Page 1

Numéro: 5

perte de vitesse

Le magazine suisse qui vous parle en photos

Octobre 2016

Le drift suisse en folie

Course de côte

Rencontre

Les Rangiers

Angel-Plates

Rallye Suisse

Swiss Car Event

Ticino

Course de côte

Oberhallau


2 MoteurPassion

#5 SOMMAIRE 004

Drift Suisse

036

Course de côte

054

Lignières

014

St-Ursanne les Rangiers

026

Course de côte Oberhallau

Swiss car Event Geneva Arena

Rencontre Angel-Plates


Identité visuelle Graphisme Production Photographie Communication Conseils

1104, avenue de l’Amiral Québec (Québec) G3K 1C3 T 418 948-0424 C 418 575-4550 info@komconcept.com www.komconcept.com

Komconcept_Pub.indd 1

16-10-19 16:06


4 MoteurPassion

Le drift à Lignières Photos : MoteurPassion Textes : Daniel Fuchs

Pour la première venue d’une compétition d’envergure européenne à Lignières, les pilotes helvétiques ont frappé fort. Le nom des stars? Arnaud Emery (en photo) et Raffaele Rusca


DRIFT 5


6 MoteurPassion

Qui a dit que les Suisses étaient

lents? En moins d’un an, la Swiss Drift Association – nouvellement créée au début 2016 – est parvenue à mettre sur pied la première manche internationale de drift sur le sol helvétique dans le cadre du King of Europe. Venus en masse sur le circuit de Lignières les 13 et 14 août 2016, les spécialistes européens de la discipline se sont frottés à des pilotes suisses de talent venus jouer les trouble-fête jusqu’au podium des deux catégories en lice, Pro et Pro2. Pour couronner le tout, les organisateurs ont bénéficié rien de moins que la présence du «Drift King» Keiichi Tsuchiya, venu spécialement du Japon pour juger la compétition! Pas mal pour un début…

Les Suisses en vrac Outre la présence de plusieurs écuries suisses qui gagnent à être connues, comme le DriftRacingTeam ou les Chickenhill Drifters, les challengers à surveiller étaient le Tessinois Raffaele Rusca, inscrit en catégorie Pro au volant d’une monstrueuse BMW M3 E36 équipée d’un moteur V8 Chevrolet, ainsi que le Valaisan Arnaud Emery, armé d’une Nissan Silvia S14 au sein du groupe Pro 2 ouvert aux amateurs. Bien qualifiés, les deux stars montantes n’ont pas déçu lors des duels organisés le dimanche. Face aux ténors européens que sont Andras Molnar, Adam Kerenyi, Norbert Kováčik et Remmo Niezen, Raffaele Rusca est

La superbe BMW de Rafffaele Rusca troisième dans sa catégorie.

parvenu jusqu’en demi-finale avant de s’incliner face à Remmo Niezen et sa BMW E30. Très incisif, le Néérlandais a réussi à coller le Tessinois comme son ombre pour remporter le maximum de votes des juges, avant d’accéder à la finale où il a triomphé face à Adam Kerenyi. Après cette belle troisième place de Raffaele Rusca, Arnaud Emery a fait vibrer les nombreux spectateurs massés autour de la piste de Lignières en grimpant jusqu’à la plus haute marche du podium chez les Pro 2. Dans un style propre et soigné, le Valaisan a fait chauffer la gomme avec succès contre un redoutable adversaire, le français Anthony Rocci, qui a terminé deuxième devant un autre Helvète, Silvano Moreira.


DRIFT 7

Le drift, mode d’emploi Au fait, comment juge-t-on les vainqueurs? Le drift n’étant pas une compétition de vitesse, ce sont le style des pilotes et leur capacité à entraîner leurs voitures dans de longues glisses contrôlées qui sont appréciées par un jury au bord de la piste. Prendre un maximum d’angle, maintenir sa vitesse et ne pas interrompre la glisse sont trois critères prépondérants, sans oublier

la fluidité de l’exécution et le passage d’une roue au minimum dans les nombreux repères tracés au sol tout au long du parcours. Lors des qualifications, les pilotes s’élancent seuls en piste et sont avant tout jugé sur les trajectoires, avant de combattre un adversaire lors de «battles» pour grimper jusqu’au podium final. Tour à tour, l’un des deux pilotes mène le bal pendant que le «suiveur» tente de

coller ses portières au plus près. Là aussi, ce sont les juges qui évaluent la meilleure prestation à l’issue des deux rounds. A Lignières, les pilotes ont été jugés par Keiichi Tsuchiya en personne, qui a également dirigé les briefings de la manifestation. Véritable succès, l’édition 2016 du King of Europe à Lignières restera comme une date essentielle pour le drift suisse… qui ne demande qu’à revenir l’année prochaine! D.F


