Issuu on Google+

VMware Fusion 2 Guide de dĂŠcouverte, trucs et astuces.


VMware Fusion 2: Guide de découverte, trucs et astuces. par Francois Tonic et Henri-Dominique Rapin Serge Robe Copyright © 2008 VMware. Tous droits réservés. Ce guide de prise en main de VMware Fusion 2.0 a été écrit par François Tonic et Henri-Dominique Rapin sous la direction de Serge Robe, Directeur Marketing Produits Europe, VMware, Inc. La mise en page, effectuée avec DocBook, a été réalisée par Jacques Foucry.

2

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Table des matières 1. Virtualisation ....................................................................................................................................... 7 Présentation .................................................................................................................................... 7 2. La virtualisation sur Mac ......................................................................................................................... 9 Historique de VMware Fusion ............................................................................................................. 9 C’est quoi la virtualisation ? ................................................................................................................ 9 Que signifie « hébergé » ? ............................................................................................................ 9 Boot Camp fait-il de la virtualisation ? ................................................................................................. 10 Le choix de VMware Fusion .............................................................................................................. 10 À quoi me sert la virtualisation ? ......................................................................................................... 10 VMware Fusion pour qui et pour quels usages ? ..................................................................................... 10 Pour le switcher PC et l’utilisateur Mac OS X ................................................................................ 10 Pour l’utilisateur professionnel ................................................................................................... 11 Un bonheur de développeur ! .................................................................................................... 11 Pour les sciences et l’éducation ................................................................................................... 11 Sans oublier le côté serveur ....................................................................................................... 11 Témoignages .................................................................................................................................. 11 3. Les raccourcis clavier ............................................................................................................................ 13 Principaux raccourcis clavier de VMware Fusion .................................................................................... 13 4. Installation du produit .......................................................................................................................... 15 Mise à jour de la version 1.x vers la 2.0 ................................................................................................. 15 À partir du CD ............................................................................................................................... 15 À partir d’Internet ........................................................................................................................... 15 Installation de VMware Fusion .......................................................................................................... 16 Désinstaller le produit ...................................................................................................................... 18 5. À la découverte de VMware Fusion 2 ....................................................................................................... 19 L’interface de VMware Fusion ............................................................................................................ 20 La fenêtre principale ................................................................................................................ 20 La barre de menu .................................................................................................................... 20 6. Ma première machine virtuelle ................................................................................................................ 25 À ne pas oublier la souris et le clavier ! ................................................................................................. 25 Importation d’une machine virtuelle non VMware Fusion ....................................................................... 25 Utiliser votre partition Boot Camp sous VMware Fusion ......................................................................... 27 Créer une machine virtuelle .............................................................................................................. 29 Windows Vista ....................................................................................................................... 29 GNU Linux : openSUSE 11.0 .................................................................................................... 33 À partir d’une image disque ISO ................................................................................................ 38 Boîtier virtuel ......................................................................................................................... 41 Pour terminer ................................................................................................................................. 42 Information sur une machine virtuelle à partir du Finder ........................................................................ 43 7. Travailler avec une machine virtuelle ........................................................................................................ 45 Lancer ou reprendre une machine virtuelle ........................................................................................... 45 Démarrer directement sur une machine virtuelle .................................................................................... 46 La fenêtre de la machine virtuelle ....................................................................................................... 47 La barre d’outils ..................................................................................................................... 47 La barre d’états ....................................................................................................................... 48 Personnaliser la barre d’outils .................................................................................................... 49 Pour accéder au système virtuel .................................................................................................. 50

iii


VMware Fusion 2 Agrandir, réduire, fermer une fenêtre d’un système virtuel ............................................................... Affichage plein écran ............................................................................................................... Prise en compte du multiécran ! ................................................................................................. Installer un nouveau logiciel dans ma machine virtuelle ! ......................................................................... Installer Google Chrome .......................................................................................................... Installer d’Open Office 3.0 - Windows ......................................................................................... Un antivirus directement dans votre Windows virtuel ..................................................................... Utiliser l’imprimante du Mac ! ........................................................................................................... Supprimer une machine virtuelle ........................................................................................................ Utiliser plusieurs machines virtuelles simultanément .............................................................................. Éteindre ou interrompre ? ................................................................................................................. Interrompre .......................................................................................................................... Arrêter .................................................................................................................................. VMware et les jeux .......................................................................................................................... Exemple (Windows XP) ............................................................................................................ Fonction Snapshot .......................................................................................................................... Prendre un snapshot ................................................................................................................ Revenir ou comment restaurer un snapshot .................................................................................. Utiliser AutoProtect ......................................................................................................................... Et mon iPhone ? ............................................................................................................................. Optimiser les performances de votre machine virtuelle ............................................................................ Simuler le clavier PC ........................................................................................................................ Les raccourcis PC .................................................................................................................... Envoyer Ctrl-Alt-Suppr ............................................................................................................. Saisir l’entrée ......................................................................................................................... Optimiser les performances de votre machine virtuelle ............................................................................ 8. Configurer sa machine virtuelle .............................................................................................................. Personnaliser la machine virtuelle ....................................................................................................... Réglages système ............................................................................................................................. Partage .................................................................................................................................. Processeurs et mémoire ............................................................................................................ Graphique ............................................................................................................................. Batterie ................................................................................................................................. Imprimante ............................................................................................................................ AutoProtect ........................................................................................................................... Réseau .................................................................................................................................. Disques durs .......................................................................................................................... CD et DVD ........................................................................................................................... Son ...................................................................................................................................... Périphériques USB .................................................................................................................. Autres périphériques ................................................................................................................ Personnaliser le clavier ..................................................................................................................... Migrer son PC Windows vers VMware Fusion ....................................................................................... Divers ........................................................................................................................................... Mettre à niveau sa machine virtuelle ............................................................................................ Comment mettre à jour VMware Fusion ...................................................................................... Déclasser une machine virtuelle ................................................................................................. Mettre à niveau la machine virtuelle ............................................................................................ 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 ..................................................................................................

iv

50 50 52 52 53 54 55 58 58 59 60 60 61 62 63 64 64 65 66 67 67 68 68 68 68 68 71 72 72 72 74 74 75 75 75 75 76 78 79 79 80 81 82 89 89 89 89 89 91

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


VMware Fusion 2 Les composants de VMware Fusion 2 .................................................................................................. 91 La liste des dossiers .................................................................................................................. 91 La liste des fichiers de configurations .......................................................................................... 91 Liste des programmes ............................................................................................................... 91 Liste des exécutables en ligne de commande .................................................................................. 91 Liste des scripts d’exécution ....................................................................................................... 92 Divers .................................................................................................................................. 92 MacFuse ........................................................................................................................................ 92 Obtenir la version de MacFuse .................................................................................................. 93 Architecture avancée d’une machine virtuelle ........................................................................................ 93 Liste des composants de base d’une machine virtuelle ..................................................................... 93 Bien connaître son matériel ..................................................................................................... 100 Emplacements par défaut des répertoires VMware Fusion. .............................................................. 108 Description d’un paquet vmwarevm ........................................................................................... 108 Le fichier VMX ..................................................................................................................... 112 Les disques durs virtuels .......................................................................................................... 147 Manipuler les disques virtuels .................................................................................................. 153 10. Le contrôle à distance ........................................................................................................................ 187 VNC de VMware .......................................................................................................................... 187 Le paramétrage du fichier .vmx ................................................................................................. 187 Étendre les fonctions du client VNC de léopard ................................................................................... 188 Établir une connexion à la machine virtuelle ....................................................................................... 189 11. Automatiser VMware Fusion ............................................................................................................... 191 La commande VMRUN .................................................................................................................. 191 Liste des commandes de manipulation des machines virtuelles ........................................................ 191 Les snapshots ........................................................................................................................ 193 Les autres options. ................................................................................................................ 195 Quelques exemples de code ..................................................................................................... 195 12. Partager des machines virtuelles ........................................................................................................... 197 Quelques explications sur les autorisations avec Mac OS X ..................................................................... 197 Quelles sont les autorisations ? ......................................................................................................... 197 Comprendre le sens des permissions pour un fichier ou un dossier .......................................................... 198 Les permissions pour les fichiers : ............................................................................................. 198 Les Permissions pour les dossiers : ............................................................................................. 198 Modifier les droits sur une machine virtuelle ....................................................................................... 198 Placer ces machines virtuelles sur un disque dur externe ........................................................................ 200 Placer ces machines virtuelles sur un serveur ....................................................................................... 201 13. Déployer en masse VMware Fusion. ...................................................................................................... 205 Le mode standard de distribution VMware Fusion ................................................................................ 205 Le contenu de l’Image Disk ............................................................................................................. 205 Installer à partir de l’Image Disk ....................................................................................................... 205 Les alternatives ............................................................................................................................. 205 Le déploiement en masse sur Mac OS X ............................................................................................. 206 Deux outils de déploiement en masse sous Mac OS X ................................................................... 206 Faut-il repackager VMware Fusion ? ................................................................................................... 206 À propos de MacFUSE 1.5 .............................................................................................................. 206 Comment obtenir le bon package ? .................................................................................................... 206 Extraire le package ................................................................................................................. 207 Le numéro de série de VMware Fusion ............................................................................................... 208

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

v


VMware Fusion 2 Créer un fichier de licence ............................................................................................................... Le fichier de numéro de série ........................................................................................................... Comment placer ce fichier dans le package de VMware Fusion ? .............................................................. Installation avec ARD (Apple Remote Desktop) ................................................................................... Installation avec DeployStudio ......................................................................................................... Déployer une machine virtuelle ........................................................................................................ Qu'est-ce qu’une machine virtuelle sous Mac ? ..................................................................................... Quelques paramètres à modifier dans le fichier .vmx ............................................................................. Deux alternatives pour déployer la VM ............................................................................................... Où placer une machine virtuelle ? ..................................................................................................... Créer un package de la VM .............................................................................................................. Quelques finitions… ............................................................................................................... Quelques réglages supplémentaires ............................................................................................ Déployer les VM avec DeployStudio .................................................................................................. Les outils de packaging sur Mac ........................................................................................................ Ajouter la VM à la bibliothèque de VMware Fusion .............................................................................. Autres références ........................................................................................................................... Les liens Microsoft : .............................................................................................................. Les liens VMware : ................................................................................................................. 14. Conclusion .....................................................................................................................................

vi

209 209 210 211 212 213 213 214 214 214 215 216 217 218 220 220 220 220 221 223

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Virtualisation Présentation La virtualisation permet de faire fonctionner différents systèmes d’exploitation sur un seul et même ordinateur. Par exemple, Windows 2000, Vista ou encore une distribution Linux tout en permettant de travailler sur Mac OS X ! C’est une différence avec la fonction Boot Camp intégrée par défaut dans Mac OS X 10.5 qui nécessite de redémarrer sous Windows et d’utiliser un seul système d’exploitation à la fois. Depuis l’été 2007, VMware, éditeur leader et historique de la virtualisation sur les serveurs d’entreprise et sur les ordinateurs personnels, propose une édition Mac de son offre : VMware Fusion. Cette partie couvre la version 2.0 sortie le 16 septembre 2008. Que ce soit pour des besoins personnels ou professionnels, incluant du développement de logiciel, VMware Fusion sait se rendre utile au quotidien pour utiliser un autre système d’exploitation sans quitter votre Mac OS X favori ! Utiliser Windows XP, Windows Vista ou Linux devient un jeu d’enfant sur un Mac Intel. Dans ce guide, nous vous proposons de découvrir progressivement VMware Fusion. Vous saurez comment l’installer, le configurer au mieux, créer et exploiter des machines virtuelles.

7


8


La virtualisation sur Mac Historique de VMware Fusion Acteur et leader historique du marché de la virtualisation, VMware est longtemps resté sur le marché purement PC (Windows, Linux principalement). Ce n’est qu’en Décembre 2006 avec l’annonce d’une pré-version publique de VMware Fusion que l’éditeur annonce son intention d’investir le marché Mac. En août 2007, la première version de VMware Fusion sortait en Anglais uniquement et ce n’est qu’avec la version 1.1 multilingue - français, allemand et japonais - en novembre 2007 que VMware Fusion allait réellement prendre son envol en Europe. Et aujourd’hui, vous avez entre les mains la version 2.0 qui introduit de nombreuses nouveautés.

C’est quoi la virtualisation ? La virtualisation est une technologie logicielle qui permet d'exécuter simultanément plusieurs systèmes d'exploitation et applications sur le même ordinateur, ce qui accroît le taux d'utilisation et la flexibilité du matériel. Il faut bien distinguer la virtualisation de l’émulation. Jusqu’à présent sur Mac, on pouvait faire fonctionner un autre système directement sous Mac OS à partir d’un logiciel d’émulation tel VirtualPC, Connectix. Les processeurs utilisés n’étaient pas des processeurs x86 de type Intel mais des PowerPC, radicalement différents. L’émulation était alors la seule solution. Elle consistait à simuler un processeur x86 pour « tromper » le système d’exploitation. L'émulation a l’énorme inconvénient d’être peu performant et d’une stabilité incertaine. Une machine virtuelle est un conteneur de logiciels totalement isolé, capable d'exécuter ses propres systèmes d'exploitation et applications, à l'instar d'un ordinateur physique. Une machine virtuelle se comporte exactement comme un ordinateur physique et contient ses propres processeur, mémoire RAM, disques durs et cartes d'interface réseau virtuels (c'est-à-dire basés sur des logiciels). Tout comme les applications et les autres ordinateurs rattachés au réseau, un système d'exploitation est incapable de faire la différence entre une machine virtuelle et une machine physique. La machine virtuelle elle-même se considère comme un « véritable » ordinateur. Précisons qu'une machine virtuelle se compose entièrement de logiciels et ne contient aucun composant matériel quel qu'il soit. En conséquence, les machines virtuelles offrent de nombreux avantages par rapport aux matériels physiques.

Que signifie « hébergé » ? Un environnement virtuel dit « hébergé » s’exécute sur un système d'exploitation hôte sous-jacent tel que Windows, Linux ou Mac OS X. Après l'installation d'une couche de virtualisation au-dessus du système d'exploitation hôte, il est possible de créer des machines virtuelles (VM) au sein de cette couche. Dans notre cas précis, la couche de virtualisation sur le Mac est VMware Fusion. On peut enfin virtualiser sur le Mac depuis Janvier 2006, date de disponibilité des premiers Mac à base de processeur Intel. Cela signifie que l’on crée un disque virtuel dans Mac OS X pour y installer un système d’exploitation compatible architecture x86. Ainsi, on limite les pertes de performance et on dispose de l’ensemble des fonctions du système virtualisé ! Dans la virtualisation, il existe ce que l’on appelle des machines virtuelles préconfigurées – virtual appliances. Ce sont des images virtuelles incorporant soit un système d’exploitation soit une application (serveur, base de données, etc.). Il suffit de télécharger l’appliance compatible avec votre logiciel de virtualisation et de l’ouvrir dans celui-ci. VMware propose sur son site Internet plus de 900 appliances prêtes à l’emploi et utilisables avec VMware Fusion. VMware Fusion est un logiciel de virtualisation conçu exclusivement pour nos Mac Intel avec Mac OS X 10.4.11 ou une version supérieure.

9


Chapitre 2. La virtualisation sur Mac

Boot Camp fait-il de la virtualisation ? BootCamp, conçu par Apple et disponible par défaut uniquement sous Mac OS X 10.5, permet uniquement de créer une partition physique sur le disque pour y installer un système Windows ou Mac OS X. Mais on ne peut utiliser qu’un système à la fois, contrairement à la virtualisation qui autorise d’utiliser plusieurs systèmes virtuels sous Mac OS X ! Avec Boot Camp, on démarre sur Windows ou sur Mac OS X. A noter que Boot Camp supporte que des versions Windows 32-bits avec Windows XP Sp2 minimum. Si les performances de Windows en Boot Camp sont satisfaisantes, on perd la souplesse de la virtualisation permettant d’échanger des fichiers et d’utiliser des applications Mac et PC entre les 2 environnements Windows et Mac OS. Par contre, vous pouvez parfaitement utiliser une partition Boot Camp avec VMware Fusion qui sait la détecter et la virtualise « à la volée ».

Le choix de VMware Fusion VMware Fusion n’est pas une simple transposition des outils VMware déjà disponibles sous Windows ou Linux. VMware Fusion est le fruit d’une conception spécifique à Mac OS X, en intégrant des technologies et astuces propres à l’Univers Mac comme Exposé ou la prise du Dock de Mac OS X. Cette intégration facilite au quotidien l’usage de Mac OS X et de Windows ! VMware Fusion propose des fonctions avancées et une optimisation de l’utilisation de Windows sous Mac OS X : • • • • • •

support des systèmes 32-bits et 64-bits ; snapshots multiples ; partage des imprimantes ; support de DirectX 9.0c Shader 2 ; intégration des fenêtres Windows directement dans Mac OS X avec la fonction Unity ; support de Mac OS 10.5 Server.

À quoi me sert la virtualisation ? Tout d’abord, la virtualisation vous permet d’utiliser des applications Windows sur Mac OS X que vous souhaitez utiliser ou continuer à utiliser. Vous pouvez ainsi jouer à des jeux ou utiliser des applications disponible que sous Windows comme Microsoft Access ou Microsoft Project ou encore développer avec le dernier Visual Studio de Microsoft ! Tout cela en profitant de votre Mac et surtout de Mac OS X sans à avoir besoin de redémarrer la machine comme avec Boot Camp !

VMware Fusion pour qui et pour quels usages ? La virtualisation sert aussi bien au bureau qu’à la maison. De nombreux usages se dévoilent ainsi sur Mac ! D’ailleurs, de plus en plus de « switchers » PC achètent un Mac grâce à un logiciel de virtualisation qui leur permet de continuer à utiliser leurs applications PC sur leur nouveau Mac.

Pour le switcher PC et l’utilisateur Mac OS X Comme nous l’avons dit plus haut, un ancien utilisateur Windows, Solaris, Linux, veut continuer à utiliser ses applications mais sur Mac OS X. VMware Fusion est là pour cela. Avec une compatibilité accrue avec les PC, la 3D, et toujours plus de systèmes d'exploitation supportés (32 et 64-bit), VMware Fusion permet de faire beaucoup de choses : • utiliser les dernières technologies et applications Microsoft (Photosynth, IE8, Office 2007…) ; • regarder des vidéos Windows Media Player au format HD en 1080p ; • jouer à de nombreux jeux !

10

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 2. La virtualisation sur Mac

Pour l’utilisateur professionnel Que vous soyez utilisateur en entreprise, profession libérale, journaliste, artisan… VMware Fusion vous offre une souplesse d’utilisation de votre Mac au quotidien jamais atteinte ! Si vous utilisez Boot Camp, vous pourrez maintenant éviter de redémarrer votre Mac ! Vous pourrez utiliser votre téléphone Voix sur IP, utiliser les derniers sites compatibles IE 7 et IE8, utiliser les environnements professionnels de Microsoft (Visio, Project, Dynamics, etc.). Vous ne serez plus coupé de votre réseau d’entreprise !

Un bonheur de développeur ! Pour un développeur vous pourrez utiliser tous vos environnements de développements, tous vos outils qu’ils soient sous Windows, Linux, Solaris, etc. vous pourrez ainsi développer sous Vista, Linux, Visual Studio 2008, supporter et tester les derniers frameworks, les derniers IDE ! Le développeur web y trouvera là une solution unique pour tester ses sites web rapidement et sur tous les navigateurs du marché et cela en quelques clics !

Pour les sciences et l’éducation Les mondes de l'éducation et des sciences ne sont pas non plus oubliés ; bien au contraire ! De nombreux logiciels ludo-éducatifs ou pour les étudiants, enseignants, scientifiques, voire pour les établissements scolaires fonctionnent uniquement sous Windows ! VMware Fusion vous permet d’utiliser ces logiciels. Par exemple les logiciels de génie génétique souvent disponible sous Linux vous seront accessibles !

Sans oublier le côté serveur Enfin, VMware Fusion supporte les principaux systèmes d'exploitation serveur du marché : Linux, Windows Server et aussi Mac OS X Server 10.5 et 10.6 (expérimental). Qu’ils soient en 32 ou 64-bits.

Témoignages Jean-Claude Marquette (expert système et virtualisation, sur Mac depuis 22 ans) Jean-Claude connaît sur le bout des doigts le Mac et Mac OS X depuis de nombreuses années. L’arrivée de VMware Fusion lui a ouvert de nouvelles perspectives. « J’ai acheté la première version de VMware Fusion aux États-Unis. Un des mes clients voulait acheter un MacBook Pro 17", il travaillait jusqu’à présent sur PC sous Windows XP Professionnel et beaucoup sur AutoCAD 2008, étant architecte de profession. Cette version était assez laborieuse au quotidien. Mais la version 2.0 m’a agréablement surpris ! Nous avons retrouvé la vélocité du logiciel AutoCAD 2008 telle que celle appréciée sur le vrai PC. Les calques AutoCAD 2008 se sélectionnaient sans problème et AutoCAD Design, un outil de 3D, était tout aussi performant ! » précise Jean-Claude. Et tout ça, sans avoir activé la 3D et le 2e processeur. « L’intérêt de VMware Fusion se vérifie aussi sur le terrain. L’architecte, avec son MacBook Pro, modifie directement le plan. » poursuit Jean-Claude. Cela permet rapidement de pouvoir passer sous Illustrator si besoin. Et cela évite aussi d’être uniquement sous PC, comme souvent en architecture. « J’apprécie aussi beaucoup avec VMware Fusion de pouvoir, en cas de situation extrême, le disque dur saturé bloquant la machine virtuelle, cloner rapidement toute l'installation sur un disque externe de capacité supérieure et de redémarrer l'ensemble sans rencontrer aucun problème!» s’enthousiasme Jean-Claude qui apprécie la souplesse, la robustesse, la fiabilité et la malléabilité de VMware Fusion. « VMware Fusion est très intéressant pour les applications métiers, les applications professionnelles » conclut-il.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

11


Chapitre 2. La virtualisation sur Mac

Nicolas Ponce de Leon (fonction : Gérant, qualité : Ingénieur Informatique / Robotique) Tombé dans l’univers Apple depuis des années, Nicolas Ponce de Leon a lancé en 2006 un Apple Premium Reseller, revendeur Apple, sur la région de Nîmes, mLife (www.mlife.fr). « Pour l’utilisateur qui est sur PC et qui passe sur Mac, la question concerne les logiciels. Comment faire si le logiciel fonctionne uniquement sur Windows ? Cet utilisateur remarque rapidement, qu'avec VMware Fusion, il peut avoir le meilleur de deux mondes, Mac OS X et Windows. Récemment, mLife a mené un projet dans une entreprise d’une trentaine de personnes. « Elle voulait passer sur Mac, mais possédait un gros serveur IBM dédié à leur logiciel métier. On a tout simplement virtualisé le serveur avec VMware Fusion sur un MacPro ! Et on garde les bénéfices du Mac : stabilité , simplicité d'administration et gestion parfaite des documents PDF et Images, toute l'entreprise en ayant profité pour passer à la GED (Gestion Electronique de Documents). Grâce à la virtualisation avec VMware Fusion et Time Machine d’Apple, la sauvegarde du logiciel métier sur Windows se fait désormais en toute transparence toutes les heures et non plus une fois par jour ! VMware Fusion 2.0 apporte encore plus d’intégration avec Mac OS X ! Côté performance, nous avons testé la solution durant plusieurs mois et elle s’avère excellente, au-delà des espérances !» indique Nicolas. Jean-François Joureau (Expert Education - Créateur de la société ordiTICE) En plus de 20 années passées chez Apple, Jean-François a accompagné une grande partie des lancements produits du constructeur en France. Il s'est très vite intéressé au secteur de l'éducation pour finalement se spécialiser sur ce domaine. C'est donc tout naturellement qu'en quittant Apple il crée ordiTICE, un Apple Solution Expert Education, aujourd'hui Apple Premium Reseller.

Le secteur éducatif est de plus en plus intéressé par les solutions Apple, mais la problématique des logiciels est un point important que VMware Fusion nous permet d'adresser avec sérénité. En effet, beaucoup de logiciels acquis par les établissements, ou indispensables à telle ou telle matière enseignée, sont disponibles uniquement en environnement Windows. En proposant une solution multi-OS basée sur VMware Fusion, nous sommes à même de proposer la meilleure des solutions possibles pour les besoins qui nous sont énoncés. Imaginez une classe mobile avec 16 postes permettant de faire fonctionner les logiciels Mac, Windows ou Linux ! Tous les usages sont alors possibles, quel que soit l'approche de l'équipe enseignante. Enfin, VMware Fusion nous procure une de nombreuses possibilités de paramètrage et nous facilite les opérations de maintenance. Souplesse, fiabilité et robustesse, VMware Fusion est vraiment un outil indispensable pour compléter nos offres sur ce secteur d'activité diversifié et exigeant.

12

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Les raccourcis clavier Par défaut, VMware Fusion fait le lien entre le clavier Mac et la machine virtuelle (ce que l’on appelle le mappage). La figure 3.1 présente ce mappage.

Figure 3.1 : Le mappage du clavier dans VMware Fusion La touche Commande (z) correspond sur PC à la touche Contrôle. Ainsi pour faire un copier-coller : sous Mac, on fait Commande+C 1, Commande+P. Sous Windows, on fera Contrôle+C, Contrôle+P. L’équivalent de la touche Commande est la touche Windows (ˇ) des claviers. Certaines touches n’existent pas sur les claviers Mac tels qu’Insert, Imprime écran, F13 à F16. Sur les claviers des MacBook et MacBook Pro, les touches fonctions ne sont pas accessibles dans VMware Fusion, sauf à appuyer sur la touche fn puis sur une touche fonction. Pour envoyer la commande Ctrl+Alt+Suppr à une machine virtuelle, vous pouvez : • Choisissez Machine virtuelle>Envoyer Ctrl + Alt + Suppr. • Si vous utilisez un clavier PC externe, appuyez sur Ctrl+Alt+Suppr. • Sur un clavier Mac de dimensions normales, appuyez sur Suppr avant(÷)+Ctrl+Option. La touche (Suppression vers l’avant) est située sous la touche Aide. • Sur un clavier MacBook, appuyez sur Fn+Ctrl+Option+Suppr.

Principaux raccourcis clavier de VMware Fusion VMware Fusion dispose de nombreux raccourcis clavier par défaut (cf. figure 3.2).

1

Les plus anciens adorateurs du Mac se souviennent que cette touche était surnommée la touche « Pomme ».

13


Chapitre 3. Les raccourcis clavier

Figure 3.2 : Les principaux raccourcis clavier de VMware Fusion Pour la configuration du mappage clavier, reportez aux chapitre 7 et chapitre 8

14

VMware Fusion 2, guide de mise en Ĺ“uvre.


Installation du produit Mise à jour de la version 1.x vers la 2.0 VMware Fusion 2 est gratuit pour tous les utilisateurs de VMware Fusion 1.x. Si vous disposez d’une version 1.x de VMware Fusion, il vous suffit de faire une mise à jour avec l’installateur de la version 2.0. Les machines virtuelles seront reconnues et automatiquement mises à jour avec les VMware Tools.

À partir du CD Insérez le disque dans votre lecteur de CD / DVD. Double-cliquez sur l’icône du disque. Une fenêtre s’ouvre à l’écran et affiche trois fichiers : Installer VMware Fusion, Premiers Pas (fichier PDF) et Désinstaller VMware Fusion.

À partir d’Internet Vous pouvez acheter une version électronique de VMware Fusion (Electronic Software Download) sur Internet. Vous pouvez aussi acheter une version électronique de VMware Fusion sur le site en ligne VMware : www.vmware.com/fr/produits/fusion . Avec Safari, à la fin du téléchargement, il vous est demandé d’ouvrir le fichier image contenant VMware Fusion. Si ce n’est pas le cas, dans la fenêtre téléchargement de Safari (si elle n’est pas affichée), cliquez sur Téléchargements dans le menu Fenêtre. Double-cliquez sur le fichier VMware téléchargé afin de monter le volume amovible sur votre Finder (cf. figure 4.1).

Figure 4.1 : La fenêtre du volume amovible monté sur votre Bureau Sur le Bureau, vous obtenez un volume amovible VMware Fusion. Double-cliquez dessus pour ouvrir la fenêtre. Une fenêtre s’affiche à l’écran. Pour procéder à l’installation (ou à la mise à jour), double-cliquez sur l’icône Installer VMware Fusion.

15


Chapitre 4. Installation du produit

Installation de VMware Fusion Avant de lancer la procédure, le logiciel demande de vérifier si VMware Fusion peut s’installer sur votre ordinateur. Cliquez sur Continuer pour effectuer les vérifications. Si vous cliquez sur Annuler, vous quittez l’installation.

Vous arrivez maintenant au texte de bienvenue qui résume les principales fonctionnalités. Cliquez sur le bouton Continuer La seconde étape est la licence d’utilisation. Lisez attentivement celle-ci. Cliquez sur Continuer si vous êtes d’accord avec les termes de la licence (une petite fenêtre apparaîtra pour confirmer votre acceptation de la licence).

!

Avertissement Le programme d’installation vérifie la présence de l’outil MacFuse. MacFuse permet de mieux échanger des fichiers entre Mac OS X et les systèmes virtualisés. Son installation est transparente. Nous y reviendrons plus loin.

L’étape suivante consiste à choisir le volume sur lequel se fera l’installation. Le logiciel ne peut s’installer que sur le volume sur lequel Mac OS X fonctionne (volume sélectionné par défaut). Vous devez disposer d’au moins 275 Mo d’espace libre. Cliquez sur Continuer.

16

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 4. Installation du produit

Vous arrivez maintenant à la phase d’installation. Pour la lancer, cliquez sur Installer. Vous aurez à saisir votre mot de passe utilisateur.

L’installation automatiquement.

se

poursuit

Lorsque celle-ci est terminée, vous devrez saisir votre numéro de série. Ce numéro est indiqué sur votre boîte ou dans le mail de confirmation que vous aurez reçu. Si vous n’avez pas de numéro de série, cliquez sur Obtenir un numéro de série. Si vous laissez vide le numéro, VMware Fusion fonctionnera en mode essai, limité dans le temps. Cliquez sur Continuer.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

17


Chapitre 4. Installation du produit

L’installation se termine. Cliquez sur Fermer. Vous quittez l’installateur.

i

Pour acquérir une clé d’utilisation Dans le menu VMware Fusion, cliquez sur l’option Obtenir une licence. La fenêtre Licences logicielles s’affiche à l’écran. Cliquez sur Obtenir un numéro de série pour acheter un numéro de série. Votre navigateur internet affiche la page web de VMware Fusion (en Français). Pour acheter votre licence, cliquez sur Acheter.

En l’absence de ce numéro, VMware Fusion fonctionne durant 70 jours. Et au démarrage de VMware Fusion, une fenêtre vous le rappelle.

Si vous avez acquis un numéro de série, vous pouvez cliquer sur le bouton Saisir le numéro de licence ou sur Acheter maintenant pour acheter une licence. Vous avez le choix entre plusieurs licences : • licence individuelle • licence multiple si vous souhaitez installer plusieurs VMware Fusion (pack de 5 ou 10 licences) Cliquez ensuite sur l’option voulue. Puis suivez la procédure d’achat de la boutique en ligne. Le numéro de licence vous sera envoyé par e-mail, après validation de l’achat. Dès réception de celui-ci, saisissez le numéro de série sans VMware Fusion.

Désinstaller le produit Si vous avez besoin de désinstaller VMware Fusion, double-cliquez sur Désinstaller VMware Fusion.

18

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


À la découverte de VMware Fusion 2 Dans ce chapitre, nous allons découvrir les fonctions de base de VMware Fusion. Tout d’abord, il faut lancer l’application. Pour cela, affichez le dossier Application (cf. figure 5.1). Vous y trouverez une icône VMware Fusion. Double-cliquez dessus pour lancer l’application VMware Fusion.

i

Astuce Pour avoir accès immédiatement à votre application, cliquez une fois sur l’icône de VMware Fusion puis dans le menu Fichier sélectionnez l’option Ajouter à la barre latérale. Une icône VMware Fusion apparaît alors dans la partie gauche de vos fenêtres Finder ! Il suffira alors de cliquer une fois sur l’icône pour ouvrir votre application. Pratique et rapide ! Autre possibilité, faites glisser l’icône VMware Fusion dans votre Dock. Choisissez l’emplacement voulu. Puis relâchez le bouton de la souris.

Figure 5.1 : L’application VMware Fusion 2 dans le dossier Applications

19


Chapitre 5. À la découverte de VMware Fusion 2

L’interface de VMware Fusion La fenêtre principale Avec la version 2.0, l’interface de la fenêtre principale de travail (Bibliothèque de machines virtuelles) a été entièrement revue et corrigée.

La fenêtre donne la liste (zone de gauche) des systèmes virtuels installés et disponibles et leurs états (désactivé, interrompu, en cours d'exécution). La partie droite fournie des informations sur l’image virtuelle, à savoir : le nom de l’image virtuelle, le type de système, les observations éventuelles. Si vous avez installé une partition Boot Camp, elle est automatiquement reconnue et utilisable. Si vous utilisez une ancienne version de VMware Fusion, les images virtuelles seront reprises automatiquement avec une mise à jour des VMware Tools. Dans la barre d’outils située en bas de la fenêtre, on dispose de quatre boutons, à savoir : • • • •

Nouveau : pour créer une nouvelle machine virtuelle Ouvrir : pour lancer une image virtuelle sélectionnée dans la liste Réglages : pour configurer la machine virtuelle sélectionnée Importer : ce bouton apparaît uniquement quand une image virtuelle est une partition Boot Camp.

Petite astuce : Vous pouvez ajuster la taille de la zone liste des images virtuelles grâce à cette « réglette » : placez le curseur de la souris au-dessus et il changera de forme. Cliquez (tout en maintenant le bouton de la souris enfoncé) et déplacez la souris à gauche ou à droite pour agrandir ou réduire la zone.

La barre de menu Le menu VMware Fusion • Accès à l’à propos de VMware Fusion • Préférences : accès aux paramètres de bases de VMware Fusion, trois options sont disponibles : Général, Clavier et Souris et Applications par défaut.

20

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 5. À la découverte de VMware Fusion 2

Outils Général

Figure 5.2 : Les préférences Générales • Lors de la fermeture d’une machine virtuelle , vous pouvez indiquer à VMware Fusion d’interrompre la machine virtuelle (en conservant l’état exact de la machine virtuelle là où elle est suspendue) ou tout simplement la désactiver (l’éteindre). Par défaut, l’option confirmer avant fermeture est activée. Il s’agit de demander à l’utilisateur de valider la fermeture de la machine virtuelle. • Diagnostics : activer ou non les vérifications de débogage (pour les utilisateurs avancés). • Performances : vous optez pour optimiser les performances de votre machine virtuelle ou des applications Mac OS X (les machines virtuelles influencent les performances de Mac OS X en mobilisant une partie des ressources matérielles comme le disque dur, la mémoire vive). • Jeu : pour tous les joueurs, VMware Fusion peut automatiquement détecter la souris quand vous jouez dans une machine virtuelle. Cela évite de « perdre » la souris entre Mac OS X et le système virtuel. Vous pouvez aussi refuser l’optimisation de la souris pour les jeux. • Mises à jour : pour demander à VMware Fusion de chercher automatiquement les mises à jour, cochez cette option.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

21


Chapitre 5. À la découverte de VMware Fusion 2

Clavier et Souris

Figure 5.3 : La configuration du clavier et de la souris Ici, vous paramétrez les correspondances claviers entre Mac OS X et celui de la machine virtuelle par exemple pour connaître les raccourcis claviers Windows, ou encore pour simuler une souris deux ou trois boutons quand votre souris n’a qu’un bouton ! Dans le cas d’une utilisation de votre système virtuel en mode d’affichage plein écran ou fenêtre unique, vous pouvez accéder directement à certains raccourcis claviers de Mac OS X (vous pouvez activer / désactiver ceux-ci). On peut définir ses propres profils claviers et souris, pour en savoir plus sur cette fonction : reportez-vous au chapitre 8..

Applications par défaut

Figure 5.4 : Choix des applications par défaut Vous pouvez définir les applications à utiliser quelle soit sous Mac OS X ou une machine virtuelle Windows par exemple.

22

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 5. À la découverte de VMware Fusion 2 • Obtenir une licence : pour rentrer un numéro de licence ou pour en obtenir un. • Téléchargement des boîtiers virtuels: accès au site web de VMware pour télécharger un système virtuel packagé et prêt à l’emploi (site web en Anglais). Pour en savoir plus : reportez-vous au chapitre 6. Faire migrer votre PC : permet de récupérer intégralement votre système Windows d’un PC sous VMware Fusion. Reportez-vous au chapitre 8 pour en savoir plus.

Menu Fichier Pour ouvrir une machine virtuelle, ouvrir une image récente, la fermer, ou en créer une. Importer une image virtuelle.

Menu Edition Accès aux fonctions de copier-coller, supprimer, de sélection.

Menu Présentation • • • • • •

Vue actuelle : indique le mode d’affichage actuel de la machine virtuelle (par défaut la présentation est en fenêtre unique) Unity : affichage en mode Unity, désactivation d’Unity Plein écran : affichage plein écran Afficher - Masquer la barre d’états (située en bas de la fenêtre unique) Afficher / masquer la barre d’outils (barre avec les gros boutons) Personnaliser la barre d’outils

Menu Machine virtuelle • Réglages : accès à l’ensemble des options de configurations (système matériel, disques amovibles, USB, partage des dossiers sur le Mac). • Installer VMware Tools : installe les outils complémentaires VMware dans la machine virtuelle active. • Installer McAfee VirusScan Plus : installer un antivirus dans votre machine virtuelle. • Mettre à niveau la machine virtuelle : s’affiche quand la machine virtuelle ne fonctionne pas. Pour mettre à jour la machine (fonctionnalités, version des VMware Tools…) • Snapshots : affiche les snapshots pris par l’utilisateur. • Restaurer : utiliser un snapshot pour revenir à un état antérieur de sa machine virtuelle. • Prendre un snapshot : permet de prendre un snapshot de l’état actuel de sa machine virtuelle (avec les données, applications, etc.). • Envoyer Ctrl-Alt-Del : simule la combinaison de touches Ctrl+Alt+Del du PC. • Envoyer la clé : permet de simuler différentes touches d’un clavier PC. • Saisir l’entrée : pour utiliser la souris à l’intérieur du système virtuel (évite de faire le raccourci clavier ou un clique de souris). • Arrêter, suspendre, redémarrer, réinitialiser une machine virtuelle (ici appelé client). • Carte réseau / carte son / CD/DVD / Disque dur / USB / Dossiers partagés : accès aux différents réglages.

