Issuu on Google+

poster escaliers:poster 24/01/13 10:53 Page1

Escalier de l’Equinoxe - 41 marches f

f f f

f

f

f

f f

=

f

f

f

=

f

p =

f

=

f

f

=

f f

= f

=

=

f

f

p

f

f

= f

f f

f

f

f

=

f

f

Escalier du Biscan Pas - 225 marches

f

f

=

f

=

=

f

=

f

f

f

f

=

f f

f

f

f

=

:

f

f

f

f

f

Escalier Lucien-Puyuélo (ex Basilic) - 7 marches

f

f

f

=

f

f

f

p départ - arrivée p point de vue - aire de repos

f

f

Escalier des Ivrognes - 119 marches

=

=

f

f

g sens de la balade g variante plus courte, plus facile

=

p

=

f

f

f

= f

Escalier du Mas Rousson - 382 marches

f

f

=

f

=

= =

Escalier François-Desnoyer - 7 marches


poster escaliers:poster 24/01/13 10:53 Page2

120 mn. Bas de l’escalier de la Montmorencette

85 mn (sans compter le temps de pause). Les Pierres-Blanches Après la pause, on parcourt la forêt dans le sens des aiguilles d’une montre pour rattraper le chemin de la Frigoule. On est sur le versant étang de la colline avec vue sur les tables des ostréiculteurs. On arrive rapidement au chemin de la Craque qu’on remonte en faisant attention à la circulation pour s’engager sur la gauche dans le chemin de la Huppe qui ramène au chemin des Pierres-Blanches qu’on ignore pour virer à gauche dans l’étroit chemin du Glacis en passant entre deux murs de pierres saillantes. La descente est assez vive jusqu’aux escaliers de la Craque (160 marches assez rudes) qu’on laisse à main gauche pour suivre le chemin quasi horizontal jusqu’à 35 grandes marches en pierre qui zigzaguent pour déboucher sur l’impasse de la Grenouille. Le chemin du Glacis se prolonge lui sur la droite pour arriver au chemin de la Montmorencette.

C’est le plus long escalier de Saint-Clair (près de 350 m de long pour 81 m de dénivelé et 458 marches) qui commence ici, d’abord en parallèle avec une chaussée, puis, au-dessus du chemin des Montées-aux-Cieux dont l’escalier a été bétonné, entre deux beaux murs de pierres. On progresse par volées de 4 à 6 marches de hauteur variable espacées d’espaliers franchis en quatre à cinq pas. Au croisement avec le chemin du Rouquier, on peut : - soit rejoindre à plat le chemin de Biscan-Pas où on n’ aura plus que quelques degrés à monter pour atteindre la croix de Saint-Clair; - soit finir la soixantaine de marches de l’escalier pour arriver au chemin des Pèlerins qu’on prend à gauche pour arriver à la croix sur l’esplanade Henri-Colpi. Là il faut profiter du paysage, monter à la table d’orientation qui surplombe l’ermitage, visiter la chapelle.

135 mn (sans compter le temps de pause). Panoramique Henri-Colpi

On redescend vers la ville par le chemin du Biscan-Pas (ce qui signifie “ne râle pas” en occitan) qui commence par un escalier de 244 longues marches. Elles permettent de perdre 61,5 m d’altitude pour se retrouver rue de Belfort puis rue LouisRamond le long du lycée Paul-Valéry. Là une nouvelle alternative : - pressé ou fatigué, on prend à droite la rue de Villefranche pour rejoindre la Grande-rue-Haute qu’on suit jusqu’au chemin de Saint-Clair qu’on remonte jusqu’au parking du musée; - sinon on ne prend la rue de Villefranche que pour mieux attaquer

A la découverte de Saint-Clair avec le Rotary Club Sète Doyen

Carnet de marches TEMPS DE MARCHE

entre 2h45 et 3h30 selon l’itinéraire nIVEAu

bon marcheur

de 41 marches en cinq volées ramène à la rue Roland-Dorgelès. La pente conduit à la rue René-Cassin qu’on descendra à gauche.

