Page 1

Source : hanslucas.com


PERRINE ZANETTE date de soutenance : 30 janvier 2018

1


Aimé Césaire, « Hors des jours étrangers » mon peuple quand hors des jours étrangers germeras-tu une tête bien tienne sur tes épaules renouées et ta parole le congé dépêché aux traîtres aux maîtres le pain restitué la terre lavée la terre donnée quand quand donc cesseras-tu d’être le jouet sombre au carnaval des autres ou dans les champs d’autrui l’épouvantail désuet demain à quand demain mon peuple la déroute mercenaire finie la fête mais la rougeur de l’est au cœur de balisier peuple de mauvais sommeil rompu peuple d’abîmes remontés peuple de cauchemars domptés peuple nocturne amant des fureurs du tonnerre demain plus haut plus doux plus large et la houle torrentielle des terres à la charrue salubre de l’orage

2

Ferrements et autres poèmes, Éditions du Seuil, 1994, p. 78-79.


Source : hanslucas.com

3


4


Sommaire Pour un vocabulaire commun ..........................................................................................8 Introduction....................................................................................................................10

I-L’ile de Mayotte, des paysages entre influence cyclonique et pression humaine................................................................................................12 1— Habiter une île tropicale — la question du risque et de la résilience............... 14 a. L’habitat en milieu insulaire, une vulnérabilité partagée.................................................. 14 b. Habitat et modes d’habiter à Mayotte........................................................................... 15 Le village : une adaptation à l’environnement mahorais...................................... 15 Les sites côtiers en plaine................................................................... 15 Les sites côtiers sur les coteaux.......................................................... 15 Les sites mixtes : plaines et coteaux.................................................... 15 Les sites de plaine intérieure............................................................... 15 Les hauts des collines......................................................................... 15 Le village, lieu de vie sociale.............................................................................. 16 L’habitat vernaculaire mahorais.......................................................................... 17 L’espace couvert................................................................................. 17 « la chambre de l’homme »................................................................. 17 « la chambre de la femme ».................................................................. 17 Les varangues..................................................................................... 17 L’espace ouvert................................................................................... 17 Les matériaux de construction........................................................................... 18 Les cases en végétales......................................................................... 18 Les cases de terre.............................................................................. 18 L’habitat traditionnel : ce qu’il en reste............................................................... 18 Les cases actuelles : entre parpaing, tôle et case SIM....................................... 18 c. Bidonville, habitat spontané : des pratiques à risque ou forme créole ?.........................19 5


2— Mayotte, une île singulière.............................................................................. 22

3— Le cas de Kawéni, une réalité de terrain nuancée.......................................... 30

Conclusion.......................................................................................................... 37

a. Le déterminisme géographique de l’île au lagon............................................................ 22 Le volcan à l’origine du relief.............................................................................. 22 Cours d’eau et ravines....................................................................................... 23 b. Un paysage soumis aux risques cycloniques................................................................ 23 Risques cycloniques et changements climatiques.............................................. 24 Brève histoire des cyclones qu’a connu Mayotte.................................................. 24 c. État des lieux général et sociétal................................................................................... 26 d. Un territoire d’outre-mer « sous perfusion ».................................................................. 27 e. La gestion des eaux dans les politiques publiques........................................................ 27 Les principaux acteurs de l’eau à Mayotte.......................................................... 28 La DEAL Mayotte................................................................................ 28 Le Comité de bassin de Mayotte......................................................... 28 Le BRGM............................................................................................ 28 Les outils de planification du territoire ...............................................................28 Le SAR et le SMVM (ex PADD)............................................................ 28 Le DOCUP........................................................................................... 28 Les schémas....................................................................................... 28 Focus sur les SDAGE......................................................................................... 28 Articulation entre SDAGE et PGRI....................................................... 28 Évolution institutionnelle et statuaire de Mayotte................................................ 29

a. L’évolution historique de Kawéni................................................................................... 30 1848 : La grande époque de l’économie sucrière................................ 32 1913 : La culture d’Ylang-Ylang........................................................... 32 1986 : Basculement de l’économie agricole vers la zone d’activité..... 32 2000 : Renforcement et élargissement de la zone d’activités.............. 33 2017 : un quartier à (re) penser........................................................... 33 b. Le contexte socio-économique actuel.......................................................................... 34 Un taux de chômage élevé.................................................................. 34 Une pression policière....................................................................... 34 Un sentiment d’abandon et d’exclusion du droit commun.................. 34 Une méfiance de la population envers les futurs projets urbains......... 35 Un manque d’infrastructure pour développer les projets..................... 35 c. Kawéni, un territoire exposé aux risques....................................................................... 36 La forte prise de risques des habitants.............................................................. 36

II- Eau risque et eau ressource dans le quartier de Kawéni, observation des modes spontanés de gestion................................................................ 38 1— Méthodologie, l’acquisition et l’interprétation de connaissances sur la gestion de l’eau-ressource et de l’eau-risque dans un contexte insulaire ou le risque cyclonique est prégnant....................................................................................................................40 a. La méthodologie qualitative : une approche fondée sur la parole de l’habitant............... 40 b. Acquisition de l’information : l’entretien semi-directif................................................... 40 Le questionnaire réalisé in situ.........................................................................41 Le questionnaire diffusé sur un réseau social...................................................41 L’entretien semi-directif....................................................................................42 6


2— Résultats et interprétations : la base de données..........................................42 a. La méthodologie de codage et d’archivage de l’information............................................42 b. La compilation des informations : naissance d’une base de données..............................42 La saisie des données « questionnaire »...............................................................42 La grille de saisie des données « entretien »....................................................... 43 c. L’analyse des entretiens : modes de traitement statistique mobilisés............................43 d. L’information qualitative spatiale : construction des cartes...........................................43 e. Interprétation..............................................................................................................43 La culture du risque, une notion en désuétude à Kawéni....................................43 Des éléments urbains en décalage avec les traditions et modes de vie mahorais.....................................................................................................................................................46 Des réglementations en décalage avec la spécificité du territoire.......................48

3 – Retour sur la méthodologie............................................................................49

Conclusion...........................................................................................................49

III- Replacer les dynamiques paysagères dans la gestion des eaux pluviales : revenir à une culture insulaire du risque...................................... 50 1— Construction d’une méthodologie pour que les solutions d’habitat soient opérantes dans les réglementations...............................................................................................52 a. b. c. d.

La Case SIM, une base de réflexion................................................................ 52 La démarche : recueillir les savoirs habitant et les transmettre...................................52 Les outils de la démarche...........................................................................................53 S’inspirer du mode de vie traditionnel...................................................................53 Comprendre les besoins des Mahorais.................................................................54 Les acteurs convoqués................................................................................................54

2— Un outil de projet pouvant être généralisé à d’autres territoires ayant des contraintes territoriales singulières face auxquelles les réglementations sont inopérant es...................................................................................................................................54 a. Stratégie pour le devenir des paysages, dispositifs existants et à mettre en place.......54 Plan d’aménagement et de développement durable (PADD).................54 Plan de paysage.................................................................................55 Des conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement..........55 Mise en place d’un SCOT................................................................... 55 b. Lorsque la contrainte devient une ressource............................................................... 56

Conclusion...........................................................................................................56

Conclusion

générale.......................................................................................................59

Bibliographie...................................................................................................................60 Annexes...........................................................................................................................62 7


Pour un vocabulaire commun Aléa : L’aléa est un phénomène (naturel, technologique) plus ou moins

probable sur un espace donné. L’aléa ne devient un risque qu’en présence d’enjeux humains, économiques ou environnementaux. Par exemple : un typhon sur un atoll désert de l’océan Pacifique n’est pas un risque, mais un cyclone sur les îles densément peuplées des Caraïbes devient un risque majeur et provoque des dommages considérables. S’il n’y a pas de populations ou d’infrastructures, une catastrophe naturelle reste donc un aléa.

Bidonville : Selon le CNRTL c’est un « Ensemble hétéroclite d’habi-

tations de fortune construites à la périphérie de certaines grandes villes dans des zones réputées impropres à l’urbanisation et où vit une population sans ressources, difficile à intégrer dans la vie sociale normale ». Nous nous attacherons à garder cette définition pour cette recherche.

Culture du risque : « C’est la connaissance par tous les acteurs

(élus, techniciens, citoyens, etc.) des phénomènes naturels et l’appréhension de la vulnérabilité. L’information des populations, et ceci dès le plus jeune âge, est le moteur essentiel pour faire progresser la culture du risque. Celle-ci doit permettre d’acquérir des règles de conduite, des réflexes, mais aussi de débattre collectivement des pratiques, des positionnements, des enjeux, etc. Développer la culture du risque, c’est améliorer l’efficacité de la prévention et de la protection. En faisant émerger toute une série de comportements adaptés lorsqu’un événement majeur survient, la culture du risque permet une meilleure gestion du risque. » Source : glossaire DDE 59

Eau de pluie : On entend par là l’eau qui provient des précipitations

atmosphériques et qui ne se sont pas encore chargées de substances solubles provenant de la terre.

8

Une eau de pluie est nommée eau pluviale lorsqu’elle a touché le sol et qu’elle ruisselle sur les surfaces qui la réceptionnent.

Habitat spontané : Les habitations spontanées sont construites avec

les matériaux, du terrain et les moyens disponibles à un instant « t », sans s’attacher aux règles ou aux modèles architecturaux. Elles sont adaptées en permanence jusqu’à s’assimiler au tissu urbain.

Habitat vernaculaire : C’est une forme d’habitat propre à un pays, à une culture, à ses habitants.

Insulaire : Relatif à une île Résilience : Capacité à absorber une perturbation, à se réorganiser, et à continuer de fonctionner de la même manière qu’avant.

Ressource en eau : La ressource en eau désigne la quantité d’eau

dont dispose ou peut disposer, un utilisateur ou un ensemble d’utilisateurs pour couvrir ses besoins. Elle regroupe l’ensemble des eaux disponibles, ou que l’on peut mobiliser, pour satisfaire en quantité et en qualité une demande donnée en un lieu donné, pendant une période appropriée.

Risque : Le risque peut être défini comme la probabilité d’occurrence de

dommage compte tenu des interactions entre facteurs d’endommagement (aléas) et facteurs de vulnérabilité (peuplement, répartition des biens). Certains résument ainsi ces définitions par une formule : « risque = aléa x


Vulnérabilité ». La notion de risque recouvre à la fois le danger potentiel de catastrophe et la perception qu’en a la société, l’endommagement potentiel, comme celle de l’endommagement effectif. Un risque peut être d’origine naturelle ou peut avoir des causes purement anthropiques (risque technologique, risques géopolitiques par exemple).

économique, systémique) et capacité à surmonter la crise provoquée par l’aléa sur l’enjeu.

Risque naturel : il se rapporte à des aléas qui font intervenir des processus naturels variés : atmosphériques, hydrologiques, géologiques ou géomorphologiques. Le risque naturel se situe à la croisée entre, d’une part, un ou plusieurs aléas, et, d’autre part, la vulnérabilité d’une société et/ou d’un territoire qu’elle occupe.

Risque majeur :

se caractérise principalement par une faible fréquence : l’homme et la société peuvent être d’autant plus enclins à l’ignorer que les catastrophes sont peu fréquentes, mais d’une énorme gravité, entraînant de nombreuses victimes, des dommages importants aux biens et à l’environnement.

Ville planifiée : Ville imaginée suivant un tracé régulier et une organi-

sation rationnelle des espaces. Destinée à être bâtie d’une seule venue, la ville planifiée est une « invention » des architectes de la fin du Moyen Âge et, surtout, de la Renaissance. Elle s’oppose aux villes traditionnelles qui sont le résultat d’une très longue évolution.

Vulnérabilité :

La vulnérabilité exprime le niveau d’effet prévisible de phénomènes sur des enjeux (l’homme et ses activités). Ce sont des facteurs de fragilité du système dans son ensemble (physique, sociale,

9


Introduction Depuis le début du 20e siècle, la démographie et la croissance économique des territoires et départements d’outre-mer ont entraîné la déforestation et l’exploitation intensive des sols. Cette surexploitation de toutes les ressources naturelles et des cultures agricoles, parfois pratiquées sur des terrains très pentus, ont eu des conséquences sur l’environnement : dégradation des milieux naturels, pollution, érosion en sont les principaux exemples. Nous ne sommes pas capables aujourd’hui de mesurer l’impact des changements climatiques, mais nous observons d’ores et déjà qu’ils sont vecteurs d’augmentation des risques, notamment cycloniques, avec une accentuation de la fréquence et de la violence de ces phénomènes. Cette nouvelle donnée, couplée à la surexploitation des milieux, a des conséquences majeures sur les populations et infrastructures, c’est pourquoi la gestion des paysages face au risque cyclonique devient un enjeu majeur. Face à ce constat, on comprend qu’il devient urgent de réagir par la mise en place d’une véritable politique qui protège l’environnement et les populations. Il est indéniable que nos îles en zone intertropicale sont des terres à haut risque, particulièrement celles des Antilles, de la Réunion et de Mayotte qui sont exposées aux cyclones, aux inondations, aux crues soudaines, aux éruptions volcaniques, et aux tremblements de terre. L’action de l’homme pour en atténuer les effets comme pour les aggraver peut être déterminante. La densité de population, des habitations, la présence humaine dans les zones à risque et l’absence d’une gestion urbaine efficace peuvent largement augmenter les dégâts. En revanche, une planification efficace ajoutée à une prévention réfléchie peuvent permettre non pas de supprimer, mais de diminuer largement les conséquences néfastes de ces phénomènes. L’aménagement des territoires d’outre-mer est donc un problème à se poser, ce qui nous amène à nous demander comment, en territoire insulaire, se gèrent les risques et les ressources en eau, compte tenu des fortes contraintes de saisonnalité ? Dans quelle mesure les différents types d’habitats sont-ils à prendre en compte pour mener à bien l’aménagement de la ville ? Comment les dynamiques de ces paysages singuliers peuvent-elles devenir des leviers de gestion des risques liés aux eaux pluviales, en particulier lors de passages cycloniques ? Gère-t-on bien les questions de risques naturels mis en perspectives avec le changement global ? Les politiques publiques sont-elles adaptées à l’urgence de certains phénomènes ? Ce travail de mémoire s’attachera à répondre à la problématique de recherche suivante : Comment dans le contexte insulaire de Kawéni où se juxtaposent bidonville et ville planifiée, ces modes d’habiter gèrent le risque et la ressource en eau ? Comment les dynamiques paysagères de ces paysages singuliers peuvent-elles devenir des leviers de gestion des risques liés aux eaux pluviales, en particulier lors de passages cycloniques ? Cette problématique nous conduit vers trois hypothèses : • Les formats d’implantation des habitats vernaculaires sont mieux adaptés aux risques que ceux de la ville planifiée et normalisée sur des modèles « métropolitains ». • On suppose que la gestion du risque cyclonique en milieu insulaire relève de deux cultures du risque, dont l’une est « impensée » • Les politiques publiques métropolitaines ne sont pas ou sont peu adaptées au terrain insulaire soumis aux risques cycloniques.

10

Face à ce questionnement, nous avons choisi un territoire singulier qui va nous permettre de trouver des réponses. Nous avons choisi de l’aborder sous les prismes socio-économiques, historiques, culturels et paysagers. Afin de tenter de vérifier ou pas nos hypothèses et de répondre à notre problématique, nous avons mis en place une démarche d’enquête avec différentes modalités pour recueillir des données qui proviennent de différents horizons (habitants, élus, professionnels), dans l’objectif d’obtenir un large spectre de points de vue. Ce corpus nous laisse penser que nous recueillerons des points de vue très différents sur les mêmes sujets, ce qui est intéressant dans la mesure où certaines informations peuvent compléter ou infirmer d’autres propos. Nos premières interprétations laissent penser que nous allons pouvoir mettre en place des outils d’actions.

Dans la première partie nous nous attacherons à comprendre ce que signifie « d’habiter une île tropicale », pour entrer ensuite au cœur du sujet avec un exposé sur les singularités de Mayotte. Une fois ces bases de connaissances acquises, nous pourrons mieux appréhender la réalité de terrain du quartier de Kawéni. Cette partie posera le cadre théorique de ce mémoire et sera alimentée par les apports de plusieurs chercheurs et sociologues, ainsi que des rapports techniques. Dans la seconde partie, cette étude proposera une méthodologie de recherche afin de répondre à la problématique posée. Pour cela, nous allons exposer la méthodologie choisie puis proposer une démarche à mettre en place. Nous effectuerons ensuite une interprétation des premières données, afin de répondre aux trois hypothèses. Pour finir, nous ferons un retour critique sur la démarche que nous avons mise en place. Dans la dernière partie, nous proposerons une ouverture en passant du particulier au général, grâce aux interprétations. Dans un premier temps nous tenterons de construire une méthodologie qui permette d’intégrer les savoirs habitants dans les réglementations et dans un second temps nous proposerons un outil qui peut réussir à transformer des contraintes territoriales en ressources.


Comment dans le contexte insulaire de Kawéni où se juxtaposent bidonville et ville planifiée, ces modes d’habiter gèrent le risque et la ressource en eau ? Comment les dynamiques paysagères de ces paysages singuliers peuvent-elles devenir des leviers de gestion des risques liés aux eaux pluviales, en particulier lors de passages cycloniques ?

11


12


I

L’île de Mayotte, DES PAYSAGES ENTRE INFLUENCE CYCLONIQUE ET PRESSION HUMAINE Cette première partie pose le cadre théorique et pratique de ce travail d’initiation à la recherche. Ainsi, il sert de socle de connaissances et de base de réflexion qui nous permet de bien resituer la problématique et de la préciser. Elle aborde dans un premier temps ce que signifie habiter une île tropicale, puis le cas des habitats mahorais. Nous verrons ainsi comment la manière d’habiter peut rendre la population plus ou moins vulnérable face au risque. Ensuite nous proposerons une contextualisation de l’île de Mayotte multidimensionnelle afin de s’ancrer dans la complexité et la singularité du territoire. Et enfin, nous nous attacherons à mettre en lumière une réalité de terrain plus nuancée avec une relation entre les paysages, l’eau et le risque, réalité qui n’est pas toujours facile.

13


1. HABITER UNE ÎLE TROPICALE, LA QUESTION DU RISQUE ET DE LA RÉSILIENCE Cette partie traitera, d’une façon générale, de ce que l’on entend par « habiter dans un milieu où le risque est prégnant ». Nous évoquerons les différents risques auxquels les territoires ultramarins sont confrontés afin d’être en mesure de répondre à cette question : « Que veut dire et qu’implique le fait d’habiter sur une île tropicale ? » qui nous amène à la question suivante : « comment la notion de risque est-elle prise en compte dans ce contexte tropical ? ». Nous répondrons à cela en trois temps, dont le premier sera consacré à l’habitat en milieu insulaire.

L’habitat en milieu insulaire, une vulnerabilite partagee.

14

rents dangers perçus d’un avenir imprévisible. Cette recherche de stabilité et de durée est une recherche de résilience. Pour ce qui concerne les aléas d’origine naturelle, on constate que si leurs conséquences sont toujours plus catastrophiques c’est parce que l’urbanisation gagne toujours plus de terrain et que les logements, infrastructures, équipements en tous genres sont de plus en plus nombreux, notamment dans des zones qui devraient en être préservées (zones inondables par exemple). Si l’on ajoute à cette urbanisation galopante l’intensification des phénomènes Habiter une île est quelque chose de bien particulier, d’unique, de climatiques dus probablement aux changements du climat, les singulier. Ces territoires sont bien souvent soumis à de nombreux conséquences dommageables se multiplient. risques naturels : glissements de terrain, avalanches, éruptions Nous avons vu qu’au-delà des spécificités auxquelles on l’associe volcaniques, séismes ou cyclones. La population vit avec ces la résilience est la capacité de résister aux chocs, agressions, dérisques, elle s’adapte, elle apprend à les connaître et elle se gradations. Sa définition a été très controversée et a sensiblement souvient des catastrophes qu’ils ont créées. C’est ainsi que nous été modifiée depuis son origine alors qu’elle s’appliquait au dovoyons apparaître une culture du risque propre à chaque société. maine de la physique des matériaux. Appelée « umbrella concept » (Klein et al., 2004) ou « boundary object » (Brand et Jax, 2007) Dans ce contexte de risque, qu’il soit d’origine économique, social pour mettre en valeur sa polyvalence, elle a surtout été utilisée dans ou naturel, la notion de résilience prend ici tout son sens. Quelles un cadre urbain pour l’architecture, l’ingénierie, l’économie, ou la que soient les circonstances auxquelles on l’associe, la résilience sociologie. La résilience répond à toutes sortes de problématiques est communément définie comme la capacité pour un individu, un de différents secteurs dont elle met parfois en évidence la transgroupe humain, une organisation, un matériau ou des construcversalité. tions d’encaisser une agression extérieure et de retrouver ensuite Cependant le mot «  résilience  » a souvent un certain flou : une certaine stabilité. Il s’agit de préserver ou de revenir à sa forme parfois utilisé pour définir son propre processus et parinitiale malgré un milieu ou des circonstances hostiles. Dans ce fois pour qualifier un état issu de caractéristiques contradiccontexte la résilience peut à la fois désigner la « capacité à présertoires (diversité, interdépendance, flexibilité, etc.), ce terme ver » une activité urbaine pendant un événement de type inondation reste difficile à traduire de façon précise et sans équivoque. par exemple, et la « capacité L’écologie définit la résilience comme un système à rebondir » après une catas« L’insularité est un état d’es- (le système résilient) qui s’appliquerait à tout : écotrophe (Bonnet, F. 2016). On voit nomie, organisation humaine, environnement, etc. prit aussi bien qu’une réalité tout l’intérêt qu’il y a pour les (Holling, 1973) physique. Chez le continental, Pour l’urbaniste, c’est la capacité d’une ville à rehabitants d’une île aussi vulnérable que Mayotte à rechercher elle évoque le rêve d’un havre venir à un état normal à la suite de perturbations et tendre vers une certaine rési(Lhomme et al,. 2010). Cette définition un peu de paix et d’harmonie, la finilience. Habiter sur une île soulimitée est un raccourci volontaire afin de gagner mise aux risques cycloniques tude d’un espace. Chez l’insu- en efficacité, car étant donné les nombreux proest quelque chose de bien parlaire, elle incarne un quotidien blèmes auxquels doit faire face un milieu urbain il ticulier comme nous le disions, faut s’adapter et trouver rapidement des solutions : identifiable par les limites du où le sentiment de vulnérabilité cela s’appelle avoir une résilience à temps court. et de risque est très présent, À force d’être utilisé dans différents milieux et connu. » Claude Richard car issus des aléas cy — à propos de tout, le mot résilience est devenu cloniques et des difficultés économiques, sociales qui lui sont un terme fourre-tout qui a perdu en précision. Souvent rattaché propres. On peut prendre la mesure de cette fragilité en anticipant à des sujets à la mode comme la durabilité, il est suffisamment ce que seraient les conséquences probables de changements cliflou pour que chacun l’investisse de façon intuitive dans la dismatiques ou en imaginant quelle serait la capacité de résistance de cipline qui l’intéresse. Dans un monde de plus en plus complexe la population face à une crise. et connecté, où toutes ces disciplines s’entrecroisent, la résiQuoi qu’il en soit, habiter dans un milieu insulaire soumis au risque lience surinvestie comme solution universelle à tous les procyclonique relève d’une véritable culture, où l’on admet le fait que blèmes reste donc une notion ouverte, souple. Au-delà des la nature peut à tout moment reprendre ce que l’homme a construit. discours et des rêveries qu’elle suscite, la résilience a du mal à Cette idée est intimement liée à la notion de résilience, ce terme à résister à un examen vraiment critique. Parce que l’engouement la mode qui est souvent associé à la gestion des risques en milieu qu’elle provoque évite de se poser les vraies questions sur les urbain. Ce terme n’apparaît pas n’importe quand dans l’histoire. problèmes et donc de travailler à les résoudre, la résilience est Le début de notre siècle coïncide avec l’apparition ou l’accentuation un danger d’autant qu’elle est perçue comme une promesse. de crises d’origine écologiques, sociales, géopolitiques, économiques, énergétiques et financières. Les certitudes sont ébranlées, Saskia Sassen a écrit « c’est justement parce qu’il s’agit les sociétés sécuritaires deviennent moins crédibles face aux incerd’une idée qui semble séduisante et puissante qu’il faut titudes d’un monde instable. Les populations inquiètes cherchent faire l’effort de l’interroger avec un regard critique ». des repères rassurants et solides pour résister aux diffé —


Puisqu’elle est à l’origine de méprises et de controverses, pour notre étude nous nous sommes accordés pour définir la résilience comme étant la capacité d’encaisser une agression extérieure et de retrouver ensuite une certaine stabilité. Cette notion est à mettre en parallèle avec la notion de culture du risque, laquelle est bien ancrée dans une société insulaire, comme nous nous attacherons à le démontrer dans la seconde partie. Mais avant cela nous allons nous attacher à étudier les différentes formes d’habitats vernaculaires pour en saisir la complexité et comprendre leur rapport au paysage.

Habitat et modes d’habiter a Mayotte Cette partie a pour objectif de définir l’habitat traditionnel mahorais, de comprendre sa typologie afin de savoir si elle correspond aux spécificités de l’île. Nous verrons ce qui subsiste de cet habitat traditionnel et qu’elles sont les constructions d’aujourd’hui. Depuis toujours, Mayotte a plusieurs niveaux d’organisation : • Une organisation territoriale avec des villages installés derrière les mangroves, au sein de baies qui sont elles-mêmes éloignées les unes des autres • Une organisation villageoise faite de contacts et d’échanges, avec des habitats, des lieux de vie communs, des terres agricoles vivrières, une rivière des plages et des mangroves. Ces lieux sont ceinturés par une luxuriante végétation. • Une organisation de quartier, soit un ensemble de maisons mahoraises aux terrasses ouvertes sur la rue. Ces quartiers tranchent souvent avec la verdure environnante par leur aspect minéral.
 Ces organisations sont directement influencées par les contraintes de l’environnement telles que les terrains pentus difficiles à construire, l’évacuation des eaux pluviales, les rivières. D’autres facteurs ont aussi un impact : liens familiaux, relations, vie collective, histoire et économie.

côte en aval. 
 LES SITES DE PLAINE INTÉRIEURE Il s’agit à l’origine d’anciennes plantations, les habitations sont groupées de façon aléatoire suite aux vagues successives d’immigration en plus des terrains qui existaient déjà à l’époque de l’exploitation de ces plantations. LES HAUTS DES COLLINES Ces endroits étaient stratégiques au niveau de la protection, cependant l’extension urbaine fait qu’il est difficile d’attribuer un site aux villages. Malgré une tentative d’organisation globale, chaque village dispose de sa propre configuration, de son réseau de rues et de chemins. De ce fait, les tracés sont tortueux, confus et non rectilignes. Certaines rues ont bénéficié de la modernité et se sont retrouvées pavées, d’autres non, certaines sont dites « grandes » et propres à la circulation de véhicules alors que les autres sont les « petites ». On voit au travers de cette identification qu’initialement les sites privilégiés pour l’implantation du bâti répondaient aux contraintes du milieu. Le paysage est pris en compte, on l’observe et on s’adapte aux différentes contraintes : il y a là un certain génie de construction.