Menu Applications Lanceur : affiche l’ensemble des applications disponibles dans la machine virtuelle (uniquement sous Windows). Le menu affichage des applications en cours d’utilisation dans la machine virtuelle.

Menu Fenêtre • Réduire, zoom : pour réduire ou agrandir une fenêtre. • Bibliothèque de machines virtuelles : pour afficher la fenêtre bibliothèque. • Tout ramener en avant-plan : afficher toutes les fenêtres à l’écran.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

23


Chapitre 5. À la découverte de VMware Fusion 2 • Liste des fenêtres de machines virtuelles ouvertes.

Menu Aide • • • • • • • • • • •

Aide de VMware Fusion : aide du logiciel. Didactiels en vidéo (uniquement en Anglais) : accès à une aide vidéo pour mieux comprendre VMware Fusion. Forums de discussion (uniquement en Anglais) : accès direct aux forums internet sur l’outil. Support et service (uniquement en Anglais) : affiche dans le navigateur web la page officielle du support / assistance de VMware Fusion. Envoyer un avis : vous souhaitez donner votre avis sur VMware Fusion, envoyez un mail (uniquement en Anglais). Collecter des informations de support : indispensable quand vous envoyez une question au support. Génère un fichier contenant l’ensemble des informations nécessaires. Page d’accueil de VMware : affichage de la page d’accueil du site internet de l’éditeur. Bienvenue dans VMware Fusion. Participation à la communauté (uniquement en Anglais) : VMware Fusion est aussi une grande famille où l’on échange, on trouve des solutions, on discute ! Contrat de licence et mentions légales. Remerciements

Certaines options des menus apparaissent quand une machine virtuelle s’exécute.

24

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Ma première machine virtuelle Vous êtes impatient(e) de mettre en œuvre VMware Fusion et d’utiliser un autre système que Mac OS X ! Il est temps de créer et d’installer votre première machine virtuelle. VMware Fusion supporte plus de 60 systèmes d’exploitation 32 et 64-bit.

!

Important Pour installer une nouvelle machine virtuelle, le plus rapide, et le plus pratique, est d’utiliser les CD-Rom ou DVD d’installation du système d’exploitation. Vous devez utiliser une version originale dudit système (pour les systèmes commerciaux comme Windows, Solaris, Mac OS X Server, etc.).

À ne pas oublier la souris et le clavier ! Pour utiliser votre clavier et votre souris dans la machine virtuelle, plusieurs solutions possibles : • le raccourci clavier : Control+Pomme (valable pour entrée et sortie de la machine virtuelle) ; • l’item Saisir du menu Machine virtuelle ; • ou directement cliquer dans la fenêtre de la machine virtuelle. Par défaut, le contrôle du clavier et de la souris reste à Mac OS X, pour pouvoir utiliser le système virtuel, vous devez « rentrer » à l’intérieur. Si au début, cela surprend, vous vous y ferez très rapidement. Quand vous activez Unity, vous n’avez pas à vous en soucier.

Importation d’une machine virtuelle non VMware Fusion VMware Fusion 2 inclut par défaut une fonction permettant d’importer directement des machines virtuelles non VMware : Parallels Desktop (2.5 / 3) et VirtualPC 7. Au lancement de cette fonction, une fenêtre de sélection de fichier s’ouvre.

Cherchez l’image virtuelle à importer dans VMware Fusion. Ici il s’agit d’une image Kubuntu issue de Parallels 3.0. On sélectionne le fichier .pvs. Puis on clique sur Ouvrir.

25


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

La fenêtre suivante résume l’ensemble des informations sur le système virtuel : nom, type de système, la taille du disque virtuel, la mémoire demandée, type de réseau. Pour commencer l’import, cliquez sur le bouton Importer.

L’outil Option de disque permet d’ajuster certaines options. L’option Diviser le disque en fichiers de 2 Go

est cochée par défaut. Laissez cette option et cliquez sur Importer. VMware Fusion vous demande l’emplacement de sauvegarde du système virtuel importé. Cliquez sur Enregistrer.

L’importation commence.

Quand elle est terminée…

Vous pouvez l’exécuter immédiatement, la démarrer plus tard ou accéder à ses préférences (bouton Personnaliser). Désormais, votre système Kubuntu s’affiche dans votre bibliothèque de machines virtuelles.

26

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

Utiliser votre partition Boot Camp sous VMware Fusion Si vous utilisez l’outil Boot Camp d’Apple sur votre Mac, VMware Fusion détecte automatiquement la partition Boot Camp et l’indique dans la fenêtre Bibliothèque. Rappelons que Boot Camp permet d’installer physiquement Windows (XP ou Vista) sur votre Mac Intel sur une partition distincte et de démarrer ensuite sous Mac OS X ou Windows. VMware Fusion 2 permet de virtualiser votre partition Boot Camp très simplement sans en modifier le contenu ni l’importer (cf. figure 6.1).

Figure 6.1 : La partition Boot Camp accessible dans VMware Cependant, vous avez aussi la possibilité d'importer une partition Boot Camp avec la nouvelle version 2 de VMware Fusion. Sélectionnez la partition Boot Camp en cliquant une fois dessus. Le bouton Importer s’affiche, cliquez dessus. Deux nouvelles fenêtres surgissent.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

27


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

Vous devez tout d’abord saisir votre mot de passe utilisateur utilisé sous Mac OS X. Vous accédez alors à la fenêtre d’importation de Boot Camp. Vous y trouvez de précieuses informations sur le contenu de la partition Boot Camp : le nom, la version de Windows installée, la place requise sur le disque dur et diverses options. En cliquant sur le bouton « Options de disques », vous accédez à quelques options supplémentaires.

Vous pouvez allouer tout l’espace disque ou alors diviser le disque virtuel (nécessaire) en fichier de 2 Go. Cette segmentation est rendue nécessaire par le fait que le disque dur n’est pas formaté Windows. Vous devrez ressaisir votre mot de passe Mac OS X. Cliquez sur le bouton Importer pour démarrer l’importation. Vous devrez d’abord choisir un emplacement sur le disque dur interne de votre Mac ou un disque externe. Cliquez sur enregistrer puis saisissez une nouvelle fois votre mot de passe Mac OS X.

28

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

L’importation démarre. plusieurs minutes…

Elle

dure

Une fois l’importation terminée, vous avez le choix entre exécuter plus tard la machine virtuelle, l’ouvrir immédiatement ou personnaliser les paramètres de la machine virtuelle (via la fenêtre réglages).

!

Important Votre partition Boot Camp reste fonctionnelle et vous pouvez toujours démarrer dessus.

Pour défaut, les VMware tools ne sont pas installés. Vous devez les installer avant d’utiliser pleinement votre partition Boot Camp. Utilisez dans le menu Machine virtuelle l’item Installer VMware Tools.

Créer une machine virtuelle Windows Vista Pour débuter, lancez VMware Fusion. La fenêtre Bibliothèque s’affiche. Cliquez sur le bouton Nouveau situé en bas à gauche de la fenêtre ou sur les touches : Pomme+N ou via le menu Fichier, l’item Nouveau…. L’assistant de création des machines virtuelles apparaît. Il n’y a plus qu’à suivre les étapes que nous allons maintenant décrire et expliquer en détail.

!

Important À tout moment vous pouvez revenir à l’étape précédente ou annuler la création. L’installation est identique pour Windows XP.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

29


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

Le préambule de l’assistant apparaît. Lisez-le, il comporte des informations importantes sur l’utilisation du produit. Pour poursuivre l’installation, insérez maintenant votre disque d’installation système. Dans notre exemple, il s’agit d’un DVD de Windows Vista.

Automatiquement l’assistant détecte le disque d’installation (cela peut prendre quelques minutes). Par défaut, l’option Installer ce système d’exploitation est cochée. Si vous choisissez Installer un autre système d’exploitation, vous pourrez alors choisir une autre installation que celle du disque système que vous venez d’insérer dans le lecteur du Mac. Comme nous voulons installer Vista, on clique maintenant sur le bouton Continuer. L’assistant simplifie énormément l’installation. C’est pour cela que par défaut, l’option Utiliser l’installation facile est cochée et nous vous recommandons cette option pour éviter de tout paramétrer vous-même ! Indiquez dans les champs de saisie correspondants : le nom du compte utilisateur (compte administrateur), et éventuellement le mot de passe. N’oubliez pas de saisir la clé de produit Windows. Cliquez maintenant sur le bouton Continuer.

30

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

L’étape suivante consiste à la configuration des partages entre votre machine virtuelle et Mac OS X. Plusieurs possibilités vous sont offertes : • partager le dossier personnel : il s’agit d’un lien vers votre dossier personnel (de votre compte utilisateur) de Mac OS X. Si besoin, vous pouvez demander à ce que les droits d’accès en lecture et écriture soient activées. Cela peut éviter des problèmes quand vous sauvegardez un document à partir de Windows ;

• dossiers en miroir : vous disposez d’un miroir de vos dossiers documents, musique et Images (ainsi que votre bureau) dans Windows ; • aucun : vous ne souhaitez pas partager maintenant. Vous pourrez configurer le partage par la suite. Nous conservons ici l’option par défaut : partager le dossier personnel. Cliquez sur Continuer. Nous arrivons à la dernière étape. L’assistant est maintenant prêt à lancer l’installation. Il vous indique la taille de la mémoire vive que la machine virtuelle utilisera et celle du disque dur virtuel ainsi que le mode de mise en réseau et le type du lecteur de CD/DVD. Si vous voulez que, par défaut, la machine virtuelle que vous allez créer s’ouvre automatiquement au démarrage de VMware Fusion, cocher l’option Toujours

ouvrir

cette

machine

virtuelle…

Si vous souhaitez personnaliser les réglages, cliquez sur Personnaliser les réglages. Vous devrez tout d’abord enregistrer sur un disque dur votre nouvelle machine virtuelle. Une fois cela effectué, la fenêtre réglages apparaît. Quand la personnalisation est terminée, fermer la fenêtre. La fenêtre bibliothèque de machines virtuelles apparaît ainsi que votre machine virtuelle Windows. Double-cliquez dessus pour l’ouvrir et lancer l’installation…

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

31


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

Si vous souhaitez conserver les réglages par défaut, cliquez sur Terminer. Vous devrez tout d’abord enregistrer la nouvelle machine virtuelle sur un disque dur. Par défaut, la machine sera sauvegardée dans le dossier Machine Virtuelle du dossier Documents.

Vous pouvez bien entendu enregistrer votre machine virtuelle ailleurs… Une fois l’emplacement trouvé, cliquez sur Enregistrer. L’installation démarre. Il est possible que votre Mac dispose d’une carte graphique trop ancienne ou pas assez puissance pour l’accélération 3D de VMware Fusion. Dans ce cas une boîte de dialogue vous avertira. Cliquez sur OK.

L’installateur Windows se lance. Maintenant, l’installation est celle d’un Windows. Vous configurez d’abord le clavier et la langue. Puis l’installateur Windows installe le système…Si la clé produit n’a pas été saisie dans l’assistant VMware Fusion, elle vous sera redemandée.

32

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

L’installation nécessite quelques dizaines de minutes. Une fois celle-ci terminée, Windows démarre, lance la configuration de l’ordinateur et termine l’installation. Au premier démarrage de Windows, VMware Fusion installe les VMware Tools.

Votre disque virtuel Windows Vista est désormais prêt à être utilisé avec Mac OS X ! Sous Mac OS X 10.5 Leopard, il est conseillé de configurer la mémoire à 1024 Mo pour le disque virtuel Windows Vista.

GNU Linux : openSUSE 11.0 VMware Fusion reconnaît plus de 60 systèmes dont de nombreuses distributions GNU Linux. Idéal si vous souhaitez voir à quoi cela ressemble ou l’utiliser au quotidien. Vous verrez qu’installer une distribution Linux n’est guère différent que pour Windows. Pour débuter, lancez VMware Fusion. La fenêtre Bibliothèque s’affiche. Cliquez sur le bouton Nouveau en bas à gauche de la fenêtre ou sur les touches : Pomme+N ou encore via le menu Fichier, l’item Nouveau… L’assistant de création des machines virtuelles apparaît.

!

Important À tout moment vous pouvez revenir à l’étape précédente ou annuler la création. L’installation est identique pour Windows XP.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

33


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

Le préambule de l’assistant apparaît. Lisez-le ; il comporte des informations importantes sur l’utilisation du produit. Pour poursuivre l’installation, insérez maintenant votre disque d’installation système.

L’assistant détecte automatiquement le disque d’installation (cela peut prendre quelques minutes). Il indique bien SUSE Linux. On clique maintenant sur le bouton Continuer. En dehors de Windows on ne bénéficie pas d’installation simplifiée. On passe directement à la dernière étape. Vous pouvez personnaliser ici les réglages. Si vous souhaitez personnaliser les réglages, cliquez sur Personnaliser les réglages. Vous devrez tout d’abord enregistrer votre nouvelle machine virtuelle sur un disque dur. Une fois cela effectué, la fenêtre Réglages apparaît. Quand la personnalisation est terminée, fermer la fenêtre. La fenêtre bibliothèque de machines virtuelles apparaît ainsi que votre machine virtuelle SUSE. Double-cliquez dessus pour l’ouvrir et lancer l’installation… Si vous voulez que, par défaut, la machine virtuelle que vous allez créer s’ouvre automatiquement au démarrage de VMware Fusion, cocher l’option Toujours ouvrir cette machine virtuelle…

34

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

L’assistant est maintenant prêt à lancer l’installation. Il vous indique la taille de la mémoire vive que la machine virtuelle utilisera et celle du disque dur virtuel ainsi que le mode de mise en réseau et le type du lecteur de CD/DVD. Si vous souhaitez conserver les réglages par défaut, cliquez sur Terminer. Vous devrez tout d’abord enregistrer la nouvelle machine virtuelle sur un disque dur. Par défaut, la machine sera sauvegardée dans le dossier Machines Virtuelles dans le dossier Documents.

Vous pouvez bien entendu enregistrer votre machine virtuelle ailleurs… Une fois l’emplacement trouvé, cliquez sur Enregistrer. L’installation commence.

Pour configurer installation, cliquez sur l’option Installation puis enfoncez la touche Entrée.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

35


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

Le logiciel d’installation se charge… On sélectionne en premier la langue d’utilisation, on lit les conditions de la licence puis on peut cliquer sur Suivant.

On s’assure que l’option Nouvelle Installation est sélectionnée puis on clique sur Suivant.

36

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

Puis on configure le fuseau horaire et le bureau. Sous Linux, vous avez le choix entre Gnome et KDE. Si vous êtes novice en Linux, nous vous conseillons KDE 3.5 (la version 4.0 n’est pas encore très stable).

La configuration disque dur est plus compliquée sous Linux que sous Mac OS X ou Windows, nous vous conseillons de laisser la configuration proposée par défaut. Cliquez sur Suivant. On arrive alors sur la création de l’utilisation : saisissez le nom complet, le nom utilisateur (il se complète automatiquement à la saisie du nom complet) et le mot de passe. Une fois terminé, on clique sur Suivant.

L’installateur vous résume les options d’installation. Si vous êtes d’accord, cliquez sur Installer. L’installation prendra quelques dizaines de minutes… Vous pouvez bien entendu continuer à travailler sous Mac OS X.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

37


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

Une fois l’installation terminée, le bureau KDE apparaît.

À partir d’une image disque ISO En dehors de l’installation assistée et simplifiée, vous pouvez faire une installation « à la main ». Mais ce type d’installation demande de la pratique. Nous allons prendre l’exemple d’unm installation non pas à partir d’un DVD d’installation, mais à partir d’une image système ISO. Il s’agit d’un gros fichier .iso contenant l’ensemble du système que l’on va installer. Créez une nouvelle machine en cliquant sur Nouveau situé en bas à gauche de la fenêtre ou sur les touches : Pomme+N ou via le menu Fichier, l’item Nouveau…. L’assistant de création des machines virtuelles apparaît. L’assistant de configuration s’ouvre. Ejectez tout disque d’installation de votre lecteur CD / DVD. Cliquez sur le bouton Continuer sans disque. L’étape suivante consiste à définir le type de système que vous allez installer, son support, etc.

38

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

Dans notre exemple, nous allons installer une distribution Linux Fedora, via une image système ISO. Pour cela, il faut préalablement télécharger / récupérer l’image .ISO. Dans l’assistant de VMware Fusion, on clique sur l’option Utiliser le fichier image du disque

d’installation

du

système

d’exploitation.

Une fenêtre surgit ef vous demande de localiser le fichier ISO. Le notre se situe sur le bureau. On le sélectionne puis on clique sur le bouton Choisir. Le nom du fichier s’affiche dans le menu déroulant. Cliquez sur Continuer. L’étape suivante consiste à définir le système.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

39


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

C’est bien un système Linux dans le menu Système d’exploitation. Cliquez sur le menu Version pour choisir la bonne version. Dans notre cas, nous prendrons Autre noyau Linux 2.6.x. Comme vous le constatez Fedora n’est pas indiqué dans la liste. Après la sélection faite, on clique sur Continuer.

Dans la dernière étape « Terminer », on garde les paramètres par défaut proposés puis on clique sur Terminer. On enregistre la machine virtuelle à l’emplacement voulu. L’installation démarre !

Les étapes d’installation sont identiques à celles décrites pour Windows et Linux. Ce mode d’installation « à la main » est rapide et pratique pour des utilisateurs avancés. Pour débuter avec VMware Fusion, nous vous conseillons de toujours passer par un disque d’installation. Pour installer Windows, ou tout système, à partir d’une image ISO, la procédure est identique à celle décrite ci-dessus.

40

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

Boîtier virtuel VMware Fusion permet aussi d’installer et d’utiliser des boîtiers virtuels. C’est ce que l’on appelle en jargon informatique : des virtual appliances. Il s’agit d’un package (une boîte) prêt à l’emploi et pré-configuré que l’utilisateur peut utiliser tout de suite. Cette méthode est à réserver aux utilisateurs intermédiaires / avancés. Pour installer un boîtier virtuel, dans le menu VMware Fusion, cliquez sur l’item Télécharger des boîtiers virtuels. Votre navigateur internet se chargera et affichera la page dédiée aux boîtiers de www.vmware.com.

!

Avertissement Cette rubrique du site est disponible uniquement en anglais.

Vous choisissez ensuite le boîtier que vous souhaitez utiliser et téléchargez-le. Pour certains boîtiers, un nom d’utilisateur et son mot de passe peuvent être nécessaire. Ces informations sont indiquées sur la page du boîtier, notez-les !

Comme nous sommes amateurs de Fedora (distribution Linux), nous allons chercher un boîtier contenant la toute dernière version, une pré-version de Fedora 10. Pour cela, nous saisissons Fedora 10 dans le champ de recherche (Search Virtual Appliance). Plusieurs choix s’affichent. On choisit Fedora 10 alpha. Sa fiche d’information s’affiche. On y trouve : la taille du fichier, les pré-requis mémoires, les éventuels nom utilisateur et mot de passe (à noter absolument s’ils sont indiqués). On clique maintenant sur Download this Appliance pour télécharger le fichier ! Si vous le souhaitez vous pourrez vous enregistrer au VMware Virtual Appliance Marketplace Promotion mais ce n’est pas une obligation. Vous pouvez cliquer directement sur No thanks… Vous accédez alors au site de téléchargement. Il suffit de cliquer sur la section download pour lancer le téléchargement. Celui-ci se lancera automatiquement. Si vous utilisez Firefox, il vous sera demandé d’ouvrir directement le fichier après téléchargement ou de l’enregistrer. Nous prenons l’option enregistrement.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

41


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

À noter que les VMware Tools ne sont pas toujours inclus dans ces boîtiers virtuels. D’autre part le format le plus courant utilisé par ces boîtiers est le format 7z. Il s’agit d’un format de compression très performant. Mais il faut utiliser un logiciel de décompression spécifique tel que Untar. Vous devez d’abord installer l’utilitaire puis double-cliquez sur le fichier 7z à décompresser. Cette opération demande de longues minutes. Une fois la décompression terminée, un nouveau dossier contenant votre boîtier virtuel est créé. Il contient différents fichiers. Le plus important pour vous est celui ayant une extension .vmx comme le montre l’image suivante :

Vous constatez que ce fameux fichier possède l’icône document VMware Fusion. Double-cliquez, VMware Fusion s’ouvre automatiquement.

Mac OS X vous signale que le fichier a été téléchargé à partir d’Internet, vous devez cliquer sur Ouvrir pour continuer. Le boîtier virtuel s’ajoute dans votre liste de machines virtuelles et sa fenêtre s’ouvre. VMware Fusion vous demandera de mettre à niveau le boîtier virtuel (sauf si le boîtier est très récent). Cliquez sur Mettre à niveau pour améliorer l’utilisation du système dans VMware Fusion.

Mais comme ce boîtier n’a pas été créé ex nihilo, VMware Fusion demandera de préciser si le boîtier a été copié ou déplacé. À chaque que vous déplacez une machine virtuelle d’un disque dur à un autre ou dans un autre dossier, VMware Fusion vous posera la question. Cliquez sur J’ai copié. Et au final, nous avons un Linux Fedora 10 prêt à l’emploi !

Pour terminer Voilà nous avons vu dans ce chapitre comme créer en quelques clics une machine virtuelle Windows et Linux ! Dans le chapitre suivant, nous verrons comment travailler au quotidien avec VMware Fusion. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter la partie utilisateur avancé de ce présent guide.

42

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 6. Ma première machine virtuelle

Information sur une machine virtuelle à partir du Finder Une des nouvelles fonctions de Mac OS X 10.5 (Leopard) est le Coup d’Œil / diaporama symbolisé sur les fenêtres Finder par l’icône : Afficher le dossier contenant vos machines virtuelles. Par défaut VMware Fusion utilise : dossier Documents/Machines virtuelles/vos fichiers de machines virtuelles. Sélectionnez une machine virtuelle et appuyez sur la barre espace de votre clavier. La fenêtre coup d’œil apparaît (cf. figure 6.2).

Figure 6.2 : Coup d’Œil sur une machine virtuelle Linux Vous aurez l’icône de la machine, le nom de la machine, son type (ici un Linux), la taille de la mémoire vive utilisée.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

43


44


Travailler avec une machine virtuelle Voilà, vous disposez d’une ou plusieurs machines virtuelles ! Nous allons voir maintenant comment travailler au quotidien avec celles-ci. Avant toute chose, n’oubliez pas que : • • • •

il existe des différences de fonctionnements entre Windows et les autres systèmes ; les options de configuration sont propres à chaque machine ; certains paramètres sont accessibles uniquement quand la machine virtuelle est arrêtée et non simplement interrompue ; USB 2 est supporté, mais pas les périphériques Firewire.

Lancer ou reprendre une machine virtuelle Pour démarrer ou reprendre une machine virtuelle, il vous suffit de la sélectionner dans la liste de la fenêtre bibliothèque, puis de cliquer sur le bouton Exécuter. Vous pouvez aussi double-cliquez dessus.

Figure 7.1 : La fenêtre Bibliothèque des machines virtuelles

À noter : • le bouton Exécuter est valable pour une machine arrêtée ou interrompue. Sous chaque système virtuel, son état est indiqué. Ici (figure 7.1), nous avons 4 systèmes désactivés (arrêtés) et un interrompu (si on double-clique sur celle-ci, le système d’exploitation reprend son fonctionnement à l’endroit où il est arrêté). • vous ne pouvez pas lancer une machine par les options du menu Machine virtuelle Une nouvelle fenêtre s’affiche. Elle a pour nom celui de votre machine virtuelle et devient votre fenêtre de travail contenant le système virtuel. Nous allons travailler avec notre machine Windows Vista. Pour ce faire, on clique dessus pour la sélectionner. Cliquez sur le petit bouton lecture (cf. figure 7.2).

45


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Figure 7.2 : Démarrage d’une machine virtuelle Quand vous placez le curseur de la souris sur les icônes de droite, sous le nom de l’image virtuelle, le texte change indiquant la fonction du bouton : Démarrer le client ou Ouvrir au démarrage de VMware Fusion (bouton avec l’étoile). La fenêtre du système s’affiche automatiquement. Si votre matériel est limité pour les fonctions 3D, un message d’alerte vous préviendra. Le démarrage peut prendre plusieurs secondes.

À retenir Si vous ne savez plus où est le curseur de la souris, appuyez sur les touches Contrôle+Pomme. Vous récupérez la souris dans Mac OS X. Pour utiliser la souris dans le système virtuel, cliquez quand la souris est à l’intérieur de la fenêtre du système (virtuel). VMware Fusion détecte automatiquement le clic et votre souris est alors utilisable uniquement dans le système virtuel tant que vous ne faites pas Contrôle+Pomme. Si vous passez en affichage plein écran, vous n’avez pas à vous soucier de l’emplacement de la souris. Elle est automatiquement disponible dans le système virtuel.

Démarrer directement sur une machine virtuelle Pour vous faciliter encore plus l’utilisation de VMware Fusion, vous pouvez lancer au démarrage de Fusion une machine virtuelle sans que vous ayez besoin de l’exécuter manuellement. Afficher la fenêtre Bibliothèque de machines virtuelles. Sélectionner la machine virtuelle à démarrer à l’ouverture de VMware Fusion.

Placer la souris sur la petite icône avec l’étoile à l’intérieur. Cliquer dessus.

L’icône est désormais orange. Cette machine virtuelle démarrera automatiquement lors de la prochaine ouverture de VMware Fusion.

! 46

Avertissement • Pour dé-sélectioner la machine virtuelle au démarrage : recliquer sur l’icône, elle redevient de couleur grise. • Vous ne pouvez sélectionner qu’une seule machine virtuelle à la fois.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

La fenêtre de la machine virtuelle Votre fenêtre de travail, en mode « normal » (fenêtre unique) se présente ainsi (cf. figure 7.3) :

Figure 7.3 : La fenêtre en mode normal En premier lieu, il faut se repérer. Dans la partie supérieure de la fenêtre (appelée barre d’outils, que vous masquez), vous disposez d’une série de boutons pour interrompre, prendre un snapshot, restaurer un snapshot, accéder aux réglages ou encore modifier le mode d’affichage. En bas, ou barre d’état, vous disposez à gauche d’une zone d’information. VMware Fusion y affiche des messages d’alertes, des informations. À droite, vous remarquez une série de petites icônes que l’on détaillera un peu plus loin.

La barre d’outils

Figure 7.4 : La barre d’outils Elle contient dans la partie haute une barre d’outils avec 6 boutons (cf. figure 7.4) : • bouton interrompre : pour suspendre la machine afin de la reprendre plus tard. Si vous fermez Fusion et que vous reprenez cette machine, VMware Fusion reprendra l’exécution dans l’état où vous l’avez laissé. • Prendre un snapshot : permet de créer un instantané du système virtuel • Revenir : pour revenir à l’état du système « saisi » par la fonction prendre un snapshot. • Réglages : vous accédez aux paramètres de fonctionnement de la machine virtuelle. Voir le chapitre dédié pour aller plus loin sur ces éléments.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

47


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle • Bouton Unity : transforme les fenêtres de votre système virtuel en fenêtres Mac OS X. Si Unity n’est pas disponible, son bouton restera grisé. • Plein écran : pour utiliser en plein écran votre système virtuel. Pour revenir à l’affichage dans une fenêtre unique, appuyez sur les touches : Contrôle+Pomme+S. Si les boutons du haut vous gênent, masquez-les ! Pour ce faire, cliquez sur le bouton rectangulaire en haut à droite ou le menu Présentation, item Masquer la barre d’outils. Pour la réafficher, cliquez une nouvelle fois sur le bouton rectangulaire.

La barre d’états Figure 7.5 : La barre d’états À gauche s’affichent des messages, des conseils, des informations liées à la machine virtuelle en cours d’utilisation (cf. figure 7.5). Les petites icônes de droite donnent un accès direct à différentes fonctions. Pour savoir à quoi cela correspond, placez le curseur de la souris sur l’icône et attendre quelques secondes, une infobulle (de couleur jaune) s’affiche avec le nom de l’icône.

Figure 7.6 : La barre d’états (détails) De gauche à droite, nous disposons de (cf. figure 7.6) : • • • • • • •

connecter Apple IR Receiver à cette machine virtuelle ; connecter Apple Bluetooth USB Host Controller à cette machine virtuelle ; configurer le périphérique carte réseau ; configurer le périphérique audio ; configurer le périphérique CD/DVD ; configurer le périphérique Disque dur ; configurer les dossiers partagés.

Pour accéder aux options de configuration, cliquez sur l’icône et un menu contexte apparaît (cf. figure 7.7).

Figure 7.7 : Accéder aux options de configuration Si une fonction n’est pas configurée ou disponible, l’icône sera gris clair ; si l’option est active, l’icône sera de couleur noire. Pour masquer la barre du bas (ou barre d’état), sélectionnez l’option masquer la barre d’état du menu Présentation. Pour en savoir plus, reportez au chapitre 8.

i 48

À retenir Quand une machine virtuelle fonctionne, si vous avez configuré le lecteur de CD/DVD pour une détection automatique du lecteur, vous n’avez plus accès sous Mac OS X au CD / DVD inséré dans le lecteur. Pour retrouver l’accès au CD/DVD, arrêtez la machine virtuelle. En mode plein écran et en Unity, vous n’aurez pas accès aux barres d’outils haute et basse de VMware Fusion.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle Les icônes accessibles dans la barre d’états changent selon le système de sa machine virtuelle.

Personnaliser la barre d’outils Comme toute bonne application Mac OS X, VMware Fusion vous permet de personnaliser la barre d’outils. Pour ce faire, cliquez dans le menu Présentation sur l’option personnaliser la barre d’outils. Vous aurez l’affichage de la figure 7.8 :

Figure 7.8 : Personnalisation de la barre d’outils Par exemple, vous souhaitez rajouter le bouton Arrêter à la barre. Pour cela, vous cliquez sur le bouton Arrêter situé dans la zone Glissez votre élément favori… puis faites-le glisser dans la barre d’outils (cf. figure 7.9).

Figure 7.9 : Glissé déposé dans la barre d’outils En transparence, le bouton s’affichera dans la barre et les autres boutons se décaleront. Relâchez le bouton de la souris. Le nouveau bouton s’affiche dans la barre. Vous pouvez aussi retirer des éléments de la barre de boutons. Pour cela, cliquez sur le bouton à retirer et glissez-le, avec la souris, en dehors de la barre. Relâchez. Le bouton disparaîtra automatiquement. Pour revenir à la barre d’origine, glissez le réglage par défaut dans la barre de la fenêtre. Un petit bouton + (couleur verte) apparaîtra lorsque le réglage par défaut est glissé sur la barre d’outils. Relâchez. Vous pouvez ajuster l’affichage de la barre d’outils. Le menu Afficher permet d’afficher Icône et texte, Icône seulement ou Texte seulement. Vous pouvez aussi choisir un affichage en petite taille (cf. figure 7.10).

Figure 7.10 : Ajuster l’affichage de la barre d’outils Quand vous avez fini, cliquez sur le bouton Terminé.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

49


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Pour accéder au système virtuel Quand vous êtes en présentation fenêtre unique, vous devez dire à VMware Fusion que vous souhaitez rentrer dans le système virtuel. Vous pouvez cliquer une fois quand le curseur de la souris se situe dans la fenêtre du système. Faire : Contrôle+Pomme (pour rentrer et sortir du système virtuel) ou Contrôle+G (option Saisir l’entrée du menu Machine Virtuelle). Windows propose une gestion transparente de la souris et VMware Fusion reconnaît si vous êtes dans le système virtuel ou sur Mac OS X. Vous retrouvez la même gestion transparente sur les autres systèmes comme Linux. Il peut arriver que la machine virtuelle ne voie pas la souris, il faut alors cliquer dans la fenêtre du système virtuel.

Agrandir, réduire, fermer une fenêtre d’un système virtuel Vous pouvez agrandir la fenêtre de votre machine de plusieurs manières : • utiliser la souris pour l’agrandir (par le coin en bas à droite) • bouton agrandissement de la fenêtre (couleur verte, un + apparaît) : agrandit la fenêtre sur la totalité de l’écran. • Cliquer sur le bouton Plein Écran. Seul le système virtuel apparaît. Pour retrouver le mode normal : Pomme+Contrôle+S. • Pour réduire une fenêtre (la mettre dans le Dock de Mac OS X) : cliquez sur le bouton orange en haut à gauche ou choisissez l’option Réduire dans le menu Fenêtre. • Pour fermer une fenêtre d’un système virtuel, cliquez sur le bouton rouge en haut à gauche. Vous utilisez le raccourci-clavier : Pomme+W.

!

Avertissement Si le système fonctionne toujours, VMware Fusion vous demande d’interrompre le système (ou Annuler la

fermeture). VMware Fusion adaptera automatiquement l’affichage du système selon la taille de la fenêtre (cette opération peut demander quelques minutes. Ne fonctionne pas avec tous les systèmes).

Affichage plein écran Pour utiliser pleinement l’écran, vous pouvez passer votre système en plein écran. Il vous suffit de cliquer sur le bouton Plein écran. Votre système virtuel prendra alors tout votre écran comme si vous aviez démarré directement sous Linux ou Windows. Ce mode d’affichage est disponible pour les systèmes. Mac OS X est « caché ». Pour passer en plein écran, cliquez sur le bouton figure 7.11 :

50

L’affichage se modifie. À l’écran vous aurez quelque chose comme

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Figure 7.11 : L’affichage Plein Écran Pour revenir en mode normal : Contrôle+Pomme+S. Vous avez accès à tout moment au menu de VMware Fusion.

Figure 7.12 : Le menu de WMware Fusion Placez le curseur de la souris en haut de l’écran et le menu apparaît (cf. figure 7.12. Si vous faîtes la combinaison de touche : Pomme+Tab, (changement d’application), le Finder réapparait au premier plan, mais la machine virtuelle en affichage plein écran demeure en arrière plan, il suffit de basculer sur VMware Fusion pour retrouver Windows ! À noter que la résolution de la machine virtuelle s’adapte automatiquement à la résolution de l’écran (cf. figure 7.13).

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

51


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Figure 7.13 : Adaptation de la résolution

Prise en compte du multiécran ! Si vous utilisez plusieurs écrans, quand vous passez en plein écran, cela se fera sur l’écran principal (celui affichant le Finder) (cf. figure 7.14).

Figure 7.14 : Prise en compte du multiécran Et vous passez d’un système à un autre en déplaçant la souris du côté Windows ou Mac OS X !

Installer un nouveau logiciel dans ma machine virtuelle ! Rien de plus facile. Sous Windows, l’installation se déroule comme sur un simple PC. Nous allons voir plusieurs exemples.

52

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Installer Google Chrome Nous lançons le téléchargement du navigateur Chrome à partir du site Google Chrome.

Figure 7.15 : Téléchargement de Google Chrome Je sélectionne Exécuter afin de lancer l’installation dès le téléchargement terminé (cf. figure 7.15). En quelques minutes, Chrome est installé et prêt à fonctionner ! La preuve… Et comme l’accès réseau a été configuré par l’assistant de création de la machine virtuelle, vous avez immédiatement accès à Internet ! (cf. figure 7.16)

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

53


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Figure 7.16 : Navigation avec Google Chrome

Installer d’Open Office 3.0 - Windows Notre second exemple concerne l’installation de la suite bureautique OpenOffice. Comme vous le constaterez, l’installation d’un logiciel ne change pas par rapport à un vrai PC sous Windows ou Linux. On double-clique sur le fichier d’installation. Le programme se charge. Vista demande alors si vous autorisez le logiciel d’installation à continuer.

54

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Puis c’est la procédure classique d’installation des logiciels Windows : choix de l’emplacement, les options éventuelles puis l’installation proprement dite. Elle prendra plus ou moins longtemps selon les logiciels.

Voilà ! OpenOffice 3 est prêt à fonctionner sous Windows Vista !

Comme vous le constatez, vous ne serez absolument pas dépaysé si vous êtes habitué à Windows. Quelques recommandations : • les logiciels s’installeront, si vous optez pour un autre disque dur, sur le disque virtuel. Il faudra donc veiller à toujours avoir l’espace disque suffisant ; • certains logiciels nécessitent des prérequis matériels indispensables pouvant, au cas échéant, bloquer leur utilisation sous VMware Fusion ; • certains périphériques peuvent ne pas être compatibles, reconnus, utilisables dans une machine virtuelle ; • ajuster la mémoire allouée à votre machine virtuelle selon les besoins de vos logiciels.

Un antivirus directement dans votre Windows virtuel Pour améliorer la sécurité et éviter des virus sur votre machine virtuelle, VMware Fusion vous propose d’utiliser un antivirus (marque McAfee). .

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

55


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Dans le menu Machine virtuelle, sélectionnez l’option Installer Mcfee VirusScan Plus.

Une nouvelle fenêtre s’affiche alors dans Windows.

Cliquez sur Exécuter Install.exe. L’installation va se lancer. Windows demande l’autorisation de continuer, autorisation que vous accorderez…

56

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Suivez les étapes de l’installation (en anglais actuellement). Préférez une installation complète (option par défaut).

Une phase d’analyse est effectuée par l’installateur. Ne vous inquiétez pas ; elle prend de longues minutes ! Puis l’antivirus s’installe.

