__MAIN_TEXT__

Page 1

MENSUEL N° 75

Décembre 2013 / Janvier 2014

Peut-on

vivre plusieurs vies en une ? Christiane Taubira s’explique Punir, oui, mais pour quoi faire ? Dialogue avec Frédéric Gros

Dostoïevski

et la culpabilité dans   Les Frères Karamazov

n° 75

supplément offert

Traduction / André Markowicz Préface / Frédéric Gros

Dostoïevski et la culpabilité

Par Michel Eltchaninoff

1. Note xxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxx 1. Note xxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxx

1 /Dostoïevski et la culpabilité dans Les Frères Karamazov

PHIS0075P001-016 Cahier centralOKSR.indd 1

06/11/13 18:40

M 09521 - 75 - F: 5,50 E - RD

Jean Starobinski « Il existe une mélancolie généreuse »

3’:HIKTPC=VUZZU^:?a@a@h@p@k";

Gastronomie Quand la cuisine devient un art

© Ne peut être vendu séparément. Illustration : Emmanuel Polanco pour PM ; droit d’inspiration-photo : FineArtImages/Leemage.

Mensuel / France : 5,50 € Bel./Lux./Port. cont. : 6,50 € Suisse : 11 CHF Andorre : 6,20 € Allemagne : 6,90 € Canada : 11,50 $CA DOM : 8 € COM :1 000 XPF Maroc : 60 DH

Nous cherchons à occuper le plus intensément possible le temps dont nous disposons. Faut-il se méfier de la dispersion ou se jeter dans l’aventure ?


Le premier hors-série consacré à Sempé actuellement en kiosques

hors-série

hors-série

M 06296 - 20H - F: 9,90 E - RD

France : 9,90 € / Andorre : 9,90 € / Belgique-Luxembourg-Portugal : 9,90 € / Allemagne : 11,20 € / Suisse : 14,90 FS/ Canada : 13,25 $CAN / COM : 1 400 XPF / DOM : 9,90 € / Maroc : 110 DH / Tunisie : 16,9 DH

HS_Philo_Sempe_Couv_BAG.indd 1

M 06296 - 20H - F: 9,90 E - RD

3’:HIKQMJ=[U^^UX:?k@a@m@a@f"; 31/10/13 15:26

France : 9,90 € / Andorre : 9,90 € / Belgique-Luxembourg-Portugal : 9,90 € / Allemagne : 11,20 € / Suisse : 14,90 FS/ Canada : 13,25 $CAN / COM : 1 400 XPF / DOM : 9,90 € / Maroc : 110 DH / Tunisie : 16,9 DH

3’:HIKQMJ=[U^^UX:?k@a@m@a@f";

HS_Philo_Sempe_Couv_BAG.indd 2

31/10/13 15:26

Choisissez votre couverture préférée Les dessins les plus philosophiques de Sempé accompagnés de textes ou de citations empruntés à Marx, Nietzsche, Pascal, Proust, Rousseau, Sartre... Les commentaires de Pascal Bruckner, étienne Klein, élisabeth de Fontenay, Michel Serres, Serge Tisseron, Boris Cyrulnik… Et un entretien exclusif avec Jean-Jacques Sempé.

www.philomag.com


Édito

Souplesse et profondeur © Serge Picard pour PM ; illustration : Charles Berberian pour PM

Par Alexandre Lacroix

Directeur   de la rédaction

V

oici une expérience dont nous sommes tous coutumiers : nous avons commencé un long roman, puis l’avons laissé en plan durant deux ou trois mois pour lui préférer d’autres lectures, avant de le reprendre aux alentours de la page cent cinquante ; ou bien, nous n’avons pas vu un vieil ami pendant deux ans, et nous le retrouvons pour dîner avec lui ; ou encore, nous avons beaucoup pratiqué un sport il y a de cela des années – mettons que ce soit le ping-pong ou la varappe –, l’avons complètement laissé tomber au point d’imaginer en avoir oublié jusqu’aux rudiments, et voilà que nous nous y essayons de nouveau. Dans chacune de ces situations, nous devons retrouver un langage, des sensations, des gestes, une atmosphère, nous réapproprier un monde disparu. Dans le cas du roman, il est probable que nous chercherons nos repères pendant une dizaine ou une vingtaine de pages, avant de repêcher le fil de l’intrigue ; avec l’ami perdu de vue, ce sont les fils des conversations anciennes qui ne vont pas tarder à se renouer, jusqu’à ce qu’il semble qu’on se soit quittés seulement hier ; et pour ce qui est du sport, nous découvrons que