Le village, une adaptation à l’environnement mahorais

En dehors des habitudes sociales, que nous verrons juste après, les Mahorais ont dû faire avec les contraintes topographiques afin d’exploiter le mieux possible les espaces de l’île dans laquelle il y a de nombreuses pentes. Chatain et Cheyssial différencient les différents terrains qui sont habités en cinq catégories : LES SITES CÔTIERS EN PLAINE Ce sont ceux qui ont les terrains les plus plats. Les villages qui y sont implantés sont perpendiculaires au littoral. Ces sites sont assez rares sur l’île, on y trouve les villages « Chirongui », « Bandrélé » et « Koungou ». 
 LES SITES CÔTIERS SUR LES COTEAUX Perpendiculaires par rapport aux courbes de niveau, leur position facilite l’écoulement des pluies. Les maisons sont placées de façon à éviter la vue de cour à cour et les parties cultivées sont placées en amont. Les routes se confondent cependant bien souvent avec le trajet du ruissellement des eaux. Les villages « Bouéni », « Moutsamoudou », « Mtsahara », « Kani-Kéli » et « Chiconi » sont situés sur ces coteaux. 
 LES SITES MIXTES : PLAINES ET COTEAUX Ce sont les plus courants et ils disposent souvent d’une plaine côté versant. Les ndzias-axes se situent parallèlement de façon à ce que chaque foyer ait un accès aux terres cultivables en amont et à la

Source : hanslucas.com

15


Le village, lieu de vie sociale Il n’existe pas de centre vivant (comme dans les villes occidentales), mais le village dans son ensemble est un lieu d’échange social. Les espaces publics sont par conséquent de véritables lieux de vie. Leur usage se fait souvent à l’échelle du microquartier à proximité de l’habitation. La ndzia est l’espace public principal du village : espace de jeu pour les enfants, de stockage temporaire des matériaux, de nourriture pour les poules et les chèvres, d’activités commerçantes, de rencontres entre les différentes familles. Le carrefour, lors qu’il peut offrir un espace suffisant et de par sa fonction de jonction de différentes ndzias, peut être un lieu de rencontre, de regroupement ou de débat. Le terrain de football est systématiquement présent au village, à proximité de la mer, sur un terrain naturellement plat si possible ou, le cas échéant, réalisé à grand renfort de terrassement sur les pentes. Les bords de rivière sont aussi un espace de vie, fréquentés surtout par les femmes et les enfants pour la lessive. La plage est un lieu de rencontres et de jeux et est souvent occupée par les bateaux utilisés essentiellement pour la pêche. Enfin, chaque village possède sa mosquée. La religion islamique concernant 98 % de la population, elle est un garant de l’unité mahoraise. Elle se distingue peu verticalement du bâti environnant, mais occupe une grande surface au sol. Elle est implantée vers la Mecque et offre des espaces libres d’ampleur variable à ses alentours. La mosquée est souvent établie au bout d’une ndzia. La rue et les espaces extérieurs sont le prolongement de l’espace familial. Des espaces privés, que sont les annexes des maisons, sont à usage collectif. La terrasse ou véranda (« baranza ») des maisons, couverte par un toit, est ouverte sur la rue et les Mahorais s’y installent pour discuter ou garder les enfants. A contrario, des espaces publics deviennent à usage privatif lors de l’installation ou l’extension du champ agricole ou du mrabat par exemple. L’acquisition et la transmission de la propriété sont encore effectuées de manière orale dans les villages. Le système de voisinage est régi par des règles de répulsion, d’attirance, de tabous socio — religieux, visibles à travers les différenciations ou groupements spatiaux. L’entre-aide, en particulier familiale, est importante, du fait d’une économie peu développée et d’une dépendance aux activités traditionnelles locales. Elle justifie, avec la topographie contraignante de Mayotte, la proximité des cases et la densité des villages, ainsi que le mode d’expansion familiale (« mitose » du mraba, le père construisant une nouvelle case pour sa fille, à proximité du nyumba et dans le shanza parental, qui sera individualisée plus tard par la construction d’une clôture). Il est difficile dans les villages de distinguer les ménages séparés et les ménages groupés. 16

Crédit photo : Sylvain Grisot


L’habitat vernaculaire mahorais

« LA CHAMBRE DE LA FEMME » Cette pièce se nomme « Fuko la m’trumama », qui littéralement se traduit par la « chambre de la femme ». Elle est reliée par une porte à « la chambre de l’homme » ce qui permet d’avoir accès à l’ouverture extérieure, mais possède parfois sa propre porte extérieure. Cette chambre est considérée comme plus privée que celle de l’homme, elle a plusieurs fonctions, dont celle de chambre à coucher la nuit pour les enfants.

Le nyumba-shanza est l’habitation traditionnelle des Mahorais. Cet habitat, encore courant il y a vingt ans, disparaît de plus en plus avec le changement du mode de vie, la démographie galopante, la hausse du niveau de vie. Le nyumba-shanza dans la langue parle des rapports sociaux dans le milieu familial et villageois. La langue est en effet le vecteur le mieux adapté pour comprendre une culture et ses subtilités, surtout quand cette culture a des usages très différents de ceux des cultures occidentales. C’est le cas de la société mahoraise, issue d’un mélange africain et arabo-musulman. Au centre de l’organisation des habitations mahoraises, il y a le « mraba », qui signifie la clôture entourant l’enclos familial, mais qui désigne aussi la famille. Ce terme est utilisé, par extension, pour nommer ce qui sépare l’intérieur de l’extérieur, sachant que pour les Mahorais, l’intérieur ne se limite pas à la maison. L’habitat traditionnel est constitué d’un terrain entièrement clôturé (le shanza), d’une case qui donne sur la rue, en bordure de terrain (la nyumba), de deux entrées, dont une qui donne sur le shanza et l’autre dans la case. Il faut ajouter à cela des éléments qui s’agencent qui dans l’espace ouvert. Voyons un peu plus en détail ces éléments.

LES VARANGUES Elles sont un endroit de transition entre la partie intérieure couverte et l’extérieur. La chambre de l’homme donne sur la varangue côté rue. Autrefois plutôt réservée aux hommes, les femmes la fréquentent depuis une période récente. Ce lieu est particulièrement agréable pour sa fraîcheur, comparé à la chaleur des autres pièces ou de la cour, on y discute tranquillement pendant les soirées. Pièce de nuit et de jour, de réunion des proches, on y fait aussi la cuisine et c’est sans doute la plus fréquentée de la maison. L’ESPACE OUVERT La cour se nomme « shanza ». En réalité le shanza ne se limite pas à la cour, il comprend aussi la parcelle où se situe la case, c’est donc le nom qui désigne l’ensemble du petit domaine familial. Une entrée indépendante permet l’accès direct à la maison et la cour. Les visiteurs n’ont pas besoin de frapper à la porte lorsqu’ils cherchent une personne, comme les Mahorais sont le plus souvent à l’extérieur, dans la cour, il est d’usage de demander « odi ? » (Il y a quelqu’un ?) avant d’entrer… à l’extérieur, si l’on a entendu la réponse « Caribou ! » (Bienvenue !). Endroit où l’on s’adonne à diverses activités (potager, élevage de poules, cuisine, etc.) c’est aussi un lieu où l’on reçoit de façon moins formelle, plus détendue. C’est un lieu que l’on maintient propre, sans herbe ni aucune trace de nature sauvage, ce qui le rend boueux durant la saison humide et sec et poussiéreux durant la saison sèche. Les Mahorais n’ont pas le goût des verts jardins occidentaux. Le shanza comprend en général une cuisine « banga laopishia » qui était autrefois sous un abri et dotée d’un grand foyer, elle est désormais de dimensions plus modeste et tenue éloignée de la maison en raison de la nocivité des fumées.

L’ESPACE COUVERT La maison où la case s’appelle la « nyumba ». Elle est traditionnellement faite de deux pièces désignées couramment comme « chambres », car pour les Mahorais l’intérieur de la maison (sa partie couverte) est réservé essentiellement au sommeil et à la réception alors que les autres activités se font plutôt dans la partie ouverte. « LA CHAMBRE DE L’HOMME » La chambre à coucher principale, celle du couple s’appelle « Fuko la m’trubaba », ce qui se traduit par « la chambre de l’homme ». Cette chambre s’ouvre sur la rue, elle sert à la fois de chambre pour dormir et de pièce de réception la journée. Cet usage est loin des pratiques occidentales qui considèrent la chambre à coucher comme un endroit strictement privé, que l’on place à une extrémité éloignée dans la maison de façon à l’interdire aux visiteurs. Dans la société mahoraise, on reçoit dans cette pièce ouverte, seul le lit y est interdit et l’on offrira à ses hôtes des chaises ou un canapé pour s’asseoir.

6

1 BARAZA (la véranda) 2 le SHANZA (la cour clôturée) 3 BARAZA intérieure 4 FUKO LA MTRUBABA (la chambre de l’homme) 5 FUKO LA MTRUMAMA (la chambre de la femme) 6 MRABA WA SHO (les toilettes)

2 3

1

4 5 Source : Bernard Chatain, Léon Attila Cheyssial, « Habitat mahorais, étude analytique et perspectives »

17


La baraza intérieure fait partie de la case et du shanza, c’est là que les femmes préparent les repas, que les hommes fabriquent et réparent leurs outils, que l’on entrepose la réserve d’eau. Un grenier à riz, appelé kanya, a également sa place dans le shanza. Historiquement il a fait son apparition en même temps que la culture du riz au XVIIIe siècle, lors des invasions malgaches. Il sert d’entrepôt : riz, provisions en tous genres, bois, etc. Construit sur pilotis comme le poulailler afin qu’il soit à l’abri des rats, fait de murs en raphia, il garde à l’ombre et au frais ce qui y est entreposé. On l’utilise aussi parfois pour y attacher des animaux ou faire de petites tâches domestiques. Le poulailler, qu’il soit suspendu ou construit sur pilotis se retrouve également dans tous les shanzas. Compte tenu des dimensions réduites de l’espace intérieur qui impliquent de la promiscuité, la toilette et autre soin corporel se font dans le shanza, loin du regard des autres. Un espace aménagé à cet effet se nomme « le mraba wa sho ». Il est un petit abri situé près de la clôture avec une entrée en chicane. Son aménagement simple comprend une dalle cimentée et un trou pour les toilettes sèches. En effet, les problèmes de raccordement au réseau d’eau et des égouts rendent rares les installations de toilettes avec chasse d’eau. Mais les Mahorais y sont tellement habitués que lorsqu’ils disposent de tout le confort moderne ils continuent de se servir des moyens traditionnels.

Les matériaux de construction Les matériaux qui sont utilisés pour la construction des cases sont naturels et d’origine locale. Il en existe plusieurs, certains plus utilisés que d’autres selon les techniques qui ont évolué suite aux conséquences du passage de cyclones ou qui ont été influencées par l’apport migratoire. Certaines techniques anciennes ont néanmoins disparu. LES CASES VÉGÉTALES Elles sont construites avec un châssis sur lequel sont fixés des panneaux. Trois types de toitures sont utilisés : • Balais de paille qui sont serrés les uns contre les autres • Chaume (cocotier) • Tresses de palmes de cocotier Le problème de ces cases est qu’elles présentent une certaine fragilité et qu’elles sont humides. De plus, certaines couvertures comme les tresses de palme sont à changer régulièrement, environ tous les trois ans pour garder leur efficacité.

18

LES CASES DE TERRE La structure porteuse des cases en terre est faite de lattes de bois entrecroisées. Un remplissage de torchis composé de terre, d’argile, de paille d’herbe et d’eau est ensuite inséré entre les lattes puis l’ensemble des murs est recouvert avec ce qui reste de cet enduit. Ces cases sont plus solides que les végétales, elles peuvent être améliorées, adaptées à de nouveaux besoins comme la construction d’une pièce supplémentaire par exemple la construction d’une véranda latérale, ce qui change le sens de la case par rapport au chemin (ndzia). Ces avantages ont fait que ce type de case s’est imposé peu à peu, surtout après le passage d’un cyclone vers 1920 qui fut catastrophique. La case en terre, qui fut dans un premier temps adoptée par des villageois à Koungou, Dzoumogné, Kawéni et Combani s’est ensuite développée chez les Mahorais et se retrouve encore couramment aujourd’hui. La construction de « bangas » par exemple, représente une étape chez les adolescents, ils apprennent à cette occasion les méthodes de construction traditionnelle, ce qui leur permet d’acquérir très jeunes de l’autonomie.

L’habitat traditionnel : ce qu’il en reste « L’évolution de la vie mahoraise, y compris habitat, a pris une trajectoire absolument spectaculaire ». Jon Breslar (1997)

L’habitat des Mahorais est à l’image de l’évolution de l’île, il a évolué, s’est adapté aux façons de construire et de vivre. Jon Breslar (1982) évoque dans ses travaux les mutations qu’a connu l’île entre les années 1970, 1980 et 1997, périodes durant lesquelles il était en mission à Mayotte. Il semble que différents facteurs comme les nouvelles techniques, le logement social, la modernité occidentale ou la courbe démographique ont eu un impact important sur l’habitat mahorais. Dans les années 80, les habitations mahoraises qui étaient dans leur ensemble assez homogènes ont été peu à peu remplacées par des habitats très divers en même temps que l’urbanisation s’étendait et que les habitudes changeaient. Malgré cela, il serait faux de dire que la « façon d’habiter » des Mahorais s’est européanisée : elle s’est adaptée et diversifiée, mais les traditions restent bien vivantes et continuent de réguler le quotidien.

Les cases actuelles : entre parpaing, tôle et case SIM

Tout a commencé avec l’arrivée de la tôle et du parpaing. Ces matériaux, utilisés de façon massive dès qu’ils ont été disponibles sur l’île, ont entraîné de grands changements tant sur l’habitat en lui-même que sur la façon d’y vivre. Les matériaux naturels dont étaient constituées les cases traditionnelles se sont vus remplacés par des tôles, notamment dans les habitations précaires. Malgré le problème d’isolation thermique qu’elles posent, les tôles ont remplacé la paille et les feuilles de cocotier tressées sur les toits, par facilité et parce qu’elles ne demandent pas d’entretien. Cette généralisation de l’usage de tôles dans la construction a malheureusement contribué à appauvrir les connaissances dans la construction de cases traditionnelles. De faible coût et vite assemblées, l’utilisation des tôles ne s’est pas limitée aux toits des cases, mais s’est étendue à l’ensemble de la construction : murs et toits. Il suffit d’une ossature en bois sur laquelle on cloue les tôles assemblées telles qu’elles, sans même qu’elles soient peintes et la case est montée dans la journée. Cette case sera fragile, vulnérable aux vents, sans régulation thermique et ressemblera à un simple abri de ferraille. Malgré tous ces inconvénients et face au besoin croissant de logement, les habitants les utilisent de plus en plus, car elles sont peu chères, vite construites et qu’elles se révèlent malgré tout être une bonne protection contre les pluies. Malgré l’incitation des pouvoirs publics à construire en dur, la généralisation de ces cases précaires présente un risque important, car ces habitations précaires seront les premières touchées lors d’un prochain évènement cyclonique. Un autre matériau est devenu incontournable dans la construction de cases à Mayotte c’est le parpaing, il est considéré comme le matériau de référence pour les constructions en dur. Il symbolise la réussite et les Mahorais qui possèdent une construction en parpaing, en général dans les villes, sont considérés comme ayant un statut social élevé. Nombre de Mahorais habitant dans des cases accumulent des parpaings pendant plusieurs années avec l’objectif de construire en dur dès qu’ils en possèderont assez. Un peu comme une épargne, économiser du parpaing prend du temps, si bien que parfois sous l’effet de l’impatience des constructions sont faites un peu trop tôt, avant qu’il y en ait assez pour résister suffisamment à la saison des pluies. Ces maisons faites à la va-vite, aux murs bruts sans peinture, aux pièces non terminées, peu éclairées,


mal aménagées donnent en réalité une impression d’indigence. Malgré tout elles restent aux yeux de la population un signe de réussite et sont la fierté de leurs propriétaires qui, selon les habitudes locales, amélioreront et agrandiront leur maison petit à petit, selon leurs besoins, opportunités et moyens financiers. Au milieu de ces cases apparaît une petite nouvelle, plus colorée : la case SIM. Cette initiative est née de l’abandon de Mayotte par l’État. Ce désintérêt a permis à quelques hommes de s’attaquer à un problème. Dans les années 70, les logements insalubres n’offraient aucune protection contre les aléas naturels. La Société Immobilière de Mayotte (SIM, 1977) à l’origine de ce projet avait pour objectif d’offrir des logements aux fonctionnaires qui arrivaient en grand nombre de la métropole. La SIM devint alors un outil d’habitat social, fait pour concevoir un modèle adapté aux modes de vie locaux, tout en réalisant de nombreuses constructions afin de répondre aux besoins de logement. Le principe est basé sur la volonté de construire pour et avec le peuple, avec ses savoir-faire, ses matériaux, avec une architecture adaptée aux lieux et aux modes de vie Cet élan créatif a permis d’atteindre les objectifs qu’il s’était fixés. Bien qu’il ne soit pas toujours applicable à d’autres problématiques et qu’il s’agisse d’un cas singulier, il peut malgré tout inspirer d’autres initiatives de ce type. A travers cette partie sur les modes d’habiter un milieu insulaire et plus particulièrement Mayotte, on comprend bien comment l’architecture, l’habitat et le paysage entretiennent une liaison de cause à effet. Il est important de souligner que cette relation semble de plus en plus s’effacer au détriment des savoirs vernaculaires. La cause de tout cela est le besoin urgent de se loger sur cette île. À ce stade, nous nous demandons si ces pratiques mettent en danger les populations?

Bidonville, habitat spontneé : des pratiques a risque ou forme creole  Les précédents évènements cycloniques ont mainte fois démontré que les habitats précaires, même traditionnels, sont particulièrement vulnérables. Cette expérience devrait largement inciter à la prudence et à des méthodes de construction qui tiennent compte du risque cyclonique, cependant on ne peut que constater qu’il n’en est rien. Ces habitats légers construits tôle se multiplient en zone urbaine. Il ne s’agit pourtant ni d’inconscience ni de résistance passive face aux injonctions des pouvoirs publics. Si ce type d’habitation continue de se construire et de miter le paysage, c’est surtout qu’il est bien souvent la seule issue envisageable qui tient compte des possibilités locales, des matériaux à disposition et des techniques disponibles. Même si depuis une vingtaine d’années l’État a mis en œuvre une politique de logement social de façon à proposer aux habitants de quitter leurs cases insalubres pour des logements en dur, c’est loin d’être suffisant. Cette tentative, qui n’a pas pris toute la mesure des enjeux, ne prend en compte ni la forte croissance urbaine ni le type de terrain sur lequel elle s’étend. En effet, les zones urbaines s’étendent le plus souvent sur des terrains très pentus avec des risques importants de glissements de terrain pendant la saison humide. Ces ensembles d’habitations appelés « habitat spontané »,

La diversité des matériaux de construction à Mayotte. Source : Sylvain Grisot.

19


« autoconstructions », « constructions illégales » ou bien « habitat informel » selon l’avis et le statut de celui qui les nomme, sont en réalité des bidonvilles aux conditions sanitaires désastreuses. Ces ensembles plus ou moins grands construits de bric et de broc restent néanmoins la seule issue dont disposent les habitants en l’absence de réponse adaptée des services de l’État qui refusent de s’attaquer au problème à cause de nombreux paramètres qu’ils ne maîtrisent pas (zones inconstructibles, croissance de l’immigration clandestine, etc.). Les bidonvilles sont dès lors abandonnés à leur sort et sa population marginalisée. Rien n’est fait pour améliorer, contrôler ou aider ces zones périphériques. L’État semble avoir pris acte de leur existence, la tolérer, et s’en désintéresser en espérant que ça ne s’aggrave pas. La croissance de la migration nous indique au contraire que ce phénomène risque fort d’empirer, mais contre toute évidence l’État semble parier sur le fait qu’elle s’arrêtera naturellement par la gestion des flux migratoires. Il y a donc toutes les chances pour que ce déni de réalité ait pour conséquence l’extension et la pérennisation des bidonvilles en zones périurbaines, de même que le vœu de généralisation des constructions en dur prendra sans doute des décennies. Il est très regrettable que les pouvoirs publics refusent à ce point d’ouvrir les yeux et d’affronter le problème, ils risquent dans l’avenir d’être obligés de gérer des situations largement aggravées. L’oubli et le désintérêt de ces bidonvilles à forte densité, livrés à eux-mêmes et situés sur des zones à risque est une option qui peut se révéler risquée. Nous estimons qu’il faut donc différencier les formes créoles, qui nous renvoient à la première partie de ce paragraphe, des autres formes d’habitat spontané. En effet, nous pensons que l’habitat vernaculaire ne représente pas une pratique à risque pour les habitants alors que les nouvelles formes d’habiter l’île nous paraissent d’autant plus risquées que l’implantation est anarchique. Le problème vient peut-être à la fois d’une certaine urgence et d’une faiblesse de la culture du risque à Mayotte.

20


Exemple d’habitat spontané à Mayotte. Source : google image, auteur inconnue.

21


2. MAYOTTE, UNE ILE SINGULIÈRE Après avoir étudié l’habitat en milieu insulaire et à Mayotte, il convient d’en savoir un peu plus sur les caractéristiques qui rendent cette île unique, tant du point de vue culturel que géographique.

Le determinisme geographique de l’îile au lagon récif de corail

Crêtes du nord

39 km

Située dans l’océan indien, à mi-chemin entre le sud-est de l’Afrique et le nord-ouest de Madagascar, Mayotte est une île volcanique de l’archipel des Comores et un département français d’outremer. Elle est constituée de la Grande Terre, la Petite Terre et d’une vingtaine d’autres petites îles formant au total une superficie de 376 km2. Elle est entourée d’un grand lagon de 1500 km2 protégé par une barrière de corail de 160 km. À l’intérieur des terres, le relief volcanique se manifeste par un paysage vallonné, aux pentes parfois adoucies par l’érosion. La majeure partie du sol de Grande Terre présente des pentes à 15 % de dénivelé allant jusqu’à des altitudes de 300 m et plus. Quatre chaînes montagneuses s’élèvent : les Crêtes du nord, le Massif du Centre, le mont Choungui, dont l’aiguille à 594 m se remarque dans toute la presqu’île et enfin le mont Bénara qui culmine à 653 m d’altitude. Des cratères devenus lacs témoignent eux aussi de l’activité volcanique, comme celui de Petite Terre : le lac Dziani. Vue du ciel, Grande Terre ressemble à un hippocampe dessiné par ses côtes escarpées, ses nombreuses baies dans lesquelles se trouvent les seules plaines de l’île, ses pointes, son récif. La situation géographique de Mayotte, son découpage, son relief ajoutés à ses dimensions réduites et à son insularité déterminent en grande partie l’occupation des sols, le développement économique et humain de ses habitants.

Massif du Centre Petite Terre

m

22 k

Grande Terre

Vents Alizés

Mont Bénara (653 m)

Mont Choungui (594 m)

N 7 842 KM

Le volcan à l’origine du relief Cartes de localisation réalisées par l’auteur.

Grande Archipel des Comores Comore Mohéli Anjouan

Océan Indien

Mayotte

Mozambique

Canal du Mozambique 22

Madagascar

Deux volcans sont à l’origine de l’île de Mayotte. Aujourd’hui fissurés, l’érosion et les effondrements de coulées de lave ont transformé et façonné la géomorphologie de l’île. Ces formations volcaniques divisent l’île en cinq zones principales : • Au sud une zone volcanique ancienne détériorée, avec toutefois des phonolites plus récentes vers les sommets. • Au nord-ouest se trouvent aussi des formations anciennes et altérées. Cette zone est marquée par une activité volcanique plus récente, la présence de nombreux dykes en témoigne. • La zone nord se caractérise par la formation phonolitique du Mtsapére • Le nord-est composé de pyroclastites fin pléistocène • Enfin la Petite Terre, constituée de cendres et de ponces trachytiques est la formation volcanique la plus récente. Les sols composés de roches volcaniques occupent plus de surface que les formations sédimentaires. Le sable des plages et cayes de sable corallien se trouvent essentiellement sur le littoral


exposé à la houle. Les plaines en arrière (mangroves) sont quant à elles constituées d’alluvions que l’on retrouve sur tout le réseau hydrographique. Comme nous l’avons vu, l’activité volcanique est à l’origine de la géomorphologie de Mayotte. Puis les longues périodes de sommeil volcanique, l’érosion, le climat chaud et humide ont contribué à transformer l’île ainsi que l’activité humaine : occupation des sols, déforestation, terrassement, excès de pâturages, urbanisation. Ces aménagements gênent la pénétration des eaux dans le sol et augmentent leur ruissellement, ce qui par voie de conséquence augmente largement leur pouvoir érosif.

La partie nord est mieux arrosée, les cours d’eau qui viennent des vallées irriguent les sols et les villages grâce à leurs rivières aux abords pleins d’une luxuriante végétation. La partie sud est moins accueillante. Plus sèche, avec de nombreuses ravines au régime moins stable que celui des rivières, car elles empruntent des trajets plus directs depuis les sommets. Durant la mousson, le faible pouvoir de pénétration des sols entraîne d’importants ruissellements et avec eux la dispersion de déchets de toutes sortes. En milieu urbain ce phénomène est aggravé par les sols bétonnés. En dehors de ce problème de ruissellement et malgré des tentatives de construction de retenues d’eau pour en limiter le déficit, la pollution des cours d’eau par le lavage du linge et celui des véhicules qui provoquent des écoulements de graisse, les déchets en tous genres, le plastique, les résidus de ferraille offrent un spectacle désolant et altèrent le paysage de Mayotte, sans compter les risques que cette pollution fait courir sur la faune, la flore et la santé des habitants.

Un paysage soumis aux risques cycloniques Mayotte a un climat de type tropical humide maritime insulaire, influencé par la proximité de Madagascar. Deux saisons principales sont ponctuées par deux petites intersaisons : • La saison sèche, qui va de mai jusqu’au mois d’août. C’est une période tempérée, qui s’installe par les alizées venant du Sud. La saison sèche est aussi nommée hiver austral ou période kusi. • La saison « En quelques heures, le lachaude et humide, qui beur d’un demi-siècle s’est commence écroulé comme un château de en septembre et cartes sous le souffle du cyCorrespondance de l’administrateur Mizon au ministère des colonies, le 03 mars se termine 1898. In le Petit journal, n° 394 du 27 mars 1898 en avril. On l’appelle aussi été austral, mousson ou période kashi kasi. Les vents du nord apportent la pluie. Durant la mousson il y a souvent des inondations, mais le risque de cyclones est moins fréquent grâce à la protection naturelle contre les vents de Madagascar. Ils peuvent néanmoins se produire, environ tous les 10 ou 12 ans et causer des ravages accentués par le relief et le type de construction. Ces fortes pluies créent des torrents de boue qui se déversent le long des pentes, accentuant le phénomène d’érosion. Des ravines se forment, les eaux emportent avec elles l’argile des sols, mais aussi tous les déchets que les habitants jettent dans les ravines avant de se déverser dans le lagon.

Schémas de la création géologique de Mayotte. Source : BRGM, 2001

Cours d’eau et ravines Nous avons vu comment l’érosion, accentuée par les activités humaines qui favorisent les inondations et le ruissellement modifiait la géomorphologie de Mayotte. De nombreuses ravines creusées par les eaux chargées de boue qui dévalent les pentes composent désormais le réseau hydrographique avec une vingtaine de rivières. Du fait de ses différences climatiques internes et des bassins qui coupent l’île en deux, celleci se divise en deux régions aux valeurs hydrométriques différentes.

