   Régime.   On   peut   l’évaluer   par   la   nécessite,   pour   un   foyer   ou   un   individu,   de   consacrer   plus   de   80%   de   son   revenu,   a   l’achat   du   pain,   consGtuant   la   base   de   son   alimentaGon.    

Une  famille  de  paysans  par  Louis  Le  Nain.  


Se  débarrasser  des  pauvres  –  les  hôtels-­‐Dieu  

• 

• 

• 

A  cote  des  clercs  charges  de  prier  (“oratores”),  les  nobles  étaient  ceux  à  qui  incombait  d’assurer  par  les  armes  (“bellatores”)   la  défense  du  troisième  état  compose  de  tous  ceux  qui  travaillaient  a  un  Gtre  ou  a  un  autre  (“laboratores”).  Dans  la  seconde   moiGe  du  XVIIe  siècle,  cefe  réparGGon  a  largement  perdu  de  sa  perGnence.     Extrême  diversité  de  la  populaGon  rurale:  quoi  de  commun  entre  le  gros  fermier  de  l’Ile-­‐de-­‐France,  producteur  de  céréales   et  de  chevaux  pour  l’énorme  marche  de  la  capitale,  et  le  peGt  métayer  des  bocages  de  l’ouest  armoricain  qui  culGve  seigle   et    plantes  texGles,  et  fournit  en  maGères  premières  son  voisin,  Gsserand  de  village,  travaillant  pour  le  négociant  de  la  ville   proche?     Depuis   le   début   du   siècle,   l’idée   s’est   répandue   qu’il   faut   séparer   les   pauvres   du   reste   de   la   société   pour   laquelle   beaucoup   d’entre  eux  sont  une  menace  et  procéder  a  leur  enfermement  dans  des  hôpitaux  généraux  où  ils  seront  a  la  fois  détenus,   nourris,  envoyés  vers  les  hôtels-­‐Dieu  s’ils  sont  malades.    

Hôtel-­‐Dieu  de  Troyes.  


De  la  guerre…  

Grandes  Misères  de  la  guerre  de  Jacques  Callot  


De  la  guerre…  

Grandes  Misères  de  la  guerre  de  Jacques  Callot  


De  la  guerre…  

Grandes  Misères  de  la  guerre  de  Jacques  Callot  


De  la  guerre…  

• 

La   série   des   Misères   et   malheurs   de   la   guerre   de   Jacques   Callot,   éditée   en   1633,   illustre   avec   précision   l’invasion   de   la   sphère   civile   par   la   guerre.   Peu   de   vignefes   représentent   d’authenGques   scènes   de   guerre,   tandis   que   la   plupart   représentent  les  exacGons  des  soldats  et  la  destrucGon  des  cadres  élémentaires  de  la  vie  sociale.    

Grandes  Misères  de  la  guerre  de  Jacques  Callot  


De  la  guerre…  

• 

• 

Les   paysans   chasses   de   leurs   terres   au   terme   d’un   processus   d’endefement   ou   a   la   suite   d’un   accident   de   la   vie   partaient   souvent   tenter   leur   chance   en   villes   ou   les   secours   et   les   perspecGves  de  travail  étaient  plus  importants.   De   fait,   au   cours   du   second   Gers   du   XVIIème   siècle,   le   repli   démographique   s’est   manifeste   dans   des   proporGons   proches   de  10  a  15%.  A  environ  18  millions,  la  populaGon  du  royaume   retrouvait  ainsi  le  niveau  d’éGage  afeint  au  sorGr  des  guerres   de  religion.    


Misère  de  la  France,  malheur  de  Richelieu  

• 

• 

• 

• 

L’enfant   fut   un   garçon,   donc   un   roi.   Richelieu   demeura   sans   voix.  Sa  fatalité  était  désormais  d’avoir  désormais  pour  maitres   l’infant  de  la  maison  d’Autriche,  la  régente  espagnole.  Dans  le   compliment   sec,   en   deux   lignes,   qu’il   fait   a   la   reine,   les   paroles   lui  restent  a  la  gorge  :  «  Madame,  les  grandes  joies  ne  parlent   pas...  »     L’invincible   ennemi   dont   on   ne   pouvait   se   défaire,   c’était   l’épuisement  du  royaume,  l’abime  de  la  misère  publique  qui  se   creusait  de  plus  en  plus.  On  saisissait,  on  prenait  tout  jusqu’aux   jupes   des   femmes.   L’ordre   règne   ;   les   pouvoirs   locaux   sont   écrasés.   La   grande   quesGon   du   monde   en   ce   siècle   et   aux   trois   derniers,   c’est   celle   des   biens   ecclésiasGques.   Elle   domine   toute  la  Guerre  de  Trente  Ans.   Il   était   évident   que   les   biens   donnes   a   l’Eglise   avaient   au   Moyen   Age   diverses   uGlités   publiques,   écoles,   hôpitaux,   entreGen   des   pauvres,   etc.   L’Etat   n’existant   pas   alors   (a   proprement  parler),  l’Etat  réel,  sérieux  était  dans  l’Eglise.  Celle-­‐ ci,   peu   a   peu,   se   dégagea   des   charges,   garda   les   avantages,   s’enfonça   dans   son   repos,   donnant   pour   tout   secours   a   l’Etat...   ses  prières.   Richelieu,   vaincu   dans   l’opinion   par   le   drame   espagnol   et   le   succès   du   Cid,   vaincu   dynasGquement   par   la   grossesse   de   la   reine   et   l’enfant   du   miracle,   reste   vaincu   encore   dans   la   quesGon  d’argent  par  la  résistance  du  clergé.  


Une  royale  et  chré)enne  applica)on  

•  •  •  • 

• 

Le   parG   dévot   avait   hérite   de   l’intransigeance   des   catholiques   ligueurs   qui,   pendant   les   guerres   de   Religion,   s’étaient   opposes  a  toute  forme  de  conciliaGon  avec  les  protestants.     Au  contraire  des  dévots,  Richelieu  voyait  dans  l’Espagne  des  Habsbourg  une  puissance  rivale  résolue  a  l’affaiblissement  de  la   France.     La   fédéraGon   sous   la   bannière   dévote   des   opposiGons   a   Richelieu   puis   a   Mazarin,   a   contribue   a   réduire   le   débat   a   un   affrontement  bipolaire  entre  intransigeance  catholique  et  laïcité  de  l’Etat.     Confirmer   les   catholiques   et   converGr   les   héréGques:   La   reforme   tridenGne   s’est   caractérisée   par   un   esprit   d’offensive   qui   a   invesG  l’espace  poliGque  et  social,  a  la  faveur  d’un  intense  et  durable  élan  pastoral.  Les  saints  qui  ont  marque  ce  siècle  ont   souvent  été  des  missionnaires:  François  de  Sales,  Vincent  de  Paul.     L’élan  pastoral  de  la  reforme  catholique  –  animes  d’un  véritable  zèle  réformateur  voire,  parfois,  d’un  certain  rigorisme,  les   évêques  du  XVIIème  siècle  incarnèrent  les  exigences  spirituelles  et  l’emprise  cléricale  de  la  reforme  catholique.    

 

Saint  François  de  Sales  et  saint  Vincent  de  Paul.  


Une  royale  et  chré)enne  applica)on  

• 

• 

• 

• 

• 

Spiritualité   dévote   et   engagement   parGsan:   La   parGcipaGon   acGve   des   parGculiers  –  clercs  ou  laïcs  –  au  renouveau  pastoral  représentait  une   composante  essenGelle  du  mouvement  devoir.  En  1629,  la  fondaGon   de  la  Compagnie  du  Saint  Sacrement  en  une  manifestaGon.     L’exaltaGon   du   Saint   Sacrement   consGtuait,   depuis   le   concile   de   Trente,   l’une   des   formes   privilégiées   de   l’orthodoxie   catholique,   face   au   dogme   calviniste   qui   n’accordait   a   l’eucharisGe   qu’une   valeur   commémoraGve.     Au   cours   de   printemps   et   de   l’été   1630,   la   poliGque   étrangère   de   la   France   avait   afeint   un   point   d’infléchissement.   L’alliance   avec   les   Provinces   Unies   déclenche   une   forte   opposiGon.   La   puissance   poliGque   du   courant   avait   été   amplifiée   par   le   souGen   que   lui   avait   accorde   Marie   de   Médicis,   et   de   façon   beaucoup   plus   opportuniste,   Gaston  d’Orléans,  le  frère  du  roi.     A   l’issue   d’une   violente   altercaGon   entre   Louis   XIII   et   Marie   de   Médicis,   les   rumeurs   de   la   cour   firent   croire   au   triomphe   de   la   reine   mère   et   au   renvoi   de   Richelieu.   Le   lendemain,   ce   fut   exactement     l’inverse  qui  se  produisit:  Louis  XIII  maintenait  sa  confiance  au  cardinal   et  entreprit  de  démanteler  la  coaliGon  qui  s’opposait  a  sa  poliGque.     Marie   de   Médicis   fut   disgraciée,   puis   assignée   a   résidence   de   Compiègne,  d’ou  elle  s’enfuit  pour  se  refugier  aux  Pays-­‐Bas  espagnols,   quifant  définiGvement  la  scène  poliGque.    

  Gaston  d’Orléans.  


Une  royale  et  chré)enne  applica)on  

• 

Les   protestants   étaient   restes   fidèles   au   souverain   lors   des   troubles   civils   qui   avaient   agite   le   royaume,   en   parGculier   pendant   la   Fronde.   Leur   parGcipaGon   a   l’effort   de   guerre   et   la   graGtude   royale   se   manifestaient   avec   éclat   par   leur   très   forte   représentaGon   dans   le   cercle  restreint  des  maréchaux  de  France:  Turenne,  Gassion,  Rantzau,   La  Force.    

 

Henri  de  la  Tour  d’Auvergne,  vicomte   de  Turenne,  maréchal  de  France.  

 maréchal  de  Gassion.  

 maréchal  Josias  de  Rantzau.  

 maréchal  de  la  Force.  


Une  royale  et  chré)enne  applica)on  

• 

• 

L’Eglise   et   l’Etat:   Richelieu   confirma   sa   poliGque   d’abaissement   de   «   l’orgueil   des   grands   »   en   réservant   la   distribuGon   des   bénéfices   majeurs   a   ses   allies.   Les   élites   robines   des   milieux   ministériels   en   Grèrent   un   large   profit   et   invesGrent   l’épiscopat   qui   devint   plus   dépendant  du  pouvoir  royal.     Le   débat   portait   sur   la   nature   de   la   grâce:   était-­‐elle   «   suffisante   »   comme   le   soutenaient   les   Jésuites,   ou   «   efficace   »   comme   le   prétendaient  les  Jansénistes?  Le  chréGen  devait-­‐il    conquérir  son  salut   avec  le  concours  de  la  grâce  ou  devait-­‐il  tout  afendre  de  ce  secours   que   Dieu   lui   accordait   comme   un   don   gratuit   et   incondiGonnel.   Les   Jansénistes   plaçaient   tout   leur   espoir   de   salut   en   un   Dieu   souverain   et   insensible  aux  vaines  tentaGves  des  hommes  pour  infléchir  sa  décision   de   les   sauver   ou   de   les   damner.   Le   Jansénisme   inspirait   une   morale   sociale  criGque  et  une  praGque  religieuse  marquée  par  la  rigueur  de  la   contemplaGon  et  de  la  morGficaGon.    

  Abbe  de  Saint-­‐Cyran,  qui  fut  l’introducteur  du   jansénisme  en  France.  Il  devint  le  directeur  de   conscience  de  Port  Royal,  qui  devient  ainsi  une   véritable  citadelle  du  jansénisme.  


Une  royale  et  chré)enne  applica)on  

• 

• 

L’assistance   aux   pauvres   entre   police   et   charité:   La   prise   en   charge   du   problème   de  la  pauvreté  par  l’Etat  s’insérait  dans  le   mouvement   de   sécularisaGon   des   poliGques   d’assistance,   iniGe   a   Lyon,   puis   a   Paris.   Il   faut   rappeler   que   le   terme   de   police,  au    XVIIème  siècle,  ne  désignait  pas   uniquement   la   force   appliquée   au     mainGen  de  l’ordre  et  a  la  répression  de  la   criminalité,  mais  l’ensemble  des  praGques   administraGves   ou   coerciGves   qui   organisent  l’espace  public.     La   volonté   royale   de   pourvoir   au   secours   des  pauvres  s’insérait  dans  le  contexte  de   la  reforme  tridenGne  qui  avait  redonne  la   charité   une   place   déterminante   dans   l’édifice   doctrinal   de   l’Eglise   catholique,   puisque   le   secours   aux   pauvres   figurait   parmi   les   œuvres   par   lesquelles   chacun   pouvait  gagner  son  salut.  

Vue  de  l’hôpital  Saint-­‐Louis  a  Paris.  


Une  royale  et  chré)enne  applica)on  

• 

La  promoGon  du  culte  marial  contribuait  l’affirmaGon  de  la  catholicité   face  a  l’hérésie  protestante.  De  1628,  la  victoire  de  La  Rochelle  avait   été   afribuée   a   l’intercession   de   la   Vierge.   Elle   fut   célébrée   l’année   suivante,   par   l’érecGon   d’une   église   parisienne   Notre   Dame   des   Victoires.    

Notre-­‐Dame  des  Victoires   Saint-­‐Louis  distribuant  les  aumônes   Luis  Tristan  


Une  royale  et  chré)enne  applica)on  

• 

La  promoGon  du  culte  marial  contribuait  l’affirmaGon  de  la  catholicité   face  a  l’hérésie  protestante.  De  1628,  la  victoire  de  La  Rochelle  avait   été   afribuée   a   l’intercession   de   la   Vierge.   Elle   fut   célébrée   l’année   suivante,   par   l’érecGon   d’une   église   parisienne   Notre   Dame   des   Victoires.    

Le  vœu  de  Louis  XIII     Louis  XIV  offrant  sa  couronne  et  son  sceptre  a  la  Vierge   par  Philippe  de  Champaigne.  


L’empire  du  discours

•  • 

•  •  • 

«  L’homme  ayant  été  fait  raisonnable,  il  ne  doit  rien  faire  que  par  raison  »  Richelieu  qui  fait  écho  avec  Descartes  «  Le  bon   sens  est  la  chose  du  monde  la  mieux  partagée  ».   En  affirmant  l’essence  raGonnelle  des  hommes,  Richelieu  jusGfiait  sa  poliGque  de  tolérance  civile  a  l’égard  des  protestants.   Le  primat  de  la  raison  obligeait,  en  effet,  l’Etat  monarchique  a  recourir  au  moyen  de  la  persuasion  plutôt  qu’a  celui  de  la   violence  pour  obtenir  la  conversion  des  huguenots.     De  la  mesure  avant  tout  chose:  HériGer  de  la  pensée  de  Machiavel,  Jean-­‐Louis  Guez  de  Balzac,  en  publiant  «  Le  Prince  »,   contribua  a  la  mise  en  place  de  la  poliGque  de  Richelieu  en  lui  donnant  une  assise  théorique.     A  cefe  concepGon  de  la  raison  d’Etat,  Richelieu  préféra  la  recherche  d’une  raGonalité  d’Etat,  suscepGble  de  s’imposer  au   prince  lui-­‐même  et  de  définir  une  praGque  de  gouvernement.     L’art   d’avoir   raison:   La   raison   d’Etat   n’aurait-­‐elle   été   que   le   volet   poliGque   du   triomphe   d’une   raGonalité   polymorphe?     Existe-­‐t’il  un  rapport  entre  les  différents  registres  de  la  raison?  

L’Académie  dite  aussi  la  réunion  d’amateurs  –     Mathieu  Le  Nain  


L’empire  du  discours

• 

• 

• 

• 

L’expérience  devint  un  critère  essenGel  de  validaGon  des  théories,  par   opposiGon   aux   anciens   systèmes   philosophiques   établis   sur   l’argument   d’autorité.   Des  la  fin  des  années  1610,  la  marquise  de  Rambouillet  accueillit  dans   son   hôtel   de   la   rue   Saint-­‐Honoré   une   société   composée   de   gens   de   lefres   et   de   condiGon   ou   la   diplomaGe   de   l’esprit   s’exerçait   dans   un   climat  de  civilité  courtoise.     L’expérimentaGon   exige   la   maitrise   de   trois   types   de   savoir-­‐faire:   la   technologie   mécanique   du   disposiGf   expérimental,   la   technologie   liféraire   du   récit   d’expérience   et   la   technologie   sociale   de   la   persuasion.   Si   la   raison   poliGque   pouvait   se   nourrir   de   la   raGonalité   scienGfique,   l’inverse   était   également   vrai.   En   science   aussi,   la   raison   était  poliGque.     Quand  la  science  devient  poliGque:  Pascal  entreprit  de  démontrer  que   les   variaGons   de   niveau   de   mercure   pouvaient   s’expliquer   par   les   différences   de   pression   atmosphérique.   «   Récit   de   la   grande   expérience  de  l’équilibre  des  liqueurs  »  suite  a  son  ascension  du  Puy  du   Dôme.    


L’empire  du  discours

Vue  de  Paris  sur  le  palais  du  Louvre,  prise  du  Pont-­‐Neuf  


L’empire  du  discours

• 

• 

• 

• 

Liférature   et   pouvoir:   A   Paris,   les   libelles   se   vendaient   et   les   nouvelles   circulaient  dans  la  galerie  du  Palais,  encombre  de  bouGques  desGnées   a   la   clientèle   aisée   des   magistrats   du   parlement.   Le   Pont-­‐Neuf   était   occupe  par  des  libraires  «  étalant  »,  dont  les  bouquinistes  prolongent   aujourd’hui  la  tradiGon.     La   créaGon   de   la   Gazefe   par   Théophraste   Renaudot   est   la   première   revue   a   grande   diffusion   –   L’essenGel   des   nouvelles   offertes   aux   lecteurs  s’arGculaient  autour  de  trois  thèmes  présentes  par  Renaudot:   les   batailles,   les   «   mystères   de   la   Cour   »   et   les   affaires   judicaires…   et   passe  progressivement  de  quatre  a  douze  pages.       L’objecGvité  revendiquée  par  Renaudot    se  donnait  l’objecGf  poliGque   de   réfuter   «les   faux   bruits   qui   servent   souvent   d’allumefes   aux   sédiGons  intesGnes  ».  A  l’usage,  cefe  foncGon  se  révéla  prédominante.   Richelieu  écrivit  lui-­‐même  certains  arGcles  de  la  Gazefe  qui  devint  un   docile  instrument  du  pouvoir  royal.   Le  règne  de  la  propagande:  Dans  les  «  ConsidéraGons  poliGques  sur  les   coups  d’Etat  »  (1639),  Gabriel  Naude  a  considère  le  peuple  comme  le   réceptacle  passif  des  idées  et  des  discours  véhicules  par  la  propagande.    