8 MoteurPassion

Arnaud Emery, graine de champion

Chaleureusement félicité par Keiichi Tsuchyia sur la plus haute marche du podium, Arnaud Emery a démontré un beau coup de volant sur le circuit de Lignières. Sincère, le Valaisan avoue qu’il n’en a pas toujours été ainsi: «J’ai voulu passer Pro immédiatement,

mais je me suis vite rendu compte que le niveau était beaucoup trop élevé pour moi! J’ai donc décidé de tout recommencer zéro. Je suis parti au Japon pour apprendre le drift au volant d’une Nissan prêtée sur place. Cette expérience m’a beaucoup aidé.»

Revenu de son stage auprès des maîtres du drift, Arnaud Emery est resté fidèle à une marque nippone. «Je roule avec une Nissan car mon père a toujours roulé Nissan, ajoute-t-il. Je baigne dedans depuis tout petit…»


DRIFT 9


10 MoteurPassion


DRIFT 11

Le Genevois Nicolas Maunoir et sa toute nouvelle S15 V8!


12 MoteurPassion


DRIFT 13


14 MoteurPassion

St-Ursanne Les Rangiers Photos : MoteurPassion Textes : Daniel Fuchs

Simone Faggioli remporte la 73e course de cĂ´te des Rangier, mais surtout inscrit un nouveau temps record!


Côte 15


16 MoteurPassion

Duel entre deux eaux Auteur d’un nouveau record, Simone Faggioli a remporté les Rangiers haut la main face à Christian Merli, victime de la pluie. Joël Volluz a également fait les frais de la piste jurassienne aux Grippons… La pluie a beau s’être fait plus discrète que l’an dernier, elle a tout de même tenu à participer à la 73e édition de la course de côte St-Ursanne-Les Rangiers. Venue arroser le parcours ultrarapide du bord du Doubs le samedi aprèsmidi lors des essais, elle en a remis une couche dimanche au milieu de la première montée de course… peu après Simone Faggioli, qui a profité d’une piste sèche pour pulvériser son propre record! Avec un chrono de 1’42’’118, le champion italien s’est battu lui-même de plus d’une seconde alors que la piste a été rallongée de 11 mètres cette année. A l’occasion du 90e anniversaire de la manifestation, les organisateurs ont en effet décidé d’avancer la ligne de départ pour faciliter le départ des véhicules d’intervention en cas d’accident. le nombre de manches chronométrées le dimanche est également passé de trois à deux, d’une part afin d’anticiper le futur règlement du championnat d’Europe 2017, d’autre part pour garantir le respect des horaires en fin de journée.

Le maître de retour Dans de telles circonstances, les pilotes n’avaient pas droit à l’erreur pour assurer un chrono efficace au cumul des deux montées de course. Inscrit en E2-SH – et non en E2-SC comme Simone Faggioli –, Christian Merli était pressenti comme l’outsider de choc au volant de son Osella FA30 d’usine. Le rival du pilote Norma a cependant dû déchanter lorsque la pluie a arrosé la piste peu avant sa première tentative, tout comme Joël Volluz. Parti dans une classe spéciale, le Luxembourgeois David Hauser (Dallara GP2) n’a pas pu non plus assurer un chrono suffisamment rapide pour inquiéter le multiple champion d’Europe. Sur un sol redevenu sec, la deuxième manche n’allait pas bouleverser la donne. Simone Faggioli rééditait quasiment son exploit (1’42’’459) tandis que Joël Volluz, parti le couteau entre les dents, détruisait son Osella FA30 aux Grippons. Sorti de la route à haute vitesse, le Valaisan est heureusement sorti indemne de l’accident. Prudent en de telles circonstances, Christian Merli ne tentait pas le diable et montait en 1’45’’136, de quoi s’assurer la victoire de classe devant Simon Hugentobler et sa F3000.