Bertrand Laviec, responsable de Météo France fait un rappel à la population sur la nature d’un cyclone, dans une intervention à Mayotte en novembre 2017. « Un cyclone, c’est un gros truc, ça

fait la taille de la France métropolitaine. Dans le cas d’un cyclone massif à Mayotte, on estime le nombre de morts à 25 000 ! » Il ajoute « Un cyclone se forme quand on a une eau à 26 °C sur 60 mètres de profondeur ». Étant donné les relevés de température de l’été 2017 à Mayotte, le risque cyclonique est très important.

« Il y a plusieurs effets. D’abord le vent, qui pousse comme une perceuse à percussion. On pense aux bangas qui s’envolent, mais il y a tous les déchets. 23


Imaginez une canette de coca qui s’envole à 200 km/h vers votre tête. C’est la canette qui gagne. C’est une balle. À titre de comparaison, les Mahorais de plus de 40 ans se souviennent tous de Kamisy, en 1984. Ce n’était même pas un cyclone de catégorie 2, et il est passé à 100 km des côtes. »

En dehors du vent, il y a d’autres dangers : la houle qui provoque avec ses vagues de plus de sept mètres l’isolement, empêche le ravitaillement et menace de submerger les ports. Ensuite il y a une « marée de tempête » : « 3 à 4 mètres de hauteur d’eau en plus de la marée normale. Il n’y aurait plus d’écoulement d’eau vers le lagon, donc de l’eau stagnante, les routes coupées et un risque d’épidémies ». Enfin, les pluies diluviennes aggravent l’ensemble. Pour se préparer à de telles manifestations, les alertes de Météo France ne suffisent pas, car elles précèdent de trop peu le cyclone, environ deux à trois jours pour la première alerte, une journée pour l’alerte orange et trois heures pour l’alerte rouge. La première et seconde alerte provoquent la rupture des stocks de bouteilles d’eau, de bougies et de denrées alimentaires. La troisième impose de rester confiné chez soi. Après le passage du cyclone, les risques continuent, les routes sont coupées, le manque d’eau, de vivres, de médicaments et d’accès aux soins entraînent des maladies qui font des ravages. Bertrand Laviec estime qu’« aujourd’hui, on n’est pas prêts. Ni les services de l’État ni les communes ». D’autant que les cyclones majeurs ne sont pas les seules menaces que fait planer le changement climatique. Il rappelle que la tempête Hellen, qui a traversé Mayotte en 2014, n’était qu’un « tout petit système, mais qu’on sera amenés à en voir de plus en plus, explosifs et rapides, même si on maîtrise encore mal comment ils se forment. »

Risques cycloniques et changements climatiques

24

En plus des caractéristiques de l’île, il peut être pertinent de s’intéresser aux changements climatiques et aux conséquences qu’ils pourront impliquer. En effet, lorsque Météo France enregistre 5 cyclones dans un rayon de 300 km autour de Mayotte, il y a environ 11 tempêtes et 10 dépressions tropicales qui se produisent. Les scientifiques appellent cependant à rester prudent quant au rapport entre réchauffement climatique et évènements cycloniques. Toutefois, le rapport entre le réchauffement des océans et la violence des cyclones devient de plus en plus évident grâce aux informations issues des satellites. Alors que la température de surface océanique passait de 28,2 à 28,5 °C, la vitesse des vents cycloniques a en effet augmenté de 26 km heure dans l’océan Indien, elle est donc passée de 225 à 251 km heure (Elsner et al., 2008). Ce phénomène semble appuyer l’hypothèse selon laquelle le réchauffement du Pacifique et de l’océan Indien provoquerait une augmentation de la puissance des cyclones plutôt que leur multiplication. (Webster et al., 2005.) On observe cependant que l’effet conjugué du réchauffement de la surface de l’océan indien et de la hausse de son niveau favorise la naissance de cyclones. Cette observation pourra peut-être s’expliquer autrement dans les années à venir, mais ces hausses régulières nous invitent à la plus grande prudence, compte tenu de l’impact de ces cyclones. Il est difficile encore aujourd’hui de mettre en perspective la fréquence et l’intensification des cyclones (GIEC, 2007) d’autant que cette accentuation ne se traduit pas seulement par la violence des vents ou des vagues plus importantes et rapides, mais aussi, à l’intérieur des terres, par des précipitations plus fortes (Bates et al., 2008.). Pour Mayotte, une intensification de ces phénomènes impliquerait pour les populations de se retrouver acculées aux reliefs à cause des crues, écoulements et glissements de terrain.

Brève histoire des cyclones qu’a connue Mayotte Le cyclone qui a marqué le plus les mémoires est l’ouragan Kamisy qui a ravagé l’île au début des années 80 (le 12 avril 1984), alors qu’elle faisait timidement son entrée dans la modernité. Il a entraîné 25 000 sans-abri et occasionné des dégâts matériels à hauteur de 30 millions d’euros. Même si l’île voit son histoire pleine de ce genre de cataclysme, Kamisy reste le cyclone qui marque la mémoire collective. Dans ce passé méconnu, le dimanche 27 février 1898 survient l’une des plus grandes catastrophes naturelles qui a dévasté l’archipel mahorais. Ce jour-là, un vent commence à souffler en brise fraîche du sud de Mayotte. Ce phénomène « anormal pour la saison » inquiète Mr Mizon, l’administrateur de Mayotte. Il pose son regard sur le baromètre, celui-ci affiche un inquiétant 751 hectopascals (hPa). Retenez juste, pour simplifier les choses, que la pression atmosphérique « normale » doit tourner autour des 1013 hPa. Quand elle baisse, c’est synonyme de dépression et si elle monte c’est l’anticyclone, c’est le calme, le contraire du cyclone. À 21 heures, le baromètre de Mr Mizon atteint le chiffre de 742 hPa. Mais il est déjà trop tard pour prévenir la population. L’administrateur est impuissant face au désastre qui s’annonce. La dépression atteindra finalement 735 hPa, au plus fort du cyclone. Les éléments sont déchaînés, une grande partie de l’île est détruite plusieurs années seront nécessaire pour reconstruire l’île et pour évacuer le deuil. Au regard de son passé cyclonique, Mayotte n’est pas à l’abri d’un évènement Hydro climatique majeur comme celui qui vient de toucher nos compatriotes de St Martin et St Barthélemy. Mais l’on comprend toutefois que la faible fréquence de ces événements ne marque pas la population qui a tendance à oublier le risque cyclonique.


Mayotte après le cyclone de 1984. Source : météo France

25


etat des lieux general et societal Depuis plusieurs années, Mayotte connaît une croissance démographique et économique importante. Ce brusque développement a entraîné une augmentation des infrastructures comme les habitations, les routes, qui à leur tour ont été à l’origine de perturbations pour l’environnement. Ces problèmes nécessitent une réponse par une gestion adaptée des ressources naturelles. La préservation du site et son développement harmonieux sont indissociables de son économie liée à son environnement et au tourisme. Selon le recensement de 2007, Mayotte compterait 186 452 habitants. Il s’agit bien entendu de l’estimation la plus basse, car ces statistiques prenaient en compte les personnes qui résidaient à Mayotte depuis au moins six mois et de nombreux clandestins n’ont pu être comptabilisés. Si l’on compare néanmoins cette estimation avec celle qui a été faite en 2012 et qui comptait alors 212 600 habitants sur l’île, il y a de quoi être alerté par une croissance en cinq ans de 43 900 habitants, ce qui représente 3,8 %. Cette démographie en hausse s’explique en partie par la natalité, mais surtout par l’immigration. Pour autant nous savons que l’évolution de la population doit prendre en compte deux paramètres : l’accroissement naturel c’est-à-dire la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès, et le solde migratoire, soit le nombre d’arrivées moins le nombre de départs. Il semble que seul l’accroissement naturel ait été pris en compte. Cette nuance a son importance, car elle influe sur l’occupation des sols : la natalité entraîne un agrandissement de la maison familiale alors que l’arrivée de nouvelles familles multiplie le nombre de terrains bâtis. Pour exemple, les communes Koungou au nord et Dembeni au sud ont explosé avec des croissances de 95 % et 83 %, ajoutant à cela de la pauvreté. Cette concentration de population est considérée comme une vulnérabilité supplémentaire (Camuzard, 2010). À Anjouan, 252 000 habitants ont été recensés en 2004. La natalité y est importante, mais il est difficile de faire la part des choses de façon précise à cause du nombre de migrants sortant vers l’île de Mayotte. Les flux migratoires sont incessants et les informations précises cèdent la place aux estimations. Selon toute évidence, les migrants qui viennent d’Anjouan ne cesseront de venir agrandir les bidonvilles de Mayotte. À cause de changements politiques fréquents, aucun véritable projet de développement ne parvient à se mettre en place ni à réduire le flux migratoire. À ce problème s’ajoute celui du foncier. À Mayotte, le droit coutumier et la justice cadiale sont très courants, ce qui complique le travail des administrations lorsqu’il s’agit de déterminer les droits des propriétaires, les habitants n’en voyant pas l’utilité. Certains chantiers administratifs comme la mise au clair de l’état civil, du cadastre, les plans d’urbanisme ou les permis de construire se sont révélés ardus. Ce sont pourtant des démarches indispensables si l’on veut réussir à prévoir et à gérer les risques, d’autant que les forts mouvements de population dus au phénomène migratoire entraînent des changements qui obligent à revoir les plans de prévention de ces risques afin de les adapter. 26

Habitantes de Mayotte. Source : google image, auteur inconnue.


Un territoire d’outre-mer  sous perfusion » Ce que l’on observe habituellement dans les territoires de haute mer vaut aussi pour Mayotte. Elle fonctionne avec une économie exogène qui s’appuie sur la métropole. Celle-ci permet de transférer de l’emploi et des compétences et d’exporter des marchandises1. Il est peu probable de voir se développer significativement l’économie interne : les possibilités de s’industrialiser sont très limitées à cause des dimensions du territoire et de sa situation insulaire. Les emplois du secteur tertiaire et notamment ceux de l’administration restent les plus nombreux : 49 % du PIB en 2005, chiffre qui montre une nette augmentation depuis 20 012. En dehors du secteur tertiaire qui génère de l’activité et de l’emploi, mais peu de valeur ajoutée, il y a l’agriculture, la pêche, le bâtiment, les travaux publics, les services à la personne. Selon une étude de l’ESAP faite en 2003, 60 % des foyers3 avaient au moins une personne travaillant à une de ces activités, bien souvent à temps partiel. Le travail à mi-temps, qui représente en effet 32 % de l’ensemble des emplois est le résultat d’activités plurielles et de semi-inactivité dans une économie non stable qui a ses secteurs formels et informels. De fait, il n’est pas facile de bien comprendre le marché du travail à Mayotte selon les critères classiques qui sont plutôt faits pour la métropole. Même chose pour les chiffres du chômage, les dispositifs d’état participent à l’exclusion de gens en sous-activité ou sans emploi. Pour comparaison, en 2009, le chômage était de 17,6 % (selon le BIT). L’Insee, lors du recensement de 2002, indiquait un taux de 29,3 %. Mais en 2010, toujours selon l’Insee, le chômage touche environ 44 % de la population inactive entre 15 et 64 ans. Ce chiffre est très supérieur à celui de la Réunion (13 %) et surtout à celui de la métropole (3,5 %). Bien que l’on constate de grandes inégalités sociales dues à l’emploi et à l’économie, les ressources de la population de Mayotte ne proviennent pas uniquement de l’économie locale. Il existe, grâce au réseau familial dont certains membres sont partis vivre à la Réunion ou en métropole, une sorte d’économie étendue qui profite aux Mahorais. La principale raison du départ de ces expatriés est économique. Ils partent pour bénéficier d’aides sociales4 qui leur permettront d’aider leurs familles, et pour augmenter leurs revenus, dans l’espoir d’échapper ainsi à la précarité, à l’inflation et aux émeutes dus à la monétarisation systématique des échanges qui a transformé profondément l’économie traditionnelle de l’île5. Il faut savoir que les prix des marchandises sont environ 30 % plus élevés à Mayotte qu’en France métropolitaine. Cette inflation aggravée par le chômage endémique accentue les inégalités et instaure un climat de rébellion propice aux émeutes.

La gestion des eaux dans les politiques publiques

Cette partie vise à faire un bref exposé des réglementations mises en place à Mayotte concernant la gestion des eaux pluviales. Nous tenterons d’appréhender les différents regards portés sur l’eau selon si elle est un risque ou une ressource pour les habitants. Il faut savoir que la gestion des eaux est plus difficile à réaliser à Mayotte qu’en métropole à cause du niveau économique faible et des pouvoirs publics qui tardent à mettre en place les dispositions nécessaires (Beseme et Ravard, 2010). Malgré la départementalisation de 2011, cette mise en œuvre est ralentie par une situation tendue et complexe due à des problématiques locales. Il est vrai aussi qu’étant donné le besoin vital de prévention des risques, le problème écologique passe aux yeux de la population au second plan. Pourtant en 2018 l’accès à l’eau potable sera essentiel. La gestion des eaux devra être pensée et planifiée, tout comme l’assainissement et la décontamination des sites ainsi que la transition entre bidonville et organisation urbaine (Picot et al., 2010). Commençons par nous intéresser à la décentralisation concernant les territoires de l’eau. Il faut savoir que la décentralisation a été décidée par la France selon une directive-cadre européenne6. Cette directive renforce une volonté de territorialiser la politique de l’eau en donnant aux régions un nouveau statut, plus de moyens d’opérer, de gérer et d’aménager. D’une façon générale, la territorialisation a pour objectif de rendre cohérente l’action publique grâce à la proximité locale afin de garantir une meilleure efficacité. Elle implique la mise en place de nouvelles structures bien spécifiques qu’elles soient matérielles ou non. En ce qui concerne les politiques de l’eau, des études ont démontré que l’eau joue un rôle essentiel dans l’organisation de l’espace, les relations sociales et économiques ou l’élaboration de représentations collectives et individuelles7. La gestion de l’eau au niveau territorial est une organisation ancienne, qui évolue et se développe sur tous les territoires métropolitains ou ultramarins. Elle prend de nombreuses formes et agit sur différentes échelles dans le processus de gestion. 
 La France, qui fait partie de l’Union Européenne, se doit d’appliquer et de respecter le droit communautaire. Pour ce qui concerne les risques liés au littoral, elle est soumise à la fois aux règles de l’UE et aux siennes, propres. Une directive européenne de 20 078 intègre et renforce la législation concernant les risques de submersion marine et les inondations. Mayotte qui est un département français a réussi à tirer parti de cette législation contre les risques naturels qui lui a permis d’obtenir un meilleur niveau de sécurité, contrairement aux Comores par exemple. Certains états n’ont en effet ni les moyens ni les ressources nécessaires pour protéger leurs populations, ils ne sont même pas en mesure parfois d’assurer les besoins de base tels que logement, eau potable, éducation, santé. Pour ces raisons, une catastrophe naturelle dans ces états aura un impact beaucoup plus important que si cela se produit dans un département français qui dispose de plans de prévention et de préfets qui peuvent interdire certaines zones dangereuses à la construction. Cependant, l’efficacité de ces mesures n’est pas toujours garantie. Les bidonvilles qui accueillent de nombreux clandestins sont la preuve de la difficulté qu’il y a à faire appliquer la législation. De plus, la France n’a pas toujours réussi à prévenir les dégâts, comme lors de la tempête Xynthia. Cette législation demeure aussi assez difficile à appliquer dans des endroits où des intérêts financiers sont en jeu. Les associations et les habitants ont du mal à faire entendre leur voix face à des secteurs qui rapportent beaucoup et qui procurent

1. Les importations à Mayotte ont plus que doublé entre 2000 et 2008 et 42 % d’entre elles proviennent de métropole. Le taux de couverture des importations sur les exportations était de 1,4 % en 2008. 2. Progression de 48 % entre 2001 et 2005. Source : CEROM, 2010 3. Soit environ 20 900 foyers. 4. Nom des revenus sociaux en mahorais : mariziki 5. La révolte des mabawas a été le nom donné aux émeutes de 2011 qui ont été provoquées par l’inflation. Le mot mabawas signifie : ailes de poulet, vendues bon marché, que l’on trouve couramment sur l’île. 6. DCE. 7. Marié, 1982, 1983 ; Drain, 1998, Béthemont, 2000. 8. Directive 2007/60/CE du Parlement Européen et du Conseil du 23 octobre 2007.

27


de l’emploi à des milliers de personnes. Ces enjeux financiers favorisent aussi la corruption.

Les principaux acteurs de l’eau à Mayotte Il faut savoir que le Préfet de Mayotte se charge de coordonner toutes les actions des services d’État qui interviennent dans la gestion de l’eau. Les principaux acteurs de l’eau pluviale sont : LA DEAL MAYOTTE La Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement9 vérifie la cohérence des mises en œuvre pour chaque bassin et aide en cela les actions du préfet de bassin. Au niveau départemental, les Directions Départementales des Territoires (et de la Mer) 10 mettent en œuvre la gestion de l’eau notamment en veillant aux aspects réglementaires et techniques. LE COMITÉ DE BASSIN DE MAYOTTE Créé en 2007, le comité de bassin de Mayotte a un statut et un fonctionnement qui ont été définis par le Code de l’Environnement11. Un ensemble de 22 acteurs publics et privés agissent sur tout ce qui concerne l’eau, que cela touche les usagers, les élus, ou l’État. Cette assemblée a pour objectif de penser et de redéfinir les principaux axes de la gestion des ressources en eau et la préservation des milieux naturels aquatiques sur l’île. Elle a un rôle très important dans la mise en place de la Directive-cadre sur l’Eau12 et se charge en outre du SDAGE et du Programme de Mesures ainsi que des consultations du public et des partenaires. LE BRGM Cette structure de recherche ainsi que d’autres, privées ou publiques13 ont un rôle essentiel dans les secteurs de l’environnement et de l’eau. C’est depuis le BRGM local que sont menées à Mayotte la plupart des recherches avec des outils innovants.

Les outils de planification du territoire LE SAR ET LE SMVM (EX PADD) L’assemblée départementale s’est engagée à réaliser un Schéma d’Aménagement Régional de Mayotte14 en révisant et en transformant l’actuel PADD en un SAR. Ses objectifs sont les suivants : Planification : Il s’agit de fixer les grandes orientations à moyen terme pour ce qui concerne le développement durable, la protection de l’environnement et la valorisation du patrimoine. Il doit aussi décider de l’implantation des infrastructures, de la gestion des transports, surveiller les activités agricoles, forestières, touristiques, industrielles et artisanales. Planification spécifique au littoral : là encore il détermine les principales orientations pour l’aménagement, la préservation et l’exploitation du littoral. Le Schéma de Mise en Valeur de la Mer est un document, il sert à désigner quelles vocations ont les différents sites et quelles sont les compatibilités avec les usages maritimes. Ce document doit être compatible avec ceux déjà existants comme le PLU, le SDAGE ou le PADD et bien entendu il doit aussi être conforme au code de l’urbanisme. LE DOCUP Il s’agit d’un élément qui est essentiel au Document Unique de Pro

28

grammation du 10ème FED pour Mayotte15. Celui-ci a été validé par le Conseil avant de l’être par Bruxelles, en 2012 et d’être ensuite signé par le Président du Conseil Général et le Chef de la Délégation de l’Union européenne à Maurice. Pour contrer les effets du ruissellement des pluies, il fallait en effet avoir certains objectifs, tels que : • Lutter contre l’érosion, grâce à l’entretien des zones forestières et au reboisement. • Maîtriser les eaux fluviales par des moyens compatibles avec les choix de développement et la capacité d’absorption des lagons, des rivières et des sous-sols • Favoriser les comportements les économies d’eau grâce à une communication s’adressant aux populations Ces actions devraient aider à préserver les eaux du lagon, à réaliser des aménagements au niveau de la voirie, à améliorer les conditions sanitaires pour les habitants. Elles devraient aussi, de façon plus indirecte, favoriser le développement des activités liées à l’aquaculture marine ou au tourisme.

Les schémas

Il y en a plusieurs : • Celui qui indique l’évolution des disponibilités en eau potable dans les prochaines années • Le schéma directeur d’alimentation en eau potable • Le Schéma d’hydraulique agricole • Schéma Régional de Développement de l’Aquaculture de Mayotte. Certains de ces schémas sont nationaux, mais ils s’appliquent aussi à Mayotte. Ils font partie du Réseau national des données sur l’eau16 qui a été créé en 1992 afin de faciliter le partage des données. Il y a aussi la directive « Cadre sur l’eau » de l’année 2000, elle fixe des objectifs sur l’état des eaux et sur la façon de procéder. Des programmes de surveillance et des analyses permettent d’évaluer les programmes de mesures afin d’atteindre les objectifs fixés. D’autres analyses sur les nitrates, les eaux urbaines, l’eau potable ou sur l’habitat sont réalisées par cette directive.

Focus sur le sadge

17

Depuis 1992, la loi sur l’eau redonne une dimension locale à la gestion de l’eau grâce aux SDAGE et SAGE. Bien que cela ressemble à une décentralisation de la gestion de l’eau, en réalité cela marque un retour de l’État et de sa volonté de planifier ce domaine. En effet, devant les besoins grandissants en eau, il devient nécessaire de la gérer au plus près et d’inciter les collectivités locales à financer des projets allant en ce sens. À l’origine, seules des structures comme les SAGE étaient prévues, qui étaient en contact direct avec l’administration au niveau national. Puis il y a eu des oppositions venant des agences, lesquelles protestaient sur le fait qu’elles ne contrôlaient plus le domaine de l’eau. Ces protestations ont donné lieu à un compromis qui fut à l’origine de la création du SDAGE, qui agit sur le même territoire que celui des agences, et qui sert à organiser et à rendre cohérentes entre elles les différentes politiques de l’eau. Le SDAGE est un document de planification décentralisée. Il donne pour les six prochaines années les principales orientations avec pour objectifs la gestion durable des ressources en eau, leur qualité

9. DREA 10. DDT (M) 11. Décret n° 2005 - 24 du 11 janvier 2005 12. DC PDM E 13. D’autres établissements publics comme : IFREMER, CE MAGREF, INRA, CNRS, CIRAD, IRD, etc. 14. SAR 15. DOCUP 16. RNDE 17. SDAGE : Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux


et leur quantité. Des exigences d’outils, de méthode et d’objectifs y sont intégrées. Cependant l’action du SDAGE s’étend au-delà du domaine qui lui est initialement réservé, elle prend notamment en compte la sécurité alimentaire de l’eau potable, les risques d’inondation, et s’occupe d’autres mesures de prévention. ARTICULATION ENTRE SDAGE ET PGRI18 Les SDAGE et les PGRI sont des documents de gestion à l’échelle du district hydrographique. Ils ont un périmètre et un calendrier communs. Le SDAGE assure une bonne gestion des ressources en eau et le PGRI s’occupe de la prévention des inondations conjointement avec le PGRI. Aujourd’hui, Mayotte voit enfin une réelle politique de gestion se mettre en place. Pourtant la réalité et les témoignages de rue nous indiquent que de nombreux problèmes persistent, voire émergent.

Source : SDAGE de Mayotte.

Nous voyons grâce à cette étude que des choses sont déjà en place à Mayotte et que l’eau pluviale est une préoccupation pour les élus. Cependant, ces outils de planification du territoire ne sont pas toujours correctement appliqués sur le territoire, nous en verrons la cause plus tard dans ce mémoire.

18. PGRI : Plan de gestion des risques d’inondation

ÉVOLUTION INSTITUTIONNELLE ET STATUTAIRE DE MAYOTTE, de la colonie au département. source rapport IEDOM

11 décembre 1958 — Référendum sur la Constitution de 1958 : les élus mahorais favorables au statut de DOM pour Mayotte.
Les quatre élus mahorais de l’Assemblée territoriale des Comores déposent une motion réclamant la départementalisation, telle que proposée par le Général de Gaulle aux populations d’outre-mer. Cette motion sera rejetée par l’Assemblée nationale. 22 décembre 1974 — Référendum d’autodétermination sur l’indépendance des Comores : Mayotte vote à 65 % contre l’indépendance
Les trois autres îles de l’archipel obtiennent leur indépendance en 1975. 1976 — Mayotte devient une collectivité territoriale • Le 8 février 1976, 99,4 % des électeurs mahorais votent pour le maintien de Mayotte au sein de la République française ; • Le 11 avril 1976, la population de Mayotte rejette le statut de territoire d’outre-mer par 97,5 % des suffrages exprimés, tandis que 79,6 % des votants déposent dans l’urne un bulletin « sauvage », donc nul, exprimant le souhait de voir Mayotte dotée du statut de département d’outre-mer ; 
 • La loi du 24 décembre 1976 relative à l’organisation de Mayotte crée une collectivité territoriale au statut sui generis provisoire. 
 19 octobre 1986 — Le Premier Ministre, Jacques Chirac, de passage à Mayotte, préconise le développement de l’île comme préalable à sa départementalisation. 1987-2000 - Signature d’une série de conventions de développement et de contrats de plan Etat - Mayotte afin de permettre le rattrapage économique et social de l’île, ainsi que la mise en cohérence des sources multiples du droit applicable à Mayotte. 
 27 janvier 2000 — Accord sur l’avenir de Mayotte. 
Cet accord, approuvé à 72,9 % des électeurs mahorais le 2 juillet 2000, engage un mouvement de réformes législatives et d’extension du droit commun. 
 11 juillet 2001 — L’île est dotée du statut de Collectivité départementale. 
La loi du 11 juillet 2001 dote l’île d’un statut de Collectivité départementale. Il s’agit d’un statut provisoire destiné à préparer Mayotte vers le droit commun départemental et permettre le transfert de compétences de l’État vers les Collectivités locales (Conseil général et communes). 
 28 mars 2003 — La loi constitutionnelle inscrit Mayotte dans la Constitution. 
Elle devient une Collectivité d’outre-mer régie par l’article 74 de la Constitution. 
 Le 21 février 2007 — La loi organique qui prépare le changement de statut en DROM : 
 • L’identité législative est mise en place à compter du 1er janvier 2008 (sauf pour 6 secteurs) ; 
 • Elle permet au Conseil général d’adopter une résolution dès 2008 sur la modification du statut de 
Mayotte et son accession au régime de Département et région d’outre-mer ; 
 • La loi aligne les compétences de la Collectivité départementale sur celles des DROM ; l’Etat conserve cependant la compétence exclusive en matière de construction et d’entretien des collèges et lycées, 
de routes nationales et de lutte contre les maladies vectorielles ; 
 • L’échéance de l’identité fiscale est repoussée au 1er janvier 2014. 
 Le 1er janvier 2008 — Mayotte intègre le régime de l’identité législative.
À partir de cette date, les textes législatifs et réglementaires s’appliquent de plein droit. Six domaines demeurent cependant régis par le principe de spécialité législative : la fiscalité, le droit social, le droit du travail, le droit foncier et les conditions d’entrée et de séjour des étrangers. À partir de cette date, l’activité des cadis dans le domaine des biens immobiliers disparaît avec l’obligation de faire appel désormais au notaire. Le 18 avril 2008 — Adoption de la résolution sur la modification du statut de Mayotte par le Conseil général.
En séance plénière, le Conseil général adopte, à l’unanimité, une résolution permettant de demander au gouvernement l’organisation d’une consultation sur l’accession de Mayotte au statut de DROM. Le 29 mars 2009 — Consultation des Mahorais sur le changement de statut. À la question suivante : « Approuvez-vous la transformation de Mayotte en une collectivité unique appelée département, régie par l’article 73 de la Constitution, exerçant les compétences dévolues aux départements et aux régions d’outre-mer ? », les Mahorais répondent oui à 95,2 %. 3 août 2009 — Loi organique relative à la départementalisation de Mayotte. À compter de la première réunion suivant le renouvellement de son assemblée délibérante en 2011, la Collectivité départementale de Mayotte sera érigée en une collectivité régie par l’article 73 de la Constitution, qui prendra le nom de « Département de Mayotte » et exercera les compétences dévolues aux départements et régions d’outre-mer. 7 décembre 2010 — Lois organique et ordinaire organisant le Département de Mayotte. Le code général des collectivités territoriales est modifié afin d’inscrire explicitement Mayotte dans la législation française. Des dispositions particulières sont également insérées. Enfin, l’article 30 de la loi ordinaire autorise le Gouvernement, dans un délai de 18 mois à compter du 7 décembre 2010, à modifier par ordonnance les règles législatives applicables à Mayotte afin de les rapprocher de celles applicables en métropole ou dans les autres collectivités régies par l’article 73 de la Constitution.