Le  système  de  l’extraordinaire  

• 

• 

• 

«  La  nécessite  est    maitresse  impérieuse,  qui  violente  les  plus  grands  rois  et  qui   les   oblige   a   des   condescendances   involontaires   ».     Nées   de   l’adaptaGon   de   l’urgence   a   la   nécessite,   les   mesures   et   les   procédures   extraordinaires   formèrent  un  véritable  système  de  gouvernement,  qui  s’appliqua  a  la  jusGce,  a   l’administraGon  et  aux  fiances.  Ce  fut  l’œuvre  de  Richelieu.     Intendants  et  officiers:  Comme  l'indique  Richelieu,  dans  le  Testament  PoliGque,   les   dysfoncGonnements   de   l’administraGon   fiscale   jusGfièrent   la   désignaGon   d’intendants  pour  «  aller  en  tous  lieux  des  Provinces  s’enquérir  des  mœurs  des   officiers   de   JusGce   et   des   finances;   voir   si   les   imposiGons   se   lèvent   conformément   aux   ordonnances,   si   les   receveurs   n’y   commefent   pas   d’injusGces  en  vexant  les  peuples,  découvrir  la  façon  avec  laquelle  ils  exercent   leurs  charges;  apprendre  comme  se  gouverne  la  Noblesse  et  arrêter  le  cours  de   toutes  sortes  de  désordres.  »     L’extraordinaire   contre   les   privilèges:   Les   intendants   furent   employés   sur   d’innombrables   fronts   ou   ils   subsGtuèrent   la   logique   de   l’extraordinaire,   a   l’observaGon  scrupuleuse  des  privilèges  et  des  parGcularismes  locaux.    

   

Portrait  d’Omer  Talon.  Conseiller  d’Etat  par  Philippe  de  Champaigne.  


Le  système  de  l’extraordinaire   • 

• 

• 

• 

 

Le  système  fisco-­‐financier:  Etaient  considérés  comme   extraordinaires   des   revenus   parfaitement   réguliers,   comme   les   impôts   indirects,   mais   dont   la   percepGon   était   confiée   a   des   intermédiaires   agissant   en   vertu   d’un   contrat   de   ferme   ou   d’un   traite.   L’analyse   de   l’évoluGon  des  revenus  de  l’Etat  montre  qu’a  parGr  de   1605,   les   recefes   extraordinaires   sont   devenues   majoritaires.   Les   fermes   qui   existaient   depuis   le   Moyen   Age,   connurent   sous   le   règne   de   Louis   XIII   un   a c c r o i s s e m e n t   m o d é r é   d e   l e u r   v o l u m e   .   TradiGonnellement,  le  système  de  la  ferme  concernait   les  impôts  indirects.     Un   traite   était   un   contrat   passe   entre   le   roi   et   des   financiers   (les   traitants)   qui   recevaient   l’autorisaGon   de   Grer   profit   d’une   ressource   moyennant   paiement   au   trésor   des   parGes   casuelles   d’un   droit   forfaitaire.   Il   s’agit   en   clair   de   vente   d’offices.   Le   cardinal-­‐ministre   mobilisa   massivement   la   ressource   financière   procurée   par   la   vente   des   offices.   Plus   encore,   il   profita   de   la   véritable   faim   d’offices,   qui   dévorait   les   élites,  pour  les  a•rer  au  service  du  roi.     Tout  le  paradoxe  de  la  poliGque  royale  se  trouvait  ici   concentre:   la   vente   des   offices   qui   alimentait   les   recefes   extraordinaires,   contribuaient   a   installer   durablement   les   nouveaux   acquéreurs   dans   le   foncGonnement   ordinaire   de   la   jusGce   et   des   insGtuGons.    


Le  système  de  l’extraordinaire  

• 

• 

• 

• 

 

L’absoluGsme   et   la   loi:   La   jusGce   extraordinaire   fut   mobilisée   dans   des   circonstances   douteuses   ou   le   crime   juge   paraissait   mal   établi   ou   fonde   est   une   simple  défiance  poliGque.   Les   fermes   qui   existaient   depuis   le   Moyen   Age,   connurent   sous   le   règne   de   Louis   XIII   un   a c c r o i s s e m e n t   m o d é r é   d e   l e u r   v o l u m e   .   TradiGonnellement,  le  système  de  la  ferme  concernait   les  impôts  indirects.     Un   traite   était   un   contrat   passe   entre   le   roi   et   des   financiers   (les   traitants)   qui   recevaient   l’autorisaGon   de   Grer   profit   d’une   ressource   moyennant   paiement   au   trésor   des   parGes   casuelles   d’un   droit   forfaitaire.   Il   s’agit   en   clair   de   vente   d’offices.   Le   cardinal-­‐ministre   mobilisa   massivement   la   ressource   financière   procurée   par   la   vente   des   offices.   Plus   encore,   il   profita   de   la   véritable   faim   d’offices,   qui   dévorait   les   élites,  pour  les  a•rer  au  service  du  roi.     Tout  le  paradoxe  de  la  poliGque  royale  se  trouvait  ici   concentre:   la   vente   des   offices   qui   alimentait   les   recefes   extraordinaires,   contribuaient   a   installer   durablement   les   nouveaux   acquéreurs   dans   le   foncGonnement   ordinaire   de   la   jusGce   et   des   insGtuGons.    

Henri  II,  duc  de  Montmorency.   Il  refuse  de  s’allier  de  Richelieu,  il  rejoint  ainsi  les   rangs  des  «  Malcontents  »  qui  s’opposent  a  la   poliFque  du  cardinal  ministre.  Montmorency  et   Gaston  d’Orléans  s’engagent  dans  une  stratégie   insurrecFonnelle.  Son  exécuFon  par  décapitaFon   marqua  profondément  les  contemporains.  


Le  système  de  l’extraordinaire  

• 

• 

 

Le   marquis   de   Cinq-­‐Mars   et   son   ami   François-­‐Auguste   de   Thou,   conseiller   d’Etat   issu   d’une   presGgieuse   famille   de   magistrats,   formèrent   le   projet   de   renverser   le   cardinal,   avec   l’aide   de   Gaston   d’Orléans,   du   duc   de   Bouillon   et   le   souGen   de   l’Espagne.   Le   tribunal   compose   de   maitres   de   requêtes   et   de   parlementaires   condamna   a   mort   Cinq-­‐Mars   et   de   Thou  qui  furent  exécutés  a  Lyon  en  1642.       Tout  le  paradoxe  de  la  poliGque  royale  se  trouvait  ici   concentre:   la   vente   des   offices   qui   alimentait   les   recefes   extraordinaires,   contribuaient   a   installer   durablement   les   nouveaux   acquéreurs   dans   le   foncGonnement   ordinaire   de   la   jusGce   et   des   insGtuGons.     Le  duc  d’Epernon.   Son  ascension  avait  été  favorisée  par  la  protecFon  d’Henri  III  dont  il  fut  l’un   des  mignons.  Il  reprit  de  l’importance  lors  des  guerres  contre  les  protestants  a   parFr  de  1622.  Gouverneur  de  Guyenne  et  colonel  général  de  l’infanterie   française,  il  possédait  une  solide  assise  qui  lui  permit  de  conserver  une  certaine   autonomie  poliFque  face  au  pouvoir  grandissant  de  Richelieu.  Le  procès   intente  contre  son  fils  Bernard  a  la  suite  du  désastre  de  Fontarabie  s’inscrit   dans  une  offensive  générale  contre  la  maison  d’Epernon  qui  perdit  alors  le   gouvernement  de  Guyenne.    


La  conspiraJon  espagnole  encore  

• 

• 

Richelieu  fit  exclure  Cinq-­‐  Mars  de  tout  conseil,  et  engagea   le   roi   a   reGrer   le   dauphin   des   mains   de   la   reine.   Cinq-­‐Mars   s’entendit   avec   François-­‐Auguste   de   Thou   et   Gaston   de   France   pour   comploter   avec   les   Espagnols.   Leur   plan   prévoyait   le   renvoi   ou   l’assassinat   de   Richelieu,   la   signature   de   la   paix   avec   l’Espagne   avec   une   resGtuGon   réciproque   de   territoires.   Les   Espagnols   massèrent   une   armée   de   18   000   hommes   dans   la   région   de   Sedan   pour   intervenir   aux   côtés   des   conjurés.   Une   correspondance   secrète   du   marquis   fut   interceptée   par   la   police   de   Richelieu.     Trahis   dans   leur   confiance,   Louis   XIII   et   Richelieu   le   firent   juger   puis   décapiter   à   Lyon,   avec   François-­‐Auguste   de   Thou,   le   12   septembre   1642.   Cinq-­‐Mars   avait   tue   Richelieu.  Son  maitre,  Louis  XIII,  le  haïssait  désormais  sans   retour.   Il   mourût   tellement   redoute   qu’on   n’osait   nulle   part  dire  qu’il  fut  mort,  même  dans  les  pays  étrangers.  Le   roi  le  haïssait.  


Le  système  de  l’extraordinaire  

• 

• 

• 

 

L’applicaGon   des   droits   seigneuriaux   était   a   l’origine   de   nombreuses   contestaGons   que   les   seigneurs   réglaient  brutalement.  La  faculté  de  régler  les  conflits   a  coups  de  canne,  de  bâton  ou  d’épée  apparaissait  a   de  nombreux  genGlshommes  comme  la  marque  d’une   liberté  aristocraGque  affranchie  du  droit  commun.     Tout  le  paradoxe  de  la  poliGque  royale  se  trouvait  ici   concentre:   la   vente   des   offices   qui   alimentait   les   recefes   extraordinaires,   contribuaient   a   installer   durablement   les   nouveaux   acquéreurs   dans   le   foncGonnement   ordinaire   de   la   jusGce   et   des   insGtuGons.     P l u s   q u ’ u n e   t e n s i o n ,   l a   d i s G n c G o n   e n t r e   l ’ e x t r a o r d i n a i r e   e t   l e   c o u r s   o r d i n a i r e   d e   l’administraGon   et   de   la   jusGce   nourrissait   un   véritable   paradoxe.   Car   les   officiers   dépossédés   de   l e u r s   a f r i b u G o n s     p a r   l e s   c o m m i s s a i r e s   extraordinaires  du  roi  étaient,  eux  aussi,  les  agents  du   pouvoir   royal.   Des   lors,   l’impérieuse   nécessité,   qui   recommandait  d’outrepasser  le  «  souverain  droit  »  ne   risquait-­‐elle  pas  d’affecter  le  droit  du  souverain?  

Allégorie  de  la  JusFce  par  Simon  Vouet.   Considéré  comme  peintre  d’expression  baroque,  il  a  réalisé  de   nombreuses  allégories  (la  richesse,  la  vertu,  la  loi,  etc.)  parmi   lesquelles  figure  la  JusFce.    


…  A  la  guerre  civile  

• 

• 

La   conjuraGon   des   inégaux:   Le   «   tour   de   vis   fiscal   »   fut   a   l’origine   d’une   série   de   révoltes   populaires,   qui   prirent   parfois  le  tour  de  véritables  guerres  civiles.     Les  impôts  royaux:   – 

– 

– 

– 

– 

Taille:   Principal   impôt   direct,   la   taille   peut   être   personnelle   ou   directe.   Personnelle,   elle   pèse   sur   les   individus   (les   chefs   de   feu),   en   foncGon   de   leurs   capacités   et   de   leur   statut   (la   noblesse,  le  clergé  et  les  bourgeois  de  nombreuses  villes  sont   exemptes).  Réelle,  elle  pèse  sur  les  terres  roturières.     Taillon:   InsGtue   en   1549   par   Henri   II,   le   taillon   est   desGne   a   l’entreGen   des   gens   de   guerre   lorsqu’ils   sont   loges   chez   l’habitant.  Peu  a  peu  détourné  de  sa  desGnaGon  iniGale,  il  est   annexe  a  la  taille  dont  il  devient  un  simple  supplément.     Aides:   Ensemble   des   impôts   indirects   perçus   sur   les   denrées   (vin,   viande,   etc.)   commercialisée   dans   les   villes.   Le   pouvoir   royal   et   les   insGtuGons   municipales   s’en   partagent   la   responsabilité.   Droits:   Ensemble   des   taxes   perçues   sur   des   opéraGons   parGculières.   Le   droit   annuel   est   du   par   les   officiers   qui,   en   vertu   de   la   paulefe,   souhaitent   transmefre   librement   leur   charge  en  échange  de  paiement  de  ce  droit  qui  représente  le   1/60eme  de  la  valeur  de  leur  office.     Gabelle:  Impôt  sur  le  sel  perçu  selon  6  régimes  différents.  


Mazarin  

• 

• 

Devenu  cardinal  en  1641,  sans  avoir  jamais  été  prêtre.  Il  fut   désigné   par   Richelieu   comme   son   successeur.   De   fait,   le   lendemain   de   la   mort   de   son   protecteur,   le   4   décembre   1642,  il  fut  nomme  principal  ministre  d’Etat.  Sa  faveur  résista   au  trouble  engendre  par  la  mort  de  Louis  XIII.     Apres   le   a   ruine   et   l’exil   provoques   par   la   Fronde,   il   reconsGtua   toutes   les   assises   poliGques   et   financières   de   sa   posiGon.   Il   fut   au   cœur   d’un   véritable   système   de   gouvernement  qui  favorisait  l’ascension  de  ses  fidèles,  dans   les  finances,  dans  l’Eglise  ou  la  maison  du  roi.  A  sa  mort,  en   1661,   Colbert,   qui   avait   son   intendant,   fut   le   principal   bénéficiaire  du  «  système  Mazarin  ».    

Mazarin  par  Philippe  de  Champaigne    


…  A  la  guerre  civile  

• 

• 

•  • 

Les   solidarités   urbaines   a   l’épreuve   de   la   révolte:   L’ambiguïté   des   relaGons   entre   parlement   et   les   couches   populaires   urbaines   fut   un   moteur   essenGel   de   la   Fronde.   L’opposiGon   constante   des   magistrats   aux   édits   fiscaux,   créant   ou   augmentant  des  impôts,  leur  conférant  un  statut  de  protecteur  du  peuple.     Les   magistrats   des   cours   souveraines   s’opposèrent   a   la   vente   par   la   monarchie   de   nouveaux   offices   de   maitres   de   requêtes.   Les   adversaires   les   plus   résolus   de   la   créaGon   de   nouveaux   offices   étaient   les   officiers   déjà   en   place,   qui   redoutaient   l’amoindrissement  de  leur  propre  pouvoir.     Pour   le   public   parisien,   comme   pour   les   révoltes   de   Saintonge,   les   gages   dus   aux   nouveaux   officiers   signifiaient   l’augmentaGon  des  charges  de  l’Etat  et,  a  terme,  l’accroissement  de  la  pression  fiscale.     Il  s’agissait  alors  de  fermer  la  ville  de  Paris,  la  barricader,  dans  une  posture  de  défi  a  l’autorité  royale.     Barricades  St-­‐Antoine  (aout  1648)   Le  peuple  était  levé,  et  il  fit  un  ouvrage  énorme,  douze   cents  barricades  en  douze  heures.  L’armée  enveloppe   Paris,  insultant,  ravageant  comme  un  pays  ennemi.  Le   roi  quime  la  capitale  avec  sa  mère  le  6  janvier  1649.     Il  est  possible  de  disFnguer  trois  facteurs  d'explicaFon  :   au  niveau  fiscal  (une  pression  croissante  de  la  fiscalité   royale),  au  niveau  social  (une  remise  en  cause  des   privilèges  des  parlementaires  parisiens)  outre  l’aspect   fiscal,  la  monarchie  touche  également  aux  privilèges  de   ces  parlementaires  (les  nouvelles  créaFons  de  postes  car   font  baisser  le  cours  du  prix  de  l’office),  et  au  niveau   poliFque  (le  pouvoir  royal  entend  gouverner  seul  dans  le   cadre  d'une  monarchie  absolue).  


…  A  la  guerre  civile  

• 

• 

• 

La   Fronde   naquit   tout   d'abord   d'un   mécontentement   général.   Celui-­‐ci   prenait  sa  source  dans  la  crise  économique  et  l'augmentaGon  de  la  pression   fiscale  en  vue  de  faire  face  aux  dépenses  de  la  guerre  de  Trente  Ans.  Cefe   période   de   révolte   marque   un   brutal   fléchissement   de   l’autorité   monarchique   en   France.   Il   y   deux   phases:   la   première   correspond   à   l’opposiGon   des   cours   souveraines   (fronde   parlementaire,   1648-­‐1649);   la   seconde   à   l’opposiGon   des   Grands   (fronde   des   princes,   1651-­‐1653).   À   ce   Gtre,  elle  peut  être  considérée  comme  la  dernière  grande  révolte  nobiliaire   du  XVIIe  siècle.   En   septembre,   la   Cour   s'exile   quelques   temps   à   Rueil.   C'est   là   que   le   vainqueur   de   Rocroi   et   de   Lens   se   met   à   la   disposiGon   d'Anne   d'Autriche:   "Je   ne   saurais   souffrir   l'insolence   de   ces   bourgeois   qui   veulent   gouverner   l'État;  je  m'appelle  Louis  de  Bourbon...".  Par  son  intermédiaire  et  celui   de   Gaston   d'Orléans,   la   Cour   et   le   Parlement   tentent   de   trouver   une   issue   à   la   crise   lors   de   conférences   tenues   à   Saint-­‐   Germain   (25   septembre-­‐4   octobre  1648).   L’Etat  avait  besoin  de  garanGr  sa  defe  par  sa  capacité  a  prélever  l’impôt.  Or   l’accroissement   de   la   pression   fiscale   menaçait   le   rendement   de   l’impôt   par   les   troubles   qu’il   engendrait.   La   Fronde,   en   ce   sens,   apparaît   comme   une   révolte  de  toutes  les  vicGmes  de  la  faillite  du  crédit  d’Etat,  qui  reposait,  en   grande   parGe,   sur   des   rentes   assignées   sur   les   rentrées   fiscales.   Elle   apparaît  ainsi  comme  une  crise  de  croissance  de  l’absoluGsme,  le  moment   ou  ses  ambiguïtés  se  manifestaient  dans  les  contradicGons  des  officiers  qui   en  étaient  a  la  fois  vicGmes  et  les  acteurs.    