Meute de 2 litres Du côté des monoplaces 2 litres, le spectacle n’en a pas moins été passionnant au sein des 27 pilotes classés. Venu d’Angleterre et spécialiste des courses de côte, Darren Warwick a réalisé une démonstration de haute volée sur sa Dallara F399 en collant plus de 7’’ au Français Damien Berney. Ce dernier a dû batailler ferme pour contenir les assauts de Christophe Weber, le local de l’étape, en grande forme sur sa Dallara F302. Plus rapide en seconde manche mais handicapé par une première montée moins réussie, Joël Grand aurait bien aimé lui damer le pion; il a néanmoins terminé à une belle quatrième place de classe pour sa première participation au volant de sa Tatuus Master. Sur des machines identiques, Jean-Marc Salomon (9e) a précédé Alain Chariatte (10e), tandis que la flopée de Romands faisait honneur à «leur» course de côte internationale: après avoir vendu son Opel Kadett, Frédéric Fleury a inauguré sa formule Renault en terminant 17e derrière Augustin Sanjuan (Dallara F307), tout en précédant Yann Hêche (19e) sur une autre formule Renault. A noter en outre la très bonne prestation de Fabien Bouduban en E2SC 2 litres sur sa Norma M20 Honda, 10’’ plus rapide que le Français Manuel Mangold.

Meisel, Bratschi… et Neff Face aux meilleurs Européens, la Suisse n’a pas eu à rougir au sein du groupe E1. En tête d’affiche, Reto Meisel (Mercedes SLK 340) et Ronnie Bratschi (Mitsubishi Lancer Evolution) se sont livré un duel d’anthologie, le premier s’imposant pour seulement 239 millièmes au cumul des deux montées! Derrière, le Tchèque Dan Michl (Lotus Evora) s’est incliné avec près d’une seconde de retard. Comme souvent depuis le début de la saison, Frédéric Neff a été le plus rapide des Romands au sein des voitures fermées en dominant le groupe InterSwiss sur sa Porsche 911 GT3 Cup. Derrière Werner Rohr et sa Toyota Corolla au scratch (IS 1600 cm3), Thomas Andrey a précédé Patrick Vallat chez les IS 2000 cm3, auteur d’un meilleur chrono lors de sa montée sur sol sec. Terminons par le succès attendu du Français Nicolas Werver en GT, le multiple champion d’Europe ayant préféré venir aux Rangiers plutôt qu’à la course du championnat de France organisée le même week-end à Chamrousse. Daniel Fuchs


Côte 17

Joël Volluz lors de la première manche course.

Fabien Boududan sur sa Norma M20FC.


18 MoteurPassion

Le local de l’épreuve Christophe Weber se classe 8ième au scratch et meilleur romand.


Côte 20


21 MoteurPassion

Joël Grand plus rapide en seconde manche mais handicapé par une première montée moins réussie.

Meilleur Romand en voiture fermée pour la Porsche de Frédéric Neff.


Côte 22

Dans la catégorie IS 2000cm3, malgré un meilleur temps sur le sec de Patrick Vallat no 140, c’est Thomas Andrey sur la Peugeot 405 Johnny qui réalise la victoire.


23 MoteurPassion

Les Rangiers en imag


ges

CĂ´te 24


25 MoteurPassion


Côte 26


27 MoteurPassion

Oberhallau Photos : MoteurPassion Textes : Daniel Fuchs

Chaussé de pneus Michelin prévus pour le circuit, Eric Berguerand a eu fort à faire pour terrasser un Marcel Steiner en grande forme à Oberhallau.


Côte 28


29 MoteurPassion

Deux briscards au départ Le spectacle jusqu’au bout: grâce au duel de titans entre Eric Berguerand et Marcel Steiner, les spectateurs de la course de côte d’Oberhallau ont à nouveau eu droit à une édition palpitante malgré l’abandon de Joël Volluz, forfait pour la fin de la saison suite à son accident aux Rangiers. La présence des pilotes allemands de la Bergcup a assuré un plateau d’engagés conséquents, surtout chez les voitures fermées. Seul Ronnie Bratschi manquait à l’appel, victime d’ennuis mécaniques après St-Ursanne et désireux d’assurer une révision en bonne et due forme de sa Mitsubishi.