29


3. LE CAS DE KAWÉNI, UNE RÉALITÉ DE TERRAIN NUANCÉ. UNE ADAPTATION DE L’HABITAT AUX FORTES CONTRAINTES GÉOGRAPHIQUES QUI SE TRADUIT DANS LE PAYSAGE.

Cette dernière partie du chapitre 1 vient recentrer notre problématique sur le cas particulier du village de Kawéni au nord-est de Mayotte, qui fait partie de la commune de Mamoudzou.

L’Evolution historique de KawEni Pour saisir au mieux les enjeux de Kawéni, il est important de faire une première étude qui nous permettra de connaître son origine, son histoire et ses évolutions tant urbaines que paysagères. Kawéni qui tient son nom de sa rivière est un cirque qui vient de la caldeira volcanique du mont Mtsapéré. Attachons-nous à identifier les différentes unités de Kawéni, avant de faire un bref historique de son évolution urbaine et paysagère.

MTSAMBORO BANDRABOUA

ACOUA

KOUNGOU MAJIKAVO KOROPA

GRANDE TERRE

M’TSANGAMOUJI

KAWENI MAMOUDZOU DZAOUDZI

PETITE TERRE LABATTOIR

COMBANI

TSINGONI

KAWÉNI VILLAGE Cette zone n’occupe qu’une partie restreinte de Kawéni, elle se décompose en deux unités : une partie basse et une partie haute. La partie basse est essentiellement composée d’habitations en dur, très denses, au détriment des espaces publics qui voient leur taille réduire peu à peu. Nous observons que le village est dépourvu de réelle centralité. Il est toutefois composé de différents quartiers, bien distincts socialement les uns des autres, chacun disposant d’une microcentralité clairement identifiable. Dans sa partie haute, l’habitat spontané se développe sur les pentes, en extension de la partie basse, en formant tout de même une certaine unité. Ces cases en tôle localisées sur les terrains les plus dangereux (fortes pentes ou proximité d’un lit de rivière ou de ravines), sont plus vulnérables face aux différents aléas (inondations et glissements de terrain). L’expansion de cette forme d’habitat est telle que des zones qui auparavant étaient des grands espaces végétalisés et servaient de coupure d’urbanisation disparaissent.

PAMANDZI

SADA

LA MANGROVE

CA MAMOUDZOU DEMBENI

CHICONI

DEMBENI OUANGANI

BOUENI

BANDRELE

Carte de Mayotte avec la route nationale et les principales villes. Source : auteur.

Cette carte de situation permet de remettre Kawéni dans son contexte, celui de la commune de Mamoudzou qui forme une grande conurbation de village. Mamoudzou est la plus grande ville du département de Mayotte dont elle concentre l’ensemble des structures administratives, politiques, commerciales et artisanales centrales. La composition urbaine de Kawéni présente des secteurs sans lien entre eux, quasiment monofonctionnels. Attardons-nous sur ces différentes zones. 30

Perspective montrant les différentes unités qui composent Kawéni. Source : agence mahoraise.


Carte de situation, on voit bien l’implantation de l’habitat précaire. Source : agence mahoraise.

CANANGA L’emplacement de cette ancienne usine sucrière est une enclave importante à proximité du village. Cette zone est d’une superficie très importante et aujourd’hui encore elle regroupe bureaux, hangars et logements. Cependant sa situation ne facilite pas la liaison entre Kawéni village et la zone scolaire.

LES PENTES HABITÉES DU CRATÈRE

LA ZONE SCOLAIRE Cette partie de Kawéni s’est développée sans trame urbaine, par opportunité foncière. La raison de cela est la forte augmentation de la demande (on voit certains effectifs qui ont doublé en 5 ans). De cette opportunité découle un certain nombre de dysfonctionnements et un manque de sécurité globale.

LA ZONE D’ACTIVITÉ
 La zone d’activité de Kawéni représente la plus grande ZI mixte de l’ile. Sa superficie actuelle fait plus de la moitié de la plaine, elle regroupe toutes sortes d’activités (BTP, parc automobile). Cependant, on voit peu à peu apparaître un phénomène de tertiarisation, notamment dans la zone en face de Kawéni village, des commerces de petite échelle et des bureaux ont ouvert leurs portes récemment. Il faut noter qu’une bonne partie de la zone est aujourd’hui sujette aux aléas naturels de submersion marine (notamment dus aux cyclones) ce qui pourrait amener des changements dans les prochaines années. Cette ZI est génératrice de pollution pour la mangrove qu’elle borde.

31


La grande époque de l’économie sucrière 1848 :

Quatre ans après la cession de Mayotte et moins de deux ans après la prise de possession effective de l’île, des armateurs nantais ont fondé la Société des Comores et très vite obtenu pour concession l’immense domaine de Kawéni (1 600 hectares). En 1848, la première pierre de l’usine sucrière de Kawéni est posée. Le développe ment rapide du domaine fixa une population de travailleurs immigrés d’origine africaine. Le développement du village s’est alors fait autour de l’usine « Cananga » dont la création est historiquement indissociable de la production sucrière. Les trois cyclones de 1898, les variations des cours du sucre et l’intérêt de la métropole pour Madagascar auront raison de cette relative prospérité, l’usine cessera son activité en 1901.

1913 :

La culture d’Ylang-Ylang

Après une succession d’évènements, c’est en 1913, après le rattachement des Comores à l’administration de Madagascar, que des financiers métropolitains créent la Société des plantations de Kawéni. Cette société cultivera essentiellement l’Ylang-Ylang, mais s’essayera aussi sur de nouvelles spéculations agricoles : cacao, café, girofle, poivre, vétiver, basilic et lemon-grass. En 1970, le domaine de Kawéni se détache des plantations malgaches et adoptera une nouvelle raison sociale : La Société des Produits à Parfums de Mayotte. À partir de cette époque on commence à voir se dessiner un village, tout proche de Cananga.

Kawéni, un quartier un mouvement. Source : agence mahoraise.

32

Basculement de l’économie agricole vers la zone d’activités 1986 :

En 1986, l’entreprise de parfum change d’activité, elle vend ses terrains agricoles pour se lancer dans la vente de matériaux, de quincaillerie, de biens d’équipements et de mobilier. Le basculement économique transforme alors le paysage en laissant de côté la culture d’Ylang-Ylang au profit de l’installation d’une grande zone artisanale. Cette zone, qualifiée de « poumon économique de l’île », s’est installée sur la zone plane de Kawéni, entre la route (RN1) et la mangrove. En même temps qu’apparaissent de nouvelles entreprises, le village de Kawéni s’agrandit et s’étale vers l’est ainsi que sur les hauteurs des pentes au sud. À l’ouest de la route, les cultures d’ylang-ylang ont laissé place à l’implantation des premières écoles et aux parcelles de cultures maraîchères familiales.

Kawéni, un quartier un mouvement. Source : agence mahoraise.


Renforcement et élargissement de la zone d’activités
 2000 :

Dans les années 2000, la plus grande zone d’activités de Mayotte s’agrandit et gagne les derniers terrains de culture d’ylang-ylang. De la même façon, Kawéni Village s’agrandit et s’étale vers les hauteurs, avec des constructions légères en majeure partie fabriquées en tôle, suivant une urbanisation spontanée. La RN1, qui coupe Kawéni en deux, devient l’un des axes les plus empruntés et congestionnés de l’île.

2017 :

un quartier à (re) penser

L’ensemble de Kawéni s’organise autour de la RN1 qui forme une artère centrale distribuant les différents secteurs de la zone. À l’ouest de cette route, on retrouve un territoire qui mêle habitat et équipements. Le site le plus anciennement urbanisé (à proximité de l’ancienne usine sucrière), Kawéni village. Peu à peu cette zone a vu son périmètre se déployer sur les pentes avec de l’habitat informel grignotant ainsi peu à peu les espaces naturels. Un peu plus au nord, s’est développée une zone scolaire de grande envergure regroupant maternelles, écoles, collèges et lycées professionnels, soit un peu plus de 8 000 élèves. À l’est de la RN1, on retrouve la grande zone d’activité de Kawéni et celle de Nel. Le village se termine au nord avec le secteur des Hauts-Vallons, un important lotissement privé composé essentiellement d’immeubles collectifs et de maisons individuelles à cheval sur la commune de Koungou et le secteur de Hamaha.

Kawéni, un quartier un mouvement. Source : agence mahoraise. Kawéni, un quartier un mouvement. Source : agence mahoraise.

À l’étude de ces différents quartiers, nous comprenons que le développement de Kawéni s’est fait de façon peu réfléchie et non programmée, au gré de différentes opportunités foncières. Aujourd’hui on en voit les limites : manque de mobilité entre les quartiers, zone soumise à de forts risques d’aléas, manque de sécurité globale, grands problèmes d’insalubrité et bien d’autres encore. 33


Le contexte socio-economique actuel Selon les recensements Insee de 2007 et de 2012, on constate que le village de Kawéni concentre à lui seul environ 25 % de la population communale : cela représente la croissance la plus importante si l’on compare aux autres villages de Mamoudzou, dont la croissance a augmenté de 15 % entre 2007 et 2012. Les migrants sans papiers représentent une part importante des habitants, nous avons vu plus haut que ces personnes étaient difficiles à recenser et n’apparaissent pas dans les résultats de l’Insee, pourtant la connaissance du village fait apparaître clairement que cette population est devenue une composante importante de Kaweni. Si de plus l’on prend en compte l’apparition de nouveaux quartiers, on comprend aisément que les chiffres officiels sont bien en deçà de la situation réelle. L’insalubrité est un autre problème majeur de Kawéni. Accentuée par une gestion défaillante de l’espace public, elle s’est généralisée. Les points de collecte sont insuffisants et le ramassage des ordures irrégulier, favorisant l’apparition de décharges sauvages qui inquiètent les habitants. Le ramassage est surtout empêché par l’étroitesse des rues de Kaweni, qui gêne, voire interdit parfois le passage des camions. Ce problème d’accès s’accentue lorsqu’il s’agit d’accéder aux habitations situées sur les hauteurs : pas de voiries, certains habitants doivent même descendre leurs poubelles en passant par des pentes abruptes, les bacs prévus à cet effet y sont régulièrement saturés. Pour ces raisons, de nombreuses personnes en arrivent à déposer leurs déchets dans des décharges improvisées à proximité de leurs habitations, déchets qui seront ensuite brulés faute de ramassage avec toutes les conséquences que cela implique en termes de pollution. On voit aussi un certain nombre d’habitants jeter leurs déchets directement dans les ravines, lieux de prédilection des enfants qui adorent jouer dedans. Un autre problème majeur qui se pose est celui des eaux usées. Les caniveaux sont mal entretenus, les boues s’accumulent, les déchets entraînés par les pluies empêchent le bon écoulement des eaux qui stagnent et inondent les maisons. Comme pour la question des déchets, les habitats spontanés situés sur les hauteurs sont bien sûr les plus touchés, car ils ne bénéficient d’aucun réseau de caniveaux. Les pluies font ruisseler l’eau au sol qui se pollue au contact des décharges avant d’aller créer des inondations un peu plus bas. En plus des pollutions et nuisances dues aux fortes pluies, les habitants de Kawéni ont de grosses difficultés pour accéder à l’eau potable. Là encore, les habitats spontanés sont les plus défavorisés, car installés sur des terrains qui ne sont pas viabilisés (zones inconstructibles ou non aménagées). Si les chiffres des statistiques indiquent que 56 % des foyers de Kawéni ont accès à l’eau potable, cela ne veut pas dire que les autres ne l’ont pas : pour exemple, l’ARS et le SIEAM ont mis en place des bornes-fontaines monétiques. L’Insee voit ses statistiques en partie faussées, car elle s’enferme dans une logique de réseau individuel par foyer, sans prendre en compte l’accès aux points d’eau collectifs. Cependant, on ne peut que constater que l’accès à l’eau potable est une préoccupation majeure des habitants qui demandent que l’on développe le

34

19. Habitant du quartier Bandrajou 20. Habitant du quartier Lazrevouni 21. Habitant de Manga-Télé

programme de création de bornes-fontaines. Bien qu’il apparaisse peu dans les rapports de l’Insee, un autre problème préoccupant est celui de l’accès au réseau électrique, notamment pour les personnes qui vivent dans les habitats spontanés. Beaucoup s’en plaignent :

« La vie est dure pour ceux qui sont en haut qui n’ont ni eau, ni d’électricité. Ils sont obligés de descendre pour chercher de l’eau. » 21 Ces oublis et défaillances des pouvoirs publics ont provoqué une certaine méfiance de la part des populations qui ont du mal à leur faire confiance. Cette défiance se remarque lors de conversations avec les habitants que nous avons eues afin d’établir un diagnostic empirique, le diagnostic du marcheur qui sillonne l’île.

« Les enfants jouent dans les rivières, au milieu des déchets, nous sommes désespérés. » 19 « Les Caniveaux sont débordés. À chaque fois qu’il pleut, on a vraiment un problème pour emmener les enfants à l’école. » 20 Témoignages d’habitants.

Aujourd’hui Kawéni soufre, on peut le lire partout. La population est à bout de souffle et cela se traduit par : UN TAUX DE CHÔMAGE ÉLEVÉ Le taux de chômage, qui n’est pas défini de façon précise par le dernier recensement, se constate de façon empirique. Mamoudzou est en seconde place du taux de chômage le plus élevé. Entre deux recensements (2002 et 2007), le nombre de chômeurs aurait augmenté de 6 %. Que ces chiffres soient tout à fait pertinents ou pas, on constate sur le terrain l’augmentation endémique de la précarité économique. UNE PRESSION POLICIÈRE Kawéni est investie à plus de 60 % par des étrangers. Beaucoup de ces gens sont en situation irrégulière et sous la menace d’une expulsion en cas de contrôle de police. Cette menace influence les relations qu’ils entretiennent avec les acteurs des services publics et des associations qu’ils soupçonnent d’aider les forces de l’ordre : par peur d’être expulsés, ils évitent de fréquenter des personnes extérieures à leur quartier et limitent au maximum leurs déplacements. UN SENTIMENT D’ABANDON ET D’EXCLUSION DU DROIT COMMUN Les habitants de Kawéni se disent las des promesses électorales non tenues et ne font plus confiance aux dirigeants. « Quand les candidats veulent être élus, ils viennent nous vendre leurs projets, on leur réclame l’eau et l’électricité, mais après les élections ils nous oublient » Les problèmes non résolus que nous avons évoqués plus haut confortent leur méfiance : quel crédit pourrait-on accorder aux élus alors qu’aucune mesure efficace n’a été prise jusqu’ici ? Les sans-papiers dénoncent une absence d’accompagnement, ils affirment qu’ils n’ont pas connaissance de leurs droits, qu’ils ont de réelles difficultés à effectuer des démarches administratives à cause de leur statut d’irréguliers en plus des problèmes dus à


leur difficulté de s’exprimer en français. Malgré les interventions ponctuelles de la Croix-Rouge et celles de TAMA qui concernent les mineurs, les sans-papiers s’isolent et n’entrent pas en contact avec les associations. UNE MÉFIANCE DE LA POPULATION ENVERS LES FUTURS PROJETS URBAINS Concernant l’espace public, un NPRU est en élaboration ainsi que des microprojets d’aménagement. La population est au courant du fait que certains travaux importants vont commencer dans les années qui viennent, ce qui engendre de l’inquiétude sur ce que vont devenir leurs habitations. Certains travaux en cours pour le NPRU relatent des discours d’habitants, un des témoignages nous informe que : « Les gens n’osent pas parler, car ils pensent que

vous voulez démolir leurs maisons et les expulser. » On comprend que c’est bien la question du relogement qui se cache derrière cette crainte de voir les habitations démolies. Au-delà de l’habitation privée, il y a l’espace public que la population de Kaweni investit fortement. Les gens participent de façon informelle à sa construction et donnent d’eux-mêmes pour préserver ces endroits sources de rencontre et de rassemblement auxquels ils sont très attachés. Cet investissement va de pair avec le souhait d’être consultés lors de nouveaux projets de travaux, afin de pouvoir, dans le meilleur des cas, travailler en concertation avec les pouvoirs publics. UN MANQUE D’INFRASTRUCTURE POUR DÉVELOPPER LES PROJETS Si les jeunes de Kaweni ne manquent ni d’entrain ni d’esprit volontaire, ils manquent cependant de locaux qui seraient à leur disposition pour pratiquer leurs activités sportives, culturelles ou de loisirs. Lorsqu’ils évoquent ce problème, ils donnent souvent l’exemple d’un ancien poste de police municipale dont la rénovation n’était toujours pas terminée au bout de quatre ans de travaux. Si c’est précisément cet exemple qui est cité, c’est qu’il a fait l’objet de railleries devant cette incapacité des pouvoirs publics à mener à bien un tel projet, ce qui, selon eux, représente une preuve d’incompétence. Ces jeunes attendent cependant avec espoir et impatience l’ouverture d’une Maison de la Jeunesse et de la Culture et sont attentifs (avec les associations) à la façon dont elle sera gérée. Ils espèrent être consultés et invités à participer à sa construction. Dans tout ce chaos, on constate que le secteur associatif fonctionne très bien et qu’il est dynamique. Un collectif de sept associations a été mis en place afin de valoriser le village. L’objectif, en dehors de rassembler sous une identité Kawenienne commune c’est de montrer que ce village est capable du meilleur et de le déstigmatiser. À cet effet, des actions qui s’adressent au grand public et aux jeunes sont menées sous le thème « Marche pour l’unité ». Ces actions tentent de mettre en valeur ce qu’il y a de positif et de dynamique à Kaweni, contrairement à la mauvaise image véhiculée par les habitants de Mamoudzou. Le tissu associatif réunit de nombreux volontaires plutôt jeunes, motivés et toujours partants pour s’investir dans le développement du village. Les habitants de Kawéni sont très attachés à leur quartier, le sentiment identitaire y est fort, l’appartenance territoriale développée. On tente de changer l’image du quartier, grâce par exemple au projet audiovisuel « Kawéni Hima » qui fait participer les jeunes. L’objectif est de montrer à la fois les bons et les mauvais côtés de Kawéni, afin qu’il s’ouvre aux autres territoires.

Enfant de Kawéni. Source : google image, auteur inconnue.

35


KawEni, un territoire exposEé aux risques L’urbanisation de Kawéni expose l’ensemble de son territoire aux risques naturels. Le village s’étend sur les pentes parfois très abruptes du cratère (voir figure ci-contre), comme nous l’avons déjà mentionné. Celui-ci est traversé par des ravines qui descendent des collines avant de se jeter dans la mangrove qui borde les zones d’activité. Ces ravines sont en quelque sorte les barrières physiques du quartier. Par ses pentes raides, ses ravines, son littoral, Kawéni risque les chutes de blocs rocheux, les glissements de terrain, les inondations par crue des rivières ou submersion marine dues aux cyclones. Les plus exposés sont les habitats qui se sont étendus le long des pentes, sans que cela ait été planifié. Il nous semble qu’à travers ces comportements, on peut lire une absence d’une culture du risque chez ces habitants.

La forte prise de risques des habitants. De très nombreuses habitations sont construites à côté des ravines. Cette proximité ravines/population a fait apparaître de nombreux enjeux pour les collectivités dans de multiples domaines : organisation, prévision, gestion de l’eau, assainissement, économie, loisirs, etc. Parmi ces enjeux, la question du risque d’inondation est primordiale. C’est pourtant la croissance socioéconomique importante qui va conditionner la construction de cases plutôt que la crainte de dégâts dus aux cyclones. De mise en place rapide et peu onéreuse, les tôles sont aussi courantes sur les toits que pour la construction d’ensemble des habitations. Elles sont majoritaires dans certains quartiers informels de Mayotte, d’autant plus souvent qu’elles sont :

« Directement liés aux arrivées de clandestins des îles avoisinantes, les hauteurs de Kaweni n’ont de cesse de fabriquer de la précarité qu’un aléa météorologique aurait vite fait de transformer en catastrophe humanitaire. Et ce en dépit des infrastructures sanitaires minimales possédées par le département français naissant ».

Médecins Sans Frontières s’est installé depuis 2009 à Kaweni, c’est dire la vulnérabilité et l’insalubrité dont souffre l’île (Lattard, 2009). Aussi, sauf inversion radicale des flux migratoires, il est impossible que les bidonvilles se résorbent. Il est à craindre au contraire que la situation empire et se pérennise et fasse accepter comme étant la norme des habitations risquées, même avec quelques améliorations éventuelles. En attendant, envisager de construire en dur n’est pas une solution, car ni le site ni la population ne s’y prêtent, sans compter que l’usage intensif de parpaings peut avoir des conséquences imprévisibles. Pourtant le progrès est aussi attendu qu’engagé à Mayotte, on en espère un surplus de confort et une mise au clair de la trame des villages. La prise de risque des Mahorais s’illustre selon un autre processus. En effet, c’est la croissance économique, même modeste, qui a le plus d’impact sur Mayotte. Le choix des emplacements d’établissements industriels fait qu’ils sont aujourd’hui menacés par les répercussions du changement climatique. Pour exemple, la zone 36

22. Feliksa le 15 février 1985 (Audru J-C. et al., 2004)

industrielle de Kawéni, comme nous l’avons vu, a été construite sur une plaine à proximité immédiate d’une mangrove. Elle risque l’inondation et par voie de conséquence risque d’occasionner de lourdes pollutions si cela se produisait. Ce type catastrophe pourrait se produire lors d’un évènement cyclonique : forte marée avec ruissellements venant du bassin versant est un scénario d’autant plus envisageable que cela s’est déjà produit avec la dépression tropicale Feliksa et 1985, qui inonda plusieurs entreprises sous plus d’un mètre d’eau et de boue. 22 Il ne s’agit pas de dramatiser, cela s’est passé il y a un peu plus de trente ans. Mais depuis l’urbanisation a progressé, les industries se sont implantées vers le nord, en redescendant vers l’aval, accroissant ainsi les risques, eux-mêmes accentués par l’imperméabilisation du sol due au bétonnage. Figure : coupes schématiques des pentes à Kawéni. Source : auteurs.

1

2

3

4

5


5 4

3

2

1

Figure : carte de localisation des traits de coupe. Source : auteurs.

CONCLUSION Cette première partie a proposé une approche historique, sociale et paysagère de Mayotte et plus précisément de Kawéni. En étudiant en parallèle la notion « habiter un milieu soumis au risque cyclonique », nous constatons que si l’habitat représentait autrefois une forme d’adaptation vernaculaire des contraintes territoriales liées au risque cyclonique, aujourd’hui il n’en est plus rien. En effet, force est de constater que la manière d’habiter aujourd’hui ne répond plus qu’à un besoin urgent de se loger de la population, que le paysage n’y trouve plus sa place, disparaissant au profit des bangas. Nous nous questionnons alors sur la façon dont cette population gère ses ressources en eau pluviale, quelle gestion adopte-t-elle face à l’eau risque ?

Lisa, 25 ans et 4 enfants, elle vient des Comores et est rentrait clandestinement sur le sol Mahorais avec ces enfants et ça maman. Source : http://hanslucas.com

37


38

II


Eau risque et eau ressource dans le quartier de Kawéni OBSERVATIONS

DES

MODES

SPONTANÉS

DE

GESTIONS.

Ainsi nous avons pu voir qu’outre les dimensions réglementaires, ces paysages sont soumis à des pressions exogènes qui ont des conséquences sur les risques et sur la vulnérabilité des populations. Après avoir abordé, lors du premier chapitre, le cadre théorique de ce sujet, le second chapitre présente dans une première partie le cadre méthodologique élaboré pour répondre à notre problématique, qui rappelons le cherche à répondre à : comment dans le contexte insulaire de Kawéni où se juxtaposent des modes d’habitats différents, ces derniers gèrent-ils le risque et la ressource en eau ? Et comment les dynamiques paysagères de ces paysages singuliers peuvent-elles devenir des leviers de gestion des risques liés aux eaux pluviales, en particulier lors de passages cycloniques ? L’étude que nous avons mise en place a pour objectif de produire des connaissances sur la perception des habitants face aux risques notamment liés aux cyclones, sur les pratiques qui apparaissent autour de la ressource en eau. Ce qui nous paraît pertinent à Kawéni c’est la diversité des modes d’habiter et donc la diversité des regards que nous allons rencontrer sur le terrain. Le second objectif, sous-jacent, est de collecter des connaissances qui sont susceptibles d’apporter des solutions face aux risques. Ce savoir est issu de l’expérience habitante qui se transmet de génération en génération et de culture en culture notamment dans le bidonville. Pour atteindre ces différents objectifs, des outils méthodologiques adaptés et complémentaires ont été proposés et développés, afin de tenter de produire des données exploitables. Une méthode qualitative a été privilégiée au regard des objectifs de l’étude, de même que les choix des cibles, ceci vous sera présenté dans une première partie. Puis nous proposerons, dans un second temps, une interprétation des résultats. Et enfin nous ferons un retour sur la méthodologie.

