Issuu on Google+

Le mag libéral qui tient dans la poche

Le mag libéral qui tient dans la poche

Le dossier :: dossier: Le dossier

cinéma politique

Le Le cinéma

et la


Jeu concours Dans ce numéro très cinéma, Piccolo t’offre... 2 pass’ pour le prochain Festival international du Film policier de Liège ! Pour les gagner, il te suffit de répondre sans plus tarder aux 2 questions suivantes : >> En quelle année fut créé le Festival international du Film policier de Liège ?

>> Combien de réponses exactes recevrons-nous à la clôture du concours (1er novembre) ?

Trouvé ? Envoie dès maintenant tes réponses et tes coordonnées avant le

1er novembre 2009 à concours@piccolomr.be (une seule réponse valide par participant)

Bravo à Patrick Trinteler de Charleroi qui a remporté un Vivabox Relaxed valable pour 2 personnes en répondant correctement à la question de notre dernier concours… Oui, Jean-Pierre Raffarin, l’ancien Premier ministre français, avait osé déclarer à la télévision : « Je vous recommande la positive attitude » !

Nos événements à venir NOVEMBRE 2009

DECOUVRE LA RTBF AVEC LES JEUNES MR ! Samedi 21 novembre 2009 - à 13h00 – RTBF, Entrée Diamant via la rue Colonel Bourg à 1044 Bruxelles Découvre avec les Jeunes MR les coulisses de la RTBF et leurs secrets. Car au-delà des voix et des visages, des micros, des projecteurs et des caméras, il y a tout un monde qui crée, structure, commente et rend compte ce que tu vois devant ton écran, tiens ! Tu pourras ainsi découvrir les studios d’enregistrement, la réalisation d’une émission, les métiers de la radio et de la télévision ou encore le traitement de l’information. Et tout ça en compagnie d’un professionnel de la maison !

: servations ré t e s n o ti Informa smr.be info@jeune 3 6 02/500 50 2

| Piccolo Mr | n°10 | septembre - octobre | 2009 |


Edito Après des vacances bien méritées, nous voilà en route pour une année politique (déjà !) bien chargée. Dès les prochains jours, les Jeunes MR entameront une nouvelle campagne de prévention, contre l’alcool au volant chez les jeunes. Histoire de commencer fort, nous serons présents sur le terrain avec des éthylotests pour t’éviter de prendre le volant bourré. D’abord lors des 24h vélos de Louvain-la-Neuve. Ensuite, 2 jours plus tard, au Bolas Bug à Liège pour une soirée de rentrée qui, on s’en doute, sera mémorable. Pour les prochaines distributions, ce sera à toi de jouer… Toutes les infos en cover arrière.

Le cinéma et la politique Le dossier :

Par ailleurs, les prochains mois seront aussi l’occasion de réfléchir sur l’avenir de notre mouvement. Les Jeunes MR participeront à la réflexion avec toute la fougue et l’impertinence de leur jeunesse. Bientôt, l’équipe nationale sera donc on the road again dans toutes nos sections afin de développer une « position jeune » concertée et novatrice. Enfin en page centrale de ton mag’ préféré, tu trouveras différents candidats Jeunes MR pour les élections du Conseil de la Jeunesse, l’organe officiel des jeunes francophones en Belgique. Nous t’invitons à aller consulter leurs projets sur le site www.cjef.be Et surtout, n’oublie pas de voter...

Pages 10 à 13

Jeu concours Page 2

Bonne lecture Gautier CALOMNE, Président des Jeunes MR

Cédric JACQUET, Rédac’ Chef

En bref... et en images

Pages 4 & 5

questions Page 6

a

Elections du Conseil de la Jeunesse :

LES JEUNES ONT UNE VOIX ! Page 8

Jacques-Henri Bronckart

Move PICCOLO MR/N°10/septembre-octobre 2009 Editeur Responsable : Gautier Calomne Rédacteur en Chef : Cédric Jacquet Secrétaire de rédaction : Jean-Christophe Pannaye

Conception graphique et réalisation : Globule Bleu Comité de rédaction : Adrien Barthelemy, Jérémy Piette, Isabelle Mabille

Pages 14 & 15

Numéro d’identification ISNN : 1784-7192 Jeunes MR ASBL, Avenue de la Toison d’Or, 84-86 à B-1060 Bruxelles

| www.piccolomr.be |

3


En bref... le top du mois BABY, COME BACK ! Après le retour gagnant de Kim Clijsters, notre Juju nationale s’est (enfin !) décidée, elle-aussi, à faire son come-back, 497 jours après avoir annoncé sa retraite… définitive. Il faudra néanmoins attendre la tournée australienne pour retrouver l’ex-numéro 1 mondiale sur les courts, avant Wimbledon, la seule épreuve du Grand Chelem qui manque à son palmarès. D’ici là, les Jeunes MR lui souhaitent le même succès que Kim à l’US Open… Bons matchs, les filles !

Le site du mois Sur www.pubstv.com, tu pourras découvrir gratuitement des pubs, des pubs et encore des pubs… Oui mais les meilleures du genre, toutes langues et pays confondus. Classées par thématiques, tu pourras découvrir les pubs les plus hilarantes, les plus émouvantes et les plus originales du moment. Pour publivores et curieux de tous poils évidemment!

Donne dès à présent ton avis sur le blog piccolomr.be et retrouve sans faute les résultats dans le prochain numéro de ton Piccolo MR !