certaines aptitudes, la connaissance de certains mouvements techniques étaient restées inscrites dans notre mémoire non pas cognitive, mais corporelle, pour ainsi dire à notre insu. Cependant, la soudure ne se fait pas immédiatement, un certain laps de temps est à chaque fois nécessaire – ce que je propose d’appeler le délai d’immersion. En un sens, il y a là presque un trait de caractère : certaines personnes ont des délais d’immersion extrêmement brefs, si bien qu’ils paraissent en mesure de passer sans hésitation d’une période de leur vie à l’autre, comme on peut traverser d’un pas rapide les pièces d’un appartement à la recherche de ses clés. D’autres n’ont pas cette facilité et n’arrivent pas à se brancher sur un segment quelconque de leur passé ; ils ont besoin d’y aller doucement, de prendre la température du bout de l’orteil, et, jusqu’à la fin, ils ignorent eux-mêmes s’ils mettront la tête sous l’eau. Les premiers sont élastiques, doués de facultés d’adaptation presque surnaturelles ; les seconds sont bien trop raides pour jouer les contorsionnistes et se tiennent tout d’un bloc dans le présent. Ceux qui s’adaptent vite, qui s’immergent facilement, donnent l’impression de pouvoir vivre plusieurs vies à la fois – ivresse de la démultiplication interdite aux seconds. Maintenant, examinons un préjugé : avons-nous raison de supposer que les caractères élastiques, malléables et adaptatifs sont plus joyeux, mais aussi plus superficiels, que les caractères stables et immobiles ? C’est ce qu’on peut croire, si l’on estime que l’on devient profond à force de rester toujours au même endroit, de ruminer les mêmes pensées, d’éprouver les mêmes états. Toutefois, ce préjugé est contestable. Car il est aussi possible que ce soit l’exploration de tous les mondes accessibles qui donne accès à la véritable profondeur : en d’autres termes, qu’il y ait davantage à apprendre en marchant qu’en creusant sous ses pieds. 

Décembre 2013/Janvier 2014 philosophie magazine n° 75 / 3


Sommaire

Réformer la France

p. 28 Est-ce surhumain ?

La Cabane en Sibérie p. 60 Remède à la vie de bureau

Tâches domestiques p. 20 Tenté de faire appel

à un robot ?

Egos’ City Philosophie magazine N° 76 paraîtra le 23 janvier

P. 8 Questions à Charles Pépin P. 9 Questions des enfants à Tomi Ungerer P. 10 Courrier

Ce numéro offre un supplément de 16 pages, comprenant des extraits des Frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski en cahier central (agrafé entre les pages 50 et 51). Ne peut être vendu séparément. Une carte postale de recrutement d’abonnement est collée sur la page 27 sur l’ensemble du tirage.

6 / philosophie magazine n° 75 Décembre 2013/Janvier 2014

L’Esprit du temps

Horizons

P. 12 Télescopage P. 14 Matière à penser P. 16 Résonances Le statut juridique des animaux / Le sionisme en question par Judith Butler / La demande d’asile après la tragédie de Lampedusa / Polanski, Sacher-Masoch et Hegel P.  20 Au fil d’une idée Les robots P. 22 Souvenirs du présent Albert Camus et le choc des civilisations en 1946 par Raphaël Enthoven

P. 28 Dialogue

Christiane Taubira / Frédéric Gros Épris de justice P. 34 Enquête

La révolution gastronomique est en marche, avec Ferran Adrià et Thierry Marx © Illustration : Paul Coulbois

Décembre 2013 Janvier 2014


Cocktail Dostoïevski p. 76 Un verre, c’est l’angoisse. Deux verres font voir Dieu

Courses de Noël

Pour le rayon Livres,   rendez-vous p. 82

Training p. 68 Déconseillé par

votre médecin mélancolique

Le cauchemar de Don Juan p. 56 Attention au piège !

Dossier

Idées

Les livres

Peut-on vivre plusieurs vie en une ?

P. 68 Entretien

P. 82 Essai Conjurer la peur. Sienne 1338 de Patrick Boucheron P. 83 Roman Nue de Jean-Philippe Toussaint P. 84 Carrefour L’usage des lieux P. 86 Sélection de fêtes Les choix de la rédaction

P. 44 Nouvelles identités spatio-temporelles P. 47 Les autres et moi, par Emmanuel Carrère P. 50 Êtes-vous parano ou schizo ? Réponses philopathologiques P. 56 Les liaisons dangereuses d’Eva Illouz et Pascal Bruckner P. 60 Métamorphoses en voyage, par Sylvain Tesson P. 62 Être ou ne pas être là, par Florence Aubenas et Pierre Zaoui

Jean Starobinski P. 74 Boîte à outils Vicariance / Hi-wa itck / L’art d’avoir toujours raison P. 76 Le classique revisité

Dostoïevski et la culpabilité Cahier central agrafé entre les pages 50 et 51 Les Frères Karamazov (extraits) de Fiodor Dostoïevski Préface de Frédéric Gros

P. 92 Agenda P. 94 Platon la gaffe par Jul P. 96 Tests et jeux P. 98 Le questionnaire de Socrate Clémentine Célarié

Décembre 2013/Janvier 2014 philosophie magazine n° 75 / 7


Horizons

Enquête

>>>

Révolution gastronomique

Thierry Marx « Le cuisinier est une sentinelle » C’est l’un des chefs français les plus créatifs de son temps, que ce soit dans son restaurant Sur Mesure par Thierry Marx, au Mandarin oriental, à Paris, ou en tant que juré de l’émission Top Chef, sur M6. Pour lui, la cuisine implique l’intégralité de l’environnement de celui qui la pratique. Propos recueillis par P. G.