39


1. MÉTHODOLOGIE,

L’ACQUISITION ET L’INTERPRÉTATION DE CONNAISSANCES SUR LA GESTION DE L’EAU-RESSOURCE ET DE L’EAU-RISQUE DANS UN CONTEXTE INSULAIRE OU LE RISQUE CYCLONIQUE EST PRÉGNANT

La methodologie qualitative une approche fondee sur la parole de l’habitant Nous avons opté pour une démarche qui va au contact des acteurs et qui permet de construire une approche théorique à partir de ce contact. Nous allons faire de l’observation participante, de l’ethnologie, de la recherche-action, ou simplement mener des entretiens. Mais quoi qu’il en soit nous allons faire de la recherche qualitative. Dans cette approche qualitative, l’accent doit être mis sur les acteurs et non sur les variables. Ces acteurs sont étudiés dans un contexte ou en situation (Dumez, 2012). La question de l’échantillonnage est, dans cette démarche, très importante, car elle est déterminante pour la validité de la recherche. Lorraine Savoie-Zajc23 nous dit, dans une méthode pour construire un échantillonnage scientifique, « qu’une démarche scientifiquement valide en recherche qualitative/interprétative est celle qui étudie un objet à partir du point de vue de l’acteur, c’est celle qui considère l’objet d’étude dans sa complexité et qui tente de donner sens à un phénomène, en tenant compte du jeu des multiples interactions que la personne initie et auxquelles elle répond. Une démarche “scientifiquement valide” se veut être cohérente, non seulement au plan épistémologique, mais également aux plans théorique et technique. Les choix effectués sont justifiés, clairs, ils sont marqués par un esprit ouvert plutôt que partisan. Ils sont guidés non pas par un aveuglement méthodologique, mais par une intention de dégager une compréhension riche et originale de l’objet d’étude. » L’intérêt d’une recherche qualitative est qu’elle permet de s’approcher des interactions humaines et des phénomènes sociaux de la même manière que lorsqu’on analyse les phénomènes naturels. Cela permet de mieux comprendre la façon dont les acteurs fonctionnent dans un contexte défini. Le contexte, dans une démarche de compréhension, est essentiel et il est très important qu’il serve de fil conducteur à l’ensemble de l’analyse. Afin de déterminer cette unité d’analyse, certains auteurs préconisent de choisir un cas particulier. «A “case” is generally a bounded entity (a person, organization, behavioral condition, event, or other social phenomenon), but the boundary between the case and its contextual conditions–in both spatial and temporal dimensions–may be blurred [...] The case serves as the main unit of analysis in a case study. At the same time, case studies also can have nested units within the main unit “embedded cases”» (Yin, 2012, p. 7). Il suffirait donc de trouver et de choisir ce cas dans le réel pour son côté remarquable. Yin en donne quelques exemples : • The revival or renewal of a major organization, 
 • The creation and confirmed efficacy of a new medical procedure,
 • The discovery of a new way of reducing gang violence, 


40

• A critical political election, 
 • Some dramatic neighborhood change, or even 
 • The occurrence and aftermath of a natural disaster.24 
 Ces cas sont classés par distinction entre revelatory cases, exemplary cases, unique cases, extreme cases et typical cases. Il ne s’agit pas de se limiter à élaborer une théorie universelle de l’action. Il faut analyser l’action dans une situation. Il arrive parfois qu’une unité d’analyse se rapproche d’un cas dans le sens le plus courant du terme, mais il arrive aussi qu’elle ne renvoie pas à ces cas. Tout cas particulier et remarquable doit entrer en relation avec un problème scientifique. C’est ce que Popper appelle la « tension entre savoir et non-savoir » 25. Weber de son côté explique qu’un cas réel ne constitue en aucun cas une unité d’analyse : « Sans cesse se forment des problèmes culturels toujours nouveaux et autrement colorés qui ne cessent d’agiter les humains, de sorte que, reste flottante la sphère de tout ce qui, dans le flux inébranlablement infini du singulier, acquiert pour nous signification et importance et devient une “individualité historique” (Weber, 1965, p. 171-172).

Acquisition de l’information : l’entretien semi-directif L’entretien semi-directif est une technique de recueil d’information permettant de centrer le discours des enquêtés autour de thèmes définis sans balisage strict des réponses attendues. Il laisse ainsi la possibilité à l’interviewé d’orienter son propos tout en intégrant les différents thèmes dans son fil discursif. Ainsi les questions ne sont là que pour créer une trame et ne pas dériver du sujet principal. Il n’existe donc pas de “bonnes ou mauvaises réponses” à ces questions. Lorsqu’on cherche à capter des informations issues de l’expérience d‘un d’individu, de sa “biographie”, l’entretien semi-directif est la technique d’enquête la plus adaptée, car elle permet “d’établir un rapport suffisamment égalitaire entre l’enquêteur et l’enquêté pour que ce dernier ne se sente pas, comme dans un interrogatoire, contraint de donner des informations” 26. Les entretiens doivent être préparés au préalable par le biais d’une grille d’entretien. Cette grille présente les grandes thématiques que l’on souhaite aborder durant l’entretien, elle permet d’explorer les discours de différentes sources (habitants, élus, urbanistes…) à la lumière des enjeux liés à l’eau comme source de risque sous le prisme des façons d’habiter. Bien que différentes grilles aient été proposées, elles gardent toute une base commune composée de trois temps. Dans le premier temps de l’entretien, il s’agit de mettre en confiance la personne interviewée en lui posant des questions sur son lieu d’habitation, sa profession, etc. Ceci dans le but de connaître l’horizon social et le lieu de vie, car, nous le savons, à Kawéni cela à beaucoup de sens. Durant le second temps de l’entretien, nous recueillons les informations qui permettent d’évaluer le rapport à l’eau et au risque qu’entretient chaque personne, selon son lieu

23. Lorraine Savoie-Zajc, Ph.D., Comment peut-on construire un échantillonnage scientifiquement valide ?, Recherches qualitatives — hors série – numéro 5 — pp. 99-111. 24. Definition, these are likely to be remarkable events. (Yin, 2012, p. 7) 25. Popper, 1979; voir Dumez, 2010b 26. Singly (de), F., Blanchet, A., Gotman, A., 2007, L’enquête et ses méthodes : L’Entretien.


d’habitation. Il s’agit de s’imprégner du vécu de chacun afin de comprendre comment une même situation est appréhendée différemment. Nous souhaitons trouver des réponses ou des pistes sur les questions qui se rapportent aux différents vécus du risque et à sa qualification par les habitants. Le troisième et dernier temps de l’entretien s’articulera sur l’avenir, les éventuels changements, les envies des uns et des autres. En effet, cela peut paraître « inutile » aux yeux de certains de demander l’avis de certaines cibles, bien au contraire cela peut être très enrichissant, car ce sont eux qui sont au cœur du problème, je pense notamment aux habitants. Enfin, on demande la traduction de certains mots-clés de notre étude, afin de proposer un lexique commun et de comprendre la valeur de certains mots dans des cultures différentes. Afin d’avoir un panel assez riche et diversifié, nous avons divisé notre unité d’étude en trois sous parties et nous avons donc mis en place trois types d’entretiens : • Un questionnaire réalisé pour les habitants de tous les quartiers de Kawéni, diffusé sur un réseau social : le corpus comprend 8 réponses. • Un questionnaire conçu en partenariat avec une association locale et destiné aux habitants du bidonville : le corpus comprend 30 réponses. • Un entretien semi-directif pour les élus, les aménageurs, les scientifiques : le corpus comprend 2 entretiens.

Le questionnaire réalisé in situ Un questionnaire se construit autour d’une question de recherche principale déclinée en plusieurs questions ouvertes et/ou fermées, que l’on pose à un interlocuteur. Ces questions peuvent être avec ou sans choix multiples préétablis. Le questionnaire, correspondant à un format prédéfini d’enquête, a pour vocation de produire des informations que l’on peut pour partie ou entièrement traiter de manière statistique. Ce format est idéal pour comprendre rapidement des pratiques et il permet, grâce à son côté systématique, de construire une analyse comparative des données collectées. Toute l’efficacité du questionnaire repose sur la durée, il faut proposer un format relativement court afin de ne pas rebuter les habitants interpellés sur leur lieu de vie. Nous avons donc construit un questionnaire auquel on peut répondre en moins de 10 minutes, avec des questions assez courtes. Il a été élaboré de façon à construire l’échange à partir de l’origine de la personne pour aller ensuite vers des questions plus générales sur les pratiques et le rapport qu’ils entretiennent avec l’eau au quotidien. Il convient de mentionner ici que c’est grâce à une association que nous pouvons aujourd’hui exploiter ces données. En effet, une équipe de bénévole de l’association Wenka Culture est partie dans les ruelles du bidonville à la rencontre des habitants, questionnaire et appareil photo en mains. Ils sont allés à la rencontre de 30 habitants, ce qui nous permet d’avoir un éventail de réponses relativement qualitatif. Certains questionnaires sont associés à un corpus photographique, qui permet de conserver une mémoire visuelle des lieux au moment de l’entretien et de l’enquêté lorsqu’il acceptait d’être photographié. Ceci dans le but de compléter les données orales avec des observations. Le questionnaire « type » est à retrouver en annexe 1. PREMIER TEMPS : • Quel est votre sexe ? • Quel est votre âge ? • Quelle profession exercez-vous ? • Dans quel quartier habitez-vous ? • Décrivez votre habitation. • Avez-vous grandi à Kawéni ?

SECOND TEMPS : • Avez-vous accès à l’eau courante dans votre maison ? • Si non, comment faites-vous pour vous approvisionner ? • Avez-vous une ravine à proximité de votre habitation ? • Quel nom donnez-vous à cette ravine ? • Représente-t-elle un risque pour vous ? • En avez-vous peur ? • Que se passe-t-il lorsq’il pleut ? Chez vous ? Dans les rues ? Vous allez où ? • Que ressentez-vous quand il pleut ? • Avez-vous peur de la pluie ? Des cyclones ? • Mettez) vous des choses en place quand vous savez qu’un cyclone approche ? • Stockez-vous l’eau ? Comment ? Pourquoi ? • Comment utilisez-vous l’eau ? • Savez-vous vous protéger des risques ? Si oui, que faites-vous ? Comment l’avez-vous appris ? • Des associations viennent vous voir ? • Vous apprennet-elles comment vous protéger des risques ? • Vous avez construit votre habitation d’une façon particulière pour vous protéger des risques (eau, cyclone) ? TROISÈME TEMPS : • Demain, vous aimeriez changer quoi pour que l’eau ne soit plus un danger ? • Dans votre langue (Shimahorais, kibouchi ou autre, mais préciser la langue utilisée), comment dites-vous : Eau — Cyclone — Risque — Habitant — Habitation.

Le questionnaire diffusé sur un réseau social Puisque nous n’avons pu nous rendre sur le site d’étude, nous avons dû trouver des solutions afin que notre méthodologie soit applicable. Nous sommes donc entrés en contact avec plusieurs associations de quartier, cela a demandé énormément de temps de prospection et plusieurs mois d’attente avant d’avoir enfin un partenariat avec l’association Wenka Culture déjà citée plus haut. Cette association a pour objet de promouvoir la réussite, de protéger l’environnement et d’être un outil d’insertion sociale et économique. Leur devise est : Respect, Travail et Solidarité. Notre questionnaire établi et l’association trouvée, il ne restait plus qu’à établir les modalités de diffusion. L’objectif était double : rendre l’enquête accessible à un grand nombre d’habitants de Kawéni, tout en ayant un accès facile à la donnée une fois l’entretien rempli par l’habitant. Avec Wenka nous avons donc opté pour un questionnaire en ligne, diffusé sur leur page Facebook. Nous avons recueilli huit entretiens, ce qui est un bon taux de participation compte tenu de l’inégalité d’accès à internet dans le village. Le questionnaire « type » est à retrouver en annexe 2, ainsi que les interviews en annexe 3. PREMIER TEMPS : • Quel est votre sexe ? • Quel est votre âge ? • Quelle profession exercez-vous ? • Dans quel quartier habitez-vous ? • Dans quel type d’habitation logez-vous ? • Avez-vous grandi à Kawéni ? SECOND TEMPS : • Avez-vous accès à l’eau potable ? • Avez-vous une ravine à proximité de votre habitation ? • Quelle définition donneriez-vous au mot « risque » ? • Pensez-vous qu’il existe une culture du risque ? • Si oui, pouvez-vous me décrire cette culture du risque dans la communauté de Kawéni ? • Pouvez-vous me décrire ce qui se passe quand il pleut ? (près 41


de chez vous) • Pouvez-vous me décrire ce qui se passe quand il pleut ? (dans Kawéni) • Avez-vous des craintes face aux épisodes de fortes pluies ? Si oui, pourquoi ? Un souvenir à partager ? • Quelles solutions mettez-vous en place en cas de forte pluie ? • Quelles solutions la mairie met en place en cas de forte pluie ? • Comment stockez-vous l’eau pour faire face aux périodes sèches ? • Des associations viennent sur le terrain vous aider ? • Si oui, ces associations font quoi pour vous aider ? • Pensez-vous que des solutions mises en place par des habitants face à « l’eau risque » ou face à « l’eau ressource » répondent mieux aux problèmes ? Si oui, pouvez-vous décrire les solutions adoptées. • Pensez-vous que les réglementations métropolitaines sont adaptées à votre territoire ? Justifiez votre réponse.

TROISÈME TEMPS : • Quelles solutions vous aimeriez voir apparaître pour diminuer l’impact de la pluie ? • Si demain vous avez le pouvoir de changer les choses concernant l’eau de pluie à Kawéni, que feriez-vous ? Un aménagement en particulier ?

L’entretien semi-directif Ce dernier type d’entretien a pris la forme d’un questionnaire personnalisé en fonction de la profession de l’interviewé afin d’avoir l’information la plus précise possible. Ces entretiens ont été réalisés via une prise de contact par email ou par téléphone, à la suite de quoi nous avons envoyé la grille d’entretiens par email. C’est le groupe de personnes avec lequel nous avons eu le moins d’entretiens, car ils sont très peu disponibles. Les interviews en annexe 4 et 5.

2. RÉSULTATS ET INTERPRÉTATIONS : LA CONSTRUCTION D’UNE BASE DE DONNÉES

Avant d’aller plus loin et d’envisager le traitement de l’information, il convient, dans un souci de rigueur scientifique, d’élaborer une méthode de stockage et d’archivage de l’information. Afin de respecter le souhait de certains interviewés et une éthique de la recherche, l’anonymat est une règle obligatoire du codage. Ce codage doit donc être fait de manière rigoureuse afin de compiler les données dans des grilles qui permettront leur traitement.

La methodologie de codage et d’archivage de l’information Pour ces questionnaires, des codages ont été réalisés pour les entretiens et les photos. Des identifiants ont été attribués. L’objectif était d’identifier aisément la personne qui a donné l’information sans que son nom n’apparaisse. Ce sont donc ces identifiants qui différencient et permettent de recouper les entretiens des grilles de saisie afin d’en extraire les données. Ils assurent ainsi l’anonymat des personnes interrogées sans que cela ne nuise à la précision de l’enquête. Ces enquêtes ont été organisées en tenant compte de trois points : • Questionnaire de terrain • Questionnaire internet • Entretien sur rendez-vous

42

Chaque entretien ou questionnaire a donc été renommé afin que l’archivage se fasse simplement. La première modalité de codage concerne la différentiation entre les trois types de cibles. En effet, l’identifiant « questionnaire réalisé in situ » est composé de la manière suivante : jour (00)/mois (00)/Qin (questionnaire in situ)/N° d’ordre dans la journée. Alors que l’identifiant du « questionnaire diffusé sur un réseau social » suivra la même composition, mais le « Qin » deviendra ici « Qrs » (questionnaire réseau social). Enfin les modalités de construction de l’identifiant de l’entretien semi-directif sera : jour (00)/mois (00)/Esd (entretien semi-directif)/profession de l’interviewé. Par exemple : • Le 1er habitant questionné in situ le 8 novembre aura pour identifiant : 0811Qin1 • La 5e personne répondant au questionnaire diffusé sur un réseau

social le 13 novembre aura pour identifiant : 1311Qrs5 • L’urbaniste interviewé le 23 octobre aura pour identifiant : 2310EsdUrbaniste L’objectif est de bien repérer les différents documents qui composent le corpus et de retrouver facilement un questionnaire ou une interview dans la base de données.

La compilation des informations : naissance d’une base de donnees Il nous fallait un outil efficace pour compiler et organiser des données. Un mode de saisie, basé sur la dissociation des questionnaires et de la grille d’entretien a été mise en place. Le système a été pensé de façon à ce que l’on puisse à la fois croiser et recouper les informations et permettre de faire des analyses qualitatives et quantitatives si besoin était. Cela donne une base de données parfaitement exploitable.

La saisie des données « questionnaire » Une saisie spécifique, présentée ci-dessous, a été élaborée grâce à Google Drive pour la compilation des données issues des questionnaires. Ainsi les données quantifiables sont représentées par des graphiques et les réponses longues sont inscrites sous chaque question. De fait, on peut facilement parcourir les données afin d’aller chercher l’information qui nous importe à un moment de la recherche.


La grille de saisie des données « entretien » Pour les entretiens, afin de faciliter leur traitement, il faudrait créer des grilles qui regroupent les questions autour d’un « thème ». Ces thèmes seraient définis selon les grands thèmes qui se dégagent des entretiens, au vu des questionnaires et de la recherche globale, nous pensons que trois thèmes pourraient émerger : un thème « aménagement », un thème « politique » et un thème « gestion ». Cela reste toutefois à nuancer, car nous sommes dans l’hypothèse et nous n’avons pas recueilli suffisamment d’entretien pour élaborer réellement ces grilles. Mais nous pensons que cette compilation permet d’avoir à la fois une lecture par entretien et par question. Cela permettrait en termes d’analyse de faire apparaître d’un seul coup d’œil les éléments de convergence et de divergence sur un même thème, avec des interlocuteurs de divers horizons. Une fois que ce travail fastidieux de classification et de saisie de données a été fait, nous pouvons entamer le cœur du sujet, l’analyse des informations. Afin que l’on puisse analyser les données selon les trois grandes parties qui sont communes aux trois types d’entretiens, nous souhaitons mettre en place un traitement statistique quantitatif et qualitatif de ces données. De plus, nous envisageons de mettre en place un traitement cartographique qualitatif qui spatialiserait les informations récoltées.

L’analyse des entretiens : modes de traitement statistique mobilises L’analyse des questionnaires et des entretiens s’est appuyée sur une méthode de traitement statistique de l’information. Le travail a consisté à mener une analyse quantitative, lorsque cela était possible, des données collectées, notamment grâce aux questionnaires. Si nous avions eu plus d’entretiens longs, il aurait été pertinent de mettre en place un traitement statistique des informations qualitatives, pour cela il aurait fallu avoir recours à un logiciel d’analyse textuelle, nous pensons au logiciel IRaMuTeQ qui est libre et ouvert. Il permet de décrire et de traiter statistiquement un corpus de texte qui a préalablement été retranscrit. L’analyse textuelle, en s’appuyant par exemple sur les fréquences des mots, leurs occurrences/liens avec d’autres, font émerger les éléments fondamentaux des discours, en proposant des formes statistiques de hiérarchisation, en établissant des regroupements, qui constituent ensuite autant de supports d’analyse. Il convient cependant de signaler qu’il demeure primordial de bien connaître son corpus pour en proposer des interprétations pertinentes.

L’information qualitative spatiale construction des cartes

La carte objective et représente l’information par sa construction en image. Ainsi, il nous paraît pertinent de proposer un traitement cartographique des données. Nous pourrons alors faire le lien entre les discours des habitants, le rapport qu’ils ont avec le risque, avec l’eau, avec le cyclone en fonction de leur lieu d’habitation. Nous l’avons vu en première partie, mais rappelons-le ici, Kawéni est composé de plusieurs quartiers aux types d’habitats différents, créant ainsi un rapport spécifique des habitants avec leur milieu quotidien. Cette cartographie serait alimentée par les informations géographiques données par chaque habitant, elle mériterait d’être complétée par un travail d’observation de terrain afin de caractériser les formes d’habitat de chaque quartier. L’analyse et l’interprétation en seraient facilitées. Cette carte serait une façon de représenter spatialement les paroles des habitants. Si nous avions eu le temps nécessaire pour mettre en place cette carte nous aurions choisi de l’élaborer avec QGIS, un logiciel de cartographie et de traitement de l’information géographique libre. Le fond de carte utilisé serait la couche BD TOPO de l’IGN. Nous pensons que travailler à partir de ces images satellites est essentiel pour lire la topographie du village, car Kawéni est un cratère aux pentes escarpées avec un certain nombre de ravines qui sont des éléments paysagers déterminants pour l’implantation du bâti. Dans cette étude, la cartographie aurait pour vocation de faire émerger des pistes de réflexion et d’analyse quant à la caractérisation des pratiques habitantes face à la réalité du terrain à Kawéni. De plus, ces cartes traduisent des connaissances vernaculaires locales. Dans une perspective de gestion plus adaptée au milieu et aux spécificités de l’île, cette cartographie pourrait devenir le support de médiation entre Mayotte et la métropole afin que les politiques publiques soient ajustées aux contraintes de chaque territoire.

Interpretation Une fois la base de données construite, il convient d’interpréter les données recueillies afin de répondre à la problématique de recherche. Pour cela nous avons proposé une interprétation en trois temps qui reprennent chacune des hypothèses émises.

La culture du risque, une notion en désuétude à Kawéni Notre première hypothèse a été de supposer que la gestion des risques cycloniques en milieu insulaire relève de deux cultures du risque, dont l’une est impensée. Nous avons fait le choix de poser dès le début l’existence de deux cultures du risque. En effet, la forte immigration que connaît Mayotte est productrice de grande diversité culturelle, les populations qui arrivent sur l’île viennent de territoires très différents avec un degré de rapport au risque très différent. Beaucoup d’écrits et de témoignages nous informent que les nouveaux arrivants se réfugient dans les bidonvilles, ce territoire a mis en place des stratégies d’accueil. Marion Sybillin (urbaniste, en charge du pôle urbanisme au sein du bureau d’études M’zé Conseil, depuis avril 2015. Interviewé le 6 novembre 2017) nous informe que « les réseaux socio-économiques et de solidarités

existants, permettent aux nouveaux arrivants de bénéficier d’une “zone tampon” avec des gens issus du même village, avant leur intégration dans la société mahoraise ».

43


« Concernant la gestion des risques en milieu insulaire, la dimension culturelle joue un rôle déterminant, mais elle ne fait pas tout, à mon avis. Par exemple, la Guadeloupe a subi récemment un ouragan. La gestion en amont et en aval a montré des signes de non-préparation et d’improvisation totale, peu de résilience sur un territoire qui pourtant connaît ce genre d’alerte. Idem avec Irma à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, en pire ! Certains pans du littoral sableux ont été urbanisés (aménagements de structures touristiques), entraînant des bouleversements écologiques et la sénescence de certaines mangroves qui elles, pour le coup, sont de véritables structures naturelles défensives pour lutter contre les phénomènes de submersion. En France, la défense du trait de côtes contre les risques naturels privilégie la défense lourde, ce qui ne constitue pas une solution viable à long terme (par exemple, les enrochements illustrent une déconnexion totale avec la gestion du risque, à mon sens bien sûr, cette déconnexion n’est pas favorable pour développer une culture du risque) ». « Un autre exemple intéressant : lors du Tsunami de 2004, à Bandah Aceh, sur l’île de Sumatra (Indonésie), la mer s’était retirée, présageant l’arrivée imminente de la vague. Les personnes présentes se sont précipitées sur la plage pour constater ce phénomène étonnant et y ramasser les poissons échoués (beaucoup de ces personnes n’étaient pas originaires de l’île, étant de populations urbaines récemment installées pour venir chercher du travail). Au contraire, lorsque les membres d’une tribu ancestrale ont vu la mer se retirer, ils se sont précipités vers les hauteurs : les anciens avaient déjà expliqué au reste de la tribu que lorsque la mer se retirait, cela annonçait un tsunami. La dimension culturelle est donc très importante dans la gestion des risques. Certaines populations sont plus ou moins conditionnées, celles qui le sont le plus sont les plus préparées, il me semble. Ainsi, la structure et le fonctionnement culturel de la tribu que j’ai évoqués plus haut sont un terreau favorable pour l’échange intergénérationnel et le partage de connaissances liées aux risques naturels. Dans des sociétés “modernes”, cela se fait davantage dans le cadre scolaire ou institutionnel (Japon), mais encore faut-il qu’il y ait une volonté politique ! Au Japon, en plus de normes antisismiques draconiennes, une véritable culture du risque est entretenue par la mise en place d’exercices répétés. Je pense que si je vais dans une classe en Guadeloupe demander aux élèves ce qu’il faut faire si un séisme venait à frapper dans la minute, je ne suis pas certain qu’ils soient aussi bien préparés. La Guadeloupe est pourtant une terre à fort risque sismique, située au niveau de failles actives ! » Lucas Teyssiere

44

Source : hanslucas.com


Ces solidarités et ces stratégies donnent naissance à un échange de cultures du risque que nous estimons impensées car ancrées dans la culture de chacun sans qu’il en soit pleinement conscient. Nous définissions donc la culture du risque impensé comme une culture personnelle des aléas, que chacun possède, mais dont on n’est pas conscient. Avant d’aller plus loin, nous tenons à rappeler ce qu’est la culture du risque. Le fatalisme semble être le contraire de la culture du risque. Autrefois, les gens qui étaient victimes de catastrophes pensaient à un signe divin alors qu’aujourd’hui ils espèrent une gestion pragmatique du risque. Ils avaient pourtant à cette époque une « culture du risque » dans la mesure où ils avaient certaines connaissances de la nature et de ses risques, de façon empirique. Maintenant la plupart des gens sont « des urbains » et ne reconnaissent plus les signes que la nature envoie. Cette méconnaissance s’est étendue d’autant plus que l’on s’appuie sur des professionnels, des experts, des scientifiques. Pour développer cette culture et gérer le risque, il faut en premier lieu avoir conscience que ce risque existe et comprendre que l’on est vulnérable. Ensuite se développent des réactions adaptées. L’État définit ainsi la culture du risque : « C’est la connaissance par tous les acteurs (élus, techniciens, citoyens, etc.) des phénomènes naturels et l’appréhension de la vulnérabilité. L’information des populations, et ceci dès le plus jeune âge, est le moteur essentiel pour faire progresser la culture du risque. Celle-ci doit permettre d’acquérir des règles de conduite et des réflexes, mais aussi de débattre collectivement des pratiques, des positionnements, des enjeux, etc. Développer la culture du risque, c’est améliorer l’efficacité de la prévention et de la protection. En faisant émerger toute une série de comportements adaptés lorsqu’un évènement majeur survient, la culture du risque permet une meilleure gestion du risque. » 27. Cette définition met en lumière le fait que les populations doivent être informées des risques. Or nous l’avons vu plus haut, à Kawéni les populations ont des origines diverses et par conséquent elles n’ont pas forcément accès aux informations concernant les risques de ce territoire. Nous avons mis en avant que les habitants pensent peu aux risques, car les phénomènes marquants sont peu nombreux. Pourtant le risque est bien là selon Bertrand Laviec28. Ce dernier insiste sur les idées reçues qu’il faut combattre. « Non, on n’est pas protégés des cyclones, non Madagascar ne nous protège pas ». « On n’a pas la culture du risque. Les collégiens et lycéens n’ont jamais vu un cyclone, contrairement aux petits Japonais qui sont bien préparés au risque sismique par exemple ». Les questionnaires en ligne renforcent cette idée que les habitants de Kawéni, les mahorais, n’ont pas conscience d’avoir cette culture du risque. Quand nous leur avons demandé de définir « culture du risque » rares sont ceux qui ont répondu et ceux qui ont tenté de le faire ont souvent dérivé sur d’autres sujets. Il est clair ici qu’il y a un écart entre ce que souhaite l’État (informer les populations) et ce qu’il se passe sur le terrain. Pesqueux définit quant à lui la notion de risque comme « un objet frontière », c’est-à-dire une référence qui peut circuler à l’intérieur de plusieurs communautés en conservant le même nom, sans pour autant que cela concerne les mêmes « réalités » (Méric et al., 2009, p. 143.).
C’est bien ce qu’il se passe à Mayotte. En effet, la situation de la population mahoraise (beaucoup d’Anjouans immigrés) n’incite pas à l’ancrage d’une mémoire collective pourtant nécessaire devant les aléas climatiques. La naissance d’une conscience commune du risque cyclonique paraît difficile, alors que le fait que cela arrive est très probable. Les Archives de Mayotte concernant le cyclone de 1984 sont édifiantes : les plus âgés ont mis en garde et témoigné des ravages qu’il a entraînés, malheureusement le souvenir de cet épisode s’estompe peu à peu au point que seules quelques rares personnes se sou-

risque sont des éléments clés de la résilience. Pour qu’une société revienne rapidement à son état initial après un cyclone, il faut déjà que les habitants soient attentifs aux signes que leur envoie la nature et qu’ils adoptent des comportements responsables. Or aujourd’hui on voit bien que la société mahoraise n’est pas dans cet état d’esprit là, comme la culture du risque est peu existante, la résilience n’est pas bonne donc les cyclones ou autres risques sont douloureusement vécus. Si les habitants ne sont pas conscients de leurs pratiques à risques, ils ne peuvent pas adopter des techniques de gestion des eaux risque et ressource. Nous aurions souhaité vérifier cela grâce aux entretiens réalisés dans différents quartiers de Kawéni, cela nous aurait donné des pistes pour aller plus loin dans l’interprétation des pratiques. Or aujourd’hui tout cela n’est que suppositions établies à partir de lectures et de huit questionnaires en ligne. Alors que la culture du risque semble être une notion en désuétude à Mayotte pour toutes les raisons énoncées, comment pouvons-nous qualifier l’attitude des habitants face aux risques présents sur leur territoire ? Tout d’abord, nous tenons à rappeler que la notion de « culture du risque » réapparaît à chaque fois que nos territoires connaissent des drames. Nous pensons à la tempête Xynthia de février 2010, aux inondations du Var en juin 2010. Pourtant cette notion apparaît déjà dans les années 80, notamment dans des propos de J. Theys. Il nous semble intéressant de le souligner, car la culture du risque apparaît à côté de mots-clés comme « pédagogie » ou « apprentissage », ce qui nous laisse penser qu’un individu qui a une culture du risque serait moins vulnérable « [...] : la brutalité de l’image

ne crée d’elle-même presque jamais une culture du risque. Dans tous les cas il est donc finalement peu probable que l’évènement, vite classé, oublié, mal compris ou refoulé dans l’inconscient, déclenche à lui seul le processus pédagogique d’apprentissage de la catastrophe qui rendrait nos sociétés moins vulnérables [...] » (Theys, 1987, p. 24). Sur une plus grande échelle, il semble que « promouvoir à tous les niveaux [...] une culture de la prévention des catastrophes [...] » (Nations Unies, 2005, p. 4) est essentiel pour parer aux mieux les catastrophes. Ce rapport, appelé « rapport Hyogo », soutient que « les catastrophes peuvent être en

grande partie prévenues si les populations sont bien informées et acquises à une culture de la prévention [...] » (Ibidem, p. 15).

