Page 51

L’enseignement de la religion démystifié?

51

Positionnement des professeurs : quatre modèles - Moyennant un calcul des corrélations entre les différents facteurs, quatre modèles ou types de personnalité enseignante ont pu être repérés chez les professeurs (la façon dont ils / elles se perçoivent en tant que professeur). La logique propre à chaque modèle se dégage des relations spécifiques entre un ensemble de facteurs. -

-

-

(1) dans le modèle du ‘chrétien engagé’, l’enseignant se présente consciemment avec une identité chrétienne engagée (cherchant une cohérence entre le vivre et le croire) et avec l’intention de favoriser chez les élèves le développement d’une identité chrétienne. Ces professeurs témoignent de peu d’ouverture par rapport à d’autres religions ou visions de vie. Leur souci est de montrer au monde environnant en quoi consiste la foi chrétienne. Ils manifestent peu de confiance dans les possibilités des élèves (2) dans le modèle dit de ‘tolérance’, le professeur témoigne d’une ouverture de principe par rapport à d’autres religions ou philosophies de vie, par rapport aux différentes situations familiales, les styles de vie, etc. On y perçoit une plus grande sensibilité symbolique et une reconnaissance de la pluralité de convictions comme réalité. (3) dans le modèle de ‘discontinuité’, l’enseignant est fort proche de l’attitude de noncroyance. Son enseignement s’efforce à mettre en question le bien fondé de la tradition chrétienne et à la mettre à distance. (4) dans le modèle dit de ‘collaboration’, l’enseignant cherche le dialogue avec les élèves et envisage une collaboration constructive, tout en intégrant les apports des élèves. Le professeur se profile comme modérateur d’échanges plutôt que comme ‘transmetteur’ d’informations.

L’enquête a donc permis d’observer que les professeurs effectivement se positionnent par rapport au paradigme dit herméneutique-communicatif. Le nom donné à chaque modèle est en quelque sorte une interprétation de la façon dont les professeurs se situent par rapport à un ensemble de facteurs. Les quatre types se démarquent clairement. Les professeurs offrent donc un enseignement d’un certain type, pas n’importe lequel, et pas standardisé à partir d’une norme imposée par les autorités. Au sein d’une même école, les élèves peuvent donc être confrontés à une certaine diversité d’approches, ou une école peut favoriser un type d’enseignement précis, de par une gestion orientée ou de par une sélection des professeurs. On peut donc soupçonner que les professeurs, et l’école, de par un positionnement à l’intérieur même de leur enseignement, sont amenés non seulement à adopter des stratégies théologiques, pédagogiques, didactiques, mais aussi à résoudre des problèmes existentiels, voire personnels. Ce qu’ils font concrètement dans la classe, avec les élèves, est le résultat d’un discernement complexe, inévitablement lié à leur positionnement par rapport à une société démocratique, pluraliste, sécularisée, marquée par une tradition judéo-chrétienne, et par rapport à une politique scolaire du gouvernement ou des autorités ecclésiastiques. C’est ici que se posent des questions fondamentales et éthiques tant concernant la conception de la gestion scolaire, que sur le statut de l’enseignement de la religion. Nous y reviendront à la fin de cet article.. La perception des élèves - Les élèves se rendent-ils compte de la façon dont les professeurs se débrouillent avec la gestion de leur responsabilité pédagogique tout en la situant au sein de leurs positionnement existentiel, social et idéologique ? Les élèves suivent-t-ils passivement ce qui leur est proposé, s’adaptent-ils à la structure et au modèle tant de l’enseignement que de la communication ? Ou bien, l’élève a-t-il

Rivista lasalliana 1-2009  

Rivista lasalliana. Trimestrale di cultura e formazione pedagogica