Pierre  Broussel   Conseiller  du  Parlement  de  Paris,  iniFateur   de  la  Fronde.  


…  A  la  guerre  civile  

• 

• 

• 

• 

FrustraGons   nobiliaires:   Il   manquait   a   la   noblesse   un   chef   «   naturel   »   capable   de   porter   un   projet   alternaGf   a   «   la   tyrannie   de   Mazarin   ».   Mazarin   fit   arrêter   Conde   en   compagnie   de   son   frère   ConG   et   de   son   beau-­‐frère   Longueville.  En  janvier  1650,  la  rupture  était  consomme.     En   fait,   l’idée   d’une   monarchie   aristocraGque,   reconnaissant   a   la   noblesse   son   rôle   essenGel   de   corps   intermédiaire,   n’avait   pas   cesse   d’occuper   les   esprits   et   de   jusGfier   conspiraGons   et   révoltes.   Les   préférences   accordées   aux   favoris,   ainsi   que   l’ascension   des   hommes   nouveaux   issus   de   la   robe,   choquaient   les   consciences   aristocraGques   viscéralement   afachées   au   principe  de  la  jusGce  distribuGve.     La  revendicaGon  parGculière  de  Conde  valait  pour  toute  la  noblesse  et,  au-­‐ delà,   pour   l’ensemble   de   la   société.   Ainsi   s’exprimait   l’afachement   a   un   monde  ordonne,  ou  chacun  restait  a  sa  place  assignée  par  une  «  hiérarchie   naturelle  »  en  vertu  d’un  consensus  garanG  par  le  roi.     Gaston  d'Orléans  rend  publique  sa  rupture  avec  Mazarin  le  2  février  1651.   Les   deux   frondes   s'unissent.   Le   Parlement   réclame   la   liberté   des   princes,   ordonne   aux   maréchaux   de   n'obéir   qu'à   Monsieur,   lieutenant   général   du   royaume   (Gaston   d'Orléans).   Mazarin   s'enfuit   de   Paris   le   6   février.   Un   nouvel   arrêt   de   bannissement   du   Parlement   est   promulgué.   Le   roi   et   la   reine   sont   retenus   prisonniers   au   Palais-­‐   Royal   et   pour   faire   taire   les   rumeurs   d'une   nouvelle   fuite,   Louis   XIV   (12   ans)   est   exhibé   en   train   de   dormir  devant  la  foule  (nuit  du  9  au  10  février  1651).  

Boulainvilliers,  Mémoire  sur  la  noblesse:   «  Les  vertus  sont  personnelles:  elles  égalent  ou  approchent  de  fort  près  la  vraie  noblesse  ceux  qui  la  praFquent.  Mais  la  grande  et   haute  noblesse  a  quelque  chose  de  plus;  elle  consiste  dans  consiste  dans  une  tradiFon  de  vertu,  de  gloire  et  d’honneur,  de   senFments,  de  dignité  et  de  de  biens  qui  s’est  perpétuée  dans  une  longue  suite  de  races  ».  


…  A  la  guerre  civile  

• 

• 

• 

De   la   rébellion   a   la   guerre   civile:   L’emprisonnement   des   princes,   le   18   janvier   1650,   provoqua   le   soulèvement   de   quelques  grands  (Turenne,  les  ducs  de  La  Rochefoucauld  et   de   Bouillon,…).   Les   efforts   frondeurs   se   reportèrent   alors   vers  la  Guyenne  ou  ils  reçurent  le  souGen  du  parlement  de   Bordeaux.     Les   grands   ne   furent   cependant   jamais   en   mesure   de   rassembler   une   force   militaire   suffisante   pour   menacer   l’armée   royale.   En   décembre   1650,   en   dépit   d’un   renfort   espagnol,   les   troupes   frondeuses,   commandées   par   Turenne,  furent  défaites  a  la  bataille  de  Rethel  par  l’armée   royale,  commandée  par  du  Plessis-­‐Praslin.  En  janvier  1651,   une   délégaGon   du   parlement   de   Paris   demanda   a   Anne   d’Autriche   de   libérer   les   princes.   La   régente   consenGt   finalement   a   libérer   les   princes   de   Conde,   ConG   et   Longueville.  Conde,  cefe  fois,  prit  personnellement  la  tête   de  la  rébellion  alors  que  le  roi  accédait  a  la  majorité.     Ces   souGens   lui   permirent   d’assembler   une   armée   de   12.000   hommes.   Mais   sur   la   longue   durée,   le   choix   de   la   révolte   était   difficile   a   assumer   pour   ces   hommes.   Beaucoup  ne  résistèrent  pas  aux  offres  de  ralliement  faites   par  Mazarin.    

Le  prince  de  Conde  au  siège  de  Fribourg  


…  A  la  guerre  civile  

•  •  • 

L’union  des  Frondes  princière  et  parlementaire  ne  survécut  pas,  elle  non  plus,  a  la  diversité  des  intérêts  et  des  stratégies.  Le   4  juillet  1652,  le  massacre  a  l’Hôtel  de  Ville  porta  un  coup  fatal  a  l’alliance.   Conde  s’enfuit  aux  Pays-­‐Bas  ou  il  se  mit  au  service  du  roi  d’Espagne  .  Le  roi  faisait  son  entrée  dans  Paris  avant  de  rappeler   Mazarin,  quelques  jours  plus  tard.     En   dépit   de   la   diversité   de   ses   acteurs   et   des   revendicaGons,   plusieurs   convergences   lui   ont   conféré   une   certaine   unité.   L’opposiGon   a   Mazarin   fut,   bien   sur   un   important   point   de   convergence,   mobilisant,   il   est   vrai,   des   moGfs   aussi   peu   poliGques  que  l’anG-­‐italianisme  ou  la  détestaGon  structurelle  de  la  figure  du  favori.    


…  A  la  guerre  civile  

Mazarinade.  


…  A  la  guerre  civile  

• 

Le  21  octobre  1652,  Louis  XIV  entre  triomphalement  à  Paris.  Il  s'installe  au  Louvre.  La  déclaraGon  royale  du  12  novembre   1652  déchoit  le  prince  de  Condé  de  ses  dignités  et  gouvernements  (le  27  mars  1654,  un  arrêt  du  Parlement  le  condamnera  à   mort).  Après  la  Fronde,  il  conGnue  de  vivre  en  exil  pendant  sept  années  (octobre  1652-­‐novembre  1659).  Il  esGme  ne  pas   être  hosGle  "à  son  roi"  mais  "au  Mazarin".  Ce  n'est  qu'en  1659  qu'il  s'en  remet  à  l'indulgence  du  roi.  Une  clause  du  traité   des  Pyrénées  lui  permet  de  recouvrer  ses  Gtres  et  ses  biens.  

Ecu  figurant  le  jeune  roi  Louis  XIV  en  1652.  


Turenne,  le  protecteur  de  la  jeune  royauté  

• 

• 

Turenne  est  a  l’origine  de  grandes  iniGaGves  :  i)  il  arrêta  la   cour,   effrayée   de   l’entrée   des   Espagnols   qui   venaient   secourir  Conde,  il  l’empêcha  de  fuir  ;  ii)  Mazarin  s’éloignant   encore   pour   apaiser   et   faire   céder   les   résistances   de   Paris   (aout   1652),   Turenne   prit   toutes   les   précauGons   pour   que   cet   éloignement   ne   fut   pas   définiGf   et   pour   assurer   son   retour  ;  iii)  il  inquiéta  les  Espagnols  qui  n’allèrent  pas  plus   loin   que   Laon   ;   iv)   enfin,   il   donna   a   la   cour,   a   la   Reine   et   au   jeune   roi,   le   courage   de   rentrer   dans   Paris,   qu’ils   redoutaient   toujours.   La,   ce   beau   jeune   roi,   qui   la   veille   avait   été   si   près   de   rebrousser   chemin,   fait   lire   aux   magistrats,   vaincus   sans   combats,   la   défense   de   se   mêler   d’aucune  affaire  publique,  ni  spécialement  de  ses  finances,   ni   entreprendre   contre   ceux   a   qui   il   confie   l’administraGon.   C’est   la   proclamaGon   solennelle   et   définiGve   de   la   monarchie   absolue,   du   grand   règne,   et   de   l’âge   d’or,   qui,   parG  de  la  banqueroute,  abouGt  cinquante  ans  plus  tard  a   la  sublime  banqueroute  de  trois  milliards  qui  rasa  le  pays.   Hors   de   la   guerre,   Turenne   était   un   très   pauvre   homme,   tout   a   fait   terre   a   terre,   et   s’il   ne   fit   jamais   de   mauvaises   manœuvres,  il  fit  bien  des  fausses  démarches.  Il  aimait  les   hommes   ranges,   laborieux,   a   son   image,   il   les   faisait   tels   pour  l’intérêt  du  service.  En  1653-­‐1654,  n’ayant  encore  que   des  moyens  très  faibles,  il  reprit  les  places  de  Champagne   que   possédait   Conde   et   qui   étaient   le   vrai   chemin   de   l’invasion.  

Le  maréchal  de  Turenne.  


…  A  la  guerre  civile  

• 

• 

• 

Violences   souveraines:   Il   était   fréquent,   dans   la   première   moiGe   du   XVIIème   siècle,   d’associer   dans   une   meme   causalité,   l’essor   des   duels   et   des   révoltes.   Les   genGlshommes  mefaient  la  main  a  l’épée  avec  une  aisance   et  une  légèreté  dénoncée  par  les  moralistes.     Le   duel   apparaissait   comme   une   appropriaGon   privée   du   droit   de   jusGce,   réserve   a   Dieu   et,   par   délégaGon   au   roi.   L’Eglise  avait  elle-­‐même  dénoncé  cefe  usurpaGon    du  droit   de  jusGce,  pendant  le  concile  de  Trente.     Pascal   exposait   le   péril   consGtue   par   la   légiGmaGon   du   recours   a   la   violence   dans   les   revendicaGons   d’honneur.   Il   montrait   une   société   en   proie   a   une   situaGon   de   conflit   généralisé   ou   chacun   devenait   le   seul   juge   de   l’offense   et   des  modalités  de  sa  réparaGon.     Gaston  d’Orléans,  duc  d’Anjou,   frère  de  Louis  XIII.   Ne  en  1608,  Gaston  était  le  second   fil  d’Henri  IV  et  de  Marie  de   Médicis.  Jusqu’à  la  naissance  du   futur  Louis  XIV,  en  1638,  il  resta   donc  l’hériFer  présompFf  du  trône   de  France.  Ceme  posiFon  conféra   une  dimension  parFculière  a  son   a%tude  d’éternel  conspirateur.  

Le  cardinal  de  Retz  se  disFngua  au   cours  de  la  Fronde  ou  il  déploya  un   sens  aigu  de  l’intrigue  poliFque.  Il   fut  emprisonne  des  le  retour  de   Mazarin.  Apres  une  évasion   rocambolesque,  il  vécut  un  exil  qui   le  mena  a  Rome.  


…  A  la  guerre  civile  

• 

• 

• 

En   1635,   le   succès   de   l’Illusion   Comique   et   le   ridicule   de   Matamore   n’avaient   pas   empêche,   un   an   après,   le   triomphe  de  Cid.     Le   temps   semblait   propice   a   la   restauraGon   du   mythe   chevaleresque.   Conde   en   avait   fait   l’illustraGon,   dans   sa   jeunesse   guerrière.   Avec   son   acGon   poliGque   pendant   la   Fronde,   il   porta   l’espoir   d’une   actualisaGon   poliGque   de   l’utopie  chevaleresque.  Le  prince  de  Conde,  incarnaGon  du   modelé  héroïque,  tenait  a  la  fois  du  duelliste  et  du  rebelle.       Au  delà  des  violences  et  destrucGons,  la  guerre  introduisit,   entre   l’Etat   et   la   société,   un   nouveau   rapport   dont   la   brutalité   ouvre   le   caractère   dominant   de   cet   absoluGsme   extraordinaire.    

Prince  de  Conde  


Gloire  et  victoire:  le  traite  de  Westphalie  

• 

• 

• 

Puer   Triumphator.   C’est   la   médaille   qui   ouvre   le   grand   règne.  Le  nourrisson  royal  reçoit  les  clefs  de  trente  villes  ou   villages   du   Rhin,   ou   l’on   entra   que   pour   sorGr.   C’est   de   cefe   fumée   que   Mazarin   nourrit   la   France   et   la   Gnt   cinq   longues  années  immobiles  pendant  qu’il  la  saignait  a  blanc:   un   gouvernement   de   joueur   qui   ne   ménage   rien.   Ce   gouvernement  trouve,  en  pleine  famine,  500.000  écus  pour   créer  l’Opéra.   La   grande   scène   du   temps,   le   triomphe   du   faux,   c’est   la   guerre.  Le  machiniste,  c’est  Conde.  Une  bataille  sanglante,   de  nom  sonore,  occupait  l’opinion.  Une  bataille  sanglante,   sans   résultât,   qu’elle   fut   meme   suivie   de   revers,   cela   n’y   faisait  rien.  On  avait  le  coup  de  trompefe,  le  changement  a   vue,  et  le  miracle  d’opéra.   A   vingt-­‐deux   ans,   Conde   avait   déjà   tout   de   la   guerre,   le   brillant,  le  sérieux,  l’élan  et  la  réflexion  ;  de  plus,  la  chose   rare,   très   rare   dans   un   jeune   homme,   une   ténacité   indomptable,  une  résoluGon  fixe  et  forte  qui  l’enracinait  au   champ  de  bataille.  

Louis  XIV  jeune  par  Le  Brun  


Un  maitre  et  de  sujets  (1661-­‐1715)    

• 

• 

• 

Evoquant  la  situaGon  du  roi,  a  la  mort  de  Mazarin,  en  mars  1661,   Voltaire   écrit:   «   Louis   XIV   pouvait   sans   péril   avoir   ou   n’avoir   pas   de  premier  ministre.  Il  ne  restait  pas  moindre  trace  des  anciennes   facGons;   il   n’y   avait   plus   en   France   qu’un   maitre   et   des   sujets.   »   Les   premières   vicGmes   furent   les   grands,   dont   la   domesGcaGon   fut   symbolisée   par   la   soumission   du   prince   de   Conde.   Passe   au   service  du  roi  d’Espagne  après  l’échec  de  la  Fronde,  le  prince  avait   du   se   soumefre   aux   condiGons   imposées   par   Louis   XIV   dans   le   traite  des  Pyrénées  conclu  en  1659.     La   pacificaGon   du   royaume   s’exerça   également   au   détriment   du   Parlement  de  Paris,  qui  avait,  lui  aussi,  éprouve  les  impasses  de  la   révolte   contre   une   autorité   de   tutelle.   Le   parlement   fut   plonge   dans   un   hiver   poliGque,   qui   ne   prit   fin   qu’en   1715,   lorsque   le   régent   Philippe   d’Orléans   restaura   ses   droits,   en   échange   du   souGen  a  sa  prise  de  pouvoir.     CriGquée   par   Colbert   et   épisodiquement   remises   en   cause,   la   vénalité  des  offices  demeura  la  forme  ordinaire  du  service  royal.  A   la   fin   du   XVIIème   siècle,   environ   50.000   officiers   servaient   le   roi   dans  des  charges  civiles  et  20.000  dans  l’armée.  

Louis   XIV   et   sa   famille   déguisée   en   figures   mythologiques  par  Jean  Nocret.     Abondamment   uFlisée   dans   les   «   stratégies   de   gloire   »   louis-­‐quatorziennes,   la   référence   anFque   est   ici   mise   au   service   d’un   discours   dynasFque.   Louis   XIV   est   représenté   en   Apollon  tenant  un  sceptre.    


Un  maitre  et  de  sujets  (1661-­‐1715)    

• 

• 

• 

• 

La   propagande   royale   était   l’instrument   du   coup   d’Etat   permanent   par   lequel   le   prince   exerçait   son   pouvoir   sans   partage   ni   intermédiaire.   Alors  que  les  appariGons  du  roi  se  limitèrent  de  plus  en  plus  a  la  cour   et   la   guerre,   sa   présence   symbolique   se   répandit   par   de   mulGples   canaux:   statues   et   places   royales,   édifices   militaires,   imprimes   (almanachs  occasionnels,  gravures)  .   La  guerre  resta  la  grande  affaire  de  ce  règne  dont  elle  fit  la  rudesse  et   la  grandeur.  Elle  accaparait  a  elle-­‐seule  la  quasi  totalité  des  revenus  de   la   monarchie   et   mobilisa   plus   d’un   million   de   sujets   au   cours   des   25   dernières  années  du  règne.   L’engagement   librement   consenG   restait   le   principe   essenGel   du   recrutement   militaire,   en   parGculier   pour   les   officiers   qui   n’étaient   soumis  a  aucune  forme  d’obligaGon.  La  contrainte,  toutefois,  ne  tarda   pas   a   pallier   les   défaillances   de   l’élan   volontaire.   Il   y   avait   ,en   effet,   aucun   profit   a   réaliser,   ni   aucune   gloire   a   conquérir   en   servant,   en   simple   soldat,   le   roi   dans   ses   armées.   La   guerre   sous   Louis   XIV   ne   pesait   plus   comme   un   fléau   comme   sous   Louis   XIII,   mais   comme   un   fardeau.   Généralement,  les  croyances  firent,  elles-­‐aussi,  l’objet  d’une  poliGque   associant   surveillance   et   répression.   Le   contrôle   de   l’imprime   afeint   un  degré  inédit  d’organisaGon  avec  la  créaGon  en  1699  d’un  bureau  de   la  libraire  confie  a  l'abbé  Bignon.    


