Page 52

Herman Lombaerts

52

changé aussi ? Dispose-t-il d’un discernement lucide par rapport au positionnement du professeur, tout en ajustant son comportement, en relativisant l’importance de l’enseignement de la religion (averti par ce que font les différents professeurs) ? C’est pourquoi, moyennant le même questionnaire, les jeunes ont été invité à exprimer leur perception de leur professeur de religion : quel type de professeur reconnaissent-ils dans la personne qui les initie dans la tradition religieuse ? En sont-ils capables ? L’analyse statistique des réponses a permis d’identifier chez les jeunes (enseignement général, technique et professionnel) pratiquement les mêmes dimensions (groupant 9 facteurs) quant à la façon dont le professeur de religion organise son enseignement – selon la perception de ses élèves. -

Quant à la dimension herméneutique-communicative, ils discernent soit une compétence herméneutique, soit une inhibition / paralysie herméneutique ; ils remarquent chez leur professeur une implication et une ouverture communicatives

-

Ils remarquent chez leur professeur un intérêt à s’impliquer dans sont enseignement, une attention biographique donc, mis en contraste avec une orientation dogmatique

-

Ils remarquent l’attention du professeur pour l’émergence d’un discours de classe

-

Quant à la place de la tradition, ils remarquent que leur professeur soit s’appuie sur une lecture historique de la tradition, soit il/elle présente la tradition en tant que révélation.

Cinq modèles - Suite à une analyse des différentes corrélations, on peut distinguer, dans la perception des élèves, cinq modèles d’enseignement ou types de personnalité orientant l’enseignement. ! (1) le modèle dit ‘ouvert et pluraliste’. Les élèves perçoivent chez le professeur une ouverture à la société pluraliste et aux différentes confessions et philosophies de vie. Le dialogue avec le professeur favorise une lecture symbolique des systèmes religieux. La tradition chrétienne n’est pas présentée comme norme exclusive pour l’enseignement de la religion. ! (2) dans le modèle dit ‘christianisme fermé’ les élèves perçoivent ou espèrent rencontrer un professeur avec un profile chrétien explicite, favorisant une pensée religieuse littérale et orthodoxe, avec peu d’ouverture pour des confessions ou des styles de vie autres que ce qui est propagé par la tradition chrétienne. ! (3) le modèle dit ‘support du réseau familial’ semble s’inspirer d’une expérience de vie familiale protégée et cohésive, avec peu de conflits, avec un style d’éducation démocratique aussi dans le domaine religieux. ! (4) dans le modèle dit de ’collaboration’ les élèves perçoivent la possibilité de pouvoir collaborer activement, mais en même temps ils attendent que le professeur y mette du sien en partageant ses convictions et ses expériences de vie chrétienne. ! (5) le modèle dit de ‘discontinuité’ indique que les élèves perçoivent le professeur à partir de leur positionnement personnel. Ils imposent en quelque sorte une absence

Rivista lasalliana 1-2009  

Rivista lasalliana. Trimestrale di cultura e formazione pedagogica

Advertisement