Presque tout le monde sait cuisiner,… mais où commence l’art culinaire ? Thierry Marx : Une grande cuisine est une cuisine de l’instant présent, mais elle donne de la mémoire à l’éphémère. Dans l’art culinaire, il ne s’agit pas que de transformer les ingrédients mais de lier naturellement différentes émotions. Le goût, ce n’est pas qu’une affaire de papilles gustatives, il possède une dimension mentale et multisensorielle, holistique, qui implique l’intégralité de l’environnement. Pour les Japonais, la qualité du thé et de l’eau est certes essentielle, mais la forme de la tasse, son matériau, sa couleur, la main qui la tient et le cadre tout entier ont aussi un sens qui donne toute son intensité à l’émotion du moment. Au Japon, on dit fréquemment : « La cuisine ça se regarde, ça se médite et ça se mange. » On n’entre pas toujours dans une méditation profonde devant un homard Thermidor, mais quand même.

Ce que vous créez est éphémère. Vous efforcez-vous quand même à une certaine répétition ? Non seulement j’essaie de ne pas faire la cuisine du XIXe siècle ou d’il y a cinquante ans, mais je ne suis pas sûr de pouvoir refaire ce que j’ai fait la veille… même si je m’y oblige, pour répondre à une demande. Nous sommes à la fois des artistes et des artisans. L’artiste crée, l’artisan duplique. Mon équipe applique une procédure codifiée qui permettra de fabriquer chaque jour la même recette. Mais quand je suis au laboratoire à Orsay, je suis libéré de toute contrainte, je ne suis plus dans un restaurant et je peux laisser aller la créativité sans limites, avec ses écueils, ses débordements, ses goûts justes et ses fausses notes. 40 / philosophie magazine n° 75 Décembre 2013/Janvier 2014

© Roberto Frankenberg/modds

Comment parvenez-vous à vous concentrer sur les petites perceptions : la texture, la variation de température, l’arrière-goût ? Un cuisinier, c’est d’abord une sentinelle attentive à chaque élément du relief de la journée, absorbant les émotions tel un buvard. On se dit : « Tiens, aujourd’hui, le romarin embaume », on traverse une place de marché, les perceptions en éveil… La créativité naît de cette veille et de cette ouverture permanentes. Sinon il n’y aurait qu’une cuisine rhétorique, méthodique et ennuyeuse.


D’où vient le renouvellement en cuisine ? Urbain Dubois et Auguste Escoffier ont laissé une œuvre importante, mais qui codifiait la cuisine du XIXe siècle. Le XXe siècle fut celui de quelques précurseurs visionnaires capables, en réponse à l’évolution des goûts et des envies, d’ébranler la rigidité des codes établis. Pensez au poète Marinetti qui organisait des « banquets futuristes » en s’inspirant de Jules Maincave, cuisinier et poète, ami d’Apollinaire, mort sur la Somme en 1916. Depuis, qu’a-t-on transformé ? On s’est souvent enfermé dans une fausse querelle entre tradition et innovation. La créativité est née ailleurs que dans ce patrimoine culinaire français enfermé dans son dogmatisme. Vous accuse-t-on d’intellectualisme ? Certains confrères me le reprochent. Je réponds qu’on n’a plus qu’à afficher le menu du jour sur la porte des toilettes ! On doit tout mettre dans sa cuisine, sa culture, ses affects, son corps et son esprit. J’y retrouve l’esprit du kendo, la maîtrise du geste et cette jouissance de « l’ici et maintenant ». Le passé renforce l’ego. Je me sens incroyablement libre et distancié en me concentrant sur le geste, avec ce que j’ai sous la main dans l’instant. Et pourtant le goût est lié à la mémoire profonde. Le goût est lié à l’enfance, mais mon terrain d’enfance était singulièrement vierge. Je suis né entre Belleville et Ménilmontant, de parents immigrés juifs polonais, et je n’avais pas cette référence au terroir français. La page était blanche. Pendant une dizaine d’années, je me suis inventé un parcours provincial, car dans cette profession, mieux vaut dire qu’on a une grand-mère dans le Sud-Ouest ! Puis j’ai assumé mes origines d’Europe de l’Est. Briser les codes, est-ce faire rentrer dans le champ comestible des produits que la culture exclut : des insectes, par exemple ? La cuisine n’est pas un livre de recettes ouvert, c’est d’abord la maîtrise du geste, du feu et du temps. Une fois que vous y êtes parvenu, vous pouvez non

