__MAIN_TEXT__

Page 1

Au carrefour des cultures fantastiques d’Afrique et des dessins animés japonais, Pierre-Christophe Gam mêle photo, design et tissu pour se faire griot des temps modernes.

 Je veux retranscrire la magie de l’Afrique  Je m’appelle Pierre-Christophe Gam et je suis un artiste polymathe – touche-à-tout – de 34 ans. Formé à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris et à la Central Saint Martins de Londres, j’ai reçu une formation artistique pluridisciplinaire. Elle me permet aujourd’hui d’exprimer mes talents dans une variété de disciplines, de l’art en passant par la mode, la musique, l’évènementiel, le design et l’architecture.

J

e devais avoir 4 ou 5 ans, lorsqu’un soir, après le dîner, mon père me demanda le métier que je souhaiterais exercer une fois adulte. Ma réponse fut, sans aucune hésitation, artiste. Cela peut paraître étrange d’être capable, à un si jeune âge, de répondre à une telle question, mais aussi loin que mes souvenirs me ramènent, j’ai toujours été profondément passionné par le dessin et la création en général. Le déclic

 Mes camarades dessinaient des bonshommes, je m’évertuais à retranscrire le volume et les détails du corps humain.  44

est venu l’année de mon entrée en classe de maternelle 1re section. Nous étions, mes camarades et moi, en séance de dessin libre et, tandis que la plupart d’entre eux dessinaient des bonshommes, c’est-à-dire des personnages avec une tête ronde et une silhouette représentée par des traits, je m’évertuais à retranscrire le volume et les détails du corps humain en prenant exemple sur notre maîtresse. Elle remarqua ce souci du détail, qui me valut de vifs compliments de sa part, ainsi que l’admiration de mes camarades. À cet instant, j’ai pris conscience que j’avais une certaine habileté au niveau artistique. Encouragé par la réaction positive que je venais de recevoir, j’ai commencé à chercher à approfondir mes talents naissants. J’ai grandi à la croisée de plusieurs cultures. D’un côté, la France où je suis né et où j’ai passé

La série Affoglbolo montre la nouvelle génération d’Africains mondialisés, ancrés dans le local et à l’aise à l’étranger. J’ai mêlé les codes des photos sur fond de tissu, faites en Afrique de l’Ouest dans les années 70, et les portraits classiques européens.

45


J’aime créer des pochettes de CD, comme pour cette chanteuse malgache. J’ai demandé au coiffeur de modifier ses chignons traditionnels en oreilles de Mickey, puis j’ai dessiné sa tenue ! J’ai aussi réalisé un site : www.taali-m.com la majeure partie de mon enfance, de l’autre, le continent africain, que je découvrais au travers de nombreux voyages pendant mes congés scolaires, mais aussi au quotidien, à la maison, dans les valeurs et les traditions transmises par mes parents (le Cameroun pour mon père, le Tchad et le sud de l’Égypte pour ma mère). Chaque soir, après la prière, mes parents partageaient avec mes frères et sœurs et moi des souvenirs de leur enfance

 Chaque soir, mes parents racontaient des souvenirs de leur enfance en Afrique et des mythes fantastiques.  46

en Afrique, ainsi que des mythes fantastiques liés a l’histoire de leurs familles respectives. Il était question de Mami Wata, une sirène et divinité d’Afrique de l’Ouest, et de personnages fantastiques aux pouvoirs prodigieux.

inspirations pop

Tous ces récits ont fortement stimulé mon imaginaire d’enfant et ont suscité en moi un goût profond pour l’évasion et le fantastique. Au départ, j’ai tenté d’étancher cette soif par les dessins animés et, dès que j’ai été en mesure de le faire, par de la lecture. Des célèbres contes du baobab, à la série complète de la comtesse de Ségur, en passant par la “Bibliothèque bleue”, Tom-Tom et Nana, jusqu’à la Bible, j’étais insatiable ! Le dessin s’est alors révélé comme un moyen presque magique de poursuivre mes expéditions fantastiques, sans limites ni barrières. Tout ça se passait pendant les années phares du Club Dorothée

(fin 1980, début 1990), j’ai été bercé par les dessins animés importés du Japon. Le style de ces dessins animés, ainsi que l’univers graphique des 1res générations de jeux vidéo, ont fortement inspiré mes 1res ébauches artistiques. Ces références pop sont venues se mêler à la richesse des mythes et légendes transmis par mes parents.