" Pour toi, à quoi se résume le cinéma ?" - C’est indispensable : je ne pourrais vraiment pas m’en passer… Tout y passe ! - Une p’tite sortie sympa le week-end avec les potes. - C’est uniquement un endroit (romantique) pour emballer ta copine/ton copain ! - Le cinéma ? La dernière fois, c’était pour y voir Titanic ! - Ca reste obligatoire les jours de pluie…



| Piccolo Mr | n°10 | septembre - octobre | 2009 |

Rappelle-toi, c’était avant les élections de juin dernier… Et on te demandait la coalition rêvée pour les futurs gouvernements régionaux… Si aujourd’hui l’Olivier est bel et bien planté, vous étiez près de 700 à avoir donné votre avis…. Et vu les résultats du sondage, la réalité a dû faire mal à beaucoup d’entre vous puisque les deux coalitions les plus plébiscitées sur notre blog sont la turquoise (MR-Ecolo) avec 56% et la Jamaïcaine (MR-cdHEcolo) avec 18%. Mais bon, un sondage reste évidemment un sondage… Ca rappelle quelque chose ça, non ?!


...et en images Last

du mois ^ UNE RENTREE OLIVaTRE aTRE Première rentrée politique pour le tout pimpant (enfin, façon de parler quoi…) Olivier et premiers couacs déjà ! Tout a commencé – rappelle-toi – avec une petite guéguerre entre les ministres Nollet et Marcourt pour savoir qui aura le plus beau cabinet. Durant les vacances, chacun y est allé de son idée afin de réaliser des économies pour les 5 ans à venir, sans oublier les déclarations chocs dans la presse et l’ultimatum (viril) de Joëlle Milquet… Et oui, déjà ! Et, last but not least, premières grèves dans l’enseignement. Ah ! Ca c’est sûr… On ne va pas rigoler tous les jours ces cinq prochaines années…

'EST

ceci N

e:

ui tu VIN... PAS DU

oto q la ph

minute PENSE-BÊTE ECO-MALIN ! Après s’être penchés sur la problématique du suicide chez les jeunes et les assuétudes en Communauté française, les Jeunes MR t’annoncent qu’ils vont bientôt éditer une nouvelle brochure centrée sur l’écologie… Et oui, c’est très tendance pour le moment et les Jeunes MR se devaient de te procurer un mémo 100% pratique sur les gestes les plus simples pour préserver notre belle petite planète bleue ! Et surtout, ces quelques pages sont spécialement destinées à toi – étudiant, koteur ou jeune actif - puisqu’elles te livreront tous les secrets pour faire des économies !

La phrase a mediter... "J’écoute Nollet sur la Première. C’est un faux-cul et un menteur ! Ça promet pour la suite. " - Pierre-Yves Jeholet sur Facebook, le 17 septembre dernier

En surfant sur notre blog www.piccolomr.be, tu peux donner ton avis sur des dizaines de sujets, participer à nos sondages et retrouver toutes nos dernières infos.

| www.piccolomr.be |

5


Pour ce dixième numéro, ton PiccoloMR est allé à la rencontre de Charles Michel, le plus jeune Ministre libéral francophone de ces dernières années, voire de tous les temps ( ?) Il faut dire qu’à 33 ans, le Bourgmestre de Wavre a gravi les échelons politiques à pas de géant. Rencontre avec l’homme qui fut Ministre wallon des Affaires intérieures et de la Fonction publique à 24 ans… é dedans tout petit, un peu ique chez les Michel, on y est tomb 1. Alors dis-nous Charles… La polit comme Obélix ? Obélix s’arrête là… Enfin, j’espère ! En effet ! Mais la comparaison avec n-ciel. Ca t’a fait quoi d’apprendre wallon dans le gouvernement arc-e 2. A 24 ans, tu es nommé Ministre ? es étud t (enfin) leurs la nouvelle quand d’autres terminen surtout un incroyable défi dans grande responsabilité mais c’était C’est certain qu’il s’agissait d’une très s de réforme étaient grandes ssement de la Wallonie. Mes envie des matières essentielles pour le redre que. malgré l’inertie du PS, déjà à l’épo que face aux dinosaures de la urs facile de se faire entendre à l’épo toujo été pas n’a ça 3. J’imagine que ? politique. On t’attendait au tournant plus grosse difficulté. L’enjeu, mais je crois que ce n’était pas là la Il devait y avoir de cela sans doute figée et pesante de la gestion très n visio une nt avaie qui s politiques c’était de faire face à des adversaire ion publique. publique et notamment de la fonct décalage avec tes collègues n politique. Sens-tu réellement un ratio géné elle 4. Tu fais partie de la nouv de la génération précédente ? que le clivage gauche/ plan des clivages. J’ai l’intime conviction Si décalage il y a, il est situé sur le erne/conservateur. mod ction distin une se situe plutôt dans droite n’est plus pertinent et que l’on partis comme res d’aut res responsables politiques dans Je partage ce point de vue avec d’aut q. Clerc De ias t ou Math Melchior Wathelet, Jean-Marc Nolle avez sans doute les autres partis démocratiques, vous des issus res enai trent es jeun 5. De ces e aujourd’hui ? proch plus le -tu sens doutes. De qui te mêmes aspirations et les mêmes e âge, nous mêm le s avon ues points communs : nous Sans doute Melchior. Nous avons quelq nt un peu en politique,… aisse conn s’y pères nos al, fédér ent siégeons dans le même gouvernem ues années ? Ou si tu vite. Comment te vois-tu dans quelq très lons éche les gravi as tu ans, 6. A 33 ? ir miro ton nt deva n tu te rases le mati couper ! Plus préfères... A quoi penses-tu lorsque que c’est dangereux… Je pourrais me J’évite de penser à autre chose parce la Coopération au développement de ent rtem dépa le dans ux heure sérieusement, je suis très au sein du gouvernement fédéral. et j’espère pouvoir encore être utile le Printemps Quels changements aimerais-tu que finir. 7. Un peu de politique pour des réformes apporte ? tenpour ten mer la fiscalité, il reste beaucoup à faire Si le MR a déjà fait beaucoup pour réfor ortements durables. Cela comp les ise valor et il trava le libère dre vers le juste impôt qui lité des chances. ser en matière de solidarité et d’éga étant, nous avons beaucoup à propo française. Et sur té unau Comm en sés nt être repen L’enseignement, l’accès à l’emploi doive s, nous devrons proposer tout ution instit nos de ment ionne fonct le plan de l’éthique et du de faire… ce que l’Olivier aura bien vite oublié