Une sensibilité qui en nourrit une autre et s’ouvre à l’intime de celui qui propose comme de celui qui reçoit seulement libérer votre sensibilité mais aussi vous réapproprier toutes les recettes et jouer avec tous les ingrédients possibles. Vous avez une algue entre les mains, qu’allez-vous en faire ? Eh bien, c’est un excellent gélifiant, sans matière grasse. En rendant cet ingrédient utile, vous l’intégrez à la gastronomie. Quant aux insectes, j’en ai mangé quand j’étais militaire, et, franchement, je n’y crois pas…

À travailler avec un laboratoire, n’y a-t-il pas un risque de dénaturer le goût ? Escoffier pensait déjà à la nécessité d’étudier la chimie dans l’entre-deuxguerres. Un laboratoire, c’est un cerveau collectif qui travaille avec vous, avec des chimistes mais aussi des gens qui viennent de l’agriculture raisonnée. Ce travail qui s’appuie sur la science n’empêche pas que le goût soit une dimension très subjective. Je me souviens d’une étude menée dans un laboratoire de Jérusalem : on faisait goûter des huiles d’olive à différents volontaires. Ils racontaient leurs sensations,

chacun l’associant à sa façon. Et lorsqu’on observait des images scannées de leur cerveau, on s’apercevait qu’en fonction de leur ressenti, ce n’étaient pas les mêmes zones cérébrales qui s’activaient ! La cuisine, c’est une sensibilité qui en nourrit une autre et s’ouvre à l’intime de celui qui propose comme de celui qui reçoit.

La cuisine rétablit-elle un lien social perdu ? Il y a un lien très fort qui se tisse à travers le goût. On nous a vendu le XXIe siècle avec la sociabilité numérique et on redécouvre maintenant le bonheur de cuisiner pour ses amis, ses voisins… La cuisine de rue reste le meilleur moteur d’intégration. Je travaille dans une unité à la prison centrale de Poissy. Nos cours de cuisine sont aussi des cours de civisme. J’apaise, je laisse raconter. Il suffit d’un peu de pain, de quelques tomates,…et les gens se laissent alors très vite aller à parler, à s’ouvrir sur leur patrimoine intime. Mais n’y a-t-il pas autant de clivage que de partage, du fait de la rareté des produits que vous utilisez ? Non, si vous sortez d’une logique de l’avoir et du paraître. Le jeu est justement de maîtriser à la perfection des produits modestes. Mieux vous jonglez en cuisine, plus vous pouvez travailler avec des aliments basiques et accessibles. Quand Alain Passart [chef étoilé propriétaire de L’Arpège à Paris] dépose devant vous une botte d’asperges cuite à la verticale, c’est tout simplement génial. Celui qui maîtrise vraiment son geste peut se contenter d’ingrédients très simples et bon marché. Et en plus il s’amuse ! Pourquoi les cuisiniers atteignentils aujourd’hui une telle notoriété ? Parce qu’ils entrent dans votre intimité. Ils deviennent prescripteurs d’une vie meilleure. On leur confère un pouvoir magique, presque religieux. Ils savent acheter, choisir, transformer et magnifier. Cependant, nous devons rester vigilants pour ne pas valider des démarches agroalimentaires médiocres en galvaudant notre image ou nos valeurs. Les vrais cuisiniers travaillent à une vraie simplicité, avec leurs émotions. Décembre 2013/Janvier 2014 philosophie magazine n° 75 / 41


© Hugh Hamilton


Dossier

C

onsidérez les « fondamentaux », qu’il s’agisse de vos amis ou de vous-même, à savoir : votre lieu d’habitation, votre situation familiale et affective, vos activités professionnelles et vos hobbies. Et posez-vous cette question : dans un an, êtes-vous sûr que rien n’aura changé ? Nous vivons plusieurs vies successivement, mais également, et de plus en plus, simultanément – entre autres grâce aux outils de communication et aux transports qui nous permettent de tenir plusieurs rôles au cours d’une même journée. Avec quelles conséquences pour notre identité ? Faut-il s’en remettre à la tendance « paranoïaque » de la philosophie qui, de saint Augustin à Foucault, propose de fortifier la citadelle intérieure contre le charivari ? Ou reconnaître que nos nouvelles conditions d’existence rendent explicite une vérité défendue par le courant « schizophrène » de la métaphysique qui, des épicuriens à Deleuze en passant par Thérèse d’Avila, se fonde sur l’hypothèse d’un moi fragmentaire et prône le plongeon dans le devenir ? Quelques pistes sont envisagées ici, avec des philosophes mais aussi avec ces explorateurs des vies possibles que sont Emmanuel Carrère, Sylvain Tesson ou Florence Aubenas.