«  Tenir  son  fait  des  deux  mains  »  

• 

• 

En  1673,  dans  une  lefre  devenue  célèbre,  Vauban  conseillait   a  Louvois  d’inviter  le  roi  a  «  faire  son  pré  carre  ».  L’ingénieur   recommandait   ainsi   d’abandonner   certaines   places   fortes   isolées  en  territoire  ennemi,  afin  de  tracer  une  ligne  conGnue   de   forGficaGons.   Le   gouvernement   personne   de   Louis   XIV   marque   plus   nefement   qu’auparavant   la   limite   entre   le   dehors  voue  a  la  guerre  et  le  dedans  invesG  par  la  police.     Le  dessein  de  la  France:  Le  traite  des  Pyrénées,  qui  mefait  fin   a   une   longue   guerre   contre   l’Espagne,   fut   le   premier   a   insGtuer  la  noGon  de  fronGère  naturelle.  Pourtant  rien  n’était   moins   naturel   que   cefe   fronGère   pyrénéenne   dont   le   trace   suscita  d’âpres  discussions.  

Entrevue   de   Louis   XIV   et   de   Philippe   IV   dans   l’ile   des   Faisans  par  Charles  Le  Brun.   Du   cote   espagnol,   Marie-­‐Thérèse   se   Fent   derrière   son   père.  A  la  suite  de  ceme  entrevue,  le  mariage  de  Louis  XIV   et   de   Marie-­‐Thérèse   fut   célébré   a   Saint-­‐Jean-­‐de-­‐Luz.   Il   était   censé   être   assorF   du   paiement   d’une   dot,   dont   la   monarchie   espagnole   ne   s’acquima   pas.   Ce   fut   l’un   des   prétextes   du   déclenchement   de   la   guerre   de   DévoluFon   en  1667.   Les   possessions   européennes   de   l’Espagne   après  la  paix  des  Pyrénées  (1659).    


La  paix  des  Pyrénées:  triomphe  et  mort  de  Mazarin  

• 

• 

• 

• 

Mazarin,   on   l’a   vu   avant   la   Fronde,   avait   exploite   le   royaume   par   la   force   d’opinion   que   lui   donnait   une   victoire   annuelle   de   Conde.   Pendant   sept   ans   (après  la  Fronde)  il  se  releva,  brilla,  grandit,  par  les  solides  résultats  des  succès   de  Turenne.   Deux  pompes  aspiraient  d’incalculables  forces  :  i)  la  grande  pompe  centrale  du   fisc,   l’exploitaGon   violente   par   un   coquin   pour   un   coquin,   je   parle   de   Mazarin   et   de   Fouquet   a   qui   il   confia   les   finances   ;   ii)   la   pompe   universelle   de   toutes   les   tyrannies   locales,   les   campagnes   livrées   aux   seigneurs,   avides,   nécessiteux   et   luxueux.   Dans   la   crise   si   grave   ou   la   rivalité   mariGme   commençait   entre   l’Angleterre   et   la   Hollande,  c’était  le  moment  ou  jamais  de  s’afacher  celle-­‐ci.  Mazarin  ne  voit  la   qu’une   facilite   de   pirater.   Noble   commencement   de   cefe   longue   série   de   so•ses,   par   lesquelles   Louis   XIV   réussît   à   rafacher   solidement   la   Hollande   a   l’Angleterre.  Mazarin,  par  une  suite  de  fautes,  avait  perdu  la  Catalogne.  Il  sacrifia   le  Portugal.  C’est  la  base  réelle  de  son  traite  des  Pyrénées,  le  7  novembre  1659.   Mazarin   tenait   le   jeune   roi   par   l’étourdissement   des   fêtes.   Avec   le   mariage   d’Espagne,   la   France   garda   les   conquêtes   de   Richelieu,   l’Artois,   le   Roussillon,   mais  peu  ou  rien  des  conquêtes  de  Mazarin.  La  France  rendit  les  places  fortes  de   Flandre,  le  prix  des  victoires  de  Turenne.  Conde  rentra  et  recouvra  ses  biens.  Il   se   retrouva   prince   du   sang,   gouverneur   de   Bourgogne,   mais   perdu   pour   tout   l’avenir.   Richelieu   travailla,   Mazarin   recueillît.   L’un   fit   l’administraGon,   l’armée,   et   mourut   justement   la   veille   de   Rocroi.   L’autre   gâta   tout   et   réussît   en   tout.   Grand   par   Conde,   et   plus   grand   par   Turenne,   affermi   par   l’orage   meme   et   l’avortement   de   la   Fronde,   il   a   ce   dernier   bonheur   qu’on   fait   honneur   à   son   génie   de   la   paix   forcée   et   fatale   où   l’on   tomba   par   lassitude.   Ce   piédestal   lui   reste.  Il  garde  après  la  mort  ce  masque  de  l’ange  de  la  paix.  

Portrait   de   Mazarin   par   Pierre   Mignard.  


Les  Mazarinades  

• 

Oublier,  rire  de  tout,  souffrir  sans  chercher  de  remède,  se  moquer  de  soi-­‐même,   et   mourir   en   riant,   telle   fut   cefe   France   d’alors.   L’instrument   des   auteurs   de   libelles   comme   des   écrivains,   c’est   la   nouvelle   langue   française,   née   des   Mazarinades  qui  est  déjà  éGncelante.  Adieu  le  Gaulois,  salut  au  Français.  La  belle   forte   langue   du   XVIème   siècle   qui   si   souvent   vibre   du   cœur,   était   un   peu   pédante.  Elle  s’accrochait  dans  les  plis  de  sa  robe,  se  retardait  dans  les  aspérités   (piforesques,   admirables)   dont   elle   est   hérissée.   Cefe   langue   a   subi   une   transformaGon  chimique.  Elle  était  solide  et  devient  fluide.  La  Fronde  avait  fait   cefe  langue.  Cefe  langue  a  fait  Voltaire,  le  gigantesque  journaliste.  Le  nom  de   cefe  langue,  c’est  la  raison  parlée.  


La  vision  du  règne  de  Louis  XIV  par  Michelet  

• 

• 

• 

• 

Michelet  présente  le  XVIIème  siècle  comme  une  longue  phase  de  reconquête  catholique  intérieure   assumée  par  la  royauté  jusqu'à  la  revendicaGon  ultramontaine  de  la  bulle  «  Unigenitus  »  (1713).  La   clef   du   règne   de   Louis   XIV,   c’est   alors   la   croisade   protestante   dont   le   premier   acte   est   la   guerre   contre   la   Hollande   (1672)   et   la   deuxième   la   guerre   intérieure   contre   les   protestants   français.   Trois   paliers  marquent  le  parcours  qui  a  conduit  au  déploiement  du  despoGsme  religieux  :   i)   Henriefe   d’Angleterre,   Madame,   la   belle   sœur   du   roi,   rappelle   l’espoir   incarne   par   Gabrielle   d’Estrées.   Elle   symbolise   la   possibilité   fugiGve   que   le   règne   apporte   un   changement.   Molière,   Madame   et   Colbert   souGennent   la   résistance   aux   forces   réacGonnaires   en   ce   début   de   règne.   Les   enquêtes   de   Colbert   sur   les   finances   des   villes   et   sur   celles   de   la   jusGce   (1665)   consGtuent   «   Les   grands   jours   »,   ces   tribunaux   excepGonnels   qui   ont   pour   mission   de   réprimer   les   abus   commis   par   une  parGe  de  la  noblesse  de  province,  hobereaux  rapaces  et  juges  corrompus.   ii)   La   mort   de   Madame,   l’éclipse   de   Molière,   l’arrivée   dans   le   lit   du   roi   de   la   grossière   Montespan,   autant  de  signes  d’un  premier  seuil.  Pour  Michelet,  la  guerre  dans  laquelle  le  roi  s’engage  en  1672   représente   un   évènement   décisif,   l’abandon   du   système   d’alliances   de   revers   praGque   depuis   un   demi-­‐siècle  par  la  France.  C’est  la  première  révélaGon  de  la  monarchie  louis  quatorzienne,  le  fond  du   règne  meme,  «  une  guerre  de  vengeance  et  de  religion  ».  Les  conquêtes  de  Louis  XIV  ont  détruit  les   parGs   pro-­‐français   a   l’étranger   (celui   de   de   Wif   en   Hollande,   celui   de   la   dynasGe   des   Stuart   en   Angleterre).  La  Hollande  du  XVIIème  siècle  c’est  un  France  plus  française  que  la  France,  un  pays  de   science  et  de  libre  pensée,  organise  de  façon  républicaine.  En  France,  le  caractère  anGnaGonal  de  la   royauté  transparait  dans  la  construcGon  de  Versailles.  Le  roi  quife  la  capitale,  lieu  naGonal,  pour  un   palais  qui  ne  représente  que  lui.   iii)   Un   nouveau   tournant   de   dessine.   En   1675,   Turenne   est   tue   au   combat.   «La   scène   change.   »   Madame   de   Maintenon   apparaît   comme   la   mauvaise   fée   de   ce   troisième   acte   du   drame.   Ce   mariage   nocturne   aux   connotaGons   funèbres,   est   célèbre   au   moment   meme   ou   la   RévocaGon   oblige   les   familles   protestantes   a   la   séparaGon   et   la   l’exil.   La   RévocaGon   est   l’évènement   anGthéGque   de   la   RévoluGon  française.  


Portrait  d’HenrieLe  d’Angleterre  

• 

• 

• 

Henriefe   ne   fut   jamais   la   femme   matérielle   qu’il   fallait   a   Louis   XIV   ;   elle  était  surtout  maigre.  Son  mari,  Monsieur,  n’était  guère  un  homme   et  n’aimait  pas  les  femmes.  Il  était  le  plastron  du  roi  ;  il  s’en  moquait   tout   le   jour.   La   joie   de   Monsieur   fut   au   comble   lorsqu’il   vit   a   Fontainebleau   le   roi   ne   plus   pouvoir   se   passer   de   Madame,   arranger   tout   pour   elle,   chasses,   bals   et   parGes,   et   la   faire   enfin   la   vraie   reine.   Il   pensait   qu’il   gouvernait.   Et   Madame   aussi   n’en   était   pas   fâchée,   et   laissa  faire.   Mais   progressivement,   la   situaGon   de   Madame   était   fort   triste.   Le   grand  parG  dévot,  le  tartuffe  de  la  religion,  lui  avait  fait  perdre  crédit.   Chacun  voyait  la  disgrâce  ou  Madame  tombait,  le  froid  mortel  du  roi.   Bossuet,   pour   la   première   fois,   trouva   des   vrais   mots   d’homme   :   «   Madame   fut   douce   envers   la   mort,   comme   elle   l’était   pour   tout   le   monde.”  


«  Tenir  son  fait  des  deux  mains  »  

• 

La   guerre   de   DévoluGon:   Elle   est   issue   de   la   quesGon   de   la   stabilisaGon   de   la   fronGère   septentrionale.   Apres   le   siège   de   Tournai,  le  siège  de  Douai  consGtua  une  étape  importante  de  la  campagne  triomphale  menée  par  Louis  XIV  en  Flandre.    

Louis  XIV  visitant  une  tranchée  pendant  la   guerre  de  DévoluFon  

Entrée  solennelle  de  Louis  XIV  a  Douai   par  Van  der  Meulen.  


La  guerre  de  Flandre  

• 

La  guerre  de  Flandre,  pour  la  cour,  c’est  le  moment  joyeux  du  règne  de  Louis  XIV,  une  amusante  fête.  Le  digne  monument   de  cefe  agréable  campagne  est  notre  porte  Saint-­‐MarGn  :  monument  héroïco  comique,  bas,  lourd,  farce  de  vermicelles.  


«  Tenir  son  fait  des  deux  mains  »  

• 

• 

• 

C’est   toute   l’ambiguïté   de   la   poliGque   guerrière   de   Louis   XIV:   elle   est   a   la   fois   l’héritage   d’une   concepGon   de   la   grandeur   monarchique   tout   enGère   contenue   dans   la   gloire   de   la   conquête   et   la   mise   en   place   d’un   nouveau   système   administraGf,   poliGque   et   militaire,   qui   visait   a   assurer   la   pérennité   de   la   dominaGon,  par  le  contrôle  des  territoires  nouvellement  soumis.     On   décèle   ainsi   dans   la   poliGque   de   Louis   XIV   une   tentaGon   de   la   gloire   qui   semble  parfois  s’être  subsGtuée  a  la  poursuite  d’une  poliGque  suivie.  Pourtant,  a   la   différence   de   Louis   XIII   qui   ne   parvint   jamais   a   se   donner   les   moyens   de   contrôler  les  territoires,  Louis  XIV  sut  assumer  le  prix  de  ses  victoires.   La  poliGque  des  réunions:  Louis  XIV  recherchait  également  la  réducGon  des  villes   et  des  territoires  a  l’obéissance,  la  soumission  et  la  souveraineté.  La  chambre  des   réunions   du   parlement   de   Metz   se   livra   a   une   poliGque   systémaGque   de   grignotage  du  territoire  local.  C’est  ainsi  qu’a  la  mort  du  duc  de  Deux-­‐Ponts,  Louis   XIV   occupait   une   posiGon   suffisamment   forte   pour   s’approprier   les   possessions   alsaciennes   du   duché,   au   détriment   du   roi   de   Suède   Charles   XI,   qui   en   était   le   souverain  légiGme.     La  guerre  de  Hollande  1672-­‐1678.  

Le  passage  du  Rhin  par  Louis  XIV   devant  Tolhuis  par  Van  de  Meulen   (1672).    


La  guerre  de  Hollande  

• 

• 

• 

• 

La  Hollande  était  France.  Nos  rois  l’avaient  soutenue.  Notre  meilleur  sang  y  avait  passe.  Nous  y  éGons  plus  que  chez  nous.   Une  France  libre,  une  France  de  sagesse  et  de  raison.  La  Hollande,  si  bien  gardée  de  la  mer,  ne  voulut  jamais  vers  la  terre   faire  des  digues  contre  ce  déluge  d’hommes,  la  plupart  affames,  malheureux  et  persécutes.   Le  gouvernement  de  la  Hollande  était  économe  et  son  chef  M.  de  Wif  ménageait  les  hommes.  En  revanche,  le  chaos  de  la   fausse   Hollande   était   parfaitement   représente   par   cefe   famille   d’Orange.   Elle   était   de   l’Empire   ;   elle   avait   un   pied   en   Provence,   un   autre   aux   Pays-­‐Bas.   Véritables   héros   modernes,   sans   préjugés,   sans   faiblesse   de   cœur,   qui   ne   connurent   ni   famille,  ni  amiGé,  ni  services  rendus,  foulèrent  aux  pieds  père  et  patrie.   Conde,   ayant   été   blesse   des   la   première   affaire,   le   seul   général   fut   Turenne,   le   nouveau   converG   au   catholicisme,   bien   entendu  sous  le  commis  Louvois.  Le  roi  écrivait  de  sa  main  les  règlements  et  les  ordres  du  jour.  La  Hollande,  c’était  un  grand   jardin,   un   trésor   de   richesse   et   d’art   ;   c’était   l’asile   universel   des   esprits   pacifiques,   qui   ne   demandaient   rien   que   la   possession  tranquille  d’une  libre  conscience.  L’appariGon  subite  de  ce  monstre  de  guerre,  d’une  armée  de  120.000  hommes,   fut   vécue   par   la   plupart   comme   le   dernier   jour   du   monde.   Ruyter,   ayant   surpris   les   flofes   combinées   d’Angleterre   et   de   France  et  leur  ayant  livre  une  terrible  bataille,  l’une  des  plus  furieuses  du  siècle,  leur  fit  éprouver  de  telles  pertes  que  des   lors  il  n’y  eut  plus  a  songer  a  une  descente.   La  grande  Amsterdam  lâcha  les  écluses  d’eau  douce,  perça  les  digues,  livra  a  l’Océan  l’admirable  campagne  qui  l’entoure.  


«  Tenir  son  fait  des  deux  mains  »  

• 

En   juin   1684,   la   France   signa   avec   les   puissances   de   la   quadruple   alliance   (Empire,   Espagne,   Suède,   Provinces-­‐ Unies)   la   trêve   de   RaGsbonne   qui   reconnut   de   fait   les   réunions   effectuées   depuis   1 6 7 9 .   M a i s   c e   t r i o m p h e   apparent   de   la   poliGque   Louis-­‐ Quatorzienne   rendit   hosGle   la   plupart  des  Etats  Européens.  La   ligue   d’Augsbourg,   consGtuée   en   juillet   1686,   et   sans   cesse   augmentée   par   l’arrivée   de   nouveaux   coalises,   sancGonna   cefe   réalité   diplomaGque   qui   abouGt  a  la  guerre.    

La   guerre   de   la   ligue   d’Augsbourg.   Il   s’agissait   en   amaquant   le   PalaFnat   et   les   Pays-­‐Bas   espagnols  de  protéger  la  ligne  de  défense  française  en  Frant  l’ennemi  loin  d’elle  et  en   affaiblissant   sa   capacité   a   lancer   des   offensives   depuis   les   territoires   les   plus   proches     1672-­‐1678.  


«  Tenir  son  fait  des  deux  mains  »  

• 

En  1697,  la  paix  de  Ryswick  mit   fin   a   la   guerre   dite   de   la   ligue   d’Augsbourg.   La   resGtuGon   de   la   Lorraine   au   duc   Léopold   Ier   et   du   Luxembourg   a   l’Espagne   signent  le  recul  français.    