6

| Piccolo Mr | n°10 | septembre - octobre | 2009 |


replikultissimes eplikultissimes Evidemment, ton PiccoloMR ne pouvait pas ne pas te proposer un florilège des meilleures répliques de films de ces 50 dernières années dans ce dossier très cinémascope... OK, tu en connais peut-être un tas et tu t’amuses à en distiller de temps à autre aux bons souvenirs de tes amis mais seras-tu capable de nous faire un sans faute dans ce quizz 100% répliques cultes ? Allez, c’est parti !

« On va leur mettre le feu. A côté, Johnny Hallyday au Stade de France, c’est un Playmobil dans un évier ! » Indice : Magnolia… Fowever !

« T’es comme le c cédille de surf… T’existes pas ! » Indice : Pour les fans de… cassage

« J’aimerais poursuivre cette conversation mais j’ai un vieil ami pour le dîner. »

« Mais qu’est-ce que je vais devenir ? Je suis ministre, je ne sais rien faire ! » Indice : Il est l’or…

« Thérèse n’est pas moche. Elle n’a pas un physique facile ! C’est différent ! » Indice : Un réveillon pas comme les autres…

« Comment ça « merde alors » !? But you are French ? »

Indice : Bêêêêêê….

« Je vais lui faire une offre qu’il ne refusera pas »

Indice : Tea for two…

« Le lundi, c’est raviolis ! »

Indice : Ma Gigi, qu’est-c’que tu fais là ?!

« — T’es déjà monté sur un crevettier ? — Non. Mais je suis déjà monté sur un tas d’autres arbres. » Indice : Un fameux challenger d’Usain Bolt…

« Quand quelqu’un est obligé de venir vivre dans le Nord, il pleure deux fois : quand il arrive et quand il repart. » Indice : Ils ont dans le cœur le soleil qu’ils n’ont pas dehors…

« T’es qu’une petite gêne, un caillou dans une chaussure, un poil de cul coincé entre les dents ! » Indice : Un complexe d’Œdipe qui a mal tourné…

Indice : Ah ! La famille Groseille….

« Tu es un ersatz de méchant, tu es un semiméchant, tu es la sucrette du mal, vois-tu ? Tu es le Coca Light du vice. » Indice : Madonna a bizarrement succombé à son charme…

« Et celle-là, à part nichon, elle fait quoi dans la vie ? » Indice : Wouf wouf…

« Gamin ! Gamin ! Allez viens… C’était pour rire » Indice : Trop facile, celle-là !

« — Et Mme Giuseppe, toujours…. ? — Morte. — Ah, formidable ! Et les enfants ? — Ils sont morts aussi. — Ah ben, comme ça vous êtes tranquille ! Indice : N’oubliez pas la crème solaire !

Envie de t’amuser avec d’autres répliques de film ? Surfe sans tarder sur www.replikultes.net ! REPONSES 1. Podium (Y. Moix, 2004) – 2. Brice de Nice (J. Huth, 2005) – 3. Le silence des agneaux (T. Demme, 1991) – 4. Le Parrain (F. Ford Coppola, 1972) – 5. Forrest Gump (R. Zemeckis, 1994) – 6. Bienvenue chez les Ch’tis (D. Boon, 2008) – 7. Tanguy (E. Chatiliez, 2001) – 8. La folie des grandeurs (G. Oury, 1971) – 9. Le Père Noël est une ordure (JM. Poiré, 1982) – 10. La grande vadrouille (G. Oury, 1966) – 11. La vie est un long fleuve tranquille (E. Chatiliez, 1988) – 12. Austin Powers 2 : L’espion qui m’a tirée (J. Roach, 2002) – 13.Didier (A. Chabat, 1998) – 14. C’est arrivé près de chez vous (R. Belvaux, 1992) – 15. Les bronzés 3 : Amis pour la vie (P. Leconte, 2006)

| www.piccolomr.be |




Elections du Conseil de la Jeunesse : C’est une première en Belgique francophone… Durant tout le mois d’octobre, tous les jeunes francophones de 16 à 30 ans sont appelés à voter pour élire directement leurs représentants au nouveau Conseil de la Jeunesse de la Communauté française ! Kèsako ?