Le terme « culture du risque » est en lui-même discuté et nous pouvons utiliser d’autres mots pour parler de la grande notion sousjacente, comme « mémoire » ou « éducation ». Ces derniers temps, des actions isolées tentent de rendre l’information sur les risques accessible au plus grand nombre. Nous pensons notamment à l’ouvrage « l’Atlas des risques naturels et des vulnérabilités territoriales de Mayotte est un indicateur du développement futur de l’île ». Cette initiative est venue de Saïd Hachim, doctorant en géographie des risques à Montpellier 3. Le Conseil Général a collaboré avec lui et a organisé une première nationale. Les cyclones Kamisy de 1984 et Hellen plus récemment ont été décrits avec précision, ainsi que les savoirs vernaculaires. En réunissant et en synthétisant les connaissances de façon à ce que toutes les générations se les approprient on incite la population à acquérir les bons réflexes, ce qui est déjà beaucoup. Dans cet ouvrage on préfère parler des savoirs, ces savoirs qui émanent d’un souvenir, d’une transmission et d’une certaine singularité de ces paysages, qui ne cessent de voir de nouveaux visages s’installer sur des lieux inappropriés. C’est intéressant de voir comment ce travail met en valeur des « paroles habitantes »

27. Source : glossaire DDE 59, georisques.gouv.fr 28. Responsable local de Météo France, qui a fait le vendredi 10 novembre 2017 une réunion publique sur le risque cyclonique dans le département de Mayotte.

45


Tableau 1

comme vecteur de sensibilisation des populations face aux risques. Ces chercheurs proposent de construire un processus qui s’apparente à une « culture du risque » grâce aux savoirs ancestraux. Le problème de Mayotte étant la transmission, ils essayent de le solutionner avec cet ouvrage accessible à tous afin que le plus grand nombre soit sensibilisé aux risques inhérents au territoire. Nous parlons davantage de transmission des savoirs que de culture du risque, laquelle a du mal à trouver sa place dans la complexité de la société mahoraise. Afin de compléter cela, il convient d’étudier la parole des habitants à ce sujet. Ce qu’on peut conclure à cet instant de la recherche, c’est que le terme « culture du risque » est une notion qui n’a aucune définition scientifique à ce jour et qui est largement remise en question. Sur le territoire de Kawéni, on observe que la population, les politiques et les scientifiques parlent d’absence de culture du risque, pourtant nous voyons qu’un certain nombre de savoirs venant de la mémoire ont été répertoriés pour être transmis et créer une culture commune. Nous pensons qu’à ce jour il existe bel et bien une culture du risque à Mayotte, mais elle semble impensée par une partie de la population. Il s’agirait donc de la révéler et de la transmettre à tous les habitants, tous les enfants, tous les élus. C’est le projet que porte le Projet de Plan de Gestion des Risques d’Inondation de Mayotte (2016-202). En effet, nous avons vu que la conscience du risque dépend d’évènements marquants passés. Il faut donc des outils afin de diffuser l’information. Selon l’article L. 125-2 du code de l’environnement, « les citoyens ont un droit à l’information sur les risques majeurs auquel ils sont soumis dans certaines zones du territoire et sur les mesures de sauvegarde qui les concernent ». Cela concerne les risques technologiques et les risques naturels prévisibles. Les dispositifs en ce sens sont donc encouragés.

Des éléments urbains en décalage avec les traditions et modes de vie mahorais.

46

Nous avons fait l’hypothèse que « les formats d’implantation des habitats vernaculaires sont mieux adaptés aux risques que ceux de la ville planifiée et normalisée sur des modèles “métropolitains”. Afin de répondre au mieux à cette hypothèse, il convient d’étudier les deux formes d’habitats et les témoignages d’habitants des différents quartiers de kawéni, afin de compléter les informations observées sur le terrain. Étant donné que les questionnaires réalisés in situ ne nous sont pas parvenus à temps pour les intégrer à ce travail, nous avons réalisé des recherches sur des discours déjà recueillis par d’autres études afin de trouver des pistes de réponses à nos hypothèses. Pour étudier au mieux les deux formats d’implantations (habitat vernaculaire/ville planifié), nous avons mis en place une grille d’analyse comparative. Cette grille (voir figure) est composée de 5 grandes catégories (type de quartier, architecture, type d’habitat, qualification du paysage, géographie, eau pluviale et gestion des risques), elles-mêmes composées de sous parties. Ce tableau permettait de mettre en place une analyse comparative des deux formats d’implantation et de pouvoir en tirer des conclusions. Cela nécessitait un travail de terrain que nous n’avons pas pu faire durant cette recherche. De même, il nous semble intéressant de rediviser les deux grandes catégories “habitat vernaculaire” et “ville planifiée” en sous-parties reprenant les quartiers de Kawéni afin de rendre l’analyse plus riche est plus précise.

Forme vernaculaire

ville planifié

Quartier historique Quartier central Type de quartier (perception)

Quartier périphérique Quartier résidentiel Quartier industriel Quartier rural Quartier défavorisé Case en matériau végétale

Architecture

case en taule case en parping case sim

Type d’habitat

Individuel Collectif

Qualification du paysage Géographie

Paysage urbain Paysage végétale Plateau Versant

Eau pluviale

Gestion des risques

Stocké Aménagement particulier autours de la maison Emplacement « sécurité »

Figure 1 : Grille d’analyse des différentes formes d’implantations ?

Ces dernières années de nombreuses et diverses concertations ont été effectuées à kawéni, durant ces moments où la parole est donnée aux habitants. Certains d’entre eux affirment regretter les anciennes constructions en torchis, mais qu’on fit en parallèle de ne pas avoir les moyens de reprendre ce mode de construction. Comme nous l’avons vu en première partie la tôle est un matériau de récupération, peu onéreux, qui permet à une population pauvre de se loger. Aujourd’hui, ce matériau est massivement utilisé dans la construction d’habitats spontanés. Même si le rapport entre cet usage de tôles et l’insalubrité n’est pas certain, il reste la preuve d’une précarité grandissante et donne un aspect « bidonville ». Ces constructions s’étendent jusque sur les hauteurs de Kaweni, et comme le remarque un habitant « Construire un banga prend 2 à 3 jours ». Selon les différents témoignages et les études photographiques, nous pensons que les habitants de Kawéni préfèrent aujourd’hui les cases en dur qui sont considérées comme plus pratiques et durables. Pourtant des efforts ont été faits pour promouvoir les Briques de Terre Comprimée qui font le lien entre technicité, environnement, architecture traditionnelle et fonctionnelle. Il semble que les Mahorais aient envie de prendre de la distance avec l’habitat traditionnel qui évoque une certaine précarité et ce malgré le fait que les nouvelles maisons ne correspondent pas vraiment à leur mode de vie : trop petites, non prévues pour l’organisation familiale et sociale. "1 Nous avons aussi appris dans la première partie de cette étude que le paysage traditionnel mahorais a son importance dans le fonctionnement de la vie du village, or aujourd’hui on comprend en voyant ces implantations anarchiques que le paysage n’est plus pris en compte. En effet, sur ce territoire ultramarin français, les liens entre milieu naturel et habitants sont très forts, tant au niveau de la vie quotidienne qui s’organise autour du végétal, qu’au niveau paysager qui est représentatif des fonctions assurées par le végétal et par les structures naturelles. Ceci à tel point que les activités agricoles se font dans les forêts, les crêtes boisées délimitent les villages, les mangroves sont protectrices, les matériaux naturels sont trouvés à proximité pour construire les cases. Aujourd’hui, tout cela semble avoir disparu, nous pouvons affirmer que les mo


des de vie traditionnels ne sont plus pris en compte que l’aménagement se pense d’abord par le bâti plutôt que par la relation entre bâti et non bâti, c’est-à-dire entre le milieu, le paysage et le bâti. Le paysage est peu à peu modifié, la présence du végétal diminue dans le village et les liens entre milieu naturel et habitants s’affaiblissent. Cette disparition progressive du végétal dans le village et l’urbanisation galopante sur les pentes escarpées du cratère ont tendance à détruire les structures du relief et à favoriser les risques de glissement de terrain. Un habitant de Kawéni nous a fait part de ses craintes liées aux épisodes pluvieux : «  Bien évidemment, il

suffit de regarder les hauteurs de Kawéni, à cause du défrichement des manguiers et autres arbres qui retiennent la terre. Et à la place on plante des bananiers et des maniocs. Or on le sait bien, ces derniers ne retiennent absolument pas la terre ! »

Le paysage qui était à dominante végétale évolue donc vers un paysage urbain, souvent mal intégré aux éléments naturels de l’île. Cela déstabilise l’organisation ancienne du territoire et facilite l’érosion des pentes, ce qui entraîne des risques. L’urbanisation rapide de Kawéni contribue au défrichement et au déboisement des pentes, ceci sans qu’aucune précaution ne soit prise (dispositifs de retenue des sédiments, végétalisation des sols nus, adaptation des travaux aux saisons...). L’augmentation de l’érosion présente des risques pour l’homme et le milieu : risques de glissements de terrain, d’effondrement des habitats, colmatage des réseaux voire destructions, envasement des lagons, la liste est longue. Les terrains récemment urbanisés se font rarement sur le plat, en terrasse. Au contraire, les jardins sont en pente raide et dépourvue de végétation. Même chose pour les voies de circulation et les chemins qui vont dans le sens des pentes et dont l’aménagement (bords de routes) n’est pas suffisant, voire non terminé. Après examen des différents témoignages et des observations recueillis, nous pensons que l’habitat vernaculaire n’est pas forcément plus adapté aux risques, mais qu’il répond cependant davantage aux spécificités du milieu naturel en prenant en compte le paysage environnant. Il convient donc de prendre en considération les spécificités de l’habitat vernaculaire et de comprendre le lien qu’il entretient avec son milieu.

Source : hanslucas.com

47


Des réglementations en décalage avec la spécificité du territoire. Notre dernière hypothèse est que les politiques publiques métropolitaines ne sont pas adaptées au terrain insulaire soumis aux risques cycloniques. La Cour des comptes a publié le 13 janvier 2016 un rapport thématique consacré à la départementalisation de Mayotte. On y apprend que « La situation financière du Département et des communes de Mayotte est dégradée. Le manque de clarté des perspectives financières dans lesquelles s’inscrit cette évolution institutionnelle complique encore la situation. Les préalables identifiés dès 2008 dans le “Pacte pour la départementalisation” n’ont pas été remplis en temps voulu : alignement de la réglementation et de la législation applicables, passage à la fiscalité de droit commun, problématiques foncières, notamment. Face à l’urgence de répondre aux besoins d’infrastructures de base (eau, assainissement, habitat, constructions scolaires) et aux problèmes sociaux que connaît l’île (aide sociale à l’enfance, chômage, notamment), le Département et l’État doivent dresser des priorités claires et entreprendre sans délai la mise en œuvre des mesures appropriées. » Mayotte n’est donc pas prête à mettre en place les textes réglementaires issus de la métropole, et pourtant, dans les faits c’est autre chose. L’État et l’Union européenne leur imposent certains textes, mais le retard de Mayotte dans un grand nombre de domaines (comme la mise aux normes de l’état civil, du foncier…) rend les choses difficiles. Le département met en place des réglementations sur un socle qui ne le permet pas. « Le cadre réglementaire métropolitain ne me semble pas adapté à la réalité de socio-économique de Mayotte, plus qu’à son caractère insulaire » nous dit Marion Sybillin, elle illustre son propos en citant l’exemple d’une proposition issue d’un ministère, celle d’évaluer le nombre d’habitants de l’île sur la base de la consommation d’eau délivrée par le réseau d’eau potable, alors même qu’une part importante de la population n’y est pas raccordée, a recours à un puits ou à l’eau des rivières. Nous observons, grâce à cet exemple, le manque de connaissances de la réalité locale de la part de l’État. Marion Sybillin nous donne un autre exemple dans lequel la métropole tente de légiférer avec la même approche pour tous les DOM, alors que ces derniers connaissent des situations très contrastées. « La loi Letchimy qui vise à indemniser les occupants sans droits ni titres dans le cas d’une destruction de leur maison s’ils sont en mesure de prouver qu’ils occupent leur maison depuis au moins 10 ans de manière paisible et continue et qu’ils sont à l’origine de l’édification de leur maison. Loi adaptée à la réalité martiniquaise (Serge Letchimy est l’ancien maire de Fort-deFrance), mais pas du tout à la réalité mahoraise où les parcours résidentiels sont très complexes (déménagements fréquents, peu de preuves de présence, etc.) ». Ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres, au-delà de la spécificité de l’île c’est le contexte socio-économique qui est singulier. Nous avons énoncé dans la première partie tout ce qui compose le caractère unique de l’île de Mayotte, pourtant l’état s’efforce de faire appliquer des lois qui sont pensées pour la métropole. Il apparaît clair qu’il faut les adapter aux territoires insulaires en tenant compte de leurs spécificités. « L’outremer » n’est pas homogène. Wallis-et-Futuna a un système coutumier, la Nouvelle-Calédonie décide de ses propres lois, la Polynésie a mis au point son code de l’environnement. Il faut aussi noter que les élus locaux sont peu motivés par la protection de l’environnement et notamment les milieux aquatiques, que la corruption sévit, que tout cela est préjudiciable. Il existe une forme d’immobilisme depuis des années, c’est ici que les lois nationales peuvent aider à faire changer les choses, dans la mesure où elles s’adaptent à chaque territoire. 48

29. Service interministériel de défense et de protection civile.

taines ne sont pas adaptées aux territoires ayant des spécificités climatiques ou géographiques, peu importe qu’ils soient métropolitains ou insulaires, le résultat est le même. Malgré cela, la planification mahoraise apparaît comme un exemple pour les autres îles comoriennes. Cet exemple doit être relativisé. Malgré des efforts de la préfecture et du SIDPC29, la démographie galopante met un doute sur la réalité des mises en pratique. L’article L 562-1 du Code de l’environnement précise que « dans les zones exposées aux risques les constructions sont soit interdites, soit soumises à de contraignantes conditions de réalisation ». Il faudrait donc éviter de construire près du littoral, dans le lit majeur, sur un versant instable. En réalité ça n’est pas appliqué. Les constructions actuelles accumulent malfaçons techniques et sites inappropriés. Il y a un grand décalage entre la planification de départ et la réalité du terrain. Mayotte subit l’effet d’une immigration massive : chaque année des milliers de Comoriens tentent coûte que coûte de venir sur l’île, qu’ils nomment « l’île au lagon ». La traversée est périlleuse, les canots vétustes, le trajet est long de 70 km, certains d’entre eux en mourront. Les autorités tentent de stopper cela sans réellement y parvenir. Malgré les contrôles en tous genres (surveillance nautique, interceptions, relevés d’empreintes digitales, placements en centre de rétention administrative, lutte contre le travail dissimulé, contrôles de paternité frauduleuse, etc.), l’immigration massive aggrave la vulnérabilité des clandestins qui sont par ailleurs rejetés par la population locale. Elle agrandit toujours plus les bidonvilles. Cette situation devient intenable, aussi bien pour la population locale que pour les clandestins qui représentent aujourd’hui un tiers de la population mahoraise. On peut se demander pourquoi les Comoriens cherchent tant à venir à Mayotte, alors que la situation géographique et climatique de leur pays d’origine est la même. Il se trouve que dans le cas des Comores les populations sont plus exposées aux risques majeurs que les Mahorais. Le changement climatique pourrait submerger 734 hectares de terres et provoquer le déplacement de 10 % de la population d’ici à 2050. Cela s’explique par une situation politique et économique moins stable. Le PIB par Mahorais est en effet est 8 fois plus élevé que celui des Comoriens. Une étude, « La réduction des risques de catastrophes : un défi pour le développement » démontrait que la vulnérabilité de la population était augmentée par une dégradation de l’environnement. L’indice mondial du risque évoque des capacités d’adaptation faibles et classe les Comores à 68,6 % de vulnérabilité élevée. La vulnérabilité est importante dans la lutte contre les effets du changement climatique. Le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’évolution du Climat l’évoque comme étant une « Mesure dans laquelle un système est sensible — ou incapable de faire face — aux effets défavorables des changements climatiques, y compris la variabilité du climat et les phénomènes extrêmes. La vulnérabilité est fonction de la nature, de l’ampleur et du rythme de l’évolution et de la variation du climat à laquelle le système considéré est exposé, de la sensibilité de ce système et de sa capacité d’adaptation » (Le GIEC, 2008). Le changement climatique multiplie les effets négatifs « les im-

pacts climatiques peuvent potentiellement créer des poches de pauvreté d’ampleur régionale en touchant des groupes vulnérables de manière répétée sur plusieurs générations » (Yamin et al., 2006) même si un phénomène n’est pas en lui-même dramatique, si la population est vulnérable les conséquences s’en trouvent aggravées, multipliées. Les pauvres voient le peu de biens qu’ils possèdent disparaître. Cela vient s’ajouter aux difficultés qu’ils connaissent déjà et les fait basculer du côté de la très grande précarité. Gérer les risques naturels implique donc d’agir non seulement sur la préservation de

«  L’i blic May clim men tion phén extr tent mas

M. Ka


l’environnement et la prévention, mais aussi sur la diminution de la pauvreté par un développement économique et social afin de réduire la vulnérabilité des populations et de réussir à les concerner par les autres mesures. Les réglementations métropolitaines pourraient être favorables au développement de l’île, mais le contexte législatif et institutionnel particulièrement mouvant ne permet pas à ce jour de construire des bases assez solides pour que Mayotte aille plus loin dans son développement. C’est pourquoi nous pensons qu’un travail de fond est à faire avant d’aller plus loin dans la création d’un plan.

Grâce aux résultats de cette étude, nous sommes en mesure d’effectuer un retour réflexif sur notre méthode et les outils que nous avons mobilisés. Les questionnaires s’ils ont montré leur efficacité ont aussi révélé une difficulté. Le fait que nous ne puissions pas nous rendre sur le terrain a apporté une certaine complexité, car même si nous avions établi un partenariat avec une association (Wenka culture) et que nous lui avons laissé des consignes, nous aurions préféré aller sur le terrain mener nos investigations nous-même et rencontrer les habitants. De plus la construction de ce partenariat a créé une certaine dépendance vis-à-vis de l’information. À ce jour les questionnaires sont faits, mais nous ne les avons pas reçus, il nous est donc impossible de mettre en place toute la méthodologie citée plus haut et d’analyser les discours afin d’en tirer des conclusions. Pour ce qui concerne les entretiens, la prise de contact fut très longue et périlleuse. Nous avons passé de longues heures à chercher des pistes de contacts, des adresses mail ou des numéros de téléphone disponibles sur le site des mairies. Nous avons contacté des chercheurs et des chercheuses qui avaient réalisé des travaux sur Mayotte et sur Kawéni. En passant par eux, nous espérions obtenir des contacts concrets sur le terrain, et c’est ce qui est arrivé. Nous avons obtenu des noms puis des adresses mails de personnes susceptibles de nous intéresser dans notre recherche, souvent des métropolitains travaillant à Mayotte. Des dizaines de mails envoyés, des vingtaines de coups de fil : des dizaines et des dizaines de relances plus tard, nous n’avons eu que deux réponses et la promesse de trois autres. Il s’agit d’un échec de notre méthode de prise de contact, que nous n’avions pas anticipé. Pour résumer, ces prises de contact ont présenté une réelle difficulté tout en nous prenant énormément de temps de travail. Si le temps nous avait permis d’aller plus loin dans l’analyse des questionnaires, nous aurions sûrement rencontré d’autres problèmes d’interprétation et de mise en place des cartes, mais à ce jour nous ne pouvons en dire plus.

CONCLUSION

inaction des pouvoirs pucs face à la situation à yotte, alliée au changement matique qui va indubitablent entraîner une amplifican et une multiplication des nomènes météorologiques rêmes, est une source potielle de drames humains ssifs »

amardine, suite à la mort d’une femme et de ces 4 enfants à Mayotte le 11.01.18

3. RETOUR SUR LA MÉTHODOLOGIE

Source : hanslucas.com

Pour cette seconde partie, nous avons tenté de proposer une méthodologie de recherche qui se décompose en plusieurs temps et qui offre des outils permettant de répondre à notre problématique : comment dans le contexte insulaire de Kawéni où se juxtaposent des habitats différents, gère-t-on le risque et la ressource en eau ? Comment les dynamiques paysagères de ces paysages singuliers peuvent-elles devenir des leviers de gestion des risques liés aux eaux pluviales, en particulier lors de passages cycloniques ? La méthode établie aurait dû nous amener alors à définir la gestion des eaux/ressource et la gestion du risque des habitants. L’observation des cartes des pratiques habitantes, ajoutée à celle des spécificités paysagères pourrait donner des pistes de réflexion sur la gestion des eaux. Cependant nous avons des pistes de réponses qui semblent pertinentes pour la suite de notre travail. 49


50

III


Replacer les dynamiques paysagères dans la gestion des eaux pluviales : REVENIR

À

UNE

CULTURE

INSULAIRE

DU

RISQUE

Avec les deux premières parties, nous avons relaté un certain nombre de caractéristiques sociales, historiques ou paysagères. Nous avons également déconstruit la notion de résilience et d’habitat et nous avons mis en avant un certain nombre de points qui nous indiquent que les lois métropolitaines ne sont pas adaptées aux territoires insulaires. Parallèlement à cela, nous n’avons pas pu affirmer que les savoir-faire issus d’une culture locale répondaient mieux aux contraintes géomorphologiques, météorologiques et paysagères d’un site, mais nous avons fait le choix d’affirmer cette hypothèse dans cette troisième partie. Ainsi nous nous attacherons ici à généraliser à partir de ce contexte local dans le but de proposer une réponse à notre problématique. Pour cela nous allons commencer par construire une méthodologie qui vise à rendre les solutions habitantes opérantes dans les réglementations, nous allons étudier des exemples de démarche puis nous essayerons de mettre en place notre démarche selon les spécificités du territoire et celles de notre travail. Ce n’est qu’après cela que dans une seconde partie nous investirons le paysage comme levier de gestion des eaux pluviales faces aux risques cycloniques. Dans un premier temps il conviendra de répertorier les dispositifs de stratégie existants et ceux à mettre en place pour le devenir des paysages. Au vu de ces outils, nous proposerons une démarche qui fait des contraintes paysagères une ressource pour le futur.

51


1. CONSTRUCTION D’UNE MÉTHODOLOGIE POUR QUE LES SOLUTIONS D’HABITAT SOIENT OPÉRANTES DANS LES RÉGLEMENTATIONS : LA FIN D’UNE RELATION DE VERTICALITÉ ENTRE ÉTAT ET POPULATION

Dans cette partie nous tenterons de construire une démarche, pour cela nous commencerons par prendre un exemple source d’inspiration pour notre travail : l’exemple de la case SIM. Nous nous attacherons ensuite à développer une démarche pour recueillir les savoirs habitants dans le but de les transmettre à la population mahoraise afin de « re-créer » une culture du risque. Enfin nous verrons quels sont les outils à développer et les acteurs convoqués.

La Case SIM, une base de refexion

52

Au vu des résultats mis en avant dans la seconde partie, il semble pertinent de penser à une méthodologie qui permettrait de valoriser les solutions apportées par les habitants face aux problèmes qu’ils rencontrent et qui leur permette de répondre de manière plus efficiente qu’avec les solutions apportées par l’État. On peut voir que dans le passé des démarches similaires ont été mises en œuvre, nous pensons notamment à la démarche SIM. Cette démarche est née d’un abandon de l’État face à Mayotte, qui à l’époque était très peu développée. Ce dédain a transformé l’île en un grand espace de liberté dans lequel quelques hommes ont décidé de s’attaquer au problème majeur de l’habitat. À cette époque déjà (les années 70), la quasi-totalité des logements étaient insalubres et n’offraient aucune protection contre les aléas naturels. À l’origine de ce projet il y a la Société Immobilière de Mayotte (SIM, 1977), qui avait pour mission d’offrir des logements aux fonctionnaires métropolitains qui arrivaient en grand nombre. Rapidement, la SIM devint l’outil politique d’habitat social, avec pour but de concevoir un modèle d’habitat adapté au mode de vie local, dans une démarche innovante, pour mettre en place des constructions en grand nombre et répondre au besoin de logement. C’est donc la rencontre de personnalités très différentes qui a permis cette politique publique, le tout dans une grande liberté. Le principe fort qui a guidé cette action et qui marque cette expérience, c’est la volonté de construire pour et avec le peuple, avec ses savoir-faire, des matériaux locaux et selon une architecture adaptée tant au lieu qu’au mode de vie. C’est une volonté de transformer en développement le secteur du bâtiment. La SIM a pour ambition : • De promouvoir les bâtis existants (mise hors d’eau, le renforcement des structures et amélioration des conditions sanitaires)
 • De pérenniser le bâti par la durcification et de le transformer en élément patrimonial • De favoriser l’auto construction et des matériaux locaux. On a souvent qualifié ce projet d’utopiste. Il s’agit en tous cas d’une utopie assumé, d’un élan créatif qui permet d’atteindre certains des objectifs. Cette démarche a été mise à mal par une attaque des politiques métropolitaines qui remettent en cause de manière globale la politique d’habitat sociale menée sur l’île depuis de longues années. On parle plutôt aujourd’hui de « normalisation », d’alignement avec les outils d’accession sociale qui fonctionnent à la Réunion. C’est une transition qui prend du temps, au moins deux ans pendant lesquels l’offre de logement social s’est tarie alors que les besoins augmentent. Alors que les types de financement et les attributions vont changer, la case évoluera, mais gardera ses formes. Elle s’adaptera aux normes de construction, s’enrichira d’éléments de confort et de modernité (cuisine et électricité par exemple). La case SIM en plus d’être une proposition architecturale, est aussi un modèle de développement qui n’est plus en vogue actuellement. L’exemple réunionnais le montre bien, que l’on a voulu transposer alors que SIM évitait cela sachant que ces deux sociétés fonctionnent de manière très différente.