Peut-on

vivre plusieurs vies en une  ? Décembre 2013/Janvier 2014 philosophie magazine n° 75 / 43


Idées

L’entretien

Alors qu’il n’a cessé d’explorer dans les pas de Rousseau et de Baudelaire l’aspiration à une vie recommencée, à un autre monde, cet esprit enjoué, féru d’opéra et de spectacles, voit dans les masques la voie la plus courte vers l’authenticité. Propos recueillis par Martin Legros / Photos Manuel Braun

Jean

Starobinski

« La mélancolie peut être généreuse »

C

’est avec une certaine appréhension que l’on se rend, depuis le centre de Genève, sur la rive gauche du lac Léman, et que l’on monte vers le plateau de Champel, un quartier calme d’immeubles cossus et d’hôpitaux universitaires où réside le dernier des encyclopédistes européens. Médecin, psychiatre, historien des idées et de la littérature mondialement reconnu, pianiste virtuose ami des chefs d’orchestre et des poètes, animateur durant trente ans des Rencontres internationales de Genève, le seul lieu où pendant le « grand schisme » (Aron), la vie des idées continua de circuler entre l’Est et l’Ouest, Jean Starobinski est avant tout un « médecin du savoir » qui prend soin des œuvres, des mots et des idées comme du seul remède dont nous disposons pour faire la lumière sur ce que nous sommes. Spécialiste des sciences du corps autant que de l’esprit, c’est en physiologiste qu’il ausculte la pensée des philosophes. Leurs problèmes acquièrent du coup la matérialité d’une démarche (Accuser et Séduire) ou la force d’une

68 / philosophie magazine n° 75 Décembre 2013/Janvier 2014

vision, comme ce beau geste de largesse dont il a su repérer la présence depuis l’Antiquité jusqu’à Baudelaire. Les Lumières, enfin, se révèlent sous sa plume comme une thérapeutique, dont le principe est identique à celui d’un vaccin : rechercher le remède au mal non pas dans un bien situé dans le ciel des idées, mais dans le mal lui-même. Nous avons donc des raisons d’être intimidé en pénétrant dans l’immeuble de la rue Champel. Et pourtant… Lorsqu’il nous accueille, aux côtés de sa femme Jacqueline, médecin et mélomane comme lui, qui assiste à notre entretien et précise parfois d’un mot les souvenirs de son mari, qu’ils nous font tous les deux visiter l’appartement, sa vue sur le Jura enneigé, ses superbes tableaux, son piano à queue en bois laqué, sa très riche bibliothèque, et que, après deux heures d’entretien, nous prenons un thé et un morceau de gâteau, nous avons le sentiment d’être plus qu’un simple visiteur, un neveu qui serait de passage et avec qui l’on a pris plaisir à raconter des histoires de famille… Oui, c’est ainsi que cela se passe à Genève, rue Champel, chez les >>> Starobinski : avec beaucoup de largesse.


76 / philosophie magazine n° 75 Décembre 2013/Janvier 2014

© Illustration : Emmanuel Polanco pour PM ; photo, droit d’inspiration : FineArtImages/Leemage.


Idées

Le classique revisité

Dostoïevski et

la culpabilité Dans son œuvre fiévreuse, à l’incomparable noirceur, on

croise des possédés, des rebuts de la société, des joueurs exaltés et, surtout, des meurtriers. Maître ès polar métaphysique, Dostoïevski nous plonge dans les abîmes de la condition humaine, écartelée entre des forces contraires : l’amour et la haine, la vérité et le mensonge, le bien et le mal comme tentation obsédante. Le crime n’est jamais parfait : réel, commis avec ou sans remords, il appelle nécessairement un châtiment. Mais l’écrivain russe va plus loin encore : pour lui, nous sommes tous coupables. Le sentiment de culpabilité n’est pas accidentel, mais au fondement de toute existence : nous introduisant à ce vertige, notre collaborateur Michel Eltchaninoff – qui a consacré sa thèse de doctorat à Dostoïevski – met en lumière l’éthique qui en découle. Dans le cahier central, Frédéric Gros présente « Le Grand Inquisiteur », chapitre central des Frères Karamazov, où la réflexion dostoïevskienne s’étend aux notions de liberté et d’autorité. Ou quand la littérature entre en résonance, voire déstabilise – assassine ? – la philosophie.

Michel Eltchaninoff sera l’invité de Jean-Michel Dhuez   dans la matinale de France Musique le 20 décembre à 8 h 10   (à retrouver en podcast et en vidéo sur francemusique.fr).

Décembre 2013/Janvier 2014 philosophie magazine n° 75 / 77


On peut, après tout, vivre […] sans philosophie, sans musique, sans joie et sans amour. Mais pas si bien.” Vladimir Jankélévitch

19 €

Offre spéciale

3 hors-séries de Philosophie magazine

Seulement au lieu de 30 €

au choix

HORS-SÉRIE HORS-SÉRIE

hors-série

HORS-SÉRIE

BAC 2012

GUIDE DE SURVIE AU BAC PHILO

SÉRIES L, ES, S ET STG

lE DEsir MiMEtiQuE la MoDE, MarcEl Proust, lEs BullEs financièrEs, facEBook... lEs MytHEs fonDatEurs D’atHènEs à JErusalEM lE Bouc EMissairE la société sauvéE Par sEs victiMEs lE sEns Du cHristianisME DE la Passion à l’aPocalyPsE