«  Tenir  son  fait  des  deux  mains  »  

• 

• 

• 

La   guerre   de   succession   d’Espagne   et   l’équilibre   européen:   ParGculièrement   longue   –   la   plus   longue   du  règne  –  cefe  guerre  fut  marquée  par  une  série  de   revers   militaires,   dont   l’enchainement   et   l’ampleur   parurent   inouïs:   Ramillies,   Blenheim,   Turin,   Audenarde…   Seul   un   ulGme   revirement   du   sort   des   armes  (Denain,  1712)  permit  la  Louis  XIV  de  négocier   convenablement  la  paix  d’Utrecht.     Désormais,   l’Angleterre   était   l’arbitre   du   nouvel   équilibre  européen,  qui  voyait  émerger  de  nouvelles   puissance:   la   Prusse,   a   la   tête   de   laquelle   les   Hohenzollern   avaient   reçu   la   dignité   royale;   les   Provinces   Unies   qui   avaient   résiste   a   la   France   et   dont  l’alliance  avec  l’Angleterre  était  forGfiée  par  des   échanges  commerciaux  et  culturels.   Bien   sur,   la   France   demeurait   la   puissance   dominante  de  l’Europe,  mais  elle  ne  pouvait  plus  agir   en   prédateur   universel,   car   elle   devait   désormais   composer   avec   d’autres   pays   capables   de   s’opposer   a  elle.    


«  Tenir  son  fait  des  deux  mains  »  

• 

• 

De   l’annexion   a   l'intégraGon:   En   devenant   français,   les  nouveaux  territoires  entraient  dans  une  nouvelle   réalité   spaGale.   L’emprise   du   roi   de   France   se   manifestait  alors  par  la  construcGon  de  forGficaGons:   Dunkerque,   Besançon,   Strasbourg.   Des   chanGers   pharaoniques   mobilisèrent   les   ressources   et   les   p o p u l a G o n s   l o c a l e s ,   q u i   é p r o u v è r e n t   l a   concrètement  la  dominaGon  du  roi  Soleil.     Les   ingénieurs   établirent   paGemment   les   plans   et   la   cartographie   des   contours   de   la   France.   Une   masse   gigantesque  de  mémoires,  de  cartes,  de  rapports  fut   ainsi   expédiée   au   secrétaire   d’Etat   a   la   guerre,   a   Vauban  ou  au  marquis  de  Chamlay  .    

Le  collège  des  quatre  naJons.     Sur  la  rive  gauche  en  face  du  Louvre,  le  Collège  des  Quatre  NaFons  fut  édifie  entre  1662  et  1688  selon  les  plans  de  Le  Vau.  Sa   fondaFon  répondait  a  une  volonté  couchée  par  Mazarin  sur  son  testament.  Le  cardinal  avait  légué  une  parFe  de  sa  fortune  pour  y   accueillir  60  genFlshommes  issus  des    «  naFons  »  récemment  annexées  au  royaume  de  France:  l’Artois,  l’Alsace,  le  Roussillon  et   Pignerol.  Ceme  entreprise  était  censée  contribuer  a  la  fidélisaFon  des  élites  locales  par  une  forme  d’intégraFon  culturelle.  


Vauban  et  Turenne,  les  deux  bras  armes  de  Louis  XIV  

• 

• 

Avec   Vauban,   la   guerre   des   machines   et   des   murs   commence   par   le   perfecGonnement   du   génie,   de   l’arGllerie.   Ces   arts   nouveaux,   cefe   terreur   de   bombardements,   donnaient   de   rapides   succès.   Il   ne   fallut   a   Vauban   que   deux   mois   pour   reprendre   la   Franche-­‐Comté.   La   Suisse   y   perdit   sa   vraie   fronGère,  dont  la  neutralité  l’avait  couverte  durant  200  ans.   Avec   la   destrucGon   calculée   du   PalaGnat,   Turenne   fit   soigneusement  manger,  consommer  ce  qui  put  se  consommer,   puis   détruire   le   reste,   saccager,   incendier   tout,   faire,   autant   qu’on  put,  le  désert.  

Turenne,  le  ravageur  du  PalaFnat.  


«  Tenir  son  fait  des  deux  mains  »  

• 

• 

Guerre   a   l’extérieur,   police   a   l’intérieur:   De   part   et   d’autre   de   la   fronGère,   les   soldats   n’étaient   plus   censés   faire   le   meme   méGer.   Au-­‐delà,   s’étendait   le   domaine  de  la  guerre,  en  deca  régnait  la  police.  Dans   les   années   1680,   la   terreur   exercée   par   les   dragonnades  sur  les  protestants  reposa  tout  enGère   sur  la  transgression  de  cefe  séparaGon.     On   mit   en   place   parallèlement   l’enregistrement   de   tous  les  gens  de  mer,  qui  se  voyaient  astreints  a  un   service   régulier   sur   les   bâGments   du   roi,   une   année   sur  trois  ou  quatre  selon  les  périodes.    

Combat  entre  un  corsaire  français  et  un  navire  de  ligne  anglais.    


Autorité  et  compromis  

• 

• 

• 

• 

«  La  mort  du  cardinal  Mazarin,  le  9  mars  1661,  exerçant  seul  en  plein  la  toute  puissance  royale  jusqu’au  dernier  instant  de   sa  vie,  remit  les  rênes  du  gouvernement  entre  les  mains  du  roi  qui  a  souvent  avoue  que,  jusqu’alors,  il  n’avait  été  monarque   qu’en  peinture.  »  Saint  Simon.   Le   nouveau   système   de   gouvernement   reposa   sur   une   réorganisaGon   des   conseils   du   gouvernement   qui   permit   l’affirmaGon,  puis  le  triomphe  de  deux  figures  majeures  du  pouvoir  ministériel.  Colbert,  qui  avait  prémédité  et  provoque  la   chute  de  Nicolas  Fouquet,  et  lui  succéda  dans  la  direcGon  des  affaires  financières.  Louvois,  quant  a  lui,  fut  associe  a  son  père   a  la  tête  du  département  de  la  guerre  des  1662  avant  d’en  prendre  la  direcGon  effecGve  en  1667.   En   1683,   a   la   mort   de   Colbert,   Louvois   récupéra   une   parGe   des   afribuGons   de   son   ancien   rival.   Il   acquit   ainsi   les   surintendances   des   bâGments   et   des   postes   et   exerça   sur   le   gouvernement   de   Louis   XIV   une   influence   désormais   sans   partage.  Sa  mort  en  1691  a  été  mise  souvent  en  parallèle  avec  celle  de  Mazarin  30  ans  plus  tôt.     La  direcGon  des  affaires:  Le  conseil  d’en  haut  devint  un  véritable  conseil  d’Etat.  Louis  XIV  en  limite  l’accès  aux  ministres  et   secrétaires  d’Etat  en  charge  des  finances  et  des  quatre  départements:  marine,  maison  du  roi,  guerre  et  affaires  étrangères.    

Louis  XIV  tenant  le  sceau  royal.    

Louvois.    

Colbert.    


Autorité  et  compromis  

• 

• 

L’essor  poliGque  du  nouveau  protège  du  roi  fut  indissociable  de  la  rapidité  et  de  la  brutalité  avec   lesquelles   il   orchestra   la   chute   de   Nicolas   Fouquet.   En   1669,   Colbert   devint   secrétaire   a   la   Marine,  qu’il  contribua  de  façon  déterminante  a  organiser,  au  point  de  passer  pour  le  véritable   créateur  de  «  la  Royale  ».     L’accumulaGon   des   charges   et   le   népoGsme   ont   démulGplie   le   pouvoir   colberGste,   qui   bénéficia   aussi   de   la   structuraGon   des   départements   ministériels   dotes   d’un   personnel   plus   nombreux,   charge  de  compétences  de  plus  en  plus  précises  et  reparGes  selon  une  division  raisonnée.    

Portrait  de  Nicolas  Fouquet  par  Charles  Le  Brun.   Il  s’impose  en  rétablissant  la  situaFon  financière  de   la  monarchie  et  en  restaurant  la  confiance  des   créanciers  de  l’Etat.    

Le  château  de  Vaux-­‐le-­‐Vicomte.   Situe    près  de  Melun,  il  a  été  construit  en  une  durée  extrêmement  brève,  de  1656  a  1661.  Fouquet  y  mobilisa  les  plus  grands   talents  de  son  temps:  Le  Brun,  Le  Vau,  et  Le  Notre.    


La  fin  de  la  grande  époque  éJncelante  

• 

La   grande   époque   de   la   force   éGncelante,   celle   de   Pascal   et   de   Molière,   est   close   par   la   mort   de   ce   dernier   (1674).   Racine   s’éclipse   (1676)  après  Phèdre.  Mais  La  Fontaine  publie  ses  dernières  fables  en   1679.   Mais   Bossuet   est   debout   et   il   souGent   le   faix   du   siècle   par   un   livre   imposant,   le   Discours   sur   l’Histoire   Universelle   (1681).   Une   noblesse   générale   est   dans   les   choses,   tendue   sans   doute   et   emphaGque,  comme  la  grande  galerie  de  Versailles.  

François  Michel  Le  Tellier,  marquis  de  Louvois.     Le  déclenchement  de  la  guerre  de  Hollande  en  1672  révéla  toute  sa  science  de  l’organisaFon  ainsi  que  son   influence  auprès  du  roi..        


La  mort  de  Colbert  

• 

Colbert  fut  dévore  par  trois  grands  peuples  improducGfs  :  i)  le  peuple  noble,  qui  de   plus   en   plus   vit   sur   l’Etat   ;   ii)   le   peuple   foncGonnaire,   que   le   progrès   de   l’ordre   oblige   de   créer   ;   iii)   troisième   peuple,   l’armée   permanente,   énormément   grossie.   En   imposant   la   perfecGon   aux   industries   françaises,   il   espérait   autoriser   nos   produits   devant  l’étranger,  les  faire  acheter  de  confiance.  Mais,  en  revanche,  il  empêchait  la   fabricaGon  inferieure  de  saGsfaire  aux  besoins  moins  exigeants  des  classes  pauvres.   Sous   Mazarin,   la   France   misérable,   en   guenilles,   buvait   encore   du   vin   ;   mais   sous   Colbert,  de  l’eau.  Sous  lui,  les  fermes  générales  ne  sont  plus  données  a  la  faveur,  mais   a  l’encan,  au  plus  offrant,  et  elles  rapportent  davantage.  

• 

Colbert:  “ResGtuer  à  la  France  le  transport  mariGme  de  ses  produits;  développer  les   colonies   et   les   afacher   commercialement   à   la   France;   supprimer   tous   les   intermédiaires   entre   la   France   et   l’Inde;   développer   la   marine   militaire   pour   privilégier  la  marine  marchande.”    

Jean-­‐BapJste  Colbert.     En  1651,  il  fit  le  choix  judicieux  d’amacher  sa  fortune  a  celle  de  Mazarin,  dont  il  devint  l’intendant.  Sur  son   lit  de  mort,  le  cardinal  le  recommanda  au  roi.  Des  lors,  l’ascension  de  Colbert  accompagna  la  prise  en  main   du  gouvernement  par  Louis  XIV.  Il  devint  contrôleur  général  des  finances  en  1665.  il  se  consFtua  ensuit  un   véritable  empire  ministériel  en  cumulant  les  foncFons  de  secrétaire  d’Etat  de  la  Maison  du  Roi  et  de  la   Marine  en  1669.  il  fut  également  surintendant  des  bâFments,  arts  et  manufacturiers,  surintendant  des   postes,  grand-­‐maitre  des  mines  et  minières  de  France  et  surintendant  des  eaux  et  forets.        


Autorité  et  compromis  

• 

• 

• 

• 

• 

La   praGque   administraGve:   Le   marquis   de   Chamlay   présenta   a   Louvois   les   avantages   d’un   système   de   défense   si   parfaitement   réglé   qu’il   pouvait  s’affranchir  des  alea  du  facteur  humain.  L’espoir  de  soumefre  la   guerre   a   un   système   d’équaGons   strictement   paramétré   était   une   utopie   d’ingénieur,   mais   il   s’accorda   parGculièrement   bien   avec   la   praGque  de  gouvernement  qualifie  de  «  guerre  de  cabinet  ».   L’orgueil   des   grands:   Les   condiGons   du   pardon   royal   et   de   la   soumission   du   prince   rebelle   furent   âprement   discutées   et   intégrées   a   la   version   finale  du  traite  des  Pyrénées.  En  échange  de  sa  contriGon,  le    prince  de   Conde  retrouvait  ses  charges  et  sa  fortune.     «  Sans  envie,  sans  fard,  sans  ostentaGon,  toujours  grand  dans  l’acGon  et   dans   le   repos,   il   parut   a   ChanGlly   comme   a   la   tête   de   ses   troupes.   »     Oraison  funèbre  de  Bossuet.     Les   gouverneurs,   lieutenants   généraux   et   commandants   en   chef   devinrent   de   véritables   agents   de   l’autorité   royale.   Ils   représentaient   leur  province  auprès  du  pouvoir  central  et  le  pouvoir  central  auprès  de   la  province.     Le   pouvoir   des   grands   se   mesurait   désormais   a   leur   crédit   auprès   d’instances   dont   ils   n’étaient   pas   les   maitres.   En   définiGve,   seul   le   mécénat   leur   permefait   d’entretenir   l’apparence   d’une   autorité   souveraine.    

Le  grand  Conde.  

Le  château  de  ChanJlly,  domaine  des  Conde.  


Autorité  et  compromis  

• 

• 

Conde   prit   un   intérêt   parGculier   a   la   protecGon   des   arGstes   et   des   écrivains   hétérodoxes.   Il   protégea   Molière   après   le   scandale   de   Tartuffe.   Il   défendit   également  Malebranche.     A  Saint-­‐Cloud,  Philippe  d’Orléans,  le  frère  du  roi,  confia   le  programme  décoraGf  de  son  château  a  Mignard,  qui   prit   l’exact   contrepied   de   la   solennité   de   Versailles.   Monsieur   choisit   en   effet   de   consacrer   sa   résidence   aux   plaisirs,   a   l’art   et   au   badinage,   tandis   que   la   demeure   royale   était   vouée   a   la   gravite,   a   la   grandeur   et   au   sublime.     Jean-­‐BapJste  Poquelin,  Molière.  

Le  château  de  Saint-­‐Cloud,  domaine  de  Philippe  d’Orléans.   Tout  était  conçu  comme  dans  la  personnalité  meme  de  Monsieur,  pour  présenter  l’envers  frivole  de  la  gravite  royale  et  versaillaise.    


Autorité  et  compromis  

• 

• 

• 

• 

 

Les   faux   semblants   de   la   remise   en   ordre   financière:   En   1666,   Colbert   ordonna   aux   intendants   de   mener   une   vaste   enquête   de   noblesse   desGnée   a   lufer   contre   les   exempGons   fiscales   en   démasquant   les   usurpateurs   injustement   déchargés   du   poids   de   la   taille.     Les   mêmes   incohérences   pesèrent   sur   la   réparGGon   de   l’impôt   entre  pays  d’Etat  et  pays  d’ElecGon.  Les  premiers  bénéficiaient  du   privilège   exorbitant   de   négocier   le   poids   de   la   taille   et   de   s’en   acquifer  par  le  paiement  d’une  somme  forfaitaire.     L’administraGon   des   deniers   publics   se   trouva   ainsi   assurée   par   une  compagnie  d’entrepreneurs  prives,  qui  ne  se  disGnguaient  pas   leurs  intérêts  parGculiers  de  ceux  de  l’Etat.  Des  1665,  Colbert  avait   envisage   d’assainir   le   marche   des   office,   voire   de   supprimer   la   vénalité.   Mais   la   perspecGve   d’une   reprise   de   la   guerre   contre   l’Espagne,  a  la  suite  de  la  mort  de  Philippe  IV,  laissait  entrevoir  de   nouvelles   difficultés   budgétaires   peu   propices   a   la   suppression   d’un  disposiGf  qui  avait  l’avantage  de  remplir  facilement  les  caisses   de  l’Etat.  En  fait,  la  transformaGon  des  magistratures  municipales   en   offices   vénaux   acheva   la   fermeture   des   oligarchies   urbanisées   et  leur  mutaGon  en  castes  héréditaires.     La   guerre   comme   entreprise:   Pour   une   bonne   part,   le   méGer   d’officier  restait  marque  par  par  le  modèle  entrepreneurial  qui  le   caractérisait   depuis   ses   origines.   Les   capitaines   restaient   maitres   de   l’emploi   des   deniers   verses   par   le   roi   pour   l’entreGen   de   leur   compagnie.   En   fait,   le   méGer   d’officier   coutait   toujours   plus   qu’il   ne  rapportait.  

Bataille  navale  de  la  Hougue  qui  opposa  la  floLe  de  Louis   XIV  aux  Hollandais.  

Jean  Bart,  corsaire.  


Portrait  de  Jean  Bart  

• 

La   marine   française   ne   songea  qu’aux  prises.  Le  roi   se   fit   pirate.   Jean   Bart   était   d’origine   normande,   de   Dieppe.   C’était   un   grand   garçon  blond,  de  beau  teint,   avec   des   yeux   bleus,   une   physionomie   heureuse.   Un   jeune   homme,   Duguay-­‐ Trouin,  fou  de  femmes  et  de   jeu,   trouvait   pourtant   dans   l’abordage   de   bien   d’autres   plaisirs.   La   France   était   si   bas   que   l’impôt   ne   rendait   plus   rien.   Le   désespoir   fit   perdre  le  respect.  

Bataille  du  Texel  ou  Jean  Bart   bat  la  floLe  Hollandaise.  


Autorité  et  compromis  

• 

•  • 

Dans  la  marine,  le  caractère  entrepreneurial  de  la  guerre  est  encore  plus   prononce.  Les  charges  y  étaient  gratuites  et  chacun  était  entretenu  par   le  trésor  royal,  selon  un  modèle  qui  s’apparentait  a  un  véritable  salariat   d’Etat.   La   parGcipaGon   de   fonds   prives   se   jouait   donc   a   un   autre   niveau:   celui   des   entrepreneurs   impliques   dans   la   construcGon   et   l’armement   des   navires.   Les   lefres   de   marque   donnaient   a   des   amateurs   prives   le   droit  de  «  courir  sus  »  aux  sujets  des  puissances  ennemies,  de  capturer   de  navires  et  équipages  et  d’effectuer  des  raids  sur  les  cotes.  L’amirauté   veillait   au   partage   des   prises   entre   l’Etat,   l’armateur,   le   capitaine   et   l’équipage.   La   bataille   du   Texel   remportée   contre   une   flofe   hollandaise   par   Jean   Bart,  en  juin  1694,  eut  un  retenGssement  considérable  par  son  ampleur.     En   1689,   le   remplacement   des   mousquets   par   des   fusils   fut   assure   par   un   entrepreneur   général,   Maximilien   Titon:   au   cours   de   la   décennie   1690,   la   producGon   et   la   diffusion   de   600.000   fusils   furent   assurées   a   Saint-­‐EGenne  et  a  Charleville.    