Les procédures de construction rationnalisées devraient freiner le développement endogène qui était pourtant mis en exergue par les décideurs de l’habitat social. Les « fundis locaux » et les professionnels du bâtiment seront les premiers touchés. On pense que malgré ces difficultés la case SIM survivra, car dès son origine elle a connu des obstacles et moments difficiles. Cela nous montre bien que l’on peut proposer des solutions issues du savoir habitant. Toutefois l’État tente bien souvent de mettre fin à ces pratiques et propose des projets issus d’une réglementation adaptée à des problématiques, mais inadaptée pour certains territoires. Alors comment allier « savoirs habitants » et « État » ? C’est ce que nous allons tenter de trouver dans la suite de cette partie.

La demarche : recueillir les savoirs habitant et les transmettre Nous l’avons vu dans la seconde partie, des actions commencent à être menées afin de collecter les savoirs et les savoir-faire des habitants pour les transmettre. Ceci dans le but de créer ou d’initier implicitement la population à une culture du risque. Cette dernière est souvent impensée à Kawéni comme à Mayotte, elle est pourtant elle est nécessaire pour que les Mahorais soient moins vulnérables face aux risques et pour que la société devienne résiliente. Il existe certaines techniques pour recueillir les avis des habitants. Elles aident à développer l’intelligence collective et permettre de mettre en place des projets qui ont pour origine les préoccupations des gens du quartier et des professionnels. Nous avons tenté de mettre en place certaine de ces techniques de recueil de la parole (cf. partie II), malheureusement notre travail n’a pu aboutir sur l’analyse des discours pour voir quels savoirs en ressortaient. Nous restons néanmoins convaincus que les aménageurs et les politiques ont des choses à prendre des savoirs et des savoir-faire vernaculaires, même si nous n’avons pas pu le vérifier. Nous savons que la culture du risque, pour qu’elle existe, doit passer par les habitants ; c’est en cela qu’il nous paraît indispensable de les intégrer à la démarche. Il existe déjà un lieu dans lequel les habitants peuvent prendre parti dans la politique de la ville et s’exprimer : c’est le conseil citoyen. Il est mis en place dans le cadre du contrat de ville, en effet la ville fédère l’ensemble des acteurs qu’ils soient institutionnels, économiques ou associatifs. Un document unique consigne leurs actions au bénéfice de quartiers en décrochage. Les « contrats de ville » s’intègrent dans cette démarche en tenant compte du développement économique et urbain ainsi que de la cohésion sociale. Des projets de développement urbain sont prévus, ainsi qu’un ensemble d’actions pour favoriser l’interconnexion de ces projets et leur co —


hérence sociale et politique. L’État, les communes, le département et la région, les établissements de protection sociale, les acteurs économiques, ceux du logement, les associations et les particuliers participent à cette démarche30. Ces conseils citoyens, composés d’habitants et d’acteurs locaux, s’appuient sur les propositions du rapport « Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires ». Ils doivent encourager et tenir compte de la prise de parole des habitants, dont ceux qui n’en ont pas l’habitude ni l’expérience. Ils participent à la gouvernance des contrats de ville en étant partie prenante de la démarche contractuelle, depuis l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi, jusqu’à évaluation. Il s’agit de : • Consolider les dynamiques citoyennes et de garantir la participation des habitants aux décisions qui concernent la ville, dans tous ses aspects. • Partager l’expertise, les propositions, les initiatives. Chaque conseil citoyen est composé de deux catégories de membres : les habitants du quartier et les associations et acteurs locaux. Mise en œuvre : • Les habitants sont tirés au sort à partir des listes électorales, fichiers des HLM, répertoire d’immeubles localisés (RIL). Il y a aussi un appel au volontariat. • Participation à toutes les étapes, comme les acteurs institutionnels. • Autonomie : le conseil citoyen ne doit être ni présidé ni animé par des élus. Ce conseil citoyen excite déjà à Kawéni, mais nous pensons à juste titre que tous les habitants n’y ont pas accès. En effet, toute la population issue de l’immigration ne fait pas partie des registres et ne peut pas être tirée au sort afin de participer à ces conseils. Certes c’est une bonne base de travail, mais on en voit les limites quand il s’agit de l’appliquer à Mayotte. Selon nous il faut compléter ce conseil avec une pratique de terrain, en faisant des diagnostics en marchant, des journées dédiées à la rencontre des habitants exclus du processus « classique ».

Les outils de la demarche. L’exemple des cases SIM montre qu’il est possible de proposer des démarches alternatives, mais que bien souvent, elles sont mises à mal par l’État. C’est pourquoi ici nous nous attacherons à proposer un projet qui allie l’Etat, les populations et les élus, afin que les savoirs et les savoir-faire provenant d’une culture du risque impensée dans un territoire spontané soient observés de manière à construire l’appareil législatif et faire évoluer les politiques publiques. Ceci ne peut se réaliser qu’avec des outils de conception et de production pertinents. Ce projet doit surtout prendre en compte les savoirs habitants, il doit donc chercher à impliquer très largement la population, non seulement dans la conception, mais aussi dans la réalisation. Afin de replacer les dynamiques paysagères dans la gestion des eaux pluviales et donc de revenir à une culture insulaire du risque, un outil nous paraît pertinent c’est celui de la cartographie mise en place dans la partie II. Cet outil a pour but de faire émerger des pistes de réflexion et d’analyse quant à la caractérisation des pratiques habitantes face à la réalité de terrain qu’est celle de Kawéni. Ces cartes traduisent également des connaissances vernaculaires locales sur la gestion des eaux pluviales, que nous pourrons alors mettre en parallèle avec des spécificités paysagères. Dans une 30. Source : ville.gouv.fr

perspective de gestion plus adaptée au milieu et aux singularités de l’île, cette cartographie pourrait devenir le support de médiation entre Mayotte et la métropole afin que les politiques publiques soient adaptées aux contraintes de chaque territoire. Ensuite le processus de concertation sera à mettre en place, il viendra compléter la cartographie, les enquêtes sociales, les diagnostics en marchant et les interviews. Grâce au plan paysage de la ville, des diagnostics en marchant ont déjà été réalisés. La mairie de Mamoudzou a été retenue pour un appel à projet, la « Bourse nationale d’expérimentation en faveur de la participation des habitants ». Cela concerne un projet audiovisuel : « Kawéni Hima : mémoire et devenir des quartiers ». Il y avait plusieurs objectifs : Consulter la population pour la mobiliser, faire un état des lieux des problèmes et besoins des habitants, établir un diagnostic filmé, se rapprocher des lieux, des habitants et de leur mode de vie. Ce projet initie un processus participatif afin de développer de nouveaux rapports de gouvernance en vue de la constitution d’un conseil citoyen. Pour ajouter toujours plus de lien avec les habitants, un adulte relais est présent à Kawéni depuis 2010. Il établit le lien entre le village et la mairie. Il paraît cependant difficile, avec13 000 habitants, d’arriver à réaliser toutes les tâches envisagées. Afin de mener cela à bien, nous souhaitons mettre en place des méthodes innovantes de concertation, il s’agit de proposer une démarche novatrice sur le territoire. Nous l’avons affirmé plus tôt dans ce mémoire, nous souhaitons entreprendre un processus de recherche-action afin de développer une réelle participation habitante et d’aboutir à l’élaboration d’un projet cohérent avec les réalités territoriales, tout en évitant un certain nombre de blocages dus à un manque de pris en compte des réalités habitantes. Une « maison du projet » vient d’être mise en place dans le cadre du projet de renouvellement urbain. La municipalité de Kawéni a proposé cette maison afin que la population soit associée le plus tôt possible à la définition du projet. Il s’agit de donner aux habitants un lieu d’accueil, d’écoute et de parole sur les projets et le fonctionnement du quartier. Le conseil citoyen a lui aussi rejoint ces locaux. L’espace peut aussi recevoir des expositions, ou des débats. Il y a une salle de travail afin de mettre en œuvre les actions en lien avec le projet. Nous pensons que notre projet peut s’inscrire dans cette démarche en cours et qu’il pourra enrichir le projet NPRU. Des actions restent à imaginer pour associer la population et entretenir le lien qu’il y a entre ces différents projets, les habitants et les institutions. Dans le cadre de notre démarche, des travaux de mémoire des différents quartiers pourraient être entamés, afin d’inviter les gens à venir parler. Ceci n’est qu’un exemple parmi la programmation qui reste à mettre en place afin d’instaurer une relation avec les habitants. Nous pensons que cette programmation est à mettre en place après un premier travail de terrain, qui nous permettrait de « cerner » les habitants et d’établir un programme qui leur correspond réellement afin de toucher le plus grand nombre d’entre eux.

S’inspirer du mode de vie traditionnel. Un des outils important est le « mode de vie traditionnel », il nous semble indispensable à prendre compte dans la réussite de notre démarche. Un travail de terrain et d’enquête sociale est à faire dans les quartiers de Kawéni afin de proposer un ouvrage vraiment approfondi et détaillé sur les modes de vie traditionnels, sous le prisme des paroles habitantes. Avant de construire et bien que les méthodes ont changé, on devrait prendre en compte les faibles superficies du territoire, les attentes des Mahorais, leurs besoins, l’organisation du village, les relations entre bâti et non-bâti, l’organisation paysagère de l’île. On devrait s’interroger sur le choix des formes et des couleurs, les matériaux à utiliser. Tout cela devrait être fait si l’on veut maintenir l’harmonie de l’île. 53


Comprendre les besoins des Mahorais. Nous avons vu que les Mahorais préfèrent aujourd’hui les cases en dur (parpaings, béton) malgré les efforts pour développer la Brique de Terre Comprimée plus locale et plus écologique. Ils ont envie d’un certain confort (eau potable, électricité…) et avec le développement économique de l’ile, ils sont influencés par le mode de vie occidental. L’habitat devra s’adapter aux nouveaux besoins (espace pour l’hygiène, travail scolaire, voiture, etc.). Des modèles de maisons types qui s’appuient sur ces envies d’individualisme, de reconnaissance sociale seraient inappropriés à Mayotte. Il existe ici une vie collective, ouverte sur l’extérieur dont on doit tenir compte. L’arrivée de la modernité se voit surtout par l’agrandissement des maisons, les constructions en dur, l’eau potable, les sanitaires. Nous observons donc que les Mahorais cherchent à adopter un style de vie occidental sur un territoire soumis à différents risques, on comprend bien ici la limite : c’est que ces formes d’habiter ne peuvent pas correspondre aux dynamiques paysagères en cours à Mayotte, ni aux risques présents dans ces milieux. Parallèlement au travail mis en valeur des savoirs habitants, il va falloir mettre en place des tables rondes, des workshops, des réunions, afin de sensibiliser les populations aux caractéristiques de leur île pour

qu’ils comprennent et intègrent le fait qu’on ne peut pas construire comme s’ils étaient en métropole ou ailleurs dans le monde qu’ils sont ici à Mayotte avec toute la singularité qui la rend unique. Il y a un vrai travail de médiation à faire pour que le reste de la démarche fonctionne.

Les acteurs convoques Nous l’avons vu avec l’exemple de la case SIM, pour qu’un projet en partenariat avec les habitants ne soit pas mis à mal par l’État, il convient de le penser dès le début avec lui. C’est pourquoi notre démarche sera une association entre pouvoirs publics, professionnels de la médiation, sociologues, paysagistes, ethnologues, associations de quartier et surtout avec les habitants. Nous avons vu dans certaines régions métropolitaines naître des démarches qui aboutissent à la création d’une réglementation singulière, c’est que nous allons voir en deuxième partie.

2. UN OUTIL DE PROJET POUVANT ÊTRE GÉNÉRALISÉ

À D’AUTRES TERRITOIRES AYANT DES CONTRAINTES TERRITORIALES SINGULIÈRES FACE AUXQUELLES LES RÉGLEMENTATIONS SONT INOPÉRANTES La création de cet outil a pour but d’aboutir à une meilleure prise en compte des paysages, des évolutions qu’ils connaissent et des représentations que l’on porte sur eux pour mieux répondre aux risques liés à l’eau notamment pendant les cyclones. Afin que la démarche soit entendue et ait une valeur, il faudrait commencer par la réalisation d’un recueil qui réunit des études prouvant que les lois ne sont pas adaptées à toutes les situations. De la littérature apparaît après chaque catastrophe naturelle (l’exemple de Xynthia est saisissant). Ce recueil permettrait d’établir une sorte de compilation qui donne une valeur à notre travail. De même qu’en parallèle il nous paraît pertinent d’établir un dictionnaire qui recense les définitions données par la population des mots que l’on retrouve dans les réglementations. Nous voyons en métropole à quel point un mot peut avoir des sens différents selon la personne ; ainsi un le mot « village » issu d’une réglementation peut être perçu comme un « hameau » par le maire et comme un « village » pour un paysagiste. Naît alors un litige. C’est pourquoi nous préférons éviter ces problèmes de langage entre les lois et le territoire que nous voulons identifier la valeur des mots chez les habitants afin d’avoir un vocabulaire commun. Avant de parler de cet outil, voyons les dispositifs existants quant à la prise en compte paysagère à Kawéni et plus largement à Mayotte.

Strategie pour le devenir des paysages, dispositifs existants et a mettre en place Nous l’avons vu en première partie, Mayotte est une Collectivité Départementale depuis 2001. Son statut est comme celui des DOM, avec les spécificités de l’île. Depuis, le code local de l’urbanisme a été abrogé, mais un livre VII est consacré à Mayotte dans le Code de l’Urbanisme. Les outils déjà en place à Kawéni sont les suivants :

54

PLAN D’AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE (PADD) À Mayotte, le Schéma de Cohérence Territoriale n’est pas imposé

(SCOT). En revanche, le Plan d’Aménagement et de Développement Durable (PADD), adopté par Mayotte en décembre 2004, est applicable. Le PADD est le document d’urbanisme de référence. Tous les autres documents d’urbanisme doivent être compatibles. Il vaut Schéma de Mise en Valeur de la Mer (SMVM) qui sert à arbitrer les différentes utilisations de la mer et du littoral. Les principales « dispositions particulières applicables à Mayotte » de l’ordonnance n° 2005 — 868 sont les suivantes : Seules les zones préalablement mentionnées dans le PADD seront autorisées à la construction • La zone du littoral comprise entre la mer et la réserve domaniale ou les 81,20 m à partie du rivage (partie haute) autorisera seulement « les installations nécessaires à des services publics, à des activités économiques ou à des équipements collectifs, lorsqu’ils sont liés à l’usage de la mer » • Ces installations « organisent ou préservent l’accès et la libre circulation le long du rivage » 
 • « Des espaces naturels ouverts sur le rivage et présentant le caractère d’une coupure d’urbanisation sont ménagés entre les zones urbanisables » 
 • « Les constructions et aménagements sont interdits sur le littoral quand leur implantation porte atteinte aux milieux particuliers que constituent les plages de sable, les mangroves, les lagons et les


récifs coralliens » 
 • « Jusqu’au 1er janvier 2016, il peut être dérogé, à titre exceptionnel, un petit nombre d’opérations touristiques ou hôtelières d’importance limitée prévues par le PADD de Mayotte, sous réserve que ce plan justifie que ces opérations respectent les objectifs de protection du patrimoine naturel, de la faune et de la flore, du paysage et des sites. Ces opérations ne peuvent entraîner aucune extension de l’urbanisation. Les constructions, installations et travaux nécessaires à leur réalisation sont autorisés par le représentant de l’État à Mayotte. » PLAN DE PAYSAGE Il s’agit d’outils destinés aux acteurs territoriaux afin de les aider à réaliser leurs objectifs paysagers de façon qualitative. Ils donnent une orientation sur l’avenir des paysages et apportent du sens à l’aménagement du territoire. Ils aident à préserver de la cohérence entre tous les enjeux (environnement, développement). Ces plans de paysage se travaillent la plupart de temps au niveau intercommunal et évitent des actions contradictoires. Il se construit en trois temps avant de devenir opérationnel : • Constat et diagnostic (état de départ, histoire, culture, types d’unités paysagères, évolution, problèmes, etc.) • Actions et orientations déterminées selon les conclusions de l’étape précédente • Moyens d’action, stratégie, description des mises en œuvre. Le plan de paysage est avant tout là pour aider les collectivités dans leurs projets d’aménagement, de développement, d’urbanisme ou de planification. Seuls les acteurs peuvent décider de le mettre en œuvre après signature des propositions. • Réalisation : signature des acteurs, adaptation des documents d’urbanisme, mises en œuvre des projets, communication, etc. À Mamoudzou un plan de paysage a été mis en place en Juin 2005, il permet de mettre en lumière plusieurs dysfonctionnements au niveau des aménagements passés ou en cours. En pointant du doigt ces problèmes, ils soulèvent des problématiques auxquelles ils tentent de proposer des solutions dans un deuxième volet, qui se traduit par une « phase 2 : disposition des schémas de principe ». Les dispositifs de stratégie pour le devenir des paysages qui restent à mettre en place sont nombreux, ils sont des outils importants de gestion des paysages. Il serait opportun que parallèlement au projet NPRU les dispositifs suivants soient créés : Chartes paysagères et contrats de paysage : ils prolongent le plan de paysage, quand les objectifs de qualité paysagère ont été signés par les acteurs. La charte paysagère détermine et décrit les outils et moyens à mettre en œuvre. Elle est une démarche opérationnelle des programmes envisagés. Dans ce document apparaissent clairement les engagements respectifs des acteurs qui s’engagent à mettre en œuvre les objectifs fixés et de les traduire dans les documents d’urbanisme. Pour cela, ils disposent d’un large panel d’outils : • Des outils pour la protection du patrimoine 
(exemple : ZPPAUP) • Des outils du Code de l’Urbanisme 
(SCOT, PLU) • Des outils du Code de l’environnement 
 • Des outils du Code rural (ZAP) • Création d’un C.A.U.E. DES CONSEILS D’ARCHITECTURE, D’URBANISME ET DE L’ENVIRONNEMENT (CAUE) peuvent être mis en place par initiative du Conseil Général. Ils existent pour promouvoir la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement. Ces missions de service public, faites dans un esprit associatif, sont les suivantes : • Participation des habitants, information, communication 
 • Conseil afin d’assurer la qualité architecturale, l’insertion dans l’environnement (sans se charger de la maîtrise d’œuvre) 
 • Formation gratuite des maîtres d’ouvrages, des professionnels, des administrations et des collectivités. Le président est élu parmi les représentants de l’État. Le CAUE est composé de professionnels.

LA MISE EN PLACE D’UN SCOT « Le Schéma de COhérence Territoriale est un document d’urbanisme qui fixe, à l’échelle de plusieurs communes ou groupements de communes, les organisations fondamentales de l’organisation du territoire et de l’évolution des zones urbaines, afin de préserver un équilibre entre zones urbaines, industrielles, touristiques, agricoles et naturelles. Instauré par la loi SRU du 13 décembre 2000, il fixe les objectifs des diverses politiques publiques en matière d’habitat, de développement économique, de déplacements. » Il permet d’anticiper : • les évolutions démographiques, • le développement de l’urbanisation, • la gestion des espaces, • les évolutions économiques, • les flux de toute nature sur le Territoire, • l’environnement interrégional. Le SCOT détermine un équilibre à trouver pour un développement durable : • Équilibre social : développement de la mixité des logements (forme, taille, statut) • Équilibre des territoires : ces derniers ont une complémentarité avec les territoires voisins. La communauté de communes doit assurer son développement et gérer harmonieusement son espace. • Accès aux services publics : Droits pour tous à l’éducation, la santé, les services sociaux, la culture, les loisirs, etc. • Les grands enjeux : Les infrastructures de transport, l’économie, le tourisme doivent trouver une place prioritaire • Gestion des ressources naturelles : celles-ci sont fragiles. Les activités humaines en dépendent, mais se faisant elles les transforment. Pour permettre le renouvellement de ces ressources, il faut réfléchir à l’aménagement du territoire. L’agriculture doit elle aussi trouver une fonction économique et patrimoniale. Les grands principes à suivre : • Cohérence  : Les politiques sectorielles mentionnées par la loi devront être prises en compte dans l’élaboration de ce document • Concertation : Permettre aux citoyens et aux acteurs de participer activement aux projets • Développement durable : C’est un « développement équilibré alliant le progrès social, l’efficacité économique et la protection de l’environnement » Ce schéma semble donc être un outil essentiel à mettre en place à Mayotte si l’on veut avoir une vision à moyen terme des dynamiques paysagères prévues pour un territoire. Nous voyons qu’un certain nombre de documents allant dans le sens du devenir durable des paysages sont mis en place à Mayotte, cependant ils ne suffisent pas. Des documents importants sont encore manquants, il convient donc de les mettre en place dans les plus brefs délais, en tenant compte des remarques qui ont été faites tout au long de ce mémoire, comme prendre en compte la singularité de ces paysages comme base de travail. Attachons-nous maintenant à proposer un outil qui soit transversal à tout cela.

55


Lorsque la contrainte devient une ressource

Dans cette dernière sous partie, nous allons nous attacher à faire émerger des contraintes rencontrées à Kawéni les ressources pour construire une démarche. Nous pourrons par la suite généraliser à d’autres territoires soumis à des contraintes singulières, qui ne peuvent aller de pair avec les lois dictées par Paris ou Bruxelles. Nous souhaitons ici redonner leur place aux paysages et à leurs dynamiques dans la gestion des eaux pluviales afin de créer ou de révéler une culture insulaire du risque qui offrirait une certaine résilience à ses habitants. Le mot « résilience », nous l’avons vu plus haut, désigne aussi bien la « capacité à préserver » pendant l’événement (inondation, glissement de terrain, etc.) que la « capacité à rebondir » après l’événement. L’échelle est variable, mais il nous faut ici raisonner à l’échelle de quartier (aux typologies des différents habitats et occupations du sol). Au-delà il s’agit de maintenir les moyens de transport, l’alimentation en énergie des différents secteurs. Ainsi en cas de cyclone nous pourrons veiller à ce que les habitants puissent non seulement être au sec chez eux, mais qu’ils puissent également continuer à aller à l’école, au travail sans risquer leur vie. Cela implique des dispositifs qui dépassent l’échelle architecturale : l’enjeu revient à l’échelle du quartier, des infrastructures, du paysage. D’autres méthodes de travail sont nécessaires pour que ce genre de projet allie une précision et savoir locaux. La case SIM en est un exemple, lorsque la contrainte devient ressource en apportant une qualité inédite. L’outil que nous nous proposons de mettre en place peut être utilisé dans beaucoup d’autres territoires, c’est un « Atelier national ». Ségolène Royal, dans la préface de l’ouvrage Atout risques des territoires exposés se réinventent (Bonnet, F. 2016) nous dit que : « Chaque territoire doit se construire à partir de ses

atouts, mettre en valeur sa singularité, pour susciter des réponses concrètes, territorialisées, et inscrites dans la durée. Il ne s’agit pas de partir d’une organisation théorique des espaces, mais de comprendre comment ils sont vécus par les habitants. C’est en partant du lieu de vie que doit se construire le projet. Les lieux ont une histoire, ils sont façonnés par les hommes et les usages, il faut en comprendre les ressorts. » Nous sommes tout à fait d’accord avec cette vision,

56

mais tenons à la compléter en mentionnant qu’au-delà de l’histoire des lieux et des hommes qui ont façonné ces territoires, il faut tenir compte des savoirs et savoir-faire vernaculaires dans le processus de projet, sans quoi nous passerions à côté de certaines problématiques et dynamiques. Ces « ateliers nationaux » ou « ateliers des territoires » se construisent donc sur une étape primordiale, celle de l’observation et de la compréhension du territoire. Cet outil de projet peut être porté par le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie et par le ministère du Logement, de l’Égalité des territoires et de la Ruralité, notamment dans le cadre de la stratégie nationale de gestion des risques d’inondation. Si cette démarche a la volonté d’intégrer les risques dans le projet d’aménagement et de transformer les aléas et mesures de prévention en atouts, elle sera utile et prendra tout son sens.

L’idée est de mettre sur pied une équipe pluridisciplinaire, autour des élus et des acteurs, un vrai partenariat, afin de construire une vision de développement. Toujours dans le même ouvrage Madame Royale souligne que : « Pour les services de l’État, l’organisation en mode “projet” caractérise précisément la démarche. (…) » Ce type de démarche se résume en trois mots : « résilience, co-

hérence et gouvernance. La résilience, c’est à la fois parvenir à réduire la vulnérabilité d’un territoire, faire du risque un “atout de son projet de développement, et rendre ainsi ce territoire adaptable aux événements à venir. La cohérence est la rencontre entre les métiers et les savoir-faire. Construire un projet urbain qui intègre au mieux les ouvrages de protection ou d’évitement, et inversement poursuivre une réflexion technique sur ces ouvrages qui doivent s’inscrire harmonieusement dans le projet urbain. La gouvernance enfin, c’est la solidarité entre les territoires, c’est penser l’aménagement à la bonne échelle, développer une stratégie globale et partager. Sans recherche de résilience, sans souci de cohérence, sans affirmation de la gouvernance, les paradoxes et les erreurs peuvent être multiples. » On voit donc comment résilience, cohérence et gouvernance sont des impératifs pour construire des projets durables. Ces ateliers poussent à réfléchir à partir des risques inhérents à un territoire donné et permettent de faire le lien entre entre contrainte et développement, sans que cela ne soit contradictoire, car le risque est l’une des composantes de l’aménagement d’un territoire. Ce format de réflexion pourrait rentrer dans le cadre d’une recherche-action, il nous semble donc pertinent et trouve son sens dans notre travail.

Mais cette démarche pourrait surtout être généralisée à d’autres territoires qui connaissent des difficultés dans la mise en place d’une stratégie pour l’avenir de leur paysage. Il faut souligner que ces ateliers sont nés d’un constat : « l’approche réglementaire dans la gestion des risques s’appuie encore aujourd’hui presque uniquement sur le principe de précaution, principalement parce que la réglementation s’est mise en place n’ont pas en anticipation, mais en réponse face aux situations catastrophiques rencontrées. » Dans ce travail nous sommes partis d’un constat assez similaire, qui remet quoi qu’il en soit en question les réglementations françaises.

CONCLUSION

Cette ultime partie, mais le doigt sur un détail qui parait anodin, mais qui pourrait en dire long. En effet, à deux reprises nous mettons en avant des démarches ou outils de projets qui proposent des solutions alternatives, loin des carcans étatiques que l’on retrouve dans toutes les municipalités d’aujourd’hui. On voit bien qu’ils ont certaines limites, notamment pour l’exemple de la case SIM. Ils sont porteurs de nouvelles façons de penser et produisent des choses qui prennent en comptes les particularités territoriales. Ces projets ambitieux restent aujourd’hui encore trop marginaux, on se demande pourquoi ? Et si notre rôle de paysagiste était là : à travers les paysages et leurs enjeux sociétaux, économiques et culturels, afin de faire émaner des démarches innovantes et uniques pour chaque territoire. Le paysage deviendrait alors un levier dans la gestion des risques.