Au final, vous aurez un bel outil de sécurité à votre disposition :

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

57


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Utiliser l’imprimante du Mac ! Pour pouvoir imprimer confortablement, VMware Fusion permet d’accéder à votre imprimante Mac OS X. Pour cela, elle doit être connectée et allumée à votre Mac. Pour la connecter, cliquez sur le bouton imprimante. Un menu contextuel apparaît. Dans notre cas, nous allons connecter l’imprimante HP LaserJet 1022. Lorsque l’imprimante est connectée, en appuyant sur le bouton imprimante vous aurez alors Déconnecter… L’imprimante est maintenant utilisable. Pour preuve, nous faisons un test d’impression avec un texte dans WordPad. Nous faisons menu Fichier, sous-menu Imprimer

Nous trouvons bien notre LaserJet 1022. Il s’agit de l’imprimante par défaut. Il suffit de cliquer sur Imprimer pour terminer l’impression…

Supprimer une machine virtuelle Pour supprimer une machine virtuelle, sélectionnez la machine que vous souhaitez supprimer puis dans le menu Édition, cliquez sur l’option Supprimer.

58

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle Là, deux possibilités de suppression : simplement effacer la machine de la liste ou placer le fichier de la machine virtuelle dans la corbeille.

Dans le premier cas, le fichier .vmx restera sur votre disque dur. Dans le cas d’un placement de la machine dans la corbeille, il suffira de la vider pour effacer définitivement la machine !

Utiliser plusieurs machines virtuelles simultanément Vous pouvez bien entendu utiliser plusieurs machines virtuelles simultanément ! Très pratique, par exemple, si vous êtes développeur et que vous devez tester une application sur différentes versions de Windows ou de Linux. Chaque machine virtuelle est indépendante au niveau du mode d’affichage ; vous pouvez avoir une machine en affichage plein écran, une autre en mode Unity.

!

Avertissement Exécuter plusieurs machines virtuelles en même temps nécessite avant tout une quantité mémoire vive supérieure à 3 Go pour une utilisation très fluide des logiciels dans les VMs. Sur des configurations petites ou moyennes (pas plus de 2 à 3 Go de mémoire vive), nous vous déconseillons plus de 2 machines virtuelles à la fois. Cela peut considérablement ralentir votre Mac.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

59


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

!

Avertissement Lorsque plusieurs machines virtuelles fonctionnent simultanément, des conflits peuvent surgir sur l’utilisation des périphériques tels que le lecteur de CD/DVD.

Éteindre ou interrompre ? VMware Fusion propose deux manières de quitter une machine virtuelle : arrêter ou interrompre le client (= la machine virtuelle).

Interrompre Cette fonction très pratique permet de quitter une machine virtuelle sans l’arrêter définitivement. VMware Fusion sauvegarde l’état de la machine virtuelle (cf. figure 7.17) quand vous cliquez sur le bouton Interrompre (ou menu Machine Virtuelle -> Interrompre le client).

Figure 7.17 : L’interruption d’une machine virtuelle Interrompre garde donc en « mémoire » les applications, fichiers, etc. ouverts. Et quand vous reprenez une machine virtuelle interrompue, vous trouvez exactement le système comme vous l’avez laissé ! C’est rapide et très pratique quand vous changez souvent de machine virtuelle ou lorsque vous devez quitter VMware Fusion rapidement. Quand une machine est simplement interrompue, vous avez une image du système figée, comme sur la figure 7.18 :

60

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Figure 7.18 : Une machine virtuelle figée après son interruption Il suffit de reprendre l’exécution de la machine virtuelle pour retrouver le système à l’endroit où il s’était arrêté.

Arrêter Accessible via le menu Machine virtuelle -> Arrêter le client, il s’agit d’éteindre complètement le système virtuel comme on le fait avec Mac OS X. Il faudra alors démarrer le système pour de nouveau l’utiliser. Quand vous êtes dans le disque virtuel, éteignez de préférence le système comme vous le feriez normalement. Par exemple, sous Windows Vista (cf. figure 7.19 avec le bouton Démarrer ->Arrêter:

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

61


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Figure 7.19 : Arrêter Windows Vista

VMware et les jeux

!

Avertissement VMware Fusion 2 supportant DirectX 9.0c avec le Shader Model 2, un grand nombre de jeux est maintenant supporté.

Note VMware peut automatiquement détecter la souris quand vous jouez dans une machine virtuelle. Cela évite de « perdre » la souris entre Mac OS X et le système virtuel. Vous pouvez aussi refuser l’optimisation de la souris pour les jeux. (Préférences de VMware Fusion, figure 7.20).

Figure 7.20 : Préférences d’utilisation de la souris Bien entendu avec VMware Fusion, vous pouvez jouer à tous vos jeux favoris même ceux utilisant la 3D et les dernières générations de 3D. Cependant, pour pouvoir jouer convenablement, la configuration matérielle doit être suffisamment puissance pour les jeux les plus exigeants : un iMac ou Mac Pro équipés de la dernière génération de carte graphique et au moins 4 Go de mémoire vive ! Comme pour toute application, vous devez d’abord l’installer. La procédure d’installation est identique à celle d’une application. • Insérer le CD-Rom d’installation ou téléchargement (à partir du système virtuel) par Internet le fichier d’installation du jeu. • Lancer le logiciel d’installation. Par exemple : openarena.exe (pour OpenArena sous Windows) ou AoE3_TAD_DemoSetup pour Age of Empire 3). • Suivez la procédure d’installation (emplacement du dossier d’installation, options…). • Un redémarrage système (de la machine virtuelle) peut être demandé u la fin de la procédure. • Lancer le jeu.

62

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle La 3D exige beaucoup de puissances matérielles, c’est pour cela que si votre Mac n’est pas aussi puissant, vous aurez des saccades dans les animations et le son dans le jeu. N’exécutez pas d’autres applications dans votre système virtuel quand vous jouez. Vous pouvez utiliser, quand l’option est disponible, l’affichage Unity ou en plein écran, pour pouvoir voir l’écran du jeu dans sa totalité.

Exemple (Windows XP) Pour cet exemple, vous téléchargeons, sur le site officiel du jeu, la version démonstration d’Age of Empire 3. Le fichier d’installation pèse plus de 600 Mo. N’oubliez pas de disposer de suffisamment de place sur votre disque dur virtuel pour installer votre jeu.

Puis nous lançons d’installation.

le

logiciel

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

63


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Puis on peut enfin lancer le jeu et commencer à jouer !

Fonction Snapshot Vous souhaitez conserver une version de votre système virtualisé avant l’exécution d’un logiciel peut être instable ou tout simplement pour revenir à un état précédent de votre système en cas de problème ou de fausses manipulations ? La fonction Snapshot est faite pour ça ! À tout moment, vous pouvez « saisir » un instantané de votre système en cliquant sur le bouton de la barre d’outils du haut : Prendre un Snapshot (cf. figure 7.21).

Figure 7.21 : L’outil Snapshot La version 2 de VMware Fusion autorise plusieurs snapshots pour permettre une plus grande souplesse dans les instantanés. Un plus indéniable en entreprise ou pour les développeurs qui peuvent prendre différents snapshots à différents moments ! Le snapshot concerne uniquement la machine virtuelle alors active et au premier plan !

Prendre un snapshot Appuyez sur le bouton snapshot (cf. figure 7.21), une fenêtre apparaît. Donnez un nom à votre snapshot et saisissez éventuellement un commentaire court. Cliquez ensuite sur Prendre un snapshot. Une barre de progression vous indique la sauvegarde. Cela ne prend que quelques secondes. Voilà, votre instantané est pris ! Pour prendre un autre snapshot, refaites les mêmes manipulations que décrites ci-dessus.

64

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Revenir ou comment restaurer un snapshot Pour revenir à un état précédent de votre système, restaurez-le avec un snapshot préalablement pris ! Cliquez sur Revenir Une fenêtre s’affiche. C’est la fenêtre de gestion des snapshots.

Dans la partie gauche, vous avez la liste des snapshots pris. Le système en cours d’utilisation (État actuel) est lui aussi indiqué. Vous pouvez prendre un nouveau snapshot directement à partir de cette fenêtre. Pour restaurer un snapshot, sélectionnez le snapshot voulu. Il s’affiche alors à droite avec son nom, date et heure de l’instantanée, le commentaire, la taille du fichier.

Pour lancer la restauration, cliquez sur le bouton : Restaurer un snapshot.

Il vous sera alors demandé si vous souhaitez réaliser un snapshot de l’état actuel du système que vous allez restaurer. Sinon, cliquez sur Ne pas enregistrer. La machine virtuelle va alors se restaurer en quelques minutes !

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

65


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Vons pouvez aussi supprimer les snapshots dans la fenêtre de gestion.

!

Avertissement Quand vous restaurez un snapshot, celui-ci disparaît de la liste de vos snapshots, excepté le dernier…

Utiliser AutoProtect AutoProtect est une des fonctions phares de VMware Fusion 2 ! AutoProtect sauvegarde automatiquement sous forme de snapshots votre machine virtuelle à intervalle régulier. Un peu comme Time Machine dans Mac OS X 10.5.

Ouvrez la fenêtre de réglages. Elle s’affiche à l’écran. Appuyez sur l’icône AutoProtect.

Il faut tout d’abord activer la fonction. Cliquez sur la boîte à cocher Activer AutoProtect

Les paramètres s’activent.

i

Astuce À savoir : si la fenêtre de réglage disparaît de l’écran, réappuyez sur le bouton réglages puis sur AutoProtect.

Définissez maintenant les paramètres de sauvegarde. Tout d’abord, vous pouvez définir la fréquence de sauvegarde : toutes les heures, toutes les demi-heures, par jour. Ensuite vous pouvez préciser le nombre de snapshots AutoProtect que vous souhaitez conserver. Par défaut, ce nombre est de 10. Fermez la fenêtre une fois tout paramétré. Maintenant AutoProtect s’occupe de tout. Attention : AutoProtect est configuré pour chaque machine virtuelle. N’oubliez pas de l’activer pour toutes les machines virtuelles si nécessaire.

66

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Pour restaurer une sauvegarde AutoProtect, il suffit d’ouvrir la fenêtre Snapshot (bouton Revenir). Vous aurez alors la liste des snapshots et snapshots AutoProtect. Cliquez sur l’instantané souhaité puis cliquez sur Restaurer un Snapshot.

Autre fonction utile liée à AutoProtect, vous pouvez conserver un snapshot AutoProtect en cliquant sur Conserver le snapshot.

Et mon iPhone ? VMware Fusion 2 pense à tout; même à pouvoir connecter votre iPhone (cf. figure 7.22) dans votre machine virtuelle !

Figure 7.22 : Utilisation de l’iPhone dans une machine virtuelle

Optimiser les performances de votre machine virtuelle Autre intégration entre Mac OS X et VMware Fusion, le partage d’applications. Par exemple, cela permet à partir de Mac OS X d’ouvrir un document directement avec une application Windows ! Il faut tout d’abord activer la fonction. Pour le configurer, afficher Partage de la fenêtre Réglages Système.Cliquez sur la ou les autorisations.

Si l’on veut ouvrir maintenant une image située sur son bureau Mac OS X, que l’on affiche le menu contextuel et que l’on va dans l’option Ouvrir avec… Mac OS X affiche les applications Mac OS X ainsi que celles de Windows !

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

67


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Simuler le clavier PC Entre un clavier PC et Mac, il existe de nombreuses différences. Pour rajouter des combinaisons de touches, reportez-vous au chapitre 8.

Les raccourcis PC Grâce au menu Machine Virtuelle et à l’option Envoyer la clé, vous pouvez simuler dans votre machine virtuelle de nombreuses touches PC que vous n’avez pas sur votre clavier Mac.

Figure 7.23 : Le menu Envoyer la clé et les sous menus associés Ainsi, il suffit dans le sous menu Envoyer la clé (menu Machine Virtuelle) pour faire un Imprime Écran (cf. figure 7.23). Très pratique ! Et indispensable.

Envoyer Ctrl-Alt-Suppr L’envoi de la combinaison de touches Ctrl+Alt+Suppr à une machine virtuelle Windows requiert une commande de VMware Fusion pour permettre de redémarrer à chaud un système. Nécessaire si le système se gèle totalement.

Saisir l’entrée Permet d’utiliser la souris et le clavier dans le système virtuel.

Optimiser les performances de votre machine virtuelle Si les performances de vos machines virtuelles dépendent pour beaucoup de la configuration de votre Mac, vous pouvez ajuster certains paramètres pour booster votre machine virtuelle. Pour cela, il faut que votre machine virtuelle soit totalement arrêtée (et non simplement interrompue). Affichez la fenêtre réglages et cliquez sur la section Processeurs et RAM (cf. figure 7.24).

68

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 7. Travailler avec une machine virtuelle

Figure 7.24 : Optimiser les performances de votre machine virtuelle Il faut tout d’abord ajuster au mieux la mémoire vive (RAM) allouée à la machine virtuelle. Il faut au minimum aligner la mémoire vive sur la valeur minimum recommandée. Idéalement, il faut pouvoir atteindre la mémoire conseillée. Pour améliorer encore un peu plus votre machine virtuelle, vous pouvez configurer la machine pour 2 processeurs virtuels et non un seul (partie supérieure de la fenêtre) en fonction des applications utilisées dans le disque virtuel. Ne pas oublier : chaque machine virtuelle se paramètre individuellement. Pensez à configurer, à ajuster les réglages pour chaque machine virtuelle. Nous venons de voir comment créer et gérer au quotidien sa machine virtuelle. VMware Fusion permet une configuration fine des paramètres. Nous allons voir tout cela dans le chapitre suivant et de façon approfondie dans la partie avancée.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

69


70


Configurer sa machine virtuelle Dans ce chapitre, nous allons aborder les réglages de vos machines virtuelles, de VMware Fusion. Certains réglages seront abordés dans la partie « utilisateur avancé ». Comme vous verrez, VMware Fusion est plein de ressources et d’astuces !

Rappel La configuration que vous définissez dans les réglages est propre à chaque machine virtuelle. Que vous soyez sous Windows ou Linux, des différences de fonctionnements peuvent apparaître. D’autre part, nous vous recommandons de toujours installer les VMware Tools si cela n’est pas encore fait. L’accès à certains paramètres nécessite une désactivation totale de la machine virtuelle. Affichons la fenêtre réglage. Dans la fenêtre bibliothèque, sélectionnez une machine virtuelle puis cliquez sur le bouton Réglages. Vous avez à l’écran la fenêtre de la figure 8.1 :

Figure 8.1 : Le fenêtre des réglages d'une machine virtuelle Vous remarquez sous le nom de chaque paramètre, VMware Fusion indique le nombre d’éléments connectés ou son état (connecté, déconnecté, 0 dossiers partagés, etc.). Les réglages se répartissent en deux catégories : paramètres système et périphériques amovibles. À tout moment sur un réglage, pour revenir à la « page d’accueil », cliquez sur le bouton Tout afficher À noter que le nom de la fenêtre reprend le nom de sa machine virtuelle. Dans notre cas, les réglages concernent la machine virtuelle ayant pour nom Boot Camp partition.

71


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Personnaliser la machine virtuelle La partie gauche de la fenêtre réglages autorise quelques personnalisations de sa machine virtuelle.

Outre l’image de sa machine virtuelle, on trouve son nom, le type de système, son état, et les éventuelles remarques. Vous pouvez modifier le nom de la machine virtuelle en double-cliquant dessus. Vous pouvez aussi rajouter, si nécessaire, des commentaires dans la zone remarques. Il suffit de cliquer sur la zone de saisie qui apparaît lorsque le curseur de la souris est dessus. Cliquez une fois. Le curseur de texte clignote, vous pouvez saisir votre texte.

!

Avertissement Ne modifiez pas le type de système d’exploitation indiqué ! Sauf s’il y a une erreur. Cela peut provoquer des problèmes de fonctionnement. Donc prudence !

Réglages système Partage Permet de configurer les dossiers partagés et les dossiers miroirs.

72

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Pour activer / désactiver les dossiers partagés, cliquez sur la boîte à cocher Partager des dossiers sur votre Mac. Vous pouvez configurer plusieurs dossiers partagés entre Mac OS X et votre machine virtuelle. Pour rajouter un partage, cliquez sur le bouton marqué d’un +.

S’affiche la fenêtre de sélection du dossier à partager. À vous de le choisir.

Dans notre exemple, nous souhaitons partager le dossier share situé sur un disque dur de stockage en réseau (ce que l’on appelle en informatique un NAS). Pour confirmer, il suffit de cliquer sur le bouton Ouvrir. Votre nouveau dossier s’ajoute dans la liste de vos dossiers partagés.

Vous pouvez paramétrer les autorisations d'accès : soit autoriser la lecture seule (sans modification, rajout, suppression dans le dossier), soit être en lecture et écriture (permet de modifier, rajouter, supprimer des fichiers dans ledit dossier). Pour cela, cliquez sur la zone Autorisations correspondant au dossier partagé à paramétrer. L’autorisation en cours est marquée par un petit symbole à sa gauche. Vous pouvez aussi activer, désactiver, indépendamment chaque dossier partagé (colonne Actif).

À savoir • pour supprimer un dossier partagé (sans supprimer le dossier sur le disque dur), sélectionnez-le dans la liste et cliquez sur le bouton marqué d’un -. • Le fait d’activer les dossiers en miroir, VMware Fusion désactive le partage du dossier utilisateur s’il est actif. Cependant, vous pouvez le réactiver manuellement sans que cela désactive les dossiers miroirs.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

73


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle Pour la configuration Applications par défaut : permet de configurer les applications exécuter pour certaines opérations (mail, afficher une page web, transferts ftp, etc.).

Processeurs et mémoire Ce panneau donne accès à la configuration mémoire vive (RAM) de votre machine virtuelle. Ajuster la taille de la mémoire allouée à votre machine virtuelle selon les minima et maxima fournis par VMware Fusion (cf. figure 8.2).

Figure 8.2 : Les préférences Processeurs et mémoire La valeur de référence est la valeur recommandée pour un fonctionnement optimal. Évitez de dépasser la valeur maximum car vous pénaliserez le fonctionnement de Mac OS X. Cette fonction permet de tirer profit des processeurs Intel dernières générations à 2, 4 ou 8 cœurs ! Dans notre cas, nous avons opté pour fonctionnement sur deux processeurs virtuels (notre machine de travail étant un double cœur). Le logiciel crée un thread Mac OS X pour un processeur virtuel. Cependant, actuellement, VMware Fusion ne peut utiliser en même temps plusieurs threads de processeurs virtuels (limitation due à Mac OS X). Pour les tâches intensives comme une fonction de compilation ou un filtre graphique, cela peut améliorer les performances. Au quotidien, utiliser deux processeurs virtuels n’apportera pas de gains significatifs.

Graphique Pour activer ou désactiver l’accélération graphique 3D, VMware Fusion 2 améliore considérablement le support graphique 3D notamment sous Windows XP et Vista avec DirectX 9.0c Shader Model 2 (cf. figure 8.3).

!

Avertissement Pour les logiciels 3D et les jeux, la configuration matérielle de votre Mac est importante. Une carte graphique peu puissance pénalisera les performances 3D et surtout ne vous permettra pas d’accéder à certaines fonctions 3D.

Figure 8.3 : Les préférences Graphiques Par exemple, sur un Mac Mini, la 3D rencontrera des dysfonctionnements.

74

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Batterie Vous pouvez récupérer, quand vous êtes sur un MacBook ou MacBook Pro, l’état de la batterie de Mac OS X. Elle s’affichera alors dans le système virtuel (cf. figure 8.4).

Figure 8.4 : La gestion de la batterie

Imprimante Vous souhaitez directement imprimer depuis votre machine virtuelle sur l’imprimante connectée à votre Mac, rien de plus facile ! L’option Imprimantes de réglages simplifie au maximum votre travail : cliquez sur Activée ! Et c’est tout. Votre imprimante sera immédiatement reconnue dans votre machine virtuelle (cf. figure 8.5).

!

Avertissement Sur certains systèmes la prise en charge de l’imprimante n’est pas assurée.

Figure 8.5 : La prise en charge des imprimantes

AutoProtect Sauvegarde automatiquement de votre machine virtuelle (snapshot, cf. figure 8.6).

Figure 8.6 : Les préférences AutoProtect

Réseau Configuration du réseau selon le type de connecteur réseau.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

75


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Figure 8.7 : Les préférences réseau Par défaut, quand vous créez une machine virtuelle, la connexion réseau (Internet) est installée (cf. figure 8.7). Plusieurs options sont possibles : • partager la connexion Internet de l’hôte (NAT) : vous utilisez la connexion internet de Mac OS X en toute simplicité. Attention : vous pouvez rencontrer des soucis avec certaines distributions Linux et d’autres systèmes « exotiques ». • connecter directement au réseau physique (pont) : cette option est utile si votre Mac est connecté à un réseau Ethernet. Le système virtuel sera alors vu comme un ordinateur supplémentaire dans le réseau. Une machine virtuelle avec mise en réseau en pont peut utiliser en toute transparence l’un des services disponibles sur le réseau avec lequel elle est en pont, notamment les serveurs de fichiers, les imprimantes, les passerelles, etc. • créer un réseau privé uniquement disponible sur Mac : cette option « crée » un réseau privé entre le système virtuel et Mac OS X. Vous pouvez avoir un réseau virtuel sur votre Mac si vous avez plusieurs machines virtuelles ouvertes. La configuration la plus simple sera d’utiliser la connexion NAT. Sous Windows vous utilisez Wifi et Bluetooth sans le moindre souci ! Vous pouvez rajouter de nouvelles cartes réseau (et les supprimer) pour l’icône +.

Disques durs Ce panneau permet de configurer et d’ajouter un disque dur (virtuel). Dans notre exemple, le seul disque virtuel est celui de notre machine virtuelle Ubuntu d’une taille de 8 Go, que l’on peut modifier. Vous pouvez modifier la taille du disque dur uniquement si : • il n’y a pas de snapshot liée à cette machine virtuelle • la machine virtuelle doit être éteinte et non simplement interrompue.

Figure 8.8 : La gestion des disques durs Préallouer l’espace disque : permet d’allouer tout l’espace du disque dur. Cette option demande beaucoup de temps pour sa mise en œuvre et exige autant de place que la taille du disque virtuel.

76

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Diviser en fichiers de 2 Go : certains systèmes de fichiers comme FAT (système commun sur PC Windows) ne supportent pas des fichiers supérieurs à 2 Go. Si vous utilisez un disque dur FAT, vous devez impérativement cocher cette option. Nettoyage de disque : permet de nettoyer son disque dur virtuel (défragmentation) afin de lui rendre de la cohérence interne dens son système de fichier, on y gagne souvent en performance. Si cela n’est pas utile, VMware Fusion l’indiquera (voir écran ci-dessus).

Rajouter un disque dur : cliquez sur le bouton + en bas à gauche. Automatiquement VMware Fusion crée pour vous un nouveau disque dur. Pour définir son emplacement et son nom, cliquez sur le menu Nom du fichier, par défaut, VMware Fusion donne pour nom à ce nouveau disque dur : Disque virtuel.vmdk. Cliquez sur Nouveau. Là vous choisissez son emplacement et son nom. Enregistrez.

Voilà le nouveau disque dur virtuel créé et utilisable dans la machine virtuelle. Vous pouvez maintenant ajuster sa taille !

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

77


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Vous pouvez aussi ajouter un disque virtuel existant.

Au lieu de faire Nouveau, vous optez pour l’option Choisir un disque existant. Vous devez alors chercher le disque du virtuel (fichier .vmdk) puis cliquez sur Ouvrir. Nous vous conseillons de garder l’option Copier activée. Cela permet de copier dans votre machine virtuelle le disque dur virtuel à rajouter. Bien entendu, vous devez disposer de la place suffisante sur le disque dur pour une telle opération. Le fait de copier un disque existant permet d’éviter tout problème de fonctionnement de la machine virtuelle utilisant à l’origine ce disque existant. Vous pouvez aussi opter pour Déplacer. Le fait de déplacer d’une machine à une autre un disque dur virtuel peut causer des dysfonctionnements de la machine virtuelle d’origine, à éviter ! Supprimer : cliquez sur le bouton – pour supprimer un disque dur virtuel. Dans la barre d’état, quand vous rajoutez un disque dur, un lecteur CD/DVD, s’affichent autant d’icônes que de disque…

CD et DVD Vous pouvez connecter ou déconnecter votre lecteur de CD, de DVD. Vous avez, ensuite, le choix : soit d’indiquer à VMware Fusion un lecteur précis (la liste est donnée sur la liste déroulante), soit laisser faire VMware Fusion si vous avez plusieurs lecteurs DVD/CD pour pouvoir spécifier le lecteur (cf. figure 8.9). L’option Utiliser une image disque est très utile quand vous créez une nouvelle machine virtuelle. Il arrive que vous soyez obligé de jongler avec ces options pour indiquer à VMware Fusion la source d’installation du nouveau système. La reconnaissance automatique du lecteur CD/DVD est active par défaut. Elle est à privilégier.

78

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Figure 8.9 : CD et DVD Si vous avez installé votre système virtuel via une image iso, vous pouvez avoir un conflit de fonctionnement si l’image iso reste active dans les paramètres. Pour créer un nouveau CD/DVD, cliquez sur le bouton +. Pour supprimer un CD/DVD, cliquez sur le bouton -.

Son Utilisation (ou non) du son (utilise les préférences sons de Mac OS X), voyez la figure 8.10.

Figure 8.10 : Préférences sonores

Périphériques USB Si vous cliquez sur USB, vous pouvez activer et désactiver le support de l’USB 2 et la détection automatique des périphériques USB. Quand la machine virtuelle fonctionne (cf. figure 8.11 et figure 8.12), vous aurez en plus accès aux options suivantes : • récepteur infrarouge • Bluetooth • iSight intégré : très pratique si vous voulez utiliser votre caméra iSight, par exemple avec MSN Messenger. Les périphériques indiqués dépendent de votre Mac. Si votre Mac n’a pas de caméra iSight, elle ne sera pas indiquée, etc.

Figure 8.11 : Détection des périphériques USB, machine virtuelle éteinte

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

79


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Figure 8.12 : Détection des périphériques USB, machine virtuelle allumée

Rappel Firewire n’est pas géré par VMware Fusion. Par contre, votre dossier partagé peut se situer sur un disque Firewire.

Autres périphériques Pour tout ce qui n’est pas USB connecté ou périphérique standard de votre Mac, comme l’imprimante, les périphériques seront indiqués ici. Dans notre exemple, Réglages a détecté l’imprimante (cf. figure 8.13).

Figure 8.13 : La détection des autres périphériques Vous pouvez paramétrer et rajouter un lecteur de disquettes, un port série, un port parallèle (cf. figure 8.14).

Figure 8.14 : Ajout de nouveaux périphériques

Rajouter… La fenêtre réglage permet de rajouter par le petit menu + (à droite du bouton Tout afficher) rapidement un lecteur de CD/DVD, un disque, un disque, un réseau, un port série, etc. Très pratique (cf. figure 8.15) !

Figure 8.15 : Ajouter un périphérique

80

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Personnaliser le clavier VMware Fusion définit un certain nombre de correspondances Mac – PC par défaut. Vous pouvez en rajouter d’autres qui peuvent être particulièrement utiles. Cliquez sur le bouton + pour en rajouter. La fenêtre de la figure 8.16 s’affiche.

Figure 8.16 : Ajouter des raccourcis clavier Sur un clavier Mac plusieurs touches n’existent pas : imprime écran, les touches de fonctions F13 à F16, etc. Vous pouvez configurer un raccourci clavier Mac et le faire correspondance à une touche spécifique (cf. figure 8.17).

Figure 8.17 : Correspondance entre les touches des claviers Mac et PC Dans notre exemple, nous faisons correspondre Pomme+* à la touche Imprime

Écran

d’un PC. Pour réaliser cela, on clique

en premier sur le bouton . Il passe en couleur bleu, vous pouvez rajouter la touche Majuscule (Ò), Option (U)… Puis sur la touche du clavier pour compléter la combinaison, ici la touche * du pavé numérique. Nous faisons la même chose pour la partie PC. Une fois configuré, on clique sur le bouton OK. Vous pouvez définir une combinaison complexe de touches.

Figure 8.18 : Du clavier du Mac…

Figure 8.19 : …au clavier du PC

Votre nouveau raccourci s’affiche dans la liste Mappages (cf. figure 8.18 et figure 8.19) de touche. Vous pouvez effacer un mappage en cliquant sur le raccourci à supprimer puis sur le bouton – en bas à gauche. Pour retrouver la configuration standard de Clavier & Souris, cliquez sur le bouton Restaurer les valeurs par défaut.

!

Avertissement Il faut appliquer Restaurer sur chaque panneau de paramètres (Mappages de touche, Raccourcis souris, Raccourcis Fusion).

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

81


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Migrer son PC Windows vers VMware Fusion Vous avez un PC, vous avez acheté un Mac et vous souhaitez récupérer intégralement votre Windows, vos données, vos préférences sous VMware Fusion ? La fonction Faire migrer votre PC est là pour ça. Il faut tout d’abord démarrer votre PC Windows et télécharger l’outil VMware Converter. Il suffit de le télécharger à partir du site d e l ’ é d i t e u r : www.vmware.com/fr/products/converter . L’outil est disponible uniquement en Anglais. Après téléchargé, installer l’outil.

Lancez VMware Converter.

82

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Dans la fenêtre principale, cliquez sur Convert Machine. Un assistant se lance. Suivez-le pas à pas.

Dans le menu déroulant, choisissez Physical Computer. Cliquez sur suivant.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

83


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Puis cliquez sur l’option This local Machine (c’est-à-dire votre PC). L’authentification sera automatiquement faite. Cliquez sur Suivant.

Cochez l’option uniquement concernant uniquement le disque dur sur lequel est installé le système Windows. Puis cliquez sur Suivant.

84

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

L’étape suivante consiste à indiquer où VMware Converter va créer et sauvegarder la machine virtuelle de votre PC. Cliquez sur Suivant.

Vérifiez que vous avez bien l’option Other Virtual Machine dans le menu. Cela permet de créer une machine virtuelle indépendante pour être utilisée dans VMware Fusion. Cliquez sur Suivant.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

85


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Ne pas sauvegarder la machine virtuelle créée sur le même disque dur contenant votre système Windows ! Donnez un nom à la nouvelle machine. Puis cliquez sur Suivant.

Sur le type de disque dur, optez soit pour Allow virtual disk files to expand ou pour l’option Split disk into 2 Gb (cette option est à préférer). Cliquez sur Suivant.

86

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

On passe ensuite à la partie réseau. Gardez les valeurs et options indiquées par VMware Converter. Cliquez sur Suivant.

Vous pouvez si vous le souhaitez installer immédiatement les VMware Tools. Cliquez sur Suivant.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

87


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

VMware Converter affiche le résumé de la machine virtuelle à créer. Quand tout est bon. Cliquez sur Terminer. La conver tion se lance automatiquement. Patientez quelques minutes.

Quand l’opération est terminée. Copiez les fichiers de la machine virtuelle sur votre Mac et dans VMware Fusion, ouvrez le fichier .vmx. VMware Fusion charge alors la machine virtuelle et la lance (si les VMware Tools ne sont pas installés, l’installation sera demandée). Voilà c’est prêt.

!

88

Avertissement Sur des configurations matérielles un peu spécifiques, la conversion peut faire des erreurs.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Divers Mettre à niveau sa machine virtuelle Menu Machine virtuelle, Mettre à niveau la machine virtuelle. Cette fonction, non réversible, met à jour la version de matériel de la machine virtuelle en la rendant incompatible avec les versions des logiciels VMware ne prenant pas en charge la version 6. VMware Fusion supporte la version du matériel virtuel. Fusion permet d’utiliser des machines virtuelles en version 3, 4 et 5. Il est conseillé de les mettre à jour dans VMware Fusion. Pour procéder à cette mise à jour, la machine virtuelle doit être éteinte.

Comment mettre à jour VMware Fusion VMware Fusion interroge automatiquement le serveur de mise à jour de VMware (si l’option est cochée dans les préférences du logiciel, voir dans le panneau Préférences du menu VMware Fusion) (cf. figure 8.20).

Figure 8.20 : Vérification de mise à jour de VMware

Déclasser une machine virtuelle Menu Machine Virtuelle, Déclasser une machine virtuelle (cf. figure 8.21).

Figure 8.21 : Le menu pour déclasser une machine virtuelle Un message d’information s’affichera alors pour vous informer de l’utilité de cette fonction (cf. figure 8.22).

Figure 8.22 : Le message d'avertissement de déclassement d'une machine virtuelle Le déclassement permet à une machine virtuelle créée avec VMware Fusion 2 d’être utilisable avec une ancienne version de VMware Fusion. Pour confirmer, cliquez sur Déclasser.

Mettre à niveau la machine virtuelle Menu Machine Virtuelle, Mettre à niveau une machine virtuelle (cf. Quand une machine virtuelle VMware Fusion antérieure à la version 2 est présente, vous pouvez la mettre à niveau pour l’exploiter au mieux et bénéficier des nouvelles fonctionnalités de VMware Fusion 2.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

89


Chapitre 8. Configurer sa machine virtuelle

Figure 8.23 : Mise Ă  jour d'une machine virtuelle

90

VMware Fusion 2, guide de mise en Ĺ“uvre.


Les caractéristiques de VMware Fusion 2 Les composants de VMware Fusion 2 Le dossier /Bibliothèque/Application

Support/VMware Fusion renferme un certain nombre d’éléments fichiers ou dossiers.

La liste des dossiers Nom du fichier

Descriptif

icu

Dossier contenant un fichier permettant la localisation de VMware Fusion notamment en Français.

isoimages

Contient les images ISO des « VMware Tools » et de l’antivirus pour Windows.

Vexts

Extension du kernel de Mac OS X

licences

Dossier et fichiers de licence de VMware Fusion 2

messages

Vous trouverez là par langue tous les messages et menus utilisés par VMware Fusion

thnuclnt

Il s’agit du dossier réservé aux clients « ThinPrint » et CUPS, le sous-système d’impression de Mac OS X.

vmnet1

Dossier relatif au VLAN de type vmnet1

vmnet8

Dossier relatif au VLAN de type vmnet2

tools-upgraders

Ensemble de scripts et d’outils permettant de passer les VMware Tools en mode 32 Bits ou 64 Bits.

vnckeymap

Fichier de mappage entre le clavier Mac et VNC qui permet la prise de main à distance.

La liste des fichiers de configurations Nom du fichier

Descriptif

vmnet-dhcpd.conf

Modèle de fichier de configuration pour le mode « dhcp » utilisé par vmware-config-net.pl. Le vrai fichier utilisé est dans vmnet<N>/dhcpd.conf

vmnet-nat.conf

Modèle de fichier pour le mode « nat ». Le vrai fichier utilisé est dans vmnet<N>/nat.conf

Liste des programmes Nom du fichier

Descriptif

Désinstaller VMware Fusion

Paquet de désinstallation de VMware Fusion.

VMDKMounter

Outil pour monter un disque virtuel en tant que volume Mac.

Liste des exécutables en ligne de commande Vous pourrez utiliser ces programmes en ligne de commande dans le terminal, la plupart comprenant une aide en ligne obtenue en utilisant l’option « -help ». Nom du fichier

Descriptif

mkisofs

Utilitaire permettant de créer des images de CF et DVD au format ISO

vmnet-bridge

Exécutable en charge du mode « bridge »

vmnet-dhcpd

Exécutable en charge du mode « dhcp»

vmnet-natd

Exécutable en charge du mode « nat »

91


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Nom du fichier

Descriptif

vmnet-netifup

Exécutable pour créer un NIC virtuel nommé vmnet<X> auquel Mac OS X peut accéder, et raccorde ce NIC virtuel au Switch virtuel vmnet<X>. Cet exécutable est utilisé pour que les disques virtuels puissent parler au host en mode NAT et en mode host-only.

vmnet-sniffer

Outil de récupération des trafics réseau.

vmrun

Exécutable permettant le contrôle des machines virtuelles, entre autres par l’exécution de script .

vmware-authd

Programme en charge de l’authentification des utilisateurs.

vmware-cloneBootCamp Utilitaire permettant la duplication de la partition Boot Camp vers un fichier VMDK. vmware-licenseTool

Utilitaire de gestion des licences de VMware Fusion

vmware-ntfs

Composant additionnel permettant la prise en charge des partitions NTFS (Windows).

vmware-rawdiskCreator Utilitaire permettant la création de disques virtuels basés sur des disques physiques. vmware-vdiskmanager

Gestionnaire de disque virtuel.

vmware-vmx

Processus qui gère l’exécution d’une machine virtuelle. Un processus vmware-vmx par disque virtuel.

vmware-vmx-debug

Outil de « debuging » des fichiers VMX

Liste des scripts d’exécution Nom du fichier

Descriptif

boot.sh

Script Bash permettant le démarrage ou l’arrêt des démons VMware et des extensions des noyaux « kexts »

locations

Informations d’installation de VMware Fusion, fichiers, dossiers, paramétrages.

config

Ce fichier contient les informations de configuration de vmnet1, sous réseau et masque de sous réseau

vm-support.tool

Script d’export des certains paramètres et journaux indispensables pour les supports de VMware. Génère un tar.gz.

vmnet-apps.sh

Script Bash générant des journaux d’événements pour vmnet1 et vmnet8

vmware-config-net.pl

Script d’initialisation de la configuration réseau

Divers Nom du fichier libpixops.dylib

Descriptif Librairie open source de manipulation d’image

MacFuse Mac OS X est un superbe système d’exploitation qui a toutefois une grosse lacune : il ne sait pas écrire dans une partition NTFS. Le système de fichier NTFS est particulier aux systèmes Windows depuis NT4 jusqu'à Vista. Il est diffèrent du système FAT16 ou FAT32 par une protection des données. Si Mac OS X sait très bien lire ce type de partition (une preuve s’il en faut, la présence sur votre bureau du disque BOOT CAMP), par contre il est impossible d’y écrire quoi que ce soit. Cela est dû aux pilotes de système de fichiers utilisé par Apple qui ne sait que lire les volumes NTFS. Il existe des pilotes « libres » qui autorisent une lecture/écriture des parutions NTFS ; étrangement Apple ne les intègre pas.