DISTAnCE

de 9 à 11 km selon l’itinéraire DénIVELé PoSITIF ET néGATIF

450 à 560 selon l’itinéraire noMBRE DES MARCHES

763 à monter - 593 à descendre noMBRE D’ESCALIERS 9 sur 11

le chemin du Mas-Rousson qui remonte l’autre versant du lycée. On arrive bientôt à une fourche : à droite le sinueux chemin des Ivrognes (d’où son nom) dont les escaliers ne conduisent plus qu’à un éboulis ; à gauche, un escalier en pierre doté de rampes qui prolongent le chemin. Il est raide à en avoir le vertige. Plusieurs graffitis attestent de la difficulté à venir à bout de ces 382 marches qui, en 183 m, remonte le promeneur de 70 m. On débouche sur le chemin de Saint-Clair qu’on descendra pendant 300 m (attention à la circulation) pour prendre à droite, au-dessus du fort Richelieu, le chemin du Midi qui ramène au chemin du Phare. De là on rejoint le parking en passant au-dessus du musée Paul-Valéry.

0 mn. Parking du musée Paul-Valéry, rue François-Desnoyer La rue François-Desnoyer part au-dessus du cimetière Marin pour longer le musée Paul-Valéry avec dans le dos le fort Richelieu. Avant de prendre les 7 marches qui ramènent sous le phare, on passe devant la maison du peintre Pierre Soulages, maître de l’outre noir, installé à Sète depuis 1959. On contourne le phare pour rejoindre le chemin du Phare qu’on emprunte à gauche pour gagner le chemin de la Mogeire.

10 mn. Chemin de la Mogeire Au croisement avec le chemin de la Valcaude et le chemin du Midi on a une belle vue plongeante sur la mer et la crique de l’Anau. En suivant le chemin de la Mogeire ici cimenté et humide qui laisse à main droite l’impasse des Chabanettes, on arrive rapidement à 6 longues marches goudronnées, puis le chemin, s’élargit et croise le chemin de la Chabanette (le mot signifie cabane).

20 mn. chemin de la Chabanette 150 ou 180 mn. Parking du Musée PaulValéry.

Poster “A la découverte de Saint-Clair - Carnet de Marches” édité par le Rotary Club Sète Doyen. Textes : A. Giraudo. Photos : Thierry Boulley, Alain & Marie-Christine Giraudo. Plan : Ville de Sète. Conception & réalisation : M.C. Giraudo. Impression : Flam Sète. Reproduction interdite.

Le chemin de la Chabanette attaque sèchement, droit dans la pente (faire attention aux véhicules qui montent ou descendent, ce n’est pas large). Les 400 m d’ascension sont adoucis par deux replats qui permettent de

reprendre son souffle et de profiter du panorama comme les occupants des somptueuses villas qui sont désormais nichées dans les combes de la Valcaude et d’Aubagnac. On parvient ainsi au chemin de la Huitième-Station.

50 mn. Rue René-Cassin On dépasse le chemin de la Coccinelle pour arriver à une fourche où il faut laisser la rue d’Auvergne à gauche pour prendre à droite la rue d’Artois jusqu’à la rue de la Cité Blanche qu’on remontera jusqu’à l’escalier du Site. Là, 33 marches en ciment permettent d’atteindre la montée des PierresBlanches. Au sommet des marches d’où la vue sur la mer est grandiose : soit on traverse la route et on enjambe la barrière de bois pour entrer directement dans la forêt domaniale et 35 mn. Chemin de la Huitième-Station monter vers le belvédère; On suit à gauche le chemin de la soit on suit la route (en faisant attention Huitième-Station qui aboutit à la croisée à la circulation) pour atteindre l’aire de l’impasse des Pommettes, du chemin de pique-nique. On peut sortir du sac Maurice-Sarthou (il commençait par le casse-croûte et prendre un moment des marches qui ont été cimentées pour de repos dans cet espace protégé permettre l’accès des véhicules) et de grâce à l’action d’un homme dont le l’ancien chemin du Basilic rebaptisé nom figure sur la plaque de l’allée qui récemment Lucien-Puyuelo (en mémoire conduit au belvédère : Pierre Barthas. d’un peintre local). Cette étroite venelle commence par 7 marches cimentées dangereusement inégales qui débouchent, entre des murets de pierres typiques, sur une perspective formidable. On descend jusqu’à une citerne au croisement avec le chemin de l’Equinoxe qu’il faut suivre à droite jusqu’à un bel escalier de pierre


Carnet de marches