Duel de titans Parti au volant de son habituelle Lola FA99, Eric Berguerand avait choisi de donner un coup de pouce

à Michelin eu lieu et place de ses gommes Avon. «La technologie des pneus confiés par Michelin est proche de ceux de formule 1, confiait le pilote valaisan, mais ils sont trop durs pour la course de côte. Mon rôle était simplement de les essayer et de fournir un retour pour le manufacturier, car ils ont peut-être un intérêt à développer un pneu spécifique à l’avenir.» En face de lui, Marcel Steiner n’avait qu’un objectif, décrocher une première victoire au volant de sa nouvelle LobArt à moteur Mugen. Il pouvait se permettre d’y croire, puisqu’un long et patient travail de développement a été parcouru depuis la première annonce officielle de sa présence au Gurnigel l’an dernier – où il avait d’ailleurs dû s’aligner en Martini BMW plutôt qu’avec son nouveau bolide.


Côte 30

A coup de dixièmes Désormais, la LobArt est prête à en découdre pour les places d’honneur. Sur le tracé technique et étroit d’Oberhallau, Marcel Steiner a entamé les hostilités dès la première montée en signant le meilleur chrono (1’11’’81), s’imposant de facto comme le leader du groupe E2-SC. Chez les E2-SH, Eric Berguerand n’était pas loin (1’11’’89) et répliquait avec un excellent 1’11’’57

– chrono le plus rapide du weekend –, tandis que Steiner réalisait successivement 1’12’’32 et 1’12’’14. Après avoir bouclé la troisième montée en 1’12’’20, l’affaire était pliée pour le champion en titre, mais de peu (49 centièmes au scratch). «J’aurais probablement pu rouler plus vite avec les pneus Avon, analysait Eric Berguerand. Une chose est sûre, j’ai dû me battre jusqu’au bout pour battre Marcel. Les chronos ne le montrent pas, mais j’ai attaqué beaucoup plus que l’an dernier.»

Derrière Simon Hugentobler, troisième au classement général sur sa F3000, les pilotes de la classe 2 litres ont assuré un spectacle de feu chez les E2-SH. Intouchable, la Tatuus Master de Christian Balmer a donné la réplique à la Formule 3 de Thomas Amweg devant une autre Tatuus Master, celle de Joël Grand, en deçà de ses performances de l’an dernier suite à l’essai de réglages différents. D.F


31 MoteurPassion


Côte 32

Frédéric Neff assure Au sein d’un plateau de voitures fermées conséquent, et principalement composé de pilotes germanophones, quelques valeureux Romands avaient fait le déplacement à Oberhallau. Avec succès d’ailleurs, puisque Frédéric Neff, fidèle à lui-même, a dominé les débats au sein du groupe InterSwiss sur sa Porsche 911 GT3 Cup en 2’37’’34.


33 MoteurPassion

Chez les 2 litres, Patrick Vallat a hissé sa VW Golf à la troisième place derrière les Opel Kadett de Jürg Ochsner et Thomas Frei.


Côte 34


35 MoteurPassion

Denis Thievent a terminĂŠ premier du groupe A sur sa CitroĂŤn Saxo.


Côte 36


37 MoteurPassion

Swiss Car Event 2016 10 ans de passion motorisĂŠ Photos : MoteurPassion Textes : communiquĂŠ de presse


Event 38

ée

En 10 ans, le plus grand meeting indoor de voitures modifiées n’a rien perdu de son attractivité : quelque 12’000 personnes ont fait le déplacement dans les halles de Palexpo ce week-end


39 MoteurPassion Plus de 60 clubs et exposants professionnels ont honoré de leur présence cette 10e édition. 1’200 voitures customisées ont brillé de tous feux pour remporter l’une des 60 coupes « TOPS » récompensant les plus belles réalisations. Une clé du succès de la manifestation reste le programme d’animation : entre shows FMX et stunts à deux et quatre roues, baptêmes de drift, courses de modèles réduits et compétitions de skate, le public ne savait plus où donner de la tête.