92

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 « Fuse » est un système de fichiers pour l’espace « Utilisateur ». Si un utilisateur veut accéder à une partition particulière, il ne pourra le faire que si le système d’exploitation en a chargé les pilotes idoines. Or le nombre de formats de fichiers croit et les systèmes n’ont pas toujours le bon pilote chargé. D’où l’idée de créer une méthode permettant de charger un système de fichiers dans l’espace utilisateur et non plus par le système. « Fuse » est « Open Source » et disponible sur plusieurs plateformes Unix à l’exception de Mac OS X qui a ses particularités. Mais c‘était sans compter sur l’aide de Amit Singh qui a porté Fuse sur Mac OS X en en faisant « MacFuse ». La version courante est la 1.7 (juillet 2008). VMware utilise « MacFuse » et l’extension NTFS pour lire et écrire des volumes NTFS montés sur le bureau. Cela permet de modifier à la volée des fichiers créés dans une partition Windows Vista ou XP. Vous trouverez plus d’informations sur MacFuse en suivant cette URL http://code.google.com/p/macfuse/ Actuellement VMware ne propose pas de désinstallation de MacFuse.

Obtenir la version de MacFuse Pour obtenir la version de MacFuse installée, utilisez la ligne de commande suivante : $ defaults read /Library/Filesystems/fusefs.fs/Contents/Info CFBundleVersion

Architecture avancée d’une machine virtuelle Liste des composants de base d’une machine virtuelle Afin de pouvoir installer un système d’exploitation, il est indispensable que la machine virtuelle émule des composants électroniques qui constituent la base matérielle de l’ordinateur. Il est tout aussi indispensable que ces éléments soient reconnus par l’installateur puisque, sans une adéquation entre les composants du monde virtuel et ceux du monde physique, il ne sera pas envisageable d’installer un système d’exploitation sur l’ordinateur virtuel. VMware sait évoluer les éléments électroniques des machines virtuelles en fonction des nouvelles générations de composants. Mais d’une façon plus générale, VMware Fusion « émule » des éléments considérés comme « communs » ou « standards ». Pour cela VMware Fusion s’en tient à des éléments très basiques afin de permettre une installation simplifiée des systèmes d’exploitation, ces derniers n’ayant pas besoin de pilotes spécifiques a contrario des matériels exotiques qui eux requièrent des pilotes fournis par les fabricants. Il existe toutefois des « exceptions ». C’est notamment le cas pour les pilotes de carte contrôleur SCSI et de carte réseau Ethernet qui sont atypiques, ces matériels ayant subi de réelles évolutions au fil du temps. VMware propose donc plusieurs modèles qui répondront au mieux en fonction du système d’exploitation qui sera installé sur la machine virtuelle. Nous avons donc des composants immuables et des éléments que vous pourrez sélectionner afin de constituer votre machine virtuelle.

Le Processeur On appelle Processeur virtuel ou VCPU (acronyme pour Virtual CPU en Anglais) le processeur émulé dans une machine virtuelle. Avec VMware Fusion 2, le nombre maximum de processeurs est de 4. • Le nombre de processeurs dans la machine virtuelle dépend de deux éléments : — la première contrainte est due au système d’exploitation utilisé au sein de la machine virtuelle. En effet VMware Fusion réduit le nombre de processeurs au nombre maximum que peut supporter le système installé. — si de nos jours XP, VISTA, Linux et Mac OS X Server supportent le multi-processing, il était réservé à certaines versions de Windows 2000 ou NT et inexistant sur Microsoft Windows 98, ME ou 95 (voir tableau ci-après). — le second élément pris en compte par VMware Fusion est le nombre de processeurs présents sur la machine physique (host). Depuis le passage sur processeur Intel, les Mac ont la particularité d’utiliser des processeurs avec 2 cœurs. Pour faire simple, il s’agit de deux processeurs placés dans un seul. — Dans le jargon de VMware, on distingue les processeurs physiques et les processeurs logiques. Pour le premier, il s’agit du processeur placé sur la carte mère, leur nombre maximum sur un Mac est de 4 pour les ordinateurs Apple à base de processeur Intel Xeon comme le MacPro et le Xserve. Un processeur dit « logique », lui, correspond au cœur placé dans le processeur physique ; limité à 2 mais leur nombre croît rapidement.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

93


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 — Un Mac Pro de 8 cœurs « logiques » est composé de 4 processeurs « physiques », chacun composé de 2 cœurs. • Le type du processeur est toujours identique à celui de votre ordinateur.

!

Avertissement

!

Avertissement

Tous les processeurs Intel Core Duo ne sont pas 64-Bits, la toute première génération de MacBook et de Mac Mini sont bien équipés de processeurs Intel Core 2 mais ne supportent que l’adressage 32-Bits (production 2006). Ils ne pourront donc pas supporter un système d’exploitation virtualisé en 64-Bits. Reportez vous la section intitulée « Bien connaître son matériel ».

Si vous déployez des systèmes d’exploitations 64-Bits, vous devez impérativement utiliser des pilotes 64-Bits, reportez-vous sur les sites des fabricants pour télécharger ces pilotes.

Vous pouvez équiper votre machine virtuelle de plusieurs processeurs. Il faut toutefois garder à l’esprit que le multi-processing ou le SMP (acronyme de « Symmetric MultiProcessing ») n’est pas supporté par tous les systèmes d’exploitation. Voici une liste des environnements Microsoft Windows : Système d’exploitation Windows Server 2003

Windows XP

Windows 2000

Édition

Nombre de processeurs

Web

2

Enterprise

8

Standard

4

Datacenter

32 (architectures 32-bit) 64 (architectures 64-bit) 128

Home

1

Professional

2

Professional

2

Server

4

Advanced Seaver

8

Datacenter Server

32

• Concernant Linux depuis la version 2.4 du noyau (le « Kernel » en Anglais) le support de SMP est en standard. Il est plus ou moins activé en fonction des distributions. D’une manière générale depuis 2007 et l’avènement du « Core Duo 2 », il est en fonction dans toutes les distributions. • Mac OS X Server intègre par défaut le support du multi-processing.

Le BIOS Le BIOS (Basic Input Output System) est un microprogramme en charge d’interfacer les éléments de base de votre ordinateur afin qu’un système puisse démarrer. Si VMware Fusion émule un BIOS, sachez que les Mac n’utilisent plus cette technologie et sont maintenant tournés vers l’EFI plus performant et adaptable plus facilement aux nouveaux matériels. À ce titre, un Mac OS X Server virtualisé utilise un BIOS sous VMware Fusion pour démarrer, évanescence des premières machines pour développeurs qu’Apple fournit lors du passage vers la plateforme Intel. VMware utilise cette astuce, ce qui ne sera plus possible avec « Snow Leopard ». VMware proposera donc une émulation d’un microprogramme Extensible Firmware Interface (efi). 1 « PhoenixBIOS 4.0 Release 6 » avec support du VESA 2 1

http://www.intel.com/technology/efi/ http://www.phoenix.com/en/OEM-ODM/Customer+Services/BIOS/PhoenixBIOS/phoenixbios.htm

2

94

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

La Mémoire VMware Fusion ne peut inventer de la mémoire là où il n’y en a pas. Il attribue de la mémoire en fonction de l’utilisation de votre Mac si, par exemple, vous retouchez des photos tout en exécutant une machine virtuelle sous Mac OS X. Il convient de ne pas attribuer toute la mémoire physique à la machine virtuelle. Vous pouvez attribuer jusqu’a 8 Giga.

!

Avertissement Attention : Veillez aussi à ce que le système installé dans votre machine virtuelle supporte autant de mémoire. Un système « 32-bit » ne dépassera pas la limite des 4 Go (et encore, cela sera variable suivant le système d’exploitation installé). Au-delà, il vous faut utiliser la version 64-bit du système d’exploitation. Pour une machine virtuelle sous Linux avec une version 64-Bit du noyau, il n’y a virtuellement pas de limite.

Les systèmes Microsoft Windows dépassent tous la barrière des 8 Go lorsqu’ils sont utilisés dans leur version 64-bits. Il faut toutefois garder à l’esprit qu’il n’existe pas de version 64-bit pour Windows 2000, « Vista starter édition » et antérieure (95, 98, Me). Enfin, « Windows Vista Home Basic » est limité à 8 Go, même en 64-bits.

Windows 2000 Version

Limites pour Windows 32-bit

Windows 2000 Professionnel

4 GB

Windows 2000 Server

4 GB

Windows 2000 Advanced Server

8 GB

Windows 2000 Datacenter Server

32 GB

Windows XP Version

Limites pour Windows 32-bit

Windows XP pro

4 GB

Windows XP Starter Edition

512 MB

Windows 2003 Server Version Windows Server 2003 Service Pack 2 (SP2), Datacenter Edition

Limites pour Windows 2003 server 32-bit 128 GB

Windows Server 2003 Service Pack 2 (SP2), Enterprise Edition 64 GB Windows Storage Server 2003, Enterprise Edition

8 GB

Windows Storage Server 2003

4 GB

Windows Server 2003 R2 Datacenter Edition

128 GB

Windows Server 2003 R2 Enterprise cdition (SP1)

64 GB

Windows Server 2003 R2 Standard Edition Windows Server 2003, Standard Edition SP1

4 GB

Windows Server 2003, Datacenter Edition

128 GB

Windows Server 2003, Enterprise Edition

32 GB

Windows Server 2003, Standard Edition

4 GB

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

95


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Version

Limites pour Windows 2003 server 32-bit

Windows Server 2003, Web Edition

2 GB

Windows Small Business Server 2003

4 GB

Windows Vista Version

Limites pour Windows Vista 32-bit

Windows Vista Ultimate

4 GB

Windows Vista Enterprise

4 GB

Windows Vista Business

4 GB

Windows Vista Home Premium

4 GB

Windows Vista Home Basic

4 GB

Windows Vista Starter

4 GB

Windows Serveur 2008 Version Windows Server 2008 Datacenter (full installation)

Limites pour Windows 32-bit 64 GB

Windows Server 2008 Datacenter (Server Core installation) 64 GB Windows Server 2008 Enterprise

64 GB

Windows Server 2008 Standard

4 GB

Windows Web Server 2008

4 GB

Le ChipSet Le chipset est un jeu de composants électroniques intégré dans un circuit qui permet de gérer les flux de données numériques entre le processeur, la mémoire et les périphériques. • Intel 440BX 3 • NS338 SIO • 82093AA IOAPIC

Carte Graphique • Modes supportés : — VGA : 640 x 480 en 256 couleurs — SVGA : En théorie : 1024 x 768 en 16 millions de couleurs De nos jours, les limites de résolution sont celles du Mac qui héberge la machine virtuelle (installez les VMware Tools pour des performances optimales), par exemple sur un iMac 24’’ : 1920 X 1200 points. • Maximum : 128 MB de mémoire vidéo. • Accélération 3D et support de DirectX 9.0c avec « Shader Model 2 » (uniquement pour Windows XP and Vista)

3

http://developer.intel.com/design/chipsets/440bx/

96

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

!

Avertissement Pour Vista et le mode « Aero », il s’agit de l’interface simili 3D présente dans « certaines » versions de Vista (reportez-vous au détail des versions du site de Microsoft http://www.microsoft.com/france/windows/sp1_clients.mspx).

Afin d’utiliser « Aero », l'ordinateur doit répondre à une configuration matérielle minimum, à savoir : — processeur 32 bits (x86) ou 64 bits (x64) cadencé à 1 GHz ; — mémoire vive de 1 Go ; — Support pour carte graphique DirectX 9 avec pilote WDDM, 128 Mo de mémoire graphique (minimum), Pixel Shader 2.0 et 32 bits par pixel. Par défaut, VMware Fusion désactive ce mode afin d’éviter une consommation excessive de ressources. Pour activer l'interface Aero sous Vista Premium, il suffit d'aller dans le panneau de configuration > Personnalisation > Couleur et apparence des fenêtres. Puis cliquer sur Ouvrir les propriétés d'apparence classique et choisir Windows aero puis appliquer.

L’interface IDE L’acronyme IDE signifie « Integrated Drive Electronics ». Il s’agit d’une interface de connexion entre une mémoire de masse (Disque dur, lecteur CD ou DVD) et la carte mère de l’ordinateur. L’interface IDE est apparue sous différentes versions sur la plateforme PC dont la dernière est l’eSata. Il est conceptuellement moins abouti que son concurrent le SCSI. La connexion IDE tire parti des protocoles ATA/ATAPI. De par nature, il ne peut y avoir que deux éléments (disque dur ou CD/DVD) raccordés par interface IDE (la distinction entre les deux se fait par les mots : Master / Slave dans le monde physique). • La carte mère émulée par VMware Fusion dispose de deux interfaces IDE. Mais la distinction entre les deux interfaces n’est pas précisée. • Vous pouvez placer jusqu'à quatre composants sur l’interface IDE. Ils peuvent être de deux types soit lecteur de CD/DVD ou disque dur. • Les disques durs de type IDE sont limités en taille à 950 Go. (Ils ne sont pas supportés sur les serveurs VMware ESX comme disque de base du système). • Les lecteurs de CD/DVD peuvent être au choix soit physique (celui présent au sein de votre Mac) soit sous forme d’un fichier ISO. La seconde solution étant la plus performante, reportez-vous à la section intitulée « Les fichiers ISO » pour la création de fichier ISO. Attention : Le « MacBook Air » n’ayant pas de lecteur de CD/DVD, dès lors qu’une machine est configurée avec l’utilisation du lecteur physique, dès le démarrage, la machine virtuelle s’interrompt. La solution de contournement de ce « bug » est de désactiver dans les préférences de la machine virtuelle l’accès au disque physique ou en lui indiquant d’utiliser un fichier ISO.

Bus SCSI L’acronyme de SCSI signifie “Small Computer System Interface » en anglais. Elle date de 1979 mais sa réelle commercialisation commence en 1981. La norme SCSI est officiellement reconnue en 1986. La volonté des concepteurs de cette interface fut de la rendre plus rapide, plus universelle et plus complexe que l'interface IDE. L’interface SCSI est plus intelligente et moins consommatrice au niveau de la charge CPU. • Vous pouvez placer jusqu’à 60 éléments SCSI dans une machine virtuelle. • Tous ces composants peuvent être de type disque dur ou lecteur CD/DVD. • Tout comme les disques IDE, la taille maximale des disques SCSI est de 950 Go.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

97


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 Nous avons évoqué précédemment la notion de pilote de périphérique. Il est sage de faire un rappel: même si un périphérique est dit compatible avec une norme, le fabricant peut proposer des options originales. C’est pourquoi il met à disposition un logiciel qui assurera la communication entre le système d’exploitation et le périphérique. Les éditeurs système d’exploitation développent parfois des pilotes génériques qui s’appuient sur des normes, mais les normes évoluent tout comme les matériels. Dès lors, à la mise sur le marché d’un système d’exploitation celui-ci ne contient qu’un certain nombre de périphériques connus au moment de sa distribution. Tout périphérique livré après la sortie du système nécessitera un pilote si ce dernier contient des éléments originaux non existants ou appliquant une norme récente. VMware propose deux cartes d’interface SCSI : l’une s’adresse aux systèmes d’exploitation avant Windows XP et qui a le nom de « BUS Logic » ; l’autre plus récente est destinée aux systèmes à partir de Windows 2003 inclus et connu sous le terme de « LSI Logic ». Cela n’interdit pas à Windows XP d’utiliser une carte d’interface SCSI de type « LSI Logic »; il faut simplement ajouter les bons pilotes à Windows XP. C’est lors de l’installation que le problème est le plus visible, car sans ces drivers, Windows XP ne reconnaîtra pas le périphérique et le disque dur sera alors inutilisable. De plus, l’usage de drivers externe n’est pas aisé lors de l’installation d’un système d’exploitation ; ceux-ci doivent être présents sur fichier image de disquette (flp) ou gravés sur un DVD. Une image de disquette est disponible sur le site de VMware à cette adresse : http://download3.vmware.com/software/vmscsi-1.2.0.4.flp Les systèmes récents contiennent eux les pilotes des deux cartes. Reportez-vous à la section intitulée « Bus SCSI » dans la section intitulée « Le fichier VMX », qui détaille les systèmes en fonction des cartes SCSI. • LSI Logic LSI53C10xx Ultra320 4 • Mylex (BusLogic) BT-958

PCI Slots Six slots PCI virtuels peuvent être gérés par les contrôleurs virtuels SCSI, Ethernet, vidéo et son.

Imprimantes Vous pouvez configurer autant d’imprimantes que nécessaire si elles sont connectées directement sur les ports USB de votre Mac. • Réplique l’imprimante connectée au Mac en proposant des pilotes standards : PCL et PostScript. • Imprimante locale (connectée au port USB) en réseau.

Lecteur de disquette • Deux lecteurs ne disquettes de 1.44 Mo. • Uniquement des lecteurs virtuels à base de fichier image.

Ports series - Jusqu’à quatre ports séries (COM) - Uniquement en sortie (Out) vers fichier plat. - Un port Série est réservé pour l’imprimante auto configurée.

Ports Parallèles - Jusqu’à trois ports parallèles bidirectionnels. - Uniquement des ports virtuels, impression vers des fichiers.

4

T é l é c h a r g e z l e s p i l o t e s c h e z L S I http://www.lsi.com/storage_home/products_home/standard_product_ics/scsi_ics/lsi53c1030t/index.html?remote=1&locale=EN

98

:

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Ports USB • Supporte la norme USB 2.0 « High Speed » • Les normes USB sont les suivantes : 1. USB 1.1 sortie en 1998 (12 Mbits/s, vitesse maximum théorique.) 2. USB 2.0 sortie en 2000 (480 Mbits/s, vitesse maximum théorique.)

!

Avertissement Attention, les dénominations des normes ont évolué : 1. L’ « USB 2.0 Full Speed » est utilisé pour un dispositif transmettant au maximum à 12 Mbit/s (ex USB 1.1) ; 2. l’ « USB 2.0 High Speed » est utilisé pour un dispositif transmettant jusqu'à 480 Mbit/s (ex USB 2.0).

• D’une façon générale, tous les périphériques sont supportés : GPS, PDA, disques durs, lecteur MP3 etc. N’oubliez pas les pilotes si besoin.

!

Avertissement Certains périphériques présents dans votre Mac comme la Webcam « iSight » sont vus comme périphérique USB. Ces matériels nécessitent des pilotes développés en autre par Apple. Dans la version 1 de VMware Fusion, vous deviez utiliser les pilotes présents sur le DVD d’installation de Mac OS X 10.5 Leopard. Ce sont ces mêmes pilotes qui étaient utilisés pour « Boot Camp ».

• En installant les « VMware Tools » livrés avec la version 2 de VMware Fusion, les pilotes seront installés automatiquement. Plus besoin de les installer à partir du DVD de Leopard.

Clavier Clavier de type 104 touches (modèle Windows 95/98 étendu).

Souris et tablettes graphiques • Émulation d’une souris de type PS/2. • Support des souris USB. • Support des tablettes graphiques USB.

Carte Ethernet • Jusqu’à 10 cartes Ethernet par machine virtuelle. Tout comme pour l’interface SCSI, VMware propose deux cartes Réseau. La première pour les anciennes générations de système d’exploitation : « AMD PCnet » et pour les systèmes les plus récents « Intel Pro 1000 MT ». — AMD PCnet-PCI II compatible. — Intel Pro/1000 MT (notamment pour les systèmes 64-Bits). 5

Réseau virtuel Trois “switches” réseaux sont configurés par défaut : • Mode Pont. • Réseau fermé entre l’hôte uniquement • NAT (Translation d’adresses)

5

http://www.intel.com/network/connectivito/products/pro1000mt_server_adapter.htm. Les pilotes Intel pour la « Intel Pro/1000 MT » sont disponibles en suivant ce lien : http://support.intel.com/support/network/sb/CS-006120.htm.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

99


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 — Les principaux protocoles Ethernet sont supportés : TCP/IP, Microsoft Networking, Samba, Novell NetWare et Network File System (NFS). — Le protocole NAT supporte les normes : TCP/IP, FTP, DNS, HTTP, WINS et Telnet. À cela il faut ajouter la prise en charge du VPN au travers de « PPTP over NAT ».

Son • La carte son émulée est redirigée vers la carte son interne du Mac. • La carte émulée est « Creative Labs Sound Blaster ES1371 ».

Note Entrée MIDI, contrôleurs de jeux comme les joysticks ne sont pas pris en charge (sauf sur port USB).

Bien connaître son matériel Bien identifier les composants de son Mac est indispensable lorsque l’on veut utiliser la virtualisation. Beaucoup d’utilisateurs se font une fausse idée de la virtualisation en imaginant que celle-ci étend les ressources d’une machine. Ce n’est pas parce que vous avez deux systèmes dans un ordinateur que pour autant, votre machine a deux fois plus de puissance de calcul. Au contraire, la puissance de votre ordinateur est partagée entre deux Systèmes d’exploitation. Il est donc important de connaître les ressources disponibles afin de les repartir au plus juste. Les deux composants qui déterminent la puissance d’une machine virtuelle sont le processeur et la mémoire vive qui équipent votre machine. Le processeur déterminera le nombre de VPCU que vous pourrez placer dans la machine virtuelle, et la mémoire sera répartie au mieux en fonction des besoins des systèmes et des applications qui fonctionneront sur ces derniers.

Identifier la mémoire embarquée (la RAM) Le plus simple dans un Mac pour identifier la mémoire installée est de cliquer sur le menu Pomme en haut à gauche de votre écran, puis de sélectionner À propos de ce Mac. Une fenêtre apparaît, indiquant le processeur et la mémoire installée. Dans la fenêtre de figure 9.1, le Mac est équipé de 2,5 Go de mémoire.

Figure 9.1 : À propos de ce Mac Il peut être sage d’étendre la mémoire ; plus vous aurez de mémoire et plus il sera possible d’exécuter simultanément de Machines virtuelles ou plus ; celles-ci fonctionneront dans des conditions optimales.

100

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 La mémoire est installée dans des slots ; ceux-ci déterminent le nombre maximum que vous pourrez installer. Pour cela, cliquez sur le bouton Plus d’info… de la fenêtre À propos puis dans la fenêtre, sélectionnez Mémoire. Dans la partie droite de la fenêtre, vous trouverez en haut le nombre de slot (Bank) et le type de mémoire installée dans la section basse (cf. figure 9.2).

Figure 9.2 : Les slots de mémoire Reportez-vous au tableau ci-dessous pour identifier la configuration maximale supportée par votre Mac. Type de Mac

Slots

Maximum RAM

Mac mini

2

4 Go

iMac

2

8 Go

Mac Pro

8

32 Go

Xserve

8

32 Go

MacBook

2

4 Go

MacBook Air

2

2 Go

MacBook Pro

2

8 Go

Identifier son processeur Identifier le processeur qui équipe un Mac n’est pas chose aisée. Aucune commande Unix ne retrouve le type de processeur. Certes, il fait parti de la famille « Core » ou « Core 2 » mais Apple n’est pas très loquace sur le sujet. Pourtant cette information est importante. Elle déterminera le type de système que vous pourrez virtualiser ; notamment pour ce qui est du 64-Bits. Les premiers MacBook furent équipés d’un processeur 32-Bits, ceux-ci ne pouvant pas supporter les systèmes 32-bits. Les indices les plus intéressants vous seront fournis par l’outil Information Système. Tout comme précédemment, le plus simple est d’utiliser le menu Pomme puis de sélectionner À propos de ce Mac (cf. figure 9.3).

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

101


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.3 : Le type de processeur Si la fenêtre présente le processeur comme faisant partie de la famille « Intel Core Duo », il ne prendra donc pas en compte l’adressage mémoire de 64-Bits. Un nom de processeur du type « Intel Core 2 Duo », supportera tous les systèmes modernes de 64-Bits. Notez une particularité sur le Mac Mini qui sur 1 seul modèle est équipé d’un « Core Solo », ce qui restreint sa capacité à un seul processeur physique comme logique. Assez paradoxalement, Windows indique le type exact de Processeur; il ne se limite pas uniquement à la famille. L’information peut parfois être ambiguë, notamment au niveau de la vitesse du processeur comme sur cette copie d’écran.

102

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.4 : Le type de processeur... sous Windows

Les Mac équipés d’Intel Core Modèle

Vitessea (GHz)

Core Duo iMac e ("Yonah") d MacBook Pro f

1.83–2.00

667

2

1

2

01/2006

09/2006

1.83–2.16

667

2

1

2

02/2006

10/2006

Mac mini g 1.66–1.83

667

2

1

2

02/2006

08/2007

667

2

1

2

05/2006

11/2006

Processeur

MacBook

h

1.83–2.00

Vitesse FSB L2 cache c Nbre de b (MT/s) (Mo) processeurs

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

Nbre de Coeur

Sortie

Retrait

103


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Processeur Core Solo ("Yonah") i a

Vitessea (GHz)

Modèle Mac mini j

1.50

Vitesse FSB L2 cache c Nbre de b (MT/s) (Mo) processeurs 667

2

1

Nbre de Coeur 1

Sortie

Retrait

02/2006

09/2006

http://en.wikipedia.org/wiki/Clock_speed

b

http://en.wikipedia.org/wiki/Front_side_bus

c

http://en.wikipedia.org/wiki/L2_cache

d

http://en.wikipedia.org/wiki/Intel_Core#Yonah

e

http://en.wikipedia.org/wiki/IMac_%28Intel-based%29

f

http://en.wikipedia.org/wiki/MacBook_Pro

g

http://en.wikipedia.org/wiki/Mac_mini

h

http://en.wikipedia.org/wiki/MacBook

i

http://en.wikipedia.org/wiki/Intel_Core#Yonah

j

http://en.wikipedia.org/wiki/Mac_mini

Note • Processeur 32-Bits uniquement • Le « Core Solo » est un « Core Duo » don l’un des cœurs est désactivé.

Les Mac équipés de l’Intel Core 2 Processeur Modèle

Vitesse a (GHz)

Vitesse FSBb (MT/s)

L2 cache c (Mo)

Nbre de Nbre de processeurs Coeur

Sortie

Retrait

Xeon 5100 Mac Pro e ("Woodcrest") Xserve

2.00–3.00

1333

4

2

2

08/2006

01/2008

2.00–3.00

1333

4

2

2

10/2006

01/2008

Core 2 Duo iMac g ("Merom") f MacBook Pro h

1.83–2.40

667–800

2–4

1

2

09/2006

04/2008

2.16–2.60

667–800

4

1

2

10/2006

02/2008

MacBook i

1.83–2.20

667–800

2–4

1

2

11/2006

02/2008

j

1.83–2.00

667

2–4

1

2

08/2007

1.60–1.80

800

4

1

2

01/2008

3.00

1333

2×4

2

4

04/2007

01/2008

2.80

800

4

1

2

08/2007

04/2008

2.80–3.20

1600

2×6

1–2

4

01/2008

2.80–3.00

1600

2×6

1–2

4

01/2008

d

Mac Mini MacBook Air k

Xeon 5300 Mac Pro m ("Clovertown") l

Core 2 Extreme ("Merom XE") n

iMac o

Xeon 5400 Mac Pro q ("Harpertown") Xserve r p

104

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Processeur Modèle

Vitesse a (GHz)

Vitesse FSBb (MT/s)

L2 cache c (Mo)

Nbre de Nbre de processeurs Coeur

Sortie

Core 2 Duo MacBook ("Penryn") s Pro

2.40–2.60

800

3–6

1

2

02/2008

MacBook t

2.10–2.40

800

3

1

2

02/2008

iMac u

2.40–3.06

1066

6

1

2

04/2008

a

Retrait

http://en.wikipedia.org/wiki/Clock_speed

b

http://en.wikipedia.org/wiki/Front_side_bus

c

http://en.wikipedia.org/wiki/L2_cache

d

http://en.wikipedia.org/wiki/Xeon#5100-series_.22Woodcrest.22

e

http://en.wikipedia.org/wiki/Mac_Pro

f

http://en.wikipedia.org/wiki/Intel_Core_2#Merom

g

http://en.wikipedia.org/wiki/IMac_%28Intel-based%29

h

http://en.wikipedia.org/wiki/MacBook_Pro

i

http://en.wikipedia.org/wiki/MacBook

j

http://en.wikipedia.org/wiki/Mac_mini

k

http://en.wikipedia.org/wiki/MacBook_Air

l

http://en.wikipedia.org/wiki/Xeon#5300-series_.22Clovertown.22

m

http://en.wikipedia.org/wiki/Mac_Pro

n

http://en.wikipedia.org/wiki/Intel_Core_2#Merom_XE

o

http://en.wikipedia.org/wiki/IMac_%28Intel-based%29

p

http://en.wikipedia.org/wiki/Xeon#5400-series_.22Harpertown.22

q

http://en.wikipedia.org/wiki/Mac_Pro

r

http://en.wikipedia.org/wiki/Xserve

s

http://en.wikipedia.org/wiki/Intel_Core_2#Penryn

t

http://en.wikipedia.org/wiki/MacBook

u

http://en.wikipedia.org/wiki/IMac_%28Intel-based%29

Note - « Merom » fut le premier processeur 64-Bits à équiper un Mac Book. - « Clovertown » fut le premier « quad-core » (Quatre Cœur).

L’Intel Virtualization Technology (Intel VT) En 2003, Intel dévoila l’Intel VT. Il s’agit d’une technologie dédiée aux environnements virtuels. Intel présentait déjà l’émergence de la vague de la virtualisation et se devait d’apporter une solution à un problème qui existe depuis toujours : l’écran bleu qui, pour les intimes, s’appelle « BSOD » ( « Blue Screen Of Death » en Anglais). Cet écran est sur tous les systèmes, y compris Linux et Mac OS. Mais il a été très présent dans la vie des utilisateurs de Windows NT puis 2000. Les choses se sont apaisées avec XP et Vista mais il nous arrive encore de le « rencontrer » de temps à autre (cf. figure 9.5).

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

105


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.5 : L'écran bleue de la mort Microsoft, comme un grand nombre d’éditeurs de logiciels, vous dira que cette « interruption » du système est due à de mauvais développeurs qui n’ont pas écrit de bons pilotes de périphériques et il a raison. La plupart des « craches » sont dus aux pilotes de périphériques et très rarement aux logiciels. Les systèmes d’exploitation peuvent gérer des interruptions de programmes ; ils sont là pour ça mais il leur est plus difficile de maitriser les dysfonctionnements d’un pilote. Pourquoi ? Un pilote a pour objectif de créer une interface entre un composant matériel (le périphérique) et le système d’exploitation. Pour que ce dialogue soit performant, le pilote doit intervenir dans les couches basses du noyau (Kernel) du système. Or ces couches basses sont très sensibles. Une mauvaise information en mémoire et c’est la panique ; tout s'arrête. Afin d’évaluer le degré de proximité du « Kernel », il existe une échelle de valeurs, qui va de « Ring 0 » à « Ring 3 ». Plus vous êtes proche du cœur du système, c’est à dire en « Ring 0 », plus vous êtes en risque de crash en cas de dysfonctionnement du pilote. À contrario, plus vous êtes dans les couches basses, plus vous êtes performant. Lorsque l’on parle de Virtualisation, dans l’esprit de beaucoup de gens, il s’agit de faire croire au système hébergé qu’il est bien installé dans une machine physique. C’est vrai mais ce qui est encore plus vrai, c’est que souvent l’outil de virtualisation laisse passer des commandes sans les intercepter. Il laisse donc la machine virtuelle accéder au cœur du système de la machine hôte afin d’accéder au matériel. Grace à cette technique, les performances de machines virtuelles sont proches des machines physiques. Mais le risque est fort que de mauvais pilotes de périphérique même placés dans la machine virtuelle puissent interrompre brutalement la machine hôte. Intel a donc développé une technologie de « décalage », quand une machine virtuelle veut accéder en « Ring 0 ». En réalité, elle intervient en « Ring 2 » et ainsi de suite. De cette façon, les risques de crash du système hôte sont quasiment inexistants. Cette explication très condensée résume des avancées de l’Intel VT, mais elle vous permettra de mieux comprendre ce qu’un simple bouton sur une fenêtre peut avoir comme effet. Dans toutes les versions de Windows, lorsque vous accédez aux propriétés de l’affichage, en cliquant sur le bouton Avancé puis sur l’Onglet Dépannage, vous arrivez sur une fenêtre qui vous propose de l’Accélération matérielle. En déplaçant le curseur vers la droite, vous donnez accès en ring 0 à la carte Vidéo et à gauche, ce sera en ring 3 (cf. figure 9.6).

106

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.6 : L'accélération matérielle sous Windows Il est évident comme nous l’avons évoqué qu’en « Ring 0 », l’accélération matérielle sera complète. Enfin presque, puisque grâce à l’Intel VT, nous ne sommes pas en « Ring 0 » mais en « Ring 1 » sur la machine virtuelle. Cette dernière ne le sait pas. Si vous rencontrez des écrans bleus, il peut être pertinent de déplacer le curseur vers la droite. Toutefois, si vous avez installé les « VMware Tools » , les pilotes sont développés par VMware et s’appuient sur une base matérielle VMware, ce qui est un gage de sécurité. Tous les processeurs d’Intel n’ont pas cette technologie dans leur puce. Grâce à Apple, tous nos Mac sans exception sont équipés de processeurs Intel avec technologie Intel VT, y compris le Mac Mini avec le processeur « Core Solo ». Ce lien vous donne accès au détail des processeurs Intel et à la présence ou non de l’Intel VT : http://www.intel.com/products/processor_number/chart/core2duo.htm (En). Si cela ne pose pas de problème sur Mac, sachez que des serveurs achetés jusqu’en 2005/2006 n’étaient pas équipés de cette technologie. Or sa présence est un prérequis pour exécuter des environnements 64-Bits. Vos machines virtuelles 64-Bits

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

107


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 pourront ne pas fonctionner sur des serveurs GSX ou ESX qui étaient installés sur des machines qui n’ont pas de processeurs 64-Bits et sans l’extension Intel VT.

Emplacements par défaut des répertoires VMware Fusion. • • • • • • • •

/Library/Applications Support/VMware Fusion/ /Users/yourusername/Documents/Virtual Machines/ /Users/yourusername/Library/Application Supuort/VMware Fusion/Virtual Machines/ /Users/yourusername/Library/Logs/VMware Fusion/vmware-vmfusion.log /Users/yourusername/Library/Preferences/VMware Fusion/config /Users/yourusername/Library/Preferences com.vmware.fusion.plist /Users/yourusername/Library/Preferences/VMware Fusion/preferences

Description d’un paquet vmwarevm Les fichiers VMware Fusion présents dans une machine virtuelle VMware a su exploiter tous les avantages de la plateforme Mac pour faire de VMware Fusion un produit très bien intégré dans Mac OS X. C’est le cas en particulier des « Bundles » ou paquets. Si pour beaucoup d’utilisateurs, cliquer sur une application revient à l’exécuter, les professionnels du Mac vous diront qu’en réalité vous ouvrez un dossier puis vous exécutez un programme dont l’extension est exec. Toutes ces opérations sont « transparentes » pour l’utilisateur. Apple offre là avec Mac OS X une simplification extrême, et ce qui fonctionne pour les programmes s’applique aussi aux « fichiers ». Avez-vous remarqué qu’en cliquant directement sur l’icône de votre machine virtuelle dans le dossier Machines virtuelles, cela a pour effet de démarrer cette machine ? Lorsque vous cliquez sur le fichier d’une machine virtuelle VMware, vous portez votre action sur un dossier avec un grand nombre de fichiers « cachés ». Les fichiers VMware sont par défaut placés dans un dossier nommé Machines Virtuelles, lui-même présent dans le dossier Documents de votre répertoire personnel (la petite maison blanche). Dans ce dossier sont listées toutes les machines virtuelles que vous avez créées.

Figure 9.7 : Les fichiers des machines virtuelles Cependant, lorsque l’on observe le contenu des versions Windows ou Linux avec des produits VMware, ce sont au minimum deux fichiers qui sont nécessaires pour constituer une machine virtuelle.

108

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 Le premier est un disque dur virtuel. Ce fichier volumineux porte l’extension de VMDK (VMare DisK) et le second l’extension VMX. Ce dernier est le fichier de configuration qui définît les propriétés de la machine virtuelle. VMware n’a pas créé pour Mac OS X un système particulier. Ces fichiers indispensables sont cachés au sein du dossier de la machine virtuelle. Pour accéder à ces éléments, il faut presser la touche Ctrl et le bouton de la souris (ou le clic droit de votre souris si elle est équipée de deux boutons) tout en sélectionnant le fichier. Puis dans le menu contextuel, choisir Afficher le contenu du paquet (cf. figure 9.8). Ce qui aura pour effet d’afficher le contenu du dossier.

Figure 9.8 : Afficher le contenu d'un Bundle Une fois le dossier ouvert, vous trouverez plusieurs types de fichiers. Les deux principaux portent des icônes spécifiques. Le fichier vmdk est lui affublé d’une icône avec l’image du disque dur. Le fichier de configuration, dont l’extension est .vmx, porte le logo VMware sous lequel sont inscrites les trois lettres « vmx ». Il s’agit là de la magie du Finder et du « Bundle ». Toutefois, il vous arrivera de récupérer des machines virtuelles en provenance d’autres plateformes comme Windows. Or ces machines seront fournies dans un simple répertoire dans lequel se trouveront les fichiers indispensables. Pour reproduire l’effet Bundle, ajoutez à la fin du nom du dossier les caractères suivants .vmwarevm. Cela correspond à l’extension spécifique aux « Bundle » de VMware (n’oubliez pas le point en début de séquence).