Bienvenue à Afro-Polis, une ville avec des gardiens, le jardin du paradis, des figures divines, un homme et une femme qui bâtissent l’Afrique avec ces cubes. Je crée des mondes et je rentre dedans : regarde ma tenue page 44...

au-delà de l’art

L’art, et la création artistique en général, répondent à un besoin fondamental chez l’homme, celui de transcender le réel. Pendant des millénaires, les civilisations du monde entier et de l’Afrique en particulier ont utilisé l’art et le “beau” comme moyen de rentrer en contact avec l’au-delà. L’art était utilisé par les chamans, les prêtres et autres devins lors de cérémonies religieuses, afin de manifester et de signifier à nos sens restreints le caractère surnaturel du monde. Conscient de cette dimension,

Étudiant, j’ai proposé à Dior une ligne d’accessoires inspirée par la culture japonaise. Pour la présenter, j’ai inventé ce personnage de manga. Mon enfance imprègne toutes mes œuvres !

47


j’ai cherché à bâtir mon parcours artistique. De ma formation à mes différentes expériences professionnelles, j’ai eu à cœur de m’ouvrir à un maximum d’outils et de savoir-faire, afin d’enrichir mon vocabulaire et ainsi, d’être à même de retranscrire au plus près tout ce que j’avais à l’intérieur de moi. Je conçois aujourd’hui ma pratique artistique comme celle d’un griot des temps modernes. J’aime raconter, partager des histoires et susciter des émotions chez le spectateur, dans le but de créer une impulsion positive. Tout dépend du projet du moment, une commande ou un projet perso. Je fonctionne comme un “one man orchestra”, c’est-à-dire

 J’aime fusionner, raconter, concevoir des expériences où tous les sens sont sollicités. 

que j’ai développé avec le temps des compétences dans plusieurs disciplines, du dessin à la photo, en passant par le graphisme, la vidéo, le web design, l’architecture, etc. Cela me permet de concevoir des expériences totales, où tous les sens sont sollicités. J’aime fusionner des éléments divers tels que des images préexistantes avec du dessin à la main, du pixel art et de la photo, mais également concevoir des expériences gustatives et sonores, en collaborant avec des chefs cuisiniers et des musiciens. Ma formation d’architecte m’amène à structurer mes images et en organiser la lecture. J’essaie d’offrir quelque chose de simple, de ludique, avec des couleurs qui mettent de bonne humeur, mais avec plusieurs lectures.

merveilles africaines

Mes parents m’ont donné le virus du voyage. Mon père, diplomate, a été amené à vivre dans plusieurs pays d’Afrique. De ces voyages, il a développé une véritable passion pour la richesse culturelle et la diversité du continent, dont j’ai hérité. L’avantage avec mon métier est que je peux travailler depuis n’importe où. J’en profite pour voyager de manière extensive et aller à la rencontre de nouveaux lieux et d’autres cultures. L’occasion d’apprendre, de me nourrir et d’affiner mon regard, mais aussi, tout simplement, de profiter des nombreuses merveilles présentes à travers le continent. Du Kenya au Nigeria et à l’Éthiopie, l’Afrique regorge de magie, et c’est cela que j’essaie de retranscrire à travers mon travail. Mon père disait que le rôle de l’artiste est de construire des pistes de décollage afin de permettre aux gens de laisser leur imagination s’envoler. Voilà mon ambition ! 

Jefais poser les personnes, habillées en jean et débardeur, je prends une photo, je l’imprime, je dessine dessus, puis je finalise les couleurs sur ordinateur.

Suis son actu ici : www.facebook.com/PierreChristopheGam

48

Ce couple, Affogbolo or, s’inpire d’un tableau du 15e s. de notables hollandais. Ici, l’homme porte une tenue traditionnelle du Nigeria, elle mêle une jupe sud-africaine et un chapeau camerounais. C’est le pouvoir en version africaine. Texte et images : Pierre-Christophe Gam.

49

Profile for pierre-christophe gam

GEO ADO n: 173 (Juillet 2017)  

"Je veux retranscrire la magie de l'Afrique" - Pierre-Christophe Gam

GEO ADO n: 173 (Juillet 2017)  

"Je veux retranscrire la magie de l'Afrique" - Pierre-Christophe Gam

Advertisement