Le  bataille  du  Texel.  

 

Le  fusil  de  Maximilien  Titon.  


L’honneur  et  l’intérêt  

• 

• 

• 

Selon   Colbert   et   l’opinion   généralement   admise,   il   n’y   avait   d’économie   que   poliGque,   c’est-­‐a-­‐dire   une   science   du   gouvernement   appliquée   a   la   producGon   et   a   la   circulaGon   des   biens.   La   souveraineté   du   roi   s’y   exerçait   par   l’octroi   des   privilèges,  qui  réglementaient  le  commerce  et  l’industrie  dans  un  espace  donne,  en  conférant  un  monopole  a  un  individu  ou   a   un   groupe   parGculier.   Elle   se   manifesta   par   la   créaGon   en   1664,   de   la   Compagnie   des   Indes   Orientales,   qui   reçut   le   monopole   du   commerce   et   de   la   navigaGon   vers   l’Orient.   Il   s’agissait   alors   de   tarir   un   flux   d’importaGons   qui,   selon   la   perspecGve  mercanGliste,  étaient  censés  ruiner  le  royaume  en  provoquant  la  sorGe  des  métaux  précieux  (or  et  argent).     Les  privilèges  ne  se  limitaient  pas  a  des  disposiGons  économiques  car  ils  formaient  également  le  principe  d’une  organisaGon   sociale.  Ils  afribuaient  un  statut  aux  individus  et  parGcipaient  a  la  formaGon  d’une  hiérarchie  fondée  sur  la  dignité  et  sur  les   disGncGons  honorifiques.   L’économie  du  privilège:  L’aisance  des  gens  de  méGer  était  variable,  mais  elle  restait  toujours  limitée,  dans  le  meilleur  des   cas,  a  une  honnête  médiocrité.  Pour  les  ouvriers,  les  possibilités  d’accéder  a  la  maitrise  étaient  entravées  par  le  mainGen   d’un  «  numerus  clausus  »  qui  limitait  le  nombre  d’ateliers  autorises  dans  un  espace  donne.    

Louis  XIV  visitant  la  manufacture  des  Gobelins  

Vue  de  l’arsenal  des  galères  du  port  de  Marseille   Marseille  fut  marquée  par  une  forte  intervenFon  de  la   monarchie.  Le  port  abritait  une  quarantaine  de  galères  et   12.000  galériens  et  hommes  d’équipage.  


L’honneur  et  l’intérêt  

• 

• 

• 

Les  compagnies  de  commerce  representerent  un  volet  important   de   la   poliGque   colberGenne.   La   plus   célèbre   d’entre   elles,   la   compagnie   des   Indes   orientales,   reçut   en   1664   le   privilège   de   la   navigaGon  et  du  commerce  de  cap  de  Bonne-­‐Esperance  au  détroit   de   Magellan,   ainsi   que   la   concession   de   l’ile   Dauphine   (Madagascar).  En  1666,  elle  fut  dotée  d’un  arsenal  établi  a  Lorient.     Créée  en  1602,  la  compagnie  néerlandaise  est,  elle,  une  véritable   société   par   acGons,   adossée   a   des   insGtuGons   financières   (banque   et   bourse   d’Amsterdam)   et   poliGques   qui   soutenaient   le   marche   des  Gtres.     Les   comptes   de   la   compagnie   étaient   présentés   devant   l’Assemblée   des   Etats   Généraux   qui   en   garanGssait   la   sincérité   exigée  par  les  invesGsseurs.  La  fluidité  et  la  solidité  du  marche  des   acGons  permirent  ainsi  a  la  compagnie  de  trouver  les  moyens  de   son   développement.   Tandis   qu’en   France   les   cours   restèrent   soumis  a  l’intervenGon  de  l’autorité  royale,  qui  tantôt  suspendait   le   paiement   des   dividendes,   tantôt   on   payait   de   ficGfs   afin   de   rétablir   la   confiance.   Faute   de   sincérité   et   de   transparence,   le   marche   des   acGons   n’a•ra   jamais   les   négociants,   qui   se   figèrent   dans  une  a•tude  de  contestaGon  des  monopoles.    

Le  port  d’Amsterdam   L’essor  d’Amsterdam  au  XVIIeme  siecle  a  ete  favorise  par  le   developpement  des  insimuFons  financieres  et  commerciales:   banque,  bourse,  chambre  civile  des  assurances  mariFmes  et   compagnie  des  Indes  orientales,  VOC.  

ConstrucJon  du  canal  du  Midi   En  1662,  Pierre-­‐Paul  Riquet  propose  a  Colbert  le  projet  du   Canal  des  Deux-­‐Mers,  desFne  a  assurer  le  lien  entre   l’AtlanFque  et  la  Méditerranée  en  reliant  Sète  a  Toulouse,   ou  la  joncFon  devait  s’opérer  avec  la  Garonne.  Riquet  put   s’ameler  a  la  tache  gigantesque  de  creuser  le  canal  sur  une   distance  de  241  km,  entre  Marseillan  et  Toulouse.  


L’honneur  et  l’intérêt  

• 

•  • 

• 

Les   succès   miGges   de   l’entreprise   coloniale:   En   1661,   a   l’arrivée  de  Colbert  aux  affaires,  la  présence  française  outre-­‐ mer  se  limitait  a  quelques  implantaGons  autour  du  golfe  du   Saint-­‐Laurent.   En   dépit   de   ses   limites,   la   poliGque   colberGenne   enclencha   une   dynamique   nouvelle.   Le   peuplement  du  Canada  passe  de  quelques  centaines  a  3.215   habitants  en  1665,  puis  a  9.400  en  1679.   Les   Français   s’engagèrent   auprès   des   Hurons   dans   leurs   guerres  contre  les  Iroquois,  allies  aux  Anglais.     TentaGon  impériale  et  criGque  du  privilège:  Le  commerce  se   trouvait   au   cœur   d’un   débat   crucial,   car   sa   foncGon   déterminait   la   nature   meme   du   système   économique.   La   doctrine  mercanGliste  ne  le  concevait  qu’en  relaGon  avec  la   poliGque  manufacturière,  selon  une  perspecGve  qui  mefait   l’accent   sur   la   régulaGon   de   la   producGon   et   des   échanges   pour  contrôler  les  flux  monétaires.     La  théorie  libérale  de  Boisguilbert  considérait,  au  contraire,   le   développement   non   contraint   de   la   consommaGon   comme  le  seul  facteur  de  prospérité:    «  pour  faire  beaucoup   de   revenus   dans   un   pays   riche   en   denrées,   il   n’est   pas   nécessaire   qu’il   y   ait   beaucoup   d’argent,   mais   qu’il   y   ait   beaucoup  de  consommaGon.  »    

Boisguilbert  

Portait  de  la  famille  Maupertuis   Ce  portait  exprime  toute  la  dignité  sociale  acquise  par  les  riches   armateurs  malouins.  Anobli  en  1764,  Maupertuis  fut  directeur  de  la   Compagnie  des  Indes  Occidentales  de  Saint-­‐Malo.  


Boisguilbert  et  la  misère  du  royaume  

• 

• 

Boisguillebert   parle   au   peuple,   a   tous.   C’est   sa   première   et   redoutable   originalité.   Il   pose   cefe   reforme   dans   une   grande   simplicité   :   «   La   permission   pour   le   peuple   de   labourer,   de   commercer   »,   de   vivre,   d’échapper   aux   100.000   liens,   créés   pour  la  plupart  par  la  bureaucraGe,  la  règlementaGon  infinie  de   Colbert,   tellement   aggravée   encore   depuis   sa   mort.   D’ou   viennent  tous  les  maux  de  la  France  ?  i)  On  ne  consomme  plus  ;   l’impôt,  la  rente  absorbe  tout.  ii)  On  ne  circule  plus.  Les  aides   et   les   douanes   empêchent   le   transport.   Les   denrées   pourrissent  et  périssent.   Un   grand   peuple   en   guenilles   élégantes,   tels   sont   les   nobles,   qui  piquent  dans  les  assiefes  des  seigneurs,  qui  mendient  une   place   dans   les   bureaux   de   Pontchartrain.   Des   professions   nouvelles   commencent   pour   la   noblesse.   D’innombrables   tripots,   aux   tournois   de   leur   tapis   vert,   voient   jouter   la   chevalerie   nouvelle   :   un   mot   a   enrichi   la   langue   –   chevalier   d’industrie.  


L’honneur  et  l’intérêt  

•  • 

• 

• 

• 

La   criGque   janséniste   du   privilège:   Les   moralistes   tels   que   La   Rochefoucauld   et   La   Bruyère   dénoncent   le   théâtre   social   comme  un  jeu  d’apparences,  ou  la  vertu  apparaissait  elle-­‐même  sous  le  jour  de  tromperie.   Blaise   Pascal   (Second   discours,   1660):   «   Il   y   a   dans   le   monde   deux   sortes   de   grandeur;   car   il   y   a   des   grandeurs   d’établissement   et   des   grandeurs   naturelles.   Les   grandeurs   d’établissement   dépendent   de   la   volonté   des   hommes.   Les   dignités   et   la   noblesse   sont   de   ce   genre.   (…)   Les   grandeurs   naturelles   sont   celles   qui   sont   indépendantes   de   la   fantaisie   des   hommes  parce  qu’elles  consistent  dans  des  qualités  réelles  et  effecGves  de  l’âme  ou  du  corps.  »   La  morale  sociale  ne  procédait  pas  d’une  quelconque  transcendance  du  bien  mais  de  la  saGsfacGon  de  l’intérêt  narcissique   de  se  voir  a  son  avantage  dans  le  miroir  aux  illusions  vertueuses.  Ancien  élevé  des  peGtes  écoles  de  Port-­‐Royal,  Boisguilbert   écrivait:  «  Tout  le  commerce  de  la  Terre  ne  se  gouverne  que  par  l’intérêt  des  entrepreneurs  qui  n’ont  jamais  songe  a  rendre   service  ni  a  obliger  ceux  avec  qui  ils  contractent.  »   Mais   le   fondement   moral,   voire   théologique   de   cefe   criGque   lui   donnait   une   portée   bien   plus   grande…   Ce   n’était   pas   seulement  la  poliGque  commerciale,  manufacturière  et  fiscale  du  roi  qui  se  trouvait  ébranlée,  mais  les  fondements  meme   de  l’édifice  socio-­‐économique  mis  en  place  par  la  monarchie.  «  Pour  dix  mille  écus  que  le  roi  aura  reçus,  le  royaume  souffre   d’une  diminuGon  de  plus  de  100.000  écus  en  sa  totalité.  »  (Boisguilbert).     Ainsi  la  véritable  alternaGve  n’opposait  pas  la  contrainte  règlementaire  a  une  prétendue  aspiraGon  contrariée  a  la  liberté   mais  l’honneur  et  l’intérêt,  non  seulement  comme  principes  économiques  mais  comme  fondement  de  l’organisaGon  sociale.    

La  Bruyère  

La  Rochefoucauld  

Pascal  

Boisguilbert  


L’honneur  et  l’intérêt  

• 

•  • 

• 

• 

L’office   entre   profit   et   dignité:   L’office   était   une   «marchandise   d’Etat   ».   L’hypothèse   d’un   effondrement   des   prix   du   a   un   engorgement   du   marche   des   offices   mérite  d’être  examinée  et  nuancée.     Le   rendement   financier   des   offices   ne   suffisait   pas   a   jusGfier  l’invesGssement.   Vauban   envisagea,   dans   son   célèbre   projet   de   dime   royale,   publie   en   1707,   d’instaurer   un   prélèvement   de   10%  sur  tous  les  revenus  du  royaume.  En  1710,  l’impôt  du   Dixième  en  appliqua  parGellement  le  principe  aux  revenus   fonciers  et  industriels  ainsi  qu’aux  gages  des  offices.     L’admission   a   l’hôtel   des   Invalides   consGtuait   une   véritable  forme  de  relégaGon  sociale.  Entre  1670  et  1714,   elle   fut   le   sort   de   plus   de   1600   officiers   qui   vinrent   y   chercher   l’asile   plus   que   la   guérison   de   leurs   blessures.   En   une  trentaine  d’années  de  carrière,  ces  hommes  âgés  de   51  ans  en  moyenne,  n’avaient  progresse  que  d’un  ou  deux   grades. ��   Les   logiques   de   l’intérêt   ne   pouvaient   pas   se   déployer   sans   composer   avec   l’idée   que   chacun   se   faisait   de   sa   propre  dignité.  Comme  l’explique  Montesquieu,  c’était  la   le   principe   essenGel   de   la   société   d’Ancien   Régime   qui   permet   de   comprendre   les   ruineuses   carrières   militaires,   aussi   bien   que   l’économie   des   privilèges   et   l’irrésisGble   afrait  des  offices.    

Vue  d’un  des  quatre  réfectoires  de  l’hôtel  des  Invalides    


Penser  et  prier  comme  le  roi  

• 

• 

• 

• 

IniGées   sous   Louis   XIII   par   la   créaGon   de   l’Académie   Français,   les   fondaGons   académiques   se   mulGplièrent   sous   Louis   XIV   au   point   de   devenir   un   modelé   quasi   exclusif   de   la   structuraGon   des   champs  arGsGques  et  liféraires.  Les  Académies  enregistraient  les   usages  en  meme  temps  qu’elles  les  réglementaient.     Ce   pays   ou   l’on   parle   français:   Depuis   la   paruGon   de   Grammaire   de   Port   Royal   en   1660,   jusqu’à   la   publicaGon   du   premier   dicGonnaire   de   l’Académie   Française   en   1694,   le   règne   de   Louis   XIV  fut  une  période  clé  de  la  formalisaGon  de  la  langue  française.     Dans   ses   comédies,   Molière   a   souvent   mis   en   scène   l’enjeu   représenté  par  l’usage  de  la  langue,  en  balayant  un  large  spectre   de   praGques   fauGves,   depuis   le   raffinement   insensé   des   Précieuses  Ridicules,  jusqu’à  la  sGgmaGsaGon  sociale  et  culturelle   des   paysans   qui,   comme   le   Pierrot   de   Dom   Juan,   parlaient   un   français   déformé   par   les   accents   et   les   tournures   du   patois.   L’usage   fauGf   de   la   parole   sGgmaGse   son   auteur   comme   un   délinquant  ou  un  infirme.     L’œuvre   d’Arnauld   et   Nicole,   la   grammaire   de   Port   Royale,   ne   se   résumait  pas  a  un  ensemble  de  prescripGons  formelles,  elle  créait   des   structures   logiques   et   insGtuait   un   pacte   de   représentaGon   entre   les   mots   et   les   choses.   La   définiGon   des   règles   grammaGcales   et   lexicales   conférait   ainsi   a   la   langue   française   la   responsabilité   de   structurer   un   rapport   parGculier   au   monde.   «   Le   premier  soin  de  notre  langue  est  de  contenter  l’esprit  et  non  pas   de  chatouiller  l’oreille.  Elle  a  plus  d’égard  au  bon  sens  qu’a  la  belle   cadence.  »  (Bouhours,  Manière  de  bien  penser).    

Les  Précieuses  Ridicules  


Penser  et  prier  comme  le  roi  

• 

• 

Comment   les   français   sont   devenus   cartésiens:   La   querelle   des   anciens   et   des   modernes   fur   un   moment   essenGel   de   la   cristallisaGon   du   génie   de   la   langue   française,   car   elle   fut   l’occasion   de   mefre   en   débat   ses   spécificités   et   ses   caractères   propres.   Dans   ce   contexte,   Descartes   apparut   comme   un   point   de   référence  voire  de  ralliement.  En  postulant  en  incipit   du   Discours   de   la   Méthode   que   «   Le   bon   sens   est   la   chose  du  monde  la  mieux  partagée»,  Descartes  avait   fait   le   pari   de   solliciter   l’entendement   des   lecteurs   plutôt   que   l’autorité   des   auteurs   grecs   et   laGns.   Il   avait   ainsi   administre   la   démonstraGon   que   le   français  pouvait  être  une  langue  philosophique.       Descartes,   Arnauld   et   Nicole   étaient   de   ceux   qui,   selon   Boileau,   avaient   su   «   accorder   le   beau   style   avec   le   bon   sens   »,   illustrant   ainsi   cefe   apGtude   si   parGculière  de  la  langue  française.    

Allégorie  de  Louis  XIV,  protecteur  des  arts  et  des  sciences  par  Jean  Garnier   On  ne  disFnguait  pas  alors    les  arts  et  les  sciences,  mais  les  arts  libéraux  et  mécaniques.  Les  premiers  formaient  des  savoirs  abstraits  tandis   que  les  seconds  nécessitent  la  médiaFon  d’un  instrument    ou  d’un  ouFl.  Ainsi,  la  musique  comme  la  peinture  appartenait-­‐elle  aux  deux   catégories:  l’art  de  la  composiFon  était  réputé  «  libéral  »  tandis  que  la  praFque  instrumentale  relevait  du  mécanique.  Toutefois,  l’organisaFon   académique  et  le  patronage  royal  contribuèrent  a  déplacer  les  lignes  de  partage.  Ainsi  s’opposèrent  les  arts  dignes  de  la  protecFon  royale,  aux   arFsanats  structures  en  communautés  de  méFer.        