Liste OJ/CJ (6 voix)

Pour consulter le profil des candidats et élire tes 10 représentants, il suffit de cliquer sur www.conseildelajeunesse.be et suivre les instructions à la lettre. Et votez malin, bien sûr !

Céline AIT,

27 ans, Tubize

Le Conseil de la Jeunesse, c’est l’organe officiel de représentation des jeunes francophones. Il défend l’intérêt des jeunes et tente d’influencer les décisions politiques qui les concernent. Pour ce faire, le Conseil récolte la parole des jeunes et la relaye ensuite à la Communauté française et même à travers le monde.

Steve HENDRICK, 28 ans, Jette

Hervé JACQUEMIN, 24 ans, Mons

Liste Etud/AJ (3 voix)

Fabian THEYS, 28 ans, Verviers



Junior VANDYCK, 21 ans, Bruxelles

Arnaud VAN PRAET, 29 ans, Bruxelles

| Piccolo Mr | n°10 | septembre - octobre | 2009 |

Maxime BOURLET, 23 ans, Liège


LES JEUNES ONT UNE VOIX ! Et voici nos candidats coup de cœur… ...pour tes 10 voix !

G-L BOUCHEZ,

François BURNIAUX,

Frédéric FLAMENT,

Kévin HAUZEUR,

Françoise PARENT,

Nicolas PECHER,

Tony SCHAERS,

Laura SWYSEN,

23 ans, Mons

21 ans, Wanze

24 ans, Bruxelles

23 ans, Louvain-la-Neuve

29 ans, Bruxelles

20 ans, Rochefort

23 ans, Liège

20 ans, Bruxelles

Liste Indiv (1 voix)

Michaël DUMBI,

22 ans, Bruxelles

Justine PHILLIPART,

22 ans, Liège

Jefferson ARNAUTS, 20 ans, Andrimont

Josselin STERN, 23 ans, Bruxelles

, Bulletin d adhesion aux jeunes mr

#

□ Je désire recevoir des informations sur les Jeunes MR □ Je désire m’inscrire aux Jeunes MR

Nom : ............................................................. Prénom : ......................................................... Date de naissance : .................................................................................................................. Adresse : ................................................................................................................................... .................................................................................................................................................... E-mail : ............................................................GSM : ............................................................... Talon à renvoyer à : Jeunes MR, Avenue de la Toison d’Or 84-86, 1060 Bruxelles


Le dossier Amour, Gloire

A

et Beauté

défaut de voir un jour le remake du film Le Bon, La Brute et le Truand avec, dans les rôles principaux, Didier Reynders, Joëlle Milquet et Elio Di Rupo – quoique la campagne électorale de juin dernier y ressemblait un peu… -, ton PiccoloMR s’est intéressé de plus près aux liens que peuvent entretenir politique et cinéma… Deux mondes pas si éloignés, finalement. Clap, 1ère!

« LES GENS VOIENT LES HOMMES POLITIQUES COMME DES ACTEURS » A l’heure où les anti-Sarko se plaisent à dénoncer la politique cinéma du très bling bling et remuant Président français, il faut bien avouer que les hommes et les femmes politiques qui ont tenté une carrière au cinéma – tout court – se comptent - à la limite - sur les doigts d’une main. Et à la question de savoir pourquoi les hommes politiques ne font pas de cinéma, les réponses fusent tous azimuts sur le net : « T’as pas compris : ils jouent déjà la comédie toute l’année ! », « Ils sont incapables de se mettre dans la peau d’un autre… La preuve ? S’ils essayaient de se mettre dans la nôtre, ils diraient moins de mensonges », « Ca gagne moins à mon avis… » ou encore « Le politicien a le droit à une retraite, pas l’acteur ! » No comment… Et si Bernard Tapie semble faire exception à la règle – l’ancien Ministre de la Ville sous François Mitterand est aujourd’hui le Commissaire Valence -, Bill Clinton, l’ancien Président américain, n’est pas en reste puisqu’il a lui aussi goûté aux joies du 7ème Art en jouant son propre rôle dans Shine a light (2008) de Martin Scorsese.

d’un seul coup de baguette magique ! Et à une époque où les hommes politiques sont plus facilement discrédités et les gens plus cyniques à leur égard, il n’est plus rare aujourd’hui que le show-biz s’invite dans les cénacles politiques. De l’autre côté de l’Atlantique, les stars hollywoodiennes sont ainsi nombreuses à apporter leur soutien à un candidat lors d’une élection présidentielle, comme Léonardo Di Caprio, Georges Clooney ou Angelina Jolie. Quitte même à devenir un sport national… en Chine où les actrices remportent un franc succès auprès des politiques. Comme l’actrice Jiang Qing – l’épouse de Mao, s’il vous plaît ! – qui joua d’ailleurs un rôle politique majeur durant la Révolution culturelle en usant de sa position pour persécuter ses ennemis politiques et brutaliser les intellectuels chinois… Ah, le communisme… Comme quoi, le mélange des genres n’est pas si récent que ça. Citons ainsi pêle-mêle la liaison torride entre John Kennedy et Marilyn Monroe, le conte de fée entre Rainier III de Monaco et Grace Kelly ou encore l’improbable rencontre entre le Président argentin Juan Peron et Eva Duarte – la fameuse Evita (Madonna) Peron. Trois actrices pour trois hommes d’Etats… Hommes d’Etats qui peuvent tout aussi bien succomber aux