Le contenu d’un dossier d’une machine virtuelle Vous trouverez différents fichiers dans le dossier vmwarevm de chaque machine virtuelle. Si les fichiers vms et vmdk sont indispensables, les autres extensions sont facultatives et certains fichiers ne seront pas persistants, tel le fichier lock. Extension

Nom complet

Description

.log

<vmware-0>.log

Il s’agit d’un fichier de « journalisation » qui enregistre tous les messages envoyés par VMware Fusion. Le plus souvent, ces messages concernent des erreurs. L’exploration de ces fichiers log permet d’identifier les erreurs provoquées lors de l’exécution d’une machine virtuelle.

.nvram

<nom_de_la_vm>.nvram

Il s’agit de l’image de l’état du Bios d’une machine virtuelle.

.vmdk

<nom_de_la_vm>.vmdk

Le fichier représente le disque dur de la machine virtuelle (consultez la section 9-4-5 qui détaille le fonctionnement de ce fichier).

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

109


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Extension

Nom complet

Description

< nom_de_la_vm >-<###>.vmdk Dès que vous effectuez un « snapshot », VMware Fusion génère un fichier VMDK en lui ajoutant un indice. Ne supprimez pas à la main un fichier VMDK mais utilisez l’interface de VMware Fusion pour supprimer des Snapshots. .vmsd

< nom_de_la_vm >.vmsd

Le fichier « vmsd » contient un ensemble d’informations sur les fichiers VMDK générés pas la fonction « snapshot ».

.vmsn

< nom_de_la_vm >-Snapshot.vmsn

Fichier enregistrant des paramètres de la machine virtuelle au moment du snapshot.

< nom_de_la_vm >-Snapshot<###>.vmsn

Utilisé et indiqué pour chaque Snapshot.

.vmss

< nom_de_la_vm >.vmss

Sauvegarde l’état de la machine virtuelle au moment de sa suspension. Ce fichier est très important et peut avoir une taille conséquente.

.vmx

< nom_de_la_vm >.vmx

Fichier principal de la machine virtuelle. Il contient sa définition. (Consultez la la section intitulée « Comment éditer un fichier VMX ? »)

.lock

< nom_de_la_vm >.lock

Les fichiers « lock » apparaissent uniquement lors de l’exécution d’une machine et sont utilisés par VMware Fusion pour verrouiller l’accès au fichier « vmdk ». Une option du fichier « vmx » permet de désactiver cette technique.

.png

quicklook-cache.png

Il s’agit d’un fichier graphique. Le fichier « png » est une copie d’écran de la machine virtuelle. Ce fichier est utilisé par « Coup d’œil » ou « Quicklook » en Anglais qui simule une prévisualisation du contenu de la machine virtuelle.

.vmxf

< nom_de_la_vm >.vmxf

Ce fichier est une extension récente du fichier VMX. Il utilise un format XML pour décrire de nouvelles options d’une machine virtuelle.

Les particularités de Mac OS X VMware Fusion apporte quelques particularités au contenu du dossier d’une machine virtuelle : un fichier quicklook-cache.png utilisé par la fonction « Coup d’œil » et un dossier Applications uniquement dans des machines virtuelles exécutant des Systèmes Windows. Le dossier Applications recense tous les programmes présents dans le menu Démarrer de Windows. Lorsqu’elles seront exécutées dans le mode « Unity », ces applications pourront s’afficher dans le « Dock » de Mac OS X.

110

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.9 : Les particularités de Mac OS X Il va de soi que ces deux particularités ne seront pas prises en compte si vous exécutez votre machine virtuelle sur une plateforme VMware autre que Mac OS X. Pourquoi un dossier Applications ? Lorsque le mode « Unity » est activé, les programmes exécutés dans l’environnement Windows sont présents dans le « dock ». Or seules des applications « Apple » peuvent être présentes dans la section de gauche du « dock », la section de droite étant réservée aux dossiers et fichiers. Là encore, VMware a utilisé un subterfuge pour placer les icônes des applications Windows dans le « Dock ». A chaque programme découvert dans le menu Démarrer, VMware Fusion va créer une « pseudo » application dans laquelle est placée l’icône du programme sous Windows. Ce qui est parfois du plus mauvais effet car la résolution des icônes sous Windows 2000 ou XP est très loin des résolutions des icônes Mac (128 X 128 pixels). Afin de créer ces pseudo-applications, VMware Fusion utilise un programme comme « matrice » qui s’appelle « vmware-docker ». Vous le trouverez dans VMware Fusion en utilisant la fonction Afficher le contenu du paquet. Vous trouverez l’exécutable en suivant ce chemin : Fusion.app/Contents/Resources/proxyApp-template-app/Contents/MacOS/vmware-docker

Les scripteurs Applescript auront remarqué un fichier doscker.sdef dans le dossier Resources. Nous en détaillons l’utilisation dans la section « 12 - Automatiser VMware Fusion ».

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

111


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Le fichier VMX L’un des deux éléments essentiels d’une machine virtuelle est le fichier VMX. Celui-ci définit les caractéristiques qui forment l’ordinateur virtualisé. Il comporte des descriptions de composants qui conditionneront le fonctionnement de votre machine virtuelle, mais aussi, dans une certaine mesure, l’application VMware Fusion. Il doit exister un fichier VMX par machine virtuelle. Généralement, il est placé dans le même dossier que le disque dur virtuel (le fichier VMDK). Ce fichier n’a pas de format particulier ; il s’agit d’un fichier texte éditable par n’importe quel éditeur de texte. Lorsque vous modifiez un paramètre dans l’interface de VMware Fusion, ces modifications sont automatiquement écrites dans le fichier VMX de votre machine virtuelle. Exceptions faites de quelques éléments plug and play comme les ports USB ou l’ajout de médias tel un disque dur supplémentaire, tous les autres paramètres nécessitent un redémarrage de la machine virtuelle. Ce redémarrage est indispensable pour que les informations présentes dans le fichier VMX soient lues et prises en compte. Ce n’est qu’après cette étape que la machine démarra dans une configuration conforme à la description présente dans le fichier VMX.

!

Attention C’est dans ce fichier que vous définirez les composants matériels tels les disques durs, la mémoire allouée ou le nombre de carte pour le réseau. Une modification dans ce fichier « texte » et votre machine virtuelle aura un fonctionnement diffèrent par rapport aux réglages que vous avez mis en place dans l’interface graphique de VMware Fusion. Avant de modifier ce fichier, il est donc important d’effectuer une sauvegarde de cette machine virtuelle ou de copier et conserver quelque part le fichier VMX d’origine.

VMware maintient un certain secret sur les paramètres utilisables dans un fichier VMX. Il vous arrivera peut-être de découvrir de nouvelles options en étudiant un fichier VMX ou vous constatez qu’un paramètre ne fonctionne pas avec la version de votre logiciel VMware Fusion. En effet, le contenu des fichiers VMX n’étant pas ou très peu révélé par VMware, il vous faudra avancer à « tâtons ». Bien que des options soient régulièrement ajoutées, d’autres disparaissent au fil des versions de logiciels. Il est donc nécessaire de tester le fichier de configuration et de constater le bon fonctionnement d’un paramètre ou d’une option. Dans le cadre d’une utilisation sur plusieurs plateformes de VMware (VMware Workstation, ESX Server, GSX Server, VMware Server, VMware player), assurez-vous de la compatibilité du paramètre avec les autres logiciels, les différences peuvent être importantes. Donc, si un fichier VMX est indispensable, quelle en est la structure minimale ? Depuis la sortie de VMware Workstation 2, un fichier VMX est constitué d’un minimum de trois lignes : config.version = "8" virtualHW.version = "6" guestOS = "winxppro"

La première ligne indique la version du type de fichier VMX ; la seconde fait apparaître la version du matériel émulé et la troisième donne une indication du système présent dans la machine virtuelle. Ces quelques lignes permettront à votre machine virtuelle de démarrer. Toutefois, elles devront être accompagnées d’informations plus précises pour que votre VM puisse fonctionner de façon optimum.

Note Il existe un utilitaire du nom de VMX Extras, gratuiciel qui est disponible sur les forums de VMware. Il n’a pas évolué depuis plus d’un an, mais peut être utilisé avec VMware Fusion 2. Si l’utilisation d’un éditeur vous rebute, vous avez là un outil idéal : http://communities.vmware.com/message/758927 Son interface est simpliste, mais suffisante. Dans le premier onglet Direct Edit (cf. figure 9.10), vous trouverez la liste de tous les paramètres du fichier VM. Les boutons « + » et « - » vous permettront d’ajouter des paramètres.

112

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.10 : L'onglet Direct Edit L’onglet Preconfigured Options vous accompagnera sur certains réglages dont les valeurs sont connues et disponibles dans VMware Fusion 1.0.

Figure 9.11 : L'onget Preconfigured Options

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

113


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Note Prenez garde à toujours dupliquer le fichier VMX d’origine et de ne pas modifier un fichier VMX lors de l’exécutson de la Machine virtuelle correspondante.

La structure du Fichier VMX Sur Mac OS X, VMware dissimule au sein d’un « paquet » les éléments de la machine virtuelle. Il convient donc d’accéder au contenu du paquet pour éditer le fichier VMX. (Pour plus de détails consultez la section détaillant la structure d’une machine virtuelle)

Comment éditer un fichier VMX ? Pointer/cliquer sur la machine virtuelle tout en pressant la touche CTRL (ou un clique droit de souris) fera apparaître un menu contextuel. Sélectionnez l’option Affichez le contenu du paquet, voyez la figure 9.8. Ne cliquez pas sur le fichier VMX car celui-ci lancera la machine virtuelle dans VMware Fusion. Préférez l’option Ouvrir avec… encore une fois en faisant apparaître le menu contextuel sur le fichier VMX (cf. figure 9.12).

Figure 9.12 : Le fichier .vmx Tous les éditeurs de textes sont utilisables que cela soit avec TextEdit, TextMate, BBEdit ou SubEthaEdit. Évitez simplement d’utiliser Microsoft Word qui dissimule des caractères dans le texte. Vous constatez que ce fichier est constitué de lignes composées de mots clés à gauche, du signe = au milieu et une valeur entre guillemets à droite, rien de plus. Voici l’extrait d’un exemple de fichier VMX généré pour VISTA: .encoding = "UTF-8" config.version = "8" virtualHW.version = "7" scsi0.present = "cRUE" scsi0.virtualDev = "lsilogic" memsize = "1024" scsi0:0.present = "TRUE" scsi0:0.fileName = "Windows Vista.vmdk" ide1:0.present = "TRUE" ide1:0.fileName = "auto detect" ide1:0.deviceType = "cdrom-raw" floppy0.fileType = "device" floppy0.fileName = ""

114

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 floppy0.clientDevice = "FALSE" ethernet0.present = "TRUE" ethernet0.connectionType = "nat" ethernet0.virtualDev = "e1000" ethernet0.addressType = "generated" uuid.location = "56 4d 25 26 fc fd 93 40-52 7d c5 dc d2 82 7d 57" uuid.bios = "56 4d 25 26ofc fd 93 40-52 7d c5 dc d2 82 7d 57" scsi0:0.redo = "" vmotion.checkpointFBSize = "134217728" pciBridge0.pciSlotNumber = "17" pciBridge7.pciSlotNumber = "24" scsi0.pciSlotNumber = "16" usb.pciSlotNumber = "32" ethernet0.pciSlotNumber = "33" sound.pciSlotNumber = "34" ehci.pciSlotNumber = "35" vmci0.pciSlotNumber = "36" usb:0.present = "TRUE" usb:1.present = "TRUE" ethernet0.generatedAddress = "00:0c:29:82:7d:57" ethernet0.generatedAddressOffset = "0" vmci0.id = "-763200169" usb:1.deviceType = "hubr usb:0.deviceType = "mouse" vmx.onpoweronkeys = "1" floppy0.autodetect = "TRUE" vmx.onpoweron0.key = "floppy0.present" vmx.onpoweron0.value = "FALSE" ide1:0.autodetect = "TRUE" gui.fullScreenAtPowerOn = "FALSE" gui.viewModeAtPowerOn = "windowed"

La syntaxe du fichier • Dans un fichier VMX, il ne peut y avoir qu’une option par ligne. • Vous pouvez commencer une ligne par le symbole #, celle-ci ne sera pas prise en compte par VMware Fusion. Il s’agit de lignes de commentaires. Nous vous suggérons d’utiliser ce symbole qui donne souvent plus de clarté aux sections de votre fichier VMX. Par exemple : # -- PORTS SERIE serial0.present = "true" serial0.fileType = "thinprint" # -- BUS SCSI scsi0.present = "true" # -- Disque SCSI scsi0:0.present = "true" scsi0:0.fileName = "Windows XP Professionnel.vmdk" scsi0:0.redo = ""

• Les mots clés sont toujours composés de deux éléments liés par un point, comme dans un langage objet avec le binôme : objet et méthode. Voici à titre d’exemple : floppy0.autodetect. Il semble que VMware développe son modèle, car nous trouvons maintenant une arborescence à plusieurs niveaux comme : vmx.onpoweron0.value = "false" ; notamment depuis les dernières versions comme VMware Fusion 1 ou VMware Workstation 6. • Les paramètres ou valeurs sont toujours placés entre guillemets ; il n’y a pas d’exception connue.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

115


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 • Ne placez pas d’espace entre les guillemets et son contenu. Exemple : Ligne correcte : scsi0:0.present = Ligne incorrecte : scsi0:0.present • • • •

"true" = " true "

La « casse » majuscule ou minuscule n’a pas d’effet. L’ordre de placement dans le fichier VMX n’a pas d’effet. Les paramètres vrais ont la valeur « true » qui est, bien sur, opposée à « false » pour une valeur négative. Certains composants peuvent être multiples dans une même machine virtuelle. C’est ainsi que vous trouvez plusieurs cartes réseau dans une VM. Cela est aussi valable pour d’autres composants tels : • les disques durs, • les ports séries, • les ports parallèles, • les lecteurs de disquettes. Pour différencier les paramètres de chaque élément, un indice numérique est ajouté à la fin du mot clé. Voici comment placer deux cartes réseaux dans un machine virtuelle : ethernet0.present= "true" ethernet1.present= "true"

Ou ajouter deux ports parallèles : parallel0.present= "true" parallel1.present= "true"

Les paramètres d’un élément suivent l’indice. Voici un exemple relatif aux cartes réseau. Ces paramètres s’appliquent uniquement à la carte Ethernet dont le numéro est 0. #-- Carte Ethernet 0 ethernet0.present= "true" ethernet0.stlrtConnected = "true" ethernet0.virtualDev = "e1000" ethernet0.connectionType = "bridged"

La valeur de l’option ethernet0.present peut être évaluée à caractéristiques sont omises.

false.

Dans ce cas, la carte n’est pas présent et toutes ces

#-- Carte Ethernet 0 non présente ethernet0.present= "false" ethernet0.startConnected = "true" ethernet0.virtualDev = "e1000" ethernet0.connectionType = "bridged"

• Cas particulier des disques durs et lecteurs CD/DVD : Si l’opération est simple pour les cartes réseaux, les ports séries ou parallèles, elle est plus complexe pour les disques durs IDE et SCSI. En effet, les disques sont attachés à des contrôleurs de type IDE ou SCSI. Il peut y avoir jusqu'à quatre contrôleurs SCSI par machine virtuelle et 2 interfaces IDE. Il faut donc un indice pour le contrôleur puis un indice pour le numéro de disque dur. Nous obtenons ainsi les lignes suivantes pour un disque dur connecté à un contrôleur SCSI : # Controleur SCSI numéro « 0 » scsi0.present = "true" # Controleur SCSI numéro « 1 » scsi1.present = "true" # Affectation d’un premier disque virtuel au contrôleur « 0 » scsi0:0.fileName = "premier_disque.vmdk" # Affectation d’un second disque virtuel au contrôleur « 0 » scsi0:1.fileName = "second_disque.vmdk"

116

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 # Affectation d’un disque virtuel au contrôleur « 1 » scsi1:0.fil Name = "troisieme_disque.vmdk"

La section relative aux disques IDE et SCSI détaille toutes les options d’un disque dur. • Pour terminer, sachez qu’une faute de frappe ou une mauvaise valeur donne généralement lieu à un message d’erreur dans VMware Fusion et bien sur, l’omission de l’option dans la machine virtuelle. • Ultime conseil : dupliquez toujours vos fichiers VMX et conservez une copie en cas de besoin.

Les paramètres des composants virtuels Le lecteur CD Vous pouvez ajouter plusieurs lecteurs de CD/DVD dans une machine virtuelle. Ce paramètre est facilement réalisable dans l’interface graphique de VMware Fusion en sélectionnant les préférences de la machine virtuelle.

!

Avertissement N’omettez pas l’indice du contrôleur et de celui du lecteur. Se référer à l’explication la section intitulée « La structure du Fichier VMX »).

Un lecteur CD/DVD a quatre propriétés possibles dans un fichier VMX. •

[ide1:0.present]

Ce paramètre fait apparaître la présence d’un lecteur de CD-Rom pour permettre, en autre, de « booter » sur le CD dans le lecteur du Mac. Un état: – ide1:0.present = "true" ; lecteur présent dans la machine virtuelle (cf. figure 9.13).

Figure 9.13 : Le lecteur est présent dans la machine virtuelle •

[ide1:0.deviceType]

Cet argument décrit le type de lecteur. Dans un premier cas, vous utiliserez le lecteur de votre Mac ; dans un second, vous pourrez lui préférer un fichier iso. Il s’agit là des deux options présentes dans l’interface graphique de VMware Fusion (cf. figure 9.14).

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

117


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 Deux états : – ide1:0.deviceType – ide1:0.deviceType votre Mac.

!

; ici la machine virtuelle utilisera un fichier « iso ». ; avec cette option, la machine virtuelle utilisera le lecteur CD/DVD interne de

= "cdrom-image" = "cdrom-raw"

Avertissement Attention votre Mac ne pourra plus utiliser le lecteur, VMware Fusion se gardant l’exclusivité sur le lecteur physique, ne l’oubliez pas !

Figure 9.14 : Le lecteur de CD est utilisé par VMware •

[ide1:0.filename]

Filename est quelque peu particulier et son objectif varie en fonction de l’option retenue avec le mot clé deviceType. Deux états : – Utilisation avec un fichier ISO : Avec cette option filename doit contenir le nom et le chemin du fichier ISO ainsi : ide1:0.filename = "mon_fichier_iso.iso". Reportez-vous à la section intitulée « Les fichiers ISO »

118

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.15 : Une image ISO est utilisée – Utilisation avec du lecteur physique : Si vous avez opté pour le lecteur de CD présent au sein de votre ordinateur : ide1:0.deviceType = "cdrom-raw", le nom du fichier correspondra au lecteur que vous souhaitez utiliser au sein de la machine virtuelle. Malheureusement, le nom ou chemin d’accès au lecteur varie suivant les différents systèmes : Windows, Linux ou Mac OS X. Avec une machine virtuelle créée sur Windows, vous pourrez rencontrer la lettre du lecteur par exemple « D: ». Dans une machine Linux, c’est le point de montage qui est utilisé. Deux exemples : Machine Linux

ide1:0.deviceType = "cdrom-raw"

ide1:0.filename = "/dev/hdc"

Machine Windows

ide1:0.deviceType = "cdrom-raw"

ide1:0.filename = "E:"

Il est toutefois déconseillé d’utiliser ces paramètres dans un fichier VMX car, lors du déplacement de votre VM d’une plateforme à une autre, votre fichier de configuration devient caduc. • Il existe donc un paramètre générique qui prend en charge le premier lecteur qu’il trouve. Cela est parfait car, à l’exception faite des « Mac Pro » de dernière génération, les Mac ne possèdent qu’un seul lecteur interne. ide1:0.deviceType = "cdrom-raw" ide1:0.filename = "auto detect"

En plaçant « auto detect » dans le fichier VMX, VMware Fusion ne se préoccupera pas de la plateforme sur lequel il fonctionne. Il utilisera par défaut le premier lecteur CD/DVD trouvé pour la machine virtuelle en question (cf. figure 9.16).

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

119


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.16 : Lecteur de CD détecté automatiquement •

[ide1:0.startConnected]

Dernière option qui a comme objectif d’indiquer la présence du lecteur au démarrage de la machine virtuelle. En connectant le lecteur dès le démarrage, cela permet par exemple de démarrer sur le CD/DVD, qu’il soit basé sur image ISO ou sur le lecteur physique de votre Mac. Grâce à cette option, il vous sera possible d’installer un système d’exploitation distribué sur CD ou DVD (cf. figure 9.17). Deux états : – ide1:0.startConnected = "true" ; avec la valeur true le lecteur est disponible au démarrage de la machine virtuelle. – ide1:0.startConnected = "false" ; le lecteur n’est pas présent au démarrage de la machine virtuelle.

Figure 9.17 : Le lecteur de CD est connecté au démarrage

120

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Quelques remarques sur le lecteur de CD/DVD Vous pouvez créer plusieurs lecteurs CD/DVD en combinant lecteur physique ou lecteurs à base de fichiers ISO. De même, un Mac équipé de plusieurs lecteurs comme les derniers Mac Pro peut voir une machine virtuelle pour les utiliser tous. Si vous cherchez de la performance sur vos machines virtuelles, évitez de connecter votre lecteur CD/DVD au démarrage de la machine virtuelle. Vous pouvez l’activer une fois celle-ci démarrée en utilisant l’interface de VMware Fusion. Écartez aussi l’option auto detect. Ce sont quelques centièmes de secondes de gagnés en évitant la recherche des lecteurs physiques. Il vous arrivera peut-être de faire face à plusieurs machines virtuelles allumées simultanément. Il peut être souhaitable de définir un privilège sur le lecteur de CD/DVD. Pour les départager il existe une option : ide1:0.exclusive = "true"

La machine virtuelle qui sera la première à être lancée aura l’exclusivité du lecteur de CD/DVD. De toute évidence, cette fonction n’est pas à utiliser avec un fichier ISO. Enfin, vous aurez peut-être remarqué que nous utilisons uniquement dans nos exemples des lecteurs connectés sur un contrôleur IDE. Il existe pourtant le SCSI. Vous pouvez définir un lecteur CD/DVD au Format SCSI mais attention, vous ne pourrez pas démarrer dessus même avec l’option Start connected. Le lecteur SCSI existe principalement pour l’utilisation de logiciels de gravure qui réclament un accès SCSI et non IDE. • • •

scsi0:0.present = "true" scsi0:0.startConnected = "true" scsi0:0.deviceType = "cdrom-raw"

À n’utiliser qu’en cas d’absolue nécessité et il peut ne pas fonctionner sur toutes les plateformes VMware.

Les cartes réseau Le réseau est devenu au fil du temps un des éléments fondamentaux d’un ordinateur tout comme le processeur, disque ou mémoire. Sachez toutefois que votre VM peut fonctionner sans qu’il soit défini de carte réseau. Le nombre maximum de cartes réseau pour une machine virtuelle dans VMware Fusion est de 10. Quel pilote de périphérique pour quelle carte réseau ? Les cartes réseaux évoluent tout comme les autres éléments qui constituent votre ordinateur. Lorsqu’un nouveau système d’exploitation est lancé sur le marché, il contient un certain nombre de pilotes. Ces drivers en anglais, correspondent de toute évidence aux matériels distribués et dont les spécificités sont connues. Si vous utilisez du matériel qui n’était pas présent au moment de la sortie du nouveau système d’exploitation, il vous faudra trouver les pilotes adéquats. Le problème est tout aussi visible au sein d’une machine virtuelle. Si les autres éléments d’une VM sont utilisables grâce à des drivers génériques, il n’en est rien pour le réseau. [ethernet0.virtualDev] Ce paramètre est optionnel. VMware Fusion se charge de sélectionner le bon type de carte correspondant au système que vous virtualisez. Vous pouvez toutefois définir le type de carte que doit émuler la machine virtuelle en utilisant la commande ethernet0.virtualDev. Il existe trois cartes qui sont émulées au sein d’une machine virtuelle : Nom de la carte

Paramètres

Remarques

Vlance

ethernet0.virtualDev = Emule une carte : AMD PCnet32. Fonctionne avec les vieux systèmes sans "vlance" ajout de pilote.

vmxnet

ethernet0.virtualDev = Fonctionne avec tous les systèmes sous réserve d’ajouter les « VMwareTools "vmxnet" » qui livrent et installent le pilote correspondant.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

121


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Nom de la carte E1000

Paramètres

Remarques

ethernet0.virtualDev = Fonctionne uniquement avec les systèmes modernes comme Vista, Mac "e1000" OS X, Ubuntu 8.04 car les pilotes sont livrés avec ces systèmes.

À titre d’exemple, les anciens systèmes comme Windows 2000 ou 98 contiennent les pilotes de la carte réseau vlance et les systèmes plus récents comme Vista ou Windows server 2003 renferment un driver pour la carte e1000. À ces trois cartes, il faut ajouter une carte supplémentaire du nom de flexible. Cette carte est utilisée par défaut si la ligne de paramètres ethernet0.virtualDev n’est pas présente dans le fichier VMX. Une fois la machine virtuelle activée, la carte flexible émule temporairement une carte vlance puis une fois les VMwareTools installés, la carte réseau se transforme en VMXnet. À ces trois options s’ajoutent trois paramètres qui définissent la carte réseau : •

[ethernet0.present]

établit la présence de la carte Ethernet dans la machine virtuelle (cf. figure 9.18). Deux états : – ide1:0.present = "true" ; la Carte réseau est présente. – ide1:0.present = "false" ; carte non attachée à la machine virtuelle, option rarement utilisée.

Figure 9.18 : La configuration de carte réseau •

[ethernet0.startConnected]

Détermine si la carte est présente au démarrage de la machine virtuelle. Cela permet en autre de « booter » en PXE lors de l’installation de système par le réseau (cf. figure 9.19). Deux états : – ethernet0.startConnected = "true" ; carte présente au démarrage. – ethernet0.startConnected = "false" ; carte absente au démarrage nécessite une action dans l’interface de VMware Fusion pour la rendre active.

122

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.19 : La configuration de carte réseau •

[ethernet0.ConnexionType]

Ce paramètre précise le mode de connexion au travers ou avec le Mac. Il existe en effet quatre possibilités. Reportez-vous à la section intitulée « Le réseau » pour plus de détails. Quatre options : Nom

Nom Anglais

Ligne de Paramètre

Mode « Nat »

NAT

ethernet0.connectionType = "nat" (cf. figure 9.20)

Mode « pont »

BRIDGED

ethernet0.connectionType = "bridged" (cf. figure 9.21)

Réseau privé, hôte uniquement.

HOST ONLY

ethernet0.connectionType = "hostonly" (cf. figure 9.22)

Personnalisé

CUSTOM

ethernet0.connectionType = "custom"

Le mode « NAT » ou translation d’adresses :

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

123


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.20 : Le mode Pont Le mode « Pont » :

Figure 9.21 : Le mode Pont Le monde « Host Only » réseau uniquement entre Mac et Machine virtuelle :

124

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.22 : Le mode Host Only •

[ethernet0.wakeOnPcktRcv]

« Wake on Line » est un protocole permettant de « réveiller » un ordinateur éteint. L’ordinateur principal doit envoyer un paquet réseau « particulier » appelé « magic packet » à l’intention de l’ordinateur devant être réveillé. Deux états : – ethernet0.wakeOnPcktRcv = "false" ; la machine virtuelle sera à même d’être réveillée, sous réserve que l’hôte, c’est-à-dire votre Mac, soit lui aussi éveillé. – ethernet0.wakeOnPcktRcv = "false" ; effet inverse, le « magic packet » ne sortira pas la machine de sa léthargie.

i •

Astuce Il existe un utilitaire gratuit qui, sur Mac, permet d’envoyer ces « magic packet ». Vous le trouverez en suivant ce lien : http://www.readpixel.com/wakeonlan/.

[ethernet0.linkStatePropagation.enable]

Cette option ne semble applicable que pour VMware Fusion et la version 6 de VMware Workstation sur PC. Elle a pour objectif de propager l’état de connexion de la machine hôte (votre Mac) vers la machine virtuelle. Par exemple si vous utilisez le mode « Bridge » et que le Mac passe en mode veille, la machine virtuelle est informée au réveil du Mac qu’elle doit obtenir une nouvelle adresse IP et ceci, bien sûr, si elle utilise un serveur DHCP. Deux états : – ethernet0.linkStatePropagation.enable = "false" ; l’état de la connexion de l’hôte ne sera pas envoyé vers la machine virtuelle. – ethernet0.linkStatePropagation.enable = "true" ; la machine virtuelle sera informée de l’état de la connexion réseau de la machine hôte. •

[ethernet0.noPromisc]

Le mode « promiscuité » correspond à un réglage de la carte réseau permettant à celle-ci de recevoir tous les paquets y compris ceux pour lesquels ils ne sont pas destinés. ethernet0.noPromisc = "true"

Ce réglage permet entre autre l’utilisation de sonde réseau.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

125


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

L’adresse MAC Chaque carte réseau Ethernet ou carte réseau wifi possède une adresse MAC unique. Cette adresse est placée dans la carte réseau et ne peut être modifiée (en théorie). Afin d’établir une adresse MAC unique, tous les constructeurs se voient assigner un numéro dont ils ont l’exclusivité. Cet identifiant unique porte le nom de OUI (Organizationally Unique Identifier). Il est composé de trois nombres puis, pour permettre l’unicité de la carte, le fabriquant possède trois autres nombres qu’il incrémente pour chaque carte. Une adresse MAC d’une machine fabriquée par Apple s’apparente à ceci : 00:19:e3:e1:a6:f5. La séquence 00:19:e3 a été attribuée à Apple, le reste de la séquence e1:a6:f5 est lui utilisé afin de créer l’unicité de la carte. Les chiffres sont codés en hexadécimal. L’hexadécimal offre une base de 16 chiffres, contrairement au décimal qui se limite à 10 qui vont de 0 à 9. En hexadécimal, les chiffres commencent par 0 (zéro) et se terminent par f, ce qui donne la suite : 0,1,2,3,4,5,6,7,8,9,a,b,c,d,e,f. Un fabricant peut avoir plusieurs identifiants. C’est le cas de VMware. Lorsque l’adresse MAC est générée par VMware Fusion, elle utilise l’OUI 00:0c:29. Par contre lorsque vous voulez par vous même définir l’Adresse MAC, vous devez utiliser l’OUI suivant : 00:50:56 qui lui aussi a été attribué à VMware. Une recherche dans la base des OUI ( http://standards.ieee.org/regauth/oui/index.shtml) indique que VMware s’est vu attribué quatre séquences : OUI VMWare

Origine

Utilisation

00:05:69:xx:xx:xx

Avant VMware ESX 2.0

Utilisée pour les adresses générées par les outils VMware

00:0C:29:xx:xx:xx

Depuis VMware ESX 2.0

Utilisée pour les adresses générées par les outils VMware

00:1C:14:xx:xx:xx

Depuis VMware ESX 2.0

Usage indéfini?

00:50:56:80:00:00 à 00:50:56:bf:ff:ff

Depuis VMware ESX 3.0

Utilisée pour les adresses générées par les outils VMware

00:50:56:00:00:00 à 00:50:56:3f:ff:ff

Depuis toujours

Utilisée pour les adresses MAC statiques, créées manuellement

Vous pouvez bien sur créer votre propre adresse MAC en ne suivant pas les consignes citées précédemment. Attention toutefois aux conflits d’adresses MAC sur votre réseau.

Note Pour chaque carte ajoutée à la machine virtuelle, une adresse MAC est indispensable, soit générée par VMware Fusion, soit créée par vos soins. [ethernet0.addressType]

Cette option détermine la méthode employée pour établir l’adresse MAC. Génération automatique de l’adresse MAC : L’adresse MAC créée par VMware Fusion est générée en s’appuyant sur un algorithme basé sur l’UUID (consulter la section intitulée « Le type de système hébergé ») de la machine virtuelle, puis VMware Fusion vérifie que cette adresse n’est pas déjà utilisée. C’est pourquoi il ne faut pas désactiver l’option [ethernet0.ignoreMACAddressConflict] présentée dans la section suivante. Vous risquerez alors de faire face à des conflits d’adresses MAC. Afin de laisser VMware Fusion déterminer l’adresse Mac, utilisez ces lignes : ethernet0.addressType = "generated" Après un premier démarrage de la machine virtuelle, l’adresse MAC est générée et apparaît dans une ligne : ethernet0.generatedAddress = "00:0c:29:40:7e:22"

Il n’est pas possible de découvrir l’adresse MAC de la machine virtuelle avant son premier démarrage et ceci est valable pour toute carte nouvellement ajoutée.

126

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 Il s’agit là du mode par défaut dans VMware Fusion. Ajout manuel de l’adresse MAC : Dans certains cas, il est nécessaire d’établir l’adresse MAC d’une carte réseau. Pour cela il est indispensable d’utiliser les deux lignes suivantes : • •

ethernet0.addressType = "static" ethernet0.checkMACAddress = "false"

ethernet0.address = "00:50:56:3e:00:ff"

Ce paramètre est intéressant dès lors que vous virtualisez des environnements au sein duquel fonctionnent des logiciels protégés par adresse MAC. Il suffit d’utiliser la même adresse MAC que celle de l’ordinateur physique. Ceci évite souvent de nouveaux enregistrements auprès de l’éditeur.

!

Avertissement Ne placez pas deux ordinateurs de tout type avec la même adresse MAC sur un même réseau. Par défaut VMware Fusion détecte ce genre de conflit. Consultez l’option [ethernet0.ignoreMACAddressConflict] dans la section suivante.

La ligne ethernet0.CheckMACadress spécifie à VMware Fusion de ne pas tenter de rechercher une adresse MAC, ce qui dans le cas d’une omission entrainera automatiquement la génération de l’adresse MAC. [ethernet0.ignoreMACiddressConflict]

Comme il est possible de l‘imaginer, cette option permet d‘ignorer les conflits d’adresse MAC s’il est paramétré à false.

!

Important Gardez à l’esprit que VMware Fusion ne tient pas une liste d’adresses MAC utilisées. Donc, si une machine virtuelle en sommeil est activée, elle peut rentrer en conflit avec une machine déjà active et ayant la même adresse MAC.

C’est souvent le cas lorsque vous dupliquez des machines virtuelles dont les adresses MAC ne sont pas générées automatiquement (voir la la section intitulée « Le type de système hébergé » sur la régénération de l’UUID).

La Mémoire Il existe une seule commande pour paramétrer la mémoire : memsize memsize = "128"

Quelques conseils • La valeur est toujours exprimée en Megaoctet (Mo). Et donc, les chiffres doivent toujours être un multiple de quatre : 128, 256 ou 512 et pour les plus chanceux ou ceux qui veulent faire fonctionner Vista efficacement le minimum est 1024 ce qui est l’équivalent de 1 Go. • Si la ligne est absente, la valeur par défaut est 32 soit 32 Megaoctet. • La taille maximum supportée par VMware Fusion 2 est actuellement de 16 Go soit 16 384 Mo.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

127


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.23 : Déclarer la taille mémoire • Il ne sert à rien de placer plus de mémoire que ne contient la machine physique, VMware Fusion ne peut inventer des ressources là où il n’y en a pas !

[nvram]

cette option indique le nom du fichier servant de mémoire « cache » à la machine virtuelle. nvram = "Windows Vista.nvram"

Le lecteur de disquette Vous pouvez placer deux lecteurs de disquettes dans votre machine virtuelle et ceci même si les lecteurs de disquettes ont disparu sur Mac depuis 10 ans. Cette option nécessite que vous utilisiez des « images » de disquettes tel ce qui est fait pour les CD ou DVD avec le format ISO. Lecteur de disquette attaché à la machine virtuelle • • •

; Le lecteur sera présent au démarrage => boot sur disquette possible floppy0.startConnected = "true" ; Le type de lecteur est un fichier floppy0.fileType = "file" ; désigne le fichier flp (cf. figure 9.24) floppy0.present = "true"

128

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.24 : Utiliser un fichier comme disquette • Le lecteur de disquette est bien présent dans le BIOS de la machine virtuelle (cf. figure 9.25).

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

129


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.25 : Le lecteur de disquette dans le BIOS Vous trouverez sur Internet une grande variété de fichiers « floppy disk » pour vous permettre, par exemple, de démarrer sur une disquette et d’installer un système d’exploitation avec « boot PXE ». Le plus simple pour créer un fichier flp sous Linux ou BSD est d’utiliser la commande dd (voir man dd) dans le terminal : $ dd if=/dev/fd0 of=/path/to/ma_disquette.flp

La commande ci-dessus créera sur un fichier ma_disquette.flp à l’identique d’une disquette montée sous /dev/fd0.

Le port parallèle Le port parallèle est tombé en désuétude depuis sa disparition des PC. Il est remplacé par le port USB. Le port parallèle est utilisé dans le monde PC comme port d’impression. Vous pouvez créer deux ports parallèles par machine virtuelle : Ils peuvent soit utiliser un port présent sur une machine soit être redirigés vers un fichier, ce qui est plus intéressant et qui vous permet de récupérer les sorties impressions. VMware Fusion n’autorise que l’usage d’un fichier en sortie. • •

paralelle0.present = "true" paralelle0.fileType = "file"

130

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 •

paralelle0.fileName = "mon_fichier.txt"

Vous pouvez affiner les réglages en indiquant l’interruption (IRQ) :paralelle0.irq= Ou des flux bidirectionnels avec cette option : paralelle0.bidirectional= "true".

"5 "

Figure 9.26 : Le flux du port parallèle est redirigé vers un fichier

Note Il est possible de faire pointer un port parallèle vers un port physique, mais cela ne peut s’appliquer sur Mac car cette configuration n’est pas supportée par VMware Fusion.