Penser  et  prier  comme  le  roi  

• 

• 

Le  beau  et  le  vrai:  Le  règne  de  Louis  XIV  fut  l'âge  d’or  des  fondaGons  académiques:   peinture  et  sculpture  en  1648,  inscripGons  et  médailles  en  1663,  sciences  en  1666,   musique  en  1669  et  architecture  en  1671.     Comme   les   règles   de   l’art   furent   l’affaire   de   l’académie   de   peinture,   l’élaboraGon   des   normes   de   la   science   a   été   confiée   a   une   compagnie   royale.   InsGtuée   a   l’insGgaGon  de  Colbert  en  1666,  l’académie  des  sciences  assura  la  promoGon  de  la   science   nouvelle   par   opposiGon   aux   anciens   savoirs   scolasGques   et   aux   sciences   occultes.  

Charles  Le  Brun,  premier  peintre  du  roi  

Les  aveugles  de  Jéricho.  Nicolas  Poussin  


Penser  et  prier  comme  le  roi  

À   l’Académie   des   InscripFons   et   des   Médailles:   “Vous   pouvez,   Messieurs,  juger  de  l’esFme  que  je  fais  de  vous,  puisque  je  vous  confie   la  chose  du  monde  qui  m’est  la  plus  précieuse,  qui  est  ma  gloire.”    

Colbert  présente  a  Louis  XIV  les  membres  de  l’académie  royale  des  sciences  créée  en  1667.  


Penser  et  prier  comme  le  roi  

•  • 

Alors   que   la   Royal   Society   de   Londres   accueillait   plusieurs   astrologues,   la   compagnie  parisienne  manifesta  a  leur  égard  une  désapprobaGon  tranchée.     L'abbé  Bignon  dirigeait  une  véritable  administraGon  forte  d’une  soixantaine  de   censeurs  royaux,  qui  examinaient  entre  200  et  400  ouvrages  par  an  avant  de   leur   accorder,   ou   non,   un   privilège   ou   une   permission   tacite.   Les   rejets,   qui   représentent   entre   10   et   30%   des   cas,   concernaient   avant   tout   les   affaires   religieuses  (quiéGsme,  jansénisme).    

Abbe  Bignon  

Madame  de  Montespan  avec  ses  enfants  par  Pierre  Mignard  


Penser  et  prier  comme  le  roi  

• 

• 

•  • 

La  paix  dans  l’Eglise:  D’anciens  frondeurs  comme  la  duchesse  de  Longueville   et   le   prince   de   ConG   apportèrent   leur   protecGon   aux   jansénistes.   Comme   l’expliqua  Racine,  la  retraite  de  Port-­‐Royal  a•rait  «  beaucoup  de  personnes,   ou  dégoutées  de  la  cour  ou  tombées  dans  la  disgrâce,  qui  venaient  chercher   chez  eux  des  consolaGons,  quelquefois  meme  se  jeter  dans  la  pénitence  ».     Le   jansénisme,   en   outre,   contenait   les   ferments   d’une   criGque   sociale   radicale,  illustrée  par  l’œuvre  de  moralistes  tels  que  La  Rochefoucauld  et  La   Bruyère.     Les   religieuses   furent   expulsées   de   leur   couvent   en   1664   et   exilées   a   Port-­‐ Royal  des  Champs,  dans  la  valle  de  Chevreuse.     Dans   la   première   parGe   de   son   gouvernement   personnel,   au   cours   des   décennies   1660-­‐1670,   Louis   XIV   se   montra   plus   soucieux   de   discipline   ecclésiale   que   de   quesGons   de   doctrine.   Avec   l’influence   grandissante   de   madame   de   Maintenon,   Louis   XIV   s’engageait   sur   le   chemin   d’une   véritable   conversion,  qui  traduisait  un  certain  renversement  de  perspecGve.  Le  roi  qui   avait   voulu   soumefre   l’Eglise   pour   assurer   la   tranquillité   de   l’Etat,   sembla   désormais  uGliser  les  moyens  de  l’Etat  pour  garanGr  le  triomphe  de  l’Eglise.    

Jacques  Bénigne  Bossuet   Il  fut  appelé  a  la  cour  pour  être  le   précepteur  du  dauphin.  Bossuet  devint   ensuite  un  médiateur  indispensable  entre  le   roi    et  l’assemblée  du  clergé  dont  il  rédigea.    

L'Abbaye  de  Port-­‐Royal  des  champs  en   1709,  Agnès  Arnauld  


Penser  et  prier  comme  le  roi  

• 

• 

• 

L’absoluGsme   dévot:   En   1685,   la   révocaGon   de   l’édit   de   Nantes  apparut  comme  un  tournant  capital,  qui  traduisait   l’engagement   du   roi   sur   une   nouvelle   voie   spirituelle   et   poliGque.   A  parGr  de  1679,  les  protestants  furent  exclus  de  tous  les   offices.  En  1681,  l’intendant  du  Poitou,  René  de  Marcillac,   uGlisa   le   moyen   des   dragonnades   pour   les   forcer   a   la   conversion.       Louis  XIV:  «  Nous  voyons  que  la  plus  grande  et  la  meilleure   parGe   de   nos   sujets   de   la   dite   Religion   Prétendument   Reformée   ont   embrasse   la   Catholique:   et   d’autant   qu’au   moyen   de   ce,   l’exécuGon   de   l’Edit   de   Nantes   demeure   inuGle.   »   Selon   Saint-­‐Simon,   la   révocaGon   fut   l’œuvre   combinée  de  Louvois  et  de  madame  de  Maintenon.    

Portrait  de  Françoise  d’Aubigné,   marquise  de  Maintenon   Pierre  Mignard.   DémoliJon  du  Temple  de  Charenton  en  1685   L’édit  de  Nantes  ayant  interdit  l’exercice  du  culte  reforme  a   Paris,  l’édifice,  œuvre  de  Jacques  Androuet  du  Cerceau,  fut   incendie  par  des  catholiques.    


La  révocaJon  de  l’édit  de  Nantes:  les  dragonnades  

• 

• 

• 

Le  roi  Louis  XIV  édente  et  boitant,  et  madame  veuve  Scarron,  dans   son   deuil   et   ses   coiffes   noires,   s’unirent   a   ce   moment   qui,   pour   tant   de   familles,   fut   celui   de   la   séparaGon   éternelle.   Déjà,   de   toutes   parts,   coulaient   les   larmes,   éclataient   les   soupirs,   et   si   du   cote   de   Paris   le   vent   eut   porte   cefe   nuit,   on   eut   entendu   les   sanglots.    La  RévocaGon,  si  longtemps  préparée,  eut  pourtant  tous   les   effets   d’une   surprise.   Les   protestants   s’efforçaient   de   douter.   Nos   protestants,   le   peuple   laborieux   de   Colbert,   étaient   les   meilleurs  Français  de  France.   Et  l’édit  meme  de  la  RévocaGon  est  encore  équivoque.  Il  supprime   le   culte,   chasse   les   ministres,   veut   que   les   enfants   deviennent   catholiques.   Sur   les   parents,   il   ne   s'explique   pas.   En   fait,   l’enlèvement   des   enfants   commença   25   ans   avant   la   RévocaGon.   On  avait  dragonne  la  Hollande,  la  Westphalie,  le  Rhin.  Aux  prisons,   on  bernait  (parfois  a  mort),  on  sautait  sur  la  couverture  celui  qui   ne  payait  pas  la  bienvenue.   Un   protestant,   un   catholique,   dans   la   rue,   se   ressemblaient   fort.   En  revanche,  la  dame  protestante  se  reconnaissait  tout  de  suite  à   un  je  ne  sais  quoi  de  serre,  de  modestement  fier.  Elle  devait  servir,   sans  domesGque,  jusqu'à  20  soldats  dans  sa  maison.  


Le  parJ  de  Fénelon  et  du  duc  de  Bourgogne  arrive  aux  affaires  

• 

• 

Le   parG   de   Fénelon   et   du   duc   de   Bourgogne   était   au   plus   haut   puisqu’il  donna  au  roi  son  ministre  et  son  confesseur.  Pour  avoir   impose   un   impôt   sur   le   revenu,   Vauban   fut   disgracie   comme   un   dangereux.   Boisguillebert   fut   exile.   Leurs   livres   avaient   un   grand   défaut.   Ils   enrichissaient   le   roi   et   sauvaient   le   peuple   ;   mais   ils   ruinaient  l’armée  des  finances,  des  commis,  des  employés.   Desmarets,   éperdu   de   détresse,   en   était   a   voler   des   dépôts,   a   brocanter  des  grâces  ;  pour  argent,  il  amnésiait  les  dilapider  de  la   marine.   Il   innocentait   les   faussaires.   Les   jeunes   arbres   des   forets   royales,   l’avenir   l’espérance,   il   les   coupait,   les   vendait   à   bas   prix.   Dans  ce  Versailles  dore,  sous  les  triomphants  plafonds  de  Lebrun,   l’Europe   voyait   un   mendiant,   pauvre   diable   en   faillite,   débiteur   insolvable.  


Penser  et  prier  comme  le  roi  

• 

L’ulGme   marque   de   soumission   de   Louis   XIV   a   l’autorité   ponGficale   se   manifesta   dans   la   poliGque   a   l’égard   des   jansénistes.   Ce   qui   entraina   la   destrucGon   du   couvent   de   Port-­‐Royal.    


La  société  policée  

• 

• 

Norbert  Elias  explique  ce  vaste  mouvement  qui,  depuis  la  Renaissance,  a  affecte  l’Occident  moderne,  provoquant  le  repli   des  comportements  impulsifs  par  la  diffusion  de  nouvelles  formes  de  civilité:  la  civilisaGon  –  le  fait  de  civiliser  n’est  pas  un   état  de  fait,  mais  un  processus,  qui  résulte  d’une  lufe  constante  entre  les  pulsions  et  la  contrainte.   La  société  de  cour:  A  parGr  de  1682  et  l’installaGon  définiGve  de  la  cour  dans  l’écrin  majestueux  de  Versailles,  le  système   curial  s’est  comme  pétrifié,  en  se  figeant  dans  la  pierre,  décors  et  la  végétaGon  domesGquée  des  jardins.  Versailles  devint  un   microcosme,  un  abrégé  de  l’univers  ou  se  dessinait  et  s’élaborait  l’ordre  du  monde.    

Les  plaisirs  de  l’Isle  Enchantée.  


La  société  policée  

• 

Des  travaux  d’ampleur  pharaonique  furent  nécessaires  pour  saGsfaire  l’ambiGon  démiurgique  du  roi.  L’approvisionnement   des   bassins   exigea   la   construcGon   de   la   machine   et   de   l’aqueduc   de   Marly,   qui   acheminait   l’eau   de   la   Seine.   Depuis   qu’il     avait   succédé   a   Colbert   a   la   tête   de   la   surintendance   des   bâGments,   Louvois   avait   pris   l’habitude   de   mobiliser   les   soldats   dans   les   différents   chanGers   royaux.   Le   chanGer   quasi   permanent   de   Versailles   ne   se   conclut   véritablement   qu’avec   la   construcGon  de  l’opéra  inaugurée  en  1770.    

La  machine  de  l’aqueduc  de  Marly.   Un  ensemble  de  14  roues  a  aube  entrainait  le  mécanisme  de  pompage,  qui  permemait   de  remonter  la  pente  des  coteaux  de  la  Seine  .  


La  société  policée  

• 

• 

Dans   ses   mémoires,   Louis   XIV   a   lui-­‐même   défini   le   méGer   de   roi  comme  un  exil  de  soi:  «    il  faut  se  garder  contre  soi-­‐même,   prendre   garde   a   son   inclinaGon   et   être   toujours   en   garde   contre   son   naturel.   »   A   parGr   de   1686,   le   roi   jeta   son   dévolu   sur  le  site  de  Marly,  voue  a  l’évasion  et  a  la  chasse.     Saint-­‐Simon  écrit  que  «le    Roi,  lasse  du  beau  et  de  la  foule,  se   persuada  qu’il  voulait  quelquefois  du  peGt  et  de  la  solitude.  »    

Vue  perspecJve  du  Château  de  Marly  et  des  pavillons  ,  cote  de  l’entrée  du  bâJment.   Le  château  de  Marly  fut  édifié  selon  un  plan  répondant  a  des  exigences  symboliques  et  foncFonnelles.   DesFnes  a  l’hébergement  des  courFsans,  les  12  pavillons  représentaient  les  constellaFons  formant  les  signes   du  zodiaque,  traverses  par  le  cours  du  Soleil  dans  la  logique  astrologique      


La  société  policée  

• 

•  • 

Dans   ses   mémoires,   Louis   XIV   a   lui-­‐même   défini   le   méGer   de   roi  comme  un  exil  de  soi:  «    il  faut  se  garder  contre  soi-­‐même,   prendre   garde   a   son   inclinaGon   et   être   toujours   en   garde   contre   son   naturel.   »   A   parGr   de   1686,   le   roi   jeta   son   dévolu   sur  le  site  de  Marly,  voue  a  l’évasion  et  a  la  chasse.     Saint-­‐Simon  écrit  que  «le    Roi,  lasse  du  beau  et  de  la  foule,  se   persuada  qu’il  voulait  quelquefois  du  peGt  et  de  la  solitude.  »   «   Ne   s’emporter   jamais.   C’est   un   grand   point   que   d’être   toujours   maitre   de   soi-­‐même.   C’est   être   un   homme   par   excellence,  c’est  avoir  un  cœur  de  roi.  »    

Louis  XIV  accordant  audience.   Maitre  du  détail  comme  des  affaires  diplomaFques,  le  roi  porte  un  regard  panopFque  sur  les  affaires  du  monde.  


Le  tournant  du  règne:  1680  

• 

• 

• 

Dans   les   années   1680,   une   série   d’événements   majeurs,   notamment   l’installaGon   de   la   cour   à   Versailles   en   1682,   la   mort   de   Colbert   en   1683,   la   révocaGon   de   l’édit   de   Nantes  en  1685,  la  formaGon  de  la  ligue  d’Augsbourg  en   1688,   contribue   à   modifier   sensiblement   la   situaGon   du   royaume  et  la  place  de  celui-­‐ci  en  Europe.     Madame   de   Maintenon,   “la   veuve   Scarron”   selon   Saint-­‐ Simon,   se   voit   afribuer   a   Versailles   en   1682   l’appartement   le   plus   proche   de   celui   du   souverain.   Elle   joue   désormais   un   rôle   poliGque   discret,   mais   non   négligeable:   elle   favorise   incontestablement   le   clan   Colbert   par   rapport   au   clan   Louvois.   Elle   contribue   à   changer   l’atmosphère   de   la   cour   dans   le   sens   d’une   dévoGon  au  moins  affichée.     L’installaGon   à   Versailles   a   fait   gonfler   notablement   les   effecGfs  de  la  cour,  quelque  10.000  personnes  en  1685.    

Madame  de  Maintenon.  


La  société  policée  

Le  jeune  Louis  XIV  en  empereur  romain,  course  de  tête  et  de  bagues,  Carrousel  de  1662,  par  Charles  Perrault.   Un  temps  privilégié  de  la  «  société  de  plaisirs  »  qui  lie  le  souverain  a  la  noblesse  de  cour.  


La  société  policée  


La  société  policée  

Le  chanJer  du  château  de  Versailles.   Van  der  Meulen  


La  société  policée  

Galerie  des  Glaces.  


La  société  policée  

Plafond  de  la  Galerie  des  Glaces  par  Charles  Le  Brun.  


La  société  policée  

• 

Louis   XIV   sur   la   manière   de   montrer   les   jardins:   «   En   sortant   du   chasteau   par   le   vesGbule   de   la   cour   de   marbre,   on   ira   sur   la   terrasse;   il   faut   s’arrester   sur   le   haut   des   degrez   pour   considerer   la   situaGon   des   parterres   des   pièces   d'eau   et   les   fontaines   des  Cabinets.  »  

Bassin  d’Apollon  (Jardin  de  Versailles).  


La  société  policée  

• 

• 

• 

De   la   cour   a   la   ville:   l’intériorisaGon   des   contraintes:   Dans   les   Caractères,   La   Bruyère:   «   Un   homme   qui   sait   la   cour   est   maitre   de   son   geste,   de   ses   yeux   et   de   son   visage;   il   est   profond,   impénétrable;   il   dissimule   les   mauvais   offices,   sourit   a   ses   ennemis,   contraint   son   humeur,   déguise   ses   passions,   dément   son   cœur,  parle,  agit  contre  ses  senGments.  Tout  ce   grand   raffinement   n’est   qu’un   vice,   que   l’on   appelle  fausseté.  »     Dans   le   «   Bourgeois   GenGlhomme   »   Molière   montre   l’erreur   de   Monsieur   Jourdain   qui   croit   pouvoir   réduire   l’ensemble   des   traits   disGncGfs   de   la   noblesse   a   de   pures   convenGons,   des   techniques,   des   savoir-­‐faire   ou   savoir-­‐être   assimilables   par   un   bourgeois.   Son   échec   démontre   que   la   maitrise   exige   le   naturel   et   l’aisance  procures  par  la  véritable  noblesse.     C’est  cefe  naturalisaGon  de  la  norme  qui  fait  le   «   je   ne   sais   quoi   »   dont   Gracian   définit   le   caractère   dans   le   Héros:   «   Que   le   «   je   ne   sais   quoi   manque   a   un   homme?   Ses   plus   belles   qualités   ne   feront   jamais   qu’un   mérite   insipide,   ou  plutôt  elles  demeurons  comme  mortes.  »    

Le  bourgeois  genJlhomme  

Balthazar  Gracian,  jésuite  espagnol,  1601-­‐1658  .  


La  société  policée  

• 

• 

• 

• 

L’empire  sur  soi  ne  consiste  pas  a  bannir  les  comportements  insGncGfs  si   essenGels   a   la   guerre,   mais   d’en   limiter   l’expression   la   ou   ils   sont   nécessaires   et   de   passer   ensuite,   avec   le   meme   naturel,   a   l’art   le   plus   consomme  de  la  civilité  et  de  la  courtoisie.     Modes   et   modèles:   L’escrime   de   la   cour   se   disGnguait   radicalement   de   «  l’art  en  fait  d’armes  »  enseigne  par  les  membres  de  la  communauté  de   méGer  des  maitres  parisiens.     A   parGr   de   1672,   le   Mercure   Galant   offrit   a   ses   lecteurs   un   mélange   d’échos  mondains,  de  tendances  a  la  mode,  de  criGque  de  spectacles  et   de  récits  de  bataille.     Le   règne   de   la   police:     A   parGr   de   la   fin   des   années   1680,   la   BasGlle   accueillit  plusieurs  auteurs  de  discours  sédiGeux,  surpris  dans  un  cabaret   ou   dans   la   rue   par   des   commissaires   du   Chatelet   ou   par   leurs   «  mouches  ».    