Event 40 Des voitures customisées de toutes marques et de tous âges ont été réunies dans les halles de Palexpo ce weekend. Près de 780 propriétaires sont venus au volant de leur bijou pour l’exposer dans la zone meeting, alors que le village Kustom, le village des exposants professionnels et l’espace clubs comptaient un total de 420 projets. Les modifications présentées ont été d’excellente qualité et le choix tellement large que le jury a eu du mal à attribuer les 60 coupes « TOPS ». Côté animations, les organisateurs ont rajouté de nouvelles attractions : cinq dragsters se sont affrontés dans une course aux départs arrêtés, les skateurs et riders de trottinette de La Fièvre ont présenté des sauts périlleux dans un Big Air et un nouveau show de quad a su émerveiller le public. Les connaisseurs sont venus pour vivre des sensations fortes : 360 d’entre eux ont participé aux baptêmes de drift qui ont alterné avec des shows de dérapages disputés par 18 pilotes professionnels sur la piste à l’extérieur des halles. A l’intérieur, les plus courageux ont retenu leur respiration à bord d’une voiture roulant

sur deux roues. Les figures des cinq pilotes de FMX et des trois stunters, dont deux au guidon de leur Harley Davidson, ont également attiré les foules. En parallèle, ont eu lieu la deuxième manche du championnat RC Grip Zero Challenge et le « Streacte League 3 » durant lequel 60 des meilleurs skateurs se sont affrontés. Les 12’000 visiteurs composés de jeunes et moins jeunes venus en couple, en famille ou entre amis, ont confirmé une fois de plus l’engouement pour la manifestation et son programme d’animations. Fred Singy, membre du comité d’organisation depuis ses débuts, a le sourire: « Chaque année, c’est le même émerveillement et la même fierté de réunir dans les halles de Palexpo, le temps d’un week- end, le monde de la transformation de voitures, des pilotes de tous bords et des communautés des cultures urbaines. Ce d’autant plus que ces mêmes halles accueillent chaque année, à l’arrivée des beaux jours, le plus prestigieux salon de l’automobile du monde. » D.R


41 MoteurPassion


Event 42


43 MoteurPassion


Event 44


45 MoteurPassion


Event 46


47 MoteurPassion

Sous

les


Event 48

capots


49 MoteurPassion

Clin d’oeil!


Event 50


51 MoteurPassion

Old Tuning!


Event 52


53 MoteurPassion


Event 54


55 MoteurPassion

RENCONTRE Je me rends à Genève pour faire un reportage sur le swiss car évent, c’est du tuning et je m attends à découvrir des monstres tout rabaissés et des moteurs avec des puissances phénoménales Je suis donc préparé à rentrer dans un milieu de presque de brutes, bruyant et À mon entrée dans la halle 6 mon regard est attiré par une roulotte qui semblait sortir d un autre monde, une roulotte de fête foraine, c’est alors que je découvre que l’on y crée des plaques minéralogiques où les gens peuvent écrire plus ou moins ce qu’ils veulent dessus, et que dans le tuning automobile cela se fait couramment .


Reportage 56


57 MoteurPassion

les clients sont devant la roulotte comme pour commander la barbe à papa , mais c’est la taille et la couleur de la plaque qu’ils peuvent choisir.


Reportage 58


59 MoteurPassion

On écrit le texte sur une feuille et le préparateur de la première machine mets en place les lettres en caractères com pression à air le marquage se fait avec un résultat du nom en relief. Il existe les plaques au format suisse ou étrangè


Reportage 60

mme à la vielle époque de l’imprimerie dans une presse , on place la plaque choisie le centrage est effectué et d’une ères, on peut faire aussi des panneaux flèche et parc, et bien sur les différents logo des marques de voitures.


61 MoteurPassion

Ensuite la plaque passe dans une autre machine qui elle peut colorer par collage à chaud d’un film uniquement les lettres écrites sans modifier la couleur du support. Des possibilités de couleurs différentes pour des logos de marque par exemple sont tout à fait possible.


Reportage 62

Angel-Plates est dans le jura, mais on peut passer commande sur leur site internet : www.angel-plates.com et ils dĂŠplacent leurs diffĂŠrentes roulottes dans les manifestations en Suisse.


www.titaniumplanet.com Fabrication et vente de pièces en Titane

Moteurpassionmag5  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you