57


Source : hanslucas.com

58


Conclusion generale Comment conclure ce travail alors que ce matin (11 janvier 2018) je me lève et je lis dans les informations : « Pluies diluviennes à Mayotte : mort d’une mère et de ses 4 enfants », titre libération. Nous apprenons qu’une « mère et ses quatre enfants sont morts à Mayotte dans la nuit de mercredi à jeudi à la suite de pluies diluviennes qui ont emporté leur habitation de tôle, dans ce département où subsistent de nombreux bidonvilles, en majorité habités par une population clandestine. Les pluies ont provoqué une coulée de boue qui a emporté la case de tôle, ou “banga” en langue mahoraise, de la famille, construite à flanc de colline dans une zone non viabilisée de Koungou, au nord de Mayotte, ont précisé les secours. “Suite à de fortes pluies localisées” mercredi “à 23h00, un glissement de terrain a causé la destruction d’une habitation à Koungou, causant cinq morts, dont un adulte et quatre enfants d’une même famille”, a indiqué la préfecture dans un communiqué, précisant que les secours avaient procédé à “l’évacuation de 150 personnes dans le secteur”. » Le député LR de Mayotte, Mansour Kamardine, a réclamé au gouvernement « la constitution et l’envoi immédiat, à Mayotte, d’une mission interministérielle d’évaluation des risques et de définition d’un plan d’urgence ». État d’âme mis à part, dans ce mémoire nous avons cherché à concevoir une gestion des paysages qui soit adaptée aux eaux pluviales provenant du risque cyclonique et qui tienne compte du savoir vernaculaire issu d’une culture du risque. Nous en avons conclu un certain nombre de choses, notamment qu’à Mayotte la situation socio-économique ne permet pas aujourd’hui de développer une gestion suffisante des risques. Ce manque se traduit par des pratiques à risques de certains habitants, des infrastructures construites sur des terres submersibles, mais aussi par le paysage qui change et passe petit à petit de verdoyant à désolé, désormais garni de tôles et densément urbanisé. Ce travail aborde la notion « habiter une île tropicale » et pose le cadre théorique de la recherche notamment en présentant les particularités de l’île de Mayotte et de Kawéni qu’elles soient géomorphologiques, sociales, historiques, traditionnelles, économiques qu’architecturales ou paysagères. Nous démontrons le lien intime qu’entretiennent savoir-faire vernaculaire, résilience et culture du risque sur un territoire insulaire. Nous abordons de manière très précise la relation entre ces trois notions. Nous avons donc voulu proposer méthodologie qui serve à évaluer la culture du risque présente sur le territoire de Mayotte, mais aussi à répertorier les différentes pratiques qui semblent résilientes face aux risques cycloniques, recueillir des discours de professionnels pour compléter les interviews. Cette méthodologie permet aussi de mettre en lumière le

comportement d’une certaine partie de la population mahoraise face à l’eau risque et à l’eau ressource. Au travers d’entretiens semi-directifs, de différentes modalités d’interviews succédant à l’élaboration d’une unité d’analyse, l’objectif était d’évaluer si la culture du risque était en désuétude à Mayotte. Il fallait répertorier et comprendre pourquoi certains éléments urbains sont en décalage avec les traditions et modes de vie mahorais pour vérifier si les réglementations métropolitaines sont en décalage avec la spécificité du territoire. Malgré le fait que toute la méthodologie de recherche n’ait pas pu être mise en place comme prévu, le traitement du sujet avec les premières informations recueillies permet de proposer des interprétations et de faire émerger des conclusions qui restent à compléter à ce stade du travail. En effet, la culture du risque que nous pensions exister sous deux formats, n’existe en fait que de manière impensée sur ce territoire aux complexités socio-économiques singulières. Nous nous sommes aperçus au fil du travail que l’habitat vernaculaire n’apparaît pas forcement comme une forme d’habitat plus adaptée aux risques, mais qu’il répond davantage aux contraintes paysagères de Mayotte. Enfin, il est évident que les réglementations en vigueur ne sont pas adaptées aux réalités de Mayotte, toutes ne sont pourtant pas à rejeter dans l’espoir d’un avenir meilleur pour les Mahorais. Il est regrettable qu’une partie considérable des entretiens faits dans le bidonville ne nous soient pas parvenus à temps, à ce jour nous n’avons donc pas pu étudier la gestion des eaux pluviales en tant que ressource et risque dans le bidonville de Kawéni. Nous restons convaincus que ce format d’habitat spontané fait preuve d’un certain génie de construction, les perspectives de recherches restent donc ouvertes pour nous. En dehors de ces perspectives, ce mémoire constitue une base de connaissance sur un sujet peu relaté en métropole et il est générateur d’un positionnement vis-à-vis de l’enjeu des risques sur nos territoires. Face à ces questions, nous avons fait le choix de positionner le paysagiste-concepteur comme l’intervenant privilégié entre les singularités d’un territoire, l’État, les habitants et la gestion des risques, tout cela sous le prisme des paysages et de leurs dynamiques. En s’entourant d’une équipe pluridisciplinaire, il peut proposer des réponses aménagistes ou non, en prenant en compte les dimensions matérielles et immatérielles des paysages urbains en interrogeant la pertinence de certaines réglementations. C’est dans cet esprit que ce travail propose un outil qui peut servir à d’autres territoires qui ont des contraintes uniques et ne trouvent pas de solution avec les réglementations métropolitaines ou européennes. Ainsi il nous semble pertinent de penser ce TPER comme une étape dans la recherche plutôt qu’une fin en soi. Les portes restent ouvertes pour faire aboutir ce travail en proposant une thèse… 59


Bibliographie AGENCE D’URBANISME ET D’AMENAGEMENT TOULOUSE AIR MÉTROPOLE, 26 novembre 2015. « Risque inondation et adaptation de la ville ». Les ateliers observatoire partenarial de l’environnement.

DE GOUVELLO, B. et DEUTSCH, J.C. 2009. « La récupération et l’utilisation de l’eau de pluie en ville : vers une modification de la gestion urbaine de l’eau ? » Flux, no 2 : 14–25. DOUGLAS, M. et WILDAVSK, A. 2002/3. « Risque et culture ». Sociétés, n° 77, p. 17-19. DUMEZ, H. 2011. « Qu’est-ce que la recherche qualitative ? » Le Libellio d’Aegis, Volume 7, n ° 4, pp.47-58.

AH-SON, D. et BAKTAVATSLOU, R. 2017. « Les 36 quartiers prioritaires de la politique de la ville à Mayotte ». INSEE Analyse, n° 14.

LALLAU, B. 2011. « La résilience, moyen et fin d’un développement durable ? », Éthique et économique, Vol. 8, n° 1.

ARTELIA, décembre 2014. Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) de Mayotte 2016-2021. Proposition de révision — v0.8.

LOSSOUARN, C. PANGARE, V. FENGHUA, S. LENTINI, E. LOFTUS, T. DICKINSON, M. TIEN DUNG TRAN NGOC, PERSET, M. STRADY, E. THI SAN HA PHAN, et al., 3 octobre 2016. « Eau, Mégapoles et Changement global ».

BANTOS, S. 2011. « Les sociétés ultramarines face aux risques de montée du niveau marin. Quelles stratégies d’adaptation ? : exemples des iles de Wallis et Futuna, Mayotte et Lifou ». Université de la Sorbonne (Paris 4). BARTHES, C. 2003. L’état et le monde rural à Mayotte. Karthala Editions. BAYART, J.F. 2008 La politique par le bas en Afrique noire. KARTHALA Editions. BELMESSOUS, F. et MATESANZ PARELLADA, A. 2014. « Bidonville vs. habitat contraint : les lieux madrilènes de l’(in)hospitalité ». Les coopératives d’habitants, des outils pour l’abondance, CHAIRE — COOP. BENJAMIN D. 2001. « Rupture des équilibres socioéconomiques et écologiques à Mayotte ». Aménagement et Nature, n ° 5. BLESIUS, J.C. 2013. « Discours sur la culture du risque, entre approches négative et positive. Vers une éducation aux risques ? », Géographie et cultures, n° 88. BONNET, F. 2016. « Atout risques. Des territoires exposés se réinventent ». Collection Territoire en projet. Parenthèses. CHERUNINI, B. et ROINSARD, N. 2009. « Stratégies migratoires et enjeux de la protection sociale à la Réunion et à Mayotte : conflits et concurrences dans les espaces sanitaires et sociaux ». UMR 5185 ADES, Équipe SSD (Santé Sociétés et Développement) Bordeaux. CHOCAT, B. BERTRAND-KRAJEWSKI, J.L. et BARRAUD, S. 2007. Eaux pluviales urbaines et rejets urbains par temps de pluie. Techniques de l’ingénieur. Technologies de l’eau W2, no W6800. COURTIN, D. 2017. « L’état du logement à Mayotte fin 2013. Des conditions précaires d’habitat ». Insee dossier, n° 1. DAUPHINÉ A. et PROVITOLO D., 2007, « La résilience : un concept pour la gestion des risques », Annales de Géographie, n° 654, pp. 115-125.

60

DEFFONTAINES, S. juin 2013. Agroécologie et Agroforesterie à Mayotte, diagnostique et lignes directrices pour l’Action. Agrisud international

DEAL de Mayotte, 2015. « Plan de Gestion des Risques d’Inondation (P.G.R.I) de Mayotte. Objectifs relatifs à la gestion des risques d’inondation et aux Territoires à Risque Important d’inondation (T. R.I), période 2016-2021 ». Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie.

GERARD, Y. 2006. « Transformations urbaines et dynamiques résidentielles dans l’archipel des Comores ». Thèse de doctorat, Université de La Rochelle, 389 p. GHIOTTI, S. 2006. « Les Territoires de l’eau et la décentralisation. La gouvernance de bassin versant ou les limites d’une évidence », Développement durable et territoires, Dossier 6 : Les territoires de l’eau. GINGER ENVIRONNEMENT ET INFRASTRUCTURES, juin 2007. Atlas des paysages de Mayotte. GRALEPOIS, M. et GUEVARA, S. 2015. « L’adaptation aux risques d’inondation façonnée par les métiers de la ville ». Développement Durable et territoires, Réseau « Développement durable et territoires fragiles », 6 (3). GRISOT, S. 2004. « La case SIM, vie d’un modèle d’habitat adapté ». Mémoire de DESS formation continue, aménagement, urbanisme et développement local. Institut d’Aménagement Régional. GODARD, H. et BENJAMIN, D. 2001. « Les outre-mers français. Déséquilibre territoriaux et menaces sur l’environnement ». Aménagement et Nature, n° 5 : 143-144. GUEBOURG, J-L., 2006. « Petites îles et archipels de l’océan Indien ». Karthala, Paris, 256 p. GYSELINCK, L. novembre 2016. « Nourrir “l’en-ville”, nourrir l’envie. Composer au fil de la Rivière Madame à Fort-de-France ». Travail personnel de fin d’étude, formation paysagiste D.P.L.G, sous la direction de Graziella Barsacq. ENSAP Bordeaux. JNC AGENCE SUD, CHORUS, ESPACES, ATELIER DES CREATIONS FANTASQUES, 2015. « Plan Paysage du grand Mamoudzou. Phase 2 : disposition de schémas de principe ». KERMISCH, C. septembre 2012. « Vers une définition multidimensionnelle du risque ». [VertigO] La revue électronique en sciences de l’environnement, Volume 12 numéro (2). LAPEGUE, J. 1999. « Aspects quantitatifs et qualitatifs de la pluviométrie dans deux enjeux majeurs de la problématique de l’eau à Mayotte : la ressource hydrique et l’assainissement pluvial et l’érosion ». Thèse doctorale spécialité : Sciences de la Terre et de l’Eau. Université de la Réunion, laboratoire des sciences de la Terre.


LEGOFF, N. décembre 2010. « Les Comores et l’aléa cyclonique dans le contexte des changements climatiques : la vulnérabilité différenciée d’Anjouan et de Mayotte. » [VertigO] La revue électronique en sciences de l’environnement 103, Volume 10, numéro 3. PARETO, ASCONIT, décembre 2013. « Évaluation de l’état et du Risque de Non Attente des Objectifs environnementaux (RNAOE) à l’horizon 2021 pour les masses d’eau du bassin de Mayotte au titre de la Directive Cadre sur l’Eau ». Rapport final, 217 pages + annexes. RICHARD-SCHOTT, F. 2007. « La ressource en eau, richesse ou patrimoine dans les politiques de développement durable ? » Responsabilité et Environnement n° 48. ROINSARD, N. mai 2017. « Un État providence dans une région sous-développée. La France dans l’océan Indien (La Réunion, Mayotte) ». XXIIIe journées de l’Association Tiers monde, L’Etat malgré tout ? Acteurs publics et développement, Mons, Belgique. RUFAT, S. 2011. « Critique de la résilience pure ». SAVOIE-ZAJC, L. 2007. « Comment peut-on construire un échantillonnage scientifiquement valide ? » Recherches qualitatives — Hors Série – numéro 5 — pp. 99-111. SCHERRER, F. 16 décembre 2004. « L’eau urbaine ou le pouvoir de renaturer. » Cybergeo : European Journal of Geography. TOUBIN, M. LHOMME, S. DIAB, Y. SERRE, D. et LAGANIER, R. 24 mai 2012. « La Résilience urbaine : un nouveau concept opérationnel vecteur de durabilité urbaine ? », Développement durable et territoires, Vol. 3, n° 1.

Site internet : COUR DES COMPTES, 2016. «  La départementalisation de Mayotte ». https://www.ccomptes.fr/fr/publications/la-departementalisation-de-mayotte MASCARINE CADETIANA MAYOTTE : http://mascarine-mayotte. cbnm.org/

61


annexes Annexe :1 Le questionnaire réalisé in situ

62


63


64


65


66


Annexe :2 Le questionnaire diffusé sur un réseau social

67


68


69


70


Annexe :3 Le questionnaire diffusé sur un réseau social — les réponses —

71


72


73


74


75


76


77


78


Annexe :4 L’entretien semi-directif de Marion Sybillin

2310EsdUrbaniste

– Dans quel domaine exercez-vous ? Urbaniste – Quelles sont vos compétences (poste, depuis combien de temps…) ? En charge du pôle urbanisme au sein du bureau d’études M’zé Conseil, depuis avril 2015 – Habitez-vous à Kawéni ? Non – Pour vous, existe-t-il une culture du risque sur ce territoire ? Si oui, comment se manifeste-t-elle ? Oui. Les habitants sont conscients des risques de mouvement de terrain lorsqu’ils construisent dans les pentes et adoptent des stratégies pour y répondre (soutènement en pneus, renforts en béton pour soutenir la structure, surdimensionnement des pilotis, etc.). Ces stratégies ne sont pas toujours pertinentes techniquement. – Pensez-vous qu’avec l’immigration qui ne cesse de croître, cette culture du risque va perdurer dans le temps. Je ne suis pas sûre que l’immigration continue à croître (cf. demandes de titre de séjour en baisse ces deux dernières années selon la Préfecture). Les fundis qui construisent aujourd’hui (et depuis quelques années) sont en grande partie des étrangers, qui possèdent la culture du risque décrite plus haut – De prime abord, comment décrirez-vous la gestion de l’eau à Kawéni ? Dans la ville, puis dans le bidonville. Problématique : les bassins tampons existants ne sont pas entretenus correctement et n’assurent pas leur rôle. L’anthropisation des pentes a conduit à une augmentation des risques liés au ruissellement urbain. – Avez-vous perçu des changements dans la façon de gérer l’eau ces dernières années à Kawéni ? Non – Sentez-vous qu’il y a une différence de gestion de l’eau entre ces deux entités. Pouvez-vous l’illustrer avec des exemples concrets. La ville formelle a tenté de mettre en place des infrastructures lourdes pour lutter contre les inondations, mais ces infrastructures se montrent peu efficaces. Les habitants ne sont pas dans cette logique. Ils peuvent éventuellement stocker de l’eau de pluie pour leur propre usage, mais ne sont pas dans une logique de prévention des risques. – Selon vous, existe-t-il une résilience (capacité de retour à l’état d’origine) plus forte dans la ville ou le bidonville après un épisode d’inondation ou de sécheresse ? Pouvez-vous l’illustrer avec des exemples concrets. La résilience de la ville, formelle comme informelle (pour moi le bidonville fait partie de la ville), est faible à Mayotte. À la différence des habitations des Comores, qui ont, dès que les ménages le peuvent, des dispositifs de stockage de l’eau (du réseau, d’eau de pluie), la ville mahoraise s’est construite comme une ville qui dispose d’un réseau d’eau fiable. De même pour les politiques publiques autour de la santé (ex : absence de sensibilisation au lavage de main/pour faire bouillir l’eau avant de la boire, beaucoup plus ancrée dans les usages à Madagascar qu’à Mayotte par exemple, alors qu’il existe de réels risques de contamination de l’eau consommée par certains ménages, issue de puits ou de rivières). Les bidonvilles sont très peu résilients aux épisodes pluviaux importants (exemple d’un petit garçon mort suite à l’effondrement de sa maison en tôle à Koungou l’année dernière) – Pensez-vous que les lois métropolitaines sont adaptées au terrain insulaire ? Pouvez-vous l’illustrer avec des exemples concrets. Le cadre réglementaire métropolitain ne me semble pas adapté à la réalité de socio-économique de Mayotte, plus qu’à son caractère insulaire. – Exemple d’une proposition issue d’un Ministère d’évaluer le nombre d’habitants de l’île sur la base de la consommation d’eau délivrée par le réseau d’eau potable, alors même qu’une part importante de la population n’est pas raccordée, et a recours à un puit ou à l’eau des rivières. Peu de connaissance des réalités locales – Tentation de la métropole de légiférer pour tous les DOM avec la même approche, alors que les DOM connaissent des situations très contrastées. Exemple de la loi Letchimy qui vise à indemniser les occupants sans droits ni titres dans le cas d’une destruction de leur maison s’ils sont en mesure de prouver qu’ils occupent leur maison depuis au moins 10 ans de manière paisible et continue et qu’ils sont à l’origine de l’édification de leur maison. Loi adaptée à la réalité Martiniquaise (Serge Letchimy est l’ancien maire de Fort de France), mais pas du tout à la réalité mahoraise où les parcours résidentiels sont très complexes (déménagements fréquents, peu de preuves de présence, etc.) – Pensez-vous que certains aménagements du bidonville sont plus opérants face aux risques ? Une maison en tôle qui s’effondre fait globalement moins de dégâts qu’une maison en R+3 en béton ou en briques. Malgré tout, je n’en suis pas convaincue que le bidonville soit véritablement plus résilient. – N’y a-t’il pas un certain savoir-faire à mettre en avant dans les politiques publiques de la ville ? Si, c’est certain. Mais il concerne à mon avis plus les réseaux socio-économiques et de solidarités existantes, qui permettent aux nouveaux arrivants de bénéficier d’une « zone tampon » avec des gens issus du même village, avant leur intégration dans la société mahoraise, que des techniques constructives. Dans notre travail sur l’autoconstruction encadrée, nous avons par ailleurs tenté de prêter attention à certains modes constructifs/formes de construction (exemple : quels espaces sont partagés, quels espaces sont intimes et réservés au noyau familial) pour tenter d’éviter de plaquer un produit habitat qui ne correspondrait pas aux usages futurs des logements. 79


Annexe :5 L’entretien semi-directif de Lucas Teyssiere

3110EsdConservatoire

1) Gestion et culture du risque. Concernant la gestion des risques en milieux insulaires, la dimension culturelle joue un rôle déterminant, mais elle ne fait pas tout, à mon avis. Par exemple, la Guadeloupe a subi récemment un ouragan. La gestion en amont et en aval a montré des signes de non-préparation et d’improvisation totale, peu de résilience sur un territoire qui pourtant connaît ce genre d’alertes. Idem avec Irma à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, en pire ! Certains pans du littoral sableux ont été urbanisés (aménagements de structures touristiques), entraînant des bouleversements écologiques ayant entraîné la sénescence de certaines mangroves qui elles, pour le coup, sont de véritables structures naturelles défensives pour lutter contre les phénomènes de submersion. En France, la défense du trait de côtes contre les risques naturels privilégient la défense lourde, ce qui ne constitue pas une solution viable à long terme (par exemple, les enrochements illustrent une déconnexion totale avec la gestion du risque, à mon sens bien sûr, cette déconnexion n’est pas favorable pour développer une culture du risque). Un autre exemple intéressant : lors du Tsunami de 2004 à Bandah Aceh, sur l’île de Sumatra (Indonésie), la mer s’était retirée, présageant l’arrivée imminente de la vague. Les personnes présentes se sont précipitées sur la plage pour constater ce phénomène étonnant et y ramasser les poissons échoués (beaucoup de ces personnes n’étaient pas originaire de l’île, étant de populations urbaines récemment installées pour venir chercher du travail). Au contraire, lorsque les membres d’une tribu ancestrale ont vu la mer se retirer, ils se sont précipités vers les hauteurs : les anciens avaient déjà expliquer au reste de la tribu que lorsque la mer se retirait, cela annonçait un tsunami. La dimension culturelle est donc très importante dans la gestion des risques. Certaines populations sont plus ou moins conditionnées — c’elles qui le sont le plus sont les plus préparées il me semble. Ainsi, la structure et le fonctionnement culturel de la tribu que j’ai évoqué plus haut est un terreau favorable pour l’échange intergénérationnel et le partage de connaissance liées aux risques naturels. Dans des sociétés « modernes », cela se fait davantage dans le cadre scolaire ou institutionnel (Japon), mais encore faut-il qu’il y ait une volonté politique ! Au Japon, en plus de normes anti-sismique draconiennes, une véritable culture du risque est entretenue par la mise en place d’exercices répétés. Je pense que si je vais dans une classe en Guadeloupe demander aux élèves ce qu’il faut faire si un séisme venait à frapper dans la minute, je ne suis pas certain qu’ils soient aussi bien préparés. La Guadeloupe est pourtant une terre à fort risque sismique, située au niveau de failles actives ! 2) Pour les lois métropolitaines, il est clair que des adaptations doivent être faîtes par rapport aux territoires insulaires compte tenu d’une spécificité, d’une histoire et de perceptions/représentations différentes. Même ce que l’on appelle « l’outremer » ne doit pas être perçu comme une entité ou un espace géographique homogène. Le territoire de Wallis-et-Futuna est régi par un système coutumier par exemple, la Nouvelle-Calédonie élabore ses propres lois, la Polynésie Française a récemment établi son propre code de l’environnement. Cependant, des lois nationales (lois sur l’eau par exemple, séquence ERC…) sont et doivent être appliquées sur les départements des Antilles, de Guyane ou de Mayotte, car il existe également un contexte politico-culturel propre aux DOM-TOM, où les élus sont beaucoup moins regardant et beaucoup moins motivés pour protéger les milieux aquatiques (le manque de volonté des élus et leur inaction est un gros préjudice à la gestion de la ressource en eau dans ces départements, problèmes chroniques de coupures d’eau, d’eau du robinet de très mauvaise qualité, beaucoup de corruption, etc.). Rien ne bouge depuis tant d’années ! Les lois nationales peuvent aider à pallier ce manque de sensibilité environnementale des élus (c’est aussi vrai en métropole !). 3) Enfin pour la question des bidonvilles, je vous envoie ce lien sur une exposition photo à propos des bidonvilles de la mangrove de Nouméa (https://sosmangrovesnc.jimdo.com/mangrove-city/). D’après les textes (et les photos), il est clair que l’installation de bidonvilles dans ce type de zones humides (aux services écosystémiques indéniables en termes de gestion de la ressource en eau) nuit à leur intégrité écologique. Mais je ne connais pas le cas de Kawéni. Je connais des modèles de gestion communautaire de l’eau dans les rizicultures de l’Asie du Sud-est, mais il ne s’agit pas de bidonvilles. Cependant, j’ose penser qu’un modèle de gestion communautaire peut tout à fait avoir lieu dans des bidonvilles, où il existe une proximité et une solidarité réelle entre les individus. Il se pourrait alors que cela soit bien plus efficace qu’une gestion normative organisée depuis le haut (Bottom-up vs. Top down)

80


Source : hanslucas.com

81


Résumé Ce travail Personnel d’Etude et de Recherche (TPER) traite de la gestion insulaire des eaux pluviales en tant que ressource et risque dans un cadre bien particulier : celui du quartier de Kawéni à Mayotte dans lequel se juxtaposent ville planifiée et habitat spontané. Cette ile soumise aux risques cycloniques ainsi qu’à d’autres risques a des spécificités territoriales et nous sert de terrain d’étude pour comprendre comment les dynamiques paysagères de ces paysages singuliers peuvent devenir des leviers de gestion des risques liés aux eaux pluviales, en particulier lors de passages cycloniques. Ce travail aborde la notion «habiter une île tropicale» et pose le cadre théorique de la recherche en présentant les particularités de l’île de Mayotte et de Kawéni, qu’elles soient géomorphologiques, sociales, historiques, traditionnelles, économiques architecturales ou paysagères. Nous démontrons ainsi le lien intime qu’entretiennent savoir-faire vernaculaire, résilience et culture du risque sur un territoire insulaire. Nous abordons de manière très précise la relation qu’entretiennent ces trois notions. Nous proposons un outil méthodologique passant par l’entretien semi-directif, l’interview in situ et l’interview diffusé sur un réseau social, permettant d’évaluer la culture du risque sur le territoire de Mayotte, de répertorier les différentes pratiques qui semblent résilientes face aux risques cycloniques et de recueillir des discours de professionnels pour compléter les interviews. Cette méthodologie permet de mettre en lumière le comportement d’une partie de la population mahoraise face à l’eau risque et à l’eau ressource. Dans ce travail nous plaçons le paysagiste-concepteur comme un intervenant privilégié entre les singularités d’un territoire, l’État, les habitants et la gestion des risques tout cela par sous le prisme des paysages et de leurs dynamiques. En s’entourant d’une équipe pluridisciplinaire, le paysagiste-concepteur peut proposer des réponses aménagistes ou non, en prenant en compte les dimensions matérielles et immatérielles des paysages urbains. Il peut aussi interroger la pertinence de certaines réglementations. C’est dans cet esprit que ce travail propose un outil qui peut être généralisé à d’autres territoires aux contraintes territoriales uniques et qui ne trouvent pas de réponse dans les réglementations métropolitaines et européennes.

Source : hanslucas.com

Mots clés Aléa – Bidonville – Culture du risque – Eau de pluie – Habitat spontané – Habitat vernaculaire – Insulaire Règlementation – Résilience – Ressource en eau – Risque – Ville planifiée – Vulnérabilité

Profile for Perrine Zanette

Habitat spontané et eaux pluviales dans le quartier de Kawénie sur l'île de Mayotte.  

Vers une gestion adaptée des paysages face au risque cyclonique. Ce travail Personnel d’Etude et de Recherche (TPER) traite de la gestion i...

Habitat spontané et eaux pluviales dans le quartier de Kawénie sur l'île de Mayotte.  

Vers une gestion adaptée des paysages face au risque cyclonique. Ce travail Personnel d’Etude et de Recherche (TPER) traite de la gestion i...

Advertisement