LES BONNES MÉTHODES Trouver une problématique, un plan, l’inspiration LES PROFS ONT PLANCHÉ Les sujets de l’an dernier intégralement corrigés

NAZISME

DE VRAIES COPIES ANNOTÉES Comment transformer le plomb en or

LES SOURCES INTELLECTUELLES DE MEIN KAMPF

lE PEnsEur Du Désir Et DE la violEncE

HORS-SÉRIE N°14 / AVRIL-JUIN 2012  France : 5,90 € / COM : 1 600 XPF / DOM : 8,50 € /  Belgique : 6,80 €

EntrEtiEns avEc HEnri atlan, JEan-PiErrE DuPuy, Boris cyrulnik, PEtEr tHiEl, JEan-clauDE GuillEBauD, PiErrE PacHEt...

1 René Girard, le penseur du désir   et de la violence

LES BONUS Le bêtisier, le quiz, les risques du dopage, l’avis des correcteurs, la journée de Kevin Sartre, les témoignages des vétérans…

2 XXe siècle, les philosophes   face à l’actualité

3 Le Cosmos   des philosophes

4 L’Iliade et l’Odyssée

@ Hergé/Moulinsart 2010

hors-série

8 Évangiles

9 Tintin au pays   des philosophes

hors-série

magazine

ProusT À la recherche du temps perdu

France : 7,90 € / Andorre : 7,90 € /  Belgique-Luxembourg-Portugal : 8,90 € / Allemagne : 9,20 € / Suisse : 14,90 FS  Canada : 13,25 $CAN / COM : 1 100 XPF / DOM : 8,90 € / Maroc : 90 DH

PENSER APRÈS AUSCHWITZ

M 06296 - 13 H - F: 7,90 E - RD

3:HIKQMJ=[U\^U^:?a@a@l@n@f;

• Le dossier Heidegger • Y a-t-il une culpabilité collective ? • Dieu est-il mort dans les camps ?

6 Les philosophes   face au nazisme

hors-série

Les mythes grecs Pourquoi on n’y échaPPe Pas

ŒdiPe et La revanche du réeL argos, La surveiLLance généraLisée narcisse ou La séduction dédaLe, La technique irresPonsabLe tantaLe, La frustration du désir

le coran Ce qu’il dit de… la liberté, la charia, les femmes, le djihad, la raison. éclairé par Averroès, Nietzsche, iqbal, Leibniz, rahman, Lévi-strauss…

Les pLus grandes pages commentées par Les phiLosophes

T 06296 - 6 H - F: 7,90 E - RD

3:HIKQMJ=[U\^U^:?a@a@k@g@p;

PROUST ET… la réminiscence Jankélévitch • le désir Girard • l’affaire Dreyfus Arendt • l’art et la vérité Badiou • les signes Deleuze • la mémoire Beckett • le corps Compagnon • Freud Tadié • la jalousie Grimaldi • Nietzsche, Schopenhauer, etc. Enthoven • Bergson Worms...

France : 7,90 € / Andorre : 7,90 € /  Belgique-Luxembourg-Portugal : 8,90 €  / Allemagne : 9,20 € / Suisse : 14,90 FS / Canada : 13,25 $CAN / TOM : 1100 CFP / DOM : 8,90 € 

HS3_Philo_couv_003_SR2.indd 1

7 La Bible des philosophes

5 Guide de survie   au Bac Philo 2012

1929-1945: CE QU’ILS ONT ÉCRIT, CE QU’ILS ONT FAIT

Arendt, Camus, Cavaillès, Freud, Jankélévitch, Sartre, Levinas, Carl Schmitt...

France : 7,90 € / Andorre : 7,90 € /  Belgique-Luxembourg-Portugal : 8,90 € / Allemagne : 9,20 € / Suisse : 14,90 FS  Canada : 13,25 $CAN / COM : 1 100 XPF / DOM : 8,90 € / Maroc : 90 DH

rEné GirarD

Hitler face au buste de Nietzsche en 1934 à Weimar

LES PHILOSOPHES FACE AU

LE PROGRAMME Les 23 notions en fiches, des citations, des exemples

10 Le Coran

les mythes commentés par : florence dupont • luc ferry • clément rosset • michel serres • bernard stiegler • paul veyne • heinz wismann. et aussi : baudrillard • cixous • deleuze • derrida • foucault • freud • hegel • nietzsche • vernant...

M 06296 - 19H - F: 7,90 E - RD

3’:HIKQMJ=[U\^U^:?a@a@l@j@p";

01/02/10 12:15

11 Proust,   À la recherche   du temps perdu

12 Les mythes grecs


MENSUEL

N° 70

Juin 2013 MENSUEL

OctobreN° 73 2013

az

aSSaNgE JULiaN égie « Ma strat er ernet » pour sauv té d’int la liber iDENt LE DiSS SaUVagE RencontreYiwu avec Liao

mag

Avri

MENSUEL N° 72

Septembre 2013

ine

Qu’est-ce qu’une

bonne éducation ?