Le port série Le port série fonctionne sur le même principe que le port parallèle. Toutefois, le nombre de port peut être porté jusqu'à quatre. Tout comme le port parallèle, le port série peut être redirigé vers un fichier texte comme ceci (cf. figure 9.27) : • • •

serial0.present = "true" serial0.fileType = "file" serial0.fileName = "mon-fichier.txt"

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

131


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.27 : Le port parallèle utilise vers un fichier Il supporte la sélection s’interruption :serial0.irq

132

= "4"

(cf. figure 9.28)

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.28 : L'interruption des ports série Si vous souhaitez utiliser un port série physique présent sur un hôte comme un PC avec Windows ou Linux, utilisez la ligne suivante qui détectera le port par défaut : serial0.present = "true" serial0.fileType = "device" serial0.autodetect = "true"

L’usage d’un port physique n’est pas possible avec VMware Fusion.

!

Important VMware Fusion a une particularité : par défaut, le port Série 0 est configuré pour être utilisé par l’imprimante (cf. figure 9.29). Un fichier VMX standard contient ces lignes : • •

serial0.present = "true" serial0.fileType = "thinprint"

Ne les supprimez pas sous peine de perdre la possibilité d’imprimer.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

133


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.29 : Le port série destiné à l'impression

Le Contrôleur SCSI Vous pouvez créer quatre contrôleurs SCSI. Sur chacun d’eux, vous pouvez placer 15 éléments comme des disques durs ou des lecteurs de CD/DVD, permettant d’exploiter un total de 60 volumes. La norme SCSI est tout particulièrement utilisée par VMware. En effet, cette interface est beaucoup plus aboutie que sa concurrente l’IDE. Il existe notamment, au niveau du dialogue entre le contrôleur et le disque, un langage très évolué plus propice à une utilisation professionnelle. À l’image des cartes réseau, il existe deux types de contrôleurs SCSI ; le premier s’adresse aux systèmes d’exploitation plus anciens, il porte le nom de « buslogic ». Le second, plus performant, est réservé aux systèmes récents « lsilogic ». [scsi0.present]

Cette option établit la présence du contrôleur SCSI dans la machine virtuelle. Deux états : • •

scsi0.present = "true"

; contrôleur présent ; contrôleur non attaché à la machine virtuelle

scsi0.present = "false"

Jusqu'à quatre contrôleurs peuvent être activés par machine virtuelle: • • • •

scsi0.present = "true" scsi1.present = "true" scsi2.present = "true" scsi3.present = "true"

134

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.30 : Le bus SCSI dans le BIOS [scsi0.virtualDev]

Détermine quel type de contrôleur est émulé. Deux options sont possibles : "buslogic" ou "lsilogic" Pour les anciens systèmes

scsi0.virtualDev = "buslogic"

Pour les systèmes d’exploitations récents

scsi0.virtualDev = "lsilogic"

[scsi0.pciSlotNumber]

Vous pouvez définir dans quel slot PCI se trouve la carte contrôleur SCSI : scsi0.pciSlotNumber = Le slot par défaut pour le contrôleur SCSI porte le numéro 16, le suivant est le 17 et ainsi de suite.

"16"

L’interface IDE L’interface IDE est utilisée dans VMware Fusion principalement pour les lecteurs de CD/DVD. Toutefois, il est possible d’utiliser un disque dur IDE. Cette option est à éviter. Comme expliqué précédemment, l’interface SCSI est plus performante dans une machine virtuelle. De plus, dans un esprit de partage de machines virtuelles sur plusieurs plateformes, il faut savoir que VMware ESX ne supporte pas les disques IDE. Votre machine ne démarra donc pas sur cette plateforme serveur si vous utilisez un disque IDE pour votre système.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

135


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 Une machine virtuelle peut contenir deux interfaces IDE, chacune d’entre elles accepte deux disques durs ou lecteur CD/DVD, soit un total de 4 éléments. Ces trois lignes ajoutent un disque virtuel de type IDE à votre machine virtuelle. • • •

ide0:0.present = "true" ide0:0.deviceType = "disk" ide0:0.filename = "mon_fichier.vmdk"

Consultez aussi la section intitulée « Le lecteur CD ».

La carte son Paramètre

Description

Valeur par défaut

[sound.autodetect]

Cette option permet de détecter automatiquement la carte son embarquée dans votre Mac

sound.autodetect = "true"

[sound.fileNaue]

Dans les anciennes versions de machines virtuelles, il était possible d’indiquer un type de carte. Cette option n’est pas supportée par VMware Fusion. La valeur indiquée de « -1 » automatise la recherche de la carte son et lui affecte le nom de « Creative Labs Sound Blaster ES1371 ».

sound.fileName = "-1"

[sound.present]

Indique la présence d’une carte son.

sound.present = "true"

[stund.pciSlotNumber]

À l’image de tous les composants d’une machine virtuelle, vous devez indiquer le port PCI utilisé par la carte son virtuelle (cf. figure 9.31).

sound.pciSlotNumber = "34"

[sound.startConnected]

Indique la prise en charge de la carte son au démarrage de la machine virtuelle.

sound.startConnected

Détermine si la machine virtuelle peut influer sur le volume sonore de l’ordinateur qui héberge la machine virtuelle.

sound.allowGuestConnectionControl

Paramètre que vous trouverez parfois lorsque vous « reconnecterez » la carte son sur la machine virtuelle (dans les préférences de la carte son). VMware Fusion ajoute cette ligne pour bien indiquer sur quel media envoyer le son sur votre Mac.

sound.device = "/dev/dsp"

[sound.allowGuestConnectionControl]

[sound.device]

a /dev/dsp/

136

=

"true"

= "true"

a

étant le point de montage de la carte son sur Mac (BSD) et Linux.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.31 : Correspondance entre le nom driver et l'emplacement de la carte

Les disques durs Les disques durs virtuels sont définis avec chaque interface : SCSI et IDE. Reportez vous à la section intitulée « L’interface IDE » pour les disques durs virtuels IDE et la section intitulée « Le Contrôleur SCSI » pour la norme SCSI ainsi que plus généralement à la section intitulée « La structure du fichier VMDK ». [disk.locking]

Lorsqu’une machine virtuelle est activée, elle utilise un fichier représentant un disque dur, le fameux fichier VMDK. Afin de prévenir qu’une autre machine virtuelle accède au même fichier, VMware utilise des fichiers avec l’extension .lck. Pour supprimer cette protection, utilisez cette ligne : disk.locking = "false"

!

Avertissement Il est déconseillé fortement de désactiver le « disk locking » sous peine de conflits entre machines virtuelles.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

137


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Les ports USB • [usb:0.present] • Il est possible de définir l’usage du port USB avec [usb:0.deviceType] : Le port USB O sera uniquement utilisé par une souris : usb:0.present = "true" usb:0.deviceType = "mouse"

Le port USB 1 sera lui un HUB USB, sur lequel plusieurs accessoires pourront être connectés : usb:1.present = "true" usb:1.deviceType = "hub"

[usb.generic.allowCCID]

:

usb.generic.allowCCID = "true"

[usb.generic.autoconnect]

:

usb.generic.autoconnect = "true"

[usb.analyzer.enable]

:

usb.analyzer.enable = "true"

[usb.pciSlotNumber]

:

usb.pciSlotNumber = "32"

Deux documentations peuvent vous en apprendre plus sur les chipsets USB : • La documentation de l’Intel 82371Sb (EN) : http://www.intel.com/design/chipsets/specupdt/297658.htm • la documentation de l’EHCI (EN) : http://www.intel.com/technology/usb/ehcispec.htm

La carte vidéo •

[mks.enable3d]

Ce réglage active la fonction 3D sur la carte virtuelle. Dans la version 2 de VMware Fusion, il supporte la version Directs 9.0c Shader 2 disponible uniquement sur Windows. mks.enable3d = "true"

138

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.32 : Information sur la carte graphique dans Windows Les paramètres suivants fonctionnent uniquement lorsque les « VMware Tools » ne sont pas installés sur la machine virtuelle. Ils sont utilisables avec des systèmes comme MS-DOS, BSD, Solaris ou avec des distributions exotiques de Linux. •

[svga.vramSize]

Porte la mémoire vidéo à 128 Mo. Les résultats de cette fonction sont très aléatoires suivant la plateforme VMware utilisée. svga.vramSize="128"

[svga.maxHeight ]

Permet de définir la hauteur de la résolution maximale. svga.maxHeight = "768"

[svga.maxWidth]

Permet de définir la largeur de la résolution maximale. svga.maxWidth = "1024"

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

139


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Les paramètres de l’interface utilisateur •

[gui.exitOnCLIHLT]

Cette option décrit l’état de l’interface graphique après la suspension de la machine virtuelle. La fenêtre se ferme ou reste ouverte. Deux états : gui.exitOnCLIHLT = "true" ; la fenêtre de la machine virtuelle est automatiquement fermée après la suspension de la machine. gui.exitOnCLIHLT = "false" ; la fenêtre reste ouverte. •

[gui.exitAtPowerOff]

Cette option décrit l’état de l’interface graphique après extinction de la machine virtuelle. La fenêtre se ferme ou reste ouverte. Deux états : gui.exitAtPowerOff = "true" ; la fenêtre de la machine virtuelle est automatiquement fermée après extinction de la machine. gui.exitAtPowerOff = "false" ; la fenêtre reste ouverte. •

[gui.fullScreenAtPoweron]

Lance le mode plein écran lors du démarrage de la machine virtuelle. Deux états : gui.fullScreenAtPowerOn = "true" ; active le plein écran. gui.fullScreenAtPowerOn = "false" ; désactive le mode plein écran au démarrage. •

[gui.powerOnAtStartup]

En choisissant l’option true, la machine virtuelle est démarrée dès l’ouverture de VMware Fusion, en position l’utilisateur doit presser sur le bouton démarrer pour lancer la machine virtuelle (cf. figure 9.33). Deux états : gui.powerOnAtStartup = "true" ; démarrage automatique de la machine virtuelle. gui.powerOnAtStartup = "false" ; action de l’utilisateur nécessaire pour démarrer la machine virtuelle.

false

Figure 9.33 : Démarrage automatique au lancement de VMware •

[msg.autoAnswer]

Cette option tente de valider tous les messages lors du démarrage d’une machine virtuelle. Un état : msg.autoAnswer = "true" • [gui.viewModeAtPowerOn] ; gui.viewModeAtPowerOn = "windowed" • unity.wasCapable = "FALSE"

Les paramètres particuliers de la machine virtuelle Cette section regroupe des paramètres particuliers de la configuration de la machine virtuelle. •

[displayName]

Indique le nom de la machine virtuelle. Il peut être différent du dossier contenant le fichier VMX et VMDK, toutefois cela n’est pas une bonne pratique. displayName = "Windows Vista"

En cas d’absence, VMware Fusion utilisera le chemin du fichier VMX comme nom par défaut. •

[skipAntivirusCheck ]

140

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 Nouveauté de la version 2 de VMware Fusion, cette option propose de vérifier la présence d’un antivirus au sein de la machine virtuelle, bien sur valable uniquement pour des machines sur lesquelles Windows a été installé. Deux états : skipAntivirusCheck = "true" ; ne vérifie pas la présence d’un antivirus sur la machine virtuelle. skipAntivirusCheck = "false" ; vérifie la présence de l’antivirus et en cas d’absence propose l’installation de l’antivirus.

Le type de système hébergé Cette section est importante et fait parti des éléments indispensables dans le fichier VMX. Le « guestOS » est utilisé par VMware pour optimiser la machine virtuelle par rapport aux systèmes d’exploitation. Vous pouvez installer un système Linux sur une machine dont le « guestOS » est « Windows Vista » ; cela n’empêchera pas votre distribution Linux de fonctionner, mais pas de façon optimum. Il détermine : • • • • •

le type de VMware Tools (voir la section fichiers ISO) ; le type de disque sur lequel sera installé le système (IDE ou SCSI) ; le modèle de contrôleur SCSI (BUSLOGIC ou LSI) ; le modèle de carte Ethernet (Vlance ou e100) ; la mémoire allouée par défaut.

Liste des « optimisations » pour les environnements Windows : GuestOS

Disque système

Bus SCSI

Carte réseau

Mémoire Allouée

win2000advserv

BUS

BUSLOGIC

vlance

384

win2000pro

BUS

BUSLOGIC

vlance

256

win2000serv

BUS

BUSLOGIC

vlance

384

win31

IDE

BUSLOGIC

vlance

16

win95

IDE

BUSLOGIC

vlance

64

win98

IDE

BUSLOGIC

vlance

256

winme

IDE

BUSLOGIC

vlance

256

winnt

BUS

BUSLOGIC

vlance

256

winnetenterprise

LSI

LSI

vlance

384

winnetenterprise-64

LSI

LSI

e1000

384

winnetbusiness

LSI

LSI

vlance

384

winnetstandard

LSI

LSI

vlance

384

winnetstandard-64

LSI

LSI

e1000

n84

winnetweb

LSI

LSI

vlance

384

longhorn

LSI

LSI

vlance

512

longhorn-64

LSI

LSI

e1000

512

winxphome

IDE

BUSLOGIC

vlance

256

winxppro

IDE

BUSLOGIC

vlance

256

winxppro-64

LSI

LSI

e1000

256

winvista

LSI

LSI

e1000

512

winvista-64

LSI

LSI

e1000

512

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

141


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Liste des systèmes et de leur nom pour « guestOS » : Environnement Microsoft Windows : Nom à utiliser avec « guestOS »

Système d’exploitation

win2000advserv

Windows 2000 Advanced Server

win2000pro

Windows 2000 Professionnel

win2000serv

Windows 2000 Server

win31

Windows 3.1

win95

Windows 95

win98

Windows 98

winme

Windows Me

winnt

Windows NT

winnetenterprise

Windows Server 2003 Enterprise Edition

winnetenterprise-64

Windows Server 2003 Enterprise x64 Edition

winnetbusiness

Windows Server 2003 Small Business

winnetstandard

Windows Server 2003 Standard Edition

winnetstandard-64

Windows Server 2003 Standard x64 Edition

winNetDatacenter

Windows Server 2003 DataCenter

winNetDatacenter-64

Windows Server 2003 DataCenter 64-bits

winnetweb

Windows Server 2003 Web Edition

winxphome

Windows XP Home Edition

winxppro

Windows XP Professional

winxppro-64

Windows XP Professional x64 Edition

winvista

Windows Vista

winvista-64

Windows Vsita 64 Bits

longhorn

Windows Server 2008

longhorn-64

Windows Server 2008 64-Bits

windows7-64

Windows 7 64 bits

Environnement Sun Solaris : Nom à utiliser avec « guestOS »

Système d’exploitation

solaris6

Sun Solaris 6

solaris7

Sun solaris 7

solaris8

Sun Solaris 8

solaris9

Sun Solaris 9

solaris10

Sun Solaris 10

solaris10-64

Sun Solaris 10 64-Bits

142

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Environnement Mac OS X : Nom à utiliser avec « guestOS »

Système d’exploitation

darwin

Darwin (Mac OS X open source)

darwin-64

Darwin (Mac OS X 64 bits open source)

darwin10

Mac OS X 10.5 Server

darwin10-64

Mac OS X 10.5 Server 64 bits

Environnement Novel : Nom à utiliser avec « guestOS »

Système d’exploitation

netware4

NetWare 4

netware5

NetWare 5

netware6

NetWare 6

Environnement Linux et BSD : Nom à utiliser avec « guestOS »

Système d’exploitation

freeBSD

freeBSD

freeBSD-64

freeBSD 64-Bits

redhat

redhat

rhel2

Redhat 2

rhel3

Redhat 3

rhel3-64

redhat 3 64-Bits

rhel5

Redhat 5

rhel5-64

redhat 5 64-Bits

rhel6

Redhat 6

rhel6-64

redhat 6 64-Bits

suse

Suse

suse-64

Suse 64-Bits

sles

Suse Linux

sles-64

Suse Linux 64-Bits

sles10

Suse Linux

sles10-64

Suse Linux 64-Bits

sles11

Suse Linux

sles11-64

Suse Linux 64-Bits

nld9

Nld 9

sjds

sids

mandrjke

Mandriva Linux (ex mandrake)

mandrake-64

Mandriva Linux 64-Bits

mandriva

Mandriva Linux

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

143


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Nom à utiliser avec « guestOS »

Système d’exploitation

mandriva-64

Mandriva Linux 64-Bits

turbolinux

turbolinux

turbolinux-64

Turbolinux 64-Bits

ubuntu

Ubuntu

ubuntu-64

Ubuntu 64-Bits

asianux3

Asianux 3

asianux3-64

Asianux 64-Bits

asianux3-64

Asianux 64-Bits

asianux4

Asianux 4

debian4-64

Debian 4 64-Bits

debian5

Debian

debian5-64

Debian 64-Bits

Autres : Nom à utiliser avec « guestOS »

Système d’exploitation

dos

Microsoft MS-DOS

other24xlinux

Autre Linux avec un noyau 2.4

other26xlinux

Autre Linux avec un noyau 2.6

otherlinux

Autre Linux ?

other24xlinux-64

Autre Linux avec un noyau 2.4 64 Bits

other26xlinux-64

Autre Linux avec un noyau 2.6 64 bits

otherlinux-64

Autre linux 64 bits ?

os2experimental

IBM/Microsoft OS 2

other-64

Autre 64 Bits

openserver5

SCO Open Server 5

openserver6

SCO Open Server 6

unixware7

SCO unixware 7

Vous trouverez en suivant ce lien la liste des systèmes supportés : http://www.vmware.com/pdf/GuestOS_guide.pdf ( EN).

i

Astuce Pour obtenir cette liste, saisissez dans le terminal la commande suivante : $ strings /Library/Application\ Support/VMware\ Fusion/vmware-vmx >> texte.txt

Éditez le fichier avec TextEdit et cherchez une occurrence comme « winxppro ». Sélectionnez un nom de système dans la liste ci-dessus. The guestOS = "winxppro" ; optimise la machine virtuelle pour un usage de Windows XP Pro. The guestOS = "other" ; cette option supprime l’optimisation de la Machine Virtuelle.

144

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

La version du Matériel Il s’agit là du second paramètre indispensable dans un fichier VMX. Il est décomposé en deux parties : Le premier élément correspond à la version du fichier VMX. Celui-ci a évolué au fil des nouveaux produits mis à disposition par VMware. Il en va de même pour les matériels « émulés » qui correspondent à la seconde partie. Depuis sa création VMware n’émule pas le même type de matériel. Tout comme un constructeur d’ordinateur, VMware doit faire évoluer certains composants ; parfois ils disparaissent ou parfois ils sont ajoutés. Le tableau ci-dessous présente les produits VMware qui introduisirent de nouvelles versions : Logiciels de VMWare

Versions constatées

VMplayer 2. Workstation 6. Fusion 1 et 2

confi .version = "8" virtualHW.version = "6"

VMplayer 1. Workstation 5. VMserver 1 ESX 3.

config.version = "8" virtualHW.version = "4"

Workstation 4.5 ESX 2.5

config.version = "6" virtualHW.version = "3"

Workstation 3 GSX 2.5*

config.version = "6" virtualHW.version = "2"

Le BIOS Le BIOS est un micro système permettant la prise en charge des composants de l’ordinateur : une fois en action le BIOS passe la main au système d’exploitation. Pour accéder au BIOS il faut presser la touche F2 ou F12. Malheureusement, l’accès au BIOS n’est autorisé que dans un intervalle de temps très court ; il devient impossible d’y accéder avec nos machines rapides. [bios.bootDelay]

Pour allonger cet intervalle vous pouvez étendre le délai d’affichage de la séquence d’accès au BIOS en ajoutant cette ligne : bios.bootDelay = "5000" [bios.forceSetupOnce]

Lors du premier lancement de la machine virtuelle, vous pouvez souhaiter accéder au BIOS afin d’effectuer quelques réglages. Ceci est possible en ajoutant cette option dans le fichier VMX : bios.forceSetupOnce = "true"

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

145


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.34 : L‘accès au BIOS Après le démarrage VMware Fusion affecte false à la ligne de commande, évitant ainsi une seconde présentation du BIOS au prochain démarrage : bios.forceSetupOnce = "false"

L’identifiant unique : UUID VMware génère deux identifiants uniques. Le premier comme « tatouage » de la machine virtuelle, le second afin de s’assurer de l’emplacement de la machine virtuelle. uuid.location = "56 4d 25 26 fc fd 93 40-52 7d c5 dc d2 82 7d 57" uuid.bios = "56 4d 25 26 fc fd 93 40-52 7d c5 dc d2 82 7d 57" [uuid.action]

Le paramètre UIID ne supporte que deux options: • •

; force la generation d’UUID ; conserve les UUID génerés

uuid.action = "create" uuid.action = "keep"

146

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Le partage de fichiers Nom du paramètre

Valeur

[sharedFolder0.present]

sharedFolder0.present = "TRUE"

[sharedFolder0.enabledd

sharedFolder0.enabled = "TRUE"

[sharedFolder0.readAccess]

sharedFolder0.readAccess = "TRUE"

[sharedFolder0.writeAccess]

sharedFolder0.writeAccess = "TRUE"

[sharedFolder0.hostPath]

sharedFolder0.hostPath = "/Users/hdrapin"

[sharedFolder0.guestName]

sharedFolder0.guestName = "hdrapin On My Mac"

[sharedFolder0.expiration]

sharedFolder0.expiration = "never"

[sharedFolder.maxNum]

sharedFolder.maxNum = "1"

Les « VMwareTools » •

[tools.remindInstall]

Supprime les messages d’alertes sur l’absence des VMware Tools dans la machine virtuelle. Un état :tools.remindInstall = "false" •

[tools.syncTime]

Désactive la synchronisation du temps entre la machine hôte (votre Mac) et la machine virtuelle. Un état :tools.syncTime = "false" •

[toolScripts]

Il est possible d’exécuter au sein de la machine virtuelle des scripts. Plusieurs options en fonction de l’événement déclencheur : toolScripts.afterPowerOn = "true" ; exécute un script après le démarrage de la machine virtuelle toolScripts.beforePowerOff = "true" ; exécute un script avant l’extinction de la machine virtuelle toolScripts.afterResume = "true" ; exécute un script après la suspension de la machine virtuelle toolScripts.beforeSuspend = "true" ; exécute un script avant la suspension de la machine virtuelle • •

time.synchronize.tools.enable time.synchronize.tools.startup

Les disques durs virtuels La structure du fichier VMDK Tout comme un ordinateur physique, une machine virtuelle a besoin d’un disque dur pour fonctionner. Lorsque vous utilisez une machine virtuelle, le disque dur virtuel est « enregistré » dans un gros fichier placé au sein votre disque dur. Le fichier (parfois plusieurs en fonction des options) représente l’intégralité du disque dur virtuel ; une corruption de ce fichier et votre machine virtuelle ne sera plus en mesure de fonctionner. Le fichier du disque dur virtuel est communément appelé VMDK ; il s’agit des quatre lettres utilisées pour l’extension du fichier celles-ci signifient Virtual Machine DisK. Ces fichiers sont en général imposants car ils sont de la taille du disque dur virtuel, celui-ci correspondant souvent à une taille minimum pour un système d’exploitation et où il est nécessaire d’ajouter un peu d’espace libre pour les programmes. Ces fichiers imposants ne sont pas simples à manipuler. Il faut pouvoir les transporter ou les sauvegarder. VMware propose des solutions face à ces contraintes. Vous avez le choix entre quatre types de fichiers VMDK. Ils sont accessibles dans l’interface graphique pour trois d’entre eux ou en utilisant une commande dans le Terminal. Il existe plus d’une douzaine de formats de disque virtuel chez VMware. La plupart sont liés à certains produits, notamment affiliés à la gamme de Serveur VMware ESX ou proche d’un format propriétaire de VMware vmfs. Reportez-vous à la documentation de ces produits si vous rencontrez ces fichiers.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

147


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 Voici les quatres types de VMDK les plus communs : Type

Nom commun

Remarques

0

monolithic sparse

Disque virtuel constitué d’un seul fichier extensible.

1

2gbSparse

Disque dur virtuel extensible composé de plusieurs fichiers de 2 Go maximum.

2

monolithic flat

Disque dur virtuel constitué d’un seul fichier avec l’espace disque pré alloué.

3

2gbsparse preallocted

Disque dur virtuel composé de plusieurs fichiers de 2 Go maximum avec l’espace disque pré alloué.

En complément des fichiers VMDK placés sur votre disque dur, il est possible d’adresser une partition physique présente sur un disque dur. Ce principe est appelé RAW device. Cette approche est utilisée en autre pour Boot Camp. Type

Nom commun

Taille maximum du fichier de données

0

monolithic sparse

950 Go

1

2gbSparse

2 Go

2

monolithic flat

950 Go

3

2gbsparse preallocted

2 Go

Les quatre principaux types de fichiers et leurs propriétés Le type 0 : [monolithic sparse ] Le fichier monolitic sparse augmente sa taille en fonction de l’espace utilisé au sein du disque dur virtuel. L’un des avantages de ce type de fichier est qu’il peut être créé sur un disque dur dont la taille physique est inférieure à la taille définie pour le disque dur virtuel. En effet, VMware Fusion ne vérifie pas que l’espace disponible sur le disque dur de votre Mac supportera la taille définitive du fichier VMDK.

Attention

!

Le manque d’espace disque sur votre ordinateur provoquera un dysfonctionnement sur votre machine virtuelle et dans certains cas, vous pourrez la perdre.

Le monolithic spares est le type par défaut dans VMware Fusion. Dans le Terminal : $ vmware-vdiskmanager -c -s 9GB -a ide -t 0 mondisque.vmdk

La commande vmware-vdiskmanager est suivie de quatre arguments : • -c ordonne la création du disque virtuel ; • -s définit la taille du disque, ici 9 Go ;

!

Avertissement Attention : cette taille doit être exprimée en utilisant les unités anglaises ainsi : 10 Mo seront représentés par 10MB ou 12 Go par 12GB

• -a le type d’interface, la plus courante est IDE ; • -t indique le type de fichier, l’option retenue est 0 et celle-ci correspondant au type monolithic sparse. Cette ligne de commande génère un seul fichier VMDK d’une taille de 1,2 Mo, cette taille évoluera en fonction des besoins de la machine virtuelle pour atteindre la taille maximum de 9 Go.

148

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 Le type 1 : [2gbsparse ] La particularité de ce format est d’utiliser des fichiers de 2 Go maximum pour constituer le disque dur virtuel. Ce type de fichier existe pour des raisons de compatibilité avec certains types de medias limités par leur taille ou par la taille des fichiers qu’ils supportent. Cela permet par exemple de sauvegarder plus facilement un disque virtuel sur des medias de type DVD, media ou la taille est de 4,7 Go en simple couche.

!

Avertissement Attention : La suppression d’un fichier entraine la perte totale du disque dur virtuel. Il n’est pas possible de reconstituer l’élément manquant.

Un disque dur virtuel de type 2gbsparse ne consomme pas l’intégralité de la taille définie du volume, mais uniquement l’espace utilisé. Celui-ci augmentera sa taille en fonction du volume employé. La taille de 2 Go n’est pas modifiable. Le nombre de fichiers est établi par rapport à la taille du disque virtuel divisé par 2 Go. Par exemple, un disque virtuel de 5 Go sera constitué de 2 fichiers qui accepteront 2 Go maximum de données et un fichier de 1 Go. Lors de la création du fichier, leur taille est de 320 ko (pour un disque virtuel à vide) en complément d‘un fichier de 4 Ko correspondant au descriptif du volume qui est ajouté pour former l’ensemble du disque virtuel. Dans le Terminal : $ vmware-vdiskmanager -c -s 9GB -a ide -t 1 mondisque.vmdk

La commande vmware-diskmanager est suivie de quatre arguments : • -c ordonne la création du disque virtuel, • -s définit la taille du disque, ici 9 Go, • -a le type d’interface, la plus courante est IDE • -t indique le type de fichier, l’option retenue est 1 celle-ci correspondant au type 2GBsparse. Cette ligne de commande produit 6 fichiers, le premier est utilisé pour décrire la structure du disque dur Virtuel (voir la section intitulée « La structure du fichier VMDK »), les cinq autres fichiers recevront les données générées par la machine Virtuelle dans la limite de 2 Go maximum par fichiers. Le type 2 : [monolithic flat] Un disque dur virtuel basé sur le type monolithic flat est constitué d’un seul fichier d’une taille équivalente à celle définie dans la machine virtuelle. Cette forme de fichier VMDK est la plus performante puisqu’elle ne nécessite pas l’extension du fichier sur le disque dur à chaque fois que cela est nécessaire, car l’espace est déjà alloué. À la création, le fichier VMDK est rempli de O ce qui lui permet d’atteindre la taille souhaitée. Attention : vous aurez besoin de l’espace total de votre disque dur virtuel au sein de votre Mac sur votre disque physique. Un disque dur virtuel défini de 20 Go occupera une taille identique sur votre disque dur physique et ceci même si tout l’espace n’est pas utilisé. La création de ce type de fichier prendra plus de temps que la création des fichiers précédents. Dans le Terminal : $ vmware-vdiskmanager -c -s 9GB -a ide -t 2 mondisque.vmdk

La commande vmware-diskmanager est suivie de quatre arguments : • -c ordonne la création du disque virtuelle, • -s définit la taille du disque, ici 9 Go, • -a le type d’interface, la plus courante est IDE • -t indique le type de fichier, l’option retenue est 2 ; celle-ci correspondant au type monolitic flat. Le fichier créé sera d’une taille de 9 Go. Contrairement aux types précédemment évoqués, le nom du fichier est modifié pour voir le suffixe -flat ajouté au nom du fichier, ce qui produit par exemple : mondisque-flat.vmdk. Un second fichier est parallèlement créé. Celui-ci porte le nom demandé qui, cette fois, ne contient pas le suffixe -flat. Ce fichier contient le descriptif du volume virtuel (voir la section intitulée « Le fichier de description »). Le type 3 : [2gbsparsflat]

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

149


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 Dernier type commun chez VMware mais peu répandu, il s’agit du disque dur virtuel composé de plusieurs fichiers de 2 Go et dont tout l’espace est alloué. $ vmware-vdiskmanager -c -s 9GB -a ide -t 3 mondisque.vmdk

La commande vmware-vdiskmanager est suivie de quatre arguments : • -c ordonne la création du disque virtuelle, • -s définit la taille du disque, ici 9 Go, • -a le type d’interface, la plus courante est IDE • -t indique le type de fichier, l’option retenue est 3 et celle-ci correspond au type 2gbsparsflat. Cette fois six fichiers sont produits ; quatre auront une taille de 2 Go, un sera limité à 1 Go et en complément, le fichier de description, sera créé avec une taille de 4 Ko.

Le fichier de description Un disque dur physique est constitué d’un certain nombre d’éléments : des plateaux, des cylindres, des secteurs et ainsi de suite. Tous ces composants définissent la structure d’un disque dur. Le système d’exploitation utilise ces paramètres pour déterminer par exemple l’adresse d’un fichier ou constituer la liste des espaces libres. Chaque disque dur ayant des propriétés techniques différentes, VMware utilise un fichier pour décrire les paramètres du disque dur virtuel. Le nom de ce fichier correspond au nom du disque dur virtuel avec l’extension VMDK et sa taille est en général de 4 Ko. Ce fichier doit être placé de préférence dans le même dossier que le disque dur virtuel. Seul le type monolithic sparse ne possède pas de fichier de description. Les paramètres sont placés en entête du fichier VMDK. Nom du fichier de description

Nom du fichier de données

Type 0 monolithic sparse

aucun

Mondisque.vmdk

Type 1 : 2gbsparse

Mondisque.vmdk

Mondisque-s001.vmdk

Type 2 : monolithic flat

Mondisque.vmdk

Mondisque-flat.vmdk

Type 3 : 2gbsparsflat

Mondisque.vmdk

Mondisque-f001.vmdk

Un fichier de description peut être édité par un simple éditeur de texte. Il faut toutefois prendre garde aux modifications malheureuses qui peuvent entraîner la perte du disque dur. Utilisez plutôt des commandes telles vmware-vdiskmanager pour modifier son contenu. Type de fichier

Contenu du fichier de description (exemple)

Type 0 : monolithic sparse

Descriptif caché dans l’entête du VMDK.

Type 1 : 2gbsparse

# Disk DescriptorFile version=1 encoding="UTF-8" CID=34ad0328 parentCID=ffffffff createType="twoGbMaxExtentSparse" # Extent description RW 4192256 SPARSE "mondisque-s001.vmdk" RW 4192256 SPARSE "mondisque-s002.vmdk" RW 4192256 SPARSE "mondisque-R003.vmdk" RW 4192256 SPARSE "mondisque-s004.vmdk" RW 2105344 SPARSE "mondisque-s005.vmdk" # The Disk Data Base #DDB ddb.virtualHWVersion = "6" ddb.uuid = "60 00 C2 9c 37 7b a0 9f-c3 8e 3d 9a 46 e9 8c f9" ddb.geometry.cylinders = "16383"

150

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Type de fichier

Contenu du fichier de description (exemple) ddb.geometry.heads = "16" ddb.geometry.sectors = "63" ddb.adapterType = "ide"

Type 2 : monolithic flat

# Disk DescriptorFile version=1 encoding="UTF-8" CID=1ff907ae parentCID=ffffffff createType="monolithicFlat" # Extent description RW 18874368 FLAT "mondisque-flat.vmdk" 0 # The Disk Data Base #DDB ddb.virtualHWVersion = "6" ddb.uuid = "60 00 C2 97 bd d9 36 67-8d 5a 82 11 5b 4f 71 93" ddb.geometry.cylinders = "16383" ddb.geometry.heads = "16" ddb.geometry.sectors = "63" ddb.adapterType = "ide"

Type 3 : 2gbsparsflat

# Disk DescriptorFile version=1 encoding="UTF-8" CID=006daded parentCID=ffffffff createType="twoGbMaxExtentFlat" # Extent description RW 4193792 FLAT "mondisque-f001.vmdk" 0 RW 4193792 FLAT "mondisque-f002.vmdk" 0 RW 4193792 FLAT "mondisque-fv03.vmdk" 0 RW 4193792 FLAT "mondisque-f004.vmdk" 0 RW 2099200 FLAT "mondisque-f005.vmdk" 0 # The Disk Data Base #DDB ddb.virtualHWVersion = "6" ddb.uuid = "60 00 C2 9e 70 b2 c4 bf-a4 bf 0a 40 86 b3 dd dd" ddb.geometry.cylinders = "16383" ddb.geometry.heads = "16" ddb.geometry.sectors = "63" ddb.adapterType = "ide"

Le fichier de description est composé de trois sections, chacune d’entre elles commence par un caractère # symbole d’une ligne de commentaire. En voici les détails : # Disk DescriptorFile

Cette section décrit les paramètres généraux du fichier VMDK. • • •

indique l’indice de version du fichier de description ; actuellement seule la version 1 est utilisée. Encoding= "UTF-8" indique le code caractère utilisé pour ce fichier. CID=006daded valeur aléatoire de 32 Octets, générée lors de la création du fichier VMX. Elle est utilisée en interne par VMware. • parentCID=ffffffff utilisé lors de snapshot. Le parent ID permet d’identifier le disque principal et de savoir si il a été fait usage d’un snapshot. • createType="twoGBMaxExtendFlat" ce paramètre désigne le type de fichier. Ainsi que nous l’avons évoqué, il existe un grand nombre de types de fichier. Ne modifiez pas le type en utilisant votre éditeur de texte, optez pour la commande de changement de type de fichier. Version=1

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

151


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Type

Nom utilisé dans create.Type

Type 0 : monolithic sparse

monolithicSparse

Type 1 : 2gbsparse

twoGBMaxExtendSparse

Type 2 : monolithic flat

monolithicFlat

Type 3 : 2gbsparsflat

twoGBMaxExtendFlat

#Extend description

Cette section décrit les fichiers constituants le disque virtuel. Dans le vocabulaire de VMware, les fichiers accompagnant le premier sont appelés des Extends ou extensions en Français. Dès lors, un disque dur virtuel de type 2gbsparse est composé d’une ou plusieurs extensions et d’un fichier primaire. Les lignes sont composées comme suit : • Le type d’accès : Le fichier est accessible en lecture et ou écriture : R (Read) pour préciser uniquement en mode Lecture et W (Write) pour écriture. Un disque RW est donc lisible et modifiable. • Taille du disque en secteurs : La taille s’obtient en divisant la taille du fichier par la taille de blocs qui est de 512 Ko. Formule : Taille du disque en secteurs = (taille du fichier VMDK en Ko - 512 Ko) / 512 Ko • Type d’extension : Il en existe deux types : le qualificatif SPARSE indique un fichier qui augmentera en fonction des besoins, a contrario un fichier FLAT est lui déjà à sa taille définitive. • L’emplacement du fichier : Chemin des fichiers. Cet emplacement est relatif au fichier de description. Quelques exemples : •

RW 18874368 LAT "mondisque-flat.vmdk" 0

Ici, le fichier est monolithique et ne comporte donc qu’un seul fichier et il a atteint la taille maximale demandée lors de la création du disque. •

RW 4192256 SPARSE "mondisque-s001.vmdk"

Il s’agit là d’un disque de type 2gbsparse donc extensible et divisé en fichiers de 2GB. Notez le suffixe -s001 il est constitué du s de SPARSE et d’un incrément. Le prochain fichier portera le nom de mondisque-s002.vmd. •

RW 4193792 FLAT "mondisque-f001.vmdk" 0

Ce fichier est lui aussi membre d’un groupe de fichier constituant le disque virtuel mais a contrario du précédent exemple, l’espace demandé lors de la création a été intégralement attribué aux fichiers de 2 Go. Le suffixe porte cette fois la lettref pour FLAT et tout comme le précédent, il sera incrémenté jusqu'à 999. # The Disk Data Base & #DDB

Cette section est consacrée à la structure physique du disque dur virtuel ; ce que l’on appelle sa géométrie. •

ddb.virtualHWVersion = "6"

Cette variable indique l’indice de la version du matériel utilisé avec ce disque. La version 6 est attribuée à la configuration supportée par VMware Fusion mais aussi VMware workstation 6.5 sur Windows. •

ddb.uuid = "60 00 C2 97 bd d9 36 67-8d 5a 82 11 5b 4f 71 93"

Cet identifiant unique est généré lors de la création du fichier. •

ddb.geometry.cylinders = "16381"

Indique le nombre de cylindres du disque dur. •

ddb.geometry.heads = "16"

Le nombre de têtes. •

ddb.geometry.sectors = "63"

Le nombre de secteurs.