Oui, les hommes et les femmes politiques n’ont, semble-t-il, aucun talent de comédie… Et ils le savent ! Mais ce qu’ils savent surtout, c’est que les célébrités du monde du spectacle et du show-biz peuvent, comme par magie, améliorer leur image

10 | Piccolo Mr | n°10 | septembre

- octobre | 2009 |


Leetcinéma la politique charmes d’une chanteuse pour Sarkozy, d’une icône de la télévision pour Felipe d’Espagne, voire d’une Miss Univers pour l’ancien Président argentin Carlos Menem. Et c’est ainsi que le mélange des genres devint tout naturellement confusion des genres. D’ailleurs, l’ethnologue français Yves Pourcher n’y va pas par quatre chemins : « On voit désormais l’arène politique comme un spectacle et les hommes politiques comme des acteurs. Et les hommes et les femmes politiques jouent le jeu. Ils sont devenus de magnifiques acteurs. Ils transforment leur physique, s’exposent avec leurs enfants, s’exhibent. De la part du public, il y a un aspect voyeur et cruel dans cette recherche de la vérité. On surveille leurs amours, on traque leur fragilité. On guette leur chute. Et, à la fin, c’est malheur aux vaincus. Mais, finalement, cela répond peut-être plus profondément à une angoisse légitime chez les gens qui pourrait se résumer par cette question : qui sont ceux qui nous gouvernent ? » CQFD !

QUAND LE SHOW-BIZ S’EMBOÎTE DANS LA POLITIQUE… Et quand le monde des strass et des paillettes s’invite dans le monde feutré des politiques, ça peut aussi des fois lui donner le goût de la chose publique… Comme dans le sud de l’Inde où Bollywood a fourni pas moins de cinq chefs de gouvernement à l’Etat du Tamil Nadu ! Adulées, vénérées, souvent même considérées comme des Dieux, les stars locales font l’objet d’un véritable culte… Jusqu’à leur construire des temples en leur honneur. Il faut dire que ces acteurs et actrices n’ont pas manqué de transformer leurs réseaux de fan-clubs en véritables machines politiques. Plus proches de nous encore, les Américains, eux, n’ont pas eu peur d’élire un (piètre) acteur à la fonction tant convoitée de Président des Etats-Unis, le bien nommé Ronald Reagan. Et tout comme son prédécesseur, Arnold Schwarzeneger, Gouvernator de la Californie depuis 2003, aurait pu lui aussi briguer la Maison Blanche – sans peine ? - s’il n’avait pas été Autrichien de naissance… Et oui, ces Américains nous surprendront toujours ! D’autant plus qu’ils ne sont pas les seuls au pays de l’Oncle Sam à avoir viré leur cuti. Fred Thompson - qui joue le rôle de procureur dans la série New York police judiciaire - fut sénateur avant de se présenter aux primaires républicaines en 2007, Kal Penn – le Docteur Lawrence Kutner dans Dr House – a délaissé la vie hollywoodienne pour rejoindre le staff de Barak

Obama, Clint Eastwood fut maire de la petite ville de Carmel (Californie), déjà célèbre pour avoir eu plusieurs maires acteurs… Quant au très sexy Brad Pitt, il semblerait vouloir briguer la mairie de la Nouvelle-Orléans selon plusieurs magazines people. Pourquoi pas, évidemment... Oui, mais lorsqu’une star mondiale du porno décide, elle aussi, de faire de la politique, le jeu en vaut vraiment la chandelle. Célèbre pour ses films très olé olé, la Cicciolina créa la sensation en 1987 en se faisant élire au parlement italien sous son nom d’actrice… Et tout en continuant à tourner dans des films pour adultes. Depuis, la Cicciolina y a pris goût, a arrêté sa carrière cinématographique et fait toujours parler d’elle par ses déclarations surréalistes. Peu avant la première Guerre du Golfe, elle contribua ainsi aux débats pour la paix à l’ONU en affirmant qu’elle était prête à faire l’amour avec Saddam Hussein afin de rétablir la paix au MoyenOrient. Et récemment, elle n’a pas hésité une seconde à exhiber son sein gauche pour illustrer ses convictions politiques lors d’un débat télévisé sur une chaîne italienne… Oui, le cinéma mène à tout !

