Page 124

troisième sont elles-mêmes égales (2) les côtés AB et AC d'un triangle ABC sont tous deux égaux à la longueur DE (3) si (1) et (2) sont vraies alors (Z) est vraie (4) si (1), (2) et (3) sont vraies alors (Z) est vraie (5) si (1), (2), (3) et (4) sont vraies alors (Z) est vraie (Z) ∴ les côtés AB et AC du triangle ABC sont égaux

prémisse de (1),(2) de (1),(2), (3) de (1),(2), (3),(4) de (1),(2), (3),(4),(5)

Un tel raisonnement peut être prolongé ad infinitum et il en résulte ainsi une régression infinie. Par conséquent, il s'ensuit que l'on ne parvient jamais à la conclusion (Z). L'argument de Lewis Caroll repose sur le fait qu'avant de parvenir à la conclusion (Z), il convient d'admettre que le raisonnement qui conduit à cette conclusion est valide. De manière générale, l'argument – à l'instar du paradoxe de la course de Zénon d'Elée, mais aussi du paradoxe d'Achille et la tortue, qui est un autre paradoxe de Zénon – souligne qu'avant de parvenir à la conclusion (Z), on doit parcourir une série infinie d'étapes et que dans ces conditions, on ne parvient jamais à formuler la conclusion (Z). L'argument de Lewis Caroll souligne l'importance du modus ponens. Cette règle d'inférence autorise le raisonnement dont la structure est la suivante (P et Q étant deux propositions) : (6) (7) (8)

P est vraie si P est vraie alors Q est vraie ∴ Q est vraie

Introduction à la philosophie analytique

prémisse prémisse de (6),(7)

124

Introduction à la philosophie analytique  

Dans cet ouvrage, Paul Franceschi nous livre une introduction à la philosophie analytique. De manière concrète, il choisit de décrire quaran...

Introduction à la philosophie analytique  

Dans cet ouvrage, Paul Franceschi nous livre une introduction à la philosophie analytique. De manière concrète, il choisit de décrire quaran...

Advertisement