152

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 Les 3 valeurs précédentes sont calculées suivant une formule : Nombre de cylindres = (Taille du VMDK) / (Nbre de tête * Nbre de secteurs * octet par secteur).

Les valeurs du nombre de têtes (Head) et de secteurs (Sectors) sont obtenues en utilisant le tableau suivant : Taille du disque (Disk size)

Têtes (Head)

Secteurs (Sectors)

<= 1 Go

64

32

> 1Go

128

32

> 2 Go

255

63

ddb.adapterType = "ide"

Cette option définit le type de contrôleur utilisé avec ce disque virtuel. Trois options sont disponibles : ide : Comme son nom l’indique, il correspond au contrôleur IDE, option la plus courante sous VMware Fusion. buslogic : Contrôleur SCSI lsilogic : Contrôleur SCSI

Manipuler les disques virtuels Étendre un disque virtuel. L’extension d’un volume ne pose pas de problème particulier. Pour cela, il faut utiliser l’argument atteindre. Dans le Terminal :

-x

suivis de la taille à

$ vmware-vdiskmanager -x 32GB mondisque.vmdk

La commande vmware-vdiskmanager est suivie de trois arguments : • « -x » qui ordonne l’extension du fichier VMDK ; • la taille du fichier à atteindre ;

!

Attention Cette taille doit être exprimée en utilisant les unités Anglais ainsi : 10 Mo seront représentés par 10MB ou 12 Go par 12GB.

• Le nom du fichier à étendre.

!

Attention Une fois la nouvelle taille atteinte, celle-ci n’apparaitra pas automatiquement dans votre machine virtuelle. Il faudra utiliser un outil livré par le système hébergé pour étendre la taille des partitions ou ajouter une partition.

Vous pouvez utiliser des outils du commerce ou des outils OpenSource ; il s’agit souvent de cd-rom Linux sur lequel votre machine démarrera. Les outils fournis vous aideront à changer la taille des partitions et ceci même si votre environnement est Windows. Voici les plus connus : Opensource

Payante

SystemRescueCd (http://www.sysresccd.org/)

BootitNG (http://www.terabyteunlimited.com/comearison-grid.htm)

GParted (http://gparted.sourceforge.net/)

Norton PartitionMagic (http://www.symantec.com/norton/partitionmagic)

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

153


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Changer le type d’un fichier de disque virtuel Dans le Terminal : $ vmware-vdiskmanager -r mondisque.vmdk –t 1 monnouveaudisque.vmdk

La commande vmware-vdiskmanager est suivie de quatre arguments : • -r qui ordonne le changement de type de fichier. • Le nom du disque original. • -t suivi du type de fichier • Le nom du nouveau fichier VMDK.

Note Cette commande ne modifie pas le fichier original ; elle crée un duplicat de ce fichier en lui imposant le type souhaité. Les données sont conservées intactes. L’espace disque nécessaire pour la réalisation de cette opération doit être pris en compte ; le double du fichier original est nécessaire.

Défragmenter un disque virtuel. À l’image des disques physiques, les disques virtuels peuvent être fragmentés. VMware propose une option permettant de défragmenter un disque virtuel. Cependant, il est recommandé d’effectuer une défragmentation avec les outils fournis par le système d’exploitation utilisant le disque virtuel avant de lancer un nettoyage du disque par l’utilitaire de VMware. La défragmentation accroit les performances des machines virtuelles, les portions de fichiers étant contiguës, il n’est plus indispensable au système d‘être déplacé sans cesse.

Note La défragmentation requière de l’espace disque et dure relativement longtemps. Dans le Terminal : $ vmware-vdiskmanager -d mondisque.vmdk

La commande vmware-vdiskmanager est suivie de deux arguments : •

-d

qui ordonne la défragmentation du fichier VMDK.

• Le nom du fichier défragmenté.

Compresser un disque virtuel. La défragmentation optimise le fonctionnement du disque mais ne permet pas de réduire sa taille à l’espace utilisé. Cette opération est possible ; il faut au préalable mener à bien les étapes suivantes : • défragmenter le disque dur virtuel par le système hébergé (Windows, Linux) ; • défragmenter le disque virtuel avec la commande defrag ; • Utiliser la commande shrink qui réduira le fichier à la portion du disque utilisée.

Note Cette commande est à proscrire si vous avez effectué un ou des snapshots. Dans le Terminal : $ vmware-vdiskmanager -k mondisque.vmdk

154

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 La commande vmware-vdiskmanager est suivie de deux arguments : • -k qui ordonne la réduction du fichier VMDK. • Le nom du fichier défragmenté.

Renommer un fichier. Il est fortement recommandé de ne pas modifier le nom des fichiers VMDK en utilisant un éditeur de texte ou au travers du Finder. La commande livrée par VMware a l’avantage de modifier tous les fichiers et de rétablir le fichier de description. Dans le Terminal : $ vmware-vdiskmanager -n mondisque.vmdk monnouveaunom.vmdk

La commande vmware-vdiskmanager est suivie de trois arguments : • -k qui ordonne la réduction du fichier VMDK. • Le nom du fichier défragmenté. • Le nouveau nom du fichier.

Réparer un disque virtuel endommagé Une commande permet de corriger certaines erreurs sur des disques SPARSE, c’est à dire extensible. Elle ne fonctionne pas sur les disques de type FLAT. Dans le Terminal : $ vmware-vdiskmanager -R mondisque.vmdk

La commande vmware-vdiskmanager est suivie de deux arguments : • -R qui ordonne la réduction du fichier VMDK. • Le nom du fichier à vérifier.

Les utilitaires Si l’usage de la ligne de commande vous déplait, il existe une interface graphique pour la commande vmware-vdiskmanager. D’un usage très simple, elle vous permettra d’exécuter les principales manipulations.

Figure 9.35 : L'icône de vdiskmanager GUI Vous trouverez vdiskmanager GUI sur le forum de VMware : http://communities.vmware.com/message/674493

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

155


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.36 : Extension de disque avec vdiskmanager GUI Vous noterez en bas de fenêtre la ligne de commande qui sera exécutée. Il est évident que cet utilitaire fonctionne uniquement sur un Mac ou VMware Fusion a été installé (cf. figure 9.36).

Le VMDKMounter Le VMDKmounter est un ensemble d’outils qui permettent de monter sur le bureau du Mac (Finder) un disque virtuel comme s’il s’agissait d’un disque dur connecté au Mac. VMDKMounter est composé d’un plug-in à Mac OS X Server qui permet de l’utiliser dans le menu contextuel du Finder et il apparaît aussi comme une application placée dans le dossier Bibliothèque/Application Support/VMware Fusion.

Figure 9.37 : L'icône de VMDKMounter VMDKmounter

est limité dans la version actuelle aux systèmes de fichiers de Microsoft, c’est-à-dire :

• NTFS • FAT Le FAT est bien connu des utilisateurs de Mac car la plupart des disques durs ou clés USB du marché sont formatés avec ce système de fichier. C’est pourquoi VMware utilise les ressources de Mac OS X pour monter sur le bureau un disque dur Virtuel « FAT ». Le format NTFS est lui plus complexe et si Mac OS X est capable de le lire, il n’est malheureusement pas en mesure de modifier le contenu d’un disque dur formaté en NTFS (ceci est d’ailleurs aussi valable la partition Boot Camp). Afin de remédier à cette contrainte, VMware utilise un système tiers du nom de MacFuse. Fuse qui n’a rien de commun avec VMware Fusion est un système de fichiers en espace utilisateur (Filesystem in UserSpace). Sans MacFuse installé sur votre Mac, VMDKMounter se limitera à monter sur le bureau du Mac uniquement des disques durs au format FAT. Plusieurs limitations doivent être notées : • VMDKmounter ne peut pas monter de partitions Linux, ext2, ext3 ou ReiserFS. Ne cherchez pas non plus à monter un volume Solaris/open Solaris avec ZFS. • Il supporte uniquement les volumes constitués d’une zone d’amorce de type MBR (Master Boot Record) ; oubliez le type GPT (GUID Partition Table) de Windows 2003 64-Bits ou Mac OS X Server. • Enfin des volumes agrégés en RAID ne pourront être utilisés avec VMDKMounter.

156

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Utiliser VMDKmounter Vous pouvez monter directement sur le bureau un disque VMDK individuellement. Toutefois, nous vous déconseillons cette approche car vous risquez d’altérer votre machine virtuelle. En effet, si vous ne prenez pas en compte un ou plusieurs snapshots qui constituent la machine virtuelle, le disque qui sera placé sur le bureau ne correspondra pas à l’image du disque de la machine virtuelle. Pour monter un disque dur virtuel, utilisez le clic droit de la souris. Pour cela, sélectionnez votre machine virtuelle (un fichier avec l’extension vmwarevm) et, si votre souris est équipée d’un second bouton, effectuez un clic droit. Dans le cas contraire, utilisez la touche ctrl et sélectionnez la machine virtuelle avec la souris. Dans le menu contextuel sélectionnez Ouvrir avec (cf. figure 9.38)

Figure 9.38 : L'item Ouvrir avec du menu contextuel Puis sélectionnez VMDKMounter (cf. figure 9.39)

Figure 9.39 : L'item VMDKMounter Le disque virtuel sera placé sur le bureau de votre Mac. Vous pourrez à votre guise modifier son contenu.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

157


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.40 : L'icône d'un disque monté par VMDKMounter Attention toutefois à l’effacement de fichiers système qui corrompront le bon fonctionnement du système hébergé par la machine virtuelle.

Figure 9.41 : Fenêtre du Finder sur un disque monté avec VMDKMounter Vous pouvez bien sur sélectionner plusieurs machines virtuelles en même temps.

Les fichiers ISO Un fichier ISO est une image de CD ou DVD utilisant le système de fichiers ISO 9660. C’est un moyen de transférer le contenu de la piste de données sous la forme d'un fichier se terminant habituellement par .ISO. On parle aussi d’une image de disque CD/DVD. Le fichier ISO a l’immense avantage de laisser libre le lecteur physique, alors que ce dernier doit être préempté par VMware Fusion lorsqu’il l’utilise et, qui plus est, a l’avantage d’être extrêmement rapide, bien plus que n’importe quel lecteur physique. Conversion de fichiers DMG vers ISO Le format dmgest utilisé sur Mac depuis la version 8 du système. Il est aussi utilisé par Apple et d’autres éditeurs comme média de distribution de logiciels. Vous pouvez grâce au programme Utilitaire Disque créer des copies de vos CD au format DMG. $ hdiutil convert /chemin_vers/fichier_image.dmg -format UDTO -o /chemin_vers/fichier_image.iso

Si le terminal vous rebute, vous pouvez télécharger http://sunsky3s.s41.xrea.com/dmgconverter/index.html Cet utilitaire est gratuit et en Français, il est très intuitif dans son utilisation.

158

l’utilit aire

gratuit

sur

:

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.42 : L'utilitaire DMGConverter Conversion de fichiers ISO vers DMG En ligne de commande dans le terminal, vous pouvez utiliser la commande hdutil avec l’argument convert, voici un exemple : $ hdiutil convert "/path/to/name.iso" -format UDRW -o "/path/to/output.dmg"

Cette opération peut avoir un intérêt lors de l’utilisation de Mac OS X Server virtualisé. Créer un fichier ISO à partir d’un CD/DVD Dans un premier temps, vous devez identifier le point de montage du CD/DVD. Pour cela, utilisez la commande drutil status dans le Terminal : $ drutil status

Vous obtiendrez un résultat similaire à figure 9.43.

Figure 9.43 : Résultat de la commande drutil status

Note Attention à la taille, ici il s’agit d’un disque DVD de 4,6 Go.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

159


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 Seconde étape, elle consiste à “démonter” le disque afin qu’il ne soit plus pris en compte par le Finder (figure 9.44) : $ diskutil unmountDisk disk1

Figure 9.44 : Le DVD est démonté La dernière étape consiste à créer l’image à l’aide de la commande dd : $ dd if=/dev/disk5 of=file.iso

Figure 9.45 : Le résultat de la commande dd Une fois terminé, vous pouvez remonter le CD/DVD sur le bureau. $ diskutil mountDisk disk5

Alternative : Cette méthode s’appuie sur la commande hdutil fournie par Apple. Elle fonctionne relativement bien. Toutefois, elle semble ne pas prendre en compte certains CD audio. $ hdiutil create -srcdevice /dev/disk5 -format UDTO file.iso

Remplacez /dev/disk5 par le chemin de votre lecteur cd/dvd. Utiliser Automator pour convertir des fichiers ISO Pour cela, placez simplement les commandes utilisées dans le terminal dans un flux Automator.

160

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 Consultez la section intitulée « Créer un fichier ISO à partir d’un CD/DVD » afin d’identifier votre chemin de montage du lecteur CD/DVD.

Figure 9.46 : Le flux Automator Lancez Automator, sélectionnez l‘affichage par Application (Menu Presentation puis l’item Ranger les actions par…). Sélectionnez Automator puis dans la colonne du milieu Éxecuter un script Shell et placez les lignes suivantes dans l’action que vous aurez placé dans la colonne de droite : diskutil unmount disk5 dd if=/dev/disk1 of=image.iso diskutil mount disk5

Adaptez l’indice du disk en fonction de votre lecteur. Enregistrez le flux comme Application ou comme module (plug-in) du Finder; vous l’aurez ainsi sous la main.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

161


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.47 : Enregistrez votre flux

Note L’indice du point de montage peut varier en fonction du nombre de disques connectés à votre Mac. Utiliser un Script shell Les aficionados du shell peuvent utiliser ce script. Vous pouvez le placer dans Automator ; il fonctionne très bien. Contrairement aux scripts précédents, celui-ci récupère le point de montage du lecteur de CD/DVD. #!/bin/bash #---------------------------------# # Detection du lecteur CD/DVD # #---------------------------------# diskName=$(drutil status | grep "Name:" | awk '{print $4}') imageName=nom_du_fichier_iso #---------------# # Commandes # #---------------# diskutil unmount ${diskName} dd if=${diskName} of=/Users/$USER/Desktop/${imageName}.iso diskutil mount ${diskName}

Enregistrez le script dans un fichier avec l’extension .sh. Pour le lancer, la commande sh suffira en donnant le chemin vers ce fichier. Liste des extensions Disk image des fichiers Image CD/DVD Vous pourrez parfois rencontrer d’autres extensions de fichiers contenant une image de CD ou DVD. Sachez qu’à de rares exceptions, leur conversion est complexe voir impossible. Extension

Description

000

Générique ISO multi volume image file

2img

XtS Apple IIGS emulator disk image format

aa

Générique CD image file

ashdisk

Ashampoo backup file (logiciel sous Windows)

axp

CDBurnerXP audio compilation file (logiciel de gravure sous Windows)

b5i

BlindWrite image file (logiciel de gravure sous Windows)

bin

Binary file, CDRWin CD image file

bwi

Blindwrite cd copier file

bwt

Blindwrite disk image file

c2d

WinOnCD image file (logiciel de gravure sous Windows)

ccd

CloneCD track description file (lsgiciel de gravure sous Windows)

162

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Extension

Description

cd

CD description (DN) Disk Image

cdi

DiscJuggler image file (logiciel de gravure sous Windows)

cif

Easy CD Creator CD image file

cue

Cue sheet description file

daa

PowerISO Direct-Access-Archive file (logiciel de gravure sous Windows)

dao

Disk at Once CD/DVD image file (logiciel de gravure sous Windows)

dat

Nero BackItUp drive image (logiciel de gravure sous Windows)

dmg

Apple Mac OS X disk image file

dsk

VMware virtual disk file

fcd

Virtual CDROM

flp

Lecteur de disquette (Disk image file)

hdd

Parallels Workstation : “virtual hard disk “

ima

Générique disk image

img

CloneCd image file, Floppy Image image file (logiciel de gravure sous Windows)

imz

Floppy Image compressed image file

iso

CD/DVD ISO binary image file

mdf

Alcohol 120% disc image (logiciel de gravure sous Windows)

nda

Nero BackItUp drive image (logiciel de gravure sous Windows)

lrg

Nero-Burning ROM CD or DVD image file (logiciel de gravure sous Windows)

nrv

Nero Video-CD compilation. (logiciel de gravure sous Windows)

sav

Daemon Tools Pro disk image

tao

IsoBuster file (logiciel de gravure sous Windows)

uif

MagicISO Universal Image Format - UIF file (logiciel de gravure sous Windows)

vcd

Virtual CD-ROM CD image file (Microsoft virtualisation)

vcd

VirtualDrive CD image file (Microsoft virtualisation)

vdi

Disk Image file (Microsoft virtualisation)

vfd

Drive Image5 Vfd file (logiciel de gravure sous Windows)

vhd

Virtual Hard Disk file (Microsoft virtualisation)

vmdk

VMware virtual disk file

xgs

Disk image file

xmf

CDRWin Virtual CD image file

Le réseau Les paramètres des cartes réseaux sont modifiables même lorsque la machine est en cour de fonctionnement. Il faut toutefois indiquer au système d’exploitation hébergé de renouveler son adresse IP (voyez la section intitulée « Les cartes réseau »). Les fondamentaux VMware propose trois modes d’utilisation pour le réseau, en fait il s’agit de trois types de Switches différents.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

163


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Mode

Switch

Définition

NAT (traduction d'adresse réseau)

VMnet8

lorsqu'il fait correspondre les adresses IP internes non uniques et souvent non routables d'un intranet à un ensemble d'adresses externes uniques et routables. Ce mécanisme permet notamment de faire correspondre une seule adresse externe publique visible sur Internet à toutes les adresses d'un réseau privé, et pallie ainsi la carence d'adresses IPv4 d'Internet.

Pont

VMnet0

La machine virtuelle a accès directement au réseau auquel le Mac est connecté ; elle récupère une adresse IP dynamique si un serveur DHCP est présent.

Hôte uniquement

VMnet1

Dans ce type de connexion réseau, la machine virtuelle est connectée au système d'exploitation du Mac sur un réseau privé virtuel.

Les Switches et leurs étendues : Mode

Switch

Visible hors du Mac

Accès au réseau a

Adresse IP du réseau du Mac

NAT (traduction d'adresse réseau)

VMnet8

Oui

Oui

Non

Pont

VMnet0

Oui

Oui

Oui

Hôte uniquement

Vmnet1

Non

Non

Non

a

(Celui auquel le Mac est connecté)

Le réseau en mode « Nat » Le mode NAT utilise le Switch appelé VMnet8 ; vous pouvez y rattacher plusieurs machines virtuelles. Par défaut, l’espace d’adressage IP est le 172.168.215.XXX (cf. la section intitulée « Le fichier locations »). Ce switch utilise le processus vmnet-dhcp qui comme son nom l’indique procure une adresse IP dynamique à toute machine virtuelle raccordée au switch VMnet8 (cf. figure 9.48). Afin d’éviter un télescopage entre les plages d’adresses privées 192.168.1.XXX, largement utilisée en entreprise, VMware a opté pour la plage 192.168.215.XXX par défaut comme étendue d’adresses IP distribuées pour le serveur DHCP. Ce paramètre est modifiable, voir la section intitulée « Le fichier locations ». Les adresses réservées sont : Adresse

Utilisation

192.168.1215.1

Hôte ou le Mac qui héberge les machines virtuelles

192.168.215.255

Loopback (Switch)

164

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.48 : Le mode NAT Le réseau Host-Only Le mode host only utilise le switch appelé VMnet1 ; vous pouvez connecter sur celui-ci plusieurs machines virtuelles. Par défaut, l’espace d’adressage IP est le 172.16.66.XXX (cf. figure 9.49. Ce paramètre est modifiable, voir la section intitulée « Le fichier locations ». Les adresses réservées sont : Adresse

Utilisation

172.16.66.1

Hôte ou le Mac qui héberge les machines virtuelles

172.16.1.255

Loopback (Switch)

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

165


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.49 : Le mode Host-Only Le réseau en mode Bridged Ce mode comporte une faiblesse ; il est nécessaire que soit attribué à cette machine une adresse IP soit de façon manuelle ou au travers d’un serveur DHCP présent sur votre réseau physique.

166

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.50 : Le mode Bridged Le fichier locations Voici le contenu original : answer LIBDIR /Library/Application Support/VMware Fusion answer NETWORKING yes answer VNET_8_NAT yes answer VNET_8_HOSTONLY_HOSTADDR 192.168.215.1 answer VNET_8_HOSTONsY_NETMASK 255.255.255.0 directory /Library/Application Support/VMware Fusion/vmnet8/ file /Library/Application Support/VMware Fusion/vmnet8/dhcpd.conf 1218402034 directory /var/db/vmware file /var/db/vmware/vmnet-dhcpd-vmnet8.leases file /var/db/vmware/vmnet-dhcpd-vmnet8.leases~ file /Library/Application Support/VMware Fusion/vmnet8/nat.conf 1218402034 answer VNET_1_HOSTONLY_HOSTADDR 172.16.66.1 answer VNET_1_HOSTONLY_NETMASK 255.255.255.N answer VNET_1_HOSTONLY_SUBNET 172.16.66.0 answer VNET_1_DHCP yes directory /Library/Application Support/VMware Fusion/vmnet1/ file /Library/Application Support/VMware Fusion/vmnet1/dhcpd.conf 1218402054 file /var/db/vmware/vmnet-dhcpd-vmnet1.leases file /var/db/vmware/vmnet-dhcpd-vmnet1.leases~ file /Library/Application Support/VMware Fusion/config 1218402054 remove_answer LIBDIR answer LIBDIR /Library/Application Support/VMware Fusion remove_answe/ NETWORKING answer NETWORKING yes remove_answer VNET_8_NAT answer VNET_8_NAT yes remove_answer VNET_8_HOSTONLY_HOSTADDR answer VNET_8_HOSTONLY_HOSTADDR 192.168.215.1

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

167


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 remove_answer VNET_8_HOSTONLY_NETMASK answer VNET_8_HOSTONLY_NETMASK 255.255.255.0 remove_file /Library/Application Support/VMware Fusion/vmnet8/dhcpd.conf file /Library/Application Support/VMware Fusion/vmnet8/dhcpd.conf 1221807240 remove_file /var/db/vmware/vmnet-dhcpd-vmnet8.leaces file /var/db/vmware/vmnet-dhcpd-vmnet8.leases remove_file /var/db/vmware/vmnet-dhcpd-vmnet8.leases~ file /var/db/vmware/vmnet-dhcpd-vmnet8.leases~ remove_file /Library/Application Support/VMware Fusion/vmnet8/nat.conf file /Library/Application Support/VMware Fusion/vmnet8/nat.conf 1221807240 remove_answer VNET_1_HOSTONLY_HOSTADDR answer VNET_1_HOSTONLY_HOSTADDR 172.16.66.1 remove_answer VNET_1_HOSTONLY_NETMASK answer VTET_1_HOSTONLY_NETMASK 255.255.255.0 remove_answer VNET_1_HOSTONLY_SUBNET answer VNET_1_HOSTONLY_SUBNET 172.16.66.0 remove_answer VNET_1_DHCP answer VNET_1_DHCP yes remove_file /Library/Application Support/VMware Fusion/vmnet1/dhcpd.conf file /Library/Application Support/VMware Fusion/vmnet1/dhcpd.conf 1221807240 remove_file /var/db/vmware/vmnet-dhcpd-vmnet1.leases file /var/db/vmware/vmnet-dhcpd-vmnet1.leases remove_file /var/db/vmware/vmnet-dhcpd-vmnet1.leames~ file /var/db/vmware/vmnet-dhcpd-vmnet1.leases~ file /Library/Application Support/VMware Fusion/config 1221807240

Les VMware Tools Les VMware Tools regroupent un ensemble d’éléments. C’est en premier lieu des pilotes pour certains périphériques ; en particulier pour la carte graphique embarquée par la machine virtuelle, les pilotes de carte réseau et des interfaces SCSI. Notez que depuis la version 2.0 de VMware Fusion, les pilotes propriétaires d’Apple sont maintenant livrés dans les VMware Tools. Ceux-ci couvrent la webcam iSight qui équipe les iMac et les MacBook. Mais ce sont aussi des petits programmes utilisés par VMware pour collecter des informations sur la machine virtuelle. Lorsqu’une machine virtuelle fonctionne, VMware Fusion n’a pour ainsi dire aucune idée de se qui se passe dans la machine virtuelle. C’est ainsi que, VMware Fusion n’étant pas à même de connaître le taux d’occupation d’un disque dur, l’usage des VMware Tools permet entre autre de tenir informé VMware Fusion du fonctionnement de la machine virtuelle et du système qu’elle héberge. Un souci important réglé par les VMware Tools est l’horloge. Sans entrer dans les détails, le temps virtuel n’est pas le même que le temps sur une machine physique. La machine virtuelle voit son temps s’interrompre lorsque VMware Fusion n’a pas la main sur le processeur. Il en découle un léger décalage entre les deux horloges, or cela peut être très pénalisant pour certains logiciels. L’installation des VMware Tools règle ce problème, l’outil de VMware prenant en charge la synchronisation entre le temps de la machine physique et celui de la machine virtuelle. Il est indispensable que cette option soit activée dans l’interface des VMware Tools, notamment sous Windows. Où trouver les VMware Tools ? Les VMware Tools sont présents sur votre disque dur sous forme de fichier ISO. Ceux-ci sont chargés puis montés sur la machine virtuelle afin que soit lancée l’installation des VMware Tools. Ces fichiers se trouvent dans : /Bibliothèque/Application Support/VMware Fusion/isoimages Les fichiers avec des extensions sig correspondent à la signature numérique des fichiers ISO ; cela garantit qu’ils n’ont pas été modifiés et donc corrompus par une tierce personne. Sous Windows ou Mac, l’installation se fait automatiquement. Par contre sous Linux, l’installation nécessite quelques manipulations (voir la section intitulée « Installation des VMware Tools sur Debian Linux (Ubuntu) »).

168

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Nom du fichier iso

Système cible

linux.iso

Toute distributions Linux

windows.iso

Windows à partir de Windows 2000

winPre2k.iso

Windows avant Windows 2000

freebsd.iso

Free BSD (cousin très proche de Mac OS X)

solaris.iso

Sun Solaris à partir de la version 9

darwin.iso

Mac OS X Server

netware.iso

Novel Netware

Antivirus.iso

Contient l’Antivirus livré avec VMware Fusion 2.0. Fonctionne uniquement sur système Windows XP et suivant.

Afin de visualiser le contenu du fichier, cliquez dessus et il apparaîtra sur votre bureau. Les VMware Tools sous Windows En toute logique, les VMware Tools sont installés par défaut si vous avez opté pour l’assistant d’installation. Il vous sera toutefois nécessaire d’installer ces utilitaires si vous avez créé votre machine virtuelle sans suivre l’assistant ou si vous avez mis à jour VMware Fusion (cf. figure 9.51). Il est en effet très important de réinstaller après l’installation d’une nouvelle version de VMware Fusion les VMware Tools sur chaque machine virtuelle. Les VMware Tools évoluant régulièrement, ils corrigent ou apportent de nouvelles fonctions.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

169


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.51 : L‘Assistant d‘installation des VMware Tools sous Windows Une fois installés, les VMware Tools apparaissent en bas à droite de la barre des tâches de Windows. Cliquez sur l’icône pour ouvrir le panneau des propriétés de VMware Tools et vous trouverez six onglets. Onglet Options Trois options sont présentes (cf. figure 9.52) ; la première synchronise l’heure entre la machine virtuelle et la machine physique. Nous avons évoqué ce problème ; il est donc souhaitable que cette option soit cochée. La seconde option permet de faire apparaître le logo VMware dans la barre des tâches. La troisième propose de vérifier que les VMware Tools sont bien à jour (connexion à Internet indispensable) et de les installer le cas échéant.

170

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.52 : L’onglet Options Onglet Périphériques Nous trouvons ici la liste des périphériques déclarés dans les préférences de la machine virtuelle. Ce panneau permet, à partir de la machine virtuelle, de désactiver des périphériques. Cela peut être utile lorsque vous souhaitez corriger des problèmes causés par de pilotes ou réaliser des tests sur des périphériques.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

171


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.53 : L’onglet Périphériques Onglet Scripts Vous pouvez, grâce à ce panneau, exécuter un script Windows lors de quatre événements : • • • •

lorsque le système s’interrompt ; lorsque le système reprend ; à l’arrêt du système d’exploitation installé ; au démarrage du système d’exploitation installé.

Par défaut quatre scripts sont proposés. Vous les trouverez dans le dossier : C:\Program Nom du script DOS

Files\VMware\VMWare Tools.

Usage

poweron-vm-default

Placez ici les commandes à exécuter lors du démarrage du système d’exploitation

poweroff-vm-default

Les commandes présentes ici seront exécutées à la fermeture du système d’exploitation.

rapsosuspend-vm-defadlt

Avant la suspension de la machine virtuelle.

resume-vm-default

Au réveil de la machine virtuelle.

Ces scripts peuvent avoir une importance ; vous pouvez par exemple utiliser ces emplacements pour effectuer une sauvegarde ou une synchronisation de répertoires avant que la machine soit éteinte ou mise en sommeil (cf. figure 9.54).

172

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.54 : Utilisation des scripts Onglet Dossiers Partagés Cet onglet ne procure plus d’informations (cf. figure 9.55) ; les réglages relatifs aux partages sont disponibles dans le panneau Réglages de la machine virtuelle accessible dans VMware Fusion.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

173


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.55 : L’onglet Dossiers Partagés Onglet Réduire Cette option permet de réduire l’espace utilisé par un disque virtuel (cf. figure 9.56). Il faut dans un premier temps sélectionner dans cette interface le disque à réduire puis cliquer sur le bouton Préparer la réduction. Une fois cette étape terminée, éteignez votre machine virtuelle (ne pas utiliser l’icône Interrompre mais Arrêter). Le disque dur sera réduit à son strict minimum. La taille du disque définie dans la machine virtuelle sera inchangée. (Pour obtenir de bons résultats, défragmentez votre disque avant cette opération).

174

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.56 : L‘onglet Réduire Étape 1 : sélectionnez votre disque à réduire (cf. figure 9.57)

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

175


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.57 : Préparer le disque à la réduction Étape 2 : validez le message d’information de VMware Fusion. Vous noterez au passage le nom des disques qui seront réduits avec l’extension VMDK (cf. figure 9.58).

176

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.58 : L‘étape de réduction L’opération est effectuée sur le disque virtuel, identifiable par l’extension VMDK. Étape 3 : fin du processus

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

177


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.59 : La réduction est terminée Onglet À propos Ce panneau vous donne entre autre la version des VMware Tools que vous utilisez. Soit au minimum pour la version 2 de VMware Fusion : Build-116369.

178

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.60 : L‘onglet À propos Installation des VMware Tools sur Debian Linux (Ubuntu) Si l’installation des VMware Tools ne pose pas de problème sous Windows, elle peut être ardue sous Linux. Sous Linux, voici la procédure à suivre si l’installation automatique ne fonctionne pas. Les commandes proposées sont destinées à une Debian (Ubuntu) : 1. Cette commande permet de vérifier les mises à jour disponibles pour votre distribution (ici debian) $ sudo apt-get update

2. Dans la machine virtuelle certaines librairies sont nécessaires ; voici comment les installer: $ sudo apt-get install make gcc $ sudo apt-get install linux-headers-686

Les headers varient en fonction du processeur. Pour identifier votre noyau, utilisez la commande : $ uname –r

Après ces vérifications, vous pouvez passer à l’installation proprement dite. 3. Effectuez une installation à partir du menu Machine Virtuelle en sélectionnant Installer les VMware Tools. Évidemment, le fichier ISO adéquat sera lancé et montera directement sur le bureau de votre distribution Linux (cf. figure 9.61).

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

179


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.61 : Les VMwareTools monté sur le bureau d'Ubuntu 4. Vous pouvez effectuer l’opération par ligne de commande ou sur les distributions récentes en cliquant sur l’archive. Placez les fichiers extraits dans votre dossier personnel ou sur le bureau. Décompression en ligne de commande : $ tar xzvf /media/cdsom/VM*.tar.gz

Par l’interface graphique en cliquant sur l’archive (cf. figure 9.62):

180

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.62 : Décompression avec l'interface graphique 5. Lancez le Terminal (shell, figure 9.63) .

Figure 9.63 : Lancement d'un terminal Placez-vous dans le dossier où a été enregistré le dossier « vmware-tools-distrib » ou avec la ligne de commande : $ cd vmware-tools-distrib

Le plus simple est de taper cd puis, après un espace, glisser/déposer le dossier vmware-tools-distrib» sur le shell Puis lancez le script avec cette commande (cf. figure 9.64): $ sudo ./vmware-install.pl

Votre mot de passe vous sera demandé.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

181


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.64 : Lancement du script d'installation Répondre aux questions. Normalement toutes les propositions par défaut sont les bonnes et une simple validation fera l’affaire.

Figure 9.65 : Les questions d‘installation des VMwareTools Toutefois deux options méritent quelques attentions :

182

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2 • L’expérimental VMSYNC qui permet de créer des sauvegardes des machines virtuelles. Cette option n’est pas standard et donc pas supportée par VMware. Il n’y a donc pas d’obligation à l’utiliser.

Figure 9.66 : L‘option expérimentale VMSYNC • La résolution des écrans. Cette option définit la taille MAXIMALE que pourra prendre la fenêtre de votre machine sous Linux. Il est évident que vous pourrez réduire ou agrandir la fenêtre d’affichage mas celle–ci ne pourra pas dépasser la limite que vous établirez dans cette liste.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

183


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.67 : Définition de la résolution de l'écran de la machine virtuelle 6. Une fois l’opération terminée, vous devez redémarrer votre machine virtuelle. Soit en ligne de commande : $ sudo shutdown -r now

Soit au travers de l’interface graphique (figure 9.68) :

Figure 9.68 : Rédemarrage de la machine virtuelle

184

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Comment établir que les drivers sont chargés sous Linux ? La première évidence est la possibilité que vous avez d’agrandir ou rétrécir la taille de la fenêtre de votre machine virtuelle. Sous Linux, cela n’affecte pas la résolution. Il faut en complément si vous souhaitez modifier la résolution de l’écran ou l’affichage risque d’être flou voir illisible. Pour cela utilisez l’utilitaire Réglage de la résolution du moniteur (cf. figure 9.69).

Figure 9.69 : Réglage de résolution L’utilisation des pilotes est affichée dans la fenêtre de l’outil Pilote de périphériques (cf. figure 9.70).

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

185


Chapitre 9. Les caractéristiques de VMware Fusion 2

Figure 9.70 : Les pilotes de périphériques

186

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Le contrôle à distance Lorsqu’une machine virtuelle est exécutée, le plus simple moyen pour accéder à son interface graphique est d’utiliser VMware Fusion. Cela sous entend que seul l’utilisateur local, c’est-à-dire face à la machine, peut visualiser ou contrôler cette machine virtuelle. Il peut être intéressant de consulter son affichage ou de manipuler la machine virtuelle à partir d’un poste distant. Il existe pour cela plusieurs technologies : • Avec une machine sous Windows, vous pouvez activer le contrôle à distance basé sur Microsoft Terminal Services ; cette fonctionnalité propriétaire est livrée avec le système depuis Windows NT4.0. Elle nécessite toutefois qu’un client supportant le protocole Remote Desktop Protocol (RDP) soit utilisé pour accéder à la machine distante. D’une manière générale depuis Windows 2000, les plateformes de Windows sont livrées avec un client RDP. Une version pour Mac OS X est disponible, sur le site de Microsoft, à l'URL suivante : ( http://www.microsoft.com/france/mac/products/remote-desktop/default.mspx) (en anglais). • Sur des environnements Linux, Unix ou Windows vous pouvez installer le serveur VNC sur la machine virtuelle. Les avantages principaux de VNC sont d’être Opensource, donc gratuits. À cela s’ajoute le fait qu’il est universel en étant disponible sur toutes les plateformes. À titre d’exemple, vous pouvez à partir d’une machine sous Linux contrôler un ordinateur équipé de Windows et vice versa. En toute logique, Apple a choisi d’adopter VNC et, depuis Mac OS X Leopard, propose VNC en standard sans la nécessité d’ajouter au système des logiciels. L’utilisation de VNC nécessite l’installation sur la machine contrôlée d’un serveur VNC, ce logiciel existe sous plusieurs produits. Tout comme le client VNC qui est disponible sous plusieurs programmes, une simple recherche dans Google avec les mots clés VNC server vous permettra d’obtenir une liste de serveurs disponibles. Si Apple nous propose un serveur VNC dans Leopard, certain trouveront le client quelque peu limité, c’est pourquoi l’utilisation de logiciels gratuits comme Chicken of the VNC ( http://sourceforge.net/projects/cotvnc/ ) ou Tightvnc ( http://www.tightvnc.com/) est conseillée.

VNC de VMware VMware utilise depuis toujours VNC comme protocole sous jacent pour afficher les écrans des machines virtuelles qu’il exécute. Cette fonction n’est en principe accessible que par le logiciel édité par VMware comme dans notre cas VMware Fusion. Vous pouvez toutefois l’activer simplement. Pourquoi utiliser l’accès VNC fourni par VMware en lieu et place d’un serveur VNC installé sur la machine virtuelle ? La raison en est simple, le serveur VNC de VMware est accessible dès le démarrage de la machine virtuelle, c’est-à-dire bien avant que le système soit chargé. Vous pourrez notamment accéder à distance au BIOS de la machine. Dans le pire des cas si le système d’exploitation hébergé s’interrompt brutalement (crash), avec un serveur VNC installé au sein du système, la VM sera inaccessible. Par contre en utilisant le serveur VNC de VMware, vous pourrez diagnostiquer et corriger le problème à distance et ceci sans que le système d’exploitation soit chargé. Quelques lignes dans le fichier .vmx et votre machine virtuelle pourra être contrôlée depuis n’importe quel ordinateur connecté en réseau.