| www.piccolomr.be | 11


Le dossier PROPAGANDE, CENSURE, FESTIVALS, … : LE POLITIQUE EST PARTOUT ! Dès sa naissance, le cinéma a toujours chatouillé, agacé, voire excité le monde politique. Et propagandes et censures ont ainsi jalonné – bon an mal an – l’histoire du cinéma… C’est bien connu ! Et si aujourd’hui, nos démocraties se sont débarrassées de ces mauvaises habitudes, le 7ème Art s’amuse quelques fois à déstabiliser ce beau monde avec des films politiques qui dérangent et dérapent parfois. Très en vogue aux USA, les films politiques – qui remettent en cause les institutions – font ainsi partie intégrante de la culture américaine. En Europe – il est vrai -, la chose est beaucoup moins aisée… Quoi qu’il en soit, le cinéma ne s’en sort pas trop mal chez nous… Même si les moyens limités de la Communauté française ne permettaient pas – jusqu’il y a quelques années encore - la mise en place d’une politique réellement ambitieuse. Le constat était simpliste mais ô combien connu : beaucoup de talents pour (trop) peu d’argent… C’était sans compter sur le concept lancé par Didier Reynders avec son désormais célèbre Tax Shelter pour stimuler le secteur. Sans entrer dans les détails, l’idée est d’inciter fiscalement les investissements dans la production d’œuvres audiovisuelles et cinématographiques. Et ça marche ! Depuis sa création en 2003, c’est plus de 250 millions d’euros qui ont été investis et plus de 500 films financés. Sans oublier les nombreuses récompenses et retombées en termes d’emploi. Comme quoi, les idées libérales dans le secteur culturel, y’a que du bon ;-) Et puis, la Communauté française a aussi ses festivals… Et là on s’en tire plutôt pas mal. Notre cama’ Elio a son Festival international du Film d’amour (www.fifa-mons.be) à Mons depuis 1983, Didier Reynders son Festival international du Film policier (www.festivaliege.be) à Liège depuis maintenant trois ans, Namur son Festival international du Film francophone (www.fiff.be) depuis 1986 et Bruxelles son célèbre BIFFF, le Festival international du Film fantastique (www. bifff.net) depuis 1983... De quoi contenter tout le monde !

12 | Piccolo Mr | n°10 | septembre

Les hommes politiques sont-ils des acteurs comme les autres ?

Heu ? Bonne question… Et pour tenter d’y répondre, ton PiccoloMR a titillé dernièrement quelques mandataires MR sur leurs goûts cinématographiques, leurs acteurs et comédiennes fétiches et leur fan attitude. Tour d’horizon de la question… 1. Le dernier film que tu es allé(e) voir au cinéma ? P. P. : L’étrange destin de Benjamin Button. F.R. : L’âge de glace 3… Il ne faut pas oublier que je suis mère de famille ! V.T. : Gran Torino. W.B. : Slumdog millionaire. 2. Tu choisirais plus facilement la dernière grosse production hollywoodienne, le discret film d’auteur bulgare ou le film politique ? P.P. : Ca dépend de ma disponibilité d’esprit, mais surement pas le film bulgare (lequel ?) F.R. : Quand j’étais étudiante, j’adorais les films d’auteur, les drames psychologiques ; j’avais le temps. Aujourd’hui, je recherche de belles histoires, des tranches de vie. V.T. : Ca dépend comment je me sens mais a priori le film politique. Et si je sors d’une campagne électorale ou si je suis fatiguée, la grosse production hollywoodienne me plaît. W.B. : Avec tout le respect que j’ai pour Hollywood et la Bulgarie, je choisirais le film politique à condition qu’il ne soit pas trop barbant… 3. Le film coup de cœur que tu recommanderais sans hésiter à nos lecteurs ? P.P. : La vita è bella, du rire aux larmes. F.R. : Le Patient anglais d’Anthony Minghella avec Ralph Fiennes et Kristin Scott Thomas. V.T. : Récent ? Good night and good luck. Plus ancien ? The Party. Plus sérieux ? La Liste de Schindler. W.B. : Sois un Mensch, mon fils ! de Suskind : un film dur mais très interpellant.

- octobre | 2009 |


Leetcinéma la politique Philippe PIVIN

Florence REUTER

. As-tu une réplique culte tirée d’un film ? P.P. : « T’as de beaux yeux tu sais », dit par Jean Gabin à Michèle Morgan. F.R. : « Carpe Diem » dans Le Cercle des poètes disparus. V.T. : « Salomon, vous êtes juif ?! » dans Rabbi Jacob. W.B. : J’ai en tête, dans Un long dimanche de fiançailles, Audrey Tautou qui, chaque fois, compte quelques chiffres pour y voir un signe du destin, si tel ou tel événement ne s’est pas produit entre-temps. 5. As-tu eu une période fan attitude à un moment donné de ta vie ? P.P. : Clint Eastwood, encore et toujours. F.R. : Non, pas fan de… Mais j’adore les films de Tim Burton et j’ai un faible pour son acteur fétiche Johnny Depp. V.T. : A une époque, j’allais voir tous les Woody Allen. Plus jeune, j’étais très fan de Robert Redford ! W.B. : Enfant, je me régalais des westerns et donc, des acteurs de westerns. C’était déjà peut-être un signe de mon côté « homme de la terre ». 6. Un acteur(trice) que tu ne peux pas voir en peinture ? P.P. : Franck Dubosc. F.R. : Jim Carrey. V.T. : Mel Gibson. W.B. : Je ne suis pas quelqu’un qui déteste en général… . As-tu déjà rencontré un acteur(trice) célèbre qui t’a laissé un souvenir mémorable ? P.P. : Jean-Paul Belmondo, dans Kean, au théâtre. Géant ! F.R. : J’ai eu l’occasion d’en rencontrer beaucoup quand j’étais journaliste. Ceux que j’ai préférés : Nicolas Cage, Michelle Pfeiffer, Russel Crowe. V.T. : Robert Redford W.B. : Je me souviens d’une soirée d’anniversaire chez des amis où Poelvoorde était invité lui aussi. A un moment de la soirée, il traduisait en direct la chanson interprétée en albanais par une de nos hôtes mais bien évidemment, Benoît ne connaît pas un mot d’albanais.