«  Le  roi  se  fout  du  peuple  »  

• 

• 

• 

•  • 

• 

Le   26   avril   1702,   un   maitre   d’armes   parisien,   nomme   Jacques   Le   Perche   fut  embasGlle  pour  avoir  prononce  un  discours  ordurier  a  l’égard  du  roi  et   de  sa  «  vieille  »  madame  de  Maintenon.  Le  maitre  d’armes  exprimait  un   senGment   sans   doute   partage   par   de   nombreux   français   au   début   de   la   guerre   de   la   succession   d’Espagne   (1701-­‐1714),   qui   suivait   de   trop   près   le   conflit   précèdent   –   la   guerre   de   la   ligue   d’Augsbourg   (1688-­‐1697)     -­‐   achevé  par  le  traite  de  Ryswick.     Gloire  du  roi  et  misère  du  royaume:  «  Le  peuple  meme  (il  faut  le  dire),  qui   vous  a  tant  aime,  qui  a  eu  tant  de  confiance  en  vous,  commence  a  perdre   l’amiGé,  la  confiance  et  meme  le  respect.  Vos  victoires  et  vos  conquêtes   ne   le   réjouissent   plus;   il   est   plein   d’aigreur   et   de   désespoir.   »   (lefre   de   Fénelon  au  roi).     La  guerre  avait  saGsfait  l’orgueil  du  monarque  au  détriment  de  ses  sujets,   alors   qu’elle   était   censée   exprimer   leur   union   dans   une   communauté   d’acGon  et  d’intérêt.  Un  pacte  essenGel  de  la  monarchie  avait  été  rompu.     La   gloire   du   roi:     Achevé   en   1684,   le   plafond   de   la   galerie   des   glaces   offre   un  résumé  en  images  du  gouvernement  personnel  de  Louis  XIV.     En   tant   que   secrétaire   d’Etat   de   la   maison   du   roi,   dont   dépendaient   toutes  les  académies,  Colbert  se  trouvait  ainsi  a  la  tête  d’un  département   ministériel  de  la  gloire.     L’implantaGon   d’une   statuaire   royale   dans   plusieurs   grandes   villes   du   royaume   fut   la   manifestaGon   ,   parmi   d’autres,   d’une   poliGque   délibérée   de  la  diffusion  de  l’image  du  roi.  


«  Le  roi  se  fout  du  peuple  »  

• 

• 

La  guerre,  c’est  le  nom  propre  du  vrai  roi  d’Angleterre,  Marlborough,  qui   va   sous   la   reine   Anne,   gouverner   et   combafre.   La   Guerre,   le   nom   d’Eugene,   l’épée,   l’âme   meurtrière   de   l’Autriche.   Eugene   a   38   ans,   dans   son  visage  indéfiniment  long,  ses  longues  et  pales  joues  flétries  et  comme   le   fantôme   d’un   vieux   prince   italien.   L’Anglais,   vendu   aux   Juifs,   fut   l’homme   de   la   Bourse   de   Londres.   Et   Eugene   organisa   aux   colonies   fronGères   l’instrument   machiavélique,   le   poignard   de   l’Autriche,   qui,   retourne  contre  les  peuples,  perpétua  ce  monstre,  cefe  Babel  impériale.   Les   généraux   français,   modestes   autant   que   malheureux,   avaient   leurs   défaites  déjà  écrites  sur  le  visage.  

John  Churchill,  Duke  of  Marlborough  

Prince  Eugene  de  Savoie  


Le  prince  Eugene  

• 

• 

Le   prince   Eugène   est   un   prince   français   au   service   de   l’empereur.   Il   sollicite   de   Louis   XIV   l’octroi   d’une   compagnie.  Mais  le  roi  reportant  sur  le  jeune  homme,  la   rancune  tenace  qu’il  porte  a  sa  mère,  ne  lui  répond  même   pas.   Ulcère,   Eugène   quife   immédiatement   la   France,   gagne   Vienne   et   propose   ses   services   à   l’empereur   Léopold   qui   les   accepte.   Il   prend   part,   des   1683,   a   la   victoire   de   Kalhenberg   qui   oblige   les   Turcs   à   lever   le   siège   de  Vienne.     Le  traite  d’Utrecht  a  réussi  à  briser  définiGvement  le  vieil   encerclement   des   Habsbourg   en   placent   un   Bourbon   sur   le   trône   d’Espagne.   Non   seulement,   l’Angleterre   a   reGré   du   traite   des   avantages   qui   renforcent   sa   situaGon   de   première  puissance  commerciale  et  mariGme,  mais  elle  a   fait   triompher   sur   le   conGnent   la   noGon   d’équilibre   européen  qui  lui  assure  les  mains  libres  sur  les  mers.    

Prince  Eugene  de  Savoie  


«  Le  roi  se  fout  du  peuple  »  

• 

• 

Le   cout   de   la   guerre:   Grace   a   la   ceinture   de   fer,   les   zones   de   combat   s’étaient   désormais   déplacées   au-­‐delà   des   fronGères.   Seule   la   prise   de   Lille   en   1708,   suivie   de   la   campagne   de   1709,   avait   ranime   le   spectre   de   l’invasion,   finalement   éloigné   par   la   sanglante  bataille  de  Malplaquet.     Dans   un   royaume   dont   la   populaGon   ne   parvint   qu’épisodiquement   a   franchir   le   seuil   des   20   millions   d’habitants,   l’armée   royale   afeignit   des   proporGons   gigantesques,   sans   doute   démesurées.   Alors   que   l’armée   de   Richelieu  n’avait  jamais  dépasse  120.000  hommes,  celle  de  Louis   XIV  en  regroupa  plus  de  200.000  pendant  la  guerre  de  Hollande,   puis  franchit  le  niveau  record  de  450.000  pendant  la  guerre  de  la   ligue  d’Augsbourg.  Il  faudra  afendre  la  levée  en  masse  de  1793   pour  retrouver  des  effecGfs  comparables.    

La  bataille  de  Malplaquet,  le  11  septembre  1709   Elle  fut  une  défaite  tacFque  mais  une  victoire  stratégique  pour  la  France.   Face  a  l’armée  alliée  (Anglais,  Hollandais,  Impériaux),  les  Français  sous  le   commandement  de  Villars  perdirent  12.000  blesses  et  tues,  tandis  que   les  Allies  en  eurent  20.000.  Affaiblis,  les  Allies  n’étaient  plus  en  mesure   de  poursuivre  l’offensive.    


Villars  et  Vendôme  

• 

• 

• 

La   hasard   et   la   faim   mènent   la   France   en   cefe   grande   loterie   qu’est   la   guerre.   Notre   Villars   n’aimait   que   les   romans,   les   comédies,   les   opéras,   qu’il   retenait,   citait   à   chaque   instant.   Grand   coureur   d’actrices   et   de   filles   (sans   parler   de   choses   pires).   Sa   vie   de   près   d’un   siècle   fut   une   merveilleuse   gasconnade.   Le   roi   ne   connaissait   ni   ses   moyens,   ni   les   difficultés,   le   possible,   ni   l’impossible.   Il   ne   tenait   nul   compte   des   distances,   ni   des   saisons.   Il   disposait   d’une   arme   nouvelle   que   personne   ne   maniait  comme  les  Français,  la  baïonnefe.  Ce  fut  encore  Villars   qui  nous  releva  sur  le  Rhin.   La  France  avait  deux  généraux,  Villars  et  Vendôme,  et  elle  n’en   sut   que   faire.   Vendôme,   sans   direcGon,   laisse   à   sa   paresse,   flofa,   puis   s’amusa   à   la   vaine   affaire   du   Tyrol.   Villars,   abandonne   sans   secours   en   Allemagne,   ayant   en   face   deux   armées,   et   près   meme   de   manquer   de   poudre,   ne   se   Gra   d’affaire   qu’en   gagnant   une   grande   bataille   sur   les   troupes   de   l’Empire  a  Höchstädt  (21  septembre  1703).  

Marechal  de  Villars  


«  Le  roi  se  fout  du  peuple  »  

• 

• 

• 

• 

Très   peu   de   soldats   rentraient   chez   eux   pourvus   du   «   conge   »   qui   les   libérait   de   leur   contrat   d’engagement.   Celui-­‐ci,   le   plus   souvent,  était  signe  sans  aucune  clause  de    durée  et  le  capitaine,   qui  peinait  a  recruter  ses  soldats  ,  ne  les  libérait  pas  volonGers,   de   sorte   que   la   déserGon   était   souvent   l’unique   moyen   de   mefre  un  terme  a  un  engagement.     Crise  démographique  et  crise  agraire:  La  guerre  se  combina  avec   une   mauvaise   conjoncture   économique   et   des   crises   de   subsistances,  qui  en  amplifièrent  les  effets.     Apres   la   famine   de   1662,   la   reprise   démographique   avait   permis   a   la   populaGon   du   royaume   de   franchir   le   seuil   des   20   millions   d’habitants  au  cours  des  années  1680.  Ce  rétablissement  fut  le   fruit  de  la  baisse  du  prix  du  blé,  qui  se  mainGnt  a  un  bas  niveau   de  1662  a  1688,  sans  connaître  d’accident  majeur.   La   crise   de   1692-­‐1694   fut   la   conséquence   d’une   succession   d’épisodes   climaGques   calamiteux,   depuis   l’été   pourri   de   1692   jusqu’à  la  sècheresse  de  1693-­‐1694.  En  1693-­‐1694,  2,8  millions   de   personnes   moururent,   soit   1,6   million   de   plus   que   la   mortalité  normale.    

LeLre  a  Louis  XIV.  Fénelon   «  La  France  enFère  n’est  plus  qu’un  grand  hôpital  désole  et  sans  provision.  La   noblesse,  dont  tout  le  bien  est  en  décret,  ne  vit  que  de  lemres  d’Etat.  »    


Un  pays  affame  

•  •  •  • 

En  1694,  Jean  Bart  rentre  à  Dunkerque  avec  160  bâGments  charges  de  blé  achète  en  Norvège,  après  avoir  réussi  à  tromper   Hollandais  et  Anglais  cherchant  à  l’intercepter.  Le  blé  est  immédiatement  acheminé  vers  Paris  qui  meurt  de  faim.     Partout   les   hôtels-­‐Dieu   et   les   hôpitaux   généraux,   là   où   ils   existent,   sont   pleins.   Partout   les   cortèges   de   malheureux   se   traînent  sur  les  routes,  en  quête  de  secours.     Pourtant   ces   années   de   misère   voient   le   début   éclatant   de   la   prospérité   des   grands   ports   français,   avec   la   créaGon   de   nouveaux  trafics  et  l’élargissement  des  horizons.     Le   navire   corsaire   n’est   qu’un   bateau   marchand   qui,   muni   provisoirement   d’arGllerie,   est   uGlisé   par   son   capitaine   pour   donner   la   chasse   aux   bateaux   de   commerce   de   l’ennemi,   les   capturer   et   s’en   approprier   la   marchandise.   Entre   1689   et   1697,   5.680   bateaux   ennemis,   de   tous   tonnages   sont   rançonnes   où   captures   et   emmenés   dans   des   ports   français,   surtout   Dunkerque  et  Saint-­‐Malo.    

LeLre  anoblissant  Jean  Bart  


«  Le  roi  se  fout  du  peuple  »  

•  • 

L’ampleur   de   la   crise   fut   parGculièrement   catastrophique   pour   les   régions   a   monoculture   céréalière,   tandis   que   l’impact   fut   plus  faible  dans  les  provinces  (Ouest,  Sud-­‐Est)  bénéficiant  d’une  plus  grande  diversité  des  ressources.     La  crue  fiscale  frappa  a  contretemps  et  devint  très  sensible  au  pire  moment  de  la  crise  de  subsistances.  Une  seconde  crise   survint   au   cours   du   terrible   hiver   1709.   En   janvier-­‐février,   la   moyenne   des   températures   en   Ile-­‐de-­‐France   s’établit   a   -­‐20   degrés.    


«  Le  roi  se  fout  du  peuple  »  

• 

• 

• 

L’esGmaGon   des   capacités   du   royaume   représentait   un   enjeu   majeur.   Vauban   en   élabora   un   modèle   qui   entendait   présenter   le   dénombrement   des     populaGons   et   la   descripGon   des   terroirs,   de   façon   «   claire   comme   le   jour   »,   sous   la   forme   d’un   tableau   c o m p o s e   d e   r u b r i q u e s   o r g a n i s é e s   e t   hiérarchisées.   «   Que   dirait-­‐on   d’un   berger   qui   ne  sait  pas  la  nombre  de  son  troupeau?  »   Une   naGon   en   armes?   Louvois   insGtua   un   service   qui   obligeait   chaque   communauté   a   fournir   un   nombre   d’hommes   en   armes   en   proporGon   de   sa   populaGon.   Mais,   en   1701,   l’insGtuGon   subit   une   évoluGon   majeure.   Les   troupes   levées   au   Gtre   de   la   milice   furent   amalgamées   aux   régiments   réguliers   et   s’y   f o n d i r e n t   t o t a l e m e n t   e n   p e r d a n t   progressivement  leur  parGcularité.     A   la   bataille   de   Malplaquet   (11   septembre   1709),   les   régiments   consGtues   selon   cefe   modalité   se   sont   illustres,   en   manifestant   une   déterminaGon   dont   s’étaient   montrées   incapables   les   troupes   professionnelles   des   gardes  françaises.    


«  Le  roi  se  fout  du  peuple  »  

•  • 

• 

La  France  vue  du  dehors:  Une  France  prédatrice…  Au  cours  du  XVIIème  siècle,  l’aspiraGon  a  la  prépondérance  européenne   s’était  dissimulée  derrière  les  prétenGons  rivales  de  la  France  et  de  l’Espagne  a  la  formaGon  d’une  monarchie  universelle.     La  conquête  puis  l’occupaGon  des  Provinces-­‐Unies  en  1672-­‐1673  donna  lieu  a  des  scènes  brutales  qui  se  reproduisirent  et   s’amplifièrent  dans  le  PalaGnat  en  1674  puis  en  1688-­‐1689.  On  peut  parler  d’une  systémaGsaGon  du  recours  a  la  violence   coerciGve  au  sein  de  l’armée  française.     L’épisode  du  PalaGnat  bouleversa  les  consciences  européennes.  

Scène  de  massacre  et  de  pillage   en  Hollande  (1672)    


«  Le  roi  se  fout  du  peuple  »  

• 

• 

• 

Le  discours  anG-­‐français  et  la  formaGon  des  idenGtés  naGonales:  La  guerre  contre   la   France   consGtua   un   facteur   important   de   l’affirmaGon   d’une   naGon   germanique   soudée   par   l’opposiGon   a   un   ennemi   commun.   Les   exacGons   françaises  dans  le  PalaGnat  achevèrent  de  convaincre  les  princes  protestants  de   s’allier  a  l’empereur  qui  avait  jadis  été  leur  ennemi.     En   Hollande,   l’invasion   française   provoqua   une   véritable   polarisaGon   de   l’esprit   public.   Grand   pensionnaire   de   Hollande,   Johan   de   Wif   avait   été   l’arGsan   d’une   poliGque   favorable   a   la   France.   Face   a   l’agression   française,   les   parGsans   de   Guillaume   III   d’Orange-­‐Nassau   préconisaient   une   guerre   de   résistance   qui   s’opposait   aux   tentaGves   de   négociaGon   menée   par   Johan   de   Wif   et   son   frère   Cornelius.   Apres   la   révocaGon   de   l’édit   de   Nantes,   l’afflux   des   huguenots   chasses   de   France   accrut   le   paradoxe   de   l’influence   française   aux   Provinces-­‐Unies.   Important   en   Hollande,   la   détestaGon   de   l’absoluGsme   louis-­‐quatorzien,   ils   contribuèrent   Gravure  allemande  représentant  Melac.     néanmoins  a  la  diffusion  de  l’influence  française.     Dans  le  Saint-­‐Empire,  la  figure  de  Melac   l’incendiaire  a  été  abondamment  exploitée.  

Les  corps  des  frères  de  WiL   L’exposiFon  des  cadavres  muFles  des  frères  de  Wim  ajoute  un  degré  supplémentaire  a  la  barbarie  de  leur  exécuFon  


«  Le  roi  se  fout  du  peuple  »  

• 

• 

• 

• 

Cefe   période   est   un   moment   clef   de   la   construcGon   de   l’idenGté   de   la   France,   la   tension   entre   la   figure   tutélaire   du   roi   et   le   génie   propre  du  royaume  devint  sensible.     Voltaire:   ’Depuis   les   dernières   années   du   cardinal   de   Richelieu,   jusqu'à  celles  qui  ont  suivi  la  mort  de  Louis  XIV,  il  s’est  fait  dans  nos   arts,   dans   nos   esprits,   dans   nos   mœurs,   comme   dans   notre   gouvernement,  une  révoluGon  générale  qui  doit  servir  de  marque   éternel  a  la  véritable  gloire  de  notre  patrie.  La  France  est  forte  de   sa   populaGon,   de   la   variété   de   ses   producGons,   de   l’unité   de   son   territoire,  de  l’efficacité  de  son  administraGon  monarchique  et  d’un   senGment  naGonal  a  qui  Louis  XIV    a  su  faire  appel  au  pire  moment   de  la  guerre.   A   Louis   XV   :   “Mon   enfant,   vous   allez   être   un   grand   roi.   Ne   m’imitez   pas   dans   le   goût   que   j’ai   eu   pour   les   bâGments,   ni   dans   celui   que   j’ai  eu  pour  la  guerre.  Tachez  au  contraire  d’avoir  la  paix  avec  vos   voisins.”   Saint-­‐Simon   au   sujet   des   derniers   jours   de   Louis   XIV:   “Il   était   uniquement  occupé  de  Dieu,  de  son  salut,  de  son  néant.”    


1629 1715