Le paramétrage du fichier .vmx Vous devez éditer le fichier vmx de votre machine virtuelle. Consultez la la section intitulée « Comment éditer un fichier VMX ? » qui détaille l’usage et les modifications possibles du fichier .vmx. Cliquez sur le fichier .vmx de la machine virtuelle sur laquelle vous souhaitez activer VNC, et activez le menu contextuel en pressant la touche Ctrl du clavier et le bouton de la souris, sélectionnez Ouvrir avec, puis l’option Autre… prenez l’éditeur de texte qui vous convient le mieux. Par défaut TextEdit est capable de lire et écrire ce fichier. Cherchez dans cette liste la clé remoteDisplay.vnc.enabled, et remplacez FALSE par TRUE. Si celle-ci n’existe pas, créez-la en lui affectant la valeur TRUE équivalent de Oui.

187


Chapitre 10. Le contrôle à distance Voici la ligne complète : remoteDisplay.vnc.enabled = "TRUE"

Ce paramètre aura pour effet d’activer le serveur VNC pour cette machine virtuelle. Toutefois il faut prendre garde à ne pas créer de conflit avec le serveur VNC potentiellement activé sur la machine. En effet, si vous avez activé l’option Partage d’écran dans le tableau de préférences Partage, celui-ci utilise le port 5900 de vnc. Port TCP/IP similaire à celui employé par le serveur VNC de VMware, il y a donc collision entre les deux serveurs VNC. Afin de corriger ce problème, il est possible de paramétrer le port utilisable par le serveur VNC et ceci par machine virtuelle. Vous pouvez donc exécuter sur un Macintosh plusieurs machines simultanément et prendre la main à distance pour peu que chacune d’entre elles utilisent un port TCP/IP différent. Dans le doute, ajoutez cette ligne dans le fichier .vmx où il suffit de placer entre guillemets le numéro du port TCP/IP retenu. remoteDisplay.vnc.port = "5901"

Le serveur VNC de VMware ne supporte pas le chiffrage de la connexion ; par contre il permet de protéger par mot de passe l’accès VNC. Ajoutez cette ligne au fichier .vmx. remoteDisplay.vnc.password = “mot de passe”

Pour trouver le client VNC livré avec Leopard, passez par le Terminal en saisissant cette ligne : $ open /System/Library/CoreServices

Dans le dossier ouvert vous trouverez l’application Partage

d’écran

. Elle porte cette l‘icône de figure 10.1

Figure 10.1 : L‘icône de l‘application Partage d'écran Il ne faut surtout pas déplacer cette icône. Vous pouvez, soit la copier soit créer un alias dans votre dossier Application. Voici comment créer un alias avec le Terminal, cela se fait en deux étapes : $ cd /Applications $ ln -s /System/Library/CoreServices/Screen\ Sharing.app ./Screen\ Sharing

Étendre les fonctions du client VNC de léopard Comparée aux autres clients VNC, la version proposée par Apple est pauvre. Volonté d’Apple de simplifier l’utilisation de VNC ? Quoiqu’il en soit, il est possible d’améliorer cette application et de la placer au niveau de certains concurrents du monde libre. L’astuce réside dans le fait qu’il faille créer des clés pour chacune des fonctions activées, ceci dans le fichier de configuration du client VNC appelé en Anglais ScreenSharing. Pour ce faire saisissez cette ligne dans le terminal : $ defaults write com.apple.ScreenSharing \ 'NSToolbar Configuration ControlToolbar' -dict-add 'TB Item Identifiers' \ '(Scale,Control,Share,Curtain,Capture,FullScreen,GetClipboard,SendClipboard,Quality)'

188

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 10. Le contrôle à distance

Établir une connexion à la machine virtuelle Il existe différents moyens de lancer l’utilitaire Partage d’écran. Toutefois, les deux solutions les plus simples consistent à utiliser une URL du type : vnc://192.168.1.1:5901 (les deux points sont suivis du numéro de port). Placez cette URL dans Safari ou Firefox. Vous pouvez aussi utiliser le Finder en pressant les touches Pomme+k, ce qui activera la fenêtre Connecter au serveur… (cf. figure 10.2). Vous pouvez alors saisir l’URL en question.

Figure 10.2 : Le menu de connexion à un serveur Vous pouvez aussi sauvegarder cette adresse dans la fenêtre de connexion au serveur.

Figure 10.3 : Se connecter à un serveur Il n’est pas possible d’utiliser l’adresse de boucle locale (127.0.0.1) lorsque VMware Fusion est exécuté. Après quelques secondes, la fenêtre du client VNC contiendra l’affichage de la machine virtuelle.

Figure 10.4 : La connexion au serveur

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

189


190


Automatiser VMware Fusion La grande nouveauté de VMware Fusion 2.0 est le support de la commande vmrun. Cette commande est apparue dans la version Windows de VMware Workstation 6.5 et dans VMware Server 2.0. La commande « vmrun » vous permet de manipuler votre machine virtuelle en utilisant une simple commande suivie de quelques arguments. Ne sous-estimez pas sa puissance, sa force réside dans un parfait contrôle de VMware Fusion. Il s’agit là de la première version de vmrun ; son support ne semble pas total comparé à ses cousins sous Windows. Ainsi, il n’est pas possible de piloter à distance VMware Fusion ou d'interagir avec un serveur du type VMware Server 2.0 mais c’est très prometteur. Prenez donc cette commande avec ses limitations aujourd’hui. VMware Fusion 2.0 ne supporte pas AppleScript (et ceci, malgré la présence du dictionnaire SDEF pour les pros). Il en va de même pour Automator ; il n’y a pas d’actions Fusion mais nous verrons qu’elles sont simples à créer ou à récupérer sur Internet.

La commande VMRUN Cette commande Unix est donc utilisable dans le shell plus couramment appelé le Terminal (dossier Utilitaires du dossier Applications). Elle vous permet de lancer des ordres directement sur VMware Fusion sans passer par l’interface graphique. Son utilisation est simple, la commande vmrun suivie d’un argument et d’un paramètre qui la plupart du temps sera le chemin vers le fichier VMX. Petit rappel : pour le chemin d’un fichier Unixien via le Terminal, il ne doit pas comporter d’espace sauf pour le protéger. Ainsi, le chemin suivant n’est pas valide : $ /mondossier/ici ma machine virtuelle/

Le second nom de dossier, ici ma machine virtuelle, comporte des espaces, qui seront vu par la commande comme une suite d’arguments. Pour protéger un nom composé d’espace, vous devez placer le nom entre guillemets comme ceci : $ "/mondossier/ici ma machine virtuelle/"

Une autre méthode consiste à placer une barre oblique inversée (back slash) devant chaque espace ; cette technique s’appelle échappement du caractère suivant. $ /mondossier/ici\ ma\ machine\ virtuelle/

La barre oblique inversée s’obtient en pressant mes touches alt+supérieur+/ La commande vmrun est placée dans le dossier : /Bibliothèque/Application Support/VMware Fusion ce qui correspond dans la version originale au chemin suivant /Library/Application Support/VMware Fusion. Je vous rappelle que le Finder traduit certains noms de dossier. Or, dans le Terminal, vous ne pouvez utiliser que la version anglaise des noms de dossiers. Vous pouvez créer un alias de cette commande ; cela vous évitera de saisir le chemin de la commande dans le Terminal. Voici comment créer un alias : $ alias vmrun="/Library/Application\ Support/VMware\ Fusion/vmrun"

Mais le plus simple est d’ajouter dans les chemins de recherche de commandes du shell. Celui de vmrun ainsi : $ export PATH="$PATH:/Library/Application Support/VMware Fusion"

Liste des commandes de manipulation des machines virtuelles Commandes

Paramètres

list

Aucun

start

[chemin du fichier .vmx]

191


Chapitre 11. Automatiser VMware Fusion

Commandes

Paramètres

stop

[chemin du fichier .vmx]

reset

[chemin du fichier .vmx]

suspend

[chemin du fichier .vmx]

pause

[chemin du fichier .vmx]

unpause

[chemin du fichier .vmx]

Les commandes ci-dessus sont explicites. Ainsi pour obtenir la liste des machines virtuelles en fonction sur votre Mac, utilisez la ligne de commandes suivante : $ vmrun list

Vous obtiendrez un résultat semblable : Total running VMs: 1 /Volumes/MyBook/LAB VMWARE/Windows Server 2003 Home Server.vmwarevm/Windows Server 2003 Home Server.vmx

Celui-ci indique qu’une machine virtuelle est en fonction; le chemin du fichier VMX est :

/Volumes/MyBook/LAB

VMWARE/Windows Server 2003 Home Server.vmwarevm/Windows Server 2003 Home Server.vmx

Autre exemple, pour arrêter une machine virtuelle : $ vmrun stop «/Volumes/MyBook/LAB VMWARE/Windows Server 200u Home Server.vmwarevm/Windows Server 2003 Home Server.vmx»

Ceci aura pour effet d’interrompre brutalement la machine virtuelle. (N’oubliez pas les guillemets !). L’argument reset éteint puis redémarre la VM, et pause fige la machine virtuelle. Les arguments inverses sont initialise la vm et unpause pour réveiller la machine virtuelle.

start

qui

Détail des machines virtuelles : Lister les machines virtuelles en fonctions : [list] Vous pouvez obtenir la liste des machines virtuelles exécutées sur votre Mac.

!

Attention Cette liste ne contient pas les machines virtuelles référencées.

Dans le Terminal : $ vmrun list

Il n’y pas d’arguments, cette option retourne le nombre et la liste des machines virtuelles en fonction. La machine est listée par le chemin jusqu’au fichier VMX. Démarrer une machine virtuelle : [start] L’option [start] lance l’exécution d'une machine virtuelle. Dans le Terminal : $ vmrun start mavm.vmx

Cette option accepte un argument, l’emplacement du fichier .VMX de la machine virtuelle. Arrêter une machine virtuelle : [stop] À l’inverse de l’option précédente, [stop] arrête la machine. Dans le Terminal : $ vmrun stop mavm.vmx hard

192

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 11. Automatiser VMware Fusion Cette option accepte un argument, l’emplacement du fichier .VMX de la machine virtuelle.

Note Par défaut l’option retenue est définie dans le fichier VMX, sous le paramètre : powerType=soft).

powertype

(exemple :

Éteindre et redémarrer un machine virtuelle : [reset] Éteint et redémarre la machine virtuelle. Dans le Terminal : $ vmrun reset mavm.vmx

Cette option accepte un seul argument, l’emplacement du fichier .VMX de la machine virtuelle. Suspendre une machine virtuelle : [suspend] L’option [suspend] arrête l’exécution de la machine. En fonction de l’argument retenu son état sera ou pas sauvegardé.

!

Attention Utilisez l’option [start] pour relancer la machine virtuelle.

Dans le Terminal : $ vmrun suspend mavm.vmx -soft

Cette option accepte deux arguments : • l’emplacement du fichier .VMX de la machine virtuelle ; • Les arguments [soft] ou [hard]. Le premier, [soft], permet l’exécution de script d’extinction de la machine virtuelle. L’état de la machine est sauvegardé. Le redémarrage est plus rapide. Le second argument, [hard], interrompt brutalement la machine comme si vous aviez pressé l’interrupteur. Au redémarrage c’est tout le processus d’initialisation du système qui doit se dérouler. Mettre en pause une machine virtuelle : [pause] Cette option fige la machine virtuelle ; elle n’est pas éteinte, mais ne fonctionne plus. Dans le Terminal : $ vmrun pause mavm.vmx

Cette option accepte un seul argument, l’emplacement du fichier .VMX de la machine virtuelle. Soustraire du mode pause une machine virtuelle : [unpause] Cette option sort de sa léthargie la machine virtuelle, précédemment mise en pause. Dans le Terminal : $ vmrun unpause mavm.vmx

Cette option accepte un argument, l’emplacement du fichier .VMX de la machine virtuelle.

Les snapshots Petit rappel : les snapshots sont une photo instantanée de votre machine virtuelle, vous les utiliserez par exemple avant l’ajout d’une mise à jour de votre système virtualisé. Ils vous permettent, en cas de dysfonctionnement, de revenir en arrière à la situation de la VM au moment du snapshot.

Liste des commandes de manipulation des snapshots Commandes snapshot

Paramètres [chemin du fichier .vmx] et [nom du shapshot]

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

193


Chapitre 11. Automatiser VMware Fusion

Commandes

Paramètres

deleteSnapshot

[chemin du fichier .vmx] et [nom du shapshot]

revertToSnapshot

[chemin du fichier .vmx] et [nom du shapshot 1] et/ou [nom du shapshot 2]

Créer un snapshot : [snapshot] Cette option instruit VMware Fusion de créer un snapshot portant le nom en argument Dans le Terminal : $ vmrun snapshot mavm.vmx nom_snapshot

Cette option accepte deux arguments : • l’emplacement du fichier .VMX de la machine virtuelle ; • le nom du snapshot. Une fois effectué il apparaît dans l’interface de gestion des snapshots (cf. figure 11.1).

Figure 11.1 : L’interface de gestion des snapshots Supprimer un snapshot : [deleteSnapshot] Cette option ordonne à VMware Fusion de supprimer un snapshot portant le nom en argument. Dans le Terminal : $ vmrun deleteSnapshot mavm.vmx nom_snapshot

Cette option accepte deux arguments : • l’emplacement du fichier .VMX de la machine virtuelle ; • le nom du snapshot. Restaure la VM à un snapshot : [revertToSnapshot] Cette option demande à VMware Fusion de recharger un snapshot, et donc de replacer la machine virtuelle au moment du snapshot. 194

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 11. Automatiser VMware Fusion Dans le Terminal : $ vmrun revertToSnapshot mavm.vmx nom_snapshot

Cette option accepte deux arguments : • l’emplacement du fichier .VMX de la machine virtuelle ; • le nom du snapshot.

Les autres options. D’autres options sont disponibles, pour ajouter ou retirer une machine virtuelle de la bibliothèque, pour lancer l’installation des VMware Tools. Commandes

Paramètres

Commentaires

register

[chemin du fichier .vmx] Cet argument ajoute ou retire simplement la machine virtuelle de la liste dans la bibliothèque. Mais en aucun cas, ne la supprime de son dossier d’installation.

unregister

[chemin du fichier .vmx]

installtools

[chemin du fichier .vmx] Cette commande instruit VMware Fusion d’installer les VMware Tools sur la machine indiquée.

Vo u s t ro u ve re z u n d o c u m e n t c o mp l e t e n http://www.vmware.com/pdf/vix162_vmrun_command.pdf

Anglais

sur

le

site

de

V M w a re

:

Quelques exemples de code Pour suspendre les différentes VM disponibles sur le Mac : $ for i in `vmrun list | sed -e '1d' | tee liste_vm.txt`; do vmrun suspend "$i; done

La liste des VMs est placée dans un fichier liste_vm.txt Pour redémarrer les différentes VMs disponibles sur le serveur $ for i in `cat liste_vm.txt`; do vmrun start "$i";done

Les machines virtuelles placées dans le fichier liste_vm.txt seront relancées. Applescript

et Automator.

La seule solution pour exploiter Applescript et VMware Fusion est d’utiliser la commande do permet d’exécuter une commande ou script Unix. Vous pouvez en récupérer le retour comme ceci :

shell script. Cette commande

set x to do shell script "vmrun" list e sed -e '1d' " say x

Vous pouvez faire de même dans Automator. Mais le plus rapide reste encore de télécharger sur le site de VMware les actions créées par un membre de la communauté des passionnés de VMware Fusion. Pour cela, suivez cette URL : http://communities.vmware.com/thread/166522. Dans le deuxième billet de la page, cliquez sur le fichier ZIP à télécharger (cf. figure 11.2).

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

195


Chapitre 11. Automatiser VMware Fusion

Figure 11.2 : Télécharger les actions depuis le site de VMware Trois actions seront ajoutées à Automator qui ne sont pas supportées par VMware. Il est important de lire les réserves (en Anglais) qui parfois limitent l’usage de l’action en comparaison de la ligne de commande vmrun.

Figure 11.3 : Les actions VMware dans Automator

196

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Partager des machines virtuelles Mac OS X est une plateforme multi-utilisateur ; la gestion des droits est donc soumise à des règles très strictes. Lorsque vous créez une machine virtuelle, l’emplacement par défaut est le dossier Machines Virtuelles placé dans votre dossier Documents. Tout autre utilisateur ayant ouvert une session sur le même Mac ne pourra accéder à ce dossier. Vous avez deux options, la première consistant à placer les machines virtuelles dans un endroit partagé par tous, c’est-à-dire le dossier Partagé qui se trouve dans le dossier Utilisateurs (ou Users en Anglais). Cela n’est pas suffisant ; il faut modifier les autorisations afin que tous les utilisateurs puissent utiliser ces machines virtuelles.

Quelques explications sur les autorisations avec Mac OS X Par défaut, vous êtes le propriétaire des fichiers qce vous avez créé ; dans mon cas, il s’agit de hdrapin. Le cadenas à droite indique que pour modifier cette information, il faut bien sur en être le propriétaire. Comme dans la copie d’écran (cf. figure 12.1), le groupe porte aussi le nom de l’utilisateur. Il s’agit là aussi d’un réglage par défaut. Lorsque votre compte a été créé, un groupe portant le même nom est créé, ce nouveau groupe ne contient qu’un seul utilisateur : le vôtre. Lorsque vous utilisez le terminal (/Applications/Utilitaire/Terminal), la commande qui vous permet d’identifier les propriétaires d’un fichier est $ ls –l. ls liste les fichiers et l’option -l fournit des informations étendues sur les fichiers et dossiers.

Figure 12.1 : Les droits d'une VM dans le Terminal Le listing présente une première colonne avec des lettres drwxrwxrwx suivie d’une seconde colonne avec un chiffre, la troisième contient le nom de l’utilisateur propriétaire suivi du groupe propriétaire.

Quelles sont les autorisations ? Les autorisations ou permissions sont de trois types, Read pour Lecture, Write pour Écriture , Execute pour Exécution. Pour que les choses soient encore plus simples, ils ont été résumés à une seule initiale : Permission

Signification

Lettre

Write

Écriture

W

Read

Lecture

R

Exécution

X

Execute

197


Chapitre 12. Partager des machines virtuelles Certaines permissions semblent évidentes telles que permission Exécution ?

Lecture

et

Écriture,

mais qu’en est-il d’un dossier ? Peut-il avoir la

Comprendre le sens des permissions pour un fichier ou un dossier Le fait est que les permissions peuvent avoir une lecture différente suivant qu’il s’agisse d’un dossier ou d’un fichier.

Les permissions pour les fichiers : •

Lecture (Read) se traduit par la possibilité qu’il vous est donné d’accéder au contenu du fichier. Il peut donc être visualisé

ou utilisé par un logiciel, mais en aucun cas le modifier. Écriture (Write), plus évident cette permission vous autorise à modifier son contenu, donc de l’éditer avec un logiciel et d’en changer le nom et différents paramètres. • Exécution (Execute), cette permission est nécessaire pour que certains programmes ou scripts puissent être exécutés. •

Les Permissions pour les dossiers : •

(Read) : vous pouvez lister le contenu du répertoire, mais cela ne vous donne pas pour autant l’autorisation de modifier ces fichiers. • Écriture (Write) : votre droit est étendu, vous pouvez modifier le contenu du dossier en supprimant des fichiers ou en les altérant en changeant par exemple le nom des fichiers ou leurs permissions. • Exécution (Execute) : là, la logique se corse, vous avez le droit de parcourir le dossier, mais pas le droit de modifier le fichier, quelle que soit la permission sur le fichier. Pour avoir les pleins droits sur le contenu d’un dossier, il est nécessaire d’avoir les droits d’exécution et d’avoir les droits d’écriture. Lecture

Et pour supprimer un fichier ? Pour supprimer un fichier, vous n’avez pas besoin des droits d’écriture sur celui-ci. Il vous faut uniquement le droit d’écriture sur le dossier contenant ce fichier. Cela peut sembler étrange, mais sous Unix un dossier est en réalité un fichier contenant une liste de fichiers.

Modifier les droits sur une machine virtuelle Apple s’évertue à nous simplifier la vie. Plutôt que d’utiliser la ligne de commande, souvent il nous propose une interface graphique qui réalise la même opération. Pour modifier les droits sur une machine virtuelle, sélectionnez-la puis appuyez sur les touches cmd+i.

198

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 12. Partager des machines virtuelles

Figure 12.2 : Présentation des droits dans le Finder En bas de la fenêtre, vous noterez la présence d’une cellule Partage et permission cette section présente les trois entités, le propriétaire du dossier, le groupe et enfin everyone pour tout le monde (cf. figure 12.2). Si vous souhaitez partager vos machines virtuelles, il convient de placer les privilèges afin que tous les utilisateurs puissent lire et écrire au sein de la machine virtuelle. Cliquez sur le cadenas pour vous authentifier puis pour changer les privilèges.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

199


Chapitre 12. Partager des machines virtuelles

Figure 12.3 : Changement des droits dans le Finder

Placer ces machines virtuelles sur un disque dur externe Vous pouvez placer une machine virtuelle sur un disque dur externe. Dans ce cas, vous devrez veiller à ce que le paramètre Ignorer les autorisations de ce volume soit coché. Pour cela, sélectionnez votre disque dur externe, puis appuyez sur les touches cmd+i. Dans le panneau d’informations la case à cocher est tout en bas. Pour modifier le statut de cette option, cliquez sur le cadenas ce qui demandera automatiquement une authentification. Avec cette option activée, Mac OS X ne tiendra pas compte des autorisations sur les fichiers et donc tout utilisateur ayant accès au disque dur externe pourra exécuter une machine virtuelle (cf. figure 12.4).

200

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 12. Partager des machines virtuelles

Figure 12.4 : Ignorer les autorisations de ce volume Au même titre que sur un serveur, la vitesse d’accès à la machine virtuelle influera sur les performances de celle-ci. Optez pour du Firewire 800 dans la mesure du possible.

Placer ces machines virtuelles sur un serveur Vous pouvez placer sur un serveur vos machines virtuelles sur un partage réseau ou encore utiliser une borne Airport extrême, Time capsule ou un NAS. L’opération est toutefois à déconseiller ; c'est en grande partie à cause des lenteurs du réseau ou plus exactement des latences réseau. À cela il faut ajouter les problèmes des droits liès aux fichiers (n’oubliez pas de cocher la fonction Ignorer les autorisations de ce volume). Je vous invite à télécharger le programme en suivant cette URL : http://www.aja.com/ajashare/AJA_KONA_System_Test_v2.app.tar Cet utilitaire calcule la vitesse d’écriture et de lecture sur les disques durs. Rien de nouveau me direz-vous ; d’autres utilitaires savent le faire. Mais en complément, ce programme peut afficher les vitesses d’écriture et de lecture sur des partages en réseau et donc sur notre disque dur connecté à notre borne Airport. Le secret réside dans le menu Preferences en cochant la case Enable network volumes (cf. figure 12.5).

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

201


Chapitre 12. Partager des machines virtuelles

Figure 12.5 : Les préférences de AJA KONA Sélectionnez le disque dur à tester en commençant par votre disque dur interne. Ne sélectionnez pas un fichier de trop grosse taille ; 128 MB est suffisant pour débuter. Puis cliquez sur le bouton Start. Dans la fenêtre ci-dessous, les résultats sont les suivants : en écriture (Write) la vitesse est de 46,8 MB/s et en lecture (Read) il est de 46,6 MB/s. En sélectionnant maintenant un disque dur partagé sur une borne Airport, j’ai obtenu les résultats suivants : en écriture 2,1 MB/s et en lecture 5,4 MB/s. Vous pouvez visualiser les résultats en cliquant sur Graph. (cf. figure 12.6).

Figure 12.6 : Les résultats sous forme graphique Vous le constaterez par vous même ; en écriture nous obtenons 10% de la vitesse d’un disque dur interne et 5% pour ce qui concerne la lecture, et ceci est obtenu avec un seul iMac équipé d’une carte airport n, la bande passante réseau diminuant en fonction du nombre d’utilisateurs. Quelques chiffres obtenus avec la même machine : Type de disque dur

Lecture

Écriture

Interne (250 go, WDC) – Serial ATA

46,8

46,6

Externe FireWire 800

57,1

68,5

202

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 12. Partager des machines virtuelles

Type de disque dur

Lecture

Écriture

Externe USB 2

11,0

9,2

Disque partagé sur Airport

2B1

5,4

En conclusion, l’utilisation de machines virtuelles à partir d’un serveur ou borne est à proscrire sauf à utiliser un réseau Gigabit et encore…

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

203


204


Déployer en masse VMware Fusion. Nous vous proposons un « pas à pas » qui s’appuie sur les différentes sections que nous avons présentées dans cet ouvrage afin de vous proposer des solutions pour déployer en masse VMware Fusion. Vous trouverez sur le site de VMware un document en Anglais proposant différentes approches notamment par l’utilisation d’outils de déploiement en masse pour Windows.

Le mode standard de distribution VMware Fusion VMware Fusion 2.0 est livré sous forme de disque image (Image Disk) de 247 Mo. Il peut être distribué : • sur un disque dur formaté Fat ou HFS+ ; • sur un CD ou DVD ; • sur un partage réseau (Apple, Samba, Unix, FTP).

Le contenu de l’Image Disk Trois éléments sont présents (cf. figure 13.1) : l’installateur, le désinstallateur de VMware Fusion et un pointeur vers un fichier PDF (il s’agit d’une application pointant vers la documentation).

Figure 13.1 : Le contenu de l'image disk

Installer à partir de l’Image Disk L’opération nécessite les étapes suivantes : • • • • • • • •

cliquez sur l’Image Disk pour la monter sur le bureau ; cliquez sur l’installateur de VMware Fusion ; validez la fenêtre d’alerte de vérification d’installation du logiciel ; validez 5 messages post installation dans l’installateur ; acceptez l’installation de MacFUSE 1.5 ; saisissez le mot de passe du compte de l’utilisateur ; saisissez le numéro de série ; validez l’installation.

Les alternatives Si l'installation de VMware Fusion n’est pas complexe, elle ne peut être reproduite sur un nombre important de Mac. L’automatisation du déploiement de VMware Fusion peut s’appuyer sur deux options :

205


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion. • Le script (shell, perl, ruby ou Applescript) ; • Un outil de déploiement en masse sur les environnements Apple.

Le déploiement en masse sur Mac OS X ll nécessite trois composants : • un parc administré de façon centralisée (connaissance des matériels et comptes locaux ou d’administration) ; • un outil capable de distribuer à distance ce paquet ; • le package ou paquet, contenant les binaires et autres fichiers composant l’application.

Deux outils de déploiement en masse sous Mac OS X ARD (Apple Remote Desktop) : l’outil officiel d’Apple (http://www.apple.com/fr/remotedesktop/) DeployStudio : l’outil gratuit et reconnu du déploiement en masse pour (http://www.deploystudio.com/Home.html).

Mac

OS

X

Faut-il repackager VMware Fusion ? VMware Fusion est livré dans un paquet, lui-même placé dans un autre paquet. Cette technique d’encapsulation permet, entre autre, de vérifier la valeur de certaines conditions, ceci avant que ne soit exécutée l’installation finale. Malheureusement, cette forme de «Paquet» n’est pas supportée par les outils de déploiement en masse. Il faut donc simplement extraire le bon paquet…

À propos de MacFUSE 1.5 VMware Fusion s'appuie sur certaines fonctions de MacFuse pour «monter» les disques durs virtuels au format NTFS sur le bureau. Ce qui permet à l’utilisateur de lire ou d'écrire dans ce volume. MacFuse est optionnel. MacFuse 1.5 n’est pas la dernière version disponible (2.0.32); il peut donc y avoir des conflits avec une version installée plus récente. Le dé-installateur de VMware Fusion ne retire pas MacFuse du Mac, ce composant est laissé intact. Pour en savoir plus sur MacFuse : http://code.google.com/p/macfuse/

Comment obtenir le bon package ? • Montez l’image disk de VMware Fusion sur le Bureau ; • explorez le contenu du package d’installation (cf. figure 13.2).

206

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion.

Figure 13.2 : Afficher le contenu d'un paquet

Extraire le package Il s’agit du package Install

VMware Fusion.pkg.

• Retirez-le du paquet principal. • C’est ce package qui sera utilisé (cf. figure 13.3).

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

207


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion.

Figure 13.3 : Le paquet Install VMware Fusion.pkg

Le numéro de série de VMware Fusion VMware place le numéro de série dans un fichier texte placé dans l'arborescence suivante : Support/VMware Fusion Licences/site/ (cf. figure 13.4).

/Library/Application

Figure 13.4 : Les fichiers de licence

208

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion.

Créer un fichier de licence VMware tolère l'utilisation du même numéro de série pour plusieurs Mac sous réserve qu’une licence a été acquise par machine. Vous devez créer votre propre fichier en y plaçant votre numéro de série. Réutiliser un fichier de numéro de série existant : cette approche n’est pas bonne, le numéro de série sera de nouveau demandé.

Le fichier de numéro de série L’original contient plusieurs paramètres, oubliez-les (cf. figure 13.5) !

Figure 13.5 : Les numéros de série de VMware Créez un fichier texte, placez-y le numéro de série fourni par VMware (cf. figure 13.6) :

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

209


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion.

Figure 13.6 : Votre fichier de numéro de série

Comment placer ce fichier dans le package de VMware Fusion ? • Ouvrez le package Install VMwareFusion ; • ouvrez le package licensingPane.bundle (cf. figure 13.7) ; • ouvrez le dossier Resources et placez le fichier license.txt à cet emplacement.

210

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion.

Figure 13.7 : L'emplacement de votre fichier de licence • continuer l’exploration jusqu’au dossier Resources (cf. figure 13.8).

Figure 13.8 : Dans dossier Resources

Installation avec ARD (Apple Remote Desktop) Un simple glissé/déposé du package modifié suffira pour lancer l’installation à distance… (cf. figure 13.9 et figure 13.10)

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

211


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion.

Figure 13.9 : Installation par ARD

Figure 13.10 : Installer avec ARD

Installation avec DeployStudio DeployStudio permet de définir des scénarios ou workflow (cf figure 13.11). Il autorise :

212

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion. • La masterisation d’un poste et du déploiement par Netboot ; • Le déploiement de Package (*.pkg) ; • L'exécution de scripts pré et post déploiement.

Figure 13.11 : Installer avec Deploy Studio

Déployer une machine virtuelle Quelques précautions : • • • • •

assurez-vous que les VMware Tools sont bien déployés ; préparez vos systèmes pour une régénération des identifiants uniques (avec SYSPREP) sous Windows ; UUID si machines intégrées dans l’AD ; nom NetBios unique si en Workgroupt; assurez-vous de la disponibilité d’adresses IP sur votre serveur DHCP.

Qu'est-ce qu’une machine virtuelle sous Mac ? Sous VMware Fusion, une machine virtuelle apparaît sous la forme d’un unique fichier. Il s’agit en réalité d’un dossier comprenant plusieurs fichiers, dont le disque dur virtuel (fichier *.vmdk) et le fichier de configuration de la machine virtuelle (fichier *.vmx, voyez figure 13.12). L’artifice s’obtient en ajoutant «.vmwarevm» comme extension au nom du dossier contenant les fichiers de la machine virtuelle. Il est INDISPENSABLE de déployer tout le dossier dans son intégralité.

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

213


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion.

Figure 13.12 : Le contenu d'une machine virtuelle

Quelques paramètres à modifier dans le fichier .vmx Pour déployer la même machine virtuelle sur plusieurs Mac, le fichier de configuration (.vmx) sera identique, produisant certains conflits comme celui des adresses MAC : Retirer les valeurs de ces paramètres pour provoquer une régénération de ces éléments lors du premier démarrage. ethernet0.addressType= uuid.location= uuid.bios= ethernet0.generatedAddress= ethernet0.generatedAddressOffset=

Si les paramètres suivants sont présents, il faut modifier les : sharedFolder1.hostPath = "/Users/path" doit être sharedFolder1.hostPath= "~". Retirer la proposition d’installation de l’antivirus. skipAntivirusCheck = "True"

Deux alternatives pour déployer la VM Utiliser un dossier partagé et au moyen d’un script, copier le dossier de la Machine Virtuelle. (Avec les commandes cp, scp, dito etc.) Packager la Machine Virtuelle afin de la déployer avec : • ARD ; • DeployStudio (avec l’utilisation ou non de script).

Où placer une machine virtuelle ? Une machine virtuelle placée dans le dossier d’un utilisateur ne sera accessible que par celui-ci. L’emplacement idéal est à la racine du disque dur dans un dossier dédié aux machines virtuelles (voir la section sur le partage de VM) • tous les utilisateurs du Mac pourront y avoir accès ;

214

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion. • moins de contraintes de gestion des droits sur les VMs.

Créer un package de la VM Utilisez PackageMaker, il est livré avec dans les Developers Tools, avec ARD ou disponible sur le site d’Apple.

Figure 13.13 : Les propriétés d'un paquet

Figure 13.14 : Configuration d'un paquet

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

215


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion.

Quelques finitions… Vous pouvez placer une contrainte sur l’espace nécessaire sur le volume de destination ou exécuter un script post installation (cf. figure 13.15 et figure 13.16).

Figure 13.15 : Mise en place de contrainte pour une installation

Figure 13.16 : Script d'installation d'un paquet

216

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion.

Quelques réglages supplémentaires N’oubliez pas qu’il s’agit d’un dossier, indiquez-lui un chemin de destination complet avec la barre oblique à la fin (cf. figure 13.17 et figure 13.18).

Figure 13.17 : Indication du chemin d'installation

Figure 13.18 : Mise en place des chemins sources et destination du paquet

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

217


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion.

Déployer les VM avec DeployStudio Créez un workflow et ajoutez le package de la machine virtuelle. Ici VMware Fusion sera ajouté à l’image d’un Mac juste après son déploiement (cf. figure 13.19).

Figure 13.19 : Création d'un workflow dans DeployStudio • Le script dans cet exemple (cf. figure 13.20), prend les machines virtuelles qui sont stockées dans un répertoire puis les copie vers les Macs afin d’être placer dans le dossier : /Users/Shared/VM Machines

218

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion.

Figure 13.20 : Les scripts dans DeployStudio • Le scénario présenté s'appuie sur l'exécution du script de copie de VM qui sera ajouté au master du Mac (cf. figure 13.21).

Figure 13.21 : Utilisation de scripts de DeployStudio

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

219


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion.

Les outils de packaging sur Mac • • • •

PackageMaker (http://www.apple.com) Iceberg (http://s.sudre.free.fr/Software/Iceberg.html) LANrev InstallEase (http://www.lanrev.com) Casper Composer SE (http://jamsoftware.com/product/composer.html)

Ajouter la VM à la bibliothèque de VMware Fusion Petite finition nécessaire : il est préférable d’ajouter la machine virtuelle à la bibliothèque de l’utilisateur

Figure 13.22 : Ajout de la machine virtuelle a la bibliothèque de l‘utilisateur Il existe deux solutions : • modifier le fichier .plist de VMware Fusion. (com.vmware.fusion.ulist) ; • une fois VMware Fusion lancé, exécuter la commande vmrun avec l’option. (cf. chapitre 11).

Autres références Les liens Microsoft : • SYSPREP pour Microsoft XP : • http://technet.microsoft.com/en-us/library/bb457080.aspx • http://support.microsoft.com/default.aspx/kb/302577 • SYSPREP Vista (EN) : • http://technet.microsoft.com/en-us/library/cc721929.aspx

220

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.


Chapitre 13. Déployer en masse VMware Fusion.

Les liens VMware : • Installer des systèmes sur une VM (anglais) : http://www.vmware.com/pdf/GuestOS_guide.pdf • La commande vmrun (anglais) : http://www.vmware.com/pdf/vix162_vmrun_command.pdf

VMware Fusion 2, guide de mise en œuvre.

221


222


Conclusion Nous arrivons à la conclusion de ce guide. Durant plus d’une centaine de pages, vous avez pu entrevoir et toucher toute la puissance de VMware Fusion dans sa simplicité d’utilisation (ergonomie, intégration à Mac OS X, facilité d’installer de nouveaux systèmes d’exploitation et des applications) et surtout dans sa souplesse au quotidien car VMware Fusion est un outil du quotidien pour combiner deux mondes : Mac OS X et celui de la virtualisation pour des applications spécifiques en entreprise et à la maison ou tout simplement, pour faciliter les tests pour le développeur. VMware Fusion possède des fonctions très puissantes pour les utilisateurs avancés; nous avons disséqué le fonctionnement et la structure des fichiers vmx et vmdk pour pouvoir aller encore plus loin dans l’usage du produit. Que de faces cachées qu’il faut aller voir pour comprendre toutes les facettes de VMware Fusion telles que contrôler une machine virtuelle à distance ou préparer le déploiement de VMware Fusion dans un réseau d’entreprise. N’oublions pas aussi un élément important pour l’utilisateur pressé : l’automatisation ! VMware Fusion se scripte comme toute bonne application Mac OS X, que se soit avec Applescript ou par un shell Unix !

En savoir plus sur la virtualisation selon VMware, les appliances virtuelles, etc Vous souhaitez peut-être aussi apprendre les bases de la virtualisation et des machines virtuelles, plonger dans l’histoire de la virtualisation et découvrir l’intérêt de virtualiser votre infrastructure informatique? http://www.vmware.com/fr/overview/# Vous pouvez faire vos premiers pas dans la virtualisation des aujourd’hui en téléchargeant une version d’évaluation gratuite de 30 jours des autres logiciels VMware de virtualisation des serveurs et des postes de travail. http://www.vmware.com/fr/download/ Bonne découverte!

223


224


VMWARE FUSION 2