ChaUVEt gRottE les premiers Pourquoi dessinaient hommess des bête

aroc : 60 DH COM :1 000 XPF M

ioNS ! Uit pENt, iNt NoSUS troM emane mi No l Kahn cono Danie l d’é Nobe E E iCULtUr éLoG Gr ne DE L’A Antoi n NtS par agno ErrA nts Comp NtS gra ENfA des mi LES me lés Le draurs iso mine

ALAiN FiNkiELk « Plus nousRAUt célébrons l’autre, il nous moins intéresse » LA PENS éE iNcA Reportage au Péro u MORALE 24 heur es dans d’un parfa la vie it utilitarist e

L’aaritl ?

Offrez un an d’abonnement

MENS

Nov UEL N° emb 74 re 2013

pLaid po oy Ma Ur LE Er Mo NUEL travaiL plusins d’écra de ns, CLaU réel LaNz dE « J’a MaNN la moi affron té rt pLot » Et La iN par viE et LuGwen iNtériE c Br aëlle Ur isson aubr E y

Cet ob vous jet du bieveut-il nQ? u

Plus nous aimons nos enfants, moins nous parvenons à leur transmettre savoirs et discipline. Un paradoxe ? Mensuel / Franc e : 5,50 € Bel./Lux./P ort. cont. : 6,50 €  Suisse : 11 CHF An dorre : 6,20 € Alle magne : 6,90 € C anada : 11,50 $CA  DOM : 8 € COM :1  000 XPF Maroc : 6 0 DH

N° 68 UEL MENS l 2013

e-t-ilJiMMy P. nous aid EthNoPSychiatriE

à Philosophie magazine (10 numéros)

a@r@a@a"; 3’:HIKTPC=VUZZU^:?k@

3 18:47 PHIL0073P0

01 cover.indd

11:24

n cor rt, Par Rapha Po ps m’enla danse urquël Enthov et Domin ique oi Lecour ne op t pose , l’ivres

06/03/1

1

Par Frédéric Neyrat et Jean-Luc Nancy

PHIL00

74P00

1

68P00

ndd

1

et recevez pour vous ou votre proche

s?

m’ob pa éit-il rfois se ou l’in pas une ? Qu étran somnie e sai , ge t-il qu résist e j’ig ance. nore ? Ex

vEnrEs d clusif ir d E pr u ca iso pitan su lisMr E 05/09/13

le DVD Melancholia ou les hors-séries Proust et Les mythes grecs

13:41

25/07/13 10:40

slavo Žižek j

3’:HIKTPC=V

PHIL00

1 cover.i

E - RD

E

M 09521

- 70 - F: 5,50

Josse/Leemage.

: Photo

droit d’inspiration

; photo,

pour PM

Vignaux/Colagene

: Damien

Illustration

séparément.

être vendu

© Ne peut

02/09/13

@h@o@a";

peut

et son maître

Derrida pussy et la déconstruction rio lE t l’a tt

PHIL0072P001 cover.indd 1

central.indd

PHIL0068P501

1.indd

le fataliste

E - RD

22/07/13 15:08

dans Jacques

Dans mo l’effo

17:45

16/05/13

xxxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxx

5,50

1 / Derrida et la déconstruction dans Lettre à un ami japonais

t

et la liberté dan s et son maître

le fataliste

Préface Dominique Lecourt

xxxxxxxxxx

et la liberté

1

- F:

Préface Jean-Luc Nancy

1. 1. Note xxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxx 2. 1. Note xxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxx

offert

1 / Diderot

centralOKSR.indd

- 73 - F: 5,50

dans Lettre à un ami japonais

supplément offert

PHIS0072P001-016 Cahier centralOKSR.indd 1

supplément

1. Note xxxxxxxxxxxx 1. Note xxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxx

Cahier

M 09521

Derrida et la déconstruction

n° 72

14:28 01/03/13

Jacques

n° 73

PHIS0073P001-016

3’:HIKTPC=VUZZU^:?a@ k@h@d@k";

17:47

M 09521 - 72 - F: 5,50 E - RD

06/05/13

3’:HIKTPC=VUZZU^:?a@a@r@c@k";

L’Alternative

UZZU^:?a@k

Larmes

la préface

1

Mensue l / France  : 5,50 € B el./Lux./ Port. con t. : 6,50 €  Suisse : 1 1 CHF An dorre : 6 ,20 € All emagne  : 6,90 € C anada : 1 1,50 $CA  DOM : 8  € COM :1  000 XPF  Maroc : 6 0 DH

de soi dans

1

@a" U^:??k@k@kk@g@g@i@i@a" &’:H&’:HIKTIKTPC=VPC=VUZZUZZU^:

et le choix

© Ne peut

central.indd

E 5,50 E - F: 1 - 6868 - F: 5,50 1M 0952 M 0952

être vendu

il Bata rges Geol’excès et Kierkegaard

Cahier

dirE LE tEMPS Entretien avec Françoise dastur

© Ne peut être vendu séparément. Illustration :Bertrand Sallé pour PM ; photo : Jacqueline Salmon/Artedia/Leemage.

: Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx.

; photo

pour PM

: Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Illustration

xxxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxx 1. 1. Note xxxxxxxxxxxx 2. 1. Note

PHIS0070P001

t Delecro dans les cévennes et Vincen

M 0952 1 - 74

: soNIa IllustratIoN séparément.

d’Éros et Les Edwarda

dans

être

vendu

Préface Vincent Delecroix

offert

à Madame et l’excès

1 / Bataille

Cahier

et le choix de soi  dans L’Alternative

supplément

séparément.

Port. cont. : 6,50 € e : 5,50 € Bel./Lux./ Mensuel / Franc

BoNIN/gallIMard/opale. : aNdré ; photo pM pour roy/ColageNe

xxxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxx 1. Note xxxxxxxxxxxx 1. Note

aard Kierkeg

n° 70

Par ile Guil et Céc

Edwarda

à Madame la préfaced’Éros dans Larmes et Les

Guilbert Duru / Cécile / Martin Préface Présentation

offert supplément

© Ne

n° 68

d’UN iNdiEN

arnaud despleschin e… Le télép le mond changer autre ? dialogue avec tobie Nathan Nous luihone portable un veulent Certains pas en créer L’outil confions tous nous accom SUr La PiStE pagn serait-il Pourquoi devenu nos secrets sans e jour et nuit. dES LoUPS notre maîtr savoir qui lier Une traque spirituelle e? e Chevalix il est. Didero Par Philipp

tendu, me ? flux soi-mê s un dan nde et Pris mo alise. er le se ban façonn n-out yen de le bur le mo atilise,evenir se volt-il red ploi nel L’em vail peu dd 1 Hae t 01 coverokok.in nick ber PHIL0070P0 Yan le tra ille Bataet l’excès

Mensuel / France : 5,50 € Bel./Lux./Port. cont. : 6,50 € Suisse : 11 CHF Andorre : 6,20 € Allemagne : 6,90 € Canada : 11,50 $CA DOM : 8 € COM :1 000 XPF Maroc : 60 DH

CA DOM : 8 €  € Canada : 11,50 $ Allemagne : 6,90

dorre : 6,20 € Suisse : 11 CHF An

0 DH  Maroc : 6 000 XPF € COM :1   DOM : 8   : 11,50 $CA € Canada ne : 6,90   Allemag e : 6,20 € F Andorr isse : 11 CH 6,50 € Su rt. cont. :  l./Lux./Po  : 5,50 € Be l / France Mensue

ràavvivre re t re V-ot-til encsoensKier?kegaemarinsdde l’existenDice de moni est rot a un cor et les ch et la lib erté le p

10/10/1

3 11:29

hors-série

+

OU

magazine

ProusT À la recherche du temps perdu

Les pLus grandes pages commentées par Les phiLosophes

hor

s-sé

rie

Les myt greches s

ŒdiPe La rev et du rée anch e L arg os, La sur gén veiLLa éraLis nce ée narci La séd sse ou uction dédaLe La tec , irresP hniqu onsab e Le tan taL La fru e, du dés strati on ir

Pourq écha uoi on PPe Pa n’y s

les myt hes clé com men men t hein tés z wis rosset par fou cau mann. • michel : floren et aus lt • ser fre res ce dup si : ud • heg baudril • bernaront • luc el • d fer niet lard • ry cixo stiegle zsc r • pau• he • us • ver l vey nan deleuz t... e • der ne • rida •

M 0629

France : 7

Melancholia de Lars Von Trier, Éditions Potemkine

Belgique-L ,90 € / Andorre Canada  uxembour  : 7,90 € / : 13,25 $ g-Portugal   CAN / COM  : 8,90 € /   : 1 100 XPF  Allemagne / DOM   : 9,20 € : 8,90 € / / Suisse  : 14,90 F  Maroc  : 90 DH S 

PROUST ET… la réminiscence Jankélévitch • le désir Girard • l’affaire Dreyfus Arendt • l’art et la vérité Badiou • les signes Deleuze • la mémoire Beckett • le corps Compagnon • Freud Tadié • la jalousie Grimaldi • Nietzsche, Schopenhauer, etc. Enthoven • Bergson Worms...

6 - 19H

3’:HIKQMJ=[U\^U^

- F: 7,90

E - RD

:?a@a@l@j@p";

www.philomag.com

45 €

Seulement au lieu de 75 €

Profile for Philosophie magazine

Philosophie magazine numéro 75 [extraits]  

Peut-on vitre plusieurs vies en une ? Christiane Taubira, Frédéric Gros Quand la cuisine devient un art Jean Starobobinski

Philosophie magazine numéro 75 [extraits]  

Peut-on vitre plusieurs vies en une ? Christiane Taubira, Frédéric Gros Quand la cuisine devient un art Jean Starobobinski

Profile for philomag