Viviane TEITELBAUM

Willy BORSUS

. Avec quel acteur(trice) jouerais-tu sans hésiter une scène de baiser ? P.P. : Jodie Foster ou Demi Moore. La première refuserait sans doute. La deuxième aussi, je pense… F.R. : Joker. V.T. : Sans hésiter Georges Clooney ! W.B. : Elsa Zylberstein mais il faudra aussi lui demander son avis ! 9. Si tu étais devenu(e) acteur(trice), quel est le rôle que tu aurais aimé interpréter ? P.P. : King Kong! F.R. : Erin Brokovitch. V.T. : Une résistante pendant la guerre ? Ou Catherine ZetaJones dans Zorro. W.B. : Je commencerais par un rôle de figurant ! 10. Il paraît que les femmes et les hommes politiques sont des acteurs comme les autres… P.P. : Rideau… F.R. : Ah non ! Pour moi, l’important c’est de rester soimême. V.T. : Acteur, je ne sais pas mais il y a certainement des clowns à qui tu peux poser la question… Je crois qu’il se trouve du côté d’Ans… W.B. : Il est vrai que pour certains dès qu’il y a des médias, il faut faire du cinéma ou se composer un rôle. C’est encore heureux quand c’est avec talent ou humour ! Heureusement, tout ceci n’est pas généralité.

| www.piccolomr.be | 13


M o v e Pour ce numéro très cinéma, nous sommes allés à la rencontre de Jacques-Henri Bronckart, co-fondateur de Versus Production, une jeune société de production liégeoise qui commence sérieusement à compter dans le paysage audiovisuel belge. Fondée il y a à peine 10 ans, Versus Production produit aujourd’hui les jeunes auteurs dont elle a réalisé les courts-métrages à ses débuts comme Bouli Lanners (Eldorado, Ultranova Ultranova), Micha Wald (Voleurs de chevaux) ou Olivier Masset-Depasse ((Cages) ou encore le superbe Indigènes de Rachid Bouchareb. Rencontre avec un producteur pas comme les autres…

En 1999, tu fondes ta propre maison de production avec ton frère, Olivier Bronckart. Quel fut ton parcours jusqu’à ce que te vienne l’idée de créer Versus Production ?

Au fait, une maison de production dans l’audiovisuel, ça sert à quoi concrètement… ?

Dès que j’ai eu ma licence en cinéma, une petite boîte de production de films documentaires m’a contacté, car elle cherchait un initiateur de projets. Et l’expérience est venue au fil des projets. Durant 4 ans, j’ai pu ainsi rencontrer des cinéastes de ma génération comme Micha Wald et Bouli Lanners et découvrir le monde de la fiction. Et à l’époque, j’avais une certaine ambition par rapport à ce que je voulais faire et c’est à ce moment-là qu’on a tenté de définir avec mon frère les grandes lignes de notre boîte, car on voulait y aller à deux et être indépendants.

Le producteur, c’est celui qui rend possible un projet de film jusqu’à sa sortie au cinéma. Soit on lance un réalisateur ou un scénariste sur un projet, soit on accompagne un réalisateur dans le développement de son projet. Très souvent chez nous – puisqu’on insiste vraiment sur des relations durables avec des cinéastes –, on réfléchit ensemble sur le prochain projet et on donne au réalisateur les moyens d’y parvenir en engageant les scénaristes nécessaires, les conseillers à l’écriture et en lui permettant de partir en repérage par exemple. Il faut lui permettre d’aller le plus loin possible dans la qualité du scénario, car on est systématiquement dans une situation de concurrence avec les autres scénarios et films dans ce marché.

Quels étaient tes envies, tes défis et tes objectifs en créant ta propre maison de production ? L’envie, c’était l’indépendance et l’envie de révéler une nouvelle génération de cinéastes. Le défi, c’était d’y arriver. Et l’objectif, c’était vraiment de produire des films de qualité et d’essayer de faire autre chose par rapport à ce qui existait déjà – d’où Versus… Je pense sincèrement qu’on y est arrivé même si on a encore beaucoup de boulot, beaucoup d’ambition. On a envie d’aller aussi vers des œuvres qui peuvent marquer davantage le public. On n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer en tout cas !

On sait que la culture en Communauté française n’est pas forcément la priorité… C’était difficile à tes débuts ? Evidemment, on rame un peu au début parce qu’on a commencé par ce qu’on savait faire : les courts-métrages et les documentaires. Et ça demande du temps pour dénicher les cinéastes, les faire connaître et puis

