Page 1

REGARDONS LES CHOSES EN FACE!

PIVIN 3 à la Chambre ème

www.pivin.be

0476.66.91.20

FISCALITE

INDEPENDANTS-CLASSES MOYENNES

La pression fiscale belge est une des plus élevées en Europe. La réduction des dépenses publiques s’impose et l’impôt sur le travail doit être réduit pour mieux respecter l’effort, augmenter le salaire poche et casser les pièges à l’emploi. Notre nouvelle réforme fiscale est aussi nécessaire pour les entreprises. Elle abaissera le taux de l’impôt des sociétés de 33 à 23% (20% pour les PME).

La classe moyenne quitte Bruxelles. Le développement d’un pays passe pourtant par son esprit d’entreprendre et sa classe moyenne innovante. Si une revalorisation des indépendants et des PME est indéniable depuis 5 ans (cotisations sur le chiffre d’affaires de l’année en cours, allocations familiales, pension, assurance faillite,…), il faut poursuivre encore ! En simplifiant le f démarrage d’une activité, en r allégeant les normes adminisa tratives, en renforçant les t noyaux commerciaux et la n rénovation urbaine. Tout en r revalorisant encore la pension r de d l’indépendant.

SECURITE Bruxelles n’est pas plus sûre qu’il y a dix ans. Les critères retenus pour fixer l’effectif policier n’ont plus changé depuis 15 ans. Il faut doter les services policiers des moyens permettant de répondre à une délinquance et une criminalité qui évolue et se développe. De l’incivilité aux faits les plus graves, il faut que la sanction soit effective pour casser l’impunité ! Il est temps de se donner onner les m moyens o de protéger e ett p punir.

SOLIDARITE INTERGENERATIONNELLE Seuls 2,5% des plus de 55 ans retrouvent un travail. Il faut continuer à réduire les cotisations des travailleurs à partir de 54 ans et adapter structurellement la fonction des travailleurs âgés. Il faut supprimer intégralement les droits de succession sur le logement familial et réduire les tarifs de transmission. Garantir les pensions futures en réalimentant le fonds de vieillissement n’est pas négociable.

ER : Ph Ph. PPivin, ivvin, in AAv.v ddee l’I l’Indépendance ndépendance dancee belge 72, 1081 Koekelberg Koekel - Imprimé électoral – élections fédérales du 25 mai 2014


INTEGRATION-IMMIGRATION MIGRATION

EMPLOI-ENTREPRISES

Bruxelles s’enfonce petit etit à petit danss le com communautarisme communautarisme.. Notre conception de la société claire. L’intégration iété e est claire aire. L’intég gration n’est pas syno ssyno-nyme d’accommodements. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire d’obliger les primo-arrivants à suivre un parcours civique d’intégration. Par ailleurs, l’immigration doit être mieux régulée. La réforme des conditions, déjà plus strictes, du regroupement familial et de l’octroi de la nationapoursuivie. lité doit oit être poursuivie p e.

Le taux de chômage à Bruxelles xelles est de 21% dont 30% % chez les jeunes de moins de 25 ans. Ill n’y n ap pas une multitude e de choix possibles : Il faut libérer er l’ent l’entrepreneuriat, treprene euriat réduire le les es charg charges ges sociales, les supprimer totalement sur les 3 premiers emplois et assurer la compétitivité de nos entreprises. Ces mesures permettront les investissements privés et une nouvelle croissance. Il faut aussi réformer le droit du travail pour le moderniser et donner une réelle priorité à la formation et aux liens entre l’école et l’entreprise.

MOBILITE COMMUNAUTE METROPOLITAINE Bruxelles c’est à peine 1,1 million d’habitants. Notre région ne pourra progresser qu’en ayant de l’ambition. Si nous voulons prendre notre place en Europe, au-delà d’en être juste sa capitale, nous devons penser et agir en fondant nos décisions sur une communauté de personnes adaptée à l’envergure du rayonnement naturel bruxellois et de l’économie internationale. C’est l’objectif de la communauté métropolitaine bruxelloise décidée dans la 6ème réforme de l’Etat. Elle rassemble 111 communes représentant plus de 2,6 millions de personnes ! A nous de faire vivre cette plateforme de concertation vitale pour l’économie et la mobilité de Bruxelles et de sa périphérie.

La mobilité bruxelloise est calamiteuse. Elle est pourtant un enjeu de qualité de vie et un défi économique. Bruxelles se retrouve depuis plusieurs années dans le top 3 des villes européennes les plus embouteillées. Les transports publics laissent à désirer et la politique menée aura asphyxié les réseaux routiers bruxellois et périphériques. Il faut cesser de brider l’automobile tant que l’alternative du RER et du réseau STIB n’est pas suffisante. Cela nécessite une vision globale de l’aménagement du territoire et

PROTECTION DES FRANCOPHONES Le gouvernement de la Communauté française a délaissé Bruxelles. Les gouvernements bruxellois et wallon ont fait le choix du repli sur soi. Dans le cadre de la 6ème réforme de l’Etat, nous avons réussi à consolider et même à faire progresser les droits des francophones de la périphérie (défense en justice dans sa langue, facilités protégées, nomination des Bourgmestres, droits électoraux,…). Les Libéraux Réformateurs ont pris leurs responsabilités pour sortir le pays de la crise institutionnelle. Le MR est à l’origine de ces avancées pour les francophones et est le garant de la protection des minorités.

un investissement massif dans les transports et voies de communication stratégiques périurbains et bruxellois. Cela passe par des partenariats public-privé et une planification concrète du « Grand Bruxelles ».

A la CHAMBRE le 25 mai 2014 LISTE 1

Défendre des Valeurs

Bruxelles, plus sûre, plus prospère et plus libre!

1

er

Didier REYNDERS

Philippe PIVIN Député-Bourgmestre de Koekelberg

REGARDONS LES CHOSES EN FACE !  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you