1 | P i c c o l o M r | n°10 | septembre - octobre | 2009 |


M o v gravir les échelons vers la réalisation de longs-métrages. En plus, la Communauté française fonctionne par projet si bien que pour chaque nouveau projet de film, on repart à zéro. Or, il ne faut pas oublier qu’il y a énormément de concurrence ! Depuis lors, il y a eu la création de Wallimage – qui est une aide régionale – et la mise en place du Tax Shelter; le système est très compliqué mais il a amené beaucoup d’argent dans le cinéma… Pour connaître le succès, il faut se démarquer, on le sait. Quelle est aujourd’hui la marque de fabrique de Versus Production ? Notre spécificité, elle vient des cinéastes qu’on produit : tout part du désir de travailler avec eux. Après, on revendique aussi une certaine forme d’éclectisme : on peut ainsi passer d’un film comme Eldorado – qui est une espèce d’ovni cinéma triste et comique à la fois – à un film comme Voleurs de chevaux – qui est un film d’aventure au 18e siècle avec des Cosaques – en passant par Cages – qui est une espère d’histoire d’amour baroque. La plupart des films que tu as produits ont connu pas mal de succès aux quatre coins du monde. Peux-tu nous parler de tes futurs projets ? Nous avons pour l’instant deux projets en postproduction. Tourné entre Montréal et NewYork, Black Box est un thriller financier d’une grande actualité puisque le film est une immersion dans le monde des traders et de la folie qui peut les habiter. Quant à L’Autre Monde de Gilles Marchand, c’est un thriller qui se déroule dans une communauté de jeunes adultes très influencés par des jeux vidéo comme Second Life et qui tente de montrer la manière dont ces jeux peuvent avoir une influence néfaste sur ces jeunes. Et là, on prépare le tournage du deuxième film d’Olivier Olivier Masset-Depasse – Illégal – qui est une immersion dans un centre fermé pour illégaux où on suit le combat d’une femme pour retrouver son fils. Plus qu’un drame social, c’est un film d’action psychologique. Tout homme qui entreprend a toujours un rêve à réaliser. Quel serait le tien ? Ce serait plutôt une question de longévité et de continuer à évoluer de film en film. Et je préfère un film qui va toucher très largement le public plutôt que recevoir une Palme d’or ou un César. Le vrai défi – et c’est ce qu’on a fait avec Eldorado –, c’est d’aller vers le public tout en sachant que c’est difficile…

Aujourd’hui, le cinéma belge connaît une certaine euphorie : les Français s’arrachent les acteurs belges, les frères Dardenne sont des stars à Cannes,… Quel est ton regard aujourd’hui sur le cinéma belge, et francophone en particulier ? Le cinéma belge, c’est un cinéma d’artisan, un cinéma que je trouve aujourd’hui complètement décomplexé et qui est multi-facettes. Y’a de tout chez nous : on n’est pas uniquement dans le film social. Jaco Van Dormael est un bon exemple d’un cinéma extrêmement ambitieux, ludique et différent de ce qu’on peut voir. Les frères Dardenne ont ouvert une voie assez radicale dans le cinéma, très juste et très maîtrisée. Après, il y a toute une nouvelle génération de cinéastes qui arrivent et qui tracent leurs sillons. Quand je vois la qualité des films produits chez nous – on réalise chaque année 20 longs-métrages en Belgique – comparée aux 200 films produits en France, je pense qu’il y a beaucoup moins de déchets et de purs produits commerciaux, ici. En Belgique, on continue à fabriquer des films avec un souci du détail. Et c’est ça qui peut nous démarquer aujourd’hui, je crois. Concrètement, le Tax Shelter est-il aussi à l’origine du succès du cinéma belge à l’étranger ? Si on a mis en place le Tax Shelter, c’est qu’il n’y avait pas de possibilité de trouver d’autres moyens pour refinancer le secteur. On s’est rendu compte de l’impact que le cinéma pouvait avoir, parce que le secteur dépense beaucoup d’argent et emploie beaucoup de monde – un tournage, c’est plus de 80 personnes à temps plein entre 2 et 6 mois qui fait appel à de nombreux prestataires sans oublier toutes les retombées sur le secteur de l’HORECA et notre image de marque à l’étranger via le rayonnement d’un film par exemple. Tout ça, le politique l’a bien compris. En définitive, le Tax Shelter est une mesure salutaire puisque la loi a pallié à un réel manque de financement, elle a permis d’être moins tributaire de la France et a favorisé le financement et la production des films. A l’heure actuelle, la Communauté française en fait-elle assez pour selon toi ? Ce qui est essentiel, c’est la promotion et la diffusion de notre cinéma, chez nous comme à l’étranger. Et la diffusion, ce sont les salles de cinéma et là, il y a un important travail à réaliser : il faut les rénover pour être à la pointe de la technologie. Il faut aussi renouveler le public, le rajeunir et faire en sorte que les jeunes ne pensent pas que le cinéma se résume aux complexes Kinepolis. Il y a dès lors un vrai travail à faire entre l’enseignement et le cinéma. Aujourd’hui, on est plutôt dans la bonne direction mais cela reste toujours une question de moyens… Retrouve l’intégrale de l’interview sur www.piccolomr.be

| www.piccolomr.be | 15 i o l o


www.globulebleu.com – Piccolo MR n°10 – septembre/octobre 2009 - E.R. : Gautier Calomne, Avenue de la Toison d’Or, 84/86 à 1060 Bruxelles

TU T’ES VU QUAND T’AS BU ? Parce que sur nos routes, l’alcool est la première cause de mortalité chez les jeunes belges, les Jeunes MR lancent une nouvelle campagne de sensibilisation à destination des jeunes conducteurs :

* Et pour lancer la campagne, les Jeunes MR t’attendent à : Louvain-la-Neuve les 20 et 21 octobre (24H Vélos de Louvain) Liège le 23 octobre : soirée de rentrée des jeunes MR 1 verre offert si tu te pointes avant 22h ! (café Le Bolas Bug, Place du Marché, 33 à Liège)

Infos : info@jeunesmr.be

“Souffler, c’est gagner!”

* besoin d’un d’ethylotest avant de prendre la route?

Bimestriel P801052 Ne paraît pas en juillet - août Bureau de dépôt Bruxelles X Septembre / octobre 2009

Belgique – België P.P. P.B. 1099 Bruxelles X BC30655


Piccolo 10